Version classiqueVersion mobile

Ostia, l’Italia e il Mediterraneo

 | 
Maria Letizia Caldelli
, 
Nicolas Laubry
, 
Fausto Zevi

Introduction

Ostie, aiguillon des programmes de recherche de Mireille Cébeillac-Gervasoni

Laurent Lamoine

Résumé

Dès 1965 et jusqu’à son décès en 2017, M. Cébeillac-Gervasoni a œuvré pour la connaissance du corpus épigraphique d’Ostie et il est apparu intéressant d’analyser le rôle des études ostiennes dans l’élaboration des programmes de recherche qu’elle dirigea des années 1980 à sa retraite du CNRS. Les années 1970-1980, dans le cadre de son enquête doctorale sur les magistrats des cités du Latium et de la Campanie et de ses nombreuses activités et responsabilités en Italie, voient se développer avec Ostie comme un laboratoire des questionnements et des premiers résultats sur le monde municipal italien antique. Avec la naissance du programme EMIRE dans les années 1990, M. Cébeillac-Gervasoni profite de cette expérience pour infléchir les recherches en direction de l’histoire socio-économique puis vers l’étude des rapports institutionnels entre les cités locales entre elles et avec Rome. C’est d’ailleurs à partir de cette base institutionnelle qu’EMIRE se métamorphose en « Quotidien municipal » en 2002. Indépendamment de ce programme, M. Cébeillac-Gervasoni est sollicitée pour rédiger avec F. Zevi et M.L. Caldelli un manuel d’épigraphie latine fondé sur le corpus ostien en 2006. Lors de sa dernière décennie 2010-2017, elle revient à ses amours de jeunesse : avec F. Zevi, elle initie les séminaires ostiens de 2012, 2013 et 2015, dont profite la réalisation d’un corpus de plus de 2 000 inscriptions funéraires inédites d’Ostie, publié en 2018.

Texte intégral

  • 1 Je remercie très chaleureusement Catherine Virlouvet, Nicolas Laubry et Mariarosaria Barbera de le (...)
  • 2 Zevi et al. 2018.
  • 3 Mireille Cébeillac-Gervasoni, Rapport d’activité et perspectives de recherches du 30 novembre 2001(...)
  • 4 Cébeillac 1971, p. 39-125.
  • 5 Cébeillac 1973b, p. 517-553.
  • 6 Cébeillac 1973a, p. 439-442.
  • 7 Cébeillac 2010b, p. 161-169.
  • 8 Cébeillac-Gervasoni 2012a, p. 433-448 et Cébeillac-Gervasoni 2016, p. 131-140.

1Comme me le faisait souvent remarquer Mireille Cébeillac-Gervasoni1 depuis qu’elle était officiellement à la retraite du CNRS en 2005 et que les élites locales et le quotidien municipal dans l’empire romain relevaient d’autres responsables, elle avait renoué avec gourmandise avec les études ostiennes, en participant en particulier à la préparation de l’édition critique des inscriptions funéraires inédites d’Ostie avec Fausto Zevi, Maria Letizia Caldelli, Nicolas Laubry et bien d’autres collaborateurs2 et en organisant depuis 2012 avec Fausto Zevi, les responsables de la Surintendance puis Parc archéologique d’Ostie et l’École française de Rome les séminaires d’Ostie. Elle aimait à rappeler que dès 1965, alors qu’elle était encore assistante à l’Université de Clermont-Ferrand, grâce au patronage de Hans-Georg Pflaum, elle était entrée en rapport avec les épigraphistes qui travaillaient à Ostie et c’est donc tout naturellement, que, membre de l’École française de Rome à partir de 1969, elle se consacra aux richesses épigraphiques du site ostien en étroites relations avec la Surintendance archéologique et surtout Fausto et Anna Gallina Zevi3. Sa première livraison pour les Mélanges de l’École française de Rome - Antiquité fut l’édition de « Quelques inscriptions inédites d’Ostie de la République à l’Empire » en 19714, suivie de son étude sur « Octavia, épouse de Gamala et la Bona Dea » en 19735 qu’elle avait présentée en avant-première au colloque international de l’Association Internationale d’Épigraphie Grecque et Latine (AIEGL) à Munich en septembre 19726. La dernière décennie de Mireille Cébeillac-Gervasoni, décédée en 2017, fut marquée aussi par de nombreuses publications sur Ostie et le fait que le dernier texte publié de son vivant est celui qu’elle consacra aux Pinnii d’Ostie ne laisse pas indifférent. Dans cette étude du « destin d’une famille » entre République et Empire, elle mettait en relation à la fois des résultats anciens, mais toujours pertinents, sur les pratiques funéraires des Ostiens, sur le milieu des affranchis et sur l’apport toujours fructueux à la connaissance des colons de la correspondance de Cicéron, avec d’autres plus récents sur l’inscription dans la tribu Voturia (la tribu d’Ostie)7 ou sur l’impact des guerres civiles sur la société locale8. Ces dernières études ostiennes, Mireille Cébeillac-Gervasoni les menait aussi en surmontant de graves problèmes oculaires très handicapants, frappée terriblement par la disparition de son fils David en janvier 2015 : c’est dire combien Ostie représentait pour elle un horizon mobilisateur et consolateur. Pour lui rendre hommage, il m’est apparu intéressant d’analyser le rôle de ses études ostiennes, entre les deux extrêmes de sa carrière scientifique que représentent ses années romaines et ses dernières années, dans l’élaboration des programmes de recherche qu’elle dirigea. Elle aurait sans doute souri (et protesté) à la perspective de devenir ainsi un objet d’étude.

  • 9 Mireille Cébeillac-Gervasoni seule ou associée à ses coéditeurs. Simple avant-propos factuel dans (...)
  • 10 Voir la liste en fin de contribution.
  • 11 Nicolet 1983, p. 407 (p. 407-409) ; Andreau 1996, p. 285-293 ; Giardina 2000, p. 463-471 ; Ferrary (...)

2La tâche n’était pas nécessairement aisée. Mireille Cébeillac-Gervasoni, qui était toujours dans l’action, et dans l’action collective, a très peu versée dans l’ego-histoire officielle et publiée. Dans ses textes à valeur heuristique, que ce soient les introductions de ses grands colloques ou certains articles synthétiques, elle passait plus de temps et de mots à reconnaître les dettes qu’elle avait contractées auprès de tel ou tel savant qu’à exposer ses propres mérites9. Il fallait donc des faits tangibles, les mettre en listes ou en tableaux, ce qu’elle n’aurait pas renié comme méthode. C’est pourquoi je me suis fondé sur l’analyse de sa production scientifique, rapportée aux quarante-cinq ans de sa carrière. Je n’ignore pas la difficulté d’interprétation créée par le temps de publication qui peut très bien, par sa durée et son retard, brouiller la chronologie. En ne sélectionnant que les publications exclusivement ostiennes, on parvient au nombre de trente productions (27 articles et 4 livres) entre 1971 et 201810. J’ai relu également les « chroniques des travaux et discussions », si chers à Mireille Cébeillac-Gervasoni, et les conclusions des colloques qu’elle édita, toujours confiées à des « scribes fidèles » pour reprendre l’expression de Claude Nicolet, auteur des conclusions des Bourgeoisies municipales11. Que révèle ce « fil rouge » ostien ? Le séquençage chronologique en quatre étapes (les années 1970-1980, les années 1990, les années 2000-2010 et les dernières années) s’est révélé le moyen le plus efficace pour exposer cette étude.

Les années 1970-1980

  • 12 Cébeillac 1971, p. 39-40, note 1.
  • 13 Cébeillac-Gervasoni 1998.
  • 14 Camodeca – Cébeillac-Gervasoni 1981.
  • 15 Mireille Cébeillac-Gervasoni, Réponses au questionnaire prosopographique des membres et anciens me (...)
  • 16 Moret 2007, p. 7-9 (en particulier p. 8).

3La décennie des années 1970 est marquée par une plongée directe de la toute nouvelle étudiante de l’École française de Rome dans le matériel épigraphique d’Ostie, un travail important d’édition d’inscriptions inédites et de révisions et les premiers investissements de ces études dans son travail doctoral et dans sa recherche plus globale sur les « bourgeoisies municipales » à la fin de la décennie. Elle est associée dès ces années romaines (1969-1972) à l’aggiornamento du CIL, XIV dont Ostie dépend, confié alors aux professeurs Guido Barbieri et Hans-Georg Kolbe12. Les années 1980 sont occupées à l’avancée de sa thèse sur les magistrats des cités du Latium et de la Campanie (soutenue en 1987 et publiée en 199813) et au lancement du programme sur les élites locales dont la genèse s’élabora autour de l’intérêt partagé avec Giuseppe Camodeca pour Pouzzoles, l’autre port de Rome14. N’oublions pas non plus que Mireille Cébeillac-Gervasoni préside depuis 1972 jusqu’en 1985 aux activités du Centre Jean-Bérard de Naples. L’époque est donc à la maturation et à la prise de contacts, en particulier avec les savants italiens (mais pas seulement), qui se révéleront pérennes et féconds pour le reste de sa carrière15. Bien qu’occupée sur plusieurs fronts, Mireille Cébeillac-Gervasoni a attrapé le « virus » ou « [a] succombé [...] au philtre » d’Ostie pour reprendre les métaphores de Jean-Marc Moret à propos du caractère hypnotique du site, évoquées dans sa « Salutation d’ouverture » du colloque organisé en l’honneur d’Anna Gallina Zevi en 200716.

  • 17 P. Lucilius Gamala est cité dès la p. 3 de l’introduction, C. Cartilius Poplicola dès la p. 14 (as (...)
  • 18 Cébeillac-Gervasoni 2008b, p. 596-597 : 108 témoignages pour Pompéi, 13 pour Ostie.
  • 19 Ibidem, p. 597.

4Il est remarquable de noter que, dans sa thèse de doctorat d’État, Mireille Cébeillac-Gervasoni a su cependant résister au sortilège d’Ostie, car si le site ensorceleur et certains de ses citoyens célèbres (P. Lucilius Gamala, C. Cartilius Poplicola17) sont bien présents dans l’ouvrage, l’historienne a eu le soin de tenir l’équilibre entre tous les secteurs de son enquête. Avec ses lacunes pour l’époque républicaine et le début du Principat, Ostie est même moins intéressant que Pompéi dont le corpus est impressionnant pour la question municipale pré-impériale18. Cependant, « vingt ans après », le port de Rome apporte trois nouveaux documents alors que la cité vésuvienne n’en apporte aucun19. Ces années romaines et napolitaines, pendant lesquelles le voyage à Ostie revenait comme un leitmotiv, ont marqué de façon indélébile la chercheuse confirmée qu’était devenue Mireille Cébeillac-Gervasoni.

Les années 1990

  • 20 Sur ce programme, voir pour plus de détail les contributions de G. Bandelli et J. Andreau dans ce (...)
  • 21 Cébeillac-Gervasoni 1996b, p. 83-89.
  • 22 Cébeillac-Gervasoni 1994, p. 47-59.
  • 23 Cébeillac-Gervasoni 1996d p. 557-567.
  • 24 Cébeillac-Gervasoni 1996c, p. 278.
  • 25 Andreau 1996, p. 289-293.
  • 26 Cébeillac-Gervasoni 2000a, p. 2, voir aussi Cébeillac-Gervasoni 2003c, p. 12-13.
  • 27 Aubert 1999, p. 49-69.
  • 28 Tran 2006.
  • 29 Nonnis 1999, p. 71-109.
  • 30 Camodeca 1999 ; dossier À propos de l’édition définitive des archives des Sulpicii par G. Camodeca(...)

5Ces années correspondent à la naissance du programme EMIRE (« Élites dirigeantes Municipales Italiennes de la République et de l’Empire ») en 1993 que Mireille Cébeillac-Gervasoni dirige, intégrée au CNRS depuis son retour d’Italie en 1985 (elle est directrice de recherche en 1988)20. Les études ostiennes ont trouvé toute leur place dans son programme, dans ceux de l’École et de ses collègues italiens ou européens qui s’intéressaient à la documentation d’Ostie. L’interrogation de Mireille Cébeillac-Gervasoni était, depuis le début, très politique et institutionnelle, mais Ostie, port de Rome, porte d’entrée du blé méditerranéen en particulier, conduit Mireille Cébeillac-Gervasoni à infléchir son questionnement d’historienne vers la dimension socio-économique des données, complémentaire de celle de l’hétérogénéité des élites locales. La situation ostienne est quasi originale : l’aristocratie de la colonie reste attachée à son assise terrienne et semble peu concernée par les activités portuaires qui se développent à la fin de la République et sous le Haut-Empire et qui se retrouvent entre les mains d’élites économiques, étrangères à la cité, qui ont bien du mal à intégrer la classe dirigeante et à acquérir des propriétés foncières dans le territoire colonial21. L’année 1991 voit au moins deux colloques internationaux s’emparer de la question économique : le premier à Naples, en février, est consacré au ravitaillement en blé de Rome et des villes italiennes par la péninsule elle-même et l’empire, le second à Clermont-Ferrand, en novembre, est dédié aux élites locales d’Italie des Gracques à Néron. Mireille Cébeillac-Gervasoni honore de ses travaux les deux rencontres et organise surtout la seconde. Lors du colloque napolitain, elle présente une étude sur l’investissement des Africains dans le commerce des céréales et l’administration de l’annone aux IIe et IIIe siècles ap. J.-C. à Ostie22, devenu le « clin d’œil » cinématographique « le mani sulla città » (de Francesco Rosi) des hommages à Ettore Lepore en 199623. Les débats sur la qualité des rapports entre les élites politiques et les activités commerciales et manufacturières divisent les savants à Naples comme à Clermont et nourrissent dans cette dernière rencontre des « échanges houleux et parfois passionnés »24 dont Mireille Cébeillac-Gervasoni gardait un souvenir fort à la fois par nostalgie et par insatisfaction. L’impasse dans laquelle se trouvaient les historiens d’alors25, non encore dégagés des querelles idéologiques du temps post « guerre froide », pousse Mireille Cébeillac-Gervasoni et son équipe à « opter pour une mise en sommeil momentanée » de la question économique26. Mais des tables rondes d’EMIRE en 1998-1999 prouvèrent que le sommeil était léger. En 1998, à l’invitation de Mireille Cébeillac-Gervasoni, Jean Andreau et Jean-Louis Ferrary, Jean-Jacques Aubert introduisait dans les préoccupations du groupe le rôle des collèges27, dont plus tard Nicolas Tran fera son miel28, et David Nonnis revenait sur les rapports entre les activités entrepreneuriales et les classes dirigeantes locales italiennes29. En 1999, à l’occasion de la parution de l’édition critique des Tabulae Pompeianae Sulpiciorum de Pouzzoles par Giuseppe Camodeca, Mireille Cébeillac-Gervasoni et Jean Andreau invitèrent les membres d’EMIRE à réfléchir à nouveau sur la question économique30. Les exemples ostiens n’étaient jamais très loin.

  • 31 AE, 1983, 174.
  • 32 Cébeillac-Gervasoni 1996e, p. 91-101.
  • 33 Cébeillac-Gervasoni – Zevi 2000, p. 5-31.
  • 34 Cébeillac-Gervasoni 1997, p. 310-312.

6Et c’est encore Ostie qui offrit alors une réorientation possible du programme, en se concentrant sur les rapports entre le pouvoir central et les cités locales dont le focus sur la relation entre Rome et son port offrait des pistes. Dès 1992, les conférences organisées par la Surintendance d’Ostie et la British School at Rome afin d’honorer la mémoire de Russell Meiggs (1902-1989), auteur du célèbre Roman Ostia (1960), donnent l’occasion à Mireille Cébeillac-Gervasoni de reprendre le dossier de l’inscription de Dragoncello31 qui présente deux préteurs d’Ostie dans le dernier tiers du IIe siècle av. J.-C. et d’aborder ainsi les conditions de l’autonomie de la colonie32. Le colloque de Naples de 1997, dont les actes ont été publiés en 2000, dans lequel Mireille Cébeillac-Gervasoni et Fausto Zevi ont présenté un texte sur le « Pouvoir local, pouvoir central à Ostie et dans d'autres cités... »33, montre combien Ostie peut être considérée comme un véritable laboratoire du programme. À la même époque, membre fondateur de la Société Française d’études épigraphiques sur Rome et le monde romain (SFER) en 1995, elle n’hésite pas à choisir les Fastes d’Ostie pour sa première communication le 15 juin 1996 devant la jeune société (publiée en 1997 dans les Cahiers du Centre Gustave-Glotz)34.

Les années 2000-2010

  • 35 Cébeillac-Gervasoni 2003a, p. 539-568 ; Cébeillac-Gervasoni 2004, p. 157-169.
  • 36 Cébeillac-Gervasoni 2003a, p. 541.
  • 37 Ibidem, p. 557. En dehors d’Ostie, elle convoque surtout Histonium, Minervia Scolacium, Pouzzoles, (...)
  • 38 Zevi 2003, p. 569-579.
  • 39 Elle convoque encore plus de sites qu’en 2000 et sort de l’Italie, Cébeillac-Gervasoni 2004, p. 16 (...)
  • 40 Ibid., p. 166 et 168. Cébeillac-Gervasoni 1991, p. 189-213.
  • 41 Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2004, p. 507.

7La décennie 2000-2010 est celle de la maturité du rapport entre Ostie et le programme EMIRE, devenu le « Quotidien municipal » en 2002. Paradoxalement, cette maturité ne signifie pas que les communications de Mireille Cébeillac-Gervasoni dans les grands rendez-vous parisiens et clermontois de ses programmes portent nécessairement et exclusivement sur les apports de la documentation d’Ostie. En fait, les années 2000 voient Mireille Cébeillac-Gervasoni livrer des synthèses sur Ostie, indépendantes de la série des grands colloques et des séminaires, qui nourrissent donc indirectement le cheminement parallèle du « Quotidien municipal ». Il faut reconnaître que l’an 2000 a correspondu pour l’équipe internationale réunie par Mireille Cébeillac-Gervasoni à un double élargissement du programme, d’une part chronologique, puisque l’enquête s’empare de la documentation du Haut-Empire voire de celle de l’Antiquité tardive, et, d’autre part géographique, puisque l’ensemble des provinces occidentales de l’empire romain (Grèce comprise) est intégré. L’Italie et ses cités restent un champ d’investigations privilégié, mais l’aiguillon ostien se fait peut-être plus discret, Mireille Cébeillac-Gervasoni élargissant ses enquêtes dans les colloques des années 2000-2004 à une documentation qui ne se limite pas à Ostie, ni même à l’Italie35. Dans Les élites et leurs facettes de 2000 (les actes sont publiés en 2003), elle analyse la spécificité aristocratique locale reconnue dans l’association entre l’écrit épigraphique et l’art figuratif en parcourant les Ier siècles et « l’Italie péninsulaire, depuis la Cisalpine jusqu’aux rivages de la Lucanie »36, s’arrêtant à peine à Ostie où elle retrouve son cher Poplicola37, et laisse à son vieux complice Fausto Zevi le soin de consacrer intégralement sa contribution à la documentation ostienne38. En 2003, dans L’autocélébration des élites locales (les actes sont publiés en 2004), elle conserve le même principe pour étudier le lien entre la viabilité et le thème du colloque39. Dans le Latium, il est vrai qu’elle convoque Gamala senior, mais concurrencé par un autre de ses personnages de prédilection : L. Betilienus Vaarus d’Alétrium40. Tandis que Poplicola réussit à s’immiscer dans la « Chronique des travaux » à propos des notables locaux qui osaient adopter la représentation héroïque41.

  • 42 Cébeillac-Gervasoni 2000c, p. 229-234 et Cébeillac-Gervasoni – Zevi 2006, p. 363-372.
  • 43 Cébeillac-Gervasoni 2001, p. 154-160 et 2002, p. 59-86.
  • 44 Voir la note 5.
  • 45 Cébeillac-Gervasoni 2005a, p. 1592-1594. Mireille Cébeillac-Gervasoni est aussi l’auteure de l’art (...)
  • 46 Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006 et Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010.
  • 47 Lamoine 2011.

8C’est pleinement comme une « Ostienne » reconnue que Mireille Cébeillac-Gervasoni est sollicitée pour fournir l’édition d’inscriptions inédites : le « nouveau » préfet de l’annone C. Poppaeus Sabinianus par exemple42, et des synthèses sur les institutions et la société politique de la colonie sous la République et le Principat43. Afin d’honorer la mémoire de John d’Arms (1934-2002), elle reprend le dossier d’Octavia, épouse de Gamala, et de la Bona Dea (étude publiée en 2004) qui faisait partie de ses travaux de jeunesse (1973)44. L’acmé de ces années-là est constituée par la rédaction de l’article sur Ostie dans le Dictionnaire de l’Antiquité de Jean Leclant (2005)45, mais surtout par l’élaboration avec Maria Letizia Caldelli et Fausto Zevi du manuel d’épigraphie latine pour l’éditeur Armand-Colin, fondé sur « cent inscriptions [d’Ostie] dans leur contexte », publié en 2006 et traduit en italien (et augmenté) en 201046. Tous trois offrent à la communauté scientifique, aux étudiants et aux amateurs éclairés un formidable outil de travail et d’apprentissage et un véritable corpus raisonné47.

  • 48 Caldelli 2008, p. 261-286 et Zevi 2008, p. 477-505.
  • 49 Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 735 et 754.
  • 50 CIL XIV, 255.
  • 51 Sudi-Guiral 2005, p. 421-426, Sudi-Guiral 2013, p. 224-229, Cébeillac-Gervasoni 2007, p. 159-167, (...)
  • 52 Cébeillac-Gervasoni 2002, p. 59-86.
  • 53 Cébeillac-Gervasoni 2014a, p. 53-62.

9Ce travail de retour en profondeur dans le corpus d’Ostie n’est pas sans conséquence sur les préoccupations exposées dans le Quotidien municipal I (2008), les contributions des co-auteurs du manuel d’épigraphie : Maria Letizia Caldelli et Fausto Zevi48 et la « Chronique des travaux et discussions »49 en portent témoignages. Dans le même ordre d’idée et dans la même période (entre 2005 et 2013), Mireille Cébeillac-Gervasoni et Françoise Sudi-Guiral, dont Mireille Cébeillac-Gervasoni dirigeait le doctorat, ont entretenu un dialogue nourri à propos de l’inscription de la familia publica d’Ostie50, un parcours inauguré en 2005 par Françoise Sudi-Guiral lors d’une table ronde du « Quotidien municipal » et clos par la soutenance de sa thèse en 2013, scandé par au moins trois publications de Mireille Cébeillac-Gervasoni51. Revenant à la synthèse sur les rapports entre Ostie et Rome sous la République et sous l’Empire, Mireille Cébeillac-Gervasoni livre en 2002 le dossier « Villes et avant-ports : l’exemple de Rome et d’Ostie » ; elle y montre en particulier combien une relecture de Cicéron fut fructueuse pour repérer l’investissement terrien et horticole des sénateurs le long du Tibre sur le territoire de la colonie52. C’est d’un tel dossier que l’idée de mettre en œuvre un dépouillement des sources littéraires pour le « Quotidien municipal » a éclos au tournant des années 2000 et 2010. En 2014, à l’occasion des hommages offerts à Gino Bandelli, Mireille Cébeillac-Gervasoni complète le dossier de 2002 en faisant le point sur la fonction « ingrate » du questeur d’Ostie53.

Les dernières années

10La dernière décennie, interrompue brutalement, permit à une Mireille Cébeillac-Gervasoni, directeur de recherche émérite de l’UMR 8210 ANHIMA, de revenir pleinement, enrichie de ces années d’EMIRE et du « Quotidien municipal », à ses amours de jeunesse pour Ostie. Avec le Parc archéologique d’Ostie et l’École française de Rome, avec les vieux Ostiens et ceux de la nouvelle génération, elle fut la cheville ouvrière des séminaires d’Ostie (2012, 2013 et 2015) et de l’avancée de la publication des inscriptions funéraires inédites. Avec l’aide de l’équipe, elle y travaillait encore durant l’été 2016.

  • 54 Référence au Candide de Voltaire.

11Quarante-cinq ans de dialogue permanent entre Ostie, les élites, les institutions locales et l’histoire du monde romain ! La connaissance profonde du corpus épigraphique ostien a été l’une des pierres de taille des fondations de l’édifice scientifique que Mireille Cébeillac-Gervasoni a construit, l’une des clefs, avec sa recherche doctorale, pour enclencher les programmes qu’elle dirigea sur les élites et les institutions des cités d’Italie et de l’empire à l’époque républicaine comme impériale. Des personnages de l’antique Ostie, comme P. Lucilius Gamala, son épouse Octavia et C. Cartilius Poplicola, des familles comme celle des Egrilii, l’ont accompagnée durant toutes ces années comme autant d’amis fidèles, qu’elle savait mobiliser aussi bien pour favoriser l’avancée des programmes que pour nourrir son enseignement de l’épigraphie. Bien entendu, EMIRE et le « Quotidien municipal » l’ont menée sur d’autres rivages que ceux du Latium, la mettant en relation avec les autres corpus de l’Italie et ceux des provinces de l’empire romain, lui permettant de devenir la spécialiste des questions politiques locales, capable d’établir la synthèse entre la péninsule et l’empire, entre la République et l’Empire. Cependant, la conduite de ces projets à l’échelle de l’empire ne l’a jamais détournée d’Ostie dont le corpus et les situations ont été un aiguillon toujours stimulant. Et puis, l’heure de la retraite institutionnelle ayant sonnée, elle est revenue tout naturellement à ses chères études sur Ostie et son corpus, et put compter ainsi, dans les dernières années de sa vie, non exemptes d’épreuves, sur son « jardin [ostien] à cultiver »54.



Bibliographie

Andreau 1996 = J. Andreau, Les enseignements de la table ronde : bilan et perspective, dans Cébeillac-Gervasoni 1996, p. 285-293.

Andreau 2004 = J. Andreau, L’irrésistible célébration des élites municipales, dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine – Trément 2004, p. 527-534.

Aubert 1999 = J.-J. Aubert, La gestion des collegia : aspects juridiques, économiques et sociaux, dans CCG, 10, 1999, p. 49-69.

Berrendonner 2005 = C. Berrendonner (dir.), Le quotidien institutionnel des cités municipales de l’Empire Romain d’Occident, dans MEFRA, 117-2, 2005, p. 433-584.

Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008 = Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2008.

Caldelli 2008 = M.L. Caldelli, L’attività dei decurioni ad Ostia: funzioni e spazi, dans Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 261-286.

Camodeca – Cébeillac-Gervasoni 1981 = G. Camodeca, M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Studi e ricerche su Puteoli romana. Atti del Convegno. Centre Jean Bérard 2-3 aprile 1979, Naples, 1981 (Puteoli. Studi di Storia Antica, 4-5). 

Camodeca 1999 = G. Camodeca, Tabulae Pompeianae Sulpiciorum (TPSulp.). Edizione critica dell’archivio puteolano dei Sulpicii, Roma, 1999 (Vetera, 12).

Cébeillac 1971 = M. Cébeillac, Quelques inscriptions inédites d’Ostie de la République à l’Empire, dans MEFRA, 83, 1971, p. 39-125.

Cébeillac 1973a = M. Cébeillac, Une inscription inédite d’époque républicaine provenant d’Ostie, dans Akten des VI. Internationalen Kongresses für Griechische und Lateinische Epigraphik, München 1972, Munich, 1973, p. 439-442.

Cébeillac 1973b = M. Cébeillac, Octavia, épouse de Gamala et la Bona Dea, dans MEFRA, 85, 1973, p. 517-553

Cébeillac-Gervasoni 1983 = M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C., Naples, 1983.

Cébeillac-Gervasoni 1991 = M. Cébeillac-Gervasoni, Les travaux publics à la fin de la République, dans le Latium et la Campanie du Nord : la place de la classe dirigeante et des familles de notables, dans CCG, 2, 1991, p. 189-213.

Cébeillac-Gervasoni 1994 = M. Cébeillac-Gervasoni, Ostie et le blé au IIe siècle ap. J.-C. , dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire, Naples-Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 196 ; Collection du Centre Jean-Bérard, 11), p. 47-59.

Cébeillac-Gervasoni 1996a = M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Rome-Naples, 1996 (Collection de l’École française de Rome, 215 ; Collection du Centre Jean-Bérard, 13).

Cébeillac-Gervasoni 1996b = M. Cébeillac-Gervasoni, L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, dans. Cébeillac-Gervasoni 1996a, p. 83-89.

Cébeillac-Gervasoni 1996c = M. Cébeillac-Gervasoni, Chronique des travaux, dans Cébeillac-Gervasoni 1996a, p. 275-282.

Cébeillac-Gervasoni 1996d = M. Cébeillac-Gervasoni, Gli “Africani” ad Ostia ovvero “le mani sulla città”, dans L’incidenza dell’Antico. Studi in memoria di Ettore Lepore, 3, Naples, 1996, p. 557-567.

Cébeillac-Gervasoni 1996e = M. Cébeillac-Gervasoni, Deux préteurs, magistrats de la colonie romaine d’Ostie avant la guerre sociale : Publius Silius et Marcus Critonius, dans A. Gallina Zevi, A. Claridge (dir.), Roman Ostia revisited. Archaeological and Historical Papers in memory of Russell Meiggs, Rome, 1996, p. 91-101.

Cébeillac-Gervasoni 1997 = M. Cébeillac-Gervasoni, Deux remarques sur les fastes d’Ostie à la fin de la République et sous Auguste, dans CCG, 8, 1997, p. 310-312.

Cébeillac-Gervasoni 1998 = M. Cébeillac-Gervasoni, Les magistrats des cités italiennes de la Seconde Guerre punique à Auguste. Le Latium et la Campanie, Rome, 1998 (BEFAR, 290).

Cébeillac-Gervasoni 2000a = M. Cébeillac-Gervasoni Mireille (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre continuité et rupture, classes sociales dirigeantes et pouvoir central, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 261). 

Cébeillac-Gervasoni 2000b = M. Cébeillac-Gervasoni, Introduction, dans Cébeillac-Gervasoni 2000 p. 1-4.

Cébeillac-Gervasoni 2000c = M. Cébeillac-Gervasoni, Un nouveau préfet de l’annone de l’époque néronienne connu grâce à une inscription inédite d’Ostie : C. Poppaeus Sabinianus, dans G. Paci (dir.), ΕΠΙΓΡΑΦΑΙ. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Macerata, 2000 (Ichnia, 5), p. 229-234.

Cébeillac-Gervasoni 2001 = M. Cébeillac-Gervasoni, Quelques familles et personnages éminents, dans J.-P. Descœudres (dir.), Ostia - port et porte de la Rome antique, Genève, 2001, p. 154-160.

Cébeillac-Gervasoni 2002 = M. Cébeillac-Gervasoni, Les rapports institutionnels et politiques d’Ostie et de Rome de la République au IIIe s. ap. J.-C., dans MEFRA, 114-1, 2002, p. 59-86.

Cébeillac-Gervasoni 2003a = M. Cébeillac-Gervasoni, L’écrit et l’art figuratif, privilèges d’un type d’élites ?, dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2003, p. 539-568.

Cébeillac-Gervasoni 2003b = M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites locales et la terre à l’époque romaine, in Histoire & Sociétés Rurales, 10-19, 2003, p. 11-157.

Cébeillac-Gervasoni 2003c = M. Cébeillac-Gervasoni, Un chantier prometteur, dans Cébeillac-Gervasoni 2003b, p. 11-14.

Cébeillac-Gervasoni 2003d = M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Le quotidien institutionnel des cités, dans CCG, 14, 2003, p. 97-225.

Cébeillac-Gervasoni 2004 = M. Cébeillac-Gervasoni, Autocélébration des élites locales : quelques réflexions autour de la viabilité, dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine – Trément 2004, p. 157-169.

Cébeillac-Gervasoni 2005a = M. Cébeillac-Gervasoni, Ostie, dans J. Leclant (dir.), Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, 2005, p. 1592-1594.

Cébeillac-Gervasoni 2005b = M. Cébeillac-Gervasoni, Puteoli, dans J. Leclant (dir.), Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, 2005, p. 1842-1843.

Cébeillac-Gervasoni 2006a = M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Le quotidien institutionnel des cités : expressions du pouvoir et contrôle de l’espace public, dans CCG, 17, 2006, p. 79-211.

Cébeillac-Gervasoni 2007a = [M. Cébeillac-Gervasoni (dir.)], Le quotidien administratif et institutionnel des cités de l’Occident romain, dans MEFRA, 119-2, 2007, p. 345-443. 

Cébeillac-Gervasoni 2007b = M. Cébeillac-Gervasoni, Apostilles à une énigme : le statut juridique des membres de la familia publica d’Ostie (C.I.L. XIV, 255), dans J. Dalaison (dir.), Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité, de l’Anatolie à la Gaule. Hommages à Bernard Rémy, Grenoble, 2007, p. 159-167

Cébeillac-Gervasoni 2008a = M. Cébeillac-Gervasoni, Les rapports entre les élites du Latium et de la Campanie et Rome (III e s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.) : l’apport d’une enquête prosopographique , dans G. Urso (dir.), Patria diuersis gentibus una ? Unità politica e identità ethniche nell’Italia antica, Pise, 2008, p. 39-62.

Cébeillac-Gervasoni 2008b = M. Cébeillac-Gervasoni, Les élites politiques locales de la fin de la République à Auguste : une révision vingt ans après, M.L. Caldelli, G. Gregori, S. Orlandi (dir.), Epigrafia 2006. Atti della XIVe Rencontre sur l’épigraphie in onore di Silvio Panciera, Rome, 2008 (Tituli, 9), p. 595-614.

Cébeillac-Gervasoni 2008c = M. Cébeillac-Gervasoni, Les élites locales de l’Occident romain : un programme de longue haleine, dans A.D. Rizakis, Fr. Camia (dir.), Pathways to Power. Civic Elites in Eastern Part of the Roman Empire, Athènes, 2008, p. 9-14.

Cébeillac-Gervasoni 2010 = M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Le quotidien institutionnel des cités municipales : regards croisés de juristes et d’historiens, dans MEFRA, 122-1, 2010, p. 5-50.

Cébeillac-Gervasoni 2012 = M. Cébeillac-Gervasoni, Les crises politiques urbaines et leur gestion locale à la fin de la République entre 89 et 31 av. J.-C., dans Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2012, p. 433-448.

Cébeillac-Gervasoni 2014 = M. Cébeillac-Gervasoni, Quaestor ostiensis : une fonction ingrate, dans M. Chiaba (dir.), Hoc quoque laboris praemiumScritti in onore di Gino Bandelli, Trieste, 2014, p. 53-62. 

Cébeillac-Gervasoni 2016 = M. Cébeillac-Gervasoni, Le destin d’une famille, les Pinnii, à travers le témoignage d’une inscription inédite d’Ostie, dans M. Chelotti, M. Silvestrini (dir.), Epigrafia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane, X, Bari, 2016 (Documenti e studi, 64), p. 131-140.

Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006 = M. Cébeillac-Gervasoni, M.L. Caldelli, F. Zevi, Épigraphie latine, Paris, 2006. 

Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010 = M. Cébeillac-Gervasoni, M.L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina. Ostia : cento iscrizioni in contesto, Rome, 2010.

Cébeillac-Gervasoni– Lamoine 2003 = M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (dir.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome et Clermont-Ferrand, 2003 (Collection de l’École française de Rome, 309 ; Collection Erga, 3).

Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2004 = M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, Chronique des travaux et discussions, dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine – Trément 2004, p. 505-524.

Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008 = M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, Chronique des travaux et discussions, dans Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 727-754.

Cébeillac-Gervasoni – Lamoine – Trément 2004 = M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, Fr. Trément (dir.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images (IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, 2004.

Cébeillac-Gervasoni – Zevi 2000 = M. Cébeillac-Gervasoni, F. Zevi, Pouvoir local, pouvoir central à Ostie et dans d'autres cités de la mort de César à la mort de Domitien, dans Cébeillac-Gervasoni 2000a, p. 5-31. 

Cébeillac-Gervasoni – Zevi 2006 = M. Cébeillac-Gervasoni, F. Zevi, Un nouveau préfet de l’annone connu par une inscription d’Ostie, dans D. Berranger-Ausserve (dir.), Épire, Illyrie, Macédoine… Mélanges offerts au professeur Pierre Cabanes, Clermont-Ferrand, 2006 (Collection Erga, 10), p. 363-372.

Chausson 2012 = Fr. Chausson, Conclusions, dans Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2012, p. 543-547.

Ferrary 2003 = J.-L. Ferrary, Conclusions et bilans, dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2003, p. 733-740.

Giardina 2000 = A. Giardina, Conclusioni, dans Cébeillac-Gervasoni 2000a, p. 463-471.

Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2010a = L. Lamoine, Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), La praxis municipale dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2010.

Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2010b = L. Lamoine, Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni Mireille, Un bilan provisoire, dans Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2010a, p. 573-580.

Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2012 = L. Lamoine, Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Gérer les territoires, les patrimoines et les crises. Le quotidien municipal II, Clermont-Ferrand, 2012.

Lamoine 2011 = L. Lamoine, Recension de M. Cébeillac-Gervasoni, M.L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia Latina. Ostia : cento iscrizioni in contesto, Roma, 2010, dans Histara. Les comptes rendus, publié le 23 mai 2011 : http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=1216.

Lo Cascio 2008 = E. Lo Cascio, Conclusioni, dans Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 717-725.

Moret 2007 = J.-M. Moret, Salutation d’ouverture, dans B. Perrier (dir.), Villas, maisons, sanctuaires et tombeaux tardo-républicains : découvertes et relectures récentes. Actes du colloque international de Saint-Romain-en-Gal en l’honneur d’Anna Gallina Zevi, Rome, 2007, p. 7-9.

Nicolet 1983 = Cl. Nicolet, Conclusions générales : bilan scientifique du colloque, dans Cébeillac-Gervasoni 1983, p. 407-409.

Nonnis 1999 = D. Nonnis, Attività imprenditoriali e classi dirigenti nell’età repubblicana. Tre città campione, dans CCG, 10, 1999, p. 71-109.

Sudi-Guiral 2007 = Fr. Sudi-Guiral, La familia publica d’Ostie, dans MEFRA, 119-2, 2007, p. 421-426.

Sudi-Guiral 2013 = Fr. Sudi-Guiral, Les esclaves et les affranchis publics dans l’Occident romain IIe siècle avant J.-C. - IIIe siècle après J.-C., thèse de doctorat, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2013.

Tran 2006 = N. Tran, Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaule sous le Haut-Empire, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 367).

Zevi 2003 = F. Zevi, L’autocelebrazione d’una famiglia ostiense : i Caltilii e il Serapeo di Ostia, dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2003, p. 569-579.

Zevi 2008 = F. Zevi, I collegi di Ostia e le loro sedi associative tra Antonini e Severi, dans Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 477-505.

Zevi et al. 2018 = F. Zevi, M.L. Caldelli, M. Cébeillac-Gervasoni, N. Laubry, I. Manzini, R. Marchesini, F. Marini Recchia,), Epigrafia ostiense dopo il CIL. 2000 iscrizioni funerarie, Venise, 2018 (Antichistica, 15 ; Storia ed epigrafia, 5).


Annexe : liste des publications de Mireille Cébeillac-Gervasoni sur Ostie

1. Quelques inscriptions inédites d’Ostie de la République à l’Empire, dans MEFRA, 83, 1971, p. 39-125.

2. Une inscription inédite d’époque républicaine provenant d’Ostie, dans Akten des VI. Internationalen Kongresses für Griechische und Lateinische Epigraphik, München 1972, Munich, 1973, p. 439-442.

3. Octavia, épouse de Gamala et la Bona Dea, dans MEFRA, 85, 1973, p. 517-553.

4. (en collaboration avec Fausto Zevi), Révisions et nouveautés pour des inscriptions inédites d’Ostie, dans MEFRA, 88, 1976, p. 607-637.

5. Un exécrable affranchi dans une inscription inédite d’Ostie, dans ΦΙΛΙΑΣ ΧΑΡΙΝ. Miscellanea in onore di E. Manni, Rome, 1979, p. 451-461.

6. Apostilles à une inscription de Portus. T. Messius Extricatus et les saborrarii, dans La Parola del Passato, 137, 1979, p. 267-278.

7. Les qualificatifs réservés aux défunts dans les inscriptions publiées et inédites d’Ostie et de Portus, dans Hommages à H.-G. Pflaum, ZPE, 43, 1981, p. 57-62.

8. I magistrati della colonia di Ostia in età repubblicana, dans M. Pani (dir.), Epigrafia e territorio. Politica e società, III. Temi di antichità romane, Bari ,1994 (Documenti e studi, 17), p. 6-16.

9. Ostie et le blé au IIe siècle ap. J.-C., dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire, Naples-Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 196 ; Collection du Centre Jean-Bérard, 11), p. 47-59.

10. L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, dans M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l'Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Clermont-Ferrand 28-30 novembre 1991, Rome-Naples, 1996 (Collection de l’École française de Rome, 215), p. 83-89.

11. Gli “Africani” ad Ostia ovvero “le mani sulla città”, dans L’incidenza dell’Antico. Studi in memoria di Ettore Lepore, 3, Naples, 1996, p. 557-567.

12. Deux préteurs, magistrats de la colonie romaine d’Ostie avant la guerre sociale : Publius Silius et Marcus Critonius, dans A. Gallina Zevi, A. Claridge (dir.), Roman Ostia revisited. Archaeological and Historical Papers in memory of Russell Meiggs, Rome, 1996, p. 91-101.

13. Deux remarques sur les fastes d’Ostie à la fin de la République et sous Auguste, dans CCG, 8, 1997, p. 310-312.

14. (avec F. Zevi), Pouvoir local, pouvoir central à Ostie et dans d'autres cités de la mort de César à la mort de Domitien, dans M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre continuité et rupture, classes sociales dirigeantes et pouvoir central, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 271), p. 5-31.

15. Un nouveau préfet de l’annone de l’époque néronienne connu grâce à une inscription inédite d’Ostie : C. Poppaeus Sabinianus, dans G. Paci (dir.), ΕΠΙΓΡΑΦΑΙ. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Macerata, 2000 (Ichnia, 5), p. 229-234.

16. Quelques familles et personnages éminents, dans J.-P. Descœudres (dir.), Ostia - port et porte de la Rome antique, Genève, 2001, p. 154-160.

17. Les rapports institutionnels et politiques d’Ostie et de Rome de la République au IIIe s. ap. J.-C., dans MEFRA, 114-1, 2002, p. 59-86.

18. La dedica a Bona Dea da parte di Ottavia, moglie di Gamala, dans A. Gallina Zevi, J. H. Humphrey (dir.), Ostia, Cicero, Gamala. Feasts & Economy. Papers in Memory of John H. D’Arms, Portsmouth-Rhode Island, 2004 (Journal of Roman Archaeology, Supplementary series, 57), p. 75-81.

19. Ostie, dans J. Leclant (dir.), Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, 2005, p. 1592-1594.

20. (avec F. Zevi), Un nouveau préfet de l’annone connu par une inscription d’Ostie, dans D. Berranger-Ausserve (dir.), Épire, Illyrie, Macédoine… Mélanges offerts au professeur Pierre Cabanes, Clermont-Ferrand, 2006 (Collection Erga, 10), p. 363-372.

21. (avec M.L. Caldelli et F. Zevi), Épigraphie latine, Paris, 2006 = Epigrafia latina. Ostia : cento iscrizioni in contesto, Rome, 2010, édition revue et augmentée.

22. Apostilles à une énigme : le statut juridique des membres de la familia publica d’Ostie (C.I.L. XIV, 255), dans J. Dalaison (dir.), Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité, de l’Anatolie à la Gaule. Hommages à Bernard Rémy, Grenoble, 2007, p. 159-167.

23. (avec F. Zevi), Le tribù di Ostia, dans M. Silvestrini (dir.), Le tribù romana. Atti della XVIe Rencontre sur l’épigraphie du monde romain, Bari, 2010, p. 161-169.

24. Quaestor ostiensis : une fonction ingrate, dans M. Chiabà (dir.), Hoc quoque laboris praemium. Scritti in onore di Gino Bandelli, Trieste, 2014, p. 53-62.

25. (avec F. Zevi), Introduzione, dossier « Ostia antica », dans MEFRA, 126-1, 2014, p. 5-6.

26. (avec C. Morelli), Les conductores du Campus Salinarum Romanarum, dans MEFRA, 126-1, 2014, p. 23-33. 

27. (avec P. Germoni), Lo scavo e le iscrizioni della tomba J dell’Isola sacra, dans MEFRA, 126-1, 2014, p. 241-249. 

28. Le destin d’une famille, les Pinnii, à travers le témoignage d’une inscription inédite d’Ostie, dans M. Chelotti, M. Silvestrini (dir.), Epigrafia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane, X, Bari, 2016 (Documenti e studi, 64), p. 131-140.

29. (sous la dir. de F. Zevi, avec M.L. Caldelli, N. Laubry, I. Manzini, R. Marchesini, F. Marini Recchia et la collaboration de A. Licordari), Epigrafia Ostiense dopo il CIL. 2000 iscrizioni funerarie, Venise, 2018 (Antichistica, 15, Storia ed epigrafia, 5). 

30. (avec N. Laubry et F. Zevi), Premessa, dans M. Cébeillac-Gervasoni, N. Laubry et F. Zevi (dir.), Ricerche su Ostia e il suo territorio: Atti del Terzo Seminario Ostiense (Roma, École française de Rome, 21-22 ottobre 2015), Rome, 2019 (Collection de l’École française de Rome, 553), p. VII

31. (avec M. Mimmo et M. Bruno), Il materiale epigrafico dell’area 12, dans M. Cébeillac-Gervasoni, N. Laubry et F. Zevi (dir.), Ricerche su Ostia e il suo territorio: Atti del Terzo Seminario Ostiense (Roma, École française de Rome, 21-22 ottobre 2015), Rome, 2019 (Collection de l’École française de Rome, 553), p. 245-257.

Notes

1 Je remercie très chaleureusement Catherine Virlouvet, Nicolas Laubry et Mariarosaria Barbera de leur invitation à évoquer l’importance des retombées de l’investissement scientifique de Mireille Cébeillac-Gervasoni à Ostie sur les programmes de recherche qu’elle dirigea au cours de sa carrière. Cette prise de parole ne fut pas exempte d’émotion car je fus pendant une trentaine d’années l’un de ses étudiants, de ses collaborateurs et de ses amis.

2 Zevi et al. 2018.

3 Mireille Cébeillac-Gervasoni, Rapport d’activité et perspectives de recherches du 30 novembre 2001 (archive personnelle).

4 Cébeillac 1971, p. 39-125.

5 Cébeillac 1973b, p. 517-553.

6 Cébeillac 1973a, p. 439-442.

7 Cébeillac 2010b, p. 161-169.

8 Cébeillac-Gervasoni 2012a, p. 433-448 et Cébeillac-Gervasoni 2016, p. 131-140.

9 Mireille Cébeillac-Gervasoni seule ou associée à ses coéditeurs. Simple avant-propos factuel dans Cébeillac-Gervasoni 1983, p. 7 ; idem dans Cébeillac-Gervasoni 1996a, p. 9 ; introduction sur le couple continuité/rupture dans Cébeillac-Gervasoni 2000b ; « propos liminaire » sur la notion d’élites dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2003, p. 9-10 ; « Ad limina » factuel dans Cébeillac-Gervasoni – Lamoine – Trément 2004, p. 11-12 ; « Une étape fondamentale dans le programme EMIRE et une fenêtre ouverte sur l’avenir » dans Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 11-15 ; « À l’épreuve des potentialités d’un programme » dans Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2010a, p. 11-14 et « Prolégomènes : les facettes d’une gestion locale » en grande partie consacrés à la notion de crise dans Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2012, p. 11-16. Les introductions ou avant-propos des dossiers publiés dans les Cahiers du Centre Gustave-Glotz (Cébeillac-Gervasoni 2003 et Cébeillac-Gervasoni 2006), les MEFRA (Berrendonner 2005, Cébeillac-Gervasoni 2007a et Cébeillac-Gervasoni 2010) et Histoire & Sociétés rurales (Cébeillac-Gervasoni 2003c) sont de même nature. Mireille Cébeillac-Gervasoni n’est pas plus prolixe dans Cébeillac-Gervasoni 2008c, p. 9-14.

10 Voir la liste en fin de contribution.

11 Nicolet 1983, p. 407 (p. 407-409) ; Andreau 1996, p. 285-293 ; Giardina 2000, p. 463-471 ; Ferrary 2003, p. 733-740 ; Andreau 2004, p. 527-534 ; Lo Cascio 2008, p. 717-725 ; Lamoine – Berrendonner – Cébeillac-Gervasoni 2010b, p. 573-580 ; Chausson 2012, p. 543-547.

12 Cébeillac 1971, p. 39-40, note 1.

13 Cébeillac-Gervasoni 1998.

14 Camodeca – Cébeillac-Gervasoni 1981.

15 Mireille Cébeillac-Gervasoni, Réponses au questionnaire prosopographique des membres et anciens membres de l’École française de Rome établi par Jean-Yves Frétigné, Hilaire Multon et Géraud Poumarède, jugement porté sur les années passées à l’EFR (archive personnelle) : « Années bénies, années de découvertes, de travail, d’amitiés durables, [...] on pouvait davantage profiter du contexte italien, mais aussi faire des expériences non directement liées à son thème de recherche [doctoral] ».

16 Moret 2007, p. 7-9 (en particulier p. 8).

17 P. Lucilius Gamala est cité dès la p. 3 de l’introduction, C. Cartilius Poplicola dès la p. 14 (associé avec le précédent) : cf. Cébeillac-Gervasoni 1998.

18 Cébeillac-Gervasoni 2008b, p. 596-597 : 108 témoignages pour Pompéi, 13 pour Ostie.

19 Ibidem, p. 597.

20 Sur ce programme, voir pour plus de détail les contributions de G. Bandelli et J. Andreau dans ce volume.

21 Cébeillac-Gervasoni 1996b, p. 83-89.

22 Cébeillac-Gervasoni 1994, p. 47-59.

23 Cébeillac-Gervasoni 1996d p. 557-567.

24 Cébeillac-Gervasoni 1996c, p. 278.

25 Andreau 1996, p. 289-293.

26 Cébeillac-Gervasoni 2000a, p. 2, voir aussi Cébeillac-Gervasoni 2003c, p. 12-13.

27 Aubert 1999, p. 49-69.

28 Tran 2006.

29 Nonnis 1999, p. 71-109.

30 Camodeca 1999 ; dossier À propos de l’édition définitive des archives des Sulpicii par G. Camodeca, dans CCG, 11, 2000, p. 103-191.

31 AE, 1983, 174.

32 Cébeillac-Gervasoni 1996e, p. 91-101.

33 Cébeillac-Gervasoni – Zevi 2000, p. 5-31.

34 Cébeillac-Gervasoni 1997, p. 310-312.

35 Cébeillac-Gervasoni 2003a, p. 539-568 ; Cébeillac-Gervasoni 2004, p. 157-169.

36 Cébeillac-Gervasoni 2003a, p. 541.

37 Ibidem, p. 557. En dehors d’Ostie, elle convoque surtout Histonium, Minervia Scolacium, Pouzzoles, le val d’Aoste, Capoue, Vulci, Pompéi, Aquilée, Padoue, Este, Teate et trois sources littéraires (le Satyricon, Pline le Jeune et le Testament du Lingon).

38 Zevi 2003, p. 569-579.

39 Elle convoque encore plus de sites qu’en 2000 et sort de l’Italie, Cébeillac-Gervasoni 2004, p. 160-162.

40 Ibid., p. 166 et 168. Cébeillac-Gervasoni 1991, p. 189-213.

41 Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2004, p. 507.

42 Cébeillac-Gervasoni 2000c, p. 229-234 et Cébeillac-Gervasoni – Zevi 2006, p. 363-372.

43 Cébeillac-Gervasoni 2001, p. 154-160 et 2002, p. 59-86.

44 Voir la note 5.

45 Cébeillac-Gervasoni 2005a, p. 1592-1594. Mireille Cébeillac-Gervasoni est aussi l’auteure de l’article sur Pouzzoles (Puteoli) : Cébeillac-Gervasoni 2005b.

46 Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006 et Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010.

47 Lamoine 2011.

48 Caldelli 2008, p. 261-286 et Zevi 2008, p. 477-505.

49 Cébeillac-Gervasoni – Lamoine 2008, p. 735 et 754.

50 CIL XIV, 255.

51 Sudi-Guiral 2005, p. 421-426, Sudi-Guiral 2013, p. 224-229, Cébeillac-Gervasoni 2007, p. 159-167, Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 298-300 et Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010, p. 173-175. Voir aussi la contribution de Fr. Sudi-Guiral dans ce volume.

52 Cébeillac-Gervasoni 2002, p. 59-86.

53 Cébeillac-Gervasoni 2014a, p. 53-62.

54 Référence au Candide de Voltaire.

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search