Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIV (2010)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

V – L’Afrique tardive

Texte intégral

A. – L’Antiquité tardive romaine

Sources

1Comme à l’accoutumée, Augustin se taille la part du lion, cependant il n’a pas l’exclusivité.

2Les sources profanes précéderont les auteurs chrétiens. (715) Clemente G., La notitia dignitatum : l’immagine e la realtà dell’impero tra IV e V secolo, dans Istituzioni, carismi ed esercizio del potere, p. 117-132. Ce texte complexe est la preuve que persistait une certaine idée de l’Empire, en dépit d’une réalité en crise profonde, décelable en Afrique comme ailleurs. (716) Morelli A.M., Appendicula testimoniorum, dans Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni, p. 495-502, a rassemblé la documentation littéraire sur la cité. Claudien a notablement intéressé cette année, mais assez peu en relation avec l’Afrique. (717) Guipponi-Gineste M.-F., Claudien, poète du monde à la cour d’Occident, Paris, 2010, 472 p., ill. L’auteur analyse la place et le rôle des objets naturels ou artificiels dans l’œuvre du poète. Le corpus permet de le situer dans l’histoire de l’ekphrasis, au carrefour de l’épique et de la rhétorique, et rappelle aussi les grandes lignes de la littérature épidictique. Certains objets, en particulier les objets naturels, expriment son imaginaire profond : les images de fuite traduisent le sentiment d’insécurité partagé par d’autres auteurs de l’Empire tardif ; les mirabilia illustrent la puissance créatrice de la Nature ; les figures du temps manifestent le désir de pérennité, lié à l’idéal de Roma aeterna, et la saisie de l’instant. (718) Zarini V., L’empire d’Occident et l’étranger dans la poésie officielle de Claudien, dans Figures de l’étranger autour de la Méditerranée antique, p. 509-517. Poète officiel, Claudien est attaché à la suprématie universelle et idéale de Rome, même s’il ne peut se dissimuler que celle-ci n’est plus en mesure de se passer de l’aide des barbares. Sa noble fierté lui fait triompher de ses ennemis extérieurs ou intérieurs, tels Gildon, qui rompait l’unité de l’Empire et voulait provoquer la famine, ou Alaric. Ces chefs barbares doivent être châtiés sévèrement pour leur orgueil insensé et leur responsabilité dans les révoltes de leur peuple. (719) Id., Brèves réflexions sur la Fortune dans les poèmes officiels de Claudien, dans Varietates Fortunae, p. 79-86. Claudien semble peu à l’aise dans le domaine religieux et sa mythologie est largement sécularisée. (720) Martín S.R., El Olimpo y el Infierno en la poesía de Claudiano, dans Rivista di filologia classica, 138, 2010, p. 198-220. Claudien a reformulé le topos homérique de l’assemblée des dieux dans plusieurs de ses oeuvres, y compris la Guerre contre Gildon : il imagine en particulier des assemblées des dieux infernaux. (721) Cristante L., La praefatio (Carm. 16) del panegirico di Claudiano per il consolato di Mallio Teodoro tra retorica e ideologia, dans Quaderni urbinati di cultura classica, n.s. XCV, 2010, p. 85-97. Ce panégyrique de Claudien fut prononcé à Milan à l’occasion du consulat de Mallius Theodorus en janvier 399, ancien préfet du prétoire pour l’Italie, l’Illyrie et l’Afrique (en 397). La préface exprime ce qu’est la mission de la poésie, affirmer le lien indivisible entre la pars orientis et la pars occidentalis (les deux aigles de l’Empire), cette dernière incarnée par Teodorus, l’empereur Honorius et le sénat de Rome. Nous abordons maintenant les sources chrétiennes. (722) Arnobe, Contre les gentils (Contre les païens). 6, Livre VI-VII, édit. Fragu B. (texte établi, trad. et commenté), Paris (Collection des universités de France, série latine, 396), 2010, LXXIII-257 p. en partie doubles, index. (723) Heck E., Zu den lateinischen Übersetzungen griechischer Zitate bei Lactanz, dans Hyperboreus, 2010-2011, XVI-XVII, p. 137-148, rés. russe. Les Institutions Divines de Lactance contiennent soixante-neuf mots ou citations tirés du grec, la plupart issus des Oracles Sibyllins ou du Corpus Hermeticum. Ce n’est pas Lactance qui les a traduits, et seize d’entre eux font, de sa part, l’objet de commentaires, certains accompagnés de comparaisons avec des citations d’Augustin. (724) Cain A., Three further echoes of Lactantius in Jerome, dans Philologus, 154, 1, 2010, p. 88-96, rés. angl. Jérôme semble avoir très bien connu Lactance : l’a. ajoute trois nouvelles références de cet auteur trouvées dans le Commentaire sur les Galates de Jérôme. (725) Orosius, Seven books of history against the pagans, édit. Fear A.T., Liverpool, 2010, VIII-456 p., traduction et notes sans le texte latin, index. L’introduction rappelle la vie d’Orose qui fuit en Afrique au moment où les Suèves investissent Braga, en 411, y rencontre Augustin et mourut sans doute assez jeune en Afrique, puis aborde son œuvre et ses sources. (726) Yates J., The Use of the Bible in the North African Martyrological Polemics of Late Antiquity, dans Martyrdom and Persecution, p. 393-419. L’article examine les différentes utilisations de la Bible par Optat de Milev et Augustin, associées aux techniques rhétoriques. Nous sommes arrivés à Augustin, pour lequel nous suivrons l’ordre habituel, en commençant par les éditions de ses œuvres majeures, puis celles des sermons, des traités et de la correspondance. Pour ses écrits directement en relation avec son action, il faut se reporter à la rubrique Bibliographie. (727) Augustinus, Confesiones, édit. Encuentra Ortega A. (introd., trad. et notes), Madrid, 2010, 700 p. L’introduction offre très peu de références africaines et seulement en relation avec le début de la vie d’Augustin à Thagaste, Madaure et Carthage. L’auteur s’intéresse essentiellement à l’influence des Confessions dans la littérature espagnole depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. (728) Burrus V., Jordan M.D. et Mackendrick K., Seducing Augustine : bodies, desires, confessions, New York, 2010, XI-174 p. Les philosophes contemporains ont inspiré cet ouvrage, qui constitue un essai à plusieurs voix de la sexualité, du plaisir, de l’érotisme chez Augustin à partir des Confessions. Cette triple approche explique que les trois premiers chapitres évoquent chacun à leur manière la conversion et le choix d’Augustin de se tourner non seulement vers le christianisme, mais vers sa version ascétique : une séduction empreinte d’une sensualité tourmentée, un déni brutal du plaisir charnel ou une soumission volontaire érotiquement complexe. (729) Alexanderson B., Books 1-16 of the De civitate Dei : the question of an archetype : the oldest manuscripts L, C and V compared with later ones, dans Augustinianum, 2010, L, 2, p. 491-541. À partir d’une révision philologique minutieuse des plus anciens manuscrits des VIe et VIIe siècles, plusieurs passages de l’ouvrage sont discutés. Sont mis en lumière des interpolations, des révisions du texte et l’existence d’un archétype ainsi que des choix opérés par les éditeurs précédents. Par conséquent, l’auteur fait de nouvelles propositions de lecture. (730) Piacente L., Un tal Cicerone ? (Aug., conf. 3, 4, 7), dans Auctores nostri, p. 295-300. Un passage bien connu d’Augustin (perueneram in librum cuiusdam Ciceronis) a fait l’objet de plusieurs interprétations divergentes et l’auteur propose de reprendre l’ancienne lecture de la tradition manuscrite : perueneram in librum quendam Ciceronis, plus appropriée au contexte. (731) Di Palma G., Per una nuova storia da construire : il De civitate Dei. Le fonti bibliche, dans Lectio Augustini Neapolitana XIV, p. 69-87. Les vingt dernières années d’Augustin furent marquées par une nouvelle réalité, la disparition de l’Empire romain avec son lot de drames et de questions angoissantes. L’évêque se tourne alors vers le concept de saeculum nouum, une histoire non pas idéale, mais renouvelée par le Christ, et qui n’est plus celle de l’hégémonie romaine. Les références apocalyptiques occupent une place importante dans sa réflexion. (732) Marafioti D., La visione agostiniana della città terrestre, ibidem, p. 89-121, souligne l’actualité de la pensé augustinienne qui aborda les questions fondamentales de l’histoire, de l’État, de l’amour, de l’étranger, de la culture, de la paix. (733) Modesti M. et Zuffrano A., Un nuovo frammento del De civitate Dei di S. Agostino in semionciale : analisi codicologica e paleografica, dans Giornale italiano di filologia, n.s., I, 1-2, 2010, p. 203-223, 4 ill. Les auteurs ont procédé à l’étude des passages de la Cité de Dieu, VIII, XI, 23 et XX, 2, sur le fragment Bologna, Archivio della Fabbriceria di S. Petronio, Cart. 353 n. 3. Les éléments codicologiques et paléographiques particuliers aux codex latins les plus antiques permettent de lui assigner une date vers le VIe siècle. (734) Alici L., The violence of Idolatry and Peaceful Coexistence : the Current Relevance of Civ. Dei, dans Augustinian Studies, XLI, 1, 2010, p. 203-218. Dans un volume qui rend compte des Saint Augustine Lectures de 2009 de Villanova University (Pennsylvanie), consacré à des questions théologiques, cet article vise à préciser les relations entre polythéisme et idolâtrie. Sont successivement étudiées la pertinence anthropologique de la foi, dont l’opposé n’est pas l’incrédulité mais l’idolâtrie, les différences et l’incompatibilité entre monothéisme et polythéisme, les implications politiques et morales qui en découlent selon Augustin. Pour ce dernier, Dieu est une alternative à la violence dans les relations interpersonnelles et le L. XIX est le point d’aboutissement de ce voyage intellectuel. (735) Cambronne P., Saint Augustin, un voyage au cœur du temps. 1, Une histoire revisitée : une introduction à la Cité de Dieu, I-X, Bordeaux, 2010, 253 p. Ce volume est le premier d’une série de trois qui vise à introduire à la lecture de la Cité de Dieu centrée sur la vision d’Augustin, qui eut une influence capitale dans l’élaboration d’un imaginaire occidental. Dans ces dix livres, Augustin retrace l’histoire politique et religieuse de Rome depuis ses origines légendaires en choisissant des épisodes. Il faut aussi replacer Augustin dans son contexte historique, le sac de Rome en particulier. Le mode d’exposé choisi par l’auteur mêle lui aussi choix personnels et notes historiques. (736) Ministerium sermonis. Philological, Historical, and Theological Studies on Augustine’s sermones ad Populum, édit. Partoens G., Dupont A. et Lamberigts M., Turnhout (Instrumenta patristica et mediaevalia, 53), 2009, 404 p. Dans cet ouvrage axé sur les Sermons d’Augustin, plusieurs articles intéressent leur chronologie, d’autres des thèmes évoqués par Augustin. Y figure notamment une nouvelle édition du Sermon 207 : (737) Weidmann C., The Corpus of Augustinian Sermons recently discovered at Erfurt : With a new edition of Sermo 207, ibidem, p. 11-37. Le texte proposé se trouve aux p. 33-37, et (738) Weber D., Pseudo-Augustini Sermo in natali sancti Cypriani : Ein spätantikes Ineditum, ibidem, p. 39-48, texte latin aux p. 47-48. (739) Augustinus von Hippo, Sermones ad populum : Überlieferung und Bestand, Bibliographie, Indices : Supplement 2000-2010, édit. Drobner H.R., Berne-Francfort-sur-le Main (Patrologia, 25), 2010, 180 p., ill., 5 index. Cet ouvrage complète depuis 2000 les données de l’ouvrage Augustinus von Hippo, Sermones ad populum : Überlieferung und Bestand, Bibliographie, Leyde (Suppléments Vigiliae Christianae, 49), 2000, XX-226 p., qui présentait la collation des éditions, traductions et études sur ces sermons depuis les Mauristes. (740) De Coninck L., Coppieters T., Walland B. et Demeulenaere R., À propos de la datation des sermones ad populum : s. 51-70A, dans Ministerium sermonis, p. 49-68. Le principal critère dont se sont servis les auteurs est l’évolution de la doctrine et des interprétations successives de quelques passages scripturaires. Ces critères ne permettent que rarement une datation précise, qui n’est possible que lorsqu’un évènement est connu. Six n’ont pas reçu à ce jour de datation et pour sept autres (Serm. 54, 56-59 augm. 63, 65A), des réserves doivent être faites quant à la datation proposée. Tableau synoptique, p. 67. (741) Partoens G., Augustine’s Sermo 169 : Correction of two Misinterpretations and Proposal of a New Date, ibidem, p. 69-96. Ce sermon date de 416 au plus tôt et les corrections portent sur l’interprétation d’un passage de l’Épitre de Paul aux Philippiens, 3, 3-16. (742) De excidio Vrbis e outros sermoes sobre a queda de Roma, trad., introd. et notes de Miranda Urbano C., Coimbra, 2010, 169 p., index. (743) Weidmann C., Vier unerkannte Predigten des Augustinus, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LVI, 2, 2010, p. 173-196, rés. all. et fr. Le sermon sur le psaume 25 et les trois sermons sur Jean n’ont pas été prêchés par Augustin, mais rédigés par lui pour d’autres prêtres. Ils ont été insérés par erreur, sans doute à l’initiative d’Aurelius, aux côtés des deux grands traités des Enarrationes in Psalmos et des Tractatus in Iohannis Euangelium. (744) Tholen I., Die Donatisten in den Predigten Augustins. Kommunikationslinien des Bischofs von Hippo mit seinen Predigthörern, Münster, 2010, 443 p., index. Il s’agit d’une grosse synthèse sur la présence de la controverse antidonatiste dans les sermons d’Augustin : l’auteur étudie plus précisément la manière dont l’évêque a forgé tout un système de communication au sujet des donatistes, qu’il connaissait bien et qu’il fréquentait au quotidien. (745) Dupont A., La presencia de los temas antipelagianos baptismus paruulorum et peccatum originale dans les Sermones ad populum d’Agustín, dans Agustín y el agustinismo, p. 109-125, rappelle les divergences qui existaient entre les deux théologiens au sujet du baptême des enfants. (746) Van Oort J., Jews and judaism in Augustine’s Sermones, dans Ministerium sermonis, p. 243-265. Dans ses sermons, Augustin parle des juifs de son époque et il apparaît bien au fait de leurs coutumes et pratiques. Le ton est très nettement négatif lorsqu’il évoque leur interprétation des textes bibliques et il les considère comme étrangers à la vraie religion. On ne peut que conclure à une attitude ambivalente de l’évêque d’Hippone, étude qu’il faudrait poursuivre dans d’autres œuvres. Nous signalons (747) Galynina I. et alii, Die handschriftliche Überlieferung der Werke des Heiligen Augustinus. XI, Russland, Slowenien und Ungarn, édit. Weidmann C., Vienne, 2010, 298 p. (n.u.). Pour les traités, (748) Opera = Werke, XXII, contient De natura boni = Die Natur des Guten, édit. Brachtendorf J. et alii, introd., texte latin, trad. et commentaire Berges B. et alii ; Contra Secundinus = Gegen Secundinus einschliesslich ; Epistula Secundini = Der Brief des Secundinus, introd., texte latin, trad. et commentaire Kudella M., Paderborn, 2010, 425 p., 5 index. (749) Augustin, De immortalitate animae = L’immortalita dell’anima, présentation Cipriani N., préf. Malatesta M., introd., trad., note et appendice Balido G., Naples, 2010, 223 p., index, traduction avec texte latin en regard. Nous mentionnons (750) Zarini V., Résumé de la thèse de Ribreau M. intitulée « Le Contra Iulianum de saint Augustin : introduction générale, édition, traduction et commentaire du livre III », Paris, 2009, dans Adamantius, XVI, 2010, p. 422-424. La thèse est en accès électronique. (751) Catapano G., Augustine, Julian, and dialectic : a reconsideration of J. Pépin’s lecture, dans Augustinian Studies, XLI, 1, 2010, p. 241-253. J. Pépin, le meilleur spécialiste de l’étude de la théorie et de la pratique de la dialectique, avait distingué deux points de vue opposés chez Augustin : l’un, positif et clairement exposé dans le De Doctrina Christiana et le Contra Cresconium, l’autre négatif, une fausse dialectique, qui apparaît à la fin de sa vie dans les traités contre Julien d’Éclane. En réexaminant ces derniers, l’auteur assure qu’il faut nuancer cette vue négative. En réalité Augustin condamne une imitation de l’authentique ars disputatoria, une contrefaçon en quelque sorte, qu’il a déjà essayé d’exclure des débats. (752) Beatrice P.F., Semantic shifts in Augustine’s use of the word profanus, dans Frontières (Les -) du profane dans l’Antiquité tardive, p. 37-53. Dans le Contra Academicos, qui date de 386, Augustin emploie encore profani au sens de « non-initiés », sans connotation péjorative. Ce n’est plus le cas quand il écrit, en 396-397, le De doctrina Christiana, dans lequel « profane » signifie « païen », conformément à l’usage chrétien contemporain, avec une intention péjorative. (753) Fladerer L., Augustinus grammaticus : De magistro und Augustins Position innerhalb der spätantiken Grammatik, dans Philologus, 154, 2, 2010, p. 316-328, rés. angl. Ce dialogue entre Augustin et son fils Adeodatus propose une véritable pratique grammaticale. Il semble qu’Augustin disposait d’un manuel dérivant de Charisius ou de l’un de ses élèves. (754) Costanzo A., Una nuova datazione del De uera et falsa poenitentia, dans Cristianesimo nella storia, XXXI, 3, 2010, p. 809-840, rés. angl. p. III. Ce traité, qui a été transmis dans le corpus Augustinianum, est en réalité une œuvre composée par trois auteurs vivant au Moyen Âge. Quelques thèmes spécifiques ont donné lieu à des travaux. (755) Obras y textos monásticos. 2, édit. Ruiz Pascual J.E., Madrid, 2010, 500 p., 2 index, contient La Regla, édit. Anoz J., introd., trad. et notes ; les textes monastiques présents dans les Confessions, édit. Galindo J.A. ; les textes monastiques qui figurent dans la Correspondance, édit. Anoz J. ; les autres textes monastiques présents dans des oeuvres variées, édit. Oldfield J. ; la « Vida de san Agustín » de Possidius, édit. Eguiarte Bendímez E. (756) Paix et guerre selon saint Augustin, textes choisis, présentés et trad. Fux P.-Y., Paris (Les Pères dans la foi, 101), 2010, 212 p., 2 index. On trouvera la traduction du Sermon 357, des Lettres 138, 189, 220, 228 et 229, ainsi que des extraits des Commentaires des psaumes, de la Cité de Dieu, des Questions sur l’Heptateuque, du Contre Faustus et des Confessions. (757) Augustine, On the Free Choice of the Will, On Grace and Free Choice, and other Writings, édit. King P., Toronto, 2010, 256 p. Ce volume réunit et traduit des écrits précoces et des écrits tardifs d’Augustin sur la grâce et le libre arbitre, ce qui permet de suivre l’évolution de sa pensée sur ce sujet qui lui tenait à cœur. (758) Augustinus, Recht und Gewalt : Beiträge des V. Wurzburger Augustinus-Studientages am 15-16 Juni 2007, mit einer kommentierten Quellensammlung zur Richtertätigkeit Augustins, édit. Mayer C., collab. Förster G., Würzburg, 2010, 290 p., 2 index (n. u.). (759) Drobner H.R., Navidad en Hipona : celebración mística y catequesis, dans Augustinus, LV, n° 216-217, 2010, p. 31-49, rés. angl. L’Ep. 55, 2 montre que, pour Augustin, la célébration de la Nativité est importante. De fait, la Nativité et Pâques célèbrent à la fois théologiquement et liturgiquement le mystère du salut. (760) Lettres croisées de Jérôme et Augustin, édit. Fry C. (trad., prés. et notes), Paris, 2010, LXVIII-501 p., 3 index. C. F. a rédigé la chronique de ces échanges, dont le premier eut lieu fin 394-début 395, dans une large introduction, p. XV-LXIV, avant de donner les textes en latin suivis de la traduction française. Pendant deux décennies Augustin et Jérôme ont échangé des lettres souvent peu amènes, surtout lorsque le premier prend le second en flagrant délit de mensonge. Après une interruption de plusieurs années, les échanges épistolaires reprirent en raison de la crise pélagienne qui fédéra les deux adversaires. L’ouvrage contient aussi le Manuel de rhétorique de C. Iulius Victor et sa traduction. Même constatation par (761) Clauss M., Der Weg zur Wahrheit kostet Leben. Zum frühchristlichen Selbstverständnis, dans Religiöser Fundamentalismus in der römischen Kaiserzeit, édit. P. Barceló, Stuttgart, 2010, p. 135-144. Au tournant des IVe-Ve siècles, la querelle entre Augustin et Jérôme s’apaise devant la menace du Pélagianisme, car il n’existe pas d’autre alternative que la soumission à l’orthodoxie. De Tertullien à Augustin, par exemple dans le Serm. 62 et Civ. Dei, 18, 51, les textes diffusent un discours de haine contre les hérétiques, les païens et les juifs, considérés comme des ennemis qu’il faut combattre. (762) Buenacasa Pérez C., Les lettres antidonatistes d’Augustin : le vocabulaire employé pour dénoncer les crimes des donatistes, dans L’étude des correspondances dans le monde romain, de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations, Actes du XXXe [i.e. XXXIIe] colloque international de Lille, 20-21-22 novembre 2008, édit. Desmulliez J., Hoët-Van Cauwenberghe C. et Jolivet J.-C., Lille, 2010, p. 393-410. À partir de 400, Augustin criminalise les donatistes par ses arguments et par le lexique employé ; plus tard, le pouvoir impérial choisit aussi de les réprimer et l’Édit d’Union de 405 a recours à des formules inspirées du vocabulaire augustinien. (763) Descotes P., Saint Augustin et la crise pélagienne : le témoignage de la correspondance (Epistulae 186, 187 et 194), dans Revue des Études Augustinennes et patristiques, LVI, 2, 2010, p. 197-227, rés. angl. L’analyse de trois lettres rédigées en plein coeur de la crise pélagienne (Ep. 186 à Paulin de Nole, 187 à Dardanus, et 194 à Sixte) permet de souligner, au-delà de leur accord doctrinal, l’originalité de construction, de style et de ton de chacune d’elles. (764) Doldi M., L’uomo, figlio di Dio in Agostino, dans Auctores nostri, p. 217-230, examine le thème de la déification/filiation dans l’œuvre d’Augustin. Contrairement à l’usage, nous signalons cet article théologique, car cette question a profondément influencé la doctrine occidentale. (765) Aloisi A., Memoria e infanzia in Agostino, dans Rivista di Filosofia, 101, 2, 2010, p. 187-209, rés. angl. Augustin, qui inventa la notion d’intériorité, l’intus, la définit d’abord en opposition avec le foris ; il introduit aussi un lien capital entre l’intériorité et la mémoire, et la met en relation avec l’enfance. (766) Retief F.P. et Cilliers L., St. Augustine and medical science, dans Acta patristica et Byzantina, XXI, 1, 2010, p. 94-101, est l’exposé des usages que fit Augustin des sciences médicales dans ses écrits. (767) André J.-M., Culture médicale et guérison miraculeuse chez saint Augustin : les miracles de Carthage, dans Varietates Fortunae, p. 333- 346. L’a. reconstitue le catalogue des guérisons miraculeuses en opérant un classement nosologique et compare les affections guéries avec les miracles des Évangiles. Au-delà des miracles, Augustin attribuait une valeur positive à l’art de guérir dans la « cité terrestre ». (768) Augustine and philosophy, édit. Cary P., Doody J. et Paffenroth K., Lanham (Md.), 2010, XI-296 p., index. Les douze communications se sont réparties en deux thèmes : le premier envisage la pratique personnelle de la philosophie par Augustin, le second la manière dont il use des philosophes et son influence sur les philosophes ultérieurs. Parmi les nombreux ouvrages et articles qui ont été consacrés à l’évêque, mentionnons (769) Agustín y el agustinismo : coloquio de Roma : Academia Belgica (Roma), 2-3 de abril de 2009, édit. Dupont A., dans Augustinus, LV, n° 216-217, 2010, p. 77-210. Les communications ressortissent pour la plupart au domaine théologique, mais trois d’entre elles intéressent plus particulièrement nos études (A. Dupont, M.A. Gaumer et F. Tasca). (770) Stock B., Augustine’s inner dialogue. The philosophical soliloquy in Late Antiquity, Cambridge-New York, 2010, XIII-240 p., index. Cette étude considère que le soliloque, ou dialogue intérieur, est l’exercice spirituel principal auquel s’adonne Augustin entre 386 et 400 surtout, également plus tard. Augustin prend appui sur trois disciplines, la rhétorique, la philosophie, la théologie, mais c’est la dimension philosophique qui l’intéresse le plus. De manière tout à fait originale, il inscrit cet examen à la fois dans le cadre de sa vie personnelle et dans celui de l’histoire du monde, tel que le récit biblique en rend compte. (771) Teske R.J., Augustine of Hippo : philosopher, exegete, and theologian : a second collection of essays, Marquette (Wisc.), 2009, 296 p., index, réunit 14 articles ou chapitres de livres publiés entre 1980 et 2005, à la suite d’un premier lot d’études paru en 2008. (772) Id., To know God and the soul : essays on the thought of Saint Augustine, Washington (D.C.), 2008, XVIII-289 p., index. (773) Augustine in his own words, édit. Harmless W., Washington (D.C.), 2010, XLII-496 p., ill., cartes, index, se veut un ouvrage pédagogique, une sorte de résumé des écrits de l’évêque. Il présente une sélection de divers passages d’Augustin selon des thèmes - le philosophe, l’évêque, le prêcheur, l’exégète -, avant d’exposer sa théologie en partant des controverses, successivement contre les manichéens, les donatistes, les païens et les pélagiens, qui ont rythmé sa vie. (774) Pollmann K., Alium sub meo nomine : Augustine between his own self-fashioning and his later reception, dans Zeitschrift für antikes Christentum/Journal of Ancient Christianity, XIV, 2, 2010, p. 409-424, rés. angl., étudie les différentes « stratégies » qu’adopte Augustin pour contrôler la réception de son image, à travers les diverses facettes de son œuvre. Puis l’auteur examine le jugement que portent Bède et Eriugena (810-877) sur Augustin, au Moyen âge. Une revue pour grand public, très bien illustrée, consacre un dossier à Saint Augustin, l’évêque philosophe, dans Religions et Histoire, XXXIII, 2010, p. 17-57. Nous y trouverons successivement (775) Gallant B., La situation religieuse dans l’Empire romain, ibidem, p. 18-21, (776) Salamito J.-M., La vie mouvementée d’un chercheur de Dieu, ibidem, p. 22-27 ; (777) Vannier M.-Th., Un christianisme philosophant et philosophé, ibidem, p. 38-39 ; (778) Ribreau M., Augustin, pourfendeur d’hérétiques ?, ibidem, p. 40-45 ; (779) Descors P., Saint Augustin, docteur de la grâce, ibidem, p. 46-49 ; (780) Bermon E., Le Traité sur la Trinité de Saint Augustin, ibidem, p. 50-51 ; (781) Doucet D., L’expérience du Verbe, ibidem, p. 52-57. Le dernier article est consacré à Tertullien voir supra (F. Chapot). (782) Fussnoten zu Augustinus : gesammelte Schriften Wilhelm Geerlings, édit. Röwekamp G., Turnhout (Instrumenta patristica et mediaevalia, 55), 2010, XX-481 p., 1 p. de pl. portr., 3 index, est un recueil d’articles déjà publiés d’un éminent spécialiste de la pensée augustinienne. Plusieurs communications pointent les relations d’Augustin avec les auteurs classiques, mais pas uniquement eux. (783) Svensson M., Theorie und Praxis bei Augustin. Eine Verhältnisbestimmung, Munich, 2009, 255 p., 2 index. Cet ouvrage inscrit la pensée d’Augustin dans la tradition philosophique grecque : chacune des trois parties (I Theoretisches und praktisches Wissen, II Gott, Kosmos und menschliche Praxis, III Aktives und kontemplatives Leben) examine d’abord le thème abordé tel qu’il était pensé par Platon, Aristote et la Stoa avant d’étudier l’apport d’Augustin. (784) La Barbera S., Mentes dementes. Un’allusione enniana in Agostino ? (Enn. Ann. 199 sg. Sk. - Aug. Civ. 1, 33), dans Rivista di filologia e di istruzione classica, 137, 1-2, 2009, p. 161-170, rés. angl., a trouvé chez Augustin une nouvelle allusion à Ennius, sans doute connue à travers la lecture de Cicéron. Les deux passages ont même contexte et même structure rhétorique. (785) Cipriani N., Fuentes del pensamiento de san Agustín, dans Augustinus, número monográfico, LV, n° 218-219, 2010, p. 235-535, présentation Eguiarte E.A. Neuf articles publiés par l’auteur sont traduits de l’italien et il ya aussi un inédit. Les articles traduits ont trait à l’influence d’auteurs anciens sur Augustin, auteurs latins avec Varron, Cicéron, grecs avec Aristote, Plotin, Antiochos d’Ascalon et Porphyre à travers leur traduction latine. L’inédit s’intitule (786) Id., El De philosophia de Varrón en las obras de San Agustín anteriores al De Civitate Dei, ibidem, p. 463-490, approfondit les thèmes précédents en montrant notamment les traces de cette œuvre de Varron dans les écrits d’Augustin antérieurs à la Cité de Dieu. De nouveau Varron avec (787) Clark G., Augustine’s Varro and pagan monotheism, dans Monotheism between Pagans and Christians in late antiquity, édit. Mitchell S. et Van Nuffelen P., Louvain-Walpole (Mass.), 2010, p. 181-201. Augustin fait une critique sévère de la religion romaine en raison de son indécence et de son incohérence, et le monothéisme païen (celui des philosophes) est trop élitiste. (788) Audano S., Agostino, Cicerone e il destino ultraterreno dei bambini prematuramente scomparsi : una proposta di lettura di Aug. Contra Iulianum 5.11.14 = PL 44,809, dans Sileno, XXXVI, 1-2, 2010, p. 3-13, rés. lat. Dans ce passage, Augustin a peut-être utilisé un argument tiré de Cic., Tusc., 1, 48, 114, contre la thèse pélagienne niant le péché originel. (789) Wills G., Vergil and St. Augustine, dans A Companion to Vergil’s Aeneid and its tradition, édit. Farrell J.A. et Putnam M.C.J., Oxford, 2010, p. 123- 132. Dans cet ouvrage essentiellement consacré à la réception de Virgile et de l’Énéide depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine, un article concerne Augustin. Dans sa jeunesse, Augustin fut sensible à la poésie de Virgile. Il l’enseigna et pleura sur le sort de Didon avant de la condamner pour avoir voulu sortir de son veuvage. Puis son attitude se modifia et il railla les dieux du poète, surtout après 410. La majeure partie des 279 citations se trouve dans la Cité de Dieu. (790) Argiroffi A., Lucio Anneo Seneca e sant’Agostino : il politico e la morale. Attualità degli antichi, dans Rivista internazionale di filosofia del diritto, LXXXVI, 4, 2009, p. 629-637, confronte certains passages de Sénèque (Clem. 1, 6, 3 et Ir. 3, 26, 4) au livre X des Confessions. (791) Kirchner D.J., Augustine’s use of Epicureanism : Three Paradigmatic Problems for a Theory of Friendship in the Confessions, dans International Philosophical Quaterly, L, 2, 2010, n° 198, p. 183-200. Augustin eut recours à des arguments de type épicurien à trois reprises dans les Confessions, en relation avec l’amitié. Il faudrait étudier de manière plus approfondie la dette qu’il doit à la théorie épicurienne de l’amicitia. Sur ce sujet, (792) Löhr W., Augustinus und sein Verhältnis zu Pelagius : eine Relecture der Quellen, dans Augustiniana, 2010, LX, 1-2, p. 63-86, rés. angl. Augustin et Pélage ont cherché chacun de leur côté à attirer des soutiens à leur doctrine au nom de l’amicitia. Mais cette notion s’est quelque peu modifiée depuis l’époque classique et elle n’est plus opérationnelle pour résoudre les dissensions entre hérésie et orthodoxie. (793) Kolbet P.R., Augustine and the cure of souls. Revising a classical ideal, Notre Dame (Ind.), 2010, XVIII-342 p., index, étudie les pratiques et les stratégies héritées des philosophes classiques et tardifs, des poètes et des orateurs qu’Augustin mit au service de ses fonctions d’enseignant et de « médecin de l’âme ». (794) Lamberigts M., Augustine’s use of tradition in the controversy with Julian of Aeclanum, dans Augustiniana, 2010, LX, 1-2, p. 11-61. Pour réfuter Julien, Augustin fait appel à l’Écriture dans les livres 1 et 2 du Contra Iulianum, mais il s’appuie également sur ses prédécesseurs, notamment Cyprien et Ambroise. Et nous terminons cette rubrique par le (795) Augustinus-Lexikon. 3, Figura(e)-Mensura, édit. Mayer C., Bâle, 2010, LVIII p.-1 284 col., qui continue sa parution. Parmi les 240 rubriques de ce volume, qui toutes intéressent de près ou de loin Augustin, nous signalons celles qui concernent plus étroitement les aspects historiques. (796) Lancel S., Gaudentius, col. 90-95, puis Hippo Diarrhytus et Hippo Regius, col. 350-363 ; (797) Lamberigts M., Iulianus Aeclanum, col. 836-847 ; (798) Szidat J., Iulianus Imperator, col. 847-849 ; (799) Jongeling K., Lingua punica, col. 1022-1026 ; (800) Van Oort J., Mani (cheus), col. 1122-1132 ; (801) Weidmann C., Maximianus et Maximianistes, col. 1210-1214 et Maximimianus episcopus Bagaiensis, col. 1214-1215 ; (802) Dolbeau F., Maximinus episcopus Sinitensis, col. 1222.

3L’épigraphie nous propose un beau volume sur Leptis Magna. (803) Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni in epoca tardoromana, édit. Tantillo I. et Bigi F., Cassin (Collana scientifica. Studi archeologici, artistici, filologici, letterari e storici, 27), 2010, 576 p.- XXIX p. de pl., 1 dépl., ill., est une remarquable synthèse sur l’histoire de cette ville pendant l’Antiquité tardive, essentiellement à partir des inscriptions comme l’indique le titre. Néanmoins, les monuments n’ont pas été négligés et, comme il se doit, le discours associe fréquemment les deux aspects complémentaires. La seconde partie du volume forme un catalogue de 95 inscriptions tardives conservées dans le Musée ; deux sont inédites et plusieurs fragments permettent des compléments de lecture. L’ouvrage se termine avec une abondante bibliographie et des indices, p. 503-576, suivis de photos d’un certain nombre de documents. On relèvera ici : Tantillo I., Introduzione storica : la città di Leptis Magna tra la metà del III e l’inizio del V secolo, ibidem, p. 13-40, fait une synthèse sur l’histoire de la cité à l’époque tardive, qui situe bien les questions évoquées ultérieurement. Un tableau, p. 28-29, résume les inscriptions sur les gouverneurs. (804) Porena P., Massenzio a Leptis : la questione delle basi del Foro Severiano, ibidem, p. 41-44. Les deux bases du forum sévérien en l’honneur de Maxence (IRT, 464-465), érigées entre la fin de l’été 307 et le printemps 308 ap. J.-C., n’ont pas été martelées après la victoire de Constantin. Des traces d’enduit laissent penser que les textes ont été momentanément recouverts. (805) Tantillo I., I costumi epigrafici. Scritture, monumenti, pratiche, ibidem, p. 173-203, 7 fig., a insisté sur l’abondance de l’épigraphie lepcitaine à l’époque tardive, notamment édilitaire, et sa localisation dans les lieux publics, la répartition relative des monuments dédiés aux empereurs, la proportion importante des hommages aux agents de l’administration et aux notables, et les caractéristiques du signum. (806) Del Corso L., Cultura scritta e scritture esposte : le iscrizioni di Leptis magna dall’età dei Severi al tardoantico, ibidem, p. 205-218, 7 fig., a examiné la gravure, l’écriture depuis le perfectionnement de la « capitale rustique » à l’époque sévérienne jusqu’aux textes les plus tardifs, avec son abandon progressif au profit d’une typologie moins formelle. (807) Bigi F., I supporti epigrafici : tipi, decorazioni, cronologie, ibidem, p. 219-252, 28 fig., s’est attachée à considérer les supports, la typologie des autels et des bases, des tétrapyles, la modénature des bases de statues et leur chronologie. De nombreuses photos illustrent opportunément le propos. (808) Bigi F. et Tantillo I., Il riempiego : le molte vite delle pierre di Leptis, ibidem, p. 253-302, 25 fig., ont consacré une étude au remploi des pierres, qui est particulièrement marqué dans cette cité. Ils notent la gamme variée des procédés mis en œuvre. Ce processus ne peut être dissocié de la transformation de la ville et il est une clef pour comprendre l’évolution du paysage épigraphique et monumental dans la mesure où les monuments publics sont situés dans des emplacements symboliques, ceux de la mémoire collective. (809) Lorenzotti L. et G. Schirru, Un indizio della conservazione di /k/ dinanzi a vocale anteriore nell’epigrafia cristiana di Tripolitania, ibidem, p. 303-311, ont fait le point sur une question linguistique, la conservation du K dans l’épigraphie chrétienne de la Tripolitaine. (810) Ennabli L., Two Christian Inscriptions from the Bir Messaouda Excavations 2000/2001, dans Carthage Studies, III, 2009, p. 169-172, 3 ill. Il s’agit de deux épitaphes, qui furent réutilisées sur le site urbain après son abandon (donc après le VIIe s.) : l’une est un fragment illisible, l’autre mentionne un enfant de 10 ans, Vindemius (ca IVe s.). (811) Adhari-Labayed M., Identification du toponyme antique Caesarea Iusti à Henchir es-Skhira, dans Histoire (L’-) des steppes tunisiennes. Session 2008, p. 69-82, 15 fig. Henchir es-Skhira était un fundus privé où se trouvait un village de potiers très actif aux IVe et Ve siècles. Plusieurs indices, dont une plaque épigraphe et des lampes, font penser que le nom antique de la localité était Caesarea Iusti, Iusti désignant la localité et non pas le nom d’un potier. Le nom de Caesarea a évolué en Qāçira à l’époque médiévale. (812) Landes C., À propos des inscriptions de l’amphithéâtre de Tébessa : compétitions entre sodalités en Afrique romaine, dans Aouras, VI, 2010, p. 153- 172, 12 fig. Le corpus épigraphique de l’amphithéâtre de cette cité est relativement abondant. Il se compose de deux groupes : d’une part les inscriptions qui figurent sur le linteau des portes et celles qui étaient gravées sur le podium ; d’autre part, celles qui figurent sur le couronnement du balteus et les gradins. Les textes datent du IVe s. Les premières se réfèrent à des sodalités. L’a. joint des documents sur mosaïques portant aussi des mentions de sodalités. (813) Di Stefano Manzella I., Emite lucernas colatas venales icones de officina Assenis et Donati : un esempio epigrafico di marketing antico con promozione pubblicitariagridata”, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 1501-1528, commente plusieurs exemplaires de lampes publiés par J. Bussière. Ils proviennent de Tipasa, ils sont datés des IVe-Ve siècles et portent des slogans publicitaires du genre énoncé dans le titre de l’article. Il ne faut pas lire comme on l’a fait de manière erronée jadis : ab asse, mais ab Asse (nis), ce qui veut dire « produit par Assen », dont le nom est discuté. Il n’y a pas là une indication de prix, mais le nom du fabricant. La publicité, dans l’Antiquité, servait d’ancilla ueneria au lucrum, et on repère ainsi une véritable stratégie de marketing antique. Un autre atelier était dirigé par un Donatus. Hors d’Afrique, (814) Boyn D.R., Late Antique Ostia and a campaign for Pious Tourism : Epitaphs for bishop Cyriacus and Monica, mother of Augustine, dans Journal of Roman Studies, 100, 2010, p. 195-209, 5 fig., présente une nouvelle étude de l’épitaphe de Monica (Anth. Lat., 670) et une nouvelle datation, bien plus tardive que la datation traditionnelle du texte, attribué à des Anicii, illustres contemporains d’Augustin. L’a. rapproche la plaque de celle d’un évêque du IIIe s., Cyriacus, qui faisait partie d’un mémorial érigé près du théâtre à Ostie, et pense que ces deux hommages font partie d’une campagne de commémorations organisée dans le cadre de l’élaboration des pèlerinages aux VIe et VIIe s. La numismatique est dominée par une réédition et il faut aussi se reporter aux Généralités. (815) Callu J.-P., La monnaie dans l’Antiquité tardive. Trente-quatre études de 1972 à 2002, Bari, 2010, 508 p., ill. Dans cette rétrospective des articles de l’auteur, qui couvre essentiellement deux domaines (le mouvement des espèces et l’évolution de la valeur), quatre études concernent l’Afrique, de manière plus ou moins précise : p. 27-40 (Remarques sur le trésor de Thamusida III : les Diuo Claudio en Afrique du Nord (note additionnelle de Pierre Salama), dans Mélanges de l’École française de Rome, LXXXVI, 1974, p. 523-540) ; p. 225-236 (“Pensa” et “follis” sur une inscription d’Afrique, dans Antiquités africaines, XV, 1980, p. 273-283) ; p. 353-372 (en collab. avec P. Salama), L’approvisionnement monétaire des provinces africaines au IVe s., dans L’Afrique dans l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C.), Rome, 1987/1990, p. 91-116) ; p. 387-399 (Patrologie latine et numismatique : quelques rencontres, dans Quaderni ticinesi di numismática e antichità classiche, XVIII, 1989, p. 337-352). (816) Calabria P. et Di Jorio F., Le zecche di Cartagine e Alessandria nella prima Tetrarchia, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 797-81, comparent les monnaies déposées dans les médailliers de Londres et du Vatican. Pour celles qui proviennent de Carthage et qui datent de l’époque étudiée, elles ont été frappées dans les trois métaux, mais surtout en bronze. Iconographie et légendes permettent de distinguer plusieurs groupes, et de mesurer l’étendue de la réforme de Dioclétien. L’archéologie a fourni son lot de découvertes ou de synthèses. (817) Pentiricci M., L’attività edilizia a Leptis Magna tra l’età tetrarchica e il V secolo : una messa a punto, dans Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni, p. 97-171, 54 fig., a procédé à une mise au point sur l’activité édilitaire entre l’époque tétrarchique et le Ve s. ap. J.-C., avec un tableau des témoignages épigraphiques aux p. 102-103. Une série de circonstances naturelles (tremblements de terre) et d’attaques par les tribus provoquent le déclin de la cité au cours de la seconde moitié du IVe s. Les habitants occupent alors les lieux publics et les alluvions envahissent de larges espaces. (818) Mahler K.-U., Christentum in Leptis Magna - Die archäologischen Zeugnisse, ibidem, p. 317-361, 36 fig. La Lepcis Magna tardive est mal connue : l’auteur présente les quelques vestiges qui témoignent du développement du christianisme avant l’époque byzantine et qui permettent d’apprécier ce que fut la politique édilitaire de l’époque justinienne, un véritable tournant pour la cité. (819) Krimi H., Les traces de l’acculturation libyco-punique dans les monuments tardifs du pays de l’« Arad » (Gabès et sa région), dans Carthage et les autochtones, p. 519-529, 10 fig. L’auteur présente deux monuments d’époque tardive qui permettent de distinguer la permanence de la culture autochtone dans la région : des bas-reliefs issus les uns d’un mausolée trouvé à Henchir Bou-Guerba (daté de fin IIIe-début IVe s.), les autres d’un édifice (sans doute un castellum) : on y trouve la palme et les palmettes, le cheval, la tortue et les poissons, le cavalier, une Victoire. Le fond autochtone (auteurs et main d’œuvre) est indéniable, mêlé à l’apport romain. (820) Baratte F., Le dossier des « monuments à auges » : état des questions, dans Histoire (L’-) des steppes tunisiennes. Session 2008, p. 285-306, 16 fig. Après un examen des différentes hypothèses et de l’ensemble de la documentation de ce dossier complexe, l’auteur présente les monuments de ce type trouvés à Haïdra, en insistant sur un nouveau « monument à auges » situé près du forum. Il est caractérisé par le soin apporté à la fermeture et la relative modestie des espaces, ce qui indique, semble-t-il, une fonction de stockage, mais de produits qui ne pouvaient être identiques à ceux qui étaient conservés dans les grands horrea. Ce monument semble en relation avec un autre « monument à auges » plus grand, mais il est encore trop tôt pour se prononcer définitivement sur la fonction de ces bâtiments. (821) Laporte J.-P., L’emplacement de la Basilique de la Paix à Hippone, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2010, p. 73-92, propose une nouvelle localisation pour la basilique de saint Augustin à Hippo Regius. L’identification proposée dans les années 1950 par E. Marec lui paraît discutable, tandis que l’espace où a été trouvée une quinzaine d’épitaphes chrétiennes lui semble mieux indiqué, ce qui devra être démontré ultérieurement. (822) Baratte F., Le décor de stuc dans les églises de l’Afrique paléochrétienne : état des questions, dans Kölner Jahrbuch, XLIII, 2010, p. 43-55, 11 ill. Le stuc était sans doute plus utilisé qu’on ne le pense au regard des rares vestiges de ce revêtement fragile : les églises de campagne y avaient recours comme élément décoratif peu coûteux, mais aussi des constructions plus ambitieuses, ainsi à Carthage dans l’ensemble de Bir Ftouha. F. B. procède à un inventaire des vestiges connus : 4 en Numidie, 2 en Byzacène, 2 à Carthage. Le stuc semble avoir été réservé aux parties hautes (corniches, chapiteaux), les éléments figuratifs sont exceptionnels et on ne note aucune représentation humaine, rare par ailleurs en Afrique. (823) Id., Sculpture et décor figuré dans les basiliques chrétiennes de l’Afrique du nord antique, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 253-266, 10 fig. Dans les églises d’Afrique, il a existé un décor sculpté sur les chapiteaux, les piliers, les plaques de chancel, même s’il est plutôt rare et limité dans chaque église. Ce décor peut être architectural ou représenter des végétaux, souvent stylisés, et des animaux. La figure humaine est présente, mais non valorisée, et d’interprétation parfois difficile. Les images bibliques ne semblent pas avoir joui d’une faveur particulière. (824) Teatini A., Le produzioni di sarcofagi a Cartagine nella tarda antichità : nuovi dati dalla documentazione sarda, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 1295-1323, ill. Plusieurs archéologues ont récemment attiré l’attention sur les sarcophages, G. Pesce et les auteurs de la collection Die antiken Sarkophagreliefs. Des monuments provenant de Carthage et parfois trouvés dans d’autres provinces, donc exportés, sont analysés. L’article se clôt par plus de cinq pages de bibliographie.

Bibliographie

4L’histoire événementielle a été traitée par (825) Ibba A., L’Africa romana durante il Basso Impero, dans Storia d’Europa e del Mediterraneo, I Il mondo antico, Sezione III L’ecumene romana, Volume VII, L’Impero tardoantico III-VII, édit Traina G., Rome, 2010, p. 425-464. L’a. effectue une synthèse de cette période qu’il décline en six sections : la continuité et les transformations de l’administration impériale ; la défense de l’Empire ; la cité tardoantique ; les structures économiques ; les tensions politiques et sociales ; la fin de l’Empire romain en Afrique. (826) De Beynast A., Domitius Zenophilus, les Actus Silvestri et la province d’Asie, dans Antiquité Tardive, XVIII, 2010, p. 199-209. L’article intéresse l’Afrique dans la mesure où Domitius Zenophilus fut consulaire de Numidie en 320 et proconsul d’Afrique entre 328 et 332. Figure représentative du règne de Constantin, il fit une dédicace à Esculape et Hygie à Lambèse (AE, 1925, 30 et AE, 2003, 2022). Dans son examen des sources littéraires et épigraphiques, l’auteur intègre le cursus d’un anonyme de Bulla Regia (ILAfr., 456). D’autres fonctions lui furent attribuées en Orient, mais tous ces postes se situaient dans une ambiance de controverses et, alors qu’il était polythéiste lors de son gouvernement de Numidie, les Actus, d’interprétation très délicate, raconteraient sa conversion au christianisme lors de son proconsulat en Asie. (827) Grossi V., I cristiani tra romani et barbari alla caduta di Roma del 410. In dialogo con Agostino d’Ippona, dans Lectio Augustini Neapolitana XIV, p. 19-24, rappelle la situation historique de 410, avec les deux principaux acteurs, Alaric et Stilichon, la position d’Augustin à propos de la fin de Rome, identifiée à la fin du monde, les autres sources qui abordèrent ce moment tragique, enfin la naissance d’une nouvelle histoire sous l’impulsion d’Augustin. (828) Chebbi N., La perception des tribus par les citadins africains à l’époque romaine tardive, dans Conflits, élites et violences, p. 125-156. Une enquête sur le mot « barbare » chez trois auteurs : Cyprien, Epist., LXII, Ammien Marcellin, XXVIII, et Augustin, à laquelle s’ajoutent quelques inscriptions de Tripolitaine, montre qu’ils ont traité les tribus comme des entités à part des autres catégories sociales et qu’elles présentaient une menace permanente autorisant Rome à légitimer son caractère civilisateur. Les activités économiques ont été scrutées pour cette période comme pour les précédentes sous l’impulsion du colloque de l’Africa romana. (829) Di Stefano G., Cartagine. Tabernae e mulini nelle domus urbane tardoantiche, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 557-573. Pas moins de 28 maisons entrant dans cette catégorie ont été identifiées. Elles sont assez largement situées dans le nord-est de la ville. Deux d’entre elles sont décrites. (830) Toscano S., Oreficeria e artigianato di lusso nell’Africa cristiana, ibidem, p. 903-918. Tertullien condamnait déjà la frivolité des chrétiennes d’Afrique, qui aimaient les bijoux, et Cyprien et Augustin ont repris son point de vue. Pline l’Ancien et Ammien Marcellin montrent que cette région possédait une production de joaillerie importante. (831) Cafissi A., Attività industriali e artigianali nella Passio Sancti Evasii (IV secolo d.C.), dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 995-1001. Ce texte, du milieu du IIIe siècle ou du début du IVe, est africain en raison de l’onomastique des personnages mentionnés (trop peu nombreux, hélas). Il mentionne un sapinorum percussor, « menuisier du sapin ». On trouve cette essence dans les Babors et dans l’Aurès. (832) Aiello V., C’erano fabbriche di armi nell’Africa tardoantica ?, ibidem, p. 919-935. En l’absence de certitudes fondées sur des documents, l’auteur formule quelques observations et hypothèses. D’où le point d’interrogation dans son titre, qui lui permet de répondre : il y a peut-être eu des fabriques d’armes en Afrique au Bas-Empire. (833) Arcuri R., Alcuni aspetti dell’artigianato urbano e rurale nell’Africa romana tardoantica, ibidem, p. 975-985. La Vita Melaniae dit que les Valerii possédaient une villa à Thagaste ; des métallurgistes y avaient trouvé un lieu de travail. La céramique et le textile s’étaient aussi déplacés de la ville vers la campagne, dans un mouvement bien connu. (834) Franchina D., I notarii in Agostino, ibidem, p. 1003-1020. Saint Augustin et Possidius mentionnent des notarii. Ils servaient en quelque sorte d’arbitres dans les conflits juridiques et religieux ; on leur prêtait de l’objectivité. Ils étaient très répandus dans toute l’Antiquité et dans tout l’empire, depuis le plus haut niveau, occupé par le souverain. Les textes les associent souvent aux exceptores, avec qui ils mettaient en forme les minutes de débats. L’a., en conclusion, affirme qu’ils étaient des gens sérieux. (835) Neri C., L’impiego dei barbari nella produzione delle province africane, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 1021-1028. Le peuple des Arzuges ne s’était pas converti au christianisme et ses habitants prêtaient serment par leurs dieux, ce qui choquait les chrétiens. Des Pharusii et des Negritae travaillaient comme eux dans la province au service des Romains. Ils assuraient le transport et la garde de denrées diverses. Plusieurs catégories sociales ont fait l’objet de travaux. (836) Alciati R. et Giorda M., Possessions and Ascetism : Melania the Younger and her slow way to Jerusalem, dans Zeitschrift für antikes Christentum/Journal of Ancient Christianity, XIV, 2, 2010, p. 425-444, rés. angl. Mélanie et son mari Pinien se sont progressivement initiés au monachisme à travers trois expériences différentes : d’abord en Italie, dans leur maison de Rome, puis dans une villa suburbaine, ensuite en Afrique, où ils passèrent sept ans, enfin à Jérusalem. Simultanément, le couple adopta trois comportements successifs vis-à-vis de leur fortune : vente de leurs biens en Italie, évergétisme en Afrique, fondation d’un monastère à Jérusalem. (837) La Rocca A., I principales di Leptis Magna, dans Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni, p. 81-95, s’est intéressé à une famille de très grands notables, les Flauii, à l’aide de quatre inscriptions datant de la seconde moitié du règne de Constantin (IRT, 564 ; 567-568 ; 595 = 652). (838) Baratte F. et Bejaoui F., La société ecclésiastique dans les hautes steppes tunisiennes à la fin de l’Antiquité : le témoignage de l’archéologie, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2010, 1, p. 93-125, ill., carte, plans. Les nombreux procès-verbaux de reliques découverts dans la région des steppes tunisiennes, tant dans les villes que dans les zones rurales, apportent des connaissances précises sur le clergé, en particulier les évêques. (839) Dossey L., Peasant and Empire in Christian North Africa, Berkeley-Los Angeles-Londres, 2010, 352 p. Le propos de l’auteur est de montrer que l’esprit de rébellion que l’on prête aux paysans relève plus du topos que de réalités confirmées par les sources. Après avoir brossé à grands traits l’histoire de la région depuis la conquête jusqu’à l’arrivée des Byzantins, l’a rappelle la rupture engendrée par la conquête romaine, qui a entraîné l’interruption de productions et de circuits économiques établis à la période punique. Elle s’intéresse ensuite au paysan en tant que consommateur. La deuxième partie présente les efforts des populations rurales pour former des communautés reconnues. Dans la dernière partie intitulée « Preaching and Rebellion », l’a. reprend le dossier des grands évêques et celui des circoncellions, déclinés en deux chapitres correspondant aux thèmes annoncés. (840) Evers A.W.H., Church, cities, and people. A study of the plebs in the church and cities of Roman Africa in late antiquity, Louvain (Interdisciplinary studies in ancient culture and religion, 11), 2010, 368 p. Un premier chapitre résume l’histoire politique de l’Afrique dans le cadre de l’Empire et signale la vitalité des communautés civiques. Puis, afin de définir le rôle que jouait la plebs dans la vie de l’Église, l’auteur l’envisage tel qu’il apparaît dans les œuvres de Cyprien (voir aussi sur ce thème, Y. Duval, B.A.A.A., XXXIX, 2005 [2012], n° 471), d’Optat de Milev et d’Augustin. L’a. établit quelques éléments de comparaison avec le rôle que jouait le populus dans la cité, mais n’utilise pas la documentation épigraphique. (841) Pottier B., Contrôle et mobilisation des vagabonds et des mendiants dans l’Empire romain au IVe et au début du Ve siècle, dans Le monde de l’itinérance en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Tables rondes, Madrid 2004-Istanbul 2005, édit. Moatti C., Kaiser W. et Pébarthe C., Bordeaux-Paris, 2009, p. 203-240, reconstitue les étapes de l’élaboration d’une politique autoritaire de contrôle des groupes sociaux marginaux, qui n’étaient pas encore soumis au système des corpora. Au-delà de l’intérêt de cette étude sur un plan général, plusieurs pages sont consacrées aux moines mendiants et aux circoncellions (p. 228-235). L’hostilité de l’État et des Pères de l’Église aux moines itinérants est croissante à la fin du IVe s. En Afrique, c’est le cas des gyrovagues catholiques, très critiqués par Augustin qui privilégie l’organisation des moines en communautés fermées. L’auteur soutient la thèse, après S. Calderone et W. Frend, et contre C. Saumagne et E. Tengström, que les circoncellions étaient eux-mêmes des moines itinérants : selon lui, ils furent attribués arbitrairement aux propriétaires terriens comme colons à partir du moment où le schisme donatiste dont ils se réclamaient fut déclaré illégal (en 405 et surtout en 411). (842) Schipp O., Der Raub freier Menschen in der Spätantike, dans Menschenraub, Menschenhandel und Sklaverei in antiker und moderner Perspektive, édit Heinen H., Stuttgart (Forschungen zur antike Sklaverei, 37), 2008, p. 157-181. Deux lettres, respectivement d’Augustin (Epist., 10) traitant du rapt de paysans, peut-être des colons, et de Sidoine Apollinaire (Epist., 5, 10) à propos du rapt d’une jeune fille (?), mettent en cause le droit de propriété, le statut des personnes, la nature de la domination. L’auteur analyse aussi les jugements portés par ces deux épistoliers sur ces faits. Les recherches sur la culture tardoantique ne peuvent se passer de la documentation augustinienne. (843) Moretti P.F., Agostino come fonte per la conoscenza della scuola tardo-antica : qualche riflessione, dans Atti e memorie. Memorie scientifiche, giuridiche, letterarie, Modène, 2010, ser. 8, 13, 2, p. 523-537, rés. angl. Quelques passages de l’œuvre d’Augustin, notamment dans le De Magistro, renseignent sur les modalités de l’enseignement de la grammaire à son époque. La matière est renouvelée par le moyen des arts libéraux qui incitent l’homme à l’élévation vers Dieu. (844) Tlili N., Que reste-t-il de l’éducation classique en Afrique de l’Antiquité tardive ? dans L’Africa romana, XVIII, 3, p. 2039-2070. La thèse que l’auteur avait soutenue en 2000 relativisait ce que la tradition appelle « la renaissance vandale » ; les remarques du jury l’ont conduit à se ranger à l’opinion commune : les Vandales auraient été séduits par la culture romaine. (845) Rebillard É., Augustin et le culte des statues, dans Ministerium sermonis, p. 299-325. La critique augustinienne du culte des statues n’a jamais varié. Ce qui a changé entre ses premiers écrits et la rédaction de la Cité de Dieu est le contexte dans lequel il utilise ses arguments. Avant la fermeture des temples, il est directement concerné par la participation des chrétiens aux cérémonies. Après la décision impériale de fermeture, le thème des statues ou idoles sert à introduire celui des démons. (846) Tasca F., Ecce panis haereticorum : diversità alimentari ed identità religiose nel De haeresibus di Agostino, dans Augustinianum, L, 1, 2010, p. 233-253, rés. angl. Rédigé à la demande du diacre de Carthage Quodvultdeus, l’ouvrage resta incomplet, car interrompu par la mort de l’évêque. Il n’en demeure pas moins qu’il constitua un texte fondamental dans l’hérésiologie occidentale. Dans cet article, l’auteur se concentre sur la conduite alimentaire comme critère possible d’identification hérétique. Les usages alimentaires sont des marqueurs en connexion avec le monde, et la consommation de mets hérétiques constitue une hérésie en elle-même. (847) Caltabiano M., Lettura e lettori in Agostino, dans Antiquité Tardive, XVIII, 2010, p. 151-161, rés. angl. La lecture joua un rôle crucial dans la vie d’Augustin et l’a guidé dans son cheminement vers le christianisme. La lecture des Saintes Écritures et des Lettres était pratiquée dans le monastère d’Hippone ; mais l’auteur s’intéresse surtout à Augustin non comme lecteur, mais comme promoteur de la lecture de livres parmi les hommes politiquement et religieusement actifs et hautement cultivés. (848) Formarier M., Afrae aures de correptione uocalium uel productione non iudicant (De doctrina Christiana, 4, 10, 24). Les oreilles africaines entendent-elles les rythmes latins ? dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LVI, 2, 2010, p. 229-248, rés. fr. et angl. En s’appuyant sur certains passages des deux traités ici examinés, le De Musica et le De Doctrina christiana, on peut observer comment les Africains entendaient les sons latins à l’époque tardive et comment Augustin adaptait les codes rythmiques de la rhétorique à ses publics (instruit, peu instruit, ignorant). (849) Ciccarese M.P., Intelligentiae fores : scienze naturali ed esegesi biblica in Agostino, dans Auctores nostri, p. 111-136, rés. angl. p. 6, s’interroge sur l’importance de la connaissance de la « nature » des animaux, des plantes et des pierres. En accord avec une conception moderne de la science, Augustin préférait l’observation directe et l’expérience à un savoir livresque et aux croyances populaires. (850) Lepelley C., L’usage de la langue punique dans l’Afrique romaine tardive d’après Saint Augustin, dans Carthage et les autochtones, p. 471-477, recense les 22 témoignages sur la langue punique connus par Augustin, dont onze mots puniques, et l’unique passage sur le libyque (liste p. 535-540), et il insiste sur quelques points importants : il s’agit d’une langue authentiquement phénico-punique, elle n’est pas limitée au parler paysan, mais elle était aussi une langue de culture et écrite, elle était sans doute aussi pratiquée plus à l’est d’Hippone. (851) Hugoniot C., La disparition de la gladiature en Afrique romaine, dans Hommages offerts à François Bertrandy, 1, p. 207-231, 1 fig., confirme la thèse de G. Ville selon lequel la gladiature disparut en raison de son coût astronomique. La documentation africaine témoigne bien qu’elle n’avait plus cours au IVe s., remplacée par les uenationes. Il est possible que le proconsul Iulius Festus Hymetius (366-368) ait émis un édit qui réformait le sacerdoce provincial, peut-être en supprimant les munera des spectacles que les flamines provinciaux devaient organiser à leurs frais et qui dissuadaient de briguer cette charge. Avec Augustin, nous sommes renseignés sur les différents conflits religieux. (852) Buenacasa Pérez C., Augustine on Donatism : converting a Schism into an Heresy, dans Studia Patristica, XLIX, 2010, p. 79-84, est une synthèse des justifications religieuses pour transformer le schisme donatiste en une hérésie. Ceci une fois accompli de la part des autorités religieuses, l’État romain pouvait agir contre les donatistes au moyen d’édits répressifs. (853) Gaumer M.A., Poenus disputator… non ego, sed Cyprianus Poenus : ¿ por qué necesitó Agustín de Hipona apropiarse de Cipriano de Cartago ? dans Agustín y el agustinismo, p. 141-164, rés. angl., donne un aperçu, qui se veut préliminaire, mais fournit des références claires, de l’appropriation de Cyprien par Augustin dans les controverses avec les donatistes et les pélagiens. (854) Id., Dealing with the Donatist Church : Augustine of Hippo’s Nuanced Claim to the Authority of Cyprian of Carthage, dans Cyprian of Carthage, p. 181-201. Augustin s’est appuyé avec un réel succès sur Cyprien, pour la question du « rebaptême ». Puis il a effectué un tournant à 180° par rapport à la pensée de l’évêque de Carthage car ce dernier était aussi revendiqué sans ambiguïté par les donatistes. (855) Barreteau-Revel C., Faire l’unité dans l’Église d’Afrique du Nord : la réintégration des donatistes à la transition des IVe et Ve siècles, dans Pères (Les) de l’Église et les dissidents, p. 223-259. Il n’y eut jamais d’exclusion formelle des donatistes par l’Église catholique et le processus de réintégration a mobilisé l’énergie des évêques catholiques pendant près de 30 ans, à partir de 393. L’article examine les obstacles à la réintégration, le cadre légal, les résultats de ces efforts en faveur de l’unité. (856) Vercruysse J.-M., In multa minutissima frusta : divisions, scissions et exclusions au sein du schisme donatiste, ibidem, p. 205-221, annexe p. 220-221, Tableau synoptique des schismes dans l’histoire du donatisme. L’article s’arrête, ce qui est assez rare, sur la désagrégation du mouvement donatiste, due à des divisions internes connues en Césarienne dès 370, à Carthage et en Numidie. Des raisons personnelles et sociales peuvent expliquer cet émiettement, des raisons théologiques aussi, l’intransigeance propre au donatisme, alors même que les catholiques étaient unis. (857) Mclynn N., Augustine’s black sheep : the case of Antoninus of Fussala, dans Istituzioni, carismi ed esercizio del potere, p. 305-321, réexamine l’affaire d’Antoninus de Fussala en soulignant les contradictions que présentent les lettres d’Augustin (Ep. 20 et Ep. 209). Elles informent sur la manière dont Antoninus concevait son rôle d’évêque à une époque où les tensions entre catholiques et donatistes restaient très vives, en dépit de la conférence de 411. Étant donné que l’on ignore quelle fut l’issue du procès, on ne peut exclure qu’elle ait été favorable à Antoninus. (858) Ribreau M., Quelle est la place de l’hérétique dans l’Église ? L’exemple du Contra Iulianum de saint Augustin, dans Pères (Les) de l’Église et les dissidents, p. 261-280, rappelle d’abord que c’est un concile africain, tenu en 418, qui est à l’origine de la crise pélagienne, suivi d’un décret impérial et d’une lettre du pape Zosime. La seconde phase de la controverse oppose par écrits interposés l’évêque pélagien Julien d’Eclane et Augustin. La position de ce dernier est complexe : l’hérétique est une « brebis égarée », elle peut donc être réintégrée dans l’Église car un hérétique reste avant tout un chrétien. (859) Fredriksen P., Augustine and the Jews : a Christian defense of Jews and Judaism, New Haven-Londres, 2010, XXIII-503 p., contient une nouvelle postface par rapport à la première édition de 2008 (B.A.A.A., XLII, 2008 [2014], n° 899). Sur le manichéisme, on verra (860) Greek and Latin sources on Manichaean cosmogony and ethics, édit. Fox G. et Sheldon J., introd. et commentaire Samuel N.C., Turnhout-Sydney (Corpus fontium Manichaeorum. Subsidia, 6), 2010, XXXVIII-256 p., 3 index. Un livre bien utile pour une religion de mieux en mieux connue. Les textes en grec, latin et syriaque sur ce thème figurent avec une traduction anglaise en regard. Augustin, compte tenu des informations qu’il détenait sur les manichéens, en est une source fondamentale, et il a été très largement sollicité, avec de larges extraits de ses ouvrages contre les manichéens et de l’Epist. 236. (861) Beduhn J.D., Augustine’s Manichaean dilemma. 1, Conversion and apostasy, 373-388 C.E., Philadelphia (Pa.), 2010, VIII-402 p., index. Cette étude savante et rigoureuse observe en neuf chapitres organisés chronologiquement le parcours d’Augustin dans cette religion, depuis l’adhésion jusqu’à l’apostasie. Il faut se rappeler que, lorsqu’Augustin écrit les Confessions, il a un long passé derrière lui, ce qui explique sa métaphore du voyage, qui l’a conduit du christianisme maternel de son enfance au port d’Ostie et à son adhésion au christianisme. Son adhésion au manichéisme a reposé en partie sur l’idée ancrée chez lui que les mythes doivent être pensés comme des symboles ou des allégories et, pendant dix ans, il mit en pratique le discours manichéen. La rencontre avec Faustus (chap. 6) fut déterminante, en ce sens que ce dernier n’a pas répondu à ses attentes. Entre 386 et 393, Augustin se tourna alors vers le platonisme comme une alternative plaisante et s’adonna à la vie mondaine. Une accumulation d’insatisfactions et de désappointements le conduisit ensuite à la conversion chrétienne, mais il resta marqué par son apostasie et son passé manichéen. (862) Van Den Berg J.A., Biblical argument in Manichaean missionary practice : the case of Adimantus and Augustine, Leiden-Boston (Mass.), 2010, XII-239 p., ill. L’ouvrage aborde le manichéisme à partir des références bibliques utilisées dans le discours missionnaire des adeptes, notamment celui d’Adimantus. Il insiste sur les ressemblances et les différences avec le christianisme catholique et souligne que l’exégèse manichéenne eut une influence considérable sur l’exégèse catholique, celle d’Augustin notamment. (863) Smadja E., Les élites africaines et la violence religieuse dans l’Afrique du Nord sous l’Empire tardif, dans Conflits, élites et violences, p. 217-234. La vie urbaine, qui est imprégnée d’un polythéisme multiséculaire, est animée par les catégories sociales supérieures, par ailleurs hétérogènes, et c’est dans ce cadre que se répand le christianisme. Au sommet de la pyramide, les puissants propriétaires terriens, dont Augustin donne une vision souvent négative : le potens se caractérise par son prestige social associé à des fins condamnables et il est possible que le climat social se soit aggravé à la fin de la période. Néanmoins, il est difficile de relier violences sociales et violences religieuses. Dans quelques cas, les élites païennes montrent leur opinion, comme à Sufes en 399, où elles ont participé à l’émeute, ou à Calama en 408, où elles ont laissé faire. Elles ont sans doute aussi accueilli volontiers la répression contre les circoncellions, mais leur pouvoir est progressivement limité par celui des évêques dans la cité en accord avec le pouvoir central. Et en guise de conclusion, (864) Lepelley C., Augustin face à la christianisation de l’Afrique romaine : le refus des illusions, dans Le problème de la christianisation du monde antique, édit. Inglebert H., Destephen S. et Dumézil B., Paris, 2010, p. 270-279. L’article souligne les contradictions apparentes d’Augustin : il se réjouit de la christianisation de masse, entraînée par l’interdiction du paganisme, mais il est lucide devant la réalité de ces conversions et devant les hérésies. Cette contradiction disparaît si l’on prend en compte la pensée théologique de l’évêque : le saeculum, c’est-à-dire le temps de l’Histoire, est un mélange de bien et de mal et aucune de ses manifestations ne saurait être sacralisée. L’originalité de sa pensée n’a pas été comprise, ni par ses contemporains ni par ses héritiers au Moyen Âge, qui ont identifié la Cité de Dieu au Saint Empire carolingien ou à la théocratie papale.

B. – L’Afrique vandale

5Le rythme des publications sur les sources se maintient avec des auteurs privilégiés, mais aussi des absences, car Victor de Vita et Luxorius n’apparaissent pas ou peu cette année, et, de même, la bibliographie sur les Vandales est singulièrement réduite.

Sources

6Deux médecins ouvriront cette rubrique. (865) Le Blay F., Un inédit de Laennec : la traduction des Traités des maladies aiguës et des maladies chroniques de Caelius Aurelianus, collab. Gourévitch D., dans Histoire des sciences médicales, XLIII, 1, 2009, p. 83-109, fac-sim., rés. angl., est la publication, précédée d’une introduction et suivie d’un commentaire, d’un ms. de 10 folios conservé à la Bibliothèque Universitaire de Nantes, Section Lettres et sciences humaines, Fonds Laennec, classeur 5, lot J, et contenant le brouillon d’une traduction de Acut. 1,1-15 et 3,138-147, ainsi que de Chron. 1,1-16. Laennec a effectué sa traduction sur le texte du second tirage (1567) de l’édition de Caelius parue à Lyon en 1566 chez G. Rouillé. (866) Maire B., Apport de Mustio à la représentation de la femme antique, dans Body, disease and treatment in a changing world. Latin texts and contexts in ancient and medieval medicine : proceedings of the ninth international conference « Ancient Latin medical texts » Hulme Hall, University of Manchester, 5th-8th September 2007, édit. Langslowand D. et Maire B., Lausanne, 2010, p. 49-59. L’étude de la représentation de la femme que donne Mustio dans ses Gynaecia, notamment sa compréhension du corps féminin à travers différents stades physiologiques et des maladies spécifiques, révèle les mutations qui se sont introduites dans l’exercice de la médecine et dans les sociétés anciennes. Mustio conçut un programme de systématisation des connaissances, qui considérait les femmes comme une composante à part entière du corps social, qui avait des besoins spécifiques. Des auteurs ont tenté de préserver la culture classique, ainsi en fut-il de Macrobe. (867) Macrobio, Saturnales, édit. Navarro Antolín F., introd., trad. et notes, mais sans le texte latin, Madrid (Biblioteca clásica Gredos, 384), 2010, 733 p. (868) Dorfbauer L.J., Die Bucheinteilung der Saturnalia des Macrobius, dans Museum Helveticum, LXVII, 2010, p. 43-63, conteste la répartion traditionnellement attribuée aux Saturnales (depuis l’édition de J. Willis, 1963), en sept livres : la structure de l’oeuvre, au vu des manuscrits, devait plutôt se composer de six livres, comme le De Republica de Cicéron. (869) Kaster R.[A.], Studies on the text of Macrobius’ Saturnalia, Oxford-New York, 2010, VIII-128 p., ill., index. Cet ouvrage de philologie réunit le matériel nécessaire à une nouvelle édition critique des Saturnalia, publiée en 2011 dans l’Oxford Classical Texts series. (870) Novokhatko A.A., On the use of the terminology of literary borrowing in Macrobius, dans Quaderni urbinati di cultura classica, n.s. XCV, 2010, p. 29-41, s’intéresse aux conceptions de Macrobe sur l’originalité, l’imitation et le plagiat, à partir du livre 5, où l’auteur latin évalue la dette que doit Virgile à Homère et aux poètes grecs, et du livre 6 consacré aux emprunts que Virgile a effectués auprès des poètes latins, depuis Ennius jusqu’à Catulle. (871) Goldlust B., Rhétorique et poétique de Macrobe dans les Saturnales, Turnhout, 2010, XX-530 p., 3 index. L’auteur s’est proposé d’aborder l’œuvre par un angle littéraire. Outre l’intérêt documentaire, la dimension sociale et collective donnée par les douze orateurs qui se succèdent, il convient d’observer leurs façons de s’exprimer. Macrobe a mis au point une nouvelle manière de traduire l’essence de la culture antique tout en l’introduisant dans un banquet. B.G. étudie ensuite la forme rhétorique, constate une forte unité sous l’aspect protéiforme de tiroirs successifs et insiste sur la dimension didactique du projet et la place de Virgile dans cette œuvre. D’autres ont tenté de concilier la tradition classique avec d’autres influences. C’est le cas de Martianus Capella. (872) Filip I., L’inno a Pallade di Marziano Capella : con un saggio di commento, dans Paideia, LXV, 2010, p. 393-424, rés. angl., propose une traduction italienne et un commentaire de VI, 567-574, ainsi que deux corrections, v. 569 (magnus au lieu de magis) et v. 571 (conserver lumine, contre lumina habituellement proposé). (873) Bednaríkova J. et Petrovićová K., Martianus Capella’s questionable relation to the Vandals, dans Sborník Prací Filosofické Fakulty Brnĕnske University = Studia minora Facultatis Philosophicae Universitatis Brunensis. Řada klasická, Series classica, Graeco-latina Brunensia, XV, 1, 2010, p. 3-16, rés. angl. et tchèque. L’article propose de voir en Martianus un médiateur entre le monde romain et le monde vandale, et de dater son œuvre des années 484-523 : celle-ci aurait répondu à une demande des étudiants vandales et romano-africains de Carthage, à un moment où le pouvoir et la société vandales acceptaient mieux l’héritage antique. L’analyse s’appuie sur des comparaisons avec Fulgence et Dracontius. (874) Petrovićová K., Apuleius’imitation and novelistic features in De nuptiis Philologiae et Mercurii by Martianus Capella, dans Aufidus, XXIV, 2010, n° 71-72, p 49-62. Philologie et Mercure sont mis en parallèle avec Psyché et Cupidon, notamment dans la description des caractères des deux héroïnes. Elles doivent aussi toutes deux effectuer un parcours difficile avant de se marier avec le dieu et de boire le breuvage divin. Mais de notables différences existent. Peu de digressions émaillent le récit de Martianus Capella, qui se déroule sans surprise. Chez Apulée, le voyage de Psyché est une forme d’éducation aux difficultés de la vie, il constitue un socle pour l’avenir, tandis que pour Martianus l’allégorie du voyage consiste à obtenir une éducation sans qu’il y ait distorsion par rapport à ce qui forme l’essence traditionnelle de celle-ci. (875) Ead., Martianus Capella : nauky « na cestĕ » mezi antikou a středovĕkem, Brno, 2010, 219 p. (n.u.). Le titre peut se traduire ainsi, Martianus Capella : les disciplines « sur le chemin » de l’Antiquité au Moyen Âge, d’après le résumé anglais, p. 188-213. (876) Ead., Seven arts-seven maidens. The liberal arts in De nuptiis by Martianus Capella, dans Invigilata Lucernis, XXXII, 2010, p. 123-131. Martianus Capella considère que les arts sont la pierre d’angle de l’éducation. La valeur donnée au chiffre 7 et à la hiérarchie des arts entre eux, ainsi que d’autres éléments, montre que l’auteur a créé un système cosmologique nouveau, ce qui explique que la présentation en soit aussi détaillée. (877) Bakhouche B., La mise en scène de Martianus Capella par lui-même dans ses Noces de Philologie et Mercure, dans Euphrosyne, XXXVIII, 2010, n. s., p. 117-138, rés. angl. Nous ne savons presque rien de Martianus Capella en dehors de ce qu’il dit dans son œuvre. Si l’on fait le bilan des renseignements glanés au fil du texte, il aurait 50 ans, serait un Africain retraité (?) du barreau de Carthage et père d’un jeune garçon, Martianus. Néanmoins on reste dubitatif en raison du jeu entre réalité et fiction, présent dès les premières pages. Dans tous les passages destinés à la captatio beneuolentiae, Martianus se dévalorise mais, par ailleurs, il est souvent présent pour assumer des rôles différents beaucoup plus nobles. Il faut donc se référer à son projet. En faisant du livre l’image du cosmos, il joue le rôle d’un véritable démiurge et rédige une authentique profession de foi néoplatonicienne. Peu de chose cette année sur un monument de la littérature tardive, l’Anthologie latine. (878) Anthologiarum latinarum parerga. 3, Apographa Salmasiana. 2, Il secolo d’oro di Anthologia Salmasiana (continuazione e fine), édit. Zurli L., Hildesheim, 2010, XLV-126-VIII p., ill., fac-sim, index. L’auteur achève son projet de révision de l’édition de l’Anthologie latine d’A. Riese avec cinq chapitres, dont un sur une nouvelle phase de la transmission qui apporte quelques précisions et rectifications, un autre sur le codex Guelferbytanus Gudianus 187. Nous signalons (879) Paolucci P., In laudem Solis, v. 42 : breve nota esegetic, dans Paideia, LXV, 2010, p. 443- 448, rés. angl., étudie un passage de l’Anthologie latine (AL 389 R.). (880) Tommasi Moreschini C.O., The role and function of ekphrasis in Latin North African poetry (5th- 6th century), dans Text und Bild, Tagungsbeiträge, édit. Zimmerl-Panagl V. et Weber D., Vienne, 2010, p. 255-287. Dans les poèmes de l’Anthologie Latine, les ekphraseis peuvent être considérées comme des éléments de diversion ou des morceaux de bravoure. En comparaison, la technique littéraire de Corippe, en particulier dans la Laus Iustini se révèle raffinée et complexe, car il introduit des descriptions avec passages narratifs, des allégories, et divers autres procédés. À propos de Dracontius, on lira (881) Galli Milić L., Fonctions du discours direct dans l’Orestis tragoedia de Dracontius, dans Acting with words : communication, rhetorical performance and performative acts in Latin literature, édit Fuhrer T. et Nelis D., Heidelberg, 2010, p. 179-197. L’importance accordée à toute prise de parole des neuf personnages de l’histoire et l’emploi du discours direct dans cette œuvre contribuent notamment à structurer le récit et posent la question du croisement entre épopée et tragédie. Deux exemples sont développés, un dialogue entre Clytemnestre et Égisthe (v. 162-219), et le monologue d’un personnage inventé (v. 354- 381). Ces discours produisent l’intrigue et se posent comme jalons dans le temps du récit. (882) Parroni P., Una nuova edizione dell’ Orestis Tragoedia di Draconzio, dans Hermes, 138, 4, 2010, p. 504-509, fait un compte-rendu élogieux du livre d’A. Grillone paru en 2008 (B.A.A.A., XLII, 2008 [2014], n° 917) en regrettant que cette édition ne soit pas accompagnée d’une traduction pour laquelle il faut se reporter à celle de J. Bouquet et d’É. Wolff (1995). (883) Bretzigheimer G., Dracontius’ Konzeption des Kleinepos De raptu Helenae (Romul. 8), dans Rheinisches Museum für Philologie, 153, 3-4, 2010, p. 361-400, voit, dans cette petite épopée qui retrace l’origine de la guerre de Troie, l’interdépendance du déterminisme, de l’action divine et de la volonté humaine. Dracontius ne prend pas au sérieux ce mythe, mais crée un univers poétique inspiré de la poésie antique. (884) De Gaetano M., Simbologia animale e lettura storica del mito in Drac., Romul. 8, 453-480, dans Auctores nostri, p. 137-184, traite de la symbolique animale dans un omen du De raptu Helenae. L’analyse intertextuelle montre la relation entre Dracontius et la tradition grammaticale de l’Antiquité tardive, notamment Servius, et incite à penser que les grammairiens africains du Ve siècle inclinaient à donner une signification historique au mythe troyen, fondant sur lui le développement de l’histoire de Rome. Dracontius adopte cependant une perspective différente en raison de l’influence de la pensée chrétienne. (885) Id., Echi politici nell’esagesi draconziana di Ez 37, 1-14, dans La poesia tardoantica e medievale. IV Convegno internazionale di studi, Perugia, 15-17 novembre 2007, Atti in onore di Antonino Isola per il suo 70e genetliaco, édit. Burini de Lorenzi C. et De Gaetano M., Alexandrie, 2010, p. 223-251, a pour objet l’interprétation d’une ekphrasis biblique contenue dans la prière finale qui achève le De laud. Dei de Dracontius : il s’agit des ossements secs qui se recomposent en un organisme vivant, figure de la restauration d’Israël après l’exil à Babylone. Les souverains attendus pourraient être les empereurs d’Orient, que les autorités catholiques continuent de considérer comme les empereurs légitimes. (886) Mazzini I., Concepimento e sviluppo embrionale di Cristo tra poesia e scienza medica : Draconzio, dans Medicina nei secoli. Arte e scienza, n.s. XXII, 1-3, 2010, p. 585-592, rés. angl. Voici un thème original, celui de la conception et du développement de l’embryon du Christ dans le De laud. Dei de Dracontius : un texte poétique particulièrement riche en détails médicaux sur la question de l’Incarnation ! (887) Tempone P., Egisto pastor : un epiteto « polisemico » ?, dans Exemplaria Classica, XIV, 2010, p. 211-226, rés. ang. Dans l’Orestis Tragoedia de Dracontius, Égisthe est souvent qualifié de « pasteur ». Ce terme peut refléter son origine car, même s’il est né noble, il a été abandonné encore enfant et élevé chez des pasteurs. Mais d’autres interprétations sont possibles. Il pourrait être le « pasteur » du peuple de Mycènes face à Agamemnon, chef des Grecs. Le qualificatif peut aussi refléter une intention poétique ou bien encore être une réminiscence de Sénèque. (888) Wolff É., Pourquoi un chrétien comme Fulgence s’intéresse-t-il aux mythes ?, dans Mythe et fiction, édit. Auger D. et Delattre C., Nanterre, 2010, p. 441-450. Fulgence (qu’il ne faut pas confondre avec Fulgence de Ruspe) est le premier chrétien à s’intéresser à la mythologie dans une perspective non critique. Il combine les trois principaux systèmes d’interprétation des anciens païens : historique (les dieux sont des hommes divinisés), scientifique (les dieux sont des éléments naturels) et morale ou allégorique, cette dernière perspective prédominant chez lui. Fulgence appartenait aux chrétiens qui acceptaient des recoupements entre les mythes païens et certains épisodes bibliques, et qui considéraient aussi que la pensée chrétienne était un achèvement de la pensée antique. Mais ses objectifs ne sont pas très clairs et il multiplie les approches sans proposer de synthèse. Il faudra peut-être compter avec un nouvel auteur africain : (889) Id., Retour sur la datation et l’origine de Lactantius Placidus, commentateur de Stace, dans Phoenix, LXIV, 3-4, 2010, p. 423-429, fournit les arguments en faveur d’une origine africaine de cet auteur très mal connu (peut-être réfugié en Italie pour fuir les Vandales) et propose de dater son œuvre entre 410 au plus tôt et 468, d’après les données culturelles et linguistiques livrées par le texte. (890) Moorhead J., A biblical background for the newcomers of Late Antiquity, dans Latomus, LXIX, 3, 2010, p. 811-817. Les auteurs de la fin de l’antiquité ont interprété l’arrivée de nouveaux peuples dans l’Empire en recourant à l’Ancien Testament et au thème de la Terre promise : Salvien (De gub. Dei, 7, 20, 85) décrit l’Africa, juste avant la conquête vandale, comme un pays où coulent le lait et le miel, de même que l’Italie avant l’arrivée des Lombards ; pour Victor de Vita (Chron., 16, 18), Genséric divise la Zeugitane et la province proconsulaire funiculo hereditatus, reproduisant les mots de Dieu donnant la terre de Chanaan à Abraham.

7Peu de nouveautés en archéologie. (891) Ben Abed A. et Hanoune R., Des bains à l’huilerie : la fin des thermes du Cratère à Pupput (Tunisie), dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 987-994. Deux livres récents, de M. Bonifay et d’A. Leone, permettent de mieux interpréter la fin des thermes de Pupput et leur remplacement par une huilerie. Une description des thermes est donnée par l’auteur ; l’analyse de la céramique et des monnaies incite à attribuer à cette transformation une date post-antique. (892) Pontisso M., Artigianato artistico tra iconografia e dato archeologico : l’apporto dell’Africa tardo romana al problema delle cinture multiple, ibidem, p. 961-973. Quelques mosaïques de Carthage montrent ce que nous appelons en français des ceintures à multiples lanières, portées par des personnages ayant vécu à l’époque tardive. Elles datent du Ve ou du début du VIe siècle. D’autres parties du monde méditerranéen en ont produit. (893) Mackensen M., Spätantike zweiteilige Gipsmatrize aus Nordafrika für Tonstatuetten eines behelmten östlichen Reiters, dans Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, LIV, 2, 2007, p. 613-628, 9 fig., rés. angl. et fr., présente un moule bivalve en plâtre figurant une statuette de cavalier (L. 21, 4 cm x l. 12, 7 cm), conservé à Munich depuis 1987 et d’origine inconnue. Il est très vraisemblable qu’il vienne d’Afrique du Nord, plus exactement de Tunisie. D’après l’équipement, il s’agirait de la reproduction d’un cavalier sassanide de la fin du Ve s. ou du début VIe s., moment où l’expédition de Bélisaire conquit le royaume vandale en 533.

Bibliographie

8L’histoire événementielle est marquée par (894) Merrills A. et Miles R., The Vandals, Malden-Oxford, 2010, 351 p., qui présentent un panorama complet de l’Afrique à cette période, précédé d’une partie historiographique. Ils abordent donc l’histoire des Vandales jusqu’à leur installation en Afrique, puis les aspects politiques, religieux, économiques et culturels. Ils considèrent que l’époque vandale fut une « renaissance », en jugeant comme mineures les persécutions infligées aux chrétiens catholiques. (895) Castritius H., Barbaren im Garten « Eden » : der Sonderweg der Vandalen in Nordafrika, dans Historia, LIX, 3, 2010, p. 371-380, souligne les différents aspects qui font du royaume vandale une exception dans l’ensemble des régions de l’Empire passées sous le contrôle des barbares du nord : en particulier une population majoritairement catholique et l’existence de communautés tribales (maures) dans les zones périphériques. (896) Jiménez Garnica A.M., Nuevas gentes, nuevo imperio : los godos y Occidente en el siglo V, Madrid, 2010, 353 p., cartes. L’ouvrage traite peu de l’Afrique, seulement en relation avec la guerre dans cette région (p. 116), l’invasion des Vandales (p. 117-118) et le traité conclu avec eux (p. 130-135). (897) Goffart W., The Technique of barbarian Settlement in the fifth century : a personal, streamlined Account with ten additional Comments, dans Journal of Late Antiquity, III, 1, 2010, p. 65-98, reprend un problème (l’attribution de lots de terre aux soldats barbares) qui, depuis son dernier livre paru en 1980 (une critique de la thèse d’E.T. Gaupp, 1844), fait l’objet d’une controverse : sa thèse, reformulée dans un ouvrage récent (2007), n’a pas été toujours comprise, il s’emploie donc ici à la clarifier. Les pages 78-87, consacrées au Vandal settlement, sont une critique de l’interprétation d’Y. Modéran (L’établissement territorial des Vandales en Afrique, dans Antiquité tardive, 2002, p. 87- 122 = B.A.A.A., XXXVI, 2002 [2008], n° 790) : selon l’a., cette installation a suivi les méthodes romaines, Genséric répartissant en Zeugitane des lots héréditaires entre ses soldats qui versaient des taxes aux percepteurs vandales. (898) Coumert M. et Dumézil B., Les royaumes barbares en Occident, Paris (Que sais-je ? 3877), 2010, 127 p., cartes. Ce petit livre sera peut-être utile à ceux qu’intéressent l’historiographie des Barbares, le concept d’ethnogenèse et les Vandales, sans qu’il soit fait de référence particulière à ces derniers. (899) Beltrán Torreira F., Propaganda y martirio en el África vándala : el caso de Arcadio y sus compañeros, dans Habis, XLI, 2010, p. 313-331, étudie la lettre (epistola consolaria) d’Honoratus Antoninus, évêque de Constantine, à Arcadius, conseiller espagnol du roi vandale Genséric, en l’exhortant au martyre. De fait Arcadius fut assassiné pour ne s’être pas converti à l’arianisme. Honoratus agissait en tant qu’évêque catholique métropolitain de Numidie. Enfin, (900) Neri C., Tra « l’uomo di Dio » e « l’uomo santo » : teoría e prassi dell’ascesi, dans Istituzioni, carismi ed esercizio del potere, p. 323-329, s’interroge brièvement sur les différentes conceptions du monachisme en concurrence dès l’époque antique : Fulgence de Ruspe et son biographe Ferrand de Carthage prônaient un ascétisme humble, qui ne recherchait pas les miracles spectaclaires, mais s’ancrait dans la charité. Les Vandales ont conquis les deux grandes îles en Méditerranée occidentale. (901) Gelarda I., Persecuzioni religiose dei Vandali in Sicilia, dans Historia, LIX, 2, 2010, p. 239-251, fait le bilan de la portée réelle des persécutions en Sicile du fait des Vandales en mettant en évidence l’absence quasi totale de documentation explicite à ce sujet. Il semble que, dans l’île, les problèmes religieux soient restés très secondaires, sans doute parce que les Vandales ne s’y sont pas implantés durablement. (902) Ibba A., I vandali in Sardegna, dans Lingua et ingenium. Studi su Fulgenzio di Ruspe e il suo contesto, édit. Piras A., Ortacesus - Cagliari (Pontificia Facoltà Teologica della Sardegna. Studi e Ricerche di Cultura Religiosa, n.s. VII), 2010, p. 385-425. Après plusieurs incursions, Genséric s’empare de la Sardaigne en 470. Les Vandales conservent les structures administratives impériales et installent un petit contingent militaire, sans beaucoup inquiéter l’Église locale. Sans aucun doute, l’arrivée de notables et de religieux africains exilés revitalisa la vie culturelle et économique de l’île.

C. – De l’Afrique byzantine à l’Afrique musulmane

Sources

9Toujours aussi peu étudiée, cette période est enrichie cette année par la publication d‘un ouvrage important qui a fait connaître un auteur méconnu, Liberatus. (903) Breuiarium (Das) des Liberatus von Karthago, édit. Drecoll V.H. et Meier M., Zeitschrift für antikes Christentum/Journal of Ancient Christianity, XIV, 1, 2010, p. 3-249, rés. angl. à la suite de chaque article. Ce dossier réunit les contributions de dix auteurs qui s’interrogent sur l’œuvre méconnue de Liberatus, diacre africain du VIe s., dont il n’existe qu’une traduction italienne, peu accessible. (904) Meier M., Einleitung/Editorial, ibidem, p. 3-8, présente le contexte historique et religieux très conflictuel dans lequel s’inscrit l’œuvre de Liberatus, écrite entre 560 et 566. Le Breviarium causae Nestorianorum et Eutychianorum offre en effet un panorama concis des polémiques qui ont enflammé l’Orient, de Nestorius jusqu’au concile de Constantinople en 553. Il s’agit d’un témoignage essentiel sur les disputes orientales et sur l’action impériale, vues par les yeux d’un Romain d’Occident. Les cinq premiers articles s’inscrivent dans la perspective de l’histoire de l’Église en étudiant les positions de Liberatus, notamment sur la « querelle des Trois Chapitres » et sur le concile de Chalcédoine. (905) Drecoll V.H., Kommentierende Analyse zu Liberatus, Breviarium 1-7, ibidem, p. 9-30 ; (906) Heil U., Liberatus von Karthago und die « Drei Kapitel ». Anmerkungen zum Breuiarium causae Nestorianorum et Eutychianorum 8-10, ibidem, p. 31-59 ; (907) Wallraff M., Das Konzil von Chalkedon in der Darstellung des Liberatus von Karthago (Breuiarium 11-14), ibidem, p. 60-73 ; (908) Brennecke H.C., Das Schisma : Liberatus, Breviarium 15-18, ibidem, p. 96-129 ; (909) Gleede B., Liberatus’ Polemik gegen die Verurteilung der drei Kapitel und seine alexandrinische Quelle. Einige Beobachtungen zu Breviarium 19-24, ibidem, p. 96-129. Les deux contributions suivantes s’intéressent, l’une aux intentions de Liberatus, l’autre au problème de ses sources. (910) Meier M., Das Breviarium des Liberatus von Karthago. Einigie Hypothesen zu seiner Intention, ibidem, p. 130-148, considère que l’auteur voulait défendre la politique de Justinien et initier les Africains au fonctionnement de l’Église d’Orient. (911) Bleckmann B., Tendenziöse Historiographie bei Liberatus : von Proterius bis Athanasius II, ibidem, p. 166-195. Deux articles ont une perspective plus historique. (912) Leppin H., Das Bild der Kaiser bei Liberatus, ibidem, p. 149-165. L’image idéale de l’empereur qui se dessine d’après l’œuvre de cet auteur est celle d’un gouvernant très en retrait des questions religieuses et dont les décisions mauvaises sont mises au compte de son entourage : le bon empereur est celui qui a de bons conseillers ! (913) Vössing K., Africa zwischen Vandalen, Mauren und Byzantinern (533-548 n. Chr.), ibidem, p. 196-225, s’appuie sur le Bréviaire de Liberatus pour examiner plusieurs aspects de la reconquête byzantine, outre une chronologie. La même étude est reprise avec un titre identique (913bis) Id., Zeitschrift für antikes Christentum, XIV, 1, 2010, p. 196-225, rés. en angl. La dernière contribution du recueil sur Liberatus s’intéresse à la réception de l’œuvre au Moyen Âge et à la transmission des manuscrits : (914) Patzold S., Spurensuche : Beobachtungen zur Rezeption des Liberatus in der Karolingerzeit und im Hochmittelalter, ibidem, p. 226-249. Corippe n’a guère eu de succès cette année malgré une nouvelle édition du livre 8 en allemand. (915) Riedlberger P., Philologischer, historischer und liturgischer Kommentar zum 8. Buch der Johannis des Goripp nebst kritischer Edition und Übersetzung, Groningue, 2010, 503 p., ill., carte, plan, 2 index. Après une copieuse introduction, qui évoque la tradition manuscrite, le contexte historique, les relations inter-textuelles avec l’Énéide de Virgile et le Bellum civile de Lucain, et un résumé des sept livres précédents, l’a. donne le texte, sa traduction et le commentaire aux p. 107 à 457, que suit une abondante bibliographie, p. 457-484. L’a. argumente sur le fait que le vrai nom de Corippe est Gorippus, et situe la rédaction de l’ouvrage entre 546 et 552, date du Panégyrique adressé à Justin II. (916) Múrcia C., Gadaia : ein weiteres amazighisches Wort in der Iohannis des Corippus, dans Glotta, LXXXVI, 2010, p. 30-39. Dans la Johannide, le terme Gadaia est considéré depuis le XIXe s. comme un toponyme amazigh signifiant « dune » (igidi). L’a. confirme la racine amazigh *gédi (ou *gédăy), sable, dune. Corippe eut recours à ce terme parce qu’il n’existait pas en latin de mot signifiant « dune ». Quant à la traduction anglaise d’un ouvrage de Procope, (917) Prokopios, The secret history, with related texts, édit. Kaldellis A., Indianapolis (Ind.), 2010, LXXIX-195 p., cartes, index, assortie d’une introduction nourrie à l’histoire de Byzance, notamment sous Justinien, elle rendra quelques menus services pour l’histoire de l’Afrique. (918) Kreikenbom D., Kirchen bei Prokop : Lepcis Magna im Vergleich mit anderen Städten, dans Krise und Kult, p. 363-378. Procope compte Lepcis Magna au nombre des cités africaines qui ont bénéficié de l’attention de Justinien. La cité de Tripolitaine semble avoir souffert avant cette date d’une situation particulièrement désastreuse, dont elle sortit grâce à la bienveillance de l’empereur et au rôle qu’il lui conféra en Afrique, en tant que siège du dux militis Tripolitanae prouinciae (avril 534). L’intérêt récent pour Priscien reste marqué cette année encore. (919) Priscien, Grammaire. Livre XVII, Syntaxe. 1, édit. M. et alii, texte latin, traduction introduite et annotée par le groupe Ars grammatica, Paris, 2010, 350 p., index, est la première traduction française de ce livre ; elle vient en complément du colloque dédié à cet auteur l’an passé (B.A.A.A., XLIII, 2009 [2015], n° 606). (920) Priscians Darstellung der lateinischen Konjunktionen : lateinischer Text und kommentierte deutsche Übersetzung des 16. Buches der Institutiones grammaticae, édit. Schönberger A., Francfort-sur-le-Main-Valence (Bibliotheca Romanica et Latina, 11), 2010, 202 p., 2 index. (921) Priscians Darstellung der lateinischen Syntax. 1, Lateinischer Text und kommentierte deutsche Übersetzung des 17. Buches der Institutiones grammaticae, édit. Schönberger A., Francfort-sur-le-Main-Valence (Bibliotheca Romanica et Latina, 12), 2010, 654 p. Pour les volumes 12 et 13, voir en 2009 (B.A.A.A., XLIII, 2009 [2015], n° 608). Plusieurs inscriptions ont fait l’objet de commentaires érudits. (922) Arbabzadah M., A note on Jewish and Christian Funerary Formulae (addendum to McKechnie, ZPE 169), dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 175, 2010, p. 165-166, revient sur une publication antérieure (B.A.A.A., XLIII, 2009 [2015], n° 667) à propos d’une plaque de marbre trouvée à Thysdrus (El Djem). Il s’agit de l’épitaphe d’un Flavius Pelagios, originaire du village de Magarotonymi, mort à 40 ans. Elle date du Ve s. ou du VIe s. Si le cognomen est rare, il faut cependant exclure toute référence au Pélagianisme. Le nom du village ne correspond à aucun site connu en Byzacène et il faut probablement penser à un site en Syrie. L’énoncé suggère l’influence de la formulation latine chrétienne, notamment à Carthage. Pour le chiffre 643, qui figure à la fin, et qui est souvent attesté sur des papyri et sur des pierres entre le IVe s. et le VIIe s., deux significations ont été proposées : « Dieu (nous) aide » ou « Marie donne naissance au Christ ». (923) Dupuis X., Henchir el Ksar et Mila : deux « nouvelles » dédicaces de fortifications byzantines en Afrique, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2010, 1, p. 505-512, ill., carte, plan, restitue le texte ILAlg, II, 2, 6432, d’Henchir el Ksar sur le modèle de la dédicace du fort byzantin de Timgad. Cet ouvrage défensif, qui contrôlait le réseau routier entre Cirta et Theueste, doit être daté entre avril 539 et mars 541 ap. J.-C., selon qu’on l’attribue à la 13e ou à la 14e année du règne de Justinien. Il s’ajoute aux trois autres fortifications byzantines de la même période connues dans cette zone. Un autre document provenant de Mila (ILAlg, II, 3, 8543) permet d’attribuer à la prouidentia de Solomon la construction de la forteresse byzantine de la ville, probablement entre 539 et 544 ap. J.-C. Il faut donc compléter les listes des fortifications et enceintes urbaines dressées naguère par J. Durliat et D. Pringle pour le règne de Justinien. Ce qui nous amène directement à l’archéologie avec (924) Baratte F. et Bejaoui F., Les fortifications byzantines d’Haïdra (Ammaedara), ibidem, p. 513-538, rendent compte des fouilles effectuées dans la citadelle byzantine construite au centre de la cité. L’implantation répondait à des considérations stratégiques, mais les aménagements militaires sont simples. Des fragments de sa dédicace ont été retrouvés et la construction peut être datée du passage de Solomon en Afrique, soit entre 534 et 536, soit, plutôt, pendant sa seconde préfecture de 539 à 544 ap. J.-C. On y reconnaît les noms de Justinien et Theodora. Neuf tours carrées et une tour circulaire étaient reliées par un chemin de ronde auquel on accédait par deux escaliers. Les troupes n’ont pas laissé de traces, mais une population civile vivait à l’intérieur. Un avant-poste avait incorporé l’arc de Septime Sévère. (925) Päffgen B. et Karas U., Das justinianische Kastell von Madauros in Ost-Algerien, dans Kölner Jahrbuch, XLIII, 2010, p. 515-530, 20 ill., rappellent tout d’abord l’histoire de Madaure avant de s’intéresser au castellum d’époque justinienne, érigé au centre de la ville par Solomon, sans doute lors de son premier séjour en Afrique (534-536). Les auteurs présentent l’historique des fouilles, les plus récentes ayant donné lieu à une publication en 1981 (par D. Pringle), puis ils décrivent les vestiges et concluent sur le caractère inachevé de l’édifice, dont la construction dut s’arrêter à la mort de Solomon (544). (926) Bonifay M., Capelli C. et Muçaj S., Amphores tardives de tradition punique : observations sur le type Benghazi LRA 7, dans Oleum non perdidit : Festschrift für Stefanie Martin-Kilcher zu ihrem 65. Geburtstag, édit. Ebnöther C. et Schatzmann R., Bâle, 2010, p. 151-159, ill., est une étude sur la typologie, l’origine et la diffusion de ce type d’amphores de la fin du Ve et du VIe s. On le trouve en Tripolitaine, en Cyrénaïque, mais aussi en Albanie. Il s’agit d’un lointain successeur des amphores de type phénico-punique à anses sur l’épaulement.

Bibliographie

10On note cinq titres seulement pour cette période. (929) Desanges J., La politique des Byzantins à l’égard des Maures : à propos d’un livre récent, dans Aouras, VI, 2010, p. 295- 304. Le point de départ est l’analyse et l’éloge de l’ouvrage magistral d’Y. Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe s.), Rome, 2003 (B.A.A.A., XXXVII, 2003 [2009], n° 803). Puis J. D. s’intéresse plus particulièrement aux relations que le pouvoir byzantin entretint avec les Maures, plus précisément au moment de la conquête, en reprenant la distinction Maures « de l’intérieur »- Maures de « l’extérieur ». Les Byzantins, mal préparés et mal informés, n’ont pas su distinguer les deux et ont négligé la question maure. À part Jean Troglitta, dont Corippe décrit l’action dans la Johannide, les dirigeants ont adopté une politique indifférenciée et maintenu, sinon renforcé, le cloisonnement des tribus. (930) Vizcaíno Sánchez J., La presencia bizantina en Hispania (siglos VI-VIII) : la documentación arqueológica, Antigüedad y Cristianismo, Murcie (Monografías históricas sobre la Antigüedad Tardía, XXIV), 2009, 941 p., 111 pl., 127 fig. Cette synthèse bien faite et très complète traite peu du nord de l’Afrique, avec cependant la mention de Septem Fratres (généralités, p. 30-135, la muraille d’époque byzantine, p. 409, les fortins, p. 424, les édifices de culte, p. 448-450), les relations de l’Espagne avec le nord de l’Afrique (p. 297-301), et les découvertes numismatiques d’origine nord-africaine en Espagne (p. 699-702). (931) Montenegro J. et Del Castillo A., Tingi in Baetica : an analysis of the sources, dans Athenaeum, XCVIII, 2, 2010, p. 413-427. Un examen des sources du début du Moyen Âge, dont celles du royaume wisigoth - Historia pseudo-Isidoriana -, et celles d’origine arabe condui les auteurs à considérer que la mention de Tingi dans le catalogue des sièges épiscopaux du ms. El Escorial, Real Biblioteca, R.II.18, ne désignait pas la cité qui est mentionnée en Maurétanie Tingitane, mais une cité qui devait se situer en Bétique. Il s’agit de Iulia Traducta, aujourd’hui Algésiras. Par conséquent, il faut revoir la position du comte Julien et douter de l’existence d’une quelconque souveraineté du royaume wisigoth en Afrique. Et nous terminerons cette B.A.A.A. avec (932) Mcharek A., La vallée de l’oued Ouadran (l’antique Vadara). Un espace tribal hautement stratégique de Corippe à Ibn Khaldoun, dans Histoire (L’-) des steppes tunisiennes. Session 2008, p. 197-217, 9 fig. Au terme d’une enquête que l’auteur a menée sur le terrain et dans les sources littéraires, il convient de retenir que l’hydronyme Vadara est la transposition latine du libyque Udaran. Il s’ensuit qu’il faut localiser les tribus des Caunes et des Silzactae dans la haute et la moyenne vallée de cet oued, celle des Nuntii dans la basse vallée. Passage obligé entre la Tripolitaine et les régions fertiles du nord, cette vallée fut le théâtre de l’affrontement qui opposa les Byzantins aux tribus maures en 548, et c’est au pied du jebel Bou Hedma qu’il convient de situer, pour une période ultérieure, la bataille dite de Haydaran, et le premier habitat des Hilaliens. La vallée a constitué un couloir que les pouvoirs centraux ont toujours cherché à verrouiller face aux périls venus de Tripolitaine.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search