Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appius Claudius Caecus

 | 
Michel Humm

Première partie. La mise en ordre de la classe dirigeante

Chapitre 1. Appius Claudius Caecus et la nobilitas du ive siècle av. J.-C.

Texte intégral

1 – TRADITION LITTÉRAIRE ET MÉTHODE PROSOPOGRAPHIQUE : QUELLE PLACE POUR APPIUS CLAUDIUS CAECUS AU SEIN DE LA NOBILITAS ?

  • 1 Cf. Liv., IX, 42, 4 : Creatus consul [sc. Ap. Claudius], cum collegae novum bellum Sallentini hoste (...)

1La tradition historiographique ancienne, et surtout Tite-Live, présente en général l’activité et le comportement politiques d’Appius Claudius Caecus comme ceux d’un personnage ambitieux et démagogue, qui cherche à s’appuyer sur la plèbe (urbaine1) pour affirmer son pouvoir personnel, en s’opposant ainsi aux principaux représentants de la noblesse romaine. Ce schéma général, largement influencé par des situations politiques peut-être réelles, mais nettement plus tardives, probablement d’époque gracquienne ou syllanienne, a déterminé l’ensemble des interprétations, aussi bien anciennes que modernes, sur le rôle historique joué par Appius Claudius à l’occasion de sa censure ou dans les années qui suivirent.

  • 2 Cf. Diod., XX, 36, 1-2.
  • 3 Cf. L. R. Taylor, The Voting Districts of the Roman Republic. The Thirty-five Urban and Rural Tribe (...)
  • 4 Diod., XX, 36, 5 ; Liv., IX, 29, 6-7 ; 30, 1-2 ; 46, 10-11.
  • 5 Diod., XX, 36, 4 ; Liv., IX, 46, 10-15 ; Val. Max., II, 2, 9 ; Plut., Popl, VII, 8 ; Auct. De vir. (...)
  • 6 Liv., IX, 29, 9-11 ; 34, 18-19 ; Val. Max., I, 1, 17 ; Fest, p. 270 L. ; Lact, Div. Inst.,11, 7, 15 (...)
  • 7 Cf. Liv., X, 6, 3-11 ; 7, 1-5 ; 8, 3-6.
  • 8 Cf. Cic., Brut., 55 ; Liv., X, 15, 7-12 ; Auct De vir. ill., 34, 3.
  • 9 Cf. Liv., IX, 42, 1-2 ; X, 15, 7-12 ; 25, 4-10 ; 25, 13-16 ; 26, 6 ; Auct. De vir. ill., 34, 4.
  • 10 Cf. Liv., X, 18, 3-19, 22 ; D.C., VIII, fr. 36, 27.

2Le comportement démagogique qui lui est attribué par les sources sert en effet à expliquer, sinon à dénoncer, l’ensemble de son œuvre politique et édilitaire : il aurait vidé le trésor public sans consulter le Sénat afin de construire la via Appia et l’aqua Appia, s’assurant ainsi la bienveillance de la plèbe2, voire la reconnaissance d’une clientèle aussi bien urbaine que rurale à laquelle ces travaux auraient bénéficié3 ; en introduisant pour la première fois des fils de libertini au Sénat, il aurait simplement voulu accroître sa clientèle, ce qui entraîna le refus des consuls de l’année suivante d’entériner cette prava lectio4 ; n’ayant pas réussi à introduire sa clientèle (urbaine ?) au Sénat, il aurait alors réparti les humiles à travers toutes les tribus, provoquant ainsi dans une véritable « réaction en chaîne » l’indignitas des comices tributes, l’élection du scribe Cn. Flavius à l’édilité curule, la protestation scandalisée de toute la nobilitas qui déposa les anneaux d’or et les phalères, la fin de la concorde entre les citoyens et la division du corps civique en deux factions opposées, et pour finir la saine « réaction » des censeurs de 304, Q. Fabius Rullianus et P. Decius Mus, qui rejetèrent « les plus humbles » (humillimi = libertini ?) dans les quatre tribus urbaines5 ; il supprima scandaleusement le culte privé d’Hercule à l’Ara Maxima en le retirant à la vénérable famille patricienne des Potitii, pour le confier à des esclaves publics au service de la Cité, ce qui entraîna le courroux de la divinité et la cécité du censeur en guise de châtiment6 ; au moment du plébiscite ogulnien, il se serait naturellement opposé à l’entrée des plébéiens au sein des collèges des pontifes et des augures7 ; par la suite, Appius Claudius se serait encore opposé à la renuntiatio d’un consul plébéien et aurait cherché à imposer deux consuls patriciens8 (lui-même et Fabius Rullianus, pourtant présenté d’habitude comme son pire ennemi au sein de la nobilitas9 !) ; enfin, lors de son deuxième consulat, en 296, il se serait violemment disputé avec son collègue plébéien L. Volumnius, avec qui il avait pourtant déjà partagé un premier consulat (en 307)10.

  • 11 Voir supra p. 77-94.
  • 12 Voir par exemple supra p. 81-84 à propos de la superbia et du contemptus deorum hominumque que Tite (...)
  • 13 La distinction entre structural facts et narrative superstructure dans les récits de l’annalistique (...)

3Il est très probable que la plupart des récits que nous a rapportés la tradition historiographique ancienne sur la vie et l’activité politiques d’Appius Claudius Caecus ne se soient appuyés directement, lorsqu’ils ont été rédigés, sur aucun véritable document historique et certainement pas sur une source qui aurait pu remonter à l’époque d’Appius lui-même : l’essentiel des développements liviens sur ces sujets provient en effet de l’annalistique moyenne ou récente, et même si certains éléments remontent à une tradition fabienne, voire pontificale, rien ne permet d’affirmer que celles-ci traduisaient des situations historiques réelles11. Il serait par ailleurs étonnant que les « archives familiales » des Claudii (privata monumenta) aient rapporté des informations de ce genre. La nature même de la documentation historique disponible pour les premiers annalistes interdit donc de penser que ceux-ci aient pu disposer de tels détails pour nourrir leur récit, et les vicissitudes politiques, les attitudes personnelles ainsi que les comportements politiques de personnages antérieurs d’un siècle ou deux ont dû avoir été imaginés et réélaborés au moment de la transcription écrite de la mémoire collective orale, puis modifiés et adaptés au fil des générations, en fonction des préoccupations politiques ou idéologiques du moment, voire d’expériences récentes mettant en cause des personnages de la même famille12, et en l’absence de tout souci de reconstitution historique sur des bases scientifiques. Certes, rien ne permet d’affirmer a priori que l’ensemble de la tradition sur Appius Claudius Caecus soit fausse, mais rien ne permet non plus d’assurer que les « détails » qui ont trait à son caractère, à ses motivations politiques ou à ses ambitions personnelles soient authentiques, même si les grandes lignes événementielles qui constituent l’infrastructure du récit sont vraisemblablement exactes13. Il faut par conséquent apprendre à « se détacher » du récit fourni par la tradition annalistique, sans pour autant négliger les informations qu’il apporte : le récit contient en effet un certain nombre d’éléments qui n’ont pas pu avoir été inventés parce qu’ils ne présentaient aucun intérêt historique, politique ou idéologique au moment où ils ont été rédigés. Or, c’est précisément l’intérêt que présente une étude prosopographique de la carrière d’Appius Claudius à partir des fastes, qui peut éventuellement permettre de faire abstraction des détails « pittoresques » fournis par la tradition annalistique.

  • 14 Partant des travaux de M. Gelzer sur la nobilitas romaine (cf. Die Nobilität der römischen Republik (...)

4Les études prosopographiques sur la carrière d’Appius Claudius Caecus n’ont pourtant pas manqué chez les Modernes, mais la plupart ont tenté de corriger ou de concilier le témoignage des fastes avec le récit fourni par la tradition annalistique14. On est ainsi arrivé à proposer des regroupements ou des associations politiques aussi nombreux que contradictoires, et à enlever finalement toute pertinence aux résultats attachés à une pareille méthode.

  • 15 Sur les réformes institutionnelles et politiques de Q. Publilius Philo, cf. G. Rotondi, Leges publi (...)
  • 16 Cf. F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 34-42, pour qui Appius était un innovat (...)
  • 17 D’après les fastes, L. Papirius Cursor (R.E. n° 52) a été consul en 326 alors que Q. Publilius Phil (...)
  • 18 L. Volumnius a été par deux fois le collègue d’Appius Claudius au consulat, en 307 et en 296 ; mais (...)
  • 19 La bibliographie moderne sur ce personnage essentiel est immense, et même si, comme certains l’ont (...)
  • 20 Ti. Aemilius Mamercinus et Q. Publilius Philo ont partagé le consulat en 339 ; en 335, un L. Aemili (...)
  • 21 Selon F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 34-42, les Plautii, avec 5 consulaire (...)
  • 22 Sur l’opposition entre Appius Claudius et Q. Fabius Rullianus, cf. supra n. 9 ; E. J. Phillips, dan (...)
  • 23 P. Decius Mus semble incontestablement faire partie de la “clientèle” de Fabius Rullianus, puisqu’o (...)
  • 24 Les liens entre les frères Ogulnii et les Fabii ont été étudiés notamment par F. Münzer, s.v. Oguln (...)
  • 25 P. Sempronius Sophus a été consul en 304 et figure parmi les premiers plébéiens que le plebiscitum (...)
  • 26 Cf. F. Münzer, s.v. Marcius (98), dans R.E., XIV, 2, 1930, col. 1589-1590 ; Id., Römische Adelspart (...)
  • 27 C. Junius Bubulcus Brutus a été consul en 311 (avec Q. Aemilius Barbula), pendant la censure d’Appi (...)
  • 28 Sur M’. Curius Dentatus, cf. notamment G. Forni, dans Athenaeum, 31, 1953, p. 170-239 ; A. Olivesi, (...)

5Une nette tendance se détache au sein de l’historiographie moderne pour faire d’Appius Claudius Caecus « l’héritier politique » de Q. Publilius Philo, éminent représentant de la noblesse plébéienne dans la seconde moitié du ive siècle : ce personnage est en effet à la fois l’initiateur de grandes réformes institutionnelles et politiques qui ont achevé de donner à l’élite plébéienne la parité des droits politiques avec le patriciat, et l’initiateur d’une politique extérieure délibérément orientée vers le monde grec de Campanie et d’Italie du Sud, supposée servir les intérêts économiques des commerçants et des artisans romains dont l’activité aurait connu à l’époque une première grande expansion15. La « filiation » politique supposée entre Q. Publilius Philo et Appius Claudius Caecus a donné lieu à de nombreuses reconstitutions prosopographiques, à l’aide bien souvent du seul témoignage des sources littéraires, pour tenter de reconstituer le réseau de leurs « amis » politiques mutuels16 : feraient ainsi partie du même « cercle » d’amis politiques L. Papirius Cursor17, L. Volumnius Flamma18 et Cn. Flavius19, mais aussi les Aemilii20, les Servilii, les Plautii21, les Cornelii et les Valerii. De la même manière, les adversaires politiques d’Appius ont été définis en fonction de son inimitié supposée avec Q. Fabius Rullianus, en s’appuyant ainsi exclusivement sur le témoignage des sources littéraires, et en partant du principe que « les amis de son ennemi » devaient être également ses ennemis22 : on retrouverait ainsi des personnalités comme P. Decius Mus23, Cn. et Q. Ogulnius24, P. Sempronius Sophus25, С. Marcius Rutilus (Censorinus)26, C. Junius Bubulcus Brutus27 et M’. Curius Dentatus28...

  • 29 Cf. J. Maurin, “La prosopographie romaine : pertes et profits”, dans Annales E.S.C., 37, 1982, p. 8 (...)
  • 30 K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 41-61 (“Zur Kritik der traditionnellen Gruppieru (...)
  • 31 Récemment encore, G. Clemente, “Basi sociali ed assetti istituzionali”, dans Storia di Roma, II, 1, (...)
  • 32 R. Develin, “Integration of the Plebeians after 366 B.C.”, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggle (...)

6L’ensemble de ces « Gruppierungsrekonstruktionen », qui s’appuient pour l’essentiel sur les méthodes prosopographiques employées par F. Münzer et F. Càssola pour étudier les structures politiques et sociales de la noblesse romaine, ont été depuis fortement critiquées et remises en cause29. La critique la plus virulente et la plus systématique, aussi bien sur le fond que sur la méthode elle-même, a été longuement développée par K.-J. Hölkeskamp dans son ouvrage sur la formation des structures sociales et politiques de la noblesse romaine au ive siècle30. L’historien allemand a relevé les nombreuses contradictions internes aux récits rapportés par la tradition historiographique ancienne, sur lesquels F. Münzer et ceux qui ont suivi sa méthode s’appuyaient pour définir les différents « partis » ou « groupes politiques » au sein de la noblesse, car les fastes mêlent si étroitement entre elles l’ensemble des personnalités de la noblesse romaine du ive siècle, qu’il devient arbitraire et contraire à la théorie du rôle décisif joué par le « Wahlleiter », de vouloir partager la classe dirigeante romaine de cette époque en groupes politiquement opposés. Certes, il n’est pas question d’imaginer la classe politique romaine, même du ive siècle, comme un corps politique homogène, soudé dans une unanimité sans failles : mais les rivalités et les regroupements politiques devaient sans doute y être à la fois plus compliqués et plus souples que les théories prosopographiques traditionnelles ne le laissent penser31. Et finalement la seule méthode valable est de prendre d’abord en considération le témoignage des fastes, qui fournissent après 366 une base de données relativement sûre, en tout cas la source la plus fiable pour cette époque32.

  • 33 K. A. Raaflaub, J. D. Richards et L. J. Samons II, “Rome, Italy, and Appius Claudius Caecus before (...)
  • 34 E. Ferenczy, “The Career of Appius Claudius Caecus after the Censorship”, dans AAntHung, 18, 1970, (...)

7Dans le cas d’Appius Claudius Caecus précisément, le témoignage des fastes montre combien sa carrière politique semble étroitement imbriquée à celles de la plupart des grands noms de la noblesse patricio-plébéienne de son époque, y compris de ceux que la tradition et à sa suite la plupart des Modernes considèrent comme ses pires ennemis. Il a d’ailleurs été souligné récemment qu’aucune autre période n’illustre mieux les faiblesses de l’application sans limite de la méthode prosopographique aux sources littéraires que celle qui concerne la carrière d’Appius Claudius33 : K A. Raaflaub a remarqué qu’Appius et Fabius sont si désespérément imbriqués avec leurs « factions » respectives dans les listes de magistrats, que leur simple examen amènerait plutôt à supposer qu’il n’y avait rien d’autre qu’une étroite collaboration entre les deux personnages34. D’ailleurs, à bien lire Tite-Live (X, 15, 10-12), il semblerait qu’Appius Claudius ait été réélu consul pour 296 grâce au soutien accordé par le consul Q. Fabius, qui présidait en 297 les comices électoraux !

  • 35 Tableau dressé à partir de T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 159-178

8Si l’on ne s’en tient qu’à la seule période des années 312-295, celle où la carrière d’Appius est également connue par les sources littéraires, on obtient en effet la lecture suivante35 :

  • 36 D’après T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 175, si la seconde préture (...)
  • 37 L’ordre des consuls de 296 n’est pas sûr : les Fastes Capitolins, le Chronographe de 354, les Faste (...)

Note36
Note37

  • 38 Cf. F. Münzer, H. Gundel, s.v. Volumnius (13), dans R.E., 9 A, 1, 1961, col. 881 ; R. E. A. Palmer, (...)
  • 39 R. Stewart, Public Office in Early Rome. Ritual Procedure & Political Practice, Ann Arbor, 1998, p. (...)
  • 40 Liv., IX, 29, 6-8 ; IX, 33, 3-9 ; IX, 34, 1-22 ; IX, 42, 3 ; Front., De aq., I, 5, 1-3 ; Auct. De v (...)
  • 41 Cf. Cicéron, évoquant dans le dialogue du Cato Maior (§ 16) la carrière d’Appius Claudius : cum int (...)
  • 42 Cf. Liv., VII, 42, 2 ; Zon. (D.C.), 7, 25 ; l’attribution de ce plébiscite à Genucius, et donc à l’ (...)
  • 43 K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 136-138, a bien montré que la prorogatio imperii(...)
  • 44 Parmi les trois interrègnes d’Appius Claudius, seul celui de l’année 298 est daté avec certitude, d (...)
  • 45 En-dehors de la période 312-295, les magistratures d’Appius Claudius ne sont pas mentionnées par le (...)
  • 46 Inscr.It., XIII, 3, 12 (cf. Inscr.It., XIII, 3, 79) : Appius Claudius C(ai) f(ilius) Caecus, censor (...)
  • 47 Il est même possible qu’il ait alors été princeps senatus, étant donné qu’il était probablement à c (...)
  • 48 Cf. J. Suolahti, Roman Censors, p. 223.
  • 49 Cf. P. M. Martin, L’idée de royauté à Rome, I, Des origines au consensus républicain, Clermont-Ferr (...)
  • 50 L. Loreto, “La censura di Appio Claudio, l’edilità di Cn. Flavio e la razionalizzazione delle strut (...)

9On constate à la lecture de ce tableau que ce sont continuellement les mêmes noms qui reviennent, selon toutes les combinaisons possibles, et qu’il est impossible d’y retrouver des regroupements politiques réguliers selon les amitiés et les inimitiés politiques rapportées par les sources, et sur lesquels les Modernes ont tant échaffaudé d’hypothèses. La succession des magistratures laisserait plutôt entrevoir une « alliance », ou plus simplement l’absence d’une véritable hostilité entre Appius Claudius et L. Volumnius d’une part, et Q. Fabius et P. Decius de l’autre : Appius Claudius et L. Volumnius ont en effet été élus consuls pour 307 alors que Q. Fabius et P. Decius avaient été au consulat l’année précédente, et ceux-ci ont à leur tour été élus consuls pour l’année 295 sous le consulat d’Appius Claudius et de L. Volumnius, eux-mêmes respectivement préteur et proconsul cette même année 29538. Si on suit à ce propos l’analyse récemment proposée par R. Stewart, la description par Tite-Live de la réélection d’Ap. Claudius et de L. Volumnius au consulat pour 296 (X, 15, 12), puis celle de la réélection de Q. Fabius et de P. Decius pour 295 (X, 22, 8-9), alors même qu’Ap. Claudius se voyait simultanément attribuer la préture, suggèreraient clairement une entente préalable entre les candidats que Th. Mommsen avait appelée comparatio, et qui serait due à la nécessité de corriger les effets trop aléatoires du tirage au sort dans l’attribution des différents ressorts (provinciae) qui devaient incomber aux magistrats après leur élection (consuls et préteur étant à l’origine élus simultanément dans la même élection, iisdem auspiciis, leurs tâches respectives n’auraient été départagées que dans un second temps par le tirage au sort)39. On constate également qu’Appius Claudius a été constamment à la tête des affaires de la Cité pendant toute cette période : une censure qui a pu avoir été exceptionnellement prolongée pour pouvoir achever les grands travaux entrepris (via Appia et aqua Appia)40, suivie aussitôt d’un premier consulat, lui-même séparé d’un second mandat consulaire par l’intervalle réglementaire des dix ans41 défini par le plébiscite de 342 sur l’itération des magistratures curules42, auquel succéda aussitôt une préture qui a toutes les allures d’une promagistrature43 ; dans l’intervalle enfin, Appius a été au moins une fois interrex44, et à ce titre désigné par ses pairs au Sénat pour présider la tenue des comices consulaires. Même s’il est par ailleurs impossible d’échaffauder la moindre hypothèse sur la carrière politique d’Appius Claudius avant et après cette période45, le témoignage certainement irréfutable de l’elogium du Forum d’Auguste46 laisse entrevoir que ce personnage a également occupé, à des dates qui restent inconnues, trois fois les fonctions de tribun militaire, ainsi que celles de la questure, deux fois celles de l’édilité curule, une seconde fois celles de la préture, deux autres fois celles de l’interrègne et une fois celle de dictateur. Enfin le succès de son intervention au Sénat en 280, même et a fortiori s’il était alors devenu le vieillard aveugle et physiquement impotent que décrit la tradition, montre combien grande était restée son auctoritas au sein de la noblesse47. Une pareille carrière politique aurait été impossible si sa politique était réellement allée à l’encontre des souhaits d’une large fraction de la nobilitas comme le suggèrent les sources littéraires, et à leur suite la plupart des reconstructions historiques tentées par les Modernes : certains ont même évoqué la « popularité » dont Appius Claudius a dû jouir de son vivant, sans quoi on ne comprendrait pas son cursus et les nombreuses magistratures qu’il a réussi à gérer sur une aussi longue période48. Il est par conséquent impossible qu’Appius Claudius ait suivi une politique purement personnelle, dans le cadre de ce qui a parfois été vu comme un véritable « principat »49, et sans avoir le soutien d’au moins une fraction importante de la classe politique, « in quanto altrimenti non sarebbe stato eletto censore »50.

2 – L’ŒUVRE POLITIQUE D’APPIUS CLAUDIUS FACE À LA NOBILITAS : OPPOSITION OU SOUTIEN ?

10L’action politique d’Appius Claudius ainsi que ses principales réformes sont généralement présentées par nos sources, et notamment par Tite-Live, comme autant de coups portés à la nobilitas. Celle-ci aurait à son tour à chaque fois montré son opposition aux entreprises démagogiques et subversives menées par le fameux censeur, notamment par l’intermédiaire de son scribe Cn. Flavius :

  • sa prava lectio senatus aurait suscité la rancœur des consuls successifs qui convoquèrent le Sénat d’après la liste établie précédemment, afin de plaire aux nobiles (τοῖς ἐπιφανεστάτοις : Diod., XX, 36, 5 ; cf. Liv., IX, 30, 1-2) ;

  • la prolongation inhabituelle de la durée de sa censure aurait provoqué l’opposition d’une grande partie de la nobilitas incarnée en la personne du tribun P. Sempronius, qui invoqua contre Appius l’exemple de tant de nobilissimi fortissimique viri (Liv., IX, 34, 6) ;

  • sa réforme du culte d’Hercule à l’Ara Maxima est présentée comme ayant arraché un culte vénérable à des prêtres de très haute noblesse (ab nobilissimis antistibus) pour le confier à de vulgaires esclaves publics (Liv., IX, 34, 18) ;

    • 51 Val. Max., II, 5, 2 : (...) Cn. Flavius libertino patre genitus et scriba, cum ingenti nobilitatis (...)

    Cn. Flavius, fils de libertinus, a été élu édile curule cum ingenti nobilitatis indignatione, provoquant la déposition des anneaux et des phalères51 ;

  • au reste, Cn. Flavius rivalisa toujours avec les nobles (nobiles) qui méprisaient son humble origine (Liv., IX, 46, 4) ;

  • le même dédia une chapelle à la Concorde sur le Comitium summa invidia nobilium (Liv., IX, 46, 6).

  • 52 Cf. E. J. Phillips, dans Athenaeum, 50, 1972, p. 351 : « there is nothing to suggest that he was at (...)
  • 53 Après 367 encore, les censeurs étaient placés juste au-dessus des édiles curules et en-dessous du p (...)
  • 54 Depuis les lois licinio-sextiennes, le seul Claudius à avoir été consul avant Appius Claudius Caecu (...)
  • 55 Cf. E. Ferenczy, dans AAntHung, 13, 1965, p. 391 (= Id., From the Patrician State, p. 128) ; B. Mac (...)
  • 56 K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 142-147, analyse précisément les principales réf (...)
  • 57 Sur Appius Claudius Caecus et « la razionalizzazione delle strutture interne dello stato romano », (...)
  • 58 C’est notamment l’interprétation proposée par P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 117-118, et E. Feren (...)

11Pourtant, l’ampleur de l’œuvre réformatrice d’Appius Claudius, mais aussi de son œuvre édilitaire, ne peut se comprendre que parce que toutes deux correspondent aux souhaits de la nouvelle classe dirigeante patricio-plébéienne52. On peut même légitimement supposer qu’il a été élu censeur pour réaliser un programme de réformes bien précis, qui engageait bien plus que sa propre personne. Th. Mommsen avait justement remarqué que si la carrière d’Appius Claudius offrait l’un des rares exemples où la censure était accomplie avant le consulat, c’est parce que cette magistrature n’occupait encore qu’une place modeste dans le cursus honorum à la fin du ive siècle53 : un homme sans passé (connu) et dont les parents les plus proches ne semblent pas avoir joué un rôle politique très important54, au point de passer aux yeux de certains comme une sorte d’homo novus55, n’a pu être élu censeur et engager un programme de réformes aussi ambitieux dans le cadre d’une magistrature qui était restée jusque-là relativement « secondaire », que parce que ces réformes s’imposaient et étaient souhaitées au moins par une fraction importante de la classe dirigeante de cette époque. Appius Claudius a certainement aussi innové par lui-même et devait représenter l’un des plus brillants esprits de son temps, mais son activité et ses innovations se situent dans les cadres politiques, culturels et sociaux de la nouvelle nobilitas patricio-plébéienne issue du compromis licinio-sextien de 367-36656. Celle-ci cherchait avant tout à adapter la gestion de la Cité aux conditions nouvelles nées des guerres samnites et de l’expansion territoriale romaine57 : toutes les compétences étaient dès lors requises, et dans ce contexte il est absurde de chercher à interpréter l’œuvre d’Appius Claudius Caecus comme une tentative de « réaction » patricienne, voire de « pouvoir personnel »... Il est tout aussi absurde de chercher à interpréter l’œuvre d’Appius Claudius dans le sens d’une hostilité déclarée à l’égard de la noblesse plébéienne, ou dans le cadre d’une sorte de « lutte des classes », où il aurait pris appui sur les plébéiens « non nobles » pour combattre ceux qui l’étaient58 : même si une partie de la politique d’Appius Claudius et des réformes qu’il mit en œuvre s’est effectivement adressée aux humiles, comme le prétend Tite-Live, celles-ci n’étaient pas nécessairement destinées à s’opposer à la nouvelle classe dirigeante patricio-plébéienne. En effet, l’étude prosopographique de la partie connue de sa carrière politique montre à l’évidence les liens très proches qui rattachent Appius Claudius à la plupart des représentants de la noblesse de son temps, qu’elle fût patricienne ou plébéienne. Or, la plupart de ses innovations s’inscrivent également dans le droit fil des réformes entamées par cette nobilitas depuis déjà un demi-siècle au moment de l’accession d’Appius Claudius à la censure.

  • 59 Ainsi déjà F. Càssola, “Lo scontro fra patrizi e plebei e la formazione della « nobilitas »”, dans (...)
  • 60 La lex Genucia de 342 et les leges Publiliae Philonis de 339 marquent le triomphe politique de l’él (...)
  • 61 Cf. dans le même sens L. Loreto, dans A&R, 36, 1991, p. 181-203.
  • 62 Cf. notamment Th. Mommsen, Römische Geschichte, I, p. 307-308, p. 449, p. 456-457 et p. 461 (cf. Th (...)

12A posteriori, la tradition qui fait d’Appius Claudius un opposant résolu au plébiscite ogulnien, qui permit à partir de 300 l’entrée des plébéiens dans les collèges de pontifes et d’augures, paraît absurde et en contradiction avec l’évolution politique et sociale dans laquelle s’inscrivent ses propres réformes59 : l’admission de représentants de la noblesse plébéienne parmi les pontifes et les augures était en réalité une conséquence naturelle de la présence de plébéiens au consulat, régulière depuis 342-33960, et du partage de facto du droit d’auspices avec les patriciens. De même, aussi bien l’introduction de nouveaux plébéiens au Sénat, l’inscription des humiles dans toutes les tribus, le retrait à la famille patricienne des Potitii du culte d’Hercule à l’Ara Maxima désormais confié à des esclaves publics, la publication des fastes et des legis act iones, et l’admission de représentants de la noblesse plébéienne parmi les pontifes et les augures semblent en réalité accompagner l’affirmation politique et sociale de la nouvelle nobilitas patricio-plébéienne au cours de la seconde moitié du ive siècle61. Or, c’est cette tradition contradictoire sur la prétendue opposition d’Appius Claudius au plébiscite ogulnien, entendue comme une opposition au juste accès de la plèbe aux principaux collèges sacerdotaux, qui a désorienté la plupart des études modernes sur ce personnage : celles-ci sont allées jusqu’à imaginer, pour tenter d’expliquer cette contradiction, un Appius « démocrate » avant 300 et un « Appius réactionnaire » à partir de cette date62, alors que l’hypothèse d’un projet politique « démocratique », auquel s’opposerait un projet « réactionnaire », ne peut être qu’une projection idéologique anachronique pour la société politique romaine de la fin du ive siècle.

  • 63 Comme P. Decius Mus, le collègue de Q. Fabius Rullianus à la censure en 304, d’après F. Càssola, da (...)
  • 64 F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti, p. 71-103, interprète l’œuvre des Ogulnii, et en particulier le (...)
  • 65 Cf. F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti, p. 39-61 ; A. Schiavone, “Pensiero giuridico e razionalità (...)
  • 66 Les XII Tables semblent en effet avoir été publiées par les patriciens dans le but de rendre public (...)
  • 67 Liv., IX, 46, 5. Cf. aussi les sources citées à la note précédente ainsi que F. D’Ippolito, Giurist (...)
  • 68 Une hypothèse encore rarement avancée : cf. G. De Sanctis, Storia dei Romani, I, p. 209-211, et ibi (...)
  • 69 Cf. F. Coarelli, Foro Romano, II, p. 87-123 ; d’après С. Dulière, Lupa romana, Bruxelles-Rome, 1979 (...)
  • 70 Plin., N.H., XXXIII, 19 ; Liv., Χ, 23, 11-12. Cf. F. Coarelli, Foro Romano, II, p. 88-91 ; voir aus (...)
  • 71 F. Coarelli, Foro Romano, II, p. 111. Voir aussi infra p. 621.

13L’hypothèse d’une déformation éventuellement involontaire de la part de la tradition annalistique romaine paraît plus plausible : cette dernière a pu garder le souvenir d’une opposition d’Appius Claudius à la nomination dans le collège des pontifes de certains membres de la nobilitas qui lui étaient hostiles63, ou plus simplement de son refus de voir doubler le nombre de pontifes et d’augures (passés respectivement de 4 à 8 et de 4 à 9), considéré par lui comme une tentative (ou un risque) de renforcement du pouvoir pontifical64. On peut en effet supposer qu’Appius Claudius a dû refuser, après s’être donné tant de mal dans de profondes réformes institutionnelles, de voir ensuite doubler les effectifs des collèges de prêtres au risque de renforcer une nouvelle fois leur poids politique et leur influence sociale ; certains plébéiens, membres de la nouvelle nobilitas et candidats au pontificat, pouvaient d’ailleurs avoir des attitudes plus conservatrices qu’un Appius Claudius. La tradition annalistique, vraisemblablement ici d’origine pontificale, aurait donc en fait conservé le souvenir de son opposition au conservatisme des pontifes, qui pouvaient ne pas avoir apprécié la publication par son scribe Cn. Flavius des legis actiones et des fastes, jusqu’alors privilèges pontificaux : son œuvre juridique s’inscrit en effet pleinement dans la nécessaire affirmation d’un droit patricio-plébéien devenu ius civile, c’est-à-dire indépendant des pontifes65, en rupture avec le droit sans doute purement patricien qu’avaient représenté la publication des XII Tables66 et le maintien au secret, in penetralibus pontificum, des formules de procès67. Selon certains, Cn. Flavius pourrait même avoir été assez proche des Ogulnii68, contrairement à ce que laisse croire la prosopographie traditionnelle issue des sources littéraires, notamment Tite-Live : en effet, abolition des privilèges pontificaux (à savoir le contrôle exclusivement patricien sur la connaissance des jours fastes et des legis actiones) et admission des plébéiens au pontificat (jusque-là réservé aux seuls patriciens) sont des opérations analogues, comme est analogue aussi la construction de l’aedicula Concordiae sur la Graecostasis, à quelques pas de la statue de la louve des Ogulnii et de la statue de Marsyas sur le Comitium69. Il existe d’ailleurs une autre caractéristique qui rapproche l’édicule de Cn. Flavius et la louve des Ogulnii : les deux ont été financés avec le produit des amendes infligées par les édiles aux feneratores70. D’autre part, la statue de Marsyas pourrait être, si l’interprétation de F. Coarelli est exacte, « una traduzione figurativa della lex Marcia »71, qui prononçait la manus iniectio contre les feneratores ; or l’auteur de la lex Marcia ne pourrait être, toujours selon F. Coarelli, que C. Marcius Censorinus, qui a été tribun de la plèbe en 311 et consul en 310, précisément pendant la censure d’Appius Claudius. À la limite, on pourrait imaginer l’existence d’un lien entre ce dernier, Cn. Flavius, les frères Ogulnii et C. Marcius Censorinus, un lien qui transcenderait les clivages traditionnels rapportés et déformés par l’annalistique et qui traduirait l’homogénéité culturelle et idéologique de la nobilitas de la fin du ive siècle.

  • 72 M. Humbert, “La normativité des plébiscites selon la tradition annalistique”, dans Mélanges de droi (...)

14On peut aussi, à la suite de M. Humbert, trouver une explication d’ordre juridique à l’opposition d’Appius Claudius au plébiscite ogulnien : selon lui, ce plébiscite a pu avoir été voté par le concile de la plèbe sine auctoritate senatus, c’est-à-dire sans une ratification préalable par le Sénat, comme cela semble avoir été prévu par une des leges Publiae Philonis de 339 pour les plébiscites qui voulaient engager toute la cité, à l’égal des lois comitiales (leges)72. Autrement dit, le projet des deux tribuns Ogulnii d’ouvrir à la plèbe le pontificat et l’augurat n’aurait pas recueilli l’accord préalable du Sénat : il n’aurait été qu’une « requête » de la plèbe, voire une « sommation adressée au Sénat ». La tradition annalistique aurait ainsi travesti les événements, en plaçant le conflit entre la plèbe et le Sénat (représenté en l’occurence par Appius Claudius) non pas après le vote du plébiscite, comme cela a dû en réalité se produire, mais avant : « Tite-Live croit à une lutte pour le vote du plébiscite, alors que le conflit se situe entre la plèbe armée de son plébiscite et le Sénat réticent à répondre positivement à ses exigences. » Dans ce cas, l’hostilité d’Appius Claudius, loin d’être celle d’un vieux réactionnaire hostile à toute innovation, traduirait celle de la majorité de la nobilitas patricio-plébéienne présente au Sénat, et ce n’est qu’après une ultime épreuve de force avec les tribuns de la plèbe que le Sénat aurait fini par céder. Là encore, la politique d’Appius Claudius ne serait en rien en contradiction avec la ligne suivie par la nobilitas patricio-plébéienne de son époque, et traduirait en fait la méfiance de la nouvelle aristocratie socio-politique à l’égard de revendications qui n’émanaient pas de son sein et qui devaient être jugées trop démagogiques.

3 – LA NOBLESSE DU ive SIÈCLE AV. J.-C. : DÉFINITION SOCIALE ET CONTENU IDÉOLOGIQUE

  • 73 M. Gelzer, Die Nobilität der römischen Republik, Stuttgart, 19832 (Ière éd. 1912), p. 22-31 ; Id., (...)
  • 74 Ainsi dans ce sens : A. Afzelius, “Zur Definition der römischen Nobilität in der Zeit Ciceros”, dan (...)
  • 75 Th. Mommsen, Le droit public, VI, 2, p. 53 et n. 4 ; M. Gelzer, Die Nobilität, p. 31 et n. 4 ; pour (...)

15Les contradictions et les erreurs de la tradition historiographique ancienne, mais aussi des études historiques modernes, sur les rapports entre Appius Claudius et la nobilitas de son temps sont également dues en grande partie aux incertitudes et aux confusions, anciennes et modernes, sur la définition à apporter aux termes nobilitas ou nobilis à la fin du ive siècle av. J.-C. D’après la définition donnée par M. Gelzer, la nobilitas aurait regroupé l’ensemble des familles dont un membre ou dont un ascendant direct avait exercé le consulat73. Mais cette définition est assurément trop restrictive pour le ive siècle, car à cause des nombreuses itérations et prorogations à’imperium, les consulaires ne représentaient au tournant des ive et iiie siècles qu’une toute petite minorité de politiciens incapable de générer une nouvelle catégorie socio-politique avec son propre système de représentations : les personnes « illustres », les nobiles, devaient dès lors regrouper l’ensemble des anciens magistrats curules (consuls et préteurs) et leurs familles74. Même ainsi, la nobilitas ne pouvait regrouper qu’une petite minorité de plébéiens, puisque ceux-ci n’avaient occupé qu’à peine la moitié des magistratures curules depuis 366 : à la fin du ive siècle, l’essentiel de la nobilitas devait en fait encore être composé de patriciens, ce qui explique peut-être que les sources, et notamment Tite-Live, lorsqu’elles évoquent les luttes politiques du ive siècle, désignent souvent les patriciens ou le patriciat de cette époque par les termes nobiles ou nobilitas75. En réalité, cette opposition entre nobles et plébéiens semble en fait être la transposition du conflit entre optimates et populares à la fin de la République.

  • 76 L’interprétation “idéologique” de cet épisode qui a été faite par Tite-Live, et à sa suite par un g (...)
  • 77 Cf. L. Loreto, dans AFLM, 24, 1991, p. 67 : « la contrapposizione nobiles/ homines novi potrebbe ri (...)

16Cette représentation mentale dans laquelle le mot nobilitas désigne en réalité les éléments les plus réactionnaires du patriciat est complètement explicite dans l’épisode au cours duquel Appius Claudius aurait tenté de se faire réélire au consulat en compagnie de Q. Fabius, afin de restituer au patriciat les deux places de consul : cum suis tum totius nobilitatis viribus incubuit, écrit Tite-Live (X, 15, 8), et comme Fabius qui présidait les comices électoraux se faisait prier, circumstare sellam omnis nobilitas ; orare, ut ex caeno plebeio consulatum extraheret maiestatemque pristinam cum honori tum patrieiis gentibus redderet (Х, 15, 9)76. On ne voit pas pourquoi, en effet, la noblesse patricio-plébéienne aurait insisté pour faire élire un consul patricien à la place d’un plébéien, et restaurer ainsi l’ancienne domination du patriciat, ce qui aurait été de surcroît en contradiction avec le reste de la politique d’Appius Claudius. C’est pourquoi, lorsque la tradition présente l’opposition d’Appius Claudius à la nobilitas, ou lorsqu’il est censé avoir suscité l’hostilité déclarée de la nobilitas, il n’est pas certain qu’il ne s’agisse en fait d’une opposition à la partie la plus « réactionnaire » ou la plus conservatrice du patriciat77, voire d’une mise en scène toute rhétorique élaborée tardivement par l’annalistique romaine afin de discréditer l’image de ce personnage.

  • 78 Cf. Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell., N.A., VII, 9, 2) : Cn. (...) Flavius patre l (...)
  • 79 Voir supra p. 91-94 et infra p. 231-235.
  • 80 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 691-695 ; il écrit également que « pour Pline, il est clair que (...)
  • 81 A. Alföldi, Der frührömische Reiteradel und seine Ehrenabzeichen, p. 21-23.
  • 82 Cette situation est clairement présentée par Tite-Live pour l’année 216 (XXII, 34, 7-8) : Id foedus (...)
  • 83 Plin., N.H., XXXIII, 17 : Hic [sc. Cn. Flavius] (...) tantam gratiam plebei adeptus est (...) ut ae (...)
  • 84 Cf. F. Münzer, s.v. Poetelius, dans R.E., XXI, 1, 1951, col. 1164-1167 (n° 1-8) ; Id., s.v. Domitiu (...)

17Toutefois, il n’est pas toujours facile de savoir si nos sources, et en particulier Tite-Live, commettent une confusion involontaire en évoquant les nobiles de la fin du ive siècle dans des termes qui évoquent davantage le patriciat le plus réactionnaire de l’époque du conflit patricio-plébéien, avec sans doute des réminiscences à l’opposition plus récente entre optimates et populares, et si derrière ces nobiles se cachent en réalité des patriciens qui refusèrent réellement l’évolution politique et institutionnelle amorcée par le compromis licinio-sextien, ou si la nouvelle noblesse patricio-plébéienne, à peine constituée, avait en fait adopté et reproduit les modèles de comportement de l’ancienne aristocratie. Cette ambiguïté apparaît notamment dans l’épisode qui présente la déposition des anneaux et des phalères par la plupart des « nobles » (plerique nobilium) après l’élection de Cn. Flavius à l’édilité curule : Cn. Flavius était un parvenu, un scribe, de surcroît d’origine modeste et fils de libertinus, qui n’appartenait certes pas à cette nouvelle élite plébéienne avec laquelle les patriciens avaient accepté de partager le pouvoir78. L’épisode est rapporté en termes à peu près identiques par Tite-Live, Valère Maxime et Pline, et provient au moins en partie des annales de L. Calpurnius Pison79. Mais le texte de Pline se réfère également à de « très anciennes annales » (antiquissimi annales) qui lui permettent de corriger un anachronisme de Pison sur l’ordre équestre : or ces annales les plus anciennes, qui permettraient selon C. Nicolet de « remonter à une source qui transcrit correctement la réalité du IIIe siècle », affirmaient clairement que les anneaux d’or et les phalères avaient été déposés par la nobilitas et uniquement par elle80. Celle-ci aurait donc adopté les insignes de souveraineté et de prestige social qui étaient ceux du patriciat depuis la fin de la domination étrusque à Rome81 et en aurait aussi reproduit les comportements et les attitudes d’exclusion à l’égard des nouveaux venus82. De plus, Cn. Flavius avait été élu à l’édilité curule en même temps qu’un certain Q. Anicius de Préneste, dont l’entrée dans la citoyenneté romaine était récente83, et Pline précise que pour cela « on repoussa les candidatures de C. Poetelius et de Domitius, dont les pères avaient été consuls », ce qui est précisément la définition de la nobilitas à la fin de la République : les Poetelii et les Domitii, si leurs noms n’ont pas été interpolés tardivement, appartenaient en effet à la noblesse plébéienne du ive siècle84, mais les comices tributes qui élirent les édiles curules pour l’année 304 leur préférèrent des « hommes nouveaux », pour ne pas dire des nouveaux venus, qui n’appartenaient pas à la nouvelle classe dirigeante. Cette élection révèle non seulement une transformation profonde de la structure des comices tributes qui permit la promotion d’individus étrangers à la nobilitas, mais montre clairement qu’une partie de la noblesse patricio-plébéienne acceptait difficilement cette évolution.

  • 85 Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell., VII, 9) ; Liv., IX, 46, 8-9 ; Val. Max., II, 5, (...)
  • 86 Cf. Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell., VII, 9).

18On peut en trouver confirmation dans le célèbre épisode de la sella curulis, proche de celui de la déposition des anneaux et des phalères et qui implique une nouvelle fois l’édile Cn. Flavius : par le biais de L. Calpurnius Pison, cet épisode remonte en effet aux mêmes sources que le précédent85. La thématique est également la même : peu après son élection, l’édile Cn. Flavius s’oppose à quelques jeunes « nobles » à propos d’une question de préséance : Haud memorabilem rem per se, nisi documentum sit adversus superbiam nobilium plebeiae libertatis, referam, écrit Tite-Live (IX, 46, 8)86. L’opposition de la superbia nobilium à la libertas plebeia montre clairement que l’annaliste reproduisit ici le schéma d’une opposition « classique » entre patriciens et plébéiens, où les nobiles sont présentés comme des patriciens qui traitent un parvenu comme Cn. Flavius avec la morgue et l’arrogance que ceux-ci pouvaient avoir eu par le passé avec les plébéiens.

  • 87 Il s’agit notamment de C. Junius Bubulcus, qui refusa en compagnie de Q. Aemilius Barbula la lectio (...)

19Il est donc tout à fait possible, sinon probable, vu les témoignages insistants de nos sources sur les épisodes de 304, qu’une partie de la noblesse patricio-plébéienne n’ait pas accepté la promotion politique de nouveaux venus telle qu’elle ressortait des réformes politiques et institutionnelles engagées par la censure d’Appius Claudius. Cette opposition a pu prendre la forme de l’ancienne opposition entre le patriciat et la plèbe, ce qui a rendu confus, dans le récit des annalistes eux-mêmes, les notions de nobiles et de nobilitas. Mais cela ne signifie pas nécessairement que l’ensemble de la nobilitas se serait opposé aux réformes politiques et institutionnelles engagées par le censeur Appius Claudius, ni que cette opposition ait correspondu à la division entre patriciens et plébéiens. Il est vrai qu’à côté du patricien Q. Fabius Rullianus, les seuls opposants à la politique d’Appius Claudius qui soient nommément désignés par nos sources sont presque toujours des nobiles plébéiens87, comme si l’ouverture de la vie politique à de nouveaux venus menaçait directement un pouvoir nouvellement et chèrement acquis que ces nobiles ne se sentaient pas prêts à partager. C’est cette opposition « plébéienne » que l’on doit retrouver derrière les épisodes de 304, mais il ne pouvait s’agir que d’une opposition minoritaire, puisqu’il ne s’agissait pas de toute la nobilitas. Les réformes d’Appius Claudius s’inscrivent en fait dans un processus assez long, entamé par les réformes de C. Licinius et de L. Sextius, puis de Q. Publilius Philo, dans lequel une partie de l’élite plébéienne a joué un rôle moteur, et fut très probablement soutenue par une fraction du patriciat.

  • 88 Pour C. Nicolet, “Les classes dirigeantes à Rome”, dans Annales E.S.C., 1977, p. 733, la « noblesse (...)

20La formation de la noblesse patricio-plébéienne fut elle-même un processus assez long, entamé par les lois de 367 et de 339, mais qui n’était pas encore achevé à la fin du ive siècle : jusqu’au iiie siècle au moins, le patriciat y était en fait numériquement majoritaire, et l’infime minorité numérique dans laquelle devait alors se trouver la noblesse plébéienne, même si on tient compte de l’ensemble des anciens magistrats curules et de leurs familles, explique sans doute qu’elle n’ait pas pu s’opposer à voir s’élargir la classe dirigeante romaine à de nouveaux venus, issus de nouvelles couches sociales de la population romaine. Et même en tenant compte de la présence des patriciens et de leurs familles au sein de la noblesse, celle-ci ne devait encore exister qu’à l’état embryonnaire à la fin du ive siècle, ce qui rendait en fait difficile pour elle de véritables attitudes d’exclusion comme celles qui lui sont prêtées par nos sources88.

  • 89 Voir infra, Appendice p. 655-661 : “La nobilitas patricio-plébéienne du ive siècle à partir des mag (...)
  • 90 Tout dépend si L. Papirius Cursor (n° 52) et L. Papirius Mugillanus (n° 67), respectivement consuls (...)
  • 91 Il s’agit d’une estimation du nombre total de personnes ayant effectivement revêtu une magistrature (...)
  • 92 M. Valerius Corvus (n° 137) a sans doute connu la plus longue carrière politique du IVe siècle : tr (...)
  • 93 Parmi les familles patriciennes : les Aemilii (7), les Claudii (5), les Cornelii (15), les Fabii (8 (...)

21Une étude prosopographique de l’ensemble des magistrats curules connus entre 366 et 300 montre que l’on connaît les noms d’environ 150 magistrats curules annuels (consuls, préteurs et édiles curules), sans tenir compte des magistrats curules irréguliers ou exceptionnels (censeurs, dictateurs, maîtres de cavalerie, interrois) avec lesquels on atteindrait un total de 269 magistrats curules connus pour cette période89. Comme le nombre normal de magistrats curules annuels était alors de cinq (2 consuls, 1 préteur et 2 édiles curules), les 63 années de 366 à 300 (67 ans moins les 4 années « dictatoriales ») ont connu 315 magistratures curules annuelles. Mais seule l’année 366, véritable point de départ du fonctionnement régulier des institutions républicaines, présente un tableau complet de toutes les magistratures curules annuelles (5 sur 5). Pour les autres années, le préteur ou les édiles curules sont souvent omis, ce qui explique que nous ne connaissons qu’à peine un peu moins de la moitié des magistrats curules annuels entre 366 et 300 (150 sur 315, soit 47,6 %) et qu’il manque par conséquent 165 noms à nos listes. Mais comme au moins une bonne moitié d’entre eux se retrouvent quasi certainement parmi les 269 noms de magistrats curules connus (annuels et exceptionnels), on peut estimer que les listes de magistrats fournissent les noms d’environ 75 % de la nobilitas du ive siècle. Or, ces listes donnent environ 117 noms différents (70 ou 71 patriciens90 et 46 plébéiens) pour l’ensemble de la période, ce qui peut correspondre à un effectif théorique total d’environ 160 individus91. Comme en 312 la génération de M. Valerius Corvus (consul la première fois en 348) et de Q. Publilius Philo (consul la première fois en 339) touchait à sa fin92, la noblesse romaine ne devait guère alors comprendre plus d’une centaine d’anciens magistrats répartis sur une quinzaine de familles patriciennes et moins d’une trentaine de familles plébéiennes93.

  • 94 Cf. K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 207, p. 211 et p. 219-221.

22Autrement dit, au moment où Appius Claudius devenait censeur, la classe dirigeante romaine ne regroupait encore qu’un corps social étriqué, aux effectifs disproportionnés par rapport aux besoins nouveaux d’une cité-État engagée sur de multiples théâtres d’opérations en Italie, dont la gestion et la défense des intérêts nécessitaient l’emploi de toutes les compétences et la mobilisation de toutes les énergies. L’affirmation politique et sociale de la noblesse patricio-plébéienne a donc dû s’accompagner, à partir de la fin du ive siècle, du renforcement de la composante plébéienne par l’introduction de nouveaux venus, voire de parvenus, dans la vie politique romaine, que la tradition a l’habitude de désigner par hommes novi. Historiquement, l’existence des homines novi est indissociable de celle d’une nobilitas, et les idéaux liés à la virtus et à la valeur individuelles sont partagés par les uns pour pouvoir accéder à l’autre94 : le processus d’intégration de nouveaux venus a peut-être suscité l’opposition de quelques vieux patriciens et de quelques nobles plébéiens, mais dans l’ensemble il a dû représenter une évolution voulue et souhaitée par une large majorité de la nouvelle classe dirigeante patricio-plébéienne. C’est probablement dans ce contexte qu’il faut comprendre les principales réformes politiques et institutionnelles menées par Appius Claudius au cours de sa censure, que ce soit l’introduction de fils de libertini au Sénat, l’inscription des humiles dans toutes les tribus ou la promotion d’hommes nouveaux à l’édilité curule.

  • 95 Cf. F. Càssola, I gruppi politici, p. 89 : « La nuova nobilitas patrizio-plebea era ben lontana dal (...)
  • 96 Cf. le texte de l’elogium de Cn. Cornelius Scipio Hispanus, au iie siècle av. J.-C, un personnage q (...)
  • 97 Sall., Epist., I, 1, 2 : voir infra p. 523. Pour l’interprétation historique de cette sententia d’A (...)
  • 98 Val. Max., VII, 2, 1. Cf. P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 137 ; J.-M. André, “L’otium chez Valère- (...)
  • 99 Cf. L. Loreto, dans AFLM, 24, 1991, p. 66-67.

23Malgré l’épisode de 304, la nouvelle classe dirigeante patricio-plébéienne était sans doute à l’origine bien plus ouverte à l’ascension sociale et aux hommes nouveaux qu’elle ne le sera par la suite95. Le nouveau système de valeur qu’elle tend alors à développer afin d’affirmer le sentiment de sa propre identité met l’accent sur la valeur et le mérite individuels, dignitas, gloria et virtus, car la seule hérédité familiale ne suffisait désormais plus pour être nobilis : il fallait à chaque génération « faire ses preuves » et se montrer digne de la lignée dont on était issu en faisant au moins aussi bien, sinon mieux que ses ancêtres96. Dans ce climat de compétition par l’excellence, chacun avait sa place, du moins à l’origine : à la fin du ive siècle, la noblesse ne regroupait encore qu’un cercle trop restreint de familles et d’individus pour pouvoir se passer des hommes nouveaux, fussent-ils citoyens de fraîche date à l’instar de Q. Anicius de Préneste, ce personnage qui fut élu à l’édilité curule en même temps que Cn. Flavius. C’est également dans ce contexte qu’il faut comprendre la portée et la signification de la sententia d’Appius Claudius : Faber est suae quisque fortunae97, ainsi que sa maxime : Negotium melius quam otium populo Romano committitur98. Ces maximes, sans doute tôt devenues proverbiales et qui ont ainsi pu être conservées, démontrent à elles-seules à quel point Appius Claudius avait adopté le système de valeur de la nouvelle noblesse patricio-plébéienne, qui associait des personnalités nouvelles à l’ancienne classe dirigeante dans le cadre d’une véritable « meritocratie » : dans cette noblesse, chacun était en effet « l’artisan de sa propre fortune », à condition de se consacrer davantage à l’effort (negotium) qu’à l’oisiveté (otium), aussi bien pour sa propre gloria que pour l’intérêt de la res publica. L’opposition nobiles/homines novi, telle qu’elle est présentée par l’annalistique romaine, notamment à propos d’Ap. Claudius et de Cn. Flavius, semble par conséquent complètement anachronique pour cette époque99. À moins que ces « nouveaux venus » (homines novi, libertini) ne représentent une réalité toute différente au ive siècle de celle qu’ils auront à la fin de la République...

24En tout cas, les principales mesures politiques et institutionnelles de la censure d’Appius Claudius Caecus ne devraient pas être en complète contradiction avec les besoins et les aspirations de la nouvelle classe dirigeante patricio-plébéienne. Ces mesures prennent place en effet dans une longue série de transformations et de réformes qui affectèrent l’ensemble de la société romaine à partir des lois licinio-sextiennes, et qui étaient rendues nécessaires autant par la complexité croissante de cette société que par les circonstances historiques. Or, les mesures prises par le censeur Appius Claudius à la fin du ive siècle concernèrent aussi bien la nouvelle classe dirigeante que l’ensemble de la population civique.

Notes

1 Cf. Liv., IX, 42, 4 : Creatus consul [sc. Ap. Claudius], cum collegae novum bellum Sallentini hostes decernerentur, Romae mansit, ut urbanis artibus opes au-geret, quando belli decus penes alios esset. Liv., IX, 46, 10-11 : Ceterum Flavium dixerat aedilem forensis factio, Ap. Claudi censura vires nacta, qui senatum prímus libertinorum filiis lectis inquinaverat et, posteaquam eam lectionem nemo ratam habuit пес in curia adeptus erat quas petierat opes urbanas, humilibus per omnes tribus divisis forum et campum corrupit : les manuscrits indiquent tous opes urbanas ; mais Weissenborn, à la suite de Gronovius et de Hertz (et suivi par la coll. Loeb), préféra corriger et lire : quas petierat opes, urbanis humilibus per omnis tribus divisis..., se laissant peut-être influencer par l’interprétation que fit Th. Mommsen de la réforme des tribus d’Appius Claudius Caecus (cf. Weissenborn, 1890, p. 112, n. 11, et Th. Mommsen, Die römische Tribus in administrativer Beziehung, Altona, 1844, p. 153-155 ; Id., dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 151-154 ; Id., Le droit public romain, IV, p. 84 et n. 2 ; ibid., VI, 1, p. 207) ; en fait, il vaut sans doute mieux conserver la tradition manuscrite originale et lire opes urbanas (cf. Zingerle, 1888, p. 191) comme l’ont d’ailleurs fait W. Siebert, Über Appius Claudius Caecus, mit besondere Berücksichtigung seiner Censur, Kassel, 1863, p. 43, n. 88 ; C. Sieke, Appius Claudius Caecus Censor i. J. 444 d. St. / 310 v. Chr., Dissert. Marburg, 1890, p. 6 ; C. Nicolet, dans Latomus, 20,1961, p. 684, n. 3 ; R. Develin, The Practice of Politics at Rome, 1985, p. 219 ; et en dernier lieu J. Cels-Saint-Hilaire, La République des tribus. Du droit de vote et de ses enjeux aux débuts de la République Romaine (495-300 av. J.-C), Toulouse, 1995, p. 254-258. Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la lecture que l’on finit par adopter : opes urbanas (qui correspondraient aux libertinorum filii) ou urbanis humilibus, il n’en reste pas moins que Tite-Live a voulu d’une façon ou d’une autre stigmatiser les rapports démagogiques qu’Appius aurait entretenus avec la plèbe urbaine.

2 Cf. Diod., XX, 36, 1-2.

3 Cf. L. R. Taylor, The Voting Districts of the Roman Republic. The Thirty-five Urban and Rural Tribes, Rome (P.M.A.A.R. 20), 1960, p. 132-138 ; F. Càssola, I gruppi politici romani nel iii secolo a.C., Trieste, 1962, p. 135-136 ; B. MacBain, “Appius Claudius and the Via Appia”, dans CQ, 30, 1980, p. 356-370.

4 Diod., XX, 36, 5 ; Liv., IX, 29, 6-7 ; 30, 1-2 ; 46, 10-11.

5 Diod., XX, 36, 4 ; Liv., IX, 46, 10-15 ; Val. Max., II, 2, 9 ; Plut., Popl, VII, 8 ; Auct. De vir. ill., 32, 2 ; W. Siebert, Über Appius Claudius Caecus, p. 53-56.

6 Liv., IX, 29, 9-11 ; 34, 18-19 ; Val. Max., I, 1, 17 ; Fest, p. 270 L. ; Lact, Div. Inst.,11, 7, 15 ; Auct De vir. ill., 34, 2 ; Macr., Sat., III, 6, 12-13 ; Serv., In Verg., VIII, 179 et 269.

7 Cf. Liv., X, 6, 3-11 ; 7, 1-5 ; 8, 3-6.

8 Cf. Cic., Brut., 55 ; Liv., X, 15, 7-12 ; Auct De vir. ill., 34, 3.

9 Cf. Liv., IX, 42, 1-2 ; X, 15, 7-12 ; 25, 4-10 ; 25, 13-16 ; 26, 6 ; Auct. De vir. ill., 34, 4.

10 Cf. Liv., X, 18, 3-19, 22 ; D.C., VIII, fr. 36, 27.

11 Voir supra p. 77-94.

12 Voir par exemple supra p. 81-84 à propos de la superbia et du contemptus deorum hominumque que Tite-Live attribue à Appius Claudius Caecus, de même qu’au décemvir et à d’autres Claudii.

13 La distinction entre structural facts et narrative superstructure dans les récits de l’annalistique romaine sur les périodes les plus anciennes de l’histoire de Rome a été présentée par T. J. Cornell, “The Value of the Literary Tradition Concerning Archaic Rome”, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome. New Perspectives on the Conflict of the Orders, Berkeley-Los Angeles Londres, 1986, p. 52-76. Contra : J. von Ungern-Sternberg, “The Formation of the “Annalistic Tradition” : The Example of the Decemvirate”, dans К. A. Raaflaub éd., ibid., p. 88-101 ; Id., “Überlegungen zur frühen römischen Überlieferung im Lichte der Oral-Tradition-Forschung”, dans G. Vogt-Spira éd., Studien zur vorliterarischen Periode im frühen Rom, Tübingen, 1989, p. 17 ; la distinction proposée par T. J. Cornell pose en effet un problème de méthode : comment établir cette distinction, et sur quelles bases scientifiques décider ce qui peut faire partie des “faits structurels” et ce qui n’est que la “superstructure narrative” ?

14 Partant des travaux de M. Gelzer sur la nobilitas romaine (cf. Die Nobilität der römischen Republik, Stuttgart, 1912), F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, passim, a été le véritable initiateur pour la période républicaine de la méthode prosopographique à partir des sources littéraires, interprétant l’activité de la classe dirigeante romaine dans le cadre de conflits de personnes et de rivalités personnelles, inspirés par les seules ambitions individuelles ou familiales (sur la distinction à faire, toutefois, entre une vision plus “individualiste” de la vie politique romaine chez Gelzer, et la croyance chez Münzer en l’existence de véritables partis nobiliaires regroupés autour de quelques grandes familles, voir J.-L. Ferrary, “Optimates et populares. Le problème du rôle de l’idéologie dans la politique”, dans H. Bruhns, J.-M. David et W. Nippel éd., Die späte römische Republik, La fin de la République romaine. Un débat franco-allemand d’histoire et d’historiographie, Rome (C.E.F. 235), 1997, p. 221-231) ; F. Münzer a ainsi accordé une grande importance aux alliances matrimoniales au sein de la nobilitas ainsi qu’au rôle de “Wahlleiter” exercé par les consuls dans les comices électoraux, pour expliquer de façon quasi mécanique les filiations et les regroupements politiques au sein de la nobilitas (cf. aussi R. Rilinger, Der Einfluss des Wahlleiters bei den römischen Konsulwahlen von 366 bis 50 v. Chr., Munich, 1976) ; le résultat de cette méthode, poursuivie jusqu’au terme de sa logique, peut amener à croire que les dissensions politiques ou les rivalités personnelles au sein d’une même famille n’ont jamais existé au sein de la noblesse romaine, que chaque consul élu était toujours dans la même “ligne politique” que les consuls de l’année précédente, et que les deux consuls d’une même année appartenaient forcément au même “clan” ou au même regroupement politique...

15 Sur les réformes institutionnelles et politiques de Q. Publilius Philo, cf. G. Rotondi, Leges publicae populi romani, Milan, 1912, p. 226-228 (sources pour les leges Publiliae Philonis) ; W. Hoffmann, s.v. Publilius (11), dans R.E., XXIII, 2, 1959, col. 1912-1916 ; la politique “démocratique” de Q. Publilius Philo a été mise en relief par de nombreux auteurs : W. Schur, “Fremder Adel im römischen Staat der Samniterkriege”, dans Hermes, 59, 1924, p. 461 ; K. J. Beloch, Römische Geschichte, p. 477-479 ; A. Garzetti, “Appio Claudio Cieco nella storia politica del suo tempo”, dans Athenaeum, 25, 1947, p. 184-186 ; G. Forni, “Manio Curio Dentato, uomo democratico”, dans Athenaeum, 31, 1953, p. 170 ; E. Siena, “La politica democratica di Quinto Publilio Philone”, dans StudRom, 4, 1956, p. 509-522 ; L. R. Taylor, The Voting Districts, p. 51 et p. 249 ; F. Càssola, I gruppi politici, p. 130-132 ; la politique “méridionale” de Q. Publilius Philo en faveur d’une plèbe urbaine composée de commerçants et d’artisans est une vision qui a été notamment développée par J. Heurgon, Recherches sur l’histoire, la religion et la civilisation de Capoue préromaine des origines à la deuxième guerre punique, Paris (B.E.F.A.R. 154), 1942, p. 264-268 ; E. S. Staveley, “The political Aims of Appius Claudius Caecus”, dans Historia, 8, 1959, p. 426-429 ; F. Càssola, I gruppi politici, p. 121-128 ; L. Loreto, “Osservazioni sulla politica estera degli Emilii Mamercini e di Publilio Philone”, dans Prometheus, 18, 1992, p. 58-68.

16 Cf. F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 34-42, pour qui Appius était un innovateur audacieux, héritier politique de Q. Publilius Philo et par conséquent attaché au « parti centriste » des Aemilii-Servilii, auquel appartenaient aussi les Papirii, les Plautii et les Cornelii ; W. Schur, dans Hermes, 59, 1924, p. 463-464, estime qu’Appius était le leader d’un parti réformateur et le fondateur d’un grand « parti claudien », auquel auraient appartenu M. Valerius Corvinus, L. Postumius Megellus, P. Cornelius Arvina, P. Sulpicius Saverrio, L. Volumnius Flamma, С. Junius Bubulcus Brutus, Q. Marcius Tremulus ainsi que P. Sempronius Sophus ; A. Garzetti, dans Athenaeum, 25, 1947, p. 184-186, voulait voir en Appius Claudius un rival ou un héritier de Q. Publilius Philo, qui aurait suivi une politique toute personnelle, dans le cadre de la plus pure tradition aristocratique ; E. S. Staveley, dans Historia, 8, 1959, p. 429-433, fait d’Appius Claudius, à la suite de Q. Publilius Philo dont il serait « le plus grand héritier politique », un représentant de la « faction campanienne », intéressée par l’expansion commerciale et artisanale de Rome en direction de l’Italie méridionale et liée aux nouvelles couches sociales d’une « bourgeoisie » plébéienne et urbaine, opposée à la traditionnelle aristocratie de grands propriétaires terriens et à leurs clients ; F. Càssola, I gruppi politici, p. 121-146, qui reprend en substance la thèse de Staveley sur le rôle joué par l’expansion commerciale et artisanale de Rome dans la politique “méridionale” suivie par une partie de la noblesse romaine d’alors, associe clairement Appius Claudius à l’œuvre de Q. Publilius Philo et de L. Papirius Cursor ; E. J. Phillips, “Roman Politics during the Second Samnite War”, dans Athenaeum, 50, 1972, p. 349, estime que le vide laissé par la “mort politique” de Q. Publilius Philo, discrédité par son implication dans la coniuratio romano-capouane de 314, fut rapidement comblé par Appius Claudius Caecus, et que la gens Claudia devait déjà avoir des liens avec le groupe politique de Q. Publilius par la personne de M. Claudius Marcellus, dictateur en 327 (au moment du deuxième consulat de Publilius) ; selon B. MacBain, dans CQ, 30, 1980, p. 372, Appius Claudius était un homme sans véritables amis politiques (« a man with no friends »), mais il lui reconnait quand même quelques « putative friends », parmi lesquels Q. Publilius Philo, C. Plautius Venox, L. Volumnius Flamma, Cn. Flavius (« a rascai » !) et éventuellement l’incertain Ovinius (à cause du plébiscite “ovinien” qui confia aux censeurs le soin d’organiser la lectio senatus, qu’Appius Claudius a probablement été le premier à mettre en œuvre – voir infra p. 185-226) ; enfin, récemment encore T. J. Cornell, “The Conquest of Italy”, dans C.A.H.2, VII, 2, 1989, p. 395, considère qu’« Appius’ programme was a continuation of Philo’s ».

17 D’après les fastes, L. Papirius Cursor (R.E. n° 52) a été consul en 326 alors que Q. Publilius Philo était proconsul, et les deux auraient partagé le consulat en 320 et en 315 ; Cursor aurait encore exercé le consulat en 313, et aurait donc présidé à l’élection d’Appius Claudius à la censure ; il aurait enfin exercé une dictature en 310, pendant la censure d’Appius.

18 L. Volumnius a été par deux fois le collègue d’Appius Claudius au consulat, en 307 et en 296 ; mais la violente dispute qui, aux dires de Tite-Live (X, 18, 3-19, 22 ; cf. Dion Cass., VIII, 27), les opposa au cours de leur second consulat a amené F. Càssola à ranger ce personnage parmi les adversaires d’Appius et les amis politiques de Fabius Rullianus : I gruppi politici, p. 152 et p. 202-203.

19 La bibliographie moderne sur ce personnage essentiel est immense, et même si, comme certains l’ont remarqué, toutes les sources n’associent pas Cn. Flavius à Appius Claudius (notamment L. Calpurnius Pison, mais c’est surtout un argument e silentio, et Cicéron : cf. J. G. Wolf, dans NAWG, 1980, 2, p. 3-29 ; G. Forsythe, The Historian L. Calpurnius Piso, p. 339-346), la plupart voient cependant en lui un homme très proche du censeur, son “secrétaire particulier” (il était scribe), voire le fils de l’un de ses affranchis et son “homme-lige” : pour les sources, voir infra p. 441, n. 3 et p. 444-445, n. 13-16 ; sur l’activité de ce personnage, voir infra p. 441-480.

20 Ti. Aemilius Mamercinus et Q. Publilius Philo ont partagé le consulat en 339 ; en 335, un L. Aemilius Mamercinus (Privernas) était dictateur alors que Publilius Philo aurait été son maître de cavalerie ; le même Aemilius a été interrex en 326 et a présidé à l’élection au consulat de Papirius Cursor ; enfin un Q. Aemilius Barbula a été consul en 311, pendant la censure d’Appius Claudius, mais est censé avoir refusé, de concert avec son collègue C. Junius Bubulcus Brutus, la fameuse lectio senatus organisée par le censeur (Liv., IX, 30, 1-2).

21 Selon F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 34-42, les Plautii, avec 5 consulaires en 7 consulats, constituent la famille plébéienne la plus brillante et finalement la première de la noblesse romaine de la seconde moitié du ive siècle ; il semble toutefois difficile d’identifier, comme certains n’ont pas hésité à le faire, C. Plautius Venox, collègue d’Appius Claudius à la censure en 312, avec le consul de 347 et 341, “supporter potentiel” de Publilius Philo, et même avec le consul de 318 L. Plautius (Venox ?) : voir infra, Appendice p. 661, n. 10. En fait, comme l’a justement remarqué K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, Stuttgart, 1987, p. 55, n. 102, tous les Plautii du ive siècle ne sont pas nécessairement apparentés ; mais l’amitié entre Appius Claudius et C. Plautius Venox est généralement admise par tous : cf. W. Siebert, Über Appius Claudius Caecus, p. 15-19 ; P. Lejay, “Appius Claudius Caecus”, dans RPh, 44, 1920, p. 112 ; W. Schur, dans Hermes, 59, 1924, p. 463-464 ; A. Garzetti, dans Athenaeum, 25, 1947, p. 193 ; E. S. Staveley, dans Historia, 8, 1959, p. 417-418.

22 Sur l’opposition entre Appius Claudius et Q. Fabius Rullianus, cf. supra n. 9 ; E. J. Phillips, dans Athenaeum, 50, 1972, p. 349-356, estime qu’Appius aurait rejeté, par sa politique trop audacieuse, de nombreux amis politiques de Q. Publilius Philo dans le camp de Fabius, et on retrouverait ainsi parmi ses ennemis l’essentiel de la classe politique de son époque : P. Sempronius Sophus, P. Sulpicius Saverrio, C. Junius Bubulcus Brutus, Q. Marcius Tremulus, С. Marcius Rutilus (Censorinus), P. Cornelius Arvina, et même son collègue au consulat, L. Volumnius Flamma, ainsi que les Cornelii et le jeune Valerius Corvus, les Aemilii et L. Papirius Cursor ; В. MacBain, dans CQ, 30, 1980, p. 367-372, a défini parmi les “ennemis politiques” d’Appius, et sur la base de l’existence d’une compétition entre lui et les autres membres de la nobilitas pour contrôler la plus vaste clientèle possible : Q. Fabius Rullianus et P. Decius Mus, P. Sempronius Sophus et P. Sulpicius Saverrio, C. Marcius Rutilus (Censorinus), С. Junius Bubulcus Brutus, Q. Aemilius Barbula et M. Valerius Maximus Corvus.

23 P. Decius Mus semble incontestablement faire partie de la “clientèle” de Fabius Rullianus, puisqu’on les retrouve à plusieurs reprises côte à côte, aussi bien dans les fastes que dans le récit de Tite-Live : ils sont par trois fois consuls ensemble, en 308, en 297 et en 295, et partagent la censure en 304 ; cf. notamment F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 45 ; J. Heurgon, Recherches sur Capoue préromaine, p. 260-269 ; F. Càssola, I gruppi politici, p. 150-154. Tite-Live restitue par ailleurs un long discours de P. Decius Mus (X, 7, 1-8, 12), dans lequel celui-ci prend violemment à partie Appius Claudius pour son opposition au plébiscite ogulnien.

24 Les liens entre les frères Ogulnii et les Fabii ont été étudiés notamment par F. Münzer, s.v. Ogulnius, dans R.E., XVII, 2, 1937, col. 2064-2066 ; Id., Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 83-88.

25 P. Sempronius Sophus a été consul en 304 et figure parmi les premiers plébéiens que le plebiscitum Ogulnium a permis de faire entrer dans le collège des pontifes en 300 (plébiscite contre lequel Appius Claudius se serait fortement opposé : cf. infra p. 117-121) ; ce P. Sempronius pourrait aussi correspondre au tribun de la plèbe homonyme qui aurait violemment pris à partie Appius Claudius dans un long discours rapporté par Tite-Live (IX, 34, 1-26), et qui aurait même cherché à le faire jeter en prison, pour n’avoir pas accepté de démissioner de la censure au terme normal des dix-huit mois : cf. T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, 509 В.С-100 B.C., Atlanta, 1951, p. 162 ; F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti in Roma arcaica, Rome-Bari, 1986, p. 77-83.

26 Cf. F. Münzer, s.v. Marcius (98), dans R.E., XIV, 2, 1930, col. 1589-1590 ; Id., Römische Adelsparteien und Adels familien, p. 63-64 ; F. Càssola, I gruppi politici, p. 149-150, pour qui il ne faudrait cependant pas confondre С. Marcius, tribun de la plèbe en 311 et ami politique d’Appius Claudius (parce qu’il aurait proposé l’augmentation du nombre de tribuns militaires élus par le peuple : cf. de même E. S. Staveley, dans Historia, 8, 1959, p. 430), et C. Marcius Rutilus (Censorinus), consul en 310, ami de Fabius Rullianus et adversaire politique d’Appius ; B. MacBain, dans CQ, 30,1980, p. 369, parle de l’“evident enmity between Appius and Marcius” ; enfin A. Storchi Marino, “С. Marcio Censorino, la lotta politica intorno al pontificato e la formazione della tradizione liviana su Numa”, dans AION (archeol), 14, 1992, p. 121-142, voit en C. Marcius Censorinus, de même qu’en P. Sempronius Sophus, des représentants des milieux “pontificaux” auxquels Appius Claudius aurait cherché à s’opposer (y voyant même l’opposition entre deux formes de pythagorisme !).

27 C. Junius Bubulcus Brutus a été consul en 311 (avec Q. Aemilius Barbula), pendant la censure d’Appius Claudius, et censeur en 307-306, pendant le premier consulat d’Appius ; toutefois E. Ferenczy, “The Censorship of Appius Claudius Caecus”, dans AAntHung, 15, 1967, p. 48-49 (cf. Id., From the Patrician State to the Patricio-plebeian State, Amsterdam-Budapest, 1976, p. 162), estime que le plébéien С. Junius Bubulcus Brutus aurait appartenu au parti de la nobilitas opposé à la forensis factio d’Appius Claudius, car en 311 il aurait été responsable de l’annulation de la lectio senatus organisée l’année précédente par le censeur (cf. Diod., XX, 36, 5 ; Liv., IX, 30, 1-2 et 46, 11) ; en outre, Junius Brutus fit décorer de fresques peintes par Fabius Pictor le temple de Salus, qu’il avait voué pendant la guerre contre les Samnites, sans doute pendant son consulat, puis qu’il a fait construire pendant sa censure et qu’il a dédié lorsqu’il a été dictateur en 302 (cf. Val. Max., VIII, 14, 6 et Plin., N.H., XXXV, 19) : selon E. La Rocca, “Linguaggio artistico e ideologia politica a Roma in età repubblicana”, dans G. Pugliese Car-ratelli éd., Roma e l’Italia : radices imperii, Milan (Antica Madre), 1990, p. 325, cela signifierait « un rapporto di alleanza » entre les Fabii et les Junii...

28 Sur M’. Curius Dentatus, cf. notamment G. Forni, dans Athenaeum, 31, 1953, p. 170-239 ; A. Olivesi, “Manius Curius Dentatus et le mouvement démocratique à Rome au début du iiie siècle av. J.-C.”, dans IH, 18, 1956, p. 85-90 ; F. Càssola, I gruppi politici, p. 135-137.

29 Cf. J. Maurin, “La prosopographie romaine : pertes et profits”, dans Annales E.S.C., 37, 1982, p. 824-833 (cf. p. 833, à propos de la méthode suivie par F. Münzer : « c’est l’équation si souvent faite dans les études prosopographiques “telle famille, telle politique” qui à tout le moins devrait susciter de sérieuses réserves. »).

30 K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 41-61 (“Zur Kritik der traditionnellen Gruppierungsrekonstruktion”).

31 Récemment encore, G. Clemente, “Basi sociali ed assetti istituzionali”, dans Storia di Roma, II, 1, 1990, p. 43-44, a montré combien les rivalités personnelles de cette époque, dont l’annalistique semble avoir gardé le souvenir, si elles ont une signification autre que littéraire (ce qui resterait à démontrer !), concernent en fait des enjeux de pouvoir entre chacune de ces personnalités, et non des projets politiques ou idéologiques différents, fondés sur des groupes sociaux opposés (cf. population urbaine contre population rurale, ou artisans-commerçants de la Ville, attirés par l’expansion méridionale, contre propriétaires fonciers et paysans de la campagne, convoitant les riches terres de la Sabine et de l’Étrurie).

32 R. Develin, “Integration of the Plebeians after 366 B.C.”, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 342-344, dénonce toutefois l’utilisation prosopographique qui a été faite des fastes entre 366 et 356 pour déduire l’existence de factions opposées au sein de la nobilitas patricio-plébéienne ; mais cet historien critique davantage une erreur de lecture de ces fastes que la méthode prosopographique, qu’il s’empresse d’utiliser pour démontrer que les familles plébéiennes n’ont commencé à s’intégrer dans le jeu politique romain qu’à partir des années 342/340, voire de la dictature de Q. Publilius Philo en 339.

33 K. A. Raaflaub, J. D. Richards et L. J. Samons II, “Rome, Italy, and Appius Claudius Caecus before the Pyrrhic Wars”, dans T. Hackens, N. D. Holloway et G. Moucharte éd., The Age of Pyrrhus, ‘Archeologia Transatlantica’, XI, International Conference Brown University (8-10 April 1988), Louvain-la-Neuve, 1992, p. 36.

34 E. Ferenczy, “The Career of Appius Claudius Caecus after the Censorship”, dans AAntHung, 18, 1970, p. 75-77 (= Id., From the Patrician State, p. 182-184), a même suggéré l’existence d’un “political agreement” entre Appius Claudius et Fabius Rullianus, puisque sous les deux consulats d’Appius l’imperium consulaire de Fabius a été prorogé, et que sous le deuxième consulat d’Appius, l’imperium consulaire de P. Decius Mus fut lui aussi prorogé.

35 Tableau dressé à partir de T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 159-178.

36 D’après T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 175, si la seconde préture d’Appius tombe en 295, 297 est la dernière date possible pour sa première préture ; or sa préture de 295 semble bien être la deuxième : cf. R. Develin, Patterns in Office-Holding 366-49 B.C., Bruxelles, 1979, p. 17.

37 L’ordre des consuls de 296 n’est pas sûr : les Fastes Capitolins, le Chronographe de 354, les Fastes d’Hydace et le Chronicon Paschale indiquent Ap. Claudius comme primus renuntiatus, alors que Tite-Live (X, 15,12 et 16,2) et Cassiodore donnent la primauté à son collègue L. Volumnius ; T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 176, et K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 116, n. 13, préfèrent suivre cette deuxième version, considérant notamment que Tite-Live est généralement fiable en ce qui concerne l’ordre dans les fastes.

38 Cf. F. Münzer, H. Gundel, s.v. Volumnius (13), dans R.E., 9 A, 1, 1961, col. 881 ; R. E. A. Palmer, The archaic Community of the Romans, Cambridge, 1970, p. 269 et n. 4.

39 R. Stewart, Public Office in Early Rome. Ritual Procedure & Political Practice, Ann Arbor, 1998, p. 138-139, p. 156-157 et p. 176-177 ; cf. Th. Mommsen, Le droit public romain, I, Paris, 1892, p. 47 et p. 59-60. Contra : Т. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, I, Oxford, 2000, p. 249, n. 30.

40 Liv., IX, 29, 6-8 ; IX, 33, 3-9 ; IX, 34, 1-22 ; IX, 42, 3 ; Front., De aq., I, 5, 1-3 ; Auct. De vir. ill., 34, 8. D’après la tradition, la lex Aemilia qui limite la durée de la censure à 18 mois aurait été proposée par Mam. Aemilius Mamercinus en 434 (Liv., IV, 24, 6) : G. Rotondi, Leges publicae populi Romani, Milan, 1912, p. 211 ; Th. Mommsen, Le droit public, IV, Paris, 1894, p. 25 et n. 1, estime que le Sénat a dû proroger le mandat d’Appius Claudius afin qu’il puisse achever les grands travaux qu’il avait entrepris, mais qu’il ne s’agit que d’une “prorogation d’une longueur inusitée, et que c’est de cette mouche que les annales [récentes] ont fait un éléphant” ; J. Suolahti, The Roman Censors. A Study on Social Structure, Helsinki, 1963, p. 26-29, considère que la durée de 18 mois a été la durée initiale de la censure, mais qu’on a eu tendance à prolonger cette durée lorsqu’ont commencé à se développer les grands travaux publics à Rome, et que le premier exemple a pu être celui d’Appius Claudius Caecus pour la construction de l’aqua Appia et de la via Appia.

41 Cf. Cicéron, évoquant dans le dialogue du Cato Maior (§ 16) la carrière d’Appius Claudius : cum inter duos consulatus anni decem interfuissent ; sur le respect par Appius Claudius de l’intervalle des dix ans entre ses deux consulats, cf. K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 131.

42 Cf. Liv., VII, 42, 2 ; Zon. (D.C.), 7, 25 ; l’attribution de ce plébiscite à Genucius, et donc à l’année 342, fut mise en doute dès l’Antiquité, et par Tite-Live lui-même ; Th. Mommsen, Le droit public, II, p. 172, n. 4, préfère le dater de l’année 330, mais son attribution au ive siècle ne paraît pas pouvoir être remise en cause, et correspond au contraire aux nouvelles règles du partage du pouvoir au sein de la nobilitas patricio-plébéienne : cf. sur cette question, avec une bibliographie remise à jour, K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 94-95 et n. 32.

43 K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 136-138, a bien montré que la prorogatio imperii est devenue une nécessité à partir des guerres samnites, afin d’utiliser de façon optimale toutes les compétences et toutes les ressources humaines disponibles au sein de la nobilitas, sans pour autant déroger stricto sensu à la règle de l’itération décennale ; or 295, l’année de la bataille de Sentinum, a été une année particulièrement critique sur le plan militaire, et la nobilitas a dû mobiliser toutes les énergies et toutes les compétences en confiant une fonction cum imperio à pratiquement tous les consulaires des années précédentes : le préteur Appius Claudius Caecus s’est ainsi retrouvé à la tête d’une armée en Étrurie (Liv., X, 21, 11-12 ; 24, 18 ; 25, 4-17 ; Zon. (D.C.), 8, 1 ; cf. aussi l’elogium du Forum d’Auguste : Sabinorum et Tuscorum exercitum fudit), et même si les sources littéraires n’en parlent pas explicitement, il paraît peu vraisemblable qu’il n’ait pas participé à la bataille de Sentinum qui mobilisa toutes les forces disponibles, soit au total 6 légions (les 4 légions consulaires de l’année, et 2 légions de l’année précédente). Dans le même sens : T. C. Brennan, The Praetorship, p. 76.

44 Parmi les trois interrègnes d’Appius Claudius, seul celui de l’année 298 est daté avec certitude, d’après Tite-Live (X, 11, 10) ; d’après les témoignages de Cicéron (Brutus, 55) et de l’Auct. De vir. ill. (34,3), on date généralement de cette année l’épisode dans lequel l’interrex Appius Claudius se serait opposé à la renuntiatio d’un consul plébéien, dont la cause fut défendue avec succès par le tribun de la plèbe M’. Curius (Dentatus) : cf. G. Forni, dans Athenaeum, 31, 1953, p. 187-188 ; L. Loreto, “Sui meccanismi della lotta politica a Roma tra il 314 e il 294 a.C. Considerazioni su quattro casi”, dans AFLM, 24, 1991, p. 70-72.

45 En-dehors de la période 312-295, les magistratures d’Appius Claudius ne sont pas mentionnées par les sources littéraires, mais seulement par son elogium (cf. note suivante) ; T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 156 et 158, date de façon très hypothétique sa questure de l’année 316 et l’une de ses édilités curales de l’année 313 ; E. Ferenczy, “La carrière d’Appius Claudius Caecus jusqu’à la censure”, dans AAntHung, 13, 1965, p. 379-404 (= Id., From the Patrician State, p. 120-143), a voulu aller beaucoup plus loin en cherchant à reconstituer l’ensemble de la carrière d’Appius avant la censure, en ne s’appuyant que sur l’elogium et un tissu de conjectures extrêmement hypothétiques ; cette entreprise vaine et méthodologiquement impossible a été violemment critiquée par K. A. Raaflaub et alii, dans T. Hackens, N. D. Holloway et G. Moucharte éd., The Age of Pyrrhus, p. 36-37, et surtout par R. Develin, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 347, n. 60.

46 Inscr.It., XIII, 3, 12 (cf. Inscr.It., XIII, 3, 79) : Appius Claudius C(ai) f(ilius) Caecus, censor, cons(ul) bis, dict(ator), interrex 111, pr(aetor) II, aed(ilis) cur(ulis) II, q(uaestor), tr(ibunus) mil(itum) III...

47 Il est même possible qu’il ait alors été princeps senatus, étant donné qu’il était probablement à cette date le plus ancien censorius vivant ; or on suppose généralement que l’usage de désigner comme princeps senatus le plus ancien censorius vivant, tel qu’il ressort de l’altercation qui opposa les deux censeurs de 209 (Liv., XXVII, 11, 8-9), remonterait à l’époque du plébiscite ovinien, donc d’Appius Claudius Caecus : P. Willems, Le Sénat de la République romaine, I, Louvain, 1883, p. 257 ; Th. Mommsen, Le droit public romain, t. VII, Paris, 1891, p. 153 ; M. Bonnefond-Coudry, “Le princeps senatus : vie et mort d’une institution républicaine”, dans MEFRA, 105, 1993, p. 109-110.

48 Cf. J. Suolahti, Roman Censors, p. 223.

49 Cf. P. M. Martin, L’idée de royauté à Rome, I, Des origines au consensus républicain, Clermont-Ferrand, 1992, p. 382-387, qui voit dans « le principat d’Appius Claudius Caecus » une « lointaine ébauche » de celui d’Auguste ! Cf. déjà Th. Mommsen, Histoire Romaine, tr. fr., t. I, p. 337, pour qui Appius Claudius aurait été comme un « trait d’union » entre les Tarquins et les Césars...

50 L. Loreto, “La censura di Appio Claudio, l’edilità di Cn. Flavio e la razionalizzazione delle strutture interne dello stato romano”, dans A&R, 36, 1991, p. 181-182.

51 Val. Max., II, 5, 2 : (...) Cn. Flavius libertino patre genitus et scriba, cum ingenti nobilitatis indignatione factus aedilis curulis (...). Cf. Liv., IX, 46, 12 : Тап-tumque Flavi comitia indignitatis habuerunt, ut plerique nobilium anulos aureos et phaleras deponerent. Plin., N.H., XXXIII, 18 : Additum Flavio, ut simul et tribunus plebei esset, quo facto tanta indignatio exarsit, ut anulos abiectos in antiquissimis reperiatur annalibus.

52 Cf. E. J. Phillips, dans Athenaeum, 50, 1972, p. 351 : « there is nothing to suggest that he was atypical of most men in public life with regard to his motives for reform ». A propos des grands travaux publics menés par Appius Claudius au cours de sa censure, voir aussi l’analyse de K. A. Raaflaub et alii, dans T. Hackens, N. D. Holloway et G. Moucharte éd., The Age of Pyrrhus, p. 42 : « it is hard to imagine one man managing to instigate such enormous projects without the concerted backing of a large part of the nobility. »

53 Après 367 encore, les censeurs étaient placés juste au-dessus des édiles curules et en-dessous du praetor et du magister equitum : Th. Mommsen, Le droit public, II, p. 207, n. 1 et p. 222-223 ; Id., ibid., IV, p. 6, n. 1 ; J. Suolahti, Roman Censors, p. 23 ; T. C. Brennan, The Praetorship, I, p. 55-57. Cf. Liv., IV, 8, 2 : Idem hic annus censurae initium fuit, rei a parva origine ortae...

54 Depuis les lois licinio-sextiennes, le seul Claudius à avoir été consul avant Appius Claudius Caecus a été son grand-père, Appius Claudius Crassus, décédé au cours de sa magistrature en 349 (Liv., VII, 25, 10).

55 Cf. E. Ferenczy, dans AAntHung, 13, 1965, p. 391 (= Id., From the Patrician State, p. 128) ; B. MacBain, dans CQ, 30, 1980, p. 360-361.

56 K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 142-147, analyse précisément les principales réformes de la censure d’Appius Claudius dans la perspective d’un processus de consolidation politique et sociale de la nouvelle élite patricio-plébéienne ; les épisodes qui présentent un Appius Claudius “réactionnaire”, s’opposant au vote du plébiscite ogulnien sur l’entrée des plébéiens dans les collèges de pontifes et d’augures, ou s’opposant à la renuntiatio d’un consul plébéien (Cic., Brut., 55 ; Auct. De vir. ill, 34, 3), ou encore cherchant à imposer l’élection conjointe de deux consuls patriciens (Liv., X, 15, 7-12), sont par conséquent autant d’épisodes anachroniques résultant de faits peut-être en partie réels, mais que la tradition annalistique a plus ou moins sciemment déformés pour ternir l’image d’Appius Claudius ; « Es ist zwar an sich unwahrscheinlich, daß die Zulassung der plebeischen Elite zu den Priestertümern noch einmal den Ständegegensatz akut werden ließ » (p. 142) ; « Die Auseinandersetzungen um die angeblichen Machenschaften des Appius Claudius Caecus, der als Interrex bzw. als Kandidat für das Consulat 296 (erfolglos) versucht haben soll, noch einmal rein patrizische Consulcollegien durchzusetzen, dürften wenn nicht überhaupt unhistorisch, so doch verzerrt und mit falschen Anlässen und Motiven überliefert sein » (p. 191).

57 Sur Appius Claudius Caecus et « la razionalizzazione delle strutture interne dello stato romano », cf. en dernier lieu L. Loreto, dans A&R, 36, 1991, p. 181-203, mais l’auteur a tendance à trop réduire la perspective historique dans laquelle se placent les réformes introduites par Appius, en leur ôtant une bonne part de leur caractère novateur.

58 C’est notamment l’interprétation proposée par P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 117-118, et E. Ferenczy, dans AAntHung, 13, 1965, p. 386-404 ; Id., dans AAntHung, 15, 1967, p. 52-56 (= Id., From the Patrician State, p. 128-137 et p. 166-170) ; ces historiens interprètent du coup le mot humiles, employé par Tite-Live pour désigner ceux qu’Appius Claudius a inscrits dans toutes les tribus, dans le sens étymologique de ignobiles ; cf. le commentaire d’A. Drummond dans sa recension de l’ouvrage d’E. Ferenczy, dans JRS, 72, 1982, p. 176 : « to assume that he uses humiles in its supposed fourth-century sense is unacceptable ».

59 Ainsi déjà F. Càssola, “Lo scontro fra patrizi e plebei e la formazione della « nobilitas »”, dans Storia di Roma, I, 1988, p. 468 : « è noto che Appio Claudio, nel 300, si oppose strenuamente (e inutilmente) al plebiscito Ogulnio, che sanciva l’ingresso dei plebei nei collegi dei pontifici e degli auguri. Ma è chiaramente impossibile che un patrizio cosi spregiudicato da aprire la Curia alla forensis factio – cioè a una parte della plebe che, per quanto benestante, era al livello piu basso nella gerarchia dei valori sociali – s’impegnasse a fondo per difendere і tradizionali privilegi del suo ordine. » Voir de même K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 141-142 (cf. supra n. 56).

60 La lex Genucia de 342 et les leges Publiliae Philonis de 339 marquent le triomphe politique de l’élite plébéienne face au patriciat, à tel point que certains y ont vu le véritable point de départ chronologique pour le partage du consulat et la formation de la nobilitas patricio-plébéienne : cf. J. Pinsent, Military Tribunes and Plebeian Consuls : The Fasti from 444V to 342V, Wiesbaden (Historia, 24), 1975, passim, et en part. p. 13-19 et p. 62-69 ; R. Develin, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 342-344.

61 Cf. dans le même sens L. Loreto, dans A&R, 36, 1991, p. 181-203.

62 Cf. notamment Th. Mommsen, Römische Geschichte, I, p. 307-308, p. 449, p. 456-457 et p. 461 (cf. Th. Mommsen, Histoire Romaine, tr. fr. de C.A. Alexandre, C. Nicolet éd., t. I, p. 228, p. 331-332, p. 337 et p. 340) ; Id., dans Römische Forschungen, I, p. 287-318.

63 Comme P. Decius Mus, le collègue de Q. Fabius Rullianus à la censure en 304, d’après F. Càssola, dans Storia di Roma, I, 1988, p. 468 ; de la même manière, L. Loreto, “Sui meccanismi della lotta politica a Roma tra il 314 e il 294 a. C”, dans AFLM, 24, 1991, p. 70-72, interprète le refus en 298 de la renuntiatio de M’. Curius Dentatus par Appius Claudius, alors interroi (cf. Cic., Brut., 55), dans le cadre d’un simple conflit de personnes au sein de la nobilitas auquel on aurait rajouté par la suite une coloration politique et idéologique.

64 F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti, p. 71-103, interprète l’œuvre des Ogulnii, et en particulier le plébiscite ogulnien, comme une tentative de “réaction pontificale” visant à renforcer les grands collèges sacerdotaux à la suite des coups très rudes qui leur furent portés par Appius Claudius et Cn. Flavius au moment de la publication des fastes et des legis actiones ; mais l’historien italien va certainement trop loin dans sa volonté de démontrer l’opposition irréductible et quasi idéologique entre Appius Claudius d’une part, et les Ogulnii-Fabii d’autre part : en réalité l’opposition d’Appius au plébiscite ogulnien, si elle a bien existé, a dû s’exercer non pas contre la qualité des personnes (la présence de plébéiens dans les collèges sacerdotaux) ou contre le principe du partage, mais contre les modalités d’application de la loi (le doublement des effectifs de ces collèges). Voir de même R. E. Mitchell, “The Definition oi patres and plebs : an End to the Struggle of the Orders” dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, 1986, p. 171.

65 Cf. F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti, p. 39-61 ; A. Schiavone, “Pensiero giuridico e razionalità aristocratica”, dans Storia di Roma, II, 1, 1990, p. 418-422 ; S. Tondo, “Appunti sulla giurisprudenza pontificale”, dans D. Mantovani éd., Per la storia del pensiero giuridico romano, dall’età dei pontifici alla scuola di Servio, Atti del seminario di S. Marino, 7-9 gennaio 1993, Turin, 1996, p. 13-15. Voir aussi infra p. 444-451.

66 Les XII Tables semblent en effet avoir été publiées par les patriciens dans le but de rendre public le droit privé des gentes patriciennes, à un moment où sa légitimité commençait à être mise en cause par les tribuns de la plèbe et où son archaïsme le condamnait déjà à disparaître : cf. W. Eder, “The Political Significance of the Codification of Law in Archaic Societies : An Unconventional Hypothesis”, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 262-300 ; M. A. Levi, “Gentes e centurie dopo le XII Tavole”, dans RFIC, 123, 1995, p. 172-177 (différemment A. Bernardi, “Le XII Tavole : і contenuti legislativi”, dans Storia di Roma, I, 1988, p. 415-425, qui défend la vision traditionnelle d’un “progrès” apporté par la publication des XII Tables pour une meilleure entente entre patriciens et plébéiens) ; or c’était le collège des pontifes, exclusivement patricien jusqu’en 300, qui devait veiller entre autres à l’application du droit et qui était seul à connaître les jours fastes et les formules de procès (legis actiones) dont la connaissance était nécessaire pour mener une action en justice, du moins jusqu’à ce que ceux-ci fussent publiés en 304 par Cn. Flavius, sans doute à l’instigation d’Appius Claudius (cf. Cic, Pro Mur., 25 ; Ad Att., VI, 1, 8 ; De Orat., I, 186 ; Liv., IX, 46, 4-5 ; Val. Max., II, 5, 2 ; Plin., N.H., XXXIII, 17 ; Pomp., Ench., 1 (ap. Dig., I, 2, 2, 6-7) ; sur cette question, voir infra p. 444-451). Cette publication participait pleinement à l’affirmation d’un droit patricio-plébéien et rendait à son tour nécessaire l’ouverture du collège des pontifes aux membres de la noblesse plébéienne ; enfin l’accès croissant des plébéiens aux magistratures et, depuis la loi Ovinia et la lectio senatus d’Appius Claudius (voir infra p. 185-226), au Sénat, rendait également nécessaire leur entrée dans le collège des augures. La tradition annalistique qui rapporte l’opposition résolue d’Appius Claudius à l’introduction de plébéiens dans l’augurat et le pontificat est par conséquent complètement absurde et participe en réalité de la tradition anti-claudienne de l’historiographie romaine, peut-être précisément ici d’origine pontificale.

67 Liv., IX, 46, 5. Cf. aussi les sources citées à la note précédente ainsi que F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti, p. 40-49. Voir aussi infra p. 445-446.

68 Une hypothèse encore rarement avancée : cf. G. De Sanctis, Storia dei Romani, I, p. 209-211, et ibid., II, p. 230-231 ; S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, p. 243-245. Contra : F. D’Ippolito, Giuristi e sapienti, p. 21.

69 Cf. F. Coarelli, Foro Romano, II, p. 87-123 ; d’après С. Dulière, Lupa romana, Bruxelles-Rome, 1979, p. 52-53, les jumeaux placés sous les mamelles de la louve au Comitium, en 296, symboliseraient la concorde au sein de la nouvelle noblesse patricio-plébéienne. Sur la statue de Marsyas, voir infra p. 221, n. 139 ; p. 488 et p. 621 ; cf. aussi pl. IX et pl. X.

70 Plin., N.H., XXXIII, 19 ; Liv., Χ, 23, 11-12. Cf. F. Coarelli, Foro Romano, II, p. 88-91 ; voir aussi infra p. 586-587.

71 F. Coarelli, Foro Romano, II, p. 111. Voir aussi infra p. 621.

72 M. Humbert, “La normativité des plébiscites selon la tradition annalistique”, dans Mélanges de droit romain et d’histoire ancienne. Hommage à la mémoire de A. Magdelain, Paris, 1998, p. 211-238 (en part. p. 229-232). Voir aussi infra p. 190 et n. 18 ; p. 426-427 et n. 96.

73 M. Gelzer, Die Nobilität der römischen Republik, Stuttgart, 19832 (Ière éd. 1912), p. 22-31 ; Id., “Die römische Gesellschaft zur Zeit Ciceros”, dans Neue Jahrb. f. d. klass. Alt., 45, 1920, p. 1-27 ; Id., “Die Entstehung der römischen Nobilität”, dans HZ, 123, 1921, p. 1-13.

74 Ainsi dans ce sens : A. Afzelius, “Zur Definition der römischen Nobilität in der Zeit Ciceros”, dans С&М, 1, 1938, p. 40-94 ; Id., “Zur Definition der römischen Nobilität vor der Zeit Ciceros”, dans С&М, 7, 1945, p. 150-200 ; С. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 693 ; A. Alföldi, Der frührömische Reiteradel und seine Ehrenabzeichen, Baden-Baden, 1952, p. 32 ; J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 19722, p. 224-227 ; K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204-206 et p. 219-221 ; F. Càssola, “Lo scontro fra patrizi e plebei e la formazione della « nobilitas »”, dans Storia di Roma, I, 1988, p. 472-474.

75 Th. Mommsen, Le droit public, VI, 2, p. 53 et n. 4 ; M. Gelzer, Die Nobilität, p. 31 et n. 4 ; pour R. Develin, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 347-348, les nobiles qui s’opposèrent à Q. Publilius Philo lors de la quaestio Maeniana en 314 auraient en fait été des patriciens.

76 L’interprétation “idéologique” de cet épisode qui a été faite par Tite-Live, et à sa suite par un grand nombre d’historiens modernes, qui y ont vu une tentative de “restauration” patricienne de la part d’Appius Claudius, est sans doute un anachronisme à mettre au compte de la tradition anti-claudienne de l’historiographie romaine, car elle se retrouve en contradiction avec la politique antérieure menée par ce personnage, notamment au cours de sa censure (introduction de fils de libertini au Sénat, inscription des humiles dans toutes les tribus, culte d’Hercule à l’Ara Maxima retiré à une famille patricienne pour être confié à des esclaves publics) : l’historicité de l’épisode de 297 est d’autant plus douteuse que Q. Fabius, avec qui Appius Claudius aurait dû partager le consulat, est généralement présenté par la même tradition comme son pire ennemi (ce qui prouve au moins une contradiction au sein du discours de la tradition annalistique), et que L. Volumnius, le plébéien avec lequel Appius Claudius finit par partager le consulat en 296, a déjà été son collègue au consulat en 307 et semble constituer avec lui une équipe dont on ne voit pas pourquoi il aurait voulu se débarrasser 10 ans plus tard, pour finir par la reconduire quand même ; mais si l’historicité de l’épisode est exacte, ce qui est impossible à vérifier, il peut s’agir d’un conflit d’ambitions personnelles au sein de la nobilitas, ou d’un conflit d’intérêts purement conjoncturel et indépendant de toute considération “idéologique” sur la présence ou non de plébéiens au consulat ; la même chose peut être dite au sujet du rejet de la renuntiatio d’un candidat plébéien par l’interroi Appius Claudius en 298 (Cic, Brut., 55).

77 Cf. L. Loreto, dans AFLM, 24, 1991, p. 67 : « la contrapposizione nobiles/ homines novi potrebbe riflettere anche il tentativo del patriziato illuminato e della componente plebea del ceto magistraturale-senatorio di eliminare d’un colpo gli esponenti irriducibili del patriziato più reazionario. ».

78 Cf. Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell., N.A., VII, 9, 2) : Cn. (...) Flavius patre libertino natus scriptum faciebat, isque in eo tempore aedili curuli арparebat... Ainsi pour С. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 695, « une tradition ancienne présente Flavius comme un ennemi de la nobilitas, nobilitas étant pris au sens restreint de descendants de magistrats curules ».

79 Voir supra p. 91-94 et infra p. 231-235.

80 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 691-695 ; il écrit également que « pour Pline, il est clair que les anneaux, tout comme les phalères, sont des ornements distinctifs de la noblesse, et seulement de la noblesse ». Ces “annales les plus anciennes” sont parfois identifiées avec la chronique pontificale : A. Alföldi, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1965, p. 167 ; B. W. Frier, Libri Annales Pontificum Maximorum, Rome, 1979, p. 99 ; М. Chassignet, L’annalistique romaine, I, Les annales des pontifes. L’annalistique ancienne, Paris (C.U.F.), 1996, p. 12 (Ann. Pont., fr. 28 Ch.).

81 A. Alföldi, Der frührömische Reiteradel und seine Ehrenabzeichen, p. 21-23.

82 Cette situation est clairement présentée par Tite-Live pour l’année 216 (XXII, 34, 7-8) : Id foedus inter omnes nobiles ictum, nес finem ante belli habituros, quam consulem vere plebeium, id est hominem novum, fecissent ; nam plebeios nobiles iam eisdem initiatos esse sacris, et contemnere plebem, ex quo contemni a patribus desierint, coepisse. Pour F. Càssola, dans Storia di Roma, I, 1988, p. 480-481, l’opposition entre la nobilitas (patricio-plébéienne) et la plebs a pu se substituer à l’ancienne antithèse entre le patriciat et la plèbe à la suite de la conquête des magistratures et des sacerdoces par les plébéiens, donc après 300.

83 Plin., N.H., XXXIII, 17 : Hic [sc. Cn. Flavius] (...) tantam gratiam plebei adeptus est (...) ut aedilis curulis crearetur cum Q. Anicio Praenestino, qui paucis ante annis hostis fuisset, praeteritis С. Poetelio et Domitio, quorum patres consules fuerant. Dans ce contexte, et à cette époque, hostis signifie “étranger” plutôt qu’“ennemi” : Q. Anicius de Préneste était par conséquent récemment entré dans la citoyenneté romaine (cf. L. Loreto, dans AFLM, 24, 1991, p. 331 ; J. Cels-Saint-Hilaire, La République des tribus, p. 277).

84 Cf. F. Münzer, s.v. Poetelius, dans R.E., XXI, 1, 1951, col. 1164-1167 (n° 1-8) ; Id., s.v. Domitius, dans R.E., V, 1, 1903, col. 1419 (n° 42) et col. 1424-1425 (n° 45) ; Id., Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, p. 181 ; Η. Zehnacker, éd. de Pline, Histoire Naturelle, Livre XXXIII, Paris (C.U.F.), 1983, p. 133. Toutefois, certains ont mis en doute l’authenticité de ces noms et ont même estimé qu’ils ont pu avoir été introduits dans le récit après la guerre sociale, peut-être par Valerius Antias : O. Seeck, Die Kalendertafel der Pontifices, Berlin, 1885, p. 40 ; J. G. Wolf, dans NAWG, 1980, 2, p. 26.

85 Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell., VII, 9) ; Liv., IX, 46, 8-9 ; Val. Max., II, 5, 2.

86 Cf. Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell., VII, 9).

87 Il s’agit notamment de C. Junius Bubulcus, qui refusa en compagnie de Q. Aemilius Barbula la lectio senatus d’Appius Claudius, de P. Sempronius Sophus, qui s’opposa de façon véhémente à la prolongation de la censure d’Appius au-delà des 18 mois prévus par la loi, de P. Decius Mus, qui le prit violemment à partie pour son opposition à la loi Ogulnia, et de M’. Curius Dentatus, auquel l’interrex Appius refusa la renuntiatio.

88 Pour C. Nicolet, “Les classes dirigeantes à Rome”, dans Annales E.S.C., 1977, p. 733, la « noblesse » romaine n’a pu se constituer que vers la fin du ive siècle, « à partir du moment où un nombre suffisant de familles plébéiennes eurent accédé au consulat » ; de même G. Clemente, “Le trasformazioni del III secolo”, dans Storia di Roma, II, 1, 1990, p. 40 : « L’affermazione della nuova classe dirigente patrizio-plebea non fu una conseguenza immediata dei provvedimenti iniziati nel 367. Una lunga fase di assestamento fu necessaria ; in pratica, il gruppo dirigente che condusse le guerre sannitiche era ancora assai ristretto, e la prassi delle proroghe dei comandi e delle iterazioni appare una caratteristica ; solo dopo il 290 si affermò un gruppo dirigente più ampio, e venne meno la pratica delle iterazioni di magistrature come fenomeno normale. ».

89 Voir infra, Appendice p. 655-661 : “La nobilitas patricio-plébéienne du ive siècle à partir des magistratures et des fonctions religieuses exercées entre 366 et 300.”

90 Tout dépend si L. Papirius Cursor (n° 52) et L. Papirius Mugillanus (n° 67), respectivement consuls en 326 ou en 319, sont effectivement deux personnes différentes, ou s’il ne s’agit pas en fait d’une seule et même personne (cf. Appendice, p. 658 et n. 5).

91 Il s’agit d’une estimation du nombre total de personnes ayant effectivement revêtu une magistrature entre 366 et 300 ; mais si la nobilitas comprend aussi les descendants directs d’une même famille, ce nombre est bien plus important et peut aisément être multiplié par deux ou trois : mais même ainsi, les effectifs potentiels de la nobilitas patricio-plébéienne restaient extrêmement modestes, et en ne tenant compte que de la génération vivante à un moment donné, on obtient à peine de quoi remplir les six centuries équestres primitives (Ramnenses, Luceres et Titienses priores et posteriores).

92 M. Valerius Corvus (n° 137) a sans doute connu la plus longue carrière politique du IVe siècle : tribun militaire en 349, il fut consul pour la première fois en 348 à l’âge de 23 ans et aurait obtenu 21 fois une magistrature curule (Plin., N.H., VII, 157) ; il fut préteur pour la quatrième fois en 308, consul pour la cinquième fois en 300, et consul suffect en 299 : mais il s’agit d’une carrière exceptionnelle par sa durée, et on peut estimer qu’à l’époque de la censure d’Appius Claudius (vers 312-308), M. Valerius Corvus était l’un des plus vieux hommes politiques qui composaient la nobilitas. Quant à Q. Publilius Philo, sa mise en cause en 314 par la quaestio Maeniana à propos de la coniuratio romano-capouane (voir infra p. 175-179 et n. 167) semble avoir marqué la fin de sa carrière politique (Liv., IX, 26, 21 ; cf. L. Loreto, “Sui meccanismi della lotta politica a Roma tra il 314 e il 294 a. C”, dans AFLM, 24, 1991, p. 68). En réalité, on semble assister au tournant des années 314-312 à un changement de génération et à un renouvellement de la classe politique par l’arrivée aux affaires d’hommes plus jeunes : les hommes de la génération de M. Valerius Corvus et de Q. Publilius Philo arrivent alors au terme de leur existence, et on peut estimer que leurs carrières politiques constituent un terminus post quem pour établir la liste des anciens magistrats encore vivants au moment de la censure d’Appius Claudius.

93 Parmi les familles patriciennes : les Aemilii (7), les Claudii (5), les Cornelii (15), les Fabii (8), les Folii (1), les Furii (5), les Iulii (1), les Manlii (4), les Nautii (1), les Papirii (5), les Pinarii (1), les Postumii (3), les Quinctii (3), les Servilii (1), les Sulpicii (4) et les Valerii (7) ; parmi les familles plébéiennes : les Aelii (1), les Anicii (1), les Antonii (1), les Appuleii (1), les Atilii (1), les Aulii (2), les Claudii Marcelli (1), les Decii (2), les Domitii (1), les Duillii (1), les Flavii (1), les Fulvii (2), les Genucii (3), les lunii (2), les Iuventii (1), les Licinii (2 ?), les Livii (1), les Maenii (1), les Marcii (3), les Minucii (1), les Plautii (7), les Poetelii (3), les Popillii (2), les Publilii (1), les Sempronii (1), les Sextii (1), les Tinnii (1), les Veturii (1) et les Volumnii (1).

94 Cf. K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 207, p. 211 et p. 219-221.

95 Cf. F. Càssola, I gruppi politici, p. 89 : « La nuova nobilitas patrizio-plebea era ben lontana dal presentare і caratteri di una casta chiusa : dalla metà del quarto alla metà del terzo secolo molti homines novi pervennero al consolato e alla censura, e naturalmente ancor più numerosi dovevano essere quelli che conseguivano le magistrature minori. (...) La serrata della nobilitas ebbe principio soltanto ai tempi della guerra annibalica... » ; Id., dans Storia di Roma, I, 1988, p. 471.

96 Cf. le texte de l’elogium de Cn. Cornelius Scipio Hispanus, au iie siècle av. J.-C, un personnage qui n’a toutefois pas été consul (C.I.L., I2, 15 = I.L.L.R.P., 316) : Virtutes generis mieis moríbus accumulavi, progeniem genui, facta patris petiei. Maiorum optenui laudem, ut sibei me esse creatum laetentur ; stirpem nobilita-vit honor.

97 Sall., Epist., I, 1, 2 : voir infra p. 523. Pour l’interprétation historique de cette sententia d’Appius Claudius, В. Bilinski, “Appio Claudio Cieco e l’aspetto sociale della sua sentenza labrum esse suae quemque fortunae”, dans Studi in onore di E. Paratore, Bologne, 1981, p. 283-291, donne une interprétation “économiste” de la sentence d’Appius qui paraît complètement fantaisiste ; de même E. Flores, Letteratura latina, p. 11 ; J. Champeaux, Le culte de la Fortune dans le monde romain, II, Les transformations de Fortuna sous la République, 1987, p. 87, signale qu’il s’agit-là du « premier exemple du nom commun fortuna, au sens de “destinée” » ; K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 211-212, explique ainsi la sententia d’Appius : « Damit wurde bereits in der Konsolidierungsphase der Nobilität jene Hochschätzung persönlicher Leistung als Voraussetzung von Ansehen explizit formuliert : Es war wesentlich das Individuum und seine Leistung, und nicht (mehr) die Macht und das Gewicht der (patrizischen) gens, die in der res publica zählten... »

98 Val. Max., VII, 2, 1. Cf. P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 137 ; J.-M. André, “L’otium chez Valère-Maxime et Velleius Paterculus, ou la réaction morale au début du Principat”, dans REL, 43, 1965, p. 303-304 ; A. Schiavone, Nascità della giurisprudenza, Rome-Bari, 1976, p. 29-33.

99 Cf. L. Loreto, dans AFLM, 24, 1991, p. 66-67.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Note36Note37
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 527k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540