Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge

 | 
Jacques Chiffoleau
, 
Claude Gauvard
, 
Andrea Zorzi

II. Le personnel de justice

Des pratiques sociales courantes au sein des cours de justice médiévales

L’hérédité des fonctions et l’endogamie. La Haute Cour de Namur aux xive et xve siècles1

Isabelle Paquay

Texte intégral

Introduction

  • 1 Abréviations utilisées : AEN (Archives de l’État à Namur), AGR (Archives générales du Royaume), ASA (...)
  • 2 L. Genicot, Une ville en 1422, dans Namur. Le site. Les hommes, Bruxelles, 1988, p. 79.
  • 3 Les villes de Gand, Anvers, Bruges ou Bruxelles comptent toutes au moins 32 000 habitants à la même (...)
  • 4 L. Genicot, Une ville en 1422..., p. 89.
  • 5 H. Douxchamps, La vente du comté de Namur à Philippe le Bon (16 janvier 1411), dans ASAN, 65, 1987, (...)
  • 6 La franchise namuroise est le territoire que le comte a dotée d’une série de privilèges particulier (...)
  • 7 P. Godding, Conseils et rencharges de la Haute Cour de Namur, Bruxelles, 1992.
  • 8 Voir la thèse de M. Liénart, Les finances de la ville de Namur (1411-1477), thèse inédite UCL, 2000 (...)
  • 9 Ce haut dignitaire, appelé aussi gouverneur représente la personne du prince à la tête du comté de (...)
  • 10 Voir x. Lelièvre, Institutions namuroises : la Cour du Magistrat, dans ASAN, 8, 1864, p. 369-379 ; (...)

1Namur est une petite ville au destin assez banal. D’après les estimations, elle n’aurait pas compté plus de 8 300 habitants vers 14292, bien moins que certaines villes flamandes et brabançonnes3. Elle connaît peu de soubresauts politiques d’envergure. À plusieurs reprises, elle ose se mesurer au comte sans jamais parvenir à s’imposer4. En 1411, Jean III, le dernier comte de Namur, vend son comté au duc de Bourgogne moyennant le paiement d’une rente viagère. Il meurt sans descendants en 1429. Le comté est dès lors incorporé à l’ensemble bourguignon5. Malgré sa modeste taille et son intégration à l’état bourguignon, Namur a une vie politique propre. La Haute Cour, qui est à la fois une cour de justice de premier plan et la clef de voûte du gouvernement urbain en atteste. Composée du maire, remplacé en cas d’absence par son lieutenant, et des six puis sept échevins, elle rend la justice au nom du comte de Namur puis du duc de Bourgogne. En matière civile, elle règle les conflits de voisinage et les querelles de familles, décide de la mise sous tutelle des orphelins. En matière criminelle et pénale, elle punit d’amendes les bourgeois coupables d’infractions légères contre les règlements de la ville. Pour des crimes plus graves contre l’ordre public, elle impose aux coupables des pèlerinages judiciaires ou ordonne leur mise à mort. Elle exerce aussi la juridiction gracieuse. Elle reçoit les contrats et les actes de la vie courante tels les testaments, les contrats de mariage, les ventes, les constitutions de rentes qui concernent des biens situés dans la ville et la franchise de Namur6. Elle est amenée à résoudre les conflits qui peuvent surgir à propos de ces mêmes contrats. Elle joue enfin le rôle de chef de sens : elle donne des conseils et des rencharges aux cours inférieures du comté7. Son cercle de compétences s’est probablement élargi au fil du temps pour englober finalement les fonctions traditionnelles d’un gouvernement urbain. Au xve siècle, il incombe à l’échevinage namurois de faire régner l’ordre dans la ville et sa banlieue et d’organiser la gestion des finances8. Divers agents subalternes l’aident dans l’exécution de ses multiples tâches : sergents, jurés, élus, clercs, ouvriers assermentés... Avec le souverain bailli ou le gouverneur9, le maire et les échevins émettent des édits relatifs à l’administration générale de la ville. Ils définissent ainsi la perception des impôts, déterminent les mesures à prendre pour assurer la sécurité, décident l’organisation des métiers ou la circulation dans les rues10.

  • 11 Il s’agit du nom donné à « la maison là où on plaide », la maison communale de Namur à l’époque. La (...)
  • 12 En voici quelques exemples : J. Bartier, Légistes et gens de finances au xve siècle. Les conseiller (...)

2De par l’étendue de ses compétences, la Haute Cour présente des enjeux non négligeables. D’une part pour les individus et les familles susceptibles d’y siéger. Se retrouver au Cabaret11 leur permet dans une certaine mesure de contrôler la ville et d’en tirer quelque profit. D’autre part pour le prince qui, en gardant un droit de regard sur l’institution, peut empêcher certains namurois d’acquérir trop de poids dans leur ville. Cet article a pour but de lever le voile sur d’éventuelles familles échevinales namuroises. De telles familles existent-elles ? Des liens familiaux forts unissent-ils les hommes qui exercent les fonctions de maire et d’échevin à Namur au bas Moyen Âge ? Quelle est l’attitude du prince vis à vis de telles familles ? L’hérédité et l’endogamie touchent-elles la Haute Cour de Namur à l’instar d’autres cours de justice et d’autres institutions médiévales12 ?

L’attitude du seigneur vis à vis des familles : la mesure de 1411, une tentative de contrôle parmi d’autres

  • 13 La procédure exacte est inconnue. Le prince effectue peut-être son choix sur base d’une liste. Rien (...)

3L’emprise du prince sur le comté et la ville de Namur est forte, qu’il s’agisse du comte de Namur ou du duc de Bourgogne. Pour le premier, Namur est sa capitale. Pour le second, même si elle ne présente pas les mêmes enjeux politiques que certaines grandes villes du nord des Pays-Bas bourguignons, il doit la contrôler. L’influence du seigneur pèse sur la Haute Cour de Namur. Le prince ou ses commissaires nomment le maire et les échevins namurois sans l’intervention de la communauté urbaine13. Le pouvoir central peut placer ses hommes sur l’échiquier urbain, les révoquer, pourvu qu’ils soient namurois.

  • 14 Nous résumons ici les idées principales de notre article Maires et échevins namurois au xve siècle  (...)
  • 15 AEN, HCN 6-33. Quelques registres aux sentences criminelles ont été conservés (AEN, HCN 352-353).
  • 16 Nous avons pu établir que le prince profite aussi du contexte socio-économique difficile pour Namur (...)
  • 17 Certains prolongent encore leur présence au sein de la cour en occupant un siège d’échevin avant ou (...)

4L’étude approfondie de la durée des carrières et surtout celle des mesures prises par le prince pour réglementer celles-ci confirme de prime abord l’idée de mainmise d’hommes et de familles sur la Haute Cour14. Un changement radical dans la possibilité d’y mener une carrière plus ou moins longue survient en 1464. Aucune ordonnance ne rend compte de cette réforme ni de ses motivations. Seuls les registres de la Haute Cour permettent d’en prendre connaissance indirectement. Ces documents, conservés de manière continue à partir de 1411 sont issus de l’exercice de la justice gracieuse et contentieuse par la Haute Cour15. Ils donnent pour chaque jour où la cour a siégé les noms des membres présents à cette date permettant ainsi la reconstitution des collèges échevinaux. À partir de 1464, la charge échevinale devient annuelle alors qu’elle était auparavant attribuée à vie. Le nombre d’échevins passe de 6 à 7. Dans la foulée, le maire ne porte plus simultanément le titre de maieur et eskevin mais uniquement celui de maieur. Malgré l’absence de textes normatifs, on peut émettre des hypothèses quant à l’objectif de cette triple réforme. Elle doit permettre au prince de remédier à la situation d’avant 1464 et par là même de renforcer son emprise sur la ville et son gouvernement16. Pour le maire, le changement est minime, mais significatif. Avant 1464, le « président » de la cour est à la fois le représentant du prince et de la communauté urbaine. Il porte un double titre : maire et échevin. Après 1464, il est plus que jamais l’homme du prince. Nommé à vie au contraire des échevins, il constitue désormais le seul élément stable de la cour. Les carrières de certains maires sont impressionnantes, aussi bien avant qu’après 1464 : Massart Colle (24 ans), Jacquemin du Pont (19 ans), Jean de Forville (13 ans), Thierry Bonnant (30 ans). Seuls 11 individus occupent le siège pour l’ensemble du xve siècle. Ils défendent les intérêts du prince dans la longue durée17.

5La situation des échevins évolue différemment. Entre 1411 et 1464, alors qu’ils sont nommés à vie, certains n’effectuent qu’un passage éclair à la cour. D’autres s’y implantent de manière beaucoup plus durable : Jean Baduel (37,7 ans), Guillaume de Fumalle (26,8 ans), Jean de Jandrain (17,9 ans), Jean de Warisoul (13,3 ans) ou encore Jacquemin du Pont (13,3 ans)... En outre, les mêmes hommes siègent longtemps ensemble (3, 4, 5 ou même 6 ans), ce qui peut porter préjudice au prince. Des hommes durablement installés au Cabaret durant plusieurs années risquent d’acquérir une influence contraire aux intérêts du prince. Des collusions autour de causes ou d’intérêts communs peuvent mettre l’autorité centrale en péril. Il faut réagir. L’annalité et l’augmentation des charges échevinales sont les moyens mis en œuvre par le prince. Le résultat ne se fait pas attendre et la rupture est nette. Seuls Daniel de Hodège, Jean de Fumalle et Jean de Warisoul l’aîné prolongent leur carrière au-delà de 1464. Les autres membres n’ont jamais siégé auparavant. Le renouvellement est patent et se poursuit d’année en année. Désormais, chaque collège comprend son lot de nouveaux venus. Plusieurs chiffres permettent de mesurer l’accélération du renouvellement et la plus grande ouverture de la cour aux hommes nouveaux. Avant 1464, 31 échevins se partagent 126 sièges sur une durée de 53 ans soit 2,3 sièges disponibles par an et 6 sièges par personne en moyenne. Après 1464, 187 sièges sont accessibles en 35 ans pour 70 hommes, soit 5,3 sièges chaque année et 2,6 sièges par personne. Certains hommes font encore partie de plusieurs collèges, mais jamais de manière continue. La durée entre deux prestations doit être au minimum de 13 mois soit la durée d’un collège échevinal. La possibilité de connaître d’aussi longues carrières qu’avant 1464 s’en trouve considérablement restreinte. On ne rencontre plus de carrières étalées sur 20 ou 30 ans. On atteint parfois les 14 ans, mais c’est exceptionnel. Le maximum de sièges obtenu par un seul individu diminue après 1464 : on passe de 14 à 12. Enfin, l’analyse statistique de la répartition des sièges est révélatrice (Tableaux n°1et n°2). On a calculé pour les échevins ayant exercé un, deux, trois... mandats le pourcentage que chaque catégorie ainsi établie représente par rapport au total des mandats exercés et par rapport au total d’individus. Avant et après 1464, les pourcentages les plus élevés correspondent aux classes les plus basses : un grand nombre d’individus n’exercent qu’un ou deux mandats. Mais ce même pourcentage augmente après 1464 : il passe de 47,66 % à 59,9 %, signe par excellence de l’accélération du renouvellement et de la plus grande ouverture de la cour. On peut affiner l’analyse en additionnant les pourcentages. Avant 1464, alors que la moitié des hommes (47,66 %) devait se contenter d’un cinquième (17,45 %) des sièges disponibles, l’autre moitié détient les 4/5 des sièges. Après 1464, les 2/3 des hommes (59,9 %) obtiennent le tiers des sièges (29,4 %). Une minorité faite d’hommes aux longues carrières monopolisant un maximum de sièges se dégage aux deux époques, mais son poids s’affaiblit après 1464.

Tableau n°1. LA RÉPARTITION DES SIÈGES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR ENTRE 1411 ET 1509 (nomination à vie et annalité des charges)

Tableau n°1. LA RÉPARTITION DES SIÈGES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR ENTRE 1411 ET 1509 (nomination à vie et annalité des charges)

(1) : nombre de sièges ; (2) : nombre d’échevins ayant occupé autant de sièges ; (3) : pourcentage du total d’individus ayant exercé la fonction d’échevin ; (4) : pourcentages cumulés du total des individus ayant exercé la fonction d’échevin ; (5) : nombre total de sièges ; (6) : pourcentage du total de sièges ; (7) : pourcentages cumulés du total de sièges.

Tableau n°2. LES ÉCHEVINS AYANT EXERCÉ UN OU DEUX MANDATS AVANT ET APRÈS 1464. RÉCAPITULATIF

Tableau n°2. LES ÉCHEVINS AYANT EXERCÉ UN OU DEUX MANDATS AVANT ET APRÈS 1464. RÉCAPITULATIF

6La réforme porte ses fruits et le prince réalise son objectif. Seules les carrières individuelles ont été abordées ici. Qu’en est-il des familles ? Certains noms attirent l’attention. Les d’Outremont et les Louvegnis fournissent à eux seuls 4 maires sur 11. Dans les deux cas, il s’agit du père et du fils. Les Louvegnis toujours, les de Fumalle, les de Warisoul, les du Pont avant 1464, les d’Eve, d’Outremont, de Fumalle, de Hun, de Longchamps, de Warisoul, Gai-fier, Honoré, Marchand après 1464 se distinguent de la masse en fournissant plusieurs échevins, même si les chiffres sont loin d’être impressionnants. La rupture de 1464 semble moins nette puisque des familles présentes avant la réforme le sont toujours après (de Fumalle, de Warisoul, d’Outremont). À ne considérer que les individus et les noms de familles, l’impression reste floue. On peut supposer l’existence de familles élargies et donc de liens familiaux complexes entre tous les échevins qu’ils soient d’avant ou d’après 1464. En apparence, le prince a pu élargir le cercle des hommes susceptibles d’accéder au Cabaret. Mais les mesures prises ne sont-elles pas contournées par les familles ?

  • 18 S. Bormans, Cartulaire de Namur, III, p. 379, note 1.

7Le souverain prend très tôt conscience du danger que peuvent constituer pour son pouvoir certaines familles namuroises. Dès 1411, Jean III interdit aux membres d’une même famille de siéger au sein d’un même collège échevinal affin deschever les faveurs et desordres qui en justice pourroient estre et avenir cy-après18. Le père et le fils, les frères, les cousins germains, l’oncle et le neveu, les beaux-frères ne peuvent plus siéger ensemble sur les bancs du Cabaret. Ici aussi, le souverain tente de remédier à une situation qui peut lui être préjudiciable. Des hommes du même sang ont forcément des affinités. Après 1411, des parents proches continuent-ils à siéger simultanément ou certaines familles parviennent-elles à se maintenir dans la longue durée ? L’étude des liens familiaux entre les membres de la Haute Cour doit permettre non seulement de mesurer le degré d’efficacité de la réforme de 1411, mais aussi de celle de 1464.

Les réformes de 1411 et de 1464 : entre théorie et réalité. Le point de vue des familles

  • 19 Le rassemblement puis le traitement des données généalogiques ont été facilités par la mise au poin (...)

8Pour répondre à ces questions, il faut reconstituer les relations familiales des membres de la Haute Cour. Ses registres aux transports et œuvres de loi conservés à partir de 1411 contiennent une mine de renseignements, notamment généalogiques. Lors des transactions traitées quotidiennement, les parties en présence sont désignées en détail par rapport à leurs parents proches (fille de, fils de, père de, épouse de, seconde épouse de...). À force de recoupements et de comparaisons19, le tissu familial des maires et des échevins sort petit à petit de l’ombre. Le dépouillement des documents susceptibles de nous venir en aide est toujours en cours. Les résultats présentés ici sont donc provisoires, mais, à notre avis déjà significatifs.

9Le premier échevinage connu date de 1159. La composition de certains collèges des xiiie et xive siècles nous est révélée dans des documents épars. Elle est ensuite connue de manière continue à partir de 1411 grâce aux registres de la Haute Cour. Avant le xive siècle, la rareté des documents ne permet pas de reconstituer un grand nombre de relations familiales. Quelques données ont été enregistrées pour le xive siècle (tableau n°3). Pour les 247 membres de la cour dûment identifiés, 571 relations familiales ont été mises en exergue, la majorité (487) pour le xve siècle. 454 individus sont impliqués dans ces relations, 1 même individu pouvant être apparenté à plusieurs membres de la cour. Pas moins de 48 hommes sont à la fois détenteurs de sièges et impliqués dans le réseau familial de leurs confrères. Il reste dans tous les cas à déterminer l’exacte nature de ces liens.

Tableau n°3. LES MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR ET LEURS RELATIONS FAMILIALES CONNUES DANS L’ÉTAT ACTUEL DES RECHERCHES (xiiie-xve SIÈCLE)

Tableau n°3. LES MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR ET LEURS RELATIONS FAMILIALES CONNUES DANS L’ÉTAT ACTUEL DES RECHERCHES (xiiie-xve SIÈCLE)

(1) : périodes ; (2) : nombre de membres de la HCN connus ; (3) : nombre de relations familiales connues ; (4) : nombre d’individus apparentés à un ou des membres de la HCN ; (5) : nombre de membres de la HCN apparentés à un ou d’autres membres de la HCN ; (6) : nombre d’individus n’ayant jamais siégé au sein de la HCN apparentés à un ou des membres de la HCN.

Les présences simultanées de parents proches au sein de la Haute Cour (à partir de 1411)

  • 20 Par facilité, nous utilisons ici uniquement le terme d’échevins pour désigner n’importe quel membre (...)
  • 21 Nous avons relevé également pour les deux périodes quelques cas de beau-père et beau-fils siégeant (...)
  • 22 Cet exemple le démontre : la fonction de lieutenant-maire devra être étudiée avec attention. Qui l’ (...)

10Avant 1411, ce phénomène reste malheureusement insaisissable du fait de la rareté des données engrangées, tant pour la composition des échevinages que pour les relations familiales des échevins20. Nous ne pouvons que mesurer le degré d’efficacité de la réforme de 1411 après cette date et non pas la situation qui lui a donné naissance. Entre 1411 et 1464, alors que 33 individus sont passés par les bancs échevinaux, nous avons relevé 7 présences simultanées impliquant 14 individus21. Parmi elles, le cas des frères Jean et Jacquemin du Pont est particulier. Jean remplace son frère en qualité de lieutenant-maire sans avoir jamais exercer la fonction d’échevin. Les deux frères ne siègent finalement jamais ensemble. Ils ne doivent pas être comptabilisés parmi les présences conjointes relevées. Le choix de Jean du Pont pour ce rôle de suppléant tend à prouver l’importance de la famille lors de l’obtention d’une charge. Même en cas d’absence, la fonction de maire reste ici aux mains de la même famille. Philippe le Bon a choisi Jacquemin du Pont comme maire namurois après avoir destitué Colart d’Outremont, désigné par le dernier comte de Namur. Il montre ainsi sa volonté de rompre avec la période des comtes particuliers en choisissant un homme de confiance. Jacquemin du Pont a en effet exercé d’autres charges au service du prince : conseiller du duc et changeur chargé par le duc de diverses missions officielles à propos de la monnaie. Le 25 avril 1450, il reçoit de celui-ci une pension de 40 livres pour services rendus et pour les pertes qu’il a subies à la guerre. Lui et sa famille bénéficient sans doute des bonnes grâces du duc. Pour preuve, Jean est choisi comme lieutenant du maire22 et d’autres membres de la famille obtiennent un siège namurois (tableau n°6).

  • 23 Voir cette question traitée en profondeur dans la publication de notre thèse.
  • 24 Voir ci-dessous la présence des familles dans la longue durée, p. 376-380.

11Certains parents siègent côte à côte durant une longue durée : les cousins Bertrand Colle et Gillekin Gaifier un peu plus de 20 ans, Thomas aux Louvegnis et Guillaume de Fumalle 16 ans, Guillaume et Simon de Fumalle 9 ans, le même Simon et Jean de Fumalle 12 ans. Plus de 2 membres d’une même famille siègent ensemble : Massart Colle, Bertrand Colle et Gillekin Gaifier. Enfin, un même échevinage peut compter plusieurs présences simultanées. La réforme a quelques difficultés à trouver ses marques. Les chiffres donnés ici sont d’autant plus significatifs que le groupe étudié est petit. La moitié des détenteurs de sièges (maires et échevins) durant cette période partagent les bancs échevinaux avec un ou des parents proches. Les noms de familles sont tout aussi frappants. Aux Louvegnis, Bon-nant, Colle, d’Outremont, de Fumalle, de Warisoul, du Pont sont autant de familles dans lesquelles le prince a puisé pour pourvoir à l’office de maire. On a pu démontrer par ailleurs que les maires sont des hommes de confiance du souverain23. Si d’autres critères entrent certainement en ligne de compte pour accéder à la cour, la faveur princière déteint peut-être sur les parents des maires qui se voient dès lors attribuer l’un ou l’autre siège, le prince passant outre la réforme de 1411. La place qu’occupent les membres de la famille de Fumalle est remarquable. S’agit-il ici d’une famille plus étroitement liée au prince et sur laquelle il tend à s’appuyer plus particulièrement ? Ou s’agit-il d’une famille ayant entretenu une multitude de liens avec d’autres familles échevinales namuroises de telle manière qu’elle devienne incontournable24 ?

  • 25 Les chiffres sont petits mais l’évolution vaut la peine d’être évoquée.

12La situation évolue nettement à partir de 1464. Parmi les 72 membres de la Haute Cour, 10 sont impliqués dans 7 présences simultanées. La proportion d’individus siégeant avec un ou des parents proches par rapport au total des membres de la cour diminue nettement. Elle passe de 42,4 % à 13 % (tableau no 5)25. Quelques familles « maiorales » se font toujours remarquer après 1464, mais de manière plus furtive. La durée des présences conjointes n’atteint plus les records d’avant 1464. L’application du principe de l’annalité des charges n’est pas pour rien dans la réussite de la réforme de 1411. Il permet au prince d’élargir le cercle des candidats et d’éviter plus facilement la présence conjointe de parents proches au sein d’un même échevinage.

Tableau n°4. LA PRÉSENCE SIMULTANÉE DE PARENTS PROCHES AU SEIN DES COLLÈGES ÉCHEVINAUX NAMUROIS (1411-1509)

Tableau n°4. LA PRÉSENCE SIMULTANÉE DE PARENTS PROCHES AU SEIN DES COLLÈGES ÉCHEVINAUX NAMUROIS (1411-1509)
  • 26 Ont épousé deux sœurs, Sinte et Catherine de Seilles.

Note 26

  • 27 Thierry Bonnant a épousé Marguerite, sœur de Jean Lamistant.
  • 28 Jean de Fumalle a épousé Marguerite, sœur de Thierry Bonnant.
  • 29 Jean de Fumalle a épousé Marguerite, sœur de Philippe d’Outremont.

Note 27
Note 28
Note 29

(1) noms des membres de la Haute Cour ; (2) : liens de parenté entre ces individus ; (3) : dates du début et de la fin de leur présence simultanée ; (2) durée en années de leur présence simultanée.

Tableau n°5. PROPORTION DES INDIVIDUS SIÉGEANT SIMULTANÉMENT AU SEIN DE LA HAUTE COUR DE NAMUR AVEC UN OU DES PARENTS PROCHES PAR RAPPORT AU TOTAL DES MEMBRES DE CETTE MÊME COUR

Tableau n°5. PROPORTION DES INDIVIDUS SIÉGEANT SIMULTANÉMENT AU SEIN DE LA HAUTE COUR DE NAMUR AVEC UN OU DES PARENTS PROCHES PAR RAPPORT AU TOTAL DES MEMBRES DE CETTE MÊME COUR

(1) : périodes ; (2) : nombre total de membres de la HCN ; (3) : nombre de présences simultanées ; (4) nombre d’individus siégeant simultanément avec un ou des parents proches ; (5) : pourcentages du nombre d’individus siégeant simultanément avec un ou des parents proches par rapport au total des membres de la HCN.

La présence des familles dans la longue durée (xive-xve siècles ; focus sur les années 1411-1509)

  • 30 Nous comptabilisons ici les différents noms de familles relevés pour l’ensemble de la période sans (...)
  • 31 Les liens exacts entre tous les individus portant le même nom de famille ne sont pas toujours connu (...)
  • 32 D’autres noms viendront sans doute s’ajouter à cette liste encore peu fournie. La question du maint (...)

13Sur les 128 familles connues pour les xive et xve siècles30, 30 d’entre elles (23,4 %) fournissent plus d’un de leurs membres à la Haute Cour (tableau n°6)31. Les familles Colle ou du Pont établissent le record : elles comptent chacune 7 officiers. Quelques familles présentes au xve siècle l’étaient déjà au siècle précédent (aux Louvegnis, Bonnant, Colle, d’Erpent, Davin...). Le xvie siècle s’annonce propice pour d’autres (d’Outremont, de Marbais, de Spontin...)32. Certaines traversent même les trois siècles, malgré les changements politiques qu’ont connus la ville et le comté de Namur (de Warisoul, Gaifier).

  • 33 Les chiffres notés en exposant à côté de certains prénoms sont destinés à différencier les homonyme (...)

Tableau n°6. LES FAMILLES NAMUROISES AYANT FOURNI PLUS D’UN DE LEURS MEMBRES À LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xvie SIÈCLE)33

Tableau n°6. LES FAMILLES NAMUROISES AYANT FOURNI PLUS D’UN DE LEURS MEMBRES À LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xvie SIÈCLE)33

(1) : noms de familles ; (2) : nombre d’individus de cette famille connus en tant que membres de la HCN ; (3) individus ayant siégé au xive siècle ; (4) : individus ayant siégé au xve siècle ; (5) : individus ayant siégé au xvie siècle.
* sont notés en petites capitales les individus ayant exercé la fonction de maire.

14Entre 1411 et 1509, seule période pour laquelle l’exercice est réalisable, nous avons calcule le nombre d’années totalisées par une même famille ainsi que le nombre de sièges qu’elle détient de manière a chiffrer cette présence dans la longue durée (tableau no 7).

Tableau n°7. LE NOMBRE D’ANNÉES ET DE SIÈGES POUR LES FAMILLES AYANT FOURNI PLUS D’UN MEMBRE A LA HAUTE COUR ENTRE 1411 ET 1509

Tableau n°7. LE NOMBRE D’ANNÉES ET DE SIÈGES POUR LES FAMILLES AYANT FOURNI PLUS D’UN MEMBRE A LA HAUTE COUR ENTRE 1411 ET 1509

(1) : noms de familles ; (2) : individus des familles ayant siégé entre 1411 et 1509 ; (3) : nombre d’années ; (3) : nombre total d’années que ces individus ont passées au sein de la HCN ; (4) : nombre total de sièges détenus par ces individus.
* sont notés en petit capitales les individus ayant exercé la fonction de maire.

15Les résultats sont d’une manipulation délicate. Pour chaque famille, nous avons additionne la durée des carrières individuelles telle que déterminée dans notre précédent article. Les chiffres ainsi obtenus sont seulement indicatifs puisque les quelques rares présences simultanées relevées ci-dessus ne sont pas prises en compte dans ce calcul. Leur observation et leur interprétation doivent être doublées de celle du nombre de sièges par famille. Ce dernier chiffre varie selon les circonstances, soit selon que les individus ont siégé avant ou après la réforme de 1464. Ainsi, seuls 2 membres de la famille Bonnant ont siégé au Cabaret au xve siècle. Ils totalisent pourtant à eux seuls 50,7 années de présence à la cour alors qu’ils ne détiennent que 7 sièges. Thierry Bonnant le jeune n’a occupé qu’un seul siège, celui de maire, mais durant une période très longue jusqu’à son décès. La famille d’Eve a obtenu de nombreux sièges (9), mais sa présence totale est finalement assez courte (13 ans). La plupart des membres de cette famille siègent après 1464 au moment où les sièges disponibles sont plus nombreux. Une famille peut donc être présente durant une longue période tout en ne détenant que quelques sièges et inversement. Ces deux exemples montrent l’obligation de coupler les deux données pour une analyse efficace et juste. Dans l’ensemble, l’impression globale est confirmée par ces nouveaux chiffres. Quelques familles marquent particulièrement l’échevinage namurois de leur empreinte, en lui fournissant plusieurs membres, en prolongeant leur présence sur ses bancs ou en additionnant les sièges. Les chiffres les plus élevés dans les trois séries correspondent à nouveau aux familles liées à la mairie namuroise par l’un de leurs membres (aux Louvegnis, Bonnant, Colle, d’Outremont, de Fumalle, de Warisoul, du Pont). Ce second constat nous renforce dans l’idée qu’il conviendra de s’interroger sur la place de ces familles et le lien qu’elles entretiennent avec le pouvoir central. S’agit-il de familles de premier plan ? Pour quelles raisons exactement ? D’autres familles échevinales ont-elles eu tendance à favoriser les unions matrimoniales avec ces familles « maiorales » de manière à jouir de leur aura ? Les questions sont ouvertes.

L’hérédité

  • 34 Parmi les 113 fils que nous connaissons actuellement, 35 ont siégé à la cour (30,9 %).

16Tous les liens unissant les hommes présents dans le tableau n°6 n’ont pas encore été mis en lumière. La question de l’hérédité des charges y trouve pourtant une première réponse (tableau n°8). 30 membres de la Haute Cour voient la relève assurée par l’un ou l’autre fils soit 15,7 % du nombre total d’individus ayant obtenu un siège (199, voir le tableau n°3) ; 28,8 % du nombre total des maires et des échevins issus des familles ayant fourni plus d’un membre à la cour (104 ; voir le tableau n°6)34. Si l’on distingue le xive et le xve siècles, on obtient respectivement 11,8 % et 17 % du nombre total de détenteurs de sièges. Même si ces chiffres sont peu élevés, il est permis de croire qu’ils augmenteront au fur et à mesure de l’avancement de nos recherches. Quelques noms peuvent encore venir s’ajouter à la liste des fils des échevins du xve siècle, notamment pour le xvie siècle.

17De véritables lignées existent. Jacquemin d’Eve, Philippart de Fumalle ou Jamart du Pont ont plusieurs fils à la cour. On peut être membre de l’échevinage du grand-père au petit-fils, en passant par le fils (Honoré, de Fumalle...) ou non (Bonnant, d’Outremont, du Sart, Honoré).

Tableau n°8. PÈRES ET FILS MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xvie SIÈCLE)

Tableau n°8. PÈRES ET FILS MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xvie SIÈCLE)

(1) : noms de familles ; (2) : pères et fils ; (3) : grand-pères et petits-fils.
* sont notés en petites capitales les individus ayant exercé la fonction de maire.

L’endogamie

  • 35 Les fils ayant siégé à la Haute Cour sont forcément comptés parmi les membres de la cour, d’où cett (...)
  • 36 D’autres mariages pourront être abordés par la suite : celui des frères n’ayant jamais siégé et des (...)

18Jusqu’ici notre réflexion s’est essentiellement appuyée sur les hommes portant le même nom de famille. Cela a permis de recomposer les liens unissant ces individus, avec une attention particulière aux pères et à leurs fils. La réalité est plus complexe encore. S’arrêter à la seule étude des noms de familles est insuffisant. La mise en évidence de quelques présences simultanées au sein des collèges échevinaux l’a montré. Des liens familiaux unissent aussi des hommes aux noms différents : Massart Colle est l’oncle de Gillekin Gaifier, Jean de Warisoul le beau-frère de Pierart aux Louvegnis, Jean d’Acosse le beau-père de Warnier de Longchamps... (tableau n°4). Le mariage joue forcément un rôle de premier plan dans le tissage de ces multiples liens. Son étude est indispensable, qu’il s’agisse de celui des membres de la cour eux-mêmes, de leurs fils n’ayant jamais siégé35 ou de leurs filles36. Dans les trois cas, les questions posées sont identiques. Les mariages ont-ils lieu avec des filles ou des fils de membres n’ayant jamais siégé ou avec des personnes entretenant d’autres liens de parenté avec les membres de la Haute Cour (sœur, frère, tante, oncle...). En résumé, il s’agit de préciser dans quelle proportion on a affaire à des mariages endogamiques ou non.

  • 37 Parmi les membres de la cour dont les unions sont connues, 87 ont été mariés une seule fois, 11 deu (...)

19Les tableaux numéros 9, 10 et 11 rendent compte des premiers résultats obtenus. Ils distinguent systématiquement les xive et xve siècles. Pour le xive siècle, le nombre de mariages connus est assez faible. Nous l’utilisons malgré tout à titre indicatif. Notre attention se porte surtout sur le siècle suivant et le cumul des deux périodes. Pas moins de 99 mariages de membres de l’échevinage ont été enregistrés à ce jour pour les 199 individus connus37. Plus de la moitié (51) unissent un échevin et une fille d’échevin (19) ou une femme directement liée à la cour (32).

Tableau n°9. LES MARIAGES DES MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xve SIÈCLES)

Tableau n°9. LES MARIAGES DES MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xve SIÈCLES)

(1) : nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.

20Seuls 13 mariages de fils d’échevins, non échevins eux-mêmes ont été mis à jour pour les 78 fils connus dont 6 mariages endogamiques (46,1 %).

Tableau n°10. LES MARIAGES DES FILS DE MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR N’AYANT JAMAIS SIÉGEAU SEIN DE CETTE INSTITUTION (xive-xve SIÈCLES)

Tableau n°10. LES MARIAGES DES FILS DE MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR N’AYANT JAMAIS SIÉGEAU SEIN DE CETTE INSTITUTION (xive-xve SIÈCLES)

(1) : nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.

  • 38 Les mariages des filles d’échevins avec des échevins et des fils n’ayant pas siégé ont été comptabi (...)

21Enfin, pour les 72 filles d’échevins connues, on compte 48 mariages dont 14 endogamiques (29 %). Ce sont uniquement les mariages des filles d’échevins avec des hommes liés à la Haute Cour sans être échevins ou fils d’échevins qui sont pris en compte ici38.

Tableau n°11. LES MARIAGES DES FILLES DE MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xve SIÈCLES)

Tableau n°11. LES MARIAGES DES FILLES DE MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xve SIÈCLES)

(1) nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.

22Cette remarque démontre combien l’étude des mariages est délicate. Il ne faut pas compter deux fois le même mariage. Toutefois, il peut être utile de rassembler l’ensemble des données en un tableau récapitulatif (tableau n°12). Le pourcentage des mariages endogamiques y est impressionnant : 40 % au xive siècle mais surtout 44,4 % au xve siècle et 43,75 % pour les deux périodes cumulées.

Tableau n°12. LA HAUTE COUR DE NAMUR ET L’ENDOGAMIE (xive-xve SIÈCLES)

Tableau n°12. LA HAUTE COUR DE NAMUR ET L’ENDOGAMIE (xive-xve SIÈCLES)

(1) nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.

Conclusion

23Les résultats sont provisoires, mais encourageants à un double titre. L’approche des familles a permis d’aller au-delà de l’apparente efficacité des réformes de 1411 et 1464. Même si les présences de parents proches au sein des mêmes échevinages diminuent tout au long du xve siècle, même si les longues carrières individuelles sont de plus en plus rares, certaines familles namuroises marquent la Haute Cour de leur empreinte. Elles se maintiennent dans la longue durée, à travers les liens d’hérédité et du mariage. Le prince est confronté à une contrainte de taille. La ville est petite et le nombre d’individus susceptibles d’accéder à son gouvernement est peu élevé. Le seigneur est toujours obligé de désigner les membres de la cour dans le même groupe d’hommes et de familles. Ceux-ci mettent au point une stratégie familiale et matrimoniale particulière de manière à se maintenir au plus haut niveau du pouvoir urbain. Le prince, malgré ses efforts, participe à la transformation de ce groupe d’hommes en un véritable milieu échevinal namurois. L’examen des conditions d’accès à la Haute Cour et la caractérisation de ce milieu échevinal sont désormais indispensables.

Notes

1 Abréviations utilisées : AEN (Archives de l’État à Namur), AGR (Archives générales du Royaume), ASAN (Annales de la Société archéologique de Namur), HCN (Haute Cour de Namur).
Il s’agit ici d’une première version de notre réflexion à propos de l’hérédité des fonctions et de l’endogamie au sein de la Haute Cour namuroise. Depuis l’organisation du colloque en 2001, cette réflexion a été largement approfondie dans notre thèse de doctorat, intitulée Gouverner la ville au bas Moyen Âge. Les élites dirigeantes de la ville de Namur au xve siècle, défendue en décembre 2005 aux Facultes universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Sa publication est prévue dans la collection Studies in European Urban History éditée par Brepols.

2 L. Genicot, Une ville en 1422, dans Namur. Le site. Les hommes, Bruxelles, 1988, p. 79.

3 Les villes de Gand, Anvers, Bruges ou Bruxelles comptent toutes au moins 32 000 habitants à la même époque (M. Boone, Gestion urbaine, gestion d’entreprises : l’élite urbaine entre pouvoir d’état, solidarité communale et intérêts privés dans les Pays-Bas méridionaux à l’époque bourguignonne (xive-xve siècles), Gand, 1991 (Studia Historia Gandensia, 275).

4 L. Genicot, Une ville en 1422..., p. 89.

5 H. Douxchamps, La vente du comté de Namur à Philippe le Bon (16 janvier 1411), dans ASAN, 65, 1987, p. 119-176.

6 La franchise namuroise est le territoire que le comte a dotée d’une série de privilèges particuliers à la fin du xie ou au début du xiie siècle. Elle correspond au xve siècle à ce que l’on a coutume d’appeler aujourd’hui le Grand Namur (Namur, Wépion, Bouges, Naninnes, Salzinnes, Beez...). Voir L. Genicot, L’économie rurale namuroise au bas Moyen Âge. III. Les hommes. Le commun, Bruxelles, 1982, p. 119-206.

7 P. Godding, Conseils et rencharges de la Haute Cour de Namur, Bruxelles, 1992.

8 Voir la thèse de M. Liénart, Les finances de la ville de Namur (1411-1477), thèse inédite UCL, 2000 et son article La gestion des finances de la ville de Namur (1362-1477) : rouages humains et politique urbaine, dans M. Boone, W. Prevenier, Finances publiques et finances privées au Bas Moyen Âge, Louvain, 1996 (Studies in urban social economic and political history of the medieval and modern Low Countries, 4), p. 131-162.

9 Ce haut dignitaire, appelé aussi gouverneur représente la personne du prince à la tête du comté de Namur avec tous les honneurs dus à son rang. Il exerce ses fonctions de « lieutenant » momentanément sous les comtes de Namur qui résident dans le comté ; de manière définitive sous les ducs de Bourgogne.

10 Voir x. Lelièvre, Institutions namuroises : la Cour du Magistrat, dans ASAN, 8, 1864, p. 369-379 ; J. Muller, La représentation populaire dans le comté de Namur au début du xve siècle, dans Études d’histoire et d’archéologie namuroises dédiées à F. Courtoy, Namur, 1952, p. 486-489 ; A. Moreau d’Andoy, L’organisation judiciaire du comté de Namur, dans ASAN, 54, 1967, p. 187 et suivantes.

11 Il s’agit du nom donné à « la maison là où on plaide », la maison communale de Namur à l’époque. La première mention de ce lieu de réunion date de 1213 lorsque le Chapitre Saint-Aubain accorde au maire et aux échevins de Na-mur d’ériger sur ses terres près de Saint-Rémi (l’actuelle place d’Armes) un appentis pour tenir leurs séances (voir J. Borgnet et S. Bormans, Cartulaire de la ville de Namur, II, no 4, Namur, 1876).

12 En voici quelques exemples : J. Bartier, Légistes et gens de finances au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, 1955-1957 ; B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-1550), Paris, 1963 ; F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris (1345-1454), Paris, 1981 ; O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998.

13 La procédure exacte est inconnue. Le prince effectue peut-être son choix sur base d’une liste. Rien ne permet vraiment de l’affirmer. La décision finale revient de toute manière au prince ou à ses représentants. Le nouvel officier doit leur prêter serment.

14 Nous résumons ici les idées principales de notre article Maires et échevins namurois au xve siècle : d’une institution à un milieu ? Premier indice : la durée des carrières présenté lors du colloque organisé par la Société d’histoire du droit et des institutions en pays flamands, picards et wallons en mai 2001 à Namur (Les acteurs de la justice : magistrats, ministère public, avocats, huissiers et greffiers (xiie-xixe siècles), Namur, 2002 (Travaux de la Faculté de droit de Namur, 24), p. 27-53). Ce résumé a pour but de démontrer la volonté du prince de contrôler la Haute Cour de Namur et les individus qui y siègent. Il ne s’agit pas de répéter l’ensemble du raisonnement tenu lors de cette précédente communication. Nous reportons le lecteur à cet article, notamment pour les différents tableaux relatifs à la durée des carrières dont sont tirés les chiffres cités ici. Les reproduire dans leur totalité ne ferait qu’alourdir le propos du fait qu’ils sont assez nombreux et fort longs. Nous donnons uniquement les tableaux relatifs à la répartition des sièges entre les individus qui résument parfaitement l’impression générale (tableaux nos 1, 2 et 3).

15 AEN, HCN 6-33. Quelques registres aux sentences criminelles ont été conservés (AEN, HCN 352-353).

16 Nous avons pu établir que le prince profite aussi du contexte socio-économique difficile pour Namur et certains membres de son gouvernement dans les années 1460 pour entamer cette réforme. Une analyse approfondie de cette question figurera dans la publication de notre thèse.

17 Certains prolongent encore leur présence au sein de la cour en occupant un siège d’échevin avant ou après être passés par la mairie. Le cumul des deux carrières est lui aussi impressionnant : Massart Colle (37 ans), Thomas aux Louvegnis (23 ans), Jacquemin du Pont (29 ans), Thierry Bonnant (30 ans)... Voir le tableau no 3 de notre article sur la durée des carrières.

18 S. Bormans, Cartulaire de Namur, III, p. 379, note 1.

19 Le rassemblement puis le traitement des données généalogiques ont été facilités par la mise au point d’une base de données informatique et prosopographique personnalisée (Access).

20 Par facilité, nous utilisons ici uniquement le terme d’échevins pour désigner n’importe quel membre de la Haute Cour, qu’il s’agisse d’un maire, d’un lieutenant-maire ou d’un échevin.

21 Nous avons relevé également pour les deux périodes quelques cas de beau-père et beau-fils siégeant en même temps à la cour : Jean de Warisoul a épousé la mère de Guillaume de Fumalle (Sinte de Seilles) ; Antoine Ponchin a épousé la mère de Thierry Bonnant (Sébille Confessé) ; Warnier de Longchamps a épousé la fille de Jean d’Acosse ; Jacquemin Mathieu celle de Jacques de Spontin. Ces cas ne sont pas touchés par la disposition de 1411.

22 Cet exemple le démontre : la fonction de lieutenant-maire devra être étudiée avec attention. Qui l’exerce ? Quels enjeux sont liés à sa détention ? Le cas des frères du Pont est-il exceptionnel ?

23 Voir cette question traitée en profondeur dans la publication de notre thèse.

24 Voir ci-dessous la présence des familles dans la longue durée, p. 376-380.

25 Les chiffres sont petits mais l’évolution vaut la peine d’être évoquée.

26 Ont épousé deux sœurs, Sinte et Catherine de Seilles.

27 Thierry Bonnant a épousé Marguerite, sœur de Jean Lamistant.

28 Jean de Fumalle a épousé Marguerite, sœur de Thierry Bonnant.

29 Jean de Fumalle a épousé Marguerite, sœur de Philippe d’Outremont.

30 Nous comptabilisons ici les différents noms de familles relevés pour l’ensemble de la période sans prendre en compte d’éventuels liens familiaux entre elles. À chaque nom correspond une famille au sens strict du terme.

31 Les liens exacts entre tous les individus portant le même nom de famille ne sont pas toujours connus. Par exemple, nous ne savons pas encore quel lien unit Jean Rideal de Frocourt et Jean Rideal, ou Thomas de Warisoul et les autres porteurs du nom. Nous considérons toutefois que ces hommes ont une origine commune et que les dépouillements à venir éclaireront leurs relations familiales.

32 D’autres noms viendront sans doute s’ajouter à cette liste encore peu fournie. La question du maintien des familles au-delà de la fin du xve siècle vaudra la peine d’être approfondie.

33 Les chiffres notés en exposant à côté de certains prénoms sont destinés à différencier les homonymes, relativement nombreux au sein des familles.

34 Parmi les 113 fils que nous connaissons actuellement, 35 ont siégé à la cour (30,9 %).

35 Les fils ayant siégé à la Haute Cour sont forcément comptés parmi les membres de la cour, d’où cette utile distinction.

36 D’autres mariages pourront être abordés par la suite : celui des frères n’ayant jamais siégé et des sœurs des membres de la cour par exemple. Les données recueillies jusqu’à présent sont trop peu nombreuses.

37 Parmi les membres de la cour dont les unions sont connues, 87 ont été mariés une seule fois, 11 deux fois et seul Simon de Fumalle trois fois. La question des remariages devra elle aussi faire ultérieurement l’objet d’un traitement spécifique.

38 Les mariages des filles d’échevins avec des échevins et des fils n’ayant pas siégé ont été comptabilisés dans les tableaux nos 9 et 10.

Table des illustrations

Titre Tableau n°1. LA RÉPARTITION DES SIÈGES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR ENTRE 1411 ET 1509 (nomination à vie et annalité des charges)
Légende (1) : nombre de sièges ; (2) : nombre d’échevins ayant occupé autant de sièges ; (3) : pourcentage du total d’individus ayant exercé la fonction d’échevin ; (4) : pourcentages cumulés du total des individus ayant exercé la fonction d’échevin ; (5) : nombre total de sièges ; (6) : pourcentage du total de sièges ; (7) : pourcentages cumulés du total de sièges.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau n°2. LES ÉCHEVINS AYANT EXERCÉ UN OU DEUX MANDATS AVANT ET APRÈS 1464. RÉCAPITULATIF
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau n°3. LES MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR ET LEURS RELATIONS FAMILIALES CONNUES DANS L’ÉTAT ACTUEL DES RECHERCHES (xiiie-xve SIÈCLE)
Légende (1) : périodes ; (2) : nombre de membres de la HCN connus ; (3) : nombre de relations familiales connues ; (4) : nombre d’individus apparentés à un ou des membres de la HCN ; (5) : nombre de membres de la HCN apparentés à un ou d’autres membres de la HCN ; (6) : nombre d’individus n’ayant jamais siégé au sein de la HCN apparentés à un ou des membres de la HCN.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau n°4. LA PRÉSENCE SIMULTANÉE DE PARENTS PROCHES AU SEIN DES COLLÈGES ÉCHEVINAUX NAMUROIS (1411-1509)
Légende Note 26
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Note 27Note 28Note 29
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau n°5. PROPORTION DES INDIVIDUS SIÉGEANT SIMULTANÉMENT AU SEIN DE LA HAUTE COUR DE NAMUR AVEC UN OU DES PARENTS PROCHES PAR RAPPORT AU TOTAL DES MEMBRES DE CETTE MÊME COUR
Légende (1) : périodes ; (2) : nombre total de membres de la HCN ; (3) : nombre de présences simultanées ; (4) nombre d’individus siégeant simultanément avec un ou des parents proches ; (5) : pourcentages du nombre d’individus siégeant simultanément avec un ou des parents proches par rapport au total des membres de la HCN.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau n°6. LES FAMILLES NAMUROISES AYANT FOURNI PLUS D’UN DE LEURS MEMBRES À LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xvie SIÈCLE)33
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende (1) : noms de familles ; (2) : nombre d’individus de cette famille connus en tant que membres de la HCN ; (3) individus ayant siégé au xive siècle ; (4) : individus ayant siégé au xve siècle ; (5) : individus ayant siégé au xvie siècle.* sont notés en petites capitales les individus ayant exercé la fonction de maire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau n°7. LE NOMBRE D’ANNÉES ET DE SIÈGES POUR LES FAMILLES AYANT FOURNI PLUS D’UN MEMBRE A LA HAUTE COUR ENTRE 1411 ET 1509
Légende (1) : noms de familles ; (2) : individus des familles ayant siégé entre 1411 et 1509 ; (3) : nombre d’années ; (3) : nombre total d’années que ces individus ont passées au sein de la HCN ; (4) : nombre total de sièges détenus par ces individus.* sont notés en petit capitales les individus ayant exercé la fonction de maire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau n°8. PÈRES ET FILS MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xvie SIÈCLE)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende (1) : noms de familles ; (2) : pères et fils ; (3) : grand-pères et petits-fils.* sont notés en petites capitales les individus ayant exercé la fonction de maire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau n°9. LES MARIAGES DES MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xve SIÈCLES)
Légende (1) : nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau n°10. LES MARIAGES DES FILS DE MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR N’AYANT JAMAIS SIÉGEAU SEIN DE CETTE INSTITUTION (xive-xve SIÈCLES)
Légende (1) : nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau n°11. LES MARIAGES DES FILLES DE MEMBRES DE LA HAUTE COUR DE NAMUR (xive-xve SIÈCLES)
Légende (1) nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau n°12. LA HAUTE COUR DE NAMUR ET L’ENDOGAMIE (xive-xve SIÈCLES)
Légende (1) nombre de mariages pour chaque catégorie et chaque période ; (2) : pourcentages par rapport au nombre total de mariages de chaque catégorie et de chaque période.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1826/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540