Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Quatrième partie. Le livre diététique

Introduction à la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 Sur la lecture comme construction textuelle et non comme simple consommation passive, voir M. De Ce (...)

1L’objet de ce chapitre est de dépasser les limites d’une étude des formes discursives, précédemment examinées, pour tenter de mettre en lumière la transmission et la diffusion des textes consacrés à l’hygiène. Une telle analyse a pour ambition d’introduire de nouveaux acteurs qui participent autant que les auteurs, si ce n’est parfois davantage, à la production du discours. Copistes, traducteurs, typographes et lecteurs ne sont pas de simples consommateurs d’ouvrages, ils interviennent également dans la réécriture du texte, et plus largement dans son appréhension1 ; en copiant, en lisant, en traduisant, en assignant un titre ou un auteur à l’ouvrage qu’ils manipulent, ils modifient les conditions de son énonciation et de sa diffusion. Pour cerner au plus près les modalités de la translatio studii, au moment où le texte entre dans le « domaine public », lorsqu’il échappe pleinement aux « intentions » de son auteur, il est nécessaire de se placer dans un temps long, celui de sa survie comme forme littéraire et comme objet, un temps discontinu, fait de redécouvertes et d’oublis, de lectures et d’abandons, qui suppose différents niveaux d’analyse.

  • 2 Sur l’émergence du concept d’auteur, voir M.-D. Chenu, « Auctor, actor, autor », Bulletin du Cange. (...)

2Le premier niveau retenu est encore proche de l’analyse des modalités d’énonciation du discours diététique, mais propose un renversement de points de vue ; au lieu de privilégier la « fonctionauteur2 » comme instance de décision, il se place sous l’angle des consommateurs du livre. Ce sont eux qui, à leur tour, participent de la construction d’un sens et confèrent au texte une identité au sein de la production écrite existante. Il s’agit de mesurer ici les écarts entre le « contrôle » exercé par l’auteur sur son œuvre et les transformations que sa transmission et son utilisation lui font subir. Le second niveau est plus éloigné des principes discursifs. Il prend en compte les conditions matérielles de la reproduction du texte, autrement dit les modalités de sa diffusion : reproductions manuscrites et impressions, environnement textuel, supports et formes, lieux de copies et de publications, autant de facteurs qui constituent le texte en tant qu’objet-livre, mais qui permettent aussi l’établissement d’un contrôle a posteriori sur les principes énonciatifs, déterminant en cela d’autres fonctions et utilisations potentielles du texte que celles qui étaient siennes au moment de sa rédaction.

Notes

1 Sur la lecture comme construction textuelle et non comme simple consommation passive, voir M. De Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1 : Arts de faire, Paris, 1990, p. 239-255.

2 Sur l’émergence du concept d’auteur, voir M.-D. Chenu, « Auctor, actor, autor », Bulletin du Cange. Archivum latinitatis medium aevum, 3 (1927), p. 81-86 ; A. J. Minnis, Medieval Theory of Authorship (2e éd., Aldershot, 1988), quoique ce travail se fonde plus spécifiquement sur les prologues aux commentaires. Voir également E. A. Quain, « The Medieval Accessus ad auctores », Traditio, 3 (1945), p. 228-242. On consultera enfin les positions de M. Foucault dans « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 64 (1969), p. 73-104. L’article a été publié à nouveau dans id., Dits et écrits, t. I : 1954-1969, édition établie sous la dir. de D. Defert et F. Ewald, Paris, 1994, p. 789-821.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter