Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colonne Trajane et les Forums impériaux

 | 
Martin Galinier

Première partie. La frise de la colonne Trajane

Chapitre 2. Imperium Maius ou la colonne Trajane, lecture verticale

Texte intégral

  • 1 Architecte français venu à Rome étudier la colonne Trajane. Cité par Agosti-Farinella 1985, p. 1135

Je suis foutu si je reviens, je n’aurais pas une seule étude, la maudite colomne me mange tous mon tems.
Charles Percier, 17881

1– LES ALIGNEMENTS VERTICAUX DANS L’HISTORIOGRAPHIE

  • 2 L’importance de la colonne Trajane dans l’art européen, de la Renaissance au xxe siècle, a été abor (...)
  • 3 Becatti 1982, p. 538 ; Agosti-Farinella 1985, p. 11081110 ; Huet 1996, p. 12. Sur la postérité de l (...)
  • 4 Spire 1, sc. 3-4, pl. XLVIIa ; spire 7, sc. 48, pl. XLVIIIb ; spire 15, sc. 101, pl. Lb.
  • 5 Lehmann-Hartleben 1926, p. 114 et 145-146 : l’auteur propose que les sculpteurs œuvrèrent selon des (...)
  • 6 Gauer 1977, p. 8 et 45-46.
  • 7 Même constat dans Brilliant 1986, p. 103.
  • 8 Sur la colonne de Marc Aurèle : Wegner 1931, mais aussi Petersen-Domaszewski-Calderini, 1896 ; Pall (...)
  • 9 Gauer 1977, p. 47. Sur les colonnes torses : Becatti 1960, p. 47-82 (celle de Marc Aurèle), et p. 8 (...)

1La columna centenaria a fasciné les regards européens, de la Renaissance à nos jours. Ce ne fut pourtant qu’au début du xvie siècle, avec l’œuvre de Jacopo Ripanda, que le premier relevé intégral des reliefs devint disponible2. Il fallut encore attendre 1576 pour qu’une première publication diffuse, en cent trente planches, la frise de la colonne Trajane auprès d’un public de connaisseurs3. Depuis, bien sûr, le regard des connaisseurs a évolué. On l’a vu, les travaux de Karl Lehmann-Hartleben ont constitué une étape importante. En 1926, ce chercheur nota l’existence d’alignements verticaux sur les faces de la colonne, par exemple les trois images de passage sur la face sud-ouest4, et de correspondances visuelles, à plusieurs spires de distance, entre scènes à thématique identique5. Les chercheurs suivants ne virent d’abord dans ces alignements que des coïncidences, l’alignement fortuit de formules iconographiques répétitives. Mais la lisibilité spirale des reliefs étant remise en cause, cet agencement vertical complexe, peu à peu mis en évidence et dans lequel la silhouette de Trajan joue un rôle majeur, sollicita de plus en plus l’attention. Werner Gauer développa de manière systématique cette approche6 et soutint que répétitions et axes verticaux facilitaient la reconnaissance des reliefs7. Ses propositions développaient en fait les travaux de Max Wegner concernant la colonne de Marc Aurèle. Sur cette dernière, les articulations verticales sont plus nombreuses et plus évidentes que sur le prototype qu’était la colonne Trajane8 : d’une « colonne à faces », conclut W. Gauer, les concepteurs en sont venus, avec la colonne aurélienne, à une « colonne à façade »9.

  • 10 Avant les travaux de Peter Rockwell (voir fig. 4), Farinella 1981, p. 2, contredisait déjà l’affirm (...)
  • 11 Face nord-ouest, spire 22, pl. LVIIc : présentation de la tête de Décébale à l’armée.
  • 12 Settis 1988a, p. 210-212. Bode 1992, p. 169, propose trois types de liens verticaux : par corrélati (...)
  • 13 Settis 1991, p. 196. Il ajoute lui aussi, preuve de l’efficacité de ce mode de composition et de le (...)

2Bien que la hauteur des spires sur la colonne Trajane ne varie pas en fonction de l’élévation des reliefs10, et qu’un épisode aussi important que la scène 147 soit situé sur le fût à une grande hauteur11, ce qui rend l’identification difficile, la lecture verticale paraît la seule possible, la seule évidente pour un spectateur déambulant sur le Forum. Encore fallait-il prendre en compte la complexité de ce processus de lecture. Salvatore Settis s’y est essayé, distinguant deux types d’assemblage : la lecture par spires contiguës ; et la lecture par blocs thématiques de spires contiguës, évidente par exemple pour la quatrième campagne (elle occupe trois spires de la frise)12. Les correspondances verticales, c’est-à-dire « la proximité thématique et l’exacte superposition dans le même axe visuel » qui autorise « une lecture ‘simultanée’ »13, constitueraient ainsi le mode d’assemblage et de décryptage le plus aisé pour un spectateur romain.

3Sur le problème, Filippo Coarelli a un jugement plus nuancé :

Il est donc probable que ceux qui ont proposé récemment une lisibilité épisodique [de la frise], basée sur des épisodes nodaux disposés verticalement, sont dans le vrai : mais à part le fait que, même dans ce cas, les figurations les plus hautes sont presque illisibles, il reste indéniable que le sens de lecture prévu, au moins théoriquement, ne peut qu’être le sens hélicoïdal, lié à la structure même de la colonne.

  • 14 Coarelli 1992a, p. 643-644. Rappelons ici le chiffre donné par l’auteur (ibid., p. 645) de soixante (...)

4Il ajoute cependant : « Il est plutôt évident que la série de reliefs, au moins dans le sens hélicoïdal, ne peut en aucune façon être visible en progression – et du reste, pour la majeure partie, il ne peut être visible de quelque manière que ce soit »14.

5Devant ces objections et difficultés réelles, indéniables car liées à la verticalité extrême du monument, les conditions de lecture restent à préciser et les options des tenants de la visibilité à vérifier. Pour y parvenir, il conviendra d’approfondir l’analyse des structures internes de la frise, esquissée par d’autres mais que nous espérons compléter.

2–LES FACES DE LA COLONNE TRAJANE

6Nous avons décomposé le fût de la colonne en huit faces. Aux faces sud-ouest, sud-est, nord-est et nord-ouest (dorénavant SO, SE, NE et NO), traditionnelles car dépendantes de l’orientation générale du Forum (fig. 1), ont été ajoutées les faces sud, est, nord et ouest (dorénavant S, E, N et O) selon les angles de la base, ceci pour affiner au mieux l’analyse et supprimer l’arbitraire que suppose le choix de quatre « aires » de regard préférentielles. La procédure suivie pour les huit faces sera identique, quoique l’ordre des composantes puisse varier : rapide exposé des remarques bibliographiques antérieures ; exploitation détaillée du catalogue (pl. I à LVII) ; enfin une synthèse provisoire pour chaque face (récapitulatif), et globale aux termes de l’analyse.

7Nous débutons cet examen par la face SE, qui correspond à la naissance de la frise au-dessus de l’inscription dédicatoire de la colonne, face à la Basilica. Nous aurions pu débuter par la face SO, au nom d’arguments que les alignements verticaux peuvent justifier et sur lesquels il sera bon de revenir.

Face sud-est (pl. I à VI ; fig. 18)

8Cette face marque le commencement de la frise, lequel n’est cependant perceptible que dans la partie inférieure droite du relief (pl. Ia). La frise débute après la première fenêtre creusée dans le fût de la colonne. Sur cette face, et uniquement celle-ci, nous sommes obligé, en raison du changement de spire, de numéroter les spires par deux chiffres (par exemple spire 4-5).

  • 15 D’après Settis 1988a, p. 212.
  • 16 Sc. 75, pl. IIIb.
  • 17 Spire 18-19, pl. IVb et Vc.
  • 18 Il est aussi visible depuis la face S : pl. LVa et LVIIa.
  • 19 Spire 21-22, pl. IVc, ou face S, LVIIb.

9Diverses correspondances verticales y ont été décelées. Karl Lehmann-Hartleben15 a remarqué le lien entre la grande scène de soumission, qui clôt la première guerre et occupe la totalité de la spire 11-1216, et la scène 118, elle aussi scène de soumission17. La composition autour de Trajan est en effet proche dans les deux scènes, et l’alignement exact18. Ajoutons à ces correspondances la scène 14119 qui obéit à une composition identique, et développons l’analyse de cette face (fig. 18).

Ligne thématique « Trajan et les Daces »

  • 20 Sc. 27, pl. Ib, ou face S, pl. LIIIb. Et sc. 28, pl. Ib, ou face S/SE, pl. LIIIb.
  • 21 Sc. 40, pl. IIa ; face S, pl. LIVa.
  • 22 Sc. 56, pl. IIb ; face S, pl. LIVb.
  • 23 Sc. 68-69, pl. IIIa ; face S, pl. LVa.
  • 24 Sc. 75, pl. IIIb ; face S, pl. LVa. Gauer 1977, p. 30.
  • 25 Ibid., p. 45, perçoit la scène 75 comme le signe de la victoire à venir de Trajan et l’annonce de l (...)

10Les relations entre l’empereur et ses ennemis suivent une progression iconographique remarquable. Première rencontre en spire 4-5 : Trajan y est par deux fois en contact avec les Daces. La première le voit dans une adlocutio à ses troupes alors que des Daces comati, à cheval ou à pied, arrivent à proximité ; la seconde le voit s’entretenir avec les Daces comati20 : les Daces et l’empereur sont alors placés sur un pied d’égalité. Plus haut, spire 6-7, un Dace prisonnier comatus, tenu par un soldat romain, est amené devant Trajan21. Spire 8-9, le regard tombe sur les têtes coupées de deux Daces, fichées sur des pieux parmi des soldats romains22. Spire 10-11, un Dace pileatus, donc d’un rang supérieur, à son tour prisonnier, est poussé devant Trajan par deux soldats romains23. Survient alors, spire 11-12, la grande scène de soumission des Daces où se pressent, précisément, comati et pileati24 ; certains ont les bras liés dans le dos. La scène est à coup sûr le premier point fort de la ligne. Sa signification est claire : elle matérialise la fin de la première guerre et annonce la victoire finale de Trajan Dacicus25.

  • 26 Sc. 118, pl. IVb ou Vc ; face S, pl. LVIIa.
  • 27 Sc. 141, pl. IVc ou VI ; face S, pl. LVIIb.
  • 28 Pl. IVc ou VI ; face S, pl. LVIIc.

11On ne retrouve l’empereur en contact direct avec les Daces qu’en spire 18-1926. Agenouillé devant l’empereur debout, un pileatus a un geste de supplication identique au schéma de composition de la scène 75. La scène se répète en spire 21-2227, où plusieurs pileati font cette fois leur soumission et supplient Trajan debout dans l’encadrement d’un camp. Enfin, l’image qui clôture cette ligne, et en constitue le second point fort28, est la scène 147, qui montrait à l’origine – elle est aujourd’hui abîmée – la présentation de la tête de Décébale à l’armée.

Fig. 18 – Synthèse de la face sud-est.

12Ces diverses scènes constituent ce que nous appellerons une ligne thématique. Quelques précisions de vocabulaire avant de poursuivre : nous parlerons de correspondances dans le cas de reprises ponctuelles d’un thème sur une même face (thème : association de plusieurs éléments iconographiques identiques), et de lignes thématiques lorsqu’il sera possible d’associer ces correspondances selon une superposition verticale stricte, permettant de dégager une cohérence thématique pour la face (nous réservons le terme axe à la verticalité physique sur le fût de la colonne).

  • 29 On peut interpréter l’attitude de ces deux groupes de Daces comme un signe de leur superbia, de leu (...)

13Donc, si l’on intitule ce premier alignement – qui traverse les faces S/SE et dont la limite est marquée, à droite, par la rangée de fenêtres – « Trajan et les Daces », on est frappé par l’ordonnancement progressif de ces éléments sur cet axe vertical (fig. 18). Les Daces sont d’abord comati puis pileati, et leur situation par rapport à Trajan évolue : d’une attitude neutre à l’origine (à cheval scène 27 ; scène 28, les Daces et l’empereur sont sur un unique niveau de sol)29, ils sont par la suite prisonniers ou suppliants.

14Les thèmes suivent une évolution parallèle. La première ambassade, de comati, cède la place à des scènes avec prisonniers, le premier étant comatus, le second pileatus, entre lesquelles s’intercale la vision de deux têtes coupées. Surviennent alors les trois scènes de soumission, dont les deux dernières ne montrent que des pileati ; enfin la tête de Décébale répond aux deux têtes coupées antérieures. L’interprétation de ces éléments narratifs serait la suivante : comati ou pileati, les Daces sont amenés, malgré leur résistance, à se soumettre ou à assumer les conséquences de leur superbia.

15Présentée ainsi, l’évolution des rapports entre l’empereur et les Daces (eux-mêmes disposés selon une remarquable progression hiérarchique) constitue un résumé des relations belliqueuses qu’entretiennent Rome et le royaume dace, une ligne épitomique dont l’Empire et Trajan, par sa virtus et sa clementia, sortent clairement vainqueur.

La silhouette impériale

  • 30 Il mettait en relation la scène 57-58 avec Trajan loricatus à cheval (spire 8-9, pl. IIb, ou face E (...)
  • 31 Settis 1988a, p. 214.
  • 32 Sc. 12, pl. Ia.
  • 33 Sc. 27, pl. Ib, ou face S, pl. LIIIb.
  • 34 Notre principe est de ne pas solliciter deux fois une même scène : à l’exception ici de la scène 28 (...)
  • 35 Spire 5-6, pl. IIa.
  • 36 Spire 13-14, pl. IIIc ou Va.
  • 37 Spire 19-20, pl. IVb et Vc.

16D’autres correspondances ont été décelées. Salvatore Settis a rejeté celle proposée par Richard Brilliant30 au motif, justifié, que l’axe vertical constitué par la silhouette impériale n’était pas parfaitement respecté et que la présence de Trajan n’était pas suffisante pour constituer une ligne thématique31. Pour juger de cette pertinence, observons les autres présences de l’empereur sur cette face (fig. 15). Lors de la première apparition, spire 2-332, il figure en position frontale, loricatus et entouré par deux officiers, dans une scène qui pourrait être un concilium ; puis en spire 4-533 dans la scène d’adlocutio déjà vue, décalée il est vrai vers la face S34. Suivent : la scène 3535, où Trajan loricatus est encore entouré d’officiers (concilium ?) ; la scène 57-58 déjà vue ; la scène 81, déjà vue, où Trajan est en tunique parmi des togati ; la scène 8836 où Trajan est en tunique parmi des soldats en tunique ; la scène 102, déjà vue ; enfin la scène 12537, qui voit Trajan salué d’une acclamatio par son armée. Ces renvois thématiques sont décalés les uns par rapport aux autres et ne constituent donc pas un axe vertical (fig. 15 et 18). Si on ne peut parler de « ligne thématique », il est cependant possible de leur accorder une fonction alternative.

17Intégrées dans la ligne « Trajan et les Daces », ces scènes montrent l’empereur en contact avec le monde romain, lequel est incarné par : le concilium (sc. 12 et 35) ; les soldats en armes (sc. 27 sur la face S, sc. 125) ou en vêtements de voyage (sc. 88) ; des citoyens romains (sc. 81). Elles le montrent à cheval ou à pied, loricatus comme en tunique. Elles le montrent enfin dans des attitudes diverses, qui n’ont rien des conventions répétitives et de l’évolution stricte de ses rencontres avec les Daces. Au contact de ces derniers, il est toujours loricatus, ce qu’il n’est pas dans le monde romain. Résumons. Nous aurions « Trajan et les Daces », face S/SE, ligne thématique forte ; et « Trajan avec les Romains », face SE, association ponctuelle autour de l’empereur. Entre correspondances et lignes thématiques, apparaissent donc des reprises partielles dont un élément unificateur sert de relais, à savoir Trajan. Or, ces deux thématiques forment une tresse : l’acclamatio de l’armée scène 125 est suivie par la scène 141 (soumission des pileati), puis survient la scène 147, avec la présentation de la tête de Décébale aux soldats romains : la victoire est celle de l’empereur, mais elle est due aux labeurs de l’armée.

  • 38 Gauer 1977, p. 45-46. Spire 11-12, pl. IIIb ; spire 19-20, pl. IVb.
  • 39 Spire 17-18, pl. IVb et Vc.
  • 40 Face SE, spire 17-18, sc. 112-114, pl. IVb et Vc ; face E, pl. Xa. Et face SE, spire 20-21, sc. 134 (...)
  • 41 Face SE, spire 14-15, pl. IIIc, IVa ou Va.
  • 42 Bode 1992, p. 169, y voit deux contre-offensives daces.
  • 43 Spire 6-7, pl. IIa.
  • 44 Bode 1992, p. 172.

18Autre élément, plus ponctuel : on a vu que Werner Gauer avait identifié, dans les scènes 75 et 124-126, la grande fortification des montagnes d’Orastie38. Sans préjuger de leur localisation, mais par l’effet né de la vision d’une imposante muraille, on peut ajouter à cette association la scène 11339, laquelle sert de relais à ces correspondances verticales marquées par les sièges. On a également rapproché, avec raison, deux scènes d’assaut, l’une en présence de Trajan, l’autre de Décébale40 ; le lien entre cette dernière et la scène 9441 est plus manifeste encore. Ces trois images sont construites sur le même principe – un camp romain cerné par les Daces – et selon un axe vertical probant42. Le schéma de composition est d’ailleurs inversé scène 41 : les Daces sont cette fois cernés par l’armée romaine43. Enfin l’acclamatio de la scène 125, qui reprend ce schéma circulaire autour de la personne de Trajan, est à la verticale de l’inscription du socle, point de départ de la frise44.

Narration verticale

  • 45 Notre schéma, qu’il faudra confronter aux synthèses des faces adjacentes, se veut un relevé exhaust (...)

19Il est possible d’intégrer ces quelques observations à un descriptif synthétique, narratif en quelque sorte, de la face SE (fig. 18)45. Les grandes structures seraient les suivantes :

  • dans la première moitié de la frise hélicoïdale (pl. I-II), alternent deux spires d’avance (spires 1-2 et 5-6), deux spires de labor et statio (spires 2-3 et 3-4), enfin la première apparition des Daces (spire 4-5).

  • Les spires 6-7, 9-10, 10-11 (pl. II et III) présentent des batailles.

  • Entre elles, s’intercalent des scènes d’avance romaine (spires 7-8 et 8-9, pl. II) : l’aboutissement est la grande scène de soumission (spire 11-12).

20Dans la seconde guerre, se succèdent :

  • des spires d’avance (spires 12-13, 13-14, 15-16, pl. III ; spires 16-17, pl. IV) et des spires de bataille (spire 14-15, pl. III ; spire 17-18, pl. IV).

  • Les deux spires suivantes (18-19 et 1920) montrent une supplication, puis l’armée en statio auprès de Trajan, enfin les ultimes opérations militaires (spire 20-21, assaut dace ; spire 21-22, soumission de pileati ; spire 22-23, tête de Décébale et arrestation de Daces).

  • 46 Brilliant 1986, p. 104.

21De cette analyse rapide, se dégage un profil de la face SE où les étapes de la conquête sont finalement réduites à un petit nombre de thèmes. Leur perception est davantage liée à la construction de l’image (avance ou statio romaine ; attaques daces) qu’aux détails des reliefs, à l’exception peut-être des grandes scènes référentielles (surtout les scènes 75 ou 147). Dans ce cadre, et conformément au « programme politique » cher à W. Gauer, la silhouette de Trajan occupe le rôle primordial. Il est d’ailleurs remarquable que la ligne thématique « Trajan et les Daces » chevauche les faces S et SE. Cet axe coïncide avec l’angle sud de la base de la colonne, lequel peut servir de point de départ visuel à l’observation de la frise. Le principe est utilisé ailleurs : Richard Brilliant avait remarqué que la première apparition de l’empereur (scène 6) se plaçait en regard de l’angle E du socle46. Par ses cinquante-huit présences, Trajan jalonne bien la frise : de la même manière qu’il dirige la conquête, l’empereur oriente le récit.

22Récapitulatif : ligne thématique « Trajan et les Daces » (en alternance avec « Trajan et le monde romain »).

23L’organisation décrite pour cette face peut s’avérer anodine. Elle peut n’être liée qu’à l’omniprésence de Trajan et à la probabilité des superpositions, et non à la volonté délibérée de structurer la frise. Un critère d’évaluation probant existe cependant : si des lignes exactement identiques apparaissent sur toutes les faces, le caractère volontaire de cette organisation sera à réviser.

24Autre interrogation : la superposition verticale est-elle un indice de l’importance accordée aux éléments qu’elle paraît relier ? Autrement dit, va-t-on répéter des éléments différents sur les autres faces, afin de donner à chacune une tonalité particulière ? Nous essaierons de répondre à ces interrogations.

Face est (pl. VII à XII ; fig. 19)

  • 47 Spire 1, sc. 1, pl. VIIa.
  • 48 Spire 2, sc. 6, pl. VIIa.
  • 49 Brilliant 1986, p. 94 et 104 ; voir sa planche 3.2 (ibid., p. 93). Notre relevé photographique inci (...)

25Le premier élément figuré de la frise, un bâtiment47, apparaît au-dessus de l’angle E de la base, et spire supérieure intervient la première présence de Trajan48 : telles sont, résumées, les remarques de Richard Brilliant consacrées à cette face49.

La silhouette impériale

  • 50 On remarque (spire 8 pl. VIIIa, et pl. LXVb) un curieux motif sculpté au flanc d’un élément rocheux (...)
  • 51 Le fût ne comporte jamais que dix fenêtres sur sa hauteur, mais celles-ci sont, face SE, relayées p (...)
  • 52 Nous recherchons en priorité la silhouette impériale, conformément à sa valeur cardinale dans le di (...)
  • 53 Spire 14, sc. 90, pl. IXb.

26L’œil est guidé à gauche de l’angle E par la série de fenêtres, à droite par : un édifice ou angle d’un édifice (spires 1, 9, 13, 19), un arbre (spires 3, 5, 7, 11, 16, 21, 22) ou des enseignes militaires (spires 4 et 850), soit treize marqueurs verticaux sur vingt-trois spires51. Entre ces bornes visuelles, Trajan se manifeste onze fois (fig. 15 et 19)52, mais trois de ses présences sont placées sur la face SE et sont de ce fait difficilement visibles. Il n’en demeure pas moins que l’empereur est, sur cet axe, représenté sept fois loricatus. Il n’est en tunique qu’une fois, à proximité de togati et de Daces53. Cette scène, exceptionnelle en elle-même, se dégage ainsi, grâce aux correspondances verticales, d’un contexte uniquement militaire.

Fig. 19 – Synthèse de la face est.

  • 54 Spire 5, sc. 30, pl. VIIb.
  • 55 Dion Cassius LXVIII, 9.
  • 56 Sc. 31, pl. VIIb.
  • 57 Comme le suggère Gauer 1977, p. 26.

27Première remarque : Trajan n’est, sur cette face, qu’à deux reprises en contact avec les Daces. Spire 5, il protège des femmes et enfants dans un contexte pour le moins hostile, puisque des Daces sont massacrés dans la partie inférieure de l’image54. Cette scène, complexe, a été interprétée en fonction de Dion Cassius comme renvoyant à la capture de la sœur de Décébale par Maximus55. Or, l’historien grec plaçait l’épisode en fin de première guerre et en faisait une des causes de l’arrêt des hostilités : ce n’est pas le cas ici, puisque lui succède une attaque dace56. Il est donc préférable d’accorder à cette scène 30 la valeur générique de « malheurs de la guerre »57. Dans cette sphère, la clementia de Trajan n’en ressort que mieux.

28Plus haut, l’empereur est reçu par des Daces, hommes et enfants, qui l’accueillent devant une porte-arc (spire 14, sc. 90). Telle est l’unique reprise thématique perceptible à l’E, reprise plutôt centrée sur les rapports protecteurs de l’empereur vis-à-vis des Daces soumis. La ligne thématique belliqueuse « Trajan et les Daces », aperçue face précédente, n’étant pas reconduite ici, il devient légitime de l’identifier au S/SE.

Décébale

  • 58 Spire 12, pl. IXa. Et spire 21, pl. Xb et XIc.
  • 59 Spire 3, pl. VIIa. Et spire 5, pl. VIIb.
  • 60 Spire 12, pl. IXa. Et spire 21, pl. Xb et XIc.
  • 61 De nombreuses scènes de défaite ou de fuite daces rythment la face E (fig. 19).

29Plus intéressant : la silhouette de Décébale intervient à deux reprises sur cet axe E (fig. 17), unique correspondance verticale indiscutable du roi dace sur la frise. Il figure en scène 75, en vis-à-vis de Trajan invisible car placé face SE, et en scène 13558. Si, verticalement, l’organisation narrative est proche de celle de la face SE (les scènes d’avance, de statio, labor et batailles s’organisent en deux grandes séquences), se dessine à l’E une opposition personnalisée, « Trajan-Décébale » (fig. 19), qui ne forme pas une ligne thématique mais est bâtie sur une alternance de correspondances et d’oppositions. Si, en scènes 14 et 3059, l’attitude de l’empereur est répétée à l’identique (il est, à gauche de l’axe repère constitué par les arbres, tourné vers la gauche bras droit levé), Décébale est, lui, présent en scène 75 et scène 13560, tourné vers la gauche, bras droit levé, à droite de l’axe vertical repère (matérialisé par l’arbre de la spire 11). Ces associations éclairent, en quelques scènes et deux silhouettes, les attitudes et responsabilités des deux protagonistes ; elles permettent aussi d’intégrer des scènes exceptionnelles : à Décébale la rupture du traité de 102 (scène 75) et l’échec final qui en est la conséquence (constaté scène 134 : l’ultime attaque dace est repoussée, en présence de Décébale61) ; à Trajan la clementia (sc. 30) qui amène à lui une partie de la population barbare (sc. 90). Si les grandes structures du récit, décelées dans le déroulé spiral de la frise et dans l’étude verticale de la face SE, se retrouvent ici sans surprise ni variation notable, les opérations prennent sur cette face la forme d’un antagonisme entre les deux acteurs des guerres daciques.

30Récapitulatif : correspondances verticales « Trajan-Décébale ».

  • 62 Pour Brilliant 1986, p. 106-108, la scène 75 était aisément visible car située au niveau des fenêtr (...)

31Ainsi il est possible, dès à présent, de dégager quelques principes fondamentaux relatifs à l’organisation verticale. Le contexte de ses apparitions, les associations qui l’entourent – ici la présence du roi dace, parfaitement reconnaissable62 –, confèrent à Trajan un rôle essentiel dans le discours. Par les variations qu’elles introduisent, les correspondances verticales dépassent la simple rhétorique de répétition et forment, de face en face, un écheveau épitomique de la guerre et des qualités de l’empereur.

Face nord-est (pl. XIII à XXI ; fig. 20)

  • 63 Cité par Settis 1988a, p. 212. Il s’agit de la scène 60 (spire 9, pl. XVIa) et de la scène 65 (spir (...)
  • 64 Ce que Wataghin Cantino 1969, p. 54-61, nomme la « vue d’en haut », qualifiée d’hellénistique.
  • 65 Gauer 1977, p. 46. Farinella 1981, p. 7-8, y a vu un résumé de la totalité de cette campagne mésiqu (...)
  • 66 Spire 5, pl. XVa, et spire 6, pl. XVa.

32Karl Lehmann-Hartleben avait remarqué la similitude entre deux scènes de labor63, exactement superposées : le camp romain y est vu de haut, ce qui permet d’en observer l’extérieur et l’intérieur creusé par les soldats64. Mais une correspondance verticale plus évidente a, depuis longtemps, attiré le regard des commentateurs65. Elle s’appuie sur les scènes 31 et 3766 et voit l’intervention des Sarmates franchissant d’abord un fleuve dans un mouvement offensif, puis fuyant devant la cavalerie romaine.

La silhouette impériale

  • 67 Spire 7 : face NE/N, sc. 42, pl. XIVa, XVb et XXIIIa : adlocutio. Spire 8 : face NE, sc. 51, pl. XI (...)

33L’axe visuel de la face est marqué par les dix fenêtres habituelles. Sur cet axe fort, est disposée une série de Trajan loricatus, tourné vers la droite, bras droit levé (fig. 15). Ces présences, plus ou moins alignées sur l’axe NE, forment une correspondance thématique stricte sur les spires 7 à 1267. La spire 15 reprend partiellement ce premier bloc : Trajan y est loricatus, mais il monte un cheval et se dirige vers la gauche. Enfin, l’empereur est absent des spires 17 à 23.

34De part et d’autre de ces correspondances verticales, la typologie des présences de l’empereur change. Si Trajan est confronté scène 24 à des têtes coupées, son attitude varie, puisque son bras droit est étendu vers la gauche (pl. LXVIa). La variatio est plus notable encore sur les spires 13 à 16 : Trajan y est figuré, non plus loricatus, mais en tunique auprès de togati et de soldats en tunique en scène

  • 68 Scène 83 : face NE/E, spire 13, pl. XIVb, XVIIa, XIXa et XXIVb : adventus. Scène 91 : face NE, spir (...)
  • 69 Face NE, spire 15, sc. 95-97, pl. XVII et XIXb.
  • 70 Face NE, spire 16, sc. 103, pl. XVII et XIXb.

3583, et de Daces en scènes 90-9168, puis loricatus à cheval et se dirigeant vers la gauche69, enfin en toge et tête couverte, en train d’effectuer une lustratio70. La répétition de Trajan loricatus, en présence de l’armée ou de Daces se soumettant, contraste donc avec les spires où Trajan est en tunique (auprès de togati, de Daces pacifiques ou de l’armée en tunique) ou en toge (dans le rôle de pontifex maximus).

  • 71 Sur l’axe de la face NE, spire 4, sc. 24, pl. XIIIb et XVa.
  • 72 Face NE/N, à droite de l’axe de la face, sc. 52.
  • 73 Face NE, à droite de l’axe, sc. 61.
  • 74 Face NE, sur l’axe de la face, sc. 66.
  • 75 Face NE, à droite de l’axe, sc. 72.

36Dans cette disposition, se retrouve en partie la ligne thématique « Trajan et les Daces » perçue sur la face S/SE (fig. 18). La première moitié du fût présente en effet, en un crescendo qui ne saurait plus surprendre (fig. 20) : des têtes coupées71 ; une ambassade de comati72 ; un pileatus se soumettant73 ; deux pileati se soumettant74 ; et des têtes coupées75. Elle ne dispose pas, en l’absence de scènes référentielles telles que les scènes 75 (peu visible depuis le NE) ou 147 (la présentation de la tête de Décébale se trouve face S), de points visuels forts. De plus, cette ligne est remplacée, dans la seconde partie du fût, par une association thématique où les activités civiles et religieuses l’emportent. L’ensemble peut s’organiser en une nouvelle ligne thématique : « Trajan, conquête et romanisation ».

  • 76 Bode 1992, p. 146.
  • 77 Pl. XVII et pl. LXIVb pour un détail de la colonne ; pl. LIXa pour la Grande Frise.

37Les deux blocs forment en définitive un ensemble dont les termes traduisent les deux grandes sphères d’action de Trajan : la confrontation avec les Daces et la conquête par les armes – virtus, disciplina et fides exercitus –, puis la romanisation de l’espace et des populations – pietas et concordia 76. L’unique point fort de cette face est la charge de l’empereur à la tête de ses cavaliers, manteau au vent, dans une attitude dont nous avons déjà relevé la proximité avec la composition sise sur l’arc de Constantin77 : image rare, expression spectaculaire de la Victoria Augusti.

Fig. 20 – Synthèse de la face nord-est.

38La disposition de ces images, et des valeurs qu’elles véhiculent, rappelle le serment de Trajan (la transformation de la Dacie en provincia) dont nous avions retrouvé trace dans la thématique de la quatrième campagne (chapitre un). La romanisation des populations est donc perceptible également par la lecture verticale. Nous la retrouverons sur d’autres faces.

Reprises ponctuelles

  • 78 Settis 1988a, p. 210-211, distingue sur cette face une courte séquence marquée par les reprises pon (...)

39Poursuivons l’analyse et abordons la totalité des scènes. Le descriptif narratif de la face NE (fig. 20) révèle des reprises par spires contiguës. Citons : le « bloc sarmate » des spires 5-6 (pl. XVa)78 ; le bloc « labor – soumission » des spires 9-10 (pl. XVIa) ; le bloc « arc-togati » des spires 13-14 (pl. XVIIa et XIXa). Ces points visuels forts s’inscrivent dans un déroulé où l’on retrouve des séquences classiques : installation (spire 2), travaux (spire 3), confrontation (spire 4). Le bloc sarmate qui lui succède illustre dès lors la rapidité de réaction de l’empereur à une attaque ennemie (celeritas).

40Une nouvelle séquence est inaugurée par deux adlocutiones et une ambassade dace (spires 7-8). La conquête reprend, tant du territoire que des populations (spires 9-10), et culmine par une victoire romaine (spire 11) (nous allons revenir sur la scène 76, spire 12). Suivent les deux sacrifices (spires 13-14), la charge de l’empereur (spire 15), puis le suovetaurilia (spire 16), prélude aux ultimes scènes d’avance (spires 17-18) et de labor (spire 20) qui provoquent le désespoir des Daces, leur fuite ou leur arrestation (spires 19, 21-23).

41Rares sont, sur cette face, les scènes d’affrontement placées sur l’axe visuel (spires 6, 11 et 14). L’œil suit en fait deux types de correspondances thématiques, l’une fondée sur les présences de Trajan, l’autre sur des blocs de spires contiguës. L’organisation paraît moins rigoureuse que sur les faces SE et E, où se succédaient des séquences classiques (passage, installation, progression, confrontation). Ici sont privilégiées des relations de proche en proche, avec un unique point fort : la silhouette de Trajan, loricatus sur les spires 7 à 11, en tunique sur les spires 13 et 14, togatus en spire 16, et dans l’exercice de la Victoria Augusti spire 15.

  • 79 Dion Cassius LXVIII, 9, 6 (trad. E. Gros et V. Boissée). Analyse de Gauer 1977, p. 30-31. Becatti 1 (...)
  • 80 Spire 12, pl. XIVb, XVIb et XVIIa ; pl. LXVIb.
  • 81 Settis 1988a, p. 391.
  • 82 Note 57 ci-dessus. Bode 1992, p. 158, sur les clauses du traité de paix (d’après Dion Cassius LXVII (...)
  • 83 Pl. VIIb et LXVIIb pour la scène 30 ; pl. XVIb et LXVIb pour la scène 76. Les pl. XVa et XVIb perme (...)

42La scène 76 constitue un cas particulier. Elle a donné lieu à diverses interprétations. Selon le texte de Dion Cassius, on y a reconnu la soumission du peuple dace : « On exigeait de lui [Décébale], en effet, qu’il livrât les machines, les ingénieurs, qu’il rendit les transfuges, qu’il démolît ses fortifications, évacuât les territoires conquis [...] »79. L’image refléterait les clauses du traité, par exemple en scène 76 des Daces détruisent un mur80 ; d’autres commentateurs l’ont interprétée comme l’indice de l’abandon par les Daces d’une partie de leur territoire81 ; on a enfin relié cette image à la scène 30, où nous avions décelé les « malheurs de la guerre »82 : la construction des deux scènes est en effet symétrique. Des hommes, femmes et enfants daces sont dans le premier cas séparés, dans le second réunis : en scène 30, les hommes sont massacrés, de même que le bétail ; en scène 76, un groupe d’hommes et de jeunes gens est mêlé à du bétail vivant (dans les deux cas, le bétail compte plusieurs espèces). Enfin, les deux images sont traversées par des lignes rocheuses qui la découpent en panneaux successifs83. Ce jeu rhétorique – et la présence de prisonniers daces devant Trajan en scène 75 – incite à limiter aux prisonniers livrés et aux fortifications détruites le rapprochement avec le texte de Dion Cassius : ni machines, ni transfuges romains, et rien ne permet de préciser la direction ni la cause du mouvement des Daces à droite de la scène de soumission (scène 75). Si l’on élargit en revanche l’analyse à la scène 77 (pl. XVIb et XVIIa), on peut décomposer cette fin de première guerre en deux images, renvoyant aux deux signataires du traité : le peuple dace dans la paix revenue ; l’adlocutio terminale de Trajan à l’armée.

  • 84 Bode 1992, p. 159.

43L’existence d’une scène consacrée aux Daces pacifiques peut étonner. Le contexte fournit une explication : en scène 75, une grande masse de guerriers daces se presse aux pieds de Trajan, devant Décébale ; en scène 76, hors champ, se rassemble une population qui n’a rien de martial ; enfin scène 90, en spire 14, Trajan est accueilli par des Daces, hommes et enfants, et ce sont encore des hommes, femmes et enfants daces qui participent scène 91 au sacrifice offert par l’empereur. Les « Daces qui murmurent » de R. Bode84, visibles en scène 75 derrière l’épaule de Décébale – un pileatus et un comatus en train de comploter, d’après le chercheur allemand –, ne représentent pas la totalité du peuple dace, et c’est la scène 76 qui en livre un visage plus pacifique.

  • 85 Gauer 1977, p. 30-31,

44L’ensemble de cette face NE peut être décomposée en trois temps narratifs : affrontements (peu nombreux) et conquête romaine par la vision des têtes coupées, des ambassades et des prisonniers daces (fig. 20, spires 4 à 11) ; assimilation d’une partie pacifique du peuple dace (représentée derrière Décébale spire 12 et autour de l’empereur spire 14 : le déplacement est significatif) ; victoire finale sur les spires 17 à 23, spectaculairement annoncée spire 15 par Trajan chevauchant85. Entre les faces SE et E (qui montraient de nombreuses batailles et soumissions de Daces) et la face NE (à la thématique plus nuancée), s’esquisse un jeu rhétorique encore discret : l’étude des faces suivantes devra le préciser.

  • 86 Et, pourrait-on ajouter, leur orientation, puisque les pl. XXXIa ; face NO, pl. XXXb et XXXIa (Sett (...)
  • 87 Ibid., p. 46.
  • 88 Bode 1992, p. 172.

45Signalons enfin la scène 150, où se manifeste une divinité féminine identifiée comme la Nuit (spire 23, pl. XXIb). Werner Gauer comme Reinhard Bode l’intègrent à ce qu’ils considèrent comme la coloration dace de la face. Pour le premier, les faces NE, N et NO, de par leur thématique et leur faible taux d’ensoleillement86, sont celles de l’ombre, et le personnage féminin est aux antipodes du Danube face SO87. Le second met également en relation le passage du Danube par les Daces (sc. 31), le suicide des Daces pileati (sc. 120) et la divinité féminine, antithèse du Danube (sc. 150)88. Nous reviendrons, au terme de ce chapitre, sur la valeur qu’il est possible d’assigner à cette présence.

46Récapitulatif : lignes verticales « Trajan et les Daces / Trajan, conquête et romanisation » (en mineure, des correspondances thématiques entre spires contiguës).

Face nord (pl. XXII à XXVI ; fig. 21)

  • 89 Face N, spire 2, pl. XXIIa. Et face N, spire 8,
  • 90 Face N, spire 16, pl. XXVb.

47La principale des correspondances verticales a été soulignée par Karl Lehmann-Hartleben. Elle concerne les scènes 8 et 5389, deux suovetaurilia, scènes qui doivent d’ailleurs être mises en relation avec la troisième lustration, scène 10390 : bien que celle-ci soit placée dans l’axe de la face NE (la scène 53 est elle-même dans l’axe de la face NO), elle est clairement visible depuis cette face N. De cette disposition décalée, il ressort que seul l’angle N permet d’embrasser les trois lustrations.

Fig. 21 – Synthèse de la face nord.

  • 91 Spire 5, pl. XXIIb : vue frontale d’un camp romain assiégé. Spire 7, pl. XXIII : vue cavalière d’un (...)
  • 92 Spire 12, pl. XXIVb : adlocutio qui clôture la première guerre. Spire 16, pl. XXVb : adlocutio d’ou (...)

48L’axe visuel est peu marqué sur cet angle. Le nombre d’éléments repères disposés dans les reliefs, en l’absence de fenêtres, est bien moindre que sur les faces précédentes. Un autre type y a peut-être été ménagé : un espace vide disposé au centre des scènes. La scène 8 obéit à ce schéma (porte d’un camp romain), de même que les scène 32, 43 et 6691. Enfin, l’axe visuel passe aussi par trois correspondances thématiques plus convaincantes, où figure Trajan : les adlocutiones des scènes 77, 104 et 13792.

Disposition des adlocutiones

  • 93 Settis 1988a, p. 224.

49Salvatore Settis avait signalé cet alignement thématique remarquable sur la face N, avant de l’étendre aux NE, N et NO93. Nous reproduisons son croquis en localisant ces scènes dans notre découpage cardinal :

  • 94 Cette adlocutio (pl. XXIIIa) se situe effectivement sur la face NE, mais à gauche de l’axe visuel c (...)

Note 94

50Sans anticiper sur l’analyse des faces concernées, on peut remarquer le nombre exceptionnel d’adlocutiones qui y figurent. Sur les neuf que compte la frise, sept sont réparties de part et d’autre de la face NO, dont quatre sur la face N (trois sur son axe visuel). La huitième se trouve face NE (sc. 51), la neuvième sur la face SO (sc. 27).

  • 95 Axe N, sc. 8, pl. XXIIa.
  • 96 À gauche de l’axe N, sc. 42, pl. XXIIIa.
  • 97 À droite de l’axe N, sc. 53, pl. XXIIIb.
  • 98 Axe N, sc. 78, pl. XXIVb.
  • 99 Axe N, sc. 83, pl. XXIVb.
  • 100 À gauche de l’axe N, sc. 103, pl. XXVb.
  • 101 Axe N, sc. 104, pl. XXVb.
  • 102 Axe N, sc. 137, pl. XXVIb.
  • 103 Pl. XXIIIb (un pileatus se soumet) et pl. XXIVa (deux pileati se soumettent)

51Plus largement, la face N présente un grand nombre de scènes où Trajan agit devant la collectivité militaire (fig. 21 ; voir aussi fig. 15). Notons : le suovetaurilia de la spire 295 ; l’adlocutio de la spire 796 ; le second suovetaurilia spire 897 ; l’adlocutio de l’empereur spire 12 : Trajan en tunique s’adresse aux soldats en tunique, ce qui marque la fin de la première guerre98 ; le sacrifice par l’empereur en tunique devant des togati et des soldats en tunique, spire 13, qui marque le début de la seconde guerre99 ; le troisième suovetaurilia spire 16100 ; l’adlocutio de la spire 16101 ; et enfin l’adlocutio de la spire 21102. De telles répétitions et superpositions verticales constituent une véritable ligne thématique, la seconde après la ligne « Trajan et les Daces » identifiée face S/SE (fig. 18). Si on l’intitule « Trajan et l’armée », se dessine un jeu rhétorique entre les faces S/SE et N. Ces axes opposés présentent, en miroir, deux aspects complémentaires de la victoire romaine. Sur l’angle S/SE, la mort ou la soumission progressive des Daces, dont la présentation de la tête de Décébale constitue l’aboutissement ; sur l’angle N, l’action de l’armée, sous l’impulsion de Trajan, axe qui insiste sur le rôle de ces deux acteurs de la conquête. Les spires 8 à 12 de l’angle N reprennent d’ailleurs la thématique « Trajan et les Daces », puisque s’y succèdent, en une progression calculée, une ambassade de deux comati sur le même niveau de sol que l’empereur (sc. 52), deux soumissions (sc. 61 et 62), et des têtes coupées (sc. 72)103.

52Du coup, notre perception de l’angle E (fig. 19) doit être affinée. Dans cette structure croisée, il occupe une fonction intermédiaire. S’y succèdent en effet, en vis-à-vis de la scène 135 où Décébale, accompagné de deux pileati, observe l’échec d’une attaque dace, trois scènes de concilium mettant en scène Trajan et son état-major, autre composante de l’armée. L’angle E voit également Trajan protégeant des femmes daces (sc. 30), et sur le même axe des Daces accueillir l’empereur en tunique (sc. 90). Si l’on synthétise provisoirement les thématiques aperçues sur ces trois angles, on distingue deux lignes thématiques fortes qui s’opposent (faces S/SE : « Trajan et les Daces » ; et face N : « Trajan et l’armée »), et une thématique intermédiaire (angle E : « Trajan et Décébale »), centrée sur les deux principaux protagonistes des opérations et introduisant un aspect plus pacifique des relations entre Trajan et les Daces : la faute de la guerre incombant au seul Décébale, il est normal que Trajan fasse preuve de clementia à l’endroit des populations et que celles-ci, de leur côté, l’accueillent sans animosité. Or, cet aspect est repris face N.

La silhouette impériale

53La face N compte un nombre important de batailles, mais aussi un hapax de la frise : la scène 91 (spire 14) voit en effet Trajan, en tunique, effectuer un sacrifice devant des togati et des Daces. Cette image est directement superposée à une adlocutio où Trajan s’adresse à des soldats en tunique (spire 12, pl. XXIVb) et à un sacrifice que l’empereur, accompagné de licteurs et suivi de togati, va effectuer devant des soldats en tunique (spire 13, pl. XXIVb ; et pl. LXVIIIb). Au-dessus de la scène 91, l’armée en arme écoute une adlocutio de Trajan (spire 16, pl. XXVb). Or, la pietas de l’empereur est, sur cette face, le sujet de cinq des quinze présences de Trajan. On l’a dit, son apparition inaugurale le montre dans le cadre d’un suovetaurilia, image reprise trois fois sur la face. À titre de comparaison, l’empereur se manifestait pour la première fois, face E, dans le cadre d’un concilium, image qui était ensuite répétée à deux reprises sur l’axe vertical. Il est donc indéniable que les concepteurs et sculpteurs de la frise ont voulu, sur cette face N, mettre en exergue la pietas de l’empereur. À cette pietas Augusti répond une pietas collective, qui s’exprime par la participation des populations aux sacrifices. Or, aux cives et milites habituels, s’agrège une communauté de Daces : la pietas de Trajan a donc permis l’extension de la religion romaine aux Daces, ceux du moins dont la participation au sacrifice manifeste l’adhésion à l’empire. Le thème était déjà présent sur l’angle E (sc. 90 : accueil de Trajan en tunique par des Daces). Il trouve ici un écho magnifié, pris dans une série exaltant les qualités de Trajan et de l’armée romaine.

Narration verticale

  • 104 Le premier élément de la frise, un bâtiment, était placé face E sous la première présence de Trajan (...)
  • 105 Spires 18-19 : défaite et suicide des Daces ; spires 21-22 : fuite dace et suicide de Décébale. Son (...)
  • 106 Face N/NO, spire 4, sc. 24 : Jupiter ; face N, spire 6, sc. 38 : divinité féminine, la Nuit.

54Le descriptif général de la face N (fig. 21) permet de décomposer les vingt-trois spires en séquences thématiques. Le premier être humain sculpté sur la frise, un auxiliaire gardant la ripa, est situé exactement sous le suovetaurilia de la scène 8104. Trois grandes séquences se succèdent alors : spires 1 à 7, le déroulé classique d’une campagne, dont la spire 7 montre l’aboutissement (adlocutio terminale et camp de prisonniers daces). Le suovetaurilia de la spire 8 marque, après celui de la spire 2, le début d’un second bloc. La scène d’avance de la spire 9 débouche sur deux batailles, dont les conséquences à mi-hauteur du fût occupent trois spires (12 à 14) : les qualités d’homme de paix de Trajan et le résultat de sa clementia en sont les thèmes centraux. Après la spire 15 (de transition ?), le troisième bloc débute par un nouveau suovetaurilia, auquel succèdent deux séries de deux spires entre lesquelles s’intercale une spire relais105. Cet ultime bloc, important par sa thématique, l’est moins par le nombre – peu élevé – de silhouettes de Trajan. L’empereur l’encadre cependant (spire 16, puis 21) tout comme il encadrait le premier bloc (spires 2 et 3, puis 7). Par ce procédé, la totalité des actions lui est redevable, y compris la vaillance de l’armée lors des batailles, conséquence directe des adlocutiones. Une logique identique s’applique aux numina des deux personnages divins, qui répondent aux suovetaurilia106. Le jeu entre lustratio et intervention divine obéit à une alternance parfaite. Le premier sacrifice est spire 2 sur l’axe N, le premier numen spire 4 au N/NO, le second numen spire 6 sur l’axe N, le second sacrifice spire 8 au N/NO : le rapport de cause à effet entre pietas erga deos et providentia deorum est ici évidente.

  • 107 Voir ci-dessous note 217 pour l’extrait suggestif de Tacite à ce propos.

55Cette pietas, sollicitée dans un premier temps dans le cadre militaire, est par la suite (spires 13 et 14) montrée dans un cadre pacifique. On l’a dit, l’empereur y est au contact de trois types de communautés : des citoyens en toge, des soldats en tunique, et des togati accompagnés de Daces. À cet hapax s’oppose la grande scène des Daces qui se suicident (spire 19), solidaires de leur roi. De par les qualités de l’empereur et l’action de l’armée romaine, leur défaite était inéluctable, et si certains comati et pileati préfèrent la mort à la soumission, d’autres Daces fuient ce qui peut être perçu comme de la superbia107. Quoi qu’il en soit, les ultimes spires de cette face présentent la défaite finale des Daces. Il en était de même sur les autres faces.

56Récapitulatif : ligne thématique « Trajan et l’armée ».

Face nord-ouest (pl. XXVII à XXXVII ; fig. 22)

  • 108 Gauer 1977, p. 46-47 : en regard du temple du Divin Trajan, sont placés le prodigium, la Victoria e (...)
  • 109 Spire 2, pl. XXVIIa et XXVIIIa. Spire 12, pl. XXXIIa. Et spire 22, sc. 145, pl. XXXVIb et XXXVIIc.
  • 110 Face NO/O : spire 2, sc. 10, pl. XXXVIIIa. Spire 8, sc. 54, pl. XXXVIIIb. Et spire 11, sc. 73, pl. (...)
  • 111 Spire 16, sc. 105, pl. XLIb.
  • 112 Spire 7, sc. 46, pl. XXX.
  • 113 Spire 8, sc. 53, pl. XXXb.
  • 114 Spire 13, sc. 84-85, pl. XXXII.
  • 115 Spire 15, pl. XXXIV.

57Cette face a donné lieu à de nombreux commentaires108. S’y trouvent l’omen de la scène 9 (première apparition de l’empereur sur la face), la Victoire de la scène 78, et le suicide de Décébale109. On a déjà souligné la fréquence des scènes associant l’empereur et l’armée de part et d’autre de la face NO110 ; outre les adlocutiones, on peut encore citer un concilium111, la scène de largitio112, une lustratio exercitus113, le sacrifice auprès de togati et des soldats en tunique114, enfin le sacrifice devant le pont115.

  • 116 Settis 1988a, p. 208.
  • 117 Gauer 1977, p. 46 : cette scène est comprise comme une illustration de l’anecdote rapportée par Dio (...)
  • 118 Successivement : face O, spire 6, pl. XXXVIIIb. Puis face O, spire 7, pl. XXXVIIIb. Puis face NO, s (...)
  • 119 Sc. 18, pl. XXVIIa et XXVIIIb. Les premiers Daces étaient respectivement : sur la face SE, des amba (...)
  • 120 Sc. 24, pl. XXVIIa, XXVIIIb et XXIXa.

58Des correspondances à distance ont en outre été décelées entre : trois scènes de sacrifice (spires 8, 13 et 15) ; deux scènes de soumission ou deditio (spires 6 et 20) ; deux scènes de chargement de navires (spires 1 et 5), et deux scènes illustrant la disciplina exercitus (spires 2 et 3)116. Citons encore, parmi les jalons, les scènes 39 (Trajan avec trois pileati : soumission) ; 45 (prisonniers romains torturés) ; 130 (trahison de Bikilis117) ; et 138 (découverte du trésor de Décébale grâce aux indications de Bikilis)118. Par leur thématique, toutes s’intègrent à l’axe vertical (pl. XXX et XXXVII). S’y agrègent : le prisonnier de la spire 3, premier Dace de la frise119 ; et la première défaite dace sur la spire 4 (et le buste de Décébale dans les arbres ?)120. Enfin, autour du suicide de Décébale, les spires 21 à 23 acquièrent le sens général de « défaite dace » (fig. 17).

Fig. 22 – Synthèse de la face nord-ouest.

Victoria Augusti

  • 121 Spire 15, sc. 95-97, pl. XVII et XIXb.

59Par la valeur introductive de l’omen et la vision de la Victoire intermédiaire entre les deux guerres, se dessine une ligne thématique que l’on peut, sans surprise, intituler « victoire romaine » (fig. 22). La Victoria de la spire 12 en est l’emblême épitomique et exprime, au même titre que la charge « réaliste » de Trajan face NE121, la Victoria Augusti. Sur cet axe, la mort de Décébale est associée à la providentia deorum (matérialisée par l’omen) dont bénéficie l’empereur au début des opérations et qui permet la victoire finale.

  • 122 Settis 1988a, p. 215, oppose les faces SE et NO : la première spire vers la basilique (SE) invite a (...)

60Cette ligne semble plus aisée à percevoir que les lignes thématiques des angles S/SE122, E et N. Ce choix tient à deux caractéristiques : la présence de la figure allégorique, et l’influence de l’environnement architectural.

  • 123 RIC II, p. 281 et planche X, 181 : sesterce de Trajan (daté de 103-111) portant au revers une Victo (...)
  • 124 Jenkins 1986, p. 115.
  • 125 Le monnayage utilise indifféremment événements historiques et allégories selon la volonté du comman (...)

61Premier point : la figure de Victoria était aisée à interpréter pour les spectateurs romains, tant sa présence dans le monnayage antique est fréquente. À l’imitation des légendes numismatiques romaines, elle inscrit quelques mots sur le bouclier123, soit Victoria Dacica, soit Victoria Augusti. Le modèle est hellénistique : on connait des monnaies d’or portant sur l’avers un portrait d’Alexandre, et sur le revers une Nikè observant, pied sur un casque, un bouclier tenu par un Eros ; sur l’écu sont figurés deux personnages. À droite de cette Victoire alexandrine, se trouve un trophée au pied duquel sont liés deux captifs. L’image est prise dans l’inscription BASILEOS ALEXANDROU. Un autre type existe sur lequel la Victoire, seule dans l’image, maintient le bouclier sur un cippe et y inscrit BASILEOS ; de part et d’autre, sont placées les lettres ALEXAN/DROU124. Par-delà cette variation épigraphique, par-delà aussi le style (sur la colonne Trajane, allégorie ou charge « historique » de l’empereur)125, le sens générique de la Victoire ailée, plaçée à mi-hauteur du fût, demeure, livrant celui de la frise : elle célébre la conquête de la Dacie par Trajan.

  • 126 Settis 1988a, p. 215.

62Second point, l’architecture. Le fait que l’allégorie soit localisée au NO, en regard du Temple (ou des propylées d’entrée sur le Forum depuis le Champ de Mars), ferait de la victoire de Trajan, et de la virtus dont elle procède, la cause directe de la consecratio posthume dont le Temple témoigne126. Cette association suppose résolus les problèmes chronologiques du Forum de Trajan. Or, l’environnement architectural de la colonne a évolué. Le Temple a été élevé par Hadrien, et toute la question est de savoir si ce bâtiment, bien que sa réalisation ait été reportée après l’apothéose du Divus et dont la localisation est discutée, était prévu dans le projet initial. Nous reviendrons sur ce point chapitre quatre. Retenons pour l’heure que la face NO est, sans doute aucun, celle de la Victoria Augusti.

Narration verticale

  • 127 Ibid., p. 210.
  • 128 Ibid., p. 217. Les spires 17 à 23 forment pour S. Settis une véritable « séquence dace ».
  • 129 Ibid., p. 218, en propose un commentaire-résumé.

63Les vingt-trois spires de cette face ont été découpées par S. Settis en plusieurs séquences : spires 9-11, les opérations militaires ; spires 12 à 15, une séquence « civile » liée à la Victoire127 ; spires 17-19, hésitation, fuite et désespoir des Daces ; enfin spires 18 à 23, les ultimes opérations de la guerre128. L’ensemble ferait de cet axe vertical un épitomé des guerres daciques129. Si notre descriptif correspond globalement à ce découpage (fig. 22), nous identifions, dans la moitié inférieure du fût, trois campagnes où alternent séquences introductives (avec chargement de navires, omen, embarquement ou sacrifice) et séquences de confrontation (batailles). La seconde moitié du fût débute par une séquence exceptionnelle, séquence que clôture le sacrifice devant le pont d’Apollodore.

64Le sens de cette dernière image est à dégager des alignements verticaux. Première remarque, le pont n’est pas situé à la verticale des ponts de navire des scènes 3-4, 48 et 103. Il ne constitue donc pas l’aboutissement thématique de cette ligne de franchissement. Deuxième remarque, il est placé précisément sur l’axe de l’omen, de la Victoire et du suicide de Décébale, et au-dessus de trois spires liées à la thématique particulière de la quatrième campagne spirale. Ces scènes tranchent sur le développement de la face NO : par la vision du pont, elles décrivent l’amorce de la romanisation de l’espace et des habitants de la Dacie, conséquence des qualités militaires de Trajan.

  • 130 Voir le Chapitre Trois sur ce problème.

65Le lien vertical, entre le bloc des spires 13 à 15 et la Victoria de la scène 78, fait des premières une condition de la conquête, mais aussi une annonce de sa conséquence pacifique, la métamorphose de la Dacie en province romaine. Les spires 16 à 23 contiennent, quant à elles, les événements terminaux de la guerre (fig. 22) : leur visibilité paraît primordiale et sera à étudier130.

66Récapitulatif : ligne thématique « victoire romaine ».

Face ouest (pl. XXXVIII à XLVI ; fig. 23)

67Observons en premier lieu les éléments qui matérialisent visuellement cet axe O. En l’absence de fenêtres, il est indiqué par des éléments architecturaux (spires 1, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 12, 13, 15, 16 et 23), dont des portes-arcs (spires 5 et 12). Puis : des enseignes (spires 2, 8 et 13) ; la silhouette de Trajan (spires 2, 3, 5, 6, 7, 8, 11, 13 et 16) ; ou un arbre (spires 10, 14 et 18). Seules cinq spires sur vingt-trois (spires 17, et 19 à 22) ne reprennent pas l’axe central.

  • 131 Sc. 10, pl. XXXVIIIa et XXXIXa. Et sc. 54, pl. XXXVIIIb et XLb.
  • 132 Sc. 73, pl. XLIa et XLIIb. Et sc. 117, pl. XLIb et XLV.
  • 133 Sc. 33, pl. XXXVIIIa et XLa. Et sc. 79-80, pl. XLIa et XLIIb. Correspondances reprises de Settis 19 (...)
  • 134 Spire 7, pl. XXXVIIIb et XLb.

68Diverses correspondances ponctuelles ont été relevées. Deux adlocutiones sont superposées en spire 2 et spire 8131, deux scènes de labor en spire 11 et spire 18132, et il en est de même des scènes d’embarquement et de navigation où figure Trajan, spire 5 et spire 12133. La scène 33, où embarque l’empereur, et la cité portuaire où il rembarque en scènes 46-47, présentent une inversion des groupes de Trajan et des navires134. Ce renvoi aligné avec précision marque les deux bornes de la campagne dite « mésique ». Entre celles-ci, la scène 39 montre Trajan dans un camp avec des pileati.

Fig. 23 – Synthèse de la face ouest.

  • 135 Farinella 1981, p. 6-7.

69Dans ces trois compositions, le schéma iconographique autour de l’empereur est identique (voir détail pl. LXIX). L’ensemble présente le début, le milieu et la fin de la campagne et développe un récit qui passe par la personne de Trajan135.

Silhouette impériale

  • 136 Brilliant 1986, p. 104-106, indique un axe vertical formé par l’adlocutio de la scène 10, la scène (...)

70Trajan est disposée à neuf reprises sur l’axe O136, et dans la partie inférieure du fût il a plusieurs fois la même attitude : debout, bras droit levé. Il peut être en cuirasse tourné à droite (spires 2, 4, 8 et 11) ou à gauche (spire 6), mais aussi en tunique tourné à droite (spire 13) ou à gauche (spires 5 et 7) (fig. 15 et 23). Le jeu entre ces diverses attitudes est manifeste sur les spires 4 à 7 (pl. XXXVIII ; et pl. LXIX).

  • 137 Spire 2, sc. 10, pl. XXXVIIIa et XXXIXa ; spire 8, sc. 54, pl. XXXVIIIb et XLb ; spire 11, sc. 73, (...)
  • 138 Spire 5, sc. 33, pl. XXXVIIIa et XLa.
  • 139 Spire 3, sc. 19-20, pl. XXXVIIIa et XXXIXb ; spire 4, sc. 25, pl. XXXVIIIa et XXXIXb ; spire 16, sc (...)
  • 140 Spire 6, sc. 39, pl. XXXVIIIb et XLa ; spire 7, pl. XXXVIIIb et XLb.
  • 141 Spire 13, sc. 86, pl. XLIa et XLIIIa.
  • 142 Spire 15, sc. 100, pl. XLIb et XLIIIb.

71Les correspondances verticales couvrent en fait les seize premières spires. L’empereur y est en contact avec des soldats en armes137 ou des soldats en tunique138. Il est accompagné par son concilium139, mais est aussi entouré de Daces se soumettant140. Il est enfin environné de togati dans l’accomplissement d’un sacrifice141, ou d’ambassades barbares142. La thématique particulière (civilisatrice) de la quatrième campagne est toujours perceptible à mi-hauteur du fût, avec moins d’évidence cependant que sur l’angle N.

L’espace romanisé

  • 143 Sc. 2, pl. XXXVIIIa et XXXIXa.
  • 144 Sc. 19-20, pl. XXXVIIIa et XXXIXa.
  • 145 Sc. 25, pl. XXXVIIIa et XXXIXb. L’interprétation de cette scène pose problème : voir en fin de chap (...)
  • 146 Sc. 33, pl. XXXVIIIa et XLa.
  • 147 Sc. 39, pl. XXXVIIIb et XLa.
  • 148 Sc. 46-47, pl. XXXVIIIb et XLb.
  • 149 Sc. 73, pl. XLIa et XLIIb.

72D’autres correspondances verticales utilisent les éléments architecturaux (fig. 23, descriptif). À la cité pourvue d’une palissade de bois (spire 1)143, répondent le camp de pierre (spire 3)144, la fortification et le sanctuaire daces (spire 4)145, la ville romaine pourvue d’arcs et d’un amphithéâtre (spire 5)146, le camp maçonné en construction (spire 6)147, à nouveau une ville pourvue d’arc (spire 7)148, et enfin un camp maçonné en construction (spire 11)149.

  • 150 Sc. 79-80, pl. XLIa et XLIIb.
  • 151 Sc. 86, pl. XLIa et XLIIIa.
  • 152 Sc. 99-100, pl. XLIb et XLIIIb.
  • 153 Sc. 105, pl. XLIb et XLIIIb.
  • 154 Spires 17 à 19, pl. XXXVa, XXXVI et XXXVIIa.

73À ce premier ensemble succède un second : spire 12, une cité pourvue d’arcs, d’un temple et de portiques150 ; spire 13, une cité pourvue d’un théâtre151 ; spire 15, une cité pourvue d’un amphithéâtre152 ; et spire 16, à nouveau une fortification romaine153. À cette ligne thématique, s’ajoute l’extrémité de trois représentations d’une ville dace (pl. XLIIIa), centrées sur la face NO154 mais qui courent sur les faces SO/S à NE/N. Ces superpositions s’inscrivent dans les séquences consacrées sur chaque face à la défaite dace (voir fig. 18, 19, 20, 21 et 22).

74La réunion de ces correspondances architecturales et de la silhouette de Trajan forme deux séquences aux nuances marquées. La base de l’axe vertical est ici une cité entourée d’une palissade de bois, et le thème architectural est ensuite repris sur le fût sans qu’apparaisse la vision de la capitale dace, pourtant présente sur les faces SO/S à NE/N. Par ailleurs, les reliefs insistent sur la progression romaine, décomposée en diverses étapes : deux séquences d’avance depuis la ripa (spires 1 à 4, puis spires 8 à 11) entre lesquelles s’intercalent deux espaces aux structures urbaines élaborées (spires 5 à 7, puis 12 à 15). Pour être compris, ces éléments doivent être combinés avec l’absence, remarquable, de scènes de combat.

  • 155 Sc. 115-116, pl. XLIb, XLIVa et XLV.
  • 156 Spire 15, pl. XIXb et pl. LXIIIb.

75La face O présente en effet une unique bataille, en spire 17155, ce qui est, au regard des autres faces, exceptionnel. Si on l’observe en détail (pl. XLIVa), on constate de surcroît que la thématique consiste en la destruction d’une fortification dace par les Romains : la scène 115-116 présente, semble-t-il, des soldats tenant à distance des Daces tandis que d’autres Romains s’en prennent aux fortifications. À titre de contre-exemple, la scène 96-97, déjà vue face NE156, montre des Romains retranchés derrière un mur et repoussant des Daces tandis que des soldats en tunique travaillent à proximité. Dans ces deux images, certains Romains manient la dolabra, mais dans un cas le contexte paraît indiquer qu’ils s’en servent contre les Daces, et dans l’autre (et quoi qu’il en soit de la scène 9697) qu’ils détruisent les murailles. L’ensemble tresse sur la face O une ligne thématique que le descriptif (fig. 23) met en évidence. Il s’agit moins de dire l’affrontement entre les deux mondes que la transformation progressive des populations et de l’espace daces, ceci par l’action de Trajan et de l’armée (« Trajan et la métamorphose de l’espace dace »).

  • 157 Sc. 25, pl. XXXVIIIa et XXXIXb.
  • 158 Le contexte est bien celui d’une bataille, mais comme pour la scène 115-116 nous en distinguons fac (...)
  • 159 Spires 4, 14, 17, 18 (fuite depuis la cité ceinte de murailles), 19, 20 et 21.
  • 160 Spires 5 (embarquement), 8, 9, 12 et 13 (navigation, puis débarquement), 16, 20, 23.

76Cette ligne thématique se résume, dans le détail, à quelques jalons. Le volet dace est exprimé par : la vision d’un espace planté de piles (spire 4)157 ; les femmes daces qui torturent des prisonniers romains (spire 7) ; les Daces qui abattent des arbres et érigent des redoutes (spire 10)158 ; un assaut romain contre la cité dace aux murs imposants (spire 17) ; les Daces qui fuient leur cité (spire 18) ; l’unique adlocutio de Décébale dans une forêt (spire 21) ; enfin l’incendie d’un village dace (spire 23). Aux nombreuses scènes de fuite dace qui jalonnent la frise159, répondent les images d’avance romaine160. Ces derniers poussent littéralement les Daces vers l’extrémité de la frise : en définitive, les scènes 153 à 155 illustrent bien l’exil final des vaincus.

  • 161 Spire 20, sc. 131, pl. XLIVb, XLV et XLVIa.
  • 162 Spire 21, sc. 139-140, pl. XLV, XLVIa, et face SO, pl. LIIa. Les neuf adlocutiones de Trajan sont d (...)
  • 163 Spire 22, sc. 146, pl. XLV et XLVIb.

77Les éléments romains s’incorporent à ces éléments daces avec une grande cohérence. Les spires médianes montrent des sites urbanisés, de même que les spires 5 et 7 qui se répondent l’une l’autre. Les camps romains, en construction ou achevés, entrent dans cette ligne en tant que relais. Ils disent la progression de l’espace romain et l’amenuisement de l’espace ennemi, réduit spires 17 à 19 à une cité imposante, puis à des espaces sauvages que matérialisent des marécages (?) franchis par les Romains sur des plate-formes de bois161, la forêt où Décébale tient son adlocutio, scène suivie du suicide de ses fidèles162, puis de son propre suicide et de la capture de ses derniers compagnons163. La diminution en hauteur de la dernière spire, terme de l’avance romaine en Dacie, devient d’ailleurs perceptible sur cette face O/SO.

  • 164 Ces présences antagonistes sont une reprise partielle de la correspondance verticale « Trajan et Dé (...)

78Ainsi se dessine une nouvelle nuance de la thématique générale « conquête romaine et défaite dace ». Sur cet angle O, l’opposition passe par la personne de l’empereur (opposé à Décébale présent en une occasion, spire 21)164, et par la transformation de l’espace. Les préparatifs et les qualités d’organisateur de Trajan prennent le pas sur les actions militaires. En ressort, par les images superposées d’urbanisation et de conquête territoriale, qui s’accumulent jusqu’à l’extremum évoqué chapitre précédent, son souci de repousser les limites de l’Imperium. L’Optimus Princeps est non seulement le conquérant de la Dacie, il est surtout, en l’absence presque totale de combats sur cette face, l’organisateur et le civilisateur de la provincia (fig. 23).

79Récapitulatif : ligne thématique « Trajan et la métamorphose de l’espace dace ».

La face SO (pl. XLVII à LII, fig. 24)

  • 165 Spire 5, sc. 34, pl. XLVIIIa ; spire 12, sc. 79-80, pl. XLIXb.

80En sus des dix fenêtres, l’axe vertical est ici relayé par : un arc (spires 1 et 7), la silhouette d’un soldat (spires 3, 4, 5, 11, 15, 16 et 17) ou d’un togatus (spire 15), un arbre (spires 8, 10 et 22), la silhouette de Décébale (spire 14) ou d’un Dace (spire 21). Seules quatre spires sont dépourvues de relais. La silhouette impériale figure à huit reprises sur cet axe, ainsi qu’une présence (supposée) de Décébale. Plus important, dans deux scènes de navigation, Trajan dirige la manœuvre d’un navire165.

Silhouette impériale et franchissements

  • 166 Spire 1, sc. 3-4, pl. XLVIIa ; spire 7, sc. 48, pl. XLVIIIb ; spire 15, sc. 101, pl. Lb : dans le d (...)
  • 167 Gauer 1977, p. 45-46.

81Cette superposition n’est pas passée inaperçue des observateurs modernes, d’autant que s’y joignent les scènes de passage de l’armée sur un pont de navires depuis des arcs urbains166. La présence des cinq arcs est considérée, avec raison, comme l’indice des grandes divisions de la frise (les cinq campagnes spirales). Les variantes de ces scènes de passage indiqueraient la qualité offensive ou défensive des campagnes, et pour certaines leur localisation en Mésie167.

  • 168 Ibid., p. 10 note 45, indique que les portes-arcs n’existent que dans ces scènes de passage. Or, il (...)
  • 169 Déjà remarqué par Karl Lehmann-Hartleben (Gauer 1977, p. 11).
  • 170 Settis 1985, p. 1168, cite Fronton : Imperium populi Romani a Traiano imperatore trans flumina host (...)
  • 171 Gauer 1977, p. 46, place sur les faces N/NE : le prodigium néfaste pour les Daces, car concernant u (...)
  • 172 Bode 1992, p. 144-152. En conviennent Koeppel 1979, p. 368-369 ; Brilliant 1986, p. 104 (superposit (...)

82Jalonnée par les entrées en guerre168, la face SO présente donc une ligne thématique « Franchissement (ou Voyage) et passage en Dacie ». Son caractère introductif169 marque l’entrée de Trajan en territoire ennemi et le début des hostilités, et constitue « un point d’appui récurrent » pour le regard170. À la base de l’axe vertical se situe Danubius, ce qui confère clairement à la face sa coloration particulière. Ce fait aurait pu justifier d’ouvrir l’analyse verticale de la frise par ce côté SO. Sa vision n’est pourtant pas immédiate, puisqu’il se situe sur un axe secondaire du Forum, face à une des deux bibliothèques (fig. 1). La situation de ces scènes repères peut surprendre d’autant que leur disposition sur la face SE aurait, pour certains commentateurs contemporains, fourni au spectateur venant de la Basilica le cadre général des opérations. Werner Gauer a expliqué cette disposition par une opposition entre faces NO à NE mal éclairées et réservées à la défaite dace, et les faces S et SO mieux situées par rapport au soleil. La face SO marquerait, pour lui, le début des opérations, la face NE la fin de la résistance dace171. Reinhard Bode, qui place sur cet axe les scènes 27, 74, 141 et 147, considère cette face comme l’un des deux axes majeurs de la frise172. Les correspondances verticales qu’il signale sont en fait légèrement décalées. Par contre, d’autres occurrences entretiennent la thématique particulière de cette face, sur lesquelles nous allons insister.

Fig. 24 – Synthèse de la face sud-ouest.

Narration verticale

  • 173 Successivement : spire 3, sc. 21, pl. XLVIIb : avance de cavaliers. Puis : spire 4, sc. 26, pl. XLV (...)
  • 174 Une présence en spire 17, sc. 112, pl. LIa.

83L’avance de l’armée romaine, rendue spectaculaire par les cinq scènes de passage, figure de loin en loin par la vision de troupes se dirigeant vers la droite, donc vers l’angle S à cet endroit du fût173. L’ensemble comprend bien sûr les cinq points forts de la ligne thématique et donne à cette face une dynamique forte, que l’on peut résumer en une phrase : l’avance débute spire 1 et se poursuit jusqu’à la dernière spire. Dans ce cadre, les scènes de bataille sont rares174. Comme sur l’angle O, l’affrontement passe au second plan, au profit d’images relatives aux préparatifs militaires et à la conquête de l’espace dace.

  • 175 Sc. 27, pl. XLVIIb. Il s’agit de « l’ambassade orgueilleuse » des comati décrite par Reinhard Bode.
  • 176 Spire 8, sc. 56, pl. XLVIIIb.
  • 177 Spire 10, sc. 68-69, pl. XLIXa.
  • 178 Spire 11, sc. 75, pl. XLIXb. Nous retrouvons les éléments de la ligne thématique « Trajan et les Da (...)
  • 179 Spire 4, sc. 27, pl. XLVIIb.
  • 180 Spire 9, sc. 63, pl. XLIXa.

84Si l’on suit le descriptif général (fig. 24), diverses séquences sont identifiables. La première (spires 2 à 4) est consacrée à des scènes de labor, veille attentive ou entrevue avec les Barbares175. Les mêmes éléments sont disposés spires 8 à 11, avec en lieu et place de l’ambassade dace : d’abord des têtes coupées176, puis un pileatus prisonnier177, enfin la soumission collective de pileati et comati178. Là encore, la soumission de la spire 11 apparaît comme la conséquence de la progression romaine (spires 1, 3, 4, 5, 7, 8, 9, puis 12, 13, 15, 16, 20) et des travaux entrepris par les soldats (spires 2, 3, 8, 10, 11 puis 18), et non de victoires militaires. Se dégage de cette superposition une qualité collective, outil nécessaire à la conquête et à la civilisation de ce territoire, à savoir la « supériorité technique des Romains ». Cette dernière s’exprime d’abord par les scènes de labor, lesquelles ne sont pas propres à cette face, et s’affirme dans la vision des navales pontes. Elle est bien sûr redevable à l’influence personnelle de l’empereur. Par là s’explique la présence, exactement sur l’axe vertical de la face, de l’unique adlocutio179 qui n’est pas située sur les faces NE/NO : Trajan assure la direction de ces opérations techniques particulières, en accord avec son concilium180.

  • 181 Sc. 55-56, pl. XLVIIIb.
  • 182 Sc. 131, pl. LIb.
  • 183 Identification de Settis 1988a, p. 421.

85La dernière séquence du fût (spires 16 à 23) reprend la même thématique de conquête de l’espace dace et de maîtrise technique. À la route en construction de la spire 8181, répondent les plateformes de bois disposées sur le marais ( ?) de la spire 20182. Cette thématique est certes présente sur d’autres faces : la scène 19-20 (face O, spire 3, pl. XXXIXb) montre des Romains assemblant les piles d’un pont de bois de petite taille, et la scène 92 une route en construction (face NO, spire 14, pl. XXXIIIb et XXXIV)183 ; mais c’est uniquement sur cette face qu’elle constitue le fil directeur des correspondances verticales.

86La bataille de la spire 17 précède des scènes de soumission des Daces (spires 18, 19 et 21), de fuite (spire 20) ou de suicides (spire 21). Les correspondances culminent avec la présentation de la tête de Décébale spire 22 (sc. 147, pl. LIIa), qui indique sans ambiguïté la défaite finale dace.

  • 184 Spire 6, pl. XLVIIIa.
  • 185 Successivement : spire 14, sc. 93, pl. La : fuite dans un fort où se trouve Décébale ( ?). Puis spi (...)

87Entre ces trois grands blocs, s’intercalent deux séquences plus courtes. Les spires 5 à 7, sises entre deux scènes de passage, ne montrent ni bataille ni progression, mais des blessés romains et des prisonniers daces (sc. 40)184, moyen pour le moins minimal de signifier qu’un affrontement a eu lieu. Et les spires 12 à 15 où alternent, entre des scènes de franchissement (spires 12, 13, et 15), une scène de fuite dace, puis la réception d’ambassadeurs barbares par Trajan (sc. 100)185. Ces scènes 40 et 100 s’intègrent aisément aux lignes et correspondances thématiques décelées précédemment (fig. 24). Une nouvelle qualité de Trajan, celle de diplomate, est ainsi mise en valeur par la scène 100. Elle contraste, selon Pline le Jeune, avec les traités concédés par Domitien à Décébale :

  • 186 Pline le Jeune, Pan. XII (trad. M. Durry). Settis 1988a, p. 246-247, donne un relevé des qualités d (...)

Nous recevons des otages, nous ne les achetons plus ; nous ne négocions plus au prix d’énormes sacrifices et d’immenses largesses des victoires imaginaires. On demande, on supplie ; nous accordons ou nous refusons, toujours ainsi qu’il sied à la majesté de l’Empire186.

  • 187 Ibid., p. 249, rapproche cette scène de Pline le Jeune, Pan. LVI, 5-7 : « Pour rehausser la majesté (...)
  • 188 Bode 1992.

88Dans cette scène, les ambassadeurs des peuples barbares se pressent auprès de Trajan, démontrant l’isolement de la Dacie du roi Décébale187. Par cette image pacifique, la maiestas de l’empereur est reconnue au-delà de l’Empire, ce qui est une conséquence heureuse des guerres daciques et peut aussi correspondre au concept de Securitas Provinciarum avancé par R. Bode188. Il n’est peut-être pas anodin que la rencontre des ambassadeurs barbares et de Trajan s’effectue spire 15. Bien qu’invisible car situé sur la face NO, le pont sur le Danube n’est pas loin, placé en tout cas dans cette partie médiane de la colonne où, sur chaque face, sont disposés les éléments indiquant la romanisation à venir de la Dacie. Traduisons, en sollicitant la scène 100 mais en respectant les structures où elle apparaît : la victoire finale et la création future de la nouvelle province ne sont pas menacées par les peuplades voisines, résultat à attribuer à la virtus et à la maiestas de son fondateur, Trajan.

  • 189 Dion Cassius LXVIII, 8 (trad. E. Gros et V. Boissée).
  • 190 Cichorius 1896, p. 111-121 ;Vulpe 1964 réfute l’identification, mais Vulpe 1971 l’admet ; Gauer 197 (...)
  • 191 Settis 1988a, p. 121 et 173, Et la légende de sa photographie 58, p. 316.
  • 192 Publiés par Russu 1972.

89La scène 40 où figurent des blessés romains ne peut être expliquée par l’extrait de Dion Cassius : « [Trajan] engagea le combat, il eut beaucoup de blessés dans ses rangs et tua beaucoup d’ennemis. Et lorsque les bandages vinrent à manquer, on dit qu’il n’épargna pas ses propres vêtements, et les découpa en morceaux »189. La bataille de Tapae ici décrite est censée être la première entre Trajan et Décébale. Or, les seuls blessés romains sur la frise sont figurés dans cette scène 40, et non scène 24, première bataille du monument. Nombreux sont pourtant les auteurs qui ont vu dans la scène 24 la bataille de Tapae190. Quant à la scène 40, on ne peut pas davantage la rapprocher du texte de Dion Cassius : la mention des vêtements déchirés par l’empereur après l’affrontement ne coïncide pas davantage à l’image. Il faut donc chercher une autre lecture, moins événementielle. Pour S. Settis, cette scène, unique, servirait d’hommage au savoir-faire des médecins militaires191. L’un d’entre eux, Statilius Criton, rédigea d’ailleurs une histoire de la guerre, perdue à l’exception de quelques fragments192.

  • 193 Voici la valeur qu’au terme de son étude, Mary 1992, p. 610-611, accorde aux navales pontes dans l’ (...)
  • 194 La situation du premier pont de navires spire 1, liée au numen de Danubius, dit à la fois l’approba (...)
  • 195 La scène 100 dit davantage la maiestas de Trajan que son savoir-faire diplomatique. Sa situation da (...)

90En définitive, les points saillants de la correspondance verticale insistent sur les capacités techniques des Romains. L’élaboration d’un navalis pons est en soi le signe d’une supériorité technique incontestable. À une époque plus tardive, Ammien Marcellin cite encore ces prouesses du génie militaire comme indice de la supériorité romaine en regard des peuples barbares193. Cette double valeur est présente sur la colonne, et plus encore sur cette face SO où figurent les deux ponts de navires194. L’aspect technique de la conquête romaine paraît de ce fait l’emporter sur la thématique dégagée face O, qui était « Trajan et la métamorphose de l’espace dace ». Le registre est proche, cependant les scènes cardinales que constituent les deux navales pontes lui confèrent une coloration différente, laquelle a l’avantage d’expliquer des scènes qui seraient mal intégrées à l’ensemble sans la référence à ces savoir-faire195.

  • 196 Sur les textes de Procope et Dion Cassius, voir notre Introduction.

91Deux éléments forts émergent. Tout d’abord, la ratio technique est mise à l’honneur par l’image du passage. Il convient donc d’associer cette valeur à la virtus pour laquelle nous savons, par le monnayage, que le franchissement d’un pont servait d’exemplum. Ensuite, et a contrario : le pont d’Apollodore (face NO), décrit lui-aussi par les auteurs anciens comme une prouesse technique, n’est pas installé sur l’axe vertical des navales pontes. Il ressortit donc bien, comme nous l’avions avancé, d’une problématique différente, qui dit moins la technicité de l’œuvre du Syrien que la romanisation future ou en cours de la Dacie, le rattachement du nouveau territoire à l’Empire, accomplissement spectaculaire du serment de Trajan rapporté par Ammien Marcellin. On peut ici mesurer la distance séparant la frise des œuvres littéraires qui décrivent les guerres daciques. Les éloges, décernés par Procope et Dion Cassius, à la merveille technique que constitue pour eux le pont d’Apollodore, correspondent dans leur œuvre à la ligne thématique développée sur la colonne Trajane par la face SO. En l’absence de l’étude interne de la frise, le pur décalque des textes sur les reliefs aurait amené à interpréter de manière inadéquate l’image du pont, à lui prêter la valeur de démonstration technique (que remplit en priorité la face SO) en ignorant sa valeur réelle, à savoir marquer le rattachement futur de la Dacie à la rive « civilisée » du Danube. Les deux notions (supériorité technique / création de la province de Dacie) sont bien sûr proches ; il n’en reste pas moins que nous avons ici l’occasion de mesurer l’ambivalence qu’un thème peut revêtir dans des contextes différents196.

92Récapitulatif : ligne thématique « Franchissement et passage en Dacie » ; correspondances verticales « supériorité technique des Romains ».

Face sud (pl. LIII à LVII ; fig. 25)

  • 197 Gauer 1977, p. 47. Successivement : spire 11, sc. 75, pl. LVa. Puis spire 21, sc. 141, pl. LVIIb : (...)

93L’ultime angle de la frise a suscité peu de commentaires. Par les soumissions de la fin de la première et de la seconde guerre, ainsi que par la présentation de la tête de Décébale à l’armée197, on y a vu la face du triomphe de Trajan. Détaillons-la.

Fig. 25 – Synthèse de la face sud.

Répartition des batailles

  • 198 Sc. 27, pl. LIIIb : ambassadeur barbare à cheval, orienté vers la gauche car à la rencontre de l’em (...)

94Un élément particulier, très répétitif, marque la partie inférieure de l’axe central. Il s’agit de chevaux ou cavaliers (spires 3, 4, 7, 8 et 9). Ce thème est en relation avec les scènes de passage et d’avance. Le franchissement étant centré sur la face SO, la continuité logique de celui-ci est la vision du débarquement et de la progression de l’armée en Dacie. A l’exception de la spire 4198, les autres occurrences concernent des chevauchées romaines en territoire dace. Par leur proximité immédiate avec les scènes de passage (sur la même spire ou sur des spires contigües), elles disent la deuxième étape de la conquête romaine, la progression en Dacie.

  • 199 Spires 6-7, 9-10, 10-11, 14-15, 17-18 et 20-21 ; fig. 18.
  • 200 Spires 6, 10, 14 et 20 ; fig. 19.
  • 201 Spires 4, 8, et 18 : incendie par les Daces de leur capitale.

95La ligne thématique « Trajan et les Daces », rencontrée sur l’angle S/SE, se retrouve ici, mais le contexte permet d’en préciser la teneur. La vision progressive des Barbares, leur morgue, puis leur soumission ou leur fuite, est prise dans l’écheveau des avances romaines. Au terme d’un nombre élevé de batailles (spires 6, 9, 14 et 17), les Daces sont vaincus. Il est d’ailleurs remarquable que la face SO, où figurent les passages en Dacie, ne montre qu’une bataille (spire 17 ; fig. 24), l’angle S quatre (fig. 25) et la face SE six199. La progression en Dacie est ainsi matérialisée, et elle apparaît, par ces simples chiffres, difficiles. Sur l’angle E, le chiffre tombe à quatre batailles200, mais la face compte diverses scènes évoquant la conséquence des victoires romaines, tels des incendies de villages daces201 ou la soumission de Décébale (spire 11). La face NE compte quatre combats, et si le chiffre de six batailles se retrouve sur les faces N et NO, le nombre descend à un sur la face O. En définitive, à une face jalonnée par les « passages » (SO), succèderaient une face marquant la « progression » romaine en Dacie (S), puis l’affrontement des deux protagonistes (SE). Cet ordre coïncide de manière remarquable avec l’organisation canonique des première, troisième et cinquième campagnes spirales (fig. 16, 19 et 21). Ces thèmes figurent certes sur toutes les faces, mais dans des proportions si diverses que l’ensemble paraît délibéré, donc signifiant.

  • 202 Spire 1, pl. VIIa.
  • 203 Spire 2, pl. VIIa.
  • 204 Voir ci-dessus note 171.
  • 205 Dans son essai sur la cartographie dans l’Antiquité et les reconstitutions modernes, Pronterà 1993 (...)
  • 206 Autre grille possible pour interpréter les orientations thématique et géographique de la frise : la (...)

96L’avance romaine se fait non vers l’angle S, mais au-delà, vers le SE (pl. Ia) et l’E (pl. VIIa). Se superposent sur l’angle E la vision inaugurale de la ripa et du premier bâtiment dace202, et la descente de l’armée sur la rive dace depuis le pont de navires203. La thématique des faces est-elle liée à leur orientation géographique204 ? La Dacie était située au nord-nord-est de Rome, puisque Strabon comme Florus – et la frise – la considèrent comme voisine des Sarmates, peuple proche des Thraces ou Gètes du nord de la Grèce205. L’hypothèse est envisageable, mais il faudrait, pour l’avancer avec certitude, trouver l’équivalent pour les autres faces. Ce ne semble pas être le cas206.

Narration verticale

97Du descriptif général (fig. 25), ressortent trois grandes séquences. Dans la partie inférieure du fût (spires 1 à 8), un ensemble dominé par les scènes d’avance s’efface (spire 9) devant une bataille et une scène de soumission dace (spires 10-11). La seconde séquence ne couvre que trois spires (spires 12 à 14), dont les deux premières sont consacrées au débarquement et à l’arrivée de Trajan auprès de togati ; la troisième voit l’échec d’une attaque dace. La partie supérieure du fût retrouve une organisation classique : passage et avance (spires 15 et 16), confrontation (spire 17), puis un bloc imposant de soumissions et défaites daces.

98Le découpage permet, ici comme sur les autres faces, de reconstituer les événements des guerres daciques en quelques blocs. Le nombre de ces derniers est variable, ce qui laisse supposer que leur chronologie et leur situation géographique sont de peu d’importance dans l’économie globale du projet. Ce n’est pas le cas des lignes et correspondances thématiques dégagées sur chaque face. L’ensemble tisse une étoffe dont les fils composent un portrait de Trajan et de la victoire romaine

99– ce qui était prévisible –, mais aussi de l’objectif de ces opérations : la romanisation à venir de la Dacie.

100Récapitulatif : ligne thématique « Trajan et les Daces : progression romaine ».

Synthèse des analyses verticales (fig. 26)

  • 207 Spire 1 : ripa et franchissement ; spire 2, pietas ; spire 3, labor ; spire 4, les Daces dans la pr (...)

101Au terme de l’étude spirale de la frise, des structures cardinales (fig. 10, 12 et 14) et secondaires (fig. 11 et 13) étaient apparues. Les descriptifs verticaux, vus précédemment, permettent d’identifier sur chaque face des séquences comparables : « franchissement », « installation », « progression » et « confrontation ». La perception de l’organisation canonique est facilitée, au moins au début du fût, par une disposition en spire thématique207. Ce qui a l’intérêt de fixer, pour un observateur, la succession référentielle des séquences, quelle que soit la face observée.

  • 208 Spires 5-6, et spires 13-14, fig. 20.

102Cette succession est parfois aisée à restituer, mais elle peut aussi connaître des variations. Par exemple face NE, l’insertion du bloc sarmate et du bloc pietas208 correspond, sur le mode épitomique, aux thématiques particulières des deuxième et quatrième campagnes spirales. On peut encore remarquer, faces SO et O, l’absence de batailles. La confrontation entre Daces et Romains passe alors par un autre thème, celui de la conquête de l’espace dace grâce à la supériorité technique romaine.

  • 209 Ce qui confirmerait la position de Picard 1996, 256 : « Le mystère vient de ce que, au-dessus de la (...)

103Les thématiques repérées, sur les quatre « faces » et les quatre « angles » de la colonne, n’en font pas pour autant un octogone à huit panneaux indépendants. Les liens, les glissements, les entrelacements du regard sont nombreux et touchent tant les attitudes des personnages que la mise en espace d’une scène ou sa valeur dans le cours de la spire. Les lignes et correspondances verticales réunies dans la figure 26 reflètent, par le soin qui a présidé à leur constitution et les nuances qu’elles contiennent, la volonté du concepteur des reliefs de résumer, par ce biais, le déroulement des guerres daciques. Dans cette optique, soulignons encore le rôle des quatre premières spires et de la vision inaugurale de la ripa. Quelle que soit la face abordée, le spectateur était confronté à des images de frontière et de franchissement, puis d’avance, d’installation et de progression en Dacie209.

104La silhouette de Trajan joue toujours un rôle majeur dans la disposition de la frise. La variatio principale (fig. 15) tient à l’inversion du rapport « Trajan loricatus » majoritaire, et « Trajan togatus ou en tunique » minoritaire – sauf sur les spires médianes (12 à 16). Il n’est que d’observer l’intitulé des correspondances et lignes verticales des diverses faces (fig. 26) pour discerner l’importance visuelle de la silhouette impériale. Par les formules d’attention qui la rendent distincte entre toutes, elle sert de fil conducteur au regard et centre le récit sur les actions de l’empereur, conformément au souci épidictique de l’œuvre.

Fig. 26 – Synthèse verticale de la colonne Trajane.

105Essayons d’organiser les lignes et correspondances verticales aperçues ci-dessus (fig. 26). Du fait qu’elle voit naître les reliefs, et de par sa proximité avec la Basilica Ulpia, la face SE a souvent été considérée comme le point de départ visuel de la frise. Les scènes de passage s’alignent pourtant sur les faces SO et S : la première comporte Danubius et les arcs de départ, la seconde les images de franchissement. C’est en fait le troisième temps de l’avance romaine au-delà du limes qui est perceptible sur la face SE : la progression en Dacie. Cette progression est associée (au S et SE) à de nombreuses scènes de batailles et à une ligne verticale dont Trajan est l’acteur principal et qui dit l’opposition puis la soumission des Daces : « Trajan et les Daces ».

106Le découpage vertical de la face SE (fig. 18) confirme cette impression. Cette face s’organise en deux grandes séquences verticales identiques, répétitives, ce qui permet d’introduire les deux grandes guerres et, à l’intérieur de celles-ci, les cinq campagnes (par la superposition verticale des cinq passages). La fonction de cette face « initiale » serait en définitive de reprendre l’organisation « narrative » canonique, perçue dans le déroulé des trois grandes campagnes en continu, et d’en proposer une transcription par spires superposées. Deux points forts la rythment : la soumission de la spire 11-12 ; la tête de Décébale exposée en spire 22-23. Quant à la silhouette de Trajan, elle sert de ligne repère, rendant perceptible la tonalité élogieuse du discours.

107Manque, sur cette face SE, la thématique particulière de la quatrième campagne, à savoir la romanisation progressive de la Dacie. La présence de togati sur la spire 12-13 suffit-elle à l’indiquer ? Au vu des correspondances utilisées sur les autres faces, cela paraît trop allusif pour être perceptible. Cette absence renforcerait la tonalité initiale de la face SE, chargée de fixer le cadre de l’affrontement entre Trajan et les Daces, et non de dire l’acculturation de ces derniers : au début des hostilités, elle n’est pas encore d’actualité.

108Quelques pas sur la gauche du socle (fig. 6), à l’angle S, se superposent les cinq scènes de franchissement, relayées par de multiples mouvements d’avance des armées romaines (fig. 26). Telle est la particularité de l’angle S, qui partage avec la face SE le découpage vertical en deux grands ensembles et les présences de Trajan. Les deux faces sont donc solidaires, elles véhiculent le même registre et occupent la même fonction dans l’organisation par face : elles décrivent l’entrée en Dacie, l’affrontement – quatre batailles face S, six batailles face SE – et la soumission dace. On peut d’ailleurs remarquer que les ouvertures permettant de passer de la Basilica Ulpia à la cour de la colonne Trajane sont décalées vers le sud et l’est (fig. 6 et 27). Il est donc possible de considérer qu’un spectateur romain voyait d’abord de la frise ces deux angles. L’identité de leurs lignes thématiques (« Trajan et les Daces » au S/SE, « Trajan et Décébale » à l’E) est, dans ce cadre spatial, explicite.

109Plus à gauche, la face SO élargit le propos (fig. 24). Danubius y sert de repère axial (spire 1, pl. XLVIIa), mettant en évidence le thème du franchissement de la frontière. Une unique bataille se trouve dans cet alignement, de même que sur la face O, rendant secondaire le thème de la « défaite des Daces », contrairement aux faces précédentes. Un nouveau thème occupe à présent le premier plan, il est exprimé par les navales pontes de la face SO et les multiples éléments architecturaux de la face O (fig. 23) : il s’agit de la supériorité technique romaine.

110Résumons. L’examen des faces O, SO, S et SE aboutit à ce premier constat : dans un cas, la supériorité technique romaine (face SO) est un élément de la confrontation entre Daces et Romains (quatre et six batailles sur les faces S et SE) ; dans l’autre (face SO, en contact avec la face O), la même supériorité technique sert à maîtriser le danger du franchissement de la frontière et contribue à la métamorphose de l’espace dace. La conquête romaine, thème des faces S à E, s’efface devant la romanisation de l’espace (face O/SO) (fig. 28). Les succès romains passent alors par l’urbanisation, signe de la romanisation de l’espace. L’objectif de Trajan – transformer, selon son serment, la Dacie en provincia romana – est bien en cours de réalisation.

Fig. 27 – Plan de la place de la colonne Trajane (d’après Packer 1997a, détail du folio 24).

111Un point est à souligner avant de poursuivre l’étude du projet trajanien. Toutes les faces de la colonne témoignent également des succès impériaux, et toutes insistent sur le franchissement de frontière et l’agrandissement de l’Imperium qui s’ensuit : cela tient au fait que la spire 1 dans sa totalité décrit les éléments constitutifs de la ripa. Visible des faces E à SO, la rive-frontière est remplacée, sur les faces où elle est invisible (S et SE), par le dieu Danube. Cette image allégorique, que les observateurs n’avaient aucun mal à comprendre puisque le monnayage la véhiculait, remplace la vision « réaliste » de la frontière, elle en est l’équivalent. Cette adaptation stylistique confirme l’importance du franchissement du fleuve-frontière dans le discours de la colonne, thème dont Pline le Jeune comme Tacite, Florus ou Ammien Marcellin se font l’écho et sur lequel nous avons longuement insisté dans l’étude spirale.

Fig. 28 – Synthèse par faces de la colonne Trajane.

  • 210 Coarelli 1992a, p. 446. Voir notre Chapitre Quatre à ce propos.

112Le même jeu explique la présence de l’allégorie de Victoria (face NO) et de la charge « réaliste » de Trajan (face NE). La première sert d’épitomé à la frise ; la seconde est la démonstration historique de la capacité de Trajan à susciter la victoire, au même titre que le franchissement du pont est synonyme de virtus, et les scènes de sacrifice preuve de pietas Augusti. Le choix du langage iconographique n’est en définitive qu’un outil au service du contenu de l’œuvre. La frise trajanienne de l’arc de Constantin (pl. LVIII-LIX), dont dix-huit mètres sont conservés mais dont la longueur totale originelle est évaluée à trente mètres210, reprend les thèmes de la colonne Trajane sur un mode allégorique. Elle n’est en cela pas si éloignée de la frise historiée.

113Revenons à la face SE. L’affrontement entre Trajan et les Daces, qui amène la soumission des premiers et l’exaltation de la clementia du second, se poursuit sur l’angle E (quatre batailles ; fig. 18). Elle voit aussi l’unique présence redoublée de Décébale (fig. 26), ce qui a le triple avantage de donner aux Daces un visage, à Trajan un adversaire à sa mesure, et au spectateur un épitomé personnalisé des opérations.

  • 211 Ils sont présents face NE en spire 2 (pl. XIIIa), 4 (pl. XIIIb), 5 et 6 (pl. XVa), 7 (pl. XVb), 10 (...)

114La face NE prolonge cette thématique. S’y trouvent une reprise partielle de la ligne « Trajan et les Daces » (spires 8 à 12), mais aussi un axe vertical constitué de chevaux et cavaliers, répétition de la face S211. En regard des faces O et SO qui présentaient la métamorphose de l’espace, et à la suite des faces S, SE et E qui disaient la soumission des Daces, une variation notable intervient. La face NE montre l’alternative offerte aux Barbares : soit l’opposition et la soumission, soit – le thème est remarquable – leur romanisation progressive. La participation de comati et de leurs familles à un sacrifice offert par Trajan, en compagnie de togati romains, abolit de manière spectaculaire la distance entre les deux groupes.

115De façon générale, les spires 13 à 16 (fig. 20 et 26) insistent sur la pietas de Trajan. La charge à cheval de l’empereur, signe spectaculaire de la victoria Augusti, suit le sacrifice offert en présence des Daces. Le processus de romanisation des Barbares se dessine. Il est, sur cette face, l’effet de la pietas de l’empereur et l’indice de la Victoria Dacica.

  • 212 Daces et togati sont associés dans cette scène de sacrifice, mais non mêlés (pl. XXVa). Les deux co (...)
  • 213 Pline le Jeune Ep. X, 20 (Trad. M. Durry). Campbell 1984, p. 37-38 et 45-47.

116Le thème de la pietas Augusti et de la concordia se retrouve sur l’angle N. Celui-ci réunit les trois suovetaurilia de la frise, lustrations de l’armée, mais aussi le sacrifice offert par Trajan en tunique auprès de togati romains (en spire 13), puis des togati et Daces associés (spire 14)212. Le contexte militaire demeure cependant omniprésent (l’angle E compte six batailles, la face NE quatre, l’angle N six). Les relations de Trajan et de l’exercitus restent en effet primordiales. L’outil nécessaire à l’Optimus Princeps est la fides de l’armée : les multiples travaux permettent la conquête de la Dacie (faces O et SO), la virtus des soldats entraine la mort de Décébale et la soumission des Daces (faces S, SE et E), mais aussi leur romanisation (NE et N). Bien sûr, l’empereur intervient sur chaque face, dans chacune de ces sphères, et il est sur chaque face associé à l’armée. Mais la succession d’adlocutiones et de lustrationes sur les faces NE, N et NO, incite à les considérer comme un ensemble réservé spécifiquement aux mérites de l’armée et aux excellentes relations que l’Optimus Princeps entretenait avec elle. Trajan nommait ses soldats commilitones, « compagnons d’armes »213. Le thème est présent chez Pline le Jeune :

  • 214 Pline le Jeune, Pan. XIII et XV (Trad. M. Durry).

Telle est la vénération qu’ont pour toi nos ennemis. Dirai-je quelle admiration chez nos soldats, comment tu l’as conquise ? Ils partageaient avec toi les privations, avec toi la soif ; dans les exercices sur le champ de manœuvres tu mêlais aux escadrons des soldats la poussière et la sueur impériales [...]. Combien y en a-t-il dont tu n’aies pas été le compagnon avant d’en être l’empereur ? Aussi les appelles-tu presque tous par leur nom, aussi rappelles-tu à chacun ses exploits214.

  • 215 Ou la Victoria Dacica. Les deux thèmes se confondent, puisque Trajan est l’artisan principal de la (...)

117L’association de la fides exercitus et de la pietas Augusti débouche enfin, face NO, sur un axe indubitablement marqué par la Victoria Augusti215. Le thème, déjà signalé face NE à travers la charge de Trajan et un bloc thématique homogène (spires 13 à 16), occupe à présent la totalité verticale de la face NO. Par la présence de l’omen, puis l’apparition de Jupiter, grâce aussi aux suovetaurilia des spires 2 et 8, seuls visibles depuis la face NO, la Victoire ailée de la spire 12 devient la conséquence de la pietas Augusti et de la providentia deorum. Plus encore : le pont d’Apollodore sur le Danube se situe spire 15. Lié à la Victoire et à l’omen inaugural, lié au sacrifice auquel participent les Daces (face NE/N, spire 14), il dit la victoire romaine par le rattachement définitif de l’espace et des populations daces à l’Empire. Tel était l’enjeu de la guerre, tel est le but de la victoire : un lien vertical le matérialise sans ambiguité sur cette face.

  • 216 L’empereur n’apparaît que sept fois sur les spires 17 à 23 (dernière apparition : face S, spire 21, (...)

118S’y joint la capture du trésor de Décébale et le suicide du roi dace (spires 21 et 22) : ces deux scènes correspondent à la défaite dace, ou plutôt à l’aboutissement de la conquête romaine. Ce focus sur la victoire n’exclut pas un certain intérêt pour les adversaires vaincus, ne serait-ce que pour rendre mieux perceptibles les qualités des vainqueurs romains. Les images de ripa, par l’inversion inaugurale du regard, ou la présence de Décébale, laissent entrevoir cet intérêt rhétorique pour l’Autre. Les scènes de suicide ou de désespoir des Barbares, placées au sommet de la frise (spires 17 à 23), forment un bloc imposant dont le thème est l’inéluctable défaite dace. L’essentiel étant acquis, la présence de l’empereur n’était d’ailleurs plus nécessaire : la silhouette de Trajan s’y estompe de manière significative216. On peut néanmoins se demander pourquoi ces scènes, qui attestent de la victoire totale romaine, sont disposées si haut. L’impératif chronologique ne résout rien : on aurait pu clôre la frise par le retour triomphal de Trajan à Rome. Mais la défaite dace n’est rien d’autre que le complément logique, attendu par les spectateurs romains, de la conquête romaine : elle en est le contrepoint logique. De plus, le rejet des ultimes scènes de résistance au sommet de la frise rend ces dernières inutiles : nulle compassion n’y est discernable, au contraire. Cette obstination à résister est, chez Tacite, preuve du furor barbare :

  • 217 Tacite, Agr. XXXVIII (trad. A. Cordier).

Victorieux et chargés de butin, les Romains passèrent la nuit dans la joie ; les Bretons errant au hasard, hommes et femmes confondant leurs lamentations, entraînent leurs compagnons blessés, appellent ceux qui ne le sont pas, abandonnent leurs maisons, et, de colère (per iram), y mettent eux-mêmes le feu [...] ; atterrés quelquefois devant les objets de leur tendresse, plus souvent encore ils étaient exaspérés ; et l’on assura même que plusieurs avaient tué leurs femmes et leurs enfants, pensant agir par pitié217.

  • 218 Le constat est encore valide pour la colonne de Marc Aurèle : en dernier lieu les actes de la Table (...)

119Plutôt que de témoigner d’une sympathie réelle pour les vaincus218, la présence conclusive des ultimes scènes de résistance dace est rhétorique : la clementia est, sur la colonne Trajane, réservée aux dediti, non à la superbia ou à l’ignorantia de ceux qui se suicident.

120Parce qu’elle réunit nombre des thèmes abordés sur les faces adjacentes ou opposées, la face NO apparaît comme l’angle cardinal du monument, l’épitomé vertical par excellence. Ce constat ne doit pas amener à sous-estimer le rôle des autres faces. Sans leurs thématiques entrelacées, les reliefs placés au NO n’atteindraient pas ce statut particulier (ils sont ainsi liés à la face O par la thématique de maîtrise de l’espace dace, thématique à laquelle le pont sur le Danube sert de relais au NO).

  • 219 Dont le temps est le « passé-futur » : Marin 1981.

121En définitive, nous proposons un déroulé thématique dont les deux faces cardinales seraient les SE et NO (fig. 28). La première présenterait l’affrontement entre Daces et Romains et le cadre général de la guerre, la seconde l’aboutissement des opérations, c’est-à-dire la victoire et la romanisation qui s’ensuit. L’ordre de vision des faces n’altérait en rien la perception globale du monument. La frise de la colonne étant, pour reprendre une expression de Louis Marin, un « panégyrique à prétexte historique »219, la succession temporelle des événements, ou chronologique des faces, n’a que peu d’importance. Quel que soit le type de lecture envisagé, spirale ou verticale, l’exercice d’assemblage que demande la succession des reliefs entraîne une recomposition mentale de la part de l’observateur. Tournant a priori autour du fût dans le sens indiqué par la croissance des spires, un spectateur romain était confronté à une succession d’alignements verticaux. Présentée comme un franchissement de frontière, la métamorphose progressive de la Dacie en provincia nécessitait victoire militaire et aide des dieux, mais aussi métamorphose des Barbares et de leur espace. L’accroissement de l’Empire en était le résultat, imperium maius à ce qu’il fut jamais. Par ses qualités, Trajan, l’Optimus Princeps, apparaissait comme le principal artisan de cet exploit.

122Diverses interrogations subsistent toutefois. Ainsi : chaque face reprend, de manière plus ou moins fidèle, les césures aperçues dans le découpage spiral. Par contre, les spires 12 à 15 présentent, à mi-hauteur du fût, la thématique originale de la quatrième campagne, qui insiste sur les qualités civiles de Trajan. Il conviendra de s’interroger sur les conditions de visibilité de ces quatre spires, ainsi que sur celles des spires 17 à 23, véhicules de la défaite dace. Les dispositifs permettant à un observateur de percevoir ce programme restent à préciser : ce sera l’objet du chapitre suivant.

3–LECTURE VERTICALE ET SCÈNES RÉFÉRENTIELLES

123Nous souhaitons à présent appliquer, à l’endroit de scènes dont la lecture fait problème, l’outil des correspondances verticales, ceci afin que la mise en série interne permette d’en cerner le sens.

La scène 9 (face nord-ouest, spire 2, pl. XXVIIIa et pl. LXXa-b)

  • 220 Dion Cassius LXVIII, 8 : « Dans l’expédition de Trajan contre les Daces, lorsqu’il fut près de Tape (...)
  • 221 Pour Gauer 1977, p. 24, et Hölscher 1994, p. 114 (= Hölscher 1980, p. 294), il s’agit d’un prodigiu (...)
  • 222 Devillers 1994, p. 314-315.

124La première de ces scènes difficiles est bien évidemment la scène 9. La lecture traditionnelle, bâtie sur l’anecdote des Bures narrée par Dion Cassius, ne correspond en rien à l’image220. Par contre, la scène est bien un omen victoriae acceptum, réponse des dieux à Trajan après la lustratio de la scène 8221. Présage de la victoire romaine : cette signification n’est pas en doute. À titre de comparaison, évoquons la manière dont, selon Olivier Devillers, Tacite utilise dans les Annales le motif du prodigium : « Principalement, [Tacite] relate rarement un prodige ou une série de prodiges uniquement pour créer une anticipation. Le plus souvent, les prodiges sont intimement liés aux thèmes qu’il s’efforce de mettre en valeur [...] »222. Sur la frise, le thème sur lequel renchérit le prodige est la pietas de Trajan. La scène est en effet dans la proximité immédiate du premier suovetaurilia. Plus largement, elle se situe dans une situation intermédiaire, entre les scènes qui décrivent le rituel approprié pour le franchissement du Danube et celles relatives à l’avance en Dacie. Son insertion dans la première spire (et non avant une bataille) lui confère une valeur d’anticipation générale. La traversée du Danube a eu lieu avec l’accord du dieu Danuvius, qui soutient de la main le pont de navires ; sur la rive dace, Trajan accomplit de nouveaux rites dont l’objectif est de purifier l’armée avant le début des opérations. La réponse des dieux, l’omen, valide le rituel, mais les conséquences sont forcément plus vastes. La future victoire, victoire acquise pour tout Romain qui contemplait les reliefs en 113 après J.-C., en est le fruit.

  • 223 Becatti 1982, p. 554, qualifie l’objet de « grande crivello del grano » ; Settis 1985, 1155, de « c (...)
  • 224 Commentant Suétone, Aug. 98, Deonnà 1921, p. 102103, indique que « les noms propres sont des présag (...)

125La difficulté tient en fait à l’interprétation des détails de la scène. La signification peut passer par l’attitude de l’homme, ou par l’objet qu’il tient dans la main droite, par son vêtement, ou encore par l’objet circulaire accroché au mulet223. Autant de points qui font de cette image un rébus difficile à résoudre. L’omen pouvait en effet être basé sur le nom de l’homme ou de l’animal, auquel cas l’image ne peut rendre cet état de fait224.

  • 225 Pline l’Ancien, H.N. XXXVI, 51-52. Ibid., H.N. XXXV, 49, précise que le sable entre dans la composi (...)
  • 226 Andreae 1995, p. 424.
  • 227 Ibid., p. 424-425.
  • 228 Reproductions et commentaires complets dans Becatti 1961, p. 33-36 no 58 pl. CLXXXVIII ; p. 67 no 8 (...)
  • 229 Becatti 1961, p. 33-36, identifie, dans la partie supérieure du modius, les grains matérialisés par (...)

126Premier aspect du dossier : l’identification des objets. Sur la base de rapprochements iconographiques, il est aisé d’identifier un crible. Un objet identique est présent sur le relief funéraire d’un marbrier d’Ostie, qui livre un aperçu de son atelier, incomplet hélas. Parmi les outils, est figuré en bonne place un crible, car l’on sait que le sable sert à découper le marbre225. La présence d’un marmorarius en Dacie restant difficile à expliquer, on peut remarquer que le crible est utilisé dans d’autres contextes. Il est souvent associé au modius, par exemple sur les reliefs de l’affranchi Publius Nonius Zethus, daté du milieu du premier siècle de notre ère226. Ce boulanger a choisi de représenter les étapes de fabrication du pain : au moulin actionné par une mule, répondent des modii, des paniers, une règle, et enfin un cribrum, parfaitement identifiable227. Cette association modius-règle (et crible ?) se retrouve peut-être dans la mosaïque des corporations à Ostie228. Datées de 190-200 après J.-C., ces sols célèbrent la corporation des mensores frumentarii. Les récipients décrits sont marqués de plusieurs cercles, reproduits soigneusement par le mosaïste au moyen de bandes noires ou blanches. La partie supérieure ainsi constituée n’est pas un crible229, mais l’aspect est proche de l’objet de la frise.

  • 230 Grâce à l’amabilité de Christiane Pinatel (qu’elle trouve ici nos remerciements), nous avons pu voi (...)
  • 231 McCartney 1935, pour un classement des rencontres possibles dans la littérature antique.
  • 232 Pl. XXXVb, et XXVb.

127Le modius est inséparable d’un second instrument, le rutellum, sorte de règle que les personnages manipulent de la main droite. Sur le relief du marmorarius d’Ostie, le personnage de gauche tient, comme l’homme qui chute scène 9, un objet. Autant celui-ci n’est sur la colonne Trajane qu’un baton230, qui peut être associé tant au mulet qu’au crible, autant l’objet des mensores apparaît comme un instrument servant à calibrer les céréales. Dès lors, l’homme de la scène 9 peut être un des mensores frumentarii attaché à l’armée et à la distribution de céréales aux soldats. Sa chute, pour quelque raison inconnue – son nom ? –, aurait été interprétée par Trajan comme un omen favorable231. L’hypothèse est difficile à certifier. Seul un élément viendrait confirmer cette connotation. Les alignements verticaux, sur la face NO de la colonne Trajane, permettent de constater la présence, en spire 1, d’auxiliaires chargeant des tonneaux dans une barque, et en spire 17 de la scène 110232 qui montre des Romains moissonnant un champ de blé. La thématique « ravitaillement des soldats » est ténue ; elle existe cependant.

  • 233 Vanhove 1992b, p. 59-60. L’auteur cite divers documents d’époque romaine témoignant de la continuat (...)

128Nous ne voudrions pas toutefois présenter cette identification (chute d’un mensor) comme définitive. Le crible n’est pas plus exclusif aux métiers du marbre qu’à celui des céréales. Ce type d’objet est en effet fréquent dans les palestres, où des bacs de sable étaient disposés : certains étaient remplis d’huile et de boue afin de ménager un tapis mœlleux pour le pancrace et la lutte au sol ; d’autres étaient des bacs de sable tamisé, espace destiné aux lutteurs debout, aux boxeurs et aux sauteurs. Existait encore, lorsque le temps était mauvais, une salle de lutte (konisterion) réservée au pancrace et à la lutte et dont le sable était lui-aussi tamisé233. Le problème est de concilier la présence du crible à l’attitude de l’homme qui chute et au contexte militaire de la frise.

  • 234 Grimstad 1972.
  • 235 Cité par Settis 1988a, p. 192 note 151. Koch-Sichtermann 1975, p. 38-39 et leurs planches 75.2 et 7 (...)
  • 236 Par exemple Koch-Sichtermann 1982, cat. 74 et 147. Sur ce type de chutes, lire également Settis 198 (...)
  • 237 Vanhove 1992a, et le catalogue Le stade romain 1994.

129On a rapproché la chute du personnage d’un sarcophage conservé à Oslo et daté du second siècle après J.-C.234. Il s’agit d’une centauromachie dont le prototype, daté également du second siècle, est conservé au Vatican, Salle des Muses235. La scène rappelle également des représentations d’amazonomachies et de galatomachies236. Dans tous les cas, les représentations se situent dans un contexte agonal. Le vaincu est placé dans une posture pour le moins inconfortable, qui traduit sa déroute absolue. Or, l’attitude dans laquelle l’homme de la scène 9 est figuré obéit à ce code. Le bras levé est un geste employé dans la lutte pour signifier l’abandon du combat et la victoire du vis-à-vis. Au pancrace ou au pugilat, disciplines agonistiques par excellence, il fallait lever un doigt pour abandonner237. On reconnaît, dans les détails des sarcophages d’Oslo et du Vatican, diverses prises athlétiques : celle qui immobilise la jambe amène le héros à lever le bras, donc à reconnaître la victoire de son adversaire. Certes, l’image diffère puisque, sur la colonne, l’homme au crible touche le sol de la main et de la hanche droites, et soulève le bras gauche plutôt qu’il ne lève le doigt vers l’empereur (la paume est dirigée vers le sol, alors qu’elle est tournée vers le haut sur les sarcophages). Elle utilise cependant une attitude dont, les sarcophages postérieurs le prouvent, la signification était aisée à déchiffrer : la posture renversée et le bras levé exprimaient la défaite.

  • 238 Spire 4, face nord-ouest, sc. 24, pl. XXVIIIa et b.
  • 239 Proches de la tunique des soldats romains occupés à des travaux (par exemple sc. 92, pl. XXXIIIb, e (...)
  • 240 Sur Piazza Armerina, entre autres : Carandini 1964 ; et Carandini-Ricci-De Vos 1982.

130L’omen aurait donc un sens agonistique. On a déjà remarqué que cette scène, qui suit la lustratio initiale, prend place deux spires sous la première bataille238, donc dans une sphère marquée par l’agon. Dès lors, l’association lustratio, omen, bataille avec présence de Jupiter, s’ordonne en un sens positif pour Trajan. Par le crible et la posture de l’homme, mais aussi par ses vêtements239, serait mise en place une thématique dont l’agon assure la cohérence. Dans le combat qui s’engage entre Trajan et Décébale, alors que les Romains prennent possession du sol dace, un homme, mensor ( ?) doté d’un crible, objet employé dans la palestre pour préparer l’aire de lutte, s’effondre devant l’empereur en une attitude typique de reddition. L’interprétation s’appuierait sur l’ambivalence du crible et de la posture de l’homme, mensor maladroit devenu signe de victoire et interprété comme tel par Trajan, consul en exercice, maître de l’imperium et de la prise d’auspices. Dans cette sphère, le crible retrouve d’ailleurs le modius, signe de récompense pour les courses de char, par exemple à Piazza Armerina240 Le rappel de la palestre est d’ailleurs fréquent dans le domaine de la rhétorique, tant pour les valeurs qu’elle véhicule que pour, précisément, sa gestuelle spécifique. Ainsi Cicéron :

  • 241 Cicéron, De Oratore III, 52, 200, et 59, 220 (trad. E. Courbaud et H. Bornecque).

Alors seulement l’orateur dont nous nous occupons doit être rompu au maniement des mots et des pensées et, de même que ceux qui luttent avec des armes ou à la palestre, ne pas juger suffisant de connaître l’art de parer les coups ou d’en porter [...]. Les attitudes seront énergiques et mâles, empruntées non pas à la scène et aux acteurs, mais à l’escrime ou même à la palestre241.

131Bref, la complexité de l’image résulterait de son aspect composite : les attributs définiraient l’homme de la scène 9 comme un mensor, et sa posture, empruntée au répertoire agonistique, permettrait au spectateur de comprendre sa chute comme signe de victoire pour les Romains.

  • 242 Description et interprétation reprise de Panofsky 1995, p. 39.

132Citons, à des fins d’exhaustivité, un ultime document. Il s’agit d’une stèle de Philadelphie, en Lydie, présentant, sous un buste identifié comme celui du philosophe Pythagore, deux registres242. À gauche, un couple d’amants sur une couche et, surtout, une personne tombant à la renverse. Les deux images seraient typiques de l’Asotia, la Dissipation. À droite, une personne seule au repos sur une couche et un laboureur aux champs, deux scènes renvoyant à Arété, la Vertu. Le lien et l’opposition entre, d’un côté la chute, de l’autre les vertus, est peut-être transposable sur la colonne de l’optimus Princeps : nous reviendrons sur l’existence possible d’une passerelle entre idéologie trajanienne et courants philosophiques dans notre Seconde Partie.

La scène 25 (face O, spire 4, pl. XXVIIIb et XXXIXb, fig. 29 et pl. LXXIa)

  • 243 Voir par exemple sc. 6, pl. VIIa ; sc. 7, pl. XIIIa.
  • 244 Pour une description sans commentaire ni interprétation : Becatti 1982, p. 555, et Koeppel 1991, p. (...)

133Cette scène se situe après la grande bataille de la première guerre. Elle voit fuir les Daces alors que des soldats romains incendient des bâtiments de bois. Trajan, accompagné de deux officiers, lance dans la main gauche – pointée vers le sol –, est face à un paysage surprenant. Un mur de pierre crénelé, dans lequel s’ouvre une porte, est surmonté d’une rangée de crânes décharnés fichés sur des piques ; à l’arrière-plan, un bâtiment surélevé (une tour ?) et un second bâtiment ( ?), délimité par une enceinte de bois circulaire. Le dragon de Décébale domine l’ensemble, ainsi que deux enseignes qui rappellent fortement les vexilla brandis par les légions243. À l’arrière-plan encore, un second mur, parallèle au premier, ferme cet espace fortifié. En avant-plan, entre le groupe de Trajan et le fossé qui cerne le mur crénelé, se dressent ce que l’on peut décrire comme des piliers ronds tronqués, et deux espaces rectangulaires circonscrits dans lesquels sont visibles deux piliers pointus244.

Fig. 29 – Restitution graphique de la scène 25 (d’après Cichorius 1896, p. 124).

  • 245 Cichorius 1896, p. 124.
  • 246 Gauer 1977, p. 21, 25, et 43. L’auteur situe la scène devant les Portes de Fer.
  • 247 Settis 1988a, p. 141, commente la partie inférieure de l’image, qui voit les Romains incendier un v (...)

134Conrad Cichorius avait restitué la scène sous forme de croquis (fig. 29), comprenant les ouvrages devant le mur comme des défenses militaires245. Les piliers et les fosses seraient également, pour W. Gauer, des obstacles destinés à la défense du site246. On a aussi insisté sur le fait que la scène 25, comme les scènes 53 ou 89-90, démontrerait l’impact personnel de l’empereur sur les populations barbares qui fuient à son approche247. C’est exact, mais n’explique pas les détails sus-décrits.

  • 248 Lire sur ce point la très belle étude sur les Romains « chasseurs de tête » de Voisin 1984, p. 285- (...)

135L’image est complexe et l’identification géographique du site n’est pas l’essentiel. Premier point majeur : à qui attribuer les têtes coupées ? D’habitude, elles sont sur la colonne le fait des Romains248. Dion Chrysostome, philosophe contemporain de Trajan, s’exclame d’ailleurs dans un de ses discours :

  • 249 Dion Chrysostome, Discours XVIII, 5 (traduction d’après H. L. Crosby).

[...] j’étais violemment en colère lorsqu’une certaine personne [Trajan ?] me dit : « ramène la réconciliation dans la cité », et j’étais fâché contre lui. Que je ne voie jamais le jour où tu auras besoin de réconciliation, mais, comme on le dit, que des choses telles que les têtes de nos ennemis, les Gètes détestés, te distrayent, mais pas celles de personnes de ta propre race249.

  • 250 Sc. 24, pl. XIIIb ; sc. 72, pl. XXIVa ; sc. 113, pl. LVIb et Vc.
  • 251 Sc. 56, pl. XLVIIIb. Sur le détail des têtes décharnées, voir déjà les remarques de Bianchi 1993, p (...)

136Jean-Louis Voisin considère que la fortification de la scène 25 est bien dace, mais que les têtes décharnées, plantées sur les murailles, ont été installées là par les Romains après la prise de la ville. La présence des deux vexilla, dont un au-dessus du dragon, et la fuite des Daces témoigneraient des victoires romaines et de la virtus de Trajan. Observons de plus près le détail macabre des têtes coupées. Elles sont décharnées, écrit J.-L. Voisin avec raison. Elles sont aussi très différentes des têtes de Daces présentées à Trajan dans le feu d’une bataille250 ou plantées sur un pieu par des légionnaires251. Sont-ce des têtes de Daces ? Ont-elles été coupées peu avant par des Romains ? Cela semble peu probable. En effet, l’image montre des têtes fichées depuis une longue période sur les murailles, distinction perceptible pour un spectateur puisque la scène est spire

1374. De plus, la fortification appartient aux Daces. En une occasion (la grande scène de soumission : sc. 75, pl. XVIb), les Daces disposent également de vexilla. Partout ailleurs, le dragon est l’emblème des Daces. L’association têtes coupées-vexilla peut donc signifier que les trophées (têtes et vexilla) sont romains, mais l’association vexilla / dragon / et surtout tour sur piles, concourt définitivement à marquer la domination dace sur le site. Les têtes coupées de la scène 25 sont le fait des Daces, quand bien même ils ont déserté le site à l’approche de l’empereur – ce que montre l’image.

  • 252 Daicoviciu 1959, p. 321.
  • 253 Daicoviciu 1971, p. 258-260.
  • 254 Shchukin 1989, p. 217.
  • 255 Ibid., 87, en résume le schéma : « an oute(sic) stone circle, columns describing an inner circle, a (...)
  • 256 Vatasianu 1982, p. 58, pense qu’il n’y a pas de sanctuaires daces sur la frise. Mais les structures (...)

138Attardons-nous maintenant sur les structures placées devant le mur crénelé. Hadrian Daicoviciu s’étonnait que la frise ne présente aucun sanctuaire dace252. L’archéologie permet de les décrire plus précisément. Le sanctuaire dace de Fetele Albe est un espace circulaire à piliers de calcaire253 ; les deux sites de Sarmizegetusa sont circulaires et disposent de piliers de deux types : minces et hauts, ou larges et bas254 (fig. 30). Celui de Ziridava-Pecica a des poteaux de bois255. Nous ne cherchons pas, après d’autres, à retrouver sur la frise des sites archéologiques ou l’indice du réalisme des reliefs. Au contraire : si l’on considère les structures de la scène 25, on ne peut que constater la distance entre les realia archéologiques et la représentation de la frise. S’il s’agit de sanctuaires, le relief n’en a gardé que l’idée générale d’un espace planté de piliers, ignorant le détail des structures internes. Admettons pour l’heure que la scène 25 figure un espace dace marqué par des sanctuaires256, et un point fortifié dace orné des têtes décharnées, du dragon et de vexilla. L’association de ces signes mène à assigner ces têtes coupées à des victimes des Daces, peut-être des Romains. Cette thématique doit être replacée dans le propos général de la frise.

Fig. 30 – Reconstitution du sanctuaire dace de Sarmizegetusa (d’après Shchukin 1989, p. 217).

  • 257 Dion Cassius LXVIII, 9.

139Trajan découvre ce spectacle au terme d’une victoire et de l’avance en Dacie qui en découle (déroulement spiral). Or on sait qu’en 84 et 86, Oppius Sabinus et Cornelius Fuscus, généraux de Domitien, ont été battus par Décébale. Dion Cassius rapporte d’ailleurs que Trajan, au cours de la première guerre, récupéra l’enseigne perdue par Fuscus257. Les Romains ont été confrontés, en d’autres occasions, au spectacle de leurs débâcles antérieures et à la barbarie de leurs vainqueurs. Voici ce que raconte Florus sur le désastre de Varus en Germanie :

  • 258 Florus II, 30 (trad. P. Jal).

Rien de plus sanglant que ce carnage dans les marais et les forêts, rien de plus intolérable que les outrages des Barbares, surtout il est vrai à l’égard des avocats. [...] Quant aux enseignes et aux aigles, les Barbares en possèdent encore deux [...]258.

140Et Tacite de décrire le spectacle qui s’offrit aux yeux de Germanicus, quelques années plus tard, dans la forêt de Teutoburg :

  • 259 Tacite, Ann. I, 61 (trad. H. Goelzer).

[...] au milieu de la plaine, des ossements blanchis, épars ou amoncelés, selon qu’on avait fui ou tenu ferme, gisaient à côté de débris d’armes, de membres de chevaux ; à des troncs d’arbre étaient clouées des têtes. Dans les bois voisins s’élevaient les autels barbares, près desquels avaient été immolés les tribuns et les centurions de premier rang [...]. [Les survivants] énuméraient les gibets, les trous qu’il [Arminius] avait fait préparer pour les prisonniers, les outrages que son orgueil avait prodigués aux enseignes et aux aigles259.

  • 260 En légende à la reproduction photographique de cette scène (numéro 32 de son relevé), Settis 1988a, (...)

141Entre image et textes, se dessinent des thèmes communs : la perte des signa, les trophées – dont des têtes coupées – et les sanctuaires macabres dressés par les Barbares. Cela ne permet pas de conclure que la scène 25 rassemble ces éléments ou présente le lieu précis d’une défaite des généraux de Domitien260. Elle associe simplement des thèmes qui portent à penser que les têtes sont, comme les vexilla, des trophées pris aux Romains par les Daces, et les piliers devant le site fortifié des espaces daces, peut-être des sanctuaires.

142La représentation d’un tel espace cultuel n’a pas pour but, on l’a compris, d’en produire une vue documentaire, elle vise plutôt à dire la cruauté et les mœurs monstrueuses des Daces en religion, comme le texte de Tacite, contemporain ou presque des reliefs, le fait des Germains. De la sorte, le portrait négatif des Daces sur la frise s’enrichirait d’une dimension religieuse. Alors que les actions de Trajan et de l’armée tressent un code précis et cohérent des valeurs de la romanité, se dégagerait peu à peu du monument un monde dace qui en serait le contrepoint. Pour en comprendre la nature, examinons une autre scène qui a donné lieu à controverse.

La scène 45 (face ouest, spire 7, pl. XLb, et pl. LXVIIa)

  • 261 Sc. 41, pl. IIa, VIIIa et XVb.
  • 262 Sc. 42, pl. XXIIIa.
  • 263 Sc. 43, pl. XXXIa.
  • 264 Sc. 44, pl. XXXIa et XLb. Signalons, à propos de cette image, les travaux de Ghedini 1993, p. 161-1 (...)

143Peu avant la fin de la seconde campagne et le rembarquement de Trajan (sc. 46-47, pl. XLb), après une grande bataille261, une suite de scènes jalonne la fin des opérations : une adlocutio de l’empereur à ses troupes262 ; des prisonniers daces gardés par des Romains dans un camp maçonné263 ; un donativum de Trajan à ses troupes264 ; enfin la scène 45. Celle-ci décrit le supplice de trois hommes nus, deux imberbes et un barbu, les cheveux courts, les mains liées derrière le dos. Cinq femmes, portant des chignons bas sur la nuque, leur appliquent des brandons sur le corps.

  • 265 Koeppel 1991, kat. 45 : des femmes de Mésie torturent des prisonniers daces et roxolans.
  • 266 Cichorius 1896, p. 217-218 ; Vulpe 1973 ; Gauer 1977, p. 18, 28 note 144 (l’auteur s’étonne du cyni (...)
  • 267 Ce que confirment les reliefs : confronter les femmes de la scène 45 aux femmes daces visibles en s (...)
  • 268 Vulpe 1973, cite Jordanes, Get. V, 41 : nam victimae eius (Martis) mortes fuere captorum, opinantes (...)

144Les positions des commentateurs peuvent se résumer en deux écoles. Les premiers considèrent que la frise ne saurait montrer des morts romains et qu’il s’agit de femmes de Mésie torturant deux prisonniers daces et un Sarmate. La scène se plaçant après l’incursion dace en Mésie, il s’agirait d’une vengeance de la part des populations locales, victimes des raids265. Pour les seconds266, ce sont des femmes daces qui torturent des prisonniers romains. Les prisonniers seraient romains, car ils ont les cheveux coupés et les femmes, des Daces267, seraient des prêtresses exécutant un sacrifice268. Le thème peut surprendre, pourtant cette insertion brutale d’une image vue du côté dace dans une suite de scènes marquant la fin de la campagne côté romain, n’est un problème que si, comme dans le cas des scènes 92 à 97, on cherche à établir une cohérence topographique. Si on se concentre sur le discours idéologique, la conclusion est conventionnelle : les Daces sont des Barbares, et la guerre menée par Trajan un bellum iustum.

  • 269 Lehmann-Hartleben 1926, p. 117 ; commentaire de Settis 1988a, p. 173.
  • 270 César, B.G., VI, 16.

145Pour trancher entre les deux tendances (l’intime conviction seule ne saurait suffire), il convient de replacer la vision des prisonniers romains torturés dans une structure plus large. On constate alors qu’au sort des Romains torturés (sc. 45), s’oppose celui de Daces prisonniers enfermés dans un camp, de part et d’autre d’une largitio et avant la scène de deditio où figure Trajan. La scène est d’ailleurs encadrée en spire 6 par des Daces venant se soumettre, et en spire 8 par une adlocutio à l’armée (pl. XLa). L’environnement vertical est donc exactement similaire à la succession spirale (pl. XLb), ce qui confirme la rigueur des renvois iconographiques et le caractère délibéré des alignements verticaux. Bref, ces images antithétiques, opposant le sort des Daces à celui des Romains (tortures dues à la cruauté des Barbares), ont bien pour fonction de démontrer que l’entreprise menée par Trajan est une guerre civilisatrice269. Devant ces images, on songe à César révélant incidemment la pratique des sacrifices humains chez les Gaulois270. De surcroît, une telle scène n’est pas forcément la vision d’un échec romain. Elle peut constituer, à côté de la clementia de Trajan, un exemplum de la valeur des prisonniers romains subissant les tortures avec courage (les blessés romains illustrant, eux, le dévouement des médecins de l’armée). La vision de prisonniers romains torturés, et celle des têtes romaines décharnées plantées sur des pieux, joueraient en quelque sorte le même rôle rhétorique que la défaite de Gergovie et l’héroïsme de Vercingétorix chez César : elles diraient la difficulté des opérations et souligneraient la valeur des soldats et de leur général face à un adversaire redoutable, à plus d’un titre. Citons le texte tardif, mais sans doute bien documenté, de l’empereur Julien. Il fait parler Trajan, lequel dresse l’éloge de ses adversaires, tout comme César fait un portrait valeureux de Vercingétorix :

  • 271 Julien, Caes. XXVIII (trad. C. Lacombrade).

Les Gètes que j’ai anéantis étaient les plus valeureux combattants du monde, non seulement en raison de leur courage physique, mais encore de la doctrine qu’ils tiennent de Zamolxis, objet de leur vénération. Convaincus qu’ils ne meurent point, mais qu’ils changent de séjour, ils sont plus disposés à affronter la mort que d’autres les voyages271.

  • 272 Spire 1, sc. 2, pl. XXXVIII.
  • 273 Faces nord-ouest/ouest, spire 2, sc. 8-9.
  • 274 Il est vrai que les femmes y joueraient un grand rôle. Strabon, Géogr., VII, 3 : « [...] tous [les (...)

146Un argument irait dans le sens de cette interprétation. Ces scènes de cruauté barbare jouxtent la ligne verticale de la victoire romaine. Elles s’insèrent à l’angle O de la frise, ce qui rend perceptibles l’omen et la Victoire ailée de la face NO, mais encore la vision initiale de la ripa272 et la première scène d’adlocutio de Trajan à l’armée273. Or, cette victoire et la romanisation de l’espace dace, thématique développée justement sur la face O (fig. 23 et 28), nécessitent les efforts consentis par l’armée sous le commandement de Trajan. Le fait que, sur cette face, la spire 4 présente l’unique vision d’un sanctuaire dace, et la spire 7 une séance de tortures, s’intègre à l’organisation cardinale sans qu’il soit forcément besoin de recourir à la religion dace pour expliquer la scène de torture274. La référence cultuelle est certes possible, mais aucun indice ne la confirmant dans l’image, il faudrait alors considérer qu’elle venait spontanément à l’esprit du spectateur romain, plus au fait des coutumes religieuses daces que nous ne le sommes. Là encore, rien n’est sûr.

147Deux auteurs mentionnent l’usage de tortures par le feu en Dacie, sans se référer à la religion dace. Le premier est Florus. Voici le passage qui concerne les mœurs des barbares Daces, Sarmates et autres, proches du désert des Gètes :

  • 275 Florus I, 39, 7 (trad. P. Jal). César usa également des mutilations face aux Gaulois (B.G. VIII, 44 (...)

Et le seul moyen que l’on eut de soumettre les plus sanguinaires de nos ennemis fut d’user de leurs procédés ; on tortura en effet les prisonniers par le fer et par le feu (Quippe in captiuos igni ferroque saeuitum est ; c’est nous qui soulignons) ; mais ce qui parut le plus affreux à ces Barbares, ce fut qu’on les abandonnât après leur avoir coupé les mains et qu’on les obligeât à survivre à leur châtiment275.

  • 276 Dion Cassius LXVIII, 11, 5.

148Ce sont donc, chez Florus, les Romains qui torturent les Barbares. Il en est de même chez Dion Cassius276 : les Romains l’exercent sur un prisonnier dace pour lui faire avouer un complot visant à assassiner Trajan. On peut cependant remarquer la différence de nature entre les deux anecdotes : sur la colonne Trajane, les femmes daces torturent, peut-être dans un contexte rituel ; dans l’autre, il s’agit d’une torture « légale », visant à faire avouer un crime à un accusé... Quoi qu’il en soit des procédés habituels de torture dace que nous révèle Florus (le fer et le feu), le type physique des prisonniers de la scène 45, la présence de femmes, et non de soldats romains appliquant les brandons, et la construction rhétorique rigoureuse de la séquence, amènent à attribuer la scène aux Daces. L’image montre leur crudelitas, tandis qu’en regard est montrée la clementia de Trajan.

  • 277 Signe pour Bode 1992, p. 165, du lien qui unit l’empereur et les peuples de l’Empire.

149Les reliefs obéissent, dans leur organisation et le choix de leur thématique, à un impératif majeur : démontrer les qualités romaines et les ordonner en un système de valeurs. Simultanément, est intégré à cet objectif un portrait en négatif des Daces, bâti sur la vision romaine des Barbares. Les scènes 25 et 45 ressortissent à ce filtre culturel. La scène 25 n’est pas réaliste. Associée verticalement aux têtes décharnées plantées sur le rempart, elle montre aux spectateurs romains la cruauté des coutumes daces, mais peut également rappeler (par les vexilla) les défaites antérieures de Domitien. La scène 45, qui entretient, par sa situation, un lien avec les sanctuaires de la scène 25 (même face O), prouve combien les Daces, y compris les femmes, ont des mœurs cruelles. En contrepoint, Trajan accueille les Barbares soumis et se contente d’enfermer les prisonniers : attitude qui permet (mais c’est la quatrième campagne qui s’en préoccupe, spires 12 à 15) d’attirer et d’assimiler les Daces à la culture romaine. On peut se souvenir que cette intégration passe par leur participation à la cérémonie civique par excellence qu’est, dans le monde romain, le sacrifice (scène 91)277.

La scène 38 (face nord/nord-ouest, spire 6, pl. XXIXb, XXXa et LXXIb)

  • 278 Spire 6, sc. 37, pl. XVa, XXIIIa et XXIXb.
  • 279 Spires 6-7, sc. 40-41, pl. XLVIIIa, LIVa, IIa, VIIIa et XIVa.
  • 280 Cichorius 1896, p. 185-192 : les Romains surprennent de nuit un convoi dace chargé de butin pris en (...)

150Comme la scène 45, cette bataille est sise dans la seconde campagne. Après la fuite des alliés sarmates des Daces278, et avant la grande bataille où sont soignés les seuls blessés romains de la frise279, s’intercale un autre engagement. Des cavaliers romains, aidés d’auxiliaires germains reconnaissables à leurs mèches hirsutes, leurs braies et leurs gourdins, encerclent une troupe de Daces. L’espace est ceinturé par deux arbres, avec en arrière-plan trois chariots – dont un est incomplet – sur lesquels sont disposés deux vases et le dragon de Décébale, ainsi que des boucliers. Sur une des roues, une silhouette humaine – fragmentaire – est affaissée. Le champ de bataille est jonché de Daces morts ou blessés. Enfin, surgissant des nuées et tenant au-dessus de sa tête un voile, un buste féminin domine l’action. Le traitement de l’image ne laisse pas de doute : l’engagement est victorieux pour Rome. L’interprétation des chariots et du personnage féminin est plus difficile, mais un consensus tend à se dégager. Ce serait un combat nocturne, comme l’indiquerait la divinité céleste Nox, et les Daces surpris auraient formé un cercle de chariots280.

  • 281 Spires 5 et 6, pl. XXIXb et pl. LXXIb.
  • 282 Farinella 1981, p. 7-8.

151Cette scène est directement superposée à la scène 32, où les Daces attaquent un camp romain après avoir franchi le fleuve281. Le sens de l’association est évident. Par l’opposition attaque dace / riposte, elle dit la supériorité militaire et tactique de l’armée romaine, dont la celeritas282.

  • 283 Face NE, sc. 150, pl. XXIb et XXVIc.

152Attardons-nous sur la divinité féminine. Cette dernière est presque alignée sur le Jupiter de la scène 24 et possède un léger décalage par rapport au second personnage féminin, identique, situé spire 23283. Les spires 5-6, l’alignement et l’identité des divinités féminines apportent au discours une nuance. Dans la littérature romaine, les combats nocturnes sont un exemplum de la lutte contre les Barbares. Ils traduisent en effet l’alliance des éléments naturels et des populations ennemies, thème déjà évoqué. Reprenons le texte de Florus décrivant la défaite de Caton face aux Thraces Scordisques (I, 39) :

  • 284 Florus I, 39 (trad. P. Jal).

La configuration de leurs forêts et de leurs montagnes s’accordait avec leur tempérament. C’est pourquoi l’armée romaine ne fut pas seulement battue par eux ou mise en fuite, mais – chose vraiment stupéfiante – complètement cernée et anéantie284.

153Cet extrait est typique : pour les Romains, milieu naturel et Barbares sont intimement liés, et la nuit fait a priori partie des éléments hostiles à Rome. Tacite décrit ainsi des populations germaniques qui ne se battent que dans l’obscurité :

  • 285 Tacite, Germ. XLIII (trad. A. Cordier). Nous renvoyons à Dumézil 1985, p. 207-210, pour une analyse (...)

[...] les Harii ne les peuples que j’ai nommés avec eux : ces hommes surpassent pas seulement en forces farouches, pour enchérir encore sur leur nature sauvage, empruntent le secours de l’art et du temps qu’il fait : ils noircissent leurs boucliers, se teignent la peau, choisissent pour combattre la nuit la plus obscure ; l’horreur seule et l’ombre qui enveloppent cette lugubre armée répandent l’épouvante : il n’est pas d’ennemis qui soutiennent cette vue étrange et pour tout dire infernale [...]285.

154L’armée romaine peut annihiler ces artifices barbares, ainsi que l’exprime le même Tacite :

  • 286 Tacite, Hist. IV, 29 (trad. H. Goelzer).

La nuit ne mit pas fin à la peine [...]. Ce fut alors un vacarme confus, le hasard, l’incertitude ; impossible de prévoir où il fallait frapper et comment parer [...]. Du côté des Germains, c’était une fureur irraisonnée : le soldat romain avec son expérience des dangers, lançait des pieux ferrés, des blocs pesants et pas au hasard286.

155Le furor est vaincu par la disciplina, la nature est tenue en échec par la technique romaine et les prévisions du bon général. Ce n’est pas un hasard, mais un choix tactique de Trajan, si des troupes auxiliaires germaniques interviennent lors du combat nocturne, dans un milieu (la forêt) et des circonstances (la nuit) où leur mode de combat est utilisé au mieux et où ils l’emportent, assistés par des Romains. La frise présente ici une adaptation iconographique d’un thème littéraire somme toute courant. Malgré l’abri offert par la forêt, la nuit et les chariots, les Daces sont cernés et massacrés par l’armée romaine. La raison en est l’exceptionnelle qualité de Trajan, qui brise et renverse en sa faveur les caractéristiques de la nature dace, qu’il s’agisse des phénomènes atmosphériques ou des mœurs des Barbares.

  • 287 Pollen 1874, p. 177, voit la seconde divinité féminine comme Luna. Cichorius 1900, p. 378-383, la v (...)
  • 288 Scènes 149-150, pl. XII et XXIb.
  • 289 Smith 1988, p. 53.

156Le second personnage féminin apparaît donc en fin de frise (sc. 150, pl. XXIb). Les interprétations divergent à son sujet287, cependant, de par sa ressemblance avec la première, il semble impossible de lui attribuer un sens différent. Ces deux Nuits presque alignées, dont la seconde coïncide avec les ultimes opérations militaires en Dacie, peuvent signifier pour les Romains une progression dans la maîtrise des éléments naturels hostiles, dont l’obscurité nocturne. Les ultimes reliefs associent d’ailleurs de nombreux éléments de la nature sauvage : un sanglier, la forêt, le relief montagneux, enfin ce phénomène atmosphérique figuré par la divinité féminine288. Cette synthèse d’éléments naturels n’a pas valeur topographique, elle ne décrit pas une région particulière de la Dacie, mais la fin des hostilités, le contrôle total par Rome de l’espace dace, des éléments naturels et de ses habitants. Rappelons que, dans le portique nord du Sebasteion d’Aphrodisias de Carie, un relief de Hemera-Jour a été découvert en compagnie de la personnification d’Okeanos-Océan, ce qui laisse supposer, vu le caractère lacunaire de notre documentation, deux reliefs parallèles de Terre et de Nuit289 : l’objectif aurait donc été de signifier, par ces quatre figures allégoriques disposées dans le portique, la totalité du monde et du temps.

  • 290 Ibid., p. 53, et références dans sa note 7.
  • 291 Autre occurrence : Maffei 1990 insiste sur la pietas de Marc Aurèle qui reçoit l’aide des éléments (...)

157R. R. R. Smith, auteur de la proposition, rapproche encore ce décor d’une procession alexandrine sous Ptolémée II, encadrée par des personnifications de l’Aurore et du Crépuscule290. La démarche était peut-être identique sur la colonne Trajane, avec d’une part Danube et Jupiter, de l’autre les deux allégories féminines ; le moins que l’on puisse dire est que l’association œcuménique est moins évidente sur le relief trajanien, car soumise à l’impératif d’une narration de type historique. Cependant, si l’on considère que le champ d’action de la frise est la Dacie, tant le ciel (Jupiter) que le fleuve-frontière (Danube) et la Nuit abandonnent ou désertent les Daces. À l’échelle provinciale, les éléments naturels ont pris fait et cause pour Rome291.

4–CONCLUSION

  • 292 Telle était encore l’opinion de Coarelli 1992a, p. 643 : « [...] il reste indéniable que le sens de (...)
  • 293 Vitruve, I, 2, 2 (trad. Fleury 1990) : « utilisation associée de la règle et du compas à l’échelle  (...)
  • 294 « Représentation en élévation de la façade et la figuration élaborée à l’échelle, selon les calculs (...)
  • 295 « Esquisse de la façade et des côtés en perspective et la convergence de toutes les lignes vers le (...)
  • 296 Gros 1976, p. 60 et 62. Sur l’exemple célèbre de Pompée et de la maquette du théâtre de Mitylène, l (...)
  • 297 Frezouls 1985, p. 219.
  • 298 Pour Brilliant 1970, cela a l’avantage d’aider le spectateur dans l’identification des scènes.
  • 299 Coarelli 1992a, p. 644 : « [...] la série de reliefs, au moins dans le sens hélicoïdal, ne peut en (...)

158Au terme de l’analyse verticale, la lecture spirale ne nous paraît plus aussi évidente qu’il pouvait le sembler292. Certes l’organisation en continu, par sa rigueur, ses répétitions ou variations, a demandé une grande précision, laquelle légitime l’idée d’un projet préalable, fixé avec soin dans un modèle et proposé au commanditaire. Mais ce modèle a été adapté aux impératifs de structure du monument, à savoir la découpe verticale de la frise. La rigueur des alignements verticaux décelés ne peut être le fruit des probabilités. Si quelques décalages verticaux apparaissent parfois, qui peuvent fragiliser le découpage du fût et les cohérences proposées (fig. 28), l’exactitude des axes, au moins sur les faces SE ou NO, a été perçue par de nombreux observateurs. La volonté de ménager des alignements sur le fût de la colonne Trajane est indéniable, de même il est certain que leur réalisation nécessita une préparation soignée. Cela implique que la frise, sculptée sur chaque bloc de bas en haut et en continu, a été réalisée d’après un modèle doublement calibré. Chaque scène (ou panneau correspondant à la journée de travail d’un sculptor) était non seulement inscrite dans le cadre spiral, mais dans des limites dimensionnées en longueur afin de créer verticalement les thématiques voulues. Le De Architectura décrit en partie les outils disponibles à cette fin : des croquis en plan (ichnographia)293 ; des croquis en élévation (orthographia)294 ; et des croquis en perspective (scaenographia)295. À cela, il convient d’ajouter l’usage des maquettes, documents de travail et de chantier296. L’ensemble a pour objet de fixer, en les décrivant, la venusta species des bâtiments, c’est-à-dire d’adapter leur aspect aux anomalies de la vision humaine297. Or, si les scènes de la frise, parfois répétitives298, s’intègrent à une structure dont la richesse passe avant tout par la lecture verticale, reste à aborder une objection majeure : la visibilité de la frise299.

  • 300 Settis 1991, p. 197. Sur cet aspect de la culture antique : Canfora 1972 ; Brunt 1980, p. 488-494, (...)

159Premier élément de réponse : la superposition des spires favorise la recomposition en grandes séquences thématiques. Pour reprendre la face SE (pl. I à IIIb ; fig. 18), les douze spires inférieures présentent des scènes de passage, d’avance et de travail par l’armée, d’ambassade et de batailles, et aboutissent à la scène de soumission (spire 11-12). À quelques variantes près, les autres faces favorisent une telle recomposition des spires. La superposition verticale ménage donc un discours épidictique, identique, dans ses principes et ses objectifs, à celui développé par l’organisation spirale. Dans un cas comme dans l’autre, le « récit » passe par une succession de scènes dont la plupart disent les vertus de Trajan. La lecture par excerpta ou épitomé, que suppose cette disposition, est un exercice courant dans la littérature antique, conciliable avec une narration continue300.

  • 301 Elles sont cependant conformes au principe de juxtaposition des métopes de l’ordre dorique qui n’ex (...)
  • 302 Comparable à la frise continue de l’ordre ionique.

160Que certaines de nos interprétations soient, dans le détail des dominantes attribuées à telle ou telle face, contestables, ne doit pas remettre en cause les principes de réalisation de la frise : à la répartition des scènes par le concepteur, répondait la recomposition des thèmes par le spectateur. Certes, dans le sens vertical, les spires interrompent la frise vingt-trois fois, au moyen de ruptures temporelles et spatiales absolues301. Ces ruptures sont cependant atténuées par le principe épidictique de l’œuvre, identique à celui utilisé dans le déroulé spiral. En effet, si l’on observe les reliefs dans leur continuité302, la frise apparaît avant tout comme découpée en « scènes » par divers éléments : arbres, directions kinésiques opposées de groupes humains, éléments architecturaux... Quel que soit le sens de lecture observé, le procédé de recomposition est similaire. Les blocs sont juxtaposés et s’ordonnent moins en récit historique qu’en discours épitomique et épidictique.

  • 303 Plutarque, César XXIII : « [...] car d’aucuns prétendaient que la Bretagne était le nom imaginaire (...)

161De cette œuvre qui commémore une conquête, ressort un portrait de l’empereur plus complet et nuancé qu’il ne pouvait paraître. Tel César qui, avec une belle obstination, passa le Rhin et débarqua en Bretagne, devenant le premier Romain à atteindre les bornes du monde occidental303, Trajan franchit la frontière danubienne et remporte la victoire. Celle-ci est la conséquence de sa piété et de la protection que Jupiter lui accorde. Par la conquête surtout, Trajan est civilisateur. Il excelle tant dans la guerre que dans la paix, et plus encore : l’objectif des guerres daciques est, au-delà de la victoire militaire, la métamorphose de la Dacie en province.

162Le fait que la dimension historique et chronologique des événements s’efface devant le discours épidictique, n’empêche pas les étapes essentielles de la conquête d’être, à l’identique de l’organisation spirale, préservées par l’organisation verticale. Cet agencement doublement soigné des thèmes est conforme aux principes donnés par Lucien à l’apprenti historien :

  • 304 Lucien, Hist. VI (d’après la traduction anglaise de K. Kilburn). La métaphore est empruntée à l’arc (...)

Il faut suivre ces deux principes : choisir ceci et écarter cela. En premier lieu, voyons ce qu’un historien doit éviter, les maladies qu’il doit écarter ; puis ce qu’il devra utiliser afin de ne pas s’égarer du droit chemin – je veux dire comment débuter, comment organiser ses matériaux, les proportions exactes de chaque partie, ce qu’il doit oublier, ce qu’il doit développer, ce qu’il vaut mieux survoler, et comment traduire les faits en mots et les assembler304.

  • 305 Lucien insiste tout particulièrement sur l’introduction d’une œuvre, qui ne doit pas être grandiose (...)

163Sélection, choix et réorganisation de la matière après sélection : autant de principes que la lecture verticale, comme la lecture spirale, met en pratique305.

  • 306 Spires 20 à 22.
  • 307 Sur les implications culturelles du tissage en Grèce et à Rome et la signification des croisements, (...)
  • 308 Ibid., p. 135.

164De multiples cohérences se manifestent, basées sur les excerpta verticaux. Le problème de la visibilité physique de la frise se pose cependant avec, si j’ose dire, une grande acuité. Or, il est difficile de déterminer avec précision le seuil visuel au-delà duquel l’œil ne peut plus discerner non le détail, mais le thème d’une scène. La mort de Décébale, les scènes de suicides des Daces ou l’exposition de la tête du roi se trouvent logiquement au sommet de la frise : qu’en était-il de la visibilité de ces spires306 ? Considérer leur situation comme l’indice de la maladresse des concepteurs et sculpteurs, hypothèse souvent admise, doit être prouvé. L’objet du chapitre suivant sera de retrouver le parcours du spectateur romain amené à dépasser ce qui, dans la lecture verticale, relevait du cardage (opération qui sépare, décomposition et identification des vingt-trois spires en registres indépendants) pour distinguer ce qui relevait du filage (opération qui assemble, réunion des axes verticaux en fils cohérents)307. L’opération demande de séparer les fils directeurs – un de nos critères sera la visibilité – de la trame secondaire, donc d’identifier sur la colonne Trajane les fondamentaux du subalterne308.

  • 309 Ibid., p. 149-153.

165La métaphore du « tissage », utilisée ici, n’est pas innocente. Elle est fréquemment utilisée par les écrivains latins. Texere, « tisser, ourdir une trame », est depuis l’époque de Cicéron synonyme de « composer un ouvrage écrit, écrire ». La métaphore implique l’élaboration d’une œuvre par entrelacement de parties contraires, dont le résultat doit être équilibré et homogène. Ce que Cicéron résume par le verbe ordiri, « ourdir une trame, monter la chaîne d’un tissu, commencer un discours »309. Or à Rome, la lecture est également liée à ce modèle, ce qu’exprime le verbe retexere, « tisser de nouveau, renouveler ». Selon John Scheid,

  • 310 Ibid., p. 159.

l’écrit est donc une chaîne dans laquelle les lecteurs successifs du poème – à commencer par l’auteur – introduisent chacun leur trame, chaque lecture constituant un texte sonore unique, défait par le silence pour être « retissé » dans chaque nouvelle mise en son. Implicite [...] est une théorie dynamique du texte, censé consister non pas en un objet mais en la rencontre du scripteur et du lecteur dans la lecture310.

  • 311 Nous faisons allusion entre autres aux principes vitruviens de l’ordinatio, dispositio, distributio (...)
  • 312 Gros 1984b, p. 333-334 : « La méditation sur la symétrie et la proportion est, à vrai dire, aussi f (...)

166Remarquons deux points. Dans la frise de la colonne Trajane comme dans une œuvre littéraire, sont inclus des critères interprétatifs qui tendent à restreindre les « lectures » possibles. Ensuite : la création d’une œuvre, que ce soit en littérature ou en architecture311, suit dans la mentalité romaine un processus de composition strict312. Dans le cas du textus qu’est la frise, le « tissage » des lignes thématiques et des structures épitomiques paraît certain. Afin d’en vérifier l’efficience, il convient d’en préciser les conditions de visibilité.

Notes

1 Architecte français venu à Rome étudier la colonne Trajane. Cité par Agosti-Farinella 1985, p. 1135.

2 L’importance de la colonne Trajane dans l’art européen, de la Renaissance au xxe siècle, a été abordée par Becatti 1982, p. 536-539 ; Agosti-Farinella 1984, p. 400403 ; Agosti-Farinella 1985 ; Agosti-Farinella 1987, p. 1102 ; Agosti-Farinella 1988 ; Belloni 1990, p. 95 note 5 ; Settis 1991, p. 188 ; et Farinella 1992, p. 124-131 (nous devons cette référence à Guy Le Thiec, que nous remercions vivement).

3 Becatti 1982, p. 538 ; Agosti-Farinella 1985, p. 11081110 ; Huet 1996, p. 12. Sur la postérité de la colonne Trajane, de l’Antiquité à la colonne Vendôme : Gauer 1981, et Farinella 1982. Sur l’importance de la statuaire antique de 1500 à 1900, dont les moulages de la colonne Trajane effectués par les Français : Haskell-Penny 1988, dont p. 6263. Sur la colonne Trajane de manière générale, se reporter à l’ouvrage collectif : La colonna Traiana e gli artisti francesi da Luigi XIV a Napoleone I 1988. Sur le cas particulier de Piranèse : Jacopi 1979, et Marconi 1979. L’admiration pour la colonne Trajane ne date pas du Rinascimento : la Commune de Rome prit à son endroit, le 25 mars 1162, un décret visant à la protéger (texte et référence dans Settis 1991, p. 186-187).

4 Spire 1, sc. 3-4, pl. XLVIIa ; spire 7, sc. 48, pl. XLVIIIb ; spire 15, sc. 101, pl. Lb.

5 Lehmann-Hartleben 1926, p. 114 et 145-146 : l’auteur propose que les sculpteurs œuvrèrent selon des cartons de la longueur d’une spire, ce qui permit de superposer les spires les unes aux autres (lire Gauer 1977, p. 9 note 43, et Settis 1988a, p. 212-214).

6 Gauer 1977, p. 8 et 45-46.

7 Même constat dans Brilliant 1986, p. 103.

8 Sur la colonne de Marc Aurèle : Wegner 1931, mais aussi Petersen-Domaszewski-Calderini, 1896 ; Pallottino et alii 1955 ; Maffei 1990 ; et enfin les actes de la Table-Ronde Autour de la colonne aurélienne 2000.

9 Gauer 1977, p. 47. Sur les colonnes torses : Becatti 1960, p. 47-82 (celle de Marc Aurèle), et p. 83-287 (colonnes de Théodose et d’Arcadius) ; Brilliant 1986.

10 Avant les travaux de Peter Rockwell (voir fig. 4), Farinella 1981, p. 2, contredisait déjà l’affirmation de Gauer 1977, p. 8 note 36.

11 Face nord-ouest, spire 22, pl. LVIIc : présentation de la tête de Décébale à l’armée.

12 Settis 1988a, p. 210-212. Bode 1992, p. 169, propose trois types de liens verticaux : par corrélation de scènes sur des spires voisines ; par correspondances de scènes à topoi ou motifs identiques à plusieurs spires de distance ; enfin par axes verticaux résumant le contenu de la frise.

13 Settis 1991, p. 196. Il ajoute lui aussi, preuve de l’efficacité de ce mode de composition et de lecture : « Une telle lecture est d’autant plus probable que ces correspondances verticales augmentent en nombre dans la colonne de Marc Aurèle ».

14 Coarelli 1992a, p. 643-644. Rappelons ici le chiffre donné par l’auteur (ibid., p. 645) de soixante-dix-neuf scènes « narratives » – à référent événementiel – sur cent-cinquante-cinq (de même Torelli 1982, p. 120).

15 D’après Settis 1988a, p. 212.

16 Sc. 75, pl. IIIb.

17 Spire 18-19, pl. IVb et Vc.

18 Il est aussi visible depuis la face S : pl. LVa et LVIIa.

19 Spire 21-22, pl. IVc, ou face S, LVIIb.

20 Sc. 27, pl. Ib, ou face S, pl. LIIIb. Et sc. 28, pl. Ib, ou face S/SE, pl. LIIIb.

21 Sc. 40, pl. IIa ; face S, pl. LIVa.

22 Sc. 56, pl. IIb ; face S, pl. LIVb.

23 Sc. 68-69, pl. IIIa ; face S, pl. LVa.

24 Sc. 75, pl. IIIb ; face S, pl. LVa. Gauer 1977, p. 30.

25 Ibid., p. 45, perçoit la scène 75 comme le signe de la victoire à venir de Trajan et l’annonce de la Dacia provincia romana.

26 Sc. 118, pl. IVb ou Vc ; face S, pl. LVIIa.

27 Sc. 141, pl. IVc ou VI ; face S, pl. LVIIb.

28 Pl. IVc ou VI ; face S, pl. LVIIc.

29 On peut interpréter l’attitude de ces deux groupes de Daces comme un signe de leur superbia, de leur prétention à traiter d’égal à égal avec l’empire romain.

30 Il mettait en relation la scène 57-58 avec Trajan loricatus à cheval (spire 8-9, pl. IIb, ou face E, pl. VIIIb) ; la scène 81 montrant Trajan à pied dans la cité pourvue d’un portique (spire 12-13, pl. IIIc) ; et la scène 102 (spire 15-16, pl. IIIc, IVa ou Vb), avec Trajan à cheval, en tunique mais à la tête de l’armée, et se dirigeant vers un sacrifice.

31 Settis 1988a, p. 214.

32 Sc. 12, pl. Ia.

33 Sc. 27, pl. Ib, ou face S, pl. LIIIb.

34 Notre principe est de ne pas solliciter deux fois une même scène : à l’exception ici de la scène 28, qui combine adlocutio et ambassade dace, celles prises dans la ligne thématique « Trajan et les Daces » ne sont plus mentionnées.

35 Spire 5-6, pl. IIa.

36 Spire 13-14, pl. IIIc ou Va.

37 Spire 19-20, pl. IVb et Vc.

38 Gauer 1977, p. 45-46. Spire 11-12, pl. IIIb ; spire 19-20, pl. IVb.

39 Spire 17-18, pl. IVb et Vc.

40 Face SE, spire 17-18, sc. 112-114, pl. IVb et Vc ; face E, pl. Xa. Et face SE, spire 20-21, sc. 134-135, pl. IVb-c ; face E, pl. Xb (Settis 1988a, p. 214).

41 Face SE, spire 14-15, pl. IIIc, IVa ou Va.

42 Bode 1992, p. 169, y voit deux contre-offensives daces.

43 Spire 6-7, pl. IIa.

44 Bode 1992, p. 172.

45 Notre schéma, qu’il faudra confronter aux synthèses des faces adjacentes, se veut un relevé exhaustif des structures verticales et ne tient pas compte, pour l’instant, des impératifs de visibilité, que nous aborderons Chapitre Trois.

46 Brilliant 1986, p. 104.

47 Spire 1, sc. 1, pl. VIIa.

48 Spire 2, sc. 6, pl. VIIa.

49 Brilliant 1986, p. 94 et 104 ; voir sa planche 3.2 (ibid., p. 93). Notre relevé photographique incite à revoir ses alignements de la face SE. Par exemple il remarque (ibid., 106) que le groupe de Trajan des scènes 12 et 50 (fig. 15) obéit à une composition identique de frontalité tournée vers la gauche. C’est exact, mais la scène 12, située sur la spire SE, est invisible depuis la spire E ; la scène 50 est, elle, précisément sur l’angle E.

50 On remarque (spire 8 pl. VIIIa, et pl. LXVb) un curieux motif sculpté au flanc d’un élément rocheux. Quelle que soit sa signification, il joue un rôle dans la constitution d’un axe visuel repère (Gauer 1977, p. 17 et 45, pour un rapprochement et une interprétation, inspirée des itineraria militaires, des scènes 14 et 50 parfaitement alignées. Settis 1988a, p. 333, évoque pour la scène 50 « le convenzioni della cartografia romana » ; il ne dit rien de tel pour la scène 14, dont nous ne voyons pas non plus l’identité avec la scène 50 ; pl. VIIa et VIIIb, et détails pl. LXVa et b).

51 Le fût ne comporte jamais que dix fenêtres sur sa hauteur, mais celles-ci sont, face SE, relayées par : un arbre (spires 3-4, 4-5, 9-10, 17-18, 21-22) et un édifice (spire 11-12), soit seize relais pour le regard.

52 Nous recherchons en priorité la silhouette impériale, conformément à sa valeur cardinale dans le discours et au réflexe visuel que l’on peut supposer être celui d’un spectateur romain, habitué aux représentations synthétiques du monnayage construites autour des actions de l’empereur (Hölscher 1994, p. 94-105 et 117-124).

53 Spire 14, sc. 90, pl. IXb.

54 Spire 5, sc. 30, pl. VIIb.

55 Dion Cassius LXVIII, 9.

56 Sc. 31, pl. VIIb.

57 Comme le suggère Gauer 1977, p. 26.

58 Spire 12, pl. IXa. Et spire 21, pl. Xb et XIc.

59 Spire 3, pl. VIIa. Et spire 5, pl. VIIb.

60 Spire 12, pl. IXa. Et spire 21, pl. Xb et XIc.

61 De nombreuses scènes de défaite ou de fuite daces rythment la face E (fig. 19).

62 Pour Brilliant 1986, p. 106-108, la scène 75 était aisément visible car située au niveau des fenêtres de la Basilica. Nous reviendrons sur ces problèmes Chapitre Trois.

63 Cité par Settis 1988a, p. 212. Il s’agit de la scène 60 (spire 9, pl. XVIa) et de la scène 65 (spire 10, pl. XVIa).

64 Ce que Wataghin Cantino 1969, p. 54-61, nomme la « vue d’en haut », qualifiée d’hellénistique.

65 Gauer 1977, p. 46. Farinella 1981, p. 7-8, y a vu un résumé de la totalité de cette campagne mésique. Settis 1985, p. 1169 (ou Settis 1988a, p. 208 et 210-212), y reconnaît l’illustration parfaite d’un bloc thématique vertical. Également : Bode 1992, p. 169.

66 Spire 5, pl. XVa, et spire 6, pl. XVa.

67 Spire 7 : face NE/N, sc. 42, pl. XIVa, XVb et XXIIIa : adlocutio. Spire 8 : face NE, sc. 51, pl. XIVa et XVb : adlocutio ; face NE/N, sc. 52, pl. XIVa, XVb et XXIIIb : ambassade de Daces comati. Spire 9 : face NE, sc. 61, pl. XIVa et XVIa : soumission d’un Dace pileatus. Spire 10 : face NE, sc. 66, pl. XIVb et XVIa : soumission de deux Daces pileati. Spire 11 : face NE, sc. 72, pl. XIVb et XVIb : des têtes coupées présentées à Trajan. Spire 12 : face NE/N, sc. 77, pl. XIVb, XVIb, XVIIa et XXIVb : adlocutio.

68 Scène 83 : face NE/E, spire 13, pl. XIVb, XVIIa, XIXa et XXIVb : adventus. Scène 91 : face NE, spire 14, pl. XVIIa, XIXa : libation avant un sacrifice.

69 Face NE, spire 15, sc. 95-97, pl. XVII et XIXb.

70 Face NE, spire 16, sc. 103, pl. XVII et XIXb.

71 Sur l’axe de la face NE, spire 4, sc. 24, pl. XIIIb et XVa.

72 Face NE/N, à droite de l’axe de la face, sc. 52.

73 Face NE, à droite de l’axe, sc. 61.

74 Face NE, sur l’axe de la face, sc. 66.

75 Face NE, à droite de l’axe, sc. 72.

76 Bode 1992, p. 146.

77 Pl. XVII et pl. LXIVb pour un détail de la colonne ; pl. LIXa pour la Grande Frise.

78 Settis 1988a, p. 210-211, distingue sur cette face une courte séquence marquée par les reprises ponctuelles de cavaliers, qui ne paraît pas significative.

79 Dion Cassius LXVIII, 9, 6 (trad. E. Gros et V. Boissée). Analyse de Gauer 1977, p. 30-31. Becatti 1982, p. 559, voyait dans cette scène le retour des Daces réfugiés dans les montagnes.

80 Spire 12, pl. XIVb, XVIb et XVIIa ; pl. LXVIb.

81 Settis 1988a, p. 391.

82 Note 57 ci-dessus. Bode 1992, p. 158, sur les clauses du traité de paix (d’après Dion Cassius LXVIII, 9, 5) et la relation avec la scène 29-30.

83 Pl. VIIb et LXVIIb pour la scène 30 ; pl. XVIb et LXVIb pour la scène 76. Les pl. XVa et XVIb permettent de situer les deux scènes : elles ne sont pas alignées, mais la seconde est visible depuis la face NE.

84 Bode 1992, p. 159.

85 Gauer 1977, p. 30-31,

86 Et, pourrait-on ajouter, leur orientation, puisque les pl. XXXIa ; face NO, pl. XXXb et XXXIa (Settis 1988a, faces NE et N sont dans la direction approximative de la p. 212). Dacie : Gauer 1977, p. 30-31.

87 Ibid., p. 46.

88 Bode 1992, p. 172.

89 Face N, spire 2, pl. XXIIa. Et face N, spire 8,

90 Face N, spire 16, pl. XXVb.

91 Spire 5, pl. XXIIb : vue frontale d’un camp romain assiégé. Spire 7, pl. XXIII : vue cavalière d’un camp romain avec prisonniers daces. Et spire 10, pl. XXIVa : redoute de bois où les Romains ont installé une baliste.

92 Spire 12, pl. XXIVb : adlocutio qui clôture la première guerre. Spire 16, pl. XXVb : adlocutio d’ouverture de la cinquième campagne. Et spire 22, pl. XXVIb : dernière adlocutio de la frise.

93 Settis 1988a, p. 224.

94 Cette adlocutio (pl. XXIIIa) se situe effectivement sur la face NE, mais à gauche de l’axe visuel central et dans une configuration telle que le suggestum est caché par les soldats au premier plan.

95 Axe N, sc. 8, pl. XXIIa.

96 À gauche de l’axe N, sc. 42, pl. XXIIIa.

97 À droite de l’axe N, sc. 53, pl. XXIIIb.

98 Axe N, sc. 78, pl. XXIVb.

99 Axe N, sc. 83, pl. XXIVb.

100 À gauche de l’axe N, sc. 103, pl. XXVb.

101 Axe N, sc. 104, pl. XXVb.

102 Axe N, sc. 137, pl. XXVIb.

103 Pl. XXIIIb (un pileatus se soumet) et pl. XXIVa (deux pileati se soumettent)

104 Le premier élément de la frise, un bâtiment, était placé face E sous la première présence de Trajan. L’hypothèse de Peter Rockwell relative à la réalisation de la frise par bloc, de la base vers le sommet, la seule crédible, implique, à partir du moment où des superpositions aussi délibérées se manifestent de spire en spire, que ces dernières sont volontaires

105 Spires 18-19 : défaite et suicide des Daces ; spires 21-22 : fuite dace et suicide de Décébale. Sont intercalées les spires 17 et 20 : moissons, statio, labor.

106 Face N/NO, spire 4, sc. 24 : Jupiter ; face N, spire 6, sc. 38 : divinité féminine, la Nuit.

107 Voir ci-dessous note 217 pour l’extrait suggestif de Tacite à ce propos.

108 Gauer 1977, p. 46-47 : en regard du temple du Divin Trajan, sont placés le prodigium, la Victoria et la tête de Décébale. Koeppel 1979, p. 369 : « A most convincing vertical correspondence links the barbarian falling from his mule, early in the war [...], with the suicide of Decebalus [...] : a prodigium announcing the final collapse ». Voir encore Settis 1985, p. 1168 ; Brilliant 1986, p. 103 ; Settis 1988b ; Settis 1991, p. 196 : cette face est « un axe très important, car il correspond au « côté » de la Colonne qui était placé en face du Temple de Trajan » (emplacement discuté aujourd’hui : voir notre Seconde Partie). Bode 1992, p. 170-171, le décrit comme le second grand axe de la frise, celui de la Victoire.

109 Spire 2, pl. XXVIIa et XXVIIIa. Spire 12, pl. XXXIIa. Et spire 22, sc. 145, pl. XXXVIb et XXXVIIc.

110 Face NO/O : spire 2, sc. 10, pl. XXXVIIIa. Spire 8, sc. 54, pl. XXXVIIIb. Et spire 11, sc. 73, pl. XLIa.

111 Spire 16, sc. 105, pl. XLIb.

112 Spire 7, sc. 46, pl. XXX.

113 Spire 8, sc. 53, pl. XXXb.

114 Spire 13, sc. 84-85, pl. XXXII.

115 Spire 15, pl. XXXIV.

116 Settis 1988a, p. 208.

117 Gauer 1977, p. 46 : cette scène est comprise comme une illustration de l’anecdote rapportée par Dion Cassius LXVIII, 14.

118 Successivement : face O, spire 6, pl. XXXVIIIb. Puis face O, spire 7, pl. XXXVIIIb. Puis face NO, spire 20, pl. XXXVIb. Et enfin face NO, spire 21, pl. XXXVIb.

119 Sc. 18, pl. XXVIIa et XXVIIIb. Les premiers Daces étaient respectivement : sur la face SE, des ambassadeurs (spire 4-5, sc. 28, pl. Ib) ; angle E, les femmes daces sous la protection de Trajan (spire 5, sc. 30, pl. VIIb) ; face NE, des têtes de Daces (spire 4, sc. 24, pl. XIIIb) ; angle N, les Daces vaincus (spire 4, sc. 24, pl. XXIIb).

120 Sc. 24, pl. XXVIIa, XXVIIIb et XXIXa.

121 Spire 15, sc. 95-97, pl. XVII et XIXb.

122 Settis 1988a, p. 215, oppose les faces SE et NO : la première spire vers la basilique (SE) invite au regard, alors que le côté opposé est celui de la Victoire. Bode 1992, p. 171-172, fait de même avec la face SO qui serait celle du Danube et des profectiones, donc du début des opérations : voir ci-dessous le commentaire de cette face.

123 RIC II, p. 281 et planche X, 181 : sesterce de Trajan (daté de 103-111) portant au revers une Victoire debout et écrivant VIC. DAC. sur un bouclier (consulter aussi Hill 1989, p. 80). Overbeck-Kent-Stylow 1973, p. 104 et planche VI, 220 : sesterce de Vitellius portant au revers une victoire ailée inscrivant sur un bouclier OB. CIVIS. SERV. ; la monnaie porte la légende VICTORIA AUGUSTI (Overbeck-Kent-Stylow 1973, p. 104 et planche VI numéro 220).

124 Jenkins 1986, p. 115.

125 Le monnayage utilise indifféremment événements historiques et allégories selon la volonté du commanditaire (Hölscher 1994, p. 98-102). La frise utilise les deux, ce qui ne devait en aucune façon surprendre les spectateurs romains.

126 Settis 1988a, p. 215.

127 Ibid., p. 210.

128 Ibid., p. 217. Les spires 17 à 23 forment pour S. Settis une véritable « séquence dace ».

129 Ibid., p. 218, en propose un commentaire-résumé.

130 Voir le Chapitre Trois sur ce problème.

131 Sc. 10, pl. XXXVIIIa et XXXIXa. Et sc. 54, pl. XXXVIIIb et XLb.

132 Sc. 73, pl. XLIa et XLIIb. Et sc. 117, pl. XLIb et XLV.

133 Sc. 33, pl. XXXVIIIa et XLa. Et sc. 79-80, pl. XLIa et XLIIb. Correspondances reprises de Settis 1988a, p. 212, et Bode 1992, p. 169.

134 Spire 7, pl. XXXVIIIb et XLb.

135 Farinella 1981, p. 6-7.

136 Brilliant 1986, p. 104-106, indique un axe vertical formé par l’adlocutio de la scène 10, la scène 19 où Trajan est représenté en frontalité, et la Victoire de la scène 78. Cet axe est, à notre avis, légèrement décalé sur la face O et ne culmine pas avec la Victoire ailée placée, elle, dans l’axe de la face NO (comparer les pl. XXXIIa et XLIa).

137 Spire 2, sc. 10, pl. XXXVIIIa et XXXIXa ; spire 8, sc. 54, pl. XXXVIIIb et XLb ; spire 11, sc. 73, pl. XLIa et XLIIb.

138 Spire 5, sc. 33, pl. XXXVIIIa et XLa.

139 Spire 3, sc. 19-20, pl. XXXVIIIa et XXXIXb ; spire 4, sc. 25, pl. XXXVIIIa et XXXIXb ; spire 16, sc. 105, pl. XLIb et XLIIIb.

140 Spire 6, sc. 39, pl. XXXVIIIb et XLa ; spire 7, pl. XXXVIIIb et XLb.

141 Spire 13, sc. 86, pl. XLIa et XLIIIa.

142 Spire 15, sc. 100, pl. XLIb et XLIIIb.

143 Sc. 2, pl. XXXVIIIa et XXXIXa.

144 Sc. 19-20, pl. XXXVIIIa et XXXIXa.

145 Sc. 25, pl. XXXVIIIa et XXXIXb. L’interprétation de cette scène pose problème : voir en fin de chapitre nos propositions.

146 Sc. 33, pl. XXXVIIIa et XLa.

147 Sc. 39, pl. XXXVIIIb et XLa.

148 Sc. 46-47, pl. XXXVIIIb et XLb.

149 Sc. 73, pl. XLIa et XLIIb.

150 Sc. 79-80, pl. XLIa et XLIIb.

151 Sc. 86, pl. XLIa et XLIIIa.

152 Sc. 99-100, pl. XLIb et XLIIIb.

153 Sc. 105, pl. XLIb et XLIIIb.

154 Spires 17 à 19, pl. XXXVa, XXXVI et XXXVIIa.

155 Sc. 115-116, pl. XLIb, XLIVa et XLV.

156 Spire 15, pl. XIXb et pl. LXIIIb.

157 Sc. 25, pl. XXXVIIIa et XXXIXb.

158 Le contexte est bien celui d’une bataille, mais comme pour la scène 115-116 nous en distinguons face O l’extrémité seule, laquelle montre les Daces œuvrant pour élever un obstacle à l’avance romaine.

159 Spires 4, 14, 17, 18 (fuite depuis la cité ceinte de murailles), 19, 20 et 21.

160 Spires 5 (embarquement), 8, 9, 12 et 13 (navigation, puis débarquement), 16, 20, 23.

161 Spire 20, sc. 131, pl. XLIVb, XLV et XLVIa.

162 Spire 21, sc. 139-140, pl. XLV, XLVIa, et face SO, pl. LIIa. Les neuf adlocutiones de Trajan sont d’ordinaire le prélude à une action efficace de l’exercitum romain (sc. 10 et 51, suivies d’une scène de labor ; sc. 54, suivie d’une scène d’avance ; sc. 104, suivie d’un concilium, puis d’une scène d’avance) ou épilogue d’un succès (sc. 27, suivie d’une ambassade dace en fin de première campagne ; sc. 42 et 73, suites d’une bataille ; sc. 77, fin de la première guerre (les soldats sont en tunique : pour Campbell 1984, 73-75, ce détail indique « la fin de la première guerre dacique et l’établissement de conditions pacifiques ») ; la sc. 137 suit une victoire et précède la capture du trésor de Décébale, mais sert aussi de miroir rhétorique à l’adlocutio de Décébale). L’unique adlocutio du roi dace a, pour le moins, des effets funestes. À titre de comparaison, la célèbre adlocutio de Galgacus (Tacite Agr., XXX-XXXII) est suivie par un discours d’Agricola (ibid., XXXIII-XXXIV), et la bataille qu’ils précèdent, une victoire romaine (ibid., 35-37), pousse certains Bretons à se suicider (ibid., XXXVIII ; voir ci-dessous note 217 pour le texte). L’organisation est certes rhétorique, mais la similitude entre texte et frise révèle davantage : des structures mentales proches, un regard identique des Romains sur les Barbares, leurs qualités et leurs réactions dans la défaite.

163 Spire 22, sc. 146, pl. XLV et XLVIb.

164 Ces présences antagonistes sont une reprise partielle de la correspondance verticale « Trajan et Décébale » identifiée sur la face E, où le roi dace avait été identifié deux fois.

165 Spire 5, sc. 34, pl. XLVIIIa ; spire 12, sc. 79-80, pl. XLIXb.

166 Spire 1, sc. 3-4, pl. XLVIIa ; spire 7, sc. 48, pl. XLVIIIb ; spire 15, sc. 101, pl. Lb : dans le dernier cas, il ne s’agit pas d’un pont de navires, mais l’image est à la verticale exacte des deux précédentes et sa construction identique ; voir la fig. 9 pour un relevé de ces éléments.

167 Gauer 1977, p. 45-46.

168 Ibid., p. 10 note 45, indique que les portes-arcs n’existent que dans ces scènes de passage. Or, il existe deux autres portes-arcs sur la face NO (fig. 9). Elles s’inscrivent dans la quatrième campagne, dont la thématique tranche décidément sur les structures canoniques de la frise.

169 Déjà remarqué par Karl Lehmann-Hartleben (Gauer 1977, p. 11).

170 Settis 1985, p. 1168, cite Fronton : Imperium populi Romani a Traiano imperatore trans flumina hostilia porrectum. On l’a vu, le thème rhétorique du dépassement des limites de l’Imperium est fréquent à l’époque de Trajan, thème teinté de comparaison politique entre le saeculum de Domitien et celui de son successeur.

171 Gauer 1977, p. 46, place sur les faces N/NE : le prodigium néfaste pour les Daces, car concernant un cavalier qu’il identifie, d’après Dion Cassius, au messager des Bures (sc. 9) ; le premier Dace (sc. 18) ; la première armée dace (sc. 24) ; la tête de Décébale (sc. 145) ; etc.

172 Bode 1992, p. 144-152. En conviennent Koeppel 1979, p. 368-369 ; Brilliant 1986, p. 104 (superposition du « pontoon bridges ») ; Settis 1991, p. 196 (« récurrence du même topos visuel »). Et Bode 1992, p. 169. La thématique du passage des ponts est d’ailleurs l’objet de reprise sur les spires 2 (pl. XLVIIa) et 3 (pl. XLVIIb).

173 Successivement : spire 3, sc. 21, pl. XLVIIb : avance de cavaliers. Puis : spire 4, sc. 26, pl. XLVIIb : soldats progressant dans un torrent. Puis : spire 8, sc. 55-56, pl. XLVIIIb : avance et construction d’une route. Puis : spire 9, sc. 63-64, pl. XLIXa : charge de cavaliers maures. Puis : spire 13, sc. 87-88, pl. La : débarquement de l’armée en tunique. Puis : spire 16, sc. 106-107, pl. Lb : avance de l’armée en deux colonnes. Puis : spire 20, sc. 131, pl. LIb : avance romaine sur des plate-formes de bois. Et enfin : spire 23, sc. 154-155, pl. LIIb : avance de l’armée.

174 Une présence en spire 17, sc. 112, pl. LIa.

175 Sc. 27, pl. XLVIIb. Il s’agit de « l’ambassade orgueilleuse » des comati décrite par Reinhard Bode.

176 Spire 8, sc. 56, pl. XLVIIIb.

177 Spire 10, sc. 68-69, pl. XLIXa.

178 Spire 11, sc. 75, pl. XLIXb. Nous retrouvons les éléments de la ligne thématique « Trajan et les Daces » évoquée plus haut (fig. 20).

179 Spire 4, sc. 27, pl. XLVIIb.

180 Spire 9, sc. 63, pl. XLIXa.

181 Sc. 55-56, pl. XLVIIIb.

182 Sc. 131, pl. LIb.

183 Identification de Settis 1988a, p. 421.

184 Spire 6, pl. XLVIIIa.

185 Successivement : spire 14, sc. 93, pl. La : fuite dans un fort où se trouve Décébale ( ?). Puis spire 15, pl. La.

186 Pline le Jeune, Pan. XII (trad. M. Durry). Settis 1988a, p. 246-247, donne un relevé des qualités de Trajan énumérées dans le Panégyrique de Pline.

187 Ibid., p. 249, rapproche cette scène de Pline le Jeune, Pan. LVI, 5-7 : « Pour rehausser la majesté du président, la variété de costume des demandeurs, leurs langues dissemblables et ces discours auxquels il fallait presque toujours un interprète » (trad. M. Durry), et de Martial XII, 8, 8-10. Dans les deux extraits de Pline cités ici, revient la notion de maiestas impériale. L’isolement diplomatique de Décébale n’était pas acquis ; c’est en tout cas ce que laisse supposer l’anecdote de l’esclave de Laberius Maximus capturé en Mésie et envoyé par Décébale au roi des Parthes : Pline le Jeune, Ep. X, 74. Sur les renseignements épars concernant les guerres daciques dans l’œuvre de Pline : Syme 1964. Enfin, on ne peut s’empêcher de rapprocher cette image d’un extrait de l’Anabase d’Arrien concernant l’expédition d’Alexandre vers le Danube (le texte est certes écrit sous Hadrien, mais les sources sont antérieures). Après une victoire sur les Gètes (nom grec des Daces, rappelons-le), Arrien décrit la scène suivante (I, 4, 6) : « C’est alors que se présentèrent à Alexandre des ambassadeurs de la part des autres peuples indépendants riverains du Danube [...]. Et après les avoir appelés ses amis et conclu avec eux une alliance, Alexandre les congédia [...] » (trad. P. Savinel)

188 Bode 1992.

189 Dion Cassius LXVIII, 8 (trad. E. Gros et V. Boissée).

190 Cichorius 1896, p. 111-121 ;Vulpe 1964 réfute l’identification, mais Vulpe 1971 l’admet ; Gauer 1977, p. 25 ; Becatti 1982, p. 555, est dubitatif quant à l’identification avec la bataille de Tapae. Également Bode 1992, p. 140, lequel considère (ibid., p. 147) que la scène 24 se déroulant semble-t-il en Mésie, c’est elle qui est commémorée par le trophée d’Adam Klissi ; et pour mémoire Bennett 1997, p. 93.

191 Settis 1988a, p. 121 et 173, Et la légende de sa photographie 58, p. 316.

192 Publiés par Russu 1972.

193 Voici la valeur qu’au terme de son étude, Mary 1992, p. 610-611, accorde aux navales pontes dans l’œuvre d’Ammien Marcellin : « Instrument tactique, nécessité stratégique, signe tangible d’hostilité de deux espaces différents, le pont de bateaux, malgré sa précarité, est, sous tous ces aspects, un moyen de mise en ordre du monde, et du récit historique lui-même. En ‘tenant le terrain’, grâce à leur construction, les Romains ne prouvent pas seulement leur compétence technique, mais aussi leur capacité à mener une guerre méditée ». Ce type de guerre, poursuit l’auteur, rélève de la ratio. Sur le thème dans la littérature latine, consulter Desnier 1995.

194 La situation du premier pont de navires spire 1, liée au numen de Danubius, dit à la fois l’approbation divine à l’entreprise et la maîtrise technique des Romains.

195 La scène 100 dit davantage la maiestas de Trajan que son savoir-faire diplomatique. Sa situation dans la partie médiane de la frise (qui correspond à la quatrième campagne spirale) en fait un épisode qui assure à la fois la victoire finale et la future création de la Dacia provincia romana : deux thèmes qui, sur les spires 12 à 15, sont indissociables.

196 Sur les textes de Procope et Dion Cassius, voir notre Introduction.

197 Gauer 1977, p. 47. Successivement : spire 11, sc. 75, pl. LVa. Puis spire 21, sc. 141, pl. LVIIb : dernière apparition de Trajan. Ainsi que la spire 22, sc. 147, pl. LVIIc.

198 Sc. 27, pl. LIIIb : ambassadeur barbare à cheval, orienté vers la gauche car à la rencontre de l’empereur.

199 Spires 6-7, 9-10, 10-11, 14-15, 17-18 et 20-21 ; fig. 18.

200 Spires 6, 10, 14 et 20 ; fig. 19.

201 Spires 4, 8, et 18 : incendie par les Daces de leur capitale.

202 Spire 1, pl. VIIa.

203 Spire 2, pl. VIIa.

204 Voir ci-dessus note 171.

205 Dans son essai sur la cartographie dans l’Antiquité et les reconstitutions modernes, Pronterà 1993 propose un ensemble de cartes qui, toutes, placent l’Ister au nord-est de l’Italie : le fleuve naît dans les Alpes au nord de l’Italie, puis se jette dans le Pont après un cours parallèle à la côte septentrionale de la Méditerranée.

206 Autre grille possible pour interpréter les orientations thématique et géographique de la frise : la science augurale. Dilke 1995, p. 42, qui s’appuie sur Frontin, contemporain de Trajan, précise que les haruspices se plaçaient face à l’ouest pour diviser l’aire d’observation en quatre parties. La frise de la colonne Trajane débute sur la face SE (fig. 6), la première apparition de Trajan, tourné vers le NE, est très précisément sur l’axe E (pl. VIIa, spire 2, sc. 6), et la spire s’enroule vers le N-NE, donc la droite : direction de bon augure, par opposition à la sinistra... Précisons cependant, comme le fait Dilke 1995, p. 42, que Varron (De L.L. VII, 7) décrit les augures se tournant vers le sud. Il est dès lors difficile d’accorder une valeur religieuse aux orientations de la colonne Trajane...

207 Spire 1 : ripa et franchissement ; spire 2, pietas ; spire 3, labor ; spire 4, les Daces dans la première bataille.

208 Spires 5-6, et spires 13-14, fig. 20.

209 Ce qui confirmerait la position de Picard 1996, 256 : « Le mystère vient de ce que, au-dessus de la quatrième spire, un œil normal a de plus en plus de peine à distinguer les figures ». Rappelons que, jusqu’à Jacopo Ripanda en 1506, les artistes de la Renaissance, qui s’efforcèrent de dessiner les reliefs de la colonne Trajane, ne dépassèrent pas la sixième spire. Nous reviendrons sur ces évaluations dans le chapitre suivant.

210 Coarelli 1992a, p. 446. Voir notre Chapitre Quatre à ce propos.

211 Ils sont présents face NE en spire 2 (pl. XIIIa), 4 (pl. XIIIb), 5 et 6 (pl. XVa), 7 (pl. XVb), 10 (pl. XVIa), 15 (pl. XVII) et 22 (pl. XXIb). Sur cet axe, le Trajan à cheval de la spire 15 est le seul qui chevauche vers la gauche. La différence d’orientation kinésique est à associer au bloc thématique dont il fait partie, qui tranche sur les parties supérieure et inférieure du fût.

212 Daces et togati sont associés dans cette scène de sacrifice, mais non mêlés (pl. XXVa). Les deux communautés sont encore distinctes. L’image les associe tout en les identifiant de manière claire.

213 Pline le Jeune Ep. X, 20 (Trad. M. Durry). Campbell 1984, p. 37-38 et 45-47.

214 Pline le Jeune, Pan. XIII et XV (Trad. M. Durry).

215 Ou la Victoria Dacica. Les deux thèmes se confondent, puisque Trajan est l’artisan principal de la guerre. Sur l’association pietas/victoria, on peut consulter Charlesworth 1943, p. 3, qui lie à juste titre virtus et pietas à la qualité de propagator imperii des empereurs.

216 L’empereur n’apparaît que sept fois sur les spires 17 à 23 (dernière apparition : face S, spire 21, sc. 141, pl. LVIIb : soumission de Daces pileati).

217 Tacite, Agr. XXXVIII (trad. A. Cordier).

218 Le constat est encore valide pour la colonne de Marc Aurèle : en dernier lieu les actes de la Table-Ronde Autour de la colonne aurélienne 2000.

219 Dont le temps est le « passé-futur » : Marin 1981.

220 Dion Cassius LXVIII, 8 : « Dans l’expédition de Trajan contre les Daces, lorsqu’il fut près de Tapes, où campaient les Barbares, on lui apporta un gros champignon, où était écrit en caractères latins que les autres alliés et les Burres engageaient Trajan à retourner en arrière et à conclure la paix » (trad. E. Gros et V. Boissée).

221 Pour Gauer 1977, p. 24, et Hölscher 1994, p. 114 (= Hölscher 1980, p. 294), il s’agit d’un prodigium. Se reporter à Settis 1985, p. 1155 (= Settis 1988a, p. 192-202 ; pour un parallèle iconographique avec la mosaïque du Palais Impérial de Constantinople : ibid., p. 193, ou Settis 1985, p. 1175). Fears 1981c, p. 79, met avec raison la scène 24 en relation avec le thème des omina imperii : l’intervention de Jupiter prouve que le dieu, maître de la Victoire, soutient Trajan.

222 Devillers 1994, p. 314-315.

223 Becatti 1982, p. 554, qualifie l’objet de « grande crivello del grano » ; Settis 1985, 1155, de « crible ».

224 Commentant Suétone, Aug. 98, Deonnà 1921, p. 102103, indique que « les noms propres sont des présages bons ou mauvais ». En l’occurrence, Auguste avait rencontré, avant la bataille d’Actium, un âne avec son conducteur, le premier nommé Nikon (« le vainqueur »), le second Eutychès (« l’heureux »). Ampolo 1995, p. 326, pense que l’homme qui chute en scène 9 porte le nom de Dacus ou Dekibalos. Pourquoi pas ? Rien ne l’affirme, ni le confirme...

225 Pline l’Ancien, H.N. XXXVI, 51-52. Ibid., H.N. XXXV, 49, précise que le sable entre dans la composition des briques.

226 Andreae 1995, p. 424.

227 Ibid., p. 424-425.

228 Reproductions et commentaires complets dans Becatti 1961, p. 33-36 no 58 pl. CLXXXVIII ; p. 67 no 87 pl. CLXXXVI ; p. 67 no 89 pl. CLXXXVII ; p. 83-84 no 133 pl. CLXXXVI. Plus synthétique : France-Hesnard 1995, p. 90-93.

229 Becatti 1961, p. 33-36, identifie, dans la partie supérieure du modius, les grains matérialisés par des tesselles noires et blanches. Il a indiscutablement raison.

230 Grâce à l’amabilité de Christiane Pinatel (qu’elle trouve ici nos remerciements), nous avons pu voir dans les Petites Ecuries de Versailles les moulages de la frise effectués au temps de Louis XIV (pl. LXXa). L’objet n’a pas de caractéristiques particulières. Rien n’indique un emploi précis.

231 McCartney 1935, pour un classement des rencontres possibles dans la littérature antique.

232 Pl. XXXVb, et XXVb.

233 Vanhove 1992b, p. 59-60. L’auteur cite divers documents d’époque romaine témoignant de la continuation de cette pratique : Pline l’Ancien, H.N. XXXV, 47 (« Peu différent de la poussière de Pouzzoles est le sable du Nil le plus fin, que l’on utilise [...] pour dompter les corps par les exercices de la palestre ») ; ou Plutarque, Alex. XL, 3 (les généraux d’Alexandre exigeaient de disposer de sable du Nil) ; et surtout Suétone, Néron 45 (Néron faisant venir un navire de sable d’Égypte). La mosaïque de Baten Zammour (Tunisie, 4e siècle après J.-C. ; Khanoussi 1994, p. 65 figure 2) montre les pioches nécessaires pour retourner le sable (l’objet rond au centre n’est pas un crible, mais un disque). Nombre de vases attiques montrent des scènes palestriques ou de lutte : par exemple Robertson 1992b, et le catalogue Le stade romain 1994, p. 143-153.

234 Grimstad 1972.

235 Cité par Settis 1988a, p. 192 note 151. Koch-Sichtermann 1975, p. 38-39 et leurs planches 75.2 et 76-78 (ils datent l’exemplaire du Vatican de la seconde moitié du second siècle).

236 Par exemple Koch-Sichtermann 1982, cat. 74 et 147. Sur ce type de chutes, lire également Settis 1988a, p. 192 note 151. Wegner 1931, p. 138-139, établit un parallèle entre cette scène et la scène 79 de la colonne de Marc Aurèle, dans laquelle un cavalier barbare chute, démonté.

237 Vanhove 1992a, et le catalogue Le stade romain 1994.

238 Spire 4, face nord-ouest, sc. 24, pl. XXVIIIa et b.

239 Proches de la tunique des soldats romains occupés à des travaux (par exemple sc. 92, pl. XXXIIIb, et pl. LXVIIIb) ; ces derniers sont cependant chaussés. De Chaisemartin 2003, p. 206-207, voit dans l’homme qui chute un orpailleur, et l’omen la promesse de la conquête par Trajan des richesses de la Dacie : pourquoi pas ?

240 Sur Piazza Armerina, entre autres : Carandini 1964 ; et Carandini-Ricci-De Vos 1982.

241 Cicéron, De Oratore III, 52, 200, et 59, 220 (trad. E. Courbaud et H. Bornecque).

242 Description et interprétation reprise de Panofsky 1995, p. 39.

243 Voir par exemple sc. 6, pl. VIIa ; sc. 7, pl. XIIIa.

244 Pour une description sans commentaire ni interprétation : Becatti 1982, p. 555, et Koeppel 1991, p. 155.

245 Cichorius 1896, p. 124.

246 Gauer 1977, p. 21, 25, et 43. L’auteur situe la scène devant les Portes de Fer.

247 Settis 1988a, p. 141, commente la partie inférieure de l’image, qui voit les Romains incendier un village et ses habitants fuir, comme le signe de la virtus de Trajan qui, par sa seule présence, terrorise les Daces. Bode 1992, p. 142, fait le même constat.

248 Lire sur ce point la très belle étude sur les Romains « chasseurs de tête » de Voisin 1984, p. 285-292, dont nous reprenons ici la partie consacrée à la colonne Trajane. Ce dossier a été développé dans notre communication « ‘Par le vent et par le sabre’ : images barbares et rituels, entre fragment et cohérence », à paraître dans les actes du colloque Les Rites de Victoire (ive siècle avant J.-C.-ier siècle après J.C.), École Française de Rome, 19-21 avril 2001.

249 Dion Chrysostome, Discours XVIII, 5 (traduction d’après H. L. Crosby).

250 Sc. 24, pl. XIIIb ; sc. 72, pl. XXIVa ; sc. 113, pl. LVIb et Vc.

251 Sc. 56, pl. XLVIIIb. Sur le détail des têtes décharnées, voir déjà les remarques de Bianchi 1993, p. 122 note 10.

252 Daicoviciu 1959, p. 321.

253 Daicoviciu 1971, p. 258-260.

254 Shchukin 1989, p. 217.

255 Ibid., 87, en résume le schéma : « an oute(sic) stone circle, columns describing an inner circle, and a pit with pyre remains at the centre ». Depuis, on peut consulter le catalogue I Daci 1997, p. 93 et 105-115, et notre communication « ‘Par le vent et par le sabre’ : images barbares et rituels, entre fragment et cohérence », à paraître dans les actes du colloque Les Rites de Victoire (ive siècle avant J.C.-ier siècle après J.-C.), École Française de Rome, 19-21 avril 2001.

256 Vatasianu 1982, p. 58, pense qu’il n’y a pas de sanctuaires daces sur la frise. Mais les structures de la scène 25 sont très éloignées de la description des « cippes », « lis » ou« aiguillons » que l’on trouve dans César B.G. VII, 73, et auxquels on a voulu rapprocher la scène : « On coupa donc des troncs d’arbres ou de très fortes branches, on les dépouilla de leur écorce et on les aiguisa par le sommet. Puis on ouvrait des fossés continus de cinq pieds de profondeur. On y enfonçait ces pieux, on les attachait par en bas, de manière qu’ils ne pussent pas être arrachés, et on ne laissait dépasser que leurs rameaux. Il y en avait cinq rangs, liés ensemble et entrelacés : ceux qui s’y engageaient s’empalaient dans ces palissades pointues. On les appelait cippes. Au-devant, on creusait en rangs obliques et formant quinconce, des puits de trois pieds de profondeur, qui se rétrécissaient peu à peu jusqu’au bas. On y enfonçait des pieux lisses, de la grosseur de la cuisse, taillés en pointe à leur extrémité et durcis au feu, qui ne dépassaient du sol que de quatre doigts ; en même temps, pour les affermir solidement, on comblait le fond des puits d’une terre que l’on foulait sur une hauteur d’un pied. Le reste était recouvert de ronces et de broussailles, afin de cacher le piège. [...] En avant de ces puits, étaient entièrement enfoncés en terre des pieux d’un pied de long, armés de crochets de fer» (trad. M. Rat). L’image trajanienne ne montre rien de tel alors qu’elle est, en d’autres occasions, remarquablement précise dans le domaine des machines militaires.

257 Dion Cassius LXVIII, 9.

258 Florus II, 30 (trad. P. Jal).

259 Tacite, Ann. I, 61 (trad. H. Goelzer).

260 En légende à la reproduction photographique de cette scène (numéro 32 de son relevé), Settis 1988a, p. 290, indique : « dietro una muraglia in pietra, protetta da trappole e da fossati, spuntano – come monito – le insegne strappate dai Daci a Domiziano e i teschi dei soldati romani infissi sui pali ». Becatti 1982, p. 555, attribue lui-aussi les têtes coupées à des soldats romains victimes des Daces. Enfin, Coarelli 1999.

261 Sc. 41, pl. IIa, VIIIa et XVb.

262 Sc. 42, pl. XXIIIa.

263 Sc. 43, pl. XXXIa.

264 Sc. 44, pl. XXXIa et XLb. Signalons, à propos de cette image, les travaux de Ghedini 1993, p. 161-164, qui lient l’image du soldat romain baisant la main de Trajan à la proskynesis du Barbare embrassant la main d’Auguste sur la tasse de Hoby (Musée national de Copenhague). Elle la comprend comme une image de forte dévotion envers Trajan et la met en parallèle avec la scène 66 (spire 10, pl. XVIa ou XXIVa) où un pileatus embrasse en signe de soumission la main de Trajan.

265 Koeppel 1991, kat. 45 : des femmes de Mésie torturent des prisonniers daces et roxolans.

266 Cichorius 1896, p. 217-218 ; Vulpe 1973 ; Gauer 1977, p. 18, 28 note 144 (l’auteur s’étonne du cynisme de la représentation : d’un côté, les soldats chanceux récompensés, de l’autre le malheur des Romains prisonniers) et p. 43 ; Hannestad 1979, p. 371 ; Becatti 1982, p. 557 ; Bode 1992, p. 155, et sa note 189 contre Gauer ; Settis 1988a, p. 172-175, et sa note 132 : « Questa scena resta la meno comprensibile della Colonna ; è possibile suggerire l’ipotesi che i prigionieri vengano qui marchiati a fuoco [...] ». L’image infirme cette suggestion : ce sont des torches qui sont appliquées sur la peau des prisonniers, et non des fers chauffés.

267 Ce que confirment les reliefs : confronter les femmes de la scène 45 aux femmes daces visibles en scènes 30 (pl. VIIb ; pl. LXVIIb), 39 (pl. XLa ; femmes de Dacie pour Farinella 1981, p. 9 note 26, qui répond à Gauer 1977, p. 27, lequel optait pour des femmes de Mésie), 75 (pl. XVIb), 86 (pl. La ; femmes de Dacie, ou de Mésie ? Voir plus haut notre commentaire de la quatrième campagne) et 91 (pl. XXVa ; pl. LXVIIIb). Les coiffures sont identiques : comparer à celles des femmes de la scène 80 (pl. IIIc).

268 Vulpe 1973, cite Jordanes, Get. V, 41 : nam victimae eius (Martis) mortes fuere captorum, opinantes bellorum praesulem apte humani sanguinis effusione placandum. Bode 1992, p. 155 écrit : « Il est possible que [cette scène] corresponde à une coutume barbare, motivée par le culte ».

269 Lehmann-Hartleben 1926, p. 117 ; commentaire de Settis 1988a, p. 173.

270 César, B.G., VI, 16.

271 Julien, Caes. XXVIII (trad. C. Lacombrade).

272 Spire 1, sc. 2, pl. XXXVIII.

273 Faces nord-ouest/ouest, spire 2, sc. 8-9.

274 Il est vrai que les femmes y joueraient un grand rôle. Strabon, Géogr., VII, 3 : « [...] tous [les Géto-daces] s’accordent à considérer les femmes comme les fondatrices de la religion, ce sont elles qui incitent les hommes à être les plus attentifs possibles au culte des dieux, aux cérémonies, et aux prières [...] » (trad. C. Lacombrade). Sur Zamolxis : ibid., VII, 3, 5 et 11.

275 Florus I, 39, 7 (trad. P. Jal). César usa également des mutilations face aux Gaulois (B.G. VIII, 44).

276 Dion Cassius LXVIII, 11, 5.

277 Signe pour Bode 1992, p. 165, du lien qui unit l’empereur et les peuples de l’Empire.

278 Spire 6, sc. 37, pl. XVa, XXIIIa et XXIXb.

279 Spires 6-7, sc. 40-41, pl. XLVIIIa, LIVa, IIa, VIIIa et XIVa.

280 Cichorius 1896, p. 185-192 : les Romains surprennent de nuit un convoi dace chargé de butin pris en Mésie (également : Vulpe 1964). Pour Gauer 1977, p. 43, il s’agit d’une attaque de nuit sur des chariots daces chargés (ibid., p. 27) de butin pillé en Mésie. Farinella 1981, p. 9 note 26, critique cette lecture ainsi que l’interprétation de la scène 45 qui en découle (pour Gauer 1977, p. 28, le corps sur la roue du chariot serait le cadavre d’un enfant mutilé par les Daces, d’où la vengeance des femmes de Mésie qui torturent les Daces ; pour V. Farinella, les scènes 39 et 45 représentent des Daces). Pour Becatti 1982, p. 557, la divinité féminine est Nyx. Settis 1988a, p. 129 : la divinité a le même voile que le Jupiter de la scène 24 et elle intervient (ibid., p. 208 et 222) pour signifier un assaut nocturne sur un camp dace. Koeppel 1991, p. 165-167, voit un « combat de nuit [avec Nox] contre les Daces », sis entre deux chênes ; sur la roue d’un des chariots, il verrait un enfant. Bode 1992, p. 142, identifie Nox, une Naturmächte, lors de l’attaque de chariots daces où l’obscurité constitue un avantage tactique pour Rome.

281 Spires 5 et 6, pl. XXIXb et pl. LXXIb.

282 Farinella 1981, p. 7-8.

283 Face NE, sc. 150, pl. XXIb et XXVIc.

284 Florus I, 39 (trad. P. Jal).

285 Tacite, Germ. XLIII (trad. A. Cordier). Nous renvoyons à Dumézil 1985, p. 207-210, pour une analyse de cet extrait.

286 Tacite, Hist. IV, 29 (trad. H. Goelzer).

287 Pollen 1874, p. 177, voit la seconde divinité féminine comme Luna. Cichorius 1900, p. 378-383, la voit comme Nyx, ou le nord... Lehmann-Hartleben 1926, p. 112, comme la Dacia devicta. Hamberg 1968, p. 118-119, comme Nyx. Bode 1992, p. 142-143, objecte qu’il ne s’agit pas du septentrion ni de la Dacie, mais d’une divinité du ciel. Pour Rebuffat 1961, p. 184-185, et Rebuffat 1964, c’est encore la Nuit.

288 Scènes 149-150, pl. XII et XXIb.

289 Smith 1988, p. 53.

290 Ibid., p. 53, et références dans sa note 7.

291 Autre occurrence : Maffei 1990 insiste sur la pietas de Marc Aurèle qui reçoit l’aide des éléments météorologiques, comme le démontre la célèbre scène du « miracle de la pluie ».

292 Telle était encore l’opinion de Coarelli 1992a, p. 643 : « [...] il reste indéniable que le sens de lecture prévu, au moins théoriquement, ne peut qu’être le sens hélicoïdal, lié à la structure même de la colonne ».

293 Vitruve, I, 2, 2 (trad. Fleury 1990) : « utilisation associée de la règle et du compas à l’échelle ; c’est à partir d’elle que l’on fait le tracé des formes sur le sol des aires de construction ». Voir à ce propos Coulton 1977, p. 65, et sa figure 6 : la plaque de marbre votive qu’il reproduit, du milieu du ier siècle après J.-C., montre le plan à l’échelle d’un monument funéraire.

294 « Représentation en élévation de la façade et la figuration élaborée à l’échelle, selon les calculs, de l’ouvrage futur » : Vitruve, I, 2, 2 (trad. Fleury 1990).

295 « Esquisse de la façade et des côtés en perspective et la convergence de toutes les lignes vers le centre du cercle » : Vitruve, I, 2, 2 (traduction : Fleury 1990). Frezouls 1985, p. 219-221 ; Gros 1985, p. 239-244 ; Tybout 1989.

296 Gros 1976, p. 60 et 62. Sur l’exemple célèbre de Pompée et de la maquette du théâtre de Mitylène, lire Plutarque, Pompée XLII, 9. Au Liban, a été découverte une maquette reproduisant le temple A de Niha et portant l’inscription grecque « plan, projet de l’adyton » : reproduite dans Will 1985, p. 280-281.

297 Frezouls 1985, p. 219.

298 Pour Brilliant 1970, cela a l’avantage d’aider le spectateur dans l’identification des scènes.

299 Coarelli 1992a, p. 644 : « [...] la série de reliefs, au moins dans le sens hélicoïdal, ne peut en aucune façon être visible en progression – et du reste, pour la majeure partie, il ne peut être visible de quelque manière que ce soit ».

300 Settis 1991, p. 197. Sur cet aspect de la culture antique : Canfora 1972 ; Brunt 1980, p. 488-494, à propos de l’épitomé de Dion Cassius par Xiphilin ; Geymonat 1990, p. 288-293, fait de l’excerpta un moyen de diffusion pratique d’un discours à destination de strates sociales diverses.

301 Elles sont cependant conformes au principe de juxtaposition des métopes de l’ordre dorique qui n’exclut nullement (par exemple dans le cas des travaux d’Héraclès représentés à Olympie : Rolley 1994, p. 366-371) une mise en récit. Les travaux d’Héraclès, par leur caractère exemplaire, se prêtaient bien sûr à une telle composition : voir notre Chapitre Quatre pour un parallèle entre Hercule et Trajan.

302 Comparable à la frise continue de l’ordre ionique.

303 Plutarque, César XXIII : « [...] car d’aucuns prétendaient que la Bretagne était le nom imaginaire d’une île qui n’existait pas et n’avait jamais existé. C’était porter la souveraineté de Rome au delà du monde habité » (trad. B. Latzarus). Également : Nicolet 1988, p. 37.

304 Lucien, Hist. VI (d’après la traduction anglaise de K. Kilburn). La métaphore est empruntée à l’architecture. Les rapports entre les théories littéraires antiques et le mode de composition de la frise ont déjà été soulignés.

305 Lucien insiste tout particulièrement sur l’introduction d’une œuvre, qui ne doit pas être grandiose car la suite paraîtrait décevante (Lucien, Hist. XXIII et XLIII). La spire 1, qui se contente de montrer la rive frontière, est conforme à ce conseil. On peut également penser au « tableau synchronique [...] des forces affrontées » de Marin 1981, 62-63. Le « Projet de l’histoire de Louis XIV », proposé par Pelisson en 1670, imitait sans doute les Anciens quant au mode de composition d’un ouvrage historique, à une époque où Louis XIV faisait mouler la colonne Trajane et se considérait comme le « Nouveau Trajan ».

306 Spires 20 à 22.

307 Sur les implications culturelles du tissage en Grèce et à Rome et la signification des croisements, se reporter à Scheid-Svenbro 1994, p. 21.

308 Ibid., p. 135.

309 Ibid., p. 149-153.

310 Ibid., p. 159.

311 Nous faisons allusion entre autres aux principes vitruviens de l’ordinatio, dispositio, distributio et compositio, vus en introduction.

312 Gros 1984b, p. 333-334 : « La méditation sur la symétrie et la proportion est, à vrai dire, aussi familière aux orateurs qu’aux architectes : on sait l’importance de la détermination du module dans la prose cicéronienne, où les périodes s’organisent presque toutes selon des effets de balancement, de répétition ou d’opposition membre à membre ».

Table des illustrations

Légende Fig. 18 – Synthèse de la face sud-est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 19 – Synthèse de la face est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 20 – Synthèse de la face nord-est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 21 – Synthèse de la face nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Note 94
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 22 – Synthèse de la face nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 23 – Synthèse de la face ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 24 – Synthèse de la face sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 25 – Synthèse de la face sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 26 – Synthèse verticale de la colonne Trajane.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 27 – Plan de la place de la colonne Trajane (d’après Packer 1997a, détail du folio 24).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 28 – Synthèse par faces de la colonne Trajane.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 29 – Restitution graphique de la scène 25 (d’après Cichorius 1896, p. 124).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 30 – Reconstitution du sanctuaire dace de Sarmizegetusa (d’après Shchukin 1989, p. 217).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1683/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 513k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540