Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIII (2009)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

II – L’Afrique, de la protohistoire au début du IIIe siècle

Texte intégral

1Ce chapitre souffre cette année d’une bibliographie particulièrement pauvre, que le chapitre Généralités permet cependant d’étoffer un peu.

2Les sources se limitent à l’archéologie. Nous commençons par un titre général avant de passer en revue les sites, d’est en ouest. (264) Montanero Vico D. et Asensio Vilaró D., Puertas fortificadas del Mediterráneo : orígenes y evolución, dans Revista d’arqueologia de Ponent, XIX, 2009, p. 177-204, ont rédigé une synthèse sur cet élément fondamental qu’était le tracé défensif des cités : l’objectif est très archéologique et concerne la période protohistorique jusqu’au IIIe s. av. J.-C. Ils traitent brièvement de Carthage et de Kerkouane, p. 200, fig. 11. (265) Fentress E., The Punic and Libyan Towns of Jerba, dans Phönizisches und punisches Städtewesen, p. 203-216, 14 fig., rés. all., angl., it., p. 216, s’intéresse à la Jerba préromaine : l’a. compare le plan orthogonal de la cité portuaire de Meninx (sans doute une fondation punique du Ve ou du IVe s.) avec le schéma centripète de Burgu édifié au centre de l’île par les indigènes à même époque. D’autres sites sont également mentionnés (Haribus, Ghīzin) puis l’a. s’intéresse au territoire de production et à ses relations avec les villes. (266) Fantar M., La chapelle carrée de Kerkouane. Nouveau témoignage de l’architecture religieuse punique, ibidem, p. 191-201, 6 fig., rés. all., angl., fr., p. 201. De cette petite chapelle, annexe du temple, il ne reste que la base, l’autel, le bétyle et quelques éléments architecturaux : le cadre chronologique se situe entre le IVes. et la première moitié du IIIe s. Le complexe cultuel était consacré à une divinité inconnue. Le plan carré de la chapelle, de tradition sémitique, devait avoir une symbolique en relation avec le chiffre 4. (267) Amara I., Ichoukan : premières constructions et activités des communautés « post-néolithiques » de l’Aurès, dans Aouras, V, 2009, p. 133-146, 5 fig. L’éperon d’Ichoukan, aujourd’hui menacé par le développement de l’activité agricole, contient de nombreux vestiges funéraires mégalithiques : de rares tumulus, quelques bazinas et de nombreuses chouchet. On trouve aussi des structures non funéraires, murets en pierre qui attestent d’activités d’appoint, encore mal définies. (268) Roubet C., Activités forestières et agricoles durant le Néolithique et la Protohistoire dans les Némenchas (Algérie orientale), ibidem, p. 111-132, 5 fig. Pour évoquer les premières activités à ces époques, il faut réexaminer le matériel recueilli dans des contextes mal interprétés et mal datés. Les témoignages cartographiques et les vestiges du « quadrillage de Tazbent » près de Tébessa sont à préciser eux aussi. (269) Marzoli D. et El Khayari A., Mogador (Essaouira, Marokko). Vorbericht über die Kampagnen 2006 und 2007 mit einem Beitrag von H. Brückner und J. Lucas, dans Madrider Mitteilungen, L, 2009, p. 80-117, est une synthèse sur les prospections géophysiques et les fouilles réalisées par une équipe maroco-allemande en 2006 et 2007. Les auteurs concluent que, d’une part l’arrivée des premiers colonisateurs phéniciens à Mogador s’est produite au milieu du VIIe s. av. n. è., que d’autre part la grande distance entre Mogador et Lixus (800 km) ou Gadir (900 km) rendit nécessaire l’existence d’autres enclaves phéniciennes qui se sont probablement établies dans les embouchures des fleuves, le Sebou, le Beth ou le Bou Regreg. (270) Pappa E., Reflections on the earliest Phoenician presence in North-West Africa, dans Talanta, XLI-XLII, 2008- 2009, p. 53-72, 2 cartes. L’auteur réexamine et discute deux anciennes hypothèses qui ont refait surface récemment, toutes les deux problématiques à son avis. La première concerne le commerce du fer de l’Atlas que les Phéniciens auraient effectué à partir de Mogador ; l’auteur la réfute en raison de l’absence de témoignages probants d’une exploitation des mines de l’Atlas à l’époque phénicienne. La seconde hypothèse porte sur les nécropoles jadis fouillées par M. Ponsich : elles témoigneraient des contacts entre les populations locales et les sites phénico-libyques de la région, tel Lixus, plutôt que de la présence de marchands phéniciens. Dans tous les cas, les sites marocains illustrent la porosité entre populations d’origines différentes et mettent en question le recours à la catégorie de l’identité ethnique. Enfin, les nécropoles de Palerme ont été étudiées en parallèle des données carthaginoises. (271) Di Stefano C.A., La necropoli punica di Palermo : dieci anni di scavi nell’area della Caserma Tuköry, avec des contributions de Di Salvo R., Terranova F. et Amadasi Guzzo M.G., Rome (Biblioteca di Sicilia antiqua, 4), 2009, 252 p., ill., cartes. Après l’historique des fouilles, l’auteur établit une typologie des tombes et de la composition des matériaux trouvés, avant d’en faire le catalogue. Au contraire des pratiques carthaginoises, l’incinération secondaire est rare pendant la période archaïque, mais les modalités deviennent identiques à partir du dernier tiers du VIe s. Puis, l’inhumation prévaut aux Ve et IVe s., mais l’incinération réapparaît au cours du IVe s. En parallèle, on constate une uniformisation de la céramique à cette époque, qui marque ce qu’on a parfois nommé une « koinè punicisante ». M.G. Amadasi Guzzo a étudié les marques puniques, mais celles-ci sont difficiles à interpréter.

3La bibliographie de cette période est à l’image des sources, très restreinte. (272) Bonnet C., L’identité religieuse des Phéniciens dans la diaspora. Le cas de Melqart, dieu astral des Tyriens, dans Entre lignes de partage et territoires de passage. Les identités religieuses dans les mondes grecs et romains, Paganismes, judaïsmes, christianismes, édit. Belayche N. et Mimouni S.C., Louvain (Collection de la Revue des Études Juives, 47), 2009, Paris-Louvain, p. 295-308. Melqart, dieu poliade de Tyr, est associé à la fondation de la ville et du sanctuaire. Il est aussi le dieu de l’expansion coloniale et d’un lieu gagné à la civilisation. S’il n’apparaît pas en tant que tel à Carthage, l’a. émet l’hypothèse qu’il est mentionné indirectement dans le nom même de la ville. Dans Qart Hadasch (« ville nouvelle »), l’élément Qart, qui fait partie du nom de Melqart, ferait référence non à une ville quelconque, mais à la ville mère, c’est-à-dire Tyr, qui sert de modèle. (273) Fantar M.H., La présence phénicienne et la fondation de Carthage en Méditerrané occidentale : des faits et des conséquences, dans Fenici e Italici, Cartagine e la Magna Grecia, 2008, p. 21-27, inscrit la fondation de Carthage dans les bouleversements qu’apportèrent en Méditerranée occidentale l’arrivée des Phéniciens et celle des Grecs ; le bilan de la colonisation phénicienne s’avère « largement positif ». (274) Sensi Sestito G., Cartagine e la Magna Grecia in età dionisiana. Il ruolo di Ipponio, ibidem, p. 29- 50, s’intéresse surtout à la portée et aux effets de la coopération militaire entre Carthage et les Italiotes, à partir du Ve s. et surtout du IVe avec l’alliance entre la cité africaine et Reggium : Diodore, livres 13 et 15, notre source principale sur le sujet, suggère le rôle important joué par Hippone dans les relations entre Carthage et la Grande Grèce.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search