Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIII (2009)

 | 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Claude Briand-Ponsart
, 
Lluís Pons Pujol

I. Généralités

Texte intégral

1Ce chapitre, d’habitude très volumineux, occupera cette année moins de place, mais il faut penser à se reporter aux études, parfois assez générales aussi, présentées par période.

Sources

2Les sources littéraires comprendront tout d’abord un peu de géographie historique. (1) Baron C., The use and abuse of historians : Polybios’ Book XII and our evidence for Timaios, dans Ancient Society, XXXIX, 2009, p. 1-34. Si Polybe a décrié la méthode de Timée plus particulièrement dans cet ouvrage, surtout à propos de l’Afrique (XII, 3, 1-2), il ne l’en a pas moins considéré, en dépit de ses longues récriminations, comme un historien respectable et un chercheur scrupuleux. (2) Bravo B., La Chronique d’Apollodore et le Pseudo-Skymnos. Érudition antiquaire et littérature géographique dans la seconde moitié du IIe s. av. J.-C., dans Studia Hellenistica, XLVI, Louvain, 2009, XXIV-268 p. Dans cette savante étude d’une chronique perdue connue par bribes et d’une compilation par un anonyme, désigné comme le Ps. Skymnos, les africanistes seront intéressés par les pages consacrées à la description du détroit de Gibraltar et les « bornes », terme qu’il faut préférer à « colonnes » d’Héraklès, p. 39-47. Le passage est comparé au texte de Strabon, III, 5, 5. L’île mentionnée du côté africain serait l’îlot de Peregil/Perejil situé à l’extrémité orientale du détroit de Gibraltar. Nous rappelons aussi un livre paru l’an dernier (B.A.A.A., XLII, 2008, n° 13) qui a bénéficié du compte-rendu d’un spécialiste. (3) Desanges J., dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2009, 3, p. 1254-1255, présente et analyse Periplógrafos griegos. 1, Épocas arcaica y clásica. 1, Periplo de Hanón y autores de los siglos VI y V a. C., édit. et traduction González Ponce F.J., introduction Prontera Fr., Saragosse (Monografías de filología griega, Universidad de Zaragoza, 19), 2008, 286 p., cartes, index. J.D. met en valeur l’importance de cette publication « premier fascicule d’un projet ambitieux » qui doit aller jusqu’à l’époque impériale en étudiant de manière systématique ce genre encore peu connu. Particulièrement remarquable est l’édition du Périple d’Hannon, dont l’introduction témoigne d’une grande maîtrise des controverses qui entourent ce texte depuis le XVIIIe s. (3bis) Ben Abbès M., La localisation de Mammes : état de la question, dans Kairouan et sa région, p. 141-154, 11 fig. Il s’agit d’une nouvelle hypothèse de localisation de la ville antique et médiévale de Mammes au site de Aïn el Ghorab qui se trouve à environ 40 km à l’ouest de Kairouan et à 7 km au sud-est de Haffouz (Aqua Regia ?). Cette nouvelle localisation s’appuie d’abord sur une récente prospection archéologique menée dans la région, mais aussi sur une nouvelle lecture des sources disponibles et notamment le croisement des données fournies par les sources gréco-latines et celles données par les auteurs arabes médiévaux. Un rapprochement linguistique et philologique révèle une survivance toponymique qui va de Claude Ptolémée jusqu’au XIVe siècle au moins. La littérature classique est d’abord représentée par plusieurs recueils de textes qui ont le mérite d’introduire avec clarté et agrément les textes et leurs auteurs à partir de thèmes variés. (4) Greek and Roman Education. A sourcebook, édit. Joyal M., Mcdougall I. et Yardley J., Londres-New York, 2009, XX-292 p., ill., 1 carte, 2 index. Ce livre est une initiation à l’histoire de l’éducation dans l’Antiquité, depuis le VIIIe s. av. J.-C. jusqu’au début du Moyen Âge, à travers 300 textes (traduits) et documents : un extrait d’Apulée est à la p. 193 tandis que le dernier ch. contient des textes de Lactance, Tertullien et Augustin. Un ouvrage réunit lui aussi sources païennes et sources chrétiennes, cette fois autour de la magie. (5) Magic, witchcraft, and ghosts in the Greek and Roman worlds : a sourcebook, édit. Ogden D., Oxford-New York, 2009, XII-400 p., ill., index, est une réédition (B.A.A.A., XXXVI, 2002, n° 509). (6) Sur la mer violette : naviguer dans l’Antiquité, édit. Sintès Cl., précédé d’un entretien avec l’amiral Y. Goupil, Paris, 2009, XIV-242 p., 6 p. de pl., cartes, 2 index. Ce petit livre présente en six chapitres thématiques des textes grecs et latins (en traduction) : on y trouvera des extraits d’Apulée, Métamorphoses, XI, 16 et de Lucain, La Pharsale, VIII, 165-202. (7) Philosophie et théologie. Anthologie, édit. Capelle-Dumont P., t. I, Philosophie et théologie dans la période antique, édit. Alexandre J., Paris, 2009, 389 p., est une anthologie dont chaque chapitre est formé d’une brève notice de l’auteur ou du thème concerné et d’une courte série de textes traduits. Nous intéressent les ch. XXII (8) Augustin (Madec G.), p. 293-307, ch. XIII (9) Tertullien (Alexandre J.), p. 195-206, ch. XVII (10) Lactance (Ingremau Chr.), p. 243-254, et Marius Victorinus est mentionné au ch. VIII, (11) Les gnostiques et la philosophie ancienne (Dubois J.-D.), p. 129-144. La culture incite au voyage, (12) Pellizzari A., Studenti e docenti a Roma in età tardoantica, dans Stranieri a Roma, Atti del convegno internazionale di studi (Certosa di Pontignano, 22-23 Maggio 2006), édit. Conti S. et Scardigli. B., Ancône, 2009, p. 295-310. Les étudiants et les professeurs de tout l’Empire se pressaient à Rome, le plus grand centre intellectuel de l’Empire. D’Afrique sont venus Alypius, l’ami d’Augustin, ainsi que celui-ci, et Dracontius a fréquenté l’école du forum de Trajan. Pour les passions, on aura désormais, en espagnol, (13) Actas latinas de mártires africanos, édit. Leal J., Madrid (Fuentes patrísticas, 22), 2009, 463 p. Cette traduction espagnole, pas toujours au fait des dernières mises à jour, concerne treize passions africaines rédigées en Afrique entre 180 et 304. S’y trouvent des écrits de différentes époques et de tendances doctrinales diverses, incluant quelques documents qui ont subi des réélaborations donatistes, comme la Passio Marcelli et la Passio Felicis. Cette rubrique s’achève par deux belles études consacrées au Code théodosien. (14) Codex Theodosianus. Le Code Théodosien. V., Turnhout, 2009, 523 p., fac-sim., 3 index. Il s’agit ici de l’édition du texte latin de Th. Mommsen (1904), titres 1-20, avec une traduction française en regard, la première à exister sur le CTh. Ce premier volume inaugure un projet dont l’utilité n’échappera à personne et qui en comptera naturellement seize. Consacrée aux problèmes de la terre, cette édition est précédée d’une introduction très abondante de (15) Jaillette P., p. 11-184, qui précise les destinataires des constitutions à l’aide des outils prosopographiques, et d’une annexe. La traduction a été effectuée par (16) Crogiez-Pétrequin S., Jaillette P. et Poinsotte J.-M. Les auteurs ont choisi de traduire l’ensemble du document même si le vocabulaire pose encore des questions non entièrement résolues ; ils ont bénéficié de l’aide de Callu J.-P. et de Laquerrière-Lacroix A., pour les questions juridiques, et de Laurence P. (17) Le Code Théodosien. Diversité des approches et nouvelles perspectives, édit. Crogiez-Pétrequin S. et Pierre Jaillette P., avec la collab. d’O. Huck, Rome (Collection de l’École française de Rome, 412), 2009, 306 p., 2 p. de pl., index. Ce volume est le résultat des premières journées d’études sur le Code Théodosien (2003) qui ont pour objectif de faire connaître l’entreprise de traduction française de ce texte essentiel à la connaissance de l’Empire romain tardif. Les approches portent sur les problèmes de traduction et sur diverses questions relatives à l’État, la religion, la société. À ces deux livres s’ajoute un autre titre consacré plus particulièrement aux lois religieuses (infra, n° 440).

3L’épigraphie est plus généreuse. Il faut commencer bien sûr par (18) L’Année épigraphique, 2009, dir. Corbier M., Paris, 2012, 876 p. La consultation des généralités, p. 17-71, sera utile. Le chapitre Afrique se trouve p. 617-658 et comprend les n° 1662 à 1798. Nous poursuivons par des publications générales avant deux contributions relatives à des espaces géographiques orientaux. (19) Solin H., Analecta epigraphica, dans Arctos, XLIII, 2009, p. 161-190. Les p. 161-175, qui constituent une mise à jour de nombreux cognomina, intéressent nos études. On y trouve Absentius, présent chez Augustin, Contra Pet., 1, 1 et à Tituli, AE, 2006, 1787 (Absuntius est moins probable), Agrianus, Celsiana, Clementius, Comitas, Exsuperans, qui peut désigner une femme comme à Sila (ILAlg., II, 7134), Felicior, Garamantia (CIL, VIII, 20453), Horatianus, Indagius, Iunillus, Maiorina, Mariscianus, Mus(s) ianus, Pacatula, Paculus, Quietanus, Saloninula, Stercula et Talaris. On doit au colloque de Kairouan (n° 184) plusieurs contributions dédiées aux inscriptions ou s’appuyant sur elles ; certaines sont présentées ici : (20) Abid M., Inventaire des inscriptions latines païennes, dans Kairouan et sa région, p. 59-92, dresse l’inventaire des inscriptions latines païennes de Limisa, à l’exception des textes sur mosaïque, et d’Agger. Parmi les 123 numéros du catalogue, classés par ordre géographique, il n’y a pas d’inédit ; les indices sont aux p. 89-91. Notons qu’un premier inventaire des textes de Limisa a été précédemment publié (B.A.A.A., XXXIX, 2005, n° 358). (21) M’Charek A., À propos de trois localités de Byzacène : Gamonis, Thagamuta et Thambeis, ibidem, p. 115-125, fig., situe Gamonis à Douar Bayoudh et développe le nom des dédicants de l’inscription AE, 1999, 1771 en coloni Gam (onitani). Les sources médiévales permettent seulement une localisation régionale de la seconde Gamonis (Jamounis al-Saboun), dans la région de Gamouda. Quant à Thambeis, la Tanbēs médiévale, elle devait se trouver au voisinage d’Aquae Regiae, l’actuelle Haffouz. (22) Barnett T. et Moussa F., DMP VII : Style, Symbolism and Cultural Identity in the Wadi al-Hayat : Results of Fieldwork in 2008- 2009, dans Libyan Studies, XL, 2009, p. 155-170, 19 fig., 1 tabl. Plus de 600 gravures rupestres et inscriptions en tifinagh ont été reconnues au long du Wadi al-Hayat, au bord septentrional du massif du Messak. Elles ont été réalisées au cours d’un long laps de temps, depuis la phase ancienne de la culture pastorale jusqu’à la période dite post-garamantique (5500 av. n. è. – 1100 de n. è.). La répartition des gravures selon les critères stylistiques et topographiques contribue à éclairer les peuplements, les mouvements de populations, les rapports entre nomades et sédentaires. Enfin, les motifs figurés sur des stèles et des tables d’offrandes conservées au Musée de Germa sont également décrits. (23) Roman Inscriptions of Tripolitania, édit. Bodard G. et Reynolds J., nouvelles trad. de J. Reynolds, 2009, est un site internet (http://inslib.kcl.ac.uk/​irt2009/​) qui réunit le matériel du recueil de 1952 et de son supplément de 1955, ainsi que de très nombreuses photographies issues des archives de Ward Perkins à la British School of Rome. On peut consulter les inscriptions à partir de plusieurs entrées (lieux, dates, catégories, types de monuments, numéros des textes) ; des index et des liens menant à des cartes complètent cette très heureuse initiative qui remplacera les deux ouvrages « papier ». (24) Eck W. et Pangerl A., Neue Diplome für Moesia (Moesia, Moesia inferior und Moesia superior), dans Chiron, XXXIX, 2009, p. 505-589, mentionnent l’ala I Flavia des Gétules, deux cohortes, la I Flavia et la II Flavia de Numides, et un préfet lepcitain anonyme. La numismatique est représentée par deux titres. Le premier est un livre magnifiquement illustré, (25) Les monnaies de l’Antiquité. Splendeurs et témoignages, édit. Bendenoun M.-M., Genève, 2009, 339 p., ill., où l’on trouvera quelques photos de monnaies de Carthage, p. 150, des royaumes masaesyles, p. 151 et de Juba II, p. 152. Le second est plus érudit. (26) Depeyrot G., Les trésors et les invasions. Les enfouissements d’or et d’orfèvrerie de 379 à 491. III. Le bassin méditerranéen (Moneta, XLXXXVII), Wetteren, 2009, 376 p., ill. L’étude récapitule les trouvailles publiées dans ce créneau chronologique, l’Afrique est présente aux p. 225-285. On compte cinq trésors en Algérie, deux à Cherchell, l’un composé de 110 sous d’Honorius, l’autre de 44 sous qui vont de Théodose II à Basilisque, 18 sous, à Takembrit, d’Honorius à Zénon, 2 sous d’Honorius à Tobna et un trésor d’orfèvrerie à Tenès datant de la seconde moitié du Ve s. En Tunisie, à Carthage, on trouve quatre sous d’Honorius à Théodose II, un trésor d’orfèvrerie, 1646 sous, un semis et un miliarensis de Valentinien I à Honorius ; en Libye, quinze sous de Théodose II et Valentinien III à Tripoli. Chaque description est précédée de la bibliographie afférente.

4L’archéologie a donné lieu à plusieurs études remarquables. Mais nous verrons d’abord des titres plus généraux, qui nous entrainent un peu loin de l’Afrique, en Orient puis en Occident. (27) Hachlili R., Ancient Mosaic Pavements. Themes, Issues and Trends, Leyde, 2009, XXVIII-320 p., ill., XII pl. Cette synthèse très bien illustrée s’attache à l’iconographie musivale des édifices religieux (églises et synagogues) et civils (publics et privés) du Levant (Israël, Gaza, Petra, Jordanie), de l’époque hellénistique au VIIIe s. de notre ère. Quelques documents africains y sont présentés aussi, repérables à partir de l’index (Carthage, Sabratha, Zliten). (28) Jorio St., Modelli gallici e africani nelle produzioni di epoca tarda in Lombardia. Alcuni esempi, dans Sites de production, p. 481-488 et discussion p. 488, 4 fig., 2 pl., attire l’attention sur une production de sigillée claire s’inspirant de modèles d’Afrique du Nord, de Gaule centrale et de la vallée du Rhône. Les argiles proviennent de la moyenne vallée du Pô. Cette étude appartient aux Actes d’un colloque où l’on ne devait pas voir abonder les allusions aux productions africaines, étant donné le thème qui portait sur la province de Germanie Supérieure. (29) Sites de production et de consommation dans le Rhin supérieur. Sites militaires, sites civils : échanges, influences et contrastes entre Strasbourg et Windisch. Actualité des recherches céramiques. Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule. Actes du congrès de Colmar, 21-24 mai 2009, Marseille, 2009, 824 p., ill. Toutefois quelques contributions à l’actualité des recherches figureront bien ici (voir Benquet, Jorio, Marty, Valente). Le titre suivant nous ramène en Afrique. (30) Vauchez A., Rapport sur les activités de l’École française de Rome, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2009, 4, p. 1451-1467, signale la parution du volume Haïdra III (dans ce volume, n° 60) et l’activité des chantiers de l’École conclus en partenariat avec les autorités locales en Tunisie et au Maroc. Voyons à présent deux vastes enquêtes, l’une sur l’ensemble de l’Afrique du Nord, l’autre sur la Proconsulaire. (31) Lazzarini L., The distribution and re-use of the most important coloured marbles in the provinces of the Roman Empire, dans Marbres et autres roches de la Méditerranée antique, Actes du VIIIe colloque international de l’ASMOIA, Thasos, 15-20 sept. 2003, édit. Maniatis Y., Paris, 2009, p. 459-484, cartes localisant les carrières et les sites d’usage primaire et secondaire pour chaque marbre envisagé. Cet intéressant travail se fonde sur une base de données de plus de 6000 occurrences et d’environ 400 sites. En Afrique du Nord (p. 462 et fig. 7-8), deux marbres, le marmor numidicum et l’alabastro a pecorello, ont connu une très large distribution : le premier est l’un des marbres favoris des Romains, utilisé autant que le porphyre, aussi bien en Occident qu’en Orient, dans les bâtiments publics et privés ; le second a connu une moindre faveur (en Italie surtout). La plupart des marbres issus des autres régions ont été utilisés en Afrique. Le travail d’enquête se poursuit et donnera lieu à des compléments. (32) De Vos M., Caratteristiche della costruzione degli impianti produttivi rurali nell’Africa Proconsularis, dans Arqueología de la construcción I., Mérida, 2008, p. 269-284, conclut que les établissements ruraux en Afrique Proconsulaire furent construits avec des matériaux et des techniques de qualité. Elle évoque les sites de l’ensemble de la province, où prédominent cependant les données provenant des environs de Thugga. Les nouveautés archéologiques, présentées d’est en ouest, sont marquées en Libye par les prospections de l’opération Desert Migrations Projects, qui se poursuivent. (33) Mattingly D., Lahr M., Wilson A. et alii, DMPV : Investigations in 2009 of Cemeteries and Related Sites on the West Side of the Taqallit Promontory, dans Libyan Studies, XL, 2009, p. 95-131, 17 fig., 4 tabl. La zone du promontoire de Taqallit, à une vingtaine de km à l’ouest de Djerma, est occupée par de nombreuses nécropoles. Les archéologues ont fouillé vingt-deux tombes en pierre et onze en briques crues, et effectué un relevé de plus de 2100 inhumations. Ces cimetières s’étendent de 1000 av. n. è. à 700 de n. è., et en particulier des Ier-Ve s., comme en témoignent les céramiques qui constituent l’essentiel du mobilier funéraire. Plusieurs foggaras ont également fait l’objet d’observations. (34) Mirazón Lahr M. et alii, DMPVI : Preliminary Results from 2009 Fieldwork on the Human Prehistory of the Libyan Sahara, ibidem, p. 133-153, 28 fig., 1 tabl. Les recherches consacrées aux routes de passage se sont poursuivies par le relevé des traces de présence humaine le long des wadis qui traversent le massif du Messak Sattafat du nord au sud, de part et d’autre de la route Jarma-Barjuj. Toutes les phases préhistoriques et historiques sont attestées, preuve d’une utilisation tout au long de plus d’un million d’années. Quelques sites ont été fouillés. (35) Moussa F., DMP VII. Style, symbolism and cultural identity in the Wadi al-Hayat : résults of fieldwork in 2008 and 2009, ibidem, p. 155-170, 19 fig., conclusion de Barnett T. Ce projet, commencé en 2004, a pour objectif d’effectuer un repérage systématique des 160 km du wadi, centré sur le site garamantique de Jarma/Djerma. Environ 600 gravures rupestres ont été enregistrées, de la période pastorale à la période post-garamantique : la mission de 2008-2009 a établi une relation entre ces gravures et des aires de passages, de migrations à travers le wadi ; en même temps, elle s’est intéressée à une nécropole de même époque. (36) Drake N.A. et alii, DMP VIII : Palaeohydrology and Palaeoenvironnement, ibidem, p. 171-178, 6 fig., font le point sur les changements climatiques que l’étude des dépôts sédimentaires du lac Megafazzan, du Wadi al-Hayat et de la mer de sable d’Ubari mettent en évidence. Sabratha a donné lieu à deux titres. (37) Conticello B., Saggi di scavo, note e suggerimenti di lettura della insula 11 della regio VI di Sabratha, dans Quaderni di archeologia della Libya, XX, 2009, p. 119-157, 31 ill. et plans, rés. en arabe, a l’intention de publier les recherches effectuées à Sabratha dans les années 1964-1968, dans le quartier d’habitations situé à l’extrémité méridionale de la cité antique. Il présente l’implantation de la zone dans le tissu urbain puis en décrit les éléments constitutifs : le portique monumental et les maisons par blocs successifs. Deux appendices présentent le matériel trouvé dans les fouilles. Une belle enquête a porté, dans cette même cité, sur un monument remarquable, (38) Mausoleo (Il -) punico-ellenistico B di Sabratha, dans Quaderni di Archeologia della Libya, XX, 2009, p. 5-116, 39 fig., 40 ill. (39) Di Vita A., Il mausoleo punico-ellenistico B di Sabratha : Presentazione, ibidem, p. 7-10, ill., rés. en arabe, évoque les circonstances dans lesquelles il vit ce mausolée pour la première fois en 1962 et le développement des recherches à son sujet. (40) Bessi B., Il mausoleo punico-ellenistico B di Sabratha : le stratigrafie e i materiali delle fasi ellenistiche e proto-romane, ibidem, p. 11-91, 39 ill. et plans, rés. en arabe. Les phases de construction du mausolée et de son espace environnant sont d’abord présentées : édification du tombeau et nivellement du sol environnant dans les premières décennies du IIe s. av. J-C. ; modifications successives du monument en relation avec l’évolution urbanistique du contexte, d’abord dans les années 80-60, puis à l’époque tardo-augustéenne, quand la zone perd définitivement son caractère funéraire et est englobée dans les habitations. Suit le catalogue des céramiques, des lampes et des amphores. (41) Manfredi L.I., Il mausoleo punico-ellenistico B di Sabratha : monete puniche da Sabratha, ibidem, p. 93-116 ill., rés. en arabe, publie les trente-quatre monnaies trouvées dans la zone du mausolée et six autres provenant d’autres parties de la ville. Il s’agit d’émissions de Carthage, de Sabratha, d’Oea, mais aussi de monnaies numides (n° 23-25), datées entre le milieu du IVe s. av. J.-C. et le début du principat ; les dernières émissions sont locales, de l’époque néo-punique, de Sabratha et Oea. La Tunisie se distingue aussi par un projet d’envergure. (42) An Island through Time : Jerba Studies, 1. The Punic and Roman Periods, édit. Fentress E., Drine A., Holod R. et alii, Portsmouth (RI) (Journal of Roman Studies. Supplement, 71), 2009, 363 p., 245 fig., 11 ill. coul. Cet ouvrage est le résultat d’un projet qui associa pendant cinq ans l’American Academy in Rome, l’Université de Pennsylvanie et l’INP de Tunis. Il avait pour objet d’étudier l’histoire de l’île à partir de son matériel archéologique, depuis la préhistoire jusqu’au Haut Moyen Âge, avant l’arrivée des Arabes. Les chapitres sont tous rédigés ou traduits en anglais, à l’exception du ch. 9 (voir N. Ferchiou, n° 48). Une partie introductive (p. 15-70), dont les sections sont dues à (43) Fentress E., Holod R., Frachetti M., Brown K. et Drine A., présente la méthodologie, les sources et la géographie. Dans la partie suivante, qui porte sur Jerba aux époques classique et punique, (44) Fentress E. dresse, p. 72, un bref panorama de la période (sans que l’on comprenne bien ce qui est désigné par « époque classique ») puis (45) Ead. s’intéresse aux villes et aux ports (p. 75-86), (46) Fentress E. et Fontana S., aux paysages de la production (p. 87-95), (47) Aït Kaci A., Drine A. et Ben Tahar S., au paysage sacré (p. 97- 106), enfin (48) Ferchiou N., Recherches sur le mausolée hellénistique d’Hinshır Burgu, ibidem, p. 107-128. La section 3, Roman Jerba, comporte elle aussi un chapitre consacré aux villes et aux ports, par (49) Fentress E., Drine A., Morton T. et Ghalia T. (p. 131- 176), un autre aux ressources en eau (aqueducs et citernes), dû à (50) Wilson A. (p. 177- 188) ; puis les deux suivants concernent l’un le paysage rural et l’économie, (51) Fentress E. et Fontana S. (p. 189-206), l’autre les forts, (52) Fentress E., p. 201-206, enfin (53) Ead. a rédigé les conclusions (p. 207-210). La section 4, The Data (p. 212-347), réunit (54) Aït Kaci et alii : elle propose des comptes-rendus détaillés des fouilles qui se sont déroulées à Meninx pendant le projet ainsi que des synthèses sur la céramique et des matériels divers (fragments d’inscriptions, de meules, ostraka dont certains sont inscrits en grec, vestiges fauniques). Viennent à présent Carthage et des sites de l’intérieur. (55) Niemeyer H.G., Docter R.F. et Schmidt K., Die Hamburger Grabung unter dem Decumanus von Karthago, dans Phönizisches und punisches Städtewesen, p. 171-178, 7 fig., rés. all., angl., fr., p. 177-178, font le bilan du quartier urbain punique situé sous le decumanus maximus de Carthage : un quartier résidentiel bâti entre les années 750 av. J.-C. et le premier quart du IIe s. av. J.-C. (56) Rossiter J.J., The « neighboured baths » of Roman Carthage : a review of the evidence from old and new excavations, including the brickstamps, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 177-197, 7 fig. L’a. présente un nouveau bilan (trente ans après le précédent) sur les thermes de Carthage, avec une mise à jour. Ce bilan est fondé sur les acquis anciens et récents des fouilles, les références textuelles et les marques sur briques. Une vingtaine de bains de proximité sont identifiés et catalogués. La datation d’un certain nombre d’entre eux est assurée par les briques. Y figurent aussi des informations sur des bains découverts antérieurement et non publiés, ainsi qu’une carte de répartition des bains dans la cité. (57) Scavi archeologici ad Uthina (2001-2007). Rapporto preliminare dell’attività di ricerca dell’Institut National du Patrimoine di Tunisi e dell’Università di Cagliari, Italia. 2. Lo scavo e le ricerche in corso, Fouilles archéologiques à Uthina (2001-2007). Rapport préliminaire de l’activité de recherche de l’Institut National du Patrimoine de Tunis et de l’Université de Cagliari, Italie. 2. La fouille et les recherches en cours, édit. Sotgiu G., Ben Hassen H. et Corda A.M., Cagliari-Tunis, 2007, p. VII-XVI et 209-514, ill., plans. Ce rapport fait suite à une première publication (B.A.A.A., XXXVI, 2002, n° 356). Ce site exceptionnel sert à former de jeunes archéologues ; les fouilles en cours permettront en plus d’organiser un circuit pour les visiteurs à venir. Dans une première section sont étudiés les matériaux de construction ; l’enquête porte sur les pierres et les mortiers et elle doit beaucoup aux sciences dites exactes (physique et chimie), ainsi qu’à Caton et Pline l’Ancien. La deuxième section est consacrée à la céramique, placée dans son contexte archéologique puis traitée de la même manière. La troisième section étudie les marbres, dont beaucoup ont été importés de Grèce et d’Asie Mineure. L’iconographie est abondante et de qualité ; les bibliographies, réparties par articles, rendront de grands services aux archéologues. (58) Sanmartí J., Kallala N., Belarte M.C. et Ramon J., Evolució sociocultural a l’Àfrica preromana. El projecte de recerca a la ciutat númida i romana d’Althiburos, dans Auriga, LVII, 2009, p. 5-6, donnent une brève synthèse des principes méthodologiques et des résultats des fouilles à Althiburos effectuées depuis 2006. (59) Ben Ouezdou H. et Trousset P., Aménagements hydrauliques dans le sud-est tunisien, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 1-18, 9 fig. Deux types d’aménagements des eaux de ruissellement ont été étudiés dans la région : les jessour, petits barrages construits transversalement à l’écoulement, et les barrages de dérivation des eaux de crues. Un déversoir central ou latéral permet à une partie des eaux de s’écouler. Ces aménagements concernent la région montagneuse de Matmata comme la plaine de la Jeffara et s’étendent jusqu’aux franges du désert. Datant de l’Antiquité, ils sont restés en usage jusqu’à aujourd’hui et supposent une organisation collective. Développés à l’époque romaine, ils témoignent d’une mise en valeur selon des techniques autochtones. Et nous achevons cette section des sources par un très bel ouvrage, issu lui-même d’une très belle recherche. (60) Haïdra III. Recherches archéologiques à Haïdra III, édit. Baratte Fr., Bejaoui F. et Ben Abdallah Z., Rome (Collection de l’École Française de Rome, 18/3), 2009, XV-338 p., 306 fig. Voici le troisième volume (après ceux de 1976, Miscellanea 1, et de 1999, Miscellanea 2) consacré aux résultats des fouilles menées par une équipe tuniso-française, sur le site d’Haïdra, et tout aussi complet et important que les précédents. C’est en voulant poursuivre les travaux sur la citadelle byzantine que les chercheurs ont découvert la septième église connue d’Ammaedara, d’époque byzantine : cet édifice ainsi qu’une partie du quartier où elle s’insérait, et qui a été fouillé aussi, permettent de comprendre les transformations profondes que subit le paysage urbain, à cette époque, dans son architecture et dans sa topographie. Le livre rassemble aussi d’autres études : celle du marché, sans doute aménagé dans le courant du IIe s., qui bordait ce qui était peut-être le Capitole, et celle d’un petit édifice énigmatique, un « monument à auges », daté des IVe-Ve siècles, dont il existe un autre exemple (plus grand) à Ammaedara et d’autres dans la région de Théveste ; enfin la publication des inscriptions païennes découvertes en remploi au cours des campagnes de fouilles y occupe la dernière section de l’ouvrage. La première partie est le fruit collectif de (61) Baratte Fr., Béjaoui F., Decruck H., Fourmond C., Golvin J.-Cl., Jacquest H., Jouanneau M. et Mensard C., La basilique VII, ibidem, p. 3-87, ill. On y trouvera (62) Baratte Fr., Introduction, p. 3-5, (63) Baratte Fr., Fourmond C., Golvin J.-Cl. et Jacquest H., Description – Restitution I. Le plan, p. 5-26, fig. 7-28 ; (64) Id, Description – Restitution II. L’élévation, p. 27-38, fig. 29-43 ; (65) Golvin J.-Cl., Description – Restitution III. La restitution architecturale, p. 39-52, fig. 44-57, 3 tabl. ; (66) Baratte Fr. et Jacquest H., Description – Restitution IV. L’espace en façade de l’église, p. 53-72, fig. 58-78 ; (67) Baratte Fr., Decruck H., Fourmond C., Jacquest H., Mesnard C. et Platon V., Description – Restitution V. L’église et la ville. Les constructions autour de l’église, p. 73-87, fig. 79-90. Puis vient une partie intitulée Interprétations, avec (68) Baratte Fr., Fourmond C. et Jacquest H., Interprétation VI. Chronologie relative de l’église, p. 89-96, fig. 90 bis-92 ; (69) Id., Interprétation VII. La basilique VII et ses caractéristiques architecturales et liturgiques, p. 97-108, fig. 92 bis ; (70) Fourmond C., Interprétation VIII. La basilique VII et les églises d’Ammaedara, p. 109-128, fig. 93-94 ; (71) Baratte Fr., Interprétation. Conclusion générale, p. 129-130, et enfin (72) id., Les inscriptions chrétiennes découvertes dans la basilique VII, p. 131-155, fig. 95-116. Suit une partie consacrée au catalogue du matériel mis au jour lors des fouilles, avec (73) Baratte Fr., Fourmond C. et Jacquest H., Catalogue du matériel découvert dans la basilique VII. Le mobilier en pierre, p. 157-170, fig. 117-129 ; (74) Jacquest H., Catalogue du matériel découvert dans la basilique VII. Les objets en verre, p. 171-175, fig. 130-133 ; (75) Baratte Fr., Catalogue du matériel découvert dans la basilique VII. La plaque d’ivoire, p. 176-178, fig. 134 ; (76) id., Catalogue du matériel découvert dans la basilique VII. Le mobilier en bronze, p. 179-180, fig. 135 ; (77) Jacquest H., Catalogue du matériel découvert dans la basilique VII. Les céramiques du site de la basilique VII, p. 181-199, fig. 136-150. La partie suivante porte sur le petit monument à auges, (78) Golvin J.-Cl., Séry-Metay M. et Baratte Fr., Le petit monument à auges, p. 201-259, fig. 151-219, 6 [en réalité 5] tabl., avec (79) Baratte Fr., Introduction, p. 201-208, fig. 151-155 ; (80) Golvin J.-Cl., I. Le site et le monument, p. 209-212, fig. 156-159 ; (81) Id., II. Composition générale du plan, p. 213-216, fig. 157 et 160-164 ; (82) Id., III. L’édifice en élévation, p. 217-243, fig. 165-208, tabl. 1-4 ; (83) Id., IV. La technique de construction des murs, p. 244-246, fig. 209 ; (84) Id., V. Étude comparative du plan des monuments à auges, p. 247-250, fig. 210, tabl. 6 [en réalité : 5] propose d’identifier ce type de bâtiments à des édifices publics en relation avec le prélèvement des impôts ou toute autre fonction fiscale ou de perception ; (85) Séry-Metay M., avec la collab. de Baratte Fr., VI. La fouille du monument, p. 251- 259, fig. 211-219 ; Golvin J.-Cl., Annexe. L’édifice rectangulaire, p. 256-259, fig. 216-219. La cinquième partie de l’ouvrage couvre le marché, (86) Bejaoui F., Le secteur du marché, p. 262-281, fig. 220-247. Enfin, (87) Benzina Ben Abdallah Z., Inventaire des inscriptions païennes découvertes lors des fouilles franco-tunisiennes (1994-2004), p. 283-323, fig. 248- 306, présente et étudie 58 textes découverts dans la citadelle et dans ses abords, tous des funéraires sauf cinq : n° 2 (apotropaïque avec la gravure d’un phallus), n° 10 (donne le nom d’un nouveau légat d’Auguste propréteur de la légion III Auguste, Q. Axi[us…?]) ; les deux premières marques sur briques mentionnant la légion III Auguste, aux nos 15 et 16 ; enfin le n° 29 (et non 28 indiqué p. 285) est une colonne milliaire datée de 217. Nous passons désormais en Algérie. (88) Antonelli F., Lazzarini L., Cancelliere S. et Dessandier D., Minero-Petrographic and Geochemical Characterization of ‘greco scritto’ Marble from Cap de Garde, near Hippo Regius (Annaba, Algeria), dans Archaeometry, LI, 3, 2009, p. 351-365, 8 fig., 2 tabl. La comparaison entre les analyses d’échantillons provenant du Cap de Garde et celles de différents sites d’Afrique du Nord (Volubilis, Hippo Regius, Cuicul, Utique, Carthage et Cyrène) confirme qu’outre la carrière du Cap de Garde, plusieurs autres, dans la région d’Annaba aussi, ont livré ce type de marbre. (89) Chaid-Saoudi Y., Dellys, un peu d’histoire, dans Athar, VIII, 2009, p. 3-9. On trouve beaucoup d’éléments dans ce court article, et tous ne concernent pas l’Antiquité ; il fait surtout référence à des découvertes récentes, dues à des pluies diluviennes. (90) Djerrab A. et Guichard P., Le massif du Dyr et la plaine d’El-Méridj : grands traits de la géographie physique et richesse archéologique, dans Aouras, V, 2009, p. 147-165, 11 fig. Comme l’indique le titre, il s’agit ici d’un bilan fait par les deux chercheurs sur ce massif qui forme la bordure nord d’une unité géographique et humaine, sans doute centrée sur un affluent de l’oued Mellègue. Cette zone s’est sans doute trouvée au IIe s. en territoire musulame, à la limite des provinces romaines de Numidie, Byzacène et Proconsulaire. Il faudra aussi reconsidérer le matériel. Au Maroc, plusieurs sites ont, cette année, donné des résultats intéressants, en particulier Thamusida. (91) Sáez Romero A.M., Bustamante Álvarez M., Bernal Casasola D. et Lorenzo Martínez L., Excavando en la orilla africana del estrecho. Síntesis estratigráfica de la actuación arqueológica preventiva en la plaza de África núm. 3 (Ceuta), dans Tabona, XVI, 2008, p. 111-130, présentent la séquence stratigraphique de cette fouille de Ceuta, dans laquelle très peu d’éléments sont attribuables à la période romaine. Ils appartiennent en majorité aux époques médiévale et moderne. (92) Bernal Casasola D. et alii, El olpe de Tamuda y la posible producción de cerámicas bruñidas bajoimperiales en Tingitana, dans Boletín Ex Officina Hispana, n° 1, 2009, p. 10- 12. Les trois auteurs de cette courte notice décrivent une jarre (olpé) d’une capacité approximative de 4 l., qui pourrait dater du IVe siècle ap. J.-C. Des graffites après cuisson, occupent la plus grande partie de la surface (cavalier avec une inscription Tingitan et na/ma, phallus, étoile, etc…). Les a. proposent à titre d’hypothèse une fabrication dans les ateliers (inédits) de Dar Aseqfan (Alcazarseguer, Maroc). (93) Gozalbes Cravioto E., La frontera militar de Tamuda (Mauretania Tingitana), dans Limes XX, p. 1573-1583, 1 fig. Après avoir rappelé l’historique des découvertes et de leur interprétation, l’a. émet l’avis que le castellum a été érigé sous le règne d’Hadrien lors d’un redéploiement du dispositif militaire de Tingitane hérité de la période précédente. Il est de dimensions similaires à celles des autres castella recensés en Tingitane, ca 91/92 x 98/99 m. Ses bâtisseurs ont utilisé des matériaux de la construction maurétanienne ancienne. Il a été remanié à l’époque de Gordien III. (94) Bridoux V., Kbiri Alaoui M. et Kermorvant A., Kouass (Asilah, Maroc), dans Mélanges de l’École française de Rome, 121, 1, 2009, p. 340- 350, ill., cartes, plans. Une mission prospective, dans le cadre d’une convention entre l’ÉFR et l’INSAP de Rabat, s’est déroulée sur le site de Kouass : fouillé dans les années 1960, il reste méconnu alors même qu’il s’agit de l’un des établissements les plus importants entre Tanger et Lixus (VIe s. av. J.-C.-début de l’époque islamique). Le compte-rendu décrit l’implantation des vestiges, dresse l’état des connaissances et de la documentation qui se répartit sur quatre secteurs définis jadis par M. Ponsich : un atelier de potiers (?) et un camp préromain, un aqueduc et des usines de salaisons d’époque romaine. Les résultats préliminaires de la prospection ont permis la mise en place d’un programme quadriennal de recherche qui a débuté en 2009 (à l’initiative de l’UMR 8546 du CNRS et de l’INSAP) : il a pour objectif la préservation du site et la réalisation de fouilles. (95) Antonelli F., Lazzarini L., Cancelliere S., Dessandier D., Volubilis (Meknes, Morocco) : Archaeometric Study of the White and Coloured Marbles imported in the Roman Age, dans Journal of Cultural Heritage, X, 2009, p. 116-123,13 fig., 2 tabl. Les marbres colorés sont d’origine grecque, à l’exception d’un rose pâle, dit « rose portugais », exploité près de Vilaviçosa et dont la présence était, jusqu’ici, limitée à la péninsule Ibérique. Les marbres blancs proviennent de Carrare (Lunense), du Pentélique, de Paros (Lakoi), de Proconèse (île de Marmara) ; on note, en outre, une variété dolomitique de Thasien, un marbre indéterminé d’origine locale ainsi qu’une variante de « greco scritto » extrait d’une carrière inconnue. Le site de Thamusida a été l’objet d’une synthèse et d’un article plus thématique. (96) Sidi Ali ben Ahmed-Thamusida. 2 L’archeometria, édit. Gliozzo E., Turbanti Memmi I., Akerraz A. et Papi E., Rome, 2009, XIII-276 p., ill., appendices p. 269-276. Ce second volume, qui publie les nouvelles fouilles du site de Thamusida (pour le premier volume, voir B.A.A.A., XLII, 2008, n° 669-681), est à dimension très « scientifique ». Outre les éditeurs, il a mobilisé plusieurs chercheurs, Santagostino Barbone A., Damiani D., Giogetti G., Purugini D., Poli G., Dallai L., Camporeale St., Cavari F., Cerri D. et Foresi L.M., dont les contributions se répartissent en deux grandes parties : La Partie I, Il territorio e le materie prime, p. 3-58, présente le paysage puis les caractéristiques géomorphologiques et géologiques des trois domaines structurels du Maroc ; la Partie II, I reperti, p. 59-250, examine la documentation archéologique et fournit les résultats des analyses micropaléontologiques. Il s’agit de la première approche archéologique systématique de la culture matérielle d’un centre romain. (97) Akerraz A., El Khayari A. et Papi E., L’habitat maurétano-punique de Sidi Ali Ben Ahmed-Thamusida (Maroc), dans Phönizisches und punisches Städtewesen, p. 147-170, 18 fig., rés. all., angl, fr. p. 169-170. L’habitat de ce site, fondé (comme d’autres sites atlantiques) fin VIe-début Ve s., dans un environnement naturel favorable, répondait à l’accroissement des marchés en relation avec les colonies phéniciennes de Gadès, de Lixus et d’autres « comptoirs ». L’agglomération connut son essor à l’époque des derniers royaumes africains (Ier s. av. J.- C.-Ier s. ap. J.-C.), avec la construction d’une aire fortifiée de 15 ha et celle de nouveaux quartiers destinés à la production, à la commercialisation et à l’habitat. Les importations d’Italie parvenaient par l’intermédiaire de Gadès.

Bibliographie

5Dans cette rubrique prendront place les ouvrages bibliographiques d’intérêt général, les dictionnaires et les encyclopédies spécialisées, les études sur le patrimoine puis l’historiographie ainsi que les notices biographiques à propos de nos prédécesseurs et des savants qui nous ont quittés récemment.

6Nous nous référons tout d’abord, à notre habitude, à (98) L’Année philologique, LXXX, 2009, 2150 p. et au (99) Bulletin analytique d’Histoire romaine, XIV, 2009, 470 p., qui ont été dépouillés, tandis que le (100) Bulletin épigraphique, édit. Dubois L., Sève M., Feyel Chr. et alii, dans Revue des Études grecques, 122, 2, 2009, p. 391-587, signale au n° 260 l’article de Mackil (B.A.A.A., XLII, 2008, n° 388). Mais il faut également se reporter à d’autres bibliographies plus spécialisées : ainsi pour le christianisme, (101) Chapot Fr. et alii, Chronica Tertullianea et Cyprianea 2007, dans Revue d’Études augustiniennes et patristiques, LV, 2, 2009, p. 315-364 et (102) Ribreau M., Salamito J.-M. et alii, Bulletin augustinien pour 2008/2009 et compléments d’années antérieures, ibidem, p. 329-379 ; pour les mosaïques, (103) Bulletin de l’A.I.E.M.A., XXI, 2009, Bibliographie 2005-2007, compléments des années antérieures, comptes-rendus de publications, 2009, 518 p. On consultera avec profit les généralités et la rubrique des comptes-rendus. La recension de l’Algérie se trouve aux p. 176-178, celle de la Libye, p. 362, du Maroc, p. 362-363, et de la Tunisie, p. 389-400. (104) Debergh J., Quelques publications relatives à l’Aurès parues en 2005 et 2006, dans Aouras V, 2009, p. 397-403, a fait une sélection d’ouvrages et d’articles concernant les cités de l’Aurès ou de la région. Tous ont été recensés dans les volumes de la B.A.A.A. Plusieurs dictionnaires et encyclopédies peuvent être utiles. (105) Brill’s New Pauly : encyclopaedia of the ancient world. Antiquity. Vol. 14, SYM-TUB, édit. Cancik H., Schneider H. et Salazar C., Leyde-Boston, 2009, LVII-996 col., ill., cartes, plan, et (106) Brill’s New Pauly : encyclopaedia of the ancient world. Antiquity. Vol. 15, TUC-ZY et addenda, édit. Cancik H. et Schneider H., Leyde, 2009, LVI-1050 col., ill., cartes, plan, index. Ces ouvrages de référence sont les versions anglaises des éditions précédentes en allemand. S’y ajoutent des compléments bibliographiques dans l’introduction. (107) Brill’s New Pauly : encyclopaedia of the ancient world. Classical tradition. Vol. IV, OLY-RUL, édit. Landfester M., Cancik H., Schneider H. et Gentry F.G., Leyde-Boston, 2009, LIV p., 1 308 col., ill., cartes. (108) Brill’s New Pauly : encyclopaedia of the ancient world. Classical tradition. Vol. IV, RUS-ZOR, édit. Landfester M., Cancik H., Schneider H. et Gentry F.G., Leyde-Boston, 2009, LIV-1198 col., ill., cartes. (109) Brill’New Pauly. Supplements, II. Dictionary of Greek and Latin authors and texts, édit. Landfester M., collab. Egger B., Jerke T. et Dallman V., Leyde-Boston, 2009, X-694 p., poursuit le même but, car c’est la traduction anglaise de l’édition allemande de cet ouvrage (Der neue Pauly. Supplemente. Band 2, Geschichte der antiken Texte : Autoren- und Werklexikon). Nous retenons cette année aussi le (110) Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, XXX, 177-178a, Lashom-Laval, édit. Aubert R., Paris, 2008, col. 769-1151. S’y trouvent les notices de (111) Lancel S., sur Latonius, primat de Byzacène au moment de la conférence de 411 (col. 842) et (112) Id., sur un Laurentius déposant des reliques de son saint patron à Sitifis en 452 (col. 1090) ; d’ (113) Aubert R., (col. 2007-2008) sur le martyr africain Laurentinus. Douze personnages sont cités dans l’Antiquité chrétienne sous le nom de Laurentius/Laurent, dont deux martyrs africains, et l’a. renvoie à une publication à venir sur un Martial ; de (114) Lancel S., à propos d’un évêque d’Icosium, un des trois évêques de Maurétanie Césarienne présents au concile de Carthage en 419 (col. 1033). La muséographie et le patrimoine n’ont guère intéressé cette année, avec un seul titre. (115) Parodi Álvarez M.J., Notas sobre la organización administrativa de las estructuras de gestión del Patrimonio Arqueológico en el Marruecos Septentrional durante el Protectorado (1912-1956), dans Herakleion, II, 2009, p. 117-141, réalise une synthèse sur la création des institutions chargées de la conservation du patrimoine dans le protectorat espagnol, en s’intéressant particulièrement au travail de Pelayo Quintero. Cet article complète les travaux publiés en 2008 (B.A.A.A., XLII, 2008, nos 271 et 272).

7L’historiographie est désormais un domaine de recherches qui suscite un grand intérêt, en particulier la période coloniale. Évoquons tout d’abord un colloque organisé en l’honneur d’un grand épigraphiste, (116) Hermann Dessau (1856-1931). Zum 150. Geburtstag des Berliner Althistorikers und Epigraphikers. Beiträge eines Kolloquiums und wissenschaftliche Korrespondenz des Jubilars, édit. Schmidt M.G., Berlin-New York, 2009, XIV-400 p., ill. fac-sim., 2 index. Si la Partie I des actes de ce colloque apporte d’intéressants éclairages sur l’apport d’H. Dessau à l’Histoire romaine, et notamment à l’élaboration du CIL, c’est la seconde section qui nous retiendra davantage : elle publie en effet une partie de la correspondance scientifique du savant et l’on utilisera les index pour trouver les correspondants français travaillant sur l’Afrique (Delattre, De La Blanchère, Cagnat, Poinssot etc.) et les lettres qui portaient sur des inscriptions africaines. Plusieurs points de vue permettent de cerner le cadre des recherches sur l’Afrique, du XIXe s. à nos jours. (117) Fumadó Ortega I., Cartago : historia de la investigación, Madrid (Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma, Serie Histórica, 5), 2009, 264 p., ill., cartes, plans, est un ouvrage qui tient à la fois du bilan archéologique et de l’examen historiographique : il se propose, en effet, de recenser et d’analyser l’évolution des fouilles sur le site de Carthage, depuis le début du XIXe s. jusqu’à nos jours. Mais c’est aussi une enquête sur le climat intellectuel et politique qui a précédé et accompagné les grandes campagnes de fouilles et qui a, de manière plus générale, présidé à la naissance de l’archéologie. (118) Leclant J., Allocution d’ouverture, dans Aouras, V, 2009, p. 11-16, rappelle que l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres a souvent joué un rôle moteur dans la mise en œuvre de recherches sur Afrique du Nord, notamment après la dissolution de la Commission d’histoire et d’archéologie d’Afrique du Nord du Comité des travaux historiques et scientifiques. (119) Leveau P., Les conditions environnementales dans le nord de l’Afrique à l’époque romaine. Contribution historiographique à l’histoire du climat et des relations homme/lieu, dans Sociétés et climats dans l’Empire romain. Pour une perspective historique et systémique de la gestion des ressources en eau dans l’Empire romain, édit. Hermon E., Naples, 2009, p. 309-348. Dans cet article lucide, l’a. étudie les raisons historiographiques pour lesquelles l’estimation du climat en Afrique du Nord a connu une inversion totale après la décolonisation : à l’époque coloniale, on considérait qu’il était relativement humide et l’on valorisait les activités hydrologiques de Rome ; par la suite, ce fut exactement le contraire. Mais du point de vue paléoclimatique, les données indiquent bien que le régime pluviométrique y était abondant et bien réparti, puis qu’à partir du IVe s., intervint un épisode plus sec. (120) Alexandropoulos J., Entre archéologie, universalité et nationalismes : le trentième congrès eucharistique international de Carthage (1930), dans Anabases, IX, 2009, p. 53-70, ill. L’archéologie a été utilisée lors des cérémonies religieuses de ce colloque autour du thème de la résurrection de l’Afrique chrétienne antique, sur trois plans : la mise en valeur du site de Carthage, les objets et images créés et utilisés pour l’occasion et les chants, prières et discours des participants. Le nationalisme français a été exalté au détriment des nationalismes tant tunisien que d’autres pays européens. Les titres suivants sont présentés dans l’ordre chronologique des savants disparus. (121) Ould-Braham O., La carrière d’Émile Masqueray, dans Aouras, V, 2009, p. 29-45. L’auteur, qui a consacré sa thèse aux questions linguistiques berbères telles que les avait abordées Masqueray, s’intéresse ici plus spécifiquement aux missions scientifiques effectuées dans l’Aurès par cet illustre savant entre 1875 et 1878. Il rédigea de nombreux rapports, restés souvent inédits. (122) Guittard Ch., Le latin d’Émile Masqueray, dans Aouras, V, 2009, p. 47-56. La thèse complémentaire qu’avait rédigée Masqueray, De Monte Aurasio, était presque introuvable. La traduire, c’est non seulement apprécier les qualités littéraires de son auteur, mais c’est aussi faire connaître un document exemplaire sur l’Aurès. (123) Dondin-Payre M., Théveste et ses thermes, le dossier de François-Maurice Allotte de la Fuÿe, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2009, p. 279-291. Le site et son histoire sont brièvement présentés. Le plus important tient à la découverte faite par un officier et publiée par lui dans le Recueil des Mémoires et notices de la Société archéologique de Constantine (1886-1887) de deux établissements thermaux. Ils étaient décorés par des mosaïques somptueuses, dont une à Fortuna Redux, qu’il faut placer au IVe siècle, sans doute au début de cette période. (124) Hue Fr., Le colonel Guénin : sa vie, ses travaux, ses archives, dans Aouras, V, 2009, p. 57-67, 9 fig. La vie de cet officier, mais surtout la période qu’il passa à Tébessa, sont évoquées par son petit-fils. Ses travaux s’inscrivent dans la droite ligne des officiers dirigeant quelques fouilles et ses archives témoignent d’une connaissance à la fois érudite et concrète des lieux. (125) Callu J.-P., De Compiègne à Tébessa : Albertini et la tablette vandale II, 6, 494, dans Aouras, V, 2009, p. 69-86. Après avoir rappelé les carrières d’Albertini et de Carcopino, l’auteur examine la correspondance entre ces deux savants au cours de l’année 1920. Le classement fait supposer que les tablettes sont apparues au mois de juillet de cette année, mais pour plusieurs raisons, elles ne seront connues qu’en 1928. Puis il revient sur la mention d’un solidus et de folles dans la tablette indiquée et conclut que les divisions politiques de l’empire n’empêchaient pas la cohérence des monnaies. (126) Gozalbes Cravioto E., La ceca mauritana de Tamuda y su identificación por Manuel Gómez Moreno, dans XIII Congreso Nacional de Numismática, p. 265-278. On doit au chercheur espagnol Manuel Gómez Moreno d’avoir identifié en 1921 les monnaies frappées par la cité de Tamuda (Tétouan), sous Bocchus I ; elles avaient été attribuées au XIXe siècle à d’autres populations. (127) Gozalbes Cravioto E. et González Ballesteros I., Pelayo Quintero Atauri y la numismática antigua, ibidem, p. 183-195, ont recueilli les témoignages de l’intérêt que D. Pelayo Quintero (1867-1946) a toujours manifesté pour la numismatique africaine, tant au cours de son étape à Uclés et Segobriga, qu’à Cadix et lors de son séjour au Maroc. (128) Forti S., Il contributo della documentazione del Fondo Caputo per la ricostruzione dell’attività archeologica italiana in Libia, dans Quaderni di archeologia della Libya, XX, 2009, p. 171-177, rés. en arabe. Giacomo Caputo (1936-1951) fut l’un des acteurs les plus importants d’une période marquée en Libye par les énormes chantiers que finança le gouvernement italien pour des raisons politiques et impérialistes à Sabratha, Oea, Leptis Magna, Ptolemaïs et Cyrène : les archives manuscrites et photographiques (environ 6600 photos) conservées à l’université de Macerata sont d’un très grand intérêt. (129) Monceaux P., Les Africains I. Les intellectuels carthaginois. Le génie africain et l’éducation classique, la vie littéraire à Carthage, édit. Ladjini Sebaï L., Carthage, 2009, 165 p., index, glossaire. Il s’agit là du premier volume de la réédition de l’œuvre de Paul Monceaux, Africains I, Les Païens : il en fournit l’introduction et la conclusion, précédées d’une présentation de l’œuvre et de son auteur. D’ores et déjà, nous informons que le second volume est paru en 2011. (130) Schubart H., In memoriam Hans Georg Niemeyer (1933-2007), dans Madrider Mitteilungen, L, 2009, p. 355-374, rappelle la carrière du savant disparu, en particulier ses travaux consacrés à l’expansion phénicienne en Occident et à Carthage ; sa bibliographie est aux pages 362- 374. (131) Duval N., In memoriam. Pierre Salama (2 janvier 1917-2 avril 2009), dans Bulletin (de l’) Association pour l’Antiquité Tardive, XVIII, 2009, p. 70-72, 1 portr., évoque la figure de P. Salama dont il parcourt la carrière. (132) Hitchner B., Colin Michael Wells (1933-2010), dans Antiquités Africaines, XLV, 2009, p. 23-24, a rédigé une biographie du personnage, et (132bis) Anonyme, Bibliographie africaine de Colin Michael Wells, ibidem, p. 25-26, énumère trente-six titres. Les derniers hommages vont à Yves Modéran, dont beaucoup regrettent la chaleur humaine et l’ampleur de vue. (133) Griesheimer M., Yves Modéran (1955-2010), dans Antiquités Africaines, XLV, 2009, p. 7-8, évoque deux moments d’amitié avec le défunt. (134) Lepelley Cl., Yves Modéran (1955-2010), ibidem, p. 9-11, fait un bilan des centres d’intérêt de ce collègue trop tôt disparu. (135) Clover F.M., Remembering Yves Modéran, ibidem, p. 12, dit en quelques mots toute son estime pour le défunt. (136) Desanges J., Yves Modéran et « l’Afrique oubliée », ibidem, p. 13-14, nous fait découvrir les liens intellectuels qui se sont tissés entre Christian Courtois et Yves Modéran, avec une bibliographie aux p. 15-17, par Jaïdi H. (137) Anonyme, Bibliographie d’Yves Modéran, ibidem, p. 18-22. La rédaction de la revue a rédigé un peu plus de trois pages, qui annoncent notamment quelques parutions.

Ouvrages et articles généraux

8Cette rubrique présente d’abord les publications ayant trait aux sources puis à l’histoire événementielle enfin à des thèmes dans lesquels l’Afrique est plus ou moins présente.

9Concernant la littérature, la période tardive est à l’honneur, mais nous nous intéresserons tout d’abord à la langue. (138) Leonhardt J., Latein, Geschichte einer Weltsprache, Munich, 2009, IX-339 p., ill., cartes, index. Le destin du latin en tant que langue universelle est examiné depuis les prémices jusqu’à nos jours. Il faudra chercher à l’index les auteurs africains. (139) Poirier M., Dum, donec, quoad, du latin classique au latin tardif : la mutation d’un système syntaxique, dans Latomus, LXVIII, 2009, 2, p. 350-372, s’attache aux acceptions de ces termes chez différents auteurs dont Cyprien, Apulée, Tertullien et Augustin (p. 361-371). (140) Bažil M., Centones christiani : métamorphoses d’une forme intertextuelle dans la poésie latine chrétienne de l’Antiquité tardive, Turnhout, 2009, 342 p., index. Dans cette technique d’écriture particulière, qui entrelace les mots, les centons virgiliens ont fait leur apparition aux deux premier siècles de n. é. avant de connaître un ample développement aux IVe et Ve s. Suivant la voie ouverte par Tertullien et Minucius Felix, mentionnés à la p. 100, Lactance fut le premier auteur chrétien à recourir systématiquement au langage virgilien (p. 102-105). (141) Black A., A world history of ancient political thought, Oxford-New York, 2009, XI-260 p., index. Dans cet ouvrage, qui plaide pour un retour aux valeurs fondamentales qui ont inspiré le passé des peuples, en particulier le souci du bien commun et non celui des biens privés, Cyprien et Augustin occupent une place minime. Plus utile pour nous, (142) A companion to Greek and Roman political thought, édit. Balot B.K, Malden (Mass.)-Oxford-Chichester, 2009, XXVIII-659 p. Aucun article n’est consacré à l’Afrique, mais on trouvera, grâce à l’index, des allusions à la constitution de Carthage ou à la pensée d’Augustin, pour lequel il faut aussi consulter les thèmes référencés dans l’index (par exemple « political order » ou « love »). Une abondante bibliographie, p. 557-619, permet de retrouver les principales sources de la réflexion qui a été menée dans cet ouvrage. Pour finir, les études générales sur la littérature chrétienne comprennent un ouvrage collectif et un article. (143) Parva pro magnis munera. Études de littérature tardo-antique et médiévale offertes à François Dolbeau par ses élèves, édit. Goullet M., Turnhout, 2009, 988 p., ill., 3 index. La diversité de ce recueil d’hommages à Fr. Dolbeau témoigne d’une recherche ouverte sur l’histoire littéraire et la théologie, sur l’Antiquité tardive et le Moyen Âge. (144) Cain A., Tertullian, Cyprian and Lactantius in Jerome’s Commentary on Galatians, dans Revue des Études augustiniennes et patristiques, LV, 1, 2009, p. 23-51, détecte dans cette œuvre de Jérôme l’influence indirecte de ces trois Pères de l’Église, aussi bien leur style que leur réflexion, à côté des modèles grecs que cite Jérôme.

10On trouvera en épigraphie des travaux sur l’enseignement, l’armée puis les spectacles. (145) Laes Chr., Pedagogues in Latin inscriptions, dans Epigraphica, LXXI, 1-2, 2009, p. 303-325, dresse la liste de tous les pédagogues connus par les inscriptions latines : 7 sont recensés dans les provinces africaines, dont 6 en Proconsulaire-Numidie et une à Caesarea de Maurétanie ; un tableau réunit les références et les textes (p. 16 pour l’Afrique, bref commentaire p. 323). (146) Perea Yébenes S.,… In bello desideratis. Estética y percepción de la muerte del soldado romano caído en combate, dans Formae mortis : el tránsito de la vida, p. 39-88. Dans une communication consacrée au vocabulaire des inscriptions mentionnant les circonstances de la mort des militaires, l’a. évoque quelques documents africains (CIL, VIII 3050, 2975, 3275, 14603, 23295, 4416, 22899, 2980). (147) Oltean I.A., Dacian ethnic identity and the Roman Army, dans The Army and Frontiers of Rome. Papers offered to David J. Breeze on the Occasion of His Sixty-Fifth Birthday and His Retirement from Historic Scotland, édit. Hanson W.S., Portsmouth (RI) (Journal of Roman Archaeology. Supplementary Series, 74), 2009, p. 91-101, 2 fig. Dans cet article, qui étudie les mécanismes de la nouvelle identité des soldats daces, l’Afrique est à peine mentionnée, mais une carte indique les lieux où l’épigraphie y atteste la présence de Daces, de l’Afrique proconsulaire à la Maurétanie. (148) Labory N., Quelques remarques sur les listes de troupes auxiliaires de Maurétanie tingitane mentionnées dans les diplômes après 122, dans Antiquités Africaines, XLV, 2009, p. 37-50. Jusqu’en 122, les unités mentionnées dans les diplômes le sont dans l’ordre des numéros. À partir de cette année, elles sont classées géographiquement. Cette innovation permet de suivre la mise en place d’une vraie stratégie régionale. Cet article propose une carte très utile (p. 39) et une liste des ailes et des cohortes figurant sur les diplômes, dans l’ordre géographique, tout aussi précieuse (p. 44-48). Nous ajouterons qu’il faut se méfier des deux livres de Spaul (Ala et Cohors), qui sont remplis d’erreurs. (149) Le Bohec Y., Routes et armée dans l’épigraphie de l’Afrique romaine, dans Cahiers du Centre Gustave-Glotz, XX, 2009, p. 185-197 (catalogue p. 192-197). Les textes gravés sur les milliaires africains sont moins stéréotypés qu’on pourrait le penser et se répartissent en deux types (avec ou sans mention de l’unité). Sont étudiés la localisation, la chronologie, les acteurs et les travaux mentionnés. Mais bien des questions restent en suspens : qui a construit les routes, qui les a entretenues, pourquoi tant de routes sans inscriptions ? Deux cités ont fait l’objet d’une synthèse. (150) Le Bohec Y., Verecunda (Markouna) sous le Haut-Empire : le dossier épigraphique, dans Urbanisme et urbanisation, p. 199-213, 3 tabl. n. num. Le site n’a jamais été fouillé, mais a livré un corpus épigraphique qui permet d’avoir une idée de la vie municipale et sociale. Son apogée peut être fixé dans la seconde moitié du IIe-début IIIe s. ; d’abord uicus, elle accède au statut municipal peut-être sous Marc Aurèle et l’on y observe une forte présence militaire, ce qui explique le déclin de la cité après le départ de la légion de Lambèse, vers la fin du règne de Dioclétien ou au temps de Constantin. (151) Witschel Chr., La société de Timgad (Thamugadi), dans Aouras, V, 2009, p. 189-203. La documentation écrite sur la cité est presque uniquement fondée sur les inscriptions, qui permettent d’identifier ca 800 noms. Les catégories sociales sont présentées selon une hiérarchie descendante, qui est suivie par la proposition d’un modèle de cette hiérarchie sous le Haut-Empire. La séparation entre catégories supérieures et moyennes paraît clairement marquée, l’ascension sociale ne pouvait se produire que lentement, les catégories les plus modestes n’apparaissent pas et on peut sans doute distinguer une évolution en quatre phases principales. Dans une dernière partie, l’a. établit une comparaison avec l’élite du milieu du IVe s., connue grâce à l’album de Timgad dont se dégage à la fois une réelle continuité et une ouverture relative. Et nous achèverons la section des études épigraphiques avec les spectacles. (152) Lafer R., What Can the Inscriptions Tell Us about Spectacles ? The Example of the Provinces of Africa Pronconsularis and Numidia, dans Roman amphitheatres : 21st-century perspective. Papers from an international conference held at Chester 16th-18th February 2007, édit. Wilmott T., Oxford (British archaeological Reports. International series, 1946), 2009, p. 179-183, 1 fig., se livre à un bref panorama, sans grande nouveauté, sur la distribution géographique des différents spectacles mentionnés dans les inscriptions (surtout nord-est de la Numidie et nord de l’Afrique, outre Lepcis Magna et Sabratha), de leur typologie (en ordre décroissant, scéniques, athlétiques, gladiateurs, cirque) et de diverses informations sur les évergètes et les professionnels. (153) Pastor Munoz M. et Pastor Andrès H.F, La profesión de gladiator en Mauritania Tingitana, dans Florentia Iliberritana, XX, 2009, p. 171-199. À partir des combats de gladiateurs et surtout des uenationes, à l’aide d’une documentation puisée en Maurétanie mais surtout à l’extérieur de cette région, les auteurs suggèrent que les habitants du nord de l’Afrique ont contribué à rendre la profession relativement honorable. On terminera la rubrique par les femmes, qui ont toujours travaillé. (154) Benseddik N., « Manus lanis occupate… ». Femmes et métiers en Afrique, dans Antiquités Africaines, XLV, 2009, p. 103- 118. L’épigraphie privilégie les dames romanisées appartenant à la bonne société. Mais elle fait aussi connaître les métiers des plébéiennes, y compris des métiers réservés aux hommes par la tradition : grammairiennes, commerçantes, femmes d’affaires, exploitantes de grands domaines. C’est dans le milieu romanisé et aisé que se recrutaient les prêtresses et en particulier les flaminiques. L’a. reprend ici le sujet d’un article précédent, publié en allemand (B.A.A.A., XL, 2006, n° 533).

11La numismatique est mieux pourvue cette année grâce à un colloque (155) XIII Congreso Nacional de Numismática : Actas XIII Congreso Nacional de Numismática : Moneda y Arqueología, Cádiz 22-24 de octubre de 2007, édit. Arévalo González A., Cadix-Madrid, 2009, 1190 p., 1 CD-ROM. Trois articles sont en relation avec l’Afrique dans les actes de ce congrès, publié en CD, deux sur Tamuda (nos 126, 127) et un sur le détroit de Gibraltar (n° 166). Au titre de l’archéologie, mentionnons un colloque puis des études portant sur de grands monuments. (156) Phönizisches und punisches Städtewesen. Akten der internationalen Tagung in Rom vom 21. bis 23. Februar 2007, édit. Helas S., Marzoli D., Mayence (Iberia Archaeologica, 13), 2009, 544 p., ill. Ce colloque a mis en valeur la proximité qui réunissait les Phéniciens et les Puniques dans les domaines des techniques édilitaires, des fortifications et des plans des maisons ainsi que l’influence hellénistique, au-delà des spécificités régionales qui en ont infléchi les éléments fondamentaux. Le volume est réparti entre cinq chapitres régionaux, dont seul nous intéressera le troisième, consacré à l’Afrique du Nord. Le sujet des cirques est abordé par un ouvrage allemand, (157) Letzner W., Der römische Circus. Massenunterhaltung im römischen Reich, Mayence, 2009, 152 p., ill., plans. Ce bilan bien illustré sera, pour les germanophones, une introduction agréable aux circenses. La page 126 présente brièvement les sources en Afrique, avec les principales cités possédant des cirques (Cherchel, Utique, Carthage, Sousse, Leptis magna, Sétif, El Djem) ; on n’en connaît aucun en Tingitane. Deux études s’intéressent à une catégorie particulière de monuments. (158) Hugoniot Chr., Les amphithéâtres militaires en Numidie, dans Urbanisme et urbanisation, p. 218-238, fig. 38-40. Il s’agit d’amphithéâtres construits dans des camps ou à leur proximité, ce qui pose le problème de leur ouverture aux civils, surtout si l’agglomération voisine devient municipe. Cinq ont été retrouvés en Afrique, dont trois en Numidie, à Lambèse, Mesarfelta et Gemellae, et l’on peut y joindre celui de Théveste puisque la cité fut le siège de la IIIe légion Auguste de Vespasien à Trajan. L’a. présente ces monuments, tous de petite taille, les difficultés qu’ils posent et le rôle qu’ils ont joué dans la « romanisation » des soldats. (159) Sommer C.S., Amphitheatres of Auxiliary Forts on the Frontiers, ibidem, p. 47-62, 9 fig. L’étude recense tout d’abord ces édifices : pour l’Afrique, on compte en Algérie deux grands amphithéâtres proches de forts d’auxiliaires, à Gemellae et à Mesarfelta, ce dernier uniquement repéré par J. Baradez, plus une inscription attestant un amphithéâtre (le même ?) restauré par la cohors VI Commagenorum. L’a. fait ensuite le point sur leur structure puis discute leur fonction encore très hypothétique (jeux, entraînement, exécutions ?). Deux cités ont fait l’objet d’une synthèse archéologique, Leptiminus et Lixus. (160) Carr K.E., Strong Local Production in Tunisia : supplementing Bonifay from the case of Leptiminus, dans Mél. M. Bonifay, p. 105-126, 5 fig., met l’accent, à la suite de M. Bonifay, sur les particularismes locaux, ici celui de Leptiminus : vaisselle, lampes, objets de cuisine, bols, mortiers, bassines, fabriqués aux IIe et IIIe s. ; les importations de céramiques, qui commencent au IVe s., n’indiquent pas nécessairement un déclin économique, ni le contraire. Et nous terminons par le Maroc, avec un titre général et deux autres sur Lixus. (161) Lenoir É., Documents sur le contrôle et la distribution de l’eau dans le Maroc antique, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 41-83, 24 fig. L’examen des vestiges ayant trait à l’eau dans cette région montre qu’il existe de fortes disparités. Celles-ci proviennent à la fois des conditions naturelles et de phénomènes politiques et économiques difficiles à interpréter. Sur les quatre inscriptions concernant le sujet, trois mentionnent des bains et la quatrième est une dédicace aux Nymphes. (162) Aranegui Gascó C., Lixus. Paisaje, arquitectura y urbanismo (ss. VIII-I a.C.), dans Phönizisches und punisches Städtewesen, p. 133-146, 8 fig., rés. angl., all., esp. p. 145, présente les différentes phases du site, depuis le VIIIe s. jusqu’à l’époque jubéenne. (163) Aranegui Gascó C. et Mar R., Lixus (Moroco) : from a Mauretanian sanctuary to an augustan palace, dans Papers of the British School at Rome, LXII, 2009, p. 29-64, rés ital. p. 329, discutent l’interprétation traditionnelle donnée au « quartier des temples » de Lixus et en proposent une nouvelle. Les auteurs exposent les mêmes arguments que précédemment (B.A.A.A., XLII, 2008, n° 515-517). On attend que les fouilles maroco-françaises actuellement en cours viennent confirmer ces hypothèses.

12Pour l’histoire événementielle, nous suivrons naturellement la chronologie en commençant par des ouvrages très généraux. (164) Naylor Ph.C., North Africa : a history from antiquity to the present, Austin (USA), 2009, 355 p. L’ouvrage est un survol sur l’histoire de la région. Le premier chapitre résume l’histoire de l’Égypte et de Carthage (p. 16-36), le second va des guerres puniques aux Byzantins (p. 37-56). (165) Dano I., La Tunisie antique, dans Histoire antique, XLI, janvier-février 2009, p. 8-47, ill., propose, pour un très large public, un panorama soigné et fort bien illustré qui s’attache successivement à l’Aventure phénicienne, l’Urbanisme punique, Carthage et Kerkouane, l’Aventure romaine et Quelques sites remarquables de la Tunisie romaine. Carthage, en tant que membre ou héritière de l’univers phénicien, est abordée dans plusieurs publications. (166) Acquaro E. et De Vita P., Les Phéniciens. Trésors d’une civilisation ancienne, trad. Cohen L., Verceil-Paris, 2009, 207 p., ill., cartes. Ce livre s’adresse avant tout au grand public, qui sera séduit par la qualité et la richesse des illustrations et les explications rédigées par un spécialiste. Les africanistes y trouveront aussi leur compte, puisque plusieurs chapitres sont consacrés à Carthage, l’Africaine entre Orient et Occident (p. 120-139), à l’Afrique du Nord (p. 140-143, la parente pauvre du livre), et à Hannibal et la fin de la cité (p. 184-203). (167) Fenici e Cartaginesi. Una civiltà mediterranea, édit. Bondi S.F., Rome, 2009, IX-514 p., ill. en noir et en coul., plans, cartes. Les auteurs ont voulu faire un manuel pour étudiants et lecteurs intéressés par le sujet en prenant en compte les résultats des dernières investigations, comme l’atteste l’abondante bibliographie en fin d’ouvrage, p. 439-492. Après une introduction qui évoque la question des origines, la première partie est consacrée aux différentes régions qui ont fourni la documentation, et Carthage ainsi que le nord de l’Afrique, envisagé d’est en ouest, y occupent un chapitre important (p. 103-154). La deuxième partie traite de l’artisanat et de la culture matérielle, et la dernière, de questions spécifiques telles que l’écriture ou la langue. (168) Fenici e Italici, Cartagine e la Magna Grecia. Popoli a contatto, culture a confronto, Atti del Convegno Internazionale, 27 e 28 maggio 2008, édit. Intrieri M. et Ribichini S., Rivista di Studi Fenici, XXXVI, 2008, 1-2, 259 p., ill., et XXXVII, 2009, 1-2, 241 p., ill. Les deux volumes de la revue italienne ont accueilli les actes d’un colloque consacré aux relations entre Phéniciens, Puniques et Italiens : ils mettent à l’honneur une lecture diachronique de l’histoire de l’Occident méditerranéen à travers les rapports qu’ont développés les différents acteurs concernés sur le territoire calabrais. Nous avons retenu les communications qui intéressaient de manière explicite Carthage et les acteurs carthaginois. (169) Intrieri M. et Ribichini S., Presentazione, ibidem, 2008, p. 13-15, indiquent brièvement les principes qui ont fondé ce projet interdisciplinaire. (170) Docter R.F., Carthage and its Hinterland, dans Phönizisches und punisches Städtewesen, p. 179-189, 3 fig., rés. all., angl., fr., p. 189, résume et discute les résultats, publiés ou pas, sur Carthage et son arrière-pays : une cité du bord de mer, d’abord très dépendante de ses réseaux commerciaux pour son alimentation ; puis, à partir de ca 675 se met en place une production agricole locale qui atteint son point maximal au IIe s. av. J.-C. Ces conclusions remettent en cause la datation plus précoce de J.A. Greene, 1986 (occupation intensive des campagnes au cours du IVe s.). (171) Bartoloni P., I Fenici e i Cartaginesi in Sardegna, 2009, Sassari (Sardegna archeologica. Scavi e ricerche, 5), 286 p., ill., plans. L’ouvrage se décline en 18 chapitres au milieu desquels les relations entre les Carthaginois et la grande île font l’objet de nombreux passages, qu’on repère grâce aux index. Le chapitre 6 est entièrement consacré à la présence carthaginoise en Sardaigne et on retrouve une forte présence de la métropole africaine dans les chapitres traitant des rites funéraires, de la céramique et des arts. (172) Pitassi M., The Navies of Rome, Woodbridge, 2009, XXIX- 348 p. Dans cet exposé narratif des actions de la marine romaine sur la longue durée, Carthage et les guerres puniques sont naturellement évoquées. Le chapitre 2, p. 43-81, traite de la première guerre, le chapitre 3, de la période 241 à 201, p. 183-117, et la dernière guerre punique est évoquée aux p. 136-140. L’épisode césarien apparaît brièvement à la p. 179. L’Afrique intervient de nouveau au Ve siècle avec la révolte d’Héraclius et les Vandales. (173) Engels D., Déterminisme historique et perceptions de déchéance sous la république tardive et le principat, dans Latomus, LXVIII, 4, 2009, p. 859-894, s’attache, dans les œuvres de Pison (fragment conservé par Pline l’ancien), Polybe, Posidonios, Salluste, Tite-Live, Virgile et Sénèque, aux épisodes auxquels ces auteurs ont attribué un rôle dans le déclin de Rome : la prise et la destruction de Carthage ne sont un jalon décisif, dans ce déclin, que pour Polybe qui en fut contemporain (174) Meyer-Zwiffelhoffer E., Imperium Romanum. Geschichte der römischen Provinzen, Munich, 2009, 128 p., cartes, index, propose au public allemand une introduction à ce que furent le territoire et la gestion de l’Empire romain, surtout axée sur la période impériale. On y lit, hélas, que Rome s’est appuyée sur la coopération des élites « coloniales » (kolonialen Eliten), p. 119. (175) Ibba A., I Romani e l’Africa, dans Storia d’Europa e del Mediterraneo, Il mondo antico, III. L’Ecumene romana, édit. Traina G., VI. Da Augusto a Diocleziano, Rome, 2009, p. 263-307, est un panorama clair des relations entre Rome et les Africains, depuis les guerres puniques jusqu’au temps de Dioclétien, précédé de quelques pages dévolues à la situation des peuples et des royaumes à l’époque pré-romaine. (176) Laronde A., L’armée romaine en Cyrénaïque, dans Urbanisme et urbanisation, p. 13-20, 1 fig., passe en revue les troubles – peu nombreux – qui jalonnèrent l’histoire de ce qui était la partie continentale d’une province inermis, la Crète-Cyrénaïque, d’Auguste à Gordien III. Il fallut faire appel à deux reprises au moins à la IIIe légion Auguste au début du principat et un proconsul d’Afrique, L. Cornelius Lentulus, fut mis à mort lors d’une entrevue avec les Nasamons en 7 ap. J.-C. Par la suite, les cohortes cantonnées en Cyrénaïque ont rendu inutile le recours aux unités de la province d’Afrique. (177) Di Stefano G., Cartagine romana e tardoantica, Pise-Rome (Studia Erudita, X), 2009, 96 p., 60 fig., est une présentation, plus archéologique qu’historique, des principaux lieux qui ont fait l’objet de recherches, notamment italiennes, et celles, personnelles de l’a., aux citernes de La Malga durant les dernières décennies. Les principales étapes de l’histoire depuis l’arrivée des Romains sont évoquées, telles les fondations coloniales, puis les bâtiments publics, le mur de Théodose, la ville des Vandales, avant de revenir à la cité du IVe siècle. Les églises jusqu’à l’époque byzantine et les grandes domus tardives terminent cet exposé. On prendra garde à des coquilles sur les noms propres, les toponymes ou à quelques dates ou localisations erronées. (178) A Companion to Late Antiquity, édit. Rousseau P., avec la collab. de Raithel J., Chichester, 2009, XXIV-709 p., ill., cartes, index. Dans ce gros volume, les références aux Africains sont disséminées au fil des chapitres. Plusieurs évoquent plus particulièrement notre sujet ; nous mentionnons ici (179) Loseby S.T., Mediterranean Cities, ibidem, p. 139-155, pour quelques indications sur l’Afrique en tant que province. (180) Das Ende des Römischen Reiches. Verfall und Untergang einer Weltmacht, édit. Saltzwedel J., Munich, 2009, 285 p., ill., cartes, plans, index (n.u.). (181) Fuentes Hinojo P., La caída de Roma : imaginación apocalíptica e ideologías de poder en la tradición cristiana antigua (siglos II al V), dans Studia historica. Historia antigua, XXVII, 2009, p. 73-102, rés. angl., donne quelques références d’auteurs africains : Cyprien tente de réconforter les fidèles confrontés à l’édit de l’empereur Dèce (p. 86-87) ; Augustin appelle ses fidèles à manifester contre l’invasion vandale (p. 99) et Quodvultdeus considère que l’invasion vandale et tous les maux que subit l’Afrique du Nord sont provoqués par la colère divine (p. 99-101). Deux sites ont fait l’objet de larges bilans. (182) Dupuis X. et Laporte J.-P., De Nigrenses maiores à Négrine, dans Antiquités Africaines, XLV, 2009, p. 51-102, refont le dossier de ce site, d’abord militaire, qui se trouve au contact des Hautes Plaines et du Sahara, dans le « système défensif du Sahara de Numidie ». Les habitants, les Nigrenses Maiores (par opposition à des Nigrenses Minores, par ailleurs inconnus ?), ont d’abord dû accueillir un camp romain, au début du IIe s. de n. è. Une agglomération civile s’est ensuite développée et elle devint municipe à une date inconnue. Elle perdura aux époques vandale, byzantine et sous les Musulmans jusqu’à l’arrivée des Hilaliens. La documentation archéologique et épigraphique est présente tout au long de l’article ; les inscriptions sont surtout regroupées à la fin (p. 79-97). (183) Behel M’h., Volubilis, de nouvelles perspectives, dans Archéologia, 465, avril 2009, p. 62-70, 13 ill., fait, en particulier, le point sur ce que l’on sait des origines pré-romaines de la cité et de ses vestiges puniques (remontant au IIIe siècle avant n. è.) et maurétaniens (mais les traces de la ville demeurent évanescentes). Les époques romaine, chrétienne et musulmane, jusqu’à la mort d’Idriss Ier, sont parcourues et illustrées.

13Les études thématiques seront déclinées en quatre rubriques, société, économie, armée, religion. Mais nous présentons tout d’abord un ouvrage difficile à trouver, qui comprend les actes d’un colloque international, organisé à Kairouan ; de nombreuses questions relatives à la région de Kairouan y sont abordées et les contributions qui nous intéressent sont répertoriées au long de cette B.A.A.A. (184) Kairouan et sa région : nouvelles découvertes, nouvelles approches. Actes du deuxième Colloque International organisé par le département d’Archéologie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan (6-8 mars 2006), édit. El Bahi A., Kairouan, 2009, 247 p. en français, 257 p. en arabe, ill. Les actes rassemblent 16 communications en langue française, 14 communications en langue arabe et contiennent de nombreuses cartes, illustrations et photos. L’arc chronologique est ample, de la Préhistoire au Moyen Âge. La plupart des travaux s’intéressent au territoire et à son peuplement. (185) Ghaki M., Le peuplement holocène de l’Afrique berbère, dans Studi Magrebini, n. s. VII, 2009, p. 57-64, rés. angl. p. 57. Les données connues à propos du peuplement de l’Afrique du Nord (légendaires, archéologiques, historiques) excluent l’origine étrangère : c’est le néolithique qui fut déterminant sur le plan du peuplement et de la distinction définitive des Berbères avec les voisins du sud, du nord et de l’est. Le parler, qui appartient au groupe chamito-sémitique, a subi des modifications importantes dues aux accidents historiques. (186) Sartre M., Les nomades dans l’empire romain, dans Le monde de l’itinérance en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne, édit. Moatti Cl., Kaiser W. et Pébarthe Chr., Bordeaux-Paris, 2009, p. 51-91. Cet article contient de nombreux passages relatifs à l’Afrique romaine, vue par un spécialiste de l’Orient. (187) Whittacker D., Ethnic discourses on the frontiers of Roman Africa, dans Ethnic constructs in Antiquity. The role of Power and Tradition, édit. Derks T. et Roymans N., Amsterdam (Amsterdam Archaeological Studies, 13), 2009, p. 189-205. Dans sa réflexion sur l’ethnicité, l’auteur évoque la place de l’archéologie et de la culture matérielle dans la dimension ethnique, pour la récuser. Il faut reprendre le discours ancien et moderne sur la romanisation en Afrique, qui est rempli de références aux tribus, aux unités militaires d’origine tribale. Il faut faire une place en particulier au concept de terres de parcours comme mode de possession du territoire, que les Anciens comme des Modernes n’ont pas toujours compris. Cela expliquerait en partie les mentions de noms de tribus identiques alors que celles-ci sont distantes de plusieurs centaines de km. Il est encore question de nomades dans (188) Vilariño Rodríguez J.J., Heracles y los pueblos arqueros de la antigüedad, dans Mundos imaginarios en la geografía de la Antigüedad, Studia Historica. Studia antigua, XXVII, 2009, p. 31-48 : l’a. étudie l’association entre Héraclès et une série de peuples comme celui les Amazones, qui sont nomades ou semi-nomades et particulièrement habiles dans le maniement de l’arc, arme qu’ils privilégiaient sur les autres. Il fait plusieurs fois allusion aux amazones libyennes. (189) Peyras J., Les écosystèmes de l’Afrique proconsulaire : historiographie, structures, civilisations, dans Sociétés et climats dans l’Empire romain. Pour une perspective historique et systémique de la gestion des ressources en eau dans l’Empire romain, édit. Hermon E., Naples, 2009, p. 349-376, étudie les changements climatiques qu’a connus l’Afrique Proconsulaire durant la période 146 av. J.-C.-698. Aux époques punique et romaine, le climat était plus humide que de nos jours, et plus sec pendant l’Antiquité tardive. L’auteur nie l’influence de l’homme sur le climat. (190) Ben Baaziz S., L’occupation humaine à l’Est de la ville de Kairouan d’après les résultats de la carte archéologique, dans Kairouan et sa région, p. 23-28 (n.u.) (191) M’Rabet A., L’occupation du sol dans le Kairouanais : les données de la prospection archéologique (feuille Kairouan 063), ibidem, p. 9-22, fig., traite des données de l’occupation du sol dans la région de Kairouan pendant l’Antiquité et le Moyen Âge (Byzacène/ Muzaq) telles que révélées par une prospection archéologique menée dans le cadre de l’établissement de la carte nationale des sites archéologiques et des monuments historiques. Une stèle funéraire édifiée pour un Magnius Victorinus y fut découverte. Il y est aussi question de géographie historique. (192) Ballais J.-L., Les risques naturels dans les Aurès pendant la période antique, dans Aouras, V, 2009, p. 89-108, 9 fig. Après avoir défini les enjeux antiques – constructions, infrastructures et aménagements agraires – et les problèmes de méthodologie, l’a. étudie les aléas actuels et antiques liés au climat et définit quatre périodes dans un long millénaire compris entre ca. 450 av. J.-C. et après 600 ap. J.-C. Pendant la première période, qui s’arrête ca 250 av. J.-C., les inondations sont fréquentes mais peu dangereuses, car les cours d’eau ont une vitesse lente et une pente faible ; entre 250 av. J.-C. et 200-250 ap. J.-C., les inondations se raréfient et les conditions sont favorables ; de 200-250 jusque ca. 600, les risques se multiplient et les voies de circulation se dégradent ; après 600, le ravinement s’intensifie. (193) Christol M., L’intégration de l’Aurès dans l’espace romain, dans Aouras, V, 2009, p. 169-188. Depuis le XIXe s., l’Aurès occupe une place à part dans la bibliographie sur l’Afrique du Nord antique. L’a. reprend la genèse de l’occupation du massif. Situé en Gétulie, espace mal connu des auteurs antiques, dont Pline l’Ancien, il fut décrit par Procope et Corippe comme une zone de turbulence et de dissidence, idée reprise à l’époque contemporaine. Mais il paraît significatif que l’Aurès n’ait présenté aucun signe d’agressivité au IIIe s., au contraire de la Kabylie. Un livre très général ne nous apprendra rien. (194) Albertini L., Agricultures méditerranéennes. Agronomie et paysages des origines à nos jours, Arles, 2009, 359 p., ill., 3 index. L’Afrique antique est très peu présente dans ce panorama de l’agriculture méditerranéenne : la vigne est mentionnée, p. 247, et l’on trouvera à partir de l’index d’autres références. En revanche, il faut donner toute sa place à un colloque qui s’est tenu en 2002 à Tunis. (195) Contrôle et distribution de l’eau : Contrôle et distribution de l’eau dans le Maghreb antique et médiéval, Rome (Collection de l’École française de Rome, 426), 2009, 294 p., ill, plans. Le volume présente un panorama des installations hydrauliques dans différentes régions. Il aborde la question de l’origine de plusieurs techniques et leur adaptation par les populations aux contraintes de l’environnement. La gestion, la réglementation sont évoquées, ainsi que l’alimentation des villes et les installations rurales, ce qui relève aussi bien sûr de l’économie. Une dernière étude se consacre à une strate de la société romaine bien représentée dans la documentation d’époque républicaine, les sénateurs (196) Zmeskal K., Adfinitas : die Verwandtschaften der senatorischen Führungsschicht der römischen Republik von 218-31 v. Chr., Passau, 2009, 2 vol., VII-492 p., 90 f. de pl., 16 p., 3 dépl., index + 1 CD-ROM. Pas de références particulières à l’Afrique dans ce livre dont le volume 1 est essentiellement consacré à un catalogue alphabétique des sénateurs de la période considérée, avec la bibliographie afférente (p. 11-287) ; il est complété par des précisions et des commentaires et par les références monétaires. Il faut chercher au nom des sénateurs dont on sait qu’ils ont exercé des responsabilités en Afrique, par exemple pour Scipion l’Africain, p. 97-98. Le second volume complète le précédent en présentant des stemmata très élaborés.

14L’économie fait d’abord l’objet d’une réflexion générale sur le modèle économique romain, avec (197) Lo Cascio E., Crescita e declino. Studi di storia dell’economia romana, Rome (Monografie del centro Ricerche di documentazione sull’Antichità classica, 32), 2009, 386 p., 2 index. Le livre est composé d’articles de l’auteur, publiés entre 1988 et 2007 et plus ou moins réactualisés, avec le projet de proposer une analyse de l’économie romaine dans un cadre cohérent. Si l’ensemble sera lu avec profit, on s’arrêtera plus longuement sur la section intitulée Modello africano e modello pliniano, p. 97-107, qui est consacré au dossier des propriétés impériales organisées par la lex manciana. L’a. oppose le modèle africain, fondé sur une offre large de terres, et le modèle italien, où la pression de la demande était bien plus forte. Plusieurs chercheurs se sont arrêtés sur un élément essentiel à la vie, notamment dans nos régions, l’eau, maîtrisée par des techniques variées, des plus anciennes aux plus romaines. (198) Wilson A., Foggaras in ancient North Africa : or how to marry a Berber princess, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 19-39, 9 fig. Les recherches récentes sur les Garamantes ont mis en évidence l’existence des foggaras au moins depuis les derniers siècles av. J.-C. Certains conduits ont été en usage jusqu’au milieu du Moyen Âge, mais nombre d’entre eux furent abandonnés dès l’Antiquité tardive. La technique a essaimé vers le sud de la Tunisie et autour de l’Aurès. Il existe aussi des similitudes entre les foggaras des Garamantes et ceux du Touat et de Gourara. Ce système est aussi indissociable des oasis du Tidikelt, du Tafilelt et de Figuig, qui furent de grands centres commerciaux. (199) Leveau Ph., Transfert de technologie hydraulique dans l’Afrique romaine, dans Eau et peuplement au Maghreb durant l’Antiquité et le Moyen Âge, édit. Meouak M. et Hassen M., Tunis, 2009, p. 117-141, veut rompre la relation mécanique entre romanisation et irrigation et entre romanisation et technologies hydrauliques : les constructeurs des aqueducs de l’Afrique du Nord ne furent pas les inventeurs des galeries souterraines. Il étudie particulièrement la question du creusement des galeries et il les compare avec les bisses du Valais, enquête lancée par P. Morizot (B.A.A.A, XXXVI, 2002, n° 377). L’hydraulique est ensuite mise en relation avec les mines et les champs. Au passage, l’a. revient sur la célèbre inscription de Lambèse gravée à la demande de Nonius Datus. (200) Id., L’alimentation hydraulique des villes de la Méditerranée romaine : assurer l’abondance et gérer les pénuries, dans Gestion durable et équitable de l’eau douce en Méditerranée. Mémoire et traditions, avenir et solutions, Monaco, 2009, p. 69-97, est une synthèse sur les différents moyens auxquels les cités avaient recours pour s’alimenter en eau, particulièrement les aqueducs. Plusieurs cas de Césarienne et de Proconsulaire sont commentés : Saldae (Bejaia), Caesarea (Cherchell), Carthago, Uthina (Oudhna). (201) Bel Faïda A., Les aqueducs de l’Afrique romaine : le dossier épigraphique, dans Contrôle et distribution de l’eau, p. 123-141. La plupart des aqueducs ont été construits entre le IIe et le IVe s., ce qui correspond à la phase principale du développement urbain et ils bénéficièrent essentiellement aux collectivités. Il y a une forte intervention impériale et militaire. Les donateurs particuliers sont assez peu intervenus, soit par libéralité, soit à l’occasion d’une magistrature. Les productions africaines sont représentées, cette année, par les ressources maritimes (pourpre et pêche) et les amphores. (202) Fernández Uriel P., Púrpura : del mercado al poder, Madrid, 2009, 389 p., ill., a rédigé un ouvrage sur la pourpre ne comportant curieusement que très peu de données africaines. Il introduit seulement de brèves références sur sa fabrication dans l’île de Djerba, la petite Syrte, à Zuchis, Timgad (22 fullonicae y sont attestées) et Mogador. (203) Blázquez Martínez J.M., Arte y religión en el Mediterráneo antiguo, Madrid, 2008, 511 p., 17 fig., est la réédition d’articles publiés dans des revues espagnoles et étrangères. Quelques erreurs sont corrigées et la bibliographie est mise à jour. L’a. traite, p. 171-178, de l’exploitation de la pourpre sur les côtes de Maurétanie Tingitane et aux Canaries. (204) De Rose L., Tecniche di pesca tra Magna Grecia e Cartagine, dans Fenici e Italici, Cartagine e la Magna Grecia, 2009, p. 155-177, 3 fig. L’étude s’intéresse aux techniques de pêche sur une longue durée, pratiquées dans les parages italo-africains de l’époque archaïque jusqu’à nos jours : pêche en apnée, pêche au harpon, à la canne et à la ligne, au filet et les cas particuliers de la pêche à l’espadon et de la pêche aux thons. (205) Bernal Casasola D., Roma y la pesca de ballenas. Evidencias en el Fretum Gaditanum, dans Arqueología de la pesca en el Estrecho de Gibraltar. De la Prehistoria al fin del Mundo Antiguo, édit. Bernal Casasola D., Cadix, 2009, p. 259-285, approfondit l’hypothèse de M. Ponsich (1988) sur le salage de viande de baleine à Baelo, en réalisant une synthèse des données et des connaissances relatives à Septem Fratres au Haut-Empire, à Carteia et Iulia Traducta au Bas-Empire. Les baleines et autres cétacés utilisés pour cette industrie ne provenaient pas seulement des cadavres échoués sur la côte, mais ils étaient poursuivis et chassés. (206) Bernal Casasola D. et Sáez Romero A.M., Fish-salting Plants and Amphora Production in the Bay of Cádiz (Baetica, Hispania), dans Patterns of Settlement from the Punic Era to Late Antiquity. Thinking about Space. The potencial of surface survey and Contextual Archaeology in the definition of space in Roman Times, édit. Vanhaverbeke H. et alii, Louvain, Brepols, 2008, p. 45-113. Les auteurs font un état de la question sur les cetariae de la baie de Cadix dans l’antiquité, depuis l’époque phénicienne jusqu’à l’époque tardive. Ils exposent l’hypothèse de Bernal sur l’existence du « Cercle du Détroit », qui aurait fonctionné comme une unité économique et aurait permis la production d’amphores en Bétique et leur transport à vide vers la Tingitane au Haut Empire (p. 69-71 et 79-80). Les auteurs qui ont critiqué cette hypothèse sont mentionnés, mais leurs arguments ne sont pas explicités et ils n’apparaissent pas dans la bibliographie. (207) Castiglione M. et Oggiano I., Anfore fenicie et puniche in Calabria e Lucania : i dati e i problemi, dans Fenici e Italici, Cartagine e la Magna Grecia, 2008, p. 205-231, 6 fig. La multiplication des études consacrées aux amphores phéniciennes et puniques depuis les années 1980 permet de constater que l’aire de circulation de ces produits s’inscrivait dans le cadre des relations qui liaient la Campanie, la Sicile et Carthage, surtout entre les IVe et IIe s., avec quelques témoins plus anciens (à partir des VIIe-VIe s.). Avec la perte de la Sicile, Carthage fut obligée de développer bien davantage son hinterland, produisant ainsi des surplus qui furent exportés jusqu’à sa destruction. (208) Stone D.L., Supplying Rome and the Empire : the Distribution of Stamped Amphoras from Byzacena, dans Mél. M. Bonifay, p. 127-149, 4 fig., 4 tabl., propose une voie médiane entre les tenants d’une économie minimale et ceux d’une économie maximale en introduisant de nouvelles idées sur l’économie romaine : il examine les produits de trois ports clefs de Byzacène, une région qui fut l’une des sources majeures de la production d’amphores entre ca 150 et 400, Leptiminus, Sullecthum et Hadrumetum (provenance et circulation des amphores en Méditerranée, les timbres, les contenus – huile, vin, poissons). Il indique aussi quelles enquêtes privilégier à l’avenir : la chronologie des exportations de Byzacène, le nombre de types d’amphores exportées et vérifier l’hypothèse qui fait de Sullecthum le port le plus important de la région. Les travailleurs ont intéressé plus que les élites. (209) Koptev A., The colonate in the Theodosian Code and its interpretation in the Breviary of Alaric, dans Droit, religion et société dans le Code théodosien, 2009, p. 261-285. Il faut distinguer l’image du colonat, telle qu’elle apparaît dans le CTh., et celle du Bréviaire d’Alaric, un siècle plus tard, qui fournit des interprétations du Code, afin d’en éclairer les termes à une époque où leur sens s’est modifié. Il est fait allusion au colons du saltus burunitanus et à la lex Manciana ainsi qu’aux Tablettes Albertini. (210) Liu J., Collegia centonariorum. The guilds of textile dealers in the Roman West, Leyde-Boston (Mass.), 2009, XVIII-426 p., ill., carte, 2 index. Une unique inscription africaine témoigne de l’existence de ces « ouvriers du textile » à Uthina (CIL, VIII, 10523 = 12424). Et le commerce est le thème de deux titres, le second nous retiendra plus que le premier (211) Chic García G., El comercio y el Mediterráneo en la Antigüedad, Madrid, 2009, 491 p., se passe complètement de la côte africaine de la Méditerranée, excepté de brèves mentions sur les guerres puniques. L’auteur choisit la bibliographie dont il use sur un mode subjectif. (212) Hamdoune Ch., Les macella dans les cités de l’Afrique romaine, dans Antiquités Africaines, XLV, 2009 [2011], p. 27-36, s’appuie sur le livre de C. De Ruyt (1983) pour dresser un tableau et en tirer des conclusions. Rares dans les Maurétanies, les macella sont davantage présents dans les autres provinces. Ils sont placés sous le contrôle des édiles, qui surveillent les ponderaria surtout, mais ne jouent qu’un rôle secondaire par rapport aux nundinae. Ils manifestent surtout la volonté d’imiter un modèle inimitable, l’Vrbs.

15L’armée est une institution et un facteur d’organisation du territoire : de la sorte le sujet concerne à la fois la guerre et la paix, que nous verrons successivement. (213) Bellino V., Cunctatio. La preparazione teorica dei generali romani alla controguerriglia, dans Studi classici e orientali, LV, 2009, p. 137-167, rés. angl. p. 309-310. Les Romains avaient à leur disposition de très bons manuels grecs de tactique, qui portaient aussi sur la guérilla. Les exemples vont de Caton le Censeur à Frontin et Onésandre. (214) Zafiropoulos Ch.A., What did elephants fear in Antiquity ? dans Les Études classiques, LXXVII, 2009, 3-4, p. 241-266, rés. fr., examine l’origine du thème populaire de l’opposition entre éléphant et souris et de la terreur du premier devant la seconde. La difficulté à maîtriser la panique des éléphants au combat, pour en faire une arme efficace, aurait trouvé une explication dans l’hostilité entre eux et les porcs ou les mouches (pénétrant dans leurs oreilles). Le motif de la souris n’intervient qu’à partir du IVe s. ap. J.-C., sans doute dû à une confusion linguistique entre les noms grecs des trois animaux. (215) Krimi H., Le rôle de l’armée dans la prospérité économique et sociale dans le Sud tunisien, dans Actes du colloque international d’histoire militaire « Sociabilité et solidarité en milieu militaire méditerranéen » (Tunis, 20-21-23 juin 2006), Tunis, 2008, p. 186-191, a rédigé un article pour grand public, avec une unique note de bas de page. Elle donne la liste des unités qui ont composé l’armée romaine d’Afrique et elle rappelle leur rôle économique dans une région correspondant au Sud tunisien. Les soldats y ont agi à la fois comme consommateurs et comme producteurs. (216) Urbanisme et urbanisation en Numidie militaire. Actes du Colloque organisé les 7 et 8 mars 2008 par l’Université Lyon 3, édit. Groslambert A., Lyon (Collection du Centre d’Études et de Recherches sur l’Occident romain – CEROR, n.s., 34), 2009, 315 p., 48 fig., tabl. Ce colloque abordait la question des liens entre l’armée romaine et le pays sur lequel elle était installée, ses effets sur la vie de toute la région : les contributions sont réparties en quatre chapitres complémentaires : Les régions voisines, La population en Numidie, La Numidie : cités et statuts municipaux, La Numidie : religion et urbanisme. (217) Groslambert A., Urbanisme et urbanisation en Numidie militaire. Introduction, ibidem, p. 9-10, délimite le territoire de la province concernée et ouvre le colloque. (218) Le Bohec Y., Conclusion, ibidem, p. 287-289, dresse le bilan des différentes contributions. (219) Laporte J.-P., Armée et urbanisme : quelques sites militaires antiques d’Algérie moyenne (est de la Maurétanie Césarienne, ouest de la Numidie) et leur devenir, ibidem, p. 21-53, fig. 2-16, rappelle d’abord le système défensif de la Césarienne, entre Auguste et Septime Sévère, puis examine un certain nombre de camps le long de ces lignes d’occupation militaire : ils sont parfois installés sur des sites déjà occupés, d’autres fois ils sont à l’origine d’une ville et, dans tous les cas, les agglomérations ont continué à vivre après le départ de la troupe, souvent jusqu’à l’époque musulmane. L’armée avait aussi ses dieux. (220) Cadotte A., L’influence de l’armée romaine dans l’évolution des cultes astraux d’origine africaine, dans L’armée romaine et la religion, p. 159-169, 1 carte. Peu de dieux invoqués par les soldats sont identifiables comme africains, mais ceux-ci ont importé de nouveaux symboles et de nouvelles épiclèses qui furent employés par les Africains eux-mêmes. D’après l’a., le culte des astres, déjà connu et pratiqué par les populations locales, aurait été particulièrement influencé par la présence militaire, ainsi Saturne et Luna, notamment avec les mentions inuictus/a, et les militaires ont contribué à enrichir la personnalité des divinités solaires, tels Sol et Mithra, ce dernier surtout présent à Lambèse, comme l’indique aussi (221) Romero Mayorga C., La importancia de la frontera en la diffusion del culto a Mitra, dans Limes XX, p. 1059-1067, qui fait une brève allusion aux quelques témoignages de ce culte en Afrique, particulièrement à Lambèse. (222) Laporte J.-P., L’armée romaine permanente de Maurétanie césarienne et ses dieux, dans L’armée romaine et la religion, p. 41-55, 2 fig., un tableau. Le bilan des attestations ne permet pas d’aborder la religion de l’armée romaine en Maurétanie césarienne, car les indices sont rares. Un paragraphe traite plus spécifiquement de la ville de Rapidum. La situation ne semble pas être sensiblement différente de celle des autres provinces. Les dédicaces mentionnent surtout les dieux de Rome. (223) Krieg und Christentum. Religiöse Gewalttheorien in der Kriegserfahrung des Westens, édit. Holzem A., Paderborn-Munich-Vienne-Zurich, 2009, 844 p., ill., index. La guerre fait partie de la société et de la politique, donc de la religion, ce dont témoignent les contributions de ce volume qui examinent la question, de l’époque biblique jusqu’à notre temps. Deux cités seulement ont fait l’objet d’une étude sociale. (224) Cabouret-Laurioux B., Thibilis : le destin d’une cité de Numidie à l’époque tardive, dans Urbanisme et urbanisation, p. 125-151, fig. 26-36, se propose de retracer l’évolution municipale et sociale de cet ancien pagus de la confédération cirtéenne, qui acquit le statut de municipe dans le troisième quart du IIe s., en insistant sur l’époque tardive. (225) Corbier P., Timgad, son développement urbain, ses notables, ibidem, p. 181-198, s’intéresse au renouvellement des familles au pouvoir ou bien à leur maintien au sommet de la cité, après avoir retracé les conditions de la fondation et son évolution. Deux documents fameux sont plus particulièrement à l’honneur : la dédicace à Diane, datée de 211 ou 212, qui donne la liste des membres de la curia commodiana, et l’album de Timgad de 363.

16Le dernier thème, la religion, est toujours très volumineux, et en premier les religions traditionnelles. (226) Harris W.V., Dreams and experience in classical antiquity, Cambridge (Mass.)-Londres-Université d’Harvard, 2009, XV-332 p., ill., index. L’étude, qui porte sur l’ensemble de la période antique, concerne l’expérience du rêve, ce qui en était attendu et de quelle manière on en rendait compte, à partir de nombreuses sources, parmi lesquelles des auteurs africains (trouvés à partir de l’index). (227) Ritual dynamics and religious change in the Roman Empire : Proceedings of the eighth workshop of the International Network Impact of Empire (Heidelberg, July 5-7, 2007), édit. Hekster O., Schmidt-Hofner S. et Witschel Ch., Leyde-Boston, 2009, XII-376 p., ill., plans, 2 index, comprend trois sections dont les articles sont tous consacrés, selon le thème du colloque, aux changements rituels entrainés par l’instauration du principat. La dernière section se consacre à l’influence de Rome sur les cultes locaux, c’est là que nous avons recensé trois contributions, dont deux sont mentionnées ici. (228) Hilali, A., Les repas funéraires : un témoignage d’une dynamique socio-culturelle en Afrique romaine, ibidem, p. 269-284. En se fondant surtout sur les données des nécropoles de Pupput et de Tipasa, l’auteur expose en détail tout ce qui est relatif au banquet funéraire : les mensae, les biclinia ou triclinia des tombes des familles riches, etc. Normalement le banquet était une cena, qui se déroulait le soir ou la nuit. Y figure un utile catalogue de 20 inscriptions. (229) Hemelrijk E.A., Women and Sacrifice in the Roman Empire, ibidem, p. 253-267. L’a. remet en cause la thèse selon laquelle les femmes ne pouvaient effectuer de sacrifice sanglant dans la religion romaine du fait de leur « incapacité sacrificielle » (expression de J. Scheid). La documentation relative à l’activité sacrificielle des femmes est rare, mais elle existe : l’a. mentionne en particulier une inscription de Cherchell attestant l’offrande d’une victime au dieu Saturne par une Romaine (AE, 1938, 149) pro salute regis Prolemaei, et un bas-relief de l’arc de Septime Sévère à Lepcis Magna montrant Iulia Domna offrant de l’encens, près d’une victime et d’un prêtre. La rareté de la documentation s’expliquerait par l’accès restreint des femmes aux sacerdoces et par les rituels liés aux divinités servies, qui ne prévoient pas nécessairement d’offrande sanglante. (230) Formae mortis : el tránsito de la vida a la muerte en las sociedades antiguas, édit. Simón M., Pina Polo F. et Remesal Rodríguez J., Barcelone-Saragosse (Instrumenta, 30), 2009, 304 p., ill., 4 index. Parmi les communications présentées à ce quatrième Colloque international d’histoire antique organisé à l’Université de Saragosse en juin 2007, quelques unes ont évoqué un peu l’Afrique (Perea Yébenes S., Tejà R. et Alfayé S.). (231) Griffith K.L., Ritual, Cult, and Sacred Space : Transcending Death in the Painted Tomb of Roman Libya, UMI Microform 3345690, Copyright, 2009, by ProQuest LLC (n. u.). Un peu en marge de la religion, on trouve la magie. (232) Marco Simón F., Tradite minibus : transferred death in magical rituals, dans Formae mortis : el tránsito de la vida, p. 16-180, fait très peu allusion à la documentation africaine, mais mentionne toutefois une inscription de Lambèse (CIL, VIII, 2756). Le mari de la défunte, Ennia Fructuosa, croyait que la mort avait été provoquée par une malédiction (p. 175). Les derniers travaux nous permettront d’introduire la section suivante. (233) Maclynn N., Pagans in a Christian Empire, dans A companion to Late Antiquity, p. 572-587. En dépit de la destruction de certains temples par des chrétiens fanatiques, le paganisme s’est maintenu dans toutes les couches de la société. L’a. reprend sa thèse selon laquelle le débat épistolaire entre Ambroise et Symmaque serait une invention d’Ambroise et rien n’indique que Symmaque se considérait comme le champion du paganisme. (234) The great persecution, AD 303. The proceedings of the Patristic Conference, Maynooth, 2003, édit. Twomey D.V. et Humphries M., Dublin, 2009, 176 p., index. Les nombreux thèmes explorés dans ce volume intéressent la « grande » persécution elle-même ainsi que les persécutions antérieures. Les témoignages des auteurs africains y sont fréquemment sollicités, mais aucune des contributions de ce volume n’intéresse directement l’Afrique. (235) Teyssier É., La mort en face : le dossier gladiateurs, Arles, 2009, 537 p., ill., plans. Cette synthèse sur le métier de gladiateur insiste sur les techniques de combat. L’ouvrage est très bien illustré avec des photographies de reconstitutions historiques ainsi que des photographies de mosaïques et d’inscriptions. En réalité, il évoque assez peu les thèmes spécifiquement africains : une reproduction d’un motif de Thysdrus datant du IIIe s. apr. J.-C. (p. 140-141) et un commentaire du passage bien connu d’Augustin sur l’attrait des jeux (Les Confessions, VI, 8).

17À présent suivent les études, bien plus nombreuses, sur le christianisme. Nous mentionnons tout d’abord une traduction et une réédition. (236) Decret F., Early Christianity in North Africa, trad. Smither E.L., Eugene (Oregon), 2009, XII-228 p., cartes, index, est la traduction de l’ouvrage paru en français sous le titre Le christianisme en Afrique du Nord ancienne, Paris, 1996 (B.A.A.A., XXX, n° 482). (237) De Churruca J., Cristianismo y mundo romano : nuevos estudios, avec une introd. In memoriam de Juan De Churruca par Paricio J., Madrid, 2009, XVIII-348 p., est une réédition des articles de J. De Churruca consacrés à la thématique mentionnée dans le titre (un premier tome est paru en 1998). Trois ouvrages proposent des histoires du christianisme, que nous présentons selon leur degré croissant de complexité. (238) Ramos-Lissón D., Compendio de historia de la Iglesia antigua, Pampelune (Historia de la Iglesia, 40), 2009, 484 p., cartes. Dans ce manuel destiné aux étudiants, nous signalerons les passages concernant l’Afrique du Nord : les débuts de l’Église dans cette région (p. 128-129), la persécution vandale (p. 246-251), la réaction d’Augustin face au donatisme, (p. 307-310), la controverse pélagienne (p. 311-321) et le monachisme (p. 411-413). (239) Freeman Ch., A New History of Early Christianity, New Haven (Conn.)-Londres, 2009, XVI-377 p., 16 p. de pl. ill. fac-sim., 4 cartes, 1 index. Cette synthèse dense du premier christianisme part du procès de Jésus et s’achève avec le début du Moyen Âge (VIIIe s.). Elle suit le cadre chronologique tout en laissant une large part à la réflexion thématique, au long de 32 chapitres. L’a. part du principe qu’il n’existait pas « une Église », mais des communautés qui ne composaient pas d’unité ; elle est assez imperméable à l’apport des Pères de l’Église et, de manière générale, assez hostile au christianisme orthodoxe. (240) Rinaldi G., Cristianesimi nell’antichità. Sviluppi storici e contesti geografici (Secoli I-VIII), Chieti-Rome, 2008, 1038 p. Ce gros ouvrage synthétique et rempli de références bibliographiques évoque les origines du christianisme en Afrique aux p. 477-480, la période sévérienne – Tertullien, la Passion de Perpétue, dont Tertullien serait le rédacteur final, Minucius Felix –, p. 531-537, les persécutions, p. 556-562, avec une présentation de Cyprien aux p. 588-593, Commodien et Novatien, p. 597 et 599. Le donatisme y apparaît au fil de la chronologie. Des synthèses abordent la religion nouvelle à partir d’approches spécifiques, les pratiques et les symboles. (241) Bradshaw P.F., Reconstructing early Christian worship, Londres, 2009, VIII-151 p., index, est centré sur l’eucharistie, le baptême et la prière quotidienne. (242) Ludlow M., The early church, Londres, 2009, XX-282 p., carte, index, tente de définir ce qu’étaient l’unité et l’identité du christianisme, entre le IIe et le VIe siècles, marqué par une très forte diversité, tant chronologique que géographique et culturelle. L’étude s’intéresse particulièrement aux pratiques : la liturgie, l’utilisation des Écritures, les réponses données aux persécutions, la vénération des martyrs et des saints, l’ascétisme. (243) Belayche, N., La polémique pagano-chrétienne sur le repas rituel, dans Pratiques de l’eucharistie dans les Églises d’Orient et d’Occident, édit. Bériou N., Caseau B. et Rigaux D., Turnhout (Collection des Études augustiniennes, Série Moyen-Âge et Temps Modernes, 45-46), 2009, vol. 1, p. 521-537, se réfère à Tertullien (De praescriptione haereticorum) comme à une des sources permettant de comprendre cette problématique qui est à la fois théologique et anthropologique. On y joindra les deux articles suivants, également consacrés à des realia. (244) Rebillard É., The Church, the Living and the Dead, dans A companion to Late Antiquity, p. 220-232, reconstitue les rites funéraires et les cérémonies de commémoration des morts au début du christianisme. Les textes d’Augustin montrent combien les rites païens étaient encore présents à son époque. (245) Vilella J., In alia plebe : las cartas de comunión en las iglesias de la antigüedad, dans Correspondances. Documents pour l’histoire de l’antiquité tardive. Actes du colloque international Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 20-22 novembre 2003, édit. Delmaire R., Desmulliez J. et Gatier P.-L., Lyon, 2009, p. 83- 113. Les chrétiens qui se déplaçaient d’une église à l’autre devaient se munir de cartes de communion (ou lettres-passeports), utilisées jusqu’au VIIe s. Les références aux auteurs africains sont rares : Tertullien utilisait le verbe contessero (établir des liens d’hospitalité) pour désigner la communion entre l’église romaine et les églises africaines (p. 86) ; Ferrand de Carthage mentionne la formata episcopi, traduction latine d’une expression attestée dans des canons grecs (p. 109). (246) Baudry G.-H., Les symboles du christianisme ancien, Ier-VIIe siècle, Paris, 2009, 240 p. Dans ce volume bien illustré et très pédagogique, qui étudie les symbolismes du Christ, de Jésus, des lettres et des nombres, des éléments empruntés à la nature ou à la culture, ou celui des figures de l’Ancien testament, l’a. utilise quelques documents africains. Sont représentées plusieurs mosaïques, dont celle des cerfs affrontés de Sbeïtla, p. 107, des paons ou des poissons (Musée du Bardo, Cherchell, p. 112, 134, 146), l’Ecclesia Mater de Tabarka (p. 209), la piscine baptismale de Tipasa (p. 212) et plusieurs mensae. (247) The Power of Religion in Late Antiquity, édit. Cain A. et Lenski N., Ashgate, 2009, XIV-464 p., ill., carte, index, réunit les contributions d’un colloque organisé en 2007 à l’université du Colorado et consacré à la problématique du pouvoir et de la religion à l’époque tardive (fin IIIe s.-début VIIe s.). L’importance du corps pour les premiers chrétiens, dans la réalité et dans l’imaginaire, a fait l’objet de plusieurs travaux. (248) Gemeinhardt P., Märtyrer und Martyriumsdeutungen von der Antike bis zur Reformation, dans Zeitschrift für Kirchengeschichte, 120, 3, 2009, p. 289-322, considère, à travers des exemples significatifs, l’évolution du martyre depuis l’Antiquité jusqu’à la Réforme. La situation d’origine est celle d’une audition devant un juge romain, comme les martyrs scillitains en 180, et Cyprien est le premier évêque martyr en Afrique. La quête du martyre est un thème polémique dans le cadre des conflits internes aux chrétiens, entre catholiques et montanistes puis donatistes par exemple. (249) Greenberg A.L, « My share of God’s reward ». Exploring the roles and formulations of the afterlife in early Christian martyrdom, New York-Oxford, 2009, IX-236 p., index, étudie le rôle de la vie dans l’au-delà dans les récits des martyrs chrétiens et dans la pensée martyrologique. Les premiers martyrs se voient comme les successeurs des Macchabées ou bien recherchent la mort noble de la culture gréco-romaine, non pas la résurrection de la chair, et les variations sont importantes selon les périodes et les auteurs. Le ch. 3 aborde les penseurs de la période précanonique, dont Tertullien (p. 127-133), le ch. 4 les acta, tels ceux des Scillitains, de Perpétue et Félicité, Cyprien, Marien et Jacques, Montanus et Lucius, Maximilen, Marcellus de Tanger et Crispine. (250) Teja R., Mortis amor : la muerte voluntaria o la provocación del martirio entre los primeros cristianos (siglos II-IV), dans Formae mortis : el tránsito de la vida, p. 133-142, mentionne deux fragments d’Eusèbe de Césarée (Eus., H.E, 6, 41, 7 et 8, 12, 3-4) qui font allusion à deux cas de suicides de chrétiens devant subir le martyre. Cette mort volontaire était admise par les chrétiens dans ces cas extrêmes, ainsi que pour les viols. Le changement de position se fait avec Augustin. L’auteur rappelle que ce dernier a toujours critiqué le suicide qu’il considérait comme un acte immoral et un péché (p. 139-140). (251) Coxmiller P., The corporeal imagination : signifying the holy in late ancient Christianity, Philadelphia (Pa.), 2009, 263 p., ill., index. L’objet de l’étude est le corps des saints dans leurs manifestations variées, reliques, icônes, acteurs des récits hagiographiques, aux époques tardo-antique et protobyzantine, dans une société marquée par l’incarnation du Christ. Les auteurs africains se trouveront à partir de l’index. (252) Genovese A., Tertulliano e Agostino : due approcci al sogno nel cristianesimo antico, dans Medicina nei secoli, XXI, 2 (n.s.), 2009, p. 531-549, rés. angl. L’approche de la médecine, autant de la part de Tertullien que d’Augustin, manque souvent de cohérence, mais en général ils se méfient de ce qui ne s’enracine pas dans les Écritures. (253) Metamorphoses. Resurrection, Body, and Transformative Practices in Early Christianity, édit. Seimand T.K. et Økland J., Berlin-New York, 2009, VI-401 p., 3 index. Les contributions de cet ouvrage examinent le concept de transformation tel qu’il était exprimé par les premiers chrétiens, en particulier à travers la foi dans la résurrection. Les questions de la permanence et du changement étaient posées dans les mêmes termes que pour les cas de métamorphoses. Deux moments forts de la vie chrétienne, baptême et mariage, ont été étudiés. (254) Lehtipuu O., The Transformation of the Flesh in the Early Christian Debates, ibidem, p. 147-168. L’étude se concentre sur les débats entre chrétiens à propos de leur conception de la résurrection de la chair et en particulier de leur analyse de Paul, I Cor., 15, 50. La position de Tertullien est examinée aux pages 157-161. (255) Fergusson E., Baptism in the early church : history, theology, and liturgy in the first five centuries, Grand Rapids (Mich.), 2009, XXII-953 p., 12 p. de pl., ill., 6 index. Dans ce volumineux ouvrage qui envisage l’histoire du baptême, les premiers chapitres rappellent les antécédents de la pratique de la purification, puis l’évolution des pratiques au cours des siècles. Tertullien et Cyprien occupent les chapitres 21 et 22 (p. 336-361) et les deux chapitres suivants sont consacrés respectivement à la question du baptême des enfants et au « rebaptême », notamment à la position de Cyprien et de ses correspondants après les persécutions de Dèce (p. 363-388). Augustin occupe une part importante avec deux chapitres (p. 776-816). Une dernière partie évoque les baptistères, dont ceux de Tunisie et d’Algérie (p. 841-843). (256) Siniscalco P., In spirito e in acqua : il pensiero degli scrittori cristiani antichi sul battesimo, dans Fons Vitae. Baptême, baptistères et rites d’initiation, IIe-VIe siècle, Actes de la journée d’études, Université de Lausanne, 1er décembre 2006, édit. Foletti I. et Romano S., Rome-Lausanne, 2009, p. 9-25, rés. fr. p. 167. L’analyse comparée des traités de Tertullien, des Catéchèses mystagogiques attribuées à Cyrille ou Jean de Jérusalem et du De sacramentis d’Ambroise, montre que les différentes liturgies ont élaboré des rituels baptismaux divers, tout en gardant une racine commune. (257) Il Matrimonio dei cristiani : Esegesi biblica e diritto romano. XXXVII Incontro di studiosi de l’antichità cristiana, Roma, 8-10 maggio 2008, Rome (Studia Ephemeridis Augustinianum, 116), 2009, 670 p., 3 index. Le thème du colloque invitait à s’intéresser aux interférences entre droit et exégèse biblio-patristique afin de mettre en évidence les pratiques et les conceptions matrimoniales des chrétiens. Tertullien, Lactance et Augustin ont servi de bases à plusieurs études (Burini De Lorenzi, Ciarlo, Corsaro, Jaskiewicz, Teja, Ribreau). Trois sujets, à la croisée de l’histoire sociale, de l’histoire culturelle et de l’histoire religieuse, ont été abordés, l’ascétisme, les enfants, la « tolérance ». (258) Finn R.D., Ascetism in the Graeco-Roman World, Cambridge-New York, 2009, 194 p. Dans cette étude sur les différentes formes de l’ascétisme, qui part de l’héritage hellénistique et judaïque, le rôle central revient à Origène. Les trois Pères de l’Église africains sont évoqués, Augustin surtout, p. 107-109 et 143-149, dans une moindre mesure Tertullien et Cyprien, ainsi que les différences entre les régions face au monachisme. (259) Horn C.B. et Martens J.W., « Let the little children come to me ». Childhood and children in early Christianity, Washington (D.C.), 2009, XV-438 p., 3 index. Le sujet de ce livre porte sur les enfants dans la société des six premiers siècles de notre ère, plus spécialement sur les enfants des chrétiens, à travers une approche transdisciplinaire, en utilisant tous les documents à disposition. (260) Kahlos M., Forbearance and compulsion. The Rhetoric of Religious Tolerance and Intolerance in Late Antiquity, Londres, 2009, XII- 259 p., 2 index. L’a. étudie les stratégies de ce que les Modernes nomment à tort « tolérance » et « intolérance », entre 250 et 500 ; il s’agit d’une histoire des idées plutôt que des événements, l’analyse des relations entre différents groupes religieux, chrétiens, polythéistes, Juifs, manichéens et d’autres groupes mineurs. On trouvera les auteurs africains à l’index. Ce qui nous amène aux publications sur le judaïsme, qui cette année ne sont pas majeures, du moins pour nous. (261) Aulisa I., Giudei e cristiani nell’agiografia dell’alto medioevo, Bari (Quaderni di Vetera Christianorum, 32), 2009, 407 p. Si l’auteur s’intéresse aux relations entre ces deux communautés pendant une période postérieure à celle qui concerne nos études, elle ne peut cependant éluder les origines. Ainsi sont évoqués Tertullien et Augustin à plusieurs reprises, ainsi que les Passions de Marciana (p. 27-31) et de Salsa (p. 223-224). (262) Döllingervon J.J.I., Heidenthum und Judenthum : Vorhalle zur Geschichte des Christenthums, Hanovre, 2009, 2 vol., XXIV-885 p., est la réédition de l’œuvre parue en 1857. (263) Rutgers L.V., Making myths. Jews in Early Christian Identity Formation, Louvain, 2009, 151 p., index, contient trois études de cas : deux déjà publiées, sur les martyrs Macchabées, les Juifs dans l’antiquité tardive, et un ch. inédit sur la synagogue dans la littérature patristique. Augustin, Cyprien et Tertullien y paraissent à l’index.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search