Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre I. Rome capitale et le Risorgimento Italien

Texte intégral

  • 1 A. Gramsci, Passato e presente, Turin, 1951. Ici : rééd. 1974, p. 97.

En décembre 1872 au Parlement, Ferrari observait que, « de la même manière que de nombreux aspects de l’Italie s’étaient construits petit à petit, lentement, par une série de quasi, on avait trouvé le moyen de venir à Rome petit à petit ». Il ajoutait : « Je ne voudrais pas que, petit à petit, nos institutions en soient dénaturées et que nous nous retrouvions dans un autre monde : par exemple le Moyen Âge »1.

1La confrontation entre l’Italie modernisée des héritiers de Cavour et la Rome du Pape, qui possède encore à leurs yeux de nombreuses caractéristiques d’Ancien Régime, a constitué un des grands enjeux de la première décennie de l’Italie unitaire. Après la prise de la ville en 1870, l’enjeu perdure dans l’opposition entre les visées de l’État central dans la nouvelle capitale et les préventions de la noblesse locale, qui, la plupart du temps, tient la municipalité. Au grand désespoir de la gauche italienne, les premières années de Rome capitale sont marquées, comme le rappelle Gramsci quelques décennies plus tard, par une grande prudence face à la persistance de l’ancien régime dans la ville éternelle. C’est le sens de la phrase ici mise en exergue : à force d’être timide avec la noblesse municipale, l’État italien risque de sombrer de nouveau en son cœur même dans l’ancien régime.

2Alors que le présent ouvrage se veut dans son ensemble une exploration des conflits entre institutions dans la capitale à partir d’un point de vue thématique et archivistique inédit, le présent chapitre au contraire, ainsi que le suivant, est entendu comme une présentation générale des enjeux institutionnels, politiques et idéologiques relatifs à Rome capitale.

  • 2 A. Caracciolo, op. cit. Sur cet historien, disparu en 2002, voir : S. Anselmi, R. Paci et E. Sori, (...)

3L’histoire de l’idée de Rome capitale depuis le Risorgimento a été écrite, il y a cinquante ans, par Alberto Caracciolo, principal représentant dans l’historiographie italienne de la grande noblesse marxiste d’après-guerre. Son ouvrage, Roma capitale, a ensuite été réédité de nombreuses fois, et constitue encore de nos jours le pilier essentiel de la connaissance de l’histoire politique et urbaine de Rome entre 1870 et le fascisme2.

  • 3 F. Bartoccini, op. cit.
  • 4 Par exemple : M. De Nicolò (dir.), op. cit.

4L’historiographie romaine, pour la fin du xixe siècle, a longtemps, hors des travaux de Caracciolo, été laissée aux architectes, qui ont étudié, d’une manière parfois presque compulsive, à force de redondances, les plans régulateurs de la capitale. Avec Caracciolo, seule Fiorella Bartoccini est parvenue à marquer durablement l’historiographie politique de la municipalité romaine3. Depuis quelques années cependant, le domaine connaît un vif regain d’activité, et un profond renouvellement dans ses thématiques, avec notamment les travaux de Marco De Nicolò4. Les deux chapitres qui suivent, autour de l’évolution de l’idée de Rome capitale, puis de l’histoire politique de la municipalité romaine après 1870, tentent de s’en faire l’écho.

L’idée de Rome capitale dans le Risorgimento

  • 5 Pour une histoire générale de la période, voir, par exemple, G. Candeloro, Storia dell’Italia mode (...)
  • 6 Sur le rôle de la monarchie dans la construction nationale italienne, voir le bilan historiographi (...)
  • 7 Sur la place du Piémont dans le processus unitaire, voir : R. P. Coppini, Il Piemonte sabaudo e l’ (...)
  • 8 Sur la décadence du pouvoir temporel et la lacune de Rome à cristalliser les aspirations néoguelfe (...)

5L’idée que la construction nationale italienne ne sera achevée que lorsque Rome sera intégrée à la Nation irrigue tout le Risorgimento5. Avant 1859-1860, lorsque deux options pouvaient sembler propices à la marche vers l’Unité, Rome était, quel que soit le choix, au cœur des rêves politiques : soit point d’ancrage de la nouvelle nation, sous la conduite du souverain pontife pour les néo-guelfes, soit horizon de conquête pour la monarchie savoyarde6. Rome et la Papauté ont ainsi pu apparaître, lors de chaque phase du processus de Risorgimento, comme un recours dans la marche vers l’Unité politique de l’Italie. La tendance néo-guelfe, illustrée par un penseur comme Gioberti, connaît cependant vite ses limites, tant dans l’impossibilité pour un État pontifical en retard par rapport aux autres États de la péninsule de prendre la tête d’un quelconque mouvement national, que dans les volontés piémontaise et garibaldienne, souvent pourtant divergentes sur d’autres points, de ne pas laisser l’Église et le Pape confisquer l’élan national7. Rome, de toute façon, entre la fin du xviiie et la première moitié du xixe siècle n’apparaît aucunement comme un centre d’attraction idéologique ou politique, et encore moins économique ou intellectuel. C’est l’idée de Rome qui est au centre de l’idéologie du Risorgimento, et non la ville elle-même pour son dynamisme8.

  • 9 Voir : A. Giovagnoli, Il neoguelfismo, dans G. De Rosa, T. Gregory et A. Vauchez (dir.), Storia de (...)
  • 10 Voir G. De Rosa, La crisi del neoguelfismo e la questione romana, dans Studi romani, 1970, p. 285- (...)
  • 11 Sur le néoguelfisme, voir aussi : G. De Rosa, Il movimento cattolico in Italia dalla Restaurazione (...)

6Vincenzo Gioberti, prêtre piémontais né en 1801, incarne la tendance néo-guelfe, puissant courant idéologique qui a marqué une part importante du premier xixe siècle italien9. Après une jeunesse sous l’influence politique de Mazzini, il développe, à partir de la fin des années 1830, une rhétorique fondée sur l’opposition à la soumission à la France comme figure tutélaire sur le chemin de l’Unité, et sur la promotion de l’idée d’une fédération d’États italiens sous l’égide du Pape. À la fin des années 1840, après la publication en 1843 de l’opuscule Del primato morale e civile degli Italiani, Gioberti est à l’apogée de son influence. Mais la modernisation politique avortée de l’État pontifical, qui imprègne cruellement les esprits à partir du tournant réactionnaire de Pie IX, constitue à lui seul un obstacle insurmontable à la mise en application du programme politique giobertien. Vincenzo Gioberti meurt en 1852, et avec lui l’essentiel des idéaux néo-guelfes. Dès 1848, et le discours de Pie IX du 29 avril, la tendance néoguelfe était de toute façon condamnée : dans ce discours, le souverain pontife fait en effet connaître qu’il n’est nullement destiné à prendre la tête de l’union des peuples d’Italie10. L’obstacle insurmontable, et définitif, pour le néoguelfisme est à ce moment l’impossibilité pour le Pape de mener une guerre contre l’Autriche-Hongrie, puissance occupant une part considérable du nord de la péninsule11.

  • 12 Cité par G. Monsagrati, loc. cit., p. 1012.
  • 13 Sur la postérité du nom de Mazzini dans l’histoire de l’Italie contemporaine, voir : M. Ridolfi, M (...)

7Le Génois Giuseppe Mazzini, né en 1806, incarne quant à lui une génération d’hommes du Risorgimento pour qui en l’idée de Rome capitale se confondent et s’unissent l’ensemble des idéaux d’une Italie unifiée et moralement revivifiée. Carbonaro dans les années 1830, Mazzini a souvent connu l’exil à la suite de vains soulèvements dont la narration rythme depuis les livres d’histoire nationale. Il affirme, à partir de 1848, la nécessité pour la nouvelle Italie de s’incarner en une troisième Rome, qui vienne à la fois faire la somme de la première Rome, l’Antique, et de la seconde, la ville chrétienne, tout en devenant le cœur d’une nation européenne moderne et démocratique. Pour Mazzini, en 1853, « de Rome, du Capitole et du Vatican s’enracine dans le passé l’histoire de l’unification humaine »12. La Rome rêvée de Mazzini est ainsi le temple d’une nouvelle humanité13. Le Risorgimento est profondément marqué par ces idées. Mais dans la construction nationale italienne, elles restent jusqu’à la deuxième moitié des années 1870, et l’arrivée de la gauche au pouvoir, dans une position de constante opposition, et souvent même de subversion, fréquemment réprimée. Mazzini meurt en 1872, et si nombre de ses disciples s’intègrent ensuite dans les rangs de la gauche et du socialisme naissant, le personnage est resté jusqu’à la fin un proscrit.

  • 14 Sur les phases de la construction étatique piémontaise, voir : C. Ghisalberti, Storia costituziona (...)
  • 15 Pour une biographie de Victor Emmanuel, voir : D. Mack-Smith, Vittorio Emanuele II, Rome-Bari, 198 (...)

8C’est en revanche Garibaldi, par sa stratégie de renoncement à l’idéal républicain au profit d’une alliance avec une monarchie piémontaise seule susceptible d’apporter l’unité nationale, qui a le plus marqué les événements d’un Risorgimento en marche vers la construction d’un État unique autour du Royaume de Piémont Sardaigne et de la monarchie savoyarde14. Garibadli apparaît ainsi, à chaque phase de l’avancée vers Rome capitale, comme le héraut de la nation italienne, outrepassant sans cesse la rationalité diplomatique et politique, et permettant ainsi à Cavour et Victor-Emmanuel II d’apparaître modérés dans leur consolidation sous l’égide de la croix de Savoie d’acquis garibaldiens qui sinon faisaient peur par leurs connotations révolutionnaires et démocratiques15. Ce sont ainsi Victor-Emmanuel et Cavour qui ont mené la construction nationale italienne, et les avancées successives vers Rome. Après les événements d’octobre 1860, qui portèrent à l’intégration au nouveau Royaume d’Italie du Royaume déchu des Deux Siciles, ainsi que des Marches et de l’Ombrie, la question de Rome et de Venise se pose à Cavour. Quelques jours auparavant, il avait déclaré à la Chambre :

  • 16 Discours à la Chambre le 11 Octobre 1860. Extrait choisi par P. Alatri, dans Cavour, Stato e Chies (...)

Notre étoile, Messieurs, je vous le déclare ouvertement, est de faire en sorte que la ville éternelle, sur laquelle vingt-cinq siècles ont accumulé des gloires en tout genre, devienne la splendide capitale du Royaume italique. Mais cette réponse ne suffira peut-être pas au collègue député qui m’a posé la question, et me demandait quels moyens nous aurons à disposition pour atteindre ce but. Je pourrais dire : je ne répondrai que lorsque vous m’aurez dit dans quelles conditions seront l’Italie et l’Europe dans six mois ; mais si vous ne me fournissez pas ces données, ces termes du problème, je crains que ni moi ni aucun des mathématiciens de la diplomatie ne saura résoudre l’équation que vous m’avez soumise. [...] J’ai déjà affirmé, et je vous le répète, que le problème de Rome ne saurait être résolu par la seule épée. L’épée est nécessaire. Elle l’a été et le sera encore pour empêcher que des éléments hétérogènes ne viennent se fragmenter dans la solution à ce problème. Mais, Messieurs, la question de Rome ne doit pas être résolue par la seule épée ; les forces morales doivent concourir aussi à la solution. Et quelles sont ces forces morales sur lesquelles nous devrons compter ? J’empiète ici sur le domaine de la philosophie et de l’histoire, mais, puisque vous m’avez attiré sur ce terrain, je dirai mon opinion.
Je crois que la solution à la question romaine doit être le produit de la conviction, qui va se diffuser de plus en plus dans la société moderne, et aussi dans la grande société catholique, que la liberté est hautement favorable au développement du vrai sentiment religieux. Je suis persuadé que cette vérité triomphera d’ici peu. [...] Nous n’avons aucun doute sur le fait que la grande majorité des Catholiques éclairés et sincères reconnaîtra que l’auguste pontife qui est à la tête de notre religion peut exercer d’une manière plus libre et beaucoup plus indépendante son sublime office protégé par l’amour de vingt-deux millions d’Italiens que défendu par vingt-cinq mille baïonnettes16.

9Le choix de Cavour, dès cet instant, est de tenter d’ouvrir des négociations avec le Saint-Siège et la France sur le sort de Rome. Napoléon III souhaite à ce moment que l’Italie et Rome s’entendent, afin de pouvoir retirer le corps expéditionnaire français qui protège la Ville éternelle sans risquer sa réputation auprès de l’opinion catholique française. À Rome cependant, le cardinal secrétaire d’État Antonelli est d’avis de refuser toute conciliation avec l’État italien, de même que Pie IX. À Rome toujours, Cavour demande à deux hommes de confiance, Diomède Pantaleoni et Carlo Passaglia, prêtre et professeur de philosophie, de proposer à Pie IX une ouverture. Tout au long de l’hiver 1860-1861 est secrètement préparé un projet de convention entre l’Église et l’État italien. Mais, au début du mois de mars 1861, il apparaît clair à chacun que la tentative est destinée à échouer face autant à la réticence de Napoléon III à irriter l’opinion catholique, qu’à l’intransigeance d’Antonelli et à certaines maladresses de Cavour. Dans ce contexte, à la fin du mois de mars 1861, le Premier ministre aborde de nouveau à la Chambre la question de Rome capitale. Il veut redire clairement et publiquement sa position, au moment où les négociations ont d’ores et déjà échoué.

  • 17 Discours du 25 mars 1861, extrait choisi par Paolo Alatri, op. cit., p. 128 et s.

La question de Rome n’est pas d’une importance vitale seulement pour l’Italie, mais c’est une question dont l’influence s’étend à 200 millions de Catholiques, sur toute la surface du globe ; c’est une question dont la solution ne peut être seulement d’ordre politique, mais aussi moral et religieux. [...] Ce prélude, Messieurs, je ne l’ai pas fait pour me masquer et chercher de fuir à une discussion à part entière, ou à l’éviter par des subterfuges diplomatiques et des artifices oratoires. Quand la question romaine était encore lointaine, quand la solution concernait une époque indéterminée, il aurait été de sage conseil de demander au ministre des Affaires étrangères de s’en tenir à une prudente réserve, et de se contenter de lui indiquer l’étoile polaire devant guider sa conduite, tout en évitant toute explication plus précise. Mais maintenant, Messieurs, que cette question a été débattue par les Parlements des peuples libres, qu’elle est devenue l’argument principal des débats dans tous les pays civilisés, il ne s’agirait plus de prudence, mais de pusillanimité17.

10Cavour se montre à la fois ferme et prudent : dans un moment délicat de la vie politique de la jeune nation, il est important pour lui tout autant de rassurer l’opinion catholique que de paraître à la pointe du combat pour la construction nationale, afin de ne pas créer l’espace d’une trop grande marge de manœuvre aux menées garibaldiennes. Il poursuit :

  • 18 Audinot, le député qui pose la question de Rome capitale à Cavour, a participé à la République rom (...)
  • 19 Alatri-Cavour, idem.

Le Député Audinot18 vous l’a dit sans réserve : Rome doit être la Capitale de l’Italie. Et il avait raison de vous le dire ; il ne peut y avoir de solution à la question romaine sans que cette vérité ne soit proclamée et acceptée par l’opinion publique en Italie et en Europe. Si on pouvait concevoir l’Italie unifiée de manière stable sans que Rome n’en soit la capitale, alors la question romaine n’aurait pas de solution. Pourquoi avons-nous le droit, et même le devoir, de demander, et d’insister, à ce que Rome soit unie à l’Italie ? Parce que sans Rome capitale elle ne peut être constituée. [...] L’Italie a encore beaucoup à faire pour se constituer de manière définitive, pour dissoudre tous les problèmes que son unification suscite, pour abattre tous les obstacles que d’antiques institutions et des traditions séculaires opposent à cette grande entreprise. Il est besoin désormais, Messieurs, pour que cette œuvre puisse s’accomplir, qu’il n’y ait plus de causes de luttes et de dissensions. Tant que la question de la capitale ne sera pas définie, il y aura toujours un motif de désaccords et de discordes entre les différentes parties de l’Italie19.

11Rome capitale, dans la pensée de Cavour, fait donc partie intégrante du processus d’unification du Royaume. Mais l’important à ce moment est plus de l’affirmer que de le traduire par des actions diplomatiques ou des hauts faits militaires. La stratégie cavourienne est de parvenir à différer la solution du problème en ne faisant rien, mais en plaçant au centre du débat politique une forte rhétorique aux accents nationaux. Cavour évoque ensuite l’argument de l’histoire :

  • 20 Idem.

La question de la capitale ne se réduit pas, Messieurs, à des questions de climat ou de topographie, ni à des questions stratégiques. Si ces raisons avaient dû influer sur le choix de la capitale, Londres ne serait certainement pas la capitale de la Grande-Bretagne, et peut-être même pas Paris de la France. Le choix de la capitale est déterminé par de grandes raisons morales. C’est le sentiment des peuples qui décide. [...] Rome est la seule ville d’Italie qui n’ait pas de mémoire exclusivement municipale. Toute l’histoire de Rome, du temps des Césars à aujourd’hui, est l’histoire d’une ville dont l’importance s’étend infiniment au-delà de son territoire, d’une ville, donc, destinée à être la capitale d’un grand État. Convaincu, profondément convaincu de cette vérité, je me crois dans l’obligation de la proclamer de la manière la plus solennelle devant vous, devant la Nation, et je fais appel dans cette circonstance au patriotisme de tous les citoyens d’Italie et des représentants les plus illustres de ses villes, afin que cesse toute discussion à ce propos, pour que nous puissions déclarer à l’Europe, pour que celui qui a l’honneur de représenter ce pays devant les puissances puisse dire : la nécessité d’avoir Rome comme capitale est reconnue et proclamée par la Nation entière20.

12Cavour, dans le même discours, fait aussi preuve d’humour par rapport à ses attaches piémontaises :

Oui Messieurs, bien qu’il m’en coûte d’aller à Rome, moi qui ai peu d’inclinaison artistique et qui suis persuadé qu’au milieu des plus splendides monuments de la Rome antique et de la Rome moderne les sévères et peu poétiques voies de ma terre natale me manqueront, je vous affirme malgré tout cette vérité avec confiance.

13Rome capitale devient de la sorte à partir de 1861 une des pierres d’angles de la construction du nouvel État. La question est également abordée ce jour-là dans ses dimensions diplomatiques :

  • 21 Idem, p. 132.

Nous devons aller à Rome, mais à deux conditions : nous devons y aller de concert avec la France et sans que la réunion de cette ville au reste de l’Italie ne puisse être interprétée par la grande masse des Catholiques d’Italie et d’ailleurs comme le signal de l’asservissement de l’Église. Nous devons donc aller à Rome sans que soit menacée l’indépendance du pontife et sans que l’autorité civile n’étende son pouvoir à l’ordre spirituel. Voici les deux conditions qui doivent être réunies pour que nous puissions aller à Rome sans mettre en danger le sort de l’Italie. [...] Ce serait une folie que d’aller à Rome malgré l’opposition de la France21.

  • 22 Idem, p. 134. Dès ses années de formation, Cavour avait été proche du réformisme démocratique cath (...)

14Cavour insiste ensuite sur la nécessité de ne pas trahir la France, qui a tant aidé l’Italie à se construire en 1859, et pour laquelle la question romaine était une condition. L’homme d’État piémontais voit donc dans la résolution de la seconde condition la clé de la question romaine : ce n’est que lorsque les Catholiques et la France ne craindront plus pour l’indépendance de l’Église, et donc que l’Italie aura su les convaincre, que Rome pourra être réunie au Royaume : « Si nous parvenons à résoudre la seconde condition, la première ne posera plus de problème »22.

  • 23 Alatri-Cavour, op. cit., p. 148.
  • 24 Idem, p. 161.

15En mars 1861 toujours, dans un nouveau discours sur Rome capitale, à Turin, devant la Chambre, Cavour donne son assentiment à la proclamation Boncompagni pour que « Rome, capitale acclamée par l’opinion nationale, soit unie à l’Italie »23. Le même jour, il redit haut et fort le principe qu’il considère essentiel pour arriver à ce but : « Libera Chiesa in libero Stato »24. La motion Rome capitale est, ce jour-là, votée à la quasi-unanimité. Rome capitale est une loi fondatrice de l’Italie unifiée.

  • 25 Sur ce point : A. Ghisalberti, loc. cit.
  • 26 Idem.
  • 27 Voir E. Passerin d’Entrèves, loc. cit. Ce même auteur renvoie aussi à une autre de ses études : Ap (...)

16À cette même époque, Cavour négocie avec Paris une solution provisoire, qui annonce celle de septembre 1864. Turin s’engagerait à ne pas attaquer Rome, et à la protéger contre tout débordement patriotique, et Paris évacuerait ses troupes de la ville pontificale25. Mais la mort de l’homme d’État piémontais dès la fin du printemps 1861 interrompt ces tractations. Ghisalberti assure que lors des discussions, on aurait évoqué la possibilité d’envoyer une garnison italienne pour protéger Rome des patriotes italiens. L’historien évoque aussi l’idée de Victor-Emmanuel de négocier avec le Pape pour ne laisser à ce dernier « qu’un petit bout de la ville »26. Mais en 1861 rien ne se fait27.

  • 28 Voir : G. Candeloro, op. cit., vol. V, p. 158.

17Cavour, en somme, au cours des derniers mois de sa vie, s’emploie à nourrir la rhétorique désormais habituelle à son gouvernement : magnifier les idéaux du patriotisme national, en faisant en sorte de ne pas les laisser dans les seules mains des républicains, tout en évitant de lancer le jeune État dans une politique trop risquée face à Rome et à la France. Sa mort, et l’arrivée au pouvoir du baron Ricasoli, provoque un moment d’interrogation quant au traitement de la question romaine. Les principaux ministres de Cavour, Minghetti, Bastogi, Peruzzi et De Sanctis sont reconduits, mais l’arrivée de Ricasoli, qui prend aussi les Affaires étrangères, laisse la France, protectrice du Pape, dans l’expectative. Le retrait des troupes françaises de Rome, un temps envisagé, est renvoyé par Napoléon III. Dans un geste d’apaisement, ce dernier reconnaît cependant le Royaume d’Italie. Ricasoli, par l’intermédiaire de son ambassadeur extraordinaire Arese, propose à Paris, et au ministre des Affaires étrangères Thouvenel, de rouvrir les négociations sur la question romaine. La situation se tend cependant lorsque Napoléon III s’irrite d’un discours de Ricasoli hostile aux visées françaises sur la Sardaigne28. L’Empereur fait alors savoir à Victor-Emmanuel, par le biais du général Fleury, que la France empêcherait toute action contre Rome et y laisserait des troupes tant que le Royaume ne serait pas réconcilié avec Pie IX et qu’il ne se serait pas engagé à ne rien tenter contre l’État pontifical.

18Ricasoli bénéficie cependant du soutien de l’Angleterre, soucieuse de ne pas laisser l’Italie dans la dépendance de la France. Les tractations reprennent donc, y compris avec la France, à l’été 1861. Mais le successeur de Cavour fait preuve de maladresse avec Thouvenel en faisant part de sa volonté de voir s’affirmer à Rome un catholicisme renouvelé par les exigences du temps et ouvert aux changements de la société. Les négociations s’enlisent à l’automne 1861.

  • 29 A. Ghisalberti, loc. cit.
  • 30 Cité par A. Ghisalberti, idem.

19C’est du côté garibaldien que la flamme est reprise, comme à chaque fois que l’avancée du processus unitaire est délaissée par le gouvernement de Turin et par la monarchie. Dans un article, pourtant consacré à Cavour, Alberto Ghisalberti évoque deux moments importants du rapport de Garibaldi à la ville éternelle29. Le premier concerne l’année 1825. L’épisode a ensuite été mythifié à souhait par le héros des deux mondes, mais il semble bien que celle année-là ait eu lieu la première visite du jeune matelot Garibaldi, moment fondateur de son amour pour la ville. Le second concerne un moment mieux documenté, lors des batailles de 1849 sur le Janicule, où les républicains romains tentaient en vain, en chantant la Marseillaise, de résister à l’assaut de troupes françaises dont ils ne pouvaient comprendre la trahison des idéaux révolutionnaires et républicains. Dans une lettre à sa femme Anita, Garibaldi écrit : « Une heure de notre vie à Rome vaut un siècle »30. En 1861-1862, le Niçois relance le combat vers Rome capitale.

Aspromonte 1862

  • 31 Loc.. cit., p. 185.

20L’agitation politique garibaldienne de l’année 1862 commence en mars, lorsque le déjà grand homme est rappelé de Caprera par Crispi afin de participer à Gênes à une réunion en vue de la constitution d’une grande association démocratique unitaire. Avant de gagner le port ligure, Garibaldi rencontre à Turin le Roi et le Premier ministre Rattazzi, qui venait de former un nouveau gouvernement. La réunion de Gênes se conclut avec la mise en place de l’Associazione Emancipatrice Italiana. Garibaldi en est le président. Comme le rappelle Candeloro, cette structure, destinée à fédérer les associations démocratiques de tout le pays, a dans ses statuts le mot d’ordre de Rome capitale31.

21Ce moment de rapprochement entre mazziniens et garibaldiens autour de l’acceptation de la monarchie, de la lutte pour le suffrage universel et l’achèvement du processus unitaire, est aussi l’occasion d’une relance de la mobilisation en vue de Rome capitale. Le gouvernement Rattazzi, composé des diverses tendances de la droite et de deux représentants de la gauche modérée (Depretis et Mancini) préfèrerait cependant lancer Garibaldi sur Venise et le Trentin que sur Rome. L’Autriche fait moins peur que la France. En mars 1862, Rattazzi procède cependant à un remaniement ministériel, renforçant l’influence de la droite piémontaise. De nombreuses puissances s’étaient inquiétées des visées contre l’Autriche. Le général Giacomo Durando, nouveau ministre des Affaires étrangères, est par ailleurs hostile à toute action violente contre Rome.

  • 32 Voir G. Candeloro, op. cit., p. 190.
  • 33 Voir R. Romanelli, L’Italia liberale, Bologne, 1979, p. 98.

22En mai 1862, Garibaldi, avec une armée de volontaires, marche sur la frontière avec l’Autriche, pour libérer le Trentin. Mazzini lui conseillait depuis longtemps de préférer cette option. Mais l’armée italienne l’empêche d’attaquer et arrête nombre de ses volontaires à Sarnico. La perspective, rêvée par Mazzini, d’une révolution européenne provoquée par l’effondrement de l’Empire Austro-Hongrois s’évanouit32. Le héros des deux mondes part alors pour la Sicile33. L’Angleterre de Palmerston voit d’un bon œil la perspective de la fin du pouvoir temporel du Pape. Au même moment, la France feint de proposer une solution à la question romaine, en des termes acceptables par aucune des parties. Garibaldi débarque le 28 mai à Palerme. En Sicile, il rassemble de nouveaux volontaires. Lors d’une réunion à Marsala le 19 juillet, est lancé dans la foule le plus ou moins mythique cri de « O Roma o morte », qui devient rapidement le cri de ralliement des garibaldiens. Il semble qu’en fait Rattazzi veuille à ce moment adopter une position similaire à celle de Cavour en 1860 : laisser les garibaldiens se lancer, et décider ensuite, en fonction des réactions de la France, s’il est plus opportun de les arrêter ou de les rejoindre. À Turin, le Roi publie une déclaration dans laquelle il met en garde les Italiens contre l’impatience. Napoléon III fait savoir qu’il défendra Rome. Garibaldi débarque en août en Calabre, décidé à marcher sur la ville. Le prétexte est une expédition en Grèce, appuyée par le Roi. L’idée pour les Garibaldiens est de faire semblant de préparer une expédition de soutien aux patriotes Grecs. Le degré de connivence avec Victor-Emmanuel et le gouvernement est encore sujet à des interprétations contradictoires. C’est sans doute la peur d’un mouvement plus vaste de révolution, dans le sillage de Garibaldi, qui convainc Rattazzi et le Roi d’empêcher la réussite de l’expédition. L’association Emancipatrice est dissoute, l’état d’urgence est décrété dans le Sud du pays. Le général La Marmora est chargé de maintenir l’ordre. Le 29 août, Garibaldi est fait prisonnier par l’armée régulière italienne à Aspromonte. Les combats font 12 morts, et le Grand homme lui-même est blessé. Emprisonné près de La Spezia, il est ensuite amnistié le 5 octobre. Le 29 novembre Rattazzi démissionne.

  • 34 Réédité dans G. Mazzini, Scritti politici (a cura di Francesco Della Peruta), Turin, 1976, t. 3, p (...)
  • 35 G. Mazzini, op. cit., p. 512.

23L’épisode de 1862 rouvre la question de Rome capitale, que le gouvernement d’Urbano Rattazzi a été contraint d’affronter. Pour les libéraux au pouvoir, la situation est délicate. Depuis qu’ils avaient fait leur la revendication de Rome comme capitale du Royaume, jusque-là cri de ralliement des démocrates et républicains, ils savaient devoir un jour résoudre une équation compliquée. Entre laisser faire un Garibaldi incontrôlable, pour ensuite avaliser le fait accompli, temporiser ou négocier, les solutions étaient peu nombreuses, tant que la France mettait son veto à toute action contre la Papauté. Avec les ministères Farini puis Minghetti, c’est la voie de la négociation avec la France qui est choisie. Après Aspromonte, en septembre 1862, Giuseppe Mazzini publie à Lugano un opuscule intitulé Agli Italiani34. Il y écrit : « La balle du mousquet qui a blessé Giuseppe Garibaldi a lacéré ce qui restait du pacte qui avait été passé, il y a maintenant deux ans, entre nous les républicains et la monarchie »35.

24Il décide alors de rompre avec la ligne qu’il avait encore rappelée en mai 1862, celle de la priorité des luttes nationales sur le mode de gouvernement idéal de la nation.

  • 36 Idem.

En mon nom, et au nom de mes amis, j’annule aujourd’hui cette ligne de conduite, qui constituait un dernier avertissement au gouvernement, et je déclare caduque toute tentative d’accord, mort tout espoir de concessions ou d’actions véritablement italiennes de la part d’une institution qui ne vit que par l’étranger, est impuissante à guider, et ne sait que réprimer brutalement, de manière tyrannique, les aspirations les plus saintes et les plus légitimes d’un peuple qui ne demande que ce qui lui appartient. La monarchie ne peut, ni ne veut faire la nation36.

25À partir de ce moment, Mazzini se détache de la ligne garibaldienne d’union ambiguë avec le gouvernement de Turin, dans laquelle le général fait ce que n’ose pas faire le gouvernement, le place devant le fait accompli parfois, mais souvent se heurte aux réticences de Turin à bousculer l’ordre établi et à prendre des risques au nom de la construction nationale. Pour Mazzini, à partir d’Aspromonte, toute illusion sur la capacité unificatrice de la monarchie piémontaise pour la nation est envolée. De la sorte il s’isole considérablement, et finalement laisse à Garibaldi le premier plan dans ce qui continuera pourtant de constituer le cœur du processus national. Pour Mazzini, à partir d’Aspromonte, la priorité, avant le territoire national, c’est le régime politique. Pour lui, l’Italie se fera par la République avant de se faire par Rome. Rome capitale reste l’objectif, mais dans un second temps, après le renversement du régime monarchique et son remplacement par une république démocratique.

  • 37 G. Mazzini, op. cit., p. 513, 516 et 519.

Nous nous séparons aujourd’hui et pour toujours d’une monarchie qui combat à Sarnico pour l’Autriche et à Aspromonte pour le Pape [...] Non, la monarchie ne peut pas faire l’Italie. Et même si, poussée par nos sacrifices d’un côté et l’ambition de la grande couronne de l’autre elle pouvait un jour en conquérir toutes les terres, nous aurions la forme, mais point l’âme de l’Italie, rêve de notre vie, but de notre action. [...] Italiens, de la monarchie qui vous gouverne et sert les inspirations de Bonaparte, vous n’obtiendrez ni Venise, ni Rome37.

  • 38 Idem, p. 520.

26Le mot d’ordre mazzinien devient alors « Fare l’Italia »38, la vraie Italie, celle de la nation républicaine et populaire, et ensuite affronter l’Autriche pour Venise et Napoléon III pour Rome. Mazzini est en 1862 marginalisé, mais son jugement reste alerte. Le principal obstacle à la conquête de Rome reste bien le veto français.

Florence capitale

  • 39 Sur ces deux points : R. Mori, La questione romana dalla formazione del Regno d’Italia al 1870, da (...)
  • 40 P. Roselli, Nascita di una capitale : Firenze, settembre 1864/giugno 1865, dans Storia e Restauro, (...)
  • 41 Voir sur ce point : E. Spilotros, loc. cit., p. 113.

27En 1862 Manna, dans un opuscule, affirme la nécessité de ne pas laisser la capitale à Turin, sous hégémonie piémontaise. Le député Peruzzi fait de même au Parlement39. Mais le déplacement de la capitale à Florence répond en 1864 à une autre priorité : la demande de la France impériale de voir l’Italie renoncer à Rome. Il faut attendre ainsi cette année pour que la question romaine connaisse une nouvelle inflexion. La décision de transférer la capitale de Turin à Florence est prise à la suite d’intenses pressions de la part du gouvernement impérial français40. Une convention est signée le 15 septembre, par laquelle l’Italie, héritière d’une manière trop directe pour les Français de la puissance piémontaise, acceptait de placer sa capitale hors du Piémont, et acceptait aussi de renoncer pour un temps à la conquête de Rome, ville que défendait toujours une garnison française. Les Français s’engagent à évacuer peu à peu la Ville éternelle. L’option florentine constituait, de la part de l’Italie, une concession importante. Pour l’ensemble des patriotes, le but était bien toujours Rome capitale, et céder à ceux qui, en France ou en Italie, prônaient l’abandon des prétentions sur Rome était risqué. Car Florence, comme capitale, répondait d’une certaine manière aux vœux de penseurs comme Massimo D’Azeglio, qui, dès 1861, avait désigné la ville toscane comme meilleure capitale pour le royaume, tant par son positionnement géographique et son histoire, que par le fait qu’on s’affranchissait de la sorte de l’opposition de la Curie à la construction du nouvel État unitaire41. En 1864, le contexte est différent. Le risque est grand cependant de voir devenir définitive une décision présentée comme provisoire, mais sanctionnée par une convention internationale.

  • 42 Sur ce point : U. Levra, Dalla città « decapitalizzata » alla città del Novecento, dans U. Levra ( (...)
  • 43 Idem.
  • 44 U. Levra, idem.
  • 45 Idem. Pour une histoire politique et culturelle de la ville de Turin après l’Unité, voir : V. Cast (...)

28Pour Turin, la perte du statut de capitale est un coup dur. Le 22 septembre 1864, une importante manifestation populaire est réunie devant la questura. À cette occasion, les jeunes élèves carabiniers et l’infanterie qui gardent le bâtiment avaient reçu des consignes d’extrême fermeté de la part du gouvernement. Ils tirent sur la foule, faisant 52 morts. La répression de cette manifestation en fait un des événements les plus tragiques, pour ce qui est des émeutes urbaines, de la jeune histoire du pays unifié. La foule, pourtant, ne faisait que protester contre la perte du statut de capitale, et surtout contre l’abandon de l’idée de Rome capitale. Aux cris de « Viva il Re » et de « Viva Roma capitale », les manifestants ne semblaient pas mettre en danger les institutions42. Umberto Levra raconte dans des pages poignantes la fin du cordonnier Candido Pavesio, tué ce jour-là par l’Armée43. Pour l’historien turinois, la convention de septembre 1864, par laquelle l’Italie s’engage devant la France à déplacer sa capitale à Florence, s’inscrit aussi dans la politique anti-piémontaise des héritiers de Cavour, avec en tête Minghetti, Bolognais et Président du conseil, Ubaldino Peruzzi, Florentin et ministre de l’Intérieur et Silvio Spaventa, Napolitain et secrétaire général du ministère de l’Intérieur. La convention a été négociée avec la France par Minghetti, Peruzzi et Visconti-Venosta. Le Parlement n’en était pas informé. En rupture avec l’attitude attentiste adoptée depuis l’échec tragique de l’épopée garibaldienne à Aspromonte en 1862 vis-à-vis de la question de Rome capitale, le gouvernement décide à ce moment de céder aux exigences de la France. « En apparence la convention suivait la ligne cavourienne selon laquelle la question romaine devait être résolue en accord avec la France et, si possible, avec le Pape. [...] Mais en réalité les successeurs du comte n’avaient pas son génial réalisme politique et agissaient dans l’improvisation » estime encore Levra44. Les événements du 22 septembre 1864 à Turin poussent cependant le gouvernement Minghetti à la démission. Mais La Marmora, dans un premier temps, ne suivra pas une ligne très différente sur ce point. 1864 marque ainsi pour Turin un point de rupture et « interrompt définitivement un lien pluriséculaire, et même une symbiose, entre la ville, la dynastie régnante et l’État, cas unique parmi toutes les capitales d’États pré-unitaires par sa continuité et son ampleur. De la sorte « l’identité même de Turin était brisée, ainsi que celle de sa classe dirigeante » écrit Levra45.

  • 46 P. Roselli, loc. cit., p. 25.
  • 47 La Commission de conservation des objets d’art et des monuments historiques en vient même à présen (...)
  • 48 Cité par C. Cresti, Firenze, capitale mancata. Architettura e città dal piano Poggi a oggi, Milano (...)
  • 49 Sur ce point : F. Ventura, Le trasformazioni urbanistiche della Firenze preunitaria, dans F. Petru (...)
  • 50 Sur le plan Poggi et Florence en 1865, voir : F. Borsi, La Firenze del Poggi, dans F. Petrucci (di (...)
  • 51 Pour une histoire urbaine de Florence, voir aussi : S. Fei, G. Gobbi Sica et P. Sica, Firenze. Pro (...)

29Rapidement le colonel Castellazzi et le comte Ceppi sont envoyés à Florence par le ministre des Finances, Quintino Sella, afin d’évaluer l’étendue des dépenses à prévoir pour le transfert et l’aménagement de la capitale. En octobre, 7 millions de lires sont attribuées à cette entreprise, et une première liste de bâtiments alloués aux divers ministères est rendue publique46. Le ministre des Travaux publics Jacini nomme alors une commission, dans laquelle le Génie civil domine par les figures des ingénieurs Agostino della Rocca, Francesco Mazzei et Carlo Falconieri. Lors d’une visite à Florence, Jacini décide que le meilleur lieu pour établir, au moins provisoirement, la Chambre des Députés est le Salone dei Cinquecento. Bien que les travaux d’aménagement des divers ministères dans les palais et couvents florentins soient le mois suivant interrompus par une crue de l’Arno, funeste prémonition des événements romains de 1870, les transformations sont rapides à l’hiver 1864-1865. L’opinion publique florentine a beau s’alarmer des risques de dommages au patrimoine artistique, rien n’arrête les travaux47. La plupart des administrations centrales de l’État italien commencent leurs activités à Florence dès le printemps 1865. Dès la fin de l’année 1864, la municipalité florentine, qui dans un premier temps avait nommé, en novembre, une commission pour l’étude des transformations urbaines à effectuer, avait déjà chargé l’architecte Giuseppe Poggi de rédiger un plan d’extension de la ville susceptible, selon les mots de Giulio Carobbi, le gonfaloniere, « d’apporter une solution aux nouvelles conditions dans lesquelles la ville est placée et de construire l’anneau devant unir la vieille ville à la nouvelle »48. Florence, nouvelle capitale, entend poursuivre et amplifier le mouvement d’extension urbaine qu’elle avait amorcé au cours des décennies précédentes49. Avec le plan Poggi, la ville présente un projet ambitieux d’extension et de modernisation du tissu urbain50. Il est à noter que ce n’est pas l’architecte en chef des services techniques municipaux, Luigi Del Sarto, qui est chargé de la rédaction du plan municipal. Poggi, comme le souligne Cresti, avait la qualité principale d’avoir travaillé pour les grandes familles de propriétaires notables de la ville et d’être leur architecte de confiance. En le choisissant, la commission municipale était assurée de ne pas voir remis en question les intérêts fonciers de ce groupe social. La ville dessinée par Poggi est profondément transformée, autour de trois idées principales : la création des viali le long, et surtout à la place des fortifications, l’urbanisation des quartiers hors les murs sur la rive gauche de l’Arno et la création du viale dei colli sur la rive droite, en montant vers le Poggio imperiale51.

  • 52 Voir : S. Fei, Firenze 1881-1898 : la grande operazione urbanistica, Rome, 1977. Les principales p (...)
  • 53 Voir le texte de G. Guerzoni (1871), Firenze dopo il trasferimento della capitale, dans C. Carozzi (...)

30Après plusieurs modifications à la première version du plan Poggi, exigées par la municipalité, celui-ci est approuvé en mars 1866. Les travaux commencent rapidement, et s’étendent largement au-delà des cinq années de Florence capitale. La perte du statut de capitale est ensuite en effet un coup rude pour la ville, mais dès les années 1880 de grandes opérations d’urbanisme sont de nouveau lancées, autour cette fois de l’assainissement du centre ville et de l’aération de son tissu urbain52. Malgré les effets du déclassement de 1870, le plan Poggi apparaît plutôt se placer dans la continuité d’une histoire urbaine florentine somme toute peu modifiée par l’irruption des enjeux nationaux. La ville avait commencé auparavant de grands travaux d’aménagement urbain, elle les poursuit au-delà de la parenthèse constituée par la période 1865-1870. Le même milieu de notables propriétaires, au pouvoir à la mairie, semble tout au long des trois périodes (avant, pendant, et après Florence capitale) promouvoir les transformations urbaines en accord avec les intérêts fonciers de leur groupe social, et en accord avec l’idée de ville qu’ils se faisaient. Le statut de capitale a eu peu d’influence sur cet aspect de la vie urbaine. De nombreux notables florentins étaient d’ailleurs opposés au transfert, même provisoire, de la capitale, et leur patriotisme romain cachait une volonté d’éviter à tout prix que l’État ne vienne à la longue remettre en question leur pouvoir sur la ville et la grande autonomie du conseil municipal dans le domaine de la décision pour l’avenir de la ville. La décision de transférer la capitale à Rome marque pour Florence la fin d’une parenthèse, et le traumatisme de la perte du statut de capitale paraît bien moindre que pour Turin quelques années auparavant53. Car tout au long de la période de Firenze capitale, l’idée de Roma capitale a continué d’agiter le panorama politique national.

Mentana 1867

31Entre 1865 et 1870, l’idée de Rome capitale reste en effet profondément ancrée dans l’esprit des républicains et des patriotes italiens. En 1866, la question romaine connaît, grâce à Garibaldi, une nouvelle flamme d’actualité. Selon les termes de la convention de septembre 1864, les troupes françaises avaient en effet peu à peu évacué Rome. À partir de la fin de l’année 1866, la ville n’est plus défendue que par une garnison pontificale de soldats étrangers. La France n’est plus représentée que par une petite légion de volontaires catholiques, dite légion d’Antibes. Garibaldi tente donc de provoquer une insurrection populaire à Rome, malgré les réticences des mazziniens (pour qui le plus urgent était d’arriver à la constitution d’une république plutôt que de poursuivre la stratégie de soumission à la monarchie), et de venir à son secours avec une armée de volontaires. En juin 1867, le Comitato nazionale romano, garibaldien, fait savoir au général que l’insurrection est prête à être lancée. Garibaldi rassemble ses volontaires à la frontière entre l’État pontifical et la Toscane. Mais la France, libérée des menaces de guerre avec la Prusse au sujet du Luxembourg, et débarrassée du poids de l’expédition mexicaine, envoie le général Dumont organiser les troupes de la légion d’Antibes. Le général Garibaldi est alors arrêté, le 24 septembre en Toscane, près de Sienne, par les troupes italiennes, et envoyé sur l’île de Caprera. Pendant ce temps, une partie des troupes garibaldiennes poursuit sa route vers Rome, et passe la frontière avec l’État pontifical au début du mois d’octobre 1867. Alors que la France menace d’envoyer une expédition en défense du souverain pontife, le Président du conseil Rattazzi espère trouver un prétexte pour l’occupation par l’Italie de l’État pontifical. Mais il doit démissionner, n’ayant pas réussi à convertir le Roi à ses vues. Garibaldi s’échappe alors de Caprera, et débarque à Livourne. Crispi parvient à le faire arriver jusqu’à Terni, par chemin de fer, le 22 octobre. Le Niçois reprend alors la tête des 7 000 volontaires de sa petite armée. Une première expédition vers Rome, menée par les frères Cairoli, échoue, mais Garibaldi parvient à s’approcher de la ville. L’insurrection populaire à Rome ne prend cependant pas, tant à cause de la mauvaise préparation sur place que d’un manque d’évaluation du contexte local, et Garibaldi doit se retirer. Après de brèves incursions contre le territoire pontifical, Luigi Pianciani prenant ainsi Tivoli, les garibaldiens battent en retraite. Le général est battu à Mentana par les troupes pontificales des généraux de Failly et Kanzler et un corps expéditionnaire français. Il parvient à fuir, en train, mais est arrêté à la gare de Figline, sur l’Arno, et renvoyé à Caprera par le gouvernement Menabrea.

32L’épisode de Mentana marque de la sorte la fin de la geste risorgimentale garibaldienne. Il marque aussi un retour un arrière dans la progression vers Rome capitale du Royaume d’Italie. Le Pape est de nouveau défendu par une garnison impériale française. Pie IX confirme et accentue même sa politique de réaction, faisant exécuter les condamnés à mort de l’insurrection, et ouvrant un concile œcuménique destiné à affirmer l’infaillibilité pontificale.

  • 54 Voir : E. Decleva, Il compimento dell’unità e la politica estera, dans G. Sabbatucci et V. Vidotto (...)

33En 1868, c’est le souverain Victor-Emmanuel qui tente de monnayer, par l’intermédiaire de Vimercati, son représentant personnel à Paris, une participation de l’Italie à une éventuelle guerre franco-prussienne en échange de Rome, de Nice, du Tessin et du Tyrol « italien », ainsi que du remboursement des dépenses de guerre54. La France se serait agrandie pour sa part dans cette option de la Belgique et des provinces rhénanes. Mais elle met son veto sur Nice, et fait montre d’une extrême réticence au sujet de Rome. Lorsqu’en décembre 1869, avec le gouvernement Lanza, Visconti-Venosta redevient ministre des Affaires étrangères, la situation n’a en fait pas évolué. Pour le gouvernement italien, la situation est délicate : l’opinion et la gauche sont plutôt favorables à la Prusse, et il serait inacceptable d’abandonner l’idée de Rome capitale. Le choix de la France ne peut donc se faire que contre la voie libre vers Rome. Devant le refus de Napoléon III, l’Italie choisit la neutralité.

34Il faut attendre 1870, et l’irruption d’un facteur extérieur, la défaite française face à la Prusse, pour que la situation se débloque. À partir de la fin du mois d’août, l’Italie sent avoir l’occasion d’avancer vers Rome, et la défaite française de Sedan le 2 septembre, suivie de la chute du régime impérial et de la proclamation de la République lève tout obstacle. À partir de ce moment, Victor-Emmanuel, qui souhaite par ailleurs éviter un démembrement de la France par une nouvelle Allemagne qu’il trouve déjà trop puissante, sait que le temps est venu de prendre la ville éternelle.

Le XX septembre 1870

  • 55 Sur ce point : G. B. Calogero, Le operazioni militari per l’occupazione dello Stato pontificio e l (...)

35Les opérations militaires italiennes en vue de la prise de Rome en 1870 sont souvent décrites comme purement anecdotiques. Il est vrai qu’elles n’ont rien de comparable dans leur ampleur à l’événement dont elles ne sont, somme toute, qu’un latéral écho et une conséquence annexe : la guerre franco-prussienne. Mais il n’en demeure pas moins que c’est à une véritable bataille que se sont livrées les armées italienne et pontificale55. Entre le Royaume d’Italie et la Papauté, la situation semblait bloquée depuis 1864. L’engagement pris d’empêcher toute attaque contre la ville éternelle d’une part, le veto français et le non possumus pontifical d’autre part, constituaient les angles d’une situation de laquelle il était impossible de sortir sans élément majeur de novation. Les soulèvements républicains et mazziniens de 1869 n’avaient de ce fait guère eu de résonance.

  • 56 Idem.

36La clé du XX Septembre semble résider dans les tractations franco-italiennes qui ont précédé le déclenchement de la guerre avec la Prusse. Napoléon III recherchait l’alliance avec l’Italie, mais refusait de se retirer de Civitavecchia. L’Italie aurait souhaité une alliance avec la France et avec l’Autriche-Hongrie, mais au prix de Rome et du Trentin. Les deux puissances refusent. Lorsqu’en août Napoléon III s’était déclaré prêt à faire une telle concession, il était déjà trop tard : la France avait déjà subi ses premières défaites à l’Est, et l’Italie n’avait plus aucun intérêt à mettre sa sécurité nationale en danger pour obtenir une concession que le cours des événements lui donnerait sans contrepartie56. Les patriotes italiens sont à ce moment sincèrement ennuyés par un dilemme : l’occasion de parvenir à la conquête de Rome, point culminant du processus d’unification nationale, se présente dans un moment où la France, qui avait permis cette unité en 1859-1860 avec le sang des soldats de Solferino, est en grave difficulté.

  • 57 Idem.
  • 58 Idem.

37À la fin du mois d’août, l’Italie rassemble plusieurs dizaines de milliers d’hommes en Ombrie, au nord de la frontière avec l’État pontifical. G. B. Calogero souligne l’ambiguïté de ce « corps d’observation de l’Italie centrale » : il pouvait tout autant s’agir d’une manœuvre destinée à empêcher toute action républicaine contre Rome, que de la base arrière d’une expédition dirigée contre la ville éternelle le long des voies consulaires Cassia, Salaria et Flaminia57. À la tête de ce corps, qui ne prendra le nom de Quarto Corpo d’Esercito qu’une fois l’invasion décidée, le gouvernement place le général Cadorna, ancien des guerres de Crimée et d’Indépendance. Au tournant du mois de septembre, la défaite de la France devient totale. Le gouvernement florentin envoie à Rome San Martino pour négocier une entrée sans combat des troupes italiennes dans l’État du Pape et dans Rome, mais Pie IX refuse de négocier. Le Pape, depuis le départ des Français, disposait d’une armée de 13 000 hommes58. Elle était dirigée par le général bavarois Kanzler, assisté de Kalbermatten, De Courten et Zappi. Rome était défendue par ses murailles. Mais sur 22 km, seuls 7, essentiellement sur la rive droite du Tibre, étaient renforcés par des bastions modernes. Pour le reste, les murs d’Aurélien étaient nus. Kanzler place en septembre l’essentiel des troupes à Rome. Certaines portes avaient été murées (San Lorenzo, Porta Maggiore, San Sebastiano, San Paolo, San Pancrazio, Cavalleggeri). L’état d’urgence est déclaré dans la ville à partir du 12 septembre. Les forces italiennes étaient nettement plus nombreuses dès le mois d’août. En tout, elles comptent en septembre plus de 52 000 hommes, 7 500 chevaux et 114 canons. Une attaque navale de Civitavecchia est également prévue.

  • 59 Idem.
  • 60 T. Aebisher, Le ipotesi territoriali nella questione romana dal 1870 al 1929, dans Rassegna Storic (...)
  • 61 C. Fiorentino, La questione romana intorno al 1870. Studi e documenti, Rome, 1997, p. 13.

38Du 11 au 15 septembre, le gouvernement italien procède à des manœuvres plus démonstratives qu’offensives, pour tenter de convaincre le Pape de renoncer à faire défendre la ville. L’occupation de Viterbe, malgré les mésententes entre les généraux italiens Cadorna et Bixio, se fait sans problème, puisque les troupes pontificales avaient évacué la ville. Le 15, Civitavecchia se rend à Bixio, alors que les troupes de Cadorna encerclent Rome. L’émissaire du général, Caccialupi, reçoit une réponse négative de Kanzler aux propositions de reddition59. Le 17, une ultime médiation du comte d’Arnim, représentant prussien auprès du Saint-Siège, échoue. C’est le 18 au soir que, par télégraphe, le gouvernement donne l’ordre, depuis Florence, d’attaquer Rome. Le 19 septembre, Pie IX Mastai ordonne au général Kanzler d’opposer une résistance brève, mais ferme, afin de montrer au monde que c’est par la force que la ville sera prise60. Au Parlement de Turin, la gauche, derrière Mancini, exhorte le gouvernement à passer à l’action61.

39L’attaque de la ville est prévue sur la rive gauche, là où les murs sont les plus faibles, mais aussi de manière à être sûr de ne pas endommager le Vatican, tout en permettant aux troupes pontificales de s’y retirer. L’essentiel de l’attaque est concentré à hauteur de Porta Salaria et Porta Pia, sur le plateau des hauteurs de la ville. Bixio, revenu de Civitavecchia, est chargé d’attaquer Trastevere dans un second temps, avec l’ordre strict de ne causer aucun dommage à la Città Leonina. Dès 10 heures du matin, le 20 septembre, les troupes pontificales hissent le drapeau blanc, mais attendent le soir pour ouvrir les portes, afin de permettre la retraite vers le Vatican des combattants de la rive gauche. L’assaut de la Porta San Giovanni, au sud, par le général Angioletti donne le même résultat.

40L’essentiel des combats a lieu à Porta Pia, où est ouverte une brèche de 30 mètres dans les murs antiques, grâce aux tirs de l’artillerie. 25 000 Italiens, essentiellement Bersaglieri, font face à 800 pontificaux. Au bout de plusieurs heures d’intenses combats, les zouaves pontificaux se rendent ou se retirent vers Saint-Pierre. Le bilan de la journée est lourd cependant pour une opération dont l’histoire n’a retenu que l’aspect anecdotique : 48 soldats italiens, et 16 pontificaux sont morts. On compte au total près de 200 blessés.

  • 62 Sur les protestations provoquées par la prise de Rome, voir : C. M. Fiorentino, Dalle stanze del V (...)

41La prise de Rome par les troupes italiennes connaît un grand écho sur la scène internationale. Les protestations sont nombreuses, et affluent de tout le monde chrétien, France, Belgique, Espagne et Canada au premier chef62. D’un point de vue diplomatique cependant, comme le montre C. M. Fiorentino, les capitales de pays catholiques avaient été beaucoup plus modérées face aux avancées italiennes vers Rome. Durant tout le mois de septembre 1870, Visconti-Venosta, pour le gouvernement italien, s’était efforcé de rassurer. Il avait, semble-t-il, été entendu, y compris à Munich, Bruxelles, Paris et Vienne. À Paris, c’est Jules Favre, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Défense nationale, qui avait fait part à l’ambassadeur italien de son indifférence face au sort du pouvoir temporel pontifical. La Prusse, quant à elle, pousse ouvertement l’Italie à prendre Rome. Pour le gouvernement de Florence, la voie était donc libre sur le plan diplomatique.

  • 63 Sur ce point, voir : B. Horaist, La dévotion au Pape et les catholiques français sous le pontifica (...)
  • 64 Cette circulaire a pour titre « Dalle stanze del Vaticano, 20 Settembre 1870 ». Citée par C. M. Fi (...)
  • 65 Sur ce type de manifestation et sur les réseaux catholiques intransigeants qui les organisaient de (...)

42À partir du 20 septembre cependant, la situation devient de nouveau tendue, avec à la fois les protestations véhémentes de Pie IX, et la mobilisation d’une frange importante des opinions catholiques63. Le Pape crie en effet au sacrilège, de même que le cardinal Antonelli, qui fait parvenir une circulaire aux représentants diplomatiques étrangers auprès du Saint-Siège64. La presse catholique se fait également l’écho de l’indignation du souverain pontife. Pendant de nombreuses années, des pèlerins catholiques, français essentiellement, mènent aux abords du Vatican des manifestations bruyantes de dénonciation de la spoliation, voire de provocation face aux forces de l’ordre italiennes65.

43Un certain nombre d’incidents marquent les premiers temps de la présence italienne en ville. La presse catholique du monde entier dénonce largement la liberté laissée par La Marmora à des exilés romains révolutionnaires de retour dans la ville avec des idées de vengeance face à la Papauté. Le 20 Octobre, Pie IX fait afficher un bref sur les basiliques de la ville, informant de la suspension des travaux du Concile :

  • 66 Cité par Fiorentino, loc. cit., p. 312.

Sacrilega repente invasio huius Almae Urbis, Sedis Nostrae, et reliquarum temporalis Nostrae ditionis regiorum, qua contra omne fas civilis Nostri et Apostolicae Sedis Principatus inconcussa iura incredibili perfidia et audacia violata sunt66.

44L’aspect le plus significatif de la protestation pontificale reste cependant le refus du Pape, transmis à tous les échelons de la hiérarchie catholique, de traiter avec un pouvoir considéré comme usurpateur. Durant les premiers mois après le 20 septembre, les bureaux de la Papauté emploient pour désigner le gouvernement italien le terme Subalpinium Gubernium, qui renvoie au Piémont, et non au Royaume d’Italie. Même si, jusqu’au 7 octobre, les contacts informels entre le cardinal Antonelli et les émissaires du gouvernement sont maintenus, rapidement c’est la ligne dure voulue par Pie IX lui-même qui triomphe.

45La préparation de la loi sur les Garanties se fait donc dans un climat de grande tension. En mai 1871, par l’encyclique Ubi Nos, Pie IX repousse le texte que le Parlement italien vient de voter afin d’assurer la Papauté de l’indépendance du pouvoir spirituel et de moyens de subsistance.

  • 67 Voir : A. C. Jemolo, Chiesa e Stato in Italia dalla Unificazione ai giorni nos-tri, Turin, 1977.
  • 68 Sur ce point, voir : G. Martina, La fine del potere temporale nella coscienza religiosa e nella cu (...)
  • 69 Martina cite à ce sujet l’expression de Mgr Spalding, archevêque de Baltimore.
  • 70 Voir aussi G. Martina, Roma dal 20 settembre 1870 al 11 febbraio 1929, in L. Fiorani et A. Prosper (...)
  • 71 Voir G. Martina, La fine..., loc. cit., p. 325.
  • 72 Sur l’histoire de l’insertion des Catholiques dans la vie politique italienne, voir G. De Rosa et (...)

46Pour l’Église catholique, la fin du pouvoir temporel du Pape constitue un moment important de redéfinition de nombreuses grandes orientations. Aux protestations, font place peu à peu d’intenses réflexions sur l’avenir de l’Église67. Ce qui marque fortement les premiers mois et les premières années est cependant un choc face à la disparition de l’assise territoriale et étatique pluriséculaire de la Papauté68. Comme le montre Giacomo Martina, dans la conscience catholique, demeure longtemps présente l’idée d’un retour en arrière face à la perte de Rome. Aux premières réactions dénonçant le sacrilège69, succèdent des actions plus marquées dans le sens de l’organisation d’une protestation70. Au moment du plébiscite pour le rattachement de Rome au royaume d’Italie, une pétition de 4 000 dames de l’aristocratie et de la bourgeoisie est réunie, ainsi qu’une pétition, à l’initiative de la Società romana per gli interessi cattolici, rassemblant les signatures de plus de 27 000 citoyens71. Mais dès la fin de l’année 1870 et le début de l’année 1871, les Catholiques intransigeants choisissent une autre ligne de conduite face aux autorités italiennes : l’auto-exclusion de la vie politique nationale. Pour de nombreuses années, ils cessent d’avoir des rapports officiels avec les instances gouvernementales italiennes, et refusent de participer aux élections nationales72.

Questions sur le rattachement

  • 73 Voir : G. Parisella (dir.), La capitale e lo Stato. Governo centrale e poteri locali a Roma. 1870- (...)
  • 74 Sur ce point : C. M. Fiorentino, loc. cit., p. 321.

47Du côté italien, le rattachement ouvre de nombreuses perspectives inédites et l’entrée des troupes dans la ville pose de nouveaux problèmes73. Le premier est d’ordre pratique et politique, autour de la décision de transférer la capitale. Le second est d’ordre territorial : où s’arrête la Rome italienne, et quelle définition de la Città Leonina dévolue au Pape sera retenue ? Les clauses de la capitulation signée par le général Kanzler le 20 septembre stipulent que l’Italie laisse au Pape la Città Leonina. Mais rien n’indique quelle interprétation donner à cette expression. Il semblerait que le 21 septembre le cardinal Antonelli ait même demandé à Cadorna d’occuper le Vatican, après des incidents aux abords de Saint-Pierre74. La volonté du cardinal était sans doute d’amener l’Italie à aller au-delà de la ligne qu’elle s’était fixée comme raisonnable, et à mettre un peu plus le gouvernement dans l’embarras. Cadorna ne tombe pas dans le piège. La question demeure cependant de savoir où s’arrête la nouvelle Italie.

  • 75 G. Manfroni, Sulla soglia del Vaticano (1870-1901), Bologne, 1920.

48La détermination de l’étendue territoriale de la zone laissée au Pape occupe les premières semaines, voire les premiers mois de la présence des autorités italiennes à Rome. La lecture du journal du commissaire Manfroni en donne l’idée la plus précise. Envoyé d’abord à Trastevere dans les jours qui suivent le 20 septembre, puis dans le quartier du Borgo, au contact du Vatican, le commissaire est l’homme de confiance du ministre de l’Intérieur pour la gestion quotidienne et pragmatique de la question territoriale. Dans son journal, publié par son fils quelques décennies plus tard, on peut suivre au jour le jour le cheminement des autorités italiennes sur la rive droite, et surtout les nombreuses hésitations et approximations à ce sujet75.

49Dans les premiers jours après le 20 septembre, les troupes italiennes hésitent longuement avant de traverser les ponts sur le Tibre et d’investir la rive droite du fleuve, celle du Vatican et de la Città Leonina. La prise de Trastevere est certes précoce, mais les Italiens tardent à y afficher les symboles de leur souveraineté. Le journal de Manfroni montre combien, au cours des premières semaines, la police italienne est discrète, et renonce à parader dans le quartier, et même à patrouiller en uniforme. Ce n’est que peu à peu, l’automne avançant, que les fonctionnaires italiens parviennent à se faire une place face à des gendarmes pontificaux qui continuent de patrouiller en civil. Pour ce qui concerne les abords du Vatican, la situation est encore plus complexe. Non seulement les fonctionnaires ne disposent d’aucune indication gouvernementale sur l’étendue de la Città Leonina à laisser au Pape, mais, pendant plusieurs semaines, de nombreuses hypothèses circulent, dont celle de laisser au Pape une bande de terre allant jusqu’à la mer ou de lui laisser le quartier du Borgo, entre le Vatican et le Tibre. Le sort de la place Saint-Pierre, et de la basilique, reste flou pendant de longs mois : elles sont hors des murailles du Vatican mais constituent en même temps l’espace le plus fort de la symbolique vaticane. Manfroni adopte à ce sujet à l’automne 1870 la plus sage des attitudes : il considère que la place et la basilique sont en Italie, mais prend soin d’y patrouiller lui-même et en civil, évitant d’y envoyer des policiers italiens en uniforme.

50Dans ce contexte, le plébiscite du 2 octobre 1870 est pour le sort de la rive droite un moment délicat. Le Borgo n’est pas inclus en effet dans l’organisation du vote du 2 octobre 1870 devant sanctionner le rattachement de Rome et de l’État pontifical à l’Italie. Des habitants, patriotes zélés et désireux malgré tout de ratifier l’appartenance de leur quartier à l’Italie, organisent cependant la tenue d’un bureau de vote, et les résultats sont ensuite insérés dans le décompte global. Près de deux semaines après la prise de la ville, on est encore dans une période de tâtonnements.

  • 76 Décret n° 5903.

51Le 9 octobre 1870 un décret de Victor-Emmanuel déclare l’annexion76 :

Art. 1 : Rome et les provinces romaines sont parties intégrantes du Royaume d’Italie
Art. 2 : Le Souverain Pontife conserve la dignité, l’inviolabilité et toutes les prérogatives personnelles d’un souverain
Art. 3 : Une loi viendra déterminer les garanties et les franchises territoriales destinées à assurer l’indépendance du Souverain Pontife, ainsi que le libre exercice de l’autorité spirituelle du Saint-Siège

  • 77 Article I de l’acte de capitulation. Cité par T. Aebischer, loc. cit., p. 412.
  • 78 Idem, p. 414.
  • 79 Idem.

52La question territoriale demeure en suspens. Depuis l’acte de capitulation entre Kanzler et Cadorna, lieutenant général du Roi à Rome, qui pourtant était assez imprécis, rien n’a été clarifié. Le 20 septembre, à villa Albani (devenue ensuite Torlonia, sur la via Nomentana), les deux généraux avaient souscrit aux conditions suivantes de définition de la Città Leonina : « La partie de la ville de Rome qui est délimitée au Sud par les bastions de Santo Spirito, et qui comprend le mont Vatican et le Château Saint-Ange, qui constituent la Città Leonina »77. Cette disposition correspond à un souhait de Visconti-Venosta, exprimé dès le mois d’août. Au moment des troubles du 21 septembre, les troupes italiennes s’approchent du ponte Sant’Angelo, mais s’abstiennent de le passer. La position italienne est que le Borgo fait partie de la Città Leonina. C’est le cardinal Antonelli qui demande par écrit l’intervention des troupes italiennes dans le quartier pour rétablir l’ordre78. Le 23 septembre, Cadorna rappelle par écrit à Antonelli qu’il est prêt à se retirer du Borgo, qu’il considère toujours comme faisant partie de la Città Leonina. Le 25, Antonelli demande à ce que les Italiens restent au Borgo, et occupent le Château Saint-Ange, où des armes et un dépôt de munitions étaient restés sans surveillance79. Cadorna s’exécute, mais semble encore considérer que le Borgo n’est pas italien. L’épisode du plébiscite confirme cette hypothèse. Dans les semaines qui suivent, comme le montrent les mémoires du commissaire Manfroni et les études de Tullio Aebischer, la définition de la Città Leonina par l’Italie est revue à la baisse. La limite est provisoirement fixée, de manière tout à fait pragmatique et sans aucune sanction légale, à la façade de Saint-Pierre. Le décret d’annexion du 9 octobre 1870 prévoit à son article trois qu’une loi vienne définir les garanties territoriales accordées au Siège pontifical. La deballatio de l’État pontifical s’accompagne donc de l’énoncé de la volonté de régler officiellement la question territoriale. La loi des Garanties de 1871, immédiatement refusée par le Pape Mastai, qui devient loi fondamentale du Royaume en 1878, confirme l’extraterritorialité de la Città Leonina.

  • 80 Idem, p. 423. Sur le contexte des négociations entre le Saint-Siège et l’Italie à cette époque, vo (...)
  • 81 T. Aebischer, loc. cit., p. 426. Voir aussi : P. Bellu, Verso la Conciliazione (1903-1921), dans A (...)
  • 82 T. Aebischer, loc. cit., p. 428.
  • 83 T. Aebischer, loc. cit., p. 430.
  • 84 Sur les accords du Latran dans le contexte du conflit pluri-décennal entre État italien et Vatican (...)
  • 85 Sur ce point, voir : T. Aebischer, La commissione tecnica italo-vaticana ed i confini del territor (...)

53Rien ne change jusqu’en 1914, année où les projets du journaliste et député allemand Erzberger relancent brièvement la question, autour de l’idée de la concession par l’Italie d’un territoire incluant une façade sur le Tibre. Le projet prévoit la mise en place d’une commission dans laquelle l’Espagne serait médiatrice80. Des négociations officieuses sur la question territoriale ont de nouveau lieu en 1919, entre Mgr Kelly, Brambilla et le cardinal Gasparri. La chute du gouvernement Orlando les interrompt81. Un accord semblait pourtant très proche, avec la reconnaissance du Vatican comme État souverain. Avec Nitti, les discussions continuent, le cardinal Gasparri et Benoît XV souhaitant ardemment arriver à un accord. Rien n’aboutit cependant, dans un contexte politique extrêmement instable du côté italien. En 1925, Mussolini rouvre la question de la loi des Garanties. Les négociations commencent l’année suivante. On pense un moment insérer Villa Doria Pamphili dans le territoire pontifical. Le 3 octobre 1926, une visite sur les lieux est organisée, tout autour du Vatican. Pie XII souhaite se voir attribuer des zones non peuplées le long de la via Aurelia. Son projet est d’augmenter la superficie de terrain à disposition de la Papauté sans perdre le bénéfice de constituer une entité étatique dépourvue d’habitants citoyens. À la fin de l’année 1926, l’ingénieur Cozza, président du Conseil supérieur des Travaux publics, est chargé de la rédaction d’un projet et d’un plan82. En février 1927, Mgr Borgongini remet à Barone, pour la partie italienne, la carte des possessions que voudrait se voir attribuées le Saint-Siège. Mais en 1928, le gouvernement fasciste décide de ne rien céder de plus, et de limiter le nouvel État au territoire que de facto le Pape contrôle depuis 1870. Le 26 mai, Barone remet à Pacelli, frère de Pie XII, la carte de la zone concédée en souveraineté, et de celle donnée en propriété extra-territoriale. À partir du début de l’année 1929, et de la mort du négociateur Barone, Mussolini prend directement en main le dossier. Sur demande de la Papauté, on ne parle plus que du Vatican pour la zone de souveraineté. Les bâtiments adjacents, comme le Palais du Saint Office, sont en extraterritorialité. La place Saint-Pierre fait partie du territoire du Vatican, mais est ouverte au public sous la juridiction des autorités italiennes83. Les accords du Latran sont signés quelques jours plus tard84. Une commission technique italovaticane est chargée de la définition cartographique de la frontière85. Comme le souligne Tullio Aebischer, contrairement à la pratique diplomatique habituelle, dans le Traité du Latran de 1929, la frontière n’est pas décrite textuellement avec précision. La carte mise en annexe au Traité, bien qu’ayant une échelle du 1/5 000e, ne propose pas de visualisation de la limite. La commission mixte mise en place pour l’exécution du Traité se trouve donc devant des difficultés d’interprétation. Ce n’est qu’en 1933 que les derniers points litigieux sont réglés.

  • 86 Voir à ce sujet : J. M. Ticchi, Ubi Roma, ibi Papa : les projets de fuite du pape hors de Rome sou (...)

54Quoi qu’il en soit, il a donc fallu attendre 1929 pour que soit clairement définie la question territoriale sur la rive droite du Tibre. En 1870 donc, et au cours des années qui suivent, la question reste l’objet d’un traitement au jour le jour. Le souci principal du gouvernement italien est de ne pas provoquer la fuite de Pie IX, et de tenir une ligne de conduite marquée par la volonté d’apaisement. Malgré la présence du bateau français l’Orénoque à Civitavecchia, jusqu’en 1874, destiné à accueillir Pie IX en cas de fuite, le souverain pontife se résigne à demeurer à l’intérieur des murs du Vatican, et à organiser depuis ce réduit territorial la protestation contre l’usurpation. Il en va autrement avec l’élection au siège pontifical de Joachim Pecci en 1878. Léon XIII décide en effet rapidement d’envisager la possibilité d’une fuite de Rome86. Jean-Marc Ticchi a montré qu’à partir de 1880-1881 le Pape, face au péril plus au moins sublimé d’un triomphe de l’élément révolutionnaire, crée une commission chargée d’examiner les voies de fuite. Malte, l’Espagne, le Tyrol et Trieste sont les destinations envisagées. La translation des restes de Pie IX à Saint-Laurent hors les murs en juillet 1881, et les incidents auxquels elle donne lieu, relance la question. La campagne menée par les garibaldiens en vue de l’abrogation de la loi sur les Garanties donne de nouveaux arguments au Pape. Après une accalmie en 1884, l’hypothèse revient sur le devant de la scène pontificale en 1888-1889, au moment de l’affaire de la statue de Giordano Bruno érigée à Campo de’ Fiori. Crispi serait favorable à un départ du Pape. Mais à partir du début des années 1890 il n’en est plus question.

55Du côté italien, la décision de transférer la capitale à Rome est prise très rapidement. Il faut dire que depuis 1861, et les séances à la Chambre marquées par les discours de Cavour, l’idée de Rome est appuyée par la force d’un vote solennel. En 1870 donc, il n’est nul besoin de rouvrir le débat. Dès lors que Rome est partie intégrante du Royaume, elle en est la capitale.

Les grandes orientations de Rome capitale

  • 87 Sur Sella, voir : G. Marongiu, Storia del fisco in Italia. 1 La politica fiscale della destra stor (...)
  • 88 Sur l’histoire de l’industrie italienne, voir F. Vidal, Histoire industrielle de l’Italie de 1860 (...)

56La ville, dans son nouveau destin, est marquée par un certain nombre de choix initiaux, qui ont pour effet d’en marquer durablement la forme spatiale et la fonction. L’option dominante qui est choisie par la droite au pouvoir en 1870 est ainsi de promouvoir une capitale sans industrie. C’est Quintino Sella, ministre des Finances et chantre de Rome capitale parmi les hommes politiques de la génération post-cavourienne de la droite dite historique, qui théorise l’idée d’une troisième Rome à l’abri des rumeurs du monde ouvrier et des risques de fermentation révolutionnaire87. Rome restera donc privée d’industrie tant que dominera cette génération politique88. En pleine Commune de Paris, cette peur initiale de Sella s’explique aisément. Mais le choix est destiné à marquer pour longtemps la ville. L’industrialisation, à partir de ce moment, devient un thème électoral de gauche.

  • 89 Cette période a été étudiée par I. D. Taviani, L’opera della Luogotenenza a Roma (9 Ottobre 1870-2 (...)
  • 90 Décret royal du 9 octobre 1870, n° 5903.
  • 91 Sur ce point : G. Gadda, Relazione del commissario governativo sui lavori di trasferimento della c (...)
  • 92 I. D. Taviani, loc. cit., p. 77.

57Au cours des premiers mois de Rome capitale sont aussi formulés certains choix administratifs, qui scellent les conditions de l’entrée de la ville dans le Royaume. Le pouvoir, au cours des premières semaines de Rome intégrée au Royaume d’Italie, est placé entre les mains de la lieutenance du Roi89. Entre le 20 septembre et le 9 octobre, la ville était placée sous le commandement militaire du IVe Corps d’Armée, aux ordres du général Cadorna. À partir de la ratification légale du plébiscite, l’occupation cesse, puisque Rome est formellement intégrée à la Nation italienne. C’est alors la Lieutenance du Roi qui prend le relais90. Le général Alfonso La Marmora est nommé Lieutenant par le gouvernement Lanza. Il garde ce poste jusqu’au 25 janvier 1871, date à laquelle l’administration provinciale italienne entre en fonction, ainsi que la préfecture, confiée à Giuseppe Gadda, ministre des Travaux publics91. La nomination de La Marmora est destinée à ne pas effrayer le Vatican. Cet homme de droite, proche des ministres du gouvernement Lanza, est connu alors pour ses positions conciliatrices. Il arrive le 11 octobre à la gare des Thermes de Dioclétien, à Rome, où il est accueilli par Cadorna et, semble-t-il, une certaine foule92. Dans sa première déclaration aux habitants de Rome, il rappelle son désir de conciliation avec les autorités religieuses. Pour administrer la ville, La Marmora s’entoure de Luigi Guerra, Giuseppe Giacomelli, de l’ingénieur milanais Francesco Brioschi, et de l’avocat romain Giuseppe Piacentini.

  • 93 Voir I. D. Taviani, loc. cit., p. 82-83.
  • 94 Voir : S. Rebecchini, Il Comune di Roma da Michelangelo Caetani a Filippo Doria Pamphilj, dans Stu (...)

58La tâche de la Lieutenance du Roi est de mettre en œuvre la suppression des administrations pontificales, et leur remplacement par des administrations répondant à la norme juridique italienne. La Présidence de Rome et Comarca, institution de l’État pontifical en charge du territoire de Rome et de ses environs, est supprimée, ainsi que les délégations provinciales de Civitavecchia, Velletri, Viterbe et Frosinone. Des commissaires, issus du corps préfectoral, sont envoyés dans ces villes. Pour Rome, la Lieutenance prépare la mise en place d’une préfecture, et, pour ce qui concerne l’administration locale, d’une municipalité qui réponde aux critères italiens de la loi de 1865. Le 15 octobre La Marmora, en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par le décret d’institution de la Lieutenance, met en place une nouvelle giunta municipale. Le 22 septembre, Cadorna avait en effet déjà nommé une telle Giunta, exécutif municipal, composée de dix membres : le prince Francesco Pallavicini, Vincenzo Tittoni, Pietro De Angelis, l’avocat Giuseppe Lunati, le prince Filippo Del Drago, le comte Guido di Carpegna, le prince Augusto Ruspoli, Francesco Crispigni, Adriano Bompiani et Biagio Placidi. Mais cette administration municipale semble trop progressiste aux yeux de La Marmora. C’est que Cadorna avait dû très vite nommer lui-même une Giunta dès le 22 septembre, sous la pression des républicains, qui avaient tenu conseil au Colisée, et tenté d’acclamer une Giunta municipale fortement marquée par les idées républicaines93. Cadorna avait donc nommé à la Giunta les personnages désignés par l’assemblée du Colisée, en ayant soin d’en exclure les éléments les plus virulents du camp républicain, comme Mattia Montechi, Nino Costa et Vincenzo Rossi. À la tête de l’exécutif municipal nommé par Cadorna, on trouve le prince Michelangelo Caetani, duc de Sermoneta94. À ses côtés siègent Odescalchi, Boncompagni, Placidi, Ruspoli, Castellani, Gori Mazzoleni, Pallavicini et l’élite de l’artisanat et des professions, dont De Angelis, et Tittoni. La noblesse ralliée domine.

59La Giunta nommée par La Marmora quelques semaines plus tard ne compte plus que 4 membres issus de cette première administration : Pallavicini, Tittoni, De Angelis et Placidi. Elle reste en place jusqu’aux élections municipales du mois de novembre 1870. La Lieutenance du Roi a aussi parmi ses tâches à l’automne 1870 d’introduire à Rome la législation italienne et de réorganiser les services publics. Poste, justice, finances, douanes, système fiscal sont rapidement réorganisés. Pour la sécurité publique, domaine dans lequel La Marmora avait à craindre autant des républicains que des cléricaux, le questore Berti est chargé de mettre en place la police d’État.

  • 95 I. D. Taviani, loc. cit., p. 105.
  • 96 Sur les protestations soulevées par cette décision, voir : C. M. Fiorentino, loc. cit., p. 317. Su (...)

60Pour l’organisation des Ministères et des administrations publiques, la première priorité de la Lieutenance est de trouver des bâtiments. Premier entre tous pour la dimension symbolique, le palais du Quirinal, abandonné par Pie IX et destiné à devenir le Palais royal de Victor-Emmanuel, est pris par la force le 8 novembre seulement. Les autorités du Saint-Siège refusent d’en donner les clés, et sont ravies de contraindre l’armée italienne à forcer la porte95. Pour les autres bâtiments publics, la réflexion commence dès les premiers jours, tant il est sûr que la capitale sera installée à Rome. C’est le décret du 4 mars 1871 qui permet la transformation de nombreux couvents et édifices religieux en bâtiments publics affectés aux organes administratifs du gouvernement italien96.

  • 97 Voir I. D. Taviani, loc. cit., p. 116. Le conflit le plus important concerne le Collegio romano, q (...)
  • 98 Décret n° 6000 du 17 novembre 1870.

61La lieutenance générale met aussi en place à Rome, sous la férule de Brioschi et Gabelli, un système d’instruction publique élémentaire. Face aux Jésuites, le gouvernement italien entend confier la responsabilité des écoles aux municipalités le plus vite possible, selon la loi italienne97. Au mois de novembre 1870, d’importantes mesures sont également prises quant au droit de propriété. La loi italienne sur les expropriations pour cause d’utilité publique est introduite à Rome98. En ce qui concerne les fonctionnaires de l’État pontifical déchu, la ligne politique générale est de les incorporer aux services de l’État italien s’ils n’ont pas abandonné leur poste. Ceux qui avaient été déchus par la Papauté pour motif politique sont généralement réintégrés.

  • 99 Pour une réflexion sur ce thème, à partir d’une comparaison entre Allemagne et Italie, voir : I. P (...)
  • 100 I. D. Taviani, loc. cit., p. 134. Cette date est ensuite légèrement décalée.

62Une des grandes tâches de la Lieutenance reste l’organisation des élections municipales à Rome et dans les provinces romaines nouvellement annexées. L’enjeu principal en est l’intégration de l’élite citadine à la vie nationale99. Le 20 octobre 1870, Gerra fait parvenir à toutes les administrations municipales une circulaire les invitant à préparer les listes électorales. Le 28 octobre, La Marmora fixe par décret la date des élections au 13 novembre suivant. La date du 20 novembre est fixée pour la première réunion des nouveaux conseils100. Pour les élections municipales (dites « administratives » dans le vocabulaire italien, par opposition aux élections législatives, dites « politiques »), le système en vigueur est le système censitaire italien tel que défini dans la loi de 1865. L’électorat municipal est plus large que le corps électoral législatif, puisque le cens exigé est inférieur. À Rome, modérés et démocratiques se disputent les suffrages du 13 novembre. La participation est d’environ 50 %. La plupart des conseillers faisant partie des conseils provisoires nommés par Cadorna puis La Marmora sont élus. Les modérés dominent au nouveau conseil municipal. Pour la désignation du maire de Rome, le conseil municipal indique le nom du prince Filippo Doria. Celui-ci refuse ensuite la nomination officielle par le gouvernement italien, mais accepte de tenir le rôle de maire. Doria démissionne cependant, avec sa Giunta, dès le mois de janvier 1871, ouvrant une crise qui ne trouvera de résolution qu’avec l’arrivée au Capitole du maire Pianciani, progressiste et vétéran des luttes nationales, en octobre 1872. Quant aux élections « politiques », c’est-à-dire législatives, elles eurent lieu à Rome, comme dans tout le Royaume, après la dissolution de la Chambre du 2 novembre 1870. Le 20 novembre, après une campagne marquée par l’épisode de la fausse démission du ministre Quintino Sella, et la rumeur de sa candidature à Rome, les élections sont marquées par une victoire des modérés. Les cinq députés de Rome en 1870 sont ainsi tous membres de cette tendance : Vincenzo Tittoni, Filippo Cerroti, Raffaele Marchetti, Emanuele Ruspoli, et Michelangelo Caetani. En novembre, le Roi nomme les Sénateurs de la Capitale : le prince Doria, le prince Francesco Pallavicini, le comte Angelo Manni, le baron Nicolò Cusa, les avocats Giuseppe Piacentini et Giuseppe Lunati, et les professeurs Pietro Rosa et Pietro Ponzi. 1870 marque également un moment crucial dans la définition des rapports entre la municipalité romaine et l’État italien. Ces rapports sont régulés par la loi municipale et provinciale italienne de 1865, qui ne prévoit pas de statut particulier pour la capitale. Se pose dès lors le durable problème de la relation entre municipalité et État, entre élites locales et élites nationales. On assiste à la fois à une nouvelle déclinaison d’une rivalité séculaire entre instances locales et étatiques à Rome, et à un affrontement inédit entre deux institutions rivales, et souvent entre deux courants idéologiques antagonistes.

63Au sein de la noblesse « capitoline », entre ralliés et intransigeants, et dans la définition des contours de la limite entre ces deux postures, se joue aussi le rapport entre État italien et monde catholique. Entre grandes familles, et à l’intérieur même des familles, les attitudes diffèrent, si bien que l’histoire de Rome capitale est à la fois celle de la lente intégration de la droite catholique dans la vie politique nationale et celle de la régulation de la domination d’un milieu social sur les institutions locales.

Notes

1 A. Gramsci, Passato e presente, Turin, 1951. Ici : rééd. 1974, p. 97.

2 A. Caracciolo, op. cit. Sur cet historien, disparu en 2002, voir : S. Anselmi, R. Paci et E. Sori, Il contributo di Alberto Caracciolo alla storiografia regionale delle Marche, dans Quaderni storici, 91, 1996, p. 5-9.

3 F. Bartoccini, op. cit.

4 Par exemple : M. De Nicolò (dir.), op. cit.

5 Pour une histoire générale de la période, voir, par exemple, G. Candeloro, Storia dell’Italia moderna, Rome, 1968, rééd. 1989, XI vol.

6 Sur le rôle de la monarchie dans la construction nationale italienne, voir le bilan historiographique dressé par C. Brice, La monarchie, un acteur oublié de la nationalisation des Italiens ?, dans R.H.M.C., 45-1, 1998, p. 147-169. Pour une histoire des États italiens avant l’unité, voir la synthèse de M. Meriggi, Gli stati italiani prima dell’Unità. Una storia istituzionale, Bologne, 2002.

7 Sur la place du Piémont dans le processus unitaire, voir : R. P. Coppini, Il Piemonte sabaudo e l’unificazione (1849-1861), dans G. Sabbatucci et V. Vidotto (dir), Storia d’Italia. I. Le premesse dell’Unità, Rome-Bari, 1994, p. 337-429.

8 Sur la décadence du pouvoir temporel et la lacune de Rome à cristalliser les aspirations néoguelfes, voir : G. Monsagrati, Roma nel crepuscolo del potere temporale, et Ph. Boutry, La Roma napoleonica fra tradizione e modernità (1809-1814), dans L. Fiorani et A. Prosperi (dir.), Storia d’Italia. Annali 16. Roma, la città del Papa. Vita civile e religiosa dal giubileo di Bonifacio VIII al giubileo di Papa Wojtyla, Turin, 2000, respectivement p. 938-973 et p. 1008-1058. Sur le Risorgimento en général, la somme la plus précieuse est celle de G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine (1770-1922), Paris, 1997. Voir aussi : A. Scirocco, L’Italia del Risorgimento, Bologne, 1993. Sur le discours de la nation en Italie durant le Risorgimento, voir : A. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Turin, 2000, ainsi que S. Pivato, Il nome e la storia. Onomastica e religioni politiche nell’Italia contemporanea, Bologne, 1999 et I. Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello Stato e spazi sociali nell’Italia unita, Bologne, 1997. Voir, sur l’évolution de l’idéologie issue du Risorgimento, l’essai de S. Romano, Finis Italiae. Declino e morte dell’ideologia risorgimentale. Perchè gli Italiani si disprezzano, Milan, 1994.

9 Voir : A. Giovagnoli, Il neoguelfismo, dans G. De Rosa, T. Gregory et A. Vauchez (dir.), Storia dell’Italia religiosa. III. L’Età contemporanea, Rome-Bari, 1995, p. 39-59.

10 Voir G. De Rosa, La crisi del neoguelfismo e la questione romana, dans Studi romani, 1970, p. 285-197.

11 Sur le néoguelfisme, voir aussi : G. De Rosa, Il movimento cattolico in Italia dalla Restaurazione all’età Giolittiana, Rome-Bari, 1996, p. 17 et s.

12 Cité par G. Monsagrati, loc. cit., p. 1012.

13 Sur la postérité du nom de Mazzini dans l’histoire de l’Italie contemporaine, voir : M. Ridolfi, Mazzini, dans M. Isnenghi (dir.), I Luoghi della Memoria. Vol. II : Personaggi e date dell’Italia unita, Rome-Bari, 1996, p. 5-23.

14 Sur les phases de la construction étatique piémontaise, voir : C. Ghisalberti, Storia costituzionale d’Italia. 1848-1948, Rome-Bari, 1993.

15 Pour une biographie de Victor Emmanuel, voir : D. Mack-Smith, Vittorio Emanuele II, Rome-Bari, 1983. Sur la postérité de Garibaldi et du roi fondateur de l’Italie unifiée, voir aussi : M. Isnenghi, Garibaldi, dans M. Isnenghi (dir.), op. cit., Vol. II, p. 27-45 et U. Levra, Vittorio Emanuele II, idem, p. 49-64.

16 Discours à la Chambre le 11 Octobre 1860. Extrait choisi par P. Alatri, dans Cavour, Stato e Chiesa, Florence, 1992, p. 119.

17 Discours du 25 mars 1861, extrait choisi par Paolo Alatri, op. cit., p. 128 et s.

18 Audinot, le député qui pose la question de Rome capitale à Cavour, a participé à la République romaine de 1849. Mais, modéré, il se trouvait alors à la tête de l’opposition au sein de la Constituante. Sur l’interprétation du sens de la question du parlementaire en ce jour crucial pour la définition des idées cavouriennes sur Rome capitale, voir A. Ghisalberti, Roma capitale nel pensiero di Cavour, dans Studi romani, 1961, p. 270-283.

19 Alatri-Cavour, idem.

20 Idem.

21 Idem, p. 132.

22 Idem, p. 134. Dès ses années de formation, Cavour avait été proche du réformisme démocratique catholique, dont il avait rencontré les promoteurs en France en 1842-43. Sur ce point : E. Passerin d’Entrèves, Cavour e il problema di Roma capitale, dans Studi romani, 1970, p. 298-306.

23 Alatri-Cavour, op. cit., p. 148.

24 Idem, p. 161.

25 Sur ce point : A. Ghisalberti, loc. cit.

26 Idem.

27 Voir E. Passerin d’Entrèves, loc. cit. Ce même auteur renvoie aussi à une autre de ses études : Appunti sull’impostazione delle ultime trattative del governo cavouriano colla S. Sede per una soluzione della questione romana (nov. 1860marzo 1861), dans Chiesa e Stato nell’Ottocento. Miscellanea in onore di P. Pirri, Padoue, 1962.

28 Voir : G. Candeloro, op. cit., vol. V, p. 158.

29 A. Ghisalberti, loc. cit.

30 Cité par A. Ghisalberti, idem.

31 Loc.. cit., p. 185.

32 Voir G. Candeloro, op. cit., p. 190.

33 Voir R. Romanelli, L’Italia liberale, Bologne, 1979, p. 98.

34 Réédité dans G. Mazzini, Scritti politici (a cura di Francesco Della Peruta), Turin, 1976, t. 3, p. 512-521.

35 G. Mazzini, op. cit., p. 512.

36 Idem.

37 G. Mazzini, op. cit., p. 513, 516 et 519.

38 Idem, p. 520.

39 Sur ces deux points : R. Mori, La questione romana dalla formazione del Regno d’Italia al 1870, dans Studi romani, 1970, p. 307-317.

40 P. Roselli, Nascita di una capitale : Firenze, settembre 1864/giugno 1865, dans Storia e Restauro, 4, 1985, p. 21-37. Voir aussi E. Spilotros, Problemi politici, amministrativi e tecnici del trasferimento della capitale da Torino, dans Storia e Restauro, 4, 1985, p. 113-143.

41 Voir sur ce point : E. Spilotros, loc. cit., p. 113.

42 Sur ce point : U. Levra, Dalla città « decapitalizzata » alla città del Novecento, dans U. Levra (dir.), Storia di Torino. VII. (1864-1915), Turin, 2001, p. xix-clxiii.

43 Idem.

44 U. Levra, idem.

45 Idem. Pour une histoire politique et culturelle de la ville de Turin après l’Unité, voir : V. Castronovo, Torino, Rome-Bari, 1987.

46 P. Roselli, loc. cit., p. 25.

47 La Commission de conservation des objets d’art et des monuments historiques en vient même à présenter sa démission face aux décisions de Falconieri. Sur ce point : P. Roselli, loc. cit., p. 29-30.

48 Cité par C. Cresti, Firenze, capitale mancata. Architettura e città dal piano Poggi a oggi, Milano, 1995, p. 11.

49 Sur ce point : F. Ventura, Le trasformazioni urbanistiche della Firenze preunitaria, dans F. Petrucci (dir.), Il disegno della città. L’urbanistica a Firenze nell’Ottocento e nel Novecento, Florence, 1986, p. 21-38. Les quartiers concernés sont surtout ceux de Via Nazionale, de Barbano et des Cascine. Voir aussi G. Fanelli (dir.), Storia dell’urbanistica toscana, vol. I Firenze nel periodo della Restaurazione (1814-1859) : allargamenti stradali e nuovi quartieri, Rome, 1987. Pour une histoire urbaine générale de Florence, voir : G. Fanelli, Firenze, Rome-Bari, 1980. Pour une histoire politique de la ville à partir de l’Unité : G. Spini et A. Casali, Firenze, Rome-Bari, Laterza, 1986.

50 Sur le plan Poggi et Florence en 1865, voir : F. Borsi, La Firenze del Poggi, dans F. Petrucci (dir.), op. cit., p. 39-42, ainsi que S. Frasca, Il piano per Firenze capitale nelle testimonianze del autore, dans idem, p. 43-50 et G. Morolli, La città giardino di Giuseppe Poggi dal quartiere di collina al viale dei colli, dans idem, p. 67-100.

51 Pour une histoire urbaine de Florence, voir aussi : S. Fei, G. Gobbi Sica et P. Sica, Firenze. Profilo di storia urbana, Florence, 1995.

52 Voir : S. Fei, Firenze 1881-1898 : la grande operazione urbanistica, Rome, 1977. Les principales phases de cette opération concernent l’assainissement (et la destruction) du ghetto, la création de piazza della Repubblica, le plan régulateur municipal de décembre 1886 puis la mise en valeur du patrimoine antique.

53 Voir le texte de G. Guerzoni (1871), Firenze dopo il trasferimento della capitale, dans C. Carozzi et A. Mioni, L’Italia in formazione, Bari, 1970, p. 481 et s.

54 Voir : E. Decleva, Il compimento dell’unità e la politica estera, dans G. Sabbatucci et V. Vidotto (dir.), op. cit., vol. 2, Il nuovo stato e la società civile, p. 150.

55 Sur ce point : G. B. Calogero, Le operazioni militari per l’occupazione dello Stato pontificio e la presa di Roma. Luglio-20 Settembre 1870, dans Studi romani, 1970, p. 340-355.

56 Idem.

57 Idem.

58 Idem.

59 Idem.

60 T. Aebisher, Le ipotesi territoriali nella questione romana dal 1870 al 1929, dans Rassegna Storica del Risorgimento, Luglio-Settembre 2000, p. 411-430. L’auteur cite une lettre dans laquelle le Pape souligne que « la défense doit servir de protestation, et mettre en évidence la violence. Rien de plus. Il faudra ouvrir des négociations pour la reddition dès qu’une brèche sera ouverte ».

61 C. Fiorentino, La questione romana intorno al 1870. Studi e documenti, Rome, 1997, p. 13.

62 Sur les protestations provoquées par la prise de Rome, voir : C. M. Fiorentino, Dalle stanze del Vaticano : il Venti Settembre e la protesta della S. Sede. 1870-1871, dans Archivium Historiae Pontificae, 1990, p. 285-333.

63 Sur ce point, voir : B. Horaist, La dévotion au Pape et les catholiques français sous le pontificat de Pie IX (1846-1878), Rome, 1995.

64 Cette circulaire a pour titre « Dalle stanze del Vaticano, 20 Settembre 1870 ». Citée par C. M. Fiorentino, loc. cit., p. 289.

65 Sur ce type de manifestation et sur les réseaux catholiques intransigeants qui les organisaient depuis Paris, autour du journal Le Pèlerin, voir : B. Brennan, Visiting « Peter in Chains » : French Pilgrimage to Rome, 1873-1893, dans Journal of Ecclesiastical History, vol. 51, 4, 2000, p. 741-765. Ce type de pèlerinage revendicatif marque toute la fin du pontificat de Pie IX, ainsi, qu’à partir de 1878, une part importante de celui de Léon XIII. Encore en 1891 des incidents sont notés entre patriotes italiens et catholiques français. Brian Brennan fait état de contre-manifestations italiennes au cri de « Vive Sedan ».

66 Cité par Fiorentino, loc. cit., p. 312.

67 Voir : A. C. Jemolo, Chiesa e Stato in Italia dalla Unificazione ai giorni nos-tri, Turin, 1977.

68 Sur ce point, voir : G. Martina, La fine del potere temporale nella coscienza religiosa e nella cultura dell’epoca in Italia, dans Archivium Historiae Pontificae, 1971, p. 309-375.

69 Martina cite à ce sujet l’expression de Mgr Spalding, archevêque de Baltimore.

70 Voir aussi G. Martina, Roma dal 20 settembre 1870 al 11 febbraio 1929, in L. Fiorani et A. Prosperi (dir.), op. cit., p. 938-973.

71 Voir G. Martina, La fine..., loc. cit., p. 325.

72 Sur l’histoire de l’insertion des Catholiques dans la vie politique italienne, voir G. De Rosa et F. Malgeri, L’impegno politico dei Cattolici, dans G. De Rosa, T. Gregory et A. Vauchez, op. cit., p. 223-256.

73 Voir : G. Parisella (dir.), La capitale e lo Stato. Governo centrale e poteri locali a Roma. 1870-1990, Rome, 1992.

74 Sur ce point : C. M. Fiorentino, loc. cit., p. 321.

75 G. Manfroni, Sulla soglia del Vaticano (1870-1901), Bologne, 1920.

76 Décret n° 5903.

77 Article I de l’acte de capitulation. Cité par T. Aebischer, loc. cit., p. 412.

78 Idem, p. 414.

79 Idem.

80 Idem, p. 423. Sur le contexte des négociations entre le Saint-Siège et l’Italie à cette époque, voir aussi : M. Gamberi, Nazionalismo e Santa Sede negli Anni della grande guerra, dans Il Risorgimento, 1997, 1-2, p. 83-111.

81 T. Aebischer, loc. cit., p. 426. Voir aussi : P. Bellu, Verso la Conciliazione (1903-1921), dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, 1959, p. 93-173.

82 T. Aebischer, loc. cit., p. 428.

83 T. Aebischer, loc. cit., p. 430.

84 Sur les accords du Latran dans le contexte du conflit pluri-décennal entre État italien et Vatican, voir : F. Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa, Bologne, 1974, p. 189 et s.

85 Sur ce point, voir : T. Aebischer, La commissione tecnica italo-vaticana ed i confini del territorio vaticano (1929-1933), dans Studi romani, 2000, 1, p. 104-117.

86 Voir à ce sujet : J. M. Ticchi, Ubi Roma, ibi Papa : les projets de fuite du pape hors de Rome sous Léon XIII (1878-1895), dans Rassegna storica del Risorgimento, juillet-septembre 2001, p. 355-400.

87 Sur Sella, voir : G. Marongiu, Storia del fisco in Italia. 1 La politica fiscale della destra storica (1861-1876), Turin, 1995, p. 271 et s.

88 Sur l’histoire de l’industrie italienne, voir F. Vidal, Histoire industrielle de l’Italie de 1860 à nos jours. Comprendre le modèle italien, Paris, 1998 et surtout V. Zamagni, Dalla periferia al centro. La seconda rinascita economica dell’Italia (1861-1990), Bologne, 1990. Sur le cas romain : P. Bertelli, Note sull’industria a Roma, dalla fine del regime pontificio alla seconda guerra mondiale, dans Storia urbana, 57, 1991, p. 29-41. Sur la notion de droite historique, voir : M. S. Piretti, Le elezioni politiche in Italia dal 1848 a oggi, Rome-Bari, 1995, p. 33 et s.

89 Cette période a été étudiée par I. D. Taviani, L’opera della Luogotenenza a Roma (9 Ottobre 1870-25 Gennaio 1871), dans Archivio della Società romana di storia patria, 1970, p. 73-160.

90 Décret royal du 9 octobre 1870, n° 5903.

91 Sur ce point : G. Gadda, Relazione del commissario governativo sui lavori di trasferimento della capitale a Roma, Rome, 1872, Archivio storico capitolino. Biblioteca 11551 (18).

92 I. D. Taviani, loc. cit., p. 77.

93 Voir I. D. Taviani, loc. cit., p. 82-83.

94 Voir : S. Rebecchini, Il Comune di Roma da Michelangelo Caetani a Filippo Doria Pamphilj, dans Studi romani, 1962, p. 278-298.

95 I. D. Taviani, loc. cit., p. 105.

96 Sur les protestations soulevées par cette décision, voir : C. M. Fiorentino, loc. cit., p. 317. Sur l’action du pouvoir italien face aux corporations religieuses au cours des premières années de Rome capitale, voir : C. M. Fiorentino, Chiesa e Stato a Roma negli anni della Destra storica (1870-1876). Il trasferimento della capitale e la soppressione delle Corporazioni religiose, Rome, 1996.

97 Voir I. D. Taviani, loc. cit., p. 116. Le conflit le plus important concerne le Collegio romano, qui devient lycée Ennio Quirino Visconti.

98 Décret n° 6000 du 17 novembre 1870.

99 Pour une réflexion sur ce thème, à partir d’une comparaison entre Allemagne et Italie, voir : I. Porciani, Identità locale-identità nazionale : la costruzione di una doppia appartenenza, dans O. Janz, P. Schiera et H. Siegrist (dir.), Centralismo e federalismo tra Otto e Novecento. Italia e Germania a confronto, Bologne, 1997, p. 141-182. L’auteur s’emploie à analyser les racines locales de la conscience nationale.

100 I. D. Taviani, loc. cit., p. 134. Cette date est ensuite légèrement décalée.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540