Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIV (2010)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

IV – Haut-Empire

Texte intégral

1Les auteurs africains et la documentation épigraphique et archéologique en font toujours un chapitre abondant.

Sources

2À la rubrique des sources littéraires nous retrouvons les auteurs habituels, un autre plus rare, et Virgile ouvrira cette section avec une traduction de l’Énéide en allemand : (571) Virgile, Aeneis, édit. Voss J.H., Cologne, 2010, 288 p. (572) La Fico Guzzo M.L., Acerca del tema de la violencia en la Eneida, dans Latomus, LXIX, 2, 2010, p. 330- 343, approche le thème de la violence dans l’Énéide à partir de l’analyse de la trame sémantique, en particulier l’usage de saeuus et de saeuio qui désignent la violence incontrôlée. Le poète a recours à ce lexique pour décrire la passion amoureuse de Didon, au livre IV. (573) Dominik W.J., Vergil’s geopolitics, dans Writing politics in imperial Rome, édit. Dominik W.J., Garthwaite J. et Roche P.A., Leyde-Boston, 2009, p. 111-132. La relation entre géographie et politique connut un développement particulier chez Virgile, en particulier le thème de l’intrusion de la civilisation urbaine et du politique dans le monde rural, mais l’Afrique n’entre pas en ligne de compte, contrairement à (574) Malamud M.A., Primitive politics : Lucan and Petronius, ibidem, p. 273-306. Virgile (Georg. 3.340- 348) et Lucain (9.420-430) situent en Afrique la vie primitive idyllique ; elle est opposée à la décadence morale de Rome. Un point de vue différent est donné par deux autres communications sur Lucain. (575) Paolo A., L’idée de l’Afrique chez Lucain, dans Lucain en débat, p. 281-294. L’Afrique est une terre violente, à l’image de toute l’épopée de Lucain, mais aussi presque sensuelle, également une terre marquée par le monde sauvage. L’auteur interroge, à travers cette représentation, la notion d’identité romaine puisque cette terre fait partie de l’Empire, et même de l’Europe pour le poète. (576) Asso P., L’idée de l’Afrique chez Lucain, ibidem, p. 281-294 cartes. L’Afrique chez Lucain est un espace exotique, hostile et dangereux, mais aussi une partie du monde romain. Fronton a peu intéressé, avec deux titres seulement cette année. (577) Fleury P., Utilisation de l’étiologie chez Fronton : une origine naturelle pour la parole, dans L’étiologie dans la pensée antique, édit. Chassignet M., Turnhout, 2008, p. 261-270. Le motif étiologique n’occupe pas une grande place chez Fronton et seuls deux passages peuvent être considérés comme tels, celui de la naissance de la musique dans De eloquentia, IV, 2, et le mythe de la naissance du Sommeil, dans De feriis Alsiensibus, III, 9-13. Le récit étiologique lui sert principalement à défendre la parole et la rhétorique. (578) Kemezis A.M., Lucian, Fronto, and the absence of contemporary historiography under the Antonines, dans American Journal of philology, 131, 2, 2010, p. 285-325. Les écrits de Lucien et une lettre de Fronton (Haynes 1919, 2, 198-218) attestent l’existence d’une conscience historique particulière à l’époque des Antonins : le passé est étranger à la vie de leurs lecteurs et à la leur, le présent forme un monde statique, peut-être en relation avec le stéréotype d’une époque stable et harmonieuse. Il faut peut-être mettre cette attitude en relation avec le constat suivant qui nous permet de passer à Apulée. (579) Keulen H., Different drinking habits : satirical strategies of selffashioning in Antonine ego-narratives, dans Ancient narrative, 2010, VIII, p. 85-113. Cette comparaison entre les Nuits attiques d’Aulu-Gelle et les Métamorphoses d’Apulée, qui se place dans une perspective culturelle, souligne diverses ressemblances et différences. Ces deux auteurs assument divers rôles dans le registre de la satire. Ce jeu de rôles reflète le contexte du symposium, qui représente le lieu de communication entre les élites. Mais ils se distinguent par leur programme et expriment chacun à leur façon les débats culturels de leur époque. Le programme culturel d’Aulu-Gelle tend vers la correction du langage et la morale de tradition républicaine, à l’inverse de celui du philosophe platonicien. Avec ce dernier, nous renouons avec l’abondance annoncée. Nous verrons successivement l’Apologie, les Métamorphoses, puis les autres œuvres. (580) Pellechi L., L’accusa contro Apuleio : linee retoriche e giuridiche, dans Eparcheia, autonomia e civitas Romana. Studi sulla giurisdizione criminale dei governatori di provincia (II sec. a. C.-II d. C.), édit. Mantovani D. et Pellechi L., Pavie, 2010, p. 171-334. L’Apologie d’Apulée offre une documentation unique d’un procès qui s’est tenu pendant le Principat devant un gouverneur de province. Ce très gros article décortique tous les paragraphes de cette œuvre dans la perspective indiquée dans le titre, mais on appréciera surtout l’exposé minutieux et savant des aspects juridiques. (581) Piccioni F., Il De magia di Apuleio : un testimone trascurato : il codice Assisiate 706, dans Linguaggi del potere, poteri del linguaggio = Langages du pouvoir, pouvoirs du langage, édit. Bona E. et Curnis M., Alessandria, 2010, p. 365-375, examine les apports du De magia du ms. Assisi, Biblioteca del Sacro Convento, Fondo antico della Biblioteca Comunale 706 (11° sec.), au codex descriptus du ms. Firenze, Bibl. Medicea Laurenziana, Laur. 68, 2. (582) Wolf É., Culture et barbarie chez Apulée, dans Figures de l’étranger autour de la Méditerranée antique, p. 411- 418. L’opposition entre culture et barbarie est très présente chez Apulée et sous-tend l’ensemble de l’Apologie. Il cherche à s’assurer la connivence des gens instruits, dont le gouverneur, qui est présenté comme un homme cultivé, par des références littéraires, philosophiques, des citations en grec, et à dévaloriser ses adversaires par le recours à une comparaison entre la ville, foyer de culture, et la campagne, lieu d’ignorance. L’auteur évoque ensuite le maintien de la langue punique au cours de l’Empire jusqu’à une date tardive, comme en témoigne Augustin. (583) Puccini-Delbey G., Apulée, un nouveau Socrate ? : une analyse des rapports d’intertextualité entre le De magia et l’Apologie de Socrate de Platon, dans Latomus, LXIX, 2, 2010, p. 429-445. À partir d’une comparaison exhaustive des deux œuvres mentionnées, l’a. montre que Socrate était bien une figure symbolique de la sapientia pour Apulée, mais que l’on observe un rapport d’intertextualité plus que de réécriture entre les deux œuvres. De plus, le De magia s’inscrit aussi dans la tradition pythagoricienne et cicéronienne du doctum ingenium. Bien que les Métamorphoses aient été largement scrutées, l’ouvrage inspire toujours autant les auteurs et réserve encore des découvertes. (584) Rocchi S., Apul. Met. 10, 18, 3 : ancora sulla correzione raedarum per il tradito praedarum, dans Hermes, 138, 3, 2010, p. 381, apporte deux arguments à la correction indiquée dans le titre. (585) Nicolini L., Due proposte al testo delle Metamorfosi di Apuleio (5, 28 e 11, 23), dans Philologus, 154, 1, 2010, p. 149-154, revient sur deux passages difficiles du roman et (586) Ead., Nota ad Apuleio, Met. 11, 28, dans Rivista di filologia classica, 138, 2010, p. 194-197, s’intéresse à un problème textuel. (587) Habermehl P., Apuleiana recentiora, dans Gymnasium, 117, 2, 2010, p. 149-154, est une analyse de plusieurs ouvrages sur Apulée, dont certains ont été signalés dans la B.A.A.A. (May R., B.A.A.A. LX, 2006 [2012], n° 339 ; Carver R.H.F., B.A.A.A., XLI, 2007 [2013], n° 227 ; Gaisser J.H., B.A.A.A., XLII, 2008 [2014], n° 783). (588) García Gual C., Traducción y literatura, dans Estudios clásicos, 2010, Anejo 1, p. 35-52, rés. en angl., émet des remarques sur les traductions de l’Âne d’or d’Apulée et d’autres ouvrages par Longo. (589) Borghini A. et Seita M., C’è fabbro e fabbro... : Apul. Met. 9.7.5, dans Sileno, XXXVI, 1-2, 2010, p. 213-216, rés. en lat., décèle un jeu de mots à connotation érotique dans le passage étudié. (590) Cioffi R. et Trnka-Amrhein Y., What’s in a Name ? Further similarities between Lollianos’ Phoinikika and Apuleius’ Metamorphoses, dans Zeitschrift für Epigraphik und Papyrologie, 173, 2010, p. 66-68. Plusieurs connexions entre les deux œuvres mentionnées dans le titre confirment qu’Apulée s’est inspiré de romans grecs, celui de Lollianos ainsi que l’Onos (l’Âne) de Lucien. (591) Gärtner T., Wird Lukios im Eselsroman ein zweites Mal verhext ?, dans L’Antiquité classique, LXXIX, 2010, p. 275-285. Apulée se dissocie du modèle traditionnel du roman grec, qui met en scène les péripéties d’amants séparés, pour construire un récit structuré par les deux enchantements subis par Lucius au début et à la fin du roman. Cette focalisation du récit sur la magie a un précédent, le roman d’Antoine Diogène, Les merveilles d’au-delà de Thulé, préservé surtout par Photius. Mais il crée une œuvre originale en entrecroisant l’érotisme et la magie. (592) Kirichenko A., A comedy of storytelling. Theatricality and Narrative in Apuleius’ Golden Ass, Heidelberg, 2010, XII-248 p., 2 index. Cette synthèse aborde le roman d’Apulée sous l’angle de sa théâtralité, c’est-à-dire que ses personnages sont des types de théâtre et les modèles d’écriture et de mise en scène sont inspirés des traditions théâtrales antiques. L’auteur met ainsi en lumière l’importance du mime comme source d’inspiration, puis la polyphonie des modèles (récit de miracle, biographie philosophique, mythe philosophique, satire, comédie), enfin l’association de la théâtralité avec le discours narratif. (593) Pisano A., Milesiae apuleiane e petroniane a confronto, dans Bollettino di studi latini, XL, 2, 2010, p. 481-497, rés. angl. Au delà des caractéristiques spécifiques à chaque auteur, on constate de nombreuses analogies entre eux. (594) Garbugino G., Studi sul romanzo latino, Alessandria (Studi e ricerche, 85), 2010, VIII-121 p., index. L’ouvrage contient cinq chapitres, dont deux ont pour thème les Métamorphoses d’Apulée. Le premier, p. 35-52, s’intéresse à la « fête du rire », épisode qui, selon l’auteur, met en scène le rire de l’intelligence et de l’ironie. Le second, p. 53-67, traite de la perception des passions et des vices dans le roman. Les passions y jouent un rôle bien plus important que dans la fable milésienne traditionnelle et l’auteur souligne le « bricolage » mytho-poétique ainsi que l’emploi particulier de l’allégorie. (595) Soler J., Lucius, parent de Plutarque ou Comment lire les Métamorphoses d’Apulée, dans Revue de Philologie, de Littérature et d’Histoire ancienne, LXXXII, 2, 2008, p. 385-403, examine à nouveau la question de l’étrange parenté introduite par Apulée entre Plutarque et Lucius. Les traits communs entre le roman et le De audiendis poetis confirment cette relation qui donne au projet d’Apulée une dimension pédagogique ; en même temps, le romancier attire l’attention sur l’interprétation morale ou religieuse des passages concernés. (596) Gärtner T., Die Binnenerzählung des Thelyphron in den Metamorphosen des Apuleius : ein Reflex des ursprünglichen Endes des griechischen Eselromans, dans Museum Helveticum, LXVII, 1, 2010, p. 35-42, rés. en angl. Le récit de Thélyphron dans Met., II, 21-30, possède une grande cohérence narrative, sauf dans sa conclusion. Thélyphron, après s’être acquitté de sa tâche de veilleur de morts, est subitement chassé de la maison de la riche veuve. Cet épisode anticipe ce qui arrivera à Lucius à la fin du roman et peut être donc compris, par un lecteur lettré, comme une allusion au modèle grec de l’Onos. (597) Graverini L., Amore, « dolcezza », stupore : romanzo antico e filosofia, dans Romanzo (Il -) dei Greci e dei Romani, p. 57-88. Dans une étude sur l’influence de la philosophie sur le roman, l’auteur envisage la valeur philosophique de l’étonnement dans les Métamorphoses. (598) Barchiesi A., Le Metamorfosi nell’atrio, ibidem, p. 187-208. L’a. veut montrer à travers un bref extrait du roman (Met., II, 4-5) comment une certaine idée de l’identité impériale conditionne aussi certains aspects de l’œuvre qui sont habituellement considérés dans une autre perspective. Il a choisi d’examiner le passage qui évoque l’atrium de Byrrhène pour montrer qu’on peut suivre diverses analyses, en raison notamment de la présence du groupe statuaire : il peut être considéré pour sa nature et sa matérialité ou comme la mise en abyme de la trame du roman, il peut être vu comme un passage indiquant l’intégration des élites provinciales dans l’empire. Au sein de l’ouvrage, le mythe d’Éros et de Psyché a suscité plusieurs traductions et enquêtes. (599) Apuleius, Amor und Psyche, trad. Norden E., illustrations Thumann P., Leipzig, 2010, 284 p., ill. (600) Apuleio, Conto de Amor e Psique, introd., trad. et notes Ferreira Leão D., Lisbonne, 2010, 123 p. (601) Braidotti C., Fabella, una singolarità apuleiana, dans Οὐ πᾶν ἐφήμερον. Scritti in memoria di Roberto Pretagostini offerti da colleghi, dottori e dottorandi di ricerca della Facoltà di Lettere e Filosofia, édit. Braidotti C., Dettori E. et Lanzillotta E., Rome, 2009, p. 35-46. Le conte de Psyché s’ouvre par le mot fabula mais se clôt avec celui de fabella, associé à tam bella (Met., VI, 25, 1), dont c’est la seule occurrence dans l’oeuvre d’Apulée. Sa position à la fin du conte, qui est le pivot de l’ouvrage, semble exclure toute intention réductrice, et on doit penser plutôt à un changement de registre dans la narration. Après avoir raconté une « aussi belle histoire », Apulée revient au récit des aventures de Lucius-l’âne et, après la parenthèse qu’a constituée le conte, le langage est à nouveau celui du déroulement ordinaire des aventures du héros. (602) Cameron A., Psyche and her sisters, dans Latomus, LXIX, 4, 2010, p. 1070-1077, s’intéresse à la vengeance terrible que Psyché tire de ses soeurs, vengeance dont Apulée n’étudie pas les ressorts psychologiques : la raison en est, selon A.C, que Psyché est dans ce cas l’instrument aveugle de Cupidon. Un autre épisode a attiré l’attention : (603) Gärtner T., Die Rache der Charite bei Apuleius als kumulative Imitation der euripideischen Hekabe und des sophokleischen Ödipus, dans Athenaeum, 2010, XCVIII, 1, p. 255-258. Dans le récit de la vengeance de Charité au début du livre VIII, Apulée associe chez son héroïne des traits de l’Hécube d’Euripide et de l’Oedipe de Sophocle. À propos de deux œuvres moins populaires, (604) Martos J.J., Nota a Apuleyo, Florida 9, 8, dans Maia, 2010, LXII, 1, p. 59-63, défend le terme utilitas sur la base de parallèles surtout cicéroniens. (605) Belayche N., Deus deum… summorum maximus (Apuleius) : ritual expressions of distinction in the divine world in the imperial period, dans One God. Pagan Monotheism in the Roman Empire, édit. Mitchell S. et Van Nuffelen P., Oxford, 2010, p. 141-166. Le passage d’Apulée (De mundo, 25) cité dans le titre n’est qu’un prétexte pour développer une intéressante réflexion sur les épithètes de distinction appliquées aux divinités grecques ou romaines. (606) Maire B., Le jardin qui soigne, dans Jardins antiques : Grèce-Gaule-Rome, édit. Bertholet F. et Reber K., Gollion (Suisse), 2010, p. 87-113, 5 ill. Gargile Martial (IIIe s.) a écrit un traité sur les Remèdes tirés des légumes et des fruits. Ses connaissances sont fondées sur les sources littéraires, son expérience personnelle et des savoirs populaires, et il propose des recettes médicales et « magiques ». Des textes nombreux accompagnent cette présentation pour « grand public » d’un texte en général mal connu. Nous retrouvons aussi les grands ténors au sein des sources chrétiennes, en premier lieu Tertullien, moins cependant que les années précédentes. (607) Quinti Septimi Florentis Tertulliani De anima, édit. Waszink J.H., Leyde-Boston (Supplements to Vigiliae Christianae, 100), 2010, XXVI-X-49-654 p., est la reproduction en fac-similé de l’édition de 1947 ; elle est accompagnée de la traduction anglaise de la majeure partie de l’introduction rédigée par J.H. Waszink en 1980 pour sa traduction du traité en allemand. (608) Tertulliano, Opere dottrinali, a. Le Prescrizioni, Contro Ermogene, Contro I Valentiniani, La carne del Cristo, édit. Micaelli C., Moreschini C. et Tommasi Moreschini C.O., et (608bis) Tertulliano, Opere dottrinali, b. La Resurrezione delle carne, Contro Prassea, édit. Moreschini C. et Podolak P., Rome (Scrittori cristiani dell’Africa romana, 3/2 a et b), 2010, 414 p. et 578 p. La collection poursuit la publication en latin et la traduction italienne sans édition critique des textes empruntés à des éditions antérieures. Et dans une revue pour grand public, un très bref exposé (609) Chapot F., L’écriture au service de la foi, dans Religions et Histoire, XXXIII, 2010, p. 58-59. La bibliographie sur Cyprien se maintient à un niveau constant et deux ouvrages ont pris comme thème l’évêque lui-même. (610) Cyprian of Carthage. Sudies in his life, language, and thought, édit. Bakker H., Van Geest P. et Van Loon H., Louvain (Late antique history and religion, 3), 2010, XX-307 p., 3 index. L’introduction, rédigée par les trois éditeurs, p. 1-27, souligne que Cyprien, qui avait une vision stricte de la mission de l’évêque et de l’interprétation des textes, pouvait parfois se montrer plus souple dans certaines circonstances pour les questions relevant de la théologie. Parmi la douzaine de contributions de l’ouvrage, nous avons sélectionné celles qui sont ancrées dans le siècle. Une abondante bibliographie précède les index. (611) Brent A., Cyprian and Roman Carthage, Cambridge-New York, 2010, XV-365 p., index. C’est à une lecture de la vie de Cyprien en relation avec les institutions romaines du IIIe siècle que l’auteur nous convie. L’action et la pensée de l’évêque de Carthage sont enracinées dans son époque et sa vision de l’Église s’inscrit dans les principes de la jurisprudence romaine, celle d’une autorité légitime, qui s’exerce à l’intérieur d’un espace bien délimité. Après trois chapitres qui évoquent la vie de Cyprien, l’historique des controverses qu’il a soutenues, les connaissances que l’on possède sur la Carthage du IIIe siècle et le contexte politique et culturel du milieu de ce siècle, l’étude consacre trois chapitres à la persécution de Dèce et à l’Église des martyrs, avant de s’achever sur le différend entre Cyprien et le pape Étienne. On prendra garde à quelques inexactitudes et erreurs de chronologie, notamment au début des chapitres 3 et 4 et l’a. n’a pas consulté des ouvrages fondamentaux publiés en français. (612) Bakker H., A Reconstruction of Early Impressions of Cyprian’s Image as a Bishop, dans Cyprian of Carthage, p. 43-64. La Vita Cypriani de Pontius n’est en aucun cas une biographie, mais relève de l’apologie. Ce texte, comme celui des Acta, est destiné à diffuser de la propagande hagiographique, des incitations à suivre l’exemple de Cyprien. (613) Van De Beek A., Cyprian on Baptism, ibidem, p. 143-164, compare les positions de Cyprien et d’Augustin. La conception que le premier avait du baptême ne peut être dissociée de celle qu’il avait de l’Église, et il donnait la priorité à l’unité de celle-ci. Augustin a effectué un virage très sensible à ce sujet, car il s’intéressait davantage au salut et à l’individu. (614) Shuve K., Cyprian of Carthage’s writings from the rebaptism controversy : two revisionary proposals reconsidered, dans Journal of theological studies, LXI, 2, n.s., 2010, p. 627-643. L’auteur intervient dans la controverse actuelle qui concerne la méthode de datation des lettres de Cyprien sur le baptême : peuvent-elles être datées à partir de son usage des Écritures ? L’auteur propose une via media en considérant que cet usage est un facteur significatif, mais pas déterminant. (615) Brun C., Communion/ exclusion : une cohérence sponsale du sacramentum unitatis chez saint Cyprien de Carthage, dans Pères (Les) de l’Église et les dissidents, p. 183-204, aborde d’un point de vue surtout théologique plusieurs grands thèmes de réflexion propres à Cyprien : la place de l’évêque dans l’Église, le salut, la communion, le baptême. (616) Dunn G.D., The Reception of the Martyrdom of Cyprian of Carthage in Early Christian Literature, dans Martyrdom and Persecution, p. 65-86. La mémoire de Cyprien était due bien plus à son martyre qu’à ses écrits qui embarrassaient les théologiens en raison de leur proximité avec la pensée donatiste. Pour l’épigraphie, nous commencerons par un ouvrage dont l’intérêt n’échappera à personne. (617) Kerr R.M., Latino-Punic Epigraphy, Tübingen (Forschungen zum Alte Testament 2. Reihe, 42), 2010, XVI-253 p., ill. Un catalogue des inscriptions est donné après l’étude de la phonologie et des observations sur la morphologie et la syntaxe. Les textes sont essentiellement en punique translittéré, mais beaucoup présentent des noms latins. On trouve des dédicaces aux dieux Mânes, plusieurs mentions du titre de tribun et un procurator, dont la signification reste obscure car les lacunes sont nombreuses. Deux textes sont inédits. L’un provient du wadi Chanafes et indique la construction d’un mausolée fait par Pudens et Seuerus pour leur père Amsuala, fils de Masuna (p. 218) ; le second, qui provient du wadi Ghalbun, signale aussi la construction du mausolée d’un père par quatre enfants (p. 219). Un texte de Bir ed-Dreder (IRT, 886 k) fournit une nouvelle lecture des noms propres : il s’agit de Yriraban (fils de) Isicuarlul. L’a. clôt son catalogue par quatre documents, un de Syrie, trois provenant d’El Hofra, dont deux sont sans aucun doute du grec translittéré [mais il ignore ILAlg, II, 2, 505 et 507], le troisième, dont la mention de la filiation est de lecture incertaine, est peut-être dû à un Grec (Berthier-Charlier, 1955, p. 172). Le vocabulaire des dédicaces de constructions a fait l’objet d’une synthèse, (618) Saastamoinen A., The Phraseology of Latin Building Inscriptions in Roman North Africa, Helsinki, 2010 (Commentationes humanarum litterarum, 127), 646 p. Après l’introduction dans laquelle l’a. définit les limites tant géographiques que chronologiques et les questions méthodologiques, le premier chapitre donne les résultats statistiques de l’enquête, qui confirment la prépondérance de la Proconsulaire, suivie par la Numidie, la multiplicité des constructions aux IIe et IIIe s. ap. J.-C., l’importance des donateurs privés et des communautés dans la partie orientale de l’Afrique du Nord, de l’empereur, de l’armée plus à l’ouest. Les chapitres suivants s’attachent au libellé et à la structure du formulaire des dédicaces. Sont étudiés les formules initiales, les maîtres d’œuvre - particulier, empereur, communauté, armée -, l’objet, les prédicats et, pour finir, les autres éléments entrant dans les dédicaces. L’appendice 1, p. 405-538, donne le texte des 1002 inscriptions retenues et un tableau, une bibliographie et un index complètent le volume. Compte tenu de la variété et de la richesse des informations, nous suivrons maintenant l’ordre alphabétique des auteurs. (619) Aounallah S., Sur la signification du martelage des mots castella ou ciuitate et Aurelia sur deux inscriptions du pagus Fortunalis et de Thugga, dans Zeitschrift für Epigraphik und Papyrologie, 174, 2010, p. 287-293, 3 fig., tente de résoudre deux cas de martelage inexpliqués, relatifs au statut de deux communautés, le pagus Fortunalis et la ciuitas de Thugga : le martelage pourrait s’expliquer par une erreur sur le mot qualifiant la collectivité. Ce qui amène l’a. à revenir sur l’origine de l’épithète Aurelia de la ciuitas Thuggensis (martelé dans ILAfr 524 = Dougga, fragments d’Histoire, n° 9, p. 30-31) : contrairement à A. Beschaouch, qui y voit le rappel de la concession du droit latin par Marc Aurèle, l’a. considère que le nom rappellerait un privilège concédé par le prince, celui de capter l’eau de l’aqueduc depuis une source localisée sur un domaine impérial. (620) Badel C., Le cursus acéphale de Vina et la patrie de Marius Maximus, dans Tribù (Le -) romane, p. 395-400. Une inscription de Vina (ILAfr., 324 ; ILS 8980), datée de la première moitié du IIIe siècle, mentionne le cursus d’un sénateur anonyme de la première moitié du IIIe siècle. Ce sénateur fut consul et membre de la commission des vingt sénateurs de rang consulaire de 238. Les recoupements permettent d’établir qu’il s’agit de L. Marius Perpetuus, consul en 237, et neveu de L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus, homme politique et historien au temps des Sévères, consul en 199 et en 223. La famille des Marii Perpetui était originaire de Vina. (621) Beltrán Lloris F., Tesserae paganicae, dans La praxis municipale dans l’Occident romain, édit. Lamoine L., Berrendonner C. et Cébeillac-Gervasoni M., Clermont-Ferrand (Collection Histoires croisées), 2010, p. 187-193, 5 fig., évoque la tessère qu’on pense être d’Hippo Diarrhytus, car trouvée lors d’opérations de nettoyage de la lagune. Elle mentionne le pagus Mineruius et l’acte de générosité d’un donateur. (622) Boscolo F., Le attestazioni epigrafiche dei dendrofori in Africa, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 309- 332. S’il n’ignore pas le rôle religieux des dendrophores, l’auteur pense que leur organisation collégiale leur imposait un rôle supplémentaire, professionnel celui-ci. Les inscriptions africaines ne mentionnent pas de collèges. Mais celles qui ont été trouvées à Carthage, Cirta, Rusicade et Cuicul laissent penser que ce genre d’organisation a dû exister. Une longue bibliographie vient clore cette étude. (623) Casagrande M., Leggi prediali e regolamenti cittadini : realizzazione e gestione degli acquedotti africani, dans Aquam perducendan curavit. Captación, uso y administración del agua en las ciudades de la Bética y el Occidente romano, édit. Lagóstena Barrios L., Cañizar Palacios J.L. et Pons Pujol L., Cadix, 2010, p. 461-471, analyse trois inscriptions (AE, 1988, 119 d’Ammaedara, CIL, VIII, 51 de Thysdrus et AE, 1993, 1738 d’Abbir Maius) et conclut que les cités de l’Afrique proconsulaire restreignaient l’usage de l’eau fournie par les aqueducs en raison de la pluviométrie saisonnière dans la région. (624) D’ambrosio E., Nuovi dati epigrafici, dans Scienze dell’Antichità, XVI, 2010, p. 493-502, 6 fig. Dans le cadre d’une étude sur le forum de César, l’auteur revient sur une inscription dédiée à l’impératrice Sabine par des Sabrathenses (CIL, VI, 40528) en 138. Il s’agirait d’un hommage rendu non par les habitants de la cité de Sabratha, mais par des citoyens de cette ville résidant à Rome, peut-être les commerçants de la statio située sur la place des Corporations à Ostie. (625) Groslambert A., Une inscription d’Acilius Clarus, gouverneur au IIIe siècle : CIL VIII, 2729, dans Hommages offerts à François Bertrandy, 1, p. 181-196. Le texte en question concerne les moenia d’Acilius Clarus, légat (équestre) de Numidie, et s’adresse à son successeur. L’a. présente le texte et le dédicant, rappelle ce que fut la réforme de Gallien qui priva les sénateurs de charges militaires, puis cherche à préciser ce qu’étaient les moenia mentionnés dans le texte, sans doute des travaux dans la résidence du gouverneur. (626) Hamdoune C., Le testament de C. Cornelius Egrilianus, ILAlg., I, 3040, dans Aouras, VI, 2010, p. 237-252, 5 photos, a procédé à un nouvel examen de ce texte important. Le nom de la divinité manquante serait celui de Caelestis, qui remplace Iuno proposée par Wilmanns et Fortuna proposée par Accame. L’hypothèse s’appuie sur les liens qui existaient entre la dynastie sévérienne et cette divinité. Le testament de C. Cornelius Egrilianus, qui comprend trois clauses, s’adresse à la communauté civique et a été lu publiquement. Contrairement à ce que supposaient T. Mommsen et S. Gsell, l’arc est construit sur le sol public, et il est surmonté des deux tétrastyles. L’affirmation publice pour les gymnasia doit être entendue comme une prise en charge des distributions d’huile par les autorités municipales. (627) Kallala N., La dédicace du capitole d’Althiburos retrouvée, dans Histoire (L’-) des steppes tunisiennes. Session 2008, p. 231-244, 14 fig., 1 dépliant. Dans le cadre des fouilles menées sous la direction de l’auteur en coopération avec une équipe de Barcelone, plusieurs fragments de la dédicace du capitole ont été retrouvés. Ils permettent d’attribuer sans contestation possible la construction de ce bâtiment au règne de Commode, entre 185 et 190. Ultérieurement, le capitole a été agrandi et a fait l’objet d’une monumentalisation. (628) Ladjimi Sebaï L., Inscriptions of the Imperial Period from the Bir Messaouda Excavations 2000/2001, dans Carthage Studies, III, 2009, p. 161-168, ill. Six fragments d’inscriptions sont attribués à l’époque romaine ; il s’agit sans doute de dédicaces publiques. (629) Mackensen M., Das severische Vexillationskastell myd (---)/Gheriat el-Garbia am limes tripolitanus (Libyen), dans Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts (Römische Abteilung), 116, 2010, p. 442-444. À Gheriat el-Garbia, sur le piédestal d’une statue disparue, une inscription de 222-235, qui porte entre autres indications les lettres MYD, conduit l’a. à restituer le nom de Mydsata. Il s’agit du camp le plus important du limes tripolitanus. (630) Mitthof F., Adprobato in campo exercitu ? dans Tyche, XXV, 2010, p. 228-232, propose de rattacher le fragment AE, 2006, 1800s à la dédicace de l’inscription AE, 2006, 1800a (le discours d’Hadrien dans le camp de Lambèse), ce que M.P. Speidel avait déjà suggéré, en restituant adprob[ato in campo exe]rcitu au lieu de, adprob[atis campo et exe]rcitu. (631) Morizot P., Une dédicace à Aurélien en provenance d’Aïn Mimoun, dans Aouras, VI, 2010, p. 225-236, 8 fig. L’a. réexamine un document étudié précédemment par N. Benseddik (B.A.A.A., XL, 2006 [2013], n° 559) et publie un nouveau document découvert lors de fouilles et de terrassement accomplis à l’occasion de la construction d’un hangar : un dé d’autel orné de deux acrotères. Il s’agit d’une dédicace à Aurélien : l’a. suppose que les deux documents peuvent avoir un lien entre eux malgré un support différent. Les habitants auraient remercié et honoré l’empereur pour avoir autorisé la mise en valeur de terres jusqu’alors inoccupées. Une quarantaine de dédicaces africaines portent la mention de l’empereur Aurélien dont 25 milliaires, trois d’entre eux ont été retrouvés à la périphérie de l’Aurès. (632) Plociennik T. et Rzepkowski K., avec des contributions de Dyczek P., Kolendo J. et Lajtar A., Iliryski bog Medaurus i mury Risinium w swietle inskrypcji metrycznej z Lambaesis (CIL VIII 2581 ; F. Buecheler, Carmina Latina epigraphica 1527), en polonais, avec deux résumés en angl., l’un au début, l’autre à la fin, dans Novensia, XXI, 2010, p. 79-133. Le centre d’archéologie de l’université de Varsovie a entrepris de faire des fouilles à Risinium, aujourd’hui Risan dans le Monténégro. Un texte de Lambèse indique que le légat de la légion y a érigé une statue équestre du dieu Medaurus, reproduisant un modèle de Risinium, patrie du dieu et du légat. L’inscription, qui a disparu, est connue grâce à deux manuscrits, l’un dû à un légionnaire polonais mort en 1860, l’autre à Léon Renier. Les commentateurs proposent trois corrections au texte couramment admis : Sancte Medaure domi et sancte hic iam, templa quoque ista / Vise (l. 3) ; telum au lieu de letum (l. 6), et enfin carus au lieu de parus, avec la leçon primore (l. 10) et on peut alors lire : ac tibi, Caesar / Marce, in primore carus ubique acie. Le commentaire revient sur le site archéologique, sur la carrière du légat et l’aspect de la statue. L’article propose un panorama complet du dieu et de son culte à Risinium. (633) Saastamoinen A., The Common People in North African Building Inscriptions, dans L’Africa romana, XVIII, 3, p. 1631-1643, commente l’inscription AE, 2003, 2010 et, après avoir émis quelques propositions de restitutions, donne une nouvelle version du texte. La numismatique révèle régulièrement ses trésors. (634) Chameroy J., Remarques sur l’interprétation des trésors de sesterces du IIIe siècle découverts en Afrique du Nord, dans Aouras, VI, 2010, p. 175-187, 3 ill., 2 tableaux. À partir de l’inventaire des trésors africains et en les comparant avec ceux de l’Espagne et de l’Italie, il est possible de proposer une autre interprétation que celle de P. Salama sur la thésaurisation des sesterces. Le phénomène n’aurait pas été provoqué par les révoltes et l’insécurité, mais serait un signe de la crise monétaire du IIIe s. Ces trésors sont liés au déclin de l’antoninien, qui débute dès 238. Une fois le sesterce disparu, l’antoninien dévalué émis sous Gallien et Claude devient le numéraire courant. Le point culminant de la crise se place dans les années 270-280, lorsque les masses d’imitations d’antoniniens se déversent en Afrique. (635) Id., Un trésor d’imitations radiées provenant d’Algérie : circulation et thésaurisation des monnaies aux noms de Victorin et de Tétricus en Afrique du nord, dans Numismatica e antichità classiche, XXXIX, 2010, p. 331-363, carte, tableau et reproductions. En 1989, le Cabinet des Médailles à Paris reçut un don de 514 monnaies mises au jour en Algérie (et achetées à Marseille), ni le lieu ni la date ni le contexte de découverte n’étant connus. Il se compose de 3 vrais antoniniens (1 au nom de Gallien, deux à celui de Claude II), mais rognés ou retaillés, et de 511 imitations (un tiers de Claude II, deux tiers de Tétricus et de Victorin). Certaines monnaies sont dues à une fabrication locale, mais la majorité provient de Gaule. Il explique les raisons de ce transport vers l’Afrique du Nord de monnaies au nom des usurpateurs gaulois par une pénurie de monnaie, sensible surtout en Numidie et en Proconsulaire, et par des besoins économiques. Le catalogue complet est publié sur www.quaderniticinesi.com, vol. 2010. Et nous arrivons à l’archéologie, qui apporte aussi son lot de nouveautés. Chez les Garamantes, trois articles traitent de l’occupation dans les oasis durant la période dite « classique » : (636) Mattingly D.J., Hawthorme J. et Daniels C.M., Excavations at the Classic Garamantian Settlement of Sāniat Jibril (GER002), contributions de Dore J.N., Leone A. et Cole F., dans Archaeology (The -) of Fazzān, p. 123-204, 88 fig. Le site, qui se trouve à proximité immédiate de Jarma est riche en tessons de poterie romaine, notamment de la sigillée italienne du début du Ier s. ap. J.-C. et de l’ARS. Au moins une dizaine de variétés d’amphores ont été trouvées, pour le vin sans doute, parmi lesquelles de la Tripolitaine, de l’Africaine de Tunisie, ainsi que cinquante formes d’ustensiles, des jarres fabriquées à la main. Les vestiges attestent l’existence de boulangeries et une activité métallurgique. 54 pesons ont été trouvés et la présence de 16 pièces de monnaie n’est pas encore bien élucidée. On peut dire que Sāniat Ibril était un centre de consommation, dont l’existence commence entre le IIe siècle et le Ier siècle av. J.-C. et qui entre plus nettement dans le réseau commercial avec l’arrivée de l’ARS de l’Africa à la période suivante. Cette situation se maintient jusqu’au IIIe siècle à une moindre échelle et on trouve encore de la poterie tardive. (637) Edwards D.N., Daniels C.M. et Mattingly D.J., Trial Excavations at Sāniat Sulayman Krayda (GER027), ibidem, p. 205-210, 6 fig., 2 tab. Cette prospection sur un autre exemple de villa ou de site nucléaire d’une dimension de 50 x 50 m - mais il n’est pas sûr que tout le site ait été fouillé - montre des similitudes avec le précédent. Il se trouvait à la périphérie orientale de la zone de peuplement et la densité de poterie était élevée au centre du tertre. On note la présence de meules et de pilons, ainsi que celle de fragments de cuivre. (638) Mori L., Between the Sahara and the Mediterranean Coast : the Archaeological Research in the Oasis of Fewet (Fazzan, Libyan Sahara) and the Rediscovery of the Garamantes, dans Meetings between Cultures, section Libya and North Africa in Archaic and Classical times : reconsidering the role of the Local Communities in the light of the recent Archaeological Investigations, p. 17-30, 16 fig., fait le bilan des fouilles et prospections menées par la mission italo-libyenne dans la petite oasis de Fewet. Alors que trois constructions importantes jouaient un rôle de caravansérails ou de regroupement des caravanes pendant la période « classique » des Garamantes, le site fouillé est doté d’une structure semi-circulaire très originale. La fouille des nécropoles indique que cette oasis de second rang était intégrée dans le vaste espace garamantique et y participait dans une proportion modeste. Nous poursuivons maintenant d’est en ouest. En Tripolitaine, (639) Bianchi F., Su Alcuni aspetti della decorazione architettonica in marmo a Leptis Magna in età imperiale, dans Marmora, V, 2009, p. 45-70, 47 fig. Lepcis Magna s’est engagée au début du IIe s. dans un vaste programme de rénovation urbaine, qui faisait largement appel au marbre et dont les thermes d’Hadrien ont constitué le premier volet. L’article étudie les chapiteaux de l’édifice, en relation avec les données épigraphiques, afin de distinguer quels étaient les modèles architecturaux et les régions de provenance des marbres, et à quels artisans spécialisés on fit appel. (640) Rocco G., Tradizione locale e influssi esterni nei tre templi giulio-claudii del Foro Vecchio di Leptis Magna, dans Meetings between Cultures, section Punici, Greci e Romani a Leptis Magna e Sabratha : un incontro di culture fra Ellenismo e età imperiale, p. 22-36, 24 fig. L’auteur souligne l’association de traits romano-italiens qui rapprochent ces temples des réalisations du début de l’Empire à Rome, avec un autre principe, peut-être d’origine punique : le fait d’unifier les trois podiums par un passage sous arcades, une solution architecturale visible ailleurs en Afrique (le capitole de Sbeitla, le temple de Saturne à Dougga, les trois temples de Zitha). D’autres caractéristiques techniques et décoratives sont à la charnière des modèles italiens, alexandrins, cyrénéens et locaux. (641) Palmieri L., Romanization and definition of commercial area in Africa proconsularis : the examples of Leptis Magna and Thugga, dans Changing landscape. The impact of Roman towns in the Western Mediterranean : proceedings of the international colloquium, Castelo de Vide, Marvao, 15th-17th May, 2008, édit. Corsi C. et Vermeulen F., Bologne, 2010, p. 385-392, 4 fig. Les macella des deux villes citées dans le titre s’inscrivent dans le champ des mutations urbanistiques et font l’objet d’une analyse en tant que témoins de la romanisation. Celui de Leptis Magna, construit peu de temps après la conquête, exprime une synthèse du processus d’acculturation promue par le pouvoir central. Celui de Thugga, en dépit des difficultés que présente sa restitution, semble dériver d’un modèle déjà filtré par l’interprétation romaine : la civitas s’aligne dessus et y adhère. (642) Di Vita A., Culture grecque et tradition locale dans la tombe d’un myste tripolitain de l’époque de Claude, dans Monuments et cultes funéraires, p. 129-149, 13 fig., revient sur un décor déjà abordé en 2004 (B.A.A.A., XXXVIII, 2004 [2011], n° 509) et 2009 (B.A.A.A., XLIII, 2009 [2015], n° 380). Parmi les tombes situées à Zanzur, se trouvent cinq hypogées, dont l’un était décoré de fresques datant de la première moitié du Ier s. : on retiendra que le cycle figuré sur un des bandeaux montre l’adhésion du défunt, vraisemblablement un Punique hellénisé d’Oea, à une religion de salut. (643) Dolciotti A.M., Una residenza marittima in Tripolitania (Libia) : il programma decorativo della villa di Silin, dans Atti del X congresso internazionale dell’AIPMA (Association Internationale pour la Peinture Murale Antique), Napoli 17-21 settembre 2007, édit. Bragantini I., Naples, 2010, p. 659-670, 7 fig., pl. 63, rés. angl. L’architecture et la décoration de cette villa, qui date de la seconde moitié du IIe s. ou du début du IIIe s., expriment un style de vie, celui d’un propriétaire de grand domaine. Les pavements de mosaïques et la décoration murale se complètent, illustrant les mythes privilégiés par une société provinciale qui affirmait son rôle. L’a. insiste sur les scènes de chasse et de pugilat, ainsi que sur le raffinement de la salle 17, qui évoque un jardin avec des motifs délicats. (644) Mackensen M., Das commoduszeitliche Kleinkastell Tisavar/Ksar Rhilane am süd-tunesischen Limes tripolitanus, dans Kölner Jahrbuch, XLIII, 2010, p. 451-468, est une présentation du petit camp de Tisauar (voir l’inscription de construction CIL, VIII, 11048 fixée à la seule porte du camp), à la suite de deux visites et à la lumière d’installations comparables. CIL, VIII, 22760 (photo) appartiendrait à une annexe tardive construite sur le côté oriental des principia. CIL, VIII, 22759 ferait partie d’un groupe de neuf autels (les autres anépigraphes) provenant de trois édifices assez petits situés hors du camp. Les locaux disponibles suggèrent que la garnison était composée d’un groupe de ca 40 à 45 hommes sous la conduite d’un ou deux principales. Le centurion apparaissant dans CIL, VIII, 11048 est sans doute le responsable des travaux, celui qui est attesté dans CIL, VIII, 22579 aurait été de passage, ou actif dans le cadre d’une mission spéciale. Dans le domaine de l’architecture civile, on mentionnera (645) Bagnolo V., Disegno e rilievo in contesti archeologici : l’esperienza di Uthina (Oudhna-Tunisia), Ortacesus (Studi di storia antica e di archeologia, 8), 2010, 126 p., 60 fig. L’ouvrage rend compte de la production de documents graphiques qui illustrent les différentes phases de la fouille d’Uthina. L’auteur a utilisé l’apport des nouvelles technologies et des comparaisons avec des monuments existant dans d’autres sites pour proposer des restitutions en 3 D de l’arc de la ville. (646) Hansali M. et Ammar H., Notes sur les huileries de Sala, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 547-555. Trois huileries, et peut-être quatre, ont été retrouvées dans le quartier à vocation artisanale situé au nord de la ville. Elles sont décrites, et de nouvelles recherches sont annoncées. (647) Rebuffat R., Les entrepôts de Maurétanie Tingitane, ibidem, p. 265-291. Les techniques de construction et des listes d’entrepôts permettent une sorte de typologie : entrepôts allongés, boutiques et boutiques-entrepôts. On peut aussi les classer autrement : à contreforts extérieurs, intérieurs ou avec des poteaux. Longs bois et petites poutres servent aussi à préparer une enquête plus large que l’auteur appelle de ses vœux. (648) Dondin-Payre M., Les thermes romains de Theveste-Tebessa et l’album de Francois-Maurice Allotte de La Fuÿe : un document sur des vestiges méconnus, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2010, 2, p. 709-739 ill., plans. L’album de photographies de F.-M. Allotte de La Fuÿe, dont l’a. donne une description et des extraits, constitue un témoignage méconnu sur la ville, d’autant plus intéressant que les vestiges ont été détruits. (649) Maisons de Clupea. Exemples de l’architecture domestique dans un port de l’Afrique proconsulaire. Les maisons de l’école de pêche, édit. Lassère J.-M. et Slim H., avec une étude de la céramique par Piton J., Paris, 2010, 191 p., 18 p. de pl. n.b. et coul., 1 dépl. Les deux maisons étudiées témoignent de deux types de maisons privées et donnent à voir l’évolution de la demeure romano-africaine, jusqu’à l’époque tardive où le site est remanié en petites masures d’une pièce, près d’un cimetière. Le livre présente d’abord le site, puis les deux maisons (Maison du petit péristyle et Maison du Buste de Marc Aurèle), enfin la dégradation à l’époque tardive. La première maison (320 m2), à cour centrale, qui suit un modèle ancien et dont les mosaïques sont en noir et blanc ou peu polychromées, doit être datée de la fin République ou des premières décennies de l’Empire ; elle est occupée jusque dans le courant du IVe. La seconde maison, nettement plus vaste (plus de 1000 m2) était dotée d’un jardin dont les galeries ainsi que plusieurs des pièces et les couloirs étaient couvertes de belles mosaïques. Mais elle était dépourvue de toute « commodité » (latrines, écoulement des eaux, thermes) : son propriétaire, qui l’avait bâtie, peut-être fin IIe s., devait être de fortune moyenne. Tous les bâtiments recevaient des ornements, une décoration ou des objets de culte. (650) Ferchiou N., À propos de quelques représentations cultuelles et votives de l’ancien territoire de la Carthage punique, dans Carthage et les autochtones, p. 479-507, 28 fig., décrit et analyse quelques documents de la région de Thuburbo Maius pour en discerner les influences stylistiques : un fronton représentant Caelestis assise sur le dos d’un lion ; un linteau avec tête de lion et bucrâne, un personnage dompteur de fauves, un pilier avec palme, serpent et coq, une stèle avec palmier, serpent et motifs divers, un autel avec arbre, serpent, carquois et colonne (?), une Aphrodite accroupie (?). Ces sculptures (datées entre les Ier et IIe s.) présentent des divinités purement romaines, mais certaines semblent puiser à des sources religieuses orientalisantes ou helléniques, fruits de processus d’acculturation complexes, malaisés à décrypter et propres à cette région. Des appendices présentent deux autres bas-reliefs liés au thème de l’arbre et du serpent, provenant d’Ammaedara (?) et de Carthage. (651) Ead., À propos de quelques sculptures du temple de Frugifer à Seressi, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 99-112, 19 fig., Un temple situé à Seressi a livré l’élément d’une frise portant une dédicace à Frugifer, et peut-être à un empereur, par un prêtre, des éléments d’architecture et de sculpture, dont une statue acéphale de la Victoire et une curieuse statue d’un homme, elle aussi acéphale, qui porte à la base du cou une sorte de barbe faite de six mèches plates. Les comparaisons avec d’autres têtes, celles d’Aïon ou de lion, restent assez loin de ce type. L’auteur esquisse un rapprochement avec un extrait d’Arnobe, Adu. Nat., VI, 318, 14, sur Frugifer à tête de lion. (652) Ben Abid L., Note sur l’origine des cartons dans les ateliers de sculpture : Jupiter sur les reliefs de la Tunisie centrale, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 815-833. Les représentations de Jupiter peuvent être réparties en cinq groupes : buste du dieu, le dieu trônant flanqué des Dioscures, la planète Jupiter, la triade capitoline et, ce qui n’est pas le moins surprenant, « Jupiter accouchant de Dionysos ». (653) Galbarini-Weinmann V., La mosaïque du Triomphe indien de Sétif : une image funéraire au cœur de la domus ?, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 113-123, 6 fig. La mosaïque de Sétif offre une scène originale du point de vue iconographique et l’auteur insiste sur les rapprochements avec le monde funéraire, notamment les sarcophages. Elle identifie les têtes traditionnellement attribuées à Sérapis, qui se trouvent dans les angles, comme étant celles de Dionysos Ancien, et celles-ci renforceraient le caractère eschatologique de la scène. Le thème de la Chasse au sanglier de Calydon, représenté sur le pavement situé devant le pavement principal, était lui aussi un thème funéraire fréquemment adopté entre le milieu du IIe siècle et le début du IIIe. L’association ne peut être fortuite et, s’il est improbable qu’un notable de Sétif ait eu connaissance de ces sarcophages, cela pose néanmoins la question de la transmission des images dans l’Antiquité. Du côté de la céramique, plusieurs bilans et quelques précisions permettent de mieux cerner la production et le commerce des amphores. (654) Revilla Calvo V., Ánforas africanas del primer cuarto del siglo III d.C. del Monte Testaccio (campañas 1998-1999), dans Estudios sobre el Monte Testaccio, p. 397-413. À l’égal des autres campagnes précédentes, les amphores tunisiennes et tripolitaines (environ 17 %) se concentrent dans certains endroits, formant des couches homogènes et très compactes de 30-40 cm d’épaisseur, alternant avec des niveaux d’amphores de Bétique (environ 80 %). S’y ajoutent 3 % d’amphores gauloises, orientales et d’origine indéterminée. (655) Laporte J.-P., Les amphores de Tubusuctu et de Saldae (Ostia V = Keay I A) : Une mise au point, ibidem, p. 601-625, reprend la question de ces amphores à la faveur des publications de M. Bonifay. On dispose désormais d’un critère sûr (mais coûteux) - l’analyse de la pâte - pour déterminer l’origine des amphores attribuées à Tubusuctu ou à Saldae et rectifier les nombreuses erreurs d’attribution. Les estampilles apportent également une aide précieuse : l’a. propose une nouvelle typologie de 12 marques de Tubusuctu et de Saldae, dont 10 certaines. L’aire de diffusion est large, toute la Méditerranée occidentale, Alexandrie et le royaume de Méroë, entre la fin du IIe et le milieu du IIIe s., et ces récipients contenaient peut-être du vin. Les Key IB, plus tardives, ne sont pas issues de Tubusuctu comme on l’a pensé, mais on ignore leur origine. Trois annexes suivent, dont une fournit les lieux de découverte des estampilles, une autre informe sur l’existence d’une estampille nouvelle (M-palmier-C), de Césarienne ou de Proconsulaire. (656) Remesal Rodríguez J. et Aguilera Martín A., 2. Los tituli picti, ibidem, p. 41- 165, ill. Concerne notre région la section intitulée « 2.2 Los tituli picti sobre ánforas olearias norteafricanas », p. 139-146, qui comprend vingt-deux exemplaires du IIIe s., surtout de Tripolitaine. (657) Remesal Rodríguez J., 3. Los sellos, ibidem, p. 167-241, ill. On verra surtout les paragraphes « 3.3 Corpus de sellos sobre ánforas leptitanas », p. 228-229, qui publie six exemplaires, et « 3.4 Corpus de sellos sobre ánforas africanas », p. 229-230, qui réunit huit exemplaires, tous du IIIe s. (658) Remesal Rodríguez J. et alii, 4. Los grafitos, ibidem, p. 243-372, ill. On se reportera au « Corpus de grafitos sobre tipos africanos », p. 303-306 (six exemplaires) et au « Corpus de sellos sobre ánforas africanas » (quatorze exemplaires).

Bibliographie

3Il sera tout d’abord question de conquête et d’administration. (659) Le Bohec Y., La guerre en Afrique sous le Haut-Empire romain, dans Les Cahiers d’Histoire et Archéologie, Université Omar Bongo, juin 2010, p. 15-27, aborde la question d’abord sous un angle historiographique, puis il dresse une liste des conflits depuis l’époque augustéenne jusqu’au IIIe s. Au total, peu de guerres contre les Romains, sans doute en raison de la prospérité dont les Africains ont bénéficié à cette époque et dont les ruines innombrables et les milliers d’inscriptions témoignent. (660) Id., Une conquête de Trajan oubliée, dans Hommages offerts à François Bertrandy, 1, p. 253-269, 4 ill. Cette conquête, injustement oubliée parce qu’elle ne fut pas à l’origine d’un titre de gloire, est celle de la région de l’Aurès et des hautes Plaines en Algérie. L’article dresse un bilan du territoire de la province avant Trajan, puis à l’époque de Trajan, enfin sous Hadrien. (661) Hilali A., L’ars mensoria : quand les Romains mesuraient l’Afrique, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 293-308. L’étude du vocabulaire est surtout limitée aux soldats de la IIIe légion Auguste, la mieux connue de l’empire ; on y trouve des mensores. Une deuxième partie rappelle ce que l’on sait des centuriations de Tunisie. La troisième partie est consacrée au rôle que les arpenteurs ont joué dans la conquête ; en fait, la démonstration est limitée à l’entreprise de 29-30. (662) Ead., Castra et flumen en Afrique romaine, dans Riparia dans l’Empire romain, p. 101-112, 2 fig., rés. fr. et angl. Le relief et l’hydrographie ont joué un rôle dans le choix des implantations militaires et des colonies de vétérans. Des aménagements importants ont été nécessaires pour gérer les excès ou les pénuries en eau. (663) Pintado J.A., Territorio, fiscalidad y producción. Intervención de los Flavios en la política territorial africana, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 703-711, propose une liste des travaux publics attestés en Afrique au temps des Flaviens. Les empereurs n’ont pas tout fait, ni même tout fait faire. (664) Bernard G. et Christol M., Solidarité ou diversité des provinces africaines à l’avènement de Vespasien : les Histoires de Tacite et les relations militaires entre les Maurétanies, l’Afrique Proconsulaire et l’Hispanie (IIe moitié du Ier siècle ap. J.-C.), dans L’Africa romana, XVIII, 3, p. 2201-2225. Tacite (Hist., I, 11, 1) donne l’impression que les rapports entre provinces se limitaient aux forces militaires. Pour comprendre l’attitude de l’armée de Césarienne en 68/69, il convient de faire la liste des ailes et des cohortes qui y servaient et l’inscription d’Oppidum Novum, qui fait connaître un soldat de la péninsule Ibérique, appelée à la rescousse. Au total, l’Afrique apparaît divisée à cette époque : la Proconsulaire était tournée vers l’annone, la Tingitane vers les Espagnes et la Césarienne était prise entre les deux. (665) Christol M., Théveste, centre administratif à l’époque impériale, dans Aouras, VI, 2010, p. 83-101. Les inscriptions du personnel administratif montrent le rôle de la cité comme centre régional pendant le Haut-Empire, après le départ de la légion. Lorsqu’apparurent les trois procuratelles régionales pour la gestion des biens impériaux, l’une d’elle unit Hippone et Théveste. Par la suite, la nomenclature privilégia cette dernière. Les affranchis impériaux jouaient un véritable rôle dans la société civile et les membres subalternes de la familia impériale ne s’écartaient pas nécessairement de la région. (666) Loriot X., Quelques observations sur les persécutions de Dèce et de Valérien, à propos de trois lettres de saint Cyprien, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2009, p. 134-145. L’édit de Dèce, inspiré par un vaste programme idéologique, visait tous les habitants de l’Empire et pas les seuls chrétiens. Les lettres LXVII et LXVIII de Cyprien donnent des preuves de la répercussion en Gaule de cette persécution. Pour les mesures prises par Valérien, il faut relire la lettre LXXX du même Cyprien. Elle mentionne un rescrit du Sénat puis une oratio devant cette assemblée. Ce rescrit-oratio vise les membres du clergé et les élites, pas le peuple. L’enquête permet de débusquer un faux martyr, Cn. Domitius Philippus. Quoi qu’il en soit, elle montre aussi l’importance de la distinction entre honestiores et humiliores. (667) Marmouri K., Lepcitani Saloniniani. À propos d’un bienfait impérial pendant la « crise » du IIIe siècle, dans Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXI, 2010, p. 63-87. Durant le règne de Gallien, Lepcis Magna ajoute à sa titulature officielle l’épithète Salonina, nom de l’épouse de l’empereur, et la ville a rendu plusieurs hommages à la famille impériale. Ceci indique certainement qu’elle a reçu un bienfait de l‘empereur. Parmi les hypothèses sur la nature de ce bienfait, l’auteur privilégie celle d’avantages fiscaux motivés par un séisme. Le nom de Salonine plutôt que celui de Gallien laisse entrevoir le rôle de cette princesse dans l’Empire au moment de la crise du IIIe siècle.

4L’Afrique fait partie des régions de l’Empire où la vie municipale est bien documentée, mais le statut de ces cités est parfois difficile à établir. (668) Aounallah S., Pagus, castellum et ciuitas. Étude d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine, Pessac-Paris, 2010, 257 p., 32 ill, notes en fin d’ouvrage. L’ouvrage propose une synthèse sur l’évolution municipale en Afrique proconsulaire, depuis la création de la première province en 146 jusqu’à la fin du IIIe s., en prenant appui notamment sur les beaux dossiers épigraphiques de Thugga et d’Uchi Maius. Si la question d’origine est simple (comment le village est-il devenu une ville ?), la réponse est ardue car les notions de pagus et de castellum sont polyvalentes, leur origine comme leur histoire sont complexes, et la bibliographie sur le sujet est considérable. L’érudition et l’effort de clarification de l’auteur n’excluent pas quelques lacunes, sur les undecemprimi par exemple, qui pourraient être des prêtres plutôt que des magistrats. L’étude se déroule sur cinq chapitres, consacrés successivement aux pagi de stipendiaires, à la question des ciuitates pagi, à l’analyse de la notion d’oppidum ciuium romanorum chez Pline l’Ancien, au pagus comme subdivision de cités, enfin au passage du pagus au statut civique. De très nombreux textes, assortis de leur traduction, sont fournis au fil des analyses, ce qui n’est pas l’un des moindres intérêts du livre. (669) Id., Le pagus en Afrique romaine, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 1615- 1630. Il faut distinguer, en Afrique, deux types de pagi. Le premier et le plus ancien correspondait à une vaste région regroupant plusieurs communautés. Le second était à l’opposé : il regroupait une fraction de la population d’une cité, en général d’une colonie. Chaque cas est illustré par des inscriptions commentées. (670) Khanoussi M., Note sur la date de promotion de Capsa (Gafsa, en Tunisie) au rang de colonie romaine, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2010, 3, p. 1007-1020, 2 ill. Après avoir précisé les limites approximatives du territoire de la cité de Capsa à partir des éléments connus, l’a. fait connaître un nouveau texte, qui témoigne de la vitalité de la cité au IVe s. ap. J.-C. Le statut de colonie est mentionné sur la Table de Peutinger et par l’Anonyme de Ravenne, mais on ignore la date à laquelle il fut conféré. L’épithète Alexandriana suggérant un bienfait accordé à la cité, l’a. pense que ce statut lui fut accordé par Sévère Alexandre, ce qui confirmerait l’intérêt de cet empereur pour l’Afrique. (671) Lefebvre S., La société politique de Théveste (Tébessa) en Proconsulaire, dans Aouras, VI, 2010, p. 103-125, 3 photos. L’a. étudie la société politique de la cité à partir d’une vingtaine de textes, où les prêtres apparaissent plus que les magistrats. Cette société apparaît relativement ouverte, sans famille dominante, la documentation ne permettant pas de constater d’alliances matrimoniales ou de suivre les familles sur de nombreuses générations. Un catalogue des textes et une liste des prêtres et des magistrats complètent l’article. (672) Benseddik N., Thagaste Souk Ahras. Patria di Sant’Agostino, Ortacesus, 2010, 60 p., est la traduction italienne d’un ouvrage paru en 2005 (B.A.A.A., XXXIX, 2005 [2012], n° 122). (673) Groslambert A., Lambèse sous le Haut-Empire (Ier–IIIe siècles). Du camp à la cité, Lyon (Collection du centre d’Études et de Recherches sur l’Occident Romain, 35), 2010, 194 p., 36 ill. Cette monographie retrace la fondation et le développement de la ville depuis l’implantation du camp en 81 jusqu’à sa dissolution en 238. Lambèse allie deux entités, à la fois différentes et étroitement imbriquées, le camp de la IIIe Légion Auguste et une cité, qui se développe au fil des générations. La documentation abondante montre le rôle très présent du légat de légion, mais aussi, et malgré quelques incertitudes, l’élaboration d’une vie civile avec l’évolution de ses institutions. D’abord simple uicus, elle devient municipe puis colonie au IIIe siècle et capitale de la province de Numidie (chapitres I, II et IV). L’auteur évoque ensuite les principaux monuments, l’économie et la société, avant de donner un bilan de la vie religieuse (chapitre VIII). L’index, les photos, les plans et les restitutions en fin de volume permettent de se repérer. Quelques précisions sur la même cité sont données par (674) Le Bohec Y., L’agglomération civile de Lambèse (Numidie) avec un appendice sur les nécropoles, dans Città e territorio. La Liguria e il mondo antico. Atti del IV incontro internazionale di storia antica (Genova, 19-20 feb. 2009), édit. Bertinelli M.G. et Donati A., Rome, 2010, p. 169- 197, 4 fig. L’a. fait le bilan des connaissances sur la ville de Lambèse, en insistant sur quatre points : il n’a existé qu’une seule cité ; l’urbanisme s’est réparti en deux quartiers autour du camp de 81 et du Grand Camp ; le prétoire fut longtemps intégré au Grand Camp et le gouverneur ne s’installa en ville que vers la fin du IIIe s. ; les nécropoles étaient sans doute au nombre de cinq. Nous signalons (675) Chaid-Saoudi Y., Dellys aux mille temps, Alger, 2009, que nous n’avons pas pu consulter. (676) Hassab S. et Pons Pujol L., Estatuto juridico y urbanismo en la Tingitana (siglos I-VII d.C.). Russadir, dans Salduie. Estudios de Prehistoria y Arqueología, 10, 2010, p. 177-188, analysent aussi bien les sources littéraires gréco-latines qu’arabes médiévales et archéologiques pour déterminer si la cité de Russadir (Melilla) a obtenu pendant l’Antiquité un statut juridique romain. Les émissions monétaires leur semblent être un argument dans ce sens. Il n’est pas possible en l’état actuel de la documentation d’en déduire s’il s’agissait d’un municipe ou d’une colonie. (677) Belkahia Karoui T., Édiles et édilité en Afrique Proconsulaire et en Numidie, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 1565-1613. L’a. a trouvé environ 150 édiles en Proconsulaire et 70 en Numidie ; la répartition par cité est très inégale, déséquilibre dû sans doute au hasard des découvertes. Elle étudie la place de leur charge dans le cursus honorum, les fonctions qu’ils exerçaient et l’évolution au Bas-Empire. Elle démontre que cette magistrature n’existe pas dans les cités pérégrines, le seul cas ambigu étant celui de Volubilis, et brosse ensuite un aperçu de l’activité de ces magistrats à l’aide de textes, dont Apulée (Mét., I, 24-25). De longues listes et une bibliographie complètent le propos. (678) Crawley Quinn J., The reinvention of Lepcis magna, dans Meetings between cultures, section Colonising a colonised territory : settlements with Punic roots in Roman times, p. 52- 69, 10 fig., ouvre à nouveau la discussion sur la « romanisation » à propos de cette cité avec une étude des constructions publiques. Lepcis Magna était une ville cosmopolite en relation avec de nombreuses populations, aussi son développement ne s’est pas réduit à une romanisation mélangée à une tradition ou à une influence punique. L’économie a été largement traitée dans le chapitre des Généralités, mais nous verrons encore ici deux articles sur les banquiers. (679) Caliri E., Argentarii e nummularii nell’Africa romana, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 1553-1563, commente plusieurs inscriptions africaines mentionnant des hommes d’argent et les rapproche de textes non-africains. Elle revient notamment sur l’épitaphe versifiée du banquier Praecilius Fortunatus de Cirta (ILAlg., II, 1, 820) en insistant sur les vertus véhiculées par le texte, différentes de celles que la société attribue aux métiers d’argent. (680) Mancini E., Su un nummularius di Lambaesis (CIL VIII, 3305), ibidem, p. 1543-1552. La présence de ce personnage indique une activité mercantile très forte ; elle est due à la présence de la légion. En l’occurrence, ce nummularius de Lambèse vivait très probablement au début du IIIe siècle. On constate peu de travaux sur la société en tant que telle, mais plutôt quelques articles sur les attitudes culturelles. (681) Lassère J.-M., Onomastica africana XX. La population de Théveste, dans Aouras, VI, 2010, p. 127-138. La cité compte 204 groupes onomastiques. La majorité des épitaphes date du IIIe s. au plus tard. Certains gentilices peu fréquents attestent un afflux ancien d’Italiens. Une vingtaine de noms de militaires est encore lisible ; cinq tirent leur gentilice d’un empereur du Ier s. et, parmi les douze soldats qui mentionnent leur origo, huit sont originaires de Gaule. Quant au reste de la population, un premier groupe est formé par ceux dont les noms dénotent une origine antérieure aux Flaviens, dont cinq Marii vétérans, puis 45 Flavii ; suivent les Vlpii, liés à la promotion de Théveste, moins nombreux, les Aelii et les Aurelii. La romanisation de la cité est donc achevée au début du IIe s., ce que confirment les cognomina. L’évergétisme était le plus souvent - mais pas toujours - le fait des notables, hommes et femmes. (682) Belkahia-Karoui T., À propos des femmes évergètes dans les provinces romaines d’Afrique, dans La femme dans les sociétés méditerranéennes. Actes du colloque de Tunis, 7-8 mars 2008, édit. Guemara R., Tunis, 2010, p. 139-162. Un bilan des inscriptions, auquel s’ajoute un texte littéraire évoquant Pudentilla, l’épouse d’Apulée, montre soixante-quatre femmes évergètes, dont vingt-six ne portent pas le titre de flaminique. Les textes se répartissent chronologiquement de la première moitié du Ier siècle à la fin du IIIe siècle et, géographiquement, de la Tripolitaine à la Numidie. Le rang social varie du statut d’affranchie à celui de clarissime, avec une majorité de femmes appartenant à l’élite municipale, tandis que la nature des dons varie considérablement, depuis un théâtre jusqu’à des dons modestes. Le caractère religieux apparaît nettement dans de nombreuses occurrences, et il faut retenir le côté « masculin » de ces manifestations, car les donations de ces femmes semblent destinées en priorité à affirmer le prestige des hommes et de leur famille. (683) Solier S., Les représentations du banquet romain dans l’œuvre apologétique de Tertullien, dans Ktèma, XXXV, 2010, p. 83- 113, rés. angl. Tertullien est le premier auteur chrétien à témoigner des débats sur l’alimentation qui tentaient de définir l’identité chrétienne : il oppose l’agapè, banquet communautaire chrétien, au conuiuium (banquet public) et à la cena (banquet privé) des Romains. Mais le modèle du repas frugal, présent dans la satire latine, sert aussi à définir l’idéal chrétien, ce qui permet d’insérer les chrétiens dans le monde romain. (684) Cabouret B., Un exemple d’évergétisme à Tignica sous Gallien, dans Hommages offerts à François Bertrandy, 1, p. 21-34, 6 fig., revient sur une inscription publiée dans la monographie de H. Ben Hassen (B.A.A.A., XL, 2006 [2013], n° 510) et datée de 265. L’a. rappelle d’abord l’évolution du statut de la cité avant de présenter le texte, sa traduction (une offrande au temple de Neptune) et la famille de notables qui en fut l’auteur (les Valerii), puis le « protocole » évergétique, c’est-à-dire les diverses sommes dont un magistrat ou un prêtre s’acquittait au moment de son investiture (ici le flaminat perpétuel). (685) Hamdoune C., note critique sur les Ocratii de Volubilis, dans Hommages offerts à François Bertrandy, 1, p. 197-205, remet en cause une partie du stemma de cette grande famille, proposé par R. Étienne en 2002 : elle réfute l’hypothèse de l’Ocratius (IAM, 2, 626) considéré comme le point de départ de la famille ainsi que la place réservée à la flaminique provinciale nommée Ocratiana (IAM2, 443). Notons que L. Pons Pujol avait déjà contesté ce stemma, en proposant une parenté entre les Ocratii et les Caecilii de Volubilis, et non pas de Bétique, dans un ouvrage relatif au Monte Testaccio, p. 663-667 (B.A.A.A, XXXVII, 2003 [2009], n° 627).

5En Afrique, la religion polythéiste est dominée par deux grands dieux, que nous évoquerons avant de nous tourner vers les fidèles d’autres divinités. Auparavant, nous mentionnerons deux articles plus généraux et deux sur des prêtrises. (686) Mccarty M.M., Réseaux d’idées : routes romaines et géographie religieuse de l’Afrique du Nord, dans L’Africa romana, XVIII, 2, p. 835-850. Quelques réflexions méthodologiques ouvrent la voie à une étude sommaire de la production locale et à quelques études de cas. En conclusion, on découvre que les dieux suivaient les voies romaines au IIe siècle ; ne serait-ce pas évident ? (687) Saint-Amans S. et Sebaï M., Genius en Afrique romaine : dossiers iconographiques et épigraphiques. Nouvelles observations sur la représentation et la définition d’une divinité romaine, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 165-183, confrontent la documentation épigraphique et iconographique relative au genius de la cité provenant essentiellement du site de Bulla Regia et dans une moindre mesure de ceux de Thugga et de Rapidum. La présence de cette divinité purement romaine dans des localités aux statuts différents permet de penser que les élites ont accueilli une figure divine qui témoigne de leur intégration à la culture religieuse et institutionnelle romaine, sans racine autochtone, mais souvent étroitement associée au culte de la divinité poliade. (688) Guittard C., Des haruspices en Numidie (Lambèse et Théveste) : Lucius Antonius Saturus et Helvius Calvus (haruspices de camp), Sextus Julius Felix de Théveste et Antonius December (haruspices de gouverneurs), dans Aouras, VI, 2010, p. 139-151, réexamine quatre textes mentionnant des haruspices provenant du camp de Lambèse. Les deux premiers montrent que la place de ces prêtres reste modeste : ils figurent au même rang que les soldats et les sous-officiers. Les deux autres se rapportent à des haruspices de gouverneurs, sans doute anciens haruspices de légion distingués et appartenant à l’officium du gouverneur. (689) Arnaldi A., Osservazioni sul flaminato dei Divi nelle province africane, dans L’Africa romana, XVIII, 3, p. 1645-1665, remet en cause l’opinion traditionnelle selon laquelle les flamines honoraient les empereurs et les flaminiques les impératrices. En effet, dans deux inscriptions de Calama, deux flaminiques, dont l’une est tout de même flaminica Augg (ustorum) [mais elle a pu l’être de deux Augustae], paient des monuments sans rapport avec le culte impérial. Elle donne une liste des flamines diuorum connus, ce qui lui permet de conclure que ces prêtres, à une exception près, n’offraient pas de dédicaces aux diui, mais aux empereurs vivants. (690) Lancellotti M.G., Dea Caelestis. Studi e materiali per la storia di una divinità dell’Africa romana, Pise (Collezioni di studi fenici, 44), 2010, 143 p., ill. L’a. se propose de fournir un status quaestionis et ne prétend pas épuiser toutes les questions qui se posent au sujet de cette divinité. Après avoir rappelé la bibliographie, elle traite des rapports avec Tinnit/Astarté, puis avec le substrat libyque, puis quatre chapitres concernent l’Afrique romaine et les autres provinces. Les deux derniers portent sur le culte et la personnalité de la déesse. Deux appendices complètent l’ouvrage, l’un comprend les sources littéraires, l’autre les sources épigraphiques, soit 72 textes de Proconsulaire, auxquels il faut ajouter les deux textes de Madaure, curieusement mis dans un paragraphe séparé, intitulé Numidie proconsulaire, alors que les autres cités de cette région sont insérées dans la Proconsulaire ; 4 viennent de Byzacène et autant de Tripolitaine ; les Maurétanies sitifienne et césarienne en ont fourni 14, la Tingitane aucun. À cela s’ajoutent, hors d’Afrique, une cinquantaine de textes. Le nom de Caelestis est parfois restitué avec une probabilité plus ou moins grande comme l’indique l’auteur. (691) Garcia Bellido M.P., À propos de l’identification de Dea Caelestis sur des monuments du musée du Bardo (Tunis), dans Carthage et les autochtones, p. 269-293, 9 fig., examine une dimension encore peu étudiée de la déesse, celle de la divinité poliade Tychè-Fortune : les inscriptions et les images officielles illustreraient le terme gad (Tychè) que porte Tanit à Ibiza. Plusieurs documents, épigraphiques, iconographiques et monétaires, datant des époques numide et romaine, sont alors proposés comme des témoignages de Caelestis, jusqu’ici attribués à d’autres divinités : la déesse aurait été introduite à Rome à une date bien antérieure à la thèse traditionnelle (IIIe s.) ! (692) Ben Baaziz S., Un sanctuaire de Caelestis à Mididi, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 143-163, 19 fig. Les 19 stèles, complètes ou fragmentaires, réunies dans l’article appartiennent à quatre ensembles. Un groupe de six, trouvées jadis en remploi et disparues depuis, provient du même endroit situé à quelques km de Mididi. Un deuxième est constitué par des fragments découverts sur le site. Le troisième comprend quatre documents d’une grande richesse iconographique et le dernier groupe se trouve actuellement au musée de Leyde. Tous se rattachent à la même zone d’influence d’une divinité identifiée comme Caelestis (il faut rectifier la divinité des nos 17 et 18, que M. Leglay pensait être Saturne). Le sanctuaire de cette divinité de la fécondité, maîtresse des saisons, peut être localisé à Mididi. Les autres divinités représentées sur ces stèles apparaissent en position inférieure dans le sanctuaire et peut-être en Tunisie centrale, ce qui pose la question de la romanisation. En conclusion, l’auteur plaide pour une publication rapide, même sommaire, des documents avant que ceux-ci ne disparaissent, souvent vendus illicitement. (693) Bullo S., Ancora sulla dea Caelestis : iconografie ed attributi, ibidem, p. 225-237, 9 fig. Un cippe découvert à Uchi Maius portant une dédicace à Caelestis montre que cette déesse pouvait être représentée assise sur un trône tenant un sceptre à la main, qui lui attribue un statut de reine, et coiffée d’un couvre-chef dont la nature est difficile à préciser. Cela offre la possibilité d’identifier d’autres statues ou bas-reliefs comme étant des représentations de la divinité. Par contre, à Carthage, sous le Haut-Empire, la déesse siégeait très vraisemblablement assise sur un lion, comme tend à le prouver une série de documents sculptés ou monétaires. Nous y joignons (694) Limam A., Le thème de la déesse-mère sur trois stèles africaines méconnues d’époque romaine conservées à l’étranger, ibidem, p. 205-223, 13 fig. Ces stèles permettent d’étoffer la documentation relative au culte des déesses-mères. La divinité, qui occupe la position centrale, est flanquée d’assesseurs, Vénus-Astarté sur une stèle, des porteuses d’offrandes et un personnage indéterminé sur une autre. Sur la troisième, très incomplète, le registre inférieur représente les saisons. Il est cependant difficile de savoir si ce sont des divinités reliées à la tradition locale ou si elles représentent des divinités gréco-romaines. (695) Ben Abid Saadallah L., Le symbolisme du triscèle sur les reliefs africains, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 185-204, 11 fig. Parmi les motifs peu répandus dans l’iconographie relative à Baal Hammon/Saturne figure le triscèle. Il apparaît sur une série de documents trouvés dans la région autour de Zama et Maktar. L’étude des onze stèles, dont trois portent des inscriptions, montre qu’il ne figure jamais seul. Sur les six documents concernant ce dieu, il est placé sur le registre supérieur ou médian, et semble revêtir une valeur religieuse en rapport avec la divinité. Sur quatre documents, il figure à côté d’animaux, et sur un autre, il est ceint d’une couronne végétale. Malgré deux représentations qui semblent se rapporter à la Sicile, dont il était l’emblème, le rapprochement avec la grande île doit être écarté. En réalité, le triscèle est associé à deux notions fondamentales, l’immortalité et la fécondité. La datation et la localisation suggèrent que ce symbole a été introduit à partir de la seconde moitié du Ier s., peut-être par des colons romains, et sa valeur symbolique a été adoptée par la population locale. (696) Kaabia R., La harpé : un attribut de romanisation du culte de Saturne africain, ibidem, p. 239-252, 3 cartes, 7 fig. Au terme d’une étude chronologique et géographique sur cet attribut de Saturne sous sa forme de falx messoria (faucille des moissonneurs), R. K. arrive à la conclusion qu’il a été introduit par des citoyens italiques qui ont contribué à la romanisation du Baal Hammon. Avec le temps, la harpé fut adoptée par les Africains romanisés. À l’appui de cette constatation, l’a. se réfère aux textes des polémistes chrétiens : Tertullien ne l’évoque pas, tandis qu’Arnobe et Augustin la mentionnent. (697) Schörner G., Saturn, Kinder und Gräber : Zur Beziehung von Götterverehrung und Kinderbestattungen im römischen Nordafrika, dans Bestattungsrituale und Totenkult, p. 215-236. La signification des stèles où figurent Saturne ou l’un de ses attributs et la mention d’un enfant décédé n’apparaît pas clairement, car l’examen des arguments avancés dans les études antérieures permet de discerner des confusions entre culte à la divinité et culte funéraire. Après avoir rappelé l’importance de la tradition punique, l’auteur envisage ensuite les données fournies par cinq nécropoles de la côte orientale de l’Afrique Proconsulaire (Thysdrus, Pupput, Leptiminus, Thina et Carthage). Il constate que de nombreux parallèles existent avec les nécropoles puniques, mais aussi que la situation se révèle plus complexe quand on effectue des comparaisons avec l’Italie et d’autres régions. Cependant, l’enfant est resté dans toutes ces sociétés un être qui n’a pas encore intégré la société. Ce constat l’amène à supposer que, pendant la période impériale et malgré la tradition punique et l’importance de Saturne, les usages n’ont sans doute pas été sensiblement différents. (698) Sebaï M., Sacerdos intrauit sub iugum. Étude sur le rituel dans le culte de Saturne en Afrique romaine, dans Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXI, 2010, p. 269-284. Cette formule gravée sur des stèles émanant de prêtres de Saturne a été associée à des « mystères », à des rites de passage ou d’initiation, et a favorisé l’idée que ces rituels étaient ancrés dans l’espace religieux punique. L’étude de ce formulaire dans son contexte votif semble cependant indiquer que les personnages indiquent très précisément leur « introduction » dans la relation juridique votive qu’implique la promesse du vœu, promesse contraignante et impérative lorsque le dieu a accepté ses modalités. (699) Goddard C.J., Un processus de différenciation au cœur des processus de romanisation et de christianisation. Quelques réflexions autour du culte de Saturne en Afrique romaine, dans Le problème de la christianisation du monde antique, édit. Inglebert H., Destephen S. et Dumézil B., Paris, 2010, p. 115-145. L’a. procède à un parallèle original et stimulant entre, d’une part, la mixité des pratiques romaines et libyques qui ont inventé un compromis religieux autour de Saturne et, d’autre part, les interférences entre christianisme et paganisme, qui témoignent d’une étape de négociations entre les deux systèmes religieux. (700) Carucci M., Aphrodite and the spectacle of the amphitheatre in Roman Africa, dans Brill’s Companion to Aphrodite, p. 307-320, 3 fig. À partir d’une mosaïque découverte à Thuburbo Maius et aujourd’hui conservée au musée du Bardo, représentant une Vénus associée à des spectacles de l’amphithéâtre et des oiseaux, l’auteur se demande comment la beauté de cette déesse peut être liée à la violence de l’endroit. À l’aune d’une analyse féministe et par comparaison avec des analyses contemporaines sur le genre, l’association des gladiateurs avec la nudité de la déesse, seule, objet de désir des hommes, serait une représentation du pouvoir masculin. (701) Benseddik N., Esculape et Hygie en Afrique. Vol. 1, Recherches sur les cultes guérisseurs, 377 p., 12 fig. ; vol. 2, Textes et images, Paris (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 44), 2010, 297 p., XCI pl. photos, 5 cartes, un dépliant, indices pour les deux volumes, p. 185-195. Cet ouvrage sur le culte de ces divinités, où Esculape tient le rôle fondamental, s’inscrit dans le sillage de l’étude de Saturne par M. Le Glay, et comprend un volume de synthèse et un autre dévolu au catalogue des documents présentés par site. Après une introduction qui rappelle la nature des sources disponibles, le volume I est divisé en neuf chapitres. Les premiers traitent successivement des « images africaines », des témoignages du culte - temples, thermes et piscines, statues et autres documents -, de sa diffusion, notamment dans l’armée, de son association avec le culte impérial ou avec d’autres divinités ; l’auteur propose ensuite un chapitre sur « Esculape africain », issu d’un syncrétisme qui s’est opéré avec les divinités libyques, Eschmun et autres dieux. Les trois derniers chapitres évoquent l’eau, le maintien du dieu dans l’Afrique chrétienne et la pérennité des croyances relatives à la santé au Maghreb. Le second volume est un recueil épigraphique et iconographique, établi selon un plan historique et géographique, de la documentation sur Esculape et les divinités qui lui sont liées. En proposant un ample panorama de ce culte guérisseur, depuis l’époque phénicienne jusqu’au christianisme, l’a. met en évidence toute la complexité des emprunts et des évolutions puisque Esculape est présent en Afrique sous deux aspects, gréco-romain et libyco-punique. On pourra compléter cette notice par le compte-rendu de Coltelloni-Trannoy M., dans B.C.T.H., XXXVII, 2013, p. 151-152. (702) Ead., Asklépios, Eshmun mais encore…, dans Meetings between Cultures, section Punic interactions : Cultural, Technological and Economic Exchange between Punic and other Cultures in the Mediterranean, p. 11-21, revient sur un dieu qu’elle connaît bien. Esculape compte parmi les dieux qui ont joui d’une faveur particulière en Afrique et, comme la plupart des divinités officielles, il présentait une particularité provinciale empruntée au fond religieux indigène, berbère ou berbéro-punique. Comme Neptune, il veillait sur les eaux bienfaisantes et la population leur demandait la santé. (703) Hamdoune C., Neptune et Mars dans la région des Hautes Steppes, dans Histoire (L’-) des steppes tunisiennes. Session 2008, p. 245-257, 4 fig. Les sources en Afrique étaient sacralisées et Neptune est l’interpretatio romana d’une divinité libyque, un génie des eaux qui prenait la forme d’un serpent. Il présente des points communs avec le dieu Draco, mais revêt une signification plus complexe, qui a conduit l’auteur à réexaminer le bas-relief de Béja. Ce dernier pourrait réunir les divinités liées au cycle de la vie agricole. Mars, quant à lui, renvoie à une divinité protectrice contre ce qui peut nuire à la production agricole et il n’est pas étonnant qu’il soit associé plusieurs fois à Saturne ni qu’il soit l’objet de la dédicace des iuvenes de Maktar. (704) Benseddik N. et Lochin C., Producteurs d’olives ou d’huile, voyageurs, militaires, commerçants : Mercure en Afrique, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 527-545, s’intéressent aux diverses facettes de Mercure en Afrique. Bien connu comme dieu des commerçants, des voyageurs et des militaires, également frugifère, il était un dieu de la fertilité. En tant que Mercure Silvain, il veillait aussi sur les champs et les oliveraies. Dans le même temps que fleurissait le polythéisme, se développait le christianisme. (705) Ter Brugge A.D., Between Adam and Aenaes : Tertullian on rejection and Appropriation of Roman Culture, dans Studia patristica, Vol. XLVI, Papers presented at the fifteenth International Conference on patristic studies held in Oxford 2007 : Tertullian to Tyconius, Egypt before Nicaea, Athanasius and his opponents, édit. Baun J., Cameron A., Edwards M. et Vinzent M., Louvain-Paris-Walpole, 2010, p. 3-8. Le regard ambivalent que porte Tertullien sur son époque est dû à son identité sociale complexe, à la fois romaine et chrétienne. L’auteur donne quelques exemples de rejet et d’appropriation de la société romaine par Tertullien. (706) Micaelli C., Matrimonium e stuprum in Tertulliano Cast. 9.1-4 : osservazioni su un brano controverso, dans Sileno, XXXVI, 1-2, 2010, p. 79- 102. Il est simpliste de réduire la pensée de Tertullien sur le mariage à une attitude rigoriste ou misogyne. Il tente plutôt de ramener la sexualité à un fait rationnel. Il n’est guère de B.A.A.A. sans Perpétue et Félicité : (707) Moss C., Blood Ties. Martyrdom, Motherhood, and Family in the Passion of Perpetua and Felicitas, dans Women and Gender in Ancient Religions. Interdisciplinary Approaches, édit. Ahearne-Kroll S.P., Holloway P.A. et Kelhoffer J.A., Tübingen, 2010, p. 189-208. L’étude met en valeur le topos du rejet de la famille par les martyrs, à travers l’examen du cas de Perpétue et de Félicité. Le thème, plus ou moins présent dans tous les actes de martyrs, permet d’une part de masculiniser les femmes, et d’autre part de raconter le passage de la famille terrestre à la famille que forme le christianisme. (708) Den Boeft J. et Bremmer J.N., Notiunculae martyriologicae, VI : Passio Perpetuae 2, 16 and 17, dans Martyrdom and Persecution, p. 47-63, s’intéressent au début de la Passion (2) et à la conclusion de son séjour en prison (16 et 17), en général peu étudiés : l’analyse concerne le groupe de ses compagnons, le lieu de leur arrestation, leur identité et leur statut. (709) Hunink V., St Cyprian, a Christian and Roman Gentleman, dans Cyprian of Carthage, p. 29-41. La Vita ne dit rien de Cyprien avant sa conversion, mais dans les Acta, il est présenté comme riche et célèbre. Ce qui semble sûr est le fait qu’au moment de sa condamnation, il apparaît comme « un grand seigneur » (sic), entouré d’une escorte et de disciples. Ces deux sources se complètent pour le montrer fermement enraciné dans la catégorie supérieure de la société romaine. Au centre de l’action de Cyprien, la question des lapsi et du baptême a divisé la communauté chrétienne. (710) Ivanovska I., Baptized Infants and Pagan Rituals : Cyprian versus Augustine, dans Children in late ancient Christianity, édit. Horn C. et Phenix R.R., Tübingen, 2010, p. 45-73. Cyprien et Augustin se situent de part et d’autre d’un changement radical de la position de l’Église. Le premier considérant que l’enfant est né en tant qu’être complet, voulu par Dieu, a hérité d’Adam la condition de mortel, et non pas sa faute, il est donc préférable de le baptiser pour le protéger du monde dangereux environnant, car païen. Augustin, qui évolue dans une période où l’Église a triomphé, considère que l’enfant a hérité aussi de la faute d’Adam et qu’il est en proie à la concupiscence : il est nécessaire que le baptême soit l’expression d’une volonté réelle et il réserve le baptême des enfants aux morts prématurées. (711) Ciccolini L., Saluti multorum prouidendum (Epist 55, 7, 2). Sollicitude pastorale et réintégration dans l’Église de Cyprien de Carthage : le cas des lapsi, dans Pères (Les) de l’Église et les dissidents, p. 161-182, s’attache à cerner ce que signifie le « pragmatisme » attribué à Cyprien vis-à-vis des lapsi, en associant la lecture traditionnelle, surtout ecclésiologique (définir les frontières internes et externes de l’Église) à une lecture spirituelle : l’attitude de Cyprien prend toujours en compte la possibilité d’une adaptation au cas par cas (celle du pêcheur et celle de l’évêque) et d’autre part, il conçoit son rôle moins comme celui d’un juge que d’un pasteur. (712) Mantel E., En quoi la rhétorique de la correspondance cyprianique est-elle le reflet de la fonction d’évêque de Cyprien de Carthage ?, dans L’étude des correspondances dans le monde romain, de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations. Actes du XXXe [i.e. XXXIIe] colloque international de Lille, 20-21-22 novembre 2008, édit. Desmulliez J., Hoët-Van Cauwenberghe C. et Jolivet J.-C., Lille, 2010, p. 307-324. Pour répondre à la question posée, l’auteur s’appuie sur un corpus de lettres datant du début de la persécution de 250 (lettres 5 à 14), au moment où l’évêque est en exil. Ses lettres sont le moyen de rester en communication avec ses fidèles et de mettre au service de son autorité, alors affaiblie, un savoir rhétorique issu de sa formation de lettré. (713) Evers A.W.H., Post populi suffragium : Cyprian of Carthage and the Vote of the People in Episcopal Elections, dans Cyprian of Carthage, p. 165-180. Plusieurs textes relatent l’implication du peuple dans les élections épiscopales. Le vote des laïcs apparaît donc comme une pratique bien établie. Mais Cyprien n’est pas le premier à avoir écrit à ce sujet. L’antipape Hippolyte avait rédigé un traité sur les procédures d’élection. L’auteur établit ensuite la liste des occurrences. (714) Hoffmann A., Wer ist das “Volk” ? Zur Verwendung von populus und plebs bei Cyprian von Karthago, dans Volksglaube im antiken Christentum (Prof Dr. Theofried Baumeister OFM zur Emeritierung), édit. Greiser H. et Merkt A., Darmstadt, 2009, p. 38-56, reprend, à la suite d’Y. Duval (B.A.A.A., XXXIX, 2005 [2012], n° 471) la question d’une distinction entre les deux termes. Populus s’applique à la communauté chrétienne, plebs est réservé à la relation avec un autre interlocuteur.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search