Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre IV. Ajustements territoriaux et institutionnels autour du Tibre en 1870-1871

Une micro-histoire de la décision

Texte intégral

  • 1 J. Gracq, Autour des sept collines, Paris, 1988, p. 87.

Le Tibre, très indigne du nom de fleuve, n’est même pas une rivière1.

1Plus qu’une rivière, plus qu’un fleuve, le Tibre devient, à l’hiver 1870-1871, la frontière implicite entre deux zones d’influence. Sur la rive gauche, la nouvelle Rome de l’Italie unifiée. Sur la rive droite, des espaces à forte connotation catholique. Quant au lit du fleuve lui-même, il devient pour les services techniques de l’État une sorte de tranchée étatique dans un espace urbain que la pratique italienne de planification confie largement à la municipalité. L’objet de ce chapitre est, à partir d’une lecture des archives relatives aux projets de canalisation du cours du Tibre, de tenter une sorte de micro-histoire de la décision, dans laquelle il soit possible de suivre dans le détail chaque étape du mécanisme complexe qui préside à la maturation des choix techniques pour la ville. L’enjeu est aussi de parvenir à spatialiser les conflits institutionnels, et à complexifier la vision du contenu de la décision, qui n’est souvent lue que sous son visage univoque final.

2Comme l’illustrent les trois chapitres qui précèdent, l’histoire de Rome capitale est à la fois celle d’un puissant investissement idéologique national dans le destin de la ville éternelle, et d’une rivalité séculaire entre notabilité locale et structures centrales. Avec l’intégration au Royaume, cette histoire devient aussi celle de la lente marche vers la démocratisation de la vie politique locale, encore fortement marquée, cens oblige, en 1870, par la prégnance de structures sociales d’ancien régime. On a donc plusieurs niveaux de conflits potentiels : entre Catholiques et nationaux, entre privilégiés et démocrates, entre tenants d’un statut dérogatoire qui donne plus de place à l’État dans la capitale et défenseurs des libertés municipales. La situation romaine présente aussi tous les échelons intermédiaires dans cette typologie, où d’ailleurs les intérêts croisés et les contradictions de chaque personnage ne manquent pas de créer des situations paradoxales. Mais, d’une manière générale, la situation qui prévaut est celle d’une rivalité institutionnelle entre État et municipalité, qui se double d’un conflit politique entre Catholiques et nationaux. Si ce long face à face a souvent été analysé à la lumière de ce que peut apprendre l’histoire politique, ou la rhétorique des symboles (Statue de Giordano Bruno, Vittoriano, Palais de Justice), l’objet du présent chapitre est de tenter de lire cette rivalité à partir d’un enjeu technique, qui se double d’une dimension territoriale. Il s’agit, en quelque sorte, de tenter une lecture politique et spatiale de l’opposition dans la capitale entre État et municipalité romaine.

  • 2 Pour une étude d’ensemble sur le personnel du Génie civil, voir : A. Taradel, I tecnici dei lavori (...)

3Au cours des premières semaines de la présence étatique italienne à Rome, se joue en effet un épisode majeur dans la définition des aires de compétence technique entre les services municipaux et le Génie civil ministériel2. À partir du mois de décembre 1870, autour de la nécessité de réformer profondément le parcours urbain du Tibre, a lieu une âpre bataille entre ingénieurs et, derrière eux, entre institutions, pour le contrôle, presque territorial, du futur chantier fluvial, artère centrale de la nouvelle capitale.

4L’objet du présent chapitre est donc de tenter de suivre les parcours de la décision en matière de technique urbaine, et d’analyser les processus à l’œuvre dans l’accompagnement bureaucratique et institutionnel du changement urbain. Par une lecture précise des projets de transformation de la ville et de son rapport au fleuve, il s’agit de s’engager sur la voie d’une réévaluation de l’état des relations entre institutions centrales et municipalité, entre monde catholique et militants laïcs issus du Risorgimento, entre ralliés et intransigeants, ainsi qu’entre les fonctionnaires romains et leurs collègues récemment arrivés dans le sillage de l’armée de Porta Pia.

Entre punition divine et précoce occasion de déployer la technique gouvernementale dans la nouvelle capitale : l’inondation de 1870

5Quelques semaines à peine après la prise de Rome par les troupes italiennes, la ville est frappée par une des plus sévères inondations qu’elle ait eu à connaître depuis de nombreuses décennies, voire des siècles. À cette occasion, au-delà des instants dramatiques vécus par la population, se mettent en place certains des enjeux essentiels de la lutte entre institutions pour le contrôle de l’espace urbain d’une ville appelée à devenir la nouvelle capitale du Royaume, succédant ainsi à Florence.

Fig. 1 – Carte hydrographique du bassin du Tibre (A. Betocchi, Del fiume Tevere, Rome, 1878. Archivio storico capitolino. Biblioteca. 15 483 [17]).

  • 3 Pour une lecture de l’évolution écomique romaine à la fin de la période pontificale, voir : G. Pes (...)
  • 4 Pour les composantes du trafic destiné à la capitale pontificale, voir : J. Revel, Les privilèges (...)

6Les inondations, à Rome, ne constituent en rien un phénomène inédit. Récurrentes depuis l’Antiquité, elles sont encore au xixe siècle une composante familière du paysage urbain. Si des crues analogues à celle de 1870 sont exceptionnelles, une chose est sûre : chaque hiver apporte la menace que le fleuve déborde de son lit si mal dessiné, et cette menace se concrétise plusieurs fois par génération, amenant dans les quartiers bas d’un espace construit (encore largement circonscrit à la boucle du Tibre), des flots dévastateurs pour les arrières boutiques et les caves en général, ainsi que pour les trop nombreuses habitations situées en des points peu élevés de l’espace urbain. Il va sans dire que ce type d’épisode est également source de graves problèmes d’hygiène, les égouts ne supportant évidemment pas d’être submergés de la sorte. De même, à chaque crue, l’économie citadine est gravement affectée, tant le Tibre tout à la fois lui sert de lien avec le littoral et fédère autour de son cours tout le petit monde de l’artisanat. Des relectures de l’activité romaine avant la régularisation du cours du Tibre ont souvent exagéré ce trait dans la description de l’activité fluviale et ripaire3. Mais il va de soi qu’au xixe siècle encore, dans une ville comme Rome, où les principaux secteurs d’activité, outre l’administration de l’État pontifical et de l’Église, concernent les domaines de l’artisanat, au sens le plus large, au service des cours pontificale et nobiliaires, de la construction, ou d’une toute petite industrie qui n’aurait pas fait sa révolution, la fermeture temporaire et forcée des points de débarquement et d’embarquement des marchandises, de même que la ruine des moulins, pontons et hangars, devait avoir de graves conséquences. De même, le Tibre restait la voie privilégiée de son approvisionnement, et ce secteur était un de ceux qui occupaient à Rome une main d’œuvre nombreuse, héritage des siècles antérieurs4.

  • 5 Pour une description de ces épisodes : D. Ripa, Roma inondata : 27 dicembre 1870, dans Studi roman (...)
  • 6 Idem.
  • 7 C’est le commissaire Manfroni qui décrit cet épisode, op. cit.

7À la Noël de 1870, donc, le fleuve connaît sa crue la plus forte depuis très longtemps. Pendant des années, on dissertera ensuite pour savoir depuis quand, mais au mois de décembre, le plus urgent est d’agir au secours à la fois d’une population durement marquée et d’une économie citadine ruinée. Cette fois-ci, les flots ont dépassé les rez-de-chaussée des immeubles, et, dans les points les plus bas, ils ont atteint les fenêtres du premier étage, comme en témoignent encore aujourd’hui de nombreuses marques commémoratives sur les façades. C’est le jour même de Noël que les eaux commencèrent à monter dangereusement. Le 27, la majeure partie de la boucle du Tibre, jusqu’à Piazza Colonna, était inondée. Les eaux continuèrent de monter jusqu’au 28, avant d’amorcer une lente décrue5. Aucune victime ne fut, semble-t-il, à déplorer. Pour un événement dont on parlera dans la vie de la cité pendant de longues décennies, et qui animera plus ou moins directement les débats sur l’avenir de la ville jusqu’à la Première Guerre mondiale, les faits peuvent sembler bien anodins. Certes, les provisions pour l’hiver de nombreux commerçants ont-elles été détruites, les équipements fluviaux ont-ils été emportés par les flots, mais dans une ville habituée à ce genre de péripétie depuis plusieurs millénaires, la chose n’aurait sans doute pas retenu autant l’attention si elle n’avait pas immédiatement cristallisé une tension très forte entre le nouveau pouvoir italien, la municipalité, et l’Église, à peine spoliée de sa ville capitale. Les premières réactions furent sans doute modérées, comme le montre Daniela Ripa à partir des écrits de personnages comme les chroniqueurs Gregorovius ou Ugo Pesci6. La plupart des observateurs soulignèrent pour ces fêtes de Noël le peu de surprise de la population devant la montée des eaux, voire un sentiment diffus de fatalité et de résignation face à un danger tout aussi prévisible que, somme toute, relatif. Bien sûr, les dommages aux réserves en caves des commerçants, une fois chiffrés, firent s’accentuer quelque peu le ton dépité des commentaires, mais rien de très grave. L’inondation avait même apporté quelques situations franchement comiques, comme cette scène de l’évacuation, par la grande échelle des pompiers, des soldats italiens prisonniers d’un Château Saint-Ange réduit à l’état de frêle îlot, atoll perdu dans des eaux territoriales adverses, que le Vatican avait catégoriquement refusé d’évacuer par le corridor qui relie le Château à la cité Léonine7.

  • 8 Voir encore à ce sujet D. Ripa, loc. cit.

8Mais, déjà, dans cette scène burlesque se tient l’explication du durcissement des interprétations du sens de la crue : entre punition du sacrilège commis par les Italiens avec l’invasion de la cité pontificale, et preuve de l’incurie séculaire de la Papauté à gérer sa capitale, cléricaux et anticléricaux prennent vite le parti de profiter de l’événement pour relancer le débat politique. Le XX Septembre, que ce soit par l’évidence du fait accompli, par la peur d’aller trop loin ou par le choc de l’impensable, selon les points de vue, avait paradoxalement plutôt éteint les élans politiques. Les oppositions étaient frontales, mais presque silencieuses, tant les mots, surtout de la part du gouvernement italien, auraient pu envenimer la situation et créer un embarras plus grand encore. Trois mois après la prise de la ville, le Tibre vient donc de ses flots réveiller les ardeurs partisanes, et, par la force d’évocation de la crue, de ses causes et de ses conséquences, nourrir l’âpreté du débat, depuis quelque temps amoindrie. Ce sont, semble-t-il, les journaux catholiques qui avancèrent, les premiers, une explication. La crue du Tibre aurait été la punition divine à l’affront fait à la Papauté par la prise violente de sa capitale8. Les journaux progressistes, laïcs et libéraux, virent logiquement en réponse la crue comme la simple, définitive et prosaïque démonstration de l’incapacité du gouvernement pontifical à aménager sa ville pour la porter au niveau d’équipement des plus banales villes d’Europe. L’Urbs, donc, avait été indignement traitée par un pouvoir rétrograde. Ces mêmes journaux avancèrent aussi une autre réflexion au sujet de la crue : elle avait révélé dans la douleur l’importance, à Rome, de la population pauvre, touchée, bien sûr, plus durement par l’épisode. De récurrence prévisible et prédite, la crue devint donc l’objet d’une rude lutte rhétorique et politique.

  • 9 A. Camerano, Il fiume e la sua valle : la navigabilità, gli avamposti fortificati e il problema de (...)
  • 10 Sur l’approvisionnement de Rome à l’époque moderne, voir : J. Revel, loc. cit.
  • 11 A. Camerano, loc. cit.
  • 12 Voir : C. D’Onofrio, Il Tevere, Rome, 1980, p. 156.
  • 13 Loc. cit.
  • 14 Pour une histoire des ingénieurs du Tibre à la période moderne, voir : P. Buonora, Gli ingegneri e (...)

9Il faut dire que le phénomène, non plus, n’était pas tout à fait inédit. Comme le montre Alessandra Camerano9, durant toute la période moderne, la gestion du fleuve avait donné lieu à de vifs conflits de pouvoir. Le fleuve était alors utilisé comme voie d’approvisionnement privilégiée aussi bien de la capitale des États pontificaux que des localités situées en amont10. Mais déjà, les travaux d’entretien du fleuve pour en préserver la navigabilité donnaient lieu à de durables conflits entre institutions, opposant les intérêts de la capitale à ceux des localités du haut Latium, ou le pouvoir des grandes familles nobles de cette région aux directives techniques des ingénieurs romains. En 1598, au moment de Noël déjà, une grave inondation avait frappé Rome. Le Pape Clément VIII avait chargé le cardinal Aldobrandini d’organiser les secours11, et, une fois les eaux apaisées, avait créé une instance de réflexion sur les solutions à apporter à ce problème. Magistratures pontificales, institution municipale et architectes furent conviés. Sous l’impulsion du cardinal Di Como, l’instance désigna des travaux mis en œuvre dans la région de Rieti, très en amont de Rome, comme responsables du débordement anormal12. Les recherches d’Alessandra Camerano13 montrent que cet épisode fut le prétexte de la relance d’une vieille controverse entre municipalité romaine et pouvoir central pontifical : en cette fin de xvie siècle, la Curie romaine tentait de limiter l’influence des grandes familles nobles de la ville et des institutions qu’elles contrôlaient, le Capitole en premier lieu. Sur la question du Tibre, Clément VIII dut cependant céder : les hommes de la municipalité furent chargés d’étudier le problème et ses possibles remèdes. À la suite de ces études, les hydrologues Giovanni Paolo Maggi et Carlo Monino furent chargés de l’exécution des travaux, aux frais de la municipalité romaine, et pourtant à grande distance de la ville14. À cette occasion, c’est, semble-t-il, le Capitole qui était parvenu à imposer ses vues, en consentant, il est vrai, à payer des travaux hors de sa juridiction pour éviter l’intervention dans le domaine fluvial des magistratures techniques de la Curie.

Aux racines du rapport entre État et municipalité romaine : les ingénieurs pontificaux et le Tibre au xixe siècle

  • 15 Voir : L. Pepe, La formazione degli ingegneri a Roma dalla Scuola politecnica centrale alla Scuola (...)

101598 fut la dernière grave crue avant 1870, et bien que le fleuve ait continué de marquer la ville de ses caprices saisonniers, que l’administration pontificale ait connu diverses réformes, y compris dans le champ de la technique15, le pouvoir central prenant souvent sa revanche sur l’administration locale, et que de nombreux ingénieurs se soient penchés sur la question, elle n’était, en 1870, résolue ni sur le plan technique, ni sur celui de la répartition des compétences techniques et administratives entre institutions concurrentes.

11À la fin du xviiie siècle, Rome importait encore traditionnellement ses ingénieurs d’autres villes des États pontificaux, et particulièrement de Bologne et Ferrare. À cette époque d’ailleurs, les ingénieurs en hydraulique étaient encore le plus souvent des clercs. Giuseppe Calandrelli reste un des grands noms de cette ère de l’ingénierie romaine.

  • 16 Voir également sur ce point : A. L. Bonella, In attesa del colera. Istituzioni pontificie e politi (...)

12Dans le secteur des travaux publics, la fin de l’Ancien régime romain est marquée par l’emprise des architectes de la Presidenza delle Strade, surtout responsables en fait de la tutelle sur le secteur de la construction privée. Pour les travaux d’intérêt plus vaste, des ingénieurs privés étaient appelés, sur contrat. L’ensemble manquait singulièrement de continuité, et l’articulation entre travaux publics, politique sanitaire et engagement financier public se faisait mal16.

  • 17 Voir D. Sinisi, La Presidenza delle Strade ed il suo archivio nel xviii secolo, dans Roma moderna (...)
  • 18 Voir : C. Nardi, Il Tevere e la città. L’antica magistratura portuale nei secoli xvi-xix, Rome, 19 (...)

13La Presidenza delle Strade, organe administratif de contrôle de la voirie et du secteur de la construction, avait été créée au xvie siècle. Elle succédait à une structure comparable, et confirmait la tutelle de l’État pontifical sur le secteur, aux dépens de l’administration capitoline et de ses antiques magistri stratarum et aedificorum almae Urbis17. Réorganisée sous Innocent XII, en 1692, la Presidenza delle strade consacre la mainmise de l’État central pontifical sur l’espace urbain. Cette institution ne s’occupait cependant que des travaux relevant de la manutention ordinaire, alors que les grandes opérations de travaux publics lui échappaient, recours étant fait à des ingénieurs extérieurs. De même, il semble bien que le fleuve ait toujours été hors de la compétence ordinaire de l’institution18.

  • 19 Luigi Pepe rappelle qu’un des buts essentiels de ces séjours du grand scientifique dans la péninsu (...)
  • 20 L. Pepe, loc. cit., p. 304.
  • 21 Voir : L. Pepe, loc. cit.
  • 22 Idem.

14Durant la période révolutionnaire et napoléonienne, sous l’impulsion de Gaspard Monge, qui fit divers séjours dans la ville éternelle19, les études scientifiques furent réformées. En 1798 fut créé l’Istituto nazionale della Repubblica romana, dont une des deux sections concernait les mathématiques et la physique. À la fin de cette même année, fut publié le Progetto di leggi organiche per le scuole superiori, inspiré du modèle des grandes écoles en cours de réalisation en France. Il s’agissait cependant d’un compromis, puisque les universités existantes demeuraient en place, avec le nom de Scuola politecnica20. La nouveauté principale était la fin de la tutelle du collège des avocats du consistoire au profit de l’autorité du corps enseignant21. Au sein de la faculté de mathématiques, un enseignant serait chargé de « l’architecture hydraulique et de la science de l’ingénieur »22.

  • 23 Sur l’évolution du statut des ingénieurs, voir : M. Minesso, The engineering profession (1802-1923 (...)
  • 24 Voir à ce sujet : P. Alvazzi Del Frate, Università napoleoniche negli Stati romani, Rome, 1995, ci (...)

15Avec la chute de la République et la première Restauration, la Sapienza fut fermée pour un an, et de nombreux enseignants déchus de leur poste. Mais, une dizaine d’années plus tard, avec l’annexion à l’Empire, le mouvement de réforme, qui avait par ailleurs continué dans le Regno d’Italia, avec en 1806 la création d’un corps des ingénieurs, reprit avec le rejet de nouveau de l’autorité du collège des avocats du consistoire, et la nomination du recteur Pessuti23. Celui-ci avait déjà occupé ces fonctions sous la République. Giovanni Ferri de Saint Constant fut chargé alors de rédiger un Rapport sur l’organisation de l’instruction publique dans les départements de Rome et du Trasimène24, qui resta cependant lettre morte, avec la fin de l’occupation française en 1814. Ferri avait proposé la création d’une chaire d’hydraulique à Rome, mais n’eut point l’occasion d’en diriger la mise en place :

  • 25 Idem.

On propose une chaire d’hydrostatique et d’hydraulique parce qu’il n’est aucun pays où l’on ait autant besoin d’un grand nombre de personnes qui connaissent cette science et de former par conséquent de nouveaux élèves. Ces connaissances sont nécessaires pour opérer l’écoulement des eaux stagnantes qui sont la cause principale de l’insalubrité de l’air à Rome et dans les départements, pour régler le mouvement des eaux dans les conduits et les distribuer avec le moins de dépenses dans les différents quartiers de la ville et maintenir cette immense quantité de fontaines de toutes espèces qui contribue à l’ornement de la ville et à la commodité de ses habitants. On a besoin de connaissances dans les travaux continuels qu’exige le Tibre pour le rendre navigable, pour le contenir dans son lit, et empêcher les inondations fréquentes qui causent de si grands dommages25.

  • 26 Sur la création du corps des ingénieurs pontificaux, voir : O. Verdi, L’istituzione del Corpo degl (...)
  • 27 O. Verdi, loc. cit.
  • 28 O. Verdi, loc. cit., p. 193.

16Ainsi c’est sous la Restauration qu’est mise en œuvre la véritable réforme de l’ingénierie romaine, avec la création du Corpo degli ingegneri pontifici, sous l’impulsion du cardinal Ercole Consalvi, Secrétaire d’État26. À l’été 1816, Pie VII signe d’abord un Motu proprio sur les travaux publics, suivi, à l’automne 1817, d’un règlement (Regolamento sui lavori pubblici di acque e strade) dont le troisième alinéa prévoit la constitution du Corpo degl’ingegneri pontifici di acque e strade, composé d’ingénieurs ordinaires, d’ingénieurs en chef et d’inspecteurs. Pour Orietta Verdi, il est clair que cette création s’inscrit en droite ligne dans la continuité du modèle légué par l’École des Ponts et Chaussées, puis par les institutions révolutionnaires et impériales en Italie, comme le Bureau des Ponts et Chaussées que connut Rome entre 1809 et 181427. Cette instance remplaçait les différentes institutions précédentes, comme la Presidenza delle strade, la Presidenza delle acque, la Congregazione del buon governo ou la Congregazione delle acque. Le Bureau dépendait directement du Préfet, et donc du ministère de l’Intérieur à Paris28. Andrea Vici fut l’ingegnere capo pour les travaux publics dans les départements du Tibre et du Trasimène. L’administration française avait imposé donc son cadre bureaucratique, mais validé aussi par cette nomination les compétences d’un ingénieur qui avait fait une grande partie de sa carrière au service de la papauté. Orietta Verdi montre également comment l’administration française s’attaqua à réformer le système clientéliste des appels d’offres, dans lequel la tara, commission de 6 % prise par les architectes du service des eaux, était une tradition acceptée. À en croire les rapports des ingénieurs français, la réforme fut, semble-t-il, appliquée avec un certain succès.

  • 29 Voir à ce sujet : L. Pepe, loc. cit., p. 308.
  • 30 Voir L. Pepe, loc. cit., p. 318.
  • 31 Sur l’apport piémontais à l’organisation italienne, voir en revanche : A. Ferraresi, Per una stori (...)

17En 1817 donc, un Conseil des Travaux publics était créé à Rome, composé des inspecteurs et du titulaire de la chaire de mathématiques29. Le Motu proprio de 1817 prévoyait également la création, à Rome et à Ferrare, de deux écoles d’ingénieurs, séparées de l’Université. Après trois années de cours, les meilleurs élèves de chaque promotion étaient admis dans le corps des ingénieurs pontificaux. Parmi les enseignants de la nouvelle école romaine, dont plusieurs avaient connu l’expérience réformatrice du Regno d’Italia, on trouve de grands ingénieurs, comme Giuseppe Venturoli ou Carlo Sereni. En 1824, l’existence séparée des écoles d’ingénieurs et des universités, sur le modèle français, s’avéra inadéquate à la situation romaine, et la fusion fut décidée. L’école d’ingénieurs ne parvenait pas à séduire les jeunes étudiants romains, et cet aspect de l’emprunt au modèle français fut abandonné. Léon XII entérina cette nouvelle réforme par les Ordinationes sacrae congragationis studiorum d’août 182630. Grâce sans doute à sa bonne réputation, la Scuola fut confirmée dans ses prérogatives au moment de l’intégration de Rome à l’Italie unifiée en 187031.

18Le xixe siècle a vu donc les travaux publics passer d’une Presidenza delle strade dominée par des architectes, à laquelle étaient adjoints parfois quelques ingénieurs privés, à une situation dans laquelle, à travers tout un ensemble de réformes dans lesquelles la période napoléonienne a été un passage important, un véritable corps des ingénieurs des travaux publics a pris le contrôle du domaine. Ceci explique la fusion, relativement facile et évidente, de ce corps des ingénieurs pontificaux dans le corps des ingénieurs de l’État italien à partir de 1870. Fonctionnaire d’une administration réformée, l’ingénieur pontifical avait un niveau de compétence comparable à celui de ses collègues d’autres régions.

  • 32 M. Minesso, loc. cit.
  • 33 Sur ce point, voir M. Minesso, loc. cit., p. 182. Dans les années 1850 naissent diverses organisat (...)

19Dans l’ensemble de l’Italie en effet, un phénomène similaire avait porté la profession à un niveau de compétence et d’uniformité notable. Pour Michela Minesso, c’est bien à l’impulsion napoléonienne que ce mouvement doit son extension, et de Pavie à Bologne, était née à cette époque une profession aux contours redessinés32. Dans le Regno Italico, le corps des ingénieurs des Eaux et des Routes fut créé en 1806, avec la responsabilité des routes, des voies navigables, et des cours d’eau. Remplacé par la Direction Générale de la construction publique à Milan durant la période autrichienne, le corps n’en eut pas moins une profonde influence sur l’organisation du métier et des pratiques administratives. La constitution des ingénieurs italiens en groupe professionnel organisé était cependant en retard en Italie par rapport au reste de l’Europe33.

  • 34 Sur le contexte de cette création, voir : C. Lacaita, Cultura politecnica e modernizzazione, dans (...)

20Avec l’Unité, à la suite de la loi Casati sur l’éducation, la formation des ingénieurs italiens fut réformée, avec la création du Politecnico de Milan et d’écoles d’ingénierie appliquée34.

  • 35 Voir à ce sujet : S. Jacini, L’amministrazione dei lavori pubblici in Italia dal 1860 al 1867, Flo (...)
  • 36 Sur ce point, voir M. Minesso, L’ingegnere dall’età napoleonica al fascismo, dans M. Malatesta (di (...)

21Le corps des ingénieurs civils naquit de la fusion des divers corps d’ingénieurs des différents États unifiés. La loi sur les travaux publics de mars 1865 permit en effet l’intégration progressive des ingénieurs des Eaux et des Routes des États pré-unitaires. Le ministre des Travaux publics Stefano Jacini défendit et mena a bien cette intégration35. Le corps du Genio civile ne naquit donc en rien d’une révolution, mais d’un pragmatisme durable et confirmé, qui vit la réunion dans une seule et même administration des ingénieurs des États précédents36. Ce processus fut grandement facilité tant par la convergence des corps d’ingénieurs des différents États que par l’engagement d’un certain nombre de ces techniciens dans la lutte nationale.

  • 37 Pour une comparaison avec l’exemple milanais, voir : A. M. Galbani, L’ufficio tecnico municipale d (...)

22À Rome, les ingénieurs municipaux et le service technique municipal connaissaient en revanche avant l’Unité un degré de modernité administrative bien inférieur à celui des autres villes de la péninsule, au nord essentiellement37.

  • 38 Pour une étude sur un service technique municipal, à partir de l’exemple de Venise, voir aussi : S (...)

23Avec le rattachement, la loi italienne donne donc d’amples compétences techniques à des services qui n’avaient pas connu de réforme notable dans les décennies précédentes. La municipalité romaine gagne des pouvoirs techniques considérables, que perd l’État, au moment même où l’essentiel des anciens ingénieurs de l’administration pontificale intègre le corps du Génie civil38.

Fleuve en crue, débat technique et rivalités politiques : le parcours administratif et humain de la décision

  • 39 Sur ce point voir : D. Ripa, loc. cit.

24Lors des derniers jours de l’année 1870 donc, dans un contexte institutionnel inédit, la crue est de nouveau l’occasion de poser la question des compétences territoriales des différentes administrations sur la ville. C’est d’abord une vertueuse course aux secours qui anime l’Urbs ; municipalité, armée, Église et police de l’État rivalisent de diligence et de zèle dans l’assistance aux victimes. Les journaux de diverses tendances se sont d’ailleurs fait l’écho, d’abord avec gravité, puis avec une pointe d’ironie, de cette compétition improvisée39. Le prince Doria, maire, et l’ensemble du Conseil municipal, se réunissent d’urgence dès les premiers signes de débordement, et mettent l’ensemble des services de la mairie en alerte afin de pouvoir au mieux répondre aux besoins. À cette occasion, d’ailleurs, eurent lieu différentes rencontres informelles entre Capitole et Questura de Berti, afin de coordonner la répartition des secours dans la ville. Dans un premier temps, de nombreuses communes du Latium, des anciens États du Pape et de Campanie, apportent même de l’aide à la municipalité romaine. Au Capitole est constituée une commission spéciale de la municipalité pour l’organisation des secours, dans laquelle chaque rione est représenté. La mairie donc, à peine instaurée dans ses nouvelles prérogatives, confirme dans l’urgence sa volonté de s’affirmer comme un acteur essentiel de la vie citadine. Notons que, par l’inondation, se voyaient en quelque sorte confirmées des prérogatives antérieures et traditionnelles de la municipalité sur la ville, et reconduits des modes de fonctionnement social jusque-là en suspens, autour notamment du rôle des notables et de la noblesse dans les différents rioni.

  • 40 Dans un tout autre contexte, voir, au sujet des rapports entre idéologie monarchique et enjeux hyd (...)

25Mais pour l’État aussi, l’inondation est un moment fondateur pour ce qui concerne son rôle dans la ville nouvellement capitale40. Au travers de l’activité de la Questura, des commissaires de sécurité publique, des agents de police, de l’armée, des divers fonctionnaires déjà arrivés en ville, c’est l’image de l’efficacité de l’administration italienne qui est en jeu. Et dans les rioni, en filigrane des recensions journalistiques, se lit une sorte de course à la lisibilité institutionnelle entre les fonctionnaires de l’État, encore peu connus, les anciens officiers de l’administration pontificale, demeurés souvent notables de chaque quartier, et les représentants officiels ou volontaires de la mairie.

  • 41 G. Manfroni, op. cit.

26Les mémoires du commissaire Manfroni sont riches d’anecdotes à ce sujet, et sur la difficulté de savoir où s’arrête l’Italie et où commence la città Leonina41.

  • 42 Voir D. Ripa, loc. cit., p. 25-26.

27À l’occasion de l’inondation, Pie IX, également, fait preuve d’une générosité dont les moyens confirment les réseaux anciens de la beneficenza romaine. De l’argent est donné aux paroisses. Des commissions de Catholiques sont activées afin de répartir l’aide, à la tête desquelles on retrouve certains des hauts dignitaires de l’administration pontificale à Rome, voire un personnage comme Mgr De Merode42. D’une manière générale, en outre, l’inondation est, pour toutes les structures de la piété urbaine, la première occasion depuis le XX Septembre de confirmer leur place dans l’horizon romain. Quêtes, collectes de bienfaisance, concerts, messes : la hiérarchie catholique sait saisir l’occasion de montrer combien, malgré la défaite militaire, elle garde une emprise profonde sur la Ville.

28Mais, pour la monarchie italienne, l’inondation est aussi l’occasion de résoudre avec profit, habileté et diplomatie, la délicate question de la visite du roi Victor Emmanuel II dans la ville nouvellement conquise. Depuis la fin du mois de septembre en effet, la presse, tant catholique que libérale, posait presque quotidiennement la question de savoir quand le souverain oserait passer outre les réticences et les atermoiements liés à la perspective de son entrée dans la capitale de la Chrétienté catholique romaine. Tout au long de novembre et de décembre, la question avait été soigneusement éludée par le souverain et son entourage. Le gouvernement, non plus, ne souhaitait pas précipiter les choses, son principal souci étant de ne surtout pas provoquer la fuite du souverain pontife. Avec l’inondation, se présente une occasion propice à une visite, l’entrée du monarque piémontais pouvant alors se faire sur le mode de la compassion et de la solidarité nationale, et non plus sur celui de l’arrogance du vainqueur, ce qui aurait risqué de heurter les susceptibilités catholiques tant en Italie que dans diverses capitales européennes.

  • 43 On prévoyait un Te Deum, composé par Millotti, ainsi que le concert d’un chœur de 400 voix « Vieni (...)
  • 44 Voir D. Ripa, loc. cit.
  • 45 Un décret du 26 octobre 1870 en avait fait la résidence royale à Rome. L. Sandri, Roma capitale ne (...)

29Le 31 décembre, très tôt le matin, le roi arrive en train à Termini, en provenance de Florence et accompagné du président du Conseil. Le convoi avait dû faire le détour par Civitavecchia, car la ligne du nord, en provenance Florence via Orte, était coupée par la crue dans la vallée du Tibre. C’est sur les conseils de Quintino Sella, alors ministre des Finances, que Victor Emmanuel était passé outre les demandes de son lieutenant général La Marmora de différer encore la visite. Ce dernier espérait une visite du Roi en janvier. Mais il fut décidé d’abord par la Cour que les dépenses prévues par la mairie pour l’accueil du souverain43 seraient réaffectées d’urgence au secours aux inondés, ce qui fut fait, et entériné quelques jours plus tard par la Giunta municipale44, ensuite que le Roi viendrait au plus tôt à Rome témoigner de son émotion dans des circonstances aussi pénibles. Il reçoit, semble-t-il, un accueil populaire chaleureux, et l’effet de surprise parvient, dans une large mesure, à désamorcer les protestations prévisibles du monde catholique. À la gare des thermes de Dioclétien, l’attendent La Marmora, le prince Doria, doyen du Conseil municipal et donc facente funzione de maire, une délégation du Conseil municipal, et les députés de la ville. Victor Emmanuel est alors conduit au Palais du Quirinal, résidence pontificale jusqu’au XX Septembre45, et, de bon matin, il y salue la foule depuis le balcon. De là, en fin de matinée, il se rend au Capitole, siège de la municipalité romaine, en visite le musée, et fait ensuite un tour de la ville. Mais le Roi s’abstient avec tact de toute incursion dans ces zones dont le statut territorial n’est pas encore tout à fait défini, et, en général, dans des zones où sa présence aurait pu être interprétée comme une provocation face au Vatican. Il repart pour Florence en fin d’après-midi.

30Le commissaire Manfroni, qui dans ses mémoires soulignait déjà en novembre la déception des libéraux de ne pas voir le Roi visiter la ville, explique combien le fait que Victor Emmanuel s’abstienne d’approcher de trop près le Vatican est à la fois décevant et sage :

  • 46 G. Manfroni, op. cit., p. 45-46.

On espérait que le Roi viendrait également au Borgo. Mais je me disais que, sur ce point, il ne fallait pas se faire d’illusions, et que le respect envers la personne du Pape conseillerait au Roi de ne point passer le pont. Et je n’avais pas tort : ayant fait demander au Questore de m’informer au cas où le Roi viendrait, il me fut répondu que, devant se trouver à Florence pour la réception du Nouvel an, Sa Majesté ne pouvait rester à Rome que quelques heures, et que par conséquent les quartiers périphériques ne pourraient être visités46.

  • 47 Idem.

31En narrant cet épisode, Manfroni ne peut cependant s’empêcher d’ajouter une réflexion qui replace la visite du Roi dans un contexte dont l’inondation avait servi à atténuer les aspects les plus délicats : loin d’être périphérique, la rive droite du Tibre, et le Borgo particulièrement, est en ces premiers mois de Rome italienne « politicamente fin troppo centrale »47.

  • 48 Le terme de confine revient d’ailleurs à de nombreuses reprises dans les mémoires de Manfroni.

32Par sa retenue, le Roi maintenait une ligne de conduite, d’ailleurs appuyée fortement par le gouvernement Lanza, destinée à montrer à l’Italie et au monde que la prise de Rome n’impliquait aucunement une persécution de la personne de Pie IX ni une revendication hégémonique face aux prérogatives de l’Église. Dans un moment délicat, Victor Emmanuel, et son conseiller Sella, héraut de Rome capitale et maître dans l’art de l’habillage symbolique des décisions politiques, surent donc satisfaire à la fois le devoir de visite du souverain dans la ville, le devoir de compassion et l’exigence de sérénité imposée par l’intense attention internationale aux événements romains. L’épisode souligne aussi combien le Tibre, en ces derniers jours de 1870, est encore considéré implicitement comme la véritable frontière48 entre Italie et Papauté. Certes, en droit, la rive droite est italienne. Certes le plébiscite, malgré les tâtonnements auxquels il a donné lieu, a ratifié cette appartenance. Certes le Pontife lui-même s’est replié dans une cité Léonine dont les limites sont réduites aux murailles du Vatican. Mais il reste qu’encore au moment de l’inondation, affirmer par une symbolique trop forte la souveraineté italienne sur les quartiers proches du Vatican aurait été perçu comme un manque de retenue, voire comme une véritable provocation. Ce point est crucial dans la compréhension des procédures relatives au Tibre entreprises au cours des mois qui suivent : plusieurs mois après la conquête, la rive droite du fleuve, surtout à la hauteur du Borgo et des Prati, apparaît bien encore comme un territoire implicitement catholique. Toute prise de possession concrète ou symbolique par un fonctionnaire gouvernemental pourrait passer pour une provocation.

33C’est en ayant à l’esprit ce contexte qu’il convient d’étudier les débats et les conflits liés à l’aménagement du cours du Tibre. Entre la fin du mois de septembre 1870 et l’avancée presque pas à pas des troupes italiennes puis des fonctionnaires du Royaume vers l’autre rive, à l’automne, la difficulté pour ces fonctionnaires de s’imposer oltre Tevere face à des agents pontificaux toujours résidents, et le moment dramatique de l’inondation, tout montre que le Tibre constitue une limite dans la ville, et qu’une part importante des tensions politiques se cristallise le long de son cours. Avec l’inondation cependant, il devient impossible de s’en tenir encore, des deux bords, à une ligne modérée, laissant la question de la souveraineté territoriale sur la ville se résoudre peu à peu. L’inondation amène avec elle la contrainte de l’action, parce qu’elle introduit un facteur d’urgence, parce qu’elle suscite dans la presse de longs débats, parce qu’elle met en jeu la compétence technique, et donc l’efficacité du pouvoir. Alors que la ville est encore en partie inondée, se joue autour du Tibre un conflit entre institutions pour savoir qui aura la responsabilité technique de son aménagement. Mais au-delà, c’est bien le sort de Rome capitale qui se joue en partie. Prendre pied, presque littéralement, dans le lit du fleuve, serait pour l’État le moyen de passer outre toutes les hésitations des mois précédents.

Genèse de la décision : la commission gouvernementale de janvier 1871

  • 49 Le rapport intermédiaire de cette commission, remis au ministre des Travaux publics, a été imprimé (...)
  • 50 Sur le thème de l’insertion des ingénieurs dans la nation italienne, voir les réflexions de M. Mal (...)

34Le 1er janvier 1871, en pleine crise, le ministre des Travaux Publics, Giuseppe Gadda, nomme une commission chargée « d’étudier et préparer les moyens de rendre les crues du Tibre inoffensives pour la ville de Rome »49. Il s’agit de devancer toute initiative concurrente, émanant de la mairie par exemple, et d’offrir au Génie civil le terrain de la modernisation du cours du Tibre, artère centrale de la ville. En effet, avec les secours, le roi et les fonctionnaires, sont arrivés aussi à Rome plusieurs hauts responsables du ministère des Travaux publics, du conseil supérieur du Génie civil, et divers ingénieurs spécialistes de l’hydraulique urbaine. Pour le ministère, l’inondation est l’occasion idéale de prendre pied dans une ville qui reste particulière, tant du fait du contexte, que d’une tradition technique locale qui rend ces Piémontais, Lombards ou Ligures antipathiques à la plupart des ingénieurs locaux, y compris aux plus patriotes50.

35Pour ce qui concerne la création de la commission de janvier 1871, il est délicat de distinguer ce qui tient à la rudesse habituelle du Génie civil lors de la prise de contrôle de ses aires de prérogatives dans les territoires nouvellement conquis (encore que depuis le XX Septembre, cette administration, comme les autres, suivait les consignes de modération du gouvernement Lanza et se gardait bien de tout acte de souveraineté sur la rive droite), et d’un calcul, dans une situation d’adversité institutionnelle, destiné à prendre de vitesse des administrations concurrentes aux visées trop claires sur la tutelle technique de la ville. Les archives, et surtout les procès-verbaux des réunions de la Commission, indiquent nettement que c’est cette seconde hypothèse qui se vérifie au cours des premières semaines de 1871 : on assiste à un véritable coup de force technique et administratif contre les prétentions de la municipalité à maintenir l’intégralité de son contrôle technique. Par là même, ce sont aussi les prérogatives de l’État que l’on veut affirmer, face à l’emprise catholique sur la ville. La nomination de la commission tout d’abord : il s’agit d’un acte unilatéral du ministère des Travaux publics, qui prend de court une mairie encore en pleine agitation pour la coordination des secours.

  • 51 Atti 1871, p. 1.

36G. Gadda, ministre, donne comme but à la commission « d’examiner sur place les conditions du Tibre et de ses principaux affluents, d’étudier les causes, accidentelles ou permanentes, qui provoquent ses débordements, et, finalement, de proposer comment on peut y remédier, en indiquant les mesures à prendre immédiatement et les opere d’arte qui pourraient servir à améliorer le sistema du fleuve »51. La municipalité pensait aussi créer une commission, mais elle est devancée. Le premier acte de la décision est joué. Savoir qui crée l’instance de décision. Sont nommés à la commission, que bientôt on dira « gouvernementale » :

  • Le sénateur Carlo Possenti, ingénieur, vice-président du Conseil supérieur des Travaux publics. Il préside la commission.
  • Le député Giovanni Davicini, ingénieur.
  • Pacifico Barilari, ingénieur, inspecteur du Génie civil.
  • Le professeur Alessandro Betocchi, membre du Consiglio d’Arte di Roma, enseignant d’hydrométrie à l’université de Rome, et ancien ingénieur en chef de l’Ufficio tecnico romain sous l’administration pontificale. Il avait, en 1863, rédigé un mémoire sur l’hydraulique tibérine. Ses élèves de la Scuola ingegneri di Roma ont de plus, sous sa direction, réalisé au cours des années 1850 et 1860 des mesures hydrométriques le long du fleuve. Il est un des plus grands experts dans le domaine.
  • Le professeur Domenico Turazza, enseignant d’hydraulique appliquée à l’université de Padoue.
  • L’ingénieur Francesco Armellini, Ingegnere Capo del Genio Civile in Roma. Il a été chargé par le ministère des Travaux publics de faire un rapport technique sur la crue.
  • L’ingénieur Vincenzo Glori, directeur des services techniques de l’administration de la Province de Rome.
  • L’ingénieur Giovanni Pio Branchini, Ingegnere Capo à la mairie de Rome. Les ingénieurs Luigi Tatti et Giuseppe Partini.
  • L’ingénieur Raffaello Canevari, membre du Conseil d’hydrographie au ministère de l’Agriculture et du Commerce. Canevari est un ingénieur romain, dont la carrière s’est faite aussi bien sous le gouvernement pontifical que dans le cadre d’une Italie unitaire qu’il appelait de ses vœux. Diplômé en ingénierie à l’université de Rome en 1853, il avait déjà alors un glorieux passé : il avait été lieutenant du génie pour la défense de la République romaine en 1849. Proche ensuite du duc Leopoldo Torlonia, il travaille dans les années 1850 et 1860 à la construction des chemins de fer de l’État pontifical. Il devient même un temps directeur des travaux pour l’entreprise De-brousse, qui a remporté un des principaux appels d’offres. Il a de plus déjà travaillé dans le cours du Tibre : en 1862 il construit, sur les plans d’Oudry et pour la société Mongolfier-Bodin, le pont suspendu de San Giovanni de’ Fiorentini à Rome. En 1869, il étudie un projet d’approvisionnement en eau pour la capitale italienne, Florence. Ses engagements dans l’Italie unitaire, dont ne fait pourtant pas encore partie sa ville natale, l’amènent également à travailler à la première carte hydrographique nationale. Membre fondateur, avec F. Giordano et N. Miraglia, de la Commissione Idrografica du Ministère de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, il commence ainsi une longue carrière au sein de la haute administration italienne. C’est un personnage dont l’étude permet de tempérer le cliché d’une Rome livrée en 1870 aux Piémontais. Non seulement l’administration ministérielle italienne en 1870 avait déjà derrière elle une décennie entière d’intégration des fonctionnaires issus de tous les autres États pré-unitaires déjà annexés, mais encore dès avant 1870 d’importantes responsabilités avaient été confiées à des sujets pontificaux, et pas seulement des exilés. De plus, le bureau du Génie civil intègre immédiatement les ingénieurs de l’État pontifical (sauf ceux qui, pour des raisons de conscience, auraient refusé de servir l’État italien).

37L’année 1871 est pour Canevari celle de deux commissions, le Tibre et le Plan régulateur de la ville de Rome. Au même moment, l’ingénieur et ministre Quintino Sella propose son nom pour la construction de ce qui sera le premier monument national à Rome : le ministère des Finances. Canevari est donc un ingénieur romain déjà impliqué dans les politiques ministérielles, à la fois proche du gouvernement Lanza, et de certains cercles romains à la mairie, autour de Leopoldo Torlonia, et de la noblesse libérale conservatrice. Il n’est en rien un des ingénieurs piémontais qui auraient débarqué à Rome à l’automne 1870, il ne fait pas carrière dans le Génie civil. Il est un homme du gouvernement, dont le nom n’effraie pas les milieux municipaux.

  • L’ingénieur Pietro Castellini, du Génie civil, Corpo Acque e Strade, sert de secrétaire à la commission.
  • L’ingénieur municipal Angelo Vescovali, homme le plus compétent à la mairie en la matière, grand expert en hydraulique tibérine, par son expérience de la gestion du fleuve et ses qualités en hydrographie, ne fait pas partie de la commission. Exclu d’emblée par le choix du gouvernement, il passera les décennies suivantes à en contester les conclusions et le mode de travail.
  • 52 Sur les origines en droit romain du caractère domanial du lit des fleuves, et sur les évolutions d (...)

38On le voit d’emblée, la municipalité romaine se trouve en très nette minorité dans une commission dont l’existence même clame la volonté de l’État d’exercer à Rome la prérogative sur les cours d’eau que lui donne le système administratif national52. Dans un moment où toute la ville, et son avenir de capitale du royaume, semblent dépendre du fleuve, cette affirmation est aussi celle de l’État de marquer enfin, après plusieurs longues semaines d’hésitation, de tergiversations et de demi-mesures, son territoire de compétence dans un espace urbain complexe. Mais on le voit aussi, si l’acte de nomination de la commission est décisif et sanctionne une volonté d’emprise territoriale sur le Tibre urbain au travers de la compétence technique, la composition de la commission laisse la voie à de possibles médiations. L’expert capitolin est certes exclu. Mais un autre Romain est susceptible de satisfaire à l’exigence municipale de ne pas voir le fleuve passer aux mains des conquérants.

39On trouvera dans les pages qui viennent une analyse détaillée de la maturation des décisions de la commission, destinée à montrer la complexité de ce type de processus, et la manière avec laquelle s’opèrent, derrières des choix en apparence univoques, les rapprochements les plus indicibles à l’époque sur le plan politique et symbolique.

  • 53 Atti 1871, p. 5.

40La première réunion de la commission a lieu le 10 janvier 1871. C’est Possenti, en tant que président, qui prononce les mots de bienvenue à ses collègues53. Chacun semble arriver avec des idées bien claires sur ce qu’il faut faire, mais ce qui frappe, c’est l’assurance du sénateur, dans un moment qui devrait être celui de l’ouverture des débats, à poser déjà des solutions. Il prône ainsi un élargissement de la section du fleuve, un dégagement du lit, la construction de collecteurs latéraux, voire la rectification de certains méandres. En cette première réunion, fort de son expérience sur le Pô, Turazza, quant à lui, souligne le lien entre parcours urbain du fleuve et situation des zones en aval. Betocchi présente des relevés effectués par ses soins, Armellini un rapport au ministre sur la crue récente, rédigé en tant qu’ingegnere Capo governativo della Provincia di Roma, et Canevari, déjà, un projet de canalisation en ville du cours du fleuve, accompagnée de la construction d’un collecteur sur la rive gauche. Partini arrive avec un relevé au 1/4 000e des parties de la ville inondées. Les experts font étalage de leur expertise. On sent bien que rien n’est neutre et qu’il s’agit d’emblée d’orienter les travaux de la commission et, par là, la décision qui collectivement se construit.

41Lors du premier tour de table, Branchini, l’ingénieur municipal, est mis immédiatement hors-jeu. Il n’a rien à proposer, et ne prend même pas la parole. Le second tour de table renforce encore son précoce isolement : alors que l’on est censé attendre de nouveau relevés, Canevari avance encore de nouveaux arguments en faveur de son projet. Il s’agirait non seulement d’enlever dans le cours du fleuve les obstacles au bon écoulement des eaux, mais aussi de construire une arginatura murata, un endiguement muré, augmenté de véritables collecteurs. Canevari reçoit le soutien de Turazza. Pour l’instant, seul Armellini émet des réserves, notamment quant à la possibilité de fonder suffisamment en profondeur de tels ouvrages.

42Le Député Davicini demande alors une visite sur les lieux, et la commission se rend immédiatement à Ponte Milvio, pont romain qui aurait, en amont du centre ville, formé dans le lit du fleuve un obstacle et dérivé vers les Prati une partie des flots en excédent. Davicini voudrait élargir l’espace entre les piles du pont, Canevari remarque que son effet a plutôt été positif, détournant vers une zone inhabitée un courant qui sinon aurait ensuite buté en ville sur le ponte Elio (S. Angelo).

  • 54 Atti 1871, p. 11.
  • 55 Sur ce personnage, grand spécialiste du Pô, voir : C. Lacaita A. Silvestri (dir.), op. cit.
  • 56 Parmi ceux-ci, dans les premiers jours, l’ingénieur Blumensthil et l’architecte Belloni.
  • 57 Sur ce point, voir : M. M. Sagarra Lagunes, op. cit.

43Le lendemain a lieu la seconde réunion de la commission54. La position du Génie civil s’est encore renforcée depuis la veille. L’ingénieur Brioschi, conseiller de la lieutenance du roi chargé des Travaux publics et grand spécialiste de l’aménagement fluvial, a remis plusieurs documents, esquisses des projets du Génie civil55. Les rapports de l’Ufficio del Genio Civile sur la crue sont aussi arrivés sur le bureau de Possenti. Divers ingénieurs, par ailleurs, ont commencé à faire parvenir à la commission des projets pour le Tibre56. En ce second jour de session, la commission se rend cette fois au pont suspendu de San Giovanni de’ Fiorentini, dont Canevari avait dirigé la construction. Ce dernier, sur place, illustre avec brio la possibilité de faire dans le lit même du Tibre de solides fondations. Son ouvrage a tenu, il peut donc avancer avec force son idée de la possibilité technique de fonder les murs de rive dont il prône la construction. En aval de ce pont, la commission constate d’une manière unanime les dégâts causés par les moulins flottants, qui se sont transformés, pendant la crue, en de véritables béliers contre les piles des ponts. Face à ces témoins d’une économie fluviale traditionnelle et héritée57, les ingénieurs trouvent un accord immédiat, par-delà leurs rivalités institutionnelles : il conviendra d’en empêcher la remise en place. C’est à l’unanimité que l’économie et la société fluviales d’Ancien régime sont disqualifiées. Toujours pas de Branchini, pourtant présent dans le procès-verbal. Puisqu’il l’a ensuite approuvé, c’est bien qu’il n’a pas pris la parole. La mairie reste muette dans ces phases décisives dans la maturation de la décision. Il faut dire qu’on a pris soin de nommer un représentant de second ordre, incapable de dialoguer avec les plus grands ingénieurs de la péninsule. Une question de préséance universitaire doit aussi le dissuader de contredire les grands professeurs, et même de poser des questions qui pourraient paraître inappropriées. On imagine la colère de Vescovali, contraint d’écouter le soir dans son bureau la narration de ces séances, dans lesquelles il apparaît clairement que la mairie a été piégée.

  • 58 Atti 1871, p. 14.

44Lors de la troisième réunion58, le 12 janvier 1871, apparaissent explicitement les premiers conflits de compétence entre État et municipalité. Armellini, ingénieur en chef du Génie civil à Rome, mais aussi membre d’une famille politiquement très active, propose une solution toute différente de celle de Canevari : plutôt que d’endiguer le fleuve, il faudrait relever le sol de la ville basse, tout en dégageant le lit du fleuve et en régularisant les rives. Il faudrait sacrifier pour cela les piani mezzanini et transformer le premier étage des immeubles en rez-de-chaussée ! Ce que veut éviter cet ingénieur et haut fonctionnaire, c’est la stérilisation, par l’endiguement, des rives du Tibre, et le « cauchemar » des quais murés. Possenti, président de la Commission, rejette sans ménagement cette proposition, qui a dû sembler bien loufoque aux collègues d’un Armellini qui n’était pourtant pas un illuminé, mais bien un des plus hauts responsables de la technique gouvernementale dans la ville. Nous n’essayerons même pas de nous représenter mentalement cette ville armellinienne, Rome à demi enterrée, aux fenêtres élargies pour en faire des portes, aux profils voûtés, la hauteur de chaque immeuble et monument étant diminuée de plusieurs mètres. Strate archéologique vivante, suffocant sous la terre, Campo de’ Fiori aurait certes bien piètre allure.

  • 59 Atti 1871, p. 17.

45Ce qui nous intéresse ici, c’est le tout théorique, virtuel et sur le moment presque sympathique, conflit de compétence entre mairie et État que déclenche la proposition Armellini pour le Tibre. Tout le monde sait que la proposition sera rejetée, mais on tente un tour de table, comme pour tester la rhétorique de chacune des parties en présence. Il est impossible, dit Possenti, de rehausser le sol de la ville, car cela serait « un remède indirect de seule compétence municipale, et non pas du gouvernement, dont l’action se limite au seul lit du fleuve, de compétence nationale »59. Si la proposition Armellini ne devait pas survivre à cette journée du 12 janvier 1871, l’argument de Possenti devait marquer Rome et les transformations de son espace urbain, pour plusieurs décennies : les travaux doivent être conduits par l’État, et donc se faire dans le lit du fleuve, où il a compétence. Toute autre solution, même techniquement valable, sera automatiquement rejetée. La commission gouvernementale sert à décider de travaux gouvernementaux dans l’espace de compétence gouvernementale, c’est-à-dire dans le domaine public fluvial. Puisque la ville échappe au gouvernement, le fleuve échappera à la ville et constituera une ébauche de territoire étatique. C’est la deuxième phase décisive dans la maturation de la décision.

46C’est Davicini qui, ce jour-là, place dans la discussion une proposition dont le sort sera prospère : porter le lit du Tibre à la largeur constante de 100m, 120m là où le cours se dédouble. S’est-il entendu en coulisse avec Canevari ? Toujours est-il que chacune de ses interventions apporte un argument que l’on retrouvera dans le projet que l’ingénieur du gouvernement est alors en train de rédiger. Ce jour-là aussi, on se partage le travail de relevé, à chacun des membres de la commission étant attribué un tronçon du cours.

  • 60 Atti 1871, p. 21.

47La quatrième réunion a lieu le 14 janvier 187160. Elle consiste en une excursion en vaporetto sur le fleuve. On part de Ripagrande, et on descend en direction de la mer jusqu’à Fiumicino. C’est Giordano, Ispettore generale delle miniere, membre de la commission de bonification de l’Agro romano, qui sert de guide pour l’exploration de la partie basse du fleuve.

48La cinquième réunion a lieu le même jour, au retour de l’expédition. La question est de savoir jusqu’où doivent aller les collecteurs, et si ceux-ci, éventuellement réunis en un seul par le jeu d’un siphon sous le fleuve, doivent ou non suivre tous les méandres, ou plutôt couper au plus court vers la mer.

49Possenti voudrait par ailleurs écarter une fois pour toutes les hypothèses d’un diversivo, canal destiné à recueillir le trop-plein. Il demande pour cela une étude. On saisit à chaque fois l’enjeu : tout doit être concentré en terrain gouvernemental. Pas d’excursus technique possible en terrain municipal.

  • 61 L’ingénieur Sabatini par exemple, dont la demande est rejetée. Atti 1871, p. 28.
  • 62 Bergolli. Atti 1871, p. 28.
  • 63 D’une manière générale notons les propositions des ingénieurs Biagio d’Orazi, Fabbri, et, encore, (...)

50En ce milieu du mois de janvier, la commission commence à recevoir de plus en plus de propositions spontanées. Tel ingénieur voudrait être appelé à siéger61. Tel autre voudrait aménager les montagnes afin de mieux retenir les eaux et les sols62, ou dévier le cours de l’Aniene, affluent principal du Tibre à Rome63. Mais, lors de la sixième réunion, la position de Possenti est de rejeter toute proposition qui concernerait l’amont de Rome.

  • 64 Pour une étude sur la vie fluviale, à partir de l’exemple français, voir : E. Rieth, Des bateaux e (...)

51Le président résume alors : il croit voir une unanimité de la commission pour prôner une régularisation du cours du fleuve et un dégagement du lit. Armellini, qui paradoxalement assume seul l’héritage pontifical et la continuité technique avec la période précédente (Canevari est d’ores et déjà pleinement intégré aux réseaux ministériels), souligne sur ce point que, depuis des années, les ingénieurs de l’Ufficio del Genio civile in Roma demandaient un dégagement du lit, et luttaient contre les pontons et moulins flottants64. Mais, à l’évidence, dans la Rome pontificale, ces techniciens n’avaient su se faire entendre et hausser dans le débat les arguments de la technique face à l’inertie des pratiques et usages traditionnels d’une économie d’Ancien régime encore agrippée à la ville le long des berges.

  • 65 Archivio Storico Capitolino (ASC), Ufficio Quinto, Direzione, correspondance Viviani-Vescovali 187 (...)

52Betocchi, qui était Ingegnere capo dell’ufficio tecnico di Roma, confirme, sans pour autant insister plus que de nécessité sur ses activités passées dans l’administration déchue. Une chose est sûre : en quelques semaines, les ingénieurs des institutions centrales pontificales se sont bien intégrés dans les structures du Génie civil, et reconduisent sans problème dans ce nouveau cadre leur vieille rivalité avec la municipalité, et avec son personnel technique. Car, outre la transparence parfaite de Branchini dans les débats de la commission, il convient de souligner encore l’absence dans cette instance d’Angelo Vescovali, l’ingénieur municipal chargé du secteur hydraulique. Les archives Vescovali au bureau technique de la mairie montrent que celui-ci a déjà entrepris la rédaction de projets concurrents65.

53Lors de la sixième réunion, il est aussi décidé de demander au ministère de prévenir les propriétaires des structures flottantes que toute reconstruction sera prohibée.

  • 66 Atti 1871, p. 36.
  • 67 Publié en mars 1871 par le Giornale del Genio Civile. Imprimé, à usage interne de la mairie, par C (...)

54La septième réunion66 consiste en une visite dans la Valle dell’Infernetto, où l’on avait cru un instant pouvoir faire passer un canal de dérivation. On confirme sur place la tendance esquissée en session : pas de chantier hors du lit du fleuve. Les travaux de la commission s’interrompent alors pour plusieurs mois. En février, Possenti présente à Giuseppe Gadda, ministre des Travaux publics, un rapport intermédiaire67 qui reprend les premières conclusions des travaux de janvier, essentiellement le souhait de canaliser le cours du fleuve à une largeur constante et de construire des collecteurs, sans que pour l’instant la fonction précise et l’emplacement de ces derniers ne soient mieux explicités. L’essentiel est bien de marquer le terrain ; l’avenir de Rome capitale dépend de son fleuve, dont s’occupe l’État, dans le lit même, et là seulement. Le rapport résume brièvement la teneur des différentes réunions, mais n’apporte pas encore de réponse à la question posée par le gouvernement de proposer les moyens de mettre un terme aux inondations. Il a souvent été mal interprété, car pour la plupart des spécialistes qui se sont penchés sur la question sans avoir lu les procès-verbaux des réunions précédentes, il s’agissait d’un rapport final. Or c’est bien un document intermédiaire, qui vient à la fin de la première des trois saisons qui marquent, tout au long de l’année 1871, les travaux de la commission. Cette distinction est importante dans la détermination des mécanismes qui président à la maturation de la décision. Dans ce rapport, transparaît l’ambiguïté du mandat assigné à la commission et les tensions entre logiques institutionnelles ou administratives divergentes qui, déjà en cette première phase, sont à l’œuvre.

  • 68 Relazione 1871, p. 9.
  • 69 Relazione 1871, p. 11.
  • 70 Idem.
  • 71 Sur l’histoire antique de l’île, et particulièrement sur le développement du culte d’Esculape et d (...)
  • 72 Relazione 1871, p. 13.

55Le rapport de Possenti confirme que la réflexion se fait sous une étroite tutelle de la part du ministère des Travaux publics. Non seulement les réunions de la commission se tiennent dans les locaux de ce ministère, ce qui est loin d’être neutre, mais il semble que le ministre lui-même se plaise à faire parvenir aux commissaires réflexions, incitations et parfois directives, qui infléchissent nettement le cours des débats, et notamment la façon dont le sénateur les conduit face aux ingénieurs du Ministère qu’il a à ses côtés. Que le Ministre vienne serrer la main des commissaires en début de session, et c’est tout le ton des débats qui est donné : la commission est là pour remplir une tâche gouvernementale. Ce qui apparaît également à la lecture du rapport, et que les procès-verbaux ne montraient pas, c’est la nécessité pour le rapporteur de se positionner face aux projets que la presse semble porter et appeler de ses vœux. Possenti donne ainsi au ministre les arguments pour construire sa propre ligne de conduite, surtout face aux idées des libéraux progressistes et des radicaux. Ainsi des larges déviations du cours du Tibre : « bien que cette solution paraisse intéressante à la presse et à l’opinion publique, elle semblait à la commission mériter bien moins son attention, tant pour des raisons techniques qu’économiques »68. En ce qui concerne le projet Canevari, et la proposition de construire de hauts murs le long des rives, le président est extrêmement allusif : « Cette mesure sera certainement celle qui donnera lieu à la majeure partie des études de la commission, pour éviter qu’elle n’apporte trop d’inconvénients aux constructions riveraines et au public »69. Puisque « Rome n’a pas de Lungotevere »70, le projet ne pourra être que limité en ce domaine. Tout semble atténué dans ce rapport, qui dut n’être utile au ministre que pour mesurer l’état des forces en présence. Ainsi de l’île tibérine71, dont Possenti prend acte de l’impossibilité à l’éliminer tout à fait : on demandera à ses habitants de ne pas faire obstacle à l’écoulement régulier des eaux par leurs activités. Pour les projets avancés, « la commission s’empresse de déclarer que ce ne sont là que des propositions de mesures encore en gestation »72.

  • 73 Relazione 1871, p. 14.

56Quant à l’examen qu’a fait la commission des projets de modification du cours du Tibre, Possenti s’en défend de la sorte : « Le but de ces relevés n’est pas tant de tenter de voir si un projet de déviation du Tibre serait opportun, que d’en démontrer l’impossibilité économique, sans avoir même besoin de recourir aux arguments d’ordre technique qui pourraient en démontrer l’infaisabilité »73. Il paraît important au président de rester dans la ligne gouvernementale de modération face au Vatican, et de ne pas sembler reprendre à son compte des idées à forte connotation anticléricale. Détourner le Tibre sur la rive droite dans les Prati di Castello et le faire passer entre le château Saint-Ange et Saint-Pierre serait en effet une grave provocation.

57La conclusion du rapport est on ne peut plus anodine et lénifiante :

  • 74 Relazione 1871, p. 18.

Et la commission est heureuse de pouvoir conclure que cette première phase de ses travaux l’autorise à fonder de justes espoirs de voir Rome libérée du grave problème d’une inondation semblable à celle de décembre dernier [...] au prix certes de dépenses importantes, mais qui seront aisément compensées par les avantages qu’elles apporteront à la capitale du royaume74.

58L’impression qui ressort, donc, de la lecture du rapport Possenti de février 1871, soit deux mois après l’inondation, c’est que pour le gouvernement, il était urgent de faire quelque chose, c’est-à-dire montrer, en créant une commission de techniciens, que les nouvelles autorités allaient affronter ce problème millénaire avec détermination, mais en même temps urgent de ne rien faire, tant la situation à Rome est encore floue. À une époque où le gouvernement italien ose à peine envoyer ses policiers patrouiller au-delà des ponts, comment en effet prévoir d’énormes travaux au cœur de la ville ? L’attentisme de rigueur est donc dans la plus absolue logique des choses, et Possenti excelle à interpréter une partition faite de déclarations d’intentions, d’expertises techniques et de rapports intermédiaires.

  • 75 U. Pesci, I primi anni di Roma Capitale. 1870-1878, Florence, 1907, p. 663 et s.

59Un observateur attentif des affaires romaines comme le chroniqueur Ugo Pesci a eu la même impression au sujet du Tibre. Il laisse entendre en effet dans son journal des premiers temps de Rome capitale, réécrit quelques décennies plus tard, que le gouvernement faisait à dessein traîner la situation, dans le but de définir d’abord une politique générale pour la capitale75. En février 1871, en somme, même si, au travers des travaux de la commission, le Génie civil a commencé sérieusement à avancer ses pions sur l’échiquier technique de la ville, il est encore trop tôt pour le gouvernement pour agir au grand jour. Mieux vaut continuer de débattre en commission, et attendre que l’emprise territoriale et administrative italienne sur la ville soit mieux affirmée. Entre-temps, rien n’empêchait en revanche d’écarter la municipalité. Le processus de décision, dans ses différentes phases, a donc plusieurs temporalités, plusieurs échelles, et plusieurs degrés. Dans le même temps, malgré l’attentisme, la décision sur le Tibre fait partie du processus italien d’affirmation de la souveraineté de l’État sur la capitale.

60La commission n’est rassemblée pour la huitième fois que cinq mois plus tard, le 25 juin 1871, dans un contexte tout différent : le gouvernement Lanza commence à oser manier les symboles de sa présence à Rome, et la situation face au Vatican est plus sereine.

61Turazza, nommé recteur de l’université de Padoue, est absent. Chacun présente ses relevés. Dans cet exercice, Canevari excelle, et donne à ses collègues plus d’une centaine de coupes, accompagnées d’un plan au 1/1 000e. Possenti, qui pendant la pause printanière a mûri sa réflexion sur les raccourcis dans les méandres, ces rettifili dont il avait déjà parlé quelques mois plus tôt, propose pour le lendemain à Canevari et Betocchi d’exposer leurs idées. On s’était quittés avec des relevés à faire, on se retrouve avec des projets à discuter.

  • 76 Atti 1871, p. 41.

62Le lendemain, donc, neuvième réunion, Betocchi présente tout d’abord son projet de couper le méandre qui commence au Ponte Milvio, pour rejoindre le Tibre juste en aval du Castel Sant’Angelo, en détruisant au passage les fortifications de ce dernier, ne laissant au monument que son cœur antique. Il s’agit pour l’ingénieur « d’unir à la ville, par-delà le lit du fleuve qui resterait à sec, l’aire actuellement dite des Prati di Castello, qui constituerait une extension importante et désirée »76. C’est là une des premières occurrences d’une pensée de l’avenir de la ville et de son extension qui marquera les débats pendant une décennie au moins. Vu la proximité des Prati di Castello avec le Vatican, on comprendra vite que ce genre de projet n’est point neutre d’un point de vue politique, et qu’il implique une vision de la soumission de l’espace urbain romain au projet patriotique de construire une capitale digne du royaume.

63Quant à Canevari, qui était censé présenter ses relevés sur quelques hectomètres de cours du fleuve, il présente à la commission un projet de travaux de régularisation du cours du Tibre qui a déjà toute l’apparence de l’officialité et de la complétude. Le projet Canevari, car c’est ainsi que désormais on le nommera pour cinquante ans, concerne les deux rives du fleuve, les collecteurs, l’emplacement des ponts et les berges. Il propose la construction de hauts murs tout au long du tracé urbain, sans déviation d’aucune sorte, et la régularisation de la largeur du lit, accompagnée du dégagement de tous les obstacles, ponts vétustes, île, ruines ou structures légères. La commission prend acte, et, de fait, à partir de cet instant, ce projet sera la base de toute discussion. La décision est presque prise. Ce qui ne veut pas dire qu’elle contient déjà tous les éléments finaux. Possenti fait mine de ne vouloir pour l’instant proposer au ministère que le dégagement du lit, mais il paraît acquis que le projet Canevari reçoit le soutien de ce même ministère.

  • 77 Atti 1871, p. 46.

64Lors de la dixième réunion de la commission, le 28 juin 187177, on discute des propositions à présenter au ministre Gadda. Sur la suppression des moulins et pontons, l’enlèvement des ruines antiques qui encombrent le fleuve, tout le monde semble d’accord, de même que sur la démolition du Ponte Rotto. On convient de demander à l’autorité de tutelle si l’on peut envisager de démolir les fortifications modernes du Castel Sant’Angelo, et Armellini est chargé de rédiger un projet de règlement de police fluviale.

  • 78 Appalto del rimurchio dei bastimenti sul Tevere e delle lavorazioni generali del Tevere concesso d (...)

65À ce moment, déjà, se pose la question des contrats et appels d’offres pour tous ces travaux. En 1869, la compagnie Welby avait signé avec le gouvernement pontifical un contrat pour l’entretien de la navigabilité du Tibre78. La question est de savoir si cette compagnie aura le monopole des travaux décidés par la commission, ce qui bien sûr serait inacceptable tant pour le Génie civil et ses réseaux, que pour un gouvernement italien soucieux de rompre avec la gestion pontificale des affaires fluviales. Déjà que la compagnie des eaux (Acqua Pia) bénéficie, grâce à la concession pontificale de 1865, de la perspective de nombreuses décennies de profits dans la capitale pour les investisseurs du Vatican, il ne faudrait pas que le plus grand chantier de la ville se fasse au profit de ces mêmes réseaux. La privatisation des services publics ayant déjà été, pour la finance catholique, le moyen de prévenir la perte de souveraineté, le Génie civil italien se doit de contourner cet héritage tout en respectant la légalité. Lorsque Betocchi pose la question, on sent s’affronter deux logiques, deux sphères d’influence. Mais l’inspecteur du Génie civil Barilari trouve l’argument de droit qui permet d’écarter la Welby et ses obligés pontificaux : si l’appel d’offre total dépasse de 20 % au moins celui contracté, le ministère sera libre de confier les travaux à qui bon lui semble, du moins dans le cadre des procédures d’appel d’offres ministérielles.

Fig. 2 – Le projet Canevari pour le Tibre (R. Canevari, Studî per la sistemazione del Tevere nel tronco entro Roma, Rome, 1875, dans S. De Paolis et A. Ravaglioni (dir.), La terza Roma. Lo sviluppo urbanistico, edilizio e tecnico di Roma capitale. 1870-1970, Rome, 1971).

  • 79 Atti 1871, p. 50.

66Ainsi se clôt la seconde session des travaux de la commission. La onzième réunion ne se tient que plusieurs mois plus tard, le 28 novembre 187179. Possenti y signale d’emblée que le ministère demande que le projet de dégagement du lit du Tibre puisse déjà servir à la rédaction des appels d’offres. Mais, depuis l’été, le ministre des Travaux publics du gouvernement Lanza a changé : il s’agit désormais du sénateur Giuseppe Devincenzi, à qui Gadda a cédé sa place à la fin du mois d’août.

  • 80 Atti 1871, p. 53.

67Turazza, entre-temps revenu de Padoue, se rend compte alors qu’il a manqué en juin le moment de la décision. Il s’attendait à lire des relevés de mesures, on lui parle déjà de rédaction d’un appel d’offres. Il tente de protester, en vain, et n’obtient même pas que l’on attende de savoir tout ce que l’on souhaite faire pour rédiger les premières procédures. À l’évidence, le ministre a donné de fermes instructions afin que Possenti presse la commission de rendre des conclusions devant servir au démarrage de travaux que le Génie civil brûle de prendre en mains. Dans la rédaction des appels d’offres, deux logiques s’affrontent alors de nouveau, selon une césure entre les Romains et les autres, que l’on retrouvera, sous une déclinaison différente, dans des conflits ultérieurs entre la mairie et l’État. Les ingénieurs issus de l’administration centrale pontificale, absorbée par le ministère italien des Travaux publics, veulent des appels d’offres très fragmentés. Les premiers projets rédigés en ce sens par les bureaux du Genio civile di Roma prévoyaient de nombreux petits lots, à répartir entre plusieurs entrepreneurs. Il faut certes voir dans cette logique une habitude des fonctionnaires pontificaux restés en poste et passés au service de l’État unitaire, mais aussi la volonté de préserver des réseaux d’influence entre ingénieurs et milieu économique local. Le ministère, conscient de cet obstacle, et soucieux aussi, surtout depuis l’arrivée de Devincenzi, de promouvoir ses propres réseaux aux dépens de ceux encore trop liés au Vatican, demande alors à deux de ses agents, Goretti et Galliani, de revoir la rédaction du projet, afin de pouvoir ensuite en « confier l’exécution à une seule société, dotée de tous les moyens nécessaires à l’accomplissement d’une telle tâche »80.

68Turazza, qui se reprend de la surprise initiale d’avoir été tenu à l’écart de la décision, revient à la charge avec des objections plus construites, à la précipitation, toute relative il est vrai, affichée par Possenti. Il demande à ce que les travaux d’aménagement du Tibre continuent d’être considérés comme un tout, et que l’urgence du dégagement du lit n’occulte pas les autres points du débat. Mais par-là il se piège lui-même. On assiste en effet, dans la maturation de la décision, à un autre moment important : Possenti demande aux différents ingénieurs de présenter le projet qu’ils devaient préparer. Betocchi a beau objecter qu’il n’a jamais été demandé à personne dans la commission de rédiger un projet global, il est trop tard. Possenti crée une sous-commission pour l’examen du projet complet que Canevari sort à cet instant de ses cartons, et ce dernier obtient finalement que l’on reste en session plénière.

Décision, retournements, feintes et détours : le projet Canevari

69Les jeux sont donc faits, et à cet instant se concrétise le premier pas important du Génie civil et du ministère des Travaux publics dans l’espace urbain romain. En quelques réunions d’une commission dont la création n’avait pas d’autre but, ont été évincés à la fois la municipalité et son bien pâle représentant, et surtout les ingénieurs de l’État intégrés depuis peu et encore trop liés aux structures de l’administration pontificale. C’est Canevari, romain certes lui aussi, mais au parcours plus fédérateur, ami de Quintino Sella et promoteur auprès du Génie civil de la ligne ministérielle, qui triomphe. Le ministre Giuseppe Devincenzi aura donc eu, en ce second semestre 1871, l’habileté de comprendre les enjeux et la complexité du dossier de la régularisation du cours du Tibre, mais aussi de faciliter parmi ses subordonnés le ralliement au Génie civil à travers le chantier du Tibre. Des choix techniques au mode de rédaction des appels d’offres, tout concourt à écarter tant une mairie pour l’instant atone, que la composante romaine héritée des bureaux locaux du Génie civil, sans pour autant faire apparaître la décision comme étant au profit exclusif des Piémontais. Ce qui frappe, c’est également la capacité du ministre à agir avec fermeté, dans des moments mêmes où les autres domaines de la politique romaine du gouvernement demeurent l’objet de prudents tâtonnements. Le Tibre, en cet instant, constitue assurément le laboratoire d’une précoce tentative de plus grand contrôle gouvernemental sur la vie urbaine romaine. Canevari en est l’instrument. La médiation qui se joue pourtant est double : autour du personnage, et autour du contenu du projet, peu à peu adapté aux exigences minimales de chacune des instances en présence. L’important, pour le gouvernement, n’est pas la forme que prendra le chantier, mais le fait de décider. La décision conforte le décideur dans son pouvoir. On peut alors négocier sur le contenu concret de la décision.

  • 81 Atti 1871, p. 53.

70Une fois la grande décision mûrie, et surtout verrouillée, la commission passe à l’examen de questions moins brûlantes : un projet d’assèchement du lac Trasimène est ainsi repoussé81.

  • 82 Atti 1871, p. 55.

71La douzième réunion, qui a lieu le lendemain, 29 novembre 187182, consacre de manière encore plus claire le fait que la commission est devenue (mais en a-t-il jamais été autrement ?), une sorte de structure interne au ministère des Travaux publics. À ce sujet, il est important de souligner de nouveau que les réunions se tiennent encore dans les locaux du ministère. Les ingénieurs issus d’autres administrations sont donc placés en position d’invités. À la demande du Ministre, on rejette le projet de l’ingénieur Filippo Costa de rénovation du port d’Ostie. À cette occasion, Devincenzi donne satisfaction à la ligne anti-industrialiste incarnée par Sella : de port de mer pour Rome on ne discute point, la capitale n’ayant nullement besoin d’une telle structure. La discussion s’oriente vers les détails techniques du projet Canevari, désormais seule base de réflexion. Possenti suggère que, pour le calcul de la hauteur des murs le long du Tibre, on considère que l’inondation de 1870 fut la plus grave qui puisse arriver, et que si, par malheur, le Tibre s’élevait un jour de quelques centimètres de plus, les dégâts ne seraient vraiment pas graves. Turazza acquiesce et explique comment, en Lombardie, des sacs de sable peuvent permettre de gagner quelques dizaines de centimètres sur la crue. On s’accorde en outre sur le fait que la commission doit se contenter de faire une estimation globale du coût total des travaux, et non se plonger dans les détails du financement.

Fig. 3 – Le projet Canevari pour le Tibre (dans une réinterprétation postérieure par les bureaux du Génie Civil. Archivio di Stato di Roma, Fondo Tevere, I, 1a).

  • 83 Atti 1871, p. 60.

72C’est lors de la treizième séance, le 30 novembre, que le projet Canevari est présenté en bonne et due forme. En début de séance, l’ingénieur glisse son esquisse de sistemazione regolare del fiume per tutto il tratto compreso nella città83. Mais, Possenti, lui même auteur dans l’urgence d’un projet concurrent, tente de freiner l’avancée des travaux. Il veut également, sans doute, rassurer pour la forme les autres membres de la commission. Le sénateur rappelle ainsi que le gouvernement entend seulement éviter les dommages dus aux crues, et non aménager le Tibre. Certes, souligne-t-il, le projet serait-il digne de la capitale, mais le gouvernement a une tâche plus modeste à accomplir : éviter à la ville les inondations. Si la commission recommandait de tels travaux, elle risquerait de sortir de son mandat. On entre alors dans toute la rhétorique de l’habillage de la décision. La promotion et l’avalisation tacite par le ministère du projet Canevari est à l’évidence le signe d’une visée plus ample non seulement sur le fleuve, mais aussi sur la capitale, son organisation et son decorum. Les réserves de Possenti servent seulement à rendre la décision acceptable en douceur à ceux à qui elle a été imposée (y compris lui-même). Il va donc falloir feindre de penser que le projet est la meilleure défense contre les inondations, et qu’il n’a d’autre prétention.

73De plus, le président voudrait éviter le désastre de nouvelles inondations pendant des travaux trop longs :

  • 84 Atti 1871, p. 61.

Et puisqu’un tel fait serait des plus déplorables, cela serait une grave erreur administrative que de s’engager dans une œuvre qui, tant par ses énormes proportions, par son coût économique, que par d’autres raisons, pourrait laisser le moindre doute sur son accomplissement final. Et ce doute serait d’autant plus grave si l’on considère les conditions économiques non seulement de l’État, mais aussi de la municipalité romaine, sur qui retomberait principalement le coût de la dépense, puisque l’œuvre serait plus d’interesse edilizio que purement hydraulique84.

  • 85 Ce n’est que beaucoup plus tard qu’il fut décidé de conserver une sorte d’île dans le Tibre, au no (...)
  • 86 Atti 1871, p. 66.

74C’est la première évocation d’une telle distinction : des travaux trop ambitieux auraient une résonance foncière et immobilière, edilizia, et concerneraient l’ordre urbain, et donc la mairie. Dans la nouvelle capitale, toute la finesse du gouvernement va être de promouvoir les travaux les plus larges possibles autour du fleuve, dont la loi lui assigne la curatelle, sans laisser penser que ceux-ci pourraient avoir d’autre utilité que purement technique, et surtout qu’il s’agit par là de prendre pied dans l’espace urbain d’une capitale juridiquement conduite dans son destin urbain par sa municipalité. À Rome, à partir de ce moment, la technique gouvernementale dans la ville capitale fait tout pour se départir des habits de l’urbain. L’urbanité étant municipale par excellence, le gouvernement doit feindre de s’en défaire pour prétendre orienter le développement de la ville. Possenti a bien compris ce jeu, dont il est à cet instant l’instrument plus que le guide. Il semble se rendre compte qu’à travers lui, et la commission qu’il préside, passe le dessein de l’ingénierie gouvernementale de s’octroyer dans la capitale un rôle qui dépasse celui de la seule hydraulique. Instrument de la lutte contre l’influence municipale sur la ville, il a contribué à écarter toute prétention capitoline sur la maîtrise technique du chantier du Tibre. Le fleuve échappe à la mairie, une portion centrale du territoire communal passe dans les mains des ingénieurs du Génie civil. Le déroulement même des travaux de la commission, avec ses retournements et ses coups de théâtre, a servi en fait d’une part à donner au corps des ingénieurs de l’État une cohérence interne par l’intégration des ingénieurs romains, et d’autre part face à une Papauté que l’on n’ose affronter, à asseoir le pouvoir de l’État sur le plus grand chantier de la ville à venir. Dans ce domaine, le Capitole n’était pas fiable, car déjà objet d’un début de conciliation entre conservateurs nationaux et cléricaux. Possenti a également bien saisi une autre dimension du problème : des travaux entrant dans la sphère de l’edilizia seraient nécessairement financés, au moins en partie, par la mairie. Il comprend à cet instant que le projet Canevari reviendrait à faire payer à la municipalité des travaux urbains conduits par les ingénieurs concurrents de ceux des services techniques municipaux, ceux du Génie civil, dont les visées sous-tendent le travail de la commission. Possenti, en quelques minutes en cette treizième session, a donc soulevé certaines des questions qui agiteront la ville pendant plus de trente ans. Le Génie civil et sa volonté (modérément) cachée de contester les attributions de la mairie en ville, avec les problèmes de financement que cela induit, est au cœur du problème. Il est difficile de penser que le sénateur ne se soit pas rendu compte plus tôt des implications de la création de la commission, mais il semble bien qu’en ce mois de novembre 1871, à la fin de la troisième et dernière phase des travaux, il réalise avoir été quelque peu utilisé par le ministère pour justifier une décision qui en fait se prenait en amont. Il tente alors, au moins, de sauver l’île Tibérine, dont le projet prévoit la suppression au nom du libre écoulement des eaux. Il n’y parviendra pas85. Davicini s’empresse de l’inciter à se rallier à un projet grandiose : « Il sera toujours dans l’intérêt de la mairie d’aménager les rives d’une manière digne de la capitale d’une grande Nation qu’est Rome »86.

  • 87 Idem.
  • 88 Atti 1871, p. 68.

75Il prône ainsi la constitution d’un consortium dans lequel « les deux autorités, gouvernementale et municipale, se donnent la main afin de profiter de l’actuelle circonstance pour œuvrer radicalement non seulement à l’élimination du péril des inondations, mais aussi à décorer la ville de la manière qui convient »87. Le député s’est évidemment rendu compte que depuis le début des travaux de la commission, la municipalité était volontairement tenue à l’écart, et il voudrait que soit entériné cet état de fait en proposant le projet Canevari. À charge, plus tard à la mairie, de se soumettre à la tutelle du Génie civil si elle le souhaite. Davicini interprète le plus largement qui soit le mandat de la commission. Turazza le suit, et demande une « regolare e generale sistemazione », c’est-à-dire un projet d’endiguement qui considère et redessine, comme l’a fait Canevari, l’ensemble de l’espace ripaire, donc la ville. Au sein de la commission, l’équilibre est en train de se modifier dans le sens que souhaitait le ministère. Partini, jusque-là très discret, trouve l’argument des faibles pour se rallier : « Le simple fait que le gouvernement ait inclus parmi les commissaires les ingénieurs dirigeant les services de la Province et de la commune prouve qu’il n’entendait pas limiter le problème à la seule partie hydraulique, et souhaitait y associer les intérêts de ces administrations »88. Certes.

  • 89 Ibidem.

76Quant à Turazza, il entend que la commission distingue dans ses conclusions entre travaux d’ordre hydraulique et travaux d’ordre edilizio. « Resteront alors à charge du gouvernement les seuls travaux purement hydrauliques, la commune de Rome ayant à charge ceux relevant absolument de son ressort ». Possenti invite alors Canevari à lire à haute voix son exposé, les commissaires devant à chaque fois dire ce qui est gouvernemental et ce qui est municipal. L’impétrant esquive, prétextant un rendez-vous urgent, soulignant tout de même avant de s’éclipser que ce n’est pas à la commission d’effectuer une telle distinction. À la fin de la réunion, Possenti se déclare prêt à se rallier à Canevari, si on lui prouve la faisabilité financière du projet (mais il reste « disgraziatamente convinto del contrario »89). La solution imaginée par le Président coûterait le tiers de celle promue par Canevari, ne s’occuperait pas des aspects liés à l’edilizia, et abaisserait, par des élargissements et des dégagements, le niveau d’une crue comme celle de 1870 de près de 4m, ce qui paraît largement suffisant. Mais dans la commission, le pouvoir n’est assurément plus du côté d’un président qui s’est mis bien tardivement à manifester des velléités d’indépendance. Possenti s’est juste permis une sorte de baroud d’honneur. C’est au ministère que la décision a été prise.

  • 90 Atti 1871, p. 69.
  • 91 Les fondations seront palafittes sur 4 m, puis en maçonnerie. Les collecteurs devront augmenter de (...)

77La quatorzième séance a lieu le premier décembre 1871. Il ressort clairement de la lecture des procès-verbaux90 que Canevari dirige désormais les débats. Il donne des nouvelles des instruments de mesures mis en place le long de la haute vallée du Tibre par le ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce, que dirige l’avocat et député Castagnola. Il expose ensuite les détails de son projet, sûr, semble-t-il de ne plus se voir opposer d’objections majeures. Les murs dont il entend conduire la construction devront se faire selon le modèle adopté par les chemins de fer français et la ville de Paris, c’est-à-dire qu’au lieu d’être pleins, ils seront soutenus par une série de contreforts internes91.

78L’ingénieur estime qu’environ 7 à 8 millions seraient à la charge de l’État, sous-entendant qu’une dizaine de millions de lires seraient payés par la municipalité. Betocchi, romain du Génie civil local, félicite, avec un brin d’ironie, Canevari pour avoir aussi vite préparé un tel projet, mais avance quelques réserves. On n’est plus cependant dans le domaine de la contestation des fondements du projet, mais on discute plutôt de son amélioration. Betocchi pense ainsi que les expropriations sont sous-estimées, et voudrait que l’on envisage d’inclure également les nouveaux ponts à construire dans le devis. Barilari, quant à lui, ne s’oppose pas non plus sur le fond, mais pense que le coût total sera plus proche de 30 millions de lires. Il n’est pas contre le projet Canevari, mais à condition que dès le départ on soit sûr que l’État ne dépensera pas plus que ce qui est prévu. Il propose que le gouvernement prenne en charge les frais nécessaires à des travaux de 100 mètres de largeur, de sponda a sponda, et que tout le reste soit à la charge de la mairie. Possenti approuve, renouvelant son appel à ce que soient distingués les travaux hydrauliques de ceux edilizi, si bien qu’en quelques instants se confirme et est entériné le funeste destin financier de la municipalité romaine pour les trente années à venir : payer la majeure partie et tous les dépassements de travaux dont elle ne maîtrise ni la décision ni la réalisation. Personne dans la commission ne s’oppose à cette logique, et chacune des remarques opposées au projet Canevari vient encore renforcer ce qui était déjà un des fondements implicites du projet de l’ingénieur et de sa tutelle ministérielle.

  • 92 Atti 1871, p. 77.
  • 93 Atti 1871, p. 77.
  • 94 Idem.

79Le lendemain, 2 décembre 187192, Possenti revient encore sur la fameuse distinction entre technique hydraulique et embellissement urbain, derrière laquelle se masque la répartition des dépenses prévues entre la mairie et l’État. Le président est toujours aussi réticent face au projet Canevari, et surtout face à la manière dont, à son insu, la commission a servi à le promouvoir. Ce jour-là, est évoquée pour la première fois l’hypothèse d’une loi spécifique devant servir à régir le financement des travaux du Tibre. Possenti explique ainsi que « la répartition des dépenses entre les intéressés ne relève pas de la commission, les lois en vigueur y pourvoyant, et, de toute façon, une loi spéciale pouvant y remédier »93. Possenti rappelle alors que son idée de projet évitait tous ces ennuis, puisque ne concernant que le fleuve, et non la ville, il ne regardait que l’État, « au contraire du système Canevari, où la nature des travaux est mixte, hydraulique et urbaine (edilizia), et donc rend nécessaires de difficiles accords et des conventions ». Faisant mine de n’avoir pas saisi la logique d’emprise urbaine du Génie civil, il a en outre « du mal à se dire que le gouvernement voudrait prendre la tête d’une œuvre aussi colossale à laquelle devraient contribuer financièrement, et pour la majeure partie, d’autres administrations »94. Le président marque donc nettement sa différence, et fait tout pour que les procès-verbaux des débats témoignent de son opposition à une solution qui, dépassant la seule technique hydraulique, concernerait l’apparence, le destin foncier et l’organisation administrative de la ville. Il entrevoit même comment les prétentions affichées par l’État au travers de ses représentants dans la commission remettent en cause la simple application à Rome de deux lois fondamentales : celle sur les travaux publics et hydrauliques, et celle sur l’organisation municipale. Tout ce qui relèverait dans les travaux du Tibre du cadre urbain serait un empiètement étatique sur le terrain municipal. Mais c’est exactement ce que veulent les ingénieurs de l’État.

  • 95 Atti 1871, p. 82.

80Au moment où sa proposition s’impose, ou est imposée, comme base des discussions de la Commission, Canevari est prêt à faire des concessions pour la faire accepter aux commissaires. Il se dit disposé, notamment, à diluer dans le temps la réalisation des travaux de construction des murs, par exemple dans les zones non-habitées. Mais il se heurte alors à de véhémentes récriminations de la part de Barilari, pour qui tout cela « ne serait pas digne de la capitale et ne rendrait pas habitable le plan inondable dit des Prati di Castello, sur lequel la ville a le droit de s’étendre »95. À partir de ce moment, échaudé, Canevari ne proposera que le plus, et non des demi-mesures.

81Car on approche du vote final et de la conclusion des travaux. En ce 2 décembre 1871, c’est l’honorable (car député) ingénieur Davicini qui lance les débats en demandant la mise au procès-verbal d’une déclaration sur l’étendue du mandat de la commission. Là se trouve en effet le nœud de la résolution des conflits internes : si le mandat de la Commission est interprété de façon restrictive, c’est-àdire si son objet n’est que de trouver le meilleur et plus économique des moyens de protéger au plus vite la ville des inondations, alors c’est le projet Possenti de dégagements et œuvres mineures qui devra être adopté. Si, au contraire, son mandat est plus large et qu’elle doit considérer aussi l’aspect urbain du problème, le projet Canevari n’aura pas de rival. Voici la déclaration de Davicini, qui éclaire un moment essentiel de la maturation de la décision, ou plutôt de l’imposition à la commission d’une décision politique prise en amont :

  • 96 Atti 1871, p. 83.

Notre mandat ne se limite pas à proposer des travaux destinés à obtenir à Rome un abaissement simple de la hauteur des crues. Je suis au contraire persuadé que notre mandat complet et absolu consiste à indiquer tous les moyens les plus sûrs pour libérer Rome de toutes les conséquences pernicieuses des crues. S’il n’en était pas ainsi, en accord avec le Commissaire Turazza, je demanderais à ne plus faire partie de la Commission96.

  • 97 Atti 1871, p. 84.

82Davicini met tout son poids dans la balance. Pour les tenants de cette ligne, Canevari ne s’occupe pas des interessi edilizi que redoute tant le président Possenti, mais a raison d’en rendre possible l’épanouissement. Davicini se prononce également pour la proposition Betocchi d’une déviation à travers les Prati di Castello, qui aurait le mérite d’éviter un remaniement du Ponte San Angelo. Il se range néanmoins aux grandes lignes du projet Canevari, n’oubliant pas au passage de souligner que « c’est lui qui est d’accord avec moi et les idées que j’ai avancées lors des réunions précédentes97 » ! La réunion se conclut sur ce coup d’éclat de la tendance maximaliste.

  • 98 Atti 1871, p. 86.

83Le surlendemain a lieu la seizième séance, et l’on sent d’emblée que le moment de la prise de décision finale est proche. Canevari commence en défendant son projet. Paradoxalement, il se place de nouveau dans l’hypothèse d’une mise en œuvre partielle, comme pour le faire accepter par un plus grand nombre de commissaires, évoquant même la possibilité de protéger les Prati, le jour venu, par une solution externe : « on pourra construire une digue entre les bastions du Vatican et le Tibre »98, les murs ne devant venir que plus tard, quand on bâtira en ces lieux. On en vient alors à la question financière : Canevari, toujours pour atténuer l’aspect trop massif de son projet, propose une participation financière des propriétaires dont les terrains gagneraient en valeur du fait des travaux. Mais Barilari l’interrompt sèchement : les travaux du Tibre n’entrent pas dans la seconde catégorie définie par la loi sur les Travaux Publics du 20 mars 1865. Canevari a beau se rattraper en évoquant le texte régissant les expropriations, l’argument ne porte pas.

  • 99 Atti 1871, p. 88.

84Davicini revient alors à la charge avec sa proposition de déviation. Canevari admet avoir étudié lui aussi cette option, qui évite le Ponte Sant’Angelo, trop étroit, et « unit à la ville la plaine des Prati »99. Mais, là encore, le sujet est abandonné. Les vrais enjeux sont ailleurs.

  • 100 Atti 1871, p. 90.

85On doit décider, par exemple, de la largeur du fleuve tel qu’il sera remanié par Canevari, si le projet de ce dernier est adopté. L’ingénieur prône 90m, d’autres 100m. Plus le fleuve sera large, plus les travaux, bien sûr, seront chers et les frais d’expropriation payés au propriétaires (les membres de l’aristocratie capitoline) élevés. Le vote est nettement en faveur de la plus grande largeur (Davicini, Barilari, Possenti, Glori, Branchini et Partini contre Turazza, Canevari, Betocchi et Armellini)100. Canevari adaptera donc son projet aux prudences hydrauliques des uns et aux attentes foncières et urbaines des autres. On assiste encore ici à une sorte de conciliation : le projet gouvernemental passe, mais doit intégrer l’exigence de l’élite municipale.

  • 101 Atti 1871, p. 92.
  • 102 Atti 1871, p. 93. Sur l’histoire ancienne de cette portion de la ville dédiée aux cultes médicaux, (...)

86On passe alors, dans ce qui ressemble de plus en plus à l’examen final de la proposition, au destin de l’île Tibérine, dont certains ont du mal à accepter la disparition. Canevari expose la solution qu’il défend : réunir sur la rive gauche l’île à la ville et ne laisser actif qu’un bras droit élargi. Ne garder qu’un des ponts, « antico monumento »101, dans le bras asséché. C’est Betocchi qui prend la défense d’une île « tellement liée à l’histoire de la Rome antique qu’en proposer la destruction heurterait non seulement l’opinion vulgaire, mais aussi tous les archéologues les plus distingués »102. Dans la « dannata ipotesi » où il ne faudrait garder qu’un bras, il voudrait que cela soit le bras gauche, aux riches ponts antiques.

87Le vote laisse trois options : garder les deux bras (Partini, Betocchi), le gauche (Armellini, Glori), ou le droit (Canevari). Barilari et Turazza n’ont pas de préférence entre droite et gauche, Davicini veut tailler tout droit dans le tissu de l’île. Sur une question qui reviendra sur le devant de la scène quelques années plus tard, on ne note pas encore de ligne de fracture particulière en fonction des institutions d’origine. La question est ailleurs : à chaque vote partiel sur le projet Canevari on se rapproche du vote final.

  • 103 Atti 1871, p. 95.
  • 104 Atti 1871, p. 96.

88L’étape suivante concerne les ponts. Chacun s’entend sur la nécessité de nouveaux ouvrages pour la capitale. Canevari, qui a déjà évoqué la question dans le rapport sur le plan régulateur de la ville rendu au maire Francesco Grispigni, demande que la commission fixe les caractéristiques techniques des ponts à construire. Cela reviendrait à donner à la commune un cadre dans lequel elle exercerait sa compétence. Possenti objecte que cela n’entre pas dans les attributions de la commission, et que, de toute façon, la loi impose à la mairie de demander l’autorisation à l’autorité hydraulique gouvernementale avant d’entreprendre des travaux dans le fleuve. Pour les ponts existants, Canevari propose d’augmenter le ponte Sant’Angelo d’une arche, et de démolir les ponts Sisto, Fabricio, Cestio et Rotto103. C’est encore Betocchi qui prend la défense des monuments antiques, et souligne qu’il faut prévoir de « gravissimes objections de la part de la cittadinanza et des scientifiques » en cas de destruction104. Barilari se joint à lui, objectant à son tour que si on les démolit, il faudra aussi les reconstruire !

  • 105 Atti 1871, p. 99.
  • 106 Atti 1871, p. 100.

89Le 5 décembre 1871, on poursuit l’examen du projet Canevari, et parle ainsi des fondations, dont certains craignent qu’elles n’aient été prévues trop superficielles. L’ingénieur, là encore, accepte avec une grande ductilité de modifier ses plans. Le projet Canevari a de moins en moins d’éléments issus de la pensée de l’ingénieur lui-même. Quant à la question des collecteurs des égouts, elle ramène de nouveau au problème des compétences respectives de la mairie et de l’État. Partini commence par proposer que les collecteurs soient annexés au projet Canevari, thème dont on discutera à Rome pendant de longues années. Mais pour l’ingénieur, « les murs et les collecteurs sont deux chantiers qui relèvent de compétences distinctes, même si on décide, par commodité et souci d’économie de les mener ensemble : l’un a un caractère purement hydraulique, l’autre est mixte, et l’intérêt municipal y est peut-être même prépondérant »105. Pour une fois, Possenti opine, et même Barilari confirme que cette question « ultra-secolare », n’est pas, sur un plan juridique, à l’avantage de l’État, ni de son administration hydraulique. Partini a beau souligner que les murs aussi sont d’intérêt mixte, on s’entend pour écrire clairement au procès-verbal que la question des collecteurs est d’intérêt conjoint, pour ne pas avoir de problème dans l’obtention des financements afférents, c’est-à-dire dans le paiement par la mairie des frais de construction des collecteurs. « Encore faudra-t-il convaincre la mairie », conclut Betocchi106. Cette réunion s’achève donc sur un débat duquel aucun compromis n’est encore apparu.

  • 107 Atti 1871, p. 102.

90L’avant-dernière séance a lieu le 6 décembre 1871. Canevari, à la suite de la discussion de la veille, et toujours prompt à passer ses nuits à corriger son travail pour le rendre acceptable à ses collègues, expose son projet de collecteurs. Il en a calculé le coût sur l’exemple parisien. On aurait un collecteur des égouts sur chaque rive, les deux se réunissant par le biais d’un siphon en un canal en aval de la ville. L’ingénieur peut ainsi présenter une estimation du coût total de la réalisation de son projet107 :

Murs : 8,28 millions de lires
Collecteurs : 4 millions
Dégagements dans le lit du fleuve : 0,4 million
Ponts à refaire : 0,5 million
Ponte Sant’Angelo : 0,3 million
Ponte Milvio : 0,3 million

91Le total s’élèverait à 13,780 millions de lires. La discussion porte alors sur le prix des expropriations : Canevari prend comme base de calcul la valeur du Censo multipliée par 5. Mais Betocchi a tôt fait d’objecter qu’avec l’augmentation vertigineuse du prix des terrains et des immeubles, on est loin du compte. Et chacun alors d’avancer ses chiffres, de 200 lires au mètre carré (Betocchi) à 300 (Possenti). Canevari campe sur une estimation à 2,2 millions de lires du coût total des expropriations. À la fin de la discussion, à force d’ajustements divers, on en est à un total de 16,680 000 lires. Les trois millions de différence sont pour les propriétaires : c’est une nouvelle conciliation avec le milieu municipal. La mairie a beau être presque absente de la commission, les réseaux de l’aristocratie capitoline ont manifestement de quoi se faire entendre au ministère.

  • 108 Atti 1871, p. 108.
  • 109 Atti 1871, p. 109.
  • 110 J’espère ne pas déflorer le suspens en dévoilant dès maintenant que les travaux du Tibre seront ac (...)

92Le président passe alors, pour la forme, à la discussion de son propre projet. On ne parle guère des détails, et le procès-verbal lui-même renvoie à une annexe. Avec deux rettifili, ou déviations, et des dégagements du lit, le sénateur prétend encore ne dépenser qu’un tiers de ce que coûterait la mise en œuvre du projet de son concurrent108. Cela suffirait à éviter les crues, et on verrait plus tard pour l’embellissement de la ville, et les fameux enjeux edilizi qui lui font tant horreur. Mais Turazza ne laisse guère à Possenti le plaisir de voir ses idées discutées : il se déclare favorable au projet Canevari, et particulièrement à l’aspect représenté par les collecteurs, sur « l’exemple de ce qui se fait dans les Nations les plus côlte e civili, la France et l’Angleterre »109. On en revient donc au projet bénéficiant des meilleurs soutiens, et au temps nécessaire à son exécution. Canevari, comme toujours dans la discussion, part de son idée, pour ensuite la moduler selon les objections : on passe allègrement de 4 à 6 ans, puis 8, et enfin 10110.

  • 111 Atti 1871, p. 120. Les archives du Gabinetto del Sindaco n’ont pas gardé de trace pour cette année (...)

93C’est le lendemain, 7 décembre, qu’a lieu la dernière et décisive réunion. Turazza, pour qui la difficulté vient de l’interprétation du sens du mandat donné par le gouvernement, propose de livrer les deux options au choix du ministre Devincenzi. Possenti rappelle (il n’a guère eu loisir de le faire la veille), que son projet ne coûterait que 8 millions de lires. Mais c’est Partini qui trouve l’argument qui clôt la discussion : si on enlève au coût du projet Canevari la contribution que devra verser la mairie pour les collecteurs et les lungoteveri, les voies sur les quais, la dépense pour le gouvernement est presque identique. Or le projet Canevari est plus beau ! Partini avance même qu’en privé certains membres de la Giunta municipale auraient laissé entendre à plusieurs commissaires qu’ils ne seraient pas hostiles à « prendre une juste part aux travaux du Tibre »111. C’est à ce moment que Possenti annonce à la commission que le ministère des Travaux publics a déjà chargé l’Ufficio centrale del Genio civile di Roma de préparer les plans d’exécution des travaux de dégagement prévus par la commission le 28 juin précédent. Le gouvernement a besoin de montrer que les choses avancent, et qu’au printemps les engins soient à l’œuvre dans le fleuve.

  • 112 Atti p. 124.
  • 113 Atti 1871, p. 124.

94Le président, au nom de cette rapidité de mise en action, ne voudrait pas que les travaux ne suscitent qu’un seul et même appel d’offres, comme le souhaiteraient certains commissaires, dont Davicini. Possenti veut « donner satisfaction à l’opinion publique »112 en commençant le plus tôt possible. Il a manifestement été pressé par le ministre de conclure les travaux de la commission. C’est encore Turazza qui, proposant un ordre du jour à mettre aux votes, accélère la conclusion : « La commission, considérant que son mandat est de proposer des travaux adaptés à la libération totale de Rome des inconvénients dus aux crues du Tibre reconnaît que ce but est intégralement atteint par le programme proposé par l’ingénieur Canevari113 ». Possenti demande à ce que le texte soit présenté différemment, et, tout en annonçant qu’il votera contre, propose un certain nombre de modifications : on devra préciser que le projet Possenti était aussi parfait d’un point de vue hydraulique, mais que l’on choisit Canevari pour les abbellimenti edilizi. Turazza accepte la modification. L’honneur du président est sauf.

95On soumet donc finalement le projet Canevari au vote (aménagements à Ponte Milvio, digues en amont des Sassi di San Giuliano, murs le long des deux rives dans le tronçon urbain, dragages, 100m de largeur, suppression d’un bras à l’île Tibérine, ajout d’une arche au Ponte Sant’Angelo, dégagement des ruines antiques, construction de deux collecteurs et d’un siphon, endiguement de la rive gauche jusqu’à San Paolo). Votent pour le projet Canevari : Barilari, Betocchi, Branchini, Canevari lui-même, Davicini, Glori, Partini et Turazza. Votent contre : Armellini et Possenti. La commission exprime des remerciements unanimes à Possenti ; Canevari loue la loyauté du président. Elle se sépare.

96Le projet Canevari passe donc, après avoir intégré les exigences du milieu municipal. Branchini, le pâle ingénieur envoyé par le Capitole, vote même en faveur de ce projet, ce qui tend à confirmer que l’accord est scellé. La mairie perd sa compétence sur une portion importante du territoire urbain, tout en devant s’attendre à payer les travaux pendant de longues années. En contrepartie les expropriations se feront à bon prix, et certaines demandes de la municipalité ont été intégrées à un projet gouvernemental dont la caractéristique principale, avant d’être technique, est bien son essence gouvernementale.

97La lecture du déroulement de la prise de décision a ainsi permis de relativiser certaines idées reçues : le projet Canevari est plus le réceptacle d’une procédure institutionnelle complexe que le reflet d’une emprise univoque de l’État. Cette emprise est cependant réelle à partir de cet instant, le gouvernement italien ayant l’habileté de profiter de la disponibilité du Capitole à la négociation. Au cours des années suivantes, avec la montée en puissance des Catholiques à la mairie, la situation sera nettement plus tendue. Cette lecture a également permis de suivre avec précision les modalités, et presque la psychologie, de l’insertion des ingénieurs issus des anciennes structures dans le schéma national italien.

98Le ralliement des ingénieurs venus des services de l’État pontifical se fait sans problème majeur, mais le gouvernement prend soin d’exiger d’eux que soient abandonnées les habitudes héritées dans l’attribution des contrats. On verra que la pratique de la sous-traitance viendra ensuite tempérer cette donnée, et introduire de nouveaux éléments de conciliation.

99Les chemins de la décision, en ce qui concerne le Tibre, sont donc à la fois complexes et clairs : l’État central, en 1871, a peu de moyens de prendre pied dans sa capitale, et, à la suite de l’inondation, le chantier du Tibre constitue une opportunité à ne pas laisser passer. Les rapports avec la mairie sont par ailleurs déjà placés sous le signe de la méfiance et de l’échange : compétence contre participation financière, acceptation contre intégration des exigences minimales. Le gouvernement déjà a senti que le Capitole était le lieu à la fois de l’affrontement et de la négociation avec les milieux catholiques, le lieu des rapprochements les plus précoces entre conservateurs des deux bords. L’avenir de la ville et de son fleuve intègre, dans un moment fondateur, cette dimension. Rome capitale, en quelque sorte, sera la ville que l’État central achète à la noblesse municipale, en échange d’un renoncement à certaines compétences capitolines. Cet aspect a même tendance à primer sur la traditionnelle distinction entre ralliés et intransigeants.

100L’étude des phases de maturation de cette décision, qui a des conséquences énormes sur la forme de la ville, assurément pour des siècles, montre par ailleurs que l’on ne peut se contenter de lire les décisions dans l’aspect univoque du résultat final. Celui-ci intègre tellement de variables, résultats des phases précédentes et conditions de la prise de décision, que seul un examen précis des avancées successives et des stratégies de chacun permet de saisir l’épaisseur de complexité que revêt le processus décisionnel. On peut également de la sorte déceler des indices de modalités de médiation que l’étude de la seule histoire institutionnelle, politique ou de la dimension des symboles masque : précoces concessions, médiations et négociations par exemple. Mais aussi prise en en compte des attentes de l’adversaire pour le contraindre à accepter la décision. Pour le cas de Rome, on voit ainsi que l’entrée en scène de la technique gouvernementale à la fois constitue le premier acte fort de souveraineté territoriale aux abords du Vatican, et en même temps le premier moment de prise en compte de la situation locale. On sait jouer des origines de chacun, des réseaux de notabilité qui dépassent les césures politiques et bureaucratiques ainsi que des rivalités centenaires qui compensent les conflits présents. On est loin de l’image des Piémontais qui débarquent. Et le tableau même d’une ville divisée entre catholiques et nationaux ou municipalité et État laisse place déjà à certains éléments de médiation, au travers de la personnalité des ingénieurs, de l’intégration des objections ou du refus de la provocation. Cependant le ton général et affiché reste bien au conflit comme en témoignent les épisodes suivants, déclinaisons nouvelles d’une opposition qui si elle est plus complexe qu’on ne le pense parfois, constitue assurément le contexte des grandes décisions sur les transformations de la forme de la ville capitale. Mais avec l’inertie énorme que peut avoir une décision comme celle de canaliser le Tibre entre des quais profonds, c’est aussi le poids de la politique que l’on sent sur la ville et le paysage urbain.

Notes

1 J. Gracq, Autour des sept collines, Paris, 1988, p. 87.

2 Pour une étude d’ensemble sur le personnel du Génie civil, voir : A. Taradel, I tecnici dei lavori pubblici, dans G. Melis et A. Varni (dir.), Burocrazie non burocratiche. Il lavoro dei tecnici nelle amministrazioni tra Otto e Novecento, Turin, 1999, p. 87-107.

3 Pour une lecture de l’évolution écomique romaine à la fin de la période pontificale, voir : G. Pescosolido, Il mondo economico romano e la sfida della modernizzazione, dans A. L. Bonella, A. Pompeo et M. I. Venzo, op. cit., p. 397-410.

4 Pour les composantes du trafic destiné à la capitale pontificale, voir : J. Revel, Les privilèges d’une capitale : l’approvisionnement de Rome à l’époque moderne, dans MEFRM, 87, 1975, p. 461-493. Pour une histoire de l’usage de la force motrice hydraulique dans la région de Rome, voir l’article suivant, qui bien que consacré à des moulins situés hors du cours du Tibre, donne un panorama de l’activité : P. Scavizzi, Nota su tre mulini idraulici da grano : i mulini di Pantano e Valle Marchetta (sec. xvi-xix), dans Rivista storica del Lazio, 1994, 2, p. 205-244.

5 Pour une description de ces épisodes : D. Ripa, Roma inondata : 27 dicembre 1870, dans Studi romani, 1993, p. 15-29. Pour une reconstruction mathématique de la montée des eaux, voir : G. Calende, A. Caporossi et C. P. Mancini, Valutazione delle piene storiche del Tevere a Roma, dans P. Buonora (dir.), Atti del seminario di studi « I rischi del Tevere : modelli di comportamento del fiume di Roma nella storia », Rome, 2001, p. 27-35.

6 Idem.

7 C’est le commissaire Manfroni qui décrit cet épisode, op. cit.

8 Voir encore à ce sujet D. Ripa, loc. cit.

9 A. Camerano, Il fiume e la sua valle : la navigabilità, gli avamposti fortificati e il problema delle innondazioni del Tevere nel rapporto fra poteri locali, potere nobiliare e autorità centrale, dans Rivista storica del Lazio, 1998, 8, p. 63-83.

10 Sur l’approvisionnement de Rome à l’époque moderne, voir : J. Revel, loc. cit.

11 A. Camerano, loc. cit.

12 Voir : C. D’Onofrio, Il Tevere, Rome, 1980, p. 156.

13 Loc. cit.

14 Pour une histoire des ingénieurs du Tibre à la période moderne, voir : P. Buonora, Gli ingegneri e il Tevere : il percorso della teoria idraulica, dans P. Buonora (dir.), op. cit., p. 103-123.

15 Voir : L. Pepe, La formazione degli ingegneri a Roma dalla Scuola politecnica centrale alla Scuola degli ingegneri pontifici, dans L. Blanco (dir.), Amministrazione, formazione e professione : gli ingegneri in Italia tra Sette e Ottocento, Bologne, 2000, p. 301-319. Voir aussi : P. Scavizzi, Fonti per uno studio sulla regolazione del Tevere dal Cinquecento al Settecento fra teoria e pratica, dans Archivio della Società romana di storia patria, 1979, p. 237-313.

16 Voir également sur ce point : A. L. Bonella, In attesa del colera. Istituzioni pontificie e politica sanitaria nell’età della Restaurazione, dans A. L. Bonella, A. Pompeo et M. I. Venzo, op. cit., p. 221-248. R. Santoro, L’amministrazione dei lavori pubblici nello Stato pontificio dalla prima restaurazione a Pio IX, dans Rassegna degli Archivi di Stato, 1989, p. 45-94. Sur le cas vénitien, voir : A. Sambo, L’Amministrazione dello Stato nel settore dei lavori pubblici a Venezia dall’età napoleonica all’Unità : istituzioni e figure professionali, dans F. Cosmai et S. Sorteni (dir.), L’ingegneria civile a Venezia. Istituzioni, uomini, professioni da Napoleone al fascismo, Venise, 2001, p. 35-49.

17 Voir D. Sinisi, La Presidenza delle Strade ed il suo archivio nel xviii secolo, dans Roma moderna e contemporanea, 1994, p. 491-502.

18 Voir : C. Nardi, Il Tevere e la città. L’antica magistratura portuale nei secoli xvi-xix, Rome, 1989.

19 Luigi Pepe rappelle qu’un des buts essentiels de ces séjours du grand scientifique dans la péninsule était la confiscation des bibliothèques scientifiques majeures, en vue de leur transfert en France. À Rome, il fut ainsi chargé de prélever cinq cents manuscrits scientifiques à la bibliothèque du Vatican en 1796 et 1797. L. Pepe, loc. cit.

20 L. Pepe, loc. cit., p. 304.

21 Voir : L. Pepe, loc. cit.

22 Idem.

23 Sur l’évolution du statut des ingénieurs, voir : M. Minesso, The engineering profession (1802-1923), dans M. Malatesta (dir.), Society and the Professions in Italy, 1860-1914, Cambridge, 1995, p. 175-220.

24 Voir à ce sujet : P. Alvazzi Del Frate, Università napoleoniche negli Stati romani, Rome, 1995, cité par L. Pepe, loc. cit., p. 306-307.

25 Idem.

26 Sur la création du corps des ingénieurs pontificaux, voir : O. Verdi, L’istituzione del Corpo degli ingegneri pontifici di acque e strade (1809-1817), dans A. L. Bonnella et al., op. cit., p. 191-220. Pour une réflexion sur l’héritage napoléonien dans l’organisation administrative italienne, qui ne concerne toutefois pas le domaine de l’ingénierie et de l’hydraulique, voir : S. Mannoni, L’unificazione italiana e l’accentramento napoleonico : miti e realtà, dans Le Carte e la storia, 2000-2, p. 30-37.

27 O. Verdi, loc. cit.

28 O. Verdi, loc. cit., p. 193.

29 Voir à ce sujet : L. Pepe, loc. cit., p. 308.

30 Voir L. Pepe, loc. cit., p. 318.

31 Sur l’apport piémontais à l’organisation italienne, voir en revanche : A. Ferraresi, Per una storia dell’ingegneria sabauda : scienza, tecnica, amministrazione al servizio dello Stato, dans L. Blanco (dir.), op. cit., p. 91-299.

32 M. Minesso, loc. cit.

33 Sur ce point, voir M. Minesso, loc. cit., p. 182. Dans les années 1850 naissent diverses organisations locales, mais l’organisation d’associations professionnelles nationales pour les ingénieurs en Italie ne se fait qu’au cours des années 1870. Voir aussi : M. Minesso, Brioschi e l’organizzazione professionale degli ingegneri, dans C. Lacaita et A. Silvestri (dir.), Francesco Brioschi e il suo tempo (1824-1897), Milan, 2000, p. 111-122.

34 Sur le contexte de cette création, voir : C. Lacaita, Cultura politecnica e modernizzazione, dans C. Lacaita (dir.), Scienza, tecnica e modernizzazione in Italia fra Otto e Novecento, Milan, 2000, p. 17-39.

35 Voir à ce sujet : S. Jacini, L’amministrazione dei lavori pubblici in Italia dal 1860 al 1867, Florence, 1867, cité par M. Minesso, loc. cit. Stefano Jacini est surtout connu pour l’enquête sur les conditions des campagnes italiennes qu’il a menée en 1880, et qui a donné lieu à une belle étude d’Alberto Caracciolo, L’inchiesta agraria Jacini, Turin, 1958, Rééd. 1973.

36 Sur ce point, voir M. Minesso, L’ingegnere dall’età napoleonica al fascismo, dans M. Malatesta (dir), Storia d’Italia, Annali 10, I Professionisti, Turin, 1996, p. 259-302.

37 Pour une comparaison avec l’exemple milanais, voir : A. M. Galbani, L’ufficio tecnico municipale da Domenico Cesa Bianchi a Giovanni Masera, dans R. Rozzi (dir.), La Milano del piano Beruto (1884-1889). Società, urbanistica e architettura nella seconda metà dell’Ottocento, Milan, 1992, vol. I, p. 173-189. Pour une histoire de l’ingénierie piémontaise, voir : A. Ferraresi, loc. cit.

38 Pour une étude sur un service technique municipal, à partir de l’exemple de Venise, voir aussi : S. Sorteni, L’ingegnere nell’ente locale : istituzione e funzionamento dell’ufficio tecnico del Comune di Venezia, dans F. Cosmai et S. Sorte-ni (dir.), op. cit., p. 63-93.

39 Sur ce point voir : D. Ripa, loc. cit.

40 Dans un tout autre contexte, voir, au sujet des rapports entre idéologie monarchique et enjeux hydraulique, l’article de D. Charpin, La politique hydraulique des rois paléo-babyloniens, dans Annales HSS, Mai-Juin 2002, p. 545-559.

41 G. Manfroni, op. cit.

42 Voir D. Ripa, loc. cit., p. 25-26.

43 On prévoyait un Te Deum, composé par Millotti, ainsi que le concert d’un chœur de 400 voix « Vieni in Campidoglio ». Voir à ce sujet : C. Pietrangeli, 31 dicembre 1870 : Vittorio Emanuele in Campidoglio, dans Strenna dei Romanisti, 1970, p. 323-328. En revanche, Verdi, patriote de la décennie précédente, ne manifesta pas d’enthousiasme public et musical à la nouvelle du rattachement.

44 Voir D. Ripa, loc. cit.

45 Un décret du 26 octobre 1870 en avait fait la résidence royale à Rome. L. Sandri, Roma capitale nei verbali del Consiglio dei Ministri del Regno d’Italia (1861-1870), Rome, 1973.

46 G. Manfroni, op. cit., p. 45-46.

47 Idem.

48 Le terme de confine revient d’ailleurs à de nombreuses reprises dans les mémoires de Manfroni.

49 Le rapport intermédiaire de cette commission, remis au ministre des Travaux publics, a été imprimé, comme d’usage, à destination interne, par un des typographes au service de l’administration de Florence capitale : C. Possenti, Relazione al Signor Ministro dei Lavori Pubblici della Commissione nominata con Regio Decreto 1 Gennaio 1871 per istudiare e proporre i mezzi di rendere le piene del Tevere innocue alla città di Roma, Florence, Cenniniana, 1871, (désormais Relazione 1871). La mairie de Rome en obtint un exemplaire : Archivio storico capitolino, Biblioteca, 11620 (31). De même, les procès-verbaux des débats ont été imprimés, à usage interne de l’administration : A. Betocchi, Atti della Commissione istituita con Decreto del Ministro dei Lavori Pubblici 1 Gennaio 1871 per studiare e preparare i mezzi di rendere le piene del Tevere innocue alle città di Roma, Rome, Sinimberghi, 1872, 349 p. (désormais Atti 1871). La mairie en reçut (péniblement : voir les demandes répétées ASC, Gabinetto del Sindaco 1872) un exemplaire : Archivio storico capitolino, Biblioteca, 8142.

50 Sur le thème de l’insertion des ingénieurs dans la nation italienne, voir les réflexions de M. Malatesta, Gli ordini professionali e la nazionalizzazione in Italia, dans M. Meriggi et P. Schiera (dir.), op. cit., p. 165-180.

51 Atti 1871, p. 1.

52 Sur les origines en droit romain du caractère domanial du lit des fleuves, et sur les évolutions de la conception des flumina publica, voir : W. G. Vegting, Domaine public et Res extra commercium, Paris, s.d.

53 Atti 1871, p. 5.

54 Atti 1871, p. 11.

55 Sur ce personnage, grand spécialiste du Pô, voir : C. Lacaita A. Silvestri (dir.), op. cit.

56 Parmi ceux-ci, dans les premiers jours, l’ingénieur Blumensthil et l’architecte Belloni.

57 Sur ce point, voir : M. M. Sagarra Lagunes, op. cit.

58 Atti 1871, p. 14.

59 Atti 1871, p. 17.

60 Atti 1871, p. 21.

61 L’ingénieur Sabatini par exemple, dont la demande est rejetée. Atti 1871, p. 28.

62 Bergolli. Atti 1871, p. 28.

63 D’une manière générale notons les propositions des ingénieurs Biagio d’Orazi, Fabbri, et, encore, Blumensthil.

64 Pour une étude sur la vie fluviale, à partir de l’exemple français, voir : E. Rieth, Des bateaux et des fleuves. Archéologie de la batellerie du néolithique aux temps modernes en France, Paris, 1998.

65 Archivio Storico Capitolino (ASC), Ufficio Quinto, Direzione, correspondance Viviani-Vescovali 1871.

66 Atti 1871, p. 36.

67 Publié en mars 1871 par le Giornale del Genio Civile. Imprimé, à usage interne de la mairie, par Cenniniana : Relazione 1871.

68 Relazione 1871, p. 9.

69 Relazione 1871, p. 11.

70 Idem.

71 Sur l’histoire antique de l’île, et particulièrement sur le développement du culte d’Esculape et des divinités médicales, voir : M. Besnier, L’île tibérine dans l’Antiquité, Paris, 1902.

72 Relazione 1871, p. 13.

73 Relazione 1871, p. 14.

74 Relazione 1871, p. 18.

75 U. Pesci, I primi anni di Roma Capitale. 1870-1878, Florence, 1907, p. 663 et s.

76 Atti 1871, p. 41.

77 Atti 1871, p. 46.

78 Appalto del rimurchio dei bastimenti sul Tevere e delle lavorazioni generali del Tevere concesso dalla R.C.A. e suoi ministeri della Finanza, Commercio e Lavori Pubblici a favore della ditta fratelli Welby, Rome, 1869.

79 Atti 1871, p. 50.

80 Atti 1871, p. 53.

81 Atti 1871, p. 53.

82 Atti 1871, p. 55.

83 Atti 1871, p. 60.

84 Atti 1871, p. 61.

85 Ce n’est que beaucoup plus tard qu’il fut décidé de conserver une sorte d’île dans le Tibre, au nom de la préservation du paysage urbain, en fait réduite à la condition d’annexe bétonnée du Ponte Garibaldi.

86 Atti 1871, p. 66.

87 Idem.

88 Atti 1871, p. 68.

89 Ibidem.

90 Atti 1871, p. 69.

91 Les fondations seront palafittes sur 4 m, puis en maçonnerie. Les collecteurs devront augmenter de diamètre au fur et à mesure de leur cheminement vers l’aval. Canevari s’est déjà adressé à un inspecteur des impôts, Mazzoni, pour le calcul des frais d’expropriation, et peut avancer une estimation de la dépense : Dégagement du lit (calcul fait par le Genio Civile di Roma) : 360.000 lires ; Murs : 7.750.000 lires ; Colleteurs : 4.000.000 lires ; Expropriations : 4.000.000 lires ; Élargissement des piles des ponts : 800.000 lires ; Total arrondi à 18.000.000

92 Atti 1871, p. 77.

93 Atti 1871, p. 77.

94 Idem.

95 Atti 1871, p. 82.

96 Atti 1871, p. 83.

97 Atti 1871, p. 84.

98 Atti 1871, p. 86.

99 Atti 1871, p. 88.

100 Atti 1871, p. 90.

101 Atti 1871, p. 92.

102 Atti 1871, p. 93. Sur l’histoire ancienne de cette portion de la ville dédiée aux cultes médicaux, voir : M. Besnier, op. cit.

103 Atti 1871, p. 95.

104 Atti 1871, p. 96.

105 Atti 1871, p. 99.

106 Atti 1871, p. 100.

107 Atti 1871, p. 102.

108 Atti 1871, p. 108.

109 Atti 1871, p. 109.

110 J’espère ne pas déflorer le suspens en dévoilant dès maintenant que les travaux du Tibre seront achevés en 1917, 46 ans après ces débats.

111 Atti 1871, p. 120. Les archives du Gabinetto del Sindaco n’ont pas gardé de trace pour cette année-là de ce genre de discussion.

112 Atti p. 124.

113 Atti 1871, p. 124.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte hydrographique du bassin du Tibre (A. Betocchi, Del fiume Tevere, Rome, 1878. Archivio storico capitolino. Biblioteca. 15 483 [17]).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Légende Fig. 2 – Le projet Canevari pour le Tibre (R. Canevari, Studî per la sistemazione del Tevere nel tronco entro Roma, Rome, 1875, dans S. De Paolis et A. Ravaglioni (dir.), La terza Roma. Lo sviluppo urbanistico, edilizio e tecnico di Roma capitale. 1870-1970, Rome, 1971).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 3 – Le projet Canevari pour le Tibre (dans une réinterprétation postérieure par les bureaux du Génie Civil. Archivio di Stato di Roma, Fondo Tevere, I, 1a).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540