Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVI (2012)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

III – L’Afrique et le monde punique, du IIIe s. à la fin de la République

Texte intégral

1Cette partie a donné matière à des publications plus nombreuses que pour la période précédente, qui n’excluent pas toutefois de se reporter également aux Généralités.

A – Guerres puniques

2La personne d’Hannibal reste cette année encore un sujet d’étude privilégié.

Sources

3Les guerres puniques, et particulièrement la deuxième, sont documentées en grande partie par la littérature. (432) Blázquez Martínez J.M., La herencia de Amílcar Barca (290-229 a.C.) y de Asdrúbal (245-221 a.C.) a Aníbal (247/246-183 a.C.) : la segunda Guerra Púnica, dans Aníbal de Cartago, p. 27-43, interroge les sources littéraires afin de savoir si l’idée d’envahir l’Italie fut le fait d’Hannibal ou de ses prédécesseurs, Amilcar Barca, son père, ou Asdrubal, son beau-frère. L’a. conclut que l’idée vient d’Amilcar Barca, motivée par la perte de la Sardaigne et de la Sicile. (433) Nardelli G., Il Cunctator e l’Invictus. Azione politico-militare e immagine di Q. Fabio Massimo nella guerra di Scipione Africano, dans Giornale italiano di filologia, III, n.s., 1-2, 2012, p. 45-61, rés. angl. p. 61. L’article souligne la carrière brillante du cunctator dont les mérites furent obscurcis par les triomphes extraordinaires de l’Africain, et c’est surtout à Ennius que l’on doit l’image attachée à cette grande figure de l’histoire romaine. Venons-en à l’œuvre de Polybe, avant d’évoquer celles de Diodore de Sicile et de Tite-Live. La seconde édition (commencée en 2010) du texte de Polybe dans la collection Loeb s’achève avec ces deux volumes qui comprennent uniquement des livres fragmentaires. (434) Polybius, The Histories. Books 16-27, trad. Paton W.R., édit. Walbank F.W. et Habicht C., Cambridge (Mass.)-Londres, 2012, 607 p., index, intéresse les années 202-201 à 171-170 : on y lira notamment le récit du triomphe de Scipion, en 201-200, dans lequel paraissait Syphax (XXVI, 23). (435) Polybius, The Histories. Books 28-39, trad. Paton W.R., édit. Walbank F.W. et Habicht C., and unattributed fragments, édit. et trad. Olson S.D., Cambridge (Mass.)- Londres, 2012, 619 p., index, concernent les événements situés entre 170-169 et 145- 144, donc la troisième guerre punique (XXXVIII, 7, 1-9, 2), dans un bref passage où paraissent Hasdrubal, Gulussa et Scipion. (436) Rood T., Polybius, Thucydides, and the First Punic War, dans Imperialism, cultural politics, and Polybius, édit. Smith C.J.et Yarrow L.M., Oxford-New York, 2012, p. 50-67. Comme le voulait le thème du volume, Polybe est considéré en tant qu’auteur et pas uniquement en tant qu’historien. T.R. examine donc l’influence de Thucydide sur lui, mais il va peut-être parfois un peu trop loin : certes, dans le débat lors duquel les Romains expriment leur crainte de voir Carthage s’emparer de l’Italie (p. 54-57), Polybe (1, 10, 5) s’inspire du discours d’Alcibiade devant les Spartiates, mais peut-on vraiment penser avec T.R. que cette scène de délibération est une pure fiction ? (437) Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Fragments. tome III, Livres XXVII-XXXII, édit. Goukowsky P., texte établi, trad. et commenté, Paris, Les Belles Lettres (Collection des universités de France, Série grecque, 489), 2012, XLVIII-284 p. en partie doubles. Ces livres couvrent trois quarts de siècle, depuis la fin de la deuxième guerre punique jusqu’à la destruction de Carthage et de Corinthe en 146/145, donc une période très importante. Ils sont d’autant plus précieux, malgré leur caractère fragmentaire, que le récit de Tite-Live est perdu pour cette période. (438) Titus Livius, Ab urbe condita. Liber XXVIII. Römische Geschichte, XXVIII, édit. Blank-Sangmeister U., lateinisch-deutsch, Stuttgart, 2012, 237 p., index, est une réédition de la traduction allemande de ce livre de Tite-Live, qui porte sur la deuxième guerre punique, avec un apparat critique. (439) A Commentary on Livy, Books 41-45, édit. Briscoe J., Oxford, New York, 2012, XX-823 p., 5 index. Après une introduction qui revient d’abord sur les sources et l’édition du texte des livres 38-40, puis précise la chronologie des événements couverts par ces derniers et la présence des légions romaines dans la péninsule Ibérique entre 189 et 178, l’auteur propose un riche commentaire littéraire et historique que complètent trois appendices. (440) Moreno A., Los datos geográficos en la obra de Tito Livio, un estado de la cuestión, dans Circe, XVI, 2012, p. 107-121, rés. angl., fait le point sur l’historiographie relative à la conception de la géographie qu’avait Tite-Live. Seules nous intéresseront les mentions du passage des Alpes par Hannibal.

4Les sources archéologiques sont également mobilisées. (441) Noguera J., La Palma, Nova Classis : a Publius Cornelius Scipio Africanus encampment during the Second Punic War in Iberia, dans Madrider Mitteilungen des deutschen archölogischen Instituts, LIII, 2012, p. 262-288, ill., cartes, plan, rés. all. et esp., présente le camp romain le plus ancien de la péninsule Ibérique : il s’agit d’un camp de campagne de la deuxième guerre punique, situé à La Palma (Tarragone), près de l’embouchure de l’Èbre. Bien que l’on n’ait pas localisé les vestiges architecturaux, l’intérêt stratégique du lieu, associé à la découverte de monnaies, d’armes, de fragments d’amphores et de nombreux autres objets, indique qu’il s’agit bien d’une installation militaire datée de 218/209. L’a. propose d’identifier le site au camp romain de Nova Classis, mentionné par Tite-Live pour l’année 217. (442) Bellón Ruiz J.P., Gómez Cabeza F., Ruiz Rodríguez A., Cárdenas Anguita I., Molinos Molinos M. et Rueda Galán C., Un escenario de la Segunda Guerra Púnica : Baecula, dans Aníbal de Cartago, p. 345-378, décrivent les méthodes archéologiques qui permettent de comprendre la bataille de Baecula.

Bibliographie

5Le contexte général des guerres puniques est présenté par (443) Schulz R., Feldherren, Krieger und Strategen : Krieg in der Antike von Achill bis Attila, Stuttgart, 2012, 629 p., 8 p. de pl., ill., cartes, plans, 2 index. Ce panorama sur la guerre dans l’Antiquité évoque le conflit entre Carthage et Rome au cours des chapitres 7 et 8 (p. 178- 215), également consacrés à des combats en Europe. L’auteur insiste sur la souplesse de l’armée romaine engagée contre de nouveaux ennemis et sur sa capacité de réaction. Plus spécifiquement sur la première guerre punique, (444) De Sant’Anna H.M., Inovações militares na Cartago helenística, da expedição de Agátocles à invasão romana durante a Primeira Guerra Púnica, dans Ágora, XIV, 2012, p. 107-129, rés. angl., esp. et fr., étudie comment Carthage tenta de combattre, sur le plan militaire, la rumeur diffusée par la littérature romaine, sur la lâcheté des Carthaginois. (445) Aït Amara O., L’armement de guerre navale punique, dans Aquila legionis, XV, 2012, p. 7-27. La confrontation entre les textes littéraires, l’iconographie lapidaire et les monnaies permet de mieux connaître la tactique du combat naval pratiquée par la marine punique. Le rôle de l’éperon et la taille des navires ont joué. De longues études seront encore nécessaires pour bien connaître ce sujet, car les sources sont pauvres (la bibliographie est plus riche : voir p. 25-27). (446) Rey da Silva A., Mar y guerra en el Mediterráneo antiguo : las marinas romana y cartaginesa durante el siglo III a.C., en Aníbal de Cartago, p. 45-69. La flotte carthaginoise utilisait surtout des quadrirèmes et des quinquérèmes dont on avait augmenté la hauteur du plat-bord pour mettre en difficulté l’abordage des Romains qui utilisaient le système du coruus (une sorte de croc). (447) Rich J., Roman attitudes to defeat in battle under the Republic, dans Vae uictis !, p. 83-111, commente le cas de deux généraux vaincus : P. Claudius Pulcher perd la bataille navale de Drepane contre les Carthaginois en 249 (p. 102-103), et Cn. Fulvius Flaccus est vaincu à la bataille d’Herdonea (Apulie), en 211, contre Hannibal (p. 103-104). Analysant le déclenchement de la deuxième guerre punique, (448) Hernández Prieto E., La crisis diplomática romano-cartaginesa y el estallido de la Segunda Guerra Púnica, dans Studia historica. Historia antigua, XXX, 2012, p. 23-50, rés. angl., considère que la crise diplomatique n’avait pas pour objectif de conduire à la guerre ; ni Rome ni Carthage ne souhaitaient réellement entrer en guerre, mais les partis opposés au conflit ont échoué lamentablement. (449) Garland R., Hannibal. Das gescheiterte Genie, Mayence, 2012, 158 p., ill., cartes, index, est la traduction allemande, par Begemann E., de son ouvrage paru en anglais en 2010 (B.A.A.A., XLIV (2010), 2016, n° 530) puis réimprimé en 2013. Poursuivons à propos de la deuxième guerre punique et des choix tactiques et militaires d’Hannibal, puis de Rome. (450) Remedios Sánchez S., La campaña contra los vacceos, dans Aníbal de Cartago, p. 203-225, est une synthèse sur la campagne militaire réalisée par Hannibal contre le peuple des Vacéens (vallée moyenne du Douro). (451) Jiménez P., Mercenarios de la Península Ibérica en las tropas de Aníbal, ibidem, p. 227-250, pense que les troupes ibères présentes dans l’armée carthaginoise n’étaient pas nécessairement des mercenaires, mais qu’une partie avait été recrutée sous la contrainte. (452) Barceló P., Aníbal y la helenización de la guerra en Occidente, ibidem, p. 159-175. Cet excellent travail étudie la manière avec laquelle le modèle tactique d’Alexandre fut imité par Hannibal (multiplication des théâtres de guerre, augmentation de la rapidité des troupes, flexibilité tactique). (453) Lapray X., L’adoption de la tactique manipulaire et la bataille de Cannes : propositions pour quelques réajustements, dans Classica et Christiana, VII, 2, 2012, p. 447-479. L’auteur examine dans une première partie les différentes théories relatives au système manipulaire avant d’aborder les jalons de sa mise en place. Il reprend une thèse ancienne qu’il argumente plus fermement : lors de la bataille de Cannes (p. 463), les Romains auraient adopté non pas un ordre de combat proche de la phalange (selon Polybe), ce qui serait une régression, mais un ordre intermédiaire entre celui de la phalange et celui, plus souple, des manipules autonomes. Il faut donc considérer que l’évolution vers la tactique manipulaire fut progressive et commença à une date plus ancienne qu’on ne le pense traditionnellement. (454) Coudry M., L’or des vaincus : travestissement et occultation des transactions financières dans la diplomatie de la Rome républicaine, dans Vae uictis !, p. 113-131, se penche sur la séance du sénat qui décida du sort des prisonniers de la bataille de Cannes (p. 119-120). (455) Álvarez Pérez-Sostoa D., Traduttore traditore : a propósito de Polibio, XXI, 42, 22, dans Revue des Études anciennes, 114, 1, 2012, p. 3-13, rés. fr. et angl. : l’auteur étudie la question des otages livrés à Rome comme garantie d’un accord à travers les contextes fournis par les traités de Zama, de la ligue étolienne et d’Apamée. Il envisage plus particulièrement l’âge qui était requis par Rome, dans le choix des otages. S’agissant de la période de la troisième guerre punique, (456) Huet V., Images et imaginaires romains de la « ville châtiée », dans Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen âge, Époque moderne), édit. Gilli P. et Guilhembet J.-P., Turnhout, 2012, p. 49-65, analyse en particulier l’imaginaire des destructions de Carthage et de Corinthe en 146 av. J.-C. à partir du Livre Carthaginois d’Appien et de la Vie de Marius dans les Vies Parallèles de Plutarque. La destruction de Carthage et la manière dont elle intervient chez Plutarque pour caractériser certains « hommes illustres » – Scipion Émilien et Marius en l’occurrence – sont également brièvement évoquées dans le travail de (457) Guilhembet J.-P., Plutarque et le châtiment des villes dans les Vies parallèles, ibidem p. 67-86.

B – Monde punique

Sources

6Commençons avec la littérature grecque. (458) Politik Aristoteles : Übersetzung mit einer Einleitung sowie Anmerkungen, édit. Schütrumpf E.E., Hamburg, 2012, 354 p., est une nouvelle traduction de ce traité d’Aristote, assortie d’un apparat critique et d’une introduction, dont le livre II porte sur la constitution de Carthage. L’œuvre de Plaute est revisitée avec (459) Lecturae plautinae sarsinates XV, Poenulus, Sarsina, 24 settembre 2011, édit. Raffaeli R. et Tontini. A., Urbino, 2012, 111 p. Cette 15e Lectura est consacrée au Poenulus et comporte quatre contributions de caractère surtout linguistique et littéraire (une cinquième porte sur la réception de la pièce au XVIe s.). (460) Garbini G., Il Poenulus letto da un semitista, ibidem, p. 15-46. Cette étude a une dimension historique à côté d’observations plus strictement linguistiques. L’a. rappelle le caractère très contemporain de la pièce, qui fut représentée pour la première fois à la fin de la deuxième guerre punique (en 201) et fut reprise un demi-siècle plus tard en 146. Elle est pourtant dépourvue de tout ressentiment à l’égard des Carthaginois et Plaute y a même inséré des passages en punique, ce qui signifie que cette langue était connue au moins d’une partie de son public ; il s’agit d’un punique « parlé », familier. Les traductions fournies par M. Sznycer et par d’autres à sa suite sont analysées, puis les difficultés que posent ces passages ainsi que leur version latine. (461) López Gregoris R., Poenulus. Il ritratto dello straniero, ibidem, p. 47-72, souligne la manière dont les éléments caractéristiques de l’étranger sont utilisés comme des ressorts de la comédie : les qualificatifs ethniques, la description physique, l’aspect moral, la fonction comique de la langue. (462) Bungard C., L’ingannatore ingannato. I due aspetti di Milfione nel Poenulus, ibidem, p. 73-88, est une étude du rôle de l’esclave Milfion dans la pièce de Plaute. (463) Raffaelli R., I responsi di Venere, ibidem, p. 99-111, s’intéresse à la fonction dramaturgique des répliques de Vénus. Le regard de Polybe sur le monde punique est par ailleurs questionné par (464) Arena V., Libertas and the Practice of Politics in the Late Roman Republic, Cambridge-New York, 2012, IX-324 p., ill., 2 index. L’analyse des conceptions politiques des optimates conduit l’auteur à revenir sur les constitutions mixtes qui caractérisent Rome et Carthage et sur les réflexions de Polybe à ce propos. Pour ce dernier, la constitution mixte est à son apogée lorsque le pouvoir de délibération appartient à l’aristocratie, ce qui était le cas pour Carthage à l’époque d’Hannibal.

7Faisant la transition entre la littérature et l’archéologie, (465) Secci R., Educazione e società a Cartagine e nel Nord Africa in età punica, dans Ocnus. Quaderni della scuola di specializzazione in archeologia, XX, 2012, p. 279-287. Certaines sources, comme Julien l’Apostat, permettent de suggérer qu’à Carthage l’éducation des enfants jouait un rôle important ; elle devait être proche de celle dispensée aux jeunes Spartiates, sans distinction sociale. Dans ce cadre, l’auteur étudie la diffusion du strigile dans les nécropoles puniques et propose de lier l’objet avec les b’lm, membres du ‘m, et titulaires des droits civils. L’absence de strigile dans le tophet pourrait s’expliquer par la non-participation des enfants morts à certains rites de passage permettant l’intégration à la communauté civique. (466) García Coca V., La ciudad en época de Aníbal : urbanismo y arquitectura en la Cartago helenística, dans Aníbal de Cartago, p. 71-98, décrit rapidement la ville à l’époque d’Hannibal, sans déterminer clairement si son urbanisme avait intégré des influences hellénistiques. Trois études de numismatique proposent en outre un nouvel éclairage sur le monde punique. (467) García-Bellido M.P., Los retratos de la monarquía bárquida en las monedas de Iberia, ibidem, p. 431-455, décrit les émissions barcides, en commençant par les portraits des dirigeants ; ils n’apparaissent jamais sur les schekels, car cela aurait scandalisé à Carthage. (468) Soltani A. et Manfredi L.-I., Iol-Caesarea (Cherchel) dans son contexte punique de l’Algérie antique : le cas de la numismatique, dans Réorganisation (La -) du Musée de Cherchel, Phase I, p. 11-13, ont engagé un projet ambitieux, à savoir le catalogue de toutes les monnaies de Iol connues en Algérie et ailleurs. Un article de synthèse est annoncé. (469) Abdelouahab N., Catalogue et examen du monnayage d’Iol-Caesarea dans son contexte punique de l’Algérie antique. Les archives : note préliminaire, ibidem, p. 15-16. Cette chercheuse est chargée, avec A. Mezzolani, de réunir toutes les archives relatives au monnayage punique trouvé en Algérie, archives présentes aussi bien en Algérie qu’en France (Paris et Aix-en-Provence, Centre Camille Jullian).

Bibliographie

8Un premier constat sert de préambule : (470) Domínguez Monedero A.J., Los otros Barca : los familiares de Aníbal, dans Aníbal de Cartago, p. 177-202, conclut qu’il est difficile de trouver des données biographiques sur la famille d’Hannibal en raison des distorsions bien connues des sources antiques, soit favorables soit contraires aux Barcides. D’autres aspects du monde punique sont mieux appréhendés. (471) De Bonis A., Confine e articolazione del territorio amministrativo di Cartagine nella Tunisia antica, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 189-210, ill. Beaucoup d’éléments de l’histoire de Carthage sont connus. Mais le tracé des « fosses phéniciennes » reste à préciser. Outre les secteurs qu’on lui attribue traditionnellement, la cité punique contrôlait les Campi Magni, la Tusca, Gurza et la Byzacène. Les textes (pseudo-Scylax et Polybe) et l’épigraphie (punique et latine) sont utilisés pour arriver à cette conclusion. La Fossa regia délimitait un territoire bien moindre. Deux pages de bibliographie complètent l’analyse. (472) Bendala Galán M., La recuperación arqueológica de la acción de los Barca : logros y expectativas, dans Aníbal de Cartago, p. 297-327, décrit le développement spectaculaire dont a bénéficié, ces 50 dernières années, la connaissance – du point de vue archéologique – de la présence carthaginoise dans la péninsule Ibérique. (473) Ferrer Maestro J.J., Las cuentas de Aníbal, ibidem, p. 277-293. Cette étude intéressante montre que les Carthaginois sont parvenus à l’équilibre financier en Hispanie en exploitant directement les mines d’argent de la péninsule Ibérique tandis que les Romains passaient par des intermédiaires qu’étaient les sociétés de publicani. (474) García Fernández F.J., Cartago a las puertas : Turdetania en los albores de la Segunda Guerra Púnica, ibidem, p. 379-428. Cette synthèse assez confuse, et qui utilise uniquement la bibliographie espagnole, sera peu utile. (475) López Castro J.L. et Martínez Hahnmüller V., Baria en la segunda guerra romano-cartaginesa : su papel histórico a través de la documentación literaria y arqueológica, ibidem, p. 329-344, s’intéressent au rôle de la cité de Baria (antique Villaricos) pendant la deuxième guerre punique : elle donnait accès à la région de Bastetania, elle en était la porte. (476) Pillot W., Un peuple de traîtres ? La traîtrise des Phéniciens et des Carthaginois dans les sources grecques, d’Homère à Diodore de Sicile, dans Trahison et traîtres dans l’Antiquité, p. 75-92. Le topos de la traîtrise phénicienne et punique remonte aux sources grecques qui confondent d’ailleurs les deux peuples. Mais ce vice est loin d’être univoque : la traîtrise est en effet d’abord liée à des qualités, telles, chez Homère, l’habileté (des artisans ou des navigateurs), puis leur courage et leur piété (Hérodote). C’est à l’époque hellénistique (Polybe, Diodore) que la lecture des topoi archaïques prend une tournure nettement péjorative, plus en phase avec le contexte des guerres puniques et le regard des Romains. (477) Péré-Noguès S., Trahisons grecques, trahisons « barbares » : pratiques et usages de la trahison en Sicile à l’époque classique, ibidem, p. 255-267. La trahison est l’un des motifs les plus couramment évoqués dans l’histoire de la Sicile, successivement attribuée aux barbares carthaginois, puis aux tyrans de Sicile et aux cités grecques. La source principale de l’étude est Diodore de Sicile ; l’auteur s’intéresse tour à tour à la trahison en contexte de guerre, puis comme arme politique, comme comportement archétypal du tyran, enfin comme élément déterminant des guerres civiles (entre 357 et 344). (478) Pillot W., Ennemis héréditaires, alliés de circonstance ou défenseurs de l’hellénisme ? Les Carthaginois vus par les Grecs à l’époque des guerres puniques, dans Hellénisme (L’ -), d’une rive à l’autre de la Méditerranée, p. 477-490. Cet article réunit les différents éléments qui indiquent la proximité de nombreuses cités grecques avec Carthage au temps des guerres puniques : retournements d’alliances, affirmation de la culture grecque de Carthage, analogies institutionnelles, symétries introduites entre Himère et Salamine, entre les binômes Hamilcar/Hannibal et Philippe/Alexandre. En bref, Carthage apparaît comme l’héritière des Grecs et leur rempart contre les Romains barbares. Mais la réalité est plus complexe puisque Rome a aussi bénéficié d’alliances avec des Grecs. (479) González Wagner C., El sufetato de Aníbal, dans Aníbal de Cartago, p. 251-276. Pour l’a., Hannibal ne se comportait pas comme un prince hellénistique (autocrate), mais comme un magistrat qui gouvernait avec justice. Terminons cette section par plusieurs études qui traitent de la religion et de la mort dans le monde punique. (480) Gilhaus L., Religiöses Leben im tunesischen Hinterland der hellenistischen Zeit, dans Mediterraneo antico : economie, società, culture, XV, 2012, p. 103-116, rés. angl., examine les religions et les cultes locaux présents dans l’arrière-pays de Carthage (surtout le Cap Bon et le Haut Tell tunisien), en relation avec les installations rurales. L’auteur suppose que les tumuli et les divinités locales nommées dans les inscriptions devaient se référer aux ancêtres héroïsés des communautés rurales. Les sanctuaires de Sousse, Thinissut, Henchir el-Hami (Vaga) ainsi que le « rituel du Tophet » ne témoigneraient pas d’une « punicisation », mais d’une interpénétration des religions libyque et punique dans la région. Il s’agirait d’un exemple de l’évolution religieuse à l’œuvre en Méditerranée à l’époque hellénistique. (481) Rodríguez Muñoz R., La religión fenicia en la Península Ibérica durante la Segunda Guerra Púnica, dans Aníbal de Cartago, p. 99-129, étudie les changements qui se sont produits dans la religion phénicienne en concluant que le processus d’hellénisation a connu son apogée à l’époque de la deuxième guerre punique. (482) Prados Martínez F., La muerte y los ritos funerarios en tiempos de Aníbal, ibidem, p. 131-156, considère que l’introduction des cultes à Déméter, Korè et Dionysos a modifié les rituels traditionnels.

C – Les royaumes africains

9Sans que les titres soient abondants, un certain nombre d’études permettent d’enrichir le regard porté sur cette période. Ce chapitre est d’ailleurs bien plus nourri qu’à l’habitude, il faut s’en réjouir.

Sources

10Les titres référencés concernent la culture matérielle à travers l’étude de données issues de l’archéologie, pour certaines anciennes, pour d’autres inédites. Le site antique de Cherchel est l’objet d’une attention particulière, grâce à une publication collective que nous avons évoquée précédemment. (483) Amedick R., Iol-Césarée : la création d’une résidence royale, dans Réorganisation (La -) du Musée de Cherchel, Phase I, p. 31-38, fig., rappelle les grands traits de la Césarée royale, d’inspiration hellénistique, avec une bibliographie lacunaire, notamment pour les titres français, hormis P. Leveau 1984 (la référence de 1982 est absente de la bibliographie générale). (484) Froning H., Lieux de jeux à Cherchel : le théâtre, l’amphithéâtre et l’hippodrome/le cirque, ibidem, p. 39-52, 19 fig., fait le point sur ces trois bâtiments et sur les spectacles qui s’y déroulaient. (485) Attanasio D., Bruno M. et Rocchi P., The Sculptural and Architectural White Marbles of Caesarea Mauretaniae (Cherchel, Algeria), ibidem, p. 53-68, 5 fig., fournissent la synthèse la plus fournie du livre. Sur 75 éléments architecturaux en marbre blanc, 64 peuvent être datés, pour l’essentiel entre 25 av. J.-C. et 40 apr. J.-C., c’est-à-dire à l’époque du royaume de Juba II et de Ptolémée. De très nombreux autres objets en marbre témoignent de l’utilisation de ce matériau au cours de quatre siècles d’histoire. Le gisement le plus proche est situé en Algérie orientale, dans le Djebel Filfila, à environ 500 km de Césarée, mais aucune sculpture ne semble en provenir : les trois types de marbre les plus utilisés viennent du Pentelos, de Paros et de Carie. Ces provenances soulèvent le problème de l’origine des artisans et des lieux où les sculptures ont été faites, sachant que les sculpteurs privilégient les marbres auxquels ils sont habitués : la collection de Césarée a donc sans doute été importée de Rome ou des lieux d’origine des marbres. Par ailleurs, on observe, à partir d’Hadrien, un changement remarquable, car les marbres grecs sont complètement remplacés par des marbres d’Asie, surtout de Carie : on ignore encore si le fait se vérifie aussi à Rome. (486) Leveau P., D’Alexandrie d’Égypte à Caesarea de Maurétanie : transfert de technologie hydraulique et diffusion d’un nouveau modèle urbain, dans Entre Afrique et Égypte, p. 157-172. Un parallèle entre les galeries souterraines drainantes du plateau sud de Cherchell et celles qui ont été vues à Alexandrie permet d’apporter des éléments à un débat. Il éclaire les propos de ceux qui veulent que tout soit venu de l’Orient et de ceux qui imaginent que tout a été inventé en Afrique. Juba II et Cléopâtre Séléné ont sans aucun doute fait venir des architectes égyptiens, mais ces derniers ont dû composer avec des techniciens locaux. Ils ont aussi élaboré un projet d’urbanisme qui s’inscrivait dans la continuité des monarchies hellénistiques. Dirigeons-nous vers l’ouest avec (487) Aranegui Gascó C., Un conjunto áulico de época de Juba II en Lixus (Larache), dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 655-668. Ce travail signale en introduction que le versant sud de la colline de Larache domine l’embouchure du Loukkos. L’a. y suppose l’existence d’un palais (non fouillé) de 7000 m2 : salons d’apparat, salle de banquets avec vue sur la lagune, et une partie privée délimitée par un cryptoportique ! Ces constructions étaient achevées en 20 av. J.-C. ; l’auteur les attribue à Juba II. (488) Ben-Ncer A. et Bokbot Y., Les tumuli de la rive droite d’oued Melloulou (Guercif) : contexte archéo-ostéologique, dans Bulletin d’archéologie marocaine, XXII, 2012, p. 103-120, fig. L’étude concerne le contexte archéo-ostéologique de trois tumuli de la rive droite de l’oued Melloulou, qui présentent à la fois des sépultures primaires et des sépultures secondaires. En l’absence de datation absolue, il est suggéré par extrapolation de dater ces structures entre le IIIe et le Ier s. av. J.-C.

11Dans le domaine de la numismatique, les études de synthèse côtoient la publication de matériel inédit. (489) Manfredi. L.-I., Nord Africa e Penisola Iberica : le monetazioni autonome dal III sec. A.C. al I sec. D.C., dans Etapa (La-) neopúnica, p. 425-448, fig. Pour comprendre l’évolution des émissions autochtones en Afrique du Nord, il est essentiel de connaître la relation qui existait entre Carthage et les royaumes numides : à la chute de la métropole, les émissions des rois numides se substituent au monnayage punique dans les circuits africains et ibères [il faut noter cependant que les monnaies avaient une très longue durée de circulation dans l’Antiquité]. (490) Padrino Fernández S., La presencia de monedas de Massinissa y sus sucesores en Ibiza, dans Numisma, 256, 2012, p. 7-28, ill. On trouve des monnaies numides au type de la tête barbue/cheval au galop dans les îles Pityuses. L’a. analyse plusieurs aspects : iconographie, chronologie, atelier et distribution en Méditerranée occidentale. L’objectif est de mieux comprendre les relations de ces îles avec le nord de l’Afrique aux IIe et Ier s. av. J.-C., ainsi que la circulation monétaire dans les îles mêmes et le sens que revêt la présence de certaines monnaies en contexte funéraire. (491) El Harrif F.-Z., Les « massinissa », leur diffusion à travers la Maurétanie et l’Afrique du Nord : circulation et interprétation (202 av. J.-C. – environ 100 av. J.-C.), dans Bulletin d’archéologie marocaine, XXII, 2012, p. 154-175, 1 fig., 2 pl. L’a. décrit ces bronzes bien connus et attribués aux rois massyles qui les ont émis à partir d’un type créé par Massinissa, entre 202 et 100 av. J.-C. environ. Leur aire de diffusion fut très large (du Maroc à la Libye, et hors d’Afrique), leur durée d’utilisation très longue, jusqu’au IIIe s. apr. J.-C. (492) Amela Valverde L., Emisiones reales mauretanas (49-25 a.C.), dans Numisma, LXII, n° 256, 2012, p. 29-43, ill., rés. angl., considère que l’expansion de la République romaine en Méditerranée n’a pas seulement entraîné celle de sa monnaie, mais aussi celle de la métrologie et de l’iconographie monétaire de Rome. Le cas des émissions maurétaniennes avant l’annexion du royaume en est un bon exemple : on y décèle le passage de l’influence punique à celle de Rome. (493) Callegarin L. et Ripollès P.P., Une émission monétaire inédite de l’atelier de Lixus, dans Bulletin d’archéologie marocaine, XXII, 2012, p. 176-186, 2 fig. La numismatique de Tingitane connaît un nouvel élan qui permet d’ouvrir d’anciens dossiers, en raison de la reprise de fouilles d’envergure et de l’accès aux collections privées. Les auteurs présentent une émission monétaire inédite de Lixus [pour le réexamen du monnayage de cette cité par ces mêmes auteurs en 2010 : B.A.A.A., XLIV (2010), 2016, n° 548] : au droit, tête masculine portant un bonnet conique, hache double ou bipenne ; au revers, rameau de vigne avec grappe de raisin verticale, une feuille et deux vrilles ; légende en néopunique mpl/lks. Ce type est voisin de Müller, n° 236 = Mazard, n° 634 = Alexandropoulos, n° 168. La monnaie appartient au monnayage le plus ancien de Lixus, daté entre le milieu du IIe s. et la fin du Ier s. av. J.-C. La figure divine est susceptible de plusieurs interprétations à la faveur de rapprochements avec l’iconographie phénicienne hellénistique : Chousor, Melqart, un Baal de Lixus guerrier, tandis que la grappe de raisin rappelle l’une des activités essentielles de la cité. L’article se termine par un catalogue des monnaies de Lixus. (494) El Khayari A., Makdoun M. et El Rhaiti M., Une monnaie à légende néopunique BBT (Babba) découverte à Volubilis, ibidem, p. 146-153, 4 fig., étudient une petite collection de monnaies qui datent de l’époque préromaine et reconstituent le monnayage de Babba maure. Une monnaie en bronze inédite (avers : effigie barbue à g. / revers : croissant de lune et légende BB‘T) et trois monnaies en bronze du médailler de Rabat, de même type, doivent être rattachées à l’atelier jusqu’ici inconnu de Babba. BBT est un nom libyque ou phénico-punique transcrit en écriture néopunique, au féminin singulier : il s’agit de BBaT, latinisé en Babba (BBl serait une mauvaise lecture pour BBT). Babba maure aurait donc eu à son actif deux séries de bronzes, l’une au croissant de lune, l’autre, plus récente, à l’aigle, qui feraient référence à un dieu solaire local. Un travail se rattache enfin à l’étude de la céramique et des terres cuites. (495) El Khayari A. et Lenoir M.†, Production d’amphores tingitanes : un atelier près d’Asilah, ibidem, p. 131-145, 16 fig. Un site mentionné par M. Ponsich, à Aïn Mesbah, a été retrouvé lors d’une visite de contrôle systématique des sites connus dans la région de Zilil. Il occupe une superficie de 100 m nord-sud x 50 m est-ouest, et se signale par l’existence de deux bassins, d’abondantes jonchées de parois d’amphores et de ratés de cuisson, outre de la céramique sigillée à vernis rouge (arétine, sud gauloise et hispanique) et de la céramique africaine commune. D’après leur pâte, les amphores Dressel 7-11 et Haltern 70 ont été produites sur place. La période d’activité principale de l’atelier, proche de la colonie romaine de Zilil, se situe à la fin du Ier s. av. J.-C. et dans la première moitié du Ier s. apr. J.-C., mais le site continue à être fréquenté au moins sporadiquement jusqu’au IIIe s.

Bibliographie

12Ouvrons ce paragraphe par des études générales. (496) Ghaki M., Les cités et les royaumes numide et maure, dans Epi Oinopa Ponton. Studi sul Mediterraneo antico in ricordo di Giovanni Tore, édit. Del Vais C., Oristano, 2012, p. 625-632. Cet article propose quelques généralités appuyées sur une bibliographie souvent ancienne. (497) Desanges J., L’Aurès des Maurousii et la reconstitution par A. Berthier et son école du Bellum Iugurthinum, dans Aouras, VII, 2012, p. 79-94, se livre à un commentaire serré de plusieurs passages du B.I. Il en ressort qu’André Berthier et son école ont commis des erreurs sur la localisation de Cirta et de la Muluccha, ainsi que sur les limites du royaume de Numidie. Les travaux qui suivent sont ordonnés selon la chronologie de la période historique envisagée. (498) Laporte J.-P., Massinissa et Ptolémée VIII Évergète II. Ou : « De la gastronomie à la politique internationale », dans Entre Afrique et Égypte, p. 213-219, analyse un passage d’Athénée, dans les Deipnosophistes, et il rappelle d’abord l’interprétation qui en a été généralement donnée : les deux souverains se seraient rencontrés à Cirta, vers le milieu du IIe s. av. J.-C., peut-être pour une négociation sur les Emporia ; on en a déduit que la Numidie était hellénisée. Pour l’auteur, on ne sait ni où ni pourquoi les deux souverains se sont rencontrés. Et rien ne prouve une hellénisation ; les traits de civilisation relevés appartiennent au monde méditerranéen de l’époque. (499) Aït Amara O., Jugurtha, stratège et tacticien, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 601-622. Jugurtha fut, écrit l’auteur, un grand tacticien grâce à une armée formée surtout de fantassins et de cavaliers légers. Il a su organiser l’exercice, la logistique ; il n’ignorait rien de la poliorcétique, des stratagèmes et de la guérilla. Il a ainsi imposé aux Romains de s’adapter à ses propres pratiques guerrières. (500) Hekster O., Kings and Regime Change in the Roman Republic, dans Imperialism, cultural politics, and Polybius, édit. Smith C.J. et Yarrow L.M., Oxford-New York, 2012, p. 184-202. Les aléas de la politique intérieure à Rome (y compris les guerres civiles) ont eu une implication directe sur les royaumes amis, ce qui pouvait leur être favorable, mais aussi conduire au désastre quand le roi misait sur le parti vaincu, à l’exemple de Juba I. (501) Amela Valverde L., La situación de Mauretania a finales del segundo triunvirato e inicios del principado de Augusto, dans Gerión, XXX, 2012, p. 149-167, rés. angl., offre une excellente synthèse sur la situation politique de ce royaume entre la mort de César et celle d’Auguste : il soulève notamment l’hypothèse de sa réduction en province durant l’interrègne (33 av. J.-C.-25 apr. J.-C.) ; elle aurait été dirigée par le gouverneur d’Hispanie ultérieure, avant qu’Auguste n’installe Juba II sur le trône de Maurétanie.

D – La province d’Afrique

13Il faut constater, comme pour les années précédentes, le faible nombre de publications s’y rapportant.

Sources

14Seules deux études sont à signaler concernant les sources écrites. (502) Cascón Dorado A., Nuevas técnicas narrativas en el Bellum Africum : entre la historia y la novela, dans Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, XXXII, 1, 2012, p. 35-50, rés. angl., s’intéresse aux techniques narratives du Bellum Africum, très proches de celles du roman ou des autres écrits de fiction, et que l’a. considère comme une manière nouvelle d’écrire l’histoire. Outre leur fonction esthétique, ces techniques obéissent à une intention idéologique manifeste : dénigrer les ennemis de César et célébrer la gloire du général romain et de son armée. (503) Vizzotti M., De Horacio a Lucano : operatividad poética de la figura del expiator en la configuración de Catón de Útica, dans Auster, XVII, 2012, p. 61-77. Les images poétiques d’Horace ont servi de support à Lucain pour construire son Caton. Les connaissances archéologiques bénéficient de nouvelles données avec (504) Ben Tahar S., Une tombe monumentale d’époque républicaine à Marguène (île de Jerba, Tunisie), dans Antiquités Africaines, XLVI-XLVIII, 2010-2012, p. 55-85, ill. Découvert en 2006, dans le nord-ouest de l’île, ce monument funéraire complexe est constitué par un dromos et par une grande salle centrale, à laquelle on accède en passant devant une auge à libations, et qui précède deux pièces annexes. Il a été pillé par des fouilleurs clandestins, mais ce qu’on peut voir montre qu’il a été aménagé au cours du Ier s. av. J.-C. et utilisé, notamment pour des cérémonies funéraires, au Ier s. apr. J.-C. Amphores et céramiques permettent de le dater. La construction et le matériel traduisent une civilisation mixte, africaine, égyptienne et romaine, à laquelle étaient attachés des notables locaux. C’est assurément une découverte de premier plan.

Bibliographie

15La moisson est également très mince pour ce paragraphe. (505) Frasson F., Numidi in Liguria, Liguri in Numidia. A proposito di alcuni episodi bellici del II secolo d.C., dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1343-1361. Cet article très érudit montre comment, en 193 av. J.-C., le consul Thermus utilise des Numides quand il attaque les Ligures. Des Ligures ont également servi dans l’armée romaine contre Jugurtha. Tite-Live, Frontin et Salluste permettent de mieux comprendre les tactiques des uns et des autres. (506) Lapyrionok R., Der Kampf um die Lex Sempronia Agraria, vom Zensus 125/124 v. Chr. bis zum Agrarprogramm des Gaius Gracchus, Bonn, 2012, 160 p., distingue avec raison les programmes des deux Gracques, mais sans apporter de grande nouveauté. L’activité de Caius Gracchus en Afrique en 122 est abordée aux p. 97-99, surtout les conséquences qu’a générées cette installation de colons dans la province.

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search