Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIV (2010)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

III – L’Afrique et le monde punique du IIIe siècle av. J.-C. à la fin de la République

Texte intégral

1Ce chapitre n’est jamais très abondant et, traditionnellement, la deuxième guerre punique a toujours plus intéressé que les autres périodes, principalement en raison de la personnalité d’Hannibal. Cette tradition est à nouveau respectée.

A – Guerres puniques

2Au chapitre des sources, Polybe et Tite-Live sont nos principaux témoins. Le premier figure en bonne place cette année avec de nouvelles éditions, traductions et quelques articles. (510) Polybios, Der Aufstieg Roms-Historien, édit. Möller L., Wiesbaden, 2010, 832 p. (n. u.). (511) Polybius, The Histories, trad. Waterfield R., introd. et notes Mcging B.C., Oxford-New York, 2010, XLIII-501 p., cartes, index. (512) Polybius I, The Histories. Books 1- 2, trad. Paton W.R. [2e éd.], revue par Walbank F.W. et Habicht C., Cambridge (Mass.)-Londres (The Loeb classical library, 128), 2010, XXXVIII-466 p., index, comprend une nouvelle introduction, une traduction, une bibliographie et des notes très limitées. Le livre I présente un résumé des événements survenus entre 264 et 220. (513) Polybius II, The Histories. Books 3-4, trad. Paton W.R. [2e éd.], revue par Walbank F.W. et Habicht C., Cambridge (Mass.)-Londres (The Loeb classical library, 137), 2010, V-568 p., index, contient le début de la deuxième guerre punique. (514) Pailler J.-M., Polybe et les partenaires africains de Carthage, dans Carthage et les autochtones, p. 435-443, enquête sur l’attitude de Polybe vis-à-vis des Africains alliés ou ennemis de Carthage selon trois angles de vue : les types d’indication, les sources auxquelles l’historien a recours et les modes de présentation, associés aux jugements et aux comparaisons qu’il adopte. Il en ressort que l’attitude de Polybe est complexe et que, s’il condamne le système du mercenariat, il estime et admire les chefs numides (Massinissa et Gulussa) qu’il a personnellement connus. (515) Chassignet M., L’image des Barcides chez les historiographes latins de la République : naissance d’une tradition, dans The children of Herodotus : Greek and Roman historiography and related genres, édit. Pigoń J., Newcastle, 2008, p. 206-218. Les conflits romano-carthaginois ont fait très tôt l’objet d’écrits historiques, malheureusement exclusivement grecs et romains. Les premiers historiographes sont grecs et ont écrit du point de vue carthaginois, ainsi Philinos d’Agrigente, dont l’œuvre, contemporaine de la première guerre punique, est perdue. Silénos, Sosylos, qui ont vécu dans l’entourage d’Hannibal, sont probablement à l’origine de la construction du mythe d’Hannibal, avec l’encouragement de celui-ci. Du côté romain, Fabius Pictor et Cincius Alimentus, impliqués eux aussi dans le conflit, défendent le point de vue opposé et Polybe, I, 14, 12, a renvoyé dos à dos Philinos et Fabius Pictor. Des proches d’Hannibal ont été évoqués mais seuls subsistent des fragments des autres historiographes qui ont traité ce sujet jusqu’à la fin de la République. Tite-Live achèvera l’œuvre de ses prédécesseurs en faisant porter sur Hannibal toute la responsabilité de la deuxième guerre punique. Ce que tend à confirmer (516) Moore T.J., Livy’s Hannibal and the Roman Tradition, dans Livy and intertextuality, p. 135-167. Tite-Live construit des exempla ambivalents, à la fois bons et mauvais : Hannibal est le premier exemplum négatif, et en même temps le plus remarquable. (517) Levene D.S., Livy on the Hannibalic war, Oxford-New York, 2010, XI-453 p., 2 index. Cette étude approfondie du récit narratif qui se déroule sur la troisième décade, l’une des plus brillantes de l’œuvre livienne, pourtant relativement négligée, comprend cinq chapitres, couvrant chacun un aspect de l’écriture de l’auteur : le premier porte sur l’articulation du récit et l’arrangement chronologique, le deuxième sur les relations entre ce récit et d’autres textes ; le troisième chapitre analyse les acteurs, individuels et collectifs, le quatrième les récits de bataille et le cinquième aborde la conception de l’histoire qui se dégage du récit. (518) Feldherr A., Hannibalic Laughter : Sallust’s Archaeology and the end of Livy’s Third Decade, dans Livy and intertextuality, p. 203-232. La conclusion de la deuxième guerre punique est fondée sur un modèle historique développé dans le Catilina de Salluste (le déclin de Rome), que Tite-Live croise avec une autre lecture historique totalement différente. On lit une opinion plus nuancée avec (519) Chlup J.T., Maior et clarior uictoria : Hannibal and Tarentum in Livy, dans Classical World, 103, 1, 2009-2010, p. 17-38. La relation par Tite-Live des événements de Tarente lors de la deuxième Guerre punique révèle la complexité de la présentation du Carthaginois par l’historien. Après la prise de la ville, Hannibal cherche à gagner les cœurs. Il apparaît ainsi comme un ennemi qui peut vaincre Rome et imposer son hégémonie dans la péninsule italienne. La reconquête de la cité par Fabius Maximus annonce la victoire de Rome. (520) García Amutxagastegi I., Las mujeres y la guerra en Punica de Silio Itálico : Imilce y Marcia, dans Los desastres de la guerra : mirada, palabra e imagen, édit. Bartolomé Gómez J., Madrid, 2010, p. 137-152. Les épouses de deux grands généraux de la première guerre punique, Imilce (épouse d’Hannibal) et Marcia (épouse de Regulus), sont toutes deux traitées avec un grand respect, comme mères et comme épouses, dans la tradition antique. (521) Buono-Core V.R., Diplomacia romana : ¿ una diplomacia moderna ?, dans Anabases, XII, 2010, p. 55-68, rés. franç. et angl. p. 274. À partir d’exemples pris dans Polybe et Tite-Live, l’auteur analyse les origines et la transformation de la diplomatie romaine au cours des IIIe et IIe siècles av. J.-C. Intéresse l’Afrique l’épisode de la déclaration de guerre à propos de Sagonte en 218 av. J.-C. L’incompréhension régnait souvent entre les différentes cultures. (522) Moore J., The Caduceus in the Second Punic War, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 7-18, 5 fig. Les récits des guerres puniques par les auteurs grecs ou latins montrent que les dirigeants romains ne connaissaient guère la culture carthaginoise, ce qui fut une source des malentendus et des assertions sur la perfidie de leurs ennemis (la fides punica). Un objet en particulier, le caducée, attesté dans les deux cultures, ne revêtait pas la même signification à Rome et à Carthage. Pour la première, il était un symbole de paix, du respect du droit des peuples. Le caducée punique, dont la forme était proche du caducée gréco-romain, symbolisait l’autorité divine qui sous-tendait la culture carthaginoise et assurait la protection des hommes. C’est ce que tend à prouver l’examen des incidents survenus lors de la deuxième punique, par ex. Appien, Pun., VIII, 49 et Tite-Live, XXX, 36, 4. (523) Ben Ali Ghrandi N., Nihil ueri, nihil sancti, nullum ius iurandum : les Carthaginois vus par les Romains, dans Figures de l’étranger autour de la Méditerranée antique, p. 223-231. Dans la comédie de Plaute, le Poenulus, représentée sur la scène romaine peu de temps après la deuxième guerre punique, le portrait du héros honnête et pieux est brossé sans hostilité particulière. Plus tard, chez Cicéron, les compatriotes d’Hannibal se caractérisent essentiellement par la cruauté et la perfidie. Au début de l’Empire, Tite-Live adopte plus ou moins la vision cicéronienne, tandis que Cornelius Nepos donne une vision plus positive du général carthaginois et tend même à le présenter comme un héros. Les études archéologiques se limitent à trois articles. (524) Ferchiou N., Les trois tombeaux monumentaux puniques de l’Henchir Djaouf (région de Zaghouan). Le dessin du comte Borgia et les nouvelles données archéologiques, dans Monuments et cultes funéraires, p. 151-183, 31 fig. L’étude minutieuse de ces trois tombeaux tours, presque entièrement disparus aujourd’hui, dont le principal avait été décrit par le comte Borgia, qui est passé sur le site en 1815, et par C. Poinssot, a permis de préciser leur élévation et leur décoration. Il appartenait sans doute, avec trois autres édifices, également puniques et datés d’avant la chute de Carthage, à une nécropole punique, située à environ 60 km de Carthage. Se pose la question de leur présence dans ce secteur, qui n’est pas particulièrement propice à la culture. Leur datation, qui correspond à la période précédant la destruction de Carthage, suggère un intérêt stratégique. (525) Bullo S., Il frontale di Aïn Khamouda (Thala) : questioni di iconografia e di funzione, dans Carthage et les autochtones, p. 509-517, 6 fig., s’intéresse à un bijou trouvé dans une tombe d’époque romaine en 1903, dans la région de Thala, par P. Gauckler, et conservé au Musée du Bardo, mais qui n’a encore jamais fait l’objet d’une étude spécifique : un diadème (une lamelle d’argent : l. 3, 5 cm x L. conservée 23 cm), gravé sur un cartouche qui comporte une série d’images divines et de symboles (génies ailés, étoiles, une Fortuna et une Vénus anadyomène, deux oiseaux et un « signe de Tanit ») ; l’ensemble révèle des influences puniques et tardo-hellénistiques. L’auteur confronte l’objet à d’autres exemplaires, trouvés en Algérie, à Samarie et à Naucratis, et le date approximativement du IIe-Ier s. av. J.-C. Il s’agit sans doute d’objets privés liés aux défuntes qui semblent s’être placées sous la protection de divinités de la vie. (526) Ben Younes H., Les Libyphéniciens, ibidem, p. 337-340, fig., porte sur le matériel trouvé dans la nécropole d’El Hkayma, située non loin de Salakta. La céramique compte un titre : (527) Bechtold B., La classe Byrsa 661 A Cartagine : nuove evidenze per la tipologia e la cronologia di ceramica calena nella metropoli punica, dans Carthage Studies, I, édit. Docter R.F., Gand, 2007, p. 1-36, ill., présente et discute la seule céramique à vernis noir trouvée dans la métropole punique, qui fournit des indications précieuses sur sa diffusion et sur ses formes et ses types décoratifs depuis le IIIe s. jusqu’en 146. L’a. confirme la pertinence de la chronotypologie de Pedroni, 2001.

Bibliographie

3Pour cette section, il convient aussi de se reporter aux Généralités et au chapitre précédent.

4Il ne se passe guère d’années sans que paraisse une biographie d’Hannibal et nous en avons trois ! (528) Barceló P., Aníbal : estratega y estadista, trad. Fortea C., Madrid, 2010, 334 p., est une très bonne synthèse qui aborde toutes les facettes de la biographie du chef carthaginois (politique, militaire, homme d’état, icône de l’Antiquité). Les lecteurs de langue allemande liront (529) Günther L.-M., Hannibal : ein biografisches Porträt, Freiburg-im-Breisgau, 2010, 203 p., ill., cartes, et ceux de langue anglaise, (530) Garland R., Hannibal, Londres, 2010, 168 p., ill., cartes, index. Sur une vision du chef carthaginois par un poète, on verra (531) Ronet P., Les comparaisons animales chez Silius Italicus : Hannibal, cet animal barbare, dans Figures de l’étranger autour de la Méditerranée antique, p. 75-84. Le poète donne à Hannibal la responsabilité du conflit et le représente comme l’incarnation du Barbare. Cette figure est illustrée par des comparaisons avec le monde animal, lion, tigre, loup et castor, et une série de manifestations physiques qui rendent Hannibal proche des bêtes sauvages. Le procédé n’est pas nouveau, mais Silius insiste sur la déshumanisation et le manque de maîtrise de soi dus à sa nature barbare. Néanmoins, pointe parfois une réelle admiration pour la grandeur du personnage. (532) Ilia Sollazzo C.E., Qualche considerazione sulle divinità nel « giuramento di Annibale », dans Fenici e Italici, Cartagine e la Magna Grecia, 2009, p. 191-198. Polybe rapporte (VII, 9, 1-17) le texte du serment qui fonda l’alliance entre Hannibal et Philippe V de Macédoine en 215, destinée à abattre définitivement Rome à la suite de la bataille de Cannes. Ce témoignage important sur l’histoire de la religion punique est difficile à interpréter puisqu’il s’agit d’une interpretatio graeca des divinités carthaginoises. L’auteur propose des identifications. (533) Ferjaoui A., Les relations entre Carthage et l’intérieur de l’Afrique, le cas de Zama regia et sa région, dans Carthage et les autochtones, p. 341-352, fig. Les contacts entre Carthage et les Numides sont encore mal connus, mais toute une série de témoignages permet d’en saisir certains traits. Zama et bien d’autres villes en Afrique antique attestent que le fait urbain existait bien avant Massinissa et qu’il s’agit d’une dynamique interne à la société africaine, accélérée par les relations entretenues avec les Grecs, les Ibères et Carthage : ce phénomène a facilité l’intégration de Zama et de sa région au monde de Carthage. (534) Pasa B., Impact du monde libyco-numide sur les cultes de tradition punique en Afrique du Nord : l’exemple des sanctuaires de Baal Hammon, dans Linguaggi del potere, poteri del linguaggio = Langages du pouvoir, pouvoirs du langage, édit. Bona E. et Curnis M., Alessandria, 2010, p. 205-218. La superstructure des aires sacrées vouées à Baal-Hammon, qui se développent particulièrement aux IIe/Ier s. av. J.-C., est bien de tradition punique, mais l’infrastructure s’avère fortement marquée par des apports locaux, libyco-numides : le choix des pierres votives, de l’iconographie, du texte votif et des rituels témoigne de spécificités locales qui pourraient s’expliquer par le substrat libyque. (535) Frasson F., Durum in armis genus : i Liguri nell’esercito punico, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 243-256. Les Carthaginois ont utilisé des mercenaires ligures, qui ne sont pas toujours mentionnés par les sources. Il faut, bataille après bataille, essayer de les retrouver, comme a fait l’auteur surtout à partir de Tite-Live et de Polybe, mais aussi d’Appien, de Strabon et de Diodore.

B – Monde punique

5Carthage exerça son influence ou son pouvoir sur une grande partie du bassin occidental méditerranéen, d’autant que les Phéniciens avaient ouvert la voie depuis longtemps. En Espagne, la présence des Barcides, bien que limitée chronologiquement, se manifesta avec force. (536) Blázquez Martínez J.M., Los Bárquidas y los pueblos de la Península Ibérica, dans Carthage et les autochtones, p. 241-268, présente une synthèse des sources littéraires sur les Barcides dans la péninsule Ibérique, qui s’accordent toutes pour présenter toujours de bonnes relations avec les indigènes. (537) Estanyol i Fuentes M.J., Deux nouvelles inscriptions puniques provenant d’Ibiza, ibidem, p. 237-240, fig. La première inscription est une dédicace votive de six lignes gravées sur une plaquette en os (dim. non fournies), adressée au dieu Ešmun et probablement à la déesse ‘Aštart ; la seconde (3 l., dim. non fournies) est gravée sur la base d’une statue non retrouvée, offerte à Melqart, le vœu ayant été formulé par la ville tg’lbn, qui serait un toponyme d’Ibiza. (538) López Sánchez F., Numidian kings and Numidian garrisons during the Second Punic War : coins and history, dans Potestas : Religión, Poder y Monarquía, Castellón (Universitat Jaume I, Servei de Comunicació i Publicacions, n° 3), 2010, p. 17-52. Mottones, général d’Hannibal en Sicile, est passé du côté romain. Ses déplacements dans l’île, tandis qu’il était du côté carthaginois, et ses déplacements ultérieurs après qu’il eut changé d’allégeance peuvent être étudiés en Sicile à travers les émissions monétaires. Les séries en argent avec Apollon, un cheval et des lettres puniques furent frappées à Agrigente en 211-210 av. J.-C., et étaient destinées au corps des troupes numides présentes en Sicile, sous ses ordres. D’autres séries, en bronze, avec Perséphone/ Déméter furent frappées à Morgantina et destinées à un détachement numide plus petit, présent dans cette ville durant les mêmes années. Et nous osons mettre l’Italie dans cette rubrique ! (539) Fronda M.P., Between Rome and Carthage. Southern Italy during the second Punic war, Cambridge, 2010, 314 p., 15 ill. L’étude se propose d’examiner la deuxième guerre punique du point de vue des perspectives locales des cités italiennes, en particulier les facteurs militaires, politiques et économiques qui les ont déterminées à choisir le camp d’Hannibal ou à rester fidèles à Rome. Le fait que le général carthaginois n’ait pas réussi à rallier toutes les cités constitua une grande lacune dans sa stratégie. L’ouvrage suit les différentes étapes de ce processus, chronologiquement, de 216 à 203, et géographiquement – Apulie, Campanie, Bruttium, Lucanie et Grande Grèce.

C – Royaumes africains

6Traditionnellement peu abondante, cette section est, cette année encore, largement dominée par les publications sur la Maurétanie Tingitane, preuve du dynamisme des recherches dans cette région.

Sources

7Salluste, la principale source sur Jugurtha et le royaume numide, a bénéficié de deux traductions, l’une en allemand, l’autre en anglais. (540) Sallust, Werke, lateinisch und deutsch, introd., trad. et notes Burkard T., Darmstadt, 2010, XXII-389 p., index. (541) Sallust, The war against Jugurtha, édit., introd., trad. et commentaire Comber M. et Balmaceda C., Oxford, 2009, VII-282 p., cartes, index. (542) Callegarin L., Le Gétule : cet autre insaisissable (première partie), dans Figures de l’étranger autour de la Méditerranée antique, p. 203-214. La Gétulie apparut aux Grecs, puis sous la République, comme un territoire inhospitalier et inculte, lié au nomadisme, entre agressivité naturelle et pureté originelle. La recension des lieux communs montre que, de très négative, la vision se modifia jusqu’à bénéficier d’une connotation plus positive au début de l’Empire. La numismatique se révèle relativement généreuse cette année avec plusieurs titres. (543) Gozalbes Cravioto E., Los orígenes de la producción de moneda y de la circulación monetaria en la Mauretania occidental, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 767-781. Le Maroc actuel a possédé des ateliers monétaires dans l’Antiquité. L’auteur distingue ceux qui sont attribuables au IIe siècle avant J.-C. de ceux qui datent de l’époque punique. Il termine par une description de la situation au Ier siècle avant J.-C. (544) Bridoux V., L’iconographie des monnaies numides et maurétaniennes : une source d’étude pour la connaissance de la religion dans les royaumes d’Afrique du nord ?, dans Iconographie et Religions dans le Maghreb antique, p. 35-55, 15 fig. L’iconographie des monnaies ne peut être regardée comme une source d’étude privilégiée pour la connaissance des cultes. Cependant, leur examen conduit à quelques constatations intéressantes sur la répartition géographique et les différences entre les émissions royales et celles des cités. L’élément punique est prédominant. Melqart, Bacchus et Chusor sont présents sur l’ensemble du territoire, Isis, Tyché et Baal Hammon n’apparaissent qu’à l’est, Océan et une divinité solaire, à l’ouest. Les cités ont eu plus fréquemment recours aux divinités que les émissions royales, où elles n’apparaissent qu’au milieu du Ier s. av. J.-C. (545) Milittký J., Finds of Greek, Roman, and Early Byzantine coins in the territory of Czech Republic, collection Moneta, 107, I. Bohemia, Varsovie-Wetteren, 2010, 119 p., 61 p. de pl., signale des pièces de Massinissa au Musée National de Prague, p. 90-93. (546) Callegarin L. et Ripollès P.P., Las monedas de Lixus, dans Lixus-3, p. 151-186, étudient deux collections privées (à Madrid et Séville) contenant de nombreuses monnaies de Lixus. Ils constatent que les émissions de la cité commencent durant la seconde moitié du IIe siècle et qu’elles se terminent avant 33 av. J.-C. Ils pensent que les monnaies avec la légende MQM ŠMŠ ne peuvent être attribuées à Lixus. (547) Ruiz López I.D., La producción monetaria en la Mauretania Tingitana a través de su presencia en la Península Ibérica, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 783-796. Les monnaies maures trouvées en Espagne proviennent de Lixus, Sala, Semes, Tamuda, Tingi, Zilil et Caesarea. (548) Capriotti Vittozzi G., L’Egitto a Caesarea di Mauretania. Qualche nota, dans Rivista di studi fenici, XXXVIII, 2, 2010, p. 237-246, 12 fig., s’intéresse d’abord aux monnaies d’Iol, montrant une effigie féminine dotée d’attributs mixtes (une couronne d’Hathor/Astarté et des boucles d’oreilles de type nord-africain), puis passe en revue les divers témoignages attestant l’égyptophilie des souverains de Maurétanie, Juba II et Ptolémée. Et nous n’aurons garde d’oublier l’épouse de Juba II, (549) Dozio E., Il più antico ritratto di Cleopatra VIII Selene II ?, dans Numismatica e antichità classiche, XXXIX, 2010, p. 225-231, 1 fig. Un médaillon ptolémaïque en or, du milieu du Ier s. av. J.-C. (Paris, BNF, coll. Froehner 8, 134) et portant les lettes K et Σ, pourrait être la seule représentation attestée de la fille de Marc Antoine et Cléopâtre, future reine de Maurétanie. Du côté de l’archéologie, on note (550) Chennaoui Y., Le procédé constructif : système technique et de mise en œuvre du mausolée royal de Maurétanie à Tipasa. Nature et filiations, dans L’Africa romana, XVIII, 1, p. 215-231. On connaît quatre mausolées, mal datés par nos contemporains : le mausolée de Tipasa (le Kbour er-Roumia, alias « tombeau de la Chrétienne »), le Medracen, le tombeau de Siga et le mausolée du Khroub. La taille des pierres et le mode de construction apportent un éclairage nouveau sur ces quatre monuments. (551) Albelda Borrás V. et alii, La época mauritana, dans Lixus-3, p. 127-150. La présence de divers types amphoriques (de Bétique, de Carthage et de Gaule entre autres) permet de dater le début de cette étape du premier tiers du IIe siècle av. J.-C. Il en ressort deux phases de construction : la plus importante entre 175 et 130 et une autre, de moindre importance, vers 50 av. J.-C. (552) Aranegui C. et Mar R., A modo de conclusión : el sector monumental y las cámaras Montalbán. De vuelta al “Barrio de los templos”. Los orígenes fenicios de un gran santuario mauritano, ibidem, p. 225-252. Il s’agit du chapitre sans doute le plus important et le plus controversé du volume en raison de la nouvelle proposition que font les auteurs et dont ils ont déjà fait état dans une publication en 2009 dans les Papers of the Brittish School at Rome (B.A.A.A., XLIII, 2009 [2015], n° 162). La proposition de l’archéologue C. Aranegui et de l’architecte R. Mar consiste à questionner l’hypothèse de M. Ponsich selon laquelle le « barrio de los templos » (quartier des temples) serait un ensemble datable de l’époque romaine. Ils considèrent qu’il s’agit en réalité d’un palais de tradition hellénistique, construit vers 20 av. J.-C. en relation avec l’arrivée de Juba II sur le trône de Maurétanie, raison pour laquelle Lixus devrait être considérée comme une regia Iubae. (553) Aranegui C. et alii, Juba II y Lixus, ibidem, p. 187-200. L’étude de la vaisselle de table permet de distinguer deux périodes : la première correspond à l’époque de Juba II, la seconde probablement à celle de Claude-Néron. Pour les auteurs, la vaisselle fine démontre que, dans la nouvelle province de Tingitane, Lixus continue à jouer un rôle important dans le commerce atlantique. (554) Aranegui C., West African amphorae (II BC- I AD), dans Western (The -) Roman Atlantic façade, p. 197-200, ill., dresse un bref panorama de la production d’amphores en Maurétanie à la fin de la République, en relation avec les activités de pêche.

8La bibliographie se limite à peu de titres. (555) Le Bohec Y., L’armée de la Numidie au temps de Juba Ier, dans Carthage et les autochtones, p. 445-456. La première partie de l’étude présente le profil de l’armée royale, similaire à celui des armées hellénistiques de son temps : elle était composite (formée de Numides, de mercenaires ibères, gaulois, maures, ainsi que d’auxiliaires), disposait d’une infanterie (« légions » et infanterie légère), d’une cavalerie importante (sa principale caractéristique) et d’une marine ; enfin elle comportait une hiérarchie. La seconde partie de l’article aborde la question de son efficacité (effectif, logistique, exercice, tactique et diplomatie). Cette armée était donc une bonne armée qui représentait un réel appoint pour les Pompéiens. Plus à l’ouest, (556) Gozalbes Cravioto, E., Los orígenes del reino de Mauretania (Marruecos), dans Polis, XXII, 2010, p. 119-144, présente un état de la question sur l’évolution du royaume de Maurétanie entre le IVe s. et la mort du roi Sosus ca 50 av. J.-C. (557) Aranegui C. et Vives-Ferrandiz J., Romanization in the Far West : Local Practices in Western Mauritania (2nd c. BCE-2nd c. CE), dans Meetings beetween Cultures in the ancient Meditarranean, p. 44-51, 5 fig., veulent mettre en cause les approches traditionnelles avec lesquelles fut conceptualisée la « romanisation » en Maurétanie occidentale et explorer les identités plurielles de la région. Ce fut une période de grands changements, qui ont inséré la région dans le contexte méditerranéen et uni étroitement les deux rives du détroit. Les élites maures ont aussi inventé de nouvelles formes d’hégémonie (l’érection de tumuli) et de nouveaux rituels, comme pourrait l’indiquer le temple B de Volubilis. (558) García García A., Juba II y las Islas Canarias, Santa Cruz de Tenerife, 2010, 393 p., fig. Les deux premiers chapitres relatent la biographie de Juba II, son éducation, puis son action comme roi, p. 7-118. La seconde partie traite de l’oeuvre du monarque en Afrique et des connaissances qu’il a transmises, notamment sur le thème annoncé. Bibliographie aux p. 345-385. (559) Draycott J., The sacred crocodile of Juba II of Mauretania, dans Acta Classica, LIII, 2010, p. 211-217. Parmi les théories sur la source du Nil citées par Pline l’Ancien (V, 51) se trouve celle qu’avait adoptée Juba II, qui a consacré un crocodile dans le temple d’Isis à Caesarea pour illustrer la croyance selon laquelle le fleuve avait son origine en Maurétanie. Il imitait ainsi les dédicaces au crocodile trouvées dans les temples de Sobek, au Fayoum, en Égypte. (560) Aranegui C., The latin sea and the Ocean conquest (II-I BC), dans Western (The -) Roman Atlantic façade, p. 47-53, ill., présente un bilan du contrôle de l’Occident par les Romains à l’époque indiquée dans le titre : la Méditerranée devient une mer latine après l’annexion de la Macédoine puis la destruction de Carthage ; la côte atlantique de l’Afrique, bien connue des Puniques et dont Lixus était un centre important, entre dans la sphère d’exploration des Romains à partir de 146 : l’évolution de l’urbanisme lixitain, sous Juba II, en serait un indice.

D. – La province d’Afrique à la fin de la République

9Cette rubrique est encore plus succincte que d’ordinaire, avec un titre pour les sources littéraires et trois pour l’archéologie, mais il faut aussi se référer aux chapitres précédents.

10(561) Guittard C., Les dieux de l’autre : les Romains face aux dieux étrangers. L’exemple du rituel de l’euocatio, dans Figures de l’étranger autour de la Méditerranée antique, p. 521-528. Le rituel de l’evocatio concerne les dieux de l’ennemi, surtout les divinités poliades. Macrobe a transcrit la formule prononcée par Scipion Émilien lors de la chute de Carthage, rituel qui permit l’introduction d’une Iuno Caelestis à Rome. Il l’a recopiée d’après Serenus Sammonicus qui l’avait trouvée chez L. Furius Philus, un membre du cercle des Scipions, qui accompagna Scipion à Carthage en 146. Cette introduction traduit l’inquiétude des Romains à sentir leurs ennemis carthaginois soutenus par une déesse proche de leur propre Junon. (562) Di Vita A., I mausolei punici di Sabratha e l’impianto urbano della città ellenistica : prodotti di un sincretismo culturale, dans Meetings between Cultures, section Punici, Greci e Romani a Leptis Magna e Sabratha : un incontro di culture fra Ellenismo e età imperiale, p. 1-6, 13 fig., fait une courte synthèse sur le thème énoncé dans le titre. Il en est de même pour (563) Tomasello F., Tradizione locale e influssi esterni nell’architettura protoimperiale di Sabratha, ibidem, p. 7-21, 27 fig. L’étude sur les principes architectoniques utilisés pour la construction de plusieurs monuments de la ville, aussi bien sur les proportions que sur la construction des murs, permet à l’a. de conclure que ces monuments témoignent d’une période de transition entre des influences siciliennes, alexandrines anciennes et italiennes. (564) Khanoussi M., Le fait urbain dans les Hautes Steppes (Tunisie) durant l’Antiquité, dans Histoire (L’-) des steppes tunisiennes. Session 2008, p. 219-229, 5 fig. Il faut abandonner l’hypothèse, contredite par Tacite et Salluste, d’une région des Hautes Steppes uniquement vouée au nomadisme. Le fait urbain était bien connu à Théveste, Gafsa ou Thala, depuis l’époque préromaine. Les cas de plusieurs villes, dont Thélepte et Cillium, sont réexaminés. Sufetula fut plus tard un municipe peuplé de Musunii, et Sufes n’a sans doute pas été un poste militaire, mais un castellum indigène.

Bibliographie

11Une fois conquise, l’Africa dut être administrée, aussi signalons-nous (565) Administrer les provinces de la République romaine. Actes du colloque de l’université de Nancy II, 4-5 juin 2009, édit. Barrandon N. et Kirbihler F., Rennes, 2010, 218 p., bien que l’Afrique intervienne très peu dans cet ouvrage. On pourra donc le lire pour y trouver quelques précisions à propos du fonctionnement des relations entre le pouvoir romain et ses provinces. Sur la vie politique, (566) Robb M.A., Beyond Populares and Optimates. Political language in the late Republic, Stuttgart, 2010, 225 p., 2 index. Dans cet ouvrage consacré au difficile problème de la vie politique à la fin de la République, il est parfois question de l’Afrique dans les pages relatives à Salluste, mais sans grande nouveauté : la chute de Carthage est pour cet historien un tournant majeur car la disparition de la grande rivale de Rome a entraîné la fin de la cohésion aristocratique et de l’harmonie entre sénat et peuple (p. 168-170). On trouvera quelques autres références à partir de l’index. (567) Sampson G.C., The crisis of Rome : the Jugurthine and Northern wars and the rise of Marius, Barnsley, 2010, XXVII-259 p., 8 p. de pl., ill., cartes, index. Dans cet ouvrage, qui traite surtout de l’histoire militaire de Rome de 146 à 30 av. J.-C., la guerre contre Jugurtha en Afrique et ses protagonistes, dont Marius, sont bien entendu évoqués. (568) Ñaco T., Garrisons, military Logistic and civil Population in the Late Republic : Africa and Hispania, dans Western (The -) Roman Atlantic façade, p. 145-149, examine divers cas témoignant de l’implantation de garnisons romaines en Afrique : T. Turpilius Silanus, praefectus oppidi à Vaga (109/108) pendant la guerre de Jugurtha ; G. Minucius Reginus, chevalier commandant la garnison de Zeta en 46 ; Publius Cornelius, en charge de la garnison pompéeinne à Sarsura ; Thysdra est aussi sous protection pompéienne et des légats de Vaga demandent à César de protéger leur cité par une unité romaine contre les menaces de Juba Ier, mais trop tard ; une inscription de Curubis, alliée aux pompéiens, mentionne des travaux de fortifications sous la direction de legati et d’un praefectus (CIL, VIII, 24099). (569) Will W., Caesar, Darmstadt, 2009, 240 p., ill., index. Voici une vie de César pour germanophones, en onze chapitres. Une section est réservée à l’expédition en Afrique, p. 157-160, avec la défaite de Scipion, le désastre de Thapsus et la mort de Caton, mais rien sur Juba ni sur les Gétules. La culture carthaginoise persista après la chute de la métropole punique. (570) Ruiz L.A. et Peña V., La pervivencia de los tofet como elemento de cohesión territorial tras la caída de Cartago, dans Carthage et les autochtones, p. 459-470, proposent que les tophets aient survécu jusqu’au IIe s. ap. J.-C. dans les riches régions agricoles de l’intérieur de l’Afrique du nord. Ultérieurement se seraient construits sur leur emplacement les temples dédiés à Saturne africain.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search