Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVI (2012)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

I – Généralités

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce chapitre, qui a coutume d’être volumineux, est complété par les études présentées par période.

A – Sources

Les sources littéraires qui se rapportent à une période précise seront évoquées à leur emplacement chronologique. Selon l’usage instauré depuis plusieurs années, la présente rubrique est ouverte par la géographie historique. (1) Ballais J.-L., L’Aurès ou les Aurès. Réflexions d’un géographe sur un pluriel singulier, dans Aouras, VII, 2012, p. 95-107, 4 tabl., 5 fig., s’intéresse à la dénomination de la région, à travers les sources anciennes (Procope), médiévales (arabes) et modernes, en observant qu’il y a alternance entre le singulier et le pluriel. Chez les Français le singulier domine à la suite de l’Aurasion de Procope, chez les Algériens, il y a équilibre. Quant au sommet que Procope décrit, il ne correspond pas à l’Aurès, mais au pied sud du djebel Chélia, le fossé de Médina. Étant donné la topographie générale de la région, le pluriel convient mieux que le singulier. (...

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search