Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 3. Perouse : le palais pontifical

Texte intégral

  • 1 Nous traduirons désormais « canonica » par « palais canonial », qui nous semble approprié au cas d (...)
  • 2 M. T. Gigliozzi croit ainsi qu'il n'y avait pas de palais spécifique pour le pape à Pérouse, cf. G (...)
  • 3 Toute la documentation est publiée dans l'ouvrage parallèle à celui-ci consacré à la maîtrise d'ou (...)
  • 4 Malheureusement celle-ci consiste uniquement en des plans ; quant à engager une campagne de relevé (...)

1À Pérouse, alors que les papes avaient été logés jusque dans les années 1280 dans divers établissements ecclésiastiques et civils, en 1284 les autorités communales passent avec la curie romaine des accords, semblables à ceux connus pour Viterbe, qui devaient leur assurer la présence de Martin IV dans leur ville en échange, entre autres, d'une construction nouvelle pour recevoir celui-ci. Les travaux sont confiés à la fois à fra Bevignate, le célèbre « maître d'œuvre » bénédictin, actif à Pérouse et dans la région, et à un architecte envoyé par le pape, qui dut construire ce bâtiment en restructurant le palais du podestat et certaines parties de la « canonica », c'est-à-dire la résidence du clergé de la cathédrale Saint-Laurent1. Ce palais a presque entièrement disparu et a été largement négligé par la critique2. Il est pourtant possible de lui restituer son importance à la fois par l'analyse des restes monumentaux et par l'examen des textes. Ceux-ci constituent un important corpus, d'un intérêt exceptionnel par la richesse des informations contenues ; une partie en a déjà été publiée, notamment par M. R. Silvestrelli et A. Paravicini Bagliani, mais une autre partie, essentielle, était encore inconnue et inédite jusqu'à présent3. Quant aux constructions, je dois remercier chaleureusement la surintendance, et notamment l'architecte Fabio Palombaro, ainsi que l'ensemble des affectataires, pour avoir facilité de toutes les manières mon travail, en me donnant libre accès aux bâtiments, y compris alors qu'ils sont ou étaient en cours de restauration, et en me fournissant leur documentation graphique (fig. 115-117)4.

I - SEJOURS DES PAPES A PEROUSE AVANT MARTIN IV

Fig. 115 - Pérouse, plan de situation et principales campagnes de construction. Fond de plan d'après Calderoni (A.), Il Duomo..., fig. 23. 1. « Vieille tour ». 2. « Nouvelle tour ». 3. « Troisième tour ». 4. Loggia. 5. Garde-robe. 6. Chambre du pape.

  • 5 Frascarelli (F.), « La curia papale a Perugia nel Duecento », dans Annali della Facoltà di lettere (...)
  • 6 Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duecento », cit., p. 52 et p. 96.
  • 7 Registres d'Alexandre IV, n° 219, Naples, 6 février 1255.
  • 8 Bartoli Langeli (A.) et Silvestrelli (M. R.), « Il comune duecentesco e i suoi palazzi », dans Il (...)

2L'article très complet de F. Frascarelli nous permet de faire le point sur les différentes résidences des papes à Pérouse, avant le séjour de Martin IV5. Sans entrer dans le détail en ce qui concerne les papes de la première moitié du xiiie siècle, qui ne rentrent pas dans le cadre de notre sujet, mentionnons-les rapidement à cause de l'importance de leurs séjours en durée absolue et parce qu'ils ont ainsi, fondé la tradition d'une ville guelfe et généralement hospitalière pour la papauté. De fait, tous les pontifes de la première moitié du siècle ont séjourné plus ou moins longuement à Pérouse, d'Innocent III, pendant plusieurs mois et probablement dans le palais canonial (nous verrons plus loin un indice qui permet de corroborer cette affirmation), à Innocent IV, pour un an et demi environ, à l'abbaye Saint-Pierre puis probablement au cœur de la ville (nous y reviendrons plus loin), en passant par Hono-rius III qui ne resta que quelques jours à Pérouse après son élection, probablement dans la même abbaye Saint-Pierre, et Grégoire IX, qui, comme Innocent III, résida très longuement dans la ville et dans le palais canonial. Il faut s'étendre quelque peu sur le séjour d'Innocent IV, non seulement parce qu'il précède directement notre période, mais surtout parce qu'il présente un point controversé et précisément crucial pour nous. F. Frascarelli affirme que le pape résida à l'abbaye Saint-Pierre depuis son arrivée à Pérouse, le 5 novembre 1251, au moins jusqu'au 1er décembre et que pour le reste de son séjour, c'est-à-dire jusqu'en avril 1253, il a dû continuer à y demeurer6. La première affirmation semble ne pas prêter à discussion, puisque l'auteur cite à témoin une bulle pontificale du 1er décembre attestant cette localisation. En réalité, le document est beaucoup moins clair qu'il n'y paraît7. Il s'agit d'une confirmation par Alexandre IV, en 1255, d'une bulle d'Innocent IV passée le 1er décembre 1251. Il n'est pas dit explicitement dans ce dernier acte où se trouve le pape, puisque la bulle porte seulement la localisation générique « à Pérouse ». Seule la lettre rédigée à la suite de cette bulle par l'évêque d'Aquino, datée du 5 décembre suivant et également confirmée par Alexandre IV, porte la mention « in palatio sancti Petri de Perusio ». Mais cela n'indique qu'une chose, à savoir que c'est le prélat en question et non le pontife, qui demeurait en 1251 dans l'abbaye Saint-Pierre. De toute façon, A. Bartoli Langeli et M. R. Silvestrelli ont certainement raison quand ils placent la résidence habituelle du pape Innocent IV au cœur de la cité, dans le palais même du podestat, à cause d'arguments indirects mais décisifs : pendant le séjour du pontife, on constate le transfert des bureaux de l'administration communale dans un palais privé voisin et la tenue des assemblées populaires générales dans la cathédrale au lieu de la grande salle du palais communal8. Il me semble qu'il y a là un véritable retournement, dont on n'a pas encore affirmé toute l'importance. Bien sûr, comme on va le voir ci-dessous, le palais du podestat occupait en réalité un terrain appartenant à la cathédrale Saint-Laurent et jouxtait presque immédiatement le palais canonial ; on pourrait donc y voir comme une sorte de prolongation ou une variante de l'habitude antérieure. En fait, il n'en est rien. Auparavant, les pontifes résidaient dans des locaux appartenant pleinement aux autorités ecclésiastiques locales, et avant tout dans l'enclos du palais canonial, par conséquent au cœur du quartier cathédral de Pérouse, car, comme on l'a vu, l'abbaye Saint-Pierre n'a servi au contraire que de manière très épisodique. Quand, en 1252-1253, les autorités communales prennent les choses en main et accueillent le pape dans leur propre palais (qui plus est usurpé sur les droits du chapitre cathédral !), il y a un véritable renversement d'alliance.

Fig. 116 - Benedetto Bonfigli, chapelle du palais des prieurs de Pérouse, scène de la seconde translation des reliques de saint Ercolano, après 1471, vue d'ensemble et détail du palais pontifical. D'après Un pittore e la sua città. Benedetto Bonfigli..., fig. 50.

Fig. 117 – Pérouse, palais de l’archevêché au fond de la place du IV Novembre

3Le premier pape qui nous concerne directement, Alexandre IV, semble avoir songé à venir résider à Pérouse, puisque, ayant eu vent du projet, la commune dépêcha aussitôt une délégation auprès de la curie pour affermir le pape dans son dessein. Mais l'affaire n'eut pas de suite. La présence d'Urbain IV à Pérouse est un fait discuté, car les chroniques et autres sources sont contradictoires : en effet, le pape mourut soit pendant le voyage qui le menait à Pérouse, soit à peine arrivé, alors qu'il résidait au monastère Saint-Pierre. De toute façon, s'il est bien parvenu jusqu'à la ville vivant, ce ne fut donc que pour y connaître ses derniers moments. En revanche son successeur, Clément IV, a séjourné dans la ville depuis son élection, en février 1265, jusqu'au mois d'avril 1266, donc une période non négligeable. Il résidait à nouveau dans le palais canonial de Saint-Laurent et non plus dans le palais du podestat, ce qui implique certainement une attitude bien différente par rapport à la commune, que l'on va de fait constater plus loin. Quant au séjour suivant, celui de Grégoire X, il fut au contraire extrêmement bref et n'est d'ailleurs attesté que par les sources locales, une chronique en langue vulgaire et surtout les délibérations de la commune. En recoupant précisément toutes les données, F. Frascarelli a établi que le pape ne s'arrêta probablement à Pérouse que du 7 au 10 juin 1273. Mais le point le plus intéressant n'est pas la durée de ce séjour, mais la localisation de la résidence du pape. En effet, en prenant appui sur le texte d'une des délibérations, Frascarelli a montré que le pontife fut accueilli non pas dans le palais canonial ou à l'abbaye Saint-Pierre, mais dans le propre palais du podestat. On revenait donc à l'exemple instauré par Innocent IV. Le séjour de Martin IV, enfin, dans ses modalités comme dans son lieu de résidence, ne va faire que confirmer ces tendances, comme on va le voir ci-après.

II - HISTORIQUE DU PALAIS PONTIFICAL

  • 9 Calderoni (A.), Il duomo, il vescovato e 'lpalazzo abrugiado, Pérouse, 1980. Voir aussi les remarq (...)
  • 10 Cf. par exemple Papi (M.), Il poema figurativo di fra' Bevignate, Casamari, s.d. [1965], p. 47 n. (...)
  • 11 Cf. notamment les différentes études de Maria Rita Silvestrelli sur le palais des prieurs et la to (...)

4L'histoire du palais pontifical de Pérouse est brouillée par le manque d'études même anciennes et la confusion des rares analyses qui lui ont été dédiées. Le peu d'intérêt qu'a suscité le palais du podestat de Pérouse, devenu ensuite palais pontifical puis du légat, ne s'explique pas seulement par sa disparition partielle et son absorption dans d'autres bâtiments, mais aussi par son rejet à l'arrière-plan du paysage monumental et civique dès la fin du xiiie siècle, lorsque la commune de Pérouse se lança dans la construction de son nouveau palais, l'actuel palais des Prieurs, ce dernier occupant au contraire à juste titre une place majeure dans la littérature sur l'architecture civile italienne. Devant la maigreur de la bibliographie sur son prédécesseur et voisin, on ne s'étonnera donc pas que soient consacrées ici beaucoup de lignes à réfuter ou à nuancer les opinions d'A. Calderoni9. En effet, malgré son caractère peu scientifique, c'est la seule étude consacrée de près au sujet qui nous occupe ; de plus en y mêlant beaucoup d'erreurs, de confusions et d'approximations, cet auteur a eu le mérite de fournir quelques bases pour l'histoire du palais, surtout dans les périodes les plus récentes. Par ailleurs, lorsqu'on évoque le palais dans les histoires générales ou dans les guides de la ville de Pérouse, c'est invariablement pour affirmer qu'il a été anéanti par l'incendie de 1534 ; au mieux, on fait éventuellement allusion à quelques fragments ayant survécu à cette catastrophe. Mais, même ceux-ci sont parfois mal situés10. Avec de telles prémisses, on comprend que l'analyse du palais n'ait pas suscité de vocations plus nombreuses. C'est seulement dans le cadre de recherches dédiées à d'autres monuments voisins ou postérieurs (le palais des prieurs, le séminaire) que l'on peut glaner les renseignements les plus utiles à son propos11. Il convient donc de repartir des données sûres tirées des sources d'archives ou des chroniques anciennes, avant de faire le point sur l'historiographie et sur les interprétations jusqu'ici données.

1. Jusqu'en 1284

  • 12 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 13 n. 9. De plus, par une erreur incompréhensible, répétée p. 46 (...)
  • 13 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 11.
  • 14 Mariotti (A.), Lettere pittoriche perugine..., Pérouse, 1788, p. 20.
  • 15 Cette simplification chronologique vient peut-être aussi de la mention de la charge de podestat po (...)
  • 16 Pérouse, Archivio capitolare, Pergamene C 33 et C 3 ; Libro verde (cartulaire du chapitre), fol. 2 (...)
  • 17 Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 30v° ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., p. 63 n° 26 (...)
  • 18 Ce dernier trait semble être un élément de différenciation des palais communaux de l'Italie centra (...)
  • 19 Ansidei, Regestum reformationum..., t. 1, cit., p. 23 et 45 (19 avril et 14 juillet 1256), où sont (...)

5Avant d'aborder le palais pontifical lui-même, il convient de mentionner également les hypothèses qui concernent son noyau le plus ancien, à savoir le palais du podestat (ou palais communal ou encore palais des consuls) de Pérouse, qui constitue la partie droite de l'actuel palais archiépiscopal. Il faut d'abord écarter la datation proposée par A. Calderoni, pour la fondation même du palais. Pour lui le palais des consuls doit remonter au xe siècle, car P. Pellini place en 972 le début du gouvernement des consuls à Pérouse12. On n'insistera pas sur le fait que cet auteur du xviie siècle ne peut pas constituer une référence suffisante, d'autant qu'il appuie lui-même son raisonnement uniquement sur le fait que cette année là Otton Ier ordonna que toutes les cités d'Italie fussent dotées d'un gouvernement municipal... En revanche, Calderoni évoque à juste titre des documents du début du xiiie siècle qui impliquent de manière certaine que le palais communal ou des consuls se trouvait alors à proximité de la cathédrale, probablement à l'emplacement même du palais du podestat13, documents connus au moins depuis le xviiie siècle et les publications de Mariotti14. Le palais avait été construit en 1205 et les contestations surgies à son propos durent commencer aussitôt. En effet, les documents en question sont des pièces d'archive des années 1207-1208, qui se rapportent à un conflit entre le chapitre cathédral et la commune. Le 10 avril 1207, une sentence d'un juge délégué d'Innocent III tranche en faveur des chanoines, en réaffirmant que la parcelle sur laquelle avait été construit le palais de la commune leur appartenait bien et il les met par conséquent en possession du palais construit sur son emplacement (on notera qu'Innocent III a séjourné à Pérouse avant et après cette date, probablement dans le palais canonial voisin, ce qui justifierait parfaitement un intérêt personnel dans l'affaire, outre la défense habituelle des droits de l'Église). Plus intéressante encore est l'attestation donnée à ce propos par quatre témoins, le même jour. L'un affirme que le palais a été construit du temps du podestat Giovanni di Guido di Papa, en charge entre mai 1205 et avril 1206, d'où vient l'idée que le palais doit dater de 1205 (en bonne logique, on devrait donc plutôt dire 1205-120615) ; un autre donne les tenants et aboutissants du terrain occupé par la commune16. En 1208, un nouvel acte en faveur du chapitre canonial oblige les consuls de la commune à céder à celui-ci cinq pièces de terre d'un certain rendement, dans le lieu qui conviendra à l'archiprêtre17. Il s'agit visiblement d'un accord faisant suite à l'arbitrage pontifical de l'année précédente, mais comment entendre l'expression utilisée dans le document : « pro restauramento palatii » ? Il faut probablement comprendre dans le sens de « compensation pour les dommages subis par les chanoines à cause de la construction du palais », comme l'avait déjà indiqué A. Bartoli Angeli, ce qui implique que la commune n'avait finalement pas restitué le terrain et livré le palais, comme l'impliquait le jugement de 1207, et qu'elle était parvenue à un accord avec les chanoines qui lui permettait de garder le palais en échange d'un certain nombre de terres cultivables. Comment se présentait le premier palais communal de Pérouse, construit en 1205 ? L'édifice devait ressembler au modèle fourni par les palais communaux septentrionaux, plus précoces que ceux de l'Italie centrale : un rez-de-chaussée partiellement ouvert en portique ; une grande salle à l'étage ; des pièces d'habitation pour le podestat et sa suite18. Un texte de 1256 mentionne également la « volta », qu'il faut probablement identifier avec le passage voûté existant entre le palais communal et le palais canonial, dont ce serait ici la première attestation19. La documentation ultérieure fait également allusion à une tour, peut-être déjà liée à ce premier noyau et que j'identifie avec le bâtiment nommé plus tard « Vieille tour ».

  • 20 Mezzanotte, « Le vicende del capitolo... », cit., p. 118119 (une seule petite correction, l'affair (...)
  • 21 Registres de Clément TV, n° 255 ; Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 36v° ; Cernicchi (...)

6En 1266-1268, on constate à nouveau d'âpres conflits entre la commune et le chapitre, probablement pour les mêmes motifs qu'au début du siècle, la commune occupant abusivement un terrain et des édifices appartenant au palais canonial afin de construire des bâtiments destinés au podestat et au capitaine du peuple20. Le pape Clément IV intervient à plusieurs reprises en faveur du chapitre. Le 22 mars 1266, le pontife, dans une bulle à l'adresse de l'archiprêtre et du chapitre, déclare que les autorités communales n'ont acquis aucun droit ou juridiction sur le sol appartenant à la cathédrale par le fait d'y avoir érigé abusivement leur palais21. On remarquera qu'à cette date Clément IV habitait précisément à Pérouse et se trouvait donc personnellement intéressé par l'affaire, et ce encore plus directement que son prédécesseur Innocent III un demi-siècle auparavant. En effet, plusieurs détails du texte n'ont pas été remarqués en rapport avec cette circonstance. Le texte de la bulle n'est pas parfaitement clair, mais il semble que ces travaux avaient été en partie suscités par le séjour même de Clément IV, qui devait habiter précisément dans une partie du palais canonial élevée aux frais de la commune à l'occasion de son arrivée : « ...potestas, [...] capitaneus, consilium et comune Perusini, su-peredificantes in palatio ipsius ecclesie in quo moram trahentes apud Perusium habitavimus, illud, factis in hoc non modicis sumptibus, erexerunt... ». Puis le texte continue : « et quaedam edificia ad mandatum felicis recordatio-nis Urbani pape predecessoris nostri, in expen-sis propriis inceperunt construere in solo ecclesie supradicte ». On apprend donc qu'une partie de ces constructions avait été engendrée par l'arrivée d'Urbain IV, même si celui-ci n'avait pu en jouir. Par conséquent, nous trouvons là déjà le cadre qui nous sera familier lors du séjour de Martin IV : suite à des accords avec la curie (ici non conservés), la commune fait élever à ses frais des bâtiments pour abriter le pape, sa cour et son administration. Mais elle entend bien profiter ensuite de son engagement financier pour réclamer des droits sur les constructions qu'elle a créées ou rénovées, y compris lorsqu'elles sont fondées sur des terrains ecclésiastiques, ce qui était le cas de toute la zone entourant le palais canonial. Malheureusement pour la commune de Pérouse, il semble que Clément IV se soit senti surtout solidaire des chanoines qui le pressèrent de statuer là-dessus avant son départ.

  • 22 Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 38v° et 39 ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., cit., (...)
  • 23 Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 39 ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., cit., p. 66 n (...)
  • 24 Pérouse, Archivio capitolare, parchemin C 21, cité d'après Mezzanotte, « Le vicende del capitolo.. (...)
  • 25 De fait, le 31 mai précédent, on avait reparlé dans une délibération communale des améliorations à (...)
  • 26 Cf. notamment Giorgetti (V.), Podestà, capitani del popolo e loro ufficiali a Perugia (1195-1500), (...)
  • 27 Ce rapprochement a été également fait par Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugi (...)
  • 28 Mariotti, Lettere pittoriche perugine..., cit., p. 20 n. 1, renvoie aux « Annali ecclesiastici », (...)

7Même après être parti de Pérouse, en avril 1266, le pape continua d'ailleurs à s'occuper des intérêts du chapitre. Deux ans plus tard, le 13 septembre 1268, il s'adressait au capitaine du peuple, au podestat et à la commune pour leur enjoindre de ne plus molester le chapitre, à propos d'affaires diverses et notamment de leur palais, élevé partiellement (c'est la première fois que nous apprenons ce détail, qui constitue peut-être une concession de la part du camp ecclésiastique ?) sur le sol appartenant à la cathédrale ; il nomme par ailleurs un de ses chapelains pour régler le conflit22. L'envoyé du pontife semble avoir réussi sa mission, puisque le capitaine, le podestat et les consuls promettent de restituer ce qu'ils ont occupé indûment, comme on l'apprend dans une bulle du pape du 7 octobre23. Pourtant en 1269, il avait dû à nouveau se passer quelque chose, puisque le pape envoie un clerc pour admonester le podestat et le capitaine, et ce à deux reprises24. Peut-être s'agissait-il encore des mêmes problèmes de construction de palais25 ? Il faut, pour comprendre l'importance de ces problèmes, restituer le contexte de l'administration municipale dans ces années-là. Le podestat, une magistrature qui était apparue vers la fin du xiie siècle à Pérouse, avait pris le dessus sur les consuls au début du siècle suivant ; quant au capitaine du peuple, il était apparu vers le milieu du xiiie siècle, à la suite de la formation de la « commune populaire » en 125526. Certes, le capitaine du peuple trouva à se loger en louant une maison-tour voisine privée (qui constituera le noyau du futur palais des prieurs). Mais il n'est pas impossible de lier cette nouvelle poussée de fièvre entre les autorités communales et les chanoines à la présence du nouveau magistrat urbain et à l'accroissement global de l'administration communale, qui ont dû nécessiter un agrandissement des édifices publics27. On peut probablement identifier dans cette phase d'extension du palais du podestat la grande salle citée par l'historien local de la fin du xviiie siècle, Annibale Mariotti. Celui-ci affirme que le palais du podestat était « degno di riguardo, in cui fra le altre cose era una Sala pel general Consiglio capace di circa 600 persone »28. Il faut probablement faire la part de l'exagération de la source ; mais, si l'on devait lui accorder crédit, c'est certainement en pensant à cette extension attestée dans les années 1265-1269 beaucoup plus qu'au palais originel de 1205, comme on l'a fait jusqu'ici, ce que prouvait d'ailleurs déjà la source à laquelle Mariotti avait puisé son information.

  • 29 Document cité pour la première fois, selon l'auteur, par Ricci (E.), « La piazza del comune e le l (...)
  • 30 Le séjour de Grégoire X est également attesté par la chronique en langue vulgaire de Pérouse, cf. (...)
  • 31 ASP, Cons. e rif. 7, fol. 15v° et 18, cités par Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duece (...)
  • 32 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 488-489 et doc. n° 9 et 1 (...)
  • 33 Notre interprétation diverge donc légèrement ici de celle de Silvestrelli, « L'edilizia pubblica d (...)
  • 34 Nico Ottaviani (M. G.), « Il registro finanziario del comune di Perugia "Massari, 3" come fonte st (...)
  • 35 Cet important statut a été rendu accessible par une édition récente : Statuto del comune di Perugi (...)

8Ce n'est pas un hasard si, le 10 mai 1273, on discuta au conseil communal « de pallatio novo faciendo aut reaptando »29, probablement en lien avec la venue de Grégoire X, qui résida à Pérouse du 7 au 10 juin30. F. Frascarelli a en effet montré de manière convaincante que la ville décida d'offrir au pape son palais communal, à partir de mentions indirectes dans les séances du 24 et du 27 mai 1273, qui font allusion notamment à la nécessité de chercher une résidence pour le podestat et un local pour les prisonniers31. En réalité, ce projet de reconstruction n'aura pas beaucoup de suite dans l'immédiat, même s'il donna lieu à de nombreux débats dans les années 1275-127632, et c'est seulement à la fin du siècle, en 1292 précisément, que le nouveau palais communal (plus connu sous le nom actuel de palais des Prieurs) s'édifiera progressivement à partir de la résidence du capitaine du peuple. Pourtant la dynamique enclenchée par la venue de Grégoire X, en 1273, engendra quelques travaux de modernisation du palais du podestat. En mars 1275 avait eu lieu un examen des fondations du palais, preuve qu'on envisageait déjà de l'agrandir sur le même site et non pas sur celui du palais du capitaine du peuple33. Mais, aucune décision ne semble avoir été prise sur le moment. Ainsi, en 1277, on trouve mention seulement de quelques travaux d'entretien, de valeur modeste34. En 1279, la rédaction du statut de la commune de Pérouse nous donne de nombreuses informations sur l'entité du palais et, plus encore peut-être, sur son rôle concret et sa place symbolique dans la vie de la cité35. Un premier point à souligner : le podestat a l'obligation de résider constamment dans le palais, sauf lorsque le pape séjourne dans la ville (chapitre 4 du statut). On voit là la codification de la pratique suivie par la commune depuis Innocent IV jusqu'à Grégoire X, à l'exception notable de Clément IV. En ce qui concerne le détail du bâtiment, il est fait très souvent allusion dans le statut à l'escalier, lieu de démarcation par excellence entre l'espace ouvert à tous de la place et celui restreint aux seuls membres des conseils et de l'administration communale de la grande salle (chapitres 43 - addition 1 -, 61, 65). Existe déjà la « volta », c'est-à-dire le passage voûté situé entre le palais du podestat et le palais canonial, notamment à l'occasion des nombreuses mentions concernant son nettoyage et l'interdiction d'y jeter des ordures, une préoccupation bien naturelle pour un espace en grande partie obscur (chapitres 11, 181, 210, 211). Le palais est également pourvu de cabinets d'aisance situés probablement non loin du passage voûté, si l'on interprète bien le texte, des latrines en encorbellement constituées de planches de chêne (chapitre 208).

  • 36 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 493 et doc. n° 28, 30, 32 (...)
  • 37 Ibid, n° 40-41. On ne sait pas dans quelle mesure ce nouvel escalier fut réalisé ; un escalier exi (...)

9Le statut faisait aussi obligation au podestat et au capitaine d'acquérir des maisons pour réaliser un nouveau palais (le futur palais des Prieurs) et de réaménager le palais en service, en reprenant textuellement les délibérations de mai et juin 1273, y compris dans la mention des mois où le podestat et le capitaine étaient censés engager ces rénovations (chapitre 217). Ce qui prouve au contraire que ces décisions avaient dû rester un vœu pieux au moins jusqu'à la rédaction du statut ! Ce n'est que dans les premiers mois de 1281 que la commune prit enfin des mesures concrètes : on commença alors à amplifier le palais, comme le montrent divers mandements de payement aux maîtres d'ouvrage délégués (« sovrastanti ») et le podestat fut d'ailleurs contraint d'habiter chez un particulier, preuve que le chantier était particulièrement actif ; ces payements s'étendent jusqu'à l'automne 128236. En mai-juin 1282, l'édifice était bien avancé, au point de toucher quasiment le palais canonial et on envisage alors de construire un escalier monumental37.

  • 38 Martini, « Il palazzo dei priori a Perugia », cit., p. 42 ; sur cette « restauration de 1422 », vo (...)
  • 39 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 47.
  • 40 Cf. plus bas pour une discussion détaillée de ce témoignage iconographique.

10De manière étonnante, pratiquement aucune des études qui ont été consacrées jusqu'ici à l'architecture ou à l'histoire de Pérouse n'a tenté, ou bien de dater les parties du palais du podestat qui sont encore visibles dans la structure de l'actuel palais archiépiscopal, ou bien, inversement, de rechercher si des témoignages monumentaux pouvaient correspondre aux différentes phases de construction de ce palais attestées par les sources d'archives telles qu'on vient de les rappeler. En ce qui concerne l'affirmation, rapportée plus haut, de Calderoni, qui rapporte cette partie du palais au xe siècle et celle de Martini qui date les arcs brisés de la « restauration » attestée en 1422, aucune de ces deux datations ne peut correspondre à l'évidence monumentale38. Il faut cependant mentionner qu'A. Calderoni affirme aussi ailleurs que le palais des podestats fut reconstruit à partir de 1279, suite à la décision du 10 mai 127339. On ne voit pas bien sur quoi il s'appuie pour prendre la date de 1279 comme année charnière, mais, cette fois-ci, on se trouve bien dans le juste. D'autre part E. Lunghi, dans son analyse des peintures de Benedetto Bonfigli dans la chapelle des Prieurs, semble pencher pour une datation du palais dans ce même arc chronologique40. En fait, il semble clair que les parties médiévales encore lisibles dans la façade orientale doivent se rapporter au palais du podestat, tel qu'il a été construit entre 1205 et 1281. Plus précisément, si l'on tient compte à la fois des indices documentaires (agrandissement vers le palais canonial) et formels (les immenses baies brisées que devait occuper un remplage), c'est probablement de la campagne de 1281 que doit dater cette façade orientale.

  • 41 L'hypothèse est avancée, de manière encore plus nuancée et prudente que dans le résumé que j'en do (...)

11Le séjour de Grégoire X avait été bref, à peine plus qu'une étape dans son voyage vers la France. Pourtant, il avait peut-être constitué pour les autorités communales un rappel des longs séjours effectués par ses prédécesseurs dans la ville et des profits que celle-ci avait pu en tirer. Mais la succession trop rapide des trois papes suivants n'aurait pu en tout cas laisser à la commune le temps d'entamer les démarches nécessaires. A-t-elle songé à le faire pendant le pontificat suivant, celui de Nicolas III ? Rien n'est moins sûr. Un très mince indice pourrait cependant faire penser que la ville entendait bien rappeler au pape sa fidélité et sa disponibilité. La fontaine majeure, encore aujourd'hui un des plus beaux titres de gloire de la cité, fut érigée sur la place centrale, entre la cathédrale et le palais du podestat, probablement dans les années du pontificat de Nicolas III. Parmi l'abondant et exceptionnel décor sculpté, on trouve une image de Rome (couronnée, assise et tenant une palme et le globe) qui constitue peut-être un symbole non seulement de cette cité, mais également de la papauté, d'autant plus si l'on songe au rapport étroit entre Nicolas III et Rome, dont il était notamment sénateur. Il s'agirait donc non pas d'un acte d'allégeance, bien contraire à l'esprit de fierté civique qui caractérise le programme de la fontaine, mais au moins d'une allusion aux attaches profondes existant entre la cité et le souverain pontife41.

2. Les documents des années 1280

  • 42 18 novembre 1282, cf. Registres de Martin IV, n° 280283. Le résumé historique qui suit est tiré de (...)
  • 43 15 avril et 27 mai 1283, cf. Registres de Martin IV, n° 463 et 470.
  • 44 Waley, The papal state..., cit., p. 206 n. 3 rappelle qu'en novembre 1288, la ville n'avait toujou (...)
  • 45 Waley, The papal state..., cit., p. 267 (voir aussi p. 272).
  • 46 Voir ci-dessus le chapitre consacré à Orvieto.
  • 47 Paravicini Bagliani (A.), Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spolèt (...)
  • 48 Registres de Martin IV, n° 492.
  • 49 Registres de Martin IV, n° 575.

12C'est avec le successeur de Nicolas III que Pérouse va renouer des liens concrets. Pourtant, le pontificat de Martin IV ne fut pas marqué immédiatement par des relations cordiales avec la cité ombrienne. Notamment, lorsqu'en avril 1282 Pérouse lança une offensive contre sa rivale de toujours, Foligno, le pape réagit fermement et mit la ville sous interdit42. Les Pérugins réagirent en brûlant le pape et les cardinaux en effigie. La campagne militaire de 1282 fut d'ailleurs un demi-échec pour Pérouse, qui dut se contenter de saccager le « contado » de Foligno. En 1283, l'attaque fut renouvelée - ainsi que la condamnation pontificale43 -, mais ne rencontra pas plus de succès. De ces échecs et de cette excommunication naquit probablement l'occasion pour la papauté et Pérouse de mieux se connaître et de s'entendre : la ville préféra renoncer momentanément à ses vues sur Foligno et préféra se soumettre au pape pour faire lever l'interdit. Elle envoya donc ambassadeur sur ambassadeur auprès de la curie et accepta de payer l'amende fixée par le pape : 40 000 florins, une somme que nous retrouverons plus loin dans le détail des tractations entre Pérouse et la curie44. Il s'agissait d'un montant colossal, comme l'indique une comparaison donnée par Daniel Waley : l'amende équivalait à peu près au revenu total rapporté à la papauté par la région des Marches pendant les années 1284-1288, correspondant précisément aux années pendant lesquelles s'étala le paiement45. Mais dans la perspective de Pérouse, la construction d'un palais pour le pape et les autres conditions imposées par la curie ne devaient probablement pas sembler un prix trop lourd pour la levée de l'excommunication ; mieux, les autorités communales ont pu envisager l'arrivée du pontife et de sa cour comme un avantage non négligeable pour l'économie locale, voire pour le rayonnement politique de la cité. De son côté, le pape vit probablement dans l'excommunication un atout de taille dans une négociation éventuelle avec la ville, alors qu'il ne se sentait plus en sécurité à Orvieto, agitée par des troubles anti-angevins46. La région fut d'abord pacifiée (entre la fin de 1283 et les débuts de 1284) par une mission du célèbre dominicain et pénitencier du pape, Guillaume de Moerbeke, par ailleurs immense savant47. En mars 1284, le ton était déjà plus conciliant, puisque le pape n'enjoignait plus à Pérouse que de payer l'amende à laquelle il l'avait condamnée avant une date limite48. Enfin, les deux parties ont dû parvenir ensuite à un accord rapide, qui dispensait probablement la cité d'une partie de l'amende et lui permettait enfin de voir lever l'excommunication. Dès avril 1284, selon les documents dont on parlera plus loin, le pape est à peu près décidé à quitter Orvieto pour Pérouse. Par conséquent on doit considérer non seulement que la présence de Martin IV à Città della Pieve, de juillet à octobre 1284, répondait à la tradition du séjour estival des papes dans un lieu de villégiature agréable, mais que le site a été choisi aussi en fonction de la décision de transférer la curie d'Orvieto à Pérouse. En effet, tout en quittant définitivement Orvieto et en laissant à Pérouse l'été pour achever les préparatifs de son arrivée, l'administration pontificale avait fait le choix d'une résidence nouvelle pour son séjour estival (au lieu de retourner par exemple à Montefiascone, comme à l'été 1282), tout simplement parce que Città della Pieve se trouve à mi-chemin sur la route d'Orvieto à Pérouse. D'ailleurs, le 21 juin, peu avant de quitter définitivement Orvieto, Martin IV absolvait la commune de Pérouse pour les faits de Foligno, scellant ainsi sa nouvelle alliance49.

  • 50 Cecchini (G.), « Fra Bevignate e la guerra contro Foligno », dans VI Convegno di Studi Umbri, Stor (...)
  • 51 Battisti (M. C.), « Per una revisione del "problema fra' Bevignate" : l'attività perugina e orviet (...)
  • 52 Cf. Cecchini, « Fra Bevignate e la guerra contro Foligno », cit., p. 360-362.
  • 53 Cf. par exemple Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Rifles (...)

13Par une chance rare pour notre époque, les tractations de la curie avec la commune de Pérouse, les travaux préalables à la venue du pape, ceux réalisés pendant son séjour dans la ville, enfin les négociations postérieures à la mort de Martin IV concernant les immeubles et les palais où avaient résidé le pape et les membres de la curie, en un mot toutes ces circonstances précieuses pour notre sujet, sont explicitées par des sources d'archives contemporaines. Il s'agit de documents provenant des archives de Pérouse, notamment les procès verbaux des séances des conseils de la commune. Étant donné l'importance de cette documentation et le caractère inédit d'une partie d'entre elle, on va consacrer ici une large place à ces textes. Les premiers d'entre eux se trouvent par une circonstance accidentelle à Paris, à la Bibliothèque nationale de France. Ils furent signalés en 1968, par Giovanni Cecchini, mais sans référence précise50. C'est pourquoi ils furent ignorés de la recherche consécutive, si ce n'est dans l'article très complet dédié à fra Bevignate par Maria Cristina Battisti, celle-ci n'ayant pu citer cependant que deux mentions et d'après la communication de G. Cecchini51. En réalité, les quelques citations données par cet auteur ne donnent pas la moindre idée de l'ampleur et de l'importance de la source en question, dans la mesure où il s'intéressait avant tout à l'implication de fra Bevignate dans la guerre menée par Pérouse contre Foligno, en 1283. G. Cecchini n'a donc traité, en grande majorité, que les parties du manuscrit se rapportant à 1283, sauf trois mentions concernant 128452 - d'ailleurs sans indication de folios, avec des datations souvent imprécises et seulement en donnant quelques courts extraits de sa source, comme d'ailleurs pour toutes ses citations, y compris celles datant de 1283. Or les documents conservés à Paris sont bien plus riches que ce que pouvaient faire penser ces quelques extraits. Pour donner une idée de leur importance, il suffit de mentionner le fait qu'ils contiennent le texte de l'accord entre la papauté et la commune de Pérouse, texte dont on connaissait jusqu'ici l'existence par ses mentions dans la documentation postérieure, mais qu'on considérait comme perdu53. Il importe donc de donner une description précise du manuscrit parisien.

  • 54 Sur la personnalité d'Adamo Rossi, voir Roncetti, « Il duomo di Perugia : un approccio bibliografi (...)
  • 55 Cecchini, « Fra Bevignate e la guerra contro Foligno », cit., p. 353.
  • 56 [Porcher (Jean)], « Nouvelles acquisitions latines et françaises du département des manuscrits de (...)

14Il s'agit du manuscrit Nouv. acq. lat. 2613, un recueil factice de 71 folios regroupant d'une part les procès-verbaux des séances du conseil de la commune de Pérouse, allant du 18 au 28 mai 1283 ; d'autre part ceux des séances allant du 19 avril au 30 mai 1284. S'y ajoute un cahier mal classé, daté du 16 juin et reporté après les folios de 1284, mais qui appartient sans aucun doute à l'année 1283 ; enfin des notes d'érudit du xixe siècle complètent le tout. Ces dernières sont certainement la clé qui explique la présence de ces folios en dehors de l'Archivio storico de Pérouse, où est conservée la série à laquelle ils appartenaient. Il s'agit de notes et de transcriptions de la main du prof. Adamo Rossi, le grand érudit de Pérouse du xixe siècle (1821-1891). On peut supposer que c'est lui qui a emprunté les documents aux archives, alors qu'il était conservateur de l'Archivio storico comunale, afin de les transcrire et de les utiliser, selon une pratique alors courante et sans la moindre intention frauduleuse54. On peut supposer que les feuillets ont été oubliés chez lui à sa mort et que les héritiers ont négligé de les restituer aux archives de Pérouse ou n'en connaissaient pas l'origine. Le manuscrit est entré à la Bibliothèque nationale non comme un don anonyme, ainsi que l'affirme G. Cecchini55, mais dans le cadre du legs fait par Seymour de Ricci (1881-1942)56.

  • 57 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe I. Seules y sont utilisées les mentions se rapporta (...)

15Les fol. 1 à 8, de mai 1283, s'inséraient, selon G. Cecchini, dans le vol. 5 des « Consigli e Riformanze » de la commune de Pérouse. Les fol. 25-32, un cahier de papier dont seule une petite partie est écrite, concernent, comme on l'a dit, la séance du 16 juin 1283. Étant donné leur rapport plus lointain avec notre sujet, ces séances sont seulement résumées dans notre ouvrage parallèle, où est publiée toute la documentation pérugine57. En revanche, les fol. 9 à 24, d'avril-mai 1284 y sont édités in extenso. Quant aux fol. 33-71, il s'agit des transcriptions d'Adamo Rossi concernant généralement les documents conservés dans ce même manuscrit, ainsi que quelques autres sources concernant l'histoire de Pérouse. J'ai indiqué dans l'édition susdite, à propos de chaque séance, les références aux transcriptions d'A. Rossi quand il y avait lieu. Mais ma publication a été établie directement sur les feuillets originaux, la confrontation entre ceux-ci et les transcriptions de l'érudit ayant fait apparaître quelques erreurs minimes.

  • 58 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 46, 49, 50, 51, 53, (...)
  • 59 Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia... », cit., appendice III, n° 4, 5, 7 et 8.
  • 60 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II.

16De manière heureuse, ces documents nouveaux complètent donc très exactement ceux qui se trouvent encore à l'Archivio de Pérouse et qui étaient déjà publiés. En 1988, M. R. Sil-vestrelli a donné une importante contribution sur les constructions publiques à Pérouse ; parmi les textes édités en annexe, figuraient des documents concernant l'histoire du palais, qui vont du 8 juin 1284 au 29 avril 128758. Au cours du même colloque, A. Paravicini Bagliani, dans le cadre de son article fondamental sur la mobilité de la cour des papes, publiait également quelques documents intéressant l'histoire du palais et complémentaires de ceux édités par Mme Silvestrelli, allant du 18 octobre 1284 au 8 août 128659. Pour la commodité des utilisateurs, dans mon édition de la documentation pérugine, j'ai repris les documents publiés par M. R. Silvestrelli et A. Paravicini Bagliani ainsi que par quelques autres auteurs, vérifiés à chaque fois que c'était possible, outre les sources inédites60.

  • 61 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., notamment chap. I.

17Au cours de ce chapitre, je reviendrai fréquemment sur tous ces témoignages, aussi bien ceux inconnus jusqu'ici que ceux déjà publiés ; aussi je ne donnerai ci-après qu'une description rapide du contenu de chacun des procès-verbaux et autres textes. Par ailleurs, l'analyse des textes du point de vue des rapports entre la curie et la ville d'accueil, de l'organisation de la distribution des logements et des constructions nouvelles, des architectes impliqués dans le chantier, etc., est faite dans mon ouvrage complémentaire61.

  • 62 Sur le statut et le rôle des « ambassadeurs » de la commune de Pérouse, dans la seconde moitié du (...)

18Le 19 avril 1284, on apprend que le pape a déjà décidé de venir s'installer à Pérouse, même si les négociations sur les modalités de sa venue et de son séjour sont encore en cours. Les ambassadeurs que la commune avait envoyés auprès de la curie romaine (c'est-à-dire à Orvieto) rapportent que le pape est en train d'adresser à la ville des envoyés, pris parmi ses chapelains, afin d'examiner les demeures où il devrait séjourner, ainsi que celles des cardinaux et de la curie62. La commune se préoccupe de ce que les chapelains du pape soient dignement logés et le conseil (à la majorité, mais pas à l'unanimité...) décide d'offrir 100 florins à chacun d'eux. Le 21 avril, l'ambassadeur de la commune raconte comment il a mené les négociations, cette fois-ci à Pérouse où il est revenu, à la fois avec les chapelains du pape et avec l'archiprêtre de la cathédrale. Ils ont examiné ensemble les lieux pressentis pour le séjour du pape et évalué le coût des travaux d'adaptation, avec l'aide d'un maître d'œuvre. Les deux chapelains ont refusé le cadeau de 200 florins, ont demandé qu'il soit porté à la curie et ne l'accepteront qu'avec la permission du pape. Puis on évoque le remboursement de l'amende de 40 000 florins d'or auprès du camérier pontifical, payable en quatre termes, non compris les 200 florins prévus pour les chapelains. Le conseil fait enfin appel à fra Bevignate afin que les problèmes d'organisation soient aplanis à temps, avant que le pape ne change d'idée. Lors de la séance du 27 avril, l'ambassadeur rapporte que les architectes et ingénieurs du pape et de l'Église romaine sont venus et ont examiné la future résidence, notamment pour s'assurer qu'elle reposait sur de bonnes fondations. Le consul des arts mentionne par ailleurs l'examen et les demandes faits par les dits maîtres d'œuvre sur les demeures prévues et sur leurs améliorations.

  • 63 Sur l'identification du personnage et son rôle, voir Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., chap. (...)
  • 64 Remarquable est la différence entre les sommes envisagées pour le maître d'œuvre et pour les chape (...)
  • 65 À partir d'ici, les faits rapportés sont tirés principalement des documents publiés par M. R. Silv (...)
  • 66 À la suite d'une indigestion d'anguilles du lac de Bolsène, comme le rappellent les vers de Dante (...)
  • 67 Sur la marge d'incertitude quant à la date du départ d'Honorius IV, cf. Paravicini Bagliani, « La (...)

19Le 3 mai 1284, la commune de Pérouse passe avec le pape Martin IV l'accord définitif pour son futur séjour en ville. Ce texte, jusqu'ici inédit, était cependant connu par les mentions données dans les procès-verbaux suivants du conseil communal de la ville. Il est bien sûr parallèle aux deux textes semblables déjà publiés pour Viterbe et antérieurs à celui-ci. Au cours de la même séance, le conseil approuve également l'édification ou la rénovation des édifices prévus pour le pape et la curie. Le 12 mai 1284, la commune demande à son ambassadeur de transmettre au cardinal Benedetto Caetani l'expression de sa fidélité - illustrant ainsi l'importance du futur Boniface VIII à l'intérieur du collège cardinalice et démontrant les liens étroits, que l'on pouvait soupçonnner par ailleurs, entre le cardinal Caetani et la ville de Pérouse. Pendant la séance du 17 mai, est donnée lecture d'une dépêche envoyée ce même jour par l'ambassadeur de la commune auprès de la curie, qui annonce que les tractations sont en voie d'achèvement. On apprend alors que maître Giovanni, qui doit diriger les travaux de la résidence du pape doit arriver imminemment à Pérouse ; l'ambassadeur exhorte le conseil à lui faire bon accueil et à se préoccuper spécialement du problème des rues, des fontaines et de l'eau. Le conseil approuve alors toutes les mesures suggérées par l'ambassadeur. Le 18 mai, fra Bevignate est nommé surintendant des travaux concernant le palais du pape et on lui donne des pouvoirs extraordinaires pour les mener à bien. Le capitaine, accompagné d'un maître d'œuvre et d'un notaire, est chargé d'aller faire le tour de la ville pour décider des travaux à accomplir pour la voirie et les fontaines. Pour chaque quartier doivent être également nommés deux notables et un notaire qui vont s'occuper de répartir les maisons et boutiques qui seront attribuées aux marchands et autres catégories de personnes qui suivent la curie. On prend également des dispositions pour assurer la protection de la cour pontificale lors de son futur voyage d'Orvieto à Pérouse. D'autres décisions sont votées, notamment l'affectation d'un massier (c'est-à-dire un officier comptable) de la commune aux travaux que doit entreprendre fra Bevignate. On nomme enfin officiellement divers officiers dont fra Bevignate. La séance du 20 mai sert à régler les questions concernant les emplacements des boutiques des marchands suivant la curie et celles des Pérugins. On choisit par ailleurs Raniero di Giovanni di donna Falconieri pour le rôle, stipulé le 18 mai, de massier affecté aux travaux de fra Bevignate. Le 22 mai, le conseil décide que pour chaque quartier on réparera en priorité une fontaine, avant de faire de même avec les autres ; que pour chaque quartier on remettra en état les rues ; et que le capitaine est autorisé à condamner à des amendes les cordonniers et autres artisans qui souilleraient les rues. Lors du conseil du 25 mai, on reparle du maître d'œuvre pontifical qui doit présider aux travaux pour le compte du pape et cette fois-ci il est nommé non seulement par son prénom, mais également par son nom : il s'agit de Giovanni di Pace et la commune envisage de lui verser de l'argent afin de s'attirer ses bonnes grâces63. Après délibération, on décide de lui fournir vivres et couvert pendant son séjour, ainsi qu'une somme de 50 florins64. Le 27 mai, on affecte un maître d'œuvre de la commune, Corrado, aux travaux, on reparle du problème des locations et l'on commence à rentrer dans le détail de certaines opérations de réparation. Le 8 juin, le syndic de la commune reçoit 400 florins pour la transformation du palais de la commune en palais pour le pape65. Ensuite, nous manquons malheureusement de renseignements jusqu'au mois d'octobre en l'absence de procès-verbaux conservés. Pendant l'été, la ville a dû pourtant s'activer pour réaliser les différents points établis par l'accord avec la curie et les travaux notamment ont dû battre leur plein. Le 4 octobre, en coïncidence avec la fête de saint François, le pape arrive à Pérouse. Le 18 et le 29 octobre 1284, les séances du conseil communal sont consacrées à élire les taxateurs qui devront fixer les prix de location des demeures où vont résider les curialistes : « super hospiciis curialium et sequentium curiam et aliis ». Dans la même séance du 18 octobre, on voit fra Bevignate tenter de résister aux pressions que les curialistes exercent sur lui ; il déclare qu'il ne procédera à aucune réparation dans leurs logements si ce n'est sur mandement explicite de la commune. En janvier et février 1285, le pape et le cardinal Matteo Rosso Orsini prêtent de l'argent à la commune pour que celle-ci puisse réaliser les aménagements nécessaires dans leur logement respectif. Le 19 mars 1285, la commune achète une maison derrière la cathédrale Saint-Laurent. Bien que le document ne soit nullement explicite, il n'est pas interdit de penser que la transaction se situait dans le cadre des travaux d'agrandissement et d'adaptation de la zone à l'usage du pape. Malheureusement pour la cité, tous ses efforts et investissements auront été de peu d'utilité, puisque le pape meurt dès le 28 mars 128566. Quant à son successeur, Honorius IV, élu dès le 2 avril, il quitte la ville au bout de deux ou trois semaines67. Dès lors les documents que nous conservons évoquent avant tout des litiges nés des transformations urbaines et de l'adaptation des palais de la ville à l'occasion du séjour pontifical. Quoi qu'il en soit, ces témoignages sont eux aussi extrêmement précieux, car l'évocation des conflits ou de leur résolution nous apporte d'abondantes précisions topographiques. Le 23 juin 1285, la commune élit un procureur, Bencivene Sapuli (ou Sapoli), pour les questions qui se sont élevées entre elle-même et le chapitre cathédral, à cause du palais pontifical. Le 29 septembre, ce même procureur est élu à propos des conflits entre les mêmes parties, concernant cette fois plus précisément la cuisine élevée pour le pape dans le palais canonial. En mars 1286, des propriétaires déclarent les dommages qui ont été causés à leurs maisons lorsque celles-ci ont été occupées par des curialistes. Le 6 juin 1286, le procureur déjà évoqué en juin et septembre de l'année précédente est à nouveau choisi pour une cause pendante entre la commune et le chapitre cathédral, cette fois par rapport à la loggia, à l'escalier et à la garde-robe du palais pontifical. Le 26 juin, le chapitre abandonne ses actions contre la commune contre un certain nombre d'avantages. Le 8 août est payé à un habitant de Pérouse le loyer de sa maison qui a été occupée par le cardinal Benedetto Caetani et sa « familia ». Enfin, le 29 avril 1287, est élu le même procureur pour régler un conflit entre la commune et l'archiprêtre de la cathédrale.

3. De la fin du xiiie siècle à l'incendie de 1534

  • 68 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 59 (travaux de couve (...)
  • 69 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 73 et 74. C'est peut (...)
  • 70 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 86 (nettoyage des es (...)
  • 71 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 494-495 et doc. n° 116 (p (...)
  • 72 J'ai généralement suivi l'identification proposée par Mme Silvestrelli (donnée implicitement dans (...)

20Si le statut juridique et l'occupation des bâtiments jouxtant le palais canonial durent constituer des sujets de friction avec l'archiprêtre et les chanoines, il n'en allait pas de même avec l'ancien palais du podestat, dont la propriété n'était probablement plus contestée depuis longtemps et qui dut être réutilisé par l'administration communale dès le départ du pape. En tout cas, après quelques chantiers ponctuels en 128668, les travaux reprennent en 1289, dirigés par Giacomo di Servadio et sont attestées des opérations confiées à deux peintres, Baldolo di Rufino et Elemosina di Forte, ce qui montre que le chantier devait être essentiellement consacré aux décors intérieurs (appartement du podestat et peut-être grande salle), ainsi que des réparations à la « chambre des livres et actes de la commune »69. En 1290, on trouve plutôt des travaux d'entretien ou secondaires70. Désormais, les opérations semblent achevées, puisqu'il n'est plus fait de mention du palais dans la documentation communale, à l'exception de quelques travaux de peinture attestés vers 1292 et en 1297-129871. Il faut souligner que dans cette période où la commune de Pérouse est en train de construire en même temps son nouveau palais (l'actuel palais des Prieurs) dont le chantier s'ouvre en 1292, il n'est pas toujours facile de faire le partage entre les textes se rapportant au palais du podestat et ceux concernant le nouveau bâtiment. Ainsi, le premier est qualifié de neuf dans certains documents (par exemple en 1289) ; effectivement les travaux récents lui donnaient un lustre nouveau, mais cela n'aide pas à pour clarifier la distinction avec le « palais des Prieurs », pour lequel ce qualificatif est bien plus justifié. Dans d'autres cas les documents sont ambigus ou imprécis. Aussi, il n'est pas toujours certain que telle délibération ou telle dépense s'applique à l'un ou à l'autre palais72.

  • 73 Voir le chapitre II.2.
  • 74 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre au service des papes..., cit., annexe II, ad annum.
  • 75 Cf. Riccieri (A.), « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini, tratto da A. Fabretti dalla Cance (...)
  • 76 Mariotti a dû être induit en erreur par la situation étrange de cette délibération de 1293, placée (...)
  • 77 Mariotti (A.), Saggio di memorie istoriche, civili ed ecclesiastiche della città di Perugia, t. I, (...)
  • 78 ASP, Cons. e Rif. 12 (1296-1299), fol. 39v°.
  • 79 Ainsi, il existe un document très semblable pour 1284, où l'allusion au pape se justifie cette foi (...)
  • 80 Cf. Morghen (R.), « Il cardinale Matteo Rosso Orsini e la politica papale nel secolo XIII », dans (...)

21La ville connut à cette époque une nouvelle occupation par la curie pontificale, à l'occasion du long conclave qui fit suite à la mort de Nicolas IV. Mais il n'est pas sûr que le palais, alors occupé par la commune, ait servi aux membres du Sacré-Collège. En effet ceux-ci n'étaient pas tenus à une clôture stricte, ni même à résider ensemble, la constitution de Grégoire X ayant été suspendue par Jean XXI (au sens strict on ne devrait donc même pas parler de conclave)73. À cet égard, il est significatif que les rares documents conservés qui fassent allusion au logement des cardinaux ne mentionnent pas une seule fois le palais « communal-pontifical ». Deux textes inédits, du 5 et 6 septembre 1293, montrent les autorités communales occupées à distribuer les logements d'une part aux curialistes, d'autre part aux marchands et artisans suivant la curie, cette seconde séance étant consacrée en outre au règlement de nombreux détails (décisions sur les loyers des boutiques, sur le lancement d'un emprunt, taxation de denrées, etc.)74. Un mois plus tard, le texte du 8 octobre 1293 était déjà doublement connu, mais de manière trompeuse. Un résumé très succinct en avait été fourni par Fabretti et publié par Riccieri75. Et le même texte avait été publié complètement par Mariotti, mais avec quelque liberté par rapport au document et une erreur de datation qui lui avait fait attribuer le document à 129776 : « Item quod fiant reparationes expensis Comunis in domibus monasterii sancti Petri pro habitatione domini Mathei Rubei et sue familie et generaliter in aliis do-mibus in quibus domini cardinales et quilibet eorum habitant et familiae eorum et eodem modo familiares domini pape »77. Le texte original est légèrement différent : « Item quod re-parationes que expediunt fieri in domibus mo-nasterii sancti Petri pro habitatione domini cardinalis Mathei Rubei et sue familie fiant ex-pensis comunis et generaliter in aliis domibus in quibus domini cardinales et quilibet eorum habitant et familie eorumdem. Et eodem modo familiares domini pape »78. La transcription donnée par Mariotti était donc un peu troublante, notamment parce que le présent « habitant » paraissait s'appliquer également aux familiers du pape et impliquer par conséquent un séjour pontifical. Bien entendu le texte original ici transcrit est sans ambiguïté. Ainsi la mention des familiers du pape, déconcertante si l'on se trouvait en 1297 (on ne voit pas pourquoi les familiers du pape se trouveraient à Pérouse, alors que Boniface VIII était ailleurs), s'explique parfaitement en 1293 : après la mort de Nicolas IV, ses familiers suivaient encore la curie, même s'ils n'apparaissent plus dans le texte qu'après les cardinaux et leurs propres familiers, un renversement hiérarchique qui exprime tangiblement l'idée de la « Roue de la Fortune »79. Resitué dans son contexte exact, l'année 1293, le texte est aussi intéressant puisqu'il implique que le monastère Saint-Pierre, ancien séjour des papes, servait à nouveau de résidence pour des membres importants de la curie, comme le vieux et puissant cardinal Matteo Rosso Orsini. Nous avons déjà vu les rapports étroits de ce dernier avec la ville en 1285 (lorsqu'il prête une forte somme d'argent à la commune). En 1288, il avait pu à nouveau nouer des liens privilégiés avec celle-ci, lors de sa légation en Ombrie avec le cardinal Benedetto Caetani, à l'occasion du nouveau conflit armé entre Pérouse et Foligno80. Soit que les édiles aient été seulement soucieux de remettre en état le patrimoine immobilier de la ville à l'occasion du conclave, soit qu'ils aient également espéré préparer ainsi un possible séjour du nouveau pape dans leur ville, on voit qu'il s'agissait d'une préoccupation importante pour la commune. Malheureusement pour elle, avec l'élection d'un pape en dehors du sein du Sacré-Collège, et même pas présent dans la ville, l'ermite Pierre de Morrone, tous ces investissements allaient être perdus.

  • 81 Sur le premier point, cf. Lunghi (E.), Perugia, la cattedrale di San Lorenzo, Pérouse, 1994, p. 24 (...)
  • 82 Registres de Boniface VIII, n° 2422.
  • 83 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Thei-ner (A.) éd., t. I. 756-1334, Rome, 1861, p. (...)

22Après le bref pontificat de Célestin V, Boniface VIII semble avoir montré un certain intérêt pour Pérouse. S'il n'y est jamais venu après son accession au trône pontifical, il connaissait bien la cité pour y avoir résidé à plusieurs reprises, en tant que cardinal. Par ailleurs, plusieurs actes de son pontificat attestent probablement son attention particulière envers la ville, comme l'ordre de translation du corps de Martin IV et la remise de l'amende et des censures ecclésiastiques que la commune avait encourues à cause de la guerre contre Foligno, accordée en 129681, ou la confirmation, le 1er février 1298, de la concession de certaines maisons, appartenant au chapitre de Pérouse à la commune, pour l'édification et l'amplification de son nouveau palais (c'est-à-dire le palais des prieurs)82, ou encore l'autorisation, le 18 mai 1300, faite aux habitants de consacrer une somme de 1400 florins, due au chapitre de Saint-Laurent, aux travaux de construction de la nouvelle cathédrale qu'on projette alors83. En revanche, c'est de manière erronée qu'Annibale Mariotti a attribué jadis au pape Caeta-ni un séjour à Pérouse en 1297, en s'appuyant à la fois sur des auteurs anciens et sur de mauvais raisonnements. Mais il produisait aussi un témoignage en apparence irrécusable, un ordre du conseil de la commune qu'il datait d'octobre 1297. En réalité, comme on l'a vu plus haut, ce document date de 1293 et concerne le conclave ayant suivi la mort de Nicolas IV. L'hypothèse d'un séjour de Boniface VIII doit donc être définitivement écartée.

  • 84 Le texte presque complet est donné par Rossi (A.), « Prospetto cronologico della vita e delle oper (...)
  • 85 J'ai préféré conserver le nom d'Ercolano en italien, plutôt que recourir à la traduction française (...)
  • 86 Nombreuses références dans Bistoni (M. G.), Casa-grande (G.) et Monacchia (P.), « Bino Sozi archit (...)
  • 87 Rossi, « Prospetto cronologico della vita... », cit., ibid. La référence donnée par Calderoni, pas (...)

23Cette même année 1297 voyait de nombreux travaux à côté du palais du podestat. Le passage voûté sous le palais était sombre et étroit, ce qui entraînait des risques pour la sécurité et pour l'hygiène dont le statut de 1279 se préoccupait déjà, on l'a vu plus haut. Le 4 janvier 1297, le conseil général de la commune ordonna que pour lutter contre l'insécurité et la malpropreté du passage (« sub volta palacii communis »84), on y peindrait les images de la Vierge et des saints Laurent, Ercolano85 et Christophe (les deux saints patrons de la ville et un des grands saints secourables du Moyen Âge, particulièrement vénéré contre la mort subite) et qu'on y maintiendrait une lampe allumée toute la nuit, aux frais de la commune86. Le 3 octobre suivant, on se préoccupe à nouveau de l'éclairage nocturne de la peinture, qui devait donc être déjà achevée à cette date, et du passage (« luminaria que continue debeant ardere ante dicta figuram et sub volta palacii comunis ») et on décide en outre de chauler les murs (« Et debeat intonachari facere voltas pa-lacij comunis et inblanchari »)87.

  • 88 Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 170.
  • 89 Ms. 975 de la Biblioteca Augusta de Pérouse.
  • 90 Mon attention a été attirée sur ce texte par Francesco Tommasi, qui en a publié quelques passages (...)
  • 91 La fiabilité de la copie de 1343 est prouvée en outre par une autre copie intermédiaire (de 1334) (...)
  • 92 Ce passage a été également cité par Silvestrelli ([M.] R.), « Il castello di San Lorenzo », dans U (...)
  • 93 Voir les passages cités de manière plus extensive dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., ann (...)
  • 94 Un seul point pourrait faire problème : par rapport à la citation de 1314, nous avons bien restitu (...)

24Si Boniface VIII n'est jamais venu à Pérouse, en revanche son successeur, Benoît XI, y a séjourné de mai à juillet 1304. Diverses sources, citées par M. R. Silvestrelli, montrent qu'il a résidé dans le palais canonial de Saint-Laurent. Ainsi le séjour du pape est mentionné dans la plus ancienne chronique de Pérouse, sous l'année 1304 : « In questo millesimo dì VI de maggio, venne in Peroscia papa Benedetto undecemo, albergòne enlla calonica de San Lorenço »88. Par ailleurs le Liber indulgentiae des frères prêcheurs de Pérouse comporte de nombreuses mentions qui précisent le lieu de résidence du pape89. Le manuscrit date de 1343, mais les textes qu'il contient sont d'une époque également très proche des faits90. En effet, le Liber indulgentiae est une copie luxueuse, réalisée par un notaire de la ville pour le couvent des dominicains, d'une série de dépositions faites entre 1308 et 1317 par divers personnages (évêques présents alors à la curie, dominicains, notables de Pérouse) à la demande du prieur du couvent Saint-Dominique, afin de prouver l'authenticité de l'indulgence plénière que Benoît XI, lui-même un ancien dominicain, aurait accordé à la communauté juste avant de mourir91. Ces citations de la résidence pontificale sont assez variées et même parfois ambiguës : « ...existens in pallacio maioris ecclesie dicte civitatis Peru-sine in quo residere consueverat... » (1308, formulation à peu près identique en 1310)92 ; « ...residente in palatio maioris ecclesie Peru-sine in loggia ipsius palatii que est versus oc-cidentem... » (1314) ; « ...in camera sua que est et erat in canonicha maioris ecclesie Sancti Laurentii de Perusio... » (1317)93. En réalité, la variété des expressions employées par le chroniqueur en 1304 et par les différents témoins de l'indulgence dominicaine ne fait que traduire la complexité du palais pontifical et correspond très précisément à la reconstitution que nous en ferons plus loin94.

  • 95 Sur les raisons multiples de l'acharnement de Benoît XI contre les auteurs du pillage (pour une qu (...)
  • 96 Matheus Westmonasteriensis, « Flores historiarum », Liebermann (F.) éd., dans MGH, SS, t. XXVIII, (...)
  • 97 Dupuy (P.), Histoire du différend d'entre le pape Boni-face VIII et Philippe le Bel roy de France, (...)
  • 98 Voir les extraits publiés dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum.
  • 99 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 472 ; Acta Aragonensia. Quellen zur deutschen, (...)

25La résidence papale fut le cadre de divers événements solennels. Ainsi, le 7 juin 1304, le pape publiait la bulle Flagitiosum scelus, où il excommuniait tous ceux qui avaient trempé dans l'attentat d'Anagni95. Le même jour, il tint au peuple un discours pour l'en informer, nous le savons par une source qui donne la teneur de son propos96 et par Guillaume de Nogaret lui-même, l'un des principaux accusés visés par l'acte pontifical. Ce dernier donne un détail intéressant ; il raconte que le pape avait fait préparer les lieux la veille au soir : « seroque praecedenti locum ad praedicandum supra plateam Perusii ante hospicium suum parari et pannis aureis muniri fecisset », un témoignage qui nous permet d'imaginer les apparitions publiques du pontife, qui ne se faisaient jamais sans un arrière-plan de tentures luxueuses97. Quant au pôle opposé, celui de la vie privée du pape, nous possédons aussi une source concernant la résidence de Pérouse durant le bref pontificat de Benoît XI. Nous venons de mentionner le Liber indulgentiae des frères prêcheurs de Pérouse. Or certains des témoignages qui y sont rassemblés, mentionnant des faits ayant eu lieu seulement quelques années auparavant et pouvant donc traduire une bonne connaissance de la topographie locale, citent, comme on s'y attendrait, la chambre du pape. Plus remarquable, ils la situent dans le palais canonial, ce qui correspond, comme on le verra plus bas, à notre reconstitution des différentes parties du palais. D'autre part, on s'aperçoit que cette chambre sert de lieu de rencontre entre le pape et des représentants importants de la commune de Pérouse, qu'elle assume donc un rôle d'espace semi-public, mais réservé à des interlocuteurs choisis (mais il est vrai que le pape est alité et souffre déjà de la maladie qui va l'emporter). Enfin sont mentionnés comme des auditeurs privilégiés des paroles du pape, quoique de manière très indirecte, trois charpentiers qui se trouvaient réaliser des travaux en sa chambre98. À la mort de Benoît XI, les cardinaux se réunirent dans le palais que celui-ci avait occupé durant son bref pontificat99.

  • 100 Regesti Clementis papae V, Appendices 1, Rome, 1892, p. 357-513. Je prépare une nouvelle édition d (...)
  • 101 Ibid., p. 512.

26Après l'élection de Clément V et le départ de la curie pour la France, le palais redevint, et pour longtemps, l'un des sièges du pouvoir communal, tandis que la partie privée de la résidence devait avoir été réintégrée dans la sphère du palais canonial. C'est que prouve l'inventaire du trésor pontifical, rédigé en 1311 à la demande du pape Clément V100. Le trésor semble être resté dans la zone résidentielle du palais, comme le montrent les mentions finales du document, où les rédacteurs annoncent qu'ils n'ont pas inventorié le contenu des coffres scellés dans la chambre des papes défunts : « ...in camera dominorum Bonifatii et Benedicti supremorum Pontificum defunctorum »101. La formule, suprenante puisqu'elle semble impliquer que Boniface VIII avait habité lui aussi le palais, doit s'expliquer par le fait que la plupart des objets inventoriés remontaient au pape Caetani plutôt qu'à son successeur. De même que la suite du texte, où les rédacteurs mentionnent les bureaux de la Chambre apostolique vidés de leur mobilier et où ne sont restées que les archives, elle prouve en tout cas que les salles étaient restées inutilisées.

  • 102 Un autre incendie en 1315 n'a pas concerné le palais du podestat, comme on l'a affirmé autrefois, (...)
  • 103 Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 223. L'événement est également rapporté par Pellini (P. (...)
  • 104 Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 234 : « ...venne en pregione en Peroscia messer Rodolfo (...)
  • 105 Selon Bonazzi, Storia di Perugia dalle origini al 1860, cit., t. I, p. 284 ; Calderoni, Il duomo.. (...)
  • 106 Bistoni, Casagrande et Monacchia, « Bino Sozi... », cit., p. 191.
  • 107 ASO, Rif. 162, fol. 48, cité d'après Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duecento », cit. (...)

27En 1329 éclata un incendie dans le palais du podestat102. L'événement est rapporté par la chronique en langue vulgaire du début du xive siècle déjà citée plus haut. Il s'agit donc d'un témoignage contemporain des événements : « mcccxxviiij. In quisto millesemo, die .xxv de lulglo, gietôse fuoco de notte tempo ello palaçço de la podestate e arserse tutte le ca-more del palaço de la podestade, cioène giù la volta de la podestade, e 'ncomenòse a rapiciare gl'uscia e gle porfiella de l'ovescovado, ciò dal canto de sotto da le volte, e arsese biene el meço del palaço e rapiciòse el cha[n]panile del palaço de la podestade »103. Que le palais ait survécu à l'incendie est prouvé par le fait que peu de temps après, en 1335, Ridolfo Pietra-mala, ses fils et d'autres prisonniers y étaient enfermés, suite à la reconquête de Città di Cas-tello104. La peinture de la Vierge avec des anges et des saints, que la municipalité avait fait peindre en 1297 dans le passage voûté sous le palais, fut également préservée de l'incendie. L'image y gagna une réputation miraculeuse et fut dès lors considérée comme un palladium de la cité, sous le nom de « Maestà della Volta ou delle Volte ». C'est pourquoi, à partir de 1335105, la même année où l'on voit le palais servir de prison, la peinture fut précédée d'un portique, dont subsiste une partie. Quant à savoir si existait déjà également une chapelle, les textes sont moins clairs. Mais on peut le penser puisqu'en 1344 on rencontre déjà un inventaire des ornements et du trésor et qu'en 1347 y est rédigé un testament. De toute façon la chapelle existe au moins à partir de 1366106. À partir du milieu du xive siècle, le nouveau palais des prieurs, aujourd'hui l'un des monuments symboles de la ville, rentra en fonction. Il est probable que la commune se désintéressa alors de plus en plus de l'ancien palais du podestat : même dans sa version modernisée en tant que palais pontifical, il devait désormais sembler démodé, voire médiocre face au nouveau palais communal. On s'explique ainsi que les autorités ecclésiastiques aient pris peu à peu possession de l'ensemble du bâtiment, y compris des parties autrefois possédées par la commune. Par ailleurs, au cours du xive siècle, la papauté avignonnaise prétendait toujours à un pouvoir souverain sur la ville, qui devait s'exprimer certainement par la revendication, pour le pape ou ses représentants, du palais autrefois habité par Martin IV. C'est ce que laisse penser un document de 1373, se rapportant à la période d'occupation de Pérouse par le recteur du Patrimoine envoyé par Grégoire XI, Gérard Du Puy, abbé de Marmoutier (ce qui est étrangement traduit, dans les sources italiennes, par « Montemaggiore »). Certes, ce dernier devait résider dans la forteresse qu'il fit édifier dans le quartier de la Porta Sole, mais le 8 août 1373 un commissaire de l'abbé écrivait à la commune d'Orvieto d'envoyer des représentants à Pérouse « in sala papalis palatii cathedralis ecclesie Perusine », ce qui implique bien que le palais pontifical fut au moins utilisé par le légat en attendant la construction de la nouvelle forteresse107.

  • 108 Riccieri, « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini... », cit., p. 399 : « 1387. Il papa venend (...)
  • 109 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 484 et 488-489. Il s'agit d'un motif hagiograph (...)
  • 110 Pellini, Dell'historia di Perugia..., cit., t. I, p. 1367 : « ...che sarebbe volentieri tornato a (...)
  • 111 Sur le séjour de Boniface IX : Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 503 et 520-521 ; (...)

28En 1387-1388, durant son séjour à Pérouse, c'est dans le palais pontifical que réside Urbain VI108. Lors de la bénédiction impartie à la population massée devant une fenêtre du palais, lors de la proclamation d'une croisade, le pape tenait une chandelle à la main. Malgré la violence du vent qui soufflait ce jour-là, celle-ci ne s'éteint pas, et le peuple cria au miracle109. Au-delà de la pieuse anecdote, ce que l'on voit bien ici, c'est l'utilisation du palais comme lieu du cérémonial papal, en accord aussi bien avec la tradition du xiiie siècle qu'avec les dispositions du palais d'Avignon. Mais, par d'autres aspects, le palais de Pérouse devait paraître bien démodé pour un pape habitué au luxe avignonnais. En effet, au début de 1389, la cité envoie des ambassadeurs auprès d'Urbain VI pour le supplier de revenir à Pérouse avec sa cour. Le pape répond qu'il serait bien volontiers retourné, s'il avait l'assurance de pouvoir disposer d'une résidence meilleure que celle où il avait été logé, étant donné que dans celle-ci ne se trouvaient ni jardin, ni cour, ni agrément110. On ne peut rêver d'une meilleure définition de ce qu'avait été l'apport du palais avignonnais à la définition d'une résidence pontificale par rapport à ses prédécesseurs italiens : importance du jardin, composition de l'édifice autour d'une cour qui représente le véritable centre du palais, souci du confort et du plaisir. C'est d'ailleurs peut-être pour les mêmes raisons qu'en 1392-1393, le successeur d'Urbain VI, Boniface IX, commença par loger dans le nouveau palais des prieurs, un bâtiment plus récent et plus splendide. Mais il y séjourna tout juste un mois car, à la suite d'une émeute ayant eu lieu le 17 novembre 1392, il se transféra au monastère Saint-Pierre, qui avait au moins l'avantage d'être plus isolé et relativement vaste et que le pape s'empressa de fortifier111.

  • 112 Pellini, Dellhistoria di Perugia..., cit., t. II, p. 172 ; cf. aussi Riccieri, « Indice degli Anna (...)
  • 113 On trouvera le résumé et une partie du texte dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe I (...)
  • 114 Crispolti (C.), Perugia Augusta, Pérouse, 1648, p. 31 ; ms. de F. Riccardi, « Liber Memoriarum div (...)
  • 115 Je n'emploierai pas le nom de « loggia » donné habituellement au monument élevé par Braccio contre (...)
  • 116 Sur l'attribution de l'œuvre à cet architecte, voir la confirmation documentaire donnée par Bartol (...)
  • 117 F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversarum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 293. Cris (...)
  • 118 Fumi (L.), Inventario e spoglio dei registri della Tesoreria apostolica di Perugia e Umbria dal Re (...)
  • 119 Ibid. Signalons ici que les reproductions des transcriptions de L. Fumi données par A. Calderoni, (...)
  • 120 Ibid., p. 6-8. On notera que cette tradition médiévale de location du rez-de-chaussée à des commer (...)
  • 121 Ibid., p. 28.
  • 122 Ibid., p. 49.
  • 123 Ibid., p. 53.
  • 124 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 537-538. Selon Mariotti, la première de ces bén (...)
  • 125 Rossi, « Prospetto cronologico... », cit., p. 246.
  • 126 Riccieri, « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini... », cit., p. 459 : « 1495. Volta da farsi (...)
  • 127 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 52.
  • 128 Ibid., p. 70.
  • 129 En 1502 et en 1503, l'entité des travaux n'est pas précisée, mais il s'agit de quelques réparation (...)
  • 130 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 571.
  • 131 Fumi, Inventario e spoglio..., cit., p. 138.

29À partir du pontificat de Boniface IX et jusqu'à l'incendie de 1534, le palais fut désormais occupé par le légat ou le gouverneur pontifical de Pérouse et retrouva ainsi un nouvel usage. C'est probablement à la suite de ce changement d'utilisation qu'on entreprit une importante campagne de restauration. En effet, en 1409-1411 sont attestés des travaux dans deux tours : « ...fù ordinato, che si rifacessero i fondamenti alla Torre, che sosteneva le mura della volta del Palazzo del Vescovato, & l'altre sopra la Maestà della volta, che minacciavano ruina, il che fù poi in due anni seguenti condotto a fine... »112. Les travaux furent effectivement importants, comme l'attestent les longs comptes rendus des séances du conseil113. Deux historiens de l'époque moderne, Crispolti et Riccardi, parlent d'une restauration du palais pontifical en 1422, mais sans spécifier d'où ils tirent cette idée114. Cependant, on peut noter que les arcades115 construites devant la cathédrale pour Braccio Fortebraccio de Montone par l'architecte Fio-ravante Fioravanti datent de 1423116. Les deux historiens mettent donc implicitement en rapport les deux opérations et entendaient probablement rattacher ainsi la restauration du palais à la figure du grand homme politique qui domina Pérouse de 1416 à sa mort en 1424, ce que fait explicitement Riccardi dans un autre passage de ses mémoires117. Pourtant nous en savons beaucoup plus sur les travaux menés dans le palais après la mort de Braccio. En effet, le pouvoir papal s'empressa de profiter du vide qui s'était créé à Pérouse, après l'écrasement de Braccio par les troupes pontificales le 2 juin 1424 à l'Aquila, pour réaffirmer son pouvoir sur la ville. Dès le 18 juillet 1424 fut passé un accord général entre Pérouse et Martin V. Une des clauses prévoyait que si les prieurs pourraient continuer à occuper leur palais, celui-ci serait mis à disposition du pape au cas où il viendrait résider à Pérouse118. On ne peut imaginer symbole plus palpable de l'abandon par la commune de son indépendance ; en même temps le document montre que l'ancien palais pontifical n'était plus considéré comme un logement adéquat pour un éventuel séjour du pape. Pourtant, les archives comptables de l'administration pontificale pour Pérouse et l'Ombrie, publiées par Luigi Fumi, attestent que l'on se préoccupa activement de restaurer et d'entretenir également l'ancien palais pontifical, parce que celui-ci était désormais dévolu officiellement au légat ou gouverneur pontifical en dehors des séjours des papes (d'où le nom alors fréquemment donné au bâtiment, de palais du gouverneur)119. En outre, d'autres items des comptes sans rapport avec des travaux mentionnent le palais et permettent de préciser certaines dispositions. Ainsi, l'administration pontificale perçoit les loyers des boutiques qui occupent les arcades de Braccio, au pied de l'escalier du palais, voire, pour deux d'entre elles, le passage voûté de la Maestà della Volta120. Pour ce qui est des interventions architecturales, en 1426 on travaille à la loggia, notamment en y apposant les armoiries du pape Colonna, au-dessus de la porte, comme d'ailleurs sur tous les monuments publics121. En 1437, ce fut le tour des armoiries du pape Eugène IV et de l'Église, qui sont placées en revanche presque au sommet du mur, sculptées en pierre d'Assise et accompagnées de deux angelots peints122. En 1443 sont commencés des travaux de restauration importants, à cause de l'éventuel séjour d'Eugène IV à Pérouse, payés l'année suivante, 76 florins, mais nous n'en connaissons pas les détails123. En 1447 séjourne au palais la mère du nouveau pontife, Nicolas V. Le palais pontifical est à nouveau occupé par un pape, Pie II, lors de son séjour à Pérouse. Le pontife utilise à plusieurs reprises la loggia pour des cérémonies, telles la bénédiction des chandelles ou la bénédiction de Pâques124. En janvier 1469, le prieur de la chapelle de la Maestà della Volta se plaignait de ce que des pierres fussent tombées sur le toit de la chapelle, à l'occasion de la venue de l'empereur (il revenait de sa rencontre à Rome avec Paul II)125. Il se peut donc qu'on ait là un indice de ce que Frédéric III ait logé dans le palais pontifical, mais il ne s'agit que d'une hypothèse. En 1495, le gouverneur de Pérouse fit repeindre sa chambre par le peintre Giovanni di Tommaso ; des travaux se déroulent en même temps à l'angle de son palais126. L'évêque nommé par Alexandre VI, le cardinal Giovanni Lopez Valentiniano, aurait fait apposer ses armes sur la façade de l'évêché127. Alexandre VI lui-même et sa fille Lucrèce logèrent au palais128. En 1502-1505 sont attestés des travaux au palais129. Enfin, si Jules II a résidé au palais des prieurs, comme Boniface IX ou Martin V, le palais pontifical a servi durant son séjour à loger le cardinal de Pavie et le cardinal de Saint-Vital, son légat130. D'autres travaux, d'une certaine consistance, ont lieu en 1511-1515131. En 1517, à l'occasion d'un tumulte, est mentionnée la grande tour du palais.

  • 132 L'incendie étant cité par tous les chroniqueurs de Pérouse, on ne mentionnera ici que : Bonazzi, S (...)
  • 133 Pellini, Dellhistoria di Perugia..., cit., t. III, p. 550.
  • 134 La même analyse se trouvait déjà dans Sol, Archives ombriennes ; les archives episcopales de Pérou (...)
  • 135 En 1559, à la mort de Paul IV, à Rome et dans des localités proches de Padoue ; en 1590, à l'occas (...)
  • 136 En 1375, en détruisant la forteresse de Porta Sole élevée peu auparavant par l'abbé de « Montemagg (...)

30La destruction du palais pontifical, en 1534, a bien plus largement retenu l'attention des historiens que sa construction et son fonctionnement pendant deux siècles et demi132. Par conséquent, nous ne donnerons ici qu'un résumé des événements complexes qui ont abouti aux événements tragiques de cette année. Comme bien d'autres communes d'Italie centrale, Pérouse fut déchirée par des luttes de factions fréquemment doublées de conflit entre les grandes familles locales. Souvent l'équilibre politique et social ne tenait qu'à grand peine et il suffisait de l'intervention d'une puissance extérieure pour faire basculer la ville dans la violence. Or, dans les années qui précédèrent 1534, la papauté et ses représentants ne surent pas se mettre au-dessus des partis : dans la rivalité inexpiable qui séparait les Baglioni et les Bracceschi, Clément VII, son neveu le cardinal Hippolyte, enfin le cardinal vice-légat Cinzio Filonardi choisirent ostensiblement le parti de ces derniers. La mort du pape, le 25 septembre 1534, ouvrit la voie au réveil des rancœurs. Le proscrit Rodolfo Baglioni investit la ville, qui fut partiellement pillée. Le 1er novembre, le palais apostolique, alors occupé par le gouverneur pontifical, fut incendié. Les chroniqueurs, suivis unanimement par les historiens, affirment que ce fut parce que s'y trouvait la chancellerie criminelle où étaient conservés les dossiers des condamnations et des procès en cours, que Baglioni et sa soldatesque voulaient à tout prix détruire. Voici, à titre d'exemple, le récit de l'épisode final par le chroniqueur Pompeo Pellini : « ...fù anco in sul mezzo della notte messo fuoco nel palazzo del Governatore più perche la Cancellaria Criminale & le condennationi, et processi de ribelli, & de banditi abbruscias-sero, che peraltro, ma abbrusciò poi con essa tutto il palazzo [...] e col palazzo del Governatore abbrusciò anco gran parte del Vescovato, che l'era congiunto »133. En réalité, cette interprétation semble partielle. On ne peut pas oublier que le vice-légat lui-même fut assassiné au cours des affrontements. Par conséquent, on doit se demander si le palais ne fut pas visé explicitement, parce que symbole même et siège concret d'un pouvoir pontifical honni et pas seulement accidentellement, en tant que dépôt d'archives judiciaires134. À cet égard, il serait utile aussi de revenir sur le contexte dans lequel se passe le drame. Clément VII était décédé le 25 septembre. La mort d'un souverain, au Moyen Âge comme à la période moderne, entraînait souvent une période de troubles, quel que fût le succès des stratégies de continuité politique mises en œuvre par les autorités laïques et religieuses. Certes Paul III fut élu dès le 13 octobre suivant, coupant court à d'éventuels remous. Mais dans le contexte particulièrement tendu de Pérouse, le décès du pape fut visiblement le déclencheur attendu et on ne peut s'empêcher de rapprocher le pillage et la destruction du palais d'événements parallèles rapportés à l'occasion d'autres élections pontificales du début de la période moderne135. Et, dans une perspective locale cette fois, on peut également remarquer que Pérouse s'est déchaînée à plusieurs reprises sur les bâtiments symboles du pouvoir du pape sur la ville, avant comme après 1534, à chaque fois dans un contexte de révolte politique profonde et de concentration des rancœurs sur ces monuments honnis136.

  • 137 F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversarum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 293v° : v (...)
  • 138 Fumi, Inventario e spoglio..., cit., p. 145. Je ne suis pas parvenu à retrouver ce dessin, au cas (...)
  • 139 Sur la figure de Mangone, la seule publication monographique semble être encore aujourd'hui Giovan (...)
  • 140 Milanesi (G.), « Stima di un lavoro di Giovanni Mangone », dans Giornale di erudizione artistica, (...)
  • 141 Rossi, « Spogli Vaticani », cit., p. 208 ; quelques informations supplémentaires sur l'activité de (...)

31Après l'incendie de 1534, de la grande salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte ne subsistèrent que les murs et le grand escalier, conduisant désormais au vide, car la grande voûte qui surplombait la rue, menaçant ruine, fut détruite. Quant au corps de bâtiment méridional (où se trouvaient les bureaux de l'évêque et le cour du barigel), il eut le plafond et le toit brûlés. Quelques réparations sont mentionnées en 1534-1535, probablement liées à la tentative du nouveau vice-légat de se réinstaller dans le palais et l'on sait que quelques pièces subsistèrent, du côté du palais ca-nonial137. Un architecte vint de Rome pour examiner ce qui pouvait être sauvé : « A maestro Giovanni Mahona architettore venuto da Roma con tre compagni per fare il disegnio del palazzo abruciato »138. Cet architecte n'a pas été identifié jusqu'à présent. Il s'agit de Giovanni Mangone da Caravaggio (Rome, connu à partir de 1508-Rome, 1543), actif dans le cercle d'Antonio da Sangallo le Jeune et présent entre autres sur le chantier de la basilique Saint-Pierre139. On aurait pu imaginer un canal local pour expliquer le choix de cet architecte. Pour pourvoir le siège alors vacant de Pérouse, Paul III nomma le cardinal Giacomo Simonetta, un homme adapté aux circonstances difficiles (l'explosion sanguinaire contre le pouvoir pontifical à Pérouse, puis la reprise en main de la ville), car reconnu à la fois pour ses compétences juridiques et son habileté diplomatique. Le cardinal devait connaître Giovanni Man-gone, puisqu'il lui avait faire des travaux dans son palais romain quelques mois avant sa nomination, connus par une estimation corrective (en faveur de l'architecte) du 9 juin 1535140. Mais Simonetta ayant été nommé par Paul III seulement le 20 décembre 1535, il y a donc peu de chances que l'intervention de Mangone à Pérouse puisse être liée à la personnalité du prélat, puisque cette intervention date, de manière imprécise, de l'exercice 1534-1535 - à moins que le cardinal n'ait eu des contacts préliminaires avec son futur diocèse. De toute façon, il est logique que le pouvoir pontifical ait envoyé Giovanni Mangone de préférence à d'autres architectes. En effet, Paul III devait lui aussi bien le connaître puisque l'architecte s'était occupé des travaux liés à son couronnement, quelques mois auparavant, et que d'autre part Mangone est mentionné quelques années plus tard, en 1539, comme architecte et mesureur du Saint-Siège et de la Chambre apostolique141.

4. Après l'incendie : le séminaire et le palais épiscopal

  • 142 Officiellement, il ne s'agissait pas d'un don, mais d'une location pour un loyer symbolique, comme (...)
  • 143 Pour toutes les informations données dans le paragraphe suivant, cf. Gabrijelcic, « Alle origini d (...)
  • 144 Crispolti, Perugia Augusta, cit., p. 31.
  • 145 « Chronique de Sciro Sciri » (Pérouse, Biblioteca di San Pietro, ms 334), p. 126, citée d'après Ca (...)
  • 146 Ms. de F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversa-rum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 2 (...)
  • 147 Raffaele Sozi, « Annali, memorie, et ricordi... » (Bibl. Augusta de Pérouse, ms. 1221), au fol. 46 (...)

32Le 7 juin 1561, un bref pontifical faisait cadeau des ruines du palais pontifical à l'évêque de Pérouse, Ippolito della Corgna (1553-1562)142. Il avait obtenu cette faveur grâce à l'appui de son cousin, le cardinal Fulvio della Corgna, qui avait été son prédécesseur sur le siège de Pérouse (1550-1553), probablement afin d'élever à la place un nouveau bâtiment pour l'évêché143. La première pensée du prélat semble donc n'avoir été que de faire agrandir son propre palais (qui se trouvait, traditionnellement, dans le palais canonial de Saint-Laurent) et l'idée de construire un nouveau séminaire n'était probablement pas encore en germe et doit revenir au cardinal della Corgna. En effet, la mort de l'évêque, un an plus tard, coupa court à tout projet et l'évêché revint de nouveau au cardinal Fulvio della Corgna, qui le conserva, après quelques péripéties, jusqu'en 1573. C'est donc lui qui eut l'idée d'utiliser les ruines non pour bâtir un nouveau palais épiscopal mais pour construire le séminaire144. En 1565, un chroniqueur nous apprend que le cardinal était alors occupé à faire démolir le palais pontifical en ruines : « ...faceva scaricare il palazzo, abbrugiado a canto al vescovato con dispiacere universale della città, per farne une strada amplia... », faisant ainsi disparaître le grand escalier d'accès et la loggia, qui avaient survécu au désastre145. Cette hostilité à la démarche du cardinal, peut-être due au fait qu'il s'agissait d'un bâtiment intimement lié à l'histoire civique de la ville, ne fut probablement pas partagée par tous les esprits. Un autre historien contemporain s'exprime ainsi : « fece remuovere e levar via la volta di detto Palazzo ch'era sopra la strada pubblica che conduce alla Maestà delle Volte fra le muraglie del Vescovato e quella di detto palazzo dove era quella imposta e rese la strada d'oscura e pericolosa, commoda e luminosa, ampla e aperta, come al presente si vede146 ». Cette attitude apparemment contradictoire est parfaitement justifiée par un troisième chroniqueur147 : en 1568, Raffaele Sozi explique que la population fut d'abord hostile à la démolition, notamment à cause de l'attachement populaire pour l'image miraculeuse de la Maestà delle Volte, mais qu'elle se rallia à la nouveauté à cause des menaces que faisaient peser les voûtes à moitié ruinées du palais. Derrière le texte de Sozzi, se profile un exemple des tensions nées dans les églises locales à la suite du concile de Trente, entre les traditions et les dévotions particularistes, d'un côté, et la volonté d'en faire table rase en prenant appui sur des prétextes d'utilité publique, de l'autre, qui aboutissaient bien souvent comme ici à un compromis.

  • 148 La date de 1568 comme véritable début des travaux est corroborée par le manuscrit autographe de Ra (...)
  • 149 Gabrijelcic, « Alle origini del seminario... », cit., p. 65-66.
  • 150 Les restaurations, amplifications, reconstructions s'étaient succédé dans la chapelle entre la fin (...)
  • 151 Ibid., p. 188.
  • 152 C'est probablement à ce moment que fut partiellement détruit le portique de la Maestà delle Volte, (...)
  • 153 Gabrijelcic, « Alle origini del seminario... », cit., p. 78 n. 65.
  • 154 Il n'y a aucune raison pour prétendre, comme le fait Calderoni, Il duomo..., cit., p. 46, qu'à l'é (...)

33C'est à ce moment qu'a dû prendre corps l'idée d'élever sur la partie septentrionale des ruines le nouveau séminaire épiscopal, fondé peu de temps auparavant, en 1564, dans le même esprit tridentin. Cette année 1564, gravée sur le portail d'entrée du séminaire, ne doit pas faire antidater le bâtiment, car elle correspond seulement à l'érection juridique du séminaire, avant même qu'il ne soit décidé de le construire sur cet emplacement. Ce n'est en effet qu'en 1566 qu'apparaissent les premières mentions de dépense pour les travaux du nouveau bâtiment. Ceux-ci apparaissent par contre de manière continue à partir de 1568 et se poursuivent jusqu'en 1573148. À cette même date de 1568, la chronique de R. Sozzi prouve également le lien étroit entre les deux opérations (démolition des ruines et construction du nouveau séminaire avec l'intégration de l'image miraculeuse dans la chapelle de celui-ci et non plus sous les voûtes de la rue). Dans le passage cité plus haut, Sozzi mentionne le fait qu'une autre des raisons du mécontentement des citoyens était que la chapelle où était désormais placée l'image était mise sous la juridiction du séminaire et non plus de la commune, ce qui relève d'un autre aspect des tensions relevées ci-dessus, typique de bien d'autres conflits post-tridentins. L'édifice une fois achevé ne possédait pas l'extension actuelle. Il formait un L renversé, dont la partie allongée, passant au-dessus de la rue Maestà delle Volte, correspondait à la façade principale d'aujourd'hui mais sans que le bâtiment possède la profondeur actuelle, gagnée vers le nord sur le palais canonial, tandis que le bras court était disposé en retour au-dessus de la chapelle de la Maestà delle Volte149. Cette dernière fut d'ailleurs restaurée au début des travaux de construction du séminaire et décorée de fresques du Pomarancio, dans les années 1567-1568150. Enfin, elle fut dotée d'une nouvelle façade en 1584-1587, autrefois attribuée à Valentino Martelli, mais restituée à Bino Sozi en 1978151. L'opération eut probablement pour but d'harmoniser l'édifice médiéval avec le bâtiment du séminaire désormais achevé152. La partie du séminaire qui regarde le cloître du palais canonial, épaississant par conséquent le corps de bâtiment principal, fut annexée progressivement au détriment des chanoines. L'édifice ne possédait pas non plus le dernier étage actuel, élevé sous l'évêque Gioacchino Pecci (1846-1878, le futur Léon XIII) et les fenêtres de l'étage inférieur étaient par conséquent d'un type différent, puisqu'elles éclairaient le dernier étage. L'école du séminaire utilisait un espace de la tour qui s'élève au début de la rue Fratti et dont nous aurons à parler plus loin. Du réfectoire, placé à l'étage au-dessus de la chapelle de la Maestà, on pouvait passer par un arc du séminaire à l'évêché. Des notes du vice-recteur du séminaire, qui écrivait en 1778, affirment que cet arc « non è comodità antica, avendola fatta il Vescovo Patrizi ma la data non si sa »153. L'évêque en question officia dans la seconde moitié du xviie siècle (1669-1701), ce qui semblerait indiquer pour cet arc une date de construction contemporaine. Mais, la formule est bien contradictoire et, d'autre part, l'analyse monumentale qu'on en fera ci-dessous montre qu'il s'agit d'un élément largement médiéval154. Il est possible toutefois que cette mention garde le souvenir d'une campagne de restauration ou de réhabilitation de ce passage suspendu, ce qui correspondrait à la surélévation et aux modifications en brique dont on parlera également dans le cadre de la description monumentale.

  • 155 Sur tout le paragraphe suivant, cf. Calderoni, Il duomo..., cit., p. 56-57.
  • 156 Crispolti, Perugia Augusta, cit., p. 278.
  • 157 Crispolti, Perugia Augusta, cit., p. 280.
  • 158 Carlo Baglioni, « Perugia sacra... », ms (Bibl. Augusta de Pérouse, ms. 31), fol. 175v° ; la référ (...)
  • 159 Et non à la seconde moitié du xviie siècle, comme le dit, probablement par lapsus, Calderoni, Il d (...)
  • 160 Siepi (S.), Descrizione... di Perugia, t. 1, Pérouse, 1822, réimpr. anastatique, Pérouse, 1994, p. (...)
  • 161 Siepi, Descrizione..., cit., p. 141. Le trompe-l'œil a été largement restauré en 1924, cf. Soprint (...)

34Le cardinal Fulvio della Corgna, le fondateur du séminaire épiscopal, habitait dans l'appartement de l'archiprêtre emménagé dans l'ancienne résidence épiscopale (c'est-à-dire la zone sud-ouest du palais canonial), lors de ses séjours à Pérouse, ce qui montre bien que la partie de l'ancien palais pontifical située au sud de la rue Maestà delle Volte était encore en ruines ou au moins inhabitable155. En 1579 fut nommé évêque fra Vincenzo Ercolani (1579-1586), un dominicain, qui fut le premier prélat à véritablement entreprendre une restauration de l'ancien palais pontifical : « Ristaurò egli il vescovato, et la cappella, e fabbricavvi molte stanze di nuovo... »156. À la mort de Vincenzo Ercolani, lui succéda Antonio Maria Gallo (1586-1591). Selon le même historien, « ...fece spese notabili in fare nuove fabriche nel palazzo del vescovo... »157. Son intervention est confirmée par une mention d'un autre chroniqueur du xviie siècle : « [1587]...il Gallo cognominandosi il Cardinal di Perugia... si applicò a risarcire il Palazzo episcopale... »158. La modernisation de la partie méridionale de l'ancien palais pontifical et sa transformation définitive en palais épiscopal remonte donc au dernier quart du xvie siècle159. Pour autant, les travaux étaient probablement loin d'être achevés à la fin du siècle. En effet, Antonio Maria Gallo continuait à résider dans le palais canonial et son successeur, Napoleone Comitoli (1591-1624), fut également actif dans les travaux du nouvel évêché. C'est lui qui élargit le palais épiscopal en annexant la petite place située du côté méridional (qui correspondait donc aux deux travées les plus méridionales de la façade actuelle). En 1627, le nouvel évêque, le cardinal Cosimo de Torres (1624-1634), avait déménagé du palais canonial ; il regrettait pourtant son ancienne résidence dans le palais canonial, désormais réservée à l'archiprêtre, car, le nouvel édifice étant séparé de la cathédrale par un espace découvert, le trajet était peu commode en cas d'intempéries. En 1704 est attestée une restauration du palais par l'évêque Antonio Felice Marsili (1701-1710). Son successeur Francesco Riccardo Ferniani (1730-1762) décora de tapisseries quelques chambres du premier étage160. C'est probablement d'une époque intermédiaire que doit dater la fausse perspective architecturale peinte au fond du couloir d'accès qui suit immédiatement le grand portail. Siepi la date de 1722 et l'attribue à Francesco Bibbiena, on ne sait sur quelles sources161 ; elle remonterait donc à l'épiscopat de Mgr Vitale Giuseppe De Buoi (1710-1726).

  • 162 Pérouse, Archivio vescovile, Relationes ad limina, « Relazione della seconda visita di monsignor O (...)
  • 163 Siepi, Descrizione..., cit., p. 141 ; Scarpellini, Guida breve di Perugia, cit., p. 79 ; Calderoni (...)
  • 164 Soprint. BAAS Umbria, AS, carton 56 I, fasc. 92 x ; carton P 39, fasc. 90.

35En 1785, l'évêque Alessandro Maria Odoar-di (1776-1805) rédige un rapport dans lequel il décrit les travaux qu'il vient d'accomplir dans son palais : « ...necessitatis simul atque decori episcopalis domus prospiciens, eam interius comodiorem reddidi, exterius vero elegantio-rem, ornamentis lapideis affabre constructis ianuam principalem circumfluendo, quae erat antea informis et rudis »162. La date de 1785 constitue donc un terminus ante quem et celle de 1788, donnée par divers auteurs à la suite de Siepi pour le grand portail à bossages de la façade principale, pourrait être erronée163. Quelques travaux pour l'époque contemporaine sont attestés par les archives de la surintendance : ouverture d'une fenêtre en 1925, sur la rue Maestà delle Volte, travaux à la façade en 1940, restauration de l'étage noble en 1945164. Enfin les travaux tout récents de restauration générale, sous la direction de l'architecte Palombaro, ont permis un certain nombre de découvertes importantes, qui seront mentionnées ci-après, dans le cadre de la description du palais.

III - DOCUMENTS ICONOGRAPHIQUES

  • 165 Voir par exemple Santi (F.), I Gonfaloni umbri del Rinascimento, Pérouse, 1976.
  • 166 Santi (F.), La galleria nazionale dell'Umbria in Perugia, Rome, 1955, introd. ; Martini, « Il pala (...)
  • 167 Meo di Guido meurt avant 1334. Les arguments donnés par Bartoli Langeli et Silvestrelli, « Il comu (...)

36Il faut tout d'abord préciser que malgré le grand nombre de représentations anciennes de la ville, avant ou après l'incendie de 1534 (estampes, peintures, dessins, mais aussi les fameuses bannières de confréries avec panoramas urbains de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, précisément nombreuses en Ombrie165), il existe peu de vues qui concernent le détail ou la zone du complexe palatial qui nous intéresse. Pourtant, on a voulu reconnaître un témoignage précoce sur le palais et les monuments adjacents dans une œuvre conservée à la Galleria nazionale dell'Umbria, un saint Ercolano présentant une « maquette » de la cité dont il est le protecteur166. Il s'agit d'un panneau du début du deuxième quart du xive siècle, attribué à Meo di Guido da Siena, l'un des premiers peintres documentés de Pé-rouse, ou à un maître anonyme de son entourage, le maître de Montelabate167. Sans nier que le peintre ait cherché à symboliser les différents édifices qui entouraient la cathédrale (dont saint Ercolano était l'un des patrons et dont on reconnaît bien l'ancien clocher), je ne crois pas que l'on puisse attribuer une valeur significative aux détails du palais représenté à l'extrême gauche de la vue urbaine (deux niveaux séparés par un bandeau, avec une porte en rez-de-chaussée et une baie en plein cintre à l'étage, couronnés par un crénelage « gibelin »), même s'il s'agit bien du palais du podestat-palais pontifical.

Fig. 118 - Vanni di Badolo Rofini, enluminure du fol. 1 du Liber indulgentiae, 1343 (Pérouse, Biblioteca Augusta, ms. 975).

  • 168 Ms 975 de la Biblioteca Augusta de Pérouse, reproduit et commenté par Silvestrelli ([M.] R.), « Il (...)

37En revanche, Mme Silvestrelli, dans un de ses articles sur le cœur monumental de la cité de Pérouse, a proposé de reconnaître une représentation du palais canonial de Saint-Laurent dans l'image illustrant le manuscrit dont nous avons déjà parlé ci-dessus, le Liber Indulgentiae ayant appartenu aux dominicains de la ville (fig. 118)168. Au fol. 1, enluminé en 1343 par Vanni di Badolo Rofini, le pape Benoît XI est montré concédant une indulgence aux dominicains (l'ordre auquel il appartenait). Comme il est habituel pour cette époque, l'illustration est un peu difficile à interpréter en termes topographiques. Pourtant, on peut raisonnablement supposer, avec Mme Silvestrelli, qu'il s'agit d'une vue synthétique proposant à la fois une image intérieure du palais et une vision extérieure de celui-ci. Cet auteur confirme d'ailleurs la valeur documentaire de l'image par le détail remarquable de l'insertion de la Pietra Iustitiae (une inscription essentielle pour l'histoire politique de la cité aujourd'hui placée sous les arcades de Braccio Fortebraccio) sur le clocher de la cathédrale, comme le confirment les textes contemporains. Par ailleurs, en ce qui concerne l'identification du bâtiment, Mme Silvestrelli propose de reconnaître dans les arcades visibles en partie haute la loggia construite selon la documentation en 1284. C'est une hypothèse séduisante dans la mesure où la loggia devait constituer l'élément le plus spectaculaire du palais. Cependant le caractère schématique de la représentation doit nous contraindre à rester prudents et de toute façon ne nous permettrait pas d'affirmer grand chose de concret sur la façon dont se présentait cette loggia.

  • 169 Sur le peintre, l'ouvrage de référence est désormais : Un pittore e la sua città. Benedetto Bonfig (...)
  • 170 Mencarelli Jorio (R.), « Gli affreschi della cappella dei priori », dans Un pittore e la sua città (...)
  • 171 Il n'est pas besoin de préciser qu'il s'agit des monuments tels qu'ils se présentaient au xve sièc (...)
  • 172 Il faut donc en particulier se méfier des reconstitutions imaginées par Calderoni à partir de la f (...)
  • 173 Lunghi (E.), « Appunti per la storia urbanistica di Perugia negli affreschi della cappella dei pri (...)

38Un deuxième document iconographique remarquable est constitué par un élément des fresques de Benedetto Bonfigli (Pérouse, vers 1420-Pérouse, 1496) dans l'ancienne chapelle du palais des Prieurs de Pérouse, le chef-d'œuvre du peintre, récemment restauré (fig. 116)169. Les monuments de Pérouse y sont décrits avec une minutie de détails et une vraisemblance topographique extrêmes. On est donc bien loin ici des balbutiements descriptifs du manuscrit dominicain. Les peintures de la chapelle du palais des prieurs comprennent deux cycles, consacrés à saint Louis de Toulouse et à saint Ercolano, le premier créé à partir de 1454, le second de 1461 jusque vers 1480 (la scène qui nous intéresse ici étant probablement datée plus précisément après 1471170). Dans la scène de la seconde translation des reliques de saint Ercolano du monastère Saint-Pierre à la cathédrale, l'arrière-plan de la procession est constitué par les monuments qui étaient visibles pour les fidèles qui auraient suivi celle-ci, à la fin du parcours171 : notamment, situé entre le palais des prieurs lui-même et les arcades de Braccio Fortebraccio, le palais pontifical (fig. 116). La peinture est donc d'une importance capitale pour notre connaissance de ce dernier. Malheureusement, les hasards de la conservation ont mal fait les choses. En effet une immense lacune a presque totalement annulé la partie de la fresque correspondant au palais pontifical172, tandis que le palais des prieurs et les arcades, conservés jusqu'à nos jours, ont également survécu dans la peinture murale. Cependant, un fragment a survécu, correspondant à la partie du palais qui se dressait au-dessus du passage couvert de la Maestà delle Volte. Il constitue donc un témoignage décisif sur l'état du bâtiment dans la seconde moitié du xve siècle et il vient de faire l'objet d'un commentaire, comme les autres détails topographiques de l'œuvre, dans le cadre de l'exposition consacrée au peintre pour le cinquième centenaire de sa mort173. Nous y reviendrons donc dans la partie consacrée à la reconstitution du palais.

IV - DESCRIPTION DES PARTIES DU PALAIS AYANT SUBSISTE

39Comme on l'a dit ci-dessus, le palais pontifical a en grande partie disparu ou été englobé dans des constructions postérieures. C'est probablement cette difficile visibilité qui explique la faible attention accordée par l'historiographie, même locale, au palais. Pourtant, l'étude détaillée des restes encore visibles rend possible, sinon une reconstitution certaine de la physionomie d'ensemble, du moins une appréciation de certaines de ses caractéristiques.

1. L'actuel palais archiépiscopal

  • 174 L'évêché de Pérouse a été élevé au rang d'archevêché riode antérieure de « palais épiscopal » et p (...)

40Le palais actuel des archevêques174 de Pérouse occupe le côté ouest de la place du IV Novembre, fermée au nord par l'ensemble formé par la cathédrale, le séminaire épiscopal et le palais canonial, aujourd'hui séparé du palais par la rue de la Maestà delle Volte. Au sud, le mur pignon du palais des prieurs forme le troisième côté de la place, qui reste ouverte vers la ville du côté oriental. Par conséquent le palais archiépiscopal, de même que son prédécesseur, le palais pontifical, constituent la véritable toile de fond de cette place centrale pour la vie urbaine de Pérouse (fig. 117).

41Le palais donne au premier regard l'impression d'être un bâtiment homogène (même si cette impression est bien atténuée depuis les restaurations de la façade principale datant probablement de 1926-1927), et l'on pourrait penser aussi que la façade annonce une construction de plan rectangulaire. On possède en fait ici un exemple typique du goût de l'époque classique pour la régularisation et l'ordre, par l'adjonction d'une façade symétrique masquant un groupe hétéroclite de bâtiments médiévaux, à défaut de les faire disparaître. En travestissant un substantif en usage pour l'époque contemporaine, on pourrait d'ailleurs qualifier cette tendance de « façadisme » à l'envers : si « façadisme » permet de flétrir l'attitude de certains architectes-restaurateurs qui tendent à conserver une façade ancienne pour mieux vider le bâtiment lui-même de tout son contenu, ce « façadisme » baroque prétendait au contraire donner l'apparence d'une totale reconstruction, alors que des limites financières ou d'autres contraintes avaient conduit à la préservation d'une bonne partie du bâti ancien. En effet, lorsque le visiteur s'approche du palais ou s'il choisit un autre angle visuel que la vue frontale de la façade principale, l'irrégularité du palais lui apparaît aussitôt : il s'agit en fait d'un ensemble complexe de bâtiments hétérogènes. Le but de notre travail n'étant pas de faire l'histoire du palais archiépiscopal, nous nous attacherons à décrire seulement les éléments de celui-ci qui concernent l'ancien palais pontifical, à savoir la partie droite du bâtiment principal et les constructions qui s'y rattachent au nord et à l'ouest (fig. 119-123).

Fig. 119 - Pérouse, palais de l'archevêché, plan du rez-de-chaussée. Studio Area progetto Perugia -Arch. Palombaro (F.).

Fig. 120 - Pérouse, palais de l'archevêché, plan de l'entresol. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).

Fig. 121 - Perouse, palais de l'archevêché, plan du 1er étage. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).

Fig. 122 - Pérouse, palais de l'archevêché, plan du second étage. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).

Fig. 123 - Pérouse, palais de l'archevêché, toitures. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).

  • 175 Je ne suis pas parvenu à trouver de documentation écrite sur ces travaux. Selon F. Palombaro, ils (...)
  • 176 Dès avant leur restitution, on pouvait deviner la présence de ces arcs sous l'enduit ; voir par ex (...)

42Partons de la façade principale (orientale) du corps principal de bâtiment, celui qui ferme la place du IV Novembre (fig. 124). Le rez-de-chaussée et l'entresol apparaissent aujourd'hui dans leur état successif aux remaniements de l'époque moderne, avec leur parement en briques et le fruit du mur, bien visible aux deux angles (l'angle nord étant renforcé par une chaîne de pierre dans sa moitié inférieure). Le grand portail médian est également en pierre, aux bossages très saillants ; il date probablement de 1785, comme on l'a vu ci-dessus. Le parement en brique devait être originellement enduit. Au premier et au deuxième étage, des restaurations récentes, probablement des années 1920, ont supprimé également cet enduit qui unifiait le bâtiment et l'on perçoit désormais parfaitement le caractère hétérogène du palais, même dans cette partie qui se prétendait unifiée175. Ce corps de bâtiment se présente en effet comme composé de deux blocs distincts, inégaux, juxtaposés et autrefois homogénéisés par un enduit masquant cette disparité. Les travaux de l'époque moderne ont également ouvert cinq fenêtres au premier étage et cinq autres, légèrement plus petites, au deuxième. Ces deux étages s'inscrivent entre un bandeau qui court au-dessus de l'étage entresolé et une corniche. À gauche, les deux travées de l'adjonction moderne ont remplacé une petite place et une rue qui séparaient le palais pontifical des bâtiments voisins au sud, aujourd'hui annexés à l'archevêché. La partie droite est composée de trois travées dont le parement a donc été dégagé depuis les restaurations récentes176. Dans le mur s'ouvraient trois très grandes baies en arc brisé. Ces arcs eux-mêmes sont nettement distingués des piédroits des baies, par l'emploi d'un appareil bichrome rose-blanc. D'autre part, ils étaient encadrés par une archivolte se poursuivant en un cordon entre les baies. Un autre cordon courait à la base des ouvertures. Mais tous ces éléments, saillants, ont été logiquement arasés lors des travaux modernes d'unification. Le parement ancien, assez bien conservé (sauf sous les appuis des fenêtres modernes) est irrégulièrement bichrome. Il semble s'arrêter à peu près au niveau du milieu des fenêtres du deuxième étage, ce qui devrait nous indiquer la hauteur de l'élévation médiévale. Mais, dans ce qui était autrefois l'angle gauche de la construction et, encore plus clairement, dans l'angle droit, on s'aperçoit que le mur médiéval se poursuit plus haut que cette limite. D'autre part les fenêtres du deuxième étage ont visiblement cassé le parement fait de moellons irréguliers dans lequel elles s'insèrent. Celui-ci correspond donc à une étape intermédiaire dans l'histoire de la construction.

Fig. 124 - Perouse, palais de l'archevêché, façade est.

43L'élévation nord de ce même corps de bâtiment se révèle bien plus compliquée à analyser (fig. 125). Il faut commencer par distinguer ici aussi deux parties dans le bâtiment, cette fois sensiblement égales entre elles. La moitié gauche ou orientale correspond au mur latéral du bâtiment analysé ci-dessus, c'est-à-dire une construction médiévale transformée et régularisée à l'époque moderne. La moitié droite ou occidentale conserve elle aussi de nombreux éléments anciens, mais est nettement séparée de la première, au moins dans la partie basse de la façade, par un support engagé, un fort pilier polygonal (trois faces d'un octogone), et, pour la partie supérieure, par les témoins de la salle qui s'élevait au-dessus de la rue. Cependant la corniche qui surmonte l'ensemble de cette élévation, semblable à celle de la façade orientale, montre que les travaux de l'époque moderne avaient tenté d'unifier également tout ce côté du bâtiment, au moins en partie haute.

Fig. 125 - Perouse, palais de l'archevêché, façade nord.

44Dans la moitié gauche de l'élévation, on retrouve au rez-de-chaussée (ici sans entresol) le parement de briques, le fruit du mur et la chaîne d'angle en partie en pierre de la façade principale. Mais, contrairement à celle-ci, une bonne partie de l'ancien parement en pierre est encore visible. Ce parement qui présentait le même fruit que le mur actuel est très irrégulier : il se compose de pierres de taille grandes ou moyennes, mais aussi de briques utilisées pour recaler les assises. Trois étroites fenêtres s'ouvrent dans ce mur, dont les deux extrêmes tendent vers la forme d'une meurtrière. Ces travaux paraissent intermédiaires entre ceux du xiiie siècle et ceux de l'époque moderne. Au premier et au deuxième étage, même si la distinction entre les deux moitiés de l'élévation est moins radicale que pour le niveau inférieur, on rencontre tout de même à gauche et à droite deux situations assez différentes. Dans la moitié gauche que nous décrivons d'abord, une grande partie du parement ancien est encore visible, interrompu presque uniquement par des ouvertures qui lui sont postérieures : à gauche une baie rectangulaire aujourd'hui bouchée et, au-dessus, une petite fenêtre rectangulaire ; à droite une fenêtre dont l'arc adopte un profil en anse de panier et, au-dessus, une autre ouverture, aujourd'hui bouchée.

Fig. 126 - Pérouse, palais de l'archevêché, façade nord, moitié occidentale, partie basse.

Fig. 127 - Pérouse, palais de l'archevêché, façade nord, moitié occidentale, partie haute.

45À droite, le parement médiéval est visible sur une bonne partie de la surface. Au rez-de-chaussée, deux portes piétonnes de hauteur différente, toutes deux en arc brisé (la plus grande surmontée d'un arc de décharge), donnent sur la rue (fig. 126). Au-dessus de la plus grande des deux (à gauche), subsistent des restes des piédroits et de l'arc d'une baie originelle, obturée et en partie recoupée par une fenêtre récente, carrée. Celle-ci recoupe également le départ d'une voûte qui prenait ici appui sur le mur et dont ne restent que les premières assises en encorbellement (fig. 127). Cette voûte devait prendre appui de l'autre côté de la rue sur le palais canonial, mais nous ne pouvons identifier aujourd'hui de restes de la voûte de ce côté, puisque la façade du séminaire archiépiscopal est venue au xvie siècle régulariser le palais canonial (peut-être légèrement en avant du mur médiéval). Au-dessus de cette voûte se trouvait la loggia dont parlent les textes et dont on voit l'avatar largement remanié au xve siècle dans la fresque de Bonfigli. Cette voûte et la salle qu'elle supportait faisaient donc partie des constructions attribuables aux travaux de 1284.

  • 177 On peut se demander d'ailleurs pourquoi la campagne de modernisation du bâtiment a laissé ces témo (...)

46Au-dessus de la plus petite des deux portes (à droite) se trouve une ouverture postérieure en arc surbaissé. À droite de cette porte, le mur possède un léger fruit en partie basse et la maçonnerie est assez différente de celle visible ailleurs. En partie haute, c'est-à-dire au-dessus des restes de départ de la voûte, s'élève le parement ancien. C'est ici que les résultats de l'incendie tragique de 1534 sont les plus manifestes, donnant au bâtiment cette touche de « ruine pittoresque » et de fragment inachevé plus caractéristique de l'esthétique romantique que du goût classique177.

47L'aspect étrange du parement provient probablement de la réaction différenciée des matériaux par rapport à l'action du feu. Les parties de l'appareil en pierre d'Assise blanches sont devenues jaunâtres et ont subi une destruction plus profonde que celles en pierre d'Assise rose, devenues roses-noirâtres et paraissant par contrecoup en saillie par rapport aux précédentes. Malgré cette impression étrange, il s'agit bien du parement originel, comme le prouve le fait qu'il est cohérent avec une lancette en arc légèrement brisé, visiblement d'origine. Au-dessus de la grosse pile qui marque la séparation entre les deux moitiés de l'élévation, se trouve un support complexe faisant manifestement partie de la même phase de travaux que celle-ci. Deux autres supports de même type, irrégulièrement espacés, se trouvent à droite du premier et devaient donc reposer sur les reins de la voûte. Derrière celui du milieu, on aperçoit les traces d'une baie aux piédroits de brique, bouchée. Entre les deux premiers supports, on trouve la même disposition que pour la travée immédiatement à gauche, donc dans la moitié gauche de l'élévation, à savoir une grande fenêtre rectangulaire voûtée en anse de panier, surmontée d'une autre baie, aujourd'hui bouchée. Encore au-dessus de ces deux ouvertures, est percée une fenêtre rectangulaire moderne. À peu près au-dessus du pilier médian, on voit les traces d'une baie bouchée surmontée d'une grande ouverture en demi-lune.

48L'élévation occidentale du corps de bâtiment n'est pas visible aujourd'hui, car contre la façade ancienne s'est greffé un ensemble de maisons médiévales et modernes unifiées et englobées dans le palais épiscopal, et formant un quadrilatère irrégulier le long de la rue Ritorta. La preuve que l'élévation occidentale originelle correspond au mur longitudinal nord-sud situé à l'arrière de ce trapèze vient non seulement de l'observation des plans, mais également du dégagement, lors de la restauration récente, d'une partie du mur médiéval externe de la salle B, au niveau de l'entresol. Quant à l'élévation sud du palais médiéval, elle non plus n'est pas perceptible. En effet, à droite (ou à l'est), les deux tiers de celle-ci sont occupés par l'adjonction qui a remplacé la place et la rue qui séparaient le palais des bâtiments situés plus au sud. Cette adjonction a été régularisée à l'époque moderne sur la façade extérieure, mais elle doit remonter à une époque antérieure. On trouve en effet dans cette partie du bâtiment des éléments médiévaux, qui montrent que le palais du podestat/ palais pontifical fut doté d'annexes ou de bâtiments parasites assez tôt dans son histoire. Notamment, la partie gauche du mur est de la cour présente un parement en grande partie médiéval, avec une porte en arc brisé, encadrée de trous de boulin, et des traces d'autres percements anciens (fig. 128). De même, au premier étage, le mur extérieur de la salle H, qui donne sur le vestibule A' d'époque moderne, montre une maçonnerie médiévale, récemment remise à jour (avec le départ d'une baie à l'extrémité droite, du même type et au même niveau que celle de la cour). Quant au tiers gauche ou occidental de l'élévation sud, il est caché par une adjonction du xve siècle qui s'étend également devant le groupe de bâtiments situés dans l'angle nord-ouest du palais et mentionné ci-dessus. Cette campagne du xve siècle a peut-être compris aussi l'aile en retour d'équerre qui forme le côté ouest de la cour actuelle de l'archevêché. De cette campagne du xve siècle, le plus beau témoin est sans conteste un pilier octogonal pourvu de sa base et de son chapiteau (fig. 129). Ce dernier appelle la comparaison avec d'autres chapiteaux du début du xve siècle et l'on pense aussitôt aux travaux mentionnés par les sources historiques dans le palais au cours des années 1420. Si le pilier semble aujourd'hui isolé (la double arcade qu'il devait porter a ainsi disparu), il fait en réalité partie d'une campagne cohérente qui visait à moderniser le palais. Devant l'escalier droit qui part à sa gauche il devait former un portique ; l'accès principal du palais devait donc se faire de ce côté. La façade médiévale se trouvait par conséquent en arrière du portique actuel, ce qui correspond à ce que l'on peut déduire de l'observation des plans et de celle des maçonneries au premier étage. La restauration récente y a retrouvé une partie du parement médiéval à gauche de la porte d'époque moderne donnant accès à la salle B et a laissé en vue une console, qui pourrait être la trace d'une porte.

Fig. 128 - Pérouse, palais de l'archevêché, cour, façade est.

Fig. 129 - Pérouse, palais de l'archevêché, rez-de-chaussée, colonne et chapiteau.

49Dans le cadre du présent travail, il n'est pas possible ni utile de donner une description complète de tout le palais archiépiscopal. Notamment les ailes situées à l'ouest et au sud de la cour sortent sans ambiguïté de notre champ d'études ; il en va de même de l'appendice trapézoïdal situé dans l'angle nord-ouest. Nous concernent donc le grand bloc approximativement carré qui forme l'aile nord du palais et les bâtiments élevés du côté oriental de la cour, qui relèvent au moins en partie de l'époque médiévale.

  • 178 Je remercie le personnel du magasin « Kookai » pour m'avoir donné accès à tous les espaces. Malheu (...)

50Au niveau du rez-de-chaussée, bien peu d'éléments peuvent attester sans difficulté leur origine médiévale (fig. 119). Un témoin solitaire de cette étape de la construction pourrait être individualisé dans les piédroits aux angles abattus de l'arc qui met en communication la salle B et la salle C. Mais qu'il s'agisse des salles utilisées par l'archevêché (D, C, B, E) ou de celles louées au café-restaurant sur la place (F, G, H) rien de médiéval n'est visible dans les murs (le plus souvent enduits) ou les voûtes, de type moderne (voûtes à pénétration pour D et F, berceau transversal pour C ou voûtes d'arêtes pour B et H - E est recoupée par un plafond moderne, sa voûte ancienne se trouve au niveau de l'entresol). Seule la salle I (aujourd'hui louée comme magasin de vêtements) possède quelques restes intéressants178. Le mur de fond, méridional, est percé d'une porte ; mur et porte doivent remonter à l'époque médiévale. L'entresol du palais (fig. 120) ne réserve pas d'observations importantes, sauf pour le mur ouest de la salle B, déjà mentionné ci-dessus.

  • 179 Il subsiste peut-être un doute pour la salle K, dont les étages inférieurs pourraient correspondre (...)

51Au premier étage, le caractère médiéval originel tant du corps de bâtiment principal (le quadrilatère au nord) que d'une partie de l'aile en retour à l'est de la cour est nettement plus visible (fig. 121). Commençons par ce dernier. La lecture des plans et l'analyse des salles permettent d'avancer l'hypothèse suivante. Seules sont d'origine médiévale les salles H et I. Les salles K et L, qui les doublent, ont été gagnées sur l'espace de la place principale (aujourd'hui du IV novembre), pour augmenter la superficie du bâtiment et unifier sa façade orientale179. De même, les salles J et M ne remontent qu'à cette période de création du palais épiscopal moderne et elles occupent le terrain de la rue qui séparait jusqu'alors le palais du podestat/palais pontifical des bâtiments situés plus au sud. Les salles H et I sont toutes les deux voûtées d'arêtes ; une partie des piliers qui les reçoivent sont médiévaux (aux angles nord-ouest et sud-ouest pour la salle H, aux angles nord-ouest, sud-ouest et sud-est pour la salle I). Le mur oriental de I, visible du côté extérieur (c'est-à-dire du côté de la salle L moderne) a été en partie dégagé lors de la récente restauration. On y voit un grand arc brisé (qui devait probablement ouvrir sur un espace à ciel ouvert, l'actuelle salle L n'existant pas à l'époque médiévale). Dans la toute petite partie de l'intrados pour l'instant visible (le reste n'étant pas encore dégagé), on aperçoit les traces d'un décor peint de qualité (à gauche, une grande palmette bleue sur fond jaune ; à droite, des bandeaux horizontaux superposés).

52Passons maintenant au corps de bâtiment principal. Les salles B, C, E et F ne montrent pratiquement aucun reste de l'époque médiévale. Leur état actuel, avec leurs voûtes d'arêtes ou à pénétrations, leurs tirants et leurs consoles, correspond largement aux transformations de l'époque moderne. Seule la salle F possède, dans ses mur nord et est, deux portions de mur médiévales, qui ont été laissées en vue. La seconde, qui est donc mitoyenne avec la salle G, possède également une ouverture cruciforme, ce qui implique probablement que les deux salles n'ont pas été construites contemporainement, mais avec un certain décalage. Quant à la priorité entre les deux salles, elle ne peut pas être déterminée par l'observation ; mais il paraît vraisemblable d'attribuer à la salle G (et à la salle D qui va avec) à une adjonction, correspondant par exemple aux travaux des années 1280. Les salles D et G formaient originellement une grande salle unique, le mur qui les sépare n'étant qu'une cloison de l'époque moderne, période où les deux salles furent en outre voûtées diversement. Comme on l'a vu ci-dessus, la salle D devait former l'extrémité méridionale du palais médiéval ; par conséquent, les traces de maçonnerie médiévale qui apparaissent dans l'angle nord-est de la salle K correspondent à l'angle sud-est extérieur du bâtiment originel. Du côté oriental, entre les salles D et G, la cloison moderne s'appuie sur un pilier médiéval qui a été partiellement dégagé par la restauration récente et est visible aussi bien du côté de G que de D. Le pilier est à peu près situé dans l'entraxe de deux fenêtres, la plus méridionale de la salle G et celle de la salle D, qui reprennent l'emplacement des grandes arcades brisées originelles, visibles à l'extérieur. Il faut restituer un pilier semblable également dans la salle G, dans l'entraxe des deux fenêtres : contrairement à celui qui a été remployé dans la cloison, les architectes du palais moderne de l'évêché n'avaient aucune raison de le conserver. Le pilier sauvegardé par la cloison est un demi-octogone de brique, qui était originellement recouvert d'un enduit (on en voit des traces du côté de la salle G). Le chapiteau ou tailloir du pilier, qui devait se trouver au niveau de l'architrave de la porte voisine, n'a pas été conservé. Au-dessus est visible la naissance d'une voûte d'ogives, qu'on a en grande partie bûchée pour la faire rentrer dans le plan de la cloison (fig. 130). Le mur pignon nord de la grande salle (donc du côté de l'actuelle salle G) possède encore une grande partie de sa maçonnerie médiévale. Il présente un grand arc bichrome (avec un remplissage intérieur plus tardif), du même type que les grands arcs brisés visibles sur la façade orientale. Le mur oriental de la salle G possède enfin trois niches.

Fig. 130 - Pérouse, palais de l'archevêché, salles G-D, mur est, naissance des ogives du pilier noyé dans la cloison entre les deux salles.

53Le second étage du palais montre peu d'indices de son origine médiévale (fig. 122). Du côté de l'aile orientale (l'actuel appartement de l'archevêque), rien ne nous aide à détailler ce que permettait d'affirmer la vision extérieure, depuis la cour, à savoir que les salles H et I appartiennent bien à une phase médiévale, comme pour le premier étage. Quant au bloc septentrional, ici aussi, si la lecture des plans et des maçonneries extérieures (orientales) confirme que le second étage de la grande salle D-G devait bien appartenir à l'époque médiévale, rien ne le confirme à l'intérieur, cloisonné et aménagé en appartement. Seule une partie des murs nord (du côté oriental) et est (du côté septentrional) de la salle F (encore en travaux et dont les maçonneries sont donc plus accessibles) montre un parement médiéval, ce qui confirme les indications données par le premier étage. Enfin, à la fois au deuxième étage et dans une partie des combles aménagée seulement à l'occasion des travaux récents, est visible un parement médiéval qui correspond au mur sud originel de la grande salle F-F'-C (fig. 122-123).

2. La liaison de la « Nouvelle tour » avec l'actuel palais archiépiscopal

54La rue Maestà delle Volte, qui longe le flanc nord du palais, forme ensuite un angle droit et tourne à droite, pour longer cette fois le pâté de maisons qui englobe le séminaire et le palais canonial. La rue se poursuit également à gauche pour longer le flanc ouest du palais archiépiscopal et prend ici le nom évocateur de rue Ritorta. L'angle nord-ouest du palais est donc nettement séparé de la tour médiévale qui lui fait face. Pourtant, nous incluons celle-ci dans notre description des restes du palais pontifical, non seulement à cause de la liaison qui la rattache en partie supérieure au palais archiépiscopal, mais surtout parce que l'analyse des textes médiévaux montre qu'il faut certainement identifier cette tour avec la « Nouvelle tour » achetée par la commune de Pérouse peu avant l'arrivée de Martin IV (cf. partie suivante sur la reconstitution du palais).

Fig. 131 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face nord.

Fig. 132 - Pérouse, portique de la chapelle de la Maestà delle Volte, face sud.

  • 180 On notera incidemment que l'on ne peut suivre la reconstitution du portique proposée par Calderoni (...)

55Avant de passer à la tour elle-même, que nous traiterons très rapidement, nous allons surtout décrire le système de liaison entre celle-ci et le palais archiépiscopal, qui constitue en fait pour nous l'élément crucial des parties médiévales, car nous pensons pouvoir y reconnaître un des rares morceaux de la campagne de travaux de 1284 ayant survécu. La construction se présente aujourd'hui à l'état de simple mur tendu entre les deux bâtiments, mais il s'agissait originellement d'un mur pignon (en partie haute), comme le prouvent non seulement l'existence de nombreuses baies et le décor sur la face sud (autrefois extérieure), autrement incompréhensibles, mais surtout les traces d'arrachement sur la face nord (fig. 131). Ces dernières indiquent que, si l'immense arc en plein cintre aujourd'hui visible en partie basse permettait aux piétons de passer de la rue Maestà delle Volte aux rues Fratti et Ritorta, au-dessus s'étendait la suite de la salle dont on a vu les arrachements le long de la moitié ouest de la façade nord de l'actuel palais archiépiscopal. On voit bien en effet que la voûte en berceau qui couvrait longitudinalement la rue Maestà delle Volte dans sa partie orientée nord-sud se poursuivait jusqu'ici. De même que la première partie de la rue avait été couverte d'un berceau qui supportait la loggia, de même ce bâtiment, toujours suspendu au-dessus de la rue, comportait également une salle ou un ensemble de salles, qui devait fonctionner comme partie interne de la loggia, permettant notamment la communication avec plusieurs autres parties du complexe, notamment la « Nouvelle tour », la garde-robe et la « Troisième tour » (voir ci-dessous les justifications concernant la distribution des différentes salles connues par les textes). Avant de décrire le mur de 1284 lui-même, il faut rappeler qu'à la base et au droit de l'arche en plein cintre se trouvent les restes du portique élevé au Trecento pour la chapelle de la Maestà delle Volte, dont on a parlé plus haut (fig. 132)180. Le parement du mur du xiiie siècle présente la bichromie habituelle de pierres d'Assise roses et blanches, disposées de manière assez irrégulière ; l'appareil est très régulier, avec des joints fins, mais les assises sont de hauteur très variable. Tous ces caractères conviennent parfaitement à l'époque considérée et rapprochent les travaux de 1284 du palais du podestat, que nous attribuons à une époque à peine antérieure (voir ci-dessous), en contraste d'ailleurs avec les maçonneries du portique de 1335 situé en-dessous, avec son alternance régulière de blocs roses et blancs et ses assises de hauteur égale. Le mur du xiiie siècle est marqué horizontalement par une corniche décorée d'un rang de billettes, supportée par des modillons (fig. 133). En partie basse, on peut distinguer grossièrement deux parties dans la construction : à droite, une immense arche en plein cintre, dont le but était à l'évidence de permettre la continuation de la circulation dans cette partie centrale de la vieille ville (fig. 134) ; à gauche, un mur plein, correspondant à un bâtiment dont la finalité devait être de réduire la portée de la voûte en berceau supportant les salles du premier étage et, secondairement, de fournir quelques salles supplémentaires en rez-de-chaussée. L'arc en plein cintre est constitué d'un simple rouleau qui s'appuie à droite sur le mur précédent du palais du podestat et qui se poursuit à gauche, sans aucune solution de continuité, dans le piédroit. Dans l'écoinçon droit, formé par l'arche et l'angle avec le palais du podestat, est visible la trace d'une baie aujourd'hui bouchée, qui semble postérieure aux travaux originels (non seulement son percement affaiblissait une partie du mur déjà fragile, mais elle devait en outre recouper la corniche). Dans la partie gauche le mur est percé de plusieurs baies : à gauche, une porte charretière, dont ne subsistent que le piédroit gauche et la moitié gauche de l'arc (qui était probablement légèrement brisé), bouchée (peut-être en deux étapes) et recoupée par une grande fenêtre datée de 1498 sur son architrave (fig. 135) ; au-dessus, une autre fenêtre, probablement contemporaine de la précédente même si elle est moins élaborée (simple baie rectangulaire ébrasée), a également recoupé le mur médiéval. À droite, le mur est percé d'une porte piétonne étroite, aveuglée et visible surtout dans sa partie supérieure, mais dont on lit bien la bichromie de l'arc fortement brisé qui la couvre (fig. 136). Au-dessus de cette dernière, presque dans le même axe, est visible également une haute baie ébrasée et couverte d'un arc surbaissé, grossièrement bouchée (fig. 137).

Fig. 133 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, double arcade du 2e étage partiellement bouchée par un « cavalcavia » moderne.

Fig. 134 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud.

Fig. 135 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, détail de l'ancienne porte charretière.

Fig. 136 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, détail de l'ancienne porte piétonne.

  • 181 Cf. chapitre précédent ; voir aussi chap. II.1.

56Au-dessus de la corniche à modillons, la partie supérieure du mur présente d'est en ouest d'abord une baie dont la partie haute au moins a été refaite à l'époque moderne (en cintre surbaissé) ce qui ne permet pas de la dater, puis deux ouvertures de grande qualité. Celle de droite est assez bien conservée, si ce n'est que la corniche, qui lui servait de mur d'allège, a été précisément détruite en cet endroit et le mur abaissé de deux assises (fig. 138). D'autre part, sur plus de la moitié de sa hauteur, l'ouverture a été remplie par une paroi de briques. Mais la forme originelle de la baie reste visible. Il s'agit d'un arc brisé, composé des mêmes moulurations que la corniche, avec notamment le rang de billettes, reposant sur deux consoles en forte saillie. Les piédroits ne sont pas dans l'alignement des naissances de l'arc, mais sont construits en avant de celles-ci (un dispositif qui rappelle un peu celui rencontré à Anagni dans certaines baies du palais Traietto181). L'ouverture de gauche (fig. 133) est bien plus difficile à lire aujourd'hui, à cause du double « cavalcavia » en briques jeté à l'époque moderne depuis la tour située en face (dite tour du Belvédère, qui occupe l'angle des rues Fratti et Ritorta) et qui est venu bouleverser en grande partie le parement (situé à deux hauteurs différentes, le « cavalcavia » a probablement été construit en deux temps). Toute la baie a été bouchée par une paroi de briques et la voûte d'arêtes du « cavalcavia » a fait disparaître la plus grande partie de l'arc. Quant à la corniche, on voit mieux ici qu'elle servait d'allège à l'ouverture, mais elle a été grossièrement découpée sur une bonne longueur pour le passage de deux descentes d'eau. Malgré ces difficultés, on reconnaît dans cette baie les mêmes caractères que la précédente, bien visibles dans la partie droite : arc à billettes retombant sur une console et un piédroit en saillie. Mais il y a une différence de taille : le piédroit, la console et l'extrémité gauche de l'arc sont situés à une distance telle qu'on doit reconstituer cette fois une grande ouverture en plein cintre. D'autre part cette ouverture devient ici un arc de décharge, car à l'intérieur on devine deux arcs subordonnés, inégaux entre eux, en largeur comme en hauteur, probablement brisés tous les deux. On retrouve ainsi le couple d'ouvertures de la partie basse ; mais il ne s'agit probablement que d'un jeu visuel, car au niveau supérieur il n'est pas question d'identifier ces ouvertures comme des portes piétonne ou charretière. La partie haute du mur du xiiie siècle est largement refaite en briques (fig. 139) et l'on aurait pu douter de son appartenance à la campagne originelle ; mais l'extrémité gauche du mur actuellement visible (donc contre le « cavalcavia » moderne) montre que la hauteur est bien d'origine. À ce niveau est ménagé un passage dans l'épaisseur du mur, qui permet d'aller depuis l'archevêché vers l'actuel séminaire. Dans cette perspective fonctionnelle également, on pourrait douter si ce passage existait déjà dans les dispositions originelles, d'autant plus, comme on l'a vu dans la partie historique, qu'un document du xviiie siècle prétend qu'il s'agissait d'un arrangement récent, créé dans la seconde moitié du siècle précédent. En réalité, ce passage effectivement n'est pas de 1284 ; mais, il a été créé très clairement peu après 1286-1287, comme on le verra dans la partie conclusive.

Fig. 137 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, fenêtre du 1er étage.

Fig. 138 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, arcade brisée du 2e étage.

57Venons-en à la tour elle-même contre laquelle s'appuie le bâtiment du xiiie siècle. Nous l'avons appelé la « Nouvelle tour », non pas parce qu'elle présenterait des caractères la rapprochant de la campagne de travaux de 1284, mais parce que nous l'identifions avec la tour ainsi nommée dans des documents de 1286-1287. Comme on le verra ci-dessous, sa dénomination ne provient pas alors du caractère récent de sa création, mais de la nouveauté de son achat par la commune. Par conséquent, rien n'interdit d'y voir un bâtiment sensiblement plus ancien que la construction à laquelle elle sert de point d'appui. Étant donné qu'elle ne rentre pas directement dans notre propos, nous ne la décrirons pas exhaustivement ; d'ailleurs la construction est difficile à aborder, enserrée comme elle est de toutes parts par les bâtiments voisins, sauf sur la rue A. Fratti (où un arc d'étrésillonnement la lie à la tour du Belvédère qui forme l'angle entre la rue Fratti et la rue Ritorta, ce même bâtiment d'où partent les deux « cavalcavia » qui aboutissent sur le bâtiment de 1284). De ce côté le parement est bien conservé, ainsi que la grande porte en arc brisé du rez-de-chaussée (fig. 140). Étant donné ses caractères constructifs et stylistiques, la tour pourrait être datée approximativement du milieu du xiiie siècle.

Fig. 139 - Perouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, 2e étage vu de haut.

Fig. 140 - Pérouse, « Nouvelle tour », façade sud, détail de la porte.

3. Le palais canonial, le séminaire archiépiscopal, la partie voûtée de la rue Maestà delle Volte, la « 3e tour » et la chapelle Maestà delle Volte

  • 182 En attendant une publication plus complète des voir le petit guide Il museo capitolare della catte (...)

58Nous ne pouvons pas entrer ici dans une étude détaillée du complexe de bâtiments qui forme aujourd'hui le palais canonial. Non seulement cet ensemble monumental n'a jamais été étudié et les problèmes à affronter seraient immenses, vu l'importance et la complication des différentes parties, mais surtout seules nous intéressent ici celles qui ont pu être concernées par le séjour des papes. D'autre part, une étude globale du complexe a été commencée par la surintendance, en la personne de l'architecte F. Palombaro, à l'occasion des travaux de rénovation du musée capitulaire182. Il m'a donc semblé raisonnable de limiter la présente analyse aux parties sud et sud-ouest du palais canonial, c'est-à-dire précisément celles qui ont été transformées en séminaire au xvie siècle. Par ailleurs, le développement de ce dernier va bien au-delà du palais canonial médiéval, puisqu'il englobe aussi le bâtiment situé sur la voûte de la rue Maestà delle Volte et les bâtiments qui s'étendent depuis la « Nouvelle tour » jusqu'à la tour située au débouché de la rue Maestà delle Volte (que nous appellerons « 3e tour » pour la distinguer de la « Vieille » et de la « Nouvelle tour »). Nous pensons que cette extension correspond précisément aux restes du palais pontifical disponibles après l'incendie de 1534. C'est ce que montrent à la fois les conditions historiques de la création du séminaire, explicitées plus haut, et l'analyse monumentale. Pour des raisons liées aux documents de 1286-1287, comme on le verra dans la reconstitution proposée en dernier lieu, cette partie du palais devait correspondre aux appartements privés du pape, probablement situés dans le palais canonial, et à la garde-robe pontificale, disposée dans les espaces nouvellement créés, en hauteur, entre le palais canonial, la « Nouvelle tour » et la « 3e tour ».

Fig. 141 - Pérouse, palais canonial, séminaire, plan du rez-de-chaussée. Service technique du séminaire.

  • 183 Cette arche aurait été démolie en 1555 ; je n'ai pas pu vérifier l'information.

59Le front méridional du séminaire, qui fait face au palais archiépiscopal sur la rue Maestà delle Volte, ne nous apprend rien sur le bâtiment médiéval précédent (fig. 141). En effet, comme pour le palais archiépiscopal, l'édification du séminaire a masqué son antécédent du xiiie siècle par ce type d'opération que j'ai surnommé « façadisme à l'envers ». Mais dans le cas présent, les traces de la construction médiévale ont été bien plus largement effacées, car les murs médiévaux n'ont pas été réutilisés comme support de la régularisation moderne, comme le montre la lecture des plans et des maçonneries. On peut supposer que l'incendie de 1534 avait été plus dévastateur de ce côté-ci de la rue ou encore que les constructeurs avaient décidé de faire une opération de rénovation plus radicale. Quoi qu'il en soit, la façade actuelle se présente donc uniquement comme le fruit des travaux de 1566-1573 (avec la surélévation réalisée par le futur Léon XIII, bien reconnaissable). La façade médiévale devait se trouver sensiblement en retrait de la façade moderne, si l'on tient compte de l'analyse du plan de l'édifice. On constate tout d'abord un décrochement de la partie droite de la façade méridionale, où se trouve l'entrée actuelle du palais canonial. Cette partie de la façade, qui a été modernisée à l'époque de la création du séminaire, est probablement elle-même en avant par rapport à la façade originelle. En effet elle englobe à droite une arche de l'arcade de Braccio Fortebraccio183 ; or, d'après la perspective de la fresque de Bonfigli, l'arcade de Braccio se trouvait non seulement en avant de la cathédrale (comme c'est toujours le cas actuellement) mais également en avant du front méridional du palais canonial, puisqu'on la voit buter contre la loggia pontificale. Il s'ensuit également une conséquence concernant la loggia elle-même. Il est peu vraisemblable qu'une voûte sans supports intermédiaires ait pu franchir une telle largeur. Comme le suggère la fresque de Bonfigli, on peut supposer que des supports intermédiaires ou une salle voûtée ont occupé la partie septentrionale de la rue Maestà delle Volte, réduisant ainsi la portée de la voûte suspendue au-dessus du reste de la rue.

60L'élévation occidentale du bâtiment du séminaire montre un décrochement encore plus important, mais en sens inverse (la partie gauche ou nord, qui correspond au palais canonial est en saillie par rapport à la partie droite ou sud, qui appartient au séminaire), un autre indice de la façon dont le séminaire est venu se greffer sur des bâtiments préexistants (fig. 142, n° 2-3 : structures médiévales ; n° 4-6 : partie basse du séminaire).

61La partie droite de cette élévation présente un parement médiéval, contrairement à la façade méridionale du séminaire dont elle forme le mur de retour. On retrouve donc ici la structure médiévale sur laquelle est venu s'appuyer le séminaire. Une voûte en berceau en brique couvre la rue Maestà delle Volte entre ce mur médiéval et le mur qui lui fait face, c'est-à-dire la façade de la chapelle Maestà delle Volte. Cette voûte est d'époque moderne et a probablement été créée au cours des nombreux remaniements qu'a subis la chapelle à la fin du Moyen Âge et au cours du xvie siècle et qui ont été mentionnés plus haut. Mais elle remplace sans aucun doute une voûte équivalente en pierre, qui constituait le support de la salle longitudinale créée en 1284 au-dessus de la rue. À part le matériau, une autre différence sépare la présente voûte de son antécédent médiéval. Rappelons en effet que la salle située au-dessus de cette dernière ne couvrait pas seulement, comme aujourd'hui, la partie de la rue qui commence après l'angle du séminaire, mais qu'elle s'étendait également jusqu'au mur pignon tendu entre la « Vieille » et la « Nouvelle tour » qui a été décrit ci-dessus, qui n'apparaît plus désormais que comme un arc suite à la disparition de la voûte sur cette portion de la rue.

Fig. 142 - Pérouse, palais canonial, musée, plan du rez-de-chaussée. D'après Arch. Palombaro (F.), dans Il museo capitolare..., p. 10. 1. Salle d'accueil du musée. 2. Salle du trésor. 3. Salle des manuscrits. 4. Salle rouge. 5. Archives capitulaires. 6. Salle du chapitre. 25. Salle des doctorats. A, B, C. Salles d'origine médiévale, amputées par le couloir du séminaire et occupées par des escaliers.

Fig. 143 - Pérouse, palais du séminaire, mur ouest sur la rue Maestà delle Volte.

  • 184 Cf. plus haut dans l'historique.

62Le décrochement du mur occidental est constitué par ce qui s'apparente extérieurement à un énorme contrefort (fig. 143). Le plan du bâtiment confirme cette impression, même s'il s'agit plus précisément d'un mur-contrefort extrêmement épais, au revers duquel est donc dégagé l'espace d'une petite pièce carrée (fig. 142, entre n° 3 et 4). Sa fonction semble être de réduire la portée de la voûte au-dessus de la partie terminale de la rue Maestà delle Volte. Il pouvait y avoir à cela deux raisons complémentaires : contrebuter efficacement la « 3e tour » qui s'élève ici en face du palais canonial ; constituer du même coup un volume suffisamment solide et bien ancré pour stopper les éventuelles poussées longitudinales de la salle créée au-dessus du reste de la rue. Le mur-contrefort présente un parement de grand appareil assez régulier, aux joints minces, interrompu seulement aux trois quarts de sa hauteur par un bandeau. Ce bandeau est le seul élément qui distingue son parement de celui de la portion de mur précédente. Au-dessus, une baie en plein cintre s'ouvre dans la face qui regarde vers la « 3e tour », mais le mur est remanié à partir de la deuxième ou troisième assise au-dessus du bandeau. Reliant le mur-contrefort et la « 3e tour », les deux arcs de tête de la voûte en berceau médiévale subsistent toujours ; mais la voûte elle-même a disparu, substituée par une voûte en briques située légèrement plus haut. Les deux arcs présentent un profil en plein cintre qui permet donc de déterminer celui de la voûte originelle ; ils reposent tous deux sur deux impostes, formées d'un quart de rond et d'un bandeau. Dans le mur-contrefort est insérée une épigraphe avec la date de 1411, sculptée en bas-relief dans un bloc de pierre rose qui tranche avec le parement constitué uniquement de blocs blancs. Cette épigraphe pose problème. Au premier abord ses caractères épigraphiques ne semblent pas témoigner d'une grande authenticité. Pourtant cette date coïncide avec l'année où fut achevée une campagne de travaux attestée par les sources184. L'inscription, même s'il s'agit d'une réfection moderne, pourrait donc transmettre le souvenir d'une épigraphe plus ancienne. L'autre problème est le suivant : à quoi se rapportent les travaux de 1409-1411 ? À la mise en œuvre du mur-contrefort, de sa voûte et d'un élément qui sera décrit plus loin (l'étrésillon entre la « 3e tour » et le palais canonial) ? Ou bien aux réparations et remaniements de brique que l'on vient de mentionner ? On reviendra sur cette question dans la partie finale du chapitre.

63La partie gauche de l'élévation occidentale, après le mur-contrefort qu'on vient de décrire, qui correspond désormais à des bâtiments appartenant pleinement au palais canonial et non plus au séminaire, présente des caractères qui pourraient faire penser à une campagne de travaux dans la seconde moitié du xiiie siècle. Bien sûr cette façade, comme toutes les autres parties du complexe du palais canonial, est difficile à analyser à cause de la superposition d'interventions d'époques diverses et je n'envisage pas de faire ici l'histoire du palais canonial. On observera seulement que les deux portes en arc brisé du rez-de-chaussée, le parement partiellement bichrome, les restes de baie en partie haute amènent à envisager au moins une campagne d'unification en 1284 sur une façade antérieure.

Fig. 144 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, rez-de-chaussée, salle 1, mur nord.

  • 185 Ces espaces sont aujourd'hui en grande partie occupés par les salles du musée capitulaire de la ca (...)
  • 186 Le niveau de salles placé sous ces salles 4-6 est à la même hauteur que les salles du sous-sol 7-9 (...)

64Lorsqu'on franchit le portail d'entrée commun au séminaire et au palais canonial, au sud du complexe, on pénètre dans un long couloir voûté qui conduit au premier cloître du palais et dans lequel s'ouvre à gauche l'accès au séminaire lui-même (fig. 142). Il est très visible en plan qu'il s'agit d'un dispositif créé en même temps que le séminaire, probablement pour compenser la disparition de l'entrée ancienne du palais canonial, étant donné que ce couloir est disposé en biais par rapport à tous les espaces qui l'entourent et recoupe notamment les salles médiévales que l'on peut déceler à sa gauche. Dans ce cas, à nouveau, on ne peut faire l'analyse architecturale complète de tous les éléments du palais canonial ; il nous importe seulement de dégager, parmi les salles du complexe situées au sud du premier ou grand cloître (qui ont donc des chances d'avoir été touchées par la campagne de travaux de 1284) et dans la grande salle placée à l'ouest de celui-ci (la « salle des doctorats », selon son appellation moderne), les aspects qui pourraient relever du xiiie siècle185. Au milieu du couloir d'accès au cloître s'ouvre à gauche une porte qui mène au séminaire (fig. 142). On pénètre d'abord dans une salle d'origine médiévale (A), amputée par la création du couloir lui-même et par un escalier qui monte vers la salle voisine, située à une cote plus élevée (B). Malgré ces remaniements, on voit encore dans la salle A des maçonneries médiévales. Le mur de fond ouest est en grande partie refait et le mur est, comme on vient de le voir, ne correspond qu'à l'interruption de la salle médiévale par le couloir moderne. En revanche, le mur nord conserve un demi arc brisé, dont la naissance est marquée d'une imposte ; au-dessus de l'arc, juste sous la voûte, sont présents trois trous de boulin. Dans le mur sud, un arc brisé, de largeur différente, est lui aussi visible seulement en partie ; on retrouve trois trous de boulin à la naissance de la voûte, qui est probablement médiévale. Quant à la salle B, elle n'est plus reconnaissable dans ces dispositions médiévales, car elle a été transformée en cage d'escalier lors de la création du séminaire et est aussi occupée aujourd'hui par deux ascenseurs. Mais dans la salle 6 du musée canonial (fig. 142), des « fenêtres » ont été ouvertes lors de la restauration récente, qui permettent de voir la maçonnerie médiévale du mur sud de la salle B (paroi nord, vers l'angle est), ainsi que celle de la salle C (paroi est, vers l'angle nord). Je n'ai pas visité cette dernière, également amputée par le couloir d'accès moderne, mais qui doit donc être d'origine médiévale. La salle située au nord de A-B, qui constitue la salle 1 du musée capitulaire, est accessible aujourd'hui par l'aile méridionale du grand cloître (fig. 142). Comme la salle A, elle a été amputée dans sa partie orientale par la création du grand couloir d'accès moderne. Mais le mur occidental ainsi que les deux murs longitudinaux nord et sud sont en grande partie conservés. Le mur nord est animé par deux grands arcs brisés qui alternent avec deux petits arcs en plein cintre (fig. 144). Les baies ouvertes sous les arcs brisés remontent à l'époque moderne ; en revanche, les ouvertures percées dans les petits arcs en plein cintre pourraient être originelles. Le mur sud est articulé par trois arcs brisés séparés à l'ouest par un pilastre et à l'est par un pan de mur plus large (fig. 145). Le voûtement de la salle est moderne. Les salles 2 et 3 du musée (fig. 142) doivent faire partie également des bâtiments remontant à l'époque médiévale, si l'on tient compte à la fois du plan d'ensemble et des remarques faites ci-dessus à propos des maçonneries extérieures. Intérieurement, la salle 2 ne comporte aucun indice de cette origine. En revanche, dans la salle 3, voûtée en berceau longitudinal, on rencontre divers témoins de cette étape de construction. L'angle sud-est est occupé par un important contrefort ; cet épaississement du mur, auquel fait pendant de l'autre côté du couloir qui sépare les salles 2/3 et les salles 1/C un épaississement comparable, correspond probablement à une entrée originelle du complexe depuis le côté sud. Dans les murs ouest et sud de la salle 3, on trouve deux niches, à identifier vraisemblablement comme des lavabos ; au-dessus de celle du mur ouest, se trouve une baie bouchée, une lancette à arc surbaissé. Comme le laissent entendre la lecture du plan et l'histoire du bâtiment, les salles 4, 5 et 6 appartiennent uniquement à la restructuration de la période moderne, c'est-à-dire à la création du séminaire (voûtes du xvie siècle)186. Les salles 16 à 24, au sud du petit cloître, de même d'ailleurs que les autres salles situées au nord de celui-ci, devaient être d'origine médiévale. Mais elles ont été largement remaniées à l'époque moderne et sortent de toute façon du champ de notre sujet, car non concernées à priori par les travaux d'adaptation lors du séjour pontifical de Martin IV. La seule salle qui puisse encore nous concerner semble être la « salle des doctorats » (salle 25 du musée), ainsi nommée à cause des soutenances de thèse qui s'y déroulaient à l'époque moderne. Rien à l'intérieur de la salle ne révèle son origine médiévale (le pavement et les voûtes remontent à l'époque moderne, les maçonneries sont enduites), mais plusieurs éléments prouvent son antériorité. En plan, cette salle, à peu près rectangulaire, montre des murs épais de type médiévaux bien différents de ceux de tout le reste du complexe de bâtiments qui entoure le petit cloître. D'autre part, le mur pignon septentrional est visible de l'extérieur, dans l'étroit couloir créé entre la salle et le petit cloître ; de même, depuis la salle 24, une petite « fenêtre » a été créée par la restauration, qui montre la maçonnerie ancienne du parement extérieur de la salle 25. La création de cette dernière remonte donc indubitablement à la période médiévale.

Fig. 145 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, rez-de-chaussée, salle 1, mur sud.

Fig. 146 - Pérouse, palais canonial, musée, plan du sous-sol. Arch. Palombaro (F.), dans Ilmuseo capitolare..., p. 10. 7. Salle située sous la salle 1 du rez-de-chaussée. 8. Salle située sous la galerie méridionale du grand cloître. 9. Salle sous l'angle sud-ouest du grand cloître.

65Les travaux récents de réaménagement du musée capitulaire ont permis la découverte d'espaces importants au sous-sol des salles décrites ci-dessus (fig. 146). La salle 7, qui se trouve exactement en dessous de la salle 1 et a été recoupée comme elle, à l'est, par le couloir d'entrée du séminaire (ici par les fondations), conserve ses maçonneries médiévales pour les trois autres murs, composés de grands arcs surbaissés (fig. 147). Sous l'aile méridionale du grand cloître, la salle 8 est probablement médiévale également. Les deux murs longitudinaux sont composés chacun d'un grand arc surbaissé. Du côté ouest, le mur est un bouchage et du côté est, il s'agit d'une reprise de l'époque moderne. Quant à la voûte, elle pourrait être postérieure et correspondre à la création de l'aile du cloître, car il s'agit d'un demi-berceau déterminé par la hauteur asymétrique des deux murs longitudinaux (plus bas au nord qu'au sud). La salle 9 se trouve approximativement sous l'angle sud-ouest du grand cloître (fig. 148). Elle est sans conteste médiévale. Les deux murs longitudinaux sont à nouveau définis par deux arcs surbaissés, mais cette fois placés à la même hauteur. Le mur de fond oriental pourrait être contemporain de ces murs. Du côté ouest, une arcade brisée, faisant partie de la même campagne de travaux, donne sur un petit espace qui doit être en grande partie moderne (grand arc de décharge en brique dans la paroi occidentale ; deux arcs de décharge en brique dans le mur sud, qui doit être un mur médiéval remanié ; le mur nord, qui a dû exister, a été cassé et communique avec l'espace adjacent de la salle 10). La voûte de l'espace principal de la salle est elle aussi médiévale, avec ses trous de boulin situés à la base et sa trappe placée au sommet, du côté de l'arcade occidentale. Les salles suivantes du sous-sol (10 à 15) sont en partie antiques (sous le reste du grand cloître) et peut-être d'origine médiévale, mais remontent essentiellement à l'époque moderne et sortent de toute façon du champ de notre enquête (sous le petit cloître).

Fig. 147 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, sous-sol, salle 7.

66Au contraire du sous-sol, les étages de la partie méridionale du palais canonial, c'est-à-dire le quadrilatère au sud du grand cloître, restructurés ou créés lors de la construction du séminaire épiscopal, n'offrent aucun intérêt pour la compréhension de la phase médiévale du bâtiment. Aussi bien le premier étage, loué par le séminaire à divers organismes, que les deux derniers étages, occupés en propre par le séminaire, ne montrent que des structures du xvie siècle.

Fig. 148 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, sous-sol, salle 9, vue vers l'ouest.

  • 187 La date de 1751, inscrite sur un moellon du pilastre, ne peut correspondre qu'à un événement sans (...)

67De l'autre côté de la rue Maestà delle Volte et au nord de la chapelle du même nom, une tour, que nous avons intitulée ci-dessus la « 3e tour » pour la distinguer des deux précédentes, forme l'angle entre le débouché de la rue Maestà delle Volte et la place Felice Cavallotti (fig. 115 et 149). Elle n'est pas explicitement nommée dans les sources documentaires que nous possédons sur l'histoire du palais (d'où l'appellation « neutre » que nous lui donnons). Pourtant, vu sa position et sa liaison avec les autres parties du complexe, que nous allons décrire ci-desssous, il semble peu probable qu'elle n'ait pas fait partie de l'ensemble. Il faut rappeler que les textes qui mentionnent explicitement des parties du palais se comptent sur les doigts d'une main et qu'ils sont les fruits d'un conflit entre le chapitre cathédral et la commune. Rien n'empêche donc de considérer que la « 3e tour » a bien appartenu à l'ensemble. Pour autant cela n'implique nullement qu'elle ait été érigée à l'occasion de l'arrivée du pape. Il est bien plus vraisembable qu'elle ait existé auparavant et qu'elle ait été intégrée au complexe par achat, comme cela est attesté pour la « Nouvelle tour ». Comme celle-ci également, elle n'est probablement pas antérieure aux travaux de 1284 de beaucoup et pourrait remonter approximativement à la première moitié du xiiie siècle. En revanche l'arc d'étrésillonnement qui la lie au palais canonial, en face, pourrait remonter à la campagne de construction liée au séjour de Martin IV (fig. 150)187. Cet arc apparaît comme postérieur aux deux bâtiments qu'il raidit ; d'autre part sa fonction répond au souci des ingénieurs et architectes envoyés par le pape à Pérouse, en avril 1284, pour vérifier la solidité des bâtiments du palais canonial. L'immense étrésillon se présente comme un arc en plein cintre se greffant directement au sud, du côté de la tour, dans le mur, par le biais d'une simple imposte moulurée ; du côté du palais canonial, au nord, il est renforcé par un contrefort, qui l'épaissit en largeur (sur son côté gauche) et en profondeur ; l'imposte moulurée qui marque la naissance de l'arc se retrouve donc ici insérée dans le contrefort. Ces impostes sont du même type que celles qui marquent la naissance des deux arcs doubleaux décrits plus haut, situés entre le mur-contrefort du palais canonial et la tour (un quart de rond et un bandeau). La construction est donc d'une grande simplicité, sans aucune concession ornementale (contrairement par exemple au cas du mur pignon qui lie la « Vieille » et la « Nouvelle tour »), ce qui correspond parfaitement au rôle purement mécanique de l'étrésillon. Mais le parement est extrêmement soigné, avec un appareil certes aux assises de hauteur inégale, mais très régulier et aux joints fins, tandis que les claveaux de l'arc présentent une coupe encore plus standardisée.

Fig. 149 - Pérouse, « 3e tour », façade nord.

Fig. 150 - Pérouse, étrésillon entre la « 3e tour » et le palais canonial, vu vers la façade de ce dernier.

  • 188 Il faudrait donc analyser et la moitié de l'élévation extérieure, restée en grande partie médiéval (...)

68Après la « 3e tour », on trouve successivement du nord au sud, sur le côté occidental de la rue Maestà delle Volte, des maçonneries en grande partie médiévales, malgré divers bouleversements et restaurations (dont l'insertion en 1945 d'une Vierge à l'Enfant en terre cuite émaillée, dans une arcade brisée médiévale), puis la façade de la chapelle Maestà delle Volte (fig. 151), les premières faisant face au mur occidental du séminaire, la seconde à la suite de la rue. La distinction entre ces deux groupes de bâtiments est en partie factice et ne prend sa source que dans les travaux du xvie siècle. En effet, si l'on part du point de vue de l'espace intérieur, on se rend compte qu'il s'agit dans les deux cas de l'élévation latérale de la chapelle, qui est disposée longitudinalement et parallèlement à la rue. Mais quand fut abattue la première partie voûtée de la rue (celle qui s'étendait depuis le début de celle-ci, entre le palais épiscopal et le palais canonial, jusqu'au moment où elle tournait à droite), en 1565, on sépara ainsi la moitié droite de l'élévation, qui restait couverte, et la partie gauche qui se trouvait dans l'axe visuel depuis la place du IV Novembre, alors place principale de la ville. Par conséquent, la moitié droite pouvait bien rester médiévale d'aspect, sans que cela ne choque, mais on se devait de doter la moitié gauche d'une façade au goût du jour, en harmonie avec la modernisation de la zone opérée par la construction du séminaire. C'est pourquoi la façade créée quelques années plus tard, en 1584-1587, se trouve seulement sur la moitié gauche et précède un édifice disposé perpendiculairement par rapport à elle188.

Fig. 151 - Pérouse, rue Maestà delle Volte, façade orientale de la chapelle, au-dessus et à droite le séminaire, à gauche le palais archiépiscopal.

  • 189 Piccinini (C.), Capitelli a foglie nella Firenze del Due e TrecentoFlorence, 2000, fig. 9 et p. 11 (...)

69Au revers de la « Nouvelle tour », de la chapelle de la Maestà delle Volte et de la « 3e tour » se trouve un groupe de maisons d'origine médiévale, fortement remaniées et restaurées, qui ont pu également être incluses dans le complexe palatial. C'est du moins ce que laissent entendre et leur position subordonnée et immédiatement juxtaposée aux trois bâtiments cités ci-dessus et surtout le texte du 6 juin 1286 qui mentionne, outre la tour que nous identifions avec notre « Nouvelle tour », des maisons. Il n'est pas question de tenter ici une analyse détaillée de celles-ci, qui nous entraînerait loin du cœur de notre sujet pour un résultat probablement difficile à exploiter. Cependant, il faut noter un élément remarquable : dans la cour du groupe de maisons, dans un angle de mur et coincé entre des descentes d'eau, se trouve placé un chapiteau erratique (fig. 152). Il est composé de deux couronnes de feuilles acanthisantes, molles et retournées. Pour des raisons stylistiques, il semble pouvoir être attribué sans difficulté à la période qui nous concerne. On trouvera par exemple une confrontation particulièrement parlante avec un chapiteau de la cour du palais du Bargello, à Florence, datable des années 1280-1285189. Par conséquent, il paraît assez vraisemblable de rattacher ce chapiteau aux travaux de 1284.

Fig. 152 - Pérouse, cour des maisons donnant sur la rue Maestà delle Volte, chapiteau erratique.

V - LA RECONSTITUTION DU PALAIS (fig. 115)

  • 190 Le dessin et la peinture de Moretti sont reproduits dans Il palazzo dei priori di Perugia, Mancini (...)
  • 191 Pérouse, Archivio de l'abbaye Saint-Pierre, reproduit dans II palazzo dei priori di Perugia, Manci (...)

70Il faut en premier lieu écarter les hypothèses aventureuses présentées par A. Calderoni comme des certitudes dans son ouvrage sur la cathédrale et ses abords. En partant de la fresque de Bonfigli, d'une partie de la documentation écrite et de divers à priori, l'auteur propose une reconstitution du palais à la fois en plan et en élévation, y compris dans ses différentes étapes chronologiques. On doit noter en particulier que, bien que non reproduite et non citée, c'est une restitution imaginaire du palais, dessinée et peinte vers 1870 par Francesco Moretti d'après la fresque de Bonfigli, qui est la base de travail de Calderoni et non la fresque elle-même190. En revanche, il faut souligner qu'il existe une autre reproduction de la fresque de Bonfigli, assez différente des deux œuvres de Moretti. Il s'agit d'un dessin du début du xixe siècle, à l'apparence un peu moins systématique et régularisée, qui coïncide de manière un peu plus précise que Moretti avec les parties de la fresque ayant survécu et qui pourrait donc peut-être nous donner un témoignage plus fiable sur les détails aujourd'hui disparus191.

  • 192 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 11.
  • 193 Je n'ai pas trouvé pour l'instant d'étude spécifique sur le sujet, ni même un début d'analyse répo (...)

71Le palais est représenté dans la reconstitution de la fig. 6 de Calderoni doté d'un crénelage dont les merlons sont en forme de « queue d'hirondelle ». On pourrait y voir une simple hypothèse destinée à visualiser la forme du couronnement et sans signification particulière. Mais l'auteur affirme que le palais a dû être doté d'un tel crénelage, contraire au merlons « guelfes » habituels à Pérouse, car dans la seconde moitié du xiie siècle la ville était philo-impériale192. On ne voit pas pourquoi donner une telle datation au palais (y compris dans ses deux composantes, palais du podestat et amplification pour Martin IV, si l'on suit la reconstitution de la fig. 6) ; de plus, il y a là un exemple d'assimilation univoque des deux types de crénelage avec l'opposition entre les guelfes et les gibelins dont on sait qu'elle repose largement sur une généralisation simplificatrice du xixe siècle193. Plus globalement, toute la partie supérieure de la reconstitution ne repose que sur l'imagination de l'auteur.

  • 194 Lunghi (E.), « Appunti per la storia urbanistica... », cit., p. 103-105.

72Il nous faut aussi aborder ici les éléments apportés par Elvio Lunghi, dans le commentaire déjà mentionné des éléments topographiques de la fresque de Bonfigli (fig. 116)194. Même si nous ne partageons pas toutes les affirmations de l'auteur, aussi bien sur des points de détail que sur certaines de ses conclusions, on doit lui reconnaître nombre d'observations très justes.

  • 195 Cf. les nombreuses remarques faites par E. Lunghi, par exemple, dans la zone qui nous concerne, su (...)

73La remarque la plus importante concerne les armoiries visibles au-dessus de la fenêtre à remplage de gauche. Elles sont difficilement lisibles, mais on peut avec l'auteur y reconnaître un écu fascé denté de gueules et d'argent. Or ces armoiries se retrouvent, assez détériorées, sur le revers de la façade de la salle des Notaires dans le palais voisin des Prieurs, où elles sont identifiées comme celles de Bonifacio di Canossa da Reggio, capitaine du peuple à Pérouse en 1309. E. Lunghi suggère que celles qui étaient présentées sur le palais du podestat y ont été apposées par Rolandino di Canossa, podestat de la ville pendant le second semestre de 1280. Il conclut également, à juste titre, qu'une bonne partie du palais avait donc dû subsister après l'incendie de 1329, conformément à ce que dit la chronique où celui-ci est rapporté et contrairement à ce qui a été parfois affirmé. Une assertion que confirment également plusieurs autres faits que nous avont rapportés dans l'historique. En revanche l'auteur ne donne pas de datation précise pour la partie visible du palais, ni pour ses différentes composantes et il semble supposer qu'il s'agissait encore de l'édifice de la fin du xiiie siècle, presque inchangé. Or de nombreux arguments militent contre une telle idée. Ainsi l'écu pontifical placé au-dessus de la porte, non identifié, est celui de Martin V et sa pose est d'ailleurs attestée par des sources d'archives, on l'a vu. Plus généralement, si l'on prête foi à Bonfigli, dont la fiabilité est parfaitement attestée pour les nombreux monuments représentés par lui et encore subsistants195, bien des parties de la façade ne peuvent se rattacher à la fin du xiiie siècle. Le portail avec sa lunette en plein cintre et son décor sculpté (deux saints, que l'on peut identifier avec saint Ercolano, probablement, et saint Laurent, hypothétiquement, encadrent un coffre ou un autel) ne peuvent être antérieurs au xve siècle. Par ailleurs, la reproduction minutieuse de la réalité, typique de Bonfigli, implique que la façade visible dans la fresque n'est pas homogène : ainsi, l'arc brisé dans la partie droite de la façade, a été bouché puis on a rouvert une petite fenêtre à l'intérieur de ce bouchage ; cet arc pourrait être attribué à la période de construction de cette partie du palais, dans les années 1280, ce qui oblige à postdater non seulement sa transformation mais également les autres ouvertures visibles, incompatibles avec lui. Pour résumer, il me semble qu'on peut voir, dans la fresque de Bonfigli, à la fois des traces du bâtiment originel (écu armorié à gauche, arc brisé aveuglé) et, surtout, le résultat de travaux de remaniements attribuables au xve siècle : portail et sa lunette, surmontés des armoiries de Martin V, escalier conduisant à l'étage du palais avec l'arc en plein cintre qui donnait accès au passage voûté de la Madonna delle Volte, et les arcades de Braccio Fortebraccio elles-mêmes, dont on voit bien ici qu'elles sont liées organiquement à ces travaux de restructuration. Reste un problème, celui des deux baies qui flanquent la porte principale. E. Lunghi propose de reconnaître dans la grande baie ouverte dans l'arc qui lie l'évêché à la tour de la rue Ritorta (qui a été décrite longuement ci-dessus) une fenêtre du même type que ces fenêtres peintes par Bonfigli. Mais, si la fenêtre de la rue Ritorta remonte effectivement aux travaux effectués en 1284, comme on le démontrera dans la reconstitution de la dernière partie, celles qui sont visibles sur la fresque de Bonfigli semblent dater du début du xive siècle, avec un remaniement au cours du xve siècle. Il ne s'agit donc pas, à mon sens, de la même campagne de construction. On remarquera qu'elles ne coïncident ni avec l'arc brisé à droite, ni avec la porte, tant par leur position (elles ne correspondent pas avec l'arc et encadrent la porte de manière asymétrique) que par leur style, car elles se rapprochent très fortement des baies du palais des Prieurs par leur forme générale, comme le fait justement remarquer E. Lunghi, mais elles possèdent également une lunette très semblable à celle du portail. Il me semble qu'on peut faire l'hypothèse que ces deux baies appartiennent à un remaniement du début du xive siècle (ce qui permet de les insérer de manière plus harmonieuse dans le développement stylistique du gothique pérugin que si on les plaçait dans les années 1280), suite à l'incendie de 1329, et qu'elles ont été modernisées ensuite au xve siècle, pour les harmoniser avec les nouveaux travaux.

  • 196 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 83. Les parties ont (...)
  • 197 On peut noter que les documents de 1287 et de 1289 ont été cités par Marinelli Mercacci, qui les i (...)

74Après avoir mentionné les rares tentatives faites jusqu'à présent pour restituer le palais pontifical, nous aimerions proposer à notre tour quelques pistes, à l'aide de toutes les sources textuelles et figurées qui ont été citées et de l'analyse monumentale effectuée ci-dessus (fig. 115). Il nous faut d'abord revenir sur les rares éléments topographiques livrés par les textes. De tout l'appendice documentaire réuni dans notre ouvrage parallèle, seuls quelques items sont véritablement décisifs pour notre propos. On peut citer d'abord le document du 29 septembre 1285 : la commune cède au chapitre, en l'échangeant contre une parcelle, un bâtiment qui a été construit à l'intérieur du palais canonial pour servir de cuisine au pape. On comprend bien qu'après la mort de Martin IV et le départ de la cour pontificale, la commune n'a plus désormais de raison de conserver ce bâtiment et que le chapitre a au contraire intérêt à s'en rendre propriétaire. Cependant, notre source ne précise pas où était située exactement cette cuisine par rapport aux autres bâtiments du complexe (probablement s'agissait-il d'une construction indépendante élevée dans l'une des deux cours du palais canonial). Mais les deux actes essentiels, édités par M. R. Silvestrelli et transcrits à nouveau dans l'annexe II de notre ouvrage sur Les maîtres d'œuvre au service de la papauté (p. 171-173), sont ceux du 6 juin 1286 et du 29 avril 1287 (celui du 26 juin 1286 ne fait que répéter mot à mot les données déjà énoncées le 6 juin précédent). Les deux documents sont à la fois plus riches et plus difficiles à interpréter que celui du 29 septembre 1285. Il nous semble pourtant que, de la confrontation de leurs données internes entre elles et avec notre cadre général, on peut tirer des conclusions assez solides. Le document du 6 juin est rédigé à la suite d'un conflit qui a surgi entre la commune et le chapitre cathédral, à propos de deux bâtiments édifiés ou aménagés par la commune à l'occasion du séjour de Martin IV, la loggia et la garde-robe. Ce conflit est visiblement né du fait que ces lieux touchaient ou concernaient les chanoines, mais qu'ils avaient été édifiés par la commune qui en était donc propriétaire. Les deux parties semblent pouvoir arriver facilement à un accord : ces constructions n'étaient probablement pas d'une grande utilité pour la commune, pour les mêmes raisons que nous avons vu ci-dessus à propos de la cuisine, dans le document de septembre 1285 ; elle accepte donc volontiers de les céder au chapitre, en les échangeant contre des maisons. Cependant la commune prend un certain nombre de précautions ; nous allons voir que celles-ci constituent aussi des indications précieuses pour la topographie. Quant au texte du 29 avril 1287, il constitue pratiquement le symétrique du précédent. Pour une raison inconnue (la commune s'est peut-être aperçue qu'elle avait fait une erreur en aliénant la loggia et la garde-robe trop vite, malgré les conditions stipulées dans la négociation), la ville de Pérouse récupère l'usage des deux bâtiments qu'elle a cédés, contre payement d'un loyer au chapitre. Une délibération du 12 mai 1289 prouve d'ailleurs que la commune continuait à ce moment d'utiliser la garde-robe (par conséquent, on peut supposer qu'il en allait de même pour la loggia, située dans notre hypothèse entre la garde-robe et le palais communal, comme on le verra plus bas) ; à cette date les chanoines avaient contesté des transformations dans la garde-robe où habitait le podestat (« cum canonici recusent eidem comoda facere de domibus guardarobe habitis pro habitatione presentis Potestatis... »), et les conseillers élirent deux d'entre eux pour négocier avec le chapitre le loyer et les conditions de résidence du podestat196. L'expression « comoda » correspond à des aménagements relativement modestes, destinés à améliorer le confort ou l'apparat de la demeure, et s'applique bien aux travaux attestés par la documentation communale entre 1286 et 1289197.

75Parmi les bâtiments mentionnés par le texte du 6 juin, figure d'abord la loggia. Du document, il ressort que la loggia du palais pontifical s'étendait depuis les escaliers du palais du podestat jusqu'au palais canonial. Certes, nous ne savons pas à priori où se trouvaient ces escaliers ; mais, vu que nous connaissons par ailleurs la position de la loggia (entre autres grâce à la fresque de Bonfigli), nous en déduisons que l'escalier devait longer le mur oriental du palais du podestat et aboutir à un palier-balcon, placé contre le mur-pignon septentrional, comme dans de nombreux autres palais communaux contemporains (il suffit de citer ici le palais du Peuple d'Orvieto, ainsi que son imitation dans le palais Soliano étudié dans le premier chapitre). Par conséquent, la loggia a bien occupé l'espace situé entre les escaliers du palais du podestat (probablement au prix d'un remaniement du palier précédent situé au nord) et le palais canonial, c'est-à-dire au-dessus de la première partie de la rue Maestà delle Volte. On comprend ainsi pourquoi la commune pose comme condition à la cession de la loggia aux chanoines le fait que ceux-ci promettent de ne pas agrandir, ni modifier, ni même couvrir la loggia : les autorités communales ne voulaient à aucun prix qu'un bâtiment jouxtant immédiatement le mur-pignon de leur palais puisse lui porter ombrage, au propre ou au figuré. On apprend par ailleurs dans ce document et dans celui du 29 avril 1287 que ce bâtiment qualifié du nom de loggia peut aussi être appelé « proaulum ». La désignation est intéressante, puisqu'elle est met en évidence le fait que la loggia introduit ou sert de zone de transition vers un autre espace, l'« aulum » ou en latin classique l'« aula », c'est-à-dire la grande salle. Vu la position de la loggia, on pourrait hésiter pour savoir si cette grande salle était située dans le palais communal ou dans le palais canonial. En réalité, il ne fait aucun doute qu'elle était située dans le premier. Tout d'abord pour des raisons de vraisemblance (on sait que le palais communal fut mis à disposition du pontife et que précisément il devait être doté d'une grande salle publique) ; surtout, parce que, comme on va le voir ci-dessous, on sait que la loggia était contigùe à un bâtiment qualifié de garde-robe et à une salle qui a servi de chambre au pape, lesquels ne peuvent être situés que de l'autre côté de la loggia, respectivement sur l'autre partie de la rue Maestà delle Volte et dans le palais canonial. Venons-en à ces deux espaces. La chambre du pape est citée dans nos documents comme repère topographique, mais non comme objet de transaction ; par ailleurs la source de 1287 précise que cette chambre est actuellement occupée par l'archiprêtre de la cathédrale, c'est-à-dire le plus haut dignitaire du chapitre. La conclusion s'impose : pour la chambre du pape, on avait utilisé la partie sud-ouest du palais canonial, peut-être au prix d'un certain nombre d'aménagements ; après le départ de la cour pontificale, elle était retournée naturellement dans le patrimoine du chapitre et n'avait pas à faire l'objet de transactions. Quant à la garde-robe, il s'agit du deuxième bâtiment concerné par la négociation, avec la loggia. On remarquera que les sources impliquent qu'il s'agit bien d'une construction neuve et autonome (dans la formulation de 1287 en particulier, avec sa tournure « unam domum sive palatium quod tempore domini Martini pape domus fuit et nunc dicitur guardaroba »). Certes la description des tenants et aboutissants de la loggia et de la garde-robe n'est pas évidente. Mais le premier document implique que la loggia est contigue à la fois à la garde-robe et au mur de la chambre du pape et qu'elle va depuis la « Vieille » et la « Nouvelle tour » jusqu'à la garde-robe ; le second répète que la loggia touche aussi bien la garde-robe que la chambre du pape et formule les limites de la loggia de la manière suivante : d'un côté de la garde-robe à l'angle de la « Vieille tour », de l'autre depuis l'angle de la « Nouvelle tour » jusqu'à la rue, où plus précisément jusqu'au dessus de la rue, ce qui correspond aux deux directions nord-sud et est-ouest (il faut reconnaître que l'expression « juxta ipsam cameram » ne facilite pas la compréhension ; il ne s'agit à mon sens que d'une incise désignant à nouveau la proximité de la loggia et de la chambre, glissée ici malencontreusement, mais qui correspond peut-être à la volonté du notaire-rédacteur de ne perdre en route aucune coordonnée utile). Pour nous résumer, les deux objets de la transaction - la loggia et la garde-robe - correspondent aux bâtiments élevés ex novo par la commune pour accueillir le pape ; ces constructions doivent être situées, l'une sur la première portion de la rue Maestà delle Volte, en lien avec les arrachements de voûte visibles sur la moitié gauche du mur nord du palais épiscopal et sur le mur-arche qui en forme la continuation, l'autre sur la seconde portion de la rue, où la voûte existe encore partiellement. Accessoirement on comprend pourquoi la condition évoquée pour la cession de la loggia - les chanoines ne doivent pas la modifier, l'agrandir ou la surélever, etc. - n'est pas employée pour la garde-robe : les autorités communales n'avaient cure de modifications éventuelles de celle-ci, puisqu'elle ne jouxtait pas leur palais.

76Reste la question des deux tours évoquées dans nos documents. D'abord leur identification. Il est question d'une « Vieille tour » et d'une « Nouvelle tour ». De cette dernière, nous apprenons dans le texte de 1287 qu'elle est édifiée sur le sol où se trouvait la maison de Zar-dolo di Calfone. On pourrait en déduire que le qualificatif de « nouvelle » se rapporte au fait que la commune vient de la faire édifier, en achetant ce terrain. En réalité, comme je l'ai dit plus haut, cette épithète me semble s'expliquer bien plus simplement par le fait qu'il s'agit d'une acquisition récente de la commune, ce qui permet au rédacteur des documents de distinguer la « Nouvelle » et la « Vieille tour » ; d'ailleurs dans le document de 1286 on apprend que la tour et les maisons ont été achetées au fils de Zardolo di Calfone et à deux autres personnes (le texte ne permet pas de savoir si le notaire entendait référer la tour au seul fils de Zardolo et les maisons aux deux autres personnages, ce qui semble bien le cas par comparaison avec le document de 1287) : preuve que la tour existait déjà au moment de l'achat par la commune et indice probable qu'elle avait été construite par le fils de Zardo-lo di Calfone, donc dans une période antérieure à 1284, mais peut-être pas très éloignée dans le temps (ce qui correspondrait à la datation que j'ai proposé plus haut pour cet édifice). Quant à la « Vieille tour », en suivant le même raisonnement, il semble que cette dénomination implique simplement qu'il s'agissait d'une construction déjà possédée par la commune. Reste à résoudre le problème de la localisation des deux tours ou, si l'on préfère, de leur éventuelle identification avec des structures conservées. Une première remarque concerne la « Vieille tour ». Pour des raisons de simple logique, il est vraisemblable qu'elle se situait non loin du palais communal lui-même, puisque possédée (ou édifiée) par les autorités communales depuis un certain temps. Ce laps de temps pourrait même remonter assez loin en arrière, puisqu'il est assez logique d'identifier cette tour avec celle déjà évoquée dans la documentation comme faisant partie du complexe du palais communal vers le milieu du xiiie siècle. D'autre part, à cause des tenants et aboutissants mentionnés ci-dessus, on est sûr que les deux tours devaient jouxter la loggia. Plus précisément, le deuxième document semble impliquer que la « Vieille tour » se trouve sur l'axe nord-sud à l'opposé de la garde-robe par rapport à la loggia qui les sépare ; et que la « Nouvelle tour » se trouve sur l'axe est-ouest à l'opposé de la rue, toujours par rapport à la loggia. Par conséquent, à ce point du raisonnement, on peut affirmer sans aucun doute que la « Nouvelle tour » correspond à la tour aujourd'hui située à l'angle des rues Fratti et Maestà delle Volte. Quant à la « Vieille tour », la question est un peu plus délicate : elle doit correspondre à l'angle nord-ouest du palais épiscopal, même si la vision des maçonneries ne permet pas de discerner à l'extérieur de structure indépendante du reste du palais. Il s'agit probablement du résultat des remaniements et destructions, tandis que la vision du plan semble corroborer cette affirmation. De toute façon, un passage des deux documents est décisif pour nous. Dans le texte de juin 1286, la deuxième condition que met la commune à la cession de la loggia et de la garde-robe au chapitre, outre la non-modification de la loggia, est le suivant : les deux tours doivent rester dans le patrimoine de la commune (sauf le rez-de-chaussée de la « Vieille tour », utilisé comme habitation par un chanoine) et un mur doit être édifié au-dessus de l'arc qui lie la « Vieille » et la « Nouvelle tour ». En avril 1287, ce mur est désormais construit. À priori, la signification de ce mur paraît peu claire : certes dans le second document on voit que ce mur ou clôture sert de limite entre ce qui relève de la propriété des chanoines et ce qui relève de la commune. Mais il semble qu'il ne s'agit que d'un rôle adventice. La vraie raison est ailleurs : lorsqu'en 1286 la commune cède au chapitre la loggia, elle se prive ainsi de toute communication directe avec la « Nouvelle tour » qu'elle a pourtant achetée peu de temps auparavant (il était bien sûr possible d'y accéder par le rez-de-chaussée ; mais le bâtiment aurait donc été isolé du palais communal). Il était alors extrêmement facile d'obvier à cet inconvénient en prenant appui sur le mur-arc qui avait été construit en 1284 pour relier la « Vieille » et la « Nouvelle tour » et former la moitié gauche du mur gouttereau méridional de la loggia. Il suffisait de surélever ce mur et de ménager à l'intérieur un passage. On l'a vu, ce passage existe toujours, qui joint le deuxième étage du palais épiscopal et celui de la tour à l'angle des rues Fratti et Maestà delle Volte, confirmant ainsi les propositions d'identification faites ci-dessus pour les « Vieille » et « Nouvelle tour ». En outre, on explique ainsi l'emplacement étrange de cette circulation, située dans l'épaisseur d'un mur et au-dessus de ce qui avait été autrefois un étage où la communication existait également aussi bien avec le palais du podestat qu'avec la tour.

77À partir de tout ce qui précède, on aimerait revenir en conclusion sur les conditions de création du palais pontifical de Martin IV. Malgré sa disparition en apparence presque complète (mais nous avons montré que bien des éléments encore visibles pouvaient désormais lui être rattachés), malgré le peu d'intérêt qui lui a été prêté dans l'historiographie, enfin malgré (ou peut-être à cause de) la relative modestie des travaux réellement nouveaux qu'il a représentés, ce palais paraît être un excellent paradigme des constructions pontificales élevées par le soin des communes du Patrimoine. Rappelons que, lorsque Martin IV décide de transférer la curie à Pérouse, nous sommes au printemps 1284, les négociations n'aboutissant qu'en mai. Quant à l'arrivée du pape, elle fut prévue pour l'automne (en l'occurrence le 4 octobre, puisqu'on faisait nécessairement coïncider un tel événement avec une grande fête religieuse, ici la Saint-François). Cela ne laissait donc à la commune que l'été pour réaliser tous les points de l'accord-cadre signé entre elle-même et la papauté. Or la deuxième clause du traité (rien de moins !) prévoyait la construction ou du moins l'aménagement d'un palais pontifical. On mesure ici la distance entre le moule juridique et la réalité : comment la commune aurait-elle pu vraiment réaliser tout un palais en moins de six mois ? De fait, la réalité monumentale correspond à cette contrainte de base : faire du neuf avec du vieux.

  • 198 Voir cependant au chapitre II.4 les nuances entre ces deux types de grande salle.
  • 199 Dans la perspective historique qui est ici la nôtre, j'évite de nommer cette rue de son nom actuel (...)
  • 200 Voir plus haut, dans l'historique.
  • 201 Pour l'emplacement de la tour dans le palais de Viterbe et notre analyse des nombreux textes narra (...)

78On peut donc reconstituer comme suit les étapes de la conception et des travaux. Les autorités communales, comme elles le faisaient régulièrement, se privèrent d'abord de leur propre palais, qui fournirait le point d'appui du complexe. Étant donné la structure d'un palais communal, même s'il nous est difficile de reconstituer exactement celui de Pérouse tel qu'il était au printemps 1284, il devait comporter avant tout une grande salle publique à l'étage, qui pouvait plus ou moins facilement se convertir en grande salle pontificale198. En revanche les espaces privés, même s'ils existaient (notamment pour le podestat et sa familia), devaient être considérés comme insuffisants pour la personnalité la plus prestigieuse de toute la chrétienté, le pape. La commune a donc dû avoir l'idée rapidement (ce que prouvent les visites de chantier attestées en avril et mai 1284) d'utiliser une partie du palais canonial, situé juste en face du palais communal, notamment pour les appartements privés du pape qui devaient représenter le second pôle de la résidence, à l'opposé de la partie publique. Enfin, puisqu'une rue séparait le palais du podestat et le palais canonial199, l'idée la plus ingénieuse fut d'utiliser celle-ci pour réaliser des espaces supplémentaires et lier en même temps les deux bâtiments. Bien entendu, il ne pouvait être question pour le podestat, le capitaine et les autres autorités communales de supprimer définitivement la rue, d'autant qu'ils pouvaient supposer que le séjour pontifical ne serait pas forcément long et qu'il aurait été stupide de se priver ainsi d'un axe important dans cette zone centrale de la ville. Par conséquent, la solution adoptée était bien la plus judicieuse en tenant compte de tous ces impératifs : construire en hauteur en jetant une voûte au-dessus de la rue. Dans cette optique, il était logique de couvrir les deux portions de celle-ci avec deux berceaux longitudinaux perpendiculaires l'un par rapport à l'autre. Pour ce faire, il était seulement nécessaire d'acquérir un certain nombre de bâtiments, ceux qui formaient la face occidentale de la rue dans sa deuxième moitié, dirigée vers le nord. Nous en avons la preuve avec la « Nouvelle tour ». Il est tentant par ailleurs d'identifier les maisons citées dans le document de 1286, appartenant à Nicola et Pietro di Ruggero, et achetées en même temps que la tour avec les bâtiments situés au nord de celle-ci. Reste la tour qui conclut le pâté de maison au nord et que nous avons désignée comme la « 3e tour ». Elle n'est pas mentionnée explicitement dans nos textes. Mais, outre le fait que ceux-ci sont particulièrement lacunaires, qu'elle ne soit pas mentionnée dans nos deux documents ne prouve pas qu'elle n'ait pas fait partie de l'opération immobilière, mais seulement qu'elle n'était pas impliquée dans la transaction avec les chanoines. On voit mal en effet comment la commune aurait pu y appuyer une partie du bâtiment nouveau sans en faire l'acquisition, non seulement pour des raisons de logique constructive et de simplicité d'usage, mais également pour des questions de sécurité lorsque la cour pontificale aurait été installée dans ses murs. Une fois les achats immobiliers effectués (ou dans la même phase), il fallait s'assurer de la solidité des constructions déjà en place, à la fois parce qu'elles allaient subir des aménagements ou des surélévations, mais également parce qu'on allait y appuyer les deux bâtiments nouveaux. Il faut rappeler ici qu'en mars 1275 avait déjà eu lieu un examen des fondations du palais communal200. On peut supposer aussi que la mort tragique de Jean XXI, à la suite de l'effondrement d'une tour nouvellement construite du palais de Viterbe, sept ans auparavant, avait rendu le pape particulièrement attentif à cette question201. Il n'est donc pas étonnant que nos sources fassent état de ce qui paraît être une véritable commission d'architectes et ingénieurs, réunis le 27 avril pour examiner ces questions et que diverses dispositions réalisées reflètent cette préoccupation (par exemple le mur-contrefort à l'ouest du palais canonial ou l'arc-étrésillon entre la « 3e tour » et le palais canonial). Après avoir vérifié les fondations et la stabilité des bâtiments, il restait à élever un certain nombre de structures, au demeurant peu nombreuses, vu l'économie du projet : les deux voûtes correspondant aux deux parties de la rue intermédiaire ; le mur-pignon au nord entre la « 3e tour » et le palais canonial ; au sud, la partie du mur gouttereau qui s'étendait entre la « Vieille » et la « Nouvelle tour » ; à l'est la façade de la salle située entre le palais communal et le palais canonial. Notons enfin qu'aux salles ainsi créées au-dessus du vide sont dévolus des rôles subordonnés par rapport aux deux pôles principaux situés respectivement dans le palais communal et dans la partie du palais canonial qui lui faisait face ; pour autant, il s'agit d'espaces essentiels, puisqu'ils répondent au besoin d'amplification et de diversification des pièces, typique de l'évolution des résidences pontificales. Sur l'axe ouest-est de la rue, on édifiera donc une loggia, qui sert à magnifier les apparitions publiques du pape, mais qui fonctionne également comme un espace de liaison et de distribution entre les différentes parties du nouveau palais, publiques au sud, privées au nord. Sur l'axe nord-sud, moins développé, on place la garde-robe, c'est-à-dire une zone dévolue au service de la personne du pape, en lien direct avec ses appartements situés dans le palais canonial adjacent.

APPENDICE

DOCUMENTS INEDITS

791568. « 1568 cominciarono i giovani del seminario à stanziare nelle stanze di sopra et vicino alla loggia del cortile di S. Lorenzo, et à lato alle stanze nuove del seminario ; et non cessando il cardinale di condurre à fine quella bellissima fabbrica, è hormai à tal termine ridotta, che poco vi resta, à renderla agiatissima, et molto copiosa di stanze, et di tutte quelle cose necessarie che si richiedano all'uso di que' giovani ; et con questa occasione scaricò tutto' l vecchio della Maestà della Volta, et ancora che al Popolo nel vedere gittare per terra quelle colonne di marmo, et porte antiche et ferrate chè nostri antichi con si grave spesa fecero per ornamento in quel luogo à honore della Regina de' Cieli dispiacesse pur assai, non di meno nel veder poi restaurare quella chiesa, et portare con molto arteficio con tagle e funi l'imagine di nostra Donna depinta nel muro et dove tanta devotione si tiene, da basso nella nuova chiesa, et che piu comoda et agiata che quella di prima non era, si conobbe poi che quello che per dispiacere si teneva, tosto dalle comodità che della nuova chiesa si ricevevano, si venne à convertire in piacere et utile cosi dell'anima nel visitar piu spesso quella devotione, come del corpo, essendo di molta bellezza, et utile l'havere scaricato quella volta di pietra che rimasta scoperta gia tanti anni, era talmente fragida, et consumata, che dalle pioggie, non solo minacciava spaventenole ruina, ma cominciava elle à cassare con pericolo di morte di quelli che spesso sotto vi passavano ; ma oltre le gia dette cose, molti cettadini dannavano' l vedere unita quella chiesa al seminario, considerando' l danno chel pubblico ne veniva à ricevere, che nel rimanere privo quasi del suo dominio, essendo quella fondata dalla città, non havrebbe per l'avvenire, si come ha-veva ne gl'adietri tempi fatto, potuto gratificare i suoi cettadeni, nel conferirla ; tuttavia poi è tanto' l piacere et utile che si riceve dalla fabbrica del seminario, che potrà contrapesare di gran longa il dispiacere gia detto. »

80Raffaele Sozi, « Annali, memorie, et ricordi... », 1540-1588 (Bibl. Augusta de Pérouse, ms. 1221), fol. 46v°.

81Seconde moitié du xvie siècle. « Non ho trovato memoria alcuna chi edificasse il Palazzo Pontificale et come havere il suo principio, ma dalla struttura si scorge ch'è antichissimo, come leggesi in alcune scritture a penna che quivi habitando papa Urbano VI quando venne a Perugia scomunicò Clemente antipapa l'anno 1367 et questo palazzo fu dell'anno 1422 restaurato ».

82F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversarum... » (Pérouse, Archivio diocesano), t. I, fol. 151.

83Ibid., t. I, résumé des folios 293-294 :

84Le palais avait été construit par Braccio Forte-braccio ; y résidaient le gouverneur pontifical et sa cour. On y trouvait la chapelle de la confraternité de la question. L'auteur mentionne ensuite l'incendie de 1534. Seules quelques pièces restèrent indemnes de l'incendie, que Paul III concéda à Ludovico Santi, en reconnaissance de ses bons services dans l'office de chancelier de la ville. Cette concession fut renouvelée par le pape Jules III en 1550. En 1561, du vivant de messire Ludovico, Pie IV concède au cardinal Fulvio della Corgna les ruines du palais incendié, contre le cens de six livres de cire blanche. Le palais était réduit à un « casalino », sauf pour les pièces concédées à messire Ludovico qui se trouvaient sous les escaliers supérieurs dudit palais près des murs du palais canonial. Le cardinal Fulvio « fece remuovere e levar via la volta di detto Palazzo ch'era sopra la strada pubblica che conduce alla Maestà delle Volte fra le muraglie del Vescovato e quella di detto palazzo dove era quella imposta e rese la strada d'oscura e pericolosa, commoda e luminosa, ampla e aperta, come al presente si vede ». Le cardinal fit également creuser le puits du cloître du palais canonial.

Notes

1 Nous traduirons désormais « canonica » par « palais canonial », qui nous semble approprié au cas de Pérouse, plus que « quartier cathédral » par exemple, car il s'agit bien ici d'un bâtiment sinon homogène du moins unitaire.

2 M. T. Gigliozzi croit ainsi qu'il n'y avait pas de palais spécifique pour le pape à Pérouse, cf. Gigliozzi (M. T.), I palazzi delpapa..., Rome, 2003, p. 12-13.

3 Toute la documentation est publiée dans l'ouvrage parallèle à celui-ci consacré à la maîtrise d'ouvrage et à la maîtrise d'œuvre des chantiers pontificaux. Cf. Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d'œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004. Signalons aussi un résumé en italien du présent chapitre et de celui consacré à Orvieto : Le Pogam (P.-Y.), « I palazzi papali », dans Arnolfo di Cambio [Exposition. Orvieto-Pérouse, 2005], p. 43-49.

4 Malheureusement celle-ci consiste uniquement en des plans ; quant à engager une campagne de relevés des élévations, cela aurait largement dépassé le cadre du présent travail, vu le nombre et la complexité des bâtiments.

5 Frascarelli (F.), « La curia papale a Perugia nel Duecento », dans Annali della Facoltà di lettere e filosofia. Università degli studi di Perugia. 2. Studi storico-antropologici, t. 16-17, nouv. sér. t. 2-3, 1978-1980, p. 41-99, cf. p. 50-57 sur les séjours et p. 95-97 sur les résidences.

6 Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duecento », cit., p. 52 et p. 96.

7 Registres d'Alexandre IV, n° 219, Naples, 6 février 1255.

8 Bartoli Langeli (A.) et Silvestrelli (M. R.), « Il comune duecentesco e i suoi palazzi », dans Il palazzo dei priori di Perugia, Mancini (F. F.) dir., Pérouse, 1997, p. 3-12, cf.p.5.

9 Calderoni (A.), Il duomo, il vescovato e 'lpalazzo abrugiado, Pérouse, 1980. Voir aussi les remarques mesurées de Silvestrelli (M. R.), « L'edilizia pubblica del comune di Perugia : dal "Palatium communis" al "Palatium novum populi" », dans Società e istituzioni dell'Italia comunale : l'esempio di Perugia (secoli XII-XIV), Pérouse, 1988, vol. 2, p. 482-604, cf. p. 484 n. 15, et de Roncetti (M.), « Il duomo di Perugia : un approccio bibliografico », dans Una città e la sua cattedrale. Il duomo di Perugia. Convegno di studio (Perugia, 26-29 sett. 1988), Pérouse, 1992, p. 1-70, cf. p. 2.

10 Cf. par exemple Papi (M.), Il poema figurativo di fra' Bevignate, Casamari, s.d. [1965], p. 47 n. 45, qui affirme que les seuls éléments ayant échappé à l'incendie sont quelques fenêtres visibles rue de la Gabbia. Ces fenêtres sont effectivement médiévales, et encore pour une partie d'entre elles seulement (d'autres sont une invention néo-médiévale de 1924, cf. Soprint. BAAS Umbria, AS, carton 56 I, fasc. 93 h) et sont bien incluses aujourd'hui dans le palais archiépiscopal, mais elles l'ont été à l'époque moderne et ne faisaient pas partie du palais pontifical.

11 Cf. notamment les différentes études de Maria Rita Silvestrelli sur le palais des prieurs et la topographie du centre de la cité, qui seront citées au fur et à mesure et qui remplacent totalement en ce qui nous concerne l'article de Martini (C.), « Il palazzo dei priori a Perugia », dans Palladio, t. 20, 1970, p. 39-72 (sur le palais des prieurs en général, voir désormais le volume collectif Il palazzo dei priori di Perugia, Mancini (F. F.) dir., Pérouse, 1997), et, sur le séminaire, l'étude de Gabrijelcic (A.), « Alle origini del seminario di Perugia (1559-1600) », dans Bollettino della Deputazione di storia patria per l'Umbria, t. 68, n° 1, 1971, p. 1-201, sur l'histoire du bâtiment voir les p. 58-66.

12 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 13 n. 9. De plus, par une erreur incompréhensible, répétée p. 46 n. 3, il identifie la partie ancienne du palais avec la partie gauche de la façade, dont il évoque pourtant les trois fenêtres gothiques ; il faut donc corriger en partie droite.

13 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 11.

14 Mariotti (A.), Lettere pittoriche perugine..., Pérouse, 1788, p. 20.

15 Cette simplification chronologique vient peut-être aussi de la mention de la charge de podestat pour Gianni di Guido di Papa dans la chronique en langue vulgaire de Pérouse, sous l'année 1205 ; cf. Ugolini (F. A.), « Annali e cronaca di Perugia in volgare dal 1191 al 1336 », dans Annali della Facoltà di lettere e filosofia dell'università degli studi di Perugia, t. 1, 1963-1964, p. 144. À noter que les seuls auteurs à donner la datation plus précise de mai 1205-avril 1206 sont Bartoli Langeli et Silvestrelli, « Il comune duecentesco e i suoi palazzi », cit., p. 3.

16 Pérouse, Archivio capitolare, Pergamene C 33 et C 3 ; Libro verde (cartulaire du chapitre), fol. 28v°, 29. Cités ou édités par : Cernicchi (G.), L'acropoli sacra di Perugia e i suoi archivi, Pérouse, 1911, p. 62 n° 23-24 (résumés du Libro verde) ; Bartoli Langeli (A.), Codice diplomatico del comune di Perugia. Periodo consolare e podestarile (11391254), Pérouse, 1983-1985, 2 t., cf. t. 1, p. 91-92, n° 41 et p. 93-94, n° 42 (éditions des actes originaux) ; Mezzanotte (F.), « Le vicende del capitolo nei secoli xi-xiii », dans Una città e la sua cattedrale. Il duomo di Perugia. Convegno di studio (Perugia, 26-29 sett. 1988), Pérouse, 1992, p. 109135, cf. p. 116.

17 Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 30v° ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., p. 63 n° 26 ; Bartoli Langeli, Codice diplomaticop. 104-105, n° 47 ; Mezzanotte, « Le vicende del capitolo... », p. 117.

18 Ce dernier trait semble être un élément de différenciation des palais communaux de l'Italie centrale par rapport à leurs antécédents septentrionaux. La présente reconstitution, que l'on suit volontiers, est donnée par Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 485 et suiv. En 1260 sont attestés des travaux mineurs : le podestat est autorisé à faire réparer les fenêtres du palais ; cf. Silvestrelli, ibid., doc. n° 2. Le texte complet est donné par Ansidei (V.), Regestum reformationum comunis Perusii ab anno MCCLVI ad annum MCCC, t. 1 [1256-1260], Pérouse, 1935, p. 99 (cf. commentaire p. xxx-xxxi) et mentionne également le nettoyage des lieux d'aisance et la couverture du palais : « reaptare fenes-tras, purgare necessaria, cooperire pallatium ».

19 Ansidei, Regestum reformationum..., t. 1, cit., p. 23 et 45 (19 avril et 14 juillet 1256), où sont mentionnées la place principale et la « volta » qui doivent être toutes deux pavées de briques.

20 Mezzanotte, « Le vicende del capitolo... », cit., p. 118119 (une seule petite correction, l'affaire s'étend sur 12661268 et non 1267-1268). De manière frappante, exactement dans les mêmes années (1264-1265 exactement), la commune de Viterbe faisait elle aussi construire son palais en occupant illégalement un terrain appartenant à un établissement religieux, ici l'église Saint-Ange, qui fit appel au pape de la même façon ; Pinzi (C.), Storia della città di Viterbo, Rome, 1887-1889, 3 t., cf. t. II, p. 141-145.

21 Registres de Clément TV, n° 255 ; Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 36v° ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., cit., p. 65 n° 32 (non cité dans l'article de Mezzanotte) ; Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 3. Les autorités communales décident alors de surseoir aux améliorations projetées pour le palais (sans faire allusion à la bulle pontificale...), cf. Silvestrelli, ibid., n° 4 (5 mai 1266).

22 Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 38v° et 39 ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., cit., p. 65 n° 34, p. 66 n° 35.

23 Pérouse, Archivio capitolare, Libro verde, fol. 39 ; Cernicchi, L'acropoli sacra..., cit., p. 66 n° 36.

24 Pérouse, Archivio capitolare, parchemin C 21, cité d'après Mezzanotte, « Le vicende del capitolo... », cit., p. 119, n. 49 et 50 (13 septembre et 7 octobre).

25 De fait, le 31 mai précédent, on avait reparlé dans une délibération communale des améliorations à faire pour le palais, même si on les avait renvoyées à une date ultérieure, pour cause d'urgence d'autres travaux (la réalisation du mur du Campo di Battaglia) ; en revanche, le 11 juin on avait voté favorablement pour des travaux de couverture. Cf. Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 6 et 7 ; cf. en outre les passages inédits des délibérations du 31 mai et du 11 juin publiés dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, où l'on voit que le podestat cherche à faire accomplir une grande campagne de travaux et n'obtient finalement que de faire réparer son toit et blanchir les murs à la chaux...

26 Cf. notamment Giorgetti (V.), Podestà, capitani del popolo e loro ufficiali a Perugia (1195-1500), Spolète, 1993 ; Bartoli Langeli et Silvestrelli, « Il comune duecentesco e i suoi palazzi », cit., p. 9.

27 Ce rapprochement a été également fait par Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 485 et suiv.

28 Mariotti, Lettere pittoriche perugine..., cit., p. 20 n. 1, renvoie aux « Annali ecclesiastici », sign. +, fol. 233, sub anno 1269, ce qui correspond aujourd'hui à ASP, Cons. e Rif. 6, mais le fol. 233 (ni dans l'ancienne foliotation, qui doit être celle qu'a pu connaître Mariotti, ni dans l'actuelle) ne comporte aucune indication allant dans ce sens, même si l'on fait plusieurs fois allusion à la rénovation du palais du podestat au cours de l'année 1269. Je ne sais donc pas d'où Mariotti a tiré cette idée.

29 Document cité pour la première fois, selon l'auteur, par Ricci (E.), « La piazza del comune e le logge di Braccio Fortebracci », dans Il tempio di S. Francesco al Prato in Perugia, Pérouse, 1927, p. 55-82, p. 77. Le texte avait ensuite été mentionné et édité partiellement par Martini, « Il palazzo dei priori a Perugia », cit., p. 46 et 68 (qui le liait erronément avec le palais des Prieurs), mais a été édité pour la première fois par Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 8.

30 Le séjour de Grégoire X est également attesté par la chronique en langue vulgaire de Pérouse, cf. Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 153.

31 ASP, Cons. e rif. 7, fol. 15v° et 18, cités par Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duecento », cit., p. 96-97 ; voir les passages publiés dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II.

32 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 488-489 et doc. n° 9 et 11-18.

33 Notre interprétation diverge donc légèrement ici de celle de Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 488-489 ; le document est publié ibid. en annexe sous le n° 10.

34 Nico Ottaviani (M. G.), « Il registro finanziario del comune di Perugia "Massari, 3" come fonte storica », dans Ricerche su Perugia tra Due e Quattrocento, Pérouse, 1981, p. 9-58, cf. p. 39-40, n. 91.

35 Cet important statut a été rendu accessible par une édition récente : Statuto del comune di Perugia del 1279, Caprioli (S.) éd., Pérouse, 1996, 2 t. On trouvera les passages les plus importants pour notre propos dans Le Po-gam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum.

36 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 493 et doc. n° 28, 30, 32-39, 42-43 (échelonnés du 23 janvier 1281 au 13 octobre 1282). Il faut y ajouter quatre mentions inédites signalées par Silvestrelli (M. R.), « Grandi cantieri e palazzi pubblici. L'esempio di Perugia », dans Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l'Italie communale et seigneuriale, Crouzet-Pavan (É.) dir., Rome, 2003, p. 105-158, cf. p. 114, qui vont du 18 juillet à septembre 1282, et publiées dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum. Ces documents donnent une idée de l'importance des travaux par le biais des sommes engagées (considérables comme le note Mme Silvestrelli), mais ils ne fournissent aucun détail sur leur entité ou leur localisation, sauf ceux cités dans la note suivante.

37 Ibid, n° 40-41. On ne sait pas dans quelle mesure ce nouvel escalier fut réalisé ; un escalier existait bien entendu auparavant, il est attesté par le doc. publié ibid. n° 19 (13 mai 1276) et par les dispositions citées ci-dessus du statut de 1279.

38 Martini, « Il palazzo dei priori a Perugia », cit., p. 42 ; sur cette « restauration de 1422 », voir plus bas.

39 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 47.

40 Cf. plus bas pour une discussion détaillée de ce témoignage iconographique.

41 L'hypothèse est avancée, de manière encore plus nuancée et prudente que dans le résumé que j'en donne ici, par Romano (S.), « L'immagine di Roma, Cola di Rienzo e la fine del Medioevo », dans Andaloro (M.) et Romano (S.) dir., Arte e iconografia a Roma da Costantino a Cola di Rienzo, Rome, 2000, p. 227-256, cf. p. 240.

42 18 novembre 1282, cf. Registres de Martin IV, n° 280283. Le résumé historique qui suit est tiré de Waley (D. P.), The papal state in the thirteenth century, 2e éd. Londres, 1969 (éd. or. Londres-New York, 1961), p. 206.

43 15 avril et 27 mai 1283, cf. Registres de Martin IV, n° 463 et 470.

44 Waley, The papal state..., cit., p. 206 n. 3 rappelle qu'en novembre 1288, la ville n'avait toujours pas pu payer le quart de la somme, 10 000 florins. Waley se demande si ce chiffre n'incluait pas des amendes ultérieures, mais la bulle de Nicolas IV est parfaitement claire sur ce point, cf. Registres de Nicolas TV, n° 7212. Ce reliquat sera finalement effacé par Boniface VIII, comme on le verra plus loin.

45 Waley, The papal state..., cit., p. 267 (voir aussi p. 272).

46 Voir ci-dessus le chapitre consacré à Orvieto.

47 Paravicini Bagliani (A.), Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spolète, 1991, p. 154155. Assise, qui avait aidé Pérouse, reçut ainsi son absolution bien avant cette dernière, cf. Registres de Martin TV, n° 477.

48 Registres de Martin IV, n° 492.

49 Registres de Martin IV, n° 575.

50 Cecchini (G.), « Fra Bevignate e la guerra contro Foligno », dans VI Convegno di Studi Umbri, Storia e arte in Umbria nell'età comunale (Gubbio, maggio 1968), Gubbio, 1971, t. 2, p. 352-362.

51 Battisti (M. C.), « Per una revisione del "problema fra' Bevignate" : l'attività perugina e orvietana », dans Studi in memoria di Leopoldo Sandri = Bollettino Istituto storico artistico orvietano, t. 42-43, 1986-1987, p. 83-108, cf. doc. n° 12 et 13, mentions du 20 mai 1283 et du 18 mai 1284.

52 Cf. Cecchini, « Fra Bevignate e la guerra contro Foligno », cit., p. 360-362.

53 Cf. par exemple Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell'Italia comunale : l'esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, vol. 1, p. 155-278, p. 197 (aux allusions mentionnées par l'auteur, on pourrait ajouter encore celle du 13 mai 1285, dans l'acte publié par lui-même p. 262) ; Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duecento », cit., p. 75 ; ou encore Gigliozzi, Ipalazzi delpapa..., cit., p. 42 n. 30.

54 Sur la personnalité d'Adamo Rossi, voir Roncetti, « Il duomo di Perugia : un approccio bibliografico », cit., p. 1012. Au cours d'un récent colloque à Pérouse, « Bonifacio VIII nello stato della Chiesa » (17-18 juin 2005), Paola Monacchia a pu confirmer mon hypothèse grâce à une découverte fortuite concernant un autre document (comm. orale).

55 Cecchini, « Fra Bevignate e la guerra contro Foligno », cit., p. 353.

56 [Porcher (Jean)], « Nouvelles acquisitions latines et françaises du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale pendant les années 1941-1945 », dans Bibliothèque de l'Ecole des chartes, t. 106, 1945-1946, p. 225281, cf. p. 226-227. Je n'ai pas trouvé d'information sur le cheminement du manuscrit jusque dans la collection de Seymour de Ricci.

57 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe I. Seules y sont utilisées les mentions se rapportant à fra Bevignate, à cause de l'importance de ce personnage pour la construction du palais pontifical et pour l'histoire de l'architecture en général, car G. Cecchini n'a pas cité de manière exhaustive toutes les séances où apparaissait le moine silvestrin.

58 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 46, 49, 50, 51, 53, 54 et 66.

59 Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia... », cit., appendice III, n° 4, 5, 7 et 8.

60 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II.

61 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., notamment chap. I.

62 Sur le statut et le rôle des « ambassadeurs » de la commune de Pérouse, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, voir les intéressantes remarques de Maria Grazia Nico Ottaviani, qui reprend et nuance une étude précédente ; Nico Ottaviani, « Il registro finanziario del comune di Perugia "Massari, 3" come fonte storica », cit., p. 24-25 n. 42.

63 Sur l'identification du personnage et son rôle, voir Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., chap. III.

64 Remarquable est la différence entre les sommes envisagées pour le maître d'œuvre et pour les chapelains pontificaux (50 contre 100 florins), qui dit bien leur niveau hiérarchique respectif.

65 À partir d'ici, les faits rapportés sont tirés principalement des documents publiés par M. R. Silvestrelli et A. Paravicini Bagliani.

66 À la suite d'une indigestion d'anguilles du lac de Bolsène, comme le rappellent les vers de Dante (Divine comédie, Purgatoire, XXIV, 20-24). C'est à nouveau fra Bevignate qui s'occupa des travaux nécessaires à l'aménagement de la tombe du pape.

67 Sur la marge d'incertitude quant à la date du départ d'Honorius IV, cf. Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia... », cit., p. 241.

68 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 59 (travaux de couverture) et n° 63 (construction d'une cheminée).

69 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 73 et 74. C'est peut-être pour ces travaux du palais du podestat que le maître d'œuvre délégué, Giacomo di Servadio, utilise les pierres de la maison d'un exilé ; ibid., n° 79.

70 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 86 (nettoyage des escaliers), 90 (mangeoires des écuries), 92 (idem), 107 (clés et serrures) et 96, 100, 102-103 (pas d'indication du contenu des travaux).

71 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 494-495 et doc. n° 116 (payement en 1294 d'achat de couleurs réalisé en 1292), 170-172 (réparations du palais).

72 J'ai généralement suivi l'identification proposée par Mme Silvestrelli (donnée implicitement dans le texte ou les notes de son article, mais non dans la publication des documents), mais certains cas sont peut-être douteux.

73 Voir le chapitre II.2.

74 Le Pogam, Les maîtres d'œuvre au service des papes..., cit., annexe II, ad annum.

75 Cf. Riccieri (A.), « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini, tratto da A. Fabretti dalla Cancelleria Decemvi-rale », dans Archivio per la storia ecclesiastica dell'Umbria, t. 5, 1921, p. 379-516, cf. p. 384 : « 1293. Alla curia Romana si assegnano case, ec. (fol. 89) ».

76 Mariotti a dû être induit en erreur par la situation étrange de cette délibération de 1293, placée au milieu de celles de la période 1296-1299.

77 Mariotti (A.), Saggio di memorie istoriche, civili ed ecclesiastiche della città di Perugia, t. I, part. III, Pérouse, 1806, p. 462-463, texte cité sous l'ancienne cote : « In Annal. Decemvir. signat. C ab anno 1296 usque ad 1299,fol. 39 t. ».

78 ASP, Cons. e Rif. 12 (1296-1299), fol. 39v°.

79 Ainsi, il existe un document très semblable pour 1284, où l'allusion au pape se justifie cette fois parfaitement.

80 Cf. Morghen (R.), « Il cardinale Matteo Rosso Orsini e la politica papale nel secolo XIII », dans ASRSP, t. 46, 1923, p. 271-372, p. 314, n. 1 et Morghen (R.), « Una legazione di Benedetto Caetani nell'Umbria e la guerra tra Perugia e Foligno del 1288 », dans ASRSP, t. 52, 1929, p. 485490. Le cardinal Orsini avait déjà été associé avec Benedetto Caetani, alors que celui n'était pas encore cardinal, pour les négociations de la papauté avec l'empereur en 1280 (ibid., p. 307). Matteo Rosso Orsini, nommé cardinal diacre en 1262, fut l'un des membres les plus influents et les plus riches - comme le prouve également la mention citée plus haut de 1285 - du Sacré Collège jusqu'à sa mort, en 1305.

81 Sur le premier point, cf. Lunghi (E.), Perugia, la cattedrale di San Lorenzo, Pérouse, 1994, p. 24 ; sur le deuxième, cf. Registres de Boniface VIII, n° 1123 et Waley, The papal state..., cit., p. 206 n. 3.

82 Registres de Boniface VIII, n° 2422.

83 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Thei-ner (A.) éd., t. I. 756-1334, Rome, 1861, p. 372 (bulle non présente dans les Registres).

84 Le texte presque complet est donné par Rossi (A.), « Prospetto cronologico della vita e delle opere di Agostino d'Antonio di Duccio, scultore fiorentino », dans Giornale di erudizione artistica, t. 4, 1875, p. 241. Le conseil général de la ville de Pérouse délibère de faire, aux frais de la commune : « figure virginis marie sanctorum laurentij et herculani et sancti christophori debeant depingi bene et honorate sub volta palacij comunis in ilio loco in quo ordi-nabit dominus Jacobus servodei » et il décide : « una lampana continue ibi esse debeat et de nocte ardere a sero usque ad mane » (An., sign. C, fol. 12v° et 14). Mariotti, Lettere pittoriche perugine, cit., p. 36 n. 1 en donnait déjà un extrait.

85 J'ai préféré conserver le nom d'Ercolano en italien, plutôt que recourir à la traduction française « Herculan ».

86 Nombreuses références dans Bistoni (M. G.), Casa-grande (G.) et Monacchia (P.), « Bino Sozi architetto della Maestà delle Volte a Perugia », dans Esercizi, Arte Musica Spettacolo, t. 1, 1978, p. 187-196, cf. p. 191.

87 Rossi, « Prospetto cronologico della vita... », cit., ibid. La référence donnée par Calderoni, passim, à Rossi (A.), L'arte tipografica in Perugia durante il secolo xv e la prima metà del secolo xvi. Nuove ricerche, Pérouse, 1868, est une bévue.

88 Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 170.

89 Ms. 975 de la Biblioteca Augusta de Pérouse.

90 Mon attention a été attirée sur ce texte par Francesco Tommasi, qui en a publié quelques passages concernant l'ordre du Temple, cf. Tommasi (F.), « L'ordine dei templari a Perugia », dans Bollettino della Deputazione di storia patria per l'Umbria, t. 78, 1981, p. 5-79 : p. 59-61. Qu'il veuille trouver ici l'expression de ma gratitude. J'avais donc réalisé la transcription des passages inédits intéressant la question. Mais sont apparues entretemps une édition et une étude collective du manuscrit, complètes et remarquables, auxquelles je renverrai donc désormais, cf. Indulgenza, città, pellegrini. Il caso della perdonanza di San Domenico di Perugia, Pérouse, 2001.

91 La fiabilité de la copie de 1343 est prouvée en outre par une autre copie intermédiaire (de 1334) et par la conservation des originaux d'une partie des dépositions ; cf. notamment Del Giudice (C.) et Monacchia (P.), Le pergamene due-trecentesche del convento di S. Domenico e del monastero di S. Giuliana di Perugia, Pérouse, 2000, n° 2530. Les légères variantes entre les originaux et la copie de 1343, en dehors de corrections ou de variantes orthographiques, sont tout de même significatives, y compris dans les passages ici utilisés : elles montrent qu'on a voulu retoucher quelques hésitations ou imprécisions pour rendre les témoignagnes inattaquables.

92 Ce passage a été également cité par Silvestrelli ([M.] R.), « Il castello di San Lorenzo », dans Una città e la sua cattedrale. Il duomo di Perugia. Convegno di studio (Perugia, 26-29 sett. 1988) Pérouse, 1992, p. 173-191, cf. p. 175 n. 14.

93 Voir les passages cités de manière plus extensive dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum.

94 Un seul point pourrait faire problème : par rapport à la citation de 1314, nous avons bien restitué une sorte de loggia à l'ouest du bâtiment, qui correspond à la garderobe pontificale, mais il ne s'agit pas de l'élément le plus remarquable du palais ; on s'attendrait plutôt à voir citée la loggia située à l'est, donnant sur la place majeure. On notera que le copiste de 1343 a biffé ici l'indication topographique sans la substituer par une autre, comme s'il avait eu un doute sur le sujet.

95 Sur les raisons multiples de l'acharnement de Benoît XI contre les auteurs du pillage (pour une question de principe, certes, mais aussi parce que les caisses de l'Église étaient vides et que le pape avait été l'un des rares prélats restés auprès du pape et avait donc dû subir les mêmes affronts et les mêmes saccages), on trouvera une utile synthèse dans Grandjean (C.), « Recherches sur l'administration financière du pape Benoît XI », dans MEFR, t. 3, 1883, p. 47-66, cf. p. 49-54.

96 Matheus Westmonasteriensis, « Flores historiarum », Liebermann (F.) éd., dans MGH, SS, t. XXVIII, p. 501 ; cf. sur ce point le chapitre sur Anagni.

97 Dupuy (P.), Histoire du différend d'entre le pape Boni-face VIII et Philippe le Bel roy de France, Paris, 1655, p. 314 ; cf. Fedele (P.), « Per la storia dell'attentato di Anagni », dans Bullettino dell'Istituto storico italiano, t. 41, 1921, p. 195-232, p. 210.

98 Voir les extraits publiés dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum.

99 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 472 ; Acta Aragonensia. Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen und Kirchen- und Kulturgeschichte..., Finke (H.) éd., Berlin-Leipzig, 1908, I, n° 121, p. 184, 19 août 1304 (« ...intraverunt papale palacium. »), n° 123, p. 188, avril 1305 (Charles II pénètre dans le conclave : « clausit se duobus diebus in papali palacio. ») ; Finke (H.), Aus den Tagen Bonifaz VIII. Funde und Forschungen, Munster-en-Westphalie, 1902, annexe n° 27, 18 juillet 1304 (« ...sede vacante et reverendis patribus domi-nis cardinalibus in papali palacio inclusis pro elec-tione... »). À ce propos, on ne voit pas pourquoi Fornaseri (G.), « Il conclave perugino del 1304-1305 », dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, t. 10, 1956, p. 321-344, pose, p. 324-325 la question de savoir où se passait le conclave, en aboutissant d'ailleurs, en fin de compte, à la solution adéquate : puisque la réponse se trouve dans le premier document publié par Finke et qu'il cite lui-même p. 322 n. 5 ! Encore faut-il préciser que le lieu du conclave n'était certainement pas constitué seulement par le palais canonial, comme le dit cet auteur, mais plus probablement par l'ensemble complexe de bâtiments qui formait alors le palais pontifical.

100 Regesti Clementis papae V, Appendices 1, Rome, 1892, p. 357-513. Je prépare une nouvelle édition de cet inventaire, ainsi que de celui de 1295.

101 Ibid., p. 512.

102 Un autre incendie en 1315 n'a pas concerné le palais du podestat, comme on l'a affirmé autrefois, mais seulement le nouveau palais des prieurs ; cf. Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., p. 502 et n. 127-131. L'incendie de 1329 est peut-être la raison de l'occupation abusive du palais canonial de la part de la commune, attestée le 1er novembre 1330, de même que la commune avait dû loger ses prieurs dans le palais canonial suite à l'incendie précédent, cf. ibid., n° 215.

103 Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 223. L'événement est également rapporté par Pellini (P.), Dell'historia di Perugia..., Venise, 1664 ; réimpr. Bologne-Pérouse, 19681970, t. III, p. 509 : « Del mese seguente [juillet] si attaccò il fuoco di notte nel palazzo del Podestà, dove si brusciaro-no tutte le stanze, & botteghe del primo piano, & cominciò anco ad accendersi nel Vescovato dalla banda di dietro, e si arse più della metà di detto palazzo, & se non vi fosse con gran diligenza concorso, ardeva tutto ».

104 Ugolini, « Annali e cronaca... », cit., p. 234 : « ...venne en pregione en Peroscia messer Rodolfo da Pietra Mala [seigneur de Città di Castello] con tre degl figluogle. Fo lo data per pregione ell palaçço de la guardaroba de sa Lo-renço. » ; Pellini, Dell'historia di Perugia..., cit., t. I, p. 531 : « ...furono messi in prigione nel palazzo, che à quei tempi era chiamato del Papa, percioche vi dimoravano qualunque volta fossero venuti a Perugia, & vi risedevano anco i loro Governatori, che poi l'anno millecinquecento quaranta fu abbrusciato, & quasi affatto rovinato, & hoggi congiunto con le mura del duomo si vede rifatto, & habita-to da giovani Religiosi del Seminario, & da Convittori... ». Étrangement, Bonazzi (L.), Storia di Perugia dalle origini al 1860, Pérouse, 1875 ; réimpr. Città di Castello, 1959, t. I, p. 284, attribue sans aucun fondement l'événement à 1342 et renvoie erronément à Pellini sous l'année 1329.

105 Selon Bonazzi, Storia di Perugia dalle origini al 1860, cit., t. I, p. 284 ; Calderoni, Il duomo..., cit., p. 57 ; Bistoni, Casagrande et Monacchia, « Bino Sozi... », cit., p. 191. Le document, qui rapporte l'épigraphe qui portait ce millésime, est publié par Rossi, « Prospetto cronologico... », cit., p. 241.

106 Bistoni, Casagrande et Monacchia, « Bino Sozi... », cit., p. 191.

107 ASO, Rif. 162, fol. 48, cité d'après Frascarelli, « La curia papale a Perugia nel Duecento », cit., p. 95.

108 Riccieri, « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini... », cit., p. 399 : « 1387. Il papa venendo a risiedere in Perugia, gli si prepara la casa e abitazione, coll'assistenza del cardinal di Nocera, e li assegnano le case di S. Lorenzo, il Vescovato e Palazzo del Podestà (fol. 37) » : voir le résumé des tractations dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum, tiré du conseil du 18 avril 1387.

109 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 484 et 488-489. Il s'agit d'un motif hagiographique courant depuis le haut Moyen Âge (information de F. Bou-gard).

110 Pellini, Dell'historia di Perugia..., cit., t. I, p. 1367 : « ...che sarebbe volentieri tornato a Perugia se d'altra stanza, che del Vescovato le si fosse proveduto, non essendovi nè giardino, nè cortile, nè alcuna altra dilettevole commo-dità... » ; cf. aussi Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 495-496.

111 Sur le séjour de Boniface IX : Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 503 et 520-521 ; Bonazzi, Storia di Perugia dalle origini al 1860..., cit., t. I, p. 406-407 ; Esch (A.), Bonifaz IX. und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969, passim. Un curieux témoignage sur la résidence du pape au monastère Saint-Pierre m'a été obligeamment signalé par Francesco Tommasi ; il s'agit du récit autobiographique en langue vulgaire, du début du xve siècle, d'un religieux fondateur d'un nouvel ordre : Dominici (G.), Un viaggio a Perugia fatto e descritto dal beato Giovanni Dominici nel 1395 [sic pour 1393]..., F. D. V. éd., Bologne, 1864, rééd. anastatique Bologne, 1968.

112 Pellini, Dellhistoria di Perugia..., cit., t. II, p. 172 ; cf. aussi Riccieri, « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini... », cit., p. 414 : « 1409. Torre, case poste nel palazzo della residenza del M. Podestà di Perugia avanti la Maestà delle Volte si risarcischino (fol. 48) ».

113 On trouvera le résumé et une partie du texte dans Le Pogam, Les maîtres d'œuvre..., cit., annexe II, ad annum.

114 Crispolti (C.), Perugia Augusta, Pérouse, 1648, p. 31 ; ms. de F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversarum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 151, cité par Sol (E.), Archives ombriennes ; les archives épiscopales de Pérouse..., Paris, 1903, p. 38 ; cf. texte en appendice. Cette date est reprise, sans justification ni mention de source, par Scarpel-lini (P.), Guida breve di Perugia, Pérouse, s.d. [1978], puis par Calderoni.

115 Je n'emploierai pas le nom de « loggia » donné habituellement au monument élevé par Braccio contre le flanc de la cathédrale, à la fois pour éviter toute équivoque avec la véritable loggia, aujourd'hui disparue, et parce que le terme ne peut pas s'appliquer, en bonne logique, à la série d'arcades qui subsiste. Cependant, on notera que la survie de ce nom de « loggia » est un indice intéressant du fait que ces arcades, l'escalier monumental et la loggia proprement dite formaient bien un tout.

116 Sur l'attribution de l'œuvre à cet architecte, voir la confirmation documentaire donnée par Bartoli Langeli et Silvestrelli, « Il comune duecentesco e i suoi palazzi », cit., p.8.

117 F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversarum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 293. Crispolti et Riccardi sont suivis par Tarchi (U.), L'arte nell'Umbria e nella Sabina, t. 5, Periodo del Rinascimento, s.l., 1954, pl. XXXVIII et Martini, « Il palazzo dei priori a Perugia », cit., p. 42.

118 Fumi (L.), Inventario e spoglio dei registri della Tesoreria apostolica di Perugia e Umbria dal Regio Archivio di Stato di Roma, Pérouse, 1901 (Supplemento al Bollettino della Deputazione umbra di storia patria), p. xxxiii, clause n° V.

119 Ibid. Signalons ici que les reproductions des transcriptions de L. Fumi données par A. Calderoni, le plus souvent sans référence précise à celui-ci, sont entachées de nombreuses erreurs et approximations ; il faut donc citer uniquement l'édition de Fumi.

120 Ibid., p. 6-8. On notera que cette tradition médiévale de location du rez-de-chaussée à des commerçants, très probablement antérieure à cette première mention, se perpétue jusqu'à aujourd'hui aussi bien dans le palais archiépiscopal que dans le séminaire-palais canonial.

121 Ibid., p. 28.

122 Ibid., p. 49.

123 Ibid., p. 53.

124 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 537-538. Selon Mariotti, la première de ces bénédictions constitue d'ailleurs le sujet d'une fresque de Benedetto Bonfigli dont on parlera plus bas. Mais on ne voit pas d'où il tire cette identification iconographique.

125 Rossi, « Prospetto cronologico... », cit., p. 246.

126 Riccieri, « Indice degli Annali Ecclesiastici perugini... », cit., p. 459 : « 1495. Volta da farsi alla Maestà delle Volte e all'angolo del Palazzo del Governo (fol. 188) ».

127 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 52.

128 Ibid., p. 70.

129 En 1502 et en 1503, l'entité des travaux n'est pas précisée, mais il s'agit de quelques réparations à l'occasion de la venue d'un commissaire ou d'un légat pontifical ; Fumi, Inventario e spoglio..., cit., p. 125-126.

130 Mariotti, Saggio di memorie istoriche..., cit., p. 571.

131 Fumi, Inventario e spoglio..., cit., p. 138.

132 L'incendie étant cité par tous les chroniqueurs de Pérouse, on ne mentionnera ici que : Bonazzi, Storia di Perugia dalle origini al 1860..., cit., t. II, p. 106 ; le récit, détaillé mais parfois confus, de Calderoni, Il duomo..., cit., p. 85-113 ; en dernier lieu Villard (R.), « Le mal vivre à Pérouse (1480-1550), ou l'"opinion publique" entre désordres et tyrannie », dans Mélanges de l'Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 113, 2001, vol. 1, p. 313-347, cf. p. 342.

133 Pellini, Dellhistoria di Perugia..., cit., t. III, p. 550.

134 La même analyse se trouvait déjà dans Sol, Archives ombriennes ; les archives episcopales de Pérouse..., cit., p. 7-9.

135 En 1559, à la mort de Paul IV, à Rome et dans des localités proches de Padoue ; en 1590, à l'occasion de l'élection d'Urbain VII, à Bologne, cf. Ginzburg (C.), « Saccheggi rituali : Premesse a una ricerca in corso », dans Quaderni storici, nouv. sér., t. 65, 1987, p. 615-636. Certes, le cadre que décrit Carlo Ginzburg est assez différent, puisqu'il s'appuie sur des exemples où le prélat élu (ou que l'on croit élu) est originaire ou bien lié au lieu où se déroulent les pillages et qu'il interprète ces phénomènes comme des « rites de passage » ; mais il me semble qu'il y a aussi tout simplement, dans les cas qu'il utilise, un arrière-plan de révolte contre les autorités ecclésiastiques suprêmes lors d'un moment d'affaiblissement du pouvoir.

136 En 1375, en détruisant la forteresse de Porta Sole élevée peu auparavant par l'abbé de « Montemaggiore » ; en 1848, en démolissant la forteresse Pauline voulue par Paul III précisément en réponse à la révolte et à l'incendie de 1534 ; en 1860, en abattant à nouveau cette dernière, qui avait été relevée par Pie IX.

137 F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversarum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 293v° : voir texte en appendice.

138 Fumi, Inventario e spoglio..., cit., p. 145. Je ne suis pas parvenu à retrouver ce dessin, au cas où il subsisterait, dans les collections publiques où sont conservés les travaux de Giovanni Mangone.

139 Sur la figure de Mangone, la seule publication monographique semble être encore aujourd'hui Giovannoni (G.), « Giovanni Mangone architetto », dans Palladio, t. 3, 1939, p. 97-112 ; cf. aussi Benedetti (S.) et Zander (G.), L'arte in Roma nel secolo xvi, t. 1, L'architettura, Bologne, 1990, notamment p. 197-200.

140 Milanesi (G.), « Stima di un lavoro di Giovanni Mangone », dans Giornale di erudizione artistica, t. 4, 1875, p. 152-153. L'estimation est étrangement republiée deux ans plus tard, dans le même périodique, par le directeur de ce dernier, Rossi : Rossi (A.), « Spogli Vaticani », dans Giornale di erudizione artistica, t. 6, 1877, p. 129 et suiv., cf. p. 207, n. 1, sans allusion à l'édition précédente. S'il en était besoin, l'identification proposée ici entre « Mahona » et Mangone est confirmée par le fait que l'architecte est mentionné avec la même orthographe dans le document d'estimation. Bien que le document ne spécifie nullement si le palais concerné se trouvait à Rome ou à Pérouse, il n'y a pas de doute qu'il s'agit du palais romain du cardinal, puisque celui-ci ne reçut l'évêché de Pérouse qu'à partir du 20 décembre 1535 (ce palais existe toujours, probablement remanié, rue del Gesù). Cf. Eubel (C.) et alii, Hierarchia ca-tholica medii et recentioris aevi, Monasterii-Patavii, 18981978, 8 t pour la date exacte et Sol (E.), « Un canoniste du xvie siècle : le cardinal Giacomo Simonetta », dans Annales de Saint-Louis-des-Français, 6e année, 4e fasc., juillet 1902, p. 20 pour les circonstances de la nomination (en revanche Sol, Archives ombriennes ; les archives épiscopales de Pérouse..., cit., p. 65, donne des dates erronées).

141 Rossi, « Spogli Vaticani », cit., p. 208 ; quelques informations supplémentaires sur l'activité de Mangone dans Federici (V.), « Autografi d'artisti dei secoli xv-xvi », dans ASRSP, t. 30, 1907, p. 486-495, cf. n° 15 et dans Riccoboni (A.), Roma nell'arte, Rome, 1942, p. 54 (cité également par Forcellino (A.), Michelangelo Buonarroti..., Turin, 2002, p. 102 n. 6).

142 Officiellement, il ne s'agissait pas d'un don, mais d'une location pour un loyer symbolique, comme on en connaît ailleurs, ici de la valeur de deux torches de cire blanche par an, cf. Fumi, Inventario e spoglio..., cit., p. 197.

143 Pour toutes les informations données dans le paragraphe suivant, cf. Gabrijelcic, « Alle origini del seminario... », cit., p. 61-63 et Calderoni, Il duomo..., cit., p. 5456.

144 Crispolti, Perugia Augusta, cit., p. 31.

145 « Chronique de Sciro Sciri » (Pérouse, Biblioteca di San Pietro, ms 334), p. 126, citée d'après Calderoni, Il duomo..., cit., p. 55.

146 Ms. de F. Riccardi, « Liber Memoriarum diversa-rum... », Pérouse, Archivio diocesano, t. I, fol. 293v°-294 ; cité par Bistoni, Casagrande et Monacchia, « Bino Sozi... », cit., p. 195 ; cf. l'ensemble du passage en appendice.

147 Raffaele Sozi, « Annali, memorie, et ricordi... » (Bibl. Augusta de Pérouse, ms. 1221), au fol. 46v°. À cause de son intérêt et de sa longueur, ce passage inédit est publié en appendice du présent chapitre.

148 La date de 1568 comme véritable début des travaux est corroborée par le manuscrit autographe de Raffaele Sozi, « Annali, memorie, et ricordi... » (Bibl. Augusta de Pérouse, ms. 1221), au fol. 46 : « 1568 [...] fabrica del seminario di Perugia sopra la Maestà della volta, et dove era il palazzo della ragione gia abbrugiato contiguo alle stanze [du palais canonial]... » et au fol. 46v° ; pour la transcription intégrale de ce dernier, voir l'appendice en fin de chapitre. L'indication du manuscrit vient de Roncetti, « Il duomo di Perugia : un approccio bibliografico », cit., p. 44, n° 4.

149 Gabrijelcic, « Alle origini del seminario... », cit., p. 65-66.

150 Les restaurations, amplifications, reconstructions s'étaient succédé dans la chapelle entre la fin du XVe et le début du xvie siècle, notamment avec l'intervention du célèbre sculpteur Agostino di Duccio pour la façade, vers 1475 (dont subsistent deux anges au musée de Pérouse) : cf. Rossi, « Prospetto cronologico... », cit., notamment p. 241-249 et édition de documents p. 261-273 et Bistoni, Casagrande et Monacchia, « Bino Sozi... », cit., p. 194.

151 Ibid., p. 188.

152 C'est probablement à ce moment que fut partiellement détruit le portique de la Maestà delle Volte, qui avait survécu à l'incendie, cf. Calderoni, Il duomo..., cit., p. 56, qui mentionne également comme possibilité 1566, c'est-à-dire le début des travaux du séminaire (ibid., p. 57). Cette dernière solution semble être corroborée par Rossi, « Prospetto cronologico... », cit., p. 249, mais la source citée ne semble pas ici décisive.

153 Gabrijelcic, « Alle origini del seminario... », cit., p. 78 n. 65.

154 Il n'y a aucune raison pour prétendre, comme le fait Calderoni, Il duomo..., cit., p. 46, qu'à l'époque médiévale, à la place des maçonneries actuelles se trouvait un pont-levis.

155 Sur tout le paragraphe suivant, cf. Calderoni, Il duomo..., cit., p. 56-57.

156 Crispolti, Perugia Augusta, cit., p. 278.

157 Crispolti, Perugia Augusta, cit., p. 280.

158 Carlo Baglioni, « Perugia sacra... », ms (Bibl. Augusta de Pérouse, ms. 31), fol. 175v° ; la référence du manuscrit vient de Roncetti, « Il duomo di Perugia : un approccio bibliografico », cit., p. 44, n° 6.

159 Et non à la seconde moitié du xviie siècle, comme le dit, probablement par lapsus, Calderoni, Il duomo..., cit., p. 46 n. 3.

160 Siepi (S.), Descrizione... di Perugia, t. 1, Pérouse, 1822, réimpr. anastatique, Pérouse, 1994, p. 140-141.

161 Siepi, Descrizione..., cit., p. 141. Le trompe-l'œil a été largement restauré en 1924, cf. Soprint. BAAS Umbria, AS, carton 56 I, fasc. 93 l.

162 Pérouse, Archivio vescovile, Relationes ad limina, « Relazione della seconda visita di monsignor Odoardi, vesc. di Perugia », minute du 6 décembre 1785, non foliotée, citée par Da Campagnola (S.), « La cattedrale come spazialità collettiva dalla metà del Cinquecento ad oggi », dans Una città e la sua cattedrale. Il duomo di Perugia. Convegno di studio (Perugia, 26-29 sett. 1988), Pérouse, 1992, p. 393-394, qu'il faut corriger seulement pour un mot : « circumfluendo » a été lu « circumferendo ».

163 Siepi, Descrizione..., cit., p. 141 ; Scarpellini, Guida breve di Perugia, cit., p. 79 ; Calderoni, Il duomo..., cit., p. 57.

164 Soprint. BAAS Umbria, AS, carton 56 I, fasc. 92 x ; carton P 39, fasc. 90.

165 Voir par exemple Santi (F.), I Gonfaloni umbri del Rinascimento, Pérouse, 1976.

166 Santi (F.), La galleria nazionale dell'Umbria in Perugia, Rome, 1955, introd. ; Martini, « Il palazzo dei priori a Perugia », cit., p. 40 ; Calderoni, Il duomo..., cit., fig. 8 ; Grohmann (A.), Perugia, Rome-Bari, 1981, p. 51 et fig. 24.

167 Meo di Guido meurt avant 1334. Les arguments donnés par Bartoli Langeli et Silvestrelli, « Il comune duecentesco e i suoi palazzi »..., cit., p. 8 pour dater le panneau après 1326 sont très convaincants, contrairement à l'attribution traditionnelle qui remontait même jusqu'à la fin du xiiie siècle.

168 Ms 975 de la Biblioteca Augusta de Pérouse, reproduit et commenté par Silvestrelli ([M.] R.), « Il castello di San Lorenzo », cit., p. 175 et ill. 1. De manière erronée, le bâtiment avait été souvent identifié jusqu'alors comme étant le couvent de Saint-Dominique ; historiographie de la question dans Casagrande (G.) et Del Giudice (C.), « L'indulgenza di Santo Stefano : una concessione da certificare », dans Indulgenza, città, pellegrini. Il caso della perdo-nanza di San Domenico di Perugia, Pérouse, 2001, p. 25-38, aux p. 30-31. Pour le commentaire sur les apports historiques des témoignages recopiés dans le manuscrit, voir ci-dessus.

169 Sur le peintre, l'ouvrage de référence est désormais : Un pittore e la sua città. Benedetto Bonfigli e Perugia [Exposition. Pérouse, Palazzo dei Priori, Galleria nazionale dell'Umbria. 1996-1997].

170 Mencarelli Jorio (R.), « Gli affreschi della cappella dei priori », dans Un pittore e la sua città. Benedetto Bonfigli e Perugia, cit., p. 71-85, cf. p. 83-84.

171 Il n'est pas besoin de préciser qu'il s'agit des monuments tels qu'ils se présentaient au xve siècle et non à l'époque de saint Ercolano ou de sa translation.

172 Il faut donc en particulier se méfier des reconstitutions imaginées par Calderoni à partir de la fresque, cf. par exemple les fig. 6 et 19, sans tenir compte du caractère lacunaire de celle-ci.

173 Lunghi (E.), « Appunti per la storia urbanistica di Perugia negli affreschi della cappella dei priori », dans Un pittore e la sua città. Benedetto Bonfigli..., cit., p. 96-105, cf. p. 103-105 et la remarquable reproduction du détail en question fig. 50. L'article un peu antérieur de Lunghi (E.), « Luoghi e santi di Perugia negli affreschi di Bonfigli della cappella del Palazzo dei priori », dans Galleria Nazionale dell'Umbria. I Lunedì della Galleria, Atti delle conferenze (maggio-novembre 1995), Mencarelli (R.) dir., Pérouse, 1996, p. 7-14, quoique portant un titre différent, est constitué du même texte.

174 L'évêché de Pérouse a été élevé au rang d'archevêché riode antérieure de « palais épiscopal » et pour la suivante en 1882, ce pourquoi nous parlons en principe pour la péde « palais archiépiscopal ».

175 Je ne suis pas parvenu à trouver de documentation écrite sur ces travaux. Selon F. Palombaro, ils pourraient dater environ des années 1926-1927, lorsqu'on supprima le bâtiment postal qui se trouvait non loin, devant les arcades de Braccio Fortebraccio. Je remercie l'architecte de cette aimable suggestion, d'autant plus vraisemblable si l'on pense d'une part à l'engouement qui saisit alors nombre de communes pour leur passé médiéval, pour des raisons idéologiques évidentes, d'autre part aux travaux attestés pour le palais archiépiscopal en 1924 et mentionnés à diverses reprises plus haut (invention de fenêtres néo-médiévales et restauration du trompe-l'œil du vestibule).

176 Dès avant leur restitution, on pouvait deviner la présence de ces arcs sous l'enduit ; voir par exemple une lithographie du milieu du xixe siècle reproduite dans Grohmann, Perugia, cit., fig. 34. En revanche, les arcs ne semblent pas visibles sur une eau-forte non datée, mais probablement du xviiie siècle (Rome, Istituto nazionale per la Grafica, inv. FN 12878) ou encore sur une gravure des années 1810-1811 de G. Monotti et Carattoli-Frezzolini, reproduite dans Il palazzo dei priori di Perugia, Mancini dir., cit., p. 106. Cette différence s'explique probablement par un vieillissement de l'enduit, qui aura fait réapparaître les arcs.

177 On peut se demander d'ailleurs pourquoi la campagne de modernisation du bâtiment a laissé ces témoignages de l'incendie : est-ce que le maintien de quelques restes du « palazzo abrugiado » n'avait pas une fonction symbolique : celui d'un « memento » à l'égard de la population de Pérouse, le rappel des conséquences funestes auxquelles pouvaient mener la contestation factieuse du pouvoir pontifical ? Ou bien, s'agit-il seulement, comme pour le reste des édifices médiévaux du complexe, du résultat de manque de fonds qui a empêché une réfection plus complète et la disparition de ces traces parasites ? La première hypothèse n'est pas impossible, car on connaît d'autres exemples de ruines maintenues comme « avertissement » à l'époque moderne. Je remercie Renaud Villard de m'avoir conforté dans cette direction, grâce à son expérience de la violence politique dans l'Italie de la Renaissance, notamment à Pérouse.

178 Je remercie le personnel du magasin « Kookai » pour m'avoir donné accès à tous les espaces. Malheureusement, la salle n'est pas incluse dans le relevé de la surintendance, ce qui n'en facilite pas la compréhension.

179 Il subsiste peut-être un doute pour la salle K, dont les étages inférieurs pourraient correspondre à une tour.

180 On notera incidemment que l'on ne peut suivre la reconstitution du portique proposée par Calderoni, Il duomo..., cit., p. 57 et fig. 25. Cet auteur suggère que le portique possédait trois arches en largeur et une seule sur les deux côtés, qu'il se présentait donc comme une construction de deux travées. Il suit ici la reconstitution suggérée par Rossi, « Prospetto cronologico... », cit., p. 241. En fait, un simple examen des parties subsistantes montre que le portique possédait en fait probablement deux travées en profondeur, car au-delà de la porte piétonne qui a seule survécu existait également une porte charretière, dont on voit à droite les arrachements et qui a probablement été sacrifiée aux exigences de la circulation.

181 Cf. chapitre précédent ; voir aussi chap. II.1.

182 En attendant une publication plus complète des voir le petit guide Il museo capitolare della cattedrale di San fouilles archéologiques et des découvertes monumentales, Lorenzo di Perugia, Abbozzo (F.) dir., Pérouse, 2001.

183 Cette arche aurait été démolie en 1555 ; je n'ai pas pu vérifier l'information.

184 Cf. plus haut dans l'historique.

185 Ces espaces sont aujourd'hui en grande partie occupés par les salles du musée capitulaire de la cathédrale.

186 Le niveau de salles placé sous ces salles 4-6 est à la même hauteur que les salles du sous-sol 7-9 qui seront décrites ci-après, mais il faut plutôt les considérer comme un rez-de-chaussée bas, car il communique de plein pied avec la rue Maestà delle Volte, à cause de la déclivité du terrain. Ce niveau bas est également dû uniquement à la période moderne. Il s'agit d'une suite de salles voûtées en brique avec des berceaux transversaux, qui sont louées et servent de magasins à divers commerces.

187 La date de 1751, inscrite sur un moellon du pilastre, ne peut correspondre qu'à un événement sans rapport avec la construction ou, tout au plus, à une restauration, si l'on considère à la fois le mode de construction de l'étrésillon et le caractère de l'inscription, gravée de manière négligée.

188 Il faudrait donc analyser et la moitié de l'élévation extérieure, restée en grande partie médiévale, et la totalité de l'espace intérieur, mais des travaux en cours pendant une grande partie de mes reconnaissances sur le terrain ne me l'ont pas permis.

189 Piccinini (C.), Capitelli a foglie nella Firenze del Due e TrecentoFlorence, 2000, fig. 9 et p. 11 (cf. également fig. 7 et 11).

190 Le dessin et la peinture de Moretti sont reproduits dans Il palazzo dei priori di Perugia, Mancini dir., p. 6 et p. 68-69. Ce tableau de Moretti est également la source de la reconstitution présentée dans Tarchi, L'arte nell'Umbria e nella Sabina, t. 5, Periodo del Rinascimento, cit., pl. XXXVIII et reprise par Martini, « Il palazzo dei priori a Perugia », cit., p. 45, fig. 5.

191 Pérouse, Archivio de l'abbaye Saint-Pierre, reproduit dans II palazzo dei priori di Perugia, Mancini dir., cit., p. 153.

192 Calderoni, Il duomo..., cit., p. 11.

193 Je n'ai pas trouvé pour l'instant d'étude spécifique sur le sujet, ni même un début d'analyse répondant aux nombreuses questions qui se posent (carte de répartition des différents types de merlons dont l'authenticité est assurée, moment historique où apparaît l'attribution des deux types de merlons aux guelfes et aux gibelins, etc.), ni dans la bibliographie consacrée au guelfisme ou au néo-guelfisme, ni dans la castellologie italienne. J'ai rencontré seulement des remarques faites en passant, par exemple dans Scarpellini (P.), « Il pittore Mario d'Antonio e il palazzo dei priori nel '400 », dans Annali della Facoltà di lettere e filosofia dell'Università di Perugia, t. 11, 1973-1974, p. 571594, cf. p. 592 n. 39. Pourtant le problème mériterait de faire l'objet d'une recherche approfondie, à la croisée des chemins entre histoire de l'architecture médiévale et histoire des idées politiques de l'époque contemporaine. Cf. également les remarques à ce sujet dans le chapitre consacré à Orvieto et mon article « Dal gotico al neogotico. Il palazzo vescovile di Sutri », à paraître dans Rivista storica del Lazio.

194 Lunghi (E.), « Appunti per la storia urbanistica... », cit., p. 103-105.

195 Cf. les nombreuses remarques faites par E. Lunghi, par exemple, dans la zone qui nous concerne, sur la loggia de Braccio Fortebraccio.

196 Silvestrelli, « L'edilizia pubblica del comune di Perugia... », cit., doc. n° 83. Les parties ont dû se mettre d'accord assez rapidement, car une autre délibération, du 21 juin 1290, atteste des travaux réalisés ou prévus (mise en place de portes et fenêtres, ce qui montre que l'intervention des chanoines était bien justifiée) pour améliorer le logement du podestat dans la garde-robe, ibid., doc. n° 91.

197 On peut noter que les documents de 1287 et de 1289 ont été cités par Marinelli Mercacci, qui les interprétait, à tort, comme attestant la location de la garde-robe par Bencivene Sapoli, lequel n'agit dans les deux cas que comme procureur de la commune, cf. Marinelli Mercacci (O.), Liber inquisitionum del capitano del popolo di Perugia (a. 1287), Pérouse, 1975 = Annali della Facoltà di lettere e filosofia. Complementi ai vol. V-XII, t. 2, 1975, p. 41-42 n. 25.

198 Voir cependant au chapitre II.4 les nuances entre ces deux types de grande salle.

199 Dans la perspective historique qui est ici la nôtre, j'évite de nommer cette rue de son nom actuel, Maestà delle Volte, qui est né bien entendu non seulement après que les voûtes eurent été construites, donc après le moment où nous nous plaçons, mais également après que l'image de la Vierge y eut été placée, par conséquent après 1297.

200 Voir plus haut, dans l'historique.

201 Pour l'emplacement de la tour dans le palais de Viterbe et notre analyse des nombreux textes narrant la mort du pape, cf. I préliminaire et chap. II.5.

Table des illustrations

Légende Fig. 115 - Pérouse, plan de situation et principales campagnes de construction. Fond de plan d'après Calderoni (A.), Il Duomo..., fig. 23. 1. « Vieille tour ». 2. « Nouvelle tour ». 3. « Troisième tour ». 4. Loggia. 5. Garde-robe. 6. Chambre du pape.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 116 - Benedetto Bonfigli, chapelle du palais des prieurs de Pérouse, scène de la seconde translation des reliques de saint Ercolano, après 1471, vue d'ensemble et détail du palais pontifical. D'après Un pittore e la sua città. Benedetto Bonfigli..., fig. 50.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1007k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 117 – Pérouse, palais de l’archevêché au fond de la place du IV Novembre
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 118 - Vanni di Badolo Rofini, enluminure du fol. 1 du Liber indulgentiae, 1343 (Pérouse, Biblioteca Augusta, ms. 975).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Légende Fig. 119 - Pérouse, palais de l'archevêché, plan du rez-de-chaussée. Studio Area progetto Perugia -Arch. Palombaro (F.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 120 - Pérouse, palais de l'archevêché, plan de l'entresol. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Fig. 121 - Perouse, palais de l'archevêché, plan du 1er étage. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 122 - Pérouse, palais de l'archevêché, plan du second étage. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 123 - Pérouse, palais de l'archevêché, toitures. Studio Area progetto Perugia - Arch. Palombaro (F.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Légende Fig. 124 - Perouse, palais de l'archevêché, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 125 - Perouse, palais de l'archevêché, façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 126 - Pérouse, palais de l'archevêché, façade nord, moitié occidentale, partie basse.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Fig. 127 - Pérouse, palais de l'archevêché, façade nord, moitié occidentale, partie haute.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende Fig. 128 - Pérouse, palais de l'archevêché, cour, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 129 - Pérouse, palais de l'archevêché, rez-de-chaussée, colonne et chapiteau.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Fig. 130 - Pérouse, palais de l'archevêché, salles G-D, mur est, naissance des ogives du pilier noyé dans la cloison entre les deux salles.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 131 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Légende Fig. 132 - Pérouse, portique de la chapelle de la Maestà delle Volte, face sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende Fig. 133 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, double arcade du 2e étage partiellement bouchée par un « cavalcavia » moderne.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 134 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 135 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, détail de l'ancienne porte charretière.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Fig. 136 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, détail de l'ancienne porte piétonne.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Légende Fig. 137 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, fenêtre du 1er étage.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende Fig. 138 - Pérouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, arcade brisée du 2e étage.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Fig. 139 - Perouse, mur-pignon de l'ancienne salle suspendue au-dessus de la rue Maestà delle Volte, face sud, 2e étage vu de haut.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 140 - Pérouse, « Nouvelle tour », façade sud, détail de la porte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Légende Fig. 141 - Pérouse, palais canonial, séminaire, plan du rez-de-chaussée. Service technique du séminaire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Fig. 142 - Pérouse, palais canonial, musée, plan du rez-de-chaussée. D'après Arch. Palombaro (F.), dans Il museo capitolare..., p. 10. 1. Salle d'accueil du musée. 2. Salle du trésor. 3. Salle des manuscrits. 4. Salle rouge. 5. Archives capitulaires. 6. Salle du chapitre. 25. Salle des doctorats. A, B, C. Salles d'origine médiévale, amputées par le couloir du séminaire et occupées par des escaliers.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 143 - Pérouse, palais du séminaire, mur ouest sur la rue Maestà delle Volte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Fig. 144 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, rez-de-chaussée, salle 1, mur nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 145 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, rez-de-chaussée, salle 1, mur sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 146 - Pérouse, palais canonial, musée, plan du sous-sol. Arch. Palombaro (F.), dans Ilmuseo capitolare..., p. 10. 7. Salle située sous la salle 1 du rez-de-chaussée. 8. Salle située sous la galerie méridionale du grand cloître. 9. Salle sous l'angle sud-ouest du grand cloître.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 147 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, sous-sol, salle 7.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 148 - Pérouse, palais canonial, musée capitulaire, sous-sol, salle 9, vue vers l'ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Légende Fig. 149 - Pérouse, « 3e tour », façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Légende Fig. 150 - Pérouse, étrésillon entre la « 3e tour » et le palais canonial, vu vers la façade de ce dernier.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Légende Fig. 151 - Pérouse, rue Maestà delle Volte, façade orientale de la chapelle, au-dessus et à droite le séminaire, à gauche le palais archiépiscopal.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 152 - Pérouse, cour des maisons donnant sur la rue Maestà delle Volte, chapiteau erratique.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/175/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540