Versione classicaVersione mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVII (2013)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

II – L’Afrique et le monde punique de la protohistoire au début du IIIe s. av. J.-C

Testo integrale

1Cette époque apporte toujours un lot de publications réduit, peut-être un peu plus abondant qu’en 2012, en raison notamment de trois ouvrages particulièrement riches.

A. Sources

2En l’absence de sources écrites, littéraires ou épigraphiques, c’est l’archéologie qui s’impose avec plusieurs titres, pour l’essentiel à propos des sites tunisiens ou bien mettant en relation Carthage et d’autres espaces méditerranéens. (304) Miniaoui S., Les sépultures mégalithiques : une première approche technique et sociale, dans Africa, XXIII, 2013, p. 33-44. La mise en place des sépultures mégalithiques dépendait des communautés. Celles-ci devaient être suffisamment organisées pour qu’une partie notable de la population puisse participer aux travaux. Il fallait aussi un maître d’œuvre et des connaissances techniques. Malheureusement, les structures de l’habitat correspondant aux nécropoles font défaut pour apprécier le degré d’organisation d’une population qui devait être sédentaire, hiérarchisée et répartie en groupes spécifiques. (305) Id., L’archéologie funéraire protohistorique en Tunisie : répartition des nécropoles et état de la question, dans Revue Tunisienne d’Archéologie, I, 2013, p. 55-76. Après un bilan des recherches protohistoriques en Tunisie, l’a. propose une carte de répartition des nécropoles en fonction des types de structures funéraires (haouanet, dolmens et mégalithes, bazinas et tumuli), en particulier pour la région du Haut Tell. La question du mobilier, des pratiques funéraires et de la datation est abordée. Carthage s’impose avec deux beaux ouvrages. (306) Fumadó Ortega I., Cartago Fenicio-Púnica. Arqueología de la forma urbana, Séville, 2013, 428 p., 157 fig., 4 plans dépl., 3 index. Cet ouvrage, constitué de quatre parties, retrace l’histoire urbaine de Carthage du VIIIe au IIe s. av. J.-C. L’a. réunit l’ensemble de la documentation archéologique ancienne et récente en vue de restituer l’organisation spatiale de la ville phénico-punique. La première partie (p. 33-81) dresse l’état des connaissances sur l’urbanisme et la religion puniques et présente une historiographie des recherches sur la question de la topographie urbaine dans l’Antiquité. La seconde partie (p. 83-139), destinée à mettre en contexte le site, présente l’évolution de la ligne de côte, les principales sources écrites dédiées à l’histoire de Carthage et l’historiographie des travaux de terrain. Les recherches de l’a. ont abouti à la réalisation d’une documentation planimétrique (pl. h. t.) : un plan diachronique et trois plans qui suivent l’évolution de l’urbanisme, la phase archaïque (VIIIe-VIe s.), la phase de développement urbain (Ve-IVe s.), l’essor et la restructuration urbaine (IIIe-IIe s.). Ce découpage chronologique est adopté dans les deux dernières parties de synthèse. Dans la troisième partie (p. 139-248), après un chapitre méthodologique sur la cartographie, les données archéologiques sont présentées pour chacune des trois étapes urbaines selon de grands ensembles topographiques. La quatrième partie (p. 249-366) propose une synthèse sur la morphologie urbaine de Carthage et son évolution. Au moment de la fondation urbaine, la ville se caractérise par l’implantation d’un système cadastral per strigas (îlots étroits et allongés) et la répartition fonctionnelle des espaces (habitat, production, culte, commerce portuaire, etc.), dans un second temps, par une extension urbaine avec l’aménagement de nouveaux quartiers (celui de Magon) de façon contrôlée, puis, dans un troisième temps, par une autre phase de croissance avec l’incorporation des quartiers suburbains. Les bijoux sont eux aussi des documents précieux à plus d’un titre. (307) Quillard B., Bijoux carthaginois, III, Les colliers. L’apport de trois décennies (1979-2009), Paris, 2013, 284 p., ill. Cet ouvrage vient compléter et renouveler un précédent travail du même auteur publié en 1979 à Louvain-la-Neuve, Bijoux carthaginois. I. Les colliers d’après les collections du musée national du Bardo et du musée national de Carthage (un autre, paru en 1987, portait sur d’autres types de bijoux). Cette révision/mise à jour s’est avérée nécessaire en raison de l’abondance de la bibliographie publiée depuis 1979 et des nouvelles découvertes : 54 nouvelles pièces sont ainsi prises en compte dans cette étude. Le catalogue proprement dit, qui contient 197 colliers, est précédé de quatre chapitres : le premier propose une étude comparative des colliers par catégorie d’ornements (33 au total) ; le second s’intéresse aux modes de suspensions et aux montures ; le chapitre 3 est consacré aux liens porteurs et le dernier chapitre fournit quelques remarques conclusives. Il apparaît ainsi que, à de rares exceptions près, les éléments de colliers recensés appartiennent aux VIIe-VIe siècles. Sept annexes, une riche bibliographie et un index général complètent l’ouvrage. (307bis) Ead., Deux rares pendentifs carthaginois, dans Mélanges François Bron, p. 243-256, 6 fig. On a longtemps cru à l’absence de l’image de « la femme se tenant les seins » dans le répertoire des artisans bijoutiers de Carthage, un thème pourtant bien répandu dans le milieu syro-palestinien. Mais deux pendentifs du Musée National de Carthage, en argent recouvert d’une feuille d’or, ont été retrouvés et l’a. les compare à des exemplaires de Tharros et à une statuette d’Ibiza. La datation retenue pour Tharros, VIIe-VIe s. av. J.-C., ne peut convenir pour ces exemplaires, qu’il faut dater des IVe-IIIe s. av. J.-C. Parfois assimilée à Astarté, cette représentation est évidemment le symbole de la fécondité. (308) Beer C., Amulettes phénico-puniques entre vie et mort : entre quotidien et « tophet », dans Ritual, religion and reason, p. 103-124, 7 pl. Les fouilles américaines au tophet de Carthage (1976-1979) ont exhumé environ 450 urnes datant de ca 750- 350 av. J.-C. 122 contenaient des amulettes, perles et autres menus objets. La plupart des amulettes relèvent de types bien connus et l’a. insiste sur les plus rares : y figurent des animaux (taureau, chats, animaux mythiques ?). Des parallèles peuvent être établis avec l’Égypte ou la Grèce. Le signe de Tanit est assez rare, mais plusieurs têtes de démons, des haches bipennes miniatures en argent, des objets en ambre, en alliage ont été trouvés. 55 urnes contenaient un minuscule reste de feuille d’or. Cette étude renforce les opinions antérieures sur les liens qui existaient entre Carthage et d’autres régions, notamment Chypre, la Grèce et l’Égypte. La céramique n’est pas absente. (309) Bechtold B., Distribution Patterns of Western Greek and Punic Sardinian Amphorae in the Carthaginian Sphere of Influence (6th-3rd century BCE), dans Carthage Studies, VII, 2013, p. 43-119, 33 fig., 2 tableaux, 5 pl. Les plus anciennes amphores de Grèce occidentale - Crotone/Sybaris et Corcyre - arrivent à Carthage et dans ses dépendances vers le milieu du VIe s. av. J.-C. ou peu après. On compte aussi la présence d’amphores de Corinthe et, en faible quantité, de Motya et d’Étrurie. Pour la période suivante (480-430 av. J.-C.), les données sur les amphores vinaires confirment la réalité d’une route commerciale qui relie Athènes, Corcyre et le sud de l’Italie aux côtes de la Tunisie actuelle, tandis que l’Adriatique fournit peu de matériel. Entre 430 et 300, les Carthaginois ont probablement organisé un vaste commerce intéressant la Sicile occidentale et les côtes de la mer tyrrhénienne. Il convient aussi de noter le rôle joué par le golfe d’Oristano en Sardaigne. (310) Ben Jerbania I., Céramique attique de la nécropole de la Qasbah de Sousse, l’antique Hadrumète, ibidem, p. 121-140, 4 fig. L’étude des objets permet de dégager en premier la particularité du premier quart du IVe s. av. J.-C., où les vases à boire sont plus nombreux et plus variés qu’à la période précédente. Pendant la période ca 375-300, les plats, coupelles et lampes prédominent. L’auteur note le déficit des vases à verser sauf le bolsal ou des bols à usages mixtes, phénomène largement attesté dans les sites occidentaux, et la place du plat à poisson. Ce faciès attique s’inscrit dans la Koinè punicisante marquée par l’homogénéité des répertoires des formes attiques considérées.

B. Bibliographie

3Très limitée cette année, cette rubrique comprend quelques titres où dominent les relations de Carthage avec ses voisins, surtout les peuples ibères. (311) Schmitz P. C., Phoenician-Punic religion, dans Cambridge History (The -) of Religions, vol. 1, p. 205- 233, 3 fig., 1 tab. L’a. admet, à la suite de S. Moscati, que Carthage a acquis son autonomie par rapport à sa métropole vers 545-536, et insiste sur le culte d’Adonis et d’Astarté. Cette dernière est citée, avec Pygmalion, dans une des plus anciennes inscriptions de Carthage. Il utilise différents documents épigraphiques, tels que le tarif de Marseille ou les tablettes de Pyrgi. On trouve des parallèles, notamment dans les pratiques sacrificielles, chez les Hébreux et l’héritage cananéen est reconnaissable jusqu’à la fin. Quant à Tanit/Tinnit, son importance est fondamentale en relation avec le tophet et Baal Hammon. Les relations avec l’Ibérie intéressent toujours autant nos collègues espagnols. (312) Ferrer Albelda E. et Pliego Vázquez R., Cartago e Iberia antes de los Barca, dans Fragor Hannibalis, p. 107-133, offrent une bonne synthèse sur les relations économiques et sociales qui se sont établies entre le monde punique et les peuples ibères entre le VIe et le IIIe s. av. J.-C. À compléter avec (313) Noguera Celdrán J.M., Qart Hadast, capital bárquida de Iberia, ibidem, p. 135-173, qui est une synthèse des données archéologiques qu’offre l’actuelle Carthagène. (314) Prados Martínez F., Cartago y la cultura ibérica. Presencias y aparencias púnicas en el sureste hispano, ibidem, p. 357-379, décrit combien l’architecture funéraire ibérique a reçu les influences puniques. Les relations romano-carthaginoises sont abordées par le biais de la diplomatie. (315) Espada Rodriguez J., Los dos primeros tratados romano-cartagineses. Analisis historiografico y contexto historico, Barcelone (Instrumenta 43), 2013, 325 p., 16 fig. L’étude de ces traités entre Rome et Carthage fait partie des questions qui ont attiré l’attention des spécialistes de l’histoire de l’Vrbs depuis le milieu du XIXe s., et elle s’est poursuivie jusqu’à très récemment, comme le montrent ce travail et l’abondante bibliographie utilisée. Dans l’ouvrage sont évoqués les deux accords et leur contenu ; toutes les hypothèses de datation et de rédaction sont examinées et débattues ; sont mentionnées toutes les précisions que Polybe put avoir introduites à travers sa formation grecque, en fonction du vocabulaire institutionnel des Grecs et en les adaptant à ce cas. L’auteur étudie le rôle que les traités auraient joué sur les autres cités d’Italie, étrusques et latines, et le lien avec les alliés romains, mais aussi quels furent les modèles et les usages propres à la Rome archaïque dans la négociation des accords internationaux, et quel type de stipulations la diplomatie romaine a privilégié. L’auteur envisage aussi les implications religieuses de ces traités.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search