Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Cinquième partie. Auteurs, lecteurs, lectures

Introduction à la cinquième partie

Texte intégral

1Qu’ils soient consacrés à l’analyse structurelle du discours sur l’hygiène ou au livre diététique, les chapitres précédents ont déjà fourni des informations sur l’univers des lecteurs/utilisateurs de régimes de santé. Si la réception de l’œuvre n’était pas au centre de la démarche suivie, on a vu combien l’attention portée à la matérialité des textes et à la perception du livre comme objet pouvait être significative des manières d’appréhender et de comprendre l’œuvre elle-même.

  • 1 Sur les rapports entre littérature et histoire, sur la notion d’ « horizon d’attente » et sur la fo (...)
  • 2 Histoire de la lecture dans le monde occidental, sous la dir. de G. Cavallo et R. Chartier, Paris, (...)
  • 3 Pour une remise en cause du postulat selon lequel un lecteur est simple consommateur ou réceptacle (...)

2Les questions de la réception1et des fonctions sociales du livre sont fondamentales pour qui veut saisir les motivations et les significations d’une écriture de la diététique. Deux écueils doivent cependant être évités : le premier consisterait à identifier possesseur et utilisateur, et donc à faire systématiquement du propriétaire d’un livre, imprimé ou manuscrit, un lecteur ; le second, à ne se placer que du côté de l’univers de la réception, en ignorant les conditions d’énonciation du discours. En ce sens, il ne s’agit pas tant, comme le proposaient Roger Chartier et Guglielmo Cavallo, « de porter l’attention sur la manière dont s’opère la rencontre entre le monde du texte et le monde du lecteur2 », que de rapprocher la production de la consommation, l’écriture des usages, et de saisir les divers temps de la réception : le premier est synchronique, qui met en jeu l’auteur et ce que l’on pourrait appeler un premier « horizon d’attente », composé de ceux auxquels le régime s’adresse (le milieu professionnel où le médecin exerce, ses proches, des commanditaires éventuels, des patients...) ; on peut y saisir, d’un côté les « intentions » des auteurs, la façon dont ils se représentent leur œuvre ou les finalités qu’ils lui assignent ; de l’autre s’affichent les attentes, les demandes, les besoins qu’exprime, en termes de santé et de prévention, ce public. Il s’agit aussi d’y définir le rôle social de l’auteur. Le second moment de la réception est diachronique : sa durée est liée à la durée de vie même du texte. C’est le temps où se mesure le mieux l’écart entre une lecture plus ou moins imposée et les lectures effectives, entre le sens « premier » du texte et ce qu’y découvrent ses utilisateurs3. Certains de ces éléments ayant déjà été abordés, je concentrerai principalement mon attention sur les écarts ou les accords entre le régime qui a vocation de prescrire et de régir, sa lecture et son éventuelle mise en pratique.

3Il est pour cela nécessaire de cerner le « monde des lecteurs » ou, plus exactement, pour reprendre la distinction établie préalablement, celui des possesseurs. Cela implique de repérer les lieux et les modalités de circulation du texte diététique afin de saisir les milieux qu’il a touchés. Quoique largement tributaire des études qui ont mesuré l’inégale présence du livre dans les différentes composantes de la société médiévale, mon enquête se limitera volontairement à repérer les groupes sociaux, professionnels ou pas, où se manifeste plus volontiers la présence du traité d’hygiène.

Notes

1 Sur les rapports entre littérature et histoire, sur la notion d’ « horizon d’attente » et sur la fonction communicative de l’art, voir le travail pionnier de H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, 1978 (Bibliothèque des idées).

2 Histoire de la lecture dans le monde occidental, sous la dir. de G. Cavallo et R. Chartier, Paris, 1997, p. 8.

3 Pour une remise en cause du postulat selon lequel un lecteur est simple consommateur ou réceptacle d’un texte normatif ou informatif, autrement dit d’une conception de la lecture comme un acte passif, voir M. De Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire, Paris, 1990, p. 239-255.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540