Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVI (2012)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

V – L’Afrique tardive

Texte intégral

1La richesse bibliographique sur cette période tient en grande partie, comme on peut s’y attendre, à l’importance des études sur Augustin.

A – L’Afrique romaine tardive

Sources

2Les travaux disponibles sur la littérature ne traitent pas exclusivement d’Augustin. D’autres auteurs, d’abord païens puis chrétiens, assez peu nombreux cette année, sont également à l’honneur, que nous présentons par ordre chronologique. (688) Santorelli P., Un dio da distruggere : modalità del discorso polemico in Arnobio, dans Polemica di età cristiana. Lessico, argomentazioni e strutture retoriche nella polemica di età cristiana (III-V sec.), édit. Capone A., Turnhout, 2012, p. 189-214, rés. angl. et fr. Arnobe met en œuvre les outils de la rhétorique pour ferrailler contre les dieux païens, notamment Jupiter, dont il dresse en quelque sorte la biographie. (689) Aurelii Victoris Liber de Caesaribus. Incerti auctoris Epitome de Caesaribus : concordantiae et indices, édit. Cardinali L., Hildesheim, 2012, 2 vol., 928 p., 22 index, est un instrument de travail utile qui permettra de retrouver dans les œuvres d’Aurelius Victor un certain nombre de références à l’Afrique ou à certaines cités comme Carthage ou encore Cirta. (690) La Correspondance d’Ambroise de Milan, édit. Canellis A., Saint-Étienne, 2012, 536 p., 6 p. de pl. ill., 4 index. Si l’Afrique ne constitue pas à proprement parler le contexte d’écriture des lettres d’Ambroise évoquées dans ce recueil, on y trouve des renvois aux œuvres d’Apulée et d’Augustin d’Hippone qui permettent d’éclairer l’étude et l’analyse de ce corpus ou de leur fournir des compléments. (691) Cristante L., Iugabo ludum. Sulla poetica didascalia di Marziano Capella, dans Révélation et apprentissage dans les textes grecs et latins, édit. Pena A.N. et Thomas J., Lisbonne, 2012, p. 117-124. Les Nuptiae ne peuvent être limitées à un genre littéraire unique : l’a. propose ici d’examiner leur dimension théâtrale. (692) Ware C., Claudian and the Roman epic tradition, Cambridge-New York, 2012, IX-266 p., index, considère les poèmes de Claudien comme son auteur le faisait, qui se voulait l’héritier de Virgile, d’Homère et d’Ennius. Les deux premiers chapitres concernent les aspects techniques de l’épopée, les suivants examinent la représentation géographique de l’Empire puis la conception de l’Histoire, qui apparaît sous la forme d’une série de cycles intégrés à la Roma aeterna : dans ce cadre, Claudien lie le topos de l’Âge d’or à certains lieux (la partie occidentale de l’Empire) et en fait une réalité propre à sa génération. Les sources de furor, qui combattent les ferments de stabilité, sont les successeurs d’Hannibal et des Gaulois. (693) Bruggisser P., L’Antiquité à tout prix ? Réflexions sur les Saturnales de Macrobe, dans Antiquité tardive, XX, 2012, p. 241-254, rés. angl. Il s’agit d’une étude littéraire du texte des Saturnales, envisageant la façon dont les personnages mis en scène par Macrobe parlent du passé. (694) Van Nuffelen P., Orosius and the rhetoric of history, Oxford, 2012, 252 p., 2 index, met l’accent sur les éléments rhétoriques traditionnels présents dans cette œuvre qui était une Histoire : il convient donc de l’étudier dans le cadre de la production historique des IVe et Ve s., ce qui n’a encore pas été envisagé. (695) Madonna A., Cultura augustea e matrici cristiane nella rappresentazione orosiana dell’ecumene, dans Classica et christiana, VII, 1, 2012, p. 169-181, rés. angl. et roum. Orose donne à son œuvre une dimension universelle, à la fois dans le temps et dans l’espace : le synchronisme entre le principat d’Auguste et la naissance du Christ est, à ses yeux, un fait majeur dans l’histoire des hommes, ce qui permet de considérer l’empereur Théodose comme le restaurateur de l’Empire universel. (696) Ñaco del Hoyo A., Aut bellis grauia, aut corrupta morbis : la visión de Orosio (Hist. VI) sobre las víctimas de guerras y desastres en el s. I a.C., dans Vae uictis !, p. 197-215. L’auteur traite du chapitre VI de l’œuvre d’Orose dédiée aux désastres dont l’humanité a souffert dans l’histoire romaine : ce chapitre va de la guerre de Mithridate à la troisième fermeture du temple de Janus par Auguste. (697) Desanges J., L’Afrique dans les Ethnika de Stéphane de Byzance, dans Visions de l’Occident romain, p. 153-165, fait un inventaire de l’apport fourni par les Ethnika de Stéphane de Byzance qui nous sont parvenus sous la forme d’un abrégé très réduit : malgré un certain nombre de défauts, ils fournissent ponctuellement des données précieuses sur la géographie historique de l’Afrique antique.

3Deux publications collectives nous permettent d’introduire les études augustiniennes. (698) A Companion to Augustine, édit. Vessey M. et Reid S., Chichester, 2012, XLII-595 p., index. L’ouvrage, qui rassemble 38 articles, est consacré à la personnalité d’Augustin et à son œuvre, replacées, dans une première partie, dans leur contexte politique, géographique et sociologique. La deuxième partie réunit des études portant plus spécifiquement sur les Confessions. La troisième partie aborde sous différents aspects la question des stratégies de communication auxquelles firent appel Augustin et ses contemporains, en particulier à travers l’emploi de l’écrit et les différentes formes qu’il revêt. Les travaux rassemblés dans la quatrième partie étudient l’évolution stylistique d’Augustin marquée par les épisodes essentiels de sa vie et son expérience religieuse, au contact de lectures diversifiées, qu’il s’agisse des auteurs latins classiques, des philosophes, des écrits manichéens et plus encore des sources chrétiennes. La cinquième partie propose une galerie de portraits d’Augustin à chaque étape de sa vie religieuse, de sa rencontre avec la philosophie, de l’expérience du combat et de la controverse religieuse. Les études rassemblées dans la sixième partie abordent les positions d’Augustin sur les thèmes principaux qui ont animé le discours de la culture chrétienne occidentale (le désir, le corps, l’orthodoxie, l’Église, la conduite en politique, la Trinité, la rédemption). Enfin, la dernière partie revient sur la réception historique de l’œuvre de saint Augustin. (699) Augustin philosophe et prédicateur. Hommage à Goulven Madec. Actes du colloque international organisé à Paris les 8 et 9 septembre 2011, édit. Bochet I., Paris (Institut d’Études Augustiniennes), 2012, XIII- 590 p., portr., 4 index. L’ouvrage honore la mémoire de Goulven Madec, qui n’a jamais dissocié en Augustin le philosophe du prédicateur. Il propose aussi une bibliographie de G. Madec et deux inédits : une traduction du de regressu animae de Porphyre ainsi qu’une étude de G. Madec, complétée par I. Bochet : (700) Madec G. et Bochet I., Augustin et l’Hortensius de Cicéron, ibidem, p. 197-294. Ce gros dossier est constitué à partir de notes de G. Madec en partie rédigées par lui et complétées par I. Bochet. Il établit le bilan des citations, des emprunts tacites et des réminiscences de ce célèbre discours de Cicéron, connu en grande partie par l’œuvre d’Augustin, car l’Hortensius a joué un rôle décisif dans sa vie intellectuelle, dès qu’il en eut pris connaissance, à l’âge de 19 ans, et jusqu’aux dernières années de sa vie. Les références les plus notables appartiennent aux premières et aux dernières œuvres, mais l’influence de l’Hortensius est perceptible en permanence et obéit à des variations selon les objectifs poursuivis. Une Table (p. 285-294) recense toutes les références à l’Hortensius dans les œuvres d’Augustin et dans l’article. (701) Stock B., The Soliloquy. Transformations of an Ancient Philosophical Technique, ibidem, p. 315-347, offre un bilan de l’évolution du dialogue dans l’Antiquité tardive, à partir de Sénèque, Épictète, Marc Aurèle, Plotin, Augustin et Boèce. Son enquête porte plus précisément sur la relation entre les éléments littéraires et philosophiques. Augustin (p. 335-342) infléchit ce genre dans une direction nouvelle, inaugurant une longue période au terme de laquelle il fut considéré comme un genre indépendant. Plotin a joué un rôle clef dans sa démarche. Nous mentionnons ici plusieurs études thématiques sur l’œuvre d’Augustin, avant d’enchaîner sur les travaux plus spécifiquement relatifs à certains de ses écrits. (702) Leppin H., Et ueni Mediolanum ad Ambrosium episcopum – Augustins Mailand, dans Rom und Mailand in der Spätantike, édit. Fuhrer E., Berlin-New York, 2012, p. 343-355, dresse les contours de la ville de Milan, telle qu’Augustin en témoigne et qui n’est ni celle d’Ausone ni celle d’Ambroise : il ne dit rien de ses bâtiments, chrétiens ou païens, mais il dessine un paysage mental, qui est un lieu de rencontres, de relations personnelles qui mènent à Dieu. (703) Topping R.N.S., Happiness and Wisdom : Augustine’s Early Theology of Education, Washington, D.C., 2012, XI-252 p., index, étudie la théologie d’Augustin sur l’éducation qu’il développe dans ses écrits entre sa conversion et son ordination de 391. Augustin a joué un rôle essentiel dans le développement d’une philosophie chrétienne de l’éducation, transformant le curriculum traditionnel pour les besoins d’une instruction chrétienne. Pour Augustin, l’expérience des arts libéraux est un moyen de soumettre docilement son esprit et son cœur à Dieu, constituant un modèle efficient à la fois pour l’apprentissage intellectuel et pour le développement spirituel. (704) Dubois J.-D., Les recherches manichéennes actuelles, dans Rivista di storia del cristianesimo, IX, 2, 2012, p. 445-459, rés. angl. L’auteur souligne l’importance prise par les recherches en cours sur la religion manichéenne, notamment du fait de la découverte de textes originaux provenant du manichéisme. Il fait le point sur les travaux concernant l’exégèse manichéenne à travers l’œuvre de saint Augustin. Les Confessions ont fait l’objet d’une étude spécifique. (705) Encuentra Ortega A., El texto de San Agustín, Confesiones 9.11.28. Consideraciones literarias, filosóficas, y métricas, dans Exemplaria Classica, XVI, 2012, p. 149-165. Le passage étudié révèle une grande proximité avec la poésie épigraphique, dans les sujets, la langue et le rythme. L’a. propose aussi de restaurer un hexamètre qu’une erreur de copiste avait supprimé. (706) Bouton-Touboulic A.-I., Poésie et mythe dans le Contra Academicos de saint Augustin, dans Jahrbuch für Antike und Christentum, LV, 2012, p. 34- 46. La poésie et le mythe tiennent une place majeure dans le Contra Academicos, sous la forme de microrécits ou d’allusions disséminées, à la fois comme éléments de l’activité des protagonistes et comme ensemble de textes auxquels les participants se réfèrent. La référence au mythe, en particulier à l’Énéide, permet à Augustin d’évoquer la quête de la vérité et la manière dont il la conçoit, comme un cheminement vers un terme accessible. (707) Ebbeler J., Augustine, the Donatists and the litterae pacificae, dans Shifting cultural frontiers in Late Antiquity, édit. Brake D., Deliyanis D. et Watts E., Burlington, 2012, p. 115-182. Dans son Contra Litteras Petiliani, traité anti-donatiste composé vers 400, Augustin qualifie ses lettres adressées aux représentants du parti donatiste de litterae pacificae, destinées notamment à favoriser l’unité de l’Église. L’auteur propose d’y voir une allusion aux libelli de pardon délivrés par les confesseurs de la persécution de Dèce et aux efforts de Cyprien de Carthage pour que cette pratique soit encadrée par les évêques. Cela permet à Augustin de se présenter comme le continuateur de ces figures chrétiennes du IIIe s., respectées par les catholiques comme par les donatistes. Augustin semble avoir renoncé à ce type d’écrits face aux obstacles posés par la crise donatiste, le conduisant à se tourner dès lors vers l’autorité politique de l’Empire afin de ramener la paix dans l’Église chrétienne d’Afrique. De son côté, (708) Clark G., The ant of God : Augustine, scripture, and cultural frontiers, ibidem, p. 151-163, montre qu’Augustin ne prescrivait pas un curriculum biblique pour les nouveaux chrétiens. Pour l’auteur, Augustin reconnaît ainsi que l’on ne peut pas contrôler les pratiques de lecture ou les pensées de chaque croyant, ce qui contredit l’idée que le christianisme aurait transformé une culture pluraliste et tolérante en un discours totalitaire de répression.

4Les études concernant la Cité de Dieu, que nous évoquons avant de mentionner les travaux consacrés à ses autres écrits, sont sans surprise plus nombreuses, avec notamment une nouvelle traduction. (709) San Agustín, La ciudad de Dios. Libros VIII-XV, traduction espagnole (sans le texte latin), et notes de Marina Sáez R.M., Madrid (Biblioteca clásica Gredos, 405), 2012, 554 p., index. (710) Fidelibus G., All’origine filosofica dell’obiezione pagana. Un contributo di Agostino dalla polemica Contra Paganos, dans Auctoritas, 2012, p. 140-142, se fonde sur l’usage des Antiquitates de Varron par Augustin, puis il propose une revue des arguments philosophiques du De Civ. Dei, la principale critique contre les païens étant leur tendance à se conformer à la coutume plutôt que de suivre la raison. (711) Gnilka C., Il dio ignoto nel IV libro della Città di Dio di Sant’Agostino, ibidem, p. 15-36 (= Der Unbekannte Gott im vierten Buch der Civitas Dei Augustins, p. 37-59 ; discussion p. 60-65) s’intéresse au Dieu inconnu dont parle Paul dans la lettre aux Athéniens (Actes 17, 22-24) et qui fait l’objet d’une discussion dans le livre IV du De Civitate Dei. (712) Salamito J.-M., Constantin vu par Augustin : pour une relecture de Civ. 5, 25, 549, dans Costantino prima e dopo Costantino = Constantine before and after Constantine, édit. Bonamente G., Lenski N. et Lizzi Testa R., Bari, 2012, p. 549-562. Augustin n’accorde à Constantin qu’une place très réduite dans son œuvre puisque ce dernier apparaît de façon ponctuelle dans les écrits contre les donatistes et que l’on n’en trouve un traitement global et détaillé qu’au chapitre 25 du 5e livre du De ciuitate Dei. Dans cette contribution, l’auteur réfute l’idée selon laquelle ce dernier passage constitue un éloge de Constantin parallèle à celui de Théodose en 5, 26, une opinion largement partagée par la plupart des commentateurs depuis un demi-siècle. Si Augustin reconnaît dans un certain nombre de faits du règne de Constantin tous les aspects du bonheur terrestre qu’il définit en 5, 24, il ne mentionne aucun des critères qui préparent les empereurs au bonheur éternel et qui permettent de les proclamer felix, contrairement au portrait qu’il dresse de Théodose. (713) Troiani L., Alcune riflessioni sopra il libro XVIII della Città di Dio, dans Athenaeum, 100, 2012, p. 373-383, rés. angl., analyse les trois principaux sujets abordés par le livre XVIII du De Civitate Dei : la littérature apocalyptique juive, l’attachement de l’historiographie grecque au genre de la chronographie, la distance prise par le christianisme avec les valeurs de la culture et de la société gréco-romaines. (714) Lettura del civitate dei libri XVII-XXII, lectio Augustini XXIII-XXIV. Settimana Agostiniana Pavese (2007-2008), Institutum Patristicum Augustinianum Rome, Studia Ephemeridis Augustinianum, 126, 2012, 144 p. Les livres XVII à XXII de la Cité de Dieu de saint Augustin sont analysés chacun par un spécialiste au cours d’une lecture enrichie par les discussions des participants. Nous présentons aussi un ouvrage assez théologique en raison de l’importance du traité concerné. (715) Le De Trinitate de Saint Augustin : exégèse, logique et noétique, Actes du colloque international de Bordeaux, 16-19 juin 2010, édit. Bermon E. et O’Daly G., Paris, 2012, VIII-372 p., 3 index. L’ouvrage réunit dix-sept contributions qui mettent en avant la force et l’originalité d’Augustin dans sa manière de « rendre raison » de la foi dans la Trinité telle qu’elle a été définie à Nicée. La correspondance d’Augustin a également nourri de nouveaux commentaires. (716) Fry C., La parole contre la langue : les vulgarismes dans la correspondance croisée de Jérôme et d’Augustin, dans Latin vulgaire - latin tardif IX, p. 909-920, rés. angl. Dans les 11 lettres d’Augustin et les 9 de Jérôme, il y a des vulgarismes volontaires et d’autres involontaires ; c’est à cette dernière forme que s’intéresse l’auteur : ils sont favorisés par la pratique de l’oralité (la dictée) ou par l’irruption de l’émotionnel (colère, agacement ou répétitions de liens logiques pour clarifier la pensée). Mais cette invasion de la parole dans la langue reste en général très contrôlée. (717) Furtado R., Volusien et Augustin : la vérité révélée et la vérité apprise, dans Révélation et apprentissage dans les textes grecs et latins, édit. Pena A.N. et Thomas J., Lisbonne, 2012, p. 81-94. L’a. examine la longue lettre d’Augustin adressée à Volusien, proconsul d’Afrique et païen, arrivé à Carthage en même temps que le flux de réfugiés, païens et chrétiens, s’installait en Afrique après le sac de Rome, en 410. Cette lettre n’est pas une leçon de catéchisme, mais un exemple de la méthode conçue par Augustin pour créer les conditions nécessaires à la conversion qui, elle, dépend entièrement de l’action divine. Nous terminerons par les études consacrées aux sermones ad populum d’Augustin. (718) Los Sermones de san Agustín : Coloquio internacional sobre los sermones de san Agustín en Roma, édit. Eguiarte E.A. et Anoz J., Augustinus, LVII, n° 224-225, 2012, 208 p. La revue consacre un numéro à la publication des actes de ce colloque (15-17 sept. 2011, à l’Academia Belgica de Rome) : il portait sur les sermones ad populum d’Augustin prononcés à propos du Nouveau Testament. (719) Eguiarte E.A., Coloquio internacional sobre los sermones de san Agustín en Roma, ibidem, 2012, p. 5-22, rés. angl. L’article est une présentation générale des contributions présentées lors de ce colloque et de leur apport aux études augustiniennes. (720) Dupont A., The presence and treatment of Gratia in Augustine’s Sermones ad populum on the liturgical feasts of Pentecost : do anti-donatist and anti-pelagian polemics influence Augustine’s preaching ?, dans Antiquité tardive, XX, 2012, p. 217-240, rés. fr. L’auteur étudie la présence et le traitement spécifique de la Grâce dans les sermones ad populum prononcés par Augustin à l’occasion de la fête de Pentecôte, afin d’en mesurer et d’en comprendre la spécificité par rapport à ses autres écrits, en particulier ses textes anti-pélagiens et anti-donatistes.

5Les travaux relatifs aux sources épigraphiques sont moins nombreux. Ils permettent de revenir d’abord sur les rapports entre le pouvoir impérial et les cités africaines à la fin du IIIe s. (721) Oshimizu Y., La réforme administrative de Dioclétien et les cités africaines, dans Antiquité tardive, XX, 2012, p. 173-204. L’examen de la documentation législative et épigraphique ne prouve pas un développement de la centralisation après les réformes administratives de Dioclétien. Les changements politiques ont des effets différents selon les provinces, ce qui mérite une attention plus grande pour mieux comprendre les relations entre les cités provinciales et l’autorité impériale. Il semble que les gouverneurs de Numidie et de Maurétanie ont davantage empiété dans la vie municipale que ceux de Proconsulaire et de Byzacène, mais cette situation n’est pas une conséquence des réformes de la Tétrarchie. L’a. a accordé une attention particulière aux inscriptions mentionnant l’action du gouverneur T. Claudius Aurelius Aristobulus. (722) Reddé M., Un phare dans le désert, dans Visions de l’Occident romain, p. 321-325, ill., revient sur un graffito de Bu Njem figurant un phare à quatre degrés superposés en forme d’escalier. Il reste difficile de dire s’il s’agit d’une représentation stéréotypée ou réaliste. (723) Christol M., Un hommage public à Carthage au milieu du IVe siècle ap. J.-C., dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 183, 2012, p. 289-292, ill. L’inscription gravée sur une dalle de marbre fragmentaire, classée lors de sa publication par Z. Benzina Ben Abdallah et L. Ladjimi Sebaï (Catalogue des inscriptions latines païennes inédites du Musée de Carthage, Rome, 2011, p. 109, n° 164) parmi les « inscriptions militaires », correspond plutôt, étant donné la qualité de la graphie et la hauteur des lettres, à un hommage public adressé à Constance II et Constance Galle par les Karthaginienses, entre 352 et 354, après l’usurpation de Magnence. (724) Bejaoui F., Inscriptions inédites du Kef (antique Sicca Veneria, Tunisie), dans Antiquité tardive, XX, 2012, p. 307-314, ill., carte, plan, rés. angl., présente trois épitaphes chrétiennes, dont l’une consacrée au prêtre Crescentius, semble-t-il d’époque tardive. Elles furent découvertes au début des années 1960 à l’occasion de travaux de dégagement non contrôlés, dans la ville du Kef, à l’intérieur d’un complexe thermal, transformé en édifice de culte chrétien. (725) Hanoune R., Un graffito d’Hippo Regius, dans Aouras, VII, 2012, p. 221-227, 2 fig., signale un petit graffito sur une dalle du forum d’Hippo Regius, qui reproduit l’insigne d’une sodalité encore inconnue : on y voit, gravés dans les quatre cases d’un carré, un cratère, une feuille de lierre, une tige surmontée d’un croissant et une tige feuillue.

6Avant de faire l’inventaire des sources archéologiques, nous évoquons une étude de numismatique. (726) Callu J.-P., À nouveau sur le trésor de Constantine (348), dans Aouras, VII, 2012, p. 249-258, examine huit monnaies qui datent de Constantin II. La dernière est de 347/348 ; le trésor a été enfoui très probablement dans le contexte de la révolte donatiste. Deux études sur la mosaïque, mise au service de l’expression du pouvoir politique et social, permettront d’introduire quelques études d’architecture. (727) Baldassari P., Materiali, motivi e ispirazione africana nell’arredo decorativo delle domus di Palazo Valentini in Roma, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1631-1650. Les recherches actuellement en cours sous le palais Valentini ont révélé l’existence d’un quartier qui est situé au nord du forum de Trajan et qui était occupé par des maisons luxueuses. Il a prospéré du début du IIe s. jusqu’à la fin du IVe s. Des mosaïques du IVe s., qui appartenaient peut-être à des thermes, révèlent au moins une influence africaine, à défaut d’une présence assurée, comme le montrent quelques belles illustrations. (728) Blázquez Martínez J.M., Transformación del poder en el África septentrional y en Hispania en los mosaicos de la Tarda Antigüedad, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 919-941. Les mosaïques montrent les symboles du pouvoir et son exercice. Les exemples africains sont empruntés à la maison du seigneur Julius, ainsi que les chasses de la maison des Laberii et les chevaux de Carthage. D’autres exemples, empruntés à l’Espagne, complètent la démonstration. Nous poursuivons dans le domaine de l’architecture privée avec (729) Dossey L., Sleeping Arrangements and Private Space : A Cultural Approach to the Subdivision of Late Antique Homes, dans Shifting cultural frontiers in Late Antiquity, p. 181-197. L’auteur suggère, notamment à partir d’exemples africains (Thaenae en Tunisie et Tipasa en Algérie), de lier la subdivision de certaines maisons ou villas tardo-antiques à de nouvelles façons de concevoir l’intimité et la vie privée, surtout pour les couples mariés. Victor de Vita (1, 31) fournit ainsi l’exemple d’un couple d’esclaves mariés disposant d’un cubiculum privé ; Augustin considère d’ailleurs que les époux devaient disposer d’une intimité totale pour leurs relations charnelles (De civitate Dei, 14, 18). Mentionnons, en matière d’architecture publique, (730) Baratte F. et Bejaoui F., Les fortifications byzantines d’Ammaedara, dans Enceintes urbaines, p. 173-198, ill., déjà publié en 2010 (voir B.A.A.A., XLIV (2010), 2016, n° 926). Les traces archéologiques du christianisme antique sont mieux connues grâce à (731) Benseddik N., Au pays d’Augustin. Nouvelles traces du christianisme antique, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1109-1122. Cet article enrichit la carte archéologique de l’Algérie de nouveaux documents illustrant le christianisme ancien, notamment des gravures rupestres et un chapiteau figuré ; on y voit le chrisme, un canthare, une colombe et un dauphin. Ils ont été trouvés dans la région de Thagaste (Souk Ahras) et de Sedrata. L’illustration est abondante et de qualité. (732) Baratte F., À propos de l’église d’Ain Zirara (Algérie) et de son décor, dans Aouras, VII, 2012, p. 239-248. Cette église, située près d’Ain Beida, est connue pour une inscription rédigée en l’honneur de martyrs et pour un reliquaire en argent. On y a également trouvé des chapiteaux sculptés, les uns très banals, d’autres plus rares (paon faisant la roue), et même exceptionnels dans un contexte chrétien. C’est ainsi qu’un corbeau fragmentaire porte l’image d’un centaure ; on y voit aussi deux oiseleurs qui chassent. Il est enfin question de la culture matérielle avec deux études sur la circulation des productions africaines en Méditerranée occidentale. (733) Caminneci V. et Franco C., L’insediamento costiero di Carabollace e le relazioni commerciali della Sicilia occidentale con l’Africa in età tardoantica, dans L’Africa romana, XIX, 3, p. 3041-3050, ill. Les fouilles effectuées à l’embouchure du Carabollace, près du site de Sciacca, ont livré un abondant matériel importé d’Hammamet et de sa région ; il date de l’Antiquité tardive. Des trouvailles analogues ont été faites dans la région de Naples : on peut expliquer la présence de ces objets par un cabotage actif. (734) Parello M.C., Amico A. et D’Angelo F., Ceramica africana dal sito tardoantico alla focce del Verdura (Sciacca, Agrigento), ibidem, p. 3065-3077. Des fouilles ont été faites dans ce village du sud-ouest de la Sicile. Céramique sigillée et amphores datent de la fin IVe et du Ve s. L’établissement de la Verdura se trouvait sur une route qui reliait l’atelier tunisien de Sidi Zahruni et Saint-Raphaël, en Gaule (on relève des similitudes dans les trouvailles de l’épave E du cap Dramont).

Bibliographie

7Les études consacrées à l’histoire événementielle portent, pour certaines d’entre elles, sur les épisodes de crises que connaît cette période. Citons en préambule (735) Donciu R., L’empereur Maxence, Bari, 2012, 260 p., ill., cartes, index. L’une des thèses centrales du livre consiste à prouver le christianisme de l’empereur Maxence. (736) Dorfbauer L.J., Der Dichter und zweimalige Proconsul Postumius Rufius Festus « signo » Auienius, dans Mnemosyne, LXV, 2, sér. 4, p. 251-277, rés. angl., analyse la vie et les liens familiaux de ce proconsul en charge en Afrique entre 333 et 336. La question centrale est de savoir pourquoi il fut connu plus tard sous le nom d’Avienus. (737) Kuhoff W., Das spätrömische Afrika und seine Militärbefehlshaber, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 541- 564. Après les réformes de Dioclétien et de Constantin I, l’armée d’Afrique fut placée sous les ordres d’un comte, le comes Africae. Les officiers placés au niveau immédiatement inférieur sont plus difficiles à connaître. Jusqu’à Théodose, la situation apparaît normale ; à partir de Gildon jusqu’à Boniface, le phénomène de l’usurpation a davantage marqué l’histoire que le respect du droit. Une troisième partie de l’exposé poursuit l’analyse, à travers la période vandale, jusqu’au temps de l’exarchat de Carthage. Venons-en plus particulièrement aux épisodes de révolte, avec Firmus et sa famille. (738) Laporte J.-P., Nubel, Sammac, Firmus et les autres. Une famille berbère dans l’empire romain, dans L’Africa romana, ibidem, p. 979-1002. Mal considérés par les auteurs anciens et modernes, vus au contraire comme des nationalistes par quelques historiens actuels, ce qui est tout aussi anachronique, les membres de cette famille étaient romanisés, même s’ils se sont opposés au pouvoir, et ils ont même fini par s’allier à la famille impériale. Pour arriver à cette conclusion, l’auteur juge indispensable d’écarter les inscriptions de Rusguniae et celle qui est dite « du col des Beni Aïcha » pour ne conserver que le texte de M’lakou et un passage d’Ammien Marcellin. Ils étaient « des grands officiers d’origine barbare ». (739) Janniard S., Les trahisons des soldats « barbares » dans l’Occident romain des IVe et Ve siècles apr. J.-C., dans Trahison et traîtres dans l’Antiquité, p. 269-290. Les trahisons des soldats barbares furent très rares et inversement proportionnelles à la crainte qu’elles suscitaient. Pour l’Afrique, il faut compter, dans les années 370, avec celle de Firmus (p. 376), qui appartenait à une famille princière, d’origine maure, mais complètement romanisée et qui reçut le soutien de nombreux peuples maures. Il faut comprendre cette « trahison » non pas comme un rejet de Rome, mais au contraire comme un indice de la bonne intégration des populations dans l’Empire : car la loyauté à l’empereur était le plus souvent adossée à des loyautés locales, de sorte que lorsque les dignitaires locaux entraient en conflit avec Rome, leurs dépendants se trouvaient engagés derrières eux (p. 384). (740) Hamdoune C., Le paysage du pouvoir dans les tribus de Césarienne d’après Ammien Marcellin, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 943-964. Dans la révolte de Firmus, les cités servirent de bases pour les offensives des Romains et d’objectifs pour les Berbères. L’aristocratie maure a pour centres de pouvoir ses fundi, grands domaines ; mais sa position reste ambiguë, entre Rome et Afrique. Firmus a réussi à rassembler beaucoup de monde parce qu’il a su utiliser les symboles traditionnels du pouvoir (cheval, diadème et manteau). (741) Di Paola L., Il comes Romanus e la rivolta dei Mauri tra connivenze, inganni e accuse, ibidem, p. 1063-1076. Pour connaître le comte Romanus, qui a exercé son pouvoir au temps de Valentinien I et au début du règne de Gratien, il faut utiliser plusieurs auteurs, notamment mais pas exclusivement Ammien Marcellin et Augustin. Il a entretenu des relations complexes avec son supérieur, le magister Théodose, et il a rendu la justice. (742) Fiorucci F., Elvio Vindiciano : aspetti storici, dans Klio, XCIV, 2, 2012, p. 482- 497, rés. angl., propose de reconstruire la carrière de Helvius Vindicianus, semble-t-il d’origine africaine. Médecin à la cour de Valentinien I à Trèves, il exerça ensuite le proconsulat en Afrique au cours des années 380-381, durant lesquelles il rencontra le jeune Augustin. Cette étude permet de faire le lien avec l’action d’Augustin, lors de la crise donatiste. (743) Gaumer M.A., La evolución de la teología donatista como reacción al entorno cambiante en la Antigüedad Tardía, dans Sermones (Los -) de san Agustín, p. 105-136, dresse un historique de la crise donatiste jusqu’à l’action menée par Augustin avec les autorités impériales pour éradiquer ce mouvement. Il souligne quelles furent les innovations des donatistes à la fin du IVe s., notamment l’importance du mouvement des circoncellions et de la révolte de Gildon. (744) Id., The election of Primian of Carthage : the beginning of the end of Donatist Christianity ?, dans Zeitschrift für antikes Christentum/ Journal of ancient christianity, XVI, 2, 2012, p. 292-310, rés. all. L’auteur examine la réception de l’élection de Primianus au siège épiscopal de Carthage dans le cadre de la lutte anti-donatiste menée par Augustin. Il revient sur le contexte religieux en Afrique du Nord dans les années 390 et au début des années 400. La crise interne au mouvement donatiste qui opposa les Maximianistes à Primianus joua en faveur de l’action menée par Augustin contre les donatistes.

8Les études thématiques ont largement trait à la religion chrétienne, à travers la personnalité et l’œuvre d’Augustin. Avant d’aborder ce sujet, présentons quelques travaux sur la législation impériale, qui ne sont pas éloignés des préoccupations religieuses de la période. (745) Romanacce F.-X., Convaincre le chrétien, démasquer l’hérétique : quand la répression religieuse repose sur la trahison, dans Trahison et traîtres dans l’Antiquité, p. 198- 226. L’article intègre le phénomène de la trahison dans le cadre des comparutions en justice qui accompagnèrent la répression religieuse du IIIe au Ve s. Fondamentalement, les procédures judiciaires n’ont pas changé, qu’elles aient visé les chrétiens ou les hérétiques : dans les deux cas, il est demandé à un groupe de renoncer à sa communauté, et ils sont alors considérés comme « traîtres » par celle-ci. L’adaptation du système romain à des crimes nouveaux se concrétise cependant par l’adoption de stratégies spécifiques, l’objectif final étant toujours d’emporter la conviction de l’accusé. La littérature est invoquée pour étudier plus généralement la perception du régime impérial au cours de cette période, par (746) Zugravu N., Le idee politiche di un homo nouus della tarda antichità : Sesto Aurelio Vittore, dans Classica et Christiana, VII, 1, 2012, p. 249-266, rés. angl. et roumain. L’auteur étudie quatre idées politiques relevées dans les Historiae abbreuiatae d’Aurelius Victor : le patriotisme romain, l’exaltation de l’impérialisme romain, l’attitude anti-grecque et l’accent sur les valeurs romaines traditionnelles, enfin la loyauté envers la monarchie et la figure de bonus princeps incarnée par Constance II. Les études sur la société ne sont pas en reste, à commencer par celle de (747) Magalhães de Oliveira J.C., Potestas populi. Participation populaire et action collective dans les villes de l’Afrique romaine tardive (vers 300-430 apr. J.-C.), Turnhout, 2012, 375 p., ill., cartes, 5 index. Ce livre aborde de manière innovante le thème des pratiques politiques et collectives (institutionnelles et non institutionnelles) assurées par le peuple des cités africaines, et replacées dans le contexte des relations économiques et culturelles de la période. L’étude, qui associe étroitement les apports de l’archéologie et la lecture des textes, surtout chrétiens, remet en cause les stéréotypes qui assignent à la plèbe urbaine un statut social misérable et une dépendance étroite aux élites. Elle est structurée en trois parties : Les expériences constitutives de la vie plébéienne (travail, maison, réseaux de sociabilité) ; La plèbe chrétienne et les élections ecclésiastiques ; Conflits et violences urbaines. Il nous semble que la définition du populus est trop limitée aux « travailleurs », ce qui exclut bon nombre de personnes (négociants, propriétaires urbains, femmes, car elles travaillent aussi), mais cette synthèse est stimulante et comble une vraie lacune. (748) Rodríguez Gervás M.J., ¿Crisis o prosperidad en África durante la Antigüedad Tardía ? Agustín de Hipona testigo de una sociedad inestable, dans Studia Historica. Historia Antigua, XXX, 2012, p. 171-188, rés. angl. La prospérité des provinces africaines durant une bonne partie des IVe et Ve s. n’était pas contradictoire avec une profonde crise vivrière ressentie par toute la population. La correspondance d’Augustin, notamment les lettres écrites durant les dernières décennies de sa vie, décrivent des situations sociales qui, étant donné leur fréquence, ne sont pas purement conjoncturelles : elles sont bien le reflet de grandes inégalités économiques et sociales. L’a. en conclut qu’en Afrique, et concrètement dans la région d’Hippone, il n’y avait pas de crise de la production, mais une instabilité économique qui touchait certains groupes, paysans, enfants et femmes. Citons, à propos du mouvement des circoncellions, (749) Bianchi E.A., I conflitti sociali nell’Africa romana. Note sopra un dibattito marxista, dans L’Africa romana, XIX, 3, p. 2855-2862. Cette étude présente l’avantage de nous rajeunir. Pour comprendre ce que furent les circoncellions, point n’est besoin de lire les études récentes, sans doute trop abondantes : il suffit de retourner soixante ans en arrière et de lire les travaux de deux historiens staliniens, Mashkin et Dmitriev ! Dans une autre perspective (750) Mac Gaw C.G., Marginación y proselitismo religioso : los circunceliones, dans Dipendenza ed emarginazione nel mondo antico e moderno. Atti del XXXIII Convegno internazionale GIREA dedicati alla memoria di Franco Salerno, Naples, 2012, p. 249-259, pense qu’il ne faut pas associer de manière systématique ce mouvement de protestation sociale à toute la mouvance donatiste, car il n’est actif que ponctuellement. C’est un souci de propagande qui a conduit à identifier violence des circoncellions et donatisme.

9Les études consacrées à la religion sont, sans étonnement, plus nombreuses. Commençons par les réactions suscitées par le travail d’A. Cameron sur le paganisme tardif. (751) Paschoud F., On a recent book by Alan Cameron : « The last pagans of Rome », dans Antiquité tardive, XX, 2012, p. 359-388, rés. fr. Il s’agit d’un compte-rendu très nourri du récent ouvrage d’A. Cameron (B.A.A.A., XLV (2011), 2017, n° 375), qui critique certains points majeurs, en particulier l’idée que le christianisme a « assassiné » le paganisme et la place exagérée attribuée au paganisme privé. (752) Ratti S., Polémiques entre païens et chrétiens, Paris, 2012, 289 p., index. C’est le troisième ouvrage après Antiquus error, du même auteur, et celui d’Alan Cameron, The Last Pagans of Rome (tous deux parus en 2010), à examiner la question du paganisme tardif et celle des conflits avec les chrétiens. Pour l’auteur (et contrairement à A. Cameron), les païens n’ont pas regardé passivement la diffusion du christianisme, mais ils ont utilisé les techniques de la polémique, habituelles à la pensée antique, pour ferrailler contre les intellectuels chrétiens. Le premier chapitre aborde la notion de liberté d’expression, anachronique s’agissant de l’Antiquité, avec Augustin qui en appelle à la censure (p. 34-37), tandis que Querolus et Rutilius Namatianus s’en prennent à lui (p. 89-93). L’évêque d’Hippone est aussi un témoin de l’activité antichrétienne de Nicomaque Flavien (p. 106-111) qui, en tant que vicaire et sous couvert de lutter contre les donatistes, aurait utilisé les instructions impériales contre les catholiques. (753) Kahlos M., Pagan-Christian debates over the interpretation of texts in Late Antiquity, dans Classical World, 105, 4, 2011-2012, p. 525-545. Arnobe de Sicca et Augustin ainsi que Macrobe sont régulièrement invoqués dans cet article qui met en lumière l’univers intellectuel dans lequel étaient immergés chrétiens et païens : leur méthode d’explication des textes, en particulier le recours à l’allégorie, procédait de la même éducation. Nous passons au christianisme et à la structuration de l’Église en Afrique avec (754) Leone A., Bishops and territory : the case of late Roman and Byzantine North Africa, dans Dumbarton Oaks papers, LXV-LXVI, 2011-2012, p. 5-27, cartes. Après une longue présentation des sources littéraires qui permettent de connaître l’évolution du nombre des évêchés dans les provinces africaines, du milieu IIIe s. à la fin Ve s., l’auteur propose une reconstitution de la distribution et de l’extension des évêchés pour le nord de la province d’Afrique proconsulaire : elle conclut qu’à l’époque byzantine, il y a une restructuration au profit d’évêchés plus étendus correspondant à des communautés chrétiennes importantes. (755) Baccouche E., Observations sur l’autorité de l’Église d’Afrique à la lumière des nouvelles lettres de Saint Augustin, dans Revue de l’Institut des Belles-Lettres arabes, LXXV, 2, 2012, p. 239-266. Les dernières lettres d’Augustin qui ont été découvertes montrent que l’Église d’Afrique intervenait dans le domaine politique (vis-à-vis de la cour impériale et du siège romain), qu’elle avait un domaine juridictionnel (ce qui n’est pas vraiment une découverte), et qu’elle était active dans le domaine social par le biais des aumônes. Elle n’avait pas, toutefois, une totale liberté : les trafiquants, les évêques indisciplinés et le manque d’argent limitaient son action. (756) Franchina D., Il controllo del territorio da parte dei vescovi tra la fine del IV e l’inizio del V secolo : l’esperienza di Agostino di Ippona, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 1077-1088. Durant la période qui couvre la fin du IVe s. et le début du Ve s., les évêques d’Afrique, qui n’ont pas la possibilité de contacter le pouvoir impérial, agissent en collégialité pour lutter contre les hérétiques (les schismatiques ?) et les païens. Augustin, doué de qualités exceptionnelles, occupe une place de premier plan dans cette entreprise. (757) Rodríguez Gervás M., Territorialidad y centralidad en Agustín de Hipona, ibidem, p. 1089-1098. La correspondance d’Augustin permet de voir quelles étaient ses relations avec l’empereur (apaisées) et la papauté (plus conflictuelles ; l’évêque d’Hippone a le sentiment de ne pas être toujours bien compris). (758) De Salvo L., Gli spazi del potere ecclesiastico nella Ippona di Agostino, ibidem, p. 1035-1051. L’essor du christianisme et son alliance avec l’empire ont amené la naissance d’espaces de pouvoir chrétiens. Dans le cas d’Hippone, ce que révèlent les écrits d’Augustin et l’archéologie, c’est la naissance d’un quartier avec des monuments de pouvoir, le secretarium de la basilica Pacis et le monastère. L’action d’Augustin est également envisagée sous l’angle social avec (759) Neri C., Alcuni esempi della trasformazione dei paesaggi « umani » rurali e urbani nelle epistole di Agostino, ibidem, p. 1053-1061. L’évêque d’Hippone, dit l’auteur, a défendu l’identité africaine sur des bases chrétiennes, dans le cadre de la romanité. Il a pris le parti des paysans pauvres et il a défendu des communautés nombreuses et variées. (760) Dunn G.D., La pobreza como asunto social en las homilías de Agustín, dans Sermones (Los -) de san Agustín, p. 43-48, rés. angl., observe qu’Augustin, dans ses sermones ad populum, fournit très peu d’informations sur les réalités sociales liées à la richesse et à la pauvreté. L’a. commente ensuite l’importance que l’évêque donnait à l’aspect social de la pauvreté. Certains aspects personnels de la vie d’Augustin sont examinés par (761) Bettetini M., Comunicazione e scambio di idee negli spazi narrati da Agostino di Ippona, dans Kommunikationsraüme im kaiserzeitlichen Rom, édit. Mundt F., Berlin-New York, 2012, p. 253-264. Les lieux dans lesquels se déroule le cheminement des Confessions (jardins, théâtres, rues, maisons, églises) ont une valeur scénographique, abritant le bien ou le mal, certains étant ambigus, d’autres ayant valeur de refuge. C’est à un épisode particulier que s’intéresse (762) Lakhlif M., Saint Augustin et l’incident de 411 à Hippone, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 1099-1107. Le mari de Mélanie, Pinien, a été porté au sacerdoce par les habitants d’Hippone ; sa belle-mère, Albine, a envoyé une lettre pleine de fureur à Augustin qui ne s’y était pas opposé. L’affaire montre la faiblesse de l’évêque devant les revendications de sa plèbe. Le cercle amical est également évoqué par (763) Bouton-Touboulic A.-I., Alypius, l’ami sceptique d’Augustin ?, dans Augustin philosophe et prédicateur, p. 295-314. Augustin n’a pas écrit de traité sur l’amitié, mais il en livre sa définition dans une lettre adressée à un ancien ami (Ep., 258, 1), écrite entre 411 et 430, et très marquée par l’influence du Laelius de Cicéron. L’auteur de l’article se demande si Alypius, l’ami très cher connu par l’intermédiaire des œuvres d’Augustin, n’est pas une construction plus qu’une réalité, et dans ce cas, quelle est sa fonction. Les passages examinés sont tirés de la lettre 158, des Dialogues de Cassiciacum, du Contra Academicos, et des Confessions VI, 914-15. Il est enfin question de la spiritualité et de la théologie augustiniennes avec les études qui suivent. (764) Lootens M.R., Augustine, dans The Spiritual Senses : perceiving God in Western Christianity, édit. Gavrilyuk P. L. et Coakley S., Cambridge-New York, 2012, p. 56-70. Augustin a utilisé le langage des sens (les sens spirituels) pour décrire la relation avec Dieu et l’expérience de Dieu. Les sens corporels ne sont jamais rejetés ni dévalorisés car toute perception de cette vie est un reflet assourdi de la vie future, dans le corps ressuscité. (765) Bouton-Touboulic A.-I., Deux interprétations du scepticisme : Marius Victorinus et Augustin, dans Les Études philosophiques, 101, 2, 2012, p. 217-232, rés. angl., revient sur la question de l’influence de Marius Victorinus chez le jeune Augustin à partir de la question du « scepticisme ». Certaines des positions assumées par Victorinus dans ses Explanationes trouvent des échos dans le Contra Academicos d’Augustin ; pour autant, les deux auteurs adoptent des positions diamétralement opposées dans leur manière d’aborder les relations entre vrai, vraisemblable et probable. (766) Koet B.J., Jerome’s and Augustine’s Conversion to Scripture through the Portal of Dreams (Ep. 22 and Conf. 3 and 8), dans Dreams as Divine Communication in Christianity, p. 93-124. L’auteur compare deux contextes narratifs de rêves et leur fonction, chez Augustin et Jérôme, dont les expériences de rêves se rapportent à la même période (l’année 374). Leurs récits, qui présentent d’étroites similitudes, mêlent l’Écriture aux rêves qui auraient servi de canaux vers leur lecture. (767) Eguiarte E.A., Quomodo gladiatores quasi destinati ad ferrum : los espectáculos del anfiteatro en san Agustín y sus implicaciones espirituales, dans Sermones (Los -) de san Agustín, p. 75-97, rés. angl., examine comment Augustin utilisait le modus vivendi des gladiateurs dans ses sermons avec un objectif catéchétique. (768) Dupont A., Augustine’s Homiletic Definition of Martyrdom. The Centrality of the Martyr’s Grace in his Anti-Donatist and Anti-Pelagian Sermones ad Populum, dans Christian Martyrdom in Late Antiquity : History and Discourse, Tradition and Religious Identity, édit. Gemeinhardt P. et Leemans J., Berlin-Boston (Mass.), 2012, p. 154-178, reconstruit la manière avec laquelle Augustin a modelé sa définition du martyre en réaction à deux hérésies différentes, le donatisme et le pélagianisme. Contre les donatistes, Augustin doit faire face à leur enthousiasme pour le martyre et insiste donc sur le fait que le martyre se manifeste dans la patientia. Face aux pélagianistes, il rappelle que le martyre est une manifestation de Dieu, ce qui le conduit également à mettre en garde contre les dévotions populaires envers les martyrs, rappelant que c’est d’abord Dieu que l’on doit honorer dans le martyre. (769) Vinel F., Augustin, De haeresibus, Theodoret de Cyr, un Abrégé des fables hérétiques : des listes stéréotypées sans intention de nuire, dans Écrire contre : quête d’identité, quête de pouvoir dans la littérature des premiers siècles chrétiens, édit. Vinel F., Strasbourg, 2012, p. 119-138. L’auteur questionne la façon dont Augustin et Théodoret se sont interrogés sur l’actualité renouvelée des hérésies, et leur rôle dans l’histoire de l’Église. Elle en note les différences fondamentales. Le De haeresibus d’Augustin fut écrit à la demande de Quodvultdeus : Augustin fait œuvre de pasteur et dresse une liste particulièrement détaillée d’hérésies.

B – L’Afrique vandale

10Les études concernant cette période sont, comme à l’accoutumée, moins fournies. Mais le lecteur n’oubliera pas de se reporter également à la rubrique des Généralités.

Sources

11Les travaux mentionnés dans cette rubrique portent exclusivement sur les sources littéraires. (770) Wolff É., Les poèmes 204-209 (Riese) = 195-200 (Shacleton Bailey) de l’Anthologie latine, dans Latin vulgaire - latin tardif IX, p. 959-971, présente ici une étude de plusieurs poèmes d’époque vandale, d’auteurs inconnus. Au-delà des problèmes de transmission, ils révèlent l’évolution de la langue du point de vue du lexique et de la quantité des syllabes. Voici un titre oublié, paru en 2010 : (771) Bisanti A., Retorica e declamazione nell’Africa vandalica. Draconzio, l’Aegritudo Perdicae, l’Epistula Didonis ad Aeneam, dans Studia… in umbra educata. Percorsi della retorica latina in età imperiale, édit. Petrone G. et Casamento A., Palerme, 2010, p. 189-221, se propose d’étudier les composantes rhétoriques présentes dans des œuvres de Dracontius, qui appartiennent à des genres littéraires différents. Cette cohérence littéraire s’explique par l’éducation scholastique de l’époque, et le dialogue permanent entretenu avec les auctores et les exempla de la tradition. (772) Incardona V., I Vandali a Cartagine in un carme dell’Anthologia Latina (371 S. B. = 376 R.), dans Itineraria, XI, 2012, p. 13-49, rés. angl., p. 49. L’article est une édition critique complète, avec le texte latin, la traduction en italien et un commentaire, du poème In laudem regis, œuvre de Florentinus. C’est l’unique éloge qui nous soit parvenu du roi vandale Thrasamund ; il célèbre aussi la fertilité de l’Afrique et sa capitale, Carthage, ainsi que le complexe thermal luxueux édifié dans sa périphérie, véritable locus amoenus. (773) [Prisciani] De accentibus. Introduzione, testo critico, traduzione e commento, édit. Giammona C., Hildesheim, 2012, XCVII-218 p., 4 index. Cette édition du traité sur la prononciation du latin s’inscrit dans le cadre d’un intérêt renouvelé pour ce grammairien originaire de Césarée de Maurétanie, qui enseigna à Constantinople où il avait fui la conquête vandale.

Bibliographie

12Le traitement de l’héritage politique romain par l’État vandale, et l’évaluation des bouleversements introduits par les nouveaux dirigeants de Carthage demeurent sujets à discussion. (774) Caliri E., Il prelievo fiscale nell’Africa vandala, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1141-1154. Les historiens ne sont pas d’accord pour dire si les Vandales ont repris les structures fiscales romaines ou bien s’ils en ont créé qui étaient à la fois plus simples et plus centralisées. Procope et Victor de Vita incitent à attribuer un rôle majeur aux curies et à des registres cadastraux. Donc les Vandales ont respecté la tradition romaine, c’est la thèse actuelle. (775) Gelarda I., Wentilseo e Mare Internum : dinamiche produttive e rapporti commerciali tra l’Africa vandala e il Mediterraneo, ibidem, p. 1447-1469, suit ainsi la thèse actuellement en vogue : les Vandales n’ont rien changé. Ici, on explique que le commerce, même entre les deux bassins de la Méditerranée, a continué comme si de rien n’était durant la deuxième moitié du Ve s. et la première moitié du VIe s. L’étude se fonde surtout sur l’archéologie. Une longue bibliographie a été rassemblée. (776) Carucci M., Power relationships between Vandals and Romans in Carthage, ibidem, p. 1155-1166. On retrouve ici la même tendance à la mode, qui veut donner des Vandales « a more positive image ». Les bâtiments et les mosaïques qui datent de cette époque appuient la démonstration (maison de la Rotonde à Carthage, mosaïques de Carthage et Moknine). Certes, mais que dire de Victor de Vita ? Sans doute l’auteur adopte-t-il l’interprétation de Christian Courtois. (777) Coppolino E., Rex, dux, imperator : figure di potere « romanizate » nella Mauretania tardoantica, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 1003-1012. La formation de royaumes maures à l’époque vandale a conduit des historiens à penser que l’Afrique subissait un processus de « déromanisation ». En réalité, la lecture des inscriptions CIL, VIII, 9835 et 8379, ainsi que d’un passage de Procope, montrent qu’il n’en est rien. C’est du moins ce que pense l’auteur : trois hirondelles font un printemps. (778) Álvarez Jiménez D., Aníbal vándalo y la « Cuarta Guerra Púnica » : el uso del recuerdo púnico en el contexto del conflicto vándalorromano, dans Aníbal de Cartago, p. 457-491. Le royaume fondé par Genséric a utilisé le passé punique pour assurer la cohésion interne des territoires qu’il contrôlait. (779) Goffart W., Le début (et la fin) des sortes Vandalorum, dans Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares, p. 115-128, rés. fr. p. 345, aborde la question du lotissement des Vandales en Afrique à la lumière d’une « explication cadastrale » appuyée sur le témoignage de Victor de Vita, Hist. Persec., I, 16, 18 : Genséric répartit le cadastre de l’Afrique entre ses soldats, en lots héréditaires, les sortes, les propriétaires africains payant l’impôt aux bénéficiaires et non pas à l’État. Cette thèse s’oppose complètement à celle de J. Durliat et d’Y. Modéran (voir notice suivante). Selon l’a., l’interprétation de Procope rend compte d’une situation qui s’était imposée de son temps (époque byzantine), quand les sortes étaient devenus des biens fonciers ; c’est donc celle de Victor de Vita qui doit être privilégiée. (780) Modéran Y., Confiscations, expropriations et redistributions foncières dans l’Afrique vandale, ibidem, p. 129-156, rés. fr. p. 345, revoie les textes fondamentaux qui concernent la confiscation des biens des laïcs. Il s’appuie sur le même texte de Victor de Vita que l’article précédent pour soutenir que la répartition fut une diuisio matérielle des patrimoines nobiliaires romains et non un détournement des prélèvements fiscaux en faveur des soldats de Genséric. Le témoignage de Procope doit être pris au sérieux car il recoupe celui de Victor. (781) Tedesco P., Sortes Vandalorum : forme di insediamento nell’ Africa post-romana, dans Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares, p. 157-224, rés.fr. p. 345, s’intéresse aux aspects économiques et financiers corrélés à la procédure d’attribution des terres aux soldats vandales : les transformations de la fiscalité annonaire, la politique monétaire, puis la question des sortes vandalorum. L’a. propose une troisième voie, une synthèse entre les deux thèses énoncées supra : il attribue une nature concrète aux sortes, mais sans exclure qu’elles aient eu également une connotation fiscale. Quant aux relations sociales fondées sur la domination des propriétaires sur les classes productives, elles restent inchangées. Concernant les aspects culturels et religieux, on se reportera plus particulièrement à (782) Vössing K., Hippo Regius, die Vandalen und das Schicksal des toten Augustinus : Datierungen und Hypothesen, dans Hermes, 140, 2, 2012, p. 202-229. Cet article important examine la présentation du siège d’Hippo Regius par les Vandales dans les sources antiques, et ses conséquences. La description d’un déclin progressif est contredite par l’examen détaillé des sources. L’auteur pense que la prise de la ville n’eut pas lieu en 431, mais plus vraisemblablement après 433, après la rédaction de la Chronique de Prosper car celle-ci ne la mentionne pas. Le transfert des restes d’Augustin en Sicile aurait donc eu lieu plus tôt. Quant à sa bibliothèque, il n’est pas certain qu’elle ait été sauvée. (783) Russo C.A., Insediamenti cenobitici e trasformazione del paesaggio nell’Africa tardoantica, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 905-917. À l’époque vandale, les monastères se sont multipliés à travers l’Afrique ; ils ont servi de centres de résistance, au besoin, contre la domination vandale. La Vie de Fulgence montre cet essor en Byzacène du Ve au VIe s. (784) Fournier É., Rebaptism as a Ritual of Cultural Integration in Vandal Africa, dans Shifting cultural frontiers in Late Antiquity, p. 243-254. Cette étude défend l’idée que les Vandales ont fait du « rebaptême » un rituel de conversion dans leur interprétation du christianisme, car il était étroitement lié à la tradition chrétienne locale d’Afrique du Nord, participant à la controverse donatiste. Les Vandales pouvaient alors se rapprocher de la majorité [mais cette « majorité » est-elle bien certaine ?] des chrétiens de l’Afrique romaine déclarés hérétiques par les catholiques à cause de leur pratique du « rebaptême ». Plusieurs études abordent enfin la question sociale des représentations à l’époque vandale. Ainsi (785) Bockmann R., Zur Repräsentation der vandalischen Herrschern. Prestige und Konflikt im Königshaus von Karthago, dans Ansehenssache : Formen von Prestige in Kulturen des Altertums, édit. Christiansen B. et Thaler U., Munich, 2012, p. 263 – 280, s’appuie sur les sources littéraires et archéologiques pour discerner quelle fut l’auto-représentation des Vandales. (786) Eger C., Spätantikes Kleidungszubehör aus Nordafrika. 1, Trägerkreis, Mobilität und Ethos im Spiegel der Funde der spätesten römischen Kaiserzeit und der vandalischen Zeit, Wiesbaden, 2012, 421 p., 27 p. de pl. ill., cartes, rés. fr. p. 347-350, catalogue des fouilles p. 351-378. L’auteur procède à un examen fouillé de la documentation archéologique du vêtement (surtout fibules, boucles de ceinturons et sources iconographiques) et de ses significations sociales, à l’époque vandale en Afrique du Nord. La plupart de ces objets sont malheureusement connus hors contexte. Un intérêt particulier est porté aux tombes et aux rituels funétaires des IVe-VIIe s. (p. 61-96), et aux signes de romanisation des Vandales. L’auteur s’oppose à la thèse de P. Von Rummel (p. 259-267) qui conteste l’existence d’une stricte distinction entre vêtement « romain » et vêtement « vandale » (voir par exemple son ouvrage de 2007, intitulé Habitus barbarus. Kleidung und Repräsentation spätantiker Eliten im 4. und 5. Jahrhundert : B.A.A.A., XLI (2007), 2013, n° 813) : Eger veut montrer au contraire qu’il y avait bien un vêtement vandale. De même, (787) Liebeschuetz W., Habitus barbarus. Did barbarians look different from Romans ?, dans Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares, p. 13-28, rés. fr. p. 343. L’argument porte sur le vêtement qui distinguait les groupes de barbares, ce qui n’exclut pas que des individus aient pu s’habiller à la romaine. Six témoignages d’un habitus barbarus sont successivement étudiés, dont celui de Victor de Vita, Hist. Persec., II, 8, qui mentionne un ordre d’Hunéric interdisant à quiconque d’entrer dans une église en habit vandale. Selon l’a., il existait bien des manifestations revendiquées d’une identité vandale, le vêtement en faisait partie.

C – De l’Afrique byzantine à l’Afrique musulmane

13Ce dernier chapitre demeure, comme pour les numéros précédents, bien moins étoffé.

Sources

14La littérature est concernée par deux études, pour la première consacrée à l’œuvre, essentielle sur cette période, de Corippe. (788) Sannicandro L., Presenze femminili nella « Iohannis » di Corippo, dans Hermes, 140, 4, 2012, p. 468-485. Dans cette épopée africaine, les figures féminines sont rares, contrairement à la tradition épique latine, mais il en existe quelques-unes, maures ou byzantines, qui appartiennent à la typologie classique : la compagne d’un héros, la prophétesse (les deux prêtresses de l’oracle d’Amon), la femme victime des souffrances de la guerre. (789) Wright R., Late and Vulgar Latin in Muslim Spain : the African Connection, dans Latin vulgaire - latin tardif IX, p. 35-54, rés. angl. Il est très probable que le roman ibérique soit une koinè résultant de l’apport d’Africains venus émigrer en Ibérie et parlant une langue romane africaine, très proche de la langue alors parlée en Ibérie : l’a. s’appuie sur une étude phonétique de la langue ibérique ancienne, sur le latin d’Isidore et sur des indications fournies par Augustin.

15Une étude dédiée à l’archéologie intéresse cette rubrique. (790) Lecat Z., Les « fortins », témoins matériels de l’insécurité ou marqueurs de l’organisation du contrôle du territoire à l’époque byzantine ?, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1123-1139. Plusieurs fortins ont été identifiés dans les Hautes Steppes tunisiennes. Construits avec des matériaux de remploi, ils sont implantés de telle sorte que la vue porte de l’un à l’autre. Il est possible de les attribuer à l’époque byzantine et d’y voir l’effet d’une stratégie élaborée. Le recours au remploi ne prouverait pas un déclin économique [mais que prouve-t-il ?].

Bibliographie

16Cette période fut l’objet d’une publication notable avec (791) Conant J.P., Staying Roman : conquest and identity in Africa and the Mediterranean, 439-700, Cambridge-New York, 2012, XVIII-438 p., ill., cartes, index. Cet ouvrage étudie les identités romaines dans l’espace dessiné par la Tunisie et l’Algérie contemporaines, entre la conquête vandale au Ve s. et les invasions arabes au VIIe s. Sont mises à profit les sources historiques, archéologiques et épigraphiques. La dislocation de l’unité politique de l’Empire a conduit à l’émergence d’une nouvelle définition de l’identité romaine, défendue par des individus se sentant « romains » mais ne vivant plus sous l’ordre politique de Rome. (792) Maraval P., L’empereur Justinien, Paris, 2012, 216 p., mentionne la reconquête de l’Afrique. (793) Ferdinandi S., Organizzazione militare dell’Africa bizantina (533-709) : strategie e incastellamanto, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1203-1219. L’historiographie du sujet montre que les généraux byzantins ont dû affronter les Berbères et la montée de la menace islamique. L’archéologie ne révèle aucune spécificité de l’Afrique en ce domaine (fortins de Thubursicum Bure, Thignica, Haïdra et Dougga).

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search