Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVII (2013)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

IV - L’Afrique du haut-empire

Texte intégral

1Nous renouons à présent avec l’abondance et, cette année encore, Apulée se détache très largement ; l’épigraphie est reine également tandis que les premières œuvres chrétiennes amorçaient à l’époque un nouveau paysage littéraire.

A. Sources

2Concernant la littérature, la B.A.A.A. propose toujours les auteurs classiques avant les chrétiens, et cette année ils ne sont pas très nombreux. Virgile est bien sûr présent avec trois belles publications, et Didon reste une source d’inspiration inépuisable. (369) Virgile. Énéide, illustrée par les fresques et les mosaïques antiques, trad. Chouet M. suivie du texte latin, Paris, 2013, 485 p., ill., est un écrin de choix pour un poème qui a marqué toute une culture. (370) Virgile, Énéide, texte établi par Perret J., introd., trad. et notes Veyne P., Paris, 2013, vol. 1, 343 p., vol. 2, 420 p, index. Cette édition bilingue propose une traduction originale et vivante du texte que la brève introduction qualifie de « roman historique ». Des notes infrapaginales, un index des mots latins et un index nominum complètent les deux volumes. (371) Seider A.M., Memory in Vergil’s Aeneid. Creating the past, Cambridge-New York, 2013, X-229 p., index, étudie le rôle joué par la mémoire d’un traumatisme, la chute de Troie, dans la reconstruction du héros et de sa communauté, et dans l’élaboration d’un projet tourné vers le futur, qui ait un sens pour les générations à venir. Le ch. 3, « A personal affair : Memories of Dido » (p. 96-123) est centré sur la mémoire conflictuelle qu’Énée et Didon avaient l’un et l’autre de leur relation. (372) Lovatt H., The eloquence of Dido : exploring speech and gender in Virgil’s Aeneid, dans Dictynna, X, 2013 (non paginé, en ligne), s’intéresse à la place du discours des femmes dans les épopées romaines à partir de l’analyse stylistique des discours de Didon en tant que femme de pouvoir dans l’Énéide (livre 1), en les comparant avec ceux du roi Latinus (livre 7). (373) Ziosi A., Il pudor di Didone e i due pudori di Heroides VII 97s., dans Griseldaonline, 2013, XIII, non paginé. Cette étude littéraire analyse les modèles qui ont inspiré la pudeur de Didon, puis la pudor dans la littérature latine postérieure à Virgile - en particulier les Heroïdes d’Ovide. (374) Van Nortwick T., Woman Warrior ? Aeneas’ Encounters with the Feminine, dans Roman Literature, Gender and Reception. Domina illustris, New York – Londres, 2013, p. 137-152. L’Énéide a été comprise par divers savants comme l’illustration d’un nouveau paradigme romain de virilité. En même temps, le poème est animé par les rencontres du héros et de plusieurs personnages féminins au caractère affirmé, dont Vénus et Didon, qui a réussi ce que le héros doit accomplir, c’est-à-dire construire une nouvelle cité, devenue florissante. De Silius Italicus, on a retenu la compagne de Didon (mais voir aussi dans la section dévolue aux guerres puniques). (375) Fucecchi M., With (a) God on Our Side. Ancient Ritual Practices and Imagery in Flavian Epic, dans Ritual and religion in Flavian Epic, p. 17-32, s’intéresse au transfert des divinités à travers plusieurs exemples de translatio deorum dans les poèmes de l’époque flavienne. Parmi eux, l’a. consacre un paragraphe à la nymphe Anna Perenna dans l’œuvre de Silius Italicus, qui est partie de Carthage pour s’installer en Italie. (376) Marks R., Reconciliable difference. Anna Perenna and the Battle of Cannae in the Punica, ibidem, p. 287-301. La personnalité de la nymphe, qui a quitté Carthage après la mort de Didon, est ambivalente. Elle apparaît dans le poème au moment où Junon lui demande d’encourager Hannibal à marcher sur Cannes alors qu’elle n’est plus carthaginoise mais une nymphe honorée en Italie. Elle possède donc deux identités et elle est une figure du changement, de la transition, comme le suggère aussi sa fête qui se déroule aux Ides de mars (Ovide, Fasti, 3, 543-656), mois de la transition, des commencements. Avec Fronton, nous abordons une littérature de cour plutôt qu’un témoignage sur l’Afrique. (377) Fabi A., Gli interventi di Timpanaro sul testo di Frontone, dans Sileno, XXXIX, 1-2, 2013, p. 167-182, rés. lat. À l’encontre de la tendance à la normalisation du vocabulaire de Fronton pratiquée par M.P. I. Van dem Hout, il faut reconnaître le mérite de S. Timpanaro à maintenir les formes archaïsantes voulues par Fronton, car elles correspondent à une tendance de son époque. Parmi ses relectures des manuscrits des lettres de Fronton, plusieurs ont été définitivement adoptées par des éditeurs ultérieurs. (378) Poignault R., Exercices rhétoriques dans la correspondance de Fronton, dans Cahiers des études anciennes, L, 2013, p. 17-65. Pour Fronton, la rhétorique est indispensable. Elle s’acquiert en faisant des exercices et des lectures. Elle sert à acquérir non seulement une formation technique, mais aussi une formation morale - il est dit d’ailleurs que l’éloquence est à la source des vertus - et elle est même utile pour une formation de général. Pour que l’expression de Marc Aurèle fût à la hauteur de ses pensées, il lui faisait faire des exercices et cet enseignement a été efficace, comme on le constate dans son ouvrage. (379) Wei R., Fronto and the Rhetoric of Friendship, ibidem, p. 67-93. L’amicitia est souvent considérée comme l’expression d’une relation asymétrique, une façon de marquer une hiérarchie sociale. Les lettres de Fronton sont réparties en deux groupes : celles qui sont destinées aux amis (Ad amicos) et les échanges avec la famille impériale. S’il existe un aspect rhétorique, il ne faut pas pour autant négliger les motivations plus profondes. (380) Taoka Y., Liminal women in Fronto’s letters, dans Classical Journal, 108, 4, 2013, p. 419-445. Les références faites aux femmes de leur entourage sont un révélateur des relations que Fronton entretenait avec Marc Aurèle.

3La production concernant Apulée écrase cette année encore tout le reste des publications, surtout le roman des Métamorphoses. Nous verrons tout d’abord les études textuelles et lexicales, puis l’intertextualité et divers thèmes. (381) Magnaldi G., La paro-la-segnale nel cod. Laur.plut.76.36 (L) di Apuleio filosopho, dans Lexis, XXXI, 2013, p. 347-356, 1 fig., propose plusieurs corrections aux textes philosophiques d’Apulée, le De deo Socrato et le De Platone, fondées sur le manuscrit cité dans le titre. (382) Piccione F., Sull’Assisiate 706 del De magia di Apuleio, dans Segno e testo, XI, 2013, p. 273-286, rés. angl., fait des observations sur le texte et la paléographie à partir de l’examen du manuscrit cité, datable du XIe s. (383) Graverini L., Due note al testo di Apuleio, dans Studi italiani di filologia classica, 4ª ser., XI, 1, 2013, p. 129-135, rés. angl., propose deux corrections. Dans Met., X, 25,1, lire cui minime par erat au lieu de quae minime pare erat ; dans Met., XI, 12, 1, ornatum peut être considéré comme apposé à sistru. (384) Whitehead B.N., Negitanummius ? Suggestion for an emendation of Apuleius’ Metamorphoses 10.21.8., dans Glotta, LXXXIX, 2013, p. 265-275, propose de remplacer le mot negantinummia, forgé par Apulée dans Met. X, 21, 2. (385) Fuentes Moreno F., La guerra y la Paz en Apuleyo, dans En Grecia y Roma. IV, p. 65-83, décrit le vocabulaire relatif à la guerre (substantifs, adjectifs, verbes) utilisé par Apulée comme métaphores. (386) Atkin J., Puella Virgo : Rites of Passage in Apuleius’ Metamorphoses, dans Intende, lector, p. 111- 122. L’a. considère la question de l’emploi dans les Métamorphoses des deux termes uirgo et puella dans l’optique d’une étude du genre à travers les deux personnages de Psyché et de Charité. Il en arrive à la conclusion que le passage de l’un à l’autre correspond à un rite de passage de l’adolescence à l’âge adulte, et ce concept anthropologique lui paraît être une clef pour comprendre l’ouvrage. (387) Harrison S.J., Framing the ass : literary texture in Apuleius Metamorphoses, Oxford-New York, 2013, X-293 p., index. Il s’agit de seize articles déjà publiés et mis à jour qui examinent les deux clefs de voûte du roman, la sophistication littéraire et l’intertextualité complexe. L’auteur évoque aussi un second aspect : les raisons qui ont conduit la génération précédente à s’intéresser à Apulée comme écrivain. (388) La Bua G., Quo usque tandem cantherium patiemur istum ? (Apul., Met. 3, 27), Lucius, Catiline and the « immorality » of the human ass, dans Classical Quaterly, n. s., LXIII, 2, 2013, p. 854-859. Peu après sa transformation en âne, Lucius essaie de redevenir un homme et s’adresse à la déesse Epona, patronne des quadrupèdes. Son esclave le prend comme un acte sacrilège et se dresse en défenseur de la déesse. La formule qu’il prononce alors est une parodie de celle qu’a prononcée Cicéron au Sénat le 8 novembre 63 av. J.-C. contre Catilina, et de Salluste, Cat., 20, 9. Mais Apulée substitue le mot cantherius (cheval hongre) à celui de Catilina. Cette double imitation est rare dans les œuvres antiques. (389) Id., Mastering oratory : the mock-trial in Apuleius’ Metamorphoses 3.3.1-7.1, dans American Journal of Philology, 134, 4, 2013, p. 675-701. Dans l’épisode de la fête du Rire, Apulée manipule plaisamment le rituel, la religion et la littérature, ce qui constitue un apport personnel du rhéteur. L’article examine la stratégie rhétorique et judiciaire adoptée par le procurateur et l’accusé, et note qu’Apulée a pris le Pro Milone de Cicéron comme modèle. Deux titres sur le décor avant ceux qui ont trait au mythe d’Amour et de Psyché. (390) König J., Landscape and reality in Apuleius’Metamorphoses, dans Construction (The -) of the Real and Ideal, p. 219-241. Le paysage joue un rôle important dans l’ouvrage, surtout les montagnes, et leur description suit deux fils directeurs. Le premier obéit à une conception rhétorique, stylisée ; il est une terre de mirages avec des références littéraires. Le second, diamétralement opposé au précédent, relève d’un sens aigu du paysage, de sa présence physique ; il joue un rôle majeur dans la représentation de la réalité et influe sur le comportement de l’homme ou de l’âne-homme. La destruction de la « montagne » à la fin du L. X figure comme un prélude à la rédemption par Isis. (391) Mcintosh G., Articulating the ineffable, structuring the abstract : Apuleius and Cupid’s domus regia, dans Revue des Études Latines, XCI, 2013, p. 170-190, rés. fr. Dans le conte d’Amour et de Psyché, Apulée décrit soigneusement la demeure du dieu (domus regia). Au-delà des rôles esthétiques et symboliques de la description du palais, il faut souligner l’importance narratologique du décor. Seuil de la dimension féérique, le palais est aussi le lieu dans lequel se nouent les diverses dimensions du conte et l’a. présente ainsi plusieurs pistes de lecture. (392) Zimmerman M., Mythical Repertoire and its function in Apuleius’ Metamorphoses, dans Intende, lector, p. 43-47. Les épreuves subies par Psyché avant de rejoindre le monde divin incitent à une comparaison avec celles d’Hercule. Différentes étapes se ressemblent, en particulier la visite au royaume d’Hadès. Cette constatation suggère une autre comparaison : on peut envisager que le héros du roman puisse devenir un personnage mythique acceptable. (393) Scippacercola N., Psiche e Venere Tesmoforiazuse ? Apuleio, Metamorfosi, 6, 10, ovvero del matrimonio con amore, dans Vichiana, 4e s., XV, 1, 2013, p. 14-33 ill., rés. angl. La comparaison entre la première épreuve à laquelle Vénus soumet Psyché dans Apulée, un passage d’Athénée sur les mystères éleusiniens (11, 476e-f) et les tablettes trouvées dans le sanctuaire de Perséphone à Locres en Italie, conduit à reconnaître chez Apulée une allusion aux cultes mystériques. Selon l’a., le conte représente aussi une hiérogamie conforme aux lois romaines et reflète la politique impériale en faveur du mariage. (394) Felton D., Apuleius’ Cupid considered as a Lamia (Metamorphoses, 5.17-18), dans Illinois Classical Studies, XXXVIII, 2013, p. 229-244. L’intrusion d’un serpent monstrueux dans le conte de Psyché a beaucoup intrigué les chercheurs. L’héroïne semble trop facile à se laisser convaincre par ses sœurs que son mari invisible est une sombre créature qui a l’intention de la dévorer. Sa crédulité, sa peur pourraient s’expliquer dans le contexte d’une croyance en un lamia, créature avec laquelle Apulée et ses lecteurs étaient familiers, nombre de mythes incluant des formes d’anguipèdes mâles, tels Typhaeus et Cécrops. Les études suivantes intéressent les derniers livres du roman. (395) Carver R.H.F., Between Photis and Isis : Fiction, Reality, and the Ideal in the golden Ass of Apuleius, dans Construction (The -) of the Real and Ideal, p. 243-274. le livre de Plutarque sur Isis est revendiqué par Apulée comme une référence et l’un de ses objectifs est de construire une continuité. Les dix premiers livres des Métamorphoses mêlent l’illusion, la violence et le vice jusqu’à un infanticide par une mère (X, 28) et une union contre-nature. Deux femmes dominent la vie du héros, Isis et Photis, qui l’initie aux voluptés serviles et évoque les unions inégales ; il n’y a pas de place pour elle dans la théophanie et l’initiation isiaque au L. XI. (396) Sabnis S., Donkey Gone to Hell : A Katabasis Motif in Apuleius’ Metamorphoses, dans Intende, lector, p. 177-199. L’épisode du moulin au L. IX constitue une forme de descente au figuré dans le voyage de l’âne Lucius, à partir de laquelle, sous une forme allusive, figurent des références à Homère et à Virgile. (397) La Barbera S., Il Dankgebet di Lucio (Apul., Met., 11, 25), dans Materiali e Discussioni per l’analisi dei testi classici, LXXI, 2013, p. 214-239, procède à un nouvel examen bibliographique du passage cité dans le titre, qui contient la prière de remerciement adressée à Isis pour avoir repris son apparence humaine et se rattache à l’arétologie. Puis l’a. compare ce texte à d’autres prières précédemment exprimées dans l’ouvrage (Met., XI, 2 et 5-6), avant de procéder à un commentaire linguistique et stylistique de cet extrait. Un appendice évoque l’œuvre de P. Danhauser, un humaniste du XVe s., et une prière à Marie qui offre des ressemblances avec celle adressée à Isis par le héros. (398) Schramm M., Zu Einheit und Intention von Apuleius’ Metamorphosen, dans Hermes, 141, 2, 2013, p. 171-191. Le livre XI des Métamorphoses est important pour déterminer la façon dont l’œuvre doit être considérée dans son ensemble. L’a. s’oppose dans l’article à une interprétation satirique de ce livre en montrant que l’initiation du héros Lucius est un signe qui montre qu’il a été choisi par les dieux, puisque, à chaque étape, il acquiert de nouvelles connaissances. L’ouvrage est donc considéré par l’a. comme une nouvelle didactique qui montre le bon et le mauvais modes de vie. (399) La Rocca A., Apuleio e gli ἐκκλησιασταί. Il linguaggio politico nel mondo ellenistico, dans Parole in movimento : linguaggio politico e lessico storiografico nel mondo ellenistico. Atti del Convegno internazionale, Roma, 21-23 febbraio 2011, édit. Mari M. et Thornton J., Pise, 2013, p. 207-219. Dans la démocratie de l’âge classique, le terme ἐκκλησιασταί désignait les citoyens en tant que membres actifs d’une assemblée populaire (ecclesia) comprise comme un organe délibératif au sens le plus large. L’auteur confronte cette notion avec des inscriptions grecques et avec un passage du Mund., 35, 365-367, d’Apulée. Il en conclut que la cité grecque hellénistique était pour Apulée un monde politique particulier où les organismes de délibération étaient doubles : on y observe à la fois la place prépondérante des élites, mais aussi la participation diffuse des citoyens qui avaient le droit et la possibilité de contribuer à l’élaboration des décisions communes. Le dernier titre fera la jonction avec la littérature chrétienne. (400) Ramelli I.L.E., Apuleius and Christianity : The Novelist-Philosopher in front of a New Religion, dans Intende, lector, p. 145-174. La présence d’allusions au christianisme dans les écrits d’Apulée conduit à penser que ce dernier a choisi parmi les quelques accusations antichrétiennes les plus répandues à son époque. Il convient aussi de remarquer que, à la fin du Ier s. et au cours du IIe s., trois romans ont vu leur héros transformé en âne, précisément à un moment où les chrétiens sont accusés d’adorer un homme sous la forme d’un âne.

4La littérature chrétienne s’illustre surtout avec Tertullien, à titre execptionnel Lactance et un peu Cyprien, puisque les publications relatives à Perpétue connaissent un léger repli cette année. Tertullien s’invite avec la réédition d’une étude magistrale sur la culture classique de l’auteur. (401) Fredouille J.-C., Tertullien et la conversion de la culture antique, Paris, 2013, 557 p. Il s’agit d’une réimpression à l’identique de l’ouvrage paru en 1973, complété par la bibliographie de l’auteur. Viennent des études sur quelques unes des œuvres de Tertullien, toutes marquées précisément par l’influence de la formation classique. (402) Torres J., Refutatio et persuasio en las obras apologéticas de Tertuliano, dans Officia oratoris, p. 137-165, analyse trois œuvres de Tertullien, l’Apologeticum, Ad Nationes et Ad Scapulam, et arrive à la conclusión que la refutatio et la persuasio sont les caractéristiques qui définissent le mieux la production de cet auteur. (403) Mattei P., Spectacles des derniers temps : Tertullien, De spectaculis 30. Texte et traduction. Commentaire, dans Vita Latina, 187-188, 2013, p. 274-292, rés. angl., donne une traduction du chapitre 30 du texte de Tertullien et le commente en insistant sur des aspects non développés dans l’édition de M. Turcan (Sources chrétiennes, 332, 1986). Ce texte violent traduit moins le ressentiment et la vengeance que la joie devant le rétablissement de la vérité chrétienne. On peut discerner deux sources d’inspiration, l’Apocalypse et les auteurs tragiques de l’époque impériale. (404) Chapot F., Tertullien, De pallio : le conflit des interprétations, dans Revue des Études Latines, XCI, 2013, p. 191-210, rés. angl. L’ouvrage pose de nombreuses difficultés, ce qui a donné lieu à des lectures divergentes, qui ont le mérite de faire apparaître des facettes différentes de l’œuvre. Il semble qu’on peut s’accorder à y reconnaître un protreptique chrétien. Fidèle à des raisonnements et à des procédés de son temps hérités de la Seconde Sophistique, Tertullien renverse l’échelle des valeurs traditionnelles entre la toge et le pallium. Le manteau grec du philosophe, qui signifie un idéal de simplicité et de vérité, ne se retrouverait que dans le christianisme. (405) Turcan M., Quand, pour qui, pourquoi le De pallio ? : ou de l’intérêt de lire les textes avant de les interpréter, dans Vita Latina, 187-188, 2013, p. 267-273, rés. angl. L’a. revient sur deux points à propos de ce texte de Tertullien, objet de nombreuses controverses : la date et les motivations de son auteur. La date correspond au moment où trois empereurs règnent ensemble, c’est-à-dire en 209-211, et il n’est nul besoin de chercher une datation antérieure ou postérieure. Quant au but poursuivi par Tertullien, il apparaît que l’adoption du pallium lui ait donné une forme de liberté qui lui permettait de s’abstraire de la vie publique. (406) Goldlust B., L’esthétique baroque de Tertullien dans le De pallio : échappées stylistiques et structures éclatées, dans Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LIX, 1, 2013, p. 1-21. Après une mise en contexte théorique sur la notion de baroque (et notamment sur celle de « baroque patristique ») et une prise de position en faveur de l’hypothèse de M. Turcan qui assigne au De pallio la date de 209, l’a. propose une étude stylistique des traits d’écriture qui, dans ce traité de Tertullien, peuvent relever d’une esthétique baroque, en particulier une écriture de l’éclatement et du contraste. Ce goût pour le contraste correspond particulièrement bien au thème du changement universel que Tertullien met en avant dans cette oeuvre afin de justifier son abandon de la toga romaine au profit du pallium grec. L’a. montre par ailleurs que les exemples choisis par Tertullien dans son traité accordent une large place aux figures du bestiaire baroque (paon, serpent, caméléon). (407) Wysocki M., Fides in regula posita est, habet legem et salutem de observatione legis (Tert., Praescr. 14). Legal description of the faith by Tertullian-preparing for Constantine’s turn and Ecclesiastical law ?, dans Lex et religio, p. 485-496, rappelle que Tertullien utilise à de nombreuses reprises les termes lex et ius, et il montre quels usages il en fait : religio et lex y apparaissent très liées. (408) Saudelli L., Le Socrate de Tertullien, dans Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LIX, 1, 2013, p. 23-53. L’a. se propose de fournir un aperçu général du témoignage de Tertullien relatif à Socrate. Il examine tout d’abord les propos de cet auteur relatifs à la vie et à la mort du philosophe. Il s’intéresse ensuite à plusieurs points de la doctrine de Socrate auxquels se confronte Tertullien, avant de consacrer la dernière partie de son étude au thème du démon de Socrate, qui a tout particulièrement intéressé l’écrivain de Carthage. Il apparaît ainsi que l’attitude de Tertullien à l’égard de Socrate varie en fonction des besoins particuliers de son propos : parfois favorable – mais uniquement en apparence –, elle est bien souvent explicitement hostile à l’égard du philosophe. (409) Casaux M., La gens isiaque chez Tertullien, dans Studi e materiali di storia delle religioni, LXXIX, 2, 2013, p. 463-492, rés. angl. Le témoignage de Tertullien est souvent invoqué lorsqu’il s’agit des cultes dits orientaux : il cite trente fois les dieux de la famille isiaque, ce qui est, somme toute, assez peu par rapport à l’ensemble de son œuvre, mais ces dieux sont les plus souvent mentionnés en matière de religion « orientale ». Tertullien les a utilisés naturellement dans un contexte argumentatif et polémique, et les informations sont tronquées, incomplètes, rarement historiques. L’a. les a classées selon différents thèmes, mais au final le couple Isis-Sérapis est ressenti comme romain par Tertullien ; il n’en est pas de même pour les autres membres de la famille isiaque. Que ferions-nous sans Perpétue ? Sa Passion est examinée à travers un thème original, avec (410) Weiß A., Perpetua als Anti-Amazone, dans Amazonen zwischen Griechen und Skythen : Gegenbilder in Mythos und Geschichte, édit. Schubert C. et Weiß A., Berlin-New York, 2013, p. 137-150. Dans le cadre du thème de l’ouvrage, l’a. s’intéresse naturellement à la dernière vision de Perpétue dans laquelle elle se bat contre l’Égyptien. Ce qui la distingue des Amazones est le fait qu’elle triomphe dans son combat avec un homme. Il faut aussi rappeler qu’il existait à Rome des femmes gladiateurs, comme le prouvent des sénatus-consulte, des passages de Tacite et de Martial et des bas-reliefs. Perpétue ne se bat pas comme une amazone ou une femme gladiateur, mais selon les règles du pancrace. (411) Gold B.K., « And I became a man » : gender fluidity and closure in Perpetua’s prison narrative, dans Roman Literature, Gender, and Reception, édit. Lateiner D., Gold B.K. et Perkins J., New York-Londres, 2013, p. 153-165. L’auteur revient sur la phrase célèbre de Perpétue qui raconte que, dans la vision de son combat contre l’Égyptien, elle s’est vue transformée en homme (Passion de Perpétue et de Félicité, 10, 7). L’aspect transgressif du comportement de Perpétue est étudié en relation avec celui, ascétique, assigné aux femmes à cette époque, puis l’auteur examine le cadre narratif du récit. L’ambiguïté du genre se poursuit jusqu’au bout du texte de Perpétue, mais à la fin, lors de son martyre, elle se comporte à nouveau selon les conventions du genre. (412) Cooper K., A father, a daughter and a procurator : authority and resistance in the prison memoir of Perpetua of Carthage, dans Gender and the city before modernity, édit. Foxhall L. et Neher G., Chichester, 2013, p. 195-212, 1 fig. Perpétue se détache de sa famille biologique pour s’intégrer dans une famille de la foi, comme le montre sa préoccupation pour son bébé au début de son emprisonnement. Mais le texte ignore le père, d’où l’hypothèse que sa relation à son mari ait été reconsidérée au moment de sa conversion et ait peut-être été brisée. D’autre part, ses réponses au tribunal suggèrent qu’elle a connu une profonde transformation et acquis le pouvoir de s’imposer, même au plus effrayant des hommes, i.e. le procurateur ; il est clair, selon l’a., qu’elle a conscience que le nouvel ordre chrétien peut se construire uniquement contre les autorités romaines. Minucius Felix n’a intéressé, cette année, que (413) Bracci F., Il linguaggio di Minucio Felice : fra dialogo filosofico e disputa religiosa, dans Controversie, dispute letterarie, storiche, religiose dall’antichità al Rinascimento, édit. Larini G., Padoue, 2013, p. 147-165. Si le titre résume bien le contenu, on peut ajouter cependant que l’œuvre, stylistiquement très classique grâce à l’influence des dialogues cicéroniens, est une des rares où l’apologétique s’exprime sous forme de dialogue. Ces caractéristiques s’expliquent par le caractère précoce de l’ouvrage dans la littérature chrétienne latine. Voyons à présent Arnobe et son élève Lactance. (414) Champeaux J., À l’école de Varron : Arnobe et les Indigitations, dans Polyphonia Romana, p. 743-753. Les Indigitations sont l’une des cibles favorites des apologistes latins, pour qui ces divinités fonctionnelles, dont l’action se réduit à ce qu’exprime leur nom, dégradent l’idée de la divinité. Leur utilisation par Arnobe est peu connue : on les trouve surtout au début du livre 4, précédées d’une esquisse au livre 3. Arnobe en donne le nom, l’étymologie et la fonction. Quant à sa source, il dit la tenir de Varron. Plusieurs de ces noms sont communs à Tertullien et Augustin, ce qui garantit leur authenticité. Il faut sans doute accorder à Arnobe autant de crédit qu’à ces derniers : il est une source à part entière pour la connaissance du polythéisme. (415) Ciarlo D., La vera legge in rapporti alla vera religione nell’apologetica di Lattanzio, dans Lex et religio, p. 511-520. L’a. propose une réflexion sur les rapports entre loi et religion dans l’oeuvre apologétique de Lactance (Institutions divines et Épitomé). Pour celui-ci, la loi divine, celle qu’applique la « vraie religion », surpasse la loi et le droit civils ou devrait le faire dans une société idéale. (416) Meinking K.A., Anger and Adjudication : the political Relevance of De ira Dei, dans Journal of Late Antiquity, VI, 1, p. 84-107. Écrit peut-être en 316 apr. J.-C., l’ouvrage de Lactance est en relation directe avec la situation politique de son temps. Il soulève la question du maintien et de l’exercice de l’autorité impériale, puisque Constantin, comme empereur, tend à s’ériger en juge suprême, mais en tant que chrétien, il doit céder sa position à Dieu, ce qui aurait influencé son attitude dans la querelle donatiste [rappelons toutefois que la conversion de Constantin fait partie des débats en cours]. (417) Gosserez L., Le phénix dans Lactance : naissance de l’élégie triomphale, dans Phénix (Le -) et son autre, p. 119-146, 1 fig. L’orientation du poème de Lactance intitulé De aue phoenice se révèle plus politique qu’apologétique dans la présentation du phénix. Cette élégie de 85 distiques, riche de réminiscences classiques et chrétiennes, s’appuie davantage sur les convergences que sur les divergences entre les polythéistes et les chrétiens. Lactance néglige les deux citations bibliques de l’oiseau et les deux premiers vers sont empruntés à Ennius citant l’épitaphe de Scipion. Bien qu’on ignore la date exacte de sa composition, Lactance a rédigé ce poème dans un moment où se diffusaient le néo-platonisme, le stoïcisme ainsi que le culte d’Apollon, dont Constantin a été un adepte. L’oiseau devient ainsi l’attribut du nouveau dieu officiel, le soleil, le commencement et la fin, le temps et l’éternité. (418) Id., La femme-phénix et la temporalité chrétienne, ibidem, p. 229-243, 4 fig., mentionne Lactance à propos de la fontaine du jardin qui évoque la cuve baptismale d’où s’échappent les eaux vives du baptême ; il met cette image en relation avec le plan centré des cuves baptismales paléochrétiennes, dans lesquelles les nouveaux chrétiens sont plongés pour renaître à une vie nouvelle. Ce thème reste cependant secondaire chez Lactance par rapport à sa réflexion sur la monarchie. Cyprien est un autre ténor de l’époque, et comme on ne prête qu’aux riches, il a droit à des « faux ». (419) Ciccolini L., La Controverse de Jason et Papiscus : le témoignage de l’Ad Vigilium episcopum de Iudaica incredulitate faussement attribué à Cyprien de Carthage, dans Les dialogues Adversus Iudaeos. Permanences et mutations d’une tradition polémique. Actes du colloque de Paris-Sorbonne (7-8 décembre 2011), édit Morlet S., Munnich O. et Pouderon B., Paris, 2013, p. 159-174. L’Ad Vigilium se présente comme la préface de la traduction latine d’un dialogue grec non conservé. Il n’est pas facile de cerner le contexte de la lettre ; elle fut sans doute écrite en Afrique, et sans doute dans un contexte de persécution. Il faut donc prendre en compte ce texte lorsqu’on s’interroge sur la fonction dévolue aux dialogues adversus Iudaeos. (420) Lotito A.M., Considerazioni ulteriori sulla lingua del De aleatoribus, dans Auctores Nostri, p. 81-149. L’a. étudie dans cet article la langue du De aleatoribus, en s’appuyant sur l’analyse des caractères morphologiques, syntaxique et stylistiques de cette oeuvre pseudo-cyprianique. Il en conclut que la langue de ce texte n’est pas particulièrement incorrecte et que son style ne manque pas d’efficacité. (421) Capone A., Lectio Cypriani : De opere et eleemosynis, dans Classica et christiana, VIII, 2, 2013, p. 423-440, rés. angl. et roumain. Le contenu du traité est simple, mais la question de sa datation et celle des destinataires restent en suspens. L’a. tente à son tour de l’interpréter et, dans cette perspective, Augustin apparaît important, car il cite des extraits de l’œuvre dans divers contextes et avec différents objectifs. (422) Gil Tamayo J.A., Obras completas de San Cipriano. 1, Testimonios a Quirino ; A Donato ; La unidad de la Iglesia católica ; La oración dominical ; La condición mortal del hombre ; A Demetriano ; Sobre los bienes de la paciencia ; Cartas, Madrid (Biblioteca de autores cristianos, 717), 2013, CLII-980 p. L’auteur offre une excellente introduction à cette édition bilingue à propos du contexte africain, des origines de l’Église africaine, de la biographie de Cyprien et il présente une étude détaillée de chacun des ouvrages (423) Brandli A., Fratres et inimici Christianorum : Cyprian von Karthago im Spannungsfeld zwischen christlicher Nächstenliebe und kirchenpolitischer Feindschaft, dans Museum Helveticum, LXX, 1, 2013, p. 74-101, rés. angl. Dans le De ecclesiae catholicae unitate, Cyprien soutient que les chrétiens loyaux envers Dieu et leurs évêques devraient être unis dans la fraternité et la charité. Mais, en même temps, il considère que ceux qui ont défendu des positions différentes des siennes ou y ont adhéré sont des inimici, en contradiction avec cet idéal. L’auteur établit ensuite une comparaison avec Cicéron, qui a procédé de façon identique avec ses opposants, qualifiés d’ennemis de la res publica. (424) Madau D., La controversia tra Cipriano e Stefano sul battesimo degli eretici : qualche riflessione, dans Gregi Christi ministrantes, p. 113-136, revient en détail sur les sept lettres de Cyprien qui documentent la controverse sur le baptême, ainsi que sur des passages du Ad Donatum. Dans le chapitre 11 du De Unitate ecclesiae catholicae est niée pour la première fois expressément la validité du baptême administré par des hérétiques, thème repris par Cyprien dans sa polémique avec le pape Étienne. Ce dernier avait une conception plus large de l’unité de l’Église et une plus grande ouverture d’esprit à propos des hérétiques. (425) Veronese M., Quid gloriosus Danihele ? Il ruolo di Daniele nella predicazione di Cipriano, dans Auctores Nostri, p. 265-279. L’a. étudie les nombreuses références que fait Cyprien à la figure de Daniel : ce prophète fournit un exemple pour la communauté de Carthage, elle aussi confrontée aux persécutions, à la peste et au risque d’apostasie.

5L’épigraphie est une source capitale pour la connaissance de l’Afrique durant le Haut-Empire, et sa place est confirmée une fois de plus. Une courte notice et un article font le point sur des carrières. (426) Bernard G., La carrière de M. Nonius Macrinus et les incursions maures en Bétique sous le règne de Marc Aurèle, dans Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXIV, 2013, p. 295. L’inscription , 2007, 257, qui fait connaître le début de la carrière de Macrinus, pose plus de problèmes qu’elle ne permet d’en résoudre ; les travaux qui lui ont été consacrés compliquent la situation. (427) Eck W. et Pangerl A., Ein consul suffectus Q. Aburnius in drei fragmentarischen Diplomen, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 185, 2013, p. 239-247, ill., publient un nouveau diplôme militaire et en datent deux autres, issus d’une constitution d’Hadrien et concernant des soldats en Dacie inférieure : ce qui permet de dater précisément le consulat suffect de C. Bruttius Praesens, qui fut proconsul d’Afrique au milieu des années 130. Il exerça cette fonction en 121 en même temps que Q. Aburnius Caecidianus. Nous présentons en premier lieu les études thématiques avant de passer en revue les découvertes ou les travaux intéressant les sites, d’est en ouest. Le thème principal intéresse la vie municipale, du point de vue institutionnel et religieux. (428) Briand-Ponsart C., Les relations entre le populus et l’ordo decurionum en Africa pendant le Haut-Empire (fin du Ier s. av. J.-C.-début du IVe s. apr. J-C.), dans Senados municipales y decuriones en el occidente romano, édit. Melchor Gil E., Pérez Zurita A. et Rodríguez Neila J.F., Séville-Cordoue, 2013, p. 237-268. Les citoyens ont participé à la vie municipale dans les cités de l’Africa. En plus d’être associé aux décisions du sénat local, le populus pouvait faire pression pour que ce dernier adopte un certain nombre de mesures, par exemple honorer un bienfaiteur, ou en intervenant lors d’élections. Quelques inscriptions indiquent l’existence de négociations entre l’ordre des décurions et la communauté civique. Ces pratiques sont probablement issues de la conjonction entre une tradition locale et les institutions romaines. (429) Dupuis X., Fêtes décennales et vicennales dans l’épigraphie africaine, dans Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXIV, 2013, p. 295-296, montre que les inscriptions consacrées à ces fêtes sont plus nombreuses qu’on ne l’a cru et propose des références supplémentaires à celles qui se trouvent dans les listes habituelles. (430) Selmi S., Flamines provinciae Africae (contribution à l’étude des prêtres provinciaux africains sous le Haut-Empire romain), dans Les cahiers d’histoire et d’archéologie [Libreville, Gabon], 15 juin 2013, p. 31-50. La province d’Afrique est étendue, dans cette étude, aux deux Maurétanies. On trouve une liste des prêtres concernés (p. 32-33). Ils représentaient la couche supérieure de la société, étaient attachés à la romanité et ils participaient à une religion également importante sur le plan politique. Le culte impérial fut desservi par des flamines (Ier siècle) puis par des sacerdotes (IIe-IIIe siècles) ; leurs carrières ne sont pas négligées (p. 43-48), ni leur origine géographique (p. 48-49). Ajoutons qu’il n’aurait pas été mauvais d’utiliser le livre de M.S. Bassignano, malgré ses faiblesses, pour quelques-uns de ces personnages. (431) Id., Remarques sur la titulature des empereurs morts, dans Kairouan et sa région, p. 197-203. En prenant comme point de départ une dédicace à Septime Sévère divinisé découverte à Assuras, moderne Zanfour (CIL, VIII, 1798 ; ILS 437) et en la comparant à d’autres textes littéraires et épigraphiques, l’auteur établit que le titre de diuus pouvait être accompagné des autres épithètes de victoire décernées du vivant de l’empereur. C’était pour Caracalla un moyen de montrer que la victoire appartenait à la dynastie. Les humbles ont également laissé des témoignages appréciables. (432) Coltelloni-Trannoy M., Langue grecque et bilinguisme (latin-grec) dans les épigrammes de l’Afrique antique, dans Société (La -) de l’Afrique romaine, p. 115-126, poursuit l’analyse des épigrammes grecques commencée en 2007 (B.A.A.A., XLI (2007), 2014, n° 553) en s’intéressant plus particulièrement ici aux formes adoptées par le bilinguisme, à la situation des stèles dans un espace funéraire latinophone et au rapport entre les textes grec et latin. La mise en page revêtait une importance réelle, car elle mettait en jeu la variation des écritures et l’occupation du champ épigraphique. Les deux langues interfèrent selon des modalités différentes. Les épitaphes d’enfants et de jeunes gens sont toujours des monolingues grecques, celles des adultes se répartissent entre bilingues et monolingues. Les bilingues présentent une grande diversité, montrant que les familles hellénophones étaient sensibles aux formes d’expression majoritaires, mais qu’elles restaient fidèles à un modèle culturel grec ou, du moins, qu’elles y prétendaient. Les ressources épigraphiques permettent de mieux connaître les sites anciens, en commençant par ceux de Libye. (433) Cenerini F., Il doppio nel doppio. Il caso dell’iscrizione dedicatoria del teatro di Leptis Magna, dans L’iscrizione e il suo doppio. Atti del Convegno Borghesi, édit. Donati A., Faenza, 2013, p. 79-89, 1 photo. L’a. reprend l’étude des inscriptions mentionnant Annobal Tapapius Rufus, donateur du théâtre de Leptis Magna à l’époque augustéenne. Les dédicaces sont similaires mais non identiques : elles diffèrent notamment dans leur mise en page et dans l’énoncé de l’onomastique et des fonctions de l’évergète. Pour l’a., ces textes manifestent l’expression d’une double identité, l’appartenance du donateur à la culture punique et son adhésion à la romanité. (434) Lefebvre S., La mémoire des damnati impériaux dans les espaces publics : l’exemple des Sévères à Lepcis Magna, dans Karthago, XXVIII, 2008- 2013, p. 29-78, 7 fig. Les bases portant le nom d’un damnatus connaissaient des sorts variés : elles pouvaient être laissées en place, réutilisées ou abandonnées dans un entrepôt. L’ensemble africain le plus important se trouve à Lepcis Magna, et l’a. étudie le cas de membres de la famille impériale concernés : Commode, Plautien et Fuluia Plautilla, Geta, Sévère Alexandre et Iulia Mammaea. Un catalogue épigraphique reprend les textes concernant ces personnages. Pour Commode, le dossier n’est pas assez étoffé pour motiver des conclusions. En revanche, Plautien et Fuluia Plautilla ont fait l’objet d’une application rigoureuse de l’abolitio memoriae malgré leur attache locale ; la rigueur fut aussi grande pour Geta, que ce soit dans les inscriptions où il était associé à un autre membre de la famille ou dans celles dont il était le seul dédicataire. Certaines inscriptions furent déposées dans un endroit discret, le temple nord de l’ancien forum. Le dossier apporte peu de renseignements sur Sévère Alexandre et sa mère. La Tunisie à présent. (435) Fantar M., Iulia Regula siue Stolata : une matrona neapolitana ?, dans Antiquités Africaines, XLIX, 2013, p. 215-217, ph. Une stèle de calcaire à sommet curviligne, ornée d’une pomme de pin flanquée de deux fleurs de lotus dans la partie supérieure évoque l’habit matronal (stola) d’une femme nommée Iulia Regina ; elle est datée de la fin du IIe ou du IIIe s. apr. J.-C. Malgré son emploi ici comme sobriquet, l’adjectif stolata pourrait exprimer une connotation morale et sociale, qui ferait de la défunte une femme digne et respectable. (436) Aounallah S., avec la collaboration de Maurin L., Le statut d’Hadrumetum à la fin de la République et sous le Haut-Empire romain, dans Africa, XXIII, 2013, p. 93-102. Plusieurs cachets sur tuiles portent la mention c i h pl / Fan For, qu’on peut développer en c (olonia) I(ulia) H(adrumetina) p (rima) l (ateraria ?) Fan (nius) For (tunatus), ce qui tendrait à prouver que la cité reçut une première promotion au rang de municipe à l’époque d’Auguste, avant sa promotion coloniale par Trajan. Deux émissions locales de semisses, datées de 12-10 av. J.-C. et mentionnant des duumvirs, vont à l’appui de cette hypothèse, qui recevrait un autre élément de confirmation avec les mutations des pratiques funéraires. (437) Mani T., Timbres sur amphores africaines mentionnant la cité d’Hadrumetum (Tunisie), dans Synergies Tunisie, II, 2010, p. 153-170, s’appuie sur un long catalogue. Toutes les amphores appartiennent au domaine classique ; sont représentées les formes Africaines I et II. Les abréviations du toponyme sont recensées (h, ha, hd, had, hadr, hadr, hadrv). Suivent quelques remarques sur l’onomastique des producteurs. Parmi les destinations connues, outre le nord de la Proconsulaire, sont concernés Rome, la Sardaigne, les Baléares, la Catalogne et le sud-est de la Gaule. (438) Bertolazzi R., From the CIL Archives : A new Statue Base of Julia Domna from Mustis (Tunisia), dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 184, 2013, p. 304-308, photo. À Mustis, une base de statue rectangulaire, en marbre local, dédiée à Julia Domna, a été trouvée en remploi dans la citadelle byzantine. Elle est identique à celle dédiée à Septime Sévère, et Iulia Domna y est associée à Fortuna Redux et à la fécondité. Cette association fréquente dans le monnayage semble unique à ce jour dans une inscription. (439) Christol M., Une famille de notables de Furnos Maius et la lettre 1 de la correspondance de Cyprien de Carthage, dans Hommes, cultures et paysages, p. 93-102. Cette inscription, qui date de la fin du IIe s. ou du début du IIIe s., doit être rapprochée de Cyprien, Epist. I. L’hommage rendu à Geminius Optatus Mucianus, qui a exercé les honneurs de la cité, montre que la famille appartenait à l’élite locale. Or la lettre de Cyprien rédigée quelques années plus tard évoque la désignation, par un Geminius Victor, d’un prêtre nommé Geminius Faustinus comme tuteur de ses enfants. Ceci est en contradiction avec les décisions prises par le concile épiscopal qui interdisaient aux clercs de devenir tuteurs. (440) Aounallah S. et Maurin L., Remarques sur la topographie rurale et urbaine du pagus et de la ciuitas de Thugga (Dougga, Tunisie), ibidem, p. 27-56. Les progrès des études sur les pagi de la pertica de Carthage, notamment l’étude des inscriptions, permettent désormais de fixer avec une certaine vraisemblance les limites de la cité, le domaine public qui fut attribué à chaque communauté à l’intérieur de l’agglomération urbaine, mais non de déterminer les portions du territoire qui revinrent respectivement aux deux communautés. Sous Commode, un rapprochement très net s’effectua entre les deux communautés, il aboutit à la création du municipe pendant le règne suivant. (441) Chaouali M., Une nouvelle inscription des carrières de Chemtou (l’antique Simitthus), dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 187, 2013, p. 305-309, 2 photos, fait part de la découverte, en 2011, sur la colline sacrée, à proximité du temple de Saturne, d’un fragment d’un bloc en marbre de Chemtou, qui a été déplacé. Le formulaire est similaire à celui des autres inscriptions de la carrière avec le nom de l’empereur, Marc Aurèle, Commode ou Caracalla, suivi du numéro d’extraction de chaque bloc, du nom de l’officine (chantier), de la date consulaire et des noms des employés de la carrière. Le numéro d’extraction indique le nombre de blocs extraits dans l’année. (442) Naddari L., Recherches sur la signification du termeemerita dans la nomenclature de la colonia Flauia Augusta Emerita Ammaedara (Haïdra, Tunisie), dans Antiquités Africaines, XLIX, 2013, p. 27-37, 2 fig. Six inscriptions provenant d’Ammaedara ou de ses environs et de cités plus éloignées invitent à revoir la signification de l’épithète Emerita. L’une d’elles mentionne le populus Emeritensis (, 2010, 1796), une autre peut-être un decurio Emer (itensis) (, 1994, 1842) et trois autres portent le mot Emerita (, 1987, 1039 (= ILPBardo, 44) ; , 1999, 1814 ; CIL, VIII 20804a). Ainsi, le nom de la cité aurait été dans un premier temps colonia Flauia Augusta Emerita. L’afflux de nouveaux habitants aurait entraîné l’ajout du toponyme local, Ammaedara, au début du IIe s. Dans un sixième texte (ILAlg., I, 3834), la proposition apparaît un peu moins convaincante. (443) Ben Abdallah Z. et Rocca E., Les inscriptions militaires d’Haïdra (Tunisie) dans le fonds Poinssot (INHA), ibidem, p. 39-66, 26 fig. En l’absence de vestiges du camp de la Troisième Légion Auguste, les 22 fiches des épitaphes de militaires conservées dans le fonds Poinssot de l’INHA apportent de précieux renseignements sur la présence de cette armée dans la cité : 13 sont publiées, 9 sont restées inédites. La plupart forment un groupe homogène qui correspond à une phase ancienne, du Ier ou du début du IIe s. apr. J.-C. Elles donnent aussi des informations sur les familles de ces soldats. (444) Mrozewicz L., Municipium Cillitanum. Des études sur l’urbanisation flavienne de l’Afrique du Nord, dans Studia epigraphica in memoriam Géza Alföldi, édit. Eck W., Fehér B. et Kovács P., Bonn, 2013, p. 241-248, 4 fig., attribue aux Flaviens, comme autrefois T. Kotula, le statut de municipe à Cillium. Selon l’auteur, dans la liste des soldats de Lambèse (CIL, VIII, 2568 = 18055, l. 46), le soldat C. Iulius Septiminus en serait originaire. Les Flaviens faisaient beaucoup d’efforts pour créer des bases militaires (castella) qui devaient, vers le sud, protéger les terrains fertiles de l’Afrique Proconsulaire. Par ailleurs, des traces nombreuses d’une colonisation flavienne apparaissent à Mascula, Aquae Flavianae, Vaizavi, Lambafundi, et un petit camp s’est installé à Lambèse. (445) Melmoth F., Poème funéraire. Le mausolée des Flavii de Cillium-Kasserine (Tunisie), dans L’Archéologue, 127, septembre-novembre 2013, p. 71-73, 3 fig., présente les deux carmina gravés sur le tombeau de Flavius Secundus et rappelle les hypothèses de J.-M. Lassère pour expliquer leur mise en page particulière. (446) Abid M., Nouvelles épitaphes latines païennes de la cité latine de Capsa (Gafsa) et de ses environs, dans Kairouan et sa région, p. 145-156, 11 fig., publie onze épitaphes, dont neuf sont conservées dans les réserves du musée, les deux autres sont en remploi, encastrées dans les murs de la Kasba. Elles forment trois ensembles : trois sont gravées sur des stèles à sommet pointu, une est gravée sur une stèle à sommet arrondi et le support des autres a été remanié. Elles font connaître 15 individus dont sept citoyens, trois Aelii qui complètent la liste déjà connue, un Cassius, un Creperius et un Valgius ; les autres sont des pérégrins. La mention dms et le style de l’écriture incitent à établir une datation de la fin du IIe-début IIIe s., peut-être un peu plus tard pour l’une d’elles (courant IIIe s.?). Nous passons à présent en Algérie. (447) Bertrandy F., Recherches sur l’onomastique de Khemissa, antique Thubursicu Numidarum (Afrique proconsulaire), aux trois premiers siècles apr. J.-C., dans Revue des Études Anciennes, 115, 2013, p. 417-443, étudie la nomenclature des habitants de Thubursicu Numidarum sous le Haut-Empire. L’enquête se fonde sur les 750 inscriptions connues pour ce site. 61 pérégrins sont répertoriés, pour lesquels on relève une imbrication des noms autochtones et des noms latins ou latinisés. Pour les citoyens romains, 132 gentilices sont connus, avec de nombreux Iulii, et l’on constate l’origine italienne de nombreux gentilices. Deux tribus sont attestées, la Quirina et la Papiria, témoins des deux phases de promotion, sinon de peuplement, de la cité, à la fin de la République et au début de l’Empire, puis lors du règne de Trajan avec l’octroi du statut municipal. Les cognomina ont été répertoriés, parmi lesquels les quatre plus fréquents sont sans surprise, Saturninus (37), Honoratus (19), Festus (17), Fortunatus (15). Enfin, on relève six cas de supernomina, dont trois libyques, un latin, attesté deux fois, et un d’origine grecque. L’a. souligne en conclusion la profonde originalité de l’onomastique de la cité. (448) Drici S., Les inscriptions du mausolée de Cedias (Khenchela), dans Ikosim, II, 2013, p. 85-90. Ces inscriptions (CIL, VIII, 17654) montrent que le propriétaire était attaché à la perpétuation de son nom et de la gloire de sa famille. En effet, il voulait construire un monument destiné à l’ensemble des siens. Les textes montreraient, en outre, les mouvements de population qui auraient caractérisé l’époque romaine. (449) Laporte J.-P., Kabylie (Algérie) : le retour de deux soldats maures dans leur foyer, dans Entre archéologie et épigraphie. Nouvelles perspectives sur l’armée romaine, édit. Bertholet F. et Schmidt Heidenreich C., Berne (ECHO, X), 2013, p. 213-222, publie deux stèles trouvées respectivement à 50 km au sud-est et 50 km au sud-ouest de Saldae (Bejaia). Sur la première, bilingue, datée du Ier s., le défunt, ancien soldat romain, indique ses deux noms, l’un libyque (mstlyn, à rapprocher de Mustelus, Musteolus) et l’autre latin (Crescentius), sûrement reçu lors de son recrutement dans l’armée. La seconde stèle se signale par une composition en trois registres superposés, fréquente chez les notables libyques romanisés. Au registre supérieur figure une femme nue devant un oiseau (Léda et le cygne ?) ; au registre médian, un cavalier tourné à droite et, au registre inférieur, un repas funéraire. Le nom du défunt, Lescig ou Lesgig, est probablement libyque. (450) Christol M., Une inscription du musée de Philippeville (Skikda) relative à l’aménagement de la route entre Rusicade et Cirta (CIL, VIII, 10311 et p. 2138). Caius Velleius Paterculus, légat de l’empereur, dans Antiquités Africaines, XLIX, 2013, p. 19-26, ill., a procédé à un réexamen de ce milliaire. Installé par le légat C. Velleius Paterculus sur la route reliant Cirta à Rusicade, il est le premier témoignage connu d’une intervention du légat de la Troisième légion Auguste après la réforme de Caligula. Le langage adopté montre une réelle autonomie par rapport au proconsul. (451) Briand-Ponsart C., La société cuiculitaine sous le Haut-Empire, quelques remarques, dans Société (La-) de l’Afrique romaine, p. 11-26. Ce mémoire comptabilise les civils et les militaires, analyse la composition du populus, des classes sociales inférieures et des notables, puis des clarissimes et des chevaliers, ce qui permet de conclure que Cuicul était « une petite cité provinciale ». Un tableau des magistrats et des prêtres ainsi qu’une bibliographie posent des bases pour une plus vaste enquête sociale, portant sur la province et l’Afrique dans son ensemble. (452) Lefebvre S., Le donateur de la bibliothèque de Timgad. Un hommage sorti de l’oubli, dans Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXIV, 2013, p. 296, est un résumé de son article publié dans Aouras, VII, 2012, p. 258-270 (B.A.A.A., XLVI (2012), 2018, n° 600). (453) Kolendo J., Płóciennik T. et Rzepkowski K., Ekphraseis of equestrian statues in ancient literature, dans Et in Arcadia ego. Studia memoriae professoris Thomae Mikocki dicata, édit. Dobrowolski V., Varsovie, 2013, p. 189-200, ill., reprennent l’étude d’une inscription métrique de Lambèse, gravée sur la base de la statue équestre de Medauros, dieu tutélaire de Risinium en Dalmatie. Cette statue a été érigée par le légat de la legio III Augusta, M. Lucceius Torquatus Bassianus, vers 167-169. Les auteurs apportent quelques corrections au texte de l’inscription par rapport à l’édition précédente (voir , 2011, 1769), reproduit en entier avec une traduction en anglais (B.A.A.A., XLIV (2010), 2016, n° 632). L’analyse permet de reconstituer l’aspect de la statue. Enfin le Maroc a également apporté sa pierre à l’édifice. (454) Brahmi N., Volubilis, de la cité maurétanienne au municipe romain : ruptures et continuités religieuses, dans Hommes, cultures et paysages, p. 79-92. Le passage du statut de cité pérégrine à celui de municipe s’est traduit, du point de vue religieux, par l’introduction du flaminat et du flaminicat, illustré par le couple Fabia Bira-M. Valerius Severus. En revanche, il ne se perçoit guère dans l’architecture religieuse. (455) Salway B., Tabula banasitana, dans The Encyclopedia of Ancient History, XI, édit. Bagnall R.S. et alii, Malden (MA)-Oxford, 2013, p. 6500-6501, donne une courte description du dossier avec les deux octrois successifs de citoyenneté à quelques années d’intervalle au chef de la tribu des Zegrenses et à sa famille pendant le règne de Marc Aurèle. (456) Pons Pujol L., Omnia a Sulpicio Felice optumo rarissimoq (ue) praefecto Salenses habere (IAMlat., 307.3). Historiografía e interpretaciones sobre la actuación de Marcus Sulpicius Felix en Sala, dans Société (La -) de l’Afrique romaine, p. 103-114, revient sur les interprétations passées du décret des décurions, qui forme la troisième partie de l’inscription de M. Sulpicius Felix, avant de s’attacher à plusieurs passages pour en préciser deux éléments. Les lignes 9-10, confortées par les l. 15 (armaturae) et 16 (militum), montrent que M. Sulpicius Felix était bien un militaire, qu’il était sous les ordres du gouverneur. L’annone dont il est fait mention à la l. 15 serait militaire d’après l’a. Les l. 27-28 explicitent la fonction du second décret : il visait à se mettre en conformité avec la loi, les noms des légats envoyés auprès du prince devant être approuvés par l’ordre des décurions. Et c’est aussi le Maroc qui a fourni la seule étude de numismatique. (457) Arévalo González A. et Moreno Pulido E., El aprovisionamiento monetal romano en Tamuda : antiguas y nuevas excavaciones arqueológicas, dans Tamuda, p. 403-429. Les auteurs ont étudié le numéraire trouvé dans l’ensemble des fouilles archéologiques de Tamuda. Ils attirent l’attention sur le fait que le site n’a pas fourni de monnaies au-delà du IIIe s. apr. J.-C.

6L’archéologie semble avoir compté moins de publications qu’à l’habitude, mais il faut bien sûr se reporter aussi aux Généralités. Nous commencerons par les mosaïques et une unique contribution qui porte sur les inscriptions musivales. (458) Redaelli S., (…) ut aeterna memoria nominis afficeretur (Hyg., Astr., 2, 5) : esempi di iscrizioni musive da alcune domus di Hadrumetum e Thysdrus (Bizacena), dans Sylloge epigraphica Barcinonensis, 2013, p. 335-350, 8 fig., insiste sur l’interaction entre le texte et l’image, ainsi que sur le contexte historique pour comprendre la signification des mosaïques et les quelques mots qui les accompagnent parfois, ce dont on ne doute pas. L’a. illustre son propos en prenant des exemples parmi plusieurs mosaïques découvertes dans des domus d’Hadrumète (fin IIe/début IIIe s.). Il annonce une étude similaire sur les maisons de Thysdrus. L’économie africaine est abordée par le biais de la céramique. (459) Capelli C. et Contino A., Amphores Tripolitaines anciennes ou amphores Africaines anciennes ?, dans Antiquités Africaines, XLIX, 2013, p. 199-208, 2 tab., 5 fig. Il s’agit des premiers résultats d’une recherche sur des amphores africaines précoces trouvées sur le Testaccio à Rome. Les résultats des analyses ne donnent pas de réponses définitives sur leur origine, mais plusieurs indices suggèrent plutôt une localisation en Tunisie septentrionale, tandis que la grande variabilité des pâtes laisse penser à des centres de production éloignés les uns des autres. On joindra à ce bilan général un cas plus particulier, (460) Ben Moussa M., Céramique, huile et Céréales dans la région de Souine-Bayoudh (Tunisie centrale), dans Kairouan et sa région, p. 67-102, 20 fig. Cette région constituait à l’époque romaine la frange occidentale de l’actuelle Kairouan, région de grands domaines. Les sites sont dominés par les structures oléicoles. L’étude de la céramique de surface et des vestiges de pressoirs, notamment la présence de jumelles et de plateaux de broyage, montre que la zone resta à l’écart des circuits commerciaux au début de l’Empire ; c’est le développement tardif de l’oléiculture qui l’intégra aux échanges provinciaux grâce au rôle économique que jouèrent la via Hadrumetina, la politique impériale et les aristocraties locales. La recension des sites commence par la Libye. (461) Mackensen M., Baubestand und Rekonstruktion der porta praetoria des severischen Vexillationskastells Myd (---)/Gheriat el-Garbia am limes Tripolitanus (Libyen). Grundlage für die Rekonstruktion mittelkaiserzeitlicher Militärarchitektur in den Nord-westprovinzen ?, dans Römische Wehrbauten. Befund und Rekonstruktion, édit. Flügel Chr. et Obmann J., Schriftenreihe des Bayerischen Landesamtes für Denkmalpflege, VII, 2013, Munich, p. 88-107, ill. Cet exposé, abondamment et très bien illustré, commence par un état de la question portant sur la période qui va de 1821 à 1988/1995. Un camp, appelé Myd[…], avait été installé à l’époque sévérienne pour une vexillation légionnaire. De nouvelles recherches ont été effectuées en 2009-2010 sur la porte prétorienne, et les fouilles ont été accompagnées par une tentative de reconstitution. Il semble qu’on puisse identifier un modèle tripolitain qui a peut-être été ensuite copié pour les camps situés en Europe. (462) Faust S., Ideological Messages and Local Preferences : The Imagery of the Severan Arch at Lepcis Magna, dans The Roman Empire during the Severan dynasty : case studies in history, art, architecture, economy and literature, American Journal of Ancient History, édit. De Sena E.C., Piscataway (N.J.), 2013, p. 493- 514, 8 fig. Il s’agit d’une description des différents thèmes représentés sur l’arc de Septime Sévère : vertus militaires, piété impériale, buts dynastiques, qualités divines et références aux dieux (l’empereur et Jupiter, Julia Domna et Junon). L’iconographie présente une série de scènes visant au panégyrique et véhicule des messages idéologiques variés. Quelques parallèles sont évoqués avec l’arc du même empereur à Rome. (463) Aiosa S., Rileggendo la Sabratha di Antonino Di Vita : riflessioni e proposte sul porto e la città, dans Mare Internum, V, 2013, p. 11-30, 7 fig. L’auteur insiste sur la question des constructions qui jalonnent le port, notamment la présence éventuelle sur le môle d’un portique, comme à Leptis Magna, et d’un temple d’Isis. De petites embarcations auraient fait la navette entre la pleine mer et le port. Il évoque aussi la question d’une grande enceinte qui, selon A. Di Vita, 1982 (B.A.A.A., XVII (1982), 1987, n° 10), aurait pu servir de caravansérail et indiquer un courant commercial entre le sud et la mer, ainsi qu’un usage polyfonctionnel de l’amphithéâtre. (464) Id., Il tempio di Ercole a Sabratha : architettura e contesto urbano, Rome (Monografie di Archeologia Libica, 33), 2013, XXXV-232 p.-19 p. de pl., ill., plans. L’a. a rassemblé toute la documentation relative au temple d’Hercule à Sabratha en mettant l’accent sur les structures architectoniques, négligées dans le beau travail de G. Caputo et F. Ghedini, Rome, 1984. Il étudie le développement planimétrique et volumétrique de l’édifice, son rapport avec les autres bâtiments de Sabratha et de Lepcis Magna. Il redéfinit le temple à cour romano-africain et sa diffusion à l’époque des Antonins et des Sévères. Le volume comporte un catalogue détaillé des éléments architectoniques, qui sont en marbre de Proconèse ou en cipolin vert, Le temple s’effondra probablement pendant le tremblement de terre de 365 apr. J.-C. et la zone fut occupée par des maisons, puis des tombes. (465) Mandruzzato A., Postea ingressi sunt ut etiam aedificiorum figuras imitarentur : a proposito di una parete dipinta dalla Casa dell’Attore tragico a Sabratha, dans Mare Internum, V, 2013, p. 47-55, 7 fig. De nombreux fragments de peintures, où se reconnaissent des personnages, déjà évoqués par Aurigemma en 1962, ont été retrouvés dans une pièce de la maison dite de « l’acteur tragique ». L’a. en fait la description et propose la restitution d’un mur. La présence de décors constitués de panneaux entre des encadrements simples ou multiples est typique du milieu du Haut-Empire. Ces systèmes décoratifs, dans lesquels la scansion de la zone principale est de type modulaire, apparaissent caractéristiques de la Tripolitaine et de l’Africa. Ils marquent aussi l’adhésion des élites, qui sont les commanditaires, au modèle impérial. (466) Bonacasa N., Naukydes a Sabratha. Una replica con varianti del Hermes di Trezene nelle favisse del capitolium, ibidem, p. 31-40, 12 fig., s’intéresse à deux fragments d’une statue découverts dans une fauissa du capitole de la cité. D’après l’a., il faut les rapporter à une statue en bronze exécutée par Naukydès d’Argos (contra Caputo et Bartocini, 1950), connue par Pline l’Ancien, HN, XXXIV, 80, et dont une copie est conservée aujourd’hui à Athènes. Ces fragments de statue indiqueraient l’existence de relations entre l’Afrique du Nord et le Péloponnèse tardo-classique. En Tunisie, on verra d’abord (467) Guizani S., L’œcus « cyzicenus » de la maison des Masques à Sousse, dans Revue Tunisienne d’Archéologie, I, 2013, p. 77-91. Cette domus, fouillée au début des années 1960, est constituée d’une grande salle de réception entourée d’un jardin en forme de U que l’a. propose d’interpréter comme un œcus de type cyzicène décrit par Vitruve parmi trois autres types d’œci, corinthien, tétrastyle et égyptien : ceux-ci sont caractérisés par leur colonnade intérieure, tandis que l’œcus de Cyzique est largement ouvert sur un jardin. (468) Krimi H., L’hypogée de Bou H’ssina : un témoignage des rites et pratiques funéraires à Sousse à l’époque romaine, dans Société (La -) de l’Afrique romaine, p. 63-71. Après avoir rappelé les principaux acquis de l’ouvrage rédigé par L. Foucher sur Hadrumète, l’a. décrit une nouvelle découverte. Cet hypogée était localisé dans le cimetière romain. Il s’agit d’une salle rectangulaire au sol mosaïqué et comportant treize niches dans les parois, avec un lit funéraire et deux épitaphes, celle d’un Mussius Ingenus, et celle de M. Fadius Clarus. Elle a trouvé les traces de deux inhumations pour treize incinérations. La céramique va du milieu du IIe siècle à la fin du IIIe. (469) Scheding P., Der Kopf eines Satyrs Typus « Ludovisi » aus Simitthus (Chimtou, Tunesien), dans Kölner Jahrbuch, XLVI, 2013, p. 133-140, 14 fig. En 2010, lors des fouilles tuniso-allemandes sur le site, la tête de marbre blanc d’un satyre a été trouvée. La comparaison avec d’autres satyres a permis d’établir un rapprochement avec un groupe de sculptures en ronde-bosse, en se basant sur la cassure au niveau du haut de la tête, là où était posée la main de la ménade qui tire la tête du satyre et l’incline, et sur le traitement caractéristique des boucles de la chevelure : la tête pourrait être une réplique romaine du groupe érotique du type Ludovisi de l’époque hellénistique représentant un satyre et une ménade. (470) Roudesli-Chebbi S., Étude anthropométrique des ossements d’enfants provenant du site « Yasmina » Carthage, dans Africa, XXIII, 2013, p. 213-236, 24 fig., a poursuivi l’analyse des ossements de ce site (Ier-IIIe s.), dont la première partie concernait les adultes et adolescents (B.A.A.A., XLII (2008), 2014, n° 651) en s’intéressant aux enfants. Au total 15 individus, dont l’âge du décès est compris entre la naissance et 14 ans, ont été inhumés. Les relevés ne permettent cependant pas de préciser les pratiques funéraires de cette population. (471) Ben Romdhane H., Notes d’histoire et d’archéologie sur un site antique de la moyenne vallée de l’oued Kebir-Miliane : Hr Sidi Slimane, ibidem, p. 143-154, 12 fig., revient sur les questions topographiques et juridiques soulevées par une dédicace à un notable nommé C. Annaeus Quartianus (, 1989, 779) et fait part de la découverte d’un tombeau. À l’intérieur ont été trouvés le squelette d’une femme âgée d’environ cinquante ans et un cippe en calcaire décoré de bas-reliefs sur ses quatre faces. La face principale représente une femme tenant un récipient d’encens dans la main gauche, tandis que la main droite verse de l’encens sur un autel enflammé. Ces éléments, auxquels s’ajoutent les instruments du sacrifice, une corbeille de fruits, une truie pleine et un candélabre, militent en faveur d’un tombeau édifié pour une prêtresse des Cereres. (472) Ferjaoui A., Pailler J.-M., Darles C. et Bordes J.-L., L’approvisionnement en eau de Zama (Tunisie). Le barrage d’Aïn Jebour, dans Regards croisés d’Orient et d’Occident, p. 139-164, 32 fig. Des prospections entreprises depuis 2005 ont permis d’inventorier six aqueducs, approvisionnés par des sources situées entre 5 et 9 km de la ville antique. L’une d’elles, l’aïn Jebbour, au sud-ouest, est aménagée avec un barrage-voûte, très bien conservé, destiné au captage de la source ainsi qu’à la collecte des eaux de ruissellement. De là, l’aqueduc, pour rejoindre Zama, empruntait un pont qui fait l’objet d’une nouvelle étude détaillée, de même que son tracé qui aboutit aux trois grandes citernes de la ville. L’article est illustré de nombreux plans, coupes et restitutions. Et l’on passe l’Algérie pour se concentrer sur le Maroc. (473) De la O Vidal Teruel N. et Campos Carrasco J.M., La instalación militar de Tamuda en el contexto de las provincias mauritanas y otros ámbitos del imperio, dans Arquitectura militar, p. 265-297. Le cas de Tamuda et des castella espagnols oblige à remonter la chronologie relative à la construction systématique des camps en pierre : il faut la dater non plus de la fin du Ier s., mais du début ou du milieu de ce siècle. (474) Campos Carrasco J.M., Bermejo Melendez J. et alii, Nuevos datos cronológicos y constructivos sobre la muralla del castellum de Tamuda : el contacto entre horizontes, ibidem, p. 225-249, ill., publient les résultats de divers sondages réalisés le long du castellum : on constate que la muraille de l’époque claudienne fut construite en pierres de remploi provenant des structures de la ville punico-maurétanienne. (475) Bermejo Meléndez J. et alii, La porta principalis dextra del castellum de Tamuda. Problemática y funcionalidad ¿Puerta en recodo ?, ibidem, p. 145-172, est une analyse archéo-architectonique et une restitution infographique de ses différentes phases. (476) Fernández Sutilo L. et alii, La porta principalis sinistra del castellum de Tamuda. Nuevas aportaciones para la destrucción de la ciudad y la construcción del campamento, ibidem, p. 95-144, détaillent les résultats des analyses archéo-architectoniques effectuées dans la porte orientale et confirment la construction de l’époque de Claude. (477) Delgado Aguilar S. et alii, La porta decumana del castellum de Tamuda, la gran olvidada, ibidem, p. 173-201, font une analyse archéo-architectonique des restes visibles (excavations antiques) de la porte nord : sa construction, comme celle des autres du camp, date de l’époque de Claude. (478) Bermejo Melendez J. et alii, Las torres sureste y noroeste del castellum de Tamuda : análisis arqueoarquitectónico, tipológico y cronológico, ibidem, p. 203- 223, est une étude archéo-architectonique de ces deux tours (restitutions en 3D). La tour de l’angle sud-est n’a pas été explorée, tandis qu’ont été pratiquées de petites fouilles dans la tour nord-est (cour I et cour II) dont on a conclu qu’elles sont postérieures à la muraille de l’époque de Claude.

B. Bibliographie

7La bibliographie est moins étoffée cette année, mais il est vrai que les Généralités sont particulièrement abondantes et que le lecteur y trouvera bien des titres qui concernent plus ou moins le Haut-Empire. Un seul titre à l’actif de l’histoire événementielle. (479) Vanacker W., Conflicts and instability in Mauretania and Gaius’Realpolitik, dans Latomus, LXXII, 3, 2013, p. 725-741, 1 tab. L’analyse des données numismatiques incite à remettre en question non seulement la date du début de la révolte de Tacfarinas, mais aussi le rôle des rois de Maurétanie au début du Ier s. : la décision de Caligula apparaît une solution réaliste face à une instabilité récurrente, plus justifiée qu’une simple question de jalousie envers Ptolémée [Ces observations ne sont pas très neuves]. Les provinces sont représentées elles aussi par un seul titre. (480) Bernard G., Provinces et cités maurétaniennes au Ier s. apr. J.-C. : des territoires compartimentés à la recherche d’une identité provinciale, dans Identités et dynamiques provinciales du IIe siècle avant notre ère à l’époque julio-claudienne, édit. Lefebvre S., Dijon, 2013, p. 87-106, s’interroge sur la lente émergence d’une identité provinciale dans les provinces de Maurétanie, et son étude vient compléter celles d’un volume publié deux ans plus tôt par C. Briand-Ponsart et Y. Modéran (B.A.A.A., XLV (2011), 2017, n° 330). Elle insiste sur deux axes principaux : le rôle ambigu des cités de droit romain et la scission du royaume de Maurétanie en deux provinces. En ce qui concerne le premier, l’a. soutient l’idée d’un octroi du statut colonial à Tingi par Claude en 42 (CIL, VIII, 31870). Les colonies fondées dans le royaume n’étaient pas des pôles de diffusion de la romanité, mais des enclaves tournées vers l’extérieur du royaume. Ainsi, le seul Tingitan dont on connaît la tribu est inscrit dans la Galeria, répandue en Hispanie mais presque inconnue en Afrique. L’identité provinciale se constitue au cours des IIe et IIIe siècles apr. J.-C. La vie sociale, surtout celle des élites, est illustrée par quelques travaux. (481) Allou K.R, La bourgeoise municipale d’Afrique romaine, Paris, 2013, 110 p. Dans un sympathique effort pour décrire différents aspects de ce qu’il nomme les bourgeoisies et les processus à l’œuvre dans la participation de celles-ci à la paix romaine, l’a. prend pour base l’Apologie d’Apulée, qui lui semble illustrer cette romanisation des élites. Il envisage les aspects culturels, économiques, civiques. L’université d’Abidjan n’a, semble-t-il, pas beaucoup de ressources, et on prendra garde aux coquilles. (482) Gilhaus L., Equites and Senators as Agents of Change : Urban Culture and Elite Self-Representation in Thamugadi and Lepcis Magna (second-third Centuries A.D.), dans Theoretical Roman Archaeology Conference, TRAC 2012. Proceedings of the twenty first annual Theoretical Roman Archaeology Conference, édit. Bokern A., Bolder-Boos M., Krmnicek S., Maschek D. et Page S., Oxford, 2013, p. 21-36. L’auteur s’interroge sur les pratiques sociales et politiques des deux ordres supérieurs durant le Haut-Empire, qui ont pu ouvrir la voie aux caractéristiques des siècles ultérieurs : Thamugadi et Lepcis Magna servent d’études de cas en raison d’une documentation étoffée. Chevaliers et sénateurs ne semblent pas avoir souvent agi en bienfaiteurs et certains restent à distance de la vie locale : on note en effet chez ces personnages de haut rang une tendance à accentuer la distance sociale existant entre eux et les autres membres de la société locale, et notamment de l’élite, qu’ils dominaient sans en faire réellement partie. Ces réalités sont plus précoces en Gaule méridionale et en Hispanie parce que ces régions ont fourni ces grandes élites plus tôt. (483) Salcedo de Prado I., La ascendencia decurional de los caballeros de la Tripolitania, dans Senados municipales y decuriones en el Occidente romano, édit. Melchor Gil E., Perez A.D. et Rodríguez Neila J.F., Séville, 2013, p. 345-374, s’intéresse à l’ascension de plusieurs familles aux rangs équestre et sénatorial à l’époque sévérienne, principalement dans les cités de Leptis Magna et de Gigthis. Ces promotions s’expliquent en partie par les relations anciennes qui existaient entre les familles de notables, par leur proximité géographique et par des intérêts économiques communs. (484) Puppo P., Vestigia architettoniche del periodo di Settimio Severo in Tunisia, dans The Roman Empire during the Severan dynasty : case studies in history, art, architecture, economy and literature, American Journal of Ancient History, édit. De Sena E.C., Piscataway (N.J.), 2013, p. 255-283, 12 fig., est plus panoramique que ne le suggère le titre. On regrettera que l’auteur ait fondé une partie de sa communication sur des affirmations non démontrées. Le terrain est plus sûr avec les promotions municipales et l’introduction de Jeux pythiques à Carthage. Par ailleurs, elle évoque les constructions sévériennes dans quelques sites, dont Bulla Regia, Thignica ou Dougga. Selon elle, les cités africaines auraient manifesté un grand enthousiasme à l’avènement de Septime Sévère et procédé alors à un embellissement de leurs centres, contra Haywood, 1962. (485) Guizani S., Les cubicula au temps d’Apulée, dans Africa, XXIII, 2013, p. 179-189, 6 fig. L’auteur a croisé et confronté deux sources, les données littéraires fournies par Apulée et les informations archéologiques de plusieurs domus africaines au IIe s. - à Thysdrus, Sousse et Acholla - pour mieux appréhender la place du cubiculum dans la vie des notables. Les résultats montrent que cet espace intime symbolise la dignité de la maisonnée et qu’il est bien isolé au sein de la demeure. Mais les informations font largement défaut sur les lieux où étaient logés les hôtes, ainsi que sur les espaces réservés aux domestiques. L’armée n’a que peu intéressé, sauf (486) Laporte J.-P., La vie quotidienne du soldat à Rapidum, dans Le métier de soldat sous le Haut-Empire romain, 5e Congrès de Lyon sur l’armée romaine, édit. Wolff C. et Faure P., Lyon-Paris (Coll. C.E.R.O.R., XLII), 2013, p. 157-174. L’a. décrit l’arrivée au camp du jeune soldat, sa quête de la nourriture et de l’eau, son logement. La recrue, comme les autres, va aux latrines et elle se lave. Les soldats respectent leurs officiers et ils fréquentent les civils de l’agglomération voisine. Ce parcours du combattant permet de redécrire quelques aspects d’un camp bien connu et de commenter quelques inscriptions. Et, plus hypothétique, (487) Vanacker W., Ties of resistance and cooperation : Aedemon, Lusius Quietus and the Baquates, dans Mnemosyne, LXI, 4, p. 708-733, suggère que Lusius Quietus descendait d’un chef ou d’une tribu semi nomade qui avait soutenu la cause des Romains durant la révolte d’Aedemon, et suppose que la tribu en question était celle des Baquates. Les questions religieuses forment le dernier thème, avec un certain intérêt pour l’approche anthropologique. (488) Egelhaaf-Gaiser U., Bunte Götter und weisse Kultanhänger : religiöse Farbigkeit im Isisbuch des Apuleius, dans Antike Welt, VI, 2013, p. 27-32, 4 fig. Les vêtements ne sont pas seulement une marque d’identité religieuse dans le culte d’Isis, mais le sont aussi en général dans le contexte religieux. Cependant, le livre XI des Métamorphoses est une fiction, non une loi sacrée, qui définirait les normes. La couleur joue un rôle déterminant dans la définition des rôles et il serait intéressant de faire un dépouillement systématique des occurrences portant sur la coloration des vêtements cultuels. (489) Gonzalez E., Anthropologies of Continuity : The Body and Soul in Tertullian, Perpetua, and Early Christianity, dans Journal of Early Christian Studies, XXI, 4, 2013, p. 479-502, analyse comment le corps physique et la notion de vie après la mort sont perçus au début de la chrétienté à travers les écrits de Tertullien et le récit de la Passion des saintes Perpétue et Félicité. L’a. souhaite démontrer que le discours sur le corps physique dans la pensée chrétienne ne se résume pas à la question de la résurrection après la mort. (490) Alonso Venero A., El evemerismo como motivo retórico en la literatura apologética cristiana, dans Officia oratoris, p. 91-116, utilise Tertullien (Apologeticum, 11) pour qui la véritable nature des dieux païens est humaine et il souligne son rejet de la divinisation des êtres humains ; il tient compte aussi de Cyprien (Quod idola, 1, 2 et 4) pour lequel la divinisation des êtres humains est un acte destiné à conserver la mémoire, et il cite Romulus et Juba II. (491) Middleton P., Early Christian voluntary martyrdom : a statement for the defence, dans The Journal of theological studies, n. s, . LXIV, 2, 2013, p. 556-573. L’a. entend montrer que la pratique du martyre volontaire chez les chrétiens, qui est regardée par toute une partie de l’historiographie comme une pratique déviante, hérétique ou numériquement insignifiante, était au contraire célébrée dans les textes évoquant les martyrs : elle aurait été majoritairement considérée comme une pratique chrétienne tout à fait valide au cours des trois premiers siècles de notre ère. La documentation africaine, en particulier Tertullien, la Passion de Perpétue et Félicité et les Acta Cypriani, fait partie des sources utilisées par l’a. pour étayer son propos.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search