Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIII (2009)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

IV – L’Afrique du haut-empire

Texte intégral

1Nous renouons avec l’abondance bibliographique à partir de ce chapitre.

Sources

2La littérature classique est presque exclusivement dominée, cette année, par Apulée et les Métamorphoses, qui suscitent toujours plus d’intérêt, sans doute en raison des multiples interprétations que suggèrent l’œuvre et ses modèles de références. Nous présentons tout d’abord les traductions. (318) Apuleius, Metamorphoses : an intermediate Latin reader, édit. Murgatroyd P., Cambridge, 2009, 162 p., veut faciliter l’accès du latin aux étudiants en proposant des extraits du roman, avec le texte latin simplifié, assorti d’une traduction et d’un commentaire littéraire en anglais. (319) Navarro Lázaro A., Fabola de Psiche, traducción renacentista italiana. Edición, dans Rinascimento, XLIX, 2009, p. 101-207, édite la traduction italienne (d’un anonyme, traditionnellement identifié à Alfonso Tuscano) du conte d’Amour et de Psyché, parue à la Renaissance, avec une introduction qui présente la fortune de l’œuvre d’Apulée en Italie aux XVe et XVIe s. Le texte italien, p. 141-194, est suivi d’un appendice fournissant les variantes, issues d’un manuscrit secondaire, et de notes, p. 195-207. (320) Penwill J.L., Introduction, dans Ramus, XXXVIII, 1, 2009, p. 1-6, présente le numéro thématique de la revue consacrée cette année aux Métamorphoses d’Apulée et à leur réception. Il souligne la fascination qu’opèrent toujours l’auteur et son roman, qu’il convient de comprendre dans le cadre de l’ensemble de son œuvre et du courant de la seconde sophistique. (321) Finkelpearl E., Marsyas the satyr and Apuleius of Madauros, dans Ramus, XXXVIII, 1, 2009, p. 7-42, s’intéresse à la construction de la figure de Marsyas dans les Florides III en la comparant à celle de Lucius dans les Métamorphoses et à Apulée lui-même dans l’Apologie. (322) Giangrande G., La voz del asno en Apuleyo y la sintaxis latina, dans Veleia, XXVI, 2009, p. 353-354, étudie le passage d’Apulée, Met., VII.3, pour tenter de résoudre le non, non que prononce l’âne. Les questions d’intertextualité sont inépuisables, elles ont fait l’objet d’une synthèse et d’un colloque, puis d’études sur des aspects précis, en particulier les contacts avec d’autres auteurs. (323) De Trane G., Scrittura e intertestualità nelle “Metamorfosi » di Apuleio, Lecce, 2009, 353 p., analyse de manière approfondie les mécanismes de l’intertextualité, en sept chapitres : les trois premiers ont une fonction introductive, les quatre autres examinent des passages particuliers du roman. Le lecteur pourra consulter utilement le compte-rendu de (324) Graverini L., dans Athenaeum, 100, 2012, p. 633-637. (325) Il romanzo latino. Modelli e tradizione letteraria, Atti della VII giornata ghisleriana di filologia classica (Pavia, 11-12 ottobre 2007), édit. Gasti F., Côme, 2009, 138 p. Dans ce volume dédié à la nouvelle latine, on trouve Apulée dans trois articles que nous avons recensés. (326) Graverini L., Apuleio e Achille Tazio. Una scena di caccia e una ‘regola aurea’, ibidem, p. 61-96, est un travail érudit de philologie : l’a. y expose que, dans ses œuvres, Apulée s’est inspiré de nouvelles grecques du IIe s. apr. J.-C., mais qui étaient aussi connues et parodiées par d’autres auteurs, comme Achille Tatius. (327) Hindermann J., Der elegische Esel : Apuleius’ Metamorphosen und Ovids Ars amatoria, Francfort, 2009, 229 p., s’intéresse de près aux proximités entre les deux œuvres : un premier chapitre étudie l’intertextualité du roman d’Apulée et l’influence d’Ovide, un second les précédents grecs, enfin, le dernier chapitre, très détaillé, la réception de l’Ars amatoria dans les Métamorphoses d’Apulée. (328) Fick N., La postérité des mythes grecs : Actéon chez Ovide et Apulée, dans Pallas, LXXXI, 2009, p. 169-178. Apulée reprend le thème ovidien de l’instabilité et de l’illusion, mais en y introduisant celui de la faute : Actéon, démasqué par son reflet dans l’eau, est transformé en cerf. Les deux approches du mythe révèlent des choix philosophiques différents. (329) Fletcher R., Plato re-read too late : citation and Platonism in Apuleius’ Apologia, dans Ramus, XXXVIII, 1, 2009, p. 43-74, relit l’Apologie à travers les lectures de Platon qui transparaissent dans les citations. (330) Aschei M., Questioni didattiche a margine delle Metamorfosi di Apuleio : una proposta di lettura, dans Il romanzo latino, p. 97-114, est une réinterprétation des Métamorphoses, 11, 1-15, à partir des Confessions, VIII, 12, 28-29, de saint Augustin. (331) Maselli G., Riflessi cristiani in Apuleio : un possibile antecedente della laus paupertatis (Apol. 18, 2-6), dans Invigilata Lucernis, XXXI, 2009, p. 119-129, rés. angl. p. 129. L’auteur pense qu’Apulée a volontairement adopté la terminologie chrétienne, mais sans chercher à se moquer des chrétiens ni de leur croyance. Il souligne la ressemblance formelle entre la personnification de paupertas dans Apol., 18, 2-6 et celle d’agapè dans I Cor., 13, 4-7. (332) Penwill J.L., On choosing a life : variations on an epic theme in Apuleius Met. 10 et 11, dans Ramus, XXXVIII, 1, 2009, p. 85-108, s’intéresse à deux scènes dans deux villes différentes (Corinthe et Cenchreae), qui sont construites en miroir et jouent un rôle essentiel dans le choix de Lucius aux livres 10 et 11. La réception de cet auteur fut longue et diverse, comme en témoignent les deux études suivantes. (333) Haig Gaisser J., Picturing Apuleius : images from antiquity to the nineteenth century, dans Maxima debetur magistro reverentia. Essays on Rome and the roman Tradition in Honor of Russell T. Scott, édit. Harvey P.B. Jr. et Conybeare C., Côme (Bibliotheca di Athenaeum, 54), 2009, p. 67-92, 9 fig., donne un résumé d’une partie de son ouvrage publié en 2008 (B.A.A.A., XLII, 2008, n° 783), en s’attachant plus particulièrement aux représentations figurées d’Apulée pendant la période indiquée dans le titre. On note un contorniate daté ca 390, et l’auteur discute de l’influence d’Augustin sur les représentations ultérieures. (334) Fortunati V., Apuleio e Scarron : legami intertestuali tra le Metamorfosi e il Roman comique, dans Il romanzo latino, p. 115-124. Au XVIIe siècle, Scarron écrivit une parodie des Métamorphoses, empreinte de beaucoup d’ironie. Des études plus générales ont été publiées, toujours au sujet des Métamorphoses. (335) Ávila Vasconcelos B., Bilder der Sklaverei in den Metamorphosen des Apuleius, Göttingen, 2009, 281 p., index. L’a. examine non seulement les realia liés à la servitude, c’est-à-dire les aspects religieux, juridiques, sociaux et économiques tels qu’ils apparaissent dans le roman, mais aussi la servitude liée à l’imaginaire, telle l’amour dans le mythe de Psyché. L’analyse sémantique de la terminologie liée à l’esclave et à la notion de dépendance forme la seconde partie de l’ouvrage (p. 46-213). L’a. évoque les allusions que fait Apulée à la philosophie, c’est-à-dire Platon, Aristote, les stoïciens, et s’interroge sur le sérieux et le risible de certains passages. (336) Czachesz I., Metamorphosis and Mind Cognitive Explorations, dans Metamorphoses. Resurrection, Body, and Transformative Practices, p. 207- 230. Les métamorphoses, dont celle de Lucius chez Apulée, ne transforment que l’apparence extérieure, de sorte que ce phénomène fut attribué uniquement aux humains : ces derniers maintiennent leur identité sous une forme animale. L’inverse ne se produit pas. (337) Takács S.A., Initiations and mysteries in Apuleius’ Metamorphoses, dans Electronic Antiquity, XII, 1, 2008, 15 p., se propose d’examiner le concept d’initiation rituelle à partir des initiations au culte d’Isis et d’Osiris effectuées par Lucius, mais réfléchit aussi à la métamorphose en âne : dans tous les cas, le héros fait l’expérience des limites. Fronton est également présent avec deux études. (338) Claasse J.-M., Cornelius Fronto : a « Libyan nomad » at Rome, dans Acta Classica, LII, 2009, p. 47-71, étudie la raison pour laquelle Fronton, I, 10, 5, se définit comme un Libyen nomade. L’a. évoque le purisme linguistique et l’amour pour l’archaïsme, le zèle d’un « provincial » pour une hyper-correction au sein de la société romaine de son époque et relie cette affirmation à son attitude envers son élève Marc Aurèle et ses compagnons africains. Sa prétention à dire que son grec est mauvais et son discours barbare est plaisante. (339) Marini G., La tromba di Frontone : strumenti musicali a fiato e tipologie di eloquenza di età imperiale, dans Discorsi alla prova. Atti des Quinto colloquio italo-francese. Discorsi pronunciati, discorsi ascoltati : contesti di eloquenza tra Grecia, Roma ed Europa, Napoli 21-23 settembre 2006, édit. Abbamonte G., Miletti L. et Spina L., Naples, 2009, p. 319-341. Dans une lettre à Marc Aurèle (III, 1), Fronton établit un parallèle entre la tuba et l’éloquence impériale, qui doit aspirer à un style clair et énergique, analogue à cet instrument de musique.

3Les sources chrétiennes mobilisent toujours davantage les efforts, mais moins qu’à l’habitude ; Tertullien et surtout Cyprien dominent cette année encore la production. Minucius Felix n’a droit qu’à un titre. (340) Heyden K., Christliche Transformation des antiken Dialogs bei Justin und Minucius Felix, dans Zeitschrift für antikes Christentum, XIII, 2, 2009, p. 204-232, rés. angl., s’inscrit en faux contre l’opinion courante selon laquelle les dialogues apologétiques chrétiens composent une littérature mineure, une forme sclérosée du dialogue philosophique. Ils sont donc peu étudiés. L’auteur a l’objectif de réhabiliter ce genre en proposant d’appliquer le concept d’« inszenierung » (mise en scène) aux deux plus anciens dialogues chrétiens, celui de Justin (Dialogue avec le Juif Tryphon) et l’Octavius de Minucius Felix (p. 217-231). Les œuvres de Tertullien n’ont donné lieu à aucune édition, mais à des articles sur des points précis ou à des synthèses. Un premier aperçu, bref, mais bien documenté, permet d’aborder l’auteur, (341) Fergusson E., Tertullian, dans Expository Times, 120, 2009, p. 313-321. (342) Gnilka C., Bemerkungen zu Tertullien, Spect. 30, dans Rheinische Museum für Philologie, 2009, 152, 3-4, p. 405-408, ill., se concentre sur le dernier paragraphe du De Spectaculis : la « roue de flammes » n’évoque pas un char enflammé, mais l’instrument du supplice d’Ixion. (343) Roth D.T., Did Tertullian possess a Greek Copy of Latin Translation of Marcion’s Gospel ? dans Vigiliae Christianae, LXIII, 2009, p. 427-467, tabl., rés. angl., apporte de nouveaux arguments à la thèse selon laquelle Tertullien n’a pas utilisé de traduction latine de l’Evangelion de Marcion, mais travaillait sur une copie grecque. (344) Tobias G., Occultum and manifestum : some remarks on Tertullian’s Apologeticum, dans Continuity and discontinuity in early Christian apologetics, édit. Ulrich J., Jacobsen A.-C. et Kahlos M., Francfort-Bern, 2009, p. 35-48, s’intéresse à la struture bipartite de l’argumentatio apparemment peu équilibrée : d’abord les occulta facinora reprochés aux chrétiens (Apol., 7-9), puis les manifestiora facinora (Apol., 10-45). En fait, les chap. 7-9 servent de préparation à la réfutation des accusations contre les chrétiens, en affirmant qu’il n’y a pas de secrets dans leur religion. (345) Florio R., Discere-docere : Tertuliano y Alcuino frente a la paideia oficial, dans Traditio, LXIV, 2009, p. 105-138, réfléchit sur la question que s’est posée Tertullien vis-à-vis de la littérature païenne (discere o docere) et, à partir de là, sur la ligne idéologique qui a prévalu dans l’éducation par le christianisme jusqu’à Charlemagne. L’influence de la pensée grecque, stoïcienne en particulier, se remarque aussi dans sa conception de la corporalité de l’âme, comme l’indique (346) Kitzler P., Nihil enim anima si non corpus : Tertullian und die Körperlichkeit der Seele, dans Wiener Studien, 122, 2009, p. 145-169, rés. en angl. Mais il n’était pas un cas isolé puisque Augustin, dans ses écrits de jeunesse, en témoigne aussi. Pour autant, il se méfiait de la philosophie, selon (347) Ritter A.M., Christentum und Philosophie als Thema der frühkaiserzeitlichen Kirchenväterliteratur, dans Religiöse Philosophie und philosophische Religion der frühen Kaiserzeit. Literaturgeschichtliche Perspektiven, édit. Hirsch-Luipold R., Görgemanns H. et Von Albrecht M., Tübingen, 2009, p. 199-233. Pour Tertullien, celui qui veut parler de Dieu ne devrait être guidé que par Lui ; une conception qui le démarque de Justin et de Clément d’Alexandrie. Quelques thèmes essentiels pour notre auteur ont été examinés, les spectacles, le mariage, le pouvoir romain. La première étude n’est consultable que sur internet. (348) Binder S., De la septième Lettre à Lucilius de Sénèque au De Spectaculis de Tertullien, échos et influences, dans Bibliotheca Selecta Classica, Folia electronica, XVII, 2009, compare la condamnation des spectacles chez ces deux auteurs en soulignant leurs similitudes. Selon l’a., le De Spectaculis ne s’adresserait pas exclusivement aux chrétiens mais à quiconque voudrait entendre parler de la nature nuisible des spectacles. Tertullien s’est attaqué ensuite à l’idolâtrie elle-même. Il se souviendrait de la lettre de Sénèque sur les spectacles, qui mettait en jeu la tranquillité de l’âme : elle serait devenue un modèle pour discuter le même exemple. (349) Burini De Lorenzi C., Gen. 2, 21-24 : la legge divina della monogamia in Tertulliano, De Monogamia 4, 2, dans Matrimonio (Il -) dei cristiani, p. 139-152. Le De Monogamia de Tertullien est au cœur de sa conception monogamique du mariage, en particulier sa lecture du passage de Paul, Gen. 2, 21-24 : unum matrimonium… sicut unum Deum. (350) Kitzler P., Christian Atheism, Political Disloyalty, and State Power in the Apologeticum. Some Aspects of Tertullian’s « Political Theology », dans Vetera christianorum, XLVI, 2, 2009, p. 245-259, rés. it. et angl. p. 258-259. L’œuvre de Tertullien avait aussi une dimension politique puisque le respect de certaines obligations chrétiennes signifiait nécessairement de négliger les devoirs attendus de tous les sujets de l’empereur. L’analyse de l’Apologeticum montre que sa position n’était pas aussi « isolationniste » qu’on l’a dit. Au contraire, selon lui, les chrétiens sont les seuls vrais sujets loyaux de l’Empire. Pour finir, deux aspects de sa pensée sont abordés, l’un par une synthèse, l’autre par un article. (351) Chapot Fr., Virtus veritatis : langage et vérité dans l’œuvre de Tertullien, Paris-Turnhout (Collection des Études augustiniennes, Série Antiquité, 186), 2009, 359 p., étudie en quatre gros chapitres une notion importante chez Tertullien, celle de la vérité, qui est aussi réalité et sincérité, face aux mensonges des païens. Le premier traite de la connaissance de Dieu ; le deuxième indique que le chrétien doit conformer sa conduite à sa foi ; la perversion du langage et la manière de lutter, par une expression claire et précise, font l’objet des deux derniers chapitres. (352) Dattrino L., Tertulliano e il Millenarismo, dans Rivista di archeologia christiana, LXXXV, 2009, p. 293-312, rés. angl. et fr. p. 312, nous fait suivre avec Tertullien la « route longue et sinueuse qui conduit au millénarisme » dans une approche théologique et anthropologique. On abordera également Cyprien à partir de travaux biographiques. (353) Veronese M., Introduzione a Cypriano, Brescia, 2009, 123 p., présente un portrait en trois sections : Biografia, Pensiore e opere, Fortuna. (354) Burns J.P., Cyprian of Carthage, dans Expository Times, 120, 2009, p. 469-477, est une courte synthèse sur différentes positions prises par l’évêque de Carthage. (355) Ziegler M., Die Vita et passio Cypriani : Aussageabsicht und historischer Hintergrund, dans Klio, XC, 2009, p. 458-471. Il s’agit d’une œuvre de circonstance (due à Pontius), un éloge de Cyprien, pour le donner en exemple aux chrétiens et le dédouaner de sa fuite lors de la persécution de Dèce. Enfin, (356) Watson E.W., Style and Language in the Writings of Saint Cyprian, Piscataway (N-J), 2006, 130 p., est la réimpression d’un ouvrage paru en 1896, qu’il nous a semblé utile de signaler, en raison de son importance historique sur les relations de Cyprien avec la culture classique. Cyprien a bénéficié de plusieurs éditions. Deux gros ouvrages, dus aux mêmes auteurs, ont réuni plusieurs de ses traités. (357) Cipriano vescovo di Cartagine, Opuscoli, édit. Cerretini A. et alii, Rome, 2009 (Scrittori cristiani dell’Africa romana, VI/1), 334 p., contient cinq traités de Cyprien avec introduction, texte latin, notes et traduction en italien : Ad Donatum, Quod idola dii non sint, De habitu virginum, Ad Quirinum, De lapsis, et (358) Cipriano vescovo di Cartagine, Opuscoli, Rome, 2009 (Scrittori cristiani dell’Africa romana, VI/2), 383 p., 3 index, propose huit traités avec introduction, texte latin, notes et traduction en italien : De catholicae Ecclesiae unitate, De dominica oratione, De mortalitate, De opere et elemosynis, Ad Demetrianum, De bono patientiae, De zelo et liuore, Ad Fortunatum. Une autre œuvre est publiée séparément et une dernière a fait l’objet d’une étude globale. (359) Cipriano di Cartagine, La beneficenza e le elemosine, édit. Poirier M. et Carpin A., Rome, 2009, 253 p., est un nouveau numéro de la collection italienne des Sources Chrétiennes. A. Carpin a traduit le texte latin et abrégé les notes complémentaires. (360) Alexis-Baker A., Ad Quirinum Book Three and Cyprian’s catechumenate, dans Journal of Early Christian Studies, XVII, 3, 2009, p. 357-380, étudie la structure et les thèmes de ce traité de Cyprien qui en révèlent la dimension pédagogique : il s’adressait probablement aux catéchumènes et aux catéchistes. (361) Adkin N., Excussaque pectore Iuno est : Aen. 5, 679 in Cyprian, dans Vetera christianorum, XLVI, 2, 2009, p. 315-318. Un passage du De lapsis, 15 et un autre, tiré d’une lettre (Ep. 148) adressée au pape Cornelius, témoignent d’une réminiscence du livre V de l’Énéide, qui n’apparaît chez aucun autre Père de l’Église avant Cyprien : il faut donc l’attribuer à la mémoire de Cyprien. Enfin, un concile a donné lieu à un important ouvrage. (362) Bernardini P., Un solo battesimo, una sola chiesa : il concilio di Cartagine del settembre 256, préf. Deleani S., Bologne, 2009, 524 p., deux appendices, l’un est le tableau des évêques et sièges épiscopaux, avec une carte, l’autre est un répertoire des textes scripturaires. Ce travail constitue une somme et une synthèse sur le procès-verbal de ce concile, fondamental pour l’histoire de l’Église. L’auteur étudie, traduit, commente le document, présente la position de Cyprien et des autres évêques présents. Des divergences apparaissent entre les évêques de Proconsulaire et ceux de Numidie.

4La numismatique n’ayant pas intéressé cette année, semble-t-il, nous passons tout de suite à l’épigraphie qui a livré plusieurs découvertes ou donné lieu à des études de cas, présentées d’est en ouest. Le premier titre nous amène aussi au-delà de l’Afrique, avec (363) Le Bohec Y., Ara Cerei, dans L’armée romaine et la religion, p. 57-64, réexamine de dossier de l’ara Cerei connu par des dédicaces de soldats en Afrique et par une dédicace civile de Cosa en Italie. Ces documents sont bien localisés depuis Castellum Dimmidi (Messad) jusqu’à Gholaia (Bu Njem) - et bien datés, entre 198 et 259, le 3 mai. Les deux hypothèses, autel du dieu Cereus et autel du cierge, font difficulté, mais l’auteur n’en propose pas d’autre. Le 3 mai doit cependant être rattaché au culte de Flora, dispensatrice de la cire et du miel. (364) Beschaouch A., Y-avait-il des jardins suspendus à Karpos, colonie julienne d’Afrique proconsulaire (Tunisie) ? dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2008, 4, p. 1805-1807. Une inscription nouvellement découverte à Karpos (colonia Iulia Carpitana) [actuelle Kourbès] est une dédicace par des duovirs d’un ouvrage payé par la caisse publique. Elle évoque probablement des jardins suspendus dans un édifice thermal, mais les lacunes empêchent d’en être certain (date non précisée). (365) Aounallah S. et Maurin L., Pagus et civitas Siviritani : une nouvelle commune « double » dans la pertica de Carthage, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 167, 2008, p. 227-250, ill., cartes, plans, reviennent tout d’abord sur les deux fragments d’autels (époque antonine) qui avaient révélé l’existence d’une nouvelle localité double, Siuiri, située à Smahdi, à 25 km au N-E de Béjà (Vaga) et à 17 km de la cité des Belalitani maiores (publiés par M. Ben Jeddou, B.A.A.A., XLI, 2007, n° 43) : ils informaient sur les institutions sufétales de la ciuitas, tandis que le pagus était gouverné par deux magistri. Une troisième dédicace découverte au même endroit permet d’étendre avec certitude la pertica de Carthage au nord du Bagrada et à l’est de la fossa regia : le dédicant, dont ont connaît le cognomen (Bucco), la filiation – L(ucii) f (ilius) – et la qualité (duumuir), est identifié à L. Manilius Bucco, intervenu à Thugga en 36-37 dans le cadre de son duumvirat. Les trois autels, situés près d’une source, étaient rattachés à un sanctuaire des eaux. (366) Beschaouch A., Le conventus civium Romanorum en Afrique : à propos de la lecture de l’inscription CIL, VIII, 15775, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2009, 4, p. 1537-1542, ill., donne une nouvelle interprétation de ce texte qui provient de Henchir Guergour, antique Masculula. Il propose de distinguer d’une part un conuentus ciuium Romanorum, avec génitif de définition, et d’autre part des Numides, Numidarum qui Mascululae habitant, avec génitif partitif. Ces derniers seraient la fraction de Numides qui habitent Masculula et se sont associés à la dédicace en l’honneur d’Auguste divinisé. Les autres inscriptions qui mentionnent des conuentus ciuium romanorum font uniquement référence à des citoyens romains établis dans une cité pérégrine. Il est impossible que des Numides, non citoyens romains, y aient pris part. (367) Kallala N., Une inscription votive inédite d’un affranchi d’un nouveau centurion de la IIIa Augusta, dans L’armée romaine et la religion, p. 23-33, 7 fig., présente un document inédit. Il s’agit d’un autel de calcaire blanc trouvé au sud-ouest d’Althiburos. Il est dédié à Neptune pour le retour d’un centurion, L. Aelius Tiro, par un affranchi nommé Heracla. Ce cognomen n’est pas habituel et, autre curiosité, le nom du patron de l’affranchi n’est pas indiqué. (368) Dupuis X., Curies municipales en Numidie méridionale, dans Urbanisme et urbanisation, p. 105-124, fig. 19-25, 5 tabl. L’étude confirme que les curies n’existaient bien que dans les cités qui avaient reçu au moins le droit latin. La fonction de magister du personnage honoré dans la curia Faustina à Zita est une dignité curiale et non civique. L’auteur présente six documents nouveaux et revient sur des problèmes parfois complexes que posent certains textes. (369) Debidour M., Le problème de l’eau dans une cité de Numidie : l’inscription hydraulique de Lamasba, ibidem, p. 153-180, fig. 37. L’a. résume d’abord le peu que l’on sait de cette petite cité, connue par la fameuse inscription dont il est ici question, à propos de la répartition calendaire et horaire des droits d’irrigation, à la suite d’un litige entre les bénéficiaires. Il s’intéresse à la longueur du texte originel, à l’organisation du système d’irrigation, aux points d’interprétation contestés, avant de replacer le document dans la société de la ville et de sa campagne. Des fouilles apporteraient certainement du nouveau sur des techniques et une organisation du sol qui ne doivent sans doute pas grand-chose aux Romains. (370) Morizot P., À propos des inscriptions C. 2480 et C. 2481 (CIL VIII) : le site de Besseriani (Ad Majores), avec une note de Morizot P. et Christol M., « Cocceius Donatianus, tribunus ou tr[ib (unus)], c (urator) rei p (ublicae) dans la civitas Nigrensium », dans Aouras, V, 2009, p. 217- 261, 11 fig., tabl. Après avoir rappelé l’historique des découvertes sur le site et à la suite de nouvelles visites effectuées sur le site par lui-même et d’autres savants, l’a. reprend la lecture des deux inscriptions mentionnées dans le titre. Ces deux textes appartiennent à des monuments différents et l’a. propose aussi des datations différentes, qui ne sont pas assurées. Autre acquis, la mention d’un tribun militaire comme curateur des travaux, sans doute le commandant de l’unité qui campait à proximité, ce qui permet de mieux connaître l’action du gouverneur de Numidie, Flavius Flavianus. (371) Le Roux P. et Ramírez Sádaba J.L., Un nuevo testimonio del ala miliaria de Mauretania Caesariensis en Augusta Emerita de Lusitania, dans Espacios, usos y formas de la epigrafía hispana en épocas antigua y tardoantigua. Homenaje al Dr. Armin U. Stylow, Anejos de AEspA, XLVIII, Mérida, 2009, p. 297-306, 2 phot., font connaître l’épitaphe d’un vétéran probablement originaire de Bagaï (ou Baghaï), datant sans doute de l’époque sévérienne. Un carmen évoque la tristesse d’une mort en pays étranger. Ce document constitue un nouveau jalon dans l’histoire des relations entre l’Afrique et la Lusitanie. (372) Bertrandy Fr., Les Cirtéens dans l’armée romaine d’Afrique, dans Urbanisme et urbanisation, p. 77-101, fig. 18, 5 tabl., étudie le corpus des inscriptions mentionnant 102 légionnaires cirtéens, trouvées à Lambèse ou dans la confédération cirtéenne, en y adjoignant les soldats de Cuicul, en raison des liens étroits entre cette cité et la confédération. Le recensement suit un ordre hiérarchique (centurions puis simples soldats et vétérans) et chronologique. En appendice sont mentionnés les texte indiquant l’existence d’une cohors II Cirt (ensium) c (enturia) Vi (tulli) stationnée en Césarienne (CIL, VIII, 9631, et peut-être aussi 7082) et une épitaphe évoque un Cirtéen affecté à la Ie cohorte urbaine de Carthage (CIL, VIII, 2890). (373) Faris S., A Tale of two Towns : Guela’a Bu Aftane and Henchir El-Hamman, dans Maxima debetur magistro reuerentia. Essays on Rome and the roman Tradition in Honor of Russell T. Scott, édit. Harvey P.B. Jr. et Conybeare C., Côme (Bibliotheca di Athenaeum, 54), 2009, p. 23-54. La ciuitas Nattabutum comprenait deux communautés, qui ont suivi des trajectoires différentes. L’une, à Guela’a Bou Atfane, est probablement devenue municipe sous Trajan ; l’autre était un uicus d’un domaine impérial. La comparaison de l’onomastique de ces deux communautés tend à montrer que la population était plus composite et ouverte sur l’extérieur dans la première, où le développement s’est fait naturellement, que dans la seconde où, selon l’a., les procurateurs impériaux auraient joué un rôle de régulateurs de l’économie et de la société. (374) Bron F., L’inscription néo-punique de Cherchell, NP 130, dans Vicino Oriente, XIV, 2008, p. 257-261, 1 fig. Une très bonne photographie procurée par le musée du Louvre où se trouve cette inscription funéraire (cote AO 5294) a permis à l’auteur de reprendre la traduction de ce texte néo-punique sur la base de la lecture de J. Février (Revue de l’Histoire des Religions, 1952). Le texte intéresse par sa « saveur monothéiste évidente » que Février avait déjà remarquée : la défunte pourrait être une juive convertie et le texte dater d’une période récente, le Ier s. de notre ère d’après Février, mais les plus anciennes inscriptions juives d’Afrique ne seraient pas antérieures à la fin du IIe s. ap. J.-C. (375) Anonyme, Des inscriptions néo-puniques à Rirha, dans L’Archéologue. Revue d’Archéologie et d’Histoire, 100, février-mars 2009, p. 4, 1 ill. Cette note, reprenant une information diffusée par France Diplomatie, concerne la découverte à Rihra (l’ancienne Gilda ?) de deux tessons inscrits retrouvés à l’intérieur d’une amphore à sauces de poisson. Les textes, six lignes en néo-punique chacun, les plus longs jusqu’ici livrés par le sol marocain, ont été finement gravés sur des fragments d’amphores du début du Ier siècle de n. è.

5L’archéologie apporte elle aussi sa moisson de nouveautés, de la Libye au Maroc. (376) Mackensen M., Gasr Wames, eine burgusartige Kleinfestung des mittleren 3. Jh. am tripolitanischen limes Tentheitanus (Libyen), dans Germania, LXXXVII, 1, 2009, p. 75- 104. Ce travail bien illustré et érudit (voir les notes de bas de page) étudie un petit poste qui se trouvait sur le limes Tentheitanus qui est connu par une inscription de 246/247. Orthographié parfois Ouamès ou Uamès, il était situé sur une route militaire de l’oued Soffegin supérieur. Il est comparé au Gasr Duib, centenarium [Philipiannum S]as… L’un et l’autre sont de plan carré, mesurant de dix à quinze mètres de côté, et ils sont divisés en quatre ou cinq pièces réparties autour d’une cour centrale. Le gasr Wames était entouré par une enceinte extérieure. Les vestiges de Lepcis Magna bénéficient de plusieurs études, suivies de travaux sur Oea et Sabratha. (377) Mahler K.-U., Die Architekturdecoration der frühen Kaiserzeit in Lepcis Magna, Worms, 2006, 246 p., 129 tabl., 17 annexes ill., rés. en arabe. Cet ouvrage très bien illustré étudie les décors architecturaux de calcaire et de grès de la cité de Lepcis Magna, entre le Ier s. av. J.-C. et le début du IIe s. ap. J.-C. Après l’introduction (p. 9-23) qui présente le matériel, le contexte de découverte et l’historique des fouilles, vient le descriptif des décors (chapiteaux corinthiens, ioniques, doriques, bases attiques et composites, tuscano-doriques et divers autres éléments architecturaux) ; un bilan (p. 122-126) précède une annexe qui replace les différents types de décors dans leur contexte urbain ; le catalogue fournit, pour chacune des 936 pièces, sa « carte d’identité » précise puis sa photo dans les planches. Au total un ouvrage exemplaire qui sera d’une grande utilité aux spécialistes de l’architecture. (378) Mandruzzato A., Una statua con gli attributi di Fortuna nel Museo di Leptis Magna, dans Mare Internum. Archeologia e culture del Mediterraneo, I, 2009, p. 129-136, 6 fig. Une statue féminine acéphale, d’une taille supérieure à la normale, du musée de Leptis, n’a encore fait l’objet d’aucune étude systématique. L’a. la décrit en détail, reconnaît en elle la déesse Fortuna (on devine la trace de ses deux attributs, la corne d’abondance et le timon), la date du IIe s. et la rapproche d’autres répliques de ce même type, en particulier celles de Cyrène : elle pose donc à nouveau la question de l’importation de sculptures depuis la Cyrénaïque. Les sites libyens nous ont habitués à de très beaux mausolées, dont nous avons cette année deux exemplaires. (379) Bigi Fr., Di Vita-Évrard G., Fontana S. et Schingo G., The Mausoleum of Gasr Doga, dans Lybian Studies, XL, 2009, p. 25-46, 29 fig., ont procédé à une étude approfondie de ce grand monument funéraire, érigé à la limite de la province, à 60 km au sud-ouest de Lepcis Magna, près de l’antique Mesphe (Medina Doga), par une puissante famille libyco-punique. Son architecture rappelle les mausolées numides de Chemtou ou de Kbour Klib, comme ceux de Sabratha, tandis que le décor mêle des éléments de tradition locale à des éléments importés d’Italie. La datation, jadis fixée au IIIe s., a été remontée aux premières décennies du premier siècle ap. J.-C. d’après les indices stylistiques et l’inscription en caractères néo-puniques. (380) Di Vita A., Cultura greca e tradizione locale nella tomba di un mystes tripolitano dell’età di Claudio, dans Mare Internum. Archeologia e culture del Mediterraneo, I, 2009, p. 99-111, 13 fig. coul. et n/b, présente un hypogée, daté entre le milieu du Ier s. et le IIIe s., qui fait partie d’un ensemble de 15-18 sépultures situé à Zanzur (à 15 km d’Oea). L’une des salles, entièrement recouverte de fresques, remonte à la fin du règne de Tibère/début de Claude : y sont figurés des arbres, des animaux divers et des personnages féminins et masculins, ainsi que la barque de Charon. L’ensemble devait représenter le voyage du myste, le défunt, peint sur le pilier central ; il doit être mis en relation avec la tombe du défunt héroisé de Sabratha (B.A.A.A., XXXVIII, 2004, n° 509) et le magnifique portrait d’Iddibal Caphada Aemilius à Leptis Magna. (381) Golvin J.-Cl., Le temple d’Isis à Sabratha, dans L’Archéologue. Revue d’Archéologie et d’Histoire, 101, avril-mai 2009, p. 52-53, 4 ill., propose une restitution du monument (Ier s.) dont il illustre les vestiges et qu’il décrit brièvement. Les sites de Tunisie à présent, en commençant par Smirat puis la région de Kairouan et Carthage. (382) Bonmgardner D., The Magerius Mosaic Revisited, dans Roman amphitheatres and spectacula, p. 165-177, 1 carte, 1 tabl., s’intéresse à la fameuse mosaïque de Smirat (IIIe s.), maintes fois étudiée. L’a. dresse un bilan de ce que l’on sait à son propos, tente d’identifier l’amphithéâtre qui pourrait être représenté, sans doute celui de Leptiminus, toute proche de Smirat, et propose de reconstituer les spectacles donnés ce jour-là. (383) Hamrouni M.R., Hedi Fareh H. et Abdellaoui F., À propos du théâtre de Sidi el-Heni (Vicus Augusti ?), dans Kairouan et sa région, p. 127-139. Ce petit monument [situé entre Sousse et Kairouan], a peu intéressé les explorateurs. Celui-ci appartient au type vitruvien d’après les auteurs, et ce serait un cas unique de théâtre installé dans un domaine impérial. Il est daté du Ier siècle de notre ère. Un tableau des principaux théâtres africains connus accompagne le texte, ainsi que des documents (plans et photographies). (384) Ferchiou N., Les nymphées de Zaghouan et de Jougar : recherches préliminaires sur des travaux d’aménagement du grand aqueduc alimentant Carthage à l’époque des Sévères, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 199-233, 31 fig. On pense traditionnellement que les travaux du grand aqueduc Zaghouan-Carthage ont commencé à la suite de la visite d’Hadrien en 128 et qu’il devait être opérationnel en 162. Des indices liés au décor architectural, l’ajout de structures, la céramique et l’existence dans le secteur d’autres édifices indiquent que des travaux d’aménagement ou d’embellissement sont intervenus sous les Sévères, notamment sur le nymphée de Zaghouan. Un autre captage, celui d’Aïn Jougar, semble dater, lui aussi, du début du IIIe s. (385) Rossiter J.J. et Copp S., Les thermes du Phénix : a « lost » Roman bath-house at La Malga, Carthage, dans Mouseion, IX, 2, 2009, p. 143-158, ill., cartes, plans, rés. fr. À Carthage, parmi les vestiges qui subsistent près des citernes de la Malga, des thermes, datables du IIe s., ont été explorés par une mission canadienne en 2000. Le frigidarium et une partie du caldarium ont été fouillés. Ces bains publics de taille moyenne, sont bien attestés en Afrique, mais peu connus à Carthage. (386) Aoudi M., Jebel Oust (Tunisie), dans Mélanges de l’École française de Rome, 121, 1, 2009, p. 335-340, ill., plans. La fouille de l’année 2008 a porté sur trois secteurs (le temple, les thermes et la résidence) et des analyses géologiques ont été effectuées dans la canalisation de la source et dans les thermes. L’Algérie est représentée par deux sites, du nord au sud. (387) Laporte J.-P., Azeffoun, antique Ruzasus : le système hydraulique, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 85-121, 16 fig. L’a. décrit les vestiges afférents à l’eau dans cette colonie augustéenne. Outre un aqueduc qui alimentait la ville, ont été construits une station de décantation, des citernes, deux châteaux d’eau, des thermes publics. La majorité de ces aménagements semble dater du IIe siècle, sauf peut-être les thermes, plus tardifs (?). Ruzasus a donc vécu sans beaucoup d’eau pendant pratiquement deux siècles. (388) Hanoune R., L’Arc de Diane sur le site de Zana (Diana Veteranorum), dans Aouras, V, 2009, p. 205-216, 10 fig. Cet arc, traditionnellement daté du règne de Marc Aurèle, possède une particularité dans son décor : la frise, à profil convexe, ressemble à un long boudin ou un demi-cylindre. On ne peut établir que peu d’éléments de comparaison, presque tous plus tardifs. D’où trois propositions : une datation plus tardive ; un état provisoire, qui n’a pas été terminé ; un esprit « novateur » que ne démentirait pas le décor de caissons fleuris. Et la Tingitane est plus ou moins concernée par deux études sur des amphores. (389) Bernal Casasola D., Díaz Rodríguez J.J., Suárez J. et Villada F., Un horno alfarero romano en Septem Fratres y la producción anfórica altoimperial en la orilla africana del Estrecho de Gibraltar, dans Boletín Ex Officina Hispana, I, 2009, p. 14-16, est une brève description des conditions de la découverte à Ceuta d’un four qui produisait des amphores de type Dressel 7-11 et Beltrán IIA ou similaires (Ier-IIe s.). Les auteurs n’évoquent pas la discussion sur le transport des conteneurs vides dans le détroit de Gibraltar. (390) Barea Bautista J.S., Barea Bautista J.L., Solís Siles J. et Moros Díaz J., Figlina Scalensia. Un centro productor de ánforas Dressel 20 de la Bética, Barcelone, 2008, 200 p., 21 fig., 15 tabl., a été recensé dans Revista Eletrônica Antiguidade Clássica, III, 2009, p. 72-74, et dans (391) Laubenheimer F., Des amphores et des hommes. Chronique 2009, dans Dialogues d’histoire ancienne, XXXV, 2009, p. 189-190. L’ouvrage présente un ensemble de matériaux de prospection à Cerro de los Pesebres (Hornachuelos, Córdoba), sur la rive gauche du Guadalquivir. Le lieu correspond à un important centre de potiers qui produisait surtout des amphores à huile du type Dressel 20 pendant les trois premiers siècles de n. è. À la différence des autres ateliers, la Scalensia est très peu présente dans la Tingitane voisine. On terminera cette rubrique par des exportations en Gaule. (392) Marty Fr. et Zaaraoui Y., Contextes céramiques du Haut-Empire de la bonification de l’Estagnon à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), dans Sites de production, p. 397-425 et discussion p. 426, 23 fig. Quelques amphores africaines ont été retrouvées (p. 409-410) ainsi que quelques céramiques communes fabriquées essentiellement en Tunisie septentrionale (p. 417-418).

Bibliographie

6L’abondance de la documentation nécessite, pour être bien maîtrisée, d’avoir une idée claire de la chronologie : l’histoire événementielle fait régulièrement l’objet de synthèses ou d’ajustements nécessaires. Si aucun ouvrage ne porte sur l’ensemble du Haut Empire, plusieurs présentent des bilans sur des époques plus restreintes. (393) Opper Th., Hadrian : Empire and conflict, Cambridge (Mass.), 2008, 256 p., Ill., plans, à l’occasion d’une exposition au Bristish Museum en 2008, et sa traduction allemande, (394) Id., Hadrian : Machtmensch und Mäzen, trad. Schareika H., Darmstadt, 2009, 256 p., ill., cartes, plans, index. Le voyage d’Hadrien à Lambèse et son allocution aux unités auxiliaires de Pannonie et de Commagène apparaissent aux pages 85-87, avec la photo de l’inscription de son discours (fig. 72). La période sévérienne est représentée par trois titres. (395) Birley A.R., Severan frontier policy, dans Limes XX, p. 1009-1015, fait une allusion à la politique de Septime Sévère en Afrique du Nord dans un exposé général sur l’extension des frontières opérée sous cet empereur. (396) Barnes T.D., Aspects of the Severan empire. Part I : Severus as a New Augustus, dans New England Classical Journal, XXXV, 4, 2008, p. 251-267, met en évidence le parallèle entre Septime Sévère et Auguste, en partie fortuit, en partie recherché. (397) Id., Aspects of the Severan empire. Part II : Christians in Roman Provincial Society, dans New England Classical Journal, XXXVI, 1, 2009, p. 3-19, plaide en faveur de la bonne intégration des chrétiens et du christianisme dans l’Empire à une date précoce, dès l’époque de Tertullien, en se fondant sur la documentation africaine : en témoignent le rang social des auteurs chrétiens, leur liberté de parole, enfin le fait que leurs biens étaient reconnus et qu’ils leur furent rendus par Gallien : celui-ci aurait de facto légalisé le christianisme. (398) Le Bohec Y., L’armée romaine dans la tourmente. Une nouvelle approche de la « crise du IIIe siècle », Paris-Monaco, 2009, 320 p., ill. L’ouvrage, qui propose un panorama des crises militaires au IIIe s. jusqu’au rétablissement de la situation, inclut une brève présentation des membres de la dynastie sévérienne (p. 72-96), outre Macrin, et le cas des territoires africains, eux aussi touchés – moins qu’ailleurs cependant – par l’agitation générale. (399) Koch D.-A., Bilder aus der Welt des Urchristentums. Das Römische Reich und die hellenistische Kultur als Lebensraum des frühen Christentums in den ersten zwei Jahrhunderten, Göttingen, 2009, 277 p., ill., carte, 2 index. Ce panorama illustré du monde romain propose de très belles photos, dont un certain nombre concerne des sites africains (Carthage, Bulla regia, Thugga, Sabratha, Sousse…). Viennent à présent différents titres qui traitent de sujets plus précis, présentés par ordre chronologique. (400) Schmidt D.T., Cn. Pinarius Caecilius Simplex proconsul prouinciae Africae, dans Espacios, usos y formas de la epigrafía hispana en épocas antigua y tardoantigua. Homenaje al Dr. Armin U. Stylow, Anejos de archivo español de arqueología, XLVIII, Mérida, 2009, p. 351-353. Un bloc de calcaire découvert à Mustis présente une dédicace incomplète : elle pose la question de l’identité de l’un des dédicants, soit Cn. Pinarius Caecilius Simplex, qui serait peut-être proconsul d’Afrique ca 79-80, soit Cn. Pinarius Aemilius Cicatricula, considéré, lui aussi, comme proconsul à la même date (B.A.A.A., XXXVII, 2003, n° 579). Nous associons les deux articles suivants qui portent sur des questions proches. (401) Bernard G. et Christol M., Les relations militaires entre l’Hispanie et la Maurétanie Tingitane à la fin du Ier siècle, dans Mélanges de la Casa de Velázquez, XXXIX, 2, 2009, p. 189-208, ont tenu à confirmer épigraphiquement la citation de Tacite, Hist., I, 11, 2 [et non 11, 1] selon laquelle les provinces procuratoriennes agissaient toujours en relation avec ce qui se décidait dans la province impériale la plus proche. Pour la Tingitane et l’Hispanie citérieure, c’était en effet le cas. (402) Bernard G., Les prétendues invasions maures en Hispanie sous le règne de Marc Aurèle : essai de synthèse, dans Pallas, LXXIX, 2009, p. 357-376, reprend l’intégralité d’un dossier marqué par des interprétations divergentes, parfois entachées d’idéologie : ces incursions apparaissent « sans postérité et sans précédent ».

7Le reste de la bibliographie du Haut Empire se répartit entre des questions thématiques qui seront abordées dans l’ordre suivant : les territoires, l’armée, la religion, l’économie, mais rien sur le fonctionnement des cités (pour cela, voir les sources épigraphiques). Les questions toujours fondamentales du territoire et de son peuplement mobilisent les représentations. (403) Acolat D., Le modèle de la montagne sous le Haut-Empire : vrai locus horridus ou prétexte littéraire ? dans Les Études Classiques, LXXII, 1, 2009, p. 61-77, ill., 1 annexe p. 72-77, évoque les topoi qui pèsent sur les montagnes, surtout les Alpes ; l’Atlas marocain, lieu d’horror pour Pline l’Ancien, est simplement mentionné, p. 72 (sans réf.). On le retrouve avec (404) Hamdoune Chr., Mons Africae uel fabulosissimus Atlas : l’Atlas de Pline l’Ancien, dans Latomus, LXVIII, 1, 2009, p. 101- 116, 1 ill., 1 carte. Pline l’Ancien n’a jamais vu cet Atlas qui, à son époque encore, reste fabulosissimus. Sa description intègre, certes, des traits physiques du milieu montagnard et s’appuie sur des auteurs qui ont connu plus ou moins l’Atlas ; mais elle est avant tout une reconstruction qui rend compte de la conception que les Anciens se faisaient des montagnes (isolement, solitude, merveilleux), où l’homme n’a pas sa place. (405) Groslambert A., Les habitants des villes, des camps et des campagnes en Numidie militaire sous le Haut-Empire romain, dans Urbanisme et urbanisation, p. 57-75, fig. 17, délimite l’espace de cette zone qui a évolué d’Auguste à Septime Sévère et souligne que l’expression Numidie militaire n’a pas d’équivalent à cette époque. Puis elle présente les trois types de populations qui y étaient installés : les citadins, les militaires et les habitants des campagnes. La Numidie est un lieu privilégié pour étudier les interactions entre ces catégories. (406) Clarke K., D’une Méditerranée de pirates et de barbares à une Méditerranée cœur de civilisation : Strabon et la construction d’un concept unifié dans le cadre romain, dans Du monde de Scipion au monde d’Auguste : l’élargissement des horizons romains en Méditerranée, dans Pallas, LXXIX, 2009, p. 295-303. La représentation du monde, notamment de la Méditerranée, chez Strabon, est une conséquence de la destruction des deux grandes rivales de Rome en 146, Carthage et Corinthe : leur reconstruction symbolise l’unité de la Méditerranée, devenue le microcosme du monde. Le dernier titre de cette rubrique a surtout une dimension pédagogique et fera le lien avec l’armée. (407) Decramer L.R., Principes généraux de construction d’un cadastre et d’une voie romaine, dans Archéologia, 470, octobre 2009, p. 55, 3 ill. Pour éclairer un article relatif à la uia Aquitania, l’auteur a choisi un exemple de Proconsulaire, la voie ouverte par le proconsul L. Nonius Asprenas (14-15 de n.è.), entre Haïdra/Ammaedara et Gabès/Tacapae. Sont relevés, sur deux photographies satellitaires, les bornes gromatiques, les milliaires et le cadastre, sur le tronçon qui court de Bled Segui à El Hamma (du milliaire 134 au 160). L’armée a donné lieu à quelques travaux, mais il faut se reporter aux Généralités et aux sources pour compléter le panorama. (408) Zahariade M., The Thracians in the Roman imperial army : from the first to the third century A.D., Cluj-Napoca, 2009, 409 p., ill., cartes, index. Dans cette étude sur la présence de Thraces dans les unités militaires, l’Afrique apparaît épisodiquement, notamment avec la présence d’une aile qui y a été stationnée. On trouve des indices de son intervention lors des conflits en Maurétanie contre les Maures entre 144 et 149. Ils sont aussi notés à Altaua (p. 203-204), et pendant la période 253-258. Une courte liste de vétérans figure à la p. 311. (409) Speidel M.A., Heer und Herrschaft im Römischen Reich der Hohen Kaiserzeit, Stuttgart, 2009, 706 p., ill., cartes, 2 index, contient 32 études déjà publiées entre 1992 et 2008. Aucun article ne concerne l’Afrique, mais les index aideront à retrouver les lieux et les acteurs africains et l’on (re)lira avec profit les contributions de ce gros livre consacré à l’armée impériale du Haut Empire. (410) Handy M., Die Severer und das Heer, Berlin, 2009, 283 p., 3 index et résumés des chapitres p. 244- 249, s’intéresse à plusieurs aspects de la relation des Sévères à l’armée, en quatre chapitres : L’empereur soldat, L’armée comme facteur de puissance, La politique militaire de ces empereurs, enfin Les Sévères et l’armée au miroir des monnaies. Le dernier titre est à la croisée de deux thèmes, (411) L’armée romaine et la religion sous le Haut-Empire romain, Actes du quatrième congrès de Lyon organisé les 26-28 octobre 2006 par l’université Lyon 3, édit. Wolff C., avec la collaboration de Le Bohec Y., Lyon (collection du Centre d’études et de recherches sur l’Occident romain, 33), 2009, 533 p. Outre quelques communications qui se sont intéressées spécifiquement à l’Afrique (voir Laporte J.-P., Le Bohec Y., Cadotte A. et Kallala N.), on trouvera mentions des Africains dans des articles qui ne sont pas spécialement consacrés à cette région, notamment (412) Petraccia M.F., Il panteón degli stationarii : tra divinità tradizionali e divinità indigene, p. 203-209, avec un index. Les titres sur la religion concernent d’abord les dieux des païens, notamment Esculape et Saturne, avant une étude plus générale. (413) Musso L., Esculapio in Africa romana : tradizione punica, ellenizzazione, integrazione imperiale, dans Il culto di Asclepio nell’area mediterranea. Atti del Convegno internazionale, Agrigento 20-22 novembre 2005, édit. De Miro E., Sfameni Gasparro G. et Cali V., Rome, 2009, p. 113-143, 13 fig. L’a. recense les sources épigraphiques et archéologiques sur cette divinité en Afrique. Après avoir évoqué Apulée, l’Eshmoun punique, des inscriptions et des représentations, il conclut que le dieu possède des caractéristiques œcuméniques et qu’il est avant tout un dieu guérisseur adopté par l’ensemble des cultures ; les différences sont de l’ordre des nuances, non de nature. (414) Schörner G., Neue Bilder für alte Rituale. Die Saturn-Stellen als Kultmedien in römische Nordafrika, dans Ritual dynamics and religious change in the Roman Empire. Proceedings of the eighth workshop of the International Network Impact of Empire (Heidelberg, July 5-7, 2007), édit. Hekster O., Schmidt-Hofner S. et Witschel C., Leyde-Boston, 2009, p. 285-306, ill., étudie les stèles dédiées à Saturne en Afrique du Nord, spécialement dans l’Africa Proconsularis et la Numidie. L’analyse est complétée par une comparaison avec les provinces du nord-ouest du monde romain. En annexes, cinq photographies de stèles et un graphique sur la distribution des dédicaces selon la chronologie. (415) Id., Saturn rural : Überlegungen zur Charakteristik ländlicher Heiligtümer im römischen Nordafrika, dans Religion auf dem Lande : Entstehung und Veränderung von Sakrallandschaften unter römischer Herrschaft, édit. Auffarth Ch., Stuttgart, 2009, p. 27- 40, 5 fig. Les temples ruraux ne se distinguent pas particulièrement des temples urbains et se développent à la même époque (IIe s.) : on peut parler d’une évolution assez homogène de ce paysage religieux. Les stèles votives montrent de nombreuses scènes de campagne : il faut les relier au développement des sanctuaires ruraux et à la fonction de Saturne, dieu de l’économie agraire. L’organisation de ce culte est en marge des cultes civiques ; il s’agit surtout d’un culte privé. (416) Benseddik N., Les dieux de la Numidie militaire, dans Urbanisme et urbanisation, p. 239-285, fig. 41-48, 3 tabl., dont la liste des dieux avec les références épigraphiques, p. 266-272. Deux sections répartissent les divinités en deux groupes : Les dieux de Rome ou de l’armée ? puis Les dieux de la population numido-romaine, y compris les témoignages du christianisme. La documentation est essentiellement épigraphique et archéologique. Le christianisme est un peu mieux représenté, par l’intermédiaire des martyrs et des hérésies. Parmi les martyrs, la palme revient sans conteste à Perpétue et Félicité, même si d’autres sont également un peu présents. (417) Carfora A., I cristiani al leone : i martiri cristiani nel contesto mediatico dei giochi gladiatorii, Trapani, 2009, 163 p., élargit à d’autres que Perpétue et Félicité son examen du comportement des martyrs lors de leur procès et de leur exécution, surtout dans l’amphithéâtre, à la même époque, fin du IIe s.-début du IIIe s. La constance de leur attitude suscite des conversions et constitue une forme de propagande pour le christianisme ; il semble d’ailleurs que le pouvoir en ait pris conscience. (418) Brennecke H.Chr., Kriegsdienst und Soldatenberuf für Christen und die Rolle des römischen Heeres für die Mission, dans Krieg und Christentum, p. 180-211, a recours à de nombreux témoignages africains pour élaborer sa démonstration, qui ne semble pas très nouvelle. La question du service militaire était plus un problème rituel qu’un problème éthique relevant du 5e commandement de la Bible. L’Église des trois premiers siècles n’avait pas d’avis clair sur la question, les soldats « objecteurs de conscience » semblent avoir été très peu nombreux et les communautés chrétiennes, comme leurs évêques, acceptaient le service militaire car l’Église n’était pas pacifiste. (419) Marjanen A., The Function of Gender-Transformation Language in Early Christian Martyrdom Accounts, dans Metamorphoses. Resurrection, Body, and Transformative Practices, p. 231-247. On trouvera Crispine, Perpétue et Félicité dans la section dédiée aux quelques femmes « Becoming Males », p. 246-247. Les hérésies ont bénéficié d’une approche positive et la réflexion s’est surtout centrée sur le montanisme dans les titres suivants. (420) Edwards M., Catholicity and Heresy in the Early Church, Ashgate, 2009, 208 p. Dans cet essai, qui vise à réhabiliter la fonction des hérésies, du moins ce qu’il a été convenu de définir comme telles par la tradition, dans la construction de l’orthodoxie, Tertullien est mentionné pour son rôle fondateur au début du IIIe siècle. (421) Tabbernee W., Prophets and gravestones. An imaginative history of Montanists and other early Christians, Peabody (Mass.), 2009, XXX-338 p., ill., cartes, 2 index, a écrit non pas un roman, mais une « histoire imaginaire » du montanisme ou plus exactement de la Nouvelle Prophétie, qui présente les Montanistes « en situation », de manière vivante ; les sources sont données à la fin de chaque chapitre. (422) Noce C., L’accusa di eresia rivolta ai montanisti : la testimonianza del De ieiunio adversus psychicos di Tertulliano, dans Rivista di storia del cristianesimo, VI, 2, 2009, p. 389-416, rés. it. et angl. p. 416. L’auteur s’intéresse à l’hérésie vue par un hérétique pour comprendre comment les montanistes, en l’occurrence Tertullien, se différenciaient de l’orthodoxie catholique : c’est la question de la Révélation qui était en cause. (423) Parvis S., Perpetua, dans Expository Times, 120, 2009, p. 365-372, est une présentation générale de la figure de Perpétue. La thèse montaniste n’est pas acceptée et l’auteur insiste sur la double personnalité de la sainte selon les sources, jeune femme sensible et spontanée dans son journal, personnalité exceptionnelle chez les autres narrateurs. Plus étrange pour nous, (424) Farina W., Perpetua of Carthage. Portrait of a Third-Century Martyr, Jefferson (N.C.), 2009, 267 p. Il s’agit d’une réflexion sur le martyre en relation avec des événements contemporains qui ont marqué les États-Unis. Perpétue est une sorte de résistante face à la violence. Le dernier thème regroupe quelques travaux sur l’économie, exclusivement sur la Tingitane. (425) Pons Pujol Ll., La economía de la Mauretania Tingitana (s. I-III d.C.). Aceite, vino y salazones, Barcelone (Corpus international des timbres amphoriques, fasc. 16, Collecció Instrumenta, 34), 2009, 295 p., 24 fig, 2 tab., a étudié, comme l’indique le titre, la production d’huile, de vin et de salaisons en Tingitane ainsi que leur commercialisation en Bétique et dans le reste de l’Empire. Son objectif est de contester les hypothèses affirmant la soumission économique de la Tingitane à la Bétique. La province produisait beaucoup d’huile, en quantité suffisante pour la population, mais les importations venues de la Bétique étaient aussi considérables (dans les amphores Dressel 20). Pour ce qui est des salaisons, si les lieux de fabrication sont connus, on ignore quels étaient les contenants qui en permettaient le transport. L.P.P. s’oppose vigoureusement à l’hypothèse d’importations d’amphores vides depuis la Bétique : une prospection correcte pourrait résoudre ce problème, d’autant que des fours d’époque impériale attestent bien l’existence d’une production locale. L’étude est complétée par le corpus des timbres amphoriques de Tingitane (plus de 400) et par divers indices qui en facilitent la consultation. Nous signalons au sujet de ce livre deux comptes-rendus : (426) Papi E., La trinità delle Tingitane : olio, vino e salse de pesce, dans Journal of Roman Archaeology, XXIII, 2010, p. 689-692 ; (427) Remesal Rodríguez J., Presentación del libro de L. Pons Pujol, Economía de la Mauretania Tingitana (s. I-III d.C.). Aceite, vino y salazones, dans L’Africa Romana, XIX, 2012, p. 111-112. (428) Pons Pujol Ll., Garrote Sayó E. et Soria Rincón J., La captación del aceite annonario en Bética y África : un análisis comparativo, dans Diritto Storia, VIII, 2009, http://www.dirittoestoria.it/​8/​Memorie/​Africa_Romana/​Pons-Garrote-Soria-Aceite-annonario-Betica-Africa.htm, republient sur internet le travail paru dans L’Africa Romana, XVII (B.A.A.A., XLII, 2008, n° 702). (429) Cerri L., I tituli picti sulle anfore per salsamenta della Mauretania Tingitana (I secolo d.C.), dans Olio e pesce in epoca romana. Produzione e comercio nelle regioni dell’Alto Adriatico. Atti del convegno (Padova, 16 febbraio 2007), édit. Pesavento Mattioli S. et Carre M.-B., Rome, 2009, p. 329-337, est une excellente synthèse sur les trente-huit exemplaires de tituli picti se rapportant à la production de salaisons de Tingitane, qui sont connus actuellement, essentiellement en Germanie et à Pompéi.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search