Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre VI. Conflits et médiations dans les rapports entre état et municipalité

Appels d’offres pour les travaux du Tibre et décision pour les collecteurs des égouts

Texte intégral

  • 1 I. Calvino, La speculazione edilizia, 1957, rééd. Milan, 1994, p. 80.

Così al Sindaco è inutile che ci parli ? E cosa vuoi dirgli ancora ?1.

1Les années qui suivent les débats sur l’éventualité d’un détournement du fleuve sont marquées, pour le chantier du Tibre, par deux faits majeurs : le démarrage, sur une grande échelle, des travaux de canalisation du cours urbain, avec le lancement des principaux appels d’offres, et les débats sur les collecteurs des égouts. La gauche au pouvoir, désormais historique elle aussi, prend soin d’avancer dans l’aménagement de la capitale et de ne pas laisser s’accumuler les reproches de passivité une fois le pouvoir conquis. Il s’agit aussi de commencer vite ce qui a été décidé, pour ne pas laisser se réveiller un courant qui pourrait tenter de la déborder sur sa gauche sur le thème de l’anticléricalisme.

La relance des débats sur le Tibre

  • 2 Pour une étude sur les implications sociales et politiques des procédures d’appel d’offres, voir, (...)

2Le Tibre se confirme comme aire de souveraineté technique de l’État, par l’intermédiaire du Génie civil, au cœur du territoire municipal. Dans ce processus, le corps technique de l’État et ses ingénieurs veulent tout faire d’abord pour que le projet exécutif leur soit confié, et ensuite pour que les collecteurs soient construits dans cette enclave au sein de la zone de compétence technique municipale, alors que la mairie les voudrait, avec les budgets et appels d’offres afférents, sous la ville, dans le territoire ordinaire de la technique capitoline2.

3Dès avant que ne soient clos les débats sur la déviation du Tibre, et affadis les échos de la campagne électorale du milieu des années 1870, la municipalité tente d’utiliser l’argument des collecteurs pour regagner un peu des attributions techniques dont l’ont privée les conclusions de la commission gouvernementale de 1871 pour le Tibre, et leurs tardifs échos ministériels.

4La controverse entre la mairie et l’État sur les collecteurs vient donc doubler la lutte, plus souterraine, sur les appels d’offres pour le chantier du Tibre en général. Elle vient aussi en conséquence du fait que le ralliement des nouveaux responsables ministériels au projet hérité de l’administration précédente se fait au prix de la fin d’une ambiguïté : c’est bien le bureau du Génie civil pour le Tibre qui conduira les travaux.

5Il s’agit ici de comprendre comment les collecteurs deviennent l’enjeu d’une réouverture de la rivalité entre institutions pour le contrôle du fleuve, espace si central dans la ville à moderniser, et de saisir les enjeux du lancement des principaux appels d’offres. Suivre la prise la décision pour la construction des collecteurs des égouts sous les murs du Tibre est ainsi le moyen de se placer au cœur des conflits entre institutions, entre corps d’ingénieurs, et entre aires d’influence politique et économique. Derrière les procédures administratives se joue le devenir institutionnel de l’espace urbain de la capitale. C’est du territoire que l’on dessine.

6Les premières étapes de la prise de décision sur les collecteurs remontent à avant même la fin des controverses sur la déviation du fleuve, avant aussi le changement politique à la tête de l’État. On voit à cette occasion combien les services municipaux cherchent à profiter de la prudence ministérielle pour reconquérir le terrain perdu.

Fig. 5 – Cadastre de la zone de S. Spirito par le Génie civil avant démolition programmée (Archivio di Stato di Roma, Fondo Tevere, I, 28-4, 22 : Destruzione ospedale S. Spirito).

  • 3 A. Vescovali, Piano di esecuzione pei lavori di sistemazione del tronco urbano del Tevere. Relazio (...)
  • 4 A. Vescovali, Sistemazione del Tevere. Relazione tecnica, Rome, 1875. ASC. Biblioteca 11 868 (29) (...)

7C’est la mairie, pendant la présence à sa tête de Piero Venturi, qui lance le débat sur les collecteurs. Mais le projet que présente l’ingénieur municipal Angelo Vescovali, le 31 décembre 1874, va beaucoup plus loin. On y trouve certes l’idée de construire les collecteurs, mais il s’agit en fait du projet d’exécution des travaux du Tibre dans leur ensemble, dont l’ingénieur municipal entend prendre la tête3. Vescovali a profité de l’impossibilité à ce moment pour le Génie civil d’affirmer trop fermement que ce serait l’État qui conduirait les travaux, pour faire de nouveau comme si ce devait être la mairie. À partir de cet instant, le Génie civil devra se positionner sur la question des collecteurs, avec l’impératif d’écarter le projet Vescovali. Mais l’ingénieur municipal va plus loin, avec la remise quelques semaines plus tard à sa hiérarchie, qui transmet au Ministère, de nouveaux détails pour son projet, sous forme d’un rapport technique4. Il est daté du mois de février 1875. Vescovali y revient sur les conclusions mêmes de la commission gouvernementale, dont chaque point est soit nuancé soit carrément contredit. Le projet concerne donc des murs en pente. Il y aurait plusieurs collecteurs de chaque côté, situés à des niveaux différents dans la ville. La dépense totale serait de 41 millions de lires. Si Vescovali tente un tel coup de force institutionnel et technique, c’est qu’il sait que les travaux vont bientôt devoir commencer, et que le premier prêt, entre lui et ses collègues du Ministère, aura un avantage considérable. On voit qu’elle est la philosophie de l’ingénieur municipal : des murs en pente, c’est-à-dire en territoire municipal, et des collecteurs sous les rues de la ville, en territoire municipal. Il tente par là de contrer la logique de tranchée étatique adoptée au Ministère pour le Tibre.

  • 5 Loi du 6-7-1875 n° 2583.
  • 6 Loi n° 2583 du 6-6-1875.
  • 7 L’ingénieur Cesarini est un des premiers à dénoncer cette disposition : G. Cesarini, La pendenza d (...)

8La loi du 6 juillet 18755 déclare les travaux du Tibre d’utilité publique et prévoit une dépense totale de 60 millions de lires6. C’est à partir de ces bases que la réflexion sur le lancement des travaux se poursuit, et reprend après la parenthèse Garibaldi. Mais dès avant le moment de l’alternance, le Génie civil a décidé de reprendre les rênes. Les 60 millions de lires prévus par la loi sont à répartir entre l’État, qui en paie 30, et la Municipalité et la Province, qui payent respectivement 3/4 et 1/4 de la somme restante (y compris donc les dépassements éventuels). Le fait que la municipalité participe au pourcentage, contre contribution fixe du gouvernement est un premier piège7. La loi prévoit que la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage des travaux reviennent à l’État et au corps du Génie civil, par l’intermédiaire du Bureau spécial pour le Tibre. Ce vote est la première réponse, presque immédiate, du Ministère des Travaux publics, à l’offensive municipale.

  • 8 E. Ruspoli, Relazione della Commissione incaricata di riferire sui tre quesiti relativi alla quist (...)

9Avec l’arrivée de la Gauche historique au pouvoir, la volonté de lancer les travaux se manifeste très rapidement, avant même le rejet définitif des divers projets de détournement. Ces projets, on l’a vu, se situent eux-mêmes dans la volonté de lancer le chantier au plus vite. Et d’une certaine manière, le projet Zucchelli dont on a précédemment examiné le sort est une des premières productions de la nouvelle équipe ministérielle pour contrer Vescovali. Le ministère des Travaux publics, bien décidé à prendre les choses en main, pose trois questions à la mairie. Les réponses servent à établir l’assise ministérielle sur les travaux. La commission municipale créée pour répondre aux trois questions, composée de Vitelleschi, Canevari, Gabet, Ratti et Ruspoli n’a guère de moyen, ni forcément l’envie, de sauvegarder les prérogatives de la mairie. Il est difficile pour le Capitole de se plier à cette démarche, qui présage de sa mise à l’écart de la suite du processus décisionnel et opérationnel. Mais dans son rapport, lu devant le Conseil municipal, Ruspoli tente de repousser définitivement l’idée d’un détournement. Il accepte l’idée des murs comme Canevari les a conçus, et demande la construction de collecteurs des égouts8. Vescovali est désavoué par sa hiérarchie, qui a dans son dos procédé à une médiation avec les cercles techniques de l’État. La question des collecteurs s’amorce donc pour la municipalité sur des bases peu fermes. Or l’enjeu est considérable : les choix pour l’évacuation des eaux usées de la ville impliquent une réflexion sur le système d’égouts dans son ensemble, et donc ont des conséquences sur un des domaines premiers de la compétence technique municipale.

10C’est à cette époque que le Ministère lance les premiers appels d’offres pour la construction des murs. Dans une conjoncture politique et institutionnelle difficile, cette première série reflète les grandes incertitudes du moment : on n’est pas encore sûr du tracé, et le Génie civil n’est pas encore tout à fait hégémonique face à la mairie.

11On va donc avoir un résultat en demi-mesure : sont attribués les tronçons non affectés par une éventuelle dérivation, et les entreprises de la sphère municipale et catholique sont en partie associées à la répartition des contrats. C’est sur ce terrain que la médiation a eu lieu. D’une certaines manière, les services techniques des deux camps sont désavoués : les ingénieurs de l’État n’obtiennent pas que les réseaux clientélistes locaux municipaux et catholiques soient tout à fait éliminés, et les ingénieurs de la mairie voient l’appareil politique municipal transiger sur des points qui leur semblaient essentiels.

  • 9 R. D. 5 avril 1877. La commission ne fut supprimée, par le décret n° 1687, que le 19 novembre 1921 (...)
  • 10 ASR, Annexe suburbaine de via Galla Placidia, Carte Tevere, Appalti, 1876-1877.
  • 11 Sur l’histoire de ce milieu à la période moderne, voir : M. Vaquero Pineiro, Per la storia di un g (...)

12Entre la fin de l’année 1876 et le début de l’année 1877, finalement six ans seulement après l’inondation, l’histoire du Tibre passent en effet à une phase décisive : les travaux vont commencer. Un décret royal crée la commission de surveillance des travaux prévue par la loi de 1875, composée de représentants du gouvernement (3), de la mairie (2) et de la province (1)9. De son côté, le bureau spécial du génie civil pour le Tibre prépare les appels d’offres. La première rédaction, supervisée au sein du bureau par les ingénieurs romains, qui gagnent en pouvoir à la faveur de la conjoncture institutionnelle et politique, est morcelée : chaque appel ne concerne qu’un petit tronçon10. On peut y voir tant la marque d’une pratique institutionnelle et bureaucratique héritée, que le souci de répartir les contrats entre plusieurs entreprises et huiler de la sorte les rapports avec le monde des entrepreneurs locaux11. La première série de contrats est signée au cours de l’année 1877. Les principaux appels d’offres pour la construction des murs de rive, sont remportés par les entreprises Campos, Sismondo et Santini. Le Génie civil en tant que corps technique n’est pas encore en mesure d’imposer ses vues, ni face à la mairie ni face aux préférences politiques et aux compromis de la tutelle ministérielle. Les ingénieurs du Génie se contentent pour le moment de la mainmise sur le processus de décision. Le contenu de la décision et les conditions de réalisation du chantier sont encore l’objet de médiations diverses.

  • 12 R. Canevari, Relazione della Commissione di Vigilanza sui lavori di sistemazione del Tevere. Rome, (...)

13C’est dans le premier rapport de la commission de surveillance des travaux, que la volonté des ingénieurs du corps d’État de remédier à cette situation et de passer à une intégration plus nette de ce chantier dans les structures habituelles de leur horizon technique, administratif et économique se fait sentir. Le rapport est rédigé à la fin de l’année 1878 par Canevari lui même. Il est remis au Ministre des Travaux publics le 18 janvier 187912. L’ingénieur qui est à l’origine du projet se confirme ainsi dans son rôle d’éclaireur externe des pistes du Génie dans son approche de la capitale.

14La Commission de surveillance, présidée par Pianciani, conseiller municipal progressiste et ancien maire, est composée de Guido Baccelli, A. Bracci et F. Manni. Canevari est rapporteur. Elle doit présenter son rapport annuel au Ministre, qui doit lui-même le présenter au Parlement avant de le communiquer à la Commune et à la Province. Il semble que les commissaires aient siégé dès les premiers mois de 1877. Mais la nomination officielle n’est arrivée qu’en 1878. Le premier rapport date donc de la fin de cette année-là.

  • 13 500.000 en 1876, 4 millions en 1877 et 1878, 500 000 en 1879.

15Le rapport repart des conclusions de la séance du 29 novembre 1875 du Conseil Supérieur des Travaux publics, qui avait confirmé les conclusions de la commission gouvernementale de 1871. Le but des travaux du Tibre est donc confirmé de la manière qui suit : arriver à une largeur uniforme, dégager le lit, construire les murs et les collecteurs, dans le cadre de la déclaration d’utilité publique résultant de la loi du 6 Juillet 1875, pour une dépense maximale de 60 millions de Lires, dont la moitié payée par la Commune et la Province. Le lancement des travaux a été rendu possible par la loi du 30 juin 1876, qui autorise la première série d’appels d’offres, pour un coût total de 10 millions de Lires13.

16Quatre contrats ont été signés :

  • Le 5 décembre 1876 pour le dégagement du lit du fleuve.
  • Le 11 avril 1877 pour l’élargissement à la hauteur de la Farnesina.
  • Le même jour pour le tronçon de la Regola.
  • Le 19 juin 1878 pour un tronçon de la rive droite, entre Ponte Sisto et les ruines des Bagni di Donna Olimpia.
  • 14 Pour une étude sur un entrepreneur de travaux publics, dans le contexte français, voir : A. Bertho (...)
  • 15 Sur l’importance des innovations techniques à cette période, voir : D. Barjot, Les entrepreneurs f (...)
  • 16 Relazione della Commissione di Vigilanza, 1879, p. 9.

17Il a donc fallu près de deux ans pour signer les premiers contrats, alors que, semble-t-il, les plans d’exécution des travaux étaient prêts. Ce retard s’explique aussi bien par la reprise du débat sur une éventuelle déviation, que par les rivalités croisées entre ingénieurs, services, entrepreneurs et institutions pour l’attribution des appels d’offres14. Il faut noter aussi que tous les contrats concernent la zone en aval de Ponte S. Angelo. Rien n’est encore lancé pour le pont lui-même, qui constitue pourtant un des obstacles majeurs en cas de crue, ni encore moins pour la zone en amont, le long des Prati di Castello. Alors que l’on n’a pas atteint les dix millions prévus par la loi, on s’abstient de lancer des travaux le long des aires d’influence trop directe du Vatican. C’est sans doute que l’on craint de devoir dans ce cas en confier la réalisation à des entreprises proches de la sphère politique et économique municipale et catholique. Le Génie civil choisit de s’abstenir pour l’instant et, visiblement, d’attendre que le piège de l’air comprimé ne se referme (on le verra) sur les entrepreneurs qu’il entend évincer15. On attend aussi la fin complète des débats sur la déviation. Une autre raison à la retenue étatique dans le parcours supérieur du fleuve concerne les expropriations. Le vote du Conseil Supérieur des Travaux publics du 27 janvier 1876 contenait certes des dispositions relatives au tracé en amont du Ponte S. Angelo, mais on a jugé qu’à ce moment-là les expropriations absorberaient une trop grande part du budget. Dans une zone de propriété exclusive catholique (noblesse et chapitre de Saint-Pierre), l’État choisit également de ne pas se lancer trop précocement dans une bataille juridique avec la noblesse capitoline. Il vaut bien mieux attendre les résultats des premiers travaux, et placer ensuite les propriétaires devant le fait accompli. Il vaut mieux attendre aussi les résultats de la médiation (spéculative) en cours autour de l’urbanisation des Prati. Le rapport de la commission de surveillance est à ce sujet très clair : « ces travaux donneraient lieu à trop de polémiques »16.

18Quant aux travaux contenus dans la première série d’appels d’offres, la situation à la fin de l’année 1878 est la suivante :

19Pour le contrat du 5 décembre 1876 (dégagement du lit), 11.000 m3 de ruines (d’époque romaine) ont été enlevés, pour 163.589 Lires. Mais, comme le dit le rapport de la commission de surveillance, seul « 1/6 du total a été fait, en 4/5 du temps prévu ». Pour le contrat correspondant à l’élargissement du cours du fleuve à la Farnesina (11-4-1877), ce sont visiblement les lenteurs de la procédure d’expropriation qui ont retardé la mise en chantier. Quant au troisième contrat, pour la zone de la Regola (11-4-1877), de nombreux retards sont à déplorer, qui décalent l’échéance d’au moins 18 mois. L’entreprise bénéficiaire du contrat a même été contrainte de le céder, par une convention du 10 mai 1878. Pour le tronçon de la rive droite (contrat du 19-6-1878), les travaux ne font que démarrer. Ils sont prévus pour trois ans, pour une somme totale de 1.264.409 Lires, dont seulement 100.000 ont été dépensées en décembre 1878.

Fig. 6 – Projet d’Eugenio Mancinelli pour ramener à la vie le bras gauche du Tibre à hauteur de l’île Tibérine (Archivio storico capitolino 11 520 1).

  • 17 Idem, p. 5.

20La première série de travaux est de plus soumise, durant les hivers 1877 et 1878, aux contraintes du régime fluvial. De petites crues emportent près de 30m de murs à peine construits. Les contrats stipulent que les dégâts sont à la charge des entreprises, mais il est sûr que la commission de surveillance tient là un bel argument pour appuyer sa volonté de se débarrasser de certaines d’entre elles. Concentrer les travaux durant les mois d’été apparaît dans un premier temps comme une recommandation de bon sens, mais deviendra vite l’argument étayant la demande de partenaires plus solides et efficaces. Car dès la rédaction de ce rapport, la commission de surveillance recommande de profonds changements dans l’organisation des travaux. Elle déplore l’insuffisance de moyens des entreprises choisies pour la première série d’appels d’offres, « conséquence, à notre avis, de la division des appels d’offres en de petits lots »17. Les entreprises adjudicataires des contrats sont de plus contestées pour leur « manque d’énergie ».

  • 18 Idem, p. 6.

De cet avancement des travaux peu satisfaisant, nous ne saurions rendre responsable la direction technique, car la vraie raison en est, à notre avis, le fait que l’État a donné à une œuvre aussi grandiose l’obligation d’appliquer les règles ordinaires de la loi de comptabilité. Il était au contraire nécessaire, pensons-nous, de s’assurer les services d’une grande Entreprise rompue à ce genre de travaux, dotée de puissants moyens d’action et de capitaux consistants. On a préféré fractionner l’exécution des travaux en des appels d’offre limités et recourir aux enchères publiques, s’imposant ainsi, dans le choix des entrepreneurs comme seule loi celle du rabais le plus important, comme si on devait à ce seul critère mesurer leurs capacités. Avec ce système on obtint de splendides rabais de 30 %, voire plus, avec le résultat que démontre l’état d’avancement des travaux18.

21Suivent des appréciations sur la « mollesse », le « manque de décision » et les « modifications coûteuses » qui s’ensuivirent. Le rapport Canevari marque donc la volonté des ingénieurs de l’État de prendre cette fois le contrôle de l’ensemble de la chaîne de décision et d’action, s’affranchissant finalement des tergiversations initiales, dues, pour une grande part, à la nécessité de ne point heurter de front les intérêts municipaux et catholiques. La commission de surveillance, garante de l’équité des appels d’offres et de l’avancement des travaux, en vient donc à proposer de sortir du cadre général de la loi italienne pour ce chantier, et de créer des procédures extraordinaires et dérogatoires. Le but est de renforcer le pouvoir ministériel sur les transformations de la capitale. Avant donc l’époque des lois spéciales pour Rome des années 1880, on voit ainsi l’appareil technique d’État presser sa hiérarchie de forger un statut dérogatoire pour la ville capitale aux règles de la comptabilité publique et de la répartition des compétences techniques entre institutions.

  • 19 Idem, p. 9.

22Il est ainsi proposé de programmer les travaux dans les détails avec les fonds correspondants, « comme l’a promis le ministre des Travaux Publics », et surtout de « renoncer au système des enchères publiques et aux avantages éphémères des grands rabais en faisant le choix de grandes entreprises dont l’abondance de ressources et l’habitude à ce genre de travaux pourront offrir de plus grandes garanties pour conduire rapidement et sûrement à leur terme les travaux qui leur auront été confiés [...], par le vote d’une loi spéciale si besoin est »19. On a là une des premières formulations d’une demande de soustraction de Rome au statut de la banalité urbaine italienne, au sens de soumission de la ville capitale à la législation municipale nationale.

23« Que le gouvernement national s’affirme au travers de grands travaux publics avec une vigoureuse énergie et des moyens dignes du but fixé ! » dit encore le rapport. Le chantier du Tibre est, à ce moment, vu par la bureaucratie ministérielle, qui domine et guide la commission de surveillance, comme le moyen de façonner peu à peu pour la capitale un statut dérogatoire à la loi municipale et à l’ensemble de la législation nationale sur les travaux publics urbains. Après une première phase de prise de position dans les processus de la décision, on entre dans une phase de recherche de l’hégémonie sur ce territoire en plein cœur de la ville, et surtout de concrétisation juridique de la revendication d’exception urbaine pour la Capitale du Royaume.

Nouveaux conflits au sujet des collecteurs des égouts

  • 20 Voir : G. Corsetti, I collettori bassi delle fogne di Roma, dans Annali dei Lavori pubblici, 1925, (...)

24Alors même que les travaux du Tibre entrent dans leur phase de réalisation, les collecteurs sont par ailleurs encore l’enjeu de dures luttes de pouvoir entre la mairie et l’État. En janvier 1877, le maire Venturi prend appui sur la délibération du Conseil supérieur des Travaux publics du 2 novembre 1875 pour nommer une commission municipale pour les collecteurs des égouts. Notre familiarité croissante avec le réflexe commissionnaire nous incite à lire cette décision en termes de revendication de compétence, voire de marquage de territoire. Mais si, en 1875, sous le gouvernement de la droite historique, et dans des conditions politiques toutes particulières, le Génie civil pensait laisser une part de responsabilité aux services de la mairie dans la construction des collecteurs, il en va tout autrement en 187720. La décision de Venturi de créer la commission est une tentative de brider le Génie civil, dont la contre-offensive a commencé. Il convient aussi de relier cette chronologie à celle de l’évolution interne du Génie civil.

Fig. 7 – Les collecteurs des égouts selon G. Corsetti (G. Corsetti, I collettori bassi delle fogne di Roma, Rome, 1925.Archivio storico capitolino. Biblioteca. 19 166 [6]).

Fig. 8 – Les collecteurs des égouts selon G. Corsetti (Ibidem.).

  • 21 Corpo reale del Genio civile. Provincia di Roma. Ufficio tecnico speciale per la sistemazione del (...)
  • 22 Bassin versant rive gauche : 9.250.000 m2.
    Collecteur supérieur gauche : Quirinale, San Pietro in V (...)

25Au même moment, au Ministère, l’ingénieur en chef Natalini présente un rapport manuscrit au Conseil supérieur des Travaux publics21. Dans ce document, il prend systématiquement le contre-pied de Vescovali. Alors que l’ingénieur municipal propose 3 collecteurs sur la rive gauche et deux sur la rive droite22, Natalini propose « que la construction des collecteurs soit contemporaine de celle des murs, et se fasse sous les nouveaux lungo-teveri ». Il n’y aurait besoin que d’un seul collecteur par rive, et l’on éviterait le risque de faire écrouler les immeubles sous lesquels il faudrait creuser. Alors que le projet Vescovali concerne des travaux qui se feraient dans des aires éminemment municipales, et catholiques, celui de Natalini propose un chantier circonscrit à l’enclave laïque et gouvernementale que constitue d’ores et déjà le lit du Tibre. En 1877, l’administration de l’État n’a aucune chance encore de gagner de nouvelles aires de compétence technique sur le territoire municipal, surtout sur la rive droite, aux abords du Vatican. Mais elle peut tenter de gagner de nouvelles attributions, en concentrant le plus de services possibles dans la tranchée du Tibre, qu’elle a déjà conquise.

  • 23 Relazione della Commissione per lo studio dei collettori delle fogne, Rome, 1878. ASC Biblioteca 2 (...)

26La commission municipale est présidée par le marquis Raffaele Pareto, inspecteur du Génie civil. En font partie : Giovanni Battista Favero, professeur à la Regia scuola di applicazione degli ingegneri di Roma ; Pompeo Natalini, Inspecteur du Génie civil et spécialiste des collecteurs d’égouts ; le Docteur Pietro Balestra, membre de la Commission municipale d’Hygiène ; l’ingénieur Alessandro Viviani, Directeur des services techniques municipaux ; l’ingénieur Angelo Vescovali, Chef de la division hydraulique municipale ; l’ingénieur Cesare Leonardi, chef de la division des nouvelles constructions municipales et l’ingénieur municipal Ferdinando Gerardi, qui fait office de secrétaire23. Le but de l’administration municipale est assurément de susciter une confrontation entre Natalini et Vescovali dans laquelle le premier serait en position de faiblesse, et serait amené à entériner les choix municipaux. À la mairie, on a visiblement compris l’importance du travail des commissions. Il vaut mieux jouer sur son propre terrain, choisir ses adversaires, et diluer leur pouvoir dans la mise en minorité.

  • 24 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48, Atti della Commissione per lo studio dei colle (...)

27La première réunion a lieu de 30 janvier 1877, au Capitole, dans les bureaux des services techniques municipaux24. Natalini est absent. Pareto est nommé président de la commission, à l’unanimité. D’emblée, il situe le problème des collecteurs au cœur de l’aménagement hydraulique de la ville, et donne au mandat de la commission une lecture ample et maximaliste : « on parlera d’abord des collecteurs, puis des égouts secondaires, et enfin de l’aménagement général ». Pour les ingénieurs municipaux, il n’est pas question de parler avec le Génie civil d’autre chose que des collecteurs, les simples égouts devant absolument rester de leur compétence exclusive et indiscutée. Tout le monde convient du fait que les eaux devront se jeter, comme à Vienne dit-on, en un point unique du fleuve. Vescovali propose de nouveau un plan de construction des collecteurs par les services municipaux : il y aurait trois collecteurs de chaque côté du fleuve, à des niveaux différents. Pour l’ingénieur municipal, il s’agit d’éviter à tout prix l’hypothèse d’un collecteur unique accolé aux murs du Tibre, et donc sous la responsabilité du Génie civil. Leonardi abonde dans son sens, tout en déclarant préférer deux collecteurs de chaque côté. Le président, sans doute isolé face à l’offensive municipale, renvoie la discussion à la séance suivante.

28Lors des deuxième et troisième séances, en l’absence toujours de Natalini, Pareto tente de gagner du temps en lançant la discussion sur des points moins cruciaux d’un point de vue institutionnel. On parle donc des eaux de pluie, de l’antique cloaca massima, dont Viviani pense qu’il faudrait la boucher, et de divers autres sujets peu brûlants dans le contexte du mandat de la commission. À chaque fois qu’un ingénieur municipal tente de parler de la situation des futurs collecteurs, Pareto renvoie habilement la discussion à une séance ultérieure, dont d’ailleurs il ne fixe pas la date. Manifestement, il cherche à temporiser, et à attendre le renfort d’un personnage de la stature de Natalini.

  • 25 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48.
  • 26 Marco De Nicolò montre qu’il s’acquitte si bien de sa tâche qu’il finit par marier sa fille, en ju (...)
  • 27 Idem.

29Le 20 février 1877, le Préfet de Rome, Camillo Caracciolo di Bella, écrit au maire Ruspoli pour l’informer des intentions du Conseil supérieur des travaux publics25. Le noble marquis napolitain, à la médiocre carrière diplomatique, a été nommé Préfet de la capitale par Nicotera, Ministre de l’Intérieur, non pour ses timides sympathies de gauche, mais pour sa proximité sociale avec les salons de la noblesse romaine. L’homme, en clair, est chargé de comprendre et d’apaiser les nobles du Capitole26. Marco De Nicolò a souligné combien toutes les autres fonctions du préfet étaient assurées soit par le questore Bolis, soit directement par les services du Ministère de l’Intérieur27. Caracciolo prend, en quelque sorte, le relais du commissaire Manfroni, l’homme de confiance de Gadda pour le renseignement face au Vatican. Manfroni, d’ailleurs, a demandé à être transféré après l’avènement du gouvernement Depretis, ne souhaitant pas poursuivre ses fonctions de médiateur entre un gouvernement italien en qui il ne se reconnaît plus et le Vatican. Dans sa lettre, Caracciolo fait part officiellement à la mairie de l’existence, et de la prégnance, du projet Natalini :

Sur demande du ministère des Travaux Publics, direction générale des travaux hydrauliques, j’ai l’honneur de vous transmettre le projet présenté par l’ingénieur en chef de l’Ufficio speciale per la sistemazione del Tevere, Natalini, sur les collecteurs des égouts urbains, afin que vous ayez l’obligeance de bien vouloir le remettre à la commission municipale créée dans le but de l’examiner. La commission a la possibilité de demander toute précision utile à l’ingénieur Natalini. [...] Je tiens à vous faire savoir en outre que, puisque qu’il faudra lancer les appels d’offres correspondant au deuxième projet d’aménagement du Tibre, pour l’élargissement du lit au niveau de la Farnesina, le ministère souhaite que la commission municipale et la Commune se prononcent le plus rapidement possible sur la question des collecteurs. Cette question est primordiale, puisque ces collecteurs devront être construits en conjonction avec les travaux ci-dessus évoqués, au moins pour le tronçon en question.

30À ce moment, il est très clair aussi bien que Natalini n’a aucune envie de se faire piéger par la municipalité, et que les services de Vescovali ont d’ores et déjà perdu l’essentiel de la bataille. La stratégie étatique est habile : dévier les fonctions de la commission municipale (d’instance de réflexion sur la question des collecteurs à chambre d’enregistrement du projet Natalini) et placer le Capitole devant le fait accompli.

  • 28 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1877.

31Deux mois passent donc avant la quatrième réunion de la commission. Mais cette fois-ci, Natalini est là. Pareto, conscient de l’impossibilité de détourner plus longtemps l’attention des ingénieurs municipaux des vrais enjeux de la décision, a attendu que son collègue du Génie civil soit disponible, et surtout ait suffisamment avancé dans son projet de collecteurs pour affronter Vescovali28. Il semble également que le président ait convoqué cette réunion à son propre domicile, bon moyen pour dépayser les ingénieurs de la mairie par rapport à leurs propres bureaux du Capitole, où s’étaient tenues les premières réunions. Les ingénieurs municipaux jouent désormais fuori casa. Le but de ces deux manœuvres est assurément de rendre moins municipale la commission municipale, et de s’approcher de ce qui a, depuis 1870, été le point culminant des manœuvres du génie civil : l’approbation de ses visées par une commission municipale. Des conclusions trop défavorables aux idées ministérielles, même sans grande valeur légale, seraient un réel obstacle dans la prise de contrôle par le Génie civil de ce nouvel horizon dans la transformation de la capitale. Le but est désormais de faire des grandes lignes du projet ministériel une demande municipale, que le ministère s’empressera d’honorer.

32La quatrième réunion a donc lieu le 5 avril 1877. Natalini, d’emblée, donne son avis sur un point : les collecteurs ne doivent pas être de forme ovoïdale, comme le prescrivent les ingénieurs municipaux (et les entreprises avec lesquelles ils ont l’habitude de travailler), sur le modèle londonien, mais doivent être dotés de rebords, comme à Paris. « Tous les autres commissaires sont d’avis contraire ». Le problème, avec la forme prônée par Natalini, c’est qu’il faut plus d’eau pour faire circuler les matières. Mais très vite Natalini, qui parle avec l’assurance de qui sait avoir de forts soutiens, passe à l’essentiel : il faut un seul collecteur par rive, situé sous les murs. Vescovali et Viviani ont beau objecter que « si un jour on construit ce qui est prévu par le plan régulateur, il faudra deux collecteurs de chaque côté », leurs arguments ne parviennent pas à renverser la dynamique apportée par l’arrivée de Natalini. Notons que, pour une fois, les services de la mairie évoquent le plan régulateur de 1873 qui a, par ailleurs, été largement enterré par ces mêmes services.

33Pour la séance du 24 avril 1877, Vescovali a affiné son argumentation : il a calculé que deux collecteurs de diamètre modéré ne seraient pas plus chers à construire qu’un seul. Natalini, bien sûr, conteste ardemment. « Le collecteur supérieur n’aurait pas d’autre fonction que de recueillir les eaux du haut de la ville, qui peuvent très bien être conduites en bas ». On s’affronte à coup d’évidences assénées sans ménagement. Favero conduit à une médiation qui, malgré son opposition affichée, doit satisfaire Natalini : construire d’abord le collecteur inférieur, le long du Tibre et d’un bon diamètre, puis, plus tard (peut-être), le collecteur supérieur. On laisse ainsi une porte de sortie honorable aux techniciens capitolins, tout en consacrant la victoire du Génie civil. Lors des réunions suivantes, chacun campe sur ses positions, et tente d’en glisser une part dans la solution de médiation qui se dessine. On envisage, pour la rive gauche, la construction d’un collecteur unique, auquel s’adjoindrait, pour les seules périodes de très fortes pluies, un canal de dérivation vers la Marrana. La médiation prend la forme d’une intégration des volontés municipales sous forme de vœux pieux dans le projet en cours de façonnage.

  • 29 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48, Atti della Commissione per lo studio dei colle (...)
  • 30 Il faut pourtant dire ici que cela arrivera à plusieurs reprises ! Une anecdote est à ce sujet édi (...)

34Le 22 mai, Viviani et Vescovali arrivent avec une nouvelle proposition de collecteur haut. Ils profitent de l’absence de Natalini pour la faire voter. La controverse reprend évidemment la semaine suivante : Vescovali insiste sur le fait que « les collecteurs doivent être construits sous les rues, afin de pouvoir mieux les raccorder aux égouts existants, qui ont des débouchés trop bas dans le Tibre »29. Natalini répète sa préférence pour des collecteurs le long du fleuve. L’ingénieur Viviani combat cette opinion. Il affirme que, puisque les travaux du Tibre se feront de manière irrégulière, les portions de collecteurs construites en même temps seront inutiles jusqu’à ce que, dans une époque relativement lointaine, « on puisse compléter le tout ». Viviani ajoute que « si un bout de mur du Tibre venait à s’écrouler, il est certain que le collecteur serait détruit ». On voit que l’ingénieur municipal a confiance en la qualité du travail de ses confrères du ministère, qui ont dû apprécier la remarque30.

35La discussion porte cependant de plus en plus autour de la proposition Natalini, que l’on discute sous tous les angles. Et comme il advient généralement dans ces cas-là, c’est cette proposition, modifiée, nourrie des résultats de la médiation, qui va servir de base au compromis, grâce au talent de Favero. Natalini accepte ainsi de porter de 1 à 3 m l’espace entre le collecteur et les murs, de doter le collecteur de fondations indépendantes, et éventuellement de passer sous une rue si un tronçon du mur était trop long à construire. Mais l’essentiel est là : c’est sa proposition qui est soumise à un vote définitif que Pareto propose opportunément, arguant du fait que le ministère des Travaux publics demande d’urgence ses conclusions à la mairie. Le projet Natalini est voté. Le rapport entérine l’essentiel de ses idées. « La commission municipale est d’avis que les collecteurs se fassent le long du Tibre, sauf dans les tronçons où une construction sous les rues permettrait d’accélérer leur mise en service, et invite le Gouvernement à donner aux travaux du Tibre la direction nécessaire pour qu’au plus vite les collecteurs bas soient en état de fonctionner ».

36La commission municipale vient de voter pour l’idée ministérielle, et toutes ses conséquences, alors que les deux plus hauts fonctionnaires de l’administration technique municipale, avec clair mandat de leur hiérarchie, étaient contre. Pour le Génie civil, la manœuvre est encore plus forte, en matière de commissions, que celle de 1871. À l’époque, la commission gouvernementale avait évincé la mairie dans la mise en place même de la commission. Là, c’est au sein d’une commission municipale destinée à contrer les projets du ministère que les représentants du Génie civil, grâce à l’habile guidage du président Pareto, que la mairie en vient à se voir imposée une solution synonyme pour elle de perte d’une nouvelle attribution essentielle dans le domaine de la technique. La municipalité s’apprête à perdre aussi la gestion d’énormes budgets et appels d’offres, ainsi qu’une occasion de reprendre pied dans le chantier de transformation du Tibre. Le rapport final n’entre dans aucun détail du projet, laissant au Génie civil le soin de faire son travail. « La commission n’a pas cru de son devoir d’entrer dans les questions de détail, qui sont le domaine réservé de celui à qui sera confiée l’exécution du projet. Elle s’est limitée à fixer les principes généraux et à donner des indications fondamentales ».

  • 31 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1877.

37Avant même que le rapport de la commission ne lui soit transmis officiellement, le Génie civil se met au travail31. Evidemment, les ingénieurs connaissent les conclusions des travaux de la commission. Il reste au gouvernement à jouer d’habileté politique et quasi-diplomatique pour mener la mairie à entériner la décision. On aura donc un collecteur de chaque côte, chargé de recueillir les eaux d’égouts et de pluie de toute la ville intra-muros. La capacité du collecteur de la rive droite devra être de 12 m3/s. Il devra être couvert dans sa traversée de la ville, puis découvert à la sortie des murs. Il se jettera dans le fleuve à la Magliana, en aval de la ville.

  • 32 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48. Lettre du 21-8-1877.

38Au mois d’août 1877, le préfet Caracciolo écrit de nouveau au maire Venturi au sujet des collecteurs32. Une fois que tout, ou presque, est décidé, il convient de mettre les formes, et de ne point humilier ni Vescovali, ni la mairie, ni la noblesse catholique. C’est là le travail de Caracciolo, qui œuvre pour Nicotera, entre décisions frontales et habillage transigeant.

Le Conseil supérieur des Travaux publics, auquel le ministère des Travaux publics a remis pour examen le projet de construction d’un collecteur sous le Lungo Tevere de la Farnesina, fourni par l’Ufficio tecnico speciale per la sistemazione del Tevere, a décidé, lors de sa séance du 13 de ce mois, que, n’ayant rien à faire observer pour le moment, il conviendrait, avant de l’approuver définitivement, d’entendre ce que la municipalité a à en dire.

  • 33 Les services techniques municipaux ont en fait une autre arme : faire traîner aussi la restitution (...)

39Le préfet invite le maire à inciter la Giunta municipale à voter le projet, et lui demande aussi d’envoyer au plus vite le rapport de la commission municipale. La dernière arme de la mairie, consciente que le ministère a tout sauf intérêt à provoquer un conflit à ce moment précis, est de faire traîner les choses autour de l’envoi de ce rapport33. En novembre, le préfet demande de nouveau au maire des nouvelles du rapport de la commission. Plusieurs mois après la séance conclusive, le Génie civil commence à vraiment s’impatienter.

Maintenant le Bureau du Tibre me fait remarquer, avec toute raison, qu’il en résulte un grave préjudice pour le développement régulier des travaux d’aménagement du fleuve. Une décision de principe sur une question aussi importante que les collecteurs des eaux urbaines, dont la construction devrait se faire de pair avec celle des œuvres de défense hydraulique, et selon une conception uniforme, manque encore.

  • 34 Voir : F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento, op. cit., p. 719-720.

40Le maire répond le 26, signant un brouillon écrit par Vescovali. Il invite à la patience. À ce moment-là, les relations entre l’État et la municipalité romaine sont extrêmement tendues. Le conseil municipal est en pleine crise, autour de la question des finances. Le préfet a dissout le 15 octobre 1877 le conseil provincial, et l’atmosphère politique dans la capitale s’est dégradée. Le maire Venturi a été porté à la démission par la véhémence des conseillers municipaux non-romains, et particulièrement de l’assessore Finali34. Mais la domination de la noblesse locale n’est pas vraiment remise en cause. C’est Emanuele Ruspoli qui devient maire, au moment même où se prépare son mariage avec la fille du préfet.

  • 35 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48. Lettres des 26-1, 19-2, 10-3, 5-4 1878.
  • 36 Idem, lettre du 20 mai 1878.
  • 37 Idem, lettre du 6 juillet 1878.

41La solution qui se dégage est révélatrice de l’évolution des rapports de la gauche historique, désormais gouvernementale, avec la noblesse romaine et le monde catholique : à une logique de dureté, doublée lorsqu’il le fallait d’une certaine habileté, ou du moins de la lucidité de ne pas aller trop loin, succède une plus simple politique de rapprochement limité, qui tente d’éviter les phases de conflit. On trouve encore dans les archives plusieurs lettres du préfet au maire, entre les mois de décembre 1877 et avril 1878, demandant les conclusions de la commission municipale35. Mais la mairie prend encore son temps, au moment surtout où tant à la préfecture qu’au gouvernement d’importants changements sont en cours. À l’évidence, on attend de voir la ligne de conduite d’abord du ministre de l’Intérieur Crispi, qui reste peu, puis de Zanardelli, qui se démarque à ce poste très franchement de la politique de Nicotera. À ce moment précis, la chronologie gouvernementale et les rapports de force interne à la gauche donnent à la mairie un peu de temps, et le loisir de jouer ses dernières cartes. Dans une nouvelle lettre, en mai, la préfecture demande de « ne plus retarder » la transmission du rapport de la commission36. Au mois de juillet, le nouveau maire, Rus-poli, écrit à la Commissione di vigilanza per i lavori di sistemazione del Tevere, au ministère des Travaux publics37. « La commission spéciale que l’ancien maire avait nommée pour établir les critères généraux pour la construction des collecteurs des égouts (qui ne concernent pas uniquement l’aménagement du Tibre, mais aussi la construction immobilière (edilità) et l’hygiène), m’a rendu son rapport le 4 de ce mois. Je me dépêche de vous en envoyer un exemplaire ».

  • 38 Idem, lettre du 1er décembre 1878.

42Quelques semaines plus tard la mairie transmet quatre nouveaux exemplaires aux services de l’État. Une fois que le Génie est en possession de toutes les pièces administratives qui confortent son emprise sur le chantier, le ton employé vis-à-vis de l’indocile administration municipale se durcit, signe que l’animosité entre collègues demeure forte. Les services municipaux semblent continuer de contester en sous-main la tutelle de l’État sur le chantier. En témoigne cette lettre, dans laquelle la préfecture transmet à la municipalité les réflexions du ministre des Travaux publics, qui juge inacceptable le fait que la mairie tente de renier désormais les conclusions de la commission municipale38 :

Maintenant le Ministère ne peut plus faire autrement que de noter que le tour donné par la mairie à cette affaire n’est pas des plus corrects. Si l’on considère en effet que le rapport et ses conclusions, auxquelles a pleinement adhéré l’Inspecteur du Génie civil Natalini, en tant, à l’époque, que fonctionnaire gouvernemental et directeur de l’Ufficio tecnico speciale per la sistemazione del Tevere, contiennent des propositions sur lesquelles les Bureaux techniques municipaux et ceux du Gouvernement sont déjà tombés d’accord, il est naturel que ce rapport, et lui seul, serve de base aux décisions de la municipalité et du gouvernement.

  • 39 Pour le projet Natalini : ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1877, 1878, 1879.

43Les conclusions de la commission municipale sont logiquement approuvées par le Conseil Supérieur des Travaux publics le 31 mai 1879. Elles servent de norme pour les projets rédigés par l’Ufficcio speciale del Genio civile per il Tevere, qui vient de gagner une nouvelle attribution face à la mairie39. Au moment du lancement des grands appels d’offres, cette victoire donne aussi de la consistance à la stratégie ministérielle face à la nébuleuse d’entreprises liées à la municipalité et au Vatican.

Le lancement des grands appels d’offres

  • 40 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1879 et 1880.
  • 41 Atti Camera. 27-11-1880.
  • 42 Atti Senato 9-7-1881, p. 1707-1710.
  • 43 G. Cesarini, La pendenza del letto negli ultimi tronchi dei maggiori fiumi italiani a corso stabil (...)

44Le génie civil prépare ensemble plans et appels d’offres du Tibre et des collecteurs40. Un projet de loi pour obtenir de nouveau fonds est déposé par le ministre des Travaux publics à la Chambre en novembre 188041. L’année suivante, il est défendu devant le Sénat par le gouvernement42, qui paraît profiter de la torpeur estivale pour faire passer en catimini des mesures discutables. L’ingénieur Cesarini ne manque pas de s’en apercevoir, et publie dès les jours suivants un opuscule dans lequel il dénonce la démarche : « Ce n’est pas parce que l’on peut maintenant, par d’habiles tactiques, réussir à obtenir du Parlement de furtifs votes de complaisance, avec de nombreux millions à la clé, après de fugaces discussions perdues au milieu des souffrances de la canicule, qu’il faut pour autant nier l’évidence »43. Cesarini rappelle que la loi de 1875 prévoyait une dépense maximale autorisée de 60 millions de lires. D’après ses calculs, depuis la loi de 1876, on en serait à un devis d’environ 84 millions.

  • 44 Idem, p. 24.

La limite de 60 millions, à charge moitié du Gouvernement, moitié des Corps moraux intéressés, à ne dépasser en aucun cas, selon le précepte imposé par la loi de 1875, serait dépassée d’au moins 2/5e. Les 24 millions supplémentaires tomberaient à la charge unique de la Mairie et de la Province. Il y a ceci de monstrueux, qu’on me permette l’expression, dans les travaux du Tibre : alors que le Gouvernement décide de son plein arbitre chaque chose, fait et défait tout talent à sa guise, chaque dépassement qui pourrait se vérifier dans la dépense (et n’oublions pas que l’on avance les yeux fermés), au-delà de la limite infranchissable fixée par la loi, pèserait entièrement sur le bilan des autres entités intéressées, contraintes à contribuer à la dépense sans que ne leur soit reconnue la moindre d’ingérence dans la discussion, le choix des plans d’exécution ou la direction du chantier44.

  • 45 Cesarini, op. cit., p. 27.

45Cesarini estime en 1881 que la moitié des 10 millions de la loi de 1876 ont de plus déjà été absorbés par les expropriations. « Ce ne sont pas des suppositions, mais bien des faits, qui parlent un langage dégoûtant ». L’ingénieur va jusqu’à demander l’arrêt de tous les travaux déjà commencés. Il dénonce le système des fondations à air comprimé, source de surcoûts importants. Il faut dire que ce système, exigé dans les appels d’offres rédigés par les services de l’État, a permis d’écarter de la course les petites entreprises proches de la mairie et du Vatican. Plus qu’un impératif technique, il s’agissait d’un paravent politique. Pour Cesarini, l’urgence est plutôt de déblayer le lit du fleuve... ce que les entreprises de la sphère capitoline savent le mieux faire. Son pamphlet se termine par un avertissement au ministre des Travaux publics : « Si guardino i Consoli, se ancora sono in tempo »45. Les appels d’offres conclus à cette époque confirment l’hégémonie des entreprises affidées au Génie civil. C’est par la sous-traitance que les entrepreneurs évincés rentrent dans le jeu.

  • 46 Corsetti, op. cit.

46En septembre 1882, l’ingénieur Zucchelli, qui a succédé en 1877 à Pompeo Natalini à la tête de l’Ufficio speciale del Genio civile per il Tevere, rend son projet détaillé pour le collecteur de la rive gauche. Le Conseil supérieur des Travaux publics l’approuve lors de la séance du 2 décembre suivant46. Zucchelli a suivi les grandes lignes tracées par la commission de 1877-78. Le collecteur commencerait en amont de Porta del Popolo, afin d’inclure dans le bassin versant la zone de la via Flaminia, vers laquelle il est prévu que la ville s’étende. Il s’attire à ce sujet de très vives critiques de la part de Vescovali, l’ingénieur municipal. Le choix du Génie civil de prévoir une urbanisation qui sorte du cadre envisagé par la mairie lui paraît inacceptable. Le paradoxe du rapport de la technique municipale au plan régulateur est que lorsque le plan sert à défendre le territoire de compétence de la mairie, il est mis en avant, alors que sinon les services capitolins planifient la ville hors de l’outil du plan régulateur. Mais Vescovali, à ce moment précis, pense surtout avoir là un moyen de contester de nouveau, après cinq ans, la tutelle ministérielle sur les collecteurs. Pour Vescovali, avoir perdu le Tibre et les collecteurs est une chose, laisser le Génie civil s’occuper des grands choix quant à l’urbanisation de la ville en est une autre. L’ingénieur est prêt à défendre le plan régulateur et les prérogatives de la mairie en matière de planification.

  • 47 ASC, Atti Giunta.

47La mairie proteste officiellement, par le biais d’une délibération de la Giunta, le 26 mai 188347. La chronologie politique municipale est à ce titre un élément intéressant d’explicitation : après la chute de la seconde administration Pianciani, le Capitole entend retrouver des prérogatives que Crispi avait voulu lui ôter. Quant au moment Pianciani, on a vu qu’il avait été marqué par une sourde opposition de l’appareil technique municipal aux desseins du maire et du gouvernement.

  • 48 Corsetti, en 1925, confirme l’estime des ingénieurs du Génie civil à Rome pour l’aîné Zucchelli : (...)

48Le 28 mai 1883, les bureaux municipaux transmettent la protestation au ministère des Travaux publics, qui donne cependant raison à son ingénieur Zucchelli48.

  • 49 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, Zucchelli.

49Dans son projet, le collecteur ne suit pas le Tibre sur toute la longueur du parcours. Des excursions sont prévues via Giulia, via di Ripetta, et derrière le Monte Testaccio. Le parcours total prévu est de 17 km, dont 6 à découvert. Avec une pente de 40 cm par km et un conduit de section croissante, Zucchelli entend faire passer le collecteur sous le niveau des principaux égouts qui se jettent dans le Tibre, y compris la cloaca massima49.

  • 50 Idem.
  • 51 Corsetti, op. cit., p. 14.
  • 52 Idem. C’est le problème principal des archives du Tibre que l’on trouve auprès de l’Archivio di St (...)

50Pour la rive droite, la situation est plus confuse. Deux raisons l’expliquent : les incertitudes quant aux modalités d’urbanisation, et surtout la difficulté pour le Génie civil de prendre pied sur une rive qui lui est nettement plus hostile, du fait de la connotation catholique et vaticane encore très marquée de tous les terrains concernés. Aucun des projets des ingénieurs de l’Ufficio speciale n’arrive, au cours de ces années, jusqu’au stade de l’approbation par le Conseil supérieur des Travaux publics. Il semble que le Génie civil ait choisi d’adopter là un profil bas, en construisant au coup par coup des tronçons de collecteur, au rythme de l’avancement du chantier du Tibre, sans jamais théoriser l’ensemble par la publication d’un projet qui, forcément, se serait heurté à l’opposition des propriétaires des terrains à bâtir, et donc de la mairie et du Vatican. Il ne fallait surtout pas dessiner l’emprise étatique sur la rive droite aux abords de Saint-Pierre. Cette tactique du profil bas semble être profitable au service, qui parvient assez rapidement à confirmer son autorité sur le chantier. On trouve dans les archives des brouillons de projets, par Zucchelli et ses adjoints, mais point de document ayant été porté à terme50. En 1925, Corsetti, lointain successeur de Zucchelli, un an après la fin des travaux des collecteurs, résume ainsi la situation : « En attendant une stabilisation relative de la situation de la construction immobilière, qui permette une étude de l’œuvre à réaliser dans sa totalité, l’Ufficio del Tevere fit construire les parties du collecteur qui, de toute façon, n’auraient pas été modifiées, ou dont la construction était nécessaire »51. Les archives de l’Ufficio speciale telles que versées à Galla Placidia sont assez muettes sur les détails d’éventuels conflits entre la mairie et le Génie civil à ce sujet. Mais il n’est pas exclu que Corsetti, ingénieur du Génie civil, ait vu passer par son bureau des documents à ce sujet : « En 1890, on parvint cependant à coordonner les travaux du collecteur avec les travaux municipaux, ferroviaires et militaires, et il fut alors possible de définir le projet dans tous ses détails »52. On peut penser qu’au milieu des années 1880, après la chute de l’administration Pianciani à la mairie, et donc l’oubli du plan régulateur de 1883, qui prévoyait l’urbanisation des Prati, on préfère au Capitole ne pas donner de signe qui puisse faire penser à un appui à la procédure de planification. Finalement, l’urbanisation des Prati commençant peu après, largement hors du cadre du plan, la méthode empirique convient à tout le monde, et permet toutes les médiations : on avance, sans théoriser. La municipalité des propriétaires catholiques lotit, le Génie civil de l’État aménage le fleuve.

  • 53 ASC, Uff. V., Dir., Tit. XV, Fasc. 48. Vote du 24-11-1883.
  • 54 Relazione 24-4-1884 Ing. Capo 2a div. Idr. Vescovali all’Ing. Dir. Uff. V. Viviani. Idem.

51Le Ministère des Travaux publics prend tout son temps pour répondre à la lettre du maire de mai 1883. Ce n’est qu’en février de l’année suivante que le Capitole reçoit réponse, sous forme d’une copie d’un vote du Conseil supérieur des Travaux publics53. Une fois ce document reçu à la mairie, Vescovali en prépare une explication de texte, à destination de ses supérieurs54. Le document ministériel dit : « Le Conseil juge les observations de la mairie inacceptables dans l’absolu. Mais dans la pratique, on pourra apporter quelques modifications au projet, que l’on doit cependant considérer comme déjà approuvé ». La médiation, comme de coutume, n’aura pas lieu sur la forme bureaucratique du processus de décision, mais pourra s’effectuer sur le contenu technique du projet mis en œuvre. Encore une fois Vescovali semble comprendre que pour ses collègues du Génie civil et pour le gouvernement, l’essentiel est de décider. La teneur de la décision importe moins, et peut être sujette à négociation. Elle doit même être objet de médiation, ne serait-ce que pour préserver les prérogatives du corps de trop lourdes attaques des corps rivaux.

52Vescovali pense ainsi qu’il sera possible de discuter de détails aussi importants que la pente des collecteurs ou la hauteur de leur ouverture sur les égouts. Il argue du fait que les études en cours au sein de ses services apportent des éléments nouveaux quant à l’altitude prévue du débouché des égouts citadins dans le fleuve. Pour la gestion du système, Vescovali recommande le modèle londonien, dans lequel aucune intervention de l’homme n’est nécessaire dans l’orientation des flux. Il est conscient que sinon la mairie aurait à pourvoir aux 6 emplois nécessaires à cette tâche. « Je pense que cette requête devrait aussi être acceptée, vu qu’elle est source d’économie pour l’Administration communale, et susceptible de mettre à l’abri le service de la négligence humaine ».

53L’ingénieur municipal, et chef d’orchestre de la stratégie capitoline pour les rapports au Génie civil, conseille de la sorte à Viviani de répondre de manière modérée, en ne revenant pas sur les oppositions de fond, et en concentrant les attentes de la mairie autour de trois points négociables, qui ne remettent en cause ni tout l’édifice, ni les parcours de la décision. « Dans l’intérêt de la chose, je recommande que la lettre au Ministère soit de l’aspect le moins technique possible, et que mon rapport ne soit pas transmis ».

  • 55 Lettre du 13-5-1884. Idem.

54Dans sa lettre au ministre des Travaux publics, le maire, quelques jours plus tard, s’inspire largement des conseils de son ingénieur. « Profitant de la clausule où il était dit que malgré le caractère intangible du projet dans l’absolu, quelques modifications peuvent être apportées, le soussigné, dans l’intérêt de la commune, qui dans ce chantier non seulement participe aux dépenses mais doit aussi soutenir celle de mise à niveau des égouts citadins, entend proposer trois modifications »55. On est en plein dans la rhétorique d’une médiation entendue, dans laquelle chacun des partis connaît parfaitement tant la partition que les limites de son action. Le maire évoque alors le point principal de la revendication municipale : un débouché plus élevé des égouts de la ville dans les collecteurs. « Je suis sûr que l’on donnera à un sujet aussi grave toute la pondération et la maturité requise dans l’expression d’un jugement, afin que cette œuvre, parmi les plus importantes du gouvernement, à laquelle concoure la mairie, réussisse au mieux ».

55On peut également avoir une autre lecture de cet échange : avec des travaux de ce prix et de cette importance pour la ville, il faut malgré tout aux deux institutions des pincettes pour s’entendre sur un point aussi crucial que de savoir si les collecteurs gouvernementaux seront à la bonne hauteur pour collecter les égouts municipaux ! Pendant ce temps, les travaux du Tibre se poursuivent, désormais à un rythme soutenu. La construction des murs n’attend point les derniers développements de la prise de décision sur les collecteurs. La volonté ministérielle de concentrer au maximum les appels d’offres entre les mains de quelques grosses entreprises se confirme de mois en mois.

  • 56 A. Cavaletto (rapporteur), Relazione della Commissione di Vigilanza sui lavori del Tevere per gli (...)
  • 57 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, Appalto Zschokke.
  • 58 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, Appalto Campos.

56Le rapport de la commission de surveillance pour les années 1882 et 1883 confirme que le Génie civil a bel et bien pris les choses en main à tous les échelons de la chaîne de décision et de réalisation56. La nouvelle série d’appels d’offres, ainsi qu’une partie des contrats en jachère de la première série, ont été confiés à l’entreprise Conrad Zschokke57. Seules quelques entreprises restent en course. L’entreprise Campos est parvenue à maintenir une présence sur le chantier, en reprenant certains des contrats de petits entrepreneurs en déroute face aux exigences du ministère. Campos a ainsi récupéré les tronçons confiés à Cottrau et à Pietro Fumaroli, auquel ne semble rester qu’une part du revêtement des murs58.

  • 59 Cavaletto, op. cit.

57D’autres entrepreneurs demeurent présents pour la seconde série de travaux : Antonio Emiliani, à qui est attribuée l’île tibérine, et Carlos Santini, qui travaille près du Ponte Sisto. Mais la Commission entend bien se débarrasser, en cette année 1884, de cet adjudicataire, dont elle conteste la lenteur et les méthodes : « la commission n’a pas manqué de faire recommandation au Ministre pour que soient résolus les problèmes surgis avec cette entreprise »59.

  • 60 ASR, Sede Galla Placidia, Carte Tevere, Appalti, 1884. Contrat 1-3-1884.
  • 61 Rapport Cavaletto, 1884.

58En 1883, sous pression du Ministère et de la commission de surveillance, plusieurs tronçons du chantier sont tombés dans l’escarcelle de Zschokke, par des contrats dérogatoires destinés à relever ceux d’entrepreneurs défaillants. Souvent la maîtrise du système de fondation à air comprimé sert d’argument technique. Santini doit ainsi laisser la place à Zschokke60. Dès la fin de l’année 1883, Zschokke fait la jonction avec le tronçon Campos-Cottrau. Dans son rapport, la commission de surveillance marque toute sa satisfaction : « En 1882, les difficultés et les controverses avec certaines entreprises furent la cause d’un retard dans l’avancement des travaux, qui s’est résorbé l’année suivante »61.

  • 62 ASR, Sede Galla Placidia, Carte Tevere, Appalti, 1883-1884. Réunions au Ministère des Travaux Publ (...)
  • 63 ASR, Galla Placidia, Carte Tevere, 1883-1883, Appalto Zschokke.

59C’est au début de l’année 1883 qu’ont lieu des auditions pour l’adjudication des travaux de la seconde série62. Zschokke y obtient l’ensemble du tronçon allant du Vicolo dello Struzzo à la Marrana di San Giovanni, le ruisseau qui descend de Saint-Jean et se jette dans le Tibre. Le contrat est signé le 4 avril 1883, pour un montant de 8.471.185 Lires, avec une réduction de 12 % seulement sur le devis initial de l’entreprise. C’est Zuchelli lui-même qui gère l’ensemble des tractations avec l’entreprise63.

60Le secteur catholique, au sens le plus large, n’a pas tout perdu dans l’affaire : les terrains expropriés ont été payés au prix fort. Sur les 11 millions de lires dépensés entre le début des travaux et la fin de l’année 1883, plus de la moitié (6.456.000 lires) ont été consacrés aux expropriations. Les premiers bénéficiaires de cette somme sont encore les grandes familles de la noblesse catholique siégeant au conseil municipal, ou des sociétés immobilières dont elles sont généralement actionnaires. Dans l’évaluation des médiations, passages en force et jeux de pouvoir autour du chantier du Tibre, cet élément est assurément à prendre en compte. On peut même penser que, dans une certaine mesure, de généreuses expropriations, au bénéfice des propriétaires romains ont facilité la prise de contrôle par l’État italien de l’artère tibérine.

  • 64 Camera dei Deputati, Relazione della Commissione di Vigilanza sui lavori del Tevere eseguiti nell’ (...)

61Le rapport de la commission de surveillance des travaux pour 1886 confirme cette interprétation. Il y est précisé qu’à l’avenir, il faudra faire les expropriations à temps, afin d’éviter la spéculation par les propriétaires, « comme ce fut le cas pour les tronçons précédents »64. Au 31 décembre 1883, sur les 30 millions prévus par la loi, 24 sont engagés.

  • 65 Avis du 2 décembre 1882.

62Le Conseil supérieur des Travaux publics approuve définitivement le projet technique pour le collecteur des égouts de la rive gauche lors de la séance du 24 novembre 1883. À cette occasion, un vote précédent65 est confirmé, et les doutes et objections levés par le bureau technique municipal de Vescovali sont écartés. Les collecteurs sont définitivement ancrés aux murs du Tibre.

  • 66 A. Cavaletto (rapporteur), Camera dei Deputati, Leg. XV, Sess. Ia, doc. n° XLVIII. Relazione della (...)

63L’année 1884 est marquée par les appels d’offres pour la troisième série de travaux, avec la mise en chantier de nouveaux tronçons, dans un cadre désormais dégagé pour le Génie civil. L’horizon du fleuve s’ouvre finalement à toute la structure ministérielle, enfin dispensée des demi-mesures et accommodements divers. Que le prix en ait été à ce moment-là cher payé, par le jeu des expropriations, importe peu, puisqu’au final il reviendra à la mairie de payer les dépassements de budget ! Cette situation ne ferait que confirmer ce que de nombreux « patriotes » n’ont de cesse de dénoncer depuis 1870 : l’enrichissement des grandes familles nobles aux frais de la mairie. En mai 1885, la commission de surveillance des travaux du Tibre rend son rapport pour l’année 1884, qui est présenté le mois suivant à la Chambre par le Ministre des Travaux publics66. Présidée par Pianciani, la commission de surveillance était composée de Berardi, Canevari, Cavaletto et Giobbe. Son rapport montre toute la difficulté rencontrée dans la conduite du chantier, mais aussi utilise tout l’art de la rhétorique afin de parvenir à un renforcement du poids ministériel dans la définition des conditions de lancement des appels d’offres.

Il était souhaitable, et la commission exprima cet avis dès son premier rapport, de prévoir dès le début ces difficultés, et de procéder par de gros appels d’offres, donnés à de puissantes entreprises. Mais cela n’ayant pu être fait, on peut maintenant dire que les appels d’offres petits et partiels avec lesquels on commença cette œuvre grandiose ne furent pas inutiles pour se rendre compte de ces difficultés et les dépasser sans entraîner l’administration dans des litiges graves et onéreux qui seraient inévitablement apparus si on avait dès le début confié un seul grand appel d’offres sans faire preuve de la prudence avec laquelle on a fractionné les premiers appels. L’expérience fut faite à moindres frais.

64En clair, on est satisfait en haut lieu que les petites entreprises du giron municipal à qui le Ministère avait été contraint de confier de petites parties du chantier n’aient pas été capables d’en assumer la charge.

Les travaux et les appels d’offres de la première série sont maintenant presque terminés, et les travaux de la seconde série, dans leur plus grande partie, ont été, à la suite d’un appel d’offres public, comme le veut la loi, confiés à une seule grande entreprise qui, riche de moyens, d’expérience, de techniciens compétents, a donné aux travaux un développement large et efficace, et, bien qu’étrangère, donne de nombreux avantages à notre pays et à la population ouvrière de cette capitale, avec l’achat de matériaux italiens, avec l’implantation de laboratoires pour les constructions métalliques, pour le montage des machines de forage, et avec les commissions données pour ces travaux aux entreprises industrielles de Rome.

  • 67 ASR, Galla Placidia, Appalto Zschokke. C. Zschokke est un entrepreneur suisse de travaux hydrauliq (...)

65Le dernier appel d’offres a en effet été attribué à la Zschokke67. Le rapport de la commission de surveillance répond à l’évidence aux attaques de la mairie et des entrepreneurs romains, furieux d’avoir été évincés de ce prospère chantier. En cette année 1885, la commission de surveillance annonce en outre son espoir de pouvoir rapidement lancer une nouvelle série d’appels d’offres. Quant aux contrats précédents, voici le tableau qu’elle en dresse :

  • Les travaux correspondant au contrat Sismondo, concédé ensuite à Campos (contrat du 5 décembre 1876) ont été arrêtés en cours. La Nuova Impresa Corrado Zschokke e Terrier prend la relève.
  • Ceux du contrat Campos pour la rive droite en amont de Ponte Sisto ont été terminés.
  • Les fondations à air comprimé des murs de la rive droite près de la Farnesina ont été cédés par Campos à la Società Industriale Italiana di Costruzioni metalliche par des contrats de 1881 et 1882. Les travaux sont terminés en 1885.
  • Les contrats Santini pour le tronçon près de Ponte Sisto ont donné lieu à un litige entre le ministère et l’entrepreneur.
  • Le reste des contrats Santini a été cédé à Zschokke, qui réalise les travaux sur les bases de contrats de mai 1883 et mars 1884. La commission en attend la livraison pour 1886.
  • Pour la rive gauche, les contrats Campos, ont été cédés à Fumaroli, pour cause de lenteur excessive. La commission se plaint encore de la lenteur de ce nouvel entrepreneur, mais assure que les travaux seront finis prochainement. Fumaroli semble avoir été un repli romain des entrepreneurs mis en difficulté par les exigences du chantier et du génie civil, avant que Zschokke ne parvienne à reprendre l’essentiel des appels d’offres.
  • 68 ASC, Contratti, 15-1-1880.

66Campos apparaît comme le grand perdant des bouleversements du paysage économique autour du fleuve entre 1878 et 1884. Plusieurs des entrepreneurs de la galaxie catholique et capitoline ont été évincés, au profit de la grande entreprise Zschokke, de stature internationale et extérieure à la sphère d’influence catholique. L’ingénieur en chef du génie civil Giacomo Zucchelli est le grand artisan de cette manœuvre. Campos se replie sur l’Esquilin, territoire municipal par excellence : un contrat de 1880 lui octroie la construction d’une part importante de la voirie dans ce quartier68. La mairie donne donc un lot de consolation à son entreprise de prédilection, après l’avoir vue être chassée de la tranchée du Tibre par les ingénieurs de l’État.

  • 69 Convention du 16-10-1884 pour 772 000 Lires.

67Les appels d’offres de 1884 confirment l’hégémonie acquise par Zschokke, qui obtient la concession des travaux sur les deux rives du fleuve. Seule la démolition d’un ancien mur le long de la rive et le dégagement du lit ne sont pas compris dans l’appel d’offres. Mais, là encore, c’est Zschokke qui obtient le contrat, par une convention dérogatoire avec le ministère69. On n’hésite pas à sortir de la procédure des appels d’offres pour définitivement éliminer les entreprises avec lesquelles on ne souhaite plus travailler. Les petites et moyennes entreprises de travaux publics ne peuvent plus, à partir de ce moment, se porter candidates : l’appel d’offres principal est formaté pour Zschokke, et il n’y a plus de petits appels d’offres, même pour les travaux secondaires, qui sont donnés à Zschokke par convention. La commission de surveillance donne son plein accord à ces pratiques :

  • 70 Cavaletto, rapport pré-cité, p. 9.

Avec cet opportun contrat, ou convention spéciale, on a l’avantage d’assurer, et d’accélérer l’élargissement systématique du lit du fleuve dans ce tronçon délicat, en donnant une plus grande liberté dans le développement et l’exécution des travaux subaquatiques. La commission n’a donc rien contre la convention et la dépense additionnelle70.

  • 71 Convention du 24-7-1884. Cavaletto, Idem.
  • 72 Contrat du 4-4-1883. 998 mètres, pour 536.000 Lires, avec un rabais de,9,2 %. Cavaletto, p. 14.

68À partir de 1884, Zschokke s’occupe de la quasi-totalité des travaux. L’entreprise travaille en étroite relation avec le Génie civil. Elle met en œuvre la technique des caissons à air comprimé pour les fondations, qui avait servi de premier prétexte à l’évincement des entreprises plus petites. Elle occupe aussi le terrain, une tranche d’une bonne centaine de mètres de large au cœur de la ville, de laquelle les services municipaux ont été évincés. Pour le dégagement du lit du fleuve, Zschokke utilise les grands moyens : une drague Priesman à compresseur, une perforatrice à vapeur, des mines subaquatiques. Même si la commission voudrait encore plus, le ministère semble satisfait. Zschokke se voit aussi confié le sort de l’île tibérine. L’élargissement du Ponte Cestio dans le bras de droite du fleuve était compris dans l’appel d’offres général gagné par l’entreprise le 4 avril 1883. Mais, de nouveau, c’est une convention spéciale de gré à gré, hors procédure d’appel d’offres, qui en complète l’étendue71. Le devis dépasse le million de lires. On prend de grandes libertés avec les règles de la comptabilité publique. À Zchokke a également été attribué l’appel d’offres pour la construction du collecteur des égouts sur la rive gauche, de Ponte Sisto à Bocca della Verità72.

  • 73 Contrat du 25-7-1884. Devis de 240 285 Lires. Cavaletto, p. 14.

69En 1884, on construit aussi le premier tronçon de collecteur sur la rive droite, le long de la zone des Prati di Castello. C’est Attilio Magnani qui obtient le contrat, après appel d’offres73. Le Ministère se garde de donner directement à Zschokke la responsabilité de ce tronçon, qui jouxte des terrains à haute symbolique catholique.

  • 74 Projet de l’Ufficio speciale du 17-8-1884.

70En 1884, l’Ufficio tecnico del Tevere rend aussi au ministère les plans d’exécution de plusieurs chantiers, concernant de nouveaux tronçon du fleuve. Plus de 3 millions de lires sont prévus pour le tronçon de collecteur entre Bocca della Verità et la basilique San Paolo, sur la rive gauche74. Le Génie civil est déjà lancé à plein dans la construction des collecteurs, et dans le choix de l’entreprise pour ce faire.

  • 75 Rapport Cavaletto, p. 18.

71Dans son rapport de 1885, la commission de surveillance des travaux du Tibre fait également une intéressante remarque sur les rapports entre services de l’État et mairie : elle entrevoit déjà, vu les relations tendues entre les deux parties, les difficultés pour la construction des nouveaux ponts. C’est en effet le Génie civil qui supervise l’aménagement des rives du fleuve, et la mairie la construction des ponts : « Que la mairie et l’État s’accordent sur les ponts avant que les murs ne soient faits »75.

  • 76 Rapport n° 1194, 26-12-1884. Ufficio Speciale del Tevere. ASR, Sede Galla Placidia, Carte Tevere, (...)
  • 77 ASC, Contratti, 02-08-1884.

72La commission de surveillance semble d’ores et déjà entrevoir le pire, avec une mairie qui voudrait construire ses ponts hors du cadre dessiné par les murs du Génie civil, ou bien un Génie civil qui encadrerait tellement la construction des ponts municipaux que les services de la mairie seraient amenés à créer des conflits pour rappeler leurs prérogatives. En 1884 d’ailleurs, un premier incident de ce type s’était produit. Une brèche était apparue dans les murs du Tibre, sous le pont de la Regola, en pleine construction. La commission de surveillance semble donner raison en la matière au Génie civil, qui, par un rapport interne a semblé prouver son extranéité aux causes de l’incident76. Le Génie civil soutient avoir agi selon les plans votés, et rejette implicitement la responsabilité sur les services municipaux de Vescovali. L’appel d’offres municipal pour la construction du pont avait été remporté par Zschokke77. Les archives ne permettent pas de déterminer les conditions d’attribution de ce marché. Mais il y a fort à parier que la mairie a voulu éviter pour l’avenir de risquer de perdre aussi les ponts en voyant la même entreprise, proche de ses rivaux du Génie civil, construire murs et ponts. Mais ce choix est peut-être le résultat d’une médiation plus fine.

  • 78 Rapport Cavaletto, p. 19.

73« La commission de surveillance des travaux du Tibre a maintenant reçu des assurances que des accords ont été passés entre le Ministère des travaux publics et le Municipio romano, et pour éviter qu’à l’avenir des faits aussi déplorables et coûteux ne se reproduisent »78. Mais cet incident, sur lequel les archives ne livrent pas tous les détails qu’il faudrait pour être sûr, indique que quelque chose s’est passé autour de la construction du pont, la mairie n’ayant certainement pas apprécié de devoir le construire là où le Génie civil le demande, par les soins de l’entreprise préférée des rivaux. Pour le nouveau pont en aval de l’île Tiberine, en cours de construction près du Ponte Rotto, la place semble déjà prévue dans les murs (ce qui pourrait vouloir dire que ce qui a provoqué les éboulements et fissures à la Regola, c’est la destruction par la mairie de portions de mur déjà construites pour y insérer le pont). Mais les éléments manquent à ce sujet. Autant quand une des deux partie a intérêt à un gonflement des conflits, on trouve dans les archives des cartons entiers de missives et de rapports, autant quand aucune des deux parties ne souhaite alimenter le conflit on manque d’éléments.

74Mairie et État semblent ensuite se mettre d’accord, a minima, sur les ponts, même si les archives ni des services de Vescovali au Capitole, ni de ceux de Zucchelli à l’Ufficio speciale, ne donnent de signe évident d’une discussion. Au moins emplacement et largeur sont prévus dans les murs. Le conflit se déplace ensuite sur le terrain des collecteurs. En 1885, la Commission de surveillance estime, après avis de l’Ufficio speciale, qu’avec le vote de 30 millions de lires supplémentaires, la canalisation du cours urbain du Tibre pourra être menée à bien.

  • 79 Lettre du 21-1-1886. Ing. Capo 3a div. A Ing. Dir. Uff. V. ASC, Direzione, Titolo XV, Fasc. 48.
  • 80 Lettre 27-1-1886, ASC, Uff. V., Direzione, Titolo XV, Fasc. 48.
  • 81 Lettre 11-2-1886 du Directeur Général des Travaux Hydrauliques au maire, ASC, Uff. V., Dir., Tit. (...)
  • 82 ASR, Galla Placidia, Appalti, 1886. 265 000 Lires pour la rive gauche, 500 000 pour la rive droite (...)

75Une anecdote illustre bien la nature tendue des rapports tendus entre la mairie et les services de l’État au sujet de la construction des collecteurs, y compris après la fin de la phase de décision principale. Elle illustre aussi la volonté de la mairie d’affirmer à chaque occasion qui se présente sa souveraineté sur l’espace urbain : en janvier 1886, à la suite d’une inspection dans les hôpitaux de la ville, l’ingénieur en chef des services sanitaires de la mairie demande à son collègue des bureaux techniques de faire arrêter les travaux de construction des collecteurs, afin de trouver une place à des enfants malades chassés de l’hôpital communal de Sant’Onofrio par une « maladie contagieuse » vers l’hôpital du Bambin Gesù alle Zoccolette. Les travaux avaient rendu une partie de la structure inutilisable, et la situation ne lui paraît plus tenable79. Le maire demande alors au ministère des Travaux publics d’arrêter les travaux de construction des collecteurs, arguant de « l’urgence de la situation »80. Mais la mairie place en fait le ministère devant le fait accompli : elle a permis la réoccupation de l’hôpital en travaux, obligeant les ouvriers à fermer le chantier. Le maire a beau souligner le caractère privé (catholique) de la structure, pour le Ministère, il va de soi qu’il s’agit d’une manœuvre dilatoire des services adverses. Cette fois, c’est la mairie qui pratique la politique du fait accompli, usant de tous ses points d’assise territoriale à proximité du chantier gouvernemental. Et qui voudrait prendre la responsabilité de chasser des enfants malades ? Le ministère prend donc acte, se contentant d’espérer une résolution rapide81. Le maire s’engage à faire savoir au ministre quand les piccoli seront transportables. Pendant ce temps, le Ministère jongle avec les obligations contractuelles des titulaires des appels d’offres. La motivation municipale est certainement à chercher de ce côté. Au-delà des divers incidents de ce type, 1886 est l’année de la confirmation de l’hégémonie du Génie civil sur le Tibre et les collecteurs. L’entreprise Zschokke-Terrier reçoit le bénéfice de nouveaux contrats, toujours hors procédure, qui confirment sa place d’adjudicataire prioritaire sur le chantier82.

  • 83 Camera dei Deputati. Relazione della Commissione di vigilanza sui lavori del Tevere urbano eseguit (...)
  • 84 ASR, Galla Placidia, Appalto Zschokke. Sur les ouvriers des travaux publics à Rome avant 1870, voi (...)
  • 85 ASC, Contratti.

76Le rapport de la commission de surveillance des travaux, pour cette année 1886, justifie encore les contournements de la procédure : « On élimine les risques de conflit que l’on aurait si les travaux étaient confiés à deux entreprises différentes »83. Certes. Pour éliminer les entreprises malvenues, la première stratégie avait été, dans les premières années du chantier, de trouver des arguments techniques pour concentrer peu à peu le plus possible de contrats sous la responsabilité d’une entreprise choisie par l’Ufficio speciale. À partir du milieu des années 1880, les positions des ingénieurs de l’État sont suffisamment fortes sur ce terrain pour qu’ils puissent se passer ce biais. Désormais, les adjudications hors procédure sont la règle, et Zschokke obtient directement l’essentiel des contrats. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de médiation entre les secteurs étatique et municipal dans le domaine des travaux publics et de l’économie : les terrains de la médiation se sont peut-être déplacés. Rien n’exclut que les entreprises écartées puissent bénéficier de contrats de sous-traitance pour le compte de Zschokke, ou que les autorités capitolines n’obtiennent l’embauche d’ouvriers romains dans les chantiers. Et il semble bien que cela soit largement le cas. Dans les procédures d’embauche, on retrouve les cheminements sociaux du milieu des entrepreneurs locaux84. L’état des archives, pour l’instant, ne permet pas d’aller plus loin dans ce domaine et de proposer des estimations chiffrées du nombre d’ouvriers ainsi embauchés ou du nombre de petits entrepreneurs repêchés à la sous-traitance. Pour ce dernier point, il n’est pas possible de savoir si on est dans le domaine de la règle ou de l’exception. Car les archives municipales font état par ailleurs d’un net repli des entreprises proches de la mairie sur le secteur de la voirie municipale et de la construction immobilière85. On peut espérer que d’ici quelques années le fonds de via Galla Placidia sera suffisamment accessible pour affiner l’interprétation de cet aspect par une étude statistique des sommes en jeu.

  • 86 Camera dei Deputati, Relazione 1886, p. 19.

77En 1886, les travaux sont menés à un rythme soutenu. Zschokke procède à 3.370 explosions de dynamite pour débarrasser les abords du fleuve de tout ce qui encombre (ruines romaines, poteaux de fondations anciennes...). D’une manière générale, les restes archéologiques sont traités sans grand ménagement. Une opinion désireuse de changer ce point de vue, dont la mairie saura bientôt se faire judicieusement l’écho, commence cependant à se manifester. La commission archéologique municipale commence à réclamer plus de mesure dans les destructions. Pour l’instant elle demeure peu entendue, comme le confirme le rapport de la commission de surveillance des travaux pour 1886 : « le culte des antiquités est louable, à condition qu’il ne dégénère pas en idolâtrie »86. On peut continuer de travailler à la dynamite.

78Le Ponte S. Angelo est le théâtre d’un nouveau conflit entre la mairie et le Génie civil. Le projet étatique est de faire passer le pont de trois à cinq arches. Les services de Vescovali s’y opposent, en invoquant des raisons d’ordre archéologique. Pour la première fois, l’argument archéologique est efficace. Le Génie civil est contraint de demander l’avis du Ministère de l’Instruction publique, en charge de la tutelle des Antiquités. La mairie, dont les ingénieurs, quelques années auparavant, ne manifestaient aucune tendresse patrimoniale, saura en d’autres occasions, jouer de nouveau sur ce terrain. Autour du Ponte S. Angelo, au pied du Château Saint-Ange, à proximité immédiate du Vatican, dans une zone d’exclusive propriété foncière noble et cléricale, les raisons de la mairie dépassent sans aucun doute les seuls horizons de la défense du patrimoine. Il n’est pas exclu non plus que l’opposition des services de Vescovali soit due tout simplement à la perte pour eux de la responsabilité d’un pont de plus. Les ponts sont censés être du ressort municipal, mais le Génie civil est parvenu à prendre le contrôle de plusieurs d’entre eux. Pour 1886, la commission de surveillance est furieuse du délai imposé :

  • 87 Camera dei Deputati, Relazione 1886, p. 25.

L’immobilisme absolu, dans le monde aussi bien physique que moral, est contraire aux lois de la nature. Tout se modifie avec le temps. La sagesse ne réside pas dans l’immobilisme, mais plutôt dans le juste progrès, pour lequel il est indispensable de modifier les ouvrages anciens lorsqu’ils sont un obstacle ou un risque pour la vie civile et les besoins du présent87.

79Mais peu à peu l’archéologie devient un argument de poids, et plus on avance vers la fin du siècle plus les notions de patrimoine et de paysage urbains prennent de l’importance. Dans le cas de Rome, c’est l’administration municipale qui découvre l’argument, et l’impose dans le débat technique pour tenter de regagner un peu de poids face aux services de l’État. À l’autre bout de la ville, c’est l’inverse : c’est l’État qui impose sa zone archéologique centrale (de responsabilité gouvernementale) face à la mairie et aux appétits spéculatifs de la notabilité municipale.

  • 88 Natalini (1875-1877), Zucchelli (1877-1886), Cerruti (1886-1888), Paoli (1888-1894), Coletta (1894 (...)
  • 89 Corsetti, op. cit., p. 61.

80Mais à la fin des années 1880, on ne consent pas encore à perdre du temps pour les restes antiques. Les collecteurs sont construits selon le type anglais. Ils sont de forme ovoïdale, sans rebord ni trottoir. Huit décharges de secours sont prévues dans le fleuve. Finalement l’ensemble du parcours est couvert, malgré un projet initial qui prévoyait la subsistance de tronçons en plein air. Avec l’avancée de la construction de la ville, plus vite que les travaux, cette option n’était plus tenable. C’est Zschokke qui construit la presque totalité des collecteurs. Corsetti, qui dirige depuis 1915 les travaux du collecteur de gauche, en 1925, rend un hommage appuyé aux directeurs du l’ufficio speciale qui se sont succédés dans la capitale depuis 187588. Les collecteurs marquent assurément la plus grande réussite et fierté du service : « Les deux collecteurs bas, à gauche et à droite du Tibre constituent dans leur ensemble une œuvre tout au crédit de l’ingénierie italienne, et en particulier du Génie civil, qui rend tant de services au pays par la construction des principales réalisations publiques »89.

  • 90 ASR, Galla Placidia, Tevere, Appalti, 1884, contrat 25-7-1884.
  • 91 Camera dei Deputati, Relazione 1886, p. 21.

81Seule la zone des Prati di Castello, qui, à force de voir quelques immeubles surgir, au nom de la nouvelle stratégie des propriétaires, commence à être un quartier, échappe à Zschokke. C’est Magnani, on l’a vu qui construit là le collecteur90. Dans son rapport de 1887 pour 1886, la commission de surveillance « déplore les retards et les conflits dus à cet ouvrage » mais se garde de proposer une solution alternative91.

82Ainsi, entre le milieu des années 1870 et la fin des années 1880 le chantier du Tibre avance-t-il de manière considérable. En quelques années, l’emprise de l’État sur l’aménagement du fleuve est confirmée, et la municipalité romaine est évincée de la décision autant que de la réalisation. À un moment où triomphe le clerico-moderatismo au Capitole, le conflit entre services de l’État et administration municipale pour le contrôle de la modernisation de la ville est pourtant devenu autant institutionnel que réellement idéologique. On sent dans les rapports entre ingénieurs des deux bords s’alimenter d’année en année des inimitiés qui parviennent sans mal à avoir des conséquences aussi importantes sur les conflits que les césures politiques. Si l’on privilégie en revanche une lecture spatiale, ce qu’il est intéressant de noter, c’est la manière avec laquelle l’administration technique de l’État prend pied dans sa capitale à partir du Tibre, et comment ce chantier constitue le lieu d’une prise de contrôle progressive de nombreux aspects de la vie citadine et de la décision quant à l’avenir de la ville. On peut à partir de ce moment, parler d’une véritable planification étatique du devenir de la capitale à partir du fleuve qui la traverse. De même que le dessin de la zone archéologique répond à un dessein paysager de l’État face à la ville du plan régulateur municipal et, surtout, de la spéculation foncière des grandes sociétés proches de la mairie, le tracé modernisé du fleuve est le recours étatique pour prendre pied dans une ville qui échappe largement à la tutelle ministérielle, et, d’une manière générale, à l’influence des milieux nationaux sur l’aristocratie propriétaire locale. Mais, dans le même temps, ce tracé et les négociations sur la réalisation du chantier illustrent l’existence de précoces voies de médiation.

Notes

1 I. Calvino, La speculazione edilizia, 1957, rééd. Milan, 1994, p. 80.

2 Pour une étude sur les implications sociales et politiques des procédures d’appel d’offres, voir, a partir de l’exemple du Royaume de Naples dans la première moitié du xixe siècle : C. D’Elia, Mercato, imprenditori, stato. Appaltatori & Co. nel mezzogiorno preunitario, dans Società e storia, 83, 1999, p. 35-66. L’auteur y développe une tentative de théorisation du rapport entre institutions, milieu des entrepreneurs et règles de fonctionnement du marché dans les parcours de la bureaucratie. L’histoire des appels d’offres a également été faite pour la région de Brescia à la fin du xixe siècle : G. Schiannini, Industria, politica e appalti nella Brescia zanardelliana. Il caso di Federico Bagozzi, dans Storia in Lombardia, 2001-1, p. 45-79.

3 A. Vescovali, Piano di esecuzione pei lavori di sistemazione del tronco urbano del Tevere. Relazione spiegativa, Rome, 1874.

4 A. Vescovali, Sistemazione del Tevere. Relazione tecnica, Rome, 1875. ASC. Biblioteca 11 868 (29) et Piano di esecuzione pei lavori di sistemazione del tronco urbano del Tevere. Relazione tecnica, Rome, 1875. ASC. Biblioteca 15 614 (6).

5 Loi du 6-7-1875 n° 2583.

6 Loi n° 2583 du 6-6-1875.

7 L’ingénieur Cesarini est un des premiers à dénoncer cette disposition : G. Cesarini, La pendenza del letto negli ultimi tronchi dei maggiori fiumi italiani a corso stabilito e la sistemazione del Tevere a Roma, Milan, 1881. ASC. Biblioteca 15 942 (5).

8 E. Ruspoli, Relazione della Commissione incaricata di riferire sui tre quesiti relativi alla quistione del Tevere, Rome, 1877. ASC. Biblioteca 11 601 (18).

9 R. D. 5 avril 1877. La commission ne fut supprimée, par le décret n° 1687, que le 19 novembre 1921. Ses attributions passèrent à l’Ispettore compartimentale del Genio civile.

10 ASR, Annexe suburbaine de via Galla Placidia, Carte Tevere, Appalti, 1876-1877.

11 Sur l’histoire de ce milieu à la période moderne, voir : M. Vaquero Pineiro, Per la storia di un gruppo imprenditoriale romano in età moderna, dans Roma moderna e contemporanea, Sett. dic. 1998, p. 291-310.

12 R. Canevari, Relazione della Commissione di Vigilanza sui lavori di sistemazione del Tevere. Rome, 1879.

13 500.000 en 1876, 4 millions en 1877 et 1878, 500 000 en 1879.

14 Pour une étude sur un entrepreneur de travaux publics, dans le contexte français, voir : A. Berthonnet, Léon Chagnaud : un entrepreneur innovateur dans le secteur des travaux publics (fin xixe-début xxe siècle), dans Histoire, Économie et Société, 1999, 3, p. 613-642. En 1879-1880, Chagnaud est l’inventeur du procédé du bouclier pour le percement du collecteur de l’avenue de Clichy à Paris. Au début du xxe siècle, il adapte cette technique au percement des tunnels sous la Seine pour le métropolitain.

15 Sur l’importance des innovations techniques à cette période, voir : D. Barjot, Les entrepreneurs français de travaux publics et l’équipement en infrastructures de base de l’Europe méditerranéenne, dans G. Chastagnaret (dir.), Crise espagnole et nouveau siècle en Méditerranée. Politiques publiques et mutations structurelles des économies de l’Europe méditerranéenne (fin xixe-début xxe siècle), Madrid, 2000, p. 301-317.

16 Relazione della Commissione di Vigilanza, 1879, p. 9.

17 Idem, p. 5.

18 Idem, p. 6.

19 Idem, p. 9.

20 Voir : G. Corsetti, I collettori bassi delle fogne di Roma, dans Annali dei Lavori pubblici, 1925, 62 p.

21 Corpo reale del Genio civile. Provincia di Roma. Ufficio tecnico speciale per la sistemazione del Tevere. Nuovi collettori delle fogne della città di Roma. Ingegnere Capo Natalini. ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo xv, fascicolo 48.

22 Bassin versant rive gauche : 9.250.000 m2.
Collecteur supérieur gauche : Quirinale, San Pietro in Vincoli, Colosseo, puis en direction de San Paolo. Rejoindrait le Tibre à la hauteur des murs de la ville. Longueur 5 km.
Collecteur médian gauche : Tritone, Trevi, Santa Maria in Campitelli, rejoindrait le Tibre au même endroit que le premier. Longueur : 4,5 km. Collecteur inférieur gauche : Ripetta, piazza Ponte Sant’Angelo, via Giulia, ponte Sisto, puis Lungotevere. Longueur : 8,5 km.
Bassin versant rive droite : 3.479.000 m2.
Collecteur supérieur droit : Prati, Porta Angelica, contournement du colonnato di San Pietro, villa barberini, villa Corsini, via della Scala, Santa Maria in Trastevere, San Cosimato, puis rejoindrait les murs, et enfin le fleuve. Longueur : 5,7 km.
Collecteur inférieur gauche : Piazza Pia, Borgo Nuovo, Borgo Santo Spirito, puis lungotevere vers Porta Portese. Longueur : 3,7 km.

23 Relazione della Commissione per lo studio dei collettori delle fogne, Rome, 1878. ASC Biblioteca 27 633 (16) et Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48. À cette dernière côte (provisoire, les documents n’étant pas classés, ni répertoriés), on trouve également les procès-verbaux des réunions de la commission.

24 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48, Atti della Commissione per lo studio dei collettori delle fogne.

25 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48.

26 Marco De Nicolò montre qu’il s’acquitte si bien de sa tâche qu’il finit par marier sa fille, en juillet 1878, au prince capitolin Emanuele Ruspoli. M. De Nicolò, La prefettura di Roma (1871-1946), Bologne, 1998, p. 216.

27 Idem.

28 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1877.

29 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48, Atti della Commissione per lo studio dei collettori delle fogne, séance du 29 mai 1877.

30 Il faut pourtant dire ici que cela arrivera à plusieurs reprises ! Une anecdote est à ce sujet édifiante : en 1900, la mairie conçoit le projet d’apposer une plaque S.P.Q.R., à forte symbolique municipale, sur les murs construits par le Génie civil, manière de marquer le territoire. Mais le temps de la graver, le tronçon de mur choisi s’est écroulé.

31 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1877.

32 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48. Lettre du 21-8-1877.

33 Les services techniques municipaux ont en fait une autre arme : faire traîner aussi la restitution de tous les documents fournis par le Génie civil. Le préfet a beau les demander, de la part de Natalini, à plusieurs reprises, ils ne seront jamais rendus... ce qui me fut très utile dans cette recherche, ces documents ne semblant pas être conservés parmi les archives du bureau spécial du Tibre à l’Archivio di Stato di Roma, annexe suburbaine de via Galla Placidia, fondo Tevere.

34 Voir : F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento, op. cit., p. 719-720.

35 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fascicolo 48. Lettres des 26-1, 19-2, 10-3, 5-4 1878.

36 Idem, lettre du 20 mai 1878.

37 Idem, lettre du 6 juillet 1878.

38 Idem, lettre du 1er décembre 1878.

39 Pour le projet Natalini : ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1877, 1878, 1879.

40 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, 1879 et 1880.

41 Atti Camera. 27-11-1880.

42 Atti Senato 9-7-1881, p. 1707-1710.

43 G. Cesarini, La pendenza del letto negli ultimi tronchi dei maggiori fiumi italiani a corso stabilito e la sistemazione del Tevere a Roma, Milan, 1881, p. 21.

44 Idem, p. 24.

45 Cesarini, op. cit., p. 27.

46 Corsetti, op. cit.

47 ASC, Atti Giunta.

48 Corsetti, en 1925, confirme l’estime des ingénieurs du Génie civil à Rome pour l’aîné Zucchelli : « La réalité que nous connaissons aujourd’hui a donné raison à Zucchelli », op. cit., p. 5.

49 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, Zucchelli.

50 Idem.

51 Corsetti, op. cit., p. 14.

52 Idem. C’est le problème principal des archives du Tibre que l’on trouve auprès de l’Archivio di Stato di Roma : elles sont passées, en 110 ans, par trop de bureaux d’ingénieurs, avant d’être versées, à la fin des années 1990, pour arriver intactes. Toutes les belles planches manquent, de même que les documents les plus précieux. Ne restent parfois que d’arides calculs détachés de leur support, et, pour les illustrations, d’austères profils de détails, sans que l’on sache à quel ensemble ils se rapportent. De ce point de vue, l’étude est plus aisée depuis les archives de la mairie.

53 ASC, Uff. V., Dir., Tit. XV, Fasc. 48. Vote du 24-11-1883.

54 Relazione 24-4-1884 Ing. Capo 2a div. Idr. Vescovali all’Ing. Dir. Uff. V. Viviani. Idem.

55 Lettre du 13-5-1884. Idem.

56 A. Cavaletto (rapporteur), Relazione della Commissione di Vigilanza sui lavori del Tevere per gli anni 1882 e 1883, presentata alla Camera dal Ministro dei Lavori Pubblici Genala nella tornata del 2 luglio 1884, Rome, 1884.

57 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, Appalto Zschokke.

58 ASR, Galla Placidia, Ufficio Tevere, Primo versamento, Appalto Campos.

59 Cavaletto, op. cit.

60 ASR, Sede Galla Placidia, Carte Tevere, Appalti, 1884. Contrat 1-3-1884.

61 Rapport Cavaletto, 1884.

62 ASR, Sede Galla Placidia, Carte Tevere, Appalti, 1883-1884. Réunions au Ministère des Travaux Publics les 9 janvier, 30 janvier, et 16 mars 1883.

63 ASR, Galla Placidia, Carte Tevere, 1883-1883, Appalto Zschokke.

64 Camera dei Deputati, Relazione della Commissione di Vigilanza sui lavori del Tevere eseguiti nell’anno 1886, 1887, p. 24.

65 Avis du 2 décembre 1882.

66 A. Cavaletto (rapporteur), Camera dei Deputati, Leg. XV, Sess. Ia, doc. n° XLVIII. Relazione della Commissione di Vigilanza presentata dal Ministro dei Lavori Pubblic Genala il 23 Giugno 1885 sui lavori di sistemazione del Tevere urbano per l’anno 1884.

67 ASR, Galla Placidia, Appalto Zschokke. C. Zschokke est un entrepreneur suisse de travaux hydrauliques.

68 ASC, Contratti, 15-1-1880.

69 Convention du 16-10-1884 pour 772 000 Lires.

70 Cavaletto, rapport pré-cité, p. 9.

71 Convention du 24-7-1884. Cavaletto, Idem.

72 Contrat du 4-4-1883. 998 mètres, pour 536.000 Lires, avec un rabais de,9,2 %. Cavaletto, p. 14.

73 Contrat du 25-7-1884. Devis de 240 285 Lires. Cavaletto, p. 14.

74 Projet de l’Ufficio speciale du 17-8-1884.

75 Rapport Cavaletto, p. 18.

76 Rapport n° 1194, 26-12-1884. Ufficio Speciale del Tevere. ASR, Sede Galla Placidia, Carte Tevere, 1885.

77 ASC, Contratti, 02-08-1884.

78 Rapport Cavaletto, p. 19.

79 Lettre du 21-1-1886. Ing. Capo 3a div. A Ing. Dir. Uff. V. ASC, Direzione, Titolo XV, Fasc. 48.

80 Lettre 27-1-1886, ASC, Uff. V., Direzione, Titolo XV, Fasc. 48.

81 Lettre 11-2-1886 du Directeur Général des Travaux Hydrauliques au maire, ASC, Uff. V., Dir., Tit. XV, Fasc. 48.

82 ASR, Galla Placidia, Appalti, 1886. 265 000 Lires pour la rive gauche, 500 000 pour la rive droite. Décret ministériel n° 50982-12402 du 17 septembre 1886, approuvant une convention du 10 juin 1886.

83 Camera dei Deputati. Relazione della Commissione di vigilanza sui lavori del Tevere urbano eseguiti nell’anno 1886, 1887. Les dernières pages de ce rapport sont déchirées, et la signature du rapporteur manque.

84 ASR, Galla Placidia, Appalto Zschokke. Sur les ouvriers des travaux publics à Rome avant 1870, voir : M. Fatica, Gli operai dei lavori pubblici romani tra rivoluzione e restaurazione (1848-1850), dans Studi romani, 1976, p. 484-499.

85 ASC, Contratti.

86 Camera dei Deputati, Relazione 1886, p. 19.

87 Camera dei Deputati, Relazione 1886, p. 25.

88 Natalini (1875-1877), Zucchelli (1877-1886), Cerruti (1886-1888), Paoli (1888-1894), Coletta (1894-1898), Miceli (1898-1900), Bruno (1900-1903), Botto (1903-1904), Rossi (1904-1909), Somma (1909-1912), Marchi (1912-1919), Caletti (1919-1923). En 1897, alors que les travaux ne sont pas encore finis, Canevari rend déjà hommage à ceux qui ont donné corps à son œuvre. R. Canevari, Atti della Commissione di Vigilanza sui lavori di sistemazione del Tevere. Anno 1896. Degli effetti sulle piene del Tevere della sistemazione eseguita, Rome, 1897. ASC. Biblioteca 16 535 (16).

89 Corsetti, op. cit., p. 61.

90 ASR, Galla Placidia, Tevere, Appalti, 1884, contrat 25-7-1884.

91 Camera dei Deputati, Relazione 1886, p. 21.

Table des illustrations

Légende Fig. 5 – Cadastre de la zone de S. Spirito par le Génie civil avant démolition programmée (Archivio di Stato di Roma, Fondo Tevere, I, 28-4, 22 : Destruzione ospedale S. Spirito).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 6 – Projet d’Eugenio Mancinelli pour ramener à la vie le bras gauche du Tibre à hauteur de l’île Tibérine (Archivio storico capitolino 11 520 1).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 7 – Les collecteurs des égouts selon G. Corsetti (G. Corsetti, I collettori bassi delle fogne di Roma, Rome, 1925.Archivio storico capitolino. Biblioteca. 19 166 [6]).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 8 – Les collecteurs des égouts selon G. Corsetti (Ibidem.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540