Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Introduction

Texte intégral

  • 1 Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dan (...)
  • 2 Registres d’Alexandre IV, n°1373.
  • 3 Potthast, n°16393-16397.
  • 4 Registres d’Alexandre IV, n°1365.
  • 5 Bortolan (D. D.), « Cronaca romana dall’anno 1288 al 1301 », dans Archivio Veneto, nouv. sér., ann (...)
  • 6 Plusieurs exemples sont détaillés dans Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia... », c (...)
  • 7 En 1301 : « ...die XVIII intrantis mensis aprilis sus-pensa fuit audiencia major literarum domini (...)

1La première partie de ce travail consiste en un catalogue des principales résidences pontificales de la seconde moitié du xiiie siècle. Le choix de ces monuments s’est fait à partir de l’itinéraire des papes établi par A. Paravicini Bagliani, revu et complété1. Ce dernier ayant traité l’ensemble du xiiie siècle, je suis reparti, pour l’itinéraire et pour les calculs qui en découlent, de la seule période allant d’Alexandre IV à Benoît XI (1254-1304). Une question préalable consiste à se demander, à l’intérieur du groupe des résidences, quelles sont celles auxquelles on doit accorder le plus d’attention. Le critère le plus évident est bien entendu la durée des séjours des pontifes et de la curie romaine. Pour ce faire, j’ai établi un classement à partir de ce même tableau des séjours de la curie. Il faut préciser cependant que cette opération comporte quelques difficultés qu’on énumérera ici. Ce tableau des déplacements est plus ou moins approximatif ou précis en fonction des sources disponibles. Lorsqu’existent des sources très fines (comme la comptabilité de la Chambre apostolique pour certaines années du pontificat de Boniface VIII), le résultat fait apparaître de nombreuses résidences de durée très courte (ignorées des sources de la chancellerie), qui sont autant d’étapes de voyage d’une résidence principale à l’autre – et cela diminue d’autant le nombre de jours attribués à ces dernières. Mais cette disparité ne change pas grand chose au classement des résidences les plus importantes. D’autre part, lorsqu’on ne dispose que des données provenant des lettres expédiées par la chancellerie – ce qui constitue le cas le plus fréquent – il risque souvent d’y avoir une distorsion entre le séjour de celle-ci et de l’ensemble de la curie, d’une part, et celui du pape lui-même, car la curie se déplaçait normalement bien plus lentement que le pape (ou exceptionnellement plus vite et en tout cas à un rythme différent). Prenons deux exemples situés aux deux extrémités de notre période. Au printemps 1256, Alexandre IV, qui a résidé tout l’hiver à Rome, part passer la belle saison à Anagni. Les souscriptions de la chancellerie montrent qu’il est arrivé à Anagni dès le 18 mai2. Pourtant du 18 au 27 mai, de nombreuses bulles sont encore passées au Latran ; il donc probable qu’une partie de la chancellerie soit restée à Rome et scelle encore pendant dix jours des actes déjà établis3. Mieux encore, le 10 juin 1256, le pape confirme depuis Anagni une sentence émise par la chancellerie qui se trouve toujours au palais du Latran, sous l’autorité du cardinal-évêque de Tusculum4. Par conséquent, il y a presque un mois de décalage entre le pape et la chancellerie (dont rien ne dit d’ailleurs, dans ce dernier acte, qu’elle est sur le point de partir). À l’autre pôle de notre demi-siècle, nous disposons d’un témoignage exceptionnel. Le procureur de la commune de Vicence, Guido Spiapasto, compile pendant son séjour auprès de la curie, entre 1288 et 1301, une chronique ou plutôt, car le terme est bien pompeux en l’occurrence, des notes chronologiques, afin de justifier de son activité dans le cadre d’un procès en cour de Rome entre la commune et l’évêque de sa cité. Guido Spiapasto note en particulier les jours d’ouverture et de clôture de l’audience des lettres pontificales5. Cela permet de constater d’importants décalages entre les dates données par l’activité de la chancellerie, celles de l’audience et celles de la présence du pape lui-même6. Par ailleurs, le procureur transcrit également les proclamations officielles par le vice-chancelier de suspension de l’activité de l’audience (ce qui le lave de tout soupçon d’oisiveté volontaire), le délai annoncé pouvant atteindre jusqu’à dix jours à partir de l’arrivée du pape dans sa résidence7. Nous sommes donc avertis désormais que les localisations enregistrées par les dates d’expédition des lettres de la chancellerie sont loin de refléter un mouvement unamime et cohérent de la curie et du pape lui-même. Cependant, même si le pape est le principal bénéficiaire des résidences et le personnage qui nous concerne le plus spécifiquement dans cette étude, le séjour de la curie dans son ensemble nous intéresse tout autant et on ne doit pas, par conséquent, trop regretter de ne pouvoir corriger ce facteur.

  • 8 Pour mémoire, on trouvera en appendice II du présent chapitre la liste complète des résidences occ (...)

2J’ai réparti les résidences en trois groupes d’importance décroissante. Le deuxième groupe (résidences passagères, de 10 à 100 jours) et le troisième (résidences de très courte durée ou plutôt étapes de voyage, de moins de 10 jours) ne seront pas pris en compte, si ce n’est, à l’occasion, à titre de comparaison8. En effet, dans le troisième groupe il ne s’agit presque jamais de résidences au sens propre et même les séjours du deuxième groupe ont paru trop peu significatifs pour être utilisés avec profit. J’ai donc retenu uniquement les résidences où les papes étaient restés plus de 100 jours. En effectuant le calcul du nombre de jours passés par la curie dans telle ou telle ville, entre le pontificat d’Alexandre IV et celui de Benoît XI, on obtient le classement suivant (entre parenthèses, le numéro d’ordre des chapitres) :

Orvieto 2679 (1)
Viterbe 2209 (Prél.)
Rome, Latran 1856 (Prél.)
Rome, Vatican 1714 (Prél.)
Anagni 1613 (2)
Pérouse 676 (3)
Rome, Sainte-Marie-Majeure 566 (4)
Lyon 522
Rome, Sainte-Sabine 432 (5)
Rieti 412 (6)
Montefiascone 257 (7)
Naples 204
Tivoli 192
Soriano 141 (8)
Beaucaire 116

  • 9 Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia... », cit., p. 163 et suiv.

3À titre comparatif, on rappellera que le tableau donné et commenté par A. Paravicini Bagliani, qui concerne l’ensemble du xiiie siècle, présente quelques différences intéressantes avec celui que j’ai refait ici pour la seule période 1254-13049. On voit que Viterbe n’est plus en tête de la liste, mais est supplantée par Orvieto, qui passe également devant Anagni. Ferentino, très importante dans la première moitié du siècle, devient complètement négligeable, de même que Segni. Assise non plus ne connaît plus la faveur dont elle avait joui notamment sous Grégoire IX et Innocent IV. En revanche émergent des résidences plus secondaires, liées au séjour d’un seul pontife, comme Soriano grâce à Nicolas III. De manière générale il est difficile d’affirmer que ces chiffres reflètent autre chose que de simples circonstances conjoncturelles. Une seule évolution semble être perceptible, à savoir une légère baisse du Latium méridional, c’est-à-dire la Campagne et Maritime (malgré le poids d’Anagni), au profit du Latium septentrional et de l’Ombrie.

4Comme on l’a souligné dans l’introduction générale, pour des raisons de cohérence, les limites géographiques choisies pour notre étude sont celles du « Patrimoine de saint Pierre », dans les frontières duquel se situent les résidences des papes successifs, à quelques exceptions près. Il ne nous a pas semblé cohérent d’inclure les autres lieux de résidence, même lorsqu’ils furent durables, parce que trop difficilement comparables. Seront donc exclues de cette étude les résidences à Lyon, Naples et Beaucaire (mais la deuxième sera assez fréquemment évoquée dans la seconde partie). D’autre part, à l’intérieur des États pontificaux, la plupart des résidences sont situées dans le Latium, à l’exception de Pérouse et Orvieto. C’est donc essentiellement sur ce territoire (dans les limites qu’il connaît au xiiie siècle et au sens le plus large du terme, par conséquent depuis Rieti et la Tuscie jusqu’à la Campagne et Maritime) que se placera notre enquête, ainsi que sur l’Ombrie dans une moindre mesure. Si l’on se pose la question de la représentativité des monuments ici étudiés par rapport à l’ensemble de la période qui nous concerne, il suffit d’établir le ratio entre le nombre de jours représentés par ces résidences, tel qu’il apparaît dans le tableau ci-dessus et le nombre de jours total qui correspond aux pontificats ici étudiés. Pour ce dernier chiffre, je prends en compte les 49,5 années qui s’étendent depuis l’élection d’Alexandre IV (12 décembre 1254) jusqu’à la mort de Benoît XI (7 juillet 1304), par conséquent sans déduire les interrègnes, qui furent particulièrement longs précisément dans la seconde moitié du xiiie siècle. Par conséquent, mon calcul n’a aucune chance d’être trop favorable. Le calcul donne 18 067 jours. Quant au nombre de jours passés dans les treize résidences analysées, il s’élève à 12 747 (en incluant Tivoli, étudié dans un article particulier), ce qui donne un ratio d’un peu plus de 70 % (et 12 555 jours en excluant Tivoli, ce qui représente encore 69,5 %). Il semble qu’avec cette proportion, la présente étude échappe au risque de pointillisme ou d’impressionisme.

5Parmi les onze monuments qui forment le cœur de notre travail, trois cas à part se présentaient : les résidences romaines du Latran et du Vatican, d’une part, qui consituent une sorte de pôle de référence, mais qui présentent des particularités dues à leur histoire ancienne et qui ont été déjà largement étudiées ; le palais de Viterbe, d’autre part, qui a fait l’objet d’une monographie récente. Ces monuments seront donc utilisés à titre de comparaison – notamment dans la seconde partie – mais nous ne prétendrons faire à leur propos ni une étude monumentale ni une analyse inédite ; on rappellera simplement l’état de la recherche en ce qui les concerne, en mettant l’accent sur les points de controverse ou sur les acquis définitifs. C’est pourquoi, bien qu’ils ne se situent pas en tête de notre classement (respectivement aux 2e, 3e et 4e places), on a regroupé les palais de Viterbe, du Latran et du Vatican dans un seul chapitre préliminaire, afin de donner ensuite toute leur place aux palais inédits (je traiterai par ailleurs le Latran et le Vatican avant Viterbe, pour respecter la primauté symbolique du premier palais pontifical et celle des résidences romaines sur celles du Patrimoine).

  • 10 Quant au palais épiscopal de Tivoli, lieu de séjour estival régulier d’Honorius IV, mais non modif (...)

6L’ordre dans lequel sont traitées les autres monographies de monuments inédits correspond à leur ordre d’importance décroissant dans la liste des séjours pontificaux. On notera que si l’on avait regroupé les quatre résidences romaines sous une seule unité, celle-ci l’emporterait sur toutes les autres résidences, avec 4568 jours. Mais il s’agirait bien sûr d’une vision trompeuse et j’ai préféré séparer chaque résidence et non chaque ville, afin d’avoir une vue exacte de leur poids respectif. On signalera enfin que le volume de pages consacrées à chacune des résidences n’est pas proportionnel au classement par ordre d’importance de celle-ci. On trouvera donc des monographies longues ou courtes aussi bien au début qu’à la fin de cette première partie. À cela plusieurs raisons. D’une part, certains monuments sont totalement inédits ou presque (Anagni, Pérouse, Soriano), tandis que d’autres, par exemple les palais d’Orvieto et de Rieti, ont été un peu étudiés. Un autre point réside dans l’importance des travaux qui ont été menés dans le monument pendant la période ici considérée. Une monographie (le palais de Sainte-Marie-Majeure à Rome) concerne un bâtiment qui ne semble pas avoir été touché subtantiellement par le séjour de Nicolas IV ; nous l’avons inclus tout de même dans ce catalogue, car il s’agit d’un palais qui n’a été que peu ou pas du tout étudié10. Un autre facteur tient bien entendu à l’importance des restes monumentaux encore visibles ou au moins partiellement conservés et à celle, qui peut être bien différente, des sources médiévales ou modernes concernant le bâtiment. Plus spécifiquement, en ce qui concerne le premier problème, certains monuments nous ont entraîné dans une étude détaillée de parties remontant à l’époque moderne (notamment le palais de l’Aventin et le château de Soriano), car, en l’absence de toute étude précédente, il eût été vain de vouloir aborder directement la période médiévale sans comprendre au préalable toutes les vicissitudes du bâtiment.

7À ce propos, on notera qu’au cours du texte, les expressions « époque moderne » et « époque contemporaine » ainsi que les adjectifs correspondants « moderne » et « contemporain » signifient toujours et uniquement, respectivement, la période xve-xviiie siècles et la période xixe-xxe siècles.

APPENDICE I

ITINÉRAIRE DE LA CURIE ROMAINE (1254-1304)11

  • 11 Je reprends ici le tableau donné par Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia... », cit., p. (...)

APPENDICE II

RÉSIDENCES OCCUPÉES PAR LES PAPES PENDANT MOINS DE 100 JOURS (1254-1304)

Notes

1 Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, vol. 1, p. 155-278, appendice I (Itinéraire général de la curie romaine, 1181-1304), p. 225-246. Pour l’itinéraire mis à jour, voir l’appendice I du présent chapitre.

2 Registres d’Alexandre IV, n°1373.

3 Potthast, n°16393-16397.

4 Registres d’Alexandre IV, n°1365.

5 Bortolan (D. D.), « Cronaca romana dall’anno 1288 al 1301 », dans Archivio Veneto, nouv. sér., année 17, t. 33, 1887, p. 425-433.

6 Plusieurs exemples sont détaillés dans Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia... », cit., p. 242, à partir de la chronique et à propos du pontificat de Nicolas IV.

7 En 1301 : « ...die XVIII intrantis mensis aprilis sus-pensa fuit audiencia major literarum domini pape aput lateranum et facte et pronunciate fuerunt vacationes generales usque ad decem dies postquam papa erit in terra ubi debeat yemare » (on notera que le verbe « hiemare » est bien impropre puisque le pape va au contraire estiver à Anagni !) ; Bortolan, « Cronaca romana... », cit., p. 432.

8 Pour mémoire, on trouvera en appendice II du présent chapitre la liste complète des résidences occupées par les papes pendant moins de 100 jours.

9 Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia... », cit., p. 163 et suiv.

10 Quant au palais épiscopal de Tivoli, lieu de séjour estival régulier d’Honorius IV, mais non modifié par celui-ci, je l’ai traité dans un article à part : « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e memorie della Società tiburtina di storia e d’arte, t. 76, 2003, p. 133-178.

11 Je reprends ici le tableau donné par Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia... », cit., p. 236-246, avec divers compléments et corrections. Les noms des localités peuvent différer légèrement du tableau de Paravicini Bagliani, car non seulement je donne ici les noms en français quand ils possèdent une traduction usuelle, mais j’ai donné les noms actuels lorsqu’ils étaient signalés seulement en latin.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540