Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVI (2012)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

II – L’Afrique, de la protohistoire au début du IIIe siècle

Texte intégral

1Ce chapitre est moins fourni que pour la livraison de la précédente B.A.A.A. À une seule exception, ce sont les études archéologiques qui permettent de nourrir le dossier des sources relatives à cette période. Le lecteur n’oubliera pas toutefois de se reporter à la partie Généralités, dans laquelle un certain nombre de titres intéressant cette période ont été signalés. (425) Hülsken D., Uni-Astarte und Apollon : Der Wandel des karthaginischen Politik gegenüber Sardinien im 6. Jahrhundert v. Chr. und seine religiösen Implikationen, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1721-1725, revient sur la bataille d’Alalia en 540 av. J.-C., telle que la rapporte Hérodote, pour analyser la signification surtout politique des dieux mentionnés, liés aux projets de Carthage. Les travaux d’archéologie qui suivent sont présentés selon un ordre régional. (426) Fantar M., Les ouvrages de défense dans la cité punique de Kerkouane, dans Enceintes urbaines, p. 9-23, 8 fig. La cité, abandonnée au IIIe s. av. J.-C., offre un excellent exemple d’architecture militaire punique. Elle est protégée par des remparts segmentés qui prennent une forme semi-circulaire. Un couloir sépare sa double enceinte, permettant une circulation des soldats. Le mode de construction de l’enceinte interne en opus spicatum, sans doute importé d’Orient par les Phéniciens, oriente vers une date haute (VIe-Ve s.), tandis que l’enceinte externe a été construite après l’invasion d’Agathocle. Cette dernière, en matériaux de construction hétérogènes, était pourvue de deux portes, quatre poternes et huit tours, sept quadrangulaires, une semi-circulaire. (427) Fariselli A.C., Sulla simbologia di alcuni documenti neopunici, dans L’Africa romana, XIX, 1, p. 175-188, ill. La découverte d’un petit lot de stèles néopuniques, dans la nécropole nord d’Henchir Ghayadha, publiées en 2008 (A. Limam, voir B.A.A.A., XLII (2008), 2014, n° 752) incite à un nouvel examen de symboles, comme le triskèle, originaire de Sicile et présent dans la Tunisie centro-orientale. Il pourrait avoir été apporté depuis Syracuse par des réfugiés, à l’époque d’Agathocle et de Hiéron. (428) Chaïd Saoudi Y., Contribution à la connaissance des faunes préhistoriques de l’Algérie, dans Ikosim, I, 2012, p. 7-23, ill. On y a vu des antilopes, des équidés (nombreux), des bovidés et des hippopotamidés. Le bœuf aurait été domestiqué dans le nord du pays vers 4630 B.P. (environ 2600 av. J.-C.). Les animaux ont été mis en relation avec les humains. (429) Aïn-Séba N., L’art rupestre de l’Est constantinois : spécificités, chronologie, ibidem, p. 67-88. Cette esthétique est mal connue malgré la présence de sites importants, tels Khanguet el-Hadjar, Kef M’Saouar, Kef Damous et, plus récemment découvert, Kef Redjem, près de Sedrata. Il reste beaucoup de travail à faire, surtout dans l’analyse et plus encore dans la synthèse. (430) Laporte J.-P., Allées couvertes de la Kabylie du Djurdjura, ibidem, p. 89-114, 21 fig. Des allées couvertes originales, situées entre le Sebaou et la basse vallée de la Soummam, ont été fouillées. Elles font connaître des inhumations secondaires avec offrandes, notamment de céramique. Celle-ci, locale ou régionale, est complétée par 10 % d’importations, de la campanienne à enduit noir ; on peut grâce à elle dater ces constructions de la fin du IVe-IIIe s. av. J.-C. (431) Boudouhou N., Les monuments mégalithiques de l’Est marocain. État des recherches et nouvelles découvertes, dans L’Africa romana, XIX, 2, p. 1235-1248. Pendant longtemps, les historiens ont considéré que la partie orientale du Maroc actuel n’avait abrité aucun monument mégalithique. La découverte d’un ensemble à Jbel Mhisseur a incité à un nouvel examen de cette région. La thèse traditionnelle doit être abandonnée : le Maroc oriental n’est pas sans mégalithes (deux autres dolmens ont été repérés à Jorf el-Ouezzan).

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search