Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souverain et pontife

 | 
Philippe Bountry

Le sacré collège des cardinaux

Texte intégral

1Au retour de Pie VII à Rome, le 24 mai 1814, le Sacré Collège des cardinaux ne compte plus que 33 membres : l’un nommé par Clément XIV ; 9 créatures de Pie VI ; et 23 créatures de Pie VII sur les 40 cardinaux par lui publiés avant l’exil de 1809. Aussi, lors du consistoire du 8 mars 1816, sont publiés 21 cardinaux supplémentaires, parmi lesquels les deux futurs papes Léon XII (Annibale Della Genga) et Pie VIII (Francesco Saverio Castiglioni). Le mouvement des créations connaît ensuite un rythme plus régulier : 59 au total durant la seconde partie du pontificat de Pie VII (1814-1823) ; 25 durant le pontificat de Léon XII (1823-1829) ; 6 durant celui de Pie VIII (1829-1830) ; 75 enfin durant celui de Grégoire XVI (1831-1846) ; soit, pour les 32 années de la Restauration (1814-1846), 165 créations, et 198 cardinaux, résidents ou non-résidents, ayant fait partie en droit du Sacré Collège entre le 4 mai 1814 et le 1er juin 1846.

2Sur ces 198 cardinaux, 157 ont été classés dans la catégorie des cardinaux de Curie, en ce qu’ils ont, durant la Restauration, occupé à Rome ou dans l’État ecclésiastique (y compris comme évêques ou archevêques) des fonctions cardinalices, ou en ce qu’ils ont, durant la même période, exercé au service de la Curie des fonctions prélatices qui leur ont ouvert les portes du Sacré Collège (quelle qu’ait été ensuite leur destination) : on y a donc inclu pour cette seconde raison, pour la génération de Pie VII, les cardinaux de Bayane, Caselli, Crivelli, Dugnani et Firrao, et pour la génération de Grégoire XVI, les cardinaux Corsi et Serra Cassano. Les 41 cardinaux restants, même s’ils ont pour quelques uns d’entre eux exercé avant la Restauration des fonctions au service de la Curie, ont été compris parmi les cardinaux de Couronne, ordinairement présentés par les grandes puissances catholiques. Cependant les cardinaux Fesch et Maury, reniés par leur patrie et accueillis à Rome jusqu’à leur mort, de même que les cardinaux Haeffelin, ambassadeur du roi de Bavière en résidence à Rome jusqu’à sa mort, et Weld, premier cardinal anglais postérieur à l’émancipation, décédé également en résidence à Rome, ont été compris parmi les cardinaux de Curie de la Restauration.

3Ces 157 cardinaux de Curie sont l’objet de la présente étude prosopo-graphique. Cinq éléments ont, dans la mesure des informations disponibles, été systématiquement pris en compte, après mention de la date et du lieu de naissance et de décès, et de la date d’accession au cardinalat :

  1. l’origine familiale, la formation et la carrière ecclésiastique hors de la Curie.
  2. la carrière de Curie.
  3. les fonctions cardinalices.
  4. la participation aux conclaves.
  5. les éventuelles publications.

4Cette brève notice prosopographique - exclusivement relative aux données biographiques et institutionnelles - est suivie de l’indication des sources, des principales notices biographiques anciennes et récentes et des études historiques relatives au cardinal étudié.

Charles Januarius Edward ACTON

5Naples, 6 mars 1803 - Naples, 23 juin 1847.

6Cardinal in petto le 18 février 1839, publié le 24 janvier 1842.

  1. Second fils de John Francis Edward Acton (1736-1811), premier ministre de Ferdinand IV, roi de Naples, de 1789 à 1804, et de Mary Ann (Marianna) Acton, à la fois nièce et femme du précédent, épousée grâce à une dispense pontificale, il appartient à une branche cadette et catholique d’une famille de l’aristocratie anglaise, les Acton d’Aldenham Hall, dans le Shropshire, passée au service de la cour des Bourbons de Naples. Il est envoyé en Angleterre au lendemain du décès de son père (à Palerme, le 12 août 1811), y devient l’élève de l’abbé Quégué, à Parsons Green, près de Londres, puis reçoit une éducation purement britannique au collège d’Isleworth, à la Westminster School et enfin au Magdalen Collège de Cambridge (1819-1823). Établi à Rome, il suit les cours de l’Académie des nobles ecclésiastiques (1823-1825).
  2. Entré au service de la Curie à l’âge de 25 ans en qualité de camerier secret surnuméraire (4 juin 1827), il est nommé le même jour auditeur de la nonciature de Paris, auprès du nonce Luigi Lambruschini. Pie VIII le confirme dans sa dignité de camérier secret (avant le 13 mai 1829), puis le rappelle à Rome. Il entre en prélature en qualité de prélat domestique (1er janvier 1830), référendaire (11 mars 1830) et protonotaire apostolique non participant (avant le 7 avril 1830) ; il devient aussitôt vice-légat de Bologne (15 mars 1830). Grégoire XVI le nomme successivement prelato vicario de la basilique de S. Maria in Cosmedin (28 août 1831), secrétaire de la congrégation de la Discipline des Réguliers (avant le 7 septembre 1831), juge suppléant au tribunal civil de l’auditeur général de la Chambre apostolique (Notizie de 1832), prélat de la congrégation du Concile (avant le 9 mai 1832) et votant du premier tour du tribunal de la congrégation de Lorette (18 février 1835). Promu auditeur général de la Chambre Apostolique (2 février 1837), il abandonne en 1837 son vicariat de S. Maria in Cosmedin et occupe sa charge d’auditeur général jusqu’à son accession au cardinalat. Il est également fait protecteur du Collège anglais de Rome (1840) et consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (26 juillet 1839), des Rites (5 octobre 1839) et du Saint-Office (12 septembre 1840).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 38 ans du titre de S. Maria della Pace (27 janvier 1842), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Propagande, de l’Index, des Rites et de la Discipline des Réguliers (27 janvier 1842). Il est fait ultérieurement membre des congrégations pour la reconstruction de Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 2 juillet 1842), du Concile (Notizie de 1843), des Affaires ecclésiastques extraordinaires (Notizie de 1844), Consistoriale (11 novembre 1844), de la Visite apostolique (Notizie de 1845), des Évêques et Réguliers (Notizie de 1845), de l’Immunité (Notizie de 1845) et des Indulgences (Notizie de 1846) ainsi que protecteur de l’Académie des nobles ecclésiastiques (28 avril 1843), des Capucins (avant le 29 novembre 1842), des Bénédictins du Mont-Cassin (10 décembre 1842), des Frères de la Pénitence (21 janvier 1843) et des Prémontrés (avant le 21 juin 1845). Il est en 1845 le seul témoin - et interprète - de l’entrevue de Grégoire XVI avec le tsar Nicolas Ier de Russie. Pie IX le transfère sur le titre de S. Marco (21 décembre 1846) et le nomme préfet de la congrégation des Indulgences (21 décembre 1846). Il meurt à cette charge six mois plus tard, à la Casa dei Gesuiti de Naples, au retour d’un voyage à Palerme.
  4. Conclave de Pie IX.

7Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 986. HC VII, 32. DNB I (1885), 65-66 (Thompson Cooper). GILLOW I (1885), 3-6. DHGE I (1912), 416 (J. de La Servière). EncCatt I (1948), 259 (Silvio Furlani). DBI I (1960), 204 (Fausto Fonzi). WEBER (Kardinäle) II, 425. PROCACCINI, 55. PÁSZTOR (AEE), 207 et 211. Diario di Roma du 3 juillet 1847, n° 53. Giovanni Maria CRESCIMBENI, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin, 2e éd., Naples, 1899, p. 42. R. COMANDINI, Notizie sul cardinale Carlo Acton, dans Rassegna di politica e di storia, XI, 1965, p. 76-84. H. E. G. ROPE, Gregory and England, dans Gregorio XVI. Miscellanea commemorativa, Rome, 1948, II, p. 373-397 et passim.

Giuseppe Andrea ALBANI

8Rome, 13 septembre 1750 - Pesaro, 3 décembre 1834.

9Cardinal le 23 février 1801.

101 – Fils d’Orazio Albani, prince de Sora, et de Marianna Cybo Malaspina, duchesse de Massa et Carrara, il est l’arrière-petit-neveu de Gianfrancesco Albani (1649-1721), pape Clément XI (1700-1721). Au cours du xviiie siècle, la famille Albani compte trois cardinaux : les deux cardinaux-neveux Annibale Albani (1682-1751), créé par Clément XI le 23 décembre 1711, et Alessandro Albani (1692-1779), créé par Innocent XIII le 16 juillet 1721, doyen du Sacré-Collège, ses grands-oncles ; et son oncle Gianfrancesco Albani (1720-1803), créé par Benoît XIV le 10 avril 1747, doyen du Sacré Collège, actif représentant du parti zelante aux conclaves de 1769 et 1775, partisan de la lutte à outrance contre la République française (qui confisque ses biens en 1798) et l’un des chefs du parti « autrichien » au conclave de Venise. Son frère aîné, le prince Filippo Albani, dernier descendant en ligne directe masculine de la lignée des princes Albani, décédé le 11 novembre 1852, est maire-adjoint de Rome sous l’Empire (1er décembre 1810).

11Giuseppe Albani poursuit ses études au séminaire de Sienne, puis vient compléter à Rome durant trois années sa formation juridique auprès de l’auditeur de Rote Alessandro Litta et de l’avocat de Curie Domenico Cattani ; il reçoit la tonsure le 30 octobre 1771.

122 – Entré en prélature à l’âge de vingt-et-un ans en qualité de référendaire (5 décembre 1771), il est successivement promu par Pie VI clerc puis auditeur général (1787) de la Chambre Apostolique et fait prelato vicario de la basilique de S. Maria in Cosmedin (13 juillet 1777 - 3 janvier 1780). Envoyé en mission à la Cour de Vienne en 1794, il regagne Rome le 1er juillet 1796, puis quitte à nouveau la ville le 10 octobre suivant pour séjourner à Vienne jusqu’à son accession au cardinalat. A cette date, il n’a toujours pris les ordres et ira ensuite de dispense en dispense (1804, 1814, 1823).

133 – Cardinal-diacre du titre de S. Cesareo (29 octobre 1804), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Propagande, du Buon Governo et de la Consulte, puis le nomme protecteur de l’ordre des Basiliens de Ruthénie (avant le 22 juin 1805), des Chartreux (avant le 25 juillet 1807) et de l’ensemble des Basiliens (11 août 1807), membre de la congrégation de Lorette (avant le 29 juillet 1807), puis pro-secrétaire des Mémoriaux (26 mars 1808). Exilé en France, il est, par fidélité à la cour de Vienne, au nombre des « cardinaux rouges » qui assistent à la célébration des noces de Napoléon et de l’impératrice Marie-Louise (1er avril 1810). Au lendemain de la Restauration, il est promu préfet de la congrégation du Buon Governo (10 mai 1817) et fait membre des congrégations Économique (26 juillet 1815), des Eaux (28 février 1818) et du Cens (Notizie de 1823) ; Pie VII le tansfère sur le titre diaconal de S. Eustachio (2 octobre 1818) ; il est nommé pour l’année 1821-1822 camerlingue du Sacré Collège (8 janvier 1821). Il porte au cours du conclave de 1823 l’exclusive de l’Autriche contre le cardinal Severoli. Léon XII le nomme néanmoins secrétaire des Brefs (30 janvier 1824), puis légat de la province de Bologne (avant le 1er décembre 1824) où il demeure jusqu’au conclave ; il va féliciter l’empereur François Ier d’Autriche à Milan au nom du Saint Siège (août 1825) et est transféré sur le titre diaconal de S. Maria in Via Lata (28 janvier 1828). Pie VIII, au lendemain de son élection, dont le cardinal Albani a été le principal artisan, le nomme secrétaire d’Etat (31 mars 1829), secrétaire des Brefs à vie (12 avril 1829) et bibliothècaire de la Sainte Église Romaine (avant le 7 avril 1830) ; il l’agrège aux congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (31 mars 1829), du Saint Office (2 avril 1829) et du Cérémonial (1er janvier 1830). Il doit abandonner la Secrétairerie d’État au lendemain de la mort de Pie VIII (30 novembre 1830). Grégoire XVI le nomme légat des provinces d’Urbino et de Pesaro (14 juin 1831) et lui attribue pleins pouvoirs en qualité de légat extraordinaire dans les Légations (3 décembre 1831) ; il contribue à l’intervention militaire de l’Autriche. Mais, sur la pression de Metternich, il doit se démettre. Substitué le 1er juin 1832, il se retire dans sa légation de Pesaro. Décédé deux ans plus tard, il est enseveli dans la cathédrale d’Urbino.

144 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

15Sources : ASR/SG vol. 722, procès Albani. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 354. HC VII, 8-9, 45, et 46. MORONI I (1840), 181. DHGE I (1912), 13721373 (Pierre Richard). EncCatt I (1948), 640-641 (Mario De Camillis). DBI I (1960), p. 607-609. PÁSZTOR (Segreteria) I, 130, 132, 149-150 et passim. PÁSZTOR (AEE), 217. Diario di Roma du 10 décembre 1834, n° 98. Giovanni Maria CRESCIMBENI, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin, 2e éd., Naples, 1899, p. 41. Giuseppe Ignazio MONTANARI, Orazione in morte dell’eminentissimo cardinale Giuseppe Albani, con un breve elogio latino ed alcune iscrizioni, Pesaro, 1834, 32 p. Pietro VISCONTI, Città e famiglie nobili e celebri dello Stato Pontificio, Rome, 1847-1848, tome III, p. 82-108. Alfredo GRILLI, Lettere inedite di Francesco IV di Modena al card. Giuseppe Albani, Florence, 1931. Giovanni NATALI, Il cardinale Giuseppe Albani a Bologna commissario straordinario per le quattro Legazioni (gennaio-giugno 1832), dans R. Deputazione di storia patria per le provincie di Romagna. Atti e Memorie, s. IV, XXIII, 1933, p. 285-340. Lajos PÁSZTOR, I cardinali Albani e Bernetti e l’intervento austriaco nel 1831, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, VIII, 1954, p. 95-115. Lajos PÁSZTOR, L’intervento austriaco nello Stato Pontificio e i cardinali Albani e Bernetti, dans Studi romagnoli, VIII, 1957, p. 529-595. Lajos PÁSZTOR, Un capitolo della storia della diplomazia pontificia. La missione di Giuseppe Albani a Vienna prima del trattato di Tolentino, dans Archivum historiae pontificiae, I, 1963, p. 295-383.

Giuseppe ALBERGHINI

16Città di Cento (Bologne), 13 septembre 1770 - Rome, 30 septembre 1847.

17Cardinal in petto le 23 juin 1834, publié le 6 avril 1835.

  1. Né de Francesco Alberghini et de Clara Comi, il appartient à une famille du patriciat de Bologne. Son frère cadet Ignazio (1789-1869) sera auditeur pour Bologne (1836-1858), puis doyen (1858-1861) du tribunal de la Rote. Il poursuit des études de droit à l’université de Bologne et devient docteur in utroque jure, puis à Rome, curiale di collegio auprès du futur cardinal Belisario Cristaldi, segreto de l’auditeur de Rote Francesco Cesarei Leoni, puis ajutante di studio de l’auditeur de Rote Francesco Serlupi, dont il publie les Decisiones. Promu, encore laïc, au collège des avocats consistoriaux (9 mars 1816), il en reste membre jusqu’en 1830.
  2. Entré tardivement en prélature à l’âge de 49 ans en qualité de prélat domestique (13 avril 1820) et de référendaire (20 avril 1820), Pie VII le nomme aussitôt auditeur du tribunal de la Signature de Justice (14 avril 1820), prélat de la Fabrique de Saint-Pierre (24 juillet 1821), puis troisième lieutenant du tribunal civil de l’auditeur de la Chambre apostolique (10 mars 1823). Léon XII le fait protonotaire apostolique non participant (7 mai 1824) ; il devient premier lieutenant du tribunal de la Chambre (Notizie de 1829). Pie VIII l’élève à la charge d’assesseur du Saint Office (15 mars 1830) et Grégoire XVI le fait chanoine de Saint-Pierre (24 juin 1831).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 71 ans du titre de S. Prisca (24 juillet 1835), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Propagande, du Buon Governo, des Eaux et Économique (avant le 1er août 1835), puis le nomme aussitôt président de la congrégation pour la Révision des comptes (avant le 20 juin 1835) et l’agrège ultérieurement aux congrégations du Saint Office (avant le 10 février 1836), de la fabrique de Saint-Pierre (avant le 9 mars 1836), du Concile (avant le 18 mars 1839) et de l’Examen des évêques en droit canon (Notizie de 1840). Il est substitué au terme de cinq années à la présidence de la congrégation pour la Révision des comptes (avant le 7 novembre 1840) et encore agrégé aux congrégations des Évêques et réguliers (Notizie de 1841) et pour la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 15 juin 1841). Décédé six ans plus tard, il est enseveli en présence de Pie IX dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Le futur cardinal Alberghini a publié une Dissertatio a legem « Ea quae 3 » Codicis de alluvionibus (Rome, 1819).

18Sources : HC VII, 28 et 44. DHGE I (1912), 1399 (J. Fraikin). WEBER (Kardinäle) II, 425-426 (fondamental). GRIMALDI XIX, ff. 69r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. FORCELLA X, 495. Diario di Roma des 2 et 5 octobre 1847, n° 79 et n° 80.

Lodovico ALTIERI

19Rome, 17 juillet 1805 - Albano, 11 août 1867.

20Cardinal in petto le 14 décembre 1840, publié le 21 avril 1845.

211 – Fils du prince Paluzzo Altieri (1760-1834), sénateur de Rome et prince assistant au trône pontifical (1819-1834), et de la princesse Marianne de Saxe (t 1845), petite-fille d’Auguste III, roi de Pologne, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine, issue des Paluzzi Albertoni adoptés par le pape Clément X Altieri (1670-1676). Les Altieri sont depuis 1672 princes d’Oriolo et de Viano et ducs de Monterano ; ils appartiennent encore au patriciats de Venise (1670) et de Gênes (1673). Lodovico Altieri est le petit-neveu de deux cardinaux, Vincenzo Maria Altieri (1724-1800), créé par Pie VI le 11 décembre 1780, démissionnaire le 12 mars 1798, et, par sa grand-mère paternelle Livia Borghese, Scipione Borghese (1734-1782), créé par Clément XIV le 10 septembre 1770 ; son grand-oncle Angelo Altieri (1734-1808), né le 26 septembre 1734, prélat référendaire de Clément XIII (5 juin 1766), est lors de son décès maestro di camera de Pie VII. Il est également l’arrière-petit-neveu des cardinaux Lorenzo Altieri (1671-1741), créé par Alexandre VIII le 13 novembre 1690, et Giambattista Altieri (1673-1740), créé par Benoît XIII le 11 septembre 1724. Son frère aîné, le prince Clemente Altieri, lieutenant-général des Gardes Nobles, épouse en 1817 Vittoria Buoncompagni Ludovisi, princesse de Piombino ; son second frère, Augusto, entre en 1814 dans la Compagnie de Jésus.

22Lodovico Altieri poursuit ses études au Collège Romain.

232 – Entré au service de la Curie à l’âge de 21 ans en qualité de camérier secret supranuméraire (avant le 8 avril 1826), il est envoyé en France par Léon XII comme ablégat auprès de l’archevêque de Reims, de Latil, promu cardinal le 13 mars 1826 ; il devient dès l’année suivante camérier secret participant en qualité de grand échanson (coppiere maggiore) de Léon XII (1828-1836). Il est envoyé en qualité d’ablégat pontifical auprès de Mgr Filippo Giudice Caracciolo, archevêque de Naples, élevé au Sacré Collège le 29 juillet 1833. Ordonné prêtre le 24 mars 1833, Grégoire XVI le nomme successivement vicaire de la collégiale S. Maria in Via Lata, qualificateur du Saint Office, puis secrétaire de la congrégation des études (11 juillet 1834). Nommé nonce apostolique à Vienne (11 juillet 1836), il est promu archevêque in partibus d’Ephèse le 17 juillet, consacré le même jour à Rome par le pape et fait évêque assistant au trône pontifical le 19 juillet ; il quitte Rome le 22 juillet 1836. Il demeure neuf années à la Cour d’Autriche, le pape retenant cinq années durant son élévation au cardinalat, acquise in petto dès décembre 1840.

243 – Cardinal-diacre du titre de S. Maria in Portico (24 novembre 1845), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de la Propagande, des Rites, Consistoriale et des Études ; il est aussitôt nommé secrétaire des Mémoriaux (24 novembre 1845) puis agrégé à la congrégation des Indulgences (Notizie de 1846). Pie IX le confirme à son avènement dans sa charge de secrétaire des Mémoriaux (21 juin 1846), puis le nomme président de Rome et de la Comarque (avant le 2 novembre 1847) et membre de la Commission de réforme des institutions de l’État pontifical (12 février 1848). Au lendemain de l’occupation française de Rome par l’armée d’intervention du général Oudinot, il est appelé le 1er juillet 1849 à faire partie, avec les cardinaux Della Genga Sermattei et Vannicelli Casoni, du triumvirat (Commissione governativa di Stato) qui opère la restauration du gouvernement pontifical et prépare le retour de Pie IX à Rome ; il rentre à Rome le 31 juillet. Pie IX le nomme successivement protecteur de l’Académie des nobles ecclésiastiques (avant le 10 juillet 1850), à nouveau secrétaire des Mémoriaux (avant le 17 janvier 1855), membre de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 11 janvier 1857), chancelier de l’Église (19 mars 1857), président de la Consulte d’État pour les Finances (avant le 20 décembre 1859), évêque du diocèse surburbicaire d’Albano (17 décembre 1860), préfet de la congrégation de l’Index (avant le 5 septembre 1861), enfin archiprêtre de la basilique Saint-Jean du Latran (avant le 8 mai 1863) ; il est également fait membre de la congrégation de la Visite apostolique (24 avril 1850). Mort de son dévouement à l’occasion de l’épidémie de choléra de 1867, il est enseveli dans le cimetière d’Albano ; des obsèques sont célébrées à S. Maria in Portico.

254 – Conclave de Pie IX.

265 – On conserve de Ludovico Altieri quelques discours académiques : I crescenti sforzi de’ nemici della cattolica unità a fine di destruggerla, specialmente in Germania, ne comprovano e ne confermano l’assoluta necessità. Ragionamento letto a l’Accademia di religione cattolica (Rome, 1846) ; Per l’esaltazione al Sommo Pontificato della Santità di Nostro Signore Papa Pio IX. Ragionamento (Rome, 1847) ; Ragionamento letto nella Pontificia Accademia Tiberina quando da lei si festeggia la sovrana concessione dell’onorifico titolo di pontificia (Rome, 1858). Ses collections ont été décrites par Raffaele GARUCCI, I Piombi antichi raccolti dall’eminentissimo principe il cardinale Lodovico Altieri ordinati e descritti (Rome, 1847).

27Sources : HC VII, 34, 37, 46 et 188. HC VIII, 43. DHGE II (1914), 813-814 (Pierre Richard). EncCatt I (1948), 934-935 (Mario De Camillis). DBI II (1961)559-560 (Vittorio Emmanuele Giuntella). WEBER (Kardinäle) II, 426-427. MORONI I (1840), 285-288, Altieri. PIETRAMELLARA I, 42-43. AMEYDEN I, 41-45. GASNAULT, 166. DE MARCHI, 46-47. CALLIER, 86-88. Orazione funebre letta nella cattedrale basilica di Albano il 10 settembre 1867 celebrandosi dal R.mo Clero di quella Chiesa le solenni esequie per la preziosa memoria dell’E.mo Ludovico Altieri, vescovo di Albano, Velletri, 1868, 18 p. (Bibl. Vat. Ferraioli IV 9126, int. 7). Ilario ALIBRANDI, De laudibus Eminentissimi ac Reverendissimi Ludovici de Alteriis, Rome, 1867, 15 p. Antonio BIANCHINI, Della preziosa morte di Ludovico Altieri, cardinale di S.R.C., Rome, 1867, 8 p. Domenico POMARDI, Parole dette nelle esequie celebrate dal clero e dal popolo di Ariccia a Lodovico Altieri, vescovo di Albano, il 19 settembre 1867, Rome, 1867, 16 p. Francesco FABI MONTANI, Elogio del cardinale Lodovico Altieri, Rome, 1867. Giovanni GIORDANO, Elogio del cardinale Lodovico dei principi Altieri, Rome, 1869, 12 p. Armando SCHIAVO, Quattro principesse sassoni romanizzate, dans Strenna dei romanisti, XXV, 1964, p. 459-465.

Luigi AMAT di SAN FILIPPO E SORSO

28Sinuai (Cagliari), 20 juin 1796 - Rome, 30 mars 1878.

29Cardinal le 19 mai 1837.

  1. Fils du marquis Giovanni Amat di San Filippo et d’Eusebia di Sorso, il appartient à une famille de la noblesse catalane transférée en Sardaigne durant la domination espagnole. Il poursuit ses études à Cagliari, au collège des Scolopes, puis à l’Université où il obtient une maîtrise de droit. Devenu chanoine de la cathédrale de Cagliari, il se rend ensuite à Rome, où il poursuit brièvement sa formation à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1818-1819).
  2. Entré en prélature à l’âge de 23 ans en qualité de prélat domestique (15 février 1819), référendaire (20 février 1819) et protonotaire apostolique grâce à la protection du cardinal Consalvi, il est aussitôt fait vice-légat de Bologne (20 février 1819) auprès du cardinal Spina. Nommé successivement délégat apostolique de Bénévent (10 mars 1823), puis de Spolète et Rieti (12 juillet 1824), il devient docteur en droit de la Sapience (4 décembre 1826) et est ordonné prêtre le 24 décembre 1826. Promu par Léon XII archevêque in partibus de Nicée le 9 avril 1827, il est consacré le 22 avril par le cardinal Spina et nommé nonce apostolique à Naples 24 avril 1827) ; il y demeure jusqu’à l’automne 1832. Transféré par Grégoire XVI à la nonciature de Madrid (13 novembre 1832), il doit attendre la mort de Ferdinand VII (1833) pour prendre en mai 1834 ses fonctions dans la capitale espagnole. La guerre civile entre carlistes et partisans de la reine Christine lui ôte tout rôle effectif, jusqu’à la rupture des relations diplomatiques entre l’Espagne et le Saint-Siège (31 juillet 1835), après laquelle il regagne Rome, via Paris.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 40 ans du titre de S. Maria in Via (2 octobre 1837), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de l’Immunité ecclésiastique et de la Consulte (avant le 7 octobre 1837) et le nomme aussitôt légat apostolique de Ravenne (19 novembre 1837), doté de facultés extraordinaires pour Bologne, Ferrare et Forli ; il y conduit, au contraire du cardinal Spinola, légat de Bologne, une politique modérée de développement économique et d’apaisement, compromise par les événements de Savignano (août 1843). Rappelé à Rome le 17 novembre 1843, il est nommé préfet de l’Économie de la Propagande et président de la Chambre degli Spogli (avant le 26 décembre 1843) ; il est fait membre des congrégations de la Propagande (avant le 28 novembre 1843) et de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 28 juin 1845). Pie IX, avec lequel il avait entretenu d’excellentes relations durant sa légation de Ravenne, le nomme légat de Bologne (21 décembre 1846) où il fait son entrée le 3 janvier 1847 ; la ville ayant été occupée, durant son absence, par les troupes autrichiennes (juillet 1848), il est nommé, après que les Bolonais aient chassé les Autrichiens (8 août 1848), commissaire extraordinaire pour les quatre Légations (16 août - 27 octobre 1848), puis à nouveau confirmé dans les fonctions de légat de Bologne (27 octobre 1848) tout en se mettant provisoirement en congé. Il rejoint en 1849 Pie IX dans son exil de Gaète. Vice-chancellier de l’Église et sommiste des Lettres apostoliques (27 septembre 1852), il reçoit en commende S. Lorenzo in Damaso et se confine désormais dans des activités pastorales, en qualité d’évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina (15 mars 1852), d’archiprêtre de la basilique Sainte-Marie-Majeure (20 septembre 1867), puis de vice-doyen du Sacré Collège et évêque de Porto et Santa Rufina (8 octobre 1870), et enfin de doyen du Sacré Collège et évêque d’Ostie et de Velletri (12 mars 1877) ; il devient également protecteur de l’ordre franciscain de l’Observance et de l’Observance réformée (avant le 26 janvier 1867). Décédé un an après son accession au décanat du Sacré Collège, il est enseveli, après des obsèques à la Chiesa Nuova, en l’église S. Lorenzo in Damaso.
  4. Conclaves de Pie IX et de Léon XIII.
  5. Une partie de sa correspondance diplomatique a été publiée, relativement à sa nonciature d’Espagne, par Vicente CÁRCEL ORTÍ, Correspondencia diplomatica del nuncio Amat (1833-1840), Pampelune, 1982, LXXIII-375 p. On conserve également du futur cardinal Amat plusieurs discours : In funere Victoris Emmanuelis Primi... oratio (Pesaro, 1825) ; Solenni funerali celebrati alla Santa Memoria di Leone XII P.O.M. nella Reale Chiesa di Santa Chiara... nel giorno X di marzo MDCCCXXIX (Naples, 1829) ; Solenni funebri di Pio papa Ottavo (Naples, 1831) ; ainsi que le catalogue de sa bibliothèque : Catalogo della biblioteca appartenuta alla chiara memoria di Sua Eminenza... il cardinale Luigi Amat di San Filippo e Sorso, Rome, 1878, 247 p.

30Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 886. HC VII, 29, 38, 43 et 282. HC VIII, 44. DHGE II, 980-981 (J. Fraikin). DBI II (1960), 666-668 (Giovanni Tantillo). DE MARCHI, 176 et 236. WEBER (Kardinäle), II, 427-428. PROCACCINI, 55. Emilia MORELLI, I Fondi archivistici del Museo Centrale del Risorgimento. XXVII - Le carte del Card. Luigi Amat, dans Rassegna storica del Risorgimento, L, 1963, p. 97-106 ; Giovanni MAIOLI, Pio IX. Da vescovo a pontefice. Lettere al card. L. Amat (agosto 1839-luglio 1848), Modène, 1949, 138 p. R. GALLI, I primi « casi di Romagna » alla luce di alcuni documenti inediti dall’Archivio Segreto Vaticano, dans Rassegna storica del Risorgimento, XXVIII, 1941, p. 155-206.

Tommaso AREZZO

31Orbetello, 16 décembre 1756 - Rome, 3 février 1833.

32Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Second fils du marquis Orazio Arezzo, noble sicilien, gentilhomme de la cour de Naples, brigadier général dans l’armée napolitaine et colonel du régiment Farnèse en résidence dans les Présides espagnoles de Toscane, et de Marianne Fitzgerald Browne, fille du duc de Leinster, grand écuyer du royaume d’Irlande, il est très tôt voué à l’état ecclésiastique. Envoyé à Rome à l’âge de onze ans, il poursuit son éducation, d’abord au Collège Nazareno des Scolopes (1767-1777), puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1777-1789). Il prend l’habit ecclésiastique en 1773, dès l’âge de dix-sept ans, et son père obtient pour lui, avec dispense d’âge et de résidence, le décanat de la cathédrale d’Agrigente ; il reçoit successivement les quatre ordres mineurs les 29 mai 1779 et 25 mars 1780 et complète sa formation juridique auprès de l’avocat Nicola Costanzi. Il devient également chevalier de Malte le 23 février 1781.
  2. Entré en prélature à l’âge de 25 ans en qualité de référendaire (31 mai 1781), Pie VI le nomme successivement consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1782), puis vice-légat de Bologne (14 février 1785), gouverneur de Fermo (bref du 30 mars 1790), gouverneur de Pérouse (bref du 25 janvier 1793), gouverneur de Macerata (bref du 18 août 1794) et gouverneur général des Marches (1797) ainsi que de Pérouse par interim (du 27 février au 31 mars 1797). Il doit abandonner Ancône le 5 février 1797 à l’approche des troupes françaises, puis s’enfuir de Macerata en janvier 1798. Â la suite de la première occupation française de Rome, il se retire en février 1798 en Sicile où il hérite par la mort de son père et de son frère aîné, Raimondo Maria Isidoro (t 1797), des biens et des titres de sa famille ; il s’en dessaisit cependant en faveur de son frère cadet Giuseppe. De retour à Rome, il est nommé nonce extraordinaire à la cour d’Étrurie (avant le 16 janvier 1802). Un mois plus tard, il est promu archevêque in partibus de Séleucie (29 mars 1802), consacré à Rome le 4 avril par le cardinal Giuseppe Maria Doria Pamphili et nommé le 27 avril nonce extraordinaire à Saint-Pétersbourg auprès de l’empereur Alexandre Ier. Arrêté à Vienne par des difficultés diplomatiques et ecclésiastiques survenues entre le Saint-Siège et la Russie, il reçoit ses passeports en janvier 1803 et arrive à Saint-Pétersbourg le 9 avril 1803. Expulsé de Russie un an plus tard, le 24 juin 1804, à la suite de l’arrestation du chevalier de Vernègue, émigré français naturalisé russe, par la police pontificale à la demande des autorités impériales, il quitte Saint-Pétersbourg le 2 juillet et s’établit à partir du 8 août à Dresde où il s’emploie à négocier un concordat avec le roi de Saxe. C’est de là qu’il est, au lendemain de la bataille d’Iena, convoqué à Berlin par Napoléon. Reçu en audience le 10 novembre 1806 par l’empereur, il est sommé de transmettre au pape des menaces d’annexion de ses États si le blocus continental n’est pas respecté. De retour à Rome le 21 décembre 1806, il expédie de sa propre main la réponse négative du pape et du cardinal secrétaire d’État Casoni. Il assiste un an plus tard à l’entrée dans la ville des troupes françaises du général Miollis le 2 février 1808. Nommé pro-gouverneur de Rome (22 avril 1808), il est arrêté par les autorités françaises le 6 décembre, enlevé de Rome et successivement emprisonné à Florence puis relégué à Novare. Retiré à Florence, il est à nouveau déporté en Corse en mars 1811, puis emprisonné pour refus persistant de serment dans la citadelle de Corte à partir du 14 juillet 1812. Il parvient néanmoins à s’enfuir de Corte le 29 novembre et à gagner, grâce à la complicité de pécheurs corses, via Bastia et les îles de la Madeleine, la Sardaigne où il accoste le 30 décembre 1812 ; il est accueilli à partir de juillet 1813 à Cagliari à la cour du roi de Sardaigne Victor-Emmanuel Ier. De retour à Rome en mai 1814, il est fait successivement membre des congrégations pour l’examen des évêques compromis durant l’occupation napoléonienne (28 mai 1814), et pour l’examen des désordres chargée d’examiner la conduite des prélats, prêtres et religieux ayant prêté serment à l’Empire (31 mai 1814), commissaire du Saint Office (du 7 juin 1814 au 2 août 1815) et examinateur des évêques en droit canon (16 septembre 1814). Il est chargé le 9 janvier 1815 de la mise en place d’une réforme des études à l’université de Pérouse et envoyé en septembre 1815 à Florence en qualité de négociateur extraordinaire auprès de la cour de Toscane.
  3. Cardinal-prêtre à 49 ans du titre de Saint-Pierre aux Liens (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Propagande, Consistoriale et des Indulgences, puis le nomme légat apostolique de la ville et de la province de Ferrare (6 septembre 1816) où il demeure près de quatorze ans. Il devient également le 29 mai 1820 évêque du diocèse suburbicaire de Sabine. Appelé successivement par le roi de Naples François Ier à sièger parmi le Conseil d’État extraordinaire pour la réforme du royaume (1821), puis à la charge de lieutenant général du royaume de Sicile (18 novembre 1823), il refuse par deux fois d’abandonner les États pontificaux pour le royaume des Deux-Siciles. Il est l’un des candidats papabili du parti politicante lors du conclave de 1823 et se range aux côtés du cardinal Albani lors du conclave de 1829. Pie VIII le confirme dans ses fonctions de légat de Ferrare (3 avril 1829), puis le rappelle à Rome où il est fait vice-chancelier de l’Église (8 mai 1830) ; il reçoit en commende l’église de S. Lorenzo in Damaso (5 juillet 1830). Dédédé moins de trois ans plus tard, il est enseveli en présence de Grégoire XVI en l’église S. Lorenzo in Damaso.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. Le cardinal Arezzo a laissé des Mémoires sur sa déportation en Corse et sa fuite en Sardaigne, rédigés en 1813 et publiés sous le titre Mia fuga da Corsica. Memorie inedite (Palerme, 1903) ; ils ont été traduits en français et publiés dans la Revue de Paris de juillet 1916. Les actes de sa nonciature de Russie, puis de Saxe ont été réunis et publiés par Marie-Joseph ROUËT DE JOURNEL, Nonciatures de Russie, d’après les documents authentiques. Nonciature d’Arezzo, 1802-1806. I-1802-1804. II-1804-1806, Rome, Imprimerie Vaticane, 19221927, 2 volumes en CLXVIII-751 et LIII-507 p. Le second volume contient en particulier en p. 425-496 une importante Relazione dello stato attuale delle Chiese cattoliche esistenti nello Impero Russo, e degli affari trattati in tempo della Legazione Apostolica.

33Sources : ASR/SG vol. 723, procès Arezzo. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 452. WEBER (Legati) 162, 248, 291, 335, 464. HC VII, 11, 39, 41, 44 et 341. MORONI III, 1840, 18-19. MICHAUD II, 184-185 (De Gregory). BERTON, 257-258. HOEFER II (1861), 110-111. BOGLINO, 80-85. DHGE III (1924)1667-1670 (Pierre Richard). EncCatt I (1948), 1867-1868 (Felice Wilches). DBI IV (1962), 108-112 (Mario Barsali). SPRETI I, 420. NAZARENO, 81. PROCACCINI, 54. MOSCARINI, 47-57. Diario di Roma des 6 février et 6 mars 1833, n° 11 et n° 19. A. MANGO DI CASALGERARDO, La luogotenenza generale in Sicilia offerta al cardinale Tommaso dei marchesi di Arezzo, Palerme, 1901. Furio LENZI, Un diplomatico orbetellano nel tempo napoleonico, Rome, 1905, 28 p. André LE GLAY, Une victime de Napoléon, Mgr Arezzo, Paris, 1908, 21 p. Pietro AREZZO, Quattro personaggi della famiglia Arezzo, Palerme, 1910, p. 113-174. Pietro PIRRI, La missione diplomatica di mons. Arezzo in Russia (1802-1804), dans La Civiltà cattolica, 1923/4, p. 510-523. Oreste Ferdinando TENCAJOLI, Una figura storica : il cardinal Tommaso Arezzo, dans Mediterranea, IX, 1935, p. 4-15 et 30-37.

Fabio Maria ASQUINI

34Fagagna (Udine), 4 août 1802 - Rome, 22 décembre 1878.

35Cardinal in petto le 22 janvier 1844, publié le 21 avril 1845.

  1. Originaire d’une famille de noblesse du Frioul agrégée depuis le xvie siècle au patriciat d’Udine et revêtue d’un titre comtal par la République de Venise en 1719, liée d’autre part par d’anciennes relations au futur Grégoire XVI Cappellari, il poursuit ses études à Rome, au collège Ghislieri, puis au Séminaire romain et à la Sapience ; il est ordonné prêtre le 26 février 1825 et devient docteur en théologie du Collège romain.
  2. Entré au service de la Curie en qualité de camérier secret supra-numéraire (1er mai 1827), il nommé le même jour auditeur de la nonciature de Naples. Pie VIII le confirme dans la dignité de camérier secret (avant le 13 mai 1829), puis le rappelle à Rome. Entré en prélature à l’âge de 28 ans en qualité de prélat domestique (1830), référendaire (8 juillet 1830) et protonotaire apostolique non participant (avant le 7 avril 1830), il est successivement nommé vice-légat (15 mars 1830), puis, au lendemain de l’insurrection des Légations, prolégat (juin 1831) de Ferrare, et enfin délégat apostolique d’Ancône (11 juillet 1836). Promu le 2 octobre 1837 archevêque in partibus de Tarse, il est consacré à Rome par le cardinal Odescalchi, fait le 22 décembre évêque assistant au trône pontifical et nommé le même jour nonce apostolique à Naples. Rappelé à Rome quinze mois plus tard, Grégoire XVI le nomme secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers (4 mars 1839), fonction qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il est fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (17 mars 1839), examinateur des évêques en droit canon (18 décembre 1839) et consulteur des congrégations du Saint Office (12 septembre 1840) et des Rites (avant le 22 juin 1841) ; puis il est élevé le 22 janvier 1844 à la dignité de patriarche latin de Constantinople.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 43 ans du titre de S. Stefano Rotondo (24 avril 1845), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, de la Fabrique de Saint-Pierre et de la Consulte, puis à la congrégation pour la reconstruction de Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 28 juin 1845). Pie IX le nomme successivement préfet de la congrégation des Indulgences (2 mai 1847), puis préfet de la congrégation de l’Immunité ecclésiastique (24 avril 1863) et enfin secrétaire des Brefs (12 juillet 1872) ; il est fait encore membre des congrégations des Eaux (avant le 24 novembre 1846), du Cérémonial (avant le 12 mai 1851), du Concile (avant le 29 mai 1861) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (22 juin 1866) ainsi que protecteur de l’Académie théologique de l’université de Rome (avant le 11 mai 1861). Transféré le 21 septembre 1877 sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina, il meurt l’année suivante. Il est, après des obsèques à S. Maria Nuova, enseveli à Fagagna.
  4. Pie IX et Léon XIII.

36Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 998. HC VII, 34, 42, 45, 161 et 360. DHGE IV, 1930, 1078 (A. De Meyer). WEBER (Kardinäle) II, 432-433 (essentiel). DE MARCHI 176. GRIMALDI XIX, ff. 70v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende.

Benedetto BARBERINI

37Rome, 22 octobre 1788 - Rome, 10 avril 1863.

38Cardinal in petto le 2 octobre 1826, publié le 15 décembre 1828.

391 – Septième et dernier enfant de Carlo Maria Barberini (t 1819), duc de Montelibretti, puis prince de Palestrina, et de la comtesse Giustina Borromeo (t 1815), il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine, issue des Colonna Sciarra et héritière - à la suite du mariage conclu en 1728, sous les auspices du cardinal Francesco Barberini, entre Cornelia Barberini (1716-1797), dernière héritière en ligne directe du pape Urbain VIII, et Giulio Cesare Colonna Sciarra (1702-1787), grands-parents du futur cardinal - du nom, des armes et des biens des Barberini. Son père Carlo Barberini doit cependant, pour conserver les biens des Barberini qui lui ont été légués (contre la règle usuelle de primogéniture) par sa mère Cornelia, conduire un long procès en Rote contre ses neveux Maffeo et Prospero Colonna Sciarra, fils de son frère aîné Urbano Colonna Sciarra (t 1796) ; une transaction est imposée par Napoléon et sanctionnée par la convention du 8 juillet 1811 qui partage les fiefs des Barberini entre les deux lignées.

40Le futur cardinal Benedetto Barberini compte ainsi dans sa famille, outre Maffeo Barberini, pape Urbain VIII (1622-1644), les cinq cardinaux Barberini : Antonio seniore (1569-1646), frère du pape, créé le 7 octobre 1624 ; Francesco seniore (1597-1679) et Antonio juniore (1607-1671), les deux cardinaux-neveux, créés respectivement le 2 octobre 1623 et le 7 février 1628 ; Carlo (1630-1704), créé par Innocent X le 23 juin 1653 ; et Francesco juniore (1662-1738), créé par Alexandre VIII le 13 novembre 1690. Il compte encore les quelque vingt-sept cardinaux (dixit Moroni) issus des diverses branches de la famille Colonna, parmi lesquels, en dernier lieu, son grand-oncle paternel Prospero Colonna (17071765), créé cardinal par Benoît XIV le 9 septembre 1743.

412 – Entré en prélature à l’âge de 32 ans en qualité de prélat domestique (17 janvier 1820) et de protonotaire apostolique non participant (avant le 12 février 1820), Pie VII le nomme ponent du Buon Governo (avant le 12 février 1820), puis secrétaire de la congrégation de la Discipline des réguliers (5 mars 1822), et en fait l’année suivante son maestro di camera (10 mars 1823), charge que lui conserve cinq années durant Léon XII.

423 – Cardinal-prêtre à l’âge de 38 ans du titre de S. Maria sopra Minerva (21 mai 1829), Pie VIII l’agrège aux congrégations de l’Immunité ecclésiastique, de la Propagande, du Buon Governo et des Eaux (avant le 30 mai 1829), puis à la congrégation de la Discipline des Réguliers (avant le 23 juin 1833). Grégoire XVI le transfère le 2 juillet 1832 au titre cardinalice de puis de S. Maria in Tras-tevere, puis le nomme préfet de la congrégation de l’Immunité ecclésiastique (21 novembre 1834), charge qu’il conserve jusqu’à sa mort, vingt-huit années durant. Il est fait également le 28 avril 1844 archiprêtre de la basilique de Saint-Jean du Latran. Pie IX le transfère le 16 juin 1856 sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina et le fait membre des congrégations Consistoriale et du Céméonial (avant le 7 février 1862) ainsi que protecteur de l’ordre capucin (18 mars 1861). Promu le même jour secrétaire des Brefs et grand chancelier des ordres équestres pontificaux (avant le 5 février 1862), il meurt à Rome l’année suivante et est enseveli, en présence de Pie IX, dans sa chapelle gentilice à S. Andrea della Valle.

434 – Conclaves de Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX.

44Sources : HC VII, 21 et 43. MORONI IV (1840), 116. DHGE VI (1932)642 (M.-Th. Disdier). WEBER (Kardinäle) II, 434 (fondamental). MORONI IV (1840), 106-117, « Barberini (famiglia) ». PIETRAMELLARA I, 62-63. SPRETI I, 504-505. Giornale di Roma du 11 avril 1863, n° 81. Giovanni Battista MARROCU, Pel dì 9 agosto 1856 quando l’eminentissimo card. Benedetto de’ principi Barberini anadava a solenne possesso del titolo di S. Lorenzo in Lucina, Rome, 1856, 33 p. Prospero COLONNA, I Colonna dalle origini all’inizio del secolo xix, Rome, 1927, 379 p. Pio PASCHINI, I Colonna, Rome, 1955, 76 p. Pio PECCHIAI, I Barberini, Rome, 1959.

Dionisio BARDAXI Y AZARA

45Puyarruego (diocèse de Barbastro), 9 octobre 1760 - Rome, 3 décembre 1826.

46Cardinal, 8 mars 1816.

  1. Originaire d’une famille noble de l’Aragon, il est apparenté du côté de sa mère au comte Joseph Nicolau d’Azara y Perera (1730-1804), ambassadeur d’Espagne à Rome durant le règne de Pie VI. Après des études à l’université de Huesca, il devient à dix-huit ans docteur en droit canon. Il est après son ordination nommé prieur de l’église S. Ana de Barcelone.
  2. Nommé à l’âge de trente ans auditeur de Rote pour l’Espagne (Aragon) sur présentation du roi Charles IV par motu proprio du 8 mars 1791, il est admis dans le Tribunal le 9 décembre et entre en fonctions le 5 juin 1792 ; Pie VI le fait également prélat domestique (Notizie de 1792). Il occupe ses fonctions en Rote jusqu’à son accession au Sacré Collège. Expulsé de Rome par la première invasion française de 1798, il est à nouveau emprisonné au Château Saint-Ange en 1809, exilé à Grenoble et à Vienne, puis emprisonné en raison des contacts qu’il continue à entretenir avec Pie VII à Savone, à la forteresse de Pierre-Châtel, dans le Bugey (mai 1812) ; conduit en direction de Saumur au printemps 1814, il est finalement libéré, malade, à Nevers. Il effectue un séjour d’un an en Espagne et regagne Rome en décembre 1815 où il retrouve brièvement ses fonctions au tribunal de la Rote.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 55 ans du titre des XII Apostoli (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, des Rites, de l’Immunité et Consistoriale, puis le transfère le 27 septembre 1822 au titre de Sainte-Agnès-hors-les-murs. Il meurt quatre ans plus tard et est enseveli, après des obsèques à S. Salvatore in Lauro, dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Léon XII.

47Sources : HC VII, 11, 39 et 40. MORONI IV (1840), 122. DHGE VI (1932), 764 (M.-Th. Disdier). DHEE, I (1972),193-194 (A. Orive). CERCHIARI II, 270. Diario di Roma du 13 décembre 1815, n° 99 (retour à Rome). Diario di Roma des 6 et 20 décembre 1826, n° 97 et n° 101.

Alphonse Hubert de Lattier de BAYANE

48Véry (diocèse de Valence), 1er octobre 1739 - Paris, 26 juillet 1818.

49Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 9 août 1802.

501 – Troisième fils de Louis de Lattier de Bayane, seigneur d’Orcinas, capitaine d’infanterie, et de Catherine de Sibeud de Saint-Ferréol, il appartient à une famille de la noblesse du Dauphiné. Tonsuré à l’âge de seize ans (1755), il poursuit ses études en Sorbonne où il est reçu docteur ; il est ordonné prêtre à Sens le 17 mars 1760. Chanoine de la cathédrale de Valence et grand vicaire de Coutances, il reçoit successivement à titre de bénéfices les abbayes de Saint-Guilhem-le-Désert (diocèse de Lodève) en 1770, de Broquebœuf et de Notre-Dame-du-Vœu (diocèse de Coutances) ainsi que de Saint-Pierre d’Hautvillers (Champagne). Venu à Rome en 1769 en qualité de conclaviste du cardinal de Luynes, archevêque de Sens, il est proposé pour remplir les fonctions d’auditeur de Rote pour la France grâce à la protection du duc d’Aiguillon (28 mai 1772).

512 – Nommé par Clément XIV auditeur du tribunal de la Rote par motu proprio du 13 novembre 1772, il est admis au tribunal le 16 novembre ; il est fait docteur in utroque jure par un bref du 12 janvier 1773. Il est promu successivement régent de la Pénitencerie apostolique. La Révolution le prive de tous ses bénéfices français. Après avoir refusé d’adhérer à la constitution civile du clergé, il est fait pro-doyen (9 février 1792), puis doyen (21 mars 1792) du tribunal de la Rote. Il se retire à Florence durant l’occupation française de Rome. Au lendemain de la première restauration, il prend en charge la réorganisation du tribunal de la Rote ; il abandonne la régence de la Pénitencerie apostolique au profit du vice-doyen Giovanni Resta (avant le 9 août 1800).

523 – Cardinal-diacre du titre de S. Angelo in Pescheria (20 septembre 1802), Pie VII l’agrège aux congrégations du Concile, des Rites, de l’Immunité et des Eaux (avant le 29 septembre 1802) ; il reçoit aussitôt du premier consul un traitement de cardinal (30.000 Francs par an). Il accompagne Pie VII durant le voyage qu’effectue ce dernier à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805), puis regagne Rome où il se montre partisan d’une ligne de conciliation avec l’empereur. Envoyé en qualité de légat à Paris à la demande de Napoléon en vue d’ultimes négociations, il quitte définitivement Rome le 29 septembre 1807. Il échoue à réconcilier le pape et l’empereur qui fait occuper les Marches, puis Rome. Rappelé à Rome et contraint de demander ses passeports (30 décembre 1807), il demeure néanmoins en France. Il est au nombre des onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril 1810 au second mariage de l’empereur. Il est également désigné par Napoléon pour faire partie du groupe des cinq cardinaux qui se rendent à Savone auprès de Pie VII pour obtenir du pape prisonnier l’approbation des décisions du concile national (3-20 septembre 1811) ; il intervient également en faveur du « concordat de Fontainebleau » (25 janvier 1813). Elevé à la dignité de sénateur d’Empire (5 avril 1813), il vote en avril 1814 la déchéance de Napoléon. Créé pair de France par Louis XVIII au lendemain de la première Restauration (4 juin 1814), il assiste à la messe célébrée au Champ de Mars durant les Cent-Jours (1er juin 1815). Louis XVIII ne lui en tient pas rigueur et le confirme parmi les membres de la Chambre des Pairs (juillet 1815) où il refuse de siéger en Haute-Cour durant le procès du maréchal Ney ; il est fait successivement grand officier de la Légion d’Honneur (1816) et élevé à la dignité de duc (1818). Décédé cette même année, il est, après des obsèques à Saint-Thomas d’Aquin, enseveli au cimetière du Père Lachaise.

535 – On conserve du futur cardinal de Bayane un Discorso sopra la mal’aria e le malattie che cagionano principalmente in varie spiaggie d’Italia (Rome, 1793). Il a également laissé des Souvenirs qui s’arrêtent aux négociations de 1807 (cf. infra) ainsi que des pièces de vers et des compositions théâtrales inédites.

54Sources : HC VII, 9 et 45. MICHAUD III, 330 (Alexis Artaud de Montor). MORONI XXXVII (1846), 167-168. HOEFER IV (1859), 856. DHGE VII (1934), 18-20 (E. Lousse). DBF V (1951), 989 (T. de Morembert). Diario di Roma du 12 août 1818, n° 64. CERCHIARI I, 296 et II, 261. F. DESROBERT, Le cardinal de Lattier de Bayane d’après ses souvenirs inédits, 1739-1818, dans Mémoires de l’Académie de Stanislas (Nancy), R° série, VIII, 1891, p. 179-275. Erwin RUCK, Die Sendung des Kard. de Bayane nach Paris, 1807-1808. Eine Episode aus der Politik Napoleons I. und Pius VII., Heidelberg, 1913, 98 p.

Silvestro BELLI

55Anagni, 29 décembre 1781 - Iesi, 9 septembre 1844.

56Cardinal in petto le 14 décembre 1840, publié le 12 juillet 1841.

  1. Natif d’une famille du patriciat d’Anagni, il vient poursuivre à Rome des études de droit.
  2. Entré au service de la Curie en qualité de camérier secret surnuméraire, il est nommé par Pie VIII garde-robe (avant le 4 avril 1829). Entré tardivement en prélature à l’âge de 48 ans en qualité de prélat domestique (2 juillet 1830) et de référendaire (15 juillet 1830), il est aussitôt nommé lieutenant civil du tribunal du Vicariat (2 juillet 1830) ainsi que prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 4 septembre 1830). Grégoire XVI le fait successivement délégat apostolique de Bénévent (avant le 25 juin 1831), d’Orvieto (avant le 5 octobre 1831) et de Fermo (avant le 27 juin 1832). Rappelé à Rome, il est nommé chanoine de Saint-Pierre du Vatican (29 juin 1834), substitut de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures (1er août 1834) et secrétaire du Sacré Collège et de la congrégation consistoriale (11 juillet 1836), puis promu assesseur du Saint Office (avant le 3 novembre 1838), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il devient également examinateur des évêques en droit canon (18 décembre 1839).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 59 ans du titre de S. Balbina (15 juillet 1841), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations Consistoriale, des Évêques et Réguliers, de la Propagande et du Buon Governo (avant le 20 juillet 1841). Promu l’année suivante, le 24 janvier 1842, évêque d’Iesi, il est consacré à Rome le 24 février par le cardinal Pedicini. Il meurt deux ans plus tard et est enseveli dans la cathédrale d’Iesi.

57Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 1006. HC VII, 32, 40 et 61. DHGE VII (1934), 905 (L. Jadin). GRIMALDI XIX, ff. 69v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Diario di Roma du 14 septembre 1841, n° 74.

Giovanni Antonio BENVENUTI

58Belvedere (Ancona), 16 mai 1765 - Osimo, 14 novembre 1838.

59Cardinal in petto le 2 octobre 1826, publié le 15 décembre 1828.

  1. Né de Giuseppe Benvenuti et de Maddalena Tosi, il appartient à une famille noble de la localité de Belvedere. Ordonné prêtre à Iesi le 20 septembre 1788, il poursuit ses études à la Sapience où il est reçu docteur in utroque jure (28 novembre 1793).
  2. Entré au service de la Curie à l’âge de 24 ans en qualité de secrétaire puis d’auditeur du nonce en Pologne Lorenzo Litta, il accompagne ce dernier en 1797 à Saint-Petersbourg où il demeure seul à partir d’avril 1799, jusqu’à l’arrivée du nonce Arezzo (avril 1803) ; il quitte la Russie le 20 janvier 1804 ; il a reçu dans l’intervalle l’abbaye de S. Ginesio di Rocca Contrada, dans le diocèse de Senigallia (avant le 18 mars 1801). Revenu à Rome où il occupe, auprès du cardinal secrétaire d’État Consalvi, les fonctions d’expert pour les affaires russes ainsi que d’agent de la République de Raguse, il est encore chargé d’une mission auprès des troupes anglo-russes stationnées à Naples (novembre-décembre 1805). Il entre alors en prélature à l’âge de 41 ans en qualité de prélat domestique (avant le 21 juin 1806) et de référendaire (26 juin 1806) ; Pie VII le fait ponent du Buon Governo (avant le 13 septembre 1806). Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la commission des biens ecclésiastiques (22 septembre 1814), prélat de la congrégation du Concile (8 décembre 1814) et ponent de la Consulte (12 décembre 1814). Promu par la Giunta di Stato qui gouverne Rome durant la fuite de Pie VII à Gênes délégat apostolique de Camerino (avant le 27 mai 1815), il est, avec le retour du cardinal Consalvi aux affaires, nommé à Civitavecchia (2 juillet 1815), puis promu cinq ans plus tard à Ancône (5 juin 1820) ; il est agrégé à la noblesse d’Ancône le 4 octobre 1821, fait chanoine de Sainte-Marie-Majeure et protonotaire apostolique. Durant le conclave de Léon XII, il est nommé délégat extraordinaire pour les quatre Légations (25 août-17 décembre 1823). Rappelé à Rome par Léon XII, il est fait secrétaire de la congrégation du Buon Governo (19 mars 1824), membre de la congrégation Économique (7 avril 1824) et de la congrégation du Cens (7 août 1824) et envoyé aussitôt à Frosinone en qualité de délégat extraordinaire pour les provinces de Marittima e Campagna (2 juillet 1824) doté de pleins pouvoirs pour mener la lutte contre l’expansion du brigandage, qu’il réussit, par des mesures particulièrement rigoureuses, à endiguer. Au lendemain de la tentative d’assassinat commise contre le cardinal Rivarola, il est nommé pro-légat apostolique de la province de Forli (27 août 1826) et dirige la repression contre les Carbonari.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 61 ans, Léon XII le nomme le jour même de son élévation évêque d’Osimo et Cingoli (15 décembre 1828) ; il est consacré à Rome le 25 janvier par le cardinal Pacca ; Pie VIII lui attribuera le titre cardinalice des SS. Quirico e Giulitta (21 mai 1829) et l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité ecclésiastique, de Lorette et du Buon Governo (avant le 30 mai 1829). Il fait figure de papabile durant les conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI. Durant l’insurrection de la Romagne et des Légations, il est nommé par Grégoire XVI le 12 février 1831 légat a latere. Dénoncé et aussitôt arrêté à Osimo le 18 février, il est retenu comme otage par le gouvernement provisoire à Ancône où il négocie le 25 mars une convention prévoyant la capitulation des insurgés et leur sauvegarde ; mais cette convention n’est pas reconnue par Rome. Désavoué officiellement par le cardinal secrétaire d’État Bernetti, le cardinal poursuit sa mission de pacification dans les Marches et en Ombrie jusqu’au 9 avril, puis se retire le 10 avril à Osimo où il meurt sept années plus tard sans avoir retrouvé aucun rôle politique.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI.
  5. L’ensemble des proclamations, arrêtés et règlements pris durant la lutte contre le brigandage est réuni dans un volume conservé à la Bibliothèque de l’Archivio di Stato de Rome : Collezione di leggi e regolamenti sulla polizia e brigantaggio emanati in Frosinone da Sua Eccellenza Reverendissima Monsignor Giovanni Antonio Benvenuti Delegato Straordinario di Marittima e Campagna dal giorno 4 luglio 1824 al 1826 (cf. Elio LODOLINI, art. cit. infra, p. 222 n. 74). Ses actes durant sa période d’activité en Russie ont été inclus par Marie-Joseph ROUËT DE JOURNEL dans la série des Nonciatures de Russie d’après les documents autentiques. Nonciature de Litta, 1797-1799, Cité du Vatican, 1943, LXVIII-453 p.

60Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 744. HC VII, 21, 44 et 98. MORONI V (1840), 127. DRN (1930), 238 (Domenico Spadoni). DHGE VIII (1935), 288 (E. Van Cauwenbergh). EncCatt II (1949), 1362 (Emma Santovito). DBI VIII (1966), 667-671 (Giuseppe Pignatelli) avec références à l’ensemble de la bibliographie. Diario di Roma du 20 novembre 1838, n° 93. Sante CELLI, Il Card. G.A. Benvenuti legato ’a latere’ nella Rivoluzione del 1831, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XIV, 1960, p. 48-93. Elio LODOLINI, Il Brigantaggio nel Lazio meridionale dopo la Restaurazione (1814-1825), dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, LXXXIII, 1960, p. 189-268. Raffaele COLAPIETRA, La Chiesa tra Lamennais e Metternich. Il Pontificato di Leone XII, Brescia, 1963, p. 199-220, 278-287 (sur le brigandage) et ad indicem.

Tommaso BERNETTI

61Fermo, 29 décembre 1779 - Fermo, 21 mars 1852.

62Cardinal le 2 octobre 1826.

  1. Fils du comte Salvatore Bernetti et de la marquise Giuditta Brancadoro, il appartient à l’une des premières familles du patriciat de la ville de Fermo. Son oncle maternel, Cesare Brancadoro (1755-1837), secrétaire de la Propagande de 1795 à 1801, puis archevêque de Fermo de 1803 à sa mort, est créé cardinal par Pie VII le 23 février 1801. Son frère aîné Alessandro Bernetti (1777-1846), vicaire général du diocèse de Fermo, sera nommé en 1831, grâce à sa protection, évêque de Recanati et Lorette. Tommaso Bernetti poursuit des études de droit à l’université de Fermo, puis se rend au lendemain de la première restauration à Rome où il reçoit la tonsure (21 février 1801) et acquiert une pratique juridique en qualité d’ajutante di studio de l’avocat Vincenzo Bartolucci, puis de segreto de l’auditeur de Rote pour l’Aragon Bardaxy. Au lendemain de l’occupation française de Rome, il accompagne son oncle le cardinal Brancadoro dans un exil forcé en France, à Paris, puis à Reims, puis enfin à Fontainebleau. Chargé de faire parvenir une importante note diplomatique de Pie VII à l’empereur François Ier d’Autriche, revendiquant les anciennes possessions du Saint Siège (24 juillet 1813), il parvient à transmettre la missive au nonce de Vienne Severoli, via Maastricht et son ami belge Paul Van der Vrecken. Il regagne Rome à la suite de son oncle dans l’été 1814.
  2. Entré en prélature à l’âge de 37 ans en qualité de prélat domestique (3 mai 1815) et nommé (contre l’avis de Consalvi) par la Giunta di Stato mise en place durant la fuite de Pie VII à Gênes, délégat apostolique extraordinaire pour les trois provinces de Macerata, Fermo et Ascoli et le duché de Camerino dans les Marches (3 mai 1815), il procède en juillet 1815 au rétablissement du pouvoir pontifical, puis est envoyé à Ferrare en qualité de pro-légat (6 juillet 1815) jusqu’à la nomination du cardinal-légat Arezzo (6 septembre 1816). De retour à Rome, il est fait assesseur de la Congrégation militaire (2 février 1817) et prélat référendaire (3 mars 1817). Promu gouverneur de Rome (4 juin 1820), Léon XII le nomme six ans plus tard légat apostolique afin de représenter le Saint Siège au couronnement du tsar Nicolas Ier. Il quitte Rome le 13 juin 1826, se concerte à Ferrare avec le cardinal Arezzo, dernier représentant du Saint Siège en Russie, s’entretient avec Metternich à Vienne, mais ne peut obtenir d’assister au couronnement à Moscou (3 septembre 1826) ; il est cependant reçu par le tsar à Moscou le 7 août et à Saint-Petersbourg le 22 octobre. Sur le chemin du retour, il reçoit à Paris (où il s’efforce en vain d’obtenir des compensations pour la cession d’Avignon et est reçu par Charles X) la nouvelle de son élévation au Sacré Collège, qu’il refuse tout d’abord ; il regagne Rome le 27 janvier 1827.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 46 ans du titre de S. Cesareo (25 juin 1827), Léon XII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité ecclésiastique, de la Consulte et des Eaux et le nomme aussitôt légat apostolique de Ravenne (17 juin 1827) ; mais il ne rejoint pas son poste et demeure en Curie. Il est promu l’année suivante à l’âge de 48 ans, en remplacement du vieux cardinal Della Somaglia, cardinal secrétaire d’État (17 juin 1828), charge qu’il conserve jusqu’à la mort de Léon XII (10 février 1829) ; il est fait membre des congrégations de Lorette (29 janvier 1828), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (17 juin 1828), du Saint Office (19 juin 1828), et encore, à une date non précisée (Notizie de 1829), des congrégations Consistoriale, du Concile, de l’Index, des Rites, de la Fabrique de Saint-Pierre, Économique et du Cens. Pie VIII le substitue à la Secrétairerie d’État par le cardinal Albani (31 mars 1829) et le nomme légat apostolique de Bologne (2 avril 1829) ; il est fait encore membre des congrégations du Cérémonial et du Buon Governo (Notizie de 1830). Il abandonne Bologne dans une situation politiquement très agitée aux soins du pro-légat Clarelli Paracciani (nommé le 4 décembre 1830) pour se rendre au conclave qui suit la mort de Pie VIII : la révolution de Romagne éclate à Bologne le 4 février 1831. A nouveau promu pro-secrétaire d’État (10 février 1831) au lendemain de l’élection de Grégoire XVI, il est confirmé en qualité de secrétaire d’État le 10 août 1831, et doit faire face pendant près de cinq années à la crise politique de l’État pontifical ; il est contraint de démissionner le 20 janvier 1836. Nommé plénipontentiaire du Saint Siège (15 mai 1838), il est chargé de conclure avec les représentants du royaume de Naples un accord frontalier signé le 30 septembre 1840. Il est tardivement ordonné prêtre (1839) par son frère Ales-sandro Bernetti, évêque de Recanati et Lorette, et devient membre de la congrégation pour la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (Notizie de 1841). Élevé à la charge de vice-chancelier de l’Église (24 décembre 1843) qu’il conserve jusqu’à sa mort, Grégoire XVI le transfère le 22 janvier 1844 sur le titre de S. Lorenzo in Damaso. Réfugié à Sant’Elpidio au lendemain de l’assassinat de Pellegrino Rossi, il rejoint ensuite Pie IX à Gaète, puis, malade, se retire définitivement à Fermo. Il est enseveli dans la cathédrale de Fermo.
  4. Conclaves de Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX.
  5. Quelques éléments de la correspondance du cardinal Bernetti ont donné lieu à publication : O. FABRETTI, Tre lettere del cardinal Bernetti al marchese Luigi Paolucci de Calboli, dans La Romagna, XIV, 1929. Giovanni NATALI, Il cardinal Carlo Oppizzoni legato a latere per le quattre Legazioni. Dalla corrispondenza inedita fra il card. Oppizzoni e il card. Bernetti segretario di Stato, Bologne, 1931, 46 p. Alfredo zAzO, Il card. Bernetti in alcune sue lettere inedite a Tiberio Pacca, 1834-1837, dans Samnium, XIX, 1946, p. 215-221. Johannes Petrus DE VALK, Lettere del Cardinale Tommaso Bernetti a Paul Van der Vrecken (1820-1851), dans Medelingen van het Nederlands Instituuts te Rome, XL, n.s. V, 1978, p. 169-201.

63Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 842. HC VII, 20, 42 et 45. L’Ami de la Religion, CLVII (1852), n° 5397, p. 121-126. HOEFER V (1855), 616617. DRN (1930) (Domenico Spadoni). DHGE VIII (1935), 828-830 (L. Jadin). EncCatt II (1949), 1443-1444 (Alberto Maria Ghisalberti). DBI IX (1967), 338-343 (Giuseppe Pignatelli), avec références à l’ensemble de la bibliographie. WEBER (Kardinäle) II, 438-439. DEL RE (Governatore), 124. PÁSZTOR (Segreteria) I, 130-132, 147-148, 151-156 et passim. PÁSZTOR (AEE), 206. Giornale di Roma du 23 mars 1852, n° 67. Brevi memorie del cardinale Tommaso Bernetti, Pesaro, 1852, 15 p. Elogio funebre del cardinale Tommaso Bernetti recitato il giorno anniversario della sua morte nella metropolitana di Fermo li 17 marzo 1853, Lorette, 1853, 44 p. Umberto BESEGHI, Progetti di restaurazione pontificia nelle Legazioni durante la rivoluzione del 1831. Corrispondenza fra i cardinali Bernetti e Oppizzoni, dans Atti e Memorie della Deputazione di storia patria per l’Emilia e Romagna, 1942-1943, p. 247-304. Adriano SORBELLI, L’ambasceria della Santa Sede in Russia nel 1826 e i problemi politico-religiosi relativi, dans Memorie dell’Accademia delle scienze dell’Istituto di Bologna, 1943-1944, p. 29-61. Pietro PIRRI, Il Memorandum del 1831 nei dispacci del Cardinal Bernetti al Nunzio di Vienna, dans Gregorio XVI. Miscellanea comme-morativa, Rome, 1948, II, p. 353-372. Emilia MORELLI, La politica estera di Tommaso Bernetti Segretario di Stato di Gregorio XVI, Rome, 1953, 270 p. Lajos PÁSZTOR, I cardinali Albani e Bernetti e l’intervento austriaco nel 1831, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, VIII, 1954, p. 95-128. Lajos PÁSZTOR, L’intervento austriaco nello Stato Pontificio e i cardinali Albani e Bernetti, dans Studi romagnoli, VIII, 1957, p. 529-595. Emilio BERNETTI, Una strada di Roma intitolata al cardinale Tommaso Bernetti, dans Strenna dei Romanisti, XXVI, 1965, p. 30-32. Patrizia UGOLINI, La Politica estera del Card. Tommaso Bernetti Segretario di Stato di Leone XII (1828-1829), dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, CXII, 1969, p. 213-320.

Francesco BERTAZZOLI

64Lugo (Imola), 1er mai 1754 - Rome, 7 avril 1830.

65Cardinal le 10 mars 1823.

661 – Né dans une famille noble de la petite cité romagnole de Lugo, il est ordonné prêtre en 1777 et devient docteur in utroque jure, puis docteur en théologie (20 octobre 1778) ; il est fait chanoine de la collégiale des SS. Petronio e Prospero et pro-vicaire forain de Lugo. C’est dans ces fonctions qu’il est connu et apprécié par le cardinal bénédictin Barnabo Chiaramonti, évêque d’Imola de 1785 à 1800, qui en fait son théologien ; il s’emploie en 1796 à apaiser l’insurrection de Lugo contre l’armée française et devient membre du conseil de régence de la ville en 1799 au lendemain de l’occupation autrichienne. Une anecdote veut qu’il ait avancé au cardinal Chiaramonti la somme nécessaire pour se rendre au conclave de Venise. Ce dernier, devenu pape sous le nom de Pie VII le 14 mars 1800, lui offre aussitôt le diocèse de Montalto, qu’il refuse, puis l’appelle à Rome au lendemain de la mort de l’aumônier de Pie VI Gregorio Bandi (10 avril 1802).

672 – Entré au service de la Curie en qualité d’aumônier apostolique (avant le 24 avril 1802), il est revêtu le même jour de la dignité de prélat domestique et fait chanoine de Sainte-Marie-Majeure (avant le 1er mai 1802), puis promu le 24 mai 1802 archevêque in partibus d’Edesse, fait le 26 mai évêque assistant au trône pontifical et consacré à Rome le 30 mai par le cardinal d’York, doyen du Sacré Collège ; il est nommé encore chanoine de Sainte-Marie-Majeure (avant le 6 juin 1804). Il accompagne le pape durant son premier voyage en France et assiste au couronnement de Napoléon à Notre-Dame (2 décembre 1804). Il est nommé consulteur du Saint Office (avant le 23 juillet 1806). Membre de l’Académie de religion catholique depuis le 13 mai 1802, il en est élu président (avant le 20 janvier 1808), charge qu’il conserve jusqu’à son accession au Sacré Collège. Contraint la même année de se retirer à Lugo à la suite de l’occupation française de Rome, il est appelé par Napoléon (qui mise, non sans raison, sur sa faiblesse de caractère et son influence auprès du pape) à Paris au printemps 1811, puis envoyé, après de longues conférences avec le cardinal Fesch, auprès de Pie VII prisonnier à Savone en compagnie du cardinal de Bayane afin de hâter la négociation sur le concile national de Paris ; son influence joue à plusieurs reprises dans le sens d’un compromis. Nommé fin 1811 par l’empereur évêque de Plaisance (la décision demeure sans effet), il accompagne le pape dans son déplacement contraint de Savone à Fontainebleau (9-19 juin 1812) et lui est adjoint à Fontainebleau pour seul compagnon de captivité ; il semble avoir par ses conseils favorisé la signature du concordat de Fontainebleau du 25 janvier 1813. Après la rétractation du concordat par Pie VII (24 mars 1813), il demeure auprès du pape captif, puis l’accompagne au cours du long périple qui le conduit de Fontainebleau à Savone (23 janvier-16 février 1814), puis de Savone à Rome (19 mars-24 mai 1814).

68Entré avec Pie VII à Rome, il reprend ses fonctions d’aumônier apostolique et participe activement à l’œuvre de restauration religieuse entreprise sous l’égide du cardinal Pacca à partir du printemps 1814 en qualité de membre de la congrégation pour l’examen des évêques (28 mai 1814), d’assesseur de la congrégation pour l’examen des désordres (31 mai 1814), de membre de la congrégation de la Réforme (4 juin 1814) et de secrétaire de la congrégation particulière (30 décembre 1814), puis cardinalice (22 juillet 1816) pour la réforme des Études. Objet de soupçons tenaces de la part du pape et de jugements sévères de la part des cardinaux Consalvi et Pacca, il n’est pas compris dans la grande promotion cardinalice du 8 mars 1816. Il contribue au printemps 1816 en tant que président à la renaissance de l’Académie de religion catholique ; il se voit également nommé consulteur de la congrégation de l’Index (23 juillet 1816).

693 – Cardinal-prêtre à l’âge de 68 ans du titre de S. Maria sopra Minerva (16 mai 1823), Pie VII l’agrège 19 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Index, de la Discipline des Réguliers et des Indulgences. Il se range parmi les zelanti durant le conclave de 1823. Léon XII le nomme examinateur des évêques en théologie (7 novembre 1823) et l’agrège aux congrégations du Saint Office (27 janvier 1824), de la Propagande (20 décembre 1824) pour la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (21 mars 1825) et des Affaires particulières de Chine (1er décembre 1825). Membre de la congrégation cardinalice pour la réforme des universités pontificales (23 novembre 1823), il est promu préfet de la nouvelle congrégation des Études par la constitution Quod divina sapientia (28 août 1824) ; il se lie étroitement au cours des années suivantes avec le cardinal Cappellari, futur Grégoire XVI. Il est encore fait protecteur de l’ordre du Carmel (18 juillet 1826) et des missions d’Irlande (3 avril 1827). Léon XII le transfère enfin sur le siège suburbicaire de Palestrina (15 décembre 1828). Décédé moins de deux ans plus tard, il fait du cardinal Cappellari son exécuteur testamentaire et son héritier ; il est enseveli à S. Maria sopra Minerva.

704 – Conclaves de Léon XII et de Pie VIII.

715 – Le futur cardinal Bertazzoli est l’auteur de diverses compositions littéraires et religieuses, dont des Lettere varie del canonico Francesco Bertazzoli e di F. Albergotti Capacelli (Parme, 1793) ; le poème Educazione (Lugo, 1796) ; une Anacreontica per la purificazione di Maria (Lugo, 1798) ; Il mattino della donna cristiana (Lugo, 1800) ; un traité intitulé La sublimità dei dogmi di Gesù Cristo insegnati lo dimostrano lo vero Messia, e vero Dio. Dissertazione (Rome, 1803) ; un Elogio di Monsignor Domenico Coppola (Rome, 1809) ; une Omelia sulla risurrezione di Gesù Cristo recitata nella cattedrale d’Imola nel 1810 (Imola, 1810) ; et un Regolamento degli studj da osservarsi in Roma, e in tutto lo Stato Ecclesiastico, in virtù della bolla di N.S. Leone Papa XII del 28 agosto 1824 (Rome, 1824).

72Sources : HC VII 15, 38, 43 et 184. ASV/SS Interno a. 1830, rub. 2, biographie manuscrite. Diario di Roma des 7 et 21 avril 1830, n° 28 et n° 32. MORONI V (1840), 178. DHGE VIII (1935), 924-925 (Marie-Thérèse Didier). Enc-Catt II (1949), 1465-1466 (Gabriella De Stefano). DBI IX (1967), 483-484 (Raffaele Colapietra). PIOLANTI 46-47 et 86. Domenico e Francesco MARTINENGO, Pio VII in, Savona. Memorie storiche, Savone, 1915, passim. Henri de MAYOL DE LUPÉ, La Captivité de Pie VII d’apprès des documents inédits, Paris, 1912, passim. François GASNAULT, La Congrégation des Etudes de 1824 à 1870, dans Archivum Historiae Pontificiae, XXII, 1984, p. 153-225, et La réglementation des universités pontificales au xixe siècle. 1-Réformes et restaurations : les avatars du grand projet zelante (1815-1834), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-âge-Temps modernes, 96, 1984/1, p. 177237, passim.

Ambrogio BIANCHI

73Crémone, 17 octobre 1771 - Rome, 3 mars 1856.

74Cardinal in petto le 6 avril 1835, publié le 8 juillet 1839.

  1. Entré dès l’âge de seize ans dans l’ordre camaldule au monastère de Fonte Avellana, il est successivement lecteur en philosophie et en théologie, enseigne au séminaire de Fabriano, puis séjourne au monastère romain de S. Gregorio al Celio. Abbé de Fonte Avellana de 1823 à 1828, il est nommé visiteur général de l’ordre camaldule (1828) et s’établit définitivement à Rome.
  2. Entré au service de la Curie à la fin du pontificat de Léon XII en qualité de consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (9 décembre 1828), c’est à l’avènement de son confrère Mauro Cappellari sur le trône pontifical qu’il doit sa rapide ascension en Curie. Confesseur de Grégoire XVI, il est nommé successivement consulteur du Saint Office (avant le 5 mars 1831), examinateur des évêques en théologie (avant le 30 juin 1832) et consulteur de la congrégation de la Discipline des Réguliers (avant le 23 janvier 1833). Vicaire général du cardinal camaldule Placido Zurla pour le gouvernement de l’ordre (1833), il est fait abbé général de l’ordre (1835) après le décès de ce dernier et confirmé trois ans plus tard dans ses fonctions (avant le 12 juin 1838).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 63 ans du titre (créé spécialement à la suite de la suppression du titre de S. Eusebio) des SS. Andrea e Gregorio in Monte Celio (11 juillet 1839), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégation des Évêques et Réguliers, du Concile, de l’Index et des Rites, puis à la congrégation du Saint Office (8 novembre 1839). Promu préfet de la congrégation de la Discipline des Réguliers (avant le 28 juillet 1840), charge qu’il occupe jusqu’à son décès, il est également fait membre des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1er mars 1841) et de la Visite apostolique (Notizie de 1845). Il est enseveli dans son église cardinalice en présence de Pie IX.
  4. Conclave de Pie IX.

75Sources : HC VII, 30 et 40. DHGE VIII (1935), 1372 (L. Jadin). WEBER (Kardinäle) II, 439-440 (essentiel). PÁSZTOR (AEE), 207 et 210. Giornale di Roma des 4 et 6 mars 1856, n° 53 et n° 55. FORCELLA II, 113. Alberto GIBELLI, Monografia dell’antico monastero di S. Croce di Fonte Avellana. I suoi priori ed abbati, Faenza, 1895, p. 308-311. Alberigo PAGNANI, Storia dei Benedettini camaldolesi, Sassoferrato, 1949, p. 294-296.

Luigi BOTTIGLIA SAVOULX

76Cavour (Turin), 16 février 1752 - Rome, 14 septembre 1836.

77Cardinal le 23 juin 1834.

781 – Fils du l’avocat Andrea Bottiglia, comte de Savoulx, et de Gaspara Gotti di Salerano, il appartient à une famille de la noblesse piémontaise. Au terme de ses études de droit, il poursuit pendant près de quinze ans sa formation juridique auprès des avocats et futurs cardinaux Riganti et Roverella. Ordonné prêtre le 26 décembre 1791, il devient docteur in utroque jure le 26 février 1794.

792 – Entré en prélature à l’âge de 42 ans en qualité de prélat domestique (21 février 1794), référendaire (13 mars 1794) et protonotaire apostolique non participant, Pie VI le nomme aussitôt gouverneur de Todi (nomination du 21 février et bref du 7 mars 1794), charge qu’il occupe jusqu’à l’invasion française des Etats pontificaux. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait ponent de Consulte (30 octobre 1800), prélat de la congrégation du Concile (avant le 27 juin 1801) et consulteur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1801). Au lendemain de la Restauration, il est nommé délégat apostolique de Bénévent (6 juillet 1815), puis promu clerc de la Chambre apostolique (9 mars 1816) et membre de la commission du cadastre (22 juillet 1816), puis fait président des Eaux et des Rives (10 mars 1823). Promu par Léon XII le 13 mars 1826 archevêque in partibus de Perga, il est consacré à Rome le 2 avril par le cardinal secrétaire d’État Della Somaglia. Il devient successivement doyen des clercs de la Chambre apostolique et président de la Monnaie (15 décembre 1828), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.

803 – Cardinal-prêtre à l’âge de 82 ans du titre de S. Silvestro in Capite (1er août 1834), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de l’Index, des Indulgences, du Buon Governo et des Eaux (avant le 6 août 1834), puis le nomme préfet du Tribunal de la Signature de Grâce (27 novembre 1834). Décédé moins de deux ans plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice.

815 – Le futur cardinal Bottiglia a publié une Vita della venerabile serva di Dio Maria Clotilde Adelaide Saveria di Francia regina di Sardegna (Rome1816).

82Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 600. WEBER (Legati) 414, 521. HC VII, 27, 44 et 302. MORONI VI (1840), 72. DHGE IX (1937), 1430-1431 (L. Jadin). Antonio MANNO, Il Patriziato subalpino. Notizie di fatto storiche, genealogiche, feudali ed araldiche, Florence, 1895-1896, 2 volumes, II, p. 395396. Diario di Roma des 17 et 21 septembre 1834, n° 75 et n° 76.

Lorenzo Prospero BOTTINI

83Lucques, 2 mars 1737 - Rome, 11 août 1818.

84Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 1er octobre 1817.

851 – Fils du marquis Filippo Bottini, ancien avocat consistorial en cour de Rome, et de Fulvia Spada, il appartient à une famille du patriciat de Lucques liée à la Curie romaine depuis le milieu du xviie siècle à la faveur de l’ascension de Prospero Bottini, archevêque de Myre et auditeur du pape Clément X Altieri. Il compte parmi les siens Giovanni Battista Bottini, avocat consistorial, avocat du Fisc et de la Chambre apostolique et promoteur de la Foi ; son oncle paternel Bernardino Bottini, chanoine altarista de Saint-Pierre du Vatican, est également établi à Rome et guide ses premiers pas en Curie. Élevé au Collegio lucchese de Bologne, Lorenzo Prospero Bottini poursuit ses études à l’université de la Sapience et acquiert une pratique juridique auprès des avocats Candiotti, De Simone et Carrara (ces deux derniers lieutenants civils de l’auditeur général de la Chambre apostolique). Promu dès 1756 avocat consistorial au titre de la République de Lucques, il occupe sa charge aux termes du motu proprio du 22 décembre 1764 de Clément XIII et est admis à exercer ses fonctions le 10 juillet 1770. Il se lie étroitement avec l’agent de la République de Lucques près du Saint Siège, F.M. Buonamici, auquel il succède dans la même fonction de mars 1784 à février 1798.

862 – Entré en prélature à l’âge de 34 ans en qualité de référendaire (7 mars 1771), il est successivement nommé ponent de la Consulte, prélat de la congrégation du Concile (Notizie de 1776) et consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1782). Il se réfugie à Lucques durant l’occupation française de Rome. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait clerc de la Chambre apostolique (30 octobre 1800), puis président de la Grascia (30 avril 1802) ; il est également nommé recteur de l’Université de Rome. Le cardinal doyen Giovanni Francesco Albani, archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure, le choisit pour vicaire de la basilique (avant le 6 novembre 1802). Il retrouve l’ensemble de ses fonctions au lendemain de la Restauration, tant à l’Université de Rome (1er juillet 1814) qu’à la Chambre apostolique (23 septembre 1814) et assume également à partir de la même date le décanat du collège des avocats consistoriaux (mai 1814) ainsi que la pro-présidence de l’Annone jusqu’au rétablissement de Fabrizio Locatelli Orsini dans ses fonctions (avant le 3 mars 1815). Promu secrétaire de la Consulte (9 mars 1816), il devient également doyen des clercs de la Chambre apostolique (30 août 1817) à la veille de son accession au Sacré Collège.

873 – Cardinal-diacre à 80 ans du titre de S. Adriano (15 novembre 1817), Pie VII l’agrège le 18 novembre aux congrégations du Concile, de la Consulte, du Buon Governo et des Eaux. Décédé l’année suivante, il est enseveli, après des obsèques à S. Maria in Vallicella, dans l’église nationale des Lucquois, S. Croce e S. Bonaventura.

885 – Le futur cardinal Bottini a publié deux thèses de jeunesse, la première en droit (en vue de son entrée en charge en qualité d’avocat consistorial), Dissertatio ad titulum codicis de repudiis, et judicio de moribus sublato (Rome, 1770), la seconde en théologie, Theologiae theses de Messiae regno (Rome1784).

89Sources : ASR/SG vol. 723, procès Bottini. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 342. HC VII 13 et 45. Pro-memoria financier, ASV/SS a. 1817, rub. 2/3. MORONI VI (1840), 72-73. DHGE IX (1937), 1431-1432 (L. Jadin). DBI XIII (1971), 471-472 (Mirena Bernardini Stanghellini). Diario di Roma du 12 et du 19 août 1818, n° 64 et n° 66.

Cesare BRANCADORO

90Fermo, 28 août 1755 - Fermo, 10 septembre 1837.

91Cardinal le 23 février 1801.

  1. Fils du comte Giuseppe Brancadoro et de Giulia Massi, il appartient à l’une des premières familles du patriciat de Fermo ; son neveu Tommaso Bernetti (1779-1852), élevé au Sacré Collège par Léon XII le 2 octobre 1826, sera secrétaire d’État de Léon XII, puis de Grégoire XVI (cf. supra). Docteur in utroque jure de l’université de Fermo, il est ordonné prêtre et devient coadjuteur de son oncle Orazio Brancadoro, archiprêtre de la cathédrale de Fermo. Il poursuit à Fermo des activités fécondes d’écrivain et d’orateur sacré et participe à la polémique antijanséniste ; il est élu secrétaire de l’Académie des Erranti. Nommé camérier d’honneur de Pie VI, il accompagne ce dernier durant son voyage à Subiaco (mai 1789).
  2. Promu par Pie VI le 20 octobre 1789 archevêque in partibus de Nisibe, il est fait évêque assistant au trône pontifical le 5 novembre et consacré à Fermo par l’archevêque Andrea Minucci le 25 juillet 1790. Envoyé en qualité de vice-supérieur des missions de Hollande (13 août 1790), il s’établit à Liège en 1791 et négocie avec les autorités autrichiennes le rétablissement de la nonciature de Bruxelles. Promu nonce apostolique de Flandre (28 août 1792) et accrédité auprès de l’Autriche à la suite de longues tractations avec Metternich (novembre 1792), il doit immédiatement se retirer en Hollande après la bataille de Je-mappes (6 novembre 1792) et l’entrée des troupes françaises à Bruxelles ; il assiste au sacre de Joseph II à Francfort et retourne à Bruxelles au lendemain de la victoire autrichienne de Neerwinden (18 mars 1793). Contraint d’abandonner les anciens Pays-Bas autrichiens à la suite de la victoire française de Fleurus (26 juin 1794), il se réfugie d’abord en Hollande où il est le premier représentant du Saint Siège admis depuis la Réforme, puis, après l’invasion française, à Munster en février 1795. Rappelé à Rome où il est nommé par Pie VI secrétaire de la congrégation de la Propagande (1er juin 1795) ainsi que vicaire de Saint-Pierre du Vatican, il délègue ses pouvoirs à l’abbé Ciamberlani, vice-supérieur des missions de Hollande, et quitte l’Allemagne en juin 1795 ; de retour à Rome, il est également fait consulteur de la congrégation du Saint Office (30 octobre 1795). Arrêté par les autorités françaises d’occupation le 17 mai 1798, il est libéré deux jours plus tard et expulsé de Rome ; il se réfugie à Padoue où il s’efforce de poursuivre ses activités de secrétaire de la congrégation de la Propagande. Il prononce à Venise l’éloge funèbre de Pie VI devant le Sacré Collège (30 octobre 1799) et l’oraison latine de eligendo pontefice lors de l’entrée des cardinaux en conclave (1er décembre 1799). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme le 11 août 1800 évêque d’Orvieto tout en le confirmant le même jour dans ses fonctions de secrétaire de la Propagande, qu’il conserve jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Girolamo de’ Schiavoni (20 juillet 1801), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations Consistoriale, des Évêques et Réguliers, de la Propagande et de la Correction des livres de l’Église orientale, puis le nomme archevêque de Fermo le 11 juillet 1803. Exilé en France au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Reims où il demeure en compagnie du cardinal Consalvi jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Orange ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril. Au lendemain de la Restauration, Pie VII le nomme membre des congrégations du Saint Office (été 1814), de la Visite apostolique (15 juin 1814), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814), puis du Concile et de Lorette (16 septembre 1814) ; il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815), puis transféré successivement sur le titre cardinalice de S. Agostino (29 mai 1820). Hostile au cardinal Consalvi, il se range dans le parti zelante durant le conclave de 1823. Devenu aveugle à partir de 1828, il ne participe pas aux conclaves de Pie VIII et Grégoire XVI et s’éteint neuf ans plus tard ; il est enseveli dans la cathédrale de Fermo.
  4. Conclave de Léon XII.
  5. Le futur cardinal Brancadoro a laissé une œuvre écrite considérable, littéraire et oratoire, dont on retiendra en particulier : Orazione in lode di monsignor Andrea de’ conti Minucci, arcivescovo e principe di Fermo, detta nel-l’Accademia degli Erranti già Raffrontati (Fermo, 1779) ; Orazione in morte del-l’illustrissimo mons. Antonio Ripanti, vescovo d’Orvieto (Fermo, 1780) ; Elogio funebre dell’eminentissimo cardinale Gaetano Fantuzzi (Fermo, 1781) ; Dissertazione sulla necessità di dare alla gioventù una buona educazione (Fermo, 1782) ; Elogio storico per onorare la memoria del Card. Antonio Casali (Macerata, 1787) ; Meditazione sull’urna funerale di Carlo III di Borbone, re della Spagna (Rome, 1789) ; Pio VI in Subiaco (Rome, 1789) ; Parentalibus Pii Sextii oratio (Venise, 1799), traduit en français par Pierre d’Hesmivy d’Auribeau : Oraison funèbre de Notre Très-Saint Père le pape Pie Six, prononcée en latin dans l’église patriarcale de Venise le 30 octobre 1799 (Venise, 1799) ; Discorso in occasione che diede le croci alle Oblate salesiane della terra di Sant’Elpidio nella chiesa dei PP. Agostiniani (Fermo, 1805) ; Lettera al sign. abate Francesco Cancellieri su la dissertazione del P. Giacomo Pouyard carmelitano sopra l’anteriorità del bacio de’ piedi de’ sommi pontefici all’introduzione della croce sulle loro scarpe o sandali e sopra le diverse forme, colori ed ornati di questa parte del vestiario pontificio negli antichi monumenti sacri (Rome, 1807).

92Cesare Brancadoro a également fait œuvre de traducteur et d’apologète en donnant en italien le Libro unico di L. Celio Lattanzio sopra le morti de’perse-cutori della Chiesa (Fermo, 1783) ; L’autorità delle due podestà (Foligno, 17881789, 6 vol.) et les Veri principi della costituzione della Chiesa cattolica, opposti alle speculazioni moderne distruttive della gerarchia e della giurisprudenza cattolica (Rome, 1788) du théologien français Jean Pey ; et les Meditazioni sopra i sepolcri (Ancône, 1806) de Harvey. Il a enfin réuni les principaux écrits de Pie VI : Pii Sextii allocutiones, homiliae, pleraeque epistolae tum vulgatae, tum hactenus non vulgatae, in unum corpus collectae, atque editae (Amsterdam1792).

93Sources : HC VI, 311. HC VII, 7, 40, 41, 195 et 383. MORONI VI (1840), 92-93. DHGE X (1937), 390-391 (L. Jadin). DBI XIII (1971), 801-804 (Giuseppe Pignatelli). METZLER 622. Diario di Roma des 19 septembre et 7 octobre 1837n° 75 et n° 80. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 217 et passim. Documents relatifs à la juridiction des nonces et internonces des Pays-Bas pendant le régime autrichien (1706-1794), Bruxelles-Rome, 1950, p. XLIX-LI et 390-407. Petrus Josephus vAn KESSEL, De opvolgen van Zondadari : Cesare Brancadoro protégé par Pius VI, dans Medelingen van het Nederlands Institut te RomeXXXIII, 1966.

Romualdo BRASCHI ONESTI

94Cesène, 19 juillet 1753 - Rome, 30 avril 1817.

95Cardinal le 18 décembre 1786.

961 – Fils du comte Girolamo Onesti et de Giulia Braschi, sœur de Gianange-lo Braschi, pape Pie VI, il appartient à une famille du patriciat de Césène, agrégée au patriciat romain par senatus-consulte du 19 janvier 1781. Son frère aîné Luigi Braschi Onesti (1745-1816), appelé également à Rome par Pie VI et fait duc de Nemi, épouse le 31 mai 1780 Costanza Falconieri et construit à partir de 1791 le fastueux palais Braschi ; considérablement appauvri par la République romaine de 1798-1799, il est nommé par Pie VII commandant des Gardes nobles ; il accepte néanmoins des autorités napoléoniennes les fonctions de maire de Rome (13 avril 1810) et reçoit Murat au Capitole en janvier 1814 ; écarté de la Cour pontificale par le délégat Rivarola en mai 1814, puis pardonné par Pie VII, il s’éteint à Rome le 9 février 1816.

97Après avoir poursuivi ses études à Ravenne, Romualdo Braschi Onesti est appelé à Rome en mai 1778 par son oncle Pie VI et entre à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1778). Il est aussitôt envoyé à Versailles, en qualité d’ablégat pontifical, auprès des cardinaux Dominique de La Rochefoucauld, archevêque de Rouen, et Louis de Rohan-Guéménée, coadjuteur de l’évêque de Strasbourg, tous deux élevés au Sacré Collège le 1er juin 1778 ; Louis XV lui confère l’abbaye de Chaage, dans le diocèse de Meaux, d’un revenu de 5000 écus annuels.

982 – Entré en prélature à l’âge de 26 ans en qualité de référendaire (5 septembre 1779) et de protonotaire apostolique, il est nommé dès l’année suivante majordome et préfet du Palais apostolique (1780) et fait grand prieur de l’ordre de Malte à Rome (1784).

993 – Cardinal-diacre (il reçoit en fait dispense du diaconat le 14 décembre 1787, dispense qui lui sera régulièrement renouvelée par Pie VI et Pie VII) à l’âge de 33 ans du titre de S. Nicola in Carcere (29 janvier 1787), Pie VI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Propagande, Consistoriale, de l’Immunité, de la Fabrique de Saint-Pierre et d’Avignon et Lorette ; il est aussitôt nommé secrétaire des Brefs (5 janvier 1787) et fait protecteur de la Terre Sainte (22 septembre 1795). Envoyé à Naples par Pie VI à la fin de l’année 1797 afin d’obtenir la protection du royaume des Deux Siciles sur les États pontificaux, il demeure au couvent S. Chiara durant les premiers mois de la République Romaine, puis gagne Venise où il participe au conclave ; il y remplit les fonctions de cardinal camerlingue (avant le 19 octobre 1799). Placé à la tête du parti Braschi aux côtés du cardinal doyen Gianfrancesco Albani, il soutient la candidature des cardinaux Bellisomi, puis Gerdil, avant de se rallier à la candidature de compromis du cardinal Chiaramonti, son compatriote. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le transfère sur le titre diaconal de S. Maria ad martyres (2 avril 1800), l’agrège à la congrégation particulière pour la réforme des Palais apostoliques (9 juillet 1800), le fait protecteur de l’ordre des Carmes (avant le 30 août 1800), puis le nomme camerlingue de l’Église (30 octobre 1800) ; il est confirmé dans cette charge ad ejus vitam dans le consistoire du 22 décembre 1800, mais s’en démet le 10 novembre 1801 après s’être opposé violemment au cardinal Consalvi lors de la libéralisation du commerce intérieur aux États pontificaux afin de conserver les prérogatives de la Chambre apostolique ; il conserve toutefois le secrétariat des Brefs. Nommé encore membre des congrégations Économique (avant le 27 décembre 1800), du Cérémonial (avant le 28 mars 1801) et des Indes orientales et de la Chine (avant le 12 janvier 1803), il est promu préfet de l’Économie de la Propagande (30 décembre 1801) ainsi que de la Fabrique de Saint-Pierre (14 juillet 1807). Il accompagne le pape Pie VII durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805). À la mort du cardinal d’York, Pie VII le nomme préfet de la Fabrique de Saint-Pierre du Vatican (14 juillet 1807) et archiprêtre de la basilique (18 juillet 1807). À la suite de l’occupation napoléonienne de Rome, il est au nombre des quatorze cardinaux expulsés par les autorités françaises en qualité d’étrangers (23 mars 1808). Autorisé à demeurer en Italie pour raisons de santé, il se retire à Césène pendant toute la durée de l’Empire. Il retrouve l’ensemble de ses fonctions au lendemain de la Restauration. Décédé trois ans plus tard, il est enseveli à S. Maria in Vallicella. Il lègue 10.000 écus pour la construction du monument funéraire de Pie VI, confiée à Canova.

1004 – Conclave de Pie VI.

101Sources : Son serment de référendaire n’est pas conservé in ASR/SG vol. 730. HC VI, 35. MORONI VI (1840), 96-100. EncCatt III (1949), 28-30. DBI XIV (1972), 61-64 (D. Panzieri). PIETRAMELLARA I, 84-85. AMAY-DEN I, 221. Marco FANTUZZI, De gente Honestia, Césène, 1786, XXXII-181 p. Giuseppe CECCARELLI, I Braschi, Rome, 1949, 49 p. PRO-CACCINI 54. ACCADEMIA 145. METZLER 620. BASSO 71. Diario di Roma du 7 mai 1817, n° 37. Ferdinand BOYER, Les biens et les collections du duc Braschi gages d’un emprunt à Napoléon (1811), dans Strenna dei romanisti, XXVII, 1968, p. 64-68.

Giacomo Luigi BRIGNOLE

102Gênes, 8 mai 1797 - Rome, 23 juin 1853.

103Cardinal le 20 janvier 1834.

1041 – Seul fils et principal héritier du marquis Francesco Maria Brignole, décédé le 16 novembre 1809, et de Giovanetta Grillo Cattaneo, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie génoise : son grand-père paternel Giacomo Brignole (1724-1801) est le dernier doge de la République de Gênes avant l’annexion française (1779-1781 et 1795-1797) ; son oncle paternel, Giovanni Carlo Brignole (1761-1849), est ministre des finances du royaume de Sardaigne ; le frère de ce dernier, Emmanuele Brignole, est prélat référendaire (19 avril 1804) de Pie VII. Son frère puîné, Carlo Brignole, décède à Plaisance, célibataire, le 10 février 1820.

105Giacomo Luigi Brignole est ordonné prêtre avant d’entrer en prélature ; il devient docteur in utroque jure de la Sapience (20 janvier 1825).

1062 – Entré à Rome en prélature près de 28 ans en qualité de référendaire (10 mars 1825), il est successivement nommé par Léon XII ponent du Buon Governo (21 avril 1825), protonotaire apostolique non participant (24 février 1826), puis vice-légat de Forli (1er octobre 1826). Rappelé à Rome l’année suivante, il est fait prélat de la congrégation du Concile (15 mars 1827) et à nouveau ponent du Buon Governo (15 mars 1827) ainsi qu’assesseur du tribunal du gouverneur de Rome (15 décembre 1828) et vicaire de Saint-Jean du Latran (avant le 23 décembre 1828). Il est nommé pro-légat de Ferrare (11 février 1829) pour la durée du conclave qui suit la mort de Léon XII. Promu par Pie VIII nonce à la cour de Toscane (2 février 1830), il est nommé archevêque in partibus de Nazianze le 15 mars et évêque assistant au trône pontifical le 23 mars, puis consacré à Rome le 28 mars par le cardinal Fransoni. Il présente ses lettres de créances au grand-duc Léopold II le 22 mai 1830. Rappelé à Rome, il est fait par Grégoire XVI procommissaire des quatre Légations (1er juin 1832), puis trésorier général de la Chambre apostolique (avant le 20 février 1833), charge qu’il occupe jusqu’à son accession, dès l’année suivante, au Sacré Collège.

1073 – Cardinal-prêtre à l’âge de 36 ans du titre de Saint-Jean Porte-Latine (23 juin 1834) Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de l’Index, des Rites, des Indulgences et de l’Examen des évêques en droit canon, puis le transfère sur le titre cardinalice de Sainte-Cécile (13 septembre 1838) et le nomme président de la Commission de subsides (2 décembre 1840) puis président de la Commission de révision des comptes et des affaires d’administration publique tout en demeurant pro-président de la Commission des subsides ; il est également fait membre des congrégations de la Propagande (Notizie de 1836), de la Visite apostolique (avant le 18 mars 1839), des Évêques et Réguliers (Notizie de 1841), du Concile (Notizie de 1841), des Études (Notizie de 1841), pour la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 15 juin 1841), Économique (Notizie de 1844) et du Cens (Notizie de 1846). Pie IX le fait évêque du diocèse suburbicaire de Sabine (11 juin 1847) et président de la nouvelle congrégation pour l’examen des dépenses des administrations publiques (28 février 1848). Il accompagne Pie IX dans son exil de Gaète ; il est fait préfet de la congrégation de l’Index (7 avril 1849) et préside à la condamnation des œuvres de Rosmini, Gioberti et Ventura (décret du 30 mai 1849). Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, il regagne Rome le 28 août 1849 ; il est fait examinateur des évêques en théologie et en droit canon (18 mars 1852). Nommé président de la Consulte d’État pour les Finances (avant le 23 octobre 1852), il meurt l’année suivante, d’une apoplexie, à l’âge de 56 ans ; il est enseveli, après des obsèques à S. Lorenzo in Damaso en présence de Pie IX, à S. Cecilia.

1084 – Conclave de Pie IX.

109Sources : ASR/SG vol. 726, procès Brignole. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 960. HC VII, 27, 39, 40, 41 et 278. HC VIII, 45. DHGE X (1938), 732 (L. Jadin). WEBER (Kardinäle) II, 443-444 et 805 (fondamental). FORCELLA II, 46. Giornale di Roma des 28 juin et 7 juillet 1853, n° 144 et n° 151. Giovanni Battista MARROCU, Elogio funebre detto... il dï 23 luglio 1853 quando nella chiesa di s. Norberto all’Esquilino si facevano solenni esequie all’eminentissimo sig. cardinale Giacomo Luigi Brignole, Rome, 1853, 24 p. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, p. 370, n. 41 (préfet de l’Index) et passim.

Giovanni Battista BUSSI

110Viterbe, 29 janvier 1755 - Bénévent, 31 janvier 1844.

111Cardinal le 3 mai 1824.

  1. Né de Domenico Bussi, comte de Poggio Aquilone, et de la comtesse Olimpia Melchiorri, il appartient à une famille du patriciat de Viterbe qui a donné à l’Église deux cardinaux, Giambattista Bussi (1656-1726), créé par Clément XI le 26 septembre 1712, et Pierfrancesco Bussi (1684-1765), créé par Clément XIII le 24 septembre 1759. Il poursuit ses études à Rome et devient docteur in utroque jure de la Sapience le 8 mars 1780. Il complète sa formation juridique auprès du votant de la Signature de Justice Giovanni Battista Quarantotti et des avocats Nicola Riganti et Francesco Mazzei ; il reçoit la tonsure le 13 janvier 1781.
  2. Entré aussitôt en prélature à l’âge de 26 ans en qualité de référendaire (8 mars 1781), il est ordonné prêtre dès l’année suivante, le 21 septembre 1782 ; il devient successivement prélat domestique, ponent de la congrégation du Buon Governo, puis secrétaire de la congrégation des Indulgences (1er juin 1795). Pie VII le nomme au lendemain de la première restauration gouverneur de Viterbe (avant le 12 juillet 1800), charge qu’il semble avoir occupé depuis l’automne 1799, puis le fait, dès l’année suivante, auditeur pour Rome du tribunal de la Rote par motu-proprio du 9 février 1801 ; entré en fonctions le 22 décembre, il prête serment le 8 janvier 1802. Nommé régent de la Pénitencerie (29 juin 1809), il est arrêté par les autorités françaises le 15 juillet, emprisonné au Château Saint-Ange, relâché, puis à nouveau emprisonné le 28 août et déporté à Paris où il demeure jusqu’au printemps 1814. Au lendemain de la Restauration, il est nommé président de la Commission des Hôpitaux de la ville de Rome par le délégat extraordinaire Agostino Rivarola (15 mai 1814) et retrouve ses fonctions d’auditeur de Rote et de régent de la Pénitencerie ; il est confirmé dans cette dernière fonction par le cardinal Di Pietro, Grand Pénitencier, le 1er mai 1815. Il conserve ces deux charges jusqu’à sa nomination au poste d’auditeur général de la Chambre apostolique (10 mars 1823) ; il devient également consulteur de la congrégation des Rites (1815).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 69 ans du titre de S. Pancrazio (24 mai 1824), Léon XII, dont il est la première créature, l’agrège le 17 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, de la Fabrique de Saint-Pierre et du Buon Governo. Nommé dès le 3 mai archevêque de Bénévent, il est consacré à Rome le 23 mai par le cardinal Pacca, lui-même originaire de Bénévent. Il meurt à Bénévent au terme d’un épiscopat de vingt années et est enseveli dans sa cathédrale.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI.

112Sources : ASR/SG vol. 723, procès Bussi. WEBER (Legati) 434, 530-531. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 446. HC VII, 18, 44 et 109. MORONI VI (1840), 172-173. CERCHIARI II, 279-280. TAMBURINI, 188-189, n. 24. Diario di Roma du 6 février 1844, n° 11.

Giovanni CACCIAPIATTI

113Novare, 8 mars 1751 - Novare, 15 septembre 1833.

114Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Fils du marquis Carlo Emanuele, gentilhomme de la Chambre du roi de Sardaigne, et de Giuseppa Cacciapiatti, il appartient à une famille du patriciat de Novare ; son frère Luigi sera premier écuyer de la reine de Sardaigne et trésorier de l’ordre de S. Annunziata.
  2. Entré en prélature à l’âge de 24 ans en qualité d’abréviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique, puis de référendaire (22 juin 1775), il est nommé vice-légat de Ravenne (bref du 17 mars 1776) puis ponent de la Consulte, charge qu’il occupe durant dix-huit années. Promu au lendemain de la première restauration délégat apostolique d’Urbino (Notizie de 1801) puis auditeur général de la Chambre apostolique (avant le 18 janvier 1804), il conserve ces dernières fonctions jusqu’à l’occupation française de Rome. Au lendemain de la Restauration, il est de retour à Rome dès le 26 juillet 1814. Substitué dans ses fonctions d’auditeur par Carlo Andrea Pelagallo le 24 octobre 1814, il est toutefois compris dans la première grande promotion cardinalice de la Restauration.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 65 ans du titre des Saints Côme et Damien (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de la Consulte, des Rites, du Cérémonial et des Eaux ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour deux années consécutives (10 mars 1823). Léon XII le nomme membre de la première congrégation d’État formée au lendemain de son élection (12 mars 1825) ainsi que membre de la congrégation Économique (26 février 1825). Promu préfet du tribunal de la Signature de Grâce (1er octobre 1826), présent au conclave de Pie VIII, il se retire ensuite dans le Piémont et ne prend pas part au conclave qui voit l’élection de Grégoire XVI. Le cardinal Bernetti l’informe le 5 mars 1833, au nom du pape, de la suspension de sa rente cardinalice jusqu’à son retour effectif en Curie. Décédé six mois plus tard, il est enseveli dans la cathédrale de Novare.
  4. Conclaves de Léon XII et de Pie VIII.

115Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 396. WEBER (Legati) 372, 421, 533-534. Antonio MANNO, Il Patriziato subalpino. Notizie di fatto storiche, genealogiche, feudali ed araldiche, Florence, 1895-1896, 2 volumes publiés et 29 volumes dactylograhiés, III, p. 31. ASV/SS Interno a. 1833, rub. 2 (suspension de l’assegnamento cardinalizio). HC VII, 12 et 45. MORONI VI (1840), 194. Diario di Roma du 28 septembre 1833, n° 78.

Antonio Maria CADOLINI

116Ancône, 10 juillet 1771 - Ancône, 1er août 1851.

117Cardinal le 19 juin 1843.

  1. Né d’une famille patricienne dont les différentes branches sont établies à Crémone, Bologne, Ancône et Foligno, il poursuit ses études au collège de Recanati, puis au séminaire d’Ancône. Entré le 12 novembre 1792 au couvent de Sanseverino dans l’ordre des Barnabites, il est ordonné prêtre à Turin le 19 avril 1794, et nommé professeur de rhétorique à Turin (1793-1798), puis à Macerata (1800-1804) ; il s’établit à Rome à partir de 1805. Il poursuit dans le même temps une carrière de prédicateur et prêche successivement le Carême à Venise en 1805, à Milan en 1806, à Bologne en 1807, à Spolète en 1808 et à Gênes en 1809. Il se retire à Ancône de 1810 à 1814 à la suite de la suppression des ordres religieux. Au lendemain de la Restauration, il regagne Rome où il enseigne l’Écriture sainte à S. Carlo de’ Catinari et reprend sa carrière de prédicateur ; il prêche le Carême à Pesaro en 1816, à Milan en 1817, à Palerme en 1818, à Naples en 1819 et 1820, à Venise en 1821. Il est élu assistant général des Barnabites en 1816.
  2. Entré au service de la Curie au lendemain de la Restauration, sous la protection du carinal barnabite Francesco Fontana, il est fait successivement relateur (avant le 29 janvier 1817), puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index, examinateur des évêques en théologie (31 mars 1818) et consulteur du Saint Office (1820). Promu par Pie VII le 19 avril 1822 évêque de Césène, ville natale du pontife, il est consacré à Rome, le 21 avril, par le cardinal Castiglioni, futur Pie VIII, son prédécesseur sur le siège de Césène. Grégoire XVI le transfère le 12 février 1838 à l’archevêché d’Ancône (12 février 1838) qu’il occupe jusqu’à sa mort.
  3. Cardinal-prêtre à près de 72 ans du titre de S. Clemente (22 juin 1843), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de Lorette et Consistoriale. Il meurt à Ancône huit ans plus tard.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On possède du cardinal Antonmaria Cadolini quelques petits ouvrages de piété : Saggio di poesie degli Uniti nell’anno primo della loro ristabilita accademia (Turin, 1798) ; Corona di pie meditazioni e preghiere per onorare con divota novena la festa di S. Anna madre della gran Madre di Dio nella chiesa dei SS. Biagio e Carlo ai Catinari (Rome, 1806) ; Elogio funebre dato nella chiesa di San Paolo alla Regola di Roma in onore del R.mo Padre maestro Giuseppe Torregiani, ex-generale del terz’ordine di S. Francesco (Rome, 1821) ; Il presepio cristiano (Ancône, 1827) ; Le buone feste cristiane (Ancône, 1828) ; Gli oracoli cristiani (Ancône, 1829).

118Sources : HC 33, 41, 73 et 124. DBI XVI (1973), 83-85 (Renzo Paci). WEBER (Kardinäle) II, 445. Giornale di Roma du 4 août 1851, n° 177. Orazio Maria PREMOLI, Storia de’ Barnabiti dal 1700 al 1825, Rome, 1925, p. 492-493. La Congregazione dei Chierici Regolari di S. Paolo detti Barnabiti nel IV centenario della fondazione, 1533-1933, Gênes, 1933, p. 150-152. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., I, p. 381-390.

Ignazio Giovanni CADOLINI

119Crémone, 4 novembre 1794 - Ferrare, 11 avril 1850.

120Cardinal le 27 janvier 1843.

  1. Né de Giovanni Cadolini et de Rosa Germani, il appartient à une famille patricienne dont les différentes branches sont établies à Crémone, Bologne, Ancône et Foligno. Il poursuit ses études à Crémone, puis à l’Université de Bologne. C’est là qu’il est choisi en 1815 comme secrétaire par le pro-légat Giacomo Giustiniani, qu’il accompagne ensuite à Rome où il devient docteur in utroque jure de l’Université de la Sapience (9 janvier 1817).
  2. Fait par Pie VII camérier secret surnuméraire (avant le 10 juin 1818), il suit à nouveau Giacomo Giustiniani en qualité d’auditeur de la nonciature de Madrid de 1817 à 1827 ; c’est à Madrid qu’il est ordonné prêtre, le 31 mai 1818 ; Léon XII le confirme dans sa dignité de camérier secret (avant le 29 mai 1824). Tandis que Giacomo Giustiniani est fait à l’issue de sa nonciature de Madrid évêque d’Imola (13 mars 1826), puis cardinal (2 octobre 1826), Ignazio Cadolini est promu par Léon XII évêque de la petite cité de Cervia, dans les Légations, le 3 juillet 1826, et fait évêque assistant au trône pontifical (29 août 1826) ; il est consacré à Madrid, dans la chapelle de la nonciature, le 29 octobre 1826, par le cardinal Giustiniani, et prend possession de son diocèse dans les premiers mois de 1827, après son retour d’Espagne. Transféré par Grégoire XVI sur le siège de Foligno le 30 septembre 1831 tout en conservant l’administration de l’évêché de Cervia jusqu’au 17 décembre 1832, il est dès l’année suivante promu archevêque de Spolète (17 décembre 1832), tout en conservant jusqu’au 20 septembre 1834 l’administration du diocèse de Foligno. Appelé à Rome six ans plus tard en qualité d’archevêque d’Édesse inpartibus (12 février 1838), il est nommé le même jour secrétaire de la congrégation de la Propagande, sous l’autorité du cardinal Filippo Fransoni. Il devient également chanoine du chapitre de Saint-Pierre du Vatican (18 février 1838) et consulteur de la congrégation du du Saint Office (avant le 17 mars 1838) et examinateur des évêques en droit canon (5 septembre 1838).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 48 ans du titre de S. Susanna (30 janvier 1843), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de la Propagande, des Évêques et Réguliers, de la Discipline des Réguliers et de l’Index, et le nomme le même jour encore archevêque de Ferrare. De sympathies néoguelfes, il se sépare toutefois de l’abbé Gioberti, à la condamnation duquel il contribue fermement, l’année même de sa mort (1850), intervenue dans son diocèse de Ferrare occupé par les troupes autrichiennes.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On conserve du cardinal Ignazio Giovanni Cadolini des Discorsi sacri ed accademici, dissertazioni, lettere, istruzioni pastorali ed omelie (Foligno, 1836-1839, 3 vol.) ainsi que plusieurs ouvrages à caractère pastoral, dont un Manuale ecclesiastico proposto al venerabile clero di sua arcidiocesi (Foligno, 1835), une Omelia detta ne’ solenni pontificali celebrati li 27 luglio 1834 nella chiesa di S. Filippo Neri, per la traslazione del corpo di S. Pietro martire, estratto dal cimitero di S. Calepodio (Foligno, 1834) et un Parere che in ossequio alla enciclica del 2 febbraio 1849 intorno l’Immacolato Concepimento di Maria Santissima umilia al Santo Padre il cardinale vescovo di Ferrara (Ferrare, 1852).

121Sources : HC VII, 33, 45, 146, 184, 194 et 352. DBI XVI (1973), 88-89 (anonyme), avec une ample bibliographie. WEBER (Kardinäle) II, 446. PÁSZTOR (Segreteria) I, 88 (sur une candidature de minutante en 1821). GRIMALDI XIX, ff. 70r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. KOWALSKY/METZLER, 622. METZLER, 58. L. BORELLI, Il cardinale Ignazio Giovanni Cadolini arcivescovo di Ferrara, Ferrare, 1915. G. BETTINI, Gli inizi della polemica giobertiana a Ferrara, dans Atti e memorie della deputazione provinciale ferrarese di storia patria, XXI, 1960, p. 77-98.

Antonio Maria CAGIANO DE AVEZEDO

122Santopadre (diocèse d’Aquino), 14 décembre 1797 - Rome, 13 janvier 1867.

123Cardinal le 22 janvier 1844.

  1. Né du chevalier Ottavio, ancien élève du collège Tolomei de Sienne, partisan déterminé des Bourbons de Naples et enrôlé volontaire dans l’armée du cardinal Ruffo avec laquelle il prend part au siège de Capoue, et de Mariangela Zagaroli, il appartient à une famille (d’origine toscane et portugaise) de petite noblesse de la Ciociara ; son oncle maternel et parrain, don Pasquale Zagaroli, est curé de la paroisse San Folco de Santopadre (diocèse d’Aquino). Après des études à domicile, poursuivies sous la direction du moine basilien Michele Basilio Clary, futur archevêque de Bari, il entre à Rome à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1817-1819) et devient docteur in utroque jure de l’Arciginnasio de la Sapience (22 juillet 1819) ; il poursuit sa formation juridique en qualité de segreto de l’auditeur de Rote Francesco Serlupi, puis d’ajutante di studio de l’auditeur de Rote Ignazio Alberghini. Promu dès l’âge de 26 ans avocat consistorial (avant le 30 avril 1823), il est ordonné prêtre par le cardinal Zurla, vicaire de Rome, le 10 août 1824. Léon XII le nomme secrétaire de la Commission permanente des conservateurs de la ville de Rome (1er octobre 1827) et auditeur du Trésorier général de la Chambre apostolique (Notizie de 1829).
  2. Entré en prélature à l’âge de 32 ans en qualité de prélat domestique (15 mars 1830) et de référendaire (20 mars 1830), Pie VIII le nomme aussitôt assesseur du tribunal du Gouverneur de Rome (15 mars 1830) ainsi qu’assesseur du tribunal criminel de l’auditeur général de la Chambre apostolique (15 mars 1830), puis auditeur de la Signature de Justice (2 juillet 1830). Grégoire XVI le fait successivement délégat apostolique de Spolète (avant le 3 décembre 1831), où il collabore étroitement avec l’archevêque Giovanni Maria Mastai Ferretti, futur Pie IX ; il est successivement nommé délégat de Pérouse (11 avril 1833), puis pro-légat de Ferrare (11 juillet 1836). Rappelé l’année suivant à Rome, il est promu secrétaire de la Consulte (23 août 1837), membre de la Commission de santé publique (1837), recteur de l’université de la Sapience (1837-1844), protonotaire apostolique participant (8 février 1838), consulteur de la congrégation de la Propagande (3 avril 1838), prélat de la Fabrique de Saint-Pierre (10 mai 1843) et enfin auditeur général de la Chambre apostolique (27 janvier 1843), charge qu’il occupe jusqu’à son élévation au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de Sainte-Croix de Jérusalem (25 janvier 1844), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Index, de la Consulte et du Cens. Promu le 22 janvier 1844 évêque de Senigallia, il est consacré à Rome, par le pape lui-même, le 11 février ; il démissionne de son siège quatre ans plus tard, le 18 juillet 1848. Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, il est encore fait membre des congrégations de la Visite apostolique (24 avril 1850), du Cérémonial (avant le 12 mai 1851), des Indulgences (avant le 4 février 1852) et du Saint Office (18 mars 1852). Pie IX le nomme successivement préfet de la congrégation du Concile (27 juin 1853), évêque du diocèse suburbicaire de Frascati (23 juin 1854) ainsi que protecteur de l’ordre franciscain de l’Observance et de la Réforme (23 juin 1854). Il est promu enfin Grand Pénitencier de l’Église (28 septembre 1860) et membre de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 1er octobre 1860). Décédé sept ans plus tard, il est enseveli, après des obsèques en présence de Pie IX en l’église du S. Nome di Gesù, dans son église cardinalice de Sainte-Croix-de-Jérusalem.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Il a publié une De judicum natura, dignitate ac munere dissertatio (Rome, 1824) et un traité Della natura e carattere essenziale dei concordati. Dissertazione (Paris, 1850 ; Rome, 1872). Des éléments de sa correspondance avec le futur Pie IX ont été publiés par Stefano GIZZI : Il Cardinale Antonio Maria Cagiano de Azevedo, vescovo di Senigallia, e due lettere inedite del Cardinale Giovanni Maria Mastai Ferretti, arcivescovo di Imola, scritte alla vigilia del conclave del 1846, dans Pio IX, XXV, 1996/1, p. 32-56.

124Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 988. Spogli du cardinal Cagiano de Azevedo (buste 1-6). HC VII, 342. HC VIII, 45. WEBER (Kardinäle) II, 446447. PROCACCINI, 55. ACCADEMIA, 149. FORCELLA VIII, 202. Giornale di Roma des 14 et 16 janvier 1867, n° 11 et 13. Raffaele LUTTAZI, Alla cara memoria del signor cardinale Antonio Maria Cagiano de Azevedo, Rome, 1867, 24 p. Pietro MATTEUCCI, Necrologia del cardinale Antonio Maria Cagiano de Azevedo, Rome, 1867, 29 p. Tommaso DE BERNARDIS, Un porporato del secolo scorso. Il cardinale Antonio Maria Cagiano de Azevedo, gloria della Chiesa di Ciociara, Casamari, 1963, 22 p. Stefano GIZZI, Il card. Antonio Maria Cagiano de Azevedo, vescovo di Senigallia, e due lettere inedite del card. G.M. Mastai Ferretti, arcivescovo di Imola, scritte alla vigilia del conclave del 1846, dans Pio IX, XXV, 1996, p. 32-56. Stefano GIZZI, Un grande giurista amico di Pio IX. Il cardinale Antonio Maria Cagiano de Azevedo, Cité du Vatican, 1998, 120 p. Stefano GIZZI, Le osservazioni del cardinale Antonio Maria Cagiano de Azevedo sul progetto di Sillabo degli errori, dans Pio IX, XXVII1998, p. 95-101.

Lorenzo CALEPPI

125Cervia, 29 avril 1741 - Rio de Janeiro, 10 janvier 1817.

126Cardinal le 8 mars 1816.

1271 – Fils du comte Nicola Caleppi et de Luciana Salducci, il appartient à une famille du patriciat de Cervia. Après des études au collège jésuite des Nobles de Ravenne, il devient docteur in utroque jure de l’université de Césène (3 janvier 1767). Vicaire et commissaire général de la partie ferraraise de l’archevêché de Ravenne (1766-1767), il se transfère à Rome sous la protection du futur cardinal Garampi qui l’ordonne prêtre le 1er mai 1772.

1282 – Entré au service de la Curie en qualité d’auditeur de Giuseppe Garampi dans sa nonciature de Pologne (1772-1775), puis de Vienne (1776-1780), il est chargé à Vienne de prononcer l’oraison funèbre de l’impératrice Marie-Thérèse (1780) et fait fonction de chargé d’affaires du Saint Siège en 1782, durant le voyage effectué par Garampi à Rome lors du retour de Pie VI de son voyage de Vienne. Il est également nommé ablégat pontifical lors de l’élévation de Giuseppe Garampi au Sacré Collège (14 février 1785). De retour à Rome en 1785, il devient prieur de la collégiale S. Maria in Via Lata et se voit confier diverses missions diplomatiques, notamment à Naples (1786-1788). À l’automne 1792, Pie VI lui confie la direction de l’accueil des prêtres français émigrés à Rome. Il entre alors en prélature à près de 53 ans en qualité de prélat domestique (21 février 1794) et de référendaire (13 mars 1794). Pie VI le nomme secrétaire de la congrégation particulière pour les affaires de Pologne (1795), l’envoie en mission diplomatique à Florence pour négocier avec le Directoire (mai 1796), puis le nomme plénipotentiaire aux côtés du cardinal Mattei pour les négociations du désastreux traité de Tolentino (22 février 1797) ; il est enfin fait clerc de la Chambre apostolique (avant le 6 mai 1797). Il se réfugie à Naples, puis en Sicile durant l’occupation française de Rome, puis gagne Venise lors du conclave. Au lendemain de la première restauration, Pie VII l’agrège à la congrégation particulière pour le recouvrement des biens aliénés durant l’occupation française de Rome (congregazione deputata per gli acquisti fatti nel tempo della rivoluzione) (9 juillet 1800) ; il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Fait archevêque in partibus de Nisibe (23 février 1801), consacré à Frascati par le cardinal d’York le 15 novembre et fait évêque assistant au trône pontifical le 19 novembre, il est nommé nonce apostolique auprès de la cour de Portugal le 23 décembre 1801. Il quitte Rome le 26 avril (avec Vincenzo Macchi pour auditeur), arrive à Lisbonne le 22 mai et dépose ses lettres de créances le 27 juin. À la suite de l’invasion française de la péninsule ibérique, il quitte le Portugal pour le Brésil avec la cour du roi Jean VI le 19 avril 1808 et s’établit à Rio de Janeiro le 8 septembre ; il laisse son collaborateur Vincenzo Macchi en poste à Lisbonne.

1293 – Après son élévation au cardinalat, alors qu’il se trouve encore à Rio de Janeiro, Pie VII l’agrège le 29 avril 1816 aux congrégations de la Propagande des Rites, de l’Index et de la Fabrique de Saint-Pierre : mais ces nominations restent sans effet. Décédé dix mois plus tard au Brésil (il est à ce titre le premier cardinal de l’Église romaine à mourir sur le sol de l’Amérique), il est enseveli dans l’église des Franciscains de Rio de Janeiro.

1305 – Il a publié un discours de jeunesse, Per le solenne esequie di Maria Teresa d’Habsburg, imperatrice e regina apostolica, celebrate in Vienna dalla nazione italiana il XIX gennaio MDCCLXXXI. Orazione (Vienne, 1781).

131Sources : HC VII 11 et 584. MORONI VI (1840), 255. DBI XVI (1973), p. 679-682 (Lajos PÁSZTOR) (fondamental). PIOLANTI 73. DE MARCHI 211. Diario di Roma du 23 avril 1817, n° 33. Camillo Luigi DE ROSSI, Memorie intorno alla vita del cardinal Lorenzo Caleppi e ad alcuni avvenimenti che lo riguardano, Rome, 1843, VIII-206 p. Henri SURREL DE SAINT-JULIEN, L’Oeuvre pontificale des émigrés français et son organisation par Mgr Laurent Caleppi, dans Annales de Saint-Louis des Français, I, 1896, p. 327-341. René PICHELOUP, Les Ecclésiastiques français émigrés ou déportés dans l’État Pontifical, 1792-1800, Toulouse, 1972, 302p., passim. Eugène de RICHEMONT, La première rencontre du Pape et de la République française : Bonaparte et Caleppi à Tolentino, d’après les documents inédits des Archives du Saint-Siège, dans Le Correspondant du 10 septembre 1897, LXIX, 1897/3, p. 801-848. Giustino FILIPPONE, Le relazioni tra lo Stato Pontificio e la Francia rivoluzionaria. Storia diplomatica del trattato di Tolentino, Milan, 1961-1967, 2 vol., passim. Hildebrando ACCIOLY, Os primeiros nùncios n° Brasil, Sao Paulo, 1949, 329 p. William Jackson COLEMAN, The First Apostolic Delegation in Rio de Janeiro and its Influence in Spanish America. A Study in Papal Policy, 18301840, Washington, 1950, 468 p. M. CESAR DE LIMA, Lourenço Caleppi, primeiro nùncio n° Brasil (1808-1816), segundo documentos do Arquivo Secreto Apostolico do Vaticano, Rio de Janeiro, 1977, 257 p. M. CITTADINI FULVI, Una pagina della diplomazia pontificia : le missioni del card. Lorenzo Caleppi durante l’epoca napoleonica, dans Pio IX, IX, 1980, p. 255-291.

Francesco CANALI

132Pérouse, 14 (aliter 20) octobre 1764 - Rome, 11 avril 1835.

133Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 23 juin 1834.

  1. Né à Pérouse, il est ordonné prêtre le 20 décembre 1788. Docteur en philosophie et en théologie de l’université de Pérouse (30 décembre 1790), il devient successivement examinateur pro-synodal et directeur du séminaire de Pérouse.
  2. Nommé évêque de Spolète au lendemain de la Restauration (26 septembre 1814), il est transféré six ans plus tard sur le siège de Tivoli d’abord en qualité d’administrateur ad nutum (bref Apostolici du 23 juillet 1820), puis d’évêque (28 août 1820) ; il démissionne de son siège le 24 avril 1827. Il a entretemps été nommé par Léon XII secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers (26 janvier 1827), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il est fait également examinateur des évêques en droit canon (2 avril 1827) et chanoine de Saint-Pierre du Vatican (3 juin 1827) et devient archevêque in partibus de Larissa (21 mai 1827).
  3. Cardinal-prêtre à près de 80 ans du titre de Saint-Clément (1er août 1834), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Résidence des évêques, de l’Immunité et de la Discipline des Réguliers. Il meurt moins d’un an plus tard et est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans son église cardinalice.

134Sources : HC VII, 27, 41, 232, 351 et 369. MORONI VII (1841), 151. GRIMALDI XIX, ff. 69r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Diario di Roma du 15 avril 1835, n° 30. Giuseppe CASCIOLI, Nuova serie dei vescovi di Tivoli. LXXVIII - Francesco Canali (1820-1827), dans Atti e memorie della Società Tiburtina di storia e d’arte, XI-XII, 1931-1932, p. 82. Mario DE CAMILLIS, Il cardinale Francesco Canali, Tivoli, 1941, 7 p., extrait des Atti e memorie della R. Deputazione di storia patria, XX-XXI, 1940-1941.

Francesco CAPACCINI

135Rome, 14 août 1784 - Rome, 15 juin 1845.

136Cardinal in petto le 22 juillet 1844, publié le 21 avril 1845.

1371 – Fils de Domenico Capaccini et de Barbara Procaccini, il appartient à une famille du ceto umile. Lauréat du concours du Séminaire Romain (décembre 1797), il obtient une place gratuite qu’il doit abandonner lors de la première occupation française de Rome ; il y reprend ses études de mars 1801 à septembre 1806, la protection du cardinal Litta lui ayant obtenu deux années supplémentaires. Il est ordonné prêtre le 19 septembre 1807. Il réside à Rome jusqu’en 1811, puis, pour ne pas prêter serment, trouve une place de précepteur à Milan chez le comte Porro Lambertenghi où il se spécialise en astronomie, puis d’employé de l’Observatoire de Naples, d’où il est expulsé en 1815.

1382 – Entré au service de la Curie en qualité de minutante de la Secrétairerie d’État (1er septembre 1815) grâce à la recommandation du cardinal Litta, il collabore étroitement avec le cardinal Consalvi ; Pie VII le fait camérier secret (avant le 28 décembre 1816). Il doit abandonner la Secrétairerie d’État après la disgrâce puis la mort du cardinal Consalvi. Léon XII le nomme substitut de la Secrétairerie des Brefs (16 juillet 1824) ; il le confirme dans son titre de camérier secret (2 février 1825) et le nomme le même jour visiteur de la Pia Casa di Beneficienza alle Terme Diocleziane, membre de la nouvelle Commission des subsides, puis vicaire apostolique de l’hospice de S. Michele a Ripa (11 juin 1827). Dès décembre 1826, aux côtés du cardinal Cappellari, futur Grégoire XVI, il retrouve une activité diplomatique et participe aux négociations du concordat du 18 juin 1827 avec la Hollande. Nommé envoyé extraordinaire du Saint Siège à La Haye (10 juin 1828), il quitte Rome le 5 septembre et arrive à Bruxelles le 10 octobre. Il s’efforce de veiller à l’application du concordat ; il est élevé au grade d’internonce (mai 1829) par Pie VIII. Hostile à l’alliance des catholiques et des libéraux qui donne naissance à la Belgique, il quitte Bruxelles pour la campagne de Waterloo en septembre 1830, puis part pour Londres le 18 octobre, d’où il continue à suivre les affaires de Belgique. À son retour à Rome, Grégoire XVI le nomme substitut de la Secrétairerie d’État et secrétaire du Chiffre (26 octobre 1831) et l’élève à la dignité de prélat domestique (Notizie de 1832). Il est fait également secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (11 juillet 1836), mais renonce à cette charge le 24 novembre 1837 et est nommé chanoine de Saint-Jean du Latran (avant le 25 novembre 1837) ainsi que secrétaire de l’Académie théologique de la Sapience (avant le 3 mars 1838). Il accomplit d’importantes missions diplomatiques à Vienne (12 juin - 3 octobre 1837), puis à Florence auprès du prince de Metternich (octobre 1838), et enfin à Naples (mai-août 1839) afin de veiller à l’application du concordat. Nommé à nouveau internonce apostolique extraordinaire auprès du roi de Hollande (12 avril 1841) afin de négocier la reprise du concordat de 1827, il quitte Rome le 12 avril et arrive à La Haye le 19 mai. Six mois plus tard, il est envoyé avec le même titre à la cour du Portugal (18 novembre 1841) afin d’opérer le rétablissement des relations diplomatiques interrompues depuis 1833 ; il parvient à un accord et un nouveau nonce apostolique est nommé le 7 février 1844. Promu auditeur général de la Chambre apostolique (20 février 1844), il quitte le Portugal le 10 septembre, et regagne Rome, via Paris et Londres, le 24 novembre 1844, déjà malade.

1393 – Fait cardinal par Grégoire XVI à près de 61 ans au terme d’une longue résistance, il meurt un mois plus tard, avant d’avoir reçu de titre cardinalice. Il est enseveli à S. Maria in Aquiro.

1405 – Une partie de sa correspondance diplomatique a été éditée par Johannes Petrus DE VALK et Emiel LAMBERTS, Lettres de Francesco Capaccini, agent diplomatique et internonce du Saint-Siège au royaume uni des Pays-Bas, 1828-1831, Bruxelles-Rome, 1983, LXV-768 p.). On conserve encore un Prose-guimento delle trattative per la riordinazione degli affari ecclesiastici nel regno dei Paesi Bassi. Relazione fatta alla santità di N.S. papa Leone XII dall’em. Sign. Card. Cappellari e da mons. Capaccini, Rome, s.d., 50 p. (BAV Ferraioli 11 696 (20)).

141Sources : HC VII, 34. EncCatt III (1949), 655-656 (Emma Santovito). DHGE XI (1949), 821-823 (L. Jadin). DBI XVIII (1975), 372-374 (Lajos PÁSZTOR), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. FORCELLA II, 468. PÁSZTOR (AEE), 214. Diario di Roma des 17 et 21 juin 1845, n° 48 et 49, et de 15 juillet 1845, n° 55, Cenni biografici del cardinal Capaccini. Carlo GAZOLA, Vita ed azioni del cardinale Francesco Capaccini, Rome, 1845, 10 p. Giovanni Battista BRANCALEONI CASTELLANI, Francisci Capaccini S.E.R. Cardinalis Amplissimi laudatio funebris, Rome, 1846, 28 p. Vincent VIAENE, Belgium and the Holy See from Gregory XVI to Pius IX (1831-1859). Catholic Revival, Society and Politics in 19th-century Europe, Leuven, 1999, 2 volumes en LI-703 p.

Alberto Bartolomeo (Mauro) CAPPELLARI

142Bellune, 18 septembre 1765 - Rome, 1er juin 1846.

143Cardinal in petto le 21 mars 1825, publié le 13 mars 1826.

144Pape le 2 février 1831 sous le nom de Grégoire XVI.

  1. Né de Giovanni Battista et de Giulia Pagani Gesa, il appartient à une famille du patriciat de la petite ville de Bellune, dans les états de Terre Ferme de la République de Venise. Entré, malgré l’opposition de ses parents, au couvent camaldule de S. Michele de Murano, près de Venise, il y revêt à dix-huit ans, le 23 août 1783, l’habit monastique, et prononce ses vœux perpétuels trois ans plus tard ; il est ordonné prêtre en 1787. Professeur de philosophie et de science, il devient en 1790 lecteur en théologie. En août 1795, il quitte pour la première fois Murano pour Rome en qualité de compagnon (socius) du procureur général de son ordre. Il y recueille les matériaux nécessaires à la publication de son grand ouvrage antijanséniste, Il trionfo della Santa Sede e della Chiesa contro gli assalti de’ novatori respinti e combattuti colle stesse loro armi, publié à Rome en 1799 et dédié à Pie VI prisonnier. Appelé dans la capitale de Pie VII nouvellement élu, il est fait en 1800 vicaire abbatial, puis en 1805 abbé du monastère camaldule de San Gregorio a Monte Celio ; il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). L’occupation française de 1808 le contraint à abandonner Rome pour se retirer à Murano puis à Padoue ; il s’y réinstalle dans l’été 1814.
  2. Entré au service de la Curie au lendemain de la Restauration, il est fait successivement consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (17 septembre 1814) et du Saint Office (10 mars 1816), examinateur des évêques en théologie (31 mars 1818) et consulteur des congrégations de la Propagande (29 février 1820) et de la Correction des livres des églises d’Orient (avant le 23 mai 1821). Léon XII le nomme visiteur apostolique des universités de Pérouse, Camerino, Macerata et Fermo avant de l’élever au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 60 ans du titre de Saint-Calixte (3 juillet 1826), Léon XII l’agrège le 4 juillet aux congrégations du Saint Office, de la Propagande, de la Correction des livres de l’Église d’Orient et des Études, puis le nomme préfet de la congrégation de la Propagande (1er octobre 1826), membre de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 27 janvier 1827), examinateur des évêques en théologie (25 avril 1827), protecteur du Collège maronite (14 mai 1827) et de la congrégation des Antonins maronites du Liban (14 février 1828). Au sein de la congrégation des Affaires ecclésiastiques, il est appelé par Léon XII à diriger la négociation qui aboutit à la signature du concordat du 18 juin 1827 avec le royaume de Hollande, et par Pie VIII, à rédiger le bref du 25 mars 1830 aux évêques rhénans sur les mariages mixtes. Papa-bile du parti intransigeant dès le conclave de Pie VIII (où il obtient jusqu’à 22 voix le 18 mars 1829), il est à la mort de Pie VIII élu pape le 2 février 1831 au terme d’un conclave de 50 jours et prend le nom de Grégoire XVI. Il meurt à l’issue d’un pontificat de quinze années le 1er juin 1846 et est enseveli à Saint-Pierre de Rome.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI.
  5. La fortune intellectuelle et la carrière ultérieure du futur Grégoire XVI à Rome sont étroitement liées à la publication de son grand ouvrage de jeunesse, II trionfo della Santa Sede e della Chiesa contro gli assalti de’ novatori respinti e combattuti colle stesse loro armi (Rome, 1799, XXIII-453 p., BAV Ferraioli III 165). Rééditions et traductions seront nombreuses après son accession au pontificat, en italien (Venise, 1832, XXVII-326p) et en allemand (Triumph des heiligen Stuhls und der Kirche über die Angriffe der, mit ihren eigenen Waffen bekampften und geschlagenen, Neuerer, Augsburg, 1833 ; seconde édition, 1848). On conserve encore un Proseguimento delle trattative per la riordina- zione degli affari ecclesiastici nel regno dei Paesi Bassi. Relazione fatta alla santità di N.S. papa Leone XII dall’em. Sign. Card. Cappellari e da mons. Ca- paccini, Rome, s.d., 50 p. (BAV Ferraioli II 696 (20)) ainsi que quelques élé- ments de correspondance : Luigi ALPAGO NOVELLO, Due lettere inedite di Mauro Cappellari, monaco camaldolese (exttrait de l’Archivio storico di Bellu- no, Feltre e Cadore, VII, 1936) ; Domenico FEDERICI, Cargeggio Capellari (Gregorio XVI) - Mandelli (extrait de l’ Archivio storico di Belluno, Feltre e Ca- dore, 1937) ; G. MAGGIONI, Gregorio XVI e i suoi nipoti nella corrispondenza inedita dell’archivio di Gaetano Moroni, dans Dolomiti, XVII, 1994/2, p. 15-24.

145Les principaux documents du pontificat ont été réunis dans les Acta Gregorii papae XVI, scilicet Constitutiones, bullae, litterae apostolicae, epistolae... recensita et digesta cura ac studio Antonii Mariae BERNASCONI, Rome, 19011904, 4 volumes.

146Sources : HC VII, 19 et 40. MORONI XXXII (1845), 312-328. DRN III (1933), 234-235 (Mario Rosi). DThC VI,2 (1947), 1822-1836 (E. Amann). CATH V (1962), 249-251 (Jean Leflon). DHGE XXI (1986), 1445-1452 (Roger Aubert). PIOLANTI 72. PÁSZTOR (AEE), 206 et 209. METZLER, 35-37. Francesco FABI MONTANI, Notizie istoriche di Gregorio XVI, Rome, 1846, 44 p. Charles SYLVAIN, Histoire du pontificat de Grégoire XVI, Lille-Paris, 1889. Hubert BASTGEN, Forschungen und Quellen zur Kirchenpolitik Gregors XVI, Paderborn, 1929, 2 vol. Josef SCHMIDLIN, Gregor XVI. als Missionpapst, dans Zeitschrift fur Missionsgeschichte, 1931, p. 209-228. Josef SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich, tome I.2 (1934), p. 511-687 ; traduction française, Histoire des papes de l’époque contemporaine, Lyon-Paris, tome I.2 (1940), p. 185-427. Gregorio XVI. Miscellanea commemorativa, Rome, 1948, 2 volumes. Domenico DEMARCO, Il tramonto dello Stato Pontificio. Il papato di Gregorio XVI, Turin, 1948, VIII-304 p. (réédition, Naples, 1992, LV-311 p.). Domenico FEDERICI, Gregorio XVI tra favola e realtà, Rovigo, 1948. Jean LEFLON, Le Pontificat de Grégoire XVI, dans La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 426-516. G. MAGGIONI, Il conclave di Gregorio XVI dal diario di Gaetano Moroni, Belluno, 1995, 83 p.

Benedetto CAPPELLETTI

147Rieti, 2 novembre 1764 - Rieti, 15 mai 1834.

148Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

  1. Originaire d’une famille de petite noblesse, il est élevé par les moines bénédictins de la congrégation du Mont Cassin. Ordonné prêtre, Pie VI l’élève à la dignité de camérier secret et le fait coadjuteur (en qualité de chanoine de Sainte-Marie-Majeure) du prélat Benedetto Stay (1715-1801), secrétaire des Lettres aux princes (avant le 13 août 1796) ; à son décès, intervenu le 24 février 1801, il lui succède au chapitre de la basilique ; il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Il est nommé ablégat pontifical auprès du cardinal Filippo Casoni, nonce à Madrid, élevé au Sacré Collège le 23 février 1801.
  2. Entré en prélature au lendemain de la première restauration à l’âge de 37 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (15 juillet 1802), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (30 avril 1802), fonction qu’il exerce jusqu’à l’invasion de Rome par les troupes françaises ; il est également fait protonotaire apostolique. Lors de l’occupation napoléonienne de Rome, il refuse de prêter serment à l’Empire en qualité de chanoine : il est déporté en Corse en 1812 et regagne Rome au printemps 1814. Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la commission des biens ecclésiastiques (15 mai 1814) puis délégat apostolique de Viterbe (22 septembre 1814), de Macerata (29 novembre 1818) et enfin d’Urbino et Pesaro (10 mars 1823). Promu par Léon XII gouverneur de Rome (1er février 1829), il exerce ces fonctions sous trois pontificats, jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 67 ans du titre de S. Clemente (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de la Consulte, de Lorette, Économique et du Cens, puis aux congrégations du Consile et de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 9 janvier 1833). Nommé l’année suivante évêque de Rieti, sa ville natale (29 juillet 1833), il est consacré à Rome le 15 août par le cardinal Galleffi. Il meurt moins d’une année plus tard et est enseveli dans la cathédrale de Rieti.

149Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 684. HC VII, 26, 41 et 319. PIOLANTI 75. MERCATI 69. LOBERTI 120 et passim. MOSCARINI, 97. DEL RE (Governatore), 125. MORONI IX (1841), 168. Diario di Roma du 21 mai 1834, n° 40. A.M. TASSI, Il cardinale reatino Benedetto Cappelletti, vescovo in patria, in una ricostruzione storica di Carlo Latini, dans Id., La Chiesa reatina dall’età delle rivoluzioni all’unità d’Italia, Rieti, 1994, p. 242-274.

Pietro CAP0RANO

150Rome, 28 février 1759 - Rome, 24 février 1834.

151Cardinal in petto le 2 octobre 1826, publié le 15 décembre 1828.

  1. Fils unique de Matteo Caprano, riche commerçant de denrées alimentaires (onesti e facoltosi genitori, dit Moroni ; pizzicagnolo, « charcutier », diront les féroces pamphlets parus à l’occasion du conclave de 1829), il poursuit ses études auprès des Jésuites du Collège Romain. Docteur en théologie du Collège Romain (9 septembre 1780), il est ordonné prêtre le 23 février 1782. Il devient successivement professeur de liturgie (1786), de théologie morale (1789) et d’histoire ecclésiastique (1794) au Collège Romain. Il s’abstient de toute fonction durant la République romaine et se voit reconfirmé dans ses fonctions de professeur d’histoire ecclésiastique (12 novembre 1799).
  2. Entré au service de la Curie en qualité de théologue de la Pénitencerie apostolique (avant le 9 août 1800) à la suite de la mise à la retraite de Gianvincenzo Bolgeni et grâce à la protection du vicaire apostolique Michele Di Pietro, auprès duquel il fait fonction de secrétaire, il est également nommé coadjuteur de G.V. Bolgeni dans ses fonctions de bibliothècaire du Collège Romain (avant le 13 août 1800). À la suite de l’occupation française de Rome, il est arrêté le 1er juin 1812 pour refus de serment, emprisonné à Civitavecchia, puis relégué à Milan. Au lendemain de la Restauration, il est nommé consulteur des congrégations du Saint-Office (3 juillet 1814), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (22 novembre 1814) et de l’Index (23 juillet 1816) ainsi que canoniste (novembre 1814), puis garde des sceaux (avant le 17 avril 1816) du tribunal de la Pénitencerie, et enfin secrétaire de la congrégation pour la correction des livres de l’Église d’Orient (juin 1816). Promu par Pie VII le 8 mars 1816 archevêque in partibus d’Écone, il est consacré à Rome le 17 mars par le cardinal Grand Pénitencier Michele Di Pietro. Il est fait successivement, à la demande du cardinal préfet Litta, secrétaire de la congrégation pour l’examen des livres de l’Église d’Orient (30 juin 1816) ; il devient également consulteur de la congrégation de l’Index (23 juillet 1816), examinateur des évêques en droit canon (6 avril 1817) et prélat de la congrégation de l’Immunité (30 septembre 1821). Il est chargé en 1820 par le cardinal Consalvi de l’examen du traité Du Pape de Joseph de Maistre, qu’il conseille de ne pas approuver formellement. Promu secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (9 novembre 1822) puis secrétaire de la congrégation de la Propagande (10 mars 1823) et de la congrégation pour l’Examen des évêques (22 mars 1823), il demeure à ces deux dernières charges jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre des SS. Nereo ed Achille (21 mai 1829), Pie VIII aussitôt élu lui confie la préfecture de la congrégation de l’Index qu’il détenait lui-même (2 avril 1829), puis l’agrège aux congrégations de l’Immunité ecclésiastique, de la Propagande, de l’Examen des évêques en droit canon et pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (avant le 30 mai 1829) et le fait encore membre des congrégations du Saint Office, des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et des Rites (27 mai 1829). Décédé cinq ans plus tard, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, en l’église Saint-Ignace.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI.

152Sources : HC VII, 20, 43 et 221. MORONI IX (1841), 216-217. DBI XIX (1976), 163-165 (Francesco Raco), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. PÁSZTOR (AEE), 207, 209 et 213. TAMBURINI, 201, n. 44. METZLER, 56. FORCELLA X, 111. Diario di Roma du 26 février 1834, n° 16. Francesco GUADAGNI, Petri Caprano S.R.E. cardinalis laudatio funebris, Rome, 1836, 22 p. Ferdinando PETRUCELLI DELLA GATTINA, Histoire diplomatique des conclaves, Paris, 1864-1866, 4 vol., IV, p. 366 (pamphlets de 1829 évoquant les origines familiales du cardinal).

Diego Innico CARACCIOLO

153Martina Franca (Tarente), 17 juillet 1759 - Naples, 24 janvier 1820.

154Cardinal le 11 août 1800.

  1. Né de Francesco XI Caracciolo, duc de Martina, et de Stefania Pignatelli, fille de Diego, duc de Monteleone, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine. Il ne compte pas moins de huit cardinaux Caracciolo dans sa famille, dont ses homonymes, les deux cardinaux Innico Caracciolo des ducs d’Airola (puis de Martina Franca), le premier (1607-1685) créé par Alexandre VII le 7 mars 1667, le second (1642-1730), créé par Clément XI le 16 décembre 1715. Après des études poursuivies au Collegio Clemntino de Rome à partir de 1767, Diego Innico Caracciolo, destiné depuis son plus jeune âge à l’état ecclésiastique, devient docteur in utroque jure de la Sapience, puis complète durant deux années sa pratique juridique auprès de l’avocat Francesco Maria Cioja.
  2. Entré en prélature à l’âge de 22 ans en qualité de prélat domestique (1780), référendaire (22 mars 1782) et protonotaire apostolique, Pie VI le nomme consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1783), prelato vicario de la basilique de S. Maria in Cosmedin (8 mars 1786), charge qu’il conserve jusqu’en 1792, puis successivement gouverneur de San Severino Marche (bref du 8 août 1786), Iesi (bref du 13 août 1790) et Fermo (nomination du 21 février et bref du 7 mars 1794) ; il est rappelé l’année suivante à Rome et promu maestro di camera (avant le 10 octobre 1795). Il suit Pie VI dans son exil et l’accompagne jusqu’à son décès, intervenu à Valence le 29 août 1799, adresse la nouvelle de la mort au Sacré Collège et se rend auprès du conclave de Venise. Au lendemain de la première restauration, il est confirmé dans ses fonctions de maestro di camera par Pie VII (14 mars 1800) qui l’élève sept mois plus tard au Sacré Collège dans sa première promotion cardinalice en hommage à sa fidélité au pape défunt.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 41 ans du titre de S. Agostino (20 octobre 1800), Pie VII l’agrège le 30 octobre aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Résidence des évêques, du Buon Governo et de la Consulte, puis le nomme l’année suivante préfet de la congrégation des Indulgences (avant le 23 décembre 1801) et l’agrège à la congrégation des Rites (avant le 24 février 1802) lors du retour à Rome du corps de Pie VI. Il devient protecteur des Pères de la Pénitence (avant le 27 décembre 1806). Expulsé de Rome comme étranger en 1808, il se réfugie à Fondi, puis à Naples ; il argue de sa santé pour ne pas se rendre à Paris en 1811. Au lendemain de la Restauration, il est promu évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina (26 septembre 1814). Pie VII lui donne mission le 21 juin 1815 d’aller porter ses compliments à Ferdinand IV restauré et se voit restituer l’ensemble de ses biens par décret royal en date du 17 juin 1815. Choisi pour présider aux négociations entre le Saint Siège et le royaume des Deux Siciles en vue de la conclusion d’un nouveau concordat, il conduit à bien sa mission jusqu’à la signature du concordat le 16 février 1818 à Terracine. Promu préfet du tribunal de la Signature de Justice (29 novembre 1818), il demeure à Naples afin de veiller à l’application de l’accord. Décédé deux ans plus tard, il est enseveli à Naples.

155Sources : ASR/SG vol. 723, procès Caracciolo. WEBER (Legati) 248, 278, 382, 549. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 466. Francesco FABRIS, Ambrogio CARACCIOLO, La genealogia della famiglia Caracciolo, Naples, 1966, tav. XXV bis. HC VII, 6, 38 et 40. MORONI IX (1841), 235. DHGE XI (1949), 979980 (L. Jadin). EncCatt III (1949), 737-738 (Silvio Furlani). DBI XIX (1976), 335-337 (Giuseppe Pignatelli), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. Diario di Roma du 26 janvier 1820, n° 8. Giovanni Maria CRESCIMBENI, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin, 2e éd., Naples, 1899, p. 41. Pietro BALDASSARI, Histoire de l’enlèvement et de la captivité de Pie VI, Paris, 1839 (Relazione delle avversità e patimenti del glorioso papa Pio VI negli ultimi tre anni del suo pontificato, 2a edizione completa ed aumentata, Modène, 1840-1843, 4 vol. Walter MATURI, Il concordato tra la Santa Sede e le Due Sicilie, Florence1929, XII-266 p.

Domenico CARAFA DI TRAETTO

156Naples, 12 juin 1805 - Naples, 17 juin 1879.

157Cardinal le 22 juillet 1844.

  1. Fils de Filippo Carafa, duc de Traetto, et de Paola Orsini, des princes de Gravina, il appartient à l’aristocratie napolitaine et se rattache, par son père, à la lignée du pape Paul IV Carafa (1555-1559) et, par sa mère, à la famille du pape Benoît XIII Orsini (1724-1730) ; il compte parmi les siens pas moins de quatorze cardinaux Carafa, dont, en dernier lieu, le cardinal Francesco Maria Carafa di Traetto (1722-1818), créé par Clément XIV le 19 avril 1773 (cf infra). Il poursuit ses études au collège dei Cinesi de Naples, puis au collège Nazareno de Rome (1817-1823), enfin à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1823-1828) et devient docteur in utroque jure de la Sapience (22 juillet 1826) ; il préfère demeurer diacre. Le cardinal Giorgio Doria le choisit pour conclaviste durant le conclave de Léon XII (septembre 1823).
  2. Entré en prélature au sortir de l’Académie ecclésiastique à près de 25 ans en qualité de prélat domestique (9 décembre 1827), protonotaire apostolique non participant (10 décembre 1827) et référendaire (29 avril 1830), il est aussitôt fait ponent de la Consulte (15 décembre 1828). Il est successivement nommé vice-légat de Ravenne (8 janvier 1828), pro-légat de Ravenne pendant la durée du conclave qui suit la mort de Léon XII (11 février 1829), puis délégat apostolique de Rieti (décembre 1831), Spolète (11 avril 1833) et Macerata (20 janvier 1834), enfin clerc de la Chambre apostolique (18 février 1839). Ordonné prêtre le 30 mai 1841, il est promu à 39 ans, le 22 juillet 1844, archevêque de Bénévent ; il est fait le même jour cardinal, puis consacré à Rome par le cardinal Macchi le 11 août.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 39 ans du titre de S. Maria degli Angeli (25 juillet 1844), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, du Buon Governo et des Indulgences. Expulsé de Bénévent par l’insurrection populaire (12 avril 1848), il ne rentre dans la ville que le 9 janvier 1849 ; il y accueille Pie IX encore exilé (30 octobre - 2 novembre 1849). À nouveau arrêté par les autorités insurrectionnelles le 28 septembre 1860, il est brièvement emprisonné à Naples, puis expulsé en rade de Ci-vitavecchia ; il gagne Rome le 3 octobre où il est accueilli par les princes Orsini. Il n’est autorisé à regagner son diocèse de Bénévent que le 16 avril 1867. Il participe au concile Vatican I et au conclave qui voit l’élection de Léon XIII. Ce dernier le transfère sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina (12 mai 1879) et le nomme secrétaire des Brefs (avant le 30 janvier 1879). Il meurt six plus tard à Naples en regagnant son diocèse.
  4. Conclaves de Pie IX et de Léon XIII.

158Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 994. HC VII, 34, 42 et 110. DBI XIX (1976), 536-538 (Francesco Malgeri). NAZARENO, 82. PROCACCINI, 55. Antonio DE RIENZO, L’arcivescovo cardinale Carafa ed il settembre 1860 in Benevento, Bénévent, 1923, 43 p. (avec la publication du Diario de l’archevêque).

Francesco CARAFA DI TRAETTO

159Naples, 29 avril 1722 - Rome, 20 septembre 1818.

160Cardinal le 19 avril 1773.

  1. Fils du duc Adriano Antonio Carafa di Traetto et de la princesse Maria Teresa Borghese, fille de Marc’Antonio, prince de Sulmona, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine ; il se rattache, par son père, à la lignée du pape Paul IV Carafa (1555-1559) et, par sa mère, à la famille de Paul V Borghese (1605-1621). Il compte parmi les siens, outre les deux papes, pas moins de treize cardinaux de la lignée des Carafa. Après des études pout-suivies à Naples, puis à Rome, Francesco Carafa di Traetto devient docteur in utroque jure de la Sapience (22 mars 1747) ; Benoît XIV le fait camérier secret surnuméraire.
  2. Entré en prélature à l’âge de 25 ans en qualité de protonotaire apostolique participant et de référendaire (24 avril 1747), il est nommé vice-légat de Ferrare (1748-1754) puis gouverneur de Città di Castello (1758-1760). Rappelé à Rome, il est fait ponent de la Consulte et prélat de la congrégation de l’Immunité ; il est ordonné prêtre le 27 janvier 1760. Promu évêque de Patras (1er mars 1760), il est envoyé par Clément XIII en qualité de nonce apostolique auprès de la République de Venise ; il arrive à Venise le 3 septembre et obtient sa première audience du doge le 15 avril 1761. Rappelé à Rome en 1766, il est nommé secrétaire de la congrégation des Evêques et Réguliers (décembre 1766), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal à l’âge de 51 ans du titre de Saint-Clément (26 avril 1773), Clément XIV le nomme la même année examinateur des évêques en droit canon (avant le 15 mai), puis l’agrège le 18 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, de la Visite apostolique et du Buon Governo. Au lendemain de la publication du bref Dominus ac Redemptor (21 juillet 1773) portant suppression de la Compagnie de Jésus, il appartient à la congrégation restreinte de cardinaux chargée de la liquidation des biens et des institutions de la Compagnie (6 août 1773). Pie VI le fait à son avènement préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (1er mars 1775) et l’envoie à Ferrare en qualité de légat (1er juin 1778) ; il y fait son entrée le 18 octobre et y demeure huit années, jusqu’à son rappel, le 7 novembre 1786. Il est transféré à son retour sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina (15 septembre 1788). Partisan de la guerre à outrance contre la France, il est brièvement emprisonné à Rome puis à Civitavecchia par les autorités militaires françaises, puis expulsé vers Naples ; il s’embarque ensuite pour Palerme. Il participe à la préparation et à l’organisation du conclave de Venise auquel il prend part. Au lendemain de la première restauration, Pie VII l’agrège à la congrégation particulière pour le recouvrement des biens aliénés durant l’occupation française de Rome (congregazione deputata per gli acquisti fatti nel tempo della rivoluzione) (9 juillet 1800) ainsi qu’aux congrégations du Cérémonial (avant le 28 mars 1801) et du Saint Office (29 octobre 1804), puis, le 3 août 1807, le transfère sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Damaso (tout en lui conservant la commende de S. Lorenzo in Lucina) et le fait vice-chancelier et sommiste de l’Église romaine, charge qu’il conserve jusqu’à sa mort, intervenue onze ans plus tard, à l’âge de 96 ans. Après des obsèques à S. Maria in Vallicella, il est enseveli à S. Lorenzo in Damaso.
  4. Conclaves de Pie VI et de Pie VII.

161Sources : WEBER (Legati) 211, 256, 552. HC VI, 28. MORONI IX (1841), 249. DHGE XI (1949), 995 (L. Jadin). EncCatt III (1949), 747 (Pio Pasquini). DBI XIX (1976), 548-550 (Mirella Giansante), avec renvoi à l’ensemble des sources. Pompeo LITTA, Famiglie celebri italiane. Seconda serie, Naples, 1921915, 2 volumes, tav. XIV, Carafa. FORCELLA IV, 396. Diario di Roma du 23 et du 26 septembre 1818, n° 76 et n° 77. Francesco Leopoldo BERTOLDI, Dei diversi Dominj a’ quali è stata soggetta Ferrara e de’ Principi che la governarono. Quadro cronologico-storico, Ferrare, 1817, p. 92. M. ZUCCHINI, Il catasto Carafa e l’agricoltura ferrarese nel ’700, dans Rivista di storia dell’agricultura, XIII, 1973, p. 3-34.

Carlo Francesco CASELLI

162Castellazzo Bormida (Alessandria), 20 octobre 1740 - Parme, 20 avril 1828.

163Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 9 août 1802.

  1. Fils de Domenico Caselli, agent des marquis Pallavicini, il entre l’ordre des Servites de Marie à Bologne en 1755, à l’âge de quinze ans. Il est ordonné prêtre le 24 septembre 1763 et devient au couvent S. Marcello de Rome le 14 avril 1769 maître en théologie. Il poursuit ensuite dans l’ordre des Servites une carrière d’enseignant à Reggio Emilia, Turin, Florence et Rome et est successivement promu à l’intérieur de son ordre vicaire général (1781), prieur provincial du Piémont (1785), vicaire et visiteur général de la Lombardie (1786), procureur général (1786) et enfin prieur général (26 mai 1792), charge qu’il occupe jusqu’à l’occupation de Rome en février 1798.
  2. Entré au service de la Curie en qualité de consulteur des Rites (Notizie de 1793) et du Saint Office (30 octobre 1795), Giuseppe Spina, archevêque de Corinthe et plénipotentiaire du Saint Siège pour les négociations en vue du Concordat avec la France, le choisit en octobre 1800 à Verceil, auprès du cardinal Martiniana, premier interlocuteur de Bonaparte, pour compagnon et théologien consulteur. Arrivés secrètement à Paris le 5 novembre, devant la lenteur des négociations conduites avec l’abbé Bernier, représentant de Bonaparte, le cardinal Consalvi les rejoint en personne à Paris le 20 juin ; le concordat est signé le 15 juillet 1801. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Il accompagne ensuite Giuseppe Spina afin d’opérer le rapatriement de la dépouille de Pie VI : exhumé le 25 décembre 1801, le cercueil quitte Valence le 11 janvier 1802 ; les obsèques solennelles de Pie VI se déroulent à Saint-Pierre les 17 et 18 février 1802. Promu archevêque in partibus de Side le 29 mars 1802, il est consacré à Rome le 4 avril par le tout nouveau cardinal Spina, quatre mois avant d’être lui-même élevé au Sacré Collège.
  3. Cardinal du titre de S. Marcello (20 septembre 1802), Pie VII l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Examen des évêques en théologie, de l’Index et de la Discipline des Réguliers (avant le 29 septembre 1802), puis ultérieurement à celle du Saint Office (28 mars 1803). Il participe aux commissions cardinalices relatives à la réconciliation du clergé constitutionnel français, à l’examen du concordat avec la République italienne (1803) et aux projets de réorganisation ecclésiastique de l’Allemagne (1805). La faveur de Bonaparte et du pape l’élève à l’archevêché de Parme le 28 mai 1804. Il accompagne le pape Pie VII durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805) et prend possession de son diocèse le 1er mai 1805. Il assiste encore le 26 mai 1805 au couronnement de Napoléon à Milan comme roi d’Italie et accueille l’empereur à Parme le 26 juin. Il participe à la demande de Pie VII aux côtés du cardinal Oppizzoni, à une mission conciliatrice auprès de Napoléon, à Milan le 21 décembre 1807, qui se solde par un échec et un ultimatum ; le pape lui reproche amèrement sa faiblesse. Appelé à Paris au printemps 1810, il est au nombre des onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril au second mariage de l’Empereur ; mais il prend soin de sièger parmi les sénateurs et non parmi le Sacré Collège. Il participe l’année suivante au Concile national des évêques français à Paris (17 juin - 5 août 1811) et s’efforce d’obtenir la libération de Pie VII de son emprisonnement de Savone. Accusé publiquement par l’empereur de trahison le 28 juillet 1811, il tombe en disgrâce ; il participe néanmoins aux négociations relatives au concordat de Fontainebleau (25 janvier 1813), mais est tenu en défiance par Pie VII. Il se retire alors dans son diocèse où il publie le 3 juin 1814 une lettre pastorale lors de la dévolution du duché de Parme à l’impératrice MarieLouise. Il est au conclave de Léon XII membre de la minorité « consalvienne » et reçoit, à l’initiative du cardinal Fesch, cinq voix en début de scrutin. Décédé cinq ans plus tard à Parme, il est enseveli dans la cathédrale.
  4. Conclave de Léon XII.

164Sources : HC VII, 9, 42, 299 et 345. MORONI X (1841), 139-140. DBI XXI (1978), 320-323 (Stanislao di Campagnola). PIOLANTI 79. Diario di Roma du 30 avril 1828, n° 35. G.M. ALLODI, Serie cronologica dei vescovi di Parma, Parme, 1856, II, p. 446-499. Umberto BESEGHI, Una missione del cardinal Caselli presso Napoleone, dans Aurea Parma, XXXVI, 1952, p. 227-233. Rodolfo FANTINI, Due cardinali « napoleonisti » : Caselli, vescovo di Parma, e Oppizzoni, arcivescovo di Bologna, dans Aurea Parma, LIII, 1969, p. 153-164. Carlo PIOLA CASELLI, Il cardinale Carlo Francesco Caselli, servita, nel peri-odo napoleonico e di Maria Luisa, dans Rivista storica svizzera, XXVI, 1976p. 33-86.

Giovanni CASTIGLIONE

165Ischia di Castro (Acquapendente), 31 janvier 1742 - Osimo, 9 janvier 1815.

166Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 17 janvier 1803.

1671 – Issu d’une petite localité du Patrimoine, dans le diocèse d’Acquapendente, il appartient à une famille réputée noble qui affirme se rattacher aux Castiglioni de Milan et au pape Célestin IV (1241). Il vient poursuivre à Rome de brillantes études juridiques et théologiques. Membre de l’Académie théologique de la Sapience et de l’Académie de religion catholique, ses succès lui obtiennent la prélature attachée au collège S. Ivo de la Sapience (praesidentiae majoris).

1682 – Entré en prélature à l’âge de 39 ans en qualité de référendaire (25 janvier 1781), Pie VI le nomme successivement président du Collegio germanico-ungarico, secrétaire de la congrégation du Buon Governo (avant le 29 janvier 1787), examinateur des évêques en droit canon (30 octobre 1795), puis commandeur de l’hôpital de S. Spirito in Sassia (avant le 20 février 1796), charge qu’il conserve jusqu’à son élévation au cardinalat. Il poursuit parallèlement une carrière à la Pénitencerie apostolique en qualité de canoniste. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme membre de la congrégation particulière sur les affaires ecclésiastiques (28 juillet 1800), chargée en particulier de l’examen du concordat avec la France. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801).

1693 – Cardinal-diacre à l’âge de 61 ans du titre de S. Maria in Domnica (28 mars 1803), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, des Évêques et Réguliers, de l’Index et du Buon Governo ; il est nommé protecteur de l’Académie théologique de l’université de la Sapience (avant le 9 mars 1803). Il susbstitue le cardinal Leonardo Antonelli en qualité de pro-pénitencier durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805). Pie VII le nomme membre de la congrégation des Rites (19 juillet 1807), puis le fait, le 11 janvier 1808, évêque d’Osimo et Cingoli ; il est consacré à Rome le 31 janvier par le cardinal Crivelli. Décédé à la veille de la restitution des Marches à l’État pontifical, il est enseveli dans la cathédrale d’Osimo.

1705 – On conserve du futur cardinal une De romana cathedra beati Petri oratio (Rome, 1773).

171Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 444. HC VII, 9, 46 et 98. MORONI X (1841), 220. PIOLANTI 75. Diario ordinario du 9 février 1803, n° 220 (festivités à Ischia di Castro en l’honneur du cardinal Castiglione).

Francesco Saverio CASTIGLIONI

172Cingoli, 20 novembre 1761 - Rome, 30 novembre 1830.

173Cardinal le 8 mars 1816.

174Pape le 31 mars 1829 sous le nom de Pie VIII.

1751 – Troisième des huit fils du comte Carlo Castiglioni et Sanzia Ghislieri, il appartient à une famille du patriciat de Cingoli, dans les Marches, sans doute d’origine lombarde ; il se rattache lointainement par sa mère au pape dominicain Pie V Ghislieri (1566-1572). Il poursuit ses études au collège Campana d’Osimo, puis au collège Montalto de Bologne (1776-1785) ; il devient docteur in utroque jure de l’université de Bologne (juin 1785). Il gagne ensuite Rome où il est ordonné prêtre le 17 décembre 1785 et poursuit ses études durant quatre années sous la direction de Giovanni Devoti et Francescantonio Zaccaria. Il s’engage ensuite dans l’administration ecclésiastique et devient successivement vicaire général des diocèses d’Anagni (1789-1790) auprès de Mgr Devoti, de Fano (1790-1797) auprès de Mgr Antongabriele Severoli, futur cardinal, puis d’Ascoli Piceno (1797-1800) auprès du cardinal Archetti. Promu par Pie VlI au lendemain de la première restauration, le 11 août 1800, évêque de Montalto à l’âge de 38 ans grâce à la recommandation de Mgr Severoli, il est consacré à Rome le 17 août par le cardinal Giuseppe Maria Doria et fait évêque assistant au trône pontifical le lendemain 18 août. Au lendemain de l’invasion des Marches par les armées françaises, il refuse de prêter serment à l’empereur Napoléon et conseille à Rome la plus grande fermeté. Il est successivement exilé par les autorités napoléoniennes à Pavie, Mantoue, puis Milan, puis regagne son diocèse au lendemain de la Restauration.

1763 – Cardinal-prêtre à l’âge de 54 ans du titre de S. Maria Traspontina (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de l’Immunité, de l’Examen des évêques en droit canon et Consistoriale. Il est immédiatement nommé, le 8 mars 1816, évêque de Césène, ville natale du pape. Appelé à Rome par Pie VII cinq ans plus tard, il est promu Grand Pénitencier (28 juillet 1821) et fait évêque du siège suburbicaire de Frascati (13 août 1821) ; il est encore nommé préfet de la congrégation de l’Index (10 novembre 1821) et fait membre des congrégations du Saint Office (avant le 24 novembre 1821), des Indulgences (29 décembre 1821), de la Propagande (10 mars 1822) et de la congrégation particulière des affaires de Chine (5 septembre 1822). C’est le candidat du parti « consalvien » au conclave de 1823. Léon XII le nomme examinateur des évêques en théologie (7 novembre 1823) et l’agrège aux congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (12 mai 1824) et de Lorette (29 janvier 1828). Élu pape le 31 mars 1829 au terme d’un conclave de 37 jours, il prend le nom de Pie VIII en hommage à Pie VII et meurt à l’issue d’un pontificat de vingt mois, le 30 novembre 1830 ; il est enseveli à Saint-Pierre de Rome.

1774 – Conclaves de Léon XII et Pie VIII.

178Sources : HC VII, 11, 39, 43, 124 et 270. MICHAUD XXXIII, 232-234 (Artaud de Montor). MORONI LIII (1852), 172-188. DRN III (1933), 896-897 (Alberto Maria Ghisalberti). DTC XII,2 (1935), 1683-1685 (Guillaume Mollat). EncCatt IX (1952), 1508-1510 (Fausto Fonzi). CATH IX (1988), 268-271 (Roger Aubert). PÁSZTOR (AEE), 206. Alexis ARTAUD DE MONTOR, Histoire du pape Pie VIII, Paris, 1844, XL-469 p. O. GAMBARINI, Il Pontificato romano simboleggiato da Pietro Tenerani nel monumento a Pio VIII, Rome, 1866. Antonio TORRIGIANI, I nove Pii Sommi Pontefici. Studii storici, Florence, 1869, 552 p. Guglielmo MALAZAMPA, Una gloria delle Marche. Cenni storico-biografici su Pio VIII dei Castiglioni di Milano trasferiti in Cingoli nel xvi secolo, Cingoli, 1931. Odo FUSI PECCI, La vita del papa Pio VIII, Rome, 1965, XV-289 p. Guglielmo DE GIOVANNI, La Sacra Congregazione di Stato di Pio VIII, dans Studi meridionali, XI, 1978, p. 177-207. Simonetta BERNARDI éd., La religione e il trono. Pio VIII nell’Europa del suo tempo. Convegno di studi, Cingoli, 12-13 giugno 1993, Rome, 1995, VI-408 p.

Castruccio CASTRACANE DEGLI ANTELMINELLI

179Urbino, 21 septembre 1779 - Rome, 22 février 1852.

180Cardinal le 15 avril 1833.

  1. Né de Giuseppe Castracane degli Antelminelli et de la marquise Gentilina Honorati, il appartient à une famille de très ancienne noblesse lucquoise, établie dans les Marches et liée depuis deux siècles à la Curie : Giovanni Battista Castracane († 1595) meurt cardinal et archevêque de Chieti ; un autre Castruccio Castracane (1757-1822), prélat référendaire de Pie VI (1775), meurt doyen du collège des protonotaires apostoliques ; du côté maternel, Bernardino Honorati (1724-1807) est créé cardinal par Pie VI le 23 juin 1777 ; son frère puîné Innocenzo Castracane (1780-1848) sera enfin évêque de Cervia (1834-1838), puis de Césène (1838-1848). Le futur cardinal poursuit ses études au collège scolope des Nobles, à Urbino, puis à Rome, au Collège Romain et à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1803-1807) ; il est nommé coadjuteur du chanoine de Saint-Pierre du Vatican Alessio Falconieri (avant le 13 juin 1807), décédé pendant l’occupation française de Rome.
  2. Entré en prélature à près de 37 ans en qualité de prélat domestique (1816) et de référendaire (18 juillet 1816), il est successivement nommé juge (22 juillet 1816) puis économe et secrétaire (16 janvier 1821) de la Fabrique de Saint-Pierre ; il est également fait prélat de la congrégation du Concile (26 juin 1823). Promu par Léon XII secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (18 décembre 1825) puis secrétaire de la congrégation de la Propagande (15 décembre 1828), il occupe cette dernière fonction jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il est également consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (décembre 1828) et du Saint Office (26 décembre 1828).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 53 ans du titre de Saint-Pierre-aux-Liens (29 juillet 1833), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations du Concile, de la Propagande, de la Fabrique de Saint-Pierre et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 3 août 1833) et le nomme préfet de la congrégation des Indulgences (11 décembre 1834) puis pro-secrétaire des Mémoriaux (avant le 7 octobre 1837) ; il est encore fait membre des congrégations du Cens (3 août 1833), des Évêques et Réguliers (avant le 7 septembre 1833), de la Correction des livres de l’Église d’Orient (Notizie de 1835), de l’Examen des évêques en théologie (avant le 4 avril 1835), du Saint Office (avant le 9 mars 1836), des Indulgences (Notizie de 1843) et Consistoriale (11 novembre 1844). Promu Grand Pénitencier (avant le 12 novembre 1839) et évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina (22 janvier 1844), il est consacré par le pape lui-même à la basilique Saint-Pierre le 11 février ; il est fait également protecteur de l’ordre de Bethléem (avant le 26 décembre 1843) ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour les années 1846-1848 (19 janvier 1846). Pie IX le nomme membre de la Commission de réforme des institutions de l’État pontifical (12 février 1848). Il rejoint le pape à Portici en 1849. Décédé trois ans plus tard, il est enseveli en présence de Pie IX à Saint-Pierre-aux-Liens, près du monument de Jules II.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Il a publié un discours de jeunesse, De cathedra romana sancti Petri principis apostolorum oratio (Rome, 1804) et une brève et originale étude Sulle testimonianze rese dal Corano a Maria Vergine. Ragionamento (Rome, 1845).

181Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 828. HC VII, 26, 38 et 44. WEBER (Kardinäle) II, 449. SPRETI II, 373-375. PROCACCINI, 55. PÁSZTOR (AEE) 206, 210, 213 et 262-264. METZLER 57. Giornale di Roma des 23 et 26 février 1852, n° 43 et n° 46 ; Giornale di Roma du 12 mars 1853, n° 59.

Francesco Guidobono CAVALCHINI

182Tortona, 4 décembre 1755 - Rome, 5 décembre 1828.

183Cardinal in petto le 24 août 1807, publié le 6 avril 1818.

  1. Natif de Tortona, dans le Piémont, de Pier Alberto Cavalchini, gentilhomme de la Chambre du roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne, et d’Antonia Maria Dalla Valle Agnelli Maffei, patricienne de Casale Monferrato, il appartient à une famille du patriciat de la ville ; il a pour grand-oncle le cardinal Carlo Alberto Guidobono Cavalchini (1683-1774), avocat consistorial, élevé au Sacré Collège par Benoît XIV le 9 septembre 1743, victime de l’exclusive de la France lors du conclave de 1758, mort doyen du Sacré Collège. Son père a par deux fois hébergé Pie VII dans sa demeure. Entré à l’âge de treize ans au Collège Clementino de Rome sous la protection de son grand-oncle, il est ensuite élève de l’Académie des nobles ecclésiastiques ; Pie VI le nomme camérier secret surnuméraire (1779).
  2. Entré en prélature à moins de 25 ans en qualité de prélat domestique (1780) et de référendaire (6 juillet 1780), Pie VI le nomme successivement ponent de la Consulte (1784), premier assesseur du tribunal criminel du gouverneur de Rome (14 février 1785), puis clerc de la Chambre apostolique (21 février 1794) et prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 15 mars 1794). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait membre de la congrégation pour le rétablissement de l’ancien système de gouvernement (9 juillet 1800), puis l’élève au poste de gouverneur de Rome (30 octobre 1800) ; il est également fait membre de la commission destinée à la révision des comptes de l’ancienne Giunta di stato mise en place par les autorités napolitaines (avant le 17 décembre 1800). Arrêté le 21 avril 1808 au lendemain de l’entrée de l’armée française à Rome, emprisonné au château Saint-Ange, puis trois mois durant dans la forteresse de Fenestrelle, il est enfin exilé en France méridionale. Rentré à Rome le 28 juillet 1814, il est rétabli dans sa charge (mais non dans ses fonctions, confiées à un pro-gouverneur) le 23 septembre 1814. Il n’est fait cardinal que trois ans et demi plus tard, bien qu’il ait été réservé in petto dès 1807.
  3. Cardinal-diacre à 62 ans du titre de S. Maria in Aquiro (25 mai 1818), Pie VII l’agrège le 29 mai aux congrégations du Concile, de l’Immunité, de la Consulte et du Buon Governo ; il est également fait abbé de Farfa et S. Salvatore Maggiore (avant le 17 juin 1818), membre des congrégations des Eaux (11 août 1820) et des Rites (17 juillet 1821) et camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1822-1823 (19 avril 1822). Il se range parmi les adversaires du cardinal Consalvi et les membres les plus ardents du parti zelante au cours du conclave de septembre 1823. Léon XII le nomme membre de la première congrégation d’État formée au lendemain de son élection (29 septembre 1823), puis successivement préfet de la congrégation du Buon Governo (30 janvier 1824) et membre des congrégations du Cens (8 mars 1824) et Économique (7 avril 1824). « J’aime le caractère ferme et vif de M. le cardinal Cavalchini, l’ancien gouverneur de Rome », écrit Stendhal dans ses Promenades dans Rome (à la date du 20 août 1827). Décédé quatre ans plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Léon XII.
  5. La belle lettre en date du 21 avril 1808 où le gouverneur de Rome proteste de sa fidélité à Pie VII au moment de son enlèvement a été publiée en traduction française par A. ARTAUD DE MONTOR, Histoire du pape Pie VII, Paris, 1836, 2 volumes, tome II, ch. XVII, p. 186-188. Elle a été largement répandue à Rome et en Italie, malgré les efforts de la police.

184Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 440. WEBER (Legati), 362, 563. ASV/SS a. 1817, rub. 31, correspondance avec le cardinal Consalvi autour de sa difficile accession au cardinalat, 1815-1817. HC VII 14 et 45. MORONI XI (1841), 5-6. DEL RE (Governatore), p. 122-123. Diario di Roma des 6 et 13 décembre 1828, n° 98 et n° 100.

Francesco CESAREI LEONI

185Pérouse, 1er janvier 1756 - Iesi, 25 juillet 1830.

186Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 28 juillet 1817.

  1. Originaire d’une famille du patriciat de Pérouse, il devient docteur in utroque jure de l’université de Pérouse (24 septembre 1779). Il vient ensuite poursuivre à Rome ses études à l’Académie des nobles ecclésiastiques (17781784).
  2. Promu dès sa sortie de l’Académie à l’âge de 28 ans auditeur du tribunal de la Rote pour Pérouse par motu proprio du 19 avril 1784, il est admis dans le Tribunal le 26 avril et entre en fonctions le 13 novembre 1784 ; Pie VI lui confère la même année la dignité de prélat domestique. Il est ordonné prêtre le 27 août 1797. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme prelato vicario de la basilique de S. Maria in Cosmedin (juillet 1802), charge qu’il conserve jusqu’au 28 juillet 1817, régent de la Pénitencerie (1804), consulteur de la congrégation des Rites (Notizie de 1808), puis ponent et pro-secrétaire de la congrégation de l’Immunité (avant le 1er juin 1808) au lendemain de l’occupation de Rome par les troupes du général Miollis ; il devient également doyen du tribunal de la Rote (juin 1809). Il retrouve ses fonctions au lendemain de la Restauration ; il est encore fait consulteur du Saint-Office (30 septembre 1814) et membre de la congrégation ad referendum pour l’indemnisation des acquéreurs de biens ecclésiastiques (22 juillet 1816). Promu l’année suivante évêque de Iesi (28 juillet 1817), il est consacré à Rome le 24 août par le cardinal Alessandro Mattei, doyen du Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à 61 ans du titre de S. Maria del Popolo (1er octobre 1817), Pie VII l’agrège le 4 octobre aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, des Rites et de Lorette. Léon XII l’agrège à la congrégation du Saint Office (25 février 1824). Décédé à Iesi six ans plus tard, il est enseveli dans la cathédrale.
  4. Conclave de Léon XII.

187Sources : HC VII 13, 43 et 61. MORONI XI (1841), 121-122. PROCACCINI, 54. CERCHIARI I, 296 et II, 267. TAMBURINI, 185-186, n. 18 et 188n. 23. Diario di Roma du 31 juillet 1830, n° 61. Giovanni Maria CRESCIMBENI, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin, 2e éd., Naples, 1899, p. 41.

Luigi CIACCHI

188Pesaro, 22 décembre 1788 - Rome, 17 décembre 1865.

189Cardinal le 12 février 1838.

  1. Fils du comte Gianbernardino Ciacchi et de la marquise Annunziata Bourbon Del Monte, il appartient par son père à l’une des premières familles du patriciat de Pesaro. Ses premières études, poursuivies à Pesaro, sont marquées par le goût de la poésie (dans le style de l’Arcadie) et la passion de l’agronomie. Établi à Rome dans les dernières années du pontificat de Pie VII, il est nommé par ce dernier camérier secret surnuméraire (17 février 1822) et confirmé dans ce titre par Léon XII (17 février 1824).
  2. Entré en prélature à l’âge de 36 ans en qualité de prélat domestique (2 février 1825) et de référendaire (28 février 1825), il est nommé par Léon XII ponent de la congrégation du Buon Governo (19 mars 1826) et entame une carrière d’administrateur dans l’État pontifical comme vice-légat de la province de Ferrare (1er octobre 1826) puis délégat apostolique de Frosinone (17 mai 1827) et de Spolète et Rieti (15 décembre 1828). Pro-légat de Bologne durant le conclave qui voit l’élection de Pie VIII (11 février 1829), il regagne ensuite sa délégation. Pie VIII le fait délégat de Macerata et Camerino (2 juillet 1830). Rappelé à Rome par Grégoire XVI, il est promu Gouverneur (21 janvier 1834) ; il exerce cette fonction jusqu’à son accession au cardinalat, notamment durant la période du cholera.
  3. Cardinal-diacre du titre de S. Angelo in Piscinula (15 février 1838), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Fabrique, de la Consulte et des Eaux. Pie IX le nomme légat apostolique de Ferrare (29 mars 1847) ; il démissionne de cette charge avant le 3 juillet 1848. Promu dans l’intervalle, alors qu’il est à Ferrare, secrétaire d’État et président du Conseil des ministres (avant le 4 mai 1848), en remplacement du cardinal Antonfrancesco Orioli démissionnaire, il refuse cette nomination le 8 mai ; il renonce également à la légation de Ferrare le 3 juillet. Il se retire ensuite de la vie publique à Pesaro où il se consacre au ministère sacerdotal. Décédé à Rome, il est, après des obsèques à S. Maria in Portico célébrées en présence de Pie IX, enseveli dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Pie IX.

190Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 958. HC VII, 30 et 45. EncCatt III (1949), 1573 (Mario Zazzetta). WEBER (Kardinäle) II, 451. DBI XXV (1981), 80-83 (Giuseppe Monsagrati), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. DEL RE (Governatore), 126. DE MARCHI, 11, n. 2. Giornale di Roma du 18 décembre 1865, n° 287.

Niccola CLARELLI PARACCIANI

191Rieti, 12 avril 1799 - Vico Equense (Sorrente), 7 juillet 1872.

192Cardinal le 22 janvier 1844.

  1. Fils du marquis Giuseppe Clarelli et de Teresa Paracciani, il appartient par son père à une famille inscrite au patriciat de Rieti, marquis de Vacone depuis 1724, et se rattache par sa mère à la famille romaine des Paracciani, inscrite au Livre d’or de la noblesse romaine par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV. Il compte du côté de son père un évêque de Rieti (17611764), Girolamo Clarelli, et du côté de sa mère deux cardinaux, Gian Domenico Paracciani (1646-1721), créé par Clément XI le 17 mai 1706, préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers, puis vicaire de Rome, et son neveu Urbano Paracciani (1715-1777), créé par Clément XIII le 26 septembre 1766, archevêque de Fermo, ainsi que l’auditeur de Rote Pietro Paracciani (1729-1795). Niccola (ou Niccolô) Clarelli s’adjoint à Rome le nom des Paracciani, éteints au xixe siècle dans les Ricci Paracciani. Fait camérier secret (avant le 2 octobre 1819), il est envoyé par Pie VII à Lisbonne en qualité d’ablégat apostolique auprès du cardinal de Cunha, créé dans le consistoire du 27 septembre 1819.
  2. Entré en prélature dès son retour à Rome, à l’âge de 21 ans, en qualité de prélat domestique (avant le 23 juin 1820) et de référendaire (13 juillet 1820), il est ordonné prêtre le 1er juin 1822 et devient docteur in utroque jure de la Sapience (8 juillet 1822). Il est successivement nommé chanoine de Saint-Pierre du Vatican, ponent de la congrégation du Buon Governo (avant le 28 juin 1820), prélat de la congrégation du Concile (21 février 1821), prélat (24 juillet 1821) puis juge (24 février 1822) de la Fabrique de Saint-Pierre et enfin second (10 mars 1823) puis premier (Notizie de 1825) assesseur du tribunal du Gouverneur de Rome. Léon XII le fait secrétaire de la congrégation des Eaux (1er octobre 1826) puis secrétaire et économe de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 7 janvier 1829). Nommé pro-légat de Bologne (4 décembre 1830) pour la durée du conclave qui voit l’élection de Grégoire XVI, il se révèle impuissant devant l’insurrection qui soulève Bologne et les Légation et abdique son autorité entre les mains d’une Commission provisoire de la ville et de la province de Bologne dirigée par les insurgés (4 février 1831), puis regagne Rome où il retrouve ses fonctions à la Fabrique de Saint-Pierre. Promu par Grégoire XVI clerc de la Chambre apostolique et président des Archives (avant le 28 décembre 1836), il est ensuite fait secrétaire de la Consulte (27 janvier 1843), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 44 ans du titre de Saint-Pierre-aux-Liens (25 janvier 1844), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, de la Fabrique et de la Consulte. Promu dès son accession au Sacré Collège évêque de Montefiascone et Corneto (22 janvier 1844), il est consacré à Rome le 11 février par le pape lui-même. Au terme de dix années d’épiscopat, il démissionne de son siège en juin 1854 et regagne Rome. Pie IX le fait aussitôt président de la Commission des Subsides (23 juin 1854), puis le nomme successivement membre des congrégations de la Propagande (avant le 7 août 1858) et du Saint Office (avant le 24 mai 1860), préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers et de la Discipline des Réguliers (10 octobre 1860), secrétaire des Brefs (avant le 24 avril 1863), puis évêque du diocèse suburbicaire de Frascati (22 février 1867) et enfin archiprêtre de la basilique vaticane et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre (16 octobre 1870) ; il devient également protecteur de l’ordre cistercien (avant le 7 novembre 1856) et de l’ordre franciscain conventuel (21 avril 1861). Il est enseveli à Vico Equense.
  4. Conclave de Pie IX.

193Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 896. HC VII, 33-34, 44 et 270. HC VIII, 45. WEBER (Kardinäle) II, 451-452 (fondamental). PIETRAMELLARA II, 84. AMAYDEN II, 137. BASSO 71.

Ercole CONSALVI

194Rome, 8 juin 1757 - Rome, 24 janvier 1824.

195Cardinal le 11 août 1800.

1961 – Né du marquis Giuseppe Consalvi et de la comtesse Claudia Carandini de Modène, il appartient à une famille de petite noblesse et de récente originie plébéienne (son grand-père Brunacci avait été adopté par les marquis Consalvi), qui n’est inscrite ni en 1746 ni par la suite au Livre d’or de la noblesse romaine. Confié à la mort de son père (1763) à la protection du cardinal Andrea Negroni (1710-1789), il est élevé au séminaire-collège de Frascati (1771-1776), dont il sort simple clerc (21 septembre 1776). Il poursuit ensuite, grâce à la protection du cardinal d’York (1725-1807), évêque de Frascati, sa formation à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1776-1781). Il est fait camérier secret supranuméraire en avril 1783 et docteur in utroque jure de la Sapience le 6 janvier 1789.

1972 – Entré en prélature à l’âge de 27 ans en qualité de prélat domestique (juillet 1784) et de référendaire (15 juillet 1784), Pie VI le nomme successivement prélat de la congrégation du Concile, ponent du Buon Governo (août 1786), protonotaire apostolique non participant, administrateur de l’hospice de S. Michele a Ripa, puis votant de la Signature de Justice (avril 1789) et enfin auditeur de Rote pour Rome par motu proprio du 26 mars 1792 ; il est admis dans le Tribunal le 28 mars. Il devient également assesseur de la congrégation militaire (1796). Emprisonné au Château Saint-Ange le 13 février 1798 par les autorités militaires françaises, il est ensuite expulsé de Rome et gagne Naples puis Livourne ; il visite Pie VI à la Chartreuse de Florence dans l’hiver 1799. Nommé pro-secrétaire du conclave qui s’ouvre à Venise le 1er décembre 1799, il facilite l’élection du cardinal Chiaramonti, évêque d’Imola et candidat de réserve du parti Braschi. Pie VII, aussitôt élu le 14 mars 1800, le nomme le 15 mars prosecrétaire d’État alors qu’il n’est pas encore cardinal.

1983 – Cardinal-diacre (il reçoit sous-diaconat et diaconat du pape lui-même les 20 et 21 décembre 1801) à l’âge de 43 ans du titre de S. Agata in Suburra (20 octobre 1800), Pie VII l’agrège le 30 octobre aux congrégations du Saint Office, Consistoriale, du Concile et de la Propagande ; il est encore fait membre de la congrégation du Cérémonial (avant le 28 mars 1801). Il participe personnellement aux négociations du concordat avec la République française, quitte Rome le 6 juin 1801, est à Paris le 20 juin et signe le texte définitif de l’accord le 15 juillet 1801 au terme de tractations laborieuses ; il quitte Paris le 24 juillet et est de retour à Rome le 31 juillet ; le concordat est ratifié par le Saint Siège, malgré les réticences d’une grande partie du Sacré Collège, le 15 août. Promu pro-préfet du tribunal de la Signature de Justice (26 décembre 1801), il est nommé vicaire pontifical avec pleins pouvoirs durant l’absence de Pie VII de Rome à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805) et devient pleinement préfet du tribunal de la Signature de Justice (6 septembre 1805). Partisan d’une politique de fermeté envers l’Empereur et hostile à l’adhésion des États pontificaux au Blocus continental, il est contraint à démissionner de la secrétairerie d’Etat le 17 juin 1806. Au lendemain de l’occupation de Rome par les troupes du général Miollis, il est fait membre de la congrégation pour l’Examen des évêques en droit canon (avant le 26 novembre 1808). Cinq mois après l’enlèvement de Pie VII, il reçoit le 29 novembre 1809 l’ordre de quitter Rome ; comme il refuse d’obtempérer, il est arrêté le 11 décembre et conduit par la police à Paris où il arrive le 20 janvier. Reçu en audience par Napoléon le 26 janvier, il maintient une ligne d’intransigeance et décline le traitement annuel de 30.000F qui lui avait été assigné. Il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Reims où il demeure à partir du 13 juin en compagnie du cardinal Brancadoro jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape le 18 février, il contribue à la rétractation du concordat (24 mars) et reçoit de Pie VII la mission de négocier la restitution des États pontificaux. Il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Béziers ; un ordre du gouvernement provisoire le libère le 2 avril. Parti de Béziers le 20 avril, il rejoint le pape à Rimini le 8 mai. Le 17 mai 1814 à Foligno (la nomination officielle porte la date du 19 mai), le pape le fait à nouveau secrétaire d’État et confie le 19 mai au cardinal Pacca, durant son absence, les fonctions de pro-secrétaire d’État.

199Parti de Foligno le 20 mai 1814, le cardinal Consalvi arrive à Paris le 2 juin, trop tard pour participer aux négociations relatives à la France, conclues par le premier traité de Paris (qui confirme à la France la possession d’Avignon et du Comtat Venaissin), signé par les puissances alliées trois jours plus tôt, le 30 mai. Après avoir été reçu par Louis XVIII, il quitte Paris le 6 juin pour se rendre à Londres où il arrive le 10 juin et est reçu honorablement par le Régent et Castle-reagh ; il réclame la restitution de l’ensemble des États pontificaux par une première note diplomatique datée du 23 juin. De retour à Paris le 9 juillet, il y demeure jusqu’au 20 août afin de défendre l’œuvre concordataire, puis prend la route de Vienne où il s’établit le 2 septembre 1814, pour plus de neuf mois, auprès du Congrès chargé de fixer le règlement de la paix en Europe. Grâce à ses efforts, le traité de Vienne (9 juin 1815) restitue au Saint-Siège les Légations (au sud du Po) et les Marches ainsi que les enclaves de Pontecorvo et de Bénévent ; une convention signée le 12 juin avec Metternich précise les conditions de leur évacuation ; Consalvi adresse enfin le 14 juin une protestation solennelle contre la validité des traités de Tolentino (1797) et de Paris.

200Le cardinal Consalvi regagne Rome le 2 juillet 1815 et reprend le 5 juillet des mains du cardinal Pacca ses fonctions de secrétaire d’État ; il devient aussitôt membre de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Pie VII le nomme encore le 10 mai 1817 secrétaire des Brefs (date à laquelle il abandonne la préfecture du tribunal de la Signature de Justice), le transfère sur le titre diaconal de S. Maria ad Martyres (28 juillet 1817) et lui confère la charge de cardinal-bibliothécaire de l’Église romaine (3 septembre 1817) qu’il détenait en principe depuis son accession à la charge de secrétaire d’État. Il devient également camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1820-1821 (20 février 1820) et pro-préfet des congrégations de la Propagande et de la Correction des livres de l’Église d’Orient (23 mars 1822). A l’issue de huit années de gouvernement, il doit abandonner la Secrétairerie d’État à la mort de Pie VII (20 août 1823) et subir une complète défaite devant le parti zelante au cours du conclave qui voit le 28 septembre l’élection du cardinal Della Genga ; il perd également la préfecture de la Propagande au bénéfice du nouveau cardinal secrétaire d’État Giulio Maria Della Somaglia. Après trois mois de disgrâce complète, Léon XII, au terme d’un long entretien qui marque leur réconciliation, le nomme préfet de la congrégation de la Propagande (13 janvier 1824). Décédé onze jours plus tard, il est enseveli à S. Marcello al Corso.

2014 – Conclave de Léon XII.

2025 – Les Mémoires du cardinal Consalvi, rédigés durant son long exil en France de 1808 à 1814, ont une histoire éditoriale complexe : conservés sous forme manuscrite, ils ont d’abord connu au xixe siècle des éditions en traduction française avant d’être tardivement publiés, après la redécouverte des manuscrits originaux, dans le texte italien. On retiendra ainsi sucessivement : Mémoires du cardinal Consalvi, avec une introduction et des notes par Jacques CRÉTINEAU-JOLY (Paris, 1864, 2 vol. ; nouvelle édition illustrée, augmentée d’un fascicule inédit sur le concile de 1811, publiée par Jean-Emmanuel DROCHON, Paris, 1895, XL-816 p.). Mémoires du cardinal Consalvi. Mémoire inédit sur le concile de 1811, texte italien et français publié par A-Joseph RANCE-BOURREY (Paris, 1895, III-98 p.). On se référera désormais au texte original des Memorie del cardinale Ercole Consalvi, a cura di Mario NASALLI DELLA ROCCA DI CORNELIANO (Rome, 1950, XIX-424 p.). Le Journal et les mémoires relatifs au conclave de Venise ont été retrouvés et édités par Lajos PÁSZTOR : Ercole Consalvi prosegretario del conclave di Venezia, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, LXXXIII, 1960, texte original du Diario en p. 145-187 ; Le Memorie sul conclave tenuto in Venezia di Ercole Consalvi, dans Archivum Historiae Pontificiae, III, 1965, texte original des Mémoires en p. 271-308.

203On possède encore de Consalvi un discours latin de jeunesse, De Christi in coelum ascensione oratio (Rome, 1780). Ses Decisiones d’auditeur de Rote ont été éditées après sa mort.

204L’abondante et très politique correspondance du cardinal secrétaire d’État a été partiellement publiée dans quelques recueils et exploitée dans de nombreuses études. Les lettres de la période de formation font l’objet des recueils de P. WITTCHEN, Briefe Consalvis aus den Jahren 1795-1796 und 1798, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, VII, 1904, p. 139-170 et de Paul COTTIN, Lettres inédites de Maury et de Consalvi au marquis et à la marquise d’Osmond (1793-1798), Paris, 1922, 43 p. La correspondance du cardinal Consalvi avec le cardinal Pacca durant son séjour à Paris, Londres, puis Vienne (mai 1814-juin 1815) a été partiellement publiée dès 1903 par Ilario RINIERI : Corrispondenza inedita dei cardinali Consalvi e Pacca nel tempo del Congresso di Vienna (1814-1815), ricavata dall’Archivio Segreto Vaticano, preceduta da un diario inedito del marchese di San Marzano, Turin, 1903, LXXXII-774 p. On se référera désormais à l’édition intégrale de cette correspondance établie de 1970 à 1973 par Alessandro ROVERI : La Missione Consalvi e il Congresso di Vienna, Rome, 1970-1973, 3 vol., I-7 maggio-29 settembre 1814, 1970, XV-569 p. II-1o ottobre 1814-30 gennaio 1815, 1971, X-626 p. III-1o febbraio-23 giugno 1815, 1973, IX-699 p. La correspondance avec le prince de Metternich a été réunie par Charles VAN DUERM, Correspondance du cardinal Hercule Consalvi avec le prince Clément de Metternich, 1815-1823, Louvain-Bruxelles, 1899, CXXV-421 p. Quelques éléments de correpondance ont été édités par Pietro PIRRI, L’ultimo carteggio intimo del card. Consalvi, dans La Civiltà cattolica, 1927/3, p. 399-419 ; et par Raffaele COLAPIETRA, Un carteggio inedito del cardinal Consalvi, dans Rassegna di politica e di storia, LXXXVIII, 1962, p. 21-32 et LXXXIX, 1963, p. 16-21.

205Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 486. HC VII, 6, 45 et 46. MORONI XVII (1842), 5-9. EncCatt IV (1950), 394-397 (Massimo Petrocchi). CATH III (1952), 46-47 (Jean Leflon). DHGE XIII (1956), 509-524 (Guillaume Mollat). DBI XXVIII (1983), 33-43 (Alessandro Roveri). PROCACCINI, 53. CERCHIARI II, 271-272. PÁSZTOR (Segreteria) I, 130-143 et passim. METZLER, 33-34. Jakob Ludwig Salomo BARTHOLDY, Züge aus dem Leben des Cardinals Consalvi, Stuttgart-Tübingen, 1824. Luigi CARDINALI, Elogio detto alla memoria di Ercole Consalvi, Pesaro, 1824, 47 p. Scipione COLELLI, In morte di Ercole Consalvi, Rieti, 1825, 12 p. M. CAPEFIGUE, Le cardinal Consalvi, dans Les diplomates européens, Paris, 1843-1847, 4 volumes, II, p. 143-174. Ernest DAUDET, Diplomates et hommes d’état contemporains. Le cardinal Consalvi, 1800-1824, Paris, 1866, 265 p. Jacques CRÉTINEAU-JOLY, Bonaparte, le concordat de 1801 et le cardinal Consalvi, Paris, 1872, 435 p. Leopold von RANKE, Kardinal Consalvi und seine Staatsverwaltung unter dem Pontifikat Pius VII., Leipzig, 1877. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 218 et passim. Engelbert Lorenz FISCHER, Kardinal Consalvi. Lebens - und Karakterbild des grossen Ministers Pius VII., Mainz, 1899, XV-350 p. Eugène-Octave de RICHEMONT, La France et le Saint Siège en 1815 d’après les dépêches entièrement inédites du cardinal Consalvi, dans Le Correspondant, 25 juin 1902, p. 1013-1027. Giuseppe GALLAVRESI, Le prince de Talleyrand et le cardinal Consalvi. Une page peu connue de l’histoire du Congrès de Vienne, dans Revue des questions historiques, XXXIX, 1905, p. 158-172. Eugène-Octave de RICHEMONT, Le Cardinal Consalvi à Paris en 1814, dans Le Correspondant, 25 octobre 1905, p. 246-264. Georges GOYAU, Un an de politique pontificale : Consalvi au congrès de Vienne, dans Revue des deux mondes, 1er septembre 1906, p. 125-163. Giuseppe Alessandro ANGELUCCI, Il grande segretario della Santa Sede. Sunto della vita di Ercole Consalvi, Rome, 1924, 82 p. Pietro PIRRI, Il cardinale Ercole Consalvi nel Io centenario delle morte, dans La Civiltà cattolica, 1924/3, p. 97-114. Pietro PIRRI, Il cardinale Consalvi e mons. Della Genga nella missione a Parigi del 1814, dans La Civiltà cattolica, 1924/3 p. 395-404 et 519-528. Nel primo centenario della morte del cardinale Ercole Consalvi. XXIV gennaio MDCCCXXIV-MCMXXIV, Cité du Vatican, 1925, 128 p. Gellio CASSI, Il Cardinale Consalvi e i primi anni della Restaurazione pontificia (1815-1819), Milan, 1931. Adolfo OMODEO, Cattolicesimo e civiltà moderna nel sec. XIX. Il cardinale Consalvi al Congresso di Vienna, dans La Critica, XXXVI, 1938, p. 426-440 ; XXXVII, 1939, p. 24-36, 201-211, 279297, 355-370 ; repris dans Studi sull’età della Restaurazione, Turin, 1974, p. 365-455. A. GABRIELLI, I due cardinali di Pio VII : Consalvi e Pacca, dans L’Urbe VII, 11, 1941, p. 4-15. Massimo PETROCCHI, La Restaurazione, il cardinale Consalvi e la riforma del 6 luglio 1816, Florence, 1941, VIII-292 p. John Tracy ELLIS, Cardinal Consalvi and Anglo-Papal Relations, 1814-1823, Washington, 1942, XI-202 p. Massimo PETROCCHI, La Restaurazione romana (1815-1823), Florence, 1943, VI-242 p. Angelo MERCATI, Lettere di G.B. Belzoni e E. Frediani al cardinale Consalvi, dans Rendiconti della Pontificia Accademia di archeologia, XX, 1943-1944, p. 287-329. Richard WICHTERICHSein Schicksal war Napoleon. Leben und Zeit des Kardinalstaatssekretar Ercole Consalvi, Heidelberg, 1951. Lajos PÁSZTOR, Ercole Consalvi prosegretario del conclave di Venezia, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, LXXXIII, 1960, p. 99-187. Giorgio FALCO, Il fallimento del cardinal Consalvi, dans Pagine sparse di storia e di vita, Milan-Naples, 1960. Lajos PÁSZTOR, Le Memorie sul conclave tenuto in Venezia di Ercole Consalvi, dans Archivum Historiae Pontificiae, III, 1965, p. 239-308. Raffaele COLAPIETRA, A cento cinquant’anni della morte del cardinale Consalvi (1824-1974), dans Cultura e scuola, XLVIII, 1973, p. 69-85. Alessandro ROVERI, La Santa Sede tra Rivoluzione e Restaurazione. Il cardinale Consalvi, 1813-1815, Florence, 1975, XIV-166 p. Pio VII e il card. Consalvi : un tentativo di riforma nello Stato pontificio, Atti del Convegno interregionale di storia del Risorgimento (Viterbo, 2223 settembre 1979), Viterbe, 1981, 168 p. Philippe BOUTRY, Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaires d’Etat du premier xixe siècle, dans Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, CX, 1998/2p. 591-607.

Cosimo CORSI

206Florence, 10 juin 1798 - Agnano, 7 octobre 1870.

207Cardinal le 24 janvier 1842.

  1. Fils du marquis Giuseppe Antonio Corsi et de la comtesse Maddalena Della Gherardesca, il appartient à une famille du patriciat de Florence, attestée depuis le xiiie siècle ; il compte parmi les siens le cardinal Domenico Maria Corsi (1633-1697), créé par Innocent XI le 2 septembre 1686, mort évêque de Rimini. Cosimo Corsi, après une première formation chez les Scolopes de Florence, est admis parmi les pages d’Elisa Baciocchi (1809-1814). Il reçoit en 1815 les ordres mineurs et vient poursuivre à partir de 1817 ses études à Rome à l’université de la Sapience où il devient docteur in utroque jure (1818).
  2. Entré en prélature à l’âge de 20 ans en qualité de prélat domestique (avant le 20 juin 1818) et de référendaire (16 juillet 1818), il est aussitôt nommé ponent de la congrégation du Buon Governo (avant le 20 juin 1818). Présenté à moins de 21 ans par le grand-duc de Toscane Ferdinand III, sans avoir achevé le cours de ses études, pour occuper la charge d’auditeur du tribunal de la Rote pour Florence, sa nomination (29 novembre 1818), confirmée par motu proprio du 4 décembre, se heurte au refus du Tribunal ; le cardinal Consalvi la fait accepter en échange de la renonciation du Grand Duché à la présentation d’un auditeur. Admis dans le Tribunal le 8 décembre 1819 seulement, Cosimo Corsi entre en fonctions le 15 décembre suivant. Il est ordonné prêtre en 1821. Léon XII le fait consulteur de la congrégation de la Propagande (12 novembre 1826) et secrétaire de la Commission des subsides (22 décembre 1826), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège. Devenu doyen des auditeurs du tribunal de la Rote (6 avril 1835), Grégoire XVI le nomme consulteur de la congrégation du Saint Office (25 avril 1835).
  3. Cardinal-prêtre du titre des SS. Giovanni e Paolo (27 janvier 1842), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations du Concile, de l’Immunité, des Rites et de la Consulte (27 janvier 1842) ; il devient successivement consulteur des congrégations des Évêques et Réguliers (Notizie de 1843) et de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 17 juin 1843) ainsi que protecteur de la congrégation bénédictine de Vallombreuse (20 janvier 1843). Promu par Grégoire XVI le 20 janvier 1845 évêque de Iesi, il est consacré à Rome le 26 janvier par le cardinal Micara. Pie IX le transfère huit ans plus tard, le 19 décembre 1853, sur le siège archiépiscopal de Pise. Il refuse en 1860 de célébrer un Te Deum en l’honeur du roi d’Italie Victor Emmanuel II et est emprisonné durant deux mois à Turin (19 mai - 6 juillet 1860). Il participe aux travaux du concile Vatican I. Décédé au terme d’un épiscopat de dix-sept années, il est enseveli dans l’église paroissiale d’Agnano.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Ses Decisiones (Rome, 1855, 5 vol.) d’auditeur de Rote ont été publiées par l’avocat A. Cavallini. Il a également livré à la publication une Lettera pastorale sulle sacre ordinazioni al clero della città e diocesi di Iesi (Iesi, 1845).

208Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 884. HC VII, 33, 41 et 61. HC VIII, 455. MORONI, LXXXII (1857), 214. EncCatt IV (1950), 651-652 (Mario Zazzetta). WEBER (Kardinäle) II, 453-454. DBI XXIX (1983), 563-566 (Giacomo Martina), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. SPRETI III, 634. CERCHIARI I, 296 et II, 286-287. Elio BABBINI, Il card. Corsi di Pisa, mons. Giovanni Breschi e il P. Ferdinando Giannini al tribunale della pubblica opinione, coll’aggiunta di una lettera sulla festa nazionale e i preti interdetti, Pistoie, 1863, 40 p. Aldo Luigi BROGLIARDI, Il buon pastore, o il cardinal Cosimo Corsi, arcivescovo di Pisa, Pise, 1870, 40 p. P. BILLERI, Elogio funebre del cardinal Cosimo Corsi, Pise, 1870. L. GUASTINI, Il cardinal Cosimo Corsi, discorso funebre, Pise, 1871. Giacomo MARTINA, Pio IX e Leopoldo II, Rome1967, p. 288-320 et passim.

Belisario CRISTALDI

209Rome, 11 juillet 1764 - Rome, 25 février 1831.

210Cardinal in petto le 2 octobre 1826, publié le 15 décembre 1828.

  1. Dernier et seul fils des quatre enfants d’Ascanio Cristaldi († 1802), baron de Noha, et de Marianna Guglielmi, son père appartient à une famille noble de Nardò, dans les Pouilles, établie à Rome au milieu du xviie siècle. Après des études au Collège Romain, Belisario Cristaldi suit des études de droit à la Sapience et devient docteur in utroque jure (1787 ou 1788) ; il poursuit ensuite sa formation juridique en qualité de segreto du tribunal de la Rote, puis d’auditeur du cardinal Della Somaglia. Il accepte le 1er juillet 1798, durant la République Romaine, la direction de l’hospice de Tata Giovanni, à la suite de la mort du fondateur (Giovanni Borgi). Nommé à l’automne 1799 pro-secrétaire puis assesseur de la Junte provisoire mise en place par les autorités napolitaines, il consuit, au lendemain de l’élection de Pie VII à Venise, aux côtés du prince Pietro Gabrielli et du marquis Camillo Massimo, une députation de la ville de Rome auprès du nouveau pape (avril 1800) ; il est nommé avocat consistorial (avant le 26 avril 1800) ainsi qu’avocat des pauvres (19 décembre 1800 - il en faisait fonctions depuis le 4 octobre 1799). Durant l’occupation napoléonienne de Rome, il se démet de toutes ses fonctions, y compris de la direction de l’hospice de Tata Giovanni ; il est expulsé de Rome par les autorités françaises en octobre 1813 et se réfugie à Bologne.
  2. Nommé à l’aube de la Restauration membre de la Commissione di Stato mise en place le 11 mai 1814 par Agostino Rivarola, il est chargé de toutes les affaires du ressort de la congrégation du Buon Governo ainsi que de l’assistance publique ; il est également fait membre de la commission des biens ecclésiastiques (15 mai 1814). Pie VII l’élève à la dignité de prélat domestique (19 juin 1814), le nomme avocat fiscal de la Chambre apostolique et avocat du Peuple Romain (19 juin 1814) et le choisit pour ajutante di studio (8 décembre 1814) ; il reçoit la tonsure le 25 septembre 1814. Il participe en juillet 1815 aux côtés du cardinal Consalvi à la préparation du rétablissement du gouvernement pontifical dans les provinces di seconda recupera (Marches et Légations), puis à la commission pour la réoganisation des œuvres d’assistance (décembre 1815) ; il est envoyé en mission à Milan pour le règlement des dettes contractées par l’ancien royaume d’Italie (avril 1816) et nommé membre de la commission pour la formation du nouveau code de procédure criminelle (avant le 24 juillet 1816). Fait enfin, en qualité d’avocat consistorial, recteur de l’université de la Sapience (avant le 8 octobre 1817), charge qu’il occupe jusqu’à son élévation au Sacré Collège, il est nommé chanoine de Saint-Pierre du Vatican (avant le 17 juin 1818) et entre tardivement en prélature, à l’âge de 54 ans, en qualité de référendaire (12 janvier 1818). Il est, après avoir menacé de démissionner de toutes ses charges en Curie, nommé auditeur de Sa Sainteté (6 juin 1818) et chanoine de Saint-Pierre du Vatican (il prend possession de sa stalle le 28 juin 1818), puis promu trésorier général de la Chambre apostolique (4 juin 1820). Malgré l’hostilité des milieux zelanti à sa politique rigide et protectionniste et à sa collaboration passée avec le cardinal Consalvi, il est maintenu en fonctions par Léon XII jusqu’à son accession au Sacré Collège ; fait membre de la congrégation de la Vigilance (février 1826), il devient également abbé de Farfa et de S. Salvatore Maggiore (1827).
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 64 ans du titre de S. Maria in Portico (21 mai 1829), Pie VIII l’agrège aux congrégations du Concile, de l’Immunité ecclésiastique, de l’Examen des évêques en droit canon et Économique (avant le 30 mai 1829) ; il devient encore camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1830-1831 (15 mars 1830). Il est enseveli en l’église S. Caterina di Siena de la Via Giulia.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI (dont son conclaviste, Giovanni Brunelli, a laissé deux importantes relations).
  5. Belisario Cristaldi a édité les quelque 800 décisions de Rote (17601785) du cardinal Riminaldi (1718-1789), auditeur puis doyen du tribunal : Decisiones Sacrae Rotae Romanae coram Reverendissimo Patre Domino Ioh. Maria Riminaldo eiusdem Sacrae Rotae decano nunc S.R.E. Presbytero cardinali tiuli S. Silvestri in Capite (Rome, 1789-1791, 6 vol.) ainsi que l’Appendix ad Sacrae Rotae Romanae decisiones nuperrimas nunc primum collecta et inserta seriem temporis deposita, adiectis argumentis et summariis accuratissimis (Rome, 1791-1792, 2 vol.). Il a écrit et soutenu en qualité d’avocat consistorial un important traité contre l’usage de la torture, Dissertatio de quaestionibus (Rome, 1801).

211Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 874. HC VII, 21 et 46. MORONI XVIII (1843), 195-197. EncCatt IV (1950), 889-890 (Emma Santovito). DBI XXXI (1985), 1-4 (Marina Caffiero), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. Diario ordinario du 25 décembre 1802, n° 207, annonce de la mort de son père Ascanio, d’apoplexie, et sa sépulture à S. Lorenzo in Lucina. MOSCARINI, 15 et 132. Diario di Roma des 26 février et 9 mars 1831, n° 16 et n° 19. Raffaele COLAPIETRA, Il diario Brunelli del conclave del 1823, dans Archivio storico italiano, CXX, 1962, p. 76-146 ; et Il diario Brunelli del conclave del 1829, dans Critica storica, I, 1962, p. 517-541 et 636-661. Niccolô DEL RE, Il cardinale Belisario Cristaldi e il can. Antonio Muccioli, Cité du Vatican, 1980, 226 p. (fondamental).

Carlo CRIVELLI

212Milan, 20 mai 1736 - Milan, 19 janvier 1818.

213Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 29 mars 1802.

  1. Fils de Stefano Gaetano Crivelli, comte d’Ossolaro et sénateur, de la branche des Crivelli de Pura, et de Cristofora Marliani, il appartient à une famille du patriciat de Crémone et de Milan ; son oncle Ignazio Crivelli (16981768), après une carrière de nonciature à Cologne, à Bruxelles, puis à Vienne, est promu cardinal par Clément XIII le 24 septembre 1759 et sera en 1761 légat de Ravenne ; il est le protecteur de ses premiers pas dans la carrière prélatice. Carlo Crivelli, après avoir poursuivi ses premières études dans sa ville natale, entre à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1755-1759) et acquiert à la Sapience un doctorat in utroque iure (27 juillet 1761). Clément XIII le fait camérier d’honneur.
  2. Entré aussitôt en prélature en qualité de protonotaire apostolique participant, puis de référendaire (6 août 1761), il est successivement nommé consulteur de la congrégation des Rites, prélat de la Fabrique de Saint-Pierre (1765) et ponent de la Consulte (1766). Assesseur du gouverneur de Rome, devenu doyen du collège des protonotaires apostoliques (1774), il est ordonné prêtre le 20 aôut 1775. Nommé par Pie VI archevêque in partibus de Patras (11 septembre 1775), il est fait évêque assistant au trône pontifical le 17 septembre ; il est consacré à Rome par le cardinal Calini le 21 septembre et promu nonce apostolique à la cour de Toscane (23 septembre 1775). Il y demeure près de dix années, jusqu’à son départ pour Rome, le 12 mars 1785. Nommé clerc de la Chambre apostolique et président des archives (14 février 1785), il est promu dix ans plus tard à la charge de gouverneur de Rome (21 février 1794). Destitué par l’autorité militaire française le 12 février 1798, emprisonné au Château Saint-Ange puis à Civitavecchia, il réussit à obtenir sa relégation à Milan. Pie VII ne lui restitue pas la charge de gouverneur lors de la première restauration, mais l’élève bientôt au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 66 ans du titre de S. Susanna (24 mai 1802), Pie VII l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Rites, de la Discipline des réguliers et de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 5 juin 1802). Il est au nombre des quatorze cardinaux expulsés de Rome par les autorités françaises le 23 mars 1808. Autorisé cependant à demeurer en Italie, il s’installe à Milan où il meurt dix ans plus tard ; il est enseveli en l’église S. Maria alla Porta.

214Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 229. WEBER (Legati) 362, 606. HC VI, 331. HC VII, 8 et 45. PROCACCINI, 53. KARTTUNEN, 187, 202 et 241. DEL RE (Governatore), 121. MORONI XVIII (1843), p. 222-223. DBI XXXI (1985), 121-123 (Marta Pieroni Francini), avec une importante annexe de sources et de bibliographie. Diario di Roma du 31 janvier 1818, n° 9. Marie-Caroline de FISCHER-REICHENBACH, Urbain III et Barberousse, et les trois cardinaux Crivelli, Berne, 1940, 94 p.

Ercole DANDINI

215Rome, 25 juillet 1759 - Rome, 22 juillet 1840.

216Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Fils du comte Pietro Dandini et de la comtesse Maria Giovanna Silva, il appartient à une famille d’originie césénate, établie à Rome au milieu du xvie siècle et inscrite au livre d’or de la noblesse romaine par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV ; Pietro Dandini est comprise dans le patriciat urbain par un senatus-consulte du 7 août 1750. Sa famille maternelle (Da Silva ou De Sylva), d’origine portugaise, pourvue d’un titre comtal en 1633, agrégée aux patriciats de Ravenne et de Bologne, puis établie à Rome à partir de 1647 et éteinte dans les Dandini, est également comprise dans la noblesse de Rome par la bulle Urbem Romam. Il compte parmi les siens le cardinal Girolamo Dandini (1509-1559), légat en France, créé par Jules III en 1551, ainsi que plusieurs évêques. Après des études au collège Nazareno de Rome (1772-1779), Ercole Dandini devient bénéficier du chapitre de Saint-Pierre du Vatican (24 décembre 1780) ; il acquiert un doctorat in utroque jure de l’université de la Sapience (2 mai 1785).
  2. Entré aussitôt en prélature à près de 26 ans en qualité de de prélat domestique (11 avril 1785) et de référendaire (12 mai 1785), il est fait chanoine de Saint-Pierre et prélat de la congrégation du Concile (Notizie de 1790). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme assesseur du tribunal du gouverneur de Rome (30 octobre 1800) puis votant du tribunal de la Signature (avant le 1er mai 1802). Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la Commission pour les Conservatoires de la ville de Rome par le délégat extraordinaire Agotino Rivarola (15 mai 1814) ainsi que prélat de la congrégation de la Fabrique (1814) et votant du tribunal de la Signature de Grâce (14 mars 1815). Promu secrétaire et économe de la Fabrique de Saint-Pierre (9 mars 1816), il est nommé quatre mois plus tard commandeur de l’hôpital de S. Spirito in Sassia (22 juillet 1816), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 63 ans du titre de S. Balbina (16 mai 1823), Pie VII l’agrège 19 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de la Fabrique de Saint-Pierre et du Buon Governo et le nomme, dès son élévation au Sacré Collège, évêque d’Osimo et Cingoli (10 mars 1823). Il démissionne de son siège le 23 mai 1824 ; il est nommé membre de la congrégation Économique (26 février 1825). Promu par Léon XII préfet de la congrégation du Buon Governo (3 mars 1828), il occupe cette charge jusqu’à son décès. Pie VIII le fait visiteur apostolique de l’hôpital de S. Spirito in Sassia (18 juin 1829), charge qu’il conserve jusqu’à sa mort. Il est enseveli dans l’église S. Marcello.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. On conserve du futur cardinal Dandini une De Christi Domini resurgentis gloria oratio (Rome, 1779).

217Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 498. GRIMALDI XIX, ff. 199v (prise de possession de son bénéfice). HC VII 15, 40 et 98. MORONI XIX (1843), 89-90. PIETRAMELLARA I, 147-148 et II, 152. AMAYDEN I, 379 et II, 199. NAZARENO 84. Diario di Roma du 25 juillet 1840, n° 59. Antonella BURATTA, Il card. Antonio Sala e la visita apostolica agli Ospedali di Roma, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, XLI, 1987, p. 433-444 (visite apostolique, p. 443, n. 59).

Filippo DE ANGELIS

218Ascoli Piceno, 16 avril 1792 - Fermo, 8 juillet 1877.

219Cardinal in petto le 13 septembre 1838, publié le 8 juillet 1839.

  1. Fils de Vincenzo De Angelis et de la marquise Maria Alvitreti, il appartient à une famille du patriciat d’Ascoli. Au terme de ses études au séminaire d’Ascoli, il vient poursuivre sa formation à Rome, à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1816-1818), et acquiert à l’Université de la Sapience les grades de docteur in utroque jure (22 juillet 1818) et de docteur en philosophie et théologie (25 septembre 1819). Léon XII le fait substitut de la Secrétairerie des Mémoriaux (avant le 5 avril 1823) et camérier secret surnuméraire (avant le 15 octobre 1823).
  2. Entré en prélature à l’âge de 32 ans en qualité de prélat domestique (avant le 4 septembre 1824) et de référendaire (16 septembre 1824), il est aussitôt nommé abréviateur du Parc Majeur de la Chancellerie apostolique (17 septembre 1824) puis chanoine du chapitre de la basilique Sainte-Marie Majeure. Promu par Léon XII évêque in partibus de Leuca (3 juillet 1826), il est consacré à Rome le 26 juillet par le cardinal Galleffi, et envoyé à Forli le 24 juillet en qualité de vicaire apostolique. Rappelé à Rome par Pie VIII, il est fait archevêque de Carthage in partibus le 15 mars 1830 et nommé nonce apostolique à Lucerne (23 avril 1830) ; il quitte Rome le 15 mai. Tranféré à Lisbonne le 13 novembre 1832, cette dernière nomination demeure sans effet du fait de la rupture des relations diplomatiques intervenue entre le Portugal et le Saint-Siège le 29 juillet 1833. Demeuré nonce auprès le la Confédération Helvétique pendant neuf années (1830-1839), il est promu évêque (et archevêque à titre personnel) de Montefiascone et Corneto le 15 février 1838 et entre au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 46 ans du titre de S. Bernardo alle Terme (11 juillet 1839), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations Consistoriale, du Concile, de l’Immunité ecclésiastique et de la Propagande, puis le transfère sur le siège de Fermo (27 janvier 1842) ; il encore fait membre de la congrégation de Lorette (24 janvier 1842). Au cours de la République romaine de 1849, il est arrêté (11 mars 1849) et emprisonné à la rocca d’Ancône ; libéré le 19 juin à la suite de l’intervention française à Rome, il regagne Fermo le 27 juin 1849. Il est fait membre de la congrégation du Saint Office (16 novembre 1854) et reçoit le pape à Fermo (16-18 mai 1857). Arraché à nouveau à son diocèse le 28 septembre 1860 par les autorités du royaume d’Italie, il est retenu pendant six années à Turin ; remis en liberté, il peut annoncer son retour à Fermo le 14 novembre 1866. Pie IX le nomme camerlingue de l’Église romaine et le transfère sur le titre de S. Lorenzo in Lucina (20 septembre 1867).
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Outre des lettres pastorales destinées aux fidèles de Montefiascone et Fermo, le futur cardinal De Angelis a laissé une De cathedra romana divi Petri oratio (Rome, 1818) ainsi qu’un bref opuscule intitulé La questione dei concordati (Rome, 1872).

220Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 946. HC VII, 31, 40, 136, 197, 237 et 270. HC VIII, 61. EncCatt IV (1950), 1253 (Silvio Furlani). DRN II,2 (1930), 847-848 (G. Minozzi). WEBER (Kardinäle) II, 455. PROCACCINI, 55. Osservatore romano du 11 juillet 1877, n° 156. Franco PAPALINI, Delle lodi del cardinale Filippo De Angelis. Orazione, Fermo, 1842, 15 p. Domenico SARTINI, De Philippo De Angelis cardinali archiepiscopo principe Firmanorum commentarius, Montefiascone, 1876, 29 p. Eusebio da Monte Santo, Elogio funebre dell’E.mo e R.mo Card. Filippo De Angelis, Rome, 1877, 37 p. Giuseppe LETI, Fermo e il card. Filippo De Angelis, Milan, 1902, 276 p. Guido PERGALLINA, Il giornale del card. Filippo De Angelis della sua deportazione e dell’assedio del forte di Ancona (1849), dans Atti e Memorie della Deputazione di storia patria per le Marche, V, 1966-1967, p. 119154. P. PETRUZZI, Gliinizi dell’episcopato fermano del card. Filippo Maria De Angelis : il sinodo diocesano del 1845, dans Studia Picena, LXII, 1997, p. 317-362, et Il card. Filippo De Angelis e il sinodo fermano del 1845, dans Maurilio Guasco, Alberto Monticone, Pietro Stella, Fede e libertà. Scritti in onore del p. Giacomo Martina, s.j., Brescia, 1998, p. 219-254.

Emanuele DE GREGORIO

221Naples, 18 décembre 1758 - Rome, 7 novembre 1839.

222Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Troisième fils de Leopoldo De Gregorio, marquis de Squillace, prince de S. Elia, favori et principal ministre de Charles de Bourbon, futur Charles III d’Espagne, et de Maria Josepha Verdugo y Quijada, sa seconde épouse, originaire de Barcelone, il appartient par son père au patriciat de Messine ; le bruit courut tout au long de sa vie qu’il était le fils naturel du roi Charles III. Son demi-frère Giovanni De Gregorio (1729-1791), son aîné de près de trente ans, clerc puis auditeur général de la Chambre apostolique, est élevé au Sacré Collège par Pie VI le 14 février 1785. Destiné à l’état ecclésiastique, il vient poursuivre à Rome ses études au collège Clementino (1766-1776). Pie VI l’élève à la dignité de camérier secret ; il est ordonné prêtre.
  2. Entré en prélature en qualité d’abréviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique, charge que son demi-frère, qui l’avait acquise sous le pontificat de Clément XIII pour 8 000 écus romains, lui cède (Notizie de 1783), il devient successivement prélat domestique, vicaire du cardinal Rezzonico, archiprête de Saint-Jean du Latran (1780) puis, à près de 24 ans, référendaire (12 novembre 1782). Pie VI le nomme lieutenant du tribunal du Vicariat de Rome (1785) et lui confie d’importantes responsabilités en matière de police politique dans la ville. Emprisonné par les autorités militaires françaises (8 mars 1798), il est pressenti par le général Dallemagne pour accéder au projet de création d’un anti-pape et patriarche d’Occident ; il parvient cependant à s’échapper de Rome et à se réfugier auprès de Pie VI à Sienne, puis à Florence ; il collaborre à la préparation de la bulle Quum Nos (13 novembre 1798) relative à l’élection du futur pontife. Après la mort de Pie VI, qu’il n’accompagne pas en France, il se porte à Venise auprès du conclave. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait membre de la commission destinée à la révision des comptes de l’ancienne Giunta di Stato mise en place par les autorités napolitaines (avant le 17 décembre 1800). Promu secrétaire de la congrégation du Concile (23 février 1801), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, ainsi qu’examinateur des évêques en droit canon, il est brièvement nommé prononce apostolique (octobre 1801) auprès du nouveau roi d’Étrurie Louis de Bourbon ; substitué le 22 juin 1802, il reprend à Rome ses fonctions en Curie. Nommé délégat apostolique à Rome (décembre 1809) par le cardinal Di Pietro, contraint de se rendre en France, il est à son tour exilé à Paris par les autorités française au bout de six semaines (31 janvier 1810). Il s’efforce de propager en France la bulle d’excommunication de Napoléon et s’oppose à la nomination du cardinal Maury à la tête de l’archevêché de Paris. Arrêté dans la nuit du 2 janvier 1811 et aussitôt incarcéré à la prison de La Force, puis au fort de Vincennes (22 février 1811), puis à nouveau à La Force, il demeure prisonnier durant trois ans et trois mois en compagnie du futur cardinal Francesco Fontana jusqu’à sa libération, intervenue en avril 1814 ; il se fait remettre à Paris la tiare, l’anneau du Pêcheur et les autres les insignes pontificaux qu’il ramène à Rome. De retour à Rome, il retrouve ses fonctions de secrétaire du Concile ; il est nommé membre de la congrégation pour l’Examen des désordres (31 mai 1814) et de la congrégation de la Réforme (4 juin 1814).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 57 ans du titre de S. Alessio (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Propagande, de l’Examen des évêques en droit canon et du Cérémonial, puis à celles de la Visite apostolique (25 novembre 1817), Consistoriale (Notizie de 1818) et de l’Index (18 novembre 1818) ; le roi Ferdinand Ier des Deux Siciles l’élève encore à la dignité d’archimandrite de Messine (23 septembre 1816). Nommé préfet de la congrégation de l’Immunité ecclésiastique (29 novembre 1818), il est successivement promu préfet de celle du Concile (6 mai 1820) ; Pie VII le fait également membre des congrégations du Saint Office (26 janvier 1820), des Évêques et Réguliers (26 janvier 1820), de l’Examen des évêques en droit canon (5 mai 1821), des Affaires de Chine (8 août 1821) et des Indulgences (29 décembre 1821). Il se range durant le conclave de septembre 1823 parmi les membres du parti zelante et reçoit jusqu’à huit suffrages. Léon XII le fait membre de la première congrégation d’État formée au lendemain de son élection (29 septembre 1823) ainsi que membre des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (12 mai 1824), des Études (28 août 1824) et de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (21 mars 1825). Il fait à nouveau figure de papabile du parti zelante au cours du conclave de 1829 et regroupe jusqu’à 24 voix, manquant de peu l’élection. Pie VIII lui transmet sa charge de Grand Pénitencier (31 mars 1829), le nomme membre de la congrégation d’État (23 avril 1829) et le fait évêque du diocèse suburbicaire de Frascati (18 mai 1829). À nouveau papabile du parti zelante durant le conclave qui suit la mort de Pie VIII, il réunit jusqu’à 17 voix qu’il reporte ensuite sur le cardinal Cappellari. Grégoire XVI le nomme secrétaire des Brefs (11 décembre 1834), puis évêque de Porto, Santa Rufina et Civitavecchia (2 octobre 1837) et vice-doyen du Sacré Collège ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1838-1839 (12 février 1838). Décédé un an plus tard, il est enseveli, après des obsèques à S. Andrea delle Fratte, dans l’église des religieuses carmélites de S. Giuseppe in Capite.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

223Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 468. HC VII, 11, 38, 39 et 40. MORONI XXXIII (1845), 10-16. DHGE XXII (1988), 87-91 (Roger Aubert). DBI XXXVI (1988), 212-215 (Marina Caffiero). BOGLINO 79. Diario di Roma du 9 novembre 1839, n° 89. Le catalogue de la bibliothèque du cardinal De Gregorio a été établi et conservé : Catalogo della libreria già appartenuta all’Eminentissimo cardinale De Gregorio, Rome, 1840, 98 p. (B.A.V. Ferraioli V 6536, int. 1). Giulio BARLUZZI, Elogio storico del cardinal Emanuele De Gregorio, Rome, 1840, 4-53 p. Vittorio Emanuele GIUNTELLA, Di un progetto di eleggere a Roma un antipapa durante l’esilio di Pio VI, dans Rassegna storica del Risorgimento, XLII, 1955, p. 68-71. Guillaume de BERTIER DE SAUVIGNY, Un épisode de la résistance catholique sous le Premier Empire : l’affaire d’Astros, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, XXXV, 1949p. 49-58.

Luigi DEL DRAGO

224Rome, 20 juin 1776 - Rome, 28 avril 1845.

225Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

2261 – Troisième et dernier fils du marquis Giovanni Battista Del Drago Biscia Gentili et de la comtesse Cecilia Negroni, il appartient à une famille de la noblesse romaine : les Del Drago, marquis de Riofreddo par privilège de Grégoire XV, sont inscrits au Livre d’Or du Capitole par la bulle Urbem Romam de Benoît XIV (4 janvier 1746), promus plus tard au patriciat par senatus-consulte du 11 décembre 1802 et élevés au rang de princes (fiefs de Mazzano et Autuni) par bref de Grégoire XVI du 19 juin 1832, en la personne de son frère Urbano Del Drago. La famille Del Drago hérite également du nom et du patrimoine des familles Biscia et Gentili. Par sa mère, il appartient à une famille de tradition curiale : Andrea Negroni (1710-1789), auditeur de Sa Sainteté, est créé cardinal par Clément XIII en 1763 et fait successivement secrétaire des Brefs (1767), puis pro-dataire (1775) ; et son oncle maternel Pietro Maria Negroni est de 1770 à 1816 secrétaire de la congrégation Consistoriale et du Sacré Collège.

227Luigi Del Drago, après des études au séminaire de Frascati, est fait par Pie VI en 1796 coadjuteur de son oncle Pietro Maria Negroni comme chanoine de Sainte-Marie-Majeure, et par Pie VII en 1807, coadjuteur du sous-diacre de la Chapelle pontificale, Felice Grassi, décédé en exil le 10 novembre 1812. Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la Commission pour les Conservatoires de la ville de Rome par le délégat extraordinaire Agotino Rivarola (15 mai 1814) et devient sous-diacre de la Chapelle pontificale ; il refuse les évêchés de Tivoli (avant le 10 avril 1816) et de Césène.

2282 – Entré en prélature au lendemain de la Restauration en qualité de prélat domestique (5 juin 1814), puis, à l’âge de 40 ans, de référendaire (19 novembre 1816), il est aussitôt fait ponent du Buon Governo (21 novembre 1816) puis ponent de la Consulte (avant le 8 octobre 1817) et député des monastères de Rome (1822). Secrétaire de la congrégation palatine instituée par Léon XII pour la réforme des Palais apostoliques (8 novembre 1827), il est promu l’année suivante majordome et préfet des Palais apostoliques (15 décembre 1828), charge qu’il conserve auprès de Pie VIII et de Grégoire XVI jusqu’à son accession au Sacré Collège.

2293 – Cardinal-prêtre à l’âge de 55 ans du titre de S. Lorenzo in Panisperna (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de l’Immunité ecclésiastique, des Indulgences, du Buon Governo et de la Consulte, puis des Évêques et Réguliers (avant le 9 janvier 1833). Promu préfet de la congrégation des Indulgences (avant le 19 juillet 1834) puis président de la Commission des Subsides (11 décembre 1834), il est ensuite nommé archiprêtre de la basilique Sainte-Marie-Majeure (29 juin 1839) et pro-secrétaire des Mémoriaux (11 novembre 1839). Décédé au Palais du Quirinal six ans plus tard, il est, après des obsèques à San Marcello al Corso, enseveli dans la chapelle de famille en l’église S. Maria in Aracoeli. Son frère, le prince Urbano Del Drago Biscia Gentili, hérite de ses biens.

230Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 834. HC VII, 26, 42. PIETRA-MELLARA, I, 151-152. AMAYDEN I, 376-378 et II, 109. MORONI XLI (1846), 277-279. Francesco FABI MONTANI, De’ Suddiaconi epiù particolarmente de’ Liberiani nella Cappella Pontificia. Commentario, Rome, 1863, p. 45-47.

Annibale DELLA GENGA

231Genga (Fabriano), 2 août 1760 - Rome, 10 février 1829.

232Cardinal le 8 mars 1816.

233Pape le 28 septembre 1823 sous le nom de Léon XII.

2341 – Sixième enfant du comte Ilario Della Genga († 1767) et de la comtesse Maria Luigia Periberti († 1811) de Fabriano, il appartient à une famille d’ancienne noblesse féodale de l’Ombrie, inscrite au patriciat de la ville de Spolète, et de tradition curiale : il compte parmi les siens, du côté paternel, un lointain parent cardinal, Giuseppe Vallemani (1648-1725) de Fabriano, ancien majordome et préfet des palais apostoliques, créé par Clément XI le 1er août 1707, ainsi qu’un prélat de Curie, Roberto Della Genga, successivement gouverneur de Todi, Sanseverino, Fano et Orvieto sous Benoît XIII et Clément XII ; du côté maternel, un évêque d’Assise, Mgr Giampè. Entré à treize ans au collège Campana d’Osimo, il se transfère à dix-huit ans au collège Piceno de Rome. Ordonné prêtre à l’âge de 23 ans, le 14 (aliter 7) juin 1783, il poursuit de 1783 à 1790 ses études à l’Académie des nobles ecclésiastiques.

2352 – Entré au service de la Curie en qualité de camérier secret participant (30 janvier 1790) et de membre du secrétariat particulier de Pie VI, ce dernier lui confie le 25 août 1790 l’oraison funèbre latine de l’empereur Joseph II et le fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (6 juillet 1791). Promu le 21 février 1794 archevêque in partibus de Tyr, consacré le 24 février par le cardinal d’York, il est envoyé en qualité de nonce à Cologne le 14 mars. Cologne occupée par les troupes françaises, il se fixe à Augsbourg puis à Munich et poursuit une difficle mission diplomatique de huit années ; nommé également surintendant des missions d’Angleterre et supérieur des missions de Hollande (1er juin 1795), il est substitué dès le mois suivant par Luigi Ciamberlani en qualité de vice-supérieur (avant le 11 juillet 1795). En 1799, il se rend auprès de Pie VI à Florence afin de l’engager en vain à poursuivre vers l’Allemagne, puis regagne son poste. Substitué à son poste au printemps 1802, il quitte l’Allemagne en décembre après avoir refusé une mission diplomatique à Saint-Pétersbourg et regagne Rome (23 juin 1803) où il demeure sans emploi jusqu’à sa nomination en qualité de nonce extraordinaire auprès de la diète de Ratisbonne, le 23 septembre 1805 : il s’y emploie en vain à négocier un concordat général avec la nouvelle Confédération germanique, puis des concordats particuliers avec la Bavière et le Wurtemberg. Appelé à seconder le cardinal de Bayane dans les négociations avec l’Empereur, il le rejoint à Paris le 18 novembre 1807, mais se heurte à l’intransigeance française sur le Blocus continental ; il reçoit ses passeports le 10 janvier 1808 et regagne Rome le 9 février, qu’il retrouve occupée par les troupes du général Miollis depuis le 2 février. Il se retire alors durant six années dans son abbaye de Monticelli, en Ombrie.

236Il est cependant au printemps 1814 l’un des premiers prélats, et le tout premier diplomate, à approcher Pie VII qu’il rejoint à Césène au plus tard le 29 avril. Envoyé auprès de Louis XVIII restauré en qualité de nonce interimaire (4 mai 1814), il est muni d’une lettre de Pie VII à Louis XVIII, rédigée le 30 avril ; il quitte Césène le 7 mai. Il ne parvient à Paris que vingt-deux jours plus tard, le 29 mai, alors que sa tâche est devenue presque sans objet. Rejoint à Paris le 2 juin par le cardinal secrétaire d’État Consalvi, parti de Foligno le 20 mai à bride abattue, sa mission prend fin et il demeure sans emploi à Paris, malade et abattu, plusieurs mois durant. De retour à Rome le 10 décembre, il regagne l’abbaye de Monticelli où il réside jusqu’à son accession au Sacré Collège.

2373 – Cardinal-prêtre du titre de S. Maria in Trastevere (29 avril,1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de la Propagande, des Évêques et Réguliers, de l’Index et de l’Examen des évêques en théologie. Immédiatement nommé le 8 mars évêque de Senigallia, il présente quelques mois plus tard, pour raisons de santé, sans s’être rendu dans son nouveau diocèse, sa démission que Pie VII accepte le 18 septembre, et se retire dans sa propriété de Poreta, près de Spolète, où il se rétablit. Rappelé à Rome par Pie VII, il est fait cardinal vicaire (6 mai 1820) et pro-préfet de la congrégation de l’Immunité ecclésiastique (6 mai 1820), puis membre de la congrégation Consistoriale (24 août 1820) et archiprêtre de la basilique Sainte-Marie Majeure (10 février 1821). Au terme du conclave qui suit la mort de Pie VII, il est porté au pontificat par le parti zelante sur l’indication du cardinal Severoli, victime de l’exclusive de l’Autriche, et élu pape le 28 septembre 1823. Il prend le nom de Léon XII par dévotion pour Léon le Grand et est couronné le 5 octobre. Il s’éteint au terme d’un pontificat de cinq ans et quatre mois et est enseveli à la basilique Saint-Pierre.

2384 – Conclave de Léon XII.

239Sources : HC VI, 424. HC VII, 10, 43 et 342. MORONI XXXVIII (1846), 50-83. DTC IX,1 (1926), 333-334 (Guillaume Mollat). DRN III (1933), 358-359 (Alberto Maria Ghisalberti). EncCatt VII (1951), 1156-1158 (Fausto Fonzi). CATH VII (1975), 328-331 (Jean Leflon). PROCACCINI, 50. GRIMALDI XIX, ff. 212v (prise de possession de son bénéfice). KARTUNNEN, 223 et 245. ILARI, 288-289. ASV/SS Interni a. 1815, rub. 2 (« Conto del viaggio fatto da Della Genga a Parigi nel 1814 »). Luigi AMAT, Solenni funerali celebrati alla santa memoria di Leone XII P.O.M. nella Real Chiesa di Santa Chiara... nel giorno X di marzo MDCCCXXIX, Naples, 1829, 53 p. Alexis ARTAUD DE MONTOR, Histoire du pape Léon XII, Paris, 1843, 2 vol. Pietro PIRRI, Il cardinale Consalvi e mons. Della Genga nella missione a Parigi del 1814, dans Civiltà cattolica, 6 settembre 1824, p. 395-404 ; 20 settembre 1904, p. 519-528. Charles TERLINDEN, Le conclave de Léon XII (2-28 septembre 1823) d’après des documents inédits, dans Revue d’histoire ecclésiastique, XIV, 1913, p. 272-303. Ugo OXILIA, Il conclave di Leone XII, dans Rassegna storica del Risorgimento, VIII, 1921, p. 611-616. Ugo OXILIA, Tre conclavi, dans Rassegna storica del Risorgimento, XX, 1933, p. 563-584. Mario ROSSI, Il conclave di Leone XII, dans Bollettino della R. Deputazione di Storia Patria per l’Umbria, XXXIII, 1935, p. 135-215. Ernesto VERCESI, I papi del secolo xix. Tre pontificati, Leone XII, Pio VIII, Gregorio XVI, Turin, 1936, p. 19-114. Josef SCHMIDLIN, Papst-geschichte der neuen Zeit. I,2 - Leo XII, Pius VIII. und Gregor XVI. (18231846), München, 1934-1935, traduction française, Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La papauté et les Papes de la Restauration. I,2 -Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), édition française, Lyon-Paris, 1940, p. 1-137. Jean LEFLON, Le Pontificat de Léon XII, dans La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 379-408. Raffaele COLAPIETRA, Il diario Brunelli del conclave del 1823, dans Archivio storico italiano, CXX, 1962, p. 76-146. R. SASSI, Su l’origine dei conti della Genga, dans Atti e memorie della deputazione di storia patria per le Marche (Ancona), II, 1962, p. 115-132. Raffaele COLAPIETRA, La Chiesa tra Lamennais e Metternich. Il pontificato di Leone XII, Brescia, 1963, 562 p. (fondamental). A. PAGNANI, Storia della Genga e vita di Leone XII, Fabriano, 1964, 114 p. Raffaele COLAPIETRA, La formazione diplomatica di Leone XII, Rome, 1966, 231 p. (fondamental). Jean LEFLON, Les missions diplomatiques du futur Léon XII Annibale Della Genga, dans Revue d’histoire diplomatique, LXXXI, 1967, p. 18-40. Alan J. REINERMAN, Austria and the papal election of 1823, dans Central European History, III, 1970, p. 229-255. Alessandro ROVERI, La Santa Sede fra Rivoluzione francese e Restaurazione. Il cardinale Consalvi, 1813-1815, Rome, 1974, p. 19-28. Francesco LEONI, Pietro PALAZZINI, Emo SPARISCI, Il pontificato di Leone XII. Annibale Della Genga. Atti del Convegno (Genga, 24 marzo 1990), a cura di Galliano Crinella, Urbino-Fabriano, 1992, 80 p.

Gabriele DELLA GENGA SERMATTEI

240Assise, 4 décembre 1801 - Rome, 10 février 1861.

241Cardinal le 1er février 1836.

  1. Neveu du pape Léon XII, son père, Filippo Della Genga, frère du futur pape, chambellan de l’électeur de Saxe par rescrit du 19 juillet 1777, décédé avant l’accession d’Annibale Della Genga au trône pontifical, épouse la marquise Anna Maria Confidati Sermattei († 1841), héritière de l’une des premières familles du patriciat d’Assise, dont il reprend le nom et les armes. Destiné par Léon XII à entrer en Curie, Gabriele Sermattei reprend le nom des Della Genga ; après des études au collège jésuite d’Orvieto, il obtient un doctorat in utroque jure. Pie VIII l’élève à la dignité de prélat domestique (avant le 10 juillet 1830) et le fait chanoine de Saint-Jean du Latran (avant le 28 juillet 1830) ; il est ordonné prêtre le 26 septembre 1830.
  2. Entré en prélature en qualité de prélat domestique (avant le 10 juillet 1830), puis, à l’âge de 31 ans, en qualité de référendaire (22 mars 1832), il devient aussitôt prélat de la congrégation du Concile (avant le 9 mai 1832), ponent de la Consulte (Notizie de 1832), prélat de la congrégation de Lorette (Notizie de 1833), assesseur du tribunal du Vicariat et député aux monastères de Rome. Promu archevêque de Beyrouth in partibus le 29 juillet 1833, il est consacré à Rome le 15 septembre par le cardinal Pacca. Il est fait l’année suivante évêque assistant au trône pontifical (13 juin 1834) et transféré à moins de 33 ans sur le siège archiepiscopal de Ferrare (23 juin 1834).
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Girolamo degli Schiavoni (21 novembre 1836), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de l’Immunité ecclésiastique et des Rites. Démissionnaire de l’archevêché de Ferrare au terme d’un épiscopat de près de neuf années (13 janvier 1843), il est aussitôt nommé légat apostolique de la province d’Urbino et de Pesaro (19 janvier 1843). Il est membre du parti « génois », favorable à la candidature du cardinal secrétaire d’État Lambruschini, lors du conclave de 1846 et fait figure, après l’élection de Pie IX, de cardinal « grégorien ». Hostile aux réformes, il est substitué à la tête de sa légation par le cardinal Fieschi avant le 24 juillet 1847 ; il est toutefois nommé membre de la congrégation de Lorette (avant le 15 juin 1847). Il émigre à Gaète auprès de Pie IX lors de la révolution romaine de novembre 1848 puis s’établit à Naples. Au lendemain de l’occupation française de Rome par l’armée d’intervention du général Oudinot, il est appelé le 1er juillet 1849 à faire partie, avec les cardinaux Altieri et Vannicelli Casoni, du triumvirat (Commissione governativa di Stato) qui opère la restauration du gouvernement pontifical et prépare le retour de Pie IX à Rome ; il rentre à Rome le 31 juillet 1849. Pie IX le nomme successivement préfet des congrégations des Évêques et Réguliers (avant le 14 avril 1852) ainsi que de la Discipline des Réguliers lorsque la préfecture de cette dernière congrégation est réunie par Pie IX à la préfecture de la congrégation des Évêques et Réguliers (12 mars 1856) ; il est également fait membre des congrégations de la Visite apostolique (24 avril 1850) et du Saint Office (18 mars 1852) ainsi que protecteur des Franciscains conventuels (18 mars 1852), des Minimes (avant le 23 novembre 1852) et des Capucins (10 octobre 1860). Promu secrétaire des Brefs (10 octobre 1860), il meurt cinq mois plus tard et est enseveli, en présence de Pie IX, en l’église S. Lorenzo in Lucina.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On a publié sous son nom une Sommaria esposizione per ordine alfabetico degli ordini e delle leggi relative all’ecclesiastica giurisdizione nella città ed archidiocesi di Ferrara... dal 1834 a tutto il 1842 (Ferrare, 1842).

242Sources : ASR/SG vol. 731, juramenta ff. 9. HC VII, 28, 41, 110 et 194. DRN II,2 (1930), 891 (G. Minozzi). EncCatt IV (1950), 1372-1373 (Emma Santovito). WEBER (Kardinäle) II, 456. MORONI XXVIII (1841), p. 239-265, Giornale di Roma du 11 février 1861, n° 34. CALLIER 89-91. FORCELLA V, 147. Brevi memorie del cardinale Gabriele Della Genga, Civitacastellana, 1861, 12 p.

Giuseppe DELLA PORTA RODIANI

243Rome, 5 septembre 1773 - Rome, 18 décembre 1841.

244Cardinal in petto le 23 juin 1834, publié le 6 avril 1835.

  1. La famille Della Porta, originaire de Côme, est établie à Rome depuis l’aube du xvie siècle ; elle compte plusieurs conservateurs et prieurs des caporioni de la ville et a hérité du palais et des biens des Rodiani au milieu du xvie siècle. Les Della Porta Rodiani sont comtes depuis 1716 par privilège de l’empereur d’Autriche et inscrits au nombre des 180 familles nobles de Rome aux termes de la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV ; son frère aîné, le comte Filippo Della Porta Rodiani (1763-1843), décédé à Rome le 22 octobre 1843, est garde noble. Giuseppe Della Porta Rodiani poursuit ses études au Collège Romain, puis au séminaire de Frascati. Ordonné prêtre le 24 septembre 1796, il devient chanoine de S. Lorenzo in Damaso. Il est promu au lendemain de la Restauration coadjuteur du chanoine Tommaso Boschi, diacre de la Chapelle pontificale (avant le 30 juillet 1814) ainsi que chanoine de Saint-Pierre du Vatican (avant le 30 mars 1816).
  2. Entré en prélature à plus de 43 ans en qualité de prélat domestique (26 mars 1816) et de référendaire (13 mars 1817), il est fait aussitôt ponent de la congrégation du Buon Governo (21 novembre 1816) puis ponent de la Consulte (avant le 8 octobre 1817). Promu lieutenant du tribunal civil du Vicariat (16 octobre 1819) et ponent de la congrégation de l’Immunité (25 décembre 1819), il est nommé deux ans plus tard vicegérent de Rome (2 octobre 1821) ainsi que consulteur de la congrégation du Saint Office (avant le 28 novembre 1821). Fait par Pie VII archevêque in partibus de Damas (19 avril 1822), il est consacré par le cardinal-vicaire Della Genga le 21 avril. Léon XII au lendemain de son élection lui confie l’interim du Vicariat durant près de quatre mois (septembre 1823-janvier 1824) et le fait examinateur des évêques en droit canon (7 novembre 1823). Nommé patriarche latin de Constantinople (16 mai 1823), il exerce durant près de douze années les fonctions de vicegérent (1821-1833). Il est nommé député de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824). Promu par Grégoire XVI à la charge d’auditeur général de la Chambre apostolique (avant le 6 février 1833), il occupe cette charge jusqu’à son élévation au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Susanna (24 juillet 1835), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Visite apostolique, de l’Immunité, de l’Index et des Rites (avant le 1er août 1835), puis le nomme cardinal-vicaire de Rome (30 novembre 1838). Décédé trois ans plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice.

245Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 854. HC VII, 28, 45, 161 et 172. PIETRAMELLARA II, 97-98. AMAYDEN II, 151-152. DEL RE (Vicegerente), 70. ILARI, 289, 291. Diario di Roma des 21 et 28 décembre 1841, n° 102 et n° 104.

Giulio Maria DELLA SOMAGLIA

246Plaisance, 29 juillet 1744 - Rome, 2 avril 1830.

247Cardinal le 1er juin 1795.

2481 – Fils du comte Carlo Maria Capece Anguillara, baron Della Somaglia, et de la comtesse Marianna Fenaroli, il appartient à une famille inscrite aux patriciats de Plaisance et de Milan, apparentée aux Capece de Naples et alliée à la famille du pape Sixte V Peretti ; son compatriote, le cardinal Alberoni (16641752), ancien ministre de Philippe V d’Espagne, est son parrain. Envoyé à Rome à l’âge de douze ans et destiné à l’état ecclésiastique, il est, au terme de ses études au collège Nazareno (1756-1764), fait docteur in utroque jure de la Sapience. Clément XIV le nomme ensuite camérier secret (1769).

2492 – Entré en prélature à l’âge de 28 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (20 mars 1773), Pie VI le nomme successivement votant du tribunal de la Signature de Grâce, protonotaire apostolique non participant, prélat de la congrégation du Concile, puis secrétaire des congrégations des Indulgences (25 mars 1775), des Rites (1784) et enfin des Evêques et Réguliers (1787), charge qu’il conserve jusqu’à son accession au cardinalat. Ordonné prêtre le 2 juin 1787 puis promu patriarche d’Antioche in partibus le 15 décembre 1788, il est consacré à Rome par le cardinal Gerdil le 21 décembre.

2503 – Cardinal du titre de Sainte-Sabine (22 septembre 1795), Pie VI l’agrège le même jour aux congrégations du Saint Office, des Évêques et des Réguliers, des Rites, de l’Immunité et de l’Examen des évêques en théologie, et le nomme le même jour encore vicaire de Rome (charge qu’il conserve jusqu’en 1818), préfet de la congrégation de la Résidence des évêques et préfet du Collège romain ; il est également fait camerlingue du Sacré Collège (24 juillet 1797). C’est à lui que revient en février 1798 la délicate et vaine mission de traiter avec le général Berthier ; il est aussitôt après expulsé de Rome par les autorités françaises. Il participe au conclave de Venise, est confirmé par Pie VII dans ses fonctions de vicaire de Rome (avant le 2 avril 1800) et aussitôt envoyé en qualité de légat pour restaurer le gouvernement pontifical dans la capitale : il arrive à Rome le 7 juin et prépare l’entrée solennelle du pape dans sa capitale libérée, le 3 juillet 1800. Il est successivement nommé membre des congrégations de la Discipline des Réguliers (1800) et des Indulgences (1800) ainsi que de la congrégation particulière sur les affaires ecclésiastiques (28 juillet 1800), chargée en particulier de l’examen du concordat avec la France, promu préfet de la congrégation des Rites (30 octobre 1800) et transféré sur le titre cardinalice de S. Maria sopra Minerva (20 juillet 1801) ; il est fait également protecteur de l’ordre cistercien (avant le 24 juillet 1802). Il est parmi les quatorze cardinaux expulsés de Rome sur la pression des autorités françaises le 23 mars 1808. Exilé en France, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Mézières où il demeure en compagnie du cardinal Scotti Gallarati jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Draguignan ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril et il regagne aussitôt Rome.

251Au lendemain de la Restauration, il devient successivement secrétaire de la congrégation du Saint Office (20 mai 1814) et évêque du diocèse suburbicaire de Frascati (26 septembre 1814) ; il est également fait membre des congrégations pour l’Examen des désordres (31 mai 1814) et de la Réforme (4 juin 1814) ainsi que de la nouvelle congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814). Confirmé dans ses fonctions d’archiprêtre de la basilique Saint-Jean du Latran (avant le 3 août 1814), il devient membre de la congrégation particulière (30 décembre 1814), puis cardinalice (22 juillet 1816) pour la réforme des Études ainsi que de la congrégation Économique (26 juillet 1815). Durant le voyage de Pie VII à Gênes, il gouverne Rome du 22 mars au 7 juin 1815 en qualité de président de la Giunta di Stato ; il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Promu vice-chancelier et sommiste de l’Église (23 septembre 1818), il reçoit encore la commende de S. Lorenzo in Damaso (18 octobre 1818) ; il est nommé six mois plus tard évêque de Porto, Santa Rufina et Civitavecchia et devient vice-doyen du Sacré Collège (21 décembre 1818). Pie VII l’agrège encore aux congrégations de la Propagande et des affaires particulières de Chine (10 novembre 1818) ainsi que de l’Index (18 novembre 1818) et de la Visite apostolique (27 mars 1819). Promu doyen du Sacré Collège et préfet de la congrégation Cérémoniale (10 mai 1820), il est transféré sur le siège suburbicaire d’Ostie et de Velletri (29 mai 1820) ; il est encore nommé membre des congrégations pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (5 mai 1821) et du Cens (Notizie de 1823). Il prend part au conclave de septembre 1823 dans les rangs du parti zelante. Le jour même de son élection (28 septembre 1823), Léon XII le fait à l’âge de 79 ans cardinal-secrétaire d’État ; il conserve ce poste près de cinq années, jusqu’à sa démission au mois de juin 1828. Il est nommé membre de la première congrégation d’État formée par Léon XII au lendemain de son élection (29 septembre 1823), préfet des congrégations de la Propagande et la Correction des livres de l’Église d’Orient (du 28 septembre 1823 au 13 janvier 1824 puis à nouveau du 24 janvier 1824 au 1er octobre 1826), membre de la congrégation Consistoriale (21 avril 1825) ainsi que bibliothècaire de l’Église romaine (1er octobre 1826). Substitué dans sa charge de cardinal secrétaire d’État (17 juin 1828), Pie VIII le nomme membre de la congrégation d’État formée au lendemain de son avènement (23 avril 1829). Décédé l’année suivante à l’âge de 86 ans, il est, après des obsèques à S. Lorenzo in Damaso, enseveli à S. Maria sopra Minerva.

2524 – Conclaves de Pie VII, Léon XII et Pie VIII.

2535 – On conserve du cardinal Della Somaglia quelques brèves compositions littéraires : De Christi Domini resurgentis gloria oratio (Rome, 1763) ; In lode delle belle arti (Rome, 1775) ; Delle arti del disegno (Rome, 1775) ; ainsi qu’un Ragionamento... in onore della Santità di N.S. Leone XII (Rome, 1825).

254Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 360. HC VI, 38, 49 et 87. MORONI LXVII (1854), 175-181. EncCatt IV (1950), col. 1382-1383 (Emma Santovito). NAZARENO, 81-82. ILARI, 286-287. DE MARCHI, 9. PASZTOR (Segreteria), I, 130-131, 143-147 et passim. PASZTOR (AEE), 205. METZLER, 3435. Diario di Roma des 3 et 7 avril 1830, n° 27 et n° 28. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (18101814), Paris, 1895, p. 228 et passim.

Camillo DE SIMONE

255Bénévent, 13 décembre 1737 - Sutri, 2 janvier 1818.

256Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 22 juillet 1816.

2571 – Issu de l’une des premières familles du patriciat de Bénévent, il est le neveu du cardinal Gennaro De Simone (1714-1780), créé par Clément XIV le 15 mars 1773 et successivement évêque de Pesaro (1775-1779) puis préfet de la congrégation de l’Immunité. Il est tonsuré le 21 décembre 1756 et devient docteur in utroque jure de la Sapience (16 février 1771). Il est également nommé consulteur de la congrégation de l’Index. Deux ans après la mort de son oncle, il est promu par Pie VI, le 16 décembre 1782 à l’âge de 44 ans, évêque du diocèse de Sutri et Nepi et consacré à Rome le 9 mars 1783 par le cardinal Antamori ; il est fait évêque assistant au trône pontifical (17 juin 1784). Il gouverne son diocèse avec zèle durant 35 années. Exilé en France durant quatre années par les autorités impériales pour avoir refusé de prêter serment à l’empereur après l’annexion des États pontificaux, il retrouve son diocèse au printemps 1814.

2583 – Cardinal-prêtre à l’âge de 78 ans du titre de Saint-Jean-Porte-Latine (23 septembre 1816), Pie VII l’agrège le 25 septembre aux congrégations du Concile, de l’Immunité, de l’Index et de la Discipline des Réguliers. Décédé deux ans plus tard à Sutri, il est enseveli dans la cathédrale.

259Sources : HC VI, 307. HC VII 12 et 41. MORONI LXI (1854), 161-162. Diario di Roma du 7 janvier 1818, n° 2. Claudio CANONICI, Giuramenti, adesioni e ritrattazioni nel periodo napoleonico e nella Restaurazione. Il caso della diocesi di Sutri, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, XL, 1986, p. 404-445.

Domenico DE SIMONE

260Bénévent, 29 novembre 1768 - Rome, 9 novembre 1837.

261Cardinal le 15 mars 1830.

  1. Cinquième enfant du marquis Filippo De Simone, premier chambellan du roi de Naples, et de Vincenza Capece Scondito, il appartient à l’une des premières familles du patriciat de Bénévent. Petit-neveu du cardinal Gennaro De Simone (1714-1780), neveu du cardinal Camillo De Simone (1737-1818), évêque de Nepi et Sutri (cf. sopra), il reçoit sa première éducation au collège S. Carlo a Mortella de Naples. Il gagne ensuite Rome sous la protection de son oncle et poursuit ses études au collège Nazareno de 1781 à 1788 puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques de 1789 à 1792.
  2. Entré en prélature à l’âge de 24 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (13 décembre 1792), il est nommé par Pie VI gouverneur de Fabriano (Diario ordinario du 21 février et bref du 7 mars 1794) ; il conserve sa charge jusqu’à l’invasion française de Rome des États pontificaux puis se réfugie à Naples puis à Bénévent avec son oncle. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait ponent de Consulte (30 octobre 1800) puis gouverneur d’Orvieto (Diario ordinario du 1er mai et bref du 31 août 1802) et enfin gouverneur de Montalto (Diario ordinario du 11 et bref du 17 février 1807), dans les Marches, où le surprend l’année suivante l’invasion française. Nommé gouverneur de Viterbe (bref du 24 mars 1809), il se retire ensuite à Orvieto dans la vie privée. Au lendemain de la Restauration, Pie VII le nomme successivement délégat apostolique de Spolète (6 juillet 1815) puis de Pérouse (17 février 1816) et enfin clerc de la Chambre apostolique (1er octobre 1817) ; il devient à ce dernier titre assesseur de la congrégation militaire (avant le 10 juin 1820) et préfet de l’Annone (18 décembre 1825). Léon XII l’appelle ensuite auprès de lui en qualité de maestro di camera (15 décembre 1828), charge que lui conserve Pie VIII jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il devient également protonotaire apostolique non participant (28 décembre 1828).
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 62 ans du titre de S. Angelo in Pescheria (5 juillet 1830), Pie VIII l’agrège le même jour aux congrégations des Indulgences, du Buon Governo, Économique et pour la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs. Il est aussitôt nommé légat apostolique de Ferrare (avant le 24 juillet 1830) et reçoit effectivement le diaconat le 18 décembre 1830. Il quitte quatre mois plus tard sa légation pour entrer au conclave ouvert à la mort de Pie VIII et n’y retourne pas pour cause d’insurrection. Il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1832-1833 (24 février 1832). Grégoire XVI le fait membre de la congrégation du Cens (17 juillet 1833). Décédé au terme d’une longue maladie, il est enseveli, après des obsèques à S. Lorenzo in Damaso, dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Grégoire XVI.

262Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 582. NAZARENO, 84. PROCACCINI, 54. WEBER (Legati) 226, 299, 324, 434, 639-640. HC VII, 23. MORONI LXVI (1854), 162-163. Diario di Roma des 11 et 25 novembre 1837, n° 90 et n° 94. Alfredo ZAZO, Dizionario biobibliografico del Sannio, Naples, 1973p. 154-158.

Michele DI PIETRO

263Albano, 18 janvier 1747 - Rome, 2 juillet 1821.

264Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 9 août 1802.

2651 – L’un des quatre fils de Domenico Di Pietro, riche mercante di campagna d’Albano, il appartient à une famille du ceto civile en voie d’enrichissement rapide. Son père acquiert une fortune considérable dans le commerce du charbon de bois entre le royaume de Naples et les États pontificaux et fonde en 1774 une primogéniture. Son frère aîné, Panfilo, intendant du duc Francesco V Caetani, membre de l’administration municipale de la ville de Rome (28 octobre 1809), est à la fin du xviiie siècle l’un des premiers mercanti di campagna de la ville de Rome et s’enrichit considérablement dans la vente des biens nationaux à l’époque de la République romaine ; son fils Domenico, neveu du cardinal, épouse le 6 novembre 1803 Faustina Caetani. Son autre frère, Pasquale Di Pietro (1731-1804), est avocat consistorial, puis recteur de l’université de la Sapience ; il fonde en 1784 une école de sourds-muets dont le cardinal Di Pietro assurera après son décès le fonctionnement dans son propre palais. Son dernier frère, Domenico, subit par contre des pertes considérables dans le commerce du charbon de bois entre Rome et Toulon.

266Élevé au séminaire d’Albano puis au Collège romain, Michele Di Pietro devient docteur in utroque jure de la Sapience (4 juin 1768) ; bénéficiaire de la basilique Saint-Pierre du Vatican, il publie en 1769 le catalogue des thèses de théologie soutenue dans l’université de la Sapience. Promu la même année lecteur surnuméraire de droit à l’Arciginnasio de la Sapience, il est ordonné prêtre le 28 octobre 1771. Il devient en 1782 professeur de droit canon dans la même université, et assume au Collège romain, après la suppression de la Compagnie de Jésus, les fonctions de professeur de théologie et d’histoire ecclésiastique. Il devient en 1788 préfet des études du Collège Urbain de la Propagande.

2672 – Entré au service de la Curie en qualité de consulteur du Saint Office (19 janvier 1787), il est choisi par Pie VI pour assumer de 1789 à 1794 le secrétariat des trois congrégations successives (formées successivement le 3 février 1789, le 9 novembre 1790 et le 31 mars 1792) qui préparent la condamnation des actes du concile de Pistoie par la bulle Auctorem fidei (28 août 1794). Il assume également à partir de 1790 le secrétariat de la congrégation pour les Affaires de France, chargée de l’examen de la constitution civile du clergé et de l’examen des questions née de l’évolution politico-religieuses de la France révolutionnaire. Ayant en 1792 abandonné son enseignement à la Sapience, il est promu le 21 février 1794 évêque in partibus d’Isaure ; consacré à Frascati le 24 février par le cardinal d’York, il est également nommé examinateur du clergé romain, prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 26 avril 1794) et examinateur des évêques en droit canon (30 octobre 1795). C’est à lui que Pie VI, en quittant Rome le 20 février 1798, confie les pleins pouvoirs en qualité de délégué apostolique de la ville ; arrêté le 13 mai suivant, il est emprisonné au Château Saint-Ange, puis libéré contre une forte rançon ; en mai 1799, à nouveau menacé d’arrestation, il se réfugie dans la clandestinité ; abrité dans la famille de Giuseppe Antonio Sala, puis par les relisieuses visitandines de la Lungara, il reprend ses fonctions lors de l’arrivée des Napolitains au sein de la Giunta provisoire de gouvernement (4 octobre 1799). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme secrétaire de la congrégation particulière sur les affaires ecclésiastiques (28 juillet 1800), chargée en particulier de l’examen du concordat avec la France, puis, le 22 décembre 1800, l’élève à la dignité de patriarche latin de Jérusalem et le fait évêque assistant au trône pontifical. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801).

2683 – Cardinal-prêtre du titre de S. Maria in Via (20 septembre 1802), Pie VII l’agrège aux congrégations de la Propagande, de l’Examen des évêques en théologie, de l’Index et de l’Immunité (avant le 29 septembre 1802), puis ultérieurement à celle du Saint Office (28 mars 1803). Il est fait également protecteur des collèges maronite (avant le 18 août 1802) et grec (avant le 20 novembre 1802) de Rome et reçoit l’abbaye des SS. Clemente et Pancrazio de Rome (avant le 25 septembre 1802). Il accompagne le pape Pie VII durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 -16 mai 1805) tout en demeurant l’un des plus fermes partisans d’une politique d’intransigeance. Pie VII le nomme successivement pro-préfet de la Propagande (24 mai 1805) puis, au lendemain de l’occupation de Rome par les troupes du général Miollis, pro-secrétaire des Mémoriaux (avant le 14 septembre 1808) et membre de la congrégation du Concile (avant le 26 novembre 1808). Fait à nouveau, dès 1807, délégué apostolique pour la ville de Rome en cas de départ du pape, confirmé dans ses facultés en juin 1809, il est l’un des principaux artisans de la bulle d’excommunication Quum memoranda du 10 juin 1809. Exilé en France au lendemain de l’enlèvement du pape, il transmet ses facultés à Emanuele De Gregorio. Il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Se-mur-en-Auxois où il est rejoint par les cardinaux Gabrielli et Oppizzoni ; Pie VII le nomme néanmoins, depuis Savone, Grand Pénitencier à la mort du cardinal Leonardo Antonelli (23 janvier 1811) ainsi que délégué apostolique pour les affaires de France. Ramené à Paris et emprisonné le 22 janvier 1811 dans le donjon de Vincennes, il n’est libéré, après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, que le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est, à la suite de la dénonciation du concordat intervenue le 24 mars, rendu responsable de la rétractation de Pie VII, enlevé de Fontainebleau dans la nuit du 5 avril 1813 et à nouveau exilé à Auxonne ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril 1814 et il regagne aussitôt Rome.

269Au lendemain de la Restauration, Pie VII le confirme le 20 mai 1814 à Foligno dans sa charge de Grand Pénitencier de l’Église romaine et l’agrège aux congrégations pour l’Examen des désordres (31 mai 1814) et de la Réforme (4 juin 1814), à la nouvelle congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814) ainsi qu’à celle des Évêques et Réguliers (4 septembre 1814). Choisi pour délégué apostolique à Rome durant le séjour de Pie VII à Gênes (du 22 mars au 7 juin 1815), il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Promu l’année suivant évêque du diocèse suburbicaire d’Albano, sa ville natale (8 mars 1816), il est encore fait membre de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient lors de sa recomposition (30 juin 1816) ainsi que membre de la congrégation cardinalice pour la réforme des Études (22 juillet 1816). Pie VII le nomme enfin préfet de l’Index (25 septembre 1818) et préfet des études de l’Université Grégorienne (9 mai 1820), le transfère à la tête du diocèse suburbicaire de Porto et S. Ruffina et le fait vice-doyen du Sacré Collège (29 mai 1820). Décédé un an plus tard, il est, après des obsèques à S. Carlo ai Catinari, enseveli dans la cathédrale d’Albano.

270Sources : HC VI, 245. HC VII, 9, 37, 38, 43 et 214. MICHAUD XXXIII294-295 (Artaud de Montor). MORONI LIII (1851), 37-39. EncCatt IV (1950), 1684 (Ireneo Daniele). DBI XL (1990), 245-248 (Marina Caffiero) (avec références à l’ensemble des sources et de la bibliographie). Diario ordinario du 27 janvier 1787 n° 1260 (première promotion en Curie). Diario ordinario des 5 et 9 novembre 1803, n° 297 et n° 298 (mariage Caetani-Di Pietro). Diario ordinario du 2 mai 1804, n° 35 (décès de Pasquale Di Pietro). Diario di Roma des 4 et 14 juillet 1821, n° 53 et n° 56. PIOLANTI 77. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 224 et passim. PASZTOR (AEE), 205. Guillaume de BERTIER DE SAUVIGNY, Un épisode de la résistance catholique sous le Premier Empire : l’affaire d’Astros, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, XXXV, 1949, p. 49-58. Lajos PASZTOR, La Curia romana e il giansenismo. La preparazione della bolla Auctorem Fidei, dans Actes du colloque sur le jansénisme, Louvain, 1977, p. 89-104. Pierre BLET, Garampi et la constitution civile du clergé, dans Miscellanea in onore di Monsignor Martino Giusti, Cité du Vatican, 1978, I, p. 131-159. Pietro STELLA, Il Sinodo e l’Auctorem Fidei dalla Rivoluzione a oggi, dans Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, Florence, 1986, 2 vol., tome II, p. 149-183. Pierre BLET, Pie VI et la Révolution française, Rome, 1987, 18 p. Pietro STELLA, Quod primum tempore : progetto di bolla pontificia per la condanna del sinodo di Pistoia, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XLV/1, 1991, p. 1-41. Gérard PELLETIER, La théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française, 1789-1799, thèse de doctorat, Université de Paris IV-Sorbonne - Institut catholique de Paris, 2000, 3 volumes dactylographiés en 926 p., passim.

Antonio Maria DORIA PAMPHILI

271Naples, 28 mars 1749 - Rome, 31 janvier 1821.

272Cardinal le 14 février 1785.

2731 – Second fils du prince Giovanni Andrea IV Doria Landi Pamphili (17041764), héritier de la primogéniture Pamphili à la suite du décès du prince Camillo Pamphili (1760), et de Eleonora Carafa della Stadera (1727-1765), il appartient à l’illustre famille d’origine génoise des Doria, ducs de Melfi. Il compte parmi les siens quatre cardinaux Doria, Girolamo Doria († 1558), ambassadeur de la République de Gênes auprès de Jules II, créé par Clément VII en 1528, mort évêque de Noli ; Giovanni Doria (1554-1624), par quatre fois vice-roi de Sicile, créé par Clément VIII le 9 juin 1604, mort archevêque de Palerme ; Sini-baldo Doria (1664-1733), maestro di camera d’Innocent XIII (1721), puis de Clément XII qui l’élève au Sacré Collège le 24 septembre 1731, mort archevêque de Bénévent ; et Giorgio Doria (1708-1759), son oncle, nonce apostolique auprès de la diète de Francfort, créé par Benoît XIV le 9 septembre 1743, légat de Bologne durant dix années, mort préfet du Buon Governo. Il se rattache également, à travers son arrière-grand-mère Anna Pamphili († 1728), à la famille du pape Innocent X Pamphili (1644-1655) et à ses trois cardinaux, Girolamo Pam-fili (1545-1610), disciple de Filippo Neri, doyen du tribunal de la Rote, créé par Clément VIII le 9 juin 1604, mort vicaire de Rome ; Camillo Pamphili († 1666), créé par Innocent X le 14 novembre 1644, cardinal-neveu et légat d’Avignon, qui renonce au cardinalat le 21 janvier 1647 et épouse le 10 février 1647 Olimpia Aldobrandini, veuve de Paolo Borghese et petite-nièce de Clément VIII ; et Benedetto Pamphili (1653-1730), créé par Innocent XI le 1er septembre 1681, préfet de la Signature, légat de Bologne, mort bibliothécaire de l’Église. Son frère cadet Giuseppe Maria Doria Pamphili (1751-1816), nonce à la cour de Versailles, est élevé avec lui au Sacré Collège par Pie VI lors de la même promotion cardinalice.

274Antonio Maria Doria Pamphili est élevé à Gênes, par des précepteurs privés, jusqu’au transfert de sa famille à Rome en mai 1761 ; il poursuit ensuite ses études au Collège des nobles sous la direction des Jésuites puis, à la suite de leur expulsion du royaume de Naples et en obéissance aux directives de Charles III d’Espagne, au collège Clementino des Somasques (mai 1767), enfin à l’université de la Sapience où il devient docteur in utroque jure (15 juillet 1769).

2752 – Entré aussitôt en prélature dès l’âge de vingt ans en qualité de protonotaire apostolique participant, puis de référendaire (27 juillet 1769), Clément XIV le fait clerc de la Chambre apostolique, et Pie VI, président de la Grascia (1778) puis maestro di camera (1780).

2763 – Cardinal-diacre à l’âge de 35 ans du titre de Saint-Côme-et-Damien (11 avril 1785), Pie VI l’agrège le même jour aux congrégations des Rites, de la Consulte, du Buon Governo et de l’Immunité ; il reçoit les ordres mineurs, le sous-diaconat et le diaconat les 8, 14 et 16 mai 1785 et devient encore membre de la congrégation de la Discipline des Réguliers (Notizie de 1787). Il est successivement transféré par Pie VI le 30 mars 1789 sur le titre cardinalice de S. Maria ad martyres et fait protecteur de l’ordre des Célestins (avant le 20 février 1796). Établi à Naples à l’automne 1797, il y demeure durant l’occupation française de Rome, puis se réfugie à Messine à l’automne 1798 et gagne ensuite Trieste puis Venise et Padoue. Il participe au conclave de Venise et regagne Rome aux côtés de Pie VII le 3 juillet 1800. Au lendemain de la première restauration, il est à nouveau transféré par Pie VII sur le titre cardinalice de S. Maria in Via Lata (2 avril 1800), agrégé à la congrégation particulière pour la réforme des Palais apostoliques (9 juillet 1800), puis promu préfet de la congrégation des Eaux (avant le 4 mars 1801) et fait membre de la congrégation du Cérémonial (avant le 28 mars 1801). Il est parmi les quatorze cardinaux expulsés de Rome par des autorités françaises le 23 mars 1808 en qualité de ressortissant étranger aux États pontificaux et se retire à Gênes puis à Pegli avec son frère Giuseppe. Transféré à Paris, il est au nombre des onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril 1810 au second mariage de l’Empereur. Il obtient à l’automne 1810 de pouvoir quitter Paris pour raisons de santé et s’établit à Gênes. Au lendemain de la Restauration, il regagne Rome où Pie VII le nomme camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1818-1819 (16 mars 1818), archiprêtre de la basilique Sainte-Marie Majeure (10 octobre 1819) et préfet de la congrégation de la Discipline des réguliers (11 septembre 1820). Il meurt à Rome quatre mois plus tard et est enseveli à S. Maria in Vallicella.

2774 – Conclave de Pie VII.

278Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 324. HC VI, 35. MORONI XX (1843), 220-221. DHGE XIV (1960), 1517 (Roger Aubert). DBI XLI (1992), 470-472 (Marina Formica). Diario di Roma des 31 janvier et 7 février 1821, n° 9 et n° 11.

Giorgio DORIA PAMPHILI

279Rome, 17 novembre 1772 - Rome, 16 novembre 1837.

280Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 22 juillet 1816.

2811 – Fils du prince Andrea IV Doria Pamphili Landi (1747-1820) et de Léo-poldine de Savoie-Carignan (1744-1807), il appartient à l’illustre famille d’origine génoise des Doria, ducs de Melfi, est apparenté par sa mère à la maison royale de Savoie, et se rattache, par les Pamphili, à la famille du pape Innocent X (cf. à Antonio Doria pour les origines familiales). Ses deux oncles Antonio Maria (1749-1821) et Giuseppe Maria (1751-1816) ont été élevés au Sacré Collège par Pie VI le 14 février 1785.

282Giorgio Doria Pamphili, nommé camérier secret surnuméraire (avant le 22 janvier 1804), est envoyé à Paris par Pie VII au lendemain de la signature du Concordat en qualité d’ablégat pontifical auprès des cardinaux de Belloy, de Cambacérès et de Boisgelin, promus au Sacré Collège le 17 janvier 1804.

2832 – Entré en prélature à l’âge de 31 ans en qualité de prélat domestique (avant le 25 février 1804) et de référendaire (23 mars 1804), il est ordonné prêtre le 31 mai 1804. Pie VII le nomme aussitôt assesseur du tribunal de l’auditeur général de la Chambre apostolique (avant le 4 avril 1804) et le cardinal Leonardo Antonelli, archiprêtre de Saint-Jean du Latran, le choisit pour vicaire (avant le 7 novembre 1804). Nommé secrétaire de la congrégation des Eaux (avant le 13 septembre 1806), il est promu par Pie VII, deux ans plus tard, maestro di camera (11 janvier 1808). Il retrouve sa charge au lendemain de la Restauration et l’occupe jusqu’à son élévation au Sacré Collège.

2843 – Cardinal-prêtre à l’âge de 43 ans du titre de S. Maria in Via (23 septembre 1816), Pie VII l’agrège le 25 septembre aux congrégations du Concile, du Buon Governo, des Indulgences et de la Fabrique de Saint-Pierre ; il est encore fait abbé de Saint-Paul des Trois Fontaines (avant le 3 janvier 1818) et membre de la congrégation des Eaux (28 février 1818), dont son oncle Antonio Doria est préfet. Transféré le 16 mars 1818 au titre cardinalice de S. Cecilia, il est promu trois ans plus tard préfet de la congrégation des Indulgences (3 février 1821) et fait également membre de la congrégation des Évêques et Réguliers (26 janvier 1820). Opéré une première fois de la cataracte en 1822 après avoir perdu la vision de l’œil gauche, qu’il ne recouvre pas, il est à nouveau opéré pour l’œil droit le 9 décembre 1827 et perd complètement la vue ; il avait été substitué dans ses fonctions de préfet de la congrégation des Indulgences depuis le 1er octobre 1826. Léon XII le nomme grand prieur de l’Ordre de Malte à Rome (2 juillet 1828). Il meurt durant l’épidémie de cholera qui ravage Rome dans l’automne 1837 et est enseveli, après des obsèques à S. Maria in Vallicella, dans l’église S. Agnese in Agone.

2854 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

286Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 720. HC VII 12, 40 et 43. MORONI XX (1843), 221-222. DHGE XIV (1960), 1517-1518 (Roger Aubert). Diario di Roma des 18 novembre et 2 décembre 1837, n° 92 et n° 96.

Giuseppe Maria DORIA PAMPHILI

287Gênes, 11 novembre 1751 - Rome, 9 février 1816.

288Cardinal le 14 février 1785.

2891 – Troisième fils du prince Giovanni Andrea IV Doria Pamphili Landi (1704-1764) et de Eleonora Carafa della Stadera (1727-1765), il appartient à l’illustre famille d’origine génoise des Doria, ducs de Melfi et se rattache, par les Pamphili, à la famille du pape Innocent X. Son frère aîné Antonio Maria Doria Pamphili (1749-1821) (cf. à ce nom pour les origines familiales) sera élevé au Sacré Collège par Pie VI lors de la même promotion cardinalice.

290Giuseppe Maria Doria Pamphili, voué à l’état ecclésiastique dès son plus jeune âge, se transfère à Rome avec sa famille en mai 1761 et poursuit successivement ses études avec son frère Antonio au Collège des nobles sous la direction des Jésuites, puis au collège Clementino des Somasques (mai 1767), enfin à l’université de la Sapience ; il est tonsuré à 16 ans, le 21 avril 1768 et reçoit en bénéfice l’abbaye de S. Fruttuoso de son frère Antonio. Devenu docteur in utroque jure (mai 1771), Clément XIV l’élève à la dignité de camérier d’honeur (1771)

2912 – Entré aussitôt en prélature avant l’âge de 20 ans en qualité de protonotaire apostolique participant, puis de référendaire (27 juin 1771), il est aussitôt fait ablégat pontifical et chargé de porter les langes bénits (fasce benedette) au prince des Asturies, fils aîné du roi d’Espagne Charles III, et séjourne à la cour d’Espagne de décembre 1772 à octobre 1773. Promu le 27 février 1773 archevêque in partibus de Séleucie, il est ordonné prêtre le 18 juillet, consacré le 22 août à Madrid par le cardinal de Cordobà Espînola de la Cerda, patriarche des Indes occidentales, nommé à moins de 22 ans nonce à la Cour de France (6 septembre 1773) et fait évêque assistant au trône pontifical le 8 septembre. Établi à Paris à partir du 19 octobre (de petite taille, il y gagne le sobriquet de « bref du pape »), il y demeure en qualité de nonce jusqu’à son accession au Sacré Collège et prend congé du roi Louis XVI le 16 février 1785.

2923 – Cardinal-prêtre à l’âge de 34 ans du titre de Saint-Pierre-aux-Liens (11 avril 1785), Pie VI l’agrège le même jour aux congrégations de la Propagande, d’Avignon et de Lorette, du Concile et Consistoriale, puis le nomme aussitôt légat d’Urbino (19 décembre 1785). Rappelé à Rome au terme d’une légation de neuf années (mars 1794), il est fait membre de la congrégation extraordinaire chargée des affaires de France (28 août 1796). À la suite de la démission du cardinal Busca, Pie VI le fait, en raison de ses anciennes attaches avec la France, cardinal secrétaire d’État (avant le 25 mars 1797), charge qu’il détient en pratique jusqu’à l’occupation française de Rome (10 février 1798) et en principe jusqu’au 29 août 1799, date de la mort de Pie VI ; il devient également préfet des congrégations de la Consulte et de Lorette ainsi que membre de la congrégation du Saint Office (avant le 1er avril 1797). Arrêté par les autorités françaises le 8 mars 1798, emprisonné au couvent des Convertite puis à Civitavecchia, il est expulsé du territoire de la République romaine, rejoint Pie VI à Sienne le 13 avril puis part pour l’exil à Gênes. Il participe au conclave de Venise et entre à Rome aux côtés de Pie VII (3 juillet 1800). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme membre de la congrégation pour le rétablissement de l’ancien système de gouvernement (9 juillet 1800) et secrétaire des Mémoriaux (11 août 1800) ; il le fait pro-secrétaire d’État durant la brève absence du cardinal Consal-vi à Paris pour les négociations du Concordat (6 juin - 31 juillet 1801) puis le nomme cardinal pro-camerlingue de l’Église (13 novembre 1801), charge qu’il occupe jusqu’à son expulsion de Rome au printemps 1808. Nommé protecteur des ordres des Servites de Marie (avant le 3 avril 1802) et des Franciscains (4 mai 1802), il est transféré sur le titre cardinalice de S. Cecilia (20 septembre 1802) qu’il conserve jusqu’à sa mort en commende, et fait l’année suivante évêque du diocèse suburbicaire de Frascati (26 septembre 1803). À la suite de l’occupation de Rome par les troupes du général Miollis (2 février 1808) et de la démission du cardinal secrétaire d’État Casoni, il est nommé à nouveau cardinal pro-secrétaire d’État (dans les premiers jours de février 1808) ; mais il est un mois plus tard, en temps que ressortissant génois, compris parmi les quatorze cardinaux expulsés de Rome par les autorités françaises (23 mars 1808) et séjourne à Parme puis Gênes et Pegli. Transféré à Paris sur ordre de Napoléon (septembre 1809), il est au nombre des onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril 1810 au second mariage de l’Empereur. Il est également désigné par Napoléon pour faire partie, en qualité de vice-doyen du Sacré Collège, du groupe des cinq cardinaux rouges qui se rendent à Savone pour obtenir de Pie VII prisonnier l’approbation des décisions du concile national (3-20 septembre 1811). Au lendemain de la Restauration, il doit abandonner la charge de pro-camerlingue de l’Église (19 mai 1814) au bénéfice du cardinal Bartolomeo Pacca. Il est toutefois transféré sur le siège suburbicaire de Porto et S. Rufina et officiellement reconnu vice-doyen du Sacré Collège (26 septembre 1814) ; il est fait membre de la congrégation Économique (26 juillet 1815) Décédé deux ans plus tard, il est enseveli à S. Cecilia.

2934 – Conclave de Pie VII.

294Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 350. WEBER (Legati) 420, 647. HC VI, 34 et 374. HC VII, 49. MORONI XX (1843), 219-220. EncCatt IV (1950), 1884-1885 (Renata Orazi Ausenda). DHGE XIV (1960), 1518-1519 (Roger Aubert). DBI XLI (1992), 477-481 (Marina Formica). DE MARCHI, 7. Diario di Roma du 10 février 1816, n° 12.

Antonio DUGNANI

295Milan, 8 juin 1748 - Rome, 17 octobre 1818.

296Cardinal le 21 février 1794.

  1. Fils du comte Carlo Dugnani, seigneur de Terrazzano, et de la comtesse Giuseppa Dati Della Somaglia, il appartient à une famille du patriciat de Milan. Docteur in utroque jure de l’université de Pavie, il s’établit à Rome où il est fait par Clément XIV camérier d’honneur, puis avocat consistorial (1er juin 1770).
  2. Entré en prélature en qualité de prélat domestique et de référendaire (5 septembre 1771), il est ordonné prêtre le 21 septembre 1771 et devient chanoine de Saint-Jean du Latran. Nommé successivement consulteur de la congrégation des Rites, vicaire de la basilique Saint-Jean du Latran et auditeur du cardinal camerlingue, il est promu par Pie VI le 14 février 1785 nonce apostolique auprès du roi de France, fait le 11 avril archevêque in partibus de Rhodes, consacré à Rome le 12 juin par le cardinal Rezzonico et confirmé dans ses fonctions de nonce à la cour de France par bref apostolique du 14 juin 1785. Au lendemain de la publication des brefs Quod aliquantum (10 mars 1791) et Charitas (13 avril 1791) portant condamnation de la constitution civile du clergé et des incidents du 2 mai qui voient brûler Pie VI en effigie dans les jardins du Palais-Royal, il quitte Paris le 31 mai 1791 (sa dernière dépêche parisienne est datée du 30 mai) sous le prétexte d’aller prendre les eaux à Aix ; son auditeur, Giulio Quarantotti, auquel il confie la nonciature, reçoit à son tour l’ordre de quitter Paris le 13 juin. Établi à Milan dans l’intention de regagner la France, il ne rentre à Rome qu’en 1794.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 46 ans du titre de Saint-Jean-Porte-Latine (12 septembre 1794), Pie VI l’agrège aux congrégations Consistoriale, des Évêques et des Réguliers, de la Propagande et du Buon Governo, et l’envoie en Romagne en qualité de légat apostolique (1er juin 1795) ; il en est chassé dès l’année suivante par l’intervention des armées du général Bonaparte. Expulsé de Ravenne le 25 juin 1796 sur l’ordre du général Augereau, il regagne Ravenne dès juillet puis s’établit à Rimini le 2 août 1796, puis à nouveau à Ravenne le 12 août jusqu’au rattachement de la Romagne à la République cisalpine qui entraîne son départ définitif de Ravenne le 31 janvier 1797. Il se retire alors à Milan puis prend part au conclave de Venise. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le transfère sur le titre de S. Prassede (23 décembre 1801) et le fait membre de la congrégation des Indes orientales et de la Chine (avant le 12 janvier 1803) puis le nomme évêque du diocèse suburbicaire d’Albano (3 août 1807). Il est au nombre des quatorze cardinaux expulsés de Rome sur la pression des autorités françaises le 23 mars 1808. Exilé en France, il est parmi les onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril 1810 au second mariage de l’Empereur. Il est également désigné par Napoléon pour faire partie du groupe des cinq cardinaux rouges qui se rendent à Savone pour obtenir de Pie VII prisonnier l’approbation des décisions du concile national (3-20 septembre 1811). Après la dénonciation du concordat de Fontainebleau, il est exilé sur ordre de l’Empereur le 27 janvier 1814 à Brignoles (Var) ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril. Au lendemain de la Restauration, Pie VII le nomme membre de la congrégation du Saint Office (10 septembre 1815) puis le transfère le 8 mars 1816 sur le siège du diocèse suburbicaire de Porto et S. Rufina et le fait vice-doyen du Sacré Collège. Il est encore fait membre de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient peu après sa recomposition (22 juillet 1816). Promu préfet du tribunal de la Signature de Justice (10 mai 1817) puis fait membre de la congrégation de l’Index (17 septembre 1818), il meurt un mois plus tard à Rome. Il est enseveli à S. Maria in Vallicella.
  4. Conclave de Pie VI.

297Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 352. HC VI 37 et 357. WEBER (Legati) 373, 648. MORONI XX (1843), 293-294. EncCatt IV (1950), 1975 (Niccolô Del Re). DBI XLI (1992), 802-805 (Giuseppe Pignatelli). Diario di Roma du 21 et du 28 octobre 1818, n° 83 et n° 86. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 198.

Luigi ERCOLANI

298Foligno, 17 octobre 1758 - Rome, 10 décembre 1825.

299Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 22 juillet 1816.

  1. Dernier fils d’Ascanio Ercolani, marquis de Fornovo et Rocca Lanzona, patricien de Senigallia et d’Ancône, et de Lucrezia Cirocchi Girolami, de Foligno, apparenté par ses tantes aux Gaddi de Forli et aux Mastai de Sini-gallia (donc au futur Pie IX), il poursuit ses études au collège Nazareno de Rome (1770-1776), puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1776-1781). Il devient, à la suite de ses frères aînés (Giuseppe en 1776, Lorenzo en 1783), le dernier héritier masculin de sa famille et hérite (comme simple tonsuré) de la prélature Ercolani, fondée en 1722 par le marquis Agostino Ercolani son aïeul. Il s’établit à Rome et y demeure à l’état de laïque en poursuivant un mode de vie noble. Il entre en 1796 au service de la Curie en qualité de membre de la Congrégation militaire (placée sous la direction du prélat Ercole Consalvi, du général Gaddi et du colonel Colli). Au lendemain de la chute de la République romaine, le général napolitain De Bourcard le nomme député aux finances dans la Giunta prowisoria di Stato (1799).
  2. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme trésorier provisoire et membre de la congrégation pour le rétablissement de l’ancien système de gouvernement (9 juillet 1800), puis membre de la speciale congregazione per gli affari di finanza e luoghi di monte (ovtobre 1800), placée sous la direction du futur cardinal Alessandro Lante. Il quitte Rome pour ses propriétés de Pergola durant l’occupation napoléonienne de la ville. Au lendemain de la Restauration, il est, encore laïc, à nouveau promu protrésorier (11 mai 1814) au sein de la Commissione di stato formée par Agostino Rivarola lors de la restauration du pouvoir pontifical, puis confirmé par Pie VII en qualité de trésorier général de la Chambre apostolique (23 septembre 1814) ; il occupe ces fonctions jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il entre alors tardivement en prélature, en qualité de prélat domestique, à près de 56 ans (23 septembre 1814). Durant la fuite de Pie VII à Gênes (22 mars - 7 juin 1815), il est membre de la Giunta di Stato présidée par le cardinal Della Somaglia. Il reçoit les ordres à une date qui demeure inconnue (entre 1815 et 1817).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 57 ans du titre de S. Marco (23 septembre 1816), Pie VII l’agrège le 25 septembre aux congrégations du Concile, de la Consulte, du Buon Governo et de Lorette, puis à la Fabrique de Saint-Pierre (17 juillet 1817). Protecteur de l’Ordre carmélite (12 juin 1817), il devient abbé de Farfa et S. Salvatore Maggiore (avant le 3 janvier 1818), mais y renonce quelques mois plus tard ; il est agrégé à la congrégation de la Propagande (10 novembre 1818), puis nommé préfet de l’Économie de la Propagande (10 octobre 1819) ainsi que préfet de l’Économie du Collège Romain (23 mars 1822) ; il devient encore membre des congrégations des Évêques et réguliers (29 janvier 1820) et de la Correction des livres des Églises d’Orient (5 mai 1821). Durant le conclave de 1823, il oscille entre le parti « consalvien » et les différentes candidatures zelanti avant de se rallier in extremis au futur Léon XII. Décédé deux ans plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice de S. Marco qu’il a employé sa fortune à restaurer. Le pape Léon XII attribue le bénéfice de la « prélature Ercolani » à son cousin éloigné Giovanni Maria Mastai Ferretti, futur Pie IX.
  4. Conclave de Léon XII.

300Sources : HC VII 12 et 42. MORONI, XXII (1843), p. 27-29. EncCatt V (1950), 478-479 (Mario De Camillis). DBI XLIII (1993), 85-89 (Guido Fagioli Vercellone), avec renvoi à l’ensemble des sources et de la bibliographie. NAZARENO, 84. PROCACCINI, 54. Diario di Roma du 14 décembre 1825, n° 99. Alberto SERAFINI, Pio Nono. I - Le Vie della divina provvidenza (1792-1846), Cité du Vatican, 1958, p. 88-107 (prélature Ercolani).

Chiarissimo FALCONIERI MELLINI

301Rome, 25 septembre 1794 - Ravenne, 22 août 1859.

302Cardinal le 12 février 1838.

3031 – Second fils (secondogenito) d’Alessandro Falconieri (1769-1803), général des Postes pontificales, et de Marianna Lante, duchesse de Santa Croce di Magliano, il appartient à l’illustre famille florentine des Falconieri, dont une branche s’établit à Rome dans la première moitié du xviie siècle et est comprise au nombre des soixante familles du patriciat par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV. Les Falconieri de Florence ont donné à l’Église les saints Alessio Falconieri († 1310), l’un des fondateurs des Servites, et Giacinta Falconieri († 1341), fondatrice de la congrégation des Mantellate. Les Falconieri de Rome comptent dans la Curie les deux cardinaux Lelio Falconieri (1585-1648), secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers, créé par Urbain VIII le 13 juillet 1643 et mort légat de Bologne, et Alessandro Falconieri (1657-1734), gouverneur de Rome et auditeur du tribunal de la Rote, créé par Benoît XIII le 11 septembre 1724, ainsi que de nombreux prélats, dont en dernier lieu son grand-oncle paternel Alessio Falconieri (1746-1813), chanoine de Saint-Pierre du Vatican et doyen des prélats de la Consulte, compromis pour avoir prêté serment à l’Empire. Par alliance, le futur cardinal compte encore parmi les siens les quatre cardinaux de la famille romaine des Mellini, dont en dernier lieu Mario Mellini († 1756), doyen du tribunal de la Rote, créé par Benoît XIV le 10 avril 1747 et mort préfet de la congrégation du Concile ; et du côté maternel les quatre cardinaux Lante, dont en dernier lieu les deux demi-frères Antonio (1737-1817), créé par Pie VII le 28 juillet 1817, et Alessandro Lante (1762-1818), créé par Pie VII le 8 mars 1816, ses grands-oncles. Les Falconieri sont enfin alliés aux Braschi à travers le mariage, célébré le 31 mai 1781 au palais Falconieri de la Via Giulia, de Luigi Braschi Onesti (1745-1816), duc de Nemi, neveu de Pie VI et maire de Rome sous l’Empire, avec sa tante paternelle Costanza Falconieri ; il est ainsi allié au cardinal-neveu Romulado Braschi Onesti (1753-1817), frère du duc de Nemi, créé par Pie VI le 18 décembre 1786, et se trouve être par alliance le petit-neveu du pape Pie VI. Son frère aîné, Orazio Falconieri, mourra en 1849 sans héritier.

304Chiarissimo Falconieri reçoit sa première éducation au collège Tolomei des scolopes de Sienne ; durant l’occupation française de Rome, il est fait en 1812 page de l’Empereur et contraint de se rendre à Paris où il se place sous la protection du prince Francesco Borghèse Aldobrandini. Au lendemain de la Restauration, il poursuit au Collège romain des études de théologie, de droit canon et de droit civil, et acquiert auprès de l’avocat Alessandro Bellotti une formation juridique. Ordonné prêtre à 24 ans, le 19 septembre 1818, il quitte la vie aristocratique du palais Falconieri de la Via Giulia et se consacre, dans le cadre des hospices de S. Galla et de Tata Giovanni ainsi que de la Pia Unione di S. Paolo apostolo, à des activités pastorales aux côtés de Giovanni Maria Mastai Ferretti, futur Pie IX et des futurs cardinaux Odescalchi, Patrizi, Ferretti et Corsi ; il fréquente les prêtres de la Casa della missione de Montecitorio. Il fait également fonction de maestro di camera du cardinal Litta († 1820). Élevé à la dignité de camérier secret (1822), il est chargé par Pie VII d’aller en qualité d’ablégat pontifical porter à Paris, auprès de Louis XVIII, la barrette au nouveau cardinal de Clermont-Tonnerre, archevêque de Toulouse, créé le 2 décembre 1822. Il est nommé camérier secret surnuméraire (avant le 7 décembre 1822), puis fait à son retour de France chanoine de Saint-Pierre du Vatican ; il prend possession de sa stalle le 20 avril 1823.

3052 – Entré en prélature à l’âge de 29 ans en qualité de prélat domestique (avant le 5 avril 1823) et de référendaire (17 juillet 1823), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (23 avril 1823) et devient docteur in utroque jure de la Sapience (13 septembre 1824). Léon XII le nomme dès l’année suivante auditeur du tribunal de la Rote pour Rome (28 septembre 1824) ; confirmé par motu proprio du 1er octobre 1824, il est admis dans le Tribunal le 22 novembre, prête serment le 6 mai et entre en fonctions le 13 mai 1825. Un an plus tard, le 3 juillet 1826, il est promu à l’archevêché de Ravenne et consacré à Rome le 15 août par le pape lui-même ; il demeure à la tête du diocèse durant 33 ans.

3063 – Cardinal-prêtre du titre de S. Marcello (15 février 1838), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations du Concile, des Rites, de la Discipline des Réguliers et des Indulgences (avant le 17 février) ainsi qu’à celle de la Fabrique de Saint-Pierre (Notizie de 1838). Pie IX le nomme membre de la congrégation du Saint Office (avant le 20 novembre 1854) et secrétaire des Mémoriaux (avant le 2 avril 1857). Décédé deux ans plus tard, il est enseveli dans la cathédrale de Ravenne.

3074 – Conclave de Pie IX.

308Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 932. HC 29, 42 et 318. DHGE XVI (1967), 437 (Roger Aubert). WEBER (Kardinäle) II, 461. DBI XLIV (1994), 390-393 (Giuseppe Monsagrati), avec renvoi à l’ensemble des sources et de la bibiographie. Giornale di Roma du 24 août et du 10 septembre 1859, n° 191 et supplément du n° 205 (nécrologie de Francesco Fabi Montani). On conserve environ 600 lettres adressées par Giovanni Maria Mastai Ferretti, futur Pie IX, à Chiraissimo Falconieri, conservées pour partie dans la Raccoltà Piancastelli de la Bibliothèque communale A. Saffi de Forli, ainsi qu’une importante correspondance avec le cardinal Amat, conservée au Museo centrale del Risorgimento de Rome. Antonio MASTAI FERRETTI, I fatti e le persone più illustre della famiglia Falconieri (Firenze-Roma-Sicilia), Rome, 1906. PIETRAMELLARA I, 154. AMAYDEN I, 388-390. Falconieri (Alessio), dans DBI XLIV (1994), 372373 (R. De Rosa). CERCHIARI II, 292-293. Carlo PIETRANGELI, Palazzo Falconieri, dans Guide rionali di Roma. Rione VII. Regola, parte III, Rome, 1979, p. 44-48. Francesco FABI MONTANI, Elogio storico del cardinale Chiarissimo Falconieri Millini, arcivescovo di Ravenna, Rome, 1860, 26 p. David FARABULINI, Menzogne di Eusebio Reali intorno al cardinal Falconieri, smentite, Rome, 1863, 39 p. et Vita del cardinale Chiarissimo Falconieri, arcivescovo di Ravenna, Rome-Spolète, 3e éd., 1874, XXII-438 p. (réédition, Turin, 1903). Giovanni MAIOLI, Pio IX. Da vescovo a pontefice. Lettere al card. L. Amat (agosto 1839-luglio 1848), Modène, 1949, 138 p., passim. Alberto SERAFINI, Pio Nono. Giovanni Maria Mastai Ferretti dalla giovinezza alla morte nei suoi scritti e discorsi editi e inediti. I - Le vie della divina provvidenza (1792-1846), Cité du Vatican, 1958, p. 130-145, 780-815 et passim. M. MAZZOTTI, Il cardinale Chiarissimo Falconieri, dans Pio IX, XVII, 1988, p. 298301. Niccolo DEL RE, Il cardinale Chiarissimo Falconieri Mellini grande elettore e amico di Pio IX, dans Pio IX, XXI, 1992, p. 87-113.

Giovanni Francesco FALZACAPPA

309Corneto (aujourd’hui Tarquinia), 7 avril 1767 - Rome, 18 novembre 1840.

310Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Fils du comte Leonardo Falzacappa, gonfalonier de Corneto, et de Teresa Guerrini, il appartient à une famille de grands propriétaires terriens membre du patriciat de la petite cité du Latium septentrional. Il a pour frères Giovanni Vincenzo (1756-1835), chanoine de S. Maria in Via Lata, également déporté en Corse pour refus de serment ; Ruggero, prêtre de l’Oratoire, bibliothécaire de la Vallicelliana et légataire du « fonds Falzacappa » de cette bibliothèque ; et Ottavio, préfet de la marine pontificale. Giovanni Francesco Falzacappa est élevé au séminaire de Frascati. Il devient docteur in utroque jure ad honorem de la Sapience et entre en qualité de secrétaire au service de l’auditeur de Rote Nicola Acciaiuoli Torrigoni.
  2. Entré en prélature à l’âge de 29 ans en qualité de référendaire (1er septembre 1796), Pie VI l’agrège au collège des abréviateurs du Parc Majeur de la Chancellerie apostolique (1796) et, lui confie la responsabilité de l’accueil des prêtres émigrés français dans les États pontificaux ; il est ordonné prêtre le 27 octobre 1799. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme successivement secrétaire de la congrégation particulière pour le recouvrement des biens aliénés durant l’occupation française de Rome (congrgeazione deputata per gli acquisti fatti nel tempo della rivoluzione) (9 juillet 1800), auditeur de l’auditeur général de la Chambre apostolique ou A.C.met (30 octobre 1800) puis secrétaire de la congrégation du Buon Governo (28 septembre 1801) et prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 23 décembre 1801) ; il intervient à ce titre dans le débat sur les droits de pâturage collectif (puis à nouveau dans les années 1820) en faveur des thèses abolitionnistes. Il est fait également chanoine de Saint-Pierre du Vatican (1801). Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Déporté à Parme puis à Alessandria et enfin dans l’île de Capraia pour refus de serment, il retrouve ses fonctions au lendemain de la Restauration ; il est nommé membre de la Commission pour les Hôpitaux de la ville de Rome par le délégat extraordinaire Agostino Rivarola (15 mai 1814). Durant la fuite de Pie VII à Gênes (22 mars - 7 juin 1815), il est membre de la Giunta di Stato présidée par le cardinal Della Somaglia. Devenu brièvement secrétaire de la congrégation de l’Immunité (9 mars 1816), il est promu secrétaire de celle du Concile (22 juillet 1816) et occupe cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège. Fait également archevêque d’Athènes in partibus le 27 septembre 1819, il est consacré à Rome le 29 septembre par le cardinal doyen Alessandro Mattei.
  3. Cardinal-prêtre à près de 56 ans du titre des SS. Nereo ed Achilleo (16 mai 1823), Pie VII l’agrège 19 mai aux congrégations du Concile, de l’Immunité, des Rites et du Buon Governo, et le nomme, dès son élévation au Sacré Collège, évêque d’Ancône (10 mars 1823) ; il démissionne de son siège dès l’année suivante (23 mai 1824). Hostile au cardinal Consalvi durant le conclave de 1823, Léon XII le transfère peu après son avènement sur le titre cardinalice de S. Maria in Trastevere (17 novembre 1823) et l’agrège aux congrégations de l’Index (4 décembre 1824), du Cérémonial (17 avril 1825), Consistoriale (21 avril 1825) ainsi qu’à la congrégation d’État formée au lendemain de son élection (12 mars 1825), puis le nomme examinateur des évêques en droit canon (2 avril 1827) ainsi que préfet du tribunal de la Signature de Justice (15 décembre 1828). Pie VIII le fait évêque du diocèse suburbicaire d’Albano (5 juillet 1830). Grégoire XVI le fait membre (avant le 9 mai 1835) puis préfet (avant le 11 juillet 1837) de la congrégation du Cens ainsi que membre de la congrégation du Saint Office (avant le 20 juillet 1839). Promu évêque du diocèse suburbicaire de de Porto et S. Rufina (22 novembre 1839) ainsi que vice-doyen du Sacré Collège, il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1839-1840 (18 février 1839). Décédé l’année suivante, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans l’église capucine de la SS.ma Concezione.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. Outre plusieurs lettres pastorales, le cardinal Falzacappa a laissé sous forme manuscrite une Memoria sulle servitù di pascolo del territorio cornetano (1822), favorable à l’affranchissement des propriétés des droits de pâturage collectif, conservée dans les archives de la Congrégation économique (b.76fasc. VIII, fasc. 23-27, cité par M. Caffiero, cf. infra, p. 45, n. 38).

311Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 632. HC VII 15, 37, 38, 43, 73 et 93. MORONI XXIII (1841), 21-22. EncCatt V (1950), 975-976 (Renzo U. Montini). DHGE XVI (1967), 454-455 (Vittorio Emanuele Giuntella). DBI XLIV (1994), 504-507 (Guido Fagioli Vercellone), avec renvoi à l’ensemble des sources et de la bibliographie. Diario di Roma du 21 novembre 1840, n° 93. PIOLANTI 76. MERCATI, 69. FORCELLA VIII, 409 (tombe de Giovanni Vincenzo Falzacappa). Angelo MERCATI, Elenchi di ecclesiastici dello Stato Romano deportati per rifiuto del giuramento imposto da Napoleone, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, VII, 1953, p. 69. Marina CAFFIERO, L’erba dei poveri, Rome, 1983, p. 66-68, et ad indicem.

Gabriele FERRETTI

312Ancône, 31 janvier 1795 - Rome, 13 septembre 1860.

313Cardinal in petto le 30 novembre 1838, publié le 8 juillet 1839.

  1. Fils du conte Oliverotto Ferretti et de la marquise Flavia Manciforte Sperelli, il appartient à la noblesse d’Ancône et est allié aux principales familles des Marches, dont les Mastai Ferretti de Senigallia, donc au futur Pie IX, son aîné de trois ans. Après des études au collège S. Caterina de Parme puis au collège Tolomei de Sienne, il entre au séminaire d’Ancône où il reçoit les ordres mineurs en 1812, puis, dès leur rétablissement en 1814, au Collège et Séminaire romain. Ordonné prêtre le 1er juin 1817 à Saint-Jean de Latran, il devient docteur en théologie du Collège romain (6 septembre 1818) et est fait chanoine du Latran (avant le 23 septembre 1818). Nommé coadjuteur de la cathédrale d’Ancône, il appartient au cercle des prêtres pieux, missionnaires et prédicateurs, influencés par Gaspare Del Bufalo. Promu par Léon XII neuf ans plus tard, le 21 mai 1827, évêque de Rieti, il est consacré par le cardinal Odescalchi le 27 mai ; il administre son diocèse durant six années.
  2. Consacré archevêque de Séleucie in partibus le 29 juin 1833, il est nommé par Grégoire XVI nonce apostolique auprès du roi de Naples Ferdinand II (22 juillet 1833), charge qu’il assume durant près de quatre années. Promu à son retour évêque de Montefiascone et Corneto (19 mai 1837), il est aussitôt nommé archevêque de Fermo (2 octobre 1837).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 44 ans du titre des SS. Quirico e Giulitta (11 juillet 1839), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de la Visite apostolique, du Concile, de la Discipline des Réguliers et de la Fabrique de Saint-Pierre, puis à celle de Lorette (7 novembre 1840). Démissionnaire du siège de Fermo le 12 janvier 1842 (qu’il quitte clandestinement dans la nuit du 7 juin 1842), il est fait à son retour à Rome abbé commendataire de SS. Vincenzo ed Anastasia alle Tre Fontane et préfet de la congrégation des Indulgences (avant le 14 mars 1843) ainsi que membre des congrégations des Évêques et réguliers (Notizie de 1842), des Rites (Notizie de 1842), Consistoriale (11 novembre 1844) et de l’Immunité (Notizie de 1845). Pie IX l’envoie comme légat à Urbino et Pesaro (21 décembre 1846) avant d’en faire, après la démission du cardinal Gizzi, son second secrétaire d’Etat (17 juillet 1847) ainsi que le secrétaire des Mémoriaux (27 novembre 1847). Démissionnaire dès le 31 décembre 1847 (bien que maintenu nominalement en poste jusqu’au 1er février 1848), il est nommé légat extraordinaire à Ravenne (22 janvier - 4 mars 1848), démissionne puis gagne Malte d’où il rejoint Pie IX en exil à Gaète. Après la restauration du pouvoir pontifical, il est fait Grand Pénitentier (18 mars 1852) puis évêque du diocèse suburbicaire de Sabine (12 septembre 1853) ; il est également nommé examinateur des évêques en théologie (18 mars 1852), camelingue du Sacré Collège (7 avril 1854), membre de la congrégation de la Propagande (avant le 2 octobre 1854), protecteur des ordres des Servites (23 juin 1854) et des Capucins (avant le 28 juillet 1854) et grand prieur de l’ordre de Malte à Rome (avant le 11 février 1858). Décédé deux ans plus tard, il est, après des obsèques célébrées à S. Andrea delle Fratte en présence de Pie IX, enseveli en l’église des Capucins de S. Maria della Concezione.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On conserve du futur cardinal Ferretti ses thèses imprimées de théologie, Praepositiones ex omni theologia selectas in Gregoriano Gymnasio palam sibi defendendas praeponit... (Rome, 1818).

314Sources : HC VII, 31, 195, 270 et 319. HC VIII, 45. DRN III (1933), 80-81 (Domenico Spadoni). EncCatt V (1950), col. 1201-1202 (Emma Santovito). DHGE XVI (1967), 1272-1274 (Roger Aubert) DBI XLVII (1997), 72-77 (Giuseppe Monsagrati). WEBER (Kardinäle), 462-464. DE MARCHI, 176. PASZTOR (AEE), 208. FORCELLA IV, 235. Giornale di Roma du 14 septembre 1860, n° 211. Antonio VITALI, Gabriele de’ conti Ferretti, Cardinale di S.R.C., e vescovo di Sabina. Orazione, Rome, 1867, 61 p. Mario NATALUCCI, Un Segretario di Stato di Pio IX, il card. Gabriele Ferretti di Ancona (1795-1860), dans Pio IX, I, 1972, p. 413-442. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, p. 142-196 et passim. E. TASSI, Giuseppe Ferretti, arcivescovo e principe di Fermo, segretario di Stato di Pio IX, dans Quaderni storici (Fermo)XII, 1997, p. 11-32.

Joseph FESCH

315Ajaccio, 3 janvier 1763 - Rome, 13 mai 1839.

316Cardinal le 17 janvier 1803.

3171 – Fils de François Fesch, ex-officier bâlois devenu capitaine de la marine génoise, et d’Angela Maria Pietra Santa (veuve de Giuseppe Ramolino, ancien inspecteur des Ponts et Chaussées), il appartient à une famille de la bourgeoisie d’Ajaccio ; il est le demi-frère de Letizia Ramolino (1750-1836), épouse de Charles Bonaparte, membre influent du « parti français » depuis 1768, et future mère de Napoléon (neveu du futur cardinal, mais son cadet de six années seulement). Élevé avec les enfants Bonaparte, il est, après des études au séminaire d’Aix, ordonné prêtre en 1785, et devient docteur en théologie. Revenu en Corse en 1787, il reçoit l’héritage de son oncle Lucien, archidiacre et chanoine du chapitre de la cathédrale d’Ajaccio. Lorsqu’éclate la Révolution, il se range, comme les Bonaparte, dans les rangs du « parti » patriote, partisan de la Révolution, et devient officier municipal d’Ajaccio ; il démissionne de son canonicat en 1790, prête serment serment à la Constitution civile du clergé à Ajaccio le 27 février 1791 et devient vicaire général de l’évêque constitutionnel Guasco. Il doit quitter la Corse au printemps 1793 à la suite de la rupture du clan Bonaparte, allié aux Saliceti, avec le clan Paoli, soutenu par les Pozzo di Borgo et engagé dans un projet de royaume anglo-corse. Il abandonne en France l’habit ecclésiastique durant huit années (1793-1801), survit par de petits emplois puis s’enrichit considérablement en tant que fournisseur de l’armée d’Italie (1796-1798) aux côté de son neveu Napoléon, général en chef ; c’est à cette époque qu’il commence à acquérir une collection de tableaux et d’objets d’art qui deviendra considérable. A nouveau revêtu de l’habit ecclésiastique à partir de 1801 et réconcilié discrètement par l’abbé Émery, il est nommé par le premier consul Bonaparte archevêque de Lyon le 31 juillet 1802, préconisé par le légat Caprara le 4 août, consacré à Paris le 15 août par le même cardinal Caprara et confirmé par Rome le 27 septembre ; il prend possession de son siège le 5 décembre et s’engage avec énergie dans une œuvre de restauration religieuse.

3183 – Cardinal-prêtre du titre de S. Maria della Vittoria (11 juillet 1803), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la PropagandeConsistoriale et du Cérémonial dès son arrivée à Rome (2 juillet) en qualité d’ambassadeur de France (avec Chateaubriand pour secrétaire) ; il négocie le voyage du pape à Paris et le couronnement de l’empereur à Notre-Dame (2 décembre 1804). Fait grand aumônier de l’Empereur, il est étroitement associé à la politique ecclésiastique de l’Empire, mais se voit rappelé de Rome en avril 1806 ; il réside sans discontinuer à Paris de 1806 à 1812. Il refuse en 1809 l’archevêché de Paris et, en 1810, l’administration provisoire du diocèse, mais il s’emploie à dissoudre l’union de Napoléon et de Joséphine de Beauharnais, célèbre le 2 avril 1810 en habit cardinalice le mariage de son neveu avec l’impératrice Marie-Louise et préside le 17 juin 1811 à l’ouverture du concile national convoqué par l’empereur. Demeuré cependant fidèle au Pape, il est disgrâcié et doit regagner Lyon en mars 1812. Accompagné de Madame Mère (Letizia Bonaparte), il se réfugie au printemps 1814 en Italie. Il rentre tardivement en France durant les Cent-Jours, ne se compromet guère et regagne Rome le 15 août 1815 en compagnie de Madame Mère. Pie VII le transfère sur le titre de S. Lorenzo in Lucina (2 décembre 1822) et le fait membre de la congrégation particulière pour les affaires de Chine (8 août 1821). Il accepte à la demande instante du pape Léon XII la nomination d’un administrateur apostolique pour le diocèse de Lyon en la personne de Mgr de Pins, évêque in partibus d’Amasie (27 décembre 1823) ; il est fait membre de la congrégation des Évêques et Réguliers (28 décembre 1824). Décédé quinze ans plus tard, il est, après des obsèques à S. Lorenzo in Lucina, enseveli dans l’église du monastère des religieuses passionnistes de Corneto.

3194 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

3205 – Un ensemble de lettres et de papiers personnels a été réuni et publié sous le titre Le cardinal Fesch par lui-même. Choix de lettres, Lyon, 1970, 127 p.

321Sources : HC VII, 9, 42, 43, 245 et 246. MORONI XXIV, 1844, 202-206. EncCatt V (1950), 1210-1211 (Silvio Furlani). CATH IV (1956), 1211-1213 (André Latreille). DHGE XVI (1967), 1315-1319 (André Latreille). Diario di Roma du 14 mai 1839, n° 38. Jean-Baptiste LYONNET, Le Cardinal Fesch, archevêque de Lyon, Lyon-Paris, 1841, 2 vol., 587 et 790 p. S. CATTET, La vérité sur le cardinal Fesch, ou Réflexions d’un ancien vicaire-général de Lyon sur l’Histoire de Son Éminence par M. l’abbé Lyonnet, Lyon-Paris, 1842, 276 p. et Défense de « La vérité sur le cardinal Fesch » et sur l’administration apostolique du diocèse de Lyon, Lyon, 1842, 494 p. Giovanni LIVI, Madama Letizia a Siena. Da documenti inediti, dans Nuova Antologia, s. III, XVII, 1° settembre 1888, p. 5-24. Antoine RICARD, Le cardinal Fesch, archevêque de Lyon (1763-1839), Paris, 1893, XV-392 p. Frédéric MASSON, Napoléon et sa famille, Paris, 18971919, 13 vol. Paul DUDON, Fesch et les séminaires lyonnais, dans Études, XCVI, 1903, p. 499-526. Jean-Baptiste VANEL, Le premier conflit entre Fesch et Consalvi. L’affaire Vernègues, dans Revue du Lyonnais, 1921, p. 211-237, 311341. Gellio CASSI, Il cardinale Fesch e Madama Letizia alla caduta di Napoleone, dans Archivio storico di Corsica, VII, 1931, p. 349-365. Oreste Ferdinan-do TENCAJOLI, Giuseppe Fesch arcivescovo di Lione e primate delle Gallie (1763-1839), dans Corsica antica e moderna, III, 1934, p. 73-95. André LATREILLE, Napoléon et le Saint-Siège (1801-1808). L’ambassade du cardinal Fesch à Rome, Paris, 1936, XXXVIII-626 p. P. FERRARIS, Il Concordato francese e il cardinale Fesch, dans Civiltà Cattolica, 1936/I, p. 479-500. Pio PICCHIAI, I legati del cardinal Fesch alla diocesi di Lione, dans Archivio storico di Corsica, XIII, 1937, p. 275-277. André LATREILLE, Le cardinal Fesch et l’administration du diocèse de Lyon de 1803 à 1806, dans La Révolution Française, XII, 1937, p. 321-336. Diego ANGELI, I Bonaparte a Roma, Milan-Verone, 1938, 364 p. (sur le cardinal Fesch, p. 61-72). F. CHARLES-ROUX, Rome asile des Bonaparte, Paris, 1952. André LATREILLE, Un épisode de l’histoire religieuse de la Restauration. La question de l’administration du diocèse de Lyon, 1814-1839, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, XXX, 1944, p. 54-93. André LATREILLE, Les dernières années du cardinal Fesch à Rome (1814-1839), dans Revue des études italiennes, I, 1954, p. 95-113. André LATREILLE, Le cardinal Fesch, archevêque de Lyon, après 1814, dans Cahiers d’histoire, XVI, 1971, p. 277-295. H. COLOMBANI, Le cardinal Fesch, Paris, 1979, 219 p. Louis TRENARD, La catéchèse sous les épiscopats de Monseigneur de Montazet et de Monseigneur Fesch, dans Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820). Actes du colloque, Chantilly, 27-29 novembre 1986, réunis par Paule LEROU et Raymond DARTEVELLE sous la direction de Bernard PLONGERON, Turnhout, 1988, p. 496-505.

322L’inventaire des archives personnelles du cardinal Fesch est l’objet des publications d’Ersilio MICHEL, Le carte Fesch nell’Archivio Dipartimentale di Lione, dans Archivio storico di Corsica, VIII, 1932, p. 525-538 ; et de Claude FAURE, Les papiers du cardinal Fesch aux archives départementales de Lyon, dans Études et documents divers XXII, Paris, 1936, p. 113-149. L’inventaire de la galerie de tableaux du cardinal Fesch a été effectué à Rome : Galerie de feu S.E. le cardinal Fesch, ou Catalogue raisonné de tableaux de cette galerie, accompagné de notices historiques et analytiques des maîtres des écoles flamande, hollandaise et allemande, par GEORGE, peintre, commissaire-expert du Musée Royal du Louvre, Rome, 1844, 3 volumes (B.V. Barberini ZZZ IV 7) ; Catalogue des tableaux de la Galerie de feu S. E. le cardinal Fesch, par GEORGE, Rome, 1843-1845, 4 vol. (BV Ferraioli IV 3987, 112 et Racc. Gen. Arte arch. IV 840).

Adriano FIESCHI

323Gênes, 7 mars 1788 - Rome, 6 février 1858.

324Cardinal in petto le 23 juin 1834, publié le 13 septembre 1838.

  1. Fils de Bartolomeo Fieschi, comte de Lavagna et de San Valentino, et de Maria Priaroggia, de Cadix, il appartient à la grande famille génoise des Fieschi, désormais amoindrie en puissance et en richesse. Il compte parmi les siens une sainte, Catherine de Gênes, Caterina Fieschi Adorno (1447-1510), canonisée par Clément XII le 16 juin 1736 ; deux papes médiévaux, Sinibaldo Fieschi, pape Innocent IV (1243-1254) et Ottobono Fieschi, pape Hadrien V (1276) ; ainsi que huit cardinaux, dont, en dernier lieu l’archevêque de Gênes Lorenzo Fieschi (1642-1726), créé par Clément XI le 17 mai 1706. Après poursuivi ses études au collège de Novi, il entre brièvement à Rome à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1815) et devient docteur in utroque jure de la Sapience.
  2. Entré en prélature à 27 ans en qualité de prélat domestique (21 mars 1815), puis de référendaire (1er mai 1816), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (19 août 1815), puis successivement vice-légat de Ferrare (avant le 28 septembre 1816), délégat apostolique de Spolète (29 novembre 1818), de Pérouse (10 mars 1823) et enfin de Macerata et Camerino (1er octobre 1826). Léon XII le rappelle à Rome et le fait secrétaire de la congrégation des Eaux (15 décembre 1828). Grégoire XVI le nomme maestro di camera (2 juillet 1832) puis majordome et préfet des Palais apostoliques (11 juillet 1836), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 46 ans du titre de S. Maria in Portico (17 septembre 1838), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations du Concile, de l’Immunité ecclésiastique, du Buon Governo et des Eaux (avant le 22 septembre 1838), puis le transfère sur le titre diaconal de S. Maria ad Martyres (27 janvier 1843) et le fait membre de la congrégation des Rites (avant le 21 novembre 1843). Pie IX le nomme légat apostolique de Pesaro et d’Urbino (13 juillet 1847) puis le transfère sur le titre presbytéral de S. Maria della Vittoria (19 décembre 1853) ; il est encore promu grand prieur de l’ordre de Malte à Rome (23 juin 1854). Décédé quatre ans plus tard, il est, après des obsèques célébrées en présence de Pie IX aux Douze-Apôtres, enseveli dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Pie IX.

325Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 824. HC VII, 30 et 46. WEBER (Kardinäle) II, 464-465. ACCADEMIA 148. PROCACCINI, 85. Giornale di Roma des 8 et 11 février 1858, n° 30 et n° 33.

Giuseppe FIRRAO

326Fagnano (diocèse de S. Marco Argentano), 20 juillet 1736 - Naples, 24 janvier 1830.

327Cardinal le 23 février 1801.

  1. Fils puîné de Pietro Maria Firrao, prince de Luzi, et de Livia Grillo de Gênes, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine ; son frère aîné Tommaso Firrao sera prince de Luzi et vice-roi de Sicile. Son parent et homonyme, le cardinal Giuseppe Firrao seniore (1669-1744), nonce au Portugal, puis évêque d’Aversa, est élevé au Sacré Collège par Clément XII le 24 septembre 1731 ; secrétaire d’État de Clément XII en 1733, il meurt préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers. Giuseppe Firrao giuniore poursuit ses études à Rome, au collège Nazareno des P. Scolopes, de 1745 à 1756 ; il est fait docteur in utroque jure de la Sapience le 25 avril 1756 puis complète sa formation juridique auprès des avocats Gennaro De Simone et Nicola Sala. Clément XIII le nomme camérier secret et le charge d’aller porter la rose d’or à la République de Venise (1759).
  2. Entré en prélature en qualité de référendaire à l’automne 1759, il successivement nommé vice-légat de Romagne (14 novembre 1761), poste qu’il conserve jusqu’en 1766, puis ponent de la Consulte et prélat des congrégations de l’Immunité et de la Fabrique de Saint-Pierre ; il devient doyen de la Consulte en 1781. Il reçoit le sous-diaconat le 11 mars 1775 puis est ordonné prêtre le 16 mars 1782. Promu par Pie VI le 25 février 1782 évêque in partibus de Petra, il est consacré à Rome le 31 mars par le cardinal Conti et nommé nonce auprès de la République de Venise par bref apostolique du 8 avril 1782 ; il arrive à Venise le 26 juin 1782. Promu secrétaire de la congrégation des Evêques et Réguliers (1er juin 1795), il regagne Rome le 20 novembre 1795 et occupe sa charge jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Eusebio (20 juillet 1801), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Résidence des évêques, de la Discipline des réguliers et de la Consulte. Il se retire dès lors à Naples et, bien qu’il soit devenu le premier dans l’ordre des cardinaux-prêtres, ne participe plus que rarement à l’activité de la Curie. Décédé à l’aube du pontificat de Pie VIII, il est enseveli dans la cathédrale de Naples.
  4. Conclaves de Léon XII et Pie VIII.

328Sources : ASR/SG vol. 722, procès Firrao (automne 1759) ; son serment n’est pas conservé in ASR/SG. HC VI, 335. WEBER (Legati) 372, 673. HC VII, 7, 41. MORONI XXV (1844), 72. EncCatt V (1950), 1425 (Renzo U. Montini). DHGE XVII (1971), 265-266 (Giuseppe Pignatelli). DBI XLVIII (1997)236-240, Firrao, Giuseppe seniore (Dario Busolini). NAZARENO, 85.

Francesco Luigi FONTANA

329Casalmaggiore (Crémone), 28 août 1750 - Rome, 19 mars 1822.

330Cardinal le 8 mars 1816.

3311 – Né de parents pii, onesti ed agiati (dixit Moroni) dans une famille du ceto civile de Casalmaggiore, dans la plaine padane, il est baptisé sous le nom de Luigi Maria ; il prend le nom de religion de Francesco Luigi lorsqu’il entre dans l’ordre des Barnabites où il fait profession à Monza le 21 décembre 1766 et poursuit des études de théologie et de philosophie. Il est choisi en 1772 pour compagnon par son confrère Ermenegildo Pini, éminent naturaliste, et envoyé en mission dans les mines de Hongrie par l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche ; il fait à Vienne la connaissance de Métastase. De retour en Italie en 1774, il est ordonné prêtre. Son frère Mariano l’appelle auprès de lui pour assumer la direction du collège S. Luigi de Bologne, anciennement confié aux Jésuites ; tous deux reçoivent également la direction du collège des nobles S. Saverio et du lycée (ginnasio) S. Lucia. Nommé successivement professeur d’éloquence aux écoles Arcimbolde de S. Alessandro, puis au collège impérial des nobles de Milan, il est élu supérieur de la province barnabite de Milan (1797-1799) et doit affronter les difficultés créées à son ordre par la politique religieuse de la République cisalpine. Il est appelé à Rome au lendemain de la première restauration par le cardinal barnabite Hyacinthe Gerdil.

3322 – Entré au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (avant le 2 mai 1801) et du Saint Office (avant le 10 octobre 1801), Pie VII le nomme secrétaire de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (avant le 23 mars 1803) ; il devient procureur général (1801), puis quarante-neuvième général (1807-1822) de l’ordre barnabite. Il accompagne Pie VII en qualité de théologue durant son voyage à Paris pour le couronnement de Napoléon. Exilé à Arcis-sur-Aube au lendemain de l’occupation française de Rome, puis appelé à Paris pour prendre part aux tractations engagées par l’empereur avec le pape emprisonné à Savone, il s’efforce de propager en France la bulle d’excommunication de Napoléon et communique au cardinal Maury le bref condamnant son intrusion à la tête de l’archevêché de Paris. Aussitôt incarcéré au fort de Vincennes (3 janvier 1811), il demeure prisonnier durant trois ans et trois mois en compagnie du futur cardinal Emanuele De Gregorio jusqu’à transfert à la prison de La Force (janvier 1814) et à sa libération, intervenue en avril 1814 ; il quitte Paris le 5 mai 1814. De retour à Rome le 15 juillet 1814, Pie VII le nomme aussitôt membre des congrégations pour l’Examen des désordres (31 mai 1814) et de la Réforme (4 juin 1814), puis secrétaire de la nouvelle congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il refuse l’archevêché de Turin et accompagne Pie VII durant son voyage à Gênes (22 mars – 7 juin 1815).

3333 – Cardinal-prêtre à près de 66 ans du titre de S. Maria sopra Minerva (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Saint Office, de la Propagande, de la Discipline des Réguliers et de l’Index, puis à la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (26 avril 1816). Aussitôt promu préfet de la congrégation de l’Index (30 juin 1816), il est encore fait membre de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (30 juin 1816), de la congrégation cardinalice pour la réforme des Études (22 juillet 1816), de la congrégation particulière pour les Indes orientales et la Chine (5 décembre 1816) et de la congrégation des Évêques et Réguliers (20 août 1818) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (6 avril 1817). Devenu deux ans plus tard préfet de la congrégation de la Propagande (24 septembre 1818), il est également nommé préfet de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (22 janvier 1821) ainsi que de l’Imprimerie de la Propagande (28 février 1821) ; il devient préfet des études du Collège romain (18 juillet 1821). Décédé un an plus tard, il est enseveli dans l’église barnabite de S. Carlo ai Catinari.

3345 – Francesco Fontana est l’éditeur des œuvres du cardinal Gerdil, entreprise menée jusqu’à son complet achèvement par son confrère Luigi Scati (Opera omnia, Rome, 1806-1821, 20 vol.). Il a laissé encore un ensemble de composition littéraires italiennes, latines et grecques et une importante correspondance inédite, dont on retiendra : Vita di Benedetto Marcello, patrizio veneto, con l’aggiunta delle risposte alle censure del signor Saverio Mattei (Venise, 1788) ; De vita e scriptis Hieronymi Pompei patricii veronensis commentarium (Vérone, 1790) ; De marmoreo monumento quod honori Imp. Caesaris Leopoldi II. Aug. a IX decurionibus Med. decretum est Commentarius (Milan, 1792) ; Per l’applauditissima promozione alla sacra porpora del R.P. abate D. Michelange-lo Lucchi, versi grechi colla traduzione in terza rima del P.D. Antonio Grandi (Rome, 1801) ; Nelle solenni esequie celebrate in S. Carlo de’ Catinari all’Eminentissimo Signor Cardinale Gerdil il giorno 19 d’agosto 1802. Elogio funebre (Rome, 1802), traduction française par Pierre d’Hesmivy d’Auribeau, Éloge funèbre de Son Éminence le cardinal Gerdil de la congrégation des Barnabites ou clercs réguliers de S. Paul, avec de nouvelles notes historiques, suivies de l’esprit de Gerdil (Rome, 1802) ; Elogio letterario del cardinale Giacinto Gerdil (Rome, 1804). Son confrère Carlo Maria Narducci a réuni et publié après sa mort des Vita ed operette divote del cardinal Francesco Luigi Fontana (Rome, 1822), à nouveau publiées l’année suivante sous le titre : Operette divote del padre poi cardinale Francesco Luigi Fontana... con la vita di lui scritta dal reverendo P.D. Antonio Maria Grandi (Rome, 1823).

335Sources : ASV/SS Interni a. 1821, rub. 2/1 (cumul des préfectures de la Propagande et de la Correction). HC VII 12 et 43. MORONI XXV (1844), 150155. EncCatt V (1950), 1495 (Celestino Testore). DHGE XVII (1971), 860-862 (Angelo M. Pagano). PASZTOR (AEE), 206, 213 et 215-220. Diario di Roma des 20 et 30 mars 1822, n° 23 et n° 26. Antonio Maria GRANDI, Vita del cardinale Francesco Luigi Fontana, dans Vita ed operette divote del cardinal Francesco Luigi Fontana, Rome, 1822. Placido ZURLA, Nelle solenni esequie celebrate in S. Carlo de’ Catinari all’Eminentissimo cardinale Fontana... il giorno 26 di marzo 1822. Elogio funebre, Rome, 1822. Cesare ROVIDA, Orazione funebre per il signor cardinale Francesco Luigi Fontana, Milan, 1822. Giuseppe BARALDI, Notizia biografica sul cardinale Francesco Fontana, Modène, 1824. Giovanni PIANTONI, Vita del cardinal Francesco Luigi Fontana, Rome, 1859, 167 p. Orazio Maria PREMOLI, Storia de’ Barnabiti dal 1700 al 1825, Rome, 1925, p. 400-403, 433-435, 445-483 et passim. La Congregazione dei Chierici Regolari di S. Paolo detti Barnabiti nel IV centenario della fondazione, 1533-1933, Gênes, 1933, p. 139-145. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o dalla Congregazione dei Chierici Regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., II, p. 35-51. Guillaume de BERTIER DE SAUVIGNY, Un épisode de la résistance catholique sous le Premier Empire : l’affaire d’Astros, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, XXXV, 1949, p. 49-58.

Giacomo Filippo FRANSONI

336Gênes, 10 décembre 1775 - Rome, 20 avril 1856.

337Cardinal le 2 octobre 1826.

  1. Fils du marquis Domenico Fransoni, ou Franzoni (1742-1820), sénateur de la République de Gênes (1784), et de Bettina Carrega, il appartient à une ancienne famille du patriciat génois, inscrite à l’albergo Spinola, et qui a donné à la République un doge en la personne de Matteo Fransoni (1758-1759). Il compte parmi les siens le cardinal Giacomo Fransoni (1612-1697), trésorier général, élevé au Sacré Collège par Alexandre VII le 5 avril 1660, légat de Ferrare, mort vice-doyen du Sacré Collège. Son frère cadet Lugi Fransoni (1789-1862), évêque de Fossano (1821-1832), puis archevêque de Turin (1832-1862), est le célèbre adversaire du roi Charles-Albert et des lois Siccardi sur l’abolition du for ecclésiastique (9 avril 1850), emprionné puis exilé à Lyon après 1850. Après ses premières études à Gênes, Giacomo Filippo Fransoni vient achever sa formation à Rome où il devient docteur in utroque jure (20 juillet 1806).
  2. Entré en prélature à l’âge de 31 ans en qualité de référendaire (4 décembre 1806), il est nommé ponent du Buon Governo (avant le 20 septembre 1806) et abréviateur du Parc Majeur de la Chancellerie apostolique (Notizie de 1808) ; il est ordonné prêtre le 14 mars 1807. Il est expulsé de Rome comme étranger durant l’occupation française. De retour à Rome au lendemain de la Restauration, il est élevé à la dignité de prélat domestique (1816), promu ponent de la Consulte (9 mars 1816), secrétaire de la congrégation ad referendum pour l’indemnisation des acquéreurs de biens ecclésiastiques (4 octobre 1817), puis fait secrétaire de la congrégation des Eaux (avant le 19 juin 1822) tout en étant maintenu dans ses fonctions de ponent de la Consulte (19 juin 1822). Promu par Pie VII nonce apostolique à la Lisbonne (avant le 14 septembre 1822), il est fait le 27 septembre 1822 archevêque in partibus de Nazianze et consacré à Rome le 8 décembre par le cardinal Galleffi. Il demeure au Portugal jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Maria in Aracoeli (23 juin 1828), Léon XII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité ecclésiastique, de la Consulte et des Eaux, puis à celles du Buon Governo (9 juillet 1828) et de la Propagande (16 septembre 1828). Pie VIII le nomme préfet de la congrégation de l’Immunité ecclésiastique (2 juillet 1830) et de l’Économie de la Propagande (10 août 1830). Grégoire XVI le fait préfet de la congrégation de la Propagande (21 novembre 1834) et membre des congrégations de l’Examen des évêques en droit canon (Notizie de 1832), de la Discipline des Réguliers (avant le 23 janvier 1833), du Saint Office (Notizie de 1835), de la Correction des livres des Églises d’Orient (Notizie de 1835), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (25 janvier 1836), Consistoriale (Notizie de 1837), du Cérémonial (Notizie de 1838) et des Études (Notizie de 1839). Il devient également protecteur des Rédemptoristes (21 novembre 1837), des Clercs réguliers mineurs Caracciolini (avant le 2 décembre 1837) et de l’Ordre de Malte (28 mars 1843). Pie IX le transfère sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina (28 septembre 1855). Décédé un an plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice.
  4. Conclaves de Léon XII, Grégoire XVI et Pie IX.

338Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 756. HC VII, 20, 42 et 278. DHGE XVIII (1977), 1023-1026 (Maria Franca Mellano). DBI L (1998), 254256 (Giuseppe Monsagrati). Giornale di Roma du 21 avril 1856, n° 91. WEBER (Kardinäle) II, 467 et 806. PASZTOR (AEE), 207. METZLER, 38-40. FORCELLA V, 46. Odoardo CORAZZINI, Memorie storiche della famiglia Fransoni, Florence, 1873. Matteo POZZO, Il cardinale Giacomo Filippo Fransoni genovese, 1775-1856, Gênes, 1906, 19 p.

Luigi FREZZA

339Cività Lavinia (Lanuvio, Albano), 27 mai 1783 - Rome, 14 octobre 1837.

340Cardinal in petto le 23 juin 1834, publié le 11 juillet 1836.

  1. Né dans une famille aisée de la petite ville de Civita Lavinia, il poursuit ses études au Séminaire Romain, puis au Collège grec d’Albano. Ordonné prêtre le 11 juin 1808, il poursuit des études à l’Arciginnasio de Rome, puis à l’Université grégorienne. Il devient au lendemain de la Restauration membre de l’Académie de religion catholique et est choisi, sous l’influence de Mons. Caprano et du cardinal Pacca, comme directeur du Collège Romain.
  2. Entré au service de la Curie au lendemain de la Restauration en qualité de consulteur de la congrégation de la Propagande (29 septembre 1817), il est en septembre 1823 conclaviste du cardinal zelante Pallotta. Fait par Léon XII camérier secret participant, il est successivement nommé vice-promoteur de la foi et consulteur des congrégations de l’Index et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (17 juin 1826). Promu le 2 octobre 1826 évêque de Terracina, Sezze et Piperno (aujourd’hui Priverno), il est consacré à Rome le 19 novembre par le cardinal Galleffi. Il regagne Rome deux ans plus tard pour devenir secrétaire du Vicariat (9 octobre 1828) puis secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (15 décembre 1828) ; il est promu le même jour archevêque in partibus de Chalcédoine. Pie VIII le fait chanoine de Sainte-Marie-Majeure et consulteur de la congrégation de l’Index (9 juin 1829). Grégoire XVI, tout en lui conservant le secrétariat des Affaires ecclésiastiques extraordinaires qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, le nomme consulteur du Saint Office (avant le 5 mars 1831), secrétaire du Sacré Collège et de la congrégation Consistoriale (1er octobre 1831), abréviateur des expéditions per via di Curia de la Daterie apostolique (23 janvier 1832) et chanoine de Saint-Pierre du Vatican (21 septembre 1832).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 53 ans du titre de S. Onofrio (21 novembre 1836), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations Consistoriale, de la Propagande, de l’Index et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, ainsi que des Études. Décédé un an plus tard, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans son église cardinalice.

341Sources : HC VII, 28, 41, 147 et 363. MORONI XXVII (1844), 242-244. DBI L (1998), 518-520 (Giuseppe Monsagrati). GRIMALDI XIX, ff. 69v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. PASZTOR (AEE), 210 et 264-282. DELL’AQUILA, 67-68. Diario di Roma des 17 et 31 octobre 1837, n° 83 et 87. Luca PACIFICI, Elogium Aloisii Frezza S.R.E. presbyteri cardinalis plumbeo tubo inclusum et cum corpore conditum, Rome, 1837, 4 p. Hubert BASTGEN, Forschungen und Quellen zur Kirchenpolitik Gregors XVI, Paderborn, 1929, passim.

Antonio FROSINI

342Reggio, 8 septembre 1751 - Rome, 8 juillet 1834.

343Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Né du marquis Alessandro Frosini, premier majordome de la Cour de Modène et conseiller aulique de l’empereur Joseph II, et de la comtesse Vittoria Carandini, également modénaise, il appartient à une famille du patriciat de Modène. Élevé jusqu’en 1771 au collège royal S. Carlo, il entreprend d’abord, à la mort de son père, une carrière de Cour auprès du duc François III de Modène en qualité de chambellan, puis de ministre plénipotentiaire à Vienne auprès de l’empereur Joseph II. Passé au service du Saint-Siège et devenu docteur in utroque jure de la Sapience, il vient à Rome compléter sa forrmation juridique auprès de son parent Filippo Carandini (1729-1810), lieutenant de l’auditeur général de la Chambre apostolique, puis secrétaire de la congrégation du Concile, élevé au Sacré Collège par Pie VI le 29 janvier 1787, préfet des congrégations du Buon Governo, puis du Concile. Il reçoit la tonsure le 28 février 1783.
  2. Entré en prélature à l’âge de 31 ans en qualité de référendaire (10 avril 1783), Pie VI le fait consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1784) puis lui confie successivement les fonctions de gouverneur de Montalto (bref du 8 août 1786), d’Ancône (nomination du 13 juillet et bref du 13 août 1790), de Spolète (bref du 25 janvier 1793) puis de Civitavecchia (bref du 18 août 1794), charge qu’il occupe jusqu’à l’occupation des États pontificaux par les armées du Directoire. Réfugié à Florence, où il possède des biens, durant la République, il est présent au conclave de Venise. Pie VII le nomme à son retour à Rome votant du tribunal de la Signature de Justice (30 octobre 1800) et prélat de la congrégation du Concile (avant le 27 juin 1801). Il se réfugie à nouveau à Florence en 1808, puis est contraint en 1810 de s’exiler à Paris. Au lendemain de la Restauration, après un voyage en Angleterre et en France, il regagne Rome où il retrouve sa charge à la Signature de Justice. Promu doyen du tribunal de la Signature le 28 août 1814, il procède à sa réouverture dans les premiers jours du mois d’octobre. Nommé clerc de la Chambre apostolique (9 mars 1816) ainsi que membre de la commission du Cadastre (22 juillet 1816) et prélat de la congrégation du Cens (22 juillet 1816), il est chargé de la mise en œuvre de la culture rizicole dans les légations de Bologne et de Ferrare ainsi que du drainage de la Polesine. L’année suivante, Pie VII l’appelle auprès de lui en qualité de majordome et préfet des Palais apostoliques (1er octobre 1817) ; il conserve cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 72 ans du titre de S. Maria in Cosmedin (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations de la Visite apostolique, du Concile, des Indulgences et des Eaux ainsi que de la congrégation du Cens (Notizie de 1823). Léon XII le nomme membre de la Congrégation économique (16 mars 1825), puis préfet de la congrégation des Indulgences (1er octobre 1826), charge qu’il conserve jusqu’à sa mort. Il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1827-1828 (9 avril 1827). Grégoire XVI l’agrège enfin à la congrégation des Rites (24 février 1832). Décédé à l’âge de 83 ans, il est enseveli, après des obsèques à S. Andrea delle Fratte, dans l’église franciscaine de S. Bonaventura alla Polveriera, près de l’urne contenant les cendres de Saint Léonard de Port-Maurice.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. C’est dans ses fonctions de majordome qu’Antonio Frosini appose sa signature au mémoire du commissaire du Saint Office Maurizio Benedetto Olivieri portant condamnation des thèses de Giuseppe Settele et de... Copernic sur la rotation de la terre : Suprema sacra congregazione del S. Officio sopra uno scritto stampato, rimesso alla S. Congregazione da Sua Santità, fattole presentare dal Reverendissimo P. Filippo Anfossi, maestro del Sacro Palazzo Apostolico, contro la permissione della dottrina della mobilità della terra e dichiarazioni degli antichi decreti nelle ferie IV.16-23 agosto 1820. Ristretto di ragione e di fatto, con sommario di documenti e di allegazioni, novembre MDCCCXX (Rome, 1820).

344Sources : ASR/SG vol. 723, procès Frosini. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 474. WEBER (Legati) 119, 221, 299, 390, 679. HC VII 15 et 46. MORONI XXVII (1844), 258-259. Diario di Roma des 9 et 19 juillet 1834, n° 54 et n° 57. Vittorio VITALINI SACCONI, Gente, personnaggi e tradizioni a Civitavecchia dal Seicento all’Ottocento, Civitavecchia, 1982, 2 vol., II, p. 59.

Giulio GABRIELLI

345Rome, 20 juillet 1748 - Albano, 26 septembre 1822.

346Cardinal le 23 février 1801.

3471 – Fils du prince Marco Angelo Gabrielli, il appartient à une famille de l’aristocratie romaine, les Gabrielli du rione Regola. Son frère aîné, le prince Pietro Gabrielli (1746-1824), décédé dans son fief de Prassedi le 28 septembre 1824, est successivement membre de la Suprema Giunta di Stato mise en place à Rome par les autorités napolitaines en novembre 1799, puis membre de l’éphémère Sénat de la ville libre et impériale de Rome et député de la ville auprès de l’empereur Napoléon (août 1809) et enfin maire adjoint de Rome (13 avril 1810) pour toute la durée de l’occupation française. Il compte parmi les siens son homonyme Giulio Gabrielli (vers 1600-1677), parent de Clément X Altieri et neveu du cardinal Orazio Lancellotti, élevé au Sacré Collège par Urbain VIII le 16 décembre 1641, évêque d’Ascoli Piceno.

348Giulio Gabrielli poursuit à l’université de Rome des études de droit.

3492 – Entré en prélature à l’âge de 22 ans en qualité de protonotaire apostolique participant, puis de prélat domestique (23 août 1770), il est nommé successivement ponent du Buon Governo, ponent de la Consulte, puis promu par Pie secrétaire des congrégations du Concile et de la Résidence des évêques (29 janvier 1787), charges qu’il conserve jusqu’à son accession au Sacré Collège. Ordonné prêtre le 23 mars 1800 au lendemain de la première restauration, Pie le nomme membre de la congrégation particulière sur les affaires ecclésiastiques (28 juillet 1800), chargée en particulier de l’examen du concordat avec la France. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801).

3503 – Cardinal-prêtre à l’âge de 52 ans du titre de S. Tomaso in Parione (20 juillet 1801), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Résidence des évêques, de l’Examen des évêques en droit canon et du Buon Governo. Promu évêque de Senigallia le 11 janvier 1808, il est consacré le 14 février par Pie VII lui-même au lendemain de l’occupation française de Rome (2 février) et nommé un mois plus tard, à la suite de l’expulsion du cardinal Giuseppe Doria Pamphili (23 mars), cardinal pro-secrétaire d’Etat (26 mars 1808). Au lendemain de l’édit impérial du 2 avril 1808 annexant au royaume d’Italie les provinces des Marches, il rédige le 22 mai des instructions très fermes aux évêques prescrivant un serment purement passif au nouveau pouvoir ; il est nommé membre de la congrégation du Saint Office (avant le 11 juin 1808). À son tour arrêté par les autorités françaises d’occupation le 16 juin 1808, il est relégué à Senigallia. Exilé en France, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Montbard, puis à Semur-en-Auxois où il demeure en compagnie des cardinaux Oppizzoni et Di Pietro jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 au Vigan ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril et il regagne Rome.

351Au lendemain de la Restauration, Pie VII le nomme préfet de la congrégation du Concile (26 juin 1814) et le fait membre dès sa formation de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814) ; il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Le pape accepte sa démission du siège de Senigallia le 5 février 1816, le transfère le 17 décembre 1819 sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina et le nomme pro-dataire (6 mai 1820) ; il l’agrège également aux congrégations de la Propagande (10 novembre 1818), des Affaires de Chine (9 mai 1820) et Consistoriale (24 août 1820). Décédé deux ans plus tard, il est enseveli, après des obsèques au palais de la Daterie, à S. Maria sopra Minerva.

352Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 336. ASV Epoca napoleonica Italia VII.6, Instructions aux évêques des Marches (22 mai 1808). HC VII, 7, 42, 45 et 342. MORONI XXVIII (1844), 89-90. DHGE XIX (1981), 588 (Lajos PÁSZTOR). PIETRAMELLARA I, 168-170. AMAYDEN I, 416-417. PIOLANTI 80. DE MARCHI, 8. PASZTOR (AEE), 205. Diario di Roma des 28 septembre et 5 octobre 1822, n° 78 et n° 80. Adamo MOSCONI, Alla memoria del fu eminentissimo signor cardinale Giulio Gabrielli, principe romano, pro-datario di N.S., Foligno, 1822, 49 p. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 218-219 et passim.

Pier Francesco GALLEFFI

353Césène, 27 octobre 1770 - Rome, 19 juin 1837.

354Cardinal le 11 juillet 1803.

3551 – Fils du comte Vincenzo Galleffi (ou Galeffi) et de la comtesse Violante Fantaguzzi, il appartient à une famille du patriciat de Césène ; il est compatriote et client de la famille Braschi. Il poursuit ses études à Césène sous la direction du P. Bonaventura Gazzola, futur évêque de Cervia et de Montefiascone et futur cardinal, puis entre à Rome à l’Académie des nobles ecclésiastiques (17911793) ; Pie VI le fait camérier secret (avant le 22 février 1794) et chanoine de Saint-Pierre du Vatican (21 septembre 1794).

3562 – Entré en prélature à l’âge de 30 ans en qualité de prélat domestique (avant le 8 novembre 1800), référendaire (9 novembre 1800) et protonotaire apostolique non participant (avant le 20 décembre 1800), il est dès avant promu par son compatriote Pie VII économe et secrétaire de la Fabrique de Saint-Pierre (30 octobre 1800) et fait chanoine de la basilique Saint-Pierre, charges qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, obtenue de Pie VII en « retour de chapeau » sur les instances de la famille de Pie VI Braschi.

3573 – Cardinal-prêtre à 33 ans du titre de S. Bartolomeo in Isola (26 septembre 1803), Pie VII l’agrège aux congrégations du Concile, des Rites, de la Fabrique de Saint-Pierre et de l’Immunité ecclésiastique (avant le 1er octobre 1803) et le fait à la même date abbé du monastère de Saint-Benoît et Sainte-Scolastique de Subiaco ; il est encore nommé protecteur de l’ordre des clercs mineurs réguliers ou caracciolini (avant le 22 juin 1805). Il est parmi les quatorze cardinaux expulsés de Rome sur la pression des autorités françaises le 23 mars 1808. Exilé en France au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Sedan, puis à Charleville où il demeure en compagnie du cardinal Saluzzo jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Lodève ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril.

358Au lendemain de la Restauration, il est promu par Pie VII secrétaire des Mémoriaux (20 mai 1814) et agrégé aux congrégations pour l’Examen des évêques en droit canon (16 septembre 1814) et Consistoriale (29 juin 1815) ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour les années 1814-1818 (26 septembre 1814). Il est encore nommé membre de la congrégation particulière pour la réforme des Études (30 décembre 1814) et de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815) ainsi que protecteur de l’ordre des Augustins (avant le 27 septembre 1815). À sa mort (30 avril 1817), le cardinal Romualdo Braschi Onesti le choisit pour exécuteur testamentaire et le nomme tuteur de son neveu, le duc Pio Braschi (1804-1864). Il est fait successivement préfet de la congrégation de la Discipline des réguliers (10 mai 1817), protecteur des congrégations des franciscains observants et des camaldules (10 mai 1817) ainsi que de l’archiconfrérie de la SS.ma Trinità de’ Pellegrini (27 mai 1817), puis archiprêtre de la basilique Saint-Pierre de Vatican (6 mai 1820) et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre (16 mai 1820), enfin évêque du diocèse suburbicaire d’Albano (29 mai 1820) ; il est encore fait membre des congrégations du Saint Office (26 janvier 1820) et des Indulgences (29 décembre 1821). Il se range au cours du conclave de 1823 parmi les cardinaux zelanti. Léon XII le nomme membre de la congrégation d’État formée au lendemain de son élection (29 septembre 1823) et le fait camerlingue de l’Église romaine (20 décembre 1824) ; il l’agrège encore aux congrégations des Études (28 août 1824), Économique (26 février 1825), de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (21 mars 1825), du Cérémonial (17 avril 1825) et de la Vigilance (27 février 1826). Élu cardinal protecteur de l’archiconfrérie de la SS.ma Trinità de’ Pellegrini (27 mai 1817), il joue un rôle essentiel dans l’accueil des 93.000 pèlerins de l’année sainte 1825 à l’hospice. Pie VIII le nomme membre de la congrégation d’État formée au lendemain de son avènement (23 avril 1829) et le transfère le 5 juillet 1830 sur le siège suburbicaire de Porto et S. Rufina : il devient vice-doyen du Sacré Collège. Il est encore abbé commenditare de Subiaco et cardinal protecteur de nombreux ordres religieux. Il est enseveli à la SS.ma Trinità de’ Pellegrini.

3594 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

3605 – On conserve du futur cardinal Galleffi une De cathedra romana sancti Petri principis apostolorum oratio (Rome, 1794).

361Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 642. GRIMALDI XIX, ff. 212v (prise de possession de son bénéfice). ASR/SS.ma Trinità de’ Pellegrini, Registro delle congregazioni segrete della Ven. Arciconfraternita della SS.ma Trinità de’ Pellegrini, busta 51, 24 février 1793 - 18 septembre 1823 (élection comme cardinal protecteur). HC VII, 10, 37, 38, 40. MORONI XXVIII (1844), 114-116. EncCatt V (1950), 1885 (Mario De Camillis). DHGE XIX (1981), 745-747 (Raffaele Colapietra). PROCACCINI, 55. BASSO 71. Diario di Roma du 20 juin 1837, n° 49. Lorenzo CARSIDONI, Elogio funebre alla memoria dell’Eminentissimo Cardinale Pier Francesco Galleffi, Camerino, 1839, 19 p. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 219-220 et passim. Philippe BOUTRY, Espace du pèlerinage, espace de la romanité. L’année sainte de la Restauration, dans Luoghi sacri e spazi di santità, a cura di Sofia Boesch Gajano e Lucetta Scaraffia, Turin, 1990, p. 419-444 (sur l’année sainte 1825).

Antonio Domenico GAMBERINI

362Imola, 31 octobre 1760 - Rome, 25 avril 1841.

363Cardinal le 15 décembre 1828.

  1. Fils du comte Giovanni Agostino Gamberini, avocat, et de Margherita Zappi, il appartient à une famille inscrite au patriciat d’Imola. Élèvé à Imola où il reçoit une première formation juridique auprès de son père, il vient à Rome poursuivre ses études à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1782-1791). Il devient docteur in utroque jure du collège des protonotaires apostoliques (21 mars 1784), reçoit la tonsure (6 janvier 1787), et complète sa formation juridique en qualité d’ajutante di studio de Niccola Acciaiuoli, auditeur de Rote pour Ferrare. Il regagne Imola en 1798, lors de l’occupation française de Rome et s’y établit comme avocat jusqu’à la Restauration. En 1814, il est fait assesseur civil de Forli.
  2. Entré à Rome en prélature à plus de 57 ans en qualité de prélat domestique (5 mai 1818) et de référendaire (7 mai 1818), il est nommé auditeur du tribunal de la Rote pour Ferrare (29 novembre 1818) : confirmé par motu proprio du 4 décembre 1818 ; admis dans le tribunal le 25 juin, il entre en fonctions le 8 juillet 1819 ; il est également fait ponent de la congrégation de l’Immunité (28 mars 1822). Il quitte l’année suivante le tribunal de la Rote pour être promu secrétaire de la congrégation du Concile et de la Résidence des évêques (10 mars 1823). Léon XII le fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican, examinateur des évêques en droit canon (7 novembre 1823), membre de la Commission de jurisconsultes chargés de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823) et juge de la Visite apostolique extraordinaire ordonnée en vue de l’année sainte (31 mars 1824). Ordonné prêtre le 29 février 1824, il est promu le 19 décembre 1825 évêque d’Orvieto et consacré à Rome le 15 janvier 1826 par le cardinal Galleffi.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Prassede (21 mai 1829), Pie VIII l’agrège aux congrégations du Concile, des Rites, de la Consulte et du Buon Governo (avant le 30 mai 1829). À la suite de la division de la Secrétairerie d’État en deux sections (20 février 1833), Grégoire XVI le nomme secrétaire d’État pour les affaires intérieures (9 mars 1833) ainsi que préfet de la Consulte, de la congrégation de Lorette et des congrégations militaire et sanitaire. Il démissionne de son siège d’Orvieto le 13 avril 1833 et est agrégé à la congrégation du Saint Office (15 mars 1833). Promu évêque du diocèse suburbicaire de Sabine (18 février, 1839), il abandonne l’année suivante pour cause de maladie la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures pour être nommé préfet du tribunal de la Signature de Justice (22 décembre 1840) ; il est fait membre des congrégations de Lorette (17 décembre 1840) et des Évêques et réguliers (avant le 26 décembre 1840), puis camerlingue du Sacré Collège (1er mars 1841). Décédé un mois plus tard, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, en l’église S. Prassede.
  4. Conclaves de Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. Outre ses décisions d’auditeur de Rote (Decisiones S. Romanae Rotae coram R.P.D. Antonio Dominico Gamberini, Rome, 1824), le cardinal Gamberini laisse des Summaria precum resolutiones selectae S. Congregationis Concilii (Orvieto, 1842) ainsi que les recueils successifs de la Raccolta delle leggi pontificie e disposizioni di pubblica amministrazione. Il a d’autre part publié une Istruzione pe’ testamenti da farsi alla forma del diritto canonico (Rome, 1840).

364Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 878. HC VII, 21, 44 et 383-384. MORONI XXVIII (1844), 158-160. EncCatt V (1950), 1921 (Mario De Camillis). DHGE XIX (1981), 978 (Lajos PÁSZTOR). PROCACCINI, 54. CERCHIARI II, 285-286. DE MARCHI, 9. Diario di Roma du 27 avril 1841, n° 34.

Domenico Giuseppe (Bonaventura) GAZZOLA

365Plaisance, 21 avril 1744 - Montefiascone, 29 janvier 1832.

366Cardinal le 3 mai 1824.

3671 – Entré en religion à l’âge de 17 ans, le 7 juin 1761 sous le nom de Bonaventura, dans l’ordre franciscain réformé, il est ordonné prêtre le 4 avril 1767. Il enseigne successivement la théologie et le droit canon à l’université d’Urbino, puis le droit canon et la physique expérimentale à l’université de Césène, et devient commissaire général de son ordre. Promu par Pie VI le 1er juin 1795 évêque de Cervia, il est fait le même jour évêque assistant au trône pontifical et consacré à Rome le 7 juin par le cardinal Albani. Il accueille avec un particulier éclat Pie VII en qualité de souverain spirituel et temporel à Cervia le 19 avril 1814. Nommé au lendemain de la Restauration, en juin 1814, administrateur apostolique du diocèse de Montefiascone et Corneto, en substitution du cardinal Maury (démissionnaire de son siège le 24 mars 1816), il en est fait évêque six ans plus tard, le 21 février 1820.

3683 – Cardinal-prêtre à l’âge de 80 ans du titre de S. Bartolomeo nell’Isola (24 mai 1824), Léon XII l’agrège le 29 mai aux congrégations du Saint Office, de l’Index, de la dicipline des Réguliers et de Lorette. Il meurt huit ans plus tard à Montefiascone.

3694 – Conclaves de Pie VIII et Grégoire XVI.

370Sources : HC VI, 160. HC VII, 18, 40 et 270. MORONI XXVIII (1841), 196-197. DHGE XX (1984, 195-197 (Roger Aubert), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. Relazione genuina e distinta... ASV/SS a. 1814, rub. 1, lettre manuscrite de 18 pages datée de Montefiascone, le 5 juin 1814 (sur le passage de Pie VII à Cervia). MOSCARINI, 31 n. 1, et 119. Diario di Roma du 8 février 1832, n° 11. Luigi HUETTER, Carceri ecclesiastiche di Roma papale. La Pia Casa di Penitenza a Corneto nei Regolamenti Gazzola del 1828, dans Strenna dei romanisti, XIII, 1952, p. 121-127. Vittorio Emanuele GIUNTELLA, Profilo di uno « zelante ». Mons. Bonaventura Gazzola, dans Rassegna storica del Risorgimento, XLIII/3, 1956, p. 413-418.

Lodovico GAZZOLI

371Terni, 18 mars 1774 - Rome, 12 février 1858.

372Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

  1. Né dans l’une des premières familles du patriciat de Terni, c’est le neveu du cardinal Luigi Gazzoli (1735-1809), auditeur général de la Chambre apostolique (1800-1803), créé cardinal par Pie VII le 16 mai 1803 et décédé le 23 juin 1809 ; son frère Carlo Filippo Gazzoli († 1847) est camérier secret de Pie VII (avant le 16 juillet 1803), chanoine de S. Maria in Via Lata et secrétaire d’ambassade, puis garde-robe de Léon XII. Lodovico Gazzoli poursuit ses études au séminaire de Frascati, puis à l’université de Pérouse où il devient docteur in utroque jure. Segreto auprès du tribunal de la Rote, il est élevé par Pie VII à la dignité de camérier secret (1800).
  2. Entré en prélature à l’âge de 28 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (3 juin 1802), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (avant le 22 mai 1802), gouverneur de Fabriano (bref du 20 juillet 1802), charge qu’il occupe jusqu’à l’occupation française de Marches ; il est successivement fait gouverneur de Spolète (bref du 16 décembre 1808). Au lendemain de la Restauration, il est à nouveau nommé délégat apostolique de Spolète par Pie VII depuis Césène (4 mai 1814), puis transféré successivement à la tête des délégations d’Ancône (6 juillet 1815) et d’Urbino et Pesaro (5 juin 1820). Promu commandeur de l’hôpital de Santo Spirito in Sassia (10 mars 1823), il est choisi par Léon XII pour premier président de la Comarque de Rome (18 janvier 1828), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il est brièvement nommé pro-légat de Forli pour la durée du conclave qui s’ouvre à la mort de Pie VIII (4 décembre 1830). Chassé par l’insurrection des Légations, il regagne ses fonctions à la tête de la Comarque.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 58 ans du titre de S. Eustachio (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de la Fabrique de Saint-Pierre, de la Consulte, du Buon Governo et des Eaux, puis le nomme préfet de la congrégation des Eaux et des Routes (avant le 7 septembre 1833) ; il est fait encore membre des congrégations du Concile (avant le 7 janvier 1833) et du Cens (17 juillet 1833) et devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1833-1834 (15 avril 1833). Promu préfet de la congrégation du Buon Governo (avant le 3 avril 1843), il conserve cette charge jusqu’à la suppression du dicastère, intervenue le 1er janvier 1847. Pie IX nomme membre de la congrégation des Rites (27 juin 1853) et le transfère sur le titre diaconal de S. Maria in Via Lata (19 mars 1857). Il meurt l’année suivante à Rome.
  4. Conclave de Pie IX.

373Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 680. WEBER (Legati) 226, 390691. HC VII, 26, 45 et 46. MORONI XXVIII (1844), 197-199 (Luigi Gazzoli). WEBER (Kardinäle) II, 469-470 (essentiel). Giornale di Roma des 13 et 17 février 1858, n° 35 et n° 38.

Alessandro GIUSTINIANI

374Gênes, 3 février 1778 - Gênes, 14 octobre 1843.

375Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

3761 – Né dans la branche génoise des Giustiniani, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie de la ville ; la branche des Giustiniani de l’île de Chio a donné trois cardinaux à l’Église aux xvie et xviie siècles. Il devient docteur in utroque jure de l’université de la Sapience (17 juillet 1816).

3772 – Entré en prélature à Rome au lendemain de la Restauration, à l’âge de 38 ans, en qualité de prélat domestique (27 juin 1816) et de référendaire (18 juillet 1816), il est successivement nommé vice-légat de Bologne (dont il obtient d’être dispensé) puis vice-légat de Ferrare (1816-1818). Appelé à seconder à Naples le cardinal Caracciolo dans l’exécution du concordat de 1818, il lui succède à la tête de la délégation du Saint Siège après son décès (24 janvier 1820) ; il doit affronter la période de la révolution libérale de 1820-1821. À l’issue du rétablissement du régime absolutiste, il est demandé comme nonce par le roi Ferdinand Ier. Ordonné prêtre le 6 avril 1822, puis promu le 19 avril 1822 archevêque in partibus de Petra, il est consacré à Rome le 21 avril par le cardinal doyen Della Somaglia et nommé le 26 avril nonce à Naples. Transféré par Léon XII à la nonciature de Lisbonne (24 avril 1827) alors qu’il pensait être élevé au Sacré Collège, il quitte Rome pour Lisbonne le 25 avril 1827 et prend parti pour don Miguel et le parti absolutiste contre le reine Maria II de Gloria, fille de Pierre IV, empereur du Brésil, et ses partisans libéraux. Alors qu’il a été informé de son accession au Sacré Collège, l’entrée des troupes de Pierre IV à Lisbonne (28 juillet 1833) entraîne son expulsion du Portugal (29 juillet). Très affaibli physiquement et psychologiquement, il se rend d’abord à Gênes puis à Rome pour recevoir son titre cardinalice.

3783 – Cardinal-prêtre à l’âge de 53 ans du titre de Sainte-Croix de Jérusalem (19 décembre 1834), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Résidence des évêques, de l’Immunité, du Buon Governo et Économique (avant le 31 décembre 1834). Il doit ensuite se retirer à la suite de désordres mentaux dans sa famille à Gênes où il s’éteint neuf ans plus tard ; il est enseveli dans l’église S. Francesco in Albaro.

3795 – Il a publié des Solenni funerali celebrati alla santa memoria di Pio VII (Naples, 1823).

380Sources : HC VII, 25, 41 et 303. MORONI XXXI (1845), 226-228. Enc-Catt VI (1951), 832 (Silvio Furlani). DHGE XXI (1986), 73-74 (Roger Aubert). J.H. BRADY, Rome and the Neapolitan Revolution of 1820-1821. A Study in Papal Neutrality, New York, 1937, passim.

Giacomo GIUSTINIANI

381Rome, 29 décembre 1769 - Rome, 24 février 1843.

382Cardinal le 2 octobre 1826.

  1. Fils du prince Benedetto Giustiniani et de la comtesse Cecilia Maoni (Mahoney), comtesse de Newburgh et Kinnaird, d’origine anglaise, il appartient à une famille de l’aristocratie romaine d’origine génoise ; la branche des Giustiniani de l’île de Chio a donné trois cardinaux à l’Église aux xvie et xviie siècles. Son frère aîné, le prince Vincenzo Giustiniani, décédé en novembre 1826, hérite du fief familial de Bassano. Destiné à l’état ecclésiastique, Giacomo Giustiniani est élevé au Collège Urbain.
  2. Entré en prélature à l’âge de 23 ans en qualité de protonotaire apostolique participant, puis de référendaire (24 janvier 1793), Pie VI le nomme vice-légat de Ravenne (il y fait son entrée le 14 décembre 1793) aux côtés du cardinal Dugnani puis protonotaire de la congrégation des Rites (avant le 12 décembre 1795). Expulsé de Ravenne le 25 juin 1796 sur l’ordre du général Augereau, il regagne Rome le 3 juillet. Il est nommé l’année suivante gouverneur de Pérouse (Diario ordinario du 11 et bref du 28 mars 1797), puis fait président de la Commissione di Stato à la veille de l’invasion française de Rome. Il se réfugie à Naples en 1798 lors de l’occupation française de Rome et de la proclamation de la République romaine. À la suite de l’entrée à Rome des troupes napolitaines (2 octobre 1799), il est nommé président de la Giunta di Stato (10 novembre 1799) chargée des poursuites contre les partisans de la République Romaine. Ayant abandonné la prélature, il mène ensuite une existence séculière et voyageuse en Italie et en Europe. Au lendemain de la Restauration, il assume, au sein de la Commissione di Stato mise en place par le délégat Rivarola, les attributions de gouverneur provisoire de Rome (11 mai 1814) ; il est réintégré en prélature en qualité de prélat domestique (1er octobre 1814), nommé pro-gouverneur de Rome (23 septembre 1814) et fait également coadjuteur de Pietro Maria Negroni dans sa charge de juge de la Curie capitoline (19 novembre 1814). Durant la fuite de Pie VII à Gênes (22 mars - 7 juin 1815), il est membre de la Giunta di Stato présidée par le cardinal Della Somaglia. Promu délégat apostolique à Bologne (6 juillet 1815), il opère la restauration du gouvernement pontifical. Nommé l’année suivante nonce apostolique à Madrid (6 avril 1816), il ne quitte Rome que l’année suivante : il est ordonné prêtre le 21 décembre 1816, promu le 14 avril 1817 archevêque de Tyr in partibus et consacré à Rome le 20 avril par le cardinal doyen Alessandro Mattei ; il entre à Madrid le 25 juin 1817. Expulsé d’Espagne par la révolution libérale, il réside à Bordeaux de janvier à septembre 1823, puis regagne la cour de Ferdinand VII restauré par les armées françaises. Au retour de sa nonciature de Madrid, il est fait par Léon XII évêque d’Imola (13 mars 1826) et quitte Madrid l’année suivante.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Marcellino e S. Pietro (17 septembre 1827), Léon XII l’agrège le 20 septembre aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Propagande, de la Discipline des Réguliers et de la Fabrique de Saint-Pierre. Pie VIII le nomme membre de la congrégation des Études (Notizie de 1830). Candidat du parti zelante lors du conclave qui suit la mort de Pie VIII et papabile, il est écarté par l’exclusive de l’Espagne, signifiée par le cardinal Marco y Catalan au soir du 6 janvier 1831 sur ordre de l’ambassadeur Labrador, à la suite des dissentiments entre le Saint Siège et la cours de Madrid sur les anciennes colonies de l’Amérique espagnole. Grégoire XVI le nomme successivement secrétaire des Mémoriaux (4 février 1831) et membre des congrégations du Saint Office et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 5 mars 1831). Il démissionne du siège d’Imola le 16 décembre 1832. Promu préfet de la congrégation de l’Index (21 novembre 1834), puis archiprêtre de la basilique vaticane et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre (28 juin 1837), enfin camerlingue de l’Église romaine (2 octobre 1837), il devient évêque du diocèse suburbicaire d’Albano (22 novembre 1839). Il est encore fait membre des congrégations du Buon Governo et Économique (avant le 31 décembre 1834) et protecteur des Franciscains conventuels (avant le 2 juillet 1839) ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1842-1843 (24 janvier 1842). Décédé l’année suivante, il est enseveli, après des obsèques célébrées en présence de Grégoire XVI, dans la chapelle gentilice des Giustiniani en l’église S. Maria sopra Minerva.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI.
  5. Giacomo Giustiniani a laissé des Omelie (Imola, 1827-1830, 4 vol.) et des dissertations antiquaires : Sulla costituzione del governo di Roma in tempo dei re e sulle sua variazioni, pregi e difetti (Rome, 1836), Commentario storico della vita privata e pubblica di Tiberio imperatore, letto dall’eminentissimo principe signor cardinale Giacomo Giustiniani, segretario de’ Memoriali di Sua Santità, prefetto della sacra congregazione dell’Indice, ec. e socio di onore nell’adunanza tenuta il di 11 maggio 1837, dans Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, VIII, 1838, p. 311-387.

383Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 584. WEBER (Legati) 335, 373705. HC VII, 20, 37, 42, 223 et 382. MORONI XXXI (1845), 221-226. EncCatt VI (1951), 832-833 (Silvio Furlani). DHGE XXI (1986), 83-86 (Vicente Carcel Orti). MOSCARINI 132. DEL RE (Governatore), 122-123. DE MARCHI, 235. PÁSZTOR (AEE), 207. BASSO 71. Diario di Roma des 25 février et 4 mars 1843, n° 16 et n° 18. Giuseppe ALBORGHETTI, Orazione funebre detta nella Chiesa dell’Arciginnasio Romano... in occasione delle solenne esequie fatte dall’Accademia medesima il di 29 di febbraio 1844 alla Ch. Me. dell’Eminentissimo Signor Cardinale Giacomo Giustiniani, Camerlengo di S. R. Chiesa e pro-tettore dell’Accademia, Rome, 1844, 67 p. (Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, XII, 1852, p. 1-32). Josè Maria MARCH, La exclusiva dada por Espana contra el card. Giustiniani en el conclave de 183031 segùn los dispachos diplomaticos, Madrid, 1932, 47 p., première publication dans Razon y Fe, XCVIII, 1932, p. 50-64 et 337-348 ; IC, 1932, p. 43-61. Maria Consilia BUZELLI SERAFINI, La reazione del 1799 a Roma. I processi della Giunta di Stato, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, XCII, 1969, p. 137-211, passim. Vicente CÂRCEL ORTÎ, El archivo del nuncio en Espana, Giacomo Giustiniani (1817-1827), dans Escritos del Vedat (TorrenteValencia), VI, 1976, p. 265-300.

Pasquale Tommaso GIZZI

384Ceccano (Ferentino), 22 septembre 1787 - Lenola (Fondi), 3 juin 1849.

385Cardinal in petto le 12 juillet 1841, publié le 22 janvier 1844.

  1. Fils de Nicola Gizzi, maire de Ceccano sous l’Empire, et Cecilia Ciavaglia, il appartient à une famille aisée du ceto civile de la localité de Ceccano, fief des Colonna dans le Latium méridional. Il poursuit ses études au séminaire de Ferentino et est ordonné prêtre le 2 septembre 1810 ; il reçoit du prince Colonna un demi-bénéfice de la collégiale de Ceccano (14 mars 1812). À la suite du transfert de sa famille à Rome afin d’échapper aux accusations de collaboration avec les autorités françaises, il vient poursuivre ses études à l’université de la Sapience ; il devient membre de l’Arcadie (juin 1816) et docteur in utroque jure de la Sapience (22 juillet 1817), puis complète sa formation juridique auprès de l’auditeur de Rote Luigi Zinanni. Il est inscrit au registre des avocats de Curie le 15 décembre 1819.
  2. Entré au service de la Curie en qualité d’auditeur du nonce apostolique en Suisse Ignazio Nasalli (avril 1820), il s’établit à Lucerne le 14 mai 1820. À la suite du départ du nonce pour une mission aux Pays-Bas, il est promu chargé d’affaires pontifical auprès de la Confédération helvétique (août 1823). Nommé trois ans plus tard à sa grande déception auditeur de la nonciature de Munich (2 septembre 1826), il quitte Lucerne le 26 mars 1827, mais y retourne cinq mois après avec le titre d’internonce (21 août 1827) ; il abandonne définitivement Lucerne le 15 septembre 1828 pour gagner à nouveau Munich en qualité de simple auditeur de nonciature auprès du nonce d’Argenteau. Promu quatre mois plus tard chargé d’affaires pontifical à la cour de Turin (5 janvier 1829), il s’y établit le 6 février suivant. Grégoire XVI le fait camérier secret surnuméraire (22 novembre 1831) puis le revêt de la dignité de prélat domestique (16 décembre 1834) en le choisissant par décision datée du même jour pour internonce apostolique à Bruxelles auprès du nouveau royaume de Belgique ; la nomination effective porte la date du 25 janvier 1835. Il laisse Turin le 24 mars 1835 pour regagner Rome. Chargé d’une mission à la cour d’Autriche aux côtés de l’archevêque de Ferrare Della Genga Sermattei, dans le but de féliciter le nouvel empereur Ferdinand Ier, il quitte Rome le 5 mai et parvient à Vienne le 18 mai 1835 où il s’entretient longuement avec Metternich des situations de l’Italie et de la Belgique. Il quitte Vienne le 22 juin, parvient à Bruxelles le 3 juillet et présente ses lettres de créances au roi Léopold Ier le 5 juillet 1835. Rappelé à Rome par une dépêche du 13 mai 1837, il quitte Bruxelles le 2 juillet et parvient à Rome le 24 octobre suivant. Il est nommé à son arrivée délégat apostolique d’Ancône (15 novembre 1837) où il s’établit le 11 décembre ; il quitte Ancône pour Rome le 21 janvier 1839. Promu le 18 février 1839 archevêque in partibus de Thèbes, il est consacré à Rome le 21 avril par le cardinal Fransoni, fait le 26 avril évêque assistant au trône pontifical et retrouve la carrière diplomatique à travers une nomination à la nonciature de Lucerne (13 avril 1839). Il quitte Rome le 3 juin et présente ses lettres de créances à Zurich le 15 juillet 1839. Nommé deux ans plus tard nonce à la cour de Sardaigne (4 mars 1841), il quitte Schwytz le 27 avril et s’établit le 7 mai à Turin où il présente ses lettres de créances au roi Charles-Albert le 10 mai 1841. Il quitte définitivement le royaume de Sardaigne le 6 septembre 1843, à la veille de son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 56 ans du titre de S. Pudenziana (25 janvier 1844), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de l’Immunité, de la Propagande et du Buon Governo ; il est également fait cardinal protecteur de Ceccano (9 février 1844). Promu aussitôt légat apostolique de Forli (18 avril 1844), il s’y établit le 23 mai ; il quitte cependant Forli le 2 décembre 1845 afin de prendre du repos à Rome. Il participe au conclave de juin 1846 dans les rangs des adversaires d’une continuation de la politique de Grégoire XVI et fait figure de papabile ; le cardinal Mastai Ferretti, futur Pie IX, lui donne sa voix. Nommé membre de la Commissione di Stato provisoire (1er juillet 1846) chargée de préparer une large amnistie et fait membre de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1er août 1846), il est choisi par Pie IX pour secrétaire d’État (8 août 1846) et président du Conseil des ministres (14 juin 1847), charges qu’il occupe jusqu’à sa démission (5 juillet 1847), motivée par son opposition à la création d’une Garde civique à Rome ; il fait membre de la congrégation de Lorette (avant le 18 janvier 1848). Retiré à partir de juillet 1848 dans sa cité natale de Ceccano, il se transfère dans le royaume de Naples au lendemain de la fuite de Pie IX à Gaète où il le rejoint le 11 décembre 1848. Établi dans la localité napolitaine de Lenola (diocèse de Fondi) à la suite de l’aggravation de son état de santé, il y meurt six mois plus tard. Il est enseveli dans l’église de Lenola. Ses restes ont été rapatriés à Ceccano le 1er juillet 1992.
  4. Conclave de Pie IX.

386Sources : HC VII, 33, 44 et 365. DRN III (1933), 242-243 (Michele Rosi). EncCatt VI (1951), 863-864 (Mario De Camillis). WEBER (Kardinäle) II, 471. DHGE XXI (1986), 107-110 (Roger Aubert). PÁSZTOR (AEE), 208. Marco MINGHETTI, Prodromo di alcune considerazioni relative alla circolare dell’eminentissimo Gizzi in data 24 agosto 1846 (s.l., 1846). Hubert BASTGEN, Der Schweitzer Nuntius Gizzi, dans Zeitschrift fur Schweitzer KirchengeschichteXVII, 1924, p. 237-281. Aloïs SIMON, Documents relatifs à la nonciature de Bruxelles (1834-1838), Bruxelles-Rome, 1958, 298 p. (en particulier aux p. 5191). Carlo CRISTOFANILLI, Il cardinale Tommaso Gizzi di Ceccano, dans Torrice. Il carbonaro Bicola Fabrizi di Torrice e personnaggi ciociari dell’Ottocento, Torrice, 1991, p. 65-79. Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX.Con documenti inediti, Casamari, 1993, 240 p. (fondamental). Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Gizzi, primo Segretario di Stato di Pio IX, dans Pio IX, XXIV, 1995, p. 72-92. Giacomo MARTINA, Wiktor GRAMATOWSKI, Relazione ufficiale sul conclave del 1846, dans Archivum historiae pontificiae, XXXIV, 1996, p. 159-212, passim.

Pietro GRAVINA

387Montevago (Agrigente), 26 décembre 1749 - Palerme, 6 décembre 1830.

388Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Né de Giovanni Gravina, duc de San Michele et grand d’Espagne de première classe, et d’Eleonora Naploi des princes de Resuttano, il appartient à l’une des premières familles du patriciat de Palerme ; son frère Federico Gravina, grand amiral, meurt à Trafalgar en 1805 ; son second frère Gabriele Gravina est évêque de Catane (1816-1817), puis de Malte (1818-1840). Il poursuit ses études chez les Théatins de Palerme, puis à Rome, au collège Clementino, puis auprès de l’Académie des Nobles ecclésiastiques. Docteur in utroque jure de la Sapience, il compléte sa formation juridique durant trois années auprès de l’avocat Antonio Maria Gasparri ; il reçoit les ordres mineurs à Palerme le 7 septembre 1778.
  2. Entré en prélature à l’âge de 31 ans en qualité de référendaire (5 avril 1781) et de protonotaire apostolique non participant, Pie VI le nomme successivement gouverneur de Città di Castello (bref du 9 juillet 1783), Fano (nomination du 14 février et bref du 25 février 1785), Iesi (30 mars 1789), Spolète (bref du 13 août 1790) et Ancône (25 janvier 1793). Il est ordonné prêtre le 7 avril 1792. Promu le 21 février 1794 à l’âge de 44 ans nonce à Lucerne (le bref est daté du 16 septembre), il est fait le 12 septembre archevêque in partibus de Nicée et consacré à Rome le 14 septembre par le cardinal secrétaire d’État Zelada. Il quitte Lucerne pour Bâle au printemps 1798 devant l’avancée des troupes du Directoire et voit ses papiers confisqués. Il se réfugie en 1799 à Constance, puis Augsbourg, auprès de nonce Della Genga, et enfin à Munich. Rappelé à Rome au lendemain de la première restauration, il est fait consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1802) puis transféré à la nonciature de Madrid (avant le 26 février 1803) où il demeure jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il entre en conflit avec la Junte de Cadix et le cardinal-primat Luis de Bourbon en 1812-1813 pour la défense du privilège du for ecclésiastique et de l’Inquisition et doit s’exiler au Portugal (juillet 1813), d’où il rentre à Madrid en juillet 1814 au lendemain de la restauration du roi Ferdinand VII. Il quitte définitivement la capitale de l’Espagne le 15 juillet 1817.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 66 ans du titre de S. Lorenzo in Panisperna (15 novembre 1817), Pie VII l’agrège le 18 novembre aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Propagande, de la Discipline des Réguliers et des Indulgences. Nommé par Ferdinand Ier le 10 juillet 1816 archevêque de Palerme, il est préconisé par Rome le 23 septembre et fait son entrée à Palerme au printemps 1818. Au lendemain de la révolution sicilienne de 1820, il exerce les fonctions de lieutenant-général (24 mars - 10 juillet 1821). Décédé au terme d’un épiscopat de quatorze années, il est enseveli dans la chapelle du Saint Sacrement de la cathédrale de Palerme.
  4. Conclaves de Léon XII et Pie VIII.
  5. On conserve du futur cardinal Gravina ses thèses de philosophie, Prae-positionnes philosophicae (Rome, 1769), ainsi qu’une importante justification de son action diplomatique : Manifesto istorico (... ) su la sua condotta di nunzio apostolico e legato a latere nelle Spagne in difesa costante de’ diritti della Santa Sede e della religione ne’ tempi scorsi di rivolta e di sedizione (Rome, 1824, traduit sur la troisième édition espagnole).

389Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 451. SPRETI III, 540-547. WEBER (Legati) 119, 211, 238, 390, 712. HC VI, 308. HC VII, 11, 42 et 298. MORONI XXXII (1845), 78-80. EncCatt VI (1951), 1017 (Silvio Furlani). DHGE XXI (1986), 1295-1298 (Roger Aubert), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. BOGLINO 75-79. Diario di Roma du 11 décembre 1830, n° 99. Isidoro de Villapadierna, Conflicto entre el cardinal primado y el nuncio, Mons. Gravina en 1809-14, dans Anthologica annua, V, 1957, p. 261-311. Vicente CÁRCEL ORTÍ, El archivio de Pietro Gravina, nuncio en España (1803-1817), dans Escritos del Vedat (Torrente-Valencia), IX, 1979, p. 303-320.

Niccolò GRIMALDI

390Treia, 19 juillet 1768 - Rome, 12 janvier 1845.

391Cardinal le 20 janvier 1834.

  1. Né du comte Francesco Nicolô Grimaldi et de la comtesse Vincenza Broglio d’Ajano, il appartient à une famille inscrite aux patriciats de Treia et de Recanati. Aprés des études au séminaire de Frascati, il poursuit sa formation à l’université de Macerata où il devient docteur in utroque jure, puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1790-1794) où il se lie avec Annibale Della Genga, futur Léon XII. Il complète sa formation juridique durant huit années auprès des avocats Vincenzo Sanzi et Giovanni Battista Quarantotto. À la suite de l’invasion française de Rome, il retourne dans sa famille à Treia.
  2. Entré en prélature au lendemain de la première restauration à l’âge de 35 ans en qualité de référendaire (15 juillet 1803), il est fait consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 26 novembre 1803), ponent du Buon Governo (avant le 20 septembre 1806) et président de l’hospice de S. Michele a Ripa. Au lendemain de la Restauration, il est nommé auditeur du tribunal de la Signature de Justice (24 octobre 1814), puis troisième lieutenant du tribunal civil de l’auditeur de la Chambre apostolique (21 novembre 1816) ; il devient successivement premier lieutenant du même tribunal. Il est fait protonotaire apostolique non participant (avant le 10 mars 1819). Léon XII lui confère pendant vingt mois les fonctions de pro-auditeur de la Chambre apostolique (avant le 8 mai 1824), puis le fait président du Collegio Greco (1825) et prélat de la congrégation de Lorette (29 janvier 1828). Il est promu par Pie VIII secrétaire de la congrégation de la Consulte (20 avril 1829) et président de l’hôpital S. Giacomo degl’Incurabili. Grégoire XVI le nomme trois ans plus tard gouverneur de Rome (6 juillet 1832), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 66 ans du titre de S. Nicola in Carcere (23 juin 1834), Grégoire, XVI l’agrège le jour même aux congrégations de la Consulte, de Lorette, Économique et du Buon Governo, puis à celle du Saint Office (6 avril 1835). Nommé pour trois ans légat de Forli (5 juillet 1836), il est substitué en août 1839 par Alessandro Spada. À son retour à Rome, il est fait membre de la congrégation Consistoriale (avant le 17 décembre 1839). Il meurt à Rome cinq ans plus tard et est enseveli en l’église S. Salvatore in Lauro.

392Sources : ASR/SG vol. 725, procès Grimaldi. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 704. HC VII, 27 et 46. MORONI XXXIII (1845), 31-35. DHGE XXII (1988), 252 (Roger Aubert). PROCACCINI, 54. DEL RE (Governatore), 125. Diario di Roma des 14 et 18 janvier 1845, n° 4 et n° 5. V. BROGLIO D’AJANO, Nelle seconde esequie solenni fatte in Treja al card. Nicolò de’conti Grimaldi, Sanseverino, 1845. Giovanni Carlo GENTILI, Elogio funebre di Niccola Grimaldi cardinale diacono di S.R.C., Lorette, 1846, 32 p.

Francisco Antonio Javier de GUARDOQUI Y ARRIQUIBAR

393Bilbao, 9 octobre 1760 - Rome, 27 janvier 1820.

394Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Originaire d’une famille noble de Bilbao, il poursuit ses études dans sa ville natale puis à l’université de Valladolid ; il devient docteur in utroque jure (1772). Ordonné prêtre le 1er juin 1776 à Madrid, il est nommé vicaire général (1781) puis chanoine (1783) de Palencia, puis fait inquisiteur de Grenade (5 février 1785) et de Valladolid (14 mai 1788).
  2. Nommé auditeur du tribunal de la Rote romaine pour la Castille par motu proprio du le 1er juillet 1789, il est admis dans le Tribunal le 8 juillet 1789 et entre en fonctions le 23 février 1790 ; Pie VI l’élève à la dignité de prélat domestique (Notizie de 1790). Pie VII le fait consulteur de la congrégation des Rites (Notizie de 1808). Expulsé de Rome à la suite de l’invasion française des États pontificaux, il est de retour au mois de mai 1815 et reprend ses fonctions au sein du Tribunal.
  3. Cardinal-prêtre à 56 ans du titre de S. Anastasia (15 novembre 1817), Pie VII l’agrège le 18 novembre aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de la Discipline des réguliers et du Buon Governo. Il meurt quatre ans plus tard et est enseveli, après des obsèques à S. Maria in Vallicella, dans son église cardinalice.

395Sources : HC VII, 11 et 40. MORONI XXVIII (1844), 172-173. DHGE XXII (1988), 541 (Vicente Carcel Orti). CERCHIARI II, 269-270. Diario di Roma des 29 janvier et 1er février 1820, n° 9 et n° 10.

Cesare GUERRIERI GONZAGA

396Mantoue, 2 mars 1749 - Rome, 5 février 1832.

397Cardinal le 27 septembre 1819.

  1. Fils du marquis Bonventura Guerrieri Gonzaga de Mantoue, et de D. Lucrezia, il appartient à une famille de l’aristocratie lombarde. Il compte dans sa famille deux cardinaux, Silvio Valenti Gonzaga (1690-1756), nonce en Flandres puis en Espagne, créé par Clément XII le 19 décembre 1730, puis secrétaire d’État de Benoît XIV de 1740 à sa mort ; et son oncle Luigi Valenti Gonzaga (1725-1808), nonce à Lucerne puis en Espagne, créé par Pie VI le 15 avril 1776, et successivement légat de Romagne, puis vice-doyen du Sacré Collège. Cesare Guerrieri Gonzaga poursuit ses études au collège Nazareno de Rome de 1758 à 1767. Il est en avril 1776 destiné par Pie VI à aller à Madrid en qualité d’ablégat pontifical porter la barrette à son oncle Luigi Valenti Gonzaga, élevé au Sacré Collège.
  2. Entré à son retour en prélature à l’âge de 29 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (5 juin 1778), il ne mène pas à Rome de carrière active et se retire dans sa famille, à Mantoue, à Florence, puis auprès des marquis Gualtieri, ses neveux, à Orvieto, durant les deux occupations françaises des États pontificaux. Au lendemain de la Restauration, il est fait commandeur de l’hôpital de S. Spirito in Sassia (9 mars 1816), puis promu quatre mois plus tard trésorier général de la Chambre apostolique (22 juillet 1816), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il devient également président de la congrégation du Cens (22 juillet 1816).
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 70 ans du titre de S. Adriano (17 décembre 1819), Pie VII l’agrège le 21 décembre aux congrégations du Concile, de la Fabrique de Saint-Pierre, du Buon Governo et des Eaux. Il est maintenu en qualité de cardinal pro-trésorier (27 septembre 1819) jusqu’à la nomination de Belisario Cristaldi (4 juin 1820) et demeure également président de la congrégation du Cens en qualité de cardinal, jusqu’à sa mort ; il est fait membre de la congrégation Économique (16 juin 1820). Il se range durant le conclave de septembre 1823 dans les rangs du parti zelante. Promu par Léon XII Della Genga, son ami de longue date, à la charge de pro-secrétaire des Mémoriaux (15 novembre 1824), il est durant tout le pontificat l’un des plus influents conseillers du pontife ; il est membre de la congrégation de la Vigilance (14 juin 1826) ainsi que de la seconde congrégation d’État mise en place par le cardinal Bernetti (été 1828), et devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1826-1827 (13 mars 1826). Pie VIII, qu’il avait combattu lors du conclave, lui ôte à son accession au pontificat le secrétariat des Mémoriaux (avril 1829). Il meurt trois ans plus tard et est enseveli, après des obsèques à S. Maria in Trastevere, dans l’église franciscaine de S. Bonaventura alla Polveriera, sur le Mont Palatin, auprès de la tombe du cardinal Silvio Valenti Gonzaga.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

398Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 420. HC VII 14 et 45. MORONI XXXIII (1845), 186-187. DHGE XXII (1988), 729-730 (Roger Aubert). NAZARENO, 85. FORCELLA V, 233. Diario di Roma du 8 février 1832, n° 11.

Kasimir Johann Baptist von HAEFFELIN

399Minfeld (diocèse de Spire), 13 janvier 1737 - Rome, 27 août 1827.

400Cardinal le 6 avril 1818.

4011 – Né dans le duché de Deux-Ponts de Daniel Haeffelin, commis aux écritures (Landschreiber), et d’Elisabeth Schonlaub, Kasimir Haeffelin poursuit ses études à l’université de Pont-à-Mousson ; il est ordonné prêtre le 24 septembre 1763. Docteur en théologie de l’université d’Heidelberg (1765), il est nommé chapelain de la cour (Hofkaplan) de l’électeur palatin Charles-Théodore de Bavière (1767) et membre de l’Académie des sciences où il disserte contre le goût gothique et l’usage de l’allemand en littérature. Transféré à Munich en 1778, il successivement nommé vicaire général du Grand Prieuré de l’ordre de Malte à Munich (1782), vice-prévôt de la collègiale Notre-Dame de Munich et vice-président du Conseil ecclésiastique de Bavière (1783) ; il est fait docteur en théologie de l’université d’Ingolstadt (5 novembre 1781) ; il est anobli ainsi que son frère Daniel († 1820) en 1790. Promu par Pie VI prélat domestique puis, le 28 septembre 1787, évêque in partibus de Chersonèse, il réside à Rome de 1796 à 1798 comme chapelain de la langue de Bavière de l’ordre de Malte. De retour en Bavière à la suite de l’occupation de Rome par les armées du Directoire, il est nommé bibliothécaire de la cour de Bavière (Oberhofbibliothekar) par le duc Maximilien-Joseph (1799). Au lendemain de la première restauration, il regagne Rome en qualité de ministre plénipotentiaire de Bavière auprès du Saint-Siège (1803) et s’efforce de conclure un concordat sur le modèle du concordat napoléonien ; les négociations sont interrompues par l’occupation napoléonienne de Rome. Il se retire à Naples, où il est accrédité, en 1810, puis regagne à nouveau la cour pontificale au lendemain de la Restauration en qualité de ministre plénipotentiaire (1815). Il conclut avec le cardinal Consalvi, le 5 juin 1817, un concordat entre le Saint Siège et le royaume de Bavière.

4023 – Cardinal-prêtre du titre de Sainte-Sabine (25 mai 1818), Pie VII l’agrège le 29 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de la Fabrique de Saint-Pierre et des Eaux, il est maintenu dans ses fonctions de ministre plénipotentiaire du royaume de Bavière à Rome par les rois Maximilien Ier, puis Louis Ier. Transféré sur le titre cardinalice de Sainte-Anastasie (19 avril 1822), il participe au conclave de Léon XII dans les rangs du parti politicante. Décédé quatre ans plus tard à l’âge de quatre-vingt-dix ans, il est enseveli dans son église cardinalice.

4034 – Conclave de Léon XII.

4045 – Le futur cardinal Haeffelin a livré à l’impression un Discours de l’influence des voyages sur les progrès des arts (Mannheim, 1775).

405Sources : HC VI 163. HC VII 14, 40 et 44. MORONI XXXIII (1845). Enc-Catt VI (1951), 1329 (Silvio Furlani). NDB VII (1966), 429 (Edgar Krausen). Diario di Roma du 29 août 1827, n° 69. Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 279-296. Georg FRANZ-WILLING, Die bayerische Vatikangesandtschaft, 1803-1934, Munich, 1965, passim. R. FENDLER, Johann Kasimir von Haffelin, 1737-1827. Historiker, Kirchenpolitik, Diplomat und Kardinal, Mayence-Trèves, 1980, XIV-129 p.

Joachim Jean Xavier d’ISOARD

406Aix-en-Provence, 23 octobre 1766 - Paris, 7 octobre 1839.

407Cardinal le 25 juin 1827.

  1. Aîné d’une famille de la noblesse provençale, il perd son père très jeune et est placé au séminaire où il est le condisciple de Joseph Fesch, oncle de Napoléon Bonaparte. Réfugié en Italie, à Vérone, auprès du comte de Provence (futur Louis XVIII) en 1794, il regagne la Provence au lendemain de la chute de Robespierre, puis gagne à nouveau l’Italie à la suite du coup d’état de Fructidor. Établi à Paris à l’aube du Consulat grâce à la protection du cardinal Fesch, promu archevêque de Lyon et ambassadeur de France à Rome, il accompagne ce dernier auprès de Pie VII en 1803.
  2. Nommé auditeur de Rote pour la France avant le 7 décembre 1803, confirmé par motu proprio du 9 décembre 1803, il est admis dans le tribunal le 5 juin 1804 et prête serment le 22 juillet ; il est revêtu de la dignité de prélat domestique. Au lendemain de la Restauration, il parvient à grand peine à repousser la tentative des autorités françaises pour le faire substituer par Mgr de Salamon, grâce à la fermeté du Saint-Siège qui rappelle le caractère inamovible de sa charge. Durant les Cent-Jours, il est nommé le 13 juin 1815, par l’éphèmère ministre des Affaires Étrangères Caulaincourt, chargé d’affaires de la France auprès du Saint-Siège en vue de conserver le concordat de 1801 ; mais cette nomination demeure sans suite. Pie VII le fait consulteur de la congrégation des Rites (1815). Il est enfin promu, le 10 mars 1823, doyen du Tribunal de la Rote, charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, et fait baron par Louis XVIII (24 mai 1823). Pie VII le nomme consulteur de la congrégation du Saint Office (13 juin 1823) et Léon XII, prélat de la congrégation de la reconstruction de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs (21 mars 1825).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 60 ans du titre de Saint-Pierre-aux-Liens (17 septembre 1827), Léon XII l’agrège le 20 septembre aux congrégations du Concile, des Rites, du Buon Governo et des Eaux. Il est nommé par Charles X archevêque d’Auch le 23 mars 1828, préconisé le 15 décembre et consacré à Paris le 11 janvier 1829 par le cardinal de Latil, archevêque de Reims ; il est également fait duc et pair de France le 24 janvier. Grégoire XVI le transfère le 15 avril 1833 sur le titre cardinalice de la Trinité-des-Monts. Au terme de dix années passées sur le siège d’Auch, et après avoir refusé les sièges d’Aix et de Bordeaux, il accepte sa nomination par Louis-Philippe, le 13 juin 1839, sur le siège de Lyon en remplacement du cardinal Fesch décédé ; mais il meurt à Paris avant d’avoir été confirmé par Rome. Ses restes sont inhumés dans la cathédrale d’Auch.
  4. Conclaves de Pie VIII et Grégoire XVI.

408Sources : HC VII, 20, 44, 45 et 98. MICHAUD XX, 410-411 (Michaud junior). MORONI XXXVI (1846), 144-147. HOEFER XXVI (1861), 86-87. BAUNARD, 78-79. LThK V (1960), 802 (R. Baümer). DBF fasc. 103 (1989), 222223 (A. Chapeau). CERCHIARI II, 280-281. Pierre FÉRET, Le Concordat de 1816. Ambassade à Rome de Cortois de Pressigny et du comte de Blacas, dans Revue des questions historiques, 1901, p. 187-240 (p. 209).

Luigi LAMBRUSCHINI

409Sestri Levante (Brugnato), 16 mai 1776 - Rome, 12 mai 1854.

410Cardinal le 30 septembre 1831.

4111 – Fils de Bernardo Lambruschini († 1788) et de Pellegrina Raggi († 1812), il appartient à une famille du ceto civile de la petite cité ligure ; il est baptisé sous le nom d’Emanuele Niccolô. Son frère aîné, Giovanni Battista Lambruschini (1755-1825), professeur au Grand Séminaire de Gênes, théologien antijanséniste, puis évêque inpartibus d’Azotus (1800) et coadjuteur de l’archevêque de Gênes, l’un des fondateurs de l’Académie de religion catholique à Rome (1801), sera administrateur apostolique (1807), puis évêque d’Orvieto ; son neveu, Raffaele Lambruschini (1788-1873), d’abord destiné à une carrière ecclésiastique sous la protection de ses oncles, s’établit en Toscane où il fonde le Giornale agrario toscano (1827), d’orientation libérale ; lié à Vieusseux, Gino Capponi et Niccolò Tommaseo, il adhère aux idéaux politiques et religieux du Risorgimento national et sera député du Parlement toscan en 1848-1849, puis sénateur du royaume d’Italie en 1860.

412Emanuele Niccolò Lambruschini est élevé au collège del Bene de S. Marg-herita Ligure, puis admis au collège barnabite S. Bartolomeo degli Armeni de Gênes (4 octobre 1793). Il revêt aussitôt, à l’âge de dix-sept ans, l’habit barnabite (17 novembre 1793) et prend en religion le nom de Luigi ; il prononce ses vœux solennels l’année suivante à S. Bartolomeo degli Armeni de Gênes (18 novembre 1794). Il poursuit ensuite ses études au collège S. Paolo de Macarata (1794-1794) puis vient faire sa théologie à Rome, à S. Carlo de’ Catinari, auprès des PP. Pedrazzini et Nasi ; il est encouragé par le cardinal Gerdil († 1802). À la suite de l’occupation française de Rome, il doit quitter la ville le 19 mai 1798 ; c’est à Brugnato qu’il est ordonné prêtre par Mgr Giovanni Luca Solari (1er janvier 1799). Il enseigne ensuite la théologie morale successivement à Bologne (1799-1800), Rome (1800), San Severino Marche (1800-1801) puis Macerata (1801-1803) où il se lie avec l’évêque passionniste, Mgr Vincenzo Strambi. De retour à Rome (1803-1810) à l’appel du procureur général de l’ordre, le futur cardinal Francesco Fontana, et grâce à la protection de son frère Giovanni Battista, évêque in partibus d’Azotus, il enseigne au collège S. Carlo de’ Catinari. Le cardinal Leonardo Antonelli le nomme examinateur pro-synodal de son diocèse de Porto et S. Rufina (1804) ; il devient également membre de la Pia unione sacerdotale de saint Paul apôtre (14 juin 1805) et chancelier de l’ordre barnabite (mai 1807). Promu doyen du Sacré Collège, le cardinal Antonelli le fait examinateur pro-synodal du diocèse de Velletri (septembre 1807) et le cardinal Valenti Gonzaga, nouvel évêque de Porto et S. Rufina, le confirme dans les mêmes fonctions dans son diocèse. À la suite de la seconde occupation française de Rome et du décret d’expulsion des ecclésiastique étrangers (28 avril 1810), il doit quitter Rome pour Gênes. Il y établit des contacts avec Pie VII prisonnier à Savone et organise des collectes pour les prêtres déportés en Corse ; il est placé sous la surveillance de la police impériale. Au lendemain de la Restauration, il regagne Rome via Modène (où il se lie avec Giuseppe Baraldi, directeur des Memorie) et revêt à nouveau l’habit barnabite à S. Carlo de’ Catinari (août 1814).

4132 – Entré au service de la Curie au lendemain de la Restauration sous la protection du futur cardinal barnabite Francesco Fontana, il devient consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814) et qualificateur (2 janvier 1815) puis consulteur (10 mars 1816) de la congrégation du Saint Office, ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (16 septembre 1814). Il suit Pie VII et le P. Fontana à Gênes durant à la suite du voyage entrepris par le pape devant les menaces que fait peser Murat sur Rome (22 mars - 7 juin 1815). Promu pro-secrétaire (7 janvier 1816) puis secrétaire (26 mars 1816) de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires en remplacement de Francesco Fontana, élevé au Sacré Collège, et devenu dans le même temps vicaire général de l’ordre barnabite (12 novembre 1816), il accompagne le cardinal Consalvi à Terracine lors de la signature du concordat avec le royaume de Naples (16 février 1818). Nommé archevêque de Gênes (6 septembre 1819) par le roi de Sardaigne Victor Emmanuel Ier, il est préconisé par Rome le 27 septembre et consacré le 3 octobre par le cardinal Giulio Maria Della Somaglia ; il doit, non sans regret, quitter Rome le 15 novembre pour effectuer son entrée à Gênes le 23 décembre 1819. Il parvient néanmoins six ans plus tard à être nommé nonce apostolique à Paris (2 octobre 1826), grâce à la protection du cardinal secrétaire d’État Della Somaglia (et à l’intervention de La Mennais qui écrira, amèrement, dans les Affaires de Rome : « peut-être ne fûmes-nous pas totalement étranger à la satisfaction qu’il obtint, lorsque Léon XII, qui daignait nous accorder quelque confiance, le nomma nonce apostolique à Paris ») ; il est à Paris au début de l’année 1827. Il conserve le tire d’archevêque de Gênes et ne présente sa démission de son siège que le 26 juin 1830 : il est alors nommé archevêque in partibus de Beyrouth (5 juillet 1830). Lié aux milieux légitimistes et à l’archevêque de Paris, Hyacinthe de Quélen, ouvertement hostile à la Monarchie de Juillet, il est rappelé à la demande du gouvernement du roi Louis-Philippe et élevé au Sacré Collège ; son auditeur de nonciature, Antonio Garibaldi, le supplée à Paris en qualité de chargé d’affaires du Saint Siège à partir du 21 octobre 1831.

4143 – Cardinal-prêtre à l’âge de 55 ans du titre de S. Calisto (24 février 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Saint Office, des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, de la Propagande et des Études, puis aux congrégations pour l’Examen des évêques en théologie (avant le 2 mai 1832) et pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (avant le 30 juin 1832). Promu préfet de la congrégation de la Discipline des Réguliers (avant le 22 décembre 1832), il devient membre de la congrégation des Évêques et Réguliers (avant le 7 septembre 1833). Devenu préfet de la congrégation des Études (28 novembre 1834) ainsi que cardinal bibliothécaire de l’Église romaine (19 décembre 1834), il est agrégé à la congrégation de la Discipline des Réguliers (Notizie de 1832). Grégoire XVI le choisit enfin pour cardinal secrétaire d’État pour les affaires extérieures en remplacement du cardinal Bernetti (19 janvier 1836) et l’élève à la charge de secrétaire des Brefs (12 novembre 1839). Il est fait membre des congrégations du Concile (Notizie de 1836), Économique (Notizie de 1836) et des Rites (Notizie de 1838) et devient également protecteur des franciscains observants et réformés (avant le 28 novembre 1837) et des servites de Marie (avant le 3 août 1839) ainsi que Grand Prieur de l’ordre de Malte à Rome (avant le 2 mars 1839). Promu évêque du diocèse suburbicaire de Sabine (24 janvier 1842), il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1844-1845 (22 janvier 1844) ; il abandonne la préfecture de la congrégation des Études au cardinal Mezzofante (20 mai 1845). Candidat malheureux à la Papauté à la tête du parti « grégorien » ou « génois » lors du conclave de juin 1846 (où il ne recueille que quinze voix), hostile aux réformes, il doit abandonner la Secrétairerie d’État à l’accession de Pie IX. Ce dernier le nomme préfet de la congrégation des Rites (2 juin 1847) et le fait évêque du diocèse suburbicaire de Porto, S. Rufina et Civitavecchia et vice-doyen du Sacré Collège (11 juillet 1847). Il rejoint le pape dans son exil de Gaète et ne rentre à Rome avec lui qu’en 1850. Il abandonne la charge de cardinal bibliothécaire de l’Église romaine au cardinal Angelo Mai (27 juin 1853). Décédé un an plus tard, il est enseveli à S. Carlo de’ Catinari.

4154 – Conclave de Pie IX.

4165 – Pietro PIRRI a procuré l’édition des notes du futur cardinal Lambruschini durant sa nonciature à Paris (Memorie istoriche della Nunziatura sostenuta in Parigi da monsignor ora cardinale Luigi Lambruschini scritte da lui medesimo) sous le titre : La mia nunziatura di Francia, Bologne, 1934, XVI-366 p. Quelques une de ses lettres ont été recueillies et publiées dans le recueil Primi scritti religiosi di Raffaelo Lambruschini, con lettere di lui, di Mons. Morichini, di Mons. Minucci et del card. Luigi Lambruschini, Florence, 1918, CXI-339 p. D’autres éléments de correspondance ont été publiés par Hubert BASTGEN, Ein Briefwechseln zwischen Bischof Reisach und Kardinal Lambruschini, dans Romische Quartalschrift, XXXIV, 1926, p. 199-237. Ses Opere spirituali (Rome, 1833, 2 vol) ont connu plusieurs rééditions : Venise, 1839, 3 vol. ; Rome, 2e éd., 1838, 3 vol., ainsi que des éditions partielles. Son traité Sull’immacolato concepimento di Maria. Dissertazione polemica (Rome, 1843 ; Venise, 1844) a connu plusieurs éditions et traductions, françaises : Dissertation polémique sur l’immaculée conception de Marie (Besançon, 1843) et Sur l’immaculée conception de Marie, dissertation polémique (Paris, 1843), espagnole : Disertacibn polemica sobre la Immaculada Concepcibn de Maria (Rome, 1843) et allemande : Polemische Dissertation ûber die unbeflechte Empfangnis Maria (Schaffausen, 1843) et Ueber die unbeflechte Empfängnis Maria. Polemische Dissertation (Munich, 1843). Le théologien Giovanni Perrone en a aussitôt donné une analyse en forme de résumé sous le titre Sunto analitico della dissertazione polemica di Sua Eminenza Reverendissima il sig. card. Luigi Lambruschini sull’immacolato concepimento di Maria (Rome, extrait des Annali delle scienze religioseXV, 48, 1843).

417Le cardinal Lambruschini a en outre publié divers écrits de circonstance (70 titres énoncés dans G. BOFFITTO, Scrittori barnabiti, infra), dont on retiendra : Operette spirituali (Modène, 1813) ; Raccolta di tutte le omelie, notificazioni e lettere pastorali (Gênes, 1823, 2 vol.) ; Nelle solenni funebri esequie celebrate nella chiesa metropolitana di Torino il di 18 febbrajo 1824 per l’anima di S. M. il re Vittorio Emanuele. Orazione (Turin, 1824) ; Regole per il seminario di Santa Maria di Farfa e di S. Salvatore Maggiore (Rome, 1835) ; Costituzioni per le reverende monache del monastero di Santa Maria del Soccorso nella terra di Fara (Rome, 1836) ; Regole di civiltà e buone creanze ad uso del seminario farfense (Rome, 1837) ; Esercizj di pietà trascritti dalle celebri Opere spirituali dell’eminentissimo e reverendissimo sign. card. Luigi Lambruschini (Rome, 1838) ; Breve ragguaglio della vita e della morte di suor Maria Luisa Tommasi (Venise, 1839) ; Istruzione teologica sulla natura e sugli effetti della gravissima pena della scomunica, cavata dalle opere spirituali dell’eminentissimo cardinale Lambruschini (Bénévent, 1840) ; Compendio delle cose necessarie a sapersi da ogni cristiano... ricavate dalla breve dottrina del v. cardinale Bellarmino, proposto alla gente di campagna della sua diocesi (Rome, 1849). Vincenzo Castellini a édité Cinque dissertazioni... da esso lette nella romana Accademia di religione cattolica (Rome, 1853).

418Sources : HC VII 25, 38, 39, 110 et 220. HC VIII, 44. DRN III (1933), 328 (F. Poggi). EncCatt VII (1951), 845-846 (Fausto Fonzi). CATH VI (1966), 17091711 (Jacques Martin). WEBER (Kardinäle) II, 475-476. PÁSZTOR (AEE), 207, 208 et 213. Giornale di Roma des 12 mai 1854, n° 109 et 17 mai 1854, n° 113 (obsèques). Carlo GAZOLA, Vita di S. E. Rev.ma mons. Giovanni Battista Lambruschini, vescovo di Orvieto, Orvieto, 1841, X-124 p. Giovanni PIANTONI, Nelle solenni esequie celebrate in Roma nella chiesa di San Carlo a’ Catinari al cardinale Luigi Lambruschini della congregazione de’ Barnabiti il di 12 giugno 1854, giorno tretesimo della morte. Elogio funebre, Rome, 1854, 56 p. et Il cardinale Luigi Lambruschini, dans Annali delle scienze religiose, s. II, XIII, 1854, p. 128-153. F.M. ZUNINI, Memorie per servire alla vita del già arcivescovo di Genova card. Luigi Lambruschini, dal 3 ottobre 1819 al 1827, dans Giornale degli studiosi, V, 1873, p. 72-78, 222-228, 251-256 et 265-281. Luigi M. LEVATI, Vescovi barnabiti che in Liguria ebbero i natali o la sede, Gênes, 1910, p. 671679. Orazio Maria PREMOLI, Storia de’ Barnabiti dal 1700 al 1825, Rome, 1925, p. 487-490 et passim. Pietro PIRRI, La repressione dei moti del 31 nelle memorie diplomatiche del cardinal Lambruschini, dans La Civiltà cattolica, 1931/3, p. 129-141 et 225-235. Maria Antonietta GIAMPAOLO, La preparazione politica del Cardinal Lambruschini, dans Rassegna storica del Risorgimento, XVIII/1, 1931, p. 81-164. La Congregazione dei Chierici Regolari di S. Paolo detti Barnabiti nel IV centenario della fondazione, 1533-1933, Gênes, 1933, p. 15-150. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o dalla Congregazione dei Chierici Regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., II, p. 312-336. T.M. ABBIATI, Lo spirito di s. Carlo nella vita episcopale del card. Lambruschini barnabita, dans Eco dei Barnabiti, IV, 1938, p. 1-12. Antonio QUACQUARELLI, Le note diplomatiche di Mons. Lambruschini al card. G. Albani segretario di Stato durante la Monarchia di Luglio (luglio-ottobre 1830), dans Aevum, XVII, 1943, p. 170-199. Jacques-Paul MARTIN, La Nonciature de Paris et les affaires ecclésiastiques de France sous le règne de Louis-Philippe (1830-1848). Contribution à l’histoire de la diplomatie pontificale au xixe siècle, d’après les correspondances diplomatiques et divers documents inédits des Archives secrètes vaticanes, Paris, 1949, p. 11-72. Francesco ANDREU, Il card. Luigi Lambruschini e il P. Gioacchino Ventura, dans Regnum Dei, X, 1954, p. 219-249. Luigi MANZINI, Il cardinale Luigi Lambruschini, Cité du Vatican, 1960, XVI-686 p. (fondamental). Anthony GAUCI, The nuntiature of Mgr Lambruschini in France, thèse de l’université du Latran, Malte, 1964, XVI-82 p. Giacomo MARTINA, Wiktor GRAMATOWSKI, Relazione ufficiale sul conclave del 1846, dans Archivum historiae pontificiae, XXXIV, 1996, p. 159-212, passim. Philippe BOUTRY, Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaires d’Etat du premier xixe siècle, dans Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, CX, 1998/2, p. 591-607.

Alessandro LANTE

419Rome 27 novembre 1762 - Bologne, 14 juillet 1818.

420Cardinal le 8 mars 1816.

4211 – Fils puîné du duc Filippo Lante Della Rovere (1709-1771), quatrième duc de Bomarzo, et de sa seconde épouse, Faustina Capranica († 1809), il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine, originaire de Pise, attestée à Rome dès le xiiie siècle, et surtout héritière au xviie siècle de la famille des papes Sixte IV et Jules II Della Rovere à la suite du mariage (1609) de Marcantonio Lante avec Lucrezia Della Rovere. Les Lante sont ducs de Bomarzo (jusqu’en 1836) et de S. Croce di Magliano (jusqu’en 1808), princes de Cantalupo (jusqu’en 1804) et grands d’Espagne de première classe. Ils ont donné à la Curie les deux cardinaux Marcello Lante (1569-1652), clerc puis auditeur général de la Chambre apostolique, créé le 11 septembre 1606 par Paul V Borghese son parent, évêque de Todi, mort doyen du Sacré Collège ; et Federico Marcello Lante (1694-1773), créé le 9 septembre 1743 par Benoît XIV, préfet du Buon Governo, mort également doyen du Sacré Collège. Son demi-frère Luigi Lante († 1795) et son frère aîné Vincenzo Lante († avant 1816) sont respectivement le cinquième et le sixième duc de Bomarzo ; son neveu, Giulio Lante (1789-1873), fils du précédent, sera le septième et dernier duc de Bomarzo avant la ruine de la famille et la perte de ses titres et propriétés.

422Alessandro Lante est élevé à Rome par les moines bénédictins, puis au collège Clementino ; docteur in utroque jure de l’université de la Sapience (2 août 1785), il complète sa formation juridique auprès des avocats Filippo Carandini, Giovanni Battista Quarantotto et Francesco Riganti.

4232 – Entré en prélature à l’âge de 22 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (16 juin 1785), Pie VI le fait aussitôt bénéficiaire (18 juillet 1784) puis chanoine (25 juin 1785) de Saint-Pierre du Vatican, puis ponent du Buon Governo sous l’autorité du cardinal-préfet Carandini. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme secrétaire de la congrégation pour le rétablissement de l’ancien système de gouvernement (9 juillet 1800), puis secrétaire de la congrégation du Buon Governo (30 octobre 1800), protonotaire apostolique (avant le 22 novembre 1800) et prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 20 décembre 1800), et enfin l’élève au poste de trésorier général de la Chambre apostolique (28 septembre 1801) qu’il occupe jusqu’à l’occupation française de Rome et où il se révèle comme l’un des principaux protagonistes de la politique réformatrice du cardinal Consalvi. Il se retire en Toscane durant l’Empire. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Au lendemain de la Restauration, compromis aux yeux du parti zelante, il est substitué dans ses fonctions de trésorier général par Luigi Ercolani, pro-trésorier au sein de la Commissione di Stato (14 mai 1814) puis trésorier général en titre (23 septembre 1814). Le retour du cardinal Consalvi aux rênes du pouvoir lui permet de dissiper les accusations portées contre lui et d’être compris dans la grande promotion cardinalice de la Restauration.

4244 – Cardinal-diacre à 53 ans du titre de S. Eustachio (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Consulte, des Eaux et du Buon Governo et le nomme légat de la ville et de la province de Bologne (6 septembre 1816) où il fait son entrée le 29 septembre et déploie une activité considérable. Décédé à Bologne deux ans plus tard, il est enseveli dans la métropole S. Pietro de Bologne.

4255 – On conserve du futur cardinale Lante une composition In lode delle belle arti, orazione e componimenti poetici (Rome, 1786).

426Sources : ASR/SG vol. 724, procès Lante. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 504. GRIMALDI XIX, ff. 195v (prise de possession de son bénéfice). HC VII 12 et 45. Pio PECCHIAI, I Lante, Rome, 1966, 115 p. et 15 pl. PIETRAMELLARA II, 11-12. AMAYDEN II, 2-4. MORONI XXXVII (1846), 115120. PIOLANTI 72. Diario di Roma du 29 juillet 1818, n° 60. Gaetano ROSSETTI, Cenni storici sull’origine e sui progressi della nobil casa dei duchi Lante della Rovere, Forlì, s.d., 13-40 p. Memorie in onore d’Alessandro dei duchi Lante inclito cardinale di S. Chiesa, Bologne, 1819, 8 p. Nicola Maria NICOLAI, Elogio del cardinale Alessandro Lante, Bologne, 1821, 43 p.

Antonio LANTE

427Rome, 17 décembre 1737 - Rome, 23 octobre 1817.

428Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 28 juillet 1817.

  1. Fils du duc Filippo Lante (1709-1771), quatrième duc de Bomarzo, et de sa première épouse, Virginia Altieri († 1759), fille du prince Emilio Altieri et de la princesse Costanza Chigi, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine (cf. à son demi-frère Alessandro Lante pour les origines familiales) et se rattache par sa mère aux familles des papes Clément X Altieri et Alexandre VII Chigi. Il est élevé au collège jésuite de Turin, puis au collège Clementino de Rome.
  2. Entré au service de la Curie en acquérant la charge de régent de la Chancellerie apostolique, Clément XIII l’admet en prélature à l’âge de 25 ans en qualité de référendaire (24 mars 1763). Clément XIV autorise son grand-oncle Federico Marcello Lante (1695-1773), doyen du Sacré Collège, à lui transmettre de son vivant l’abbaye de Farfa et S. Salvatore Maggiore, où il déploie une grande activité pastorale. Fait successivement gouverneur de Bénévent (bref du 14 décembre 1764), il est en charge lorsque la ville est investie le 11 juin 1768 par les armées napolitaines. Il devient en 1771 inquisiteur général de l’île de Malte où il demeure sept années. Il est à son retour nommé par Pie VI gouverneur de Macerata (bref du 19 juillet 1777), puis promu clerc de la Chambre apostolique et président de la Monnaie (14 février 1785), charges qu’il occupe durant trente-deux ans, jusqu’à son accession au Sacré Collège. Au lendemain de la première restauration, il devient doyen des clercs de la Chambre apostolique (1801) ; il est rétabli dans ses fonctions au lendemain de la Restauration, le 23 septembre 1814.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 79 ans du titre des SS. Quirico e Giulitta (1er octobre 1817), Pie VII l’agrège le 4 octobre aux congrégations de la Discipline des réguliers, des Indulgences, de la Fabrique de Saint-Pierre et de Lorette. Il meurt moins de trois semaines plus tard et est enseveli dans sa chapelle gentilice en l’église S. Nicola di Tolentino.

429Sources : ASR/SG vol. 730, ff. 243. WEBER (Legati) 144, 732. HC VII 13 et 44. Gaetano ROSSETTI, Cenni storici sull’origine e sui progressi della nobil casa dei duchi Lante della Rovere, Forlì, s.d., 13-40 p. Pio PECCHIAI, I Lante, Rome, 1966, 115 p. et 15 pl. Diario di Roma du 29 octobre 1817, n° 88. MORONI XXXVII (1846), 114-115.

Lorenzo LITTA

430Milan, 23 février 1756 - Monte Flavio (Sabina), 1er mai 1820.

431Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 28 septembre 1801.

4321 – Fils du marquis Pompeo Litta Visconti Arese, il appartient à une famille du patriciat de Milan. Élevé à Rome au Collegio Clementino, il devient docteur in utroque jure de la Sapience (28 janvier 1780).

4332 – Entré en prélature en qualité de référendaire (13 avril 1780) et de protonotaire apostolique participant (1782), il est fait ponent de la Consulte (14 février 1785) ; il est ordonné prêtre le 6 juin 1789. Il est chargé par Pie VI d’une mission à la cour de Naples en 1791. Promu deux ans plus tard évêque assistant au trône pontifical (23 septembre 1793) et archevêque in partibus de Thèbes (24 septembre 1793), il est consacré à Rome le 6 octobre par le cardinal Valenti Gonzaga et envoyé le 15 novembre 1793 en qualité de nonce apostolique à Varsovie où il arrive le 24 mars 1794 et où il demeure jusqu’au 13 mars 1797. Nommé au lendemain du troisième partage de la Pologne représentant du Saint-Siège au couronnement de l’empereur Paul Ier (11 février 1797), il se rend à Saint-Pétersbourg en avril 1797 et assiste au sacre du nouveau tsar ; il reçoit ses lettres de créance le 10 avril 1797 et demeure en Russie en qualité d’ambassadeur extraordinaire jusqu’à son expulsion, le 9 mai 1799 ; il laisse en place en qualité d’auditeur Giovanni Benvenuti. Ayant gagné par mer le conclave de Venise, il est élevé par Pie VII de retour à Rome à la charge de trésorier général de la Chambre apostolique (30 octobre 1800) qu’il occupe jusqu’à son accession au cardinalat.

4343 – Cardinal-prêtre à l’âge de 58 ans du titre de S. Pudenziana (23 décembre 1801), Pie VII l’agrège aux congrégations du Concile, de la Propagande, des Rites et de la Consulte (avant le 2 janvier 1802), ainsi que de l’Immunité (avant le 17 mars 1802). Nommé préfet de la congrégation de l’Index (avant le 27 août 1803), il est successivement fait préfet des études du Collège romain (avant le 23 janvier 1805), protecteur de l’Académie théologique de l’université de la Sapience et examinateur des évêques en théologie (avant le 22 juin 1805) et membre de la congrégation particulière de la Chine et des Indes orientales (avant le 7 janvier 1807). Il est parmi les quatorze cardinaux expulsés de Rome comme ressortissants étrangers par les autorités françaises le 23 mars 1808. Forcé de gagner Paris l’année suivante au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Saint-Quentin où il demeure en compagnie du cardinal Ruffo Scilla jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Nîmes, où il arrive le 14 février ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril et il regagne aussitôt Rome.

435Au lendemain de la Restauration, Pie VII le nomme préfet de la Propagande (20 mai 1814), président de la congrégation pour l’Examen des évêques de l’État pontifical (28 mai 1814) et membre des congrégations du Saint Office (27 mai 1814), de l’Examen des désordres (31 mai 1814), de la Réforme (4 juin 1814) et des évêques et Réguliers (4 septembre 1814) ; il le fait évêque du diocèse suburbicaire de Sabine (26 septembre 1814). Il devient encore membre dès sa formation de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814), membre de la congrégation particulière (30 décembre 1814), puis cardinalice (22 juillet 1816) pour la réforme des Études, et l’agrège à la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815) ainsi qu’à la congrégation Économique (26 juillet 1815). Il abandonne à sa demande la préfecture de l’Index pour devenir le même jour préfet de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (30 juin 1816) ; il est encore fait protecteur de l’Académie des nobles ecclésiastiques (10 mai 1817) et membre de la congrégation des Eaux (28 février 1818). Promu par Pie VII le 23 septembre 1818 cardinal-vicaire de Rome, il devient membre de la congrégation de la Visite apostolique (27 mars 1819). Il meurt un an plus tard au cours d’une visite pastorale dans son diocèse de Sabine et est enseveli en l’église des SS. Giovanni e Paolo in Monte Celio.

4365 – Le futur cardinal Litta a publié un important compte rendu de ses actes vis-à-vis des Églises uniates durant sa nonciature de Varsovie et son séjour à Saint-Pétersbourg : Actus ad Ecclesiam Metropolitanam Mohilieviensem aliosque catholicos cathedrales ecclesias latini ritus in Impero Rossiaco spectantes, Saint-Pétersbourg, 1798, 97 p. Ses dépêches en provenance de Saint-Pétersbourg ont été publiées par Marie-Joseph ROUËT DE JOURNEL dans la série des Nonciatures de Russie d’après les documents autentiques. Nonciature de Litta, 1797-1799, Cité du Vatican, 1943, LXVIII-453 p.

437Le cardinal Litta a d’autre part laissé une réputation de théologien et d’érudit. Il a en particulier publié (ou fait publier sous son nom, s’il faut en croire la police de Fouché) des Lettres diverses et très-intéressantes sur les quatre articles dits du clergé de France, par un professeur en théologie ex-jésuite (Paris, 1809 ; Lyon, 1818 ; Bruxelles, 1818), rééditées par le Mémorial catholique avec des notes de Félicité de Lamennais sous le titre de Lettres sur les quatre articles dits du clergé de France (Paris, 1826 ; Avignon, 1828 ; Paris, 1864), et traduites en allemand : Briefe über die sogenannten vier Artikel des Klerus von Frankreich (Münster, 1844). Il a encore édité des Regole del Conservatorio Pio della Santissima Trinità in S. Paolo eremita (Rome, 1801).

438Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 436. HC VI, 400. HC VII, 8, 3944. MICHAUD XXIX, 611 (Blainville). MORONI XXXIX (1846), 24-28. DTC IX.1 (1926), 785-787 (Émile Amann). EncCatt VII (1951), 1425 (Silvio Furlani). ILARI, 288. PÁSZTOR (AEE), 205. Notizie intorno alla persona del cardinal Lorenzo Litta, vescovo di Sabina e vicario di N.S., nécrologie publiée dans le Diario di Roma du 17 mai 1820, n° 40. Pietro ODESCALCHI, Osservazioni (...) intorno la traduzione inedita dell’Iliade fatta dal card. Lorenzo Litta, Rome, s.d. Augustin THEINER, Vicissitudes de l’Église catholique des deux rites en Pologne et en Russie, Paris, 1843, 2 volumes, passim. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (18101814), Paris, 1895, p. 220-222 et passim. Giuseppe CASTELLANI, Paolo I di Russia, gran maestro dell’ordine di Malta (dalla corrispondenza del nunzio apostolico Lorenzo Litta), Rome, 1953, 18 p.

Vincenzo MACCHI

439Capodimonte (Montefiascone), 30 août 1770 - Rome, le 30 septembre 1860.

440Cardinal le 2 octobre 1826.

  1. Originaire d’une famille peu fortunée du ceto civile de la petite localité de Capodimonte (devenu cardinal, Vincenzo Macchi enrichira considérablement les siens, s’emploiera à leur procurer une très hypothétique ascendance nobiliaire lombarde et créera une prélature de famille), il est ordonné prêtre le 20 septembre 1794 ; il devient octeur in utroque jure de la Sapience le 16 décembre 1801.
  2. Entré au service de la Curie en qualité d’auditeur de la nonciature de Portugal (avant le 22 octobre 1803) auprès de Lorenzo Caleppi (dont il sera plus tard l’exécuteur testamentaire au profit de la congrégation de la Propagande), il est reçoit ensuite le titre d’internonce à Lisbonne lors du départ du nonce Caleppi pour le Brésil à la suite du roi du Portugal (19 avril 1808). Il est de retour à Rome dans les premiers jours d’avril 1818 et est élevé à la dignité de prélat domestique (avant le 15 avril 1818). Nommé nonce apostolique à Lucerne (avant le 8 août 1818), il est promu le 2 octobre 1818 archevêque in partibus de Nisibe ; il quitte Rome le 17 novembre 1818. Parti de Lucerne le 22 octobre de l’année suivante, il rentre à Rome le 24 novembre 1819. Il reçoit sa nomination à la nonciature de Paris (avant le 13 octobre 1819), part pour Paris le 4 décembre et présente ses lettres de créance à Louis XVIII le 6 janvier 1820. Il demeure à Paris en qualité de nonce apostolique jusqu’au début de l’année 1827.
  3. Cardinal-prêtre du titre des SS. Giovanni e Paolo (25 juin 1827), Léon XII l’agrège le même jour aux congrégations de la Propagande, du Concile, de Lorette et du Buon Governo, puis le nomme légat apostolique de la province de Ravenne (15 juin 1828) à laquelle il adjoint provisoirement la province de Forli (15 avril 1828). Pie VIII le confirme dans ses fonctions de légat de Ravenne (avril 1829). Grégoire XVI le rappelle à Rome et le nomme successivement membre de la congrégation du Saint Office (avant le 13 juin 1831), président (20 novembre 1831), puis pro-président (avant le 13 décembre 1834) de la congrégation pour la Révision des Comptes, membre de la congrégation du Cens (4 août 1833) et préfet de la congrégation du Concile (11 décembre 1834). Envoyé à Bologne en qualité de commissaire apostolique extraordinaire pour les quatre Légations (avant le 19 septembre 1835), il est promu l’année suivante légat de Bologne (30 juin 1836) où il demeure encore cinq années, jusqu’à sa substitution par le cardinal Spinola (15 septembre 1841). Rappelé à Rome, il est promu évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina (14 décembre 1840) et préfet de la Signature de Justice (15 septembre 1841), puis évêque de Porto, S. Rufina et Civitavecchia et vice-doyen du Sacré Collège (22 janvier 1844) et secrétaire du Saint Office (25 avril 1844) ; il devient encore membre des congrégations des Rites (Notizie de 1842) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (début 1846) ainsi que camerlingue du sacré Collège pour l’année 1843-1844 (27 janvier 1843). Pie IX le transfère sur le siège d’Ostie et Velletri et le fait doyen du Sacré Collège (11 juin 1847) ; il le nomme encore secrétaire des Brefs (23 juin 1854). Décédé six ans plus tard, il est enseveli, après des obsèques célébrées en présence du pape aux Douze-Apôtres, en l’église des SS. Giovanni e Paolo.
  4. Conclaves de Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX.
  5. On conserve du cardinal Macchi plusieurs lettres pastorales ainsi qu’un discours de jeunesse, De Christi Domini in coelum ascensione oratio (Rome1793).

441Sources : HC, 20, 37, 38, 41 et 284. HC VIII, 43. EncCatt VII (1951), 1753 (Mario De Camillis). WEBER (Kardinäle) II, 477-478 (fondamental). PÁSZTOR (AEE), 207. Giornale di Roma du 1er octobre 1860, n° 224. Franco MACCHI, I Macchi. Storia di una famiglia italiana, Milan, 1968.

Angelo MAI

442Schilpario (Bergame), 7 mars 1782 - Albano, 9 septembre 1854.

443Cardinal in petto le 19 mai 1837, publié le 12 février 1838.

  1. Second fils d’Angelo Mai et de Pietra Mai Battistel, il appartient à une famille du ceto umile ; mais son père († 1795), né dans l’indigence, s’est enrichi dans le commerce du bois et du fer. Orphelin à l’âge de treize ans, il poursuit en 1796-1798 des études au séminaire de Bergame sous la direction de Luigi Mozzi, ancien jésuite at archiprêtre de la cathédrale. Après la fermeture du séminaire, il entre à l’âge de 17 ans, le 20 novembre 1799, au noviciat jésuite de Colorno (duché de Parme), récemment ouvert sous la direction de Giuseppe Pignatelli Fuentes (1737-1811), restaurateur de la Compagnie de Jésus en Italie ; il prononce de premiers vœux le 1er novembre 1803. À la suite du bref Per alias (30 juillet 1804) autorisant la restauration de la Compagnie dans le royaume des Deux-Siciles, il se transfère en novembre 1804 au nouveau collège jésuite de Naples avec ses compagnons ; il prononce officiellement ses vœux et revêt l’habit de la Compagnie le 20 novembre 1804. Après l’expulsion de tous les religieux étrangers de Naples sur l’ordre des autorités françaises (3 juillet 1806), il trouve refuge durant quelques mois à Rome, au Collège Romain (9 juillet-18 septembre 1806). Il s’établit ensuite à Orvieto, à l’invitation de Giovanni Battista Lambruschini (1755-1825), administrateur du diocèse, qui confie aux Jésuites la direction de son séminaire-collège. Ordonné prêtre par Mgr Lambruschini 19 octobre 1806, il enseigne à Orvieto durant quatre années ; deux jésuites espagnols, les PP. Pedro Montero et Rocho Menchaca, l’initient à l’étude des manuscrits anciens et à l’art de « redonner vie aux écritures ensevelies dans les palimpsestes grâce à une solution d’acide tirée de la « noix de galle » (ou acide gallique). Rappelé à Rome en avril 1810 à la veille de la fermeture du collège d’Orvieto, il quitte Rome pour Milan le 13 juin 1810. Nommé scripteur de la Bibliothèque ambrosienne de Milan (9 août 1810), il prend ses fonctions de scripteur de langues orientales le 16 décembre ; il devient docteur du Collège de l’Ambrosienne le 4 mai 1816. Il y acquiert une célébrité européenne grâce à la redécouverte, à partir de 1813, dans des palimpsestes médiévaux, de textes d’auteurs anciens païens et chrétiens. Dès juillet 1817, le général jésuite Brzozowski se préoccupe de la voir réintégrer la Compagnie de Jésus ; mais il s’en est éloigné progressivement. À partir de l’automne 1818 s’engage, sur l’impulsion des cardinaux Consalvi et Litta (lui-même milanais et oncle du comte Giacomo Mellerio, mécène des éditions milanaises d’Angelo Mai), une longue négociation pour l’attirer à Rome qui aboutit à sa nomination au poste de premier custode de la Bibliothèque Vaticane (20 octobre 1819) ; Pie VII le fait également camérier secret surnuméraire (24 novembre 1819) et le dispense de ses vœux dans la Compagnie de Jésus (30 décembre 1819).
  2. Entré en prélature à l’âge de 37 ans en qualité de camérier secret surnuméraire (avant le 27 novembre 1819) et de prélat domestique (10 décembre 1819), il peut annoncer le 23 décembre 1819 la redécouverte des six livres du De Republica de Cicéron, perdus depuis le xiie siècle. Il demeure plus de treize années à la tête de la Bibliothèque Vaticane, multipliant les découvertes de manuscrits et les éditions ; Pie VII le fait encore consulteur de la congrégation de l’Index (20 mai 1822). Léon XII le nomme protonotaire apostolique non participant (avant le 1er février 1825), puis secrétaire de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (décembre 1828) ainsi que préfet des études du Collège Urbain de la Propagande (15 décembre 1828). Il prononce devant le Sacré Collège l’éloge funèbre de Léon XII (13 février 1829), puis, au lendemain de la mort de Pie VIII, l’oraison latine de eligendopontefice (14 décembre 1830) ; il est également fait secrétaire de l’Académie théologique de la Sapience (avant le 24 novembre 1830). Promu par Grégoire XVI secrétaire de la congrégation de la Propagande (15 avril 1833) et confirmé comme préfet des études du Collège Urbano (avant le 17 juillet 1833), il quitte alors la direction de la Bibliothèque Vaticane ; il est fait consulteur du Saint Office (24 avril 1833).
  3. Cardinal-prêtre à près de 56 ans du titre de S. Anastasia (15 février 1838), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Propagande, de la Correction des Livres de l’Église d’Orient et des Études (avant le 17 février), puis aux congrégations de l’Examen des évêques en droit canon (Notizie de 1839), de la Propagande (avant le 2 juillet 1839), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (3 novembre 1839) et de l’Index (avant le 8 janvier 1842) ; il est fait protecteur de l’ordre dominicain et de l’Académie théologique (avant le 2 juillet 1839) ainsi que des Clercs mineurs réguliers Caracciolini (avant le 17 décembre 1839). Nommé préfet de la congrégation de l’Index (5 mars 1843), il démissionne cinq années plus tard (avant le 21 septembre 1848). Pie IX le fait préfet de la congrégation du Concile (1851), puis cardinal-bibliothécaire de l’Église romaine (27 juin 1853). Il meurt l’année suivante et est enseveli dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. La publication fondamentale, qui fit la gloire d’Angelo Mai et assura sa célébrité parmi toute l’Europe savante, demeure le livre M. Tullii Ciceronis de re publica quae supersunt, edente Angelo Maio Vaticanae Bibliothecae Praefecto, Rome, Bourlié, 1822, 356 p. Les divers manuscrits découverts ou réédités par Angelo Mai sont regroupés dans quatre grandes collections : Scriptorum veterum collectio Vaticana (1825-1838, 10 vol.) ; Classici auctores ex codicibus Vaticanis editi (1828-1838, 10 vol.) ; Spicilegium romanum (1839-1844, 10 vol.) ; Nova patrum Bibliotheca (1852-1854, 7 vol. du vivant de l’auteur ; les vol. VIII-X ont été publiés par son collaborateur Giuseppe Cozza Luzzi). Un inventaire complet et ordonné des éditions du cardinal Mai a été effectué par Augustin BONNETTY, Table alphabétique, analytique et raisonnée de tous les auteurs sacrés et profanes qui ont été découverts et édités récemment dans les 43 volumes publiés par S.E. le cardinal Mai, Paris, 1850, 55 p. (première publication dans L’Université catholique, 1848).

444Parmi ses publications d’intérêt non philologique, on citera encore : I vicendevoli uffici della religione e delle arti. Meriti di Pio VII e del clero verso la letteratura (Rome, 1824, et Bergame, 1825) ; Laudatio funebris in Johannem VI regem fidelissimum et Brasiliae imperatorem (Rome, 1827) ; De eligendo ponte-fice maximo sermo (Rome, 1830), prononcé à la veille du conclave de Grégoire XVI (traduction italienne, par Pietro Odescalchi : Dell’eleggere il pontefice massimo, Rome, 1831) ; Memorie intorno alle missioni di Africa, di Asia e di America, estratte dall’archivio di Propaganda Fide d’ordine della santa memoria di Clemente XI dal celebre monsignore Nicolò Forteguerri, che fu segretario della medesima Propaganda (Rome, 1831) ; Discorsi di argomento religioso (Rome, 1835) ; Ragionamento letto alla Pontificia Accademia Romana d’Archeologia nel di solenne 21 di aprile 1837 anniversario della fondazione di Roma, dans Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana d’Archeologia, VIII, 1838, p. 563-575 ; In funere serenissimi Antonii Sassoniae regis oratio (Rome, 1837). Il a encore laissé manuscrit une Statistica delle missioni cattoliche dell’Europa, Asia, Africa ed America (circa annum 1839), publiée par Ermenegildo CAMOZZI, dans Bergomum, LXXXI.1, 1986, 352 p.

445Le journal de jeunesse du futur cardinal alors qu’il ensignait au collège d’Orvieto, a été édité par Pietro PIRRI, Angelo Mai nella Compagnia di Gesù. Suo Diario inedito del Collegio di Orvieto, dans Archivum historicum Societatis Iesu, XXIII, 1954, p. 234-282. La correspondance générale du cardinal Mai, très dispersée, a donné lieu à une première tentative d’édition critique par Gianni GERVASONI : Epistolario. I (giugno 1799 - ottobre 1819), Florence, 1954, XXIV-462 p., un seul volume paru. Quelques éléments de cette correspondance ont été édités par Giuseppe COZZA LUZI, Epistolario del card. Angelo Mai. Primo saggio di cento lettere inedite, Bergame, 1883, XIV-189 p. ; Pietro PIRRI : Il Colombo dell’Ambrosiana. Lettere di Angelo Mai a Giovanni Andrès, dans La Civiltà cattolica, 1934/1, p. 55-71, 154-169 et 277-289 ; Angelo CIAVARELLA, Il carteggio Mai-Pezzana (1818-1853), Parme, 1973, 138 p. ; et Luigi CORTESI, Epistolario di Angelo Mai. Additionnata all’edizione Gervasoni. Lettere inedite fino al 1819, dans Bergomum, LXXVII.1-2, 1983, p. 175-303.

446Sources : HC VII, 29 et 40. BIGNAMI ODIER 211-212, 221, 341, 342. METZLER, 57. PÁSZTOR (AEE), 207. FORCELLA X, 52. SOMMERVOGEL V, 323-329. MICHAUD XXVI, 108-110 (Alfred Maury). HOEFER XXXII (1863), 857-862 (H. Fisquet). DThC IX.2 (1927), 1650-1653 (É. Amann). DACL X.1 (1931), 1196-1202 (Henri Leclercq). EncCatt VII (1951), 1851-1852 (Celestino Testore). CATH VIII (1979), 168-169 (C.I.). WEBER (Kardinäle) II, 478479. Giornale di Roma des 11 septembre, n° 206, et 13 septembre 1854, n° 208 (obsèques). Pietro Aurelio MUTTI, Elogio di Monsignor Angelo Mai letto nella pubblica adunanza dell’Ateneo di Bergamo il giorno 13 gennaio 1825 per l’inaugurazione del ritratto del celebre archeologo, Bergame, 1825, 42 p. Giovanni FINAZZI, Antonio UCCELLI, Del cardinale Mai e delle solenne esequie celebrategli da’suoi concittadini, Bergame, 1855, 69 p. Astorre PELLEGRINI, Angelo Mai e i suoi studi e scoperte. Discorso, Bergame, 1871. Alberto GUGLIELMOTTI, Elogio del cardinale Angelo Mai, Rome, 1877, 71 p. Nel primo centenario di Angelo Mai. Memorie e documenti, Bergame, 1882, 187 p. Benedetto PRINA, Elogio di Angelo Mai, dans Atti dell’Ateneo di scienze, lettere ed arti in Bergamo, VI, 1881-1883, p. I-XCI. Elia ZERBINI, Angelo Mai e Giacomo Leopardi, con la canzone del Leopardi commentata, documenti e sei autografi, dans Atti dell’Ateneo di scienze, lettere ed arti in Bergamo, VI, 1881-1883, p. I-XLIX. Giacomo POLETTO, Nel primo centenario del cardinale Angelo Mai. Atti della solenne Accademia tenutasi in suo onore il 7 marzo 1882, Bergame, 1882. F. RAFFAELI, Onoranza ad Angelo Mai cardinale nel suo centesimo anniversario della nascita, Rome, 1882. Simone Pietro GRASSI, Iprimi anni e i primi studi del cardinale Angelo Mai. Ricordi del suo primo centenario, Bergame, 1882, 46 p. Giacomo POLETTO, Di Angelo Mai e de’ suoi studi e scoperte, Sienne, 1886, XIV-205 p. Giuseppe COZZA LUZZI, Il grandi lavori del cardinal Mai, dans Bessarione, VII, 1904, p. 103-133 ; VIII, 1905, p. 59-74 ; IX, 1905, p. 308-317 ; X, 1906, p. 169-182. Eugenio PEDRINI, Su Angelo Mai e sulla sua famiglia. Note biografico-genealogiche, dans Atti dell’Ateneo di scienze, lettere ed arti in Bergamo, XXI, 1909-1910, p. 1-9. G. PESENTI, Angelo Mai. Documenti dell’infanzia e della giovinezza, dans Bolletino della Civica Biblioteca di Bergamo, XVI, 1922, p. 153-175. Gianni GERVASONI, Giacomo Leopardi filologo e poeta nei suoi rapporti con Angelo Mai, Bergame, 1934. Gianni GERVASONI, L’ambiente letterario milanese nel secondo decennio dell’800. Angelo Mai alla Biblioteca Ambrosiana, Florence, 1936, XXII-69 p. Bergomum. Bollettino della Civica biblioteca. Numero speciale dedicato alle celebrazioni del card. Angelo Mai nel centenario della morte (Bergamo, 8-12 settembre 1954), dans Bergomum, XLVIII.4, 1954, 262 p. Gianni GERVASONI, Angelo Mai, Bergame, 1954, 87 p. Benedetto RIPOSATI, Angelo Mai nella storia della cultura, dans Aevum, XXVIII, 1954, p. 350-372. Miguel BATLLORI, Tre ex-gesuiti spagnoli nella formazione di Angelo Mai : Pignatelli, Andrés, Menchaca, dans Bergomum, XLVIII, 1954, p. 195-202. Pietro PIRRI, Fonti della prima vita di S. Giuseppe Pignatelli : Angelo Mai e Giuseppe Doz, dans Archivum historicum Societatis Iesu, XXIII, 1954, p. 298-321. M. RAOSS, A proposito del primo volume dell’epistolario di Angelo Mai, dans Bergomum, XLIX.4, 1955, p. 23-42. M. RAOSS, I contatti tra il cardinal Angelo Mai e Antonio Rosmini, dans Rivista rosminiana, 1955/2, p. 388-397. Sebastiano TIMPANARO, Angelo Mai, dans Atene e Roma, n.s. I, 1956, p. 3-34 (avec références à l’ensemble de la bibliographie). M. RAOSS, Il frammento dell’orazione Pro templis di Libanio ed un malinteso di G. Leopardi con A. Mai, dans Convivium, 1957, p. 680-700. Eugenio DI CARLO, Angelo Mai in Sicilia e i suoi rapporti con Mortillaro, dans Almanacco dei bibliotecari italiani (Rome), 1960, p. 179-185. Angelo Mai. Nel secondo centenario della nascita (17821982). Contributi alla storia del giovane Mai, dans Bergomum, LXXVII.1-2, 1983 : Josè RUYSSCHAERT, Il passaggio di Mai dalla Biblioteca Ambrosiana alla Biblioteca Vaticana, p. 11-55 ; Luigi CORTESI, Epistolario di A. Mai : ripresa, p. 57-303 (Cronobiografia essenziale degli anni 1782-1819, p. 66-174). Josè RUYSSCHAERT, Nota complementare, dans Bergomum, LXXIX, 1985p. 225-228.

Alessandro MALVASIA

447Bologne, 26 avril 1748 - Ravenne, 12 septembre 1819.

448Cardinal le 8 mars 1816.

4491 – Fils du comte Cesare Alberto Malvasia Gabrielli (décédé le 4 juin 1768) et de Junipera Gozzadini, il appartient à une famille du patriciat de Bologne ; son frère aîné Giuseppe Malvasia Gabrielli sera sénateur de Bologne. Il poursuit durant deux années des études de droit à Bologne, puis vient compléter sa formation juridique en Curie durant près de deux années auprès des avocats Antamori et Paolo Sarneri. Il reçoit la tonsure à Bologne le 30 octobre 1769 et devient docteur in utroque jure de l’Université de Rome le 25 mai 1770.

4502 – Entré en prélature à près de 23 ans en qualité de référendaire (7 mars 1771), puis de prélat domestique, il est successivement nommé ponent du Buon Governo, puis ponent de la Consulte. Il est promu le 1er octobre 1783 auditeur du tribunal de la Rote pour la ville de Bologne. C’est dans l’exercice de ces fonctions qu’il est appelé à juger de la cause intentée par Anna Maria Curti Lepri, héritière en fidéicommis de son frère Amanzio Lepri, décédé en 1782 après avoir fait don de ses biens à la famille Braschi, et portée par le pape lui-même devant le tribunal : deux sentences de Rote donnent raison à l’héritière, avant qu’une transaction soit négociée au bénéfice des Braschi. Au lendemain de la première restauration, Pie VII l’agrège à la congrégation particulière pour le recouvrement des biens aliénés durant l’occupation française de Rome (congrgazione deputata per gli acquisti fatti nel tempo della rivoluzione) (9 juillet 1800), puis le nomme assesseur du Saint Office (23 février 1801) ainsi que consulteur de la congrégation des Rites et protonotaire apostolique non participant (avant le 4 mars 1801). Retiré dans sa famille durant l’occupation française de Rome, il est réintégré dans ses fonctions au lendemain de la Restauration.

4513 – Cardinal-prêtre à l’âge de 67 ans du titre de Sainte-Croix de Jérusalem (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, des Évêques et Réguliers, des Rites et des Eaux, puis le nomme peu après légat apostolique de la ville et de la province de Ravenne (6 septembre 1816). Décédé à Ravenne trois ans plus tard, il est enseveli dans l’église S. Appolinare in Classe.

4525 – Les décisions de Rote du futur cardinal Malvasia ont donné lieu à publication : Decisiones Sacrae Romanae Rotae coram R.P.D. Alexandrum Malvasia (Rome, 1821-1823, 3 vol. ; 2e éd, Rome, 1832, 2 vol.).

453Sources : ASR/SG vol. 723, procès Malvasia Gabrielli. ASR/SG vol. 730juramenta ff. 7 mars 1771. HC VII, 12 et 41. MORONI XLII (1847), p. 92-94. CERCHIARI II, 266. Diario di Roma du 20 novembre 1819, n° 93.

Paolo MANGELLI ORSI

454Forli, 30 octobre 1762 - Rome, 4 mars 1846.

455Cardinal le 27 janvier 1843.

4561 – Fils du comte Francesco Mangelli Orsi († 1779) et de la comtesse Antonia Severoli de Faenza († 1767), il appartient par son père à une ancienne famille du patriciat de Forli, les Orsi, entrés par alliance dans la famille Mangelli à la fin du xviie siècle, et il est apparenté par sa mère au cardinal Antonio Gabriele Severoli (1757-1824), ancien nonce à Vienne et candidat malheureux du parti zelante au conclave de 1823. Après des études droit et de philosphie conduites à l’Arciginnasio de la Sapience, il s’établit à Venise où il épouse le 22 octobre 1804 la comtesse Elisabetta Valmarana qui lui donnera huit enfants, dont quatre arrivés à l’âge adulte. Rallié à l’Empire, il assiste au couronnement de Napoléon comme roi d’Italie à Milan (8 juin 1805) et devient conseiller de la préfecture du département du Rubicon (23 juillet 1805). Lors de l’entrée des troupes autrichiennes à Forli (26 décembre 1813), il assure avec le marquis Luigi Paulucci de’ Calboli la transition du pouvoir ; le général Nugent le nomme membre de la Commission supérieure administrative de la ville (14 juillet 1814), charge qu’il occupe jusqu’au 19 juillet 1815. Le pro-légat Tiberio Pacca le nomme alors conseiller de la congrégation du gouvernement de Romagne ; il devient ensuite conseiller municipal de Forli.

457Après la mort prématurée de sa femme (30 octobre 1817), il s’établit à Rome (avril 1820) où les autorevoli esortazioni du cardinal Consalvi l’engagent à entrer en prélature ; Pie VII le fait camérier secret surnuméraire (18 décembre 1820).

4582 – Entré tardivement en prélature à l’âge de 58 ans en qualité de prélat domestique (4 janvier 1821) et de référendaire (25 janvier 1821), il poursuit d’abord une carrière d’administrateur civil de l’État ecclésiastique en qualité de délégat apostolique à Bénévent (24 mars 1821), Civitavecchia (10 mars 1823), Ancône (12 juillet 1824) et Pérouse (1er octobre 1826). Rappelé à Rome, il est promu clerc de la Chambre apostolique et président de la Grascia (5 avril 1827) puis, après la réunion de cette dernière à la préfecture de l’Annone, membre de la congrégation de la Révision des comptes (15 décembre 1828). Il est nommé prolégat de Ferrare (4 décembre 1830) pour la durée du conclave qui suit la mort de Pie VIII mais doit abandonner Ferrare deux mois plus tard à la suite de l’insurrection des Légations (13 février 1831) ; il regagne Rome via Florence et retrouve ses fonctions à la Chambre apostolique. Nommé pro-président de la congrégation du Cens (6 avril 1835), il occupe ces fonctions jusqu’à sa substitution par le cardinal Falzacappa (avant le 11 juillet 1837). Fait également président de la Comarque de Rome (6 avril 1835) et protonotaire apostolique participant (8 février 1838), il est ordonné prêtre le 29 mars 1840. Il est enfin promu auditeur général de la Chambre apostolique (24 janvier 1842), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, ainsi qu’abbé de SS. Clemente e Pancrazio.

4593 – Cardinal à l’âge de 80 ans du titre de S. Maria della Scala (30 janvier 1843), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Cens, du Buon Governo, de Lorette et des Eaux, puis le transfère sur le titre cardinalice de S. Maria in Cosmedin (22 février 1844). Il meurt trois ans plus tard et est enseveli, après des obsèques à S. Carlo ai Catinari, dans l’église S. Maria della Vittoria.

460Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 902. HC VII, 33 et 46. Francesco MANGELLI (suo figlio), Cenni biografici del cardinale Paolo Orsi Mangelli di Forli, Forli, 1847, 52 p.

Giovanni Francesco MARAZZANI VISCONTI

461Plaisance, 11 août 1755 - Rome, 18 janvier 1829.

462Cardinal in petto le 2 octobre 1826, publié le 15 décembre 1828.

  1. Fils du comte Anton Camillo Marazzani Visconti et de Costanza Terzi Sissa, il appartient à une famille du patriciat de Plaisance. Il poursuit l’ensemble de ses études à Rome, au collège Nazareno (1766-1776), puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1776-1781).
  2. Entré en prélature à près de 26 ans en qualité d’abréviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique (1780), puis de référendaire (15 mars 1781), Pie VI le nomme successivement gouverneur de Sabine (bref du 8 novembre 1782), de Fabriano (nomination du 14 et bref du 25 février 1785) puis d’Orvieto (nomination du 21 février et bref du 7 mars 1794) et enfin assesseur du tribunal du gouverneur de Rome (avant le 11 mars 1797). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait votant du tribunal de la Signature de Justice (30 octobre 1800), puis gouverneur de Fermo (nomination du 30 avril et bref du 24 août 1802) ; il conserve cette charge jusqu’à l’occupation des Marches par les armées françaises. Il regagne Parme durant l’occupation napoléonienne de Rome. Au lendemain de la Restauration, il est à nouveau nommé délégat apostolique de Fermo (27 mai 1815), mais cette nomination n’est pas entérinée par le cardinal Consalvi à son retour de Vienne et demeure sans effet. Il est ensuite promu clerc de la Chambre apostolique (9 mars 1816), vicaire de la basilique de Saint-Jean du Latran (1819), puis majordome et préfet des Palais apostoliques (10 mars 1823), charge que lui conserve cinq années durant Léon XII.
  3. Décédé deux mois après sa promotion au cardinalat sans avoir reçu de titre cardinalice, il est enseveli en l’église SS. Ambrogio e Carlo de’ Lombardi.

463Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 448. WEBER (Legati) 226, 324378, 758. HC VII, 21. MORONI XLII (1847), 226-227. NAZARENO, 86-87. PROCACCINI 54 et 79. ACCADEMIA 145. Diario di Roma des 21 et 28 janvier 1829, n° 6 et n° 8.

Juan Francisco MARCO Y CATALAN

464Bello (Saragosse), 24 octobre 1771 - Rome, 16 mars 1841.

465Cardinal le 15 décembre 1828.

  1. Fils de Joachim Marco y Lario Infanzon et de Joachima Catalan, il poursuit ses études à l’université de Saragosse où il devient docteur in utroque jure, puis professeur dans la chaire du décret de Gratien et bibliothécaire de la faculté de droit. Il est nommé en 1797 par le chapitre de Saragosse professeur de droit canon au Collège espagnol de Bologne et devient, au lendemain de la première restauration, professeur dans la même discipline à l’université de Bologne. De retour en Espagne en 1803, il est ordonné prêtre et devient membre de l’administration épiscopale du diocèse de Plasencia (1805) puis de Saragosse (1813) ; il est promu lors de la restauration de Ferdinand VII archiprêtre de la cathédrale de Saragosse (1814) ; le roi le désigne deux ans plus tard pour devenir auditeur de Rote à Rome.
  2. Nommé auditeur de Rote pour l’Aragon par motu proprio du 10 janvier 1817, il est admis dans le Tribunal le 13 janvier, entre en fonctions le 7 juillet et prête serment le 27 juillet 1817 ; il est élevé par Pie VII à la dignité de prélat domestique (10 janvier 1817). Léon XII, duquel il est particulièrement apprécié, le nomme membre de la Commission de jurisconsultes chargés de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823). Promu par Léon XII gouverneur de Rome (30 septembre 1826), il conserve cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il refuse en 1826 de faire partie du Conseil de Famille institué par le roi Ferdinand VII.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 57 ans du titre de S. Agata (21 mai 1829), Pie VIII l’agrège aux congrégations de la Visite apostolique, Consistoriale, des Rites et de la Consulte (avant le 30 mai 1829). Il porte au soir du 6 janvier 1831, sur ordre de l’ambassadeur Labrador lors du conclave qui suit la mort de Pie VIII, l’exclusive de l’Espagne contre le cardinal Giacomo Giustiniani. Grégoire XVI le nomme membre des congrégations pour l’Examen des évêques en théologie (avant le 30 mars 1831) et des Évêques et réguliers (avant le 7 septembre 1833) ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1831-1832 (28 février 1831). Ferdinand VII l’institue en 1833 par testament président du Conseil de Régence durant la minorité de sa fille Isabelle II ; mais le cardinal demeure à Rome. Il est enseveli, après des obsèques à S. Carlo ai Catinari, dans son église cardinalice.
  4. Conclaves de Pie VIII et de Grégoire XVI.
  5. Le futur cardinal Marco y Catalan laisse deux volumes de décisions d’avocat au tribunal de la Rote, réunies par les soins de l’avocat Nicola Salvadori : Decisioni rotali emanate dal 1817 al 1828 (Rome, 1817). Il a en outre publié des Oraciones fùnebres en las exequias de Maria Luisa y Maria Isabel de Borbbn, infantas de España (Rome, 1819) et procuré l’édition d’une Descrizione degli onori funebri renduti in Roma dalla Real Corte di Spagna a Sua Maestà Cattolica Maria Luisa di Borbone, regina delle Spagne e delle Indie, il di 10 di gennaio MDCCCXIX (Rome, 1819).

466Sources : HC VII, 21 et 45. MORONI XLVII (1847), 262-264. EncCatt VIII (1952), 53-54 (Mario De Camillis). DHEE III (1972), 1412 (A. Orive). CERCHIARI II, 285. FORCELLA X, 353. Diario di Roma des 20 mars et 18 mai 1841, n° 23 et n° 40 (supplément).

Francesco Saverio MASSIMO

467Dresde, 25 février 1806 - Rome, 11 janvier 1848.

468Cardinal in petto le 12 février 1838, publié le 24 janvier 1842.

  1. Second fils de Massimiliano Camillo Massimo (1770-1840), marquis de Roccasecca, fait prince d’Arsoli par Léon XII le 27 juin 1826, et de la princesse Christine de Saxe (décédée à Rome du cholera le 20 août 1837), petite-fille d’Auguste III, roi de Pologne, il appartient à l’antique famille romaine des Massimi ; son frère aîné, Vittorio, né en 1803, hérite de la primogéniture, tandis qu’il est envoyé en France dès l’âge de dix-sept ans en qualité d’ablégat et de camérier secret par Pie VII pour aller porter la barrette au cardinal de La Fare, archevêque de Sens, élevé au Sacré Collège le 16 mai 1823 ; il est fait camérier secret surnuméraire (avant le 31 mai 1823).
  2. Entré en prélature à l’âge de 23 ans ans en qualité de prélat domestique (Notizie de 1829) et de référendaire (8 juillet 1830), il est fait aussitôt ponent de la congrégation du Buon Governo (15 mars 1830) puis assesseur au Tribunal criminel de la Chambre apostolique (2 juillet 1830). Grégoire XVI le nomme ensuite secrétaire de la congrégation des Eaux (2 juillet 1832), où il s’occupe de la régularisation du cours de l’Aniene à Tivoli ; il est fait protonotaire apostolique non participant (avant le 17 juillet 1833). Promu clerc de la Chambre apostolique (avant le 23 août 1834) et président de la Zecca (avant le 4 octobre 1834), sa carrière de Curie se poursuit ensuite à travers des emplois au sein de la Famille pontificale, comme maestro di camera (11 juillet 1836) puis majordome et préfet des Palais apostoliques (13 septembre 1838), où il s’occupe de la mise en place du Musée Gregoriano Egizio du Vatican.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 37 ans du titre de S. Maria in Domnica (27 janvier 1842), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Propagande, du Buon Governo, des Eaux et des Routes, et du Cens (27 janvier 1842), lui confie la préfecture de l’Economie de la Propagande et des Spogli de la Chambre apostolique (5 mars 1843), puis le nomme légat de la ville et de la province de Ravenne (14 novembre 1843). Pie IX le rappelle à Rome et le fait préfet de la Congrégation des Eaux et des Routes (7 août 1846) puis ministre des Travaux Publics (14 juin 1847) ; il devient membre de la congrégation de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 16 mars 1847). Décédé un an plus tard, il est inhumé le 15 août 1848 dans la basilique de S. Lorenzo in Damaso, en présence du Souverain Pontife.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Il a fait publier sous son nom les volumes Musei etrusci quod Gregorius XVI. in aedibus viticanis constituit monumenta linearis picturae (Rome, 1842, 2 vol.).

469Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 1000. HC VII, 32, 46. LITTAMassimo di Roma, tav. VIII (1839). AMAYDEN II, 65-69. PIETRAMELLARA II, 36-38. WEBER (Kardinäle), II, 481-482 (essentiel). Notizie del giorno du 23 janvier 1848, n° 2. Armando SCHIAVO, Quattro principesse sassoni romanizzate, dans Strenna dei romanisti, XXV, 1964, p. 459-465.

Giovanni Maria MASTAI FERRETTI

470Senigallia, 13 mai 1792 - Rome, 7 février 1878.

471Cardinal in petto le 23 décembre 1839, publié le 14 décembre 1840.

472Pape sous le nom de Pie IX le 16 juin 1846.

473Béatifié le 3 septembre 2000.

4741 – Neuvième et dernier enfant du comte Girolamo Mastai Ferretti et de la comtesse Caterina Solazzi, il appartient à une famille de la petite noblesse des Marches, agrégée au patriciat de Senigallia et d’Ancône. Trois de ses oncles paternels ont embrassé le sacerdoce : Andrea Mastai Ferretti (1751-1822) est à partir de 1806 jusqu’à sa mort évêque de Pesaro ; Paolino Mastai Ferretti (17561820), établi à Rome, poursuit une carrière de prélat de Curie. Venu à Rome dans l’été 1814 pour assister à l’entrée de Pie VII dans la ville, Giovanni Maria Mastai s’y établit auprès de son oncle Paolino ; il poursuit ses études au Collège Romain et à l’Université de la Sapience, s’inscrit à l’Union sacerdotale de Santa Galla (1er avril 1818) et est ordonné prêtre à 27 ans le 10 avril 1819. Coadjuteur du chanoine Annibale Schmidt au chapitre de S. Maria in Via Lata (26 mars 1819), il lui succède en qualité de chanoine après son décès (1823). Il est affecté à l’orphelinat Tata Giovanni, où il collaborait à l’instruction et au catéchisme des enfants depuis 1815, en qualité de coadjuteur du chanoine Storace, son confesseur (février 1818) ; il conserve cette responsabilité jusqu’à son départ pour l’Amérique latine. Choisi pour accompagner Giovanni Muzi, archevêque in partibus de Philippes, dans son voyage et son séjour en qualité de visiteur apostolique au Chili (28 juin 1823), il quitte Rome le 3 juillet 1823, embarque à Gênes le 17 juillet, touche Montevideo le 1er janvier 1824, Buenos Aires le 4 janvier et Santiago du Chili le 5 mars 1824 ; il repart de Valparaiso le 30 octobre, touche Montevideo le 4 décembre et arrive à Gênes le 5 juin 1825 ; il est à Senigallia dans l’été et à nouveau à Rome en novembre 1825. Nommé à son retour président de l’hospice de S. Michele a Ripa Grande (18 décembre 1825), il hérite, sur décision du pape Léon XII, des revenus de la prélature Ercolani, à la suite du décés de son dernier titulaire, le cardinal Luigi Ercolani, le 10 décembre 1825. Moins de deux ans plus tard, Léon XII le promeut à l’âge de 35 ans, le 21 mai 1827, archevêque de Spolète ; il est consacré à Rome le 3 juin par le cardinal Castiglioni, futur Pie VIII. Grégoire XVI le transfère cinq ans plus tard, le 17 décembre 1832, sur le siège d’Imola qu’il gouverne jusqu’à son accession à la pontificat.

4753 – Cardinal-prêtre à l’âge de 48 ans du titre de SS. Marcellino e Pietro (17 décembre 1840), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Rites, de la Discipline des Réguliers et de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 22 décembre 1840). Élu pape à l’issue d’un conclave de deux jours le 16 juin 1846, il prend le nom de Pie IX et est couronné le 21 juin. Il s’éteint à Rome au terme d’un pontificat de près de trente-deux ans le 7 février 1878.

476Le procès de béatification de Giovanni Maria Mastai Ferretti, pape Pie IX, est ouvert en 1907 sur l’ordre de Pie X, suspendu en 1922, puis repris à nouveau sur l’ordre de Pie XII en 1954. Le pape Jean-Paul II promulgue le décret sur l’héroïcité des vertus le 6 juillet 1985, puis proclame solennellement la béatification le 3 septembre 2000.

4774 – Conclave de Pie IX.

4785 – Pour ce qui concerne la période antérieure à 1846, on retiendra principalement : Luigi RIVERA, I fatti del 1831. Il generale pontificio Filippo Resta e le lettere inedite a lui dirette dall’arcivescovo di Spoleto Giovanni Maria Mastai Ferretti, dans Rassegna storica del Risorgimento, XII, 1932, p. 205-219 ; Giovanni MAIOLI, Pio IX. Da vescovo a pontefice. Lettere al card. Luigi Amat, Modène, 1949 ; Rodolfo FANTINI, Lettere di Mons. Mastai, vescovo di Imola, al cardinale Opizzoni, arcivescovo di Bologna, dans L’Arciginnasio (Bologne), LVII, 1962, p. 274-298. Maria Grazia RUGGERO PASTURA, Lettere inedite di Mons. Giovanni M. Mastai Ferretti dal 1827 al 1837 in un acquisto dell’Archivio di Stato di Roma, dans Pio IX, VI, 1977, p. 230-234. Stefano GIZZI, Il card. Antonio Maria Cagiano de Azevedo, vescovo di Senigallia, e due lettere inedite del card. G.M. Mastai Ferretti, arcivescovo di Imola, scritte alla vigilia del conclave del 1846, dans Pio IX, XXV, 1996, p. 32-56.

479Sources : HC VII 31, 42, et 351. DThC XII,2 (1935), 1686-1716 (Guillaume Mollat). EncCatt IX (1952), 1510-1523 (Pietro Pirri). WEBER (Kardinäle) II, 482. CATH XI (1988), 272-279 (Roger Aubert). Lelio MIRA, La famiglia Mastai Ferretti, Rome, 1909. Alberto Maria GHISALBERTI, Nuove ricerche sugli inizi del pontificato di Pio IX, Rome, 1939. Domenico DEMARCO, Pio IX e la rivoluzione romana del 1848. Saggio di storia economico sociale, Modène, 1947, X-207 p. Roger AUBERT, Le Pontificat de Pie IX (1846-1878), Paris, 1952, 512 p. (Paris, 19632, 592 p.). Alberto SERAFINI, Pio Nono. Giovanni Maria Mastai Ferretti dalla giovinezza alla morte nei suoi scritti e discorsi editi ed inediti. I-Le vie della divina provvidenza (1792-1846), Roma, 1958XXIII-1760 p. Alberto Maria GHISALBERTI, Roma da Mazzini a Pio IX. Ricerche sulla restaurazione papale del 1849-1850, Milan, 1958, VII-291 p. Gian Ludovico MASETTI ZANNINI, La spiritualité di Pio IX prima del pontificato, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XIV, 1960, p. 283-298. Pedro de LETURIA, Miguel BATTLORI, La primiera misibn pontificia a Hispanoamerica, 1823-1825. Relacibn oficial de mons. Giovanni Muzi, Cité du Vatican, 1963LII-722 p. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, VII-566 p. (un premier chapitre, Interpretazioni di Pio IX. Storia di una storiografia, donne une présentation critique de l’ensemble de la bibliographie parue à cette date) ; Pio IX (1851-1866), Rome, 1986, XII-760 p. et Pio IX (1867-1878), Rome, 1990, X-613 p. Pio IX arcivescovo di Spoleto (1827-1832). Atti del terzo convegno di studi storici ecclesiastici su « La figura e l’opera di Pio IX, Spoleto, 28-30 dicembre 1977, Florence, 1980, 290 p. Carlo FALCONI, Il giovane Mastai. Il futuro Pio IX dall’infanzia a Senigallia alla Roma della Restaurazione, 17921827, Milan, 1981, 848 p. Ottorino Pietro ALBERTI, L’episcopato di Giovanni Maria Mastai Ferretti a Spoleto, dans Pio IX, X, 1981/2, p. 253-314. Mario SENSI, Mons. Mastai Ferretti e i terremoti del 1832, dans Pio IX, XII, 1983/1p. 53-103. Angelo MENCUCCI, M. BRUNETTI éd., Aprile 1992 – Maggio 1993. Bicentenario della nascita di papa Pio IX (1792-1992). Atti senegallesi, Senigallia, 1993, 368 p. Giacomo MARTINA, Wiktor GRAMATOWSKI, Relazione ufficiale sul conclave del 1846, dans Archivum historiae pontificiae, XXXIV, 1996, p. 159-212, passim. Carlo Maria FIORENTINO, Chiesa e Stato a Roma negli anni della destra storica, 1870-1876. Il trasferimento della capitale e la soppressione delle Corporazioni religiose, Rome, 1996, 637 p. Stefano GIZZI, Il conclave del 1846 e l’elezione di papa Pio IX, dans Pio IX, XXV, 1996, p. 111-143 et 183-209 ; XXVI, 1997, p. 12-43. Carlo Maria FIORENTINO, La Questionne romana intorno al 1870. Studi e documenti, Rome, 1997, 346 p. Andrea CIAMPANI, Cattolici e liberali durante la trasformazione dei partiti. La « questione di Roma » tra politica nazionale e progetti vaticani (1876-1883), Rome, 2000, 500 p. E. BINI, Pio IX beato, dans Divinitas, XLIII, 2000, p. 223235. M. VIGLIONE, Il problema della beatificazione di Pio IX. Breve resoconto del dibattito storico sui giornali italiani, dans Nuova rivista storica, LXXXV, 2001, p. 145-162.

480La revue Pio IX, éditée à Rome depuis 1972, publie des articles et recense l’ensemble des travaux relatifs à la personnalité et au pontificat de Pie IX.

Alessandro MATTEI

481Rome, 20 février 1744 - Rome, 20 avril 1820.

482Cardinal in petto les 12 juillet 1779 et 11 décembre 1780, publié le 22 mai 1782.

4831 – Fils du prince Girolamo Mattei, duc de Giove, et de Caterina Altieri, il appartient à l’une des plus anciennes familles de l’aristocratie romaine, issue des Papareschi et attestée depuis le xiiie siècle, et se rattache par sa mère et par des alliances antérieures à la famille de Clément X Altieri. La branche des Mattei, ducs de Paganica (éteinte dans les Conti), a donné à l’Église au xviie siècle deux cardinaux, Gaspare (1587-1650), créé par Urbain VIII le 13 juillet 1643, et Orazio (1622-1688), créé par Innocent XI le 2 septembre 1686. La branche des Mattei de Pescaria, ducs de Giove (depuis 1643) et princes romains (depuis 1719, et à nouveau en 1793), à laquelle appartient le futur cardinal, a fourni pour sa part deux autres cardinaux : Girolamo (1546-1603), créé par Sixte Quint en 1586, et Luigi (1702-1758), oncle paternel d’Alessandro, créé par Benoît XIV le 26 novembre 1753 ; son frère cadet Lorenzo sera également fait cardinal par Grégoire XVI en 1833.

484Voué dès sa jeunesse à la carrière ecclésiastique, Alessandro Mattei reçoit de Benoît XIV en 1758, à l’âge de quatorze ans, le prieuré de S. Maria in Abba-tissis et l’abbaye de S. Croce. Fait chanoine de Saint Pierre (15 novembre 1766) et camérier secret par Clément XIII, il est ordonné prêtre le 27 février 1768 et devient docteur in utroque jure de la Sapience le 30 juin 1768.

4852 – Entré aussitôt en prélature à l’âge de 24 ans en qualité de prélat domestique (13 juillet 1768) et de référendaire (21 juillet 1768), il est nommé successivement ponent du Buon Governo (1770), visiteur apostolique de l’abbaye de Farfa, prélat de la congrégation du Concile (1775) et auditeur du cardinal camerlingue (1776). Promu à l’âge de 33 ans archevêque de Ferrare le 17 février 1777, il est consacré à Rome le 27 février par son prédécesseur, le cardinal Bernardino Giraud, et fait évêque assistant au trône pontifical le 9 mars.

4863 – Cardinal-prêtre à l’âge de 38 ans du titre de S. Balbina (27 mai 1782) au cours du consistoire tenu par Pie VI à Imola au retour de son voyage de Vienne, il est aussitôt agrégé aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Rites, de l’Index et de la Fabrique de Saint-Pierre ; il est transféré quatre ans plus tard au titre de S. Maria in Aracoeli (3 avril 1786). Il se consacre aux soins de l’archevêché de Ferrare jusqu’à l’entrée des armées françaises (22 juin 1796). A la suite de l’occupation éphémère de Ferrare, annexée à la nouvelle République Cispadane, par les troupes autrichiennes du général Wurmser, et du départ du légat Pignatelli, il assume temporairement en août 1796, en qualité de légat a la-tere, le gouvernement de la ville et de la province ; il y rétablit l’autorité pontificale. Convoqué par Bonaparte à son quartier général de Brescia (18 août 1796), il est emprisonné, relégué à Milan en qualité d’otage, puis à Brescia, enfin libéré le 30 octobre et laissé libre de regagner Ferrare, revenu aux mains des Français. Bonaparte le voit à nouveau à Ferrare et l’engage à aller trouver Pie VI pour le consuire à des négociations de paix. Choisi pour négociateur par Pie VI et contraint de signer le désastreux traité de Tolentino (19 février 1797) par lequel le Saint Siège abandonne les Légations, il regagne Ferrare qu’il doit quitter pour avoir enjoint de refuser le serment à la République cisalpine. Il participe activement au conclave de Venise où il fait figure de papabile comme candidat du parti autrichien.

487Pie VII aussitôt élu le rappelle à Rome sur le siège du diocèse suburbicaire de Palestrina (2 avril 1800) tout en lui conservant l’administration de l’archevêché de Ferrare (qu’il abandonne seulement le 24 août 1807) et l’agrège aux congrégations de l’Immunité (avant le 17 mars 1802) et du Saint Office (29 octobre 1804) ; il est encore fait examinateur des évêques en théologie (avant le 22 juin 1805) et protecteur de l’ordre des Capucins (avant le 25 juillet 1807). Transféré sur le siège de Porto et S. Rufina (27 mars 1809), il devient vice-doyen du Sacré Collège ; il est également fait protecteur de l’ordre des Capucins (28 juillet 1807). À la suite de l’occupation napoléonienne de Rome, il est nommé pro-dataire (26 mars 1808) ainsi que membre de congrégation de la Discipline des Réguliers (avant le 26 novembre 1808). Expulsé de Rome le 10 juin 1809 sur l’ordre des autorités françaises en représailles de l’affichage de la bulle d’excommunication de l’empereur et exilé à Paris, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Rethel (Ardennes) où il demeure en compagnie du cardinal Pignatelli jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Alais ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril.

488Il rejoint Pie VII en chemin au cours du mois de mai 1814 et entre à Rome à ses côtés le 24 mai. Le pape le confirme dans ses fonctions de pro-dataire (20 mai 1814), puis le fait doyen du Sacré Collège et évêque d’Ostie et Velletri (26 septembre 1814) et préfet de la congrégation du Cérémonial (14 juin 1815) ; il est encore nommé membre des congrégations pour l’Examen des désordres (31 mai 1814), de la Réforme (4 juin 1814), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (dès sa formation, le 19 juillet 1814) et Consistoriale (14 juin 1815) ; il est encore fait membre de la congrégation particulière (30 décembre 1814) pour la réforme des Études ainsi que de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Promu archiprêtre de la basilique Saint-Pierre du Vatican (10 mai 1817) et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre (1er juin 1817), il est pris de malaise durant l’office à la basilique Saint-Pierre le 14 avril 1820, il meurt six jours plus tard ; après des obsèques célébrées à S. Marcello, il est enseveli dans sa chapelle gentilice de S. Maria in Aracoeli.

4894 – Conclave de Pie VII.

4905 – On conserve, du futur cardinal Mattei, un discours de jeunesse, De Sancti Spiritus adventu oratio habita in sacello pontificio ipso Pentecostes die (Rome, 1762) ; les actes du synode de Ferrare, Synodus diocesana quam sub faustissimis auspiciis sanctissimi in Christo patris Pii papae sexti... in Ecclesia metroplitana celebravit diebus 5-7 mensis junii anno 1781 (Ferrare, 1781) ; une importante Istruzione pastorale... sulla decisione fatta dalla Santa Sede Apostolica del giuramento civico prescritto dal governo della Republica Cisalpina allì suoi pubblici funzionari (Ferrare, 1799) ; et des Meditazioni delle verité eterne per fare gli esercizi spirituali, secondo il metodo di S. Ignazio, distribuito in otto giorni, composées dans son exil de Rethel et éditées à son retour (Rome1814)

491Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 315. GRIMALDI XIX, ff. 176r (prise de possession de son bénéfice). HC VI, 33 et 215. MORONI, XLIII (1847), 301-304. MICHAUD XXVII, 276-277 (Picot). HOEFER XXXIV (1861)277-278. DRN III (1933), 529-530 (Michele Rosi). EncCatt VIII (1952), 481 (Gennaro Auletta). CATH VIII (1979), 901-902 (Paul Christophe). AMAYDEN II, 99-100. SPRETI I (1928), 399-401. PANVINIO, De gente nobilissima Mattheaia, manuscrit conservé dans les archives familiales et connu de Moroni (XLIII, 297). PÁSZTOR (AEE), 205. BASSO 71. Diario di Roma des 22 et 29 avril 1820, n° 33 et n° 35. Sebastiano LAZZARINI (caudataire et secrétaire du cardinal), Dettaglio storico di quanto precedè, accompagnb e seguî la prigionia in Brescia del signor Cardinale Alessandro Mattei, arcivescovo di Ferrara ; le commissioni di pace ad esso adossate, Venise, 1799, V-VIII-295 p. Giuseppe BARALDI, Notizie biografiche sul cardinale Alessandro Mattei, dans Memorie di religione, morale, letteratura (Modène), prima serie, III, 1823. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 222-223 et passim. G. BEZZI, Il primo conflitto tra Napoleone e la Santa Sede, Turin, 1927, passim. Augusto TERSENGHI, Il possesso di un vescovo di Velletri e suo primo ingresso nella citté, dans Bollettino dell’associazione veliterna di archeologia, storia ed arte, VI, 1931, p. 11-17 (sur l’entrée solennelle du cardinal à Velletri le 5 octobre 1814). Carlo ZAGHI, Nuovi documenti sul Card. Mattei e le sue relazioni con Bonaparte e la Repubblica Cisalpina, Ferrara, 1933. Emma AMADEI, Un grande porporato romano. Alessandro Mattei (1744-1820), dans Strenna dei Romanisti, IV, 1943, p. 181-186. Giustino FILIPPONE, Le relazioni tra lo Stato Pontificio e la Francia rivoluzionaria. Storia diplomatica del trattato di Tolentino, Milan, 1961-1967, 2 volumes, p. 579-586, 641-643 et passim. Werther ANGELINI, Per una biografia spirituale del cardinale A. Mattei, plenipotenziario pontificio per il tratatto di Tolentino, dans Quaderni del Bicentenario. Pubblicazione periodica per il Bicentenario del Trattato di Tolentino (19 febbraio 1797), n° 3, 1997, p. 75-92.

Lorenzo MATTEI

492Rome, 29 mai 1748 - Rome, 24 juillet 1833.

493Cardinal le 15 avril 1833.

  1. Né du prince Girolamo, duc de Giove, et de Caterina Altieri, il est le frère cadet du cardinal Alessandro Mattei (1744-1820), mort doyen du Sacré Collège (cf. à ce nom pour les origines familiales). Clément XIV le fait en 1771 chanoine de Saint-Jean du Latran ; il est ordonné prêtre à 24 ans le 13 juin 1772.
  2. Entré en prélature à l’âge de 40 ans en qualité de prélat domestique (Notizie de 1788), il devient au lendemain de la première restauration docteur in utroque jure par grâce pontificale (29 décembre 1801), puis prélat référendaire (28 janvier 1802). Durant l’occupation française de Rome, il finit par prêter serment à l’Empire. Au lendemain de la Restauration, il est brièvement fait secrétaire de la congrégation des Indulgences (9 mars 1816), puis transféré au secrétariat de la congrégation de la Visite apostolique (21 novembre 1816), charge qu’il occupe plus de seize années jusqu’à son accession au Sacré Collège. Promu également le 27 septembre 1822 à la dignité de patriarche latin d’Antioche, il est consacré à Rome le 29 septembre par le cardinal-doyen Della Somaglia. Il est nommé secrétaire de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824).
  3. Promu cardinal à l’âge de 85 ans, il meurt trois mois plus tard avant d’avoir reçu de titre cardinalice, dernier héritier en ligne directe de la famille Mattei. Il est enseveli dans la chapelle Mattei, en l’église S. Maria in Aracoeli.

494Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 672. HC VII, 26 et 79. MORONI, XLIII (1847), 304-306. PIETRAMELLARA I, 50-52. AMAYDEN I, 106107 et II, 99-100. SPRETI I (1928), 399-401. MERCATI, 57. FORCELLA I, 277. Diario di Roma des 27 et 30 juillet 1833, n° 60 et n° 61.

Mario MATTEI

495Pergola, 6 septembre 1792 - Rome, 7 octobre 1870.

496Cardinal le 2 juillet 1832.

  1. Fils du comte Marco Mattei et d’Ursini Bianchi, il appartient à une famille de petite noblesse des Marches ; son frère aîné, Nicola Mattei Baldini (1780-1843), est archevêque de Camerino (1817-1842) puis de Montefiascone (1842-1843). Mario Mattei vient poursuivre ses études à Rome, au collège Ghislieri, au Séminaire Romain puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (18101812). Ordonné prêtre au lendemain de la Restauration, il est fait chanoine coadjuteur puis chanoine de Sainte-Marie-Majeure. Il acquiert un an de pratique légale auprès de l’auditeur de Rote Cosimo Corsi (1819).
  2. Entré en prélature à l’âge de 29 ans en qualité de prélat domestique (avant le 9 mars 1822) et de référendaire (28 mars 1822), il est aussitôt nommé ponent de la Consulte (19 mai 1822) et prélat de la congrégation du Concile (26 juin 1823). Promu par Léon XII pro-secrétaire (30 octobre 1823) puis secrétaire (2 juillet 1824) de la congrégation du Buon Governo ainsi que chanoine de Saint-Pierre du Vatican (1825), il est élevé à la charge de trésorier général de la Chambre apostolique (avant le 14 janvier 1829) qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il est encore fait prélat de la congrégation de la reconstruction de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs (Notizie de 1829).
  3. Cardinal-diacre du titre de S. Maria in Aquiro (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Fabrique de Saint-Pierre, du Buon Governo et de Lorette, puis à celles la reconstruction de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 9 janvier 1833) et du Cens (17 juillet 1833). Il est nommé préfet de l’économie de la Propagande (21 novembre 1834) ainsi que président de la Commission des subsides (avant le 17 août 1836) ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1834-1835 (20 janvier 1834) et est agrégé à la congrégation des Évêques et réguliers (Notizie de 1839). Promu secrétaire d’État pour les affaires intérieures (2 décembre 1840), il est transféré sur le titre cardinalice de S. Maria degli Angeli (22 juillet 1842) puis fait archiprêtre de la basilique Vaticane (5 mars 1843) et évêque du, diocèse suburbicaire de Frascati (17 juin 1844). Il renonce à la préfecture de l’Économie de la Propagande et devient le même jour préfet de la Fabrique de Saint-Pierre (5 mars 1843). Il est encore agrégé aux congrégations du Saint Office (Notizie de 1841), Consistoriale (Notizie de 1841), de la Propagande (Notizie de 1841), Économique (Notizie de 1844) et de la Visite apostolique (Notizie de 1845) et nommé protecteur de l’ordre des Silvestrins (avant le 4 février 1835). Pie IX le nomme membre de la congrégation des Eaux (avant le 24 novembre 1846), le transfère sur le siège de Porto et S. Rufina (23 juin 1854) et le nomme préfet du Tribunal de la Signature (23 juin 1854) puis pro-dataire (3 février 1858). Transféré sur le siège d’Ostie et Velletri (17 décembre 1860), il devient doyen du Sacré Collège. Décédé dix ans plus tard, il est enseveli dans la basilique Saint-Pierre du Vatican.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Outre des lettres pastorales, on conserve du futur cardinal Mario Mattei un discours In funere Mariae Primae Lusitaniae, Brasiliae, Algarbiae reginae (Rome, 1820).

497Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 910. HC VII, 26, 38, 39, 42 et 45. HC VIII, 44. WEBER (Kardinäle) II, 483-484 (essentiel). PROCACCINI55. ACCADEMIA 148. BASSO 71. FORCELLA VI, 245. Luigi NICOLETTI, Di Pergola e dei suoi dintorni, Pergola, 1891, p. 534-537.

Jean Siffrein MAURY

498Valréas (Avignon), 26 juin 1746 - Rome, 10 mai 1817.

499Cardinal le 21 février 1794.

5001 – Fils d’un cordonnier établi dans le Comtat Venaissin et né sujet du Pape, il poursuit ses études au séminaire Saint-Charles d’Avignon. Il s’établit à Paris en 1765 comme précepteur de famille noble et est ordonné prêtre à Sens en 1769. Il entreprend alors avec succès une carrière d’orateur sacré et est successivement promu grand vicaire du diocèse de Lombez, abbé commendataire de La Frenade dans le diocèse de Saintes (30 septembre 1772), membre de l’Académie française (décembre 1784) où il succède à Le Franc de Pompignan et prononce son discours de réception le 27 janvier 1785, enfin prieur de Lihons-en-Santerre en Picardie (1786). Il est à la veille de la Révolution l’un des conseillers et secrétaires du garde des sceaux Lamoignon. Élu député du clergé du bailliage de Péronne, il devient, après s’être d’abord enfui de Paris à la suite du 14 juillet et avoir été arrêté à Péronne, le principal orateur du parti catholique et monarchiste à l’Assemblée constituante et combat en vain, notamment contre Mirabeau, la nationalisation des biens du clergé, la constitution civile du clergé et l’annexion d’Avignon et du Comtat Venaissin à la France. Louis XVI lui exprime sa satisfaction et Pie VI le loue publiquement lors du consistoire du 26 septembre 1791. Il émigre en septembre 1791, est reçu triomphalement à Coblence par l’armée de Condé, puis gagne Rome où l’accueille Pie VI.

5012 – Promu le 24 avril 1792 par Pie VI archevêque in partibus de Nicée, il est consacré le 1er mai par le cardinal secrétaire d’État Zelada, assisté de Mgr Pisani de la Gaude, évêque de Vence, et de Mgr de Leyris-Desponchez, évêque de Perpignan. Il est aussitôt envoyé en qualité de nonce extraordinaire à la diète de Francfort pour le couronnement de l’empereur François II, où il démontre de piètres qualités diplomatiques et rentre à Rome à l’issue de sa mission.

5023 – Cardinal-prêtre à l’âge de 47 ans du titre de la Trinité-des-Monts (12 septembre 1794), Pie VI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Discipline des réguliers, de la Fabrique de Saint-Pierre et de la Visite apostolique, et le nomme le jour de son accession au Sacré Collège (21 février 1794) évêque de Montefiascone et Corneto (aujourd’hui Tarquinia) ; il fait fonction à Rome, durant les dernières années du pontificat de Pie VI, d’agent du comte de Provence, régent de France puis prétendant au trône sous le nom de Louis XVIII. Il doit s’enfuir clandestinement des États pontificaux lors de l’invasion française de février 1798. Réfugié à Sienne puis à Saint-Pétersbourg, il entre le 1er décembre 1799 au conclave de Venise où il est le seul cardinal français. Louis XVIII le nomme depuis son exil de Mittau son ambassadeur auprès de Pie VII ; mais, écarté de Rome en 1801 à la demande de Bonaparte à cause de son hostilité ouverte aux négociations du concordat, il doit se retirer dans son diocèse de Montefiascone. Le 22 août 1804, il écrit au futur empereur Napoléon une lettre de félicitations qui marque son abandon du camp monarchiste et son ralliement à l’Empire. Il rencontre Napoléon à Gênes en avril 1805 et s’établit à Paris en juin 1806 ; il devient cardinal français à compter du 1er octobre 1806, avec une place au Sénat. Élu membre de l’Institut le 23 octobre 1806, il prononce un nouveau discours de réception à l’Académie française le 6 mai 1807. Il est fait encore premier aumônier du roi Jérôme de Westphalie et, le 19 février 1809, chevalier de la Légion d’honneur. Nommé par décret impérial archevêque de Paris le 14 octobre 1810 à la suite du refus du cardinal Fesch, il prend possession de son siège le 1er novembre. Un bref de Pie VII, daté du 5 novembre de Savone, lui interdit formellement de gouverner le diocèse ; un second bref, daté du 18 décembre, déclare nuls tous ses actes administratifs. Le cardinal Maury refuse d’en prendre acte et collabore personnellement, le 1er janvier 1811, à l’arrestation de son grand vicaire, d’Astros, chargé de les lui remettre. Il participe activement au Concile national de l’Église gallicane en 1811 et, en 1812, aux négociations avec Pie VII en vue de la signature du concordat de Fontainebleau ; il est fait grand croix de l’ordre de la Réunion (3 avril 1813). Le 4 avril 1814 cependant, il s’associe à la résolution du chapitre de Notre-Dame de Paris en faveur de la déchéance de Napoléon ; le même chapitre lui retire ses pouvoirs le 9 avril. Malgré la publication, le 12 mai, d’un Mémoire justificatif de sa conduite, il doit quitter l’archevêché le 13 mai, et Paris le 18 mai, pour ne pas encourir la vengeance de Louis XVIII restauré.

503Rentré à Rome où il a été sommé de justifier sa conduite, Pie VII refuse de le recevoir en audience, lui interdit de participer aux congrégations cardinalices et aux autres fonctions du Sacré Collège et lui ôte le diocèse de Montefiascone (dont l’administration a été confiée en juin 1814 au futur cardinal Bonaventura Gazzola, évêque de Cervia, en qualité de vicaire apostolique). Au lendemain du départ de Pie VII pour Gênes lors des Cent Jours (22 mars 1815), il est, pour avoir envisagé de regagner la France, emprisonné sur ordre de la Junte provisoire au château Saint-Ange ; une commission est nommée pour examiner ses actes, composée des cardinaux Mattei, Della Somaglia, Di Pietro, Saluzzo, Pacca, Brancadoro, Litta, Gabrielli, Galleffi et Oppizzoni, avec Michele Belli pour secrétaire. Il est toutefois remis en liberté (au noviciat des Lazaristes de S. Silvestro du Quirinal) grâce au retour du cardinal secrétaire d’État Consalvi (juillet 1815) qui fait abandonner toute action de justice, lui obtient sa grâce de Pie VII et le réintègre dans sa dignité de cardinal au sein du Sacré Collège. Louis XVIII lui demeure toutefois hostile et le fait exclure de l’Académie française le 21 mars 1816. Il donne le 24 mars 1816 sa démission du siège de Montefiascone et meurt un an plus tard, du scorbut, dans l’isolement ; il est enseveli à S. Maria in Vallicella, sans aucune inscription.

5044 – Conclave de Pie VII.

5055 – Le cardinal Maury a laissé une œuvre écrite considérable, partiellement réunie dans des Oeuvres choisies du cardinal J.S. Maury, publiées par son neveu Louis-Siffrein Maury à Paris en 1827, en cinq volumes, qui comprend ses œuvres oratoires, ses prônes et ses interventions politiques.

506Les discours constituent la part principale de l’œuvre du cardinal Maury. Ils ont été successivement réunis et publiés à Paris par l’auteur lui-même sous le titre de Discours choisis sur divers sujets de religion et de littérature (Paris, 1777) ; de Principes d’éloquence pour la chaire et pour le barreau (Paris, 1782) ; puis d’Essai sur l’éloquence de la chaire. Panégyriques. Discours (Paris, 1810, 2 volumes) ; et enfin, après sa mort, en 1855, par l’abbé Migne sous le titre d’Oeuvres oratoires. Parmi les œuvres qui ont assis sa réputation d’orateur sacré dans les dernières décennies du xviiie siècle, on relève en particulier un Éloge funèbre de monseigneur le Dauphin (Sens, 1766) ; Éloge du roi Stanislas le Bienfaisant (Paris, 1766) ; Éloge de Charles V, roi de France (Amsterdam, 1767) ; Discours sur la paix (Paris, 1767) ; Éloge de Fénelon (Paris, 1771) ; Panégyrique de Saint Louis (Paris, 1772) ; Réflexions sur les sermons de Bossuet (Paris, 1772) ; Panégyrique de Saint Augustin (Paris, 1775) ; Traité sur l’éloquence de la chaire (Paris, 1777) ; Panégyrique de Saint Vincent de Paul (Paris, 1785), apprécié de Louis XVI et de Pie VI ; Pensées et maximes de M. l’abbé Maury (Chas éd., Paris, 1791) ; Éloge de l’abbé de Radonvillier (Paris, 1807) ; De la Régence, opinion émise à l’Assemblée nationale le 22 mars 1791 (Hoffmons éd.Paris, 1842).

507Les publications et correspondances d’intérêt politique, ecclésiastique et diplomatique trouvent place dans plusieurs ouvrages distincts et dans de nombreuses études générales. Signalons en particulier : Lettres secrètes sur l’état actuel de la religion et du clergé en France, rédigées avec l’abbé de Boismont (Paris, 1781) ; Opinion de M. l’abbé Maury, député de Picardie, sur la constitution civile du clergé (Paris, 1790) ; Seconde opinion de M. l’abbé Maury, député de Picardie, sur la réunion de la ville d’Avignon é la France, prononcée dans l’Assemblée nationale le mardi 24 mai 1791 (Paris, 1791, traduction italienne : Sopra la sovranité del Papa nella citté di Avignone, e nel Contado venessin. Secondo discorso, s.l., 1792) ; Opinions sur la souveraineté d’Avignon, prononcées dans l’Assemblée nationale en 1790 et 1791 (Paris, 1792) ; Traduction du bref du pape du 19 mars 1792 (Rome, 1792) ; Epistola pastoralis ad clerum et populum utriusque dioecesis suae (Rome, 1794) ; Mandement de S. E. le cardinal archevêque-nommé de Paris pour le Carême de l’année 1813 (Paris, 1813) ; Mémoire justificatif du 12 mai 1814 ; Louis-Siffrein MAURY éd., Opinion sur la souveraineté du peuple, prononcée dans l’Assemblée nationale par M. l’abbé Maury, et publiée sur les manuscrits autographes de l’auteur, Avignon, 1852, 246 p. Paul COTTIN, Lettres inédites de Maury et de Consalvi au marquis et é la marquise d’Osmond (1793-1798), Paris, 1922, 43 p.

508Sources : ASV/SS Interni a.1815, rub.2 (Commission chargée d’examiner les actes du cardinal Maury). HC VI, 38, 25 et 306. HC VII, 270. MICHAUD XXVII, 355-359 (Beaulieu et Picot). MORONI XLIV (1847), 16-20. BERTON, 1202-1222. HOEFER XXXIV (1861), 433-443 (H. Fisquet). BAUNARD, 450451. EncCatt VIII (1952), 513-514 (Fausto Fonzi). CATH VIII (1979), 988-990 (T. de Morembert). Diario di Roma du 14 mai 1817, n° 39. Louis-Siffrein MAURY, Vie du cardinal Jean Siffrein Maury, Paris, 1828, VIII-289 p. J.J.P. POUJOULAT, Le cardinal Maury, sa vie, ses œuvres, Paris, 1855. Joseph HERGEN-RÖTHER, Kardinal Maury. Ein Lebensbild aus dem Ende des voriges und dem Anfange des jetztigen Jahrhundert, Wurzbourg, 1878, 140 p. Antoine RICARD, Correspondance diplomatique et papiers inédits du cardinal Maury (17921817). L’élection du dernier Roi des Romains. Les affaires de France. Le conclave de Venise. Le concordat de 1801. Le sacre. L’Empire. La Restauration, Paris, 1891, 2 vol. Jean LEFLON, Monsieur Émery, Paris, 1943-1947, 2 vol., passim et II, p. 471-503. Guillaume de BERTIER DE SAUVIGNY, Un épisode de la résistance catholique sous le Premier Empire : l’affaire d’Astros, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, XXXV, 1949, p. 49-58. Maria Teresa RUSSO BONADONNA, Fortune e disgrazie del Card. Maury, dans Strenna dei romanisti, LIX, 1998, p. 329-352.

Raffaele MAZIO

509Rome, 24 octobre 1765 - Rome, 4 février 1832.

510Cardinal le 15 mars 1830.

5111 – Fils de Giacomo Mazio, il appartient à une famille de bourgeoisie romaine attachée à la haute administration de l’État pontifical : son père Giacomo, son frère Francesco et le fils de ce dernier, Giuseppe, occupent tour à tour de 1749 à 1870 la fonction de surintendant général de la Monnaie (Zecca) ; son neveu Paolo Mazio (1812-1868), membre de la Compagnie de Jésus à 1827 à 1840, puis secrétaire de l’Office du contrôle général des États de l’Église (1846), dirige de 1844 à 1846 la revue Il Saggiatore ; il épouse en 1849 Valeria Nibby, fille de l’archéologue, et occupe un place de premier rang dans la vie littéraire romaine du milieu du siècle ; son autre neveu Giacomo Mazio, qui sera son conclaviste lors de l’élection de Grégoire XVI, entre également dans la Compagnie de Jésus et collabore activement au Saggiatore. Le poète Giuseppe Gioacchino Belli (1791-1863) est enfin, par sa mère Luigia Mazio, cousin issu de germain du futur cardinal, et fort lié à son neveu Paolo.

512Raffaele Mazio poursuit ses études au Collège Romain auprès de maîtres jésuites (Giuseppe Mazzolari et Francesco Saverio Rezza) et soutient sa thèse de théologie à S. Ignazio en 1785.

5132 – Entré au service de la Curie sous le pontificat de Pie VI en qualité de maître des cérémonies pontificales (Notizie de 1791) et fait chanoine de S. Maria in Trastevere, il est nommé par Pie VII à Venise secrétaire de la congrégation du Cérémonial (avant le 10 mai 1800) et camérier d’honneur (avant le 24 septembre 1800). Il accompagne de 1801 à 1805, en qualité de chambellan, le cardinal Caprara, légat a latere pour l’application du Concordat avec la France, puis retrouve à Rome sa charge de secrétaire du Cérémonial et collabore avec le cardinal Michele Di Pietro au sein de la congrégation des Affaires ecclésiastiques. Il est durant l’occupation française de Rome exilé à Plaisance, puis à Bologne, et enfin enfermé au château de Cento. Il retrouve sa liberté au printemps 1814, rejoint Pie VII à Césène, puis accompagne le cardinal Consalvi à Paris, Londres puis Vienne durant la négociation du traité de paix. Nommé le 1er octobre 1814, durant son absence, secrétaire des Lettres latines, puis confirmé à cette charge le 21 juin 1815 à son retour à Rome (10 juin 1815), c’est lui qui apporte à Pie VII la nouvelle de la restitution des Légations et des Marches. Il est encore élevé à la dignité de prélat domestique (21 juin 1815), et fait chanoine de Sainte-Marie-Majeure (avant le 27 juillet 1816), puis de Saint-Pierre du Vatican (avant le 17 mars 1819), ainsi que canoniste (3 mars 1816), puis correcteur (17 avril 1816) du tribunal de la Pénitencerie apostolique, charge qu’il conserve jusqu’à son accession au cardinalat ; il renonce au secrétariat de la congrégation du Cérémonial le 10 août 1816. Il collabore surtout dans la pratique avec le cardinal secrétaire d’État Ercole Consalvi dans les principales affaires diplomatiques du temps. Promu secrétaire de la Congrégation consistoriale (6 avril 1818), il accompagne le car- dinal Spina aux congrès de Laibach et de Vérone. Il fait office de secrétaire du conclave de Léon XII (2-28 septembre 1823), puis est nommé par ce dernier as- sesseur du Saint Office (28 décembre 1824), date à laquelle il abandonne le se- crétariat des Lettres latines. Léon XII le fait encore protonotaire apostolique non participant (avant le 1er février 1825).

5143 – Cardinal-prêtre à l’âge de 64 ans du titre de S. Maria in Trastevere (5 juillet 1830), Pie VIII l’agrège le même jour aux congrégations Consistoriale, du Concile, des Rites et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Il meurt à Rome deux ans plus tard, d’épilepsie, et est enseveli dans son église cardinalice. Il lègue d’importants Spogli, qui reflètent son intense activité diplomatique au sein de la Curie des années consalviennes.

5154 – Conclave de Grégoire XVI.

5165 – On possède du futur cardinal Mazio le texte de sa soutenance de thèse en théologie : Argumenta ex theologia quae honori Gullielmi Pallottae cardinalis amplissimi ad disputandum proposuit Raphael Matius (Rome, 1785), ainsi qu’un discours In funere Mariae I Lisutaniae reginae fidelissimae (Rome, 1817).

517Sources : HC VII, 23 et 43. MORONI LXIV (1847), 22-25. EncCatt VIII (1952), 523 (Mario De Camillis). Diario di Roma du 21 juin 1815, n° 49 (retour à Rome). PÁSZTOR (Segreteria) I, 78, 108 et passim. PÁSZTOR (AEE), 207. Diario di Roma du 8 février 1832, n° 11. Elogium Raphaelis Matii, Rome, 1832, IX p. (Bibl. Vat. Ferraioli III 2198, int. 21). Lajos PÁSZTOR, Il card. Raffaele Mazio e il suo archivio, dans Studi in onore di Leopoldo Sandri, Rome, 1983, 3 volumes, III, p. 707-734 (avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie). Edoardo MARTINORI, Annali della Zecca di Roma, Rome, 1917-1922, 2 vol., fasc. 20-24, passim. Lucio FELICI, Giornali romani del Sette e dell’Ottocento. Il Saggiatore (1844-1846), dans Palatino V, 1961, p. 224-228. Salvatore REBECCHINI, Paolo Mazio e i suoi desiderata, dans Strenna dei romanistiXXVII, 1968, p. 395-404. Tommaso GNOLI, Gli anni di sodalizio di G.G. Belli coi parenti Mazio (1837-1850), dans Atti del I Congresso Nazionale di Studi Romani, Rome, 1928, p. 3sqtes.

Giuseppe MEZZOFANTI

518Bologne, 19 septembre 1774 - Rome, 15 mars 1849.

519Cardinal le 12 février 1838.

  1. Fils de Francesco Mezzofanti (ou Mezzofante), boucher (macellaio) à Bologne, et de Gesualda Dell’Olmo, issue d’une famille ruinée de petite noblesse, il appartient à une famille du ceto umile. Après une première formation au collège scolope de la ville, grâce à la générosité financière du P. Giambattista Respighi, oratorien, il poursuit trois années d’études à l’université de Bologne, puis est ordonné prêtre (1797). Nommé professeur de langue arabe à l’université de Bologne (15 septembre 1797) sous l’occupation française, il est destitué de sa charge le 20 avril 1798, puis rétabli par les autorités autrichiennes (septembre 1799) puis à nouveau démis par les autorités cisalpines (juin 1800). Assistant (24 janvier 1803) puis bibliothècaire-adjoint (28 mars 1812) et enfin bibliothécaire (25 avril 1832) à la bibliothèque de l’Université, il occupe également des charges d’enseignement en qualité de professeur de langues orientales (de novembre 1803 à novembre 1808, puis d’avril 1814 à octobre 1815), puis de professeur de grec et de langues orientales (30 octobre 1815), charge qu’il exerce effectivement jusqu’à son tranfert à Rome et qu’il n’abandonne qu’en février 1838. Il acquiert une célébrité internationale pour ses dons de polyglotte (il aurait parlé jusqu’à 58 langues et possédait à sa mort 140 dictionnaires). C’est à la demande de Grégoire XVI qu’il abandonne Bologne pour Rome où il s’établit définitivement au printemps 1832.
  2. Entré en prélature en qualité de prélat domestique (avant le 11 juin 1831) et de protonotaire apostolique non participant (14 juin 1831), il est nommé examinateur des évêques en droit canon et consulteur de la congrégation de la Correction des livres de l’Église d’Orient (avant le 30 juin 1832), et fait chanoine de Sainte-Marie-Majeure (1832) puis de Saint-Pierre du Vatican (28 avril 1833). Promu premier custode de la Bibliothèque vaticane (16 avril 1833) en succession d’Angelo Mai, charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, il est fait également consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (18 mai 1833) et de l’Index (22 février 1835).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 63 ans du titre de S. Onofrio (15 février 1838), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Propagande, de l’Index, des Rites et des Études (avant le 17 février), puis le nomme préfet de la congrégation des Études (20 mai 1845) ainsi que préfet de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (28 avril 1844) ; il est encore agrégé aux congrégations de l’Examen des évêques en droit canon (Notizie de 1839) et en théologie (Notizie de 1840) et de la Propagande (avant le 2 juillet 1839) et fait également protecteur de l’ordre carmélite (avant le 2 juillet 1839) et de la ville de Bologne (avant le 23 juin 1840). Il devient en qualité de préfet de la congrégation des Études ministre de l’Instruction publique lors de la formation des premiers ministères (29 décembre 1847) ; il renonce à ses fonctions le 10 avril 1848. Décédé à Rome durant la période républicaine, il est enterré sans aucune pompe à S. Onofrio.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On conserve le catalogue de la bibliothèque du cardinal, dont Pie IX fit don à l’Université de Bologne : Catalogo della libreria dell’eminentissimo cardinale Giuseppe Mezzofanti, compilato per ordine di lingue da Filippo BONIFAZJ, Rome, 1851, 3-139 p. Il laisse peu d’écrits, parmi lesquels un Discorso in lode del P.Emanuele Aponte (Bologne, 1820). La Bibliothèque de l’Arciginnasio de Bologne conserve un fonds Mezzofanti (Albano SORBELLI, L’Arciginnasio, VIII, 1923, p. 13-14).

520Sources : HC VII, 29 et 41. EncCatt XII (1952), 927-228 (Niccolô Del Re). WEBER (Kardinäle) II, 485-486. PÁSZTOR (AEE), 211. GASNAULT, 163, 204 et passim. GASNAULT BOLOGNA, 169-170. GRIMALDI XIX, ff. 69v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Giornale di Roma du 5 février 1850, n° 29 (Gaetano Stolz). Gaetano STOLZ, Biografia del cardinale Giuseppe Mezzofante, Rome, 1851. Augustin MANAVIT, Esquisse historique sur le cardinal Mezzofante, Paris, 1854, XVII-191 p. Ch. William RUSSELL, The life of cardinal Mezzofanti, with an Introductory Memoir of eminent Linguists, ancient and modern, Londres, 1858 ; traduction italienne : Vita del cardinale Giuseppe Mezzofanti, Bologne, 1859, X-444 p. Celestino CAVEDONI, Rimembranze intorno alla vita ed agli studi del cardinale Giuseppe Mezzofanti, di chiara ed immortale memoria, Modène, 1861. Vincenzo MIGNANI, Cenni biografici del card. Giuseppe Mezzofanti bolognese, con l’elenco di tutte le lingue e dialetti dal medesimo parlati, Bologne, 1871. Ermete CAMERANI, Descrizione e ricognizione della cassa mortuaria contenente la spoglia mortale dell’eminentissimo cardinale Giuseppe Mezzofanti, massimo poliglotta del mondo, Minerbio, 1885, 19 p. Johannes Chrysostomus MITTERRUTZNER, Joseph card. Mezzofanti, der groβe Polyglott. Eine Le-bensschizze, Brixen (Bressanone), 1885, 46 p. Luigi MAGNANI, Brevi cenni intorno alla vita e agli scritti del card. Giuseppe Mezzofanti, aggiuntivi alcuni versi inediti di lui, Bologne, 1899, 46 p. Mario DE CAMILLIS, Il cardinale Giuseppe Mezzofanti, principe dei poliglotti, Rome, 1937, 30 p. Gian Ludovico MASETTI ZANNINI, Due discepoli del cardinal Mezzofanti, Bologne, 1958, 23 p. Luciano MELUZZI, Il cardinale Giuseppe Gaspare Mezzofanti, poliglotta e bibliotecario, Bologne, 1963, 27 p. Pietro CAZZOLA, I corrispondenti russi del cardinale Mezzofanti, dans Il Carrobio, III, 1977, p. 133-148.

Lodovico MICARA

521Frascati, 12 octobre 1775 - Rome, 24 mai 1847.

522Cardinal in petto le 20 décembre 1824, publié le 13 mars 1826.

  1. Né dans une famille du ceto civile de la ville, son frère Clemente Micara, écrivain et économiste, est l’auteur du traité Della campagna romana e del suo ristoramento (Bologne, 1827). Entré dans l’ordre capucin dont il revêt l’habit le 25 octobre 1794 sous le nom de Lodovico da Frascati, il s’enfuit à Naples durant la République romaine et y est ordonné prêtre en 1798. De retour à Rome en 1810, il exerce brièvement les fonctions d’archiprêtre de Frascati, mais se refuse à chanter le Te Deum en l’honneur de l’empereur Napoléon : il est successivement emprisonné par les autorités françaises à Civitavecchia, puis à Corneto (aujourd’hui Tarquinia). Au lendemain de la Restauration, il est nommé lecteur au couvent capucin d’Albano.
  2. Entré au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Indulgences (1er décembre 1817), il devient postulateur des causes de de l’ordre capucin, puis provincial de la province de Rome (1819). Promu par Pie VII prédicateur apostolique (13 septembre 1820), il est fait le même jour examinateur des évêques en théologie. Léon XII, qui apprécie l’homme et l’orateur, le nomme général de l’ordre capucin par bref du 9 mars 1824, puis l’élève au Sacré Collège tout en lui conservant sa charge de général pour un sessennio ainsi que sa fonction de prédicateur apostolique pour toute l’année 1826. Il est nommé député de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 49 ans du titre des Quatre-Saints-Couronnés (3 juillet 1826), Léon XII l’agrège le 4 juillet aux congrégations de l’Index, de la Discipline des Réguliers, de l’Examen des évêques en théologie et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ainsi qu’à celle des Évêques et Réguliers (15 mars 1827). Pie VIII le nomme protecteur du collège des Néophytes (13 août 1829). Promu évêque du diocèse suburbicaire de Frascati, sa patrie (2 octobre 1837), il est consacré le 15 octobre par le cardinal Bartolomeo Pacca et s’établit dans son diocèse qu’il refuse de quitter en 1843 lorsqu’il devient vice-doyen du Sacré Collège. Grégoire XVI le nomme alors préfet de la congrégation des Rites (avant le 28 novembre 1843), puis évêque d’Ostie et de Velletri et doyen du Sacré Collège (17 juin 1844) ainsi que préfet de la congrégation du Cérémonial (1er mai 1844). Il s’oppose fermement à l’élection du cardinal Lambruschini lors du conclave qui suit la mort de Grégoire XVI. Décédé un an plus tard, il est enseveli dans l’église S. Maria della Concezione des Capucins de Rome : hic jacet pulvis et cinis, orate pro eo, dit son épitaphe.
  4. Conclaves de Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX.
  5. On a publié du cardinal Micara des Ragionamenti filosofico-morali (Rome, 1848 ; Naples, 1850) et des Scritti vari su Tuscolo antico e nuovo (Rome1870).

523Sources : HC VII 19, 37, 39 et 41. A.N. Paris F7 8906, « État des 31 prêtres en surveillance à Civitavecchia, 23 juin 1813 ». ASV/SS Interni a. 1814, rub. 1, Filippo EVANGELISTI, Nota degli ecclesiastici deportati nell’ergastolo di Corneto. MORONI XLV (1847), 15-16. EncCatt VIII (1952), 929-930 (Mario De Camillis). PÁSZTOR (AEE), 206. Giuseppe Maria da Ferrara, Orazione funebre in lode dell’eminentissimo cardinale Lodovico Micara, decano del Sacro Collegio, letta nella chiesa de’ Cappuccini in Bologna il XVII luglio MDCCCXLVII, Bologne, 1847, 31 p. et Ferrare, 1847, 32 p. Mauro da Leonessa, Il Predicatore Apostolico. Note storiche, Isola del Liri, 1929, p. 155-157. Diario di Roma du 25 mai 1847, n° 42. Sur Clemente Micara, cf. Raffaele COLAPIETRA, La Politica economica della Restaurazione, Naples, 1966, p. LVI-LVIII.

Giuseppe MOROZZO

524Turin, 12 mars 1758 - Novare, 22 mars 1842.

525Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Douzième des treize enfants du comte Giuseppe Francesco Lodovico Morozzo, marquis de Brianzè (1704-1767) et de la comtesse Lodovica Cristina Lucrezia Bertone Balbi de Sambuy (1722-1800), il appartient à une famille de la grande noblesse piémontaise. Destiné à une carrière ecclésiastique, son éducation est, à la mort de son père, confiée à son oncle Bertone Balbi de Sambuy, évêque de Novare ; il poursuit ses études d’abord auprès de l’abbé d’Allègre, puis à l’université de Turin, où il acquiert un doctorat de théologie (23 avril 1777), et enfin à Rome, à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1778-1781).
  2. Entré en prélature à l’âge de 23 ans en qualité de protonotaire apostolique participant puis de référendaire (6 décembre 1781), il est successivement nommé vice-légat de Bologne (13 août 1784), gouverneur de Civitavecchia (nomination du 14 et bref du 25 février 1785), gouverneur de la province de Campagna e Marittima (bref du 7 mars 1794), enfin gouverneur de Pérouse (Diario ordinario du 25 juillet et bref du 18 août 1795). Réfugié dans sa famille durant la République Romaine, il accompagne son compatriote le cardinal Hyacinthe Gerdil au conclave de Venise, puis regagne Rome avec Pie VII. Ordonné prêtre le 14 mars 1802, il est fait archevêque in partibus de Thèbes le 29 mars 1802, consacré à Rome le 4 avril par le cardinal Antonelli et nommé nonce à Florence (avant le 1er mai 1802) auprès du nouveau roi d’Étrurie Louis Ier de Bourbon. Après avoir laissé Florence dans le cours de l’année 1806 (Pietro Valentini, vice-auditeur de la nonciature, le substitue officiellement à partir du 1er novembre), il est promu secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers (avant le 2 décembre 1807). Confiné à Paris durant l’occupation napoléonienne, il est le premier prélat de Curie à rejoindre Pie VII dans le voyage qui le conduit de Savone à Rome. Il est nommé au lendemain de la Restauration secrétaire de la congrégation pour l’Examen des évêques de l’État pontifical (28 mai 1814), membre des congrégations pour l’Examen des désordres (31 mai 1814) et de la Réforme (4 juin 1814) et fait consulteur de la congrégation du Saint-Office (9 août 1814) et examinateur des évêques en droit canon (16 septembre 1814).
  3. Cardinal-prêtre à près de 58 ans du titre de S. Maria degli Angeli (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Discipline des Réguliers, Cérémoniale et de Lorette. Il devient un an plus tard, le 1er octobre 1817, évêque de Novare. Il se range dans les rangs du parti zelante durant le conclave de septembre 1823. Léon XII le fait membre de la congrégation de la Propagande (24 décembre 1824).
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. Le futur cardinal Morozzo a publié une Analisi della carta corografica del Patrimonio di s. Pietro corredata di alcune memorie storiche ed economiche (Rome, 1791) ; on conserve également un discours, Aprimento solenne della casa d’industria e di ricovero pei poveri di Novara (Novare, 1836).

526Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 458. SPRETI IV, 716-721. WEBER (Legati) 161, 185, 220, 335, 791-792. HC VII, 11, 42, 287 et 365. MORONI XLVI (1847), 304-307. LITTA V, Morozzo di Mondovi, tav. IX. MANNO, XX, 443. PROCACCINI, 54 et 79. ACCADEMIA 145. DE MARCHI, 121. MOSCARINI, passim. Giuseppe Maria TOSCANI, Elogio funebre al cardinal Giuseppe Morozzo, arcivescovo vescovo di Novara, principe di S. Giulio, Orta e Vespolate, cavaliere del supremo ordine della SS. Nunziata e di S. Gennaro, detto nelle esequie celebrate dai preti dell’Istituto della Carità nella chiesa del Sacro Monte Calvario di Domodossola, Turin, 1842. Vittorio VITALINI SACCONI, Gente, personnaggi e tradizioni a Civitavecchia dal Seicento all’Ottocento, Civitavecchia, 1982, 2 vol., II, p. 59.

Benedetto NARO

527Rome, 26 juillet 1744 - Rome, 6 octobre 1832.

528Cardinal le 8 mars 1816.

5291 – Né à Rome d’une famille de noblesse attestée dans la ville depuis le xve siècle, inscrite au nombre des 180 familles nobles de la bulle Urbem Romam du 4 janvier 1746, et qui a déjà donné à l’Église un cardinal, Gregorio Naro (1581-1634), créé le 19 novembre 1629 par Urbain VIII et mort évêque de Rieti, il est également lié à l’héritage des Patrizi à travers son frère Francesco Naro († janvier 1814), marquis de Mompeo et comte de Mustiano, qui épouse Porzia Patrizi, dernière du nom, laquelle lui transmet son nom, ses armes et ses biens. Cette alliance est à l’origine de la famille moderne des Patrizi Naro Montoro. Son frère Francesco Patrizi Naro, devenu nobile coscritto romano à la suite des Patrizi par senatus-consulte du 25 février 1801, ainsi que vessilifero (porte-enseigne) de l’Église, est d’autre part résolument opposé à l’Empire ; et son fils Giovanni Patrizi (1775-1817), le propre neveu du futur cardinal, époux (en 1796) de la princesse Cunégonde de Saxe, petite-fille d’Auguste III de Pologne, est enfermé en 1811 au fort de Fenestrelle, puis au château d’If, pour avoir refusé de confier ses deux fils au Prytanée impérial de La Flèche ; il sera fait par Pie VII au lendemain de la Restauration, le 13 septembre 1814, sénateur de Rome, puis prince assistant au trône pontifical.

530Benedetto Naro, après des études poursuivies au collège de Modène, est de dix-neuf à vingt-et-un ans élève du collège Nazareno de Rome (1763-1765). Il est nommé par Clément XIII chanoine de Saint-Pierre et camérier secret.

5312 – Entré en prélature à l’âge de 31 ans en qualité de prélat domestique (27 avril 1775) et de référendaire (1er juin 1775), il est successivement nommé ponent du Buon Governo (1776) puis de la Consulte (1787). Surintendant des Ripe à la veille de la République Romaine, il est promu par Pie VII au lendemain de la première restauration clerc de la Chambre apostolique et président des Ripe (30 octobre 1800), puis fait majordome et préfet des Palais apostoliques (décembre 1807). Relégué à Bologne après l’enlèvement de Pie VII (juillet 1809), il est hébergé au palais Spada. Il accueille Pie VII à Rome en qualité de majordome le 24 mai 1814 et aurait souhaité, pour des raisons financières, retarder son accession au Sacré Collège.

5323 – Cardinal-prêtre à l’âge de 72 ans du titre de Saint-Clément (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de la Consulte, des Rites, de l’Immunité et de la Fabrique de Saint-Pierre, puis à celles de la Visite apostolique (25 novembre 1817) et des Évêques et Réguliers (20 août 1818). Promu la même année préfet de la congrégation des Indulgences (29 novembre 1818), il devient ensuite préfet de la congrégation de la Discipline des Réguliers (3 février 1821) qu’il dirige jusqu’à sa mort. Léon XII le fait archiprêtre de la basilique Sainte-Marie Majeure (1er janvier 1824) : il ouvre puis referme à ce titre la porte sainte de la basilique les 24 décembre 1824 et 1825. Décédé à l’âge de 88 ans, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans son église cardinalice, dans la chapelle du Rédempteur où ont été restaurées à ses frais, en 1825, les fresques de Masaccio.

5334 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

534Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 394. HC VII, 11, 41. ASV/SS Interno a. 1816, rub. 31, pro-memoria (pour conserver sa charge de majordome). MORONI XLI, 1846, 280 et XLVII, 1848, 236-237. PIETRAMELLARA II, 5859 et 89-89. AMAYDEN II, 108-109 et 141-142. Diario ordinario du 29 avril 1775 n° 34 (prélature domestique). Diario di Roma du 10 octobre 1832, n° 81. Maddalena PATRIZI, Memorie di famiglia, 1796-1815, Rome, 1912, 192 p., passim. NAZARENO, 88.

Ignazio NASALLI

535Parme, 7 octobre 1750 - Rome, 2 décembre 1831.

536Cardinal le 25 juin 1827.

  1. Originaire d’une famille du pariciat de Parme, il est ordonné prêtre le 24 septembre 1774 et devient docteur en théologie de l’université de Parme (6 juillet 1774) ; il vient compléter ses études à Rome, à l’Académie des nobles ecclésiastiques, de 1775 à 1778. Chanoine de la cathédrale de Ravenne (1789), il est élevé par Pie VII, au lendemain de la première restauration, à la dignité de prélat domestique (1800). Il accompagne le pape durant son voyage à Paris et officie à Notre-Dame en qualité de sous-diacre lors de la messe du couronnement de l’empereur (2 décembre 1804). Il se retire à Parme durant l’occupation napoléonienne de Rome.
  2. Entré tardivement en prélature à l’âge de 65 ans en qualité de référendaire (14 mars 1816), il est aussitôt nommé lieutenant civil du tribunal du Vicariat (9 mars 1816) et ponent de la congrégation de l’Immunité (23 mars 1816). Promu par Pie VII nonce apostolique auprès de la Confédération helvétique (avant le 13 octobre 1819), il est nommé le 17 décembre 1819 archevêque in partibus de Cyrrhus et consacré à Rome le 19 décembre par le cardinal Della Somaglia ; il quitte Rome avant le 19 avril 1820. Il est suppléé à Lucerne du 4 août 1823 au 26 mars 1827 par Pasquale Gizzi. Chargé en 1826 d’une mission extraordinaire auprès du roi Guillaume Ier de Hollande, en étroite collaboration avec le cardinal Mauro Cappellari (futur Grégoire XVI) demeuré à Rome, il parvient à la conclusion du concordat avec le royaume de Hollande (18 juin 1827) ; Léon XII l’élève au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 77 ans du titre de Sainte-Agnès-hors-les-murs (17 septembre 1827), Léon XII l’agrège le 20 septembre aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Index, des Indulgences et de Lorette. Il meurt quatre ans plus tard et est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans son église cardinalice.

537Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 816. HC VII, 20, 39 et 171. MORONI XLVI (1848), 237-238. EncCatt VIII (1952), 1663 (Mario De Camillis). PROCACCINI, 53 et 79. ACCADEMIA 145. DE MARCHI, 244. Diario di Roma du 7 décembre 1831, n° 97.

Cesare NEMBRINI PIRONI GONZAGA

538Ancône, 27 novembre 1768 - Umana (Ancône), 5 décembre 1837.

539Cardinal le 27 juillet 1829.

  1. Né dans la famille des marquis Nembrini Gonzaga, il appartient à une famille originaire de Bergame. Élevé successivement dans les collèges de Recanati et de Montalto dans les Marches, il devient docteur in utroque jure de l’université de Bologne le 10 juin 1791. Il se transfère ensuite à Rome où il complète sa formation à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1792-1796). Grâce à la faveur de Pie VI, il se voit attribuer par la ville d’Ancône le bénéfice de la prélature Pironi dont il prend le nom.
  2. Entré en prélature à l’âge de 28 ans en qualité de prélat domestique (avant le 7 janvier 1797) et de référendaire (12 janvier 1797), sa carrière est aussitôt interrompue par l’invasion des États pontificaux. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme ponent de la Consulte (30 octobre 1800) puis gouverneur d’Ascoli (bref du 21 avril 1802) ; il est ordonné prêtre le 5 juin 1803. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Promu gouverneur de la province de Marittima e Campagna (Diario ordinario du 11 février et bref du 5 avril 1807), il se retire à Ancône durant l’occupation napoléonienne de Rome. Au lendemain de la Restauration, il est successivement nommé délégat de Pérouse (le 4 mai 1814 depuis Césène), pro-légat de Forli et Ravenne (17 février 1816), puis délégat de Macerata (21 novembre 1816). Promu clerc de la Chambre apostolique (1er octobre 1817), il est fait le même jour préfet des Archives de la Chambre apostolique ; il est également nommé vicaire de la basilique Saint-Pierre de Rome. Fait par Léon XII le 24 mai 1824 évêque de sa ville natale d’Ancône, il est consacré à Rome le 7 juin par le cardinal Galleffi.
  3. Cardinal-prêtre à 60 ans du titre de S. Anastasia (28 septembre 1829), Pie VIII l’agrège le 1er octobre aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, du Buon Governo et de Lorette. Il meurt dans son diocèse d’Ancône huit ans plus tard au terme d’un épiscopat de treize années ; il est enseveli dans la cathédrale.
  4. Conclave de Grégoire XVI.

540Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 636. WEBER (Legati) 125, 185800. HC VII, 23, 40 et 73. MORONI XLVII (1847), 264-265. PROCACCINI, 55. PIOLANTI 74. MOSCARINI 29 n. 2 et 119. Diario di Roma du 12 décembre 1837, n° 99 et du 2 janvier 1838, n° 1. Lorenzo BARILI, Elogio funebre del cardinal Cesare Nembrini Pironi Gonzaga vescovo d’Ancona, vescovo e conte d’Umana, Ancône, 1838, 20 p. Francesco BORIONI, Elogio funebre del cardinal Cesare Nembrini Pironi Gonzaga, Ancône, 1838.

Carlo ODESCALCHI

541Rome, 5 mars 1785 - Modène, 17 août 1841.

542Cardinal le 10 mars 1823.

5431 – Cinquième fils du prince Baldassare Odescalchi (1748-1810), duc de Ceri (depuis 1678) et de Sirmium en Hongrie (depuis 1697), et de la princesse Caterina Giustiniani (1760-1813), il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine, les Odescalchi Erba, originaires de Côme et de Milan, qui se rattachent au pape Innocent XI Odescalchi (1676-1689). Il compte encore parmi les siens les cardinaux Benedetto Odescalchi Erba (1669-1740), archevêque de Milan, élevé au Sacré Collège par Clément XI le 30 janvier 1713, et Antonio Maria Erba Odescalchi (1712-1784), maestro di camera de Benoît XIV, élevé au Sacré Collège par Clément XIII le 24 septembre 1759, vicaire de Rome. Son oncle paternel, Antonio Maria Odescalchi (1763-1812), est nonce à Florence (1795), puis évêque de Iesi (1804-1812). Son oncle maternel, Giacomo Giustiniani (1769-1843), nonce à Madrid (1817), est élevé au Sacré Collège postérieurement à lui par Léon XII le 2 octobre 1826 ; il sera candidat malheureux au pontificat en 1831. Son père Baldassare Odescalchi, mécène et érudit, est un membre éminent de l’académie des Lincei. Son frère aîné, le prince Innocenzo Odescalchi (1779-1833), décédé à à Meidling le 23 septembre 1833, hérite de la primogéniture et vit principalement dans l’empire d’Autriche ; son frère cadet Pietro Odescalchi (1789-1856) est l’une personnalités littéraires de la Rome pontificale du premier xixe siècle.

544Carlo Odescalchi, destiné à l’état ecclésiastique, reçoit la tonsure dès l’âge de douze ans (19 novembre 1797) du cardinal vicaire de Rome Della Somaglia. Sa famille se réfugie à Naples puis à Florence et enfin à Vienne et en Hongrie durant la République romaine. De retour à Rome en avril 1800, il reçoit les ordres mineurs de son oncle dès l’âge de seize ans (mars 1801 et avril 1802) ; Pie VII l’élève à la dignité de camérier secret (avant le 22 janvier 1804) et l’envoie à Vienne en qualité d’ablégat pontifical auprès du cardinal de Colleredo, évêque d’Olmütz, promu au Sacré Collège le 17 janvier 1804. Il poursuit une formation juridique théorique et pratique auprès de l’avocat Giuseppe Capogrossi et des auditeurs de Rote Giovanni Resta et Francesco Cesarei Leoni. Il est ordonné prêtre le 31 décembre 1808 par le cardinal Despuig y Dameto et devient docteur in utroque jure de la Sapience le 11 janvier 1809.

5452 – Entré aussitôt en prélature à l’âge de 23 ans en qualité de prélat domestique (4 janvier 1809) et de référendaire (12 janvier 1809), il est nommé ponent du Buon Governo (14 janvier 1809). N’étant pas soumis à l’obligation de prêter serment à l’Empire faute de détenir un quelconque bénéfice ecclésiastique, il joue un rôle important dans la vie religieuse de Rome durant l’occupation napoléonienne de la ville, protège les congrégations religieuses et soutient les œuvres d’assistance et d’apostolat. Au lendemain de la Restauration, il est promu vicaire du chapitre de Saint-Jean du Latran (avant le 13 août 1814) par le cardinal archiprêtre Della Somaglia ainsi que prélat de la congrégation du Concile (8 décembre 1814). Nommé auditeur du tribunal de la Rote pour l’empire d’Autriche le 20 février 1815 (décision confirmée par motu proprio du 28 février) en succession du comte Carlo Matteo Strasoldo, il est admis dans le Tribunal le 16 mars, prête serment le 2 octobre et entre en fonctions le 24 novembre 1815 ; il occupe cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège. Pie VII le choisit encore pour auditeur (Uditor Santissimo) (5 juin 1820) et le fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (avant le 13 mars 1822).

5463 – Cardinal-prêtre à l’âge de 38 ans du titre des XII Apostoli (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Rites, de la Discipline des réguliers et des Indulgences. Léon XII le nomme pro-préfet (4 août 1826), puis préfet (5 février 1828) de la congrégation des Évêques et réguliers, membre de la congrégation des Eaux (2 mars 1826), examinateur des évêques en droit canon (2 avril 1827) ainsi que protecteur de l’ordre des Minimes (30 avril 1828). Grégoire XVI le fait successivement membre de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 5 mars 1831), archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure (avant le 22 décembre 1832), évêque du diocèse suburbicaire de Sabine avec la commende de S. Lorenzo in Damaso (15 avril 1833), vice-chancelier de l’Église (avant le 17 février 1833) puis cardinal-vicaire de Rome (21 novembre 1834). Il devient encore membre des congrégations du Saint Office (avant le 13 juillet 1831) et de l’Examen des évêques en théologie (avant le 4 avril 1835) et protecteur de l’ordre des Minimes (6 mai 1828), des Chartreux (7 janvier 1835), des Servites (avant le 17 janvier 1835) et des Carmes (16 mai 1835) ainsi que Grand Prieur de l’ordre de Malte à Rome (avant le 6 février 1838). Grégoire XVI accepte sa démission du cardinalat et de toutes ses charges de Curie dans le consistoire du 30 novembre 1838. Carlo Odescalchi revêt l’habit de la Compagnie de Jésus le 8 décembre 1838 et émet ses vœux de profession religieuse le 2 février 1840. Il meurt un an plus tard à Modène.

5474 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

5485 – Carlo Odescalchi laisse des écrits à caractère pastoral : Epistola pastoralis ad clerum ferrariensem (Rome, 1823) ; Lettera pastorale dell’Eminentissimo e Reverendissimo signor cardinale Carlo Odescalchi, arcivescovo di Ferrara a quel clero e popolo (Rome, 1823) ; Regole per la Santa Visita (Rieti, 1835) ; Ordinamento generale per la Pia Società in soccorso dei poveri orfani pel colera (Rome, 1837).

549Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 774. HC VII 15, 39 et 40. MORONI XLVIII (1848), 270-276. EncCatt IX (1952), 68-69 (Roberto Palmarocchi). PIETRAMELLARA II, 62-63. AMAYDEN II, 114-115. SPRETI IV, 881884. CERCHIARI II, 281-282. PÁSZTOR (AEE), 207. ILARI, 290. Diario di Roma du 24 août 1841, n° 68. G. MIRA, Vicende economiche di una famiglia italiana dal xiv al xvii secolo, Milan, 1940. Giovanni FOLICALDI, Elogio funebre del Padre Carlo de’ principi Odescalchi, della Compagnia di Gesù, già cardinale, Faenza, s.d. [1841], 32 p. Stefano ROSSI, Elogio funebre del P. Carlo Odescalchi, Rome, 1841, 38 p. Memorie edificanti della vita religiosa del servo di Dio P. Carlo Odescalchi, già cardinale, raacolte da un padre della stessa Compagnia (Luigi BERLENDIS), Bénévent, 1843, 110 p. Antonio ANGELINI, Storia della vita del P. Carlo Odescalchi, Rome, 1850, III-335 p. Théophile BERENGIER, Vie du cardinal Charles Odescalchi, mort religieux de la Compagnie de Jésus (1785-1841), Arras-Paris, 1876, XV-447 p. Pietro PIRRI, Vita del servo di Dio Carlo Odescalchi, già cardinale di S. Chiesa e vicario di Roma, morto religioso della Compagnia di Gesù, Isola del Liri, 1935, XV-485 p. Luigi AMORTH, Ai margini del centenario ignaziano : il card. Carlo Odescalchi ; la sublime rinuncia, i particolari rapporti con Modena, dans Deputazione di storia patria per le antiche provincie modenesi. Atti e Memorie, serie XI, XIV, 1992p. 293-300.

Carlo OPPIZZONI

550Milan, 15 avril 1769 - Bologne, 13 avril 1855.

551Cardinal le 26 mars 1804.

5521 – Fils du comte Francesco Oppizzoni (ou Opizzoni) et de la marquise Paola Trivulzio, il appartient une famille du patriciat milanais. Il poursuit ses études à l’université de Pavie ; il devient docteur en théologie et en droit canon (7 juin 1790) et est ordonné prêtre le 25 mai 1793. Il est rapidement nommé archiprêtre de la cathédrale de Milan. Il participe aux négociations de Lyon sur le concordat avec le royaume d’Italie et y défend avec énergie les droits de l’Église.

5532 – Promu par Pie VII le 20 septembre 1802 à l’âge de 32 ans archevêque de Bologne, il est consacré à Rome le 21 septembre par son compatriote le cardinal Scotti Gallarati.

5543 – Cardinal-prêtre à près de 35 ans du titre de S. Bernardo alle Terme Dio-cleziane (28 mai 1804), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, des Rites et de l’Index. Il participe à la demande de Pie VII, aux côtés du cardinal Caselli, à une mission conciliatrice auprès de Napoléon, à Milan le 21 décembre 1807, qui se solde par un échec et un ultimatum. Exilé en France au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Saulieu, puis à Semur-en-Auxois où il demeure en compagnie des cardinaux Gabrielli et Di Pietro jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Carpentras ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril.

555Membre à sa formation de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814) ; il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Nommé légat a latere dans les quatre Légations (14 mars 1831) en remplacement du cardinal Benvenuti, prisonnier des insurgés, il tente de développer, du 21 mars au 31 mai, une politique d’apaisement. Grégoire XVI le transfère le 8 juillet 1839 sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina. Il négocie le 16 mai 1849 la reddition de la ville dans des conditions honorables avec le général autrichien Wimp-fen. Il est enseveli dans la cathédrale de Bologne.

5564 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX.

5575 – Quelques éléments de la correspondance du cardinal Oppizzoni ont donné lieu à publication : Giovanni NATALI, Il cardinal Carlo Oppizzoni lega-to a latere per le quattre Legazioni dal 21 marzo al 31 maggio 1831. Dalla cor-rispondenza inedita fra il card. Oppizzoni e il card. Bernetti segretario di Stato, Bologne, 1931, 46 p. Sa correspondance passive avec Mgr Mastai (futur Pie IX) a été également éditée par Rodolfo FANTINI : Lettere di Mons. Mastai, vescovo di Imola, al cardinale Opizzoni, arcivescovo di Bologna, dans L’Arciginnasio (Bologne), LVII, 1962, p. 274-298. On conserve également une Raccolta delle notificazioni e circolari, degli scritti e regolamenti pubblicati dal cardinale Carlo Oppizzoni, arcivescovo di Bologna, per il luogo-governo della sua diocesi (Bologne, 1828).

558Sources : HC VII, 10, 40, 42 et 115. DRN III (1933), 795-797 (G. Maioli). EncCatt IX (1952), 170 (Mario De Camillis). WEBER (Kardinäle) II, 493. Giornale di Roma du 14 avril 1855, n° 85. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 223 et passim. Giovanni NATALI, Il cardinal Carlo Oppizzoni legato a la-tere per le quattro Legazioni dal 21 marzo al 31 maggio 1831, Bologne, 1931, 46 p. Umberto BESEGHI, Progetti di restaurazione pontificia nelle Legazioni durante la rivoluzione del 1831. Corrispondenza fra i cardinali Bernetti e Op-pizzoni, dans Atti e Memorie della Deputazione di storia patria per l’Emilia e Romagna, 1942-1943, p. 247-304. Umberto BESEGHI, L’episcopato bolognese e gli awenimenti del 1848 e 1849, dans Rassegna storica del Risorgimento, 1961, p. 654-680, 773-834. Sisto CERE, Gli ultimi anni del cardinale Oppizzoni (1848-1855), Università di Bologna, tesi di laurea, 1968, 214 p. Rodolfo FANTI-NI, Due cardinali « napoleonisti » : Caselli, vescovo di Parma, e Oppizzoni, ar-civescovo di Bologna, dans Aurea Parma, LIII, 1969, p. 153-164.

Viviano ORFINI

559Foligno, 23 août 1751 - Rome, 8 mai 1823.

560Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Originaire d’une famille du patriciat de Foligno, il compte parmi les siens plusieurs évêques et prélats aux xviie et xviiie siècles.
  2. Entré en prélature à près de 27 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (5 juin 1778), Pie VI le nomme gouverneur de Sabine en résidence à Collevecchio (bref du 20 juin 1778) puis de Fano (bref du 9 novembre 1782). Rappelé à Rome il est fait ponent de la Consulte (14 février 1785) et chanoine de Saint-Pierre de Rome (25 décembre 1785) ; il est choisi pour exécuteur testamentaire par le cardinal Andrea Corsini (1735-1795), vicaire de Rome. Il doit quitter Rome durant la période de la République romaine. Au lendemain de la première restauration, il est promu clerc de la Chambre apostolique (23 février 1801) et fait prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 1er juin 1808). Au lendemain de la Restauration, il est successivement fait président des Ripe (23 septembre 1814), puis des Routes (9 mars 1816). Promu doyen des clercs de la Chambre apostolique (1er octobre 1817), il est fait préfet de l’Annone (4 juin 1820) et nommé président du Conseil d’administration des travaux pour les voies urbaines (avant le 10 février 1819).
  3. Décédé deux mois à peine après avoir été promu au Sacré Collège sans avoir reçu de titre cardinalice, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, en l’église S. Angelo in Pescheria.
  4. Le futur cardinal Orfini a livré à la publication une De sacro Pente-costes die oratio (Rome, 1771).

561Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 420. GRIMALDI XIX, ff. 191v (prise de possession de son bénéfice). WEBER (Legati) 238, 378, 807. HC VII 15. MORONI XLIX (1848), 96-97. Diario di Roma du 31 janvier 1795, n° 2096 (testament du cardinal Corsini). Diario di Roma du 10 mai 1823, n° 37.

Luigi (Antonio Francesco) ORIOLI

562Bagnacavallo (diocèse de Faenza), 10 décembre 1778 - Rome, 29 février 1852.

563Cardinal le 12 février 1838.

  1. Originaire d’une famille de petite noblesse des Légations, il entre dans l’ordre franciscain des frères mineurs conventuels et fait sa profession religieuse sous le nom d’Antonio Francesco au couvent de Bologne le 6 mai 1793. Il enseigne successivement à Bologne, à Parme, puis, à partir de 1804, le droit ecclésiastique au collège S. Bonaventura de Rome. Docteur en théologie de ce dernier collège, il est exilé en France en août 1809 aux côtés de son supérieur, le P. Giuseppe Maria De Bonis, et emprisonné à Verdun. Autorisé à rentrer en Italie en 1812, il s’établit comme précepteur dans la famille Litta Modigiani à Milan. De retour à Rome, il est fait professeur titulaire du collège S. Bonaventura en 1817, puis régent des études (1818-1832) ; il devient également definitor général de son ordre.
  2. C’est le cardinal Di Pietro qui le fait entrer au service de la Curie en le nommant à l’âge de 42 ans consulteur de la congrégation de l’Index (18 décembre 1820), en considération de « sa réputation reconnue, à l’intérieur de son ordre et au dehors, en matière de théologie » ; il devient successivement secrétaire de l’Académie de la Religion catholique (1823), examinateur du clergé romain (1824), examinateur des évêques en théologie (16 décembre 1828) et vicaire général de l’ordre conventuel (4 septembre 1832). Grégoire XVI le place l’année suivante sur le siège épiscopal d’Orvieto (15 avril 1833) ; il est consacré à Rome le 1er mai par le cardinal Zurla.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 59 ans du titre de S. Maria sopra Minerva (15 février 1838), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, de la Discipline des Réguliers et des Indulgences (avant le 17 février). Il démissionne le 18 décembre 1841 du siège d’Orvieto au terme d’un épiscopat de huit années. Établi à Rome, il est fait membre des congrégations du Saint Office (25 janvier 1841), de l’Index (5 janvier 1842) et de l’Examen des évêques en théologie (15 janvier 1842) ainsi que cardinal protecteur de l’ordre conventuel (14 mars 1843). Pie IX le fait successivement préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (2 mai 1847), cardinal protecteur des Capucins et des Minimes (13 août 1847) et membre des congrégations de la Propagande (avant le 6 octobre 1846), des Affaires ecclésiastiques (avant le 3 août 1847), de la reconstruction de Saint-Paul-hors-les-murs (Notizie de 1851), des Affaires de Chine (3 mai 1850) et de la Commission de réforme des institutions de l’État pontifical (12 février 1848) ; il est également nommé cardinal protecteur des Capucins et des Minimes (13 août 1847) ainsi que des Carmes (25 mai 1849). Durant le printemps 1848, il assume très brièvement les fonctions de secrétaire d’État par interim et de président du Conseil des ministres (4 mai-2 juin 1848). Il rejoint Pie IX à Gaëte durant son exil. Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, il est transféré sur le titre cardinalice des XII Apos-toli (30 septembre 1850). Décédé moins de deux ans plus tard, il est enseveli, en présence de Pie IX, dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Le futur cardinal Orioli a publié une Lettera sopra de’ quattro articoli del clero di Francia (Rome, 1818).

564Sources : HC VII 29, 40, 43 et 384. ASV/SS Interno a. 1820, rub. 14 (entrée au service de la Curie). WEBER (Kardinäle) II, 496-497. FORCELLA II273. PÁSZTOR (AEE), 208. Giornale di Roma des 21 et 23 février 1852, n° 42 et n° 43 ; Giornale di Roma du 2 mars 1852, n° 50. Giovanni Benedetto FOLI-CALDI, Orazione... a lode dell’eminentissimo cardinale Antonio Francesco Orioli, Faenza, 1838, 11 p. Giovanni Battista MARROCCU, Necrologia del cardinale Anton-Francesco Orioli dell’ordine de’minori conventuali, Rome, 1852, 21 p. Giuseppe Ignazio MONTANARI, Elogio dell’E.mo e Rev.mo cardinale Anton Francesco Orioli, Orvieto, 1852, 31 p. Romolo COMMANDINI, Notizie della vita del Cardinale Anton Francesco Orioli (1778-1852) e della sua amici-zia per Antonio Rosmini, dans Studi romagnoli, XXI, 1970, p. 207-219. Remi-gius RITZLER, I cardinali e i papi dei frati minori conventuali, Rome, 1971, p. 67-69. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, ad indicem. Giorgio ORIOLI, Il cardinale Antonio Francesco Orioli Segretario di Stato di Pio IX, dans Pio IX, IV, 1975, p. 280-288.

Pietro OSTINI

565Rome, 27 avril 1775 - Naples, 4 mars 1849.

566Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 11 juillet 1836.

  1. Né dans une famille du ceto civile, il devient, après des études au Séminaire Romain, docteur en théologie du Collège romain (1796) ; il est ordonné prêtre le 3 mars 1798. D’abord professeur suppléant de mathématiques, il est durant de nombreuses années professeur d’histoire ecclésiastique au Collège romain ; au lendemain de la Restauration, il devient également professeur de théologie à l’Académie des nobles ecclésiastiques (28 novembre 1814) et examinateur du clergé romain (avant le 13 juillet 1816). Membre de la Pia unione sacerdotale de S. Paolo Apostolo, confesseur et prédicateur, animateur d’œuvres de charité et de cercles spirituels - il est l’artisan de la conversion du peintre nazaréen Johann Friedrich Overbeck le jour des Rameaux de l’an 1813 -, professeur et conseiller de nombreux prélats, théologien de plusieurs cardinaux romains, c’est à la veille de la Restauration une personnalité influente de la Rome sacerdotale.
  2. Entré au service de la Curie, il est fait successivement relateur (avant le 29 janvier 1817) puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index, consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (6 mai 1817) et de la Propagande (4 juillet 1818), qualificateur du Saint Office (avant le 27 mars 1819) et examinateur du clergé romain ; il devient membre de l’Académie de religion catholique (9 avril 1820). Il décline en 1823 l’offre que lui fait Pie VII d’être envoyé comme vicaire apostolique au Chili. Nommé par Léon XII internonce apostolique à Vienne (avant le 4 février 1824) ainsi que ca-mérier secret surnuméraire (11 mai 1824), il devient successivement nonce apostolique auprès de la Confédération Helvétique (30 janvier 1827) ; il est promu le 9 avril archevêque in partibus de Tarse et consacré à Rome par le cardinal Gia-como Giustiniani le 12 août 1827. Il est successivement nommé nonce apostolique au Brésil (17 juillet 1829) puis à Vienne (2 septembre 1832). Au terme d’une nonciature de quatre années, il est fait évêque de Iesi le 11 juillet 1836 et élevé au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Clemente (21 novembre 1836), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de la Propagande et de l’Index. Il démissionne du siège de Iesi cinq ans plus tard, le 19 décembre 1841, et regagne Rome. Grégoire XVI le nomme préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (25 janvier 1842), puis évêque du diocèse suburbicaire d’Albano (3 avril 1843), protecteur de l’Académie de théologie de l’université de Rome (28 avril 1844) ; il est également fait membre des congrégations du Saint Office (Notizie de 1843), de l’Examen des évêques en théologie (Notizie de 1843) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Notizie de 1844) et deveint camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1845-1846 (20 janvier 1845). Pie IX le nomme préfet de la congrégation du Concile (2 mai 1847), membre de la Commission de réforme des institutions de l’État pontifical (12 février 1848) ainsi que protecteur de l’ordre cistercien (15 mars 1847). Il meurt en exil à Naples deux ans plus tard et est enseveli dans la cathédrale de Naples.
  4. Conclave de Pie IX.

567Sources : HC VII, 28, 37, 41, 61 et 360. MORONI L (1851), 56-57. WEBER (Kardinäle) II, 497. PÁSZTOR (AEE), 207 et 209. PIOLANTI 104. Keith ANDREWS, Le pitture dei Nazareni di Villa Massimo, Rome, 1968, p. 34-35 (conversion d’Overbeck). Hildebrando ACCIOLY, Os primeiros nùncios n° Brasil, São Paulo, 1949, 329 p. William Jackson COLEMAN, The First Aposto-lic Delegation in Rio de Janeiro and its Influence in Spanish America. A Study in Papal Policy, 1830-1840, Washington, 1950, 468 p. Friedrich MAAS, Die Verhandlungen des Wiener Nuntius Pietro Ostini über die Beiseitigung der jose-phinischen Kirchengesetzte (1832-1836), dans Mitteilungen des Instituts fur Ös-terreichische Geschichtsforschung, LXVIII, 1960, p. 485-505.

Bartolomeo PACCA

568Bénévent, 25 décembre 1756 - Rome, 19 avril 1844.

569Cardinal le 23 février 1801.

5701 – Fils d’Orazio Pacca, marquis de Matrice, et de Cristina Malaspina, des marquis de la Lunigiana, il appartient à une famille inscrite en 1668 au patriciat de Bénévent et dotée en 1721 du marquisat de Matrice ; il a pour grand-oncle paternel l’archevêque de Bénévent Francesco Pacca (1692-1763), dont il écrit la biographie en 1837. Élevé au collège jésuite des Nobles, à Naples puis à Rome, au Collegio Clementino des somasques, il est promu docteur in utroque jure de la Sapience le 21 avril 1775 et poursuit sa formation à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1778-1784) où il est le disciple de Francescantonio Zaccaria. Pie VI le fait camérier secret (31 mai 1785).

5712 – Entré en prélature en qualité de prélat domestique et de référendaire (16 juin 1785), il est ordonné prêtre le 14 août 1785. Promu aussitôt, le 26 septembre 1785, archevêque in partibus de Damiette, il est consacré à Rome le 17 avril 1786 par le cardinal Boschi et nommé le 24 avril nonce apostolique à Cologne où il arrive le 2 juin et demeure près de six années. Promu le 21 février 1794 nonce à Lisbonne (le bref est daté du 21 mars), il prend ses fonctions en mai et demeure à la cour de Portugal jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il quitte Lisbonne à l’arrivée de son successeur en mai 1802 et gagne Rome par voie de mer, via Gibraltar.

5723 – Cardinal-prêtre à l’âge de 45 ans du titre de S. Silvestro in Capite (9 août 1802), Pie VII l’agrège aux congrégations de la Propagande, du Concile, Consistoriale et de l’Index (avant le 14 août 1802), puis à celle de l’Examen des évêques en droit canon (avant le 11 septembre 1802). Il est nommé le 19 juin 1808 cardinal pro-secrétaire d’État après l’arrestation du cardinal Gabrielli (16 juin) et fait membre de la congrégation du Saint Office (1808). Arrêté à son tour le 6 septembre suivant par les autorités françaises, il est libéré par Pie VII lui-même et s’enferme avec lui au Quirinal. Il est nommé préfet de la congrégation de l’Immunité ecclésiastique (avant le 7 janvier 1809) et participe à la rédaction de la bulle Quam memorandum du 10 juin 1809 portant excommunication de l’empereur. Lorsque l’assaut est donné au Quirinal par le général Radet dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, il est emmené au matin du 6 juillet prisonnier avec Pie VII, séparé du pape à Grenoble le 1er août et enfermé au fort de Fénestrelle, dans le Piémont, le 6 août 1809. Il y est rejoint par son neveu Tiberio Pacca le 16 août (ce dernier quitte Fénestrelle le 4 août 1811). Au terme de plus de trois années et demi de détention, il est libéré le 30 janvier 1813 à la suite de la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII le 25 janvier précédent, et quitte la forteresse le 5 février. Il rejoint le pape et les autres cardinaux du Sacré Collège à Fontainebleau le 18 février ; il est reçu en audience par Napoléon aux Tuileries le 22 février. Il pousse Pie VII à envoyer, le 24 mars, une lettre portant rétractation du concordat et participe durant l’année 1813 aux négociations entre le Saint Siège et l’Empire. Il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Uzès (Gard) où il arrive le 10 février. Un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril. Il quitte Uzès le 22 avril et rejoint Pie VII à Senigaglia le 12 mai.

573Le 19 mai 1814 à Foligno, le pape le nomme à nouveau pro-secrétaire d’État tandis que le cardinal Consalvi, nommé secrétaire d’État, part à Paris, puis à Londres et à Vienne en vue d’obtenir des Alliés la restitution des États pontificaux. Pie VII le fait encore le 19 mai cardinal camerlingue de l’Église romaine (il est confirmé dans cette charge le 26 septembre). Il entre triomphalement à Rome aux côtés du pape le 24 mai 1814. Il dirige ainsi, dans un sens zelante, la restauration du pouvoir pontifical dans les provinces de prima recupera (Rome, Latium et Ombrie) jusque dans l’été 1815. Il est membre, dès sa formation (19 juillet 1814) de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et participe au règlement des principales affaires religieuses du monde catholique ; il est encore nommé préfet de l’Économie du Collège romain (avant le 10 septembre 1814) et fait membre des congrégations de l’Examen des désordres (31 mai 1814), de la Réforme (4 juin 1814), de Lorette (été 1814) et des Évêques et Réguliers (4 septembre 1814) ainsi que de la congrégation particulière (30 décembre 1814), puis cardinalice (22 juillet 1816) pour la réforme des Études. Il accompagne Pie VII durant son voyage à Gênes (22 mars - 7 juin 1815), pendant les Cent Jours ; il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Il résigne les fonctions de prosecrétaire d’État entre les mains du cardinal Consalvi le 5 juillet 1815 ; il est nommé membre de la congrégation Économique (26 juillet 1815). Envoyé en mars 1816 en mission auprès de l’empereur d’Autriche François Ier au nom du Saint Siège, il se rend à nouveau à Paris pour les affaires religieuses de France. Il est fait membre des congrégations des Affaires de Chine (avant le 17 janvier 1816) et pour la Correction des livres de l’Église d’Orient, lors de sa recomposition (30 juin 1816). Transféré sur le titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina (2 octobre 1818), il abandonne le 29 novembre 1818 la préfecture de la congrégation de l’Immunité pour celle des Évêques et Réguliers et devient évêque du diocèse suburbicaire de Frascati (21 décembre 1818) ; il est encore fait cardinal protecteur de l’Académie des nobles ecclésiastiques (6 mai 1820). La fuite de son neveu Tiberio Pacca, gouverneur de Rome, dans la nuit du 6 au 7 avril 1820 à la suite de malversations financières, compromet gravement sa situation en Curie. Pie VII le transfère enfin sur le siège suburbicaire de Porto et S. Rufina et le fait vice-doyen du Sacré Collège (13 août 1821) ainsi que préfet des Études du Collège Romain (23 mars 1822) ; il devient encore membre de la congrégation du Cens (Notizie de 1823). Il est, lors du conclave qui suit la mort de Pie VII, contre Consalvi, l’un des principaux chefs du parti zelante et fait figure de pa-pabile. Il est nommé membre de la première congrégation d’État formée par Léon XII au lendemain de son élection (29 septembre 1823) ainsi que cardinal pro-dataire (18 novembre 1824), date à laquelle il se dessaisit du camerlingat, ainsi que préfet de la congrégation pour la Correction des livres de l’Églie d’Orient (1er octobre 1826) et examinateur des évêques en théologie (25 avril 1827) ; il ouvre et ferme la porte sainte de la basilique S. Maria Traspontina (en place de Saint-Paul-hors-les-murs détruite par un incendie) lors de l’année sainte 1825. Il est à nouveau papabile du parti zelante dans le conclave qui suit la mort de Léon XII, mais doit s’effacer devant la candidature du cardinal De Gregorio. Confirmé par Pie VIII dans ses fonctions de pro-dataire (31 mars 1829), il est nommé par ce dernier membre de la congrégation d’État formé au lendemain de son avènement (23 avril 1829), secrétaire du Saint-Office (5 avril 1830), préfet de la Congrégation cérémoniale (5 avril 1830) et archiprêtre de la basilique du Latran (5 avril 1830). Pie VIII le transfère encore le 5 juillet 1830 sur le siège suburbicaire d’Ostie et de Velletri et le fait doyen du Sacré Collège. Candidat du parti politicante lors du conclave qui suit la mort de Pie VIII, il ne parvient pas à réunir les suffrages nécessaires. Il devient le premier légat de Velletri lors de l’érection de la Légation apostolique (1er février 1832) confiée à l’autorité du cardinal doyen pro tempore du Sacré Collège ; il devient encore camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1837-1838 (19 mai 1837). Il prononce le 27 avril 1843 un important discours en forme de testament, Sur l’état actuel et sur les destinées futures de l’Église catholique. Il meurt l’année suivante à l’âge de 87 ans et est enseveli en présence de Grégoire XVI à S. Maria in Campitelli.

5744 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

5755 – Les Oeuvres complètes du cardinal Pacca ont été réunies et traduites en français, puis publiées par Queyras à Paris, en deux volumes, en 1846.

576Les célèbres Mémoires du cardinal Pacca paraissent pour la première fois en 1829 sous deux titres distincts : Notizie sul ministero del card. Bartolomeo Pacca pro-segretario di stato della S. M. di Papa Pio VII dalli 18 giugno alli 16 luglio 1809, da servire d’introduzione alla Relazione dei due viaggi fatti in Francia dallo stesso cardinale negli anni 1809 e 1813 e della sua prigionia nel forte di S. Carlo di Fenestrelle (Civitavecchia, 1829, premier volume de l’édition suivante), et Relazione dei due viaggi fatti in Francia dallo cardinale Bar-tolomeo Pacca negli anni 1809 e 1813 e della sua prigionia nel forte di S. Carlo di Fenestrelle dal dï 6. agosto 1809 fino al dï 5 febbraio 1813 (Civitavecchia, 1829, 3 vol.). Ils sont l’année suivante regroupés en une seule publication, qui constitue l’édition de référence : Memorie storiche del Ministero, de’ due viaggi in Francia e della prigionia nel forte di S. Carlo di Fenestrelle del cardinale Bartolomeo Pacca, scritte da lui medesimo e divise in due parti (Rome 1830, edizione seconda riveduta dall’autore e corredata da nuovi documenti, VIII-510 p.). On retiendra cependant que les Mémoires imprimés n’ont pas retenu quelques passages particulièrement incisifs du manuscrit original, retrouvés et publiés en 1962 par Jean LEFLON et Charles PERRAT, Les suppressions et édulcorations qu’a fait subir à ses Mémoires le cardinal Pacca, dans Chiesa e Stato nell’Ottocento. Miscellanea in onore di Pietro Pirri, Italia Sacra IV, 1962, p. 355-381. Les Mémoires connaissent, dans leur forme de 1830, plusieurs rééditions italiennes (Pesaro, 1830 ; Turin, 1831 ; Bénévent, 1833) et une ultime révision (Orvieto, 1843, 3 vol.), ainsi qu’une traduction allemande (Historische Denkwürdigkeiten über Seine Heiligkeit Pius VII vor und während seiner Ge-fangenhaltung in Rom und bei seiner gewaltsamen Wegführung nach Fran-kreich, oder über das Ministerium, die beiden Reisen nach Frankreich und die Gefangenschaft auf dem Festung von S. Carlo in Fenestrelle, Augsburg, 18311833, 4 vol.) et une traduction française (Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique du dix-neuvième siècle, traduits sur la troisième édition italienneBruxelles, 1839, VIII-415 p.).

577Le cardinal Pacca a encore laissé un ensemble de Mémoires sur les diverses phases de son activité au service du Saint-Siège : Memorie storiche di mon-signore Bartolomeo Pacca, ora cardinale di S. Chiesa, sul di lui soggiorno in Germania dall’anno 1786 al 1794 in qualità di Nunzio Apostolico al Tratto del Reno dimorante in Colonia (Rome, 1832, XI-302 p.) (2e éd. con un appendice sui nunzi, Modène, 1836, XV-348 p.) ; Notizie sul Portogallo con una breve re-lazione della nunziatura di Lisbona dall’anno 1795 fino al 1802 (Rome, 1833) (2e éd., Velletri, 1835, XVI-168p, augmentée d’une Relazione del viaggio del cardinale Pacca da Lisbona a Civitavecchia nella primavera dell’anno 1802 en p. 123-151 ; nouvelle édition, Orvieto, 1845, 126 p.) ; ces deux derniers volumes ont fait l’objet d’une traduction française unique : Mémoires historiques du cardinal Pacca sur les affaires ecclésiastiques d’Allemagne et du Portugal pendant ses nonciatures, traduits de l’italien par A. Sionnet, Paris, 1844, IV-378 p. ; Rela-zione del viaggio di Pio Papa VII a Genova nella primavera dell’anno 1815 e del suo ritorno in Roma scritta dal cardinale Bartolomeo Pacca (Rome 1833) (plusieurs rééditions : Orvieto, 1833, XVI-158 p. ; Modène, 1834, XV-128 p. ; Orvieto, 1844, 84 p.). Les Mémoires du second ministère du cardinal Pacca au lendemain de la Restauration de 1814 n’ont été publiées qu’en 1945 par Antonio QUACQUARELLI, La ricostituzione dello Stato Pontificio (con una memoria inedita su « Il mio secondo Ministero » del Card. Pacca), Città di Castello-Bari, 1945, 206 p. (texte des Mémoires en p. 153-203).

578Parmi les écrits du cardinal Pacca publiés de son vivant ou postérieurement, on retiendra encore un discours de jeunesse, De cathedra romana sancti Petri principis apostolorum oratio habita in Basilica Vaticana (Rome, 1836) ; Notizie istoriche intorno alla vita e agli scritti di monsignor Francesco Pacca arcives-covo di Benevento (Velletri, 1837, IX-97 p.) (rééditions : Modène, 1838, XI-84 p. et Orvieto, 1839, XVIII-117 p.) ; De’ grandi meriti verso la Chiesa cat-tolica del clero, dell’università e de’ magistrati di Colonia nel secolo xvi (Velletri, 1839, 124 p.) (réédition : Rome, 1840, 133 p.) ; Nella solenne apertura dell’anno XLIII dell’Accademia di religione cattolica. Discorso (Velletri, 1843, 28 p.) ; Pericle PERALI a publié (partiellement) en 1928 un mémoire inédit de 1825 : Memoriale del cardinale Pacca a Leone XII dell’11 aprile dell’anno san-to 1825 sul progetto di convocare un concilio romano, Rome, 1928, 16 p.

579La correspondance du cardinal Pacca avec le cardinal Consalvi durant le séjour de ce dernier à Paris, à Londres, puis à Vienne (mai 1814-juin 1815) a été partiellement publiée dès 1903 par Ilario RINIERI : Corrispondenza inedita dei cardinali Consalvi e Pacca nel tempo del Congresso di Vienna (1814-1815), ri-cavata dall’Archivio Segreto Vaticano, preceduta da un diario inedito del mar-chese di San Marzano, Turin, 1903, LXXXII-774 p. On se référera désormais à l’édition intégrale de cette correspondance établie par Alessandro ROVERI : La Missione Consalvi e il Congresso di Vienna, Rome, 1970-1973, 3 volumes, I-7 maggio-29 settembre 1814, 1970, XV-569 p. II-1o ottobre 1814-30 gennaio 1815, 1971, X-626 p. III-1o febbraio-23 giugno 1815, 1973, IX-699 p. Quelques éléments de la correspondance personnelle du cardinal Pacca ont encore donné lieu à publicarion : Alfredo ZAZO, Un inedita corrispondenza del cardinale Pacca al nipote Tiberio, dans Samnium, XIII, 1940, p. 182-199 ; Antonio QUAC-QUARELLI, Corrispondenza inedita del cardinal Pacca all’avvocato Frances-co Ferrari di Bologna, dans Archiginnasio, XXXVII, 1942, p. 137-150.

580Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 502. HC VI, 192. HC VII, 7, 37, 39, 42, 44. MORONI L (1851), 85-89. BERTON, 1305-1342. EncCatt IX (1952), 493-494 (Vittorio Emanuele Giuntella). CATH X (1985), 369-371 (T. de Morembert). WEBER (Kardinäle) II, 498. PROCACCINI, 54. PÁSZTOR (Segreteria), 130-135 et passim. MOSCARINI 42 et passim. PÁSZTOR (AEE), 205. Diario di Roma des 20 avril et 14 mai 1844, n° 32 et n° 39. Alfredo ZAZO, Di-zionario bio-biografico del Sannio, Naples, 1973, p. 288-299. Carlo GAZOLA, In morte del cardinale Bartolomeo Pacca. Due prose, Rome, 1844, 23 p. M. CAPEFIGUE, Le cardinal Pacca, dans Les diplomates européens, Paris, 18431847, 4 volumes, III, p. 141-173. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, passim. Alexis ARTAUD DE MONTOR, Notice historique sur le cardinal B. Pacca, Paris, extrait de la Biographie universelle, 1844, 19 p. Gustavo BRIGANTE COLONNA, Bartolomeo Pacca (1756-1844), Bologne, 1931, 139 p. Antonio DURANTE, Tre Papi e un cardinale. Leone XII. Pio VIII. Gregorio XVI, Rome, 1940, 198 p. A. GABRIELLI, I due cardinali di Pio VII : Consalvi e Pacca, dans L’Urbe VII, 11, 1941, p. 4-15. B. BOBERG, Verkehrung der Fronten ? Bar-tolomeo Pacca und der Nuntiaturstreit, 1785-1794, dans Alexander Kohler éd., Kurie une Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, Tu-bingen, 1998, p. 376-394. Philippe BOUTRY, Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaires d’Etat du premier xixe siècle, dans Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, CX, 1998/2, p. 591-607.

Antonio PALLOTTA

581Caldarola, 23 février 1770 - Monte Cassiano (Macerata), 19 juillet 1834.

582Cardinal le 10 mars 1823.

5831 – Fils du comte Giovanni Mario Pallotta et de la comtesse Cinzia Maffei, il appartient à une famille du patriciat de Ferrare. Il compte parmi les siens les cardinaux Giovanni Evangelista Pallotta (1548-1620), archevêque de Cosenza, élevé au Sacré Collège par Sixte V le 18 décembre 1587 ; Giovanni Battista Pallotta (1594-1668), neveu du précédent, créé par Urbain VIII le 19 novembre 1629, légat de Ferrare, puis évêque de Frascati ; et son oncle paternel Guglielmo Pallotta (1727-1795), trésorier général de la Chambre apostolique, élevé au Sacré Collège par Pie VI le 23 juin 1777 et fait successivement préfet des congrégations du Concile et des Eaux.

584Antonio Pallotta, élevé au séminaire de Frascati, vient ensuite achever à Rome ses études au collège Nazareno ; il reçoit un bénéfice du chapitre de Saint-Pierre du Vatican (25 janvier 1792).

5852 – Entré en prélature à l’âge de 26 ans en qualité de référendaire (17 mars 1796), il est aussitôt nommé prélat de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 23 avril 1796) et de la congrégation du Concile (avant le 18 juin 1796) et fait bénéficier de Saint-Pierre du Vatican (avant le 28 janvier 1797). Devenu au lendemain de la première restauration chanoine de Saint-Pierre du Vatican (1800), il est nommé protonotaire apostolique non participant, ponent de la congrégation du Buon Governo (30 octobre 1800), puis promu auditeur du tribunal de la Signature de Justice (avant le 1er mai 1802). Au lendemain de la Restauration, il est nommé surintendant du Mont de Piété (19 mai 1814) et commandeur de l’hôpital S. Spirito in Sassia (24 octobre 1814) puis promu auditeur général de la Chambre apostolique (9 mars 1816), charge qu’il conserve jusqu’à son accession au Sacré Collège.

5863 – Cardinal-prêtre à 53 ans du titre de S. Silvestro in Capite (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations de la Visite apostolique, des Rites, de la Fabrique de Saint-Pierre et du Buon Governo. Il se range dans les rangs du parti zelante durant le conclave de septembre 1823. Fort d’une réputation d’intransigeance, il se fait nommer par Léon XII légat a latere des provinces de Ma-rittima e Campagna (4 mai 1824) et doter des pleins pouvoirs pour lutter contre le brigandage. Il s’établit à Ferentino d’où il émet le 15 mai un édit aussi rigoureux qu’inefficace ; devant son échec patent, il est substitué deux mois plus tard, le 2 juillet, par Mons. Benvenuti. De retour à Rome, il est ultérieurment agrégé aux congrégations des Évêques et Réguliers (28 décembre 1824), Consistoriale (21 avril 1825) et de Lorette (29 janvier 1828). Décédé six ans plus tard dans les Marches, son corps est ramené à Rome et il est enseveli dans son église cardinalice.

5874 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

5885 – Le futur cardinal Pallotta est l’auteur de plusieurs compositions de circonstance : De gloriosa Christi ad caelum ascensione oratio (Rome, 1787) ; No-tificazione sopra il canonico direttore nello spirituale dell’apostolico archi-ospedale di S. Spirito in Sassia (Rome, 1815) ; Notificazione per il metodo da te-nersi dai confessori coi moribondi nell’archiospedale di S. Spirito in Sassia (Rome, 1815) ; Notificazione sopra li 10 capitoli di avvertimenti di monsignor Spada per li novizì dell’Ordine de’ canonici regolari di S. Spirito (Rome, 1815) ; Editto contro li crassatori, facinorosi e malviventi di Marittima de Campagna (Ferentino, 1824).

589Sources : ASR/SG vol. 724, procès Pallotta (traces : égaré durant la République romaine de 1798). ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 618. HC VII 15 et 44. MORONI LI (1851), 66-67. EncCatt IX (1952), 647 (Mario De Camillis). GRIMALDI XIX, ff. 264r. Silvestro BARGAGNATI, Antonio Pallotae, Rome, 1823, 12 p. Elio LODOLINI, Il Brigantaggio nel Lazio meridionale dopo la Restaurazione (1814-1825), dans Archivio della Società Romana di Storia Pa-tria, LXXXIII, 1960, p. 189-268. Raffaele COLAPIETRA, La Chiesa tra Lamennais e Metternich. Il Pontificato di Leone XII, Brescia, 1963, p. 199-220, 278-287 (sur le brigandage) et ad indicem.

Luigi PANDOLFI

590Cartoceto (Fano), 6 septembre 1751 - Rome, 2 février 1824.

591Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Originaire d’une famille noble des Marches inscrite aux patriciats de Pesaro, Fano et Ascoli, il poursuit ses études au collège des nobles de Fano, puis à la l’université de la Sapience. Successivement vicaire général du diocèse de Todi, en Ombrie, durant quatre années, puis de Pesaro pendant neuf années, il manifeste sa fidèlité au gouvernement pontifical durant la première occupation française des Marches.
  2. Entré en prélature à plus de 50 ans en qualité de référendaire (14 mai 1802), il est aussitôt nommé gouverneur de Montalto (nomination du 30 avril et bref du 4 mai 1802), puis d’Ascoli Piceno (Diario ordinario du 11 et bref du 17 février 1807) et enfin d’Orvieto (par interim en 1808) et de Pérouse (bref du 24 mars 1809). Au lendemain de la Restauration, il est nommé par Pie VII depuis Césène délégat de Pesaro et Urbino (4 mai 1814) et élevé à la dignité de prélat domestique (22 juin 1814) ; nommé par le Junte provisoire délégat apostolique d’Ancône (avant le 27 mai 1815), ce choix n’est pas ratifié par le cardinal Consalvi à son retour de Vienne et il demeure en poste à Pesaro et Urbino. Rappelé à Rome, il est promu secrétaire de la congrégation de la Consulte (avant le 5 janvier 1819), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 71 ans du titre de Sainte-Sabine (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations de la Visite apostolique, du Concile, de la Consulte et du Buon Governo. Décédé l’année suivante à la suite d’une apoplexie, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Pie VII.

592Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 674. WEBER (Legati) 125, 299324, 335, 823. HC VII 15 et 44. MORONI LI (1851), 94. MOSCARINI, 27 n. 3 et 119. Diario di Roma des 4 et 7 février 1824, n° 10 et n° 11.

Francesco Maria PANDOLFI ALBERICI

593Orvieto, 18 mars 1764 - Rome, 3 juin 1835.

594Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

  1. Issu d’une famille du patriciat d’Orvieto, il est chanoine de la cathédrale d’Orvieto.
  2. Entré tardivement en prélature à l’aube de la Restauration à l’âge de 50 ans en qualité de prélat domestique (3 juin 1814) et de référendaire (5 octobre 1814), il est fait ponent de la Consulte (9 mars 1816) ainsi que prélat des congrégations de l’Immunité (21 avril 1817) et du Concile (21 février 1821) ; il devient successivement doyen des ponents de la Consulte. Il est promu par Pie VIII chanoine de Saint-Pierre du Vatican (5 juillet 1829) ainsi que maestro di camera (15 mars 1830) ; confirmé dans ses fonctions par Grégoire XVI, il les occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 68 ans du titre de S. Prisca (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Indulgences, de la Consulte, du Buon Governo et des Eaux. Décédé trois ans plus tard, il est enseveli, après des obsèques en l’église des Douze-Apôtres, dans son église cardinalice.

595Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 778. HC VII, 26 et 44. MORONI LI (1851), 94. GRIMALDI XIX, ff. 69r, Capitolari della SS. Basilica Vatica-na che hanno preso possesso delle rispettive prebende.

Costantino PATRIZI NARO

596Sienne, 12 septembre 1798 - Rome, 17 décembre 1876.

597Cardinal in petto le 23 juin 1834, publié le 11 juillet 1836.

5981 – Fils du marquis Giovanni Naro Patrizi (1775-1818) et de la princesse Cunégonde de Saxe († 1828), petite-fille d’Auguste III de Pologne, il appartient à l’une des premières familles du patriciat romain (les Naro Patrizi sont marquis di baldacchino), d’origine siennoise, établie à Rome à l’aube du xvie siècle, et par deux fois relevée dans son nom, dans ses titres et dans ses armes, d’abord par les Chigi Montoro dans la première moitié du xviiie siècle à la suite du mariage Maria Virginia Patrizi avec Giovanni Chigi Montoro (1736), puis par les Nari à la fin du xviiie siècle à la suite du mariage de Porzia Patrizi, dernière du nom, avec Francesco Naro († 1814), marquis de Mompeo et comte de Mustiano, vessilifero (porte-enseigne) de l’Église romaine. Inscrits au nombre des soixante familles du patriciat de Rome aux normes de la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) en la personne de Patrizio Patrizi Chigi Montoro, les Patrizi transmettent leurs privilèges aux Nari aux termes d’un senatus-consulte du 25 février 1801. Costantino Patrizi compte parmi les siens les cardinaux Gregorio Naro (15811634), créé le 19 novembre 1629 par Urbain VIII, mort évêque de Rieti, ainsi que son grand-oncle Benedetto Naro (1744-1832), majordome de Pie VII, élevé au Sacré Collège le 8 mars 1816 (cf. sopra) ; et, par ascendance maternelle, en dernier lieu, le cardinal Giovanni Patrizi (1658-1727), trésorier général de la Chambre apostolique, créé par Clément XI le 16 décembre 1715, fait ensuite légat de Ferrare. Son père, Giovanni Naro Patrizi, fils de Francesco Naro Patrizi et de Porzia Patrizi, enfermé en 1811 au fort de Fénestrelle, puis en 1812 au château d’If pour avoir refusé de faire élever ses enfants au Prytanée militaire de La Flèche sur ordre de Napoléon, est promu par Pie VII sénateur de l’Empire (13 septembre 1814) et prince assistant au trône pontifical ; son frère aîné, Saverio Patrizi (1797-1881), jésuite, enseigne l’Écriture sainte à Louvain, puis au Collège romain ; son frère cadet, le marquis Filippo Patrizi Naro Montoro (1800-1858) hérite de la primogéniture.

599Élevé au collège de La Flèche (1812-1814) durant l’emprisonement de son père, Costantino Patrizi est envoyé à Paris à moins de 19 ans en qualité d’ablégat pontifical auprès du cardinal de La Luzerne, élevé au Sacré Collège lors du consistoire du 28 juillet 1817.

6002 – Entré dès son retour en prélature à l’âge de 19 ans en qualité de prélat domestique (avant le 31 octobre 1817) et de référendaire (26 novembre 1817), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (avant le 31 octobre 1817), prélat de la congrégation du Concile (10 janvier 1818) et votant de la Signature de Justice (19 juillet 1819). Il devient docteur in utroque jure du collège des protonotaires apostoliques (28 mars 1819), est ordonné prêtre le 16 juin 1821 et devient vicaire de S. Maria in Trastevere. Nommé par Pie VII auditeur du tribunal de la Rote pour Rome (10 mars 1823), il prête serment le 10 décembre et entre en fonctions le 15 décembre 1823 ; il est fait régent de la Pénitencerie apostolique (avant le 2 juin 1827). Promu par Léon XII nonce apostolique à la cour de Toscane (17 septembre 1828), il est fait archevêque in partibus de Philippes (15 décembre 1828) et consacré à Rome le 21 décembre par le cardinal Odescalchi ; il abandonne à cette date la régence de la Pénitencerie (avant le 24 janvier 1829) mais doit renoncer à la nonciature le 19 juin 1829 et retrouve ses fonctions au tribunal de la Rote. Nommé par Grégoire XVI majordome et préfet des Palais apostoliques (2 juillet 1832), il conserve cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège.

6013 – Cardinal-prêtre à l’âge de 35 ans du titre de S. Silvestro in Capite (21 novembre 1836), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations Consistoriale, des Évêques et Réguliers, du Concile et des Rites, puis du Cérémonial (Notizie de 1838) ; il est nommé préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (avant le 2 juillet 1839). Promu deux ans plus tard cardinal vicaire de Rome (22 décembre 1841), charge qu’il occupe jusqu’à sa mort, durant un quart de siècle, et archiprêtre de la basilique Sainte-Marie-Majeure (avant le 24 mai 1845) ; il est encore agrégé aux congrégations de la Visite apostolique (avant le 17 décembre 1839), du Saint Office (Notizie de 1840), de l’Examen des évêques en théologie (Notizie de 1840) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1er juin 1843), et fait protecteur de l’ordre des Augustins (avant le 13 décembre 1842). Pie IX le nomme membre de la congrégation des Indulgences (avant le 8 juin 1847). Il rejoint le pape à Gaète durant la République romaine. Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, il rentre à Rome le 25 juillet 1848. Pie IX le fait successivement évêque du diocèse suburbicaire d’Albano (20 avril 1849), membre de la congrégation de la Propagande (avant le 13 mai 1850), préfet de la congrégation des Rites (23 juin 1854), protecteur de l’ordre dominicain (avant le 26 septembre 1854), secrétaire du Saint-Office (10 octobre 1860), évêque de Porto et S. Rufina et vice-doyen du Sacré Collège (17 décembre 1860), archiprêtre de Saint-Jean du Latran (20 septembre 1867), président de l’Académie des Nobles ecclésiastiques (20 septembre 1867) et enfin évêque d’Ostie et de Velletri et doyen du Sacré Collège (8 octobre 1870). Il représente le pape comme légat à Notre-Dame de Paris pour le baptême du fils de Napoléon III (1856) et se voit promu grand prieur à Rome de l’Ordre de Malte (avant le 2 octobre 1860). Il est enseveli, après des obsèques à S. Appolinare, dans la chapelle de sa famille, dédiée à la Nativité, Via Nomentana.

6024 – Conclave de Pie IX.

6035 – Ses décisions d’auditeur du tribunal de la Rote ont été publiées : Decisiones Sacrae Rotae Romanae coram R.mo P.D. Patrizi, nunc archiepiscopo Philippensium, et sacri Palatii Apostolici Praefecto, Rome, 1832, 98 p. On conserve encore du cardinal-vicaire plusieurs actes imprimés dont des Istruzioni e regolamenti per i chierici romani (Rome, 1850), une Esortazione pastorale intorno la dottrina cristiana ai reverendi parocchi, sacerdoti e padri di famiglia (Rome, 1850) et une Istruzione sul sagramento del matrimonio (Rome, 1871).

604Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 866. HC VII, 28-29, 44 et 306. EncCatt IX (1952), 965-966 (Mario De Camillis). WEBER (Kardinäle) II, 500501 (fondamental). PIETRAMELLARA II, 58-59 et 89-89. AMAYDEN II, 108109 et 141-142. CERCHIARI II, 288. ILARI, 291-292. PÁSZTOR (AEE), 207. Vincenzo ANVITTI, Orazione funebre in lode del cardinale Costantino Patrizi, Rome, 1877, VIII p. Stefano CICCOLINI, Nei solenni funebri del cardinale Costantino Patrizi. Orazione, Rome, 1877. Mariano Elvezio PAGLIARI, Orazione funebre in lode del cardinale Costantino Patrizi, Macerata, 1877. Maddalena PATRIZI, Memorie di famiglia, 1796-1815, Rome, 1912, 192 p. Armando SCHIAVO, Quattro principesse sassoni romanizzate, dans Strenna dei romanisti, XXV, 1964, p. 459-465.

Carlo Maria PEDICINI

605Bénévent, 2 novembre 1769 - Rome, 19 novembre 1843.

606Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Fils du marquis Dionisio Pedicini et de Beatrice Vulcano, il appartient à une famille du patriciat de Bénévent. Il poursuit à Rome ses études au Collège Nazareno (1783-1789), complète sa formation juridique auprès d’Alessandro Macedonio, puis entre à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1790-1792) ; Pie VI le nomme camérier secret surnuméraire.
  2. Entré en prélature dès sa sortie de l’Académie, à l’âge de 22 ans, en qualité de prélat domestique et de référendaire (12 janvier 1792), il est successivement nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 20 décembre 1794) et prélat de la congrégation du Concile (avant le 19 décembre 1795). Au lendemain de la première restauration, il est promu ponent de la Consulte (30 octobre 1800) et prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 28 mars 1801) ; à la suite de l’occupation napoléonienne de Rome, il est fait pro-secrétaire de la Consulte (avant le 22 juin 1808). Au lendemain de la Restauration, le délégué apostolique Agostino Rivarola le nomme membre de la Commissione di Stato mise en place le 11 mai 1814 en vue de la Restauration de l’Etat pontifical ; il est chargé, en collaboration avec Giovanni Barberi, de toutes les affaires du ressort de la Consulte et de l’administration sanitaire. Nommé substitut cum futura successione du secrétaire de la congrégation de la Propagande Giovanni Battista Quarantotti (2 juillet 1814), puis secrétaire en titre (22 juillet 1816) après l’accession de ce dernier au Sacré Collège, il demeure à cette charge jusqu’à sa propre élévation au cardinalat. Il est ordonné prêtre le 26 mars 1815 et fait encore secrétaire de la congrégation pour l’examen des évêques (28 juin 1815) ; il devient consulteur de la congrégation du Saint Office (Notizie de 1818).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 53 ans du titre de S. Maria in Via (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations de la Propagande, des Rites, de la Consulte et du Buon Governo. Léon XII le choisit pour son propre successeur à la tête de la congrégation de l’Immunité (1er octobre 1826), le nomme membre des congrégations des Évêques et Réguliers (28 décembre 1824) et du Cérémonial (15 avril 1825) ainsi que protecteur de l’ordre de Bethléem (22 mars 1827) et le transfère au titre de S. Maria della Pace (15 décembre 1828). Pie VIII le nomme secrétaire des Mémoriaux (3 avril 1829), puis préfet de la congrégation des Rites (2 juillet 1830) et le fait évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina (5 juillet 1830) ; il est consacré le 15 août à S. Maria in Campitelli par le cardinal Pacca, son protecteur et compatriote ; il est agrégé à la congrégation des Études (6 juillet 1830). Grégoire XVI le nomme à son tour préfet de la congrégation de la Propagande (4 février 1831), puis vice-chancelier de l’Église (21 novembre 1834) ; il reçoit de ce fait en commende le titre de S. Lorenzo in Damaso (19 décembre 1834). Il le fait encore membre des congrégations du Saint Office (avant le 12 mars 1831) et de la Correction des livres de l’Église d’Orient (avant le 30 juin 1832). Il est transféré ultérieurement sur le siège de Porto, S. Rufina et Civitavecchia (14 décembre 1840) et devient vice-doyen du Sacré Collège ; il est fait camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1840-1841 (27 avril 1840). Décédé trois ans plus tard, il est enseveli à S. Lorenzo in Damaso. Directeur spirituel d’Anna Maria Taigi, il contribue à l’ouverture de sa cause de béatification.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. On conserve du futur cardinal Pedicini quelques compositions poétiques, dont De doloribus Beatae Mariae Verginis elegiarum monobiblos (Rome, 1814), ainsi que plusieurs lettres pastorales. Sa réponse à l’ambassadeur d’Espagne lors du conclave de Grégoire XVI a été imprimée par Pedro GOMEZ HAVELO : Discurso pronunciado por D. Pedro Gomez Labrador... alos eminentissimos cardenales reunidos en Conclave en el primer dia de enero de 1831, y respuesta del eminentissimo cardenal Pedicini (s.l., 16 p.).

607Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 578. HC VII 15, 38, 42 et 43. MORONI LII (1851), 32. EncCatt IX (1952), 1064 (Mario De Camillis). NAZARENO, 88. PROCACCINI, 55. MOSCARINI, 15 et 132. METZLER, 37-38. Diario di Roma du 21 novembre 1843, n° 93.

Carlo Andrea PELAGALLO

608Rome, 30 mars 1747 - Osimo, 6 septembre 1822.

609Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Né du comte Nicola Pelagallo, il appartient à une famille du patriciat de Fermo transférée à Rome sous l’influence de son oncle paternel Giovanni Pelagallo, prélat et familier de Benoît XIV. Après des études au Collège romain, il devient docteur in utroque jure de l’Université de la Sapience (28 avril 1773).
  2. Entré en prélature à l’âge de 26 ans en qualité de référendaire (23 septembre 1773), il est fait second assesseur du tribunal du Gouverneur de Rome (14 février 1785) puis auditeur du tribunal de la Signature ainsi qu’auditeur des contradette de la Daterie apostolique. Pie VII le nomme au lendemain de la première restauration lieutenant du tribunal de l’auditeur général de la Chambre apostolique (30 octobre 1800) ; il est ordonné prêtre le 3 décembre 1809. Promu au lendemain de la seconde restauration auditeur général de la Chambre apostolique (24 octobre 1814), il est nommé le 18 décembre 1815 évêque d’Osimo et Cingoli et consacré à Rome le 18 février 1816 par le cardinal Dugnani.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 69 ans du titre des SS. Nereo. e Achille (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Rites, de l’Immunité et Consistoriale. Il meurt six années plus tard dans son diocèse d’Osimo et est enseveli dans la cathédrale.

610Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 370. HC VII, 11, 43 et 98. MORONI LII (1851), 36-37. Diario di Roma du 11 septembre 1822, n° 73. Ignazio GUERRIERI, In funere instaurato Karoli Andreae Pelagalli cardinalis... Oratio, Fermo, 1822, 16 p.

Gaspare Bernardo PIANETTI

611Iesi, 7 février 1780 - Rome, 30 janvier 1862.

612Cardinal in petto le 23 décembre 1839, publié le 14 décembre 1840.

  1. Fils aîné du marquis Angelo Pianetti, patricien de Iesi (depuis 1717) et de Nocera (1770), et d’Eleonora Bonaccorsi, d’une famille romaine inscrite au Livre d’Or de la noblesse en 1746 et alliée aux Braschi, il poursuit ses études au Collège Nazareno de Rome, où il entre en 1789, à l’Université de Macerata, où il obtient en 1803 un doctorat en droit, puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1804-1807). Il abandonne sa primogéniture et, malgré les réticences de la sa famille, il est, au terme d’une retraite auprès de Mons. Strambi, ordonné prêtre à Macerata le 31 mars 1804.
  2. Inscrit par Pie VII en prélature, dès sa sortie de l’Académie ecclésiastique, en qualité de prélat domestique, référendaire (13 août 1807) et protonotaire apostolique participant (31 août 1807), il se retire dans sa famille durant l’occupation napoléonienne. Au lendemain de la Restauration, il est nommé ponent du Buon Governo (24 décembre 1814), assesseur du Tribunal du Gouverneur de Rome (9 mars 1816), prélat de la congrégation du Concile (22 juin 1816), votant de la Signature de Grâce (7 janvier 1818) et consulteur de la congrégation des Rites (avant le 24 avril 1816) ; il abandonne cette dernière fonction lors de sa nomination au tribunal de la Rote. Il est également vicaire de cardinal Consalvi dans sa basilique de S. Maria ad Martyres. Promu auditeur de Rote pour Rome (avant le 7 juin 1820) à l’âge de 40 ans, il est confirmé par motu-proprio du 13 juin 1820, admis dans le Tribunal le 16 juin, prête serment le 4 décembre et entre en fonctions le 11 décembre 1820. Nommé par Léon XII évêque de Viterbe et Toscanella (Tuscania) le 3 juillet 1826, il est consacré par le pape lui-même le 12 août en l’église S. Maria degli Angeli. Il est inscrit au patriciat de la ville de Viterbe en 1827.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 60 ans du titre de S. Sisto (17 décembre 1840), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de l’Immunité ecclésiastique, des Indulgences et de la Consulte. Pie IX le fait secrétaire des Brefs (18 mars 1861). Décédé un an plus tard, il est, après des obsèques célébrées à S. Andrea delle Fratte en présence de Pie IX, enseveli en l’église S. Salvatore in Lauro.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On conserve du futur cardinal Pianetti une De romana divi Petri cathedra oratio habita in aede Vaticana (Rome, 1806).

613Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 770. HC VII, 31, 44 et 398. Diario ordinario du 19 août 1807, n° 66 (entrée en prélature). FORCELLA VII, 105. BERTON, 1368-1370. WEBER (Kardinäle) II, 505-506. NAZARENO, 88-89. PROCACCINI, 83. CERCHIARI II, 287. Giornale di Roma du 31 janvier 1862, n° 25. Felice FRONTINI, Orazione funebre nelle esequie celebrate in Viterbo al vescovo Gaspare Bernardino cardinale Pianetti, Rome, 1862.

Giacomo PICCOLOMINI AMADORI

614Sienne, 31 juillet 1795 - Sienne, 17 août 1861.

615Cardinal in petto le 22 juillet 1844, publié le 24 novembre 1845.

6161 – Fils du comte Giulio Cesare Piccolomini, il appartient à la famille patricienne des Piccolomini, dont les diverses branches ont donné à l’Église les papes Pie II (1458-1464) et Pie III (1503), plusieurs cardinaux dont en dernier lieu Celio Piccolomini († 1681), créé par Alexandre VII en 1664, des archevêques de Sienne et des évêques de Pienza, des prélats enfin, dont en dernier lieu Tiberio Piccolomini, référendaire de Pie VII en 1801. Les Piccolomini demeurent très présents au sein de la Curie romaine au cours du premier xixe siècle : le baron Giuseppe Testa Piccolomini devient en 1800 grand écuyer (cavallerizzo maggiore) de Pie VII ; Adriano Piccolomini sera référendaire de Pie VIII en 1830 et Francesco Piccolomini, référendaire de Pie IX en 1852.

617Giacomo Piccolomini hérite d’un canonicat de la cathédrale de Sienne et vient poursuivre à Rome ses études, à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1816-1818). Il reçoit le bénéfice de la riche prélature Amadori dont il prend également le nom.

6182 – Entré en prélature à près de 24 ans en qualité de référendaire (1er avril 1819), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (avant le 6 octobre 1819) et devient doyen du collège des ponents (Notizie de 1822). Fait ensuite ponent de la Consulte (10 mars 1823) ainsi qu’assesseur de la Commission permanente des conservateurs de la ville de Rome (13 août 1828), il devient à nouveau doyen du collège des ponents (Notizie de 1832). Nommé abréviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique (Notizie de 1833), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège, ainsi que votant du tribunal de la Signature de Justice (23 juin 1834), il est promu clerc de la Chambre apostolique et membre de la congrégation de la Révision des comptes (6 avril 1835) et devient successivement président des Eaux et des Routes (avant le 17 juin 1837), préfet de la congrégation militaire (avant le 16 juin 1838) et doyen des clercs de la Chambre apostolique (27 janvier 1843).

6193 – Cardinal-prêtre à l’âge de 60 ans du titre de S. Balbina (19 janvier 1846), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de la Fabrique de Saint-Pierre, du Buon Governo et de l’Immunité. Pie IX le transfère sur le titre de S. Marco (4 octobre 1847), puis le nomme membre de la congrégation des Indulgences (avant le 4 février 1852). Il est enseveli dans la cathédrale de Sienne.

6204 – Conclave de Pie IX.

621Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 888. HC VII, 35 et 40. EncCatt IX (1952), 1349-1350 (Roberto Palmarocchi). WEBER (Kardinäle) II, 506-507 (essentiel). A. LISINI, A. LIBERATI, Genealogia dei Piccolomini di Siena, Sienne, 1900, tav. 27. PROCACCINI, 55.

Francesco Maria PIGNATELLI

622Rosarno (Calabre), 22 février 1745 - Rome, 14 août 1815.

623Cardinal le 21 février 1794.

  1. Fils de Fabrizio Pignatelli (ou Pignattelli), duc de Monteleone, et de Costanza Medici, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine et compte parmi les siens Antonio Pignatelli (1615-1700), pape Innocent XII (1691-1700) ; les cardinaux Francesco Pignatelli (1651-1734), des ducs de Monteleone, archevêque de Tarente, nonce en Pologne, puis archevêque de Naples (1703), élevé au Sacré Collège par Clément XI le 17 décembre 1703, ainsi que Domenico Pignatelli (1730-1803) des ducs de Belmonte, théatin, évêque de Caserte (1782), puis archevêque de Palerme (1802), élevé par Pie VII au Sacré Collège le 9 août 1802 ; et plusieurs évêques et archevêques. Après avoir reçu sa première éducation de précepteurs dominicains et capucins, Francesco Maria Pignatelli se rend en 1758 à Rome où il complète sa formation au collège Clementino des Somasques.
  2. Entré en prélature à l’âge de 20 ans en qualité de protonotaire apostolique participant, puis de référendaire (28 novembre 1765), il est successivement nommé vice-légat de Ferrare (19 janvier 1767). Substitué dans cette charge le 30 juin 1772, il est rappelé à Rome et fait ponent de la Consulte, puis choisi par Pie VI pour maestro di camera (14 février 1785), charge qu’il occupe durant neuf années jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal du titre de S. Maria del Popolo (12 septembre 1794), Pie VI l’agrège aux congrégation de l’Immunité, des Rites, de la Consulte et de la Visite apostolique et le nomme légat apostolique de Ferrare (1er juin 1795) ; il y fait son entrée le 28 septembre. Â l’arrivée des troupes françaises qui occupent Ferrare sans combat (22 juin 1796), il est brièvement incarcéré comme prisonnier de guerre, puis libéré ; il s’enfuit à Rome puis à Naples ; il est remplacé comme légat a latere par le cardinal Mattei. Réclamé par Bonaparte depuis Milan comme prisonnier sur parole, Pie VI lui demande de s’y rendre ; la signature du traité de Tolentino l’en dispense. Il participe au conclave de Venise et retourne à Rome encore occupée par les troupes napolitaines le 23 juin 1800. Pie VII le transfère sur le titre de S. Maria in Trastevere (2 avril 1800), puis l’agrège à la congrégation particulière pour la réforme des Palais apostoliques (9 juillet 1800) et le fait protecteur de l’ordre des Augustins (avant le 2 août 1800) ; il le nomme l’année suivante préfet de la congrégation de la Discipline des réguliers (avant le 10 octobre 1801). Arrêté à Rome le 10 décembre 1809 et exilé en France au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Rethel où il demeure en compagnie du cardinal Mattei jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape à la suite de la dénonciation du concordat intervenue le 24 mars, il demeure à Paris lors de l’exil des autres cardinaux, le 27 janvier 1814, à cause de son état de santé très dégradé ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril. Rentré à Rome, il meurt l’année suivante dans son palais de San Lorenzo ai Monti. Il est enseveli, après des obsèques à S. Maria in Vallicella en présence du Pape, à S. Maria in Trastevere.

624Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 269. WEBER (Legati) 255, 256844. HC VI, 38. MORONI LIII (1852), 51-52. Diario di Roma du 16 août 1815, n° 65. Francesco Leopoldo BERTOLDI, Dei diversi Dominj a’ quali è stata soggetta Ferrara è de’ Principi che la governarono. Quadro cronologico-storico, Ferrare, 1817, p. 97. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 223 et passim. Vincenzo MEZZATESTA, Il cardinale Francesco Maria Pignatelli, dans Studi me-ridionali, XI, 1978, p. 32-39 (actes authentiques de baptême et de décès).

Paolo POLIDORI

625Iesi, 4 janvier 1778 - Rome, 23 avril 1847.

626Cardinal le 23 juin 1834.

  1. Né d’une famille fortunée du ceto civile de Lorette, il a deux sœurs bénédictines et deux frères aînés prêtres : l’aîné, Luigi, s’établit en 1808 à Milan comme chanoine, puis bibliothécaire de l’Ambrosienne et y connaît, sous la protection du comte Mellerio, des succès professoraux et académiques ; le second, Arcangelo, sera de 1834 à 1843 évêque de Foligno. Il poursuit avec ses frères ses études à l’Université de Pérouse. Établi à Rome en 1797, ordonné prêtre en 1800, il est de 1803 à 1806 vicaire-général de l’évêque de Viterbe Ridolfini Conestabile. Nommé en 1806 chanoine de S. Maria in Via Lata et choisi comme aiutante di studio par le cardinal-doyen Leonardo Antonelli († 1811), il remplit auprès de lui les fonctions de vicaire-général de son diocèse suburbicaire d’Ostie. Emprisonné par les troupes françaises en 1808, puis exilé à Milan, il est rendu à la vie privée jusqu’à la Restauration et se retire à Lorette. Le nouveau cardinal-doyen Alessandro Mattei († 1820) lui restitue en 1814 les fonctions de vicaire-général d’Ostie et de Velletri.
  2. Entré au service de la Curie au lendemain de la Restauration en qualité de camérier d’honneur de Pie VII, il obtient, au terme de tentatives décevantes pour trouver, grâce à la protection de Giuseppe Antonio Sala, un emploi à la Secrétairerie d’État auprès du cardinal Consalvi, de substituer à plusieurs reprises Raffaele Mazio au secrétariat des Lettres Latines de 1816 à 1823 ; c’est à cette époque qu’il se lie avec Giovanni Mastai Ferretti, futur Pie IX. Devenu relateur (avant le 19 mars 1817) puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index, qualificateur du Saint-Office (avant le 12 juillet 1817 ; nomination confirmée avant le 17 mars 1819) ainsi que chanoine du chapitre de Sainte-Marie-Majeure et camérier secret surnuméraire (avant le 5 octobre 1822), il entre tardivement en prélature à l’âge de 55 ans en qualité de prélat domestique (avant le 19 juillet 1823) et de référendaire (24 juillet 1823) ; il est fait prélat de la congrégation du Concile (11 avril 1824) et consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (3 juin 1824). Promu par Léon XII secrétaire de la congrégation consistoriale et secrétaire du Sacré Collège (28 décembre 1824), il poursuit parallèlement une carrière au sein de la Pénitencerie apostolique comme canoniste (1825), puis garde des sceaux (1828) ; il est encore fait examinateur des évêques en droit canon (2 avril 1827) et consulteur du Saint-Office (Notizie de 1829). Pro-secrétaire d’État durant le conclave qui suit la mort de Léon XII (23 février-31 mars 1829), Pie VIII le nomme secrétaire de la congrégation pour l’Examen des évêques (20 avril 1829), charge qu’il conserve jusqu’à son accession au Sacré Collège. Faisant à nouveau fonction de pro-secrétaire d’État durant le long conclave qui suit la mort de Pie VIII (14 décembre 1830-2 février 1831), il est conservé dans cette attribution jusqu’au 10 février. Grégoire XVI le nommé successivement substitut de la secrétairerie d’État et secrétaire du Chiffre (11 février 1831), dataire de la Pénitencerie apostolique (1831), puis secrétaire de la congrégation du Concile (1er octobre 1831), charge qu’il occupe également jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il est fait encore prélat de la congrégation de Lorette (Notizie de 1833).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 56 ans du titre de S. Eusebio (1er août 1834), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations Consistoriale, du Concile, de l’Examen des évêques en droit canon et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 6 août 1834) et le nomme presque aussitôt préfet de la congrégation de la Discipline des réguliers (21 novembre 1834) ; il devient encore membre des congrégations des Évêques et Réguliers (Notizie de 1835), de la Résidence des évêques (Notizie de 1835), de l’Examen des évêques en théologie (avant le 4 avril 1835), du Saint Office (avant le 10 février 1836), de l’Index (Notizie de 1836), des Études (Notizie de 1838), de la Propagande (avant le 2 juillet 1839) et de la Visite apostolique (avant le 17 décembre 1839) ainsi que protecteur de l’ordre des Minimes (avant le 30 juillet 1839). Promu pro-préfet (27 juillet 1840) puis préfet (15 septembre 1841) de la congrégation du Concile, il est transféré sur le titre cardinalice de S. Prassede (12 juillet 1841) et fait abbé commenditaire et ordinaire de Subiaco (1842) : promu pour l’exercice de cette charge archevêque in partibus de Tarse le 23 janvier 1844, c’est le pape lui-même qui le consacre à Rome le 11 février ; il est encore agrégé à la congrégation de la Discipline des réguliers (Notizie de 1841). Il semble avoir été l’un des grands électeurs du cardinal Mastai Ferretti lors du conclave de juin 1846. Décédé un an plus tard, il est enseveli, en présence de Pie IX, en l’église S. Ignazio, devant l’autel de Saint-Louis de Gonzague.
  4. Conclave de Pie IX.

627Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 934. HC VII, 27, 41, 44 et 360. FORCELLA X, 112. PÁSZTOR (AEE), 207 et 210. PÁSZTOR (Segreteria) I, 130, 133, 126, n. 176, 150-151, 157, 159, 164-165 et passim. Diario di Roma du 24 avril 1847, n° 33. Alberto SERAFINI, Pio Nono, Cité du Vatican, 1958p. 126-129. Carlo FALCONI, Il giovane Mastai, Milan, 1981, p. 335-338. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, p. 89-90 (sur le conclave de 1846).

Giovanni Battista QUARANTOTTI

628Rome, 27 septembre 1733 - Rome, 15 septembre 1820.

629Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 22 juillet 1816.

  1. Né à Rome de Lodovico Quarantotti, fait marquis de Casciolino par Benoît XIV, et de la marquise Marianna Leonori d’Ancône, il appartient à une famille noble originaire de Nursie (Norcia) en Ombrie, établie à Rome au cours du xviiie siècle et inscrite par Pie VI sur le Libro d’oro du Capitole au nombre des 180 familles de la noblesse urbaine, à son instance et à celle de ses frères Giuseppe et Giulio Cesare, par senatus-consulte du 27 août 1781. Son autre frère, Carlo († juin 1818), est chanoine de S. Maria in Via Lata. Chevalier de Malte depuis son plus jeune âge, Giovanni Battista est élevé par les Jésuites au Collège romain.
  2. Entré en prélature à l’âge de 25 ans en qualité de référendaire (25 janvier 1759), Clément XIII le nomme abréviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique (Notizie de 1760), ponent de la congrégation du Buon Governo et prélat des congrégations de l’Immunité ecclésiastique et du Concile ; il le fait également chanoine de Saint-Jean du Latran. Clément XIV l’élève à la charge de votant du tribunal de la Signature, qu’il occupe durant plus de trente années, accueillant de nombreux élèves dans son studio. Au lendemain de la première restauration, Pie VII l’agrège à la congrégation particulière pour le recouvrement des biens aliénés durant l’occupation française de Rome (congregazione deputata per gli acquisti fatti nel tempo della rivoluzione) (9 juillet 1800), puis le fait clerc de la Chambre apostolique et préfet de l’Annone (15 novembre 1800) ; il est également nommé prélat de la congrégation de l’Immunité (avant le 20 décembre 1800). Promu secrétaire de congrégation de la Propagande (11 janvier 1808) ainsi que consulteur du Saint Office (avant le 11 juin 1808), il assume à Rome, non sans de nombreuses dificultés, les fonctions de pro-préfet de la Propagande à la suite du départ forcé du cardinal Di Pietro (10 décembre 1809) jusqu’au retour de ce dernier (20 mai 1814) ; il est l’un des quatre chanoines de Saint-Jean du Latran à avoir prêté le serment exigé par Napoléon. Au lendemain de la seconde Restauration, le nouveau préfet Lorenzo Litta le met à la retraite en lui adjoignant, le 2 juillet 1814, Carlo Pedicini en qualité de substitut cum futura successione.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 72 ans du titre de S. Maria in Aracoeli (23 septembre 1816), Pie VII l’agrège le 25 septembre aux congrégations du Concile, de la Propagande, des Rites et de la Discipline. Promu préfet du tribunal de la Signature de Justice (avant le 10 mai 1820), il meurt quatre mois plus tard et est enseveli dans la chapelle gentilice de sa famille (S. Bambino), dans son église cardinalice.

630Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 201. HC VII 12 et 42. MORONI LVI (1852), p. 121-122. PIETRAMELLARA II, 99-100. MERCATI, 57. Volker REiNhaRdt, Die Präfekten der römischen Annona im 17. und 18. Jahrhundert als Behördengeschichte, dans Römische Quartalschrift, 85/1-2, 1990, p. 105. KOWALSKY/METZLER, p. 112. Josef METZLER, Die Kongregation in der Zeit Napoleon (1795-1815), dans Sacrae Congregationis de Propaganda Fide Memoria Rerum, Rome-Fribourg-Vienne, (1975), p. 84-118 (p. 100-113). Diario di Roma des 16 et 20 septembre 1820, n° 75 et n° 76.

Tommaso RIARIO SFORZA

631Naples, 8 janvier 1782 - Rome, 14 mars 1857.

632Cardinal le 10 mars 1823.

6331 – Fils du duc Nicola Riario Sforza (1743-1796) et de la princesse Giovanna Di Somma, il appartient à une famille de l’aristocratie napolitaine qui se rattache très lointainement aux Sforza de Milan alliés au pape Sixte IV Della Rovere (1471-1484). Il compte parmi les siens le cardinal Alessandro Riario (f1585), élevé au Sacré Collège par Grégoire XIII le 21 février 1578. Les Riario se rallient en 1799 à la République Parthénopéenne.

634Tommaso Riario Sforza est élevé à Rome, au collège Nazareno, à partir de 1793.

6352 – Entré en prélature à l’âge de 22 ans en qualité de référendaire (19 avril 1804), il est nommé protonotaire apostolique participant (Notizie de 1806) et ponent du Buon Governo (avant le 13 septembre 1806). Au lendemain de la Restauration, il est fait membre de la commission des biens ecclésiastiques (15 mai 1814) puis prélat de la congrégation du Concile (8 décembre 1814). Nommé délégat de Macerata (9 mars 1816), il est aussitôt promu par Pie VII maestro di camera (22 juillet 1816) charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il est encore fait consulteur de la congrégation de la Propagande (12 mai 1817).

6363 – Cardinal-diacre à l’âge de 51 ans du titre de S. Giorgio in Velabro (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de de la Propagande, de la Discipline des réguliers, de la Consulte et du Buon Governo. Il se range parmi le parti zelante durant le conclave de septembre 1823. Ordonné prêtre le 28 septembre 1823, Léon XII le transfère sur le titre presbytéral de S. Maria in Domnica (17 novembre 1823), puis le nomme membre de la première congrégation d’État formée au lendemain de son élection (12 mars 1825), président de la Commission des Subsides (15 mars 1826) et préfet de l’Économie de la Propagande (1er octobre 1826) ; il est encore agrégé aux congrégations de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (21 mars 1825), du Cérémonial (17 avril 1825), des Eaux (2 mars 1826) et Économique (27 novembre 1828) et devient camerlingue du Sacré Collège pour les années 18281830 (28 janvier 1828). Pie VIII le nomme légat apostolique de Forli (14 avril 1829) ; de retour à Rome pour le conclave qui suit la mort de ce dernier, il ne reprend pas ses fonctions au lendemain de l’insurrection des Légations. Grégoire XVI le nomme à son tour légat d’Urbino et Pesaro (5 décembre 1834) et le transfère sur le titre de S. Maria in Via Lata (19 décembre 1834). De retour à Rome au terme d’une légation de plus de neuf années, il est promu préfet de la congrégation du Buon Governo (15 janvier 1843), puis camerlingue de l’Église (3 avril 1843) ; il est encore nommé membre de la congrégation du Cens (Notizie de 1845). Devenu doyen des cardinaux-diacres, il annonce le 16 juin 1846 l’élection de Pie IX Mastai Ferretti du haut du balcon du Quirinal. Nommé en qualité de camerlingue ministre du Commerce, des Beaux-Arts, de l’Industrie et de l’Agriculture lors de la formation des premiers ministères (29 décembre 1847), il démissionne de son ministère dès le 12 février 1848. Il est nommé président de la nouvelle congrégation pour l’examen des dépenses des administrations publiques (12 février 1848) ; il renonce à cette nouvelle fonction dès le 28 février. Il meurt neuf ans plus tard et est enseveli en présence de Pie IX à l’église des XII Apostoli.

6374 – Conclaves de Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX.

6385 – Outre des lettres pastorales, on conserve du cardinal Riario des Istruzioni e pratiche religiose per la pia adunanza de’ marinari istituita in porto d’Anzio nel settembre 1844 (Foligno, 1844).

639Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 724. HC VII 15, 45 et 46. EncCatt X (1953), 846. WEBER (Kardinäle) II, 512-513 et 810 (table généalogique). Giornale di Roma des 16 et 18 mars 1857, n° 61 et n° 63.

Nicola RIGANTI

640Molfetta, 25 mars 1744 - Rome, 31 août 1822.

641Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Fils de Michele Riganti, il appartient à une famille du ceto civile de la ville de Molfetta, dans les Pouilles ; il compte parmi les siens deux éminents jurisconsultes, ses oncles Giambattista et Nicola Riganti, ce dernier auteur des Commentarii sulle regole di Cancelleria. Il vient poursuivre à Rome ses études de droit.
  2. Entré en prélature à Rome sous le pontificat de Clément XIII, à l’âge de 23 ans, en qualité de référendaire (12 mars 1767) et d’abréviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique (Notizie de 1768), il acquiert rapidement au sein de la Curie une réputation de jurisconsulte éminent. Pie VI le nomme successivement ponent de la congrégation du Buon Governo puis auditeur de l’auditeur général de la Chambre apostolique (A.C. met.), auditeur du tribunal de la Signature et enfin premier lieutenant du tribunal de l’auditeur général de la Chambre apostolique (14 février 1785). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme à Venise vice-auditeur aux côtés de Charles Erskine (avant le 2 avril 1800), pro-auditeur durant l’absence de ce dernier (avant le 16 avril 1800) puis secrétaire de la Consulte (30 octobre 1800) ; il est également fait membre de la commission destinée à la révision des comptes de l’ancienne Giunta di Stato mise en place par les autorités napolitaines (avant le 17 décembre 1800). Opposant résolu à l’occupation française de Rome, il est arrêté par les autorités impériales le 16 juin 1808 et exilé à Ancône. Il retrouve au lendemain de la Restauration ses fonctions de secrétaire de la Consulte qu’il occupe jusqu’à son accession au cardinalat ; il est également promu vicaire du chapitre de Sainte-Marie-Majeure (avant le 13 août 1814) par le cardinal archiprêtre Scotti Gallarati. Durant la fuite de Pie VII à Gênes (22 mars - 7 juin 1815), il est membre de la Giunta di Stato présidée par le cardinal Della Somaglia.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 72 ans du titre de S. Marcellino e S. Pietro (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, des Évêques et Réguliers, de l’Examen des évêques en droit canon et de la Consulte. Promu dès le 8 mars 1816 évêque d’Ancône, il meurt à Rome huit ans plus tard et est enseveli en l’église S. Maria sopra Minerva.

642Sources : HC VII, 11 et 42. MORONI LVII (1852), 243-244. Diario di Roma des 31 août et 11 septembre 1822, n° 70 et n° 73.

Agostino RIVAROLA

643Gênes, 14 mars 1758 - Rome, 7 novembre 1842.

644Cardinal le 1er octobre 1817.

  1. Né du marquis Negrone Rivarola, sénateur de Gênes, et de Marianna de’ Cambiasi, il appartient à une famille du patriciat génois. Envoyé à Rome, il poursuit ses études au collège Clementino, puis acquiert une formation de droit civil et canonique auprès des auditeurs du tribunal de la Rote en qualité de segreto. Il est fait par Pie VI camérier secret supranuméraire.
  2. Entré en prélature à l’âge de 34 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (31 janvier 1793), il est aussitôt nommé gouverneur de San Severino (bref du 19 février 1793) ; il en expulsé en 1797 par l’armée française. Exilé à Gênes dans sa famille au lendemain de la première occupation française de Rome, il tente en vain en 1799 de libérer Pie VI à Parme. Au lendemain de la première restauration, il est promu par Pie VII gouverneur de Pérouse (avant le 12 juillet 1800), où il fait son entrée en septembre, puis gouverneur de Macerata (Diario ordinario du 1er mai et bref du 7 septembre 1802), charge qu’il occupe jusqu’à l’occupation française des Marches. Arrêté par les troupes française le 11 novembre 1807, enfermé pendant six mois dans la forteresse de Pesaro puis relégué à Rimini, il lui est enfin consenti de se réfugier à Gênes dans sa famille. C’est de Gênes qu’il rejoint Pie VII à Plaisance dans les derniers jours de mars 1814 et est l’un des rares prélats à l’accompagner durant son voyage de retour. Nommé à Césène le 4 mai délégué apostolique, c’est lui qui rétablit le 11 mai 1814 à Rome le pouvoir pontifical et opère jusqu’au 27 mai (et en réalité au-delà), à la tête d’une Commissione di Stato, la restauration intégrale des organes de l’ancien État ecclésiastique. Promu clerc de la Chambre apostolique (9 août 1814), il fait à nouveau fonction, sous l’autorité du cardinal-vicaire Della Somaglia, de secrétaire de la Giunta di Stato formée durant le voyage de Pie VII à Gênes (22 mars - 7 juin 1815). Promu l’année suivante majordome et préfet des Palais apostoliques (8 mars 1816), il entre au sujet de ses attributions en conflit ouvert avec le cardinal secrétaire d’État Consalvi jusqu’à son accession accélérée au cardinalat.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 59 ans du titre de S. Agata in Suburra (15 novembre 1817), Pie VII l’agrège le 18 novembre aux congrégations Consistoriale, du Concile, de la Fabrique et de la Consulte, puis à celles de la Propagande (10 novembre 1818) et de la Visite apostolique (27 mars 1819) ; il est ordonné diacre le 12 octobre 1819. Il ne reçoit aucun emploi durant le gouvernement du cardinal Consalvi, mais est agrégé aux congrégations des Eaux (11 août 1820), des Rites (17 juillet 1821) et des Indulgences (29 décembre 1821) et devient protecteur de l’ordre des Capucins (avant le 13 mai 1820), de Vallombreuse (avant le 24 février 1821) et des Augustins (avant le 5 mars 1823). Il se range durant le conclave de Léon XII parmi les membres du parti zelante ; il est ordonné prêtre le 5 octobre 1823. Il est nommé membre de la première congrégation d’État formée par Léon XII au lendemain de son élection (29 septembre 1823). Envoyé par Léon XII en qualité de légat extraordinaire dans la province de Ravenne (4 mai 1824), doté de vastes pouvoirs de police sur l’ensemble du territoire des quatre Légations ainsi que de la province d’Urbino et de Pesaro, il entre dans la ville le 11 mai et conduit contre les Carbonari des quatre Légations et de la délégation d’Urbino et de Pesaro un vaste procès qui se conclut le 31 août 1825 par 513 condamnations, dont sept à la peine capitale (qui seront toutefois commuées). Nommé encore pro-légat de Forli (mai 1826), il est transféré sur le titre cardinalice de S. Maria ad Martyres (3 juillet 1826). À quelques semaines de l’amnistie proclamée par Léon XII (6 juillet 1826), le cardinal Rivarola est cependant victime à Ravenne, le 23 juillet 1826, d’une tentative d’assassinat dans laquelle périt un membre de sa suite, le chanoine Muti. Tandis qu’il quitte les Légations pour Gênes puis pour Rome, Léon XII constitue une commission d’enquête, confiée au prélat Invernizzi (22 août 1826), qui se conclut le 26 avril 1828 par cinq condamnations à mort suivies d’exécutions (le 13 mai à Ravenne). Il est nommé à son retour à Rome préfet de la congrégation des Eaux (avant le 19 mai 1827) où il déploie un intense activité. Pie VIII le fait protecteur des Bénédictins du Mont Cassin (18 mai 1829). À la suite d’un violent conflit d’attribution avec le cardinal Macchi, président de la congrégation pour la Révision des comptes, relativement à l’adjudication de la manutention des ports du Tibre, il démissionne de ses fonctions de préfet de la congrégation des Eaux le 30 août 1833. Promu par Grégoire XVI pro-préfet de la congrégation du Concile (avant le 19 septembre 1835), il est également nommé commissaire apostolique pour la reconstruction de la basilique S. Maria degli Angeli d’Assise (avant le 5 mars 1836). Promu préfet de la congrégation du Buon Governo (27 juillet 1840), il meurt deux ans plus tard et est enseveli en l’église S. Marcello.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. Il a publié sous son nom la Sentenza. Oggi 31 agosto 1825 (...) nelle cause che vertono tra il Fisco, e gli individui qui sotto descritti prevenuti di congiura contro lo Stato (Ravenne, 1825, Bibl. Vat. Ferraioli I 222 int. 28). Ugo OXILIA a édité une partie de la correspondance du cardinal Rivarola à sa belle-sœur Anna Ceccopieri relative aux trois conclaves de la Restauration (d’après un lot de documents légués à la Biblioteca della Società Economica di Chiavari par le cardinal lui-même, comprenant le résultat des scutins des trois élections) : Tre conclavi, dans Rassegna storica del Risorgimento, XX, 1933, p. 563-584.

645Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 586. WEBER (Legati) 291, 335, 869. HC VII 13, 45 et 46. MORONI LVIII (1852), 59-63. DRN IV (1937), 85 (Michele Rosi) ; Ibid. I (1931), 872-884, Rivarola (processo) (Michele Rosi). EncCatt X (1953), 1017-1018 (Renzo U. Montini). MOSCARINI, passim. Diario di Roma des 8 et 29 novembre 1842, n° 89 et n° 95 (supplément). Maria PERLINI, I processi politici del card. Rivarola, Mantoue, 1910, V-330 p. Ugo OXILIA, Il cardinale Rivarola e l’attentato del 1826, dans Rassegna storica del Risorgimento, XIII, 1926, p. 273 et sqtes. Invernizzi (commissione), DRN I (1931), 520 (Michele Rosi). Pietro PIRRI, L’attentato Rivarola e i processi politici del 1828, dans La Civiltà cattolica, 1936/1, p. 465-477 ; 1936/2, p. 124-137 et 304315 ; 1936/3, p. 40-56. M.L. CASCELLA, Agostino Rivarola : la politica filo-austriaca e la Restaurazione nello Stato Pontificio, dans Le radici del Risorgimento. Atti del XX convegno del Centro di Studi Avellanti. Fonte Avellana, 2830 agosto 1996, Fonte Avellana, 1997, p. 161-221.

Fabrizio RUFFO

646Castello S. Lucido (Calabre), 16 septembre 1744 - Naples, 13 décembre 1827.

647Cardinal in petto le 26 septembre 1791, publié le 21 février 1794.

6481 – Second fils de Letterio Ruffo, duc de Bagnara et duc de Baranello (depuis 1723), et de Giustina Colonna, princesse de Spinoso et marquise de Guardia Perticara, il appartient à une branche de la famille des Ruffo de Calabre. Il est le petit-neveu du cardinal Tommaso Ruffo (1663-1753), ancien nonce en Toscane, maestro di camera d’Innocent XII et de Clément XI qui l’élève au Sacré Collège le 17 mai 1706, puis légat et archevêque de Ferrare, doyen du Sacré Collège (1740), vice-chancelier de l’Église et secrétaire du Saint Office, qui eut pour secrétaire, puis pour auditeur Gianangelo Braschi, futur Pie VI. Il compte encore parmi ses proches parents d’autres hauts dignitaires de Curie : son oncle Antonio Ruffo (1688-1753), auditeur général de la Chambre apostolique, est créé cardinal par Benoît XIV le 9 septembre 1743 ; et plusieurs prélats de sa famille occupent des postes influents en Curie, dont ses cousins Tiberio Ruffo, clerc de la Chambre apostolique, décédé en 1780 à la veille d’être fait cardinal, et Luigi Ruffo Scilla (1750-1832), nonce à Florence, puis à Vienne, élevé au Sacré Collège par Pie VII le 23 février 1801, archevêque de Naples (1802-1832) et cardinal noir durant son exil forcé en France.

649Confié à son grand oncle à partir de 1748 et élevé à Rome, Fabrizio Ruffo bénéficie des revenus de la prélature de la famille Ruffo (Monte dei Ruffo) et poursuit ses études au collège Clementino. Il devient docteur in utroque jure de l’université de la Sapience (19 septembre 1767) et complète brièvement sa pratique juridique auprès des avocats Antonio Bucci et Antonio Maria Gasparri. Il reçoit les ordres mineurs avant d’entrer en prélature.

6502 – Entré en prélature sous le pontificat de Clément XIII, à l’âge de 22 ans, en qualité de référendaire (17 septembre 1767), il devient en 1781 clerc de la Chambre apostolique en remplacement de son défunt parent Tiberio Ruffo ; trois ans plus tard, il est promu trésorier général de la Chambre apostolique (14 février 1785). Il occupe ces fonctions durant près de dix années, ainsi que celles de préfet du Château Saint-Ange et de commissaire aux fortifications maritimes de l’État pontifical (commissario del Mare), jouit de la pleine faveur du pape et assume la responsabilité principale de la politique de réforme financière, fiscale et économique prônée par Pie VI. La montée des oppositions à l’encontre de sa politique aboutit à son élévation au Sacré Collège qui entraîne son remplacement à la tête de la Trésorerie générale.

6513 – Cardinal-diacre (avec indult pour le diaconat) du titre de S. Angelo in Pescheria (12 septembre 1794), Pie VI l’agrège aux congrégations du Buon Governo, des Eaux, de Lorette et d’Avignon ainsi que de la Fabrique de Saint-Pierre. Il quitte cependant Rome pour entrer au service de la cour de Naples où il accepte du roi Ferdinand IV la charge d’intendant de Caserte et de surintendant des manufactures de San Leucio (18 novembre 1794) ainsi que la commende de l’abbaye de S. Sofia de Bénévent ; il s’attire à ce sujet une lettre particulièrement blessante de Pie VI (28 novembre). Hostile à l’intervention napolitaine contre la République romaine, il est nommé au lendemain de l’entrée des troupes françaises à Naples et de la formation de la République Parthéno-péenne, depuis Palerme où le roi s’est réfugié, vicaire général du royaume (25 janvier 1799). Débarqué en Calabre, à la Punta del Pezzo, le 8 février, sans armes et sans troupes, il lève une armée de paysans et d’insurgés, dite de la Santa Fede, se lance à la reconquête du royaume de Naples sur les armées françaises et leurs alliés républicains et entre victorieusement à Naples le 15 juin 1799, sans parvenir cependant à faire prévaloir une politique de relative modération. Il quitte Naples dans les premiers jours du mois de novembre 1799, via Rome, afin de participer au conclave de Venise. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme membre de la congrégation pour le rétablissement de l’ancien système de gouvernement (9 juillet 1800), puis le transfère sur le titre diaconal de S. Maria in Cosmedin (11 août 1800). En 1806, lors de l’occupation du royaume par les troupes françaises, il se réfugie à Amelia, en Ombrie : ce qui ne l’empêche pas d’être compris sur la liste des émigrés et de voir ses biens confisqués par le nouveau régime. Il rejoint ensuite à Palerme le roi Ferdinand IV et sa cour. Envoyé à Paris en qualité d’ambassadeur auprès de Napoléon, il est au nombre des onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril 1810 au second mariage de l’Empereur. Il est également désigné par Napoléon pour faire partie du groupe des cinq cardinaux rouges qui se rendent à Savone pour obtenir de Pie VII prisonnier l’approbation des décisions du concile national (320 septembre 1811). Il reçoit encore la grand-croix de la Légion d’honneur.

652Rentré à Rome dès le mois de mai 1814, il y est accueilli avec une certaine tièdeur de même qu’à Naples où il établit sa résidence habituelle. Pie VII le nomme cependant surintendant de l’Annone et de la Grascia (avant le 8 février 1815), membre de la congrégation économique restaurée (26 juillet 1815), grand prieur de l’ordre de Malte pour l’État pontifical (10 mai 1817), camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1819-1820 (29 mars 1819), puis préfet de la congrégation des Eaux (avant le 10 février 1821) ; il est la même année transféré sur le titre diaconal de S. Maria in Via Lata (27 juin 1821) et devient le premier des cardinaux dans l’ordre des diacres : c’est lui qui proclame du balcon du Quirinal l’élection de Léon XII (28 septembre 1823). Il meurt quatre ans plus tard à Naples et est enseveli, après des obsèques à S. Domenico Maggiore, dans sa chapelle gentilice.

6534 – Conclaves de Pie VII et Léon XII.

6545 – On possède du cardinal Ruffo un ensemble d’édits et de mémoires ; parmi ces derniers, citons : Memorie economiche su vari articoli concernenti l’approvvigionamento delle grascie per Roma presentate ad una particolare Congregazione destinata da Sua Santità colle provvidenze sovrane emanate in seguito delle mesdesime (Cesène, 1789) ; Memoria su la riforma della legislazione daziaria della Grascia di Roma alla Sagra Congregazione particolarmente deputata su la Grascia stessa (Rome, 1790). Benedetto Maresca a publié deux ensembles de correspondance du cardinal Ruffo relatifs à la contre-révolution de 1799 dans le royaume de Naples : Carteggio della regina Maria Carolina col card. Ruffo nel 1799, dans Archivio storico per le provincie napoletane, V, 1880, p. 324-348, 548-577, 661-689 ; Carteggio del Cardinale Ruffo col Ministro Acton da gennaio a giugno 1799, dans Archivio storico per le provincie napoletane, VIII, 1883, p. 58-82, 227-258, 496-498, 601-654.

655Sources : ASR/SG vol. 722, procès Ruffo. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 313. HC VI, 37. MICHAUD XXXVII, 51-54 (René Alby). MORONI LIX (1852), 220-222. DRN IV (1937), 145-146 (Michele Rosi). EncCatt X (1953), 1434-1435 (Vittorio E. Giuntella). Diario di Roma du 19 décembre 1827, n° 101. Filadelfe MUGNOS, Istoria della Casa dei Ruffo, Naples, 1873 ; traduction française, Histoire généalogique de la maison Ruffo, Marseille, 1880, 548 p. Renata OREFICE, Carte dell’archivio Ruffo di Bagnara, Naples, 1971, VI-35 p. Vincenzo MALATESTA, Il cardinale Antonio M. Ruffo di Bagnara Calabria, dans Studi meridionali, I, 1979, p. 95-100. Sur les témoignages relatifs à la campagne de 1799 : SAVOIA, Diario della spedizione del Card. Ruffo nel 1799, Reggio Calabria, 1889. Antonio CIMBALO, Itinerario di tutto cib che è awenuto nella spedizione del card. Fabrizio Ruffo per sottomettere i ribelli, Naples, 1899 ; réédition : La lunga marcia del cardinale Ruffo alla riconquista del Regno di Napoli, a cura di Mario BATTAGLINI, Rome, 1967, 120 p. Francesco APA, Breve dettaglio di alcuni particolari avvenimenti accaduti nel corso della campagna nella spedizione dell’eminentissimo D. Fabrizio Ruffo, Naples, 1900, 43 p. Domenico PETROMASI, Storia della spedizione dell’eminentissimo cardinale D. Fabrizio Ruffo allora vicario generale per S. M. del Regno di Napoli, e degli awenimenti, e fatti d’armi accaduti nel riacquisto del medesimo, Naples, 1901 (seconde édition, S. VITALE éd., Naples, 1994). Pour la biographie proprement dite du cardinal Ruffo : Domenico SACCHINELLI, Memorie storiche della vita del Cardinale Fabrizio Ruffo scritte dell’Abate Domenico Sacchinelli già Segretario di quel Porporato con osservazioni sulle opere di Cuoco, di Botta e di Colletta, Naples, 1836, XV-292 p. (seconde édition : Rome, 1895, 293 p.) suivies de Risposte alle osservazioni sulle memorie storiche della vita del Cardinal Fabrizio Ruffo per l’impresa guerriera del 1799, Naples, 1838 (sur son secrétaire, et conclaviste en 1823, cf. Francesco FILLA, Breve monografia storico-critica sullo Abbate Domenico Sacchinelli segretario e biografo del Card. Fabrizio Ruffo, Naples, 1907). MALASPINA, Osservazioni sulla vita del cardinale Fabrizio Ruffo, Livourne, 1839. Joseph Alexander von HELFERT, Fabrizio Ruffo. Revolution und Gegen-Revolution von Neapel, November 1798 bis August 1799, Vienne, 1882, XXI-611 p. ; traduction italienne : Fabrizio Ruffo. Rivoluzione e controrivoluzione di Napoli dal settembre 1798 all’agosto 1799, Florence, 1885, VIII-446 p. Vincenzo RUFFO, Il cardinale Fabrizio Ruffo e la controrivoluzione del 1799, dans Archivio storico della Calabria, VI, 1918, p. 3232. Antonio MANES, Un cardinale condottiero. Fabrizio Ruffo e la Repubblica Partenopea, L’Aquila, 1930. Massimo LELJ, La Santa Fede. La spedizione del cardinale Ruffo (1799), Milan, 1936, 290 p. Benedetto CROCE, La riconquista del regno di Napoli nel 1799. Lettere del cardinale Ruffo, del Re, della Regina e del ministro Acton, Bari, 1943. Enzo PISCITELLI, Fabrizio Ruffo e la riforma economica dello Stato Pontificio, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, LXXIV, 1951, p. 69-148. Gaetano CINGARI, Giacobini e Sanfedisti in Calabria nel 1799, Messine-Florence, 1957 ; réédition, Reggio Calabria, 1978, 405 p. La notte comincia ancora una volta. Atti del Convegno Fabrizio Ruffo fra storia ed immaginario (San Lucido, 27-28 luglio 1984), Cosenza, 1985, 140 p. Giovanni RUFFO, Il cardinale rosso, Soveria Mannelli (Calabria), 1998, 242 p.

Antonio Lamberto RUSCONI

656Cento (Bologne), 19 juin 1743 - Imola, 1er août 1825.

657Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Fils de Domenico Bartolomeo Rusconi (1700-1775) et de Maria Marta Manari, il descend de la famille d’ancienne noblesse lombarde des Rusca dei Rusconi, originaire de Côme, établie à Cento et agrégée aux patriciats de Ravenne, Anagni et Foligno ainsi qu’au sénat de Bologne ; ses frères Pier Donigio et Domenico Rusconi acquièrent le titre de marquis. Docteur en droit de l’Université de Bologne, Antonio Lamberto Rusconi devient chanoine de la collégiale S. Biagio de Cento (1763), puis se rend à Rome en 1765 où il reçoit l’enseignement du jésuite Giulio Cesare Cordara.
  2. Entré en prélature sous le pontificat de Clément XIV, à l’âge de 30 ans, en qualité de référendaire (23 décembre 1773) et d’abreviateur du Parc majeur de la Chancellerie apostolique (Notizie de 1774), Pie VI le nomme successivement ponent de la congrégation du Buon Governo (1775), visiteur de la province de Campagna e Marittima puis auditeur du cardinal camerlingue Carlo Rezzonico (14 février 1785). Au lendemain de la première restauration, Pie VII le place à la tête de la députation particulière pour la Grascia (9 juillet 1800), puis l’élève à la charge d’auditeur du tribunal de le Rote pour Bologne par motu proprio du 24 février 1801 ; entré en fonctions le 15 décembre, il prête serment le 8 janvier 1802. Il est ordonné prêtre à 58 ans, le 2 janvier 1803. Membre de la Congregazione di Stato formée par Agostino Rivarola le 11 mai 1814 en vue de la restauration du pouvoir pontifical, il est chargé de la remise en ordre de l’Université grégorienne, de l’Archiginnasio de la Sapience, des écoles, des bibliothèques et des musées de la ville de Rome ainsi que de l’administration des postes et des travaux urbains.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 73 ans du titre des SS. Giovanni e Paolo (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, des Évêques et Réguliers, de l’Examen des évêques en droit canon, et encore des Indulgences (où il ne semble pas avoir pris effectivement place selon les Notizie). Promu dès le 8 mars 1816 (après avoir refusé les évêchés lombards de Côme, patrie de sa famille, et de Crema) évêque d’Imola, ancien diocèse de Pie VII, il est consacré par le pape lui-même le 21 avril. Il devient de surcroît, tout en conservant le gouvernement de son diocèse, légat de la ville et de la province de Ravenne (9 février 1820). Durant le conclave de Léon XII, il se range dans le parti politicante et obtient jusqu’à six voix dans le scrutin du 22 septembre. Léon XII le confirme dans sa légation à l’automne 1823. Décédé à Imola deux ans plus tard, il est enseveli dans la cathédrale.
  4. Conclave de Léon XII (avec l’abbé Cancellieri comme dapifero).

658Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 374. WEBER (Legati) 185, 881882. HC VI, 223. HC VII, 11, 41. MORONI, LIX (1852), p. 226-229. DRN IV (1937), 149 (Ersilio Michel). LITTA, fascicule183 (Turin, 1881), tavola IX. Alberto RUSCONI, Memorie storiche del Casato Rusca o Rusconi, Bologne, 1874-1877, 2 vol., tome I, tav. XIV et tome II, tav. 21 (portrait). CERCHIARI II, 280. MOSCARINI, 15, 132. Diario di Roma du 6 août 1825, n° 62. R. COMANDINI, Il cardinale Antonio Rusconi promotore di buoni studi, dans Id., Illustri personaggi centesi e miscellanea di studi, Cento, 1996, p. 5-16.

Giuseppe Antonio SALA

659Rome, 27 octobre 1762 - Rome, 23 juin 1839.

660Cardinal le 30 septembre 1831.

6611 – Troisième fils de Giuseppe Antonio Sala, employé des douanes originaire de la province de Novare, et d’Anna Sacchetti, il poursuit ses études de lettres et de philosophie au Collège Romain, puis de théologie chez les dominicains de S. Maria sopra Minerva, est ordonné prêtre et s’initie, sous la conduite de son frère aîné Domenico Sala (1747-1832), administrateur des Componende (à dater du 21 octobre 1794) et dépositaire des Vacabili de la Daterie apostolique, et du prélat Pier Antonio Tioli, secrétaire de la congrégation des Confins, aux usages et aux affaires de Curie. Durant l’occupation française de 1798-1799, il collabore activement avec Michele Di Pietro, délégué apostolique à Rome, et rédige un important Journal des années révolutionnaires. Nommé au lendemain de la signature du concordat avec la France secrétaire de légation en France auprès du cardinal Caprara, il quitte Rome le 5 septembre 1801 pour s’établir à Paris le 4 octobre ; il y demeure trois années, jusqu’au voyage du pape de décembre 1804, et s’oppose à plusieurs reprises aux concessions faites par le faible cardinal-légat à Bonaparte, non sans s’attirer la colère de ce dernier. Il assiste, le 2 décembre 1804, au couronnement de l’empereur. Rentré à Rome, il est relégué dans un office mineur de la Daterie (scripteur des bulles et des brefs), sans doute à raison de l’hostilité qui oppose, depuis le conclave de Venise, le secrétaire d’Etat Consalvi à son frère Domenico. Secrétaire de la délégation apostolique confiée au cardinal Di Pietro par Pie VII le 9 juin 1809, il est aussitôt arrêté et menacé de déportation à Reims ; il parvient à se réfugier à Cascia, puis à la Villa Salviati de Fiesole où il séjourne durant plus de quatre années, tandis que son frère est emprisonné avec le cardinal Pacca à la forteresse de Fenestrelle. C’est à Fiesole qu’il rédige, à la demande du cardinal Di Pietro, une consultation qui soutient les motifs de l’abstention des cardinaux noirs au second mariage de Napoléon, et surtout, en février-mars 1814, après l’avoir soumis à son frère Domenico, qui y a sans doute en partie contribué, un vaste Plan de réforme de l’Église et de l’Etat pontifical pronant la séparation radicale des intérêts spirituels et temporels. A la chute de l’Empire, il rejoint Pie VII à Bologne (31 mars 1814), lui remet en mains propres son Plan de réforme et l’accompagne jusqu’à Rome.

6622 – Entré tardivement en prélature à Césène à plus de 51 ans en qualité de prélat domestique et de protonotaire apostolique (avant le 22 avril 1814), il joue un rôle important durant les premiers mois de la Restauration de l’Etat pontifical en qualité de secrétaire, auprès des cardinaux Pacca et Di Pietro, des deux congrégations temporaires pour l’Examen des désordres (31 mai 1814) et de la Réforme (4 juin 1814), relatives aux clergés séculier et régulier. De Vienne, le cardinal Consalvi obtient que soit empêchée l’impression du Plan de réforme, et ordonne la destruction de toutes les copies. Nommé coadjuteur cum futura successione de Giulio Carpegna, secrétaire de la congrégation des Rites (20 septembre 1815), il assure le secrétariat effectif de la congrégation jusqu’en décembre 1825. Il est fait prélat référendaire le 1er mai 1816, puis promu secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (10 mars 1823), Léon XII le nomme successivement examinateur des évêques en droit canon (7 novembre 1823), assesseur de la Visite apostolique extraordinaire de Rome (31 mai 1824) et prélat de la congrégation de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (21 mars 1825). Promu secrétaire de la congrégation du Concile (18 décembre 1825) tout en demeurant consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, il devient chanoine de Sainte-Marie-Majeure et visiteur des Hôpitaux de Rome, tâche à laquelle il se consacrera avec énergie jusqu’à sa mort.

6633 – Cardinal-prêtre à près de 69 ans du titre de S. Maria della Pace (24 février 1832) lors de la première promotion cardinalice effectuée par Grégoire XVI, il est agrégé le même jour aux congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, du Concile, des Rites et de la Propagande, ainsi que de l’Examen des évêques en droit canon (avant le 2 mai 1832). Nommé préfet de la congrégation de l’Index (avant le 18 mars 1834) - il est agrégé à ce titre à la congrégation des Études -, il est promu huit mois plus tard préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (21 novembre 1834) ; il devient membre des congrégations du Saint Office (avant le 2 juillet 1834) et de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 2 juillet 1834). Fait président de la députation extraordinaire de Santé publique (avant le 28 septembre 1836) lorsque le cholera commence à menacer Rome, il combat avec énergie l’épidémie lorsqu’elle s’abat sur Rome aux mois d’août et septembre 1837. Il est promu archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure (avant le 11 décembre 1838). En mars 1839, peu avant sa mort, une vive discussion l’oppose au pape lors, de la désignation de Fabio Asquini comme secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers. Décédé à près de 77 ans, il est, après des obsèques à S. Carlo ai Catinari, enseveli en l’église S. Maria della Pace.

6645 – Les écrits de cardinal Sala (dont son Journal de la République de 17981799 et son Plan de réforme de 1814) ont donné lieu à publication dès la fin du xixe siècle : Scritti di Giuseppe Antonio Sala, pubblicati sugli autografi da Giuseppe CUGNONI, Rome, 1882-1888, 4 vol. : I-II-III, Diario romano degli anni 1798-1799 ; IV - Scritti varj : Sentimento sull’assistenza dei cardinali alla sagra cerimonia del matrimonio ; Piano di riforma umiliato a Pio VII (édition partielle) ; Vita di Domenico Sala. Une édition complète du Plan de réforme a vu le jour à l’aube du xxe siècle : Piano di riforma umiliato a Pio VII, ora per la prima volta integralmente pubblicato dal pronipote du lui Giuseppe CUGNONI, Tolentino, 1907, XLIII-508 p. (version intégrale à partir de la copie effectuée dans les années 1830 par Gioacchino Pecci, futur Léon XIII, et conservée à la Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 10702). Une réédition des écrits a été effectué à l’initiative de V.E. Giuntella : Scritti di Giuseppe Antonio Sala, con indice analitico di Renata TACUS LANCIA e premessa di Vittorio Emanuele GIUNTELLA, Rome, 1980, 4 volumes. Enfin il faut attribuer au cardinal Sala la réunion des documents du Saint-Siège relatifs au conflit enttre Pie VII et la France napoléonienne : Documenti relativi alle contestazioni insorte fra la S. Sede ed il Governo francese, s.l.n.d. (mais Rome, 1833-1834), 6 volumes (Bibliothèque vaticane, exemplaire Mai XI O.I. 17-19).

665Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 822. HC VII, 25 et 43. MORONI LX (1853), p. 237-240. Enc. Catt. X (1953), col. 1643-1644 (Piero Sannazaro). PÁSZTOR (AEE), 207, 210, 213 et passim. GASNAULT, 204. Diario di Roma du 25 juin et du 6 juillet 1839, n° 50 et n° 53. Giuseppe CUGNONI, Memorie della vita e degli scritti di Giuseppe Antonio Sala, Rome, 1854, 54 p., repris et élargi sous forme d’article : Memorie della Vita e degli Scritti del cardinale Giuseppe Antonio Sala, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, XI, 1888, p. 5-57, 213-252. Antonio CIPRIANI, Sulle tracce del diario manoscritto del Sala ?, dans Studi Romani, XVIII, 1970, p. 467-471. Cosimo SEMERARO, Restaurazione, Chiesa e società. La seconda ricupera e la rinascita degli ordini religiosi nello Stato Pontificio (Marche e Legazioni, 1815-1823), Rome, 1982, passim (sur la congrégation de la Réforme). Philippe BOUTRY, Le Roi Martyr. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome (1820), dans Revue d’Histoire de l’Église de France, LXXXVI, 1990, p. 57-71. Antonella BURATTA, Il card. Antonio Sala e la visita apostolica agli Ospedali di Roma, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, XLI, 1987, p. 433-444.

Ferdinando Maria SALUZZO

666Naples, 21 novembre 1744 - Rome, 3 novembre 1816.

667Cardinal le 23 février 1801.

  1. Fils de Giacomo Saluzzo, duc de Corigliano, et de Maria Francesca Pignatelli, fille de Francesco, prince de Strongoli, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine et est apparenté au cardinal Pignatelli (cf infra). Il poursuit ses études à Rome où il devient docteur in utroque jure du collège des protonotaires apostoliques (11 février 1767).
  2. Entré aussitôt en prélature, à l’âge de 22 ans, en qualité de protonotaire apostolique participant et de référendaire (19 février 1767), il devient successivement vice-légat de Ferrare auprès du cardinal Borghese (1772-1776). Rappelé à Rome, Pie VI le nomme ponent de la Consulte, prélat de la congrégation de l’Immunité et consulteur de la congrégation des Rites ; il devient vice-doyen du collège des protonotaires apostoliques. Promu par Pie VI le 25 juin 1784 archevêque in partibus de Théodosie, il est consacré à Rome le 4 juillet par le cardinal Marc’Antonio Colonna, puis, à la suite de la suppression de son titre, fait une semaine plus tard archevêque in partibus de Carthage (13 juillet 1784) et nonce en Pologne (30 juillet 1784). Au terme de dix années de nonciature, il est rappelé à Rome et nommé président d’Urbino (14 mars 1794) ; il est de retour à Rome le 12 juillet 1794. À la suite de l’invasion des Marches par les troupes françaises, il doit consigner la fortresse de San Leo le 7 décembre 1797, puis s’enfuir de Pesaro le 21 décembre.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 55 ans du titre de S. Maria del Popolo (20 juillet 1801), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de le Visite apostolique, du Concile, des Rites et de la Consulte, puis de la Propagande (avant le 23 septembre 1801) et de l’Immunité ecclésiastique (avant le 17 mars 1802) ; il le transfère ensuite sur le titre cardinalice de S. Anastasia (28 mai 1804) et le fait membre de la congrégation particulière de la Chine et des Indes orientales (avant le 7 janvier 1807). Exilé en France au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Sedan où il demeure en compagnie du cardinal Galleffi jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Saint-Pons (Hérault) ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril. Libéré enfin, il regagne Rome où il reçoit dans l’été 1814 la préfecture de la congrégation du Buon Governo ; il est encore nommé membre de la Commission chargé d’examiner les actes du cardinal Maury (22 juin 1815). Décédé deux ans plus tard, il est, après des obsèques célébrées en présence de Pie VII à S. Maria in Vallicella, enseveli dans son église cardinalice.

668Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 299. WEBER (Legati) 255, 421887. HC VI, 150 et 402. HC VII, 7, 40, 43. MORONI LX (1853), 303-304. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 226-227 et passim.

Stanislao SANSEVERINO

669Naples, 13 juillet 1764 - Forli, 11 mai 1826.

670Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 22 juillet 1816.

  1. Né de Pietro Antonio Sanseverino, comte de Chiaromonte, puis XIe prince de Bisignano, et d’Aurelia Caracciolo, comtesse de Casalbore, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine, qui a donné à l’Église plusieurs cardinaux, dont en dernier lieu le cardinal Lucio Sanseverino (1565-1623), promu par Grégoire XV le 21 juillet 1621. Après des études à Naples, il entre à Rome le 1er décembre 1782 à l’Académie des nobles ecclésiastiques où il demeure quatre années (jusqu’au 14 septembre 1786) et suit les cours de Francescantonio Zaccaria. Il acquiert en 1783 la régence de la Chancellerie apostolique, charge qu’il occupe jusqu’en 1816 auprès des cardinaux Henry Stuart, duc d’York († 1807), puis Francesco Carafa di Traetto.
  2. Entré en prélature à l’âge de 23 ans à sa sortie de l’Académie des nobles en qualité de prélat domestique et de référendaire (24 juin 1787), il est aussitôt nommé vice-légat de Romagne auprès du cardinal Nicola Colonna di Stigliano (1789-1793) ; il est ensuite promu ponent de la Consulte. Il se réfugie à Naples dans sa famille durant la République. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme membre de la congrégation pour le rétablissement de l’ancien système de gouvernement (9 juillet 1800). puis clerc de la Chambre apostolique (30 octobre 1800) et président des Routes (avant le 13 janvier 1808). Il se réfugie à nouveau à Naples durant l’occupation française de Rome de 1809 à 1814. Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la Commissione di Stato mise en place le 11 mai 1814 par Agostino Rivarola, au sein de laquelle il assume la présidence provisoire des routes, des Ripe, des archives et de la monnaie ; il est promu commissaire général des armées et de la marine. Durant la fuite de Pie VII à Gênes (22 mars - 7 juin 1815), il est membre de la Giunta di Stato présidée par le cardinal Della Somaglia. Au retour du cardinal Consalvi, il est fait pro-gouverneur de Rome (10 juillet 1815), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 51 ans du titre de S. Maria in Portico (23 septembre 1816), Pie VII l’agrège le 25 septembre aux congrégations du Concile, de la Consulte, du Buon Governo et des Eaux, puis le nomme deux ans plus tard légat de la ville et de la province de Forli (11 août 1818). Il reçoit les ordres majeurs dans l’été 1823, à la veille d’entrer au conclave. Léon XII le confirme dans sa légation et le transfère sur le titre cardinalice de S. Maria ad Martyres (21 mars 1825). Décédé à Forli un an plus tard, il est enseveli dans la cathédrale.
  4. Conclave de Léon XII.

671Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 530. WEBER (Legati) 373, 891. HC VII 12 et 46. MORONI LXI, 1853, 53-54. DRN IV (1937), 199-200 (Ersilio Michel). PROCACCINI, 54. MOSCARINI, 15, 132. DEL RE (Governatore), 123. Diario di Roma des 17 mai et 3 juin 1826, n° 39 et n° 44. Francesco FABI MONTANI, Elogio storico del cardinal Stanislao Sanseverino, Rome, 1864, 30 p.

Giovanni Filippo SCOTTI GALLARATI

672Milan, 25 février 1747 - Gualtieri (Orvieto), 6 octobre 1819.

673Cardinal le 23 février 1801.

  1. Fils de Giovanni Battista Scotti, il appartient à l’une des premières familles du patriciat de Milan. Destiné à l’état ecclésiastique et tonsuré dès l’âge de sept ans (11 septembre 1754), il devient docteur in utroque jure de l’université de Pavie.
  2. Entré en prélature à l’âge de 22 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (6 novembre 1769), il est successivement nommé vice-légat de Ravenne (bref du 17 novembre 1771) et ponent de la congrégation des affaires ecclésiastiques, puis fait inquisiteur général de l’île de Malte ; il encore fait prelato vicario de la basilique de S. Maria in Cosmedin (26 novembre 1780), charge qu’il conserve jusqu’en 1785. Promu par Pie VI le 24 septembre 1792 archevêque in partibus de Sidon, il est consacré à Rome le 17 mars 1793 par le cardinal Valenti Gonzaga et nommé nonce à la cour de Florence (23 août 1793), puis auprès de la République de Venise (1er juin 1795) jusqu’à l’invasion de celle-ci par les armées françaises et sa cession à l’Empire d’Autriche en vertu du traité de Campo Formio. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le choisit pour maestro di camera (11 août 1800), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Alessio (20 juillet 1801), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de la Visite apostolique, des Évêques et Réguliers, de la Propagande et du Cérémonial, puis de l’Immunité (avant le 17 mars 1802). Il est parmi les quatorze cardinaux expulsés de Rome en qualité d’étrangers par sur les autorités françaises le 23 mars 1808. Exilé en France au lendemain de l’enlèvement de Pie VII, il est, le 2 avril 1810, au nombre des treize cardinaux « noirs » qui refusent d’assister au remariage de Napoléon avec l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche. Sur ordre de l’empereur, il est aussitôt relégué à Mézières où il demeure en compagnie du cardinal Della Somaglia jusqu’à son rappel après la signature du concordat de Fontainebleau par Pie VII, le 25 janvier 1813. Revenu auprès du pape, il est à nouveau exilé le 27 janvier 1814 à Toulon ; un ordre du gouvernement provisoire le libére le 2 avril. De retour à Rome, Pie VII l’agrège le 16 septembre 1814 à la congrégation pour l’Examen des évêques en droit canon et le transfère le 26 septembre au titre cardinalice de S. Prassede. Il devient encore, le 16 février 1816, membre de la congrégation des Indulgences. L’année suivante, Pie VII le nomme préfet de l’Économie de la Propagande (10 mai 1817), puis le transfère le 21 décembre 1818 au titre cardinalice de S. Lorenzo in Lucina (tout en lui conservant S. Prassede en commende). Décédé un an plus tard dans une maison de campagne aux alentours d’Orvieto, il est enseveli dans la cathédrale.

674Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 328. WEBER (Legati) 372. HC VI, 379. HC VII, 7, 40, 42, 44. Diario di Roma du 9 octobre 1819, n° 81. Giovanni Maria CRESCIMBENI, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin, 2e éd., Naples, 1899, p. 41. Charles-Alexandre GEOFFROY DE GRANDMAISON, Napoléon et les cardinaux noirs (1810-1814), Paris, 1895, p. 227 et passim.

Giovanni SERAFINI

675Magliano di Sabina, 15 octobre 1786 - Rome, 1er février 1855.

676Cardinal le 27 janvier 1843.

  1. Fils de Domenico Serafini et Vittoria Colangeli, il appartient à une famille noble de Sabine inscrite également au patriciat d’Urbino (18 octobre 1732) ; son frère Giuseppe Serafini est gonfaloniere de Magliano Sabina. Tonsuré dès l’âge de quatorze ans (29 mars 1800), il complète, après des études de droit à l’université de Pérouse (1806-1809), sa formation à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1815-1818) ; il est fait docteur in utroque jure du collège des protonotaires apostoliques (26 août 1817) et acquiert deux ans de pratique juridique auprès de l’avocat Giovanni Bacile.
  2. Entré en prélature dès sa sortie de l’Académie, à l’âge de 31 ans, en qualité de référendaire (11 décembre 1817) et de prélat domestique (avant le 7 janvier 1818), il est aussitôt nommé ponent du Buon Governo (11 janvier 1818), puis successivement vice-légat de Ravenne (12 août 1818) et délégat apostolique d’Ascoli Piceno (20 mai 1821) et de Spolète (23 avril 1823). Rappelé à Rome par Léon XII, il est fait ponent de la Consulte (12 juillet 1824) puis nommé délégat apostolique de Frosinone (15 décembre 1828). À nouveau rappelé à Rome par Pie VIII, il est fait secrétaire de la congrégation du Buon Governo (15 mars 1830). Promu par Grégoire XVI chanoine de Saint-Pierre du Vatican (12 février 1832) puis clerc de la Chambre apostolique (avant le 13 février 1833) et président des Eaux et des Routes (avant le 6 juillet 1833), il devient président de l’Annone et de la Grascia (avant le 17 juin 1837) et vice-président du tribunal criminel de l’auditeur général de la Chambre apostolique (Notizie de 1837) ; il est également fait prélat des congrégations de la Fabrique (11 février 1835), de l’Immunité (21 janvier 1837) et de Lorette (12 août 1837). Devenu doyen des clercs de la Chambre apostolique (21 juillet 1838), il occupe cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 56 ans du titre des SS. Vito e Modesto (30 janvier 1843), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, du Buon Governo, de la Fabrique et des Rites, puis le nomme propréfet (3 avril 1843), puis préfet (18 avril 1844) de la congrégation des Eaux et des Routes, et le transfère sur le titre cardinalice de S. Maria in Cosmedin (16 avril 1846). À la suite de sa démission (renuncia) de la préfecture des Eaux, Pie IX le substitue dans cette charge le 7 août 1846 par le cardinal Massimo ; il est néanmoins nommé membre de la congrégation des Eaux (avant le 24 novembre 1846). Décédé neuf ans plus tard, il est enseveli, après des obséques à S. Marcello, dans son église cardinalice de S. Maria in Cosmedin.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. On conserve du futur cardinal Serafini un discours de jeunesse, De cathedra romana divi Petri oratio (Rome, 1817).

677Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 870. ASR/SG vol. 730/7, procès Serafini. HC VII, 33 et 46. WEBER (Kardinäle) II, 518-519 (fondamental). PROCACCINI, 55. GRIMALDI XIX, ff. 69r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Giornale di Roma des 1er février, n° 26, et 5 février 1855, n° 28 (obsèques). FORCELLA IV, 326.

Francesco SERLUPI

678Rome, 26 octobre 1755 - Rome, 6 février 1828.

679Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Issu de la famille des marquis Serlupi Crescenzi, inscrits au nombre des 60 membres du patriciat de Rome par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV, il poursuit à Rome des études de droit.
  2. Entré en prélature à l’âge de 24 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (17 août 1780), il est promu par Pie VII au lendemain de la première restauration auditeur du tribunal de la Rote pour Rome (avant le 13 août 1800) ; il entre en fonctions le 16 avril et prête serment le 4 mai 1801. Le cardinal Romualdo Braschi le choisit pour vicaire de Saint-Pierre du Vatican (avant le 2 janvier 1808). À la suite de l’occupation napoléonienne de Rome et de l’arrestation successive du gouverneur Cavalchini et du pro-gouverneur Arezzo par les autorités françaises, il est promu à son tour pro-gouverneur de Rome (avant le 24 septembre 1808) ; il exerce avec difficulté ses fonctions jusqu’à l’enlèvement de Pie VII. Au lendemain de la Restauration, il est réintégré dans sa charge d’auditeur de Rote et fait membre de la commission des biens ecclésiastiques (15 mai 1814) ; il devient successivement consulteur de la congrégation des Rites (1814) et membre de la congrégation ad referendum pour l’indemnisation des acquéreurs de biens ecclésiastiques (22 juillet 1816). Devenu doyen du tribunal de la Rote (28 juillet 1817), il est fait à ce titre consulteur de la congrégation du Saint Office (avant le 30 août 1817).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 67 ans du titre de S. Prassede (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations du Concile, des Rites, de la Fabrique de Saint-Pierre et de Lorette. Léon XII le nomme membre de la congrégation Consistoriale (21 avril 1825). Décédé trois ans plus tard, il est enseveli dans sa chapelle gentilice en l’église S. Maria in Aracoeli.
  4. Conclave de Léon XII.
  5. On conserve du futur cardinal Serlupi un discours de jeunesse, In funere Josephi I. Lusitaniae regis Oratio (Rome, 1777).

680Sources : HC VII 15 et 44. PIETRAMELLARA II, 141-142. AMAYDEN II, 192. WEBER (Legati) 909-910. MORONI LXIV (1853), 183-184. CERCHIARI I, 296 et II, 278-279. DEL RE (Governatore), 122. Diario di Roma du 9 février 1828, n° 12.

Francesco SERRA CASSANO

681Naples, 21 février 1783 - Capoue, 17 août 1850.

682Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 15 avril 1833.

6831 – Fils de Luigi Serra (1747-1825), duc de Cassano, et de la princesse Giulia Carafa (1755-1841), il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine, de lointaine origine génoise, appartenant au siège de Portanova. Il compte parmi les siens deux cardinaux de la branche génoise, Giacomo Serra (f1623), trésorier général de la Chambre apostolique, élevé au Sacré Collège par Urbain VIII le 17 août 1611, et Nicola Serra (1706-1767), auditeur général de la Chambre apostolique, élevé au Sacré Collège par Clément XIII le 26 septembre 1766, mort légat de Ferrare. Son frère aîné, Giuseppe Serra, duc de Cassano (1771-1837), se rallie en 1799 à la République Parthénopéenne, puis au régime du roi Murat ; son autre frère, Gennaro Serra (1778-1799), est pour les mêmes raisons condamné à mort et exécuté à l’âge de 21 ans, le 20 août 1799 ; son frère Giovanni Battista Serra (1784-1859), marquis de Rivadebro, est officier dans les armées napoléoniennes.

684Francesco Serra Cassano est ordonné prêtre le 1er mars 1806. Au lendemain de la Restauration, il devient vicaire de la basilique Sainte-Marie-Majeure (1814).

6852 – Entré en prélature à l’âge de 32 ans au lendemain de la Restauration en qualité de prélat domestique (16 juin 1815) et de référendaire (22 juin 1815), il est fait successivement ponent du Buon Governo (5 août 1815) puis ponent de la Consulte (9 mars 1816), prélat de la congrégation de l’Immunité (1er mai 1816) et prélat de la congrégation du Concile (22 juin 1816) et envoyé à Camerino en qualité de délégat apostolique (avant le 28 août 1816). Agrégé au collège des docteurs de l’Université de Camerino (24 octobre 1816), il devient l’année suivante docteur in utroque jure du collège des protonotaires apostoliques (17 juin 1817). Rappelé à Rome l’année suivante et promu par Pie VII nonce à la cour de Bavière (avant le 26 octobre 1817) à la suite de la conclusion du concordat du 5 juin 1817, sa nomination effective est retardée par les difficultés d’application de l’accord. Fait archevêque de Nicée in partibus (16 mars 1818), il est consacré à Rome le 23 mars par le cardinal Pacca et confirmé dans ses fonctions par bref en date du 6 octobre 1818 ; il entre à Munich le 31 octobre 1818. Au terme d’une nonciature de six années, il est nommé le 3 juillet 1826, avec l’assentiment du roi de Naples, coadjuteur de l’archevêque de Capoue cum futura successione et en devient presque aussitôt archevêque à la suite du décès de Mgr Mormile (26 juillet 1826).

6863 – Cardinal-prêtre à l’âge de 50 ans du titre des Douze-Apôtres (29 juillet 1833), Grégoire XVI l’agrège aux congrégation de la Visite apostolique, des Évêques et Réguliers, des Rites et de Lorette (29 juillet 1833). Il meurt au terme d’un épiscopat de vingt-quatre années (1824-1850) et est enseveli dans la cathédrale de Capoue.

6874 – Conclave de Pie IX.

688Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 800. HC VII, 26, 40, 132 et 281. MORONI LXIV (1853), 188-189. WEBER (Kardinäle) II, 519-520 et 813 (table généalogique), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. SPRETI VI, 274277. DE MARCHI, 53. Giornale di Roma des 22 août et 17 septembre 1850, n° 192 et n° 214. Stefano PIROLO, Elogio funebre dell’Eminentissimo D. Francesco Serra, Naples, 1850, 22 p. Hermann von SICHERER, Staat und Kirche in Bayern vom Regierungseintritt der Kurfursten Maximilian Joseph IV. bis zur Erklärung von Tegernsee, 1799-1821, Munich, 1874, p. 298-335 et passim. Max BIERBAUM, Domprabendar Helfferich von Speyer und der Munchener Nuntius Serra Cassano. Ein Beitrag zur romisch-bayerischen Kirchenpolitik und zum Vollzug des bayerischen Konkordats im Jahre 1818, Paderborn, 1926, X-173 p. Beda BASTGEN, Bayern und der Hl. Stuhl in der ersten Halfte des 19. Jahrhunderts, Munich, 1940, 2 volumes, passim.

Antonio Gabriele SEVEROLI

689Faenza, 28 février 1757 - Rome, 8 septembre 1824.

690Cardinal le 8 mars 1816.

6911 – Fils du comte Carlo Severoli et de la marquise Anna Dorotea Guidi, de Césène, il appartient à l’une des premières familles du patriciat de Faenza. Les liens de sa famille avec la Curie romaine sont nombreux et puissants : un Nicolô Severoli a été avocat consistorial à Rome dans le dernier quart du xviie siècle ; son oncle maternel Romualdo Guidi (1722-1780), de Césène, président de l’hôpital S. Spirito et secrétaire de la congrégation du Buon Governo (1766-1778), est élevé à la pourpre par son compatriote Pie VI le 1er juin 1778 ; les Guidi sont enfin à Césène apparentés à Pie VII Chiaramonti.

692Élevé d’abord au collège jésuite de Ravenne, Antonio Gabriele Severoli reçoit la dignité d’archidiacre de la cathédrale de Faenza en vertu d’un bénéfice familial remontant à 1517, puis vient compléter son éducation à l’université de Modène et enfin à Rome, à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1776-1779), sous la protection des cardinaux Romualdo Guidi, son oncle, et Giancarlo Boschi (f1788), son compatriote ; il reçoit à l’Académie l’enseignement intransigeant de Francescantonio Zaccaria. Ordonné prêtre à l’issue de ses études le 18 décembre 1779, il regagne Faenza où il devient curé de S. Bernardo, puis vicaire général de l’évêque De Buoi ; il devient docteur in utroque jure de l’université de Césène (3 février 1787). Promu par Pie VI le 23 avril 1787, à l’âge de trente ans, évêque de Fano, il est fait évêque assistant au trône pontifical le 27 avril et consacré à Rome le 13 mai par le cardinal Boschi. Relégué en juin 1798 par les troupes françaises d’occupation à Castrocaro, dans l’Appenin toscan, il ne peut rentrer à Fano qu’en septembre 1799.

6932 – C’est Pie VII qui le ramène dans l’orbite de la Curie, à la suite de son séjour à Fano (19 juin 1800) sur le chemin de retour du conclave de Venise. Promu l’année suivante, le 28 septembre 1801, archevêque de Petra in partibus, il est nommé nonce apostolique à Vienne (avant le 10 octobre 1801) ; il quitte Rome le 9 novembre pour se rendre d’abord à Fano où il conserve sa juridiction épiscopale jusqu’en 1808. Élevé au siège de Viterbe et Toscanella (Tuscania) le 11 janvier 1808, il demeure cependant à Vienne durant l’occupation napoléonienne de Rome, puis seconde au lendemain de la Restauration les efforts du cardinal Consalvi en vue de la restitution complète des États pontificaux. Promu cardinal le 8 mars 1816, il ne quitte la capitale autrichienne qu’à l’automne 1817, au terme d’une nonciature de près de seize années, durant laquelle il s’est vigoureusement opposé à la politique joséphiste de Cobenzl et a critiqué les concessions faites par l’empereur à Napoléon, notamment le mariage de l’impératrice Marie-Louise.

6943 – Cardinal-prêtre du titre de S. Maria della Pace (1er octobre 1817), Pie VII l’agrège le 4 octobre aux congrégations du Concile, de la Propagande, des Rites et du Buon Governo. Il prend alors seulement (le 20 octobre 1817) possession du diocèse de Viterbe. Il est encore fait membre de la congrégation pour la Correction des livres de l’Église d’Orient (4 juillet 1818). Candidat du parti zelante à la mort de Pie VII, il est, à la veille d’être élu pape, victime de l’exclusive de l’Autriche portée par le cardinal Albani (21 septembre 1823) : c’est lui qui désigne alors au parti zelante le cardinal Della Genga, élu le 28 septembre sous le nom de Léon XII. Il est promu à l’issue du conclave cardinal, pro-dataire (avant le 4 octobre 1823) et devient membre de la congrégation d’État formée par Léon XII (29 septembre 1823). Il meurt l’année suivante et est enseveli dans l’église S. Maria della Minerva.

6954 – Conclave de Pie VII.

6965 – On conserve du cardinal Severoli une Allocuzione... all’illustre donzella la signora Annunziata Tassoni nell’assumere l’abito religioso nel monastero di S. Rosa (Viterbe, 1821).

697Sources : HC VI, 213. HC VII, 11, 43, 303 et 398. MORONI LXV (1854), 48-55. DRN IV (1937), 276 (Ersilio Michel). EncCatt XI (1953), 467-469 (Silvio Furlani). PROCACCINI 53. DE MARCHI 45. Diario di Roma du 11 septembre 1824, n° 73. Celestino MASETTI, Sulla vita e sulle opere del cardinale Antonio Gabriele Severoli. Commentario storico, Rome, 1853 ; Fano, 2e éd., 1854. R. PAOLUCCI, Mons. Severoli e l’invasione francese del ducato d’Urbino, dans Studia Picena, VIII, 1932, p. 1-56. Serafino PRETE, Il rapporto di mons. A.G. Severoli vescovo di Fano sulla sua deportazione e sullo stato della diocesi (1798-1799), dans Studia Picena, LVII, 1992, p. 157-188

Lorenzo SIMONETTI

698Rome, 27 mai 1789 - Rome, 9 janvier 1855.

699Cardinal in petto le 22 juillet 1844, publié le 24 novembre 1845.

7001 – Issu d’une famille de la noblesse des Marches, répartie en différentes branches établies à la fin du xviiie siècle à Osimo, Cingoli, Fano et Iesi ainsi qu’en Lombardie, en Sabine et à Rome, il compte dans sa parenté éloignée de nombreux prélats et quelques cardinaux. Les Simonetti d’Osimo, comtes (1671), puis princes de Musone (1805), ont donné à l’Église le cardinal Raniero Simonetti (1675-1749), nonce à Naples puis gouverneur de Rome, élevé au Sacré Collège par Benoît XIV le 10 avril 1747, ainsi que le prélat Raffaele Simonetti (1740-1819), référendaire de Pie VI (22 juin 1775), chanoine de Saint-Pierre du Vatican et prélat de la Fabrique de Saint-Pierre, ainsi que le prince Annibale Simonetti, ministre des finances de Pie IX en 1848. Les marquis Simonetti de Sabine ont donné le cardinal Giuseppe Simonetti (1709-1767), secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers, élevé au Sacré Collège par Clément XIII le 26 septembre 1766.

701Le comte Lorenzo Simonetti, de la branche romaine (d’origine lombarde), est chanoine de S. Maria in Via Lata, puis de Saint-Jean du Latran (avant le 22 mai 1830). Grégoire XVI le fait camérier secret surnuméraire (avant le 4 juin 1836).

7022 – Entré en prélature à l’âge de 47 ans en qualité de prélat domestique (avant le 16 novembre 1836) et référendaire (22 décembre 1836), il est aussitôt promu secrétaire de la congrégation des Études (11 juillet 1836), puis secrétaire du Sacré Collège et de la congrégation Consistoriale (avant le 3 novembre 1838), charge qu’il occupe jusqu’à son élévation au Sacré Collège. Nommé également substitut de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures (1er novembre 1838), il est promu trois ans plus tard assesseur du Saint Office (12 juillet 1841), fonction qu’il assume jusqu’à son accession au cardinalat. Il est également fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (8 décembre 1838), examinateur des évêques en droit canon (5 septembre 1838) et protonotaire apostolique participant (avant le 19 janvier 1841). Il compte parmi ses amis et correspondants Giovanni Maria Mastai Ferretti, futur Pie IX.

7033 – Cardinal-prêtre à l’âge de 56 ans du titre de S. Lorenzo in Panisperna (19 janvier 1846), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations Consistoriale, des Études, du Concile et des Évêques et Réguliers. Pie IX le nomme préfet de l’Économie de la Propagande (21 septembre 1846), puis secrétaire des Mémoriaux (18 mars 1852) ; il devient également membre de la congrégation des Indulgences (avant le 8 juin 1847). Il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello en présence du pape, dans son église cardinalice.

7044 – Conclave de Pie IX.

705Sources : ASR/SG vol. 731, juramenta ff. 69. HC VII, 34, 35 et 42. WEBER (Kardinäle) II, 521-522 (fondamental). SPRETI VI, 328. AMAYDEN II, 194. GRIMALDI XIX, ff. 70v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Giornale di Roma des 9 janvier, n° 6, et 13 janvier 1855, n° 10 (obsèques). Alberto SERAFINI, Pio Nono. Giovanni Maria Mastai Ferretti dalla giovinezza alla morte nei suoi scritti e discorsi editi e inediti. I - Le vie della divina prowidenza (1792-1846), Cité du Vatican, 1958, p. 145.

Giovanni SOGLIA CERONI

706Casola Valsenio (Imola), 11 octobre 1779 - Osimo, 12 août 1856.

707Cardinal in petto le 12 février 1838, publié le 18 février 1839.

  1. Issu d’une famille pauvre (Il Soglia non ebbe parenti ricchi, écrira le Giornale di Roma le 28 août 1856), il est protégé par son oncle, l’abbé Giacomo Braga, secrétaire du cardinal Chiaramonti, futur Pie VII, durant son épiscopat d’Imola. Il poursuit ses études ecclésiastiques au séminaire d’Imola, puis à Bologne et à Rome où il est appelé par son oncle ; il est ordonné prêtre le 1er janvier 1803. Il est fait successivement chapelain commun coadjuteur (1803), puis chapelain secret de Pie VII et devient docteur en théologie du Collège romain (5 septembre 1805) et docteur en droit de la Sapience (22 juillet 1807). Il accompagne Pie VII dans son exil à Savone en juillet 1809 et le sert durant dix-huit mois ; puis il est emprisonné brièvement au fort de Fénestrelle avec le cardinal Pacca (1810). Interdit de séjour à Savone et aux environs, il se retire à Casola Valsenio durant l’occupation française de Rome. Il rejoint le pape à Modène après sa libération (mars 1814) et fait fonction de crocifero durant l’entrée du pape à Rome le 24 mai 1814. Au lendemain de la Restauration, il est rétabli dans ses modestes fonctions de chapelain secret, puis promu professeur de droit canon à la Sapience (avant le 19 novembre 1814).
  2. Entré au service de la Curie en qualité de relateur (avant le 29 janvier 1817), puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index, Léon XII le nomme au lendemain de son élection échanson (coppiere) et camérier secret participant (avant le 15 octobre 1823). Attaché à la commission pour la Réforme des études dans l’État pontifical depuis 1823, Léon XII le choisit comme premier secrétaire de la congrégation des Études lors de sa formation (28 août 1824) ; il est également fait examinateur du clergé romain et camérier secret. Promu par Léon XII aumônier apostolique (1er octobre 1826), il est nommé le 2 octobre 1826 archevêque d’Éphèse in partibus et consacré à Rome le même mois en l’église S. Gregorio al Celio ; il est également fait député ecclésiastique de la Commission des hôpitaux de Rome (8 janvier 1829). Grégoire XVI le confirme dans ses fonctions d’aumônier et nomme consulteur des congrégations du Saint Office (avant le 5 mars 1831) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (28 avril 1832) ainsi qu’examinateur des évêques en droit canon (avant le 27 juin 1832) ; il devient encore chanoine de Saint-Pierre du Vatican (16 décembre 1832). Promu secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers (23 juin 1834), charge qu’il occupe jusqu’à son élévation au Sacré Collège, il est fait l’année suivante patriarche latin de Constantinople (6 avril 1835).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 59 ans du titre des Quatre-Saints-Couronnés (21 février 1839), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et réguliers, du Concile, de la Propagande et des Études. Il est aussitôt nommé évêque d’Osimo et de Cingoli (18 février 1839) ; il en occupe le siège jusqu’à sa mort. Rappelé à Rome et promu par Pie IX secrétaire d’État et président du Conseil des ministres (4 juin 1848), il est substitué le 16 septembre à la présidence du ministère par l’ancien ambassadeur Pellegrino Rossi, assassiné le 15 novembre suivant sur les marches du palais de la Chancellerie ; ses fonctions de secrétaire d’Etat cessent de facto avec la fuite du pape pour Gaète le 24 novembre. Revenu à Osimo, il démissionne officiellement de la Secrétairerie d’État le 29 novembre. Il meurt huit ans plus tard à Osimo et est enseveli dans sa cathédrale.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Il a publié des Institutiones iuris publici ecclesiastici (Lorette, 1842), fruit de son enseignement à la Sapience et promis à une vaste diffusion, et des Institutiones iuris privati ecclesiastici (Ancône, 1854).

708Sources : HC 30, 41, 98, 161 et 188. EncCatt XI (1953), 914-915 (Renzo U. Montini). GRIMALDI XIX, ff. 69v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Giornale di Roma des 13 et 28 août 1856, n° 185 et n° 197. WEBER (Kardinäle) II, 522-523. GASNAULT, 165-166 et 204. PÁSZTOR (AEE), 208 et 211. DE MARCHI, 11. Giuseppe Ignazio MONTANARI, Elogio dell’Eminentissimo e Reverendissimo Principe card. Giovanni Soglia Ceroni, Ancône, 1856, 31 p. Alberto SERAFINI, Pio IX. I - Le vie della divina prowidenza (1792-1846), Rome, 1958, p. 1132-1137 et passim. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, p. 265-305, et passim. Carlo GRILLANTINI, Il card. Giovanni Soglia Ceroni, vescovo di Osimo, segretario di Stato di Pio IX, dans Pio IX, III, 1974, p. 144-156.

Alessandro SPADA

709Rome, 4 avril 1787 - Rome, 16 décembre 1843.

710Cardinal in petto le 23 juin 1834, publié le 6 avril 1835.

7111 – Né à Rome du prince Giuseppe Spada Veralli et de Giacinta Ruspoli, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine et bolonaise ; il compte parmi les siens les deux cardinaux Bernardino Spada (1594-1661), auteur de la fortune de la famille et constructeur du palais Spada de Rome, nonce à Paris, créé par Urbain VIII le 19 janvier 1626, légat de Bologne, mort évêque de Palestrina ; et Fabrizio Spada (1643-1717), nonce à Turin puis à Paris, créé par Clément X le 27 mai 1675, légat d’Urbino, secrétaire d’État d’Innocent XII, mort également évêque de Palestrina. Son frère aîné Clemente Spada hérite de la primogéniture ; son second frère Leonida Spada (né en 1779) est prélat référendaire depuis 1802 et assesseur du tribunal du Gouverneur de Rome.

712Alessandro Spada est élevé au collège Nazareno de Rome.

7132 – Entré en prélature à 28 ans en qualité de prélat domestique (14 août 1815) et de référendaire (31 août 1815), il est nommé ponent du Buon Governo (9 mars 1816). À la suite de la démission, le 19 décembre 1816 pour raisons de santé, de son frère aîné Leonida de la charge d’auditeur de Rote que lui avait attribuée Pie VII le 8 avril précédent, il est subrogé à ce dernier et nommé auditeur de Rote pour Bologne par motu proprio du 23 décembre 1816. Admis dans le Tribunal le 8 janvier 1817, il prête serment le 20 juin et entre en fonctions le 27 juin 1817. Il devient doyen du Tribunal de la Rote le 25 juin 1827 ainsi que consulteur de la congrégation du Saint Office (24 juillet 1827).

7143 – Cardinal-diacre à l’âge de 48 ans du titre de S. Maria in Cosmedin (24 juillet 1835), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations de la Fabrique de Saint-Pierre, de la Consulte, du Buon Governo et des Eaux (avant le 1er août 1835) ; il est fait encore camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1836-1837 (1er février 1836), membre des congrégations des Rites (avant le 30 avril 1836), de Lorette (avant le 18 juin 1836) et de la Visite apostolique (avant le 18 mars 1839) ainsi que protecteur de l’archiconfrérie de la SS. ma Trinità de’ Pellegrini (13 août 1837). Nommé légat apostolique de Forli (9 août 1839), il est substitué au terme de trois années dans ses fonctions le 13 septembre 1842. De retour à Rome, il meurt l’année suivante et est enseveli en l’église S. Maria in Vallicella.

715Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 804. HC VII, 28 et 46. MORONI LXVIII (1854), 22-24. PIETRAMELLARA II, 148-149. AMAYDEN II, 181. CERCHIARI I, 296 et II, 284. Diario di Roma du 19 décembre 1843, n° 101.

Giuseppe SPINA

716Sarzana, 11 mars 1756 - Rome, 13 novembre 1828.

717Cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 29 mars 1802.

  1. Fils unique de Giovanni Francesco (décédé avant 1793) et d’Eugenia Maria Spina, il appartient à une famille de petite noblesse. Il poursuit durant quatre années des études de droit à l’université de Pise où il devient docteur in utroque jure (10 décembre 1780). Il s’établit ensuite à Rome où il complète sa formation juridique auprès de l’avocat Lancellotti ; il reçoit la tonsure le 30 mars 1787.
  2. Entré en prélature à l’âge de 37 ans en qualité de référendaire (11 avril 1793), Pie VI le nomme coadjuteur du prélat Pio Antonio Martinez, doyen du collège des votants de la Signature de Justice (avant le 16 avril 1796), puis auditeur du majordome des Palais apostoliques ; il est ordonné prêtre à Sarzana le 13 novembre 1796. Au lendemain de l’occupation française de Rome, il est chargé par le cardinal secrétaire d’État Giuseppe Doria de préparer l’exil de Pie VI à Sienne puis à la Chartreuse de Florence, s’établit auprès du pape et succède en juin 1798 au duc Luigi Braschi en qualité de majordome. Promu le 10 juin 1798 archevêque in partibus de Corinthe, il est consacré à la Chartreuse le 30 septembre par le cardinal Lorenzana, ancien archevêque de Tolède et fait évêque assistant au trône pontifical le 21 octobre. Il accompagne ensuite, à partir du 27 mars 1799, Pie VI dans sa déportation en France sur l’ordre du Directoire, en est séparé à Briançon le 30 avril, est autorisé à le rejoindre peu après son installation à Valence (14 juillet), lui administre les derniers sacrements et l’assiste sur son lit de mort, à Valence le 28 aôut 1799 ; il veille à la sépulture du pape, d’abord dans la chapelle de la citadelle, puis au cimetière de Valence, le 30 janvier 1800. C’est encore à Valence, en octobre 1799, qu’il fait la connaissance du général Bonaparte, de retour d’Egypte. Il gagne ensuite Venise et porte au conclave, en qualité d’exécuteur testamentaire, l’Anneau du Pêcheur du pape défunt. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le nomme à Venise pro-secrétaire de la congrégation pour les affaires de France durant l’absence de Mgr Di Pietro (avant le 16 avril 1800). À la demande du premier consul, il est choisi pour conduire à Paris la délégation pontificale dans les négociations du Concordat. Il quitte Rome le 21 septembre 1800, rejoint le vieux cardinal Martiniana, premier interlocuteur de Bonaparte, à Verceil le 5 octobre, où il s’adjoint le théologien servite et futur cardinal Carlo Francesco Caselli, et arrive secrètement à Paris le 5 novembre. Devant la lenteur des négociations conduites avec l’abbé Bernier, représentant de Bonaparte, le cardinal Consalvi les rejoint en personne à Paris le 20 juin 1801 ; le concordat est signé le 15 juillet. Il est ensuite chargé, à la suite de la signature du concordat, du rapatriement de la dépouille de Pie VI, qui lui avait fait promettre de ramener son corps à Rome : exhumé le 25 décembre 1801, le cercueil quitte Valence le 11 janvier 1802 et gagne Rome par voie de mer, via Marseille et Gênes ; les obsèques solennelles de Pie VI se déroulent à Saint-Pierre les 17 et 18 février 1802.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 48 ans du titre de Sainte-Agnès hors les murs (24 mai 1802), Pie VII l’agrège aux congrégations du Concile, de la propagande, de l’Index et de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 5 juin 1802). Il est promu le jour même de son élévation au Sacré Collège archevêque de Gênes, dont la République va être annexée à l’Empire français. Il est fait ultérieurement aumônier de la princesse Pauline Borghèse, sœur de l’empereur. Appelé à Paris au printemps 1810, il est au nombre des onze cardinaux rouges qui assistent le 2 avril au second mariage de l’Empereur. Il participe l’année suivante au Concile national des évêques français à Paris (17 juin-5 août 1811) et s’efforce d’obtenir la libération de Pie VII de son emprisonnement de Savone. Il retourne ensuite à Gênes et prononce dans les premiers jours de la Restauration une homélie où il s’accuse publiquement de son excessive complaisance envers l’empereur. Il est fait au lendemain de la Restauration examinateur des évêques en droit canon (16 mars 1815). Quelques semaines plus tard, il accueille Pie VII durant le voyage (22 mars - 7 juin 1815) que le pape effectue à Gênes durant les Cent Jours. Il est nommé le 12 septembre 1815 administrateur apostolique de son diocèse natal de Brugnato, Luni et Sarzana. Un an plus tard, en septembre 1816, au terme d’un épiscopat de quatorze années, il quitte Gênes pour Rome ; sa démission de l’archevêché de Gênes est effective le 13 décembre 1816. Nommé légat apostolique de Forli (6 septembre 1816), il est transféré deux ans plus tard à la légation apostolique à Bologne (avant le 1er août 1818) et promu également le 21 février 1820 évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina. Pie VII le nomme plénipotentiaire du Saint Siège lors des congrès diplomatiques de Lubiana (Laibach) en mai 1821 et de Vérone en octobre 1822. Rappelé à Rome par Léon XII et substitué à la tête de la légation de Bologne (avant le 1er décembre 1824), il est promu préfet du tribunal de la Signature de Justice (15 janvier 1825). Il est fait membre des congrégations économique, (26 février 1825), du Cérémonial (17 avril 1825), des Eaux (2 mars 1826) et des Évêques et Réguliers (15 mars 1827) ainsi que protecteur de la congrégation bénédictine du Mont Cassin (14 décembre 1827). Décédé à Rome un an plus tard, il est enseveli, après des obsèques à S. Andrea delle Fratte, dans la cathédrale de Palestrina.
  4. Conclave de Léon XII.

718Sources : ASR/SG vol. 724, procès Spina. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 592. HC VI, 183. HC VII, 8, 38, 39 et 220. MORONI LXVIII (1854), 280285. DRN IV (1937), 330 (Ersilio Michel). EncCatt XI (1953), 1123-1124 (Silvio Furlani). Diario di Roma des 15 et 26 novembre 1828, n° 92 et n° 95.

Ugo Pietro SPINOLA

719Gênes, 29 juin 1791 - Rome, 21 janvier 1858.

720Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

7211 – Fils du marquis Francesco Maria Spinola (1826) et de la marquise Eugenia Pallavicini, il est issu de l’une des premières familles de l’aristocratie de Gênes, qui a donné à la République pas moins de 127 sénateurs et onze doges, et, à l’Église, de nombreux évêques et archevêques ainsi que treize cardinaux, dont, au xviiie siècle, Giovanni Battista Spinola (1615-1704), nonce à Nimègue, puis archevêque de Gênes, créé par Innocent XI le 1er septembre 1681 ; Niccolô Spinola (1659-1735), nonce à Florence et en Pologne, créé par Clément XI le 16 décembre 1715 ; Giorgio Spinola (1667-1739), nonce à Barcelone et à Vienne, créé par Clément XI le 29 novembre 1719, secrétaire d’État du pape Innocent XIII ; Giovanni Battista Spinola (1681-1753), gouverneur de Rome, créé par Clément XII le 28 septembre 1733 ; et Girolamo Spinola (1713-1784), nonce à Cologne, Lucerne et Madrid, créé par Clément XIII le 24 septembre 1759, légat de Bologne, puis de Ferrare.

722Au terme de ses études, Ugo Pietro Spinola s’établit à Rome au lendemain de la Restauration (novembre 1814) ; il devient docteur in utroque jure du collège des protonotaires apostoliques.

7232 – Entré en prélature à l’âge de 23 ans en qualité de prélat domestique (30 décembre 1814) et de référendaire (26 janvier 1815), il est successivement nommé ponent du Buon Governo (avant le 20 janvier 1815), ponent de la Consulte (9 mars 1816), puis délégat apostolique de Pérouse (29 novembre 1818), de Macerata (10 mars 1823), puis de Macerata et Camerino (5 octobre 1824) ; il est élevé à la dignité de protonotaire apostolique. Promu par Léon XII nonce à la cour d’Autriche (2 octobre 1826), il est fait le même jour archevêque in partibus de Thèbes et consacré à Rome le 12 novembre par le cardinal Spina. Il quitte Rome le 28 mars 1827 et arrive à Vienne le 24 mai ; il demeure à la cour d’Autriche jusqu’à son accession au Sacré Collège.

7243 – Cardinal-prêtre à l’âge de 41 ans du titre de S. Martino ai Monti (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, des Rites, du Cérémonial et de la Consulte, puis est aussitôt nommé commissaire extraordinaire pour les Légations (avant le 22 décembre 1832). Substitué au terme de trois années (avant le 2 décembre 1835) et rappelé à Rome, il est agrégé à la congrégation des Évêques et Réguliers (avant le 10 février 1836), puis fait président de la congrégation de la Révision des comptes (7 novembre 1840). Nommé légat de Bologne (15 septembre 1841), il réprime l’insurrection de Savignano (15 août 1843). Rappelé à Rome au terme de trois années de légation, il est promu cardinal pro-dataire (29 avril 1844). Décédé quatorze années plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice.

7254– Conclave de Pie IX.

726Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 792. HC VII, 25-26, 43 et 365. DRN IV (1937), 332 (Ersilio Michel). EncCatt XI (1953), 1125-1126, Spinola, famiglia (Pio Paschini). WEBER (Kardinäle) II, 523 et 805 (tableau généralogique). Giornale di Roma des 22 et 28 janvier 1858, n° 17 et n° 22. FORCELLA IV, 34. François-Charles UGINET, André Charvaz et le Saint-Siège, dans Jean-Dominique Durand, Marius Hudry, Christian Sorrel éd., Un évêque entre la Savoie et l’Italie. André Charvaz (1793-1870), précepteur de Victor-Emmanuel II, évêque de Pignerol, archevêque de Gênes. Actes du colloque franco-italien de Moûtiers (10-12 septembre 1993), Chambéry-Moûtiers, 1994, p. 211-231.

Domenico SPINUCCI

727Fermo, 2 mars 1739 - Bénévent, 21 décembre 1823.

728Cardinal le 8 mars 1816.

7291 – Fils du comte Giuseppe Spinucci, il appartient à une famille du patriciat de Fermo, propriétaire du fief polonais de Milanow à la suite du mariage contracté en 1765 par Clara Spinucci (1741-1792), sœur du futur cardinal, et le prince François Auguste Saxe (1730-1806), fils puîné du roi Auguste III de Pologne, dont les quatre filles entreront dans les familles Altieri, Riario Sforza, Patrizi et Massimo. Domenico Spinucci poursuit ses études à l’université de Bologne ; il devient docteur in utroque jure de l’université de Bologne (5 juillet 1757) et est ordonné prêtre le 19 mars 1763. Successivement chanoine, archidiacre, examinateur synodal, puis vicaire général du diocèse de Fermo grâce à la protection du cardinal Paracciani, archevêque de Fermo, il est promu par Pie VI le 3 avril 1775 évêque in partibus de Targa, puis nommé deux ans plus tard évêque de Macerata et Tolentino (12 mai 1777) ; il reçoit à la mort de l’évêque Ciriaco Vecchioni (12 juin 1787) l’administration intérimaire des diocèses de Recanati et de Lorette (avant le 30 juin 1787). Il est transféré sur le siège archiépiscopal de Bénévent le 27 juin 1796.

7303 – Cardinal-prêtre du titre de S. Calisto (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Rites, de l’Immunité, de la Visite apostolique et du Cérémonial. Décédé sept ans plus tard à Bénévent, il est enseveli dans la cathédrale.

731Sources : HC VI, 121, 270 et 393. HC VII, 11, 40. Diario di Roma du 31 décembre 1823 et du 3 janvier 1824, n° 104 et n° 1. Armando SCHIAVO, Palazzo Altieri, Rome, 1962, p. 32, et Quattro principesse sassoni romanizzate, dans Strenna dei romanisti, XXV, 1964, p. 459-465.

Fabrizio TESTAFERRATA SCEBARRAS

732La Vallette (Malte), 1er avril 1757 - Senigallia, 3 août 1843.

733Cardinal in petto le 8 mars 1816, publié le 6 avril 1818.

  1. Fils de Pasquale Sceberras Testaferrata, baron de Cicciano, et de Lucrezia Dorell, il appartient à la noblesse de l’île de Malte. Élève du Collegio Clementino de Rome, il devient docteur in utroque jure de la Sapience (26 novembre 1785).
  2. Entré en prélature à l’âge de 28 ans en qualité de référendaire (15 décembre 1785) et de prélat domestique, Pie VI le nomme successivement gouverneur de Narni (bref du 8 août 1786), de Città di Castello (bref du 13 août 1790) puis de Fano (nomination du 21 février et bref du 7 mars 1794) où il demeure en charge jusqu’à l’invasion française des Etats pontificaux. Au lendemain de la première restauration, Pie VII le fait gouverneur de Camerino (avant le 12 juillet 1800), puis délégat apostolique de Tolentino et Macerata (26 juin 1801). Promu évêque in partibus de Beyrouth (20 septembre 1802), il est consacré à Rome le 21 décembre par le cardinal Giuseppe Maria Doria Pamphili et envoyé à Lucerne en qualité de nonce apostolique (avant le 1er mai 1803) auprès de la Confédération helvétique. Fait secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers (9 mars 1816), il rentre à Rome et occupe cette fonction jusqu’à son accession au Sacré Collège. Il est de retour à Rome le 29 mai 1816.
  3. Cardinal-prêtre du titre de Sainte-Pudentienne (25 mai 1818), Pie VII l’agrège le 29 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Propagande, du Buon Governo et de la Fabrique de Saint-Pierre. Nommé évêque de Senigallia dès son élévation au Sacré Collège (6 avril 1818), il administre ce siège durant un quart de siècle (1818-1843), jusqu’à son décès.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

734Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 506. WEBER (Legati) 177, 211238, 291, 309, 945. HC VII 14, 44, 110 et 342. DE MARCHI, 243. Diario di Roma du 8 août 1843, n° 63. Luigi MERCANTINI, Orazione in morte dell’Eminentissimo Principe Fabrizio Scebarras Testaferrata, arcivescovo vescovo di Senigallia, letta il dï 11 agosto 1843 nelle solenni esequie fatte dal municipio nella Chiesa del Venerabile Ospedale, Senigallia, 1843, 24 p.

Francesco TIBERI

735Contigliano (Rieti), 4 janvier 1773 - Rome, le 28 octobre 1839.

736Cardinal in petto le 30 septembre 1831, publié le 2 juillet 1832.

  1. Second fils du cavalier Antonio Tiberi et de Teresa Orsini, il appartient à une famille de la Sabine vivant more nobilium en 1795 et successivement inscrite au patriciat de Rieti, de la République de Saint-Marin et de la Sabine. Son frère aîné, Bernardino, héritier de la primogéniture, sera major dans l’armée pontificale ainsi que conseiller auprès de la délégation apostolique de Rieti ; son frère cadet, Tiberio, lieutenant colonel dans les troupes autrichiennes, participe en 1813 à la bataille de Leipzig. Francesco Tiberi, envoyé à Rome dès l’âge de huit ans comme élève du collège Nazareno des Scolopes, poursuit ensuite des études de droit à l’Arciginnasio de la Sapience (1790-1791), prolongées par un apprentissage pratique en qualité d’ajutante di studio auprès des avocats Bernardino Ridolfi (1791-1793) et Nicola Riganti (1793-1794) ; il devient docteur in utroque jure (17 mars 1795) et reçoit la tonsure le 17 mars 1795.
  2. Entré aussitôt en prélature en qualité de référendaire (21 mai 1795), il est fait par Pie VI consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 11 juillet 1795). Au lendemain de la première restauration, il est nommé ponent du Buon Governo (30 novembre 1800) puis fait coadjuteur du votant de la Signature de Justice Paolo Emilio Petrucci (avant le 28 mars 1801). Chanoine de la basilique Sainte-Marie-Majeure, sous-diacre depuis le 2 novembre 1806, il est, durant l’occupation française, déporté à Plaisance, puis en 1812 en Corse (arrondissement de Bastia), pour refus de serment. De retour à Rome en 1814, il retrouve ses fonctions de votant de la Signature, puis est successivement nommé protonotaire apostolique non participant (avant le 6 août 1814) et délégat de la province de Macerata et Camerino restituée au Saint-Siège (juillet 1815). Promu par Pie VII auditeur du tribunal de la Rote le 9 mars 1816, il est admis au tribunal le 22 avril, prête serment le 9 décembre et prend ses fonctions le 16 décembre 1816. Jusqu’au 11 mai 1817, il est substitué par un lieutenant ; il choisit pour aiutante di studio l’avocat Angelo Tinelli. Il devient au titre du tribunal consulteur de la congrégation des Rites, puis régent de la Pénitencerie (10 juin 1823). Léon XII le nomme membre de la Commission de jurisconsultes chargés de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823) : il participe à ce titre à l’élaboration du nouveau code civil promulgué le 5 octobre 1824. Promu deux ans plus tard, le 2 octobre 1826, archevêque in partibus d’Athènes, il est consacré à Rome le 27 décembre par le cardinal Castiglioni, futur Pie VIII, nommé le 9 janvier évêque assistant au trône pontifical et envoyé en qualité de nonce apostolique à Madrid (9 janvier 1827). Il quitte le 8 mai 1827 Rome pour Madrid où il demeure jusqu’à l’été 1834 en qualité de prononce à partir de la date de son élévation au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 59 ans du titre de S. Stefano Rotondo (1er août 1834), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, de l’Immunité, des Rites et de la Consulte (avant le 6 août 1834). Nommé depuis le 2 juillet 1832 évêque de Iesi, il démissionne de son siège le 18 mai 1836 et regagne Rome où il est fait préfet de la Signature de Grâce (22 février 1837). Décédé deux ans plus tard, il est, après des obsèques à S. Lorenzo in Damaso, enseveli dans son église cardinalice.

737Sources : ASR/SG vol. 724, procès Tiberi. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 610. HC VII 25, 45, 61 et 93. MORONI LXXV (1855), 169-172. CERCHIARI, II, 283-284. TAMBURINI, 189, n. 24. DE MARCHI, 236. Diario di Roma du 2 novembre 1839, n° 87 et du 10 mars 1840, n° 20. Francesco FABI MONTANI, Vita del card. Francesco Tiberi, Rome, 1841, 18 p. Vincente CÂRCEL ORTÌ, Correspondencia diplomatica del nuncio Tiberi (1827-1834), Pampelune1976, LXXXIII-873 p.

Antonio TOSTI

738Rome, 4 octobre 1776 - Rome, 20 mars 1866.

739Cardinal in petto le 12 février 1838, publié le 18 février 1839.

  1. Fils du médecin romain Tommaso Tosti (1735-1791) et d’Agnès Massarotti (1749-1818), il poursuit des études de droit et de théologie à Rome. Il est ordonné prêtre. D’abord précepteur au palais Ruspoli, il devient aiutante di studio de l’auditeur de Rote français d’Isoard ; il est membre de l’association sacerdotale de la Pia Unione di San Paolo.
  2. Entré au service de la Curie en qualité de chargé d’affaires du Saint-Siège à Turin (25 avril 1822), il est promu à son retour clerc de la Chambre apostolique et membre de la congrégation pour la Révision des comptes (15 décembre 1828) ; il entre en prélature, à plus de 52 ans, en qualité de prélat domestique (avant le 7 janvier 1829) et de référendaire (22 avril 1829) ; il est aussitôt nommé par Pie VIII secrétaire de la congrégation d’État formée au lendemain de son avènement (23 avril 1829) et consulteur de la congrégation des Rites (9 juin 1829). C’est par ses aptitudes financières qu’il s’élève alors rapidement dans l’administration pontificale. Nommé par Pie VIII président de l’hôpital San Michele a Ripa Grande (1er janvier 1830), il est promu par Grégoire XVI protrésorier (20 janvier 1834), puis trésorier général (25 juin 1834) de la Chambre apostolique, charge qu’il occupe pendant onze années consécutives, par-delà même son élévation au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 73 ans du titre de S. Pietro in Monorio (21 février 1839), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Eaux et pour la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 23 février 1839). Le pape le maintient dans ses précédentes fonctions en qualité de cardinal pro-trésorier (21 février 1839) jusqu’à ce qu’il soit supplanté et substitué, le 21 avril 1845, par un jeune adjoint de grand avenir, Giacomo Antonelli ; il est nommé membre de la congrégation Consistoriale (avant le 2 décembre 1845). Il est également, depuis son accession au cardinalat, date à laquelle il en abandonne la présidence, visiteur perpétuel de l’hôpital S. Michele a Ripa (avant le 12 mars 1839). Le 17 juillet 1859, à la suite d’une manifestation des ouvriers en laine de l’hôpital San Michele au-devant du carrosse pontifical, il est contraint, au terme de 29 années d’administration, de présenter au Pape sa démission de visiteur perpétuel de l’hôpital San Michele. Promu cardinal-protecteur de la Bibliothéque vaticane (avant le 20 décembre 1859), il s’éteint six ans plus tard à l’âge de 90 ans. Après des obsèques à S. Cecilia, il est enseveli dans l’église San Michele a Ripa ; son monument funéraire est l’œuvre du sculpteur Alessandro Ceccarini, son héritier.
  4. Conclave de Pie IX.
  5. Il publie à l’aube du pontificat de Grégoire XVI une importante Relazione dell’origine e dei progressi dell’Ospizio apostolico di S. Michele (Rome1832).

740Sources : ASR/SG vol. 731, juramenta ff. 978. HC VII 30 et 44. Enc. Catt XII (1954), col. 366-367 (Mario De Camillis). WEBER (Kardinäle) II, 524-525 (essentiel). DE MARCHI, 252. RUYSSCHAERT, 342. FORCELLA XI, 516. Giornale di Roma des 21 et 24 mars 1866, n° 65 et 68. Paolo DALLA TORRE, L’Opera riformatrice ed amministrativa di Gregorio XVI, dans Gregorio XVI, Miscellanea Commemorativa, Rome, 1948, II, p. 29-121, passim. Attilio TAGGI, Il lanificio di San Michele e la « disgrazia » di un cardinale, dans Strenna dei Romanisti, IV, 1946, p. 146-152. Alberto DE ANGELIS, La Congregazione Accademica a San Salvatore in Lauro e al Ferro di Cavallo, gli ultimi cardinali protettori, il cardinal Antonio Tosti a Santa Cecilia e all’Ospizio di San Michele, dans Annuario dell’Accademia nazionale di Santa Cecilia, Rome, 1957-1958.

Fabrizio TURRIOZZI

741Toscanella (Tuscania), 16 novembre 1755 - Rome, 9 novembre 1826.

742Cardinal le 10 mars 1823.

  1. Né à Toscanella (aujourd’hui Tuscania) du comte Turriozzi, il appartient à une famille inscrite aux patriciats de Toscanella et d’Anagni. Après des études au séminaire de Montefiascone, il poursuit sa formation à l’université de la Sapience en théologie et en droit.
  2. Entré au service de la Curie en qualité de chargé d’affaires du Saint Siège à Turin auprès du roi Charles-Emmanuel IV (1796), il est envoyé en mission en Allemagne afin de représenter le Saint Siège à la conférence de Rastadt (1797). Pie VII le fait au lendemain de la première restauration camérier secret surnuméraire (avant le 23 septembre 1801). Entré en prélature à l’âge de 46 ans en qualité de prélat domestique (28 septembre 1801) et de référendaire (2 avril 1802), il est aussitôt nommé gouverneur de Iesi (avant le 1er mai 1802), charge qu’il occupe jusqu’à l’invasion française des Marches, puis gouverneur de la province de Marittima e Campagna (6 août 1808) en dépit de l’invasion française des Etats pontificaux. Nommé au lendemain de la Restauration délégué apostolique de la province de Campagna (Frosinone) par Agostino Rivarola, président de la Commissione di Stato (12 mai 1814), il opère également le rétablissement du gouvernement pontifical dans l’enclave de Bénévent (4 juin 1815). Il est maintenu en place par les cardinaux Pacca et Consalvi jusqu’à sa promotion à la charge d’assesseur du Saint Office (9 mars 1816). Il devient alors chanoine de Saint-Pierre du Vatican (avant le 16 novembre 1816) et consulteur de la congrégation des Rites (1816).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 69 ans du titre de S. Maria in Aracoeli (16 mai 1823), Pie VII l’agrège le 19 mai aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de la Fabrique et de la Consulte. Léon XII le nomme président de la Commission de jurisconsultes chargés de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823) qui prépare la promulgation du nouveau code civil (5 octobre 1824). Décédé deux ans plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice.
  4. Conclave de Léon XII.
  5. C’est dans ses fonctions d’assesseur du Saint Office que Fabrizio Turriozzi appose sa signature au mémoire du commissaire du Saint Office Maurizio Benedetto Olivieri portant condamnation des thèses de Giuseppe Settele et de... Copernic sur la rotation de la terre : Suprema sacra congregazione del S. Officio sopra uno scritto stampato, rimesso alla S. Congregazione da Sua Santità, fattole presentare dal Reverendissimo P. Filippo Anfossi, maestro del Sacro Palazzo Apostolico, contro la permissione della dottrina della mobilità della terra e dichiarazioni degli antichi decreti nelle ferie IV.16-23 agosto 1820. Ristretto di ragione e di fatto, con sommario di documenti e di allegazioni, novembre MDCCCXX (Rome, 1820).

743Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 674. WEBER (Legati) 185, 956. HC VII 15 et 42. MORONI LXXXI (1856), 477-478. MOSCARINI, 27, n. 1.

Giuseppe UGOLINI

744Macerata, 6 janvier 1783 - Rome, 19 décembre 1867.

745Cardinal le 12 février 1838.

  1. Fils de Gregorio Ugolini, marquis de Montolmo, et de Ludovica Alaleone, il appartient à une famille d’ancienne noblesse de Rimini, décorée du titre de marquis de Castelcolbùccaro (1792) et inscrite au patriciat de Macerata. Il poursuit ses études au collège Tolomei de Sienne, puis à Rome où il obtient un doctorat in utroque jure.
  2. Entré en prélature à Rome à l’âge de 21 ans en qualité de référendaire (5 juillet 1804) et de protonotaire apostolique participant (Notizie de 1806), il est fait ponent du Buon Governo (avant le 13 septembre 1806). Il susbstitue pendant quelques mois durant sa dernière maladie Mons. Domenico Coppola, secrétaire de la congrégation de la Propagande (8 août 1807). Il se retire à Macerata durant l’occupation napoléonienne de Rome. Au lendemain de la Restauration, Pie VII le nomme ponent de la Consulte (12 décembre 1814) puis délégat apostolique de Camerino (2 juillet 1815). Rappelé à Rome l’année suivante, il est fait votant de la Signature de Justice (9 mars 1816) et consulteur de la congrégation de la Propagande (avant le 24 avril 1816) puis délégat apostolique de Frosinone (21 novembre 1816) où il conduit la lutte contre le brigandage. Rappelé à Rome l’année suivante, il est nommé président de la Chambre apostolique (avant le 29 octobre 1817) puis promu clerc de la Chambre apostolique (avant le 2 juin 1821) ; il est également fait consulteur de la congrégation des Rites (8 avril 1822) et à nouveau consulteur de la Propagande (9 avril 1823). Nommé par Léon XII président des Archives (12 juillet 1824) ainsi que secrétaire de la congrégation du Cens (1826), il est encore promu, au lendemain de la réforme de l’administration militaire de l’État pontifical, président des Armes (15 avril 1828) ; il occupe cette dernière charge jusqu’à son accession au Sacré Collège et affronte les soulèvements de 1831-1832. Il devient doyen des clercs de la Chambre apostolique (23 juin 1834) ainsi que prélat de la congrégation de Lorette (Notizie de 1833).
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 55 ans du titre de S. Giorgio al Velabro (15 février 1838), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations de l’Immunité, des Rites, du Buon Governo et de Lorette, puis le nomme légat de Ferrare (11 mai 1838) et le transfère sur le titre diaconal de S. Adriano (13 septembre 1838) ; il est fait membre de la congrégation du Cens (Notizie de 1846). Substitué à la tête de la légation de Ferrare en 1847 et compris par l’opinion publique au nombre des cardinaux gregoriani, hostiles aux réformes, Pie IX, qu’il suit à Gaète, ne lui confère pas de charge nouvelle ; il est toutefois nommé membre de la congrégation des Indulgences (avant le 4 février 1852). Transféré successivement sur les titres diaconaux de S. Maria in Cosmedin (17 décembre 1855), puis de S. Maria in Via Lata (15 mars 1858), occupé au travail des congrégations cardinalices dont il est membre, il s’éteint à Rome neuf ans plus tard ; après des obsèques à S. Salvatore in Lauro en présence de Pie IX, il est enseveli à S. Maria in Via Lata.
  4. Conclave de Pie IX.

746Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 728. HC VII, 30, 45 et 46. WEBER (Kardinäle) II, 525-526 (fondamental). SPRETI V, 270. FORCELLA VIII, 414. Nicola KOWALSKY, Josef METZLER, Inventory of the historical archives of the congregation for the evangelization of peoples or « de propaganda fide », Rome, 1988, p. 113 (pro-secrétaire de la Propagande). Giornale di Roma des 20 et 23 décembre 1867, n° 293 et 295. Cenni sulla vita del Cardinale Giuseppe Ugolini, Rome, 1868, 24 p.

Luigi VANNICELLI CASONI

747Amelia, 16 avril 1801 - Rome, 21 avril 1877.

748Cardinal in petto le 23 décembre 1839, publié le 24 janvier 1842.

  1. Fils aîné du chevalier Giovanni Vannicelli († 1825), gouverneur de Narni, et de la comtesse Maria Venturelli Casoni, il appartient à une ancienne famille du patriciat d’Amelia. Il se rattache par sa mère (fille de Violante Casoni, sœur du secrétaire d’État de Pie VII) aux Casoni de Sarzana, en Ligurie, qui ont donné à l’Église deux cardinaux, Lorenzo Casoni (1644-1720), créé par Clément XI le 17 mai 1706, légat de Ferrare, puis de Bologne, et son grand-oncle Filippo Casoni (1733-1811), vice-légat d’Avignon à la veille de la Révolution, puis nonce en Espagne, créé par Pie VII le 23 février 1801, secrétaire d’État de 1806 à 1808, ainsi que le prélat Nicola Casoni, oncle du précédent, mort doyen des clercs de la Chambre apostolique et commissaire des Armées pontificales. Le cardinal Francesco Serlupi le choisit pour conclaviste durant le conclave de Léon XII (septembre 1823).
  2. Entré en prélature à l’âge de 23 ans en qualité de prélat domestique (5 octobre 1824) et de référendaire (2 décembre 1824), Luigi Vannicelli Casoni est successivement nommé par Léon XII ponent du Buon Governo (28 décembre 1824), protonotaire apostolique non participant (avant le 1er février 1825), premier assesseur du tribunal du Gouverneur de Rome (15 décembre 1828) et prélat de la congrégation du Concile (15 janvier 1829). Ordonné prêtre en 1829, Pie VIII le fait la même année chanoine de Saint-Pierre du Vatican et le nomme votant du tribunal de la Signature de Justice (avant le 6 juin 1829) et abréviateur du Parc Majeur de la Chancellerie apostolique (23 décembre 1829) ; il est fait consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (avant le 10 janvier 1835). Promu successivement par Grégoire XVI, grâce à la protection du cardinal Lambruschini (dont la rumeur, rapportée en 1849 par le colonel Carlier, veut qu’il s’affiche parent par les Casoni, malgré les origines roturières du cardinal génois), vice-commissaire des quatre Légations au-delà de Pesaro et pro-légat de Bologne (avant le 2 décembre 1835), puis pro-légat de Ravenne (11 juillet 1836), il est rappelé en Curie et nommé protonotaire apostolique participant (8 février 1838), pro-gouverneur de Rome et directeur général de la Police (12 février 1838), puis gouverneur en titre (13 septembre 1838) ; il conserve cette charge jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 38 ans du titre de S. Calisto (27 janvier 1842), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et réguliers, du Concile, de la Fabrique de saint-Pierre et du Buon Governo et le nomme légat apostolique de Forli (13 septembre 1842), puis de Bologne (avant le 20 avril 1844) ; il est agrégé à la congrégation de l’Immunité (Notizie de 1846). Hostile aux réformes de Pie IX, il est substitué à la tête de la Légation de Bologne par le cardinal Amat et nommé le même jour président de la congrégation du Cens (21 décembre 1846) : il opère l’introduction du système métrique dans les États pontificaux (15 juillet 1848) et fait publier sous son autorité en 1850 un recueil des équivalences avec les anciennes unités de mesure des différentes provinces. Nommé membre de la congrégation des Indulgences (avant le 8 juin 1847) puis transfèré sur le titre de S. Prassede (4 octobre 1847), il s’enfuit de Rome en novembre 1848 pour rejoindre Pie IX à Gaète. Au lendemain de l’occupation française de Rome par l’armée d’intervention du général Oudinot, il est appelé le 1er juillet 1849 à faire partie, avec les cardinaux Altieri et Della Genga Sermattei, du triumvirat (Commissione governativa di Stato) qui opère la restauration du gouvernement pontifical et prépare le retour de Pie IX à Rome ; il rentre à Rome le 31 juillet 1849. Il est également fait membre de la congrégation de la Visite apostolique (24 avril 1850). Pie IX le nomme le 20 mai 1850 archevêque de Ferrare ; il y poursuit vingt-sept années durant une importante activité pastorale ; il est également fait membre de la congrégation de la Propagande (avant le 6 août 1855). Promu aux dignités de secrétaire des Mémoriaux (20 décembre 1867) puis de cardinal pro-dataire (8 novembre 1870), il meurt à Rome sept ans plus tard et est enseveli à SS. Vincenzo ed Anastasio a Trevi.
  4. Conclave de Pie IX.

749Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 952. HC VII, 32 et 41. HC VIII, 270. MORONI X (1841), 144-146 (cardinaux Casoni). DRN IV (1937), 531 (Ersilio Michel). EncCatt XII (1954), 1024 (Mario De Camillis). WEBER (Kardinäle) II, 526-527 et 782-783 (table généalogique). SPRETI VI, 809-811. DEL RE (Governatore), 126. CARLIER 91-92. Osservatore romano du 22 avril 1877, n° 93. Ludovico BORELLI, Il cardinale Luigi Vannicelli Casoni arcivescovo di Ferrara. Memorie storiche, Ferrare, 1881, 241 p. Baldassare CAPOGROSSI GUARNA, Cenni storici del cardinale Luigi Vannicelli Casoni, Rome, 1904, 15 p. Amerigo BARUFFALDI, L’arcivescovo card. Luigi Vannicelli Casoni e il clero di Ferrara dopo l’unità d’Italia (1859-1877), dans Atti e Memorie della Deputazione provinciale ferrarese di storia patria, s. III, XIII, 1973, p. 255-290.

Carlo (Giuseppe Maria) VELZI

750Côme, 8 mars 1767 - Montefiascone, 23 novembre 1836.

751Cardinal le 2 juillet 1832.

  1. Issu d’une famille du ceto civile (onesta e agiata famiglia, selon Moroni), il entre jeune encore dans l’ordre dominicain et prononce ses vœux perpétuels au couvent de S. Maria sopra Minerva de Rome (1783) ; il prend le nom religieux de Giuseppe Maria. Il poursuit ensuite ses études aux couvents de Viterbe et de Lucques et devient lecteur puis maître en théologie ; il est élu prieur du couvent de la Minerve (1805). Expulsé de Rome durant l’occupation napoléonienne, il dépose l’habit dominicain et se réfugie à Côme où il reçoit la direction du Séminaire diocésain auprès de Mgr Carlo Rovelli qu’il accompagne en 1811 au Concile national de Paris. Après la mort de Mgr Rovelli (1819), il reprend l’habit dominicain à Florence en 1821 et s’établit au couvent de Pérouse. Élu procurateur général, il regagne Rome ; il est promu par Léon XII vicaire général de l’ordre dominicain (16 octobre 1823) en remplacement de son confère Pio Maurizio Viviani, malade. Il effectue en 1823-1824 une visite des couvents dominicains du royaume des Deux Siciles puis, en 1825, de l’Italie septentrionale ; il est nommé député de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824).
  2. Entré au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (20 mai 1822), il est promu par Léon XII maître du Sacré Palais apostolique et exerce cette charge jusqu’à son élévation au Sacré Collège ; il devient également consulteur de la congrégation du Saint Office (7 février 1824).
  3. Cardinal-prêtre du titre de S. Maria sopra Minerva (17 décembre 1832), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Saint Office, des Évêques et Réguliers, de la Discipline des Réguliers et de l’Index. Il est promu le même jour évêque de Montefiascone et Corneto et consacré à Rome le 15 juillet par le cardinal Pacca. Décédé dans sa ville épiscopale quatre ans plus tard, il est, après des obsèques célébrées dans la cathédrale de Montefiascone, enseveli dans l’église dominicaine de S. Maria della Quercia, près de Viterbe.

752Sources : HC VII, 26, 43 et 270. Diario di Roma du 26 novembre 1836n° 95. MORONI XC (1858), 119-121.

Pietro VIDONI

753Crémone, 2 septembre 1759 - Rome, 10 août 1830.

754Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Né d’une famille de l’aristocratie de Crémone, les marquis Vidoni Soresina, il compte parmi ses ancêtres deux cardinaux de l’Église romaine, Girolamo Vidoni (1581-1632), créé par Urbain VIII le 30 août 1627, et Pietro Vidoni seniore (1610-1681), neveu du précédent, créé par Alexandre VII le 5 avril 1660. Il est également apparenté au cardinal milanais Giovanni Francesco Stoppani (1695-1774), ancien nonce à Vienne, promu au Sacré Collège en 1753 par Benoît XIV, et hérite par voie de succession maternelle de son opulent palais romain près de S. Andrea della Valle. Élevé d’abord au collège de Modène, il entre à dix ans au collège Nazareno de Rome, puis à dix-neuf ans à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1778-1781). Pie VI le fait camérier secret surnuméraire.
  2. Entré en prélature à moins de 22 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (19 juillet 1781) dès sa sortie de l’Académie, Pie VI le nomme protonotaire apostolique non participant et vice-légat de Ferrare (14 février 1785) ; confirmé dans cette charge par un bref du 8 mars, il est rappelé à Rome cinq années plus tard et fait ponent de la Consulte (1790). Pie VII le promeut au lendemain de la première restauration gouverneur d’Ancône (avant le 12 juillet 1800) puis lui confie la présidence d’Urbino et Pesaro (1806) ; il emploie généreusement sa fortune en faveur de ses subordonnés et de ses administrés. Retiré à Crémone pendant l’occupation française des États pontificaux, il regagne Rome au lendemain de la Restauration.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 56 ans du titre de S. Nicola in Carcere (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations des Rites, de la Consulte, de Lorette et des Eaux, puis à celle de la Visite apostolique (25 novembre 1817) ; il devient camerlingue du Sacré Collège pour l’année 1825-1826 (21 mars 1825). Pie VIII le nomme protecteur du collège grec de Rome (avant le 4 avril 1829). Décédé un an plus tard, il est enseveli dans sa chapelle de la B. Vergine della Purità en l’église S. Andrea della Valle.
  4. Conclaves de Léon XII et de Pie VIII.
  5. Ayant hérité avec le palais Stoppani (aujourd’hui Vidoni) des Fastes de Valerius Flaccus découverts dans le forum de Palestrina (Préneste), il commande à l’archéologue Antonio Nibby et fait luxueusement éditer des Q. Verii Flacci fastorum sacrorum reliquiae jam a Fogginio illustratae nuper veterum subsidiis instauratae (Rome, 1826), qui lui sont dédiées.

755Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 456. WEBER (Legati) 119, 256972. HC VII, 12 et 46. MORONI CXIX (1860), 247-248. EncCatt XII (1954), 1390 (Mario De Camillis). Diario di Roma des 11 et 14 août 1830, n° 64 et n° 65. CHATEAUBRIAND, Mémoires d’outre-tombe, IIIe partie, livre 30, ch. 4. G. TOMASSETTI, Il Palazzo Vidoni in Roma appartenente al conte Filippo Vitali. Monografia storica, Rome, 1905, p. 50-54 (portrait). Ferdinando STOPPANI, Il cardinale Giovanni Francesco Stoppani e il suo palazzo in Roma, dans Strenna dei Romanisti, XXII, 1961, p. 247-254.

Thomas WELD

756Londres, 22 janvier 1773 - Rome, 10 avril 1837.

757Cardinal le 15 mars 1830.

7581 – Fils aîné de Thomas Weld (1750-1810) de Lullworth Castle (Dorset) et de Mary Stanley († 1830), de la branche aînée des Stanley de Hooton, il appartient à une famille de l’ancienne aristocratie catholique anglaise. Éduqué dans sa famille par le jésuite anglais Charles Plowden, il manifeste durant la Révolution sa générosité envers les prêtres émigrés français, accueille d’anciens jésuites dans sa propriété de Stonyhurst, des Trappistines à Lullworth ainsi que des Clarisses et des Visitandines. Il épouse, le 14 juin 1796 à Ugbrooke, Lucy Bridget, fille de Thomas Clifford de Tixall, quatrième fils de lord Hugh Clifford, dont il aura une seule fille, Mary Lucy (1799-1831) qui épouse en 1818 son cousin Hugh Clifford, pair catholique anglais et parent du cardinal Giacomo Giustiniani (par la mère de ce dernier, née Cecilia Mahoney, fille d’Ann Clifford, grand-mère du pair). Après la mort de sa femme (1er juin 1815), Thomas Weld embrasse l’état ecclésiastique sous la direction de l’abbé Carron et abandonne ses propriétés à son frère puîné Joseph Weld. Ordonné prêtre à Paris par l’archevêque de Quélen le 7 avril 1821, il assiste les paroisses de Chelsea (20 juin 1822) puis d’Ham-mersmith dans le district de Londres. Promu évêque in partibus d’Amycla par décret de la congrégation de la Propagande du 23 mai 1826, il est consacré le 6 août à Saint Edmund’s College, près de Ware, par William Poynter, évêque in partibus d’Alia, et fait coadjuteur de l’évêque de Kingston Alexander Mac-donnell. Empêché de gagner le Canada par la maladie de sa fille, il se rend en Italie, puis à Rome, où Pie VIII, au lendemain de l’acte d’émancipation des catholiques anglais (13 avril 1829), le choisit pour cardinal de cette nation. Il abandonne le titre d’évêque d’Amycla le 13 mars 1830.

7593 – Cardinal-diacre à 57 ans du titre de S. Marcello (5 juillet 1830), Pie VIII l’agrège le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de la Propagande et des Rites, puis à celles des Études (6 juillet 1830) et de la reconstruction de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs (avant le 21 mai 1831). Il s’établit au palais Odescalchi où il reçoit avec faste l’aristocratie anglaise et romaine, et suit les affaires d’Angleterre et d’Irlande, des États-Unis et du Canada, des Indes et de l’Australie. Décédé sept ans plus tard, il est enseveli dans son église cardinalice auprès de sa fille.

7604 – Conclave de Grégoire XVI.

761Sources : HC VII, 23, 42, 72 et 321. MORONI CIII (1861), 167-172. DNB XX (1899), 1072-1073 (Thompson Cooper). GILLOW V (1902), 576. Diario di Roma du 9 mai 1837, n° 37 (Francesco Fabi Montani) ; repris en publication séparée : Francesco FABI mOntani, Elogio storico del card. Tommaso Weld, Rome, 1837, 8 p. Nicholas Patrick WISEMAN, Elogio funebre del cardinale Tommaso Weld detto alle sue solenni esequie nella chiesa di S. Maria in AquiroRome, 1837, 25-XII p. (traduction de Giacomo Mazio). Joan BERKELEY, Lul-worth and the Welds, Gillingham (Dorset), 1971, XIV-282 p. (p. 209-236).

Giuseppe Antonio ZACCHIA RONDININI

762Vezzano (Luni-Sarzana), 22 février 1787 - Rome, 26 novembre 1845.

763Cardinal in petto le 22 juillet 1844, publié le 21 avril 1845.

  1. Fils du marquis Francesco Zacchia Rondinini, châtelain de Vezzano, et de Caterina Ferrari, il appartient à une famille d’ancienne noblesse ligure et compte parmi les siens les deux cardinaux Paolo Emilio Zacchia (1554-1605), créé par Clément VIII le 3 mars 1599, mort évêque de Montefiascone et préfet de la congrégation du Concile, et son frère Ludovico Zacchia (1564-1637), également évêque de Montefiascone, trésorier de Clément VIII, ancien nonce à Venise et majordome d’Urbain VIII, créé par ce dernier le 19 janvier 1626. Giuseppe Antonio Zacchia Rondinini, élevé au collège de Lucques, vient poursuivre à Rome ses études de droit à la Sapience et acquérir une formation juridique auprès des avocats Bencivenga, Barbaro et Capogrossi ; il est mobilisé à Paris dans la garde impériale sans cependant entrer dans la carrière militaire. De retour en Italie, il achève à Rome des études de droit par deux doctorats in utroque jure et en philosophie (1814), et poursuit sa formation juridique auprès de l’auditeur de Rote Alessandro Maria Tassoni en qualité de segreto.
  2. Entré en prélature à l’âge de 29 ans en qualité de référendaire (15 février 1816), il devient aussitôt ponent de la congrégation du Buon Governo (9 mars 1816) puis est promu vice-légat de Ravenne (21 novembre 1816) auprès du cardinal Malvasia ; il est fait protonotaire apostolique non participant (1817). Il est successivement nommé délégat apostolique d’Ascoli Piceno (29 novembre 1818), où il doit faire face à un important mouvement carbonaro napolitain en février 1819, puis de Fermo (avant le 31 mars 1821) et enfin de Frosinone (30 mai 1821) où il affronte sans succès le brigandage endémique. Transféré ensuite à la délégation de Spolète (10 mars 1823), il est un mois plus tard fait délégat apostolique de Viterbe (23 avril 1823). Disgrâcié au lendemain de l’arrivée au pouvoir du parti zelante, Léon XII le rappelle à Rome. Nommé ponent de la Consulte (12 juillet 1824), le cardinal secrétaire d’État Della Somaglia, doyen du Sacré Collège, le fait l’année suivante juge criminel dans le ressort de son diocèse suburbicaire d’Ostie et de Velletri. Quatre ans plus tard, il est promu auditeur de Rote pour Rome (15 décembre 1828) ; confirmé par motu proprio du 9 juin 1828, admis dans le Tribunal le 12 janvier 1829, il prête serment le 22 juin et entre en fonctions le 3 juillet 1829. Nommé pro-légat à Ravenne durant le conclave qui suit la mort de Pie VIII (4 décembre 1830), il est impuissant à empêcher l’insurrection de la Romagne dans l’hiver 1831 ; il préconise dans les années suivantes la formation de milices de volontaires pontificaux. Grégoire XVI le choisit onze ans plus tard pour gouverneur de Rome et directeur général de la Police (25 janvier 1842), charge qu’il occupe jusqu’à son accession au Sacré Collège.
  3. Cardinal-diacre à l’âge de 58 ans du titre de S. Nicola in Carcere (24 avril 1845), Grégoire XVI l’agrège le même jour aux congrégations du Concile, de Lorette, des Eaux et du Buon Governo. Décédé six mois plus tard, il est enseveli, après des obsèques à S. Marcello, dans son église cardinalice.

764Sources : ASR/SG vol. 726, procès Zacchia. ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 812. ASV/SS Interno a. 1824, rub. 31, pro-memoria du 13 novembre 1824. HC VII, 34 et 46. MORONI CIII (1861), 360-364. CERCHIARI II, 296. DEL RE (Governatore), 127. Diario di Roma des 29 novembre et 6 décembre 1845, n° 95 et n° 97. Antonio ZACCHIA RONDININI, Memorie della famiglia Zacchia Rondinini. Cenni storici e biografici. Documenti, Bologne, 1942, 238 p. (p. 76-101).

Giovanni Battista ZAULI

765Faenza, 25 novembre 1743 - Rome, 21 juillet 1819.

766Cardinal le 8 mars 1816.

  1. Né du comte Rodolfo Zauli (1704-1786) et d’Anna Montecuccoli de Modène, il appartient à une famille du patriciat de Faenza. Il compte parmi les siens le prélat Domenico Zauli (1637-1722), évêque de Veroli (1690-1701), puis vice-gérent de Rome (1701-1712), mort assesseur du Saint Office, ainsi que l’écrivain de la Compagnie de Jésus Giuseppe Maria Zauli. Son frère aîné, le comte Francesco Antonio Zauli (1737-1816), épouse le comtesse Maria Naldi (t 1799) qui lui transmet ses biens et son nom. Giovanni Battista Zauli est ordonné prêtre et fait chevalier de Malte.
  2. Entré en prélature à l’âge de 41 ans en qualité de prélat domestique et de référendaire (27 janvier 1785), il est aussitôt nommé canoniste de la Pénitencerie ; Pie VI le fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican et second assesseur du tribunal criminel du Gouverneur de Rome ainsi que ponent de la Consulte ; il devient successivement premier assesseur. À la suite de l’occupation française de Rome (février 1798), il assume les responsabilités du cardinal de Zelada, Grand Pénitencier ; il est emprisonné au Château Saint-Ange. Promu par Pie VII au lendemain de la première restauration dataire de la Pénitencerie (avant le 9 août 1800) et secrétaire de la congrégation de l’Immunité ecclésiatique (avant le 5 novembre 1800) ; il est également fait chanoine altarista de Saint-Pierre du Vatican et custode de la Confession de saint Pierre (avant le 11 août 1802). Contraint de quitter Rome à la suite de l’occupation napoléonienne, il retrouve au lendemain de la Restauration ses fonctions de dataire et de secrétaire de la congrégation de l’Immunité, qu’il conserve jusqu’à son accession au Sacré Collège ; il est fait encore assesseur du tribunal criminel du Gouverneur de Rome (18 janvier 1815).
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 72 ans du titre de S. Onofrio (29 avril 1816), Pie VII l’agrège le même jour aux congrégations de l’Immunité, des Rites, de la Fabrique de Saint-Pierre et du Buon Governo. Décédé trois ans plus tard, il est enseveli, après des obsèques aux Douze-Apôtres, dans son église cardinalice.

767Sources : ASR/SG vol. 730, juramenta ff. 490. SPRETI VI, 1008-1010. WEBER (Legati) 986. HC VII, 11 et 41. MORONI CII (1861), 426-428. SPRETI VI, 1008-1009. TAMBURINI 197-198 n. 39 (le scripteur Giuseppe Canali le classe à l’automne 1814 au nombre des employés non meritevoli de la Pénitence-rie, dont le traitement est suspendu : mais le témoin est zelante et intéressé). Diario di Roma du 24 juillet 1819, n° 59.

Giacinto (Placido) ZURLA

768Legnano (Crema), 2 avril 1769 - Palerme, 29 octobre 1834.

769Cardinal in petto le 10 mars 1823, publié le 16 mai 1823.

  1. Issu d’une famille appauvrie du patriciat de Crema, il refuse la primo-géniture pour entrer au couvent camaldule S. Michele de Murano où il prononce à dix-huit ses vœux solennels et prend le nom de Placido (octobre 1787) ; il se lie d’amitié avec son confrère Mauro Cappellari, futur Grégoire XVI. Devenu lecteur en philosophie et en théologie (il publie en 1802 un abrégé de la Somme de saint Thomas d’Aquin), il se livre à des travaux d’érudition portant essentiellement sur l’histoire de la cartographie et des grands voyageurs vénitiens du Moyen-Âge. Il devient abbé de Murano en 1809, à la veille de la suppression napoléonienne des ordres religieux (1810) et contourne celle-ci en ouvrant un collège d’enseignement dont il devient recteur ; Mauro Cappellari y enseigne la philosophie. Le collège est transféré à Padoue à l’automne 1813. Au lendemain de la Restauration, il devient professeur de théologie au séminaire du diocèse de Venise. Il quitte Venise pour Rome à l’automne 1821 et reprend l’habit camaldule ; il prononce l’éloge funèbre du cardinal Fontana (26 mars 1822).
  2. Entré au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de la Propagande (27 novembre 1821) et de l’Index (20 mai 1822), il est élevé dès l’année suivante au Sacré Collège. Cette très rapide promotion fut généralement interprétée comme répondant au dessein du cardinal Consalvi d’écarter du cardinalat son confrère zelante Mauro Cappellari : Ma io avea detto l’altro !, « Mais moi j’avais dit l’autre », se serait écrié Pie VII vieillissant en lui remettant les insignes cardinalices...
  3. Cardinal-prêtre à l’âge de 54 ans du titre de Sainte-Croix-de-Jérusalem (17 novembre 1823), Léon XII, dont il a soutenu la candidature au cours du conclave de 1823, l’agrége le 24 novembre aux congrégations de la Propagande, des Rites, de l’Index et des Indulgences, ainsi que le 27 novembre à la congrégation pour l’examen des évêques en théologie. Léon XII en fait encore son propre successeur en qualité de cardinal-vicaire de Rome (7 janvier 1824) : il est à ce titre, le 13 janvier, promu archevêque in partibus d’Édesse et consacré à Rome le 18 janvier par le cardinal Della Somaglia, doyen du Sacré Collège. Il est encore nommé préfet de la congrégation de la Résidence des évêques (27 janvier 1824) et protecteur des Collèges anglais et maronite (31 mars 1824) ; il est fait membre des congrégations du Saint Office (2 janvier 1824), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (12 mai 1824), de l’Immunité (31 décembre 1824) et des Évêques et Réguliers (15 mars 1827) ainsi que protecteur des collèges anglais et maronite de Rome (31 mars 1824). Il est nommé président de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824). Pie VIII le fait en sus de ses autres charges préfet de la congrégation des Études (avant le 3 juillet 1830) et le nomme protecteur des ordres des Carmes (25 juin 1830) et des Dominicains (16 juillet 1830). Son confrére camaldule Grégoire XVI le nomme protecteur de l’ordre des Mercédaires (18 juillet 1834). Décédé cette même année au cours d’un voyage en Sicile, son corps est, après des obsèques à Palerme, ramené à Rome et enseveli à S. Gregorio al Celio.
  4. Conclaves de Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.
  5. Le cardinal Zurla laisse une œuvre importante, tant à Venise dans le domaine de l’histoire de la géographie et des voyages qu’à Rome sur le plan académique. On en retiendra : Enchiridion dogmatum et morum tutissimo ac uniformi scholarum omniumque ecclesiasticorum usui accomodatus ex Summa Theologica D. Thomae Aquinatis (Venise, 1802, 3 vol.) ; Il Mappamondo di fra Mauro, camaldolese, descritto ed illustrato (Venise, 1806) ; Dissertazione intorno ai viaggi e alle scoperte settentrionali di Niccold e Antonio fratelli Zeni (Venise, 1808) ; Dei viaggi e delle scoperte africane di Alvise da Cà da Mosto, patrizio veneto. Dissertazione (Venise, 1815) ; Sulle antiche mappe idro-geografiche lavorate in Venezia. Commentario (Venise, 1818) ; Di Marco Polo e degli altri viaggiatori veneziani più illustri. Dissertazione con appendice sopra le antiche mappe lavorate in Venezia e con quattro carte geografiche (Venise, 18181819, 2 vol.) ; Dei vantaggi dalla cattolica religione derivati alla geografia e scienze annesse. Dissertazione (Rome, 1822) ; Sulla unità del soggetto nel quadro della trasfigurazione di Raffaele. Ragionamento (Rome, 1822) ; Nelle solenni esequie celebrate in S. Carlo de’ Catinari all’Eminentissimo card. Fontana, proposto generale della Congregazione de’ Chierici regolari di S. Paolo, detti Barnabiti, il giorno 26 di marzo 1822. Elogio funebre (Rome, 1822) ; Del gruppo della Pietà e di alcune opere di religioso argomento di Antonio Canova. Dissertazione (Rome, 1834) ; Memorie intorno alla vita e gli studii del padre Ludovico Nachi, abate camaldolese (Venise, 1838).

770Sources : HC VII 15, 41 et 184. MORONI CIII (1861), 493-514. EncCatt XII (1954), 1833-1834 (Anselmo Giabbani). ILARI, 289. PÁSZTOR (AEE)206. Diario di Roma du 5 novembre 1834, n° 88. Stanislao GATTESCHI, Orazione funebre in lode dell’Eminentissimo e Reverendissimo cardinale Don Placido Zurla, Florence, 1834. Gianantonio MOSCHINI, Nelle solenne esequie dell’Eminentissimo cardinale Placido Zurla, Venise, 1834. Paolo DEL SIGNORE, Nei solenni funerali pel cardinale D. Placido Zurla, Rome, 1835, 32 p. Angelo Vincenzo MODENA, In funero Placidi Zurla S.R.E. cardinalis oratio habita, Rome, 1835, 12 p. Pietro Ercole VISCONTI, Elogio del cardinale Placido Zurla, vicario di Sua santità, prefetto della Sacra Congregazione degli Studi e socio onorario dell’Academia, dans Dissertazioni della Pontificia Accademia romana di archeologia, VII, 1836, p. 541-571. Pietro ODESCALCHI, Elogio del cardinale don Placido Zurla, detto in Arcadia, Rome, 1836. Agostino GRECO, Il cardinale Placido Zurla nel Io centenario della morte, Milan, 1934, 63 p. Angelo ZAVAGLIO, Il cardinale Placido Zurla. Discorso commemorativo, Crema, 1936, 7-44 p.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540