Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Cinquième partie. Auteurs, lecteurs, lectures

Chapitre XII. De l’écriture à la lecture

Texte intégral

  • 1 À la fin du siècle, Jean de Mirfeld évoquait aussi, dans son Breviarium, la cupidité de ses confrèr (...)
  • 2 Dans sa majorité, la population médiévale n’avait pas accès au praticien, même s’il faut noter une (...)

1Lorsqu’au début du xive siècle, Bernard de Gordon reprochait à ses confrères de négliger la diététique dans la prise en charge de leurs patients, lui préférant des soins thérapeutiques, était-ce une simple critique de pratiques lucratives ou le constat d’une incapacité des médecins à répondre à une demande de prévention1 ? Sans doute l’ars diaetae relevait-elle pour l’essentiel d’une médecine de luxe que les sociétés médiévales ne pouvaient s’offrir. L’ensemble des recherches menées sur l’état sanitaire des populations et sur les législations en vigueur pour l’améliorer ou le contrôler a montré que l’intervention des pouvoirs publics était souvent la résultante d’une situation épidémique et donc une réponse fournie dans l’urgence2.

  • 3 Voir L. García Ballester, « Medical Ethics in Transition in the Latin Medicine in Thirteenth-Fourte (...)
  • 4 Sur le rôle et l’importance de ces physiciens au service de la cité, voir V. Nutton, « Continuity o (...)
  • 5 M. R. McVaugh et K. Park ont mis en lumière pour la Catalogne et pour Florence, à des époques pourt (...)
  • 6 Cette association des notions de conservatio et d’utilitas communis n’est pas partout visible, ni p (...)

2Pourtant le médecin montpelliérain ne fait que réaffirmer ici l’un des principaux devoirs du praticien3, auquel répond partiellement la production de régimes, progressivement centrés sur la conservation, et qui ont su faire du corps en bonne santé l’objet de leur discours. Et si cette littérature s’inscrit dans un contexte de débats universitaires sur la notion d’aliment ou sur le fonctionnement de la digestion, elle ne saurait expliquer sa raison d’être par la seule translatio studii, ou par un simple phénomène de mode, qui ne pourrait justifier la postérité de nombreux textes. Elle doit d’abord son existence à une attente sociale ; exprimée par un public privilégié – celui qui, familier d’une présence médicale, demandait aussi des conseils prophylactiques –, cette demande s’est sans doute également « démocratisée ». De fait, les efforts menés par les autorités urbaines pour mieux former et contrôler le corps médical (grâce à la création de facultés et de collèges de « physiciens4 », grâce aussi à la lutte contre les charlatans), et pour assurer aux plus démunis et aux malades un toit dans les hôpitaux construits à cet effet, ont favorisé l’ébauche d’une « médicalisation » des populations urbaines5. Ils ont fait aussi émerger l’idée selon laquelle la protection de la santé relevait du bien public, invoquée comme un topos, dès le xiie siècle6. Si les auteurs de régimes ont peut-être d’abord cherché à atteindre un horizon d’attente spécifique, la postérité de leur production et les formes prises par sa diffusion ont montré que d’autres groupes sociaux, qui avaient accès à la culture écrite, ont manifesté un intérêt pour le sujet. Encore reste-t-il à cerner quels furent ces différents publics et les usages qu’ils firent de ces livres ; mais avant de répondre à ces questions, il est nécessaire, pour comprendre l’apparition du texte diététique, d’en éclairer les conditions de production, ce qui implique de situer l’auteur dans son milieu socioprofessionnel (non plus d’un point de vue intellectuel ou théorique, mais d’un point de vue social), et d’appréhender les pratiques auxquelles une telle écriture répond, voire qu’elle engage.

ASSISTANCE ET PRÉVENTION

  • 7 Voir A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape, trad. fr., Paris, 1997 ; et pour la notion de « souc (...)

3Par ses enjeux et ses finalités, le livre diététique conduit le lecteur vers un processus d’appropriation de son corps par la connaissance et par la cura corporis7. Il n’est que l’un des témoignages d’un souci du corps qui a progressivement touché certaines catégories de population, capables non plus seulement de penser la maladie en termes de mal à soigner mais aussi à éviter. L’observation de soi, l’attention quotidienne à son état physiologique, la formation d’un entourage médical susceptible de répondre à tout moment aux inquiétudes que le corps suscite, ne sont que quelques-unes des attitudes que matérialisa la rédaction de régimes de santé.

  • 8 Ces médecins font véritablement partie de l’entourage du prince : on voit qu’après son mariage avec (...)

4Le discours diététique répond souvent à une demande individuelle, notamment lorsqu’il divulgue un savoir simple, loin des discours théoriques. Il faut en effet distinguer les ouvrages complexes qui se destinent à d’autres praticiens (à leur tour susceptibles de diffuser ces règles d’hygiène lors de leurs consultations), des régimes au discours clair, qui rapprochent la médecine de l’individu, comme le faisaient les premiers conseils précédés par l’analyse du cas (où étaient détaillés le sexe, l’âge, la position sociale du patient ainsi que les symptômes dont il souffrait). Ce besoin d’assistance, et plus encore de prévention, s’inscrit d’abord socialement dans les limites de groupes qui bénéficiaient déjà d’une présence constante de praticiens : c’est à eux, rois, princes et prélats, qui pourtant pouvaient toujours recourir aux conseils des médecins8, que s’adressent nombre de textes. Et si le régime peut sembler, à certains égards, superfétatoire, il ne fait que renchérir sur des attitudes spécifiques à l’égard du corps, sur une attention à soi qui, sans nier le groupe, valorise l’individu.

L’attention au corps, à la maladie et à la santé

  • 9 Voir A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape... cit.

5S’interrogeant sur l’intérêt manifesté par la Curie pour les sciences de la nature, Agostino Paravicini Bagliani a confronté l’émergence d’un type d’écriture particulier du corps (et plus particulièrement les ouvrages sur la prolongation de la vie ou sur le rajeunissement) à des discours théologiques opposant la caducité du corps du pape à la pérennité de l’institution ecclésiale9. À partir du xiiie siècle, l’apparition de cette nouvelle production médicale paraît vouée à réduire l’antagonisme entre une réalité biologique et la continuité d’une fonction. Elle est née d’une interrogation sur le corps qui s’est prolongée hors du milieu ecclésiastique et s’est nourrie de l’apport de l’ars medica. Si ces ouvrages visent à repousser le terme naturel fixé par la nature pour chaque homme, les régimes de santé n’ont point cette ambition. Toutefois, à l’image de la littérature consacrée à la prolongation de la vie, ils suscitent aussi à l’évidence l’intérêt des responsables politiques de leur temps, qui, à défaut de chercher à retarder l’inéluctable fin, expriment de plus en plus fréquemment le souci de leur santé corporelle et de sa conservation. Sans elle, il n’est de pas de gouvernement des autres possible et sans penser à la pérennité de leur fonction, ils songent plus prosaïquement à être en mesure d’exercer les tâches de gouvernement qui leur incombent. Cette cura corporis qu’expriment les élites laïques des cours italiennes du xve siècle est particulièrement perceptible à travers les abondantes correspondances de chancellerie. Ces lettres rendent souvent compte de ces aspirations à la santé, non plus conçue comme un moyen de prolonger la vie mais, plus raisonnablement peut-être, comme un bien à conserver, dans les limites des connaissances médicales. Le choix d’une enquête dans ces milieux de cour m’a semblé d’autant plus pertinent qu’il a souvent constitué un univers favorable à l’éclosion d’une littérature vouée à la conservation de la santé.

  • 10 Voir infra, p. 608-623.
  • 11 Sur les règles épistolaires médiévales et leurs transformations, voir A. Boureau, « La norme épisto (...)
  • 12 Il s’agit respectivement des fils et frère de Ludovic Gonzague, marquis de Mantoue.
  • 13 Il y avait au moins deux médecins auprès de Frédéric Gonzague : d’une part Johannes da Grignano, mé (...)

6Perceptible à travers la présence quotidienne de médecins dans les cours princières10, ce souci de soi est donc aussi un topos de l’échange épistolaire qui concerne la sphère du privé et le registre de l’intime11. Ainsi plusieurs des vingt-trois lettres écrites entre mai 1460 et juin 1461 depuis Petriolo, près de Sienne, par Frédéric et Alexandre Gonzague (et leurs familiers)12, à Barbara de Brandebourg, épouse du marquis de Mantoue, montrent que la santé occupe le premier plan des préoccupations quotidiennes. Rien d’étonnant à cela, puisque le séjour dans la station thermale toscane avait une finalité médicale, et certaines de ces missives furent d’ailleurs rédigées par les praticiens qui accompagnaient leurs patients aux bains. Il était alors dans leurs attributions de rassurer le duc sur l’état de santé de ses fils13et sur les bienfaits que leur procurait la cure.

  • 14 « ... de quelli duj termini de febre hebbe li dì passati lo Ill[ustrissimo] S[ignore] mio fratello (...)

7D’autres lettres, écrites par les malades eux-mêmes, témoignent d’une attention de tous les instants à leur santé, d’une inquiétude face aux signes d’un dysfonctionnement physiologique et, plus généralement, d’une écoute de leur corps. Après avoir évoqué la convalescence de son oncle, Alexandre Gonzague, dans une lettre datée du 17 mai 1461, parle des bienfaits de cette cure14et mais aussi du refroidissement qu’il vient d’attraper :

  • 15 Ibid.

Vero è che da quatro over sei zorni in qua ne sono infredato nel pecto che me fa tossere assai spesso del qual fredore sono migliorato e penso debia durare pocho, havendolo però per bono signo che la materia ne sia uscita fora del cervello e discesa al pecto perchè spero me seria molto più facile ad eradicarla dal dicto pecto, che da esso cervello15.

  • 16 « Sapia adoncha la prelibata S[ignoria] V[ostra] come dei gratia del mio fredore pectorale pochissi (...)

8Par les termes employés, cette lettre ressemble à un diagnostic médical, insistant sur la localisation précise de l’affection, qui passe du cerveau à la poitrine, signe d’une évolution positive de la maladie. Le patient y montre une perception très concrète de sa maladie, et des parties du corps qui sont touchées. Peut-être cette épître n’est-elle que la transcription des paroles prononcées par le médecin ; elle montre du moins une familiarité de l’auteur avec le vocabulaire médical et un désir de comprendre les causes et les symptômes, comme pour mieux dominer l’affection qui le touche. Quelques jours plus tard, le 24 mai, une autre missive fournit des informations rassurantes16sur l’état de santé d’Alexandre. On y apprend toutefois que, pratiquement rétabli, celui-ci a demandé à son médecin, Francesco di Acerbi, de prendre contact avec l’un de ses confrères siennois, maître Bartolo, afin d’évoquer « li facti [suoi] », c’est-à-dire son état physique :

  • 17 Ibid.

Non sono andato ala indulgentia plenaria a Siena come per altra notificai ala S[ignoria] V[ostra] perchè dopoi scrissi a quella mandai a Siena predicto M[aestr]o Franc[esc]o di Acerbi a comunicare sopra li facti mei cum uno m[aestr]o Bartolo medico che in essa terra ha gran nome et la facta molte experientie de questi bagni e dopoi hebeno conferito insieme me riportò ad esso M[aestr]o Bartolo parere che anchore restasse per alquanti zorni qui e che se andria ala prenominata perdonanza per tornare17.

  • 18 Le conseil adressé par quatre médecins à Jean de Médicis évoque même une spécialisation des bains e (...)
  • 19 De ces relations entre le médecin et le pape, témoigne un conseil daté de 1460 adressé à Pie II par (...)

9C’est au spécialiste des bains qu’il est fait appel, les thermes étant généralement recommandés pour soigner les rhumatismes, l’arthrite, les pédiculoses ou encore l’asthme18. En effet, ce maître Bartolo n’est autre que Bartolo di Tura Bandini (1428-1477) qui, à la même époque, accompagnait le pape Pie II aux bains de Macereto, peu distants de ceux de Petriolo19. Le rétablissement n’est pas un élément en soi suffisamment rassurant pour le malade et il fait taire ses inquiétudes à propos d’une santé toujours perçue comme un idéal vers lequel tendre ou comme un bien qui n’est jamais définitivement acquis, en demandant l’avis du médecin.

  • 20 A. Portioli, I Gonzaga ai bagni... cit., p. 38 (lettre du 5 juin 1461, écrite de Florence).

10D’autres lettres font encore mention de l’état de santé d’Alexandre, évoquant par exemple les purges qu’il eut à subir, le laissant « cum una grande lascitudine senza febre però20 », ou encore la chute de cheval qu’il fit quelques jours plus tard. À cette occasion, les soins dont il bénéficia sont précisément détaillés : constatant que son pied était enflé, son médecin Francesco fit appel à « uno doctore che si riputato uno grande ciroicho ». Le marquis détaille ensuite les différentes interventions du chirurgien, qui remet l’os du pied à sa place, puis pose un emplâtre sur la jambe afin « que li umori non venisseno zoso ». Ces exemples montrent la complémentarité et la diversité de la profession médicale : si Francesco di Acerbi a les traits du généraliste et du praticien de famille, Bartolo di Tura est perçu comme le spécialiste des bains et le chirurgien comme celui des blessures ouvertes et autres manipulations.

  • 21 « Rengratio summamente la S[ignoria] V[ostra] di quanto se dignata advisarme noviter per una sua de (...)
  • 22 Sur cette maladie, voir G. Pieraccini, La stirpe dei Medici di Cafaggiolo. Saggio di ricerche sulla (...)

11La cura corporis n’est pas une simple affaire personnelle, elle est aussi un sujet de conversation familiale, et plus encore un fait politique et culturel. Alexandre Gonzague ne manque pas de prendre ainsi des nouvelles de l’état de santé de son père21, ni de rendre compte de la santé des Médicis auxquels il rend visite en juin 1461 ; le portrait qu’il dresse de la famille, atteinte d’un mal héréditaire, est sur ce point édifiant22 :

  • 23 « Fui etiam a visitar Cosmo el qual me fece una gratissima recoglienza, ritrovandolo in la camera a (...)

J’ai rendu visite à Côme, qui me fit un très agréable accueil et l’ai retrouvé assis dans la chambre, avec deux de ses fils, tous trois goutteux ; lui en souffrait peu et Pierre, son fils aîné n’avait alors pas de crise, mais ils sont tellement déformés qu’ils ne peuvent se lever ; ils ne pourraient pas plus aller à cheval et il faut les transporter ici et là. Jean, son plus jeune fils, quoiqu’il souffre de la goutte aussi n’est pas encore à ce point estropié [...]. Mais le jour d’avant, lui vint (une crise) de goutte au pied et à la main et je le retrouvais assis avec son père, comme je l’ai décrit plus haut23.

  • 24 Ainsi dans une lettre du 1er mai 1455, Pierre de Médicis, qui se trouve aux bains de Bagno a Morba (...)
  • 25 Voir notamment A. Brown, « Piero’s Infirmity and Political Power », dans Piero de’ Medici, « il Got (...)

12Ces correspondances témoignent d’une attention marquée à l’état physique général, aux indices qui signalent une bonne santé ou au contraire une détérioration, et d’une familiarité certaine avec le vocabulaire médical, que les ordonnances des praticiens contribuent sans doute aussi à diffuser. Cette attention au corps ne caractérise pas les seuls Gonzague, mais transparaît dans d’autres échanges épistolaires qui montrent un souci partagé, une inquiétude toujours présente pour soi-même et pour les siens24 ; les pièces d’archives et lettres rassemblées par Gaetano Pieraccini à propos des Médicis évoquent une maladie partout et toujours présente. Sans doute plus que dans celles des marquis de Mantoue, ces missives éclairent les rapports entre la santé du prince et le politique, comme si la sphère privée ne pouvait se soustraire au domaine public. Parce qu’elle est une pathologie familiale, la goutte dont souffre la famille ducale prend place au premier rang de la vie politique florentine25. Dans ces échanges, se construit aussi une image du malade, identifié aux dysfonctionnements physiologiques et sociaux d’une maladie particulièrement invalidante.

  • 26 Édité par C. Guasti, « Consulto per la salute... », art. cit.
  • 27 Il s’agit en l’occurrence de manger modérément si l’on suit le conseil des quatre médecins : « quan (...)

13Le médecin est aussi dans le milieu florentin une figure familière, soit qu’il intervienne directement, soit qu’il prescrive des remèdes par voie écrite. Après 145026sans doute, quatre praticiens (maîtres Mingho, Bartolomeo, Filippo Cenni et Ceseri da Napoli) rédigèrent un conseil pour Jean de Médicis, atteint très jeune par les premières crises de goutte. Parce que cette affection a partie liée avec les habitudes alimentaires, le patient a besoin de deux régimes, « cioè, della vita et del medicinale ». Plus encore, comme l’y engage Roberto Martelli dans une lettre non datée, Jean a besoin de se gouverner lui-même et de suivre les règles de comportement que lui délivrent les médecins27, parce que :

  • 28 « Nulla cosa è, più lo stomaco uccida/ se la sentenza d’Avicenna accogli,/ che ‘ cibo e ‘vino sanza (...)

« Rien ne tue plus l’estomac,
Si tu accueilles les paroles d’Avicenne,
Que l’aliment et la boisson (pris) sans règle ni guide.
Le véritable amour me pousse
À te dire de t’amender de l’erreur
Et de te prendre en pitié28 ».

  • 29 « Frater optime. Ho avuto una tua lettera, la quale m’ha dato non piccolo dispiacere inteso che il (...)

14Comme le rappelait le poète, la parole du médecin ne suffit pas si le patient ne respecte pas les conseils qu’on lui délivre. Le malade doit se sentir responsable de sa santé et la vouloir, prendre soin de son corps et de son esprit, faute de quoi l’intervention du spécialiste n’est d’aucun secours29.

  • 30 On connaît d’autres exemples qui montrent les filiations entre l’exercice médical auprès du prince (...)
  • 31 Tandis que le mariage entre Sante et Ginevra Sforza a donné naissance en 1459 à un héritier, Ercole (...)
  • 32 Paul II reconnaît l’autorité de Jean II. Il réussit à conserver le soutien milanais. Le pape interv (...)
  • 33 Évêque de Rieti, puis plus tard cardinal de S. Croce, Angelo Capranica succède à Luis Juan Milan et (...)
  • 34 « Hogi ad mezo dì fui in Bologna. Et primo assignay la lectura ad Virgilio Malvezzi et exposi quant (...)
  • 35 Benedetto Reguardati a mené tout au long de sa carrière milanaise une triple activité de médecin, d (...)
  • 36 F. M. De’ Reguardati ibid., p. 167-178. Voir fig. 5.

15Parce qu’elles touchent au corps du prince, les informations que délivrent ces lettres relèvent de la sphère privée, du monde domestique dont le médecin est une figure familière. Mais elles n’en sont pas pour autant détachées du domaine public. Les positions sociales et les responsabilités des gouvernants engagent leurs modes de vie et leurs agissements sur la scène du politique30 : pratique de gouvernement et maîtrise de soi ne sont pas des pôles antinomiques et, dans cette double responsabilité à l’égard de soi et des autres, la santé personnelle occupe une place privilégiée et la figure du médecin un rôle de premier plan, dont les échanges épistolaires se font l’écho. Qu’il suffise de mentionner une lettre adressée le 5 octobre 1463 par Benedetto Reguardati à Francesco Sforza. Le médecin y évoquait les problèmes politiques que le décès prématuré de Sante Bentivoglio, podestat de Bologne, avait fait naître à propos de sa succession31et de l’équilibre des rapports entre Bologne, Milan et l’État pontifical32. La face cachée du médecin, diplomate à ses heures, s’y révèle : auprès de Virgilio Malvezzi, de Giovanni Bentivoglio, de la veuve de Sante, mais aussi d’Angelo da Capranica, le légat pontifical33, des magistrats de la ville, des prieurs et du gonfalonier34, il se fait agent de la politique milanaise à Bologne35et homme de confiance, capable de défendre devant le duc les intérêts de la faction au pouvoir dans la cité émilienne36.

Le besoin d’une présence médicale permanente : l’exemple milanais

  • 37 A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi del Duecento, Spolète, (...)
  • 38 La présence en cour de Rome de ce médecin originaire de Novare (né vers 1210) est attestée par les (...)
  • 39 Cf. annexe 1, p. 712-713.
  • 40 La présence de Guillaume de Brescia est attestée à la cour pontificale entre 1274 et 1327, date de (...)
  • 41 S’il n’est pas en permanence auprès du souverain pontife, Arnaud de Villeneuve apparaît régulièreme (...)
  • 42 Familier et médecin du pape entre 1296 et 1302 (ibid., p. 55).
  • 43 On pourrait citer des personnalités moins connues, car elles n’ont pas laissé d’ouvrages, comme Joh (...)

16Si la présence de médecins auprès des plus grands n’est pas nouvelle, c’est surtout à partir du xiiie siècle que le praticien, souvent assisté de chirurgiens ou de barbiers, apparaît comme une figure habituelle des milieux de cour. À travers l’étude des testaments cardinalices et de la production intellectuelle, Agostino Paravicini Bagliani a souligné la précocité de la cour pontificale dans ce domaine, son intérêt pour les sciences, la création d’un studium generale37et la constitution d’un « milieu intellectuel » où gravitaient des personnalités aussi importantes que Witelo, Campanus de Novare38, Petrus Hispanus39, Guillaume de Moerbecke, Guillaume de Brescia40, Arnaud de Villeneuve41, Accursius da Pistoia42ou Simon de Gênes43.

  • 44 Le phénomène est identique dans d’autres cours, comme celle du roi de France ou du pape, voire dans (...)
  • 45 Ainsi la lettre datée du 5 avril 1305, adressée à Arnaud de Villeneuve, dans laquelle le roi évoque (...)
  • 46 De nombreuses pièces d’archives de la couronne d’Aragon montrent l’inquiétude constante qui agite l (...)

17Vers la fin du siècle, le roi Jacques II d’Aragon manifeste un même désir de s’entourer en permanence des meilleurs praticiens du temps. Michael McVaugh, dans une étude consacrée à la médicalisation de la société dans les pays de la couronne d’Aragon avant la Peste Noire, a mis en lumière le rôle joué par la cour dans ce processus, révélant la volonté du roi de faire venir auprès de lui les plus grands de Paris, Toulouse ou Montpellier. Le recrutement d’Arnaud de Villeneuve et de son neveu Armengaud Blaise44sont les fruits de cette politique. Les registres de la couronne ont conservé de très nombreuses lettres de Jacques II adressées à ses médecins ou à des membres de sa famille, dont la santé est le sujet principal45 ; une telle attention y prend presque les formes d’une obsession, notamment vers la fin de sa vie, lorsque le roi apparaît sous les traits d’un vieillard valétudinaire46.

  • 47 Voir aussi pour l’Angleterre les travaux suivants : The Household of Edward IV, éd. A. R. Myers, Ma (...)
  • 48 Voir, par exemple, M. Nicoud, « Expérience de la maladie et échange épistolaire : les derniers mome (...)

18Ces attitudes quasi maniaques, qui révèlent le besoin d’une présence permanente du médecin de confiance dans l’entourage du prince, ou à défaut (dans le cas de Jacques II et d’Arnaud de Villeneuve), d’un régime de vie pouvant pallier son absence, ne sont pas des phénomènes isolés47. Au xve siècle, la correspondance entre le duc de Milan, Francesco Sforza (ou son premier chancelier, Cicco Simonetta), et ses médecins révèle de semblables préoccupations. Elle donne à voir dans ce milieu curial des pratiques médicales liées à un souci du corps, et permet de saisir, à la différence des traités diététiques, la voix du patient et la façon dont il envisage sa relation avec le praticien48.

Benedetto Reguardati, « physicus noster dilectissimus »

  • 49 Cité par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 143. Il est l’auteur avec F. M. De’ R (...)
  • 50 A.S.M., Registri Ducali, reg. 167, f. 4v.
  • 51 C’est ce qu’il affirme, dans l’une des dernières lettres conservées de sa correspondance au duc Gal (...)
  • 52 Ainsi, c’est pour prendre soin de la reine Blanche qu’en mars 1297, Arnaud de Villeneuve (qui se tr (...)

19Qualifié dans les lettres ducales de doctor prestantissimus, de physicus noster dilectissimus49ou encore de famosissimus artium et medicine doctor50, Benedetto Reguardati apparaît comme une figure dominante du milieu médical milanais. Il est entré au service de Francesco Sforza pour soigner la stérilité de son épouse, Bianca Maria51 : ces circonstances sont fréquentes, puisque nombre de praticiens et plus encore d’auteurs de traités diététiques furent d’abord appelés au chevet de l’épouse d’un prince, notamment au moment de la grossesse ou en cas de stérilité. L’accouchement constituait un moment particulièrement dangereux pour la vie de la mère et pour la survie de la dynastie, ce qui explique la très forte attention médicale dont était entourée cette période de la vie de cour52.

  • 53 Cicco Simonetta entra dans la chancellerie ducale grâce à son oncle Angelo († 1472) qui fut secréta (...)
  • 54 A. Chiappelli, « Nuovi dati biografici sopra maestro Benedetto Reguardati da Norcia e sulle cure me (...)
  • 55 Le nom du médecin apparaît dans les registres des « Conservatori della Moneta » de Pérouse en 1423- (...)
  • 56 Depuis 1443, Bologne a pris ses distances vis-à-vis de l’État pontifical, après que le parti des Be (...)
  • 57 Francesco Sforza répond aux remerciements de Sante Bentivoglio qui, dans une lettre de janvier 1463 (...)
  • 58 Bien qu’ayant autorisé son médecin à se rendre au chevet de Sante Bentivoglio, le duc de Milan rapp (...)
  • 59 Toute l’angoisse et le besoin d’assistance médicale s’expriment dans une lettre de Francesco Sforza (...)

20L’Archivio di Stato de Milan a conservé la trace d’une cinquantaine de lettres qui concernent Benedetto Reguardati : une partie d’entre elles sont autographes, les autres ont été dictées par Francesco Sforza, par Cicco Simonetta, chef de la chancellerie milanaise53, ou par l’ambassadeur de Milan auprès des Médicis54 : elles éclairent aussi bien la personnalité médicale de Benedetto Reguardati55que son rôle diplomatique dans les années 1440-1470, entre Milan et Florence. Le praticien eut en effet pour tâche principale, non seulement de conserver la santé de la famille ducale, mais aussi d’intervenir professionnellement auprès des alliés du duc, pour l’essentiel les Médicis et Sante Bentivoglio, podestat de Bologne56. Mais si cette correspondance montre l’importance qu’occupait le praticien dans les relations politiques57, elle témoigne aussi du besoin qu’exprime le prince d’avoir auprès de lui en permanence son « meilleur » médecin, que nul autre praticien et, sans doute, nul régime ne pouvaient satisfaire. Seul capable de rassurer par sa présence et par ses conseils58, Benedetto Reguardati agit non seulement sur un plan préventif, mais aussi thérapeutique59.

  • 60 C’est sans doute la raison pour laquelle Francesco Sforza n’aida aucunement Benedetto Reguardati à (...)
  • 61 Suivre le prince dans ses déplacements fait partie des obligations principales du praticien de cour (...)
  • 62 Il s’agit du plus ancien titre honorifique des ordres de chevalerie. Voir M. De’ Reguardati, Benede (...)
  • 63 Ainsi, il adresse à Côme, sur la demande de ce dernier, la recette du « diaturbith », une sorte d’é (...)
  • 64 À cette date, on ignore où se trouvait Benedetto Reguardati. La correspondance le concernant s’inte (...)
  • 65 Cf. inventaire 1 no 126.
  • 66 De 1443 à 1446 puis de 1459 à 1463 (année de sa mort), Jean se rendit pratiquement chaque année aux (...)
  • 67 Comme le soulignent les lettres des médecins qui accompagnèrent les Gonzague à Petriolo, ou encore (...)
  • 68 Jean de Médicis se rendit à Petriolo à plusieurs reprises en 1444, 1445 et 1446, et dès 1435, Laure (...)
  • 69 Dans une lettre adressée à Laurent de Médicis le 3 octobre 1467, Benedetto Reguardati, qui se trouv (...)
  • 70 Pendant l’été 1460, Benedetto Reguardati accompagne Laurent de Médicis aux bains à Sienne, puis à V (...)
  • 71 K. Park, « Natural Particulars : Medical Epistemology Practice... », art. cit. ; M. Nicoud, « Le ba (...)
  • 72 Les cités toscanes décidèrent très tôt d’investir dans l’aménagement de bains ou de bassins dont le (...)

21Ces lettres proposent l’image d’un médecin de confiance, celui qu’on recommande mais dont on ne se sépare pas60, ce qui instaure une sorte de paradoxe dans l’attitude du duc, toujours soucieux de souligner les compétences de son praticien et son plaisir à le voir réclamé par d’autres patients illustres, mais aussi de lui rappeler son devoir de présence à la cour. On voit ainsi Benedetto Reguardati suivre la duchesse dans ses déplacements61, mais aussi soigner les alliés du duc, comme les membres de la famille Médicis, ainsi que le pape Pie II qui lui conféra le titre de « cavaliere aurate62 ». Lorsqu’il est dans l’impossibilité de remplir ses obligations à la cour, malgré les injonctions ducales d’y rentrer sur l’heure, il envoie ses conseils par lettre63. En mai 146564, la duchesse, atteinte d’une crise d’asthme, reçoit les prescriptions de son médecin, dont fait mention une lettre adressée le 19 mai 1465 par Augustinus de Rubeis à Francesco Sforza et copiée dans le ms Biscioni 25 de la Biblioteca Medicea Laurenziana65. La relation de confiance que le praticien sait instaurer (et sans doute son désir de se faire apprécier des Médicis) est telle qu’on le voit souvent ignorer les ordres de Francesco Sforza pour rester auprès des princes florentins, y compris quand sa présence n’y est plus nécessaire. En mai 1460, il suit par exemple Jean de Médicis aux bains de Petriolo, puis à ceux de Volterra66, uniquement pour donner à ce dernier des conseils sur la façon de se baigner67. Prendre les eaux était une pratique courante dans l’aristocratie italienne de la fin du Moyen Âge68, fréquemment recommandée par le médecin69, qui y accompagnait d’ailleurs ses riches patients70. Ce n’est toutefois qu’à partir de la première moitié du xive siècle que sont rédigés les premiers traités médicaux consacrés aux eaux minérales naturellement chaudes, qui visent, par l’instauration de règles précises (durée du séjour, saison choisie, activités aux bains, régime alimentaire à suivre...), à « médicaliser » des pratiques qui, jusqu’alors, ne l’étaient sans doute pas totalement, mais relevaient peut-être plutôt de la recreatio corporis71. Cette « médicalisation » du bain thermal s’affirme aussi à d’autres niveaux, lorsque les villes d’eaux appointent un praticien, comme à Lucques où, en avril 1469, un médecin est engagé pour s’occuper de la station de Bagno di Corsena, le temps de la saison thermale72.

  • 73 Envoyé auprès de Sante Bentivoglio souffrant d’une fièvre flegmatique qualifiée par Benedetto de «  (...)
  • 74 Cf. Fig. 5.
  • 75 A.S.M., Autografi, cart. 218, cart. 9 no 15 (lettre du 22 février 1465 accompagnée d’une lettre à N (...)

22La réputation de Benedetto Reguardati dépassait sans doute celle de ses confrères des autres cours princières, puisqu’il est parfois appelé comme renfort extérieur. Soucieux de ne pas porter ombrage à ses collègues, on le voit cependant prendre leur avis et rendre compte de la qualité de leur action73. Ces qualités unanimement reconnues firent de Benedetto Reguardati un médecin itinérant, plus souvent sur les routes qu’à la cour milanaise. La correspondance qui le concerne entre 1463 et 1465 montre qu’il résida très peu dans la capitale lombarde. En mai 1463, il se trouve à Bologne auprès de Sante Bentivoglio et fournit au duc de Milan deux rapports sur la maladie du podestat74. Il y repart à l’automne pour assister en vain le malade dont la mort survient le 1er octobre. Durant l’été 1464, il est appelé auprès de Côme de Médicis, gravement malade, mais il ne peut rejoindre la capitale toscane à temps ; le prince meurt avant l’arrivée du praticien qu’il avait réclamé. À l’automne, Benedetto est à Rome en mission auprès du Cardinal Orsini et du nouveau pape Paul II. Il reçoit plusieurs missives de Francesco Sforza lui enjoignant de rejoindre Milan. Mais il paraîtrait, d’après une lettre de février 1465, qu’il ait passé l’hiver dans la cité pontificale, où il tentait une fois de plus de plaider l’annulation de la sanction de bannissement qui le frappait. Francesco Sforza semble d’ailleurs ne pas savoir où trouver son praticien, ni connaître la route qu’il prendra pour rentrer à Milan75. Toutes ces lettres scandent les nombreux déplacements du praticien et il est probable que les périodes sans échanges correspondent – à quelques exceptions près – aux moments que Benedetto Reguardati passa dans la capitale lombarde.

  • 76 La rivalité entre Milan et Florence pour engager Benedetto Reguardati fut une lutte de plus de quin (...)
  • 77 Pierre de Médicis se montre aussi attaché à Benedetto que l’était son père. Il négocie par exemple (...)
  • 78 « Questa matina fui al castello dove per uno provisionato, me fo ditto per parte de Vostra Illustri (...)
  • 79 Déjà en 1444, Benedetto Reguardati avait tenté de quitter la cour milanaise. Il essaiera à nouveau (...)
  • 80 Il semblerait, d’après la lettre du 15 juillet, que Benedetto Reguardati ait déjà tenu cette chaire (...)
  • 81 « Esso magistro Benedicto è stato continuamente con noy, et in li servicij nostri s’è deportato con (...)

23Si l’on veut éclairer les relations entre patients et médecins à la fin du Moyen Âge, sans doute la personnalité scientifique de Benedetto Reguardati est-elle un cas limite, seuls quelques praticiens ayant fait l’objet de telles « convoitises » de la part de ceux qui furent désireux de s’attacher ses services76. Mais dans les milieux de cours, la rivalité entre les princes pour obtenir l’engagement des meilleurs était chose courante et l’attachement de toute la famille Médicis77à Benedetto est caractéristique de rapports quasi familiaux entretenus avec le médecin, qui n’en sont pas moins parfois entachés de (petites) trahisons. La correspondance relative à Benedetto Reguardati révèle ainsi les rapports de dépendance et de subordination du médecin à des intérêts qui le dépassent : malgré les compétences techniques et théoriques qu’on lui reconnaît, malgré la relation de fidélité et de confiance qu’il instaure, il reste un serviteur dont la destinée ne se conforme pas à ses ambitions propres ou à ses désirs, mais reste soumise à la volonté du prince. On le voit ainsi perdu, ne « sachant plus quoi faire de lui-même » dans une lettre adressée à Galeazzo Maria où il exprime le désarroi du serviteur à qui aucun ordre n’a été délivré78. On en veut pour preuve cette correspondance entre chancelleries milanaise et florentine, où s’exprime à la fois toute la duplicité de Francesco Sforza pour conserver son médecin et l’attachement qu’il éprouve pour lui. Dans deux lettres à Boccaccino Alemanni (ambassadeur milanais à Florence), datées des 1er et 15 juillet 1451, Cicco Simonetta dévoile les décisions officieuses et officielles concernant le départ de Benedetto Reguardati pour Florence79. Désireux de se voir confier une chaire à la faculté de médecine de Florence, celle de la lecture ordinaire du matin80, le praticien de Norcia a en effet demandé congé au duc. La seconde missive, destinée à être montrée à l’impétrant, affiche la bonne volonté de la chancellerie et les efforts consentis par la cour lombarde : le médecin y est chaudement recommandé, sa fidélité soulignée et ses compétences louées81 ; la première, en revanche, révèle les véritables intentions de Francesco Sforza : qu’en aucune façon, le médecin n’obtienne la chaire à Florence et, surtout, qu’il ne sache rien de l’opposition de son protecteur.

  • 82 « Et perche nostra intentione è, che luy per modo veruno habbia dicta lectura, perchè male volentie (...)

Et parce qu’il est de notre intention qu’il n’ait en aucune façon cette lecture parce que nous le verrions partir de mauvaise grâce, avec notre illustrissime épouse, Maria Bianca, nous voulons que tu t’entretiennes avec le Magnifique Côme et avec ceux qui te paraîssent [aptes] à éclaircir cette affaire <illisible> en les rassurant sur le fait que nonobstant les lettres que nous écrivons en faveur de maître Benedetto pour cette affaire, nous voulons y parer et faire le contraire, afin qu’il n’obtienne en aucune façon cette élection. Mais dans cette histoire, nous voudrions que tu te comportes avec discrétion et prudence et que tu n’en parles pas autour de toi afin qu’en aucune manière elle ne vienne aux oreilles de maître Benedetto82.

  • 83 « Illustrissima Madona mia singolarissima. Questa matina son stato ad casa de maistro Benedicto et (...)
  • 84 « La V[ostra] I[llustrissima] S[ignoria] de’ essere certa ch’essendo stato doi anni e mezo senza re (...)
  • 85 Cf. M. Nicoud, « Expérience de la maladie... », art. cit.
  • 86 C’est Carlo Reguardati, l’un des fils de Benedetto, qui annonce à Galeazzo Maria Sforza la mort de (...)

24Près de vingt années plus tard, la situation est sur le point de se répéter, lorsque Cicco Simonetta conseille encore à Bianca Maria d’user d’expédients83pour empêcher le même Benedetto, que la trésorerie ducale ne paie pas, de partir pour Florence84. Il lui faut attendre le décès de la duchesse (qu’il a contribué à soigner), survenu le 23 septembre 146885, pour pouvoir quitter Milan. C’est dans la cité toscane, où il s’était rendu pour soigner Pierre de Médicis, que le médecin trouve la mort86.

Le milieu médical milanais

  • 87 Giovanni Matteo Ferrari de Grado fit une non moins remarquable carrière. Entré au service de Filipp (...)
  • 88 Les archives mentionnent également les noms de Giovanni Marliani, Cristoforo da Soncino, Guido Para (...)
  • 89 A.S.M., Carteggio Sforzesco 880. La lettre de Giovanni Giapanno adressée au duc de Milan date du 2 (...)
  • 90 La consultation qui s’ensuivit est conservée dans le recueil de consilia de Giovanni Matteo Ferrari (...)
  • 91 C’est le conseil 57 dans le recueil de Consilia de l’auteur. Ce dernier écrivit aussi un consilium (...)
  • 92 L’astrologue peut intervenir à tout moment de l’existence, surtout lorsqu’il y a un péril. Un voyag (...)
  • 93 Cf. G. Lubkin, A Renaissance Court... cit., p. 117. Les premières attestations d’un enseignement de (...)
  • 94 Cf. M. Clagett, Giovanni Marliani and Late Medieval Physics, New York, 1941.
  • 95 C’est dans une lettre que le médecin de Norcia adressait à Galeazzo Maria le 8 mai 1467 qu’il disai (...)

25Benedetto Reguardati fait partie de l’élite de la profession médicale, ce dont témoigne sa très longue carrière auprès des Sforza87, mais il n’est que l’un des médecins ducaux88. Francesco Sforza a su s’entourer de praticiens de talent, dont la réputation dépassait largement les frontières du duché. Ils sont aussi fréquemment sollicités dans d’autres cours ; aussi lorsque séjournant à Milan Rinaldo d’Este tombe malade en août 1469, il est soigné par cinq médecins, dont trois fournis par le duc de Milan89 : Giovanni Marliani, Cristoforo da Soncino et Guido Parato. Quelques années plus tôt, ce dernier avait déjà été appelé auprès de deux émissaires du duc de Bourgogne, tombés malades à Mantoue. En mars 1454, Giovanni Matteo Ferrari de Grado est envoyé auprès du marquis de Mantoue, Louis II Gonzague, en compagnie de Giovanni Martino de Parme90. La réputation de ces praticiens ducaux dépasse d’ailleurs les frontières de la péninsule, puisque souffrant d’une crise hémorroïdale, Louis XI, qui était pourtant lui-même entouré de « physiciens », demanda au duc de Milan de lui recommander l’un des siens. C’est Giovanni Matteo Ferrari qui rédigea à cet effet un consilium91. Ces spécialistes de l’ars medica étaient parfois assistés d’astrologues, dont certains avaient suivi une solide formation médicale. Leur présence rassurait le prince92, plus encore lorsque leurs prédictions corroboraient le jugement du praticien. À Milan, Galeazzo Maria Sforza fit appel à plusieurs reprises à deux astrologues, Rafaelle da Vimercate et au dominicain Giovanni Nanni de Viterbe93. Giovanni Marliani enseignait lui-même cette discipline à la faculté de médecine de Pavie94. Benedetto Reguardati approuvait quant à lui le recours à cette science qui pouvait être pertinente pour la pratique médicale95.

  • 96 Le conseil privé est en effet chargé de l’administration générale du duché. Il se compose deux secr (...)

26La volonté ducale de s’entourer des meilleurs se mesure aussi à leurs émoluments, qui les placent parmi les officiers ducaux de très haut rang, mieux payés par exemple qu’un membre du conseil privé du duc, dont les fonctions politiques étaient pourtant sans égal96.

  • 97 Giovanni Ghiringelli était chargé de la lecture ordinaire à Pavie en 1467 (H.-M. Ferrari, Une chair (...)

Note 97

  • 98 Depuis la création de l’université de Pavie, la nomination des professeurs était une prérogative du (...)
  • 99 A.S.M., Carteggio Sforzesco 887. Un ducat vaut 25 florins.
  • 100 D. Zanetti, « À l’université de Pavie... », art. cit., p. 429.
  • 101 Sur une base de douze mois. Le système monétaire en vigueur est le suivant : un florin vaut 32 sous (...)
  • 102 Pour des comparaisons avec les salaires pratiqués dans le royaume de France, voir D. Jacquart, Le m (...)
  • 103 A.S.M., Registri delle Missive, reg. 91, f. 189r. En 1467, pour sa leçon du matin à Pavie, le prati (...)
  • 104 Cf. A.S.M., Carteggio Sforzesco 887. Peu de temps après, 200 ducats lui sont versés (A.S.M., Regist (...)
  • 105 Cf. G. Lubkin, A Renaissance Court... cit., p. 76.

27Ces hauts salaires prennent cependant en compte la double activité de thérapeute et d’enseignant98. Ainsi, Giovanni Matteo Ferrari recevait deux cent vingt ducats en 1467 pour sa lecture de médecine du matin à la faculté de Pavie auxquels s’ajoutaient des primes liées à son activité de praticien de cour : Bianca Maria lui versait entre trente-trois à cinquante florins99. Ces rétributions étaient bien plus élevées que ce que gagnait la plus grande partie des professeurs de l’université de Pavie, puisque la moitié d’entre eux ne percevaient que cinquante et un florins par an100 ; elles étaient également supérieures aux salaires de certains magistrats de la ville : l’officier chargé du ravitaillement touchait vingt-quatre lires par mois, soit cent quatre-vingt-douze ducats par an101, tandis que le podestat de la ville recevait deux cent seize ducats annuels102. En revanche, le chef de la chancellerie ducale, Cicco Simonetta, perçevait en 1470 cinquante florins par mois. Quoiqu’on ignore les émoluments de Benedetto Reguardati, il est probable qu’il disposait d’un salaire équivalent, voire supérieur aux quatre cents ducats de revenu annuel d’un Giovanni Marliani, en 1470, lorsque celui-ci devint le plus ancien médecin en service à la cour103. Dans une lettre datée de janvier 1469, Benedetto Reguardati réclame en effet le paiement d’un arriéré de deux ans et demi de salaire, chiffré à deux mille deux cents ducats, ce qui représente presque neuf cents ducats par an104. Sans doute ne fut-il pas seul à revendiquer son dû, puisqu’à partir de 1468-1469, Galeazzo Maria Sforza, aux prises avec d’importantes difficultés financières, s’était vu dans l’obligation de demander à ceux qui avaient obtenu des primes s’ajoutant aux salaires réguliers de les lui restituer105.

  • 106 Ainsi, le 19 janvier 1463, Francesco Sforza accordait la citoyenneté milanaise à son médecin Cristo (...)
  • 107 Voir J. Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, plus part. p. 146- (...)

28Enfin, la reconnaissance financière n’est que l’une des formes prises par la gratitude ducale ; elle pouvait s’accompagner d’une attribution de la citoyenneté milanaise qui dépassait parfois le simple cadre personnel pour se voir accordée à toute la famille et aux descendants106. Ces praticiens représentaient donc l’élite des carrières dans le milieu ducal, cumulant parfois même, comme Benedetto Reguardati, des fonctions médicales et politiques de la plus haute importance107.

  • 108 Girolamo Cardano, De sanitate tuenda, éd. dans « Opera omnia », éd. C. Spon, vol. 6, Lyon, 1638. Vo (...)

29Si la demande médicale s’est accrue à la fin du Moyen Âge et si l’écriture diététique a pu constituer l’une des réponses offertes par les praticiens, celle-ci ne fut ni la seule, ni la principale. Au xvie siècle, le médecin milanais Girolamo Cardano faisait encore écho aux critiques de Bernard de Gordon, dans un chapitre de son régime intitulé Cur disciplina tuendae sanitatis fuerit neglecta108. La constitution, dès le xiiie siècle dans le milieu pontifical, et progressivement dans les milieux princiers laïcs, de cénacles de praticiens, choisis parmi les plus réputés, fut une autre réponse à cette demande, la figure du praticien rejoignant, dans l’entourage du grand, celle du chapelain engagé pour régler la vie spirituelle. Au reste, les deux fonctions ne furent pas toujours si éloignées l’une de l’autre ; ainsi on peut voir, auprès du souverain pontife notamment, un médecin comme Guillaume de Brescia s’occuper aussi des soins de l’âme. Pour autant, ce besoin d’assistance s’est avant tout matérialisé dans la présence permanente du professionnel de la santé, appointé à plein temps par le patient. Dans ce contexte, l’œuvre diététique ne pouvait que servir de palliatif en cas d’absence. Pourquoi en effet se référer aux œuvres quand on pouvait disposer directement des conseils de l’auteur ? Peut-être faut-il alors envisager pour le régime d’autres lectures et d’autres publics que le milieu dans lequel le physicien-écrivain exerçait.

« Regimina in absentia »

  • 109 « Chi poterà tante regole observare ? » (Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare di Michele (...)
  • 110 Sed intellegis quod regimen sanitatis nullus potest debite servare nisi ille qui non est occupatus (...)
  • 111 On est loin des positions du traité pseudo-hippocratique Du régime, où l’auteur prévoit des règles (...)

30Rares sont les auteurs qui, comme Michel Savonarole dans son traité gynécologique, se demandent « qui pourra observer tant de règles ?109 ». L’un des seuls à se poser la question fut l’Anglais Jean de Mirfeld qui déclarait abruptement, dans la partie diététique de son Breviarium, que « nul ne peut suivre un régime de santé comme il convient, si ce n’est celui qui, par nécessité, n’est pas absorbé dans une occupation. Il faut en effet qu’il dispose des choses nécessaires de la vie, sans travail corporel et qu’il soit de libre condition en tout110 ». Si les oisifs avaient toute latitude pour tenter de conserver la santé, la seule médication autorisée pour les pauvres était d’ordre thérapeutique puisque la prévention était incompatible avec des activités manuelles111. Cette position tranchée recoupe certaines des caractéristiques sociales de bon nombre de possesseurs et de régimes. Pourtant, les oisifs étaient-ils le seul public visé par cette écriture ?

  • 112 Sur la présence médicale dans les milieux de cour, voir supra, p. 608-623.
  • 113 Voir J. Agrimi et C. Crisciani, Les « consilia » médicaux, Turnhout, 1994, p. 21-22 (Typologie des (...)

31Bien que fort soucieux de leur état de santé physique, les personnages de haut rang, laïcs et ecclésiastiques, disposaient de suffisamment d’avis éclairés pour ne pas avoir a priori besoin d’un conseil écrit destiné à la conservation de la santé. À la moindre alerte, ils pouvaient convoquer leurs praticiens et vivaient même généralement sous la garde de physiciens appointés112. À quoi pouvait alors leur servir un manuel d’hygiène ? Peut-être pourrait-on plutôt concevoir qu’une partie de la littérature diététique était destinée à une clientèle plus épisodique, à ceux qui n’avaient recours au praticien qu’en cas de maladie. Rédigés de manière standardisée, notamment au xve siècle, ces régimes n’impliquaient pas de rapport direct et étroit entre l’auteur du texte et son possible récipiendaire. Dans ce cas, on retrouverait ici un schéma proche de celui des consilia in absentia, rédigés sans examen du malade113, sur la base d’une description des symptômes fournie par un autre médecin, voire par le patient lui-même.

  • 114 « E però mosso a prieghi d’alcuno mio amicho e anche per utilità chomune d’ognuomo... » (éd. F. Puc (...)
  • 115 Igitur pre cibus et amore cuiusdam mei amici multa michi dilectionis teneritate et convinti nec non (...)
  • 116 À cette date, Arnaud de Villeneuve n’est plus le médecin personnel du roi et réside de plus en plus (...)
  • 117 Arnold de Bamberg était en effet le médecin de Rudolf, duc de Bavière, et Augustinus Kazotic, évêqu (...)
  • 118 Quia nobillitati vestre placuit velle meum habere conscilium ad sanitatem vestri corporis conservan (...)
  • 119 P. Sambin, « Ricerche per la storia della cultura nel secolo xv. La biblioteca di Pietro Donato (13 (...)
  • 120 Hec sunt princeps excellentissime que ego Conradus Heingarter tuo potissime nomine eo tempore quo a (...)

32Dans nombre de cas, les circonstances de la rédaction d’un régime sont inconnues. On ne sait pas si le texte répondait à une demande ou s’il venait de l’initiative seule de son auteur ; on ignore souvent même le destinataire du traité. L’exemple des écritures « épistolaires », en vogue au xiiie siècle, a montré que le choix de ce type de rédaction n’était pas lié à la forme de la correspondance mais plutôt au modèle que représentait alors pour le texte diététique le Secret des secrets. Et si, dans la version italienne du Libello per chonservare la sanità del chorpo, Taddeo Alderotti déclarait écrire sur la prière de son ami Corso Donati, il envisageait aussi une destination plus large de son ouvrage, utile, disait-il, à tout homme114. Cette dimension d’échange épistolaire a en revanche complètement disparu dans le texte latin contemporain115. Une décennie plus tard, Arnaud de Villeneuve écrivait pour le roi d’Aragon, Jacques II, un régime qu’il composa à Barcelone. Si l’auteur n’évoquait par les circonstances de la rédaction, il écrivit probablement sur commande, répondant à des injonctions du roi datées d’avril 1305. Sans doute le praticien catalan pensait-il à une utilisation de son traité en son absence116. On peut légitimement supposer un même usage du Regimen sanitatis d’Arnold de Bamberg. Écrit à la demande d’Augustinus Kazotic vers 1317-1318 (les deux hommes se rencontrèrent probablement à Avignon), le traité diététique devait servir de bréviaire préventif à un lecteur, sans doute simple patient occasionnel du praticien, ne serait-ce que parce que leurs obligations respectives les entraînaient loin du milieu pontifical117. C’est encore sur la commande d’un client, Simone da Corregio, que Barnabas Riatinis écrivit son Libellus de sanitate tuenda118. La rédaction du Compendium de naturis et proprietatibus alimentorum lui fut aussi suggérée par un autre destinataire, Guido de Guisis, évêque de Concordia (1334-1347). De même, le notaire apostolique Pietro Donato consulta certainement Bartolomeo Montagnana (qu’il avait sans doute rencontré à Padoue), avant d’obtenir de lui des prescriptions, rédigées entre 1411 et 1414. Il y attacha manifestement une grande importance, puisqu’il en possédait encore une copie à sa mort119. Enfin Conrad Heingarter, rédigeant un conseil médico-astrologique, précisait l’avoir composé lorsqu’il dut s’absenter de la cour du duc de Bourbon120.

  • 121 Sans oublier ceux qui affichent clairement leur préférence pour un public de médecins.
  • 122 Ainsi, à propos du pain pour les femmes enceintes : « incomenzando dal pane, che vole essere di fio (...)

33À l’exception de ces régimes, on ignore la plupart du temps si le traité visait une personne en particulier, au-delà de la dédicace qui servait de recommandation. Or si le régime d’Arnaud de Villeneuve, au moins pour la partie consacrée aux hémorroïdes, nécessitait une connaissance de l’état physiologique du destinataire, les autres textes diététiques ne requéraient pas une telle familiarité, puisqu’ils mettaient avant tout l’accent sur la description et les qualités des « choses non naturelles », indépendamment de toute pathologie et complexion spécifiques. Seuls les consilia préventifs et ceux destinés aux convalescents, dont la finalité était d’éviter au patient une rechute, impliquaient une maîtrise des dispositions naturelles du lecteur envisagé. Au contraire, la tonalité généraliste des régimes les rendait utilisables par tous, à l’exception bien sûr des textes qui, trop imprégnés de vocabulaire médical et de références aux autorités, étaient difficilement compréhensibles pour un public néophyte121. Ainsi, malgré la convocation des autorités qui viennent valider son propos, Michel Savonarole envisage une assez large diffusion de son régime pour les femmes enceintes et les petits enfants ou, du moins, une vulgarisation de ses conseils par l’intermédiaire d’un médecin ou d’un chirurgien ; car si ses prescriptions renvoient aux habitudes alimentaires des classes privilégiées, il n’en oublie pas pour autant les femmes moins fortunées pour lesquelles une alimentation peu raffinée constitue un réel danger pendant la grossesse122.

  • 123 Dès 1951, D. P. Lockwood appelait de ses vœux une étude sociologique des patients à travers les col (...)
  • 124 À propos de la clientèle des praticiens du royaume de France, D. Jacquart souligne le très fort pou (...)
  • 125 Les cas analysés par Antonio Benivieni dans le De abditis nonullis ac mirandis morborum et sanation (...)
  • 126 H.-M. Ferrari, Une chaire de médecine... cit.
  • 127 La littérature des consilia est d’un abord délicat en raison du très grand nombre de manuscrits dan (...)
  • 128 À ce sujet, voir D. L. Lockwood, Ugo Benzi... cit., p. 44-78 ; N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... c (...)

34Simplicité de ton et universalité du discours ont servi une diffusion plus large de ces traités conservatoires, touchant des lecteurs déjà familiers des noms et de la réputation de certains auteurs, mais aussi ceux qui peut-être avaient déjà commandé des consilia123. En effet, les professeurs bénéficiaient souvent d’une clientèle de patients fortunés ou lettrés, et il est logique qu’ils aient envisagé d’être lus par ces derniers qui s’adressaient de préférence à des médecins universitaires plutôt qu’à des chirurgiens, praticiens juifs, barbiers, ou encore charlatans des cités médiévales124. Parmi les auteurs de régimes, des personnalités comme Taddeo Alderotti, Barnabas Riatinis (tous deux auteurs de conseils), Giacomo Albini, Pantaleone da Confienza ou Antonio Benivieni exercèrent aussi leur compétence dans les collèges urbains et en dehors des milieux de cour125. Les études menées par Dean Putnam Lockwood sur la base des conseils composés par Ugo Benzi, par Danielle Jacquart sur le milieu médical en France, par Katherine Park sur Florence ou les éditions des lettres de Giovanni Matteo Ferrari da Grado126permettent de saisir la clientèle que les auteurs de prescriptions thérapeutiques soignaient127. Ces résultats recoupent certaines des analyses conduites précédemment à propos des possesseurs de manuscrits diététiques : noblesse, riche bourgeoisie, collègues d’université dans d’autres disciplines (mais aussi en médecine), aristocratie ecclésiastique et laïque sont majoritaires dans les casus des prescriptions. Aux côtés de ceux qui disposent de praticiens à domicile, figurent aussi des patients dont le rapport au médecin est plus sporadique et qu’un régime de vie, censé les aider à gouverner leur corps, était susceptible d’intéresser. Barnabas Riatinis, décrivant son régime comme un consilium qu’il adresse à Simone da Corregio, inscrit d’ailleurs sa démarche dans la continuité des productions de conseils thérapeutiques. Et sans doute, lorsqu’il s’agissait d’ouvrages de commande, les médecins monnayaient-ils leur production, comme ils avaient l’habitude de le faire pour les prescriptions curatives128.

  • 129 C’est ainsi que Michel Savonarole présente l’une des parties de son traité gynécologique : « nel te (...)
  • 130 Precor et tamen cum Galieno medicos hunc meum libellum videntes investigationem ad impedimentum dim (...)

35Lorsqu’ils se présentent sous la forme de simples prescriptions, les traités diététiques ne requièrent aucune présence médicale, ni celle de l’auteur, ni celle d’un praticien qui servirait d’intermédiaire pour décoder le langage utilisé. En un sens, ils se situeraient presque en amont du geste médical et viseraient à rendre inutile toute intervention du « physicien »129. Peut-être est-ce parce que le livre d’hygiène fait concurrence au médecin que Barnabas Riatinis s’est cru obligé d’anticiper toute critique de ses confrères130 ; en exhortant ces derniers à suivre la voie de l’honnêteté et de la vérité (peut-être celle de la prévention ?), il rejoignait en cela les propos d’un Bernard de Gordon qui, quelques années plus tôt, poussait les praticiens à ne recourir aux médecines qu’en cas de nécessité.

36La composition de régimes se développe à un moment où l’attention à la santé se fait plus forte et elle rend compte d’un désir de plus en plus réel de s’entourer des meilleurs médecins et de bénéficier de leurs conseils avertis. Mais si elle participe d’une intériorisation de la connaissance de soi, elle n’en est pas moins socialement limitée, au moins pour ce qui concerne ses conditions de production, à ceux qui peuvent envisager pour eux-mêmes une cura corporis. Quant à la diffusion de ces ouvrages et aux publics envisagés par les auteurs, sans doute suivaient-ils les mêmes chemins que les consilia, un genre de littérature médicale dont l’essor fut contemporain.

37Expliquer les besoins, cerner sociologiquement le désir d’assistance médicale, qu’il se manifeste par la présence quotidienne du médecin ou par la médiation de son livre, ne répondent qu’à l’un des aspects de la relation patient-praticien. Il est aussi nécessaire d’interroger l’auteur de régime, son univers intellectuel, professionnel et social pour comprendre, du point de vue du producteur de savoir, le sens qu’il conférait à ce type d’écriture, comment il se représentait ses usages, ou encore en quoi le régime définissait un champ de compétences proprement médicales.

DIÉTÉTIQUE ET MÉDECINE : LE STATUT DE L’ARS DIAETAE

38Si, pour les médecins les plus renommés, l’affirmation de leur compétence allait de pair avec une production écrite, quelle place accordaient-ils à la diététique ? Autrement dit, dans le processus de reconnaissance sociale auquel l’écriture médicale participe, du moins pour une élite de la profession, quel rôle pouvait jouer la composition d’un régime de santé ? Cette interrogation a partie liée avec le statut que les auteurs conféraient à cette littérature et à la conception qu’ils se faisaient de leur propre rôle de praticien. En un mot, la conservation relève-t-elle du praticien ? L’ars diaetae peut-elle être enseignée ? Et si oui, comment les auteurs envisagent-ils l’utilisation de leurs régimes et que peut-on saisir des usages que le public en fit ? Imposaient-ils des protocoles de lecture d’où découlait nécessairement une pratique quotidienne de l’hygiène médicale ?

39Ces questions relèvent pour partie de la notion de représentation, c’est-à-dire de l’image de la littérature diététique qu’auteurs et lecteurs ont construite, des objectifs et des significations dont ils l’ont investie. Mais elles soulèvent aussi le problème des conditions d’élaboration de ces discours, du contexte intellectuel, social et professionnel dans lequel elles s’insèrent : qui écrit, où et à quel moment ? Considérés sur près de trois siècles, ces interrogations devraient permettre de saisir des évolutions, des discontinuités ou encore des transformations dans ce qu’on pourrait désigner comme des pratiques culturelles de la diététique.

Entre « via scholastica » et « via pragmatica » : formation et diffusion d’une culture diététique

  • 131 Voir à ce sujet les études de D. Jacquart (Le milieu médical... cit.), N. G. Siraisi (Taddeo Aldero (...)

40Affirmer que la littérature diététique est affaire de « professionnels » ne surprendra personne, même s’il est parfois difficile, notamment pour le xiiie siècle, de connaître la formation dispensée. Il n’en reste pas moins que la connaissance souvent assez approfondie des autorités que révèlent leurs productions fait croire que leurs auteurs ont suivi un enseignement médical solide. Mais le terme de professionnel ne désigne pas tous ceux qui pratiquent l’ars medica, puisque les études consacrées au métier médical, quelle que soient les époques et les villes, ont souligné l’hétérogénéité de ce milieu, tant du point de vue du statut, de la formation que des conditions de l’exercice du métier131. Le mot ne qualifie ici qu’un petit groupe de lettrés qui, venu de l’université ou maîtrisant du moins les connaissances que ces nouveaux lieux de savoir diffusaient, accaparait souvent les plus hautes fonctions.

L’élite de la profession

  • 132 D. Jacquart, Le milieu médical... cit., p. 199-205.
  • 133 Ibid., annexe A, no 1p.363 et no 2 p.364.
  • 134 R. S. Gottfried, Doctors and Medicine in Medieval England... cit., p. 262.

41L’écriture diététique est le fait d’un petit nombre : une cinquantaine d’auteurs répertoriés à ce jour, auxquels s’ajoutent les textes anonymes. Ce chiffre apparaîtra faible au regard de l’ensemble d’une profession médicale pour le moins hétérogène. S’il n’est guère possible d’évaluer ce que représente le nombre d’auteurs de traités diététiques au regard du métier médical tel qu’il se pratique dans l’Occident médiéval, on se trouve assurément en dessous des chiffres proposés par Danielle Jacquart. Entre le xiie et le xve siècle, seulement 4,7 % des praticiens recensés dans le royaume de France composèrent un livre médical132. Deux sur trois possédaient un titre universitaire (presque toujours la maîtrise), une proportion peut-être sous-évaluée si l’on considère l’obscurité qui entoure le type de formation de nombre d’entre eux. Car, sur les plus de quatre mille médecins répertoriés (un total qui exclut les barbiers et les barbiers-chirurgiens), deux mille environ étudièrent la médecine dans un milieu universitaire, quatre cent dix-sept seulement occupèrent une charge de maître-régent ou de professeur, deux cent trente-et-un atteignirent la licence et six cent soixante-dix devinrent maîtres ou docteurs133. En Angleterre, selon Robert S. Gottfried, la proportion des auteurs venus de la faculté était également très forte, puisque 74 % d’entre eux y étaient immatriculés134.

  • 135 Ce phénomène n’est bien sûr pas spécifique aux productions de textes diététiques. Cf. les remarques (...)
  • 136 Le maître bolonais aurait suivi l’enseignement d’Ugo Borgognoni (actif de 1214 à 1254), l’un des fo (...)
  • 137 L. Zdekauer, Sulle origine dello Studio Senese, Sienne, 1893.
  • 138 L. M. de Rijk (« On the Life of Peter of Spain, the Author of the Tractatus, called afterwards Summ (...)
  • 139 Sur Montpellier, les travaux anciens de L. Dulieu, La médecine à Montpellier, vol. 1 : Le Moyen Âge(...)

42Qu’en est-il des auteurs d’ouvrages diététiques ? Pour le xiiie siècle, les renseignements sont rares puisqu’on ne connaît généralement pas leur lieu de formation135. Le plus probable est qu’ils aient suivi un cursus médical dans quelque école plutôt que dans les universités encore embryonnaires : Guillaume de Salicet136et Taddeo Alderotti à Bologne, Zambonino da Gazzo à Padoue, Aldebrandin de Sienne peut-être dans la cité toscane (les premières informations sur la constitution d’un studium médical siennois datent du milieu du siècle137), Petrus Hispanus, plus probablement à Paris qu’à Salerne ou Montpellier138. En revanche, à partir du moment où la faculté devient le lieu de la diffusion du savoir médical pour ceux qu’on appelle les phisici, il n’y a plus de surprise : que ce soit à Montpellier, Paris, Florence, Bologne, Padoue, Pérouse ou encore Pavie, l’auteur d’ouvrages diététiques a généralement bénéficié d’une formation universitaire139.

  • 140 Sur les privilèges dont lui et ses élèves jouissaient, Statuti di Bologna dell’anno 1288, éd. G. Fa (...)
  • 141 N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit.,
  • 142 R. Stapper, « Pietro Hispano (Papa Giovanni XXI) et il suo soggiorno in Siena », Bulletino senese d (...)
  • 143 Même chose pour Thomas de Tilbury, médecin à la cour pontificale d’Avignon, puis auprès du duc de V (...)
  • 144 Jean de Bologne ne parvint pas à la maîtrise. Cf. E. Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 367.
  • 145 Il aurait aussi bien pu figurer parmi les médecins de cour quoique la composition de ses ouvrages d (...)
  • 146 Voir par exemple pour Ferrare, G. Pardi, Lo studio di Ferrara nei secoli xv e xvi, Ferrare, 1903 et (...)
  • 147 Voir I. Naso, Medici e strutture sanitarie... cit., p. 103 et suiv.
  • 148 S’ils sont parfois aussi impliqués dans la vie médicale locale, c’est sans doute plus au titre de f (...)
  • 149 Bernardo Torni, qui enseigna la médecine à Pise, écrivit deux régimes pour le cardinal Jean de Médi (...)
  • 150 Pour l’époque moderne, voir Medicine at the Courts of Europe, éd. V. Nutton, Londres, 1990.
  • 151 Respectivement dans les cours de Ferrare, Milan et Florence, et à la cour du duc de Bourgogne.
  • 152 Il fut pendant quelques mois archevêque de Prague avant d’occuper la même charge à Césarée, tout en (...)
  • 153 Qu’il suffise de citer ici Arnold de Bamberg, médecin du comte palatin Rudolf de Bavière (1294-1317 (...)
  • 154 Sur le rôle de l’université de Paris sous Philippe le Bel, voir S. Menache, « La naissance d’une no (...)
  • 155 L’évolution des salaires en Piémont est à cet égard significative. Au xive siècle, Giacomo Albini p (...)
  • 156 Aux xiiie et xive siècles, nombreux sont encore les auteurs diététiques qui bénéficient de prébende (...)
  • 157 Certe illud experientia est in re probatum, nam si aliqua vetula veniret vel cursores et omnium lit (...)

43Au-delà de ces nombreuses zones d’ombres, des caractéristiques dans l’écriture se font jour qui associent de façon étroite la production d’ouvrages diététiques, soit à la via scholaris, soit à la via practica. Que l’écriture et l’enseignement aient partie liée ne caractérise en rien la littérature sur l’hygiène et renvoie aux spécificités des productions médicales médiévales : elles illustrent la maîtrise par les universitaires des doctrines en vigueur et des moyens de leur transmission, par voie orale et écrite. Elles consolident et justifient l’éminence de la position sociale et intellectuelle de ces producteurs de savoir et établissent solidement le champ de leurs compétences, face notamment à ceux qui se targuent aussi d’exercer la médecine sans avoir suivi la formation requise. Toutefois, au xiiie siècle, la filiation est encore ténue entre enseignement et écriture et tous les auteurs d’ouvrages diététiques ne furent pas professeurs. Ils se partagent équitablement entre une carrière universitaire, le milieu de cour et le service urbain ou hospitalier, donc entre enseignement et pratique. Taddeo Alderotti, qui fut professeur à Bologne140et salarié de plusieurs cités italiennes, est une sorte de précurseur à la fois enseignant et praticien141, comme Petrus Hispanus qui, quelques décennies plus tôt, professait au studium de Sienne avant d’entrer, à partir de 1272, au service de Grégoire X et de la cour pontificale alors installée à Viterbe142. Au siècle suivant, la séparation est encore nette entre les deux viae : seule une personnalité comme celle d’Arnaud de Villeneuve fait le lien entre l’université et le milieu de cour au plus haut niveau (cours pontificales et aragonaises). Giacomo Albini a choisi la pratique auprès du prince d’Achaïe et dans sa cité d’origine, à Moncalieri143. Il n’est pas seul à opter pour une profession en plein essor, puisque Barnabas Riatinis exerça aussi les fonctions de medico condotto à Venise. Pourtant, dans leur majorité, les auteurs d’ouvrages diététiques sont issus des rangs universitaires (et non des moindres), qu’il s’agisse de Bernard de Gordon ou d’Étienne Arlandi à Montpellier144, de Maino de Maineri145à Paris ou de Niccolò Bertruccio à Bologne. Au xve siècle en revanche, l’enseignement médical se conjugue plus aisément avec une pratique en milieu curial, ne serait-ce que parce que nombre de princes favorisèrent l’essor de studia dans leurs principautés146, et parce qu’eux mêmes encouragèrent auprès d’eux l’installation des médecins les plus renommés. Comme Pantaleone da Confienza, non seulement praticien de Louis Ier de Savoie (1434-1465) et professeur à Turin, mais aussi salarié par la ville de Verceil147, ou Benedetto Reguardati, enseignant à Pérouse et Pavie, au service de Francesco Sforza et médecin communal d’Ascoli Piceno, tous les auteurs ou presque naviguent à cette époque entre la faculté et les soins apportés aux princes, particulièrement en Italie148. Les grandes figures de la médecine universitaire sont en effet de plus en plus fréquemment consultées par les élites politiques médiévales149et mènent de front une carrière de professeur et une activité de médecin de cour150, comme Michel Savonarole à Ferrare ou Jacques Despars en Bourgogne151. Comme Sigismond Albicus, qui renonça à des revenus ecclésiastiques, pour passer au service du roi de Bohême Wenceslas IV (1378-1419) puis à celui de l’empereur Sigismond (1368-1437), à la faveur des troubles hussites152, d’autres abandonnèrent la voie cléricale pour une vie laïque et curiale. Cette évolution, amorcée au xive siècle153, n’était au demeurant pas spécifique de la profession médicale, d’autres études ayant montré une semblable implication des intellectuels, et notamment des juristes, dans les sphères du pouvoir154. La reconnaissance qu’apportait l’exercice universitaire était renforcée par les rétributions que ces praticiens pouvaient espérer retirer d’une activité de cour155, à une époque où s’affirmait la laïcisation de leurs carrières156. Il ne faudrait pas pour autant croire que leur position auprès des puissants était définitivement acquise comme le montrent les critiques acerbes d’un Conrad Heingarter lancées à son maître le duc de Bourbon, coupable selon lui d’accueillir sans discernement la vieille femme ou le vagabond qui lui promet la santé157.

  • 158 Gilbert Kymer rédigea son régime pour le duc de Gloucester en 1424, un an seulement après avoir obt (...)
  • 159 Dans la biographie de son père, Soncino Benzi met en lumière non seulement la réputation que Ugo Be (...)

44Cependant on peut douter que le régime diététique ait aidé à promouvoir une carrière académique, pas plus qu’il n’assurait une position privilégiée au médecin du prince. Lorsqu’elle nous est connues, la carrière d’un auteur montre que la composition d’un ouvrage diététique est rarement une œuvre de jeunesse, sauf exception158. Les auteurs se recrutent plutôt parmi ceux qui bénéficient déjà d’une position sociale solide, soit dans l’enseignement, soit dans la pratique : lors de la rédaction de leurs ouvrages, Théodore était déjà le médecin de Frédéric II, Taddeo Alderotti, lui, avait déjà fait ses preuves aussi bien dans le milieu universitaire qu’auprès d’une clientèle privée, Maino de Maineri était maître-régent de la faculté parisienne, Thomas de Tilbury, retiré dans une abbaye, Benedetto Reguardati, professeur à Pérouse, Ugo Benzi à Bologne (où il enseigna la philosophie), à Sienne et à Parme (la médecine159), Michel Savonarole à Padoue puis à Ferrare, pour se limiter à quelques exemples. La littérature diététique, surtout lorsqu’elle s’adressait à des princes, était le genre même d’écriture médicale intelligible, susceptible de les intéresser, d’être utile à leurs propres médecins et de répondre à certaines de leurs interrogations ; la rédaction de tels textes était alors demandée à des hommes de savoir et de confiance.

Une écriture européenne

45Si les régimes demeurent un genre modeste au regard du nombre de consilia ou de practicae qui nous sont parvenus, ils n’en ont pas moins trouvé leur place au sein de la littérature médicale médiévale et fait de quelques médecins de grand renom leurs meilleurs ambassadeurs pour asseoir une réputation scientifique toute neuve. Entre le xiiie et le xve siècle, ils ont touché tout l’Occident ou presque, à des rythmes différents. Les césures chronologiques adoptées dans les trois premiers chapitres distinguaient déjà trois phases dans la production d’ouvrages diététiques : les première et deuxième sont marquées par ce qu’on a pu qualifier de prémices pour une littérature, passée d’un stade de balbutiements – où elle était à la fois peu affranchie de ses modèles et pas encore très sûre de son contenu –, à celui d’une élaboration conservatoire de son discours. Interrompues par l’arrivée de la Peste noire, ces phases se caractérisent par une première diffusion géographique de la production. Les lieux de formation ou d’exercice des auteurs du xiiie siècle gravitent pour l’essentiel entre l’Italie et le royaume de France – où l’on ne peut parler avec assurance que de Paris, alors que la péninsule offre une plus grande variété de localisations. Rien d’étonnant dans cette géographie qui recoupe les plus anciennes écoles de médecine et des facultés déjà réputées en leur temps, mais aussi deux grandes cours (celle de Frédéric II et celle du pape) qui montrèrent un intérêt précoce pour les sciences (carte 2, p. 696).

46La première moitié du xive siècle révèle une diffusion de ce modèle d’écriture vers l’est de l’Europe, en Allemagne, en Pologne, en Hongrie, tandis que les pôles anciens de l’écriture médicale sont encore influents et que Montpellier, où les statuts de 1309 entérinent la primauté d’un enseignement galénique, fait une percée remarquée (carte 3, p. 697). Dans l’ensemble, la production d’Europe de l’Est n’est toutefois pas le fait de médecins formés sur place, mais d’anciens étudiants, venus suivre à Montpellier ou à Bologne un cursus médical, puis rentrés chez eux. Après la longue césure de plus d’un demi-siècle des années de peste, la production de traités consacrés à l’hygiène reprend, d’abord liée à la prévention de cette maladie, puis à la conservation de la santé. On peut véritablement parler de production européenne, bien que ne soit pas comptabilisée l’écriture vernaculaire. Ces régimes résultent de corrélations entre un milieu universitaire, où l’auteur du texte enseigne la discipline médicale, et le milieu de cour où il est salarié du prince, voire momentanément à son service (carte 4, p. 698).

  • 160 T. Pesenti, « Articella dagli incunaboli ai manoscritti. Origini e vicende di un titolo », dans Mer (...)

47Si, à la fin du Moyen Âge, la diffusion d’une culture diététique dans toute l’Europe, ou presque, s’explique d’abord par l’homogénéité des savoirs enseignés et par la création de nouvelles universités, la translatio studii ne peut seule rendre compte du phénomène. Peut-être la mobilité des étudiants et des professeurs a-t-elle aussi joué un rôle ; nombre d’auteurs de traités diététiques des xiiie et xive siècles furent eux-mêmes de grands voyageurs et la géographie de leurs déplacements dessine plusieurs trajectoires : de l’Italie vers la France (Guy de Vigevano), de l’Italie vers la Pologne (Thomas de Tilbury), de la France et, plus exactement, de Paris vers l’Italie (Jean de Tolède ?, Petrus Hispanus, Zambonino da Gazzo au xiiie siècle, Maino de Maineri), de la France (d’Avignon ou de Montpellier) vers d’autres destinations (Arnold de Bamberg, Jean de Bologne, le Montpelliérain auteur d’un régime pour le duc d’Autriche), de Byzance vers l’Italie (Théodore). Il est difficile de hiérarchiser et de définir un sens logique et unique à la propagation d’une culture diététique qui s’incarnerait de façon préférentielle dans la rédaction de régimes, d’autant que ces derniers ont fortement changé dès le xiiie siècle. L’influence du Secret des secrets, très tôt arrivé à la cour impériale puis pontificale, a joué un rôle important, aussi bien en Italie qu’en France ; le curriculum parisien, de son côté, qui fixa rapidement la composition de l’Articella160, contribua aussi à mettre l’accent sur le concept de « choses non naturelles » et sur la double vocation thérapeutique et conservatoire de la médecine.

48Enfin il ne faut pas négliger, devant la mobilité des gens de savoir, celle qui affecta les nobles et les clercs, commanditaires ou dédicataires de régimes, que leurs charges menaient souvent loin de leurs cités d’origine et qui jouèrent aussi un rôle important pour la diffusion de ces habitudes. En se faisant dédier un régime de santé, Luca Fieschi suivait-il une mode parisienne ou importait-il des usages italiens ? Dans le premier tiers du xive siècle, aussi bien en Italie qu’en France, l’écriture diététique était reconnue comme l’un des champs de compétence du praticien universitaire.

Les nouvelles obligations du médecin

49Comment expliquer alors la diffusion d’une « culture diététique » et les conditions de son apparition ? Parce que liée à l’université et à la pratique médicale, en milieu de cour ou au service d’une cité, la littérature diététique était conditionnée d’une part par le curriculum des facultés et par la définition du médecin perçu dans son rôle de praticien, de l’autre par une attente sociale, qui se manifestait aussi bien à un niveau individuel que collectif, dans ce nouveau marché qui s’offrait aux professionnels de la santé. Elle tient de fait ses origines d’un processus intellectuel et de la construction sociale de la figure du médecin.

a) Curriculum et philosophie aristotélicienne

  • 161 À Cambridge, les statuts des années 1250 précisent que le doctorat en médecine requiert entre autre (...)
  • 162 Sur le Canon d’Avicenne, voir D. Jacquart, « La réception du Canon d’Avicenne : comparaison entre M (...)
  • 163 Il ne s’agit cependant que de toile de fonds à l’écriture diététique qui, dans son ensemble, ne men (...)
  • 164 D’après le témoignage d’Alexandre Nequam (1157-1217), on sait que dès la seconde moitié du xiie siè (...)
  • 165 La première glose connue des Diètes universelles fut sans doute conçue dans le milieu salernitain, (...)
  • 166 Par exemple dans les mss suivants : Baltimore, Collection Privée, ms 3 ; Cambridge, Saint John Coll (...)

50D’une université à l’autre, les textes fondamentaux de l’enseignement médical ont varié dans le détail mais reposaient sur un fonds commun qui, dans le domaine de l’hygiène, n’a guère varié : à la lecture du Pantegni d’Haly Abbas, des Diètes d’Isaac Israëli161, s’est assez rapidement ajoutée l’étude du premier livre du Canon d’Avicenne162, voire du Colliget d’Averroès qui évoquait également ces questions. L’apport du « nouveau Galien », intégré aux études montpelliéraines, en mettant surtout l’accent sur la pathologie et la thérapie, enrichissait le versant pratique de la médecine, qui fut une spécificité de la faculté languedocienne163. Quoiqu’elles n’aient pas, à proprement parler, fait partie de l’ensemble de textes qui constituèrent le noyau de l’enseignement médical dans nombre de facultés –, les Diètes d’Isaac Israëli n’en étaient pas moins fréquemment inscrites dans les curricula164, faisait l’objet de commentaires165et se sont parfois trouvées associées à l’Articella dans les manuscrits166. Plus que le De facultatibus alimentorum de Galien, peut-être traduit trop tardivement, elles ont été la source essentielle de définition des qualités des aliments.

  • 167 Dans son commentaire du De sensu et sensato d’Aristote, Thomas d’Aquin définit les rôles respectifs (...)
  • 168 Cum oporteat medicum esse rationabilem et rerum naturalium et moralium tractatorem. Cité par T. Pes (...)
  • 169 N’oublions pas qu’à Bologne et Padoue, arts et médecine étaient associés et que la médecine était a (...)
  • 170 À Paris, l’accès à la faculté de médecine ne fut conditionné par un cursus préalable en arts qu’à p (...)
  • 171 Dico quod medicina est scientia, qua humani corporis dispositiones noscuntur, ex parte, qua sanatur (...)
  • 172 Voir la définition de l’Isagoge qui fut à la base de l’enseignement universitaire (éd. G. Maurach, (...)
  • 173 Il s’agit des quatre causes matérielles, efficientes, formelles et finales. Les matérielles ont à v (...)
  • 174 Les positions d’Arnaud de Villeneuve sont claires à ce sujet, qui séparent nettement le travail du (...)
  • 175 « Chartularium universitatis Parisiensis »... cit., Paris, 1894, t. III, no 1319, p. 143-148, plus (...)
  • 176 Sur cette séparation des objectifs, voir Avicenne, Canon... cit., livre I, fen I, doc. 1, cap. 1, p (...)
  • 177 Les quatre éléments font ainsi partie des « choses naturelles » énumérées dans l’Isagoge.
  • 178 Pour une utilisation de la philosophie naturelle d’Aristote par les maîtres bolonais du xiiie siècl (...)
  • 179 Sur ce phénomène, voir J. Cadden, « Albertus Magnus’ Universal Physiology : the Exemple of Nutritio (...)

51Sans doute n’est-ce pas seulement du côté de la faculté de médecine qu’il faut rechercher les raisons des fondements, voire l’engouement pour une culture diététique, mais aussi du côté de la philosophie morale et naturelle d’Aristote, qui joua d’ailleurs un rôle déterminant dans l’enseignement et la définition de la médecine médiévale167. Haly Abbas ne liait-il pas raison, morale et nature dans sa définition de la discipline médicale168 ? Les ouvrages aristotéliciens faisaient partie du curriculum169de la faculté des arts, formation que la plupart des étudiants en médecine avaient suivi, jusqu’au baccalauréat, voire à la maîtrise170. La médecine médiévale a besoin des préceptes naturels d’Aristote parce qu’elle a pour objet la connaissance des dispositions du corps humain171, qui sont en partie déterminées par son environnement naturel mais, plus encore, parce que l’ars medica est à la fois scientia et ars172. La connaissance théorique des causes173informe la pratique et fonde la doctrine médicale174. La Physica, le De caelo et mundo, le De generatione et corruptione, les Meteorologica, sans oublier le De sensu et sensato ou le De sompno et vigilia, qui étaient au programme de la licence à la faculté des arts de Paris en 1319175, étaient ainsi fondamentaux pour le médecin qui recourait à ces livres pour expliquer les phénomènes naturels, non pour eux-mêmes (c’est la tâche du philosophe), mais dans leur rapport avec la santé et le corps humain176 ; ils servaient par exemple à définir le concept médical de complexion, comme mélange des qualités premières, la notion d’élément177ou encore les causes des maladies178. Dans le domaine diététique, les principes permettaient de comprendre la nutrition, la transformation de la matière qui s’opérait au cours du processus de digestion179, ou encore les différences entre aliment et médicament. Mais la philosophie naturelle, utilisée par les médecins, n’est que l’un des aspects de l’apport aristotélicien.

  • 180 Certains manuscrits de l’Éthique en italien et certains certains témoins du Convivio de Dante attri (...)
  • 181 Aristote, Éthique à Nicomaque, nouv. trad. avec introd., notes et index par J. Tricot, Paris, 1994 (...)
  • 182 Ibid., livre VII, 8, 1-2 ; chap. X, 2.
  • 183 Ibid., livre II, 2, 6-7.
  • 184 Ibid., livre III, 10-12.
  • 185 Ibid., livre X, 8, 9.
  • 186 Ibid., livre X, 8, 2.

52Dans le domaine diététique, sans doute la philosophie morale, et plus particulièrement l’Éthique à Nicomaque, fut-elle d’une influence déterminante pour l’élaboration d’un discours médical sur le gouvernement du corps, conçu comme un ensemble de normes réglant la pratique d’un individu. Si un Taddeo Alderotti, par exemple, ne s’inspire pas directement du traité aristotélicien pour rédiger son Libello per chonservare la sanità del chorpo, il serait peut-être responsable de la mise en italien de la Summa Alexandrinorum, résumé de l’Éthique à Nicomaque180. À de nombreuses reprises, Aristote établit des parallèles entre l’exercice de la vertu, définie comme « une disposition acquise volontaire181 », et la santé, état naturel de l’homme ; de même, compare-t-il l’intempérance et l’absence de maîtrise de soi à des maladies ou à un état d’ébriété182. Ces rapprochements sont facilités par des définitions qui font de la vertu et de la santé des points d’équilibre entre des excès contraires183, et par des pratiques qui nécessitent, pour être vertueux et conserver la santé, la tempérance et la modération184. La recherche du bien, quête de l’homme sage, et la conservation de la santé requièrent toutes deux des habitudes qui doivent être fondées sur les principes de la maîtrise de soi et d’un usage contrôlé des plaisirs. Mais, c’est plus encore parce que la nature humaine n’est pas libérée des besoins corporels, que même celui qui s’exerce à la vertu suprême (i.e. la contemplation), doit disposer « d’un corps en bonne santé, d’une nourriture suffisante et des autres ressources nécessaires185 ». Quant à celui qui s’adonne aux vertus morales, dont les activités sont purement humaines, il doit savoir que ces vertus « procède[nt] parfois du corps et qu’en bien des circonstances elle[s] coexiste[nt] avec les passions186 ». Pour lui aussi, le contrôle de soi est nécessaire.

  • 187est manifestum quod ultima felicitas non consistit in fortitudine corporis nec in sanitate nec in (...)
  • 188 Aristote, Politique, texte établi et traduit par J. Aubonnet, t. III, Paris, 1986, livre VII, 13, 7 (...)
  • 189 Aristote, Éthique à Nicomaque, livre X, 8, 9.
  • 190 Tertio autem retrahunt quia corrumpunt bonam dispositionem corporis. Ex nimio enim usu venereorum i (...)

53L’influence aristotélicienne sur le discours diététique ne se mesure cependant pas seulement en termes de principes éthiques, mais également pratiques, parce que le philosophe introduit l’idée d’un apprentissage et d’une éducation des règles de la vie vertueuse, commencés dès la jeunesse, afin que ces normes soient très tôt appliquées et deviennent des habitudes. Ces idées, largement diffusées dans les milieux intellectuels mais également dans la littérature politique, sont partagées par exemple par un Jacobus de Pistorio, dont le De felicitate est pétri des principes de la philosophie morale d’Aristote ; la santé, le gouvernement de soi et la tempérance y sont décrits comme des préalables nécessaires à l’obtention d’une félicité, qui n’est pas une fin pour l’au-delà, mais peut être poursuivie dans cette vie terrestre. Si la quête de ce bien suprême réside dans la contemplation, et s’il s’agit d’un bien de l’âme et non d’un bien corporel187, une bonne hygiène de vie est cependant nécessaire, car « si l’homme vertueux peut faire un bon usage de la maladie, la poursuite du bonheur consiste en son contraire188 ». Reprenant des positions aristotéliciennes de l’Éthique à Nicomaque189, Jacobus de Pistorio délivre quelques conseils en ce sens, dont certains ne dépareilleraient pas dans un discours diététique190, comme celui de Zambonino da Gazzo, qui fut peut-être son contemporain.

  • 191 Maxime necessarium est optime sanum corpus ad regimen civile hominum : quoniam talem hominem concom (...)

54En un sens, le régime de santé répondait à certaines caractéristiques du discours aristotélicien sur les comportements de l’homme vertueux. Parce qu’elle diffusait un savoir et des règles fondées sur la tempérance et l’équilibre, parce qu’elle se donnait pour but l’éducation d’un individu en prenant soin de préciser ce qui lui convenait expressément, parce que la fin qu’elle poursuivait (la conservation de la santé) était nécessaire à l’exercice de la vertu morale, la littérature diététique pouvait s’inscrire dans le projet de formation de l’homme vertueux selon les principes aristotéliciens, plus encore s’il s’agissait d’un prince, le législateur par excellence. Ces finalités morales et sanitaires, qui font se retrouver les deux sens du mot « régime » ne sont-elles pas clairement réaffirmées par le maître bolonais, Pietro Torrigiano de’ Torrigiani, lorsque, dans son commentaire au Tegni de Galien, il déclare qu’ « un corps en parfaite santé est la chose la plus nécessaire pour le régime civil des hommes, puisqu’un tel homme doit être accompagné de la plus grande sagesse et prudence et détenir toutes les perfections assignées à l’homme selon la nature191 » ?

55Notons enfin, pour conforter ces liens, la présence souvent massive, dans les bibliothèques princières, et aux côtés des quelques régimes ou textes diététiques recensés, de miroirs des princes.

b) L’individu et le groupe

  • 192 Je reprends ici les distinctions établies par A. J. Gourevitch, qui définit la personne comme relié (...)
  • 193 C’est au nom de la sanitas hominum et du decus urbis qu’est prohibée l’évacuation du sang sur la vo (...)
  • 194 Cette formulation de conservatio civitatis est employée dans les statuts du capitaine du Peuple de (...)
  • 195 Pro bono et sanitate hominum et personarum lucane civitatis statuimus et ordinamus quod officialis (...)
  • 196 Gentile da Foligno, le premier, a composé à la demande des autorités de Pérouse et de l’Université (...)
  • 197 Aristote, Politique... cit., livre VII, 11, 1-5 [1330a-b]. Sa conception de la salubrité publique s (...)
  • 198 Les sujets traités concernent essentiellement les problèmes de voirie, d’évacuation des eaux usées (...)
  • 199 Dans les métiers de la boucherie, il est souvent question des carnes malsanas, morbose, non sanas, (...)
  • 200 Nullus in viis publicis vel platheis vel in pontibus in civitate Tervisii vel in burgis [...] immun (...)
  • 201 La bulle de Gui de Sora, légat de Grégoire IX, confirmant les statuts de la faculté de médecine, da (...)
  • 202 À Milan en 1450, à Venise en 1486, à Florence en 1527... Cf. C. M. Cipolla, « Origine e sviluppo de (...)
  • 203 A.S.M., Registri ducali, reg. 148, f. 3. Voir aussi C. Santoro, Gli offici del Comune di Milano e d (...)
  • 204 Dans d’autres cités, ces magistrats portent des titulatures diverses : offitiales sanitatis ou supe (...)
  • 205 L’office milanais comprend un physicus epidemie, un chirurgien et un barbier. Cf. C. Santoro, Gli o (...)
  • 206 Die Konstitutionen Friedrichs II. von Hohenstaufen für sein Königreich Sizilien, éd. H. Conrad, T. (...)
  • 207 De même à Venise, les mesures visant à enterrer les canalisations et à détruire l’ancien système d’ (...)
  • 208 [...] talia [immundicie] aerem inficiunt et faciunt pestilentem – propter quod hominum corpora ad i (...)

56Quoiqu’il ne se préoccupe que de l’individu ou, plus exactement, de la personne192, le régime a connu un essor contemporain des premières mesures de contrôle de l’hygiène urbaine, phénomène pour l’essentiel encore italien, voire catalan, aux xiiie et xive siècles. Sans croire à l’existence d’une véritable notion de santé publique dont le gouvernement aurait été le garant, il apparaît que la conservatio sanitatis a parfois été perçue par les dirigeants de cette époque comme relevant de l’utilitas communis193et comme l’une des composantes de la conservatio civitatis194. À Lucques par exemple, certaines mesures relatives à l’entretien de la voirie furent édictées au nom du bien et de la santé des habitants195, des thèmes également développés par les médecins dans quelques-unes de leurs productions196. Bien commun et santé des populations sont des notions qui ne nous éloignent guère du portrait de la cité idéale que dressait Aristote dans la Politique197. Partagées par les praticiens et, de plus en plus souvent, par les communes, ces préoccupations sont souvent apparues avant l’arrivée de la peste, dans le cadre de l’essor de la profession médicale en milieu urbain. Les nouvelles réglementations du métier et le recrutement de médecins communaux ont peut-être eu des incidences sur l’émergence, au niveau de l’administration citadine, d’un souci de santé publique. En tous cas, les statuts urbains italiens permettent de saisir la perception qu’une communauté avait de son état de santé et sa propre conception de l’hygiène, aussi bien à travers les domaines touchés par la réglementation198, le vocabulaire employé ou le raisonnement suivi pour expliquer le déclenchement d’une maladie199, par la référence parfois directe aux gens de savoir200ou, encore, les obligations faites aux médecins des cités ou de l’université d’intervenir en matière de prévention201. S’il fallut attendre l’épidémie de 1348 et, plus encore, ses résurgences endémiques au cours du xve siècle pour voir créés des offices de santé202dans quelques cités italiennes, l’apparition de ces magistratures, quoique généralement temporaires, montre par la titulature généralement employée, et empruntée au vocabulaire médical, la finalité même de leur action. À Milan, Francesco Sforza nommait le 10 mars 1450 un commissarius et offitialis super conservatione sanitatis in urbe et suburbio Mediolani203, titre conforme à la littérature médicale et plus spécialement préventive204. À Gênes, l’office créé en 1449 était destiné ad preservandam sanitatem. S’il s’agissait pour l’essentiel d’organismes administratifs, ils employaient parfois, comme à Milan ou à Crémone, des médecins205. Plus nombreuses à partir de la seconde moitié du xiiie et du début du xive siècle pour les grandes cités, les premières mesures sanitaires ponctuelles sont cependant apparues dans les Constitutions de Melfi en 1231 lorsque Frédéric II légiféra sur la « conservation de l’air ». Au nom de la salubritas aeris, sépultures et évacuation des déchets y faisaient l’objet d’une réglementation rigoureuse206. Dans les décennies qui précédèrent la Peste noire, la plupart des grandes cités italiennes s’étaient dotées de quelques rubriques statutaires consacrées à des questions d’ordre sanitaire qui généralement relevaient, soit des problèmes liés au ravitaillement (en eau, en denrées), soit aux questions de pollution, de l’eau et de l’air, par des ateliers ou par des particuliers207. Ces décisions reposaient généralement sur une sémiologie de la pestilence qui faisait de l’odeur un signe avant-coureur de la maladie et de l’air, de l’eau et de l’aliment, les agents principaux de la corruptio, conformément aux conceptions médicales en vigueur208.

57On ne saurait pour autant lier directement l’attention portée par les dirigeants communaux à l’hygiène publique à la seule production d’une littérature diététique. Tout au plus peut-on souligner, aussi bien au niveau individuel que collectif, des intérêts, des préoccupations communes qui se manifestent aussi bien par le recrutement de médecins que par une production intellectuelle tournée vers la conservation de la santé.

58Si le contexte intellectuel et social dans lequel a émergé une littérature diététique occidentale originale se fonde pour l’essentiel sur l’appartenance des médecins à l’élite de leur profession et sur leur implication dans un milieu de cour ou dans la vie d’une cité, il ne caractérise cependant en rien la seule écriture préventive, mais vaut pour la production médicale occidentale dans son ensemble.

Des spécialistes de l’écriture

59Parmi les mieux formés et les plus connus des praticiens médiévaux, les auteurs d’ouvrages diététiques ne sont pourtant qu’une minorité au regard de l’ensemble de ceux passés à la postérité pour avoir composé des œuvres médicales. Le régime de santé n’est pas exclusif de tout autre type d’écriture, même si, à la différence du reste de la production scientifique, il caractérise une démarche qui place la conservation de la santé au premier plan du geste médical, reléguant l’action thérapeutique du praticien à un second rang. Dans un panorama littéraire qui, depuis le renouveau de l’enseignement médical en Occident, avait fait la part belle à la maîtrise des procédés curatifs, la place d’une telle production n’allait pas de soi. Les premiers auteurs furent-ils ceux d’un ouvrage unique, éprouvèrent-ils le besoin de justifier leur démarche, quelle place la diététique occupait-t-elle dans leur œuvre ? Répondre à ces questions devrait permettre de cerner ce que fut le statut de ce type de traité au regard de l’ensemble des textes médicaux.

  • 209 Sur Gilbert Kymer, voir C. H. Talbot et E. A. Hammond, Medical Practitioners in Medieval England, L (...)
  • 210 Certains de ses opuscules ont été édités : Bernardo Torni, Opusculi filosofici e medici, edizione p (...)
  • 211 Voir J. Ziegler, Medicine and Religion c. 1300. The Case of Arnau de Vilanova, Oxford, 1998 (Oxford (...)
  • 212 Nous excluons ici la figure de Petrus Hispanus, puisque J. F. Meirinhos (« Petrus Hispanus Portugal (...)

60Dans leur majorité, les auteurs de livres diététiques furent des spécialistes de l’écriture, puisque rares sont ceux à n’avoir laissé à la postérité qu’un unique ouvrage : seuls Aldebrandin de Sienne, Arnold de Bamberg, Gilbert Kymer209, Guido Parato, Hieronymus Baldung et, à un moindre degré, Niccolò Bertruccio (car son Collectorium totius medicine est loin d’être un simple texte d’hygiène) ne sont connus que pour une œuvre consacrée à l’hygiène. À l’exception du praticien siennois, voire de l’Allemand, il ne s’agit pourtant pas de figures méconnues de la médecine médiévale. D’autres, au contraire, comme Arnaud de Villeneuve, Bernardo Torni210ou Michel Savonarole maîtrisent plusieurs champs du savoir : le premier comme médecin et théologien211, le deuxième comme philosophe, logicien et médecin, le dernier enfin, en parfait courtisan, capable de louer les mérites de sa cité d’adoption et de sa population212. Entre ces deux extrêmes, une majorité d’auteurs d’ouvrages diététiques a laissé derrière elle d’autres livres d’ars medica.

  • 213 D. Jacquart, Le milieu médical... cit., p. 205-212.

61Pour classer ces œuvres, on peut reprendre les catégories définies par Danielle Jacquart pour les productions des auteurs français : les recueils de recettes qu’il est souvent difficile d’attribuer à un unique auteur, puisqu’elles font souvent l’objet de nombreux remaniements ; les commentaires aux textes de l’enseignement (du côté de la doctrine) ; une série d’ouvrages rangés dans le versant pratique : encyclopédies médicales à valeur générale (les practicae), œuvres thérapeutiques aux usages plutôt personnalisés (régimes, consilia, recueils d’experimenta), traités consacrés à des sujets précis (le pouls, les urines, les régimes de temps de peste, etc.), ouvrages relatifs aux plantes et aux drogues qui se présentent sous la forme d’inventaires (antidotaires, etc.213). Cette typologie peut être enrichie de domaines annexes, comme les traités de chirurgie, les ouvrages d’astrologie et les livres d’anatomie.

  • 214 Voir plus particulièrement J. A. Paniagua, « La obra médica de Arnau de Vilanova. I : Introdducción (...)
  • 215 Sauf peut-être chez Ugo Benzi où le commentaire (notamment celui au livre IV du Canon d’Avicenne) e (...)
  • 216 Le traité a été édité par M. R. McVaugh, « Aphorismi de gradibus », Grenade-Barcelone, 1975 (Arnald (...)

62Dans la bibliographie des auteurs de manuels de santé, prédomine l’association d’une écriture diététique et d’une production essentiellement tournée vers la thérapie et, plus largement, la médecine pratique. Petrus Hispanus, Arnaud de Villeneuve214, Bernard de Gordon ou encore Ugo Benzi ont certes commenté des traités universitaires, mais ils se sont aussi attelés à écrire des practicae ou des consilia. N’en déduisons par pour autant que leurs ouvrages théoriques n’avaient rien de commun avec leurs régimes215 : les résultats fournis par les Aphorismi de gradibus d’Arnaud de Villeneuve pouvaient, par exemple, être appliqués aux considérations diététiques, bien que l’auteur semble toutefois les réserver à la seule analyse des simples et composés médicamenteux216. De même, les commentaires du même auteur au De malitia complexionis diverse ou au De ingenio sanitatis de Galien, composés une dizaine d’années avant le régime, sont fondamentaux pour les définitions de la santé, de la complexion (notamment de la complexion pathologique) et de la maladie. Quant à Petrus Hispanus, il glosa les Diètes universelles et particulières d’Isaac Israëli, l’un des ouvrages clés de la diététique théorique, au programme de l’université de Paris. Ce commentaire n’influença pourtant guère le médecin d’origine portugaise pour la rédaction de sa Summa de conservanda sanitate, puisque l’unique source nommément citée y est le Tegni de Galien et son modèle de référence, le Secret des secrets pseudo-aristotélicien, dont il reprend des passages.

  • 217 Le praticien florentin est l’auteur d’un ouvrage sur la peste et de conseils, tandis que le médecin (...)
  • 218 Sur les consilia et les genres proches (à savoir les régimes), cf. J. Agrimi et C. Crisciani, Les « (...)
  • 219 Le traité de Filippo d’Arezzo n’est pas seulement constitué de préceptes diététiques et pharmaceuti (...)
  • 220 Quia tamen rogamur scribere complectius et utilius circa istam materiam scorsum, visum est nobis iu (...)
  • 221 Quamvis in habena s[ext]a et aliis locis sermonis nostri de conservatione sanitatis corporis humani (...)
  • 222 Dicimus ergo de predictis 6 rebus quod remedia rationabilia ipsarum sunt contemperata corpori nostr (...)
  • 223 Cibus vero et potus qui sunt sera res sumendus est generaliter loquendo sicut in habena 3 eiusdem s (...)
  • 224 On note toutefois une tendance évidente à la brièveté dans le Sermo de conservatione sanitatis ocul (...)
  • 225 Par exemple : et dicit Ysaac in Dietis suis... ; unde Galenus 3o alimentorum... ; dicit Ysaac... ; (...)
  • 226 Ibid., f. 28ra. Sur les autorités en la matière et un état des lieux des connaissances médiévales s (...)

63L’écriture diététique s’inscrit volontiers dans un environnement de productions liées à la pratique médicale et, plus particulièrement, à la thérapie. Cette spécificité est vraie dès le xiiie siècle, si l’on met en regard le régime de Petrus Hispanus avec son Trésor des pauvres notamment, vaste ouvrage maintes fois remanié, qui visait à fournir au lecteur les préparations susceptibles de soigner toutes les maladies, rangées comme dans les classiques practicae selon leur localisation dans le corps, de la tête au pied. Cette somme thérapeutique, proche des experimenta (qui emprunte ses prescriptions aussi bien aux autorités qu’aux données de l’expérience), avait pour cible un public d’étudiants et de médecins peu fortunés qui éprouvaient alors des difficultés à se procurer les livres essentiels. Les associations entre la diététique et l’analyse de cas individuels sont aussi fréquentes dans les consilia ou encore dans des ouvrages plus généraux, comme le Lilium medicine, ou le De decem ingeniis curandorum de Bernard de Gordon. Aussi bien ce dernier que Taddeo Alderotti, Arnaud de Villeneuve, Barnabas Riatinis que Niccolò Falcucci217ont ainsi privilégié conservation et soins, deux domaines complémentaires218. Dans un cas comme dans l’autre, la diététique fait partie des règles conseillées. Elle est également présente dans des livres qui se consacrent à des maladies spécifiques, comme les problèmes ophtalmologiques dont traitent Filippo d’Arezzo et Barnabas Riatinis, sous un angle préventif219. C’est à la demande de l’un de ses amis, moine de l’abbaye cistercienne de San Galgano220, que le praticien toscan rédigea le Sermo de conservatione sanitatis oculi et operationis eius et de preservatione a nocumentis ipsius, quoiqu’il eût déjà évoqué ces questions dans l’un des chapitres de son traité diététique221. La transition paraît logique entre un régime consacré à l’ensemble du corps et un texte destiné à n’en préserver qu’une partie, les yeux en l’occurrence222, l’auteur ne se gênant pas, du reste, pour renvoyer le lecteur à son précédent ouvrage223. Si les conseils se ressemblent, vantant dans un cas comme dans l’autre la chair de quadrupèdes jeunes ou de certains oiseaux224, ce sont les autorités citées qui changent : là où les Diètes d’Isaac Israëli constituaient la principale source utilisée pour le traité diététique, avec le De facultatibus alimentorum de Galien et le premier livre du Canon d’Avicenne225, on trouve dans le traité d’ophtalmologie d’autres passages du Canon, mais aussi les œuvres de Mésué, d’Avenzoar ou encore d’Averroès226.

  • 227 Sur la tonalité astrologique de ce texte, voir T. Pesenti, « Le origini dell’insegnamento medico a (...)
  • 228 Outre quatre ouvrages consacrés à la peste (à ses causes et aux procédés thérapeutiques), Sigismond (...)
  • 229 Quia malitia complexionis, naturalis et adventitia est causa debilitatis virtutis, et virtutis debi (...)
  • 230 « E di ciò sequita, che li corpi mal regulati, e specialiter a l’atto venereo, suono a ziò molto di (...)
  • 231 « Fuge cito longe, tarde reverte puote essere il secundo canone nostro, e vero più che niuno altro, (...)

64La peste fut, elle aussi, fréquemment associée à des ouvrages diététiques dans la production d’un même auteur. Là encore, rien de surprenant puisqu’à partir de 1348, ce type de traité se substitua pour un temps aux regimina sanitatis. Certains comme Maino de Maineri, Sigismond Albicus, Michel Savonarole, Benedetto Reguardati et peut-être Pierre de Tossignano (s’il est l’auteur du régime attribué à Guillaume de Salicet dans certaines éditions) concilièrent les deux genres, tout en mettant l’accent sur la prévention de la peste. Le Libellus de preservatione ab epydemia de Maino de Maineri visait ainsi, non seulement à soigner les malades déjà atteints (de regimine actu febricitantium febre epydimiali in generali), mais encore à aider ceux qui voulaient s’en prémunir227. Sigismond Albicus, qui ne consacra pas moins de quatre ouvrages spécifiques (au sein d’une œuvre personnelle abondante228) à ce fléau, ne manquait pas d’y faire référence dans son régime de 1417. Comme pour les consilia et autres practicae, la diététique fait en effet partie des processus de cure ou sert à prévenir la maladie : six chapitres sont consacrés à la prévention, qui préconisent la saignée, la transformation des tempéraments (pour ceux qu’un mauvaise complexion naturelle rend fragiles et donc plus disposés à la maladie229) – notons qu’elle s’effectue essentiellement grâce à un changement de régime –, l’allégresse, la fuite des lieux fétides, un contrôle de la qualité de l’air et un régime alimentaire qui représente la partie la plus longue. Rien de bien différent dans le régime de temps de peste que Michel Savonarole rédigeait presque un siècle plus tard ; la première règle énoncée pour échapper à la maladie est un vrai programme de vie : « il ben vivere » est entendu comme une vie allègre et un bon régime qui chasse les superfluités230, et il est suivi de près par un « Fuis vite et loin, et reviens tard » qui, comme le dit l’auteur, « peut être notre seconde règle, plus vraie que toute autre et prouvée chaque jour231 ». Ces deux conseils sont dictés par l’inanité des remèdes proposés par les médecins : Savonarole n’avoue-t-il pas s’en remettre à la seule grâce divine ?

  • 232 « Suono pur alcuni che credono a tal cossa rimedio alcuno non essere, ma che Idio solo ziò adopera, (...)

Il y en a aussi certains qui croient qu’il n’y à aucun remède pour un tel mal, mais que Dieu seul s’y emploie lorsque certains d’entre eux guérissent232.

  • 233 Dans l’introduction, l’auteur explique les grandes subdivisions de son ouvrage : « nel primo [libro (...)
  • 234 En effet, comme dans l’ouvrage diététique, la nutrition occupe la place primordiale des « choses no (...)
  • 235 « Il nutrimento è certo primo e grande fundamento di l’essere [della done gravide e della creatura (...)
  • 236 « Che pur credere debbi che, se redure se può in li adulti il melenconico a la complexion sanguinea (...)

65Au-delà du simple champ thérapeutique, la production diététique a parfois partie liée avec d’autres spécialités médicales, voire avec d’autres disciplines, qu’il s’agisse de la physiologie des femmes, de la chirurgie ou de l’astrologie, parfois utilisée par les praticiens. Michel Savonarole, dont on pourrait presque dire que l’ars diaetae sert de fil directeur à l’ensemble de son œuvre, tant elle y est présente, la convoque encore dans son De regimine pregnantium et noviter natorum usque ad septenium que le praticien padouan adresse aux femmes de Ferrare. L’ouvrage ne se présente pas seulement comme un traité thérapeutique (qui privilégierait les maladies des femmes enceintes et des enfants) mais, plus largement en effet, comme un régime233. Les considérations sur l’hygiène y sont nombreuses, qu’elles apparaissent dans le deuxième traité (« Del rezimento de la donna pregnante quanto a le sei cosse non naturale ») ou dans le troisième (« Dil rezimento di fantini ») ; si les aspects alimentaires y occupent une telle importance (qui n’est pas sans rappeler le Libretto de tutte le cosse che se magnano234), ce n’est pas seulement parce que la nutrition « est bien sûr le premier et grand fondement de l’être (de la femme enceinte et de la créature qu’elle tient dans son ventre) » ; plus encore, c’est parce que « comme le veulent les philosophes et les médecins, et cela l’expérience le démontre, la nutrition ne fait pas seulement varier la complexion, mais aussi l’espèce de la chose235 » : lors de sa conception, et tant qu’il n’est pas né, le fœtus n’a pas de complexion définitivement déterminée236.

  • 237 Voir supra, chap. III, p. 88-92.
  • 238 Guy de Vigevano est l’auteur d’un traité d’anatomie, composé en 1345 et édité par E. Wickersheimer, (...)
  • 239 Quare defuncti cadavere publicae utilitatis gratia inciso (« Antonii Benivenii de abditis nonnullis (...)

66Toujours dans le domaine pratique, l’association entre régime et chirurgie est moins fréquente puisqu’il s’agissait de disciplines séparées dans les structures de l’enseignement médiéval. L’œuvre de Guillaume de Salicet en fournit un exemple. Mais, à dire vrai, ce n’est pas tant un lien entre prévention et action chirurgicale qu’il faut y lire qu’un essai pour appréhender toutes les formes de la thérapie puisque, on l’a vu, la diététique conservatoire n’occupe qu’une très faible place dans la Summa conservationis et curationis237. Il est tout aussi rare de trouver un spécialiste de l’anatomie et de la prévention, quoique les deux pôles ne soient pas a priori étrangers l’un à l’autre car une connaissance du corps humain complète bien la maîtrise des « choses non naturelles ». Seuls Guy de Vigevano au xive siècle238et Antonio Benivieni écrivirent dans les deux domaines bien que, dans le cas du médecin florentin, les liens entre les deux disciplines médicales aient été plutôt ténus : le traité diététique est en effet une œuvre de jeunesse, tandis que le De abditis nonnullis ac mirandis morborum et sanationum causis s’appuie en partie sur des expériences cliniques et sur le grand nombre d’autopsies auxquelles l’auteur s’est livré, parfois sur demande des autorités239.

  • 240 Si les deux régimes datent en effet des années 1330, lorsqu’il était maîtrerégent de la faculté par (...)
  • 241 Le premier chapitre est éclairant qui porte le titre : quomodo homo, et cetera inferiora celestibus (...)
  • 242 Voir M. Préaud, « Les méthodes de travail d’un astrologue du xve s., Conrad Heingarter », École nat (...)
  • 243 Conrad Heingarter est aussi l’auteur d’une prédiction astrologique pour l’année 1476 et d’une étude (...)
  • 244 Pour une discussion des œuvres de Conrad Heingarter, voir L. Thorndike, A History of Magic... cit., (...)
  • 245medicina nec a philosophia naturali nec ab astronomia subtrahi potest (Paris, B.n.F., lat. 11232, (...)
  • 246 Voir par exemple les positions du maître parisien Jacques Despars à ce sujet. Cf. D. Jacquart, « Th (...)

67On trouve encore dans la bibliographie de ces auteurs des liens entre astrologie et diététique, écho de certaines proximités déjà constatées dans le cas de la composition des codices diététiques. Si Maino de Maineri au xive siècle fut médecin et astrologue, ses traités diététiques relèvent plus de la première science que de la seconde ; lorsque cette dernière est convoquée, elle est généralement inféodée aux préceptes médicaux240. Seul le régime de temps de peste, écrit vers la fin de sa vie, faisait la part belle aux données astrologiques, pour une maladie en partie causée par des constellations, selon les théories en vigueur241. En revanche, au xve siècle, Conrad Heingarter (au demeurant plus astrologue que médecin242), affichait clairement ses conceptions. Ces deux auteurs ne se contentèrent pas d’écrire à propos de l’astrologie médicale (horoscopes et autres nativités243), mais rédigèrent aussi des traités théoriques, une Theorica corporum celestrium pour le premier, pour le second une Defensio astronomie et des commentaires au Centiloquium et au Quadripartitum de Ptolémée, considéré comme l’autorité première dans la matière244. Plus encore, Conrad Heingarter se montra un farouche défenseur de l’astrologie en médecine245, dans un contexte où cette science faisait l’objet d’attaques en règle246.

68Sauf exceptions, peut-être liées à des lacunes documentaires, l’œuvre diététique est donc rarement le seul livre d’un auteur. Elle s’inscrit au contraire dans une production médicale souvent riche qui, si elle mêle parfois théorie et pratique, est plus souvent tournée vers le second versant, conformément à la nature même du régime de santé.

69Au cours des trois siècles qui ont vu naître et s’affirmer un genre médical liant préceptes d’hygiène et conservation de la santé, des écarts, des retards et des interruptions se sont révélés, non seulement dans les rythmes par lesquels une culture diététique occidentale s’est propagée, mais aussi dans les horizons géographiques qu’elle atteignait. Fondée sur un savoir médical progressivement assimilé dans toutes les facultés européennes et sur des modèles philosophiques et éthiques diffusés hors du monde restreint des spécialistes de l’ars medica, elle proposait des règles de vie conformes aux représentations en vigueur du souverain bien, mais n’oubliait pas non plus de s’adresser aux populations, essentiellement urbaines, qui incarnaient de plus en plus fortement l’une des raisons sociales de la profession. Mais au-delà de ces intentions, que sait-on des incidences d’une telle écriture sur ceux auxquels elle se destinait ?

Un régime pour quoi faire ?

  • 247 R. W. Hunt, « The Introductions to the Artes in the Twelth Century », dans « Studia Medievalia in h (...)
  • 248 Sur théorie et pratique médicale, voir J. M. Riddle, « Theory and Practice in Medieval Medicine », (...)

70Intitulés de diverses façons, parfois mal détachés du reste du texte, phrases brèves ou longs discours, les accessus ad auctores sont l’une des voies d’accès aux intentions des auteurs, délivrées par ces derniers ou par quelque copiste ou commentateur. Ces prologues sont censés rendre compte d’une démarche ou encore guider une lecture. Leur présence ou leur absence, leur rhétorique – souvent fort différente des modèles canoniques en usage dans les commentaires247–, peuvent éclairer les systèmes de représentations auxquels adhère l’auteur : comment perçoit-il son livre, qu’envisage-t-il de ses utilisations, ou bien qu’imagine-t-il de ses relations avec ses lecteurs ? Ces questions sont d’autant plus importantes que le traité diététique relève d’une littérature a priori normative censée par nature engager une pratique. Tout comme dans le champ thérapeutique, écrire un régime revient à prescrire une diète. Mais que peut-on saisir des rapports de cette littérature avec la pratique248 ? Reflète-t-elle des habitudes en vogue ou en impose-t-elle de nouvelles ? Si elle induit des comportements, sont-ils suivis d’effets ? Quelle place la lecture et le livre occupent-ils dans la pratique ? Ne cachons pas que fournir une réponse globale relèverait d’une gageure, et qu’au mieux, il ne sera possible que de saisir quelques correspondances entre un discours et une praxis, sans qu’on puisse en déduire une quelconque valeur générale.

Les prologues

  • 249 Les textes diététiques analysés ne contiennent pas de prologue placé en fin de textes pour justifie (...)
  • 250 L’ordo tractandi et la divisio libri faisaient déjà partie des six subdivisions de l’accessus ad au (...)

71Les lignes qui introduisent les textes diététiques249varient d’un traité à l’autre, entre celles qui se contentent de présenter l’auteur et le titre de l’œuvre, voire le destinataire – sur le mode de la dédicace épistolaire – et les plus longues, programmatiques (annonçant la succession des séquences du texte, au moyen parfois d’une table des matières250) ou justificatrices. Derrière ces dénominations, on retrouve les catégories aristotéliciennes, distinguant les causes formelles (le livre, sa composition), matérielles (le contenu) et finales (ou intentio).

  • 251 Voir par exemple Konrad de Eichstätt, le régime conservé à Cambridge, University Library, Peterhous (...)
  • 252 Voir par exemple la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus (éd. M. H. Da Rocha Pereira, d (...)
  • 253 «... cussì più sano vivere e tua longa vita menare ». Cf. Michel Savonarole, Libretto de tutte le c (...)
  • 254 Haly Abbas déclarait dans le Pantegni : quamvis vero est custodie sanitatis tractatum precedere dig (...)
  • 255 Voir par exemple les remarques d’un Barnabas Riatinis, à la fin de son Libellus de conservatione sa (...)
  • 256 Bernardo Torni fait preuve d’une agressivité certaine à l’encontre de ceux qui pourraient critiquer (...)
  • 257 Hoc igitur opusculum Mihi competit voco, qui an aliis placebit, an non nescio, sed quid michi compe (...)

72En guise de justification, la lecture des régimes de santé révèle bien peu de surprises : tous les auteurs s’accordent pour faire de la conservation de la santé la causa finalis251, certains prétendant, conformément aux positions des autorités, qu’il vaut mieux conserver la santé que se défendre contre la maladie252, d’autres se prononçant même sur l’idée que la durée de vie peut être prolongée grâce au régime253. Souvent aussi, la légitimation de cette littérature repose sur une définition de la santé et des dangers qui la menacent, éléments sur lesquels je ne reviendrai pas. Tous concordent encore sur l’utilité de leur démarche, donc sur celle du texte. Il n’y a rien de neuf dans cette revendication, qui dépasse le cadre du traité diététique (car elle est affirmée dans tous les ouvrages médicaux) et qui exprime aussi la raison d’être sociale du médecin : l’utilité de la littérature scientifique n’est que l’un des aspects de la justification professionnelle de ce dernier. Elle démontre sa maîtrise d’un savoir devant l’ensemble des confrères, face également au public académique, et fait écho à la revendication de dignité et de prestige du medicus qu’on retrouve chez certaines autorités254. Quelques-uns, toutefois, n’hésitent pas à prévenir les critiques de collègues255, légitimant le peu d’esprit novateur dont ces derniers ont fait preuve jusque là, justifiant une écriture qui compile les ouvrages antérieurs256, acceptant les corrections éventuelles des lecteurs tout en expliquant, comme le fait Thomas de Tilbury, que l’ouvrage lui convient à lui (d’où le titre qu’il lui donne Mihi competit), à défaut de savoir s’il plaira à d’autres257.

  • 258 Hugues de Saint-Victor, L’art de lire... cit., p. 141.
  • 259 Sur les protocoles et les pratiques de la lecture, je renvoie plus particulièrement aux articles de (...)
  • 260 Galienus [...] scribit auctoritate Platonis quod opus in aliqua scientia vel arte ordinatur ad trip (...)
  • 261 Sur les concepts d’ordinatio et de divisio, voir M. B. Parkes, « The Influence of the Concepts of O (...)
  • 262 « Et, azò che di tale cosse te faza più memorioso, le ponerò cum suo ordine ché, come dice il Phylo (...)
  • 263 « Nous devons donc en toute étude rassembler quelque chose de bref et d’assuré qui puisse s’enferme (...)
  • 264 « Sì che, madone mie ferrarexe, a le quale pure il libreto mio drizato ho, cussì in questo studiare (...)

73Les auteurs évoquent rarement et de façon explicite l’utilisation matérielle de leur livre. Seule la présentation des séquences du texte renvoie aux conseils que prodiguait Hugues de Saint-Victor, pour lequel, « la manière qui convient pour lire un texte consiste à le diviser258 ». En énonçant à l’avance l’ordonnancement des chapitres, le prologue facilite le repérage des passages et la lecture. Barnabas Riatinis et Michel Savonarole se distinguent cependant lorsque, justifiant le plan qu’ils ont choisi, ils proposent de façon détournée des protocoles de lecture259. Pour le praticien émilien, qui dit écrire pour un ami et pour l’exercice de l’esprit260, l’organisation par ordre alphabétique doit servir à trouver plus facilement les différentes rubriques du texte. Le Compendium, qui lui a été suggéré par son destinataire, doit faire l’objet d’une lecture discontinue, caractéristique de celle des dictionnaires. Dictée par la quête d’un savoir, motivée par un plaisir intellectuel, la consultation relève d’un parcours non linéaire, sans autre ordre que celui dicté par la curiosité. Le padouan Savonarole, au contraire, place la composition sous l’angle de l’utilité pratique et explique son choix d’organisation par sa mémorisation plus facile261. Non seulement, il engage son lecteur vers l’application des règles, mais il parle encore d’apprentissage par la mémoire262, moyen par excellence de l’acquisition du savoir263. C’est un conseil similaire qu’il donnait aux femmes de Ferrare dans son Trattato, les engageant « à étudier, lire et ne pas craindre de se fatiguer264 ».

  • 265 Qui ergo appetit vivere et durare, studeat adquerere que ad durabilitatem conveniunt et vitam conse (...)
  • 266 Par exemple dans les manuscrits suivants : Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1213 ; Oxford, Bodlei (...)
  • 267 Ainsi, lorsque Bernard de Gordon reprend les propos d’Avicenne sicut dicit quod mali mores secuntur (...)
  • 268 Femina / Fructus / Fatigacio / Fames / Frigus / et Ferrum. Nota quorum ista sex que per F incipiunt (...)
  • 269 Dicit Jo[hannes Andrea] quorum multa cibaria nichil aliud est nisi parare bellum in ventre (ibid., (...)

74Ces recommandations, à défaut d’engager une véritable pratique, recommandent du moins une lecture appliquée265, sur laquelle les manuscrits nous livrent parfois quelques informations. Marginalia, manipulia, peu nombreux cependant, se contentent souvent d’être de simples marques pages, rappelant d’un mot le contenu du chapitre, ou d’un signe qu’il s’agit d’un passage important266. Moins fréquentes sont les gloses qui commentent le texte ou renvoient à d’autres livres, comme dans le B.n.F., lat. 16189, un manuscrit qui rassemble plusieurs traités de Bernard de Gordon, dont le De conservatione vite humane. Peut-être dues à Jean de Aventia, un socius de la Sorbonne qui fit don de son codex à la bibliothèque du collège, ces notes ne servent pas seulement à se repérer dans le texte, elles le commentent ou l’éclairent. Les citations d’autorités du praticien montpelliérain sont par exemple identifiées, avec leurs références précises267. Un autre manuscrit du traité de Bernard de Gordon révèle aussi de nombreuses notes marginales ; dans le lat. 16190 de la B.n.F., un lecteur a jugé utile de remplir les marges d’annotations qui résument les passages du texte parfois sous une forme amusante, comme cette liste de « Femme, fruit, fatigue, faim, froid et fer : noter que ces six [choses] qui commencent par F détruisent le corps des hommes268 ». Certaines marginalia consistent en citations d’autres auteurs (comme ce « Johannes Andrea a dit que ces aliments en grande quantité ne font rien d’autre que préparer la guerre dans le ventre » ), ou à d’autres passages du même texte269. Toutefois, ces cas se révèlent assez exceptionnels.

  • 270 Dans un régime anonyme, on trouve cette réflexion somme toute classique d’une utilisation du régime (...)
  • 271 Le Breviarium est une vaste somme pour l’essentiel thérapeutique : divisée en quinze parties, elle (...)
  • 272 Oportet ipsum qui vult esse longevum et corporis sanitatem illibatum servare, scire et cognoscere a (...)
  • 273 Cité par M. Carruthers, Le livre de la Mémoire... cit., p. 269.
  • 274 Ut quocunque venirem huiusmodi impostores vitare possem et ut mihimet ipsi et Christi pauperibus sc (...)
  • 275 Paris, B.n.F., lat. 7446, f. 15v : quamobrem magno pare hortor te, mihi pater, ut non solum priorem (...)

75Autrement dit, si tous les auteurs envisagent la finalité pratique de leur composition, ils se montrent peu diserts sur les moyens de la mettre en œuvre, du moins dans les prologues. Certes, le contenu même des textes, la forme d’écriture choisie suggère que la littérature diététique était engagée sur la voie de l’application des règles (c’est ce que laisse entendre par exemple l’usage de l’impératif et du futur chez Taddeo Alderotti), mais rares sont les injonctions directes qui invitent à une application de la norme270. Seul peut-être Jean de Mirfeld, dans la partie diététique de son Breviarium271, fait un effet d’annonce en déclarant qu’ « il convient, à qui veut vivre très longtemps et conserver la santé du corps dans son intégrité, de savoir et connaître l’art du régime de santé » ; il ajoute que « ne mourra jamais si ce n’est de mort naturelle celui qui étudierait attentivement et avec application le traité du régime de santé et observerait entièrement sa doctrine272 » ; enfin, il indique que ces textes « ne doivent cependant pas être lus au milieu du tumulte, mais dans le calme ; non pas hâtivement, mais sujet par sujet, en une méditation intense et réfléchie273 ». Sans relever d’une nécessaire obligation, l’insistance à démontrer l’utilité réelle du régime est une forte incitation à sa mise en pratique. Cette introduction est d’ailleurs l’écho du prologue général de l’œuvre où, fustigeant les médecins cupides et les charlatans, l’auteur expliquait que son traité avait pour but de permettre aux lecteurs d’échapper à ces malfaisants et de les soulager274. Dans la partie médicale de la nativité de Jean de la Goutte, Conrad Heingarter va plus loin lorsque, après avoir pris soin de souligner l’importance de l’astrologie pour le médecin, il exhorte son patient à lire attentivement et à mettre en pratique, non seulement la première particula, consacrée aux astres, mais aussi la seconde qui propose un régime de vie275.

76Si les protocoles de lecture sont rares et si les auteurs se livrent peu à la spéculation quant à l’usage qu’on pourrait faire de leur ouvrage – hors des sentiers battus des accessus classiques –, les informations glanées du côté de la pratique sont également parcellaires, lorsqu’il s’agit d’interroger l’application des règles.

Du lire au faire

  • 276 Sur le rapport entre médecine et diététique, voir les articles du numéro des Cahiers de Recherches (...)
  • 277 Nusquam memini de ipso legisse apud auctorem aut anticum nisi apud Avicennem in quarto Canone in cu (...)

77Le rapport du livre diététique et de la pratique doit être envisagé à deux niveaux : du côté de l’application des principes par les utilisateurs potentiels dans leur vie quotidienne, et du côté d’une ouverture possible du discours aux usages en vogue au moment de sa rédaction. Or, on a déjà pu constater, à travers l’évolution du traité sur l’hygiène entre le xiiie et le xve siècle, combien ce dernier s’était montré dans l’ensemble perméable aux transformations des habitudes alimentaires médiévales276 : il sut aussi bien forger des avis médicaux sur des nourritures nouvelles comme les oranges, les citrons277ou les pâtes, qu’intégrer à son propos des considérations sur les variétés régionales, qu’il s’agisse d’espèces de poissons ou de cépages particuliers, ou accorder une place importante à la cuisine et à ses particularités. Ces adaptations progressives d’un savoir théorique à des pratiques culturelles montrent que cette littérature diététique était en prise sur son époque, qu’elle ne véhiculait pas un savoir fossile, hérité d’autorités antérieures, mais savait le renouveler.

  • 278 C. Lambert, « Avant-propos », dans Du manuscrit à la table. Essais sur la cuisine au Moyen Âge et r (...)

78Le régime est sans doute une source pour l’historien de la vie matérielle, quoiqu’il soit parfois difficile de démêler ce qui est de l’ordre d’une norme imposée par le médecin, de ce que les habitudes courantes lui ont dicté d’écrire. Il est par exemple rapide et inexact d’affirmer sans autre préambule que « la médecine et la diététique jouent [...] un rôle très important dans l’engouement pour plusieurs denrées, l’élaboration de certains plats, l’agencement des produits, voire la diffusion des recettes278 », parce que le régime, loin de créer des habitudes, se contentait souvent de les suivre ou de les adapter. S’il faut alors savoir retracer l’environnement social dans lequel le traité s’inscrit, il serait cependant illusoire d’y voir restituer le champ entier des habitus.

  • 279 Pour un recensement et une énumération des divers documents qui intéressent l’histoire de l’aliment (...)
  • 280 Pour une réflexion sur les statuts urbains comme sources d’une histoire de l’alimentation, voir A. (...)
  • 281 Sur la question des méthodes et des sources d’une histoire de l’alimentation, voir M. S. Mazzi, « N (...)
  • 282 Voir par exemple A. Lafortune Martel, Fête noble en Bourgogne au xve siècle. Le banquet du Faisan ( (...)
  • 283 Je renvoie à l’article d’O. Redon, « La réglementation des banquets par les lois somptuaires dans l (...)
  • 284 Voir par exemple l’article d’A. J. Grieco, « From the Coobook to the Table : A Florentine Table and (...)
  • 285 Sur ce sujet, voir B. Laurioux, Le règne de Taillevent. Livres et pratiques culinaires à la fin du (...)
  • 286 Lorsqu’il s’agit d’achats pour une cour, les quantités n’indiquent pas le nombre de convives prévus (...)
  • 287 Les comptes ne mentionnent en effet que ce qui fut acheté, passant sous silence tout ce qui pouvait (...)
  • 288 A. J. Grieco, Classes sociales, nourriture et imaginaire en Italie (xive-xve siècles), thèse de doc (...)
  • 289 Il en est de même pour l’étude menée par A. Giuffrida à propos des dépenses alimentaires qu’occasio (...)

79Ce souci d’actualisation du discours à des pratiques est dicté par la nature du régime. Quoique moins normatif que le consilium thérapeutique (parce qu’il ne sert pas à dénouer une situation de crise), il n’en est pas moins prescriptif. Tandis que le conseil voit son temps d’application limité à la durée de la maladie, le régime s’érige en modèle de vie et est censé se prolonger aussi longtemps que le patient restera en bonne santé. Destiné à aider à sa conservation, il devrait n’avoir d’autre fin que celle qu’impose la mort naturelle. Pour saisir quelques pans de ces adaptations, notamment dans le domaine alimentaire, il serait nécessaire de consulter d’autres sources, venues de la pratique, de la norme ou de la représentation279. Qu’il s’agisse de livres de comptes, de législations urbaines280ou somptuaires, de réceptaires culinaires, de chroniques ou encore de correspondances, toute cette documentation ne restitue au mieux que des bribes d’une réalité mouvante, mettant l’accent soit sur les consommations, le ravitaillement et les rations alimentaires, soit sur les goûts et les modes en vigueur à une époque donnée et dans un groupe social déterminé281. Souvent l’examen de ces documents soulève plus de questions qu’il n’apporte de réponses : ainsi de certaines chroniques282, parce qu’elles ne s’intéressent le plus souvent qu’aux moments phares de la vie de cour, le banquet et sa profusion alimentaire (comme les lois somptuaires d’ailleurs283), où doit régner l’ubris, symbole du pouvoir en représentation. Ces occasions exceptionnelles, si elles sont caractéristiques d’un milieu particulièrement médicalisé, sont assez éloignées des préceptes que diffuse la littérature diététique. Les livres de recettes renvoient de leur côté à des problématiques familières : reflètent-ils des pratiques ou un imaginaire alimentaire284 ? Il ne faut pas oublier, à cet égard, que comme le texte diététique, ils font l’objet de constantes récritures285. Les sources comptables soulèvent d’autres difficultés : il est d’une part difficile de savoir à qui se destinaient les quantités achetées286dans le cas d’un milieu de cour ou de la familia d’un évêque, lorsqu’elles énumèrent pêle-mêle chairs nobles et viandes rouges alors qu’il existe une hiérarchie des mets et des aliments à table ; d’autre part, elles ne recensent souvent qu’une partie des denrées qui étaient effectivement consommées, le reste pouvant provenir du fruit de la chasse ou de la production seigneuriale, par exemple287. Allen J. Grieco a étudié la mensa della Signoria de Florence, comptes d’une institution toscane créée en 1282 et chargée du pouvoir exécutif288. Les neuf prieurs qui la composaient étaient tenus, pendant la durée de leur office, de travailler, manger et dormir au palais communal, pour échapper aux pressions qui pouvaient s’exercer sur eux. Dans ce cas précis, les comptes d’approvisionnement reflètent donc la totalité des consommations de cette collectivité qui achetait tout ce dont elle avait besoin289. Certains des documents cités donnent surtout prise à une analyse de type quantitatif, qui n’est guère satisfaisante, car le discours sur l’hygiène ne délivre que très peu de conseils de proportions pour les aliments ou les plats à ingérer, sinon en théorie. Si les comparaisons avec les rations alimentaires que certaines études ont restituées sont difficiles à mener, des comparaisons qualitatives restent possibles. Malgré ces limites, il eût été utile de croiser ces multiples sources, sous réserve, pour en faire un cas exemplaire, de pouvoir rassembler ces documents divers pour une aire géographique et à un moment donné, conditions qui ne furent jamais parfaitement réunies.

  • 290 Il doit « to espie if any of the court ebe infected with leperiz or pestylence et to make the young (...)
  • 291 M. R. McVaugh, Medicine before the Plague... cit., p. 149-150 et n. 61.
  • 292 Additione et moderatione de misser Palavicino et Instructione circa el governo del nostro Illustris (...)
  • 293 Sur quelques figures de cuisiniers italiens, O. Redon, « Les métiers de cuisinier », dans Ceti, mod (...)
  • 294 B. Laurioux, Le règne de Taillevent... cit., p. 213-214. Il n’y a pas à proprement parler de consid (...)
  • 295 Ibid., p. 214. Voir aussi B. Laurioux, Gastronomie, humanisme et société à Rome au milieu du xve si (...)

80Aurait-on pu en déduire une incidence directe du régime sur les pratiques corporelles ou alimentaires ? Sans doute pas. On ignore en effet si le régime fut un livre de chevet pour son possesseur ou son destinataire, si les conseils de préparations étaient strictement suivis en cuisine, si le livre ou la parole du médecin présent infléchissaient véritablement des habitudes. Les ordonnances de la Maison royale d’Angleterre de 1474 rappellent que, parmi les devoirs du médecin, figure l’obligation de délivrer les conseils diététiques au roi et à sa famille, de contrôler l’état sanitaire de la cour en matière de lèpre et de pestilence et de « rendre le jeune prince Édouard, joyeux et content290 ». Le praticien avait libre accès aux chambres du roi et décidait des quantités et de la qualité de ce qu’Édouard IV pouvait manger. L’héritier du trône, d’après cette même législation, devait toujours avoir dans son entourage un « physicien » et un chirurgien. En novembre 1348, dans un codicille de son testament, l’évêque Arnaud de Gérone, sur son lit de mort, laissait trente-cinq livres à son médecin Guerau de Sant Dionis, « qui pendant longtemps nous a maintenus dans son bon régime et sa diète » (qui multo tempore nos tenuit in suo bono regimine et dieta291). La mention distingue ici les aspects proprement alimentaires du reste des composantes de l’ars diaetae. À Milan, dans les années 1440, une proposition d’organisation de l’hôtel du l’héritier ducal, Galeazzo Maria Sforza, prévoit la présence du praticien dans les cuisines, afin que « tout se fasse avec la participation des médecins pour ce qui regarde à la santé [de Galeazzo] » et rappelle une règle qui est aussi un ordre, à savoir que « la diversité des aliments pour les enfants de cet âge est très nocive292 ». Si le texte ne justifie pas à proprement parler la présence médicale auprès des cuisiniers par des raisons diététiques (on pouvait aussi craindre des risques d’empoisonnement), la dénonciation de la profusion alimentaire comme danger pour la santé tend toutefois à le faire croire. Cet ordonnancement fut-il mis en pratique et l’art du cuisinier soumis à la surveillance du praticien293 ? À défaut d’une réponse à ces questions, peut-être peut-on suggérer, sur la base de la collaboration qui unit, vers 1464-1465, maître Martino de Côme et l’humaniste Bartolomeo Platina (et qui aboutit à la composition respective du Libro de arte coquinaria de l’un et du De honesta voluptate ac valetudine de l’autre294), à une familiarité possible entre l’homme de cuisine que fut Martino à Milan dans les années 1457-1461/1462295et les nombreux médecins de cour de Francesco Sforza, au sein desquels figuraient des auteurs d’ouvrages diététiques comme Benedetto Reguardati et Guido Parato.

  • 296 Paris, B.n.F., lat. 11232, f. 49v.
  • 297 Sed nequeo (inquies fortasse) inter lances mensasque regalibus epulis opipare intentes atque splend (...)
  • 298 Mala est copia ! [...] Vides igitur (vir prudentissime) quantum morbi pestis atque incommodi tum co (...)
  • 299 M. Nicoud, « Les pratiques diététiques à la cour de Francesco Sforza », dans Scrivere il Medioevo. (...)
  • 300 « Crediamo che hormay quella havera poco bisogno di medici, aliquali perche crediamo che, in questo (...)

81Des sources médicales montrent en revanche combien les principes et les conseils des praticiens pouvaient être, en certaines occasions, éloignés de la réalité. Dans son régime, Conrad Heingarter critique par exemple le duc de Bourbon, qui fait peu de cas des préceptes qu’il lui délivre296, tandis que dans le consilium écrit pour Jean de la Goutte, il souligne la difficulté pour le médecin d’imposer des prescriptions diététiques fondées sur la modération pour des destinataires qui fréquentent constamment des tables royales297. Avec une maîtrise assurée de l’effet oratoire, il exhorte l’officier royal à fuir la variété sans fin des mets, lui rappelle que trop d’abondance nuit ou combien de maladies et dommages menacent son corps et son âme pour s’être trop adonné aux plaisirs charnels de l’ivresse298. De l’autre côté des Alpes, presque à la même époque, le médecin Cristoforo da Soncino, au service de Galeazzo Maria, informait Francesco Sforza, seigneur de Milan, du peu d’empressement de l’héritier ducal à suivre ses conseils de modération en matière de diététique, qu’il s’agisse de son comportement de table ou de ses activités corporelles. Pourtant, malgré un régime a priori contraire aux règles d’une bonne hygiène de vie, le praticien était contraint de reconnaître l’excellente nature de son patient, qui jouissait, malgré tout, d’une bonne santé299. Si le duc se montrait préoccupé par les mauvaises habitudes de son fils, il semblait, selon d’autres témoignages, peu empressé lui-même de suivre les conseils de ses praticiens. Mieux, il n’hésitait pas, quand à leur tour ces derniers étaient malades, à leur imposer des interdits similaires, et poussait même la duchesse Bianca Maria à suivre ses appétits300. Ainsi, déclarer, comme le faisait Jean de Tolède, dès le milieu du xiiie siècle, que la gourmandise (gula) tuait plus que le fer (gladium), était un lieu commun, qui rejoignait les remarques d’autres médecins sur la gloutonnerie de leurs contemporains mais aussi les témoignages sur les mœurs de nombreux patients fortunés. Aussi Hippocrate suggérait-il déjà aux médecins, dans ses Aphorismes, de préférer aux diètes ténues et strictes des régimes un peu plus nourrissants en raison des écarts que le sujet, qu’il soit malade ou pas, était tenté de commettre en cas de restrictions trop sévères. Ces débordements étaient alors considérés comme très dangereux.

  • 301 Pour une étude de cas, je me permets de renvoyer à un article, « Les savoirs diététiques, entre con (...)
  • 302 Sur les symboliques alimentaires, voir P. Camporesi, Le pain sauvage, Paris, 1981 ; id., Il paese d (...)
  • 303 Pour des tentatives de rapprochement entre pratiques de consommation et préceptes diététiques, à pr (...)
  • 304 Bernard de Gordon est sur ce point catégorique : Vitet autem omnes fructus et omnia olera et omnia (...)
  • 305 Les dattes sont pratiquement tempérées puisque chaudes et humides au premier degré. Quoique d’une d (...)
  • 306 Ficus quidem omnibus fructibus laudabilior et nutribilior existit (Benedetto Reguardati, Libellus d (...)
  • 307 Michel Savonarole déclare du raisin qu’il « dà bono nutrimento, inpingua el corpo e il stomego conf (...)
  • 308 Filippo d’Arezzo et Benedetto Reguardati disent par exemple des châtaignes qu’elles sont chaudes au (...)
  • 309 De ratione cibi est non mutare nec alterare corpus sed mutari et alterari a corporibus ; de ratione (...)
  • 310 Vitet autem omnis fructus et omnia holera et omnia legumina et omnem caseum nisi ille vellet uti se (...)
  • 311 À propos des abricots par exemple, froids et humides au second degré, qui génèrent un flegme gros e (...)
  • 312 Benedetto Reguardati décline par exemple toutes les étapes de la préparation des pommes lorsqu’elle (...)
  • 313 Michel Savonarole, Libretto de tutte le cosse... cit., p. 87 et 91.

82Les propos des auteurs médiévaux suggèrent surtout que les idéaux de tempérance du régime étaient par essence étrangers aux habitudes de vie curiales de la majeure partie de ceux auxquels ils s’adressaient301. Les vertus nutritives d’un aliment n’étaient pas non plus toujours en adéquation avec les fonctions sociales, religieuses ou symboliques que d’autres discours et d’autres codes lui reconnaissaient302. Je ne prendrai ici qu’un exemple choisi dans un groupe alimentaire plutôt connoté du côté du luxe dans les consommations médiévales : les fruits303. Le discours diététique est en effet unanime pour en condamner la consommation chez l’homme en bonne santé304. Cette critique – à laquelle n’échappent guère que les dattes305, les figues306, les raisins307voire les poires et certains fruits secs308– se fonde sur une distinction d’ordre naturel : les fruits ne sont pas aux yeux des médecins des cibi cibales, des aliments qui nourrissent, mais des cibi medicinales, c’est-à-dire des aliments-médicaments, qui altèrent le corps plus qu’ils ne sont eux-mêmes transformés au cours du processus de digestion309. Cette spécificité, ils la doivent à une complexion déséquilibrée, qui les rend difficilement assimilables lors de la digestion, perçue comme une coction. Leur consommation à des fins nutritionnelles est donc formellement déconseillée310, puisqu’elle aurait pour conséquence, chez l’homme sain, un déséquilibre de son tempérament et déclencherait une putréfaction des humeurs311. En revanche, elle est particulièrement recommandée pour certaines maladies, notamment dans le cas de certaines fièvres. Maino de Maineri détermine aussi quatre utilisations médicales des fruits « dans les états ou latitudes de la santé » (in latitudine sanitatis), c’est-à-dire pour un corps sain : pour réduire la bile, notamment en été et en automne, lorsque cette humeur est trop abondante (il convient alors de consommer des fruits frais, froids et humides) ; pour relâcher le ventre (figues, raisins, prunes ou cerises sont conseillés avant le repas) ; contre la constipation et pour comprimer les aliments qui se trouvent dans l’estomac et les repousser vers le fond (avec des fruits astringents). En règle générale, les médecins proposent des préparations visant à réduire l’acidité des fruits, par l’ajout d’un édulcorant (sucre ou miel), ou à supprimer leur humidité par une cuisson312. Avec un peu d’eau et de sucre, le jus d’orange ôte la soif et réprime les humeurs colériques, et infusées dans du bon vin, les pêches confortent l’estomac et excitent l’appétit313.

  • 314 Il s’agit des cas où les auteurs, au sein d’une espèce, prennent le soin de détailler quelques vari (...)
  • 315 In quibus omnes homines fere summopere delectari consueverunt nescientes quam paruum et quam pravum (...)
  • 316 Nota. Vitet omnes fructus. Hoc esset imposibile (sic) (B.n.F., lat. 16190, f. 13rb).
  • 317 M. S. Mazzi, « Consumi alimentari e malattie nel Basso Medioevo », Archeologia medievale, 8 (1981), (...)
  • 318 Cf. A. Castagnetti, « I possessi del monastero di S. Zeno di Verona a Bardolino », Studi medievali, (...)
  • 319 Bonvesin de la Riva, « De magnalibus Mediolani », texte latin et trad. it. de G. Pontiggia, Milan, (...)
  • 320 Appelé prunus damaschena, variété de prune originaire de Syrie, mais acclimatée au Moyen Âge. Cf. J (...)
  • 321 Exemple de ce souci dans les statuts de Trévise : Gli Statuti del Comune di Treviso (1316-1390), se (...)
  • 322 Sans doute faut-il voir aussi, selon un schéma répandu et adopté par la littérature diététique et a (...)
  • 323 Si, en Provence, les cultures d’orangers apparaissent dans la région d’Ollioules à la fin du xve si (...)
  • 324 P. Charbonnier, « L’alimentation d’un seigneur... », art. cit., p. 92-93, 100.
  • 325 Poires et prunes en juillet, plus pommes et raisins en août ; poires, pêches et raisins en septembr (...)
  • 326 Cf. M. Sommé, « Alimentation à la cour... », art. cit., p. 115-116.
  • 327 Cité par J.-P. Leguay, « Banquets, cadeaux alimentaires et autres présents aux visiteurs de marque (...)
  • 328 Dans une lettre adressée à Galeazzo Maria Sforza le 15 septembre 1467, le chirurgien Giuliano Marli (...)
  • 329 « Persuadendome che li persichi quali manday l’altro heri a vostra celsitudine gli siano gustati, h (...)
  • 330 Abiecta postmodum decoctionis aqua, sine pane, imo panis loco, frequentissime masticantur (Bonvesin (...)
  • 331 Quidam ex auctoribus blasphemant castaneam quod in nutrimento similis existit glandi. Unde dicunt q (...)

83À l’exception de certaines variétés314, les voix sont donc unanimes qui déconseillent la consommation de fruits chez celui qui jouit d’une bonne santé. Mais que saisit-on des habitudes et des pratiques les plus courantes ? Doit-on croire un Bernard de Gordon, lorsqu’il met en lumière les décalages entre les recommandations médicales et les pratiques de ses contemporains (avouant cependant que l’avis savant est aussi parfois démenti par l’expérience) ? Ou encore un Antonio Gazio, quand il parle du plaisir que beaucoup trouvent à la consommation des fruits et le peu de cas qu’ils font des conseils des savants315 ? Notons ainsi qu’un lecteur du De conservatione vite humane de Bernard de Gordon, dans le manuscrit parisien lat. 16190, a jugé bon, sous l’interdiction catégorique d’en manger, de remarquer : « Noter. Qu’il évite tout fruit, ce qui ne serait guère possible316 ». Cette catégorie alimentaire n’était sans doute pas d’un usage communément généralisé, mais s’inscrivait dans des clivages socialement marqués, les études sur l’état sanitaire des populations mettant généralement l’accent sur les carences vitaminiques317. D’autres travaux ont montré que ce n’est qu’à partir du xiiie, voire du xive siècle, que les fruits rentrent dans les habitudes alimentaires médiévales318, mais il est vrai que pour les périodes antérieures, la documentation est lacunaire, voire manquante. Si l’on en croit Bonvesin de la Riva, le chroniqueur milanais, l’approvisionnement, du moins, ne posait pas de difficulté au xiiie siècle ; les fruits arrivaient sur les marchés de la cité lombarde en grande quantité et toute l’année : cerises domestiques et sauvages qui, entre la mi-juin et la mi-juillet, « se trouvaient en vente dans la ville à n’importe quelle heure319 », prunes blanches, rouges, jaunes, quetsches320(de la fin juin à la fin octobre), poires, pommes, mûres et des variétés de figues, noisettes, cornouilles, pêches, jujubes, raisins ou encore noix à partir de l’automne. Le chroniqueur ne nous renseigne cependant pas sur la sociologie des modes alimentaires. Les statuts communaux des cités italiennes font aussi souvent référence aux arbres fruitiers, à leur entretien, à leur protection, ou encore aux conditions de vente de ces productions, signe que ces activités se développaient dans ou à l’extérieur du périmètre urbain et que les autorités de la ville étaient soucieuses d’une bonne gestion de ces ressources alimentaires321. À l’exception de l’autoconsommation rurale, qu’il est difficile de quantifier – Benedetto Reguardati laisse par exemple aux rustici les mûres qui ne nourrissent guère322–, certaines catégories de fruits ont sans doute plutôt occupé les tables des plus riches, surtout lorsqu’il fallait les faire venir de loin, comme les dattes ou les agrumes323. Ainsi tel petit seigneur, comme cet Auvergnat étudié par Pierre Charbonnier, mangeait peu de fruits lorsqu’il résidait à Murol (un site trop élevé pour la culture des arbres fruitiers), mais ses achats étaient plus importants à Saint-Amant, quoiqu’il se soit agi surtout de productions locales de pommes324. En revanche, les dépenses de l’hôtel du comte Jean d’Angoulême mentionnent pour six mois de l’année 1462 des achats de fruits saisonniers325, et celles de la cour de Bourgogne, quelques années plus tôt, attestaient des approvisionnements quotidiens en productions locales, mais aussi en fruits méridionaux (dattes et figues) et parfois en oranges326. Ces agrumes parviennent jusqu’à Rennes à la fin du xve siècle, où elles apparaissent dans les comptes municipaux au prix de trente deniers la douzaine327. À la cour de Milan, dans la seconde moitié du xve siècle, de nombreuses missives attestent l’envoi fréquent à la famille ducale (et plus particulièrement à Bianca Maria, qui les prisait tout particulièrement) de paniers de fruits frais composés de coings, de quetsches, de prunes, de grenades328, de citrons, mais plus souvent encore de pêches dont on prend soin de préciser parfois que, malgré leur apparence, elles n’en sont pas moins bonnes329. D’autres variétés, comme la châtaigne par exemple, étaient assez répandues, à commencer dans les diètes des plus pauvres, ne serait-ce que parce que ce fruit pouvait aussi servir de substitut au pain330. D’ailleurs, tous les médecins s’accordent pour reconnaître leurs qualités nutritives mais surtout leur difficile digestion, à telle enseigne que Benedetto Reguardati, rapportant certaines opinions, les qualifie, au même titre que les glands, d’aliments des porcs331.

  • 332 L’hôpital disposait d’un potager, mais il était trop petit pour subvenir à l’ensemble des besoins.
  • 333 L’auteur explique ces différences par les dons en froment que reçoit l’hôpital (et qui lui permette (...)
  • 334 A. Giuffrida, « Considerazioni sul consumo della carne... », art. cit., p. 584.

84Quels que soient les groupes sociaux envisagés, les fruits représentaient cependant une part très faible du budget alimentaire. Les répartitions des comptes de l’hôpital florentin de Santa Maria Nuova, étudiées par Charles-Marie de la Roncière, montrent la stabilité de la rubrique « fruits-légumes », entre 1,8 % et 0,8 % du total332, alors que les autres chapitres des dépenses alimentaires varient fortement entre 1326 et 1372333. Quant aux comptes des huit Palermitains en délégation pour un mois auprès des vice-régents de Catane, ils suggèrent une consommation de fruits non négligeable, plus d’un jour sur deux : les fruits frais figurent dans la comptabilité de douze journées et les secs dans sept. Ces achats ne représentent cependant que 2,9 % des dépenses effectuées (contre presque 17 % pour le pain, plus de 26 % pour le vin, et plus de 32 % pour la viande, qui eux sont des aliments consommés tous les jours)334.

  • 335 Comme ceux de l’hôpital Santa Maria Nuova de Florence (cf. C.-M. De la Roncière, Prix et salaires.. (...)
  • 336 Certains réceptaires, comme celui de Maître Eberhart (cuisinier du duc de Bavière-Landshut, daté de (...)
  • 337 J.-L. Flandrin et O. Redon, « Les livres de cuisine italiens des xive et xve siècles », Archeologia (...)
  • 338 Bonvesin de la Riva, « De magnalibus Mediolani »... cit., p. 82.
  • 339 Ibid. Il était difficile de rapprocher ces remarques du discours diététique d’un Milanais comme Mai (...)

85Déterminer qui consommait ces fruits n’est que l’une des questions soulevées par le rapport du texte diététique avec les pratiques. Il reste aussi à savoir comment ils étaient ingérés : sous une forme crue, peu recommandée des médecins, en compotes, en gelées, ou bien cuits, comme ces derniers l’encourageaient ? Les sources comptables précisent parfois, pour certaines rubriques, si les achats concernent des pommes au couteau (c’est-à-dire à manger crues) ou à cuire335 ; des récits ou des recettes336évoquent aussi les tartes aux fruits, les poires au vin, ou encore les fruits secs servis en fin de repas, sans oublier les utilisations répandues de citrons et d’oranges dans la confection de plats de viandes337. Bonvesin de la Riva mentionne les nombreuses préparations de marrons, qualifiés de fruit noble et surtout de châtaignes, grillées, bouillies et mangées à la cuillère, ou jetées dans l’eau de cuisson338. Les noix, découpées et mélangées à de l’œuf, du fromage et du poivre, étaient appréciées des Milanais comme farce pour les viandes en hiver339.

  • 340 Sur la question hospitalière, la bibliographie est abondante. Je me contenterai de quelques titres (...)
  • 341 « La prima refectione in epso hospitale la matina et sera è quella de li infirmi, taxata per la qua (...)
  • 342 Dans les statuts de l’Hôtel-Dieu-le-Comte à Troyes (1263), sont exposés quelques principes d’hygièn (...)
  • 343 Dans ses sermons, Jacques de Vitry se montre parfois très critique à l’égard de l’attitude des frèr (...)
  • 344 Les hôpitaux sont progressivement devenus au Moyen Âge, des centres de soins et non plus seulement (...)
  • 345 Les achats de cerises s’échelonnent sur trente-six jours de l’année, ceux de prunes sur vingt-deux, (...)
  • 346 Cl. Hohl, « Alimentation et consommation à l’hôtel-dieu de Paris aux xve et xvie siècles », Bulleti (...)
  • 347 Sur ce sujet, voir D. Panebianco, « Documenti sull’ultima malattia di Bianca Maria Sforza e sulla p (...)
  • 348 « Mando etiamdio a vostra Signoria uno cistarello picolo di dramasene (sic) bianche, cose da maladi (...)

86S’ils étaient plus spécialement recommandés pour des usages médicaux, les fruits apparaissaient-ils dans l’alimentation des malades ? Du côté des hôpitaux qui, progressivement, à la fin du Moyen Âge, se « médicalisent », passant de l’institution charitable pour pauvres et orphelins, au centre de soins, parfois géré par les municipalités340, la diététique (au sens d’une alimentation conforme à l’affection du patient) était, en certains endroits du moins, considérée comme le minimum médical341 ; elle était alors assortie de principes d’hygiène fondamentaux342. Si l’on en croit les remarques d’un Jacques de Vitry, au début du xiiie siècle, ces préceptes n’étaient pas partout en usage, loin s’en faut343. Trois études, celle menée par Louis Stouff sur l’hôpital du Saint-Esprit à Marseille, celles de Charles-Marie de la Roncière sur Santa Maria Nuova et de Giulano Pinto sur San Gallo à la fin du xive-début xve siècle, deux hôpitaux florentins, ont montré que les fruits faisaient partie des achats hospitaliers, à l’usage du personnel mais plus encore des hôtes, malades ou indigents qui y séjournaient344. Dans la cité phocéenne, les principes diététiques semblent de rigueur, puisque les patients du Saint-Esprit ont une nourriture différente de celle du personnel (avec des viandes de meilleure qualité) et ils sont les seuls à manger des fruits, pendant une bonne partie de l’année345. L’étude de Claude Hohl consacrée à l’Hôtel-Dieu de Paris a révélé leur consommation uniquement sous une forme cuite, en compote ou confiture. Leurs vertus reconnues contre les fièvres, notamment pour les variétés fraîches, semblent ici occultées au profit d’une conception plutôt gourmande du fruit, qui apparaît dans les chapitres consacrés aux « douceurs », au milieu de gâteaux, échaudées, oublies et autres tartes346. Du côté de l’alimentation de cour, certains exemples, empruntés au milieu milanais, montrent que si les fruits étaient appréciés de la table ducale en toutes saisons, ils n’étaient pas incompatibles non plus avec l’alimentation des malades. Dans les trois derniers mois qui précédèrent sa mort, Bianca Maria Visconti, veuve de Francesco Sforza, souffrant d’une fièvre tierce double, consommait des fruits assez souvent, sans doute avec l’accord des médecins, en permanence à son chevet347. Oranges, quetsches, pêches, grenades lui étaient ainsi expédiées par des serviteurs, soucieux de son plaisir et de son bien-être, et qui, pour certains, faisaient même montre d’un savoir diététique minimal, lorsqu’ils qualifiaient par exemple les quetsches de « choses pour malades348 ».

  • 349 Fiunt etiam mala granata egrotantibus plerumque utilia. Dans une version toscane d’une poésie du xi (...)

87Ce type de remarques ou celles encore de Bonvesin font croire que les préceptes médicaux en matière alimentaire ont parfois fait partie d’un savoir commun, peut-être plus facilement diffusés, comme le suggère l’éditeur de la chronique, par l’intermédiaire de poésies sur les aliments ou par d’autres biais, que par le discours diététique lui-même349.

CONCLUSION DE LA CINQUIÈME PARTIE

88Si quelques régimes furent le fait de figures secondaires de la médecine médiévale dont la trace se perdit rapidement, la plupart furent composés par des praticiens formés à l’université, souvent par les plus grands noms de leur temps, qui laissèrent derrière eux bien d’autres productions. Dans cette sorte de monopole qui se dessine au sein de l’écriture médicale, la littérature consacrée à l’hygiène conservatoire n’échappe guère à la règle : c’est aux plus renommés, à ceux qui ont fait leur preuve que l’on s’adresse. De leurs côtés, ces auteurs songent aussi à s’approprier un domaine plus largement ouvert que d’autres au monde des non-savants ; ils œuvrent ainsi à l’accroissement de leur prestige personnel, mais participent aussi à la construction d’un savoir destiné à la pratique, plus conforme à la figure du médecin lettré de la fin du Moyen Âge, « physicien » et courtisan. Lieu d’une vulgarisation du savoir, les régimes de santé, qu’ils s’adressent à des professionnels ou à des lecteurs étrangers à la discipline, se destinent pour l’essentiel à l’application de normes ou, du moins, à la compréhension des règles générales de l’hygiène. Que le texte ait été diffusé dans des milieux somme toute assez larges, catalogues de bibliothèques, inventaires après décès ou ex-libris le montrent. Qu’il ait été lu, annotations, marginalia, simples manipulia, l’attestent, quoiqu’elles soient, au vu des manuscrits étudiés, finalement peu fréquentes. Qu’il ait été mis en pratique, les attestations sont dans ce domaine trop rares et les éléments de comparaison disponibles trop fragmentaires et trop épars pour constituer autre chose que de simples points de repère de ce que furent les usages dans certains milieux. Il est certain toutefois que souvent les règles de modérations préconisées allaient à l’encontre des appétits et des goûts des consommateurs. Le champ d’enquête reste ouvert pour d’autres études sur les pratiques diététiques médiévales.

Notes

1 À la fin du siècle, Jean de Mirfeld évoquait aussi, dans son Breviarium, la cupidité de ses confrères : Frequenter enim mihi accidit ut aut propter meam aut propter amicorum meorum infirmitatem varias fraudes modernorum medicorum experirer. Quidam enim illorum ea que curare nesciebant cupiditatis causa curare se promittebant. Quidam etiam pro medicinis modice valoris et efficacie multa impudenter exigebant. Nonnullos etiam comperi qui languores quod paucissimis diebus possent repellere in longum tempus protraxerunt ut pacientes diu sibi tributarios haberent (P. Horton-Smith Hartley et H. R. Aldridge, Johannes de Mirfeld of St. Bartholomew’s Smithfield ; his Life and Works, Cambridge, 1936, p. 48).

2 Dans sa majorité, la population médiévale n’avait pas accès au praticien, même s’il faut noter une amélioration notable de la situation au xve siècle. Les études qui ont tenté de quantifier sa présence au regard des chiffres de la population globale d’une cité sont éloquents : à Milan au xiiie siècle, le rapport est d’un médecin pour 7000 habitants, à Florence, dans le premier tiers du xive siècle, de un pour 1500). Seule Novare fournit un chiffre plus élevé, sur la base de chroniques, avec un médecin pour 450 habitants. Cf. I. Naso, « La pubblica assistenza medica nel basso Medio Evo. I medici dei Comuni di Torino e di Pinerolo nel xiv e nel xv secolo », Minerva Medica, 68 (1977), p. 1149-1166 ; K. Park, Doctors and Medicine in Early Renaissance Florence, Princeton, 1985, p. 54-58 ; M. R. McVaugh, « Le coût de la pratique et l’accès aux soins au xive siècle : l’exemple de la ville catalane de Manresa », Médiévales, 46 (2004), p. 45-54. Plus largement, sur la médicalisation des cités médiévales, voir G. Albini, Guerra, fame, peste. Crisi di mortalità e sistema sanitario nella Lombardia tardomedioevale, Bologne, 1982 ; ead., « Assistenza sanitaria e pubblici poteri a Milano alla fine del Quattrocento », dans Milano nell’età di Ludovico il Moro. Atti del Convegno internazionale (28 febbraio-4 marzo 1983), vol. 1, Milan, 1983, p. 129-146 ; I. Naso, Medici e strutture sanitarie nella società tardo-medievale. Il Piemonte dei secoli xiv e xv, Milan, 1982. Pour l’époque moderne, C. M. Cipolla, Public Health and the Medical Profession in the Renaissance, Cambridge, 1976.

3 Voir L. García Ballester, « Medical Ethics in Transition in the Latin Medicine in Thirteenth-Fourteenth Centuries : New Perspectives on the Physician-Patient Relationship and the Doctor’s Fee », dans A History of Medical Ethics éd. A. Wear, J. Geyer-Kordesch et R. French, Londres, 1994, p. 38-71.

4 Sur le rôle et l’importance de ces physiciens au service de la cité, voir V. Nutton, « Continuity or Rediscovery ? The City Physician in Classical Antiquity and Medieval Italy », dans The Town and State Physician in Europe, from the Middle Ages to the Enlightenment, éd. A. W. Russel, Wolfenbüttel, 1981 p. 9-46 (Wolfenbütteler Forschungen, 17), rééd. dans V. Nutton, From Democedes to Harvey, Londres, 1988 (Variorum Reprints).

5 M. R. McVaugh et K. Park ont mis en lumière pour la Catalogne et pour Florence, à des époques pourtant différentes, le recours préférentiel des populations au médecin, plutôt qu’à ceux qui pratiquaient la magie ou encore aux saints intercesseurs. Voir M. R. McVaugh, Medicine before the Plague. Practitioners and their Patients in the Crown of Aragon. 1285-1345, Cambridge, 1995, p. 136 et suiv ; K. Park, Doctors and Medicine... cit., p. 51. Cf. aussi M. Nicoud, « Hygiène, pathologies et médicalisation du ‘petit peuple’ : discours et pratiques médicales à la fin du Moyen Âge », dans Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités. Actes du congrès international tenu à l’Université de Montréal (18-23 octobre 1999), éd. P. Boglioni, R. Delort et C. Gauvard, Paris, 2002, p. 658-572.

6 Cette association des notions de conservatio et d’utilitas communis n’est pas partout visible, ni perceptible au même moment. Surtout, elle naît souvent de la recrudescence de l’épidémie de peste (voir par exemple les statuts du conseil d’Ivrée en 1494 dans I. Naso, « L’assistenza sanitaria nei comuni pedemontani durante le crise epidemiche del xiv e del xv secolo », dans Le epidemie nel tardo medioevo, Turin, 1978, p. 87-115 et p. 127 doc. 10). On trouve toutefois, comme dans les statuts bolonais du milieu du xiiie siècle, des interdictions de jeter sur les voies publiques des immondices, au nom de l’utilité publique. De même est-ce pro bono et sanitate hominum et personarum lucane civitatis que sont justifiées la fondation de la Curia del Fondaco, police d’entretien de la voirie, et les interdictions de rejeter dans les rues le sang des animaux abattus. Cf. Statuti di Bologna dall’anno 1245 all’anno 1267, éd. L. Frati, Bologne, 1869, livre VII, rubr. CXLIX, p. 158-161 ; Statuti urbanistici medievali di Lucca. Gli statuti delle vie e de’ pubblici di Lucca nei secoli xii-xiv, curia del fondaco : statuto del 1371, éd. D. Corsi, 1960, p. 56, 69. Cf. M. Nicoud, « Médecine, prévention et santé publique en Italie à la fin du Moyen Âge », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, réunies par P. Boucheron et J. Chiffoleau, Paris, 2000, p. 483-497 (Histoire ancienne et médiévale, 60). Sur la notion d’utilité commune, J. Le Goff, « Métiers et professions d’après les manuels de confesseur au Moyen Âge », dans J. Le Goff, Pour un autre Moyen Âge, Paris, 1977, p. 162-180 (Bibliothèque des histoires) et P. Hibst, « Utilitas publica ». Gemeiner Nutz – Gemeinwohl. Untersuchungen zur Idee eines politischen Leitbegriffes von der Antike bis zum späten Mittelalter, Francfort, 1991.

7 Voir A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape, trad. fr., Paris, 1997 ; et pour la notion de « souci de soi », M. Foucault, Le souci de soi. Histoire de la sexualité, vol. 3, Paris, 1984 (Bibliothèque des histoires).

8 Ces médecins font véritablement partie de l’entourage du prince : on voit qu’après son mariage avec Bonne de Savoie, Galeazzo Maria Sforza décide de la composition du petit groupe qui entourera la duchesse ; aux côtés d’un sénéchal, d’un chancelier, d’un trésorier et de cinq musiciens, dont les fonctions sont administratives et ludiques, figure aussi un médecin. Sur la cour milanaise de la seconde moitié du xve siècle, G. Lubkin, A Renaissance Court. Milan under Galeazzo Maria Sforza, Berkeley et Los Angeles, 1994, p. 62.

9 Voir A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape... cit.

10 Voir infra, p. 608-623.

11 Sur les règles épistolaires médiévales et leurs transformations, voir A. Boureau, « La norme épistolaire, une invention médiévale », dans La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, sous la dir. de R. Chartier, Paris, 1991, p. 127-157 ; pour une typologie de l’échange épistolaire, voir G. Constable, Letters and Letter-Collections, Brepols, 1976 (Typologie des Sources du Moyen Âge occidental, fasc. 17), plus particulièrement pour la fin du Moyen Âge, p. 39-41. Pour un bilan des éditions de correspondances, J. Hayez, « La voix des morts ou la mine de données. Deux siècles et demi d’édition des correspondances privées des xiiie-xvie siècles », M.E.F.R.M., 117-1 (2005), p. 257-304.

12 Il s’agit respectivement des fils et frère de Ludovic Gonzague, marquis de Mantoue.

13 Il y avait au moins deux médecins auprès de Frédéric Gonzague : d’une part Johannes da Grignano, médecin des Gonzague qui, dans une lettre de mai 1460, rapporte les conseils qu’il donna à son patient au sujet de la fréquence des bains ; d’autre part Antonius de Rociis, un médecin des Marches qui, le 26 mai 1460, rend compte au duc de l’état de santé de Frédéric : « avviso la V[ostra] S[ignoria] per la Dio gratia lo Ill[ustrissime] messere sta benissimo et fage li bagni optima operatione. Vero che li tolle con gran piacere... La goza ge zova molto, il catar piglia molto la via del naso » (A. Portioli, I Gonzaga ai bagni di Petriolo di Siena nel 1460 e 1461, Mantoue, 1869, respect. p. 14 et 17).

14 « ... de quelli duj termini de febre hebbe li dì passati lo Ill[ustrissimo] S[ignore] mio fratello de la quale dei gratia è reducto in bona convalescentia e liberato... Credo che fina alquanti mesi sentirò el fruto ne habero cavato che dio voglia resulti bono, come pur spero » (ibid., p. 33).

15 Ibid.

16 « Sapia adoncha la prelibata S[ignoria] V[ostra] come dei gratia del mio fredore pectorale pochissimo ne sento e solum uno pocheto la mattina tosso e senza molestia perseverando properamente in tuore la doza. Ineffecto spero che de la testa e de dicto pecto in breve ad uno tracto me ritrovarò integralmente sincero... » (ibid., p. 37).

17 Ibid.

18 Le conseil adressé par quatre médecins à Jean de Médicis évoque même une spécialisation des bains en fonction de la qualité de leurs eaux : « et benchè si trovi più bagni di simile natura, nondimeno de’ circunstanti noi preponiamo el bagnio di Sancto Filippo per la doccia : et conseguentemente debbe ire al bagno d’Avignone, per confortare e (sic) membri nutritivi. El bagno ancora ad Petriolo è conveniente in questo caso, per la doccia del capo ; et el bagno delle Caldanelle, che è lì vicino, è bono per confortare e membri nutritivi ». Cf. C. Guasti, « Consulto per la salute del magnifico Gioanni de’ Medici, facto per maestro Mingho, maestro Bartolomeo, maestro Philippo Cenni et maestro Ceseri da Napoli », Giornale storico degli archivi toscani, 2 (1858), p. 321-325, plus spéc. p. 324. Sur les vertus des bains de Petriolo, voir aussi Michel Savonarole, « De balneis et thermis naturalibus omnibus Italiae », Bologne, Benedetto di Ettore Faelli, 1493, f. 25ra-26ra. Sur la naissance d’un discours thermal chez les médecins, K. Park, « Natural Particulars : Medical Epistemology Practice, and the Literature of Healing Springs », dans Natural Particulars. Nature and the Disciplines in Renaissance Europe, éd. A. Grafton et N. Siraisi, Cambridge, 1999, p. 347-367. Je me permets de renvoyer aussi à M. Nicoud, « Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge », dans Le bain : espaces et pratiques, Médiévales, 43 (2003), p. 13-40.

19 De ces relations entre le médecin et le pape, témoigne un conseil daté de 1460 adressé à Pie II par le praticien siennois (B.A.V, Vat. lat. 4440, ff. 1ra-5ra). L. Zdekauer en a proposé une rapide analyse dans « Un consulto medico dato a Pie II », Bullettino senese di storia patria, 5 (1898), p. 100-106. Sur les biens de ce médecin installé à Bagno di Petriolo, voir les articles de C. Mazzi, « Lo studio di un medico senese del secolo xv », Rivista delle biblioteche, 5 (1894), p. 49-52 ; id., « La Casa di maestro Bartolo di Tura », Bullettino senese di storia patria, 3 (1896), p. 142-176 ; 4 (1897), p. 395-402 ; 5 (1898), p. 80-88, 270-277, 436-451 ; 6 (1899), p. 139-146 ; 7 (1900), p. 300-324 ; D. Boisseuil, Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge. Les bains siennois de la fin du xiiie siècle au début du xvie siècle, Rome, 2002, p. 175-176, 233, 247-248 (Collection de l’École française de Rome, 296).

20 A. Portioli, I Gonzaga ai bagni... cit., p. 38 (lettre du 5 juin 1461, écrite de Florence).

21 « Rengratio summamente la S[ignoria] V[ostra] di quanto se dignata advisarme noviter per una sua de la bona convalescentia de quelle e de li suoi Ill[ustrissimi] figlioli... » (ibid., p. 41-42).

22 Sur cette maladie, voir G. Pieraccini, La stirpe dei Medici di Cafaggiolo. Saggio di ricerche sulla trasmissione ereditaria dei caratteri biologici, vol. 1, Florence, 1924, p. 28-31.

23 « Fui etiam a visitar Cosmo el qual me fece una gratissima recoglienza, ritrovandolo in la camera a sedere cum dui soi figlioli tuti tri gotosi ; lui pocho e Piero suo mazor figliolo non havevano allora le gotte, ma sono asidrati per forma che non se ponno movere da sedere, neanche poriano cavalcare e bisogna siano portati in qua e in là. Zohane che è el minor figliolo, benché anche lui habia le gotte non è pur anchor cossi storpiato [...] ma la nocte seguente ge vene la gota in uno pede e in una mano, cum la quale lo ritrovai insieme cum lo padre a sedere come de sopra ho detto » (ibid., p. 43-44).

24 Ainsi dans une lettre du 1er mai 1455, Pierre de Médicis, qui se trouve aux bains de Bagno a Morba en compagnie de son fils Laurent, fournit le bulletin de santé familial à son père, Cosme : « in questo punto ho avuto una vostra et piacemi sentire voi et gli altri di casa stare bene, noi altresì siamo innanzi meglio che peggio quando partimmo... Lorenzo tiene bene stato et già è megliorato assai della rogna et chredo che in pochi dì fia (sic) in tutto ghuarito, perchè invero queste acque sono molto apropriate a simili malatie, poichè in tre dì mi ghuarì delle ghrattature et parmi che anche alle doglie mie mi giovi... » (ibid., p. 55).

25 Voir notamment A. Brown, « Piero’s Infirmity and Political Power », dans Piero de’ Medici, « il Gottoso » (1416-1469). Kunst im Dienste der Mediceer. Art in the Service of the Medici, éd. A. Beyer et B. Boucher, Berlin, 1993, p. 9-19.

26 Édité par C. Guasti, « Consulto per la salute... », art. cit.

27 Il s’agit en l’occurrence de manger modérément si l’on suit le conseil des quatre médecins : « quanto alla quantità del mangiare et bere, mangi comodamente, et temperate beva ; et non mangi tanto che sia satio : et per questo si guardi dalle assai diversità de’ cibi [...]. Et se lui assai copiosamente mangia a desinare, differisca la sua cena per dici hore dapoi ; et se desina leggieri, ceni dopo octo hore a sua posta. Et sia advertito che nella dispositione del catarro, la cena debbe essere più leggieri : et nell’ordine del cibarssi, pigli prima et cominci da cibi più facili a digestire » (ibid., p. 323).

28 « Nulla cosa è, più lo stomaco uccida/ se la sentenza d’Avicenna accogli,/ che ‘ cibo e ‘vino sanza regola o guida./ Amor proprio m’afida/ a dirti, d’ogni error torni all’emenda,/ e che tu stesso di te pietà prenda » (édité par G. Pieraccini, La stirpe dei Medici... cit., p. 84).

29 « Frater optime. Ho avuto una tua lettera, la quale m’ha dato non piccolo dispiacere inteso che il tuo male non t’abandona... Ora, Giovanni mio, e’ bisogna tu medesimo sia quello ti procuri riacquistare la sanità. L’andata dal bagno credo ti sarà pure utile ma si vuole usare con quelli debiti modi si richiede. Vivere il più puoi lieto et non avere per nessuno modo dolore et afflizzione d’animo ; anzi darti a intendere di dovere guarire, astenersi non di manco della boccha et con una maravigliosa guardia ti sforza ricovrare la sanità, che sanza fallo tucte le medicine del mondo non ti rilievano di niente se con quelle tu medesimo con una buona discrezione non rimedii a’ facti tuoi » (ibid.).

30 On connaît d’autres exemples qui montrent les filiations entre l’exercice médical auprès du prince et un rôle politique de premier plan. Giacomo Albini da Moncalieri occupa pendant plusieurs années des fonctions publiques pour la cour de Savoie (entre 1342 et 1348), de même que plus d’un siècle plus tard, Pantaleone au service des mêmes princes (voir P. Giacosa, « La medicina in Piemonte nel sec. xvi », dans Studi pubblicati dalla Regia Università di Torino nel IV centenario della nascita di Emanuele Filiberto, Turin, 1928, p. 102-103).

31 Tandis que le mariage entre Sante et Ginevra Sforza a donné naissance en 1459 à un héritier, Ercole, se profile un autre candidat à la succession, Giovanni Bentivoglio, fils d’Annibale. Le conseil des seize défend la candidature de ce dernier, comme le montre une lettre de Niccolò Poeti, membre du conseil, à Francesco Sforza, datée du 8 octobre 1463 (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Romagna, cart. 166 ; cf. C. M. Ady, The Bentivoglio of Bologna... cit., p. 60). Giovanni succède à Sante. Il est élu gonfalonier de justice le 1er novembre 1463 et épouse en mai 1464 Ginevra, la veuve de Sante, renforçant ainsi sa légitimité. Il obtient les soutiens de Francesco Sforza, de Pie II et de Ferdinand d’Aragon, roi de Naples.

32 Paul II reconnaît l’autorité de Jean II. Il réussit à conserver le soutien milanais. Le pape intervient cependant de plus en plus dans la vie bolonaise et cherche à accroître les pouvoirs de son légat. Mais il échoue et doit reconnaître la primauté de Bentivoglio. Cf. C. M. Ady, The Bentivoglio of Bologna. A Study of Despotism, Oxford, 1937, rééd. 1969, p. 60-73 ; R. Patrizi Sacchetti, « La caduta dei Bentivoglio e il ritorno di Bologna al dominio della Chiesa », Atti e memorie della R[egia] deputazione di storia patria per la provincie di Romagna, n.s. 2 (1950-1951), p. 109-111 et F. De Bosdari, « I primordi della signoria di Giovanni II Bentivoglio a Bologna (1463-1477), dans Studi storici in memoria di Luigi Simeoni pubblicati dalla deputazione di storia patria per le provincie di Romagna, Bologne, 1953, p. 181-203.

33 Évêque de Rieti, puis plus tard cardinal de S. Croce, Angelo Capranica succède à Luis Juan Milan et tient l’office de légat pontifical à Bologne pendant neuf ans, de 1458 à 1467. Il est également favorable à la candidature de Giovanni Bentivoglio.

34 « Hogi ad mezo dì fui in Bologna. Et primo assignay la lectura ad Virgilio Malvezzi et exposi quanto V[ostra] S[signoria] me comandò [...]. Et finito el vespero hebi nella ecchiesia <de San Petronio> audientia da monsignor et dalli sedici. Conclusive respondo referendo inmense gratie che non hanno altra speranza a che nella V[ostra] S[signoria] ; et così ve recommandano quello stato de quella ciptà el quale dicono esser più vostro che loro. Nel mio tornare poderò referire le cose più particolarij che qui non scrivo » (cité par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico e diplomatico di Francesco Sforza, Milan, 1955, p. 152).

35 Benedetto Reguardati a mené tout au long de sa carrière milanaise une triple activité de médecin, de diplomate et de gouverneur militaire. Lieutenant et gouverneur de Pavie en 1447, puis de Parme en 1449 et de Pesaro en 1457-1458, il fut aussi envoyé en mission auprès du pape et de Venise, avant d’occuper de plus hautes charges, devenant membre du conseil secret, la plus haute instance politique milanaise. Composé de douze membres, assistés de deux secrétaires, quatre chanceliers et sept coadjuteurs, le conseil est présidé par l’archevêque de Milan (cf. A.S.M., Registri ducali, reg. 167, ff. 4v-6r, datée du 1er septembre 1464, éd. par G. Deffenu, ibid., p. 154-155). Sur la carrière politique de Benedetto Reguardati, voir F. M. De’ Reguardati, Benedetto de’ Reguardati da Norcia « medicus tota Italia celeberrimus », Trieste, 1977, p. 65-92 et p. 137-144.

36 F. M. De’ Reguardati ibid., p. 167-178. Voir fig. 5.

37 A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi del Duecento, Spolète, 1991.

38 La présence en cour de Rome de ce médecin originaire de Novare (né vers 1210) est attestée par les documents pontificaux sur une longue période, entre 1263 et 1296, date de sa mort, survenue à Viterbe en septembre. Il fut, avant 1264, le chapelain du cardinal Ottobonus Fieschi puis, à plusieurs reprises, chapelain du pape (en 1264, 1279 et 1296). Il fut aussi le médecin de Nicolas III (1277-1280). En récompense de ses services, il obtint de très nombreux bénéfices, notamment des canonicats à Tolède, à Reims, à Domodossola, à Lincoln ou encore à Paris. Je remercie Thérèse Bœspflug de m’avoir fourni ces renseignements issus de son travail sur les registres pontificaux et désormais publié (ead., La curie au temps de Boniface VIII. Étude prosopographique, Rome, 2005, p. 114-115).

39 Cf. annexe 1, p. 712-713.

40 La présence de Guillaume de Brescia est attestée à la cour pontificale entre 1274 et 1327, date de sa mort. Il fut notamment le médecin de Boniface VIII, Benoît XI et Clément V, dont il fut aussi le chapelain (T. Boespflug, La curie au temps de Boniface VIII... cit., p. 176-177).

41 S’il n’est pas en permanence auprès du souverain pontife, Arnaud de Villeneuve apparaît régulièrement dans les documents pontificaux, entre 1281 et 1311, date de sa mort, non seulement pour des raisons médicales mais aussi à cause de ses positions théologiques. Il intervient notamment auprès de Boniface VIII en 1301 et lui adresse à cette occasion un conseil (ibid., p. 77-78).

42 Familier et médecin du pape entre 1296 et 1302 (ibid., p. 55).

43 On pourrait citer des personnalités moins connues, car elles n’ont pas laissé d’ouvrages, comme Johannes de Torco. Ce médecin de Charles d’Anjou, roi de Naples (1296) et de Robert d’Anjou jusqu’en 1313, fut également professeur de médecine à la faculté de Naples entre 1294 et 1308. Ce service auprès de laïcs ne l’empêcha pas d’être aussi le médecin personnel du cardinal Benedetto Caetani (1287) et celui du pape (en 1300). En 1304, alors qu’il sert Robert d’Anjou, il est envoyé auprès du pontife. Il est emblématique de ces praticiens qui naviguaient entre deux cours, médecin et ambassadeur du prince auprès du pape, mais aussi médecin et chapelain de ce dernier (en l’occurrence de Clément V). Voir Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 2, p. 493 ; F. Pellegrini, La medicina militare nel regno di Napoli, Vérone, 1932, p. 90, 255 et G. Origlia, Istoria dello studio di Napoli, vol. 1, Naples, 1753, p. 168. On pourrait encore citer des médecins qui ne furent pas des permanents de la cour pontificale comme Mantia de Fabriano, médecin du pape en 1296 qui reçut un canonicat en remerciement de son action (cf. Les registres de Boniface VIII. Recueil des Bulles de ce pape publiées ou analysées d’après les manuscrits originels des Archives du Vatican, par G. Digard, M. Faucon, A. Thomas et R. Fawtier, t. I, Paris, 1907, no 1555), ou Raynerius Incressi, dont la présence auprès du pape dura sans doute quelques années ; en effet, son nom apparaît dans les registres en 1301, lorsqu’il reçoit 1000 livres impériales pour services rendus, et on apprend qu’en 1304, la pension allouée par Boniface VIII lui est retirée (Les Registres... cit., t. III, Paris, 1921, no 4110 ; Les Registres de Benoît XI. Recueil des Bulles de ce pape publiées ou analysées d’après le manuscrit original des Archives du Vatican, par Ch. Grandjean, Paris, 1905, no 306). Les renseignements concernant la cour pontificale m’ont été transmis par Thérèse Bœsflug. Je l’en remercie.

44 Le phénomène est identique dans d’autres cours, comme celle du roi de France ou du pape, voire dans d’autres principautés, où si les praticiens dont les formations sont restées inconnues sont nombreux, les licenciés et plus encore les maîtres et les maîtres-régents représentent le profil type du médecin auquel on a recours. Cf. D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Paris, 1981, annexe A no 10, p. 375.

45 Ainsi la lettre datée du 5 avril 1305, adressée à Arnaud de Villeneuve, dans laquelle le roi évoque la présence à la cour d’Armengaud Blaise et demande à son praticien de rentrer et de lui envoyer un traité pour soigner une crise hémorroïdale (éd. H. Finke, « Acta Aragoniensia », vol. 2, Berlin et Leipzig, 1908, lettre 550, p. 872-873). On pourrait encore citer une missive datée du 15 août 1308 : Jacques II demande à Arnaud de lui faire parvenir un autre flacon de l’électuaire qu’il lui avait préparé. Plus encore, il aimerait disposer, sans doute pour l’usage de ses propres médecins (quoiqu’il propose de tenir secrète la recette), des proportions et des ingrédients qui composent ce produit : meminimus [...], vos dudum a conservacionem sanitatis persone nostre electuarium seu confeccionem (?) quandam preciosissimam fecisse fieri, que nos usi sumus [...]. Et quia electuarium seu confeccio ipsa expensa est seu consumata preter modicam quantitatem, que propter vetustam caret viribus, idcirco dileccionem vestram attende precamur, quatenus de electuario seu confeccione ipsa conficiatis (?) nobis in ea quantitate, qua vobis visum fuerit expedire, et eam nobis mittabis per cursorem nostrum presencium latorem. Preterea si discretioni vestre videretur faciendum, placeret nobis, et eciam vobis multum regraciaremur, si nobis in scriptis mitteritis, ex quibus et quo modo dictum electuarium seu confeccio fit et exprimeretis [...]. Nos enim hec secrete tenemus, quamdiu procederet de vestre beneplacito voluntatis (ibid., p. 877-878).

46 De nombreuses pièces d’archives de la couronne d’Aragon montrent l’inquiétude constante qui agite le roi, soucieux de trouver à Paris, Toulouse ou à Montpellier, puis à Lérida où il fonde un studium generale en 1299, un praticien renommé. À la fin de sa vie, par peur de tomber malade, il s’entoure en permanence d’un personnel médical compétent qu’il refuse de voir partir, même pour soigner ses propres héritiers malades. Cf. le premier chapitre du livre de M. R. McVaugh (Medicine before the Plague... cit.) qui est consacré à l’entourage médical de Jacques II. Sur le studium de Lérida, voir L. García Ballester et M. R. McVaugh, « The Medical Faculty at Early Fourteenth-Century Lerida », History of University, 8 (1989), p. 1-25.

47 Voir aussi pour l’Angleterre les travaux suivants : The Household of Edward IV, éd. A. R. Myers, Manchester, 1959 ; L. G. Matthews, The Royal Apothecaries, Londres, 1967, et le chapitre que R. S. Gottfried (Doctors and Medicine in Medieval England 1340-1530, Princeton, 1986, p. 91-129), consacre au milieu de cour. Pour Milan, l’Archivio di Stato conserve d’importantes traces d’une correspondance relative à la santé de la famille ducale, dans la seconde moitié du xve siècle.

48 Voir, par exemple, M. Nicoud, « Expérience de la maladie et échange épistolaire : les derniers moments de Bianca Maria Visconti (mai-octobre 1468) », M.E.F.R.M., 112 (2000), p. 311-458.

49 Cité par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 143. Il est l’auteur avec F. M. De’ Reguardati, Benedetto de’ Reguardati... cit., de l’une des deux biographie consacrées à ce médecin célèbre en son temps.

50 A.S.M., Registri Ducali, reg. 167, f. 4v.

51 C’est ce qu’il affirme, dans l’une des dernières lettres conservées de sa correspondance au duc Galeazzo Maria, écrite le 5 octobre 1468. Désireux de quitter Milan, il rappelle ses années de loyaux services auprès de la famille ducale. Il évoque l’époque où il fut « condocto in corte per la sterilità della illustrissima madonna vostra madre, la quale per la gratia de Dio essendo gravida, doveva andare a Firenze dove in era conducto a leggere [...]. Puoi ch’io venne in Lombardia doppo la morte della felice memoria dello illustrissimo signore duca Filippo... » (A.S.M., Autografi, cart. 218, fasc. 9, éd. par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 161-162). Il assiste Bianca Maria lors de son premier accouchement le 15 janvier 1444. À deux reprises par le passé, il avait rencontré Francesco Sforza, alors seigneur des Marches, en tant qu’ambassadeur de sa cité, Norcia. Sur les circonstances de cette rencontre, voir F. M. De’ Reguardati, L’Umbria. Ducato di Spoleto e Norcia nel sec. xv. Pagine inedite di storia umbra, Pérouse, 1989, p. 30-32.

52 Ainsi, c’est pour prendre soin de la reine Blanche qu’en mars 1297, Arnaud de Villeneuve (qui se trouvait à Rome auprès du pape) fut la première fois contacté par Jacques II. Il suivit, avec Bernard Marini, le médecin personnel du roi, la naissance de l’infante Constance, en avril 1300. Il est encore réclamé par le roi pour la naissance d’un cinquième enfant, au printemps 1302. Quant à Guy de Vigevano, il est avant tout le médecin des reines de France, d’abord de Marie de Luxembourg, épouse de Charles IV, puis de Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI. Giacomo Albini fut d’abord le médecin personnel de Yolande de Savoie avant d’entrer au service de la maison d’Achaïe. Sur l’assistance médicale apportée par Arnaud de Villeneuve et d’autres praticiens à ces naissances, voir M. R. McVaugh, « The Birth of the Children of Jaime II », Medievalia, 6 (1986), p. 7-16. Sur la maison de Savoie, B. Trompeo, Dei Medici e degli Archiatri..., Turin, 1858 ; G. G. Bonino, Biografia medica piemontese, Turin, 1825 ; E. Olivier, Médecine et santé dans le pays de Vaud des origines au xviie siècle, Lausanne, 1962.

53 Cicco Simonetta entra dans la chancellerie ducale grâce à son oncle Angelo († 1472) qui fut secrétaire et conseiller de Francesco Sforza, puis de Galeazzo Maria. Sa carrière se termina tragiquement ; opposé à Ludovic le More, Cicco fut décapité à Milan en 1480.

54 A. Chiappelli, « Nuovi dati biografici sopra maestro Benedetto Reguardati da Norcia e sulle cure mediche da lui prestate a Cosimo, Giovanni e Piero dei Medici », Bollettino dell’Istituto storico italiano dell’arte sanitaria, 7 (1927), p. 129-133.

55 Le nom du médecin apparaît dans les registres des « Conservatori della Moneta » de Pérouse en 1423-1427, comme Rector studii. Il enseigne la médecine pratique jusqu’en 1427, année où il s’installe à Ascoli. En 1431, il revient à Pérouse, puis exerce la fonction de médecin communal à Ascoli en 1438 et 1443. Cf. F. M. De’ Reguardati, Benedetto de’ Reguardati... cit., p. 19.

56 Depuis 1443, Bologne a pris ses distances vis-à-vis de l’État pontifical, après que le parti des Bentivoglio, proche des Médicis, eut chassé Francesco Piccino. À la suite de l’assassinat d’Annibale Bentivoglio, en 1445, c’est Sante, fils d’Ercole di Giovanni, qui s’empare du pouvoir. Il déjoue ainsi les tentatives d’Eugène IV (qui avait passé un accord avec le duc de Milan, Filippo Maria Visconti) pour récupérer la cité. Le 24 août 1447, un accord est signé entre Nicolas V et Bologne, par lequel le pape reconnaît le gouvernement de Sante, le pouvoir des magistrats élus par les citadins et accorde à la commune une importante autonomie ; mais il fait admettre à l’oligarchie communale le régime dyarchique, c’est-à-dire l’autorité du légat pontifical, soulignant en cela la sujétion de Bologne au pouvoir de l’Église. Bentivoglio a de son côté assuré de bonnes relations avec Francesco Sforza. En 1454, il épouse Ginevra Sforza, nièce du duc. Sur la famille Bentivoglio, voir C. M. Ady, The Bentivoglio of Bologna... cit., p. 641-644.

57 Francesco Sforza répond aux remerciements de Sante Bentivoglio qui, dans une lettre de janvier 1463, avait réclamé la venue de Benedetto Reguardati : « piacene respondendo a la vostrea de xj del presente che la magnificentia vostra habia preso conforto et speranza de la convalescentia soa per la venuta lì de magistro Benedeto nostro, et non bisogna che vuy ne rengratiasti de la mandata d’esso, perchè nedum in questo, che concerne el bene et salute de la persona vostra ma in ogni altra cosa che a nuy possibile fosse ve vorressemo compiacere » (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Romagna, cart. 163, no 31, datée du 16 mai 1463, éd. par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 150). Notons aussi que le praticien de Norcia put rester assez longtemps auprès de son illustre patient, grâce à deux interventions épistolaires, celle de Virgilio Malvezzi (parents par sa mère de Sante Bentivoglio, il est membre du conseil des seize) et celle d’Angelo Capranica, légat pontifical à Bologne.

58 Bien qu’ayant autorisé son médecin à se rendre au chevet de Sante Bentivoglio, le duc de Milan rappelle que sa présence est nécessaire chaque jour auprès de Bianca Maria : « Per satisfactione sua habiamo ordinato chel spectabile magistro Benedeto da Norsia se transferischa lì a la cura sua quantunque assay ne sia grave per respecto de la illustrissima madona nostra consorte quale feri ogni zorno ha bixogno del consiglio suoï » (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Romagna, cart. 163, no 28, lettre datée du 28 septembre 1463, éd. par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 151). De son côté, Sante Bentivoglio refuse de voir partir le médecin de Norcia : «... fo necesità dire con misser Sancti el tempo del mio partire, chè la mia licentia era odere al più stare octo dì. El ne prese tanta paxione che moenzò ad lagrimare et dolerese delli soy infortuni della Ill[ustrissi]ma Duchesse ad Mantua. Non fo possibile che may heri sera li podessimo per modo alcuno mitighare questa alteratione ; et questa non ha may dormito, talchè me fa stare mezo smarito » (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Romagna, cart. 163, de Benedetto Reguardati à Francesco Sforza, le 10 mai 1453, éd. par G. Deffenu, ibid., p. 149-150). Cf. fig. 6.

59 Toute l’angoisse et le besoin d’assistance médicale s’expriment dans une lettre de Francesco Sforza adressée à Benedetto Reguardati, qui se trouve à Rome, et datée du 22 février 1465 : « perché alla Illustrissima Madona Biancha nostra consorte quale de presenti se retrova ad Cremona è pur venuto alcuno accidente de quello suo male vecchio de seramento de stomaco soa signoria et così nuy desyderariamo molto che ve gli retrovasti appresso per remediare ad simili accidenti etc. Pertanto ve pregamo, carichamo et stringemo quanto più possiamo che dovunque ricevereti la presente ve mettiati al camino per venire da la prefata illustrissima Madona et da nuy, facendo la via da Cremona perchè poria essere che la retrovaresti per anchora li ; et quando la non gli fosse ve ne venireti de longo ad Milano, usando in questo ogni celerità et presteza ad voy possibile, perchè così richiede el bisogno et lo desiderio suo et nostro de havervi qua. Sichè iterum atque iterum ve pregamo et caricamo che ve ne vegnati via con ogni prestezza ad voy possibile ». Cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 158. Les italiques sont miennes.

60 C’est sans doute la raison pour laquelle Francesco Sforza n’aida aucunement Benedetto Reguardati à rentrer en grâce auprès du pape, ce qui lui aurait permis de quitter Milan et de rentrer à Norcia. En effet, chef du parti gibelin, le médecin fut chassé de la ville en 1438 et vit ses biens confisqués. Si de telles mesures de bannissement étaient courantes, elles étaient généralement limitées dans le temps. Or Benedetto Reguardati ne put jamais rentrer chez lui. Cf. F. M. De’ Reguardati, Benedetto de’ Reguardati... cit., p. 111-126.

61 Suivre le prince dans ses déplacements fait partie des obligations principales du praticien de cour ; au xive siècle, plusieurs documents montrent par exemple que Giacomo Albini da Moncalieri accompagnait fréquemment les princes qu’il servait lors de leurs voyages. Ainsi, en 1332, il voyage avec Yolande de Savoie, emportant livres et bagages, de Chambéry à Conzier. En octobre 1340, passé au service de la Maison d’Achaïe, le même Giacomo, accompagné d’autres courtisans piémontais et du médecin Palmerius de Silliis de Plaisance, précède Amédée d’Achaïe, étudiant à Montpellier, sur le chemin de Paris. En 1343, il accompagne le prince à Avignon. Cf. G. Carbonelli, « De sanitatis custodia » di Maestro Giacomo Albini di Moncalieri, Pignerol, 1906, p. 13 n. 3, p. 16 n. 2 (Biblioteca della Società Storica Subalpina, 35) et id., Come vissero i primi conti di Savoia, da Umberto Biancamano a Amedeo VIII, Raccoltà di usi, costumanze, tradizioni e consuetudini mediche, igieniche, casalinghe tratte dai documenti degli Archivi Sabaudi, Milan, 1931, p. 4. On voit aussi Maino de Maineri, passé au service de Luchino Visconti, accompagner Isabella Fieschi à Venise en 1347 (« Chronicon Estense, Gesta marchionum Estensium complectens », éd. par L. A. Muratori, Raccolta degli Storici Italiani, t. XV, Milan, 1729, p. 435). En 1441, Nicolò III, marquis de Ferrare, tombé malade à Milan, fait appel à deux de ses médecins, Michel Savonarole et Soncino Benzi (fils du célèbre Ugo Benzi). Cf. G. Bertoni, Guarino da Verona fra letterati e cortigiani a Ferrara (1429-1460), Genève, 1921, (Biblioteca dell’Archivum Romanicum, 1).

62 Il s’agit du plus ancien titre honorifique des ordres de chevalerie. Voir M. De’ Reguardati, Benedetto de’ Reguardati... cit., p. 196.

63 Ainsi, il adresse à Côme, sur la demande de ce dernier, la recette du « diaturbith », une sorte d’électuaire laxatif (A.S.F., MAP, filza 9, lettre 301). Cité par A. Chiappelli, « Nuovi dati biografici... », art. cit., p. 130.

64 À cette date, on ignore où se trouvait Benedetto Reguardati. La correspondance le concernant s’interrompt en effet le 22 février 1465 et ne reprend que le 8 mai 1467.

65 Cf. inventaire 1 no 126.

66 De 1443 à 1446 puis de 1459 à 1463 (année de sa mort), Jean se rendit pratiquement chaque année aux bains. Le Bagno di Morba, situé près de Volterra, ne fut propriété de Florence qu’après la conquête de la ville en 1472. Quant aux stations siennoises, elles sont nombreuses, des plus proches comme celles de Bagno di Sant Ansano et Bagno Rapolano aux plus éloignées comme celles de Bagno di Macereto, Bagno di Petriolo ou encore Bagno della Caldanella. Je renvoie pour plus amples renseignements à la thèse de D. Boisseuil, Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge... cit.

67 Comme le soulignent les lettres des médecins qui accompagnèrent les Gonzague à Petriolo, ou encore le conseil écrit par quatre médecins à Jean de Médicis, les prescriptions relatives à la médicalisation des bains relèvent du praticien qui accompagne le patient, et non des règles écrites : « ma non diremo cosa alchuna delle reghole de’ bagni, perchè tal cura si lascierà al medico che lui merrà seco a’ bagni » (C. Guasti, « Consulto per la salute... », art. cit., p. 324).

68 Jean de Médicis se rendit à Petriolo à plusieurs reprises en 1444, 1445 et 1446, et dès 1435, Laurent, frère de Côme, y séjournait avec son neveu Pierre. Les Gonzague de Mantoue furent aussi des familiers des stations thermales. En 1460, alors que Frédéric Gonzague se trouvait à Petriolo, le pape Pie II, prenait les bains à Macereto, une station proche. Cicco Simonetta, dans son journal, mentionne le 14 octobre 1476 la venue de « l’ambassadeur du Sultan, qui vient pour les eaux ». Cf. A. R. Natale, « I diari di Cicco Simonetta », Archivio storico lombardo, 83 (1956), p. 78. Sur la fréquentation et la civilité des bains, voir D. Boisseuil, A. J. Grieco et O. Redon, « Cure thermale et régime alimentaire en Toscane aux xiiie-xvie siècles », Chroniques italiennes. Le voyageur et la table italienne, 52 (1997), p. 11-31. Voir aussi G. Pieraccini, La stirpe dei Medici di Cafaggiolo... cit., p. 44, 55-56, 82 ; A. Portioli, I Gonzaga ai bagni... cit.

69 Dans une lettre adressée à Laurent de Médicis le 3 octobre 1467, Benedetto Reguardati, qui se trouvait à Bagno di Morba, recommandait la qualité des eaux (cf. G. Pieraccini, La stirpe dei Medici di Cafaggiolo... cit., p. 63). D’autres praticiens, comme Conrad Heingarter, médecin et astrologue de Jean II de Bourbon, recommandaient aussi les bains dans les conseils astrologico-médicaux délivrés à Jean de la Goutte, un officier ducal souffrant d’obésité :... frequenter balnearis ante cibi sumptionem precipue in balneis siccis quas stuphas appellant aut in balneis naturalibus sulphureis vel aluminosis quas thermas appellant cuiusmodi sunt in Bourbonio que tibi summe conducerent ad sanitatem et vitam protelandam earumque vim ac naturam experimento probavi (Paris, B.n.F., lat. 7446, f. 27v). Pour les auteurs de traités sur les eaux thermales, cf. Ugolino da Montecatini, « Tractatus de balneis », éd. M. G. Nardi, Florence, 1951 ; Michel Savonarole, « De balneis et thermis »... cit.

70 Pendant l’été 1460, Benedetto Reguardati accompagne Laurent de Médicis aux bains à Sienne, puis à Volterra. Cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 148-149.

71 K. Park, « Natural Particulars : Medical Epistemology Practice... », art. cit. ; M. Nicoud, « Le bain thermal... », art. cit.

72 Les cités toscanes décidèrent très tôt d’investir dans l’aménagement de bains ou de bassins dont les vertus thérapeutiques étaient vantées par les médecins. Sur la présence des médecins aux bains, D. Boisseuil, Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge... cit., p. 176-178.

73 Envoyé auprès de Sante Bentivoglio souffrant d’une fièvre flegmatique qualifiée par Benedetto de « più pericolosa della vita », de douleurs articulaires et d’ulcères de la peau, il délibère avec les médecins du duc pour trouver le meilleur remède : « trovo questi medici havere ben cognosciute tucte queste infermitati et paxione et havere bene et canonichamente havere ordinati li oportuni remedii. [...] Heri sara essendo tra noy deliberato alcun remedio... » (A.S.M., Autografi, cart. 218, cart. 9, daté du 10 mai 1463). Cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 139-150. Sur la consultation entre confrères, C. Crisciani, « Éthique des consilia et de la consultation : à propos de la cohésion morale de la profession médicale (xiiie-xive siècle), Médiévales, 46 (2004), p. 23-44. Voir annexe 4, « Les déplacements de Benedetto Reguardati entre mai 1463 et février 1465 d’après les archives milanaises et florentines », p. 751-763.

74 Cf. Fig. 5.

75 A.S.M., Autografi, cart. 218, cart. 9 no 15 (lettre du 22 février 1465 accompagnée d’une lettre à Nicodemo da Pontremoli).

76 La rivalité entre Milan et Florence pour engager Benedetto Reguardati fut une lutte de plus de quinze ans. Dès 1453, Côme de Médicis, souffrant de goutte, avait exprimé, par l’intermédiaire de Nicodemo Tranchedini, ambassadeur de Milan auprès de Florence, son désir d’être soigné par Benedetto Reguardati (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Firenze, cart. 266, fasc. 8. Lettre du 15 septembre 1453). Dix ans plus tard, très gravement malade, Côme s’enquiert avec angoisse de l’arrivée prochaine du praticien : « da questa matina (29 juillet) in qua ha pero domandato piu fiate, se Maestro Benedecto viene. Et nonostante la vostra de 24, se gli risponde, che l’aspectiamo hora per hora. Et luy sempre dice, che lha aspectato assay, ma che venga quando se voglia, non venera mai ad hora » (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Firenze, cart. 271, fasc. 7, lettre 21, envoyée par Nicomedo Tranchedini da Pontremoli, ambassadeur du duc de Milan à Florence, et adressée à Francesco Sforza). Éditée en partie par A. Chiappelli, « Nuovi dati biografici... », art. cit., 7/3 (1927), p. 105.

77 Pierre de Médicis se montre aussi attaché à Benedetto que l’était son père. Il négocie par exemple sa venue à Florence, lors d’une crise de goutte en 1468 (A.S.M., Carteggio Sforzesco, Firenze, cart. 272, fasc. 1, lettre 15 et cart. 273, lettre 9).

78 « Questa matina fui al castello dove per uno provisionato, me fo ditto per parte de Vostra Illustrissima Signoria che me ritornasse a casa e se bisognasse el venire mio al castello me saria fata noticia. Mo ad hore decenove ho sentito Vostra Illustrissima Signoria essere andata ad Abia. Onde me pare essere remasto in uno extraneo lamberinto che non so que debba fare di me stesso. Vostra Illustrissima Signoria è partita e non me è data noticia se io debbo venire ho stare o andare colla Illustrissima Madonna nostra madre che se dice de partire domatina. E per questo ho deliberato scrivere [...] » (A.S.M., Carteggio Sforzesco 884, 13 mai 1468 de Benedetto Reguardati à Galeazzo Maria Sforza). Voir Fig. no 6.

79 Déjà en 1444, Benedetto Reguardati avait tenté de quitter la cour milanaise. Il essaiera à nouveau en 1453, en vain.

80 Il semblerait, d’après la lettre du 15 juillet, que Benedetto Reguardati ait déjà tenu cette chaire : «... così piaza a le vostre prefate signorie a nostro respecto et contemplacione retenerlo et restituirlo alla dicta lectura ordinaria da matina... » (A.S.M., Registri delle Missive, reg. 6, f. 33). Cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 139. Notons aussi que les registres de l’université de Pavie prévoient certaines années la possible venue comme professeur de Benedetto Reguardati, à l’image de l’attribution en 1455 de la chaire de lectura Almansoris, confiée à Antonio Guaineri, sauf si Benedetto Reguardati venait à se substituer à lui : Magister Antonius de Guayneriis ita tamen ut veniente magistro Benedicto de Nursia cedat et ille lecturam principaliter habeat cum salario per illustrissimam Dominam Ducissam statuto (Documenti per la storia dell’Università di Pavia nella seconda metà del ‘400, vol. 1 : 1450-1455, sous la dir. de A. Sottili, Bologne, 1994, p.192 (Fonti e studi per la storia dell’Università di Pavia, 21).

81 « Esso magistro Benedicto è stato continuamente con noy, et in li servicij nostri s’è deportato con quello amore et fede che sel fosse de casa nostra propria, et in modo che restiamo tropo contenti de facti soy. [...] Et esso magistro Benedicto è di tanta scientia, autorità et doctrina che sarà uno gran lume et splendore a quella cità et le vostre signorie se trovarano tropo contente haverlo presso de loro » (A.S.M., ibid.).

82 « Et perche nostra intentione è, che luy per modo veruno habbia dicta lectura, perchè male volentieri lo vederessimo partire dal lato della Ill[ustrissi]ma M[ari]a Biancha nostra Consorte volemo debi essere con lo Mag[nifi]co Cosimo, e con quelli te pareranno chiarirli questo facto <illisible> confortandoli che non obstante le lettere scrivimo (sic) in favore dello M[agist]ro Benedetto per questo facto vogliamo obviargli e operare in contrario per che niuno modo ello habia dicta electione. Ma in questo facto vorressimo se portassi con quella discretione e prudencia e ne parlassi con tale persone che per niuno modo havesse ad venire ad orechia ad M[agistr]o Benedecto » (cf. A. Chiappelli, « Nuovi dati biografici... », art. cit., p. 100 et G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 139).

83 « Illustrissima Madona mia singolarissima. Questa matina son stato ad casa de maistro Benedicto et li ho dicto tante cose per removerlo de questa soa opinione che ne haveva assai tre dì ad scriverle. La conclusione è che esso domino Benedicto dice che sonno tanti anni che serve questa casa per caldo et per fredo, et se trova già in età vicina a li LXX anni... Io credo pur che usandoli S[ignoria] V[ostra] quelle bone parole et provedendoli de qualche possessione forse se mutaria. La S[ignoria] V[ostra] li po’ mo’ fare quello pensero li pare, et pigliare el megliore partito ». La lettre est datée du 16 janvier 1468 (A.S.M., Autografi, cart. 218, fasc. 9). Cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 160-161. Voir aussi les lettres de Bianca Maria à Galeazzo et à Cicco Simonetta datées du 15 février 1468 (A.S.M., Carteggio Sforzesco 883).

84 « La V[ostra] I[llustrissima] S[ignoria] de’ essere certa ch’essendo stato doi anni e mezo senza recevere dinari de mia provisione, la quale se doveva pagare a mese per mese, che me è bisognato fare grandi debiti per lo mio vivere ; il sarria già partito se io havesse possuto pagare li debiti et havere dinari che me bastassoro per camino. Ho perduto et perdo el tempo con grande mio danno », déclare Benedetto Reguardati (A.S.M., Autografi, cart. 218, fasc. 9). Cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 162.

85 Cf. M. Nicoud, « Expérience de la maladie... », art. cit.

86 C’est Carlo Reguardati, l’un des fils de Benedetto, qui annonce à Galeazzo Maria Sforza la mort de son père dans la nuit du 8 juillet 1469 (cf. G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 164).

87 Giovanni Matteo Ferrari de Grado fit une non moins remarquable carrière. Entré au service de Filippo Maria Visconti (1412-1447), il la poursuit auprès des Sforza et notamment de Bianca Maria jusqu’en 1472. H.-M. Ferrari (Une chaire de médecine au xve siècle. Un professeur à l’Université de Pavie de 1432 à 1472, Paris, 1899, rééd. Genève, 1977) a consacré une monographie à ce personnage influent de l’université de Pavie et de la cour milanaise.

88 Les archives mentionnent également les noms de Giovanni Marliani, Cristoforo da Soncino, Guido Parato, Giovanni Matteo Ferrari de Grado, Ambrogio Griffi, Giovanni Ghiringhelli ou du fils de Benedetto, Dyonisio da Norcia, pour ne citer que quelques exemples de praticiens actifs dans les années 1450-1480. Pour une étude de ce milieu, voir D. Panebianco, Storia del Collegio dei medici di Milano, Milan, 1967 (Quaderni di « Castalia », 14) et M. Nicoud, « La médecine à Milan à la fin du Moyen Âge : les composantes d’un milieu professionnel », dans F. Collard et É. Samama (éd.), Mires, physiciens, barbiers et charlatans. Les marges de la médecine de l’Antiquité au xvie siècle, Langres, 2004, p. 101-131.

89 A.S.M., Carteggio Sforzesco 880. La lettre de Giovanni Giapanno adressée au duc de Milan date du 2 août 1469.

90 La consultation qui s’ensuivit est conservée dans le recueil de consilia de Giovanni Matteo Ferrari (no 27). Il est également appelé auprès de Francesco Vivaldi, par son frère Ottaviano (éd. H.-M. Ferrari, Une chaire de médecine... cit., p. 151, 304).

91 C’est le conseil 57 dans le recueil de Consilia de l’auteur. Ce dernier écrivit aussi un consilium pour Gaston IV de Foix, prince de Navarre.

92 L’astrologue peut intervenir à tout moment de l’existence, surtout lorsqu’il y a un péril. Un voyage peut par exemple donner lieu à une consultation. Dans une lettre datée du 9 mai 1460, que Zaccaria Scaggi de Pise, chancelier et conseiller du marquis adresse à ce dernier, il déclare que Frédéric Gonzague a rejoint Petriolo « a salvamento de lanime e de corpi » grâce aux prédictions d’un astrologue : « hora Ill[ustrissi]ma M[adona] sia benedetto quello divino astrologho che ellesse una cosi felice e ben fortunata hora per lo n[ostr]o I[llustrissime] S[ignore] nel suo partire [...]. La notte si levoe grandissimo vento [...] e la matina prima che si partissimo incomincio a piovere forte e con gran vento et era il tempo terribile, in modo che si ricordavamo de lo astrologho prefato ». Cette correspondance est éditée par A. Portioli dans I Gonzaga ai bagni... cit., p. 4-5.

93 Cf. G. Lubkin, A Renaissance Court... cit., p. 117. Les premières attestations d’un enseignement de l’astrologie à la faculté de médecine de Pavie datent de 1419. Cf. H.-M. Ferrari, Une chaire de médecine... cit., p. 41-42.

94 Cf. M. Clagett, Giovanni Marliani and Late Medieval Physics, New York, 1941.

95 C’est dans une lettre que le médecin de Norcia adressait à Galeazzo Maria le 8 mai 1467 qu’il disait tout le bien qu’il pensait de l’astrologie : « insuper Ill[ustrissi]mo Signor mio, Alberto Magno conforme a Tholomeo dice, quod in magnis rebus non est negligenda astrologia e per questo me piace scrivere quello che dice domino Nicolo de’ Conti, nel suo iudico astronomico pertinente a Vostra Celsitudine che nel presente anno el cielo promette a voi buona sanità excepto che mostra alcuna qualità de humori melancolici » (A.S.M., Autografi, cart. 218, fasc. 9, éd. par G. Deffenu, Benedetto Reguardati, medico... cit., p. 159-160).

96 Le conseil privé est en effet chargé de l’administration générale du duché. Il se compose deux secrétaires, quatre chanceliers et sept coadjuteurs auxquels s’ajoute l’archevêque de Milan qui le préside. Cf. G. Lubkin, A Renaissance Court... cit., p. 132.

97 Giovanni Ghiringelli était chargé de la lecture ordinaire à Pavie en 1467 (H.-M. Ferrari, Une chaire de médecine... cit., p. 48). Les chiffres qui sont ici fournis comptabilisent certainement le salaire lié à l’enseignement universitaire et des primes. Le traitement des professeurs de la faculté de Pavie a suivi une courbe ascendante tout au long de la seconde moitié du xve siècle, puisqu’en 1453, le salaire le plus élevé était de 600 florins (240 ducats) alors qu’il atteint les 2250 florins (900 ducats) par an entre 1490 et 1499. Voir D. Zanetti, « À l’université de Pavie au xve siècle : les salaires des professeurs », Annales E.S.C., 1962, p. 421-433.

98 Depuis la création de l’université de Pavie, la nomination des professeurs était une prérogative ducale. Voir M. Vaccari, Histoire de l’Université de Pavie, Pavie, 1957, p. 33 et suiv. Sur les débuts de l’enseignement à la faculté de médecine, T. Pesenti, « Le origini dell’insegnamento medico a Pavia », dans Storia di Pavia (Università e cultura), vol. 3 : Dal libero comune alla fine del principato indipendente 1024-1535, t. II : La battaglia di Pavia del 24 febbraio 1525 nella storia, nella letteratura e nell’arte, Pavie, 1990, p. 453-474, rééd. dans « Miscellanea Domenico Maffei dicata Historia-Ius-Studium », vol. 3, sous la dir. d’A. García y García et P. Weimar, Goldbach, 1995, p. 109-130.

99 A.S.M., Carteggio Sforzesco 887. Un ducat vaut 25 florins.

100 D. Zanetti, « À l’université de Pavie... », art. cit., p. 429.

101 Sur une base de douze mois. Le système monétaire en vigueur est le suivant : un florin vaut 32 sous impériaux, une lire vaut 20 sous impériaux et un sou impérial vaut 12 deniers impériaux.

102 Pour des comparaisons avec les salaires pratiqués dans le royaume de France, voir D. Jacquart, Le milieu médical... cit., p. 178-186.

103 A.S.M., Registri delle Missive, reg. 91, f. 189r. En 1467, pour sa leçon du matin à Pavie, le praticien percevait 220 ducats.

104 Cf. A.S.M., Carteggio Sforzesco 887. Peu de temps après, 200 ducats lui sont versés (A.S.M., Registri delle Missive, reg. 89, f. 140v). Les 2200 ducats représentaient sans doute plus que les deux ans et demi de salaire qui, en février 1469, ne lui ont toujours pas été payés : « la V[ostra] I[llustrissima] S[ignora] de’ essere certa ch’essendo stato doi anni e mezo senza ricevere denari de mia provisione, la quale se doveva pagare a mese per mese » (A.S.M., Autografi, cart. 218, fasc. 9). En 1467, chargé de la lectura Almansoris à l’université de Pavie, Benedetto Reguardati gagnait 500 florins par an, soit 200 ducats (cf. H.-M. Ferrari, Une chaire de médecine... cit., p. 17). À Césène, Malatesta Novello, seigneur de la ville, accordait en 1462 à son médecin personnel, Giovanni di Marco de Rimini, qui ne fut jamais professeur, un salaire de 200 ducats par an, toute sa vie durant, en témoignage de sa reconnaissance (R. Flaminio Dondi, « Giovanni di Marco medico di Malatesta Novello », dans Scritti in onore del prof. A. Passini in occasione del XXX anno di laurea, Salusso, 1954, p. 101-105).

105 Cf. G. Lubkin, A Renaissance Court... cit., p. 76.

106 Ainsi, le 19 janvier 1463, Francesco Sforza accordait la citoyenneté milanaise à son médecin Cristoforo da Soncino, ainsi qu’à ses frères, Baldassare, Galeazzo et Antonio « in considerazione della loro devozione e nobiltà di stirpe... per sè e discendenti » (Milan, Archivio Storico Civico, Lettere ducali, Reg. 3 [1462-1472], f. 26r-27r). Cf. C. Santoro, I Registri delle lettere ducali del periodo Sforzesco, Milan, 1961, p. 100 no 29. Guido Parato l’obtint dès 1452 mais à sa demande (Archivio Storico Civico, Lettere ducali [14650-1455], f. 72v-73r ; C. Santoro, ibid., p. 19 no 108).

107 Voir J. Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, plus part. p. 146-155.

108 Girolamo Cardano, De sanitate tuenda, éd. dans « Opera omnia », éd. C. Spon, vol. 6, Lyon, 1638. Voir N. G. Siraisi, The Clock and the Mirror. Girolamo Cardano and Renaissance Medicine, Princeton, 1997, plus spéc. chap. 4.

109 « Chi poterà tante regole observare ? » (Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare di Michele Savonarola, éd. L. Belloni, Milan, 1952, p. 5).

110 Sed intellegis quod regimen sanitatis nullus potest debite servare nisi ille qui non est occupatus in aliqua occupacione ex necessitate. Oportet enim quod habeat necessaria vite sine labore corporis et quod sit liberis condicionis in omnibus (Cambridge, Corpus Christi College, ms 177, f. 254rb).

111 On est loin des positions du traité pseudo-hippocratique Du régime, où l’auteur prévoit des règles pour ceux dont les occupations obligent à suivre « un régime irrégulier » : « voilà ce que je conseille au commun des hommes qui, de nécessité, doivent vivre à l’aventure sans pouvoir, négligeant tout le reste, s’occuper de leur santé. Mais ceux qui en ont le moyen et pour qui il est bien entendu qu’il n’est aucun besoin de richesses ni de rien d’autre sans la santé, ceux-là trouveront ici un régime... » Si dans le contenu les deux diètes diffèrent, l’auteur ne pose pas comme impossible un régime pour ceux qui travaillent. Cf. Œuvres complètes d’Hippocrate, éd. É. Littré, t. VI : Du régime, Paris, 1849, p. 603-605.

112 Sur la présence médicale dans les milieux de cour, voir supra, p. 608-623.

113 Voir J. Agrimi et C. Crisciani, Les « consilia » médicaux, Turnhout, 1994, p. 21-22 (Typologie des Sources du Moyen Âge occidental, fasc. 69), p. 41 et suiv ; D. P. Lockwood, Ugo Benzi. Medieval Philosopher and Physician. 1376-1439, Chicago, 1951, p. 93-94. Pour les conseils d’un Jacques Despars, exhortant ses jeunes confrères à ne pas se contenter d’un examen des urines, voir D. Jacquart, « La pratique médicale dans la région du Nord au xve siècle », Actes du 101e Congrès national des sociétés savantes (Lille, 1976), Section des sciences, t. III, Paris, 1976, p. 7-19 et plus spéc. p. 11-12.

114 « E però mosso a prieghi d’alcuno mio amicho e anche per utilità chomune d’ognuomo... » (éd. F. Puccinotti, Opere mediche, vol. 4 : Storia della medicina, Naples, 1860, p. xxii).

115 Igitur pre cibus et amore cuiusdam mei amici multa michi dilectionis teneritate et convinti nec non pro utilitate aliorum hominum more vivencium bestiarum ad conservationem sanitatis et vite humanis corporibus libellum medicinalem invenire disposui de libris et dictis philosophorum breviter compilatum (Rome, Biblioteca Angelica, ms 1376 [T V 14], f. 32v).

116 À cette date, Arnaud de Villeneuve n’est plus le médecin personnel du roi et réside de plus en plus souvent à Montpellier, où il enseigne la médecine.

117 Arnold de Bamberg était en effet le médecin de Rudolf, duc de Bavière, et Augustinus Kazotic, évêque de Zagreb, de 1303 à 1322.

118 Quia nobillitati vestre placuit velle meum habere conscilium ad sanitatem vestri corporis conservandam... (Édimbourg, University Library, ms 175, f. 76r). Le B.n.F., n.a.lat. 1430 donne observandam (f. 1ra).

119 P. Sambin, « Ricerche per la storia della cultura nel secolo xv. La biblioteca di Pietro Donato (1380-1447) », Bollettino del Museo civico di Padova, 48 (1959), p. 53-98.

120 Hec sunt princeps excellentissime que ego Conradus Heingarter tuo potissime nomine eo tempore quo a tua curia absens fui, edidi que si perlegere ac in eis attendere velis ! (Paris, B.n.F., lat. 11232, f. 54v).

121 Sans oublier ceux qui affichent clairement leur préférence pour un public de médecins.

122 Ainsi, à propos du pain pour les femmes enceintes : « incomenzando dal pane, che vole essere di fior di farina di formento, se essere può ; il perchè è sopra ogni altro grano generativo di buon sangue. Dico se essere può per le poverete, che non hanno il muodo come le riche ; il perchè quando el pane è cum la remola mescolato, cussì se rende molto abstersivo, apto ad fare disperdere [...]. O povereta pregnante ce manzi el pane di repozuolo, biem ti ho compasione, ma pur ti aricordo che è pericoloso specialiter l’uxo di quello quando sei pregnante : sì che se puoi, guardate da quello, e quanto più tu poi » (Il trattato ginecologico... cit., p. 67). Les italiques sont miennes.

123 Dès 1951, D. P. Lockwood appelait de ses vœux une étude sociologique des patients à travers les collections de consilia, tâche immense et difficile en raison des conditions mêmes de conservation et de transmission de ces recueils.

124 À propos de la clientèle des praticiens du royaume de France, D. Jacquart souligne le très fort pourcentage de nobles et de prélats qui recouraient aux services de médecins, loin devant les clercs, les officiers royaux et les bourgeois. Cf. D. Jacquart, Le milieu médical... cit., annexe A no 12 p. 378. Sur le recours pourtant aux médecins sans titres universitaires que firent, au xve siècle à Florence, aussi bien les nobles que le peuple, voir L. Thorndike, Science and Thought in the Fifteenth Century, New York, 1929, p. 49 et K. Park, Doctors and Medicine... cit., spéc. p. 66-73.

125 Les cas analysés par Antonio Benivieni dans le De abditis nonullis ac mirandis morborum et sanationum causis montrent que s’il fut le praticien des Médicis, il avait aussi pour patients l’épouse de son boulanger, un charpentier ou encore le fils d’un boucher. Cf. K. Park, Doctors and Medicine... cit., p. 113.

126 H.-M. Ferrari, Une chaire de médecine... cit.

127 La littérature des consilia est d’un abord délicat en raison du très grand nombre de manuscrits dans lesquels elle est conservée. Il est souvent difficile d’individualiser la production des divers auteurs sur le sujet. C’est ce qu’a tenté de faire D. P. Lockwood dans son ouvrage consacré à Ugo Benzi. Sur la base de la liste d’incipit de consilia (conseils qui mentionnent très fréquemment la qualité, le nom et l’âge du patient), il est possible de dégager quelques caractéristiques sociologiques relatives aux malades auxquels les prescriptions sont destinées : sur les cent cinquante-six conseils recensés, vingt-deux ne mentionnent aucun destinataire spécifique. Sur les cent trente-quatre restants où apparaissent le nom et la qualité du patient, seize ne fournissent aucune précision sur le rang du destinataire ; il peut être question d’un adolescens, d’un simple homo ou vir, mais aussi d’une puella ou encore d’un iudeus. Quatre consilia s’adressent à des domini et à un magister qui ne sont pas qualifiés de nobilis. À ces vingt occurrences, s’ajoutent trois dominae difficiles à classer (s’agit-il de veuves ou d’épouses de nobles, ou de moniales) ? Les autres destinataires, largement majoritaires (ils représentent sur cette base entre 84 et 87 % des patients) se partagent en deux groupes : les nobles et les clercs. Voir aussi pour une période antérieure (la seconde moitié du xiiie siècle), N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, 1981, p. 276-278.

128 À ce sujet, voir D. L. Lockwood, Ugo Benzi... cit., p. 44-78 ; N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit., chap. 9 ; K. Park, Doctors and Medicine... cit., p. 112 et suiv.

129 C’est ainsi que Michel Savonarole présente l’une des parties de son traité gynécologique : « nel terzo [libro] tractaremo del rezimento di fanzuleti nuovamente nati per fina ad anni septe, quanto a la preservatione, conservatione e cura di soe infirmità da le quale suoleno essere comunamente molestati per fina a tal età, di le quale anco le madre poterano essere como mediche » (Il trattato ginecologico... cit., p. 5). Les italiques sont miennes.

130 Precor et tamen cum Galieno medicos hunc meum libellum videntes investigationem ad impedimentum dimittere quod faciunt sophyste. Hec enim intentio non generat nisi bellum et rabiosam litem et est absque ullo proficuo, sed convertant se ad indagationem veritati propinquam honestum scilicet et veritatem amantes (Paris, B.n.F., n.a.lat. 1430, f. 10va).

131 Voir à ce sujet les études de D. Jacquart (Le milieu médical... cit.), N. G. Siraisi (Taddeo Alderotti... cit.), I. Naso (Medici e strutture sanitarie... cit.), K. Park (Doctors and Medicine... cit.), R. S. Gottfried (Doctors and Medicine in Medieval England... cit.) et M. R. McVaugh (Medicine before the Plague... cit.).

132 D. Jacquart, Le milieu médical... cit., p. 199-205.

133 Ibid., annexe A, no 1p.363 et no 2 p.364.

134 R. S. Gottfried, Doctors and Medicine in Medieval England... cit., p. 262.

135 Ce phénomène n’est bien sûr pas spécifique aux productions de textes diététiques. Cf. les remarques de M. R. McVaugh, « Medical Knowledge at the Time of Frederick II », Micrologus, 2 (1994), p. 3-17 et plus spéc. p. 3.

136 Le maître bolonais aurait suivi l’enseignement d’Ugo Borgognoni (actif de 1214 à 1254), l’un des fondateurs de l’ars chirurgica bolonais. Voir C. Crisciani et J. Agrimi, « The Science and Practice of Medicine in the Thirteenth Century according to Guglielmo da Saliceto, Italian Surgeon », dans Practical Medicine from Salerno to the Black Death, éd. L. García Ballester, R. French, J. Arrizabalaga et A. Cunningham, Cambridge, 1994, p. 60-87. Sur Ugo Borgognoni, voir l’article qui lui est consacré par A. Vasina dans le D.B.I., vol. 12, p. 773-775 et M. Sarti, « De claris archigymnasii Bononiensis professoribus », Bologne, 1769, p. 145-147. À propos de Taddeo, « Taddeo’s education is as obscure as the rest of his early career » (N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit., p. 31).

137 L. Zdekauer, Sulle origine dello Studio Senese, Sienne, 1893.

138 L. M. de Rijk (« On the Life of Peter of Spain, the Author of the Tractatus, called afterwards Summule logicales », Vivarium, 8 [1970], p. 123-154) justifie le choix de Montpellier comme lieu de formation de Petrus Hispanus en raison de la plus grande réputation de la faculté de médecine languedocienne, comparée à la parisienne. Or les origines de Montpellier sont assez obscures. Les premières productions médicales issues de l’université datent des années 1239-1240. En revanche, parmi les commentaires médicaux de Petrus Hispanus, figurent les textes au programme de la faculté de médecine de Paris dans les statuts des années 1270. Voir aussi M. R. McVaugh, « Medical Knowledge... », art. cit., p. 4-5, n 1. Pour les statuts de la faculté parisienne, « Chartularium universitatis Parisiensis », éd. H. Denifle, Paris, 1889, t. 1, p. 516-518.

139 Sur Montpellier, les travaux anciens de L. Dulieu, La médecine à Montpellier, vol. 1 : Le Moyen Âge, Avignon, 1975. Voir aussi Le Cartulaire de l’Université de Montpellier, vol. 1 : 1181-1400, éd. A. Germain, Montpellier, 1890 ; J. Astruc, Mémoire pour servir à l’histoire de la Faculté de médecine de Montpellier, Paris, 1767 et récemment L’Université de médecine de Montpellier et son rayonnement (xiiie-xve siècles), actes du colloque international de Montpellier (Université Paul Valéry-Montpellier III, 17-19 mai 2001), sous la dir. de D. Le Blévec, Turnhout, 2004, (De Diversis artibus, 71) ; sur Paris, D. Jacquart, La médecine médiévale dans son cadre parisien xive-xve siècles, Paris, 1998 (Penser la médecine) ; Commentaires de la Faculté de médecine de l’Université de Paris (1395-1516), éd. E. Wickersheimer, Paris, 1915, rééd. 1964 ; sur Padoue, voir N. G. Siraisi, Arts and Sciences at Padua, Toronto, 1973 ; T. Pesenti, Professori e promotori di medicina nello studio di Padova dal 1405 al 1509 : Repertorio bio-bibliografico, Padoue-Trieste, 1984 ; sur Bologne, voir Rapporti tra le Università di Padova e Bologna : ricerche di filosofia, medicina e scienza, sous la dir. de L. Rossetti, Padoue, 1988 ; Università e studenti a Bologna nei secoli xiii e xiv, sous la dir. de C. Dolcini, Turin, 1988 ; L’Università a Bologna : personnaggi, momenti e luoghi dalle origini al xvi secolo, sous la dir. de O. Capitani, Bologne, c. 1987 ; G. Fasoli, Per la storia dell’Università di Bologna nel Medio Evo. Dalle lezioni tenute alla facoltà di Magistero nell’a.a. 1969-1970, Bologne, [1970] ; sur Pérouse, voir G. Ermini, La Storia della Università di Perugia, Bologne, 1947 ; sur Pavie, A. Sottili, Università e cultura a Pavia in età visconteosforzesca, Milan, 1990 ; T. Pesenti, « Le origini dell’insegnamento medico a Pavia », dans Storia di Pavia (Università e cultura), vol. 3 : Dal libero comune alla fine del principato indipendente 1024-1535, t. II : La battaglia di Pavia del 24 febbraio 1525 nella storia, nella letteratura e nell’arte, Pavie, 1990, p. 453-474, rééd. dans Miscellanea Domenico Maffei dicata Historia-Ius-Studium, vol. 3, sous la dir. d’A. García y García et P. Weimar, Goldbach, 1995, p. 109-130. Plus globalement, voir le chapitre que N. G. Siraisi consacre aux facultés de médecine, dans A History of the University in Europe, vol. 1 : Universities in the Middle Ages, éd. H. de Ridder-Symoens, Cambridge, 1992, p. 360-387.

140 Sur les privilèges dont lui et ses élèves jouissaient, Statuti di Bologna dell’anno 1288, éd. G. Fasoli et P. Sella, vol. 2, Cité du Vatican, 1939, Livre VIII, rubr. X-XI (Studi e testi, 85).

141 N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit.,

142 R. Stapper, « Pietro Hispano (Papa Giovanni XXI) et il suo soggiorno in Siena », Bulletino senese di storia patria, 5 (1898), p. 424-431. L. M. De Rijk, « On the Life of Peter of Spain... », art. cit. ; J. F. Meirinhos, « Petrus Hispanus Portugalensis ? Elementos para uma diferenciaça˜o de autores », Rivista Española de Filosofía Medieval, 3 (1996), p. 51-76.

143 Même chose pour Thomas de Tilbury, médecin à la cour pontificale d’Avignon, puis auprès du duc de Varsovie, Henri VI. Toutefois, il ne rédigea ses ouvrages médicaux qu’une fois retiré dans un couvent. Cf. J. Burchardt, « Higiena ». Wedle Tomasza z Wroclawia, Varsovie, 1997 (Studia Copernicana, 36).

144 Jean de Bologne ne parvint pas à la maîtrise. Cf. E. Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 367.

145 Il aurait aussi bien pu figurer parmi les médecins de cour quoique la composition de ses ouvrages diététiques remonte à la période où il était maître-régent à Paris. Il entra en effet au service de Luchino Visconti et servit la cour milanaise jusqu’à sa mort. Plusieurs documents attestent qu’il était appointé par le duc et qu’il reçut aussi un bénéfice.

146 Voir par exemple pour Ferrare, G. Pardi, Lo studio di Ferrara nei secoli xv e xvi, Ferrare, 1903 et A. Visconti, La storia dell’Università di Ferrara (1391-1950), Bologne, 1950. Étudiant plus particulièrement la cour milanaise de Visconti et celle des Aragonais de Sicile, T. Pesenti (« Medici di corte e università », Medicina nei secoli. Arte e scienza, 9 [1997], p. 391-401) a démontré cependant le lien très fort entre médecine de cour et université pour le xive siècle. Le phénomène ne touche d’ailleurs pas seulement le domaine médical mais d’autres champs du savoir.

147 Voir I. Naso, Medici e strutture sanitarie... cit., p. 103 et suiv.

148 S’ils sont parfois aussi impliqués dans la vie médicale locale, c’est sans doute plus au titre de formateurs pour les praticiens rattachés au collège de la cité. C’est ainsi que D. P. Lockwood (Ugo Benzi... cit., p. 135) interprète aussi la rédaction des consilia (sur laquelle exerçaient leur mainmise les plus grands physiciens), qui servent d’enseignement pratique aux médecins de second rang.

149 Bernardo Torni, qui enseigna la médecine à Pise, écrivit deux régimes pour le cardinal Jean de Médicis, dont il fut le médecin en certaines périodes (voir supra, chap. VIII et annexe 1, p. 703-704).

150 Pour l’époque moderne, voir Medicine at the Courts of Europe, éd. V. Nutton, Londres, 1990.

151 Respectivement dans les cours de Ferrare, Milan et Florence, et à la cour du duc de Bourgogne.

152 Il fut pendant quelques mois archevêque de Prague avant d’occuper la même charge à Césarée, tout en restant au service de l’empereur.

153 Qu’il suffise de citer ici Arnold de Bamberg, médecin du comte palatin Rudolf de Bavière (1294-1317), Guy de Vigevano, praticien de la reine Marie de Luxembourg et de Jeanne de Bourgogne, ou encore Maino de Maineri au service de Luchino Visconti, pour le seul domaine diététique.

154 Sur le rôle de l’université de Paris sous Philippe le Bel, voir S. Menache, « La naissance d’une nouvelle source d’autorité : l’université de Paris », Revue historique, 544 (1982), p. 305-327 ; J. Favier, « Les légistes et le gouvernement de Philippe le Bel », Journal des savants, 1969, p. 92-108. Plus largement, le volume I poteri politici e il mondo universitario (xiii-xx secolo), atti del Convegno internazionale di Madrid, 28-30 agosto 1990, éd. A. Romano et J. Verger, Messine, 1994.

155 L’évolution des salaires en Piémont est à cet égard significative. Au xive siècle, Giacomo Albini percevait 10 florins par an pour son activité de médecin communal à Moncalieri, tandis qu’Antonio Guaineri touchait pour de semblables fonctions 50 florins à Chieri en 1415 et 200 en 1447. Mais ces chiffres sont faibles au regard des salaires en vigueur à la cour. 20 florins pour Giacomo Albini à la cour de Savoie en 1340, mais 400 pour Pantaleone da Confienza en 1480 et 600 pour son fils Giacomino en 1496. Ces chiffres sont fournis par I. Naso, Medici e strutture sanitarie... cit., p. 189-192.

156 Aux xiiie et xive siècles, nombreux sont encore les auteurs diététiques qui bénéficient de prébendes ecclésiastiques. Certains comme Jean de Tolède, Sigismond Albicus ou Thomas de Tilbury occupèrent même de hautes charges dans la hiérarchie ecclésiastique, tandis que Jean de Mirfeld, tout en exerçant comme médecin à l’hôpital de S. Bartholomew de Londres, devint prêtre sans bénéfice en 1395. En revanche, au xve siècle, on assiste à une plus forte sécularisation de la profession, même si un Jacques Despars, enseignant à Paris et médecin du duc de Bourgogne, bénéficiait encore de nombreuses prébendes à Tournai, Cambrai et Paris, ou si Gilbert Kymer, qui fut l’un des médecins d’Humphrey de Gloucester et chancelier de l’université d’Oxford, devint aussi doyen de la cathédrale de Salisbury. Les multiples interdictions faites aux membres du clergé régulier et séculier de pratiquer cet art n’ont guère influencé cette évolution, d’autant que ces empêchements étaient facilement détournés. Cf. D. W. Amundsen, « Medieval Canon Law on Medical and Surgical Practice by the Clergy », B.H.M., 52 (1978), p. 22-44. Pour les médecins qui furent clercs séculiers en France, voir D. Jacquart, Le milieu médical... cit., p. 155 et suiv. Sur la profession médicale en Piémont, voir I. Naso, Medici e strutture sanitarie... cit., p. 203-216.

157 Certe illud experientia est in re probatum, nam si aliqua vetula veniret vel cursores et omnium litterarum ignorantissimi qui aut propter adulationem aut propter pecuniam tibi mendaciis suis promitterent sanitatem, ad obedientum eis illico es paratissimus (Paris, B.n.F., lat. 11232, f. 9v). Plus loin il s’en prend aussi aux praticiens incompétents, coupables selon lui d’avoir contribué à la détérioration de l’état de santé du duc (ibid., f. 10v).

158 Gilbert Kymer rédigea son régime pour le duc de Gloucester en 1424, un an seulement après avoir obtenu son doctorat en médecine, et à l’orée d’une grande carrière qui le conduisit à des responsabilités qui l’éloignèrent progressivement de la pratique médicale. Le Padouan Antonio Gazio (1461-1528) écrivit sa Florida corona en 1490. Antonio Benivieni (1443-1502) composa son De regimine sanitatis alors qu’il avait à peine plus de vingt ans. Il a entrepris des études médicales et philosophiques, après avoir abandonné l’art oratoire que lui enseignait Francesco Castiglione et dont il avait déjà tiré gloire grâce à un livre, l’Έυχώµτoν Cosmi, adressé à Laurent de Médicis en 1464 (« Antonii Benivienii Έυχώµτoν Cosmi ad Laurentium Medicem ». Riproduzione dell’autografo con proemio e trascrizione, éd. R. Piattoli, Florence, 1949). Il débute ainsi son régime : cum parentum preceptis et amicorum meorum ortatu, oratorie artis studia aut omnino aut magna ex parte reliquissem, retuli me ad philosophie, que omnium artium mater est, et medicine secreta perscrutandum (« Antonii Benivieni (1443-1502). De regimine sanitatis ad Laurentium Medicem », éd. L. Belloni, Milan, 1951, p. 19).

159 Dans la biographie de son père, Soncino Benzi met en lumière non seulement la réputation que Ugo Benzi a su se forger par une brillante carrière académique dans diverses universités italiennes, les disputes qu’il menait, mais également le succès international qu’il obtient grâce à la pratique médicale : ibi a Gabriele Condulmerio Veneto, eam urbem regente et exinde pontifice summo, magno in honore habitus, omnium sui temporis philosophus et medicus iudicatus est primus, nec iniuria, quis enim eius circa valitudinarios curam et diligentiam pro merito laudabit, non modo circa eos qui principes ac potentes erant, quorum non paucos ex Orci faucibus suo studio detraxit, sed circa inopes et egenos ? Tanta vigilantia suam exercuit artem ut illum tanquam deum adorarent [...]. Quibus [pronosticis] effecit ut non ex Italia modo sed ex Germania Hispania ultimaque Britania atque aliis exteris nationibus tamquam ad Apollinem consulendum plerique accederent, et si qui in Italia principes aut optimates morbo laborabant illum tamquam ultimum praesidium advocarent (« Ugonis Bentii Philosophorum ac Medicorum principias ». Vita a Sozino Bentio eius filio edita, éditée par D. P. Lockwood, Ugo Benzi... cit., p. 149-157, plus spéc. p. 154).

160 T. Pesenti, « Articella dagli incunaboli ai manoscritti. Origini e vicende di un titolo », dans Mercurius in Trivio. Studi di bibliografia e biblioteconomia per Alfredo Serrai nel 60o compleanno (20 novembre 1992), éd. M. Cochetti, Rome, 1993, p. 129-145. Voir aussi Papers of the « Articella » Project Meeting : Cambridge, December 1995, Cambridge-Barcelone, 1998 (« Articella » Studies : Texts and Interpretations of Medieval and Renaissance Medical Teaching, 3).

161 À Cambridge, les statuts des années 1250 précisent que le doctorat en médecine requiert entre autres l’étude de l’Isagoge et d’un livre d’Isaac Israëli, à choisir parmi le Liber urinarum, le De dietis particularibus, le Liber febrium ou le Liber Viatici (sic). Cf. D. Riehl, A History of the University of Cambridge, vol. 1 : The University to 1546, Cambridge, 1988, p. 203. À Oxford, les statuts sont clairement copiés sur ceux de Paris et comprennent donc les Diètes d’Isaac Israëli.

162 Sur le Canon d’Avicenne, voir D. Jacquart, « La réception du Canon d’Avicenne : comparaison entre Montpellier et Paris aux xiiie et xive siècles », dans Histoire de l’École médicale de Montpellier, Actes du 110e Congrès national des sociétés savantes (Montpellier, 1985), Section d’histoire des sciences et des techniques, t. II, Paris, 1985, p. 69-77.

163 Il ne s’agit cependant que de toile de fonds à l’écriture diététique qui, dans son ensemble, ne mentionne ni les divers états de la santé (latitudo sanitatis), ni les distinctions entre corps sains, malades et neutres. Sur le sujet, voir L. García Ballester, « Arnau de Vilanova (c. 1240-1311) y la reforma de los estudios médicos en Montpellier (1309) : El Hipócrates latino y la introducción del nuevo Galeno », Dynamis, 2 (1982), p. 97-158.

164 D’après le témoignage d’Alexandre Nequam (1157-1217), on sait que dès la seconde moitié du xiie siècle, elles étaient utilisées pour l’enseignement de la médecine à l’école parisienne du Petit-Pont. Cf. R. W. Hunt, The School and the Cloister : The Life and Writings of Alexander Nequam, éd. M. Gibson, New-York-Oxford, 1984.

165 La première glose connue des Diètes universelles fut sans doute conçue dans le milieu salernitain, dans la seconde moitié du xiie siècle, voire au début du xiiie, par un certain Mattheus F., peut-être identifié avec Mattheus Ferrarius. À ce sujet, voir R. Creutz, « Der Artz Constantinus Afrikanus von Montekassino », Studien und Mitteilungen, 16 (1929), p. 1-44 ; P. O. Kristeller, Studi sulla scuola medica salernitana, Naples, 1986, p. 59. Les autres commentaires sont ceux de Petrus Hispanus pour les Diètes universelles et particulières, de Gérard de Solo, maître montpelliérain, dans la première moitié du xive siècle, d’un certain Girard, et celui d’Erhard Knab à Heidelberg au xve.

166 Par exemple dans les mss suivants : Baltimore, Collection Privée, ms 3 ; Cambridge, Saint John College, D. 24 (99) ; Milan, Biblioteca Ambrosiana, M 19 SUP ; Moulins, Bibliothèque municipale, ms 49 ; Oxford, Bodleian Library, Auct. F. 5.30, Lat. misc. e.2 ; All Souls College, ms 68 ; Paris, B.n.F., n.a.lat. 729 ; lat. 6868, lat. 6871A, lat. 14390.

167 Dans son commentaire du De sensu et sensato d’Aristote, Thomas d’Aquin définit les rôles respectifs du philosophe (qui cherche les principes premiers et universels qui régissent la santé et la maladie) et du médecin (qui applique ces principes dans sa pratique, quia ars non principaliter causat sanitatem, sed quasi adjuvat naturam et est ministrans ei), prenant l’image du navigateur qui a besoin des connaissances astronomiques pour guider son bateau. Il qualifie aussi le médecin d’artifex factivus sanitatis (Thomas d’Aquin, « In Aristotelis libros. De sensu et sensato. De memoria et reminiscentia commentarium », éd. A. M. Pirotta, Turin, 1928, p. 6-7). Sur l’introduction d’Aristote en Occident et sur les facultés de médecine, voir A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote au xiie et xiiie siècle », dans id., Études d’histoire des sciences et de la philosophie du Moyen Âge, Varsovie, 1970, p. 73-87 (Studia Copernicana, 1) ; M.-T. D’Alverny, « Translations and Translators », dans Renaissance and Renewal in the Twelfth Century, éd. R. L. Benson, Oxford, 1982, p. 421-462. Sur l’utilisation des libri naturales d’Aristote à Salerne, depuis le milieu du xiie siècle, P. O. Kristeller, « Nuove fonti per la medicina salernitana del secolo xii », Rassegna Storica Salernitana, 18 (1957), p. 61-75 ; id., « Bartholomaeus, Musandinus and Maurus of Salerno and Other Early Commentators of the Articella, with a Tentative List of Texts and Manuscripts », Italia medioevale e umanistica, 19 (1986), p. 84-90 ; rééd. dans id., Studi sulla scuola... cit., p. 97-151 ; D. Jacquart, « Aristotelian Thought in Salerno », dans A History of Twelfth-Century Western Philosophy, éd. P. Dronke, Cambridge, 1988, p. 407-428. Sur les liens entre médecine et philosophie naturelle dans les facultés d’Italie du Nord et sur les particularités de ces universités, voir N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit., ; ead., « Reflections on Italian Medical Writings of the Fourteenth and Fifteenth Centuries », Annals New York Academy of Sciences, 412 (1981), p. 155-168 ; L. García Ballester, « The Construction of a New Form of Learning and Practicing Medicine in Medieval Latin Europe », Science in Context, 8 (1991), p. 75-102. Sur l’office de médecin, D. Jacquart et M. Nicoud, « Le médecin comme intercesseur », dans L’intercession du Moyen Âge à l’époque moderne : autour d’une pratique sociale, table-ronde (3-4 novembre 2000), organisée par le CREPHE (Paris XII-Val de Marne, E.P.H.E.), sous la dir. de J.-M. Moeglin, Genève, Droz, 2004, p. 195-215.

168 Cum oporteat medicum esse rationabilem et rerum naturalium et moralium tractatorem. Cité par T. Pesenti, « Arti e Medicina : la formazione del curriculum medico », dans Luoghi e Metodi di insegnamento nell’Italia medioevale (sec. xii-xiv). Atti del Convegno internazionale di studi (Lecce-Otranto, 6-8 ottobre 1986), sous la dir. de L. Gargan et O. Limone, Galatina, 1989, p. 153-178, plus part. p. 155.

169 N’oublions pas qu’à Bologne et Padoue, arts et médecine étaient associés et que la médecine était avant tout définie comme un art. Pour une discussion sur ce sujet, voir notamment P. Kibre, « Arts and Medicine in the Universities in the Later Middle Ages », dans Les Universités à la fin du Moyen Âge, Actes du Congrès international de Louvain, 26-30 mai 1975, éd. J. Paquet et J. Isjewin, Louvain, 1978, p. 213-227, rééd. dans P. Kibre, Studies in Mediaeval Science : Alchemy, Astrology, Mathematics and Medicine, Londres, 1984, p. 213-227 ; T. Pesenti, « Arti e Medicina... », art. cit. Sur la réception de l’Éthique en Italie et dans les facultés de médecine notamment, D. A. Lines, Aristotle Ethics in the Italian Renaissance (ca. 1300-1650). The Universities and the Problem of Moral Education, Leyde, 2002 (Education and Society in the Middle Ages and Renaissance, 13), spéc. p. 80-10.

170 À Paris, l’accès à la faculté de médecine ne fut conditionné par un cursus préalable en arts qu’à partir de 1426, même si « l’acquisition d’une licence ou d’une maîtrise ès arts semble courante à la fin du xive siècle » chez les étudiants en médecine (D. Jacquart, La médecine médiévale... cit., p. 132).

171 Dico quod medicina est scientia, qua humani corporis dispositiones noscuntur, ex parte, qua sanatur, vel ab ea removetur, ut habita sanitas conservetur, et amissa recuperetur (Avicenne, Canon, livre I, fen I, doc. 1, Venise, apud Vincentium Valgrisium, 1564, p. 6).

172 Voir la définition de l’Isagoge qui fut à la base de l’enseignement universitaire (éd. G. Maurach, « Johannicius : Isagoge ad Techne Galieni », Sudhoffs Archiv, 62 (1978), p. 148-174, ou encore celle du Pantegni : et scientia est cognitio veritatis intentionis quam proponitur et est posita in cogitatione per quam est discretio et regimen eorum quorum volumus actionem. At vero actio est eductio illius rei quam posita est in cognitione in propatulo sensuum et operatione manuum (Haly Abbas, Liber totius medicine necessaria..., Lyon, 1523, Theorica, livre I, cap. iv, f. 9ra). Pour autant, les médecins distinguent souvent le philosophe qui cherche les causes et l’essence des choses, du médecin qui tend plus vers l’utilité que vers la vérité. Voir par exemple ce que dit le montpelliérain Cardinalis (1240 ?-1293) dans son commentaire de l’Isagoge (cf. M. R. McVaugh, « The Humidum radicale in Thirteenth-Century Medicine », Traditio, 30 (1974), p. 259-283, plus spéc., p. 278). Sur le problème de scientia et ars, J. Agrimi et C. Crisciani, « Edocere medicos ». Medicina scolastica nei secoli xiii-xv, Naples, 1988 (Hippocratica civitas, 2) et sur les rapports entre philosophie et médecine, P. G. Ottosson, Scolastic Medicine and Philosophy, Naples, 1984, surtout p. 65-127.

173 Il s’agit des quatre causes matérielles, efficientes, formelles et finales. Les matérielles ont à voir avec les « choses naturelles » (spiritus, humeurs et membres), les efficientes avec les « non naturelles », les formelles avec les « choses naturelles » (complexions, vertus et compositions), et les finales avec les opérations (actions du médecin). Cf. Avicenne, Canon... cit., livre I, fen I, doc. 1, cap. 1, p. 7.

174 Les positions d’Arnaud de Villeneuve sont claires à ce sujet, qui séparent nettement le travail du philosophe de celui du médecin : et ex hoc patet necessitas illarum duarum partium in medicina, et scitur etiam plus quam cognitiva, que prima est, non est nisi propter operativam et ad illam ordinatur ; et secundum hoc verificatur verbum Galieni dicentis quod intentio medicorum sola operatio est. Et ex hoc etiam patet quod questio vel sermo que non facit iuvamentum in opere vel in cognitione utili ad opus non est de medicina, quoniam non est artis quod ad finem artis non ordinatur (Arnaud de Villeneuve, « Tractatus de intentione medicorum », éd. M. R. McVaugh, Barcelone, 2000, p. 101-102 [Arnaldi de Villanova Opera medica omnia, V.1]).

175 « Chartularium universitatis Parisiensis »... cit., Paris, 1894, t. III, no 1319, p. 143-148, plus spéc., p. 145.

176 Sur cette séparation des objectifs, voir Avicenne, Canon... cit., livre I, fen I, doc. 1, cap. 1, p. 8. Voir aussi D. Gracia, « The Structure of Medical Knowledge in Aristotle’s Philosophy », Sudhoffs Archiv, 62 (1978), p. 1-36.

177 Les quatre éléments font ainsi partie des « choses naturelles » énumérées dans l’Isagoge.

178 Pour une utilisation de la philosophie naturelle d’Aristote par les maîtres bolonais du xiiie siècle, voir N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit., chap. VI.

179 Sur ce phénomène, voir J. Cadden, « Albertus Magnus’ Universal Physiology : the Exemple of Nutrition », dans Albertus Magnus and the Sciences, éd. J. A. Weisheipl, Toronto, 1980, p. 321-341.

180 Certains manuscrits de l’Éthique en italien et certains certains témoins du Convivio de Dante attribuent à Taddeo Alderotti cette version italienne de l’Éthique. Pour une discussion sur la possibilité d’une contribution du maître bolonais à l’entreprise, N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti... cit., p. 77-82.

181 Aristote, Éthique à Nicomaque, nouv. trad. avec introd., notes et index par J. Tricot, Paris, 1994 livre II, chap. VI, 15 (Bibliothèque des textes philosophiques).

182 Ibid., livre VII, 8, 1-2 ; chap. X, 2.

183 Ibid., livre II, 2, 6-7.

184 Ibid., livre III, 10-12.

185 Ibid., livre X, 8, 9.

186 Ibid., livre X, 8, 2.

187est manifestum quod ultima felicitas non consistit in fortitudine corporis nec in sanitate nec in corporis pulchritudine et membrorum formositate, cum omnia ista sint de numero bonorum corporis, et iam probatum est quod felicitas est aliquod bonorum anime. Jacobus de Pistorio opère la distinction entre le plaisir matériel et la félicité suprême : manifestum est igitur quod felicitas non... consistit in ipso delectari, quia videmus quod natura non fecit operacionem propter delectacionem. Unde videmus quod in illis operationibus que sunt maxime necessarie in vita pre ceteris aliis natura posuit delectacionem, sicut in usu venereorum per quem perpetuatur species et in usu cibi et potus per quem conservatur individuum... (Le De fecilitate de cet auteur peu connu a été étudié et édité par P. O. Kristeller, « A Philosophical Treatise from Bologna dedicated to Guido Cavalcanti : Magister Jacobus de Pistorio and his Questio de felicitate », dans Medioevo e Rinascimento. Studi in onore di Bruno Nardi, vol. 1, Florence, 1955, p. 425-463 et plus spéc. p. 446, 449).

188 Aristote, Politique, texte établi et traduit par J. Aubonnet, t. III, Paris, 1986, livre VII, 13, 7 [1332a] ; 15, 10 [1334b], 17, 1-6 [1335b-1336a]. Selon Hugues de Saint-Victor (L’art de lire. Didascalicon. Introduction, traduction et notes par M. Lemoine, Paris, 1991, p. 113 [Sagesses chrétiennes]), ces comportements, qui relèvent de la pratique individuelle, concernent aussi bien la sphère du privée que la sphère publique. Cette pratique est définie comme ce « qui prend soin de tout, s’élève, se pare et s’accroît grâce à toutes les vertus ».

189 Aristote, Éthique à Nicomaque, livre X, 8, 9.

190 Tertio autem retrahunt quia corrumpunt bonam dispositionem corporis. Ex nimio enim usu venereorum inducuntur infirmitates plurime in corpore. Et eciam ex illicita et nimia sumptione ciborum et potuum et ex illicito usu venereorum venit homo ad bella et ad rixas ex quibus accipit vulnera... Ex nimia enim et frequenti ira accenditur cor et supervenit infirmitas. Accidit etiam multus motus vaporum... Manifestum est ergo ex dictis quod ad hoc ut homo pervenire possit ad speculacionem summi intelligibilis oportet amovere et detruncare sive regulare in passionibus venereorum, cibi et potus, in passionibus ire et diviciarum affeccionibus... Circa autem passiones venereorum et cibi et potus regulat virtus que est temperancia (éd. P. O. Kristeller, « A Philosophical Treatise... », art. cit., p. 455-456).

191 Maxime necessarium est optime sanum corpus ad regimen civile hominum : quoniam talem hominem concomitatur esse sapientissimum et prudentissimum, et habere omnem perfectionem que homini deputatur secundum naturam ? (cité par N. G. Siraisi, ibid., p. 75 n. 11).

192 Je reprends ici les distinctions établies par A. J. Gourevitch, qui définit la personne comme reliée à la culture de son temps, tandis que la notion d’individualité, où s’affirme le moi propre de l’individu, sa capacité d’autoanalyse et de conscience de soi, est plus proche des modèles de comportements de l’époque moderne. Cf. A. J. Gourevitch, La naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Paris, 1997, plus spéc. p. 9-32. Pour une réflexion sur les marqueurs de l’individuation au Moyen Âge, L’individu au Moyen Âge. Individu et individualisation avant la modernité, sous la dir. de B. Miriam Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat, Paris, 2005.

193 C’est au nom de la sanitas hominum et du decus urbis qu’est prohibée l’évacuation du sang sur la voie publique (et statuimus quod quicumque interfecerit seu excorticaverit vel lavaverit aliquam bestiam jnfra novos muros civitatis lucane, recolligat ita sanguinem quod sanguis seu aqua mixta cum sanguine non defluat per aliquam rugam seu locum publicum civitatis lucane extra domum. [...] et quia dictum presens capitulum pertinet ad salutem hominum et decus urbis lucane volumus ut efficaciter observetur, in qualibet sua parte...). Cf. Statuti urbanistici medievali di Lucca. Gli statuti delle vie e de’ pubblici di Lucca nei secoli xii-xiv, curia del fondaco : statuto del 1371, éd. D. Corsi, Venise, 1960, cap. XIII, p. 56).

194 Cette formulation de conservatio civitatis est employée dans les statuts du capitaine du Peuple de Florence, pour légitimer leur rédaction : ad statum et defensionem et exaltationem populi et Communis Florentie et ad defensionem artium et artificium et conservationem civitatis eiusdem, provida deliberatione statutum est... (Statuti della Repubblica Fiorentina, vol. 1 : Statuto del capitano del Popolo degli anni 1322-1325, Florence, 1910, p. 5-6). Le prologue des statuts de Turin reprend le thème (largement évoqué dans les textes médicaux) de l’impossibilité de conserver la condition humaine dans un état identique, mais cette fois, il appliqué au droit : cum humani iuris conditio in infinitum semper decurrat et nihil est in ea quod stare perpetuo possit, non est reprehensibile iudicandum si secundum varietatem temporum statuta varientur humana (Gli statuti del Comune di Torino del 1360, éd. D. Bizzarri, Turin, 1933, p. 17). Dans ceux de Trévise, c’est la métaphore de la respublica comme corps et la nécessité d’harmoniser tous ses membres qui légitiment la rédaction des statuts qu’on trouve employée. Cf. Gli statuti del comune di Treviso (sec. xiii-xiv), éd. B. Betto, vol. 1, Rome, 1984, p. 21 (Fonti per la storia d’Italia, 109). Sur cette notion d’utilitas communis, voir P. Hibst, « Utilitas publica » – Gemeiner Nutz –... cit.

195 Pro bono et sanitate hominum et personarum lucane civitatis statuimus et ordinamus quod officialis viarum teneatur pro posse facere et curare quod aque non reincidant in civitatem neque resideant potius faciat quod liberum habeat cursum per eundem locum... (Statuti urbanistici medievali di Lucca... cit., p. 69).

196 Gentile da Foligno, le premier, a composé à la demande des autorités de Pérouse et de l’Université un régime in communi utilitate. Édité par K. Sudhoff, dans « Pestschriften aus den ersten 150 Jahren nach der Epidemie des schwarzen Todes 1348. IV », A.G.M., 5 (1911), p. 332-333. Tommaso del Garbo, praticien florentin, déclare que son régime est « composto [...] massimamente per bene e salute degli uomini, che abitano nella città di Firenze » (Scelta di curiosità letterarie inedite o rare dal secolo xiii al xvii, éd. P. Ferrato, Bologne, 1866, p. 13-21). Bartolomeo Santasofia écrit un régime pour le doge de Venise dans le but de faire œuvre utile dans le domaine de la chose publique (éd. K. Sudhoff, « Pestschriften... IV », art. cit., p. 349).

197 Aristote, Politique... cit., livre VII, 11, 1-5 [1330a-b]. Sa conception de la salubrité publique se limite cependant essentiellement à la qualité de l’air (liée à l’orientation de la ville) et à la pureté de l’eau.

198 Les sujets traités concernent essentiellement les problèmes de voirie, d’évacuation des eaux usées et de ravitaillement.

199 Dans les métiers de la boucherie, il est souvent question des carnes malsanas, morbose, non sanas, ou encore des carnes morbosas vel febricosas, qui sont interdites à la vente. Les statuts de Florence fondent leur prohibition sur des considérations médicales, toute viande malade étant susceptible de transmettre la maladie à l’homme. Cf. Statuti della Repubblica Fiorentina... cit. 2, livre V, rubr. LXVI, p. 394. Toujours à Florence, on interdit aux métiers de la teinturerie de jeter l’eau dans les rues et la commune décide de moyens pour purgendum civitatem Florentie a fetoribus ex quibus aer corrumpitur, propter quod infirmitates insurgunt... (ibid., livre III, rubr. LII, p. 217-218). On trouve les mêmes raisons invoquées dans les statuts de Lucques qui visent à repousser de la ville certains métiers, au nom de la santé collective. Cf. Statuti urbanistici medievali... cit., p. 59-60.

200 Nullus in viis publicis vel platheis vel in pontibus in civitate Tervisii vel in burgis [...] immundicias ponat vel portet quia, ut sapientes testantur, talia aerem inficiunt et faciunt pestilentem – propter quod hominum corpora ad infirmitates veniunt atque mortem incurrunt –, comme le précisent les statuts de Trévise de 1313. Cf. Gli Statuti del comune di Treviso... cit., p. 192. Les italiques sont miennes.

201 La bulle de Gui de Sora, légat de Grégoire IX, confirmant les statuts de la faculté de médecine, datés de 1239 précisent que : quia in firmamento scienciarum inter liberales artes medicinalis sciencia tanquam luminare majus noscitur prenitere, ad confovendam ipsam tanto propensius tenemur intendere, quanto per eamdem salubrius humane fragilitati consulitur, et egrotantibus optate sanitatis remedia conferuntur (Cartulaire de l’Université... cit., p. 185-186). M. R. McVaugh cite le contrat passé entre la ville de Castelló d’Empùries et les médecins qu’elle rémunère : s’il n’est pas véritablement question de prévention, le praticien s’engage cependant à donner aux habitants de la ville qui le désirent, des consilia tam super flebotomiis quam etiam dietis et generaliter regimina et consilia (M. R. McVaugh, Medicine before the Plague... cit., p. 138-139 et n. 8). Les médecins peuvent aussi être contactés par les autorités urbaines pour rédiger des régimes de temps de peste. À Paris, par exemple, le roi de France Philippe VI adressa à l’université une demande de conseils. Jacme d’Agramont envoie l’un des premiers régimes de temps de peste connu en Occident au conseil municipal de Lérida en avril 1348 (pour une étude de ces deux régimes, voir J. Arrizabalaga, « Facing the Black Death : Perceptions and Reactions of University Medical Practitioners », dans Practical Medecine from Salerno... cit., p. 237-288). Le De peste d’Antonio Guaineri († 1440), professeur à Padoue, est adressé au duc Filippo Maria Visconti, sans qu’on sache s’il l’a écrit sur commande ou s’il s’agit d’une initiative du praticien. Le Milanais Pierre de Tossignano rédige son régime pour le duc et pour ses sujets : ego Petrus de Tausignano phisicus, mandante serenissimo principe Galeazo comite virtutum, ad hoc ut fiat conservatio sue vite, que non solum est utilis sibi, sed etiam illis, qui vivunt sub sua saluberrima fronde, compilavi (Pierre de Tossignano, Consilium pro peste evitanda, Venetiis, per Johannem et Gregorium fratres de Forlivio, 1491, f. 14ra).

202 À Milan en 1450, à Venise en 1486, à Florence en 1527... Cf. C. M. Cipolla, « Origine e sviluppo degli uffici di sanita’ in Italia », Annales Cisalpines d’Histoire sociale, 1 (1973), p. 83-101 ; id, Public Health and the Medical Profession in the Renaissance, Cambridge, 1976, le premier chapitre plus spéc. ; id., Contro un nemico invisibile. Epidemie e strutture sanitarie nell’Italia del Rinascimento, Bologne, 1986, notamment l’introduction.

203 A.S.M., Registri ducali, reg. 148, f. 3. Voir aussi C. Santoro, Gli offici del Comune di Milano e del Dominio Visconteo-Sforzesco, Milan, 1968, p. 224-226. Le même titre était porté par le magistrat temporaire nommé dès 1400 par Filippo Maria Visconti ; c’est le Vicaire Général du duc, Johannis de Roxellis, qui est appelé commissarius specialliter electus pro conservatione sanitatis duchatus Mediolani. Notons qu’à la différence des magistratures de l’époque des Visconti qui portaient sur l’ensemble du duché, le nouvel office, institué par Francesco Sforza, se limite à Milan et à ses faubourgs.

204 Dans d’autres cités, ces magistrats portent des titulatures diverses : offitiales sanitatis ou super sanitate, deputati sanitatis, commissarii super custodia loci, gubernatores sanitatis, ou encore electi super facto morbi, deputati super peste, ces dernières dénominations soulignant fortement leurs liens avec l’épidémie pesteuse. Cf. C. M. Cipolla, Public Health... cit., p. 17.

205 L’office milanais comprend un physicus epidemie, un chirurgien et un barbier. Cf. C. Santoro, Gli offici... cit., p. 225 ; C. M. Cipolla, « Origine e sviluppo... », art. cit., p. 91 et suiv. ; M. Nicoud, « Les médecins et l’Office de santé : Milan face à la peste », dans Médecine et société de l’Antiquité à nos jours, dir. A.-M. Flambard Héricher et Y. Marec, Cahiers du GHRIS, 16, 2006, p. 49-74.

206 Die Konstitutionen Friedrichs II. von Hohenstaufen für sein Königreich Sizilien, éd. H. Conrad, T. Von der Lieck-Buycken et W. Wagner, Cologne-Vienne, 1973, livre III, tit. 48, p. 308.

207 De même à Venise, les mesures visant à enterrer les canalisations et à détruire l’ancien système d’égouts défectueux sont prises pour éviter la corruption de l’air et au nom de la « santé urbaine ». Cf. É. Crouzet-Pavan, « Sopra le acque salse ». Espace, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, vol. 1, Rome, 1992, p. 238 (Nuovi Studi Storici, 14).

208 [...] talia [immundicie] aerem inficiunt et faciunt pestilentem – propter quod hominum corpora ad infirmitates veniunt atque mortem incurrunt (Gli statuti del comune di Treviso... cit., p. 192).

209 Sur Gilbert Kymer, voir C. H. Talbot et E. A. Hammond, Medical Practitioners in Medieval England, Londres, 1965 p. 60-63 ; Dictionnary of National Biography, vol. 11, p. 353-354.

210 Certains de ses opuscules ont été édités : Bernardo Torni, Opusculi filosofici e medici, edizione prima e critica de M. Messina Montelli, Florence, 1982 (Centro di Studi del pensiero filosofico del Cinquecento e del Seicento in relazione ai problemi della scienza, serie III, Testi 8).

211 Voir J. Ziegler, Medicine and Religion c. 1300. The Case of Arnau de Vilanova, Oxford, 1998 (Oxford Historical Monographs).

212 Nous excluons ici la figure de Petrus Hispanus, puisque J. F. Meirinhos (« Petrus Hispanus Portugalensis ?... », art. cit.) a montré qu’on ne pouvait identifier le logicien et le médecin.

213 D. Jacquart, Le milieu médical... cit., p. 205-212.

214 Voir plus particulièrement J. A. Paniagua, « La obra médica de Arnau de Vilanova. I : Introdducción y fuentes », Archivio Iberoamericano de Historia de la Medicina y Antropología, 11 (1959), p. 351-401, rééd. dans id., Studia Arnaldiana. Trabajos en torno a la obra médica de Arnau de Vilanova, c. 1240-1311, Barcelone, s.d., p. 157-210 ; id., « Arnau de Vilanova médico escolástico », Asclepio, 18-19 (1966-1967), p. 517-532, rééd. ibid., p. 285-303 ; L. García Ballester, « Arnau de Vilanova (c. 1240-1311)... », art. cit., p. 126 et suiv.

215 Sauf peut-être chez Ugo Benzi où le commentaire (notamment celui au livre IV du Canon d’Avicenne) est à mettre en relation avec sa production de consilia thérapeutiques. Cf. Ugo Benzi, « In primam quarti. Cum tabula. Excellentissimi artium et medicine doctoris domini Ugonis Senensis in quarti canonis Avicienne sen. (sic) prima luculentissima expositio », Venise, mandato et expensis nobilis viri domini Luceantonij de Giunta Florentini, 1523 ; « Ugo Senensis [Con]silia. Cum tabula. Excellentissimi artiu[m] et medicine doctoris Ugonis Bentij Senensis celeberrima consilia... », Venise, Luceantonij de Giunta Florentini, 1523.

216 Le traité a été édité par M. R. McVaugh, « Aphorismi de gradibus », Grenade-Barcelone, 1975 (Arnaldi de Villanova, Opera medica omnia, II).

217 Le praticien florentin est l’auteur d’un ouvrage sur la peste et de conseils, tandis que le médecin émilien rédigea aussi quelques consilia.

218 Sur les consilia et les genres proches (à savoir les régimes), cf. J. Agrimi et C. Crisciani, Les « consilia »... cit.

219 Le traité de Filippo d’Arezzo n’est pas seulement constitué de préceptes diététiques et pharmaceutiques, il comporte aussi une section de cyrurgia (B.A.V., Vat. lat. 4462, ff. 30vb-32rb).

220 Quia tamen rogamur scribere complectius et utilius circa istam materiam scorsum, visum est nobis iuste petitioni amici nostri dompni Iacobi monaci sancti Galgani solicite (ibid., f. 27vb). Le monastère entretenait de bons rapports avec la commune de Sienne et certains de ces frères devinrent trésoriers de la commune, comme le montrent les registres de la Biccherna. Sur ce monastère voir A. Canestrelli, L’abbazia di San Galgano : monografia storico-artistica, Florence, 1896, et plus spéc. p. 126-127, doc. XX.

221 Quamvis in habena s[ext]a et aliis locis sermonis nostri de conservatione sanitatis corporis humani aliquid scripximus et breviter de conservanda sanitate oculi et virtutis et operationis eius (B.A.V., Vat. lat. 4462, f. 27vb).

222 Dicimus ergo de predictis 6 rebus quod remedia rationabilia ipsarum sunt contemperata corpori nostri convenienter approximata secundum temporem, regionem, etatem et consuetudinem sunt eam conservativa sanitatis totius corporis et per consequens oculorum et operationis ipsorum sanitas conservatur (ibid., f. 28ra).

223 Cibus vero et potus qui sunt sera res sumendus est generaliter loquendo sicut in habena 3 eiusdem sermonis nostri determinatum est propter conservationem sanitatis tocius corporis et etiam oculorum (ibid., f. 28rb).

224 On note toutefois une tendance évidente à la brièveté dans le Sermo de conservatione sanitatis oculi, particulièrement marquante dans le cas des poissons, où le conseil se résume à deux phrases : de piscium comestione multum locuti fuimus in 3 habena ubi penultimum verbum capituli de piscibus. Auctoritate Avicenne ostendit quod omnes pisces acquirunt cecitatem, suppletu recentes et crosse (sic) et dure ac viscose pellis et substantie et frequentati et maxime senibus et complexione ac natura frigidis (ibid., f. 28va).

225 Par exemple : et dicit Ysaac in Dietis suis... ; unde Galenus 3o alimentorum... ; dicit Ysaac... ; et dicit in super Ysaac... (Filippo d’Arezzo, Sermo de conservatione sanitatis, B.A.V., Vat. lat. 4462, f. 5ra-b).

226 Ibid., f. 28ra. Sur les autorités en la matière et un état des lieux des connaissances médiévales sur le sujet, voir l’article de L. M. Eldredge, « The Anatomy of the Eye in the Thirteenth Century. The Transmission of Theory and the Extent of Practical Knowledge », Micrologus, 5 (1997), p. 145-160. Cf. aussi celui de B. Gauthier, « L’ophtalmologie médiévale », dans Actes du 110e Congrès national des Sociétés savantes (Montpellier, 1985), Histoire médiévale, t. I, Paris, 1987, p. 217-228.

227 Sur la tonalité astrologique de ce texte, voir T. Pesenti, « Le origini dell’insegnamento medico a Pavia », dans Storia di Pavia (Università e cultura), vol. 3 : Dal libero comune alla fine del principato indipendente 1024-1535, t. II : La battaglia di Pavia del 24 febbraio 1525 nella storia, nella letteratura e nell’arte, Pavie, 1990, p. 453-474, rééd. dans « Miscellanea Domenico Maffei dicata Historia – Ius-Studium », vol. 3, sous la dir. d’A. García y García et P. Weimar, Goldbach, 1995, p. 109-130, et plus spéc. p. 121-122.

228 Outre quatre ouvrages consacrés à la peste (à ses causes et aux procédés thérapeutiques), Sigismond Albicus est connu pour d’autres traités, certains encore inédits. Le principal est un Regimen sanitatis, composé de trois livres parfois considérés par les éditeurs comme indépendants les uns des autres : Praxis medendi, Regimen hominis sive Vetularius et Regimen pestilentiae, constituent les trois volets d’une pratique médicale à la fois thérapeutique et préventive, largement influencée par la peste et adressée au roi Wenceslas. Il fut édité par Marcus Brant à Leipzig en 1484. Le médecin composa aussi un Medicinale, (série de questions sur des sujets divers comme la diète, les signes annonciateurs de mort chez un malade atteint de la peste, les maladies des femmes et des enfants...), des recettes (Remedia contra tussim, Recepta ad coitum et experimenta), un Medicina contra paralysim quam Albicus ante agonem mortis suae domino regi fecit, et d’autres encore un peu plus théoriques (sur la définition de la fièvre, des maladies aiguës...). Cf. G. Sarton, Introduction to the History of Science, vol. 3 : Science and Learning in the Fourteenth Century, Baltimore, 1948, p. 1713-1715.

229 Quia malitia complexionis, naturalis et adventitia est causa debilitatis virtutis, et virtutis debilitas est multum preparans corpus ad epydimiam. Cf. R. Simonini, Maino de Maineri ed il suo « Libellus de preservatione ab epydemia » (codice del 1360 conservato nell’Archivio di Stato di Modena), Modène, 1923, p. 19.

230 « E di ciò sequita, che li corpi mal regulati, e specialiter a l’atto venereo, suono a ziò molto disposti » (Michel Savonarole, I trattati in volgare della peste e dell’acqua ardente, éd. L. Belloni, Rome, 1953, p. 7).

231 « Fuge cito longe, tarde reverte puote essere il secundo canone nostro, e vero più che niuno altro, e ogni zorno provato » (ibid., p. 6).

232 « Suono pur alcuni che credono a tal cossa rimedio alcuno non essere, ma che Idio solo ziò adopera, quando alcuno di ciò guarisse » (Ibid).

233 Dans l’introduction, l’auteur explique les grandes subdivisions de son ouvrage : « nel primo [libro] nui tractare de la impregnatione... Nel secundo tractaremo del rezimento preservativo-conservatico-curativo di le pregnante, scrivendo il modo di facilitar il parto. Nel terzo tractaremo del rezimento di fanzuleti nuovamente nati per fina ad anni septe, quanto a la preservatione, conservatione e cura di soe infirmità... » (Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare di Michele Savonarola, éd. L. Belloni, Milan, 1952, p. 4-5).

234 En effet, comme dans l’ouvrage diététique, la nutrition occupe la place primordiale des « choses non naturelles » : l’auteur y détaille les diverses variétés alimentaires.

235 « Il nutrimento è certo primo e grande fundamento di l’essere [della done gravide e della creatura che tenga nel ventre] » ; « che cuome voleno philosophi e medici, e di ziò la experientia dimostra, il nutrimento non solamente varia la complexione, ma anco la specie di la cossa » (Il trattato ginecologico... cit., p. 65-66).

236 « Che pur credere debbi che, se redure se può in li adulti il melenconico a la complexion sanguinea, come tengono i medici, cussì più facilmente se farà tal reductione in lo principio, quando zioè tal complexione melenconica non è ancora fixa et habituata » (ibid., p. 66). La complexion du fœtus est en effet essentiellement composée d’un mélange d’humide radical et de chaleur, les deux qualités nécessaires à sa croissance. Sur l’ « humide radical », voir M. R. McVaugh, « The Humidum radicale... », art. cit.

237 Voir supra, chap. III, p. 88-92.

238 Guy de Vigevano est l’auteur d’un traité d’anatomie, composé en 1345 et édité par E. Wickersheimer, « L’anatomie de Guido de Vigevano, médecin de la reine Jeanne de Bourgogne (1345) », A.G.M., 7 (1913), p. 1-25.

239 Quare defuncti cadavere publicae utilitatis gratia inciso (« Antonii Benivenii de abditis nonnullis ac mirandis morborum et sanationum causis », Impressum Florentiae Anno ab incarnatione Dominica MCCCCCVII octavo Kalendas Octobris opera et impensa Philippi Giuntae Florentini, cap. 36). Voir le chapitre que lui consacre L. Thorndike, dans A History of Magic and Experimental Science, vol. 4, New York, 1934, p. 586-592.

240 Si les deux régimes datent en effet des années 1330, lorsqu’il était maîtrerégent de la faculté parisienne, le traité sur les corps célestes date de 1358 et celui sur la peste de 1360, à une époque où Maino de Maineri, médecin des Visconti, était d’après Pétrarque le chef de file du groupe des astrologues de la cour milanaise. Les passages astrologiques, dans son long régime, se résument essentiellement à la détermination de la saignée. L’astrologie y est de toute façon subordonnée aux principes médicaux. Cf. F. Gabotto, « L’astrologia nel Quattrocento in rapporto colla civiltà. Osservazioni e documenti storici », Rivista di filosofia scientifica, 8 (1889), p. 377-413, spéc. p. 396.

241 Le premier chapitre est éclairant qui porte le titre : quomodo homo, et cetera inferiora celestibus corporibus sunt subdita. Cf. R. Simonini, Maino de Maineri ed il suo « Libellus »... cit. Pour une discussion sur les causes astrologiques de la peste, voir J. Arrizabalaga, « Facing the Black Death... », art. cit.

242 Voir M. Préaud, « Les méthodes de travail d’un astrologue du xve s., Conrad Heingarter », École nationale des chartes. Positions des thèses, Paris, 1969, p. 143-149.

243 Conrad Heingarter est aussi l’auteur d’une prédiction astrologique pour l’année 1476 et d’une étude de la nativité de Jean de la Goutte, officier du duc de Bourbon suivie, dans le même manuscrit (B.n.F., lat. 7446), de conseils médicaux fondés sur ces considérations astrologiques. Cf. Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 107-108. Sur les horoscopes, voir J. North, Horoscope and History, Londres, 1986 (Warburg Institute. Surveys and Texts, 13) ; E. Poulle, « Les horoscopes princiers des xive-xve siècles », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1969, séance du 12 février, p. 63-77.

244 Pour une discussion des œuvres de Conrad Heingarter, voir L. Thorndike, A History of Magic... cit., p. 357-385.

245medicina nec a philosophia naturali nec ab astronomia subtrahi potest (Paris, B.n.F., lat. 11232, f. 51v). Ailleurs on peut lire per coniunctionem corporis lunaris cum stellis fortunatis fiunt egritudines terminabiles ad bonum, et cum contrariis contrarie (B.n.F., lat. 7446, f. 31r). Cité par L. Thorndike, A History of Magic... cit., p. 368 n. 46.

246 Voir par exemple les positions du maître parisien Jacques Despars à ce sujet. Cf. D. Jacquart, « Theory, Everyday Practice, and Three Fifteenth-Century Physicians », Osiris, 6 (1990), p. 140-160. Pour les débats sur l’astrologie au Moyen Âge, E. Garin, Lo zodiaco della vita. La polemica sull’astrologia dal Trecento al Cinquecento, Bari, 1976 et récemment l’enquête de N. Weill-Parot sur les images astrologiques (Les « images astrologiques » au Moyen Âge et à la Renaissance. Spéculations intellectuelles et pratiques magiques (xiie-xve siècle), Paris, 2002 [Sciences, techniques et civilisations, du Moyen Âge à l’aube des lumières, 6]).

247 R. W. Hunt, « The Introductions to the Artes in the Twelth Century », dans « Studia Medievalia in honorem admodum reverendi patris Raymundi Josephi Martin O.P. », Bruges, 1948, p. 84-112 ; E. A. Quain, « The Medieval Accessus ad auctores », Traditio, 3 (1945), p. 228-242.

248 Sur théorie et pratique médicale, voir J. M. Riddle, « Theory and Practice in Medieval Medicine », Viator, 5 (1974), p. 157-184 ; D. Jacquart, « Theory, Everyday Practice... », art. cit.

249 Les textes diététiques analysés ne contiennent pas de prologue placé en fin de textes pour justifier la composition.

250 L’ordo tractandi et la divisio libri faisaient déjà partie des six subdivisions de l’accessus ad auctores dans le commentaire de Boèce à l’Isagoge de Porphyre. Cf. E. A. Quain, The Medieval Accessus... », art. cit. ; A. J. Minnis, Medieval Theory of Authorship, 2e éd., Aldershot, 1988, p. 4-5.

251 Voir par exemple Konrad de Eichstätt, le régime conservé à Cambridge, University Library, Peterhouse 95 (f. 78ra-b), qui ajoute une définition des différentes digestions. Jean de Tolède préfère poser la question de la définition de l’abstinence et de ce qu’il faut manger.

252 Voir par exemple la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus (éd. M. H. Da Rocha Pereira, dans Petrus Hispanus. Obras Medicas, Coïmbra, 1973, p. 447-492, plus part. p. 447). Le copiste du manuscrit de Londres, B.L., Sloane 2995, ajoute en préambule au régime de Konrad de Eichstätt : conservacio sanitatis melior est omni medicina (f. 114ra). Michel Savonarole, dans sa Practica maior, déclare que si le médecin peut se contenter de prescrire une diète, cela vaut mieux. De fait, selon lui, une erreur diététique nuit plus que les médecines (cf. Michel Savonarole, « Practica maior », Venise, Apud Vincentium Valgrisium, 1560, f. 5rb). Au xvie siècle, Ambroise Paré, considère bien sûr la chirurgie supérieure aux autres branches de la médecine, mais rapporte les propos de ceux qui pensent qu’ « il est plus expedient de sortir d’une maladie par bonne maniere de vivre, que par medecines, qui sont fascheuses à prendre, difficiles à retenir, penibles en leur operation » (cité par J. Céard, « La diététique dans la médecine de la Renaissance », dans Practiques & Discours alimentaires à la Renaissance, Actes du colloque de Tours, 1979, sous la dir. de J.-C. Margolin et R. Sauzet, Paris, 1982, p. 21-36, p. 22).

253 «... cussì più sano vivere e tua longa vita menare ». Cf. Michel Savonarole, Libretto de tutte le cosse che se magnano, éd. J. Nystedt, Stokholm, 1988, p. 57 (Acta Universitatis Stockholmiensis. Romanica Stockholmiensia, 13). On trouve aussi chez un auteur anonyme (peut-être du xive siècle) l’idée que les choses ont beau être délicieuses, bonnes ou voluptueuses, elles ne sont universelles que si elles durent (Londres, Wellcome Library, ms 544, f. 8va).

254 Haly Abbas déclarait dans le Pantegni : quamvis vero est custodie sanitatis tractatum precedere dignior enim est medicatione egroti et longe utilior..., associant ici la conservation avec la dignité de l’action médicale et son utilité (« Liber totius medicine necessaria »... cit., Practica, livre I, f. 136vb).

255 Voir par exemple les remarques d’un Barnabas Riatinis, à la fin de son Libellus de conservatione sanitatis, anticipant les critiques de possibles collègues (Paris, B.n.F., n.a.lat. 1430, f. 10vb).

256 Bernardo Torni fait preuve d’une agressivité certaine à l’encontre de ceux qui pourraient critiquer son travail. S’il a produit une œuvre de compilation, c’est, dit-il, pour éviter à son lecteur, le cardinal Jean de Médicis, d’avoir à lire les ouvrages antérieurs sur le sujet. Il prend ensuite à partie ceux qui se targuent de faire du neuf et de rendre malades par leur imagination et leur fantaisies les hommes qui s’engagent à les suivre sur cette voie : scribant alii nova et cum illis experientiam faciant ut solent multotiens continue sanos novis fantasiis involventes ad egritudines perducendo (Florence, Biblioteca Medicea Laurentiana, Plut. 73.34, f. 90r). Enfin, il demande à ces critiques de lire d’abord son œuvre et de voir s’il s’inspire plus des anciens que des modernes.

257 Hoc igitur opusculum Mihi competit voco, qui an aliis placebit, an non nescio, sed quid michi competit bene scio (J. Burchardt, « Higiena »... cit., p. 75).

258 Hugues de Saint-Victor, L’art de lire... cit., p. 141.

259 Sur les protocoles et les pratiques de la lecture, je renvoie plus particulièrement aux articles de J. Hamesse (« Le modèle scolastique de la lecture ») et de P. Saenger (« Lire aux derniers siècles du Moyen Âge »), parus dans Histoire de la lecture dans le monde occidental, sous la dir. de G. Cavallo et R. Chartier, Paris, 1997, respect. p. 125-145 et p. 147-174, qui fournissent aussi une ample bibliographie.

260 Galienus [...] scribit auctoritate Platonis quod opus in aliqua scientia vel arte ordinatur ad triplicem finem, quorum primus est generalia generalis, secundus est caritas amicorum, tertius vero exercitium proprii intellectus. Hiis igitur causis suppositis, abiecta prima, presens opus composui principaliter tamen memovit vestra caritas gratiosa, optantem ut vestra reverenda paternitas, cum sanitate continua et ad quam presens opusculum ordinatur... (Parme, Biblioteca Palatina, Par. 3284, f. 41r).

261 Sur les concepts d’ordinatio et de divisio, voir M. B. Parkes, « The Influence of the Concepts of Ordinatio and Compilatio in the Development of the Book », dans Medieval Learning and Literature. Essays presented to R. W. Hunt, Oxford, 1976, p. 115-141. Sur la mémoire et son importance dans la culture médiévale, M. Carruthers, Le livre de la Mémoire. La mémoire dans la culture médiévale, trad. fr., Paris, 2002 (Argô).

262 « Et, azò che di tale cosse te faza più memorioso, le ponerò cum suo ordine ché, come dice il Phylosopho, l’ordine fa ala memoria » (Libretto de tutte le cosse... cit., p. 57).

263 « Nous devons donc en toute étude rassembler quelque chose de bref et d’assuré qui puisse s’enfermer dans le coffret de la mémoire, d’où ensuite, si le sujet l’exige, tout le reste découle. Il est également nécessaire de le parcourir souvent et de le renvoyer du ventre de la mémoire jusqu’au palais, pour qu’une longue interruption ne l’efface pas. Aussi je te le demande, lecteur, ne te réjouis pas d’avoir beaucoup lu, mais plutôt d’avoir beaucoup compris et, plus encore, d’avoir pu retenir plutôt que d’avoir compris » (Hugues de Saint-Victor, L’art de lire... cit., p. 143-144).

264 « Sì che, madone mie ferrarexe, a le quale pure il libreto mio drizato ho, cussì in questo studiare e lezere vogliate, et non temiate la fatica, a bene utele vostro e di fantini vostri » (Il trattato ginecologico-pediatrico... cit., p. 199).

265 Qui ergo appetit vivere et durare, studeat adquerere que ad durabilitatem conveniunt et vitam conservant et renunciat proprie voluntati ne commestionem commestioni super addat, proposait à son lecteur l’auteur d’un De conservatione sanitatis anonyme (Londres, Wellcome Library, ms 544, f. 8va).

266 Par exemple dans les manuscrits suivants : Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1213 ; Oxford, Bodleian Library, Bodl. 361, Saint-John College, ms D.24 ; Londres, Wellcome Institute, ms 550, B.L., Sloane 405, Sloane 2435, Royal 19 B X ; Milan, Biblioteca Braidense, AD XII 13 ; Bergame, Biblioteca A. Mai, MA 632... Cf. Fig. 7.

267 Ainsi, lorsque Bernard de Gordon reprend les propos d’Avicenne sicut dicit quod mali mores secuntur mala complexione, le commentateur renvoie au passage exact dans le Canon : primo ca[nonis] fen 3a doc[trina] 1 c[apitul]o X (Paris, B.n.F., lat. 16189, f. 152ra).

268 Femina / Fructus / Fatigacio / Fames / Frigus / et Ferrum. Nota quorum ista sex que per F incipiunt corpus hominum destruunt (B.n.F., lat. 16190, f. 19rb).

269 Dicit Jo[hannes Andrea] quorum multa cibaria nichil aliud est nisi parare bellum in ventre (ibid., f. 14r). Autres exemples ff. 4v, 7r, 10v, 13r, 22r-23v...

270 Dans un régime anonyme, on trouve cette réflexion somme toute classique d’une utilisation du régime qui permettrait de ne pas avoir à recourir au médecin. Mais il y est aussi question d’une conduite de vie et de tenir devant soi l’exemplaire : si inquit hoc exemplar de regimine sanitatis intime prospexeris et iuxta hunc preciosum ordinem conversatus fueris, medico vero non indigebis, exceptis accidentalibus bellitis percussionibus et ceteris huiusmodi (Londres, B.L., Sloane 3566, ff. 38v-39r).

271 Le Breviarium est une vaste somme pour l’essentiel thérapeutique : divisée en quinze parties, elle se consacre aux soins de diverses maladies et à la description de simples et de composés médicinaux, avant d’évoquer dans l’ultime partie le régime de santé.

272 Oportet ipsum qui vult esse longevum et corporis sanitatem illibatum servare, scire et cognoscere artem regiminis sanitatis [...] qui diligenter et studiose in tractatu de regimine sanitatis studuerit et doctrinam illam integre servaverit nunquam morietur nisi morte naturali (Cambridge, Corpus Christi, ms 177, f. 254ra). Voir P. Horton-Smith Hartley et H. R. Alridge, Johannes de Mirfeld of St. Bartholomew’s Smithfield... cit.

273 Cité par M. Carruthers, Le livre de la Mémoire... cit., p. 269.

274 Ut quocunque venirem huiusmodi impostores vitare possem et ut mihimet ipsi et Christi pauperibus scirem mederi si in languoribus curabilibus et lenibus incidere oporteret (P. Horton-Smith et H. Aldridge, Johannes de Mirfeld... cit., p. 50).

275 Paris, B.n.F., lat. 7446, f. 15v : quamobrem magno pare hortor te, mihi pater, ut non solum priorem particulam, sed hanc etiam de sanitatis tue regimento studiosius et legas et pratices.

276 Sur le rapport entre médecine et diététique, voir les articles du numéro des Cahiers de Recherches Médiévales (xiie-xve siècle), 13 (2006) sur « Cuisine et médecine au Moyen Âge : alliées ou ennemies ? ».

277 Nusquam memini de ipso legisse apud auctorem aut anticum nisi apud Avicennem in quarto Canone in cura febrium acutarum in generali ubi iubet dare aquam cetositatis limonis non saliti, déclarait Antonio Gazio, qui fonde sa notice sur les propos de Michel Savonarole. Cf. Antonio Gazio, « Florida corona que ad sanitatis hominum conservationem ac longevam vitam perducendam sunt pernecessaria continens ab Anthonio Gazio patavino medico doctissimo composita », Lyon, empori in officina magistri Simonis Benelaqua, 1516, f. lxxx). Le médecin padouan fait écho aux remarques de son aîné qui, sans repère, fondait son savoir sur l’expérience (Michel Savonarole, Libretto de tutte le cosse... cit., p. 87).

278 C. Lambert, « Avant-propos », dans Du manuscrit à la table. Essais sur la cuisine au Moyen Âge et répertoire des manuscrits médiévaux contenant des recettes culinaires, sous la dir. de C. Lambert, Montréal, 1992, p. 5 (Études médiévales).

279 Pour un recensement et une énumération des divers documents qui intéressent l’histoire de l’alimentation, voir Gli archivi per la storia dell’alimentazione. Atti del convegno (Potenza-Matera, 5-8 settembre 1988), 3 vol., Rome, 1995 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, 34) ainsi que la récente mise au point historiographique de O. Redon et B. Laurioux, « Histoire de l’alimentation entre Moyen Âge et Temps modernes. Regards sur trente ans de recherches », dans Le Désir et le Goût. Une autre Histoire (xiiie-xviiie siècles), actes du colloque international à la mémoire de Jean-Louis Flandrin (Saint-Denis, septembre 2003), sous la dir. d’O. Redon, L. Sallmann et S. Steinberg, Paris, 2005, p. 52-96 (Temps et Espaces).

280 Pour une réflexion sur les statuts urbains comme sources d’une histoire de l’alimentation, voir A. M. Nada-Patrone, « Gli statuti comunali come fonte per la storia dell’alimentazione », ibid., vol. 1, p. 637-647.

281 Sur la question des méthodes et des sources d’une histoire de l’alimentation, voir M. S. Mazzi, « Note per una storia dell’alimentazione nell’Italia medievale », dans Studi di storia medievale e moderna per Ernesto Sestan, vol. 1 : Medioevo, Florence, 1980, p. 57-102.

282 Voir par exemple A. Lafortune Martel, Fête noble en Bourgogne au xve siècle. Le banquet du Faisan (1454), Montréal-Paris, 1984 ; B. Laurioux, « Banquets, entremets et cuisines à la cour de Bourgogne », dans Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, sous la dir. de D. Régnier-Bohler, Paris, 1995, p. 1027-1127. Voir aussi J. Brunet et O. Redon, Tables florentines. Écrire et manger avec Franco Sacchetti, Paris, 1984.

283 Je renvoie à l’article d’O. Redon, « La réglementation des banquets par les lois somptuaires dans les villes d’Italie (xiiie-xve siècles) », dans Du manuscrit à la table... cit., p. 109-119 pour l’exposition et la bibliographie.

284 Voir par exemple l’article d’A. J. Grieco, « From the Coobook to the Table : A Florentine Table and Italian Recipes of the Fourteenth and Fifteenth Centuries », ibid., p. 29-38.

285 Sur ce sujet, voir B. Laurioux, Le règne de Taillevent. Livres et pratiques culinaires à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, qui fournit une abondante bibliographie sur le sujet, pour les sources et les ouvrages de seconde main.

286 Lorsqu’il s’agit d’achats pour une cour, les quantités n’indiquent pas le nombre de convives prévus à la table princière et peuvent aussi englober les consommations de la familia au sens large du prince.

287 Les comptes ne mentionnent en effet que ce qui fut acheté, passant sous silence tout ce qui pouvait concerner l’autoconsommation. Pour quelques exemples d’études, relatifs au milieu urbain et au milieu de cour, voir les articles de P. Charbonnier, « L’alimentation d’un seigneur auvergnat au début du xve siècle », M. Sommé, « L’alimentation quotidienne à la cour de Bourgogne au milieu du xve siècle », F. Maillard, « Les dépenses de l’hôtel du comte Jean d’Angoulême pour le second semestre 1462 », B. Chevalier, « Alimentation et niveau de vie à Tours à la fin du Moyen Âge » et A. Bouton, « L’alimentation dans le Maine aux xve et xvie siècle », parus dans le Bulletin philologique et historique, vol. 1 : 1968. Les problèmes de l’alimentation, Paris, 1971, respect. p. 77-101, 103-117, 119-127, 143-157, 159-172. Pour une étude régionale, voir L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux xive et xve siècles, Paris-La Haye, 1971.

288 A. J. Grieco, Classes sociales, nourriture et imaginaire en Italie (xive-xve siècles), thèse de doctorat de 3e cycle, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1987.

289 Il en est de même pour l’étude menée par A. Giuffrida à propos des dépenses alimentaires qu’occasionna la délégation de huit citadins palermitains auprès des vice-régents à Catane, entre le 15 janvier et le 14 février 1415. Cf. A. Giuffrida, « Considerazioni sul consumo della carne a Palermo nei secoli xiv e xv », M.E.F.R.M., 87 (1975), p. 583-595.

290 Il doit « to espie if any of the court ebe infected with leperiz or pestylence et to make the young Prince Edwoard, joyoux and merry towards his bedde » (cité par R. S. Gottfried, Doctors and Medicine... cit., p. 93-94). Cf. aussi A. R. Myers, The Household of Edward IV, Manchester, 1959, p. 118-125.

291 M. R. McVaugh, Medicine before the Plague... cit., p. 149-150 et n. 61.

292 Additione et moderatione de misser Palavicino et Instructione circa el governo del nostro Illustrissimo Signore et la famiglia de casa (Paris, B.n.F., ital. 1585, respect. f. 121r et 119v). Édition de M. Ferrari, « Per non manchare in tuto del debito noi ». L’educazione dei bambini Sforza nel Quattrocento, Milan, 2000, p. 59-80.

293 Sur quelques figures de cuisiniers italiens, O. Redon, « Les métiers de cuisinier », dans Ceti, modelli, comportamenti nella società medievale (Secoli xiii-metà xiv) », Atti del diciassettesimo Convegno Internazionale di studi tenuto a Pistoia nei giorni 16-19 maggio 1997, Pistoia, 2001, p. 273-290 (Centro italiano di studi di storia e d’arte).

294 B. Laurioux, Le règne de Taillevent... cit., p. 213-214. Il n’y a pas à proprement parler de considérations diététiques dans le traité culinaire de maestro Martino, si ce n’est quelques mentions à propos du meilleur moment de l’année pour consommer certains plats ou aliments, les références aux bonnes ou mauvaises réputations de certaines nourritures, ou encore un connaissance de la « nature » de l’aliment considéré.

295 Ibid., p. 214. Voir aussi B. Laurioux, Gastronomie, humanisme et société à Rome au milieu du xve siècle. Autour du « De honesta voluptate » de Platina, Florence, 2006 (Micrologus’Library, 14).

296 Paris, B.n.F., lat. 11232, f. 49v.

297 Sed nequeo (inquies fortasse) inter lances mensasque regalibus epulis opipare intentes atque splendentes appetitum frenare naturalem quoniam voluptatis blandiciis non facile obsistimus. Hoc facile tibi concesserim pater optime... (B.n.F., lat. 7446, f. 26v). Cité par L. Thorndike, A History of Magic... cit., vol. 4, p. 377 n. 19.

298 Mala est copia ! [...] Vides igitur (vir prudentissime) quantum morbi pestis atque incommodi tum corpori tum animo ex corporeis crapule voluptatibus imminet. [...] Fuge immoderatam epularum varietatem et delectare moderatis conviviis (Paris, B.n.F., lat. 7446, f. 26v-27r).

299 M. Nicoud, « Les pratiques diététiques à la cour de Francesco Sforza », dans Scrivere il Medioevo. Lo spazio, la santità, il cibo. Un libro dedicato ad Odile Redon, éd. B. Laurioux et L. Moulinier-Brogi, Rome, 2001, p. 397-401 (I libri di Vieilla, 28).

300 « Crediamo che hormay quella havera poco bisogno di medici, aliquali perche crediamo che, in questo suo melioramento, gli venera de varii appetiti de mangiare de le cose, et piu de bevere et essi medici gli li vetarano. La confortiamo voglia far vetare ancora a loro quelle cose che gli sonno in appetito como seria li meloni, frutti et l’altre cose, facendoli ancora stare uno giorno senza bevere vino, como facessemo nuy fare questi dì passati a maestro Gasparro nostro, quando era amalato, che li facessemo vetare el vino et de l’altre cose che gli andavano per apetito, per farlo provare quello chel fa a nuy quando habiamo qualche male » (A.S.Mi., Carteggio Sforzesco 1457 no 279. 25 juillet 1460, de Francesco Sforza à Bianca Maria). Cité par M. Nicoud, ibid., p. 401 n. 36.

301 Pour une étude de cas, je me permets de renvoyer à un article, « Les savoirs diététiques, entre contraintes médicales et plaisirs aristocratiques », à paraître dans les actes du colloque de Lausanne (17-19 novembre 2004) sur Les savoirs à la cour (sous la dir. d’A. Paravicini Bagliani et C. Crisciani).

302 Sur les symboliques alimentaires, voir P. Camporesi, Le pain sauvage, Paris, 1981 ; id., Il paese della fame, Bologne, 1995 ; id., L’officine des sens. Une anthropologie baroque, Paris, 1989 ; sur les représentations culturelles de l’alimentation, voir M. Montanari, Alimentazione e cultura nel Medioevo, Rome, 1988 (Quadrante, 18) ; id., Convivio : storia e cultura dei piaceri della tavola dall’antichità al Medioevo, Rome, 1989 (Storia e Società). Sur la classification des nourritures selon un ordre vertical, plaçant les aliments provenant de la terre (et parmi eux les racines consommables) au plus bas de l’échelle, et les nourriture « aériennes » au sommet (les oiseaux), voir les travaux d’A. J. Grieco : Classes sociales... cit., p. 190 et suiv. ; « The Politics of pre-Linnean Plant Classification », I Tatti Studies, 4 (1991), p. 131-149. Pour une interprétation de ce type appliquée à deux œuvres traitant de botanique, voir L. Moulinier, « Deux jalons de la construction d’un savoir botanique en Allemagne aux xiie-xiiie siècles : Hildegarde de Bingen et Albert le Grand », dans Le monde végétal (xiie-xviie siècles). Savoirs et usages sociaux, sous la dir. d’A. J. Grieco, O. Redon, L. Tongiorgi Tomasi, Paris, 1993, p. 89-105 (Essais et savoirs).

303 Pour des tentatives de rapprochement entre pratiques de consommation et préceptes diététiques, à propos d’autres productions, voir I. Naso, La cultura del cibo. Alimentazione, dietetica, cucina nel basso Medioevo, Turin, 1999 (Le testimonianze del Passato, 14).

304 Bernard de Gordon est sur ce point catégorique : Vitet autem omnes fructus et omnia olera et omnia legumina et omnem caseum nisi illis vellet uti secundum medicinam sicut dicetur in locis suis (Paris, B.n.F., lat. 16190, f. 13rb-va).

305 Les dattes sont pratiquement tempérées puisque chaudes et humides au premier degré. Quoique d’une digestion difficile, elles produisent un sang de bonne qualité.

306 Ficus quidem omnibus fructibus laudabilior et nutribilior existit (Benedetto Reguardati, Libellus de conservatione sanitatis, B.A.V., Vat. lat. 6266, f. 39).

307 Michel Savonarole déclare du raisin qu’il « dà bono nutrimento, inpingua el corpo e il stomego conforta et è el suo nutrimento somegiante al fico... ben se padisse e genera bono sangue, ma non di tanta utilità cum quando commixta è cum altri cibi ». Il se montre si enthousiaste pour le raisin sec qu’il s’écrit : « è convenientissima e delectevole, sì che conseio uxatila ! » Cf. Michel Savonarole, Libretto de tutte le cosse... cit., p. 83-84.

308 Filippo d’Arezzo et Benedetto Reguardati disent par exemple des châtaignes qu’elles sont chaudes au premier degré et sèches au second, et qu’elles apportent une grande et bonne nutrition si on les mastique et les digère bien. La notice chez ces auteurs calque les propos d’Isaac Israëli dans les Diètes (Filippo d’Arezzo, Sermo de conservatione sanitatis, Parme, Biblioteca Palatina, Par. 3284, f. 13vb ; Pour Benedetto Reguardati, B.A.V., Vat. lat. 6266, f. 27r). La châtaigne, utilisée comme substitut aux céréales, était si répandue en Italie qu’on a parlé de « civilisation de la châtaigne », et désigné le châtaigner par l’expression « albero del pane ». Salimbene de Adam, racontant une famine survenue en 1285, met sur le même plan le manque en céréales non panifiables et la disette de châtaignes. Cf. Salimbene de Adam, Cronica II a. 1250-1287, éd. G. Scalia, Turnhout, 1999 (Corpus christianorum. Continuatio Mediaevalis, 125A). Sur les cultures et consommation de châtaignes, voir G. Cherubini, « La civiltà del castagno in Italia », Archeologia medievale, 8 (1981), p. 247-280, rééd. dans id., L’Italia rurale del Basso Medioevo, Bari, 1985, p. 147-171 ; M. Montanari, L’alimentazione contadine nell’alto Medioevo, Naples, 1979, p. 296-301. Plus récemment, P. Piussi et O. Redon ont souligné l’importance de la culture des châtaigniers dans l’économie du bois aux xiiie-xive siècles et pour l’alimentation (P. Piussi et O. Redon, « Storia agraria e selvicoltura », dans Medievistica italiana e storia agraria. Risultati e prospettive di una stagione storiografica. Atti del convegno (Montalcino, 12-14 dicembre 1997), éd. A. Cortonesi et M. Montanari, Bologne, 2001, p. 179-209 (Biblioteca di Storia agraria medievale, 18).

309 De ratione cibi est non mutare nec alterare corpus sed mutari et alterari a corporibus ; de ratione enim medicine est alterare corpus sed corpus sanum non indiget regimine alterationis sed potius conservationem (Bernard de Gordon, De regimine sanitatis, B.A.V., Pal. lat. 1174, f. 63va) ; d’autres raisons qui aboutissent à un même jugement sont avancées par Maino de Maineri, dans son régime long : de fructibus sciendum quamvis in via nutrimenti non competunt in sanitatis regimine, quia nutrimentum fructuum non est laudabile. Generant enim sanguinem putrefactibilem, et parum nutriunt et sunt multarum superfluitatum (Pal. lat. 1331, f. 265r) ; omnes fructus parum nutriunt et illaudabiles sunt in nutrimento... Non laudabiles vero nutrimenti propter velocem conversionem in corruptionem putredinis, déclare pour sa part Antonio Gazio, dans la Florida corona... cit., f. lxxi ra).

310 Vitet autem omnis fructus et omnia holera et omnia legumina et omnem caseum nisi ille vellet uti secundum medicinam sicut dicetur in loco suo (Bernard de Gordon, De regimine sanitatis, ibid.). Ex quo concluditur quod non debet sumi in quantitate magna nec debet usus eorum continuari (Maino de Maineri, Regimen sanitatis, B.A.V., Pal. lat. 1331, f. 265r).

311 À propos des abricots par exemple, froids et humides au second degré, qui génèrent un flegme gros et visqueux, agitent et gonflent le ventre. Leur nutrition se putréfie rapidement, et par conséquent préparent aux fièvres putrides. On trouve de semblables remarques pour les cerises, ou pour les pêches.

312 Benedetto Reguardati décline par exemple toutes les étapes de la préparation des pommes lorsqu’elles sont trop grosses : et si poma sint magna, scindantur cum cultello per medium in duas partes, et cum puncta gladii fiat fissura circumcirca inter corticem et pulpam pomi, et impleantur zuccaro extracto semine, et ponantur super prunas, corticem versus ignem volvendo. Et tali equidem pomorum decoctione digestibiliora et sapidiora atque saniora sunt (B.A.V., Vat. lat. 6266, f. 51v).

313 Michel Savonarole, Libretto de tutte le cosse... cit., p. 87 et 91.

314 Il s’agit des cas où les auteurs, au sein d’une espèce, prennent le soin de détailler quelques variétés locales, préférables à d’autres.

315 In quibus omnes homines fere summopere delectari consueverunt nescientes quam paruum et quam pravum sit ipsorum nutrimentum, aut quibus conveniant quibusque noceant, vel quando et quos sint assumendi. Sed quam plures propriam sequentes appetitus et sensualitatis delectationem magis quam pro-prie consulentes sanitati ex fructibus eis gratioribus omni spreto medicorum consilio (Antonio Gazio, Florida Corona... cit., f. lxx vb). Parlant des grenades, Filippo d’Arezzo constate que licet plus conveniat medicine quam esiu, tamen quia homines multum delectantur in eo, bonum est hic aliquod de ipso tractare (Filippo d’Arezzo, Parme, Biblioteca Palatina, Par. 3284, f. 15rb).

316 Nota. Vitet omnes fructus. Hoc esset imposibile (sic) (B.n.F., lat. 16190, f. 13rb).

317 M. S. Mazzi, « Consumi alimentari e malattie nel Basso Medioevo », Archeologia medievale, 8 (1981), p. 321-336 ; ead., Salute e società nel Medioevo, Florence, 1978, p. 92 et suiv. Les comptes de la maison de l’aumône de Saint-Pierre de Rome, pour les années 1285-1286, montrent que cette institution caritative, qui distribuait vêtements et aliments aux pauvres, n’achetait que très peu de fruits. Cf. A. Cortonesi, « Le spese in Victualibus della Domus Helemosine Sancti Petri di Roma », Archeologia medievale, 8 (1981), p. 193-225. Pour les comptes, conservés à l’Archivio Segreto Vaticano (série Introitus et exitus), voir M. Prou, « Compte de la maison de l’aumône de Saint-Pierre de Rome (juin 1285-mai 1286) », Le Moyen Âge, 19 (1915-1916), p. 301-346 ; 20 (1917-1918), p. 1-43, 137-147.

318 Cf. A. Castagnetti, « I possessi del monastero di S. Zeno di Verona a Bardolino », Studi medievali, 13 (1972), p. 95-159 et plus part. p. 119 ; P. Toubert, « Les Statuts communaux et l’histoire des campagnes lombardes au xive siècle », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 72 (1960), p. 397-508, plus part. p. 487.

319 Bonvesin de la Riva, « De magnalibus Mediolani », texte latin et trad. it. de G. Pontiggia, Milan, 1974, chap. IV, 2-4, p. 80-85.

320 Appelé prunus damaschena, variété de prune originaire de Syrie, mais acclimatée au Moyen Âge. Cf. J. André, L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961.

321 Exemple de ce souci dans les statuts de Trévise : Gli Statuti del Comune di Treviso (1316-1390), secondo il codice di Asolo, éd. G. Farronato et G. Netto, Città di Asolo, 1988, trac. V, rubr. XX, p. 444 ; dans ceux de Viterbe : Cronache e Statuti della Città di Viterbo, éd. I. Ciampi, Florence, 1872, p. 532, 579 (Documenti di Storia Italiana, 5) ; dans ceux de Bologne en 1288, à propos de la propriété : Statuti di Bologna dell’anno 1288, éd. G. Fasoli et P. Sella, vol. 1, Cité du Vatican, 1937, livre IV, rubr. CXIIII (Studi e testi, 73). Cf. A. Cortonesi, « Autoconsommation et marché : l’alimentation rurale et urbaine au bas Moyen Âge », dans Histoire de l’alimentation, sous la dir. de J.-L. Flandrin et M. Montanari, Paris, 1996, p. 419-432, spéc. p. 426-427.

322 Sans doute faut-il voir aussi, selon un schéma répandu et adopté par la littérature diététique et agronomique, un renvoi de ces fruits vers des nourritures sauvages, classifiées comme aliments nocifs, du côté de la nature. Cette vision correspondait aussi à une organisation sociale qui attribuait aux plus pauvres ou aux ascètes, ces nourritures basses. Notons que la « chaîne de l’Être » proposée par A. J. Grieco, qui classe les aliments par milieu d’origine et selon les grandes catégories du chaud/froid, cuit/cru, nature/culture, ne fonctionne pas parfaitement pour les fruits dans les classifications du discours diététique : dans son schéma, arbres et fruits sont au sommet de la hiérarchie « terre » (elle-même au bas de la chaîne), et du côté du froid, du cru et de la nature. Mais ils sont tout de même plus chauds que les légumes (A. J. Grieco, « Les plantes, les régimes... », art. cit., p. 29). Or, tous les fruits ne sont pas considérés comme froids : la châtaigne est chaude et sèche au premier degré (sauf pour Averroès), les dattes chaudes et humides, la figue chaude et sèche... Pour un exemple de l’association entre le froid, l’humide, le cru et l’état de nature, une des nouvelles de Franco Sachetti, traduite et éditée sous le titre « L’auberge du marécage » dans Tables florentines... cit., p. 71-75.

323 Si, en Provence, les cultures d’orangers apparaissent dans la région d’Ollioules à la fin du xve siècle, la région importait des agrumes de la Riviera génoise qui, pour partie, remontaient la vallée du Rhône. Le sud de l’Italie était aussi une importante région de production fruitière (noix, pommes, noisettes, châtaignes, agrumes...), qui exportait vers le reste de l’Italie, mais aussi vers l’Afrique du Nord, plus spécialement les fruits secs. Cf. L. Stouff, Ravitaillement et alimentation... cit., p. 107-108 ; G. Cherubini, L’Italia rurale... cit., plus part. p. 110-111.

324 P. Charbonnier, « L’alimentation d’un seigneur... », art. cit., p. 92-93, 100.

325 Poires et prunes en juillet, plus pommes et raisins en août ; poires, pêches et raisins en septembre, poires, pêches et coings en octobre, et des châtaignes en plus en novembre et décembre. Cf. F. Maillard, « L’Hôtel de Jean... », art. cit., p. 125-126.

326 Cf. M. Sommé, « Alimentation à la cour... », art. cit., p. 115-116.

327 Cité par J.-P. Leguay, « Banquets, cadeaux alimentaires et autres présents aux visiteurs de marque dans les villes françaises à la fin du Moyen Âge », dans Jeux, sports et divertissements au Moyen Âge et à l’âge classique, Actes du 116e Congrès national des Sociétés savantes (Chambéry, 1991), Paris, 1993, p. 193-213, spéc. p. 212, à propos des achats exceptionnels qu’effectuent les municipalités pour accueillir des hôtes de prestige. Ici la ville de Rennes pour l’année 1493-1494.

328 Dans une lettre adressée à Galeazzo Maria Sforza le 15 septembre 1467, le chirurgien Giuliano Marliani informe le duc que s’il veut faire des provisions de vin de grenade, il doit se dépêcher parce que les régions de production ont subi des tempêtes : «... me pare fare aviso a vostra S[ignoria] chi l’è lo tempo de fare lo vino de pome granate he no passare tropo tempo per che ho informatione chi l’è tempestato in molti lochi dove n’era usato essere grande quantita... » (A.S.M., Autografi, cart. 216, fasc. 41).

329 « Persuadendome che li persichi quali manday l’altro heri a vostra celsitudine gli siano gustati, ho facto recoglierne un’altro cestarello chi sono a numero xxxiii come erano l’altri. Prima che lassarli guastare da l’aqua, quali benche non siano de quella belleza erano l’altri, nondimanco sono de quelle medesine piante et credo gli piaceranno più al gustare che al vedere » (A.S.M, Carteggio Sforzesco 1484). D’autres sources mentionnent des repas à base de melons, pain et fromage que prennent des membres de la famille ducale. Voir, dans ce même cadre milanais, à propos de la consommation de fruits en rapport avec la diète des malades, M. Nicoud, « Expérience de la maladie... », art. cit., p. 343-346.

330 Abiecta postmodum decoctionis aqua, sine pane, imo panis loco, frequentissime masticantur (Bonvesin de la Riva, « De magnalibus Mediolani »... cit., p. 82).

331 Quidam ex auctoribus blasphemant castaneam quod in nutrimento similis existit glandi. Unde dicunt quod castanee non sunt hominibus, sed porcis nutrimentum (B.A.V., Vat. lat. 6266, f. 27r).

332 L’hôpital disposait d’un potager, mais il était trop petit pour subvenir à l’ensemble des besoins.

333 L’auteur explique ces différences par les dons en froment que reçoit l’hôpital (et qui lui permettent parfois d’augmenter d’autres dépenses) et par les évolutions des prix. Cf. C.-M. De la Prix et salaires à Florence au xive siècle : 1280-1380, Rome, 1982 (Collection de l’École française de Rome, 59), p. 63-68.

334 A. Giuffrida, « Considerazioni sul consumo della carne... », art. cit., p. 584.

335 Comme ceux de l’hôpital Santa Maria Nuova de Florence (cf. C.-M. De la Roncière, Prix et salaires... cit., p. 65-66), ou de la table des prieurs de Florence. Cf. C. Mazzi, « La Mensa dei Priori di Firenze nel secolo xiv », Archivio storico italiano, 20 (1897), p. 336-368, plus spéc. p. 337.

336 Certains réceptaires, comme celui de Maître Eberhart (cuisinier du duc de Bavière-Landshut, daté de la première moitié du xve siècle) ou le Tractatus de modo preparandi et condiendi omni cibaria, intègrent des passages entièrement repris d’un discours diététique. Dans le cas allemand, où sont empruntés des propos du régime de santé en allemand d’Arnaud de Villeneuve, il semblerait, d’après Bruno Laurioux, que les ajouts diététiques soient plutôt dus au copiste. D’autres réceptaires intègrent des recettes « pour malades » comme le Viandier dit de Taillevent, ou le Fait de cuisine de Maître Chiquart. Cf. B. Laurioux, « La cuisine des médecins à la fin du Moyen Âge », dans Maladies, médecines et sociétés. Approches historiques pour le Présent, Actes du VIe colloque d’Histoire au Présent, t. II, Paris, 1993, p. 136-148, et plus part. p. 148 n. 64-65.

337 J.-L. Flandrin et O. Redon, « Les livres de cuisine italiens des xive et xve siècles », Archeologia medievale, 8 (1981), p. 393-408, plus spéc. p. 405 ; O. Redon et F. Sabban, dans La Gastronomie au Moyen Âge. 150 recettes de France et d’Italie, Paris, 1991, donnent les recettes de la romania (poulet, amandes, citron), du brouet sarrasinois (avec poulet, amandes, raisins secs, dattes, pruneaux, oranges ou citrons, pommes et poires), ou encore de la « charbonnée » avec pancetta, citrons ou oranges amères (p. 127-129, p. 137).

338 Bonvesin de la Riva, « De magnalibus Mediolani »... cit., p. 82.

339 Ibid. Il était difficile de rapprocher ces remarques du discours diététique d’un Milanais comme Maino de Maineri qui, quoiqu’il ait composé ses œuvres diététiques à Paris, faisait souvent référence aux habitudes alimentaires italiennes. Mais les noix sont l’objet de tous les maux et ne valent au mieux que comme antidote aux venins.

340 Sur la question hospitalière, la bibliographie est abondante. Je me contenterai de quelques titres qui posent plus précisément la question de la place de la médecine et du médecin dans ces institutions : M. D. Grmek, « Le médecin au service de l’hôpital médiéval en Europe occidentale », History and Philosophy of the Life Sciences, 4 (1982), p. 25-64 ; G. Piccinni, « L’ospedale di Santa Maria della Scala di Siena. Note sulle origini dell’assistenza sanitaria in Toscana (xiv-xv secolo) », dans Città e servizi sociali nell’Italia dei secoli xii-xv. Dodicesimo convegno di studi (Pistoia, 9-12 ottobre 1987), Pistoia, 1990, p. 297-324 (Centro Italiano di Studi di Storia e d’Arte, Pistoia) ; J. Henderson, Piety and Charity in Late Medieval Florence, Oxford, 1994 ; id., « Splendide case di cura. Spedali, medicina ed assistenza a Firenze nel Trencento », dans Ospedali e città. L’Italia del Centro-Nord, xiii-xvi secolo. Atti del Convegno Internazionale di Studio tenuto dall’Istituto degli Innocenti e Villa i Tatti (The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies, Firenze 27-28 aprile 1995), sous la dir. d’A. J. Grieco et L. Sandri, Florence, 1997, p. 15-50 ; J. Agrimi et C. Crisciani, « L’assistance dans la civilisation chrétienne médiévale », dans Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 1 : Antiquité et Moyen Âge, sous la dir. de M. D. Grmek, Paris, 1995, p. 151-17 ; A. Saint-Denis, « Soins du corps et médecine contre la souffrance à l’hôtel-dieu de Laon au xiiie siècle », Médiévales, 8 (1985), p. 33-42.

341 « La prima refectione in epso hospitale la matina et sera è quella de li infirmi, taxata per la qualità dell’anno, secundo la norma phisica et medicinale ; nè si lassa transfredire nè altramente con studio et diligentia li è proveduto de boni cibi... », précise en 1508 Giovanni Giacomo Gilino, prieur de l’Ospedale Maggiore de Milan, secrétaire et chancelier ducal, dans son rapport sur les origines et le fonctionnement de l’hôpital (La relazione ai deputati dell’Ospedale Grande di Milano di Gian Giacomo Gilino, éd. par S. Spinelli, Milan, 1937, cap. XXVIII, p. 73). Dans les statuts de Saint-Julien de Cambrai, ou dans ceux de l’hôpital de Vernon, datés de la fin du règne de saint Louis, on précise que « la viende et li boivre que li malades demendera li soit donez selon la faculté et le pooir de la meson et selon le profit de le enfermeté de celi malade » (cf. L. Le Grand, Statuts d’Hôtels-Dieu et de léproseries. Recueil de textes du xiie au xive siècle, Paris, 1901, p. 56, 160). Pour les soins à Corbie, où les premiers médecins apparaîssent dans les statuts d’Adalhard en 822 (puis à nouveau à partir des xiie-xiiie siècles), voir Ch. de Mérindol, « Le soin des malades dans un monastère de fondation franque : Corbie en Picardie (viie-xive siècles) », dans Actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nice, 26-31 octobre 1996), Section d’histoire médiévale et philologie, Paris, 1999, p. 185-203.

342 Dans les statuts de l’Hôtel-Dieu-le-Comte à Troyes (1263), sont exposés quelques principes d’hygiène : le malade dans sa chambre doit avoir la tête et les pieds lavés (ibid., p. 113). Dans ceux de l’Hôtel-Dieu de Jérusalem (rédigés en 1181), on précise que le lit des malades doit disposer d’une couverture et « chascun lit eut ses dras touz propres » (ibid., p. 13). À Corbie, les soins, qu’ils soient fournis aux moines ou aux pauvres malades, consistent à l’époque carolingienne pour l’essentiel en mesures d’hygiène (ibid., p. 199-203).

343 Dans ses sermons, Jacques de Vitry se montre parfois très critique à l’égard de l’attitude des frères hospitaliers, qui négligent les malades, ou à propos des conditions d’hygiène de l’hôpital : fratres hospitalium multas tunicas et pelles calidas habere volunt et Christi pauperes in hospitali nudi remanent, frigore cruciantur... Ces derniers sont in lectis sordidis aut fœtidis... et plures moriuntur fetore et aeris corruptione quam proprii corporis egritudine (Jacques de Vitry, Sermones Vulgares. Sermo I ad hospitalarios et custodes infirmorum, cité par A. M. Nada Patrone, « Un problema aperto : le crisi di mortalità fra Trecento e Quattrocento nel Piemonte sabaudo », dans A. M. Nada Patrone et I. Naso, Le epidemie del tardo medioevo nell’area pedemontana, Turin, 1978, p. 11-84 et plus spéc. p. 41).

344 Les hôpitaux sont progressivement devenus au Moyen Âge, des centres de soins et non plus seulement des hospices charitables. Les médecins faisaient souvent partie du personnel employé au service des patients. Sur cette évolution, voir M. D. Grmek, « Le médecin au service de l’hôpital médiéval... », art. cit.

345 Les achats de cerises s’échelonnent sur trente-six jours de l’année, ceux de prunes sur vingt-deux, de pommes sur treize, de poires sur vingt et d’oranges sur cinq (cf. L. Stouff, Ravitaillement et alimentation... cit., p. 252). L’auteur compare trois budgets alimentaires : celui du studium pontifical de Trets pour les années 1364-1365, de l’hôpital de Marseille en 1409 et de l’archevêché d’Arles pour 1429-1430. À Trets, les fruits et légumes représentent 3 % du budget, en Arles, 2,5 % et à l’hôpital, 3,6 %. Dans le studium, on n’achète que des figues et des prunes, tandis qu’en Arles, la diversité règne : on trouve aussi comme à Marseille des oranges.

346 Cl. Hohl, « Alimentation et consommation à l’hôtel-dieu de Paris aux xve et xvie siècles », Bulletin philologique et historique. Les problèmes de l’alimentation. 1968, vol. 1, Paris, 1971, p. 191-207 et plus part. p. 191.

347 Sur ce sujet, voir D. Panebianco, « Documenti sull’ultima malattia di Bianca Maria Sforza e sulla peste del 1468 », A.S.L., 96 (1969), p. 367-380 ; M. Nicoud, « Expérience de la maladie... », art. cit.

348 « Mando etiamdio a vostra Signoria uno cistarello picolo di dramasene (sic) bianche, cose da maladi » (M. Nicoud, ibid., lettre 100, p. 417).

349 Fiunt etiam mala granata egrotantibus plerumque utilia. Dans une version toscane d’une poésie du xive siècle sur « La Natura delle frutta », on lit : « pomo granato sono ; et il mio sapore / è molto fine a spenger lo calore ; / Allo infermo conforto l’appitito, / Tanto che m’ama poi quando è guarito » (Bonvesin de la Riva, « De magnalibus Mediolani »... cit., p. 82 et 83 n. 27). Voir F. Novati, « Di due poesie del secolo xiv su La Natura delle frutta », Giornale storico della letteratura italiana, 18 (1891), p. 336-354. Les grenades sont astringentes, elles sont utilisées contre la pleurésie. Pour une étude sur les fruits dans la littérature, voir A. J. Grieco, « Savoir de poète ou savoir de botaniste ? Les fruits dans la poésie italienne du xve siècle », Médiévales, 16-17 (1989), p. 131-146.

Table des illustrations

Légende Note 97
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter