Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre II. La municipalité romaine entre ancien régime et unité

Les fondements du pouvoir local

Texte intégral

  • 1 E. Reclus, Géographie universelle, Paris, 1875, p. 465.

Rome est plus grande par ses souvenirs que par son présent1

Aux origines des institutions municipales

  • 2 M. A. Visceglia (dir.), La nobiltà romana in età moderna. Profili istituzionali e pratiche sociali(...)
  • 3 Sur la noblesse en Italie à l’époque moderne, voir le point historiographique dressé par F. Angiol (...)
  • 4 A. Camerano, Le trasformazioni dell’élite capitolina fra xv e xvi secolo, dans M. A. Visceglia, op (...)
  • 5 Dans une perspective comparatiste, voir l’analyse de Simona Cerutti sur Turin, et sur l’évolution (...)

1La municipalité romaine dont hérite l’époque moderne est d’origine médiévale. L’institution médiévale est elle-même une réminiscence, au moins symbolique, de l’administration urbaine antique, comme l’indique le nom de la sentence qui en a sanctionné la résurgence, en 1143 : renovatio Senatus. L’histoire de la municipalité romaine à l’époque moderne commence à être bien connue. Elle a fait l’objet d’un récent renouvellement historiographique, sous la conduite, notamment, de Maria Antonietta Visceglia2. Quelques grands caractères se dessinent, autour par exemple de la définition progressive d’une noblesse citadine, encore largement ouverte pour les xve et xvie siècles, de laquelle émanent les principales institutions du gouvernement urbain3. Alessandra Camerano a montré que c’est le retour du Pape Martin V Colonna d’Avignon à Rome qui constitue, pour la période moderne, le moment fondateur dans les rapports entre Papauté et élite citadine de la respublica capitolina4. À cette occasion, de longues négociations entre le pontife, lui-même baron romain, et le Capitole aboutissent à un compromis autour de la confirmation des anciens statuts d’autonomie des institutions citadines, en échange de la mise sous tutelle pontificale de l’administration municipale. À partir de ce moment, le gouvernement pontifical contrôle les nominations aux charges municipales du Capitole. La noblesse capitoline réagit au cours des décennies suivantes en faisant passer une part des pouvoirs du Sénateur ayant trait au gouvernement urbain, ce personnage étant désormais nommé par le Pape, aux trois Conservateurs, émanant toujours de l’aristocratie romaine. Le rôle des chefs de quartier, les caporioni, est de même renforcé. Dans son analyse du système électoral capitolin pour les xve et xvie siècles, Alessandra Camerano montre qu’à la base était une liste de noblesse, rédigée dans chaque quartier par les 14 caporioni. Dans cette liste étaient élus par quartier, rione, des représentants, qui, sous l’autorité du prieur des caporioni composaient la base dans laquelle étaient choisis les nouveaux magistrats municipaux, Conservateurs et Caporioni, selon un système complexe de calcul. Toute ingérence pontificale était très mal acceptée dans ce processus. Pour les xve et xvie siècles, Alessandro Camerano décrit un système encore largement ouvert, dans lequel l’accès à la citadinité nobiliaire était possible à des familles installées depuis peu, sur la base de la propriété et du mariage essentiellement5. Elle décrit de la sorte une période pour laquelle la noblesse municipale a pour assise fondamentale ce qui ressemble beaucoup à un droit de bourgeoisie.

  • 6 H. Gross, Roma nel Settecento, Rome-Bari, 1990. Édition originale : Rome in the Age of Enlightenme (...)
  • 7 Op. cit., p. 56.
  • 8 P. Alvizzi Del Frate, Caratteri dell’amministrazione pontificia nell’Ottocento, dans M. De Nicolò (...)
  • 9 M. Caffiero, Roma nel Settecento tra politica e religione. Dibattito storiografico e nuovi approcc (...)

2La situation que décrit Hanns Gross pour le xviiie siècle apparaît bien différente6. L’historien montre une noblesse fermée, et exclue dans une large mesure des véritables instances du gouvernement urbain. Pour Hanns Gross, la magistrature capitoline est au xviiie siècle confinée dans une position de subordination totale. Il date à 1646 le début de cette soumission, mais la lecture des travaux d’A. Camerano invite à remonter encore la date de début du processus. Les institutions municipales, Sénateur, trois Conservateurs et le prieur des Caporioni, n’avaient plus que des prérogatives d’ordre symbolique, de même que le Conseil secret. Quant au Conseil public, Hanns Gross le qualifie pour le xviiie siècle « d’oublié »7. De nombreuses compétences des Conservateurs dans le domaine urbain avaient été données à la Camera Apostolica et au Gouverneur. La restriction dans la composition de la noblesse citadine date de 1746. À cette date, Benoît XIV décide que, pour prétendre au titre de noble romain, il faut être inscrit au Livre d’Or, et pour cela démontrer cent ans de noblesse. 180 familles sont qualifiées, parmi lesquelles le Pape en choisit 60, destinées à constituer une noblesse romaine désormais fermée. On rompt de la sorte avec le système précédent, et choisit de privilégier une définition de la noblesse fondée non plus sur l’assise urbaine, mais sur une stricte conception lignagère. Ce moment fonde une caractéristique qui devient ensuite essentielle de l’administration urbaine romaine : la confiscation par un cercle réduit de familles nobles des droits politiques urbains, et le blocage dans l’évolution du droit politique de bourgeoisie. Pour Paolo Alvazzi Del Frate, le caractère principal de l’administration urbaine au Settecento est son immobilisme et l’absence d’une sérieuse volonté de réforme8. Quant à Marina Caffiero, elle décrit, dans un essai de critique historiographique, une ville et un État pontifical dans lesquels les institutions d’Ancien régime ne parviennent pas à laisser place à un État véritablement modernisé9.

Le capitole entre Révolution et Restauration

  • 10 Sur cette période, voir : M. P. Donato, Roma in rivoluzione (1798, 1848, 1870), dans L. Fiorani et (...)
  • 11 Loc. cit., p. 912.
  • 12 Sur ce point, voir : D. Armando, I baroni romani nella Repubblica giacobina : l’abolizione dei dir (...)

3L’épisode révolutionnaire de 1798-1799 apporte un certain nombre de nouveautés10. Le 15 février 1798, alors que les troupes françaises sont entrées en ville depuis plusieurs jours (c’est la première fois depuis 1527 que Rome est occupée par une armée étrangère), un groupe de patriotes romains déclare la déchéance du pouvoir temporel du Pape Pie VI, et proclame l’avènement de la République. La République est également proclamée au Capitole par le général Alexandre Berthier. Les institutions sont réformées sur le modèle français, en y alliant des tonalités aux accents antiques. Pour ce qui concerne les pouvoirs municipaux, la ville est divisée en trois circonscriptions, chacune dotée d’une municipalité propre. Trois grands édiles les coordonnent. Les quartiers traditionnels romains, les rioni, héritiers de la regione latine, sont remplacés par douze sections. Rome est chef-lieu du Département du Tibre, et capitale de la République. Maria Pia Donato souligne pour cette période la difficulté des nouvelles institutions capitolines à prendre place dans un panorama institutionnel et politique marqué par la constante prégnance de l’urgence11. Les nouvelles institutions, municipalité romaine au premier chef, sont gérées par de nouveaux venus sur la scène administrative et politique romaine : avocats et marchands de campagne essentiellement, c’est-à-dire négociants en produits agricoles. Les droits d’origine féodale de l’aristocratie romaine sont abolis, mais le fait que, depuis de nombreuses décennies, le groupe de l’élite des métiers ait été exclu de l’administration urbaine crée un vide qu’il est difficile de combler en quelques semaines12. La mesure d’abolition des droits dits féodaux concerne plus les campagnes romaines, mais est révélatrice du déclassement auquel la noblesse est soumise. La République romaine de 1798 marque une forte volonté de rupture avec l’Ancien régime, mais peine à promouvoir une classe dirigeante digne des ambitions investies dans les nouvelles institutions.

  • 13 Ph. Boutry, La Roma napoleonica fra tradizione e modernità (1809-1814), dans L. Fiorani et A. Prop (...)

4Après la chute de ce régime, la première restauration est marquée à Rome, sous le pontificat de Pie VII-Chiaramonti, par une constante tension entre « révolution et réaction, tradition et modernité, résistances et innovations »13 comme l’écrit Philippe Boutry.

  • 14 Sur la période napoléonienne, voir : Ph. Boutry dans L. Fiorani et al.
  • 15 Voir : C. Nardi, Napoleone e Roma. La politica della Consulta romana, Rome, 1989 (Collection de l’ (...)
  • 16 Loc. cit., p. 917. Sur l’interprétation des réformes napoléoniennes en Italie, voir aussi ; J. God (...)
  • 17 Voir Ph. Boutry, loc. cit., p. 951.
  • 18 Loc. cit., p. 955.
  • 19 Voir Boutry, loc. cit., p. 956. Sur la famille Torlonia dans la première moitié du xixe siècle, se (...)
  • 20 Voir : C. Nardi, La Prefettura romana e la politica napoleonica dei lavori pubblici (1811-1813), d (...)

5Avec Ercole Consalvi au Secrétariat d’État, d’importantes réformes administratives sont entreprises. Mais dix ans après la révolution de 1798-1799, Rome est de nouveau occupée par les troupes françaises au début de l’année 1808. Après de nombreux mois de tension entre occupants et Papauté, Pie VII fuit la ville en juillet 180914. La période napoléonienne est marquée à Rome, dans le domaine institutionnel, par l’œuvre de la Consulta romana15. Entre 1809 et 1810 cette commission est chargée de faire passer l’administration romaine de l’Ancien régime à la modernité. En ce sens, pour Maria Pia Donato, l’épisode de l’occupation napoléonienne, malgré le conservatisme du régime, s’apparente à une phase de révolution, dans le domaine institutionnel et administratif au moins16. La place des laïcs dans le gouvernement constitue la principale mutation imposée. La Consulta est créée depuis Vienne, par un décret de Napoléon, le 17 mai 1809. Rome est déclarée ville impériale, et la nouvelle institution est chargée de préparer le nouveau régime administratif, devant être inauguré au 1er janvier 1810. Le général Sextius de Miollis la préside. La consulta est par ailleurs composée de trois maîtres des requêtes (Laurent Janet, Joseph-Marie de Gerando et le Piémontais Ferdinando Dal Pozzo), d’un auditeur du Conseil d’État et d’un secrétaire, Cesare Balbo17. Par les 5641 décrets qu’elle prend, elle donne à l’administration de l’ancien État pontifical un visage nouveau. Les droits féodaux et les titres nobiliaires sont supprimés. Les services de l’État sont modernisés. Les Juifs obtiennent la citoyenneté. Un nouveau conseil municipal est préparé. De nombreux domaines passent à la compétence de l’État, de ses nouveaux services et de ses fonctionnaires et ingénieurs. La ville de Rome est largement sous la domination administrative directe du gouverneur Miollis, du préfet Camille de Tournon, et du directeur général de la police Norvins. Aux côtés des fonctionnaires français, comme le souligne Philippe Boutry, on trouve plus de notables romains que de représentants de la République de 1798-179918. Le souci est de se concilier les élites citadines. Il reflète aussi l’évolution conservatrice du régime impérial. Pour ce qui concerne la représentation municipale, la tendance est à la confier à la noblesse romaine. Le nouveau régime d’inspiration française donne aux élites anciennes l’occasion d’opérer une habile translation vers la modernité administrative. Bien que privé de la plupart des attributions traditionnelles d’une institution communale, un Sénat municipal est créé par la Consulta le 1er août 1809. Il est composé essentiellement de nobles. Une députation de la ville de Rome en est extraite. Y sont nommés les grands aristocrates de la ville : les princes Gabrielli, Spada, Colonna, Aldobrandini et Santa Croce, le duc Luigi Braschi Onesti, et le duc Torlonia19. En 1810, Rome est promue deuxième ville de l’Empire après Paris. Le duc Luigi Braschi Onesti est nommé maire. Le 31 décembre 1810 la Consulta, qui a fini son travail, est dissoute. La période napoléonienne est également marquée à Rome par une forte impulsion dans le domaine des travaux publics20. Une attention particulière et nouvelle est portée à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine antique, et à son insertion dans le paysage de la ville. Divers projets urbains sont également mis en œuvre ou envisagés. À l’origine de ce programme, on trouve le préfet Camille de Tournon.

  • 21 Sur cet épisode : P. Pavan, Tra innovazione e conservazione : le istituzioni comunali nell’età del (...)
  • 22 Sur la constitution Post diuturnas du 30 novembre 1800, voir P. Pavan, loc. cit. et M. Caratale et (...)
  • 23 Paola Pavan souligne que s’attaquer à la figure et au rôle des chefs de quartier revenait à tenter (...)
  • 24 Sur cet épisode : P. Pavan, loc. cit.

6Après l’épisode napoléonien et la période d’occupation française, Pie VII rentre à Rome le 27 mai 181421. Il est accueilli dans la ville pontificale par le marquis Rinaldo della Valle, en qualité de premier des Conservateurs, au nom du Sénat et du Peuple romain. À l’occasion de l’entrée triomphale du Pape dans la ville, les institutions municipales se donnent à voir dans leur veste d’Ancien régime. Le représentant de la magistrature capitoline sait déjà, comme le souligne Paola Pavan, qu’il est dans les intentions du souverain pontife et de son délégué à Rome, Agostino Rivarola, de remettre en place les institutions capitolines telles qu’elles existaient avant la parenthèse impériale française. Comme en 1800 cependant, où, avec la première Restauration, la volonté de rétablir les pouvoirs locaux tels qu’ils existaient auparavant n’avait pas empêché, sous la conduite de Consalvi, l’introduction de certains éléments de réforme22, en 1814 le gouvernement pontifical est conscient de la nécessité de ne pas se contenter de rendre à la soixantaine de familles de la noblesse romaine l’ensemble de ses instruments de gouvernement urbain. En 1800, les statuts de 1580 avaient été rétablis dans la forme, mais tempérés par l’adjonction d’éléments de tutelle des activités de la municipalité romaine par le gouvernement pontifical et par le rétrécissement des compétences des chefs de quartiers, les caporioni23. En 1814, le contexte est comparable : la papauté entend revenir à l’Ancien régime urbain sans perdre le bénéfice de décennies, voire de siècles, de rivalités avec la noblesse citadine qui ont amené à une certaine mise sous tutelle de l’autonomie nobiliaire municipale. Il ne faut en aucun cas en 1814 que la Restauration s’accompagne d’une pleine émancipation des structures capitolines, aux mains des grandes familles nobles, face au gouvernement de Pie VII. En 1814, les Conservateurs tentent d’ailleurs de profiter du climat politique particulier à ce moment de retour du Pape dans la ville qu’il avait perdue pour avancer certaines des vieilles revendications de la noblesse locale. Face à un souverain qui a un besoin impérieux de regagner la confiance de l’aristocratie, le moment peut sembler propice. Le premier conflit éclate dès le 30 juin 1814, au sujet du prix du charbon, que voulaient réglementer les Conservateurs. Le Pape est contraint de leur rappeler que cette compétence n’est pas dans leurs attributions24.

  • 25 Motu Proprio du 6 juillet 1816. Sur ce point, voir : A. Ventrone, L’amministrazione dello Stato po (...)
  • 26 Art. 187. Voir A. Ventrone, op. cit., p.58 et s.

7En 1816, un Motu Proprio de Pie VII réorganise l’administration de l’État pontifical25. Le territoire est divisé en 17 délégations, de trois classes différentes. Rome reste une circonscription à part. Le texte de 1816 confirme les pouvoirs dans la ville du Sénat, des Conservateurs et du Popolo romano26. Mais le texte reconnaît aussi la difficulté d’un retour pur et simple à l’Ancien régime :

  • 27 Motu Proprio du 6 Juillet 1816, cité par P. Pavan, loc. cit., p. 287.

Un retour à l’ancien ordre des choses est quasiment impossible. De nouvelles habitudes se sont imposées aux anciennes, de nouvelles opinions se sont diffusées universellement dans les différents objets de l’administration et de l’économie publique. De nouvelles lumières ont aussi été acquises, sur l’exemple d’autres nations d’Europe, et exigent un système plus adapté à la condition présente des habitants, si différente de ce qu’elle était auparavant27.

  • 28 Texte du 5 Juillet 1831. Sur ce point, voir P. Pavan, loc. cit., p. 291, et A. Ventrone, op. cit.
  • 29 Voir M. P. Donato, loc. cit., p. 920. Sur l’évolution des institutions municipales en France à la (...)

8On rétablit donc en 1816 une magistrature capitoline comme elle existait depuis la fin du xvie siècle, avec un Sénateur nommé par le Pape, trois conservateurs et un prieur des caporioni, choisis parmi les soixante familles de la noblesse capitoline. La magistrature garde des compétences administratives, financières et judiciaires, mais est soumise à une stricte tutelle de la part du gouvernement pontifical. Pour les années 1816-1830, à partir de l’étude de la correspondance entre la Segreteria di Stato et les Conservateurs, Paola Pavan a montré que ces derniers inscrivaient leur action dans un mouvement constant de tentative d’échappement au contrôle de l’instance pontificale. Le pontificat de Léon XII, caractérisé par une forte réaction cléricale, n’est pas marqué, à l’intérieur de cette période, par une inflexion particulière sur ce point. En 1831, la réforme des administrations locales promue par Grégoire XVI évite de considérer le cas romain28. L’esprit du texte était pourtant d’introduire le principe de la représentation élective pour les provinces et les communes. Rome reste donc à part, et à l’écart des timides projets de modernisation du cadre politique de l’État pontifical. Cette année 1831 est pourtant marquée dans la ville par d’importantes révoltes contre le gouvernement du Pape, au moment de l’alternance entre Pie VIII et Grégoire XVI29.

La réforme municipale de 1847

  • 30 Archivio Storico Capitolino (ASC), Camera Capitolina, cred. XX, vol. 57, cc. 162-163v., 27 janvier (...)

9Le véritable changement ne vient qu’en janvier 1847, lorsque les Officiers de la Camera Capitolina demandent à Pie IX « d’appliquer à la ville de Rome les réformes institutionnelles déjà données ou qui pourraient être données à d’autres villes de l’État, en les adaptant aux circonstances particulières qu’exigent le statut, la dignité et l’essence d’une capitale »30. Venant d’une des instances du système d’Ancien régime, cette revendication marque un point de rupture dans la Restauration romaine.

  • 31 Sur cette période, voir : E. Bartoloni, L’amministrazione di Roma sotto il pontificato di Pio IX ( (...)
  • 32 Les premières années du pontificat de Pie IX sont marquées par la création de la Consulta di Stato(...)
  • 33 La commission est nommée le 27 février 1847. Voir N. La Marca, loc. cit., p. 837.
  • 34 Sur ce point, voir : M. Bocci, Il municipio di Roma tra riforma e rivoluzione (1847-1851), Rome, 1 (...)
  • 35 Sur cette période, voir : P. Allegrezza, L’amministrazione assente. Uffici e burocrazia municipali (...)
  • 36 Cité par N. La Marca, op. cit., p. 838.

10L’esprit de réforme dans le domaine municipal à Rome avait été insufflé par Pie IX-Giovanni Mastai-Ferretti dès les mois qui avaient suivi son élection en juin 1846 au siège pontifical, après la mort, le 1er juin, de Grégoire XVI31. Au mois de janvier 1847, le nouveau souverain pontife, ouvert à l’esprit réformateur au cours des premières années de son règne32, avait convoqué les Conservateurs Del Bufalo, Fioravanti et Antinori pour entendre leur avis sur la question. Une commission avait été créée à la suite de ces discussions, présidée par le cardinal Ludovico Altieri33. En faisaient partie également T. Corsini, O. Del Bufalo, M. Borghese, D. Orsini, F. dei Cinque Quintili, G. Bartoli et le modéré Carlo Armellini34. La commission rend son rapport au cardinal Secrétaire d’État Altieri en juillet 1847. Lors de ses réunions, elle a pris le soin de s’informer de la gestion municipale dans d’autres capitales, Florence et Naples essentiellement. Ses conclusions sont à l’origine du Motu Proprio de Pie IX du 1er Octobre 1847, par lequel le Pape tente de répondre aux deux grandes questions qui se posent pour la réforme des institutions municipales à Rome : la nécessité d’un contrôle par l’État et l’ouverture sociale35. Dans le préambule au Motu Proprio, Pie IX souligne sa fierté de « rendre à la représentation communale de cette ville sa splendeur antique, en lui donnant un conseil qui délibère, une Magistrature qui exécute les délibérations dans le domaine de l’administration municipale, et des revenus proportionnels au poids qu’elle devra soutenir »36.

  • 37 Voir M. Bocci, op. cit.
  • 38 Pour une réflexion sur le système censitaire, à partir de l’exemple sicilien, voir : A. Signorelli (...)

11Le texte de 1847 amène une nette ouverture des institutions citadines à des classes de citoyens jusqu’ici exclues. Le nouveau conseil, sur 100 membres (centumviri), compte ainsi 15 représentants d’une première classe de cens, 34 d’une seconde classe, 15 d’une troisième classe, nettement plus accessible, ainsi que 32 officiers, banquiers, négociants, commerçants affiliés à la Chambre de Commerce, artisans ou universitaires. 4 ecclésiastiques complètent ce cadre37. À partir de cette réforme, la municipalité est composée d’un Conseil général et d’une Magistrature, qui représente en quelque sorte l’exécutif municipal. Le Premier conseiller est nommé par le Pape. Les Magistrats sont élus parmi la première classe de cens (3), la seconde (3), et les autres conseillers (3). Le Sénateur est un Magistrat de 1ère classe. On a donc dans le gouvernement local une nette introduction du système censitaire, qui donne le contrôle de la ville aux grands propriétaires38. Le contrôle étatique reste étroit néanmoins sur cette municipalité réformée, puisque le Président de Rome et Comarca a pouvoir de tutelle sur tous les actes municipaux.

12La réforme n’en est pas moins fondamentale, puisque, comme le souligne Marco Bocci, elle promeut pour la première fois la municipalité comme institution territoriale à part entière. On rompt avec l’usage installé depuis plusieurs siècles d’une conjonction entre droits politiques urbains et appartenance à la caste fermée de la noblesse romaine. La réforme est fondamentale dans l’esprit du gouvernement urbain, et même si de fait les nobles sont les grands propriétaires, on constate une importante mutation dans la définition des privilèges politiques. Tout en préservant tant les prérogatives de la noblesse capitoline que celles du gouvernement pontifical, elle ouvre la représentation citadine à de nouvelles couches de citoyens, et à de nouveaux métiers. Le fondement du système devient la propriété foncière. La liste des conseillers de première classe avant les événements de 1848 est éloquente cependant quant à l’identité entre grande noblesse et bénéficiaires du système censitaire. Dans une ville qui est littéralement propriété foncière de ses nobles, on retrouve ainsi ce que Bocci définit comme le « Gotha capitolino » : Altieri, Orsini, Odescalchi, Massimo, Ruspoli, Falconieri Mellini, Borghese et Corsini. La quasi-totalité des 64 conseillers propriétaires appartient à la noblesse. L’assemblée communale issue de la réforme de 1847 élit trois de ses membres de 1ère classe destinés à être proposés au Pape pour la charge de Sénateur. On retrouve les trois princes Marcantonio Borghese, Filippo Andrea Doria et Tommaso Corsini. C’est ce dernier que le souverain pontife choisit.

  • 39 N. La Marca, op. cit., p. 838.
  • 40 Pour une comparaison avec l’exemple toscan, autour des interprétations de la loi de 1848, voir : A (...)

13La nouvelle administration citadine a compétence sur l’annone, le travail urbain, les incendies et inondations et sur la santé et l’hygiène publique. Elle est en charge de la propreté urbaine, de la réglementation du bâti (ornamento), du commerce, des fêtes, de l’instruction élémentaire et de l’assistance aux pauvres. Pour Nicola La Marca, une des conséquences principales de l’ouverture sociale mise en œuvre par la réforme de 1847, est de « briser définitivement le monopole dans la gestion de la ville d’un groupe restreint de familles nobles citadines qu’avait confirmé la bulle Urbem Romam de 1746 »39. Le monopole est certes théoriquement brisé, mais on peut discuter sur la consistance des effets de la réforme, ainsi que sur son éventuel caractère définitif. Certes la noblesse romaine ne re-trouvera-t-elle jamais un monopole complet dans la gestion des affaires de la ville, mais elle saura très vite regagner ses positions, et les confirmer lors de chaque tournant de l’histoire politique de la ville dans la seconde moitié du xixe siècle. Paradoxalement, les principaux bénéficiaires de la réforme sont à terme les représentants de la haute aristocratie. Les princes étaient en effet jusque-là exclus du fonctionnement capitolin pour des raisons d’équilibre face à la cour pontificale. Ils y font à partir de ce moment une entrée en force, destinée à marquer l’histoire de l’institution pour de nombreuses décennies40.

1848-1849 : le Capitole au cœur des luttes politiques

  • 41 Sur ce point, voir N. La Marca, op. cit., p. 844.
  • 42 Sur la fonction de ville-frontière que revêt cette antique localité et sur les enjeux liés à cette (...)
  • 43 Pour une comparaison avec Turin, voir : F. De Pieri, Il controllo improbabile... cit.
  • 44 Loc. cit., p. 927.
  • 45 Voir M. Bocci, op. cit.
  • 46 Voir N. La Marca, op. cit., p. 848.
  • 47 Sur ce point, voir N. La Marca, op. cit., p. 851.
  • 48 Ibidem, p. 859.

14Durant une grande partie de l’année 1848, les institutions municipales réformées jouent, selon Bocci, un rôle de médiation entre forces démocratiques et gouvernement pontifical. Après la fuite de Pie IX à Gaeta le 24 novembre cependant, à la suite des tumultes de ce même mois et de l’assassinat de Pellegrino Rossi, nouveau chef du gouvernement, la situation change rapidement. Le 4 décembre 1848, le Sénateur Corsini, chef de l’institution municipale romaine, prend la tête d’une délégation de la ville censée rencontrer le Pape à Gaeta pour une médiation41. La délégation est bloquée à Terracina, à la frontière entre l’État pontifical et le royaume de Naples42. À son retour à Rome, Corsini, comme le souligne La Marca, n’a plus qu’à se barricader dans son palais, comme le reste de la noblesse romaine, et à assister impuissant aux événements. Le 27 janvier 1849, il quitte Rome à son tour, refusant de cautionner par sa présence une évolution politique déclarée illégale par le Pape depuis Gaeta. Il démissionne de sa charge de Sénateur. Le même jour, le gouvernement provisoire de la République approuve le transfert à la mairie de la perception de l’octroi et d’un certain nombre de taxes, dont celle sur les poids et mesures, dans l’esprit du Motu Proprio de 1847. La révolution se présente sous le jour de la continuité avec les réformes municipales. Mais quelques jours plus tard, la municipalité est de nouveau réformée. Le principe d’élection est introduit, en accord avec les idéaux républicains. Mais il est important de noter que même dans les circonstances de 1849, les prérogatives de la noblesse capitoline ne sont pas vraiment mises à mal43. La Marca a beau souligner que la Révolution en 1849 est beaucoup plus profonde dans son action contre la noblesse romaine qu’en 1798-1799, il demeure important de noter que la définition de la participation politique citadine par la République laisse à la noblesse d’Ancien régime une large place, grâce à l’adoption du système censitaire. Bien qu’aucun membre de la haute aristocratie citadine ne fasse partie de l’assemblée constituante, le nouveau conseil municipal doit en effet être pour moitié composé de propriétaires. Cet aspect est important pour l’analyse de la fin de l’Ancien régime. Dans bien des cas, la réforme est atténuée dans ses effets sociaux par le cens. Si le noble n’est plus défini comme tel, il reste un acteur de premier plan grâce à ses propriétés. Cela est particulièrement vrai dans le cas de Rome, où la ville appartient à ses nobles, d’un point de vue foncier et immobilier. Dans le contexte de 1849, où la noblesse a fui, cette mesure reste vaine, mais, dans l’esprit, elle marquait les réformes mises en œuvre par la République. Pour Maria Pia Donato, à partir du moment de la fuite du Pape à Gaeta, c’est la municipalité romaine qui incarne une fonction centrale et « devient dépositaire de la souveraineté populaire »44. Les élections n’ont lieu que le 19 avril, dans un contexte de plus en plus difficile pour la jeune République proclamée le 9 février. Sturbinetti recueille le plus grand nombre de voix. Le contexte n’empêche pas les modérés de garder de fortes positions dans le conseil45. C’est la bourgeoisie romaine qui tire le plus grand bénéfice du changement social dans la composition du Conseil municipal, dû en grande partie non pas au nouveau système, mais à l’absence et à l’abstention de la noblesse. Les modérés tiennent la mairie, alors que les démocrates ont le Parlement. Mazzini se méfie d’ailleurs au plus haut point de l’institution capitoline. On trouve parmi les conseillers municipaux de nombreux professionisti, avocats essentiellement : Sturbinetti, Lunati, Armellini, Piacentini, Cosimo, Galeotti, Pagnoncelli, Rinaldi, Azzurri, Pasqualo et Taviani46. Des représentants du groupe dit des marchands de campagne entrent aussi au conseil : derrière Cortesi, on a Tittoni, Del Grande, Polverosi et Grandoni. Les négociants, comme le souligne La Marca, bénéficient largement du renouvellement : D’Antoni, Ponzi, Guglielmotti, Coen, Gregori, Tonetti, Modigliani et Candi sont les principaux. Le 26 avril 1849 a lieu la première réunion. Sturbinetti est le nouveau Sénateur. Mais les troupes françaises sont déjà aux portes de la ville. Au mois de juillet, la municipalité joue un rôle important dans les négociations avec les assaillants transalpins. Tout au long de cette période, la noblesse romaine appuie de tout son poids pour favoriser la chute de la République. Ce n’est pas tant la nouvelle municipalité qu’elle craint, que le triumvirat de Mazzini, Armellini et Saffi, l’Assemblée et les projets de réforme agraire, qui la priveraient de ses droits féodaux et d’une partie importante de ses terres, notamment dans la campagne romaine, l’Agro romano47. Après d’intenses combats sur le Janicule et sous les pins parasols de Villa Doria Pamphilj, avec la chute du régime républicain sous l’assaut français du général Oudinot, le 3 juillet 1849, jour même de la proclamation de la constitution républicaine, le conseil municipal donne sa démission. Celle-ci est effective le 13 juillet. Le lendemain, 14 juillet, le général Oudinot nomme une commission municipale, à la tête de laquelle on retrouve Pietro Odescalchi. Composée de 15, puis 27 membres, elle incarne, malgré le contexte d’occupation de la ville, la volonté des élites capitolines de ne pas céder complètement à la volonté pontificale, exprimée depuis Gaeta, de revenir sur toutes les réformes et de rétablir pleinement l’ancien régime urbain. Lorsque le Pape nomme une commission concurrente, le conflit avec le Capitole prend un tour plus âpre. L’opposition est forte entre le triumvirat du Pape, ses cardinaux de confiance dans la Ville éternelle (Della Genga Sermattei, Vannicelli, Casoni et Ludovico Altieri) et le Capitole. Mais en quelques mois, selon La Marca, le retour à l’Ancien régime est total pour la gestion de la ville. La Présidence de Rome et Comarca prend toutes les attributions. « Le triumvirat des cardinaux, souvent en opposition aux occupants français eux-mêmes, qui auraient souhaité une politique plus souple, mit en œuvre un programme de restauration tellement strict qu’en quelques mois la situation rentra sous le contrôle total des trois cardinaux et de la Présidence de Rome et Comarca »48.

L’administration capitoline dans les deux dernières décennies du gouvernement pontifical

  • 49 Voir : E. Lodolini, L’esilio in Brasile dei detenuti politici romani, dans Rassegna storica del Ri (...)

15Ce n’est qu’après le retour de Pie IX à Rome, le 12 avril 1850, qu’une solution est trouvée. La ligne cependant demeure celle d’une restauration qui limite les prérogatives de la municipalité, et revient à une composition sociale dans laquelle la noblesse domine. De nombreux prisonniers républicains sont déportés en Amérique49 ou contraints à l’exil.

  • 50 Sur la gestion des villes de province de l’État pontifical, voir : B. Zenobi, Le ben regolate citt (...)

16Après la chute de la République, le régime de la Restauration promeut une nouvelle réforme. Par un édit de 1850, le système de 1816 est de nouveau confirmé dans ses grandes lignes. 4 légations et 16 délégations maillent le territoire de l’État pontifical. Quant à Rome, elle demeure une circonscription particulière, avec ses dépendances de Comarca, Viterbe, Civitavecchia et Orvieto50. Or le système municipal romain tel qu’il se présentait entre 1816 et 1847, puis au-delà, est profondément marqué par des caractères d’Ancien régime. Pour la période 1816-1847, on avait en effet à la tête des institutions urbaines un Conseil et une Magistrature. Le Conseil était composé de 100 membres, dont 74 étaient des propriétaires, élus dans un système censitaire très strict. 32 étaient choisis par le gouvernement pontifical parmi les plus éminents représentants des professions, des fonctionnaires, des banquiers, des universitaires, des négociants et des marchands. Les 4 derniers membres du Conseil étaient des ecclésiastiques. Le Conseil était renouvelé au tiers, tous les deux ans. Il n’était réuni que trois fois par an et restait sous l’étroit contrôle de l’administration pontificale. Quant à la Magistrature, aussi appelée Senato romano, censée constituer l’exécutif citadin, elle était composée d’un Sénateur et de huit conservateurs. Ces derniers étaient élus par le Conseil en son sein, selon la répartition suivante : 3 propriétaires appartenant à la première classe de cens, 3 de la seconde classe, et trois autres conseillers.

17Ce système était donc une synthèse entre l’Ancien régime et un gouvernement municipal de type censitaire. Le mélange entre les deux systèmes était facilité par le fait que les grands propriétaires sont tous princes ou grands nobles d’Ancien régime.

  • 51 Édit du 25 janvier 1851. Voir A. Ventrone, op. cit.
  • 52 Pour une comparaison avec le cas napolitain, voir : G. Montroni, Gli uomoni del re. La nobiltà nap (...)
  • 53 N. La Marca, op. cit., p. 864. Sur l’évolution des structures de la bienfaisance, voir : R. D’Erri (...)
  • 54 Idem, p. 865-866.

18L’édit Antonelli de 1851, à la suite de la loi du 24 novembre 1850 et de son article 105, abroge ce système, et met en place un fonctionnement nettement plus réactionnaire51. Le Conseil n’a plus que 48 membres, dont la moitié sont par définition des propriétaires nobles. L’autre moitié est composée de propriétaires non nobles, nécessairement commerçants, professeurs de science ou représentants des professions libérales. La réforme introduit donc dans un système censitaire, pourtant déjà tempéré par les rigidités de la société ancienne, un nouvel élément de rigidité, autour de la défense des prérogatives de la noblesse. La charge de Sénateur est réservée de plus à un noble, choisi directement par le Pape. Pour l’élection des conseillers, le système censitaire est appliqué, mais avec un bémol considérable : les électeurs choisissent deux fois plus de conseillers qu’il n’y a de postes à pourvoir, et le cardinal délégué à la ville de Rome, représentant direct du Pape, choisit parmi eux. La municipalité romaine n’est donc dans ces conditions que l’émanation de la volonté pontificale et le reflet des rapports du Saint-Siège avec la noblesse romaine52. Une autre disposition accentue encore cet aspect : toutes les activités de la municipalité sont contrôlées et susceptibles d’être censurées par le Président de Rome et de la Comarca, représentant du Pape. La municipalité romaine perd aussi en 1851 deux de ses attributions traditionnelles : la bienfaisance citadine et la santé. Par rapport à 1847, son budget est divisé par deux53. Pour La Marca, une des principales conséquences, voulue par Antonelli, est d’écarter du pouvoir municipal la haute bourgeoisie romaine, au profit d’une aristocratie qui est replacée dans un plus strict giron pontifical. « S’il est vrai que déjà le Motu Proprio de 1847, en établissant des niveaux de cens élevés, assurait de fait à la noblesse romaine une présence décisive, la mesure prise en 1851 ne s’embarrasse plus de camouflages, et revient ouvertement à des critères de sélection d’ancien régime »54.

  • 55 Super integratione nobilium. Voir N. La Marca, op. cit., p. 867.

19Le prince Urbano Del Drago est nommé Sénateur. On trouve comme Conservateurs Clemente Altieri, frère du cardinal, le prince Marcantonio Borghese, don Vincenzo Colonna et le marquis Guglielmi. Les non-nobles sont Albertazzi, Tenerani et Pulieri. Les principales figures de la noblesse la plus fidèle au Pape Mastai font partie du Conseil municipal. Les avocats ont perdu la plupart de leurs positions. La noblesse se voit attribuer un tel espace qu’elle ne parvient pas à remplir tous les postes que lui réserve le texte de 1851. Un nouveau texte, en 1853 vient corriger cette lacune, en intégrant dans la noblesse romaine les princes et ducs ayant domicile à Rome55. Quelques mois plus tard les familles suivantes sont donc intégrées : Altieri, Barberini, Boncompagni, Bonelli, Borghese, Caetani, Cesarini, Chigi, Colonna, Corsini, Doria-Pamphilj, Lante, Odescalchi, Orsini, Pallavicini, Rospigliosi, Ruspoli et Salviati. On assiste là à un tournant important : la grande noblesse du Latium, résidente à Rome mais tirant ses droits féodaux de possessions hors de la ville, se voit attribuer une position de prépondérance dans la ville même. Ce sont ces familles qui dominent dès lors le Capitole jusqu’en 1870, et même bien au-delà. Les mesures de 1853-1854 prises par Pie IX permettent à l’aristocratie romaine de se renforcer, et de prendre le contrôle de la vie municipale jusqu’en 1870 au moins. Mais, comme le note Nicola La Marca, l’assiduité aux réunions des princes était faible. Le dernier Sénateur de Rome est le marquis Francesco Cavalletti Rondini. Il quitte sa résidence sur le Capitole au matin du 20 septembre 1870.

  • 56 E. Bartoloni et M. De Nicolò, op. cit. P. Allegrezza, op. cit., s’inscrit dans la même veine, par (...)

20Les jugements actuels sur cette période de l’histoire capitoline ont tendance à être sévères, à tel point que des auteurs comme Emiliano Bartoloni et Marco De Nicolò ont pu parler de « municipalité anémique »56. Mais, au-delà d’un effacement de l’échelon local face au pouvoir central pontifical, qui somme toute s’inscrit parfaitement dans l’histoire longue de l’institution capitoline et d’une routine de la gestion urbaine dans laquelle l’innovation n’a pas sa place, importe aussi la confirmation, tout au long de la période et alors qu’ailleurs on s’éloigne de plus en plus des racines de l’ancien régime, des prérogatives de ce qui constitue encore à l’amorce du dernier tiers du xixe siècle une véritable caste municipale. Or, paradoxalement, le rattachement à l’Italie unitaire renforce à partir de 1870 les positions de ce groupe de la noblesse municipale. Alors que depuis cinq siècles au moins la Papauté s’efforçait d’en limiter l’influence, l’application des règles italiennes débride ses ambitions et lui confère, vu le contexte politique, un rôle de premier plan. Ce fait dépasse peut-être en importance la traditionnelle distinction entre noblesse ralliée et noblesse intransigeante.

La municipalité romaine après le XX Septembre et la période d’administration provisoire

  • 57 Sur la loi de 1865, voir R. Romanelli, Il comando impossibile... cit., p. 33 et s.
  • 58 C’est la position du « non-expedit », définie en mars 1871. Comme le souligne Giorgio Candeloro, l (...)
  • 59 Décret du 15 octobre 1870, no 5928. Ce texte prévoit que les nouvelles administrations entrent en (...)
  • 60 Voir : G. Vesperini, I poteri locali, Rome, 1999, p. 13. Sur ce point, voir aussi F. Benvenuti et (...)
  • 61 Sur la loi municipale, voir aussi : M. De Nicolò, La legislazione comunale e provinciale del Regno (...)
  • 62 Sur ce texte, voir : C. Pavone, L’ordinamento comunale e provinciale piemontese dalle riforme albe (...)
  • 63 Loc. cit., p. 63.
  • 64 Voir M. De Nicolò, loc. cit., p. 65.

21La loi municipale et provinciale italienne de 1865 est applicable à Rome dès le lendemain de la ratification par le Roi des résultats du plébiscite d’octobre. Elle organise à partir de cet instant la vie municipale dans la nouvelle capitale. Or cette loi, d’inspiration largement anti-centralisatrice, ne prévoit pas de statut dérogatoire pour la ville capitale57. Contrairement à la France, où le Paris d’Haussmann constituait jusqu’à Sedan, et constituera bientôt dans l’héritage républicain un modèle de prise de contrôle par l’État central de sa capitale, Rome n’est en rien dotée d’un statut particulier. On a là l’ambiguïté fondatrice du rapport entre la mairie et l’État à Rome : dans un contexte où les Catholiques intransigeants réfutent toute participation à la vie politique nationale58, le Capitole va apparaître comme le lieu d’expression privilégié, au cœur de la capitale, d’une opinion opposée aux visées du gouvernement italien. Il sera aussi le lieu de précoces arrangements. Une autre ambiguïté fondatrice tient au système censitaire. La loi italienne de 1865 donne la gestion de la ville aux propriétaires. Or Rome en 1870 appartient à sa noblesse. La loi de 1865 sur les provinces et les communes constitue en effet le fondement de l’organisation des pouvoirs locaux dans l’Italie libérale. Elle est introduite à Rome après l’annexion de la ville59. Le principe fondamental de la loi est que le territoire national est intégralement divisé en communes et provinces. L’organisation municipale est étendue à tout le royaume et généralisée60. Comme le souligne Vesperini, ce principe est issu en partie de la Révolution française. L’organisation des pouvoirs locaux ne dépend plus des statuts et privilèges d’Ancien régime propres à chaque situation particulière. Ce principe, dont l’application en Italie a suivi un parcours propre qui ne saurait se réduire à l’influence des principes révolutionnaires français, est appliqué à la Rome de 1870, qui devient une municipalité italienne comme une autre61. La loi italienne de mars 1865 est une extension à l’Italie, et une adaptation aux conditions du Royaume, de la loi piémontaise dite Rattazzi de 185962. Vesperini voit dans cette loi une forte inspiration napoléonienne. Le principe n’en demeure pas moins typiquement le fruit de la maturation piémontaise de la répartition des pouvoirs entre entités locales et État central. Le principe électif des Conseils municipaux est validé. Mais les prérogatives du pouvoir central sont préservées : le Roi a la possibilité de dissoudre le Conseil municipal et de choisir un délégué extraordinaire pour en assumer les fonctions. La commune est par ailleurs placée dans l’orbite de la province, et de son gouverneur. L’exécutif municipal est dans les mains d’une Giunta, composée de 2 à 8 membres selon la taille de la commune, élue pour un an par le conseil. Le maire reste choisi par le gouvernement royal. Le modèle piémontais répond donc à un fort désir de centralisation, tempéré par la recherche d’une ample représentation de la notabilité propriétaire, dont les prérogatives d’Ancien régime sur la gestion de la ville sont en quelque sorte préservées par le système censitaire. Avec l’Unité, le choix de ce type de fonctionnement des institutions locales n’est pas immédiatement repris. Comme le souligne Marco De Nicolò, l’influence du modèle anglais de self-government sur la classe dirigeante piémontaise et nationale est forte, et le désir de tempérer l’héritage institutionnel piémontais par l’introduction de mesures plus favorable à l’autonomie des communes se manifeste à plusieurs reprises en 1861 et 186363. Autour des projets de décentralisation régionale de Farini et Minghetti se joue ainsi, lors des premières années de la jeune Italie unifiée, un débat dont l’organisation municipale est un des piliers. Dans le projet de Mingetti, le maire, gonfaloniere (et non sindaco), aurait été élu par le conseil municipal. Mais les nécessités, et les difficultés de l’unification administrative du pays, et le besoin pour le gouvernement de combattre à la fois les menées démocratiques de Garibaldi et les aspirations centrifuges locales, font que le schéma centralisateur est finalement reconduit. En octobre 1861, Ricasoli avait provisoirement confirmé par décret l’ordre piémontais préexistant64. La figure du préfet en est considérablement renforcée dans les provinces annexées. Entre 1861 et 1865, la situation de l’organisation administrative du pays reste en suspens. On se contente des décrets de 1861, et aucune loi ne vient sanctionner un choix dicté plus par les nécessités du moment que par de réels choix idéologiques. Il faut attendre 1865 pour que ce schéma administratif trouve une sanction législative. Avant cette date, la droite craint de remettre en question les instruments les plus efficaces de l’unification bureaucratique, et la gauche semble préférer attendre d’arriver au pouvoir pour promouvoir une organisation plus conforme à ses aspirations. La loi d’unification administrative est finalement votée le 7 février 1865 à la Chambre, et le 8 mars au Sénat. Elle est publiée au journal officiel du Royaume le 20 mars 1865, sous le numéro 2248.

  • 65 Pour une analyse de l’octroi dans le système municipal français, voir en revanche : W. Cohen, Urba (...)
  • 66 Sur le système fiscal, voir : G. Marongiu, op. cit., notamment t. 1, p. 77 et s.

22Les principes fondamentaux de la loi italienne de 1865, qui reprend presque l’intégralité des dispositions de la loi Ratazzi de 1859, sont : le caractère obligatoire de l’organisation du territoire en communes et en provinces ; l’application d’un système électoral strictement censitaire, qui fait que la municipalité est la représentation de la notabilité propriétaire (moins de 4 % de la population votent) ; l’attribution aux municipalités de vastes compétences, qui reprennent celles de l’Ancien régime ; l’institution dans les villes du plan régulateur comme document municipal de base pour l’extension urbaine et la régulation du bâti ; l’attribution aux municipalités de moyens d’existence, dont les fondements sont l’octroi65 et la surtaxe sur les impôts fonciers nationaux ; la confirmation du préfet comme figure tutélaire sur l’ensemble du système66. La représentation politique au sein des municipalités, dans la loi de 1865, est soumise au principe censitaire. Sont dotés de droits électoraux municipaux les citoyens payant une certaine somme, élevée au départ, de taxes directes. Ont également des droits électoraux les citoyens appartenant à des catégories particulières, professions libérales et universitaires. La loi de 1865 prévoit que la représentation municipale dans les grandes villes se fait par le biais d’un Conseil municipal de 60 membres (80 pour les plus grandes villes), renouvelé au 1/5e tous les ans. À la tête de ce conseil, la majorité municipale constitue l’exécutif, la Giunta, forte de 12 membres. Le maire est placé à la tête du système. Il est nommé par le gouvernement. Il est « uffiziale del governo », l’usage voulant que le gouvernement nomme le candidat élu par la Giunta. Lorsque le pouvoir central refuse le maire désigné par la Giunta, il peut soit ne pas avaliser la nomination (le personnage n’est alors que facente funzione di sindaco), soit nommer un personnage de son choix, à l’encontre du vote exprimé par le Conseil et la Giunta.

  • 67 Loi du 30 décembre 1888.
  • 68 En 1866, Luigi Pianciani propose par exemple au Parlement d’ouvrir le corps électoral municipal au (...)
  • 69 Pour une analyse du devenir de la noblesse d’Ancien régime dans l’Italie unitaire, voir : G. C. Jo (...)

23La loi de 1865 s’applique à Rome et dans tout le pays jusqu’à la révision de la loi municipale imposée par Crispi en 188867. À ce moment, le corps électoral est ouvert à des classes de cens plus larges. Entre temps, les propositions de réforme abondent, mais aucune ne trouve le terrain politique adéquat à sa mise en œuvre68. En 1870, Lanza propose en vain de rendre purement élective la charge de maire. Au cours des années qui suivent le 20 septembre, Jacini et Ponza di San Martino proposent de même de renforcer les prérogatives et l’autonomie des communes, dans le but de faciliter l’entrée des propriétaires catholiques dans la vie nationale. Mais ils ne trouvent guère d’écho au gouvernement. Dans le cas de Rome, la question municipale prend un tour particulier à partir de 1870 : dans la nouvelle capitale du Royaume d’Italie, la municipalité est dotée par la loi italienne de vastes pouvoirs. On aura donc diverses déclinaisons de la traditionnelle ambiguïté, et rivalité, entre pouvoir central et pouvoir local dans une ville capitale. Mais le cas romain est intéressant à un autre titre : la ville capitale est quasi-intégralement propriété foncière d’une noblesse municipale largement opposée à l’État italien69. De plus, les institutions municipales constituent rapidement la seule instance élective où les Catholiques suivant les mots d’ordre pontificaux de boycott des institutions italiennes acceptent de siéger. Pendant plusieurs décennies, l’État italien va donc se trouver face à une capitale le plus souvent contrôlée par un groupe nobiliaire catholique hostile à sa présence même, ou du moins dans lequel ce groupe pèse d’un poids considérable. D’où une forte opposition, mais aussi de précoces et détournées formes de rapprochement, de conciliation et de compromis. Si, en 1870, les nobles ralliés dominent largement, toute l’histoire municipale romaine sous la monarchie libérale est celle de l’organisation progressive du groupe des intransigeants et de la mise en place d’alliances avec les autres éléments de l’opinion conservatrice catholique.

  • 70 Voir Martina, loc. cit., p. 1065.

24Après 1870, la noblesse romaine se divise en deux groupes : ceux qui sont fidèles au Pape et à ses consignes de refus de toute compromission avec le pouvoir italien (Chigi, Massimo, Altieri, Barberini, Lancellotti, Patrizi, Borghese), et ceux qui se montrent prêts, à des degrés divers, à collaborer au fonctionnement d’institutions qui, de toute façon, leur laissent une place confortable (Ruspoli, Doria, Boncompagni, Capranica)70. Un grand noble comme Filippo Doria Pamphilj hésite : il accepte de participer à la vie capitoline puis au Sénat du Royaume, mais doit y renoncer en 1875 à la demande de Pie IX. Par la suite la plupart des grands nobles romains participent à la vie politique locale. Plusieurs grandes familles de la noblesse comptent par ailleurs des membres libéraux, la noblesse ne constituant en rien un bloc compact et indistinct.

Notes

1 E. Reclus, Géographie universelle, Paris, 1875, p. 465.

2 M. A. Visceglia (dir.), La nobiltà romana in età moderna. Profili istituzionali e pratiche sociali, Rome, 2001. Pour un bilan historiographique sur la question, voir dans ce même ouvrage l’introduction de M. A. Visceglia, La nobiltà romana : dibattito storiografico e ricerche in corso, p. xiii-xli. Voir aussi F. Bartoccini, op. cit., p. 165 et s., ainsi que : B. Marin, Les pouvoirs locaux urbains dans l’Italie moderne : institutions et société, dans B.S.H.M.C., 2000, 3-4, p. 135-145. Pour une histoire des États italiens avant l’Unité, voir le point récent par M. Meriggi, op. cit. Voir aussi E. Fasano-Guarini, État moderne et anciens États italiens. Éléments d’histoire comparée, dans R.H.M.C., 45-1, 1998, p. 15-41.

3 Sur la noblesse en Italie à l’époque moderne, voir le point historiographique dressé par F. Angiolini, Les noblesses italiennes à l’époque moderne : approches et interprétations, dans R.H.M.C., 45-1, 1998, p. 66-88.

4 A. Camerano, Le trasformazioni dell’élite capitolina fra xv e xvi secolo, dans M. A. Visceglia, op. cit., p. 1-29. Sur Rome au xvie siècle, voir aussi : J. Delumeau, Rome au xvie siècle, Paris, 1975.

5 Dans une perspective comparatiste, voir l’analyse de Simona Cerutti sur Turin, et sur l’évolution du rapport entre métiers et noblesse pour l’accès aux charges municipales : S. Cerutti, Mestieri e privilegi. Nascita delle corporazioni a Torino. Secoli xvii-xviii, Turin, 1992. Pour une réflexion sur l’histoire des comuni d’Italie, voir : M. Ascheri, Città-Stato e Comuni : qualche problema storiografico, dans Le carte e la storia, 1999, 1, p. 16-28.

6 H. Gross, Roma nel Settecento, Rome-Bari, 1990. Édition originale : Rome in the Age of Enlightenment. The post-Tridentine syndrome and the ancien régime, Cambridge, 1990.

7 Op. cit., p. 56.

8 P. Alvizzi Del Frate, Caratteri dell’amministrazione pontificia nell’Ottocento, dans M. De Nicolò (dir.), op. cit., p. 11-33. Sur l’intégration des migrants dans la communauté citadine, voir : A. Arru, Il prezzo della cittadinanza. Strategie di integrazione nella Roma pontificia, dans Quaderni Storici, 91, 1996, p. 157-171. Pour une comparaison avec l’exemple madrilène, voir : M. Hernandez, Forging nobility : the construction of a civic elite in early modern Madrid, dans Urban History, 27, 2000, p. 165-188. L’auteur étudie les conséquences à long terme de l’estatuto de 1603, qui exclut les non-nobles des charges municipales.

9 M. Caffiero, Roma nel Settecento tra politica e religione. Dibattito storiografico e nuovi approcci, dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2000, 2, p. 81-100.

10 Sur cette période, voir : M. P. Donato, Roma in rivoluzione (1798, 1848, 1870), dans L. Fiorani et A. Prosperi (dir.), op. cit., p. 907-933. Voir aussi : M. P. Donato, La république romaine de 1798-1799. Panorama des études récentes, dans R.H.M.C., 45-1, 1998, p. 134-140. Également : M. Caffiero, La Repubblica nella città del Papa. Roma 1798, Rome, 2005 où l’auteur apporte une attention toute particulière aux réinterprétations républicaines de la culture antique, ainsi qu’à ce qu’elle nomme la « bataille des symboles » et la « sacralisation de la politique ».

11 Loc. cit., p. 912.

12 Sur ce point, voir : D. Armando, I baroni romani nella Repubblica giacobina : l’abolizione dei diritti feudali, dans Ph. Boutry, F. Pitocco, et C. Travaglini (dir.), Roma negli anni di influenza e dominio francese, Naples, 2000, p. 35-64.

13 Ph. Boutry, La Roma napoleonica fra tradizione e modernità (1809-1814), dans L. Fiorani et A. Properi (dir.), op. cit., p. 938-973., p. 943. Également : Ph. Boutry, Souverain et pontife. Recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la Restauration (1814-1846), Rome, 2002 (Collection de l’École française de Rome, 300). Pour une réflexion sur les interprétations de la Restauration, voir aussi les études réunies par C. Cassina : Contemporanea, 2001, 3, p. 529-548.

14 Sur la période napoléonienne, voir : Ph. Boutry dans L. Fiorani et al.

15 Voir : C. Nardi, Napoleone e Roma. La politica della Consulta romana, Rome, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 115).

16 Loc. cit., p. 917. Sur l’interprétation des réformes napoléoniennes en Italie, voir aussi ; J. Godechot, Originalità e imitazione nelle istituzioni italiane dell’epoca giacobina e napoleonica, dans N. Raponi (dir.), Dagli stati preunitari d’antico regime all’unificazione, Bologne, 1981, p. 191-205, ainsi que, dans le même ouvrage (p. 431-453), C. Ghisalberti, Le amministrazioni locali nel periodo napoleonico.

17 Voir Ph. Boutry, loc. cit., p. 951.

18 Loc. cit., p. 955.

19 Voir Boutry, loc. cit., p. 956. Sur la famille Torlonia dans la première moitié du xixe siècle, ses activités bancaires et politiques, particulièrement de Giovanni à Alessandro, voir D. Felisini, « Quel capitalista per richezza principalissimo ». Alessandro Torlonia principe, banchiere, imprenditore nell’Ottocento romano, Soveria Mannelli, 2004.

20 Voir : C. Nardi, La Prefettura romana e la politica napoleonica dei lavori pubblici (1811-1813), dans MEFRIM, 113, 2001-1, p. 349-367.

21 Sur cet épisode : P. Pavan, Tra innovazione e conservazione : le istituzioni comunali nell’età della Restaurazione, dans A. L. Bonella, A. Pompeo et M. I. Venzo (dir.), Roma fra la Restaurazione e l’elezione di Pio IX. Amministrazione, economia, società e cultura, Rome, 1997.

22 Sur la constitution Post diuturnas du 30 novembre 1800, voir P. Pavan, loc. cit. et M. Caratale et A. Caracciolo, Lo Stato pontificio da Martino V a Pio IX, Turin, 1978, p. 578-579.

23 Paola Pavan souligne que s’attaquer à la figure et au rôle des chefs de quartier revenait à tenter de couper le lien entre la noblesse romaine, dont faisait nécessairement partie le prieur des caporioni et la bourgeoisie citadine, bien représentée dans les institutions de quartier. Loc. cit.

24 Sur cet épisode : P. Pavan, loc. cit.

25 Motu Proprio du 6 juillet 1816. Sur ce point, voir : A. Ventrone, L’amministrazione dello Stato pontificio dal 1814 al 1870, Rome, 1942, p. 39 et s., ainsi que P. Pavan, loc. cit.

26 Art. 187. Voir A. Ventrone, op. cit., p.58 et s.

27 Motu Proprio du 6 Juillet 1816, cité par P. Pavan, loc. cit., p. 287.

28 Texte du 5 Juillet 1831. Sur ce point, voir P. Pavan, loc. cit., p. 291, et A. Ventrone, op. cit.

29 Voir M. P. Donato, loc. cit., p. 920. Sur l’évolution des institutions municipales en France à la même époque, voir, par ailleurs : A. Corbin, L’ascension de la conscience municipale sous la Monarchie de Juillet, dans Espaces et pouvoirs urbains dans le massif central et l’Aquitaine du Moyen Âge à nos jours, Ussel, 1994, p. 295-315.

30 Archivio Storico Capitolino (ASC), Camera Capitolina, cred. XX, vol. 57, cc. 162-163v., 27 janvier 1847. Cité par P. Pavan, loc. cit., p. 292.

31 Sur cette période, voir : E. Bartoloni, L’amministrazione di Roma sotto il pontificato di Pio IX (1846-1870), dans M. De Nicolò (dir.), op. cit., p. 35-54.

32 Les premières années du pontificat de Pie IX sont marquées par la création de la Consulta di Stato, qui fonctionne à partir de novembre 1847 comme prémisse de parlement, présidée par Odescalchi. Au début de l’année 1848 le premier laïc entre au gouvernement pontifical, en la personne du prince romain Gabrielli. Peu après, les grandes familles romaines placent également des laïcs au gouvernement : Caetani, Doria, Massimo, Aldobrandini. Les bourgeois Sturbinetti et De Rossi bénéficient également de cette ouverture. Sur ce point, voir : N. La Marca, La nobiltà romana e i suoi strumenti di perpetuazione del potere, Rome, 2000, t. 3, p. 832. Les premières années du pontificat de Pie IX sont aussi marquées par la dissolution des principaux fiefs des barons romains.

33 La commission est nommée le 27 février 1847. Voir N. La Marca, loc. cit., p. 837.

34 Sur ce point, voir : M. Bocci, Il municipio di Roma tra riforma e rivoluzione (1847-1851), Rome, 1995. Sur la famille Armellini et son intervention dans les différentes phases de l’histoire de Rome au xixe siècle, voir : M. Severini, Una famiglia romana nell’Ottocento : gli Armellini, dans Studi romani, 1995, p. 320-330.

35 Sur cette période, voir : P. Allegrezza, L’amministrazione assente. Uffici e burocrazia municipali a Roma da Pio IX alla febbre edilizia (1847-1882), Rome, 2000.

36 Cité par N. La Marca, op. cit., p. 838.

37 Voir M. Bocci, op. cit.

38 Pour une réflexion sur le système censitaire, à partir de l’exemple sicilien, voir : A. Signorelli, Tra ceto e censo. Studi sulle élites urbane nella Sicilia dell’Ottocento, Milan, 1999.

39 N. La Marca, op. cit., p. 838.

40 Pour une comparaison avec l’exemple toscan, autour des interprétations de la loi de 1848, voir : A. Chiavistelli, Spirito municipale e cittadinanza nazionale : la legge elettorale toscana del 1848 alla prova, dans Storia. Amministrazione. Costituzione, 1999, 7, p. 61-90. Pour une comparaison avec les événements vénitiens : E. Cecchinato, La Rivoluzione restaurata. Il 1848-1849 a Venezia fra memoria e oblio, Padoue, 2003.

41 Sur ce point, voir N. La Marca, op. cit., p. 844.

42 Sur la fonction de ville-frontière que revêt cette antique localité et sur les enjeux liés à cette fonction au xixe siècle, voir : T. Aebischer, Il confine pontificio presso Terracina a metà del xix secolo, dans Latium, 16, 1999, p. 93-114. Le rôle de ville frontière que joue Terracina entre le Royaume des Deux Sicile et l’État pontifical est confirmé, après un siècle de litiges, par le Traité du 26 septembre 1840.

43 Pour une comparaison avec Turin, voir : F. De Pieri, Il controllo improbabile... cit.

44 Loc. cit., p. 927.

45 Voir M. Bocci, op. cit.

46 Voir N. La Marca, op. cit., p. 848.

47 Sur ce point, voir N. La Marca, op. cit., p. 851.

48 Ibidem, p. 859.

49 Voir : E. Lodolini, L’esilio in Brasile dei detenuti politici romani, dans Rassegna storica del Risorgimento, avril-juin 1978, p. 131-171 et E. Lodolini, Deportazione negli Stati Uniti d’America di detenuti politici dello Stato Pontificio (1854-1858), dans Rassegna storica del Risorgimento, juillet-septembre 2001, p. 323-354. Pour la période précédente, voir : A. M. Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, 1992.

50 Sur la gestion des villes de province de l’État pontifical, voir : B. Zenobi, Le ben regolate città. Modelli politici nel governo delle periferie pontificie in età moderna, Rome, 1994.

51 Édit du 25 janvier 1851. Voir A. Ventrone, op. cit.

52 Pour une comparaison avec le cas napolitain, voir : G. Montroni, Gli uomoni del re. La nobiltà napoletana nell’Ottocento, Rome, 1996.

53 N. La Marca, op. cit., p. 864. Sur l’évolution des structures de la bienfaisance, voir : R. D’Errico, Una gestione bancaria ottocentesca. La Cassa di Risparmio di Roma dal 1836 al 1890, Naples, 1999. Voir aussi : M. Piccialuti Caprioli, Amministrazione pubblica e istituzioni assistenziali dal 1871 al 1911, dans A. Caracciolo (dir.), Il Lazio, Turin, 1991, p. 367-443.

54 Idem, p. 865-866.

55 Super integratione nobilium. Voir N. La Marca, op. cit., p. 867.

56 E. Bartoloni et M. De Nicolò, op. cit. P. Allegrezza, op. cit., s’inscrit dans la même veine, par sa description d’une « municipalité absente » entre 1847 et 1882, par dessus même le tournant de l’Unité. Pourtant, comme le montrent les dossiers étudiés dans les chapitres qui suivent, ce jugement doit être tempéré : la municipalité, loin d’être absente, a joué un rôle crucial non seulement dans l’évolution de la ville, mais également dans la stabilisation des rapports entre État italien et monde catholique.

57 Sur la loi de 1865, voir R. Romanelli, Il comando impossibile... cit., p. 33 et s.

58 C’est la position du « non-expedit », définie en mars 1871. Comme le souligne Giorgio Candeloro, l’expression vient de la réponse de la Penitenziaria à une question posée par G. Montadini. G. Candeloro, Il movimento cattolico in Italia, Rome, 1953, (IVe éd. 1982), p. 137.

59 Décret du 15 octobre 1870, no 5928. Ce texte prévoit que les nouvelles administrations entrent en fonction le 5 novembre. Le 25 octobre, le décret no 5962 étend le terme au 20 novembre. Sur l’unification administrative du royaume, voir : C. Ghisalberti, La codificazione del diritto in Italia. 1865-1942, Rome-Bari, 1994, p.29 ets. : L’unificazione legislativa e i codici del 1865.

60 Voir : G. Vesperini, I poteri locali, Rome, 1999, p. 13. Sur ce point, voir aussi F. Benvenuti et G. Miglio (dir.), L’unificazione amministrativa ed i suoi protagonisti, Vicence, 1969.

61 Sur la loi municipale, voir aussi : M. De Nicolò, La legislazione comunale e provinciale del Regno d’Italia, dans M. De Nicolò (dir.), op. cit., p. 55-111.

62 Sur ce texte, voir : C. Pavone, L’ordinamento comunale e provinciale piemontese dalle riforme albertine alla legge Rattazzi del 1859, dans N. Raponi (dir.), op. cit., p. 455-474.

63 Loc. cit., p. 63.

64 Voir M. De Nicolò, loc. cit., p. 65.

65 Pour une analyse de l’octroi dans le système municipal français, voir en revanche : W. Cohen, Urban government and the rise of the French city. Five Municipalities in the Nineteenth century, New-York, 1998, p. 43 et s.

66 Sur le système fiscal, voir : G. Marongiu, op. cit., notamment t. 1, p. 77 et s.

67 Loi du 30 décembre 1888.

68 En 1866, Luigi Pianciani propose par exemple au Parlement d’ouvrir le corps électoral municipal aux hommes et aux femmes sachant lire et écrire. La proposition est rejetée par la Droite, attachée au système censitaire en tant que fondement de l’ordre urbain.

69 Pour une analyse du devenir de la noblesse d’Ancien régime dans l’Italie unitaire, voir : G. C. Jocteau, Nobili e nobiltà nell’Italia unita, Rome-Bari, 1997. Voir aussi M. Carboni, L’antico regime dopo l’Unità. Appuniti e osservazioni di un modernista, dans Annali di storia moderna e contemporanea, 8, 2002, p. 697-705 et A. Cardoza, Aristocrats in bourgeois Italy. The Piedmontese nobility (1861-1930), Cambridge, 1997.

70 Voir Martina, loc. cit., p. 1065.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540