Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Troisième partie. Le renouveau de l’écriture diététique (milieu XIVe-fin XVe siècle)

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1La littérature diététique de prévention s’est fortement ressentie de la Peste noire. Les régimes de santé disparaissent de la scène médicale pendant plus d’un demi-siècle, à l’exception du traité de Thomas de Varsovie, un praticien d’origine anglaise, installé en Pologne (ca. 1360) et du Breviarium practice de Jean de Mirfeld, composé dans les dernières décennies du xive siècle, qui s’inscrit plutôt dans un projet plus global de construction d’un savoir thérapeutique, où la diététique de la conservation n’occupe qu’une place restreinte.

  • 1 K. Sudhoff, « Pestchriften aus dem ersten 150 Jahren nach der Epidemie des schwartzen Todes, 1348 » (...)

2Ce silence s’explique de deux façons. D’abord d’un point de vue scientifique et clinique, parce que la maladie mortelle qui, après les années 1347-1352, est devenue endémique, occupe tous les esprits et mobilise tous les savoirs. Le corps médical est partout pressé de répondre aux questions que suscite l’épidémie, en terme de causes, de processus de propagation, de moyens d’endiguer le mal, de thérapie, puis progressivement de prévention. Individus et collectivités se mettent en quête de praticiens, qui ne sont eux-mêmes guère épargnés par le fléau, pour obtenir d’eux des conseils dont témoigne une abondante littérature génériquement désignée sous le terme de « régimes de temps de peste », et dont Karl Sudhoff a montré l’importance numérique, l’extension géographique, l’homogénéisation mais aussi, et paradoxalement, la diversité1. La réapparition sporadique et diffuse de foyers infectieux pendant plus d’un siècle et demi a fait passer les problèmes de conservation de la santé ou de prévention sous la coupe d’un unique péril. Les notions liées à la conservatio sanitatis ne disparaissent pas, mais sont inféodées à la présence latente d’un danger précis. Les régimes de temps de peste intègrent en effet des principes diététiques, ne serait-ce que parce que face à l’inefficacité des remèdes, une alimentation adaptée et la fuite sont souvent les conseils les plus salvateurs ; ils se font progressivement moins thérapeutiques et plus préventifs, au fur et à mesure du devenir endémique de la maladie.

3Il faut attendre les années 1410-1420 pour que réapparaisse une production sur l’hygiène, faisant du corps en bonne santé son seul objet, indépendamment de toute affection particulière. Aux traités de Bartolomeo Montagnana écrit entre 1411 et 1414, de Gilbert Kymer en 1424, de Sigismond Albicus en 1427, de Benedetto Reguardati entre 1427 et 1431, d’Ugo Benzi en 1432, s’ajoutent de multiples pièces anonymes difficiles à dater. Mais les séquelles de la peste et le nouvel esprit humaniste façonnent une écriture qui, tout en empruntant largement au discours du siècle précédent, fait davantage intervenir la diététique dans tous les états physiologiques intermédiaires entre santé et maladie, et accorde plus d’attention au quotidien et aux données de l’expérience. Voulant offrir une réponse préventive à tous les cas auxquels le praticien peut avoir à faire face, les auteurs du xve siècle donnent naissance à une production très hétérogène dont l’écriture apparaît mieux adaptée aux réalités, non seulement médicales, mais sanitaires, alimentaires, sociales et économiques du temps.

Notes

1 K. Sudhoff, « Pestchriften aus dem ersten 150 Jahren nach der Epidemie des schwartzen Todes, 1348 », A.G.M., 4 (1910-1911), p. 191-222, 234, 389-424 ; 5 (1911-1912), p. 36-87, 332-396 ; 6 (1912-1913), p. 313-379 ; 7 (1913-1914), p. 57-114 ; 8 (1914-1915), p. 175-215, 236-289 ; 9 (1915-1916), p. 53-78, 117-167 ; 11 (1918-1919), p. 44-192, 121-176 ; 14 (1922-1923), p. 1-25, 79-105, 129-168 ; 16 (1924-1925), p. 1-69, 77-188 ; 17 (1925), p. 12-139, 241-291. Voir aussi L.-A. J. Michon, Documents inédits sur la grande peste de 1348 (Consultation de la Faculté de Paris, Consultation d’un praticien de Montpellier, Description de Guillaume de Machaut), Paris, 1860 ; D. W. Singer, « Some Plague Tractates (Fourteenth and Fifteenth Centuries) », Proceedings of the Royal Society of Medicine, 9 (1915-1916), p. 159-212.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540