Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLV (2011)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

VI – Afrique tardive

Texte intégral

1Cette période se caractérise cette année encore sans surprise par l’importance des travaux sur Augustin, et une publication permet d’aborder en détail l’un des thèmes retenus par les chercheurs : (647) Temi e forme della polemica in età cristiana (III-V secolo), édit. Marin M. et Veronese M., Bari, 2011, 764 p., ill. Cet ouvrage très riche correspond au volume IX de la collection Auctores nostri : studi e testi di letteratura cristiana antica. Il regroupe trente-neuf contributions qui concernent principalement l’usage de la polémique dans la littérature chrétienne des IIIe-Ve siècles. L’ouvrage est divisé en six sections : les racines (p. 79-129), le modèle biblique (p. 131-167), la polémique anti-juive (p. 169-212), la polémique anti-païenne (p. 213-425), la polémique anti-hérétique (p. 455-572), hagiographie et polémique (p. 573-671), et Fortleben (p. 673-759). Des résumés en anglais sont insérés dans le sommaire. Six articles, qui font l’objet de notices indépendantes dans ce volume de la B.A.A.A., s’intéressent spécifiquement à des œuvres de polémique religieuse produites en Afrique. Certains auteurs africains, comme Tertullien, sont également mentionnés dans d’autres articles.

A – L’Afrique romaine tardive

Sources

2Si Augustin domine, il n’est cependant pas le seul. (648) Macrobe, Saturnalia, édit. et trad. Kaster R.A. (The Loeb classical library, 510, 511, 512), Cambridge (Mass.)- Londres, 2011, 3 vol. (LXXIII-387 p. ; X-475 p. ; X-454 p.), fait suite à un ouvrage de philologie paru en 2010 (B.A.A.A., XLIV, 2010 [2016], n° 869). Le premier volume de cette nouvelle édition critique comporte une introduction, qui place l’œuvre dans son contexte culturel, et une bibliographie, suivies des livres 1 et 2. Le deuxième volume contient les livres 3 à 5 et le troisième volume, les livres 6 et 7, suivis d’index des noms, des lieux et des thèmes. Le même auteur offre une nouvelle édition du texte latin, (649) Macrobe, Saturnalia, recognovit brevique adnotatione critica instruxit, édit. Kaster R.A., Oxford-New York (Scriptorum classicorum bibliotheca Oxoniensis), 2011, LVI-540 p., 2 index. (650) Martianus Capella, Les noces de Philologie et de Mercure. Livre IX : L’harmonie, texte et trad. Guillaumin J.-B., Paris (Collection des universités de France. Série latine, 401), 2011, CXXVIII-307 p. en partie doubles, 3 index. Ce livre commence avec un débat entre les dieux pour savoir s’il faut poursuivre, accélérer ou abréger les exposés des compagnes de Philologie, et ils décident d’entendre la présentation d’Harmonie. Les aspects sonores sont évoqués, mais c’est aussi un résumé de l’ensemble de l’ouvrage, qui se clôt par une exhortation à son fils. (651) Bakhouche B., Les Noces de Philologie et Mercure de Martianus Capella : un drôle de roman, dans Présence du roman grec et latin, p. 535-545, rés. angl. p. 771. Les deux premiers livres et les débuts des suivants sont le théâtre d’une mise en scène étonnante des personnages de l’ouvrage. Si la dimension allégorique est incontestable, sa signification reste difficile à élucider. Par ailleurs la dimension romanesque est à la fois assumée et subvertie. (652) Ead., Martianus Capella’s De nuptiis Philologiae et Mercurii or the subversion of the Latin Novel, dans Fictional traces, p. 33-46, étudie les transgressions commises par cet auteur, en particulier sur les frontières entre les monde divin et humain, entre le microcosme et le macrocosme. (653) Ferrari A., La rilettura cristiana dei miti pagani, dans Antiquité Tardive, XIX, 2011, p. 209-222, 19 fig., rés. angl. Dans cette nouvelle lecture des mythes, sont mentionnés Didon et Énée et le labyrinthe de la basilique de Castellum Tingitanum, le mythe de Psyché chez Martianus Capella et Fulgence. Psyché est considérée par eux comme l’âme, fille de Dieu et de la matière. Claudien a peu intéressé les africanistes cette année : (654) Lecocq F., Le phénix chez Claudien : la fin d’un mythe. Pour une lecture politique du phénix : quelques arguments, dans Claudien : mythe, histoire et science, édit. Garambois-Vasquez F., Saint-Étienne (Mémoires du Centre Jean Palerne, 36), 2011, p. 113-158. Dans cette étude sur la présence du phénix dans l’œuvre du poète, l’auteur établit des comparaisons avec les mentions de cet oiseau chez d’autres auteurs, dont Lactance. Mais, alors que ce dernier attendait dans la joie la venue de son phénix avec la conversion de Constantin, Claudien ne peut placer son espoir qu’en Stilicon. (655) Zarini V., Graiorum obscuras Romanis floribus artes/irradias : Culture grecque et politique romaine dans les éloges de Claudien, dans Claudien : mythe, histoire et science, édit. Garambois-Vasquez F., Saint-Étienne (Mémoires. Centre Jean Palerne, 36), 2011, p. 27-43, souligne la primauté des artes littéraires sur les disciplinae scientifiques dans les panégyriques que Claudien adresse aux plus hautes figures de l’Empire. La promotion de cette culture classique chez ces personnages est un moyen pour Claudien de protester contre l’inculture qui menace. Flavius Manlius Theodorus, qui exerça notamment la préfecture du prétoire d’Italie, d’Illyricum et d’Afrique entre janvier 397 et janvier 399, se distingue de ses pairs puisqu’il est présenté comme un véritable savant à la mode grecque, ne se contentant pas d’un savoir « littéraire ». Sur Lactance (656) L. Caelius Firmianus Lactantius, Divinarum institutionum libri septem. 4, Liber VII. Appendix. Indices, édit. Heck E. et Wlosok A., Berlin-Boston, p. LXXXV-XCVIII, 642-850, 2011, 3 index (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana, 2009). Ce quatrième volume clôt l’édition latine du livre 7 des Institutions divines, dont les trois premiers volumes sont régulièrement parus depuis 2005. Tyconius, un théologien donatiste, a particulièrement intéressé cette année. Il a d’abord été édité et commenté, et ces deux ouvrages feront référence. (657) Tyconii Afri Expositio Apocalypseos : accedunt eiusdem expositionis a quodam retractatae fragmenta Taurinensia, édit. Gryson R., Turnhout (Corpus Christianorum. Series Latina, 107A), 2011, 386 p., index. Le volume contient l’édition critique du Commentaire de l’Apocalypse de Tyconius. Le texte latin, accompagné d’un riche apparat critique et de notes complémentaires détaillées, est précédé d’une longue introduction en français. R. Gryson y explique comment il a pu reconstituer le texte d’une oeuvre aujourd’hui perdue, en s’appuyant sur les nombreuses citations du commentaire de Tyconius figurant chez les auteurs qui, à sa suite, se sont efforcés de commenter l’Apocalypse johannique. Après un état de la question (chapitre 1), il présente les sources utilisées pour son travail de reconstitution (chapitre 2) puis les principes de son édition (chapitre 3). Ce volume important s’achève avec un index scripturaire et l’édition, en appendice, de l’une des sources utilisées par R. Gryson : les fragments de Turin. (658) Tyconius, Commentaire de l’Apocalypse, introd., trad. et notes Gryson R., Turnhout (Corpus Christianorum in translation, 10), 2011, 220 p. index. R. Gryson propose ici une traduction française annotée du Commentaire de l’Apocalypse de Tyconius dont il a édité le texte latin (voir n° 657) La traduction est précédée d’une introduction divisée en deux chapitres qui, après une rapide présentation de Tyconius et de cette oeuvre, s’intéresse successivement au langage de l’Esprit saint - que l’Apocalypse est censée reproduire - et au mystère de l’Église, qui constitue en fait l’unique objet du dernier livre du Nouveau Testament. Un index scripturaire clôt le volume. (659) Vercruysse J.-M., L’herméneutique comme arbitre du combat entre les forces du bien et du mal chez Tyconius, dans Les Forces du bien et du mal, p. 77-90. Exclu par les donatistes en raison de ses positions théologiques jugées trop proches de celles des catholiques (une lettre de Parménien en 361 le condamnait), Tyconius, dans le Livre des Règles, voulait offrir un cadre de lecture intelligente, qui rassemblerait les deux partis autour de la figure exigeante et honnête du chrétien. Dans son commentaire de l’Apocalypse, il considère que le plus grand danger pour l’Église véritable est l’ennemi de l’intérieur. (660) Lunn-Rockliffe S., Bishops on the Chair of Pestilence : Ambrosiaster’s polemical exegesis of Psalm 1.1, dans Journal of Early Christian Studies, XIX, 1, 2011, p. 79-99. L’a. s’intéresse à la quaestio 110 des Quaestiones ueteris et noui testamenti (dans l’édition du CSEL) de l’Ambrosiaster. Cette quaestio concerne le Psaume 1, dans lequel il est question, au premier verset, de la chaire de pestilence (cathedra pestilentiae). Pour l’Ambrosiaster, cette cathedra pestilentiae est en fait le siège des évêques « hérétiques » qui ont usurpé leur titre. L’a. pense que l’Ambrosiaster s’est inspiré pour son exégèse de Ps 1. 1. de la polémique anti-novatianiste de Cyprien de Carthage et de la polémique anti-donatiste d’Optat de Milev. Il aurait notamment eu pour cible les évêques donatistes de Rome, et tout particulièrement Claudien, qui fut à la tête de la communauté donatiste de Rome durant les années 370, et les Novatianistes.

3Quant on en vient à Augustin, le nombre de publication augmente à un tel point qu’il n’est plus possible de donner toutes les éditions, traductions et commentaires de ses œuvres et nous renvoyons au bulletin de la Revue d’études augustiniennes et patristiques (supra n° 206) et au Bulletin d’information et de liaison de l’Association internationale d’études patristiques (supra n° 207). Ses deux œuvres majeures continuent à attirer les études et la plupart des œuvres d’Augustin sont désormais accessibles en édition critique. Les trois chantiers qui se sont ouverts voici quelques années sur les Lettres, les Psaumes et les Sermons poursuivent leurs publications avec régularité, mais on mentionnera d’abord trois études générales et une question de chronologie. (661) Six-Means H.E., Augustine and Catholic Christianization : the Catholicization of Roman Africa, 391-408, New York (Patristic studies, 10), 2011, VIII-214 p., 2 index. L’auteur montre comment Augustin et l’évêque de Carthage Aurelius ont infléchi leur attitude entre les dates mentionnées. Décidés au dialogue et à la persuasion pour rallier les donatistes, ils en sont venus progressivement à demander le soutien des autorités politiques. L’ouvrage est divisé en sept chapitres, dont l’introduction et la conclusion, et on prendra garde à quelques coquilles. (662) Vannier M.-A., Saint Augustin, 2011, Paris, 235 p., 8 p. de pl., ill. Cet ouvrage se propose de présenter l’œuvre d’Augustin à travers le prisme de sa conversion, en s’attachant à la dynamique de sa pensée. L’intérêt pour cette pensée originale et ce qu’elle peut avoir d’actuel prime clairement dans cet ouvrage sur la présentation du contexte africain dans lequel évoluait l’évêque d’Hippone. La deuxième partie du volume propose une anthologie de textes d’Augustin. (663) Mathieu-Castellani G., Les larmes d’Augustin, Paris, 2011, 174 p. Les larmes ne cessent de ruisseler dans les Confessions. Leur présence insistante est le signe d’une poétique ancrée dans la rhétorique : né d’une vive émotion, le récit doit susciter une vive émotion. Elles témoignent du tempérament d’Augustin, toujours inquiet, emporté par ses passions, qui pleure de douleur en se remémorant ses péchés ou à l’occasion d’un deuil, mais aussi de bonheur lors des fêtes de l’Église. Les larmes suscitent cependant une question, quand on observe qu’elles peuvent charmer un cœur tourmenté : comment comprendre la singulière douceur qu’apporte l’amertume des pleurs ? Des repères chronologiques et une courte bibliographie figurent à la fin de l’ouvrage. (664) Kenyon E., The Order of Augustine’s Cassiciacum Dialogues, dans Augustinian Studies, XLII, 2, 2011, p. 173-188. L’a. revient sur le problème débattu de l’ordre narratif des trois dialogues philosophiques composés par Augustin lors de son séjour à Cassiciacum en 386. Il passe en revue les différentes hypothèses, prend position dans le débat et propose pour les dialogues l’ordre narratif suivant : les trois livres du Contra Academicos puis le De beata uita et, enfin, les deux livres du De ordine. (665) La città di Dio, introd., trad. ital. et notes D. Marafioti, Milan (Oscar grandi classici, 133), 2011, 2 vol., CXXXVIII-634 p., p. 638-1632, 4 index. (666) Cambronne P., Saint Augustin, un voyage au cœur du temps. 2, Le temps des commencements : une introduction à La Cité de Dieu, XI-XVI, XI, Bordeaux, 2011, 381 p., poursuit l’œuvre entreprise en 2010 (B.A.A.A., XLIV, 2010 [2016], n° 735). Dans la seconde partie de son ouvrage, Augustin dresse un vaste panorama depuis les origines du monde jusqu’au Jugement dernier. Après la présentation des sources - « les « Chiffres » de la « Légende des siècles »-, deux étapes sont analysées : tout d’abord les origines avec la création du monde, l’émergence des deux cités évangéliques, puis « L’orée des temps » avec la création de l’homme, la faute originelle, le meurtre de Caïn et le déluge. (667) Fidelibus G., Il Civitate Dei come Confessiones ? Nuove prospettive di ricerca da una storiografia filosofia su Sant’Agostino, dans Dal logos dei greci e dei romani al logos di Dio : ricordando Marta Sordi, édit. Radice R. et Valvo A., Milan (Pubblicazioni del Centro di Ricerche di Metafisica. Temi metafisici e problemi del pensiero antico. Studi e testi, 122), 2011, p. 395-416. Les deux ouvrages d’Augustin sont complémentaires et offrent une dualité personnel/historique et privé/ public. La maturité de Civ. reflète la longue quête de l’auteur à la recherche de la vérité. (668) Velásquez O., La Ciudad de Dios desde la perspectiva de la razón : la cuarta politeia de la Antigüedad, dans Teologia et Vida, LII, 1-2, 2011, p. 211-228, rés. angl., est une réflexion à propos de la relation entre les concepts de politeia, res publica et ciuitas dans quatre oeuvres majeures : la République de Platon, la Politique d’Aristote, la République de Cicéron et la Cité de Dieu d’Augustin, en portant une attention particulière à cette dernière dans la mesure où elle s’insère dans une tradition où Cicéron occupe une place privilégiée, faisant le lien avec la pensée grecque. (669) Clark G., Acerrimus inimicus ? Porphyry and the City of God, dans Le traité de Porphyre contre les chrétiens : un siècle de recherches, nouvelles questions. Actes du colloque international organisé les 8 et 9 septembre 2009 à l’Université de Paris IV-Sorbonne, édit. Morlet S., Paris (Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité, 190), 2011, p. 395-406, explique l’indulgence d’Augustin envers Porphyre par le fait que ce dernier était un platonicien représentatif et qu’il mentionnait le Christ dans ses écrits. (670) Yudin V., Porphyry against the Resurrection in Augustine, dans Studia patristica L, p. 301-307. L’auteur examine dans ce court article la critique formulée par Porphyre contre la théorie de la résurrection et la réponse d’Augustin à cette critique dans le De ciuitate Dei. Pour l’a., Augustin connaît bien certains arguments de Porphyre contre la résurrection - plusieurs d’entre eux ne sont d’ailleurs connus que grâce à l’oeuvre de l’évêque d’Hippone -, mais il ne connaît pas l’argumentation complète du philosophe néo-platonicien. C’est pourquoi sa réponse ne peut pas être complètement convaincante. Pour répondre à Porphyre, Augustin utilise par ailleurs de manière substantielle un passage du Timée de Platon (41ab), mais son interprétation est plutôt inadéquate, ce qui affaiblit son argumentation. (671) Ando C., Scripture, authority and exegesis : Augustine and Chalcedon, dans Mélanges Philippe Borgeaud, p. 213- 226. Dans les Confessions, XII, Augustin écrit que l’interprétation des Écritures peut être diverse, que chaque chrétien peut avoir sa propre approche, et qu’une des questions importantes est l’origine et la nature de l’âme. L’auteur compare les positions d’Augustin et de Vincent de Lérins, puis il montre comment le pouvoir intervient dans ces questions à l’aide d’une comparaison entre les résultats des deux conciles d’Ephèse II (449) et de Chalcédoine (451). (672) Miller R.B., Evil, Friendship, and Iconic Realism in Augustine’s Confessions, dans Harvard Theological Review, 104, 1, 2011, p. 387-409, explore la conception du désir, de l’amitié et de l’altérité chez Augustin dans les Confessions. (673) Hook B.S. et Davis D.H., A Note on the Baths in Confessions IX, xii, 32, dans Augustinian Studies, XLII, 1, 2011, p. 49-56. Les auteurs proposent un commentaire du passage des Confessions dans lequel Augustin raconte que, peu après les funérailles de sa mère Monique, il a ressenti le besoin de se rendre aux bains afin d’apaiser son âme. (674) Augustin, Lettres 1-30. Epistulae I-XXX, édit. Lancel S. et alii, Paris (Bibliothèque Augustinienne, 40 A), 2011, 652 p. Le volume regroupe les lettres 1 à 30 de la correspondance d’Augustin, qui datent toutes de la période antérieure à son épiscopat. Le texte latin, qui correspond au texte critique d’A. Goldbacher publié dans le CSEL (vol. 34/1), et la traduction française de chacune de ces lettres sont précédés d’une courte introduction. Chaque lettre fait l’objet d’un commentaire dans les notes complémentaires regroupées en fin de volume. L’ensemble est précédé d’une riche introduction générale aux lettres d’Augustin due à S. Lancel et divisée en six chapitres : I. Destinataires et destinations (p. 11-47) ; II. L’homme et son œuvre au miroir de la correspondance (p. 48-82) ; III. L’épistolier acteur et témoin de son temps (p. 82-125) ; IV. Saint Augustin écrivain dans sa correspondance (p. 125-140) ; V. Le cheminement des Lettres à travers les siècles (p. 140-159) ; VI. Conspectus chronologique des Lettres (p. 159-175). Une bibliographie générale figure à la fin de l’introduction. Un index biblique et un index des auteurs anciens complètent l’ensemble. Les psaumes ont bénéficié de plusieurs éditions. (675) Augustinus, Sancti Augustini opera. Enarrationes in Psalmos 1-50. 1B, Enarrationes in Psalmos 18-32 (Sermones), édit. Weidmann C., Vienne (Corpus scriptorum ecclesiasticorum Latinorum, 93, 1B), 2011, 313 p. Ce volume contient l’édition critique de huit explications sur les Psaumes qui ont été réellement prêchées par Augustin et non pas simplement dictées. Ces explications concernent les psaumes 18, 21, 25, 26, 29, 30, 31 et 32. Le texte latin, sans traduction conformément à la tradition du corpus de Vienne, bénéficie d’un riche apparat critique ; il est précédé d’une préface de l’éditeur, elle aussi rédigée en latin. Il y précise, lorsque c’est possible, la date et le lieu où ces différents sermons ont été prêchés et présente les différents manuscrits qu’il a utilisés, avant d’expliquer qu’il ne lui a pas été possible d’établir un stemma. Cette entreprise ambitieuse est poursuivie avec (676) Augustinus, Enarrationes in Psalmos 101-150, I, Enarrationes in Psalmos 101-109, édit. Gori F. et Pierantoni C., Vienne (Corpus Scriptorum Latinorum Ecclesiasticorum, 95/1), 2011, 348 p., selon les mêmes principes que le titre précédent ; la proposition d’un stemma inaugure le volume. (677) Augustin, Les commentaires des Psaumes. Enarrationes in Psalmos, Ps. 26-31, édit. Dulaey M. et alii, Paris (Bibliothèque Augustinienne, 58 A), 2011, 454 p. Le volume regroupe les différentes explications consacrées par Augustin aux Psaumes 26 à 31. Les Psaumes 27 et 28 n’ont fait l’objet que d’une brève explication, dictée par Augustin mais non prêchée. Les autres ont fait l’objet non seulement d’une première explication du même type que celles conservées pour les Psaumes 27 et 28, mais aussi d’une seconde explication correspondant à une longue prédication d’Augustin, voire, dans le cas du Psaume 30, à une série de trois prédications. Si les explications dictées sont toutes datables des années 394-395, la chronologie des explications prêchées est moins homogène : après le concile du 25 août 403 pour la seconde Enarratio sur le Ps 26, vers 395-396 pour la seconde Enarratio sur le Ps 29, vraisemblablement durant l’été 412 pour la seconde Enarratio sur le Ps 30 et probablement en janvier 413 pour la seconde Enarratio sur le Ps 31. Le texte latin et la traduction française de chaque Enarratio sont précédés d’une courte introduction et accompagnés de notes infra-paginales. Des notes complémentaires plus détaillées sont regroupées en fin de volume. Un avant-propos, des éléments de bibliographie et plusieurs indices complètent l’ensemble. Un titre permettra de faire la jonction entre les commentaires sur les psaumes et les sermons : (678) Hunink V., Singing together in church : Augustine’s psalm against the Donatists, dans Sacred words. Orality, literacy, and religion, édit. Lardinois A.P.M.H., Block J.H. et Van der Poel M.G.M., Leyde-Boston (Mnemosyne. Supplementum, 332, Orality and literacy in ancient Greece, 8), 2011, p. 389-403. Ce texte singulier, souvent présenté à côté des sermons, comporte des traits originaux et date de 393. Il était destiné, comme l’a écrit Augustin lui-même, à des croyants ordinaires dans le cadre de la lutte contre les donatistes. Il est composé de 297 lignes et d’un épilogue de 30 lignes. La ligne 1 est répétée 21 fois et après un prologue de cinq lignes, le texte comprend 20 strophes de douze lignes, chaque ligne commençant avec des lettres subséquentes de l’alphabet. Chaque ligne est divisée en deux par une césure qui fait apparaître deux moitiés de huit syllabes. Pour la question récurrente de la nature exacte de cette œuvre atypique, l’a. pense que c’était un psaume et que le texte était peut-être destiné à être psalmodié par un ou deux chanteurs, l’auditoire reprenant le refrain. (679) Weidmann C., Quod nos hortatus est dominus noster. Ein Predigt Augustins aus der collectio longipontana, dans Wiener Studies, 124, 2011, p. 231-250. L’analyse linguistique et stylistique montre que ce sermon, attribué auparavant à Césaire d’Arles, doit l’être dorénavant à Augustin. Il date de 403-412 et l’auteur en donne une édition. (680) Andoková M., Tolera infirmitatem, si desideras perfectionem : The Notion of tolerantia in Relation to Christian Perfection in Augustine’s Sermones ad populum, dans Studia patristica LI, Papers presented at the conference « The image of the perfect christian in patristic thought » at the Ukrainian Catholic University in Lviv, Ukrain, en 2009, édit. Brent A. et alii, Louvain, XV, 2011, p. 115-132. L’auteur s’intéresse à la relation existant entre la notion de tolerantia et celle de perfection chrétienne chez Augustin. Il prend essentiellement en considération pour son étude le Sermo 61A, le Sermo 359A sur la patience, le Sermo 47 et le Sermo 4. Dans sa prédication, Augustin invite les fidèles qui recherchent la voie de la perfection chrétienne et suivent l’exemple du Christ à aimer et à supporter les pécheurs qui sont mélangés avec eux au sein de l’Église jusqu’au temps de la moisson à la fin des temps. (681) Augustin, Sermon 227, dans Connaissance des Pères de l’Église, 124, 2011, p. 42-44. Plusieurs passages de ce sermon, précédés par une présentation due à M.-A. Vannier, figurent dans l’anthologie sur la mystagogie proposée par ce numéro de Connaissance des Pères de l’Église. (682) Ployd A.D., The unity of the dove : the Sixth Homily on the Gospel of John and Augustine’s Trinitarian solution to the Donatist schism, dans Augustinian Studies, XLII, 2, 2011, p. 57-77. L’article concerne la sixième homélie sur l’Évangile de Jean, consacrée à l’explication de Jean I, 32-33, c’est-à-dire du passage où l’Esprit saint, sous la forme d’une colombe, descend sur le Christ à l’occasion de son baptême. Dans cette homélie, qui fut prêchée le 13 janvier 407, Augustin se livre à une exégèse de l’image de la colombe qui s’inscrit dans le cadre de sa lutte contre le donatisme. Pour l’auteur, si on peut noter quelques convergences entre Cyprien et Augustin dans leurs interprétations de cette image – tous deux soulignent par exemple le caractère pacifique et la simplicité de la colombe –, Augustin développe de manière beaucoup plus claire que ne le faisait Cyprien le thème des relations entre la colombe, l’Église et l’Esprit saint. (683) Rombs R.J., Vinculum Pacis : Eph. 4 : 3 and Indications of a Pneumatology in St. Augustine’s Theology, dans Studia patristica L, p. 321-327. Pour l’auteur, l’image de l’amour (caritas) décrite comme la colle qui lie les chrétiens entre eux et à Dieu est l’une des images favorites d’Augustin. Cette image, qui provient de Ps. 62,9, est étroitement liée à celle de l’Esprit saint comme lien de la paix (uinculum pacis), qu’Augustin emprunte à Eph. 4,3. L’usage de cette image par l’évêque d’Hippone est particulièrement important, car il permet de mettre en évidence trois principes de sa pneumatologie : l’Esprit saint rassemble ce qui a été dispersé dans le péché en conférant le don surnaturel de solidarité et d’unité ; la personne humaine ne constitue pas l’image de Dieu tant qu’elle ne prend pas part à la caritas Dei, qui est l’Esprit saint ; c’est l’Esprit saint qui rend la personne humaine « spirituelle ». On passe à présent aux traités. (684) Andrews J.A., Relevant Augustine : What De Doctrina Christiana Says Today, ibidem, p. 309-320. L’auteur se propose de montrer en quoi le De doctrina christiana d’Augustin peut s’avérer utile de nos jours à tous ceux qui s’intéressent à l’interprétation du texte biblique. La lecture des œuvres de ses prédécesseurs a influencé Augustin, cela se marque dans de nombreux écrits. (685) Cipriani N., La inspiración tertuliana en el De libero arbitrio de san Agustín, dans Augustinus, LVI, 222-223, 2011, p. 369-383 (= Il mistero del male e la libertà possibile, Rome, 1994, p. 165-178). L’auteur met en évidence l’influence de Tertullien dans cet ouvrage. L’étude de cette influence permet de mieux comprendre l’œuvre en question ainsi que les idées d’Augustin à l’époque de sa rédaction. (686) Id., Las obras de san Ambrosio en los escritos de san Agustín anteriores al episcopado, ibidem, p. 385-424, rés. angl., évoque plusieurs œuvres d’Ambroise citées dans la production augustinienne de l’époque considérée : De fide, De Spiritu Sancto, Exameron, De paradiso, Expositio euangelii secundum Lucam et Expositio Ps. 118. (687) Id., Agustín lector de los comentarios paulinos de Mario Victorino, ibidem, p. 425-441 (= Augustinianum, XXXVIII, 1998, p. 413-428), met en évidence l’influence des commentaires des lettres de Paul par Marius Victorinus. L’auteur revient sur cette influence dans (688) Id., La presencia de Mario Victorino en la reflexión trinitaria de san Agustín, ibidem, p. 459-511 (= Augustinianum, XLII, 2002, p. 259-313), en s’intéressant à la question de l’influence des écrits de Marius Victorinus sur la réflexion trinitaire d’Augustin, en particulier dans les Dialogues de Cassiciacum, le De fide et symbolo et le De Trinitate. Sur un sacrement précis, (689) Aasgaard R., Ambrose and Augustine. Two bishops on Baptism and Christian Identity, dans Ablution, initiation, and baptism, p. 1253-1282. Malgré l’abondance de ses écrits, Augustin n’accorde pas une attention spécifique aux sacrements contrairement à Ambroise ; il les fait plutôt intervenir dans ses controverses théologiques. S’il mentionne naturellement le baptême dans les sermons prononcés pour Pâques (219-229Z), il joue surtout sur les émotions dans sa stratégie pour modeler une identité chrétienne. Il faut revoir l’attribution de deux œuvres traditionnellement imputées à Augustin. (690) Pseudo-Augustinus, De oratione et elemosina. De sobrietate et castitate. De incarnatione et deitate Christi ad Ianuarium. Dialogus quaestionum, édit. Dorfbauer L.J., Vienne (Corpus Scriptorum Latinorum Ecclesiasticorum, XCIX), 2011, 470 p. Ce volume du corpus de Vienne contient l’édition critique de quatre textes latins faussement attribués à Augustin. Chaque texte, doté d’un riche apparat critique mais dépourvu de traduction, est précédé d’une introduction en allemand, essentiellement consacrée à la présentation des différents manuscrits utilisés pour l’établissement du texte et à la proposition d’un stemma. D’après l’éditeur, l’un de ces textes serait d’origine africaine : il s’agit du De oratione et elemosina, qui aurait été composé en Afrique entre le milieu du IIIe siècle et le début du Ve siècle. (691) Pseudo Aurelii Augustini Regulae, introd., texte critique, trad. et commentaire Martorelli L., Hildesheim (Bibliotheca Weidmanniana, 6. Collectanea grammatica Latina, 7), 2011, CXV-348 p., 3 index, texte en latin avec traduction italienne en regard. Cette œuvre grammaticale attribuée à Augustin par la tradition manuscrite est un traité sur les huit parties du discours. On ignore l’identité de son auteur, qui ne saurait en aucun cas être Augustin. Pour L. Martorelli, il est toutefois possible que le texte ait été composé en Afrique ou que son compilateur soit originaire de cette région. Le traité doit sans doute être assigné à la période IVe-Ve siècles. Pour clore ce paragraphe, nous signalons pour les lecteurs hispanophones (692) San Agustín en Oxford. 8, XV Congreso Internacional de Estudios Patristicos, édit. Eguiarte Bendímez E.A. et Anoz J., Madrid, 2011, 266 p. (numéro monographique d’Augustinus, 2011, LVI, n° 220-221). Ce numéro double regroupe les traductions espagnoles, dues à E.A. Eguiarte, de 27 contributions relatives à Augustin issues du XVe Congrès international d’études patristiques qui s’est tenu à Oxford en 2007, contributions déjà publiées dans Studia Patristica XLIV, 2010, édit. Baun J. et alii (B.A.A.A., XLIV, 2010 [2016], n° 428).

4La culture classique revisitée par Augustin a mobilisé l’attention de nombreux chercheurs. (693) Barfield R., The ancient quarrel between philosophy and poetry, Cambridge-New York, 2011, X-278 p., index. Dans un ouvrage qui envisage cette querelle entre philosophie et poésie depuis Platon jusqu’au XXe siècle, un chapitre est consacré à Augustin (p. 52-85). Quand il lit Plotin après sa conversion, il dit avoir eu l’expérience de la voix qui apparaît dans l’Évangile de Jean. Au cours de sa vie, sa pensée sur la poésie a évolué et il en vient à considérer que les poètes parlent pour des esprits, mais il s’agit de ceux des démons. Dans cette perspective, il utilise la philosophie pour corriger les erreurs des poètes. (694) Descotes P., Saint Augustin et la conversion de l’éloquence païenne, dans Revue Bossuet, Supplément, n° 2, 2011, p. 131-145. Dans une perspective chrétienne, l’auteur étudie les effets de la rhétorique d’Augustin après sa conversion. Plusieurs œuvres sont mentionnées, dont le De doctrina christiana, le De magistro, dans lesquelles l’évêque d’Hippone décrit sa méthode et ses objectifs. Il s’adapte à son public et l’éloquence est une technique que ne doit pas dédaigner le prédicateur chrétien, puisqu’elle est destinée à convertir et donc à faire accéder à la vérité. (695) Erler M., Sokrates als religiöser Erzieher. Anmerkungen zum Sokratesbild bei Augustinus, dans Augustinus, Bildung-Wissen-Weiheit. Beiträge des VI Würzburger Augustinus-Studientages am 6. Juni 2008, édit. Mayer C. et Müller C., Würzburg, 2011, p. 29-48. Augustin accorde une attention particulière au philosophe grec dans le De consensu euangelistarum, où celui-ci apparaît non comme un sceptique, mais comme un serviteur de Dieu. (696) Ribreau M., La culture profane et les auteurs classiques dans le Contra Iulianum d’Augustin, dans la Revue des Études latines, LXXXIX, 2011, p. 200- 231, rés. angl. Rédigé pour répondre à Julien d’Éclane, l’ouvrage est, à part la Cité de Dieu, celui qui offre le plus de citations ou de références à la littérature classique. Deux niveaux de lecture sont perceptibles, une lecture au fil du texte pour le peuple chrétien dans son ensemble, une autre en association avec d’autres textes, destinée à un public cultivé. Les deux tiers de ces citations proviennent des écrits de Cicéron. D’après l’a., ce véritable arsenal de citations ou d’emprunts est utilisé par Augustin pour répondre à son adversaire, Julien d’Éclane, qui met volontiers en avant sa grande culture profane. L’évêque d’Hippone cherche à montrer à ce dernier, et de manière plus générale au lecteur cultivé, qu’il possède lui-même un haut niveau de culture : c’est le cas par exemple lorsqu’Augustin intègre à son propos des vers virgiliens de manière implicite. Mais Augustin tient compte également des lecteurs au niveau culturel plus modeste, pour lesquels il explicite les références qu’il utilise. Enfin, la culture profane est particulièrement mise à contribution dans les livres IV et V du Contra Iulianum, où il est question des vertus des païens. (697) Brittain C., Augustine as a Reader of Cicero, dans Tolle lege, p. 81-11, évoque Augustin en tant que lecteur de Cicéron en soulignant les opinions divergentes qu’il émit, notamment dans la Cité de Dieu, sur les conceptions philosophiques de ce dernier. (698) Sarr P., La Pharsale de Lucain dans la pensée de Saint Augustin, dans Gerión, XXIX, 1, 2011, p. 229-238, rés. angl. L’a. s’intéresse à l’usage que fait Augustin du poète Lucain dans son œuvre, en particulier dans le De ciuitate Dei et dans le De Genesi ad litteram. Il montre que l’évêque d’Hippone s’est appuyé sur la Pharsale pour souligner la responsabilité de Rome dans les conflits de la cité terrestre et pour mettre en avant l’inefficacité des dieux païens qui sont insensibles aux malheurs des hommes. Augustin cite également Lucain pour étayer son opinion selon laquelle il ne faut pas accorder une trop grande importance à la sépulture des défunts, la sépulture n’étant pas une condition pour accéder au salut. (699) Steinhauser K.B., Virgilio, Cicerón y el rusticanus : Acad. 3, 34-35, dans Augustinus, LVI, n° 220-221, 2011, p. 199-204, rés. angl. (= Studia Patristica, XLIX, 2010, p. 217-222). La réfutation que fait Augustin dans le Contra Academicos est examinée à travers deux passages de cet ouvrage, dans lesquels il critique le probabilisme au moyen de deux « paraboles » : celle du carrefour et celle du jeune homme adultère. Ces « paraboles » témoignent de l’influence de Virgile et de Cicéron. (700) Tkacz M.W., Agustín, el Timeo y la falacia cosmogónica, ibidem, p. 205-212, rés. angl., étudie l’appropriation que fait Augustin de l’argumentation de Platon quant à l’existence d’un démiurge cosmique dans Timée, 27d-28c. Il montre comment Augustin s’oppose à l’illusion cosmogonique en apportant quelques amendements à l’argumentation de Platon afin de la garder comme modèle philosophique pour les athées. (701) Tolle lege. Essays on Augustine and on medieval philosophy in honor of Roland J. Teske, édit. Taylor R.C., Twetten D. et Wreen M., Milwaukee (Marquette studies on philosophy, 73), 2011, 373 p. La première partie de l’ouvrage est consacrée à Augustin, tandis que la seconde comprend des communications sur la philosophie médiévale. (702) Van Fleteren F., Augustine and the beginning of theology, ibidem, p. 197-207. Si Augustin a été considéré comme un théologien, jamais lui-même ne s’est défini comme tel. Mais il a sans cesse cherché à définir une vérité et une sagesse, qu’on discerne avec les multiples emplois du mot philosophia, en particulier dans le De doctrina christiana. L’article se conclut avec quelques pages sur des philosophes contemporains. Et à propos d’une figure biblique, (703) García-Alvarez J., Marie, vierge, mère et modèle de l’Église selon S. Augustin, dans Connaissance des Pères de l’Église, CXXI, 2011, p. 8-26. Si saint Augustin évoque assez fréquemment la Vierge Marie, il ne lui a jamais consacré aucun ouvrage, pas plus qu’il n’a élaboré de véritable synthèse théologique à son sujet. L’objectif de l’auteur est donc de donner un aperçu de la conception qu’Augustin se faisait de Marie à travers une sélection de textes la concernant, organisée de manière thématique. Il envisage successivement plusieurs aspects du thème de la virginité de Marie (I à V), puis le thème de Marie, mère de Dieu (VI-VII) et celui de Marie, mère et modèle de l’Église (VIII). Marie est l’expression la plus évidente du mystère de l’Église (IX) car l’Église, à l’image de Marie, est vierge et mère par la foi (X). Les textes cités proviennent surtout des sermons et du De sanctae virginitate d’Augustin. Augustin a beaucoup polémiqué contre les manichéens, les donatistes, qui seront étudiés dans la rubrique bibliographie, et les pélagiens.

5Sur le manichéisme, (704) Drecoll V.H. et Kudella M., Augustin und der Manichaismus, Tübingen, 2011, X-292 p., 3 index. Le but des auteurs est de préciser dans quelle mesure le manichéisme eut une influence sur la théologie d’Augustin. Pour répondre à cette question, ils font d’abord un tableau de ce qu’on sait du manichéisme en Afrique du Nord et d’Augustin pendant sa période manichéenne. Ils étudient ensuite la lutte que ce dernier a menée contre cette doctrine, les débats avec les manichéens en 392 (Fortunatus) et 404 (Félix). La troisième partie répond plus précisément à la question posée, c’est-à-dire l’influence du manichéisme sur la théologie d’Augustin. (705) Lomiento V., Le forme della polemica fra il manicheo Secondino e Agostino, dans Temi e forme della polemica, p. 491-505, rés. angl. p. 11, montre ici que la forme littéraire et la technique argumentative déployées par Secundinus et Augustin dans le cadre de leur polémique se distinguent clairement. Si Secundinus opte pour la forme épistolaire et se livre à une polémique ad personam, l’opusculum d’Augustin n’a ni la forme d’une lettre, ni le ton d’une dispute personnelle. Cette manière de procéder est jugée très efficace par l’évêque d’Hippone, qui voyait dans le Contra Secundinum la meilleure de ses œuvres anti-manichéennes. (706) van Oort J., Augustine’s Manichaean Dilemma in Context, dans Vigiliae Christianae, LXV, 2011, p. 543-567. Cet article propose un compte-rendu critique très détaillé du premier volume d’une importante étude consacrée aux contacts entre Augustin et les Manichéens en Afrique du Nord : J.D. BeDuhn, Augustine’s Manichaean Dilemma, I : Conversion and Apostasy, 373-388 C.E., Philadelphie, 2010 (B.A.A.A., XLIV, 2010 [2016], n° 863). Le compte-rendu proprement dit est précédé d’une utile mise au point bibliographique sur les travaux antérieurs concernant la relation d’Augustin au manichéisme. (707) Veronese M., Agostino contro i priscillianisti Manichaeorum simillimi, dans Temi e forme della polemica, p. 543-572, rés. angl. p. 11. L’a. s’intéresse à la polémique d’Augustin contre le priscillianisme, une « hérésie » dont l’évêque d’Hippone affirme dans une lettre à Jérôme datée du printemps 415 qu’il n’en avait jamais entendu parler avant l’année précédente, c’est-à-dire 414. Augustin décrit généralement les priscillianistes comme les adeptes d’une hérésie dérivant du manichéisme. L’a. de l’article examine les différents textes d’Augustin qui traitent explicitement de Priscillien et du priscillianisme, en s’intéressant d’abord aux textes dont la datation est à peu près sûre, puis en prenant en considération ceux dont la datation est incertaine. Autre combat, celui contre le pélagianisme. (708) Toczko R., Heretic as bad rhetorician : how Augustine discredited Pelagius, dans Augustinian Studies, XLII, 2, 2011, p. 211-231. L’a. veut mettre en évidence le fait que, dans ses écrits contre Pélage, Augustin a fréquemment recours à une technique de la réfutation respectueuse des règles de la rhétorique. Pour ce faire, il analyse plus particulièrement les stratégies de réfutation mises en oeuvre par Augustin dans deux traités dirigés contre Pélage, le De natura et gratia et le De gratia Christi et de peccato originali. L’évêque d’Hippone y souligne les déficiences de Pélage en matière de rhétorique et suggère que ces déficiences ne sont pas uniquement techniques mais qu’elles sont liées à des défauts moraux. (709) Bonner G., Una última apología del pelagianismo ?, dans Augustinus, LVI, 220-221, 2011, p. 15-19, rés. angl. Cet article présente le pélagianisme comme une création de synthèse issue des œuvres d’Augustin et d’autres théologiens. Les pélagiens ne furent jamais un groupe uni autour d’un système commun de pensée. (710) Id., The Nature of the Pelagian Crisis, dans Tolle lege, p. 61-79. Si le pélagianisme, porté par Julien d’Éclane, fut un épisode historique réel, il se limita à une aristocratie et il ne convient pas de le surestimer. Les ouvrages furent sans doute assez peu lus en dehors de ses compagnons d’exil. (711) Cipriani N., Ecos antiapolinaristas y aristotelismo en la polémica de Juliano de Eclana, dans Augustinus, LVI, 222-223, 2011, p. 269-284. L’auteur s’intéresse à la polémique christologique entre saint Augustin et Julien d’Éclane. Il cherche à déterminer si la connaissance que Julien avait de l’apollinarisme était correcte, s’il est possible d’identifier la source de cette connaissance et enfin si cette source a aussi fourni à Julien ses idées aristotéliciennes, qui sont typiques de ses argumentations théologiques. (712) Dalmon L., La correspondencia antipelagiana de Àfrica con Roma : presentación de un expediente del epistolario agustiniano (416-418), dans Augustinus, LVI, 2011, 220-221, p. 45-51, rés. angl., étudie les lettres écrites entre 416 et 418 en vue de la condamnation du pélagianisme et propose de les regrouper selon des critères épistolaires, lettres à caractère official et stratégies rhétoriques. (713) Weber D., Quinque argumenta Pelagianorum : Zu Funktion und Herkunft pelagianischer Sätze in Augustins Contra Iulianum, buch 2, dans Tolle lege, p. 209-229, compare plusieurs citations de cet ouvrage avec d’autres publications.

6L’épigraphie est peu abondante cette année avec trois titres seulement. (714) Duval N., Baratte F. et Gui I., Les inscriptions nouvelles. Supplément aux Inscriptions chrétiennes, dans Recherches archéologiques à Haïdra, IV, p. 183-210, index, publient un nouveau fragment d’inscription martyrologique et vingt épitaphes mises au jour en 1983, gravées sur des dalles ou inscrites sur des panneaux de mosaïque parfois réunis pour former des enclos peut-être familiaux. Les tombes d’enfants et de femmes sont regroupées près de l’église. (715) Lepelley C., De la réaction païenne à la sécularisation. Le témoignage d’inscriptions municipales romano-africaines tardives, dans Pagans and Christians in the Roman empire. The breaking of a dialogue (IVth - VIth century A.D.). Proceedings of the International Conference at the Monastery of Bose (October 2008), Zürich, 2011, p. 273-289. C.L. a étudié un dossier d’une quinzaine d’inscriptions municipales tardives témoignant d’un attachement à la religion ancienne. Des divinités traditionnelles sont honorées, ainsi Esculape et Hygie à Lambèse (, 2003, 2022) ou Cybèle et Attis à Carthage (CIL, VIII, 24521). La politique de Julien fut bien accueillie par les notables polythéistes comme le prouvent plusieurs textes. À Cirta, le gouverneur Publilius Ceionius Caecina Albinus fit aménager un mithraeum et les dernières mentions d’augures et de pontifes datent du règne de Valentinien Ier. À Cuicul, l’érection de la statue de la Victoire, présentée comme ayant un but esthétique, semble une transposition de celle qui se dressait dans la Curie à Rome, devenue une source de conflits entre chrétiens et païens. À Lambèse, un hommage aux empereurs Gratien, Valentinien et Théodose II témoigne d’un attachement à l’idéal civique et à la vie municipale traditionnelle, comme la remise en état des rostres à Abthugnos à la même époque et une statue érigée à la Ville éternelle de Rome. Un texte d’Aradi du début du Ve siècle, reste, à ce jour, le plus tardif de la série. (716) Oshimizu Y., Les noms des empereurs tétrarchiques martelés. Les inscriptions de l’Afrique romaine, dans Classica et Christiana, VI, 6, 2011, p. 549-570. Après avoir évoqué le texte de Lactance, De la mort des persécuteurs, 42, 1-2, où il est écrit que Constantin ordonna la destruction des statues de Maximien, ce qui aurait entraîné partiellement celles de Dioclétien, l’auteur établit une liste des inscriptions où le nom d’au moins un des Tétrarques a été martelé. Les politiques suivies ont été différentes selon les régions. En Proconsulaire et en Byzacène, la précision des martelages et la fréquence du martelage du nom de Galère s’expliqueraient par l’action des chrétiens. En Numidie, les pierres auraient servi à une autre utilisation.

7Après quelques titres généraux, la présentation des sites archéologiques suivra l’orientation est-ouest habituelle, et il faut aussi se reporter aux Généralités. (717) Ben Hadj Naceur-Loum Z., Monnaies et échanges commerciaux en Afrique au Bas-Empire : le cas des circuits de l’huile, dans Olivier (L’-) en Méditerranée, T. II, p. 281-288, 5 fig. Malgré quelques sources textuelles, comme par exemple l’Édit du Maximum, et les données actuellement disponibles en archéologie (amphores), de larges questions restent encore en suspens, ainsi les raisons des importations et exportations depuis le nord-est de l’Africa, notamment de Carthage. (718) Creissen T., La place du décor sculpté dans les édifices cultuels chrétiens, dans Antiquité Tardive, XIX, 2011, p. 131-148. Dans un article général sur le thème mentionné dans le titre, sont citées les parties hautes de la nef de l’église de Tigzirt. Elles offrent une iconographie sans équivalent dans la région avec les quatre évangélistes et quelques épisodes de l’Ancien Testament. (719) Mattingly D. et alii, DMP XII : Excavations and Survey of the so-called Garamantian Royal Cemetery (GSC030-031), dans Libyan Studies, XLII, 2011, p. 89-102, 6 fig. Lors de la cinquième et dernière campagne de l’équipe Burial and Identity du Desert Migration Project, le cimetière royal des Garamantes, situé à 5 km au sud de Garama et daté des IVe-VIe siècles, a été systématiquement inventorié. La fouille d’une tombe monumentale dans le King’s cemetery-GSC030 (27 tombes) et de quatre plus petites dans le Queen’s cemetery-GSC031 (106 tombes) est présentée en détail ; des stèles et une table d’offrande ont notamment été trouvées. Une prospection extensive a permis de relier les zones étudiées entre 2007 et 2011, depuis le Jarma Escarpment jusqu’à la montagne de Zinkekra (plus de 5 500 tombes). Un ouvrage a été peu diffusé : (720) Sehili S., Huileries antiques du Jebel Semmama, région de Kasserine, secteur couvert par la feuille topographique au 1/50.000ème de J Semmama, n° 076, Tunis, 2009, 409 p., 389 fig. Après une présentation du cadre géographique, la première partie recense 119 sites, pour lesquels l’auteur note en surface de la sigillée tardive et de la céramique commune. La deuxième traite de la typologie et de la distribution du matériel oléicole. La troisième partie aborde les infrastructures hydrauliques et l’organisation de l’espace. Le dernier chapitre de cette partie s’intéresse plus particulièrement à la chronologie : les installations se développent, semble-t-il, à la fin du IIIe siècle, mais le déclin de leur activité est plus difficile à dater, probablement dans la seconde moitié du Ve siècle, mais cela doit être vérifié. (721) Ben Hassen H., Témoins d’une activité oléicole tardive dans deux cités antiques de la Proconsulaire : Uthina et Thignica, dans Olivier (L’-) en Méditerranée, T. II, p. 133-138, 14 fig. De nombreux éléments (maies, contrepoids, cuves de broyage) trouvés dans le sous-sol du capitole d’Uthina et dans la palestre de Thignica prouvent que des huileries y ont été installées à l’époque tardive, lorsque les fonctions traditionnelles de ces bâtiments ont disparu. (722) Stern K.B., Keeping the Dead in Their Place : Mortuary Practices and Jewish Cultural Identity in Roman North Africa, dans Cultural Identity, p. 307-334. L’examen de la documentation archéologique trouvée dans la nécropole de Gammarth, sa confrontation selon des méthodes contemporaines conduisent l’auteur à corriger de nombreuses assertions sur les pratiques funéraires des juifs. Même quand ils indiquaient leur appartenance religieuse, ils étaient insérés dans la société contemporaine ; il convient de souligner leur enracinement local et de ne pas exagérer leur spécificité dans l’environnement africain. Deux grands chantiers tuniso-français ont donné lieu à de belles publications. (723) Sidi Jdidi II. Le groupe épiscopal, édit. Ben Abed-Ben Khader A., Fixot M. et Roucole S., collab. Reynaud P. et alii, Rome (Collection de l’École française de Rome, 451), 2011, 393 p., 16 pl. coul., 58 fig., Après un volume consacré à une première basilique chrétienne (B.A.A.A., XXXVIII, 2004 [2011], n° 894), celui-ci s’attache à présenter le complexe monumental, qui a été identifié comme un groupe épiscopal constitué selon le modèle de la « cathédrale double ». Les deux églises constitutives de ce groupe confirment la validité des conclusions avancées dans le premier volume. La basilique I ne contint jamais que deux tombes, à l’exception d’une tombe d’enfant ajoutée alors que l’édifice était en voie d’abandon. À l’intérieur de la basilique II, le nombre des défunts inhumés ne dépassa pas 70, ce qui ne représente qu’une part réduite de la communauté chrétienne de la cité et doit être mis en rapport avec les petites dimensions de l’édifice. Le choix d’espaces intérieurs renforce l’impression d’être en présence de « sépultures privilégiées » et les mosaïques funéraires ont fini par constituer un sol continu. Sur le même site (724) Ben Abed A., Fixot M., Un groupe épiscopal africain au Ve et au VIe siècle : Aradi (Sidi Jdidi, Tunisie), dans Architecture paléochrétienne, édit. Spieser J.-M., Gollion (Suisse), 2011, p. 104-147, 8 fig., notes p. 159-162, bibliographie p. 167. Les auteurs font un bilan des découvertes effectuées entre les années 1990 et 2006, date à laquelle les fouilles ont été suspendues. Ils complètent ainsi un travail paru précédemment (B.A.A.A., XLII, 2008 [2014], n° 860). L’ensemble de bâtiments identifiés comme le groupe épiscopal s’élève au nord de la cité, dans sa partie haute et, selon les auteurs, il ne peut être considéré comme étant des basiliques funéraires. Les différents états sont décrits. Reste la question de l’existence de deux baptistères. L’espace limité qu’occupait le groupe et la réduction significative de l’emprise monumentale dans la seconde moitié du Ve siècle s’expliquent peut-être par les persécutions vandales. La reconstruction byzantine accentua l’expression de la double fonction baptismale et martyrologique. Dans un îlot intermédiaire se pratiquaient des activités économiques, rarement mises en valeur par les fouilles menées en contexte chrétien. (725) Recherches archéologiques à Haïdra, IV : La Basilique II dite de Candidus ou des martyrs de la persécution de Dioclétien, édit. Baratte F. et alii, Rome (Collection de l’École française de Rome, 18/4), 2011, 252 p., ill. Il s’agit du quatrième volume après ceux de 1976, Miscellanea 1, de 1999, Miscellanea 2 (B.A.A.A., XXXIII (1999) [2005], n° 535, et de 2009, Haïdra III (B.A.A.A., XLIII (2009) [2015], n° 60) issus des recherches de l’équipe tuniso-française sur le site d’Haïdra. Cette basilique chrétienne, située dans la nécropole orientale à l’entrée de la ville antique, est connue pour avoir livré, lors des premières fouilles des années 1930, une installation martyriale et le pavement mosaïqué de son état byzantin. Sur la base de travaux entrepris entre 1969 et 1987, l’équipe a retracé l’évolution de ce monument paléochrétien caractérisé par une première phase de la deuxième moitié du IVe siècle puis par une reconstruction à l’époque byzantine, suivie de remaniements. Le manuscrit initial, préparé sous la direction de N. Duval et quasiment achevé en 1994, a été révisé et complété sous la direction de F. Baratte et F. Béjaoui. Les deux premiers chapitres sont donc de la main de (726) Duval N., Localisation et historique des recherches, ibidem, p. 1-27, fig. 1-26, qui situe la basilique II, construite dans la nécropole païenne et remployant de nombreux monuments funéraires, puis retrace les étapes de l’exploration de l’édifice, décrit et relevé dès la fin du XIXe siècle puis fouillé par G. Dolcemascolo avant de faire l’objet de nouvelles recherches. Suit une description de l’édifice par (727) Duval N. et Baratte F., collab. Baudemont P., Guyon J. et Hamrouni M., L’église. Description, ibidem, p. 29-85, fig. 27-94 : la première église du IVe siècle était occidentée ; à l’époque byzantine, un nouveau pôle liturgique a été installé à l’est avec un chevet à abside tandis que l’abside occidentale était réaménagée pour accueillir une installation martyriale. Les remaniements ont ensuite porté sur les superstructures, avec le couvrement des bas-côtés par des voûtes en arêtes et le doublement des murs latéraux. Une section traite de l’enclos funéraire fouillé à l’est de l’église, (728) Baratte F. et Gui I., L’area orientale, ibidem, p. 147-182, fig. 166-192. Constitué de trois pièces couvertes à l’extrémité orientale et d’un espace délimité à l’ouest, il est antérieur à la construction de l’abside byzantine et devait servir de vestibule à l’église du IVe siècle. Un catalogue présente 84 sépultures faites de tombes sous tuiles ou de sarcophages et signalées par des mosaïques funéraires, des dalles inscrites (voir n° 714) ou anépigraphes. L’ouvrage se termine par (729) Baratte F. et Duval N., Synthèse des résultats et conclusions, ibidem, p. 211-227, fig. 217-218, conçue comme un dialogue entre les deux auteurs. (730) Polla S., Il paesaggio economico della regione di Dougga (Alto Tell Tunisino) : il dato della ceramica, dans When did Antiquity end ?, p. 91- 104, étudie la ville et son économie, en privilégiant la céramique. L’auteur en conclut que le IVe siècle fut une époque de prospérité pour toute l’Afrique et que l’époque tardive a connu la poursuite de l’essor. (731) Ferchiou N., Recherches sur Oum El Abouab, l’antique Seressi : les mutations du tissu urbain et les huileries tardives, dans Olivier (L’-) en Méditerranée, T. II, p. 139-149, 12 fig. Dans cette cité, une huilerie réutilise une porte monumentale romaine à une baie et constitue un exemple intéressant de réutilisation d’un édifice public. Au centre de la ville, une dalle de pressoir associée à un bassin se situe sur un terre-plein, entre un temple et un monument indéterminé. Par ailleurs, une prospection de surface montre de nombreux éléments de pressoirs disséminés dans la cité. Ceci pose encore une fois la question de l’évolution économique à l’époque tardive. Plusieurs titres s’intéressent à l’iconographie. (732) Cacitti R. et alii, L’ara dipinta di Thaenae. Indagini sul culto martiriale nell’Africa paleocristiana, Rome, 2011, 256 p., 15 pl., 57 ill, bibliogr., index. L’autel, conservé au musée de Sfax, présente une iconographie unique en son genre, qui témoigne, semble-t-il, de la sensibilité religieuse des chrétiens du IVe siècle. Il fait l’objet d’analyses dans une perspective pluridisciplinaire. (733) Cacitti R. et Rossignani M.P., Premessa, ibidem, p. 7-9, en ont fait l’introduction. Les p. 11-27 sont consacrées aux reproductions : un navire avec une voile et un ange (?), un homme attaqué par un ours, un autre attaché par des chaînes au-dessus d’un taureau, un soldat ; d’autres images sont reproduites aux p. 195-220. (734) Pelizzari G., Nota sulla realizzazione dei designi, ibidem, p. 29-30, précise les conditions techniques qui ont présidé à la prise des photographies. (735) Rossignani M.P., L’ara e il suo contesto, ibidem, p. 31-45. L’autel, qui mesure 88 cm de haut et 79 à 81 cm de large, a été trouvé en 1912 dans la nécropole, mais les conditions précises de la découverte ne sont pas bien connues. Les sépultures s’échelonnent du Ier s. ap. J.-C. à l’époque tardive, et il n’existe pas de différence typologique entre les tombes chrétiennes et les autres. L’originalité de cet autel funéraire tient au cycle figuratif représenté sur ses quatre faces. L’auteur suggère un lien possible avec les inhumations ad sanctos. (736) Legrottaglie G., Una enigmatica sequenza di immagini. Il sistema semantico dell’ara, ibidem, p. 47-69. Datant avec une forte probabilité de la première moitié du IVe siècle, l’autel se situe à un moment de transition religieuse. Son iconographie représente une damnatio ad bestias, que l’auteur envisage dans une optique chrétienne, mais sans se prononcer sur l’existence même de cette condamnation ni sur une éventuelle interprétation chrétienne, ni sur la question de savoir si l’iconographie s’applique à un ou plusieurs martyrs précis. (737) Cacitti R., Sepulcrorum et picturam adoratores. Un’iconografia della Passio Perpetuae et Felicitatis nel culto martiriale donatista, ibidem, p. 71-136, interprète, au contraire, l’autel comme une catéchèse qui conduit le spectateur de la réalité historique d’un martyre chrétien, celui de Perpétue et de Saturus, à la vision d’une bataille contre le Diable. Il fait ensuite le rapprochement avec l’émergence du mouvement donatiste au début du IVe siècle. L’autel serait alors un témoignage d’un culte des martyrs, dont l’existence est attestée chez eux. (738) Pelizzari G., Sine litteris disserit scripturas. Considerazioni sulla nascita dell’iconografia cristiana, ibidem, p. 137-181. Selon cet auteur aussi, l’autel pourrait représenter une interprétation libre du martyre de Perpétue et de Saturus. Il n’illustrerait pas un fait historique mais en expliquerait la signification. Par ailleurs, il faut aussi réfléchir à l’utilisation liturgique de cet autel : le fait qu’on puisse y effectuer des libations préfigurerait le banquet eucharistique. [Il semble difficile de souscrire à l’hypothèse d’une représentation, même réinterprétée, du martyre de Perpétue et de Saturus, car les scènes représentées sont très éloignées du texte : aucun personnage féminin n’est représenté et Saturus n’a pas été attaqué par l’ours]. (739) Boesch Gajano S., Postfazione, ibidem, p. 183-191, résume les apports de chaque auteur et conclut que l’autel suscitera encore bien des débats. (740) Balmelle C., Ben Abed-Ben Khader A. et Béjaoui F., La maison des dieux à Carthage, dans XI Uluslararasi Antik Mozaik Sempozyumu, p. 69-86, 28 fig. Dans les archives Poinssot, ont été trouvées des indications sur une domus située au nord-ouest de Carthage, qui avait été fouillée entre 1936 et 1938, mais n’avait pas fait l’objet d’une véritable publication. Les auteurs ont restitué son plan et analysent deux ensembles. L’exèdre contient une mosaïque avec des registres superposés. Y sont représentés deux lions affrontés de part et d’autre d’un arbre et, au-dessus, deux lièvres. Sur les tapis de la salle d’apparat et leurs bordures, aujourd’hui au musée du Bardo, figure une mer poissonneuse. Comportant aussi une scène de chasse, l’ensemble du répertoire est caractéristique du décor des domus des élites de l’Antiquité tardive, et il pourrait dater de la fin de la période vandale. (741) Ben Abed A. et Hanoune R., Les pavements mosaïqués des Thermes à l’octogone de Pupput (Hammamet, Tunisie), ibidem, p. 99-105, fig. Cet établissement tardif à plan double avec deux bains présente un décor peu original. La salle froide des grands thermes a été dotée d’un répertoire géométrique polychrome caractéristique de l’Antiquité tardive, tandis que le décor des petits thermes, qui semble plus récent, montre un petit poisson, seul élément figuré de l’édifice. (742) Baratte F., La vaisselle précieuse à décor chrétien : un répertoire original ?, dans Antiquité Tardive, XIX, 2011, p. 191-208, 18 fig., rés. angl. L’étude du reliquaire découvert à Aïn Zirara à la fin du XIXe siècle, dit capsella Africana, dont le décor n’était manifestement pas visible, permet d’établir un parallèle avec les miracles de saint Étienne. L’iconographie insiste sur la gloire du martyre et la récompense attendue. (743) Boube J., Une pyxide en ivoire à Sala, dans Bulletin d’Archéologie marocaine, XXI, 2009, p. 194-201, 4 pl., procède à la publication d’un objet en ivoire découvert en 1929-1930 et qui n’avait jusqu’ici fait l’objet que d’une note dans le Bulletin d’Archéologie marocaine, II, 1957, par M. Euzennat. Le registre supérieur est occupé par une scène figurant le rapt d’une femme, soumis au jugement d’un dieu ; sur le registre inférieur on voit un danseur de pyrrhique accompagné d’un musicien et de danseurs, hommes et femmes. L. Robert pensait à une date tardive et à un atelier étranger à la Tingitane. Cette rubrique se conclut avec deux travaux sur la céramique. (744) Bonifay M., Production et diffusion des céramiques africaines durant l’Antiquité tardive, dans When did Antiquity end ?, p. 15-30, refait d’abord la chronologie des céramiques africaines, ce qui l’amène à plusieurs conclusions originales. Elles sont nées en même temps dans plusieurs endroits différents. Les amphores ont servi à d’autres produits que l’huile. La sigillée n’accompagne pas forcément les amphores d’huile. Il semble (p. 25) qu’il y ait eu une crise dès le premier quart du Ve siècle. (745) Fermo P. et Maurina B., Studio analitico e multivariato di frammenti anforacei provenienti da Aïn Wassel (Tunisia), ibidem, p. 121-127. Ce travail méthodologique se fonde sur des sciences dites « dures », en particulier sur des analyses chimiques. Il permet de conclure que les conteneurs cylindriques et ovoïdes ont à peu près la même composition, et que le principal changement se place entre l’époque vandale et l’époque byzantine.

Bibliographie

8Une décision impériale inaugurera cette rubrique dont la première partie traitera de questions politiques, souvent associées aux désaccords religieux. (746) Sperando M.U., Diocleziano e i « quattro editti » della « grande persecuzione », dans Römische Jurisprudenz : Dogmatik, Überlieferung, Rezeption : Festschrift für Detlef Liebs zum 75. Geburtstag, édit. Muscheler K., Berlin, 2011, p. 637-661. La documentation montre que le quatrième édit de Dioclétien, 303-304, n’est pas assuré, et suggère plutôt l’existence d’un seul édit dans lequel l’obligation de sacrifier était le point central : ce soi-disant quatrième édit serait à identifier avec le premier édit de Maximin Daia en 305-306. (747) Clark G., Augustine and the Merciful Barbarians, dans Romans, barbarians, and the transformation of the Roman world : cultural interaction and the creation of identity in late antiquity, édit. Mathisen R.W. et Shanzer D., Ashgate, 2011, p. 33-42, explore une omission notable dans les écrits d’Augustin. La narration du sac de Rome par Alaric dans La Cité de Dieu, qui contraste avec la présentation qu’en fait Orose, montre qu’il choisit de ne pas suivre l’idée que des barbares pourraient devenir des membres du monde chrétien. Il a négligé la mention de l’arianisme du chef goth qu’exigeait sa polémique dans l’ouvrage et il semble que, pour lui, les barbares n’étaient pas appelés à faire partie de la chrétienté. (748) Humfress C., Bishops and law courts in late antiquity : how (not) to make sense of the legal evidence, dans Journal of Early Christian Studies, XIX, 3, 2011, p. 375-400. L’auteur, après une présentation des débats historiographiques relatifs à l’episcopalis audientia, propose une nouvelle étude sur le tribunal de l’évêque qui repose sur un réexamen de la nature des sources juridiques conservées. L’analyse du contexte précis des différentes constitutions impériales relatives à l’episcopalis audientia datant du IVe ou du début du Ve siècle montre que, pour la période antérieure à la publication du Code Théodosien en 438, ces constitutions doivent être comprises comme des réponses spécifiques à des situations concrètes. L’auteur insiste, pour finir, sur l’intérêt des sources patristiques nous renseignant sur l’episcopalis audientia et met notamment à profit le témoignage d’Augustin. (749) Shaw B.D., Sacred Violence. African Christians and Sectarian Hatred in the Age of Augustine, Cambridge, 2011, XX-910 p., ill. L’auteur propose ici une étude sur la violence religieuse en Afrique à l’époque d’Augustin. Le témoignage de l’évêque est très largement mis à profit dans cet ouvrage imposant qui s’intéresse tout particulièrement au conflit entre catholiques et donatistes, et aux liens existant entre violence rhétorique et violence physique. Les dix-sept chapitres de l’étude sont suivis de huit appendices, d’une riche bibliographie et d’un index. Une 2e édition est parue en 2012. (750) Jiménez Sánchez J.-A., Obispos y gladiadores : el recurso a los profesionales del anfiteatro en disputas por la elección episcopal, dans Polis, XXIII, 2011, p. 89-114, évoque un épisode africain aux p. 92-98, où sont commentés les Gesta apud Zenophilum consularem, décrivant le procès contre Silvanus qui fut élu évêque de Cirta ca. 305 ap. J.-C. Il apparaît avoir été menacé par son compétiteur et par la plèbe qui le soutint en utilisant la violence physique à travers un groupe d’arenarii. (751) Hollingworth M., The pilgrim city : St Augustine of Hippo and his innovation in political thought, Londres, 2010, XXI-230 p., index. Une étude de la pensée politique d’Augustin montre que ce dernier a fait preuve d’ambiguïté dans ses écrits sur l’État, la politique, la condition morale du genre humain, et l’historien a des difficultés à reconstruire ce que l’évêque n’a jamais clairement formulé. Deux idées-clefs émergent toutefois : l’altération de notre relation avec Dieu en raison du péché originel et la conviction que ceci a des conséquences sur chaque aspect de la vie individuelle et collective. Il convient donc d’abandonner les théories et les lois des Anciens, Platon ou les lois romaines. L’esclavage, la propriété privée ont une origine externe, ce sont des produits et des traits de notre condition déchue et le devoir du chrétien est de vivre dans le monde avec courage et espoir. Toutefois, les pays gouvernés par des souverains chrétiens sont un peu meilleurs que les autres. À la fin des temps, les deux cités seront indistinctement mêlées. La division entre catholiques et donatistes a créé de nombreux troubles. (752) Evers A., Fine line ? Catholics and Donatists in Roman North Africa, dans Frontiers in the Roman World : Proceedings of the Ninth Workshop of the International Network Impact of Empire (Durham, 16-19 April 2009). Impact of Empire, 13, édit. Hekster O. et Kaizer T., Leyde-Boston, 2011, p. 175-198. L’auteur évoque la formation, l’historique et les principales positions du donatisme, ses similitudes avec les catholiques et sa persistance après la Conférence de 411 [Rappelons toutefois que la question de la conversion de Constantin dès 312 est débattue]. (753) Graumann T., Upstanding Donatists : symbolic communication at the Conference of Carthage (411), dans Zeitschrift für Antikes Christentum/Journal of Ancient Christianity, XV, 2, 2011, p. 329-355, ill., rés. all. L’auteur analyse les positions des donatistes, leurs changements d’attitude et d’orientation, et plus particulièrement la portée stratégique de leur communication, dans les Actes de la Conférence de Carthage de 411. (754) Grossi V., La discussione su « cattolica-cattolico nelle tre sedute della conlatio Carthaginensis del 411, dans Augustinianum, LI, 1, 2011, p. 101-122, rés. angl., revient sur l’un des points de la discussion qui a opposé donatistes et catholiques lors de la troisième session de la Conférence de Carthage en 411 : le souhait des évêques donatistes de voir reconnaître leur Église comme « catholique ». Pour Augustin et les évêques catholiques, l’Église catholique était celle qui était attestée par les Écritures et qui était en communion avec l’ensemble des chrétiens, où qu’ils se trouvaient. Pour Pétilien et les évêques donatistes, seule leur Église pouvait être qualifiée de « catholique », en raison de la constance de ses membres dans une foi saine et de la pureté de leur conduite. Les deux épiscopats restèrent fidèles à leur position respective quant à la définition de « catholique » tout au long de la conférence. (755) Marin M., Forme della polemica agostiniana : contro Cresconio, grammatico donatista, dans Temi e forme della polemica, p. 507-541, rés. angl. p. 11, étudie les aspects formels de la polémique augustinienne dans le Contra Cresconium. Dans ce texte, Augustin réfute tout d’abord les accusations formulées par Cresconius contre l’éloquence et la dialectique, accusations qui visent en réalité l’évêque d’Hippone. Il critique également les considérations grammaticales et linguistiques qu’utilise le grammaticus Cresconius dans son argumentation. Il conteste enfin la fidélité des citations de son contradicteur et insiste sur son usage impropre des textes bibliques et sur ses contradictions. L’évêque d’Hippone dénonce aussi le mauvais comportement de Cresconius et souligne son incapacité à démontrer ses affirmations, son inefficacité et sa superficialité, et il répète avec insistance que son but est de combattre et de rectifier l’erreur, de rechercher et d’atteindre la vérité. (756) Tholen I., Die Donatisten in den Predigten Augustins. Kommunicationlinien des Bischofs von Hippo mit seinem Predigthören, Berlin (Arbeiten zur historischen und systematischen Theologie, 16), 2010, 443 p. Comme l’indique le titre, cet ouvrage se situe dans une série d’études sur la place de la communication dans la prédication d’Augustin, en l’occurrence celle que les donatistes y occupent. L’auteur analyse cet art de la persuasion destiné à affermir l’orthodoxie catholique et à convaincre les donatistes, ainsi que les caractéristiques prêtées par l’évêque aux donatistes. Il revient sur l’histoire du donatisme et pointe les références à Cyprien. (757) Tilley M.A., Redefining Donatism : moving forward, dans Augustinian Studies, XLII, 1, 2011, p. 21-32, propose dans cet article plusieurs pistes de réflexion et de recherche visant à renouveler les études sur le donatisme. Il lui semble notamment nécessaire d’étudier ce courant du christianisme africain autrement qu’à l’aune des attaques que lui adresse saint Augustin, en particulier en s’intéressant aux croyances et aux pratiques que donatistes et catholiques avaient en commun. Il faut être attentif à ses évolutions, depuis ses origines jusqu’à ses manifestations finales et bien avoir à l’esprit que le donatisme n’était pas monolithique. Des progrès notables dans la compréhension du donatisme devraient être possibles grâce à une meilleure analyse des différences existant entre Optat de Milev et Augustin dans leur présentation de l’histoire de ce mouvement. Une plus grande attention apportée aux sermons et aux lettres d’Augustin – moins étudiés que les traités pour tout ce qui a trait au donatisme –, ainsi qu’aux œuvres donatistes pourrait s’avérer utile. Enfin, une exploration des effets de la répression du donatisme sur la théologie latine devrait se révéler particulièrement fructueuse. Les troubles étaient aussi provoqués par des querelles entre les tenants de la religion polythéiste et les chrétiens. (758) Bermon E., Le Songe de Scipion dans la correspondance entre saint Augustin et Nectarius de Calama (Ep. 90-91 ; 103-104), dans Le « Songe de Scipion » de Cicéron et sa tradition, dans Études philosophiques, XCIX, 4, 2011, p. 521-542. Augustin mentionne ce passage de Cicéron dans sa correspondance avec Nectarius (Ep., 90-91 et 103-104) pour tenter de régler un grave incident qui s’est produit à Calama. Il utilise ce texte pour convaincre les habitants de la cité de se ranger aux vertus prônées par Cicéron. (759) Catarinella F.M., Forme della polemica antipagana nell’Epistolario di Agostino, dans Temi e forme della polemica, p. 411-425, rés. angl. p. 10. L’a. s’intéresse aux réponses adressées par Augustin à deux de ses correspondants adeptes de la religion traditionnelle, Maxime de Madaure (Epist. 17) et Nectarius de Calama (Epist. 91 et 104), qui défendent les divinités et les rituels « païens » en s’appuyant notamment sur Virgile et sur Cicéron. Dans chaque lettre, Augustin réfute les arguments de ses correspondants de manière méthodique, en recourant aux mêmes sources classiques qu’eux. Il blâme les rites de la religion traditionnelle, explique les éléments essentiels de la nouvelle religion, souligne la loyauté de l’Église chrétienne envers l’Empire romain et insiste sur la miséricorde envers les coupables.

9Pour l’économie, il faut se reporter cette année aux généralités, tandis que la rubrique société ne peut se passer des sources chrétiennes. (760) Lepelley C., Le colonat dans l’empire tardif était-il une semi-servitude ? Le témoignage de documents patristiques méconnus, dans Droit, L, 2010, L’esclavage : la question de l’homme. Histoire, religion, philosophie, droit. 1, Paris, 2011, p. 15-42. À partir du IVe siècle un nouveau type de colonat se développa, différent de celui qui existait pendant le Haut-Empire. Les colons furent de plus en plus dépendants et leur condition semble s’être fortement dégradée, comme le prouvent des textes du Code Théodosien et ceux d’Augustin récemment découverts. L’auteur s’interroge sur l’importance et l’origine de cette nouvelle catégorie de colons : lien avec l’ancien colonat, avec l’esclavage ? Il semble encore impossible de répondre à la question. C’est pourtant ce que propose (761) Sarris P., Aristocrats, peasants, and the state in the Later Roman Empire, dans Der wiederkehrende Leviathan. Staatlichkeit und Staatswerdung in Spätantike und Früher Neuzeit, édit. Eich P., Schmidt-Hofner S. et Wieland C., Heidelberg (Akademiekonferenzen Heidelberger Akademie der Wissenschaften, 4), 2011, p. 375-392. L’auteur voit dans les coloni adscripti des grandes exploitations un groupe en situation d’insécurité chronique et dont le statut légal et social se rapprochait de celui des esclaves. Il considère les grands propriétaires terriens comme des opposants potentiels à l’État, ce qui s’inscrit à l’encontre de plusieurs études récentes. (762) Burrus V., 2010 NAPS Presidential Address : Fleeing the luxorious kingdom : Augustine’s queer theology of marriage, dans Journal of Early Christian Studies, XIX, 1, 2011, p. 1-20, veut montrer, en s’appuyant essentiellement sur le De bono coniugali et les Confessions, qu’il est possible de complexifier et d’élargir les interprétations traditionnelles de la théologie augustinienne du mariage. (763) Santelia S., Modelli femminili nella tarda antichità, dans Vetera Christianorum, XLVIII, 2011, p. 335-357, prend en considération le témoignage de quelques auteurs chrétiens africains (Tertullien, Cyprien, Augustin) dans cette étude consacrée aux modèles féminins mis en avant par les auteurs chrétiens durant l’Antiquité tardive. Et sur une partie d’entre elles, (764) Marone P., Le donne nel movimento donatista, dans Augustinianum, LI, 1, 2011, p. 85-99, rés. angl. L’a. inscrit son étude dans une perspective d’histoire du genre. Il s’intéresse au rôle des femmes dans le mouvement donatiste depuis les origines du mouvement jusqu’à la Conférence de Carthage en 411. La figure de Lucilla, qui joua un rôle important dans les débuts du schisme et était en conflit avec Caecilianus de Carthage, retient tout particulièrement son attention. (765) Wiśniewski R., Lucilla and the bone : remarks on an early testimony to the cult of relics, dans Journal of Late antiquity, IV, 1, 2011, p. 157-161. Dans le récit fait par Optat de Milev, Contra Parmenianum, I, 16, 1, des faits concernent Lucilla de Carthage, qu’il place au moment de la persécution de Dioclétien, Lucilla aurait embrassé un os de martyr avant de recevoir l’eucharistie. L’objectif de cet article est de montrer que cette description ne peut correspondre à une pratique remontant à la fin du IIIe siècle : elle apparaît plutôt comme une exagération de certaines pratiques contemporaines d’Optat. (766) Harper K., Slavery in the Late Roman World, Cambridge, 2011, 626 p., bibliographie, index. Vaste entreprise que celle de l’auteur qui pose dès l’introduction la question de l’existence et de la durée de l’esclavage dans l’histoire romaine qu’il veut relier à la conquête et au mode de production. S’intéressant à l’ensemble de l’empire, il n’accorde pas une place particulière à l’Afrique, mais les références à Augustin sont nombreuses et la contribution de l’évêque apparaît particulièrement dans le chapitre sur l’esclavage rural, celle de Lactance dans le chapitre sur le statut et la reproduction sociale de l’esclavage. (767) Fredriksen P., Augustine on Jesus the Jew : Saint Augustine Lecture 2010, dans Augustinian Studies, XLII, 1, 2011, p. 1-20. Pour l’auteur, la tendance historiographique actuelle qui consiste à considérer le Jésus historique comme un juif de son époque et à envisager son message et sa mission en fonction de sa judéité trouve un précédent dans l’œuvre d’Augustin. Ce dernier insiste en effet dans ses écrits sur la judéité de Jésus. Il le fait essentiellement pour des raisons théologiques, en particulier dans le cadre de sa polémique contre le manichéen Faustus. (768) Massie A., Peuple prophétique et nation témoin : le peuple juif dans le Contra Faustum manichaeum de saint Augustin, Paris, 2011 (Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité, 191), 666 p., 4 index. L’ouvrage analyse l’ensemble du texte d’Augustin. Dans le cadre de la controverse avec le manichéen Faustus de Milev qui accueillait toutes les sagesses du monde sauf la révélation juive, Augustin défend l’argument prophétique à partir d’une interprétation des Écritures. Le peuple juif annonce le Christ et l’Église dans l’histoire du salut. (769) Marasco G., L’accusa di magia e i cristiani della tarda antichità, dans Augustinianum, LI, 2, 2011, p. 367-421, rés. angl. Si l’accusation de magie fut souvent utilisée par les chrétiens pour attaquer les païens durant l’Antiquité tardive, des sources assez nombreuses montrent qu’une telle accusation fut également utilisée par des chrétiens à l’encontre d’autres chrétiens. L’a. montre que ces accusations de magie étaient souvent proférées dans le cadre de disputes doctrinales et visaient en particulier les évêques et leurs principaux collaborateurs. De telles accusations pouvaient provoquer l’intervention des autorités impériales, qui destituaient de leurs charges ecclésiastiques et exilaient les personnes incriminées, voire les condamnaient à mort comme dans le cas de l’évêque espagnol Priscillien qui fut exécuté sur l’ordre de Maxime. L’efficacité de l’accusation de magie était facilitée par la terreur qu’inspiraient les pratiques magiques. Cette étude évoque notamment la réputation de magicien qui fut faite de manière posthume à Cyprien de Carthage, en raison d’une confusion avec le magicien Cyprien d’Antioche (p. 367 et 379). (770) Cipriani N., La preceptiva antigua y la Regla monástica de san Agustín, dans Augustinus, LVI, 222-223, 2011, p. 443-457 (= Augustinianum, XXXIX, 1999, p. 365-380). L’auteur étudie la Règle monastique de saint Augustin (Praeceptum) en fonction des normes véhiculées par le genre de la littérature de préceptes. L’objectif est de mieux comprendre le contenu de cette Règle et ses aspects littéraires. (771) Grote A.E.J., No había scriptorium en el monasterio de Cartago ? Observaciones sobre escritura y trabajo manual en De opere monachorum de Agustín, dans Augustinus, LVI, n° 220-221, 2011, p. 107-113, rés. angl., présente quelques raisons pour lesquelles Augustin ne mentionne aucun scriptorium dans cet ouvrage malgré le fait qu’il s’adresse à une communauté monastique. La clef de la réponse se trouve dans le Op. mon., 37. (772) Nightingale A.W., Once out of nature : Augustine on Time and the Body, Chicago, 2011, XIV-244 p. index. Cet ouvrage porte sur la conception de la dimension humaine par Augustin, comprise dans le sens de l’âme, du corps et du temps qui les gouverne. Dans le premier chapitre, Edenic and Resurrected Transhumans, p. 23-54, l’a. s’appuie sur la Cité de Dieu pour examiner la vie corporelle d’Adam et Ève dans l’Éden, la question du temps et de la nature au paradis, et les corps saints et ressuscités. La conception du corps par Tertullien est aussi évoquée (p. 43-44). Le chapitre 2, Scattered in Time, p. 55-104, porte sur les êtres humains et la temporalité chez Augustin : sa perception de la mémoire est analysée à partir du Livre 10 des Confessions, qui forme la base de sa conception du temps. Le Livre 2 des Confessions permet d’examiner comment Augustin a été influencé par les anciens philosophes (Platon, Aristote et Plotin) et par leurs théories respectives sur le temps. Puis l’auteur décrit la propre vision d’Augustin sur la temporalité terrestre et psychique et sur la mesure du temps. Le chapitre 3, The Unsituated Self, p. 105-131, analyse les recherches d’Augustin sur lui-même, sa perception du corps et du monde terrestre, l’interaction entre le corps et l’âme pour former un soi, autant de thèmes abordés dans les Confessions. Chapitre 4, Body and Book, p. 132-163, prend en compte le livre dans sa matérialité, comme une interface entre la matière et la signification et analyse la position d’Augustin en tant que lecteur et écrivain, donnant une place particulière à la Bible, privilégiant le texte écrit au discours oral. L’enquête porte aussi sur le statut d’Augustin comme auteur et comme pêcheur aspirant à la sainteté. L’a. se demande comment ses Confessions autobiographiques ont interagi avec le genre hagiographique, en s’appuyant sur la réception d’un des premiers récits hagiographique de l’Antiquité tardive, la vie de saint Antoine par Athanase d’Alexandrie. Dans le chapitre 5, Unearthly Bodies, l’auteur examine les pratiques rituelles liées aux corps mortifiés des ascètes et aux corps saints des martyrs, notamment le culte des martyrs.

B - L’Afrique vandale

Sources

10Avec les poètes et les hommes d’Église, parfois associés dans les travaux actuels, la littérature offre des preuves du maintien de la culture latine au sein du royaume vandale. (773) Antología latina : repertorio de poemas extraído de códices y libros impresos, introd., trad. et notes Socas F., Madrid (Biblioteca clásica Gredos, 394), 2011, 764 p., index. La base de cette anthologie est le codex Salmasianus (ca. 800 ap. J.-C.). Les documents de l’époque vandale en constituent le noyau de base d’origine africaine. (774) Starks J.H., Was black beautiful in Vandal Africa ?, dans African Athena, p. 239-257, 1 carte. Plusieurs épigrammes de l’Anthologie latine (e. g. 183 R = 173 SB ; 182 R = 172 SB ; 189 R = 179 SB ; 362 R = 357 SB) montrent, selon l’auteur, qu’une forme de pensée raciste se dessine contre les populations noires durant la période vandale. Des stéréotypes fondés sur les démons, l’obscurité, la saleté, l’hypersexualité ont été attribués aux Africains noirs, considérés comme des populations dangereuses, contraires aux intérêts des Romano-africains [on notera que ces topoi étaient anciennement utilisés pour (dis) qualifier les humiliores et les barbares ; la bibliographie française sur la question est entièrement ignorée]. (775) Tommasi Moreschini C.O., The Role and Function of Ekphrasis in Latin North African Poetry (5th-6th Century), dans Text und Bild Tagungsbeiträge, édit. Zimmerl-Panagl V. et Weber D., Vienne (Sitzungsberichte - Österreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-Historische Klasse, 813), 2010, p. 255-287. Après une présentation des études sur l’ekphrasis, l’auteur s’attache à quelques textes. Le premier, de Luxorius, célèbre Fridamal, un riche propriétaire vandale (304 R = 299 S) ; le second, anonyme (197 R = 188 S.B), décrit les courses du cirque. Viennent ensuite plusieurs passages de l’Éloge de Justin de Corippe : les habits du nouvel empereur (I, v. 314-344), le sudarium dans lequel est enveloppé Justinien avant d’être mis au tombeau (I, v. 272- 293), la description d’un service en argent (III, v. 111-129), de la salle du trône (III, v. 194-207) et celle de la chaise curule, ornée de gemmes et de joyaux variés (IV, v. 105- 131). Une relation peut être établie entre les textes et les images, en particulier avec les mosaïques tardives d’Afrique et celles de Ravenne. L’ekphrasis se présente sous des formes différentes, mais la technique de Corippe est complexe dans sa façon d’intercaler les descriptions au sein de la narration. (776) Wasyl A.M., Genres rediscovered : studies in Latin miniature epic, love elegy, and epigram of the Romano-Barbaric age, Cracovie, 2011, 292 p., bibliographie, index. Trois auteurs font l’objet de cet ouvrage : Dracontius auquel est jointe l’Aegritudo Perdicae, Maximianus et Luxorius, et l’auteur consacre une partie à chacun. À la définition de l’epyllion latin succède une étude sur la présence importante de Dracontius, son originalité, notamment dans le développement qu’il donne à certains passages, et le mélange des genres dans quatre de ses poèmes, Hylas, le Rapt d’Hélène, Médée et l’Orestie. Sa plus grande qualité est la diversité de la composition et l’exploitation qu’il fait de stratégies littéraires et stylistiques variées, avec une préférence pour montrer ses personnages du dehors ou à travers leurs discours. L’originalité de l’auteur de l’Aegritudo Perdicae tient à une indéniable habileté littéraire et une sorte d’ambiguïté morale qui le rapproche d’Ovide. Luxorius, qui est sans doute avec Martial le seul théoricien du genre épigrammatique, mériterait le titre de « Martial des Vandales ». Il centre ses épigrammes sur les extrêmes de la vie de la Carthage vandale, un monde fait de paradoxes. (777) Garambois-Vasquez F., Jeux d’amour, jeux de mots dans quelques poèmes nuptiaux : Claudien, Ausone, Luxorius, dans Revue des Études latines, LXXXIX, 2011, p. 174-199, rés. angl. La poésie nuptiale de l’Antiquité tardive, surtout représentée par des poètes proches de la cour impériale, relève de codes déterminés, car elle célèbre un acte social et politique. L’épithalame de Fridus écrit par Luxorius pour un aristocrate vandale entre dans cette catégorie. Ces poètes introduisent des vers de Virgile mais en donnent une lecture inhabituelle. (778) Selent D., Allegorische Mythenerklärung in der Spätantike : Wege zum Werk des Dracontius, Rahden (Litora classica, 2), 2011, IX-365 p. Après avoir évoqué le contexte historique dans lequel vivait Dracontius, l’ouvrage entrelace des passages de ses œuvres, chrétiennes et non-chrétiennes, qui n’avaient pas été rapprochés. L’auteur expose ensuite des discussions théoriques sur la définition même du mot « allégorie » et propose un certain nombre d’outils méthodologiques pour la lecture des allégories présentes dans les poèmes, y compris avec celle d’Évhémère. Elle effectue aussi des comparaisons avec Servius et Fulgence. Plusieurs mythes sont ainsi décryptés, celui de Cupidon par exemple pour la poésie profane, celui du passage de la Mer Rouge pour la Bible. (779) Wolff É., La uox poetae dans les œuvres épiques de Dracontius, dans Vox poetae, 2011, p. 97-101, s’intéresse aux différentes modalités d’intervention de Dracontius dans le corps du texte de ses trois grands epyllia (l’Orestie, Le Rapt d’Hélène et Médée). Ces interventions, en général facilement identifiables par le lecteur/auditeur, consistent en l’emploi de termes impliquant un jugement de valeur, le plus souvent négatif, ou en commentaires insérés sous la forme d’une parenthèse. Elles peuvent aussi prendre la forme d’exclamations et d’interrogations rhétoriques, voire d’apostrophes. Leur objectif est de souligner le dessein de l’ensemble du texte, qui doit à la fois instruire et émouvoir, un très ancien principe littéraire. (780) Van Zyl Smit B., The amorous queen and the country bumpkin : Clytaemestra and Egistus in Dracontius’Orestis tragoedia, dans Akroterion, LV, 2010, p. 25-36. Dracontius a ajouté des épisodes à la légende grecque, ainsi la rencontre d’Agamemnon avec Iphigénie à son retour de Troie. Il semble avoir une prédilection pour des amours qu’on pourrait qualifier de « romantiques », mais Clytemnestre apparaît dans le poème comme une femme sensuelle et une uirago (v. 752), qui cherche à atteindre son but par tous les moyens. (781) Wolff É., Deux épitaphes de Luxorius (Anth. Lat. 345 et 354 R = 340 et 349 ShB) N° 49 et 50, dans Vie, mort et poésie, p. 299-305, reproduit le texte latin et propose une traduction française des deux seules épigrammes funéraires de Luxorius, puis en fait une analyse. Elles s’adressent à des personnes très différentes : la première est dédiée à Damira, petite fille de sang royal, décédée dans sa quatrième année, la seconde fait l’éloge d’un uenator. Malgré un statut social très différent, la mort a été subite et prématurée dans les deux cas et elle a agi par jalousie. Ces poèmes sont proches des carmina latins retrouvés sur les monuments funéraires, mais ce ne sont sans doute pas des épitaphes réelles. (782) Id., Sur quelques poèmes de Luxorius, dans Mélanges Pierre Senay, p. 301-307, étudie tout d’abord le poème 374 R dont le sujet est Diogène. Le philosophe, vaincu par une femme, y est ridiculisé. Y est joint un commentaire sur le poème 338 R qui exploite le thème de l’épouse querelleuse. Ces thèmes annoncent l’époque médiévale, durant laquelle ils s’amplifient. Sont évoqués ensuite quelques poèmes qui traitent d’animaux dont le comportement s’écarte de leur nature (291, 292, 305, 330 R). Leur captivité et leur domestication représentent les difficultés de la cohabitation entre Vandales et Romains, et du même chercheur, (783) Id., La préface du livre I des Mitologiae de Fulgence et Martianus Capella, dans la Revue des Études tardo-antiques, I, 2011-2012, p. 111-118. (784) Urízar Salinas J.R., Las etimologías en « Mythologiarum libri III » de Fabio Plancíades Fulgencio, dans Perfiles de Grecia y Roma. XII Congreso Español de Estudios Clásicos, II, Madrid, 2010, p. 1053-1068, rés. angl., étudie les étymologies proposées par Fulgence (V-VIe s.), de 109 noms propres tirés de la mythologie gréco-romaine. Il convient de signaler une nouvelle édition de (785) Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae prouinciae temporum Geiserici et Hunerici regum Wandalorum = Kirchenkampf und Verfolgung unter den Vandalen in Africa : lateinisch und deutsch, édit. Vössing K., Darmstadt (Texte zur Forschung, 96), 2011, 224 p., 4 index. L’introduction, p. 11-30, précise le contexte et donne les éléments connus de la vie de Victor de Vita. Suivent le texte latin et sa traduction en allemand en double page, p. 31- 151. Un commentaire apporte des précisions livresques et historiques, p. 153-197, et l’ouvrage se clôt avec une bibliographie et un index. (786) Venuti M., Allusioni ovidiane nel Prologo delle Mythologiae di Fulgenzio, dans Il calamo della memoria, IV, p. 51-64, rés. angl. p. VIII. Au centre du prologue de cette œuvre, Fulgence introduit un long passage dont une volonté de clarification, qui se présente comme une déclaration programmatique. Les rappels érudits d’auteurs classiques sont nombreux et de niveaux variés et M.V. s’intéresse plus particulièrement aux Métamorphoses d’Ovide et à ses adaptations par Fulgence. (787) Manca M., Testi aperti e contaminazioni inestricabili : il (Tri) cerbero tardoantico fra simbolo e ragione, ibidem, p. 65-76, analyse l’emploi du terme Tricerbero par Fulgence dans les Mythologiae et le De aetatibus mundis et hominis. (788) Bertini F., Inusitata verba. Studi di lessicografia Latina. Raccolti in occasione del suo settantesimo compleanno, édit. Gatti P. et Mordeglia C., Trente, 2011, 332 p., réunit quatorze études du savant italien. Deux d’entre elles intéressent des auteurs africains tardifs. Il s’agit respectivement de Nonius et Fulgence dans Studi Noniani, II, Gènes 1972, p. 33-60 (ici p. 77-110) et de Nonius et Priscien, dans Studi Noniani, III, Gènes, 1975, p. 57-96 (ici p. 111-156). (789) Baratin M., Les figures de Priscien, dans Stylus. La parole dans ses formes. Mélanges en l’honneur du professeur Jacqueline Dangel, édit. Baratin M. et alii, Paris, 2010, p. 41-67. Priscien a développé les questions doctrinales dans le livre 17 de son traité l’Ars grammatica. Il y évoque toutes sortes de problèmes qui se concentrent sur la notion de figure. Il existe deux niveaux de ratio et, pour Priscien, l’énoncé prime sur les composants. Nous terminerons cette rubrique avec un médecin, (790) Papanikolaou D., Ἡ ταυτότητα τοῦ Ζήνωνος στὸν Καίλιο Αὐρηλιανό (Tard. pass. 4.99-101), dans Hellenica, LXI, 1, 2011 p. 25-31. Dans ce passage de Caelius Aurelius [ou Aurelianus], le médecin Zénon serait probablement Zénon de Laodicée (2e moitié du Ier s. av. J.-C.) ou un homonyme de la première moitié du IIe s. av. J.-C. En faveur de cette identification plaide le fait que ce traité latin est la traduction du Περὶ χρονίων παθῶν, traité perdu de Soranos : le Zénon de Caelius Aurelianus doit donc être antérieur à Soranos.

11L’archéologie se limitera à quatre titres. (791) Baratte F., Piété et archéologie : l’évêque Secundus d’Ammaedara, dans Kašic, Acta provinciae SS. redemptoris ordinis Fratrum minorum in Croatia, 41-43, Miscellanea Emilio Marin sexagenario dicata, 2009- 2011, p. 283-294. La sépulture de l’évêque Secundus, publiée dans Recherches archéologiques à Haïdra, III, Rome, 2009 (B.A.A.A., XLIII, 2009 [2015], n° 60), placée en position surélevée dans une sorte d’arcosolium, était manifestement mise en évidence. L’évêque avait procédé à un dépôt de reliques. L’emploi de la forme active circumdabo, au lieu du passif, insiste peut-être sur l’espérance du défunt en sa résurrection. Or l’auteur remarque la rareté des épitaphes évoquant cette dernière, alors qu’on s’attendrait à ce que ce thème ait rencontré un succès dans l’épigraphie funéraire. Mais celui-ci ne se développe qu’avec Jérôme, tandis que l’extrait de Job, 19, 25-26, cité dans l’inscription, ne semble en faveur qu’à partir du VIe s. (792) Rummel P. von, Migrazioni archeologiche. Una nota sul problema dell’identificazione archeologica dei barbari, dans Archeologia e storia delle migrazioni. Europa, Italia, Mediterraneo fra tarda età romana e alto medioevo. Atti del Convegno internazionale di studi, Cimitile-Santa Maria Capua Vetere, 17-18 giugno 2010, édit. Ebanista C. et Rotili M., Cimitile, 2011, p. 85-95, rend compte des problèmes de méthode et d’interprétation, auxquels il a lui-même été confronté. (793) Bourgeois A., Le mobilier céramique de la citerne C4 de la Maison de la Rotonde à Carthage, dans Late Roman Fine Wares, 1, p. 231-251, 7 fig. 9 tab. La citerne a été abandonnée vers la fin du VIIe s. ap. J.-C. puis comblée de façon spontanée. Cet abandon est lié à celui de la maison qu’elle desservait. Ont été trouvés des céramiques culinaires non engobées, de la céramique modelée et commune, des mortiers, des bassins, des vases, trente-sept amphores et des lampes. Les dernières monnaies datent de 610-611. (794) Vásquez Paz J. et Garcia Vargas E., Sigillatas africanas y orientales de mediados del VI d.C. procedentes de los rellenos de colmatación de una cisterna de Hispalis (Sevilla). Los contextos de la Plaza de la Pescaderia, dans Late Roman Fine Wares, I, p. 87-97, 6 fig. Les céramiques découvertes dans une citerne de la cité qui pourrait appartenir au château d’eau, permettent de se rendre compte de la composition de céramiques fines de table pendant la période indiquée, et de déterminer trois centres de production : Tébourba, Oudna et un autre qui n’a pas été identifié. Elles témoignent de la permanence des relations commerciales tardives entre la Bétique et la Zeugitane.

Bibliographie

12Le pouvoir et l’administration vandales ont été étudiés par (795) Modéran Y., Les provinces d’Afrique à l’époque vandale, dans Provinces et identités provinciales, p. 241- 270. Dans cet article très circonstancié, l’auteur montre que, loin de détruire l’organisation provinciale et le sentiment d’appartenance qui y était lié, les Vandales ont plutôt contribué à sa consolidation et à leur existence jusqu’à l’arrivée des Arabes. Les Byzantins reprirent à leur tour les mêmes schémas provinciaux. (796) Morizot P., Encore Masties. À propos d’un article d’Yves Modéran dans l’Encyclopédie Berbère, dans Revue des Études Tardo-antiques, I, 2011-2012, p. 137-144, rés. angl., conteste les conclusions d’Y. Modéran sur la fonction et le rôle de Masties. (797) Rummel P. von, Settlement and Taxes : the Vandals in North Africa, dans Between Taxation and Rent. Fiscal Problems from Late Antiquity to the Early Middle Ages, édit. Martín Viso I., Bari, 2011, p. 23-37, reprend dans cet article la question des sortes Vandalorum, qui ont tantôt été interprétées comme des unités fiscales productrices d’une rente fiscale attribuée aux Vandales (théorie de J. Durliat), tantôt comme de véritables terres qui avaient été données par Genséric aux Vandales et à leurs familles (théorie d’Y. Modéran). Il souscrit à l’hypothèse d’Y. Modéran et pense, comme lui aussi, que les terres distribuées aux Vandales étaient situées en Proconsulaire. L’a. s’intéresse ensuite aux villes de l’Afrique vandale et donne quelques exemples des transformations qu’elles connaissent au cours de la période. D’après lui, les élites urbaines traditionnelles auraient continué à jouer un rôle en matière de perception des impôts, au moins durant les premières décennies de la domination vandale. Cette imposition ne fut sans doute pas trop lourde, du moins en comparaison de celle qui fut mise en place par Justinien après la défaite des Vandales. Sur la société et la culture, on verra (798) De Gaetano M., Scuola e potere in Draconzio, Alessandria (Centro internazionale di studi sulla poesia greca e latina in età tardoantica e medievale. Quaderni, 4), 2009, VI-486 p., index. Cette étude, qui est à la fois littéraire, historique et historiographique, examine, à partir de l’œuvre de Dracontius, la question de l’évolution de l’enseignement romain et les formes de représentation du pouvoir que les barbares ont héritées de la tradition impériale. La première partie précise les structures de cet enseignement avant de s’intéresser plus précisément au rôle du grammaticus dans l’Afrique vandale. La seconde partie est consacrée à la poésie de Dracontius, parfois à celle de ses contemporains. Elle révèle la transformation politique et culturelle de l’identité romaine à la fin du Ve et au début du VIe s. grâce à des comparaisons avec Virgile et Lucain sur des thèmes précis (e.g. nefas, tyrannus, fata). Il s’est produit une redéfinition dans un sens chrétien de la grammatica traditionnelle : si la lecture des textes anciens se poursuit, ceux-ci sont réinterprétés pour leur donner un caractère plus moral. (799) Malick-Prunier S., Le corps féminin dans la poésie latine tardive, Paris (Collection d’études anciennes. Série latine, 73), 2011, 319 p., index. Dans cet ouvrage qui décline les trois thèmes de la sensualité, de la transcendance et de l’incarnation, le corpus étudié comprend quatre poèmes profanes et deux épithalames de Dracontius, ainsi que quelques passages de l’Éloge de Justin II de Corippe. Dans Hylas, le Rapt d’Hélène, Médée, et l’Orestie, on retrouve l’importance accordée à la passion amoureuse, à une femme et à l’adultère, mais le corps de la femme, présenté comme le lieu des émotions les plus fortes, est peu exploité du point de vue poétique. L’originalité des épithalames réside dans l’amour partagé tendre et charnel entre les époux, thème repris ultérieurement par Ennodius et Venance Fortunat. Chez Corippe, la Vierge Marie apparaît à l’empereur pour le revêtir des insignes du pouvoir royal (I, v. 32-37) et surtout, pour la première fois, de mère elle devient reine du ciel (II, v. 50-69).

C - De l’Afrique byzantine à l’Afrique musulmane

13Comme à l’accoutumée, ce chapitre souffre d’un faible nombre de publications.

Les sources

14La littérature est représentée par quatre titres, auquel il faut joindre les mentions de Corippe au chapitre précédent, et autant pour l’archéologie. (800) Procope, Constructions de Justinien Ier : Περὶ κτισμάτων/De aedificiis, introd., trad., commentaire, cartes et index par Roques D., publication posthume par Amato E. et Schamp J., Alessandria (Hellenica, 39), 2011, VIII-469 p., 14 p. de pl., cartes, 2 index. Cette traduction française des six livres du De aedificiis de Procope de Césarée est précédée d’une longue introduction et accompagnée de notes très détaillées faisant office de commentaire. L’importante action édilitaire de Justinien en Afrique est détaillée au livre VI. La traduction de D. Roques est fondée sur l’édition critique du texte grec publiée par G. Wirth en 1964. (801) Zarini V., Les forces du bien et du mal et la poésie de Corippe, dans Les Forces du bien et du mal, p. 91-103. L’examen de la présence de ces deux forces chez le poète tend à montrer qu’il est allé au-delà des cadres du panégyrique. Il paraît annoncer la guerre sainte, notion étrangère au modèle virgilien. Cette perception tranchée du bien et du mal apparaît annonciatrice d’un « choc de civilisation », la superbia des barbares faisant d’eux des ennemis de Dieu. (802) Goldlust B., Quand le récit épique devient discours politique et manifeste poétique : les interventions auctoriales dans la Johannide de Corippe, dans Vox poetae, p. 315-333. Dans le récit épique de Corippe, l’auteur repère ce qui relève de l’opinion du narrateur, en laissant de côté les discours des protagonistes. Il s’agit notamment des apostrophes, du choix des mots, surtout des adjectifs et des adverbes. Ces formes d’écriture introduisent un jugement de valeur et transforment un récit théoriquement neutre en un discours engagé, voire en un panégyrique. Plusieurs exemples sont donnés et une annexe offre un classement de ces principales manifestations. (803) Zarini V., Épopée et romanesque : à propos d’un passage controversé d’une épopée chrétienne du VIe siècle, dans Présence du roman grec et latin, p. 547-560, rés. angl. p. 796. Un passage de la Johannide de Corippe, VII, v. 150-198, évoque l’épouse d’un officier byzantin pleurant la mort de son mari. Il met en scène l’affectivité féminine, la seule qui apparaisse dans un environnement héroïque et masculin. L’a. propose une traduction de ce passage, en précise la situation, en examine les influences rhétoriques et poétiques (Virgile et surtout Lucain), puis met en évidence les difficultés du texte. Sur L’éloge de Justin, voir les nos 775, 799. L’archéologie comprend un nombre de titres identique. (804) Golvin J.-C. et alii, Matériel architectural et restitution de l’élévation de l’église byzantine, dans Recherches archéologiques à Haïdra, 4, p. 87-109, fig. 95-131. Ce chapitre est consacré à l’analyse des blocs et des procédés constructifs. L’étude des blocs a permis de restituer les arcs des colonnades de la nef, les voûtes d’arêtes des bas-côtés, l’arc triomphal et la voûte en cul-de-four de l’abside orientale, ainsi que les parties hautes de l’édifice (charpente, fenêtres, toitures). (805) Duval N., Baratte F. et Balmelle C., collab. Hamrouni M., Morvillez É. et Raynaud M.-P., Les mosaïques de l’église byzantine, ibidem, p. 111-145, fig. 132-165, font un historique des recherches, puis la présentation des matériaux et des techniques est suivie d’une description détaillée des pavements à motifs géométriques des nefs (avec la dédicace de Candidus et d’Adeodata) et de la mosaïque épigraphique du martyrium. Ces mosaïques sont ensuite replacées dans le contexte de production en Proconsulaire, en Byzacène et en Numidie. (806) Baratte F., Le chœur byzantin : une mosaïque retrouvée et le reliquaire identifié, ibidem, p. 231-240, fig. 219-226. À propos de la terre cuite, on verra (807) Maurina B., Alcune considerazioni sulle ultime produzioni di anfore africane e sull’articolazione dei circuiti commerciali nel Mediterraneo del VII secolo, dans When did Antiquity end ?, p. 105-119. Un petit mouvement commercial subsiste encore dans la première moitié du VIIe siècle. De nouvelles découvertes ont été faites depuis le temps d’A. Carandini et elles permettent de nouvelles analyses. L’Afrique importe et exporte et le mouvement se déplace vers les activités intra-provinciales. La coupure se place plutôt au début du VIIIe siècle.

Bibliographie

15Cette rubrique est encore plus limitée avec seulement trois titres, dont deux nous conduisent jusqu’à la période islamique. (808) Gärtner T., Das Zurücktreten des Gefeierten : Überlegungen zur panegyrischen Technik im Eingang von Coripps Johannis, dans Eikasmos, XXII, 2011, p. 333-339, rés. angl., s’est posé la question de savoir pourquoi le général Jean Troglita, qui est sans aucun doute le protagoniste de l’épopée la Johannide de Corippe est si peu mentionné dans le poème et pourquoi il n’apparaît pas au début de l’épopée. Il propose de comprendre ceci par le fait que, au début de l’oeuvre, Corippe adopte les techniques du panégyrique de son professeur en poésie, Priscien, qui concentre son attention sur l’empereur Anastase et que, par conséquent, il y a moins de place pour le général dans cette section. (809) Mouton J.-M. et Racinet Ph., Surt : histoire et archéologie d’une ville médiévale libyenne, dans Les nouvelles de l’archéologie, 123, 2011, p. 34-38, 4 fig., ont entrepris l’étude générale de la ville fondée au VIIe ou au VIIIe s. édifiée à proximité de sites antiques, Charax, d’époque punique, et Iscina, d’époque romaine. Des remplois (chapiteaux, bases de colonnes) et du mobilier (céramique sigillée, monnaies) antiques ont été découverts, mais le passage de la ville antique à la ville médiévale reste un problème. Si aucune hypothèse ne peut être proposée dans l’état actuel, rien ne peut être exclu, depuis la fondation ex nihilo de la ville-camp jusqu’à l’installation de la ville islamique sur une fondation antique. Plusieurs édifices ont été identifiés dans la ville médiévale construite en briques crues : une grande mosquée, trois forts, l’enceinte et ses portes. (810) Gozalbes Cravioto E., El comes Iulianus (Conde Julián de Ceuta), entre la historia y la literatura, dans Al Qantir, XI, 2011, p. 3-35. Il s’agit d’une synthèse sur la figure du comte Julien, qui utilise les sources médiévales chrétiennes (romans et chroniques), arabes, mozarabes et numismatiques. L’a. conclut que la légende du comte offrant son aide aux Arabes pour la conquête de l’Espagne parce qu’il voulait venger le viol de sa fille à la cour wisigothe est fausse, même si le personnage est réel (Iulianus = Ulyan en arabe). Il fut le dernier gouverneur de la Ceuta byzantine et le premier de la Ceuta wisigothe et le fait qu’il fut aussi gouverneur d’Algésiras laisse à penser qu’il était d’origine wisigothique et non byzantine. En 709, il décide d’aider la conquête islamique de la Péninsule Ibérique pour une raison inconnue. (811) Benabbès M., Des provinces byzantines à l’Ifriqiya : continuités et changements dans les découpages administratifs, dans Provinces et identités provinciales, p. 271-293, 6 cartes. L’a. s’efforce de faire la part de l’héritage antique et celle des apports arabes à travers les découpages administratifs entre les provinces byzantines et l’Ifriqiya arabe. Il est probable que les conquérants ont conservé dans un premier temps les divisions administratives telles qu’elles se présentaient dans un rescrit de Justinien de 534 et la Notice de Georges de Chypre. Un redécoupage fut progressivement effectué au cours du haut Moyen Âge, qui tint partiellement compte de l’ancien, et ce n’est qu’en 705 que la wilâya d’Ifriqiya, devenue autonome par rapport à l’Égypte, connut une extension considérable.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search