Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 7. Montefiascone : le palais-forteresse

Texte intégral

  • 1 Cette focalisation de Kerscher sur le xive siècle a même conduit un auteur récent, visiblement mal (...)

1Le palais-forteresse de Montefiascone se présente à priori comme un site largement étudié (fig. 233-234). Cependant, beaucoup des études qui lui ont été consacrées ne dépassent guère le cadre d'une description architecturale ou d'analyses liées à la restauration du monument. Par ailleurs, l'auteur qui s'est le plus penché sur la forteresse à l'époque médiévale, Gottfried Kerscher, s'est intéressé en priorité aux transformations du xive siècle dans la perspective de l'influence de l'architecture du palais des papes d'Avignon sur celle des palais italiens postérieurs ; il n'a par conséquent pratiquement pas évoqué les parties du bâtiment qui remontent au xiiie siècle et qui forment pourtant près de la moitié du bâtiment1. Enfin, les fouilles menées récemment dans la cour ont montré que l'histoire de la forteresse était encore plus complexe qu'elle ne le semblait jusqu'ici et pourraient remettre en question la chronologie mentionnée ci-dessus. Il est difficile de prétendre embrasser ici tous les problèmes liés à l'histoire du palais, depuis le haut Moyen Âge jusqu'à l'époque actuelle. Il semble cependant utile de tenter un bilan sur les apports de la seconde moitié du xiiie siècle, dont les travaux sont encore aujourd'hui ceux qui définissent le visage de la majeure partie du bâtiment actuel.

Fig. 233 - Montefiascone, plan de situation. Sette (M. P.), « Montefiascone... ».

Fig. 234 - Montefiascone, forteresse, principales campagnes (pour la partie orientale du site). A. Tour. B. Bâtiment oriental. C. Bâtiment septentrional.

  • 2 Registres d'Urbain IV, n° 2855 (lettre datée entre le 24 juillet et le 13 septembre 1262 ; étant d (...)
  • 3 De longs extraits sont traduits dans Paravicini Ba-gliani (A.), La cour des papes au xiiie siècle, (...)
  • 4 À vrai dire, le registre inédit de Martin IV montre que même Montefiascone, qui lui avait pourtant (...)
  • 5 Lanconelli (A.), « Le "expense pro reparationibus rocche Montisflasconis" (1348-1359). Nota sull'a (...)

2Dans le cadre des traditions et des ambitions de la cour pontificale du xiiie siècle, le site de Montefiascone présentait un double avantage. Au sommet d'une colline et dominant le lac de Bolsène sur lequel il offre une vue panoramique, le bourg possédait tous les agréments recherchés par le pape et son entourage : la fraîcheur pour les mois d'été, les plaisirs de la table (la colline est plantée de vignes célèbres dès le Moyen Âge et les anguilles du lac n'étaient pas moins fameuses), enfin un certain isolement et un cadre agréable. Il ne s'agit pas là seulement d'une reconstruction pittoresque faite par les historiens de la papauté ; les deux papes de la seconde moitié du xiiie siècle qui ont résidé à Montefiascone en donnent la preuve de manière précise. Sans s'attarder sur les anguilles qui furent fatales à Martin IV (mais alors qu'il résidait à Pérouse, comme on l'a vu dans un chapitre précédent), on citera les propres mots d'Urbain IV écrivant à Louis IX : « Nuper de Viterbio recedentes declinaturi apud Montem-flasconem castrum Ecclesie speciale, et inibi ad vitandos calores estivos aliquamdiu mora-turi... »2. Mieux encore, pendant ce séjour d'Urbain IV, un cardinal (Ottobono Fieschi, le futur Adrien V), adresse une longue missive à un collègue absent de la cour et lui vante les charmes de Montefiascone3. Sous les fleurs de la rhétorique latine, on sent une affection réelle pour le lieu, d'autant qu'elle se mêle de quelques reproches (le site trop montagnard, la poussière). D'autre part la ville, plutôt modeste, n'était pas à la tête d'un diocèse et la commune n'était pas puissante ; plus qu'ailleurs le pontife pouvait donc s'y sentir vraiment chez lui et débarrassé de tout contre-pouvoir4. Mieux encore, située à égale distance d'Orvieto et de Viterbe, la résidence pouvait être conçue comme un centre de rayonnement et d'action du pouvoir pontifical, indépendamment de ces deux grandes cités, plus prestigieuses mais aussi plus autonomes. Cette double fonction de Montefiascone - à la fois une agréable résidence estivale et une base de domination politique et militaire - est sensible et dans la documentation comptable du xive siècle, où apparaît constamment l'expression « palatia rocche Montisflasconis »5, et dans les dispositions architecturales du bâtiment. C'est pourquoi j'ai choisi de caractériser le monument, en transposant la locution médiévale, par l'appellation de « palais-forteresse », même si j'utiliserai avec parcimonie cette formulation un peu lourde.

I - HISTORIOGRAPHIE ET HISTORIQUE

1. Historiographie

  • 6 Fasolo (O.), « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo : la rocca di Montefiascone », dans (...)
  • 7 Breccola (G.) et Mari (M.), Montefiascone, Grotte di Castro, 1979.
  • 8 Lanconelli, « Le "expense pro reparationibus..." », cit.
  • 9 Sette (M. P.), « Montefiascone. La rocca papale », dans Dieci tesi di restauro (1970-1981), Carbon (...)
  • 10 Satolli (A.), « Le rocche dell'Albornoz nella fascia mediana dello Stato pontificio », dans Dall’A (...)
  • 11 Kerscher (G.), « Privatraum und Zeremoniell im spätmittelalterlichen Papst- und Königspalast. Zu d (...)
  • 12 Comme on l'a vu, c'est d'ailleurs aussi l'opinion de Satolli, que Kerscher ne pouvait probablement (...)
  • 13 Ce qu'avait déjà proposé, on l'a dit, Fasolo, mais en attribuant au pontife l'ensemble des travaux (...)
  • 14 Iacobini (A.), « Innocenzo III e l'architettura. Roma e il nord del Patrimonium sancti petri », da (...)

3Le palais de Montefiascone a bénéficié d'un certain nombre d'études, mais, comme on l'a dit, elles sont extrêmement inégales et ont abouti à des résultats franchement divergents. Pour s'en tenir aux principales contributions, on citera d'abord un article d'O. Fasolo, essentiellement dédié aux travaux du xvie siècle et qui réduisait l'apport du Moyen Âge à une seule époque et à un seul commanditaire, Urbain V6. Dans une étude d'ensemble sur Montefiascone, G. Breccola et M. Mari ont ensuite publié quelques pages sur notre monument. Le texte est très bref et n'apporte à peu près rien, sans être inexact dans l'ensemble7. On doit à A. Lanconelli une très importante contribution, fondée sur l'exploitation d'une source comptable, mais dans une perspective seulement historique8. Son article est précieux pour ses apports sur l'administration, le financement, l'organisation des travaux au xive siècle, ainsi que pour les précisions topographiques livrées par les textes, mais il ne prétend pas proposer une étude architecturale de la forteresse, et ne concerne que le Trecento. Au contraire, l'analyse de M. P. Sette est celle d'un architecte, dans le cadre d'un exercice théorique de restauration9. On ne peut donc lui demander de fournir un cadre chronologique d'ensemble efficace ; en revanche, elle propose un certain nombre de remarques de détail qui méritent d'être prises en compte. En 1990, A. Satolli mentionnait rapidement le bâtiment dans le cadre d'un article plus général sur l'action du cardinal Albornoz en matière de fortifications, mais il donnait un résumé assez juste de la situation10. La même année, G. Kerscher a eu le mérite de tenter d'éclairer l'histoire du palais-forteresse de manière plus précise que ne l'avaient fait les auteurs précédents, en consacrant une longue étude à Montefiascone dans le cadre de ses propres recherches sur le palais d'Avignon et sur l'histoire du cérémonial au xive siècle11. Cependant, outre quelques erreurs de détail, que l'on trouvera explicitées au cours de ce chapitre, il n'est pas sûr qu'il faille partager entièrement son analyse. Kerscher a notamment affirmé deux points essentiels : tout d'abord que les travaux de l'époque médiévale ne se réduisaient pas au seul xive siècle, comme avait tendance à le faire Fasolo, mais qu'il existait au moins deux campagnes bien différentes, l'une qu'il date des années 1260-1270 environ, l'autre du Trecento. D'autre part que cette seconde campagne, datable du xive siècle, ne relevait pas majoritairement selon lui de l'action du cardinal Albornoz, comme le pensait Lanconelli12, mais plutôt du pontificat d'Urbain V, et plus précisément de 1368-1370, à savoir du retour du pape en Italie13. On verra à la fin du présent chapitre pourquoi ces deux assertions ne me semblent pas entièrement convaincantes. Les fouilles récentes du site, dirigées par Mme Letizia Pani Ermini, n'ont pas encore été publiées. On ne peut que regretter l'absence de toute publication intermédiaire, même minime, car les nouveautés apportées par la fouille ne semblent pas minces. En attendant cette publication, Antonio Iacobini a proposé tout récemment d'interpréter une partie des structures dégagées comme appartenant aux travaux promus par Innocent III14. Il reste extrêmement prudent dans ses hypothèses, suspendant la confirmation de sa proposition à la publication de la fouille, mais on le suit volontiers dans ses analyses.

2. Historique et sources

  • 15 Les « castra specialia » de l'Église romaine sont une série de forteresses érigées à la frontière (...)
  • 16 C'est d'ailleurs pourquoi le site de la cathédrale, dédiée à Sainte-Marguerite, fut choisi dans la (...)
  • 17 Par exemple Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 90.
  • 18 Je donne ici la version de Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., p. 84 n. 3 et 4, qui semble (...)
  • 19 Registres de Grégoire IX, n° 2714.
  • 20 Theiner (A.) éd., Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, t. I. 756-1334, Rome, 1861, p. 1 (...)

4Montefiascone, par sa position éminemment favorable, a constamment occupé aux yeux des papes une place centrale dans le Patrimoine de Saint-Pierre. Cela s'est traduit par la fondation, au-delà du bourg de Saint-Flavien, connu le premier par la documentation écrite, d'une forteresse au sommet de la colline, qui va peu à peu remplacer le noyau urbain précédent, mais également par l'appellation de « castrum speciale » conférée à celle-ci dans les documents pontificaux15. Il faut préciser ici que, malgré son importance, la ville de Montefiascone n'était pas siège épiscopal et dépendait de Bagnoregio. Le diocèse de Montefiascone ne sera créé qu'en 1369, en lien avec le séjour d'Urbain V, qui récompensait ainsi la fidélité de la ville envers la papauté avignonnaise et ses représentants au cours des décennies précédentes16. Il n'y a donc pas lieu de faire de la forteresse du xiiie siècle un développement ou une restauration d'un palais épiscopal (qui n'existait pas !), contrairement à ce qu'ont affirmé divers auteurs17. En ce qui concerne les campagnes de travaux du château, les premiers textes remontent à Innocent III, qui ne fit qu'un bref séjour à Montefiascone, en 1207, mais qui avait ordonné d'importants travaux dès 1198, concernant la chapelle et la forteresse en général : « Apud palatium Montisflasconis fieri fecit cappellam. [Fecit] et re-moveri domos post palatium usque ad muros Castri, construens hinc inde parietes a pala-tio usque ad muros illos, et in muro faciens largam portam, ut haberet ipsa munitio in-gressum non solum communem per Castrum, sed etiam proprium et specialem per il-lum locum »18. Moroni, suivi par d'autres auteurs, affirme que Grégoire IX ordonna d'exécuter des travaux au château, en 1256. Bien entendu, cette date ne peut correspondre au pontificat de Grégoire IX (1227-1241). En outre, non seulement ce pape ne résida jamais à Montefiascone, mais on ne connaît aucun document par lequel il aurait commandé des travaux pour la forteresse. Il est probable que Moroni ou sa source s'appuyait sur une lettre du pontife du 8 août 1235, par laquelle Grégoire IX ordonnait au podestat, au conseil et au peuple de Viterbe de donner satisfaction aux hommes de Montefiascone à propos des dommages qu'ils leur avaient causés lors d'une expédition guerrière19. Mais la publication intégrale du document, faite à deux reprises au xixe siècle, montre que rien n'indique que les dégâts aient concerné directement la forteresse et il ne s'y trouve aucune allusion explicite à des travaux de réparation : « nuper ad castrum Montis Flasconis, quod est camera sedis apostolice specialis, hostiliter accedentes, possessiones ipsius in vastitate hostili pre-sumptione dampnabili devastatis [...] ac de dampnis illatis fidelibus nostris de Monte Flasconis satisfactionem debitam impenda-tis »20.

  • 21 L'hiver, celui-ci préférait cependant séjourner à Tus-cania, comme l'indique un rapport de 1319-13 (...)
  • 22 Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., p. 117-119 ; Antonelli (M.), « Una relazione del vicari (...)
  • 23 Antonelli, « Una ribellione... », cit., édition du texte p. 198-215, pour le présent passage cf. p (...)
  • 24 Antonelli, « Una ribellione... », cit., p. 185-186.
  • 25 Theiner éd., Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, t. I, cit., p. 504, doc. n° 665 ; Pie (...)
  • 26 Contrairement à ce que semble croire Sette, « Montefiascone... », cit., p. 104.
  • 27 ASV, IE 39, fol. 78, publié par Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 25, p. 388 n (...)
  • 28 Sur ce type de loggia, qui représente un héritage du haut Moyen Âge, cf. Bougard (F.), La justice (...)
  • 29 Antonelli (M.), « Estratti dai registri del Patrimonio del secolo xiv », dans ASRSP, t. 41, 1918, (...)
  • 30 ASV, Collect. 175, fol. 59-60 ; cf. Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 26, p. 2 (...)
  • 31 ASV, Collect. 175, fol. 59-60 B et 91 ; cf. Antonelli, ibid., p. 260 n. 2.

5On reviendra dans la dernière partie de ce chapitre sur la seconde moitié du xiiie siècle, au cœur de la présente analyse. Nous abordons donc ici tout de suite l'époque « avignonnaise ». Pendant la période de la papauté d'Avignon, le palais de Montefiascone a continué à être ressenti et utilisé comme une base centrale pour la politique de domination pontificale sur le Latium, puisqu'il s'agissait de la résidence officielle du recteur du Patrimoine21. Dès le pontificat de Clément V, on possède une preuve du caractère capital de la possession de la forteresse. Le 24 novembre 1315, une armée partit d'Orvieto contre Montefiascone, pour s'emparer de cette dernière. Les Orviétains furent pourtant accueillis avec enthousiasme par la population, car la ville était majoritairement guelfe, alors que Bernard de Coucy, le vicaire du recteur du Patrimoine, qui dirigeait dans les faits les États italiens de l'Église et qui résidait dans la ville, penchait pour le parti gibelin. La forteresse fut prise et le vicaire fait prisonnier, mais il fut sauvé in extremis par une armée de gibelins, majoritairement de Viterbe22. Cet épisode nous intéresse spécialement, parce que les documents produits à cette occasion mentionnent la forteresse. Il s'agit notamment de la sentence de condamnation du 8 février 1317, émise par le juge Alessandro da Bologna, pour le compte de son supérieur Bernard de Coucy : « castrum vetus quod est ante foras, palatium et roccham Romane Ecclesie castri Montisflasconis occupa-verunt per violentiam iniuriose et malo modo [...] et ante ipsum palatium et roccham Romane Ecclesie ordinaverunt, posuerunt et fe-cerunt sbarras maximas trabium, tabularum, lignorum et lapidum structuram maximam, ne aliquis posset in auxilium Romane Ecclesie fa-vorem [...] ingredi vel exire [...] et ignem ad portam dicti palatii posuerunt et poni fece-runt »23. Mercurio Antonelli, dans l'article qu'il a consacré à cet épisode, explicite bien la signification des différentes phases de l'assaut : les assaillants pénétrèrent d'abord dans le bourg, puis dans la partie fortifiée de l'habitat, située au sommet de la colline, que le texte nomme « castrum vetus », et divisée de la première par un arc qui subsiste toujours. Dans un troisième temps, les attaquants arrivèrent au pied de la forteresse, contre laquelle ils élevèrent des sortes de barricades puis ils mirent le feu à la porte du palais, d'où la destruction d'une partie des archives du recteur du Patrimoine24. Même si l'assaut fut déjoué, on comprend que Jean XXII, qui était entretemps monté sur le trône de saint Pierre, se soit préoccupé personnellement de l'entretien de la forteressse : le pape demande le 1er avril 1321 que l'on achève rapidement les travaux de réparation de la loggia qui se trouve hors du palais, afin que la foule qui se presse lors des audiences judiciaires, tenues entre-temps à l'intérieur, ne puisse fournir à d'éventuels ennemis l'occasion d'investir la forteresse : « vo-lumus, quod [...] lobiam illam, quam pro loco ipsorum officialium ad huiusmodi iura red-denda reparari facere cepistis, de novo consumare curetis, illam dictis officialibus, cum perfecta fuerit, ad huiusmodi reddenda iura spe-cialiter deputando »25. Comme l'implique le texte lui-même, cette loggia existait déjà auparavant (il faut probablement entendre le terme « constructione » employé dans le texte suivant comme une simple approximation) ; cependant, on ne peut pas considérer ce bâtiment comme identifiable avec la loggia de la façade nord, dont on reparlera plus bas26. En effet, les officiers de Jean XXII avaient précédé sa volonté ; ils avaient achevé les travaux et transféré le tribunal dans la loggia dès le 10 mars précédent : « Ego Fayditus thesaurarius solvi fratri Stephano [...] pro constructione domus in qua ius redditur extra palatium... »27. Or le texte montre qu'il s'agissait d'un bâtiment indépendant, une « domus », dont la désignation comme « loggia » renvoie ici au type de la salle judiciaire ouverte vers l'extérieur par une colonnade, probablement d'un seul niveau28. Le bâtiment est donc certainement identifiable avec la « domus curie que est prope palatium » attestée déjà en 1312-131529. Toujours sous Jean XXII, on constate d'autres travaux en janvier 1328. On répare alors murs et bretèches dans l'expectative d'un assaut contre le château par les milices de Louis de Bavière30. Une fois le danger passé, on continue de remettre en état les défenses des forteresses du Patrimoine ; à Montefiascone, on construit ainsi deux bretèches, l'une sur la tour du pape, l'autre sur la porte du pape, qui étaient dans une position particulièrement faible31.

  • 32 Il ne semble pas justifié de minimiser ces travaux, comme le fait Kerscher, passim.
  • 33 Antonelli, « Estratti dai registri del Patrimonio del secolo xiv », cit.
  • 34 À la suite d'une tentative d'un partisan du préfet de Vico de s'emparer de la forteresse ; ASV, IE (...)
  • 35 Sur le mâchicoulis de laquelle, on établit un plancher en 1351 ; ASV, ibid., cf. Antonelli, « Vice (...)
  • 36 « ...necnon Rectorem eundem introitu, per quem habebatur ingressus et egressus ante Roccham dicti (...)
  • 37 En 1353, le préfet Di Vico tente à nouveau, pendant une trêve, de s'emparer de la forteresse, en p (...)
  • 38 ASV, IE 118, fol. 19, 48 et 78 (1331-1336), d'après An-tonelli, « Estratti dai registri... », cit. (...)
  • 39 Ce qui est logique pour des raisons de sécurité, à cause des risques d'incendie.
  • 40 Cette dernière mention a été trouvée par Kerscher, toutes les autres par Antonelli et Lanconelli.
  • 41 Fabre (P.), « Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364 », dans MÉFR, t. 7, 1887, p. 129-19 (...)
  • 42 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 92.
  • 43 Pii Secundi Pontifex maximus Commentarii, Romae, 1584, p. 204. Cité également par Kerscher, « Priv (...)
  • 44 Pieri Buti (L.), Antico palazzo di S. Pietro in Monte-fiascone, Montefiascone, 1869, p. xx et xvii(...)
  • 45 Vasari (G.), Le Vite..., Milanesi (G.) éd., Florence, 1878-1885, 9 t., t. IV, p. 281. Je cite le t (...)

6Ces travaux resteront ponctuels ou d'entretien jusqu'au milieu du siècle. L'engagement de l'Église avignonnaise se fait alors plus pressant. À preuve, dès avant l'arrivée du cardinal Albornoz comme durant son séjour, on mène dans la forteresse d'importants travaux de restauration et de fortification, assez bien documentés par des comptes qui ont été analysés jadis par Antonelli et récemment par Lan-conelli32. Ces sources du milieu du xive siècle, ainsi que des comptes de la période 1312-1315 également édités par Antonelli33, nous font connaître un certain nombre de dispositions du palais, réparti sur deux étages. On mentionne six tours (dont l'une est dite « grande tour » et à laquelle on accédait par un pont-levis, une autre placée au-dessus de latrines, une dotée d'une cloche, une proche du jardin dont on mure une fenêtre en 135134, et une autre dite « tour de la chapelle de la forteresse »), une porte d'accès principale35 et une fausse porte à l'arrière36, un escalier dit ancien en 1312-1315 et un autre réalisé pour monter dans une tour. Parmi les pièces ou bâtiments sont cités une salle majeure et une autre salle ; un réfectoire et une nouvelle chapelle créée à l'intérieur de celui-ci (en 1354), à proximité de celle-ci une loggia (probablement identifiable à la galerie qui se trouvait sur la façade nord du château)37, des chambres (dont la chambre du recteur, au premier étage du palais, très ample et avec des fenêtres vers l'extérieur, probablement la pièce dite « chambre majeure » en 1312-1315 ; celle du cardinal Albornoz, peut-être identifiable à la précédente ; celle du vicaire du recteur aménagée à sa demande au sommet d'une tour ; une « chambre des juges » et une autre chambre au-dessus de celle-ci ; une chambre où l'on chante la messe, en 1312-1315 ; une chambre des messagers et sergents ; une chambre où l'on garde les oiseaux de proie), une garde-robe avec sa chambre, une « coquina major » et une nouvelle cuisine (en 1312-1315) en partie basse (c'est-à-dire dans la basse cour ou en sous-sol ?), des celliers, dont un cellier principal, un cellier du recteur et un cellier du trésorier38 (à l'étage d'un de ces celliers est créé en 1349 une chambre pour la trésorerie et une autre pour l'artillerie), une bou-teillerie ou dépense neuve en 1312-1315 (ce qui suppose l'existence d'une autre bouteillerie ailleurs ou antérieure), des jardins, un moulin (avec un local pour l'orge) et, à proximité, une écurie majeure et une écurie secondaire (l'une d'elles entresolée en 1354), un poulailler, un grenier, une forge (installée dans une construction indépendante39), le « lobium » cité en 1312-1315 qu'il faut probablement identifier, comme on l'a vu ci-dessus, avec la « domus curie » qui sert de salle d'audience et de réunion, une prison, une maison du chapelain ; enfin une chambre du pape, à laquelle on consacre des sommes importantes40. La « nouvelle chapelle » déjà citée est également mentionnée en 1364, lors d'une assemblée des nobles du Patrimoine, qui prêtent alors serment en présence du recteur Giordano Orsini « in capella nova Rocche Montisflasconis »41. Cependant, selon G. Kerscher, ce n'est qu'avec le retour d'Urbain V en Italie que le palais aurait subi une réelle modernisation. Le pape y réside en effet longuement (il y passe tous les étés de 1367 à 1370) ; en outre on possède des mentions sur les travaux d'Urbain V dans la biographie publiée par Baluze comme dans la comptabilité pontificale42. Au milieu du xve siècle, la forteresse est visitée par Pie II qui en laisse une courte description dans ses Commentarii : « hic nobile palatium Galli condidere, cum Romano Pontificio fungeren-tur, ibi ut per aestum degerent, quibus Italici calores admodum sunt insensi. Palatium arcis in modum aedificatum fuit adhibitis aulis, tri-clinijs, ac cubiculis, quae dignitati Pontificali conuenirent, nunc pars magna vetustate, et incuria collapsa est »43. Le palais était donc déjà sur la voie du déclin. À partir de la fin du xve siècle, la forteresse semble connaître une désaffection progressive, comme siège du recteur du Patrimoine, au profit de Viterbe. Certes, Alexandre VI séjourne bien à Monte-fiascone en 1498 ; mais le dernier recteur résidant à Montefiascone est Domenico Caprani-ca, en 150044. Cette évolution correspond à l'état de la forteresse tel que nous le connaissons par un témoignage de 1506, que nous verrons ci-dessous. Nous avons bien mention d'une première intervention de restauration, qui aurait été commandée à Antonio da Sangallo l'Ancien par César Borgia, selon un passage de Vasari, et qui devrait dater des années 15011502 à cause de la position de la phrase dans la biographie de l'architecte : « [Antonio] nel suo passagio disegnò al duca Valentino la rocca di Montefiascone »45. Mais, nous ne savons rien de ce premier projet, qui n'a sûrement jamais été exécuté et qui n'est peut-être dû qu'à une confusion de Vasari.

  • 46 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da San-gallo... », cit., notamment p. 164-167. Cf. p (...)
  • 47 Pieri Buti, Antico palazzo di S. Pietro in Montefias-cone, cit., p. xxi.
  • 48 Grassi (P.), Le due spedizioni militari di Giulio II tratte dal diario di Paride Grassi..., Frati (...)

7Pourtant, la première moitié du xvie siècle est marquée par une sorte de sursaut et on ne peut pas dire, comme le fait Kerscher, que les travaux de l'époque moderne ne consistèrent qu'en des embellissements mineurs. L'article d'Orseolo Fasolo, qui reprenait les considérations plus anciennes de Gustavo Giovannoni incluses dans son ouvrage sur Antonio da San-gallo le Jeune, a montré que les interventions du début du xvie siècle furent importantes et qu'elles se déroulèrent en une succession de phases plus complexe qu'on ne l'avait cru jusque-là46. Une première opération doit avoir eu lieu sous le pontificat de Jules II (15031513), puisqu'on trouve au rez-de-chaussée de l'aile orientale un fragment d'architrave remployé, portant l'inscription [IU]LIUS LIGUR. Avec d'autres éléments architectoniques et décoratifs, il implique que le pape Della Rovere est probablement intervenu dans la forteresse. De fait, le rôle joué par Jules II est prouvé par une source connue depuis longtemps, mais pratiquement pas exploitée, à savoir des extraits du journal de Paris de Grassi, le maître des cérémonies pontifical dans le premier quart du xvie siècle, concernant les expéditions militaires de Jules II. Ainsi Pieri Buti mentionnait déjà, en 1869, deux séjours du pape à Montefiascone, en 1506 et en 1510, et l'ordre de restaurer la forteresse lors du premier d'entre eux47. En outre, ces parties du journal furent publiées de manière complète quelques années après, en 188648. La première venue de Jules II ne se déroula pas pendant les premiers jours de septembre 1506, comme le laisse entendre Pieri Buti, mais seulement la journée du 6 septembre. Pourtant, cette halte eut bien une certaine importance pour l'histoire de la forteresse. Après avoir été reçu dans la cité par des réjouissances civiques et religieuses, le pape monte à la forteresse :

  • 49 Ibid., p. 32.

8« Inde per urbem, seu oppidum spatiatus ad arcem, sive palatium in summo eius montis ascendit, quod ubi derelictum, ac armentis in-colentibus destinatum agnovit ex causa levi, nam eum locum a malis, ut dicunt, spiritibus habitatum, et vexatum dicebant, ea propter Papa cum Cardinalibus examinans an melius foret de toto diripere ne receptaculum hosti-bus aliquando posset esse, an vero reparari, et denuo habitari tanquam arcem, statuit repara-ri et pro ea tria millia nummorum exponi. Hic nihil aliud actum fuit, nisi quod dum prande-ret Papa intellexit solarium domus, in qua erat debile esse, propterea vocatis magistris archi-tectis fulciri trabibus jussit, ridens subinde, ac dicens hoc agatur, ne dicant homines nos ebrios esse in Monteflascono, si ruamus in praeceps »49.

  • 50 BAV, vat. lat. 12413, fol. 56v° ; cité d'après Pastor (L. von), Geschichte der Päpste, 3e-4e éd., (...)

9On comprend mieux la plaisanterie pontificale si l'on sait qu'auparavant les autorités de la ville avaient fait couler du vin dans les fontaines, en l'honneur du pape et de sa suite, qui avaient donc d'autres causes de chuter par terre que le mauvais état du palais. En tout cas, le journal de Paris de Grassi nous montre à la fois l'état d'abandon de la forteresse, livrée aux bergers et aux fantômes, et la décision de Jules II d'y faire faire au moin des travaux d'entretien. Lorsque le pape retourna à Montefiascone, le 8 septembre 1510, le maître de cérémonies ne donne cette fois aucun détail sur son séjour. On peut tout de même supposer que l'ordre pontifical avait été suivi d'effet, comme le prouvent à la fois le fragment d'architrave remployé et un item de la comptabilité du pape, qui correspond justement à un renforcement structurel, comme le rapporte le journal de Paris de Grassi50.

  • 51 C'est certainement cette inscription qui a fait dater par Giovannoni les travaux de 1516 ; Giovann (...)
  • 52 L'affirmation de Panvinio est citée par Kerscher comme se trouvant dans Panvinio (O.), Romani pont (...)
  • 53 Vasari (G.), Le vite..., Milanesi (G.) éd., cit., t. V, p. 455. En mentionnant un pape « Urbain » (...)
  • 54 Clausse (G.), Les San Gallo, Paris, 1900, 3 t., cf. t. II, p. 90 (d'après un document de l'Archivi (...)
  • 55 Contrairement à ce que semble dire Fasolo, il ne s'agit pas d'une information totalement inédite, (...)

10Mais l'impulsion décisive pour une rénovation du site doit être venue du successeur de Jules II, Léon X (1513-1521). C'est ce qu'attestent deux inscriptions, l'une portant l'année 1516 et l'autre la mention LEO X PONT. MAX., toutes deux situées dans le portique Renais-sance51. La date de 1516 serait confirmée en outre par Panvinio52. Comme le fait remarquer Fasolo, les travaux doivent avoir commencé un peu avant cette date et pourraient donc correspondre avec le début du pontificat de Léon X. Quant à l'attribution des travaux à Antonio da Sangallo le Jeune, elle remonte à un passage de Vasari : « [Antonio] per commissione del papa, che una state lo menò seco in quelle parti, restaurò la rocca di Montefiascone già stata edificata da papa Urbano »53. Elle a été confirmée en outre par un document retrouvé et publié par Gustave Clausse et étrangement oublié par presque toute la bibliographie ultérieure : « a M° Antonio da San Gallo fiorentino a di 16 marzo 1519, duc. 500 di camera per la fabbrica di Montefiascone a bon conto »54. Cette attribution à la famille San Gallo est en outre renforcée par une découverte de Fasolo. Un document de 1522 montre Giovanni Battista da Sangallo demandant alors à se faire payer pour ses travaux. La présence de Giovanni Battista sur le chantier n'était pas inconnue jusqu'alors55. Mais ce document permet surtout de confirmer l'attribution vasarienne des travaux à son frère, Antonio da Sangallo le Jeune (confirmée par Gio-vannoni sur des bases stylistiques). Fasolo remarque également que cette date implique que les travaux se sont poursuivis assez lentement.

11Il semble qu'on ait prévu au départ de remanier profondément la forteresse, ce qui expliquerait qu'on ait détruit en grande partie l'aile occidentale. Pour autant, l'intervention des deux architectes est restée inaboutie. Du portique n'ont été réalisées que les galeries nord et est en même temps qu'une partie de l'aile ouest, tandis que la galerie sud semble n'avoir été que projetée. Cet inachèvement permet d'expliquer pourquoi ont subsisté si largement des parties médiévales, qui auraient certainement dû être au moins modernisées, si le projet de Sangallo avait été complètement réalisé. Plus tard dans l'époque moderne, à une date indéterminée, Fasolo identifie une autre phase de transformations, peu soignée, qui correspond par exemple au remploi du fragment d'architrave portant le nom de Jules II. Cependant, contrairement à cet auteur, il me semble qu'on pourrait attribuer non pas à cette période tardive mais à la phase sangalles que ou antérieure les transformations des rez-de-chaussée des ailes nord et est. Les deux ailes sont aujourd'hui divisées par des murs de refend et, dans la première, on rencontre une voûte déprimée pour deux des trois salles ainsi créées, tandis que la seconde possède quatre petites pièces réparties des deux côtés d'une pièce centrale carrée, à la voûte également déprimée avec lunettes et culs-de-lampes. Ces transformations peuvent bien correspondre au projet des Sangallo, qui aurait consisté en une modernisation des deux ailes et non à leur remplacement par une construction nouvelle.

  • 56 Pieri Buti, Antico palazzo di S. Pietro in Montefias-cone, cit., p. xvii.
  • 57 Pieri Buti indique bien des séjours pontificaux en 1555 et 1556, mais il les attribue respectiveme (...)
  • 58 Les deux datations sont données respectivement par Fontana et par Sette, sans justifications spéci (...)
  • 59 Satolli, « Le rocche dell'Albornoz... », cit., p. 65.
  • 60 Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 259, 265-266, 381-382 ; Sette, « Montefiascone... », cit (...)
  • 61 Légende du plan, au fol. 40. Le bastion comme la loggia sont attribuées par Kerscher, de manière p (...)

12Après ces travaux dus à Jules II et Léon X, le palais semble être retombé dans la même torpeur que vers 1500. Paul III, qui avait été évêque de Montefiascone, donna l'ordre que de démanteler les canons et la garnison de la forteresse au profit de celle, d'une toute autre importance, qu'il venait de faire construire à Pérouse56. Le palais fut dès lors déserté57. En 1621 eut lieu une tentative de remise en état et, plus tard (probablement vers 1660 ou 167058), les dessins de Carlo Fontana (1634-1714) correspondent peut-être à un projet de restauration (fig. 235-239)59. Ces vues de Fontana (BAV, ms Chigi P-VII-12, fol. 40-44), importantes pour la compréhension du monument, ont d'ailleurs été publiées à de multiples reprises dans la bibliographie sur Montefiascone60. Il faut préciser ici que ces dessins, auxquels on a parfois prêté un peu trop, ne doivent être utilisés qu'avec prudence, car, s'ils nous renseignent sur les dispositions d'ensemble ou sur les rapports généraux entre les divers corps de bâtiment, les proportions sont déficientes et la plupart des détails inexacts. Par ailleurs, Fontana attribuait de manière fantaisiste le bastion et les murs qui le jouxtaient ainsi que la cour intérieure à Michel-Ange, et la loggia septentrionale (aujourd'hui disparue) à Baldassare Peruzzi, le reste étant indistinctement défini comme « architecture ancienne »61.

  • 62 Volpini (P.) et Ballaroto (A.), Montefiascone nei suoi monumenti, Rome, 1975, p. 62-66.
  • 63 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 160 et Soprint. BAA Lazio (...)
  • 64 Les travaux, très importants, se sont déroulés en plusieurs tranches. Les tranches 2 à 4 se sont d (...)

13Ces velléités de restauration restèrent à l'état d'ébauche et, lors de la création du grand séminaire, érigé à partir de 1666 et agrandi à partir de 1695 par les soins du cardinal Barba-rigo, la forteresse servit de carrière de matériaux62. Par ailleurs un tremblement de terre, qui eut lieu la même année 1695, fut peut-être l'occasion de sacrifier définitivement le monument. Ce sont notamment les fronts ouest, sud et nord-ouest du palais, ceux qui dominent le séminaire, qui semblent avoir été utilisés. C'est pourquoi ces parties du palais, qui remontaient au xive et au xvie siècle, ont plus souffert que les bâtiments du xiiie siècle. La forteresse a enfin subi des dommages pendant la Seconde guerre mondiale63. La partie du palais qui est encore debout, c'est-à-dire principalement celle qui remonte au xiiie siècle, est utilisée aujourd'hui par la municipalité de Montefiascone dans sa partie haute (conseils municipaux, manifestations culturelles diverses, etc.) après avoir été remise en état par la surintendance64. Quant aux salles du rez-de-chaussée, est en cours l'aménagement d'un musée consacré à Antonio da Sangallo le Jeune, par les soins conjoints de la municipalité et de la surintendance.

II - ANALYSE MONUMENTALE

  • 65 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da San-gallo... », cit., p. 159.

14La forteresse domine l'habitat et l'ensemble du site (fig. 238-239). Elle possède un plan en forme de trapèze, qui s'explique par le caractère disparate et chronologiquement disjoint des différents corps de bâtiment. Dans la présente description, on s'attachera essentiellement à analyser les parties du complexe qui remontent à la seconde moitié du xiiie siècle, même si l'on devra évoquer les constructions du début du xiiie siècle ( ?) de l'autre côté de la cour centrale et les ajouts du xvie siècle, qui ont modifié la physionomie des bâtiments du xiiie. Comme je l'ai fait pour d'autres monographies, je choisis de nommer les différentes directions des corps de bâtiment en simplifiant les désignations. Si l'on voulait être exact, il faudrait ainsi appeler les deux ailes du xiiie siècle « aile nord-nord-ouest » et « aile est-nord-est » ; je préfère donc les identifier comme « aile nord » et « aile est ». On remarquera au passage que cette façon de nommer les quatre côtés du trapèze est identique à celle utilisée par Fasolo dans sa contribution65. En revanche, Carlo Fontana et la plupart des auteurs contemporains, qui l'ont suivi, ont adopté un système moins fidèle à l'orientation réelle des bâtiments, en désignant l'aile nord-nord-ouest comme aile ouest, etc. Il faut donc tenir compte de cette différence lorsque on compare les mentions données ici avec celles de la bibliographie antérieure, sauf chez Fasolo.

Fig. 235 - Montefiascone, forteresse, plan. D'après Fontana (C.). Le plan original a été réélaboré (orientation modifiée et légendes retournées en conséquence) pour faciliter la comparaison avec les plans contemporains.

Fig. 236 - Carlo Fontana, Vue de la forteresse de Montefiascone, face est (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 41).

Fig. 237 - Carlo Fontana, Vue de la forteresse de Montefiascone, face ouest (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 43).

15La forteresse proprement dite est séparée du reste du sommet de la colline par un fossé. La partie restante, aujourd'hui occupée par un jardin municipal, correspond probablement à la basse-cour et au jardin de l'époque médiévale (fig. 233).

Fig. 238 - Carlo Fontana, Vue de la ville de Montefiascone, coté est (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 44).

Fig. 239 - Carlo Fontana, Vue de la ville de Montefiascone, coté ouest (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 42).

16Le côté nord et la moitié nord du côté oriental du trapèze sont occupés par les trois corps de bâtiment appartenant en majeure partie au xiiie siècle (fig. 234) : deux grandes salles disposées perpendiculairement l'une par rapport à l'autre, et une tour située à l'angle nord-est de la plus grande d'entre elles. Le côté ouest du trapèze était occupé par les bâtiments attribués par G. Kerscher au xive siècle et en grande partie ruinés aujourd'hui. Enfin, fermant la cour centrale, le côté sud et la moitié sud du côté oriental, avec le bastion à l'angle sud-est, appartiennent ou plutôt appartenaient, car ils ont en grande partie disparu, à l'époque moderne. Il en va de même des remaniements de la cour intérieure, notamment avec l'érection d'un portique encore debout sur le côté nord et en partie sur le côté est de celle-ci.

1. Les bâtiments du xiiie siècle

  • 66 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 162. Plus généralement, l (...)

17Les trois bâtiments qui forment la partie encore utilisée du palais, les deux grandes salles et la tour nord-est, possèdent de nombreux traits communs : épaisseur comparable des murs (1,50 environ), identité de l'appareil (petits blocs de péperin), etc. On a donc pu supposer que ces trois bâtiments relevaient de la même campagne de construction66. Mais on verra en fin de chapitre que l'idée est discutable, à cause de disparités de détail et de problèmes de chronologie relative qui seront analysés ici.

La tour d'angle nord-est A (fig. 240-243)

18L'appareil est constitué par des blocs de petit format et de module très régulier, le plus souvent carrés. On trouve de nombreuses insertions de fragments de briques dans les joints horizontaux, notamment en partie haute, qui vont jusqu'à former des lignes continues. Sur les faces orientale et septentrionale sont visibles de nombreux bossages en partie basse du parement (fig. 244), ce qui s'explique bien puisqu'il s'agit des deux faces principales, tournées vers l'extérieur et « agressives », les faces sud et ouest, plus sobres, n'étant que des murs de raccord avec la grande salle orientale. La tour n'est percée que de quelques meurtrières, qui confirment sa fonction militaire. Deux d'entre elles se trouvent sur la face orientale l'une, courte, au niveau de la partie inférieure du rez-de-chaussée, l'autre, allongée, à la hauteur du premier étage. Une meurtrière allongée s'ouvre sur la face méridionale, également au niveau du premier étage. Sur la même face, d'une seconde meurtrière placée au-dessus ne subsiste que la partie basse, l'ouverture étant interrompue par la limite actuelle du mur - ce qui montre, comme on pouvait s'en douter, que la tour a été nivelée à une hauteur inférieure à son niveau originel. Sur la face nord, une seule meurtrière s'ouvre au niveau du rez-de-chaussée. Au-dessus, deux petites fenêtres rectangulaires sont des percements postérieurs. Dans la face ouest sont percées également deux ouvertures modernes : deux portes rectangulaires couvertes d'un arc très surbaissé.

Fig. 240 - Montefiascone, forteresse, plan du rez-de-chaussée. D'après Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 1.

Fig. 241 - Montefiascone, forteresse, plan du 1er étage. D'après Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 2.

Fig. 242 - Montefiascone, forteresse, façade est. Sette (M. P.), « Montefiascone... », fig. 5.

  • 67 En soi, une telle technique ne serait pas incompatible avec une datation haute, car on la trouve à (...)

19Intérieurement, la tour n'est pas divisée aujourd'hui par des voûtes ou des planchers et se présente donc comme un espace unique de fond en comble. Y est placé un escalier métallique contemporain, actuellement la seule liaison intérieure entre le rez-de-chaussée et l'étage. On peut supposer qu'un escalier en bois permettait jadis au moins de desservir les meurtrières en partie haute. En revanche, comme on le verra plus loin, il n'est pas sûr que cet escalier reliait déjà le rez-de-chaussée des trois bâtiments et leur premier étage. L'accès à ce niveau devait se faire depuis la cour, par un ou des escaliers extérieurs. Le sol actuel du rez-de-chaussée de la tour, qui doit être le sol Renaissance (pavement en céramique) est nettement surélevé par rapport au niveau médiéval. C'est pourquoi les percements modernes sont conçus en fonction de ce niveau tandis que les éléments antérieurs paraissent trop bas. Dans le mur ouest est percée la porte d'accès depuis la grande salle B, ébrasée et surbaissée. Dans sa partie haute, elle doit correspondre à un surhaussement de l'accès médiéval originel, tandis que la partie basse de celui-ci est désormais cachée par l'exhaussement du sol. Dans le même mur on trouve également une porte de la fin du Moyen Âge (donnant autrefois sur une galerie et aujourd'hui sur le vide), dont la datation se déduit à la fois de sa position (cohérente avec le sol), de sa forme (grande baie incompatible avec la fonction défensive propre à la tour à l'origine) et son mode constructif (traces du cintre d'osier tressé dans l'intrados67). Dans le mur nord s'ouvrent à gauche une meurtrière médiévale en partie basse (sa position étant évidemment incompatible désormais avec une utilisation militaire) et à droite une fenêtre de la fin du Moyen Âge qui possède exactement les mêmes caractéristiques que la porte précédente. Dans le mur oriental, la meurtrière médiévale a été également recoupée dans sa partie basse par la surélévation du sol. Du côté méridional se trouve une niche murale, peu profonde, qui doit également être médiévale et se trouve aujourd'hui placée tout près du sol, pour la même raison. Dans la partie haute des murs de la tour, au niveau correspondant au premier étage des deux grandes salles, on trouve d'autres percements, pour lesquels on fera des remarques parallèles à celles du niveau inférieur. Dans les murs ouest et nord existent deux baies ébrasées en cintre surbaissé (leurs intrados sont repris en ciment), qui ont été introduites ici seulement à la fin du Moyen Âge, une porte du côté ouest et une fenêtre du côté nord. Dans les murs est et sud, sont percées deux meurtrières médiévales dont la moitié inférieure environ a été bouchée, certainement à la même période, quand elles ne servaient plus à rien. Quant à la porte d'accès à la grande salle B, dans le mur ouest, elle apparaît comme totalement contemporaine, aussi bien dans son ébrasement creusé dans la tour (totalement en ciment) que dans son encadrement du côté de la salle B. Il est donc probable que la tour et la grande salle voisine étaient indépendantes à ce niveau. L'extrémité supérieure de la tour est marquée par un ressaut, à quelques mètres sous le plafond contemporain en ciment. On peut par conséquent supposer que ce niveau était fermé par un plancher et permettait de desservir le couronnement de la tour qui devait être légèrement plus élevé qu'aujourd'hui. Dans le mur sud s'ouvre une meurtrière médiévale qui a été recoupée et transformée à l'époque moderne (comme au niveau inférieur). Dans le mur ouest, on trouve les traces d'une porte qui devait permettre de pénétrer à ce niveau depuis la salle B, mais qui a été condamnée lorsque la toiture de celle-ci a été modifiée. Enfin, dans le mur nord on aperçoit les traces d'une porte. Je ne sais pas comment l'interpréter si ce n'est comme l'accès d'une bretèche ou d'un autre ouvrage saillant sur la courtine. On se souvient qu'en 1328 sont effectuées des réparations à une bretèche de la tour du pape. Nous ne savons pas où se situait cette dernière ; mais rien n'empêche de l'identifier avec la tour A. En tout cas, même s'il ne s'agissait pas de cette tour, il est probable qu'elle était pourvue elle aussi d'une bretèche.

Fig. 243 - Montefiascone, forteresse, tour A, face est.

Fig. 244 - Montefiascone, forteresse, tour A, face nord.

Bâitment oriental B

  • 68 Signé « Paolo Mezzetti, archi., 1991 ».
  • 69 Sette, « Montefiascone... », cit., p. 104. Cette transformation pourrait correspondre à divers séj (...)
  • 70 On peut difficilement affirmer en tout cas, comme le fait Mme Sette, que les fenêtres actuelles ch (...)
  • 71 À cet égard, il faut se méfier du plan proposé par G. Kerscher, simplificateur et induisant en err (...)

20Face orientale (fig. 242 et 245). En partie basse du mur, un talus a été plaqué contre le mur originel, au cours de la modernisation du xvie siècle. Mais une partie du soubassement est encore visible à gauche du talus, sous le pont-dormant qui sert actuellement d'accès à la forteresse et qui doit occuper l'emplacement de l'ancien pont-levis68. L'appareil du soubassement et du rez-de-chaussée se distingue assez nettement de celui de la tour voisine par son module moins régulier et par le format de ses blocs (en général, un rectangle posé sur la tranche). Dans la partie basse du rez-de-chaussée sont percées deux courtes meurtrières, qui sont au même niveau que celle de la partie basse de la face orientale de la tour A. Au niveau haut du rez-de-chaussée s'ouvrent cinq baies dont l'ébrasement extérieur est très accentué. Il est difficile de se prononcer sur l'authenticité de celle du milieu, car tout l'appareil semble en avoir été renouvelé. Il est probable qu'il s'agit d'une invention pure et simple, comme le laisse entendre d'une part le fait qu'au niveau supérieur, il n'y a pas de signe qu'ait jamais existé la moindre baie en position médiane, d'autre part le relevé de Carlo Fontana, qui semble indiquer la même absence dès le xviie siècle (fig. 236). Pour les quatre autres baies, même si elles sont très abîmées et restaurées, on devine encore qu'il s'agissait de simples lancettes surmontées d'un tympan gravé d'un trilobe. Cette disposition est encore bien lisible dans la première baie (en partant de la gauche, donc du sud), surtout dans la quatrième (fig. 246) et, moins bien, dans la cinquième. Entre le rez-de-chaussée et le premier étage, trois fragments de bandeau doivent correspondre à la limite inférieure de l'appui des fenêtres originelles de ce niveau, même si elles ne subsistent nulle part. En effet, au-dessus, l'appareil est irrégulier et se distingue clairement de celui du rez-de-chaussée et du soubassement. Les quatre baies qui éclairent ce premier étage sont de dessin variable : les deux méridionales (à gauche) sont dotées d'une plate-bande ; les deux septentrionales sont couvertes d'un arc en plein cintre plus ou moins régulier. Il s'agit de toute façon, dans les deux cas, de baies récentes contemporaines de la restauration du mur. Le dessin de Carlo Fontana correspondant à la face orientale du palais montre en effet que la partie supérieure du mur commençait déjà à tomber en ruine, mais que les fenêtres de l'étage appartenaient encore à ce moment à une époque qu'on peut situer au xve siècle, comme le propose à juste titre M. P. Sette (fig. 236)69. Le premier étage a donc dû continuer à se ruiner après l'époque de Fontana. Je ne sais pas à quel moment se situe la restauration de l'étage et de ses fenêtres70. À l'extrémité méridionale du mur, on distingue le départ de l'arc d'une porte d'entrée, à l'endroit où se fait toujours l'entrée actuelle. De même, de l'autre côté de celle-ci, on voit encore le montant gauche de cette porte médiévale et un petit pan de mur à la suite, qui se trouve au droit du mur oriental de la grande salle71. Environ deux mètres plus loin, le mur originel est doublé par un empattement taluté, qui se poursuit jusqu'à la grande tour sud-ouest. Celle-ci, ainsi que l'empattement, sont typiques des ouvrages militaires du xvie siècle. Un peu avant l'extrémité nord de la façade orientale, à peu près au niveau où la tour A vient se plaquer contre celle-ci, on voit une souche de cheminée contemporaine. On en comprendra la raison en analysant les espaces intérieurs ; elle correspond probablement au transfert, au niveau du rez-de-chaussée, d'une cheminée ancienne depuis le milieu de la façade jusqu'à cet emplacement.

Fig. 245 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, face est.

Fig. 246 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade est, fenêtre du rez-de-chaussée.

21Le mur pignon septentrional de la grande salle ne forme aujourd'hui qu'une seule unité architecturale, du point de vue extérieur, avec la façade septentrionale de la seconde grande salle, disposée perpendiculairement par rapport à la première ; je les traiterai donc ensemble ci-dessous.

22Mur pignon sud (fig. 247-248). Il faut distinguer deux parties inégales. À gauche, les deux cinquièmes environ du mur sont partiellement occultés au rez-de-chaussée par la rampe d'accès installée au xvie siècle au devant du pignon ; à droite, le reste du mur est libre. La partie droite montre la maçonnerie de type rectangulaire verticale qu'on a déjà vue sur la façade orientale (avec une meurtrière), sauf sur l'ensemble de l'angle droit, où existe une large reprise réalisée avec de gros blocs horizontaux, puis avec un blocage irrégulier. La partie gauche possède la même maçonnerie du xiiie siècle, mais elle se retrouve en retrait par rapport à l'aplomb du reste du mur. Au niveau du premier étage, une grande partie de la moitié gauche (y compris la porte d'accès à la grande salle) est profondément remaniée ; la moitié droite, dont la baie centrale au cintre surbaissé, est globalement mieux conservée.

Fig. 247 - Montefiascone, forteresse, façade sud sur la cour. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 4 (en haut).

  • 72 Au début du xxe siècle, le remplage de la baie était bouché, de même que les arcades du xvie siècl (...)
  • 73 Fenêtre à gauche de la façade ; le tympan a été recreusé à une époque postérieure pour y graver le (...)
  • 74 Le même rapprochement a été fait par Kerscher, qui invoque également divers monuments de Tuscania, (...)

23Façade ouest (fig. 249). Ce mur est très remanié, notamment en partie basse à cause des pilastres Renaissance qui forment un décor plaqué sur la partie droite du mur et du portique de la même époque placé devant l'extrémité gauche. En revanche la partie haute, notamment la baie à remplage de la dernière travée à droite, atteste qu'il s'agit bien d'un parement remontant au moins en partie au xiiie siècle (fig. 250). En correspondance avec la terrasse du portique Renaissance, on trouve deux portes en plein cintre extradossées en arc brisé. Dans la partie droite du mur, se trouve la baie à remplage (fig. 251). Cette baie a été fréquemment reproduite, car il s'agit de fait d'un des plus beaux détails architectoniques subsistant au palais pour le xiiie siècle et même pour l'ensemble de la construction72. Pourtant on n'a guère cherché à situer correctement ses coordonnées stylistiques. La baie, partagée en deux jours par un meneau central, est couverte d'un linteau. C'est donc le travail du bas-relief qui dessine l'ensemble des ornements placés en partie haute, sous l'archivolte en plein cintre. Les deux jours paraissent donc s'achever par un trilobe, le tympan étant percé d'un quadrilobe et de deux petits trilobes dans les écoinçons. Le remplacement d'éléments ajourés par leur équivalent en bas-relief s'explique bien par le matériau utilisé dans toute cette partie du palais, le péperin, et l'on retrouve les mêmes caractéristiques de prudence dans une série de baies de Montefiascone d'époque comparable, soit que le maître d'œuvre n'ait percé les tympans que de manière avare (église du couvent de Saint-François) soit qu'il ait préféré imiter les ajours habituels par leur transcription en bas-relief, comme dans le cas présent (église Saint-Flavien73). Il s'agit donc de caractéristiques techniques typiques de la cité. En revanche, le dessin trouve des parallèles plus larges dans la région, notamment à Viterbe, dans la grande salle du palais pontifical construite pour Clément IV (1266), qui possède exactement le même remplage, mais cette fois ajouré74, et dans les cloîtres de S. Maria in Gradi, S. Maria della Verità, S. Maria del Paradiso de la même ville (entre le milieu et la fin du xiiie siècle).

Fig. 248 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, face sud.

24Passons à la description des espaces intérieurs. L'aile B possède trois niveaux superposés (fig. 252-253). Au sous-sol, une grande salle unique occupe tout l'espace (fig. 254). On y accède par une rampe inclinée du xvie siècle, placée sous la rampe symétrique qui monte au contraire au 1er étage de la même salle. Elle est voûtée d'un berceau en cintre surbaissé, composé de blocage ; les murs sont en revanche soigneusement appareillés. Deux lancettes ébrasées sont ouvertes dans le mur pignon nord. Alors que celle du côté ouest est en plein cintre (comme du côté extérieur), la lancette placée du côté est du mur possède (seulement du côté intérieur) un profil surbaissé, peut-être dû à une reprise. Dans la paroi orientale s'ouvre une porte qui donne sur le fossé.

Fig. 249 - Montefiascone, forteresse, façade ouest sur la cour. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 4 (en bas).

Fig. 250 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade ouest, partie droite.

Fig. 251 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade ouest, fenêtre à remplage.

Fig. 252 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, coupe longitudinale et bâtiment B, coupe tranversale. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 3 (en haut).

Fig. 253 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, coupe longitudinale. Sette (M. P.), « Montefiascone... », fig. 8.

25Le rez-de-chaussée a été cloisonné et divisé en cinq pièces (fig. 240). Comme on va le voir, les deux cloisons ouest-est remontent probablement aux années 1280, tandis que les deux cloisons secondaires nord-sud sont dues à une intervention plus tardive, vraisemblablement de Jules II. La pièce centrale B3 est couverte d'une voûte surbaissée avec des lunettes sur consoles. Au centre du voûtement se trouvent les armoiries de Jules II et sur les consoles des ornements tirés du vocabulaire héraldique et para-héraldique du même pontifie (chêne, aigle, tiare, parasol, clefs de saint Pierre). Dans le mur ouest sont ouvertes deux grandes portes d'accès en arc surbaissé. Celle de l'extrémité méridionale a été aveuglée par la présence à l'arrière du pilastre oriental du portique de Léon X ; celle du centre, qui a dû être créée pour la même raison, est toujours utilisée. On voit bien ici que la modernisation d'ensemble de la salle a eu lieu sous Jules II, avec seulement quelques adaptations sous Léon X (à l'inverse de ce que postulait, mais de manière prémonitoire, O. Fasolo). Dans le mur oriental se trouvent trois fenêtres du xiiie siècle, largement restaurées voire restituée pour celle du centre, comme on l'a indiqué dans la description extérieure. À la place de cette dernière se trouvait encore lors des relevés de Fasolo (1961) une belle cheminée Renaissance, transférée dans la pièce voisine B5 (où elle est bien à l'étroit entre une fenêtre xiiie et la porte d'accès à la tour), au plus tard au moment des relevés de Sette (publiés en 1986, mais bien antérieurs). Il s'agit donc d'un parti de restauration contestable, ayant privilégié un état xiiie siècle certes probable, pour des raisons de vraisemblance stylistique, mais en tout cas nullement documenté et au détriment d'un état xvie siècle qui présentait une bien meilleure cohérence. Dans les cloisons sud et nord, on voit à chaque fois, noyées dans la maçonnerie, les traces d'un arc dont le profil devait être probablement en plein cintre (fig. 255). Il s'agit des restes de l'ancien couvrement de la salle médiévale. Celui-ci devait comporter quatre autres arcs, sur le modèle de la grande salle du 1er étage, deux au centre de la pièce B3 et deux traversant les actuelles pièces B1-B2 et B4-B5. Les deux arcs subsistants n'ont été conservés que parce qu'intégrés dans les cloisons du xvie siècle (et devaient être rendus invisibles par un enduit). Il est difficile de dire à priori s'il s'agissait d'arcs doubleaux supportant une voûte en berceau ou d'arcs-diaphragmes accompagnant une charpente. On penche plutôt pour la seconde solution, pour des raisons statiques (la voûte aurait exercé une pression bien plus forte sur la partie basse des murs), mais la première ne serait pas totalement à exclure, comme on le voit dans le palais pontifical de Viterbe, si l'étage supérieur avait fait partie de la même campagne de construction. On va voir que tel n'est pas le cas. Dans la partie basse des murs nord et sud sont ouvertes aux extrémités les quatre portes donnant accès aux pièces secondaires B1, B2, B4 et B5. Ces portes présentent des encadrements à peu près semblables, probablement de l'époque de Jules II, sauf celle donnant accès la pièce B1. En outre, dans la porte qui donne sur la pièce B4, aujourd'hui bouchée, est remployé le fragment de linteau au nom de Jules II qu'a mentionné O. Fasolo. Bien entendu, il est incomplet et ne se trouve pas en place ; on pourrait proposer, pour sa situation originelle, la porte d'accès depuis la cour qui est aujourd'hui bouchée. Au centre de la cloison sud s'ouvraient en revanche d'autres percements, rendus impraticables par le cloisonnement des pièces B1-B2, deux portes en arc surbaissé et une petite niche carrée (cette dernière au moins probablement médiévale). Du côté nord, toujours au centre on trouve une seule porte en arc surbaissé, probablement médiévale, dont la fonction s'est maintenue (ou a été renouvelée récemment, au détriment de la porte voisine de l'époque moderne ?), car elle se trouve légèrement à gauche de la cloison qui sépare B4 et B5. L'intrados de la porte présente un décor peint (fig. 256). Entre deux lignes rouges, un quadrillage losange blanc enserre des étoiles jaunes à six pointes sur fond bleu-noir. Ces percements centraux indiquent que les arcs en plein cintre ont été fermés à une époque précoce, non pas tant pour subdiviser l'espace de la grande salle (ce qui n'a été qu'une conséquence secondaire), mais surtout pour renforcer la structure de la salle qui devait porter un étage supérieur ajouté après coup. Nous verrons plus bas que celui-ci a dû être créé vers 1280, une datation que corrobore la présence du décor peint sur l'intrados de la porte côté nord. Le sol de la pièce B3 est récent et a été nettement surélevé par rapport au sol originel.

Fig. 254 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, sous-sol, vu vers le nord.

Fig. 255 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, rez-de-chaussée, pièce B3.

Fig. 256 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, rez-de-chaussée, pièce B3, porte d'accès à la pièce B4.

  • 75 Elle ne figure pas dans le relevé de Fasolo (1961), probablement était-elle alors aveuglée ; elle (...)

26La pièce B1 est aujourd'hui cloisonnée et divisée horizontalement par un faux-plafond sur la partie méridionale (création de sanitaires). Mais son analyse n'est pas difficile pour autant. Elle est couverte d'un berceau longitudinal dont la naissance est marquée par une corniche (un procédé que l'on va retrouver constamment dans les pièces voûtées de cette manière à l'époque moderne). Un oculus s'ouvre dans le mur de fond méridional et une fenêtre dans le mur ouest. Je n'ai pas pu pénétrer dans la pièce symétrique B2, qui doit au moins posséder la lancette du xiiie siècle dans le mur oriental et la meurtrière dans le mur sud, qu'on connaît par les plans et l'observation extérieure. La pièce B4 est couverte d'un berceau longitudinal sur corniche. Dans le mur nord est percée une lancette médiévale. Son intrados a été complètement transformé à la fin du Moyen Âge. Les maçons lui ont donné une forme surbaissée et on y voit encore les traces du cintre en osiers tressés. C'est ce qui explique l'aspect étrange de cette baie et de la voisine (qui éclaire la pièce B5) depuis l'extérieur, comme on le verra à propos de la façade septentrionale. Dans le mur ouest, on trouve depuis le nord vers le sud, une cheminée probablement introduite à la Renaissance, une grande niche murale, peut-être médiévale et la porte de communication avec l'aile C. Comme on le verra à propos de la grande salle C, cette porte est probablement due à l'époque moderne. La cloison orientale ne comporte rien de remarquable et j'ai déjà mentionné les deux portes du mur sud, à propos de la pièce B3. La pièce B5 est couverte également par un berceau longitudinal avec corniche (interrompu sur l'extrémité sud du mur oriental par la fenêtre médiévale). On retrouve dans le mur nord une lancette médiévale dont l'intrados a été reconstruit à la fin du Moyen Âge, comme dans la pièce voisine75 ; la cloison intermédiaire avec celle-ci n'appelle pas non plus de commentaire et on a déjà cité la porte d'accès depuis B3. Quant au mur oriental, on y voit successivement, du nord au sud, la porte d'accès à la tour A, la cheminée Renaissance provenant de B3, comme on l'a signalé ci-dessus, et une lancette médiévale.

Fig. 257 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, 1er étage, grande salle vue vers le sud.

27La grande salle haute du premier étage (fig. 241 et 257) est scandée par six arcs diaphragmes de même profil (un rouleau encadré par deux gorges) qui pénètrent directement dans les murs gouttereaux, sans l'intermédiaire de consoles. Les arcs diaphragmes et les murs pignons supportent une toiture à deux versants sur les cinq premières travées (que je compte du sud au nord). Dans les deux dernières travées, la charpente se modifie pour tenir compte de l'intersection avec celle de la grande salle C, perpendiculaire. Dans la sixième travée un pan coupé est établi sur la moitié occidentale et dans la dernière travée est installée une croupe (qui correspond en fait à l'unification extérieure de la toiture de B avec celle de C). Dans le mur de croupe septentrional est percée une fenêtre centrale en cintre surbaissé (quelques réparations en brique dans l'intrados), avec cous-sièges (restaurés). À sa droite, une porte en arc surbaissé est exactement semblable à celle qui la jouxte dans le mur ouest de la tour A (y compris avec les traces du cintre d'osier tressé dans l'intrados). Ces deux portes devaient donc servir à mettre en communication la tour et la salle, grâce à un passage en bois, avant que l'on ne perce la porte contemporaine dans le mur ouest de la tour. Le mur-pignon méridional est pourvu d'une baie centrale à arc surbaissé et coussièges (ces derniers dûs à une restauration) et d'une porte d'accès, également surbaissée, depuis la rampe du xvie siècle. Cette dernière semble être en très grande partie refaite à l'époque contemporaine, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Dans le mur gouttereau ouest, la première travée est percée de la baie à remplage qu'on a décrite à l'extérieur. Il faut insister sur le fait que l'ébrasement intérieur ne correspond nullement au type de la baie à remplage extérieur, puisqu'il offre un profil en arc surbaissé. L'intrados de l'ébrasement comporte des traces importantes d'un décor peint (fig. 258). Une succession de bandes colorées (de l'extérieur vers l'intérieur : rouge, blanche, ocre jaune) formaient le cadre général. À l'intérieur un médaillon délimité par des moulures blanches peintes en trompe-l'œil devait renfermer un élément aujourd'hui illisible (vert sur fond rouge ?). Quant aux écoinçons entre le cadre et le médaillon, dont le champ était rouge, ils étaient occupés par un décor végétal fait de tiges blanches et de feuilles vertes et blanches ou ocres jaunes et blanches. L'ébrasement est doté en outre de deux coussièges qui semblent originels (l'un d'eux porte un P gravé, qui doit être un graffiti ancien). Dans les 3e et 4e travées sont percées deux portes en arc surbaissé (dont la première aujourd'hui aveuglée), qui donnent sur le portique Renaissance. Dans la 6e travée, la porte de communication avec la grande salle C semble totalement due à une restauration contemporaine. La partie haute de la travée, de même que dans la 7e et dernière travée, paraît largement reprise, probablement à cause de la création de la salle C et de la modification subséquente de la charpente.

Fig. 258 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, ibid., intrados de la fenêtre à remplage.

28On voit dans la première travée du mur gouttereau oriental, grâce à une sorte de niche réservée dans la partie haute du mur pignon, que le mur gouttereau primitif se poursuivait plus loin en direction du sud, au-delà de l'actuel mur-pignon méridional. Cette trace d'une continuité ancienne du mur correspond aussi aux indications données par la vue de Fontana, où l'on perçoit que la salle se poursuivait au-dessus de la porte, mais avec une solution de continuité dans le mur. Dans les 2e et 3e travées sont percées les deux grandes fenêtres rectangulaires visibles de l'extérieur. Le dessin de leur ébrasement implique qu'elles datent d'une période encore plus récente que celles des 5e et 6e travées. La 4e travée est dépourvue de percement, puisque y est installée une grande cheminée Renaissance. L'entablement de son manteau est dû à une intégration contemporaine, mais les piédroits sont d'origine. Au-dessus, un écu aux armes de Jules II est fixé hors-contexte, mais il pourrait avoir appartenu à la hotte détruite. De toute façon, cette cheminée se trouve au droit de celle qui existait au niveau inférieur et appartenait visiblement aux travaux ordonnés par le pape Della Rovere. Il est donc vraisemblable que le réaménagement ait été fait en même temps aux deux niveaux. Les 5e et 6e travées sont percées de deux baies en plein cintre, tardives. Dans la 7e travée, on trouve à l'est deux éléments dont on a déjà parlé à propos de la tour A : la porte de communication contemporaine avec la tour et, dans la partie supérieure du mur, les traces d'une porte aujourd'hui bouchée, qui donnait accès au dernier niveau de la tour. On comprend bien de ce côté la raison de son aveuglement : la transformation de la toiture de la dernière travée (d'un long-pan en une croupe) a condamné sa partie supérieure.

Bâtiment septentrional C

29Comme on l'a dit, la grande façade septentrionale du palais est formée du mur pignon du bâtiment oriental et de la façade latérale du deuxième grand corps de bâtiment (C), sans solution de continuité entre les deux (fig. 259). Le premier correspond aux deux premières travées à gauche (à l'est, fig. 260), le second aux cinq autres (fig. 261). Ces sept travées étaient scandées par six contreforts intermédiaires et par un contrefort d'angle du côté ouest, qui montaient jusqu'à la limite entre rez-de-chaussée et premier étage et dont ne subsistent plus que les arrachements (ainsi que la partie basse du dernier contrefort intermédiaire). Cette même limite entre les deux niveaux principaux est également marquée par une série de trous d'encastrement de poutres ; on peut donc supposer que poutres et contreforts supportaient une galerie en bois.

Fig. 259 - Montefiascone, forteresse, façade nord.

  • 76 Ceux qui ont démoli les deux parties du talus ont peut-être pris soin de ne pas les détruire entiè (...)
  • 77 Cf. la note précédente.

30Malgré cette unité globale, les deux parties de la façade correspondant à chacune des deux grandes salles se distinguaient par trois traits : les contreforts, les percements, enfin le talus en partie basse. Ce dernier n'est dû qu'à la campagne de travaux Renaissance et son hétérogénéité n'est que la conséquence logique de celle des percements. Dans la partie gauche, la grande salle B possédait à l'intérieur deux niveaux superposés (sous-sol et rez-de-chaussée), éclairés chacun par deux fenêtres dans chaque travée. Sous l'appui des fenêtres basses se trouvait donc un talus en faible pente, qui ne subsiste plus aujourd'hui que dans la première travée (seuls les arrachements en sont encore visibles dans la seconde)76. Les deux premiers contreforts devaient également présenter une structure particulière par rapport à leurs homologues du reste de la façade (fig. 262). L'absence d'arrachements au niveau de ce qui était la partie médiane des deux contreforts, ainsi que les premiers claveaux d'un arc perpendiculaire visibles juste en dessous de la partie supérieure des arrachements, permettent de reconstituer pour ces deux contreforts la disposition suivante : dans l'épaisseur de chacun d'eux était percée une ouverture, à une hauteur intermédiaire entre les deux niveaux de fenêtres du mur pignon. Ces ouvertures correspondaient sans aucun doute à une circulation horizontale extérieure, créée par une structure en bois aujourd'hui disparue, qui devait mettre en communication la tour et la grande salle septentrionale sans passer par la grande salle orientale, grâce à deux percements qui sont les deux portes encore ouvertes respectivement dans le mur ouest de la tour et dans la première travée de la grande salle nord. Pour les cinq autres travées de la façade, correspondant à la seconde grande salle, l'élévation se présentait de manière différente. Le rez-de-chaussée ne correspondait plus qu'à un seul niveau intérieur, éclairé par une unique série de baies. Par conséquent le talus de la partie basse ajouté à l'époque moderne pouvait monter beaucoup plus haut (et ce sans même atteindre l'appui des fenêtres) et avec une pente bien plus aiguë. Comme du côté opposé, ce talus a été en grande partie détruit et on n'en voit plus que les arrachements, sauf dans la travée de l'extrémité droite (fig. 263)77. Enfin les contreforts de cette partie ne présentent plus la particularité analysée plus haut. Au-dessus des contreforts et de la série de trous d'encastrement qui marquent la limite entre le niveau du rez-de-chaussée et celui du premier étage, il n'y a plus de différence entre les deux salles et la courtine est homogène d'une extrémité à l'autre de la façade. L'ensemble de l'appareil du rez-de-chaussée est assez semblable à celui de la face orientale de la première grande salle, ce qui implique une certaine homogénéité entre les parties basses des deux grandes salles. En revanche, le parement du premier étage se présente de manière assez différente, y compris dans les percements que nous allons analyser maintenant.

Fig. 260 - Montefiascone, forteresse, façade nord, partie est.

Fig. 261 - Montefiascone, forteresse, façade nord, partie ouest.

Fig. 262 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade nord, détail d'un contrefort.

Fig. 263 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade nord, détail du talus.

31Dans les deux travées orientales, correspondant au mur pignon de la grande salle orientale, les deux fenêtres éclairant le sous-sol sont du même type que celles décrites pour le rez-de-chaussée du côté de la façade orientale (fig. 260) : il s'agit donc de baies en plein cintre fortement ébrasées vers l'extérieur, dont le tympan est gravé d'un trilobe (celui de la première travée à gauche est particulièrement lisible). Un peu au-dessus de la baie de la travée de droite se trouve une petite ouverture carrée, récente. Au niveau haut du rez-de-chaussée, on trouve deux baies fortement ébrasées elles aussi, mais dépourvues de tympan et se terminant par un arc surbaissé (suite à un remaniement comme on l'a vu à propos de l'architecture intérieure). Dans la partie droite de la façade (donc le mur gouttereau de la deuxième grande salle), les ouvertures du niveau unique de rez-de-chaussée se trouvent à une hauteur intermédiaire par rapport aux deux niveaux bas de la partie gauche. Dans la première travée de la grande salle septentrionale (c'est-à-dire la troisième de l'ensemble de la façade), s'ouvre une porte au cintre surbaissé, qui correspondait au passage dans le flanc des deux premiers contreforts et à la porte identique qui se trouve dans le côté ouest de la tour, selon la disposition décrite ci-dessus. Les quatre autres travées sont percées de fenêtres du même type que celles décrites pour le niveau bas de la partie gauche ou pour la façade orientale de la première grande salle (en plein cintre, ébrasées, à tympan gravé), mais en grande partie refaites à neuf, sauf la quatrième. Il existe une petite ouverture rectangulaire au-dessus de la fenêtre de la troisième travée. À partir du premier étage, rappelons-le, le palais se présente désormais comme un espace unifié pour les deux corps de bâtiment. Aussi décrirons-nous les deux parties ensemble. On trouve une porte dans la première travée, près de l'angle avec la tour, qui devait assurer une communication extérieure avec cette dernière grâce à une seconde porte ouverte à proximité immédiate de la première et grâce à un balcon ou passage de bois, aujourd'hui disparu (il s'agissait donc d'un procédé comparable à celui qui unissait au niveau inférieur la grande salle C et la tour, mentionné plus haut). Puis alternent dans les travées suivantes, trois baies en cintre surbaissé et deux petites fenêtres carrées, la seconde superposée à une porte aujourd'hui murée. De manière logique, la baie médiane (en cintre surbaissé) se trouve placée au milieu de la façade, dans l'axe de la quatrième travée, les deux petites fenêtres, dans les troisième et cinquième travées et la troisième baie en cintre surbaissé dans la septième travée. En revanche la première baie en cintre surbaissé se trouve non pas dans la première travée, comme on s'y attendrait pour des raisons de symétrie, mais au-dessus du premier contrefort ; mais ce décalage s'explique par la proximité de la porte voisine de l'angle oriental, qui ne laissait pas de place à la baie en milieu de travée.

32Les structures que nous venons de décrire pour ce front nord du palais permettent de restituer une architecture d'une grande efficacité visuelle et fonctionnelle. Même si les deux ensembles qui le composent restent autonomes sur une partie de l'élévation, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, un maître d'œuvre a pris soin d'unifier la partie supérieure, le « piano nobile » pour ainsi dire, pour faciliter la circulation du pape ou du recteur et de leurs hôtes. D'autre part, sur cette façade qui regarde le lac de Bolsène, tout est fait pour permettre de jouir de la vue du paysage, puisque d'une part, on multiplie les ouvertures et que, d'autre part, les circulations ne sont pas seulement internes, mais se doublent de balcons, galeries ou passages, comme on voudra les appeler, puisque ces éléments participent aux deux fonctions de communication et d'agrément.

33La façade méridionale de la grande salle nord est masquée, en partie basse, par le portique ajouté à la Renaissance (fig. 247 et 264265). Mais le premier étage montre le parement habituel en petits blocs rectangulaires verticaux. Un bandeau marque la limite de l'appui des fenêtres hautes originelles. Il en reste une à l'extrémité droite et les traces d'au moins deux autres au centre et à gauche (fig. 266). Une grande porte en plein cintre ex-tradossée en arc brisé donne accès à la grande salle supérieure depuis la terrasse du portique. À gauche, une porte au linteau en bâtière, supporté par deux consoles, donne aujourd'hui sur le vide.

Fig. 264 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade sud et bâtiment B, coupe tranversale. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 3 (en bas).

Fig. 265 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade sud et portique Renaissance.

  • 78 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 95 n. 55 suppose que ce cloisonnement est or (...)
  • 79 Contrairement à l'opinion de Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 95 n. 55.

34Venons en maintenant aux espaces intérieurs (fig. 252). Le rez-de-chaussée est divisé en trois par des cloisons de l'époque moderne (fig. 240)78. La pièce C1 est couverte d'une voûte déprimée avec la même corniche que dans les pièces de l'aile B couvertes de berceaux longitudinaux. Le mur oriental de la salle est formé par le mur gouttereau de la salle B. L'appareil médiéval est visible, mais les joints ont été malheureusement repris récemment. On voit bien l'épaisseur de ce qui était primitivement un mur extérieur et non une cloison interne dans la porte de communication entre B4 et C1, qui n'a donc été percée qu'au moment de la construction de la grande salle C. La voûte en cintre surbaissée, qui couvre la majeure partie de l'ébrasement de cette « porte-couloir », est probablement due à la fin du Moyen Âge (traces du cintre en osiers tressés, en grande partie complété par un ciment contemporain, tandis que l'intrados de l'arc de tête, du côté de la pièce C1, montre des traces de peinture rouge qui peuvent appartenir au percement primitif). Dans le mur nord de la pièce s'ouvrent à droite une fenêtre de l'époque moderne et à gauche une fenêtre médiévale remaniée. En fait, elle avait complètement disparu lors du cloisonnement moderne (d'où la création de la baie voisine), sa moitié gauche étant recouverte par le mur de séparation avec la pièce C2 et l'autre moitié étant détruite. Une restauration récente (probablement guidée par la vision extérieure des maçonneries) a abattu l'extrémité nord de la cloison pour retrouver cet ébrasement gauche (dont le coussiège, en particulier, est bien conservé) et a recréé un ébrasement droit. Dans le mur ouest s'ouvre la porte de communication avec C2, en brique et en arc surbaissé, probablement de l'époque moderne (comme le montre notamment sa vision depuis C2) mais remaniée. Du côté sud s'ouvre une porte d'accès depuis le portique Renaissance. La pièce C2 possède le même voûtement que celui de C1. Dans le mur nord est percée une lancette de même type que celle conservée en partie derrière la cloison intermédiaire avec C1, mais ici les coussièges ont totalement disparu. Dans l'intrados de l'ébrasement, on trouve des traces de peinture difficiles à distinguer. Sur un fond rouge, on pourrait éventuellement reconnaître le profil d'un écu armorié. À l'intérieur de ce contour sont présentes des plages de rouge et d'orangé. Dans le mur sud s'ouvrait une porte d'accès depuis le portique Renaissance, aujourd'hui bouchée (en arc surbaissé). À sa droite, dans la partie inférieure du mur, se trouvent des traces d'une ouverture dont l'interprétation n'est pas évidente (intrados d'une meurtrière qui aurait été placée très bas ? Il est vrai que la cour intérieure devait se trouver à un niveau bien inférieur au niveau actuel). Dans le mur ouest est percée la porte d'accès à la pièce C3. Cette porte est totalement contemporaine, comme le prouvent non seulement sa typologie (rectangle aux ébrasements perpendiculaires par rapport à la cloison) mais également son absence dans les relevés de Fasolo comme dans ceux de Sette. En revanche, existait une porte placée à l'autre extrémité de la cloison, encore attestée dans ces deux relevés, donc jusque dans les années 1980. La pièce C3 est voûtée d'un berceau longitudinal avec corniche. Dans le mur nord s'ouvrent deux lancettes médiévales. Celle de droite n'a plus ses coussièges et est très largement refaite ; celle de gauche possède encore ses coussièges, mais est en grande partie noyée dans une maçonnerie postérieure. Dans le mur ouest, la grande cheminée qui mord en partie sur cette dernière baie doit donc être postérieure (fin du Moyen Âge ou Renaissance)79. Quant à la grande porte qui s'ouvre à sa gauche vers l'extérieur, elle a été largement retouchée récemment. Dans le mur sud, une porte en cintre surbaissé (aujourd'hui bouchée) donnait accès au portique. Les percements ancien et contemporain du mur oriental ont été déjà mentionnés.

Fig. 266 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade sud, portes d'accès au 1er étage.

35Au premier étage, la grande salle C retrouve son unité (fig. 241 et 267). La salle est dotée de quatre arcs-diaphragmes, plus bas et moins larges que ceux de la salle B (ce qui correspond simplement aux proportions plus réduite de la salle C), mais du même type. Ils supportent une toiture à deux versants, qui se prolonge dans celle de la salle B. Le mur pignon oriental montre bien que la salle B précédait la création de la salle C. En effet, la maçonnerie de la partie supérieure est largement reprise, au-dessus d'une ligne à peu près horizontale. Cela implique que la toiture de la salle B, antérieurement à la disposition actuelle, devait être à deux versants jusqu'à son extrémité nord. Lorsqu'on a créé la salle C, les constructeurs ont suivi la solution la plus simple pour réaliser la toiture : ils ont surélevé cette partie (les deux dernières travées) du mur gouttereau occidental de B pour en faire le mur pignon oriental de C et ont adapté les toitures de B en fonction. Le mur-pignon occidental possède une histoire complexe, comme on le pressentait déjà au niveau inférieur (seulement de l'extérieur, car le parement intérieur a été régularisé et est de toute façon enduit et peint), mais de manière encore plus nette ici. La moitié droite (ou nord) est construite perpendiculairement par rapport au mur gouttereau nord, comme on s'y attendrait. En revanche, la moitié gauche (ou sud) forme un pan légèrement oblique jusqu'au mur gouttereau sud. Une porte en arc surbaissé est ouverte dans la moitié droite. Passons maintenant aux murs gouttereaux, dont les travées seront comptées d'est en ouest. Au sud, une fenêtre est ouverte dans la partie haute de la 1ère travée. Les montants et la partie basse de l'ébrasement sont médiévaux ; la partie supérieure (une plate-bande dont l'intrados est largement cimenté) appartient visiblement à une transformation ultérieure. Avec les traces de deux autres ouvertures comparables visibles de l'extérieur, cette baie prouve que les murs gouttereaux ainsi que les murets portés par les arcs-diaphragmes devaient monter légèrement plus haut qu'aujourd'hui et que l'ensemble murs-charpente a été reconstruit un peu trop bas lors des remaniements postérieurs. Dans la 3e travée, une porte en cintre surbaissé s'ouvre sur la terrasse. Dans la 5e travée, la porte, également en cintre surbaissé, donne aujourd'hui sur le vide, ce qui prouve que le dispositif qui a précédé l'actuel portique devait se poursuivre vers l'ouest. Dans le mur gouttereau nord, les 1ère et 3e travées sont percées respectivement d'une grande baie rectangulaire et une petite fenêtre de même format, l'une et l'autre très récentes (la seconde au moins surmonte une porte aujourd'hui murée, comme on l'a vu à l'extérieur). Leurs ébrasements sont très largement repris mais elles remplacent probablement des baies plus anciennes. Dans la 2e travée, on trouve en revanche une baie en cintre surbaissé et à coussièges en grande partie ancienne. La 5e travée possède une baie en cintre surbaissé à coussièges, qui semble totalement refaite sur le modèle de la précédente.

Fig. 267 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, 1er étage, grande salle vue vers l'ouest.

36Des traces de décor peint sont visibles en divers points de la salle : sur les arcs-diaphragmes, notamment dans les gorges latérales, on voit les fragments d'un décor rouge sur fond blanc ; dans l'angle nord-ouest, subsiste un minuscule morceau d'enduit avec une peinture rouge dessus, qui passe sur les murs nord et ouest à la fois ; dans la baie septentrionale de la 2e travée, un enduit teinté à l'ocre jaune recouvre une grande partie de l'intrados.

Jardin et chapelle extérieure

37La partie de la plate-forme sommitale de la colline qui n'est pas occupée par la forteresse, à l'est de celle-ci, était probablement le lieu du jardin mentionné par les sources du xive siècle. Ces mêmes sources parlent également d'une « nouvelle chapelle » en 1354. Il faut donc en conclure qu'il en existait une auparavant. On peut certainement identifier cette dernière avec la petite construction présente sur la plate-forme, au sud-est du palais. Bien que fortement remaniée, elle doit remonter au moins au xiiie siècle, comme le laissent entrevoir certains détails architecturaux, ainsi qu'une fresque méconnue, présente à l'intérieur. La chapelle elle-même doit remonter au début du xiiie siècle et ne rentre donc pas entièrement dans le cadre de cette étude. Mais, étant donné son lien étroit avec le palais-forteresse et la rareté des analyses qui lui ont été consacrées, nous en dirons un mot à la fin du présent chapitre. Par ailleurs, la fresque elle-même nous intéresse directement, car pour des raisons stylistiques, elle doit être datée de la seconde moitié du xiiie siècle et pourrait donc être mise en rapport avec le séjour des papes à Montefiascone.

2. Les travaux du xive siècle et de l'époque moderne

38Je ne m'étendrai pas sur les campagnes de construction postérieures au xiiie siècle. Elles sont en effet bien traitées par les auteurs précédents, malgré quelques problèmes et quelques discordances, notamment par Kerscher et Iacobini pour celle du xive siècle ou du début du xiiie siècle et par Fasolo pour celle du xvie siècle. En ce qui concerne la première, je voudrais seulement souligner quelques éléments. Kerscher a parfaitement raison de détacher le corps de bâtiment qui s'étendait sur tout le front occidental de la forteresse des deux côtés que nous avons analysés jusqu'ici. Non seulement l'orientation même de ce corps de bâtiment implique une rupture avec les constructions de la seconde moitié du xiiie siècle, mais l'appareil est également un indice de solution de continuité.

  • 80 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 93 et passim. Kerscher semble affirmer cette (...)

39Parmi les travaux de l'époque moderne, mentionnons d'abord la rampe d'accès à l'étage de la grande salle orientale. Deux pilastres engagés dans le mur pignon sud de la salle médiévale, puis quatre piliers libres placés au devant soutiennent deux voûtes d'arêtes. L'un des deux pilastres porte la date de 1516. Afin de moderniser l'ensemble de la cour et lui donner une apparence d'unité, les constructeurs de la Renaissance ont habillé la partie basse de la grande salle orientale d'une série de pilastres qui continuaient la série de piliers et pilastres portant la rampe d'accès. Puis, au devant de la grande salle septentrionale, ils ont également placé un portique de trois arcades, surmonté d'une terrasse. Les piliers, les arcades en plein cintre, les écoinçons ornés d'un ombilic montrent le même vocabulaire que sur la façade orientale de la cour. Quant au parapet de la terrasse, il est probablement tardif ou bien était destiné à être enduit. À propos des voûtes d'arêtes du rez-de-chaussée du portique, Kerscher émet l'idée qu'elles remonteraient au xiiie siècle80. Ces voûtes ont été récemment enduites ; mais j'ai pu les observer auparavant et rien ne va dans le sens d'une datation médiévale. De toute façon, elles sont cohérentes avec les structures porteuses du portique (arcades, arcs de tête en péperin). Bref, pas plus ici que pour les voûtes d'arêtes de la rampe d'accès à l'aile orientale, on ne peut imaginer que le voûtement soit médiéval. En revanche, Kerscher a probablement raison dans le sens où ce portique Renaissance doit prendre la suite d'un bâtiment de type semblable, médiéval (mais pas forcément aussi ancien qu'il le propose).

  • 81 Sur le type du bastion, qui s'inscrit bien dans l'architecture militaire d'Antonio da Sangallo le (...)
  • 82 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 116-117.

40À l'angle nord-ouest de la cour, on voit également le départ d'un mur nord-sud qui devait supporter le même décor appliqué que sur le mur d'en face. En effet, les constructeurs ont voulu masquer ici l'irrégularité de la cour médiévale, en forme de trapèze, en dressant devant le mur de la grande salle du xive siècle un mur orthogonal par rapport aux constructions du xiiie siècle. Ils ont ainsi créé à l'arrière un espace triangulaire (fig. 235), probablement peu utile si ce n'est pour redonner à la cour centrale une forme régulière, rectangulaire. Appartiennent également aux travaux alors promus la tour carrée à l'angle sud-est du complexe et la courtine méridionale, avec leurs escarpements et leurs canonnières caractéristiques81. La solution de continuité entre la courtine méridionale et la tour sud-ouest, qui relève elle d'une campagne médiévale, est d'ailleurs particulièrement bien visible. La cour centrale fut pavée de briques lors de la même campagne Renaissance. Quant aux travaux intérieurs de modernisation des deux grandes salles, on les a déjà mentionnés au cours de l'analyse des parties médiévales. À leur propos, je voudrais seulement confirmer et préciser ce qu'a écrit O. Fasolo. Il avait raison d'affirmer l'existence de plusieurs campagnes à l'époque moderne, comme il le prouvait déjà avec le fragment d'inscription au nom de Jules II. Mais on peut être plus net. À la phase de travaux appartenant au pontificat de Jules II, il faut attribuer probablement tout le réaménagement intérieur du rez-de-chaussée des ailes B et C. En effet, l'écu aux armoiries du pape Della Rovere, au centre de la pièce B3, ainsi que les consoles au décor para-héraldique, qui supportent le voûtement, impliquent que cette voûte mais aussi par conséquent le cloisonnement général de B sont au plus tard contemporains de Jules II. Quant aux trois salles suivantes (C1-C3), il y a beaucoup de chances pour qu'elles aient été modernisées en même temps. La campagne de Léon X cherchait probablement à aller plus loin, puisque c'est l'aspect général qui devait être corrigé par la nouvelle cour, construite selon des canons classiques. En même temps, les aspects militaires n'étaient pas négligés, puisque la tour sud-est et la courtine méridionale doivent appartenir à la même série de travaux. De même, G. Kerscher a attribué avec beaucoup de vraisemblance à cette seconde campagne la réalisation de la loggia visible dans un des dessins de Fontana à l'extrémité de la grande salle B82. Cependant, je ne voudrais pas m'étendre sur les travaux du xvie siècle, car ceux-ci feront certainement l'objet d'un éclairage approfondi, dans le cadre de la création du musée dédié à Antonio da Sangallo le Jeune.

III - INTERPRETATION (fig. 234)

  • 83 Lanconelli, « Le "expense pro reparationibus..." », cit., p. 390.
  • 84 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 91 et p. 96.
  • 85 Il veut sans doute impliquer ainsi que la chapelle reproduisait la chapelle clémentine d'Avignon.
  • 86 Lanconelli, « Le "expense pro reparationibus..." », cit., p. 389.
  • 87 Iacobini, « Innocenzo III e l'architettura... », cit., p. 1268 et suiv.

41Avant de revenir sur les bâtiments A, B, C situés au nord-est, il nous faut dire un mot des problèmes concernant les autres parties du palais. Il ne m'est pas possible de donner ici une vue détaillée des analyses de Kerscher. Il faut cependant au moins noter que son attribution de l'aile ouest ne repose que sur l'analyse du plan du site par Carlo Fontana (fig. 235) et du parallèle qu'il établit entre ce dernier et le plan du palais des papes d'Avignon, en l'occurrence la partie remontant à Benoît XII, ce qui paraît un peu risqué. Il faut souligner en particulier que les dispositions intérieures de l'aile ouest connues grâce au dessin peuvent bien remonter à la fin du xive siècle, mais également à une période postérieure ou même antérieure. Les comptes du milieu du xive siècle publiés par Lanconelli montrent par exemple qu'on multiplie cloisons et entresols entre octobre 1353 et juillet 1354, pour préparer la venue du cardinal Albornoz83. Ces mentions peuvent certes s'appliquer aux bâtiments A, B, C ; mais on ne voit pas pourquoi il faudrait exclure à priori l'aile occidentale. Un autre problème vient de ce que Kerscher propose d'identifier la « nouvelle chapelle », nommée ainsi dans les sources de 1354 et 1364, avec la grande salle B, qui aurait été transformée en chapelle pour la venue d'Albornoz84. Rien dans la documentation ou dans le monument ne supporte cette thèse. Au contraire, la présence d'un cloisonnement de la fin du xiiie siècle, conservé dans celui du début du xvie siècle montre qu'on ne peut pas en tout cas supposer un grand espace unifié au début du xive siècle, comme le fait Kerscher85. Il est difficile de situer cette « nouvelle chapelle » dans les salles subsistantes, mais, comme on le verra dans le chapitre II.3, il a pu s'agir de toute façon d'un aménagement léger de la grande salle servant de réfectoire, comme le laisse entendre la source de 1354, retournée ensuite à son premier usage. Par ailleurs, dans le plan de Fontana (fig. 235), apparaît la mention d'une chapelle, dans une tour appartenant à l'aile ouest, aujourd'hui disparue mais attestée à la fois par le plan et les relevés de Fontana. Cette chapelle ne peut probablement pas être identifiée à la « nouvelle chapelle », créée dans un réfectoire. Mais elle pourrait être identique à la « chambre où l'on chante la messe », attestée en 1312-1315, si du moins l'on suppose une continuité d'usage entre le xive et le xviie siècle. Dans ce cas, il faudrait attribuer au moins cette tour à une époque antérieure à Urbain V. L'orientation de la tour, légèrement désaxée par rapport aux autres bâtiments de l'aile ouest, pourrait corroborer l'idée d'une campagne de travaux antérieure au pontificat d'Urbain V. En réalité, on est contraint de se poser la question de manière plus radicale encore. Comme on l'a vu plus haut, les sources comptables analysées par Lanconelli mentionnent déjà six tours, lors de travaux de renforcement de la fortification, en 134886. Ces six tours doivent correspondre à la tour nord-est qui subsiste toujours (notre bâtiment A), à la tour nord-ouest attestée par la documentation graphique, à la tour sud-est qui devait précéder son homologue du xvie siècle et aux trois tours du front ouest. Il est donc assez difficile d'attribuer ce front de manière univoque à la fin du xive siècle, comme l'a fait Kerscher. Seule la disposition intérieure des espaces datait peut-être du pontificat d'Urbain V, mais la construction même doit remonter à une époque antérieure. À ce propos, il nous faut rappeler maintenant l'hypothèse d'Antonio Iacobini87.

42Le séjour d'Innocent III à Montefiascone ne fut guère plus long que celui d'autres pontifes du xiiie siècle que nous écarterons plus loin, à cause de cette brièveté, des candidats possibles comme commanditaires de telle ou telle partie du palais. Mais, en ce qui concerne Innocent III, sa venue à Montefiascone revêtit une grande importance, comme l'a bien montré A. Iacobini. Dès 1198, après que la cour de Palerme eut reconnu au pape la possession de la forteresse, il entreprend d'importants travaux. En 1203, il y installe un parent comme recteur. Enfin, en 1207, Innocent III y fait seulement un court séjour mais il y accomplit des actes essentiels concernant sa souveraineté temporelle. D'autre part, si le style des divers éléments architectoniques de l'aile nord-est (notamment la fenêtre à faux remplage, parfaitement cohérente avec le reste du parement et donc avec l'ensemble des constructions du xiiie siècle, mais également les fenêtres plus simples à tympan gravé d'un trilobe) interdit d'attribuer au pape Conti les bâtiments A, B, C, il est possible en revanche qu'il soit le commanditaire de l'aile ouest et de constructions antérieures dont on vient de retrouver la trace lors des fouilles archéologiques récentes, comme le propose A. Iacobini. Ce dernier voit dans la courtine occidentale, scandée par des contreforts à arcs entre de hautes tours d'angles, une conception analogue à celle qui caractérise, dans les mêmes années, la tour des Conti à Rome, une construction élevée sinon par le pape, du moins par son lignage et avec l'aval du pontife. D'autre part la campagne de fouilles dirigée par Mme Pani Ermini a mis en lumière, à côté d'une grande citerne circulaire, les fondations d'une grande tour quadrangu-laire, aux murs très épais, avec un parement de grands blocs rectangulaires, alignée avec la même courtine occidentale (fig. 268). Il devait s'agir de la tour maîtresse, isolée à l'intérieur de l'enceinte. Cette analyse est plutôt convaincante, même si le xive siècle a pu également intervenir après coup dans cette zone de la forteresse, en remodelant les espaces intérieurs, et l'on verra que notre propre chronologie de l'aile nord-est pourrait conforter le point de vue de Iacobini pour des raisons de datation relative.

Fig. 268 - Montefiascone, forteresse, cour, traces d'une tour maîtresse.

43À quand remonte la création des bâtiments que nous avons analysés jusqu'ici, c'est-à-dire la tour nord-est et les deux grandes salles qui lui sont accolées ? Avant de répondre à la question de la datation absolue, il nous faut revenir sur le problème de la chronologie relative des différentes composantes que nous avons rencontrées dans l'aile nord-est. Je distinguerai trois phases principales de travaux, plus divers réaménagements à la période moderne. La première phase concerne la tour A ainsi que le sous-sol et le rez-de-chaussée de la grande salle B. Même si la tour A montre quelques différences dans son parement avec celui de la salle B voisine, cela n'est probablement imputable qu'à la fonction militaire de la tour, qui justifie la présence de bossages. Dans tous ces espaces, on rencontre également des meurtrières (pour la tour sur toute sa hauteur, les autres percements étant postérieurs ; pour la grande salle en partie basse), tandis que le rez-de-chaussée de la salle est éclairé par des lancettes dont l'ébrasement intérieur est caractérisé par des gradins (aussi bien sur le pignon nord, aux deux niveaux, que sur le mur gouttereau oriental). Il faut préciser enfin que d'autres bâtiments devaient se poursuivre au-delà de l'entrée principale de la forteresse, au droit du mur pignon sud de B, comme l'impliquent les traces du portail principal et les murs sur le même axe.

  • 88 Il ne s'agit pas d'un contrefort, comme pourraient le laisser croire les plans, mais bien d'un dép (...)

44La deuxième phase concerne le rez-de-chaussée de la salle C et le premier étage de la salle B ; elle devait comporter également des bâtiments disparus plus à l'ouest, formant liaison avec l'aile d'Innocent III. Le bâtiment C a visiblement été construit après la salle B, puisqu'il vient s'appuyer sur son mur gouttereau ; d'autre part ses lancettes, semblables extérieurement à celles de B, montrent intérieurement un dispositif un peu différent, puisque les ébrasements sont dotés de cous-sièges (ce qui correspond également au fait que les baies sont placées moins haut dans le mur et permettent non seulement l'éclairage mais également de regarder à l'extérieur de la salle). D'un autre côté, son pignon ouest présente la particularité remarquable d'être sur deux plans différents, l'un perpendiculaire avec les murs gouttereaux, l'autre oblique. Comme ce pignon ne présente pas de traces particulières d'un remaniement, il faut trouver une explication à cette caractéristique. Si on la rapproche du départ de mur visible à l'extérieur du mur pignon (à l'angle formé par ces deux parties, cf. fig. 24188), du plan d'ensemble des bâtiments tels qu'ils subsistent aujourd'hui ainsi que du plan de Carlo Fontana, on comprend tout de suite que cette particularité s'explique parce que la salle C s'inscrivait dans un projet de liaison entre l'ancienne aile d'Innocent III et la grande salle B précédente. Dans les salles suivantes, attestées par le plan de Fontana (fig. 235) et les quelques restes mentionnés ci-dessus, le front nord pouvait continuer sur le même plan rectiligne au-delà de la salle C (se trouvaient là deux salles, qu'on pourrait appeler D-D'), tandis que les salles méridionales (nommons-les E-E') rejoignaient l'axe dessiné par la courtine d'Innocent III. L'une de ces deux dernières salles au moins, celle située immédiatement contre la courtine, pouvait d'ailleurs appartenir à la campagne d'Innocent III. La porte qui existe toujours au sud du mur pignon de C permettait de passer en E', tandis que du côté nord, la présence actuelle d'une cheminée plus tardive empêche de déterminer s'il existait aussi une communication directe avec D'.

  • 89 On se rappelera que le rez-de-chaussée de la salle C, qui appartient à la même phase, comporte éga (...)

45La réalisation du premier étage de la salle B doit appartenir à la même campagne. La création de ce niveau ne peut en tout cas qu'être postérieure à la phase de construction du sous-sol et du rez-de-chaussée. En effet, les arcs diaphragmes du rez-de-chaussée, qui devaient supporter une charpente, ont été aveuglés ; dans les murs ainsi déterminés ont été ouverts divers percements, dont une partie au moins doit être médiévale, notamment la niche au sud et la porte pourvue d'un décor peint au nord89. Cette chronologie explique aussi pourquoi il y avait bien dès le départ une porte de communication directe entre la tour A et la grande salle B au rez-de-chaussée mais pas au premier étage, puisqu'à ce niveau la tour A devait dominer la charpente. Pour créer ce nouvel étage, on a simplement poursuivi les murs périmétraux de la salle plus haut et on a recréé une grande salle charpentée et scandée par des arcs-diaphragmes à ce niveau. Appartiennent également à cette phase la baie à remplage du mur gouttereau occidental, ainsi que la première porte dans le même mur, qui devait permettre d'accéder à la salle depuis un escalier extérieur, en l'absence de liaison intérieure. Au sud, les murs gouttereaux devaient se poursuivre au-delà de la limite actuelle de la salle, comme l'indiquent les traces dans l'angle sud-est, probablement parce que la salle haute se continuait également au-dessus de l'accès à la cour intérieure. Par conséquent le mur pignon méridional correspond seulement à la phase suivante.

46Venons-en à celle-ci. Elle a consisté à aménager à son tour un étage sur la grande salle C, à remanier le même étage de la grande salle B et à unifier leur front septentrional. Quelles sont les caractéristiques de ces travaux ? On a surélevé d'un étage la grande salle C en dotant ce niveau d'une charpente portée par des arcs-diaphragmes. En lien avec cette opération, on a modifié profondément l'extrémité septentrionale du premier étage de la grande salle B, en transformant les deux dernières travées pour les soumettre au plan de la charpente de la salle C voisine. À l'autre bout de la salle, le mur-pignon méridional fut aussi modifié et reculé sur le plan actuel en perçant une baie au centre (quant à la porte voisine, elle ne doit remonter qu'à la création de la rampe du xvie siècle, même si elle a été transformée récemment pour lui donner une allure médiévale). Les arcs-diaphragmes et la charpente furent peut-être totalement refaits à cette occasion, ce qui explique que le profil des arcs soit le même que celui de la salle C. Cela permettrait également de justifier l'aveuglement partiel de la porte principale, dans le mur gouttereau occidental. Cette ouverture fut remplacée par une autre porte plus au nord, accessible par le portique dressé en avant de la salle C et qui la desservait également par deux portes. Ce qui trahit également la nouvelle étape stylistique dans la salle B, c'est la présence de baies d'un type nouveau aux deux pignons, semblables à celles de la salle C voisine : des fenêtres à cintre surbaissé et cous-sièges. La baie à remplage fut peut-être également remaniée dans sa structure intérieure à ce moment-là, puisqu'elle présente le même type d'ébrasement droit que les autres fenêtres de cette campagne. En outre, le décor peint sur l'intrados, même s'il ne fournit qu'un terminus ante quem, s'accorde avec une datation plus tardive que celle de la phase de travaux à laquelle appartient le remplage externe, comme on le verra à propos de la chronologie absolue. Dans cette même campagne, il faut également placer non seulement l'unification du front septentrional (parement, toitures, fenêtres), mais aussi l'introduction de nouvelles communications entre différentes parties du bâtiment : entre la tour A, le mur-pignon de la salle B et la salle C (qui, rappelons-le, n'avaient probablement encore aucune liaison intérieure) par le biais du balcon continu qui devait courir sur le front septentrional et desservir les trois portes percées à ce niveau respectivement dans chacun de ces bâtiments. Il faut ajouter à cela que les contreforts placés sur la façade septentrionale ont dû être construits au même moment, la différence entre les deux premiers contreforts et les autres s'expliquant par le fait qu'on prit soin de réserver dans leur épaisseur une arche de passage, au niveau du rez-de-chaussée (rappelons que le niveau de rez-de-chaussée du côté de la cour est situé en hauteur sur la façade nord). Avec deux portes nouvelles percées dans la tour A et dans la salle C au même niveau et avec un autre balcon en bois limité à cette partie, ce système permettait une liaison directe entre ces deux bâtiments qui n'existait pas non plus jusqu'ici. C'est également alors qu'on a dû percer la porte de communication directe entre les deux grandes salles, au rez-de-chaussée, qui semble bien appartenir à la même campagne.

47Les deux phases suivantes n'ont pas besoin d'être détaillées aussi longuement, car leur entité apparaît de manière beaucoup plus claire, au moins pour la zone qui nous intéresse. La première concerne le cloisonnement de la salle C et le sous-cloisonnement de la salle B, le voûtement de toutes les pièces ainsi créées et la modernisation du décor intérieur. La seconde comporte la construction du portique, la régularisation de la cour intérieure et la modernisation de son apparence par le déguisement des bâtiments précédents sous une apparence classique. Incidemment, notons que c'est peut-être à ce moment que fut détruite la tour maîtresse d'Innocent III, qui se trouvait dans le périmètre de la cour, mais l'opération a pu avoir lieu aussi bien avant, par exemple lors de la campagne d'Urbain IV, car sa présence aurait gêné la nouvelle construction (salle B notamment). De même, c'est probablement dans une période tardive de l'histoire de la forteresse, mais dans une phase qu'il est impossible de fixer de manière absolue, qu'on a établi les liaisons directes intérieures entre les premiers étages de la tour A, de la salle B et de la salle C, probablement en lien avec la suppression des galeries extérieures.

48Que pouvons-nous dire de la chronologie absolue ? Les deux dernières phases à peine évoquées ne posent pas de problème particulier. Comme on l'a expliqué plus haut, la première doit rentrer dans le cadre du pontificat de Jules II (même si, en toute rigueur, les cloisonnements de la salle C pourraient également appartenir à une époque postérieure, par exemple celle de son successeur) et la seconde correspond au pontificat de Léon X. Mais ce sont surtout les phases médiévales qui nous intéressent ici.

  • 90 Quelques exemples d'utilisation de la forteresse comme résidence habituelle du recteur du Patrimoi (...)
  • 91 Rinaldi lui-même ne faisait que reprendre dans ses Annales les données de deux chroniqueurs du xii (...)
  • 92 Novaes (J. de), Elementi della storia de' Sommi Ponfe-fici..., 3e éd., Rome, 1821, t. 3, p. 271.
  • 93 Visconti (P. E.), Città e famiglie nobili e celebri dello Stato pontificio. Dizionario storico, Ro (...)
  • 94 La bévue s'est ensuite transmise de génération en génération, bel exemple de persévérance d'une er (...)

49De nombreux papes ont séjourné à Montefiascone tout au long du xiiie siècle (Innocent III, dont nous avons parlé, Urbain IV, Clément IV, Martin IV, Boniface VIII, Benoît XI) et la forteresse continue d'exercer des fonctions très importantes en dehors même des séjours pontificaux, comme siège du recteur du Patrimoine90. Par ailleurs, le xive siècle la voit continûment occupée, aussi bien dans le cadre de cette fonction administrative, que comme résidence du cardinal Albornoz puis d'Urbain V lui-même. Par conséquent, avant les travaux que G. Kerscher a attribués à Urbain V et qui concernent la grande aile occidentale, il pourrait paraître difficile d'assigner à telle ou telle époque l'érection des bâtiments précédents. En réalité Clément IV, Boniface VIII et Benoît XI ne font que passer chacun quelques jours à Montefiascone et doivent être écartés sans hésitation. Avant d'en venir à des candidats plus sérieux, il nous faut rejeter une légende. De nombreux auteurs ont avancé l'idée que Nicolas III avait participé à la construction. En réalité, on ne rencontre le fait dans aucune source et on ne connaît même aucun séjour de ce pape à Montefiascone. L'erreur semble provenir d'une mauvaise interprétation d'un passage des Annales ecclesiastici, composés à la fin du xviie siècle par Rinaldi, par deux auteurs au début du xixe siècle91. José de Novaes, qui attribue la construction d'un palais à Montefiascone au pape Orsini en renvoyant prétendument à l'Histoire ecclésiastique de Ptolémée de Lucques, semble s'inspirer en fait de Rinaldi sans le dire92. De même Pietro Ercole Visconti, qui affirme résumer les données de Rinaldi, insère entre la mention des travaux au palais du Vatican et ceux concernant la basilique Saint-Pierre l'incise suivante « Un altro palazzo edificò in Montefiascone... »93. L'un et l'autre ont probablement été induits à cette invention par le titre marginal que Rinaldi avait donné aux passages cités plus haut : « Palatium S. Petri a Nicol. extructum », le titre de « palais de Saint-Pierre » servant à l'époque moderne à désigner aussi bien le palais du Vatican que celui de Montefiascone (mais bien entendu Rinaldi entendait parler de la résidence romaine, comme le prouve son texte)94.

  • 95 Cf. le texte des chroniques en annexe.
  • 96 On pourrait penser que le témoignage de Ciaconius, pour tardif qu'il soit, renforce l'affirmation (...)
  • 97 La biographie d'Urbain IV lui fut commandée par le cardinal Ancher Pantaléon, neveu du défunt pont (...)
  • 98 Pflugk-Harttung (J. von), Iter Italicum..., 2 t. vol., Stuttgart, 1883-1884, p. 675-676, n. 1 ; vo (...)

50Il ne nous reste donc qu'Urbain IV et Martin IV comme candidats au rôle de commanditaires des travaux du xiiie siècle. L'un et l'autre ont séjourné longtemps à Montefiascone et surtout tous les deux sont crédités par des chroniques de constructions et de restaurations dans le palais95. Pour ce qui est du premier, le témoignage de Ciaconius pourrait être réfuté comme trop tardif96, mais celui de Luca di Domenico Manente, plus local et plus précoce, est intéressant, malgré son imprécision. Il écrivait à Orvieto à la fin du xve siècle, il pouvait donc avoir accès à des sources plus ou moins fiables (tout comme pour les monuments d'Orvieto eux-même) et l'on ne peut négliger son affirmation selon laquelle Urbain IV aurait « fondé » à Montefiascone le palais de l'évêché (une dénomination bien entendu fallacieuse, puisque le palais n'est pas lié à la cathédrale, mais qui ne change rien à l'affaire). Surtout, on ne peut pas réfuter le témoignage de Thierry de Vaucouleurs, qui rédigea une biographie autorisée, peu après la mort du pontife97. Il déclare, si l'on suit le titre de son paragraphe, que le pontife fit restaurer la forteresse et résidence de Montefiascone et, plus précisément, qu'il fit édifier une tour et fortifier le reste du palais. On sait en outre que le pontife fit enfermer dans la forteresse de Montefiascone Jacopo da Bisenzio, seigneur de la ville du même nom, au bord du lac de Bolsène, ce qui témoigne, à tout le moins que la résidence était en état de fonctionnement et coïnciderait avec l'aspect réellement militaire des parties que l'on peut donc attribuer au pontife (tour A et deux premier niveaux de la grande salle B)98.

  • 99 On peut éventuellement y ajouter le témoignage de Paolo Cortesi, en 1510, qui rapportait que Marti (...)
  • 100 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 163.

51En ce qui concerne Martin IV, ce sont trois témoignages contemporains ou immédiatement postérieurs à son pontificat qui confirment le rôle joué par ce pape dans la construction de la forteresse-palais. Les annales d'Orvieto affirment laconiquement qu'il fit édifier le palais de Montefiascone. La continuation orviétaine de la chronique de Martin le Polonais semble plus prolixe, mais elle paraît un peu contradictoire puisqu'elle soutient, dans le corps du texte, que le pape a fait construire le palais et que, dans le titre de la rubrique, elle se contente de dire qu'il l'a fait amplifier. Enfin Giovanni Villani parle simplement de la construction de « grands palais » par le pape à Montefiascone99. Quoi qu'il en soit de ces approximations, il n'en reste pas moins que les chroniques contemporaines certifient le rôle des deux pontifes français dans la création du palais. On ne peut donc par exemple écarter, comme l'a fait Orseolo Fasolo, Urbain IV - sous prétexte que le texte de la chronique ne parle que d'une seule tour, ce qui ne correspond pas, effectivement, à la réalité du monument tel qu'il nous apparaît aujourd'hui ou plutôt tel qu'on peut le reconstituer, avec ses multiples tours d'angle et de façade - et du coup attribuer l'ensemble des travaux médiévaux à Urbain V100. Au contraire, les témoignages des chroniqueurs correspondent aux deux premières phases de travaux que nous avons définies plus haut : édification d'une tour et d'un palais pour Urbain IV ; amplification de la construction pour Martin IV. De plus les caractères stylistiques relevés au fur et à mesure de l'analyse coïncident parfaitement avec les dates des deux pontificats : par exemple les lancettes à gradins vers 1260 ou la fenêtre à remplage vers 1280. Ainsi, la formule employée par Pie II, rappelée au début de ce chapitre, était bien à prendre au pied de la lettre : « hic nobile palatium Galli condidere, cum Romano Pontificio fungerentur », même s'il entendait probablement y inclure l'époque avignonnaise.

  • 101 La statue de sainte Marguerite à la cathédrale Sainte-Marguerite, parfois attribuée à l'entourage (...)

52Avant de passer à la troisième phase de travaux concernant les bâtiments A, B, C, on peut rappeler que d'autres manifestations de la munificence pontificale s'exercèrent à Montefiascone, qui confirment que les deux papes français du xiiie siècle qui résidèrent au palais entendirent laisser leur marque sur la ville, tout particulièrement le premier. C'est le cas notamment à Saint-Flavien, le principal édifice religieux de la cité au Moyen Âge, malgré son décentrement par rapport au principal noyau urbain101. On n'entrera pas ici dans une histoire des campagnes de construction de Saint-Flavien, qui mériterait pourtant une analyse détaillée qui lui fait encore défaut, malgré l'importance de l'édifice. Je m'arrêterai seulement aux apports de la seconde moitié du xiiie siècle, qui n'ont guère été mentionnés jusqu'ici et qui forment pourtant un ensemble intéressant. Le pape Urbain IV est fortement intervenu dans l'église supérieure. Il fit renouveler l'autel (fig. 269), dans lequel fut insérée une épigraphe commémorative de la consécration (fig. 270) :

AN[no] D[omi]NI MCCLXII D[omi]N[u]S URBANUS
P[a]P[a] IIII
FIERI FECIT ISTUD ALTARE AD HO[no]REM B[e]AT[e] MARIE V[irginis] S[an]C[t]E CRUCIS S[ancti] LUCE
S[ancti] URBANI P[a]P[e]
S[ancti] LINI S[an]C[t]OR[um] FABIANI ET SEBASTIANI
S[ancte] AUREE V[irginis] ET MANIB[us] P[ro]PRII[s]
CO[n]SECRAVIT ILLUD
CU[m] CARDINALIB[us] A[r]CH[i]EP[scop]I[s]
ET EP[iscop]I[s] PLURIB[us] II ID[us] OCT[o]B[ris]
T[em]P[or]E PRIORIS PHYLIPPI

Fig. 269 - Montefiascone, Saint-Flavien, église supérieure, autel de 1262.

Fig. 270 - Montefiascone, Saint-Flavien, église supérieure, autel de 1262, épigraphe.

  • 102 « La lapide stessa sull'altare di Urbano IV porta al rovescio degli ornamenti intrecciati, come se (...)
  • 103 Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 149-151.
  • 104 Contrairement à ce qu'affirme Breccola (G.), Basilica di San Flaviano. Montefiascone, Viterbe, [19 (...)
  • 105 Il est d'ailleurs attribué à Urbain V par Piferi (M. E.), Montefiascone. Città e territorio, Viter (...)
  • 106 La même suggestion est faite par Sartorio, S. Flaviano..., cit., p. 26-27 et par Breccola et Mari, (...)
  • 107 Registres d'Urbain IV, t. II (Registre ordinaire), n° 506.
  • 108 Les traces du décor dans le premier étage de la grande salle C sont plus fugaces et donc impossibl (...)
  • 109 Breccola et Mari, Montefiascone..., cit., p. 258

53L'inscription a été gravée au revers d'un fragment de bas-relief, appartenant probablement au haut Moyen Âge, ce qui explique très certainement sa forme un peu étrange102. Dans l'inscription de dédicace, saint Flavien n'est même pas mentionné, alors que l'église lui est dédiée et que ses reliques sont conservées dans le sanctuaire inférieur. Breccola et Mari supposent, de manière très convaincante, que les deux églises superposées possédaient des dédicaces bien distinctes et que l'église supérieure conservait ainsi le souvenir de l'ancienne dédicace de l'édifice à la Vierge103. En face de l'autel, Urbain IV fit disposer un trône de pierre. Bien que ce dernier ne soit pas explicitement mentionné dans l'épigraphe placée sur l'autel104, il ne fait pas de doute qu'il fait bien partie de la même campagne d'aménagement (fig. 271)105. Par ailleurs, on trouve dans l'église inférieure un édicule à tympan trilobé sur colonnettes, servant de tabernacle, à l'extrémité des chapelles de gauche. Il pourrait également remonter à la campagne de modernisation d'Urbain IV106. Une dernière preuve des faveurs du pontife : le 20 octobre 1263, alors qu'il ne résidait plus à Montefiascone, il accorda à la collégiale un dégrèvement de charges fiscales107. Martin IV ne semble pas avoir été aussi actif lors de son séjour pour l'enrichissement du sanctuaire. Mais il continua à utiliser l'église de Saint-Flavien lors de circonstances solennelles : ainsi, en 1282, il célèbre la messe dans le sanctuaire avant de faire publier sur les portes de l'église une menace d'excommunication contre Pierre d'Aragon. On se rappelle qu'il nous reste encore une phase de travaux à dater. Je propose d'y voir la marque du xive siècle, à la fois pour les raisons de chronologie relative explicitées ci-dessus et aussi parce qu'une telle époque coïnciderait parfaitement avec les caractères stylistiques et fonctionnels des travaux : type des baies, multiplication des communications, traces de décor peint dans la grande salle B (intrados de la baie à remplage)108. Peut-on proposer une chronologie exacte pour cette campagne ? Appartient-elle aux travaux ordonnés par Albornoz, à ceux réalisés probablement à l'occasion du séjour d'Urbain V, ou bien rentre-t-elle dans le cadre des travaux permanents d'entretien et d'amélioration de la résidence du recteur du Patrimoine ? Dans leur ouvrage général sur Montefiascone, Breccola et Mari, parlent de l'existence d'une loggia sur la façade septentrionale du palais, regardant vers le lac (une désignation un peu discutable, du point de vue architectural, mais qui correspond de toute façon à la réalité fonctionnelle), et ce dispositif remonte selon eux à une modification des bâtiments précédents réalisée pour Urbain V109. C'est une possibilité, mais il me semble difficile d'écarter les autres hypothèses évoquées ci-dessus.

Fig. 271 - Montefiascone, Saint-Flavien, église supérieure, trône pontifical.

54Une remarque pour commencer : on se rappelle l'épisode dramatique de la tentative d'enlèvement de la forteresse par les Orviétains, aidés par la population locale, en novembre 1315. Or, lors du coup de main, les assaillants mirent le feu à la porte principale de la forteresse. Et l'on ne peut minimiser l'ampleur du dommage, puisque les archives du recteur furent brûlées dans l'incendie. Par conséquent, il est tentant de mettre en rapport cet événement et la reconstruction de l'extrémité méridionale de la grande salle B, qui devait se trouver au-dessus de la porte, ou, du moins, de faire de l'incendie un terminus post quem pour cette restructuration (ainsi s'expliquerait la solution de continuité dans le mur, visible dans le dessin de Fontana). Dans tous les cas, on se rappelle que la zone de la porte était intéressée par des travaux en 1328 (réparation de sa bretèche) et en 1351 (établissement d'un plancher sur les mâchicoulis). D'autre part, on se rappelle que la loggia septentrionale existait déjà au moins en 1353, puisque cette année là le préfet Di Vico tentait de pénétrer dans la forteresse par là. Globalement, il est donc possible de dater la campagne de restructuration qui nous intéresse dans le deuxième quart du xive siècle, à la fois dans le cadre des travaux d'entretien du château (notamment après l'épisode de 1315) et dans la perspective de la venue du légat Albornoz, qui était attendu à Montefiascone pour l'été 1354.

EXCURSUS : LA CHAPELLE S. MARIA IN CASTELLO

  • 110 Voir texte des « Gesta » en annexe ; repris par Moroni, Dizionario d'erudizione..., cit., vol. 46, (...)
  • 111 Manuscrit de Don Alfonso Orfei, mentionné par Breccola et Mari, Montefiascone..., cit., p. 273-276

55Cette chapelle, connue sous le nom de S. Maria in Castello ou della Neve, a été érigée au début du xiiie siècle sur ordre d'Innocent III. Dès 1198, alors que la cour de Palerme venait de reconnaître à l'Église la possession de Montefiascone, le pape fit construire le sanctuaire110. L'église semble avoir été en pleine décadence dès le xvie siècle (à la fin du siècle, on la trouve pleine de neige, lors d'une visite officielle, d'où sa seconde appellation), ce qui entraîna sa destruction partielle. Il s'agissait d'un édifice à trois vaisseaux, doté d'une abside principale et de quatre chapelles latérales. Lors de la réduction de l'église à son état actuel, on n'a conservé que le collatéral gauche et ses deux absidioles. Dans ces deux absidioles, dédiées à saint Roch et à la Trinité, subsistaient encore des fragments de fresque à l'époque moderne111. Aujourd'hui, seule la première montre encore des peintures.

Fig. 272 - Montefiascone, forteresse, chapelle Notre-Dame-du-Château, 1ère absidiole latérale.

Fig. 273 - Montefiascone, forteresse, chapelle Notre-Dame-du-Château, 1ère absidiole latérale, Vierge à l'Enfant.

  • 112 Identifications proposées, à juste titre, par Piferi, Montefiascone. Città e territorio, cit., p. (...)
  • 113 En revanche l'identification avec saint Roch proposée par Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p (...)
  • 114 On sera plus sceptique sur la proposition de Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 275 (égalem (...)
  • 115 Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 276 ; Piferi, Montefiascone. Città e territorio, cit., p (...)

56La fresque représente une Vierge à l'Enfant (au pied de laquelle on distingue un donateur, doté d'une coiffure à long capuchon et malheureusement en grande partie mutilé), encadrée à dextre de saint François et de saint Benoît et, à senestre, de saint Flavien et saint Augustin (fig. 272-273)112. L'identification de certains de ces personnages n'est pas sans poser quelques problèmes, d'où les hésitations dans la littérature. Si saint François se reconnaît sans hésitations, en revanche le saint placé immédiatement à côté de la Vierge, et en position privilégiée, peut prêter à discussion. Cependant l'habit monastique et le tau qu'il tient de la main gauche font pencher pour une identification avec saint Benoît113. De même, de l'autre côté de la Vierge, l'identification de saint Flavien ne fait pas difficulté ; inversement le saint évêque à l'extrême droite est dépourvu de tout attribut. Pour autant, l'identification traditionnelle avec saint Augustin peut toujours être proposée114. La fresque a été datée souvent de manière générique du xive siècle, ce qui n'est guère acceptable115. On propose ici une datation dans la seconde moitié du xiiie siècle, ce qu'a bien voulu me confirmer Valentino Pace, en resserrant ce cadre chronologique aux années 1280-1290, ce qui pourrait correspondre éventuellement au séjour de Martin IV.

Notes

1 Cette focalisation de Kerscher sur le xive siècle a même conduit un auteur récent, visiblement mal renseignée sur le site, à affirmer qu'il ne reste rien du xiiie siècle à Montefiascone. Cf. Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, p. 13 et n. 13.

2 Registres d'Urbain IV, n° 2855 (lettre datée entre le 24 juillet et le 13 septembre 1262 ; étant donné l'incipit de la lettre, le pape vient d'arriver de Viterbe et le texte doit donc être de peu postérieur au 24 juillet, ce qui correspond effectivement au cœur de l'été). Cité par Pieri Buti (L.), Storia di Montefiascone, Montefiascone, 1870, p. 99 n. 2, comme inédit, le document était en fait déjà publié par Duchesne (A.), Historiae Francorum Scriptores, t. 5, Paris, 1649, p. 865. Il s'agit aussi de la source dont s'est inspiré Ciaconius pour rédiger le passage correspondant dans la vie du pontife : « ...et cum vellet aestivos vitare calores, Montemflasconem adijt... », cf. texte cité en annexe. Apparemment la cité était plus adaptée pour les séjours estivaux que pour les rigueurs de l’hiver : à la mauvaise saison, le recteur du Patrimoine préférait résider à Tuscania (voir plus bas).

3 De longs extraits sont traduits dans Paravicini Ba-gliani (A.), La cour des papes au xiiie siècle, Paris, 1995, p. 44-45.

4 À vrai dire, le registre inédit de Martin IV montre que même Montefiascone, qui lui avait pourtant confié le gouvernement de la ville pendant son séjour (ASV, Reg. Vat. 42, fol. 79v°, n° 182-183, 3 janvier 1284, le pape vient tout juste de quitter la ville), n'hésitait pas à se montrer plus indépendante après son départ, entravant l'action de son podestat (Ibid., fol. 116, n° 152, 3 février 1285).

5 Lanconelli (A.), « Le "expense pro reparationibus rocche Montisflasconis" (1348-1359). Nota sull'attività edilizia nel Patrimonio di San Pietro in Tuscia », dans Le chiavi della memoria. Miscellanea in occasione del I centenario della Scuola Vaticana..., Cité du Vatican, 1984, p. 385-409, cf. p. 394 n. 37.

6 Fasolo (O.), « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo : la rocca di Montefiascone », dans Quaderni dell'Istituto di storia dell'architettura, n° 31-48, 1961 = Saggi... in onore del Prof. Vincenzo Fasolo, p. 159-168.

7 Breccola (G.) et Mari (M.), Montefiascone, Grotte di Castro, 1979.

8 Lanconelli, « Le "expense pro reparationibus..." », cit.

9 Sette (M. P.), « Montefiascone. La rocca papale », dans Dieci tesi di restauro (1970-1981), Carbonara (G.) et Pietrafitta (F. I.) dir., Rome, 1986, p. 96-119.

10 Satolli (A.), « Le rocche dell'Albornoz nella fascia mediana dello Stato pontificio », dans Dall’Albornoz all’età dei Borgia. Questioni di cultura figurativa nell’Umbria meridionale, Todi, 1990, p. 55-81, cf. p. 63-65.

11 Kerscher (G.), « Privatraum und Zeremoniell im spätmittelalterlichen Papst- und Königspalast. Zu den Monte-fiascone-Darstellungen von Carlo Fontana und einem Grundriss des Papstpalastes von Avignon », dans Römisches Jahrbuch der Bibliotheca Hertziana, t. 26, 1990, p. 87-134.

12 Comme on l'a vu, c'est d'ailleurs aussi l'opinion de Satolli, que Kerscher ne pouvait probablement pas connaître puisque publiée la même année.

13 Ce qu'avait déjà proposé, on l'a dit, Fasolo, mais en attribuant au pontife l'ensemble des travaux médiévaux et non la seule aile occidentale.

14 Iacobini (A.), « Innocenzo III e l'architettura. Roma e il nord del Patrimonium sancti petri », dans Innocentius papa III. Urbs et orbis. Congresso internazionale (Roma, 9-15 septembre 1998), Sommerlechner (A.) dir., Rome, 2003, 2 vol., cf. vol. 2, p. 1261-1291, cf. p. 1268 et suiv. Je remercie très chaleureusement Antonio Iacobini de m'avoir communiqué son intervention écrite avant sa parution.

15 Les « castra specialia » de l'Église romaine sont une série de forteresses érigées à la frontière du domaine temporel de la papauté, notamment en Sabine septentrionale, mais aussi à la limite nord-ouest de ce domaine, comme Montefiascone. Toubert (P.), Les structures du Latium médiéval..., Turin, 1973, p. 944.

16 C'est d'ailleurs pourquoi le site de la cathédrale, dédiée à Sainte-Marguerite, fut choisi dans la ville haute, à côté de la forteresse, et non pas, comme on aurait pu s'y attendre, en réutilisant la prestigieuse église dédiée à saint Flavien, car le bourg où celle-ci était située avait désormais complètement périclité.

17 Par exemple Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 90.

18 Je donne ici la version de Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., p. 84 n. 3 et 4, qui semble constituer une tentative d'interprétation de l'édition de Migne, obscure par endroits mais qui est probablement plus fidèle au texte original. Pour l'édition de Migne (et pour la version encore plus fautive de Raynaldus), cf. textes en annexe.

19 Registres de Grégoire IX, n° 2714.

20 Theiner (A.) éd., Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, t. I. 756-1334, Rome, 1861, p. 105-106, n° CLXXIX ; Rodenberg (C.), Epistolae saeculi xiii e reges-tis pontificum romanorum selectae, t. I, Berlin, 1883, n° 653. « Camera » est ici l'équivalent de « castra », comme le montre son insertion dans l'expression « camera sedis apostolice specialis ».

21 L'hiver, celui-ci préférait cependant séjourner à Tus-cania, comme l'indique un rapport de 1319-1320 ; cf. chap. II.4.

22 Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., p. 117-119 ; Antonelli (M.), « Una relazione del vicario del Patrimonio a Giovanni XXII in Avignone », dans ASRSP, t. 18, 1895, p. 447-467 ; Id., « Una ribellione contro il vicario del Patrimonio », dans ASRSP, t. 20, 1897, p. 178-215 ; Id., « Vicende della dominazione pontificia nel Patrimonio di S. Pietro in Tuscia dalla traslazione della Sede alla restaurazione dell'Albornoz », dans ASRSP, t. 25, 1902, p. 355-395 ; t. 26, 1903, p. 249-341, cf. t. 25, p. 362.

23 Antonelli, « Una ribellione... », cit., édition du texte p. 198-215, pour le présent passage cf. p. 205. Une formulation presque semblable se trouve dans une sentence précédente de Bernard de Coucy : « de ipso Castro, Castrum vetus quod est ante fores, Rocam et palatium dicti castri, per Romanos summos pontifices in signum universalis dominii provincie Patrimonii fabricatum, in quibus pala-tio et roca cum officialibus et familiaribus nostris fiducia-liter morabamur, ausu temerario et sacrilogo occupantes ante faciem et rocam, ac Palatium supradictum sbarras magnas lapideas et ligneas posuerunt... », cf. Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., n. 1 p. 118-119 (visiblement inspiré par une édition précédente d'Orioli) ; mais il faut préférer l'édition d'Antonelli, « Una ribellione... », cit., p. 205, en note, qui corrige la précédente, notamment dans le passage du début qui devient : « castrum vetus quod est ante foras roccam et palatium dicti castri... ». Pour Antonelli, « fores » est donc une erreur, tandis que, dans sa version, « foras » est seulement redondant.

24 Antonelli, « Una ribellione... », cit., p. 185-186.

25 Theiner éd., Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, t. I, cit., p. 504, doc. n° 665 ; Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., p. 120 (réf. à Theiner erronée) ; Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 25, p. 388.

26 Contrairement à ce que semble croire Sette, « Montefiascone... », cit., p. 104.

27 ASV, IE 39, fol. 78, publié par Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 25, p. 388 n. 4.

28 Sur ce type de loggia, qui représente un héritage du haut Moyen Âge, cf. Bougard (F.), La justice dans le royaume d'Italie de la fin du viiie siècle au début du XIe siècle, Rome, 1995, p. 213-218. Kerscher n'a pas vu le rapport entre les deux textes, ce pourquoi il balance si le bâtiment était ou non autonome, cf. Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 91 ; cf. aussi p. 96-97.

29 Antonelli (M.), « Estratti dai registri del Patrimonio del secolo xiv », dans ASRSP, t. 41, 1918, p. 59-85, cf. p. 69-70 ; le texte décrit également le mobilier de la pièce : « solv. uni magistro et discipulo suo qui steterunt duobus diebus ad actandum domum curie que est prope palatium, et ad conficcandum et actandum stanchas et banchas pro iure reddendo et sedilia dicte domus... ».

30 ASV, Collect. 175, fol. 59-60 ; cf. Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 26, p. 259 n. 4.

31 ASV, Collect. 175, fol. 59-60 B et 91 ; cf. Antonelli, ibid., p. 260 n. 2.

32 Il ne semble pas justifié de minimiser ces travaux, comme le fait Kerscher, passim.

33 Antonelli, « Estratti dai registri del Patrimonio del secolo xiv », cit.

34 À la suite d'une tentative d'un partisan du préfet de Vico de s'emparer de la forteresse ; ASV, IE 266, fol. 43 et suiv., cf. Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 26, p. 326 et n. 2.

35 Sur le mâchicoulis de laquelle, on établit un plancher en 1351 ; ASV, ibid., cf. Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 26, p. 329 n. 3.

36 « ...necnon Rectorem eundem introitu, per quem habebatur ingressus et egressus ante Roccham dicti Castri Montisflasconis per portam falsam posteriorem dicte Rocche, ubi idem Rector cum tota Curia residebat, idem populus et homines privarunt... », ASV, ibid., publié dans Theiner éd., Codex diplomaticus..., t. II, 1335-1389, Rome, 1862, doc. 339 p. 372 ; cf. Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 26, p. 328.

37 En 1353, le préfet Di Vico tente à nouveau, pendant une trêve, de s'emparer de la forteresse, en pénétrant par les portes et fenêtres de la loggia postérieure. ASV, IE 266, fol. 43 et suiv., Antonelli, « Vicende della dominazione... », cit., t. 26, p. 339.

38 ASV, IE 118, fol. 19, 48 et 78 (1331-1336), d'après An-tonelli, « Estratti dai registri... », cit., p. 61 n. 2.

39 Ce qui est logique pour des raisons de sécurité, à cause des risques d'incendie.

40 Cette dernière mention a été trouvée par Kerscher, toutes les autres par Antonelli et Lanconelli.

41 Fabre (P.), « Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364 », dans MÉFR, t. 7, 1887, p. 129-195, cf. p. 160.

42 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 92.

43 Pii Secundi Pontifex maximus Commentarii, Romae, 1584, p. 204. Cité également par Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 95, mais le passage est tronqué de la première phrase.

44 Pieri Buti (L.), Antico palazzo di S. Pietro in Monte-fiascone, Montefiascone, 1869, p. xx et xvii.

45 Vasari (G.), Le Vite..., Milanesi (G.) éd., Florence, 1878-1885, 9 t., t. IV, p. 281. Je cite le texte d'après cette édition ancienne, car la plupart des autres éditions distinguent sans raison cette forteresse de celle qui est nommée plus tard par Vasari. Ce dernier utilise deux fois le mot « rocca » et il n'y a donc aucune raison de douter qu'il s'agit bien de la même chose pour lui. L'information se trouve dans Salotti (L.) et Codini (L.), Montefiascone nella storia e nell'arte, Grotte di Castro, s.d. [1909], passim ; Satolli, « Le rocche dell'Albornoz... », cit., p. 63 ; Carta dei luoghi fortificati del Lazio, Rome, 1985, notice n° 58 p. 107 ; Borsi (S.), Giuliano da Sangallo. I disegni di architettura e dell'antico, Rome, 1985, p. 383 ; Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 92 ; Carbonell (M.), « Roderic de Borja, client y promotor d'obres de Art. Notes sobre la iconografia de l'apartament Borja del Vaticà », dans Menotti (M.), Els Borja, Batllori (M.) et Company (X.) éd., Valence, 1992, p. 387-487, cf. p. 439.

46 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da San-gallo... », cit., notamment p. 164-167. Cf. p. 165 sur la datation, que Fasolo considère comme « probablement après 1502 » et non en 1502-1503 comme le laisse entendre Kerscher, p. 92. Ainsi tombe l'apparente contradiction chronologique avec la mention de Vasari se rapportant à 1502 et César Borgia.

47 Pieri Buti, Antico palazzo di S. Pietro in Montefias-cone, cit., p. xxi.

48 Grassi (P.), Le due spedizioni militari di Giulio II tratte dal diario di Paride Grassi..., Frati (L.) éd., Bologne, 1886, p. 30-32 et p. 190.

49 Ibid., p. 32.

50 BAV, vat. lat. 12413, fol. 56v° ; cité d'après Pastor (L. von), Geschichte der Päpste, 3e-4e éd., Fribourg-en-Brisgau, 1899, t. III, p. 653.

51 C'est certainement cette inscription qui a fait dater par Giovannoni les travaux de 1516 ; Giovannoni (G.), Antonio da Sangallo il Giovane, Rome, s.d. [1959], p. 212. Ailleurs cependant, il donne la date de 1519 (avec la précision du mois de mars), sans plus de justification non plus, ibid., p. 75 (cf. aussi p. 107 et 110). Cette date de 1519 se retrouve également dans une annotation du passage de Vasari par Ragghianti (C. L.), dans Vasari (G.), Le vite..., Milan-Rome, 1942-1949, t. II, p. 558 n. 25 (la note est au t. IV). Cette date provient du document découvert par G. Clausse et mentionné plus bas.

52 L'affirmation de Panvinio est citée par Kerscher comme se trouvant dans Panvinio (O.), Romani pontifices et cardinales SRE..., Venise, 1557, à l'année 1516. Mais ni dans cet ouvrage, ni dans l'ouvrage parallèle de Panvinio paru la même année, Epitome pontificum romanorum..., ne se trouve la moindre citation de ce type. Je ne sais donc pas où Kerscher l'a trouvée. Par ailleurs ce dernier affirme que Panvinio affabule, lorsqu'il dit que la loggia a été construite « a fundamentis », parce qu'il croit que cette loggia est la même que celle mentionnée par les textes du xive siècle. Cf. Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 97 n. 71. Nous avons vu plus haut qu'il s'a- git d’une confusion. L’erreur procède aussi du fait qu’il part du préjugé que la forteresse était pourvue d’une cour à arcades dès l’époque d’Urbain V, ce qui prouverait l’influence d’Avignon sur Montefiascone, cf. ibid., p. 97 et n. 74.

53 Vasari (G.), Le vite..., Milanesi (G.) éd., cit., t. V, p. 455. En mentionnant un pape « Urbain » comme créateur de la forteresse, Vasari doit faire allusion à Urbain IV, cité par diverses sources anciennes comme nous le verrons plus loin, et non à Urbain V.

54 Clausse (G.), Les San Gallo, Paris, 1900, 3 t., cf. t. II, p. 90 (d'après un document de l'Archivio di Stato di Roma, publié dans le Giornale di erudizione artistica, t. 6, 1877). Il faut dire que Clausse ne comprenait pas que ces travaux se rapportaient au palais, croyant que la mention se référait à une enceinte urbaine, inexistante, ce qui lui posait problème. Cette confusion explique peut-être le peu d'attention qu'on a donné à l'information.

55 Contrairement à ce que semble dire Fasolo, il ne s'agit pas d'une information totalement inédite, car Giovan-noni avait déjà mentionné la présence du frère d'Antonio da Sangallo le Jeune, ibid., p. 224-225 ; mais Giovannoni n'explicitait pas son information (rappelons qu'il s'agit d'un ouvrage posthume).

56 Pieri Buti, Antico palazzo di S. Pietro in Montefias-cone, cit., p. xvii.

57 Pieri Buti indique bien des séjours pontificaux en 1555 et 1556, mais il les attribue respectivement à Paul III (1534-1549) et Jules III (1550-1555), ce qui ne laisse pas de poser problème ( !), et, après le milieu du xvie siècle, plus aucun pape ne s’arrête plus de quelques heures à Montefiascone, ibid., p. xxi-xxii.

58 Les deux datations sont données respectivement par Fontana et par Sette, sans justifications spécifiques.

59 Satolli, « Le rocche dell'Albornoz... », cit., p. 65.

60 Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 259, 265-266, 381-382 ; Sette, « Montefiascone... », cit., passim notamment p. 118 et ill. 12-16 ; enfin Kerscher.

61 Légende du plan, au fol. 40. Le bastion comme la loggia sont attribuées par Kerscher, de manière plausible, à la campagne de travaux effectuée par Sangallo, cf. Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 116-117.

62 Volpini (P.) et Ballaroto (A.), Montefiascone nei suoi monumenti, Rome, 1975, p. 62-66.

63 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 160 et Soprint. BAA Lazio, dossier Montefiascone.

64 Les travaux, très importants, se sont déroulés en plusieurs tranches. Les tranches 2 à 4 se sont déroulées de 1987 à 1994 ; je ne sais pas quand a eu lieu la 1ère tranche, le dossier ayant disparu. En 1996 a eu lieu l'installation d'un ascenseur pour personnes handicapées. Enfin, à la fin des années 1990, ont été engagées des fouilles archéologiques dans la cour, sous la direction de L. Pani Ermini, puis de nouveaux travaux de restauration, à partir de 2001, pour les maçonneries donnant sur la cour et dans les salles du rez-de-chaussée. Cf. Soprint. BAA Lazio, dossier Montefiascone.

65 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da San-gallo... », cit., p. 159.

66 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 162. Plus généralement, l'ensemble des auteurs attribue globalement ces trois bâtiments à un xiiie siècle indistinct.

67 En soi, une telle technique ne serait pas incompatible avec une datation haute, car on la trouve à Rome dans des voûtes des xie-xiie siècles, cf. Barclay Lloyd (J. E.), The medieval church and canonry of S. Clemente in Rome, Rome, 1989, cf. p. 22-24. Mais à Montefiascone elle est toujours associée avec des indices d'époque tardive (arcs surbaissés, remaniements, etc.).

68 Signé « Paolo Mezzetti, archi., 1991 ».

69 Sette, « Montefiascone... », cit., p. 104. Cette transformation pourrait correspondre à divers séjours pontificaux d'une certaine importance : d'Eugène IV en 1432 ou de Pie II en 1458 et à d'autres reprises, cf. Pieri Buti, Antico palazzo di S. Pietro in Montefiascone, cit., p. xx.

70 On peut difficilement affirmer en tout cas, comme le fait Mme Sette, que les fenêtres actuelles cherchent à se faire passer pour médiévales.

71 À cet égard, il faut se méfier du plan proposé par G. Kerscher, simplificateur et induisant en erreur sur de nombreux points. Cf. Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 104.

72 Au début du xxe siècle, le remplage de la baie était bouché, de même que les arcades du xvie siècle situées en-dessous, cf. Salotti et Codini, Montefiascone nella storia e nell'arte, cit., p. 67 ili. 31.

73 Fenêtre à gauche de la façade ; le tympan a été recreusé à une époque postérieure pour y graver le lys Farnese. Une autre baie de même type, mais cette fois ajourée, se trouve sur le bas-côté gauche de l'église, près de la façade. Ces baies ne sont pas mentionnées précisément dans la littérature sur Saint-Flavien. Mais elles peuvent être rapprochées des travaux des environs de 1300, connus par l'indulgence que Boniface VIII accorde en 1301 et par une longue inscription, de 1302, qui rapporte l'étendue de ceux-ci. Ces travaux ont essentiellement concerné les deux premières travées de l'édifice, comme le montrent Parlato (E.) et Romano (S.), Rome et Latium romans, La Pierre-Qui-Vire, 1992, p. 441-442.

74 Le même rapprochement a été fait par Kerscher, qui invoque également divers monuments de Tuscania, cf. Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 95 n. 60. Le parallèle avec la baie du palais épiscopal ou avec celle de l'église Saint-Léonard est intéressant, mais seulement générique ; cf. Raspi Serra (J.), Tuscania. Cultura ed espressione artistica di un centro medievale, Rome, s.d. [1973], p. 165, ill. 208 (pour le palais épiscopal) et Chiese di Tuscania, Moretti (M.) dir., Novare, 1983, p. 15, ill. 68 (pour Saint-Léonard). Sur ce point voir aussi notre chapitre II.3. Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 162 n. 5 propose une comparaison avec le palais Farnese de Viterbe, également convaincante quoique le monument soit de toute façon plus tardif, et il évoque une attribution à un maître d'œuvre siennois, attribution dont je ne vois pas les raisons.

75 Elle ne figure pas dans le relevé de Fasolo (1961), probablement était-elle alors aveuglée ; elle réapparaît dans celui de Sette (1986).

76 Ceux qui ont démoli les deux parties du talus ont peut-être pris soin de ne pas les détruire entièrement aux deux extrémités pour des raisons de prudence statique ; en tout cas leurs parements ont été refaits, probablement lors d'une restauration récente.

77 Cf. la note précédente.

78 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 95 n. 55 suppose que ce cloisonnement est originel, ce qui est impossible comme on le verra plus bas (par exemple, l'une des baies médiévales est en partie aveuglée par une cloison).

79 Contrairement à l'opinion de Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 95 n. 55.

80 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 93 et passim. Kerscher semble affirmer cette idée parce qu'il prend ce portique du xvie siècle pour la continuation de la loggia (voire pour la loggia elle-même) citée dans les actes du début du xive siècle, cf. p. 96-97 n. 71. En dehors des arguments techniques, on a montré plus haut que cette loggia était un bâtiment indépendant placé en dehors de la résidence, probablement dans la basse-cour.

81 Sur le type du bastion, qui s'inscrit bien dans l'architecture militaire d'Antonio da Sangallo le Jeune réalisée dans la période autour de l'année 1516, date présumée de son intervention à Montefiascone, cf. Fiore (F. P.), « Episodi salienti e fasi dell'architettura militare di Antonio da Sangallo il Giovane », dans Antonio da Sangallo il Giovane. La vita e l'opera, Atti del XXII convegno di storia dell'architettura, Rome, 1986, p. 331-347, p. 334 (travaux à Capodimonte pour le cardinal Farnese et à Marino pour Ascanio Colonna). D'autres comparaisons sont données par Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 116-117.

82 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 116-117.

83 Lanconelli, « Le "expense pro reparationibus..." », cit., p. 390.

84 Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 91 et p. 96.

85 Il veut sans doute impliquer ainsi que la chapelle reproduisait la chapelle clémentine d'Avignon.

86 Lanconelli, « Le "expense pro reparationibus..." », cit., p. 389.

87 Iacobini, « Innocenzo III e l'architettura... », cit., p. 1268 et suiv.

88 Il ne s'agit pas d'un contrefort, comme pourraient le laisser croire les plans, mais bien d'un départ de mur ruiné.

89 On se rappelera que le rez-de-chaussée de la salle C, qui appartient à la même phase, comporte également un fragment de peinture, sur l'intrados d'une baie à coussièges. Ces épaves du décor peint, même si elles étaient plus consistantes et pouvaient être datées de manière certaine, ne fourniraient qu'un terminus ante quem aux éléments architecturaux qu'elles enrichissent ; mais les quelques lambeaux visibles ne sont pas incompatibles avec la date qui sera proposée ci-dessous, vers 1280.

90 Quelques exemples d'utilisation de la forteresse comme résidence habituelle du recteur du Patrimoine : en 1275, le procureur de la commune de Todi vient à Montefiascone pour faire appel au pape d'une imposition arbitraire levée par le recteur, cf. Caetani (G.), Varia. Raccolta delle carte più antiche dell'archivio Caetani..., Cité du Vatican, 1936, p. 14 ; en 1298, le recteur y convoque une assemblée, cf. Silvestrelli (G.), Città, castelli e terre della regione romana..., 2e éd., Città di Castello, 1940, réimpr., Rome, 1970, 2 vol., vol. 2, p. 743-747. Surtout, pour toute la fin du xiiie siècle, Supino (P.), La « Margarita Cornetana ». Regesto dei documenti, Rome, 1969, passim.

91 Rinaldi lui-même ne faisait que reprendre dans ses Annales les données de deux chroniqueurs du xiiie siècle, Martin le Polonais et Ptolémée de Lucques et ne mentionne nullement un séjour ou des travaux de Nicolas III à Montefiascone. Pour les textes médiévaux, cf. l'annexe ; Raynaldus (O.) [Rinaldi (O.)], Annales ecclesiastici..., Mansi (J. D.) rééd., t. 3, Lucques, 1748, p. 517.

92 Novaes (J. de), Elementi della storia de' Sommi Ponfe-fici..., 3e éd., Rome, 1821, t. 3, p. 271.

93 Visconti (P. E.), Città e famiglie nobili e celebri dello Stato pontificio. Dizionario storico, Rome, 1847-1848, 3 vol. en 4 t., t. 2, part. II (Storia di Roma, II), p. 558 n. 3.

94 La bévue s'est ensuite transmise de génération en génération, bel exemple de persévérance d'une erreur historique due seulement à l'imagination de divulgateurs du début du xixe siècle. L'affirmation est reprise de Novaes par Moroni (G.), Dizionario d'erudizione..., Venise, 1840-1879, vol. 46 p. 214, et de Visconti par Pieri Buti, Storia di Montefiascone, cit., p. 103 n. 4 (et prétendument de Rinaldi dans Id., Antico palazzo di S. Pietro in Montefiascone, cit., p. xix) ; on la retrouve chez Salotti et Codini, Montefiascone nella storia e nell'arte, cit., p. 8 ; elle est empruntée à Moroni par Silvestrelli, Città, castelli e terre della regione romana..., cit., vol. 2, p. 744 ; elle reste encore en vigueur chez Sette, « Montefiascone... », cit., fig. 35, Satolli, « Le rocche dell'Albornoz... », cit., p. 63 et Kerscher, « Privatraum und Zeremoniell... », cit., p. 90 et encore dans la Carta dei luoghi fortificati del Lazio, cit., notice n° 58 p. 107 ; enfin elle est reprise par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 13 n. 13.

95 Cf. le texte des chroniques en annexe.

96 On pourrait penser que le témoignage de Ciaconius, pour tardif qu'il soit, renforce l'affirmation de Thierry de Vaucouleurs qu'on mentionnera ci-dessous, puisqu'il parle lui aussi de l'édification d'une tour et d'une résidence ; mais il s'agit d'un cercle vicieux puisque Ciaconius s'est servi des sources antérieures.

97 La biographie d'Urbain IV lui fut commandée par le cardinal Ancher Pantaléon, neveu du défunt pontife ; Paravicini Bagliani (A.), « Gregorio da Napoli, biografio di Urbano IV », dans Rômische historische Mitteilungen, t. 11, 1969, p. 59-78, cf. p. 64.

98 Pflugk-Harttung (J. von), Iter Italicum..., 2 t. vol., Stuttgart, 1883-1884, p. 675-676, n. 1 ; voir chapitre II. 4 sur le contexte de cette source, le rapport d'une ambassade siennoise.

99 On peut éventuellement y ajouter le témoignage de Paolo Cortesi, en 1510, qui rapportait que Martin IV avait élevé sa résidence « falisque » selon le goût français par désir de nouveauté (voir le texte en annexe). Mais nous avons vu dans le chapitre concernant Orvieto que l'affirmation concerne plus probablement ce dernier palais.

100 Fasolo, « Contributo ad Antonio e G. Battista da Sangallo... », cit., p. 163.

101 La statue de sainte Marguerite à la cathédrale Sainte-Marguerite, parfois attribuée à l'entourage d'Arnolfo di Cambio, est probablement une œuvre un peu plus tardive, de l'atelier de Nino Pisano, et sort donc de notre cadre ; cf. Pope-Henessy (J.), Italian gothic sculpture, 3e éd., New York, 1985, p. 193. L'assignation de la sculpture à Nicola Pisano donnée par Volpini et Ballaroto, Montefias-cone nei suoi monumenti, cit., p. 57, n'est probablement qu'un lapsus (ils imputent cette attribution, sans référence, à Joselita Raspi Serra, qui n'est probablement pour rien dans cette erreur).

102 « La lapide stessa sull'altare di Urbano IV porta al rovescio degli ornamenti intrecciati, come se ne vedono nel decimo ed undicesimo secolo. Evidentemente questo nobilissimo materiale apparteneva ad un mobilio presbiteriale distrutto all'epoca della ricostruzione attuale ». Cf. Sartorio (G. A.), S. Flaviano a Montefiascone, Rome, 1915, p. 10.

103 Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 149-151.

104 Contrairement à ce qu'affirme Breccola (G.), Basilica di San Flaviano. Montefiascone, Viterbe, [1996], p. 8.

105 Il est d'ailleurs attribué à Urbain V par Piferi (M. E.), Montefiascone. Città e territorio, Viterbe, s.d. [1996], p. 16 ; mais on peut supposer qu'il s'agit seulement d'un lapsus.

106 La même suggestion est faite par Sartorio, S. Flaviano..., cit., p. 26-27 et par Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 151. Ces derniers attribuent également au pontife le clocher. En revanche, la fresque de l'église inférieure qui représente un saint pontife du nom d'Urbain doit correspondre non pas à Urbain IV, comme on l'a quelquefois proposé, mais plutôt à Urbain V (même si ni l'un ni l'autre n'ont jamais été officiellement canonisés). Cf. par exemple Osborne (J.), « Lost Roman Images of Pope Urban V (13621370) », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, t. 54, 1991, p. 20-32, voir p. 26 et n. 28 ou Breccola, Basilica di San Flavianocit., p. 35.

107 Registres d'Urbain IV, t. II (Registre ordinaire), n° 506.

108 Les traces du décor dans le premier étage de la grande salle C sont plus fugaces et donc impossibles à situer stylistiquement. Résumons ici les données tirées de l'observation : murs rouges, intrados des baies jaunes, arcs-diaphragmes blancs avec des motifs rouges.

109 Breccola et Mari, Montefiascone..., cit., p. 258

110 Voir texte des « Gesta » en annexe ; repris par Moroni, Dizionario d'erudizione..., cit., vol. 46, p. 213.

111 Manuscrit de Don Alfonso Orfei, mentionné par Breccola et Mari, Montefiascone..., cit., p. 273-276.

112 Identifications proposées, à juste titre, par Piferi, Montefiascone. Città e territorio, cit., p. 38.

113 En revanche l'identification avec saint Roch proposée par Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 274, dans la légende de l'illustration (accompagnée il est vrai d'un « peut-être »), ne peut pas être retenue, à la fois pour des raisons iconographiques et parce que le culte de saint Roch ne connaît que très peu d'ampleur avant l'extrême fin du Moyen Âge. L'hypothèse provient certainement de la dédicace d'une des deux absidioles de la chapelle actuelle à saint Roch, selon le témoignage de Don Orfei ; mais il ne s'agit bien entendu que d'une consécration postérieure à l'absidiole et à la fresque.

114 On sera plus sceptique sur la proposition de Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 275 (également accompagnée d'un « peut-être ») d'y reconnaître Grégoire le Grand, en l'absence de tout insigne pontifical.

115 Breccola et Mari, Montefiascone, cit., p. 276 ; Piferi, Montefiascone. Città e territorio, cit., p. 38.

Table des illustrations

Légende Fig. 233 - Montefiascone, plan de situation. Sette (M. P.), « Montefiascone... ».
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Légende Fig. 234 - Montefiascone, forteresse, principales campagnes (pour la partie orientale du site). A. Tour. B. Bâtiment oriental. C. Bâtiment septentrional.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Légende Fig. 235 - Montefiascone, forteresse, plan. D'après Fontana (C.). Le plan original a été réélaboré (orientation modifiée et légendes retournées en conséquence) pour faciliter la comparaison avec les plans contemporains.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 236 - Carlo Fontana, Vue de la forteresse de Montefiascone, face est (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 41).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 237 - Carlo Fontana, Vue de la forteresse de Montefiascone, face ouest (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 43).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 238 - Carlo Fontana, Vue de la ville de Montefiascone, coté est (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 44).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 239 - Carlo Fontana, Vue de la ville de Montefiascone, coté ouest (BAV, ms Chigi P VII-12, fol. 42).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 240 - Montefiascone, forteresse, plan du rez-de-chaussée. D'après Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 241 - Montefiascone, forteresse, plan du 1er étage. D'après Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Fig. 242 - Montefiascone, forteresse, façade est. Sette (M. P.), « Montefiascone... », fig. 5.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 243 - Montefiascone, forteresse, tour A, face est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 244 - Montefiascone, forteresse, tour A, face nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Fig. 245 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, face est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 246 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade est, fenêtre du rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Légende Fig. 247 - Montefiascone, forteresse, façade sud sur la cour. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 4 (en haut).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Légende Fig. 248 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, face sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Légende Fig. 249 - Montefiascone, forteresse, façade ouest sur la cour. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 4 (en bas).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Fig. 250 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade ouest, partie droite.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Légende Fig. 251 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade ouest, fenêtre à remplage.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Fig. 252 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, coupe longitudinale et bâtiment B, coupe tranversale. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 3 (en haut).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende Fig. 253 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, coupe longitudinale. Sette (M. P.), « Montefiascone... », fig. 8.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 254 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, sous-sol, vu vers le nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 255 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, rez-de-chaussée, pièce B3.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 256 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, rez-de-chaussée, pièce B3, porte d'accès à la pièce B4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Fig. 257 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, 1er étage, grande salle vue vers le sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 258 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, ibid., intrados de la fenêtre à remplage.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Fig. 259 - Montefiascone, forteresse, façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Légende Fig. 260 - Montefiascone, forteresse, façade nord, partie est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Légende Fig. 261 - Montefiascone, forteresse, façade nord, partie ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 262 - Montefiascone, forteresse, bâtiment B, façade nord, détail d'un contrefort.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 263 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade nord, détail du talus.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 264 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade sud et bâtiment B, coupe tranversale. Fasolo (O.), « Contributo... », fig. 3 (en bas).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Légende Fig. 265 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade sud et portique Renaissance.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 266 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, façade sud, portes d'accès au 1er étage.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 267 - Montefiascone, forteresse, bâtiment C, 1er étage, grande salle vue vers l'ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 268 - Montefiascone, forteresse, cour, traces d'une tour maîtresse.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 269 - Montefiascone, Saint-Flavien, église supérieure, autel de 1262.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 270 - Montefiascone, Saint-Flavien, église supérieure, autel de 1262, épigraphe.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 271 - Montefiascone, Saint-Flavien, église supérieure, trône pontifical.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Légende Fig. 272 - Montefiascone, forteresse, chapelle Notre-Dame-du-Château, 1ère absidiole latérale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Légende Fig. 273 - Montefiascone, forteresse, chapelle Notre-Dame-du-Château, 1ère absidiole latérale, Vierge à l'Enfant.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/179/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 787k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540