Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Volume I. Naissance et diffusion d’une écriture médicale en Italie et en France (XIIIe- XVe siècle)

Conclusion

Texte intégral

Les médecins, de leur côté, président les tables des rois, en vertu de l’autorité que l’usage leur a conférée ; ils ordonnent, interdisent, menacent, tonitruent, argumentent, s’indignent et imposent à leurs maîtres des règles qu’ils sont les premiers à transgresser – règles dont l’observance, comme nous le voyons, abrège la vie des rois et prolonge leurs maladies.
Pétrarque, Lettres de la vieillesse, livres IV-VII, éd. E. Nota et trad. fr., Paris, 2003, V 3, 26 (Les classiques de l’humanisme).

  • 1 Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, éd. V. Branca, Florence, 1956, p. 296-300 (Collezione in vent (...)

Avant l’hiver commence à te gouverner toi et ta famille de cette manière. [...] Dîne à l’heure convenable, mange de bonnes choses en quantité modérées ; lève-toi avec bon appétit, prends garde aux fruits et aux champignons, n’en mange pas ou peu et rarement. Fais de l’exercice, mais sans te fatiguer, afin de ne pas transpirer, de ne pas t’essouffler et de ne pas avoir à faire sécher tes vêtements ; prends garde au sexe et aux femmes, ne t’embarrasse pas d’une cette année. Ne mange pas et ne bois pas si tu n’en as pas envie ; et si cela te restait sur l’estomac, digère d’abord et reste une heure sans manger ou boire. Fais attention au dîner, mange peu et de bonnes choses. [...] Et en été, consomme des choses fraîches : de bons vins et petits, du poulet et des chevreaux, de l’intestin et des pieds de mouton avec du vinaigre ou de la laitue, ou des crevettes si tu peux en avoir. [...] Fuis autant que tu peux la mélancolie ou les mauvaises pensées ; va où on fait des choses plaisantes et où tu pourras passer du temps avec plaisir et allégresse, et ne pense pas aux choses qui te sont douloureuses et te donnent de mauvaises pensées. [...] Désormais je n’écrirai plus sur ce sujet, parce qu’en vérité les médecins fiables et qui connaissent ta nature seront ceux qui sauront le mieux te délivrer de telles mesures ; cependant, comme on dit, il faut prendre conseil auprès d’eux nonobstant qu’il soit utile et bon d’observer les choses suscrites dans les dits moments1.

  • 2 Écrites, du moins pour partie, pour son fils Antoniotto, interrompues puis reprises à la suite de (...)

1Voici quelques-unes des règles d’hygiène que le Florentin Giovanni di Pagolo Morelli (1371-1444) préconisait dans ses Ricordi ; quoique destinées à prévenir la peste, elles dépassent clairement le cadre de l’épidémie pour se référer au simple quotidien, celui d’une famille aisée dont le chef, membre de l’Art de la laine, endossa les fonctions de prieur et fit partie des douze Boni uomini avant d’occuper la charge de gonfalonier de justice vers la fin de sa vie. Ce livre de mémoires, où les événements politiques tumultueux que connut la cité toscane rivalisent avec le registre de l’intime (jusqu’au domaine de la sexualité2), témoigne, et il n’est pas le seul, de véritables préoccupations en matière d’hygiène, d’alimentation, et plus largement d’un souci de soi que partage le notable citadin avec les auteurs de manuels médicaux.

2L’enquête entreprise sur les traités diététiques a mis en lumière l’une des réponses fournies par la corporation médicale entre le xiiie et le xve siècle à ce besoin de connaissance et de soins du corps. La masse documentaire répertoriée (qui, sans être exhaustive, embrasse cinquante-cinq « titres » latins portant un nom d’auteur, sans compter les œuvres, anonymes, les traductions et les compositions en langues vernaculaires), est le signe d’une production vivante et en augmentation malgré une période sombre liée à l’épidémie de peste de 1347-1352 et aux recrudescences endémiques des décennies suivantes. Certes le recensement des manuscrits n’est ici qu’indicatif et bien des découvertes restent encore à faire, peut-être pas tant du côté des auteurs connus que du côté des anonymes, moins faciles à repérer dans les index de catalogues, ou du côté des extraits et florilèges d’œuvres plus ambitieuses dont les parties proprement diététiques et conservatrices ont parfois fait l’objet de copies séparées. Aux auteurs « anciens » du xiiie siècle, toujours d’actualité à la fin du Moyen Âge, tels Jean de Tolède ou Aldebrandin de Sienne, s’en sont progressivement ajoutés de nouveaux, médecins célèbres, praticiens communaux ou de moindre notoriété, dont les copistes ont parfois tu le nom, à telle enseigne qu’ils demeurent pour le lecteur d’aujourd’hui de parfaits inconnus. La signature de manuels diététiques par les plus grands noms de l’enseignement a assurément contribué à donner toute sa noblesse à cette nouvelle écriture.

3Apparue entre la fin du xiie et le xiiie siècle dans un berceau italien et français, sur les bases d’un savoir largement fondé sur les nouvelles traductions cassiniennes et tolédanes, la littérature que l’on désigne aujourd’hui commodément sous le titre de « régimes de santé », en vertu de l’un de ses modes d’appellation, est née de l’individualisation progressive d’un projet prophylactique, abandonnant à d’autres genres médicaux le soin d’utiliser les connaissances diététiques à des fins thérapeutiques. Sans doute l’apparition vers la fin du xiiie siècle des premiers consilia a-t-elle définitivement jeté le régime vers le champ de la conservation, à moins qu’il ne se soit agi de l’inverse. Du moins, est-ce à partir de la première moitié du xive siècle que, par son mode de désignation aussi bien que par ses composantes internes, par son plan et ses articulations générales, le texte diététique se distingue clairement du reste de la littérature scientifique et se façonne de nouveaux modèles, abandonnant le Secret des secrets pseudo-aristotélicien, l’un des plus usités jusque là. Surtout c’est dans la cohésion d’une entreprise prophylactique que se dessinent les contours d’un genre médical à part entière. Si l’écriture diététique se reconnaît dans l’énumération et l’examen des « choses non naturelles » qui fonde l’argumentation essentielle de ces traités, elle révèle également une pluralité de discours ; tantôt focalisée sur les composantes de l’ars diaetae, ou sur l’une d’entre elles (de préférence l’alimentation), tantôt sur le destinataire du texte et ses caractéristiques sociales, physiologiques ou pathologiques, elle offre aux lecteurs une diversité d’approches, qui vont de la prescription individuelle (regimen ad personam) à la somme encyclopédique (summa de conservatione sanitatis) en passant par le dictionnaire alimentaire (compendium de facultatibus alimentorum), la diète des convalescents ou des malades chroniques en phase de rémission (consilium ad sanitatem recuperandam), le régime de voyage (regimen iter agentium), la diète du nouveau-né (regimen infantis) et de la parturiente ou celle du vieillard (libellus de conservatione sanitatis senis), sans oublier les règles à suivre tout au long de l’existence. Toutes ces variétés formelles recouvrent cependant une même finalité : permettre au lecteur qui appliquerait les préceptes énoncés de conserver une bonne santé.

  • 3 On ne saurait en effet attribuer à la seule mention de Béatrice de Savoie comme destinataire le su (...)

4Peu considérée des historiens des sciences (du moins jusqu’à ces dernières années), car souvent de faible niveau technique et de peu d’envergure spéculative, méconnue des historiens de la vie matérielle ou de la vie culturelle du fait de sa nature normative qui la rendrait inapte à restituer ce que furent les conditions de vie et les pratiques d’hygiène des citadins, la littérature diététique suscita en revanche un tout autre intérêt au Moyen Âge. Que l’on en juge par la production originale en latin ou en langue vernaculaire, par les traductions d’auteurs arabes, grecs et romains, par le nombre de manuscrits qui nous sont parvenus, ou par les citations dont elle a pu faire l’objet, elle avait une place distincte dans l’univers des productions médicales. Le régime d’Aldebrandin de Sienne bénéficia par exemple d’un exceptionnel succès, dû à la diversité de ses approches et à sa composition en dialecte champenois, malgré le relatif anonymat de son auteur3, mais il ne saurait faire oublier que, dans un registre de langue savante, celui d’Arnaud de Villeneuve eut une résonance plus grande encore ; n’est-ce pas, parmi les œuvres du médecin catalan, celle dont il subsiste le plus grand nombre de copies, dont il existe des traductions en vernaculaire et que l’on voit figurer aussi bien dans les bibliothèques de praticiens que dans celles de personnalités étrangères au domaine médical ?

5Littérature savante ou vulgarisatrice, la nature des régimes n’est pas sans influencer le statut dont ce type de textes bénéficiait au sein de la production médicale et au dehors, et la manière dont il était perçu par la communauté professionnelle et par les lecteurs néophytes sur le sujet. La question rejoint ici d’autres démarches plus familières aux historiens du livre et de la lecture et s’inscrit pleinement dans les recherches sur la diffusion de la culture écrite au Moyen Âge. S’ils ne représentent qu’une infime part de la société, médecins, aristocrates et courtisans, princes et prélats qui forment l’échantillon étudié, sont des groupes qui, plus que d’autres, eurent accès aux livres et sur lesquels les informations sont les plus nourries. Les résultats obtenus montrent une diffusion assez large du régime dans ces catégories de population, avec cependant des différences notables qui s’expliquent par les caractéristiques de l’ouvrage possédé : les non-professionnels disposent plus facilement d’un ouvrage en langue vulgaire, à l’exception des ecclésiastiques bien plus familiers du latin que les laïcs, les médecins préférant les grands noms de la médecine de leur temps et des traités de plus grande envergure intellectuelle, associant souvent aux considérations prophylactiques des procédés thérapeutiques. Ces résultats ne sauraient surprendre car ils correspondent à peu d’exceptions près à l’environnement dans lequel le régime était généralement élaboré : dans une cour lorsque, composé par un médecin au service du prince, il se destinait à ce dernier, à sa famille, voire à son entourage proche (que la rédaction ait été l’objet d’une commande ou que l’auteur ait recherché la captatio benevolentiae de son protecteur) ; dans un milieu universitaire où l’enseignant s’efforçait de se distinguer de ses collègues et possibles lecteurs par le prestige d’une production écrite ; dans un milieu professionnel enfin, lorsque, pour de semblables raisons ou par souci de diffuser les principes fondamentaux d’une hygiène de vie à quelques-uns des groupes sociaux qu’il soignait, le médecin communal rédigeait un manuel de santé.

6L’enquête sur la diffusion de cette production, limitée à quelques milieux socioprofessionnels particuliers, ceux qui, par goût ou par nécessité, se procurèrent des traités d’hygiène corporelle, demanderait un élargissement plus systématique, non seulement à d’autres groupes de lettrés, étudiants et enseignants, notaires, nouvelles élites politiques, mais aussi à d’autres sources, plus à même peut-être que les ex-libris et les inventaires et catalogues de bibliothèques de rendre compte de la diffusion d’une culture diététique. La lecture de manuels d’éducation, de la tradition des miroirs des princes aux traités humanistes italiens du xve siècle, a déjà fourni quelques pistes, montrant l’importance accordée aux soins du corps pour l’équilibre de l’esprit. S’adressant de façon privilégiée à des personnages publics, destinés aux plus hautes distinctions ou du moins engagés dans des charges civiles, pédagogues et médecins gardent en mémoire les préceptes d’une morale aristotélicienne qui mettait l’accent sur la nécessité pour l’homme au service de la respublica de ne pas négliger les règles de l’hygiène. Au moment où la littérature politique exaltait la notion d’utilité et de bien communs, il était sans doute nécessaire au serviteur de l’État, pour mieux remplir sa tâche envers la collectivité, de savoir aussi prendre soin de son bien-être physique privatim, puisque la santé est un préalable nécessaire à toute action et sa régulation oblige à une maîtrise de soi, caractéristique par excellence de l’homme sage. La conservatio sanitatis pouvait ainsi être considérée, à l’égal de l’exercice de la vertu, comme une « disposition acquise volontaire », du fait de la fragilité naturelle de l’équilibre humoral et de l’obligation de suivre des règles de vie, c’est-à-dire de mettre en pratique une vie vertueuse. Certes, dans ce domaine, le médecin médiéval dut s’adapter puisque depuis Galien, on reconnaissait que la conservation de la santé n’était véritablement possible que pour l’homme détaché de toute activité manuelle. La composition d’ouvrages destinés à des personnalités de la vie politique ou religieuse, si elle n’était pas nouvelle (que l’on pense aux lettres pseudo-aristotéliciennes adressées à des généraux d’Alexandre ou au régime de Maïmonide envoyé au fils du sultan Saladin), tentait toutefois de rendre compatible activité professionnelle et souci de soi.

7L’émergence de ce type de littérature s’inscrit aussi dans le droit fil d’une « médicalisation » qui touche les élites sociales, soit par l’intermédiaire d’un praticien attaché à demeure à une famille, soit par le biais des médecins communaux, engagés par les cités. Quelques recherches dans des correspondances aristocratiques ou entre patients illustres et médecins ont par exemple souligné les liens qui s’étaient forgés entre l’homme de savoir, devenu l’une des figures familières de l’entourage princier de la fin du Moyen Âge, et son protecteur, qui recherchait la présence rassurante de ce dernier, non seulement dans les moments critiques de l’existence, mais au quotidien, pour surveiller son état de santé. Le regimen sanitatis, de son côté, contribua à diffuser au dehors des cercles savants les fondements d’un savoir diététique et préventif qui permettait au lecteur de mieux connaître son corps et son fonctionnement et d’en maîtriser les mécanismes principaux, éventuellement sans l’appui du médecin.

  • 4 Unde quidam comedunt ut vivant, sicut sobrie. Viventes quidam vero vivunt ut comedant, sicut gulos (...)

8Répondre à une demande sociale, manifestée par un petit nombre, telle est sans doute l’explication de l’apparition et de l’affirmation d’une nouvelle écriture médicale, prenant pour objet le corps en bonne santé. En témoigne, du côté de cette littérature, un discours qui ne fut pas toujours uniforme et ne se contenta pas de reproduire servilement les propos des autorités médicales ; au contraire, s’y manifestèrent des efforts constants pour adapter les diètes que les auteurs conseillaient aux transformations des conditions de vie des populations urbaines en prenant en compte, par exemple, les mutations du paysage alimentaire médiéval (nouveaux produits liés à l’essor des échanges commerciaux, nouvelles habitudes de consommation, évolutions du goût...). La culture diététique, telle que l’ont véhiculé les régimes de santé, fut donc l’objet de transformations qui la rendaient toujours plus proche des modèles de comportements des élites : ceux qui pouvaient mener une vie oisive lorsque le besoin s’en faisait sentir, ceux qui choisissaient leurs aliments, qui consommaient des mets apprêtés par des cuisiniers, ceux qui avaient le temps de converser tranquillement avec des amis ou d’écouter de la musique, furent les lecteurs privilégiés auxquels s’adressait en priorité le discours diététique. Aussi, aux propos d’un Jean de Tolède, qui n’oublia peut-être pas qu’il était également un homme d’Église (ou qu’il se destinait à le devenir) lorsque, au milieu du xiiie siècle, il débutait son Libellus de conservatione sanitatis par une citation de Galien préconisant l’abstinence comme la meilleure des médecines4, répond à la fin du Moyen Âge un tout autre propos : dictionnaires alimentaires, traités diétético-culinaires ou encore régimes de santé proposent une « morale diététique » qui, quoique conforme aux principes aristotéliciens de la juste mesure et de la tempérance, n’a pas toujours été sourde aux sirènes de la cuisine ni à la « tyrannie » des plaisirs de la table ou de la chair. Les modèles d’ascétisme venus des conceptions religieuses ne furent en fait jamais véritablement conseillés par les autorités médicales, les obligations du jeûne et l’abstinence radicale n’étant que fort rarement mentionnées dans les régimes. C’est au contraire à une économie des plaisirs et à une régulation des appétits, mais sans excès, qu’ils invitent, car ce qui se mange avec délectation se digère aisément, dit le médecin.

  • 5 Pour un examen de la diversité des formes de cette littérature et de ses finalités, voir A. Cicche (...)
  • 6 Cf. la mention des Ricordanze de Jacopo di Coluccino demeurées inédites par A. Chiappelli, « Maest (...)

9Texte pratique de nature souvent normative, l’ouvrage diététique rassemble donc des informations diverses et des conseils, qui doivent permettre au lecteur de connaître la qualité de l’air, le type d’exercice qui lui conviennent, les vertus et nocivités des aliments ou encore les émotions qui lui sont néfastes. Comme tout discours de la norme, il n’échappe pas à la question de son application et, ainsi que pour d’autres types de littérature, l’appréhension de ce phénomène soulève plus de difficultés qu’elle n’apporte de réponses solidement étayées. Les informations sont souvent géographiquement et chronologiquement éparses et, lorsque l’on constate un suivi de principes diététiques, rien ne vient confirmer qu’il reposait sur la lecture d’un ouvrage médical. Au mieux peut-on soupçonner que la proximité d’un médecin n’était pas étrangère à de tels comportements. Dans ce domaine, l’investigation mérite d’être poursuivie, non seulement à travers les échanges épistolaires, mais aussi les sources comptables, chroniques, libri di ricordanza ou livres de famille5, rédigés par des notables ou par des professionnels6, pour tenter aussi bien de rendre compte du rôle du médecin dans la vie familiale des aristocrates et des élites urbaines que de mesurer l’importance accordée au corps et à la santé et d’y saisir l’application de préceptes d’hygiène à l’échelle individuelle et, plus largement, leur place dans l’économie domestique. La lecture des consilia, même s’ils traitent en règle générale de procédés thérapeutiques et s’ils manifestent une tendance à l’uniformisation du propos, peut aussi fournir d’autres informations sur les pratiques diététiques. Toutefois, ne cachons pas qu’une telle démarche est difficile et peut ne rapporter que de maigres informations au vu de l’ampleur des dépouillements requis.

10Ces questions, qui engagent les rapports de l’homme sain avec son corps, relèvent de la sphère individuelle, unique dimension prise en compte par les régimes de santé ; seuls quelques conseils contre la peste se réclamèrent d’utilité publique en tentant de répondre aux besoins collectifs de populations en péril. Toutefois, sans considérer que la production diététique fut à l’origine d’un quelconque projet de salubrité publique, on peut se demander si elle ne contribua pas à familiariser une élite, étrangère au domaine médical mais impliquée dans la vie politique, au « devoir de prévention » de la santé, à la nécessité de réguler et de mieux gouverner les corps. Il est certain que l’épidémie de 1348 et les réapparitions successives de la peste tout au long du xve siècle, mirent la question sanitaire au cœur des problèmes à régler, comme en témoignent la recherche par les petites cités de médecins communaux, la constitution d’offices de santé, la réorganisation des institutions hospitalières, la fondation de nouveaux établissements ou les premières « enquêtes sanitaires », lorsque l’épidémie menaçait à nouveau. La réponse médicale que proposaient les régimes de temps de peste ne prévoyait le plus souvent que des mesures personnalisées de protection contre la maladie. Elle montra son inefficacité et ses limites, dès lors qu’il s’agissait de santé publique ; elle souligna sans doute aussi la nécessité de la mise en place d’une stratégie et de moyens prophylactiques à l’échelle des communautés urbaines.

Notes

1 Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, éd. V. Branca, Florence, 1956, p. 296-300 (Collezione in ventiquattresimo).

2 Écrites, du moins pour partie, pour son fils Antoniotto, interrompues puis reprises à la suite de sa mort en 1421, ces mémoires n’hésitent pas à divulguer des conseils en matière de sexualité.

3 On ne saurait en effet attribuer à la seule mention de Béatrice de Savoie comme destinataire le succès de cette œuvre, les manuscrits de cette version n’étant pas (et de loin) les plus nombreux. En revanche, l’explication vaut peut-être pour les lecteurs actuels, nombre d’entre eux continuant à faire d’Aldebrandin un médecin de l’entourage royal, ignorant le travail de F. Féry-Hue.

4 Unde quidam comedunt ut vivant, sicut sobrie. Viventes quidam vero vivunt ut comedant, sicut gulose viventes. Item quesitum fuit a Galieno que esset perfecta medicina, qui respondit abstinentia (Paris, B.n.F., lat. 16222, f. 76ra).

5 Pour un examen de la diversité des formes de cette littérature et de ses finalités, voir A. Cicchetti et R. Mordenti, I libri di famiglia in Italia, 2 vol. : Filolofia e storiografia letteraria ; Geografia e storia, Rome, 1985 (La memoria familiare, 1 et 2).

6 Cf. la mention des Ricordanze de Jacopo di Coluccino demeurées inédites par A. Chiappelli, « Maestro Jacopo di Coluccino da Lucca medico ed il Giornale delle sue ricordanze (1364-1402), Rivista di storia critica delle scienze mediche e naturali, 12 (1921), p. 3-15.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540