Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Preface

Texte intégral

  • 1 Voir surtout Krautheimer (R.), Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999, trad. fr. par F. (...)
  • 2 Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), 2 (...)
  • 3 « Ubi perpetuo sum mansurus, dicatur domus mea ; unde migraturus sum, inquilinus sum ».
  • 4 Voir les stimulantes réflexions de Guerreau (A.), « Il significato dei luoghi nell’Occidente mediev (...)

1« Dis-moi où tu habites, je te dirai qui tu es. » Le dicton s’applique aux papes comme à quiconque. Dans l’imaginaire collectif actuel, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Église, on identifie le souverain pontife (et par conséquent, pour une bonne part, le catholicisme lui-même) avec le Vatican. Lorsque les touristes du monde entier abordent pour la première fois la place Saint-Pierre, malgré l’affirmation imposante de la façade de la basilique, leur regard est attiré magnétiquement par un édifice situé aux marges et en retrait de la place et leur première question est : « Quelle est la fenêtre où apparaît le pape ? ». Le palais joue donc un rôle central, renforcé depuis plus d’un siècle par la réclusion des pontifes dans leur État, la Cité du Vatican, jusqu’aux années récentes. Il n’en a pas toujours été de même. D’un côté, le pape a d’abord été l’évêque de Rome. Sa résidence ne jouait qu’un rôle mineur, voire insignifiant. Aux premiers siècles du christianisme, nous ne savons pas toujours où habitait le successeur de l’apôtre Pierre. Même quand Constantin eut construit la cathédrale de Rome, rien n’implique qu’il ait donné au pape le palais voisin, le Latran, comme l’a affirmé la tradition et comme on le répète couramment1. L’évêque de Rome devait bien habiter à proximité de la cathédrale, mais sa résidence n’avait guère d’importance au point que les premières mentions de celle-ci ne la distinguent pas clairement de l’édifice sacré2. Le pape est avant tout le pasteur de Rome (et peu à peu d’une partie de plus en plus large de la chrétienté) et c’est sa cathédrale qui le définit, non son palais. De même, le siège qui marque son autorité est la chaire épiscopale installée au fond de l’édifice sacré, non le trône dont font usage les princes et les magistrats. À cet égard, la négation radicale de la valeur de la résidence terrestre par saint Augustin, rappelée en exergue3, ne procède pas tant d’un ascétisme qui refuse les accomodements de la vie d’ici bas qu’elle ne se rattache profondément à la vision cosmologique du docteur d’Hippone : chez lui, au temple païen, inscrit dans le système spatial de la cité antique, s’oppose l’église chrétienne, située avant tout dans le cœur des fidèles et dans un devenir tendu vers le ciel, c’est-à-dire la Cité de Dieu décrite dans l’œuvre majeure d’Augustin. C’est pourquoi le problème de l’espace ne l’intéresse guère, non plus que celui de l’église comme monument de pierre (et combien moins encore doit-on par conséquent prêter attention aux palais !), contrairement à celui du temps, fondamental dans la perspective du salut. Le christianisme n’est-il pas d’ailleurs, depuis son origine, une histoire ? Saint Augustin confronte à ce propos Caïn, expression du mal et fondateur de villes, et Abel, le juste, simple « peregrinus » sur la terre4.

  • 5 Sur la mobilité des papes au xiiie siècle et ses autres motivations, Paravicini Bagliani (A.), « La (...)

2Au Moyen Âge central, l’identification entre le palais et le pape n’a pas cours non plus, mais pour une raison opposée. Depuis l’époque carolingienne, le développement du pouvoir temporel du pape a rapproché ce dernier des souverains laïques (n’est-il pas devenu le « souverain pontife » ?) et a donné à son palais une valeur symbolique autrement plus forte que dans l’Antiquité tardive. Mais l’évêque de Rome est aussi le chef universel de la chrétienté et sa mission l’amène à parcourir l’Occident. Dans la période qui nous occupe, cette mobilité possédait également une autre raison, elle correspondait au besoin de tout souverain médiéval de voir par lui-même le territoire qu’il dirigeait et d’être vu de ses sujets5. Le pape, chef spirituel de la chrétienté, était aussi le chef temporel d’un État ou de ce qui tendait à en devenir un, le Patrimoine de saint Pierre. Nous le voyons donc sans cesse en déplacement au cours du xiiie siècle, notamment dans les villes du Latium et de l’Ombrie, au point parfois de ne jamais entrer à Rome. Ainsi la stabilité de la résidence avec laquelle l’imaginaire contemporain a associé si fortement le pape, au moins jusqu’aux voyages de Jean-Paul II, était inconnue du Moyen Âge et d’une bonne partie de l’époque moderne. La papauté ne pouvait être représentée ou identifiée avec un palais, puisque le pape habitait non pas un palais, mais des palais, qui plus est des palais qui ne lui appartenaient pas toujours en propre.

3L’installation de la papauté à Avignon, au siècle suivant, exacerbe ces tendances centrifuges et aboutit à une situation paradoxale : les papes finissent par résider de manière stable dans une cité, mais en dehors de Rome. À Avignon, la permanence du séjour permet l’identification entre l’institution et son lieu d’accueil. Le pape n’habite plus dans des palais, mais dans un palais, le sien. Avignon est donc bien le point de départ de l’évolution pluriséculaire qui, à partir du retour des papes à Rome, a mené à la concentration matérielle et symbolique de la résidence dans la Ville éternelle et, à l’intérieur de celle-ci, au Vatican.

  • 6 Je reprends la formule de Castelnuovo (E.) et Monciatti (A.), « Préhistoire du palais des papes », (...)
  • 7 Je suis profondément redevable à André Vauchez pour m’avoir conduit à cette délimitation, et plus g (...)
  • 8 Bien entendu, on simplifie ici les choses : Innocent IV séjourne hors d’Italie pendant des années, (...)

4Pourtant, la « préhistoire » de ce mouvement reste à faire6. N’y a-t-il pas dès le xiiie siècle des nouveautés qui annoncent cette omniprésence de l’image du palais ? La recherche a été déroutée par la multiplicité des résidences pontificales avant Avignon et elle s’est penchée de manière privilégiée sur certains lieux, notamment sur ce qui allait devenir le palais par définition, le Vatican. Il nous a semblé qu’avant d’arriver à une conclusion, il fallait d’abord envisager l’ensemble de ces palais, sans privilégier des résidences parce qu’elles correspondaient à celles des époques suivantes, sans en exclure d’autres parce qu’elles paraissaient ne pas rentrer dans le champ en question lorsqu’on regardait le sujet avec des lunettes actuelles (résidence familiale, palais emprunté à l’évêque, construit par la commune, etc.). Avant de faire l’inventaire de ces palais, il fallait délimiter le champ d’investigation. La seconde moitié du xiiie siècle est apparue comme une unité naturelle, pas seulement parce qu’elle précède immédiatement la papauté d’Avignon7. Il est clair que cette époque peut constituer une période en soi dans l’histoire de la papauté. Aux deux extrémités, cette histoire est bornée d’un côté par la mort de Frédéric II et l’affaiblissement de l’Empire, de l’autre par l’attentat d’Anagni puis l’élection de Clément V. Mais ce demi-siècle a-t-il un sens particulier pour l’histoire des résidences pontificales ? On a vu ci-dessus qu’en aval, la papauté d’Avignon marque une étape nouvelle, caractérisée par la fixation des pontifes en un lieu de résidence unique et permanent et par la concentration presque exclusive des moyens financiers et humains sur un seul palais. En amont, la première moitié du xiiie siècle offre également un visage bien différent. Certes les papes ont de nombreuses résidences à Rome et dans le Latium, tout comme dans la seconde partie du siècle. Mais, la ressemblance n’est que superficielle ; le plus souvent, il s’agit d’une alternance entre résidence d’hiver, à Rome dans les palais du Latran et du Vatican, appartenant en propre à la papauté, et résidence d’été, dans différentes villes du Latium. Pour ces dernières, il ne s’agit pas de choix définitifs et cela n’entraîne pas, par conséquent, la construction de résidences durables. Les pontifes habitent plutôt dans des palais épiscopaux, dans des abbayes et dans des couvents, plus ou moins adaptés pour les recevoir8. Au contraire, dans la seconde moitié du siècle, on voit les papes s’absenter de plus en plus de Rome, au point parfois de ne jamais même y pénétrer. Aussi leurs palais dans le Latium deviennent des résidences à long terme, qu’ils se préoccupent de faire aménager, décorer ou construire ex nihilo. On peut donc affirmer que la période envisagée est spécialement marquée par une multitude d’expériences dans le domaine résidentiel, qui vont (ou non) ouvrir la voie aux choix du siècle suivant. On considérera donc l’histoire des résidences pontificales depuis Alexandre IV jusqu’à Benoît XI (1254-1304).

  • 9 Toubert (P.), Les structures du Latium médiéval, Turin, 1973, p. 936-937.
  • 10 Pour le détail de ces délimitations, voir l’introduction à la première partie.

5En ce qui concerne l’espace couvert, on a choisi de ne retenir que les séjours et palais situés dans les États pontificaux, à l’exclusion de ceux habités par les papes dans le reste de l’Italie et de la chrétienté, qui ne représentent d’ailleurs qu’une minorité dans notre demi-siècle (à l’exception du long séjour français de Grégoire X). Cette différenciation se justifie en fonction de ce que l’on a dit plus haut : le pape ne possède pas les mêmes pouvoirs lorsqu’il apparaît « seulement » comme le chef spirituel de la chrétienté et lorsqu’il agit dans ses territoires en ajoutant au premier titre le rôle d’un « chef d’État ». À propos de cette dernière expression et de celle d’États pontificaux, je les ai employées à dessein parce qu’elles représentent des évolutions en puissance dans la nature du pouvoir pontifical. Pour éviter tout anachronisme, on restera désormais dans les définitions en usage au moment des faits ; ainsi, on parlera le plus souvent du « Patrimoine de saint Pierre », une expression qui a divers avantages : celui d’indiquer la légitimité apostolique de ce pouvoir temporel ; celui de connoter de manière assez souple l’étendue des droits et les frontières du territoire, ce qui correspond bien à la signification du terme pour les hommes du xiiie siècle ; celui de coïncider grossièrement avec la partie des États pontificaux habitée par les papes9. Même si le domaine qui se trouve théoriquement sous leur juridiction s’étend au nord jusqu’à l’Adriatique et comprend l’Émilie, la Romagne et les Marches, les papes n’y vont jamais. Ils résident le plus souvent au sud de cette bande de territoires, dans le noyau le plus ancien du domaine de l’Église – Tuscie romaine, Sabine, comté de Tivoli, Campagne et Maritime – ce qui correspond en gros au Latium actuel. Entre les deux, l’Ombrie occupe une place intermédiaire. La papauté y tient une place encore récente et elle a en face d’elle des villes autrement puissantes et indépendantes que celles du Latium ; mais, au moins par périodes, Orvieto (aux marches de la région) et Pérouse (en son cœur) constituent des bases solides pour l’extension du pouvoir pontifical vers le nord et les papes s’y installent durablement. Enfin, à l’intérieur de ce cadre, je n’ai enquêté de manière approfondie que sur les palais occupés par les papes plus de cent jours (y compris de manière discontinue), pour des raisons de cohérence et de temps, ce qui plaçait déjà la limite fort bas10. Le groupe retenu est formé de onze palais, dont trois déjà étudiés par l’historiographie antérieure (le Latran, le Vatican et Viterbe) et huit quasiment ou complètement inédits selon les cas (Orvieto, Anagni, Pérouse, résidences de Sainte-Sabine et de Sainte-Marie-Majeure à Rome, Rieti, Montefiascone, Soriano). Pour les palais plus ou moins inédits, a été menée une enquête sinon exhaustive, du moins tendant à la complétude. Quant aux trois premières résidences, je n’ai pas revendiqué de faire un travail totalement neuf, face aux publications qui existaient déjà à leur propos, innombrables (le Vatican), monumentales (le Latran) ou récentes (Viterbe) et à la masse de problèmes qui se posaient pour chacune d’elles. J’ai seulement essayé de donner un bilan de la question (pour la période allant jusqu’à 1304), en mettant l’accent sur la seconde moitié du xiiie siècle et en éclairant quelques points particuliers. C’est pourquoi ces trois palais ont été traités dans un seul chapitre, préliminaire à la première partie. Par ailleurs, je reviendrai largement sur ces trois résidences dans la seconde partie consacrée à la synthèse.

6Dans une première partie, je donne donc une étude monographique de chacun des bâtiments concernés, où sont analysés les systèmes constructifs et les partis décoratifs, en lien avec les traditions stylistiques locales ou avec des sources plus lointaines. Y sont aussi étudiés les datations précises des édifices, les commanditaires, directs ou indirects, à la lumière des sources évoquant le séjour de la curie, aussi bien que les utilisations ultérieures. Puisqu’il s’agit de constructions dues à des circonstances variables et faisant largement appel aux ressources locales (maçons et maîtres d’œuvre de la région, financement par les autorités communales voire commande et surveillance du chantier), elles traduisent très largement l’esprit de leur milieu : matériaux, appareil, techniques constructives, systèmes décoratifs, etc. L’analyse monographique se justifie donc dans cette première étape, non seulement comme base de la seconde partie, mais comme moyen d’appréhension essentiel des éléments stylistiques de cette architecture. La seconde partie s’attache au contraire à restituer une vision globale. Un premier chapitre est consacré à la mise en œuvre. Malgré les différences locales, on retrouve des constantes (dans la relation entre le milieu et les désirs du commanditaire, dans la question des éléments militaires, dans celle du décor). D’autre part, le style peut bien être variable d’une résidence à l’autre, leur fonctionnement est largement comparable. On tente donc ensuite une typologie des pièces et de leur distribution, de la grande salle à la chapelle, en passant par les pièces de travail et de service, les circulations et les appartements privés. On étudie ensuite la composition d’ensemble et le rapport avec la ville, en tenant compte des antécédents et des filiations. Dans ce domaine, on voit au contraire apparaître les oppositions entre des palais de nature assez différente, oppositions dues à leur statut juridique et au processus de leur création. Mais on verra dans le chapitre ultime que l’absence d’un système centralisé des constructions pontificales n’a finalement pas empêché une activité architecturale incessante, de plus en plus cohérente dans son développement.

  • 11 Romanini (A. M.), « Presentazione », dans La Sabina medievale, Righetti Tosti-Croce (M.) dir., Riet (...)
  • 12 Pour le cas de Tivoli, j’ai établi au cours de mes recherches qu’aucune phase du palais épiscopal n (...)

7La base du présent travail repose sur l’étude monographique des monuments. Cette thèse étant d’histoire de l’art, ses matériaux premiers sont les palais eux-mêmes, dès lors qu’ils subsistent. On aimerait citer ici la formule si juste d’Angiola Maria Romanini : « Ora esiste in questo senso un serbatoio di fonti documentarie tuttora per la massima parte inedito : e, per essere tale, in rapido processo di estinzione. Mi riferisco ai documenti monumentali, rappresentati non solo dalle cosidette “emergenze” [...] ma in genere da tutto il tessuto abitativo di città e paesi, campagne e casolari e sistemi difensivi, strutture viarie, agricole e industriali, tutte quelle pietre, in altre parole, che per essere lavorate dalla mano dell’uomo possiedono, oltre alle infinite altre valenze proprie ad ogni fenomeno così linguistico come artistico, anche il valore di straordinari documenti storici, documenti di prima mano...11 ». À cet égard, il faut se souvenir que pour l’historien de l’architecture la vision ou plus exactement la visite directe et personnelle des bâtiments est irremplaçable, plus encore peut-être que pour d’autres techniques artistiques, dans la mesure où la photograhie, le dessin, la caméra même ne peuvent restituer la complexité d’œuvres qui nous dépassent, au sens propre du terme. À propos de la méthode, il faut préciser deux points. Face à des palais totalement inédits et parfois difficiles d’accès, il était impossible de ne pas entreprendre une étude globale du bâtiment, afin d’y voir clair et de pouvoir avancer une datation. C’est pourquoi on a dû traiter pour certains monuments de périodes antérieures à la seconde moitié du xiiie siècle et, plus souvent encore, de périodes postérieures (notamment à Sainte-Marie-Majeure et Soriano). Le résultat peut être entièrement négatif : pour la résidence de Sainte-Marie-Majeure, on peut affirmer ainsi qu’aucune phase remontant à Nicolas IV n’est repérable ni par la documentation, ni par les restes infimes du palais postérieur, contrairement à ce qui était répété par la tradition (ce qui n’empêche pas que le pape ait pu y faire des travaux)12. Le corpus des bâtiments ou des parties de bâtiment remontant à la période considérée reste impressionnant : Orvieto (complexe pontifical et palais Soliano), Anagni, Pérouse, résidence de Sainte-Sabine à Rome, Rieti, Montefiascone, Soriano, sans compter les trois palais déjà étudiés, le Latran, le Vatican et Viterbe.

8Cependant, ces monuments ne nous sont pas parvenus inchangés depuis la seconde moitié du xiiie siècle. Tous ont connu, à des degrés divers, adaptations, démolitions, restitutions et reconstructions. Par conséquent, une grande place est également donnée à la question de la critique d’authenticité et à la restauration. Comme en France et partout ailleurs, les palais médiévaux italiens ont subi les aléas des restaurations, non pas tant à cause de questions techniques qu’à cause des doctrines en la matière. On doit être reconnaissant aux architectes du travail accompli pour sauver des monuments qui étaient parfois dans un état précaire (complexe pontifical d’Orvieto). Il est seulement dommage que, conformément à leur formation, ils aient procédé plus souvent en créateurs qu’en conservateurs, depuis les restaurations néo-médiévales de Paolo Zampi à Orvieto et Viterbe à la fin du xixe siècle. Cet esprit s’est perpétué jusqu’au cœur du xxe siècle, où l’on voit encore des restitutions faisant table rase de tous les apports postérieurs (toujours Orvieto), mais il semble que les interventions actuelles fassent preuve de beaucoup plus de prudence et de retenue. On trouvera donc dans ce travail des jugements critiques sur cette phase de la vie des palais, non pas pour stigmatiser des options qui sont toujours discutables, mais pour pouvoir porter un regard objectif sur les parties médiévales.

  • 13 Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service de la papauté dans la seconde moitié du xiiie sièc (...)

9Même si les monuments sont la source principale de ce projet, on n’a pas négligé pour autant les sources écrites. Dans les deux parties de ce travail a été prise en compte toute la documentation éditée (comptes, bulles, chroniques) se rapportant soit aux palais étudiés, soit à la problématique dans son ensemble. On trouvera ainsi en annexe une reprise de tous les extraits de chroniqueurs et historiens dont on a pu contrôler les éditions. Par ailleurs, les enquêtes monographiques ont bénéficié de l’exploration de fonds d’archives médiévaux, modernes et contemporains (notamment pour Orvieto, Pérouse, Sainte-Sabine, Soriano). Certains de ces documents inédits sont publiés en appendice des chapitres correspondants. En revanche, on a réservé à part la parution du document le plus important, les procès verbaux du conseil de la commune de Pérouse pour le printemps 1284, avant l’arrivée du pape Martin IV. Ces documents inédits sont d’un grand intérêt (ils font connaître le texte de l’accord entre la curie et la commune, semblable à ceux déjà publiés ou republiés pour Viterbe, ainsi que de nombreux détails concernant l’arrivée de la cour et l’édification du palais pontifical, dont le nom de ses maîtres d’œuvre) et ils seront commentés notamment dans le chapitre sur Pérouse. Étant donné que le texte concerne en large partie des aspects que j’ai traités entre-temps dans mon « Mémoire » de l’École française (organisation, financement, architectes des chantiers pontificaux), il a été publié à l’occasion de la parution de ce dernier (en annexe I)13. Dans ce même ouvrage sont également publiés (en annexe II) une série de documents concernant Pérouse, parfois édités antérieurement ou le plus souvent inédits. Beaucoup de ces textes concernent uniquement les aspects traités dans le « Mémoire », d’autres apportent des éléments de connaissance à la fois à cette perspective et à celle ici traitée, à savoir la résidence du pape à Pérouse. Pour des raisons de cohérence, j’ai préféré réunir tous ces documents dans le seul « Mémoire » et je renverrai à ceux-ci dans le chapitre du présent travail consacré à Pérouse.

  • 14 Radke (G. M.), Viterbo : Profile of a thirteenth century papal palace, Cambridge (Mass.), 1996.
  • 15 Je remercie vivement S. Carocci de m’avoir donné accès au volume alors qu’il était en cours de publ (...)
  • 16 Elle avait consacré sa « tesi di dottorato », sous la direction de M. Righetti Tosti-Croce, aux pal (...)
  • 17 Les rares sources privilégiées sont souvent très tardives, comme le cérémonial de François de Conzi (...)
  • 18 Étaient prévues les communications d’E. Castelnuovo, A. Augenti, S. Carocci, A. Paravicini Bagliani (...)

10Quand j’ai commencé cette recherche, l’intérêt pour les résidences pontificales du xiiie siècle était faible, sinon inexistant, sauf pour le Vatican. Pourtant, les publications innombrables et fécondes d’Agostino Paravicini Bagliani sur la cour pontificale contemporaine de ces palais ne pouvaient qu’inciter les historiens de l’art à se tourner vers les monuments. Ce travail aboutit donc à un moment où l’intérêt pour le sujet commence à devenir beaucoup moins exceptionnel. Cependant, sur le palais de Viterbe avait déjà été publié l’important ouvrage de Gary Radke, qui abordait par ailleurs de nombreuses questions débordant le cadre monographique et rejoignait ainsi la problématique du présent travail (nature et variété des résidences pontificales, leur fonctionnement, leurs composantes stylistiques, etc.)14. Surtout, entre le moment où ces lignes ont été écrites et leur parution, plusieurs contributions importantes, alors en préparation, sont parues. Un volume a été publié, sous la direction de Sandro Carocci, consacré à la mobilité de la cour pontificale et touchant donc de nombreux aspects ici évoqués15. J’avais déjà cité de nombreuses contributions de ce volume dans ma thèse, dont les références sont ici mises à jour, qui apportent souvent des éclairages précieux sur notre sujet, notamment les essais de Tommaso di Carpegna Falconieri et Fabio Bovalino, d’Anna Maria Voci et de Sara Menzinger. En revanche, le livre général publié par Maria Teresa Gigliozzi est assez décevant16. Nous aurons à faire souvent référence à cet ouvrage, étant donné qu’il s’occupe largement des mêmes questions, même si son champ chronologique est en principe plus large, mais disons tout de suite ici les raisons de désaccord. Outre les innombrables erreurs factuelles ou d’interprétation, deux faits entachent le principe du volume. Tout d’abord, la chercheuse a fait l’économie de tous les sites qui lui paraissaient secondaires ou qui étaient les moins accessibles et les moins connus (citons les cas de Pérouse, Montefiascone, Assise, Anagni, Soriano et les résidences romaines de Sainte-Marie-Majeure et de Sainte-Sabine, le plus souvent totalement ignorés ou traités en hâte), pour ne retenir que les cas du Latran, du Vatican, de Viterbe, d’Orvieto et de Rieti. D’autre part, ses réflexions reposent avant tout sur l’analyse monumentale des bâtiments, peu et mal sur les textes, qu’il s’agisse des monographies des différents sites ou de ses vues d’ensemble. Pour ne prendre qu’un exemple dans cette dernière catégorie, son affirmation selon laquelle la documentation ne permettrait aucune connaissance précise des espaces intérieurs découle d’une connaissance trop partielle de celle-ci17. Ainsi, la plupart des conclusions sont inadéquates ou incomplètes. Mais il faut souligner qu’elle a livré une étude fouillée des résidences jusque là inédites d’Orvieto et Rieti, objet spécifique de sa thèse, dont nous verrons qu’elles rejoignent parfois nos propres analyses, et qu’elle a également formulé ou suggéré quelques idées qui coïncident avec les nôtres (notamment l’isolement du pape, le caractère additif de ses palais ou la construction anticipée des résidences lors des accords avec les communes). Enfin, le professeur Enrico Castelnuovo a organisé une journée d’études à l’École normale de Pise le 14 novembre 2002 sur « Les résidences des papes et des cardinaux à Rome, entre le xiie et le xve siècle », où quelques résultats du présent travail furent présentés, parmi de nombreuses interventions d’un grand intérêt qui seront citées et utilisées en lieu utile18. Ce rapide inventaire des initiatives récentes ou en cours montre bien que le problème des résidences pontificales est devenu un sujet d’actualité. Il nous semble que celui-ci est encore riche de nombreuses potentialités. Surtout, il est à espérer que cet intérêt renouvelé sera, pour les monuments en question, la source d’une connaissance plus complète, d’une sollicitude plus grande de la part de leurs propriétaires ou des pouvoirs publics, enfin d’une conservation attentive pour les générations futures.

REMERCIEMENTS

11Parvenu au terme de ce travail, ce m’est un plaisir de remercier tous ceux qui y ont contribué de tant de façons – les erreurs, les insuffisances et les ignorances restant à ma charge. Ma gratitude va tout d’abord à Léon Pressouyre, mon directeur de thèse (soutenue à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne en décembre 2002), auquel cette recherche doit tant et sur tant de plans ; je ne saurais dire ici la patience et la générosité dont il a fait preuve, avec ses pistes de recherche fécondes, son écoute attentive, sa direction ferme et confiante.

12Ma gratitude va ensuite à André Vauchez, qui a suivi soigneusement ce travail depuis des années, lui a donné des inflexions décisives, m’a accueilli à l’École française de Rome (2000-2003), lieu idéal pour sa maturation et son achèvement et a bien voulu présider mon jury de thèse. De même, je ne saurais assez témoigner de reconnaissance aux autres membres du jury, Enrico Castelnuovo, Agostino Paravicini Bagliani et Jean-René Gaborit, pour leurs remarques constructives à l’occasion de la soutenance, mais aussi pour leurs conseils éclairés pendant l’élaboration de ce travail. Mes remerciements vont également à François Bougard, directeur des études médiévales, pour son aide à tant de titres, à mes camarades de l’École, notamment ceux de la section médiévale, et à tout le personnel, en particulier celui de la bibliothèque et celui du Service des publications. Au-delà, je dois aussi une grande reconnaissance à l’École des chartes, pour la formation que j’y ai reçue, mais aussi pour le soutien indéfectible qu’elle m’a accordée pendant ces nombreuses années, ainsi qu’à tous les responsables, collègues et amis des institutions où j’ai travaillé et enseigné, notamment, l’Institut national du patrimoine, le Musée national du Moyen Âge (autrement dit Musée de Cluny), l’École de Chaillot, l’École du Louvre, le musée du Louvre.

13Je ne saurai assez remercier ceux qui se sont partagé la tâche ingrate de relire ce travail, mes amis et collègues Élisabeth Antoine, François Bougard, Élisabeth Clavé, Julio Velasco (qui n’a pas peu contribué à la création du volume de planches et à tout le reste ; il appréciera la litote). Ma fâcheuse tendance à réécrire des textes déjà relus a fait de leur corvée un tonneau des Danaïdes ; je leur dois donc tout ce qu’il y a de bon et ils n’ont pu éviter tout ce que j’y ai remis de mauvais. J’espère qu’ils ne m’en voudront pas, d’autant que je devrais les remercier pour bien d’autres choses. Il me faut aussi rendre grâce à ma famille – et en premier lieu à mes parents – et à mes amis qui m’ont soutenu moralement et ont supporté patiemment de n’entendre parler de (presque) rien d’autre pendant ces dernières années.

14À des titres et à des degrés divers (comme je l’indiquerai aussi le cas échéant au cours du texte, quand il s’agit de faits ponctuels), je dois beaucoup à toutes les personnes suivantes et je prie d’avance de m’excuser ceux que j’aurais pu oublier : Romano Adolini, Don Augusto Anzanelli, Don Mariano Assogna, Lia Barelli, Klara Benesˇovská, Yves-Marie Bercé, Mgr Michel Berger, Nicole Bériou, Brenda M. Bolton, Susie Borzacchiello, Mario Buzzi, Cristina Campogiani, Claudio Canonici, Alessandra Capodiferro, Sandro Carocci, Élisabeth Carpentier, Alexis Charansonnet, Jacques Chiffoleau, Mgr Lorenzo Ciccotti, Angela Cipriani, Elisabetta Ciucci, Alessandro Coaccioli, Ruth Cohen, Annie Cottrau, Stefano Crescentini, Luca Della Santa, Ileana De Rossi, Hélène Dessales, Mario D’Onofrio, Mgr Louis Duval-Arnould, Fabiano T. Fagliari Zeni Bucchicchio, Marco Fanti, Don Fabrizio Fantini, Feruccio Ferruzzi, Luigi Ficcaci, Micol Forti, Manuela Fragalá, S.E.R. Mgr Pietro Garlato, Gioacchino Giammaria, P. Wojciech Giertych, Don Giorgio de S. Eusanio de Rieti, Luca Giuggiolini, Bertrand Grandsagne, Andreas Heese, Fr. Ramón Hernández, Étienne Hubert, Antonio Iacobini, Armand Jamme, Tersilio Leggio, Paolo Liverani, Lucienne Lotringer, Manfred Luchterhand, Emmanuel Lurin, Mgr Giovanni Maceroni, Paola Malentacchi, S.E.R. M. le cardinal Francesco Marchisano, Tod A. Marder, Brigitte Marin, Jean-Marie Martin, Otto Mazzucato, Maureen C. Miller, Paola Monacchia, Alessio Monciatti, Pascal Montaubin, Paul W. Nash, Yannick Nexon, Valentino Pace, Fabio Palombaro, Giovanni Pescatori (Jacorossi s.p.a.), Dino et Bianca Maria Pierron, Luca et Antonella Pierron, Pio Pistilli, Lucia Principe, Gary M. Radke, Lucio Riccetti, Don Angelo Ricci, Don Giuseppe Ricci, Marco Rossi, Georg Schelbert, Maria Selene Sconci, Anna Sereni, Marc Smith, Marina Righetti Tosti-Croce, Angiola Maria Romanini (†), Giovanni Tamburino, Suor Anna Maria Tassi, Miriam Taviani, Carlo Tedeschi, Jacques Thirion, Don Giovanni Tiacci, Romolo Tiberi, Ferdinando Tibidò, Francesco Tommasi, Pierre Toubert, Laura Vendittelli, Stéphane Verger, Renaud Villard, Françoise Villedieu, Anna Maria Voci Roth.

15Je remercie également les frères du couvent de Sainte-Sabine et spécialement de l’Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, le personnel de l’Archivio Segreto Vaticano et de la Biblioteca Apostolica Vaticana, de l’Archivio di Stato, sezione di Orvieto, de l’Archivio di Stato de Pérouse, de l’Archivio di Stato de Rieti, de l’Archivio di Stato de Rome, de l’Archivio storico del Museo criminologico di Roma, de la Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte (Rome), de la Biblioteca Augusta de Pérouse, de la Bibliotheca Hertziana (Rome), de la bibliothèque de l’American Academy in Rome, de la bibliothèque du Dipartimento di storia dell’architettura de l’université La Sapienza de Rome, de la bibliothèque de la Fondation Besso (Rome), de la bibliothèque des musées du Vatican, de la bibliothèque et archives communales de Soriano nel Cimino, de la cathédrale de Pérouse, de l’archevêché de Pérouse, de l’évêché de Rieti, du service Gestione Verde urbano de la commune de Rome, de l’Istituto nazionale per la Grafica (Gabinetto nazionale delle Stampe), du Museo capitolare de Pérouse, du Museo Emilio Greco et du Museo nazionale archeologico d’Orvieto, de l’Opera del Duomo d’Orvieto, de la photothèque nationale de l’Istituto Centrale per la Catalogazione e la Documentazione, de la société Acqua Marcia, s.p.a., du séminaire archiépiscopal de Pérouse, de la Soprintendenza archeologica de Rome, de la Soprintendenza per i Beni Ambientali e Architettonici de Rome, du Latium et de l’Ombrie, enfin les nombreux collègues et amis de l’Istituto Svizzero di Roma.

ABRÉVIATIONS

Archives, bibliothèques, etc.

16ACR : Rieti, Archivio capitolare di Rieti

AGOP : Rome, Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori

AOPSM : Orvieto, Archivio dell’Opera del Duomo di

Orvieto (Archivio dell’Opus Pium Sancte Marie)

ASO : Archivio di Stato, sezione di Orvieto

ASP : Archivio di Stato di Perugia

ASR : Archivio di Stato centrale di Roma

ASRi : Archivio di Stato di Rieti ASV : Cité du Vatican, Archivio Segreto Vaticano ASV, Collect. : ibid., Collectoriae ASV, IE : ibid., Introitus et Exitus BAV : Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana

Fot. naz. : Rome, Fototeca nazionale

Soprint. BAAAS Umbria : Pérouse, Soprintendenza per i Beni Ambientali Architettonici Artistici e Storici per l’Umbria

Soprint. BAAAS Umbria, AS : Pérouse, Soprintendenza per i Beni Ambientali Architettonici Artistici e Storici per l’Umbria, Archivio storico (Galleria nazionale dell’Umbria)

Soprint. BAA Lazio : Rome, Soprintendenza per i Beni Ambientali e Architettonici del Lazio

Titres de périodiques, d’éditions de texte, d’usuels, etc. fréquemment utilisés

17ASRSP : Archivio della Società romana di Storia patria.

BÉFAR : Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome.

CÉFR : Collection de l’École française de Rome.

MÉFR : Mélanges d’archéologie et d’histoire puis Mélanges de l’École française de Rome.

MÉFRM : Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes (à partir du t. 83, 1971) ; Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (à partir du t. 101, 1989).

MGH, SS : Monumenta Germaniae Historica, Series Scriptorum.

Potthast, n°X : Potthast (August), Regesta pontificum Romanorum..., Berlin, 1874-1875, 2 vol., vol. ii, n°X.

Registres d’un pape, n°X : Registres de ce pape, édition de l’École française de Rome, n°X (sauf pour les Registres d’Urbain IV, où le tome est précisé, à cause de la numérotation discontinue entre le t. I et les suivants).

RIS : Muratori (L. A.), Rerum Italicarum scriptores..., Milan, 1723-1751, 25 t.

RIS2 : Rerum Italicarum scriptores... Nuova edizione..., Città di Castello-Bologne, 1900-1917, 34 t.

Roma anno 1300 : Roma anno 1300. Atti della IV settimana di studi di storia dell’arte medievale dell’università di Roma « La Sapienza », Romanini (Angiola Maria) éd., Rome, 1983.

N.B. Les dates données entre parenthèses pour les papes, cardinaux, évêques, etc. sont les dates extrêmes de leur charge.

CHRONOLOGIE DES PAPES (1254-1304)

18Alexandre IV (Rinaldo da Jenne) : 1254, 12 décembre-1261, 25 mai

Urbain IV (Jacques [Pantaléon]) : 1261, 29 août-1264, 2 octobre

Clément IV (Gui Foucois) : 1265, 5 février-1268, 29 novembre

Grégoire X (Tebaldo Visconti) : 1271, 21 janvier-1276, 10 janvier

Innocent V (Pierre de Tarentaise) : 1276, 21 janvier-22 juin

Adrien V (Ottobono Fieschi) : 1276, 11 juillet-18 août

Jean XXI (Pedro Julia˜o) : 1276, 8 septembre-1277, 20 mai

Nicolas III (Giovanni Gaetano Orsini) : 1277, 25 novembre-1280, 22 août

Martin IV (Simon de Brie) : 1281, 22 février-1285, 28 mars

Honorius IV (Giacomo Savelli) : 1285, 2 avril-1287, 3 avril

Nicolas IV (Girolamo da Ascoli) : 1288, 22 février-1292, 4 avril

Célestin V (Pietro da Morrone) : 1294, 5 juillet-13 décembre

Boniface VIII (Benedetto Caetani) : 1294, 24 décembre-1303, 11 octobre

Benoît XI (Niccolò Boccasini) : 1303, 22 octobre-1304, 7 juillet

Carte du Patrimoine de saint Pierre (les sites étudiés sont soulignés). D’après Partner (P.), The Lands of St. Peter. The papal State in the Middle Ages and the early Renaissance, Berkeley-Los Angeles, 1972, p. 273.

Notes

1 Voir surtout Krautheimer (R.), Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999, trad. fr. par F. Monfrin (éd. or. Rome, profile of a city, 312-1308, Princeton, 1980), passim et la mise au point récente d’Herklotz (I.), Gli eredi di Costantino. Il papato, il Laterano e la propaganda visiva nel XII secolo, Rome, 2000, p. 10. Je citerai désormais l’œuvre maîtresse de Richard Krautheimer uniquement dans sa traduction française, à cause de la mise à jour opérée par Françoise Monfrin.

2 Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), 2000, p. 274-276 (voir aussi son chapitre 1).

3 « Ubi perpetuo sum mansurus, dicatur domus mea ; unde migraturus sum, inquilinus sum ».

4 Voir les stimulantes réflexions de Guerreau (A.), « Il significato dei luoghi nell’Occidente medievale : struttura e dinamica di uno “spazio” specifico », dans Arti e storia nel medioevo, t. I, Tempi, spazi, istituzioni, Castelnuovo (E.) et Sergi (G.) dir., Turin, 2002, p. 201-239, cf. p. 222.

5 Sur la mobilité des papes au xiiie siècle et ses autres motivations, Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, vol. 1, p. 155-278 et Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della corte papale nel secolo xiii », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 3-78. Voir aussi notre chapitre II.4.

6 Je reprends la formule de Castelnuovo (E.) et Monciatti (A.), « Préhistoire du palais des papes », dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xive-xxe siècle [Exposition. Avignon. 2002], p. 116-121.

7 Je suis profondément redevable à André Vauchez pour m’avoir conduit à cette délimitation, et plus généralement pour bien des orientations de ce travail.

8 Bien entendu, on simplifie ici les choses : Innocent IV séjourne hors d’Italie pendant des années, les pontifes précédents hivernent parfois hors de Rome, etc.

9 Toubert (P.), Les structures du Latium médiéval, Turin, 1973, p. 936-937.

10 Pour le détail de ces délimitations, voir l’introduction à la première partie.

11 Romanini (A. M.), « Presentazione », dans La Sabina medievale, Righetti Tosti-Croce (M.) dir., Rieti, 1985, p. 5.

12 Pour le cas de Tivoli, j’ai établi au cours de mes recherches qu’aucune phase du palais épiscopal ne remonte au séjour d’Honorius IV et que la résidence est à la fois antérieure et postérieure. Par conséquent ce monument n’est pas inclus dans le présent ouvrage, mais a fait l’objet d’une publication à part ; voir Le Pogam (P.-Y.), « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e memorie della Società tiburtina di storia e d’arte, t. 76, 2003, p. 133-178. De même, on pourra constater que le chapitre consacré dans la thèse dactylographiée au palais épiscopal de Sutri a disparu de la présente version. Il était justifié par la chronologie des transferts de la curie pontificale qui attribuait à Boniface VIII un séjour de près de neuf mois dans la cité, cf. Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », cit. Après vérification, il est apparu que le pape Caetani n’y a passé en fait qu’une journée dans un voyage qui le ramenait d’Orvieto au Vatican – une des raisons qui ont motivé la reprise complète de cette chronologie plus bas, dans l’introduction de notre première partie. Certes la reconstitution des différentes phases de construction du palais de Sutri garde sa validité, mais elle sera exposée dans un lieu plus adapté, cf. Le Pogam (P.-Y.), « Dal gotico al neogotico. Il palazzo vescovile di Sutri », à paraître dans Rivista storica del Lazio.

13 Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service de la papauté dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome, 337).

14 Radke (G. M.), Viterbo : Profile of a thirteenth century papal palace, Cambridge (Mass.), 1996.

15 Je remercie vivement S. Carocci de m’avoir donné accès au volume alors qu’il était en cours de publication. Voir désormais Itineranza pontificia : la mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003.

16 Elle avait consacré sa « tesi di dottorato », sous la direction de M. Righetti Tosti-Croce, aux palais d’Orvieto et Rieti (Forme e funzioni dei palazzi papali nel Duecento : i casi di Orvieto e Rieti). Aucune partie n’en ayant été alors publiée, il nous a fallu attendre la parution de l’ouvrage pour connaître les résultats de son travail. Voir désormais Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa. Architettura e ideologia : il Duecento, Rome, 2003.

17 Les rares sources privilégiées sont souvent très tardives, comme le cérémonial de François de Conzié, datant de 1409, qui décrit un entourage pontifical assez différent de celui du xiiie siècle, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 21-22.

18 Étaient prévues les communications d’E. Castelnuovo, A. Augenti, S. Carocci, A. Paravicini Bagliani, A. Draghi, S. Romano, M. Andaloro (non présentée), A. Monciatti, C. Frugoni, G. Kerscher (non présentée), G. Schelbert, C. L. Frommel et de moi-même. Les actes de la journée d’étude sont désormais parus : « Domus et splendida palatia ». Residenze papali e cardinalizie a Roma fra xii e xiv secolo. Atti della giornata di studio (Pisa, 14 novembre 2002), Pise, 2004.

Table des illustrations

Légende Carte du Patrimoine de saint Pierre (les sites étudiés sont soulignés). D’après Partner (P.), The Lands of St. Peter. The papal State in the Middle Ages and the early Renaissance, Berkeley-Los Angeles, 1972, p. 273.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540