Versione classicaVersione mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVII (2013)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol
, 
et al.

I - Généralités

Testo integrale

1Ce chapitre, toujours très fourni, devra cependant être complété par les chapitres suivants où le lecteur trouvera les travaux relatifs à des périodes plus circonscrites.

A. Sources

2L’usage de la B.A.A.A. est de commencer la recension des sources littéraires par les études dédiées à la géographie historique, représentée cette année par plusieurs titres. (1) Desanges J., Les articulations de l’Afrique Mineure dans le Périple dit de Scylax, dans Heureux qui comme UlysseHommage à Monique Mund-Dopchie, édit. Cheyns A. et Isebaert L., Louvain, 2013, p. 63-75, met en évidence les confusions qui affectent l’évocation dans ce document des grandes articulations naturelles que sont le golfe de Gabès, la péninsule du cap Bon, le détroit de Gibraltar, le cap Spartel et accessoirement le cap Cantin et l’île de Kernè. Tout se passe comme si le sud-ouest et le sud-est de l’Afrique s’étaient contaminés dans un « effet de tremblé » qui ne contribue pas à renforcer le crédit d’un document qui a été très remanié. (2) Mederos Martín A., Los periplos atlánticos norteafricanos de Polibio y Juba II transmitidos por Plinio (N.H., V, 9-10), dans Gerion, XXXI, 2013, p. 239-268, est une belle étude sur ce qu’on appelle le « Périple de Polybe » effectué, selon l’auteur, au printemps 146 av. J.-C. dans le but d’informer les populations du nord de l’Afrique de la destruction de Carthage et du passage de la région dans l’orbite romaine. À partir des variantes diverses qu’offre le texte, l’auteur opte pour l’hypothèse que le départ s’est effectué depuis Carthage et que le géographe Panetius de Rhodes ainsi que Xénophon de Lampsaque étaient présents. Il n’est pas possible de déterminer si la fin du voyage se fit sur le fleuve Drâa ou l’Aoueri (à proximité de La Mar Pequeña, Sidi Ifni, Maroc). Dans le texte de Pline qui évoque le périple, il y a deux sources, Polybe lui-même et une autre, que l’auteur identifie comme étant Juba II. (3) Fernández Camacho P., Cádiz entre Europa y África : una paradoja geográfica, dans Habis, XLIV, 2013, p. 323-335, rés. angl. La localisation de Gadir/Gadeira/Gadès a fluctué dans un certain nombre d’écrits anciens. Cela s’explique, en partie du moins, par des constructions mentales, l’image d’un Occident fabuleux et riche de métaux précieux. L’île a parfois été considérée comme située à la frontière entre les deux continents, l’Europe et l’Asie. Se juxtaposent deux traditions, l’une issue du monde gréco-romain, avec notamment le poème de Denys le Périégète, traduit en latin par Avienus et Priscien, l’autre judéo-chrétienne, avec la répartition du monde en régions d’après la Genèse, 10. Et dans un autre esprit, (4) Abda H., Fossa regia : une frontière culturelle ? Contribution à la géographie historique, Sarrebrück, 2013, 404 p. La Fossa Regia, frontière tracée par Scipion Emilien en 146 av. J.-C. entre la nouvelle province romaine et les royaumes numides, a continué à servir, à l’époque impériale, de limite interne à l’Afrique proconsulaire. L’objectif de l’enquête est d’essayer d’évaluer son impact sur la romanisation de la région étudiée, c’est-à-dire les deux secteurs frontaliers de ce tronçon (n. u.).

3La recension des sources littéraires s’ouvre par une étude qu’il faut ranger au chapitre de la littérature perdue. (5) Mazza F., A proposito di letteratura fenicia e punica : riflessioni su alcuni aspetti della produzione intellettuale nel mondo fenicio e punico e sul ruolo della cultura ellenistica, dans Ritual, religion and reason, p. 479-490. Grâce aux recherches effectuées depuis une génération au Proche-Orient dans les domaines linguistiques, il est désormais certain que les Phéniciens, puis les Puniques, ont produit de nombreuses œuvres littéraires, en particulier de caractère annalistique et historique, et pas seulement des documents administratifs : il est d’autant plus regrettable que cette littérature ait été perdue. La littérature classique qui concerne plus ou moins nos régions a fourni des éditions ou commentaires de textes majeurs, grecs et latins. Mais auparavant, nous mentionnons des contributions qui seront précieuses pour aider à apprécier les réalités linguistiques en Afrique et ailleurs. (6) Polyphonia Romana. Hommages à Frédérique Biville, édit. Garcea A., Lhomme M.-K. et Vallat D., Hildesheim-Zürich-New York, 2013, 2 vol., XIX-874 p., ill., index. Ces volumineux hommages à F. Biville, spécialiste des langues anciennes, sont divisés en trois sections : philologie, bilinguisme et littérature, littératures techniques, cette dernière comprenant elle-même deux sous-parties, médecine et histoire de la grammaire. Trois contributions, recensées dans les chapitres suivants, concernent nos études (Guillaumin J.-B, Champeaux J., Garcea A.). (7) Adams J.N., Social variation and the Latin language, Cambridge-New York, 2013, XXI-933 p., 3 index. Dans cet imposant volume sur la langue latine destiné aux spécialistes, l’auteur expose ses recherches en plusieurs sections : phonologie et orthographe, les cas et les prépositions, morphologie et syntaxe, la subordination, le lexique. Les auteurs africains, Tertullien et Augustin en particulier, ont une place réduite et il faut les chercher à l’index. Quatre inscriptions africaines (CIL, VIII, 466, 7467, 9162, 12794) sont citées dans l’ouvrage. (8) Carrié J.-M., Nommer les structures rurales entre fin de l’Antiquité et haut Moyen Âge : le répertoire lexical gréco-latin et ses avatars modernes (2ème partie), dans Antiquité Tardive, XXI, 2013, p. 13-31, poursuit l’étude commencée dans le volume précédent (B.A.A.A, XLVI (2012), 2018, n° 670), mais cet article concerne peu nos régions, contrairement à celui de 2012. La pluridisciplinarité a marqué l’étude suivante, (9) Fantar M.H., Propos sur la toponymie d’Afrique du Nord, dans Ritual, religion and reason, p. 278-287. Les hommes se sont déplacés depuis la nuit des temps et l’a. introduit par un extrait bien connu de Salluste (Jug., XVII, 1-7) une réflexion sur les déplacements de population. La toponymie peut aider à identifier certaines de ces strates successives. Ainsi les nombreux noms qui commencent par U relèvent sans doute du libyque, comme ceux qui commencent par Th, et il faut peut-être aussi ajouter ceux qui se terminent par – ine. Nous signalons aussi deux recueils de textes thématiques. (10) Les cultes isiaques dans le monde gréco-romain. Documents réunis, traduits et commentés, édit. Bricault L. Paris (La roue à livres, 66), 2013, 576 p., ill., cartes, plans, 7 index. Grâce aux copieux index, il est facile de retrouver les auteurs africains et les noms des divinités, non seulement Isis, mais toutes celles qui composent la « famille isiaque ». Outre les textes, une documentation iconographique et archéologique (plans) illustre le propos qui décline différents thèmes : rites et pratiques cultuelles, diffusion des cultes, lieux et acteurs du culte. (11) Race and ethnicity in the classical world : an anthology of primary sources in translation selected and translated, édit. Kennedy R.F., Roy C.S. et Goldman M.L., Indianapolis (Ind.), 2013, XVIII-405 p., index. Dans cet ouvrage qui décline les thèmes indiqués dans le titre, des extraits d’auteurs anciens, grecs et romains, depuis le VIIIe s. av. J.-C. jusqu’au IIIe s. apr. J.-C., sont cités en traduction anglaise. Apulée, Apologie, 24, se trouve au chapitre intitulé « Théories environnementales ». Le chapitre VIII est consacré à l’Afrique, p. 141-178. On y trouve notamment Hérodote, IV, 168-197 ; Polybe, VI, 51-52 et 56 ; Salluste, Jug., XVII ; Pomponius Mela, I, 41-48 ; Tite-Live, extraits des Livres XXI et XXII ; Lucain, Bel. Civ., IX, 341-949 ; Strabon, XVII, 3 et, dans le chapitre IX, des passages du Périple d’Hannon.

4Les textes classiques ont fourni des éditions, des commentaires et des études générales que nous abordons par ordre chronologique des auteurs. (12) Aristotle’s Politics, introduction, traduction, notes, et glossaire, Lord C., Chicago, 2013, XIC-265 p., est la deuxième édition de l’ouvrage paru en 1984. (13) Pangle T.L., Aristotle’s Teaching in the Politics, Chicago, 2013, 343 p., index. Cette étude, qui analyse successivement les huit livres de la Politique d’Aristote, consacre quelques pages au régime carthaginois, que le Stagirite juge supérieur sur le plan institutionnel aux régimes crétois et spartiate (voir en particulier les p. 93-97). (14) Polybios und seine Historien, édit. Grieb V. et Koehn C., Stuttgart, 2013, 359 p., ill., cartes, 2 index. Cet ouvrage collectif rassemble quinze contributions issues d’une rencontre scientifique organisée à Hambourg en avril 2010 et consacrée à Polybe et à son œuvre historique. Les références à des passages de Polybe concernant Carthage, Hannibal ou les guerres puniques sont relativement nombreuses dans le volume, même si aucun article n’est spécifiquement consacré à ces sujets. (15) Sallust. The war with Catiline, the war with Jugurtha, trad. Rolfe J.C., revue par Ramsey J.T., Cambridge (Mass), 2013, LXXXVIII-440 p., 5 p. de pl., cartes (The Loeb classical library, 116). Cette révision de l’édition et de la traduction des œuvres de Salluste dans la Loeb Classical Library remplace désormais l’édition d’origine réimprimée à plusieurs reprises dans cette collection. Les modifications apportées, tant en ce qui concerne l’établissement du texte que la traduction, sont en effet nombreuses. L’introduction, assez développée, rendra également des services. (16) Day H.J.M., Lucan and the sublime. Power, Representation, and Aesthetic Experience, Oxford-Cambridge (MA), 2013, XXXVI-462 p. Le poème de Lucain invite le lecteur à s’interroger sur la notion de sublime. Hannibal est évoqué dans le chapitre traitant de César : le franchissement des Alpes par le général carthaginois et celui qui fut effectué par le futur dictateur sont mis en parallèle (p. 117-122). Tout le poème dit que la guerre civile fut pire que les désastres suscités par Hannibal. (17) Tacitus, Annalen, traduction et commentaire Sontheimer W., avec une préface de Brodersen K., Stuttgart, 2013, 731 p., index. (18) Appien, Histoire romaine, XII. Livre XVII : Guerres civiles, Livre V, texte établi, traduit et annoté par Étienne-Duplessis M., Paris, 2013, CCXXXIII-320 p. La deuxième partie de l’ouvrage, qui concerne les années 42-35 av. J.-C., pourra intéresser nos études, bien que l’Afrique ne soit qu’incidemment mentionnée, car elle est centrée sur la guerre de Sicile, le conflit entre Octavien et Sextus Pompée et l’élimination politique de Lépide. (19) Morales Rodríguez E.M., Guerra y paz en Apiano, dans En Grecia y Roma. IV, p. 221-239, est une synthèse de l’oeuvre d’Appien, depuis la perspective indiquée dans le titre. Nous intéresse spécialement l’Iberikè qui aborde la conquête punique en Espagne et l’affrontement avec Rome (l. VI et VII). (20) Philological and historical commentary on Ammianus Marcellinus, XXIX, édit. Den Boeft J., Drijers J.W., Den Hengst D. et Teitler H.C., Leyde-Boston, 2013, XXI-298 p., cartes, index. Les Africanistes s’intéresseront particulièrement au chapitre 5, p. 149-220, qui traite de la révolte de Firmus, pour laquelle Ammien Marcellin est la principale source. Les auteurs divisent la campagne de Théodose en quatre phases, et soulignent que le général resta assez longtemps à Tipasa pour conduire des négociations avec les tribus. (21) Carrasco Serrano G., Arbitrariedad y administración de justicia en las Res gestae de Amiano Marcelino, dans Studia Historica. Historia Antigua, XXXI, 2013, p. 115-128. L’auteur relève que, pour Ammien, la situation s’aggrave non seulement aux frontières et en raison de la pression économique, mais aussi à cause des abus commis dans les domaines administratif et judiciaire. Son témoignage, qui ne concerne pas spécifiquement l’Afrique, révèle une forte corruption, des excès dans les procédures judiciaires, et ses Histoires représentent un véritable réquisitoire contre les méthodes de la justice de son époque. Le roman s’est illustré par trois ouvrages et de multiples articles dont les plus spécialisés seront mentionnés dans les chapitres suivants. (22) The Construction of the Real and Ideal in the Ancient novels, édit. Paschalis M. et Panayotakis S., Eelde, 2013, XVI-312 p., ill., cartes, index. Dans un ouvrage qui comprend treize articles traitant aussi bien de l’Égypte que de l’influence orientale et des romans grecs, Apulée occupe bien évidemment une place de choix, et plusieurs articles lui sont consacrés, dont le suivant. (23) Dowden K., « But there is a difference in the ends… ». Brigands and Teleology in the Ancient novel, ibidem, p. 41-59, s’intéresse avant tout aux buts recherchés par la vie de brigand, et Apulée intervient assez peu. (24) Intende, lector. Echoes of myth, religion and ritual in the ancient novel, édit. Futre Pinheiro M.P., Bierl A. et Beck R., Berlin-Boston, 2013, IX-319 p., ill., 2 index. Ce volume, dédié au sujet indiqué dans le titre, adopte une perspective large qui associe plusieurs régions et périodes. Deux thèmes ont été plus spécifiquement développés : il s’agit, à propos d’Apulée, du mythe de Psyché dans une approche anthropologique, et des relations du rhéteur avec le christianisme et la philosophie (Ramelli I.L.E., Sabnis S., Zimmerman M.), et l’on note ici l’article de (25) Tommasi Moreschini C.O., Gnostic Variations on the Tale of Cupid and Psyche, ibidem, p. 123-144. Le conte est comparé à une version d’une histoire conservée dans un texte gnostique de la Nag Hammadi Library (NHL, 2,5) et à l’interprétation de Psyché et d’Éros développée par Plotin. L’a. revient sur l’interprétation platonicienne et allégorique : le platonisme a connu des changements durant le IIe s. en incorporant des éléments religieux et mystériques. (26) Montiglio S., Love and providence : recognition in the ancient novel, Oxford-New York, 2013, IX-256 p., index. Dans cette étude littéraire consacrée aux scènes de reconnaissance dans les romans grecs et latins, l’Âne d’or d’Apulée fait partie du corpus pris en considération. Une vingtaine de pages du chapitre 4 sont ainsi spécifiquement consacrées à ce texte, où les scènes de reconnaissance ont une fonction moins importante pour l’avancée de l’intrigue que dans les romans grecs. La poésie a fourni deux beaux titres pour l’époque tardive. (27) La renaissance de l’épigramme dans la latinité tardive, édit. Guipponi-Gineste M.-F. et Urlacher-Becht C., Paris, 2013, 654 p. L’épigramme connaît, dans la latinité tardive, un succès et un renouveau tels que l’on peut parler de renaissance du genre. Elle s’abstrait en partie du format de l’épigramme à pointe, imposé par Martial. Elle se diversifie en empruntant ses thèmes et ses formes à d’autres modèles, comme la tradition alexandrine, et elle invente, notamment dans le domaine chrétien, des formes nouvelles. (28) Le Lierre et la statue. La nature et son espace littéraire dans l’épigramme gréco-latine tardive, édit. Garambois-Vasquez F. et Vallat D., Saint-Étienne, 2013, 314 p., index. L’ouvrage, issu d’un colloque tenu à Saint-Étienne et à Lyon en novembre 2011, s’articule en quatre parties consacrées au motif de la nature dans l’épigramme de l’Antiquité tardive à travers des auteurs et des œuvres représentatifs : Ausone pour le IVe s. ; l’Anthologie latine, Dracontius, Sidoine Apollinaire et Ennode de Pavie pour l’Afrique vandale, la Gaule et l’Italie du Nord des Ve-VIe s. (ch. 2, p. 47- 176, avec cinq contributions sur l’Afrique) ; l’épigramme chez les auteurs chrétiens ; et l’épigramme byzantine, du VIe au XIVe s. (29) Tommasi Moreschini C.O., Vicende della trasmissione di autori africani nella Spagna visigotica e arabe : Draconzio e Corippo, dans Del Nilo al Guadalquivir, p. 221-238, montre que les œuvres de Dracontius et de Corippe ont été copiées, éditées et citées, de telle sorte qu’elles ont acquis le statut de textes classiques. De plus, grâce à des auteurs comme Julien et Eugène de Tolède, l’héritage classique a été préservé dans les siècles suivants.

5C’est à la littérature chrétienne que l’on doit, comme chaque année, la plus jolie moisson. Commençons par les livres d’hommages. (30) Amicorum societas. Mélanges offerts à François Dolbeau pour son 65e anniversaire, édit. Elfassi J., Lanery C. et Turcan-Verkerk A.-M., Florence, 2013, XIV-1022 p. Dans ce gros volume rédigé en hommage à F. Dolbeau, trois communications concernent plus ou moins les études africanistes. (31) Gregi Christi ministrantes. Studi di letteratura cristiana antica in onore di Pietro Meloni, édit. Piras A. et Saba G.F., Cagliari, 2013, 254 p. Ces mélanges offerts à l’évêque P. Meloni, spécialiste de patristique, comprennent onze contributions qui portent sur le clergé et les Pères de l’Église, surtout à l’époque tardive. Quatre d’entre elles s’intéressent à des auteurs africains (Madau D., Grossi V., Gori F., Micaeli C.). Pas d’édition ou de commentaire de sources chrétiennes intéressant l’Afrique, cette année, sauf pour la première Bible en langue latine. (32) Vetus Latina. Die Reste der altlateinischen Bibel, XVII, Evangelium secundum Marcum, 1. Introduction, édit. Haelewyck J.-C., Friburg-en-Brisgau, 2013, 80 p., et (33) Vetus Latina. Die Reste der altlateinischen Bibel, XVII, Evangelium secundum Marcum, 2. Introduction (fin), Mc 1,1-43, édit. Haelewyck J.-C. et alii, Friburg-en-Brisgau, 2013, p. 81-160. Ces deux fascicules inaugurent l’édition des versions vieilles latines de l’Évangile de Marc, dont l’origine est à chercher en Afrique du Nord : il s’agit du texte africain ancien K et du texte africain récent C. Le texte africain ancien K est apparu aux environs de 230 : il est transmis en tradition directe par le Codex Bobiensis (aujourd’hui conservé à Turin) et en tradition indirecte par quelques citations extraites de Cyprien et des œuvres pseudo-cyprianiques. Quant au texte africain récent C, il est attesté par le Codex Palatinus (aujourd’hui conservé à Vienne) ainsi que par quelques témoins patristiques. (34) Vetus Latina. Die Reste der altlateinischen Bibel, XIX, 2, Evangelium secundum Iohannem, Jo 4, 49-9, 41, édit. Burton P.H. et alii, Friburg-en-Brisgau, 2013, p. 301-360. L’entreprise d’édition des versions vieilles latines de l’Évangile de Jean, inaugurée par la publication d’un premier volume en 2011, se poursuit avec ce fascicule. Les citations patristiques documentant ces versions sont regroupées dans l’apparat critique et les auteurs africains, en particulier Augustin et ses homélies sur l’Évangile de Jean, y figurent en bonne place. (35) Cereti G., Divorzio, nuove nozze e penitenza nella Chiesa primitiva, 2013, IV-438 p., 3 index. Cette deuxième réédition d’un ouvrage paru en 1977 fait bien évidemment une large place aux auteurs africains, avant tout Tertullien (Ad uxorem, De exhortatione castitatis, De monogamia) et Augustin (De bono coniugali, De bono uiduitatis, De nuptiiis et concupiscentia), mais aussi Lactance. L’influence de la culture classique sur les auteurs chrétiens ne cesse d’être approfondie, celle des techniques discursives comme celle des modèles. (36) Cipriani N., La retorica negli scrittori cristiani antichi : inuentio e dispositio, Rome, 2013, 154 p., index. La rhétorique ne se limite pas au beau parler (elocutio), elle enseigne aussi à penser, à élaborer ses idées et à trouver les arguments et les mots appropriés pour être efficace. Les trois ténors de l’Église africaine, Tertullien, Cyprien et Augustin, ont été formés à l’école du rhéteur, ils connaissent les théories de la rhétorique à partir de Cicéron ou de Quintilien, et ils sont intimement liés à la culture antique. (37) Officia oratoris. Estrategias de persuasión en la literatura polémica cristiana (ss. I-V), édit. Torres J., Madrid, 2013, 212 p., traite de l’art oratoire comme une arme linguistique de persuasion que les lettrés chrétiens savaient parfaitement manier. (38) Flower R., Emperors and bishops in late roman invective, Cambridge-New York, XVI-294 p. L’ouvrage fait peu appel aux auteurs africains qu’il faut chercher à l’index. Lactance, le plus cité, devance les mentions de Cyprien et le donatisme est évoqué p. 130-133 et passim. (39) Bessières V., Socrate et Augustin, deux figures de maîtres antiques dans l’Encyclopédie historique de Roberto Rossellini, dans Figures du maître : de l’autorité à l’autonomie, édit. Noacco C., Bonnet C. et alii, Rennes, 2013, p. 261-269. On nous permettra cet excursus dans l’époque contemporaine avec la grande figure du cinéaste italien, qui abandonna le cinéma pour la télévision. Pour lui, ce nouveau mode de communication permettait de concilier culture de masse et entretiens lettrés, comme Socrate et Augustin le firent en leur temps. (40) Hadas D., Christians, Sibyls and Eclogue 4, dans Recherches augustiniennes et patristiques, XXXVII, 2013, p. 51-129, propose une étude sur les réactions des chrétiens face aux oracles sibyllins et à la 4e Eclogue de Virgile, qui ont parfois été interprétés comme contenant des prophéties relatives à la venue du Christ. L’article prend en compte la période allant des débuts de la littérature chrétienne à la chute de Rome et accorde une large place à Lactance et à Augustin. (41) Pomer Monferrer L., Los exempla paganos en la literatura polémica cristiana : la figura de Dido, dans Officia oratoris, p. 117-136, fait un grand usage des œuvres de Tertullien, p. 119-130, spécialement de l’Apologeticum et de l’Ad Nationes, mais aussi d’Augustin, p. 132-134, surtout les Confessiones, pour présenter l’injustice qui consiste à ce que des actes de même nature reçoivent un traitement différent selon que leurs auteurs sont païens ou chrétiens. Le refus de la mythologie n’est pas toujours systématique. (42) Le Phénix et son autre. Poétique d’un mythe des origines au XVIe siècle, édit. Gosserez L., Rennes, 356 p., ill. Dans cet ouvrage consacré à cet oiseau qui renaît de ses cendres et, donc, est doté d’une forme d’immortalité, la deuxième partie, intitulée « La réinterprétation chrétienne du phénix », intéresse nos études. (43) Gosserez L., Le phénix, exemple de résurrection dans l’apologétique, ibidem, p. 83-90. Le phénix biblique n’est qu’une comparaison à caractère proverbial, mais il était intégré à l’imaginaire chrétien. Il s’inscrit ainsi dans la chaîne argumentaire des « preuves » de la résurrection chez les apologistes, en particulier pour Tertullien, Res. 13, 1-5. On le trouve aussi chez Dracontius, Laud. Dei, I, 653. (44) Gemainhardt P., « Nicht Mutige, sondern Flüchtlinge bedürfen des Mythos ». Distanzierungen und Annäherungen an den Mythos im Spätantiken Christentum, dans Arbeit am Mythos : Leistung und Grenze des Mythos in Antike und Gegenwart, édit. Zgoll A. et Kratz R.G., collab. Maiwald K., Tübingen, 2013, p. 248-271, évoque Lactance et Augustin. Les chrétiens se sont largement éloignés de la mythologie grecque et ce n’est pas une préoccupation importante pour eux. Ils eurent également leur propre source d’inspiration, en témoignent les titres suivants. (45) Marone P., L’acrostico ΑΔΑΜ e la ghematria nella letteratura cristiana antica e medievale, dans Rivista Biblica, LXI, 2, 2013, p. 225-246, rés. angl., analyse la symbologie numérique associée au nom d’Adam en grec chez les auteurs chrétiens, parmi lesquels les Africains Pseudo-Cyprien, dans deux traités du IIIe s., De duabus montibus Sina et Sion et De Pascha computus, et Augustin. (46) Nazzaro A.V., Incursioni nella numerologia patristica. Il 153 tra scomposizione numerica ed esegesi simbolica, dans Vetera Christianorum, L, 2013, p. 251-274. Après quelques considérations sur l’importance de la numérologie dans l’interprétation de la Bible et dans la littérature patristique, l’a. propose une étude détaillée sur l’interprétation du nombre 153. Ce nombre correspond au nombre de poissons pêchés par les apôtres lors de la seconde pêche miraculeuse, qui a lieu après la résurrection du Christ (Jean 21, 5-11). L’a. s’intéresse tout particulièrement à la manière dont Augustin a interprété ce nombre, dans ses écrits antérieurs à 400, puis dans ses écrits postérieurs. Il analyse également les interprétations du nombre 153 fournies par Quodvultdeus de Carthage et par Grégoire le Grand. (47) Bady G. et Mellerin L., À l’image de Dieu… homme et femme. Regards patristiques sur la différence des sexes, dans Connaissance des Pères de l’Église, 130, 2013, p. 31-42. Les Pères de l’Église ont rarement mené une réflexion théologique sur la différence des sexes. Deux auteurs y ont toutefois réfléchi davantage que d’autres : Grégoire de Nysse et surtout Tertullien, au point de vue duquel la moitié de l’article est consacrée. Le Carthaginois établit en particulier des analogies originales entre l’acte créateur de Dieu et la différence des sexes. (48) Der Fall Roms und seine Wiederauferstehungen in Antike und Mittelalter, édit. Harich-Schwarzbauer H. et Pollmann K., Berlin-Boston, 2013, VI- 324 p. L’ouvrage comprend quatre sections respectivement consacrées à Rome comme lieu d’un discours universel, aux perspectives historiques après le sac de 410, à la chute de Rome considérée comme une leçon, un exemple d’apprentissage, enfin à sa représentation chez des poètes. Trois communications concernent plus particulièrement des auteurs africains. L’une d’elles aborde les répercussions du sac de Rome dans la représentation du pouvoir. (49) Tommasi C.O., Imperium sine fine after 410. The Attempt at an impossible Accomplishment in Some Latin Poetical source, ibidem, p. 265-291. Parmi les poètes mentionnés à l’appui de sa démonstration, l’auteur s’intéresse un peu à Dracontius, avec la Satisfactio, et plus largement à Corippe. Au début de la Johannide, le poète évoque un âge d’or qui contient des réminiscences de la poésie de l’époque augustéenne. Dans l’Éloge de Justin II, il s’agit davantage de protocoles de cour relatifs au cérémonial impérial qui apparaissent comme des actes significatifs. La seconde étude, (50) Kahlos M., Divine Anger and Divine Favour : transformations in Roman Thought Patterns in Late antiquity, ibidem, p. 177-193, mentionne brièvement Arnobe et Lactance, p. 180-181, dans cette confrontation entre païens et chrétiens.

6Cette année, la numismatique n’a été concernée que par une étude générale, ce qui s’est déjà produit (voir cependant n° 173, la collection d’un musée algérien). (51) Iside punica. Alla scoperta dell’antica Iol-Caesarea attraverso le sue monete, édit. Manfredi L.I. et Mezzolani Andreose A., Bologne, 2013, XVIII-299 p., ill., cartes, plans. Le volume réunit des recherches récentes sur la cité. Les différents auteurs ont cherché à reconstruire le contexte historique et économique de la période phénicienne et punique à travers la relecture des sources classiques, les recherches dans les archives, l’analyse des découvertes, l’épigraphie et bien sûr la numismatique.

7La rubrique relative à l’épigraphie est en revanche très abondante, ce qui est habituel. Plusieurs titres portent sur les langues les plus anciennes en Afrique, le libyque d’abord, le punique ensuite. (52) Prag J.R.W., Epigraphy in the western Mediterranean : an Hellenistic phenomenon ?, dans Hellenistic (The -) West, p. 320-347. L’a. procède à un tour d’horizon sur les épigraphies des différentes régions occidentales tout en se démarquant de la notion traditionnelle qui veut que ces pratiques soient liées aux influences grecque ou romaine. L’Afrique du Nord avec l’écriture punique et libyque y occupe une section. Il faut relier le développement de cette pratique à celui des échanges commerciaux, culturels et politiques, et la division Orient-Occident apparaît en grande partie artificielle. (53) Ghaki M., Le Libyque, dans Revue Tunisienne d’Archéologie, I, 2013, p. 9-28, 5 fig., présente une synthèse sur l’écriture libyque : ses caractéristiques, ses rapports avec le punique, ses différents alphabets et la répartition des inscriptions, entre Numidie orientale d’un côté, Numidie occidentale et Maroc de l’autre. Le problème de l’origine du libyque, issu du phénicien-punique ou d’origine locale, et celui de la datation des inscriptions sont abordés avant la présentation des textes de Dougga (inscriptions bilingues et « officielles »). Deux articles de toponymie à présent. (54) Aït-Ali Yahya S., Étude comparative entre des stèles à inscriptions libyques de la Berbérie centrale (Algérie) et de la Berbérie occidentale (Maroc), dans Ikosim, II, 2013, p. 119-134, ill. Ce résumé d’une thèse de doctorat de l’université de Tizi Ouzou, qui porte le même titre (parue en 2013, à Sarrebruck, n. u.) est abondamment illustré par des tableaux et des photographies qui permettent de revoir la question des écritures libyques d’Afrique du nord. Pour la Berbérie centrale, l’a. distingue trois sous-types : centre-est, centre-centre et centre-ouest. La culture néopunique a bénéficié d’une recherche spécifique, portant sur Maktar, nous en donnons quelques titres ici. (55) Maktar. Recherches sur les inscriptions néopuniques trouvées lors des fouilles franco-tunisiennes. Actes de la journée d’étude du 1er juin 2012, dans Semitica et classica, VI, 2013, p. 219-266, ill. (56) Briquel Chatonnet F., Introduction, ibidem, p. 221-222, rend hommage à Maurice Sznycer et présente les principales communications publiées dans ce volume. (57) Le Bohec Y., Mactar et la civilisation néo-punique, ibidem, p. 255-266, part du mot « néo-punique » et recherche les traces d’une civilisation à laquelle il pourrait s’appliquer : on connaît des cités à stèles, dont Mactar est l’exemple, une écriture, une langue, une onomastique, des institutions et une religion. (58) Bron F., Le « dossier Maktar » dans les archives de M. Sznycer, ibidem, p. 229, annonce la publication de 97 inscriptions. Un autre recueil comporte aussi des contributions sur le punique/ néopunique. (59) Entre Carthage et l’Arabie Heureuse. Mélanges offerts à François Bron, édit. Briquel Chatonnet F., Fauvenaud C. et Gajda I., Paris, 2013, XXI-349 p., ill., cartes. Le titre suit le parcours scientifique du savant honoré, entre ces deux pôles. L’ouvrage constitue aussi un voyage dans les inscriptions sémitiques nouvellement découvertes ou revues de ces régions ; il comprend des études d’onomastique et de linguistique, d’histoire et de religion. (60) Watson W.G.E., Loanwords in Phoenician and Punic, dans Ritual, religion and reason, p. 327-246, propose une liste de mots d’emprunt en phénicien et en punique fondés sur les bases lexicales, en particulier à partir du Dictionary of the North West Semitic Inscriptions, et les inscriptions d’autres publications. Puisque ces langues furent des langues sémitiques relativement tardives, il est vraisemblable qu’elles empruntèrent à d’autres langues sémitiques et qu’elles incorporèrent des mots d’origine non-sémitique. L’a. a classé ces mots en fonction du degré de certitude. (61) Garbini G., La cannapura’ e le associazioni nel mondo fenico-punico, dans Mélanges François Bron, p. 209-216. L’auteur revient sur l’interprétation qu’il faut donner à plusieurs inscriptions en les comparant avec des textes de régions orientales. Parmi ceux-ci, un texte de Carthage (CIS I 3889) : il ne s’agit pas d’un marchand d’un parfum particulièrement raffiné, mais d’un membre de rang élevé, membre d’une association probablement religieuse. L’auteur étudie ensuite une épitaphe de Iol-Caesarea rédigée en punique (NP 131) par un fils en mémoire de sa mère : celle-ci était une prêtresse qui a servi de longues années en contrôlant la fabrication et la conservation de la canna, c’est-à-dire le thyrse de la divinité. Un troisième texte (Tripolitania 12) à Leptis Magna concerne le financement de banquettes, sans connotation cultuelle. (62) De Simone R., Su una ignota Baalat a Sabratha : note epigrafiche, dans Mare Internum, V, 2013, p. 41-43, 2 fig. Une inscription punique fragmentaire sur une belle plaque de marbre, restée jusque-là inédite, indique une dédicace à « la Dame… », le nom de la déesse en question étant perdu. C’est la première attestation d’une divinité féminine punique à Sabratha et l’a. suggère un rapprochement avec Tanit tout en rappelant une inscription latine mentionnant la Domina Caelestis (IRT 112). (63) Garbati G., Tradizione, memoria e rinnovamento. Tinnit nel tofet di Cartagine, dans Ritual, religion and reason, p. 529-542, étudie le processus d’introduction du culte de Tanit dans le tophet de Carthage. La déesse apparaît dans les dédicaces à partir du Ve s. av. J.-C. ; l’a. analyse les formules dédicatoires pour comprendre la place qu’elle occupait par rapport à Baal et son importance progressivement prépondérante à Carthage. (64) Kallala N., À propos d’une attestation nouvelle du signe de Tanit à el-Gouisset (l’antique « Vcubi »), dans la région du Kef, au N-O de la Tunisie, ibidem, p. 163-166, 1 fig., publie un fragment de stèle retrouvé en 2007 à 1 km du site d’el-Gouisset. Il doit manquer la partie inférieure avec l’inscription votive ; la partie supérieure est ornée d’un décor en méplat : au registre inférieur, le signe de Tanit, à peine anthropomorphisé, surmonté, au registre supérieur, d’un croissant aux cornes dressées encadré de deux motifs interprétés comme des pommes de pin. L’a. date cette stèle entre la fin du IIe s. av. J.-C. et le début de l’Empire. (65) Fantar M., De la culture néopunique à Maktar, ibidem, 2013, p. 223-227, explique le toponyme, puis il revient sur le dieu Hoter Miskar et sur le Mizrah qui désignerait une association chargée d’entretenir le temple. La toponymie et l’onomastique sont aussi présentes. (66) Aounallah S. et alii, Sur la fixation définitive de Thambaiae-Thambais-Thambaias, municipe d’Hadrien, à Henchir Oued Nebhana (ou Dhorbania) dans la région de Kairouan, dans Africa, XXIII, 2013, p. 85-91, 2 fig. La découverte d’une inscription datée du règne de Gordien III permet d’attester la promotion de la cité pérégrine en municipe par l’empereur Hadrien. Le préfixe th de l’ethnique thambaiensis indique une probable origine libyque, tandis que le suffixe baiae pourrait être, selon l’a., le mot latin indiquant les bains. Financés sans doute par la caisse publique, ces thermes portent une épithète impériale, ce qui constitue un autre cas connu de thermes portant un qualificatif impérial en Afrique après, par exemple, ceux de Thugga (thermes antoniniens) et de Thibursicu Bure (Gallien). Des sources tardives et médiévales mentionnent aussi cette localité. À présent les langues dites classiques, avec un outil de travail incontournable, (67) L’Année épigraphique, 2013, édit. Corbier M., Paris, 2016, 1124 p. Les Généralités sont toujours utiles, p. 17-98, et le chapitre consacré à l’Afrique est aux pages 716-852. Il faut également noter la réédition de ce qui est désormais un « classique », (68) Lassère J.-M., Manuel d’épigraphie romaine, 2 vol., 2013, VIII-1167 p., ill. Quant à (69) Dubois L., Sève M., Feyel C. et alii, Bulletin épigraphique, dans la Revue des Études Grecques, 126, 2013, p. 421-613, et le (70) Supplementum Epigraphicum Graecum, 2013, LXIII, Leiden-Boston, 2017, 852 p., on n’y trouvera rien sur l’Afrique cette année. Un gros recueil vient compléter la publication des inscriptions d’Ammaedara, qui ont déjà fait l’objet de révisions (B.A.A.A., XLV (2011), 2017, n° 568). L’auteur y fait connaître la suite des investigations qu’elle a menées sur le site entre 1985 et 2000, (71) Benzina Ben Abdallah Z., Mourir à Ammaedara. Épitaphes latines païennes inédites d’Ammaedara (Haïdra) et de sa région, collaboration de Ibba A. et Naddari L., Ortacesus (Studi di storia antica e di archeologia, 11), 2013, 405 p., nombreuses photos. Les épitaphes sont regroupées sous 279 numéros, qui ont bénéficié d’une ou plusieurs photographies (p. 235-340), et l’ouvrage comprend deux parties. Les textes provenant de la ville constituent la grande majorité (85 %). En fonction du lieu de découverte sur le site au moment de l’inventaire, on peut attribuer la pierre à une des nécropoles qui s’étendaient à l’extérieur ; le reste est réservé au territoire d’Ammaedara. Tous les supports sont en calcaire provenant des carrières proches. Le caisson horizontal de type semi-cylindrique est le plus fréquent, suivi des stèles et des cippes. Tous se caractérisent par leur sobriété et la mention des dieux Mânes est presque générale. Onze citoyens sont inscrits dans la tribu Quirina, celle de la cité, et deux se rattachent à l’Arnensis. Le volume se termine avec les études de deux collaborateurs. (72) Ibba A., ibidem, p. 343-384, a fait un exposé sur l’onomastique et (73) Naddari L., ibidem, p. 387-396, a composé des tableaux et indices. Grâce à ce volume, Ammaedara compte près d’un millier de documents. Quelques autres synthèses ont enrichi la documentation épigraphique de plusieurs cités. (74) Mani T., Timbres sur amphores africaines mentionnant la cité d’Hadrumetum (Tunisie), dans Synergies Tunisie, II, 2010, p. 153-170, s’appuie sur un long catalogue. Toutes les amphores appartiennent au domaine classique ; sont représentées les formes Africaines I et II, datées des IIIe et IVe s. Les abréviations du toponyme sont recensées (h, ha, hd, had, hadr, hadr, hadrv). Suivent quelques remarques sur l’onomastique des producteurs. Parmi les destinations connues, outre le nord de la Proconsulaire, sont concernés Rome, la Sardaigne, les Baléares, la Catalogne et le sud-est de la Gaule. (75) Id., Á propos d’amphores africaines timbrées mentionnant la cité de Sullecthum (Tunisie), dans Kairouan et sa région, p. 103- 143, fig. Après un catalogue des timbres amphoriques mentionnant la cité sous une forme asvl ou asyl, a Su (y) l (lectho), l’a. fait un tour d’horizon de sa diffusion en Afrique peu importante, puis en Méditerranée, surtout occidentale, notamment à Rome et Ostie, dans le sud de la Gaule, les îles. Il confirme une datation entre la fin du IIe s. et le IVe s. (76) Maurin L., L’épitaphe de Claudius Chrestus (ILAFR 59), dans Africa, XXIII, 2013, p. 191-212, 11 fig., revient sur l’exploration des catacombes d’Hadrumète et la mention de plusieurs inscriptions figurant sur les loculi. L’a. s’est plus particulièrement intéressé à celle d’un dénommé Claudius Chrestus, qui fut un personnage éminent de sa cité pendant le règne de Constantin. Il propose aussi un nouveau développement des trois lettres cit pour désigner la cité : colonia Iulia Traiana. Si l’on sait que c’est Trajan qui a promu la cité au rang de colonie, dans cette nouvelle proposition, Hadrumète se serait vu octroyer une première promotion au rang de municipe de la part d’Auguste. Deux arguments vont aussi dans ce sens, des monnaies et des cachets sur tuiles (voir S. Aounallah, n° 436). (77) Mitthof F., Überteuerter Weizen und private Munifizenz : Bemerkungen zu zwei Weihungen aus Thuburnica und verwandten Inschriften, dans Studia epigraphica in memoriam Géza Alföldy, édit. Eck W., Fehér B. et Kovács P., Bonn, 2013, p. 163-204. L’a. revient sur deux inscriptions de Thuburnica. Dans CIL, VIII, 25703, on remarque l’appartenance au même champ sémantique guerrier des cognomina du père (Bellicus) et du fils (Martialis), ce qui indiquerait un attachement particulier de la famille au dieu Mars. Pour CIL, VIII, 25704, qui rappelle une évergésie frumentaire, l’identité de la divinité féminine reste hypothétique. L’a. propose de lire [Cer]eri Ae[…] Aug (ustae), en soulignant la popularité de Cérès en Afrique, ainsi que la pertinence d’un tel patronage dans un contexte de crise frumentaire. Néanmoins l’épithète de la déesse pose problème, car on n’en connaît aucune qui commence par Ae[… (78) Chaouali M., Les voies d’époque romaine du territoire de Simitthus, dans Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung, 119, 2013, p. 333-354, ill., plans, rés. angl., fait le point sur les bornes milliaires découvertes sur le territoire et à proximité de Simitthus (Chemtou) et publie deux inédits. Il note l’importance de la « voie du marbre » de Simitthus à Thabraca, où six bornes ont été trouvées, dont cinq datent du règne d’Hadrien. La voie se prolongeait vers Naraggara via Mascula. Ces deux voies ne sont pas indiquées sur les itinéraires anciens. Simitthus était la troisième station sur le tronçon Hippo Regius-Carthage. L’ensemble des bornes s’échelonne d’Hadrien aux années 383-393 sous Théodose et Arcadius. (79) Sehili S., Inscriptions inédites de la région de Kasserine (Tunisie), dans Africa, XXIII, 2013, p. 237-248, 10 fig. Une prospection archéologique menée par l’auteur dans le secteur de Jebel Semmama lui a permis de découvrir une dizaine d’inscriptions, la plupart funéraires. L’onomastique des personnages est surtout africaine et composée de noms uniques appartenant à des petites gens. La datation des textes s’échelonne du IIe siècle à la période tardive. On note aussi la présence d’un chapiteau corinthien tardif où est mentionné, dans un cartouche, un atelier de tailleur de pierre ou de sculpteur. (80) Crawley Quinn J. et Wilson A., Capitolia, dans Journal of Roman studies, 103, 2013, p. 117-173. Dans un gros article sur ces monuments, les auteurs proposent, p. 151, une nouvelle restitution de la première ligne de la dédicace du Capitole de Verecunda. Minerve précéderait Jupiter et Junon, contrairement à l’usage.

8Les études suivantes sont des recueils ou des études thématiques appuyés sur la documentation épigraphique. (81) Ehmig U., Subjektive und faktische Risiken : Votivgründe und Todesursachen in lateinischen Inschriften als Beispiele für Nachrichtenauswahl in der römischen Kaiserzeit, dans Chiron, XLIII, 2013, p. 127-198, rés. fr. et angl., p. 625, étudie les risques dans l’Antiquité et comment ceux-ci sont formulés dans les inscriptions votives et les épitaphes. L’inventaire des raisons qui ont motivé les vœux est large (maladie, naissance, danger, commerce, combat de gladiateurs, etc.) et l’auteur fournit un catalogue des causes de décès (tableau, p. 160-198). On dénombre dans ce dernier 48 inscriptions africaines, une dizaine pour la Proconsulaire (Carthage, Thala, Chemtou…), pour la Numidie (Lambèse, Madaure…) et pour la Césarienne (Tipasa, Cherchell), et un texte pour la Tingitane. Il s’agit de victimes de guerre, de crime, de maladie ou de sorcellerie ; un décès est dû aux complications d’un accouchement, un autre aux suites d’un accident. (82) Cortés Bárcena C., Epigrafia en los confines de las ciudades romanas : los Termini Publici en Hispania, Mauretania y Numidia, Rome (Hispania antigua, serie Histórica, 7), 2013, 321 p., ill., donne une édition critique complète de 82 bornes de délimitation provenant des provinces citées dans le titre, dont les provinces africaines, p. 120-213. Ces bornes ont été posées sur ordre de l’empereur ou d’autorités publiques dans l’ouest de la Proconsulaire (14), la Numidie (4), les Maurétanies sitifienne (9) et césarienne (4). En Proconsulaire et en Numidie, elles datent des Flaviens et du règne de Trajan, alors qu’elles sont plus tardives en Maurétanie, où certaines ont même été érigées pendant l’Antiquité tardive. (83) Broekaert W., Navicularii et negotiantes : a prosopographical study of Roman merchants and shippers, Rahden (Wesphalie), 2013, 564 p., ill., 2 index. Le premier chapitre de l’ouvrage précise les termes du projet. Les treize suivants donnent la liste des inscriptions relatives à ce qu’il est convenu d’appeler les naviculaires et les negotiatores, ainsi qu’aux marchands de vin, de blé, d’huile et aux propriétaires de bateaux selon un ordre thématique, chacun étant précédé d’un petit commentaire. La bibliographie est abondante, p. 506-549, mais on regrettera l’absence d’un index géographique, qui aurait permis au lecteur de se repérer dans la copieuse documentation fournie, et il faut remplacer Nabul par Nabeul. (84) Abid M., Les mentions de l’olivier, de l’oléastre, de l’huile et des olearii dans l’épigraphie latine africaine, dans Kairouan et sa région, p. 157-186, reprend 21 documents mentionnant des marchands d’huile ou du personnel en relation avec l’huile, les lieux d’emmagasinage, l’huile en tant que produit dans divers contextes et, parmi eux, des ostraca de Carthage datant de 373, divers témoignages en rapport avec l’olivier et l’oléastre, les cognomina forgés sur l’olive ou l’oléastre (ILAfr., 1661 ; ILAlg., II, 1, 3138) et la toponymie. La vie municipale intéresse toujours autant. (85) Maurizi L., Il cursus honorum senatorio da Augusto a Traiano : sviluppi formali e stilistici nell’ epigrafia latina e greca, Helsinki (Societas Scientiarum Fennica), 2013, 324 p., 26 fig., 30 tabl., index. L’ouvrage traite un corpus de 395 textes rapportant la carrière publique de sénateurs, dont 6 % proviennent d’Afrique. Il s’agit pour l’essentiel d’inscriptions honorifiques, dans une moindre mesure d’épitaphes et de dédicaces de monuments publics. Après la présentation du matériau étudié, des dédicants et de la forme du cursus, p. 1-43, la deuxième partie est dédiée à la structure de ce type d’inscriptions (typologie, diffusion, mention des sacerdoces, éléments associés comme les données militaires, les cas d’omissions dans la carrière), p. 44-132. La troisième partie est consacrée à la mention des honneurs (carrières sous la République, les légations, les spécificités des inscriptions grecques), p. 133-210. L’ouvrage s’achève sur le catalogue répertoriant les 395 inscriptions du corpus, p. 213-288. À compléter avec (86) Christol M., Prévenir et guérir les embarras du forum : l’Aequitas, dans Gérer les territoires, les patrimoines et les crises. Le quotidien municipal II, édit. Cébeillac-Gervasoni M., Lamoine L. et Berrendonner C., 2013, Clermont-Ferrand, p. 233-246, définit la notion de l’équité et sa représentation à travers les charges des édiles qui président à la régulation des échanges (contrôle des mesures, amendes en cas de fraudes). Le lieu des échanges quotidiens, le macellum, comme d’autres lieux publics tels que le forum (à Uthina), était orné de statues et de statuettes représentant l’Équité, en tant qu’abstraction divinisée. L’Aequitas doit donc être associée aux autres divinités du macellum, en premier lieu Mercure, considéré comme le dieu protecteur du commerce (par exemple à Dougga). Les femmes, souvent très courtisées, n’ont fait l’objet que d’un article général (mais nous les retrouvons souvent dans les chapitres suivants). (87) Hemelrijk E., Female munificence in the cities of the Latin West, dans Women and the Roman city in the Latin West, édit. Hemelrijk E. et Woolf G., Leyde, 2013, p. 65-84, 5 fig., s’efforce de dissocier l’étude des évergètes femmes de celles des membres masculins de leur famille, affirmant qu’elles avaient une forme d’autonomie. Elle dresse plusieurs tableaux selon l’origine géographique, les types de donations effectuées par les femmes, leur statut social (inconnu dans la moitié des cas), et la conclusion confirme ce que l’on savait : l’évergétisme leur permettait de jouer un rôle public que leur statut juridique et politique leur interdisait, ce que confirme l’étude suivante. (88) Witschel C., The public presence of women in the cities of Roman North Africa. Two cases studies : Thamugadi and Cuicul, ibidem, p. 85-106. L’a. étudie les monuments bâtis par et / ou pour des femmes dans les cités d’Afrique, à partir de deux études de cas réalisées à Timgad et à Cuicul grâce à l’épigraphie. À Timgad, les femmes sont mentionnées dans ca 29 % des documents, ce qui confirme leur sous-représentation. Leur statut social est varié : 17 sont esclaves ou affranchies ; 13 sont supposées pérégrines ; 139 portent les duo nomina ; 10 seulement peuvent être considérées comme appartenant aux familles de l’élite municipale - trois sont liées à des membres de l’ordre équestre, sept aux aristocrates locaux - et deux appartiennent au milieu sénatorial. Elles sont toujours honorées par et (ou) avec les membres masculins de leur famille. Pour Cuicul, l’a. dresse un rapide catalogue des femmes honorées sur les deux principales places publiques de la cité : en tant que dédicantes, elles représentent 20 % des inscriptions. Les femmes formaient donc une part active et visible de la société locale, mais limitée, et elles étaient presque toujours « accompagnées ». (89) Laporte J.-P., Notables de Rusuccuru (Dellys) et de ses pagi : Iomnium (Tigzirt) et Rusippisir (Taksebt), dans Société (La -) de l’Afrique romaine, p. 73-102, ill. Une présentation de Rusuccuru et de son territoire est suivie par un catalogue d’inscriptions trouvées à Rusippisir (Taksebt), Rusuccuru (Dellys) et Iomnium (Tigzirt). L’auteur compte vingt-trois textes (dédicaces et épitaphes). Et les derniers titres permettront de faire le lien avec l’archéologie et avec une série d’études épigraphiques à portée générale, sur les morts, les soldats et les civils. (90) Saastamoinen A., Physical and Visual Characteristics of Latin Building Inscriptions : The Case of North Africa, dans Arctos, XLVII, 2013, p. 219-242, discute les types de supports sur lesquels ont été gravées les inscriptions mentionnant la construction de bâtiments. Sur les 27 types différents, seule une dizaine est attestée sept fois ou plus. Les supports sont connus dans 648 cas sur 1002 inscriptions relevées. Les stèles l’emportent avec 21 % des occurrences, majoritairement aux IIe et IIIe s. apr. J.-C. (128 occurrences, 47 aux IVe et Ve s.), devant les entablements (16 %, 164 cas) et l’on compte 35 % d’« indéfinis », puis les blocs et les linteaux. Ces quatre catégories composent la grande majorité des supports (81 %) ; viennent ensuite les bases, autels, colonnes et autres supports plus rares. La plupart du temps, la nature de la pierre n’est pas mentionnée et, lorsqu’elle l’est, le calcaire arrive en tête avec 188 cas, suivi du marbre, qui s’est considérablement développé au IIe s., avec 97 attestations. La dimension des lettres est très variable, plus importante aux deux premiers siècles, et au cours des siècles la surface impartie au texte diminue alors que le texte s’allonge. (91) Ronin M., Partage de l’eau et pouvoir de décision dans l’Occident romain, dans Hommes, cultures et paysages, p. 219-239. Une inscription, récemment découverte à Agón, en Espagne, la lex riui Hiberiensis, fait connaître comment était organisée la répartition de l’eau. Elle est rapprochée de la Table de Lamasba et d’autres textes africains, pour prouver que le pouvoir intervenait dans la répartition de l’eau, ce qui n’est rien moins que surprenant. L’armée a droit aussi à plusieurs titres. (92) Schmidt Heidenreich C., Le glaive et l’autel. Camps et piété militaires sous le Haut-Empire romain, Rennes, 2013, 520 p., plans. L’a. a relevé l’ensemble des dédicaces aux 70 divinités trouvées dans les camps dans un catalogue exhaustif et les a replacées dans leur contexte d’origine. L’ouvrage suit un plan thématique en trois parties : le matériel, les acteurs, les dédicaces. Pour y trouver les camps africains, il convient de se référer à l’index géographique. Un catalogue des inscriptions le complète, les provinces africaines se trouvant aux numéros 482-555. On rectifiera la localisation de Bu Njem, qui est située en Tripolitaine, et celle de Théveste, en Afrique proconsulaire. (93) Palao Vicente J.J., La movilidad de los veteranos legionarios durante el Alto Impero, dans Veleia, XXX, 2013, p. 151-168, est une réflexion sur les causes qui conduisaient les vétérans romains à s’installer dans des régions déterminées. L’auteur commente trois inscriptions africaines : CIL, VIII, 27851, à Tebessa ; 19694, à Kherba ; , 1934, 36, à Timgad. (94) Perea Yébenes S., Águilas en tumbas de soldados romanos (Una reflexión sobre la asociación y disociación simbólica en los monumentos militares romanos), dans Debita uerba : estudios en homenaje al profesor Julio Mangas Manjarrés, édit. Cid López R.M. et García Fernández E., Oviedo, 2013, p. 347-369, assez peu africain, commente brièvement le don de la statue d’un aigle à Althiburos (CIL, VIII, 27768). (95) Hilali A., La place des dieux puniques dans le panthéon des militaires en Afrique romaine, dans Kairouan et sa région, p. 187-196. Ces divinités sont peu présentes dans le panthéon des soldats. On connaît seulement un temple à Dea Africa et un autre à Caelestis, et une dédicace à Saturne en Numidie, un temple à Caelestis en Maurétanie Césarienne. Cette absence relative est le signe d’une adhésion aux valeurs religieuses de Rome [le caractère punique de Dea Africa nous semble très discutable]. Les militaires se sont adressés en priorité aux dieux de la communauté romaine.

9L’archéologie est elle aussi une ressource heureusement inépuisable. Seront cités en premier lieu les panoramas où la céramique est toujours très présente, à la suite d’une étude d’archéologie maritime. (96) Archäologie im Mittelmeer : auf der Suche nach versunkenen Schiffswracks und vergessenen Häfen, édit. Reinfeld M., Mayence, 2013, 192 p., ill., cartes, plans. L’ouvrage présente les nouvelles découvertes et les résultats de l’archéologie maritime autour de la Méditerranée et il est très bien illustré. Cet itinéraire archéologique conduit le lecteur en Tunisie. (97) Mills P., The Ancient Mediterranean Trade in Ceramic Building Materials. A Case Study in Carthage and Beirut, dans Roman and Late Antique Mediterranean Pottery Series (RLAMP), II, Oxford, 2013, X-132 p., ill., s’intéresse au commerce des matériaux de construction en céramique entre le IIIe siècle av. J.-C. et le VIIe siècle apr. J.-C., en s’appuyant sur la présentation et l’analyse des matériaux de ce type retrouvés dans deux villes portuaires importantes : Carthage et Beyrouth. L’étude comporte six chapitres, deux annexes et un CD-ROM. (98) Docter R., Bichrome ware amphorae from Al Mina, Kition, and Carthage, dans Ritual, religion and reason, p. 89-102, 7 fig. Les amphores étudiées ici proviennent des trois sites mentionnés. Elles sont décrites et comparées avec d’autres. Celle du Levant datent de ca 750-640 av. J.-C., celle de Carthage, trouvée en 1934, d’une facture exceptionnelle, date de ca 750-700 av. J.-C., et celles de Chypre datent d’environ un siècle plus tard. L’a. met en garde contre des interprétations fantaisistes et pense que, tout en étant inspirées de la céramique géométrique grecque, elles sont d’origine levantine/carthaginoise. (99) Unali A., Sulky arcaica : il vano II G, dans Rivista dei Studi fenici, XLI, 1-2, 2013, p. 153-161. L’analyse de la pièce II G, qui appartenait à un ensemble plus vaste, montre des traces d’activités commerciales avec de la poterie d’origine phénicienne, puis du matériel punique et romain. (100) Reveilla V., Las anforas norteafricanas del Monte Testaccio (Roma) : tipologias, cronologias y zonas de procedentia, dans Manuel de cerámica romana. Del mundo Helenistico al Imperio Romano, édit. Ribera I Lacomba A., Madrid, 2013, p. 415-441, dresse le bilan des importations d’amphores de Tripolitaine, de Tunisie et de Césarienne au Monte Testaccio. (101) Excoffon P., Amphores à Fréjus et commerce en Méditerranée, dans Dossiers d’Archéologie, h.s., XXV, juillet 2013, p. 80-83, 8 fig., mentionne rapidement l’importance des amphores africaines dans ce port à partir du IIe s. apr. J.-C. L’iconographie compte plusieurs titres, notamment la mosaïque, mais pas seulement. (102) Bénichou-Safar H., Les temple-boys : des desservants en puissance pour le sanctuaire, dans Mélanges François Bron, p. 177-192, 14 fig. Les figurines d’enfants âgés de moins de trois ans, dites temple-boys, fréquentes à Chypre, sont rares à Carthage. La présence de breloques, qui signale un usage cérémoniel, et celle d’un animal, sans aucun doute destiné au sacrifice, montrent qu’il faut les interpréter dans la perspective d’une consécration. L’ambiance phénicienne ne fait aucun doute. Ces temple-boys sont représentés sur des stèles votives carthaginoises et on les retrouve sur des figurines de terre cuite de l’époque romaine. L’a. explique ensuite une formule punique jusqu’ici énigmatique et en propose la signification suivante : « (un tel) qui appartient au groupe des voués » (au service du sanctuaire). (103) Ead., Iconographie des stèles néopuniques de Maktar, dans Maktar, 2013, p. 231-248, commente ce qui est accessible, soit un lot de 130 pièces. Les décors comportent de nombreux motifs, notamment le croissant, les poissons, la rosace, les fleurs, et aussi le soleil, les oiseaux, le fameux « signe de Tanit » et la « bouteille », enfin des personnages. D’autres motifs sont inédits, la pomme de pin, la grappe de raisin, la corne d’abondance, la table à offrandes, le paon et des personnages divins. Elle propose, en fonction de leurs formes, une typologie qui s’écarte un peu de celle qu’avait élaborée C. Picard : cinq types de stèles votives et quatre types de stèles funéraires. Il est difficile de dater ces monuments, mais ils aident à mieux comprendre la religion punique et néopunique. (104) Kearns C., Visual Representations, dans Gardens in Antiquity, p. 151-176, ill., étudie les représentations de jardins et leurs évocations dans l’art antique, depuis les reliefs néo-assyriens et sassanides jusqu’aux mosaïques romaines tardo-antiques. En Afrique romaine, les motifs de branches et de vignes émergeant de cratères sont bien représentés (par ex., la mosaïque du Silène ligoté à Thysdrus, p. 171-172, fig. 7.13). (105) Lenski N., Working Models : Functionnal Art and Roman Conceptions of Slavery, dans Roman Slavery and Roman Material Culture, édit. George M., Toronto, 2013, p. 129-157, 14 fig. L’a. étudie les représentations d’esclaves dans l’art antique. Il s’agit de figures anthropomorphes décorant des objets fonctionnels (encensoir, lampe) ou de statues dont la fonction principale est décorative mais permet en même temps de porter un objet (lampe, plateau, table). Parmi celles-ci, l’a. compte l’éphèbe en bronze découvert à Volubilis, dont la main pourrait avoir tenu une sorte de crémaillère décorée d’une vigne comme les exemples pompéiens. Et, au carrefour de plusieurs types de documentation, (106) Van Den Hoek A. et Hermann J.J., Pottery, pavements, and paradise : iconographic and textual studies on Late Antiquity, Leyde-Boston, 2013, XXII-582 p., ill., index. Dans cet ouvrage qui scrute toutes les régions de l’Empire, deux chapitres intéressent l’Afrique. Au chapitre III, « Two Men in White ». Observations on an Early Christian Lamp from North Africa with the Ascension of Christ, p. 107-132, 7 fig., est étudiée une lampe qui appartient à une collection privée. Elle date des années 440-490 et son iconographie semble caractéristique de l’Africa. Il est possible de mettre le thème en parallèle avec les écrits chrétiens du début du Ve s., dont ceux d’Augustin, qui ont proposé une définition de l’Ascension. Dans le chapitre IV, intitulé Anicius Auchenius Bassus, African red Slip Ware, and the Church, p. 133-147, 7 fig., il s’agit d’une plaque mesurant 43,5 × 31,5 × 7,5 cm, datée de 408, composée de trois panneaux. Au milieu figure le consul, reconnaissable à son costume, Pierre et Paul l’encadrent sur les côtés. Deux autres plaques fragmentaires permettent l’identification de ce haut personnage qui fut en relation avec Augustin. La pierre sous des formes diverses constituait un matériau très prisé. (107) Baratte F., Les sarcophages dans l’Afrique antique : Images romaines et provinciales, dans Iconographie funéraire romaine et société : Corpus antique, approches nouvelles ?, édit. Galinier M. et Baratte F., Perpignan, 2013, p. 173-191, 12 fig. Alors que les images sont très présentes en Afrique sur de nombreux supports, les sarcophages n’en offrent qu’un nombre relativement restreint. Il semble que la mosaïque ait souvent été chargée de dire le message, rendant inutile la sculpture. L’a. décrit quelques sarcophages, ainsi celui de Cornelia Urbanilla à Lambiridi, et note la rareté des épitaphes offrant des précisions sur le défunt et ses conceptions sur l’au-delà. Le contexte ne permet guère, non plus, de déterminer les raisons qui ont présidé au choix des thèmes. (108) Landwehr C., Attanasio D. et Bruno M., The sculptural marbles of Caesarea Mauretaniae (Cherchel, Algeria), dans Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 127-128, 2012-2013, p. 227-260, 11 fig., 2 tabl., 5 graph., ont analysé 81 échantillons de marbre prélevés sur des statues de Caesarea afin d’en déterminer la provenance (Grèce, Asie mineure, Italie et Algérie) et les changements dans les approvisionnements, entre le règne de Juba II et la fin du IIe s. apr. J.-C. (109) Regards croisés d’Orient et d’Occident. Les barrages dans l’Antiquité tardive. Actes du colloque des 7-8 janvier 2011, Paris, édit. Baratte F., Robin C.J. et Rocca E., Paris, 2013, 228 p., ill., cartes, plans. L’ouvrage rassemble quatre contributions sur des monuments situés en péninsule Arabique et au Proche-Orient antique et omeyyade, quatre sur l’Afrique antique et trois études de cas sur la péninsule Ibérique. La peinture est rarement à l’honneur, mais c’est le cas cette année, avec (110) Barbet A., Peintures romaines de Tunisie, Paris, 2013, 336 p., 466 ill. Cet ouvrage, qui fera date, rassemble les vestiges de décorations peintes trouvés dans une vingtaine de sites. Ces peintures animaient des établissements publics (thermes, lieux de culte et de spectacles) et les demeures et tombeaux de riches particuliers. Des reconstitutions, présentées à côté des photographies, permettent de prendre conscience de la variété des thèmes et de la richesse des décors. L’a. a procédé à des rapprochements avec d’autres régions de l’Empire et avec un autre type de décor, à savoir la mosaïque, ce qui permet de comprendre à la fois l’insertion dans la culture gréco-romaine des élites, mais aussi quelques spécificités régionales. Et l’on achève ce bilan des sources avec les mosaïques. La rubrique qui leur est dédiée est, cette année, marquée par un ouvrage sur les jardins et par un autre sur le nu, qui seront présentés plus loin. Mentionnons d’ores et déjà (111) Mañas Romero I., Tecnologías del cuerpo en el mundo romano : el caso del desnudo femenino en el mosaico romano, dans Desnudo y cultura, p. 23-32, qui s’attache à la vision de la féminité dans les mosaïques romaines, qui a été diffusée par les commanditaires, c’est-à-dire les hommes de la classe supérieure. Sont commentées plusieurs mosaïques africaines : celle du seigneur Julius à Carthage, Vénus devant son miroir à Volubilis, Alphée et Aréthuse à Thysdrus, Satyre et Ménade à Carthage, les Trois Grâces à Cherchel, Léda et le cygne à Thysdrus, le bain de Diane à Timgad, Thaenae et Volubilis. (112) Neira L., Desnudo y atracción e los mosaicos : Venus, Europa y las nereidas, ibidem, p. 33-47, ill. Les modèles sur lesquels se fondaient les motifs iconographiques de personnages proviennent de vases en céramique de l’époque archaïque, mais ils prenaient sans aucun doute en compte les désirs des commanditaires. L’auteur s’intéresse aux mosaïques du triomphe ou de la toilette de Vénus à Cuicul, à la Néréide de Carthage, aux Néréides des thermes de Caton à Utique, à la Néréide et Triton à Sabratha, Thysdrus - deux exemplaires - et Acholla. (113) San Nicolás Pedraz M.P., El modelo iconográfico de Ariadna y Rea Silvia adormecidas, ibidem, p. 49-57. Dans l’iconographie on utilise de façon répétitive l’image d’une mortelle nue et endormie comme objet du désir d’une divinité masculine. L’auteur cite les mosaïques de la maison au cavalier de Volubilis, celles de Dionysos à Cyrène et Rhea Silvia à Lixus. (114) George M., Cupid Punisched : Reflections on a Roman Genre Scene, dans Roman Slavery and Roman Material Culture, édit. George M., Toronto, 2013, p. 158-179, 14 fig. Dans l’art romain, le motif du Cupidon puni, qui montre un enfant nu entravé de chaînes, est connu surtout dans la statuaire et la peinture. Deux types différents de ce thème sont représentés en Afrique sur des mosaïques datées du milieu du IIIe s., qui montrent Cupidon flagellé par deux autres Cupidons ou condamné à mort dans un amphithéâtre (à Volubilis, dans la Maison de Vénus ; à Thina et à Utique). Ce motif apparaît dans des contextes domestiques, comme sujet d’amusement, ou sur des bijoux, comme des amulettes probablement. (115) Álvarez Martínez J.M., El desnudo y la representación de atletas, dans Desnudo y cultura, p. 183-191. Les athlètes sont toujours représentés nus sur les mosaïques, mais il existe un débat historiographique pour savoir si elles représentent une réalité ou si les athlètes portaient une pièce de vêtement réduite comme le subligaculum. L’auteur commente la mosaïque de Batten Zammour et celle des lutteurs de Gigthis. (116) Dulaey M., Le phénix dans l’iconographie des premiers siècles chrétiens, dans Phénix (Le -) et son autre, p. 91-118, 8 fig. Parmi les lieux où est représenté l’oiseau symbole de la résurrection, garant de la vie après la mort, figurent le sol de la nef de la basilique de Justinien à Sabratha, où le phénix est en position frontale, muni d’un nimbe rayonnant, avec les ailes déployées. À Taparura (Sfax), il est aussi représenté tête rayonnante, et il en est peut-être de même sur une mosaïque de Thysdrus.

10La revue des sites commencera par ceux des Garamantes, qui fournissent chaque année des publications importantes. Aux prospections britanniques auxquelles nous sommes habitués s’ajoutent cette année les travaux d’une mission italienne. (117) Sterry M. et Mattingly D.J., Desert Migrations Project XVII : Further AMS Dates for Historic Settlements from Fazzan, South-West Libya, dans Libyan Studies, XLIV, 2013, p. 127-140, 7 fig., ont effectué une série de datations radiocarbones sur des échantillons de briques d’adobes issues de sites prospectés à proximité de Jarma (Wadi al-Ajal et Murzuq area). Il s’agit pour l’essentiel de fortins et de villages fortifiés garamantes datés du IIIe au VIe s. (118) Merlo S., Hakenbeck S. et Balbo A.L., Desert Migrations Project XVIII : The archaeology of the northern Fazzan. A preliminary report, ibidem, p. 141-161, présentent la cartographie et la typologie des sites prospectés en 2007 et 2008 dans le Wadi ash-Shati, au nord du Fazzan, parmi lesquels ont été dénombrés 11 fortins, 3 villages fortifiés, 19 villages et 24 nécropoles, auxquelles s’ajoutent 65 cimetières repérés sur clichés satellites. L’étude est complétée par les données géomorphologiques et la question de l’irrigation dans la région. (119) Life and death of a rural village in Garamantian times. Archaeological investigations in the oasis of Fewet (Libyan Sahara), édit. Mori L., Florence, XXIV-406 p., 377 fig., 3 pl., 74 tab., présente les résultats des travaux de la mission archéologique italienne menés de 2002 à 2006 dans l’oasis de Fewet située au sud-ouest de la Libye, à proximité de la frontière algérienne. L’ouvrage se compose de 20 chapitres. Après la présentation du site et celle des données paléoenvironnementales et géoarchéologiques, le ch. 4, p. 33-70, présente les fouilles (2002-2004) du village garamante, daté des dernières décennies du premier millénaire av. J.-C. et caractérisé par une enceinte, de petites unités d’habitation et un puits collectif. Plusieurs structures de ce site, construit en soubassement de pierres pour l’enceinte et en élévation d’adobes, ont fait l’objet d’une restauration (ch. 19, p. 369-373). Des prospections à proximité du village moderne (Tan Ataram) ont également mis en évidence un site de plein air occupé épisodiquement par des pasteurs qui pratiquaient le commerce (ch. 5-12). Les ch. 15-18 sont consacrés à la nécropole de Fewet, p. 199-367 : des prospections ont permis la découverte de 1329 tumuli, couvrant la chronologie garamante, de 1000 av. J.-C. à 1000 apr. J.-C. (Catalogue, p. 224-252). Les résultats de la fouille de 24 d’entre eux sont ensuite présentés, accompagnés des données anthropologiques et des analyses isotopiques qui permettent de comprendre le régime alimentaire et la mobilité des populations. Une synthèse (ch. 20, p. 375-387) replace l’occupation de l’oasis de Fewet et de l’oued Tanezzuft dans le contexte de l’histoire du Sahara central. Le développement du village de Fewet et la longue occupation de la nécropole voisine sont en rapport direct avec la formation du royaume des Garamantes voisin à la fin de ce millénaire et avec le développement du commerce à longue distance par dromadaires. Les sites africains sont présentés d’est en ouest, et du nord au sud, et donc la Tripolitaine d’abord. (120) Michel V., L’activité récente de la Mission archéologique française en Libye pour l’Antiquité, dans Antiquités Africaines, XLIX, 2013, p. 219-231, 11 fig. Après une interruption en 2011 due aux troubles, la Mission a repris ses activités en 2012 et livre les résultats de celles-ci à propos de trois sites de Cyrénaïque, de Leptis Magna et du mausolée de Gasr ed-Duirat. Les Thermes du Levant à Leptis Magna sont constitués de deux ensembles distincts mais connectés. Les sols les plus anciens datent du début du Ier s., mais les thermes n’auraient fonctionné comme tels qu’au siècle suivant. Ils périclitent au cours de la seconde moitié du IIIe s., et on constate des transformations. L’ensablement commence au Ve s. Par ailleurs, un travail de restauration a été réalisé sur le mausolée de Gasr ed-Duirat, qui était situé à 2 km au sud-ouest de la ville et qui a été remonté dans la cour d’entrée du musée. Il s’agit d’un mausolée-tour dont une inscription rappelle le nom du défunt, C. Marius Pudens Boccius Zurgem, qui vécut au début du IIIe s. apr. J.-C. (121) Bonifay M. et Capelli C., Les thermes du Levant à Leptis Magna : quatre contextes céramiques des IIIe et IVe siècles, en collab. avec Franco C., Leitch V., Riccardi L. et Berni Millet P., ibidem, p. 67-150, 43 fig., 4 tabl. L’examen a permis de mieux caractériser les productions locales ou régionales d’amphores, de sigillées, de céramique culinaire et commune, et de mieux comprendre les relations commerciales qu’entretenait la cité avec les autres régions. Le produit le plus importé dans les amphores était le vin, de provenance très variée, puis un peu de poisson et de garum, mais la nature de certains produits reste incertaine. Les denrées venaient surtout de Méditerranée centro-occidentale. Durant le dernier tiers du IIIe s. ou au début du IVe s., des bâtiments ont été reconvertis très probablement en une unité de production de farine et de pain, activité qui n’aurait duré que quelques décennies. Quant à la vaisselle culinaire, à partir du moment où elle est produite localement, sa part augmente notablement et les importations, surtout en provenance de Zeugitane et de Byzacène, diminuent ; les autres importations restent anecdotiques. (122) Chelbi F., Zembra et Zembretta (Tunisie) « îles Jamour ». Les Aegimures de l’antiquité : recherches archéologiques et historiques, dans Africa, XXIII, 2013, p. 61-81, 27 fig. Des missions archéologiques sur Zembra, la plus grande de ces îles, situées sur le trajet entre Carthage et la Sicile et mentionnées par plusieurs auteurs antiques, ont permis d’identifier un port et peut-être un petit arsenal, un poste d’observation situé sur un piton, ainsi qu’une nécropole punique, des bassins de salaisons et une église d’époque tardive. Ces aménagements faisaient de l’île un pôle d’observation et un relais avec Carthage et les forteresses militaires qui surveillaient le golfe de Tunis. À Zembretta, des vestiges pourraient correspondre à un monastère. La Tunisie est toujours très bien représentée. (123) Mabrouk J., Tombes creusées dans le roc à El-Jouf (région de Zaghouan), ibidem, p. 41-53, 5 fig. Cet article porte sur un ensemble de 6 tombes rupestres. L’a. en présente la morphologie, l’orientation et propose de les dater de l’époque libyco-punique. (124) Kairouan et sa région. Nouvelles recherches d’Archéologie et de Patrimoine. Actes du 3e Colloque international du Département d’Archéologie (Kairouan, 1-4 avril 2009), édit. Boukhchim N., Ben Nasr J. et El Bahi A., La Manouba, 2013, 410 p. en français, 263 p. en arabe, ill. L’ouvrage réunit 24 communications, qui se répartissent entre trois périodes : cinq articles concernent la Préhistoire, huit l’Antiquité, qui comprend les périodes punique et romaine, et le Moyen Âge a réuni onze contributions. (125) Ben Baaziz S., qui a rédigé le rapport final, en a dégagé les lignes principales, p. I-IV. Cette réunion scientifique a permis de présenter des nouveautés, des résultats de prospections ou de fouilles, des exposés de méthodologie, des travaux sur l’occupation du sol, des études sur la ville de Kairouan. (126) Fareh H., Hajlaoui A. et Lahmar L., Prospection archéologique dans la région de Laswda à Sidi Bouzid (Carte de Djbel Es-Souda n° 086) : résultats préliminaires, ibidem, p. 205-230, 5 fig., 6 tab., 47 photos. Quatre campagnes de prospections dans cette région située dans une zone de transition entre les hautes et basses steppes, en Byzacène près de Masclianae, ont montré l’importance de l’oléiculture, attestée sur 13 sites, de la céréaliculture, de l’activité artisanale, avec production de briques cuites, de tubes à emboîtement, et l’existence d’installations hydrauliques. On note aussi la présence importante de vestiges chrétiens - mosaïques, baptistère à huit lobes, sarcophages -, et une abside, dont on ignore la destination. (127) Jaouadi S., L’occupation du sol au sud de la ville de Kairouan durant l’Antiquité : données de la feuille Pavilliers (071) au 1/50 000, dans Revue Tunisienne d’Archéologie, I, 2013, p. 93-122, 7 fig., a rassemblé la documentation sur les 113 sites inventoriés au sud de Kairouan, pour la feuille Pavillier, qu’il a digitalisée dans un système d’information géographique (SIG). L’a. analyse l’organisation spatiale des sites, leur implantation par rapport au relief et au réseau hydrographique, et propose une synthèse sur l’occupation du sol et la mise en valeur agricole attestée par les ouvrages hydrauliques, les traces de centuriation et le commerce (production d’huile d’olive et fabrication de conteneurs). (128) Landes C. et Ben Hassen H., Le mur de scène du théâtre d’Oudhna (Tunisie), ibidem, p. 106-114, 2 ill. Les fouilles menées entre 2006 et 2011 ont permis de mieux établir la chronologie du théâtre et ont fait connaître un dossier épigraphique abondant, mais fragmentaire. Une brique estampillée en remploi dans le théâtre date de la fin du règne de Domitien ou du début du règne de Trajan. Un fragment du IIe siècle atteste le don (ou la réfection ?) d’un équipement du théâtre par un évergète anonyme. La plaque a été transportée vers les grands thermes avec probablement d’autres éléments du théâtre afin de servir à la réparation des thermes au début du Ve siècle apr. J.-C. (129) Ferchiou N., Recherches sur le paysage urbain du lieu dit Dhorbania, l’antique Thambaia, et sa région, dans Africa, XXIII, 2013, p. 155-178, 23 fig. Cette étude méthodique des lieux montre la dualité du site qui couvre une surface moyenne et présente une structure discontinue, coupée aujourd’hui par une route. Les vestiges sont peu lisibles, la présence de blocs en pierre de taille fait soupçonner l’existence de bâtiments publics ; un temple sur podium, de petits thermes privés, un pont, une huilerie, des nécropoles, un vaste bâtiment rectangulaire sont perceptibles sur le site. Néanmoins, celui-ci ne semble pas avoir connu un développement aussi important que plusieurs localités peu éloignées où les traces monumentales sont bien visibles. Thugga est au coeur de plusieurs études importantes. (130) De Vos Raaijmakers M., Attoui R. et alii, Rus Africum. T. I. Le paysage rural antique autour de Dougga et Téboursouk : cartographie, relevés et chronologie des établissements, Bari (Bibliotheca Archaeologica, 30), 2013, 416 p., 171 ill ; (130bis) De Vos Raaijmakers M., Attoui R., Battisti A., avec la collaboration de Boeijen M., Rus Africum. T. II, L’aqueduc Aïn Hammam-Thugga, Cartographie et relevés, Bari (Bibliotheca Archaeologica, 34), 2013, 413 p., ill., cartes. Les prospections conduites entre 1994 et 2012 dans cette région ont permis d’identifier, à côté de dix villes déjà connues, huit structures fortifiées, 17 agglomérations rurales, de nombreuses fermes, des nécropoles et des ouvrages hydrauliques. Dans le volume I, pour chaque site est présentée une fiche descriptive, relative surtout aux structures encore visibles, avec une planimétrie, et le texte de 361 inscriptions, dont 74 encore inédites, accompagnées par une documentation photographique (dans un DVD en annexe), un bref commentaire et, à la fin, des indices onomastiques très utiles. On y trouve une dédicace à Junon et surtout des épitaphes qui montrent des noms d’indigènes romanisés. Le volume II contient la documentation topographique et architecturale sur l’aqueduc qui distribuait l’eau à Dougga depuis la source d’Aïn el Hammam, à 12 km au nord-ouest de la ville. Il aboutissait à des citernes situées près de l’arc de Sévère Alexandre sur la grande rue courbe. (131) De Vos M., The Rural Landscape of Thugga : Farms, Presses, Mills, and Transport, dans The Roman Agricultural Economy. Organization, Investment, and Production, édit. Bowman A. et Wilson A., Oxford, 2013, p. 143-218, ill. Ce gros mémoire très bien documenté et bien illustré commence par poser les problèmes. Il propose ensuite une étude de géographie, physique et humaine très courte (climat, écologie et population). Il décrit les ressources naturelles : pierre, sol, eau et bois. L’auteur essaie de classer les types d’établissements connus dans la campagne de Dougga puis de définir une évolution, depuis l’époque préromaine jusqu’à l’Antiquité tardive, à partir de cartes. Elle compte les pressoirs destinés à l’huile et au vin, ce qui est nouveau, ainsi que les moulins et leurs différents types. Elle étudie la céramique et l’approvisionnement en eau. Elle distingue trois types de structures agraires : les domaines impériaux, les grands domaines de particuliers et les fermes. L’approvisionnement en eau et le réseau routier ne sont pas négligés, notamment la route qui reliait Tébessa à Carthage. Enfin, au Bas-Empire, l’Église a joué un rôle économique, apparemment modeste. (132) Baklouti H., L’eau à Dougga (Thugga). Les citernes dites d’Aïn ed-Doura, étude archéologique, dans Africa, XXIII, 2013, p. 103-142, 28 fig., 3 pl., présente les résultats obtenus à l’issue des trois campagnes de fouilles menées sur ces citernes situées au sud de la ville, étude qui complète celle parue précédemment (B.A.A.A., XLII (2008), 2014, n° 652). Ces citernes se distinguent par un plan trapézoïdal et leur aménagement à flanc de coteau, ce qui traduit une adaptation à la double pression exercée par la nature argileuse du terrain et par la masse d’eau à stocker. L’eau devait être retenue un long moment, car les citernes alimentaient des thermes d’été. La céramique retrouvée indique une construction effectuée entre le milieu du IIe s. et le début du IIIe s., ce qui est cohérent avec la phase de développement et d’embellissement de la cité. La date d’abandon se situerait au début du Ve siècle. (133) Ghaki M. et Paris F., Les monuments mégalithiques du Sud Tunisien, état de la question, dans Kairouan et sa région, p. 49-66, 6 pl. Dans cette région peu étudiée jusque là, les auteurs ont procédé à un bilan grâce aux techniques modernes et fouillé deux nécropoles, dont l’une, el Menaguib, comporte une vingtaine de bazinas à deux gradins. Deux modes funéraires semblent avoir coexisté, la crémation et l’inhumation soit en position fléchie soit en position étendue pour une période plus tardive. L’Algérie ne compte qu’une étude. (134) Bordes J.-L., Gillon P. et Laporte J.-P., Le barrage antique d’El Benian sur l’oued Berdi (wilaya de Bouira, Algérie), dans Regards croisés d’Orient et d’Occident, p. 175-181, 9 fig., présentent ce barrage-poids maçonné, aujourd’hui enseveli, situé à une centaine de kilomètres au sud-est d’Alger, à partir d’une documentation des années 1960-1970, qui était restée inédite (étude hydraulique, clichés et relevés). Le Maroc est très présent cette année, avec trois ouvrages portant sur deux sites majeurs. D’abord deux bilans importants sur Tamuda, l’un sur la ville et le castellum, l’autre plus précisément sur les fortifications. Ils sont le fruit de la coopération maroco-espagnole, entre les universités espagnoles de Huelva et de Cadix et l’université marocaine Abdelmalek Essadi de Tétouan. Issus du projet d’investigation et de mise en valeur de la ville de Tamuda (PET), ils présentent les résultats des campagnes de fouilles menées entre 2008 et 2012. (135) Tamuda. Cronosecuencia de la ciudad mauritana y del castellum romano. Resultados arqueológicos del Plan de Investigación del PET (2008-2010), édit. Bernal Casasola D., Raissouni B., Verdugo J. et Zouak M., Cadix (Colección de Monografías del Museo Arqueológico de Tetuán, IV), 2013, 677 p., ill., cartes, plans, publient aussi des résultats des fouilles archéologiques effectuées jusqu’à ce jour à Tamuda. Les critères utilisés pour le choix des zones à explorer ont été d’ordre patrimonial et non scientifique puisque les institutions marocaines désiraient restaurer et conserver la muraille, et améliorer l’itinéraire de visite du site, comme il est indiqué dans le prologue, p. 21-22. Trois annexes, où sont reproduits les rapports inédits des fouilles réalisées par César Luis de Montalban à Tamuda en 1921-1922, complètent l’ouvrage. (136) Moujoud T. et Anqouda M.A., Cultural significance of the archaeological site of Tamuda, ibidem, p. 29-43, ont rédigé une synthèse à propos des aspects historiques et archéologiques les plus saillants du site ; ils font aussi une proposition qui tient compte des nécessités matérielles et humaines en vue de son ouverture au public. (137) Verdugo Santos J. et Zouak M., El Plan Estratégico de Tamuda 2008-2012 : valoración y balance de su ejecución, ibidem, p. 45-62, font le bilan du plan et concluent que ce fut très positif, et de même (138) Bernal Casasola D. et Raissouni B., Tamuda mauritana y romana, nuevas perspectivas de análisis, ibidem, p. 479- 505, mettent bien naturellement en valeur les résultats positifs des fouilles réalisées entre 2008 et 2012. (139) Sáez Romero A.M., Bernal Casasola D., Díaz Rodríguez J.J., Raissouni B. et Ghottes M., Del final de la ciudad mauritana a la construcción del campamento. El sondeo 3, en la puerta occidental del castellum, ibidem, p. 235-290, fig. Un sondage a été effectué dans la porte principale gauche du castellum, sur un espace déjà exploré en 1943-1944 par P. Quintero et C. Giménez. Les datations pour la construction du castellum étaient généralement situées au IIe s. apr. J.-C. en se fondant sur la découverte de monnaies sans contexte stratigraphique précis. Le sondage apporte les précisions chronologiques suivantes : la construction s’est effectuée dans les années qui ont immédiatement suivi la provincialisation, en utilisant les matériaux des maisons sur lesquelles elle s’est installée ; la porte dispose alors de tours quadrangulaires à l’intérieur ; au milieu du IIe s. apr. J.-C., on constate une destruction par un incendie et la porte est alors bouchée ; on construit un mur double ; finalement, à la fin du IIe s. ou au début du IIIe s., la porte est de nouveau ouverte et dotée de deux tours semi-circulaires à l’extérieur ; le castellum est abandonné au cours du Ve s. apr. J.-C. (140) Bustamante Álvarez M., Bernal Casasola D., Díaz Rodríguez J.J. et alii, Reformas e incendios en el acceso occidental del campamento romano entre el siglo II y el V d.C. Diacronía y fases de ocupación del Sondeo 4, ibidem, p. 291-316, fig., publient les données fournies par le sondage n° 4 effectué dans la porte occidentale du castellum. Un niveau de destruction par incendie d’une épaisseur moyenne de 8 cm a été détecté, composé de cendres et de charbons ; il est daté de la première moitié du IIe s. De cette période jusqu’à la fin du IVe s., la zone fouillée est une zone de passage et n’a pas été embellie ; à la fin du IVe s. ou au début du Ve s., elle a été pavée de petits galets irréguliers. Les auteurs concluent que ce sondage, comme le n° 3, montre les attaques répétées des tribus maures contre le castellum de Tamuda. (141) Riquelme Cantal J.A., Estudio arqueozoológico de los restos óseos de las excavaciones en la ciudad mauritana y en el castellum de Tamuda, ibidem, p. 431-460. Les cabanes contenant des restes d’ovicapridés sont les plus représentées aux périodes antiques et vont en diminuant au cours du IIe s. apr. J.-C. Les bovins viennent en second surtout au IVe s. apr. J.-C. (142) Yánez Camacho C., Análisis polínico de las excavaciones en Tamuda, ibidem, p. 461-476. Cette étude palynologique de 25 prélèvements montre que, durant toute la période étudiée, l’environnement de la cité était formé d’une forêt et d’oliviers sylvestres. On constate un grand incendie à la fin du Ier s. apr. J.-C. Le second ouvrage consacré à Tamuda est centré sur l’enceinte ; nous mentionnons infra les contributions les plus générales. (143) La Arquitectura militar del castellum de Tamuda. Los sistemas defensivos, Serie Arqueologica, 4, édit. Campos Carrasco J.M. et Bermejo Melendez J., Rome, 2013, 318 p., ill., expose les travaux réalisés par les membres de l’Université de Huelva sur les portes et la muraille du castellum. Ceux qui ont été effectués au centre du castellum seront publiés ultérieurement. En plus des éditeurs, ont collaboré à ce volume Chacón Jiménez J., Cortijo Romero V., Delgado Aguilar S., Fernández Sutillo L., Ghottes M., Gómez Rodríguez Á., O’Kelly Sendrós J., Robles Esparcia S., Rodero Pérez J., Rodero Pérez S., Toscano Pérez C., Verdugo Santos J., de la O Vidal Teruel N. (144) Campos Carrasco J.M. et Bermejo Melendez J., La investigación en la ciudad de Tamuda : de Montalbán al proyecto Tamuda, ibidem, p. 23-30, évoquent brièvement la genèse du « plan archéologique de Tamuda » (PAT) et les institutions marocaines et espagnoles qui s’y sont impliquées, ainsi que les collaborateurs. (145) Bermejo Melendez J., Tamuda y su marco geográfico. La península tingitana y el valle del río Martil, ibidem, p. 31- 36, est la description géographique et géologique des environs de la cité. (146) Campos Carrasco J.M. et alii, Las recientes investigaciones en el castellum tamudense (campañas 2008-2011), ibidem, p. 47-53, décrivent succinctement les secteurs précis du castellum dans lesquels l’Université de Huelva a réalisé des fouilles archéologiques. (147) Campos Carrasco J.M. et alii, La arqueoarquitectura como base : métodos y técnicas de análisis arqueológico en Tamuda, ibidem, p. 55-62, définissent les méthodes utilisées pour les fouilles. Il ressort de ces principes qu’un édifice contient des unités stratigraphiques négatives (en sous-sol) et positives (à l’air libre), qu’il est nécessaire d’analyser pour une bonne compréhension de l’évolution de l’édifice et une vision unitaire des deux parties. Deux contributions définissent la chronologie du camp. (148) Bermejo Melendez J., Campos Carrasco J.M. et alii, Evolución y cronología del castellum tamudense : de Tamuda a Tamuco (s. I d.C.-s. V d.C.), ibidem, p. 251-263, ill., et (149) Bermejo Melendez J. et Campos Carrasco J.M., Hacia una propuesta de síntesis : Tamuda, significación y futuro, ibidem, p. 299-315, ill. Le camp fut construit immédiatement après la création de la province de Tingitane. Au cours du IIe s., les portes ont été modifiées afin d’en renforcer le caractère défensif ; au début du IIIe s., on a construit des tours semi circulaires adossées aux portes et pour finir, à la fin du IIIe s. ou au début du IVe, les tours des angles ont été ajoutées. (150) Bermejo Melendez J. et alii, La porta praetoria del castellum de Tamuda, um ejemplo de monumentalización en la arquitectura militar tingitana, ibidem, p. 63-93, est une étude archéo-architectonique des vestiges que les fouilles de l’Université de Cadix ont mis au jour dans la Porta Praetoria du castellum. Les a. délimitent les unités stratigraphiques de construction (UEC) et analysent l’évolution de la zone. Ils donnent des reconstructions infographiques et en 3D de la porte à différentes époques. Un autre site marocain a bénéficié d’une belle publication. (151) Sidi Ali Ben Ahmed - Thamusida 3. I materiali, édit. Akerraz A., Camporeale S. et Pami E., avec la collaboration de Bernardoni E., Bigi L. et alii, Rome, 2013, XXVIII-517 p., ill., cartes. L’ouvrage présente la collecte des matériaux provenant des fouilles italo-marocaines (2000-2006) dans cette cité. 49 537 pièces archéologiques ont été classées selon leur matériau (céramique, verre, os, pierre, monnaies) et selon leur classe typologique (fonction, production, forme). La chronologie oscille entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le XXe s. apr. J.-C. Une carte rend compte pour chaque type de la distribution de cette production dans l’empire et de sa présence spécifique en Tingitane. (152) Humbert A., Les terroirs irrigués en Occident méditerranéen. Observations aériennes d’héritages agraires, dans Eau (L’-) en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen Âge, Cahiers de la Villa « Kérylos ». Actes du XXIIe colloque de la Villa Kérylos des 7 et 9 octobre 2011, Paris (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), 2013, p. 339-361, 19 fig. L’auteur, géographe, s’intéresse aux aménagements hydrauliques destinés à capter l’eau pour l’irrigation des terres dans l’Anti-Atlas marocain (sud d’Agadir) : les terrasses sur les versants, les petites digues aménagées sur les piémonts et dans les vallons ou, de façon plus pérenne, l’irrigation de crues (bled seguia ou bled targa). Ces systèmes, bien visibles depuis le ciel, sont hérités de techniques anciennes qui ont marqué également le paysage, telles que les galeries drainantes (les foggaras).

B. Bibliographie

11Cette rubrique traitera successivement des bibliographies et des recensions d’intérêt général, des dictionnaires et encyclopédies, puis des expositions et des études historiographiques, et se terminera avec le souvenir des savants disparus. Nous commencerons avec l’indispensable (153) Année (L’-) philologique, LXXXIV (2013), 2015, 2078 p., qui a naturellement été dépouillée pour ce fascicule, plus particulièrement les pages consacrées aux auteurs, notamment les Africains, et celles qui concernent l’histoire régionale. Le (154) Bulletin analytique d’Histoire romaine, XXII (2013), 2014, 490 p., rend aussi de précieux services pour nos études. D’autres recensements recouvrent une période précise ou un thème plus limité. (155) Ribreau M. et alii, Bulletin augustinien pour 2012/2013 et compléments d’années antérieures, dans Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LIX, 2, 2013, p. 441-504. Cette livraison du Bulletin concerne bien davantage les publications consacrées à Augustin et à son oeuvre parues en 2012 que celle publiées en 2013. Elle apporte aussi de nombreux compléments aux bulletins antérieurs, en particulier pour l’année 2011. (156) La Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LIX, 1, 2013, s’ouvre par un hommage à J.-C. Fredouille (1934-2012), éminent spécialiste de la littérature chrétienne africaine et plus particulièrement de Tertullien. Aux notices nécrologiques rédigées par Zarini V. (p. I-III), Petitmengin P. (p. V-VII) et Chapot F. (p. IX-XI), qui évoquent le souvenir et l’oeuvre de leur collègue disparu, s’ajoute la bibliographie de J.-C. Fredouille (p. XIII-XXI). (157) Chapot F. et alii, Chronica Tertullianea et Cyprianea 2012, ibidem, p. 379-439, concerne les publications de l’année 2012, mais apporte aussi quelques compléments aux chroniques antérieures. La livraison de Vetera Christianorum, L, 2013, revue spécialisée dans l’étude du christianisme antique, est particulière cette année. Toute la première partie du volume est consacrée à son cinquantième anniversaire : sera très utile le bilan proposé par (158) Simonetti M., Cinquant’anni di Vetera Christianorum e di ricerca anticocristianistica in Italia, ibidem, p. 5-44, sur l’histoire de la revue, les sommaires des 49 premiers volumes (p. 45-139) et l’index des auteurs modernes qui y ont publié des articles entre 1964 et 2012. D’autres recensions sont spécialisées sur certains types de documentation. (159) Laubenheimer F., Des amphores et des hommes. Chronique 2014, dans Dialogues d’Histoire ancienne, XL, 1, 2014, p. 239-252, concerne les publications de 2013. (160) Bulletin de l’Association internationale pour l’étude de la mosaïque antique, Bibliographie des années 2011 et 2012, et compléments des années antérieures, comptes-rendus de publications, XXIII, 2013, 606 p. Pour les documents africains, on verra les nos 598-611 (Algérie), 1562-1574 (Libye), 1576-1583 (Maroc), 1709-1752 (Tunisie). (161) Isis current bibliography of the history of science and its cultural influences, édit. Weldon S.P., Chicago (Ill.), 2013, XXXII-304 p., et (162) Annual bibliography of sport in Antiquity, édit. Papakonstantinou Z. et Remijsen S., préface Decker W., dans Nikephoros, XXVI, 2013, p. 305-337, index. Parmi les dictionnaires et encyclopédies, nous avons le (163) Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, édit. Aubert R., Courtois L. et Louchez E., XXXI, Fasc. 184, Lesley-Leyen, 2013, col. 1025-1280, et la monumentale (164) Encyclopedia (The-) of Ancient History, édit. Bagnall R.S. et alii, Malden-Oxford, 2013, 13 volumes, CXLIV-7492 p., ill., cartes. Mais c’est surtout le volume suivant qui nous a retenus, l’ (165) Encyclopédie berbère, XXXVI (Oryx-Ozoutae), Paris-Louvain, 2013, p. 5859-6018, ill., cartes, avec les notices suivantes : (166) Abdoun F., Ouarsenis, écologie du massif, p. 5922-5928, 6 fig. ; (167) Desanges J., Ouarsenis / Anc (h) orarius mons, p. 5945-5946 ; Ouerbikae, p. 5962 ; Oueroueis, p. 5963 ; Ouoloubiliani, p. 5975 ; Ours : période antique, sources littéraires, p. 5983-5984 ; Ouzalae ou Ouzourae, p. 6009- 6010 ; Ozoutae, p. 6010 ; (168) Hachid M., Outre : art rupestre historique et sources écrites anciennes, p. 6004-6009 ; (169) Lassère J.-M., Oxyntas, p. 6010 ; (170) Laporte J.-P., Ouarsenis : histoire, géographie humaine, p. 5929-5945, 4 fig. ; (171) Merzoug S., Oryx, p. 5859-5862 ; Outarde, p. 5994-5996, 2 fig.

12Le patrimoine demeure un enjeu de mémoire et un objet d’étude toujours renouvelés, cette année de la Tunisie au Maroc. (172) Lepart L., Le Bardo fait sa révolution, dans Archeologia, 513, septembre 2013, p. 4-5, signale la réouverture de ce prestigieux musée après quatre ans de travaux conduits en partenariat avec l’INP et le Louvre. Désormais, le plus ancien musée de Tunis se hisse au niveau des grands musées internationaux. L’auteur souligne l’importance et la qualité des mosaïques exposées. (173) Deloum S., Note à propos d’une collection monétaire de Madavros (M’daourouch, Algérie), dans Ikosim, II, 2013, p. 135-144, ill. Le musée de Souk Ahras, l’antique Thagaste, garde dans ses réserves quelque 3000 pièces de monnaie qui proviennent de Madaure et sont en très mauvais état. On ne peut identifier qu’une centaine de bronzes. Cinq d’entre eux sont attribuables au IIe siècle ; les autres se répartissent entre le IIIe et le IVe siècle, période à étendre jusqu’au tout début du Ve. (174) Hanoune R., Chronique du patrimoine déplacé, ibidem, p. 175-176, 5 fig., rappelle l’existence de cinq documents africains conservés l’un dans un musée américain, les autres dans les réserves des Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles : une tête de Saturne voilé en marbre du Pentélique, avec traces de peinture (Museum of Fine Arts de Boston, Mass.), issue de Djémila (fin IIe s.?) et acquise par le musée en 1966, n’est mentionnée dans aucune publication. De Madaure proviennent quatre documents épigraphiques, donnés au musée par St. Gsell en 1907 : la dédicace honorifique de deux sacerdotes Kapitol (i) à leur fils pontife, la dédicace à Pluton Auguste d’un sacerdos (ILAlg, I, 2146 et 2066), et deux épitaphes métriques (ILAlg, I, 2221 et 2781). (175) Hassab S. et Pons Pujol L., El museo regional del Rif (Marruecos). Proyecto científico y cultural sobre la constitución de un museo de sociedad del Rif, dans Acta Historica et Archaeologica Medievalia, XXXI, 2011-2013, p. 503-516. Les auteurs s’adressent aux autorités politiques et culturelles du Maroc pour leur prouver l’intérêt qu’il y aurait à créer un musée du Rif. Pour justifier cette proposition, ils rappellent les grandes étapes historiques de cette région et surtout leur intérêt. L’historiographie, peut-être un peu moins fournie que d’habitude, nous fait revisiter les projets anciens et renouer avec nos prédécesseurs. (176) Niemeyer H.G., Arbeitsgebiet : Phönizische Archäologie. Über die Lage eines Sondergebietes der mittelmeerischen Archäologie in den deutschsprachigen Wissenschaften, dans Carthage Studies, VII, 2013, p. 21-32, photo. Ce texte posthume a été trouvé dans les archives de l’auteur. Rédigé dans les années 1980, originellement destiné à une conférence, il a probablement été présenté pour l’obtention du poste de professeur à l’Université de Hambourg, comme le montre l’énoncé des projets. Il semble que H.G. Niemeyer l’ait repris en vue d’une publication avec des notes additionnelles peu avant son décès, peut-être dans la même perspective que le texte suivant, puisqu’il s’agit d’un rappel bibliographique des études phénico-puniques et des apports de recherches ultérieures. (177) Id., Die Phönizer und die Altertumwissenschaft, ibidem, p. 33-41. Cet article, posthume lui aussi, était destiné à un ouvrage en hommage à S. Moscati. Le décès de son auteur n’a pas permis sa publication, qui intervient ici avec des ajouts bibliographiques. Il s’agit d’une courte synthèse historiographique sur des études phénico-puniques. (178) Barceló P., Aníbal visto desde la posteridad, dans Fragor Hannibalis, p. 413-433, est une belle synthèse de la vision que la culture européenne a développée au sujet d’Hannibal depuis la Renaissance jusqu’à la période contemporaine. (179) Ben Baaziz S., Historique de la recherche archéologique en Tunisie, dans Hommes, cultures et paysages, p. 57-78. La recherche archéologique est passée par plusieurs étapes. Jusqu’en 1830, elle releva des récits de voyages. Elle devint plus scientifique ensuite, et elle accéda à un statut officiel en 1881, au moment de l’instauration du protectorat. Entre les deux guerres, elle fut limitée à la recherche d’objets. Elle fut confiée à quelques grands scientifiques après 1945. Après l’indépendance, plusieurs étapes peuvent encore être distinguées : création de l’INAA, formation de cadres, grands chantiers, ouvertures de musées, de parcs et publications de revues. (180) Dridi H. et Mezzolani A., De Carthage à Neuchâtel en passant par le canton de Vaud. Quelques aspects de l’activité du Comité des Dames amies de Carthage, dans Mélanges François Bron, p. 317-332, 4 fig. Cette association, créée à l’initiative de L. Carton et de son épouse Marie, est animée par des femmes au cours des premières décennies du XXe s. La stratégie du couple s’inscrit dans un contexte de pression de l’opinion publique, reflète une vue plutôt patrimoniale, l’idée d’un tourisme culturel avant la lettre et développe de multiples activités de vulgarisation, comme le projet d’un parc archéologique. La majeure partie des membres est européenne, mais quelques personnalités nord-africaines y ont adhéré et quelques Américains. Quelques membres sont évoqués, dont plusieurs dames suisses. Après la disparition du Dr Carton, l’intérêt glissa vers d’autres sites. (181) Benseddik N., Lambaesis-Lambèse/ Tazoult. Grandeur et décadences, dans L’affirmation de l’identité. Combats et résistances. Hommage à Kadria Fatima Kadra, Alger, 2013, p. 111-119. Après une présentation rapide du site de Lambèse, l’a. relève les destructions causées par l’armée française et par son administration (le pénitencier du XIXe siècle a détruit un quart du camp du IIe siècle). Elle constate aussi que, malheureusement, l’Algérie actuelle n’est pas exempte de fautes. Nous terminerons par deux articles qui s’insèrent dans la publication déjà mentionnée sur Tamuda. (182) Parodi Álvarez M.J., Díaz Rodríguez J.J. et Ghottes M., Cartografiando las antiguas excavaciones de Tamuda. De Montalbán al PET, dans Tamuda, p. 65-88, ill., ont identifié sur une cartographie moderne toutes les fouilles et les sites mentionnés depuis les années 1920. (183) Bernal Casasola D., Parodi Álvarez M.J. et Sánchez Salas F., La Tamuda de Montalbán en el AGA de Madrid. El dossier de las excavaciones de 1921-1922, ibidem, p. 89-135, ill., offrent une étude des documents inédits conservés dans l’Archivo General de la Administración (Alcalá de Henares, provincia de Madrid) sur les premières fouilles pratiquées sur le site en 1921-1922 par Montalbán. Les documents sont reproduits en fac similé dans trois annexes à la fin du volume. Les auteurs concluent que les études historiographiques ultérieures n’ont pas bien considéré Montalbán et qu’il mérite une place plus appropriée. Les derniers titres sont, comme à l’habitude, consacrés à saluer la mémoire de nos maîtres. (184) Docter R., In memoriam Naïdé Ferchiou (1945-2013), dans Carthage Studies, VII, 2013, p. 7-20, photo, évoque la mémoire de l’archéologue et historienne tunisienne qui a consacré ses recherches à l’étude de l’architecture et à son décor depuis la période punique jusqu’à l’époque byzantine. Bibliographie de N. Ferchiou, p. 9-20. (185) Gubel E., Glenn E. Markoe (NYCity 1951- Kenwood 2012), ibidem, p. 1-6, 2 fig., rappelle le souvenir d’un spécialiste des Phéniciens et de Chypre. La bibliographie se trouve aux p. 4-5. (186) Le Bohec Y., In memoriam : Jean-Marie Lassère (1931-2011), dans Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, XXXVII, 2013, p. 153-154, s’attache à quelques étapes de la vie du défunt et à ses principales publications, en particulier dans le domaine de l’histoire militaire et de l’onomastique. (187) Id., In memoriam : André Laronde (1940-2011), ibidem, p. 155, présente brièvement le membre du Comité des travaux historiques et scientifiques trop tôt disparu.

C. Ouvrages et articles généraux

13Cette partie, toujours volumineuse, est formée de deux sections : l’histoire événementielle, puis les thèmes qui concernent l’Afrique, soit dans son intégralité, soit sur une région particulière.

14Concernant l’histoire événementielle, nous présentons les panoramas à l’échelle de l’Empire par ordre chronologique, puis les bilans à l’échelle régionale. Plusieurs empereurs ont donné lieu à des biographies. Nous n’avons pu consulter (188) Galinski G.K., Augustus : sein Leben als Kaiser, trad. de l’anglais par Hartz C., Mayence, 2013, 223 p., ill., cartes, plans, 2 index. (189) Geiger M., Gallienus, Berne-Francfort-sur-le-Main, 2013, 433 p., ill., index. Les provinces africaines n’interviennent pratiquement pas dans cette biographie bien documentée, Gallien n’y étant pas intervenu personnellement. Constantin est concerné par trois publications, quatre en comptant ses fils. (190) Potter D.S., Constantine the Emperor, Oxford-New York, 2013, XIV-368 p., ill., carte, plans, index, consacre un chapitre entier à la controverse donatiste (p. 193-203). Après une rapide évocation de l’attitude de Perpétue, de Tertullien et surtout de Cyprien face à la persécution et au martyre, ce chapitre revient sur les origines de la crise donatiste, sur ses premiers développements et sur l’attitude de Constantin face au schisme divisant l’Église africaine. (191) Osen K., Konstantin der Grosse. Kaiser zwischen Machtpolitik und Religion, Stuttgart, 2013, 494 p., 16 p. de pl., ill., carte, plan, 2 index. Cette nouvelle biographie de Constantin, publiée à l’occasion du 1700e anniversaire du soi-disant « édit de Milan », consacre l’un des 23 chapitres de son livre (chapitre 10, p. 189-213) à la querelle entre donatistes et catholiques en Afrique, envisagée à travers le rôle de médiateur qu’y joua Constantin. Quelques pages de l’ouvrage sont également consacrées à l’usurpation de Domitius Alexander et à la répression ordonnée par Maxence en Afrique (chapitre 5, p. 120-124). (192) The Cambridge Companion to the Age of Constantine, édit. Lenski N., Cambridge, 2013, 492 p., est l’édition révisée d’un volume paru en 2006. (193) Maraval P., Les fils de Constantin : Constantin II (337-340), Constance II (337-361), Constant (337- 350), Paris, 2013, 334 p., 5 pl., 6 cartes, 2 index. L’ouvrage, organisé en 14 chapitres, est centré sur le déroulement du règne des trois fils ayant survécu à Constantin le Grand. Les 9 premiers chapitres suivent un ordre chronologique, du décès de Crispus, mort avant son père, à la fin du règne de Constance II, seul survivant des trois frères ayant hérité de l’Empire. La loi promulguée en 339 contre la désertion des curiales de cités en Afrique pourrait avoir été à l’origine du conflit qui opposa Constantin II et Constant en 339-340 et aboutit à la mort du premier (p. 42-44) et à la condamnation de sa mémoire (p. 45, n. 33, inscriptions martelées d’Ain Tebournouk, ILTun 814, et de Bulla Regia, ILAfr 456). Les deux chapitres suivants sont consacrés à la politique intérieure, p. 193-213 : de nouveau au sujet de la désertion des curies, l’a. évoque un rescrit de Constant adressé au proconsul d’Afrique et une loi de Constance de 358 (p. 202). Parmi les travaux publics réalisés durant cette période, 12 chantiers urbains ont été répertoriés en Afrique entre 350 et 361 (Sabratha, Lepcis Magna en Libye, p. 212-213, et Mustis p. 221). Les trois derniers chapitres portent sur la politique religieuse des fils de Constantin le Grand, notamment sur le problème du donatisme (p. 257-259). (194) Theodosius II : rethinking the Roman Empire in Late Antiquity, édit. Kelly C., Cambridge-New York, 2013, XV-324 p., index. Dans la dizaine de communications qui composent le volume, le nom d’Augustin et la mention des donatistes reviennent parfois. Et (195) Flower R., « The insanity of heretics must be restrained » : heresiology in the Theodosian Code, ibidem, p. 172-194, évoque un tant soit peu la situation en Afrique à propos de la répression des donatistes, des sectes et des religions autres que le christianisme. La rupture majeure que constitua la prise de Rome en 410 a motivé la tenue d’un colloque. (196) The Sack of Rome in 410 AD. The event, its context and its impact. Proceedings of the conference held at the German Archaeological Institute at Rome, 04-06 November 2010, édit. Lipps J., Machado C. et Von Rummel P., Wiesbaden, 2013, 455 p., ill., plans. Ces actes de colloque regroupent 29 contributions relatives au sac de Rome par Alaric en août 410, ainsi qu’au contexte et à l’impact de l’événement. (197) Salzman M.R., Memory and Meaning. Pagans and 410, ibidem, p. 295- 310. L’a. cherche à mettre en évidence les sentiments et les attitudes des adeptes de la religion traditionnelle face au sac de Rome, en s’appuyant sur des textes d’auteurs chrétiens (Augustin, Léon le Grand, Sozomème) et païens (les fragments de l’Histoire d’Olympiodore de Thèbes, Zosime). Huit sermons d’Augustin prononcés entre 410 et 411 se réfèrent ainsi directement ou indirectement au sac de Rome. Ils suggèrent, à l’instar d’autres sources, que les adeptes des religions traditionnelles reprochaient aux chrétiens d’avoir mis fin aux sacrifices, ce qui aurait entraîné le sac de Rome en guise de punition divine. (198) Mathisen R.W., Roma a Gothis Alarico duce capta est. Ancient Accounts of the Sack of Rome in 410 CE, ibidem, p. 87-102, cite notamment un long passage du De civitate Dei (I, 1) dans lequel Augustin, dans une perspective de propagande anti-païenne, décrit les fidèles de la religion traditionnelle cherchant refuge dans les églises aux côtés des chrétiens. Il mentionne également la fuite en Afrique de plusieurs membres de l’aristocratie romaine, notamment Proba et Mélanie la Jeune. (199) Lee A.D., From Rome to Byzantium AD 363 to 565. The Transformation of Ancient Rome, Edimburgh, 2013, XVIII-337 p., 22 fig., 8 cartes, index, étudie les transformations de l’Empire romain durant les deux siècles qui séparent la mort de l’empereur Julien (363) de celle de Justinien (565). Ce manuel est divisé en 14 chapitres thématiques parmi lesquels plusieurs concernent l’Afrique. Les ch 6, p. 110-133, et 9, p. 178-195, portent sur les relations entre le pouvoir impérial et les chefs « barbares » (Goths, Vandales, Huns et Francs), sur les manifestations du pouvoir royal (frappe de monnaies, construction d’édifices) et le comportement des rois face aux évêques catholiques. Les ch. 10 et 11, p. 199-239, pointent les phénomènes de continuité urbaine attestés dans certaines régions, notamment en Afrique, et la vivacité de l’économie, visible en particulier dans l’occupation des campagnes et dans les échanges (circulation de la sigillée claire africaine). Les ch. 12 à 14, p. 243-300, étudient le règne de Justinien et l’action de l’empereur (réformes législatives, extension de l’empire, doctrine chrétienne et évergétisme). Un des intérêts de cette synthèse, qui englobe les aspects politiques, militaires et religieux de la question, est de comparer la situation à l’intérieur des royaumes du Ve s. qui ont remplacé l’Empire romain d’Occident, et d’offrir une vision d’ensemble de l’occupation des régions occidentales et orientales sous l’Empire byzantin. (200) Becker A., Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle : acteurs, fonctions, modalités, Paris, 2013, 317 p., 5 cartes, index. L’arrivée de peuples barbares modifie les rapports de force et leur installation à l’intérieur des frontières de l’Empire induit une évolution dans les relations diplomatiques. On passe d’une série de conflits armés à des négociations au milieu du siècle, et la personnalité de l’ambassadeur se révèle centrale. L’Europe est le territoire le plus concerné, mais l’Afrique vandale est aussi représentée. Des annexes, p. 227-270, présentent le tableau des familles impériales et royales (Vandales, p. 238) et des index sur les 95 ambassades et les traités répertoriés permettent de se repérer facilement. À présent, quelques études ont porté sur l’histoire de l’Afrique du Nord antique. (201) Le Bohec Y., Histoire de l’Afrique romaine, 146 avant J.-C.-439 après J.-C., Paris, 2013, 283 p., cartes, ill., appendice des toponymes, 2 index, est la seconde édition de l’ouvrage paru en 2005 (B.A.A.A., XXXIX (2005), 2012, n° 97). Dans un même ouvrage qui a de belles photos, (202) Breeze D.J. et Jilek S., Frontiers of the Roman Empire, Grenzen des römischen Reiches, Frontières de l’Empire romain, Édimbourg, 2013, p. 6-39, ill., évoquent des documents de Zinkekra dans un panorama général des frontières romaines, tandis que (203) Mattingly D., Rushworth A., Sterry M. et Leitch V., The Africain Frontiers, Die Grenzen in Afrika, Les frontières africaines, Édimbourg, 2013, p. 40-95, ill., décrivent brièvement le développement de la frontière africaine de l’Atlantique jusqu’aux confins de l’Égypte, de 146 av. J.-C. jusqu’au début du Ve s. apr. J.-C. Des paragraphes sont aussi consacrés au voyage d’Hadrien à Lambèse, aux documents de Bu Njem (Gholaia), aux fermes fortifiées de Tripolitaine, à de belles inscriptions des Maurétanies, de Numidie, de Tripolitaine, ainsi que de Maryport, en Bretagne, où sont mentionnés deux Africains commandant une unité qui y tenait garnison. (204) Arrayás Morales I., Más piratas que corsarios : Mitrídates Eupátor y Sertorio ante el fenómeno pirático, dans Latomus, LXXII, 1, 2013, p. 96-121. L’article ne concerne l’Afrique que dans la mesure où Sertorius y est évoqué. Les sources littéraires semblent insinuer une participation active des pirates au service des deux personnages étudiés ici. Est mentionné le passage de Sertorius depuis Ibiza jusqu’à Tingi pour rallier les populares en Afrique. Il passa l’hiver de 81 av. J.-C. entre Tingi et Lixus, ce qui engendra des problèmes avec les pirates qui le soutenaient puisque le roitelet de Tingi (adversaire de Sertorius) était aussi leur allié.

15La section dévolue aux études thématiques nous introduit davantage dans le monde africain. Elle présentera d’abord les panoramas régionaux, puis les domaines plus spécialisés abordés cette année. (205) La Tunisie antique et islamique, édit. Guizani S., Ghodhbane M. et Delestre X., Tunis-Arles, 2013, 323 p., ill. Cet ouvrage, illustré par des photographies de grande qualité, consacre près des deux tiers de ses pages à l’époque antique, et il a été rédigé par les meilleurs spécialistes. Il est constitué par une série de notices dont chacune est accompagnée par une courte bibliographie. Les premières sont consacrées à des sites majeurs, les secondes à des thèmes. Cependant, la logique qui a présidé au plan nous échappe, car on ne voit pas pourquoi l’époque punique arrive à la fin. Ajoutons que personne n’a relu les textes généraux, d’où un grand nombre de fautes de frappe, c’est bien dommage. (206) Christol M., Ferdi S., Fernandez D. et Ferranti F., Voyage en Algérie antique, Arles, 2013, 218 p., ill. L’ouvrage décrit les principaux sites romains de ce pays, notamment Tipasa, au bord de la mer, l’antique Cuicul, perchée sur son éperon, Timgad et Lambèse au pied de l’Aurès, et plusieurs autres cités. De belles photographies de F. Ferranti accompagnent le texte. Les contributions relatives à l’impérialisme romain forment le premier thème de cette section. (207) A Companion to Roman imperialism, édit. Hoyos B.D., Leyde-Boston, 2013, XIX-393 p., cartes, index. Compte tenu de l’option thématique retenue par les auteurs (l’impérialisme romain depuis les origines jusqu’au Haut-Empire), les relations avec Carthage ne font pas l’objet d’un chapitre, mais la cité est mentionnée ponctuellement, un certain nombre de fois, en particulier par (208) Stone M., Genesis of Roman Imperialism, ibidem, p. 23-38, et par (209) Thorne J., Carthage, Macedon, the Seleucids : Rivals for empire, ibidem, p. 113-126, seulement p. 115-117. À compléter avec (210) Cursi M.F., Amicitia e societas nei rapporti tra Roma e gli altri popoli del Mediterraneo, dans Index, XLI, 2013, p. 195-227, rés. angl. p. 756-757, qui s’interroge sur la raison qui a conduit les Romains à adopter un usage inégalitaire des notions d’amicitia et de societas dans leurs relations internationales, alors que ce n’était pas les conceptions grecques ni celles des autres peuples du pourtour méditerranéen. Les références à l’Afrique sont rares, une exception avec les suites de la seconde guerre punique. (211) Mastino A., Constitutio antoniniana : politica della cittadinanza di un imperatore africano, dans Bullettino dell’Istituto di diritto romano « Vittorio Scialoja », 107, 4e s., III, 2013, p. 37-56. Après avoir rappelé les auteurs anciens qui ont évoqué cette constitution, l’a. souligne l’aspect universel qu’a revêtu la politique impériale de Caracalla, dont le modèle était sans doute Alexandre le Grand, comme semblent l’indiquer l’épithète Magnus qu’il prit au même moment et l’adoption de références herculéennes, avec les exploits du héros aux extrémités du monde. L’a. évoque ensuite deux documents, le Papyrus de Giessen et la Table de Banasa, avant de s’interroger sur les buts poursuivis par l’empereur. Pour lui, cette mesure fut la réponse qu’un des empereurs africains estima devoir donner aux demandes des provinciaux, c’est-à-dire aux groupes qui avaient porté son père au pouvoir, un premier pas vers l’égalité des droits et des devoirs qui constitue le noyau de toute citoyenneté antique et moderne. Les questions militaires ne sont pas oubliées, elles font partie d’une violence endémique abordée dans l’ouvrage suivant. (212) Zimmermann M., Gewalt. Die dunkle Seite der Antike, Stuttgart, 2013, 411 p., ill., 3 index. Cette étude sur la violence dans l’Antiquité, qui prend en compte l’Orient ancien, le monde grec et le monde romain ne contient que peu de faits ou de développements concernant l’Afrique. On trouvera toutefois quelques exemples relatifs aux guerres puniques dans le chapitre 8 (p. 238-277), qui est consacré aux guerres des soldats romains, ainsi qu’une analyse de la légende d’Attilius Regulus, protagoniste de la première guerre punique, dans le chapitre 7 (voir p. 230-234). (213) En Grecia y Roma. IV La paz y la guerra, édit. Pocina Perez A. et García Gonzalez J.M., Grenade, 2013, 422 p., ill., réunit les actes du cinquième séminaire organisé sur des thèmes classiques gréco-romains par la Délégation de Grenade de la Société espagnole d’études classiques qui s’est tenu en avril-mai 2012. Nous avons retenu trois articles (Morales Rodriguez E., Fuentes Moreno F., Calahorro Lopez I.). (214) Napoli J., Évolution de la poliorcétique romaine sous la République jusqu’au milieu du IIe siècle avant J.-C., Bruxelles (Collection Latomus, 340), 2013, 238 p., 8 p. de pl., ill., cartes, plans. L’a. se concentre plus sur les aspects techniques de la poliorcétique que sur les buts des sièges. Avant les guerres puniques, la documentation reste relativement succincte. Elle s’enrichit à partir de la première guerre punique, surtout avec les indications de Polybe, et ce conflit fournit la matière au chapitre III de l’ouvrage. Cela se poursuit avec la deuxième guerre punique (chapitre IV), mais Polybe n’est plus connu que par des fragments après 216. (215) Toner J.P., Roman disasters, Cambridge, 2013, IX-220 p., ill., index, fait naturellement une place, dans le chapitre consacré aux désastres provoqués par les conflits militaires, à la bataille de Cannes (p. 131-138), au cours de laquelle les Romains ont perdu des milliers de soldats. (216) Faure P., L’aigle et le cep. Les centurions légionnaires dans l’Empire des Sévères, Bordeaux, 2013, 2 vol., 1106 p. Cet ouvrage, par ailleurs de grande qualité, ne réserve pas un sort particulier aux centurions africains ou ayant servi en Afrique, à raison au demeurant. On retrouvera le dossier qui intéresse nos provinces grâce à un index des sources et à un index géographique, l’un et l’autre très développés. (217) Haynes I., Blood of the provinces. The Roman Auxilia and the Making of Provincial Society from Augustus to the Severans, Oxford, 2013, 430 p., 49 fig., 2 tabl., offre une synthèse en 7 parties et 22 chapitres sur les troupes auxiliaires, qui fait souvent appel aux réalités africaines. La première partie porte sur l’origine de ce corps, à la fin de la République, et sur l’évolution de son statut jusqu’aux Sévères. La seconde partie, qui traite du recrutement des soldats, s’intéresse à celui des auxiliaires de la IIIe Légion Auguste à travers le corpus des épitaphes de Lambèse : essentiellement non africains au départ, les soldats sont ensuite tous nés en Afrique au IIIe s. apr. J.-C. (p. 124). La troisième partie s’intéresse à la vie quotidienne des auxiliaires et la quatrième aux aspects religieux, à travers les cultes, notamment celui des Campestres vénérés par les cavaliers auxiliaires, dont un des temples les mieux conservés a été découvert à proximité du fort de Gemellae (p. 224-225). Dans ce même registre, la dédicace d’un soldat de la Cohors Maurorum, stationnée en Pannonie inférieure, atteste le culte Dis patriis Manalpho et Theandrio (p. 230-231). De même, au camp de Micia, en Roumanie, une autre inscription mentionne les dii patrii : l’a. la met en rapport avec un temple à triple cella proche des formes africaines et la présence de soldats maures en Dacie (p. 230). Dans la cinquième partie, est abordée la question de l’équipement : certaines armes sont spécifiques, tels les javelots retrouvés en Maurétanie tingitane qui pourraient indiquer la présence d’un détachement de Rhètes de la Cohors IV Tungrorum (p. 248). Le sixième chapitre s’intéresse à la communication, aux langues et aux pratiques d’écriture ainsi qu’aux transformations culturelles de ces moyens de communication. L’évolution du latin est développée à travers l’exemple d’un numerus stationné en Afrique (p. 307) ou encore à Bu Njem : les formes grammaticales dans des documents du IIIe s. montrent que le latin était une langue secondaire dans ce camp (p. 307-308). La dernière partie porte sur les vétérans des troupes auxiliaires et légionnaires (exemple du camp de Rapidum, p. 355-358). (218) Cadiou F., Alia ratio : l’armée romaine, la guérilla et l’historiographie moderne, dans Revue des Études Anciennes, 115, 1, 2013, p. 119-145, rés. angl. Relatés par les sources littéraires, les deux conflits contre Jugurtha et contre Tacfarinas ont tendance à être interprétés en fonction d’idées préconçues : l’auteur fait un rappel historiographique destiné à montrer les a priori des études sur les différentes formes de guerres et sur la guérilla en particulier ; celle-ci n’étant pas liée, selon l’auteur, à l’absence de structures administratives ou étatiques. Dans les récits de Salluste et de Tacite, les deux chefs numides n’apparaissent pas plus associés à des techniques de guérilla que les généraux romains. Le choix de cette forme est limité dans le temps et les généraux romains pratiquent, eux aussi, une tactique de harcèlement. Il ne convient donc pas de nier l’existence d’une guérilla antique, dont il existe de nombreux exemples, mais il faut reconsidérer son importance sans se laisser enfermer dans des oppositions factices. (219) Gueye M., Délits et peines militaires à Rome sous la République : desertio et transfugium pendant les guerres civiles, dans Gerión, XXXI, 2013, p. 221-238, rés. angl., traite de l’application des sanctions prévues pour les déserteurs et les transfuges de l’armée romaine, délit majeur passible de la peine de mort. Mais en contexte de guerres civiles, les nombreux cas de transfuges, qui passent au camp adverse, ne semblent pas ou sont peu sanctionnés. L’exemple est celui des transfuges gétules et numides provenant du camp de Scipion et de Juba I pour rejoindre en masse celui de César. Les transfuges ont même été récompensés et sont devenus des agents de propagande auprès de leurs compatriotes. Ce phénomène est donc encouragé par les chefs militaires pour récupérer les transfuges du camp adverse, détenteurs de renseignements parfois stratégiques, tout en cherchant en même temps à garder leurs hommes et à reconquérir leurs propres déserteurs. L’a. démontre ainsi que la désertion est une arme politique et militaire, qui a été largement utilisée par César, notamment pour se concilier les populations autochtones. D’autres titres sont davantages centrés sur l’Afrique, en commençant par un panorama utile. (220) Sarantis A., Fortifications in Africa : a bibliographic essay, dans War and Warfare in Late Antiquity. Current Perspectives, édit. Sarantis A. et Christie N., Leyde-Boston, 2013, p. 297-315, ill. Il s’agit d’une vue d’ensemble des approches historiographiques, appuyées sur une large bibliographie, de la littérature sur les fortifications des IIIe-IVe siècles. Il propose d’abord un tableau général, puis il suit le fil de la chronologie : époque romaine tardive (IIIe et IVe s.), période byzantine (VIe s.), sans s’arrêter sur la période vandale. Une deuxième partie présente les principales publications, cette fois suivant un classement chronologique qui fait une place à la Cyrénaïque. L’empire s’est doté d’un certain nombre de fortifications le long et à l’intérieur des frontières et, lorsqu’elles existaient auparavant, elles furent munies de solides défenses. Il est évidemment toujours facile de regretter tel ou tel oubli ; tel qu’il est, ce bilan rendra de grands services aux chercheurs qui abordent l’histoire militaire. Un titre permettra de faire la jonction avec les thèmes suivants, les villes et surtout l’aménagement du territoire. (221) Mattingly D., Sterry M. et Leitch V., Fortified farms and defended villages of Late Roman and Late Antique Africa, dans Antiquité Tardive, XXI, 2013, p. 167-188, 15 fig., rés. fr. La présence de fermes et de sites fortifiés a marqué le paysage au cours de l’Antiquité tardive et huit types de fortifications sont définis pour servir de base à un réexamen de la répartition de ces sites. Des traits régionaux s’affirment, ainsi, par exemple, les villages fortifiés de Numidie ou les temples et maisons carrés dans la steppe tunisienne. En Tripolitaine et au Fezzan, ces sites sont majoritaires, les plus anciens datent du IIe s., mais la majorité se situent au IVe s. Les auteurs interprètent ce phénomène comme un signe de faiblesse de l’autorité centrale et d’essor de l’indépendance régionale. Les villes, et pas uniquement Carthage, sont toujours au cœur de la recherche. (222) Mcevedy C., Städte der Klassischen Welt : 120 Zentren der Antike von Alexandria bis Xanten, trad. Held S., Stuttgart, 2013, 536 p., cartes, 2 index, est la traduction de l’ouvrage du même auteur paru en 2011, Cities of the Classical World : An Atlas and Gazetteer of 120 Centres of Ancient civilization. Cinq cités d’Afrique du Nord font l’objet de courtes notices qui résument leur histoire et fournissent un plan sommaire : Carthage, Caesarea, Lepcis Magna, Tripoli et Tanger. (223) Cambridge (The -) Ancient History, Plates to volumes VII, 2, et VIII, édit. Smith C., 2e éd., Cambridge, 2013, 353 ill. Le chapitre 8, p. 197-241, nos 156 à 187, s’intéresse à Carthage et aux régions voisines. Sont reproduits des plans de la ville, des photos de Kerkouane, des exemples de figurines en terre cuite, des pendentifs rasoirs. Les Numides sont présents avec une stèle et quelques monuments, le Medracen et le mausolée de Dougga. Un dernier titre s’intéresse à des édifices bien particuliers, les bibiothèques. (224) Ancient libraries, édit. König J., Oikonomopoulou K. et Woolf G., Cambridge-New York, 2013, XX-479 p., ill., cartes, index. La bibliothèque de Timgad est brièvement évoquée dans le chapitre rédigé par (225) Nicholls M., Roman libraries as public building, ibidem, p. 261-276, 2 fig. Le bâtiment ouvre sur le cardo maximus, il occupe une place éminente et son aspect, comme les graffiti qu’on y trouve, témoigne qu’il entretenait une relation réelle avec la population.

16Les villes sont nourries par leur territoire dont l’aménagement est abordé par (226) Hommes, cultures et paysages de l’Antiquité à la période moderne. Mélanges offerts à Jean Peyras, édit. Pimouget-Pédarros I., Clavel-Lévêque M. et Ouachour F., Rennes, 2013, 451 p., ill., cartes. L’ouvrage est divisé en quatre sections. La première s’intéresse à l’Afrique du Nord antique, la deuxième au droit, à l’aménagement du territoire et aux institutions gromatiques ; la troisième concerne d’autres régions dans l’Antiquité et la dernière envisage des périodes différentes. Bibliographie des travaux de J. Peyras, p. 17-23. Les titres suivants concernent l’agriculture et la gestion de l’eau. (227) Shaw B.D., Bringing in the Sheaves. Economy and Metaphor in the Roman World, Toronto-Buffalo-Londres, 2013, XX-456 p., ill, cartes, index. L’a. livre une série de réflexions sur la céréaliculture dans le monde romain, sous ses aspects économiques, sociaux et techniques, mais aussi métaphoriques (les moissons comme image de la mort). Le point de départ et fil conducteur de l’étude est l’inscription du « moissonneur de Mactar », à laquelle l’a. consacre un chapitre spécifique, p. 48-92, et une annexe, p. 281-298. Il avance l’hypothèse que le texte conservé serait un travail préparatoire en vue d’une gravure sur un monument funéraire, qui n’a pas été retrouvé et n’a peut-être jamais été réalisé. Il propose de situer l’inscription dans la seconde moitié du IVe siècle, voire le début du Ve car, d’après lui, l’ascension sociale du personnage reflèterait la prospérité économique de l’Afrique au IVe s. [une date tardive n’est pas totalement exclue, mais la seconde moitié du IIIe siècle paraît néanmoins plus probable]. (228) Ben Baaziz S. et Sehili S., L’oléiculture en Afrique à l’époque romaine, dans L’Archéologue, 126, juin-juillet, 2013, p. 46-49, 10 fig., rappellent les débuts de la production d’huile d’olive dans l’Afrique punique et tracent l’évolution de cette pratique en Afrique romaine. L’accent est mis sur les Hautes steppes tunisiennes, région où se sont concentrées de nombreuses installations, souvent à multiples pressoirs, entre la fin du IIIe et le début du Ve s. (229) Ben Moussa M., Céramique, huile et céréales dans la région de Souine-Bayoudh (Tunisie centrale), dans Kairouan et sa région, p. 67-102, 20 fig. Cette région constituait à l’époque romaine la frange occidentale de l’actuelle Kairouan, région de grands domaines. Les sites sont dominés par les structures oléicoles. L’étude de la céramique de surface et des vestiges de pressoirs, notamment la présence de jumelles et de plateaux de broyage, montre que la zone resta à l’écart des circuits commerciaux au début de l’Empire et c’est le développement tardif de l’oléiculture qui l’intégra aux échanges provinciaux grâce au rôle économique que jouèrent la via Hadrumetina, la politique impériale et les aristocraties locales. (230) Abdellaoui F., Le pressoir à vis dans l’Antiquité : l’exemple de l’Oued Rmel (Tunisie), ibidem, p. 231-244, 15 ph., affirme, contrairement à ce qui a été écrit traditionnellement, que les pressoirs à vis ont bel et bien existé dans le sud tunisien, présence confirmée dans les montagnes jusqu’à une époque récente. Le site antique d’Oued Rmel a livré divers éléments appartenant à différents types de pressoirs et, parmi ceux-ci, quelques-uns ont servi à identifier, selon l’a., un pressoir à vis en suivant le texte d’Héron d’Alexandrie, Mechanica, 15, 3. Ceci n’exclut pas la coexistence de deux techniques différentes. (231) Leveau P., Évolution climatique et construction des ouvrages hydrauliques en Afrique romaine, dans Regards croisés d’Orient et d’Occident, p. 125-138, 4 fig., explore la question de la variabilité des ressources hydriques et des relations entre le processus d’aridification, placé aujourd’hui par les paléoclimatologues entre les IVe-Ve s. et le XVIe s., et la recherche de sources éloignées par les communautés urbaines, à travers les exemples des aqueducs de Carthage et de Dougga. (232) Baratte F., L’eau en Afrique : villes et campagnes, dans L’Eau en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen Âge, Cahiers de la Villa « Kérylos ». Actes du XXIIe colloque de la Villa Kérylos des 7 et 9 octobre 2011, Paris (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), 2013, p. 141-164, 14 fig. Cet état des recherches sur l’eau et les installations hydrauliques, en Proconsulaire mais aussi en Tingitane et en Numidie, met en avant les avancées depuis les enquêtes de la fin du XIXe et du début du XXe s., notamment grâce à de récents travaux de terrain : les prospections-inventaires destinés à étudier les formes d’approvisionnement en eau des villes (Dougga, Oudhna, Thelepte, Ammaedara, Sufetula, Volubilis, etc) et l’aménagement des territoires (Hautes Steppes, Aurès), en particulier grâce aux barrages ou aux systèmes de foggaras. (233) Id., Les barrages des Hautes Steppes tunisiennes : quelques observations préliminaires, dans Regards croisés d’Orient et d’Occident, p. 165-174, 8 fig. L’a. s’appuie sur des documents inédits des brigades topographiques pour revenir sur le grand barrage de Kasserine/Cillium installé sur l’oued Derb, sur les aménagements hydrauliques alimentant Sufetula et ceux retrouvés à proximité de la ville de Thelepte, et sur plusieurs ouvrages moins monumentaux inventoriés en contexte rural. Un domaine de recherche s’étoffe de plus en plus, celui des jardins. (234) Gardens in Antiquity : A Cultural History of Gardens in Antiquity, édit. Gleason K.L., New York-Londres (Bloomsbury), 2013, 287 p., 54 fig. Il s’agit du premier volume d’une série de six consacrés à l’histoire des jardins, de l’Antiquité à l’époque moderne. Le ch. 1 aborde les questions formelles (disposition, construction, décor, organisation interne), p. 15-40. Le ch. 3, p. 75-98, est consacré aux plantations et à leurs usages pour structurer les jardins. Les ch. 4, 5 et 6, p. 99-150, s’intéressent aux usagers de ces espaces et à leur perception, à la signification donnée aux jardins et à la façon dont ils sont représentés dans la littérature. Trois chapitres font appel à de la documentation africaine et intéressent donc plus directement nos études, dont deux mentionnés ici. (235) Nielsen I., Types of the gardens, ibidem, p. 41-74. Ce deuxième chapitre de l’ouvrage dresse une typologie des jardins : les grands parcs associés à des palais ou à des villas de prestige, ainsi que les jardins clos et arborés liés surtout à des bâtiments sacrés ou publics, mais aussi à des villas. Ce type est illustré par deux villas fouillées à Leptis Magna, ou encore par les mosaïques de Zliten, de Tabarka et du seigneur Julius à Carthage, p. 59. Le troisième type correspond aux jardins intérieurs, souvent entourés d’un péristyle, relevant principalement de la sphère privée : un jardin de ce type a été fouillé dans la Maison de Bacchus et Ariane à Thuburbo Maius, planté d’arbres fruitiers et d’arbustes, p. 70. (236) Cook K.D. et Foulk R., Gardens and the Larger Landscape, ibidem, p. 177-196, analysent les rapports entre les jardins antiques et les paysages environnants, et la façon dont les anciens façonnaient la nature. La mosaïque nilotique du sanctuaire de Préneste, qui dépeint un paysage naturel, est comparée à celle du seigneur Julius de Carthage, qui montre un paysage romanisé, centré autour de la villa du maître et de la maîtresse (p. 192-194, fig. 8.7). On s’est également intéressé aux modes de production et de commercialisation. (237) Kehoe D., State and Production in the Roman Agrarian Economy, dans The Roman Agricultural Economy. Organisation, Investment, and Production, édit. Bowman A. et Wilson A., Oxford, 2013, p. 33-54. Dans cet article, qui discute des différentes interprétations de la politique fiscale voulue par Rome et des mesures encourageant la production et le commerce entre le Ier et le IVe s., les dispositions touchant l’agriculture africaine aux Ier et IIe s. sont brièvement évoquées. (238) Freu C., Les salariés de la terre dans l’Antiquité tardive, dans Antiquité tardive, XXI, 2013, p. 283-298, rés. angl. L’étude de dispositions connues par le Code Justinien, des papyrus et des auteurs chrétiens, comme Optat de Milev, permet à l’auteur de préciser les formes d’emplois sur les grands domaines ruraux. L’embauche de salariés de statuts divers était une option pour les propriétaires non résidents, en Afrique comme dans d’autres régions. Ce choix s’explique par des raisons de rentabilité (vigne et bétail). En dehors de ces secteurs, les embauches restaient occasionnelles. Les relations commerciales sont présentes cette année par l’intermédiaire de deux monographies générales, l’une sur les relations sociales, l’autre sur un matériau absolument nécessaire à la civilisation romaine. (239) Tran N., Dominus tabernae. Le statut de travail des artisans et des commerçants de l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.), Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 360), 2013, VIII-416 p., ill. La documentation africaine, qu’elle soit de nature épigraphique, littéraire ou archéologique, étant relativement succincte en comparaison de celle que fournissent les autres régions occidentales (Italie et Gaule surtout), celle-ci n’apparaît qu’assez peu dans l’ouvrage. (240) Terpstra T.T., Trading communities in the Roman world : a microeconomic and institutional perspective, Leyde, 2013, XIII-244 p., cartes, index. L’idée directrice de l’a. est que le commerce à longue distance n’était pas fondé sur des relations patrons-clients ou maîtres-esclaves, mais qu’il reposait sur des liens sociaux existant à l’intérieur des groupes ethniques résidant au-delà des mers. Un court paragraphe, p. 164-166, évoque plus spécialement l’Afrique, qui est aussi citée ponctuellement au fil de l’ouvrage. (241) Russell B., The economics of the Roman stone trade, Oxford-New York, 2013, XXI- 449 p., ill., plans, index. Cette importante synthèse sur l’organisation du commerce des pierres fait appel à la documentation africaine que l’on trouvera à partir de l’index. Elle aborde tout ce que l’on désire savoir sur la question en neuf chapitres : le marché de la pierre, les carrières, le transport, la distribution, les différents usages (édifices, sarcophages, statues), le rôle de l’État. (242) Járrega Domínguez R., Las ultimas importaciones romanas de cerámica en el este de Hispania Tarraconense : una aproximación, dans SPAL, Revista de Prehistoria y arqueologia, XXII, 2013, p. 143-172, 6 fig., est une synthèse des différentes découvertes d’amphores et de céramiques sigillées datées des IVe au VIIe siècles en Tarraconaise. Du IVe au Ve., les importations africaines sont en nette majorité ; elles commencent à décliner au VIe avant de disparaître au VIIe siècle. Selon l’auteur le conflit entre les Wisigoths et les Byzantins s’est traduit par la disparition des relations commerciales entre le Nord de l’Afrique et la péninsule Ibérique. L’univers maritime a, comme à l’habitude, suscité plusieurs études. (243) Broodbank C., The making of the Middle Sea : a history of the Mediterranean from the beginning to the emergence of the classical world, Londres, 2013, 672 p., ill., cartes, index. L’ouvrage n’apportera rien à nos études, car il concerne surtout les époques pré- et protohistoriques de l’ensemble du bassin méditerranéen. Dans les deux derniers chapitres, qui couvrent la période 1300-500 av. J.-C., les plus anciennes cités d’origine phénicienne sont mentionnées (Carthage, Utique, Lixus), mais quelques affirmations sont surprenantes. (244) The Ancient Mediterranean environment between science and history, édit. Harris W.V, Leyde, 2013, XXI-332 p., ill., cartes, index. L’Afrique est très peu évoquée dans les articles de cet ouvrage, si ce n’est à propos du ravitaillement en bois pour Rome et de la déforestation. (245) Beresford J., The ancient sailing season, Leyde, 2013, XV-364 p., ill., cartes, index. L’Afrique apparaît à plusieurs occasions dans l’ouvrage : dans ses relations avec le ravitaillement annonaire, lors de la description des côtes, dans l’exposé du régime des vents en Méditerranée durant l’hiver, qui rend la navigation périlleuse depuis Oran jusqu’au Cap Bon, ce qui a été confirmé par l’Amirauté britannique. Les gros coups de vent y sont fréquents d’octobre à avril, ce qui correspond au moment de mare clausum. Différents épisodes liés au port de Carthage sont aussi évoqués. (246) Marzano A., Harvesting the sea : The Exploitation of Marine Resources in the Roman Mediterranean, Oxford-New York, 2013, XVI-365 p., 46 fig., index, livre en 9 chapitres une étude d’ensemble sur les activités de production liées à la mer, leur rôle dans l’économie régionale et la façon dont sont organisées ces productions. Le premier chapitre, p. 15-50, examine les sources littéraires et iconographiques, notamment les mosaïques africaines où sont largement présents les thèmes marins et, parmi ceux-ci, les scènes de pêche (p. 23-28). Grâce aux sources archéologiques et à l’ethnographie, il est possible de restituer les équipements de pêche (lac de Bizerte, p. 33, pêche du poulpe en Tunisie, p. 36-37). Le chap. 2, p. 51-88, est dédié à la pêche en mer et dans les lacs littoraux (en Tunisie, p. 59), essentiellement du thon et des maquereaux, pratiquée en groupe et nécessitant l’investissement de capitaux (voir p. 66 le transport de thon salé depuis l’Atlantique jusqu’à Carthage à l’époque punique, et p. 78 et 85 pour des comparaisons ethnographiques). Le chap. 3, p. 89-122, est consacré aux salaisons de poisson, à travers les sites et leurs productions. L’a. examine, parmi les ateliers urbains, ceux du forum de Sabratha, p. 98-99, et en contexte rural, les grands établissements tingitans de Cotta et de Lixus ainsi que les ateliers de Kouass, Tahadart et Ceuta (p. 102-106, p. 109 et p. 113-115 sur l’organisation de la production). Le chap. 4, p. 123-141, est centré sur la production de sel : les modes d’extraction (à Utique, p. 125 ; à Cotta et à Tahadart, p. 129-130) et les besoins pour la production de salaisons (Lixus, p. 136-137). Le chap. 5, p. 143-172, porte sur l’exploitation du murex et la fabrication de la pourpre pour laquelle les ateliers africains de Meninx et de Mogador étaient réputés dans l’Antiquité, d’après les sources littéraires. S’y ajoutent d’autres sites de production attestés par l’archéologie, comme Leptis Magna et Sabratha (p. 151-152). Dans le chap. 6, p. 173-197, la production d’huîtres et d’autres fruits de mer est abordée (pas d’attestation pour l’Afrique). Le chap. 7, p. 199-233, concerne la question de l’aquaculture pour l’élevage de poissons, avec en Appendice II, p. 319-324, la liste des bassins à poissons (6 en Tunisie, 4 en Libye, 1 en Algérie), creusés dans le rocher pour les exemples africains (p. 226-229). Le statut juridique du domaine marin et la législation des activités de pêche sont discutés dans le chap. 8, p. 235-267, en particulier les conflits entre propriétaires et pêcheurs (le fundus Botrianus, près d’Acholla, et le site de Sidi Abdallah près de Bizerte, p. 247-248). Le chap. 9, p. 269-300, s’intéresse au marché du poisson, dont le prix variait selon la provenance et la taille. Deux autres publications sont spécialisées sur les bateaux. (247) Shipsheds of the ancient Mediterranean, édit. Blackman D.J., Rankov B. et alii, Cambridge-New York, 2013, XXII-597 p., ill., cartes, plans, index. L’ouvrage est divisé en deux parties. La première contient des articles thématiques sur la question des hangars à bateaux, la seconde est un catalogue des sites où se trouvent ces bâtiments. Plusieurs cités africaines sont mentionnées, ainsi Utique, Hippo Diarrhytus et Lepcis Magna, mais c’est Carthage la mieux documentée (voir aussi nos 325-326). (248) Cardiel J.G., El catálogo de las naves de Occidente. Embarcaciones de la Península Ibérica, Marruecos y archipiélagos aledaños hasta el Principado de Augusto, Oxford (British Archeological Reports, Intern. s. 2462), 2013, 245 p., 177 fig., étudie les types d’embarcations existant en Occident depuis l’époque préromaine jusqu’au principat d’Auguste. L’auteur a utilisé les sources littéraires, iconographiques, archéologiques, épigraphiques et numismatiques pour analyser au mieux les navires romains de la péninsule Ibérique et du Maroc. En ce qui concerne l’Africa, l’auteur lui consacre une brève section, intituléé « La côte nord-est de l’Africa », aux p. 151-157.

17On quitte la mer pour aborder la société, tout d’abord à travers l’éducation puis grâce à un ouvrage collectif centré sur l’Afrique. (249) Pietzner K., Bildung, Elite und Konkurrenz : Heiden und Christen vor der Zeit Constantins, Tübingen, 2013, IX-479 p., 2 index. Cette volumineuse étude sur la concurrence entre intellectuels païens et intellectuels chrétiens aux IIe et IIIe siècles et sur le débat concernant leur paideia accorde une large place à l’Octavius de Minucius Felix. Le chapitre 5 du livre est d’ailleurs intégralement consacré à cette oeuvre. (250) La société de l’Afrique romaine, édit. Le Bohec Y., dans Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, XXXVII, Paris, 2013, 162 p., ill., cartes. Comme l’indique le titre, l’ouvrage est essentiellement consacré aux sociétés provinciales de la région indiquée, avec sept communications. (251) Le Bohec Y., Introduction : la société de l’Afrique romaine, ibidem, p. 7-10, rappelle que, si la société de l’Afrique sous le Principat reproduit le modèle général, elle présente cependant des particularités, tant au niveau des notables, qu’au sein des catégories sociales plus modestes. Un domaine d’études, les religions, est toujours très fréquenté, tout d’abord les cultes traditionnels, par l’entremise d’un ouvrage collectif, qui est un hommage rendu à l’éminent spécialiste des langues sémitiques, P. Xella. (252) Ritual, religion and reason. Studies in the ancient world in honor of Paolo Xella, édit. Loretz L., Ribichini S., Watson W.G.E. et alii, Münster, 2013, XXXII-677 p., portr., ill., cartes, plans, 3 index. Ce beau volume comprend plus d’une cinquantaine d’articles qui ont été classés en fonction de trois thèmes principaux : archéologie-histoire de l’art-numismatique, philologie-épigraphie, histoire-historiographie. (253) Bénichou-Safar H., Tophets et sacrifices d’enfants, dans Dossiers d’Archéologie, 356, mars-avril 2013, p. 40-41, 4 fig. La question de la vocation du tophet est au cœur d’un débat qui oppose les tenants de la thèse sacrificielle à ceux qui la remettent en cause. L’auteur reprend ici une thèse déjà défendue : les enfants décédés avant leur sevrage étaient des êtres « inaboutis » restés en marge de deux mondes, celui d’où ils viennent et celui où ils vont. Ils auraient servi d’intermédiaires entre les hommes et les dieux. Le tophet, tout à la fois sanctuaire et nécropole, et où était pratiquée la nécromancie, aurait joué le rôle d’un lieu de communication avec les dieux. (254) Bonnet C. et Grand-Clément A., Quand les statues divines se meuvent et (s’) émeuvent entre Grecs et Barbares, ibidem, p. 35-59. Les a. s’intéressent à la manière dont Grecs et « Barbares » se comportaient à l’égard des statues divines, en particulier en temps de guerre, en examinant plus particulièrement le cas de la Sicile entre le Ve et le Ier siècle avant notre ère. Deux exemples d’itinérance de statues divines sont analysés successivement. Le premier exemple, évoqué tout particulièrement par Diodore de Sicile, concerne l’Apollon de Géla, qui fut transporté en Phénicie puis « libéré » par Alexandre le Grand lors de la conquête de Tyr en 332 av. J.-C. Le second exemple, surtout développé par Cicéron, concerne directement l’Afrique puisqu’il s’agit de l’Artémis de Ségeste, que les Carthaginois emmenèrent à Carthage dans la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et qui y resta jusqu’à la prise et la destruction de la ville par les Romains en 146. La statue d’Artémis retrouva alors pour quelques décennies sa patrie d’origine, avant d’être enlevée par Verrès. Lors de son séjour à Carthage, le simulacrum de la déesse avait continué à faire l’objet d’un culte, peut-être à la faveur d’une interpretatio punica qui aurait assimilé Artémis à Tanit ou alors en tant que « divinité étrangère » invitée. (255) Shaw B.D., Cult and belief in Punic and Roman Africa, dans Cambridge History (The -) of Religions, vol. 2, p. 235-263. L’enquête menée sur ce que l’on peut connaître de la religion des autochtones suggère une connexion avec les forces de la nature (arbres, eaux, montagnes et autres marqueurs du paysage). L’a. évoque aussi les sacrifices d’enfants, pratique qui n’aurait pas été différente de ce qui se faisait dans d’autres régions du bassin méditerranéen (contra n° 253). Ce qui fait la particularité de Carthage, c’est sa durée et le sacrifice de substitution indiqué par des inscriptions. L’a. accorde peu de crédit aux cultes romains, pratiqués par une élite urbaine et qu’il réduit à des indices de loyauté à l’empire. Reste la spécificité des honneurs rendus à Saturne. (256) Sebaï M., Stéréotypes contemporains, stéréotypes antiques : les images saturniennes dans la constitution des identités religieuses africaines sur quelques stèles d’Afrique romaine, dans Contacts de cultures, constructions identitaires et stéréotypes dans l’espace méditerranéen antique, édit. Ménard H. et Plana-Mallart R., Montpellier, 2013, p. 129-141, 4 fig. L’a. expose dans un préambule les questions que pose la notion d’identité avant de consacrer un paragraphe aux ouvrages de M. Bénabou et d’Y. Modéran et au concept de syncrétisme. Puis elle étudie six stèles provenant respectivement de Siliana, Sufetula et Timgad : ces documents évoquent la recomposition d’images religieuses dans lesquelles les cultures méditerranéennes furent parties prenantes. Les cultes orientaux à présent. (257) Arnhold M., Group settings and religious experiences, dans Memory and religious experience in the Greco-Roman world, édit. Cusumano N. et alii, p. 145-165. Dans cet article qui s’intéresse tout particulièrement aux expériences religieuses - envisagées à la fois au niveau de l’individu et à celui du groupe - des fidèles de Mithra, l’a. consacre quelques pages au récit de l’initiation de Lucius dans le livre XI des Métamorphoses d’Apulée. (258) D’Alessio V., Ibunt semimares : i Galli di Cybele e l’etica sessuale romana, dans Studi e materiali di storia delle religioni, LXXIX, 2, 2013, p. 440-462, rés. angl. Les galles officiant au service de Cybèle ont toujours fait l’objet de mépris et ont été considérés comme incompatibles avec la culture romaine depuis la République jusqu’aux auteurs chrétiens. Parmi ces derniers, Arnobe et Tertullien ont hérité de la même perplexité que leurs prédécesseurs dont ils ont accentué l’aversion non tant à l’encontre des galles qu’en raison de l’immoralité de la déesse et, donc, de ses serviteurs. (259) Gavini A., I culti orientali in Zeugitana e in Numidia Militiana. Alcune riflessioni, ibidem, p. 343-359, 5 fig., analyse la diffusion des cultes orientaux en Afrique romaine. Les divinités Isis, Serapis, Mater Magna et Attis sont diffusées de façon homogène dans les provinces africaines (Carthage, Bulla Regia, Thamugadi) tandis que Mithra et Jupiter Dolichenus sont particulièrement vénérés dans les territoires militaires, le culte de ce dernier ayant été diffusé par la Legio III Augusta, comme l’atteste sa présence à Simitthus, à Ammaedara et surtout à Lambèse avec 20 inscriptions. (260) Sanzi E., Ivppiter optimus maximus dolichenus. Un “culto orientale” fra tradizione e innovazione : riflessioni storico-religiose, présentation Montanari E., Rome, 2013, 398 p., ill., index. Cette étude sur le culte de Jupiter Optimus Maximus Dolichenus se compose de six chapitres et de deux appendices, dont la plupart correspondent à des versions remaniées de travaux déjà publiés par l’auteur. Seuls les chapitres II (Novità e tradizione all’interno del culto dolicheno) et III (Militari e imperatori nell’epigrafia dolichena) sont inédits. Plusieurs inscriptions africaines concernent le culte de ce dieu originaire de Commagène, qui a été assimilé au Jupiter romain. Le chapitre III évoque notamment la dédicace d’un temple à Jupiter Optimus Maximus Dolichenus à Lambèse sous le principat d’Hadrien et le chapitre IV propose le commentaire d’une inscription d’Ammaedara commémorant la consécration d’un temple à ce dieu (, 1999, 1784).

18Les titres suivants introduisent la thématique très riche du christianisme, en commençant par les plus généraux. (261) Béchec C., La vie surnaturelle dans le monde gréco-romain, Rennes, 2013, 283 p., VIII p. de pl., ill., index. Les sources anciennes décrivent des visions héritées de l’ancien culte des morts, mais elles donnent aussi la parole aux vivants, tantôt fascinés, tantôt effrayés. Deux auteurs africains sont convoqués : Macrobe pour la question du son et de son rapport avec l’âme (p. 116-118) ; Augustin s’inspire des théories porphyriennes, mais refuse la matérialité du pneuma pour lui substituer une image spirituelle. L’image devient le véhicule de l’âme car elle relie les mondes naturel et surnaturel. (262) Rüpke J., On religious Experience that should not Happen in Sanctuaries, dans Perception et construction du divin dans l’Antiquité, édit. Borgeaud P. et Fabiano D., Genève, 2013, p. 137-143, s’intéresse à l’émotion et au comportement induit par elle. L’émotion est souvent tournée en ridicule, car elle se substitue à un comportement dicté par la raison. Augustin, Cité de Dieu, VI, 10, est convoqué dans la démonstration. (263) Leone A., The End of the Pagan City. Religion, Economy, and Urbanism in Late Antique North Africa, Oxford-New York, 2013, 319 p., ill., index. L’a. étudie la disparition de la religion traditionnelle en Afrique du Nord essentiellement à partir du démantèlement de ses formes matérielles. Tout en privilégiant la perspective archéologique, elle fait appel à l’ensemble des autres sources disponibles, littéraires et épigraphiques. Après un chapitre introductif à l’histoire de la région, les chapitres suivants s’attachent à la question du destin des bâtiments et des statues dans cette transformation du paysage religieux : les spolia furent-ils considérés comme un legs du passé ? Quelles furent les formes économiques mises en œuvre dans leur traitement ? Ce qui subsista sous une autre forme et ce qui fut détruit ? L’appendice 1, p. 245-254, réunit les attestations épigraphiques de flamines et de prêtres de la fin du IVe s. à l’époque vandale. Pour l’histoire du christianisme, on consultera avec prudence (264) Bernet A., Les chrétiens dans l’empire romain, Paris, 2013, 582 p. Malgré un intérêt certain de l’auteur pour ce thème, cet ouvrage pour grand public laisse à désirer au point de vue historique en raison de son parti-pris idéologique et des lacunes dans la bibliographie récente. Concernant l’Afrique, il n’apportera rien de nouveau. (265) Wallraff M., Sonnenkönig der Spätantike : die Religionspolitik Konstantins des Grossen, Friburg-en-Brisgau, 2013, 221 p., ill., plans, index. Cette nouvelle étude sur la politique religieuse de Constantin, divisée en neuf chapitres, n’évoque l’Afrique qu’à l’occasion des quelques pages consacrées à la crise donatiste au chapitre 6 : y sont analysés la politique de Constantin envers l’Église ainsi que son rôle dans la construction de nombreuses basiliques chrétiennes. (266) Jensen R.M., Christianity and Roman Africa, dans Cambridge History (The -) of Religions, vol. 2, p. 265- 291, 4 fig. Ce dixième chapitre de l’ouvrage effectue un survol du développement du christianisme depuis les martyrs de 180 jusqu’à la conquête arabe. Les grands noms sont évoqués, ainsi que les martyrs, à propos desquels on note quelques considérations excessives sur les Africains et l’amour de la violence. Le IVe siècle est celui de la consolidation, avant l’arrivée des Vandales ariens et persécuteurs. Le chapitre se clôt avec la présence byzantine et la querelle des « Trois Chapitres ». Trois ouvrages ont abordé le rôle des évêques. (267) The Role of the Bishop in Late Antiquity. Conflict and Compromise, édit. Fear A.T., Fernández Ubiña J. et Marcos M., Londres-New York-Sydney, 2013, IX- 270 p., index. Les évêques acquièrent un rôle social et politique de plus en plus important dans l’Antiquité tardive et l’ouvrage se propose de montrer, à travers douze articles, différentes étapes ou modalités de ce processus. Ceux qui concernent nos régions ont fait l’objet de notices. Le livre suivant s’appuie sur une documentation spécifique, les correspondances épiscopales. (268) Allen P. et Neil B., Crisis Management in Late Antiquity (410-590 CE). A Survey of the Evidence from Episcopal Letters, Leyde-Boston, 2013, XIV-286 p. Le rôle de l’évêque s’intensifie de façon importante à cette époque, car il assume un rôle croissant dans le cadre de fonctions qui relevaient auparavant de représentants de l’autorité impériale. Les lettres sont les documents les plus instructifs pour ce thème, car elles traitent des problèmes de la vie courante, tels que la sécurité des personnes, des biens. L’évêque joue donc un rôle clef pour comprendre les crises. Les lettres d’Augustin et quelques sermons sont bien sûr conviés dans ce volume, mais compte tenu des dates retenues par les auteurs, la majeure partie de l’ouvrage utilise des sources postérieures. En appendice, le lecteur trouvera un profil des auteurs anciens, des index des sources. (269) Galvão-Sobrinho C.R., Doctrine and Power. Theological Controversy and Christian Leadership in the Later Roman Empire, Berkeley (University of California press), 2013, X-310 p., index. Cet ouvrage étudie les controverses théologiques qui ont divisé les communautés chrétiennes durant le IVe s. pour montrer comment les évêques en ont bénéficié en tant que représentants publics des chrétiens. L’a. se focalise sur la partie orientale de l’Empire romain, mais évoque ponctuellement l’Afrique à travers le rôle de Cyprien de Carthage dans la défense de l’autorité épiscopale (p. 19, 21, 23-26, 38) et dans la condamnation de l’évêque Privatus de Lambèse (Appendice, n° 5, p. 162), et le schisme donatiste (p. 78, 84). (270) Marcos M., Papal Authority, Local Autonomy and Imperial Control : Pope Zosimus and the Western Churches, dans Role (The -) of the Bishop in Late Antiquity, p. 145-166. Malgré sa courte durée de dix-huit mois, le pontificat de Zosime connut divers conflits avec les Églises occidentales, Gaule et Afrique. Pour cette dernière, le sujet principal fut le pélagianisme, mais il intervint aussi à propos d’Aparius de Sicca Veneria, en Byzacène et en Maurétanie césarienne. L’a. tend à montrer que sa propension à intervenir envenima les conflits et que sa mort laissa les clergés profondément divisés. (271) Bodin A., Quelques considérations sur le problème du logement des clercs à travers le prisme des relations avec les laïcs dans l’Antiquité tardive, dans Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LIX, 2, 2013, p. 337-378, s’intéresse à la question importante, mais peu étudiée, du logement des clercs, et en particulier des évêques, lors de leurs déplacements loin de leur lieu de résidence, surtout pour la période allant du IVe au VIe siècle. Elle examine tout d’abord les sources normatives – législation canonique et législation impériale – relatives à cette question. La législation canonique recommande aux évêques de loger chez leurs collègues lors de leurs déplacements et cherche à dissuader les clercs de résider dans des hôtelleries, qui sont perçues comme des endroits mal famés. L’a. aborde ensuite le logement des clercs dans la domus de laïcs chrétiens, à l’invitation de ces derniers. Elle envisage enfin le problème particulier posé par les déplacements des clercs lors des rencontres conciliaires. Parmi les sources figurent plusieurs canons issus de conciles africains, la correspondance de Cyprien de Carthage et l’œuvre d’Augustin d’Hippone. Un développement spécifique est consacré au logement des clercs lors de la conférence de Carthage en 411. La question du rapport à la loi, qui est centrale, est abordée dans un ouvrage collectif. (272) Lex et religio. XL Incontro di Studiosi dell’Antichità Cristiana (Roma, 10-12 maggio 2012), Rome (Institutum Patristicum Augustinianum), 2013, 782 p., ill. Cette publication d’un gros colloque qui s’est tenu en 2012 à Rome, sur le thème « Lex et religio durant l’Antiquité tardive » se compose de 39 contributions, regroupées en cinq grandes sections : 1) sujets généraux relatifs au contexte biblique et au contexte législatif romain ; 2) empereurs chrétiens et législation ; 3) témoignages des Pères grecs ; 4) témoignages des Pères latins ; 5) témoignages des Pères arméniens et de l’archéologie. Sept contributions concernent plus particulièrement l’Afrique ou des auteurs africains. Elles font l’objet de notices séparées dans le présent volume de la B.A.A.A. Les africanistes pourront aussi être intéressés par la plupart des contributions des deux premières sections, qui traitent souvent de questions envisagées à l’échelle de l’empire romain. Un index biblique et un index des auteurs antiques et des sources juridiques complètent l’ensemble. (273) Mattei P., Le christianisme comme loi chez les auteurs latins chrétiens du IIIe siècle (Cyprien, Novatien, Commodien), ibidem, p. 497-511, souligne la présence massive, chez ces trois auteurs, de la notion de loi : le christianisme ou l’Évangile sont même ainsi qualifiés, ce qui conduit à s’interroger sur la loi révélée. (274) Walters E.T., Unitas ex Africa : Was Tertullian the Origo of Imperial Unification, dans American Journal of Ancient History, 2013, p. 25-65. L’auteur fait un relevé du mot unitas dans la littérature classique de Varron à Sénèque l’Ancien et Pline l’Ancien, ainsi que chez Aulu-Gelle. Puis il étudie la juxtaposition d’origo et d’unitas chez Tertullien, qui apparaît huit fois sur trente-deux citations. L’origine du thème de l’unité de la Rome éternelle et de sa pérennité, à la fois comme caput mundi et comme caput ecclesiae Christi, ne vient pas de Rome mais d’Afrique. Les persécutions et les passions semblent avoir été délaissées cette année, puisque nous n’avons à recenser que deux titres généraux. (275) Cuesta Fernández J., The persecutores in the late antique Christian literature (fourth-fifth century A.D.) : Christian historical retrospective of the period of persecution after the Edict of Thessalonica (A.D. 380), dans The Theodosian Age (A.D. 379-455). Power, place, belief and learning at the end of the Western Empire, édit. García-Gasco R., González S. et Hernández de la Fuente D., Oxford, 2013, p. 161-167. Partant du constat que Théodose Ier fit du christianisme la religion officielle de l’Empire, l’a. effectue un retour en arrière sur les débuts des persécutions avec Tertullien et Meliton de Sardes qui ont répondu aux accusations d’athéisme. Plus tard, avec Lactance et Eusèbe de Césarée, on assiste à la naissance de l’historiographie chrétienne. Les autres étapes concernent Sulpice Sévère et Orose. (276) Moss C.R., Miraculous Events in Early Christian Stories about Martyrs, dans Credible, Incredible : the Miraculous in the Ancient Mediterranean, édit. Nicklas T. et Spittler J.E., Tübingen, 2013, p. 283-301. L’a. cherche la manière dont sont représentés les miracles dans la période précédant le milieu du IIIe s. Trois textes seulement sont concernés : Le martyre de Polycarpe, La lettre des Églises de Lyon et de Vienne et la Passion de Perpétue et Félicité. Les thèmes sont l’invulnérabilité du corps du martyr à la souffrance, l’arôme qui entoure son corps et le refus des animaux sauvages de blesser le condamné. Dans la Passion de Perpétue et Félicité, l’invulnérabilité apparaît sous deux formes différentes : lors de l’accouchement de Félicité et lors du martyre de Perpétue, qui paraît insensible à la douleur, ce qui s’expliquerait par un choc psychique ou extase. Les transformations apportées par la nouvelle religion sont également examinées sur divers sujets. (277) Harper K., From Shame to sin : the Christian Transformation of Sexual Morality in Late Antiquity, Cambridge, 2013, XI-304 p. L’ouvrage examine les différences que le christianisme a introduites dans l’histoire de la morale sexuelle depuis le moment où il émerge jusqu’à son triomphe sous Justinien. Le chapitre 3 intitulé Church Society and Sex in the Age of Triumph, p. 134-190, qui traite des IVe et Ve s., peut intéresser nos études en particulier lorsque l’a. évoque Lactance et Augustin. Les auteurs chrétiens sanctifient la virginité. (278) Rebillard É., Transformations of religious practices in late antiquity, Aldershot, 2013, XII-346 p., ill., portr. Ce volume rassemble dix-huit contributions d’É. Rebillard parues entre 1993 et 2012. Quinze d’entre elles, initialement publiées en français, sont ici proposées au lecteur dans une traduction anglaise, sans mise à jour de la bibliographie figurant dans les notes de bas de page. La majorité des articles concerne le christianisme africain et plus particulièrement Augustin. Ils ont fait l’objet de notices dans les précédents volumes de la B.A.A.A., auxquels nous renvoyons. (279) Greschat K., Eine Sache der Familie ? Zur Transformation haüslicher bzw. familiarer Religiosität im antiken Christentum, dans Zeitschrift für antikes Christentum, XVII, 2, 2013, p. 248-267. Dans l’antiquité gréco-romaine, la famille ou la maison (οἴκος / domus) constituait un important cadre religieux, auxquels les premiers chrétiens avaient affaire quotidiennement. L’a. rappelle en introduction que la domus était un lieu de culte en insistant sur le rôle du lararium et sur l’importance de la sépulture familiale, notamment à travers l’exemple de la sépulture de Titus Flavius Secundus, connue grâce à une inscription de Cillium (CIL VIII, 211). Il s’intéresse ensuite à la manière dont les premiers chrétiens ont réagi face à la dévotion traditionnelle s’exerçant dans un cadre domestique, en particulier avec le témoignage de Tertullien et celui de la Passio Perpetuae et Felicitatis. Il envisage enfin, à l’aide de sources littéraires chrétiennes des IVe-Ve siècles (dont Augustin), les transformations que les chrétiens ont apportées à ces anciennes pratiques dévotionnelles : la domus est devenue le cadre de la religiosité chrétienne, familiale avant tout, mais dans le cas de l’élite sociale, on pouvait même y organiser parfois un service religieux présidé par un évêque. (280) Brown P., From civic euergetism to christian giving. The Parameters of a Change, dans Religiöser Alltag in der Spätantike, édit. Eich P. et Faber E., Stuttgart, 2013, p. 23-30. L’a. propose quelques réflexions sur le passage de l’évergétisme civique à la pratique de l’aumône chrétienne en s’appuyant notamment sur les sermons d’Augustin récemment découverts à Mayence et à Erfurt. (281) Spieser J.-M., Zwischen Magie und Glauben : magische Aspekte im Christentum, dans Antike Welt, 2013, 4, p. 38-42, 7 fig. Au IIIe s., la différence entre miracles et magie n’était pas encore clairement établie. Plus tard, Augustin se plaignait que beaucoup de chrétiens croyaient qu’ils pouvaient conférer plus de force à leurs amulettes s’ils les utilisaient près d’une image chrétienne, tandis qu’il se réjouissait quand un chrétien portait sur lui les Évangiles. C’est à Jean Chrysostome que l’on doit la distinction claire entre magie et miracles : ces derniers sont réservés à l’Église, le reste relève de la sorcellerie et du diable. Les deux derniers articles frôlent la théologie, sur des sujets importants pour la pensée chrétienne. (282) Villegas Marín R., Un épisode méconnu de la « préhistoire » du purgatoire chrétien : Fauste de Riez, Césaire d’Arles et les « miséricordieux » gaulois, dans Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LIX, 2, 2013, p. 299-335. Cet article est consacré à l’idée de purgation eschatologique chez Fauste de Riez et Césaire d’Arles et à l’usage que ces moines-évêques lériniens ont fait de ce thème dans leur prédication. Ils n’ont pas suivi l’opinion d’Augustin en la matière : pour lui, certains péchés pouvaient être purgés dans l’intervalle entre la mort d’un individu et sa résurrection à la fin des temps. Et un ange passe, grâce à (283) Muehlberger E., Angels in late ancient Christianity, Oxford-New York, 2013, X-279 p., index. Cet ouvrage propose une étude en six chapitres sur les anges dans la littérature chrétienne tardo-antique. La conception qu’Augustin se faisait des anges y occupe une place importante, surtout dans le premier chapitre qui compare l’angélologie d’Évagre le pontique et celle de l’évêque d’Hippone.

19Les aspects culturels ont été examinés à travers la représentation des corps puis les maladies et les pratiques funéraires, enfin la question des contacts. Mais un premier article a posé une question d’importance. (284) Sharrock A.R., Uxorius : the praise and blame of husbands, dans Eugesta, III, 2013, p. 162-195. Qu’est-ce qu’un bon époux ? Les textes sont assez silencieux sur la question et l’auteur, qui s’inscrit dans une perspective d’histoire du genre, mène son enquête sur Énée, sur le premier époux, idéal, de Didon, et sur celui de Créuse. Le contrôle des émotions semble avoir été requis, même dans l’expression de la tendresse, et le qualificatif d’uxorius (« asservi à sa femme »), apposé à Énée par Mercure, est tout à fait dépréciatif. (285) Desnudo y cultura : la construcción del cuerpo en los mosaicos romanos, édit. Neira L., El Boalo-Madrid, 2013, 208 p., 96 ill. Les mosaïques, en tant qu’images conservées in situ et dans des contextes privés, sont une source de premier ordre pour l’étude des mentalités et des aspects culturels de chaque époque. Dans ce cas, l’attention est portée sur les raisons qui ont conduit à représenter des personnages dénudés. (286) Mourao C., Las bodas místicas del cuerpo y el alma : Cupido y Psique en los mosaicos romanos, ibidem, p. 59-80, ill., analyse toutes les variantes de l’iconographie du mythe des noces mystiques du corps et de l’âme, dévêtus, vêtus ou semi-dévêtus, et commente la mosaïque d’Éros et Psyché de Carthage. (287) López Monteagudo G., El desnudo reflejado, ibidem, p. 193-208, étudie le motif iconographique d’un personnage qui voit son reflet dans l’eau ou dans un miroir ; il commente les mosaïques d’Actéon qui se reflète dans l’eau à Timgad et celui du bain de Diane à Volubilis. (288) Fantar M.H., À propos du repas funéraire et du banquet post mortem, dans Mélanges François Bron, p. 193-208, 2 fig. Après une évocation de diverses pratiques de repas en Orient et chez les Étrusques, l’auteur rappelle des données archéologiques qui attestent les banquets funéraires : vaisselle, banquettes, tombe libyco-punique de Gurza ; la représentation du banquet funèbre se voit sur quelques stèles carthaginoises datables des IVe et IIIe s. av. J.-C. Il en est de même pour l’époque romaine. L’auteur décrit une stèle jusque-là inédite, provenant des environs de Lorbos au nord-ouest de la Tunisie, qui ressortirait à une typologie numido-punique, et mentionne une mosaïque de Thina représentant un couple sur un sofa. En guise de conclusion il établit quelques comparaisons avec d’autres civilisations. (289) Gozalbes Cravioto E. et García García M.I., Una aproximación a las pestes y epidemias en la Antigüedad, dans Espacio, Tiempo y Forma : Revista de la Facultad de Geografía e Historia. Serie 2, Historia Antigua, XXVI, 2013, p. 63-81, étudient les épidémies de peste dans l’Antiquité. Concernant l’Afrique, ils commentent les faits suivants : à la fin du Ve s. av. J.-C., l’armée carthaginoise s’est vue affectée par une peste lorsqu’elle assiégeait Syracuse ; la grande épidémie de l’époque antonine, qui emporta Marc Aurèle, n’a, curieusement, pas atteint l’Afrique Proconsulaire ni les Maurétanies (contra n° 290) ; celle de l’époque de Cyprien, au milieu du IIIe s., a surtout touché la région de Carthage et elle est décrite par l’évêque dans son ouvrage De Mortalitate ; la grande peste de Byzance (541-544) n’a touché avec certitude en Afrique du Nord que la Maurétanie césarienne. (290) Gourévitch D., Limos kai loimos. A Study of the Galenic Plague, Paris, 2013, p. 122-123, étudie brièvement la diffusion de la « peste » en Afrique au temps de Marc Aurèle ; elle fait porter la responsabilité de ce malheur essentiellement sur l’armée, ce qui est peut-être excessif, car les marchands, les pèlerins et bien d’autres personnes voyageaient. (291) Disabilities in Roman antiquity : disparate bodies, a capite ad calcem, édit. Laes C., Goodey C.F. et Rose M.L., Leyde, 2013, XIII- 318 p., ill., index. Les références aux Africains sont rares dans ce volume. Hannibal et Sertorius sont cités pour le fait qu’ils étaient borgnes, Fronton et Apulée pour les quelques infirmités qu’ils ont mentionnées dans leurs œuvres. (292) Dossey L., Watchful Greeks and Lazy Romans : Disciplining Sleep in Late Antiquity, dans Journal of Early Christian Studies, XXI, 2, 2013, p. 209-239. Cet article, qui repose sur la comparaison des théories médicales, philosophiques et patristiques relatives au sommeil, met en évidence des différences importantes entre les textes grecs et les textes latins, indépendamment de l’affiliation religieuse de leurs auteurs. Tertullien, Lactance, Augustin et Caelius Aurelianus font partie des auteurs latins pris en considération dans cette étude. (293) Brandt H., Am Leben des Lebens. Alter, Tod und Suizid in der Antike, Münich, 2013, 158 p. On ne trouvera que très peu de références aux auteurs africains dans cet ouvrage sur la vieillesse et le suicide : une d’Apulée (Met., X, 11, 2) et une autre de Lactance (Mors pers., 11, 3), trois pour Augustin (Civ., I, 17 ; Ep., 213 ; Serm., 297). (294) De Larminat S., Petite enfance et rites funéraires en Afrique romaine, dans Dossiers d’Archéologie. La petite enfance dans le monde grec et romain, n° 356, mars-avril 2013, p. 36-39, 8 fig., expose le traitement particulier réservé aux enfants à travers des nécropoles de Tunisie et d’Algérie : ils étaient souvent inhumés dans des amphores ou d’autres contenants en céramique ; ils pouvaient être regroupés dans des enclos ; dans un cas, à Pupput, une trentaine d’enfants ont été inhumés dans un puits ; un nourrisson était parfois associé à un sujet adulte. On note aussi qu’au sein d’un abondant mobilier caractéristique des sépultures d’enfants, la majorité des figurines représentent Vénus, Mercure ou des divinités nourricières. La problématique des contacts, et notamment le concept d’identité, a inspiré les études suivantes, et l’on pourra se reporter aux ouvrages dirigés par C. Briand-Ponsart et Y. Modéran, qui avaient déjà bien ouvert la voie. (295) Gruen E., Did ancient identity depend on ethnicity ? A preliminary probe, dans Phoenix, LXVII, 1-2, 2013, p. 1-22, rés. fr. p. 218, essaie d’évaluer ce que recouvrait la notion d’ethnie (plus ou moins proche de celles d’ethnos, genos, genus, natio) chez les Grecs, les Romains, les juifs et les chrétiens. À partir de nombreux exemples (l’Afrique est évoquée à travers Cicéron sur les Carthaginois, p. 12-13, et Tertullien, p. 19), l’a. conclut que les notions d’identité et d’ethnicité ne sont pas aussi liées que dans la pensée moderne. (296) Saddington D.B., Ethnic Accomodation in Roman North Africa. Some urban and tribal cases, dans Société (La -) de l’Afrique romaine, p. 27-38, commence par relever l’existence de préjugés nourris par les citadins à l’encontre des tribus ; il pense même y trouver des traces de racisme, bien vite oubliées il est vrai. Les Romains appartenaient à l’armée et au monde des notables (il décrit brièvement l’administration de Carthage et de Thugga). À l’opposé, les Africains, selon lui, vivaient aux frontières du monde, et il choisit comme modèles Lusius Quietus [ce général de Trajan était-il vraiment aux marges ?], les Baquates et les Zegrenses. Une bibliographie de deux pages complète la synthèse. (297) Ouachour F., Réflexions sur le concept de métissage en Afrique du Nord antique, dans Hommes, cultures et paysages, p. 103-119. L’auteur propose des réflexions fondées sur les sciences sociales pour analyser le phénomène de métissage, qui provoquait dans l’Afrique antique des processus d’interpénétration, d’interaction et de métamorphose. Les peuples africains ont intéressé plus particulièrement (298) Morizot P., Réflexions sur le face-à-face romano-berbère. De la mort de Tacfarinas à l’invasion vandale, ibidem, p. 39-62. Cette tentative de synthèse sur un sujet difficile privilégie les Africains. En Tingitane, l’auteur présente les Ourbikaï. Il parle ensuite des Baquates et de leur raid sur Cartennae (en Césarienne, mais présentés pour établir un parallèle) ; il revient sur le rôle des arae Pacis, sur les Zegrenses et les Autololes. Pour la Césarienne, il mentionne les Zimises et il décrit la noua praetentura. Ces tableaux succincts lui permettent de revenir sur les IIe et IIIe siècles, sur les Bavares, les Quinquegentanei et les Fraxinenses. Il enchaîne sur les Nasamons. Puis il parcourt à grands pas le temps qui sépare l’époque de Dioclétien de l’invasion vandale. Finalement, ces contacts n’ont pas été uniquement guerriers. Mais les contacts se sont aussi produits hors d’Afrique. (299) Bendala Galán M., El legado de Aníbal y los Barca en la Hispania romana, dans Fragor Hannibalis, p. 381-411, expose comment ont survécu durant de nombreux siècles des traits divers de la culture punique dans la péninsule Ibérique : dans la structure provinciale, les techniques agricoles et la religion. (300) De Vincenzo S., Tra Cartagine e Roma : i centri urbani dell’eparchia punica di Sicilia tra VI e I sec. a.C., Berlin-New York, 2013, XI-439 p., ill., cartes, plans. Deux chapitres rappellent le cadre historique dans lequel s’inscrit cette étude archéologique : le développement de l’eparcheia punique en Sicile occidentale, qui intéresse nos études, et la province romaine jusqu’à Auguste, p. 5-50. Le chapitre 3 examine les influences phénicienne, punique, élyme, qui se sont exercées sur l’urbanisme des cités siciliennes, et les chapitres suivants s’intéressent aux structures défensives, aux diverses constructions publiques et privées.

20Ce gros chapitre s’achève par trois publications relatives à des notions plus ou moins habituelles à nos études. (301) Prütting L., Homo ridens : eine phänomenologische Studie über Wesen, Formen und Funktionen des Lachens, Fribourg-en-Brisgau-Münich, 2013, 3 vol., 1947 p., ill. Cette monumentale étude sur l’essence, les formes et les fonctions du rire, dont le propos est bien éloigné de l’histoire de l’Afrique antique, contient cependant dans sa partie historique quelques développements sur la conception du rire chez Lactance (vol. 1, p. 339-343) et chez Augustin (vol. 1, p. 357-390). (302) Le Temps dans l’Antiquité. Actes du CXXIXe Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Le Temps », Besançon, 2004, édit. Morel J.-P. et Rouveret A., Paris, 2013, 243 p., ill., plans. Les treize contributions de l’ouvrage ont trait à la conception du temps dans l’Antiquité. Trois d’entre elles ont un lien avec l’Afrique antique et font l’objet de notices séparées dans le présent volume. On se rapproche davantage encore des réalités africaines avec (303) The Hellenistic West. Rethinking the Ancient Mediterranean, édit. Prag. J.R.W. et Crawley Quinn J., Cambridge, 2013, 472 p., ill. Comme son titre l’indique, l’ouvrage se veut une réflexion pour dépasser la division, présentée comme traditionnelle parmi les chercheurs, « Occident romain-Orient grec », et aucunement un volume sur l’hellénisation de la partie occidentale de la Méditerranée. Sur les treize chapitres qu’il comporte, trois intéressent directement nos régions (Crawley Quinn J., Kuttner A., Van Dommelen P. et López-Beltran M.), quatre autres mettent en valeur les contacts plus ou moins étroits entretenus entre le monde punique et d’autres régions (Wallace-Hadrill A., Wilson A., Fentress E., Prag J.R.W.).

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search