Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 2. Anagni : le palais Traietto

Texte intégral

1La cité d’Anagni (fig. 93), chère au cœur de nombreux papes dès la première moitié du xiiie siècle, ne pouvait qu’attirer leurs faveurs. Grégoire IX (1227-1241) y était né et y avait vécu, dans le palais familial des comtes de Segni. Alexandre IV, dont la famille était liée à Grégoire IX, n’est pas né dans la cité, mais y était attaché tout spécialement par son appartenance au chapitre cathédral, dont il avait fait partie au moins depuis 1208. Quant à Boniface VIII, il y avait passé sa jeunesse, avait été membre du chapitre cathédral et éprouvait une grande affection pour la ville, comme il le rappelait dans de nombreuses lettres. Le pape Caetani, plus encore que ses deux prédécesseurs, la combla de faveurs, mais il fut également un résident envahissant : directement ou par l’intermédiaire de divers membres de sa famille, avant et après son accession au trône pontifical, il occupa peu à peu des pans entiers d’un quartier et, à la fin de son règne, on peut dire que la famille dominait largement la zone dite du « Castello », située au nord-est de la ville, autour de la cathédrale (fig. 94). Le pape se sentait certainement chez lui aussi bien dans son propre palais que dans le complexe monumental attribué à son frère Roffredo, puis à son neveu Pietro à la mort de Roffredo, à savoir l’ancien palais de Grégoire IX et d’Alexandre IV.

Fig. 93 – Anagni, plan de situation générale. Carbonetti (C.) et Vendittelli (M.), « Anagni », Fig. XXIV.

Fig. 94 – Anagni, plan de situation dans le quartier « Castello » et plan général du palais. D’après Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 1. A. Tour. B. Bâtiment de deux travées. C. Grande salle de trois travées. D. Bâtiment voûté d’arêtes. E. Bâtiment sud. F. Maison. G. Construction. H. Garage du palais Traietto. I. Espace découvert.

Fig. 95 – Anagni, palais Traietto, vu du nord.

  • 1 Dans une bibliographie immense, je ne donne ici que les deux titres les plus récents, qui permette (...)
  • 2 Voir en dernier lieu Frugoni (C.), « Alcune considerazioni in margine agli affreschi », dans Un un (...)
  • 3 C’était la position traditionnelle depuis la première publication scientifique, celle de Pietro To (...)

2Le palais de Grégoire IX, où a dû également résider Innocent IV lors de ses deux séjours estivaux à Anagni, doit être identifié avec l’actuel monastère des cisterciennes dit de la Charité. Ce bâtiment, construit par Grégoire IX sur un terrain paternel, probablement enrichi par les papes successifs puis par la famille de Boniface VIII, conserve encore une grande partie de ses structures architecturales originelles et même une partie de son décor peint. Alexandre IV résida à Anagni pendant de longues périodes, durant les étés-automnes 1255 et 1256 et d’octobre 1258 à juillet 1260 (sans compter un dernier séjour, le mois d’octobre de la même année). Les textes que nous possédons ne précisent pas l’emplacement exact de sa résidence. Mais il y a toutes les chances pour que celle-ci fût située dans le palais de Grégoire IX, auquel il était lointainement apparenté. Alexandre IV ayant très probablement habité dans ce palais, il devrait rentrer dans le champ de notre étude, mais j’ai préféré me concentrer sur l’étude de la résidence de Boniface VIII pour plusieurs raisons. Tout d’abord, rien ou presque dans le palais de Grégoire IX ne peut être attribué avec sûreté au séjour d’Alexandre IV, ni dans l’architecture ni dans le décor. D’autre part, ce bâtiment a reçu une attention constante et vient d’être encore l’objet d’une multitude de contributions qui ont justement mis en lumière toutes les phases de sa construction et où l’on pourra aisément retrouver les informations concernant la seconde moitié du xiiie siècle. Enfin, contrairement à ce palais, celui de Boniface VIII, aujourd’hui le palais Traietto, n’a pratiquement jamais été étudié (fig. 95). On comprendra les causes de cette situation en lisant le paragraphe consacré ci-dessous à l’historiographie. Je voudrais seulement souligner dès maintenant que j’ai fait exception à cette règle (m’abstenir de reprendre à mon tour la question du palais des Cisterciennes pour me consacrer plus utilement au palais Traietto) seulement dans quelques cas, d’abord dans l’étude de la documentation écrite qui a été tour à tour attribuée à l’un ou l’autre palais et qui sera donc considérée dans son ensemble, ensuite lorsque tel ou tel point m’a paru avoir été négligé dans les études consacrées à l’autre palais. Ainsi, avant de passer à l’étude du palais Traietto, je voudrais rappeler que si l’on ne peut attribuer aucune phase du palais du monastère des cisterciennes à Alexandre IV, son séjour à Anagni correspond à une grande efflorescence artistique. On notera en effet que le contexte culturel de la cité était d’une très grande vivacité. Une des réalisations les plus splendides de la période est peut-être constituée par les fresques de la crypte de la cathédrale. Celles-ci sont régulièrement l’objet de discussions, notamment sur leur datation, sur les différentes mains qui y sont reconnaissables, enfin sur le programme d’ensemble1. À propos de la première question, chronologique, les opinions les plus diverses ont été émises, mais les analyses les plus sérieuses penchent pour les années 1230 ou les années 1250. Plus spécifiquement, il s’agirait de l’été 1239, au moment où Grégoire IX séjournait dans la ville2, ou des années 1250-1255, ce qui pourrait donc correspondre aux premiers séjours d’Alexandre IV3. Sans entrer dans le mérite des diverses datations proposées (on notera d’ailleurs que plusieurs chercheurs ont tenté de séparer chronologiquement les différents ateliers actifs dans l’entreprise de la crypte), ces hypothèses coïncident de toute façon avec des séjours pontificaux.

I–HISTORIOGRAPHIE ET HISTORIQUE

1. Historiographie

  • 4 Cf. plus bas, dans le paragraphe consacré à l’historique du palais à l’époque moderne.
  • 5 Gregorovius (F.), Wanderjahre in Italien, trad. it. Passegiate romane, Rome, 1965, p. 133 (années (...)
  • 6 J’adopte ici l’orthographe actuelle du lignage, même si on rencontre aussi l’orthographe « Traiett (...)
  • 7 Catalogo generale dei beni artistici e monumentali anagnini del 1929, Cecilia (T.) et Giammaria (G (...)
  • 8 Renan (E.), Études sur la politique religieuse du règne de Philippe le Bel, Paris, 1899, p. 33 et (...)
  • 9 On rencontre ici une légende de matrice universelle, qui s’applique à bien d’autres ruines dans le (...)
  • 10 Muñoz (A.), « Monumenti danteschi a Viterbo e Anagni », dans Rassegna d’arte antica e moderna, t. (...)

3L’histoire et l’analyse du palais pontifical d’Anagni – pourtant célèbre par le pape qui l’a fait élever et par les événements dramatiques qui s’y déroulèrent en 1303 – n’ont pas encore été menées, essentiellement à la suite d’une méprise. À l’époque moderne, on identifiait encore correctement l’emplacement du palais de Boniface VIII4, une identification qui se refléta dans l’opinion populaire jusqu’au début du xxe siècle. Ainsi, Giovanni Carbonara a rappelé le témoignage, au milieu du xixe siècle, de Ferdinand Gregorovius : « Ho chiesto di vedere il luogo in cui ad Anagni si svolse la famosa scena nella quale con Bonifacio VIII, il Papa-to, chel dal tempo di Gregorio VII era divenuto dominatore del mondo decadde per sempre, ma il palazzo Gaetani è da molto tempo distrutto e la casa che gli abitanti chiamano oggi così è un edificio moderno che appartiene al marchese Traetti »5. Encore auparavant, on pourrait citer l’opinion du propriétaire du palais lui-même, le marquis Leonardo Traietto6. Dans l’épigraphe qu’il fit placer à la fin des travaux de rénovation de sa résidence, en 1819, il indiquait explicitement son origine bonifacienne : « Gentis Caietanae splendidas aedes/ Bonifacio VIII pont. max./ conditore, insignes/ temporum iniuria labentes [...] »7. De même, à la fin du siècle, du côté français, Ernest Renan reconnaissait parfaitement la situation topographique des lieux8. Il va même plus loin que Gregorovius puisqu’il comprend, lui, que des ruines du palais médiéval subsistent à l’intérieur du palais moderne et qu’il les décrit assez précisément : « des pans de mur, dessinant deux cours, et percés de grandes loges cintrées ». Il explique aussi que, dans le village, on prétend qu’il ne s’agit que des restes des écuries, d’où le nom de « monestalle », donné à ces ruines9. Enfin les Italiens n’étaient pas en reste, car les photographies d’agence des environs de 1900 montraient également des légendes irréfutables, tout en affublant du nom de « monostalle » les ruines du palais de Boniface VIII, en suivant donc la tradition locale rapportée par Renan. En 1920, Antonio Muñoz et Giuseppe Marchetti Longhi rappelaient également qu’à Anagni, on considérait traditionnellement le palais Traietto comme celui de Boniface VIII10. Mais, l’un et l’autre vont s’attacher à modifier ou détruire cette « légende » et égarer ainsi l’historiographie pendant soixante ans.

  • 11 Nous ne citerons ici les différentes datations proposées pour le palais du monastère de la Charité (...)
  • 12 Plus précisément, en ce qui concerne le palais du monastère de la Charité, Marchetti Longhi y voya (...)
  • 13 Marchetti Longhi (G.), « Anagni di Bonifacio VIII », dans Bollettino dell’Istituto di storia e art (...)
  • 14 Marchetti Longhi (G.), « Ricerche sulla famiglia di papa Gregorio IX », dans ASRSP, t. 67, 1944, p (...)
  • 15 Mostre del Lazio meridionale e di Celestino V nel palazzo di Bonifacio VIII in Anagni = Bollettino (...)
  • 16 Caetani (G.), Domus Caietana, Sancasciano, 1927 ; Sibilia (S.), Bonifacio VIII, Rome, 1949 ; Zande (...)
  • 17 Carbonetti (C.) et Vendittelli (M.), « Anagni », dans Lazio medievale. 33 abitati delle antiche di (...)
  • 18 Panza (A.) et Ferretti (R.), « Anagni nel XIII secolo. Iniziative edilizie e politica pontificia » (...)
  • 19 Même si ces auteurs ont beaucoup nuancé la vision trop unitaire de Ferretti et Panza pour le palai (...)

4Le premier soutint que le palais Traietto et le palais des sœurs de la Charité, séparés pourtant par la via Maggiore, avaient constitué un complexe grandiose, unifié par le neveu du pape, Pietro Caetani, en 129711. La même année, Giuseppe Marchetti Longhi s’élevait contre cette vision unitaire mais faisait remonter les deux palais au pontificat de Grégoire IX12. Dans ses contributions postérieures, Marchetti Longhi ne laisse pas de proposer des solutions variées et confuses. Ainsi, en 196513, il revient à l’interprétation de Muñoz, qu’il avait au contraire réfutée en 1920, mais également en 194414. En dernier lieu, en 1969-1970, il identifiait le monastère cistercien avec le palais de Boniface VIII et le palais Traietto avec celui de son neveu, Pietro Caetani15. Cette opinion avait fini par prévaloir et devint une vérité reçue chez les autres auteurs ayant touché le problème (Caetani, Sibilia, Zander – ce dernier s’appuyant en outre sur ses propres observations touchant la topographie et la chronologie supposée des bâtiments16). C’était encore l’opinion qui prévalait en 198017 et celle qui prévaut encore de nos jours dans la vulgate touristique locale. Ce n’est qu’en 1981, dans deux articles fondamentaux, que Rossana Ferretti et Alberto Panza ont proposé d’intervertir ces identifications (c’est-à-dire les occupants des deux palais)18. Pour eux, le palais inclus dans le monastère de la Charité a été construit par Grégoire IX avant son accession au pontificat, en 1227, donc dans le premier quart du xiiie siècle, sur un terrain paternel (avec quelques modifications après l’achat par les Caetani, en 1297) ; le palais en ruines inclus dans le palais Traietto doit être identifié au contraire comme le palais de Boniface VIII, construit à la fin de ce même siècle. À juste titre, ils ont été suivis en cela par tous ceux qui se sont occupés ensuite du palais inclus dans le monastère (même si certains ont encore tendance à lui attribuer le titre trompeur de palais de Boniface VIII)19, mais ni eux-mêmes, ni les auteurs ultérieurs n’ont étudié ce que l’on doit donc considérer comme les véritables restes du palais de Boniface VIII – une situation paradoxale, qui s’explique cependant peut-être par l’accessibilité beaucoup moins grande de ce dernier par rapport à son voisin. Par conséquent son étude restait à entreprendre, seul G. Zander ayant apporté des éléments significatifs par sa description de 1950, ainsi que R. Ferretti qui a repris cette dernière tout en y ajoutant quelques compléments intéressants.

2. Historique

  • 20 Montaubin (P.), « Entre gloire curiale et vie commune : le chapitre cathédral d’Anagni au XIIIe si (...)

5L’histoire de l’église d’Anagni au xiiie siècle, à bien des égards centrale pour la papauté, a été récemment revisitée de manière particulièrement complète, ce qui nous permettra de prendre appui sur ce tableau général pour entrer rapidement dans le cœur de notre sujet, les résidences des papes dans cette cité20.

  • 21 Caetani (G.), Regesta chartarum, Pérouse-Sancasciano, 1922-1932, 6 t., cf. t. I, Pérouse, 1922, p. (...)
  • 22 Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 52, n°457 (25 décembre 1283).
  • 23 Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 58 (6 août 1288).
  • 24 Anagni, Archivio capitolare, n°626 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII : 1280-1303. (...)
  • 25 Marchetti Longhi, « Il palazzo di Bonifacio VIII... », cit., p. 387.
  • 26 Anagni, Archivio capitolare, n°469 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII..., cit., p. (...)
  • 27 Pietro II Caetani, comte de Caserte comme son père Roffredo II, est plus souvent désigné dans les (...)
  • 28 Anagni, Archivio capitolare, n°902 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII..., cit., p. (...)
  • 29 Archivio Caetani, perg. n°907. Publié par Marchetti Longhi dans « Il palazzo di Bonifacio VIII...  (...)
  • 30 « Sententia diffinitionis parrochiarum » de 1280, cf. Marchetti Longhi, « Ricerche sulla famiglia (...)
  • 31 Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 182, n°III-4.
  • 32 Anagni, Archivio capitolare, n°520 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII..., cit., p. (...)

6Les sources d’archives contemporaines sont à la fois nombreuses et d’interprétation difficile. En effet, il s’agit d’actes immobiliers, qui présentent les problèmes habituels de ce type de source : identification complexe des confins et des propriétaires mentionnés, incomplétude des données même en tenant compte de l’ensemble des actes connus, description trop sommaire des bâtiments. Nous citerons ci-dessous tous les documents d’archives qui concernent les palais des Caetani à Anagni, c’est-à-dire non seulement le palais Traietto mais aussi le palais du monastère de la Charité, car les deux complexes ayant été si souvent confondus ou inversés dans l’historiographie, il importe de redonner toutes les pièces du dossier. En 1283, deux actes concernant la vente du château de Selvamolle au cardinal Benedetto Caetani, futur Boniface VIII, sont souscrits à Anagni, dans la demeure de celui-ci : « in domo ipsius cardinalis », qu’il faut probablement identifier avec le site de l’actuel palais Traietto21. Un peu plus tard, dans un troisième document concernant la même affaire, la souscription indique cette fois « in domibus dicti cardinalis »22. Il ne faut attribuer aucune signification à ce passage du singulier au pluriel ; en revanche la suite de la souscription nous apprend que la demeure était pourvue d’une loggia à deux étages : « in logia superiori ». En 1288, le cardinal Benedetto et son frère Roffredo (II) obtiennent, à travers une acquisition précédente réalisée par Adinolfo di Mattia, les maisons de Rinaldo Rosso, dans le quartier Tufoli, à la limite du quartier Castello23. On pourrait hésiter sur l’emplacement de ces maisons ; mais, à cause d’un acte postérieur de 1295, il faut les situer dans la zone du futur monastère des cisterciennes En 1292, Roffredo possédait des biens dans le quartier Castello, puisqu’il est cité dans un document daté de cette année qui mentionne les limites d’une propriété dans ce quartier24. En 1292 toujours, Benedetto Caetani achète des maisons appartenant à Corrado da Sgurgola, dont nous ne connaissons pas l’emplacement25. Le 8 août 1295, la demeure acquise en 1288 est unie à une « turris nova » et à la « platea nova ». En effet, le cardinal Benedetto Caetani (c’est-à-dire, cette fois, le neveu homonyme de Boniface VIII, lequel vient de monter sur le trône pontifical, un événement qui n’est probablement pas étranger à l’accélération des opérations immobilières) achète la moitié d’une maison-tour dans le quartier Castello à « Petrus de Luparia », dans le lieu-dit « colline des Saints-Côme-et-Damien », confinant sur deux côtés avec la voie publique, sur le troisième avec la maison du cardinal et sur le quatrième avec la maison de « Giffredus Marclafabe »26. Étant donné les confins, le bâtiment doit être identifié avec le monastère des cisterciennes. L’acte est signé dans l’hospitium du cardinal, qui habitait soit auprès de son oncle le pontife, soit à côté des autres Caetani, dans le futur monastère de la Charité. Quoi qu’il en soit, le complexe en question prend rapidement le nom de « domus marchionis », c’est-à-dire de demeure de Pietro Caetani. Ce-lui-ci, fils de Roffredo II, est le neveu du pape et il est alors le plus important représentant de la maison Caetani en dehors de Boniface VIII lui-même, puisque son père est décédé dans l’été 129627. Le 26 décembre 1296, le pape reçoit en don le tiers des maisons de feu Pietro, grand-père maternel du donateur, le chanoine de la cathédrale d’Anagni Roffredo, fils d’Alberto28. Malheureusement, nous ne savons pas où sont situées ces maisons. Le 30 mai 1297, Pietro Caetani acquiert des terres situées dans les quartiers Castello et Trivio, avec maisons et une tour, appartenant à Adinolfo et Nicola, fils de feu Mattia di Papa, donc des descendants de Grégoire IX29. Ces édifices étant situés autour de l’église des Saints-Côme-et-Damien, on doit les situer, tout comme les bâtiments acquis en 1288 et 1295, dans l’actuel monastère de la Charité30. Le 4 mars 1300, est mentionnée cette fois la résidence de Boniface VIII à l’occasion de la vente à Pietro Caetani de droits sur le château de Sgurgola : « in domibus predicti nostri summi pontificis »31. Le 19 février 1302 Pietro Caetani reçoit en don une maison dans le quartier Tufoli, qui touche sur trois côtés à la voie publique et pour le quatrième aux biens du comte32. Bien entendu, la qualification de don ne doit guère nous tromper et doit probablement dissimuler une donation forcée, à un moment qui correspond à l’apogée du pouvoir des Caetani, à la veille de l’attentat. Par ailleurs on peut remarquer que la succession de ces acquisitions (1288, 1295, 1297, 1302, au moins pour celles que nous connaissons) correspond au caractère hétérogène et additif du palais du monastère des cisterciennes, celui des Caetani laïques, si l’on peut dire, comme l’ont bien relevé les études récentes.

  • 33 Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 necnon Intr (...)
  • 34 Petrus Ispanus, évêque de Burgos et cardinal de Sabine, l’un des plus proches collaborateurs du pa (...)
  • 35 Libri rationum..., cit., n°2272-2273, 2369.

7Outre les actes immobiliers, les premiers fragments de la comptabilité de la Chambre apostolique, qui remontent précisément au pontificat de Boniface VIII, mentionnent à plusieurs reprises des travaux à Anagni. Bien sûr, ces sources comptables, qui nous sont parvenues de manière accidentelle et partielle, correspondent bien plus souvent à des travaux d’entretien, de réparation ou d’aménagement qu’à des travaux de construction proprement dits. Mais les mentions qui s’y rencontrent sont parfois éclairantes. En mai 1299, maître Cassetta part à l’avance à Anagni, probablement pour préparer la venue de Boniface VIII, qui y réside de début mai jusqu’à la mi-octobre. Les sommes qu’il dépense, conjointement avec deux clercs, sont considérables : plus de 1423 livres. De juin à décembre, de nombreux travaux sont évoqués pendant et après le séjour du pape : travaux dans les maisons du pape, de ses chapelains et familiers ; dans la maison du camérier ; à la prison ; à la conduite d’eau de la cuisine ; aux écoles du maître de théologie ; aux escaliers ; à la petite cuisine ; dans différentes maisons de familiers du pape (dont son médecin)33. En 1302, l’autre année pour laquelle sont conservés les livres de comptabilité, le pape réside à Anagni de mimai à début octobre et d’autres travaux sont attestés, à la maison du pape, dans celle du cardinal de Burgos34, dans la cuisine du marquis Pietro, dans la chambre du comte Roffredo III (c’est-à-dire le fils du marquis, comte de Fondi), aux maison du camérier, à la petite cuisine, à la chambre du médecin, etc.35. Comme on voit, ces indications devraient concerner aussi bien le palais du pape proprement dit (actuel palais Traietto), celui des membres laïques de la famille (actuel monastère de la Charité) et les demeures affectées aux curialistes importants. Malgré leur richesse, il est donc difficile de s’en servir pour préciser la topographie ou l’architecture du palais pontifical. Pour ne donner qu’un exemple, les deux cuisines évoquées étaient-elles situées dans le palais principal du pape, en rez-de-chaussée, ou bien dans un bâtiment annexe ? Il est impossible de le dire.

  • 36 Digard (G.), Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, Paris, 1936, t. 2, p. 179.
  • 37 Dupuy (P.), Histoire du différend d’entre le pape Boniface VIII et Philippe le Bel roy de France, (...)
  • 38 Potthast, n°25283, donne une rédaction légèrement différente : « Anagniae, in aula palatii nostri  (...)
  • 39 Caetani (G.), Varia. Raccolta delle carte più antiche dell’archivio Caetani..., Cité du Vatican, 1 (...)

8À la veille de l’attentat d’Anagni, un dernier document, d’un autre type, nous donne une indication sur le palais pontifical. Il s’agit de la bulle que Boniface VIII se préparait à publier le 8 septembre 1303, par laquelle le pape excommuniait Philippe le Bel et déliait tous ses sujets du serment de fidélité. Le pontife fut pris de court, puisque, le 7 septembre, les Colonna, Nogaret et leur troupe, ayant eu vent de la préparation de la bulle, entraient dans Anagni et mettaient le siège au palais pontifical, précisément pour empêcher sa publication36. Bien que cette bulle célèbre, « Super Petri solio », n’ait donc jamais été proclamée, le texte en est connu37. Or, comme pour tous les actes les plus solennels de la papauté, notamment les excommunications de souverains, la datation de la bulle précise le lieu d’où le pontife fulmine la bulle : « Anagniae in aula nostri palatii »38. Nous sommes donc sûr que la résidence d’Anagni comportait bien une grande salle, comme cela était prévisible, d’ailleurs. Il en va de même pour l’autre pôle principal de la résidence, la chambre du pape. Celle-ci est attestée par la souscription d’un document dressé à l’occasion du règlement par le pape, le 12 juin 1301, d’un conflit entre deux cités, Orvieto et Todi : « Anagnie, in camera ipsius pape »39.

  • 40 Pour une revue générale et détaillée de toutes ces sources, voir notamment Sommerlechner (A.), « D (...)
  • 41 La même expression a été employée par Massimo Miglio, lors d’une conférence prononcée à Rome (Isti (...)

9Le retentissement de l’attentat d’Anagni dans les esprits contemporains fut tel que les chroniques constituent une source qu’on ne peut négliger pour la connaissance de la topographie de la ville et des dispositions du palais pontifical40. Peu d’événements en effet ont eu un tel impact aussi bien chez les annalistes locaux que chez des historiographes à prétention universelle ; mais, comme on peut s’y attendre, la conséquence d’une telle attention « médiatique »41 est l’aspect contradictoire des sources, qui vont de l’information la plus précise jusqu’aux affabulations les plus grossières. Un travail de tri s’impose donc, facilité par une longue tradition historiographique d’édition et d’analyse de ces textes. Par ailleurs, si l’on cherche d’abord ici à tirer profit des renseignements les plus fiables du point de vue de l’architecture et de l’urbanisme, ce n’est pas pour rejeter les enseignements que l’on pourrait tirer des autres sources, par une illusion positiviste facile à dénoncer. Les secondes aussi peuvent livrer leur « morale de l’histoire », notamment quant à la vision de la papauté par les contemporains.

  • 42 Holtzmann (R.), Wilhelm von Nogaret, Rat und Großsiegelbewahrer Philipps des Schönen von Frankreic (...)
  • 43 Rishanger (W.), Wilhelmi Rishanger quondam monachi s. Albani et quorundam anonymorum chronica et a (...)
  • 44 Il s’agissait probablement d’un Anglais, membre de la cour royale, et son texte se présente comme (...)
  • 45 Beck (H. G. J.), « William Hundleby’s account of the Anagni outrage », cit. Pour tous les passages (...)
  • 46 Walshingham (T.), Thomae Walshingham Historica Anglicana, vol. I, Riley (H. Th.) éd., Londres, 186 (...)
  • 47 Digard (G.), « Un nouveau récit de l’attentat d’Anagni », dans Revue des questions historiques, t. (...)
  • 48 Éditée notamment dans « Cronica Urbevetana, Frammenti, A. Ex chronicis Urbevetanis ab eo qui tempo (...)
  • 49 « Storie pistoresi », Muratori (L. A.) éd., RIS2, Barbi (S. A.) éd., t. XI, 5, Città di Castello, (...)

10En 1898, R. Holtzmann, dans son grand ouvrage sur Guillaume de Nogaret, donnait une analyse de ces sources et en comptait cinq principales, en dehors des apologies du conseiller de Philippe le Bel lui-même42. Les récits de l’attentat donnés par celui-ci ne fournissent aucun détail intéressant ni sur la topographie ni sur le déroulement des événements (ce n’est probablement pas un hasard si Nogaret tend à donner une version très « stylisée » de toute l’affaire). Les cinq autres sources distinguées par Holtzmann sont plus riches, notamment les trois premières. Le premier texte est constitué par le « Rapport du courtisan », qui fut publié d’abord par Riley en 1865, puis par Liebermann dans les Monumenta Germaniae Historica en 188843. Cette source est particulièrement importante, car elle provient d’un témoin direct, présent au moment des événements et bien placé pour donner une analyse pertinente des faits44. W. Holtzmann (un homonyme de l’historien précédent) avait découvert une deuxième version du texte, plus complète et plus exacte et surtout livrant le nom de l’auteur. Mais cette nouvelle version ne fut éditée que bien plus tard, par Beck en 1946194745, ce qui explique probablement que R. Holtzmann, comme la plupart de ceux qui l’on suivi, a ignoré l’identité du « Courtisan ». Il s’agissait de William Hundleby, procureur à Rome de l’évêque de Lincoln, et il écrivait son compte rendu trois semaines à peine après l’attentat. Étaient donc ainsi confirmées les hypothèses sur l’origine géographique et sociale du chroniqueur. La deuxième source est constituée par un passage de l’historien anglais du xve siècle Thomas Walshingham46. Mais elle n’apporte guère de renseignements nouveaux pour ce qui nous intéresse. La troisième source est la « Relation de Vienne », publiée par G. Digard en 188847, un texte plus court et moins riche que celui du « Courtisan ». Les quatrième et cinquième sont données par deux chroniques italiennes, la chronique d’Orvieto48 et les « Storie pistoresi »49, et présentent un rapport déjà plus lointain avec les faits, mêlant racontars et informations de première main.

  • 50 Fedele (P.), « Per la storia dell’attentato di Anagni », dans Bullettino dell’Istituto storico ita (...)
  • 51 « Cronica Urbevatana » : « ...sedens in capite scalarum... » ; « Storie pistoresi »... : « ...si f (...)
  • 52 « Relatio de Bonefacio VIII. papa capto et liberato », Liebermann (F.) éd. Cf. notamment le passag (...)
  • 53 Ce type de distinction sémantique est courant dans le vocabulaire de la construction médiévale. Vo (...)

11Que nous apprennent ces sources ? Tout d’abord, il faut mentionner une affirmation erronée qui a souvent été répétée à partir du rapport de William Hundleby, à savoir que le palais pontifical aurait été contigu à la cathédrale, à cause du passage où Hundleby raconte que les assaillants mirent le feu à celle-ci (en tuant au passage un prélat) pour pouvoir investir le palais. Sans aller jusque-là, des auteurs, qui connaissaient bien la topographie des lieux et voyaient bien que le palais Caetani (quelle que soit l’identification exacte du palais où était logé le pape) ne se trouvait pas à proximité immédiate de la cathédrale, ont imaginé un passage direct, peut-être suspendu, entre les deux monuments. Depuis longtemps, et de manière bien plus raisonnable, Pietro Fedele avait abattu toutes ces hypothèses, en montrant que le texte indique seulement que la cathédrale formait un obstacle important sur la voie qui menait au palais (voie qui avait pu d’ailleurs être barrée par le clan Caetani)50. D’autre part, les chroniques nous racontent, ce qui ne saurait étonner, que le palais pontifical a souffert de l’assaut infligé par les Colonna, Nogaret et leurs troupes. Non seulement les portes et les fenêtres furent brisées en divers lieux, mais le feu fut également mis au moins dans une partie du palais. Par ailleurs, on a parlé parfois d’un escalier juste à l’extérieur du palais pontifical donnant sur une grande place, à cause des récits qui montrent le discours de Boniface VIII après sa libération, depuis cet escalier ou directement depuis une fenêtre du palais51. Mais, si l’on s’appuie sur le « Rapport du courtisan », de loin le plus fiable de tous ces textes, on voit que les habitants d’Anagni font porter le pape jusqu’à la place, probablement pour donner plus de solennité à son intervention. Par conséquent, l’épisode du discours depuis l’escalier n’est probablement qu’une invention des autres sources, par simplification. La « Relation de Vienne » nous laisse aussi entrevoir une éventuelle distinction sémantique entre hospicium, terme réservé aux demeures du pape, du marquis et de deux curialistes, c’est-à-dire probablement les plus importantes, et domus pour les autres52. La même différenciation se retrouve dans la chronique d’Orvieto, avec cette fois l’emploi du couple palatium/domus53.

  • 54 Ferreto de’ Ferreti, « Ferreti Vicentini Historia », Muratori (L. A.) éd., dans RIS, IX, col. 935- (...)
  • 55 Cf. les remarques de Coste (J.), Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des (...)

12À ces sources connues depuis longtemps, il faut ajouter des chroniques négligées par Holtzmann ou découvertes après lui. La plupart du temps, ces sources ne changent rien à notre connaissance positive des lieux et des faits, par contre elles enrichissent notablement le tableau des jugements contemporains sur Boniface VIII. On pourra prendre comme exemple le récit de Ferreto de’ Ferreti54. De peu postérieur aux événements (l’auteur est connu entre 1297 et 1337), le texte n’en est pas moins très loin de la réalité, par son style ampoulé (le palais pontifical y est constamment appelé theatrum), mais aussi dramatisé à l’extrême, voire par ses assertions délirantes55. Deux autres exemples sont particulièrement intéressants, parce qu’ils présentent les deux faces de l’interprétation de l’attentat d’Anagni : le pape est une victime courageuse et digne, presque un martyr, face à la violence déchaînée par le roi de France, les Colonna et la populace ; ou bien, Boniface VIII a bien mérité ce châtiment et, s’il en a réchappé, c’est grâce, encore une fois, à sa ruse diabolique.

  • 56 Schmidinger (H.), « Ein vergessener Bericht über das Attentat von Anagni », dans Mélanges Eugène T (...)
  • 57 Ibid., p. 387. Il y a aussi dans le détail de l’âne une réminiscence de la punition infamante (cav (...)
  • 58 Ibid., p. 380. À noter que le manteau rouge porté traditionnellement par le souverain pontife étai (...)
  • 59 Paravicini Bagliani (A.), Il corpo del papa, cit., p. 89.

13La première version est illustrée par un récit déjà édité en 1853, mais resté quasiment inconnu, et republié, en 1964, par Heinrich Schmidinger56. Dans ce texte, on raconte qu’après que les Colonna ont pu enfin pénétrer dans la chambre du pape, on le revêt, honte suprême, d’une peau d’âne : « Et tunc, proiecta super eum, ut dicitur, loco mantelli, pelle asinina in derisum, spoliarunt palacium suum... »57. Le détail, ici prudemment signalé comme un on-dit, fut pourtant repris par divers chroniqueurs anglais de la fin du xive siècle. C’est que, comme pour la question de l’authenticité de la « gifle », ce qui est en cause ici, c’est non seulement, comme on l’a souvent écrit, la question de l’intégrité physique du pape, mais également la mise en parallèle de celui-ci avec le Christ au moment de la Passion, supportant avec patience le soufflet et l’imposition du manteau de dérision58. Bien sûr, un autre texte, bien plus fameux, a également prêté à Boniface VIII les traits du Christ souffrant, de manière encore plus claire et sans passer par cet étonnant détail de la peau d’âne59. Ce sont les vers de Dante, dont on connaît pourtant la sévérité de ces jugements sur le pape Caetani :

  • 60 « ...je vois à Anagni entrer la fleur de lys,/ et Christ être captif dans son vicaire. Je le vois (...)

« ...veggio in Alagna entrar lo fiordaliso,
e nel vicario suo Cristo esser catto.
Veggiolo un’altra volta esser deriso ;
veggio rinovellar l’aceto e ’l fiele,
e tra vivi ladroni esser anciso.
Veggio il novo Pilato sí crudele...60. »

  • 61 Le souvenir de ce discours n’a été conservé que par la continuation de Westminster de la chronique (...)
  • 62 Cf. annexe.

14Cependant Dante n’a probablement pas inventé le parallèle, ce qui explique peut-être le caractère étonnant du passage. On retrouve en effet tous ses éléments (le pape figure du Christ, les assaillants descendants de Pilate) dans un texte où ils s’expliquent beaucoup mieux : il s’agit du discours indigné qu’aurait prononcé le pape Benoît XI, successeur de Boniface VIII et témoin oculaire des événements d’Anagni, à l’occasion de la fulmination de la bulle Flagitiosum scelus, le 7 juin 1304 à Pérouse, bulle où il condamnait sans ménagement les agresseurs de Boniface61. Enfin un autre Florentin célèbre – et guère plus favorable au pape que ne l’était Dante – reprit également cette vision dans sa chronique. Villani opère en effet le parallèle entre le pontife et le Christ, en insistant cette fois sur la trahison opérée par les habitants d’Anagni, nouveaux Judas en quelque sorte62.

  • 63 Weiland (L.), « Fragment einer Niederrheinischen Papst- und Kaiserchronik aus dem Anfange des 14. (...)

15Le revers de ce tableau nous est donné, comme il se doit, par une source philoimpériale63. Ici, c’est non seulement l’éloignement du chroniqueur mais surtout ses intentions idéologiques qui justifient la transmutation légendaire des événements. Le geste de Boniface VIII rapporté par divers chroniqueurs – lorsqu’il apprend que ses ennemis mortels ont pénétré dans le palais, il revêt les ornements pontificaux les plus solennels – est interprété non plus comme une preuve de courage ou de défi, mais comme une ruse de dernière extrémité qui réussit à merveille : « Sed ille ad ecclesiam fugiens indumentis pontificalibus induitur, ut ex eo hostibus misericordiam incuteret vel timorem. Sicque et evenit. Nam Jacobus de Columpna de cardinalatu depositus, qui armata manu cum militibus regis Francie ad occidendum papam venerat, ut in vestibus sacris pontificem vidit, dei timore correptus timuit et expavit. Et dixit papa : ‘Ut quid venisti ? perfice quod cepisti’. Et ille : ‘Non audeo, inquit, mittere manum meam in christum domini’. Et hiis verbis cardinalis in gracia a papa recipitur et papa tunc evasit ; qui postea tamen veneno sibi per regem Francie procurato dicitur obiisse. » On ne relèvera pas ici les inventions du narrateur, mais le parallèle avec le premier texte : à tort ou à raison, le pape reste le « Christ du Seigneur ».

  • 64 27 mars 1451 ; cf. Caetani, Regesta chartarum, cit., t. 5, Sancasciano, 1930, p. 22-23, n°1209. Ge (...)
  • 65 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 1, p. 250 ; voir aussi Caetani (G.), Caietanorum genealo (...)
  • 66 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 2, p. 202 cite le document qu’il publie dans les Regesta(...)
  • 67 Cité par Zappasodi (P.), Anagni attraverso i secoli, s.l.n.d. [Veroli, 1908], 2 vol., cf. vol. 2, (...)
  • 68 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 2, p. 203. À noter que Torquato Conti, membre du célèbre (...)
  • 69 De Magistris (A.), Istoria della città e sacrosancta basilica cattedrale di Anagni, Rome, 1749, p. (...)
  • 70 Caetani, Biografia di Bonifacio VIII..., cit., p. 26 : « ...per la fabbrica della quale [l’enceint (...)
  • 71 Florence, Gabinetto dei Disegni e delle Stampe des Offices (reproduit par Panza, p. 43).
  • 72 Caetani, Biografia di Bonifacio VIII..., cit., p. 22 : « nel più alto sito della scala grande del (...)
  • 73 Il est vrai que cette légende, comme presque toutes celles qui accompagnent la vue, a été biffée.
  • 74 Berlin, Staatsbibliothek, ms. lat. Fol. 61 n, fol. 12v°-13.
  • 75 Hülsen (Chr.), Das Skizzenbuch des Giovannantonio Dosio im Staatlichen Kupferstichkabinett zu Berl (...)
  • 76 Acidini Luchinat (C.), « Dosi, Giovanni Antonio, detto Dosio », dans Dizionario biografico degli I (...)
  • 77 Conservé dans l’ancienne collection du prof. L. Colacicchi, à Florence ; je dois à l’extrême amabi (...)
  • 78 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, p. 203 et Muñoz, « Monumenti danteschi... », cit., p. 48. Sca (...)
  • 79 Le passage en question n’est pas très clair, mais, quelques lignes plus haut, la citation du palai (...)
  • 80 Comme l’atteste l’inscription mentionnée ci-dessus, cf. Muñoz, « Monumenti danteschi... », cit., p (...)

16Non seulement l’attentat de 1303 marque pour Anagni le terme de sa période de gloire, mais il met fin aussi à l’intérêt éprouvé par les chroniques universelles pour la petite ville du Latium. Les sources concernant le palais pontifical sont donc extrêmement réduites désormais. En 1451, dans l’inventaire des biens de Bello (Giacomo I ou Giacobello) Caetani, chef de file des Caetani de Filettino (vers 1320-1360), situés dans la ville et le territoire d’Anagni et confisqués par la Chambre apostolique à la suite de la pendaison de Bello par les milices romaines, on rencontre une mention de deux « hôtels » en ruines : « ...In primis habet dicta ecclesia romana in civitate duo hospitia dirruta, sita in civitate Anagnie, in contrata Castellj, iuxta viam publicam, iuxta muros civitatis, iuxta rem olim Iannutij Cantoranj64 ». Bello était l’un des enfants de Roffredo III Caetani, dont les trois fils s’étaient partagé les biens, en 1336, à l’exception des palais d’Anagni restés indivis65. On pourrait donc se demander si ces deux hôtels ne correspondaient pas au palais Traietto, étant donné la situation topographique « iuxta muros civitatis ». Mais la description reste bien vague pour pouvoir identifier les lieux avec certitude66. En 1526, le dominicain Leandro Alberti, de Bologne, parle de la ville dans le cadre de sa description du Latium. Il y fait référence aux « ingentibus ruinis maxime Palatii a Bonifacio Pontefice Romano...aedificati »67. On a affirmé que sous Pie IV (1559-1565), le palais fut en partie démoli par Torquato Conti, en exécution des ordres du pape qui voulait construire une enceinte et une forteresse à Anagni68. Les travaux de l’enceinte furent interrompus par la mort du pontife69, ce qui expliquerait l’inachèvement de la démolition. En réalité le passage de Cristoforo Caetani, sur lequel s’appuie cette idée, n’est certes pas d’une clarté absolue, mais ne devrait pas pouvoir soutenir une pareille hypothèse70. En fait, il devrait s’agir d’un autre palais, plus proche de la cathédrale et qui a effectivement été atteint par les travaux de fortification, comme le montre le plan de Bartolomeo De Rocchi des environs de 1560, qui correspond à un projet de fortification de Pie IV71. Par ailleurs, un autre obstacle vient de la mention de la donation de ce bâtiment à Orazio Caetani et seulement sous Paul V, alors qu’un autre passage de Cristoforo Caetani, déjà cité ci-dessus pour sa description de l’attentat, montre que le palais de Boniface VIII appartenait déjà au père d’Orazio, Vincenzo Caetani72. En bref, il semble qu’il faut abandonner l’idée que le palais Traietto a été touché par les travaux de Torquato Conti. En tout cas, c’est de cette période que date le premier témoignage graphique concernant le palais. En effet, une vue générale d’Anagni, prise depuis le sud, par Giovanni Antonio Dosio, montre à gauche de la cathédrale le palais Traietto, désigné comme « Palazzo di Bonifatio VIII »73. Ce dessin fait partie d’un manuscrit de Dosio conservé à Berlin, non pas le célèbre « Codex Berolinensis » du Kupferstichkabinett, mais un manuscrit un peu moins important, conservé à la Staatsbibliothek (fig. 96-97)74. Sur le dessin, une inscription donne la datation suivante : « Anagni visto da San Francesco vecchio fatto nel 1565 ». Christian Hülsen, qui rapporte cette mention, indique qu’il s’agit d’une écriture plus tardive75 ; néanmoins elle correspond avec ce que l’on peut déduire des données historiques. En effet, Dosio, après avoir travaillé à Rome pour Pie IV fut au service de Torquato Conti pour ses travaux à Anagni entre 1564 et 156676. De même, le plan de Bartolomeo De Rocchi des environs de 1560 montre le palais pontifical correctement identifié. Une autre source graphique est citée par G. Carbonara : un plan manuscrit réalisé au xviiie siècle à Anagni77. Dans ce dernier, en G et H les restes annexés aujourd’hui au palais Traietto sont nommés « Principio del Palazzo Pontificio et archi di esso » et « Fine di detto Palazzo ». Ce qui restait du palais tomba en grande partie en ruine en 1699. Le palais semble avoir appartenu jusque-là à des membres de la famille Caetani, si l’on en croit le texte de Cristoforo Caetani mentionné ci-dessus. C’est alors que le bâtiment passa à la famille Gigli, qui, en 1702, adapta les restes pour en faire sa demeure, et fut vendu par eux aux marquis Leonardo Traietto Paggi en 179178. Entre-temps, en 1749, le chanoine Alessandro De Magistris écrit qu’il ne reste que « pochi muri del palazzo Papale »79 et, en 1764, un document des archives du monastère de la Charité utilisé pour la première fois par R. Ferretti, parle du « Palazzo diruto in cui ora no vi sono che le sole vestigia ». En 1822, le marquis Traietto fit profondément restaurer sa résidence, notamment la façade, le vestibule, l’escalier et la chapelle, par les soins de l’ingénieur Iona80.

Fig. 96 – Giovanni Antonio Dosio, Anagni, vue du sud, Berlin, Staatsbibliothek, ms. lat. Fol. 61 n, fol. 12v°-13.

Fig. 97 – Giovanni Antonio Dosio, Anagni, vue du sud, détail, Berlin, Staatsbibliothek.

II–DESCRIPTION DU PALAIS TRAIETTO

  • 81 Zander, « Fasi edilizie... », cit.
  • 82 Le fait que Zander, architecte du gouvernement, ait réussi à rentrer dans le palais s’explique peu (...)

17Les seuls auteurs à avoir décrit le palais de Boniface VIII sont Zander81 (tout en l’attribuant à Pietro Caetani) et Ferretti, qui reprend l’essentiel de la description de Zander. La difficulté évidente provient non seulement de la conservation très partielle du bâtiment, mais aussi de son intégration dans une construction du xviiie siècle, dont l’accès n’est pas autorisé par les propriétaires actuels. Cependant, la seule partie du bâtiment du xiiie siècle qui subsiste encore en élévation, la façade nord, est visible depuis la rue qui passe en contrebas du palais. Seule une partie minime des volumes intérieurs est conservée et n’a pas pu être visitée ; pour celle-ci je m’appuierai donc sur la description de Zander82. Pour le reste du bâtiment, l’analyse a été faite directement sur place ; je ne ferai donc allusion aux informations de Zander qu’en cas de divergence ou de discussion.

1. Faces nord (fig. 95 et 98-99) et ouest

18Les divers corps de bâtiment sont décrits de gauche à droite, donc ici d’est en ouest.

Tour A (fig. 100)

  • 83 Le relevé de Zander est ici trompeur ; cf. les photographies récentes.

19La maison située à l’extrémité orientale est une adjonction moderne qui forme aujourd’hui une unité d’habitation avec la tour. Celle-ci présente une maçonnerie irrégulière. Au rez-de-chaussée, une grande arcade brisée, aujourd’hui bouchée, faisait partie du programme originel. Au-dessus, une baie carrée, bouchée, semble ancienne, mais non contemporaine de la tour (baie couverte d’un linteau, en superposition immédiate par rapport à l’arcade83, etc.) ; puis sont superposées quatre fenêtres probablement modernes, la plus basse décalée vers la droite et les trois autres alignées dans l’axe vertical de l’arcade et de la baie bouchées. La première de ces trois fenêtres, en partant du bas, doit occuper l’emplacement d’une baie ancienne (on voit les traces des montants), qui était donc superposée à l’autre baie ancienne mentionnée ci-dessus. La tour se termine à l’arrière par un pan de toit oblique, ce qui correspond visiblement à la régularisation d’une partie haute partiellement ruinée. Elle devait être plus haute à l’origine, ce qui correspond également à l’arrachement visible entre elle-même et le corps de bâtiment B.

Fig. 98 – Anagni, palais Traietto, élévation nord. D’après Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 2. A. Tour. B. Bâtiment de deux travées. C. Grande salle de trois travées. D. Bâtiment voûté d’arêtes.

Fig. 99 – Anagni, palais Traietto, bâtiments vus du nord.

Bâtiment B

  • 84 Sur le relevé de Zander, ce détail n’était pas visible, car le niveau du terrain avoisinant était (...)
  • 85 Difficilement aujourd’hui, à cause de la végétation ; mais elles sont également citées et dessinée (...)
  • 86 Une information reprise par Marchetti Longhi, « Anagni di Bonifacio VIII », cit., p. 188 et mentio (...)

20Ce corps de bâtiment de deux travées (fig. 99 et 101) sert de liaison entre le bâtiment C et la tour A. À gauche, deux contreforts massifs encadrent une arcade brisée, aujourd’hui bouchée, dont le seuil se trouve bien au-dessus du niveau du sol actuel84. La maçonnerie des piédroits et de l’archivolte de l’arc, des angles et des contreforts est en grand appareil régulier, alors que le reste de la maçonnerie présente un appareil irrégulier, probablement enduit autrefois, et que le bouchage de l’arcade montre un appareil irrégulier différent, probablement plus récent. Au-dessus des contreforts sont visibles quatre rangées de trous de boulin et encore au-dessus une rangée de trois consoles. D’autres consoles sont également discernables85 sur les contreforts eux-mêmes, un peu en-dessous de leur talus. Cet ensemble de consoles et de trous de boulin devait servir à porter des balcons de bois. Au centre, dans l’axe et au-dessus de la grande arcade brisée, se trouve une grande baie brisée en partie aveuglée ; au-dessus encore, deux étroites fenêtres rectangulaires, jumelles, immédiatement en-dessous de la corniche. Pour autant qu’on puisse s’y fier, le relevé de Zander montrait ici une seule fenêtre, à droite, de proportions apparemment différentes (fig. 98). De toute façon, cette partie sommitale devait se poursuivre plus haut, tout comme la tour A. La corniche, dont le profil et l’allure montrent qu’il ne s’agit que d’un simple bandeau de ciment, correspond à une régularisation de niveau, postérieure au relevé de Zander. À droite, le bâtiment médiéval a été bien plus transformé que dans la partie gauche, dans la mesure où il devait consister dans une large mesure en une très grande arcade en plein cintre bouchée par la suite. Dans la partie basse, on remarque un appareil très régulier, d’un module différent de celui des parties en pierre de taille déjà mentionné pour la partie gauche, doté de deux niveaux de trous de boulins. Cet appareil n’était pas visible du temps de Zander, le terrain étant alors plus élevé de ce côté du palais ; en revanche, le relevé et le texte de Zander font allusion à un appareil similaire, vu de nombreuses années auparavant dans la travée gauche, entre les deux contreforts. Zander jugeait cet appareil antique, qu’il soit encore en place ou qu’il se trouve ici en remploi86. En tout cas, il est clair qu’à gauche comme à droite, le bâtiment B a été construit sur un socle de maçonnerie qu’on ne retrouve pas ailleurs dans le palais. Au-dessus, dans la travée de droite la maçonnerie devient irrégulière et moins lisible, mais on distingue trois arcs de décharge superposés (le conduit de cheminée indiqué sur le relevé de Zander n’existe plus). Le dessin de Zander est ici particulièrement trompeur, puisqu’il indique l’arc supérieur a un niveau nettement trop bas. En réalité, cet arc, de tracé plein cintre, se trouve à un niveau comparable à celui des grands arcs brisés et de l’arc en plein cintre du corps de bâtiment C. Il s’agissait probablement d’une arcade libre, qui établissait une symétrie au moins visuelle avec l’arcade en plein cintre du bâtiment C, même si les fronts des deux bâtiments ne se trouvaient pas dans le même plan. En revanche, les deux arcs inférieurs, au tracé en anse de panier, sont certainement dès le départ des arcs de décharge, construits en même temps que le bouchage de l’arcade à l’époque moderne, pour soulager ce remplissage. Sous le deuxième arc de décharge et sous l’ancienne arcade en plein cintre sont superposées deux à deux quatre fenêtres modernes. Enfin la partie haute commune aux deux travées est probablement une reconstruction liée à l’état de ruine de cette partie du palais. En effet, les quatre fenêtres que l’on y aperçoit, aujourd’hui bouchées, sont modernes. En outre la hauteur primitive de l’angle gauche de la travée de gauche (au moins aussi élevée que la tour voisine) implique qu’il s’agit d’un surcroît moderne, probablement réalisé au moment de la transformation du bâtiment en palais pour la famille Traietto.

Fig. 100 – Anagni, palais Traietto, tour A, vue du nord.

Fig. 101 – Anagni, palais Traietto, bâtiment B, vu du nord.

Bâtiment C

  • 87 Dans le relevé de Zander, de même que dans les pho-ñoz, cette arcade apparaît comme totalement bou (...)
  • 88 En revanche on ne peut rien dire pour le troisième niveau, complètement remanié.

21Ce corps de bâtiment de trois travées (fig. 102) vient en avant du précédent ; il est composé de deux travées étroites et d’une troisième plus large définies par d’imposants contreforts portant, respectivement, deux arcs brisés et un arc en plein cintre. Les deux arcades brisées sont recoupées, un peu en dessous de la naissance de leurs berceaux brisés, par des voûtes en berceaux déprimés, qui servent de balcons ; il s’agit d’une transformation tardive, tout comme le percement des deux portes d’accès respectives à ces balcons. Dans l’arcade brisée de gauche sont visibles deux baies rectangulaires allongées superposées, puis, au-dessus, une très grande baie carrée, avec un arc surbaissé87. Ces baies, notamment la dernière, montrent que derrière le parement actuellement visible existent d’autres parements, qui doivent correspondre à un bouchage (d’autant plus qu’ils se situent dans des plans variables). Dans l’arcade brisée de droite sont visibles, superposées de bas en haut, une grande porte (avec linteau au profil en arc surbaissé, arc en plein cintre et tympan intermédiaire laissé vide), une porte rectangulaire s’achevant par un arc en plein cintre et deux petites fenêtres carrées, ces deux dernières probablement modernes (cf. plus bas). On voit également, bien lisibles, de nombreux niveaux de trous de boulins, dont certains correspondent probablement à des niveaux d’échafaudage, mais dont d’autres peuvent avoir servi pour soutenir des balcons de bois s’étendant sur toute la profondeur des arcades. Ce système n’existait peut-être que dans cette deuxième arcade. En effet on voit très bien, au-dessus de la grande porte du rez-de-chaussée, une autre porte de dimensions plus réduites et correspondant à une rangée de trous de boulins ; de même, les deux baies carrées dans la partie supérieure du mur semblent pouvoir coïncider avec une porte semblable remaniée, ici aussi en liaison avec une rangée de trous de boulins. On remarquera que les trois percements superposés sont légèrement décalés selon l’axe vertical, une procédure normale pour éviter l’affaiblissement du mur. Au contraire, dans l’arc brisé de gauche, où les traces de trous de boulins sont beaucoup moins claires, on voit se superposer, au moins aux deux premiers niveaux88, d’étroites fenêtres rectangulaires, d’ailleurs du même type que celles que nous allons voir dans la grande arcade en plein cintre et dans le corps de bâtiment E (le petit arc de décharge est particulièrement bien visible pour celle du bas) ; par conséquent, il y a de fortes chances pour que les balcons n’aient pas été prévus dans cette arcade.

Fig. 102 – Anagni, palais Traietto, bâtiments C et D.

22La grande arcade en plein cintre a été bouchée sur les deux tiers de sa hauteur environ ; dans la partie inférieure ont été ouvertes, en même temps probablement qu’était effectué le bouchage, deux petites fenêtres carrées dans la partie supérieure et deux arcades en plein cintre. Celle de gauche a été à son tour aveuglée par la suite et dotée d’une petite fenêtre carrée. À l’époque du relevé de Zander, c’était également le cas pour celle de droite, qui était dotée également d’une petite fenêtre carrée et d’une porte, alors qu’actuellement le bouchage n’existe plus (fig. 98). Cela permet de voir de ce côté la paroi d’origine, dotée d’une grande fenêtre rectangulaire, dont le cadre est en pierre de taille, à peu près dans l’axe de la travée, probablement dotée à l’origine d’un linteau et d’un arc de décharge, selon le modèle présent à la fois dans l’arcade brisée de gauche et dans le corps de bâtiment voisin. Dans la partie haute de l’arcade, au-dessus du bouchage moderne, sont visibles deux fenêtres, probablement modernes, et une porte en plein cintre, probablement ancienne.

23Le sommet du bâtiment consiste en cinq assises modernes (où sont insérées quatre gargouilles saillantes, dont ni la forme ni l’espacement ne correspondent à celles visibles sur le relevé de Zander), dues visiblement à une régularisation de la partie haute. Dans les photographies publiées en 1920, ce couronnement existe déjà mais se présente un peu différemment, trois garde-corps métalliques interrompant le mur plein à intervalles réguliers.

Bâtiment D

24Il s’agit d’un corps de bâtiment de deux travées (fig. 103-105). Il est en retrait par rapport au bâtiment C, mais présente de nombreux traits communs avec lui (type des baies, niveaux des trous de boulins, etc.) et les maçonneries sont solidaires entre elles. Il a donc probablement été élevé lors de la même campagne de construction.

Fig. 103 – Anagni, palais Traietto, plan des bâtiments D, E, F, G, H et I ; vue de la construction G ; détail d’un pilastre dans H. D’après Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 3.

  • 89 Voir aussi chapitre II.1.

25Au rez-de-chaussée sont visibles deux baies du même type que celle rencontrée au même niveau dans le bâtiment C – sauf qu’ici sont visibles de petits arcs de décharge au-dessus du linteau, dont l’équivalent a dû être détruit dans la baie décrite ci-dessus lors du réaménagement-bouchage – puis une porte au tracé particulier, bien visible déjà sur le relevé de Zander (fig. 98), particulièrement bien conservé du côté gauche, mais également reconnaissable à droite (fig. 106) : au-dessus des piédroits aux angles abattus, on trouve un premier claveau dessiné de manière classique en encorbellement, comme pour annoncer la naissance de l’arc, mais suivi d’une partie droite. Puis le claveau supérieur adopte un profil opposé, qui forme avec la partie droite un chanfrein renversé. Enfin l’arc lui-même possède un profil légèrement outrepassé, le tout prenant donc la forme d’une entrée de serrure. Il s’agit d’un dispositif visant à faciliter le cintrage de l’arc89. Au-dessus de la clef des arcs de décharge et en haut à droite de la porte, on observe trois meurtrières (mais seules les deux premières possèdent un encadrement de pierre de taille). À droite de la porte ont été placés deux contreforts pour étayer le bâtiment, en ruine dans cette partie. Entre les contreforts, on aperçoit une meurtrière et de nombreux trous de boulin qui attestent que cette paroi formait bien la suite du bâtiment.

Fig. 104 – Anagni, palais Traietto, élévation intérieure du bâtiment D. Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 4.

Fig. 105 – Anagni, palais Traietto, bâtiment D, vu du nord, détail.

Fig. 106 – Anagni, palais Traietto, bâtiment D, détail de la porte.

26Au premier étage une console massive à deux ressauts, entière, et une seconde, aujourd’hui fragmentaire, ainsi qu’une série de trous de boulin au-dessus, permettent de supposer l’existence d’un balcon en bois, auquel devaient donner accès les deux grandes baies en arc légèrement brisé de l’étage (par ailleurs non axées sur les percements du rez-de-chaussée). Il devait y avoir un troisième niveau, comme le montre le fragment de mur conservé dans la partie gauche. Cette paroi, probablement ruinée, a été régularisée en forme de pan de mur oblique pour servir d’étai au bâtiment C. Comme l’indique à ce niveau une autre rangée de trous de boulin, il y avait peut-être un second balcon en bois au-dessus du premier. C’est ce que tend également à prouver le fait que les trous de boulins (substitués par une engravure dans la partie supérieure) se poursuivent également sur le mur en retour à gauche, c’est-à-dire la face ouest du dernier contrefort du bâtiment C. Sur ce pan de mur, on voit également deux petites baies en plein cintre, dont la fonction n’est pas évidente (fig. 107). On peut cependant imaginer qu’elles mettaient en communication visuelle/ auditive les balcons du bâtiment D avec les espaces situés à l’intérieur de la grande arcade en plein cintre (qui devait donc elle aussi être dotée de balcons, comme l’arcade brisée voisine). Ainsi, on peut restituer trois niveaux pour les bâtiments C et D. En ce qui concerne les espaces intérieurs correspondants, G. Zander, en partant des traces laissées sur une paroi a montré que le rez-de-chaussée et le deuxième étage étaient couverts de voûtes d’arêtes, soutenues par de grands arcs doubleaux, tandis que le premier étage était doté d’un plancher s’appuyant sur des consoles en pierre et renforcé par des aisseliers (fig. 104 et 108).

Fig. 107 – Anagni, palais Traietto, grande salle C, flanc ouest.

27Le corps de bâtiment est extrêmement ruiné du côté occidental, mais le mur visible doit être le mur pignon ancien, comme tendent à le prouver les trous de boulin, une grande arcade brisée en partie basse et une fenêtre rectangulaire dans la partie haute (fig. 109). Le sommet du mur a été régularisé pour servir d’étai au corps de bâtiment situé à l’arrière.

Fig. 108 – Anagni, palais Traietto, restitution axonométri-que du bâtiment D. Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 6.

Bâtiment E

  • 90 Dans l’ouvrage récent de Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, qui consacre seulem (...)

28Ce corps de bâtiment est grossièrement parallèle à D, mais il n’est pas aligné exactement sur le même axe (fig. 94). La maçonnerie est irrégulière sauf dans un secteur de la partie basse, où l’on voit un parement de pierres de taille régulier. Sont visibles des trous de boulin alignés sur ceux du corps de bâtiment E. D’autre part, outre une meurtrière en partie haute, on reconnaît encore deux petites fenêtres, l’une dont ne subsiste que le montant de gauche, noyé dans la maçonnerie, et l’autre dont les deux montants ont l’air anciens. Au-dessus, le mur, en grande partie ruiné, a été régularisé par une corniche en ciment. Cependant on reconnaît encore, en partie haute, le montant gauche d’une grande ouverture, dont la présence a dû précisément fragiliser le mur et qui explique bien l’importance de la ruine dans ce secteur (fig. 110). La partie droite du mur est masquée par une maison récente. Comme le mur occidental de D, ce mur occidental de E forme la limite du palais Traietto. Les maisons médiévales qui se situent plus à l’ouest, même si elles ont été liées à l’histoire du palais (il a pu s’agir de dépendances, de bâtiments annexes ou de maisons dévolues à différents services ou personnels de la curie), ne lui sont pas aujourd’hui liées de manière organique et ne rentrent donc pas dans le cadre de cette étude90.

Fig. 109 – Anagni, palais Traietto, bâtiment D, façade ouest.

Fig. 110 – Anagni, palais Traietto, bâtiment E, façade ouest, traces d’une baie.

2. Face sud

Bâtiment F

29Cette maison, ainsi que la construction G suivante, rattachées aujourd’hui en tant que dépendances au palais Traietto, pourraient appartenir au complexe médiéval. De la maison sont visibles la face sud et la petite face en retour orientale (fig. 111). Dans la première, la partie basse est nettement médiévale, avec un bel appareil régulier, de module moyen, une porte (dont une partie au moins de la structure doit être ancienne, mais retaillée et transformée) et une petite lancette profondément ébrasée à gauche de la porte. Au-dessus, les deux étages ont perdu leur maçonnerie médiévale et ont été reconstruits postérieurement ; mais l’angle sud-est de la maison prouve que la construction médiévale allait au moins jusqu’à la hauteur du second étage. Sur la face est, de même, seule la partie basse est visiblement médiévale, avec son moyen appareil régulier, limité par un bandeau (qui disparaît donc peu après avoir franchi l’angle sud-est). Au-dessus de ce bandeau, on ne peut pas juger des maçonneries, car elles sont recouvertes d’un enduit. Une petite niche circulaire renfermant une tête (antique ?) ne constitue qu’un élément ornemental, créé probablement à une époque récente. On aperçoit enfin un fragment de bandeau entre les deux derniers étages.

Fig. 111 – Anagni, palais Traietto, maison F.

Construction G

30De cette construction qui forme la jonction entre la maison F et la façade du palais Traietto, on ne voit également de la rue que les faces sud et est (fig. 103). Sur la première (fig. 112) est visible un grand arc en cintre surbaissé, probablement ouvert autrefois et aujourd’hui bouché, s’appuyant à droite sur un pilier qui forme l’angle sud-est de la construction et retombant à gauche, en s’interrompant brutalement, dans la face orientale de la maison F. Au-dessus de cet arc, la maçonnerie est ancienne. Le pilier d’angle (fig. 113), très abîmé, semble avoir consisté en un socle très haut, une base moulurée (qui court à peu près au niveau du bandeau de la maison F, indice sinon d’homogénéité du moins d’harmonisation entre les deux bâtiments), un fût très court et un tailloir décoré de palmettes ( ?), duquel semble partir un autre arc. La face orientale semble totalement moderne et, de toute façon, elle est recouverte d’un enduit. Il semble que la face sud devait continuer sur le même plan ; peut-être s’agissait-il d’un portique ou d’une série d’arcades, qu’a recoupé au xviiie siècle la construction de la façade du palais Traietto. À en juger d’après le tailloir, le bâtiment pourrait avoir une origine plus ancienne que le palais pontifical (xiie siècle ?).

Bâtiment H

31Ce bâtiment sert actuellement de garage au palais Traietto (fig. 103). On aperçoit à droite un pilier articulé qui correspond au dessin donné par Zander des deux travées qui se trouvent à l’arrière, avec leurs piliers également articulés. Dans le mur du fond, une ancienne porte de communication avec celle-ci est aujourd’hui bouchée.

Espace I

  • 91 Zander, « Fasi edilizie... », cit., p. 114.

32Les relevés de Zander sont les seuls témoignages sur les caractéristiques de cet espace intérieur, situé entre le bâtiment D, les constructions F et G et le bâtiment H (fig. 103 et 114). Au vu du plan et du relevé, il s’agit aujourd’hui d’une cour, mais Zander y a trouvé diverses traces d’une voûte d’arêtes. N’ayant pu visiter cet espace, il m’est impossible de me prononcer sur les affirmations de Zander, qui jugeait le mur ouest du bâtiment H, visible de ce côté, comme plus ancien que la phase de la fin du xiiie siècle à laquelle il assignait justement les corps de bâtiment B et C91. Quant au mur nord de la maison F, également visible de ce côté, il ne se prononçait pas sur sa datation, à cause des enduits (il faut noter qu’il ne mentionne pas le fait que ses murs sud et est sont visibles de l’extérieur), mais se demandait s’il ne s’agissait pas des restes d’une tour. Je ne m’arrêterai pas non plus aux autres éléments visibles grâce à son dessin, comme l’arcade bouchée visible dans le mur du bâtiment H ou sur les divers percements, n’ayant pu contrôler moi-même ces informations.

Fig. 112 – Anagni, palais Traietto, construction G.

Fig. 113 – Anagni, palais Traietto, construction G, détail du pilastre.

Fig. 114 – Anagni, palais Traietto, vue de l’espace I. Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 5.

3. Écuries

  • 92 Je ne sais pas quel sens spécifique revêtent les deux dernières variantes.
  • 93 Le matériau provient probablement du site même d’Anagni, où des bancs de tuf affleurant ont donné (...)
  • 94 Voir le chapitre II.1.

33Détachées du reste des bâtiments, en contrebas de la façade nord du palais et disposées suivant une autre orientation, se trouvent des ruines qui ont probablement fait partie du palais. C’est à elles que la tradition locale donnait et donne encore le titre d’écuries de Boniface VIII (« stalle », « monestalle » ou « monostalle »92), appellation passée aussi, sans doute par généralisation, à l’ensemble du bâtiment. Les ruines consistent aujourd’hui en un long mur placé contre la route qui descend du palais vers le fond de la vallée (d’où son orientation spécifique par rapport à la résidence), sur lequel sont visibles les départs de quatre murs latéraux. Contrairement au palais proprement dite, la maçonnerie est en petits blocs de tuf93. Cette différence de matériau n’est pas incompatible avec une datation générique du bâtiment dans la même période que la résidence, la seconde moitié du xiiie siècle, époque où cette technique est particulièrement commune à Rome et dans ses environs94. Par ailleurs, la dénomination populaire de ce bâtiment comme écuries du pape n’a rien d’invraisemblable, étant donné sa position et l’emploi d’une technique de type plus simple que les blocs parfaitement ajustés du reste du palais.

III–SYNTHÈSE : ÉTAPES CONSTRUCTIVES ET DATATION

  • 95 Contrairement à ce qui est affirmé par Carbonara, « Sul cosiddetto palazzo di Bonifacio VIII... », (...)
  • 96 Cf. Ferretti, « I palazzi di Gregorio IX e Bonifacio VIII », cit., n. 61.
  • 97 Le cardinal était mort avant le 31 mai 1287. On notera que le futur Boniface VIII avait dû bien co (...)
  • 98 Sur la datation, cf. Garms (J.), Telesko (W.) et Sommerlechner (A.) réd., Die mittelalterlichen Gr (...)
  • 99 Ferretti, « I palazzi di Gregorio IX e Bonifacio VIII », cit. Zander, de manière plus vague et en (...)
  • 100 Le nom de cette famille de Guarcino est orthographié tantôt Tommasi, tantôt Tommasini ; par ailleu (...)
  • 101 Mostre del Lazio meridionale..., cit.
  • 102 Et non son oncle, comme cela a été parfois affirmé par confusion avec Benedetto « di Patrasso », c (...)
  • 103 Cette date est donnée par de nombreux auteurs, dont Boyle (L. E.), « An ambry of 1299 at San Cleme (...)
  • 104 Durant ce voyage, on trouve mentionnés à Alatri des travaux d’aménagement pour la chambre du pape, (...)
  • 105 Torossi (C.), « Guarcino », dans Lazio medievale. 33 abitati delle antiche diocesi di Alatri, Anag (...)

34La partie médiévale du palais Traietto ne se présente pas comme un édifice homogène. Au premier regard, la variété des corps de bâtiment et de leur mode de réalisation dénonce un grand nombre de campagnes constructives, en partie indiquées par G. Zander. Il ne s’agit donc pas d’un monument unitaire, pas plus que le palais du monastère de la Charité95. Zander avait identifié une campagne précédente à la phase principale des travaux dans un mur et une salle approximativement carrée (nommés par lui A et B et correspondant à notre espace I). Il avait rapproché de manière hypothétique cette zone de la « turris nova » citée dans l’acte de 1295 ; mais, comme on l’a vu ci-dessus, cet acte se rapporte en réalité au palais aujourd’hui inclus dans le monastère de la Charité. Les bâtiments C et D forment cependant un ensemble construit dans la même campagne, comme on l’a vu ci-dessus. C’est également en eux que l’on trouve les traits les plus caractéristiques des modes de construction : appareil, encadrements, etc. Ainsi, les contreforts montrent un grand appareil régulier, avec des joints parfaitement réglés. On rencontre des portes en arc surbaissé ; les baies présentent par ailleurs des montants soignés, le linteau étant parfois surmonté d’une lunette. Ce type d’ouverture se retrouve dans le palais dit du cardinal Gottifredo à Alatri96. Ce dernier est mal étudié (son attribution au cardinal Gottifredo ou Goffredo, notamment, ne repose que sur la vraisemblance), mais devrait de toute façon appartenir à la fin du xiiie siècle97. De manière très juste, R. Ferretti rapproche par ailleurs cette partie du palais de la chapelle Caetani, à la cathédrale d’Anagni, commencée par Boniface VIII alors qu’il est encore cardinal, en 129298, où l’on trouve le même revêtement soigné, avec ses blocs très réguliers et de module allongé, et propose de dater approximativement le palais dans le dernier quart du siècle99. Une autre comparaison intéressante, pour ce type d’appareil, est à faire avec le palais du cardinal Giacomo Tommasi de Guarcino100. Le prélat était d’ailleurs apparenté à Boniface VIII, qui l’éleva à la pourpre (le pape était l’oncle de Giacomo Tommasi, par une de ses sœurs qui avait épousé Gualgano Tommasi). Ce rapprochement avec le palais de Guarcino est suggéré par une mention générique de G. Marchetti Longhi, sans précision sur les éléments de comparaison stylistiques ou historiques101. En réalité, Marchetti Longhi cite un cardinal issu d’une autre famille de Guarcino, les Giffridi, Leonardo dit « Patrasso », évêque d’Aversa en 1297, archevêque de Capoue en 1299, cardinal-évêque d’Albano en 1300 (mort en 1311). Lui aussi était un proche parent du pape Caetani. La mère de celui-ci, Emilia Giffridi, avait deux frères, dont l’un, Benedetto, fut évêque de Patras, de 1273 à 1295, d’où le surnom de « Patrasso » donné ensuite à l’ensemble du lignage (et d’où probablement le prénom du pontife) ; un autre frère eut pour fils Leonardo, qui était donc le cousin de Boniface VIII102. Cependant c’est bien à Giacomo Tommasi que la tradition locale attribue le palais en question de Guarcino. En réalité, comme pour le cardinal Gottifredo d’Alatri, cette hypothèse ne repose que sur la vraisemblance et non sur des données historiques précises. Cependant, on notera que Giacomo Tommasi, même s’il est mal connu, est un bon candidat pour l’érection ou la modernisation de ce palais de Guarcino : franciscain, son oncle le nomme le 17 décembre 1295 cardinal du titre de Saint-Clément. Il meurt rapidement, le 1er janvier 1300103. Quoi qu’il en soit, il avait pu avoir l’honneur de recevoir son oncle dans sa ville natale, puisque Boniface VIII est passé dans cette ville entre le 11 et le 16 septembre 1299104. Quel que soit son commanditaire exact (de toute façon, le palais de Guarcino a été visiblement le fruit de plusieurs campagnes de construction), un élément retient l’attention : c’est l’appareil extrêmement soigné et régulier de la partie droite de la face sud du bâtiment et de sa face est105. Il est tentant d’attribuer ces caractères à une construction contemporaine du palais Traietto et ordonnée par un proche de Benedetto Caetani.

  • 106 Les liens entre le cardinal Caetani et le futur Martin IV remontaient au moins à 1265 lorsque Bene (...)
  • 107 Paravicini Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 25-26.
  • 108 Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiiesiècle, (...)

35Il faut enfin souligner que la partie nord-ouest du palais Traietto (bloc C-D) est la seule pour laquelle on peut éventuellement proposer un rapprochement avec les données documentaires et donc une datation absolue. On a vu plus haut qu’un acte de décembre 1283 comportait la mention « in logia superiori » pour la résidence du cardinal Caetani. Il est tentant de reconnaître dans cette attestation d’une loggia supérieure (et implicitement d’une loggia inférieure) le bâtiment C – ce qui entraînerait la même datation pour le bâtiment D, qui lui est lié. C’est peut-être aussi dans cette partie du palais qu’il faudrait situer la grande salle citée dans la bulle « Super Petri solio », puisque le volume représenté par les bâtiments C et D est considérable. Par ailleurs, la biographie de Benedetto Caetani ne s’oppose pas à une telle reconstitution. Après de longues années passées à la curie ou en mission pour le compte de la papauté, le prélat avait vu enfin récompensées son habileté de diplomate et ses qualités de juriste : en 1281, le pape Martin IV lui avait conféré le chapeau cardinalice dès la première promotion de son pontificat (probablement aussi pour le remercier du rôle qu’il avait joué, encore simple notaire pontifical mais membre influent du parti pro-angevin, dans son élection106). Les années 1281-1282 le voient ensuite occuper une place prépondérante à la curie, comme l’atteste le « système tarifé » des dons offerts aux membres de celle-ci107. Pendant l’année 1283, où est attestée la mention de la loggia, le cardinal Caetani est en quelque sorte à l’un des sommets de sa carrière. La documentation inédite que j’ai retrouvée récemment et qui est publiée dans le volume parallèle à celui-ci confirme son image d’homme de confiance de Martin IV, ici dans les négociations de la curie avec la commune de Pérouse – et par conséquent comme le récipiendaire privilégié de toutes les faveurs de cette dernière108. Ce qu’impliquent également les documents pérugins comme ceux connus auparavant, c’est que le cardinal accumula alors des sommes considérables. On peut donc supposer que le nouveau cardinal a fait édifier une grande partie du palais actuel au début des années 1280, probablement à partir d’un noyau plus ancien et d’un bien-fonds familial. Par ailleurs, ce dernier point expliquerait le fait à première vue paradoxal, à savoir que le témoignage des archives est bien plus fourni pour le palais de son frère puis de son neveu que pour la propre résidence du cardinal Caetani.

36L’accession au trône pontifical a dû cependant représenter l’occasion d’augmenter notablement ou de transformer la superficie du palais, ses aménagements intérieurs ou son décor. Ainsi le bâtiment B, comme l’avait déjà proposé Zander, doit être une adjonction faite à C-D, dans un second temps. Étant donné la chronologie proposée ci-dessus, on peut penser à un agrandissement sous le pontificat, réalisé une fois acquis la tour A située à l’extrémité orientale, selon un processus dont les parents de Boniface VIII donnaient un bon exemple dans les mêmes années, avec le complexe palatial du monastère de la Charité, agrandi par achats et constructions successives. Quant aux autres zones du complexe, il est impossible de se prononcer sur leur datation de manière plus précise.

  • 109 Holtzmann, Wilhelm von Nogaret..., cit., p. 79.
  • 110 Ferreto de’ Ferreti, « Ferreti Vicentini Historia », cit., col. 1004.

37Le premier caractère remarquable du palais pontifical de Boniface VIII devait être sa surface et son volume. Ce trait est d’autant plus intéressant que le bâtiment a été commencé comme palais cardinalice et qu’il nous est difficile de savoir quelle part exacte est revenue aux deux étapes de la carrière de Benedetto Caetani. En tout cas, on doit écarter ici l’hypothèse qui avait été faite par Robert Holtzmann, selon laquelle le palais pontifical abritait également les trois cardinaux présents à la cour de Boniface VIII lors de l’attentat de 1303109. Tout d’abord, cela va à l’encontre de toutes les habitudes attestées à Rome comme dans les autres villes du Latium pendant la seconde moitié du xiiie siècle. D’autre part, Holtzmann est conduit à cette affirmation par un passage de la chronique du « Courtisan », qui parle du « palacium pape et cardinalium ». Outre le fait qu’on pourrait considérer éventuellement palacium comme une sorte de facteur commun, on notera que d’autres sources vont bien dans le sens contraire, telle la « Relation de Vienne », qui parle de « domus Petri Hyspani » (c’est-à-dire le palais de Pierre d’Espagne), expression qu’Holtzmann corrige arbitrairement en « domini Petri Hyspani » pour la faire coïncider avec son hypothèse ! Enfin, nous verrons dans la IIe partie que les documents comptables contemporains permettent d’assurer que la très grande majorité des collaborateurs du pape, dont Pierre d’Espagne, résidait bien en dehors du palais principal. Par conséquent, il est clair que le palais de Boniface VIII, comme les autres palais pontificaux, abritait à la fois la résidence du pape, les salles de réception, éventuellement les bureaux et la résidence de ses familiers plus proches, mais certainement pas l’ensemble des cardinaux. En revanche, il faut revenir ici sur la question de la liaison entre le palais pontifical et celui de Pietro Caetani, l’actuel monastère de la Charité. Même si on ne peut pas considérer, comme l’avait fait Muñoz et même Marchetti Longhi, qu’il s’agissait d’un ensemble homogène et unitaire, on ne peut pas écarter l’idée de liaisons possibles entre les deux bâtiments (notamment des « cavalcavia » en bois ou en pierre), qui devaient se faire face des deux côtés de la via Maggiore, comme aujourd’hui (avec un certain décalage) les façades du palais Traietto et le monastère de la Charité. D’autre part, on peut être sûr que le pape devait se sentir chez lui autant dans les palais de ses parents que dans le sien propre. Après tout, n’était-il pas à l’origine non seulement de leur fortune, mais souvent, plus précisément, de l’acquisition ou de la construction de leurs palais ? C’est ce que traduit une chronique italienne lorsqu’elle décrit le saccage des palais successifs du pape puis de son neveu, une chronique certes peu fiable comme on l’a vu ci-dessus, mais qui pourrait bien ici refléter une affirmation courante et juste dans le fond : « ...ut ergo divitem pontificis aulam spoliis nobilibus predati sunt, subito ad edem marchionis, quam Bonifacius grato nepoti aulae suae proximam auro multo construxerat, furore multo corruere »110. Est-ce d’ailleurs un hasard si, comme le rapportent toutes nos sources et pas seulement celle-ci, les émeutiers pillèrent la demeure du marquis Pietro Caetani juste après le palais pontifical ?

  • 111 Le parallèle avec la loggia d’Orvieto ou avec la face tournée vers la campagne du palais de Viterb (...)

38Il nous faut aborder aussi une autre question d’intérêt général et en rapport direct avec les remarques précédentes, quelle était l’entrée principale du palais ? G. Zander affirme que le palais est tourné vers le nord. En réalité, on peut dire seulement que la seule façade médiévale aujourd’hui conservée est tournée vers le nord ; il est évident qu’au contraire la façade principale devait se trouver à l’origine au sud, ou peut-être à l’est, c’est-à-dire vers la ville et ses axes de communication, notamment la via Maggiore, ainsi que vers le palais complémentaire de Pietro Caetani. Rappelons aussi que la via Maggiore était également la voie d’accès évidente, pour qui venait du palais pontifical, pour la cathédrale, un des pôles majeurs de la ville et l’un des lieux de pouvoir et de prestige de la famille Caetani. La façade méridionale est d’ailleurs celle qui est visible dans le dessin de G. A. Dosio, mais les dimensions du détail en question rendent bien difficile d’en tirer des conclusions (fig. 97). Il semble seulement qu’on puisse identifier, de la gauche vers la droite, une tour étroite, le corps de bâtiment principal, allongé (avec une série de baies en partie haute), un important corps de bâtiment en retour et une tour légèrement détachée de l’ensemble, au couronnement irrégulier. Cette dernière pourrait être identifiée à la tour A, pour le reste il est difficile d’être affirmatif. Quoi qu’il en soit, la façade septentrionale n’était donc que la façade secondaire, regardant vers les jardins et l’extérieur de la cité – un point important et dont il faut tenir compte dans l’analyse du bâti actuel. Notamment, l’existence de nombreux balcons, mise en évidence ci-dessus, s’inscrit bien dans le cadre d’une architecture « privée », ou plus exactement de la face privative du bâtiment111. Pour autant, le visage offert par le palais, même de ce côté, se veut monumental et impressionnant, comme l’attestent les grands arcs bandés sur contrefort ou la tour à l’extrémité nord-est, qui devait s’élever à une hauteur bien plus impressionnante qu’aujourd’hui.

  • 112 Comme le soulignait déjà Zander, p. 112.
  • 113 Château de la famille Conti à Colleferro ; mais aussi les grandes substructions du Sacro Convento (...)
  • 114 Mazzolani, Anagni, cit., passim, notamment p. 53 et 57-61.
  • 115 On pourrait mentionner également l’omphalos (phallus à fonction apotropaïque) sculpté sur le pilie (...)
  • 116 Krautheimer (R.), « Introduction to an “iconography of medieval architecture” », dans Journal of t (...)

39Ces arcs bandés sur des contreforts constituent un des traits distinctifs du palais de Boniface VIII, dont l’influence ne saurait être sous-estimée sur l’architecture palatiale postérieure, notamment sur le palais d’Avignon112. Le thème est suffisamment courant dans les cités du Latium médiéval (et plus généralement du Patrimoine de Saint-Pierre) pour qu’il ne soit pas besoin de chercher ailleurs un modèle113. Mais, à Anagni, le système est particulièrement frappant, par sa cohérence et son gigantisme. On ne peut donc s’empêcher de noter le parallèle avec les « arcazzi », cette partie de la muraille antique (première moitié du IIe siècle av. J.-C.) qui se trouve non loin du palais, constituée actuellement de quatre arcs soutenus, sur une partie de la muraille en saillie, par trois piliers114. Bien sûr, les différences sont importantes (notamment les parties hautes construites en tas de charge dans le cas antique115), mais la parenté formelle reste évidente, d’autant plus si on la juge à l’aune du concept médiéval d’imitation en architecture, bien plus large que dans notre acception moderne comme l’a montré jadis Richard Krautheimer116.

  • 117 Les trois noms sont cités par Carbonetti et Vendittelli, « Anagni », cit., p. 95.
  • 118 Autenrieth (H. P.), « Architettura dipinta », dans Enciclopedia dell’arte medievale, t. II, Rome, (...)

40Sur les constructeurs du palais de Benedetto Caetani, avant et après son accession au pontificat, on ne peut évidemment avancer aucun nom, en l’absence de toute source d’archives (les mentions de maître Cassetta ne se rapportant, en l’état actuel de la documentation, qu’à des travaux secondaires). On notera seulement que la cité d’Anagni elle-même était dotée d’artisans du bâtiment qui ont pu participer aux travaux du palais, comme au mouvement général de construction dans la ville, au cours de la seconde moitié du siècle. Ces mentions apparaissent dans la « Sententia diffinitionis parrochiarum » de 1280, commentée à plusieurs reprises, notamment par G. Marchetti Longhi, et par C. Carbonetti et M. Vendittelli. Parmi les trois noms d’artisans du bâtiment ou artistes, « magister Benedictus carpentarius », « Iohannes de Anagnia puzulanarius » et « Iacobus Ornatoris », est particulièrement remarquable le dernier, à cause de sa désignation professionnelle117. Il semble qu’un tel qualificatif soit rare et on ne peut manquer de le rapprocher des travaux de décoration picturale importants à cette époque dans la cité, notamment dans les salles du palais du comte Roffredo (c’est-à-dire l’ancienne résidence de Grégoire IX et d’Alexandre IV et l’actuel monastère de la Charité), des peintures datées en dernier lieu par E. Caniglia Molla du dernier tiers du xiiie siècle, mais aussi dans le vaste chantier de la cathédrale (milieu du siècle) et dans celui de l’église S. Pietro in Vineis (fin du siècle)118.

Notes

1 Dans une bibliographie immense, je ne donne ici que les deux titres les plus récents, qui permettent de retrouver la littérature antérieure, mais le second est discutable : Un universo di simboli. Gli affreschi della cripta nella cattedrale di Anagni, Giammaria (G.) dir., Rome, 2001 ; Cappelletti (L.), Gli affreschi della cripta anagnina. Iconologia, Rome, 2002.

2 Voir en dernier lieu Frugoni (C.), « Alcune considerazioni in margine agli affreschi », dans Un universo di simboli..., cit., p. 1-8.

3 C’était la position traditionnelle depuis la première publication scientifique, celle de Pietro Toesca en 1902. Voir notamment Pressouyre (L.), « Le cosmos platonicien de la cathédrale d’Anagni », dans MÉFR, t. 78, 1966, p. 551-593, p. 576 et p. 593.

4 Cf. plus bas, dans le paragraphe consacré à l’historique du palais à l’époque moderne.

5 Gregorovius (F.), Wanderjahre in Italien, trad. it. Passegiate romane, Rome, 1965, p. 133 (années 1856-1858), cité d’après Carbonara (G.), « Sul cosiddetto palazzo di Bonifacio VIII in Anagni. Dalla storia al restauro, con un indagine di S. Bianchi, Studi per il consolidamento », dans Palladio, nouv. sér., t. 2, 1989, no 3, p. 19-60, cf. p. 22.

6 J’adopte ici l’orthographe actuelle du lignage, même si on rencontre aussi l’orthographe « Traietti », ainsi que les variantes « Trajetto », « Trajetti », etc.

7 Catalogo generale dei beni artistici e monumentali anagnini del 1929, Cecilia (T.) et Giammaria (G.) éd., Anagni, 1981, p. 44-45, n°294.

8 Renan (E.), Études sur la politique religieuse du règne de Philippe le Bel, Paris, 1899, p. 33 et surtout p. 36-37, n. 2, avec plan sommaire tracé par Maxime Collignon (qui avait été membre de la première promotion de l’École française de Rome, en 1873-1874).

9 On rencontre ici une légende de matrice universelle, qui s’applique à bien d’autres ruines dans le monde en voulant y reconnaître seulement les écuries ou un autre bâtiment annexe d’un château ou palais partiellement disparu, afin d’exalter son immensité ; le même mythe s’exprime souvent sous la forme du « château de géant ». Par ailleurs dans le cas d’Anagni la légende pouvait s’appuyer sur le fait que subsistaient concrètement des ruines qu’on peut probablement identifier avec les écuries du palais (voir plus bas, dans la description du monument).

10 Muñoz (A.), « Monumenti danteschi a Viterbo e Anagni », dans Rassegna d’arte antica e moderna, t. 20, 1920, p. 43-49 ; Marchetti Longhi (G.), « Il palazzo di Bonifacio VIII in Anagni », dans ASRSP, t. 43, 1920, p. 379-410. Les deux articles présentent l’intérêt de publier un certain nombre de photographies du palais, qui correspondent en général aux photographies d’agence datées des environs de 1900. Deux autres prises de vue de la même époque sont reproduites dans Il Lazio di Thomas Ashby. 1891-1930, vol. 1, Rome, 1994, p. 152.

11 Nous ne citerons ici les différentes datations proposées pour le palais du monastère de la Charité que pour mémoire, à cause de ses étroites relations avec le palais Traietto, mais sans entrer dans le détail des discussions nombreuses auxquelles il a donné lieu récemment.

12 Plus précisément, en ce qui concerne le palais du monastère de la Charité, Marchetti Longhi y voyait le palais familial de Grégoire IX, construit par son père.

13 Marchetti Longhi (G.), « Anagni di Bonifacio VIII », dans Bollettino dell’Istituto di storia e arte del Lazio meridionale, t. 3, 1965, p. 167-206, cf. p. 188 (un revirement également noté par G. Carbonara).

14 Marchetti Longhi (G.), « Ricerche sulla famiglia di papa Gregorio IX », dans ASRSP, t. 67, 1944, p. 275-307.

15 Mostre del Lazio meridionale e di Celestino V nel palazzo di Bonifacio VIII in Anagni = Bollettino dell’Istituto di storia e arte del Lazio meridionale, t. 6, 1969-1970 [réd. G. Marchetti Longhi].

16 Caetani (G.), Domus Caietana, Sancasciano, 1927 ; Sibilia (S.), Bonifacio VIII, Rome, 1949 ; Zander (G.), « Fasi edilizie e organismo costruttivo del palazzo di Bonifacio VIII in Anagni », dans Palladio, nouv. sér., t. 1, 1951, p. 112-119.

17 Carbonetti (C.) et Vendittelli (M.), « Anagni », dans Lazio medievale. 33 abitati delle antiche diocesi di Alatri, Anagni, Ferentino, Veroli, Rome, 1980, p. 71-105.

18 Panza (A.) et Ferretti (R.), « Anagni nel XIII secolo. Iniziative edilizie e politica pontificia », dans Storia della città, n°18, janv.-mars 1981, p. 33-62 et Ferretti (R.), « I palazzi di Gregorio IX e Bonifacio VIII », Ibid., p. 63-76. Étonamment, en 1945-1946, Henry Beck, ayant probablement mal lu l’article de Marchetti Longhi de 1920, sur lequel il s’appuie, lui attribue à tort la même opinion et constitue donc un précédent remarquable, quoiqu’ignoré, au renversement effectué par Panza et Ferretti ! Cf. Beck (H. G. J.), « William Hundleby’s account of the Anagni outrage », dans The Catholic historical review, t. 32, 1946-1947, p. 190-220, voir p. 207, n. 5.

19 Même si ces auteurs ont beaucoup nuancé la vision trop unitaire de Ferretti et Panza pour le palais de Grégoire IX : Carbonara, « Sul cosiddetto palazzo di Bonifacio VIII... », cit. distingue jusqu’à quinze phases d’exécution pour le palais du monastère de la Charité, dont neuf médiévales ; Rinaldi (T.), « Fasi e tecniche costruttive del palazzo di Bonifacio VIII in Anagni : evoluzione di una residenza nobiliare urbana nel Lazio meridionale », dans Scritti in memoria di Giuseppe Marchetti Longhi, Anagni, 1990, t. I, p. 185-204 différencie quatre campagnes ; Caniglia Mola (E.), « La decorazione pittorica del palazzo di Bonifacio VIII ad Anagni », dans Latium, t. 7, 1990, p. 3156 reprend les quatre phases distinguées par Rinaldi. Voir aussi les remarques sur la chronologie de Carbonara dans Pistilli (P. F.), « Considerazioni sulla storia architettonica dell’abbazia romana delle Tre Fontane nel Duecento », dans Arte Medievale, 2e sér., t. 6, 1992, n°1, p. 163-192, cf. n. 71.

20 Montaubin (P.), « Entre gloire curiale et vie commune : le chapitre cathédral d’Anagni au XIIIe siècle », dans MÉFRM, t. 109, 1997, vol. 2, p. 303-442. Voir également Vauchez (A.), « L’église d’Anagni au XIIIe siècle : esquisse d’un bilan », dans Archivum historiae pontificiae, t. 36, 1998, p. 11-17 et Giammaria (G.), « La presenza in Anagni del papato itinerante », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli XII-XIII), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 279-305.

21 Caetani (G.), Regesta chartarum, Pérouse-Sancasciano, 1922-1932, 6 t., cf. t. I, Pérouse, 1922, p. 50-51, n°420, n°637 (12 juillet 1283).

22 Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 52, n°457 (25 décembre 1283).

23 Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 58 (6 août 1288).

24 Anagni, Archivio capitolare, n°626 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII : 1280-1303. Catalogo della mostra documentaria [Exposition. Anagni. 1998], Anagni, 1998, p. 78.

25 Marchetti Longhi, « Il palazzo di Bonifacio VIII... », cit., p. 387.

26 Anagni, Archivio capitolare, n°469 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII..., cit., p. 78-79.

27 Pietro II Caetani, comte de Caserte comme son père Roffredo II, est plus souvent désigné dans les textes comme le « marquis » Pietro, à cause de son office de recteur du Patrimoine dans la marche d’Ancône et probablement par souci de clarté, pour le distinguer de ses fils, Benedetto III et Roffredo III, également revêtus du titre de comte. D’où ce nom de « domus marchionis ».

28 Anagni, Archivio capitolare, n°902 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII..., cit., p. 79, cf. aussi commentaire p. 73. Ce chanoine est le même personnage que celui cité dans l’index de cet ouvrage sous un autre nom, p. 46, 90 et 95.

29 Archivio Caetani, perg. n°907. Publié par Marchetti Longhi dans « Il palazzo di Bonifacio VIII... », cit., p. 388 puis, de manière beaucoup plus complète, dans « Ricerche sulla famiglia di papa Gregorio IX », cit., p. 306. Il faut préciser qu’entretemps était parue l’édition de Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 100-101, que reprit Marchetti Longhi, et que l’« Archivio Caetani » avait été déposé alors par Gelasio Caetani à la Bibliothèque Vaticane.

30 « Sententia diffinitionis parrochiarum » de 1280, cf. Marchetti Longhi, « Ricerche sulla famiglia di papa Gregorio IX », cit., p. 291.

31 Caetani, Regesta chartarum, cit., t. I, p. 182, n°III-4.

32 Anagni, Archivio capitolare, n°520 ; analyse dans Anagni negli anni di Bonifacio VIII..., cit., p. 82.

33 Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 necnon Intr. et ex. 5), Schmidt (T.) éd., Cité du Vatican, 1984, n°610, 707, 782, 787-788, 921, 996, 1019, 1240, 1293, 1553.

34 Petrus Ispanus, évêque de Burgos et cardinal de Sabine, l’un des plus proches collaborateurs du pape, est généralement appelé dans les textes le « cardinal d’Espagne » ou, improprement, le « cardinal de Burgos ».

35 Libri rationum..., cit., n°2272-2273, 2369.

36 Digard (G.), Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, Paris, 1936, t. 2, p. 179.

37 Dupuy (P.), Histoire du différend d’entre le pape Boniface VIII et Philippe le Bel roy de France, Paris, 1655, « Preuves », p. 182-186.

38 Potthast, n°25283, donne une rédaction légèrement différente : « Anagniae, in aula palatii nostri ».

39 Caetani (G.), Varia. Raccolta delle carte più antiche dell’archivio Caetani..., Cité du Vatican, 1936, p. 19-20 (copie de 1629).

40 Pour une revue générale et détaillée de toutes ces sources, voir notamment Sommerlechner (A.), « Die Darstellung des Attentats von Anagni », dans Römische historische Mitteilungen, t. 32-33, 1990-1991, p. 51-102 et, en dernier lieu, De Matteis (M. C.), « La memoria di Bonifacio VIII », dans Bonifacio VIII. Atti del XXXIX convegno storico intern. (Todi, 13-16 ottobre 2002), Spolète, 2003, p. 521-539 et Paravicini Bagliani (A.), Bonifacio VIII, Turin, 2003, p. 347 n. 1.

41 La même expression a été employée par Massimo Miglio, lors d’une conférence prononcée à Rome (Istituto storico italiano per il Medio Evo) le 5 décembre 2003.

42 Holtzmann (R.), Wilhelm von Nogaret, Rat und Großsiegelbewahrer Philipps des Schönen von Frankreich, Fribourg-en-Brisgau, 1898, annexes, p. 246-277, cf. notamment p. 263, p. 268, p. 276.

43 Rishanger (W.), Wilhelmi Rishanger quondam monachi s. Albani et quorundam anonymorum chronica et annales, Riley (H. Th.) éd., Londres, 1865 – l’attribution de ce rapport à William Rishanger, auteur de la chronique dans laquelle il est inséré, n’est plus retenue, comme on le verra ci-dessous ; « Relatio de Bonefacio VIII. papa capto et liberato », Liebermann (F.) éd., cf. le texte de cette dernière édition en annexe.

44 Il s’agissait probablement d’un Anglais, membre de la cour royale, et son texte se présente comme une sorte de rapport officiel, d’où le nom traditionnel de « Rapport du courtisan » donné à cette source restée longtemps anonyme. Entre autres arguments sur son origine, on peut noter que les informations du « Courtisan » sont reprises, presque mot pour mot, par un chroniqueur anglais du xve siècle, Thomas Walshingham, cf. ci-dessous.

45 Beck (H. G. J.), « William Hundleby’s account of the Anagni outrage », cit. Pour tous les passages qui concernent le palais, il n’existe aucune différence par rapport au texte édité autrefois anonymement.

46 Walshingham (T.), Thomae Walshingham Historica Anglicana, vol. I, Riley (H. Th.) éd., Londres, 1863, p. 100-104. La seule variante concernant un passage intéressant pour le palais se trouve p. 102 et est reproduite en annexe.

47 Digard (G.), « Un nouveau récit de l’attentat d’Anagni », dans Revue des questions historiques, t. 43 1888, p. 557-561.

48 Éditée notamment dans « Cronica Urbevetana, Frammenti, A. Ex chronicis Urbevetanis ab eo qui tempore vixit, scriptis (1294-1304) », Fumi (L.) éd., dans Ephemerides Urbevetanae del cod. Vat. Urbinate 1745, Città di Castello, 1903 ; rééd. revue, 1920, appendice III, p. 202-203.

49 « Storie pistoresi », Muratori (L. A.) éd., RIS2, Barbi (S. A.) éd., t. XI, 5, Città di Castello, 1927, p. 238-239.

50 Fedele (P.), « Per la storia dell’attentato di Anagni », dans Bullettino dell’Istituto storico italiano, t. 41, 1921, p. 195-232, cf. p. 201.

51 « Cronica Urbevatana » : « ...sedens in capite scalarum... » ; « Storie pistoresi »... : « ...si fece alle finestre perché lo popolo vedesse che era vivo » ; cf. les passages complets en annexe. Cf. le passage de Caetani (C.), Biografia di Bonifacio VIII tratta da manoscritto finora inedito di cui fu autore mons. Cristoforo Caetani [† 1642], Rome, 1886, p. 22 : « nel più alto sito della scala grande del suo palazzo, verso la piazza detta del Conte di Caserta... ». Ce passage avait été rapporté par Renan (E.), Études sur la politique religieuse..., cit., p. 51, n. 3, d’après le manuscrit de Cristoforo Caetani, alors inédit, mais avec quelques variantes et de manière incomplète.

52 « Relatio de Bonefacio VIII. papa capto et liberato », Liebermann (F.) éd. Cf. notamment le passage : « et nullum hospicium fuit depredatum nisi hospicium domini Pape et marquisii et domini Francisci et fratris Gentilis et domus Petri Hyspani et cardinalis de Urbeveteri et societatis Spinorum et episcopi Palamarum ».

53 Ce type de distinction sémantique est courant dans le vocabulaire de la construction médiévale. Voir par exemple l’analyse brillante faite pour Avignon par Bernardi (Ph.), Dautrey (Ph.) et Theis (V.), « Dire le palais : le palais des papes d’Avignon à travers la comptabilité pontificale », dans « Aux marches du palais ». Qu’est-ce qu’un palais médiéval ? Actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999, Le Mans, 2001, p. 147-162, particulièrement, pour ce qui nous concerne ici, aux p. 147-151.

54 Ferreto de’ Ferreti, « Ferreti Vicentini Historia », Muratori (L. A.) éd., dans RIS, IX, col. 935-1182, cf. col. 969 et suiv. ; sur l’attentat cf. col. 1003-1005 ; voir aussi la mort de Boniface VIII, dans des conditions à proprement parler « diaboliques », col. 1007-1009.

55 Cf. les remarques de Coste (J.), Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des témoins, Rome, 1995, notamment p. 69 et 340.

56 Schmidinger (H.), « Ein vergessener Bericht über das Attentat von Anagni », dans Mélanges Eugène Tisserant, Cité du Vatican, 1964, t. V, p. 373-388 (récit de l’attentat aux p. 387-388).

57 Ibid., p. 387. Il y a aussi dans le détail de l’âne une réminiscence de la punition infamante (cavalcade à dos d’âne ou de chameau, éventuellement à l’envers, avant une exécution ou un emprisonnement) subie par exemple par l’antipape Maurice « Bourdin » (Grégoire VIII).

58 Ibid., p. 380. À noter que le manteau rouge porté traditionnellement par le souverain pontife était déjà une allusion au manteau d’écarlate imposé au Christ pendant sa Passion, cf. Paravicini Bagliani (A.), Il corpo del papa, Turin, 1994, p. 121. Cette identification du pape avec le Christ dont il est l’image, y compris dans la souffrance, a pu susciter ces interprétations « pénitentielles », ou du moins probonifaciennes, de l’attentat d’Anagni. Ainsi, dans les « Storie pistoresi », le « manteau de saint Pierre », dont Boniface VIII s’était revêtu pour recevoir les assaillants avec toute la dignité de sa fonction et qu’il ne quitte qu’une fois libéré, doit être compris comme le manteau rouge traditionnel, mais peut revêtir également cette dimension christique (voir texte en annexe).

59 Paravicini Bagliani (A.), Il corpo del papa, cit., p. 89.

60 « ...je vois à Anagni entrer la fleur de lys,/ et Christ être captif dans son vicaire. Je le vois à nouveau être bafoué,/ je le vois abreuvé de vinaigre et de fiel,/ et mis à mort entre larrons vivants. Je vois le nouveau Pilate si cruel... » Dante, La divine comédie, Risset (J.) trad., Paris, 1985-1990, t. II, p. 188-189 (Purgatoire, XX, 86-90).

61 Le souvenir de ce discours n’a été conservé que par la continuation de Westminster de la chronique dite Flores historiarum, mais il semble vraisemblable ; cf. Matheus Westmonasteriensis, « Flores historiarum », Liebermann (F.) éd., dans MGH, SS, t. XXVIII, p. 501. Le rapprochement avec les vers de Dante a été fait par Fedele (P.), « Per la storia dell’attentato di Anagni », cit., p. 210-211, qui suppose même que le poète aurait pu assister au discours du pape.

62 Cf. annexe.

63 Weiland (L.), « Fragment einer Niederrheinischen Papst- und Kaiserchronik aus dem Anfange des 14. Jahrhunderts », dans Nachrichten von der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen. Philologisch-historische Klasse, 1894, p. 375-383, p. 381 ; cf. texte en annexe.

64 27 mars 1451 ; cf. Caetani, Regesta chartarum, cit., t. 5, Sancasciano, 1930, p. 22-23, n°1209. Gelasio Caetani supposait que c’était à la suite de la saisie des biens de Bello en 1366 que ses hôtels avaient été mis à bas ; cf. Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 1, p. 283.

65 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 1, p. 250 ; voir aussi Caetani (G.), Caietanorum genealogia, Pérouse, 1920, p. 55, n°30.

66 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 2, p. 202 cite le document qu’il publie dans les Regesta, mais sans se prononcer sur la localisation des demeures citées.

67 Cité par Zappasodi (P.), Anagni attraverso i secoli, s.l.n.d. [Veroli, 1908], 2 vol., cf. vol. 2, p. 53-54.

68 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, vol. 2, p. 203. À noter que Torquato Conti, membre du célèbre lignage romain, est un spécialiste bien connu des fortifications, employé auparavant par Paul III.

69 De Magistris (A.), Istoria della città e sacrosancta basilica cattedrale di Anagni, Rome, 1749, p. 36.

70 Caetani, Biografia di Bonifacio VIII..., cit., p. 26 : « ...per la fabbrica della quale [l’enceinte fortifiée] fu anche demolito il palazzo d’Innocenzo III, d’Alessandro IV, di Gregorio IX vicino alla cattedrale, appo la quale resta ancora una reliquia di esso cognominata Casa Forte, che essendo ridotta in potere della Camera fu donata da Paolo V ad Orazio Caetani e Giovan Francesco suo figlio per il servizio che gli prestava in Segreteria di Stato Monsignor Cristoforo Caetani vescovo di Foligno [c’est-à-dire l’auteur de l’ouvrage] compreso anche l’investitura. Il tutto non senza nota di Torquato Conti che per averne avuta la cura da quel Pontefice [cette fois, il s’agit de Pie IV, mentionné plus haut] volle valersi della Mina scaricata per la demolizione del medesimo palazzo, nè per sì poco lucro et acquisto ebbe avvertenza di levar memoria sì illustre... ».

71 Florence, Gabinetto dei Disegni e delle Stampe des Offices (reproduit par Panza, p. 43).

72 Caetani, Biografia di Bonifacio VIII..., cit., p. 22 : « nel più alto sito della scala grande del suo palazzo, verso la piazza detta del Conte di Caserta, che era allora di Pietro suo nipote, e dopo delli predecessori di Vincenzo, padre di Orazio Caetano, e dello scrittor di questa istoria che possiede anche al presente il palazzo di detto conte situato nella medesima piazza, a destra del quale sta il palazzo paterno di Bonifacio, accresciuto poi da Sua Santità con gran magnificenza ». Il faut reconnaître que ce passage non plus n’est pas d’une très grande clarté ; mais il est évident que C. Caetani parle ici des deux palais séparés par la via Maggiore.

73 Il est vrai que cette légende, comme presque toutes celles qui accompagnent la vue, a été biffée.

74 Berlin, Staatsbibliothek, ms. lat. Fol. 61 n, fol. 12v°-13.

75 Hülsen (Chr.), Das Skizzenbuch des Giovannantonio Dosio im Staatlichen Kupferstichkabinett zu Berlin, Berlin, 1933, cf. p. 59-64, annexe I : le codex de Dosio de la Staatsbibliothek de Berlin.

76 Acidini Luchinat (C.), « Dosi, Giovanni Antonio, detto Dosio », dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 41, p. 516-523, cf. notamment p. 517-518.

77 Conservé dans l’ancienne collection du prof. L. Colacicchi, à Florence ; je dois à l’extrême amabilité de la famille Dino Pierron d’Anagni une copie de ce plan. Le plan porte la date de 1700, ce qui peut signifier les environs du début du xviiie siècle mais peut correspondre aussi exactement à l’année de son exécution : en effet, le palais Gigli-Traietto n’est pas encore indiqué à côté des ruines. Cependant, il faut prendre garde que ce plan est dû visiblement à un amateur éclairé et non à un géomètre ; par conséquent, il n’est pas fiable dans ses détails topographiques mais seulement dans ses indications générales.

78 Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, p. 203 et Muñoz, « Monumenti danteschi... », cit., p. 48. Scascitelli (S.), Anagni, Subiaco, 2000, p. 65, donne une autre date, 1782, mais la datation de 1791 semble confirmée par l’épigraphe placée dans le palais, cf. Catalogo generale dei beni artistici e monumentali anagnini del 1929, cit. : « Leonardus Hippol[ytti] f[ilius] Traiettus Paggius marchio ante annos XXVIII aere suo comparavit... A MDCCCXIX ».

79 Le passage en question n’est pas très clair, mais, quelques lignes plus haut, la citation du palais dans le cadre d’une description de l’enceinte rend indubitable l’identification entre le palais pontifical et le palais Traietto. De Magistris, Istoria della città..., cit., p. 10.

80 Comme l’atteste l’inscription mentionnée ci-dessus, cf. Muñoz, « Monumenti danteschi... », cit., p. 48 ; Catalogo generale dei beni artistici e monumentali anagnini del 1929, cit., ibid. ; Scascitelli, Anagni, cit., ibid.

81 Zander, « Fasi edilizie... », cit.

82 Le fait que Zander, architecte du gouvernement, ait réussi à rentrer dans le palais s’explique peut-être par le classement alors récent du monument par l’administration des Beaux-Arts ; le palais Traietto avait été en effet classé (« vincolato ») en 1933 par la surintendance de Rome et du Latium. Malheureusement, l’actuelle surintendance du Latium ne conserve apparemment aucun dossier sur la démarche de 1933 ou sur celle de Zander en 1950.

83 Le relevé de Zander est ici trompeur ; cf. les photographies récentes.

84 Sur le relevé de Zander, ce détail n’était pas visible, car le niveau du terrain avoisinant était plus haut qu’actuellement.

85 Difficilement aujourd’hui, à cause de la végétation ; mais elles sont également citées et dessinées par Zander.

86 Une information reprise par Marchetti Longhi, « Anagni di Bonifacio VIII », cit., p. 188 et mentionnée par Mazzolani (M.), Anagni, Rome, 1969 (Forma Italiae, I, 6), p. 65. Malheureusement cette dernière n’a pas pu corroborer la datation de Zander, puisqu’aucun des deux emplacements ne lui était accessible.

87 Dans le relevé de Zander, de même que dans les pho-ñoz, cette arcade apparaît comme totalement bouchée tographies publiées en 1920 par Marchetti Longhi et Mu-sous le niveau du balcon.

88 En revanche on ne peut rien dire pour le troisième niveau, complètement remanié.

89 Voir aussi chapitre II.1.

90 Dans l’ouvrage récent de Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, qui consacre seulement deux paragraphes au cas d’Anagni, les fig. 9 et 12 montrent des détails d’une de ces maisons qui n’appartient probablement pas aux structures du palais Traietto qu’elles sont censées reproduire.

91 Zander, « Fasi edilizie... », cit., p. 114.

92 Je ne sais pas quel sens spécifique revêtent les deux dernières variantes.

93 Le matériau provient probablement du site même d’Anagni, où des bancs de tuf affleurant ont donné son nom au quartier jouxtant le quartier Castello où se trouve le palais, à savoir le quartier Tufoli dont il a été également souvent question.

94 Voir le chapitre II.1.

95 Contrairement à ce qui est affirmé par Carbonara, « Sul cosiddetto palazzo di Bonifacio VIII... », cit., p. 41.

96 Cf. Ferretti, « I palazzi di Gregorio IX e Bonifacio VIII », cit., n. 61.

97 Le cardinal était mort avant le 31 mai 1287. On notera que le futur Boniface VIII avait dû bien connaître le cardinal Goffredo, dont il avait été exécuteur testamentaire, cf. Paravicini Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 81 n. 2. Sur le palais d’Alatri, cf. Zander (G.), « Il palazzo del cardinale Gottifredo ad Alatri », dans Palladio, nouv. sér., t. 1, 1951, p. 109-112 ; Marchetti Longhi (G.), « Il cardinale Gottifredo di Alatri, la sua famiglia, il suo stemma, il suo palazzo », dans ASRSP, t. 75, 1952, p. 7-49 ; Pavone (E.), « Progetto di restauro del palazzo Gottifredo in Alatri », dans Bollettino dell’Istituto di storia e arte del Lazio meridionale, t. 4, 1966, p. 243-266 (p. 256, n. 6 : mention d’arcs diaphragmes d’environ 1235 au palais Traietto !) ; De Minicis (E.), « Alatri », dans Lazio medievale. 33 abitati delle antiche diocesi di Alatri, Anagni, Ferentino, Veroli, Rome, 1980, p. 1-23, cf. p. 15 et 20 et pl. VII, n°11 ; Patrizi « Palazzo Gottifredo », dans Quaderni del museo civico di Alatri, t. 1, 2002, p. 122-140. Malgré cette longue bibliographie, le palais Gottifredo est en réalité pratiquement inétudié du point de vue de l’histoire de l’architecture et je souhaiterais m’y consacrer prochainement. Je remercie chaleureusement Marco Rossi, conservateur du musée municipal installé dans une partie des murs du palais, pour m’avoir permis une visite complète des lieux.

98 Sur la datation, cf. Garms (J.), Telesko (W.) et Sommerlechner (A.) réd., Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom und Latium vom 13. bis zum 15. Jahrhundert, t. 2. Die Monumentalgräber, Vienne, 1994, p. 179-180. Cette datation ne repose cependant que sur une tradition familiale, cf. Caetani, Domus Caietana, cit., t. I, p. 203.

99 Ferretti, « I palazzi di Gregorio IX e Bonifacio VIII », cit. Zander, de manière plus vague et en partant de prémisses erronées, arrivait cependant à une datatation également juste, fin xiiie-début xive siècle.

100 Le nom de cette famille de Guarcino est orthographié tantôt Tommasi, tantôt Tommasini ; par ailleurs, le cardinal Giacomo est souvent mentionné comme Giacomo Caetani Tommasi, pour souligner sa parenté avec Boniface VIII.

101 Mostre del Lazio meridionale..., cit.

102 Et non son oncle, comme cela a été parfois affirmé par confusion avec Benedetto « di Patrasso », cf. Paravicini Bagliani (A.), I testamenti dei cardinali nel Duecento, Rome, 1980, p. 79 ; Herde (P.), « Benedetto Caetani canonico, notaio pontificio e cardinale », dans Bonifacio VIII. Atti del XXXIX convegno storico intern. (Todi, 13-16 ottobre 2002), Spolète, 2003, p. 89-115, cf. p. 92-93. On notera pour l’anecdote que l’un des chapelains du cardinal n’était autre que Tolommeo da Lucca, un chroniqueur célèbre et dont le nom reviendra souvent dans ce travail.

103 Cette date est donnée par de nombreux auteurs, dont Boyle (L. E.), « An ambry of 1299 at San Clemente, Rome », dans Mediaeval studies, t. 26, 1964, p. 329-350, cf. p. 332 (avec l’orthographe Tommasini). La date de 1304, certainement erronée, n’est donnée que par Floridi (G.), Nobiltà castellana di Guarcino, Rome, 1966, p. 68-72, un ouvrage dont il faut énormément se méfier (parentés, carrières et datations souvent fausses).

104 Durant ce voyage, on trouve mentionnés à Alatri des travaux d’aménagement pour la chambre du pape, qui logeait très certainement dans le palais de l’évêché ou dans celui du cardinal Gottifredo (cf. Libri rationum..., cit., n°1173), tandis qu’à Guarcino sont cités des travaux sans précision (ibid., n°1159).

105 Torossi (C.), « Guarcino », dans Lazio medievale. 33 abitati delle antiche diocesi di Alatri, Anagni, Ferentino, Veroli, Rome, 1980, p. 41-50, cf. p. 48 et pl. XIII, notamment la fig. 25.

106 Les liens entre le cardinal Caetani et le futur Martin IV remontaient au moins à 1265 lorsque Benedetto Caetani fit partie, en tant que chancelier, de la légation envoyée en France par Clément IV que dirigeait le cardinal Simon de Brie, cf. Paravicini Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 15.

107 Paravicini Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 25-26.

108 Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004, cf. chap. I.

109 Holtzmann, Wilhelm von Nogaret..., cit., p. 79.

110 Ferreto de’ Ferreti, « Ferreti Vicentini Historia », cit., col. 1004.

111 Le parallèle avec la loggia d’Orvieto ou avec la face tournée vers la campagne du palais de Viterbe n’a pas besoin d’être souligné.

112 Comme le soulignait déjà Zander, p. 112.

113 Château de la famille Conti à Colleferro ; mais aussi les grandes substructions du Sacro Convento d’Assise, un exemple d’autant plus convaincant vu le rôle central joué par le couvent pour la papauté du xiiie siècle.

114 Mazzolani, Anagni, cit., passim, notamment p. 53 et 57-61.

115 On pourrait mentionner également l’omphalos (phallus à fonction apotropaïque) sculpté sur le pilier médian.

116 Krautheimer (R.), « Introduction to an “iconography of medieval architecture” », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 5, 1942, p. 1-33.

117 Les trois noms sont cités par Carbonetti et Vendittelli, « Anagni », cit., p. 95.

118 Autenrieth (H. P.), « Architettura dipinta », dans Enciclopedia dell’arte medievale, t. II, Rome, 1992, p. 380-396, cf. p. 386.

Table des illustrations

Légende Fig. 93 – Anagni, plan de situation générale. Carbonetti (C.) et Vendittelli (M.), « Anagni », Fig. XXIV.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Légende Fig. 94 – Anagni, plan de situation dans le quartier « Castello » et plan général du palais. D’après Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 1. A. Tour. B. Bâtiment de deux travées. C. Grande salle de trois travées. D. Bâtiment voûté d’arêtes. E. Bâtiment sud. F. Maison. G. Construction. H. Garage du palais Traietto. I. Espace découvert.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Légende Fig. 95 – Anagni, palais Traietto, vu du nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 96 – Giovanni Antonio Dosio, Anagni, vue du sud, Berlin, Staatsbibliothek, ms. lat. Fol. 61 n, fol. 12v°-13.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 97 – Giovanni Antonio Dosio, Anagni, vue du sud, détail, Berlin, Staatsbibliothek.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Fig. 98 – Anagni, palais Traietto, élévation nord. D’après Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 2. A. Tour. B. Bâtiment de deux travées. C. Grande salle de trois travées. D. Bâtiment voûté d’arêtes.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Légende Fig. 99 – Anagni, palais Traietto, bâtiments vus du nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 100 – Anagni, palais Traietto, tour A, vue du nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Fig. 101 – Anagni, palais Traietto, bâtiment B, vu du nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 102 – Anagni, palais Traietto, bâtiments C et D.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Légende Fig. 103 – Anagni, palais Traietto, plan des bâtiments D, E, F, G, H et I ; vue de la construction G ; détail d’un pilastre dans H. D’après Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 3.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 104 – Anagni, palais Traietto, élévation intérieure du bâtiment D. Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Fig. 105 – Anagni, palais Traietto, bâtiment D, vu du nord, détail.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 106 – Anagni, palais Traietto, bâtiment D, détail de la porte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Légende Fig. 107 – Anagni, palais Traietto, grande salle C, flanc ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 108 – Anagni, palais Traietto, restitution axonométri-que du bâtiment D. Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 6.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 109 – Anagni, palais Traietto, bâtiment D, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Légende Fig. 110 – Anagni, palais Traietto, bâtiment E, façade ouest, traces d’une baie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 111 – Anagni, palais Traietto, maison F.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Légende Fig. 112 – Anagni, palais Traietto, construction G.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Légende Fig. 113 – Anagni, palais Traietto, construction G, détail du pilastre.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 114 – Anagni, palais Traietto, vue de l’espace I. Zander (G.), « Fasi edilizie... », fig. 5.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/174/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540