Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souverain et pontife

 | 
Philippe Bountry

IX - Nonciatures apostoliques

Texte intégral

1Dans les dernières décennies du xviiie siècle, le Saint Siège entretient en Europe, à des niveaux variables, douze représentations diplomatiques permanentes : Venise (jusqu’en 1797), Turin (nonciature supprimée en 17h53), Florence, Naples (nonciature vacante depuis 1779), Vienne, Paris (jusqu’en 1791), Madrid, Lisbonne, Bruxelles (jusqu’en 1795), Cologne (jusqu’en 1795), Munich (depuis 1785) et Lucerne. Le vice-supérieur des missions de Hollande fait fonction de représentant diplomatique du Saint Siège à La Haye. Enfin le Saint Siège, après le troisième partage de la Pologne et la suppression de la nonciature de Varsovie, tente d’établir un représentant à la cour de Saint-Pétersbourg.

2Au lendemain du rétablissement du gouvernement pontifical (4 mai 1814), le Saint Siège n’est plus représenté diplomatiquement qu’à Vienne, Lucerne, Madrid, Rio de Janeiro (au niveau du nonce depuis 1808) et Lisbonne (au niveau de l’auditeur de nonciature). Une représentation diplomatique permanente est rétablie ou établie, à des niveaux variables et sujets à correction, successivement à Naples (1815), Munich (1817), Paris (1819), La Haye (1827), Florence (1829), Bruxelles (1834), Bogota (1835) et Turin (1839). Les relations diplomatiques avec le Portugal sont toutefois interrompues de 1833 à 1844 ; avec l’Espagne, de 1835 à 1851. À la mort de Grégoire XVI, le Saint Siège entretient ainsi à nouveau douze représentations diplomatiques permanentes.

3Sources : Les archives de l’ensemble des nonciatures apostoliques sont conservées aux Archives vaticanes. Lajos PÁSZTOR, Guida delle fonti per la storia dell’America Latina negli archivi della Santa Sede e negli archivi ecclesiastici d’Italia, Cité du Vatican, 1970, VI-665 p. Llisi KARTTUNEN, Les Nonciatures apostoliques permanentes de 1650 à 1800, Genève, Chaulmontet, 1912, 269 p. Giuseppe DE MARCHI, Le Nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Rome, 1957, XVIII-284 p.

4Bibliographie : Pierre BLET, Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège des origines à l’aube du xixe siècle, Cité du Vatican, 1982. Josef SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I-La papauté et les Papes de la Restauration. I,1-Pie VII, le pape de la restauration (1800-1823). I,2-Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1938-1940, 2 vol. en XXXV-472 et XII-427 p. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, 524 p. Roger AUBERT, Le pontificat de Pie IX (1846-1878), Paris, 1952 ; seconde édition, Paris, 1962, 592 p. Giacomo MARTINA, Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, VII-566 p. Pio IX (1851-1866), Rome, 1986, XII-760 p. Pio IX (1867-1878), Rome, 1990, X-613 p.

IX.1 - BOGOTA

5Le Saint Siège et la République de Nouvelle-Grenade entretiennent des relations diplomatiques depuis le 26 novembre 1835, date de la reconnaissance du nouvel État par Rome. Au départ du premier nonce (30 juin 1842), la représentation diplomatique du Saint Siège reste confiée pour toute la durée de la Restauration à un simple chargé d’affaires. Les relations diplomatiques sont rompues le 21 septembre 1853 ; elle sont renouées le 17 mai 1881.

6Sources : DE MARCHI 95 (Colombia).

7Bibliographie : Josef SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I,2-Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 348-349.

  • Gaetano BALUFFI (1836-1842), le 9 septembre 18361
  • Nicola SAVO (1842-1847), chargé d’affaires2

IX.2 - BRUXELLES

8Le Saint Siège et le royaume indépendant de Belgique ouvrent des relations diplomatiques à la suite de l’érection de l’internunziatura de Bruxelles, décrétée par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, en présence de Grégoire XVI, le 17 juillet 1834. D’abord confiée à un internonce, la mission diplomatique romaine à Bruxelles est élevée au rang de nonciature apostolique le 23 novembre 1841. Les relations diplomatiques seront rompues le 28 juin 1880 et rétablies le 17 octobre 1884.

9Sources : PÁSZTOR (Guida), 246-248. DE MARCHI 61-62 (Belgio). Aloïs SIMON, Archives de la nonciature de Bruxelles (Rome), dans Cahiers du Centre universitaire d’histoire contemporaine (Louvain-Paris-Neuwelaerts), III, 1957, p. 23-36. Aloïs SIMON éd., Instructions aux nonces de Bruxelles (1835-1889), Bruxelles-Rome, 1961, 228 p. Aloïs SIMON éd., Documents relatifs à la nonciature de Bruxelles (1834-1838), Bruxelles-Rome, 1958, 200 p. Aloïs SIMON éd., Correspondance du nonce Fornari (1838-1843), Bruxelles-Rome, 1956, 228 p. Aloïs SIMON éd., Lettres de Pecci (1843-1845), Bruxelles-Rome, 1959, XI-280 p. Johannes Petrus DE VALK, Emiel LAMBERTS éd., Lettres de Francesco Capaccini, agent diplomatique et internonce du Saint-Siège au royaume uni des Pays-Bas, 1828-1831, Bruxelles-Rome, 1983, LXV-768 p.

10Bibliographie : Josef SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 358-369. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 64-75, 162-165 et 292-299. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 337-340, 422-425 et 454-455. Eugène Ernest HUBERT, La mission et les papiers du nonce Zondadari (1786-1787), Bruxelles, 1920. Aloïs SIMON, La nonciature Fornari, dans Revue d’histoire ecclésiastique, XLIX, 1954, p. 462-506 et 808-834. Marcel CHAPPIN, Pie VII et les Pays-Bas. Tensions religieuses et tolérance civile, 1814-1817, Rome, 1984, 384 p. Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 73-88. Vincent VIAENE, Belgium and the Holy See from Gregory XVI to Pius IX (1831-1859). Catholic Revival, Society and Politics in 19th-century Europe, Leuven, 2001, 642 p.

  • Pasquale GIZZI (1835-1837), le 25 janvier 18353
  • Raffaele FORNARI (1838-1843), Diario di Roma du 4 décembre 18384
  • Gioacchino PECCI (1843-1846), le 28 janvier 18435
  • Alessandro ASINARI di SAN MARZANO (1846-1848), avant le 1er février 18466

IX.3 - FLORENCE

11Les relations diplomatiques entre le Saint Siège et le grand-duché de Toscane n’ont cessé de se détériorer au cours du xviiie siècle (suppression de la juridiction de la nonciature par la loi du 20 septembre 1788). Au départ de Giuseppe Morozzo, nonce près du royaume d’Étrurie (1802-1806), qui prélude au rattachement de la Toscane à l’Empire français (1807), les intérêts du Saint Siège sont confiés au vice-auditeur Pietro Valentini qui demeure en poste jusqu’à l’aube de l’année 1830. Les prérogatives de la nonciature sont rétablies le 22 juillet 1828. Ce n’est que le 2 février 1830, après l’échec de la tentative de nomination de Costantino Patrizi en 1829, qu’un nonce apostolique est à nouveau nommé à Florence. Il est substitué à partir de 1833 par des chargés d’affaires pendant toute la durée de la Restauration. À la suite de la conclusion du concordat de 1851, un internonce est nommé le 16 juin 1856 ; il cesse ses fonctions trois ans plus tard à la suite de l’annexion de la Toscane au royaume d’Italie.

12Sources : DE MARCHI 121-123 (Firenze).

13Bibliographie : Josef SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 232. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 304-305. A.M. BETTANINI, Il concordato di Toscana del 1851, Milan, 1933. Renato MORI, Il concordato del 1851 tra la Toscana e la Santa Sede. La seconda fase delle trattavie e la conclusione, dans Archivio storico italiano, 1940/2, p. 41-82 ; 1941/1, p. 133-148. Giacomo MARTINA, Pio IX e Leopoldo II, Rome, 1967, XX-554 p. Francesco DE FEO, La visita di Pio IX in Toscana, dans Pio IX, 1975/3, p. 376-418.

  • Pietro VALENTINI (1806-1830), le 1er novembre 18067
  • Costantino PATRIZI NARO (1828-1829), le 17 septembre 18288

14Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX, Casamari, 1993, p. 74. Nommé en qualité d’internonce.

  • Giacomo Luigi BRIGNOLE (1830-1833), le 2 février 18309
  • Girolamo FELICIANGELI (1833-1836), le 21 mars 183310
  • Loreto SANTUCCI (1836-1842), le 6 août 183611
  • Bernardo TIRABASSI (1842-1845), avril 184212
  • Carlo SACCONI (1845-1847), janvier 184513

IX.4 - LA HAYE

15Le vice-supérieur des missions de Hollande fait fonction à la fin du xviiie siècle de représentant du Saint Siège auprès du roi et des catholiques de Hollande. L’ouverture de relations diplomatiques entre le Saint Siège et le royaume des Pays-Bas (qui comprend encore à cette date la Belgique), négociée par en Hollande par le plénipotentiaire pontifical Ignazio Nasalli et depuis Rome par le cardinal Mauro Cappellari, futur Grégoire XVI, est inscrit dans le concordat du 18 juin 1827 ; un internonce est nommé en 1828. L’internonce Capaccini gagne cependant Londres en août 1830, lors de l’insurrection de la Belgique. À partir de 1832, le Saint Siège accrédite à La Haye un chargé d’affaires, puis, à partir de 1848, un internonce.

16Sources : PÁSZTOR (Guida), 244-246. DE MARCHI 183-184 (Olanda).

17Bibliographie : Josef SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 358-369. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 64-75, 162-165 et 299-304. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 337-340 et 422-425. J. KLEIJNTJENS, Brieven van Mgr L. Ciamberlani, vice-superior der Hollandsche Missie, 1795-1828, Haarlem-Heiloo, 1946, 2 volumes. P. POLMAN, Peter J. VAN KESSEL éd., Romeinse bescheiden voor de geschiedenis der rooms-katolieke kerk in Nederland, 1727-1853, La Haye, 1959-1976, 3 vol. Peter J. VAN KESSEL, La corrispondenza di Luigi Ciamberlani, vice-superiore delle missioni olandesi, con la Curia Romana (1795-1814), dans Medelingen van het Nederlands Instituuts te Rome, XL, 1978, p. 151-167. Marcel CHAPPIN, Pie VII et les Pays-Bas. Tensions religieuses et tolérance civile, 1814-1817, Rome, 1984, 384 p. Johannes Petrus DE VALK, Inventarius van Romeinse archivalia betreffende het Verenigd Koninkrijk der Nederlanden, 1813-1831, La Haye, 1991. Johannes Petrus DE VALK, Romeinse bescheiden voor de geschiedenis der Rooms-Katholieke kerk in Nederland, 1832-1914. 1 - Chronologische lijst van documenten. 2 - Archieven, overzichten en indices, s’Gravenhage, 1996, 2 volumes en XLII-827 et VI-632 p. Johannes Petrus DE VALK, Roomser dan de paus ? Studies over de betrekkingen tussen de Heilige Stoel en het Nederlands katholicisme, 1815-1940, Nimègue, 1998, 408 p.

  • Luigi CIAMBERLANI (1795-1828), avant le 11 juillet 179514
  • Francesco CAPACCINI (1828-1830), le 10 juin 182815
  • Antonio Benedetto ANTONUCCI (1831-1841), le 5 septembre 183116
  • Francesco CAPACCINI (1841), le 12 avril 184117
  • Innocenzo FERRIERI (1841-1848), automne 184118

IX.5 - LISBONNE

18À la suite de l’invasion du Portugal par les armées napoléoniennes, le nonce Lorenzo Caleppi quitte le Portugal pour le Brésil avec la cour du régent Jean VI (19 avril 1808) tandis que l’auditeur de nonciature Vincenzo Macchi fait fonctions d’internonce en résidence à Lisbonne de 1816 ; À la suite de l’indépendance du Brésil (1822) et de la séparation définitive du Portugal et de son ancienne colonie, un nonce apostolique est à nouveau nommé à Lisbonne. À la suite du conflit qui oppose la reine Maria II de Gloria, fille du roi Pierre IV (l’empereur Pierre Ier du Brésil), soutenue par le parti constitutionnaliste et libéral, et son oncle, l’infant Michel Ier, soutenu par le parti légitimiste et catholique ainsi que par le nonce Alessandro Giustiniani, et de l’intervention de la flotte brésilienne au Portugal en faveur de Maria de Gloria, le nonce est expulsé de Lisbonne le 29 juillet 1833. La rupture des relations diplomatiques se prolonge jusqu’à la mission du substitut de la secrétairerie d’État et internonce extraordinaire Francesco Capaccini (novembre 1841) qui aboutit au rétablissement de la nonciature à Lisbonne ; un nonce apostolique est nommé le 7 février 1844.

19Sources : PÁSZTOR (Guida), 248-268. DE MARCHI, 211-213 (Portogallo).

20Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 251-255. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 80-81 et 328-333. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 463-464. J. MILLER, Portugal and the Holy See c. 1748-1830. An Aspect of the Catholic Enlightment, Rome, 1978, XII-412 p.

21Nonces auprès du roi du Portugal en résidence à Rio de Janeiro :

  • Lorenzo CALEPPI (1801-1817), le 23 février 180119
  • Giovanni Francesco COMPAGNONI MAREFOSCHI (1816-1820), le 20 décembre 181620

22Représentants du Saint Siège en résidence à Lisbonne :

  • Vincenzo MACCHI (1808-1816), le 19 avril 180821
  • Giuseppe CHERUBINI (1817-1822), le 17 juin 181722
  • Giacomo Filippo FRANSONI (1822-1826), Diario di Roma du 14 septembre 182223
  • Alessandro GIUSTINIANI (1827-1832), le 24 avril 182724
  • Francesco CAPACCINI (1841-1844), novembre 184125
  • Camillo DI PIETRO (1844-1856), le 7 février 184426

IX.6 - LUCERNE

23Préservée durant l’époque napoléonniene, la présence d’un représentant du Saint Siège auprès de la Confédération helvétique à travers un nonce établi à Lucerne s’achève à la suite de la victoire militaire des cantons radicaux et protestants sur les cantons catholiques durant la guerre du Sonderbund (automne 1847). Rome accrédite à partir de 1848 de simples chargés d’affaires ; la rupure des relations diplomatiques intervient le 23 janvier 1874 dans le cadre du Kulturkampf helvétique. Une nonciature apostolique est rétablie le 1er septembre 1920.

24Sources : DE MARCHI 242-245 (Svizzera).

25Bibliographie : Hubert BASTGEN, Der Schweitzer Nuntius Gizzi, dans Zeitschrift für Schweitzer Kirchengeschichte, XVII, 1924, p. 237-281 ; Der Schweizer Nuntius Girolamo d’Andrea, dans Zeitschrift für Schweizer Kirchengeschichte, XIX, 1925, p. 126 et sqtes. Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 346-357. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 61-64, 161-162, 285-292. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, Paris, 1949, p. 336-337 et 464-465.

26Giacomo MARTINA, L’atteggiamento di Pio IX di fronte alla questionne svizzera e alla guerra del Sonderbund, dans Pio IX (1846-1850), Rome, 1974, p. 189-196. Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 23-41 et 97-121.

  • Fabrizio TESTAFERRATA SCEBARRAS (1802-1816), avant le 1er mai 180227
  • Carlo ZEN (1816-1817), le 9 mars 181628
  • Vincenzo MACCHI (1818-1819), avant le 8 août 181829
  • Ignazio NASALLI (1819-1827), avant le 13 octobre 181930
  • Pietro OSTINI (1827-1829), le 30 janvier 182731
  • Filippo DE ANGELIS (1830-1839), le 23 avril 183032
  • Pasquale GIZZI (1839-1841), le 13 avril 183933
  • Girolamo D’ANDREA (1841-1845), le 21 mars 184134
  • Alessandro MACIOTI (1845-1848), le 30 septembre 184535

IX.7 - MADRID

27Préservée durant l’occupation napoléonienne - le nonce Gravina réside à Cadix, auprès des Cortès, puis est à nouveau accrédité auprès du roi Ferdinand VII au lendemain de la Restauration -, la représentation diplomatique du Saint Siège auprès de la cour d’Espagne prend fin avec la rupture des relations diplomatiques intervenue le 31 juillet 1835 à la suite de la guerre entre Carlistes et Libéraux. Les relations diplomatiques sont rétablies le 14 mai 1848 à la suite de la mission de Giovanni Brunelli ; ce dernier présente le 22 juillet 1848 ses lettres de créances et reçoit le 1er septembre le titre de nonce apostolique. Le 16 mars 1851, il signe avec Bertrán de Lis une convention de 46 articles ratifiée sous la forme d’un concordat par la Cour d’Espagne le 1er avril et par le Saint-Siège le 23 avril 1851.

28Sources : PÁSZTOR (Guida), 268-300. DE MARCHI 235-237. Vincente CARCEL ORTI, La correspondance diplomatique des nonces apostoliques dans l’Espagne du xixe siècle, dans Revue d’histoire diplomatique, XCVI, 1982, p. 320-334 ; El archivo de Pietro Gravina, nuncio en España (1803-1817), dans Escritos del Vedat (Torrente-Valencia), IX, 1979, p. 303-320 ; El archivo del nuncio en España, Giacomo Giustiniani (1817-1827), dans Escritos del Vedat (Torrente-Valencia), VI, 1976, p. 265-300 ; Los despachos de la nunciatura de Madrid (1847-1857), dans Archivum Historiae Pontificiae, XIII, 1975, p. 311-400 et XIV, 1976, p. 265-356. F. DIAZ DE CERIO (F.), M.F. NUÑEZ Y MUÑOZ, Instrucciones secretas a los nuncios de España en el siglo XIX (1847-1907), Rome, 1989, XIII-384 p.

29Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 243-251. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 77-80 et 316-327. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 462-463. I. VILLAPADIERNA, El conflicto entre el cardenal primado y el nuncio Monseñor Gravina, dans Anthologia annua, V, 1957, p. 261-311. DHEE I ¿1972), 581-595 Concordato de 1851 (J. de Salazar). Vincente CÁRCEL ORTÍ, Correspondencia diplomática del nuncio Tiberi (1827-1834), Pampelune, 1976, LXXXIII-873 p. ; Correspondencia diplomática del nuncio Amat (1833-1840), Pampelune, 1982, LXXIII-375 p. ; El nuncio Brunelli y el concordato de 1851, dans Anales Valentinos, I, 1975, p. 79-267.

  • Pietro GRAVINA (1803-1816), Diario ordinario du 26 février 1803
  • Giacomo GIUSTINIANI (1816-1826), le 2 avril 181636
  • Francesco TIBERI (1827-1831), le 9 janvier 182737
  • Luigi AMAT (1832-1835), le 13 novembre 183238

IX.8 - MUNICH

30Établies en 1785 sous la forme d’une nonciature permanente, les relations diplomatiques entre le Saint Siège et la Bavière sont interrompues au départ du nonce Emidio Ziucci (1796-1800). Les négociations conduites à partir de 1806 par Annibale Della Genga en vue de la conclusion d’un concordat échouent. Ce n’est qu’à la suite de la conclusion du concordat du 5 juin 1817, signé à Rome par le futur cardinal Haeffelin, que la nonciature de Munich est rétablie ; elle sera supprimée le 31 mai 1934.

31Sources : DE MARCHI 53-54.

32Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 279-296. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 51-52 et 270-272. Georg von JOCHNER, Historisch-politische Blatter, CLXIV, 1919, p. 526-539, 612-624. G. FRANZ-WILLING, Die bayerische Vatikangesandtschaft, 1803-1934, Munich, 1965. R. FENDLER, Johann Kasimir von Haffelin, 1737-1827. Historiker, Kirchen-politik, Diplomat und Kardinal, Mayence-Trèves, 1980, XIV-129 p.

  • Francesco SERRA CASSANO (1818-1826), Diario di Roma du 26 novembre 181739
  • Charles d’ARGENTEAU (1826-1837), le 3 octobre 182640
  • Michele VIALE PRELÀ (1838-1845), le 9 août 183841
  • Carlo Luigi MORICHINI (1845-1847), le 23 mai 184542

IX.9 - NAPLES

33La nonciature de Naples, vacante depuis 1779, est rétablie en 1822 à la suite de la signature du concordat du 16 février 1818, négocié sous les auspices du cardinal Diego Innico Caracciolo, en mission à Naples au nom du Saint Siège à partir de juin 1815, au lendemain de la restauration du roi Ferdinand Ier des Deux Siciles (Ferdinand IV). Le cardinal Caracciolo, assisté de son secrétaire Alessandro Giustiniani, est chargé de veiller à l’application du concordat ; après son décès (à Naples le 24 janvier 1820), Alessandro Giustiniani est maintenu à Naples en qualité de chargé d’affaires, puis promu nonce apostolique le 26 avril 1822. La nonciature apostolique de Naples est supprimée en 1860 à la suite de l’annexion du royaume des Deux Siciles au royaume d’Italie.

34Sources : DE MARCHI 175-177. Nicola CAPECE GALEOTA, Cenni storici dei nunzi residenti nel Regno di Napoli, Naples, 1877, 121 p.

35Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 236-240. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 171 et 307-308. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 323-324. Walter MATURI, Il concordato tra la Santa Sede e le Due Sicilie, Florence, 1929, XII-266 p. Irma ARUNO, Il Regno delle Due Sicilie nei rapporti con lo Stato Pontificio, Naples, 1933. Joseph H. BRADY, Rome and the Napolitan Revolution of 1820-1821. A Study in Papal Neutrality, New York-Londres, 1937. G.M. MONTI, Stato e Chiesa durante la rivoluzione napoletana del 1820-1821, dans Stato e Chiesa. Studi storici e giuridici per il decennale della Conciliazione tra la S. Sede e l’Italia, Milan, 1939, tome I, p. 333-405. Antonio QUACQUARELLI, Il concordato del 1818 fra Santa Sede e il Regno delle Due Sicilie in Puglia, dans Japaglia, XIII, 1942, p. 247-260. Walter MATURI, La convenzione del 29 agosto 1839 tra la Santa Sede e il Regno delle Due Sicilie secondo documenti dell’Archivio Vaticano, dans Archivio storico per le provincie napoletane, XXXIV, 1953-1954, p. 353-369. Alfredo ZAZO, Trattative e maneggiper l’unione di Benevento al Regno di Napoli, dans Samnium, XXVI, 1953, p. 1-32 ; Benevento e le relazioni diplomatiche fra Napoli e la S. Sede nella rivoluzione del 1820, dans Samnium, XXXIII, 1960, p. 121-143. Giovanni CITTADINI, Carteggio privato di papa Pio IX e Ferdinando II re di Napoli, Macerata, 1968. Domenico COPPOLA, L’applicazione dell’art. 7 del concordato del 1818 nei riguardi di alcune parrochie della diocesi di Reggio. (Dagli atti della « Commissione mista amministratrice del patrimonio ecclesiastico regolare »), dans La Società religiosa nell’età moderna. Atti del convegno studi di storia sociale e religiosa, Capaccio-Paestum, 18-21 maggio 1972, Naples, 1973, p. 717-724. Raimond L. CUMMINGS, The Nunciature at Naples, its Archives and the National Revolution, august-septembre 1860, dans Archivum historiae pontificiae, XVII, 1979, p. 356-366. Vincenzo DE VITIIS, Il concordato del 1818 e la proprietà ecclesiastica : restituzione e ristrutturazione nel Molise, dans Giuseppe GALASSO, Carla RUSSO éd., Per la storia sociale e religiosa del Mezzogiorno d’Italia I, Naples, 1980, p. 531-577.

  • Diego Innico CARACCIOLO (1815-1820), juin 181543
  • Alessandro GIUSTINIANI (1820-1827), le 24 janvier 182044
  • Luigi AMAT (1827-1832), le 24 avril 182745
  • Gabriele FERRETTI (1833-1837), le 22 juillet 183346
  • Fabio Maria ASQUINI (1837-1839), le 22 décembre 183747
  • Camillo DI PIETRO (1839-1844), Diario di Roma du 27 juillet 183948
  • Antonio GARIBALDI (1844-1850), le 7 février 184449

IX.10 - PARIS

  • 50 DTC XII,2 (1935), 1665 (Georges Bourgin).
  • 51 Il s’agit de Carlo Zen, nonce à Lucerne (HC VII, 147, d’après le bref apostolique).

36Les relations diplomatiques entre le Saint Siège et la France sont interrompues depuis le départ du nonce Antonio Dugnani (31 mai 1791) et l’expulsion de son auditeur (13 juin 1791)50. À la suite de la signature du concordat du 15 juillet 1801, le cardinal Giambattista Caprara est envoyé à Paris en qualité de légat a latere muni des pouvoirs les plus étendus (bref Dextera altissima du 24 août 1801), afin de procéder à la réorganisation de l’Église de France et de veiller à l’application du concordat ; établi à Paris à partir du 4 août 1801, il y meurt 21 juin 1810 et n’est pas remplacé. Au lendemain de la Restauration, Pie VII nomme coup sur coup au printemps 1814 deux émissaires pour aller complimenter Louis XVIII et renouer des relations diplomatiques avec la France : Annibale Della Genga, puis le cardinal Consalvi, tous munis d’instructions contradictoires relativement au retour au concordat de 1516. Le rétablissement de la nonciature de Paris est inscrit dans le concordat signé à Rome le 11 juin 1817 ; un nonce est nommé par Rome dès le 27 août 181751, mais la non-exécution du concordat rend sa nomination caduque. Le roi se résigne enfin à accepter et aménager le concordat de 1801 ; la nomination d’un nouveau nonce à Paris intervient le 22 novembre 1819. Les relations diplomatiques entre le Saint Siège et la France se poursuivent sans interruption jusqu’à l’expulsion du nonce par la France, à la veille de la Séparation de l’Église et de l’État, le 30 juillet 1904 ; le chargé d’affaires Carlo Montagnini est à son tour expulsé, après que ses papiers aient été saisis, le 11 décembre 1906. Les relations diplomatiques seront rétablies en mai 1921.

37Sources : DE MARCHI 125-127. Les archives de la nonciature de France constituent pour le xixe siècle la rubrique 248 du fonds de la Secrétairrie d’État. PÁSZTOR (Guida), 301. Olivier PONCET, La nunziatura di Francia (xvi-xix secole) : vicissitudini e utilizzo delle fonti, dans Gli Archivi della Santa Sede come fonte per la storia moderna e contemporanea, a cura di Matteo San-filippo e Giovanni Pizzorusso, Rome, 2001, p. 87-107.

38Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 48-161 et 221-230. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 36-50, 165-171 et 243-256. Jean LEFLON, La crise révolutionnaire, 1789-1846, Paris, 1949, p. 328-336, 417-422 et 440-452. Pierre FÉRET, La France et le Saint-Siège sous le Premier Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet d’après les documents officiels et inédits. I - Le premier Empire et le Saint Siège. II - La Restauration et le Saint Siège, Paris, 1911, 2 vol. Lajos PÀSZTOR, Per la storia del « concordato » di Fontainebleau, dans Chiesa e Stato nell’Ottocento. Miscellanea in onore di Pietro Pirri, Padoue, 1962, tome II, p. 597-606. Eugène-Octave de RICHEMONT, Le Cardinal Consalvi à Paris en 1814, dans Le Correspondant, 25 octobre 1905, p. 246-264. Pietro PIRRI, Il cardinale Consalvi e mons. Della Genga nella missione a Parigi del 1814, dans Civiltà cattolica, 6 settembre 1824, p. 395-404 ; 20 settembre 1904, p. 519-528. Eugène-Octave de RICHEMONT, La France et le Saint Siège en 1815 d’après les dépêches entièrement inédites du cardinal Consalvi, dans Le Correspondant, 25 juin 1902, p. 1013-1027. Pierre FÉRET, Le Concordat de 1816. Ambassade à Rome de Cortois de Pressigny et du comte de Blacas, dans Revue des questions historiques, 1901, p. 187-240 ; Le Concordat de 1817. Suite de l’ambassade du comte de Blacas. Ambassade du comte Portalis, dans Revue des questions historiques, 1902, p. 144-202. Philippe SAGNAC, Le Concordat de 1817. Étude des rapports de l’Église et de l’État sous la Restauration (1814-1821), dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, VII, 1905-1906, p. 189-210, 269-288, 433-453. E. LE MARCHAND, Un concordat oublié. Le concordat de 1817, dans Revue des questions historiques, IC, 1923, p. 62-126. Pierre FÉRET, Les Ordonnances de 1828. Le gouvernement. L’Église de France. Le Saint-Siège (d’après les archives du ministères des affaires étrangères), dans Revue des questions historiques, 1904, p. 539-579. Guillaume de BERTIER DE SAUVIGNY, Charles X et la négociation avec le Saint-Siège au sujet des ordonnances de juin 1828, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, XLVI, 1960, p. 70-78. Jacques-Paul MARTIN, La Nonciature de Paris et les affaires ecclésiastiques de France sous le règne de Louis-Philippe (1830-1848). Contribution à l’histoire de la diplomatie pontificale au xixe siècle, d’après les correspondances diplomatiques et divers documents inédits des Archives secrètes vaticanes, Paris, 1949, XXVII-351 p. Antonio QUACQUARELLI, Le note diplomatiche di Mons. Lambruschini al card. G.Albani Segretario di Stato durante la Monarchia di Luglio (luglio-ottobre 1830), dans Aevum, XVII, 1943, p. 170-199. Paul DROULERS, La Nonciature de Paris et les troubles sociaux-politiques sous la Monarchie de Juillet, dans Saggi intorno al Papato dei professori della Facoltà di storia ecclesiastica, Rome, 1959, p. 401-463. Paul POUPARD, Correspondance inédite entre Mgr Antonio Garibaldi, internonce à Paris, et Mgr Césaire Mathieu, archevêque de Besançon. Contribution à l’histoire de l’administration ecclésiastique sous la Monarchie de Juillet, Rome-Paris, 1961, XXIII-426 p. Sante CELLI, Il riconoscimento di Louis-Philippe da parte della Santa Sede, dans Chiesa e Stato nell’Ottocento. Miscellanea in onore di Pietro Pirri, Padoue, 1962, tome I, p. 67-104. Giuliano PROCACCI, Le relazioni diplomatiche fra lo Stato pontificio e la Francia. II Serie : 1830-1848. I (4 gennaio 1830 - 28 luglio 1831). II (18 luglio 1831 - 21 dicembre 1833). III -8 gennaio 1834 - 31 dicembre 1838), Rome, 1962-1969, 3 volumes. Jacques-Olivier BOUDON, Le Saint Siège et les nominations épiscopales en France au xixe siècle, à partir des sources romaines, dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, CII/1, 1990, p. 111-161. Jacques-Olivier BOUDON, Le Saint-Siège face aux nominations épiscopales, dans L’épiscopat français à l’époque concordataire, 1802-1905, Paris, 1996, p. 439-505.

  • Annibale DELLA GENGA (1814), envoyé extraordinaire le 4 mai 181452
  • Ercole CONSALVI (1814), envoyé extraordinaire le 19 mai 181453
  • Vincenzo MACCHI (1819-1826), Diario di Roma du 13 octobre 181954
  • Luigi LAMBRUSCHINI (1827-1831), le 2 octobre 182655
  • Antonio GARIBALDI (1831-1843), le 21 octobre 183156
  • Raffaele FORNARI (1843-1850), le 14 janvier 184357

IX.11 - RIO DE JANEIRO

39À la suite de l’invasion du Portugal par les armées napoléoniennes, le nonce Lorenzo Caleppi quitte le Portugal pour le Brésil avec la cour du régent Jean VI (19 avril 1808) ; décédé au Brésil, il est substitué par un second nonce auprès du roi du Portugal, également décédé au Brésil. La proclamation de l’indépendance (1822) et la séparation définitive du Portugal et de son ancienne colonie entraînent l’établissement de relations diplomatiques distinctes entre le Saint Siège et le Brésil ; un internonce apostolique est nommé en 1829, auquel sont attribuées de vastes compétences pour l’Amérique latine dans son ensemble. L’internunziatura du Brésil est élevée au rang de nonciature apostolique le 14 février 1901.

40Sources : DE MARCHI 75-76.

41Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 251-255. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 97 et 352. Hildebrando ACCIOLY, Os primeiros nuncios no Brasil, Saò Paulo, 1949, 329 p. William J. COLEMAN, The First Apostolic Delegation in Rio de Janeiro and its Influence in Spanish America. A Study in Papal Policy, 1830-1840, Washington, 1950, 468 p. M. CESAR DE LIMA, Lourenço Caleppi, primeiro nùncio no Brasil (1808-1816), segundo documentos do Arquivo Secreto Apostólico do Vaticano, Rio de Janeiro, 1977, 257 p.

42Nonces à la cour de Portugal en résidence à Rio de Janeiro (pour rappel) :

  • Lorenzo CALEPPI (1801-1817), le 23 février 180158
  • Giovanni COMPAGNONI MAREFOSCHI (1816-1820), le 20 décembre 181659

43Représentants diplomatique du Saint Siège au Brésil :

  • Pietro OSTINI (1829-1832), le 17 juillet 182960
  • Scipione Domenico FABBRINI (1832-1841)61
  • Ambrogio CAMPODONICO (1841-1845), le 30 mars 184162
  • Gaetano BEDINI (1845-1847), le 28 octobre 184563

IX.12 - TURIN

44À la suite de la suppression de la nonciature apostolique (1753), la représentation diplomatique du Saint Siège auprès de la cour de Sardaigne est assurée à partir de la Restauration par des chargés d’affaires. Une nonciature apostolique est rétablie le 18 janvier 1839. Le départ du nonce Antonucci de Turin (avril 1850) et la multiplication des différends entre Rome et Turin, jusqu’à l’avènement sur le trône d’Italie du roi Victor-Emmanuel II (1860) et l’annexion des États Pontificaux (1870) entraîne la disparition de la nonciature de Turin.

45Sources : DE MARCHI 251-253.

46Bibliographie : Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 235-236. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 305-307. Pietro PIRRI, Pio IX e Vittorio Emmanuele dal loro carteggio privato. I - La laicizzazione dello Stato Sardo (1848-1856), Rome, 1944, XIX-143-253 p. (réédition, Rome, 1980, XLII-143-263 p.) II - La questione romana, 1856-1864, Rome, 1951, XV-499 et XII-332 p. III - La questione romana, 1864-1870, Rome, 1960-1961, 2 vol., XII-336 et XV-465 p. G. RICCIARDI, La soppressione e la restaurazione della nunziatura di Torino (1753-1839), dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, XI, 1956, p. 396-436. Maria Franca MELLANO, Il caso Franzoni e la politica ecclesiastica piemontese (1848-1850), Rome, 1964, XVI-288 p. Raffaele COLAPIETRA, Le relazioni tra Roma e Torino sotto Leone XII, dans Rassegna di politica e di storia, 1966, p. 23-32. A. COSTA, Giuseppe Barbaroux ambascia-tore presso la Santa Sede (1816-1824), dans Bolletino storico-bibliografico subalpino, LXVI, 1968, p. 465-521. Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 43-66 et 123-133.

  • Romualdo VALENTI (1814-1821), mai 181464
  • Antonio TOSTI (1822-1829), le 25 avril 182265
  • Pasquale GIZZI (1829-1835), le 5 janvier 182966
  • Ambrogio CAMPODONICO (1835-1839), le 25 janvier 183567
  • Vincenzo MASSI (1839-1841), le 12 novembre 183968
  • Pasquale GIZZI (1841-1844), le 19 janvier 184169
  • Antonio Benedetto ANTONUCCI (1844-1851), le 29 juillet 184470

IX.13 - VIENNE

47La représentation diplomatique du Saint Siège auprès de la cour de Vienne sous la forme d’un nonce ou d’un internonce apostolique ne connaît aucune interruption durant la Restauration.

48Sources : DE MARCHI 45-47.

49Bibliographie : Charles VAN DUERM, Correspondance du cardinal Hercule Consalvi avec le prince Clément de Metternich, 1815-1823, Louvain, 1899, CXXV-421 p. Emmanuel de LÉVIS-MIREPOIX, Un collaborateur de Metternich. Mémoires et papiers de Lebzeltern, Paris, 1949, II-501 p. Joseph SCHMIDLIN, Papstgeschichte der neuesten Zeit, Munich 1933-1939, 2 vol. Traduction française : Histoire des papes de l’époque contemporaine. I - La Papauté et les Papes de la Restauration. I,1 - Pie VII (1800-1823), Lyon-Paris, 1938, p. 336-346. I,2 - Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI (1823-1846), Lyon-Paris, 1940, p. 58-59 et 279-284. Friedrich ENGEL-JANOSI, Österreich und der Vatikan, 1846-1918. I - Die Pontifikate Pius IX und Leos XIII (1846-1903). II - Die Pontifikate Pius’X und Benedikt XV (1903-1918), Graz, 1958-1960, 2 vol. Friedrich ENGEL-JANOSI, Zwei Studien für Geschichte des österrichischen Vetorechte, dans Festschrift zur Feier des zweihundertjahrigen Bestandes des Haus - und Hof - und Staatsarchivs, Vienne, 1949-1951, tome II, p. 283-300. Aloïs HUDAL, Die oesterrichische Vatikanbotschaft, 1806-1918, Munich, 1952, 326 p. Richard BLAAS, Das Kardinal Protektorat der deutschen und der osterreichischen Nation in 18. und 19. Jahrhundert, dans Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchivs, X, 1957, p. 148-185. César VIDAL, Louis-Philippe, Metternich et la crise italienne de 1831-1832, Paris, 1931. Narciso NADA, L’Austria e la questione romana dalla Rivoluzione di luglio alla fine della conferenza diplomatica romana (agosto 1830-luglio 1831), Turin, 1953, 195 p. Friedrich MAAS, Die Verhandlungen des Wiener Nuntius Pietro Ostini über die Beiseitigung der josephinischen Kirchengesetzte (1832-1836), dans Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, LXVIII, 1960, p. 485-505. Alan REINERMANN, Metternich and the papal condemnation of the carbonari, dans Catholic historical review, 1968, p. 55-69. Lajòs LUKÁCS, The Vatican and Hungary, 1846-1878. Reports and correspondance on Hungary of the apostolic nuncies in Vienna, Budapest, 1981, 795 p.

  • Antonio Gabriele SEVEROLI (1801-1817), Diario ordinario du 10 octobre 1801
  • Paolo LEARDI (1816-1823), le 20 mars 181671
  • Pietro OSTINI (1824-1827), le 29 janvier 182472
  • Ugo Pietro SPINOLA (1826-1832), le 2 octobre 182673
  • Pietro OSTINI (1832-1836), le 2 septembre 183274
  • Lodovico ALTIERI (1836-1845), le 11 juillet 183675
  • Michele VIALE PRELÀ (1845-1855), le 27 mai 184576

Notes

1 DE MARCHI 95. Il quitte Bogota le 30 juin 1842.

2 DE MARCHI 95. Pie IX lui donne pour successeur en 1847 un autre chargé d’affaires, Sebastiano Buscione.

3 Diario di Roma du 31 janvier 1835 et Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale

4 Nommé en qualité d’internonce, il est promu au titre de nonce par bref apostolique du 21 mars 1841 (HC VII, 282).

5 HC VII, 172 (date du bref apostolique). Parti de Rome le 18 mars 1843 (Diario di Roma du même jour), il arrive à Bruxelles le 11 avril et présente ses lettres de créance au roi Léopold Ier le 15 avril 1843 (DE MARCHI 62). Aloïs SIMON (Lettres de Pecci (1843-1845), Bruxelles-Rome, 1959, p. 29-30) suggère une date de nomination antérieure (décembre 1842).

6 Date de sa consécration épiscopale après sa désignation aux fonctions de nonce apostolique à Bruxelles. Parti de Rome le 18 mars 1846 (Diario di Roma du 21 mars), il arrive à Bruxelles le 26 avril 1846 (DE MARCHI 62), il est mis à la disposition du Saint-Siège le 19 octobre 1848. Pie IX lui donne pour successeur Innocenzo Ferrieri le 15 novembre 1848

7 Vice-auditeur de nonciature au départ du nonce Giuseppe Morozzo, il est nommé chargé d’affaires. Emprisonné par les autorités françaises, il est rétabli dans ses fonctions en 1814.

8 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 206. Confirmé par bref du 16 janvier 1829 (HC VII, 306). Il renonce à la nonciature sans en avoir pris possession le 19 juin 1829 (DE MARCHI 122).

9 DE MARCHI 122. Il présente ses lettres de créances au grand-duc Léopold II le 22 mai 1830 (Diario di Roma du 29 mai).

10 DE MARCHI 122. Nommé en qualité de chargé d’affaires, il renonce à sa charge le 30 juillet 1836.

11 PÁSZTOR (Segreteria), d’après ASV/SS a. 1836, rub. 5. Nommé en qualité de chargé d’affaires, il renonce à sa charge le 23 mars 1842 (PÁSZTOR (Segreteria), d’après ASV/SS a. 1842, rub. 5).

12 DE MARCHI 123. Nommé en qualité de chargé d’affaires.

13 DE MARCHI 123. Nommé en qualité de chargé d’affaires. Pie IX lui donne pour successeur le 13 novembre 1847 Vincenzo Massoni (DE MARCHI 123 et Diario di Roma du 18 décembre).

14 Diario ordinario 1795/2142.

15 DBI XVIII (1975), 373 (Lajòs Pàsztor). Il arrive à La Haye le 10 octobre 1828 en qualité de simple interlocuteur, et reçoit le titre d’internonce en mai 1829. Il gagne Londres en août 1830.

16 DBI III (1961), 591 (Fausto Fonzi) et DE MARCHI 183. Nommé en qualité de chargé d’affaires, il est officiellement revêtu du titre de supérieur des missions de Hollande le 17 décembre 1831 et présente ses lettres de créance à la cour de Guillaume Ier le 23 janvier 1832. Il est nommé évêque de Montefeltre le 17 décembre 1840.

17 En qualité d’internonce apostolique et d’envoyé extraordinaire (d’après DBI XVIII, 1970, p. 374, Lajos Pásztor).

18 Date probable (nomination de Francesco Capaccini à Lisbonne le 18 novembre 1841, Lajos Pásztor in DBI, loc. cit.). Nommé en qualité d’internonce, Pie IX lui donne pour successeur le 12 février 1848 Carlo Belgrado (DE MARCHI 183 et Diario di Roma du 26 février).

19 Diario ordinario du 25 février 1801. Confirmé dans ses fonctions par bref apostolique du 23 décembre 1801 (HC VII, 284), il succède à Bartolomeo Pacca, élevé le même jour au Sacré Collège.

20 HC VII, 172 et DE MARCHI 212. Il meurt en charge à Rio de Janeiro le 17 septembre 1820.

21 DE MARCHI 211. Auditeur de la nonciature de Lisbonne, il est promu à cette date internonce et délégat apostolique en résidence à Lisbonne.

22 DE MARCHI 212. Auditeur de la nonciature, il est pourvu des prérogatives d’internonce durante mora nuntii in Brasilia.

23 Confirmé par bref du 21 janvier 1823 (HC VII, 278).

24 HC VII, 304 (date du bref apostolique).

25 DE MARCHI 213. Nommé en qualité d’internonce extraordinaire et délégué apostolique, il achève sa mission le 10 février 1844.

26 Diario di Roma du 13 février 1844. Confirmé par bref apostolique du 29 juin (HC VII, 110). Nommé en qualité d’internonce et délégué apostolique, il reçoit le titre de nonce apostolique le 24 septembre 1847 (HC VII, 110). Ses lettres de créance ne seront présentées que le 31 octobre 1855. Pie IX lui donne pour successeur le 16 juin 1856 Innocenzo Ferrieri.

27 Diario ordinario 1802139. Confirmé par bref apostolique du 20 décembre 1803 (HC VII, 110).

28 ASV/SS Interno a. 1816, rub. 31. Il arrive à Lucerne le 30 octobre 1816 (Diario di Roma du 27 novembre).

29 Diario di Roma 1818/63. Confirmé par bref du 6 octobre (HC VII, 284).

30 Diario di Roma 1819/82. Confirmé par bref apostolique du 21 janvier 1820 (HC VII, 171). Pasquale Gizzi occupe à Lucerne les fonctions de chargé d’affaires du 4 août 1823 au 26 mars 1827 (DE MARCHI 244), puis d’internonce du 21 août 1827 à l’arrivée du nonce Ostini le 16 août 1828 (Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 35-38).

31 HC VII, 360 (date du bref apostolique).

32 HC VII, 136 (date du bref apostolique).

33 Date du billet de la secrétairerie d’État. Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 99.

34 Diario di Roma du 1er mai 1841. Confirmé par bref du 30 juillet (HC VII, 261).

35 HC VII, 157 (date du bref apostolique) et Diario di Roma du 21 octobre 1845. Il présente ses lettres de créances à Zurich le 12 décembre 1845 (Diario di Roma du 30 décembre). Il est rappelé à Rome au début de l’année 1848 et substitué par un chargé d’affaires en la personne de’Innocenzo Boveri.

36 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 152 et Diario di Roma du 7 avril 1816.

37 HC VII, 93 (date du bref apostolique).

38 HC VII, 282 (date du bref apostolique).

39 Confirmé par bref apostolique du 6 octobre 1818 (HC VII, 282). Il arrive à Munich le 31 octobre 1817 (Diario di Roma du 21 novembre).

40 HC VII, 382 (date du bref apostolique).

41 DE MARCHI, 54. Nommé en qualité d’internonce extraordinaire, il est promu au titre de nonce par bref apostolique du 20 juillet 1841 (HC VII, 136).

42 HC VII, 284 (date du bref apostolique). Pie IX lui donne pour successeur le 17 décembre 1847 Carlo Sacconi (Diario di Roma du 18 décembre).

43 DBI XIX (1976), 335 (Giuseppe PIGNATELLI).

44 Chargé d’affaires du Saint Siège à la mort du cardinal Diego Innico Caracciolo, il est promu nonce apostolique par bref du 26 avril 1822 (HC VII, 303).

45 HC VII, 282 (date du bref apostolique).

46 Diario di Roma du 27 juillet 1833.

47 HC VII, 360 (date du bref apostolique).

48 Confirmé par bref apostolique du 30 juillet (HC VII, 110).

49 Diario di Roma du 13 février 1844. Pie IX lui donne pour successeur le 30 septembre 1850 Innocenzo Ferrieri (Giornale di Roma du même jour).

50 DTC XII,2 (1935), 1665 (Georges Bourgin).

51 Il s’agit de Carlo Zen, nonce à Lucerne (HC VII, 147, d’après le bref apostolique).

52 Raffaele COLAPIETRA, La formazione diplomatica di Leone XII, Rome, 1966, p. 197. Parti le 7 mai de Césène, il arrive à Paris le 29 mai ; il y est rejoint par Consalvi, muni d’instructions différentes, le 2 juin. Il est de retour à Rome le 10 décembre.

53 Date de sa nomination à la Secrétairerie d’État. Parti de Foligno le 20 mai, il arrive à Paris le 2 juin.

54 Confirmé par bref apstolique du 22 novembre (HC VII, 284).

55 Date probable (promotion du nonce Macchi au Sacré Collège). DE MARCHI 126 indique le mois de novembre 1826 ; le Diario di Roma du 28 octobre 1826 informe de l’arrivée à Rome de Luigi Lambruschini, « destiné à la nonciature de Paris ».

56 Nommé en qualité de chargé d’affaires (DE MARCHI 126), il est promu au titre d’internonce apostolique et envoyé extraordinaire le 29 juin 1836 (Diario di Roma du 6 juillet).

57 HC VII (date du bref apostolique). Pie IX lui donne pour successeur le 30 septembre 1850 Antonio Garibaldi (Giornale di Roma du même jour).

58 Lorenzo Caleppi, élevé au Sacré Collège le 8 mars 1816, meurt à Rio le 10 janvier 1817.

59 Giovanni Francesco Compagnoni Marefoschi arrive à Rio de Janeiro le 10 (Diario di Roma du 7 février 1818) ou le 27 (Notizie del Giorno du 9 avril 1818) octobre 1817 ; il présente ses lettres de créance au régent du Portugal le 1er novembre 1817 (Notizie del Giorno du 9 avril 1818). Il meurt à Rio le 17 septembre 1820 et n’est pas remplacé.

60 HC VII, 360 (date du bref apostolique).

61 DE MARCHI 75-76. Chargé d’affaires intérimaire au départ de l’internonce Pietro Ostini, il est promu au titre d’internonce (Diario di Roma du 28 novembre 1840) et meurt l’année suivante à Rio.

62 Diario di Roma du 24 avril 1841. Nommé en qualité d’internonce apostolique.

63 DE MARCHI 76. Nommé en qualité d’internonce apostolique, il est placé à la disposition du Saint Siège le 16 août 1847. Pie IX lui donne pour successeur Lorenzo Barili le 13 mai 1848.

64 DE MARCHI 251. Simple agent du Saint Siège, il est élevé au rang de chargé d’affaires le 6 septembre 1817 et meurt à Turin le 29 juin 1821 (Diario di Roma du 11 juillet).

65 DE MARCHI 252. Nommé en qualité de chargé d’affaires du Saint Siège.

66 Date du billet de la Secrétairerie d’État (DE MARCHI 252 et Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 43). Nommé en qualité de chargé d’affaires du Saint Siège.

67 Diario di Roma du 31 janvier 1835. Nommé en qualité de chargé d’affaires du Saint Siège.

68 Diario di Roma du 16 novembre 1839. Confirmé par bref du 26 novembre (HC VII, 367).

69 Lettre riservata du cardinal secrétaire d’État. Stefano GIZZI, Il cardinale Tommaso Pasquale Gizzi, segretario di Stato di papa Pio IX. Con documenti inediti, Casamari, 1993, p. 117.

70 Diario di Roma du 10 août 1844. Confirmé par bref du 13 septembre (HC VII, 360). Il quitte Turin au mois d’avril 1850. La nonciature de Turin demeure sous la responsabilité de l’auditeur Benedetto Roberti jusqu’à son décès (1856) ; un représentant dénué de tout caractère diplomatique lui est donné en la personne de Gaetano Tordone (DE MARCHI 253).

71 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 140 et Diario di Roma du 23 mars 1816. Nomination confirmée par bref du 7 mars 1817 (HC VII, 188).

72 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 42-43. En qualité d’internonce.

73 Date probable (nomination de Lambruschini à la nonciature de Paris à la suite du consistoire). DE MARCHI 46 indique le mois de novembre 1826.

74 HC VII, 360 (date du bref apostolique).

75 Diario di Roma du 13 juillet 1836. Confirmé par bref du 18 juillet (HC VII, 188).

76 HC VII, 136 (date du bref apostolique). Promu cardinal le 7 mars 1853, il demeure à Vienne en qualité de prononce jusqu’à sa nomination à l’archevêché de Bologne le 28 septembre 1855. Pie IX lui donne pour successeur Antonino De Luca.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540