Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appius Claudius Caecus

 | 
Michel Humm

Préambule. Sources et traditions historiographiques

Les sources littéraires sur Appius Claudius Caecus

Texte intégral

  • 1 Récapitulation d’une grande partie des sources antiques mentionnant Appius Claudius Caecus chez F. (...)
  • 2 Sur les problèmes de chronologie, cf. supra p. 8, note 25.
  • 3 En 280 selon R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, Königsberg, 1894, p. 168-186, A. Passerini, “Sull (...)

1Les sources littéraires anciennes qui évoquent la personnalité et l’activité d’Appius Claudius Caecus sont relativement nombreuses (plus d’une trentaine d’auteurs différents, aussi bien grecs que latins, sans compter quelques fragments d’Appius lui-même)1, mais dans l’ensemble souvent postérieures de plusieurs siècles à la vie du personnage. En fait, la principale difficulté réside d’abord dans ce décalage chronologique : la censure d’Appius Claudius, si on accepte la chronologie varronienne, commence en 312 av. J.-C.2 ; il s’agit de l’épisode de la carrière d’Appius le plus ancien que l’on connaisse et que l’on puisse dater avec une relative certitude. Le dernier épisode biographique connu sur Appius Claudius Caecus est son célèbre discours prononcé au Sénat contre la paix proposée par Pyrrhus, et dont la date se situerait vers 280/279 av. J.-C.3.

  • 4 Voir infra p. 521-539.
  • 5 Voir infra n. 8 et surtout p. 63-65. Le contenu du discours d’Appius Claudius nous est également co (...)
  • 6 Ennius, né en 239 av. J.-C. et mort en 169 ou peu après, n’a commencé à rédiger ses Annales qu’aprè (...)
  • 7 Cf. J. von Ungern-Sternberg, dans G. Vogt-Spira éd., Studien zur vorliterarischen Periode, p. 11-27
  • 8 Les fragments d’Ennius qui se rapportent, ou qu’on a rapportés, au discours d’Appius Claudius contr (...)

2Or la source littéraire la plus ancienne qui nous soit parvenue, en-dehors de quelques fragments de maximes et de Sententiae d’Appius Claudius4, est un fragment des Annales d’Ennius (VI, 202-203 V.2 = 199-200 Sk.) rapporté par Cicéron dans le Cato Maior, 16 : il s’agit d’un fragment du fameux discours prononcé par Appius Claudius contre la paix de Pyrrhus et qu’Ennius a transcrit en vers5. On peut certes supposer qu’Ennius, qui a rédigé ses Annales au cours du premier tiers du IIe siècle av. J.-C.6, ait pu connaître dans sa jeunesse des personnes qui ont elles-mêmes connu Appius Claudius Caecus. D’autre part, il est incontestable que la culture orale et la mémoire non écrite jouaient alors un rôle bien plus important que dans nos sociétés7. Mais le témoignage d’Ennius se limite à un ou deux fragments certains, et quelques fragments hypothétiques, ce qui peut apparaître bien mince pour pouvoir établir avec quelque précision l’image d’Appius ; toutefois, ce témoignage fournit quand même des indications très précieuses sur l’image de ce personnage à une époque très ancienne8.

  • 9 Fr. 26 P. = 36 F. = 29 Ch. (ap. Liv., IX, 44, 2-4) ; fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell, Ν.Α., VI (...)
  • 10 Fr. 18 P. = 22 W. = 19 Ch. (ap. Liv., IX, 46, 1-4). Cf. H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, (...)

3Après Ennius, les textes les plus anciens qui nous soient parvenus et qui évoquent des épisodes liés à Appius Claudius proviennent de la deuxième et troisième génération de l’annalistique romaine, représentées par L. Calpurnius Piso Frugi, puis par C. Licinius Macer. Le premier, aristocrate conservateur appartenant à l’ordre sénatorial, rédigea des Annales à l’époque des Gracques9. Le second, partisan des populares, rédigea des Annales à l’époque syllanienne10. Avec ces deux auteurs, l’historien entre d’emblée dans les controverses idéologiques qui n’ont pas cessé d’entourer l’image d’Appius Claudius Caecus, si tant est qu’elles n’aient pas déjà existé antérieurement !

  • 11 Cf. Cic., Pro Caec, 54 ; De dom., 105 ; De har. resp., 38 ; Pro Cael, 33-35 ; Pro Mil, 17 ; Phil, I (...)
  • 12 Cf. Cic., De Or., I, 186 ; Brut., 55 et 61 ; Cat. M, 16 et 37 ; Tusc, TV, 4 et V, 112.
  • 13 Cf. Cic., Fam., iii, 7, 5 ; iii, 9, 1 et iii, 11, 5.
  • 14 Sur l’utilisation des exempla historiques par Cicéron comme procédé rhétorique pour « embellir le s (...)
  • 15 Cic, Cat. M., 16 (en citant le vers d’Ennius VI, 202-203 V.2 = 199-200 Sk., extrait du discours d’A (...)
  • 16 Dans son traité sur la vieillesse (Cato Maior de senectute), Cicéron place par deux fois dans la bo (...)

4Sans présenter un récit continu et suivi sur le personnage, l’œuvre de Cicéron fournit de nombreuses allusions, directes ou indirectes, à Appius Claudius Caecus : celui-ci apparaît dans de nombreux discours11, mais aussi dans des ouvrages de réflexion, rhétoriques ou philosophiques12 ainsi que dans sa correspondance13. A travers tous ces passages, Cicéron présente la figure d’Appius Claudius Caecus comme un exemplum14, mais sans jamais préciser quelle est la source, ou quelles sont les sources desquelles il s’inspire (sauf Ennius15 et probablement aussi, mais sans le préciser explicitement, Caton l’Ancien16).

  • 17 Favorable à Diodore : C. Sieke, Appius Claudius Caecus Censor, Marburg, 1890, p. 7-8 ; favorable à (...)
  • 18 Récapitulation de l’ensemble des sources proposées pour les livres XI à XX par G. Perl, Kritische U (...)
  • 19 D’après S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, Bari, 1966, p. 252 et p. 312-313, Diodor (...)
  • 20 On retrouve chez Diodore ce regroupement sur une année, d’événements qui se sont déroulés sur plusi (...)
  • 21 Cette indication montre que Diodore n’a pas utilisé Calpurnius Piso, ou les fastes de ce dernier, p (...)

5En fait, la source la plus ancienne à nous livrer un récit continu, organisé et relativement complet de la censure d’Appius est contenue dans la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile (XX, 36, 1-6). Il s’agit d’une compilation, rédigée vers le milieu du ier siècle av. J.-C, mais qui utilise sans trop les modifier des sources certainement beaucoup plus anciennes. Le témoignage de Diodore sur la censure d’Appius a fait l’objet de nombreuses controverses depuis le siècle dernier, entre ceux qui jugeaient qu’il s’agissait de la source la plus fiable, et ceux qui préféraient le témoignage de Tite-Live17 ; mais le débat reste ouvert pour savoir quelle a pu être la source utilisée par Diodore pour son récit sur la censure d’Appius Claudius Caecus18. Il s’agit en tout cas de la source d’origine annalistique qui présente l’image la plus favorable sur la censure de 31219. En fait, Diodore a regroupé en une seule année, qu’il situe en 310, l’ensemble des informations dont il disposait sur Appius, depuis son élection à la censure, que Tite-Live place en 312, jusqu’à celle de Cn. Flavius à l’édilité curule, que Tite-Live situe en 30420. Par la suite, Diodore ne mentionne plus le nom d’Appius Claudius, si ce n’est à propos de son élection au consulat en 307 (XX, 45, l)21.

  • 22 Liv., IX, 29, 6-30, 10 ; IX, 34, 1-26 ; IX, 42, 1-4 ; IX, 44, 3-4 ; IX, 46, 1-15 ; X, 8, 3-6 ; X, 1 (...)

6Mais la source de loin la plus développée sur la carrière politique d’Appius, du moins pour la période qui s’écoule du début de sa censure en 312 jusqu’à sa préture en 295, est fournie par Tite-Live dans les livres IX et X de sa monumentale histoire de Rome Ab Urbe condita22. La perte de la deuxième décade nous prive malheureusement de tout récit détaillé après 293, si bien que la fin de la carrière politique d’Appius Claudius demeure mystérieuse, à l’exception de son discours prononcé au Sénat contre la paix de Pyrrhus qui est évoqué dans la Periocha du livre XIII (§ 6) et que l’on connaît par ailleurs par d’autres sources.

  • 23 Cf. Liv., X, 9, 12 : vetustior annalium auctor Piso.
  • 24 P. G. Walsh, Livy, p. 114-117 ; selon T. J. Cornell, dans САН, VII,2, 1989, p. 374-375, les mention (...)

7Cependant, sans être pour autant un compilateur, Tite-Live est un historien qui s’inspira, avec souvent peu d’esprit critique, des récits de l’annalistique récente (Q. Aelius Tubero, Q. Claudius Quadri-garius, C. Licinius Macer et Valerius Antias), en les complétant par endroits avec des témoignages d’auteurs plus anciens, comme L. Calpurnius Piso23, Cincius Alimentus ou Fabius Pictor. Selon P. G. Walsh, Aelius Tubero serait la source principale de Tite-Live pour la première décade, complétée de temps en temps par Valerius Antias et Licinius Macer ; quant à Claudius Quadrigarius, il ne serait dans la seconde pentade qu’une source secondaire consultée occa-sionellement pour vérifier des faits précis ; enfin les références à Fabius Pictor et à Pison n’indiqueraient pas nécessairement une consultation directe. En fait, Tite-Live ne citerait ses sources qu’en cas de doute ou lorsque des versions différentes apparaissaient dans sa documentation24.

8Or, les sources mentionnées par Tite-Live dans les livres IX et X sont : Pison (IX, 44, 3-4 ; X, 9, 12), Licinius Macer (IX, 38, 16 ; IX, 46, 3 ; X, 9, 10), Claudius Quadrigarius (IX, 5, 2 ; X, 37, 13) et Fabius Pictor (X, 37, 14-15). À ces citations nommément désignées, il faut ajouter celles pour lesquelles Tite-Live n’a pas cru bon de préciser l’origine :

  • les passages IX, 46, 1-2 et IX, 46, 8-9 correspondent à un fragment de Pison (fr. 27 P.) cité par Aulu-Gelle (N.A., VII, 9, 5) ;

    • 25 Cf. W. Weissenborn, dans T. Livi ab Urbe condita libri, texte établi et commenté par H. J. Müller e (...)

    paginas in annalibus magistratuum [...]percurrere licet (IX, 18, 12) : il s’agit sans doute des libri lintei conservés au temple de Junon Moneta et contenant des listes de magistrats que Licinius Macer avait l’habitude de consulter25 ;

  • in quibusdam annalibus invenio (IX, 15, 8 ; IX, 42, 3 ; IX, 46, 2 ; X, 2, 3 ; X, 17, 11) ;

  • in trinis annalibus invenio (X, 18, 7) : il s’agit peut-être des trois annalistes Licinius Macer, Tubéron et Pison cités peu auparavant (X, 9, 10-12) ;

  • invenio apud quosdam (IX, 23, 5 ; Х, 26, 5), (quidam) auctores sunt (IX, 16, 11 ; IX, 44, 15 ; Х, 26, 11), habeo auctores (IX, 36, 3), sunt qui (X, 17, 12 ; X, 26, 12), traditur inde (IX, 29, 10), alii [...] tradunt (IX, 36, 2), quidam [...] tradunt (X, 41, 5) ou, de façon négative : apud neminem veterem auctorem invenio (X, 46, 7).

9La présentation que Tite-Live fait du personnage et de l’activité d’Appius Claudius Caecus s’inscrit dans ce patchwork. Aussi la question de la source, ou des sources suivies par Tite-Live, est-elle au cœur de toute étude sur ce personnage.

  • 26 À l’exception d’un petit fragment du livre XVI des Antiquités romaines : XVI, 3, 1 = 16. E Pittia. (...)
  • 27 App., Samn.,X, 2-3 et X, 5 ; Plut., Popl, 7, 8 ; Pyrr., 18, 7-19, 5 ; D.C., VIII, fr. 36, 27 ; Zon. (...)
  • 28 Proc, Goth., I, 14, 6-9 ; Zon. (D.C.), 8, 1 et 8, 4 ; Soud., s. v. Αππία ὁδός ; Τιμητής.
  • 29 Appius Claudius Caecus est mentionné par Valère Maxime explicitement en I, 1, 17 ; VII, 2, 1 et VII (...)
  • 30 Pomp., Ench., ap. Dig., I, 2, 2, 6-7 et I, 2, 2, 36 ; Ulp., Ad edict. VI, ap. Dig., III, 1, 1, 5.

10Quant à Denys d’Halicarnasse, il ne nous est pratiquement rien parvenu des récits qu’il a pu recueillir sur Appius Claudius Caecus26. Cependant, son témoignage a pu survivre à travers les textes d’Appien, de Plutarque et de Dion Cassius, dont on trouve le prolongement dans Zonaras27. Les autres sources anciennes évoquant la figure d’Appius sont des témoignages disparates, éparpillés à travers l’ensemble de la littérature gréco-romaine jusqu’à la fin de l’Antiquité, voire jusqu’à l’époque byzantine (cf. Procope, Zonaras et la Souda28). Il convient de signaler également l’importance du recueil d’exempla de Valère Maxime29 ainsi que les textes des jurisconsultes romains des iie et iiie siècles ap. J.-C, Pomponius et Ulpien, conservés dans le Digeste du corpus justinien30. Pour toutes ces sources, il est souvent très difficile, voire impossible, de préciser avec certitude de quelles sources elles émanent, alors même qu’elles sont de plus en plus éloignées de l’époque où vécut Appius Claudius Caecus.

11Paradoxalement, la recherche des sources sur Appius Claudius Caecus se heurte moins à leur rareté qu’à leur multiplicité. En fait, ce qui rend leur exploitation difficile est l’écart chronologique croissant entre le moment de leur rédaction et l’époque à laquelle vécut Appius, et de laquelle ne subsiste pratiquement aucun écrit. D’autre part, étant donné la force avec laquelle la figure d’Appius était restée gravée dans la mémoire collective des Romains, un nouveau travail de recherche sur ce personnage devrait d’abord avoir pour objectif de définir le processus de formation de son image dans l’Antiquité, d’autant plus que son aspect protéiforme est sans aucun doute en partie responsable de la diversité des interprétations de l’historiographie moderne.

MÉMOIRE COLLECTIVE ET TRADITION CLAUDIENNE

  • 31 Liv., X, 15,12 : Ita L. Volumnius de plebe cum Αp. Claudio consul est factus, priore item consulatu (...)

12Fondamentalement, il ne semble pas que les actes attribués par la tradition à Appius Claudius Caecus aient pu avoir été inventés, et l’essentiel semble exact : la construction de la première route romaine et du premier aqueduc, une lectio senatus inédite, une réforme des tribus pour ainsi dire révolutionnaire, l’implication d’Appius Claudius dans la publication des Fastes par Cn. Flavius en 304 (ou du moins l’existence d’un rapport politique, idéologique ou institutionnel entre eux), son opposition à la loi Ogulnia en 300, ses qualités d’orateur et de juriste31, enfin la portée exceptionnelle de son discours contre Pyrrhus, au soir de sa vie... Une partie de ces informations a pu être transmise de manière relativement fidèle à la réalité historique par la mémoire orale, l’époque d’Appius Claudius n’étant séparée de celle des premiers annalistes que par deux ou trois générations.

Les privata monumenta des Claudii

  • 32 Cf. H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, I, p. xxx-lix ; M. Schanz-C. Hosius, Geschichte der (...)
  • 33 C.I.L., I2, 6-7 ; I.L.L.R.P., V, 308-309. Cf. notamment F. Zevi, “Considerazioni sull’elogio di Sci (...)
  • 34 Suet., Tib., I, 2. Sur le tombeau des Claudii, cf. E. La Rocca, “L’adesione senatoriale al « consen (...)
  • 35 Le temple de Bellone a eu toutes les apparences d’un sanctuaire familial pour les Claudii : cf. Th. (...)

13Une partie de ces informations a également pu être transmise de générations en générations par les « archives familiales » des Claudii, ou en tout cas par une forte tradition familiale qui a pu conserver le souvenir du personnage à travers ses privata monumenta : on désignait par là les laudationes funebres, les tituli placés sous les imagines maiorum et les elogia32. Ceux-ci évoquaient les principales étapes du cursus honorum et les actions mémorables accomplies par un personnage illustre ; ils étaient souvent conservés dans le mausolée familial, à l’instar de l’elogium de L. Cornelius Scipio Barbatus, un contemporain de Caecus, retrouvé dans le fameux « tombeau des Scipions » près de la porte Capène, sur la via Appia33. Or nous savons que le tombeau des Claudii se trouvait sur le sol public sub Capitolio34, non loin du temple de Bellone qu’Appius Claudius a fait édifier, et qui a dû devenir par la suite le « sanctuaire familial » des Claudii35 : nous aurions ainsi, à proximité immédiate l’un de l’autre, deux endroits au cœur de Rome où pouvaient avoir été entreposés des privata monumenta des Claudii susceptibles d’avoir apporté aux historiens, aux antiquaires et aux orateurs des informations sur Appius Claudius Caecus.

  • 36 Frontin., De aq., I, 5, 1.
  • 37 Cette observation avait déjà été faite par P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 109-110.
  • 38 Cf. T.R.S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 128.
  • 39 Dans la mesure où il est exclu qu’un magistrat ait pu exercer ses fonctions avec une telle infirmit (...)
  • 40 Cf. infra, p. 84-85 : la “tradition anti-claudienne d’origine pontificale”.
  • 41 Cf. P. Grimal, éd. de Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, Paris, C.U.F., 19612, p. x-xiv ; J (...)

14Certains indices permettent de soupçonner une origine de cette nature parmi les témoignages qui nous sont parvenus sur ce personnage. L’un de ces témoignages pourrait être celui de Frontin sur la construction de l’aqua Appia par le censeur Appius Claudius Crassus, cui postea Caeco fuit cognomen, qui et viam Appiam a porta Capena usque ad urhem Capuam muniendam curavit36. Dans ce passage, Frontin a dû manifestement utiliser une source très ancienne, différente en tout cas de celle des Fastes Capitolins et de l’elogium d’Appius sur le Forum d’Auguste : il est en effet le seul à donner au censeur le cognomen de Crassus, alors que toutes les autres sources lui donnent celui de Caecus37. De fait, il n’est pas douteux que le cognomen Crassus, déjà porté par le grand-père du censeur, consul en 34938, a dû être son cognomen original ; celui de Caecus n’a dû lui être donné que dans sa vieillesse39, voire après sa mort et peut-être par une source hostile40. Or, la seule source capable de donner une information de cette nature ne pouvait être qu’une source familiale « claudienne » et provenir d’un éloge funèbre ou d’un titulus conservé par les Claudii. Cette source « claudienne » a d’ailleurs pu avoir été utilisée par M. Agrippa lorsque celui-ci rédigea ses Commentarii de aquis, eux-mêmes directement utilisés par Frontin pour son traité sur les aqueducs41.

Imagines maiorum et imagines clipeatae

  • 42 Liv., X, 19, 17-18 ; X, 19, 21 ; C.I.L., F, 1, p. 192, X (= Inscr.It., XIII, 3, 12 et 79 ; I.L.S., (...)
  • 43 Plin., N.H., XXXV, 12 : Verum clupeos in sacro vel publico dicare privatim primus instituit, ut rep (...)
  • 44 Cf. H. Meyer, s.v. Imagines maiorum, dans R.E., IX, 1, 1914, col. 1104.
  • 45 Cf. T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 13.
  • 46 Th. Mommsen, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 310 ; Id., Le droit public, II, p. 91 et n. 1 ; (...)
  • 47 H. Stark, “Über die Ahnenbilder des Appius Claudius im Tempel der Bellona”, dans Verhandlung der ei (...)

15Certains privata monumenta des Claudii pouvaient être conservés dans le temple de Bellone, au sud du Champ de Mars : il s’agissait d’un temple qu’Appius Claudius Caecus avait dédié et avait sans doute fait construire, et qui a été assimilé au « sanctuaire familial » des Claudii42. Or, un texte de Pline indique qu’un Appius Claudius y suspendit les imagines clipeatae de ses ancêtres43. Les imagines clipeatae étaient des médaillons en bronze ou en argent portant le portrait d’un ancêtre44. Mais l’identité du personnage mentionné par Pline est fortement controversée, et dépend en grande partie de la date à laquelle se situe cet événement. Le texte indique en effet : Appius Claudius qui consul cum P. Servilio fuit anno urbis CCLVIIII, ce qui renvoie à l’année 495 av. J.-C, année où furent consuls Appius Claudius Inregillensis et P. Servilius Priscus Tuscus45 ; mais à cette date-là, le temple de Bellone dans lequel ces imagines ont été exposées n’avait pas encore été construit ! Th. Mommsen, suivi par quelques autres, estima que l’initiateur de cette pratique devait avoir été le constructeur du temple, celui qui est à l’origine de tant d’autres innovations, Appius Claudius Caecus46. Mais aujourd’hui, la plupart des auteurs contemporains considèrent que les consuls Appius Claudius et P. Servilius désignent en fait le couple consulaire de 79 av. J.-C, d’autant que M. Aemilius Lepidus et C. Lutatius Catu-lus, nommés aussitôt après, furent consuls en 78 av. J.-C, et que les imagines clipeatae ne semblent pas être apparues avant la fin du iie siècle47.

  • 48 Voir infra p. 505-506. F.-H. Massa-Pairault, “Relations d’Appius Claudius Caecus avec l’Étrurie et (...)

16Mais même si ces imagines clipeatae n’ont été exposées dans le temple de Bellone que par le consul de 79, cela ne signifie pas qu’il n’y avait rien auparavant : le sanctuaire des Claudii devaient certainement déjà contenir nombre de tituli et d’elogia, à l’instar du tombeau des Scipions (dont la fondation est à peu près contemporaine du temple de Bellone), et l’habitude d’exposer, en guise de trophées héroïques, des boucliers pris à l’ennemi, est déjà bien attestée pour la fin du ive siècle48. Quoi qu’il en soit, il est sûr qu’à partir de 79 au moins, le portrait d’Appius Claudius Caecus, accompagné d’un titulus et d’un elogium, devait figurer parmi les imagines clipeatae du temple de Bellone, et devait même y figurer en bonne place, car il s’agissait du constructeur du temple. Or, il s’agissait-là, incontestablement, d’une sorte de « publication » des « archives privées » de la famille des Claudii.

  • 49 Cic., Cat. M., 37 ; Val. Max., VIII, 13, 5. Dans le contexte de la compétition aristocratique qui o (...)
  • 50 Cf. R. G. Austin, M. Tulli Ciceronis pro M. Caelio oratio, Oxford, 19603, p. 90-91 ; H.I. Flower, A (...)

17D’ailleurs, la liberum turba évoquée par Pline, et représentée par-vulis imaginibus, rappelle les quattuor robustos filios, quinque filias évoqués avec un bel ensemble par Cicéron et Valère Maxime à propos de la famille d’Appius Claudius Caecus49. Aussi celui-ci a-t-il dû y être honoré à son tour par une imago et un elogium figurant sur un titulus. Nul doute en effet que Cicéron connaissait parfaitement son portrait lorsqu’il évoqua ab inferis, devant Clodia, l’un de ses ancêtres barbus, non hac barbula, qua ista delectatur, sed illa horrida, quam in statuis antiquis atque imaginibus videmus (Pro Caelio, 33). Il précisa d’ailleurs presqu’aussitôt sa pensée en poursuivant de façon plus explicite : existat igitur ex hac ipsa familia aliquis, ac potissi-mum Caecus ille ; minimum enim dolorem capiet, qui istam non vide-bit. Poursuivant jusqu’au bout l’évocation du célèbre aïeul, Cicéron le fit même parler, dans une célèbre prosopopée, pour rappeler à l’indigne Clodia les vertus familiales des Claudii et évoquer les imagines des ancêtres50 (Pro Caelio, 34) :

Nonne te, si nostrae imagines viriles non commovebant, ne progenies quidem mea (...) aemulam domesticae laudis in gloria muliebri esse admonebat (...) ?

« Si les portraits (imagines) des hommes de notre lignée ne te touchaient pas, ma descendance (...) ne t’invitait-elle pas à faire montre de cette vertu domestique qui fait la gloire des femmes ? »

  • 51 Cf. Nep., Att., 18, 5 ; Plin., N.H., XXXV, 2 ; A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1 (...)
  • 52 G. Hafner, “Römische und italische Porträts des 4. Jahrhunderts v. Chr.”, dans MDAI(R), 77, 1970, p (...)
  • 53 La présence des imagines des ancêtres sur les bagues et les sceaux était très courante à Rome ; ell (...)
  • 54 Cf. Varr., Res rust., II, 11, 10 ; Plin., N.H., VII, 211. Cette coutume venue de Grèce a sans doute (...)
  • 55 Le surnom de Barbatus pourrait s’expliquer par le maintien chez Cornelius <Scipio> Barbatus (le pon (...)

18Cicéron pouvait certes connaître le portrait d’Appius Claudius Caecus pour l’avoir vu directement, parmi les privata monumenta des Claudii au temple de Bellone. Mais il pouvait également avoir à l’esprit les Imagines publiées par Atticus : il s’agissait d’un ouvrage illustré présentant une collection de portraits d’hommes célèbres, accompagnés de leurs principales actions et de leur cursus honorum, et sans doute réalisé d’après les documents familiaux originaux51. En tout cas, la description par Cicéron du portrait d’Appius Claudius Caecus rappelle fortement les traits d’un buste du musée Chiaramonti (Vatican), que G. Hafner pense pouvoir identifier avec celui d’Appius Claudius Caecus (pl. I, a et b)52 : il rapproche les traits de ce buste de ceux d’un visage figurant sur des pâtes de verre ou des gemmes datant des premiers siècles avant et après notre ère53, et reproduisant des imagines clipeatae : un homme barbu s’y trouve associé avec un homme imberbe, et il pourrait s’agir d’Ap. Claudius Caecus et de P. Claudius Pulcher (pl. I, с et d). La présence de la barbe sur un portrait d’époque républicaine est en effet un indice d’antiquité, puisque la coutume de se faire raser a été introduite à Rome vers 300, et s’est généralisée ensuite, au point que la plupart des portraits d’hommes des deux derniers siècles de la République sont imberbes54 : l’apparition, vers le début du iiie siècle, de cognomina comme Barbatus et Pulcher pourrait d’ailleurs s’expliquer par l’introduction de cette nouvelle coutume55.

  • 56 G. Hafner, “Drei Gemälde im Tempel der Bellona”, dans MDAI(R), 94, 1987, p. 241-265 et pl. 116 ; le (...)
  • 57 On sait que Marcellus y exposa un certain nombre d’œuvres d’art provenant du butin de Syracuse : cf (...)
  • 58 F. Münzer, s.v. Claudius (91), dans R.E., III, 2, 1899, col. 2681, a voulu rapprocher du surnom Cen (...)
  • 59 Liv., XXXVIII, 28, 3.

19Ces rapprochements iconographiques ont conduit G. Hafner à interpréter la composition d’un relief en marbre comme la reproduction d’une peinture du début du iiie siècle av. n. ère qui figurerait la dédicace du temple de Bellone par Appius Claudius Caecus, représenté en tenue militaire et casqué, entre Mars et Bellone (pl. II) : selon lui, il s’agirait de la reproduction d’une fresque qui devait décorer la cella du temple56. Si l’hypothèse est juste, le relief a pu avoir été commandé par un descendant de l’illustre censeur, mais sa facture semblerait suggérer une époque assez ancienne : G. Hafner propose d’y voir l’une des nombreuses œuvres d’art avec lesquelles Claudius Marcellus décora le temple de Virtus57. Dans ce cas, cela confirmerait les liens idéologiques et religieux qui pouvaient exister entre Bellona et Virtus, mais surtout cela démontrerait la volonté de Marcellus (ou d’un autre Claudius) de se rattacher au prestige et à l’autorité morale d’Appius Claudius Caecus58. En tout cas, les Claudii Marcelli se sont montrés fidèles aux traditions familiales clau-diennes, en s’intéressant par exemple à l’entretien de la via Appia devenue une véritable entreprise familiale des Claudii, puisqu’en 189 le censeur M. Claudius Marcellus fit refaire le pavement du premier mille, de la porte Capène au temple de Mars59.

  • 60 Tac, Ann., IV, 9, 2 : Funus imaginum pompa maxime inlustre fuit, cum origo Iuliae gentis Aeneas omn (...)

20L’image d’Appius Claudius Caecus semble donc bien avoir été un « modèle » familial auquel plusieurs générations de Claudii, patriciens ou plébéiens, se sont identifiées. Aussi une importante partie de nos connaissances sur ce personnage peut-elle provenir, directement ou non, de cette tradition familiale. Toutefois, l’image du célèbre censeur n’a pas seulement été utilisée et « exploitée » par les membres de son clan, mais elle a également pu servir de modèle à tous ceux qui cherchaient simplement dans le passé des modèles de vertu antique pour en faire des exempla. Enfin, au début de l’époque impériale, sous la dynastie « julio-claudienne », les portraits des Claudii vont directement participer au « pouvoir des images » : en 23 ap. J.-C, lors des grandioses funérailles de Drusus, le fils de Tibère, on exhibera en une longue procession les portraits, vrais ou fictifs, de tous les ancêtres de la famille, depuis Énée, les rois albains et Romulus d’une part, jusqu’à Attus Clausus suivi de tous les Claudii de l’autre, dans une mise en scène qui devait évoquer la disposition des statues des summi viri au Forum d’Auguste, parmi lesquelles se trouvait celle d’Appius Claudius Caecus60.

L’elogium d’Appius Claudius Caecus du Forum d’Auguste

  • 61 Cf. Suet., Aug., XXXI, 5 :...statuas omnium triumphali effigie in utraque fori sui porticu dedicavi (...)
  • 62 Cf. P. Zanker, Il Foro di Augusto, p. 15-16 ; Id., Augustus und die Macht der Bilder, p. 214-215.
  • 63 Cf. déjà en ce sens A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2445-2446 ; F.-H. (...)

21À l’époque d’Auguste, Appius Claudius Caecus eut l’honneur de figurer parmi les summi viri de l’histoire officielle de Rome : sa statue en marbre se dressait parmi celles des autres summi viri, dans l’une des deux galeries aménagées sous les portiques latéraux du Forum d’Auguste (fig. 1)61. Sous sa statue figurait une inscription communément appelée elogium (fig. 2 et 3, et pl. III). Les traits du visage de la statue devaient vraisemblablement reproduire ceux d’une imago conservée au temple de Bellone62, et le texte de l’elogium qui figurait en-dessous s’inspirait probablement, au moins en partie, de celui qui devait être conservé parmi les privata monumenta des Claudii et qui avait sans doute déjà été « publié » dans le temple de Bellone63.

Fig. 1 – Plan du Forum d’Auguste : sur le côté gauche, le portique abritant la galerie des summi viri où se trouvait la statue et l’elogium d’Appius Claudius Caecus. D’après P. Zanker, Il Foro di Augusto, Rome, 1984, p. 8.

Fig. 2 – Forum d’Auguste : reconstitution d’une statue de la galerie des summi viri avec un titulus et un elogium. Dessin d’A. Degrassi, Inscriptiones Italiae, XIII, 3, p. 4.

Fig. 3 - Elogium d’Appius Claudius Caecus : reconstitution des fragments du Forum d’Auguste à partir de l’exemplaire d’Arezzo. Dessin d’A. Degrassi, Inscriptions Italiae, XIII, 3, 12.

  • 64 C.I.L, I2, 1, p. 192, n° X (= I.L.S., 54 ; Inscr.It., XIII, 3, 12 et 79) : voir supra p. 6 ; en fai (...)

22L’inscription du Forum d’Auguste64 se décomposait en fait en deux parties (cf. fig. 2) :

1) Le titulus comportait la dénomination, rédigée au nominatif, et les étapes du cursus honorum :

Appius Claudius C(ai) f(ilius) Caecus, censor, cons(ul) bis, dic(ator), interrex III, pr(aetor) II, aed(ilis) cur(ulis) II, q(uaestor), tr(ibunus) mil(itum) III.

Deux indices rattachent ce titulus à une source ancienne, sans doute d’origine familiale :

    • 65 A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2444.

    selon A. von Premerstein, l’utilisation du nominatif dans la dénomination d’un titulus surmonté de l’imago du personnage indiquerait une origine ancienne caractéristique des archives privées et publiques antérieures à l’époque syllanienne (à partir de laquelle on utilisa le datif)65 ; mais il est vrai que l’utilisation du nominatif dans la dénomination d’un titulus est assez usuelle, et commune en particulier à tous les tituli du Forum d’Auguste ;

    • 66 Cf. E. Ferenczy, dans AAntHung, 13, 1965, p. 379-404 ; Id., From the Patrician State, p. 121-137.
    • 67 Th. Mommsen suggère de placer cette dictature en 287 av. J.-C, après la mort ďHortensius ; T. R. S. (...)

    le cursus honorum d’Appius Claudius y est présenté de façon beaucoup plus complète que partout ailleurs, et notamment que dans les Fastes Capitolins : en effet, c’est la seule source à mentionner les étapes de la carrière politique d’Appius avant sa censure66, elle est également la seule à mentionner trois interrègnes ainsi que la dictature d’Appius67.

2) L’elogium proprement dit (fig. 3) rappelait les principaux hauts faits (res gestae) d’Appius :

Complura oppida de Samnitibus cepit, Sabinorum et Tuscorum exercitum fudit, pacem fieri cum Pyrrho rege prohibuit, in censura viam Appiam stravit et aquam in urbem adduxit, aedem Bellonae fecit.

  • 68 Voir infra p. 76-93.
  • 69 Cf. F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 98

Cette glorieuse évocation de la figure du grand censeur se rattache davantage à une tradition « claudienne » qu’au reste de la tradition historiographique romaine sur Appius Claudius Caecus : elle présente en effet une image « héroïque » du célèbre censeur, et ne porte aucune trace de la « légende noire » d’Appius Claudius et des traditions anti-claudiennes de l’annalistique romaine traditionnelle68. F.-H. Massa-Pairault émet même l’hypothèse que l’original dont semble s’inspirer l’elogium du Forum d’Auguste « pouvait figurer sur le sarcophage du Caecus » et a pu avoir été rédigé en vers saturniens, comme celui du sarcophage de Scipio Barbatus, puisque « les titres de gloire (res gestae) d’Appius sont scandés, et dans un ordre significatif, immédiatement après la titulature »69.

23Cependant, des « anomalies » dans le texte de l’elogium ne permettent pas d’y voir une transcription directe d’un elogium figurant parmi les privata monumenta des Claudii :

  • Appius Claudius y est surnommé Caecus, comme dans les Fastes Capitolins, alors que le témoignage de Frontin indique son cognomen d’origine tel qu’il devait se trouver dans les privata monumenta, probablement un elogium familial : celui de Crassus.

    • 70 Cic., Pro Mil, 17 : Proinde quasi Appius ille Caecus viam muniverit, non qua populus uteretur, sed (...)
    • 71 Cf. G. Radke, Viae publicae Romanae, Bologne, 1981, p. 50 ; L. Quilici, “Evoluzione della tecnica s (...)

    l’elogium du Forum d’Auguste emploie l’expression viam stravit, alors que l’expression la plus ancienne, telle qu’elle ressort des témoignages de Cicéron, de Tite-Live et de Frontin, utilisait la locution viam munire70 : l’expression viam munire est en effet très ancienne, sans doute plus ancienne que viam stemere, puisqu’on la retrouve chez Caton (Agr., II, 4 : viam publicam muniri) et surtout dans un fragment des XII Tables (VII, 7 = F.I.R.A., P, p. 50 : viam muniunto)71.

24Aussi l’identification de l’auteur de l’elogium ainsi qu’éventuellement celle de sa source sont-elles nécessaires pour une évaluation correcte de la valeur de cette inscription.

  • 72 Cf. P. G. Walsh, Livy, p. 1-19.
  • 73 T. J. Luce, “Livy, Augustus and the Forum Augustum”, dans K. A. Raaflaub, M. Toher éd., Between Rep (...)

25Bien que l’on considère d’habitude que lAb Urbe condita de Tite-Live constitue en quelque sorte la version officielle de l’histoire de Rome à l’époque augustéenne72, l’image fournie par l’elogium d’Appius Claudius Caecus, exposé au Forum d’Auguste, diffère sensiblement de celle laissée par l’historien padouan73. En fait, le texte de l’elogium a des ressemblances frappantes avec celui de l’Anonyme du De viris illustribus (chap. 34) :

26Certes, l’elogium du Forum d’Auguste n’évoque ni les réformes politiques et religieuses d’Appius, ni son caractère ou son comportement politique (cf. les phrases 1, 2, 3, 4 et 8 du De viris illustribus). Par contre, les phrases 5, 6 et 7 du De viris rappellent de très près les termes de l’elogium :

    • 74 Cf. déjà Th. Mommsen, C.I.L., I2, 1, p. 192 ; F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuill (...)

    la phrase 5 : Sabinos, Samnitas, Etruscos bello domuit, rappelle l’évocation des victoires militaires d’Appius par Yelogium : complura oppida de Samnitibus cepit, Sabinorum et Tuscorum exerci-tum fudit (de fait, le De viris est l’unique source littéraire à évoquer ces exploits militaires d’Appius et à mentionner, avec le texte de Yelogium, une victoire sur les Sabins74) ;

  • la phrase 6 : les deux sources emploient l’expression viam stravit, alors que toutes les sources précédentes, Tite-Live inclus (IX, 29, 6), employaient viam munire ;

  • la phrase 7 : aquam in urbem induxit (cf. aussi Frontin., De aq., I, 5, 1 : aqua in urbem inducta est), rappelle davantage la phrase de l’elogium : aquam in urhem adduxit (cf. Cic., Pro Cael., 34 : ideo (ne) aquam adduxi... ?) que celle de Tite-Live (IX, 29, 6) : aquam in urhem duxit.

  • 75 Cf. A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2447-2448 ; P. L. Schmidt, s.v. V (...)
  • 76 Cf. H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, II, p. ci-cvii et p. 72-77 ; H. Bardon, La littérat (...)
  • 77 Pline (N.H., XXII, 13) prétend que les elogia ont été rédigés par Auguste lui-même.

27Bref, l’auteur de l’elogium et celui du De viris illustribus ont utilisé une source commune, qui a été identifiée avec les Viri illustres de C. Julius Hygin75. Affranchi d’Auguste d’origine grecque (peut-être d’Alexandrie ?), celui-ci devint en 28 av. J.-C. le premier préfet de la bibliothèque du Palatin ; il fut l’un des plus grands savants de son temps et son œuvre immense touchait tous les domaines76. Parmi ses travaux historiographiques, on compte notamment un recueil d’exempla ainsi qu’un recueil de biographies d’hommes illustres intitulé Viri illustres ou, plus exactement, De vita rebusque illustrium virorum. C’est cette dernière œuvre qui a dû servir de source essentielle, voire unique, à l’Anonyme du De viris illustribus. Enfin, sans nier qu’Auguste ait pu également inspirer leur rédaction77, Hygin est sans doute l’auteur des elogia du Forum d’Auguste, comme le prouvent les parallèles qui ont pu être établis avec le texte du De viris illustribus et celui du Liber memorialis d’Ampelius.

28D’autres indices encore permettent de remonter jusqu’à Hygin :

  • L’elogium est le premier texte à employer l’expression viam stravit pour désigner la construction de la via Appia : l’auteur semble avoir reproduit l’expression grecque λίθοις στερεοĩς κατέστρωσεν que l’on retrouve dans le récit que Diodore fait de la censure d’Appius Claudius (XX, 36, 2) ; autrement dit, l’utilisation de l’expression viam stravit traduirait un hellénisme qui trahit l’affranchi impérial.

    • 78 Cf. Val. Max., VIII, 13, 5 : (...) fessus iam vivendo lectica se in curiam deferri iussit, ut cum P (...)
    • 79 En fait, C. Bosch et A. Klotz avaient déjà montré que Valère Maxime s’était inspiré du recueil d’ex (...)

    La phrase 9 du chap. 34 du De viris illustribus s’inspire de la même source que celle de Valère Maxime (cf. lectica in senatum latus)78 ; or, le texte de Valère Maxime est très proche, sur ce point, de celui de l’elogium79 :

  • Val. Max., VIII, 13, 5 : cum Pyrrho deformem pacem fieri prohiberet...

  • elogium : pacem fieri cum Pyrrho rege prohibuit...

  • L’évocation du discours contre Pyrrhus chez Ampelius (Lib. mеm., 19, 2) rappelle les termes, utilisés par Quintilien (De inst. orat., II, 16, 7), qui s’inspirent eux-mêmes directement de ceux de Valère Maxime :

  • Ampelius : Appius Caecus qui pacem Pyrrhi diremit...

  • Quintilien : Num igitur negabitur deformem Pyrrhi pacem Caecus ille Appius dicendi viribus diremisse ?

  • 80 Cf. P. Zanker, Il Foro di Augusto, p. 15 (cf. supra fig. 2).

29Ampelius semble donc bien, lui aussi, s’être inspiré, au moins indirectement, des Viri illustres de Hygin. D’ailleurs, Ampelius devait sans doute aussi avoir en mémoire les elogia du Forum d’Auguste, puisqu’il répartit les personnages illustres entre d’une part, les clarissimi duces Romanorum, et d’autre part les Romani qui in toga fuerunt illustres, parmi lesquels il classe Appius Claudius Caecus. Or, les statues des summi viri sous lesquelles étaient placés les elogia se répar-tissaient entre celles qui représentaient les personnages avec une cuirasse, et celles qui les représentaient en toge80 : la distinction proposée par Ampelius reflète par conséquent celle qu’avait faite Hygin.

  • 81 Selon P. L. Schmidt, s.v. Victor Aurelius, dans R.E. Suppl. XV, 1978, col. 1651 et col. 1655, les e (...)

30Si le texte du De viris illustribus reflète au moins partiellement celui des Viri illustres d’Hygin81, de nombreuses phrases évoquent également des parallèles avec le texte de Tite-Live :

31Or, une indication chez Tite-Live (X, 17, 11-12) permet de retrouver la trace d’une des sources possibles de l’elogium :

Huius oppugnatarum urbium decoris pars maior in quibusdam annalibus ad Maximum trahitur : Murgantiam ab Decio, a Fabio Ferentinum Romuleamque oppugnatas tradunt. Sunt, qui novorum consulum [sc. Appii Claudii et L. Volumnii] hanc gloriam faciant, quidam non amborum, sed alterius, L. Volumnii : ei Samnium provinciam evenisse.

« Dans certaines annales, la plus grande part de la gloire de la prise de ces villes est attibuée à <Fabius> Maximus : elles rapportent que Murgantia a été prise par Decius, Férentinum et Romuléa par Fabius. Il y a des annales qui attribuent cette gloire aux nouveaux consuls [c’est-à-dire Appius Claudius et L. Volumnius] ; certaines ne l’attibuent pas aux deux à la fois, mais seulement au second, L. Volumnius, car c’est à lui que serait revenue la province du Samnium ».

  • 82 Cf. le commentaire de Th. Mommsen au texte de l’elogium dans le C.I.L., I2, 1, p. 192.

32Ainsi, le texte de Tite-Live révèle l’existence de quatre traditions différentes à propos des succès militaires de l’année 29682 :

    • 83 W. Weissenborn, T. Livi ab Urbe condita, p. 149, n. 11 ; peut-être s’agit-il de L. Aelius Tubero, c (...)

    Avant cet extrait, Tite-Live (X, 17, 1-10) expliquait que les combats contre les villes du Samnium avaient été dirigés cette année-là par P. Decius Mus, et que l’essentiel du mérite de la victoire lui revenait : selon W. Weissenborn, l’historien padouan aurait suivi-là « un autre annaliste que Fabius Pictor »83.

    • 84 W. Weissenborn, ibidem ; cf infra p. 87-91.

    L’expression in quibusdam annalibus ad Maximum trahitur... trahit l’existence d’une tradition « fabienne » sur ces événements, qui en attribuait les mérites à Q. Fabius (Maximus) Rullianus84.

  1. L’expression sunt, qui novorum consulum hanc gloriam fa-ciant, indique qu’il existait également une tradition qui attribuait ces victoires dans le Samnium aux deux consuls de cette année, Ap. Claudius Caecus et L. Volumnius : ce témoignage, très édulcoré, rejoint la tradition que l’on retrouve dans l’elogium du Forum d’Auguste (complura oppida de Samnitibus cepit, Sabinorum et Tuscorum exercitum fudit) et dans le De viris illustribus (Sabinos, Samnitas, Etruscos bello domuit).

    • 85 W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 124-125, voulait attribuer cette quatrième tradition à Claudi (...)

    Enfin, une quatrième tradition devait se souvenir du rôle joué par les consuls de cette année-là, mais n’en attribuait les succès qu’à L. Volumnius en banissant du souvenir le rôle joué par Appius Claudius : il s’agit d’une source hostile à Appius mais favorable au consul plébéien, ce qui peut trahir la plume d’un annaliste tardif, comme Licinius Macer85.

33La seule tradition susceptible d’attribuer des succès militaires à Appius Claudius Caecus ne peut être qu’une tradition d’inspiration « claudienne », c’est-à-dire dont les informations remonteraient, au moins dans une certaine mesure, à la tradition orale familiale ou aux privata monumenta des Claudii, peut-être un elogium familial : la source (probablement annalistique) de Tite-Live ainsi que l’auteur de l’elogium du Forum d’Auguste (Hygin) ont tous deux dû y trouver cette information qui est par ailleurs restée assez discrète dans l’ensemble de la tradition sur le personnage.

  • 86 Cf. P. L. Schmidt, s.v. Victor Aurelius, dans R.E., Suppl. XV, 1978, col. 1656-1657 ; P. Zanker, Au (...)
  • 87 Cf. Suet., Aug., XXXI, 7-8 : proximum a dis immortalibus honorem memoriae ducum praestitit, qui imp (...)
  • 88 Mais il est normal que l’elogium du Forum d’Auguste donne le cognomen de Caecus, et non celui, orig (...)
  • 89 Voir infra p. 74, n. 142.
  • 90 Cf. Plin., N.H., XXXV, 12 ; Suet., Aug., XXXI, 5 : manentibus titulis...

34Finalement, l’elogium du Forum d’Auguste présente une image d’Appius Claudius conforme à l’idéologie augustéenne86 : il s’agit d’une évocation historique purgée de tous les événements qui auraient pu être jugés subversifs, comme l’admission des libertini au Sénat ou la réforme des tribus ; seuls comptaient véritablement les exploits militaires et les actions de tous ceux qui ont contribué à accroître la puissance de Rome : il s’agissait de présenter les modèles auxquels le princeps cherchait à s’identifier et qui pouvaient en même temps servir d’exempla pour la postérité87. La figure historique du constructeur de la via Appia avait un tel prestige, qu’on ne pouvait pas ne pas placer Appius Claudius Caecus parmi les summi viri de l’histoire romaine ; mais l’auteur de son elogium ne pouvait pas y reproduire les lieux communs et l’image défavorable que la tradition annalistique, y compris Tite-Live, avait rapportés sur son compte. Comme Hygin ne pouvait pas non plus inventer de toutes pièces les éléments qui devaient figurer sur son elogium, il a dû les chercher dans des sources qui appartenaient à la tradition familiale claudienne88. Celle-ci, à travers certains annalistes comme peut-être Claudius Quadrigarius ou Acilius89, pouvait remonter à des privata monumenta forcément très anciens, comme une imago avec un titulus très complet et un elogium évoquant les actions les plus glorieuses90. Ainsi, un exemplum issu de la tradition historiographique « claudienne » a pu trouver un prolongement inattendu sur le Forum augustéen.

Le discours contre Pyrrhus

  • 91 Appius Claudius Caecus est généralement considéré comme le premier écrivain de la littérature latin (...)

35Une partie de la tradition claudienne de l’historiographie romaine a pu s’appuyer sur des documents produits et publiés à l’époque d’Appius, dans le but de passer à la postérité. Parmi ces documents, certains appartiennent à l’œuvre « littéraire » de Caecus, comme ses maximes et ses Sententiae91. Mais la création littéraire qui a sans doute le plus contribué à sa renommée (fama et gloria) est certainement son discours prononcé vers 280/279 av. J.-C. contre la paix que Pyrrhus chercha à imposer aux Romains. En réussissant par son discours à faire fléchir un Sénat hésitant et déjà prêt au compromis, Appius Claudius Caecus obtint une gloire immortelle dont son elogium dressé sur le Forum d’Auguste s’était fait l’écho :

...pacem fieri cum Pyrrho rege prohibuit...

«...il empêcha qu’on fît la paix avec le roi Pyrrhus... »

  • 92 Enn., Ann., VI, 202-203 V.2 = 199-200 SL ; d’autres vers d’Ennius ont été attribués au discours d’A (...)

36Ce discours a également rencontré un retentissement formidable dans toute la littérature gréco-romaine jusqu’à la fin de l’Antiquité, et de nombreuses restitutions en ont été proposées. Ainsi, dès le iie siècle av. J.-C, Ennius l’a intégré dans son poème épique pour évoquer la guerre contre Pyrrhus, dont deux vers nous ont été transmis par Cicéron (Cat. M., 16)92 :

Quo vobis mentes, rectae quae stare solebant Antehac, dementes sese flexere † via ?

« Pourquoi vos esprits, qui avaient l’habitude d’être si droits jusqu’à présent, ayant perdu toute raison, changent-ils de cap ? »

  • 93 Cf. Cic., Brut., 55 et 61 ; Liv., Per., 13, 6 ; Ovid., Fast., VI, 203-204 ; Val. Max., VIII, 13, 5  (...)
  • 94 Ined. Vatic, F.Gr.Hist., 839 (Vaticanus 435, fol. 220) ; la feuille, rédigée sur les deux faces, po (...)

37En dehors de nombreuses allusions réparties dans l’ensemble de la littérature latine93, les autres restitutions du célèbre discours qui nous sont parvenues proviennent d’auteurs grecs. La restitution peut-être la plus ancienne provient d’un auteur anonyme qui a recueilli un certain nombre d’apophtegmes ; elle a été transmise par un manuscrit du xive siècle baptisé l’Ineditum Vaticanum94. On y retrouve déjà les principaux thèmes rhétoriques développés plus tard par les autres auteurs grecs : Appius Claudius Caecus arrive vieux et aveugle au Sénat, puis commence son discours en se lamentant de son infirmité et en affirmant qu’il aurait préféré être sourd pour ne pas avoir à entendre les honteuses propositions de paix qui semblaient séduire les sénateurs.

  • 95 Plut., Pyrrh., 18, 7-19, 5 (= fr. 10 (n° 1) Malcovati) ; cf. la paraphrase qu’en fit Plutarque, au (...)
  • 96 Cf. Val. Max., VIII, 13, 5 : lectica se in curiam deferri iussit ; Auct. de Vir. ill., 34,9 : senex (...)
  • 97 Арр., Samn., X, 2 (= fr. 11 (n° 1) Malcovati).
  • 98 Zon. (D.C.), 8, 4 ; d’après P. Lévêque, Pyrrhos, p. 72-73, Zonaras suit fidèlement Dion Cassius pou (...)

38Le discours transmis par Plutarque est beaucoup plus développé95 : Appius arrive au Sénat ἐν φορείῳ (= lectica96), soutenu par ses fils et ses gendres ; il entame son discours par le même exorde que dans l’Anonyme du Vatican, raille l’orgueilleuse comparaison de Rome avec Alexandre, fait une allusion aux relations de Pyrrhus avec Ptolémée Sôter et enfin évoque l’attitude qu’auraient, en cas de capitulation romaine, les Samnites récemment vaincus et les Grecs d’Italie du Sud. Appien donne du discours d’Appius un exposé de nouveau beaucoup plus succinct97 : l’exorde reprend l’image immuable de la cécité opposée à la surdité, puis l’orateur évoque la disparition de la domination des Romains sur l’Italie du Sud et la menace d’une domination macédonienne. Enfin Zonaras, l’abréviateur de Dion Cassius, retransmet rapidement le discours d’Appius au style indirect98 : après avoir évoqué le sort des intérêts romains, Appius exige le renvoi de Cinéas et le départ de Pyrrhus d’Italie avant toute nouvelle négociation.

  • 99 Cf. E. Ferenczy, Front the Patrician State, p. 204 : « With regard to the hypercritical views it mu (...)

39L’historicité du discours d’Appius Claudius Caecus ne semble guère faire de doute99, mais l’authenticité de ses retranscriptions est bien sûr controversée : la question est de savoir dans quelle mesure le contenu du discours a pu se conserver et se transmettre jusqu’à la fin de la République ou jusqu’à l’Empire, et par conséquent, quelle est l’ancienneté de l’image d’Appius véhiculée par ce discours. Le plus ancien témoignage de ce discours est transmis par la versification d’Ennius, et remonte par conséquent à environ un siècle de la date à laquelle il a été prononcé. On peut certes imaginer qu’Ennius ait reconstitué de toutes pièces ce discours, sans l’appui d’aucun document authentique. Pourtant, divers témoignages indiquent qu’il existait dès l’origine une version en prose :

    • 100 Varr., De gener. litterar., fr. 319 Funaioli : Primus apud Graecos Pherecydes Syrus soluta oratione (...)

    Varron, repris par Isidore de Séville, affirme qu’Appius fut le premier à composer une œuvre en prose à l’occasion de son discours contre Pyrrhus100 ;

    • 101 Tac, Dial. orat., XVIII, 3-4 : Nec quaero quis dissertissimus ; hoc interim probasse contentus sum, (...)
    • 102 Tac, Dial. orat., XXI, 7 : Asinius quoque, quamquam propioribus temporibus natus sit, videtur mihi (...)

    Tacite suggère qu’à l’époque de Caton, certains devaient admirer Appius plus que ce dernier101 ; que d’autre part, l’historien Asinius Pollion s’était forgé une réputation d’orateur en étudiant entre autre l’éloquence d’Appius102 ;

    • 103 Sen., Ep. ad Lucil., XIX, 144, 13 : Adice nunc quod oratio certam regulam non habet : consuetudo Ul (...)

    Sénèque raille ceux qui imitent le style d’Appius dans leurs discours pour suivre les goûts archaïsants alors à la mode103 ;

    • 104 Auct. De vir. ill., 34, 9 : Cum de pace Pyrrhi ageretur et gratia potentum per legatum Cineam preti (...)

    enfin l’Anonyme du De Viris illustribus évoque une magnifica oratio104.

  • 105 Cic., Cat. M., 16 (éd. P. Wuilleumier) : Ad Ap. Claudi senectutem accedebat etiam ut caecus esset ; (...)
  • 106 Cf. B. Niese, “Zur Geschichte des pyrrhischen Krieges”, dans Hermes, 31, 1896, p. 493, n. 6 ; A. Pa (...)

40Mais le témoignage le plus intéressant vient de Cicéron, dans un passage du Cato Maior (§ 16) où l’auteur nous transmet les deux vers d’Ennius cités plus haut (supra, p. 61), dont l’appartenance au discours d’Appius ne fait ainsi aucun doute (Ann., VI, 202-203 V.2 = 199-200 Sk.)105. Cicéron affirme en effet que ces vers ne sont que la transcription poétique des paroles d’Appius : <Appius> non dubitavit dicere illa quae versibus persecutus est Ennius... Il ne cite que le début du poème, puisque la suite semble connue de tous, et ajoute : et tamen ipsius Appi exstat oratio. Cicéron a-t-il pu avoir en mains un faux, fabriqué à son époque d’après les vers d’Ennius106 ? Ce serait mal juger des capacités de critique littéraire que possédait Cicéron, qui par ailleurs n’appréciait pas l’original, comme il le laisse entendre dans le Brutus (§ 61) :

Nec vero habeo quemquam antiquiorem, cuius quidem scripta proferenda putem, nisi quem Appi Caeci oratio haec ipsa de Pyrrho et nonnullae mortuorum laudationes forte delectant.

« De plus ancien que Caton je ne connais personne dont les discours écrits méritent d’être cités, à moins que, par hasard, ce-même discours d’Appius Caecus au sujet de Pyrrhus, ou bien quelques éloges funèbres puissent charmer quelqu’un ».

  • 107 Cf. W. Suerbaum, “Rhetorik gegen Pyrrhos. Zum Widerstand gegen den Feind aus dem Osten in der Rede (...)
  • 108 P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 140.
  • 109 En faveur de l’authenticité du discours d’Appius que connaissait Cicéron : R. Schubert, Geschichte (...)

41Certains ont tiré argument de ce passage pour affirmer que Cicéron nie l’authenticité du discours d’Appius conservé à son époque, ce qui nous semble un contresens107 : ce discours conservé par écrit (scriptum proferendum) est effectivement plus ancien que ceux de Caton, mais ne mérite pas à ses yeux d’être cité en exemple pour la formation d’un orateur, car il ne lui trouve aucun charme. Autrement dit, le discours d’Appius lui semblait trop « archaïque » pour mériter l’intérêt d’un orateur de son temps et « n’était pour lui qu’une curiosité »108, ce qui serait plutôt, selon nous, un gage d’authenticité109. D’ailleurs, son style rugueux et peut-être à peine compréhensible pour ses contemporains explique sans doute pourquoi Cicéron a préféré citer les vers d’Ennius plutôt que l’original.

  • 110 Même argument déjà chez R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 56.
  • 111 O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 360-361.

42Si le discours dont Cicéron pouvait disposer était bien l’original, dans quelle mesure les différentes versions qui subsistent s’en sont-elles inspirées ? Celles-ci trahissent l’existence de plusieurs traditions, qui se sont progressivement enrichies et contaminées les unes les autres ; mais des éléments communs aux discours d’Ennius, de l’Ineditum Vaticanum, de Plutarque et d’Appien conduisent nécessairement à une source commune110. Le témoignage de Cicéron indique que les deux vers d’Ennius constituaient le véritable début du discours et qu’il en connaissait la suite (ceteraque gravissume). D’après O. Skutsch, Ennius se serait inspiré du début du discours d’Hé-cube dans l’Iliade (XXIV, 201-202)111 :

ὤ μοι, πῇ δή τοι φρένες οἴχονθ’, ᾖς τò πάρος περ ἔκλε’ ἐπ’ ἀνθρώπους...

  • 112 Trad, de R. Flacelière, dans Homère, Iliade-Odyssée, Paris, 1955 (Bibl. de la Pléïade), p. 518.

« Misère ! où ta raison a-t-elle disparu, cette raison qui te rendait partout fameux... ? »112

  • 113 Cic., Cat., I,1. Cf. P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 140 : « L’exorde avait une allure brusque comm (...)

43Mais si les vers d’Ennius reproduisent sous une forme poétique les paroles mêmes du discours d’Appius, pourquoi ne pas admettre que ce dernier ait pu aussi s’inspirer lui-même du modèle homérique ? Enfin, les vers d’Ennius, sinon le discours d’Appius lui-même, ont peut-être même fourni à Cicéron le modèle de l’exorde ex abrupto : le Quo vobis mentes... par lequel Appius commence son discours chez Ennius évoque irrésistiblement le Quo usque tandem abutere, Catilina...113

44En tout cas, l’interrogation Quo vobis mentes... sese flexere viai ? se retrouve, aussi bien dans le fond que dans la forme :

    • 114 Plut., Pyrrh., 19, 2 ; App., Samn., X, 2. Cf. R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 56-57 ; B. Lu (...)

    chez Plutarque114, avec l’interrogative ποῦ γὰρ ὑμῶν ὁ πρòς ἅπαντας νθρώπους θρυλούμενος εì λόγος, ώς (...) ;

  • chez Appien, avec l’interrogative o δι’ ν τύχημα θρόως οτως αυτῶν κλέλησθε (...).

  • 115 Sur l’attribution de ce fragment au discours d’Appius, cf. O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. (...)

45Un autre fragment d’Ennius appartient également avec certitude au discours d’Appius (VI, 204 V.2 = 201 Sk.)115 :

sed ego hic animo lamentor...

« mais moi, je me lamente désormais de toute mon âme »

  • 116 L’un des manuscrits (L.), classé parmi les codices deteriores, indique : Sed, quid ego hic animo la (...)

46Or, ce fragment correspond précisément au passage du discours où Appius se lamente de ne pas avoir aussi perdu l’ouïe avec la vue116 :

1) Ineditum Vaticanum (F.Gr.Hist., 839, 2) :

Πάλαι μέν, βουλή, ὑπερηχθόμην ἀνάπηρος ὤν, νῦν δὲ πολλὴν τῇ συμφορᾷ ταύτῃ χάριν ἔχω, μὴ ὁρᾶν ὑμᾶς τούς τοιαῦτα βουλευομένους εἴθε δέ με καì κωφòν γεγονέναι, ἵνα μηδὲ ἀκούοιμι αἰσχρῶν λόγων.

« Jusqu’à maintenant, ô Sénat, j’étais extrêmement affligé par mon infirmité ; désormais, je dois une grande reconnaissance à ce malheur, pour ne pas vous voir en train de délibérer ainsi ! Plût aux dieux que je fusse aussi devenu sourd, pour que je ne puisse pas entendre ces propos honteux ! »

2) Plutarque (Pyrrh., 19, 1) = Ap. Claud., fr. 10 (n° 1) Malcovati :

Πρότερον μέν, ἔφη, τὴν περì τὰ ὄμματα τύχην ἀνιαρῶς ἔφερον, ὠ Ῥωμαĩοι, νῦν δ’ ἄχθομαι πρòς τῷ τυφλòς εἰναι μὴ καì κωφòς ὤν, ἀλλ’ ἀκούων αἰσχρὰ βουλεύματα καì δόγμαθ’ ὑμῶν, ἀνατρέποντα τῆς Ῥώμης τò κλέος.

« Jusqu’ici, dit-il, j’étais affligé d’avoir perdu la vue, ô Romains, mais à présent je suis fâché de n’avoir pas aussi perdu l’ouïe avec la vue et d’entendre vos honteuses délibérations et décisions, qui ruinent la gloire de Rome ».

3) Appien (Samn., 10, 2) = Ap. Claud., fr. 11 (n° 1) Malcovati :

ἠχθόμην, εἰπεν, ὅτι μὴ βλέπω νῦν δ’ ὄτι ἀκούω, τὰ γὰρ τοιαῦτα ὑμῶν βουλεύματα ἠξίουν μήθ’ ὁρᾶν μήτ’ ἀκούειν (...)

« Jusqu’à présent j’étais accablé parce que je ne vois plus, maintenant je le suis parce que j’entends ! En effet, je pensais n’avoir jamais à voir ni à entendre de pareils propos de votre part ! »

  • 117 Cf. notamment Ρ. Lévêque, Pyrrhos, p. 352, n. 2, qui parle d’un « chef-d’œuvre de la pire rhétoriqu (...)
  • 118 Cf. H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 23.

47Certes, les historiens placent cette figure rhétorique au début du discours, alors qu’Ennius la relègue plus loin, et fait commencer le discours par l’interrogative. Mais le rapprochement des textes montre que la formule rhétorique, que certains voulaient attribuer à la création tardive d’une école de rhéteurs de l’époque cicéro-nienne117, existait déjà à l’époque d’Ennius ; que d’autre part, la formule interrogative d’Ennius se retrouve chez les historiens. Il existait donc bien, dès la première moitié du iie siècle, un modèle qui a dû servir de dénominateur commun. Or, ce modèle ne pouvait être que le discours que Cicéron connaissait et auquel il préférait, pour des questions de forme plutôt que de fond, la version qu’en avait faite Ennius118.

48Les historiens anciens se sont rattachés de diverses manières à ce modèle commun. Certes, des ressemblances frappantes apparaissent dans les trois versions qui subsistent :

  1. Ineditum Vaticanum : Πάλαι μέν, ὠ βουλή, ὑπερηχθόμην...

  2. Plutarque : Πρότερον μέν, φη, τν περτὰ ὄμματα τύχηννιαρςφερον, ὠ Ῥωμαĩοι...

  3. Appien : ἠχθόμην, εἰπεν...

49Dans le fond, il s’agit toujours de la même chose ; mais dans la forme, Appien se rapproche davantage de l’Ineditum Vaticanum, tant par sa concision que par le vocabulaire utilisé (ὑπερηχθόμην = ἠχθόμην).

  • 119 P. Lévêque, Pyrrhos, p. 52-77 (étude des sources) et p. 345-355 (étude des négociations et du disco (...)

50Dans son étude très détaillée des sources de l’histoire de Pyrrhus, P. Lévêque signale que le récit des négociations entre Grecs et Romains, et plus précisément les conditions de paix proposées par Cinéas au Sénat, permettent de distinguer deux traditions119 :

    • 120 Cf. Liv., Per., 13, 5 : Cineas [...] petit ut conponendae pacis causa rex in urbem reciperetur. Zon (...)
    • 121 R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 57-59.

    Plutarque et la tradition livienne (à laquelle il rattache, outre bien sûr la Periocha du livre XIII, les témoignages de Florus, d’Eutrope et surtout de Zonaras120), qui présentent les conditions de paix les plus favorables aux Romains et l’image la plus flatteuse possible pour les futurs maîtres du monde121, suivent une tradition annalis-tique récente ;

  • Appien et l’Ineditum Vaticanum, qui présentent les conditions de paix les plus dures (l’indépendance des Grecs d’Italie du sud, voire même des Samnites, et une domination romaine qui se limiterait au seul Latium), suivent une tradition ancienne, antérieure aux retouches de l’annalistique récente.

  • 122 P. Lévêque, Pyrrhos, p. 345-346.
  • 123 Cf. B. Niese, dans Hermes, 31, 1896, p. 492, n. 1 ; Antiochos de Syracuse, dans F.Gr.Hist., 555 F 3 (...)

51L’authenticité de ce témoignage se mesure à la sévérité des conditions de paix que Pyrrhus chercha à imposer à Rome : de tous les témoignages, celui de l’Ineditum Vaticanum est incontestablement le plus dur. P. Lévêque a bien montré que Pyrrhus, vainqueur dans plusieurs batailles, ne pouvait pas imaginer, en bon souverain hellénistique, que les Romains pussent refuser ses conditions122. Celles-ci, d’après l’Ineditum Vaticanum, exigeaient la liberté totale des Grecs d’Italie, l’autonomie des Samnites, des Lucaniens et des Bruttiens, et la limitation de la domination romaine au seul Latium : or, la notion d’Italie, telle qu’elle ressort de ces conditions de paix, semble se limiter à l’Italie du Sud, en excluant le Latium, ce qui est une définition géographique archaïque antérieure à la première guerre punique, et d’origine magno-grecque, qui n’a pas pu avoir été inventée par une source postérieure à la deuxième guerre punique123.

  • 124 Le discours de Kaeso sur l’emprunt par les Romains des armes de leurs ennemis, afin de mieux les va (...)

52L’Ineditum Vaticanum est un court recueil d’apophtegmes qui rassemble une collection de quelques épisodes de l’histoire romaine. Dans son introduction, l’auteur explique qu’il a voulu montrer qu’à certains moments critiques, les Romains ne se contentaient plus de réponses laconiques, mais savaient faire des discours en trouvant le mot juste pour emporter la décision. L’auteur s’appuie d’ailleurs sur une citation de Dicéarque et évoque la polémique avec Théophraste, montrant ainsi quelque intérêt pour la culture philosophique, puis passe aux exempla : le premier à être évoqué est le discours d’Appius Claudius Caecus. Si les opinions restent partagées sur l’identification de l’auteur de ce texte, un point pourtant fait l’unanimité des philologues qui ont cherché à en percer l’énigme : l’auteur de l’Ineditum Vaticanum et Diodore de Sicile utilisent une source commune pour évoquer le discours d’un certain Kaeso au début de la première guerre punique124.

  • 125 F.Gr.Hist., 839, 4 : τῷ γὰρ τρίτῷ καὶ εἰκοστῷ τῶν ἑτῶν ναυμαχία κρατήσαντες Καρχηδονίων... Cf. S. M (...)
  • 126 La présence du prénom Kaeso ne paraît pas suffisante pour attribuer l’origine de ce texte à Fabius (...)
  • 127 Arist., fr. 568 Rose (ap. Plut., Cam., 22, 4) : évocation de la prise de Rome par les Gaulois ; d’a (...)
  • 128 Cf. J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du m (...)
  • 129 Tim., dans F.Gr.Hist., 566 F 42 (ap. Gell., N.A., XI, 1, 1) ; Tim., dans FrCrHist, 566 F 36 (ap. Po (...)

53Or l’Ineditum Vaticanum est le seul texte ancien à fixer la durée de la première guerre punique à 23 ans, alors que toute la tradition historiographique depuis Polybe lui attribue une durée de 24 ans125 ; comme Polybe suit de près pour ces événements les Annales de Fabius Pictor, l’Ineditum Vaticanum doit suivre une tradition différente de la tradition fabienne126 : le texte, ou la source qu’il suit, a donc dû avoir été composé avant que le comput de la tradition fabio-polybienne n’ait réussi à s’imposer à toute l’historiographie, c’est-à-dire au plus tard avant le milieu du iie siècle. Une autre particularité de ce texte est de dénommer les personnages romains par leur prénom (Appius, Kaeso), du moins dans les deux premières historiettes (le discours d’Appius Claudius contre Pyrrhus et le discours d’un certain Kaeso sur l’emprunt des armes étrangères par les Romains) : l’ignorance des noms de famille ou des cognomina romains est une habitude que l’on retrouve chez les auteurs grecs les plus anciens à s’être occupés des Romains (ainsi par exemple chez Aristote127), à une époque où ceux-ci ne maîtrisaient probablement pas encore l’onomastique romaine des tria nomina, donc avant le iie siècle128. Des différences dans le traitement et la présentation des apophtegmes et notamment l’apparition du nom de famille Valerius dans la troisième historiette suggèrent que l’auteur de l’Ineditum Vaticanum a dû s’inspirer de plusieurs sources différentes, remontant à des époques différentes (du iiie au iie siècle) : les apophtegmes ne semblent d’ailleurs pas classés dans l’ordre chronologique des épisodes historiques qu’ils rapportent (puisque la quatrième historiette évoque Romulus et Rémus), mais dans celui de leurs auteurs respectifs. Autrement dit, l’apophtegme prononcé par Appius Claudius Caecus dans son discours contre Pyrrhus ne correspond pas à l’épisode le plus ancien, mais proviendrait de la source (d’origine grecque) la plus ancienne. Or la principale source grecque du iiie siècle qui a pu retranscrire le discours prononcé par Appius Claudius en 280 ou 279 est, à notre avis, Timée de Tauromenion, qui a précisément écrit une histoire de la guerre de Pyrrhus et qui s’est par ailleurs intéressé, parmi les premiers dans le monde grec, à l’émergence de la puissance de Rome129. Si Timée est bien à l’origine de l’anecdote retranscrite dans l’Ineditum Vaticanum, nous aurions là un témoignage historique à la fois contemporain d’Appius Claudius et complètement indépendant de la tradition historiographique romaine, ce qui confirmerait définitivement son authenticité.

  • 130 Il est par conséquent exclu que les historiens se soient inspirés de la version d’Ennius pour rappo (...)
  • 131 Un passage du discours d’Appius Claudius chez Appien (τòν τοῦτο δράσαντα αὐτόν τε καì τοὺς ἐπαγαγομ (...)
  • 132 Sur cette question, voir infra p. 77-94. Il est à noter que dans ce que P. Léveque appelle la « tra (...)
  • 133 Selon F. Münzer, s.v. Claudius (91), dans R.E., III, 2, 1899, col. 2685, Plutarque a transcrit asse (...)

54Il semble donc bien qu’il ait existé, peut-être dès le iiie siècle, en tout cas dès le iie siècle, un exemplaire du discours d’Appius Claudius Caecus qui a pu servir de modèle, peut-être à Timée, en tout cas à Ennius ainsi qu’à toute la tradition annalistique130. Ceux-ci en ont donné une reproduction plus ou moins fidèle selon la tradition historiographique à laquelle ils se rattachaient : l’auteur de l’Ineditum Vaticanum a dû s’inspirer (à travers Timée ?) d’une version assez fidèle à l’original ; Diodore et sans doute à sa suite Appien131 ont dû également s’inspirer de cette tradition ; Tite-Live et Denys d’Halicarnasse se sont inspirés, comme d’habitude, de l’annalistique tardive fortement dominée par la tradition anti-claudienne132 ; enfin Plutarque semble avoir puisé dans l’ensemble de la documentation disponible à son époque, et présente une synthèse des traditions qui l’ont précédé133.

  • 134 Th. Mommsen, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 303, supposait des notes écrites du discours ; (...)
  • 135 Cf. Cic., Tusc, IV, 2, 4 ; Sall, Ep., I, 1, 2 ; Fest., s.v. Stuprum, p. 418 L. ; Prisc, Inst. gramm (...)
  • 136 Pomp., Ench., ap. Dig., I, 2, 2, 36 ; Mart. Cap., III, 261 (voir supra p. 8, n. 24) : cf. aussi inf (...)
  • 137 Cf. F. Altheim, Rom und der Hellenismus, Amsterdam/Leipzig, 1941, p. 34-63 ; S. Mazzarino, Pensiero (...)
  • 138 H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 22, pensait que “la famille des Claudii [en] possé (...)
  • 139 Une hypothèse évidemment invérifiable, mais très séduisante, d’autant que la columna bellica fut in (...)
  • 140 Cf. H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 22 : « Appius avait une culture, et il appliqu (...)

55Pour que ce discours fût connu et ait pu être utilisé par Ennius et par diverses traditions d’annalistes, voire par Timée, la seule tradition orale n’aurait pas pu suffire : il fallait qu’il fût publié134. On a longtemps cru une pareille publication impossible, parce que anachronique et que la connaissance de l’écrit n’aurait pas encore été assez diffuse dans la société romaine de cette époque. En fait, il ne faut pas oublier qu’à la même époque, Appius Claudius a publié des Sententiae dont les vers ont pu être admirés par Panétius, Salluste et Cicéron, et qui étaient connus jusqu’à la fin de l’Antiquité135. Il aurait même organisé une réforme de l’orthographe en introduisant le rhotacisme et en supprimant la lettre Z (peut-être en la substituant par le G), ce qui suggère clairement une certaine diffusion de l’écriture136. C’est aussi à cette époque qu’apparaît la première transcription écrite des vieilles traditions historiques romaines : Ap. Claudius et Cn. Flavius publient les legis actiones et le calendrier des fastes, embryon d’histoire nationale, et les Ogulnii diffusent l’image de la louve avec les jumeaux fondateurs, peut-être en rapport avec une première publication des annales pontificales137. Il est donc possible que le discours d’Appius ait été recomposé et publié après sa mort, à l’occasion de sa laudatio funebris138 ; mais le texte du discours que connaissait Cicéron (exstat oratio) pouvait aussi être affiché in extenso dans le temple de Bellone, où devait se trouver également un elogium d’Appius Claudius, et où celui-ci a peut-être même prononcé son discours139. Quoi qu’il en soit, la publication a dû être précoce et respecter dans leurs grandes lignes les paroles réellement prononcées. Le discours put ainsi servir de modèle aux rhéteurs et fournir des exempla aux annalistes jusqu’à l’époque impériale, et garder vivant, au sein de la famille Claudia et de l’aristocratie romaine, le souvenir d’Appius Claudius Caecus140.

L’hypothèse d’une tradition annalistique « claudienne »

  • 141 S. Mazzarino, Il pensiero storico, II, 1, p. 244-250.
  • 142 Selon S. Mazzarino, Pensiero storico classico, II, 1, p. 293-294 et p. 300, les annales de Claudius (...)

56S. Mazzarino a insisté sur le rôle des grandes gentes dans la genèse de l’historiographie romaine, que ce soit par leurs « archives familiales » ou grâce au rôle qu’elles ont pu jouer au sein du collège pontifical et l’influence qu’elles ont ainsi pu exercer dans la formation de la tradition pontificale141. Parmi ces gentes, celles qui, les premières, auraient marqué la genèse de l’historiographie à Rome auraient été les Fabii et les Claudii, qui auraient ainsi donné naissance à deux traditions historiographiques opposées, reflet de la rivalité qui devait opposer ces deux grandes familles de l’aristocratie romaine depuis les premiers temps de la République. Comme le développement de l’historiographie à l’époque républicaine se serait fait dans un cadre essentiellement gentilice, Claudius Quadrigarius n’a pu être, selon S. Mazzarino, qu’un historien favorable aux Claudii. Or, d’après Tite-Live, Claudius Quadrigarius aurait traduit en latin les Annales écrites en grec par C. Acilius au iie siècle av. J.-C. : il faut donc, d’après S. Mazzarino, que C. Acilius ait également suivi une source favorable aux Claudii et qu’il ait appartenu au « filon claudien » de l’annalistique romaine142.

  • 143 Cf. K. J. Beloch, Römische Geschichte, p. 126-132 : il rapproche par exemple le fr. 4 P. (= 4 Ch.) (...)
  • 144 Cf. F. Altheim, dans F. Altheim éd., Untersuchungen zur römischen Geschichte, I, p. 181-184 ; S. Ma (...)
  • 145 Cf. S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 312-313.
  • 146 Voir infra p. 148-149 et p. 186-187.
  • 147 Voir infra p. 84-85.

57Par ailleurs, il existe des ressemblances frappantes entre certains passages de Diodore et des fragments conservés de Claudius Quadrigarius, à tel point que certains ont cru trouver dans l’annaliste latin la source de Diodore pour l’histoire romaine143. En fait, pour S. Mazzarino, Claudius et Diodore ont pu utiliser une source commune : C. Acilius144. On comprendrait dès lors pourquoi Diodore présente généralement une version de l’histoire plus favorable aux Claudii, en se démarquant parfois de façon significative des traditions hostiles que l’on retrouve notamment chez Tite-Live (voir ci-dessous). Ainsi, la source d’origine annalistique qui présente de la censure d’Appius Claudius Caecus l’image la plus favorable est sans conteste le témoignage de Diodore de Sicile (XX, 36, 1-6)145. Mais le témoignage de Diodore sur la censure d’Appius Claudius Caecus comprend en réalité des appréciations aussi bien positives que négatives. Les appréciations positives concernent la construction de la via Appia, grâce à laquelle le censeur « laissa en souvenir de lui un monument immortel en ayant été ambitieux pour le bien de tous », mais aussi la modération dont il aurait fait preuve au moment de la recognitio equitum et de la lectio senatus146 ; enfin, Diodore ignore la légende du châtiment divin qui aurait infligé la cécité à Appius Claudius à la suite de sa réforme du culte d’Hercule à l’Ara Maxima147. Par contre, les appréciations négatives rassemblent certains des griefs traditionnels qui sont d’habitude adressés à Appius Claudius Caecus : son non respect du mos maiorum, notamment à l’égard du Sénat, sa démagogie et l’introduction au Sénat de fils d’affranchis (τῶν ἀπελευθέρων υος) lors de sa lectio senatus. Les appréciations apparemment contradictoires contenues dans le témoignage de Diodore sur la censure d’Appius Claudius Caecus semblent par conséquent montrer que le compilateur a dû utiliser au moins deux sources proposant des jugements de valeur opposés et provenant de deux traditions historiographiques différentes.

  • 148 Claud. Quadr., fr. 40-41 P. = 40 а-b Ch. (ap. Gell, N.A., III, 8, 5 ; III, 8, 8) Même exemplum chez (...)
  • 149 Val. Max., II, 7, 15a-15b : Sed nulla clades, nullum meritum valentius militari disciplina fuit. Su (...)
  • 150 Cf. P. Leveque, Pyrrhos, p. 357.
  • 151 C. Bosch, Die Quellen des Valerius Maximus, p. 84-85.

58En tout cas, C. Acilius et Claudius Quadrigarius ont pu jouer un rôle important dans l’élaboration d’un certain nombre d’exempla sur Appius Claudius Caecus. Ainsi, il est avéré que certains épisodes de la guerre contre Pyrrhus proviennent de leurs annales : Claudius a rapporté l’épisode de la tentative d’empoisonnement de Pyrrhus par son médecin et la lettre envoyée par les consuls pour l’avertir de cette trahison148. Un autre exemplum, rapporté par Valère Maxime et Frontin, attribue à Appius Claudius Caecus la décision extrêmement sévère du Sénat d’infliger une dégradation militaire aux prisonniers romains libérés par Pyrrhus149 : les cavaliers furent réduits au rang de fantassins, les fantassins devinrent des soldats armés à la légère, et tous durent dresser leur tente hors du camp, sans fortifications, jusqu’à ce qu’ils aient rapporté la dépouille de deux ennemis150. Or, C. Bosch a montré que, même si Appius Claudius Caecus n’est nommé que par Frontin, les deux auteurs avaient nécessairement suivi la même source151. C. Bosch donne d’ailleurs toute une série d’exempla parallèles entre les deux auteurs, qui portent tous sur la discipline militaire et qui ont tous la même source commune.

  • 152 Cf. Pomp., Ench., I (ap. Dig., I, 2, 2, 36) : Post hunc [sc. Appium Claudium decemvirem] Appius Cla (...)
  • 153 S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 312.
  • 154 D’après Tite-Live, Appius Claudius Caecus aurait envoyé un certain nombre de lettres au Sénat pour (...)

59En fait, l’existence d’une tradition annalistique d’origine « claudienne » est une hypothèse qui reste difficile à démontrer, surtout à propos de la censure d’Appius Claudius Caecus. Ce qui est sûr par contre, comme nous allons le voir, est que l’image des Claudii a très tôt été un objet de controverses. Il n’est donc pas impossible que dès le iie siècle, un courant historiographique ait cherché à atténuer les torts que l’on attribuait, à tort ou à raison, aux Claudii, et a créé des exempla pour faire de certains d’entre eux des modèles de science et de vertu152 : selon S. Mazzarino, le récit de Diodore sur la censure d’Appius montre que la tradition claudienne, bien qu’elle n’ait pas réussi à sauver la mémoire de l’ancêtre décemvir du ve siècle, a conservé « un souvenir toujours clair et orgueilleux de la censure d’Appius Claudius Caecus »153. Cette tradition « claudienne » n’a sans doute pu se développer que parce que les Claudii, patriciens et plébéiens, ont joué un rôle politique croissant à partir des guerres puniques jusqu’à la fin de la République. Or, pour évoquer la personnalité ou l’activité d’Appius Claudius Caecus, cette tradition pouvait s’appuyer sur une documentation au moins partiellement authentique, qui rassemblait à la fois ses œuvres littéraires, voire épisto-laires154, ainsi que ses discours, probablement une tradition orale d’origine familiale, mais aussi les « archives » familiales des Claudii.

LA « LÉGENDE NOIRE » D’APPIUS CLAUDIUS ET LES TRADITIONS ANTI-CLAUDIENNES

  • 155 Liv., X, 15, 8 : Appius Claudius (...) vir acer et ambitiosus. Tite-Live place dans la bouche du tr (...)
  • 156 La superbia des Claudii deviendra un topos récurrent sous l’Empire ; ainsi Tacite écrit, à propos d (...)

60Nous venons de voir que l’historiographie romaine a pu construire un récit historique sur l’activité d’Appius Claudius Caecus en s’appuyant, grâce à la mémoire collective, aux traditions orales et familiales, et éventuellement grâce à quelques documents écrits, sur un indéniable fond de vérité. Mais ce qui l’éloigne régulièrement de l’objectivité historique, ce sont les jugements de valeur portés sur l’activité ou les attitudes du personnage, voire sur les intentions qui lui sont prêtées : celles-ci font presque systématiquement de lui un personnage arrogant, à la fois démagogue et réactionnaire, à l’image de la plupart des représentants de sa gens155 (peut-être parce que c’étaient là des attitudes et des comportements qui définissaient les Claudii à la fin de la République, si bien que leur glorieux ancêtre ne pouvait être logiquement que le prototype et le paradigme d’un modèle familial). Mais ces jugements de valeur, qui reposent sur l’existence d’une véritable « légende noire » des Claudii qui se prolongea jusqu’aux empereurs julio-claudiens156, oblitèrent la figure du personnage historique et influencent l’analyse historique de son œuvre politique et institutionnelle, depuis Tite-Live jusqu’à nos jours.

  • 157 Cf. M. Humm, “La figure d’Appius Claudius Caecus chez Tite-Live”, dans D. Briquel et J.-P. Thuillie (...)

61Ainsi, l’image d’Appius Claudius Caecus présentée par Tite-Live, et à travers lui par une partie de l’annalistique romaine qui l’a précédé, est essentiellement négative157. Cette image négative sera bien souvent adoptée par l’historiographie romaine postérieure à Tite-Live et contribuera à faire de ce personnage l’une des personnalités les plus controversées de l’histoire de la République romaine. L’image négative présentée par l’historien padouan se manifeste à travers la présentation qui est faite du comportement politique d’Appius Claudius, de ses mesures « révolutionnaires », de ses ambitions politiques, de son caractère personnel ainsi que de son incompétence en matière militaire.

  • 158 Th. Mommsen, “Die patricischen Claudier”, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 287 ; W. Soltau, L (...)
  • 159 T. P. Wiseman, Clio’s cosmetics, p. 104-139 ; les conclusions de l’historien britannique sur les so (...)
  • 160 T. P. Wiseman admet que Cicéron présente les Claudii, et en particulier Appius Claudius Cæcus, sous (...)

62Plusieurs historiens modernes ont proposé d’identifier l’origine de la tradition anti-claudienne de l’historiographie romaine en l’attribuant à des annalistes tardifs du ier siècle avant notre ère, tels que Licinius Macer ou Valerius Antias, voire à des annalistes un peu plus anciens de l’époque des Gracques, comme L. Calpurnius Piso. Leurs annales auraient ensuite directement contaminé le récit de Tite-Live, qui a lui-même par la suite influencé l’historiographie romaine ultérieure. Mais cette démarche, qui fut celle de Th. Mommsen, W. Soltau, E. Pais et T. P. Wiseman notamment, limite son analyse à la période de la République pour laquelle les sources disponibles sont les plus nombreuses ou les mieux connues158. Dans un ouvrage récent, T. P. Wiseman a essayé de dater et d’expliquer l’origine de cette tradition anti-claudienne en étudiant attentivement l’évolution de l’image des Claudii dans l’œuvre de Cicéron159. T. P. Wiseman reprend le terminus post quem déjà fourni par Th. Mommsen, qui avait remarqué que dans l’ensemble, Cicéron ignorait la tradition anti-claudienne, sauf dans ses dernières œuvres160 : si Cicéron avait connu la tradition anti-claudienne au moment où il engagea un combat sans merci contre Clodius, nul doute qu’il l’aurait exploitée contre l’un de ses pires adversaires. Mais comme il semble encore l’ignorer au moment où il prononce le Pro Milone en 52, Cicéron a dû, selon Wiseman, « découvrir » la tradition anti-claudienne entre cette date et la date de composition du Brutus en 46 ! T. P. Wiseman attribue par conséquent la tradition anti-claudienne à Valerius Antias, un annaliste tardif dont l’œuvre historique reste mal datée, mais qui aurait été marqué par les luttes politiques des années 50 : comme par ailleurs la valorisation systématique de l’image des Valerii chez Tite-Live ne pourrait provenir que de Valerius Antias, l’image négative des Claudii, qui en serait son corollaire, proviendrait du même auteur. La savante reconstruction de T. P. Wiseman comporte cependant un certain nombre de faiblesses qui empêchent d’emporter l’adhésion : rien ne permet de prouver que Valerius Antias ait été plus « anti-claudien » que ses prédécesseurs, et même si l’on est prêt à accepter l’argument e silentio pour abaisser la chronologie de l’œuvre de Valerius Antias, comment admettre que celui-ci ait pu créer toute la tradition anti-claudienne de l’historiographie romaine entre 52 et 46 av. J.-C ?

  • 161 Cf. J. von Ungern-Sternberg, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 101-104.
  • 162 G. Sigwart, “Römische Fasten und Annalen bei Diodor. Ein Beitrag zur Kritik der älteren republikani (...)

63En fait, même si les sources directes de Tite-Live et de Denys appartiennent essentiellement à l’annalistique récente et ont pu avoir été influencées par les troubles politiques que connut la République finissante des années 40 et 30 avant notre ère, et même si celles-ci pouvaient comporter de fortes connotations anti-claudiennes161, l’importante tradition anti-claudienne de l’historiographie romaine n’a pas pu se forger d’un coup entre 52 et 46 av. J.-C, comme le prétend T. P. Wiseman ! La tradition anti-claudienne est vraisemblablement beaucoup plus ancienne et doit être étroitement liée à la formation et au développement de l’historiographie à Rome, sans quoi on ne pourrait pas expliquer la présence de la tradition anti-claudienne chez Diodore, par exemple à propos de l’épisode des poulets sacrés de P. Claudius Pulcher (XXIV, 3), alors que le compilateur a écrit son œuvre bien avant que Cicéron n’ait écrit la plupart des siennes, et qu’il a manifestement utilisé une source ancienne, probablement du IIe siècle av. J.-C.162.

  • 163 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, Bari, 1966, p. 293-294.

64Il est probablement vain de vouloir chercher un nom ou un responsable précis derrière une tradition historiographique qui semble pluriséculaire. En fait, si l’on admet que l’image des Claudii, et par conséquent aussi celle d’Appius Claudius Caecus, s’est élaborée en même temps que se développait l’historiographie romaine, alors cette image devrait avoir autant de facettes qu’il y a eu de courants parmi les premiers historiens romains. Il est par conséquent préférable d’essayer de définir les différentes traditions historiogra-phiques qui ont chacune pu contribuer à élaborer leur propre image d’Appius Claudius Caecus et à en faire un exemplum, sans qu’il soit nécessaire pour cela de toujours donner le nom d’un auteur précis. Il y a quelque temps, S. Mazzarino avait déjà indiqué la méthode à suivre pour définir la genèse de la pensée historiographique romaine, en se proposant d’identifier différents « filons » au sein de la tradition annalistique : ils désignait ceux-ci par des noms gentilices (« filon fabien », « filon claudien ») plutôt que de toujours indiquer, dans l’incertitude des données qui sont à notre disposition, le nom d’un auteur précis pour chaque source163. Or l’étude de la figure d’Appius Claudius dans nos sources, et en particulier chez Tite-Live, révèle l’existence de plusieurs traditions historiographiques, dont certaines très anciennes remontent peut-être aux annales pontificales, d’autres au premier annaliste romain, et certaines probablement aussi aux archives familiales des Claudii.

La tradition anti-claudienne d’origine pontificale

  • 164 S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 255-281.
  • 165 Cf. В. W. Frier, Libri annales Pontificum Maximorum, p. 161-178. Voir aussi J. A. North, “The Books (...)
  • 166 L’expression « motif classé » est due à J. Poucet, Les origines de Rome. Tradition et Histoire, Bru (...)

65Les caractères qu’emprunte la figure d’Appius Claudius dans nos sources révèlent tout d’abord l’existence d’une tradition « pontificale » qui pourrait remonter au iiie siècle av. J.-C. S. Mazzarino avait déjà insisté sur l’énorme importance de l’annalistique pontificale « prélittéraire » dans la formation de l’historiographie romaine164. La recherche historiographique moderne a proposé de nombreuses solutions, parfois contradictoires, pour essayer de définir avec précision sous quelle forme se présentaient ces annales, et quels types de sujets y étaient abordés165. Il semble bien en tout cas qu’il ait existé une tradition de type historiographique en milieu pontifical avant le développement d’une véritable historiographie littéraire, soit avant Fabius Pictor et les premiers annalistes romains : l’annalistique littéraire aurait ensuite repris, à propos d’Appius Claudius Caecus, certains « motifs classés »166 déjà contenus dans la tradition pontificale, et les aurait développés ou repris à son compte.

  • 167 L’expression s’applique aussi bien au décemvir de 450 qu’au censeur de 312 : Appius Claudius le déc (...)
  • 168 T. P. Wiseman, Clio’s cosmetics, p. 130-131 : le thème de l’impiété des Claudii serait né à l’époqu (...)

66On peut naturellement s’attendre à rencontrer ces « motifs classés » d’origine pontificale dans des épisodes liés à la religion ou à une divinité. Or précisément, Appius Claudius Caecus, comme d’ailleurs de nombreux autres Claudii avant lui, est présenté par la tradition annalistique comme un personnage qui a du mépris aussi bien pour les dieux que pour les hommes (contemptus deorum hominum-que)167 : il s’agit même là de l’un des Leitmotiv de la tradition anti-claudienne de l’annalistique romaine. Pour T. P. Wiseman, ce ne serait là qu’une tradition tardive (attribuée à Valérius Antias) qui pourrait trouver son origine dans l’irréligion dont aurait fait preuve Appius Claudius l’Augure, aux temps de Cicéron168.

67Toutefois, l’association de la superbia et du contemptus des Claudii se retrouve déjà dans un vers du Bellum Poenicum de Nae-vius (fr. 37 Strzelecki = fr. 45 Morel = fr. 42 Blänsdorf) :

superbiter contemptim conterrit legiones

« avec arrogance et mépris il provoqua la destruction des légions ».

  • 169 C. Cichorius, Römische Studien, p. 45 : il a montré que ύπεροπτικός correspond à superbiter et κατε (...)

68Comme il ne peut s’agir que d’un général romain responsable d’une défaite, C. Cichorius a rapproché ce vers d’une expression grecque similaire provenant probablement de Philinos d’Akragas et employée à propos de P. Claudius Pulcher (Diod., XXIV, 3)169 :

Καθόλου δὲ διὰ τὴν ὑπεροχὴν τοῦ γένους καì τὴν τῆς οἰκίας δόξαν διεφθαρμένος ὑπεροπτικòς ἦν καì κατεφρόνει πάντων.

« D’une manière générale, gâté par l’excellence de sa naissance et la réputation de sa famille, il était hautain et méprisait tout le monde ».

  • 170 Cic., De nat. deor., II, 7 ; De div., I, 29 ; II, 20 ; II, 71 ; Liv., Per., 19, 2 ; Liv., XXII, 42, (...)
  • 171 Suet., Tib., II, 6 : Claudias Pulcher apud Siciliam non pascentibus in auspicando pullis, ас per co (...)
  • 172 K. J. Hölkeskamp, « Senat und Volkstribunat im frühen 3. Jh. v. Chr. », dans W. Eder éd., Staat und (...)
  • 173 Pour B. Bleckmann, “Regulus bei Naevius : zu Frg. 50 und 51 Blänsdorf”, dans Philologus, 142, 1998, (...)
  • 174 La recherche historiographique admet aujourd’hui de façon quasi unanime l’antériorité de Naevius su (...)

69P. Claudius Pulcher, l’un des fils d’Appius Claudius Caecus, est le consul de 249 responsable de la défaite navale de Drépane : il fut accusé de ne pas avoir respecté l’avis des auspices avant la bataille et le présage défavorable donné par le manque d’appétit des poulets sacrés170, et fut pour cette raison aussi accusé de contemptus religio-nis171. Le consul fit d’ailleurs l’objet, l’année suivante, d’un procès comitial mis en œuvre par les tribuns de la plèbe à l’instigation du Sénat, et K.-J. Hölkeskamp a pu montrer que ce procès n’a pu avoir lieu que pour des raisons religieuses172. Or le procès de P. Claudius Pulcher a très probablement été évoqué dans les tablettes annuelles du Grand Pontife, et a ainsi pu donner naissance à une expression destinée à stigmatiser l’irréligion et le manque de respect dû aux dieux dont les Claudii se seraient systématiquement rendus responsables. On peut certes se demander comment Philinos a pu connaître une expression latine destinée à devenir pour ainsi dire proverbiale, et qui allait caractériser une attitude considérée comme héréditaire (insita superbia) chez les Claudii : soit celle-ci était déjà devenue proverbiale vers le milieu du iiie siècle au point d’être connue jusqu’en Sicile, soit Diodore a utilisé, à côté de Philinos, une source romaine commune à Naevius pour rédiger ce passage173. En tout cas, le thème de la superbia Claudiana et du contemptus des Claudii semble bien attesté pour le iiie siècle, et avant l’intervention des premiers annalistes174. S’il n’est pas assuré que l’épisode de P. Claudius Pulcher soit vraiment à l’origine de la tradition anti-claudienne de l’annalistique romaine, il est presque certain que celle-ci existait déjà vers le milieu du iiie siècle, et touchait par ailleurs un parent proche d’Appius Claudius Caecus.

  • 175 Cf. Liv., IX, 29, 9-11 ; Dion. Hal., XVI, 3, 1 (= 16.E Pittia) ; Val. Max., I, 1, 17 ; Lact., Inst. (...)
  • 176 Cf. Liv., IX, 34, 22 : l’expression contemptus deorum hominumque est précisément donnée par Tite-Li (...)
  • 177 Frontin., De aq., I, 5, 1 : voir supra p. 43.
  • 178 Ce qui est précisément le cas pour С. Plautius Venox, le collègue d’Appius à la censure de 312 ; le (...)
  • 179 Mais pas nécessairement « par la reconnaissance compatissante des Romains après son discours contre (...)
  • 180 B. W. Frier, Libri annales, p. 146-148, a montré le lien étroit qui existait alors entre la liste d (...)
  • 181 Telle était déjà l’hypothèse avancée, mais sans véritable démonstration, par A.-G. Amatucci, dans R (...)

70Or celui-ci a également eu affaire à plusieurs reprises avec des questions religieuses, et toujours de manière très controversée. La tradition lui reproche ainsi sa réforme du culte d’Hercule à l’Ara Maxima, et ce serait à la suite de cet épisode que l’ancien censeur serait devenu aveugle et aurait pris le surnom de Caecus (« l’Aveugle »). Pour E. Pais déjà, il s’agissait d’une « storiella di sacrestia » qui n’a pu être inventée qu’au sein du collège pontifical : il invoquait d’ailleurs une source identique à propos de l’épisode des tibicines, ces joueurs de flûte dont le culte rendu à Jupiter à l’occasion de banquets sacrés aurait été interdit par les censeurs de 312. En tout cas, l’épisode de la punition divine infligée à Appius Claudius après qu’il eut rendu public le culte d’Hercule à l’Ara Maxima est un « motif classé » dont le caractère étiologique est évident175, et qui a pour fonction d’illustrer le contemptus deorum hominumque du censeur176, mais aussi de fournir une explication à son cognomen. En effet, les Fastes Capitolins ainsi que la quasi totalité de la tradition littéraire lui attribuent le surnom Caecus ; or, nous savons par Frontin que celui-ci n’était pas son surnom d’origine, mais qu’il portait celui de Crassus177. Comme les Fastes ne donnent aucune autre indication à propos de son surnom, alors qu’ils ont l’habitude de préciser par une mention explicite si le cognomen a été adopté pendant l’exercice d’une magistrature178, Caecus n’a dû lui être attribué qu’après sa sortie des différentes charges, et peut-être même après sa mort179. Or, la seule autorité compétente pour la rédaction des fastes était alors le Pontifex Maximus180. L’attribution du cognomen Caecus et l’historiette de la punition divine proviennent par conséquent de la même source, et elle ne peut être que pontificale181.

  • 182 Liv., X, 31, 8 : Felix annus bellicis rebus, pestilentia gravis prodigiisque sollicitus ; nam et te (...)
  • 183 E. Rawson, “Prodigy lists and the use of the Annales Maximi”, dans CQ, 21, 1971, p. 158-160, préten (...)
  • 184 Cf. la note méprisante de Caton à l’égard du contenu de la tabula dealbata (Orig., IV,1 J. = 77 P. (...)

71On retrouve peut-être encore une trace de cette tradition pontificale hostile à Appius Claudius Caecus dans l’épisode des prodiges qui frappèrent l’armée commandée par Appius en Campanie en 295182. Il est vrai que cet exemplum fait l’objet d’un triplet, puisque des prodiges sont également mentionnés par Tite-Live (X, 23, 1) au début de l’année, comme il a l’habitude de le faire183, et d’autres encore sont rapportés par Zonaras (8, 1) à la veille de la bataille de Sentinum. Cependant, leur répétition pour la même année montre que des prodiges ont bel et bien dû être mentionnés sur la tabula dealbata (avant d’être reportés dans les Annales Maximi ?) cette année-là184. Les variantes entre les différentes versions montrent tout simplement qu’il y a eu glose autour d’une mention initiale, mais même si cette glose est d’origine annalistique, rien n’interdit de penser qu’elle se soit faite à partir de notices d’origine pontificale.

  • 185 Cic, Pro Mur., 25 ; ad Att., VI, 1, 8 ; De orat., I, 186 ; Liv., IX, 46, 4-5 ; Val. Max., II, 5, 2  (...)
  • 186 Liv., IX, 46, 6-7 ; cf. Plin., N.H., XXXIII, 19-20.
  • 187 Liv., X, 6, 3-11 ; X, 7, 1-5 ; X, 8, 3-6. Voir infra p. 117-121.
  • 188 En 300, les quatre nouveaux pontifes plébéiens élus d’après la loi Ogulnia furent : P. Decius Mus, (...)

72Si ces indices révèlent bien l’existence d’une tradition historiographique d’origine pontificale, hostile à Appius Claudius Caecus et antérieure au développement de l’annalistique littéraire, en témoignant ainsi de l’existence d’une source hostile très proche chronologiquement de la vie du personnage et pour ainsi dire presque contemporaine, il reste à comprendre quelle a pu être la raison initiale de cette hostilité presque systématique. Or, d’après la tradition annalistique elle-même, Appius Claudius semble s’être opposé au moins par deux fois aux pontifes : de manière indirecte, au moment de la publication par le scribe Cn. Flavius des fastes et des legis асtiones (une tradition attribue même l’initiative de cette publication à Appius Claudius), enlevant ainsi aux pontifes leur monopole sur l’élaboration du droit et du calendrier185 (Cn. Favius s’est d’ailleurs directement heurté à l’opposition du Grand Pontife Cornelius Barbatus au moment de la dédicace de la chapelle de la Concorde en 304, initiative qui était destinée à commémorer cette publication186) ; Appius Claudius s’est aussi heurté directement à une partie du collège pontifical, ou en tout cas à ceux qui allaient y entrer, en s’oppo-sant farouchement à la rogano Ogulnia qui prévoyait d’ouvrir le collège pontifical aux plébéiens187 : cette attitude réactionnaire de la part d’un représentant de la vieille aristocratie patricienne a pu susciter contre lui la rancune tenace d’un certain nombre de représentants de la nouvelle noblesse plébéienne qui accédaient alors aux affaires et dont certains, comme C. Marcius Censorinus, sont entrés pour la première fois en 300 dans le collège des pontifes et ont pu en profiter pour jouer un rôle important dans l’élaboration de la tradition pontificale188. L’existence de cette tradition hostile pratiquement contemporaine d’Appius Claudius pourrait expliquer non seulement le préjugé systématiquement défavorable au personnage présent dans nos sources, mais aussi les nombreuses distorsions ainsi que les silences de la tradition littéraire sur les véritables raisons qui ont motivé sa politique de réformes à la fin du ive siècle.

La tradition anti-claudienne d’origine « fabienne »

  • 189 H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, I, Stuttgart, 19142, p. xlviii-lii, fut le premier à at (...)

73Cette tradition hostile originelle aurait ensuite trouvé son prolongement dans les Annales de Fabius Pictor et, par contamination, dans le reste de la tradition annalistique qui en découle en grande partie189. On aurait en effet la trace, dans l’image donnée notamment par Tite-Live de la figure d’Appius Claudius, de l’existence d’un « filon » de tradition « fabienne » dans l’annalistique romaine : il s’agirait d’une tradition historique d’origine familiale, qui aurait été mise en forme par Fabius Pictor (peut-être à partir d’une mémoire orale familiale), et dans laquelle les représentants de sa gens auraient été glorifiés de manière systématique, au détriment parfois de certains de leurs rivaux politiques parmi lesquels devaient figurer les Claudii.

  • 190 Cf. F. Münzer, s.v. Fabius (114), dans R.E., VI, 2, 1907, col. 1800-1811.
  • 191 Consul en 322, 310, 308, 297 et 295 ; proconsul en 309, 307 et 296 ; dictateur en 315 et 313 ( ?) ; (...)
  • 192 En 322, 309 et en 295 : cf. les Acta triumphorum Capitolina, dans C.I.L., I2, p. 45.
  • 193 Cf. Plin., H.H., VII, 133 : in omni aevo...reperitur...[familia] una Fabiorum, in qua tres continui (...)
  • 194 Cf. F. Coarelli, dans Roma medio repubblicana. Aspetti culturali di Roma e del Lazio nei secoli iv (...)

74La « responsabilité de Fabius Pictor » ou, si l’on préfère, de la tradition fabienne dans la déformation de l’image d’Appius Claudius Caecus apparaît sans doute le plus nettement dans l’opposition de ce dernier à la figure de Q. Fabius Rullianus. Comme Appius, celui-ci appartenait à l’une des grandes familles de l’aristocratie romaine et était l’un des principaux dirigeants de la nobilitas patricio-plé-béienne de cette époque190. En effet, Fabius Rullianus a été cinq fois consul, trois fois proconsul, deux fois dictateur, deux fois maître de cavalerie, interroi et censeur191 ; il a obtenu trois fois les honneurs du triomphe192 ; enfin, il a été pendant une durée indéterminée prínceps senatus193. En fait, Fabius Rullianus est le grand héros des guerres samnites et le vainqueur de la bataille de Sentinum en 295 : c’est probablement lui qu’il faut reconnaître parmi les personnages représentés sur la fresque d’une tombe de l’Esquilin, où un Q. Fabio [s] reçoit la deditio in fidem d’un chef samnite (pl. VIII)194. Mais les annales de Tite-Live présentent presque systématiquement une situation conflictuelle entre les deux hommes, généralement à l’avantage de Fabius. Les différents épisodes portent sur trois thèmes principaux :

    • 195 Cf. Liv., IX, 42, 4 (voir infra p. 101, n. 1). Appius Claudius est présenté comme s’opposant fortem (...)

    la conduite de la guerre contre les Samnites, où Appius Claudius est systématiquement présenté comme un chef militaire incompétent, tout juste bon à faire des discours et à présider des assemblées au Forum, alors que Q. Fabius apparaît comme l’un des grands héros militaires de cette époque195 ;

    • 196 En 304, le censeur Q. Fabius annule la réforme des tribus d’Appius Claudius en rejettant concordiae (...)

    les réformes organisées par Appius Claudius au cours de sa censure, présentées comme démagogiques, et auxquelles on oppose la sagesse et la moderatio (ou temperatio) de Q. Fabius196 ;

    • 197 Cf. l’intervention, media oratione, de Q. Fabius dans la querelle suscitée par Appius Claudius aux (...)

    et enfin l’attitude d’Appius Claudius à l’égard de la noblesse plébéienne, faite d’arrogance aristocratique, est opposée aux vertus d’un Q. Fabius, présenté comme l’homme du consensus patricio-plébéien, respectueux de la concordia ordinum197.

  • 198 Cf. K. J. Beloch, Römische Geschichte, p. 96-97 ; В. W. Frier, Libri annales, p. 269-270 ; selon Fr (...)
  • 199 W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 119-120 ; les traces de cette laudatio se retrouveraient nota (...)
  • 200 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, p. 262 ; sur les chants militaires qui auraient (...)
  • 201 T. J. Cornell, “The Recovery of Rome”, dans C.A.H.2, VII, 2, 1989, p. 311 ; Id., “The Conquest of I (...)

75Les sources et les documents que Fabius Pictor a pu utiliser pour rapporter les épisodes des guerres samnites et l’opposition entre Appius Claudius Cæcus et Q. Fabius Rullianus provenaient probablement aussi bien de ses « archives familiales » que des annales pontificales198. Selon W. Soltau, certains épisodes chez Tite-Live montreraient que l’historien padouan a suivi une laudatio des Fabii, peut-être par l’intermédiaire de Licinius Macer et d’Aelius Tubero199. S. Mazzarino a voulu reconnaître dans le récit de Tite-Live sur la bataille de Sentinum (X, 27, 1-29, 20), d’où la figure d’Appius est exclue, l’écho de chants militaires d’origine gentilice, peut-être d’origine fabienne200. Enfin, il n’est pas impossible que Fabius Pictor ait pu disposer de témoignages encore plus directs : selon T. J. Cornell, Fabius Pictor est né dans le deuxième quart du iiie siècle, et a donc pu rencontrer et parler à des hommes qui se souvenaient des guerres samnites et de la censure d’Appius Claudius Cæcus201.

  • 202 E. Pais, Storia critica, IV, p. 212-214 ; Storia di Roma, V, p. 230-232.

76Il reste à comprendre la raison de l’hostilité quasi systématique de la tradition fabienne à l’égard des Claudii, et en particulier d’Appius Claudius Caecus. A. Alföldi, à la suite de H. Peter, proposait l’explication suivante : dans le milieu familial de Fabius Pictor, on devait encore se souvenir très précisément des réformes d’Appius Claudius Cæcus et de sa rivalité avec Q. Fabius Rullianus. Voilà pourquoi, selon lui, le célèbre censeur aurait été discrédité d’une façon un peu différente de ses ancêtres : il a été présenté comme un démagogue, un novateur révolutionnaire et un ennemi du Sénat qui a outragé le mos maiorum. Cette originalité n’empêche pas, cependant, certains traits caractéristiques de l’ensemble des Claudii de ressortir, comme sa superbia ou son opposition aux revendications de la plèbe. Selon A. Alföldi, Fabius Pictor aurait pris la superbia de P. Claudius Pulcher comme modèle pour tous les Claudii, et aurait ensuite été suivi par l’ensemble de l’annalistique romaine. E. Pais a voulu voir dans l’épopée de Q. Fabius Rullianus la duplication de certains épisodes de la vie de Q. Fabius Maximus Cunctator202.

  • 203 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, p. 293-294 ; voir supra p. 80-81.

77Toutefois, il n’est sans doute pas possible d’attribuer la paternité de tous les épisodes où s’opposent Appius Claudius Cæcus et Q. Fabius Rullianus à l’annaliste Fabius Pictor lui-même, car celui-ci s’est sans doute bien souvent limité à mettre en forme et à diffuser des traditions véhiculées dans son milieu familial. Enfin, les Annales de Fabius Pictor ont pu fournir aux annalistes postérieurs une trame qui a été progressivement enrichie par de nouveaux exempla à mesure qu’à chaque génération apparaissaient de nouvelles préoccupations politiques et idéologiques. C’est pourquoi, il est préférable de parler, avec S. Mazzarino, de « tradition fabienne » ou de « filon fabien »203. Ainsi, le vocabulaire utilisé par Tite-Live dans certains passages semble parfois d’inspiration cicéronienne, et certains épisodes évoquent plutôt des situations politiques ou sociales de la République finissante, comme si derrière les « motifs classés », d’origine ou d’inspiration « fabienne » (voire « pontificale »), on retrouvait des variantes ou des réélaborations littéraires et historiques nettement plus tardives.

L. Calpurnius Piso Frugi : conservatisme politique et haine des Gracques

  • 204 Liv., IX, 46, 1-15 (cf. infra p. 230). Tite-Live mentionne Licinius Macer à propos des précédentes (...)
  • 205 Calp. Pis., fr. 26 P. = 36 F. = 29 Ch. (ap. Liv., IX, 44, 2-4) ; même si cette omission n’est que d (...)
  • 206 Pol., III, 87, 6 : έτι γοῦν έπεκαλοῦντο καì καθ’ ήμάς ταύτης τῆς οìκίας Μάξιμοι, τοῦτο δ՝ έστί μ (...)
  • 207 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 689, n. 2.
  • 208 Cic, Tusc, III, 48 ; Pro Font., 39 ; cf. Schol. Bob. in Cic. Flacc, fr. 10, p. 96 Stangi, « qui fai (...)
  • 209 A. E. Astin, Scipio Aemilianus, Oxford, 1967, p. 316-319 ; contra : D. C. Earl, “‘Calpurnii Pisones (...)
  • 210 Cf. C. Nicolet, “Appius Claudius et le double Forum de Capoue”, dans Latomus, 20, 1961, p. 696-701 (...)

78On a pu attribuer certains épisodes liés à Appius Claudius Caecus à l’annaliste L. Calpurnius Piso Frugi, notamment le dernier chapitre du livre IX (§ 46), consacré au scribe Cn. Flavius, fils de libertinus, élu édile curule en 304 contre l’avis de la noblesse et grâce au soutien de la forensis factio (dans les comices tributes), une « populace » (turba forensis) qui se serait trouvée renforcée politiquement par la réforme des tribus d’Appius Claudius204. Cette situation politique, présentée comme scandaleuse, aurait trouvé une issue convenable grâce à la censure de Q. Fabius Rullianus et à l’annulation de la réforme des tribus d’Appius Claudius par le rejet des hu-millimi dans les quatre tribus urbaines, à la suite de quoi le censeur de 304 aurait obtenu le cognomen de Maximus. Comme L. Calpurnius Piso omet par ailleurs le consulat d’Appius Claudius en 307, en suivant apparemment d’autres fastes, on pourrait en déduire qu’il adoptait une attitude anti-claudienne, en tout cas un point de vue pas forcément favorable au censeur de 312205. Sur certains points, Pison a peut-être pu s’inspirer de Fabius Pictor, notamment à propos de l’attribution du surnom Maximus à Fabius Rullianus, puisque ce cognomen ne semble attesté dans cette gens qu’avec Q. Fabius Cunctator206, un contemporain direct de Fabius Pictor : dans ce cas, les annales de Pison s’inscriraient dans la tradition « fabienne » systématiquement favorable aux membres de cette gens et hostile aux Claudii. Mais Pison avait des préoccupations politiques et idéologiques sensiblement différentes de celles de Fabius Pictor : « ennemi des Gracques, Pison a en effet transposé dans son récit le reflet des luttes politiques de son temps »207. Deux textes de Cicéron mentionnent en effet l’opposition de L. Calpurnius Piso à la loi fru-mentaire présentée par C. Gracchus en 123208, et selon certains, il se serait aussi opposé à Ti. Gracchus209. Or le vocabulaire utilisé par Tite-Live à propos de la réforme des tribus d’Appius Claudius contient certes de fortes réminiscences cicéroniennes (integer populus, fautor et cultor bonorum), mais l’idée d’une division de la cité en deux partis politiquement opposés évoque l’opposition des optimates et des populares apparue à partir de la fin du iie siècle210.

  • 211 Plin., N.H., XXXIII, 18 ; Additum Flavio, ut simul et tribunus plebei esset, quo facto tanta indign (...)
  • 212 L. Calpurnius Piso est cité treize fois dans l’œuvre de Pline, qui le qualifie par deux fois d’« au (...)
  • 213 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 692-695.
  • 214 Pline « soutient ailleurs que c’est à partir des Gracques seulement que l’anneau d’or commença à di (...)
  • 215 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 695 ; cf. J. G. Wolf, dans NAWG, 1980, 2, p. 19-28. Contra : S. (...)

79Un autre épisode peut confirmer l’époque de rédaction de la source dont Tite-Live s’inspire : l’élection du scribe Cn. Flavius à l’édilité curule aurait provoqué une telle indignation dans la noblesse, ut plerique nobilium anulos aureos et phaleras deponerent (IX, 46, 12). Cet épisode est également rapporté par Pline (N.H., XXXIII, 18), mais celui-ci précise qu’il a trouvé l’information dans « les plus anciennes annales », que F. Münzer identifie à celles de L. Calpurnius Piso211. Mais il semble étonnant que Pline ait pu désigner l’œuvre de cet annaliste de la fin du iie siècle en utilisant une expression de ce genre (in antiquissimis annalibus), d’autant plus qu’il n’hésite pas à citer explicitement le nom de L. Calpurnius Piso chaque fois qu’il s’en sert212. Il ajoute toutefois que ces annales mentionnent le dépôt des phalères à côté de celui des anneaux d’or (adiectum hoc quoque sed et phaleras positas), ce qui selon Pline a fait penser à tort à la plupart des auteurs (plerosque) que l’ordre équestre se serait joint au Sénat dans cette manifestation de protestation indignée (equestrem ordinem id fecisse arbitrantur) : C. Nicolet a montré que cela suggère, dans l’esprit de la plupart de ces auteurs, l’existence d’un « ordre équestre » distinct de l’« ordre Sénatorial », ce qui est un anachronisme pour la fin du IVe siècle et indiquerait que ces auteurs constituent des sources nettement postérieures aux « très anciennes annales » sur lesquelles s’appuie le raisonnement de Pline213. Autrement dit, les « très anciennes annales » mentionnées par l’encyclopédiste constituent « un état ancien de la tradition » et pourraient remonter, pourquoi pas, à Fabius Pictor ou à un autre annaliste de la première génération. Mais des auteurs postérieurs, à la lecture de cette phrase des anciennes annales, ont introduit l’ordre équestre, qui n’est apparu comme ordre distinct du Sénat qu’à l’époque des Gracques214 : par conséquent, pour C. Nicolet, il ne fait pas de doute que « c’est Pison qui a été, pour ce passage, la source principale de Tite-Live »215.

CONCLUSION : RECHERCHE HISTORIQUE ET « QUELLENFORSCHUNG » : LE « CAS APPIUS CLAUDIUS »

80L’histoire très particulière de la transmission de différentes traditions historiographiques, de nature souvent hostile, peut expliquer les déformations historiques ainsi que les silences qu’a subis, à la fin de la République, l’histoire des réformes politiques et institutionnelles menées par Appius Claudius Caecus vers la fin du ive siècle. Mais une étude attentive de l’ensemble des sources anciennes disponibles sur Appius Claudius Caecus peut fournir une appréciation plus juste sur le contenu et la réelle portée de l’image du personnage qu’elles véhiculent : aucune d’entre elles n’est réellement « innocente », et toutes portent en elles des intentions et des jugements de valeur dont leurs auteurs n’ont pas toujours eu conscience. Appius Claudius Caecus est en effet un de ces personnages de la République romaine, un de ces summi viri, devenu un véritable exemplum « vivant » : un modèle pour certains, un contre-modèle pour d’autres, en tout cas un personnage qui, jusqu’au Principat au moins, ne laissa jamais personne indifférent.

  • 216 Les principales études qui se sont spécifiquement intéressées aux sources de la tradition sur Appiu (...)

81Aussi, avant d’étudier l’activité de ce personnage, était-il nécessaire de mener une véritable « Quellenforschung » pour essayer de ne pas trop se laisser « piéger » par les témoignages apportés par les sources, et surtout par les jugements de valeur qu’on y retrouve, d’autant plus que des préoccupations idéologiques modernes ont bien souvent interféré avec celles des Anciens. Même si Appius Claudius Caecus n’avait pas encore fait jusqu’à présent l’objet d’une véritable « Quellenforschung » pour l’ensemble des sources disponibles, un certain nombre d’études philologiques partielles avaient déjà permis d’apporter des éclaircissements sur tel ou tel aspect particulier : il leur manquait peut-être une véritable « vue d’ensemble », et elles se retrouvaient parfois en porte-à-faux avec le témoignage d’une source ou se contredisaient mutuellement216.

82Une étude sur l’ensemble des traditions historiographiques qui sont à l’origine de l’image d’Appius Claudius dans les sources montre que celle-ci est un objet historique en soi, à la fois évolutif et protéiforme. En fait, l’image d’Appius telle qu’elle nous est parvenue ressemble en quelque sorte à celle qu’offre le Forum Romain au visiteur moderne : un champ de ruines, avec quelques reconstitutions peut-être pas toujours très fidèles à l’original, dont les vestiges présentent toujours l’état des lieux au dernier stade de leur évolution. L’une des principales erreurs de perspective qui a pu être commise par la recherche moderne sur Appius Claudius Caecus a en effet été de limiter le champ d’études aux sources de l’époque cicéronienne ou livienne. Sans négliger l’importance de la « création » historiographique au dernier siècle de la République ou au début du Principat, il ne faut pas non plus oublier qu’il s’agit d’une période où l’on recueille la mémoire du passé pour la conserver et en retirer des exempla : ceux-ci sont davantage le fruit d’un « héritage », parfois très ancien, qu’une création récente.

83Il en est ainsi pour l’image d’Appius Claudius Caecus : Diodore, Cicéron, Tite-Live, et d’autres encore, ont recueilli des témoignages issus de traditions très différentes les unes des autres, parfois contradictoires, mais jamais toutes récentes. Pour reconstituer l’image de ce personnage sous ses multiples facettes, il a par conséquent fallu reconstituer les différentes traditions qui l’ont façonnée et qui l’ont transmise. Celles-ci ne se limitent pas simplement à une « version hostile » et une « version favorable », comme l’entendait T. P. Wiseman, mais à une multiplicité de sources et de traditions, dont les origines peuvent parfois remonter à des événements authentiques et contemporains d’Appius Claudius Caecus.

  • 217 L’influence des méthodes de l’historiographie hellénistique, et même du drame grec, sur la rédactio (...)

84L’étude des sources et des traditions historiographiques plus ou moins anciennes montre la fragilité de nos connaissances pour cerner et surtout pour interpréter l’activité d’Appius Claudius Caecus. Les interprétations nombreuses et souvent contradictoires, au contenu idéologique parfois très marqué, n’ont pas manqué d’obscurcir l’image de ce personnage dès l’Antiquité, et il est évident qu’à l’époque de Tite-Live, on ne pouvait déjà plus se faire une idée très précise de ce qui s’était passé trois siècles plus tôt. Plus exactement, l’idée qu’un « historien » comme Tite-Live pouvait se faire de l’œuvre et de l’activité d’Appius Claudius Caecus, quelque précise qu’elle ait pu lui paraître, ne correspond pas exactement aux critères actuels de la connaissance historique : Tite-Live cherchait avant tout à séduire son public en donnant aux grands personnages du passé romain une consistance et une réalité qui répondaient à l’image qu’on s’en faisait, et s’efforçait pour cela de rapporter les traditions les plus connues, telles qu’elles figuraient dans les Annales les plus récentes217.

  • 218 Il est possible que le succès de Tite-Live à l’époque d’Auguste était dû davantage à des recitation (...)

85La tradition anti-claudienne est l’une de celles-ci, et un lecteur (ou un auditeur218) de Tite-Live n’aurait sans doute pas manqué d’être surpris dans son attente si un personnage comme Appius Claudius Caecus n’avait pas été présenté à la manière dont on se représentait les Claudii de l’époque républicaine, surtout lorsqu’il s’agit du grand ancêtre, prototype et paradigme de tous les Claudii. Mais la déformation historique n’est pas seulement présente dans le contenu du récit qui nous est rapporté, elle l’est également dans sa mise en forme et dans le vocabulaire utilisé : les reconstructions historiques faites par les Modernes à partir de tel ou tel mot employé par Tite-Live à propos de l’œuvre du censeur de 312 (cf. libertini, hu-miles, forensis factio...) ont de grandes chances de ne reposer que sur un tissu de malentendus, car Tite-Live employait des mots de son époque pour évoquer des réalités que lui-même et ses sources directes ne pouvaient déjà plus comprendre avec un total discernement.

86Les anachronismes et les visions déformatrices se retrouvent par conséquent à chaque étape du récit, et ce qui est vrai pour Tite-Live l’est également pour les autres sources... Est-ce à dire qu’il faille rejeter toute la tradition littéraire sur Appius Claudius Caecus, et se réfugier dans une hypercritique stérile ? Une recherche historique moderne, s’appuyant sur des méthodes scientifiques d’investigation et sur de nouvelles problématiques, peut espérer faire d’une époque aussi reculée de l’histoire romaine un véritable objet historique : l’activité politique et culturelle d’un personnage comme Appius Claudius Caecus peut ainsi être vue sous un jour nouveau, et servir de point de départ pour la compréhension d’une période décisive de l’histoire de la République romaine.

Notes

1 Récapitulation d’une grande partie des sources antiques mentionnant Appius Claudius Caecus chez F. Münzer, s.v. Claudius (91), dans R.E., III, 2, 1899, col. 2681-2685.

2 Sur les problèmes de chronologie, cf. supra p. 8, note 25.

3 En 280 selon R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, Königsberg, 1894, p. 168-186, A. Passerini, “Sulle trattative dei Romani con Pirro”, dans Athenaeum, 21, 1943, p. 93-95 et P. Lévêque, Pyrrhos, Paris (B.E.F.A.R., 185), 1957, p. 351-355 ; en 279 selon В. Niese, “Zur Geschichte des pyrrhischen Krieges”, dans Hermes, 31, 1896, p. 486-492, qui préfère suivre la chronologie de Justin, Cicéron et sans doute aussi celle de Diodore.

4 Voir infra p. 521-539.

5 Voir infra n. 8 et surtout p. 63-65. Le contenu du discours d’Appius Claudius nous est également connu par d’autres sources : voir infra p. 61-73.

6 Ennius, né en 239 av. J.-C. et mort en 169 ou peu après, n’a commencé à rédiger ses Annales qu’après 189, voire 184 : cf. E. Flores, Letteratura latina e ideologia del III-II a.C, Naples, 1974, p. 97 et n. 23 ; O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, Oxford, 19882, p. 1-7.

7 Cf. J. von Ungern-Sternberg, dans G. Vogt-Spira éd., Studien zur vorliterarischen Periode, p. 11-27.

8 Les fragments d’Ennius qui se rapportent, ou qu’on a rapportés, au discours d’Appius Claudius contre Pyrrhus sont les suivants :
– VI, 202-203 V.2 = 199-200 Sk. (ap. Cic, Cat. M., 16) : Quo vobis mentes, rec-tae quae stare solebant / Antehac, dementes sese flexere via ? (J. Vahlen, suivi par О. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 360-362).
– VI, 204 V2 = 201 Sk. : sed ego hic animo lamentor (cf. J. Vahlen, suivi par О. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 362-363).
– VI, 205-206 V.2 = 195-196 Sk. : aut animos superant atque asp [...]rima [.../...] fera belli spernunt... (J. Vahlen, suivi avec prudence par O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 357).
– VI, 180-181 V.
2 = 197-198 Sk. : stolidum genus Aecidarum : / Bellipotentes sunt magis quam sapientipotentes (d’après L. Müller, Über meine Ausgabe des Ennius, St Petersburg, 1887, p. 164 ; L. Valmaggi, Q. Ennio, і frammenti dedli Annali editi e illustrati da Luigi Valmaggi, Turin, 1900 ; rejeté par J. Vahlen, ainsi que par О. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 358).

9 Fr. 26 P. = 36 F. = 29 Ch. (ap. Liv., IX, 44, 2-4) ; fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch. (ap. Gell, Ν.Α., VII, 9, 1-6). Cf. Η. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, I, Stuttgart, 19142, p. clxxxi-cxcii ; E. Rawson, “The first latin Annalists”, dans Latomus, 35, 1976, p. 702-713 ; M. Schanz - C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, t. l4, p. 195-196 ; G. Forsythe, The Historian L. Calpurnius Piso Frugi and the Roman Annalistic Tradition, Lanham -New York-Londres, 1994 ; M. Chas-signet, L’annalistique romaine, t. II, L’annalistique moyenne (fragments), Paris, C.U.F., 1999, p. xix-xxviii.

10 Fr. 18 P. = 22 W. = 19 Ch. (ap. Liv., IX, 46, 1-4). Cf. H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, F, p. cccl-ccclxv ; M. Schanz - С. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, t. I4, p. 319-321 ; S. Walt, Der Historiker С. Licinius Macer. Einleitung, Fragmente, Kommentar, Stuttgart-Leipzig (Beiträge zur Altertumskunde, 103), 1997.

11 Cf. Cic., Pro Caec, 54 ; De dom., 105 ; De har. resp., 38 ; Pro Cael, 33-35 ; Pro Mil, 17 ; Phil, I, 11.

12 Cf. Cic., De Or., I, 186 ; Brut., 55 et 61 ; Cat. M, 16 et 37 ; Tusc, TV, 4 et V, 112.

13 Cf. Cic., Fam., iii, 7, 5 ; iii, 9, 1 et iii, 11, 5.

14 Sur l’utilisation des exempla historiques par Cicéron comme procédé rhétorique pour « embellir le sujet, le rendre plus clair, plus plausible ou frapper l’imagination », voir M. Rambaud, Cicéron et l’histoire romaine, Paris, 1953, p. 25-54.

15 Cic, Cat. M., 16 (en citant le vers d’Ennius VI, 202-203 V.2 = 199-200 Sk., extrait du discours d’Appius Claudius contre Pyrrhus : voir infra p. 64, n. 105).

16 Dans son traité sur la vieillesse (Cato Maior de senectute), Cicéron place par deux fois dans la bouche de Caton des propos sur Appius Claudius Caecus : à propos du discours qu’il a tenu dans sa vieillesse au Sénat contre la paix de Pyrrhus, et au sujet de la manière avec laquelle il aurait tenu sa maisonnée comme pater familias dans un âge très avancé (Cat. M., 16 et 37). Comme Cicéron prête ces propos à Caton au moment où celui-ci est censé rédiger le septième livre de ses Origines (Cat. M., 38), on a pu supposer que les informations de nature historique contenues dans le traité cicéronien, et notamment les informations portant sur Appius Claudius Caecus, provenaient en fait de l’œuvre historique de Caton : M. Rambaud, Cicéron et l’histoire romaine, p. 64-65 ; P. Wuilleumier, éd. de Cicéron, Caton l’Ancien (de la vieillesse), Paris, C.U.F., 19893, p. 22-23 ; E. Rawson, “Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian”, dans JRS, 62, 1972, p. 39-40.

17 Favorable à Diodore : C. Sieke, Appius Claudius Caecus Censor, Marburg, 1890, p. 7-8 ; favorable à Tite-Live : G. A. Amatucci, “Appio Claudio Cieco”, dans RFIC, 22, 1893-94, p. 227-228 ; très critique par contre à l’égard du témoignage de Diodore : G. Sigwart, “Römische Fasten und Annalen bei Diodor”, dans Klio, 6, 1906, p. 369-379 ; une bonne étude comparative des mérites respectifs des deux auteurs à propos d’Appius Claudius Caecus chez P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 101-111 ; mais L. Loreto, dans A&R, 36, 1991, p. 183, refuse d’établir une hiérarchie entre Diodore et Tite-Live.

18 Récapitulation de l’ensemble des sources proposées pour les livres XI à XX par G. Perl, Kritische Untersuchungen zu Diodors römischer Jahrzählung, Berlin, 1957, p. 162-164 ; cf. aussi Th. Mommsen, “Fabius und Diodor”, dans Id., Römische Forschungen, II, Berlin, 1879, p. 221-296 ; K. J. Beloch, Römische Geschichte bis zum Beginn der Punischen Kriege, Berlin-Leipzig, 1926, p. 107-132 ; A. Klotz, “Diodors römische Annalen”, dans RhM, 86, 1937, p. 206-224.

19 D’après S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, Bari, 1966, p. 252 et p. 312-313, Diodore suivrait, pour son histoire romaine, le « filon claudien » de la tradition annalistique (voir infra p. 73-77).

20 On retrouve chez Diodore ce regroupement sur une année, d’événements qui se sont déroulés sur plusieurs années, à propos du décemvirat, du siège de Véies ou de la catastrophe gauloise ; selon G. Perl, Kritische Untersuchungen zu Diodors römischer Jahrzählung, Berlin, 1957, p. 130, ce regroupement peut difficilement provenir de la source ou des sources de Diodore, mais serait dû à Diodore lui-même.

21 Cette indication montre que Diodore n’a pas utilisé Calpurnius Piso, ou les fastes de ce dernier, pour établir les noms des magistrats romains, puisque Pison ne cite pas le couple consulaire Ap. Claudius et L. Volumnius pour l’année 307 (fr. 26 P. = 36 F. = 29 Ch., ap. Liv., IX, 44, 2-4) : cf. A. Klotz, “Diodors römischen Annalen”, dans RhM, 86, 1937, p. 223.

22 Liv., IX, 29, 6-30, 10 ; IX, 34, 1-26 ; IX, 42, 1-4 ; IX, 44, 3-4 ; IX, 46, 1-15 ; X, 8, 3-6 ; X, 11, 10 ; X, 15, 7-12 ; X, 17, 11-12 ; X, 18, 3-19, 22 ; X, 21, 11-12 ; X, 22, 6-9 ; X, 24, 18 ; X, 25, 4-17 ; X, 26, 6 ; X, 31, 2-8.

23 Cf. Liv., X, 9, 12 : vetustior annalium auctor Piso.

24 P. G. Walsh, Livy, p. 114-117 ; selon T. J. Cornell, dans САН, VII,2, 1989, p. 374-375, les mentions fréquentes des discordances entre les sources rendent le récit de Tite-Live aux livres IX et X d’autant plus crédible ; W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, seine Komposition und seine Quellen, Leipzig, 1897, voyait dans le texte de Tite-Live une simple juxtaposition de fragments empruntés plus ou moins fidèlement à ses prédécesseurs, et pensait que les livres IX et X (op. cit., p. 117-139) étaient composés à partir des textes d’Aelius Tubero, Licinius Macer, Valerius Antias, Claudius Quadrigarius, Calpurnius Piso et Fabius Pictor ; selon A. Klotz, “Livius’ Darstellung des zweiten Samniterkriegs. Ein Beitrag zur Quellenkritik des IX. Buches des Livius”, dans Mnemosyne, s. 3, 6, 1938, p. 83-102, Tite-Live, dans la deuxième moitié du livre IX, s’inspirerait essentiellement de deux sources : la source principale serait Licinius Macer, la seconde serait plus ancienne et pourrait être Valerius Antias ; J. Bayet, dans son Introduction à l’Histoire Romaine de Tite-Live, t. I, J. Bayet et G. Baillet éd., Paris (C.U.F.), 1985’3, p. xxix, souligne que la recherche actuelle tend à « reconnaître en Tite-Live l’utilisation de sources de plus en plus nombreuses » et à faire de lui un « historien synthétique » ; enfin G. Forsythe, Livy and Early Rome. A Study in Historical Method and Judgment, Stuttgart, 1999, étudiant la manière avec laquelle Tite-Live tente de résoudre les contradictions qu’il rencontre dans ses sources, remarque qu’il s’appuie toujours sur des informations déjà existantes dans ses sources et dans la tradition annalistique, et conclut « to his basic conservatism as a historian and to his rigorous verbal economy and discriminating judgment as a writer » (p. 118).

25 Cf. W. Weissenborn, dans T. Livi ab Urbe condita libri, texte établi et commenté par H. J. Müller et W. Weissenborn, t. III, 2, Berlin, 18905, p. 43, n. 12 ; sur la consultation des libri lintei par Licinius Macer, cf. Schanz - Hosius, Geschichte der römischen Literatur, t. 14, p. 320-321 ; R.M. Ogilvie, “Livy, Licinius Macer and the Libri lintei, dans JRS, 48, 1958, p. 40-46 ; quant à Tite-Live, il semble qu’il n’avait pas l’habitude de consulter lui-même les documents officiels originaux : P. G. Walsh, Livy, p. 111-113.

26 À l’exception d’un petit fragment du livre XVI des Antiquités romaines : XVI, 3, 1 = 16. E Pittia. Sur Denys, cf. V. Fromentin, dans Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, t. 1, Introduction générale et livre I, Paris, C.U.F., 1998 ; S. Crouzet, “Les Excerpta de Denys d’Halicarnasse, un reflet de l’idéologie romaine du ier siècle av. J.-C.”, dans S. Pittia éd., Denys d’Halicarnasse historien de l’Italie. Étude des fragments des livres XIV-XX (Table-ronde d’Aix֊en֊Provence, 28 avril 1999), Pallas, 53, 2000, p. 159-172 ; Denys d’Halicarnasse, Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie siècle avant J.-C., textes traduits et commentés sous la direction de S. Pittia, Paris, 2002, p. 74 ; p. 206.

27 App., Samn.,X, 2-3 et X, 5 ; Plut., Popl, 7, 8 ; Pyrr., 18, 7-19, 5 ; D.C., VIII, fr. 36, 27 ; Zon. (D.C.), 8, 1 et 8, 4.

28 Proc, Goth., I, 14, 6-9 ; Zon. (D.C.), 8, 1 et 8, 4 ; Soud., s. v. Αππία ὁδός ; Τιμητής.

29 Appius Claudius Caecus est mentionné par Valère Maxime explicitement en I, 1, 17 ; VII, 2, 1 et VIII, 13, 5.

30 Pomp., Ench., ap. Dig., I, 2, 2, 6-7 et I, 2, 2, 36 ; Ulp., Ad edict. VI, ap. Dig., III, 1, 1, 5.

31 Liv., X, 15,12 : Ita L. Volumnius de plebe cum Αp. Claudio consul est factus, priore item consulatu inter se comparati. Nobilitas obiectare Fabio fugisse eum Αp. Claudium collegam, eloquentia civilibusque artibus haud dubie praestantem. Liv., X, 22, 6-7 : Decium Fabiumque uno animo una mente vivere ; esse praeterea viros natos militiae, factis magnos, ad verborum linguaeque certamina rudes : ea ingenia consularia esse ; cailidos sollertesąue, iuris atque eloquentiae consultos, qualis Αρ. Claudius esset, urbi ас foro praesides habendos praetoresque ad reddenda iura creandos esse.

32 Cf. H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, I, p. xxx-lix ; M. Schanz-C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, I, p. 38-40 ; H. I. Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Oxford, 1996, passim.

33 C.I.L., I2, 6-7 ; I.L.L.R.P., V, 308-309. Cf. notamment F. Zevi, “Considerazioni sull’elogio di Scipione Barbato”, dans Studi Miscellanei (Mélanges R. Bianchi Bandinelli), 15, 1970, p. 65-73 ; F. Coarelli, “Il sepolcro degli Scipioni”, dans DArch, 6, 1972, p. 36-106 (Id., Revixit ars. Arte e ideologia a Roma. Dai modelli ellenistici alla tradizione repubblicana, Rome, 1996, p. 179-238) ; H. I. Flower, Ancestor Masks, p. 160-180.

34 Suet., Tib., I, 2. Sur le tombeau des Claudii, cf. E. La Rocca, “L’adesione senatoriale al « consensus » : і modi della propaganda Augustea e Liberiana nei monumenti « in circo Flaminio »”, dans L’Urbs. Espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C. - іііe siècle ap. J.-C), Rome (C.E.F. 98), p. 365-368 ; F. Coarelli, Il Campo Marzio, I, Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997, p. 393.

35 Le temple de Bellone a eu toutes les apparences d’un sanctuaire familial pour les Claudii : cf. Th. Mommsen, Le droit public, II, p. 97 et n. 2 ; F. Altheim, Römische Geschichte, I, Bis zur Schlacht bei Pydna (168 v. Chr.), Berlin, 19562, p. 81 ; T. P. Wiseman, Clio’s Cosmetics, p. 59 ; E. La Rocca, dans L’Urbs, espace urbain et histoire, p. 365-368 ; A. Viscogliosi, s.v. Bellona, aedes in Circo, dans L.T.U.R., I, 1993, p. 191 ; F. Coarelli, Il Campo Marzio, p. 393.

36 Frontin., De aq., I, 5, 1.

37 Cette observation avait déjà été faite par P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 109-110.

38 Cf. T.R.S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 128.

39 Dans la mesure où il est exclu qu’un magistrat ait pu exercer ses fonctions avec une telle infirmité (discussion de cette question par Ulpien : Dig., III, 1, 1, 5), sa cécité n’a dû apparaître que dans sa vieillesse, l’obligeant ainsi à se retirer de la vie publique (cf. Diod., XX, 36, 6 ; Cic, Cat. M., 16 et 37 ; Phil, I, 11 : et caecus et senex ; Liv., Per., 13, 6 : Appius Claudius, qui propter valetudinem oculorum iam diu consiliis publicis se abstinuerat, venit in curiam et sententia sua tenuit ut id Pyrrho negaretur ; Plut., Pyrrh., 18, 8 ; App., Samn., X, 2 ; Auct. Vir. ill, 34, 9 ; Zon. (D.С), 8,4). Voir aussi C. Sieke, Appius Claudius Caecus Censor, p. 79 ; A.-G. Amatucci, “Appio Claudio Cieco”, dans RFIC, 22, 1893-94, p. 232.

40 Cf. infra, p. 84-85 : la “tradition anti-claudienne d’origine pontificale”.

41 Cf. P. Grimal, éd. de Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, Paris, C.U.F., 19612, p. x-xiv ; J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Paris (B.E.F.A.R., 253), 1984, p. 148 et n. 52.

42 Liv., X, 19, 17-18 ; X, 19, 21 ; C.I.L., F, 1, p. 192, X (= Inscr.It., XIII, 3, 12 et 79 ; I.L.S., 54) ; Οv., Fast., VI, 201-203. L’emplacement du temple de Bellone au sud du Champ de Mars, à proximité du cirque Flaminius, a pu être déterminé grâce à une inscription par M. Guarducci, “Il santuario di Bellona e il circo Flaminio in un epigramma greco del Basso Impero”, dans BCAR, 73, 1949-50, p. 55-76 ; cf. aussi A. Ziolkowski, The Temples of Mid-Republican Rome, p. 18-19 ; F. Coarelli, Il Campo Marzio, I, Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997, p. 391-395. Le temple de Bellone avait toutes les apparences d’un sanctuaire familial pour les Claudii : cf. Th. Mommsen, Le droit public, II, p. 97 et n. 2 ; F. Altheim, Römische Geschichte, I, Bis zur Schlacht bei Pydna (168 v. Chr.), Berlin, 19562, p. 81 ; T. P. Wiseman, Clio’s Cosmetics, p. 59 ; E. La Rocca, dans L’Urbs, p. 364-366 ; A. Viscogliosi, s.v. Bellona, aedes in Circo, dans L.T.U.R., I, 1993, p. 191 ; F. Coarelli, op. cit., p. 393.

43 Plin., N.H., XXXV, 12 : Verum clupeos in sacro vel publico dicare privatim primus instituit, ut reperio, Appius Claudius qui consul cum P. Servilio fuit anno urbis CCLVIIII. Posuit enim in Bellonae aede maiores suos, placuitque in excelso spectari in titulos honorum legi, decora res, utique si liberum turba parvulis imagi-nibus ceu nidum aliquem subolis pariter ostendat, quales clupeos nemo non gaudens favensque aspicit : « Mais le premier à consacrer à titre privé des boucliers (clipei) en un lieu sacré ou public fut, d’après mes renseignements, Appius Claudius qui fut consul avec P. Servilius en l’an 259 de Rome. Il plaça en effet ses ancêtres dans le temple de Bellone et décida de les offrir aux regards en un emplacement élevé, avec les intitulés de leurs charges honorifiques destinés à être lus : spectacle magnifique, surtout si une foule d’enfants, représentés en portraits miniatures, les accompagne, révélant l’existence d’une sorte de couvée de rejetons ; il n’est alors personne qui contemple de semblables boucliers (clipei) sans plaisir et approbation » (trad. d’après J.-M. Croisille, éd. de Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre XXXV, Paris (C.U.F.), 1985, p. 40-41).

44 Cf. H. Meyer, s.v. Imagines maiorum, dans R.E., IX, 1, 1914, col. 1104.

45 Cf. T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 13.

46 Th. Mommsen, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 310 ; Id., Le droit public, II, p. 91 et n. 1 ; E. Aust, s.v. Bellona, dans R.E., III, 1, 1897, col. 254 (qui pense que la proposition qui consul...CCLVIIII pourrait n’être qu’une interpolation) ; M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, I, p. 41 ; H. Meyer, s.v. Imagines maiorum, dans R.E., IX, 1, 1914, col. 1104 ; E. Gintowt, dans Eos, 43, 1948-49, p. 207 ; W. H. Gross, “Clipeata imago und ἐικὼν ἕνοπλος”, dans Convivium. Festschrift für Konrat Ziegler, Stuttgart, 1954, p. 66-84 ; F. Zevi, dans Studi Miscellanei, 15, 1970, p. 71. Plus récemment, R. Robert, “Le fragment de Denys A. R. 16.F et les peintures de Fabius Pictor. Histoire d’une interprétation”, dans S. Pittia éd., Fragments d’historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, Rome (C.E.F. 298), 2002, p. 319-322, semble même prêt à croire que le fragment 16.F Pittia (= XVI, 3, 2) des Antiquités romaines de Denys d’Halicar-nasse, dans lequel l’historien évoque, entre deux épisodes mentionnant l’activité d’Appius Claudius, le style "floride" des peintures murales de jadis, se rapporterait non pas aux peintures de Fabius Pictor, comme on le soutient d’habitude, mais peut-être aux peintures qui ont dû décorer le temple de Bellone et qui devaient exalter la famille des Claudii et leurs faits d’armes.

47 H. Stark, “Über die Ahnenbilder des Appius Claudius im Tempel der Bellona”, dans Verhandlung der einunddreissigsten Versammlung Deutscher Philologen und Schulmänner in Tübingen (vom 25. September bis 28. September 1876), Leipzig, 1877, p. 38-50 ; F. Münzer, Beiträge zur Quellenkritik der Naturgeschichte des Plinius, Berlin, 1897, p. 124-125 ; Id., s.v. Claudius (296), dans R.E., III, 2, 1899, col. 2849 ; В. Schweitzer, Die Bildniskunst der römischen Republik, Leipzig, 1948, p. 27-29 ; H. Jucker, Vom Verhältnis der Römer zur bildenden Kunst der Griechen, Bamberg, 1950, p. 55, n. 4 ; T. P. Wiseman, Clio’s Cosmetics, p. 60 et n. 17 ; K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 224, n. 187 ; E. La Rocca, dans L’Urbs, espace urbain et histoire, p. 365 ; A. Viscogliosi, s.v. Bellona, aedes in Circo, dans L.T.U.R., I, 1993, p. 191 ; H. I. Flower, Ancestor Masks, p. 75-77. Certains ne se prononcent pas : P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 128 ; T. Hölscher, dans MDAI(R), 85, 1978, p. 326-327 (= Id., Monumenti statali e pubblico, p. 26-27) ; J.-M. Croisille, éd. de Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, livre XXXV, Paris (C.U.F.), 1985, p. 138, préfère croire à une erreur de Pline et garder le texte original avec son erreur. Sur l’apparition des imagines clipeatae : A. Salatch, “Imago clipeata et έικών ένοπλος”, dans RA, 9, 1937, p. 14-25 ; R. Bianchi Bandinelli Rome. Le centre du pouvoir, Paris (“L’univers des formes”), 1969, p. 87-90 ; G. Sauron, Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome, Rome (B.E.F.A.R., 285), 1994, p. 62-78.

48 Voir infra p. 505-506. F.-H. Massa-Pairault, “Relations d’Appius Claudius Caecus avec l’Étrurie et la Campanie”, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites. Sur Tite-Live, livre IX, Paris, 2001, p. 99, se demande si Appius Claudius Caecus « n’aurait pas effectivement dédié de tels boucliers dans le temple de Bellone, et s’il n’aurait pas été le premier à le faire sous forme privée » : la suspension par son descendant de 79, Appius Claudius Pulcher, d’imaginés clipeatae au sein du temple de Bellone, parmi lesquelles devait figurer le portrait du Caecus, serait par conséquent un hommage qui se placerait dans le prolongement de l’exemplum fourni par son ancêtre, ce qui expliquerait en même temps la confusion chronologique que comporte le témoignage de Pline.

49 Cic., Cat. M., 37 ; Val. Max., VIII, 13, 5. Dans le contexte de la compétition aristocratique qui opposait entre eux les membres de la nouvelle nobilitas patri-cio-plébéienne, Appius Claudius Caecus a pu placer dans le temple de Bellone « un arbre généalogique qui exaltait l’ancienneté et la fécondité de sa famille » : R. Robert, dans S. Pittia éd., Fragments d’historiens grec, p. 321 ; cf. aussi B. A. Kellum, Sculptural Programs and Propaganda in Augustean : the Temple of Apollo on the Palatine and the Forum of Augustus, Harvard, 1981, p. 161-163.

50 Cf. R. G. Austin, M. Tulli Ciceronis pro M. Caelio oratio, Oxford, 19603, p. 90-91 ; H.I. Flower, Ancestor Masks, p. 79 et p. 129, n. 5 ; Ead., “Were Women ever’Ancestors’ in Republican Rome ?”, dans J. M. Højte éd., Images of Ancestors, Aarhus (Aarhus Studies in Mediterranean Antiquity, 5), 2002, p. 162-166 ; Ch. Bruun, “Water for Roman Brothels : Cicero Cael. 34”, dans Phoenix, 51, 1997, p. 364-367.

51 Cf. Nep., Att., 18, 5 ; Plin., N.H., XXXV, 2 ; A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2442 ; M. Schanz et С. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, I, p. 332 ; R. Feger, s.v. Pomponius Atticus, dans R.E., Suppi. VIII, 1956, col. 522-523 ; E. Rawson, “Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian”, dans JRS, 62, 1972, p. 40.

52 G. Hafner, “Römische und italische Porträts des 4. Jahrhunderts v. Chr.”, dans MDAI(R), 77, 1970, p. 59-66 et pl. 28-29. Très sceptique toutefois sur cette identification, T. Hölscher, dans MDAI(R), 85, 1978, p. 343, n. 144 (= Id., Monumenti statali e pubblico, p. 220, n. 144) : il admet que la tête puisse remonter à un modèle datant des environs de 300 av. J.-C, mais considère que toute identification avec un personnage précis de cette époque s’appuie sur des critères psychologiques trop subjectifs.

53 La présence des imagines des ancêtres sur les bagues et les sceaux était très courante à Rome ; elle serait antérieure à leur apparition sur les pièces de monnaie (dans le dernier tiers du iie siècle av. J.-C), et a été suscitée par les influences hellénistiques et l’arrivée des premiers artistes grecs à Rome : cf. H. I. Flower, Ancestor Masks, p. 86-88.

54 Cf. Varr., Res rust., II, 11, 10 ; Plin., N.H., VII, 211. Cette coutume venue de Grèce a sans doute été diffusée par l’image d’Alexandre le Grand : T. Hölscher, dans Akten des XIII. Internationalen Kongresses, 1990, p. 77 ; E. La Rocca, dans Roma e l’Italia : radices imperii, p. 350.

55 Le surnom de Barbatus pourrait s’expliquer par le maintien chez Cornelius <Scipio> Barbatus (le pontifex maximus de 304 et le père du consul de 298?) du port de la barbe, alors même que la coutume de se raser s’était déjà généralisée : E. La Rocca, dans G. Pugliese Carratelli éd., Roma e l’Italia, p. 350 ; c’est vers la même époque que P. Claudius, le fils de Caecus, prit le surnom de Pulcher, peut-être par ressemblance avec le visage juvénile et imberbe d’Alexandre : G. Hafner, dans MDAI(R), 77, 1970, p. 46 et p. 65.

56 G. Hafner, “Drei Gemälde im Tempel der Bellona”, dans MDAI(R), 94, 1987, p. 241-265 et pl. 116 ; le portrait du personnage central, identifié par G. Hafner à Appius Claudius Caecus, peut correspondre aux traits du buste du musée Chiaramonti que l’archéologue allemand avait identifié avec le même personnage : voir pl. I, a et b.

57 On sait que Marcellus y exposa un certain nombre d’œuvres d’art provenant du butin de Syracuse : cf. Liv., XXV, 40, 1-3 ; Plut., Marc, 21, 1-4 ; mais d’après Asconius (In Pis., 44, p. 18 Stangi = p. 12 Clark), il y plaça également les statues de ses ancêtres, comme Appius Claudius l’avait fait dans le temple de Bellone (cf. Plin., N.H., XXXV, 12 : idem [sc. Marcellus] cum statuas sibi ас patri itemque avo poneret in monumentis avi sui ad Honoris et Virtutis, decore subscripsit). Il n’est donc pas invraisemblable de penser qu’une représentation figurée d’Appius Claudius Caecus pouvait également s’y trouver.

58 F. Münzer, s.v. Claudius (91), dans R.E., III, 2, 1899, col. 2681, a voulu rapprocher du surnom Centemmanus qui aurait été attribué à Appius Claudius Caecus pour désigner ses multiples activités de grand constructeur (Pomp., Ench., I, ap. Dig., I, 2, 2, 36 : hic Centemmanus appellatus est), l’expression utilisée par Marcellus pendant le siège de Syracuse pour désigner les extraordinaires compétences d’architecte d’Archimède, (Plut., Marc, 17, 1-2 : Οὑ παυσόμεθα πρòς τòν γεωμετρικòν τοῦτον Βριάρεων πολεμοῦντεσ, ὁς ταῖς μὲν ναὺσιν ἡμῶν κυαθίζει πρòς τὴν θάλασσαν, < τὴν δὲ σαμβύκην ὥσπερ ἐκ πότου > ῥαπίζων μετ’ αισχύνης ἐκβέβληκε, τοὺς δὲ μυθικούς ἑκατόγχειρας ὑπεραίρει τοσαῦτα βάλλων ἅμα βέλη καθ’ ἡμῶν : « Ne cesserons-nous pas, dit-il, de guerroyer contre ce géomètre Briarée, qui se sert de nos vaisseaux comme de gobelets pour puiser l’eau de mer, qui a éliminé de façon ignominieuse notre sambuque en la frappant de plein fouet comme après boire, qui enfin élève dans les airs ses cents bras légendaires pour nous lancer tant de traits à la fois ? »). Mais ce rapprochement ne semble pas le seul possible : sur le surnom Centemmanus, voir infra p. 141.

59 Liv., XXXVIII, 28, 3.

60 Tac, Ann., IV, 9, 2 : Funus imaginum pompa maxime inlustre fuit, cum origo Iuliae gentis Aeneas omnesque Albanorum reges et conditor Urbis Romulus, post Sabina nobilitas, Attus Clausus ceteraeque Claudiorum effigies, longo ordine spec-tarentur. Cf. H. I. Flower, Ancestor Masks, p. 243-244.

61 Cf. Suet., Aug., XXXI, 5 :...statuas omnium triumphali effigie in utraque fori sui porticu dedicavit. Horat., Od., IV, 8, 13 :...incisa notis marmora publicis, per quae spiritus et vita redit bonis post mortem ducibus. Hist. Aug., Alex. Sev., XXVIII, 6 : exemplo Augusti qui in Foro suo summorum virorum statuas e mar-more collocavit additis gestis. Cf. Th. Mommsen, dans C.I.L., P, 1, p. 186-188 ; A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2444-2446 ; A. Degrassi, Inscriptiones Italiae, XIII, 3, p. 1-19 ; P. L. Schmidt, s.v. Victor-Aurelius, dans R.E., Suppl. XV, 1978, col. 1656 ; P. Zanker, Il Foro di Augusto, p. 15-18 ; Id., Augustus und die Macht der Bilder, p. 213-217 ; F. Coarelli, Roma, p. 106 ; H. I. Flower, Ancestor Masks, p. 224-236.

62 Cf. P. Zanker, Il Foro di Augusto, p. 15-16 ; Id., Augustus und die Macht der Bilder, p. 214-215.

63 Cf. déjà en ce sens A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2445-2446 ; F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 98.

64 C.I.L, I2, 1, p. 192, n° X (= I.L.S., 54 ; Inscr.It., XIII, 3, 12 et 79) : voir supra p. 6 ; en fait, l’inscription est une copie trouvée à Arezzo (Inscr.It., XIII, 3, 79) de l’elogium qui était exposé au Forum d’Auguste (Inscr.It., XIII, 3, 12) : voir fig. 3.

65 A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2444.

66 Cf. E. Ferenczy, dans AAntHung, 13, 1965, p. 379-404 ; Id., From the Patrician State, p. 121-137.

67 Th. Mommsen suggère de placer cette dictature en 287 av. J.-C, après la mort ďHortensius ; T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, I, p. 187, place la dictature d’Appius Claudius en 285 ; B. MacBain, dans CQ, 30, 1980, p. 372, ainsi que K. A. Raaflaub et alii, dans T. Hackens, N. D. Holloway et G. Moucharte éd., The Age of Pyrrhus, p. 45, la situent entre 292 et 285/4, soit dans l’espace de temps compris entre l’interruption du récit de Tite-Live et la fin de la lacune des fasti ; E. Ferenczy, dans AAntHung, 18, 1970, p. 90, la situe approximativement entre 295 et 280.

68 Voir infra p. 76-93.

69 Cf. F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 98.

70 Cic., Pro Mil, 17 : Proinde quasi Appius ille Caecus viam muniverit, non qua populus uteretur, sed ubi impune sui posteri latrocinarentur ! ; Pro Cael, 34 : ideo aquam adduxi, ut ea tu inceste uterere, ideo viam munivi, ut earn tu alienis viris comitata celebrares ? ; Liv., IX, 29, 6 : Et censura clara eo anno Appi Claudii et С. Plautii fuit, memoriae tamen felicioris ad posteros nomen Appi, quod viam mu-nivit et aquam in urbem duxit ; Frontin., De aq., I, 5, 1 : <Appius Claudius Crassus censor> viam Appiam a porta Capena usque ad urbem Capuam muniendam curavit. Toutefois, ľabréviateur de Tite-Live qui a rédigé la Periocha du livre IX utilise également l’expression viam stravit, et s’est donc laissé influencé par le texte de l’elogium du Forum d’Auguste, ou par une source qui en dérive (Per., 9, 5) : Appius Claudius censor aquam perduxit, viam stravit, quae Appia vocata est (...).

71 Cf. G. Radke, Viae publicae Romanae, Bologne, 1981, p. 50 ; L. Quilici, “Evoluzione della tecnica stradale nell’Italia centrale”, dans L. Quilici et S. Quilici Gigli éd., Tecnica stradale romana, Rome, 1992, p. 27 ; M. Humm, dans MEFRA, 108, 1996, p. 698-700.

72 Cf. P. G. Walsh, Livy, p. 1-19.

73 T. J. Luce, “Livy, Augustus and the Forum Augustum”, dans K. A. Raaflaub, M. Toher éd., Between Republic and Empire, interpretations of Augustus and Principate, Berkeley, Los Angeles, Oxford, 1990, p. 123-138.

74 Cf. déjà Th. Mommsen, C.I.L., I2, 1, p. 192 ; F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 102.

75 Cf. A. von Premerstein, s.v. Elogium, dans R.E., V, 2, 1905, col. 2447-2448 ; P. L. Schmidt, s.v. Victor Aurelius, dans R.E., Suppl. XV, 1978, col. 1638-1660 ; P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, p. 215.

76 Cf. H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, II, p. ci-cvii et p. 72-77 ; H. Bardon, La littérature latine inconnue, II, Paris, 1956, p. 92, p. 98 et p. 102-103.

77 Pline (N.H., XXII, 13) prétend que les elogia ont été rédigés par Auguste lui-même.

78 Cf. Val. Max., VIII, 13, 5 : (...) fessus iam vivendo lectica se in curiam deferri iussit, ut cum Pyrrho deformem pacem fieri prohiberet L’Anonyme s’inspire de Valère Maxime en partie aussi pour la phrase 2 (cf. Val. Max., I, 1, 17).

79 En fait, C. Bosch et A. Klotz avaient déjà montré que Valère Maxime s’était inspiré du recueil d’exempla de Hygin : C. Bosch, Die Quellen des Valerius Maximus, p. 82-91 et p. 196 ; A. Klotz, Studien zu Valerius Maximus und den Exempla, Munich (Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, phi-los.-hist. Kl., 1942, 5), 1942, p. 79-94.

80 Cf. P. Zanker, Il Foro di Augusto, p. 15 (cf. supra fig. 2).

81 Selon P. L. Schmidt, s.v. Victor Aurelius, dans R.E. Suppl. XV, 1978, col. 1651 et col. 1655, les erreurs contenues dans le De viris illustribus proviendraient d’Hygin lui-même.

82 Cf. le commentaire de Th. Mommsen au texte de l’elogium dans le C.I.L., I2, 1, p. 192.

83 W. Weissenborn, T. Livi ab Urbe condita, p. 149, n. 11 ; peut-être s’agit-il de L. Aelius Tubero, comme semble le suggérer W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 123-124.

84 W. Weissenborn, ibidem ; cf infra p. 87-91.

85 W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 124-125, voulait attribuer cette quatrième tradition à Claudius Quadrigarius, ce qui ne paraît pas possible, si l’interprétation générale de l’historiographie romaine donnée par S. Mazzarino est exacte (cf. infra p. 73-74).

86 Cf. P. L. Schmidt, s.v. Victor Aurelius, dans R.E., Suppl. XV, 1978, col. 1656-1657 ; P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, p. 215-217 ; H. I. Flower, Ancestor Masks, p. 224-246.

87 Cf. Suet., Aug., XXXI, 7-8 : proximum a dis immortalibus honorem memoriae ducum praestitit, qui imperium populi Romani ex minimo maximum reddi-dissent. Itaque et opera cuiusque, manentibus titulis, restituit, et statuas omnium triumphali effigie in utraque fori sui porticu dedicavit, professus et edicto : « commentum id se, ut ad illorum velut ad exemplar et ipse dum viveret et insequentium aetatium principes exigerentur a civibus ».

88 Mais il est normal que l’elogium du Forum d’Auguste donne le cognomen de Caecus, et non celui, original, de Crassus : à l’époque d’Auguste, le célèbre censeur qui brisa les négociations avec Pyrrhus n’était plus connu du “grand public” que par le surnom Caecus.

89 Voir infra p. 74, n. 142.

90 Cf. Plin., N.H., XXXV, 12 ; Suet., Aug., XXXI, 5 : manentibus titulis...

91 Appius Claudius Caecus est généralement considéré comme le premier écrivain de la littérature latine : voir infra p. 521-539.

92 Enn., Ann., VI, 202-203 V.2 = 199-200 SL ; d’autres vers d’Ennius ont été attribués au discours d’Appius, mais pas toujours avec certitude : voir supra p. 36, n. 8. Dans la citation d’Ennius par Cicéron, le mot via pose problème : à sa place, le manuscrit Rhenaugiensis 126 (xiie siècle) et certains manuscrits plus récents indiquent ruina ; Lambinus, suivi par J. Vahlen et E. H. Warmington, a corrigé via en viai, Lachmann préfère viaque et P. Wuilleumier propose viarum (C.U.F. 19813) ; mais O. Skutsh maintient via, avec une crux desperationis, tout en suggérant de lire vietae, mot qui s’opposerait à rectae : cf. Id., The Annals of Quintus Ennius, Oxford, 1985, p. 361-362.

93 Cf. Cic., Brut., 55 et 61 ; Liv., Per., 13, 6 ; Ovid., Fast., VI, 203-204 ; Val. Max., VIII, 13, 5 ; Quint., De inst, orat., II, 16, 7 ; Suet., Tib., II, 1 ; Flor., I, 13, 20 ; Amp., Lib. memor., 19, 2 ; Pomp., Ench. (ap. Dig., I, 2, 2, 36) ; Auct. De vir. ill, 34, 9 ; Isid., Etym., I, 38, 2 ; la version qu’en fit Tite-Live a malheureusement été perdue avec l’ensemble du livre XIII.

94 Ined. Vatic, F.Gr.Hist., 839 (Vaticanus 435, fol. 220) ; la feuille, rédigée sur les deux faces, porte un titre mutilé : Πλουταρ... Κεκιλίου ἀποφθέγματα Ῥωμαϊκά. Selon le premier éditeur du texte, H. von Arnim (“Ineditum Vaticanum”, dans Hermes, 27, 1892, p. 118-130), il s’agirait-là d’une supposition du copiste, à l’origine du manuscrit, qui aurait attribué ces “apophtegmes” à Plutarque [ou] à Caecilius [de Kalè Akté] ; selon lui, le titre original de l’œuvre aurait été « Χρεῖαι » (= Maximes, Sentences) ; et la source remonterait à Fabius Pictor ; mais E. Wendling, "Zu Posidonius und Varro", dans Hermes, 28, 1893, p. 335-353, préférait y voir un fragment de Posidonius. Un réexamen plus récent du manuscrit du Vatican a permis à M. A. Cavallaro (“Dicearco, l’Ineditum Vaticanum e la crisi della cultura siceliota”, dans Helikon, 11-12, 1971-1972, p. 213-228 ; Ead., “Dionisio, Cecilio di Kalè Akté e l’Ineditum Vaticanum dans Helikon, 13-14, 1973-1974, p. 118-140) de proposer une nouvelle lecture du titre qui devrait être restitué comme suit : Πλουταρχο(υ) <ἐκ τῶν> Κεκιλίου ἀποφθέγματα Ῥωμαϊκά. Dans ce cas, il s’agirait d’une série d’apophtegmes que Plutarque (ou un Pseudo-Plutarque) aurait compilés à partir d’excerpta tirés de l’œuvre (peut-être le Περì ἱστορίας) du rhéteur sicilien d’époque augustéenne Caecilius de Kalè Akté : celui-ci aurait utilisé diverses sources dont la plus ancienne remonte à Dicéarque de Messine. Pour la source possible concernant le passage sur Appius Claudius Caecus, voir infra p. 69-71.

95 Plut., Pyrrh., 18, 7-19, 5 (= fr. 10 (n° 1) Malcovati) ; cf. la paraphrase qu’en fit Plutarque, au style indirect, dans ses Moralia, An seni respublica gerenda sit, 21, 794 D-E.

96 Cf. Val. Max., VIII, 13, 5 : lectica se in curiam deferri iussit ; Auct. de Vir. ill., 34,9 : senex et caecus lectica in senatum latus... La litière est évidemment anachronique à Rome en 280 et son usage, d’origine grecque, s’est seulement répandu à Rome à l’époque de Cicéron : cf. Lamer, s.v. Lectica, dans R.E., XII, 1, col. 1074-1076 ; la mention de la litière pourrait donc indiquer une source grecque d’époque cicéronienne : cf. C. Bosch, Die Quellen des Valerius Maximus, p. 62-79.

97 Арр., Samn., X, 2 (= fr. 11 (n° 1) Malcovati).

98 Zon. (D.C.), 8, 4 ; d’après P. Lévêque, Pyrrhos, p. 72-73, Zonaras suit fidèlement Dion Cassius pour l’ensemble du récit sur la guerre de Pyrrhus.

99 Cf. E. Ferenczy, Front the Patrician State, p. 204 : « With regard to the hypercritical views it must be pointed out that the speech of Appius Claudius in the senate is a historical fact the reality of which we have no reason to doubt. »

100 Varr., De gener. litterar., fr. 319 Funaioli : Primus apud Graecos Pherecydes Syrus soluta oratione scripsit, apud Romanos autem Appius Caecus adversus Pyr-rhum solutam orationem primus exercuit. Iam exhinc et ceteri prosae eloquentia contenderunt. Le texte de Varron fut repris par Isidore de Séville (Etym., I, 38, 2) : Apud Romanos Appius Caecus adversus Pyrrhum solutam orationem primus exercuit.

101 Tac, Dial. orat., XVIII, 3-4 : Nec quaero quis dissertissimus ; hoc interim probasse contentus sum, non esse unum eloquentiae vultum, sed in illis quoque quos vocatis antiquos pluris species deprehendi, nec statini deterius esse quod di-versum est, vitio autem malignitatis humanae vetera semper in laude, praesentia in fastidio esse. Num dubitamus inventos qui prae Catone Appium Caecum magis mi-rarentur ?

102 Tac, Dial. orat., XXI, 7 : Asinius quoque, quamquam propioribus temporibus natus sit, videtur mihi inter Menenios et Appios studuisse. Il s’agit d’Asinius Pollion (76 av. J.-C.-4 apr. J.-C.), historien romain, protecteur d’écrivains, critique littéraire (il qualifia le « provincialisme » de Tite-Live de patavinitas), partisan de l’empereur Auguste ; il a fondé la première bibliothèque publique à Rome et Sénèque l’Ancien dit qu’il introduisit l’usage de réciter ses propres œuvres devant un auditoire : c’est sans doute ainsi qu’il s’est forgé une réputation d’orateur.

103 Sen., Ep. ad Lucil., XIX, 144, 13 : Adice nunc quod oratio certam regulam non habet : consuetudo Ulam civitatis, quae numquam in eodem diu stetit, versat. Multi ex alieno saeculo petunt verba, duodecim tabulas locuntur. Gracchus illis et Crassus et Curio nimis culti et recentes sunt, ad Appium usque et Coruncanium redeunt.

104 Auct. De vir. ill., 34, 9 : Cum de pace Pyrrhi ageretur et gratia potentum per legatum Cineam pretio quaereretur, <Appius Claudius> senex et caecus lectica in senatum latus turpissimas condiciones magnifica oratione discussit.

105 Cic., Cat. M., 16 (éd. P. Wuilleumier) : Ad Ap. Claudi senectutem accedebat etiam ut caecus esset ; tamen is, cum sententia senatus inclinaret ad pacem cum Pyrrho fozdusque faciendum, non dubitavit dicere illa quae versibus persecutus est Ennius : « Quo vobis mentes, rectae quae stare solebant / Antehac, dementes sese flexere viai ? » ceteraque gravissume ; notum enim vobis carmen est ; et tamen ipsius Appi exstat oratio. Atque haec ille egit septimo decimo anno post alterum consula-tum, cum inter duos consulatus anni decem interfuissent censorque ante superiorem consulatum fuisset ; ex quo intellegitur Pyrrhi bello eum grandem sane fuisse ; et tamen sic a patribus accepimus.

106 Cf. B. Niese, “Zur Geschichte des pyrrhischen Krieges”, dans Hermes, 31, 1896, p. 493, n. 6 ; A. Passerini, “Sulle trattative dei Romani con Pirro”, dans Athenaeum, 21, 1943, p. 111 ; H. Malcovati, Oratorum Romanorum Fragmenta liberae rei publicae, Turin, 1953, p. 1 ; P. Lévêque, Pyrrhos, p. 352 ; B. Luiselli, “Nota Enniana”, dans AFLC, 28, 1960, p. 26.

107 Cf. W. Suerbaum, “Rhetorik gegen Pyrrhos. Zum Widerstand gegen den Feind aus dem Osten in der Rede des Appius Claudius Caecus 280/279 v. Chr. nach Ennius, Oratorum Romanorum Fragmenta und B. G. Niebuhr”, dans Ch. Schubert et K. Brodersen éd., Rom und der Griechische Osten, Festschrift für Hatto H. Schmitt zum 65. Geburtstag, Stuttgart, 1995, p. 251-265 ; Id., “Vorliterarische römische Redner (bis zum Beginn des 2. Jhs. v. Chr.) in Ciceros ‘Brutus’ und in der historischen Überlieferung”, dans WJA, 21, 1996/97, p. 169-198.

108 P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 140.

109 En faveur de l’authenticité du discours d’Appius que connaissait Cicéron : R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 55-56 ; P. Lejay, loc. cit., dans RPh, 44,1920, p. 139-141 ; G. De Sanctis, Storia dei Romani, II, p. 485 ; H. Bardon, La littérature latine inconnue, 1, p. 22-23 ; E. Ferenczy, From the Patrician State, p. 204 ; E. Flores, Letteratura latina, p. 10-11 ; M. Mahé-Simon, “L’enjeu historiographique de l’excursus sur Alexandre (Liv., IX, 16, 11-19, 17)”, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 54-56.

110 Même argument déjà chez R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 56.

111 O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 360-361.

112 Trad, de R. Flacelière, dans Homère, Iliade-Odyssée, Paris, 1955 (Bibl. de la Pléïade), p. 518.

113 Cic., Cat., I,1. Cf. P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 140 : « L’exorde avait une allure brusque comme celui de la première Catilinaire ».

114 Plut., Pyrrh., 19, 2 ; App., Samn., X, 2. Cf. R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 56-57 ; B. Luiselli, dans AFLC, 28, 1960, p. 24-25.

115 Sur l’attribution de ce fragment au discours d’Appius, cf. O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 362-364.

116 L’un des manuscrits (L.), classé parmi les codices deteriores, indique : Sed, quid ego hic animo lamentor ? ; cette lecture est suivie par E.H. Warmington, Remains of old Latin, vol. I, Ennius and Caecilius, texte édité et traduit en anglais par E. H. Warmington, Londres (col. Lœb), 1988, p. 72, mais elle est refusée par l’édition Vahlen et par O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, p. 88 et 363 ; ceux qui suivent malgré tout cette lecture doivent alors identifier le fragment d’Ennius non avec νν δ’ χθομαι, mais plutôt, comme l’indique O. Skutsch, avec Πάλαι μέν, ὑπερηχῦόμην.

117 Cf. notamment Ρ. Lévêque, Pyrrhos, p. 352, n. 2, qui parle d’un « chef-d’œuvre de la pire rhétorique ».

118 Cf. H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 23.

119 P. Lévêque, Pyrrhos, p. 52-77 (étude des sources) et p. 345-355 (étude des négociations et du discours d’Appius) ; tableau récapitulatif p. 348.

120 Cf. Liv., Per., 13, 5 : Cineas [...] petit ut conponendae pacis causa rex in urbem reciperetur. Zon. (D.C.), 8, 4 : παρῄνεσε δὲ κα αὐτκα τòν Κιννέαν ἐξελάσαι τῆς πόλεως : « il demanda avec instance que Cinéas fût immédiatement expulsé de la cité. » Pour P. Lévêque, Pyrrhos, p. 72-73, il ne fait guère de doute que Zonaras représente fidèlement Dion Cassius pour l’ensemble du récit sur la guerre pyr-rhique, et que Dion Cassius suit lui-même fidèlement Tite-Live pour cette période : aussi, pour les négociations entre Pyrrhos et les Romains, « l’accord de Zonaras et des Liviens [...] est d’autant plus frappant. »

121 R. Schubert, Geschichte des Pyrrhus, p. 57-59.

122 P. Lévêque, Pyrrhos, p. 345-346.

123 Cf. B. Niese, dans Hermes, 31, 1896, p. 492, n. 1 ; Antiochos de Syracuse, dans F.Gr.Hist., 555 F 3 et F 4 (ap. Strab., VI, 1, 4 ; Dion. Hal, I, 35, 1), indique que les golfes de Scilletico et de Lametino marquaient la limite nord de la plus ancienne Italie : cf. E. Greco, Archeologia della Magna Grecia, Bari, 1992, p. 47 ; Théophraste (fr. 159 Wimmer) désignait par Ἰταλία l’Italie du Sud jusqu’à la Campanie, mais sans le Latium : cf. W. Hoffmann, Rom und die griechische Welt im 4. Jahrhundert, Leipzig (Philologus Supplement, 27, 1), 1934, p. 127 ; Diodore (XX, 26, 3) indique qu’en 310 les consuls romains envahirent le territoire ennemi κατά δὲ τὴν Ἰταλίαν et vainquirent les Samnites à un endroit appelé Τάλιον [ms. R] (ou Ἰτάλιον [ms. F]) : F. Altheim, “Anfänge römischer Geschichtsschreibung”, dans F. Altheim éd., Untersuchungen zur römischen Geschichte, I, Francfort-sur-le-Main, 1961, p. 173-176, en déduit que l’« Italia » se situait alors au sud de Rome et que ce concept ne pouvait être utilisé que par la source de Diodore, en l’occurrence Acilius. E. Gabba, “Roma e l’Italia”, dans G. Pugliese Carratelli éd., Roma e l’Italia, p. 43-44 et 73, souligne que l’« Italie » était un concept géopolitique d’origine grecque ou de Grande-Grèce qui a été progressivement assimilé par les Romains au tournant des ive et iiie siècles, et qui n’a été définitivement adopté qu’à l’occasion de la guerre de Pyrrhus et de la chute de Tarente ; d’ailleurs, c’est en 268 que le consul P. Sempronius Sophus (collègue d’Ap. Claudius Russus, fils du Caecus) a fait construire un temple à Tellus (Flor., I, 14, 1-2 ; Oros., IV, 4, 5-7 ; cf. Frontin., Strat., I, 12, 3)) dans lequel se trouvait une représentation (cartographique ou allégorique ?) de l’Italie qui illustrait l’extension de la puissance romaine en Italie (Varr., Res rust., I, 2, 1) : cf. W. Kubitschek, s.v. Karten, dans R.E., X, 2, 1919, col. 2042 ; T. Hölscher, dans MDAI(R), 85, 1978, p. 344-345 (= Id., Monumenti statali e pubblico, p. 39-40) ; C. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988, p. 110 ; F. Coarel-li, “La pompé di Tolomeo Filadelfo e il mosaico nilotico di Palestrina”, dans Ktema, 15, 1990, p. 250 (= Id., dans Revixit ars, p. 136) ; Id., s.v. Tellus, aedes, dans L.T.U.R., V, 1999, p. 24-25. Voir aussi infra p. 142-143 et n. 35-36.

124 Le discours de Kaeso sur l’emprunt par les Romains des armes de leurs ennemis, afin de mieux les vaincre, constitue le deuxième épisode historique rapporté par l’Ineditum Vaticanum (F.Gr.Hist., 839, 3) et se trouve rapporté de manière similaire par Diodore (XXIII, 2, 1 = Exc. Const., 4, p. 347), mais aussi par Athénée (Deipn., VI, 273 F) : en comparant les textes avec leurs différences respectives, il ressort que l’un ne dérive pas de l’autre, mais qu’ils dérivent tous les deux d’une source commune ; or la traduction en grec de termes militaires ou institutionnels spécifiquement latins laisserait supposer l’existence d’une source d’origine romaine : H. von Arnim, dans Hermes, 27, 1892, p. 128-130, évoque l’hypothèse que cette source pourrait être Fabius Pictor ; E. Wendling, dans Hermes, 28, 1893, p. 335-353, considère, pour des raisons sémantiques, que le texte dans son état actuel a été rédigé au cours du Ier s. av. J.-C, et identifie l’une des sources possibles avec Posidonius ; mais D. Briquel, “La tradition sur l’emprunt d’armes samnites par Rome”, dans A.-M. Adam et A. Rouveret éd., Guerre et sociétés en Italie, p. 72-74, admet l’interprétation proposée par H. von Arnim et attribue la source ultime de ce document à Fabius Pictor, à cause de la présence du personnage appelé Kaeso, prénom courant chez les Fabii ; par contre, D. Briquel admet que le texte dans son état actuel a pu être rédigé au ier siècle, et attribue la source immédiate à Diodore : c’est lui qui se serait inspiré de Fabius Pictor. Voir aussi supra p. 62, n. 94.

125 F.Gr.Hist., 839, 4 : τῷ γὰρ τρίτῷ καὶ εἰκοστῷ τῶν ἑτῶν ναυμαχία κρατήσαντες Καρχηδονίων... Cf. S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 443-446.

126 La présence du prénom Kaeso ne paraît pas suffisante pour attribuer l’origine de ce texte à Fabius Pictor (comme le soutient S. Mazzarino, op. cit., II, 2, p. 443-446), car les autres personnages sont également nommés par leur prénom.

127 Arist., fr. 568 Rose (ap. Plut., Cam., 22, 4) : évocation de la prise de Rome par les Gaulois ; d’après Plutarque, Aristote aurait appelé le sauveur de Rome « Leukios », ce qui peut désigner L. Furius Camillus, ou éventuellement aussi L. Albinus, le sauveur du Palladium et des vestales : E. Pais, Storia critica di Roma, III, p. 86-87 ; E. Wikén, Die Kunde der Hellenen von dem Lande und den Völkern der Apenninenhalbinsel bis 300 v. Chr., Lund, 1937, p. 171 ; S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, p. 251 ; A. Fraschetti, "Eraclide Pontico e Roma « città greca »", dans AION (filol), XI, 1989, p. 81-96.

128 Cf. J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, Rome (B.E.F.A.R., 271), 1988, p. 245-246.

129 Tim., dans F.Gr.Hist., 566 F 42 (ap. Gell., N.A., XI, 1, 1) ; Tim., dans FrCrHist, 566 F 36 (ap. Pol., XII, 4 b) ; cf. A. Momigliano, “Atene nel III secolo a.C. e la scoperta di Roma nelle storie di Timeo di Tauromenio”, dans RSI, 71, 1959, p. 529-556 (= Terzo Contributo, p. 23-53).

130 Il est par conséquent exclu que les historiens se soient inspirés de la version d’Ennius pour rapporter le discours d’Appius, comme le voulait B. Luiselli, dans AFLC, 28, 1960, p. 23-26.

131 Un passage du discours d’Appius Claudius chez Appien (τòν τοῦτο δράσαντα αὐτόν τε καì τοὺς ἐπαγαγομένους αὐτòν βουλεύεσθε φίλους ἀντì πολεμίων θέσθαι) rappelle un fragment de Diodore (XXII, 6, 3) qui évoque le refus des Romains d’accepter les présents apportés par Cinéas ὅτι νῦν μὲν ὄντος αὐτοῦ πολεμίου μηδαμῶς ἀρμόζειν τὴν δωρεάν, ἐὰν δὲ καταπράξηται τὴν εἰρήνην καì γένηται φίλος Ῥωμαίων, ἡδέως προσδέξεσθαι τὴν δὸσιν οὐσαν ἀκατηγόρητον : le discours d’Appius a-t-il donné aux annalistes l’idée de ce nouvel exemplum ?

132 Sur cette question, voir infra p. 77-94. Il est à noter que dans ce que P. Léveque appelle la « tradition livienne » (Tite-Live, Florus, Eutrope et Zonaras), Appius se contente d’exiger le départ de Cinéas : nouvelle falsification au détriment de l’image d’Appius Claudius Caecus, mais qui, cette fois, n’a pas réussi à s’imposer !

133 Selon F. Münzer, s.v. Claudius (91), dans R.E., III, 2, 1899, col. 2685, Plutarque a transcrit assez fidèlement les idées contenues dans le discours d’Appius, surtout les premiers mots.

134 Th. Mommsen, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 303, supposait des notes écrites du discours ; P. Lévêque, Pyrrhos, p. 352, imagine que le discours fut improvisé, « sous le souffle de la colère et de l’indignation », et que par la suite il a dû « se conserver partiellement dans la tradition orale » ; sont par contre convaincus d’une publication du discours aussitôt après l’événement ou peu après la mort d’Appius : P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 140 ; H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 22 ; E. Ferenczy, From the Patrician State, p. 204.

135 Cf. Cic., Tusc, IV, 2, 4 ; Sall, Ep., I, 1, 2 ; Fest., s.v. Stuprum, p. 418 L. ; Prisc, Inst. gramm., VIII, 18 : voir infra p. 521-539. Cf. aussi P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 140 : « Appius aurait démenti son caractère et ses prétentions d’écrivain s’il n’avait point publié ce discours mémorable ».

136 Pomp., Ench., ap. Dig., I, 2, 2, 36 ; Mart. Cap., III, 261 (voir supra p. 8, n. 24) : cf. aussi infra p. 477-478.

137 Cf. F. Altheim, Rom und der Hellenismus, Amsterdam/Leipzig, 1941, p. 34-63 ; S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 244-245 et p. 308-309 ; E. Ferenczy, From the Patrician State, p. 205.

138 H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 22, pensait que “la famille des Claudii [en] possédait un texte exact dans ses archives” ; même idée chez F. Leo, Geschichte der römischen Literatur, 1, p. 300. Par contre, P. Lejay, dans RPh, 44,1920, p. 139, a montré, à partir d’une étude attentive de Brutus, 61, que le discours d’Appius “n’est pas un document d’archives domestiques, comme les éloges, puisque Cicéron ne parle des familles et de leur orgueil qu’à propos des éloges”, et qu’il a donc bien dû être publié ; même idée chez M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, I, p. 41.

139 Une hypothèse évidemment invérifiable, mais très séduisante, d’autant que la columna bellica fut installée devant le temple de Bellone à l’époque de la guerre contre Pyrrhus, peut-être à l’initiative des Claudii (Serv., In Verg. Aen., IX, 52 ; cf. E. La Rocca, s.v. Columna bellica, dans L.T.U.R., I, 1993, p. 300-301) : l’hypothèse est ainsi suggérée par F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 104, n. 36.

140 Cf. H. Bardon, La littérature latine inconnue, I, p. 22 : « Appius avait une culture, et il appliquait les recettes, encore sommaires, d’une rhétorique d’autant plus efficace qu’elle était alors moins pratiquée » ; parmi les exempla que le discours d’Appius a pu inspirer, voir par exemple le thème rhétorique de l’opposition entre sa cécité et sa clairvoyance politique chez Cicéron (Cat. M., 16 et 37 ; Tusc, V, 112), Ovide (Fast., VI, 204-205) et Valère Maxime (VIII, 13, 5) ; C. Bosch, Die Quellen des Valerius Maximus, p. 61-79, a montré que Cicéron et Valère Maxime utilisèrent la même source pour cet exemplum, les Exempla Ciceronis : selon C. Bosch, ceux-ci ont dû avoir utilisé une source grecque qu’il identifie avec le Pseudo-Lucien.

141 S. Mazzarino, Il pensiero storico, II, 1, p. 244-250.

142 Selon S. Mazzarino, Pensiero storico classico, II, 1, p. 293-294 et p. 300, les annales de Claudius Quadrigarius refléteraient la tradition “claudienne” de l’annalistique romaine, c’est-à-dire la tradition historiographique favorable aux Claudii. D. Briquel, “L’image des Calavii de Capoue”, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 117-133, a montré l’existence d’une source annalistique favorable à la fois aux Calavii de Capoue et aux Claudii, mais refuse de proposer le nom d’un auteur précis et souligne qu’il est notamment impossible d’établir un lien sûr entre l’historien Claudius Quadrigarius et « la grande famille des Claudii patriciens ». Claudius Quadrigarius, qui rédigea ses annales dans la première moitié du ier siècle, aurait suivi l’annaliste Acilius, qui écrivit des annales en grec vers le milieu du iie siècle et qui aurait servi de source à Diodore (cf. Liv., XXV, 35, 12 : Claudius qui annales Acilianos ex Graeco in Latinum sermonem vertit) ; sur Acilius et Claudius Quadrigarius, cf. : M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, I, p. 177-178 (Acilius) et p. 316-317 (Claudius Quadrigarius) ; F. Altheim, dans Id. éd., Untersuchungen zur römischen Geschichte, I, p. 183 ; M. Chassignet, L’annalistique romaine, t. I, p. lxxxvi-lxxxviii (Acilius).

143 Cf. K. J. Beloch, Römische Geschichte, p. 126-132 : il rapproche par exemple le fr. 4 P. (= 4 Ch.) de Claudius Quadrigarius (ap. Gell., N.A., XVII, 2, 24) avec Diod., XIV, 116, 4 : Cominius, qua ascenderat, descendit atque verba Gallis dedit correspond mot à mot à ούτος (sc. Κομίνιος) μὲν οὖν καταβὰς ᾖπερ ἀνέβη. Cf. aussi Μ. Zimmerer, Der Annalist, p. 161-168.

144 Cf. F. Altheim, dans F. Altheim éd., Untersuchungen zur römischen Geschichte, I, p. 181-184 ; S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 246 et 293-294 ; E. Gabba, dans Les origines de la République romaine, p. 136-137, admet lui aussi que les notices annalistiques de Diodore proviennent d’un ancien annaliste du IIe siècle ; en tout cas, de nombreuses tentatives ont été faites pour identifier les sources de Diodore : récapitulation de l’ensemble des tentatives d’identification par G. Perl, Kritische Untersuchungen, p. 162-168 ; il semble exclu que l’une des sources de Diodore puisse remonter jusqu’à Fabius Pictor, comme le voulait Th. Mommsen, dans Römische Forschungen, II, 1879, p. 221-296.

145 Cf. S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 312-313.

146 Voir infra p. 148-149 et p. 186-187.

147 Voir infra p. 84-85.

148 Claud. Quadr., fr. 40-41 P. = 40 а-b Ch. (ap. Gell, N.A., III, 8, 5 ; III, 8, 8) Même exemplum chez : Liv., Per., 13, 11 ; Plut., Pyrrh., 21, 1-5.

149 Val. Max., II, 7, 15a-15b : Sed nulla clades, nullum meritum valentius militari disciplina fuit. Succurrebat enim illis quam animosa severitate Tarentino bello maiores eorum usi fuissent. In quo quassatis et adtritis rei publicae viribus, cum magnum captivorum civium suorum numerum a Pyrro rege ultro missum rece-pissent, decreverunt ut ex iis qui equo meruerant peditum numero militarent, qui pedites fuerant in funditorum auxilia transcriberentur, neve quis eorum intra castra tenderet, neve locum extra adsignatum vallo aut fossa cingeret, neve tentorium ex pellibus haberet. Recursum autem his ad pristinum militiae ordinem proposuerunt, si quis bina spolia ex hostibus tulisset. Quibus suppliciis compressi ex deformibus Pyrri munusculis acerrimi hostes extiterunt. Frontin., Strat., IV, 1, 18 : Appii Claudii sententia senatus eos, qui a Pyrrho rege Epirotarum capti et postea remissi erant, equites ad peditem redegit, pedites ad levem armaturam, omnibus extra valium iussis tendere, donec bina hostium spolia singuli referrent. Ulp., Ad edict., VI (ap. Dig., III, 1, 1, 5) : Appius denique Claudius caecus consiliis publicis intererat et in senatu severissimam dixit sententiam de Pyrrhi captivis. Eutr., Brev., II, 13, 2 : Tum Romani iusserunt captivos omnes, quos Pyrrus reddiderat, infames haberi, quod armati capi potuissent, пес ante eos ad veterem statum reverti, quam si binorит hostium occisorum spolia retulissent. Zon. (D.С), 8, 4 : Τος δαἰχμαλώτοις ἀτιμίαν τινὰ ἐν ταῖς στρατείαις ἐπέθεσαν, καì οὔτε πρòς τòν Πὺρρον αὐτοῖς ἔτι ἐχρήσαντο οὔτἄλλοσέ ποι ἀθρόοις, ἵνα μὴ τι ὁμοῦ ντες νεωτερίσωσιν, ἀλλἄλλους ἄλλη φρουρήσοντας ἕπεμψαν. En fait, seul Frontin attribue cette sanction disciplinaire à une sententia donnée au Sénat par Appius Claudius.

150 Cf. P. Leveque, Pyrrhos, p. 357.

151 C. Bosch, Die Quellen des Valerius Maximus, p. 84-85.

152 Cf. Pomp., Ench., I (ap. Dig., I, 2, 2, 36) : Post hunc [sc. Appium Claudium decemvirem] Appius Claudius eiusdem generis maximam scientiam habuit : hic Centemmanus appellatus est...

153 S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 312.

154 D’après Tite-Live, Appius Claudius Caecus aurait envoyé un certain nombre de lettres au Sénat pour l’informer de l’évolution de la situation militaire en Étrurie, où il commandait une armée (X, 21, 11-12 ; X, 24, 18 ; X, 25, 13-17) : s’agit-il de documents authentiques conservés dans les archives du Sénat et qui auraient pu avoir été utilisés par l’une des sources de Tite-Live ? A moins qu’il ne s’agisse d’une reconstruction tardive qui se serait inspiré des commentarii envoyés au Sénat par les imperatores de la fin de la République... Cf. F.-H. Massa-Pairault, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 105.

155 Liv., X, 15, 8 : Appius Claudius (...) vir acer et ambitiosus. Tite-Live place dans la bouche du tribun Sempronius, qui s’opposa à Appius lorsque celui-ci refusa de se démettre de la censure après l’échéance de la durée légale des dix-huit mois, le plus sévère réquisitoire que l’on puisse imaginer contre un dirigeant politique de la République romaine (IX, 33, 7-34, 25) : il dénonce tout à la fois sa superbia, sa pervicacia, sa cupiditas, son audacia, son contemptus deorum homi-numque (IX, 34, 21-24). Le réquisitoire s’adresse tout autant à Appius Claudius Caecus qu’à l’ensemble de la gens Claudia : Hoc est nomen multo quam Tarquiniorum infestius vestrae libertati (IX, 34, 5) ; Nolo ego istam in te modestiam ; ne dege-neraveris a familia imperiosissima et superbissima (IX, 34, 15). Cf. J.-E. Bernard, Le portrait chez Tite-Live. Essai sur une écriture de l’histoire romaine, Bruxelles, 2000, p. 183-184 et p. 205-206.

156 La superbia des Claudii deviendra un topos récurrent sous l’Empire ; ainsi Tacite écrit, à propos de Tibère (Annales, I, 4, 3) : Tiberium Neronem maturum annis, spectatum bello, sed vetere atque insita Claudiae familiae superbia. Or les mots de Tacite résonnent comme en écho à ceux qu’écrivit Tite-Live au début de sa description de la censure d’Appius (IX, 29, 8) : Appius iam inde antiquitus imitam pertinaciam familiae gerendo solus censuram obtinuit. De même Suétone, dans son introduction à la Vie de Tibère (II, 1), écrit : Multa multorum Claudiorum egregia merita, multa etiam sequius admissa in rem publicam extant, et il ajoute un peu plus loin, en guise d’avertissement (III, 1) : Ex hac stirpe Tiberius Caesar genus trahit.

157 Cf. M. Humm, “La figure d’Appius Claudius Caecus chez Tite-Live”, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier éd., Le Censeur et les Samnites, p. 65-96.

158 Th. Mommsen, “Die patricischen Claudier”, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 287 ; W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 133-139 ; E. Pais, Storia critica di Roma, IV, p. 177-219 ; p. 195-201 ; Id., Storia di Roma, V, p. 193-237 ; T. P. Wiseman, “The Legends of the Patrician Claudii, dans Clio’s cosmetics. Three studies in greco-roman Literature, Leicester, 1979, p. 104-139. C. Sieke, Appius Claudius Caecus, p. 15-16, contestait déjà l’hypothèse de Th. Mommsen, qui attribuait la tradition anti-claudienne des annales romaines à Licinius Macer et l’expliquait par le contexte politique de l’époque post-syllanienne.

159 T. P. Wiseman, Clio’s cosmetics, p. 104-139 ; les conclusions de l’historien britannique sur les sources de la tradition anti-claudienne présente chez Tite-Live et chez Denys ont en partie été acceptées et sont reprises par J. von Ungern-Sternberg, "The Formation of the ‘Annalistic Tradition’ : The Example of the De-cemvirate", dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1986, p. 101-104 ; elles ont par contre été critiquées par T. J. Cornell dans son compte rendu de l’ouvrage de T. P. Wiseman, dans JRS, 72, 1982, p. 203-206.

160 T. P. Wiseman admet que Cicéron présente les Claudii, et en particulier Appius Claudius Cæcus, sous un jour très favorable dans ses œuvres plus anciennes : dans le discours in Clodium et Curionem, prononcé en 61, Cicéron ne fait aucune allusion à l’origine sacrilège de la cécité de Cæcus alors qu’il dénonce l’aveuglement de Clodius lorsqu’il profana les rites de la Bonne Déesse (Schol. Bob., fr. 19, p. 88 Stangi) ; dans le discours De domo sua, prononcé quatre ans plus tard, Cicéron oppose à Clodius l’exemple de son aïeul qui n’a jamais assisté, même aveugle, aux cérémonies rendues à la Bonne Déesse (De dom., 105) ; dans le discours De haruspicum responsis, en 57 également, Cicéron fait une nouvelle comparaison entre l’aveuglement de Clodius et l’exemplaire cécité de son « illustre ancêtre » (De harusp. resp., 38) ; enfin, dans le discours Pro Caelio, qui date de 56, le censeur Appius est proposé à Clodia comme un modèle de l’antique vertu romaine (Pro Cœl, 33-35). Mais une image négative apparaît dans les œuvres plus tardives : dans le Brutus (§ 55), qui date de 46 av. J.-C, où Cicéron évoque l’opposition d’Appius interrex à la désignation d’un consul plébéien ; dans le De natura deorum et dans le De divinatione, où Cicéron évoque l’épisode de P. Claudius Pulcher et des poulets sacrés jetés à la mer (De nat. deor., II, 7 ; De div., I, 29 et II, 20 et 71), œuvres qui datent de 44 av. J.-C.

161 Cf. J. von Ungern-Sternberg, dans K. A. Raaflaub éd., Social Struggles in Archaic Rome, p. 101-104.

162 G. Sigwart, “Römische Fasten und Annalen bei Diodor. Ein Beitrag zur Kritik der älteren republikanischen Verfassungsgeschichte”, dans Klio, 6, 1906, p. 269-286 et p. 341-379 ; Α. Klotz, “Diodors römische Annalen”, dans RhM, 86, 1937, p. 206-224 ; G. Perl, Kritische Untersuchungen zu Diodors römischer Jahrzählung, Berlin, 1957, passim.

163 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, Bari, 1966, p. 293-294.

164 S. Mazzarino, Pensiero storico, II, 1, p. 255-281.

165 Cf. В. W. Frier, Libri annales Pontificum Maximorum, p. 161-178. Voir aussi J. A. North, “The Books of the pontifices”, dans C. Moatti éd., La Mémoire perdue. Recherches sur l’administration romaine : les documents sacerdotaux, Rome (C.E.F. 243), 1998, p. 45-63 ; M. Chassignet, L’annalistique romaine, t. I, p. xxiii-xlii. Pour la constitution de la tradition annalistique pontificale, B. W. Frier, op. cit., p. 161-178, a proposé la reconstitution suivante : à partir du Ve siècle av. J.-C., le pontifex maximus aurait commencé à établir une tabula annuelle, sur laquelle il notait les événements importants concernant les affaires publiques pour en informer la population ; assez rapidement, on s’est rendu compte que les tabulae constituaient un recueil d’informations qui fournissaient autant de “précédents” pouvant un jour servir de guides pour prendre des décisions dans des situations difficiles : aussi le contenu des tabulae a-t-il été assez tôt transcrit en un registre continu, devenu une chronique appellée Libri annales Pontificum Maximorum ou, plus tard, les Annales maximi.

166 L’expression « motif classé » est due à J. Poucet, Les origines de Rome. Tradition et Histoire, Bruxelles, 1985, p. 238-246 ; Id., Les Rois de Rome, p. 57-64 : il entend par là « les points forts de la tradition » qui font en quelque sorte partie du patrimoine littéraire (« classé ») et que l’on retrouve, avec des variantes diverses, chez la plupart des auteurs, même d’époques très différentes.

167 L’expression s’applique aussi bien au décemvir de 450 qu’au censeur de 312 : Appius Claudius le décemvir a non seulement commis des actes impies et sacrilèges, mais est encore deorum hominumque contemptor (Liv., III, 57, 2) ; de même, le tribun Sempronius, en s’adressant à Appius Claudius Caecus, lui dit (Liv., IX, 34, 22) : virtutem in superbia, in audacia, in contemptu deorum hominumque ponis.

168 T. P. Wiseman, Clio’s cosmetics, p. 130-131 : le thème de l’impiété des Claudii serait né à l’époque de Cicéron : Appius Claudius Pulcher a écrit un liber auguralis dans lequel il n’aurait pas montré une piété suffisamment respectueuse des conventions romaines ; mais surtout, Clodius, en violant les cérémonies de la Bonne Déesse et en détruisant les auspicia pendant son tribunat, aurait donné naissance à la légende des poulets sacrés de P. Claudius Pulcher.

169 C. Cichorius, Römische Studien, p. 45 : il a montré que ύπεροπτικός correspond à superbiter et κατεφρόνει à contemptim : il en a déduit que Naevius s’est inspiré de Philinos pour stigmatiser l’orgueil et l’arrogance aristocratiques du général romain. L’hypothèse de Cichorius a été reprise par beauoup : cf. A. Alföldi, "Emotion und Hass bei Fabius Pictor", dans ΑΝΤΙΔΟΡΟΝ Edgar Salin zum 70. Geburtstag, Tübingen, 1962, p. 132 ; Id., Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1965 (19712), p. 164 ; F. Altheim, “Anfänge römischer Geschichtsschreibung”, dans F. Altheim éd., Untersuchungen zur römischen Geschichte, I, Francfort/ Main, 1961, p. 109 ; E. Flores, Letteratura latina e ideologia del III-II a.C, Naples, 1974, p. 42 ; même T. P. Wiseman, Clio’s cosmetics, p. 91, n. 109, semble prêt à admettre l’explication de Cichorius, mais sans en tirer aucune conséquence chronologique pour la formation de la tradition anti-claudienne.

170 Cic., De nat. deor., II, 7 ; De div., I, 29 ; II, 20 ; II, 71 ; Liv., Per., 19, 2 ; Liv., XXII, 42, 9 ; Val. Max., I, 4, 3 ; VIII, 1, abs. 4 ; Suet., Tib., II, 5 ; Flor., I, 18, 29 ; Eu-trop., II, 26, 1.

171 Suet., Tib., II, 6 : Claudias Pulcher apud Siciliam non pascentibus in auspicando pullis, ас per contemptum religionis mari demersis, quasi ut biberent, quando esse nollent, proelium navale iniit : « Claudius Pulcher engagea une bataille navale en Sicile alors que les poulets sacrés, qui n’avaient pas mangé pendant la prise d’auspices, avaient au mépris de la religion été jetés à la mer, sous prétexte de les faire boire, puisqu’ils ne voulaient pas manger. »

172 K. J. Hölkeskamp, « Senat und Volkstribunat im frühen 3. Jh. v. Chr. », dans W. Eder éd., Staat und Staatlichkeit in der frühen römischen Republik, Akten eines Symposiums, 12-15. Juli 1988, Freie Universität Berlin, Stuttgart, 1990, p. 437-457 : il a montré que ni la défaite militaire, ni la nomination par Claudius de son scribe M. Claudius Glicia comme dictator rei gerundae causa pour le remplacer après sa démission, ni le fait que la défaite militaire de Claudius a été le résultat d’une initiative personnelle du consul, en contradiction avec les orientations stratégiques définies au préalable par le Sénat, n’ont été des raisons suffisantes pour lui faire un procès en perduellio. En fait, le prétexte fondamental du procès de P. Claudius Pulcher a été le non respect des auspices à la veille de la bataille : juridiquement, le procès n’a pu avoir lieu que parce qu’il y avait un motif religieux.

173 Pour B. Bleckmann, “Regulus bei Naevius : zu Frg. 50 und 51 Blänsdorf”, dans Philologus, 142, 1998, p. 64-65, Philinos ne peut pas être la seule source de Diodore pour ce passage, et le compilateur a également dû employer une source romaine commune à Naevius.

174 La recherche historiographique admet aujourd’hui de façon quasi unanime l’antériorité de Naevius sur le premier annaliste, Fabius Pictor : son Bellum Poenicum a été écrit au tout début de la guerre d’Hannibal, alors que les annales de Fabius Pictor n’ont pas été rédigées avant 216 av. J.-C, voire plus tard ; quoi qu’il en soit, le poète n’a pas pu se servir de Fabius Pictor comme source : F. Bömer, “Naevius und Fabius Pictor”, dans SO, 29, 1952, p. 34-53 ; K. Haneli, “Zur Problematik der älteren römischen Geschichtsschreibung”, dans Histoire et historiens dans l’Antiquité, Entretiens sur l’Antiquité Classique, Fondation Hardt IV, Genève, 1956, p. 157-158 ; F. Altheim, “Anfänge römischer Geschichtsschreibung”, dans F. Altheim éd., Untersuchungen zur römischen Geschichte, 1, Franc-fort-sur-le-Main, 1961, p. 119 ; S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, Rome-Bari, 1966, p. 80 ; E. Flores, Letteratura latina, p. 36-43 ; selon T. J. Cornell, The Beginnings of Rome, p. 5, Fabius Pictor aurait écrit « a few years before 200 ВС », mais d’après M. Chassignet, éd. de L’annalistique romaine, t.1, p. lvi-lviii, la rédaction des Annales de Fabius Pictor se situerait « entre un peu après 216 et 209 au plus tard ».

175 Cf. Liv., IX, 29, 9-11 ; Dion. Hal., XVI, 3, 1 (= 16.E Pittia) ; Val. Max., I, 1, 17 ; Lact., Inst., II, 7, 15 ; Auct. De vir. ill., 34, 2 ; Serv., In Verg. Aen., VIII, 179 ; VIII, 269. Selon S. Mazzarino, Il pensiero storico, II, 1, p. 274, l’étiologie est caractéristique de toute tradition mytho-historique, et a eu une grande importance dans les différentes stratifications de la pensée historique pontificale.

176 Cf. Liv., IX, 34, 22 : l’expression contemptus deorum hominumque est précisément donnée par Tite-Live, dans le discours du tribun Sempronius, après avoir rappelé le sacrilège commis dans la transformation du culte d’Hercule (IX, 34, 19 : (...) gens antiquior originibus urbis huius, hospitio deorum immortalium sancta, propter te ac tuam censuram intra annum ab stirpe extincta est, nisi universam rem publicam eo nefario obstrìnxeris, quod ominan etiam reformidat animus).

177 Frontin., De aq., I, 5, 1 : voir supra p. 43.

178 Ce qui est précisément le cas pour С. Plautius Venox, le collègue d’Appius à la censure de 312 ; les Fastes Capitolins (C.I.L., F, p. 21) mentionnent en effet pour cette année-là : Cens(ores) Ap. Claudius С. f. Ар. п., Caecus, С. Plautius, С. f. С. п., qui in hoc honore Venox appellatus est.

179 Mais pas nécessairement « par la reconnaissance compatissante des Romains après son discours contre Pyrrhus », comme le pensait P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 110.

180 B. W. Frier, Libri annales, p. 146-148, a montré le lien étroit qui existait alors entre la liste des magistrats éponymes et la tabula dealbata. Contra : F. Mora, Fasti e schemi cronologici. La riorganizzazione del passato remoto romano, Stuttgart (Historia Einzelschriften, 125), 1999, passim, en part. p. 13-91, pour qui les fastes ne seraient que le résultat de la stratification de diverses traditions gen-tilices assez tardives et postérieures à la fin du ive siècle, car ce serait la lectio senatus d’Appius Claudius qui aurait permis de passer pour la première fois d’une tradition orale à une tradition écrite des fastes.

181 Telle était déjà l’hypothèse avancée, mais sans véritable démonstration, par A.-G. Amatucci, dans RFIC, 22, 1893-94, p. 231-232, et par E. Pais, Storia critica, IV, p. 207 ; Id., Storia di Roma, V, p. 224-225 ; l’origine pontificale du récit de Tite-Live sur la réforme du culte d’Hercule par Appius Claudius Caecus est aussi avancée par R. E. A. Palmer, “The Censors of 312 B.C. and the State Religion”, dans Historia, 14, 1965, p. 296-297.

182 Liv., X, 31, 8 : Felix annus bellicis rebus, pestilentia gravis prodigiisque sollicitus ; nam et terra multifariam pluvisse et in exercitu Ap. Claudi plerosque fulminibus ictos nuntiatum est, librique ob haec aditi.

183 E. Rawson, “Prodigy lists and the use of the Annales Maximi”, dans CQ, 21, 1971, p. 158-160, prétend que le regroupement de l’ensemble des prodiges d’une année au début du récit annuel, chez Tite-Live, est une preuve de leur inauthenticité et de leur création tardive ; mais pour l’année 295, les deux formules sont employées : une mention en début d’année (Liv., X, 23, 1) et deux mentions en cours d’année (Liv., X, 31, 8 ; Zon. (D.С), 8, 1) : l’argument d’E. Rawson est-il encore valable ?

184 Cf. la note méprisante de Caton à l’égard du contenu de la tabula dealbata (Orig., IV,1 J. = 77 P. = IV, 1 Ch.) : Non lubet scribere, quod in tabula apud pontifiсет maximum est, quotiens annona cara, quotiens lunae aut solis lumine caligo aut quid obstiterit. E. Rawson, dans CQ, 21, 1971, p. 58-169, affirme que les mentions de prodiges chez les annalistes ne proviennent pas nécessairement des Annales Maximi et peuvent être d’origine tardive ; contra : K. J. Beloch, Römische Geschichte, p. 92-94, et В. W. Frier, Libri annales, p. 20, qui pensent que ces mentions proviennent toujours, directement ou non, des chroniques pontificales.

185 Cic, Pro Mur., 25 ; ad Att., VI, 1, 8 ; De orat., I, 186 ; Liv., IX, 46, 4-5 ; Val. Max., II, 5, 2 ; Plin., N.H., XXXIII, 17 ; Pomp., Ench. (ap. Dig., I, 2, 2, 6-7) ; Macr., Sat., I, 15, 9 ; voir infra p. 444-451.

186 Liv., IX, 46, 6-7 ; cf. Plin., N.H., XXXIII, 19-20.

187 Liv., X, 6, 3-11 ; X, 7, 1-5 ; X, 8, 3-6. Voir infra p. 117-121.

188 En 300, les quatre nouveaux pontifes plébéiens élus d’après la loi Ogulnia furent : P. Decius Mus, M. Livius Denter, С. Marcius Censorinus, P. Sempronius Sophus ; cf. T.R.S. Broughton, The Magistrates, t. I, p. 172. Sur le rôle possible de C. Marcius Censorinus et des Marcii dans l’élaboration de la tradition pontificale sur Numa, au début du iiie siècle, cf. A. Storchi Marino, “С. Marcio Censorino, la lotta politica interno al pontificato e la formazione della tradizione Liviana su Numa”, dans AION (archeol.), 14, 1992, p. 105-147 ; Ead., Numa e Pitagora. Sa-pientia constituendae civitatis, Naples, 1999, p. 116-162. De même, G. Poma, “Considerazioni sul processo di formazione della tradizione annalistica : Il caso della sedizione militare del 342 a.C”, dans W. Eder éd., Staat und Staatlichkeit in der frühen römischen Republik, 1990, p. 139-157 (en part. p. 155-156), a montré comment les Marcii et les Genucii, impliqués dans la sédition militaire de 342, ont pu influencer le récit des événements rapportés par la tradition annalistique en entrant dès 300 (lex Ogulnia) dans les collèges de pontifes et d’augures, où ils ont pu (surtout les Marcii) contrôler la rédaction des annales pontificales : « non si può escludere, per la natura stessa delle registrazioni pontificali, che la conquista del pontificato da parte della plebe abbia permesso un certo intervento di integrazione e di “aggiustatura” della trama pontificale, a favore degli interessi gentilizi e politici plebei » (p. 156).

189 H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, I, Stuttgart, 19142, p. xlviii-lii, fut le premier à attribuer la tradition anti-claudienne de l’annalistique romaine à Fabius Pictor ; mais l’historien qui a le plus insisté sur la « responsabilité de Fabius Pictor » dans les déformations historiques chez Tite-Live est A. Alföldi : Id., “Emotion und Hass bei Fabius Pictor”, dans ΑΝΤΙΔΟΡΟΝ Edgar Salin zum 70. Geburtstag, Tübingen, 1962, p. 117-136 ; Id., Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1971, p. 159-175 ; selon lui, la responsabilité de Fabius Pictor serait particulièrement manifeste pour la diffamation et le dénigrement systématiques des Claudii. Sur Fabius Pictor et les débuts de l’annalistique littéraire à Rome, cf. D. Timpe, « Fabius Pictor und die Anfänge der römischen Historiographie », dans A.N.R.W., I, 2, 1972, p. 928-969.

190 Cf. F. Münzer, s.v. Fabius (114), dans R.E., VI, 2, 1907, col. 1800-1811.

191 Consul en 322, 310, 308, 297 et 295 ; proconsul en 309, 307 et 296 ; dictateur en 315 et 313 ( ?) ; maître de cavalerie en 303 et 301, interroi en 320 et censeur en 304 : cf. T. R. S. Broughton, The Magistrates, I, p. 149-177.

192 En 322, 309 et en 295 : cf. les Acta triumphorum Capitolina, dans C.I.L., I2, p. 45.

193 Cf. Plin., H.H., VII, 133 : in omni aevo...reperitur...[familia] una Fabiorum, in qua tres continui principes senatus, M. Fabius Ambustus, Fabius Rullianus filius, Q. Fabius Gurges nepos. Cf. F. Münzer, Römische Adelsparteien und Adelsfamilien, Stuttgart, 1920, p. 53-54 : « Diese drei Principes Senatus aus dem Fabierhause sind einander wirklich wie die Inhaber einer erblichen Fürstenwürde gefolgt ».

194 Cf. F. Coarelli, dans Roma medio repubblicana. Aspetti culturali di Roma e del Lazio nei secoli iv e iii a.C, Rome, 1973, p. 207-208 (il s’agirait de toute manière d’un sepulchrum publicum réservé à un vir triumphalis) ; K.-J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 235-236 ; Id., “Fides : Recht, Religion und Ritual in Rom”, dans Ch. Braun éd., The Roman Middle Republic. Politics, Religion, and Historiography, c. 400 - 133 B.C., Acta IRF, 23, 2000, p. 241. Voir aussi infra p. 503, n. 76.

195 Cf. Liv., IX, 42, 4 (voir infra p. 101, n. 1). Appius Claudius est présenté comme s’opposant fortement, et pour des raisons politiciennes, à la prorogatio imperii de Q. Fabius, pourtant le chef militaire le plus compétent de la deuxième guerre samnite (Liv., IX, 42, 1-2) ; il se serait aussi opposé à ce que le même Fabius reçoive le commandement unique de l’armée (Liv., X, 25, 13-16 ; Auct. De vir. ill., 34, 4) et aurait même tenté de le traduire en justice devant le peuple (Liv., X, 26, 6) ; en contrepartie, Q. Fabius aurait fait abattre la palissade qu’Appius Claudius avait fait édifier autour de son campement, signe de son manque de courage militaire (Liv., X, 25, 4-10 ; Zon. (D.C.), 8, 1).

196 En 304, le censeur Q. Fabius annule la réforme des tribus d’Appius Claudius en rejettant concordiae causa la populace (humillimi, forensis turba) dans les quatre tribus urbaines : Adeoque eam rem acceptam gratis animis ferunt, ut Maxi-mi cognomen, quod tot victoriis non pepererat, hac ordinum temperatione pareret (Liv., IX, 46, 15 ; cf. Val. Max., II, 2, 9 ; Plut., Pomp., 13, 11).

197 Cf. l’intervention, media oratione, de Q. Fabius dans la querelle suscitée par Appius Claudius aux comices électoraux de 297, parce qu’il se serait opposé de manière violemment réactionnaire à l’élection d’un consul plébéien (Liv., X, 15, 7-12 ; Auct. De vir. ill., 34, 3).

198 Cf. K. J. Beloch, Römische Geschichte, p. 96-97 ; В. W. Frier, Libri annales, p. 269-270 ; selon Frier, Fabius Pictor a notamment pu utiliser des lettres envoyées par Rullianus au Sénat, et dans le fr. 19 P = 25 ch. (ap. Liv., X, 37, 14-15) on trouverait la trace des Annales Maximi.

199 W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 119-120 ; les traces de cette laudatio se retrouveraient notamment dans les passages suivants : VIII, 18, 4-5 ; VIII, 30, 1-36, 2 ; IX, 22-24 ; IX, 33-35 ; IX, 38, 4-39, 11 ; X, 9, 10 ; X, 11, 9 ; X, 13, 5 ; X, 15, 7-11 ; X, 21, 11-22, 9.

200 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, p. 262 ; sur les chants militaires qui auraient accompagné le triomphe de Q. Fabius Rullianus à la suite de sa victoire à Sentinum, cf. Liv., X, 30, 8-9 (celebrata inconditis militaribus carmi-nibus victoria...).

201 T. J. Cornell, “The Recovery of Rome”, dans C.A.H.2, VII, 2, 1989, p. 311 ; Id., “The Conquest of Italy”, dans C.A.H.2, VII, 2, 1989, p. 397 ; Id., The Beginnings of Rome, p. 356 : Fabius Pictor a certainement eu accès aux archives familiales des Fabii (si celles-ci existaient déjà), ou du moins a pu disposer de traditions orales familiales encore relativement fraîches, et connaître ainsi des traditions contemporaines de Fabius Rullianus. Des recherches anthropologiques récentes sur la constitution de la « mémoire collective » se sont intéressées aux « cadres sociaux de la mémoire », pour montrer que les souvenirs qu’une société peut avoir de son passé se développent selon deux processus différents : celui de la « mémoire culturelle », qui est celle du « souvenir fondateur » du temps des origines, et celui de la « mémoire communicationnelle », qui est celle du « souvenir biographique » dont l’horizon temporel s’étend sur les 80 ou 100 années précédentes : A. Assmann et J. Assmann, “Schrift, Tradition und Kultur”, dans W. Raible éd., Zwischen Festtag und Alltag. Zehn Beiträge zum Thema « Mündlichkeit und Schriftlichkeit », Tübingen, 1988, p. 25-49 ; cf. Th. Späth, “Faits de mots et d’images. Les grands hommes de la Rome ancienne”, dans Traverse, 5, 1998, p. 42-43. Si cette analyse est juste, les péripéties liées à l’activité de Fabius Rullianus et d’Appius Claudius appartenaient au « souvenir biographique » dont Fabius Pictor pouvait effectivement encore disposer à la fin du iiie siècle.

202 E. Pais, Storia critica, IV, p. 212-214 ; Storia di Roma, V, p. 230-232.

203 S. Mazzarino, Il pensiero storico classico, II, 1, p. 293-294 ; voir supra p. 80-81.

204 Liv., IX, 46, 1-15 (cf. infra p. 230). Tite-Live mentionne Licinius Macer à propos des précédentes magistratures qu’aurait gérées Cn. Flavius (IX, 46, 3 = Licin. Mac. fr. 18 P. = 22 W. = 19 Ch.), mais évoque également de manière anonyme « certaines annales » (in quibusdam annalibus invenio) à propos de l’opposition de la noblesse à Cn. Flavius (IX, 46, 2). Dans les lignes qui suivent (IX, 46, 5-7), il raconte la publication des fastes et des legis actiones par Cn. Flavius, puis la dédicace de Yaedicula Concordiae contre l’avis du pontifex maximus Cornelius Barbatus, dans des termes assez similaires à ceux employés par Pline l’Ancien (N.H., XXXIII, 18) à propos du même épisode, pour lequel celui-ci renvoie explicitement à de très anciennes annales (in antiquissimis annalibus), qui lui permettent probablement de corriger le témoignage de Pison (cf. infra p. 93-94, p. 124 et p. 234-235). Les annales auxquelles font allusion à la fois Tite-Live et Pline à propos des mêmes épisodes, et en tout cas à propos du même personnage (Cn. Flavius), semblent bien être en effet celles de L. Calpurnius Piso, car deux fragments conservés de son œuvre évoquent précisément des épisodes strictement identiques à ceux que raconte Tite-Live à propos de Cn. Flavius : le scandale provoqué par l’élection de Cn. Flavius à l’édilité curule et sa démission de ses fonctions de scribe (Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch., ap. Gell., N.A., VII, 9 ; cf. Liv., IX, 46, 1-2), et l’épisode de la sella curulis, au cours duquel de jeunes nobles auraient refusé de se lever en présence de l’édile Cn. Flavius (Calp. Pis., fr. 27 P. = 37 F. = 30 Ch., ap. Gell., N.A., VII, 9, 1-6 ; cf. Liv., IX, 46, 8-9). Cf. W. Soltau, Livius’ Geschichtswerk, p. 139 et p. 207 ; C. Nicolet, “Appius Claudius et le double Forum de Capoue”, dans REL, 20, 1961, p. 692-695 ; T. P. Wiseman, Clio’s Cosmetics, p. 88 et n. 93 ; J. G. Wolf, “Die literarische Überlieferung der Publikation der Fasten und Legisaktionen durch Gnaeus Flavius”, dans NAWG, 1980, 2, p. 11-29 ; G. For-sythe, The Historian L. Calpurnius Piso, p. 339-342.

205 Calp. Pis., fr. 26 P. = 36 F. = 29 Ch. (ap. Liv., IX, 44, 2-4) ; même si cette omission n’est que de l’indifférence pour Appius Claudius (ainsi E. Rawson, dans REL, 35, 1976, p. 712-713), cette attitude n’est pas particulièrement favorable à l’ancien censeur.

206 Pol., III, 87, 6 : έτι γοῦν έπεκαλοῦντο καì καθ’ ήμάς ταύτης τῆς οìκίας Μάξιμοι, τοῦτο δ՝ έστί μέγιστοι, διά τάς εκείνου τάνδρòς έπιτυχίας καì πράξεις : « De notre temps encore, les membres de cette famille [sc. les Fabii] portent le surnom de Maximi, c’est-à-dire “Très Grands” : ils doivent ce surnom à cet homme [sc. le Cunctator] et à ses succès. » - trad, de D. Roussel, éd. de Polybe, Histoire, Paris (« Bibliothèque de la Pléiade »), 1970, p. 252.

207 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 689, n. 2.

208 Cic, Tusc, III, 48 ; Pro Font., 39 ; cf. Schol. Bob. in Cic. Flacc, fr. 10, p. 96 Stangi, « qui fait de Pison l’ennemi mortel de C. Gracchus » (M. Chassignet, L’annalistique romaine, t. II, p. xxi, n. 78) ; l’opposition de L. Calpurnius Piso à la loi frumentaire de C. Gracchus révèle clairement son conservatisme politique, à la manière d’un Caton : G. Forsythe, The Historian L. Calpurnius Piso, p. 21.

209 A. E. Astin, Scipio Aemilianus, Oxford, 1967, p. 316-319 ; contra : D. C. Earl, “‘Calpurnii Pisones’ in the Second Century B.C.”, dans Athenaeum, 38, 1960, p. 291 ; E. Rawson, dans Latomus, 35, 1976, p. 711 (= Ead., Roman Culture and Society, p. 265) ; M. Chassignet, L’annalistique romaine, t. II, p. xxii, n. 78.

210 Cf. C. Nicolet, “Appius Claudius et le double Forum de Capoue”, dans Latomus, 20, 1961, p. 696-701 et p. 708-709 ; voir infra p. 231-235.

211 Plin., N.H., XXXIII, 18 ; Additum Flavio, ut simul et tribunus plebei esset, quo facto tanta indignatio exarsit, ut anulos abiectos in antiquissimis reperiatur annalibus. Fallit plerosque quod tum et equestrem ordinem id fecisse arbitrantur ; etenim adiectum hoc quoque ‘sed et phaleras positas’ propterque nomen equitum adiectum est ; anulos quoque depositos a nobilitate in annales relatum est, non a senatu universo. Hoc actum P. Sempronio L. Sulpicio cos. Cf. Liv., IX, 46, 12 : Тап-tumque Flavi comitta indignitatis habuerunt, ut plerique nobilium anulos aureos et phaleras deponerent. Val. Max., IX, 3, 3 : Itaque ne illi quidem probandi, quamvis factum eorum nobilitatis splendore protectum sit, qui, quod Cn. Flavius humilli-mae quondam sortis praeturam adeptus erat, offensi anulos aureos sibimet ipsis et phaleras equis suis detractas abiecerunt, doloris inpotentiam tantum non luctu professo testati. Voir F. Münzer, Beiträge zur Quellenkritik der Naturgeschichte des Pli-nius, Berlin, 1897, p. 225-226.

212 L. Calpurnius Piso est cité treize fois dans l’œuvre de Pline, qui le qualifie par deux fois d’« auteur de poids » (gravis auctor) : N.H. II, 140 et XVII, 244 (Calp. Piso, fr. 10 P. = 17 F. = 12 Ch. ; et 38 P. = 48 F. = 41 Ch.). Le passage de Pline (N.H., XXXIII, 18) n’a d’ailleurs été attribué à L. Calpurnius Piso par aucun des auteurs de recueils de fragments.

213 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 692-695.

214 Pline « soutient ailleurs que c’est à partir des Gracques seulement que l’anneau d’or commença à distinguer les sénateurs des chevaliers » : C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 693 ; cf. Plin., N.H., XXXIII, 29 : Anuli distinxere alterum ordiпет a plebe, ut semel coeperant esse celebres (...) Sed anuli plane tertium ordinem mediumque plebi et patribus inservere, « à combiner », selon С. Nicolet, avec XXXIII, 34 : Ab illo tempore [sc. celui des Gracques et de Cicéron], plane hoc tertium corpus in republica factum est. Sur la naissance d’un ordre équestre distinct du Sénat et sur la question de l’anneau d’or, voir aussi C. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C), 1, Définitions jurídiques et structures sociales, Paris (B.E.F.A.R., 207), 1966, p. 103-143.

215 C. Nicolet, dans REL, 20, 1961, p. 695 ; cf. J. G. Wolf, dans NAWG, 1980, 2, p. 19-28. Contra : S. Walt, Der Historiker С. Licinius Macer, p. 277-280 (« Der scharfe Ton der Passage scheint indessen nicht zum eher naiven Anekdotenstil Pisos zu passen »).

216 Les principales études qui se sont spécifiquement intéressées aux sources de la tradition sur Appius Claudius Caecus ne sont pas très nombreuses : cf. notamment G. Sigwart, dans Klio, 6, 1906, p. 369-379 ; P. Lejay, dans RPh, 44, 1920, p. 92-141 ; C. Nicolet, dans Latomus, 20, 1961, p. 683-720 ; J. G. Wolf, dans NAWG, 1980, 2, p. 3-29 ; restent encore les deux principales études sur l’ensemble de la tradition concernant les Claudii : Th. Mommsen, dans Römische Forschungen, I, Berlin, 1864, p. 287-318 ; et T. P. Wiseman, Clio’s cosmetics, 1979, p. 56-139.

217 L’influence des méthodes de l’historiographie hellénistique, et même du drame grec, sur la rédaction de l’Ab Urbe condita a été soulignée par P. G. Walsh, Livy, p. 20-45 et p. 82-85 ; cf. aussi B. L. Ullmann, “History and Tragedy”, dans ТАРА, 73, 1942, p. 25-53 ; F. W. Walbank, “History and Tragedy”, dans Historia, 9, 1960, p. 216-234 ; T. P. Wiseman, Clio’s Cosmetics, p. 3-8 et 27-40 ; nous avons vu plus haut que dans la première décade, Tite-Live utilise principalement des annalistes tardifs (Valérius Antias, Claudius Quadrigarius, Licinius Macer et Aelius Tubéron), même s’il recourt aussi parfois à des annalistes plus anciens, comme L. Calpurnius Piso, voire Fabius Pictor : cf. P. G. Walsh, op. cit., p. 115-121.

218 Il est possible que le succès de Tite-Live à l’époque d’Auguste était dû davantage à des recitationes qu’à ses publications : cf. C. Cichorius, Römische Studien, p. 261-269 ; P. G. Walsh, Livy, p. 6.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du Forum d’Auguste : sur le côté gauche, le portique abritant la galerie des summi viri où se trouvait la statue et l’elogium d’Appius Claudius Caecus. D’après P. Zanker, Il Foro di Augusto, Rome, 1984, p. 8.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 2 – Forum d’Auguste : reconstitution d’une statue de la galerie des summi viri avec un titulus et un elogium. Dessin d’A. Degrassi, Inscriptiones Italiae, XIII, 3, p. 4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 3 - Elogium d’Appius Claudius Caecus : reconstitution des fragments du Forum d’Auguste à partir de l’exemplaire d’Arezzo. Dessin d’A. Degrassi, Inscriptions Italiae, XIII, 3, 12.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1609/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 493k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540