Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIII (2009)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

V – L’Afrique tardive

Texte intégral

A – L’Afrique romaine tardive

1Comme tous les ans, Augustin y occupe une place essentielle. Rendre compte de toutes les éditions, traductions et études de théologie qui lui sont consacrées n’entre pas dans l’objectif de la B.A.A.A. Nous renvoyons pour cela aux travaux et aux bulletins spécialisés, notamment le Bulletin augustinien (voir n° 102) et nous mentionnons les publications qui sont les plus à même d’informer sur sa culture et la société à laquelle il appartenait.

Sources

2Les études consacrées aux sources littéraires autres qu’Augustin se répartissent équitablement entre les ténors de la tradition classique et les auteurs chrétiens. Ammien Marcellin a droit à un commentaire. (430) Ammien Marcellin : Philological and historical commentary on Ammianus Marcellinus XXVII, édit. Den Boeft J., Drijvers J.W., Den Hengst D. et Teitler H.C., Leyde, 2009, XXVI-347 p., 9 index, 1 carte. On trouvera des mises au point sur les événements d’Afrique (plus détaillées au livre XXIII), au chapitre 9 (§ 1-3), notamment les opérations militaires de la période 365-370 et, concernant l’Afrique, la révolte de Firmus et les interventions du comte Théodose, père du futur empereur. Pour Macrobe, nous verrons (431) Goldlust B., Un manifeste sur l’organicité littéraire : la préface des Saturnales de Macrobe, dans Les manifestes littéraires dans la littérature latine de l’Antiquité tardive. Actes du colloque de Paris, 23-24 mars 2007, édit. Galand-Hallyn P. et Zarini V., Turnhout (Collection des Études augustiniennes, Série Antiquité, 188), 2009, p. 279-296, rés. fr. p. 358. L’a. mène une enquête sur le cas particulier de la préface de l’œuvre, dernier banquet païen des lettres latines composé vers 430 et moment charnière dans l’économie de l’ouvrage. Macrobe y réinvestit la signification de deux passages, une lettre 84 de Sénèque à Lucilius et la préface des Nuits attiques d’Aulu Gelle, pour les intégrer à un projet original. (432) Vogt-Spira Gr., Les Saturnales de Macrobe : une poétique implicite de l’Antiquité tardive, ibidem, p. 263-296, rés. fr. p. 357. Cette œuvre prend la forme d’un projet de théorie poétique implicite, autour d’un thème essentiel, Virgile. Macrobe tente d’associer les deux conceptions du texte qui avaient cours depuis le IIe s., la vérité et la réalité : la clef de cet effort de synthèse est l’imitatio (rerum et auctorum), comme procédé virgilien. Et il eût été dommage de négliger Claudien, même si les références de cette année concernent peu l’Afrique ! (433) Christiansen P.G. et Christiansen D., Claudian : the Last Great Pagan Poet, dans L’Antiquité Classique, LXXVIII, 2009, p. 133-144, défendent la thèse selon laquelle Claudien était originaire de l’Occident latin et non d’Alexandrie, et réaffirment qu’il était bien païen. Ils font appel, à ce dernier propos, aux récits de la bataille de la Rivière Froide donnés par Augustin (De civ. Dei, V, 26) et par Orose (Adv. pag., VII, 35). (433bis) Bureau Br., Figures de poètes chez Claudien : des manifestes poétiques ? dans Manifestes littéraires, p. 51-70, rés. fr. p. 354, s’intéresse au discours sur la poésie que peuvent tenir les poètes mentionnés dans l’œuvre de Claudien, en l’absence de textes directement dévolus au sujet. L’enquête est organisée autour de la figure d’Orphée, récurrente dans la production de Claudien dans les années 396-404. En outre, dans la préface du troisième livre du De consulatu Stiliconis, le couple Orphée-Hercule est remplacé par le couple historique Ennius-Scipion. Les sources chrétiennes s’intéressent d’abord à Lactance, mais aussi à Marius Victorinus et Arnobe. (434) Colot B., Retour au monothéisme et identité chrétienne dans les Institutions divines de Lactance, dans Entre lignes de partage et territoires de passage. Les identités religieuses dans les mondes grecs et romains. Paganismes, judaïsmes, christianismes édit. Belayche N. et Mimouni S.C., Louvain (Collection de la Revue des Études Juives, 47), 2009, p. 253-272. Autour du concept de stirps (souche), Lactance construit une histoire universelle qui part de la Genèse et du mythe de l’Âge d’or. Il intègre les païens, les juifs et les chrétiens dans une généalogie humaine issue du même dieu et le populus christianus est destiné à remplacer le populus romanus. L’espace politique et religieux de Rome peut alors se penser chrétiennement en toute légitimité. (434bis) Ciarlo D., Il matrimonio in Lattanzio fra diritto e apologetica, dans Matrimonio (Il -) dei cristiani, p. 395-404. La culture de Lactance dans les Diuinae institutiones est plus celle d’un orateur que d’un juriste : sur la question du mariage, l’œuvre permet de comprendre comment un apologiste préconstantinien, Lactance, se situait par rapport à une institution du droit romain. (435) Evans Grubbs J., Church, State, and Children : Christian and Imperial Attitudes toward Infant Exposure in Late Antiquity, dans The Power of Religion in Late Antiquity, p. 119-131. On doit à Lactance l’attaque la plus violente contre l’usage d’exposer les enfants, au livre 6 de ses Inst. Div., au nom d’une condamnation générale de l’homicide, y compris les exécutions publiques et le service militaire. Il est possible que cette dénonciation de l’expositio, et celle d’autres chrétiens aussi, soient à l’origine de son abrogation, en vertu de plusieurs législations impériales, de Constantin à Justinien. (436) Van der Meeren S., Lactance et les Academica de Cicéron : citations et polémiques, dans Revue des Études anciennes, 111, 1, 2009, p. 55-74, examine la présence de Cicéron, notamment ce traité des Academica, dans l’œuvre de Lactance. Elle s’explique en fonction de son projet culturel et moral, et les références sont particulièrement nombreuses dans les Diuinae Institutiones : il veut utiliser les mêmes armes que les païens pour défendre le christianisme et montrer qu’il est la seule religion et la seule sagesse. (437) Le livre des XXIV philosophes. Résurgence d’un texte du IVe siècle, édit. Hudry Fr. (introd., texte latin, trad. et annot.), Paris, 2009, 225 p., index. Cet opuscule anonyme, composé de 24 définitions commentées de Dieu et traditionnellement daté de la fin du XIIe s., est attribué par l’auteur à Marius Victorinus. Elle le confronte aux sources néoplatoniciennes et montre qu’il s’agit d’un montage d’éléments philosophiques grecs, traduits et adaptés pour donner une définition philosophique de Dieu. (438) Guidetti F., Tensam non tenuit : Cicerone, Arnobio e il modo di condurre i carri sacri, dans Studi classici e orientali, LV, 2009, p. 233-248, ill., rés. angl. p. 311. Il faut corriger Arnobe, 4, 31 : tensam (le char sacré) et non terram, qui avait été proposé pour remplacer la lacune du manuscrit. Enfin, la chronique sur les miracles d’Étienne connut une longue réception. (439) Meyers J., Une réécriture médiévale du De miraculis sancti Stephani. Étude et édition critique de la version du cod. Brux., BR, 12131-50, dans Parva pro magnis munera, p. 613-633. L’œuvre, rédigée à Uzalis après 424, connut une assez large diffusion au Moyen Âge au point de susciter des abrégés plus aisés à consulter. Celui-ci, daté des XIe/XIIIe s. et provenant de Belgique, en est un exemple. Le dernier travail présenté ici complète les deux titres déjà mentionnés plus haut (nos 14 et 17). (440) Les lois religieuses des empereurs romains de Constantin à Théodose II (312-438). II, Code Théodosien I-XV, Code Justinien, Constitutions sirmondiennes, édit. Rougé J. (†) et Delmaire R., avec la collab. de Huck O., Richardet Fr. et Guichard L., texte latin Mommsen Th. [1904], Meyer P. et Krueger P., Paris (Sources chrétiennes, 531), 2009, 592 p., 3 annexes, 3 index. Après le premier volume qui publiait le livre XVI du Code théodosien (B.A.A.A., XXXIX, 2005, n° 496), auquel il faut se référer pour bénéficier de la grosse introduction de R. Delmaire, ce second volume, lui aussi des plus utiles, réunit 166 lois réparties dans les livres 1 à XV du Code théodosien, complétées par 16 lois connues par J. Sirmond et 16 lois émises entre 312 et 438 et reprises par le Code Justinien. Toutes ces lois concernent autant le christianisme que le judaïsme et le paganisme. Pour chaque texte, sont fournis le texte latin, sa traduction, une brève bibliographie et des informations sur la date et le destinataire. Les index permettent de retrouver les lois relatives aux provinces africaines (rien pour les Maurétanies).

3Et nous en venons à Augustin qui occupe une rubrique entière à lui seul : la production se répartit entre études biographiques, études textuelles et études thématiques. Plusieurs auteurs ont abordé la biographie de l’évêque, mais d’abord un ouvrage général (441) Bekenntnisse : Autobiographien von Augustinus bis Fontane, édit. Spahr R. et Vogel O., Francfort-sur-le-Main, 2009, 351 p., avec des textes d’Augustin (n.u.). Un premier article de (442) Brennecke H.C., Augustinus, Bischof von Hippo. Philosoph, Kirchenvater, Lehrer des Abendslands, dans Königreich (Das-) der Vandalen p. 325-330, 4 fig., donne un résumé de la vie d’Augustin. Une étude, de dimension réduite, décline en onze chapitres l’essentiel de la biographie d’Augustin de façon claire et précise : (443) Chadwick H., Augustine of Hippo : a life, Oxford-New York, 2009, XX-177 p., index. Les trois premiers ch. évoquent la vie d’Augustin jusqu’à son retour à Thagaste, les cinq suivants retracent son action comme prêtre, puis comme évêque, et les trois derniers évoquent les questions théologiques qui ont préoccupé l’évêque à la fin de sa vie (la Trinité, les deux cités, la grâce). (444) Salles C., Saint Augustin, un destin africain, Paris, 2009, 387 p. C’est un livre d’abord agréable, qui permet un premier contact (sans notes) avec l’homme et son époque. (445) Schindler A., Hagiographie und Hagiologie in Augustins Werk, vor allem in den Confessiones, dans Autobiographie und Hagiographie in der christlichen Antike, édit. Van Oort J. et Wyrwa D., Louvain-Walpole (Mass.), 2009, p. 89-129. Le point de départ est un questionnement sur l’interdépendance entre l’autobiographie et l’hagiographie. L’étude porte en premier sur la manière dont sont envisagées les relations d’Augustin avec Alypius et Ambroise dans divers passages du l. VIII, puis avec sa mère Monique, dans le l. IX. Ses proches contribuent à l’élaboration d’une hagiographie personnelle en même temps que cette dernière les met en valeur. Suit un parallèle, qui est aussi un contre-exemple, avec Paulin de Nole. La dernière partie aborde la position de l’évêque vis-à-vis des miracles et, en annexe, p. 124-129, figure un tableau des miracles mentionnés dans le l. XXII, 8, de la Cité de Dieu. Enfin, Augustin est soumis à la psychanalyse avec (446) Gauch D., À l’épreuve de l’altérité, un homme, une histoire, un chemin de vie : une psychanalyste lit les Confessions de saint Augustin, dans Études théologiques et religieuses, LXXXIV, 2, 2009, p. 257-263. Dans la ligne de la pensée lacanienne, l’auteur voit dans cette œuvre « un témoignage, entre histoire singulière et discours théorique, de la vérité de l’ambiguïté ». Elle est le lieu de « l’invention de la subjectivité humaine, à l’épreuve de l’Autre, Autre de la foi, mais aussi de l’inconscient ». Les derniers travaux biographiques intéressent les femmes, notamment celles qui ont compté dans la vie de l’évêque. (447) Djuth M., Augustine, Monica, and the love of wisdom, dans Augustinian Studies, XL, 2, 2009, p. 217-232. L’article reprend tel quel celui qui figure dans Augustinian Studies, XXXIX, 2, 2008, p. 237-252 (B.A.A.A., XLII, 2008, n° 838). (448) Evans-Grubbs E., Late Roman Marriage and Family Relationships, dans A companion to Late antiquity, Oxford, 2009, p. 201-219. Dans un chapitre général consacré à ce thème, l’a. évoque le statut de concubine et d’épouse tel qu’il apparaît dans les Confessions d’Augustin.

4Les études textuelles sont nombreuses, comme à l’accoutumée, en raison de l’intense production de cet auteur et de son influence sur la pensée chrétienne. Après quelques titres plus généraux, nous aborderons successivement les sermons, les psaumes, les traités, la correspondance puis les œuvres polémiques. (449) Drecoll V.H., Der Stand der Augustinforschung, dans Theologische Literaturzeitung, 134, 7-8, 2009, p. 876-900, donne les tendances majeures de la recherche sur Augustin ces dix dernières années, les apports et les lacunes. Il passe ainsi en revue les éditions, les actes de congrès, les monographies. (450) Andresen C., Theologie und Kirche im Horizont der Antike : gesammelte Aufsätze zur Geschichte der Alten Kirche, édit. Gemeinhardt P., Berlin-New York, 2009, X-338 p., 3 index, est une réédition d’articles et de conférences peu diffusées. Signalons un chapitre qui traite de l’interprétation à donner de plusieurs passages du Contra Academicos, II, 6, 14 ; III, 17-19 et 37-42 (p. 163-183) et une des conférences intitulée Augustin – das Geheimnis seiner Wirkung, prononcée à la faculté de Théologie de Göttingen le 30 juin 1977 (p. 215-225). (451) Saint Augustin, édit. Caron M., Paris, 2009, 660 p., contient dix-neuf contributions et la traduction du sermon De fide rerum quae non uidentur (CPL 292). Pour l’ensemble des résumés et analyses, nous renvoyons à la Revue des études augustiniennes et patristiques, 2010, p. 378-380. Parmi les contributions intéressant nos études, on peut mentionner (452) Bermon E., Analyse du De Trinitate de saint Augustin, dans Saint Augustin, p. 53-76, dans laquelle l’auteur montre que cette œuvre contient des traces de la polémique contre les ariens. (453) Madec G., Platonisme et christianisme. Analyse du Livre VII des Confessions, ibidem, p. 77-158. (454) Pic A., Le temps selon saint Augustin, Lecture du Livre XI des Confessions, ibidem, p. 245-259. Le temps offre à l’homme une voie qui peut mener à Dieu et à la conversion. (455) Trego C., L’âme et la volonté chez saint Augustin, ibidem, p. 261-306 et (456) Michon C., Le libre-arbitre, ibidem, p. 307-341, s’intéressent tous deux à cet aspect de la pensée de l’évêque d’Hippone. (457) Ratzinger J., Origine et signification de la doctrine sur la ciuitas. Échange et confrontation avec Wilhelm Kamlah, ibidem, p. 367-388. Pour W. Kamlah, Ciuitas dei est équivalent à Ecclesia Christi, c’est-à-dire à une communauté historique entendue au sens eschatologique, tandis que l’auteur rattache ces deux notions à la Bible, et donc à la conception même de l’Église. (458) Cambronne P., Destin du moi, destin des empires. Un regard de saint Augustin sur le mystère de l’histoire, ibidem, p. 389-452, précise les différents sens de l’histoire chez l’évêque, qui réfute l’idée d’un destin inscrit dans les astres et assigne un rôle à une mémoire originelle. La traduction du sermon par (459) Caron M. figure aux p. 637-652. Deux volumes sont désormais une ressource indispensable pour qui s’intéresse aux manuscrits de l’évêque d’Hippone. (460) Spiritus et littera. Beiträge zur Augustinus-Forschung : Festschrift zum 80. Geburtstag von Cornelius Petrus Mayer OSA, édit. Förster G., Grote A.E.J. et Müller C., Würzburg, 2009, XCIV-825 p., avec une bio-bibliographie de Cornelius P. Mayer, p. XLV-LXI. (461) Die handschriftliche Überlieferung der Werke des heiligen Augustinus, Bd. X/1, Ostdeutschland und Berlin Werkverzeichnis, Bd. X/2, Ostdeutschland und Berlin. Verzeichnis nach Bibliotheken, Vienne, 2009, 534 et 435 p. On associera à ces deux titres le suivant. (462) Gioanni St., Un florilège augustinien sur la connaissance sacramentelle : une source de Bérenger de Tours et d’Yves de Chartres ? dans Parva pro magnis munera, p. 699-723. L’article, qui porte sur un manuscrit médiéval comportant notamment des excerpta augustiniens, s’intéresse à la diffusion de florilèges augustiniens dès le Ve s., soit « purs » soit mixtes. Le premier du genre est le recueil dû à son disciple Prosper d’Aquitaine. Nous présentons d’abord les travaux qui regroupent plusieurs sermons avant les études individuelles. (463) Vingt-six sermons au peuple d’Afrique, édit. et commentaire Dolbeau Fr., Paris, 2009, 756 p., index (Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité, 147), est une deuxième édition revue et corrigée des sermons retrouvés par l’auteur, extraits du ms. Mainz, Stadtbibl., 1, 9 (XVe s.). Comme pour la précédente édition, le texte latin est accompagné de notes et de commentaires en français et un supplément bibliographique (2006-2009) figure à la p. 642. (464) The works of Saint Augustine : a translation for the twenty-first century. 3, Homilies. 12, Homilies on the Gospel of John 1-40, édit. Hill E., New York, 2009, 604 p., poursuit l’entreprise indiquée dans le titre. On y trouve la traduction en anglais de ces homélies, avec des notes et une introduction de Fitzgerald A.D. (465) Schiller I., Weber D. et Weidmann C., Sechs neue Augustinuspredigten. Teil 2 mit edition dreier Sermones zum thema Almosen, dans Wiener Studien, 122, 2009, p. 171-213, ont poursuivi leur étude sur les six sermons Erfurt 1-6 (voir B.A.A.A., XLII, 2008, n° 796) et ont publié avec commentaires les sermons 2-4 : Erfurt 2 (= 350 D), De elemosinis rerum spiritalium ; Erfurt 3 (= 350 D), De ministerio rerum carnalium quod fit in sanctos ; Erfurt 4 (= 350 F), De elemosinis quae fiunt in omnes. Ces trois sermons se suivent dans le manuscrit, ils faisaient donc bloc dans les archives d’Augustin à Hippone. Il est impossible de les dater, car le regroupement s’est fait thématiquement. Il est certain qu’ils ont peu circulé. (466) Agustín de Hipona, Tres sermones nuevos, dans Augustinus, LIV, 212-213, 2009, p. 13-32, est une traduction en espagnol des sermons 282 augmenté (Erfurt 1), sur Perpétue et Félicité, 362 A (Erfurt 5), à propos de la résurrection des morts et 313 G (Erfurt 6), sur Cyprien. Ces documents, comme les titres respectifs, coïncident avec les renseignements que donne Possidius, índic. X6, 190- 192, ce qui démontre leur authenticité. (467) Drobner H.R., Cronología de los Sermones ad populum de san Agustín. II. Sermones 5-8, 184-196 y 369-370, dans Augustinus, LIV, 214-215, 2009, p. 269-294, fait suite à un article du même auteur paru en 2000 (B.A.A.A., XXXIV, 2005, n° 644). La seule date indiscutable est celle du Sermon 196, daté de 395- 396. Dans cette nouvelle discussion sur la chronologie des sermons, l’auteur insiste sur les questions méthodologiques. Il faut absolument une référence claire à des événements extérieurs pour pouvoir dater avec certitude ces documents. (468) Boodts S., Torfs M. et Partoens G., Augustine’s Sermon 169, a systematic treatise on Phil. 3, 3-16 : exegetical context, date and critical edition, dans Augustiniana, 2009, LIX, 1-2, p. 11-44, est une nouvelle édition critique, accompagnée d’un long commentaire, de ce sermon prononcé et rédigé dans le contexte de la querelle pélagienne, probablement vers 420. Entre homélie et psaume, une œuvre originale d’Augustin, (469) Nodes D.J., The organization of Augustine’s Psalmus contra partem Donati, dans Vigiliae Christianae, LXIII, 2009, p. 390-408, rés. angl. Augustin affirme (Retract., I, 20, 1) avoir écrit ce poème de 297 vers en réplique aux psaumes chantés que les donatistes entonnaient au cours de leurs cérémonies. Mais au lieu d’écrire un « vrai » psaume lyrique, Augustin a rédigé une homélie qui fait appel aux règles de la rhétorique : exordium, narratio, refutatio, confirmatio et peroratio. Pour autant, il lui a aussi donné une forme poétique (stances, refrain, acrostiches, anaphores). Il a pu s’inspirer de sermons versifiés, créés en Orient, en leur ajoutant certains éléments de la rhétorique latine. Pour les Psaumes, les deux publications suivantes feront désormais référence. (470) Augustin d’Hippone, Les Commentaires des Psaumes. Enarrationes in Psalmos, Ps. 1-16, édit. Dulaey M., Bochet I., Bouton-Touboulic A.-I., Hombert P.-M., Rebillard É., Paris (Bibliothèque Augustinienne, 57 A), 2009, 662 p. Les premiers commentaires constituent un ensemble cohérent tant par leur datation que par le fait qu’ils constituent de vrais commentaires. M. Dulaey a établi l’historique des éditions (p. 13-40) et un faisceau d’indices conduit É. Rebillard à dater leur composition des années 394-395. La publication se poursuit avec (471) Augustin d’Hippone, Les Commentaires des Psaumes. Enarrationes in Psalmos, Ps. 17-25, édit. Dulaey M. et Bochet I., Paris (Bibliothèque Augustinienne, 57 B), 2009, 364 p. (472) Angelini A., Mostri di confine : il formicaleone e il serpente quasi umano, dans Quaderni del Ramo d’Oro on-line, II, 2009, p. 367-378. La traduction des noms d’animaux dans les versions grecques et latines de la Bible a donné lieu parfois à de véritables inventions, surtout d’animaux hybrides, monstrueux, en accord avec le sens allégorique qui leur était prêté. C’est à ce principe qu’obéit le commentaire que fait Augustin (In Psalm., 57, 7) du serpent cité dans le Psaume 58, 7. Quelques traités ont donné lieu à des éditions. (473) Sancti Aurelii Augustiniani Contra Arrianos opera : Sermo Arrianorum anonymus ; Contra sermonem Arrianorum ; Conlatio cum Maximino ; Contra Maximinum libri duo, édit. P.-M. Hombert, Turnhout, 2009, 800 p., dépl., 2 index, contient une introduction en français. (474) San Agustín, Contra los académicos, édit. Álvarez J. (introduction), García Álvarez J. et García Álvarez Ju. (traduction), Madrid, 2009, 179 p., est l’édition bilingue latin-espagnole de ce traité. (475) Augustine, De civitate Dei. Book V, édit. Walsh P.G., avec introduction, traduction et commentaire en anglais, Oxford, 2009, X-150 p., index. (476) La Regla, San Agustín, édit. Moral Antón A. et Insunza Seco S.M., Guadarrama, 2009, 171 p., est la traduction espagnole de l’édition La Regola, Sant’Agostino, de Cipriani N., introduction et commentaire, parue à Rome en 2006 (183 p.). C’est le premier numéro d’une nouvelle collection dédiée à saint Augustin. Il ne s’agit pas ici de procéder à une édition critique de l’œuvre complète, mais de mettre en valeur l’évêque d’Hippone, raison pour laquelle les premiers paragraphes de l’œuvre revêtent une grande importance. Les œuvres plus personnelles à présent, avec bien sûr les Confessions et la correspondance. (477) Confessiones. Bekenntnisse : Lateinisch-Deutsch, édit. Flasch K. et Mojsisch B., Stuttgart, 2009, 808 p., présente la traduction, l’édition et les commentaires en allemand de l’ouvrage et comprend une introduction par Flasch K. (478) Dobell B., Augustine’s intellectual conversion : the journey from Platonism to Christianity, Cambridge-New York, 2009, XVII-250 p., bibliographie p. 239-245, index, est la publication de la thèse de l’auteur fondée sur une nouvelle interprétation de plusieurs passages d’Augustin, Confessions, 7, 9 ; 13-7, 21, 27. L’a. défend l’idée qu’Augustin décrit la christologie photinienne, qui serait la sienne entre 386 et 391 et qu’il n’aurait pas rejetée jusqu’en 395. Les idées néo-platoniciennes auraient donc largement inspiré ses conceptions sur l’enseignement des disciplines libérales jusqu’en 395, remplacées par « l’argument d’autorité » après cette date. L’a. accorde ainsi à ces textes une valeur plus historique que ne le font ordinairement les spécialistes. (479) Aurelii Augustini Opera. 3, 3, Sancti Aurelii Augustini Epistulae CI-CXXXIX, édit. Daur K.D., Turnhout (Corpus Christianorum. Series Latina, 31B), 2009, XXIV-324 p., 3 index, introduction en allemand, texte sans traduction. (480) Cameron M., Valerius of Hippo : a profile, dans Augustinian Studies, XL, 1, 2009, p. 5-26. Au centre de cette étude, une interrogation sur la personnalité de cet évêque, dont aucun texte n’a survécu, qualifié par l’a. « d’astucieux et d’excentrique ». L’Epist. 21 d’Augustin montre que l’évêque Valerius d’Hippone était un administrateur et un pasteur avisé qui aurait, selon M. C., influencé Augustin dans son approche des Écritures. Les œuvres polémiques ont été peu étudiées, mais on retrouvera cet aspect parmi les thèmes. (481) Ribreau M., Un manifeste de la disputatio chrétienne : fins et moyens de l’écriture polémique dans les deux Contra Iulianum d’Augustin, dans Manifestes littéraires, p. 223-246, rés. fr. p. 357. Les œuvres polémiques d’Augustin n’ont jamais fait l’objet d’une étude littéraire. Pourtant, on trouve des remarques métadiscursives en deux endroits de ces œuvres : les préfaces ou chapitres liminaires et le corps du texte. L’étude est menée à propos des deux écrits polémiques rédigés contre Julien, évêque d’Eclane et, en compléments, d’autres écrits anti-pélagiens et anti-donatistes. Selon Augustin, l’écriture polémique doit être une disputatio, comme Cicéron l’entendait pour ses discours philosophiques, et non un certamen, comme pour ses discours (rhétorique judiciaire).

5Les thèmes représentés cette année concernent la culture d’Augustin, puis divers aspects de la foi chrétienne, les hérésies qui ont aiguisé la réflexion de l’évêque, de sorte que ce dernier se trouve en être l’un de nos meilleurs témoins, enfin les questions de société. La culture d’Augustin était ample, à la fois tributaire de la formation classique et innovante. Un colloque a tenté de faire le point sur un thème susceptible d’approches multiples, (482) Agostino a scuola : letteratura e didattica. Atti della giornata di studio di Pavia, 13 novembre 2008, édit. Gasti F. et Neri M., Pise (Testi e studi di cultura classica, 43), 2009, 190 p., index. L’ouvrage étant destiné à des enseignants, le but des auteurs est de souligner à la fois les aspects novateurs du contenu de l’enseignement dispensé par Augustin et sa volonté de l’inscrire dans une lecture des auteurs anciens, qui formait la base des auteurs chrétiens. Le thème est abordé au fil de quatre communications et d’une table ronde où s’exprimaient les enseignants. Les contributions sont de longueur et d’intérêt très variables et l’ensemble est loin d’avoir épuisé toute la question qui, par ailleurs, est très vaste. (483) Moretti P.F., Agostino e la scuola : l’utilitas della formazione scolastica e la prosa delle Confessiones, ibidem, p. 19-55, évoque l’expérience d’Augustin, à la fois comme étudiant et comme enseignant selon le cursus de l’éducation antique, dans ce qu’il raconte dans divers passages des neuf premiers livres des Confessions, dont elle cite de larges extraits. Elle y constate la présence d’une sensibilité linguistique, caractérisée par le goût de la rhétorique et du jeu de mots. (484) Devoti D., Agostino fondatore di una retorica cristiana, ibidem, p. 57-77, analyse le statut problématique des rapports entre Augustin et la rhétorique dans deux ouvrages, le De cathechizandis rudibus et le De doctrina christiana. En confrontant cette dernière à la tradition classique et en remontant surtout à Cicéron, il met l’accent sur la sensibilité personnelle de l’évêque d’Hippone. (485) Gasti F., Parturitio novae vitae. Raccontare la conversione : Aug. Conf. VIII e due lettere, ibidem, p 79-102, se concentre sur l’expérience centrale de la vie et de l’activité d’Augustin en la considérant non seulement d’un point de vue biographique ou psychologique, mais aussi du point de vue littéraire, et il met en relief le rôle de l’exemplum. (486) Audano S., Agostino tra Bruto, Livio e Virgilio (civ. 3, 16 ; 5, 18) : un possibile tirannicidio cristiano ? ibidem, p. 103-153, étudie un passage du livre III de la Cité de Dieu, où est mentionnée la figure de Brutus, fondateur de la République, pour démythifier le personnage et rappeler l’ambiguïté de Virgile vis-à-vis de son attitude, dans l’Énéide, VI, v. 820 sq. Cette lecture augustinienne rencontra quelque succès au Moyen Âge. (487) Turra A., Lessico dell’io e lessico di Dio in Agostino, ibidem, p. 156-163, étudie le vocabulaire du corps, de l’âme, du cœur, dans la relation du « je » et du « tu » et avec Dieu dans les Confessions, IV. (488) Depaoli S., Filosifia e latino : un percorso interdisciplinare, ibidem, p. 165-171, a communiqué à propos du sens philosophique de l’être et de la possibilité qu’a l’homme actuel de se sentir proche de la pensée d’Augustin dans sa recherche de la vérité à travers le langage. (489) Menghi M., Un confronto fra Agostino e Seneca saepe noster, ibidem, p. 173-176, aborde la nouveauté de l’œuvre d’Augustin par rapport à celle de Sénèque, dans une comparaison sur les thèmes du bien et de la grâce qui d’un côté unifient et de l’autre divisent les deux cultures. (490) Vadone G., Per una didattica agustiniana, ibidem, p. 177-182, propose sa grille de lecture et d’interprétation pour montrer les points de convergence entre les traditions classique et chrétienne. Pour cela, il évoque trois passages d’Augustin traitant de l’épisode de l’Exode, dans les Confessions, VI, 6, 9-10, le De beata vita et le De doctrina christiana, 2, 40, 60-61, passage que l’auteur développe plus longuement. Dans la culture d’Augustin, la philosophie occupait une place essentielle, la rhétorique aussi, ainsi que diverses autres disciplines. (491) Lomiento V., Volvit fluctus cordis : i moti dell’animo nelle Confessioni di Agostino, Bari (Auctores nostri. Studi e testi di letteratura cristiana antica, 7), 2009, 254 p., 5 index. Cet ouvrage consacré aux émotions contient en première partie une étude du lexique des mouvements de l’âme, entre tradition classique et innovation chrétienne. La deuxième passe en revue plusieurs de ces mouvements : le désir, l’amour, l’espérance, la tristesse, la crainte, la joie. Pour terminer, l’a. recense le langage des lieux de l’âme dans les Confessions. (492) Foley M.P., Agustín, Aristóteles y las Confesiones, dans Augustinus, LIV, 212-213, 2009, p. 185-197, rés. angl. La manière par laquelle Augustin insère la pensée d’Aristote dans les Confessions révèle bien son approche formelle des sources néo-platoniciennes. L’auteur analyse aussi la relation d’Augustin avec les sources non platoniciennes de la philosophie classique. (493) Megino Rodríguez C., Huellas del Aristóteles exotérico en San Agustín, dans Perfiles de Grecia y Roma. Actas del XII Congreso Español de Estudios Clásicos, Valencia, 22 al 26 de octubre de 2007, 1, édit. González Castro J.F., Madrid, 2009, p. 555-565, commente les traces que les œuvres écrites par Aristote pour le grand public ont pu laisser chez Augustin, plus spécialement dans le Protreptique. La source intermédiaire et toujours unique est l’Hortensius de Cicéron. (494) Bouton-Touboulic I., Augustin lecteur de Cicéron dans le Contra Academicos, dans Revue des Études anciennes, 111, 1, 2009, p. 95-114, rés angl. Augustin prétend trouver chez Cicéron les indices d’une adhésion secrète des académiciens sceptiques au platonisme dogmatique. Il existe des analogies entre ces procédés et l’interprétation allégorique historique de l’Ancien Testament. (495) Bermon É., Un échange entre Augustin et Nebridius sur la phantasia : (Lettre 6-7), dans Archives de Philosophie, 2009, LXXII, 2, p. 199-223, rés. angl. Dans ces lettres, les questions sur la mémoire et la phantasia trouvent leur origine dans des textes d’Aristote, puis de Plotin et de Porphyre. Nebridius adopte l’idée qu’une image sert nécessairement de véhicule ou de miroir à la pensée, tandis qu’Augustin refuse l’idée que l’intellect dépende de l’imagination. (496) Toulouse S., Influences néoplatoniciennes sur l’analyse augustinienne des visiones, dans Archives de Philosophie, LXXII, 2, 2009, p. 225-247. À propos des relations entre visions spirituelles, corporelles et intellectuelles, l’auteur s’intéresse à l’influence de Plotin et de Porphyre dans l’œuvre d’Augustin, notamment comment il utilise des schèmes porphyriens pour développer sa propre pensée. (497) Bochet I., Le statut de l’image dans la pensée augustinienne, dans Archives de Philosophie, LXXII, 2, 2009, p. 249-269, interroge ce statut dans la mesure où Augustin a consacré à l’image des analyses très diverses, comme notion et comme réalité. L’image de Dieu en est le thème principal. (498) Ayres L., Into the Poem of the Universe : exempla, conversion, and Church in Augustine’s Confessiones, dans Zeitschrift für antikes Christentum, XIII, 2, 2009, p. 263-281, rés. angl., souligne à quel point le recours aux exempla, si essentiels à la tradition romaine, a été intériorisé par Augustin (imitation du Christ, des martyrs, des apôtres) et comment la mémoire est au cœur de sa théologie de la conversion. (499) Topping R.N.S., The perils of skepticism : the moral and educational argument of Contra Academicos, dans International Philosophical Quarterly, XLIII, 3, 2009, p. 333-350. La dimension morale et éducative du traité d’Augustin contre les sceptiques est essentielle : elle permet de comprendre certains éléments structurants de l’œuvre et ces thèmes répondent à ceux que l’on trouve dans d’autres écrits augustiniens. (500) Cambridge (The -) Companion to Ancient Rhetoric, édit. Gunderson E., Cambridge, 2009, 368 p., ne comporte pratiquement pas de mentions d’Africains. Les Confessions d’Augustin apparaissent aux p. 127-128, dans un paragraphe intitulé « The politics of Rhetorical Education ». (501) Burton P., The discourse of Later Latin, dans A Companion to Late Antiquity, p. 327-341. Alors que les grammairiens considéraient négativement l’évolution du latin tardif, Augustin adopte une position plus nuancée et tolère des écarts, dont il considère qu’ils sont dus à l’évolution de la langue. (502) Segonds A. et Saffrey H.D., Le témoignage de saint Augustin dans la reconstitution de la Lettre à Anébon l’Égyptien par Porphyre, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2009, 1, p. 163-194. Le témoignage d’Augustin a permis de préciser ou de corriger le texte. L’évêque d’Hippone en avait eu connaissance, mais quelques erreurs de sa part incitent à ne pas exagérer sa maîtrise du grec, qui était réelle mais limitée. (503) Charru Ph., Temps et musique dans la pensée d’Augustin, dans Revue des Études augustiniennes et patristiques, LV, 2, 2009, p. 171-188, rés. fr. et angl. p. 188. La conception de la musique qu’Augustin développe dans son De musica est inséparable de sa réflexion sur le temps : les deux se nouent autour de la notion de mouvement ; l’écoute de la musique engage la mémoire et ouvre sur l’éternité. Il faut attendre le XXe s. et Igor Stravinski pour retrouver des formules très proches de celles d’Augustin. (504) Den Boeft J., Periculum Voluptatis. Augustine’s Strained Relation with Poetry, dans Spiritus et littera, p. 3-16. Augustin a beaucoup évolué quant à la place que devait avoir la poésie. En Italie, les lectures poétiques faisaient partie du programme des réunions de Cassiciacum. Plus tard, la règle établit une suspicion vis-à-vis de la poésie, accusée de diffuser le paganisme. L’évêque n’ignorait pas non plus les classiques du théâtre. (505) Hessler J.E., Ille comicus. Terenz im augustinischen Textkorpus, ibidem, p. 227-244. Comme l’indique le titre, il s’agit des occurrences de Térence présentes dans les écrits d’Augustin. (506) Pittaluga S., Scuola e enciclopedismo nella tarda antichità, dans Scuola e trasmissione del sapere tra tarda antichità e rinascimento, édit. Pittaluga S., Gênes, 2009, p. 7-22, fait état de considérations générales à propos du projet encyclopédique d’Augustin, destiné à donner une tonalité chrétienne à l’organisation traditionnelle (varronienne) des sciences. (507) Dagemark S., Natural science : its limitation and relation to the liberal arts in Augustine, dans Augustinianum, XLIX, 2, 2009, p. 439-502, examine l’opinion d’Augustin envers les sciences naturelles. Selon l’évêque, elles ne peuvent conduire à la vérité chrétienne, mais elles sont indissociables de la philosophie et des mathématiques, il faut donc trouver une harmonie entre ces sciences et la Bible. Les thématiques chrétiennes regroupent le péché, la conversion, le monachisme, puis une série d’études qui s’intéressent aux combats menés par Augustin contre le paganisme et les hérésies. (508) Wu T., Augustine on involuntary sin : a philosophical defense, dans Augustiniana, LIX, 2009, 1-2, p. 45-78. Il existe de nettes différences entre le vol. I, rédigé en 388, et le vol. III, rédigé en 395, du De Libero arbitrio. Dans le premier, Augustin affirme qu’un acte est coupable seulement s’il est volontaire ; dans le second, il le relie au péché originel et à la faute d’Adam et à sa concupiscence. Cela lui permet de clarifier sa position : la responsabilité de l’homme est limitée en raison de l’imperfection innée de sa volonté. (509) Mújica M.L., El significado pedagógico del verbo formare en San Agustín, dans Augustinianum, XL, 2, 2009, p. 503- 522, propose l’hypothèse qu’Augustin ait utilisé ce mot dans une intention relative à l’éducation des âmes : le péché originel les a déformées et elles doivent dès lors prendre leur forme véritable. (510) Bilagher M., De Boo G. et Van Geest P., The Procrustean bed of the ordo : comments on Isabelle Bouton-Touboulic, « L’ordre caché. La notion de l’ordre chez saint Augustin », dans Augustiniana, LIX, 1-2, 2009, p. 173-182, commentent l’ouvrage cité dans le titre (B.A.A.A., XXXVIII, 2004, n° 832), qui propose de comprendre la notion d’ordo chez Augustin. Il permet de concilier la dichotomie entre bien et mal dans la Création, et entre histoire et histoire du Salut, et la conversion y tient une place essentielle. (511) Van Reyn G., Ad christianam pigrius movebatur (Conf. VII. XX (25) : Alypius’ more reluctant move to the Christian faith (compared to Augustine), dans Augustiniana, LIX, 3-4, 2009, p. 191-225. Il ressort du récit de la conversion d’Alypius que si celui-ci avait décidé de devenir un christianus ascétique à la manière d’Augustin, il ne partageait pas son humilité et n’était pas disposé à se soumettre à l’Église catholique et au Christ en demandant le baptême. (512) Fehérváry Ö., Multi sunt paenitentiae fructus. Pénitence monastique aux Ve-VIe siècles dans le paysage de la pénitence ecclésiale. Étude historico-théologique sur une interdépendance, Rome (Studia Anselmiana, 147), 2009, 485 p., examine divers aspects des pratiques pénitentielles du monachisme occidental d’après les sources monastiques, notamment législatives, et l’apport d’Augustin, p. 111- 127, p. 413-418. L’ardeur d’Augustin s’est donnée libre cours dans les controverses qui l’ont opposé aux païens et à certains chrétiens. (513) Bruggisser Ph., Numa Pompilius et la Rome sacrée. Regards croisés d’Augustin et de Thémistios, dans Revue des Études augustiniennes et patristiques, LV, 1, 2009, p. 3-21, confronte le réquisitoire d’Augustin dans la Cité de Dieu contre les dieux de Numa, et l’éloge vibrant qu’en propose au contraire Thémistios dans le discours prononcé à l’occasion des décennales de Gratien en 376 (Or., 13), témoin d’une religion traditionnelle encore militante. (514) Mazzam., L’intermediazione proibita : magia e divinazione in alcune costituzioni del Teodosiano, con qualche considerazione sui fondamenti culturali della repressione religiosa nella tarda antichità, dans Romano Barbarica, XIX, 2006-2009, p. 49-81. Les deux dernières pages introduisent le De diuinatione daemonum d’Augustin, l’un des témoignages les plus significatifs de la position chrétienne à l’encontre de la divination : elle est l’œuvre des démons tandis que la prophétie exprime la Parole de Dieu. Parmi les adversaires chrétiens, Pélage et Julien d’Eclane donnent lieu à des enquêtes régulières. (515) Gaul B., Augustine on the virtues of the Pagans, dans Augustinian Studies, XL, 1, 2009, p. 233-249. Au livre V, 10 des Confessions, rédigé en 415, Augustin accorde que les vertus des païens sont des vertus imparfaites ; cependant, quelques années plus tard (ibid., XIX, 25), il affirme que ce sont des vices. Les raisons de ce changement tiennent à la controverse pélagienne. Pélage pensait que les humains pouvaient vivre sans péché sans l’aide divine, idée que ne pouvait admettre l’évêque d’Hippone. (516) Bonner G., Christ’s Love for Man and Adam’s Sin. The African Church in the Pelagian Controversy, dans Spiritus et littera, p. 17-29, constate la faible influence d’Augustin sur l’Église grecque, où la querelle pélagienne fut rapidement oubliée et constitua une crise mineure, au contraire de l’Église d’Occident, où l’influence de l’évêque d’Hippone fut déterminante pour le futur. (517) Lambrigts M., Uso agustiniano de la tradición en la controversia con Juliano d’Eclano, dans Augustinus, LIV, 214-215, 2009, p. 409-452. Il s’agit ici de convoquer les auteurs de la tradition chrétienne. Augustin veut démontrer que le promoteur de cette doctrine, celle de Julien d’Eclane, a abusé le peuple, contrairement à Cyprien, Ambroise, Irénée ou Jérôme. (518) Ribreau M., Augustin hérésiologue dans le Contra Iulianum, dans Revue des Études augustiniennes et patristiques, LV, 2, 2009, p. 189-21, rés. fr. et angl. p. 213. Ce traité permet de comprendre comment Augustin définissait l’hérésie et l’orthodoxie : l’incohérence et l’orgueil caractérisent l’hérétique, il peut être confondu par l’argument patristique et l’argument liturgique, avec l’aide de la grâce. Le manichéisme et le donatisme ont assurément constitué de vraies menaces pour le christianisme orthodoxe et l’on sait qu’Augustin fut tenté par le premier dans sa jeunesse. (519) Coyle J.K., Characteristics of Manichaeism in Roman Africa, dans New light on Manichaeism. Papers from the sixth international congress on Manichaeism, édit. BeDuhn J.D., Leyde, 2009, p. 101-114, est en accord avec Fr. Decret (à son avis le meilleur spécialiste du manichéisme africain) pour penser que cette religion trouva une très forte expression en Afrique. Il tente d’en définir l’extension géographique et sociale, puis les particularités doctrinales qu’il eut dans la région. (520) Beduhn J.D., Megalius, Manicheism, and the Inception of the Confessions, dans Journal of Early Christian Studies, XVII, 1, 2009, p. 85-124. L’évêque donatiste Megalius avait porté une accusation de manichéisme contre Augustin au moment où ce dernier avait été élevé à l’épiscopat. L’évêque répond à ces accusations en détaillant le parcours spirituel qui fut le sien. (521) Id., A Religion of Deeds : Scepticism in the Doctrinally Liberal Manichaeism of Faustus and Augustine, dans New light on Manichaeism. Papers from the sixth international congress on Manichaeism, édit. BeDuhn J.D., Leyde, 2009, p. 1-28. Les informations laissées par Augustin sur Faustus, ainsi que par d’autres sources, permettent de reconstituer ce que fut le rôle de ce maître manichéen en Afrique et notamment l’influence profonde qu’il eut sur Augustin et sa conception du scepticisme. L’identité des donatistes a donné lieu à deux articles. (522) Pelttari A., Donatist Self-Identity and « the Churche of the Truth », dans Augustinianum, XLIX, 2, 2009, p. 359-369. Les donatistes rejettent l’appellation d’Église de la Vérité et préfèrent se qualifier simplement de chrétiens ; mais on trouve des témoignages ambigus. (523) Revel-Barreteau C., La fin des persécutions ? Le tournant constantinien vu par les donatistes, dans Le païen, le chrétien, le profane : recherches sur l’Antiquité tardive, édit. Goldlust B. et Ploton-Nicollet Fr., Paris, 2009, p. 95-118, rappelle que les donatistes ont développé une périodisation qui leur était propre en occultant le tournant constantinien et en survalorisant le temps du Salut. Certains de ces traits se retrouvent aussi dans l’ensemble du christianisme africain, notamment chez Augustin. Ce dernier eut recours à toute une gamme de moyens dans son combat contre les donatistes, de la rhétorique à la violence, comme l’indiquent les travaux suivants. (524) Fitzgerald A., When Augustine was Priest, dans Augustinian Studies, XL, 1, 2009, p. 37-48, examine l’expérience du donatisme d’Augustin au temps de sa prêtrise dans une ville, Hippone, majoritairement donatiste à son arrivée. Parmi les écrits anti-donatistes rédigés entre 390 et 397, il souligne l’importance de la lettre 21 adressée à l’évêque Valerius (sur ce dernier, voir aussi n° 480). (525) Hogrefe A., Umstrittene Vergangenheit. Historische Argumente in der Auseinandersetzung Augustins mit den Donatisten, Berlin-New York, 2009, XI-393 p., 2 index. Ce bilan détaillé du conflit qui opposa Augustin aux donatistes s’intéresse surtout aux arguments historiques que l’évêque d’Hippone opposa à ses contradicteurs : comment Augustin utilisa la naissance et l’histoire du donatisme et dans quel contexte, contre quels hommes et dans quels buts. (526) Merdinger J., On the Eve of the Council of Hippo, 393 : the Background to Augustine’s Program for Church Reform, dans Augustinian Studies, XL, 1, 2009, p. 27-36. L’auteur cherche les raisons qui ont conduit Augustin, en concertation étroite avec l’évêque de Carthage Aurelius, à inaugurer une série de conciles. L’exemple d’Ambroise de Milan et le concile de 381, la lutte contre les donatistes, le concile de 390 convoqué par Genethlius pour enrayer les abus commis à l’intérieur même de l’Église catholique ont incité sans doute ces deux évêques à multiplier les conciles. (527) Brachtendorf J., Augustinus : Friedensethik und Friedenspolitik, dans Krieg und Christentum, p. 234-253, examine d’abord la place de la paix dans la théologie d’Augustin, puis la question de la violence d’État, celle de la guerre, avant d’aborder le problème donatiste : la répression à l’égard des donatistes doit se comprendre comme étant une forme de « guerre juste ». (528) Gaumier M.A. et Dupont A., Coerción religiosa patrocinada por el estado : su contexto en Norteáfrica donatista y el cambio de la actitud de Agustín hacia aquella, dans Augustinus, LIV, 214-215, 2009, p. 345-371. Dans le but de protéger le domaine spirituel de l’Église, Augustin commença par éviter le recours au pouvoir séculier, mais il modifia progressivement son point de vue pour y recourir même fréquemment. Le changement se produisit ca 400. Auparavant favorable au dialogue et à la liberté religieuse, il adopta alors la position de la majorité des évêques pour défendre la communauté catholique, en particulier contre le donatisme. Néanmoins, il resta modéré, excluant la torture et la peine capitale. En tant qu’évêque, Augustin avait des compétences judiciaires auxquelles se sont intéressés plusieurs auteurs, notamment dans le cadre du colloque suivant, (529) Augustinus als Richter, édit. Hellebrand J., Würzburg, 2009, 191 p. La perspective adoptée par l’éditeur de ce volume, qui consiste à s’interroger sur le rôle d’Augustin en tant que « magistrat » sera susceptible d’intéresser les africanistes. Les lettres découvertes par J. Divjak sont une source importante d’informations concrètes sur le rôle de l’évêque et la pratique de l’audientia episcopalis. (530) Puliese A., Der hl. Augustinus als Richter. Ein Beitrag zur Geschichte des episcopalis audientia, ibidem, p. 21- 59. Augustin s’est formé aux questions juridiques au cours de ses études. Devenu évêque, il a lui-même exercé les fonctions de juge et ses écrits, surtout sa correspondance, montrent la manière dont il a entendu l’exercer. (531) Raikas K.K., Audientia episcopalis. Problematik zwischen Staat und Kirche bei Augustin, ibidem, p. 84-105. Les lettres découvertes par J. Divjak montrent qu’Augustin avait une réelle connaissance du droit romain. L’a. s’interroge donc sur le rôle de l’évêque dans sa pratique quotidienne, en particulier sur ses relations avec l’État en tant qu’homme d’Église et sa position vis-à-vis des donatistes. (532) Mayr C., Legitimation des Rechts bei Augustinus, ibidem, p. 60-83, montre, à travers la correspondance d’Augustin – en particulier les lettres J. Divjak 1, 8, 9, 10 et 24 –, que celui-ci avait une connaissance très précise du droit. Elles révèlent la pratique au quotidien de la fonction d’évêque et de juge. Mais les lois ne sont légitimes que si elles sont fondées sur la justice et l’ordre (ordo). (533) Kühn E.-M., Rechtsprechung durch den Bischofsrichter, ibidem, p. 106-155, expose les obligations que doit remplir un juge, surtout un juge chrétien selon Augustin. Une autre fonction de l’évêque est celle de médiateur, comme le montrent les lettres J. Divjak 8 et 9. D’autres études vont dans le même sens. (534) Clark G., « The Truth shall make yo free » : Augustine on the Power of Religion, dans The Power of Religion in Late Antiquity, p. 189-200, s’attache à la conception qu’avait Augustin de son pouvoir, en tant qu’évêque et en tant qu’écrivain. (535) Dodaro R., Augustine and the possibility of political conscience, dans Augustinus : Ethik und Politik. Zwei Würzburger Augustinus-Studientage. Aspekte der Ethik bei Augustinus (11. Juni 2005), Augustinus und die Politik (24. Juni 2006), édit. Mayer C., Würzburg, 2009, p. 223-241, étudie une lettre d’Augustin, adressée au vicaire d’Afrique Macedonius. Les autorités politiques sont invitées à prendre leur décision non seulement en conformité avec le droit, mais aussi en prenant en compte leur foi. Augustin est également un témoin des questions de société, et cette année c’est le mariage qui est en première ligne, en raison d’un colloque consacré au mariage chrétien (n° 257). (536) Teja R., La disparidad de la disciplina romana y cristiana sobre el matrimonio y el adulterio en la interpretación de San Agustín (De Adult. coniug. II, 7), dans Matrimonio (Il -) dei cristiani, p. 477-484. Les différences de conception du mariage entre le droit romain et les chrétiens ont posé de grandes difficultés d’interprétation et d’application aux Pères de l’Église, en particulier pour la définition de l’adultère ici considéré. Pour les chrétiens, l’adultère est la rupture d’une union sacrée par les relations sexuelles extraconjugales de l’un des deux époux ; en droit romain, le mariage est un contrat social, sans signification religieuse particulière, et le principe d’égalité entre époux n’existe pas : seule la femme volage est adultère. Les chrétiens ont toutefois eu tendance à maintenir les coutumes romaines. (537) Ribreau M., Augustin, Ulpien, le Ius liberorum et le mariage : Contra Iulianum III, 11, 22, ibidem, p. 485-496. Le recours au ius liberorum dans l’argumentaire du Contra Iulianum montre que chrétiens et païens se rejoignaient sur un point précis du mariage, la procréation. Mais les deux autres éléments du mariage, la fides et le sacramentum indiquent les fortes divergences qui les séparaient. (538) Corsaro F., Il De bono coniugali di Agostino e l’istituto del matrimonio nella legislazione romana del IV secolo, ibidem, p. 497-512, examine les points de contact entre les conceptions chrétienne et romaine (païenne) du mariage, notamment à partir des idées d’Augustin : celui-ci considère l’union matrimoniale comme la réalisation de la volonté divine, à travers la procréation ; mais il n’identifie pas la concupiscence au péché originel et même ne lui confère aucun caractère de péché. (539) Jaśkiewicz S., Sul vincolo della parentela secondo Agostino, ibidem, p. 513-530. La parenté est l’un des liens communautaires auquel l’évêque d’Hippone accorde une grande importance, à côté de l’amitié et du voisinage. L’a. de l’article examine d’abord le sens des termes qui la désignent (cognatio, propinquitas, consanguinitas) avant d’aborder son sens mystique. L’amitié est un autre lien social, essentiel dans l’Antiquité. (540) Rebenichs., Amicus incertus in re certa. La correspondance entre saint Jérôme et saint Augustin, dans Correspondances. Documents pour l’histoire de l’Antiquité tardive, édit. Delmaire R., Desmulliez J. et Gattier P.-L., Lyon, 2009, p. 419-435. La théorie chrétienne de l’amitié dans l’Antiquité tardive était le reflet, comme à l’époque antérieure, de la notion d’affinité appliquée à la société. Les fondements en avaient cependant évolué. L’amicitia définissait l’appartenance à un parti dans les controverses théologiques et conditionnait la solidarité dans les débats religieux. L’affinité reposait désormais exclusivement sur un même credo, c’est-à-dire le consensus en matière d’orthodoxie, et donc nécessairement sur l’intolérance religieuse. Et nous finirons cette rubrique par la question importante de la communication. (541) Paoli-Lafaye E., Messages et messagers. La diffusion des nouvelles dans la correspondance d’Augustin, ibidem, p. 125-141. La diffusion des nouvelles est dépendante des déplacements des messagers, évêques, clercs et laïcs au cours de missions officielles ou privées. Ceux-ci sont une source d’informations sur la vie quotidienne, les répercussions des événements, les nominations, les affaires et les bouleversements politiques. Malgré les difficultés de la diffusion, la correspondance témoigne d’une information réelle sur le monde contemporain.

6Les autres sources seront complétées par le ch. Généralités et par les deux ch. suivants, et c’est bien sûr l’archéologie qui occupera la place essentielle. Pour l’épigraphie, on verra (542) Christol M., L’administration des biens du prince et des biens de l’État jusqu’à la création de la province de Byzacène, dans Kairouan et sa région, p. 93-114, qui revient sur les divisions administratives de l’Afrique et la création de la province de Byzacène sous Dioclétien. Cette dernière reprenait les contours de la regio Hadrumetina qui, après 238, avait à sa tête un procurateur ducénaire venu coiffer le procurateur centenaire. L’a. étudie les rapports existant entre la regio Hadrumetina et la regio Leptiminensis. La seconde était une subdivision de l’administration du patrimonium, tandis que la première s’occupait des biens domaniaux de l’empereur. (543) Hugoniot Chr., Jeux scéniques à Aradi (Proconsulaire), dans Antiquités Africaines, XLV, 2009 [2011], p. 119-138. Une inscription récemment découverte à Aradi (Sidi Jdidi, en Tunisie) commémore la restauration d’une platea entre 402 et 408. Elle indique que des jeux scéniques et des récompenses ont accompagné cette entreprise qui intervient peu après les lois de Théodose sur l’organisation des spectacles (notamment Cod. Theod., 2, 8). Cela montrerait la volonté de conserver les anciennes mœurs et une tentative pour restaurer les représentations théâtrales traditionnelles. Mais, à cette époque, la platea ne devait conserver aucune connotation religieuse. (544) Schmidt M.G., Walking in Mustis. Monumentale Versinschriften einer afrikanischen Stadt im urbanen Kontext, dans Literatura epigráfica. Estudios dedicados a Gabriel Sanders, édit. Gómez Font X., Fernández Martínez C. et Gómez Pallarès J., Saragosse, 2009, p. 309-321, 5 fig., rés. esp. et angl. Plusieurs inscriptions monumentales versifiées de Mustis, certaines incomplètes, d’autres mal transmises, forment un ensemble de louanges de la ville datant du IVe siècle, célébrant le nouveau forum transitorium de la cité. La numismatique est présente grâce aux trésors. (545) Di Vita A., Il ripostiglio di Mangub A. Premessa, dans Quaderni di archeologia della Libya, XX, 2009, p. 159-168, rés. en arabe. Un trésor trouvé en mars 1938 dans une amphore pleine de folles (un peu plus de 2000), au large de Punta Americana (Marsa Mercan) entre Zuara et Sabratha, a rejoint au musée de Tripoli un autre trésor (circa 20 000 monnaies) récupéré en 1923 sur une épave au large de Bir el-Mangub. Les deux trésors remontent à 310. Celui de 1938 est présenté par (546) Polosa A. et Salama P., Catalogo, ibidem, p. 161-168 ; un bilan préliminaire avait été publié rapidement par P. Salama dans Libya antiqua, III-IV, 1966-67, p. 21-27. (547) Salama P. et Hollard D., Constantine et Cherchel, deux trésors romains d’Algérie : maiorinae de 348 à 354, dans Trésors de la Gaule et d’Afrique du Nord au IVe siècle de notre ère, Trésors monétaire, XXIII, Paris, 2007-2008, p. 197-211, pl. 36-37. Les a. étudient plus particulièrement le trésor de Constantine, qui constitue un ensemble homogène de 169 maiorinae au 1/60 et 1/72 de livre auquel s’ajoute un aes 3 au 1/120 de livre. Il comprend 37 monnaies des usurpateurs gallo-romains Magnence et Décence, mais avec la reconquête de Constance II, les contacts semblent rompus avec la Gaule. Il fournit des indices pour dater la réforme monétaire instituant l’aes 3 vers le début de 354. En annexe, une étude d’un dépôt de 32 maiorinae des années 348-354 à Cherchell. Le catalogue figure aux p. 202-211. Nous incitons enfin le lecteur à se reporter à un dernier ouvrage (n° 612), également consacré à des trésors, qui porte sur une large période, jusqu’aux Vandales.

7L’archéologie est un peu plus généreuse, surtout représentée par la céramique en raison d’un ouvrage publié en hommage à un grand céramologue. (548) Studies on Roman Pottery of the Provinces of Africa Proconsularis and Byzacena (Tunisia). Hommage à Michel Bonifay, édit. Humphrey J.H., Portsmouth (Journal of Roman Archaeology. Supplementary Series, 76), 2009, 156 p., ill., tabl. Qu’un Français fasse des fouilles et étudie un matériel archéologique (dans ce cas, de la céramique) en Afrique du Nord n’est pas une nouveauté. Ce qui l’est davantage est le fait que le milieu scientifique anglo-saxon se soit mobilisé pour lui rendre hommage. La raison tient à l’utilité que représentent les travaux réalisés par M. Bonifay, particulièrement sa synthèse de 2004 (B.A.A.A., XXXVIII, 2004, n° 86), à laquelle devra se référer tout chercheur qui s’intéresse à l’économie et à l’histoire de l’empire romain tardif. (549) Fulford M., Introduction : Bonifay’s Études, [with] Previously published Reviews of M. Bonifay’s Études, ibidem, p. 8-16, 1 tabl., rappelle ce qu’ont représenté les travaux de M. Bonifay, en particulier la somme que représentent ses Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, qui embrasse la totalité des céramiques tardives de la Tunisie antique, y compris la céramique modelée, ainsi que la provenance des ateliers, et qui a renouvelé la typologie et la chronologie de cette production. Trois comptes-rendus de son livre sont utilement fournis : (550) Tomber R., dans Antiquity, LXXX, n° 307, mars 2006, p. 218-220, (551) Bourgeois A., dans Revue des Études anciennes, 108, 2, 2006, p. 805-808 et (552) Tyers P., dans Britannia, XXXVIII, 2007, p. 375-376. (553) Bes P. et Poblome P., African Red Slip Ware on the Move : the Effects of Bonifay’s Études for the Roman East, dans Mél. M. Bonifay, p. 73-91, 4 fig., proposent de faire le bilan de l’influence qu’eut l’ouvrage majeur de M. Bonifay sur les études de céramologie dans l’Orient romain et plus particulièrement sur les objectifs du projet ICRATES de l’université catholique de Louvain. (554) Lund J., Methodological Contraints affecting the Precise Dating of African Red Slip Ware, ibidem, p. 65-72, souligne les limites méthodologiques inhérentes aux tentatives de datation de la céramique : on ne peut en particulier dater que le contexte d’usage ou de rejet, et non la production elle-même. Nous avons retenu ici deux études sur la céramique issue des sites de Tunisie et trois autres sur les exportations en Méditerranée. (555) Mackensen M., Technology and Organisation of ARS Ware Production-Centres in Tunisia, ibidem, p. 17-44, 12 fig., 2 tabl., se concentre sur des objets rares, fours et outils comportant des graffiti, à la lumière des résultats de l’archéométrie et de nouvelles fouilles (catalogue des documents, p. 40-43, provenant des sites de Sidi Marzouk Tounsi, El Mahrine et Bordj el-Djerbi, IIIe-VIe s.) : il peut s’agir des noms des propriétaires ou des conductores des ateliers, ou bien encore d’artisans libres. (556) Rossiter J.J., North African Lamps : Bonifay and beyond, ibidem, p. 93-103, 7 fig. Après avoir rappelé quel fut l’ouvrage pionnier sur les lampes africaines (J. Deneauve 1969, sur les collections des musées du Bardo et de Carthage) auquel s’ajoutent des publications récentes sur des lampes venues de divers sites, l’a. souligne l’apport de la typologie de Bonifay à la connaissance des lampes africaines ; il indique aussi les aires des futures enquêtes, géographiques (hors du territoire de Carthage) et chronologiques (époque vandale et byzantine). (557) Peña J.Th., The Forming and Slipping of African Sigillata : Evidence from the Palatine East Assemblage, ibidem, p. 45-63, 12 fig., 1 tabl., s’intéresse aux techniques de fabrication des céramiques sigillées africaines (A/D, C, C/E, D) trouvées sur le Palatin (usage de tours ou de moules). (558) Valente M., Arles, l’Esplanade. Faciès céramique d’un niveau de destruction de la fin du IIIe s. apr. J.-C., dans Sites de production, p. 803-821, 12 fig. Le bâtiment dit « maison aux deux planchers », reconstruit après un premier incendie vers 190 et détruit par un second, vers 260-270, qui entraîna son abandon, a livré un lot de céramique africaine Claire C, de vaisselle de cuisine et d’amphores de même provenance (Afrique). Plutôt qu’une maison, les auteurs voient là une échoppe vendant denrées alimentaires et produits céramiques. (559) Tomber R., Imitation and Diffusion : the Case of Dressel 30 in Egypt, ibidem, p. 151-156, 2 fig., attire l’attention sur un groupe d’amphores Dressel 30 (vinaires), originaires de Maurétanie, mais aussi de Tunisie, trouvées en Égypte (Alexandrie, Meroë au Soudan et dans le désert à l’est du Nil) et datées des IIIe et IVe s. À la bibliographie, l’a. pourrait ajouter un article de Ll. Pons Pujol (B.A.A.A., XXXV, 2001, n° 364) sur ces contenants vinaires. Nous passons à présent en revue les sites africains, d’est en ouest. (560) Jastrzebowska E., Les monuments à auges en Cyrénaïque (Ptolemaïs et Cyrène), dans Antiquité Tardive, XVII, 2009, p. 383-388, 5 fig. Une fois n’est pas coutume, nous mentionnerons la Cyrénaïque où cinq monuments à auges viennent enrichir un corpus essentiellement composé d’exemples de Tunisie et d’Algérie orientale : dégagés au cours des années centrales du siècle dernier à Ptolémaïs (maison de Paulos), à Cyrène (maison jouxtant la basilique centrale, maison d’Hésychius et celle au Péristyle dorique) et à El Bayda (Balagrae) (dans le complexe d’Asclépios), mais n’ayant jusqu’ici guère retenu l’attention, ces monuments se répartissent entre le IVe et le VIe s. Ils n’apportent toutefois pas de réponse assurée à la question de leur fonction. (561) Fantar M., Sur la découverte d’un espace cultuel juif à Clipea (Tunisie), dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 153, 3, 2009, p. 1083-1102, 12 fig. Des fouilles effectuées à Clipea ont révélé l’existence de deux salles d’époques différentes, appartenant à une synagogue, comme l’attestent la présence de la ménorah et une inscription indiquant le nom du donateur, Isaac, fils de Judans, selon la proposition de l’a. L’édifice semble avoir connu trois phases d’aménagement. La grande salle est ornée d’une belle mosaïque à médaillons, dont l’iconographie puise dans le répertoire animal traditionnel et judéo-chrétien. Sous celle-ci, une mosaïque plus ancienne serait contemporaine de la salle plus petite. Le matériel recueilli correspond au Ve s. et l’édifice a été désaffecté ou abandonné entre la fin du Ve s. et le début du VIe s. (562) Di Vita A. et alii, Il teatro di Althiburos : indagini e ricerche 2007, dans Quaderni di archeologia della Libya, XX, 2009, p. 193-211, 18 ill. et plans, rés. en arabe, rendent compte de la première campagne de fouilles menée sur ce bâtiment en 2007. Le matériel récolté est daté de l’époque tardive, Ve-VIIe s. (563) Baratte Fr., Mascula-Kenchela. Une installation complexe : la fontaine de la Maison de Vénus, dans Aouras, V, 2009, p. 263-284, 20 fig., revient sur le péristyle et la fontaine qui occupaient la partie découverte de cette maison du IVe s. étudiée en détail récemment (B.A.A.A., XL, 2006, n° 689-690). La description minutieuse de cet ensemble permet de conclure à plusieurs aménagements. Des éléments d’une fontaine ont été insérés dans une deuxième phase, mais il n’est pas certain qu’elle ait fonctionné comme telle, c’est peut-être un remploi d’un monument qui aurait eu cette même fonction. (564) Crançon S. [S.C.], Alger. Un premier chantier préventif au cœur de la capitale, dans Archéologia, 469, septembre 2009, p. 4-5, 2 ill. Les fouilles en cours sous la place des Martyrs (ex-place du Gouvernement) ont mis au jour, pour ce qui nous intéresse, une basilique au sol mosaïqué (IVe-Ve s.) et des murs d’époque romaine.

8L’histoire événementielle a peu intéressé cette année, puisque nous n’avons retenu que quatre titres, en commençant par les plus généraux. (565) Traina G., 428 AD : an ordinary year at the end of the Roman Empire, traduction Cameron A., Princeton (N.J.), 2009, XIX-203 p., ill., cartes, index., est la traduction anglaise d’un ouvrage paru en italien en 2007 (B.A.A.A., XLI, 2007, n° 235). Pour mémoire, concernant l’Afrique, il faut voir le chapitre intitulé « Waiting for the Vandals » (p. 81-91). (566) Maraval P., Théodose le Grand (379-395). Le pouvoir et la foi, Paris, 2009, 381 p., 2 index. Dans ce bilan très clairement positif du règne de Théodose [dont on voit mal pourquoi il est qualifié de « grand »], on cherchera à partir des index les questions relatives à l’Afrique. (567) Cracco Ruggini L., Il Codice Teodosiano e le eresie, dans Droit, religion et société dans le Code théodosien, p. 21-37, s’intéresse au titre 5 du livre XVI du CTh. (De haereticis) et plus précisément aux Caelicolae (CTh., 16.5.43 et 16.8.19) mentionnés dans deux constitutions datées de 407 et de 409, tandis que deux autres concernaient les donatistes, l’une émanant d’Honorius le 30 janvier 412, à l’intention du préfet du prétoire d’Afrique, Seleucus, l’autre, du même empereur le 17 juin 414, à l’intention du proconsul Africae, Q. Sentius Fabricius Iulianus (CTh., 16.5.52 et 54). Elles indiquent les peines d’exil frappant les prêtres et les peines pécuniaires frappant les circoncellions. Les Caelicolae pourraient avoir honoré une divinité astrale, peut-être un équivalent de la dea Caelestis. (568) García Mac Gaw C.G., La conferencia de Cartago del 411 : política y justicia secular en la resolución del conflicto donatista, dans Política y religión en el Mediterraneo Antiguo. Egipto, Grecia y Roma, édit. Campagno M., Gallego J. et García Mac Gaw C., Buenos Aires (Col. Estudios del Mediterráneo Antiguo, 6), 2009, p. 305-323, analyse les conditions strictement politiques qui conduisirent les autorités romaines à régler le schisme en faveur des évêques catholiques.

9Parmi les thèmes nous aborderons tout d’abord les questions religieuses, et surtout la politique de l’État romain en la matière. (569) Droit, religion et société dans le Code théodosien. Troisièmes Journées d’études sur le Code Théodosien, Neuchâtel, 15-17 février 2007, édit. Aubert J.-J. et Blanchard Ph., Genève, 2009, XVIII-445 p., 2 index, envisage surtout le droit privé et les rapports entre religion et société dans ce recueil de lois si important pour la connaissance de l’Antiquité tardive. (570) Moreno Resano E., La politica legislativa imperial sobre los cultos tradicionales de los siglos IV y V d.C., dans Mainake, 2009, p. 209-216, est une synthèse des travaux récents publiés en Espagne sur le sujet, sans attention particulière portée à l’Afrique. (571) Lizzi Testa R., Dal conflitto al dialogo : nuove prospettive sulle relazioni tra pagani e cristiani in Occidente alla fine del IV secolo, dans Trent’anni di studi sulla tarda antichità : bilanci e prospettive. Atti del convegno internazionale, Napoli, 21-23 novembre 2007, édit. Criscuolo H. et De Giovanni L., Naples, 2009, p. 167-190. L’étude, de portée très générale, effleure parfois l’Afrique. Elle offre quelques réflexions sur l’évolution de la recherche à propos de certains aspects du thème indiqué dans le titre, depuis le travail de H. Bloch paru en 1945 : en particulier la qualité des sources qui permettent de reconstruire le comportement religueux des « derniers païens » de l’ordre sénatorial ; le rôle de Gratien dans le déclin du système religieux de la Rome antique ; la survivance de la religion civique bien après la fin du IVe s. (572) Girardet K.M., Kaisertum, Religionpolitik und das Recht von Staat und Kirche in der Spätantike, Bonn (Antiquitas, Reihe 1, Abhandlungen zur Alten Geschichte, 56), 2009, 533 p., ill., est une réédition de dix-sept articles. Les deux premiers, parus respectivement dans Chiron, 1989, XIX, p. 186-206, et Historia, XLI, 1992, p. 104-116, intéressent l’Afrique. Ils traitent de la politique religieuse de Constantin, plus particulièrement des querelles survenues à Carthage après l’élection de Caecilianus et la pétition adressée par les donatistes à l’empereur, puis du concile d’Arles. Un ouvrage propose une synthèse sur le christianisme vécu par les masses aux lendemains de la conversion de Constantin, (573) Macmullen R., The second church. Popular Christianity, A.D. 200-400, Leyde-Boston, 2009, XII-210 p., ill., plans, index. L’a. se concentre sur les signes physiques des comportements humains : les réalités architecturales, les pratiques religieuses et funéraires. Le plan obéit à une logique géographique et le troisième chapitre, p. 51-67, est consacré à l’Afrique du Nord, que l’on retrouve aussi dans la conclusion. Les rituels païens ont longtemps subsisté, thématique abordée par deux publications du même auteur. (574) Rebillard É., The care of the dead in Late Antiquity, trad. Trapnell Rawlings E. et Routier-Pucci J., Ithaca (N.Y.)., 2009, XIII-224 p., index, est la traduction de l’ouvrage publié en français en 2003 (B.A.A.A., XXXVII, 2003, n° 869). (575) Id., The Church, the Living, and the Dead, dans A Companion to Late Antiquity, p. 220-232, reconstitue les rites funéraires et les cérémonies de commémoration des morts au début du christianisme. Les textes d’Augustin montrent combien les rites païens étaient encore présents à son époque. (576) Verstegen U., Die symbolische Raumordnung frühchristlicher Basiliken des 4 bis 6. Jahrhunderts. Zur Interdependenz von Architektur, Liturgie und Raumausstattung, dans Rivista di archeologia cristiana, LXXXV, 2009, p. 567-600, 11 fig., rés. angl. et fr. L’article s’intéresse à l’interdépendance entre architecture, liturgie et hiérarchie religieuse au sein des espaces chrétiens. La plus ancienne église de Sufetula/ Sbeitla (IVe s.) est l’un des cas étudiés, avec d’autres édifices du Liban, de Syrie et de Grèce. (577) Yasin A.M., Saints and church spaces in the late antique Mediterranean : architecture, cult, and community, Cambridge-New York, 2009, XXI-338 p., ill., cartes, index, est centré sur l’étude de deux thèmes intimement liés entre le IVe et le VIIe siècles, la construction des églises monumentales et la vénération pour les reliques des saints. L’a. utilise saint Augustin dans le chap. 4, spécialement le De cura, pour expliquer le rôle joué par les saints dans ces constructions, qui était varié. D’un côté, la présence des reliques organisait et hiérarchisait l’espace interne au sein des églises, de l’autre, elle renforçait l’identité de la communauté catholique locale. (578) Leal J., Santità negli Atti dei martiri africani, dans Koinonia, XXXIII, 2009, p. 211-216. La relation entre monachisme et martyre s’observe dans quelques cas de saints africains (les Passions de Maximilien, de Marcel de Tanger, de Tipasius), mais il existait d’autres formes de sainteté, tel le rejet de l’idolâtrie, et le sujet est loin d’avoir été entièrement étudié. Le thème suivant, la société, comprend quelques travaux sur les différentes strates sociales, les élites et le peuple, et sur le statut des personnes. (579) Di Paola L., I curiales nella legislazione di Valentianiano e Valente, dans Droit, religion et société dans le Code théodosien, p. 213-227. Quelques constitutions de ces deux empereurs concernent les munera auxquels étaient tenus les curiales : à la suite de la Cilicie, l’Afrique proconsulaire et l’Illyrie obtiennent une dérogation à la loi générale (CTh., 7.6.1 et 12.6.4) ; elles émanent l’une du 18 avril, l’autre du 18 juin 365 à l’intention du préfet du prétoire Mamertin, puis la dérogation est étendue au diocèse d’Afrique, sans doute sous la pression des curies africaines (CTh., 12.6.9). (580) Crogiez-Pétrequin S. et Jaillette P., Images de la désertion et des déserteurs dans le Code Théodosien, dans Droit, religion et société dans le Code théodosien, p. 229-243. Les quatre catégories souvent poursuivies par les empereurs pour « désertion » (militaires, officiales, membres de certaines corporations, curiales) n’occupent pas moins de 61 constitutions. L’image que donnent ces textes – celle d’un abandon général des postes – n’est pas le signe d’une société-prison ou d’un système terroriste, mais plutôt celui d’un État moderne, tentant de se faire respecter sans détruire le monde des cités (d’Afrique et d’ailleurs). (581) Fialon S. et Hamdoune Chr., L’image de la femme africaine dans les Passions : réalités sociales et élaboration d’un modèle chrétien, dans Antiquités Africaines, XLV, 2009, p. 139-152. Les huit Passions impliquant des femmes indiquent que ces martyres appartenaient aux élites locales, qu’elles étaient cultivées comme il convient et qu’elles étaient en opposition au milieu familial et paternel. Elles appartenaient, disaient-elles, à une communauté chrétienne et non plus à une famille. Elles ont obtenu la gloire grâce à leur virginité et à leur héroïsme. (582) Jiménez Sánchez J.A., Un canon africano concerniente a las obligaciones de los hijos de los eclesiásticos durante la Antigüedad Tardía, dans Klio, XCI, 2, 2009, p. 472-486, rés. angl. Un canon issu du concile d’Hippone réuni en 393 et conservé dans le Breuiarium Hipponense (397) interdisait aux fils des ecclésiastiques d’offrir des jeux ou d’y assister : cette clause résulte sans doute de la législation impériale qui avait interdit aux fils des décurions entrés dans le clergé d’assurer les obligations de leurs pères. (583) Neri V., Ancora sui circumcelliones (alla luce di studi recenti), dans Mediterraneo antico, XII, 1-2, 2009, p. 185-198, s’intéresse au rapport entre identité sociale et identité religieuse du mouvement. (584) Mathisen R., Provinciales, Gentiles, and Marriages between Romans and Barbarians in the Late Roman Empire, dans Journal of Roman Studies, XCXIX, 2009, p. 140-155. Aucune loi ni constitution romaine n’interdisait les unions entre citoyens romains et barbares, comme l’attestent de nombreux témoignages. L’un des exemples cités (p. 143) est celui des grands-parents de Firmus : le grand-père était un uir perfectissimus, Saturninus, et la grand-mère ne portait pas un nom romain, Collocial [Mais le nom de cette femme n’est pas la preuve qu’elle était barbare !]. La constitution de Théodose (CTh, 3, 14, 1) concerne en fait uniquement les gentiles et les prouinciales, deux statuts différents puisque les gentiles, dotés de la citoyenneté romaine, maintenaient leurs usages traditionnels et bénéficiaient de droits particuliers : en témoignent une loi de 405 adressée au proconsul d’Africa (CTh, 11, 30, 62) et une de 409 adressée à Gaudentius, vicaire d’Africa (CTh, 7, 15, 1). Ces différences de statut risquaient de créer des complications en cas de mariage (par ex. Procope, Bell. Vand., 4, 14, 8). (585) Bettini M., Affari di famiglia : la parentela nella letteratura e nella cultura antica, Bologne, 2009, 381 p., index. L’ouvrage s’ouvre sur une citation de Civ. Dei, XV, 16, dans laquelle Augustin traite des mariages entre cousins. Les liens familiaux sont au centre de cette étude anthropologique et l’évêque d’Hippone est convoqué plusieurs fois, notamment à propos des mariages, de la consanguinité et des incestes évoqués dans la Bible. Une partie du volume établit une comparaison avec d’autres sociétés, p. 61-180, et une autre, p. 183-301, traite de la parenté telle qu’elle s’exprime dans les sources littéraires latines. Quant aux spectacles, ils ne seront présents qu’avec (586) Van Slyke D.G., The devil and his pomps in fifth-century Carthage : renouncing spectacula with spectacular images, dans Dumbarton Oaks papers, LIX, 2005, p. 53-72. Pour Augustin et Quodvultdeus, renoncer au diable lors du baptême impliquait de renoncer aux spectacles. Leur opposition était fondée principalement sur trois arguments : les spectateurs manifestaient une affection désordonnée pour les acteurs ; ils entraînaient des dépenses trop importantes ; ils poussaient aux vices (voir, sur un sujet analogue, n° 348).

B – L’Afrique vandale

10L’époque vandale intéresse de plus en plus, en particulier les chercheurs anglo-saxons et allemands à qui l’on doit cette année deux importants ouvrages, surtout (mais pas uniquement) archéologiques.

Sources

11La romanité s’est maintenue dans le royaume vandale, et la littérature en donne un témoignage brillant. Sur l’image des Vandales en général, on verra (587) Heyner R., Von « wilden Horden » und tugendhaften Vandalen, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 28, et sur leur langue (588) Francovitch Onesti N., Zeugnisse der vandalischen Sprache, ibidem, p. 228-229, 2 fig. La langue vandale était étroitement apparentée au gothique, connu à travers la traduction de la Bible par Wulfila au IVe s. L’a. en analyse une partie à travers quelques formules et les noms propres. Une étude parcourt la poésie à travers une longue période. (589) Schindler C., Per carmina laudes : Untersuchungen zur spätantiken Verspanegyrik von Claudian bis Coripp, Berlin-New York, 2009, 344 p., index. Dans cette monographie, consacrée au genre du panégyrique en vers entre le IVe et le VIe s., le premier ch. porte sur Claudien que l’on peut considérer comme l’inventeur du genre ; l’a. s’intéresse ensuite brièvement au De laude Anastasii imperatoris de Priscien de Césarée (p. 215-226) et plus longuement à la Johannide (p. 228-272) et aux Laudes Iustini Minoris de Corippe (p. 273-302). C’est surtout L’Anthologie latine qui est l’occasion de plusieurs études sur la société de l’époque. (590) Tommasi Moreschini Ch., Manifestes et idéologie dans l’Afrique vandale, dans Manifestes littéraires, p. 145-161, examine la personnalité des auteurs de l’Anthologie latine, grammairiens, hommes de lettres, médecins, avocats, rarement connus, parfois membres de l’aristocratie ; ils évoquent la magnificence du mode de vie des élites locales, les monuments publics. Les poèmes semblent être le miroir et le manifeste d’une époque de transition, qui permet de formuler un jugement sur le goût littéraire de l’époque. (591) Von Rummel P., Leben im Vandalenstaat. Kontinuität und Wandel, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 221- 236, 11 fig. Il ressort de la documentation littéraire, Luxorius en particulier, et archéologique que des Vandales vivaient comme de riches Romains, qu’ils appréciaient des traits culturels qui se sont maintenus, ainsi la pratique des thermes. L’a. s’intéresse aussi aux habitudes alimentaires et à la vie citadine et il consacre un paragraphe particulier à la tenue vestimentaire des Vandales. (592) Allen T.J., Baiae in Africa : attitudes to Health and Bathing in the Maghreb, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 165-175, 3 fig. Dans les poèmes de l’Anthologie, il apparaît une corrélation nette entre les établissements de bains et la santé. Les exemples textuels, conjugués avec les témoignages archéologiques, montrent que le bain et la santé étaient étroitement liés en Afrique du Nord. On y joindra un travail plus technique. (593) Lucarini C.M., Sul testo del Carmen in laudem Solis (Anth. Lat. 389 R. = 385 Sh.-B.) e di Paolino di Pella, dans Studi classici e orientali, LV, 2009, p. 303-306, rés. angl. p. 312, propose une nouvelle lecture de deux mots, l’un au v. 15 du poème et l’autre au v. 30. Dracontius est l’un des plus fameux représentants de la littérature d’alors. Il convient de signaler un ouvrage, (594) De Gaetano M., Scuola e potere in Draconzio, Alessandria (Quaderni del Centro internazionale di studi sulla poesia greca e latina in età tardoantica e medievale, 4), 2009, VI-486 p., qui propose une approche globale de Dracontius, montrant à la fois les sources classiques du poète et ses convictions chrétiennes ; il pense, contrairement à ce qui est admis, que les deux Fulgence sont une seule et même personne. (597) Wolff Ét., Les préfaces progammatiques de Dracontius dans ses œuvres profanes, dans Manifestes littéraires, p. 133-143, concerne les préfaces des Romulea et de l’Orestis tragoedia. Les préfaces autonomes sont chargées d’exprimer les idées personnelles du poète, son affectivité ; les préfaces intégrées, ou proèmes, sont des manifestes littéraires qui expliquent à quels canons obéit le récit. (598) Paolucci P., Tiberiano dall’Africa a Bobbio ? dans Lexis, XXVII, 2009, p. 525-540, rés. angl. p. 540, suppose que le poème de Tiberianus, un auteur sans doute d’origine africaine, est arrivé à Bobbio avec d’autres poèmes africains de Dracontius et de Térence le Maure. Les deux Fulgence, le Mythographe et l’évêque de Ruspe, ont particulièrement intéressé, avec chacun un gros ouvrage. (599) Fulgence, Virgile dévoilé, édit. Graziani Fr. et Wolff Ét., Villeneuved’Ascq, 2009, 220 p., 4 index. L’introduction (Ét. Wolff) présente Fulgence le Mythographe, dont l’origine africaine et la période (vandale) sont désormais bien établies, et son œuvre ; elle est suivie de plusieurs textes. Le premier est l’une des œuvres majeures de Fulgence, Expositio Virgilianae continentiae/Interprétation de la substance de l’œuvre de Virgile (trad. et notes d’Ét. Wolff, p. 41-67), tandis que les suivants (traduits et annotés par Ét. Wolff, présentés par Fr. Graziani) ont été choisis pour insérer la pratique allégorique de l’auteur dans son milieu culturel et pour tracer son influence jusqu’à la Renaissance : Super Thebaiden/Sur la Thébaïde du Pseudo-Fulgence (XIIe s.), p. 69-81, Etymologiae/Étymologies (extraits), d’Isidore de Séville, p. 83-111, Commentum in Martianum Capellam/Commentaire à Martianus Capella (préface), de Bernard Silvestre (XIIe s.), p. 115-123, et Esposizioni sopra la Comedia di Dante/Interprétation de la Comédie de Dante (extraits), de Boccace (présenté et traduit par Fr. Graziani), p. 125-163. (600) Albu E., Disarming Aeneas : Fulgentius on Arms and the Man, dans The Power of Religion in Late Antiquity, p. 21-30. L’objectif de Fulgence le Mythographe était de présenter le paganisme comme une culture pornographique, les dieux sous les traits de pervers. Virgile n’y échappe pas et l’influence importante de Fulgence à l’époque médiévale eut pour conséquence d’associer longtemps les héros antiques à la perversion. (601) Fulgentius of Ruspe on the saving will of God. The development of a sixth-century African bishop’s interpretation of 1 Timothy 2 : 4 during the Semi-Pelagian controversy, édit. Gumerlock F.X., avec une préface de Steinhauser K.B., Lewiston (N.Y.), 2009, VII-220 p., 6 index. Fulgence de Ruspe fut aux prises avec deux défis, l’arianisme des Vandales et la résurgence du pélagianisme à travers le mouvement désigné sous l’expression semi-pélagianisme. L’ouvrage étudie ce que fut la position de l’évêque à ce sujet et son évolution entre 515 et 523, en se fondant sur deux de ses écrits, le De remissione peccatorum et l’Epistula 17. Le chapitre 7 fournit la traduction de plusieurs textes importants sur le sujet de la grâce divine : Isidore de Séville (On illustrious men), Fulgence de Ruspe (On Grace, 1, 18), Jean Maxence (Chapters et Booklet on the Faith, 15-18), Césaire d’Arles (On Grace). Le texte difficile de Martianus Capella (de date incertaine, Ve ou VIe s.), déjà cité supra (n° 599), est concerné par plusieurs titres. (602) Guillaumin J.-B., Lire et relire Martianus Capella du Ve au IXe siècle, dans Parva pro magnis munera, p. 281-303, établit trois phases dans la transmission et la lecture de ce qui allait être le modèle scolaire et scientifique de la renaissance carolingienne : d’abord la composition du texte à Carthage et la première recension romaine, par Securus Melior Felix à Rome (en 498 ou 534) ; du VIe au IXe s., sont attestés de rares témoignages sur la circulation du texte ; à partir du deuxième tiers du IXe s., redécouverte de l’œuvre dans le cadre de nouvelles conditions culturelles. L’a. privilégie la datation haute, les années 410-420, étant donnée la proximité culturelle de l’œuvre avec Macrobe ou Servius. (603) Ayuso García M., Innovaciones léxicas del dominio de la geometría en el De nuptiis Philologiae et Mercurii de Marciano Capela, dans Minerva, XXII, 2009, p. 153-175, rés. angl. Peu de textes ont transmis la géométrie latine antique. Parmi ceux-ci on distingue celui de Martianus Capella. La contribution la plus notable de son œuvre au développement de cette matière en latin fut probablement l’adaptation de termes issus d’une discipline d’origine grecque : le « carré » (dynamis) et « rectiligne » (directilineus), avec un substrat latin antique (linea, globus). L’a. étudie les mots les plus significatifs selon une méthode qui prend en compte les modalités en usage et le contexte dans lesquels ils sont utilisés. (604) Scoditti Fr., Teoria e pratica musicale nel IX libro del De Nuptiis di Marziano Capella, dans Invigilata Lucernis, XXXI, 2009, p. 177-192, rés. angl. p. 191-192. Cette étude, aussi érudite que le De nuptiis, entraîne le lecteur dans les arcanes des normes musicales. (605) Bakhouche B., La subversion du genre romanesque dans le De nuptiis Philologiae et Mercuri de Martianus Capella, dans Antiquité tardive, XVII, 2009, p. 375- 381, dégage les rapports et les parallèles que les Noces entretiennent avec les modèles latins, plus particulièrement avec les Métamorphoses d’Apulée. L’ouvrage est une authentique profession de foi néo-platonicienne. Et la revue s’achève par Priscien, dont l’importance se perçoit avec la publication de deux ouvrages et de plusieurs articles consacrés à cet auteur qui fait la jonction entre Antiquité tardive et Moyen Âge. (606) Priscien. Transmission et refondation de la grammaire de l’Antiquité aux Modernes (état des recherches à la suite du colloque international de Lyon, ENS Lettres et Sciences humaines, 10-14 octobre 2006), édit. Baratin M., Colombat B. et Holtz L., Turnhout, 2009, XIX-770 p., 1 f. de pl. ill., 5 index. Ce volumineux ouvrage explore l’œuvre de Priscien, grammairien originaire de Maurétanie, mais dont la carrière se déroula à Constantinople (Ve/VIe s.), ainsi que sa diffusion et sa réception en Occident jusqu’à l’âge classique. Son origine africaine, plus exactement maurétanienne – de Caesarea –, semble confirmée par l’étude de (607) Bonnet G., La géographie de Priscien, ibidem, p. 19-33, qui relève le nombre important de toponymes et d’ethnonymes africains et siciliens dans son œuvre : cette « autobiographie géographique » pourrait indiquer une activité d’enseignement exercée dans le royaume vandale qui s’étendait également à la Sicile jusqu’en 491. Priscien partit ensuite s’établir à Constantinople (au plus tard dans les années 513-515) où la réputation des maîtres africains en langue latine était bien établie. (608) Priscians Darstellung der lateinischen Pronomina. Lateinischer Text und kommentierte deutsche Übersetzung des 12. und 13. Buches der Institutiones grammaticae, édit. Schönberger A., Francfort, 2009, 238 p., est une traduction allemande des livres 12 et 13 de Priscien, sur les pronoms latins. À noter car il n’existe à l’heure actuelle aucune traduction de l’œuvre de Priscien. (609) Biville Fr., Le latin expliqué par le grec : les Institutiones Grammaticae de Priscien, dans Traduire, transposer, transmettre dans l’Antiquité gréco-romaine, édit. Bortolussi B., Keller M. et Minon M., Paris, 2009, p. 47-60. L’œuvre de Priscien, au confluent de plusieurs mondes, vérifie parfaitement les trois activités du titre : le grammairien confronte systématiquement la langue latine à la langue grecque pour montrer la dépendance de la première à la seconde. (610) Keller M., Citations et analyse linguistique dans les Institutiones grammaticae de Priscien : quelques remarques sur les livres 15 De aduerbio [et interiectione] et 16 De coniunctione, ibidem, p. 147-157, étudie les citations littéraires de Priscien : elles sont référencées ou pas, de niveaux de langue variés et aucune n’est postérieure au IIe s.

12L’épigraphie se limitera à une page, (611) Ennabli L., Christliche Inschriften aus Tunesien, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 288, 2 fig., qui précise les critères caractéristiques des inscriptions chrétiennes présentes en Tunisie. La numismatique apporte deux titres, auxquels s’ajoute une autre étude dans l’ouvrage sur le cimetière vandale (infra, n° 635). (612) Depeyrot G., Les trésors et les invasions. Les enfouissements d’or et d’orfèvrerie de 379 à 491. III. Le bassin méditerranéen, Moneta, XLXXXVII, Wetteren, 2009, 376 p., ill. L’étude récapitule les trouvailles publiées dans ce créneau chronologique, l’Afrique est présente aux p. 225-285. On compte cinq trésors en Algérie : deux à Cherchell, l’un composé de 110 sous d’Honorius, l’autre de 44 sous qui vont de Théodose II à Basilisque ; 18 sous à Takembrit d’Honorius à Zénon ; 2 sous d’Honorius à Tobna et un trésor d’orfèvrerie à Tenès datant de la seconde moitié du Ve s. En Tunisie, à Carthage, on trouve quatre sous d’Honorius à Théodose II, un trésor d’orfèvrerie, 1646 sous, un semis et un miliarensis de Valentinien I à Honorius. En Libye, quinze sous de Théodose II et Valentinien III à Tripoli. Chaque description est précédée de la bibliographie afférente. (613) Keunitsch R., Die Münzprägung der vandalischen Könige, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 218-219, 1 fig., présente quelques monnaies et n’oublie pas de rappeler les problèmes qui se posent à propos des émissions des rois vandales. Quant à l’archéologie, elle est dominée par les deux publications évoquées plus haut : une exposition allemande sur les Vandales, mais qui se poursuit aussi jusqu’à l’arrivée des Arabes, et un ouvrage tuniso-américain qui rend compte de la fouille, très complète, d’un cimetière d’époque vandale, à Carthage. (614) Das Königreich der Vandalen. Erben des Imperiums in Nordafrika, édit. Hattler C., Karlsruhe, 2009, 447 p., ill. Après les remerciements et les salutations prononcés à l’occasion de l’exposition qui a donné lieu à la parution de ce volume, auxquels s’ajoutent deux courts chapitres d’introduction, l’ouvrage est divisé en trois sections principales qui envisagent successivement l’empire (Das imperium), p. 33- 107, Die Erben (le patrimoine), p. 109-399, qui constitue l’essentiel du volume, et Die Erinnerung (la mémoire), p. 401-434. L’éditeur a fait appel aux meilleurs spécialistes et une copieuse bibliographie complète le tout. Le catalogue est abondant et très bien illustré, les notices du catalogue sont d’une grande précision. On note cependant que les encarts à l’intérieur des chapitres perturbent quelque peu la lecture. Centrés sur l’histoire et les traces de la présence des Vandales, deux grandes séries de chapitres divisent l’ouvrage, ceux qui suivent les évènements politiques et la chronologie, ceux qui s’intéressent aux faits de civilisation, de culture, y compris l’imaginaire qu’a suscité ce peuple jusqu’à une période contemporaine. Nous signalons ici les articles et encarts se rapportant directement à notre région ; ceux qui se rapportent à la littérature sont mentionnés supra. (615) Von Rummel P., Fragen an die Vandalen – Zur Situation des Vandalenforschung, ibidem, p. 27-30, 2 fig., évoque l’intérêt des Européens, en particulier des Allemands, à partir du XIXe siècle, pour ce peuple issu de l’Europe centrale, qui conquit Carthage et Rome. Il souligne aussi que le monde africain sous les Vandales garda de fortes caractéristiques romaines. (616) Andreae B., Kunst aus Rom für die vandalische nobilität, ibidem, p. 200-201, 3 fig. Repêchée en 1998 en Sicile, la statue d’un satyre, compagnon de Dionysos, en train de danser, d’une facture exceptionnelle, appartient peut-être au bateau de butin que Genséric a tiré de Rome et qui s’est perdu. (617) Ennabli A., Di Villa von Sidi Ghrib, ibidem, p. 234-235, 4 fig., présente cette riche uilla rustica, dotée de thermes, de belles mosaïques et de pressoirs à huile, située à 30 km de Carthage. (618) Seiffett A., Tafelgeschirr aus Nordafrika. Exportschlager der Spätantike, ibidem, p. 259-266, 5 fig., fait un résumé sur la céramique fine produite dans la région, avant de centrer plus particulièrement son propos sur la période vandale. (619) Baratte F., Der Silberhortfund aus Karthago, ibidem, p. 264-265, 2 fig., évoque l’histoire complexe de la découverte d’un petit trésor de 24 objets en argent, bols, cuillers, dont plusieurs sont très ouvragés et possèdent une iconographie très riche. (620) Ghalia T., Mosaike aus der Vandalenzeit. Eine spätte Blüte christlich-römischer Kunst, ibidem, p. 273-278, 6 fig. L’Afrique est le berceau de la mosaïque funéraire chrétienne, particulièrement présente en Proconsulaire et en Byzacène. Ces régions connurent chacune une école différente de mosaïstes durant la période vandale, comme le montre l’a., qui fait un tour d’horizon des principaux sites. (621) Warlandr., Frühes Christentum in Nordafrika. Archäologische Zeugnisse einer christlichen Lebenswelt, ibidem, p. 285-294, 8 fig. Les nombreux témoignages archéologiques du christianisme montrent que l’art des débuts possède des champs spécifiques dans les domaines de la construction des églises, de l’emplacement des autels, de la liturgie, des baptistères, du culte des martyrs et des sépultures. Ce chapitre est complété par l’encart de L. Ennabli (n° 611) et par (622) Bejaoui F., Orte des Gebets. Sakralarchitektur im vandalischen Afrika, ibidem, p. 333-342, 5 fig., qui relève, de son côté, les particularités de la construction des églises, notamment la présence des deux absides, et leurs thèmes décoratifs, dont deux sont très souvent représentés, Daniel dans la fosse aux lions et l’histoire de Jonas. (623) Id., Terra sigillata in Mainz, ibidem, p. 290-291, commente des céramiques produites dans le centre de la Proconsulaire, présentes au musée de Mayence. Leurs thèmes, religieux, sont surtout issus de l’Ancien Testament. (624) Ghalia T., Das Baptisterium von Demna (Cap Bon), ibidem, p. 336-337, 3 fig., fournit une description d’un très beau monument, conservé aujourd’hui au Musée du Bardo. (625) Ben Lazreg N., Christlicher Bauschmuck aus Ton, ibidem, p. 338, 1 fig., expose les caractéristiques des terres cuites, distinguant celles de Proconsulaire de celles de Byzacène, ces dernières aux motifs davantage inspirés par les traditions locales. Trois dimensions sont présentes, le pied romain, le pied byzantin et la coudée punique. (626) Lund J., Sancta sinagoga – Jüdisches Leben im Vandalenreich, ibidem, p. 340-341, 2 fig., a surtout décrit la synagogue de Naro (Hammam Lif). On notera que l’a. a repris l’interprétation ancienne d’une soi-disant Margarita, et non celle qui prévaut aujourd’hui d’un margaritarius. Plusieurs lampes avec des motifs juifs ont été reproduites. (627) Eger C., De cura per mortuis. Begräbnis und funerale repräsentation in Vandalenreich, ibidem, p. 351-362, 6 fig. Après avoir évoqué l’usage africain des repas auprès des tombes, l’a. évoque la diversité des tombes et des pratiques funéraires depuis le IIIe s., avant de s’interroger sur les modes d’inhumation en usage chez les Vandales. (628) Id., Das Grab einer vornehmen Vandalin, ibidem, 2 fig., s’est plus particulièrement attaché à un sarcophage découvert par le Père Delattre au début du XXe s., dit de la « Dame de Koudiat Zateur ». Il en décrit le riche contenu, marqué par un luxe vestimentaire inhabituel, dont on a un aperçu dans le catalogue au n° 309, p. 364-365. (629) Bejaoui F., Der Sarkophag von Lamta, ibidem, p. 354, 2 fig. Ce sarcophage en marbre de Carrare avec couvercle en marbre de Proconnèse, représente les thèmes classiques de l’art funéraire romain du IVe s. Et l’on poursuit sur les questions funéraires avec (630) A Cemetery of Vandalic Date at Carthage, édit. Stevens S.T., Garrison M.B. et Freed J., Portsmouth (R.I.) (Journal of Roman Archaeology. Supplementary Series, 75), 2009, 366 p., ill., tabl., 1 CD. Ce cimetière a été découvert à proximité du cirque dans le cadre des fouilles entreprises dans les années 1980 par des archéologues américains. Ces nouvelles recherches visaient à mettre en valeur les apports potentiels de l’archéologie funéraire à la connaissance de l’Antiquité tardive. Le CD fournit un catalogue des données de chaque tombe. (631) Stevens S.T. et Garrison M.B., Introduction, p. 9-26, 16 fig. Après avoir rappelé l’historique des fouilles précédentes, américaines et italiennes, cette abondante introduction décrit le site, la stratégie qui a présidé aux nouvelles recherches et les difficultés rencontrées, dues en partie au morcellement du site en de multiples phases d’ensevelissement et à la mauvaise qualité de conservation des os. Le cimetière comprenait 63 % d’adultes et 37 % d’enfants. Une des grandes particularités de ce site est d’avoir servi exclusivement pendant la période vandale et d’offrir une chronologie fiable grâce aux monnaies et aux céramiques trouvées dans les excavations. (632) Garrison M.B., Stevens S.T. et Freed J., The stratigraphy, ibidem, p. 27-104, 50 fig., 2 annexes. Dans ce chapitre, ont été regroupés des éléments sélectionnés pour leur représentativité des différentes phases d’occupation du site. La première phase concerne la construction d’un bâtiment antérieur au mur théodosien en opus africanum, la deuxième la construction du mur. La troisième phase, celle qui constituait l’objectif majeur de la fouille, est celle du cimetière. Un certain nombre de tombes ont restitué des fragments d’inscriptions et des vestiges de mosaïques funéraires. La plupart des enfants ont été enterrés dans des amphores. Durant les deux dernières phases est creusé un fossé, sans doute défensif, en relation avec la reconquête byzantine, puis le site est abandonné et le mur est détruit. La première annexe donne une datation fondée sur la céramique, la seconde une liste de tous les fragments trouvés. (633) Freed J., Pottery Report, ibidem, p. 105-126, 4 fig., 3 tableaux, expose les caractéristiques principales de la céramique sur l’ensemble du site. Les premières données sont datées de la période précédant la construction du mur (ca 425) et peut-être, pour certaines d’entre elles, des années comprises entre cette construction et l’arrivée des Vandales (425-439). Le reste, malgré l’état très fragmentaire des tessons, peut être attribué au début de la période vandale, sans beaucoup plus de précisions. Et si, en théorie, le site a pu être utilisé à l’époque byzantine, les indices en sont extrêmement rares. Un catalogue de 53 pièces – vaisselle fine, vaisselle de cuisine, amphores, est dressé. (634) Id., The burial amphoras, ibidem, p. 127-172, 7 fig., 7 tableaux. Toutes les amphores du cimetière, sauf une amphore globulaire atypique, appartiennent à la période de 425/439 à 534. Les amphores africaines, qui incluent trois types, proviennent du nord-est de la région. Quinze d’entre elles contenaient les restes d’un enfant. Les amphores ciliciennes, de Gaza, palestiniennes et égéennes, représentent un pourcentage important. Cette présence traduit les importations de vin à Carthage au cours de la période vandale. (635) Visonà P., The coins, ibidem, p. 173-206, 3 pl. 839 monnaies ont été retrouvées, dont 456 dans des tombes. La répartition chronologique, à partir de celles qui peuvent être identifiées, se compose de la manière suivante : deux monnaies grecques de Massalia de 49-27 av. J.-C., 252 monnaies de la période romaine – un quadrans d’Auguste, un denier de Caracalla, 14 antoniniani, le reste entre Constantin et la fin du Ve siècle –, 67 monnaies vandales, 7 monnaies byzantines. (636) Allen T.J., Minor objects of stone, ceramic, and bone, ibidem, p. 207-216, 2 fig. Parmi les 151 objets dans ces matériaux, 76 sont en os, 57 sont des rondelles en pierre ou en céramique, dont l’identification est indéterminée. Quelques uns se détachent du lot : une pointe lithique préhistorique, des objets en os finement travaillés (épingle à cheveux avec figurine, bracelet, cuiller) et d’autres en pierres semi-précieuses. (637) Sterett-Krause A., Glass, ibidem, p. 217-235, 7 pl. Environ 160 fragments ont été retrouvés, la plupart du temps dans un état très médiocre, et très peu ont conservé un bord complet ou un fond. Ils appartiennent à la vaisselle de verre en usage entre le IVe et le VIIe s. et la très grande majorité était probablement produite localement. (638) Zitrides Atiyeh C., Metal objets, ibidem, p. 236- 244, 3 fig. 421 objets ont été retrouvés, 303 en fer, 93 en bronze, en majorité des clous, et 25 en plomb, mais il est parfois difficile de se prononcer sur le caractère funéraire de leur présence, car peu d’entre eux étaient associés à des tombes précises. Quelques uns entrent dans la catégorie des parures, boucles d’oreilles en bronze, anneaux, fibules, une pince à épiler, un poids en plomb. (639) Rossiter J.J., Lamps, ibidem, p. 245-255, 2 pl. La datation des très nombreux tessons retrouvés s’échelonne sur une large période qui commence avec les lampes à vernis noir hellénistique et va probablement jusqu’à la période byzantine. Les lampes ont été majoritairement produites localement, dans la région de Carthage et du Cap Bon. Les motifs ne présentent pas d’originalité par rapport à ceux des lampes de Carthage. Deux marques d’officines connues ont été distinguées, Augendus et Agri[…], une troisième est incomplète, […]ris. Un catalogue donne le détail des principales découvertes. (640) Allen M.L., Terracottas, ibidem, p. 256-264, 5 fig. Les dix fragments retrouvés et catalogués se composent de trois éléments de figurines humaines (dont une jambe, un pied), d’un masque de lion miniature, de trois animaux difficilement identifiables, de deux moules et de ce qui fut peut-être un élément d’architecture. (641) Walth C.K., The human remains, ibidem, p. 265-331, 25 fig., 45 tableaux. Sur les 213 individus étudiés, 79 sont des enfants ou des adolescents, 131 des adultes dont on peut déterminer le sexe avec certitude ou une grande probabilité : 33 sont des hommes, 39 des femmes, les autres sont indéterminés. Les différents critères de détermination sont détaillés dans l’Appendix A, p. 317-326. D’après l’a., le groupe des enfants décédés avant 5 ans est sous-représenté, compte tenu de ce que l’on sait de la mortalité infantile à cette période. (642) Stevens S.T., Analysis and interpretation, ibidem, p. 333-366, 11 fig. La localisation du cimetière respecte la tradition des inhumations à l’extérieur de la cité ; seule l’inhumation a été pratiquée et la position des défunts est uniforme. Ce cimetière familial, comme le peu d’importance des ornements ou les petites monnaies placées dans les tombes, reflètent la vie quotidienne de l’Antiquité tardive. Et enfin un gros catalogue vient clore cette riche publication, (643) Kreiger J.R. (d’après les informations de Stevens S.T. et alii), Catalog of Burials, ibidem, 1 CD comprenant 12 dossiers en format PDF et totalisant 469 p. et de nombr. ill. (au trait, en n/b et en coul.). Le cas d’une autre cité a été effleuré par (644) Ben Hassen H., Wiederendeckt : die antike Stadt Uthina, dans Königreich (Das) der Vandalen, p. 76-77, 2 fig., qui évoque les mutations d’Uthina à la fin de l’Antiquité. Et cet article pourrait être une bonne conclusion à tous ces travaux sur les Vandales : (645) Von Rummel Ph., L’archeologia dei Barbari in Africa, dans Le trasformazioni del V secolo. L’Italia, i Barbari e l’Occidente romano, édit. Delogu P. et Gasparri S., Turnhout, 2009, p. 157-181, pose la question suivante : dans la mesure où l’archéologie permet de distinguer l’habitat des Vandales, des Romains et des Maures, pour quelle raison, dans quelques cas, des habitants « romains » du nord de l’Afrique ont-ils délaissé le leur et se sont-ils transformés en « barbares » ? Nous terminerons cette section par (646) Mattingly D., A New Study of Olive Oil (and Wine ?) Production in Northern Tunisia, dans Journal of Roman Archaeology, XXII, 2, 2009, p. 714-720, 1 fig. Il s’agit d’une analyse détaillée de l’ouvrage publié par C. Vismara en 2007, I frantoi. Miscellanea, Uchi Maius 3 (B.A.A.A., XLI, 2007, n° 763). L’a. en souligne les apports et propose un certain nombre d’observations : en particulier le matériel n’indique pas de manière explicite, à son avis, que les pressoirs étaient uniquement utilisés pour la production de l’huile, même si ce fut probablement le fait pour la majorité d’entre eux ; il est possible qu’ils aient servi en certains cas alternativement pour l’huile et le vin selon les saisons.

13La bibliographie s’est surtout portée cette année sur des panoramas chronologiques, c’est-à-dire l’histoire événementielle. (647) Inglebert H., Atlas de Rome et des Barbares, IIIe-VIe siècles. La fin de l’Empire romain en Occident, Paris, 2009, 80 p., cartographie de Cl. Levasseur. Plus de cent cartes et infographies permettent d’offrir une initiation claire à des problèmes complexes. Deux brefs chapitres abordent, l’un L’Afrique (429-455), p. 44-45, l’autre Le royaume des Vandales (455-533), p. 58-59. (648) Vanderspoel J., From Empire to Kingdoms in the Late Antique West, dans A Companion to Late Antiquity, p. 426-440, mentionne les Vandales parmi les autres peuples barbares ayant constitué des royaumes au sein de l’Empire. L’ouvrage collectif déjà mentionné comporte plusieurs articles relatifs à l’histoire des Vandales. (649) Le Bohec Y., Africa in der späten Kaiserzeit. Die Provinz am Vorabend der vandalischen Eroberung, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 65-78, 5 fig., expose rapidement la situation économique et politique de l’Afrique telle qu’elle apparaît à travers la documentation historique à la fin du IVe s. et au début du Ve s., avec des cités relativement prospères, une abondante production de céramique, l’agriculture et la pêche, qui constituaient deux activités majeures, la société, la culture, les artistes et artisans, dont les mosaïques reflètent le talent, sans oublier les aspects religieux, notamment le donatisme. En intercalaires, (650) Vössing K., Karthago – ein Zentrum des spätrömischen Reiches, ibidem, p. 70-71, 2 fig. Deuxième ville d’Occident après la capitale, métropole de l’Afrique, Carthage était aussi un centre culturel et le centre religieux de la région. (651) Id., Karthago – Königsstadt der Vandalen, ibidem, p. 212, évoque ensuite la ville en tant que capitale vandale. (652) Khanoussi M., Römische Städtekultur am Übergang zur Vandalenzeit, ibidem, p. 72-73, 1 fig., a brièvement rappelé l’histoire de la région et les aménagements qui ont précédé l’arrivée des Vandales, notamment à Sufetula. (653) Berndt G.M., Die neuen Herren. « So nahmen die Vandalen den Römern Afrika weg », ibidem, p. 177-186, 6 fig., s’intéresse aux débuts de la conquête vandale après le passage en Afrique, à l’attitude du comte Boniface (a-t-il trahi ?), à la question des terres dévolues aux Vandales et à la consolidation du pouvoir royal après une tentative de révolte. Un encart a été rédigé par (654) Bockius R., Die Herausforderung – Geiserich Seeunternehmen, ibidem, p. 182-183, 2 fig. Le passage en Afrique a dû être soigneusement étudié par Geiserich (Genséric), car toute entreprise maritime était aléatoire et il fallait s’assurer de la possibilité de rallier plusieurs ports avec les navires de transport. (655) Castritius H., Die Geschichte des Vandalenreichs. Geiserich und seine Dynastie in Nordafrika, ibidem, p. 189-204, 4 fig. Après avoir rappelé que le royaume vandale peut se comprendre comme un modèle de représentation étatique, d’autant qu’il acquit une souveraineté en 442, l’a. explore les rapports des rois vandales, surtout Geiserich, avec la cour impériale, notamment les conséquences du mariage d’Hunéric avec Eudocie. On prendra garde à la date du décès du roi Hildéric, qui figure dans le tableau généalogique. Le roi n’est pas mort en 523, mais en 530, après sept ans de règne. Deux encarts complètent ce thème. Les deux derniers paragraphes traitent des conflits religieux et des relations entre Maures et Romains. (656) Id., Das Vandalische Königtum, p. 214, 1 fig., poursuit son analyse de la royauté vandale. (657) Clover F.M., « Feinde der Seelen und Körper », ibidem, p. 211-217, 3 fig., examine les relations internes à la cour vandale et externes avec Valentinien III, puis Eudocie, jusqu’à l’arrivée des troupes byzantines. (658) Erbelding S., Du, glückliches Vandalenreich, heirate !, ibidem, p. 192, évoque l’existence des deux seules femmes connues de la maison royale, la malheureuse Eudocie et Amalafrida, l’épouse de Thrasamund. (659) Walter U., Geiserich – glückverwöhnter König und Strafe Gottes, ibidem, p. 196-197, 1 fig., dresse un portrait de Genséric à partir des sources. (660) Castritius H., Ein Vermeidbarer Untergang ? – Das Vandalenreich nach Geiserich, ibidem, p. 373-378, 1 fig. Les héritiers de Genséric ont été confrontés aux mutations de la situation politique et religieuse, ce qui a engendré une forme de crispation due à un contrôle incertain. L’attitude politique d’Hildéric, bien plus conciliante que celle de ses prédécesseurs, l’a mené à sa déchéance, mais ses successeurs n’ont pas pu lutter contre la politique de Justinien visant à réunifier l’empire. (661) Modéran Y., Les Vandales et l’Aurès, dans Aouras, V, 2009, p. 339-364, décline cette relation en quatre parties. La première considère que l’annexion de l’Aurès par les Vandales lors de la signature du traité de 435 est peu probable, car le massif ne présentait aucun intérêt pour eux. Tout changea en 439-442, il passa alors sous leur contrôle, selon le témoignage de Victor de Vita, et l’a. engage une discussion sur la signification des termes prouincia et Abaritana, qui font problème depuis longtemps. Néanmoins, la région semble n’avoir guère intéressé les Vandales, si ce n’est pour y déporter les catholiques. En l’absence de pouvoir politique fort, les habitants se placèrent sous la protection de chefs locaux – ou leur furent soumis, et le massif se révolta en 484 très probablement. Ultérieurement, à la période byzantine, l’Aurès servit de refuge à des groupes de Vandales. (662) Meier M., Der christliche Kaiser zieht (nicht) in den Krieg, dans Krieg und Christentum, p. 254-278, examine le concept de « guerre de religion » dans la littérature tardive et à la lumière des pratiques des empereurs chrétiens. Il est question de la guerre de Justinien contre les Vandales (p. 261), d’Heraclius à Carthage en 602 (p. 268). Cette époque demeure marquée par les conflits religieux. (663) Modéran Y., Der Streit um den wahren Glauben. Arianismus und Katholizismus im Reich der Vandalen, ibidem, p. 309-316, 7 fig. La lutte des Vandales ariens contre l’Église catholique dura jusqu’à l’arrivée d’Hildéric au pouvoir. La politique de Genséric fluctua, alternant des phases de répression brutales avec des périodes plus calmes. Le règne d’Hunéric représenta un épisode douloureux pour les clercs. L’arianisme était sans doute un moyen pour les souverains de maintenir la cohésion des envahisseurs. La confrontation entre les deux Églises s’exacerbait lors de deux fêtes, Pâques et la fête de Cyprien. L’arianisme disparut avec la conquête byzantine. Un seul titre évoque à grands traits l’économie vandale. (664) Merrills A.H., Kornkammer und Keramiklager. Die wirtschaftlichen Verhältisse im Vandalenreich, ibidem, p. 241-252, 7 fig., rappelle la richesse agricole de la région, le système monétaire et celui des contributions mis en place par les souverains, ainsi que le témoignage pour la connaissance de l’économie et de la société que constituent les tablettes Albertini.

C – De l’Afrique byzantine à l’Afrique musulmane

14Ce dernier chapitre souffre de manière récurrente d’une bibliographie pauvre bien que, cette année, elle soit un peu plus étoffée.

Sources

15Nous disposons de plusieurs titres, deux pour la littérature, un seul pour la numismatique et l’épigraphie, puis quatre pour l’archéologie. Outre Corippe, qui a été associé à Claudien (n° 589), s’impose ici un florilège, (665) Anonymi contra Iudaeos, édit. Aschoff D., Turnhout (Corpus Christianorum. Series Latina, 58B), 2009, XX-335 p. : il s’agit de l’édition princeps, précédée d’une introduction en allemand, d’un ouvrage composé de textes tirés de l’œuvre d’Augustin et d’autres auteurs. L’ensemble a été organisé sous la forme d’un dialogue entre Augustin et un Juif, au cours du VIe s. ou dans la première moitié du VIIe s., comme le traité analogue Contra philosophos (CPL 360), qui le précède dans le ms. d’Oxford et qui a été déjà publié par le même éditeur. On y trouve une bibliographie, p. XVII-XX, et des notes. (666) Bernal Casasola D., Bizantinos y visigodos en el Fretum Gaditanum. Reflexiones a la luz de la evidencia arqueológica y monetal, dans XIII Congreso Nacional de Numismática, p. 701-715, se demande pour quelle raison quelques cités très actives du point de vue économique pendant l’Antiquité tardive dans la zone du détroit – Septem, Carteia, Traducta – n’ont pas disposé de monnaies wisigothiques. Il propose, à titre d’hypothèse, l’existence d’une petite province byzantine entre le second quart du VIIe siècle et le début du VIIIe siècle. (667) Mckechnie P., A Syrian (?) Villager Remembered in Byzacium, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 169, 2009, p. 177-179, publie l’épitaphe d’un chrétien de Syrie, Flavius Pelagios, du Ve-VIe s., rédigée en grec. La stèle, en marbre veiné de gris, provient de Thysdrus et appartient à une collection privée = SEG, LIX, 2009, n° 1189. (668) Bouras L. et Parani M., Lighting in Early Byzantium, Londres, 2009, XI-118 p., ill. Dans cette belle présentation des différents moyens d’éclairer au début de l’époque byzantine, où domine la production orientale, on y verra un moule et plusieurs lampes à huile africaines du Ve siècle. (669) Laporte J.-P., Tébessa Khalia : un centre cultuel antique. État des connaissances, dans Aouras, V, 2009, p. 285-338, 13 fig., 8 pl. Après avoir rappelé l’historique des découvertes, l’a. décrit les principaux éléments du site – dont l’enceinte, les thermes, les triconques, l’édifice avec les « auges », des huileries, une église tardive –, puis discute des interprétations sur la fonction de ce site, grande villa ou sanctuaire – et incline vers la seconde hypothèse. Et nous finissons par l’époque arabe, ce qui est assez rare. (670) Finke F., Kapitelle erzählen Geschichte, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 388, 3 fig., évoque la réutilisation de chapiteaux romains de datation variée, y compris certains d’époque tardive ornés de symboles chrétiens, dans la grande mosquée de Kairouan. (671) Caiozzo A., Images des vestiges préislamiques de l’Ifrîqiya chez les géographes arabes d’époque médiévale, dans Anabases, IX, 2009, p. 127-145. Les géographes arabes du Moyen Âge, orientaux, andalous ou maghrébins, mentionnent fréquemment des ruines antiques de cités, surtout en Ifrîqiya, en particulier Carthage. Si les visiteurs sont sensibles à la grandeur et à la qualité des vestiges, ils ignorent à peu près totalement leur histoire et font preuve d’imagination quant à leur fonction. Les ruines sont aussi parfois réappropriées par les peuples musulmans à des usages ludiques et détournés, mais, pour ces auteurs, elles témoignent avant tout du triomphe de l’Islam sur des peuples prestigieux ou sont parcourues par des prophètes ou des héros, ainsi Salomon, Alexandre le Grand ou Jésus.

16La bibliographie est représentée par trois titres, qui nous amènent aux portes de l’Islam, ce qui n’est pas si mal. (672) Modéran Y., Byzanz’ Letzte Bastion in Afrika, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 376, 1 fig., résume les problèmes que pose la période byzantine, confrontée aux conflits avec les Maures, qui existaient déjà du temps des Vandales, la création de l’exarchat à la fin du VIe s., la construction des fortifications et la querelle des Trois-Chapitres. (673) García Moreno L., Una desconocida embajada de Quindasvinto al África bizantina, dans Boletín de la Real Academia de la Historia, 2009, 3, 2009, p. 445-464, présente la découverte de cette ambassade dans des passages de la chronique du Pseudo-Isidore et du Maure Rasis. L’a. explique aussi comment cette ambassade, sûrement en Numidie, est en mesure de modifier la perception historiographique quant à l’autisme du royaume wisigoth et à son impossibilité de comprendre l’arrivée des troupes arabes en 711. Et en guise de conclusion à cette B.A.A.A., (674) Rammah M., Beginn einer neuen Zeit. Die Islamisierung des byzantinischen Afrika, dans Königreich (Das-) der Vandalen, p. 387-395, 6 fig., retrace les principales étapes de l’arrivée des Arabes en Ifriqya, l’action de l’exarque Grégoire, puis leur établissement à Kairouan. Il souligne aussi le maintien jusqu’au milieu du XIIe s. de communautés chrétiennes.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search