Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Deuxième partie. Floraison de la littérature diététique (1300-1348)

Chapitre V. Les âges de la vie

Texte intégral

  • 1 ... si in temperamenti qualitate sanitas constituitur, qualitas autem ipsa non permanet eadem, nec (...)
  • 2 Et ex se quidem duplici primo modo consumi corpus indicavimus ; uno, quod vel aetatis cursu, vel a (...)

1Jamais immuable et toujours en équilibre fragile, comme le soulignait déjà Galien1, la santé est non seulement soumise à l’influence des éléments extérieurs, mais elle subit aussi les transformations que lui impose le vieillissement2. À l’image des saisons, la complexion humaine se modifie et à chaque âge de la vie correspond la domination d’un couple de qualités différentes. L’adolescens est ainsi chaud et humide, le juventus, chaud et sec, le senectus, froid et humide et le senium, froid et sec. C’est cet aspect de la mutabilité des complexions en fonction de l’âge qu’ont décidé de privilégier certains auteurs de traités diététiques, soit en n’étudiant qu’une période de l’existence soit, au contraire, en proposant à leurs lecteurs un vaste panorama de ce que doit être l’hygiène tout au long de l’existence, comme l’illustrait déjà un passage du premier livre du Canon d’Avicenne.

  • 3 Sur le milieu médical montpelliérain, voir le travail ancien et parfois erroné de P. Pansier, « Le (...)

2Trois textes seront ici examinés. Si le Tractatus de conservatione vitae humanae, composé par le professeur montpelliérain3, Bernard de Gordon, s’inscrit clairement dans une logique universitaire, les régimes de Guy de Vigevano et de Giacomo Albini, rédigés respectivement à la cour de France et dans la principauté d’Achaïe, se rattachent à la catégorie des traités ad personam, dont il fut déjà question avec les regimina sanitatis d’Arnaud de Villeneuve et d’Arnold de Bamberg. Pour des motivations diverses, ces trois auteurs ont fait le choix de centrer leur propos sur la transformation de la santé selon l’âge. L’organisation qui en résulte, sans exclure le rôle des « choses non naturelles », fait cependant de ces dernières des facteurs secondaires au regard de cette composante naturelle aux effets inéluctables qu’est le vieillissement.

3Le Tractatus de conservatione vitae humanae de Bernard de Gordon mérite qu’on s’y attarde longuement, non seulement en raison de son ancienneté, mais aussi parce qu’il témoigne d’une réflexion originale sur le rôle de la diététique et du texte préventif, qui a peut-être influencé les auteurs ultérieurs.

LE TRACTATUS DE CONSERVATIONE VITAE HUMANAE DE BERNARD DE GORDON

  • 4 Pour une étude sur l’ensemble de la production scientifique de Bernard de Gordon, voir L. Demaitre (...)
  • 5 Ces informations proviennent des colophons de divers manuscrits du Tractatus de conservatione vita (...)

4Le Tractatus de conservatione vitae humanae est la dernière grande œuvre de Bernard de Gordon (ca. 1258-1318)4. Entrepris le 22 février 1308 et achevé le 9 novembre de la même année5, il ne peut être qualifié de régime même si le titre de l’ouvrage semble le suggérer. L’intitulé de la quatrième partie, dédiée à la diététique, fut en effet choisi pour désigner, non sans une certaine cohérence, un ensemble complexe et polymorphe.

Quatre « outils » au service du médecin

  • 6 Cf. Y. V. O’Neill, ibid.
  • 7 L. Demaitre propose une liste des manuscrits du Tractatus de conservatione vitae humanae. Neuf tém (...)
  • 8 K. Sudhoff, « Zur Schriftstellerei... », art. cit. et H. I. Bell, « The Bibliography of Bernard de (...)

5Loin de constituer un simple regimen sanitatis, le Tractatus de conservatione vitae humanae se compose de quatre parties consacrées respectivement à la phlébotomie, à l’urine, au pouls et à l’hygiène. Chacune de ces sections semble autonome et, au Moyen Âge, elles ont été souvent copiées séparément les unes des autres ; il faut attendre 1574 pour que, pour la première fois, elles soient rassemblées dans une même édition6. Cette tradition manuscrite et imprimée complexe montre que copistes et médecins considéraient parfois le De phlebotomia, le De urinis, le De pulsibus et le De conservatione sanitatis, encore intitulé Regimen sanitatis, comme des traités indépendants7. Ce sont les travaux de Karl Sudhoff et de H. I. Bell qui ont démontré l’unité de l’œuvre8. Dans le prologue du De phlebotomia, Bernard de Gordon introduit en effet les autres composantes de son ouvrage. II présente l’urine et le pouls comme autant d’outils qui permettent au médecin de connaître l’état du malade. Leur examen est le préalable nécessaire à l’établissement d’un diagnostic. Quant à la phlébotomie et au régime, ils sont les instruments indispensables de la médecine pratique : aussi l’ordonnancement d’ensemble s’avère-t-il être le résultat d’une logique imparable :

  • 9 Primus erit de flebotomia et quia inter omnia instrumenta cum quibus medicus operatur non videtur (...)

En premier lieu, il sera question de la saignée, parce que de tous les instruments au service du médecin, c’est la saignée, lorsqu’il opère comme il faut et où il faut, qui paraît le faire œuvrer de manière si miraculeuse. Et on ne peut savoir [comment opérer] si ce n’est par une connaissance acquise par les signes, et les signes, on ne les connaît bien que grâce à l’urine. Aussi rassemblerai-je dans un deuxième livre quelques propos sur l’urine. Et parce que la quantité de sang ne peut être mesurée lors de la saignée, si ce n’est en connaissant la vertu, et la vertu ne peut être connue sans le sens du pouls, ainsi dans un troisième livre, je ferai un travail de compilation sur le pouls. Et parce que la saignée est valable de manière universelle dans le régime du corps humain et qu’on ne peut connaître le régime sans le régime de santé, j’ordonnerai dans un quatrième livre le régime de santé9.

  • 10 Une bulle émise par le premier pape résidant à Avignon, Clément V, rend compte de l’entrée officie (...)
  • 11 Pour une étude comparée de trois traités consacrés au diagnostic effectué grâce à l’examen des uri (...)

6Le médecin montpelliérain se situe ici dans la continuité de l’enseignement de la médecine au Moyen Âge telle qu’il s’est constitué depuis l’École de Salerne. Le De urinis de Théophile et le De pulsibus de Philarète font en effet partie du corpus de l’Articella universitaire. Comme l’a montré Luke Demaitre, Bernard de Gordon s’inspire non seulement de ces maîtres mais plus encore d’un ouvrage qui apparaît dans les statuts montpelliérains de 130910, le De urinis d’Isaac Israëli. Le traité sur l’urine de Gilles de Corbeil († 1224)11, le Canon d’Avicenne et la collection hippocratique complètent les modèles du Tractatus de conservatione vitae humanae. L’ouvrage s’inscrit aussi dans une tradition montpelliéraine, puisque deux autres traités sur l’urine furent composés au xiiie siècle par des maîtres de la faculté, Cardinalis et Gautier Agilon.

  • 12 Pour une étude de la phlébotomie dans l’œuvre de Bernard de Gordon, mais aussi dans d’autres trait (...)
  • 13 Bernard de Gordon débute en effet son chapitre sur l’urine par cette définition : phlebotomia est (...)
  • 14 L’ouvrage date de juillet 1303. Voir K. Sudhoff, « Zur Schriftstellerei... », art. cit.
  • 15 Patet igitur quod prudens medicus ex concursu particularium elicit formam regiminis in omni morbo (...)

7La phlébotomie et le régime représentent de leur côté les actions conservatoires et thérapeutiques que doit engager le praticien, une fois son diagnostic établi. Dans cette œuvre, la saignée est utilisée non seulement pour ses effets curatifs, mais aussi afin de prévenir la maladie12. À l’inverse d’autres remèdes, vomitifs, sangsues ou autres purgatifs qui étaient essentiellement employés pour les soins, la phlébotomie, élément fondamental du processus d’évacuation des humeurs13, sert aussi à prémunir le patient de toute infirmité. Ainsi, au printemps, elle permet d’éviter à l’organisme tout excès de sang, générateur d’un déséquilibre humoral. En revanche, dans le Tractatus de conservatione vitae humanae, le régime n’intervient qu’en tant que diététique conservatoire. Bernard de Gordon a en effet déjà cité ses usages thérapeutiques dans d’autres traités, notamment dans le Lilium medicine14 et dans le De regimine acutorum morborum. Dans cette dernière œuvre inspirée du Régime des maladies aiguës d’Hippocrate (traité qui était au programme de la faculté de Montpellier), le praticien s’efforce de proposer un régime spécifique pour chaque maladie15. Il entend toutefois par regimen un traitement fondé sur une diète, une pharmacopée et des breuvages médicaux :

  • 16 Regimen acutarum egritudinum consistit in tribus : in dieta, in pocionibus et potibus alterativis (...)

Le régime des maladies aiguës consiste en trois [parties] : en diète, potions et boissons qui altèrent16.

  • 17 Hunc librum intitulo Lilium medicinae ; in lilio enim sunt multi flores & in quolibet flore sunt s (...)

8Dans le Lilium medicine, sorte de practica articulée autour de sept particulae17, l’auteur livre également un traitement diététique. Chaque maladie, organisée globalement selon le schéma classique a capite ad calcem, fait l’objet d’une description complète qui intègre les causes, les symptômes, le pronostic mais aussi une cure, où sont bien distinguées la diaeta et une série de traitements comprenant saignée, soins psychologiques, médicaments et éventuellement chirurgie.

  • 18 D’après L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 67 : sicut melius dicemus in libro de re (...)

9Le Tractatus de conservatione vitae humanae complète donc le Lilium. La practica constituait en effet pour le praticien une sorte de bréviaire, référence nécessaire pour toute intervention clinique. En examinant dans son dernier ouvrage les « outils » de la connaissance médicale, indispensables quand il s’agit d’établir un diagnostic ou de proposer au patient les modalités d’une bonne diète ou d’une saignée, Bernard de Gordon investit le champ préventif de la médecine et donne à son lecteur les clés nécessaires pour parvenir à une pratique efficace de son métier. Le Lilium medicine et le Tractatus de conservatione vitae humanae doivent donc se comprendre dans un rapport de complémentarité qui permet d’envisager tous les aspects de la médecine pratique. Le témoignage laissé par les autres ouvrages du médecin montpelliérain montre aussi que la composition de ce dernier livre, et notamment la rédaction des parties diététiques, faisait partie d’un projet de longue date ; Bernard de Gordon l’évoque déjà dans le Lilium, ainsi que dans son Liber pronosticorum daté de 129518.

  • 19 Toutes ces œuvres ont été rédigées dans le studium montpelliérain. Le Compendium est adressé à un (...)

10Comme le Lilium medicine, le Tractatus de conservatione vitae humanae s’adresse avant tout à des confrères ou à des étudiants de l’université. À son habitude, Bernard de Gordon privilégie l’enseignement et l’édification de son lecteur. Si, à la différence de ce que l’on voit dans le Lilium, le Compendium de regimine acutorum ou encore le De decem ingeniis curandorum morborum19, aucun destinataire n’est mentionné, le Tractatus de conservatione vitae humanae se veut avant tout un outil pédagogique. Il n’est donc pas étonnant que ces ouvrages aient pour arrière-plan l’enseignement médical tel qu’il se pratiquait à Montpellier à la fin du xiiie siècle. Toute l’œuvre de Bernard de Gordon peut se lire comme un prolongement de son activité de professeur et, plus particulièrement, comme un commentaire des ouvrages au programme à la faculté.

Structure par âge : les prémices

11L’originalité du Tractatus de conservatione vitae humanae ne tient pas seulement à la structure quadripartite de l’ouvrage qui fait du régime l’une des composantes d’un ensemble plus vaste, quoiqu’il paraisse, à certains égards, constituer l’élément primordial de cet agencement ; l’organisation de la dernière partie souligne aussi la volonté de rédiger un ouvrage diététique novateur, bien éloigné de celui de son confrère et néanmoins adversaire, Arnaud de Villeneuve.

  • 20 Cf. L. Demaitre (ibid., chap. 2) et M. R. McVaugh (« The humidum radicale in Thirteenth-Century Me (...)

12Surtout, délaissant le rôle des « choses non naturelles », Bernard de Gordon préfère mettre l’accent sur le processus de vieillissement et de transformation des corps et des complexions. Ce choix n’est pas innocent et fait peut-être référence à un autre texte qui est parfois attribué à cet auteur, le Tractatus de marasmo secundum intentionem Galieni20, même s’il n’y fait aucunement mention dans le Tractatus de conservatione vitae humanae. Ce type d’écriture diététique, qui nous ramène vers les choix de composition d’un Guillaume de Salicet quelques années plus tôt, a pour origine les conceptions médicales relatives à l’âge et aux transformations du corps, héritées des théories antiques et arabes.

L’héritage : savoirs anciens

  • 21 Res vero naturales sunt VII : elementa, commixtiones, compositiones, membra, virtutes, operationes (...)
  • 22 Galien, De temperamentis, II.2 : intelligamus igitur recens formatum animal in utero matris, quo s (...)
  • 23 Galien affirme : senium enim, ut de hoc primum agam, frigidum siccumque est, veluti in libro de Te (...)
  • 24 Sur le concept de « chaleur naturelle » dans le Canon d’Avicenne, voir l’étude de M. Stolberg, « D (...)
  • 25 La métaphore de la lampe qui s’éteint pour symboliser la fin de la vie apparaît notamment chez Cic (...)
  • 26 Quarta est humor qui est intus in membris simplicibus a principio nativitatis per quem partium eor (...)
  • 27 Calor igitur innatus est causa extinguendi seipsum accidentaliter propterea quod fit causa sui ips (...)
  • 28 Voici la définition des complexions selon les quatre âges de la vie, proposée par Ḥunain ibn Isḥāq (...)
  • 29 Cur igitur aliqui celebrium medicorum humidum esse senium prodiderunt ? An videlicet quod excremen (...)
  • 30 C’est ce que déclare l’auteur du De retardatione accidentium senectutis (éd. A. G. Little et E. Wi (...)
  • 31 Cf. L. Demaitre, « The Care and Extension of Old Age in Medieval Medicine », dans Aging and the Ag (...)

13L’attention portée à l’âge comme facteur structurant de la santé n’est pas une invention médiévale. Les théories médicales, qui reposent pour une bonne part sur les conceptions galéniques, considèrent en effet que le vieillissement constitue l’un des paramètres fondamentaux de l’évolution physiologique. Ainsi l’Isagoge de Ḥunain ibn Isḥāq faisait de l’âge une composante naturelle annexe21 alors qu’Avicenne l’énumérait parmi les causes efficientes de la santé, au même titre que les « choses non naturelles » au sens strict, ou que l’habitude, par exemple. L’équilibre humoral du corps humain est soumis à une altération progressive qui affecte ses deux composantes principales : la chaleur et l’humidité22. En vieillissant, le corps se dessèche et se refroidit23. Ce processus s’explique par une combustion continuelle de la chaleur naturelle24 mais aussi de l’ « humide radical », comme le suggère la métaphore souvent utilisée de la lampe et de l’huile25. Représentant respectivement ces deux facteurs essentiels à la vie, elle souligne le mécanisme qui oblige naturellement la lampe (chaleur) à brûler son combustible (l’humidité) jusqu’à sa propre extinction. Comme l’a démontré Michael McVaugh, la conception d’une humiditas particulière, liée à la génération et qui dès la naissance, apparaîtrait dans le corps grâce au sperme, provient du Canon d’Avicenne26. C’est aussi dans cet ouvrage que le concept d’humiditas est associé au processus du vieillissement. Avicenne explique ce processus par une combustion de la chaleur naturelle et par une incapacité à restaurer cet « humide radical27 », la proportion de chaleur et d’humidité déterminant la durée de la vie et la venue de la mort naturelle. Selon cette théorie, le vieillard est un être froid et sec et non pas, comme l’indiquait l’Isagoge, un flegmatique28. Toutefois, afin de concilier ces deux propositions antinomiques, Galien, dans le De Temperamentis déjà, suggérait de caractériser l’aetas senium par une humidité accidentelle29, position qui fut reprise par certains auteurs du xiiie siècle30. Si le schéma galénique des quatre âges fut adopté dans son ensemble par les auteurs postérieurs, tous n’étaient pas d’accord sur la définition de l’âge adulte ou de l’âge de la vieillesse31.

  • 32 Pour un examen approfondi de l’apport de ce concept d’ « humide radical » à un ensemble de discipl (...)
  • 33 Voir aussi L. Demaitre, « The Idea of Childhood and Child Care in Medical Writings of the Middle A (...)
  • 34 Voir notamment Les Aphorismes d’Hippocrate (1. 13-14 ; 2. 39-40 ; 44, 54 ; 3. 18, 31 ; 6. 6, 57 ; (...)
  • 35 Avicenne décrit en effet l’ « humide radical » du corps comme un combustible de la lampe, en repre (...)
  • 36 Rappelons que la digestion constitue l’un des phénomènes les plus importants de combustion. Donc u (...)

14Ces mutations de la complexion et donc de l’équilibre humoral (fondement de la définition de la santé) ont donné lieu à une importante tradition littéraire32. Il ne s’agit pas ici de détailler les nombreux traités consacrés à l’âge qui ont pu servir de fondement aux ouvrages médiévaux. Luke Demaitre, dans deux articles, l’un consacré à la vieillesse et le second à l’enfance, trace un large panorama de cette littérature de l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen Âge33. Sur la base de telles conceptions physiologiques, il nous éclaire surtout sur la double orientation suivie par les médecins de l’Antiquité et par les praticiens arabes. Si les premiers mirent l’accent sur le processus d’extinction métaphorique de la flamme, donc sur la consomption de la chaleur interne34, les seconds s’attachèrent au procédé de dessiccation du corps35. De ces deux focalisations, naquirent des conceptions thérapeutiques diverses. Les uns, sceptiques à l’idée que l’on puisse retarder le vieillissement, privilégièrent la prescription d’une diète maigre (afin simplement de réduire la combustion)36, alors que les autres crurent pouvoir prolonger la vie par une diète et des préparations médicales appropriées.

15Comme le souligne Luke Demaitre, ces prises de position expliquent la diversité de la littérature médiévale sur le sujet. Évidemment, il ne s’agit pas, dans les limites de cette étude, d’aborder tous les types d’ouvrages consacrés aux différents âges de la vie afin d’y traquer les conseils diététiques – il faudrait alors consulter non seulement les ouvrages théoriques, les quaestiones qui abordent le sujet, mais aussi les compendia, les practicae pour les maladies typiques de la vieillesse ou encore les consilia ; je m’efforcerai seulement de situer le discours diététique dans le concert des positions doctrinales relatives à l’âge.

Les prémices au xiiie siècle

16Si la littérature médicale qui a pour objet les différents âges de la vie paraît variée dans ses formes voire dans son contenu, la production proprement diététique l’est moins, ce qui ne signifie pas que la diaeta n’ait aucun rôle à jouer dans le maintien de la santé à chaque période de l’existence ; au contraire, nous avons vu que les Anciens comme les auteurs arabes accordaient une grande importance aux diètes spécifiques des enfants, des adolescents ou encore des vieillards. Mais ce n’est qu’au début du xive siècle que se mettent en place les cadres d’une littérature diététique organisée selon les divers âges de la vie. Ce phénomène me semble devoir s’expliquer par les tâtonnements déjà mentionnés à propos de l’établissement d’une structure spécifique aux régimes de santé.

  • 37 « Et en tel aage [.vij. ans], qui veut, le fait boin envoier à l’escole et douner à maistre qui or (...)
  • 38 Ibid., p. 81.

17L’attention portée à l’âge dans le discours médical du Moyen Âge n’a pas attendu la création d’une littérature diététique spécifique pour voir le jour. Déjà au xiiie siècle, certains auteurs avaient souligné le rôle du vieillissement dans le déclin de la santé et avaient proposé des régimes spécifiques. Parmi les médecins évoqués précédemment, Aldebrandin de Sienne, notamment, avait consacré les deux derniers chapitres de la première partie du Livre de Physique au régime du nouveau-né, et proposé des conseils selon les différents âges de la vie. Les préceptes n’étaient pas limités à la diète, mais englobaient tous les aspects de l’hygiène, y compris le travail scolaire37. Pour les vieillards, l’auteur ajouta des préparations médicales, des « laituaires boins et esprouvés por le viellece atargier » inspirés du Canon d’Avicenne, principale source de ces chapitres38.

  • 39 En effet, il ne les mentionne qu’épisodiquement, notamment à propos de la boisson.

18Quelques décennies plus tard, Guillaume de Salicet organisait selon ce modèle le seul chapitre de sa Summa conservationis et curacionis destiné à la prévention de la santé. Il prétendait embrasser l’homme de sa naissance à sa mort, puisque la section portait le titre de De conservatione sanitatis a die conceptionis usque ad ultimum vite senii. Toutefois, le praticien eut tôt fait d’abandonner les vieillards à leur triste sort39 et ne destina de réels régimes de santé qu’à des « privilégiés » : la femme enceinte, le bébé, l’enfant, l’adolescent et l’homme adulte.

  • 40 In eorum vero sanitate non tardentur pueri ab eorum comestione postquam apetitus fuerit nisi mendo (...)
  • 41 Le médecin de Plaisance est directement influencé par Avicenne (Canon... cit., livre I, fen III, d (...)

19Dans le souci permanent de délivrer des conseils directement applicables par le médecin lors de ses consultations, Guillaume de Salicet portait une grande attention aux difficultés inhérentes à l’exercice de la médecine, lorsque le praticien avait pour patient un sujet qui ne pouvait s’exprimer correctement. Les signes physiologiques comme l’haleine du bébé et certains gestes effectués par le médecin (toucher du ventre, par exemple) permettent de savoir si l’enfant doit manger ou pas ; de même, Guillaume de Salicet recommandait au praticien de s’informer directement auprès des parents sur les quantités ingérées ou sur le moment où le repas avait été pris40. Dans son discours préventif sur l’enfance, le médecin de Plaisance ne limitait pas ses conseils aux seuls aspects médicaux, mais, sur les modèles galéniques et avicenniens, formulait des préceptes qui concernaient la morale aussi bien que l’éducation, proposant des corrélations entre complexions et mœurs41 :

  • 42 Sicut mali mores malitiam complexionis sunt sequentes, ita cum ex consuetudine acciderint mali mor (...)

De même que les mauvaises mœurs sont les conséquences d’une mauvaise complexion, lorsque les mauvaises mœurs proviennent de l’habitude ou de la fréquentation d’hommes mauvais ou ayant des mœurs humbles, il s’ensuit une mauvaise complexion42.

  • 43 Ergo cum venerit ad etatem electionis magistro litterato et bene morigenato erit tradendus, qui eu (...)

20Le thérapeute se faisait pédagogue lorsqu’il évoquait l’importance du choix du magister, dont l’influence a un effet direct sur le futur caractère de son élève43.

  • 44 Cf. Bernard de Gordon, Liber prognosticorum (Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1174, f. 83r). Ces (...)

21Le sortir de la première enfance, à sept ans, était qualifié par Guillaume de Salicet d’aetas electionis (âge du choix), c’est-à-dire l’âge où commencent à s’exercer l’entendement, les facultés de jugement et de décision. Il s’inspirait ici directement d’Aristote. Bernard de Gordon, quelques décennies plus tard, préféra qualifier la pueritia d’aetas concussionis, substituant à un critère intellectuel un paramètre physique44.

  • 45 Les manuscrits conservés divergent sur la dédicace de l’œuvre. Tous s’adressent à un Domine mundi. (...)
  • 46 S’il n’est pas l’auteur du De retardatione accidentium senectutis, Roger Bacon a cependant consacr (...)
  • 47 Après les doutes émis par T. Crowley (Roger Bacon. The Problem of the Soul in his Philosophical Co (...)
  • 48 Sur ces questions, id., « Ruggero Bacone, Bonifacio VIII e la teoria della prolongatio vitae », da (...)
  • 49 Galien ne dit-il pas que l’ars medica ne peut complètement repousser la mort ?
  • 50 Éd. A. G. Little et E. Withington, « Opera hactenus »... cit., p. 2.
  • 51 Quarum una est scientia regiminis, altera est scientia proprietatum quarumdam rerum [...]. Altera (...)

22Dans la première moitié du xiiie siècle, a circulé dans les milieux de la curie romaine et de la cour impériale de Frédéric II un ouvrage consacré à la lutte contre le vieillissement45. Ce De retardatione accidentium senectutis, longtemps attribué à Roger Bacon, le franciscain originaire d’Oxford46, n’est pas un ouvrage diététique à part entière47. L’alimentation, et plus largement les autres composantes non naturelles, servent en effet un projet différent de celui des regimina sanitatis, puisqu’il ne s’agit pas tant de conserver la santé que de retarder la vieillesse48. On peut certes rétorquer que ce sont là arguments de sophistes puisque les deux choses sont intimement liées ; le maintien de la santé, perçue comme un équilibre particulier des humeurs, équivaut en effet à repousser les processus de dessiccation et de refroidissement du corps49. Toutefois, l’auteur du De retardatione accidentium senectutis opère lui-même une distinction entre l’ars medica et son entreprise (qui relève d’une science plus difficile et plus obscure50). Le livre n’a pas pour simple vocation d’appliquer des recettes ou des conseils pratiques, mais se veut une réflexion sur les causes du vieillissement reprenant essentiellement les schémas d’explication fournis par les auteurs arabes. Plus sûrement encore, et sur ce même modèle, l’auteur mêle étroitement préceptes diététiques au sens strict et préparations pharmacologiques. Ne déclare-t-il pas que pour réfréner les causes du vieillissement, deux doctrines complémentaires s’imposent ? L’une consiste dans le régime, l’autre dans la médecine qui permet au corps de ne pas être altéré51.

  • 52 L’auteur déclare en effet composer un ouvrage qui n’a pour fin que de repousser les accidents de l (...)

23La diététique n’est donc qu’un moyen, nécessaire certes mais non suffisant, de retarder le processus de vieillissement. L’auteur du De retardatione énumère d’une part les aliments qui restaurent l’humidité naturelle, et d’autre part ceux qui empêchent cette détérioration. En consacrant son projet à la recomposition de l’humidité naturelle plutôt qu’à la reconstitution de la chaleur interne, il apparaît très proche de ses modèles arabes (Avicenne, Rhazès, ῾Alī ibn Riḍwān ou Haly Abbas). Si une diète appropriée paraît être le préalable obligatoire d’un bon régime, la pharmacologie vient cependant corriger les insuffisances de la science préventive, mais elle ne peut empêcher l’inéluctable, qui demeure la décision de Dieu seul52.

  • 53 E. Förster, Roger Bacons « De retardandis senectutis accidentibus et de sensibus conservandis » un (...)
  • 54 Voir l’introduction de E. Withington à l’édition du De retardandis accidentibus senectutis... cit. (...)
  • 55 L. Demaitre, « The Care... », art. cit., p. 5. Pour une analyse de cet ouvrage et une confrontatio (...)
  • 56 Voir ibid. les pages où sont confrontées les positions respectives d’Arnaud de Villeneuve et de Be (...)

24C’est dans une certaine mesure dans le prolongement de l’œuvre attribuée à Roger Bacon qu’il faut entendre le traité intitulé De conservanda iuventute et retardanda senectute, publié dans les Opera omnia d’Arnaud de Villeneuve en 1504. Else Foester53 l’avait déjà comparé au De retardatione senectutis accidentibus et George Sarton et E. Withington l’avaient même qualifié de plagiat54. Si on a souvent douté de l’autenticité du De conservanda iuventute, il est aujourd’hui établi qu’il s’agit bien d’une œuvre du praticien de Montpellier, composée après le De intentione medicorum (datable du début des années 1390) et avant la Repetitio super « Vita brevis » terminée en 130155. Mêlant étroitement pharmacopée et diète, cet ouvrage ne représente pas à proprement parler un régime de santé ; il constitue plutôt, dans le paysage médical des œuvres d’Arnaud de Villeneuve, un cas à part, s’adressant aussi bien à des collègues qu’à des philosophes, tout en se offrant, comme l’a montré Giovanna Ferrari, dans le débat en cours sur le thème de l’ « humide radical » sa propre conception56.

25C’est dans la continuité de cette réflexion sur l’âge et sur les possibilités laissées au physicien de retarder le vieillissement que prend place le Tractatus de conservatione vitae humanae de Bernard de Gordon.

Les options de Bernard de Gordon : fluidité de la structure ou lacunes de l’organisation ?

  • 57 D. Lett, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (xiie-xiiiesiècle), Paris, 1997.

26La partie diététique du Tractatus de conservatione vitae humanae se structure autour d’une conception ternaire des âges de la vie, différente du septénaire hippocratique et du quaternaire galénique. Ce choix qui individualise un aetas puerorum (jusqu’à quatorze ans), une adolescentia ou aetas iuventutis (jusqu’à trente-cinq ans environ) et un aetas senum, s’explique par la volonté de lier âge et mode de vie selon des principes aristotéliciens. À chaque moment de l’existence correspondent, selon l’auteur de l’Éthique, différentes activités, la première qualifiée de voluptuosa (car pour l’essentiel fondée sur les sens), la deuxième de civilis ou politica – au moment où l’homme devient un animal politique – la dernière de contemplativa seu speculativa57. Comme le signale Bernard de Gordon, cette dimension ternaire n’est pas l’apanage d’Aristote mais se retrouve aussi chez Augustin :

  • 58 Hanc triplicem etatem notat optime Augustinus cum dicit in hoc presenti tempore non sunt nisi tria (...)

Augustin note excellemment la triade de l’âge lorsqu’il dit qu’en notre temps présent, il en est trois, à savoir naître, travailler et mourir. Par naissance, il entend l’enfance, par travail, la jeunesse et par mort, la vieillesse58.

  • 59 De regimine puerorum cum incipiunt loqui articulata voce, ambulare et currere et est etas ab annos (...)
  • 60 Creati sumus in ultimo humiditatis et limositatis et non cessat calor corporis nostri consumere hu (...)

27Dans le passage consacré à l’enfant, le Montpelliérain distingue précisément, comme le faisait Galien, le nouveau-né (qui a besoin d’une nourrice jusqu’à ce qu’apparaissent ses premières dents) de l’enfant qui commence à parler, à marcher et à courir (vers quatre ans)59. En revanche, il ne mentionne qu’une vieillesse, celle où l’homme a une complexion froide et sèche. Ce processus de refroidissement, Bernard de Gordon l’explique par la consommation ininterrompue de l’ « humide radical » par la chaleur du corps60. Faisant donc de la chaleur, qui elle-même se consume, le facteur responsable de l’assèchement du corps humain, il reprend les positions qu’il avait déjà développées dans le Tractatus de pronosticis.

  • 61 L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 69.
  • 62 « Since the paradigm of the « non-naturals » was apparently well established at the time, it seems (...)
  • 63 Il déclare péremptoirement que le regimen sanitatis consistit in debita applicatione sex rerum non (...)
  • 64 Ymmo quod est magis abhominabile medici nostri temporis non curant scire regimen sanitatis quod vi (...)

28À cette structure fondée sur l’âge, l’auteur ajoute quelques chapitres à propos du régime des convalescents ou des voyageurs. Dans la partie consacrée à l’âge adulte, il distingue aussi le régime des corps tempérés de la diète des corps qui ne le sont pas. Ces nombreux cas particuliers ont fait dire à Luke Demaitre que l’organisation du De conservatione sanitatis était quelque peu lâche et qu’en fin de compte l’ordonnancement de la naissance à la mort n’était pas suivi de façon stricte61. L’historien américain se refuse à expliquer ces principes d’organisation et les lacunes relatives aux « choses non naturelles » par une méconnaissance de ce concept62. Bernard de Gordon omet en effet l’inanition et surtout l’air parmi les facteurs non naturels alors qu’il en allonge la liste (qui certes n’est pas véritablement fixe), ajoutant des passages sur l’activité sexuelle, le bain, les changements d’habitudes dans l’usage des res non naturales ou encore les massages. Toutefois, le praticien montpelliérain connaît bien ce terme de « non naturel » qu’il emploie dans le De conservatione sanitatis63. Un tel schéma qui place au second rang les « choses non naturelles » peut s’expliquer de diverses façons : sans doute, d’une part, par la volonté de se démarquer d’Arnaud de Villeneuve dont le Regimen sanitatis lui était certainement connu, même s’il ne le mentionne pas. D’autre part, la littérature des régimes de santé, qui n’en est encore qu’à ses prémices, ne connaît pas de schéma unique de composition. Le genre est d’ailleurs, selon Bernard de Gordon, peu prisé par ses contemporains médecins64. Pour autant, cette prétendue désorganisation ne saurait être imputable à quelque lacune dans l’éducation du Montpelliérain. Ce dernier connaissait les autorités sur lesquelles se fondent les théories diététiques, qu’il s’agisse du Canon d’Avicenne ou plus encore du De sanitate tuenda de Galien, qui sont explicitement mentionnés dans le Tractatus de conservatione vitae humanae. L’explication de ces choix se trouve ailleurs ; peut-être dans le désir de privilégier tout facteur qui infléchit ou modifie la complexion naturelle, qu’il s’agisse de l’âge, paramètre principal car naturel, ou de circonstances particulières comme la maladie, le mouvement, l’habitude, sans oublier bien sûr les composantes non naturelles, facteurs secondaires, qui, pour certains d’entre eux, sont contingents. À la base du discours diététique de Bernard de Gordon, on trouve une réflexion sur l’évolution de l’équilibre humoral. Et plutôt que de prendre comme point de référence les facteurs externes au corps humain, qui n’expliquent qu’en partie ces variations, il fait de la complexion le noyau dur de son discours. Ce choix paraît logique dans le cadre d’un ouvrage pluriel, dont la diététique n’est que l’une des composantes, et qui est destiné à un lectorat de spécialistes ; l’ensemble de l’œuvre tend vers la connaissance des signes constitutifs de la santé et de la maladie, donc vers l’appréhension de la complexion. Enfin cette structure est particulièrement adaptée au public visé par Bernard de Gordon, puisqu’il ne s’agit pas d’écrire pour un individu spécifique mais de prolonger l’enseignement universitaire. Il paraît donc logique de privilégier l’universalité des cas que tout jeune médecin peut rencontrer dans sa pratique de l’ars medica.

  • 65 L’ouvrage galénique était au programme de la licence à la faculté de Montpellier.
  • 66 Id quod ipsi hactenus fecimus, qui de ea hujusque per singulas aetates praeter inclinantem egimus, (...)
  • 67 Cf. L. Demaitre qui examine les autorités utilisées par Bernard de Gordon dans son œuvre (L. Demai (...)
  • 68 Gal[ienus]. in 2 particula de reg[imine] san[itatis] versus finem : difficile est praesse custodia (...)

29Derrière les options choisies par Bernard de Gordon, se profile un livre qui sert de référence à la charpente générale de cette quatrième partie : le De sanitate tuenda de Galien. Le modèle antique est choisi de préférence à deux autres modèles potentiels, le Pantegni d’Haly Abbas qui mettait en exergue les « choses non naturelles », ou le Canon d’Avicenne. Or Galien, qui a déjà mis en lumière les transformations dues à l’âge dans son De Temperamentis65, avait repris cette problématique dans le De sanitate tuenda. Si le premier livre était consacré à l’enfant, le cinquième, par exemple, étudiait le régime des vieillards66. Cette influence directe du De sanitate tuenda sur le De conservatione sanitatis se mesure aussi à la fréquence des citations67. Bernard de Gordon reprend à son compte les difficultés soulevées par Galien au sujet des similitudes entre la vieillesse et la maladie ; dans un cas comme dans l’autre, il ne s’agit pas de proposer un régime préservatif mais de réduire (reducere) les déséquilibres des qualités68. L’influence du De sanitate tuenda paraît aussi expliquer en partie l’organisation très lâche du Tractatus de conservatione vitae humanae.

L’enseignement diététique

  • 69 Prima condicio que requiritur ab hoc est quod magister sit aptus ad docendum, quod sit subtilis et (...)

30Fidèle aux critiques qu’il a émises à l’égard de ses confrères, le praticien montpelliérain se fait fort de donner à la discipline diététique sa place dans l’enseignement théorique et dans la pratique quotidienne. Deux exemples permettront d’examiner ses prises de position. Le premier cas suggère une discussion scolastique et montre combien Bernard de Gordon est proche de sa pédagogie universitaire, trouvant avec le De conservatione sanitatis un prolongement de sa fonction de magister. Il y illustre d’ailleurs parfaitement les qualités que tout enseignant doit d’après lui posséder : il faut « qu’il soit apte à enseigner, subtil et ingénieux, qu’il sache interpréter ce qui est écrit et voit les contradictions entre les savants, qu’il sache les ramener à la concorde et choisir ce qu’il y a de mieux dans ce qui est écrit69 ».

31Le second cas exprime au contraire toute la difficulté qu’il y a à définir une pratique médicale unique, ou plus particulièrement une diététique uniforme ; l’auteur s’efforce de construire une ars diaetae adaptée aux contingences, mais où l’erreur ne peut être qu’humaine.

Le régime du vieillard

  • 70 Ibi enim dicitur, quod senes non sunt sani absolute non enim habent sanitatem actuatam, id est per (...)
  • 71 Cum chilus factus est chymus in secunda digestione, tunc preservat, quia nondum est frigidum et si (...)

32Dans le chapitre intitulé De regimine senum, à la suite de conseils diététiques et de remarques consacrées à des troubles physiologiques caractéristiques pour certains de la vieillesse, Bernard de Gordon introduit une quaestio de type scolastique. Celle-ci vise à définir le régime idoine pour cet âge. Deux propositions antithétiques sont énoncées : d’une part un regimen per similia, sous-entendu constitué des choses de même complexion que celle du vieillard, puisque tout homme sain ou vieux est gouverné par le principe du même ; de l’autre un regimen per contraria car, selon les préceptes galéniques, tout déséquilibre de la complexion doit être réduit. Or la vieillesse, caractérisée par un excès de froideur et de sécheresse, n’est pas tempérée. Pour établir sa solutio, Bernard de Gordon, qui a opposé dans ces deux thèses le Galien du De sanitate tuenda à celui de l’Ars medica, émet trois propositions qu’il qualifie de « bases ». Elles lui permettent de démontrer que si les vieillards ne sont pas des hommes sains dans l’absolu (absolute), ils n’en sont pas pour autant malades, car ils disposent d’une santé relative, en adéquation avec leur âge70 ; le Montpelliérain les qualifie de « neutres ». Il envisage ensuite tous les types de régimes qu’un praticien peut prescrire – reductivum, preservativum, conservativum, resumptivum et enutriens – ce dernier ayant sa faveur. Il s’agit d’une diète tempérée ou inclinée quelque peu vers la chaleur et l’humidité, deux qualités qui font tant défaut aux vieillards. À la situation de l’homme âgé, intermédiaire entre santé et maladie, correspond donc un régime médian, qui permet de réduire quelque peu la dyscrasie par l’apport de chaleur et d’humidité, et qui à la fois préserve et conserve. Chaque opération est associée à l’une des digestions ; au cours de la deuxième, le chyle est transformé en chyme, ce qui favorise la préservation de l’humide radical. La troisième produit la nourriture des membres, en transformant les aliments ingérés en nutrimentum froid et sec ; elle conserve donc la complexion humaine. Pour autant, l’alimentation ne reconstitue pas l’ « humide radical » ; pour Bernard de Gordon, le chyme ne sert qu’à en empêcher la perte71.

  • 72 Pour une discussion des positions respectives des deux auteurs, voir M. R. McVaugh, « The humidum (...)
  • 73 Le Montpelliérain souligne en effet l’impossibilité de l’aliment à restaurer l’humidité perdue, ne (...)
  • 74 Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 921.

33À la différence d’Arnaud de Villeneuve dans son traité sur l’humidité radicale, Bernard de Gordon n’opte pas pour un humidum nutrimentale qui, produit par la nutrition lors de la troisième digestion (à la différence du radicale acquis par la génération), viendrait restaurer quelque peu l’humidité essentielle perdue72. Pour autant, Bernard de Gordon se montre moins désespéré qu’il ne l’était dans le De marasmode73 pour ce qui concerne les effets de la nutrition. S’il mettait alors l’accent sur la continuelle altération subie par le corps lors du processus de digestion, dans le Tractatus de conservatione vitae humanae, il souligne plus clairement les effets positifs d’un régime adéquat pour la complexion des vieillards74. Ce faisant, il valorise aussi l’action de l’aliment, faisant quasiment de regimen et de diaeta des synonymes.

Une science qui n’est pas exacte

  • 75 Cf. L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 6 et suiv.

34La diététique que Bernard de Gordon cherche à construire est vouée à l’examen de tous les cas particuliers ; l’auteur entreprend de répondre aux difficultés qui sont posées au médecin dans un très grand nombre de situations. Tout son discours, étayé par des renvois aux autorités, est également émaillé de références à des situations précises, fruits de son expérience sur le terrain, ou à des particularismes locaux. Luke Demaitre a souligné l’importance de l’utilisation de l’observation pour servir la démonstration chez Bernard de Gordon75.

  • 76 Cette dernière diverge des conceptions galéniques qui, comme le rappelle Bernard de Gordon, énonce (...)
  • 77 Qui ergo vult esse piscator assuescat aquam frigidam in estate. Et qui vult esse faber assuescat f (...)
  • 78 Intelligimus autem hoc corpus temperatum esse liberum, et non occupatus vite necessariis (ibid., p (...)
  • 79 Le bon médecin est celui qui videat omnia signa bona, non ex hoc iudicat ipsum moriturum, sed poti (...)
  • 80 Non erat possibile regere sine errore et ideo subiungit statim regimen rectificativum illius error (...)
  • 81 Dico quod duplex est error, scilicet modicus et sine tali non est possibile, quia quantitas aufere (...)

35Le médecin montpelliérain se montre notamment soucieux d’examiner les incidences sociales de la diète. Fidèle dans cette approche à la pensée avicennienne76, il suggère qu’un régime approprié à certaines activités conforte la santé du patient. Ainsi, il est conseillé au pêcheur de s’habituer à l’eau froide ou au marchand de s’exercer à la marche77. Mais, dans la continuité du discours galénique, il pense que seuls les hommes détachés de toute préoccupation matérielle bénéficient d’une complexion tempérée, c’est-à-dire véritablement saine78. Les autres ne vivent qu’en état de santé relative. Cette définition d’une santé qui ne serait jamais unique induit aussi la conception d’une ars diaetae complexe, soumise aux contingences et en aucun cas exacte79. Comme le dit Bernard de Gordon, « il n’était pas possible de régir [le corps] sans erreur, ce qui rend nécessaire l’apport d’un régime qui rectifie ces erreurs80 ». Il existe en effet deux types de méprise, l’une légère qui peut être corrigée par un régime adéquat, l’autre fatale. La première est pardonnable et souvent inévitable81. L’erreur commise par le médecin est donc admise pour peu qu’on puisse la rectifier.

36Au-delà de l’action du praticien, Bernard de Gordon met surtout l’accent sur la relativité d’un régime qui dépend aussi de multiples conditions extérieures, à commencer par les habitudes alimentaires locales qui viennent souvent contredire le discours diététique :

  • 82 Aliqui [stant] in montibus et assuescunt res salsas, et aliqui in vallibus, et utuntur fructibus. (...)

Certains restent dans les montagnes et s’habituent à des choses salées, et d’autres [vivent] dans les vallées et consomment des fruits. Certains près de la mer consomment des légumes avec du vinaigre et des viandes salées et une eau de mauvaise qualité. Et d’autres, dans des régions de marais, mangent des anguilles82.

  • 83 Ibid., p. 868.
  • 84 ... panis sit bene coctus, et bene fermentatus, et cum temperata quantitate salis [...]. Carnes sin (...)
  • 85 Experimentum in hoc vincit rationem : quoniam malus cibus usitatus melior est bono non usitato (ib (...)

37Pourtant le onzième chapitre propose une liste des aliments convenables communiter et regulariter83, comme si certains d’entre eux étaient consommables par tous. Sont ainsi énumérées des nourritures souvent bien différentes de celles qui sont mentionnées ci-dessus de sorte que ces conseils paraîssent en contradiction parfaite avec les coutumes observées84. Comme le soulignait Avicenne, l’expérience a dans ce cas vaincu la raison, puisqu’un aliment mauvais mais consommé est meilleur qu’une bonne nourriture qu’on ne mange pas85.

38Bernard observe aussi les changements de diète en fonction des habitudes sociales ou de règles de vie, changements qui n’empêchent pourtant pas leurs utilisateurs d’être en bonne santé :

  • 86 Et aliqui sunt fabri, et aliqui piscatores, aliqui milites, aliqui scriptores, aliqui studiosi et (...)

Et les uns sont artisans, les autres pêcheurs, soldats, scribes, étudiants, les uns veillent et les autres sont de grands dormeurs. Et ainsi chacun est habitué à des aliments et à des boissons, selon sa nature, son âge, la région [où il vit], le moment et d’autres particularités encore... Et il faut comprendre que nombreux sont ceux qui suivent un mauvais régime non seulement pour ce qui regarde la nourriture et les boissons, mais aussi dans les autres domaines et même pire et cependant ils se sentent bien, digèrent bien, en raison de leur âge, de leur habitude ou de leur région. Et ils se réjouissent d’un tel régime et se moquent des médecins et des autres, qui en suivent un autre86.

  • 87 Et tamen sententiam data est contra eos ; non gaudeant malo cibo utentes quoniam si in presenti no (...)
  • 88 Aliqui autem sunt qui utuntur pullis in parva quantitate et non cœnant et accipiunt pharmaca et cr (...)
  • 89 Ad primum dico, quod aliqui sunt ita bene dotati in naturalibus, quod melius vivunt sine arte, qua (...)

39Il semble donc bien difficile au médecin de démêler l’écheveau de ces contradictions, même si selon l’auteur, il y a fort à parier que ces mauvaises habitudes rendront malades leurs utilisateurs87. De même fustige-t-il ceux qui croient prévenir la maladie en prenant des préparations médicales alors qu’ils sont en bonne santé88. Enfin il met l’accent sur l’universalité du besoin médical, car rares sont ceux qui sont assez bien dotés par la nature pour ne pas avoir recours à un praticien89.

  • 90 Quantum est de natura artis, bene potest fieri regimen sine errore, sed pleraque qua non subiucunt (...)
  • 91 Le texte d’Averroès, d’après M. Steinschneider (Die hebraïschen Uebersetzungen des Mittelalters un (...)
  • 92 Et dabo causam, quare invenitur, quod in faciendo conveniens non eveniet quesitum, scilicet quod n (...)

40S’il semble parfois croire en la possibilité offerte au physicien de proposer une véritable diète appropriée à chaque cas, Bernard de Gordon paraît à d’autres moments découragé et ne peut s’empêcher de dresser un constat d’échec90. Cette réflexion, qui situe l’échec du côté du médecin, a pour corollaire la remarque que faisait Averroès dans le Colliget à propos des effets contradictoires que peut avoir une même diète sur deux personnes semblables, de même âge et vivant sous un même climat91 : sur l’un le régime a opéré, sur l’autre, il a failli92.

41Il est difficile de conclure que la réflexion menée par Bernard de Gordon sur le rôle, le statut et la définition même de la diététique sont à l’origine des deux ouvrages que je me propose à présent d’examiner, sous le seul prétexte qu’ils focalisent aussi leur discours sur l’âge. Pourtant, il est certain que le Tractatus de conservatione vitae humanae du maître montpelliérain bénéficia d’une incontestable diffusion qu’attestent la circulation et le nombre de manuscrits conservés.

L’ÂGE, UN FACTEUR DÉTERMINANT DE LA SANTÉ

  • 93 E. Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 216-217. Voir notice dans l’annexe 1, p. 707-708.
  • 94 Cf. D.B.I., vol. 2, p. 6-7 et annexe 1, p. 706.
  • 95 Pour une étude de ce texte, B. S. Hall, « Guido da Vigevano’s Texaurus Re-gis Francie, 1335 », dan (...)

42Si les deux régimes composés par Guy de Vigevano (ca. 1280ca. 1349)93 et par Giacomo Albini (actif de 1320 à 1348)94 appartiennent aussi à la catégorie des ouvrages axés sur le critère naturel de l’âge, ils ne sont pas, tant s’en faut, des répliques serviles du Tractatus de conservatione vitae humanae de Bernard de Gordon. Alors que ce dernier s’inscrit dans une tradition universitaire qui le destine à être lu par des praticiens ou du moins par des étudiants, le Texaurus Regis Francie acquisicionis Terre Sancte de ultra mare necnon sanitatis corporis et vite ipsius prolongacionis ac etiam cum custodia propter venenum95 et le De sanitatis custodia appartiennent à la catégorie des régimes ad personam, composés à la demande d’une personne particulière ou du moins destinés, et par la dédicace et par le contenu, à un individu spécifique. Cette « personnalisation » du texte les rattache ainsi à une tradition amorcée dès le xiiie siècle par Théodore et par Jean de Tolède, poursuivie jusqu’au « modèle » plus récent constitué par le Regimen sanitatis ad inclytum regem Aragonum d’Arnaud de Villeneuve.

43Pour autant, le projet du De sanitatis custodia est assez éloigné de celui du Texaurus et tous deux sont également différents du traité de Bernard de Gordon, du moins dans l’utilisation du phénomène naturel qu’est l’âge. Car si chez le praticien montpelliérain, l’étude de ce facteur semble la résultante d’une réflexion sur la santé et sur le rôle de la diététique, pour Giacomo Albini et pour Guy de Vigevano en revanche, l’accent mis sur le vieillissement est induit par la personnalité même du destinataire et, plus largement, par des considérations extérieures au livre lui-même et à la théorie médicale.

Deux projets différents

44De prime abord, le De sanitatis custodia et le Texaurus n’ont que peu de points communs : l’un dresse un vaste panorama des régimes en fonction des trois âges de la vie, l’autre focalise son propos sur l’homme d’âge mûr ; le premier prend des allures de véritable somme alors que le second opte pour la brièveté ; si l’un fait montre d’une grande érudition et d’une maîtrise des textes, l’autre recherche manifestement sobriété et concision.

Les structures

  • 96 Sur les structures sanitaires et le corps médical dans cette région, voir I. Naso, « I medici del (...)
  • 97 Ainsi, il conclut le chapitre consacré aux légumes par multe alie differentie reperiuntur in nutri (...)

45Le traité rédigé par le praticien d’origine piémontaise96 Giacomo Albini da Moncalieri se présente, en dépit de ses multiples professions de foi de brièveté97, comme un long traité constitué de trois particule, chacune subdivisée en distinctiones, elles-mêmes composées de chapitres. L’architecture générale paraît donc complexe, chaque particula étant consacrée à l’un des trois âges de la vie ; la partie la plus développée est celle dévolue à l’homme adulte, où sont non seulement examinés successivement (et dans un ordre parfois étonnant) les « choses non naturelles », mais aussi les divers régimes à suivre selon les différentes complexions. Les res non naturales sont donc considérées comme assujetties à un phénomène principal qui est celui du vieillissement des corps :

  • 98 Conservatur autem sanitas principaliter per debitam et ordinatam administracionem rerum que a medi (...)

La santé est principalement conservée par l’administration juste et ordonnée des choses que le médecin qualifie de non naturelles et qui sont l’air sain qui nous entoure, le mouvement et le repos, le sommeil et la veille, l’alimentation et la boisson, l’inanition et la réplétion et les passions de l’âme, au sujet desquelles un discours sera fait dans les pages qui suivent. Mais parce que nous parvenons à l’existence par la génération et par la croissance, comme les autres êtres animés, la quantité assignée à chaque individu est acquise par la nature. Ainsi, en premier lieu, sera défini le régime des femmes enceintes, celui de la conservation de l’embryon et la nutrition de l’enfant pendant la lactation jusqu’à l’âge de quatorze ans environ, et cela constituera la première petite partie de cet ouvrage. Dans la seconde, il sera question du régime des jeunes gens, ou consistant plus particulièrement dans les six choses non naturelles. Dans la troisième, on évoquera le régime des vieillards98.

46L’ambition de Giacomo Albini est donc non seulement d’envisager tous les moments de l’existence, mais aussi de proposer un régime pour toutes les complexions possibles.

  • 99 Igitur primo sibi componam auctoritates et flores antiquorum philosophorum doctrine artis medicine (...)

47Rien de tel dans le Texaurus de Guy de Vigevano, dont le titre de la première partie (Liber conservacionis sanitatis senis), ainsi que le prologue, informent parfaitement sur le contenu. Il s’agira non plus d’adopter un point de vue généraliste, mais au contraire de se focaliser sur un cas particulier, celui des hommes âgés, et de proposer un régime destiné à prolonger l’existence99.

  • 100 Et ideo dicemus quod a bene <illu>m arte custodiendi sanitatem semper magis habendo respectum ad n (...)
  • 101 G. Romano a montré que Guy de Vigevano était originaire de Pavie et non de Vigevano, comme on le p (...)

48La structure retenue par Guy de Vigevano est en fait très proche des regimina sanitatis organisés selon le schéma des res non naturales. En effet, comme dans le cas des traités d’Arnaud de Villeneuve, de Zambonino da Gazzo ou encore d’Arnold de Bamberg, c’est la réponse qui importe, c’est-à-dire l’examen des facteurs les plus propres à conserver la santé, qu’il s’agisse d’un adulte ou d’un homme âgé100. Le praticien de Pavie101 examine donc successivement l’alimentation, le sommeil et la veille, l’exercice et le repos, la réplétion et l’évacuation, l’air, les accidents de l’âme, et ajoute deux chapitres « préventifs », l’un consacré aux yeux, aux dents et à la mémoire, l’autre aux venins et aux mauvais aliments. L’étude de la préservation des sens et des capacités intellectuelles répond évidemment à certaines manifestations caractéristiques du vieillissement : perte de l’acuité visuelle, problèmes dentaires, mais aussi troubles de la mémoire. Giacomo Albini examine lui aussi ces difficultés inhérentes à l’âge, en y ajoutant la conservation de l’ouïe et de l’odorat, mais il les mentionne dans la particula relative à l’adulte, comme pour accentuer l’idée de préservation de ces sens.

Les conceptions médicales

49Le Texaurus et le De sanitatis custodia n’apparaissent pas comme les lieux les plus adaptés pour conduire une réflexion théorique sur l’âge lui-même et ses répercussions sur la complexion, ou plus spécifiquement sur le dépérissement des corps. Ainsi, ce n’est pas la recherche des causes du vieillissement qui préoccupe les auteurs mais les moyens les plus aptes à l’enrayer. Car le projet d’un Guy de Vigevano n’est pas seulement de conserver la santé par la reconstitution de ce qui a été perdu et par l’évacuation des choses superflues, mais aussi de ralentir ce processus :

  • 102 Ad conservationem autem sanitatis due sunt intentiones : una est repletio evacuatorum, altera est (...)

Pour conserver la santé, il faut faire attention à deux choses : l’une concerne la réplétion des choses évacuées, l’autre l’évacuation des superfluités. [...] De ces deux choses, découle nécessairement une troisième attention, à savoir que l’homme ne vieillisse pas trop vite102.

  • 103 Debitam a[d]ministracionem cibi et potus et aliorum de quibus dictum est. Alia est per quedam medi (...)

50Retarder la sénescence s’intègre pleinement au projet préventif et s’agrège aux objectifs plus classiques poursuivis par l’ars diaetae. Le vieillissement est causé, rappelle l’auteur, par un dessèchement du corps et par une déperdition de chaleur naturelle, selon la définition donnée par Galien. De par son projet, le Texaurus paraît plutôt se rattacher aux conceptions arabes qui croient possible de différer le processus. Pourtant, Guy de Vigevano ne conseille qu’une diète, sans jamais faire mention de préparations médicales. À l’inverse, Giacomo Albini, qui met l’accent sur la déperdition de l’humiditas naturalis (terme préféré à « radical »), propose de restaurer cette humidité « par une administration juste d’aliments et de boissons et de ce dont on a déjà parlé ; d’autre part par des médecines qui empêchent la consommation de l’humide naturel et augmentent l’humidité externe et confortent les membres principaux103 ».

  • 104 Composita vero sunt sicut electuaria preciosa ex istis et aliis confecta [...] et multa alia que l (...)
  • 105 Restauratur autem humiditas naturalis et conservatur eo modo quo est possibile licet non in tanta (...)
  • 106 S. Nagel, « Puer e pueritia nella letteratura medica del xiii secolo », dans Annali Fondazione G. (...)

51La diète est donc précédée d’un rapide examen de préparations simples et composées, qui aurait mérité plus ample développement104. Pour le reste, le praticien piémontais se concentre sur les solutions diététiques que représente un régime réchauffant et humidifiant, mais moderate. Sans s’interroger sur sa nature (qui peut être reductivum, preservativum, conservativum, resumptivum ou encore enutriens selon les catégories pensées par Bernard de Gordon), il suggère une diète modérée dans ses effets, un régime léger, dont les composantes sont largement empruntées au De sanitate tuenda de Galien, qui colore l’ensemble de ces chapitres. Pourtant, dans le De sanitatis custodia, la conception d’un retardement du vieillissement n’est jamais envisagée ; il n’est question que de confortatio de la chaleur naturelle, de restauratio de l’humidité radicale ou encore de conservatio, ce qui rattacherait plutôt le De sanitatis custodia, en dépit des préparations médicales, aux conceptions galéniques du vieillissement. Il est également proche des propos tenus par Bernard de Gordon dans le Tractatus de conservatione vitae humanae. Tous deux n’avouent-t-ils pas en des termes certes différents les limites de leur entreprise ? Pour l’un, il s’agira de faire ce qui est en son pouvoir et, pour l’autre, de reconnaître qu’on ne peut obtenir une réduction totale de la dyscrasie du vieillard105. Plus généralement, l’ouvrage du praticien piémontais paraît parfois emprunter à celui du montpelliérain certaines de ses articulations, ainsi que le suggèrent les chapitres consacrés à l’enfance qu’on retrouve dans les deux ouvrages : un De nativitate pueri, les subdivisions par âge de l’enfance (en fonction de l’apparition des premières dents ou de l’apprentissage de la parole), ou encore le passage consacré à l’éducation106.

  • 107 Ne conseille-t-il pas aux jeunes gens la lecture des ouvrages politiques d’Aristote ? Quod autem e (...)
  • 108 Le studium de Turin fut en effet créé par Amédée VIII de Savoie (1383-1451). Cf. A. Caffaratto, «  (...)

52Comme le médecin montpelliérain, le Piémontais opte pour une vision ternaire de l’existence, ne suivant en cela ni Galien, ni Hippocrate. Il n’existe pour lui, de même que pour Guy de Vigevano d’ailleurs, qu’une seule aetas senium caractérisée par une perte d’humidité et de chaleur. Giacomo Albini aurait pu se procurer l’ouvrage de Bernard de Gordon lors de l’un de ses voyages, ou par l’intermédiaire d’Amédée de Savoie, frère de Jacques d’Achaïe, qui fut étudiant à Montpellier et que le praticien savoyard accompagna lors d’un voyage à Paris. En plus d’une influence directe, le De sanitatis custodia fait montre d’une parfaite maîtrise des ouvrages médicaux les plus fondamentaux pour la science diététique ; les dernières traductions qui concernent aussi bien les médecins d’origine hispanique comme Avenzoar ou Averroès (à la notable exception de Maïmonide qui est, semble-t-il, ignoré) que le nouveau Galien (avec une attention particulière au De sanitate tuenda et au De facultatibus alimentorum), lui sont connues, de même que certains traités de philosophie naturelle et de morale107. Le De sanitatis custodia est le fruit d’une véritable culture universitaire, sans que l’on sache très bien où Giacomo Albini a pu l’acquérir ; en l’absence de studium proche de sa cité d’origine, il a certainement dû voyager108. Pour autant, le De sanitatis custodia s’inscrit dans une tradition fortement ancrée dans la pratique, d’où la réflexion spéculative est pour le moins réduite ; elle l’est encore plus dans le Texaurus de Guy de Vigevano.

Des réponses adaptées

53Sans être véritablement conduite par une réflexion théorique sur le rôle de la diététique dans le processus de conservation de la santé, l’écriture de ces deux ouvrages préventifs, fortement liée à la pratique quotidienne, semble plutôt répondre à une interrogation commune aux deux auteurs : comment adapter le contenu diététique à des cas particuliers ? Tels sont les projets menés par les praticiens italiens.

  • 109 Le praticien de Pavie apparaît dans les « Journaux du Trésor » de Philippe VI, entre 1346 et 1349, (...)
  • 110 C’est ce qu’il affirme dans le prologue du Texaurus.
  • 111 En 1318, Guy de Vigevano participe à Pavie aux luttes entre Guelfes et Gibelins et le 9 mai 1323, (...)
  • 112 Seul l’incipit du Liber notabilium, une autre des compositions de Guy de Vigevano datée de 1345, i (...)
  • 113 Voir l’édition du traité de poliorcétique proposée par G. Ostuni, Le macchine del re... cit., p. 2 (...)

54Guy de Vigevano adresse son Texaurus au roi de France, Philippe VI de Valois (1328-1350)109. Ce médecin de renom, habitué des cours princières, qui se dit lui-même praticien de l’empereur Henri VII110, s’est réfugié en France pour échapper aux querelles entre Guelfes et Gibelins111 ; il est devenu le médecin personnel de Marie de Luxembourg, épouse de Charles IV, puis de Jeanne de Bourgogne, mariée à Philippe VI112. Le Texaurus, composé en 1335, s’inscrit entièrement dans la logique des événements contemporains de sa rédaction, puisque Guy de Vigevano le présente au roi, en pleine période de préparatifs militaires113.

55Le « Texaurus Regis Francie acquisicionis Terre Sancte », un traité double

  • 114 Cette décision fait suite au projet avorté de reconquête de Grenade, lancé conjointement par Phili (...)
  • 115 G. Ostuni, qui fournit la description des manuscrits du Texaurus, propose une datation qui repose (...)
  • 116 Le Texaurus acquisitionis Terre Sancte est également conservé dans deux autres manuscrits : le ms (...)

56Le Texaurus est un traité complexe, composé en prévision d’une expédition en Terre sainte décidée par le roi de France114. La préface du manuscrit le plus ancien115, conservé à la Bibliothèque nationale de France116, éclaire le lecteur sur les circonstances de la composition de cette œuvre composite.

  • 117 [C]um anno currente millesimo trecentesimo trigesimoquinto passagium ultra mare fuerit ordinatum o (...)

L’année mille trois cent trente cinq, fut ordonnée une expédition outre-mer, en vue d’une conquête de la terre sainte, c’est pourquoi il convient de comprendre et connaître toutes les sciences comme le sait le premier des physiciens. Moi, Guy de Vigevano de Pavie, ancien médecin de l’empereur Henri et désormais, par la grâce de Dieu, médecin de la révérée et très sainte dame Jeanne de Bourgogne, par la grâce de Dieu, reine de France, réfléchissant de jour comme de nuit aux moyens de conquérir la Terre sainte, d’autant plus légèrement et rapidement que les Sarrazins sont pourvus d’eaux en abondance, tant douces que salées, de très nombreux villages et de châteaux fortifiés de murs et de fossés, et comme tout ce qui vient d’en haut est bon et beau, comme il est dit dans De celo et mundo, au chapitre sur l’éternité du monde, il m’a été donné par Dieu le moyen de conquérir la Terre sainte d’Outre-mer, que je décrirai au très sérénissime prince et seigneur Philippe, par la grâce de Dieu roi de France [...]. Mais comme nulle œuvre de ce monde ne peut être accomplie sans l’intermédiaire de la santé corporelle, et que la santé ne peut être conservée librement sans l’intervention de l’art médical ; et pour que [le roi] puisse poursuivre son chemin en bonne santé et prolonger sa vie et plus particulièrement se prémunir des venins, j’ai donc en premier comparé pour lui les autorités et fleurs de la doctrine médicale des anciens philosophes à propos de la conservation de la santé et spécialement celle de l’homme âgé lorsqu’il décline vers la sénescence. Et j’en ai fait un bref résumé. Et ensuite je reviendrai à la science dont il a été question concernant la conquête de la Terre sainte, au sujet de laquelle on ne trouve rien dans les [ouvrages] du passé117.

  • 118 Le régime est également copié seul (sans la partie poliorcétique) dans le manuscrit 334 (ff. 255r- (...)
  • 119 D’après R. Cazelles, c’est la reine Jeanne de Bourgogne qui aurait encouragé son médecin à rédiger (...)
  • 120 Il s’agit plus précisément d’ouvrages qui ont pour but d’exalter chez les souverains l’idée de cro (...)

57Le manuscrit parisien comporte deux parties bien distinctes : la première intitulée Liber conservacionis sanitatis senis118 s’étend des folios 32ra à 41ra ; la seconde, qui porte le titre de Modus acquisicionis terre sancte Christi nomine invocato Regi Francie intitulato, est un traité d’art militaire (ff. 41ra-55va). Le lat. 11015, manuscrit de très belle facture, comporte un grand nombre d’illustrations de machines de guerre destinées à favoriser, grâce aux apports techniques qu’elles représentent, le succès des troupes chrétiennes dans leur entreprise de conquête. L’association d’un traité diététique et d’un livre de poliorcétique est pour le moins assez novatrice pour que l’auteur lui-même en fasse la remarque119 et elle s’inscrit aussi dans une double tradition littéraire, diététique et politique120.

  • 121 Le pape Jean XXII, qui a accordé l’indulgence à tous les croisés, fait du roi de France en novembr (...)
  • 122 C’est en effet en partie sur la base de sa propre expérience qu’il compose son traité ; ne dit-il (...)
  • 123 Et sic habemus scienciam veneni completam ab auctoribus medicine secundum quod nobis dare potuerit (...)
  • 124 Le rôle de Guy de Vigevano dans la prise de sa cité d’origine par les troupes impériales est évoqu (...)
  • 125 Quapropter ego Guido volens de veneno certitudinem habere et specialiter de veneno napeli cum de i (...)
  • 126 Et hoc apparuit per soldanum Babilonie, qui per axassinum voluit sanctum Ludovicum regem Francie p (...)

58Dans le Texaurus, la question militaire n’est abordée que sous l’angle de la stratégie et il n’est jamais fait mention de l’état de santé des troupes. Le seul croisé auquel Guy de Vigevano prête attention est le roi lui-même, puisqu’il a été nommé par le pape rector et capitaneus generale de la croisade121. Si l’écriture est axée sur l’homme mûr, c’est parce que, lorsque le praticien de Pavie rédige son traité, Philippe VI est âgé de quarante-deux ans ; il est donc, selon les conceptions médicales, entré dans l’aetas senum depuis l’âge de trente-cinq ans ou quarante ans, un état où le précède Guy de Vigevano qui, à cette époque, a environ cinquante-cinq ans. Ce dernier connaît donc bien certains des troubles et problèmes liés au vieillissement, comme le montrent quelques-unes de ses remarques, fruit de sa propre expérience122. Le discours diététique s’articule autour de la perspective d’un voyage dans des contrées lointaines et dangereuses, ce qui légitime le dernier chapitre du Texaurus, consacré aux venins et aux intoxications alimentaires. Son contenu ne repose pas entièrement sur le discours des autorités puisque, comme l’explique Guy de Vigevano, ces derniers ignorent dans une large mesure la sciencia veneni123. Aussi recourt-il à ce que l’expérience lui a appris, peut-être au contact des luttes politiques qui ont assailli l’Italie et plus particulièrement Vigevano dans les années 1310-1313124, en proposant à son lecteur un antidote personnel contre le poison, extrait de l’aconit125. Il rapporte encore des anecdotes qu’on lui a racontées. Ainsi, il rappelle une tentative d’empoisonnement dont fut victime le roi Louis IX, au cours de sa dernière croisade126.

59Le « Texaurus » et la tradition médicale des « régimes de campagne »

  • 127 « Flavi Vegeti Renati epitoma rei militaris », éd. C. Lang, Stuttgart, 1967.
  • 128 Pour une étude sur le personnel médical dans les armées de la couronne d’Aragon, voir la thèse de (...)
  • 129 La bibliographie sur le sujet est pour le moins abondante. Je me contenterai de renvoyer au dernie (...)

60En associant régime de santé et ouvrage militaire, le Texaurus s’inscrit dans une double tradition, celle des traités de poliorcétique proprement dits (dont le modèle fondamental est encore l’Epitoma de re militari de Végèce127) ou plus largement des livres destinés à populariser l’idée de croisade, et dans celle des ouvrages de diététique préventifs. Dans cette seconde famille, un groupe de textes qu’on pourrait désigner sous le terme générique de « régimes de campagne » peut être individualisé. Peu nombreux, ils ont pour objet d’étude la santé des armées. N’évoquant pas, le plus souvent, le problème des blessés – dont les soins relèvent plutôt de la chirurgie128 –, ils semblent focalisés sur des questions de prophylaxie et sur les difficultés à maintenir la santé des troupes en déplacement. Ils sont en quelque sorte les héritiers des régimes de voyage. Pour le xiiie siècle, le Regimen iter agentium vel peregrinantium d’Adam de Crémone pourrait fournir un exemple, si l’écueil posé par sa datation ne le rendait suspect ; en outre, malgré les rappels de la croisade de 1227-1228, le texte ne fait jamais référence qu’à des pèlerins, renvoyant donc explicitement aux difficultés liées au voyage et non à la guerre, même si croisade et pèlerinage ont partie liée129. Le seul exemple fourni pour cette époque est constitué par un chapitre du Tractatus de conservatione sanitatis de Zambonino da Gazzo. Après avoir en effet traité de la santé des hommes de façon générique, le professeur de Padoue évoque les cas posés par ceux qui ne demeurent pas dans leur cité :

  • 130 Sed quia contigit multociens homines non morari in propriis domibus seu civitatibus, sicut contigi (...)

Mais parce qu’il advient que souvent les hommes ne demeurent pas dans leurs propres maisons ou dans les cités, comme il arrive que certains habitent dans des camps ou parmi les armées, il doit être fait mention d’un tel régime130.

  • 131 Ideo de regimine talium aliquid est dicendum propter quod est sciendum quod regimen illorum sunt e (...)

61Les motivations d’un tel discours ne sont pas clairement explicitées, si ce n’est, nous dit Zambonino, parce que les conditions de vie de ces hommes sont déterminées par l’air, les lieux, la végétation et les animaux (et plus particulièrement les reptiles) et que, pour cette raison implicite, elles diffèrent de celles du régime qu’il vient de proposer131. Il n’y a donc pas de continuité entre le regimen, tel qu’il se présente dans la majeure partie du traité, et ce dernier chapitre consacré aux armées et plus particulièrement encore aux dangers que représentent serpents et poisons.

  • 132 E. Wickersheimer n’apporte aucune précision supplémentaire dans son dictionnaire, puisqu’il renvoi (...)
  • 133 Le manuscrit de la British Library est lacunaire au début. Le texte commence en effet in medias re (...)
  • 134 B. L., Add. 15834, f. 15vb.

62Au xive siècle, un long régime intitulé Tractatus ou Liber de regimine sanitatis participe de cette même nécessité d’exprimer ce que doit être l’alimentation dans les camps militaires, sans qu’il s’agisse pour autant d’un discours extrêmement spécialisé. Ce texte qui fut rédigé par un certain Johannes Bononiensis (qui se dit tantôt baccalaureus tantôt rector Montis Pessulani sans qu’il m’ait été possible de l’identifier plus précisément132), se présente comme une longue somme préventive composée de deux parties. La première, à teneur très générale, se compose de vingt-cinq canones universales qui concernent aussi bien les préparations du médecin utilisées dans le régime, qu’une définition de l’ars preservativa ou encore de la santé. La seconde partie, plus directement adressée à un destinataire spécifique133, s’organise selon le modèle plus classique des sex res non naturales auxquelles s’ajoutent les alia istis annexa ut balneum et coytus etc.134. Parmi ces dernières, sont mentionnées des catégories peutêtre moins traditionnelles, non qu’elles n’aient été pensées par les médecins, mais parce qu’elles ne faisaient généralement pas l’objet de développements séparés. Ainsi les passages consacrés à la prévention de futures maladies, un régime détaillé pour ceux qui travaillent (De regimine illorum qui impediti sunt secularibus negociis), ou encore le régime des convalescents qui suit celui des vieillards, sans oublier les chapitres : De modo metandi castra, De modo transferrandi castra, De aquarum scrutino, De quodam pulvere coriandri, De optima ptisana omnibus. Ici, comme dans le cas de Zambonino da Gazzo (et peut-être exprimé de façon plus explicite car le régime s’adresse à un roi), la réflexion sur la santé des armées ou plus exactement sur la localisation et l’installation des camps s’inscrit dans une réflexion générale sur le régime, la transformation des habitudes en fonction des lieux, des climats et des conditions de vie.

  • 135 Arnaud de Villeneuve a en effet rédigé son ouvrage lors d’un voyage qui le conduisait de Sicile à (...)
  • 136 M. R. McVaugh, dans son édition, propose de restituer : regimen quod fecit Arnoldus de Ville Nova (...)
  • 137 E. Olivier, Médecine et santé dans le pays de Vaud des origines au xviiesiècle, Lausanne, 1962, p. (...)

63Rien de tel dans le Regimen Almarie d’Arnaud de Villeneuve, dont le projet clairement explicité est de se limiter à l’armée. Ce texte bref, dont la structure désorganisée est due, comme l’a montré Michael McVaugh, aux circonstances de sa rédaction135, s’adresse au roi d’Aragon, Jacques II, dont les armées assiègent la ville d’Almería. Ces événements expliquent le titre que cet opuscule porte dans certains manuscrits136. Plus exactement, à l’exception d’une remarque rapide sur le lieu où le roi doit installer son camp, l’ensemble du discours a pour seul objet l’armée. Arnaud de Villeneuve passe de la question de l’air aux problèmes posés par l’eau, avant de se consacrer aux épidémies et à leurs remèdes, ainsi qu’aux blessés. Ici encore, il n’est question que de traitements de nature pharmacologique. La dimension personnelle est clairement occultée au profit d’un intérêt collectif qui conduit d’ailleurs les armées, parfois en campagne chaque année, à disposer de leurs propres médecins et notamment chirurgiens137.

64La dimension collective n’apparaît pas dans le Texaurus, où le discours diététique est strictement limité à la personne royale. Mais il semble placé sous la tutelle de la partie poliorcétique qui rend compte des choix et des partis pris de composition. À ce titre, l’ensemble du Texaurus participe bien, quoique de façon originale, de ces textes apologétiques de la croisade.

Un regimen pour la vie

  • 138 Comme un certain nombre d’autres vallées et villes du Piémont (dont Turin), Moncalieri est passée (...)
  • 139 Il ne faudrait pas oublier ses qualités de médecin au service de sa cité d’origine, Moncalieri. On (...)
  • 140 Voir sur le sujet B. Trompeo, Dei Medici e degli Archiatri... cit. Sur les praticiens de la Maison (...)
  • 141 G. Carbonelli cite quelques extraits d’archives concernant des paiements à Giacomo Albini (G. Carb (...)
  • 142 La tutelle de Catherine de Vienne, veuve de Philippe et mère de Jacques alors mineur, ne dura que (...)
  • 143 Les archives des services financiers de la cour ont gardé la trace de paiements versés à Giacomo A (...)
  • 144 Preclara utriusque parentis stirpe progenito domino Jacobo de Sabaudia illustri principi Acaye Suu (...)

65Le De sanitatis custodia répond à une autre attente, qui n’est pas à proprement parler ponctuelle (même si le processus d’écriture a pour origine un événement particulier), puisqu’au contraire, elle s’inscrit dans la durée d’une vie. Giacomo Albini, originaire de Moncalieri dans le Piémont138, exerce des fonctions de médecin de cour139, d’abord au service de la comtesse Yolande de Savoie140, puis auprès de la famille princière de la principauté d’Achaïe141. C’est à Jacques d’Achaïe, qui a succédé en 1334 à son père Philippe142 (assisté par Giacomo Albini durant sa maladie143), que ce dernier adresse son ouvrage144.

  • 145 Jacques d’Achaïe avait d’abord épousé Béatrice d’Este en janvier 1339 mais celle-ci mourut brutale (...)
  • 146 Et est sciendum quod fructus sive semina col[l]ecta tempore sicco vel tempore humiditatis generata (...)
  • 147 Ibid., p.16 et n.2.

66Comme l’auteur s’en explique dans ses premières phrases, l’ouvrage est destiné au prince et à son fils nouveau-né, ainsi qu’à sa descendance future. De cette remarque, Giovanni Carbonelli a déduit la date de rédaction du De sanitatis custodia : il aurait été écrit vers 1341-1342, après la naissance de Philippe, fils issu du remariage de Jacques d’Achaïe et d’Isabelle de Baux145. Dans ces premières années de mariage en effet, le médecin et la cour ne savent pas encore que la princesse est devenue stérile et qu’elle n’aura pas d’autre enfant. Une autre information, extraite du De sanitatis custodia, confirme cette datation ; Giacomo Albini fait mention d’un voyage à Paris146, un séjour qu’il fit à l’automne 1340 en compagnie d’Amédée d’Achaïe, frère de Jacques, qui était alors étudiant à l’université de Montpellier147.

67Ces circonstances ne sont certainement pas étrangères à la rédaction du De sanitatis custodia d’une part, et aux choix de composition, d’autre part. Les récents et pénibles événements vécus par le prince (la mort de son père, de sa mère, puis de sa première épouse), momentanément occultés grâce à la naissance toute récente de son premier fils, sont peut-être à l’origine d’un ouvrage préventif, qui ne semble toutefois pas avoir été rédigé sur commande. Il constitue le seul traité que nous connaissions de Giacomo Albini. Le médecin piémontais, qui fut témoin de ces différents décès, a peut-être cru nécessaire de fournir à la maison princière un traité susceptible d’apporter des compléments d’informations sur la santé et sur sa conservation. Le De sanitatis custodia appartient par certains côtés à la littérature d’édification, non qu’il s’agisse d’enseigner des règles de morale, mais des règles d’hygiène :

  • 148 Vestre Magnificentie compilavi [libellum] in quo regulas regiminis sanitatis secundum diversitatem (...)

Pour votre Grandeur, j’ai compilé [ce livre] dans lequel sont comprises en un bref sermon des règles de régime de santé selon la diversité des états des complexions et des périodes [de la vie]148.

  • 149 Je n’en voudrais pour preuve que les conseils ou remarques qui s’adressent plus particulièrement à (...)
  • 150 Ainsi, à propos des complexions des animaux et des végétaux : Tractare autem particulariter de nat (...)

68Miroir des princes réduit à une simple tonalité médicale, le De sanitatis custodia est un ouvrage d’apprentissage dont le contenu se veut le plus large possible. Afin d’être utile non seulement au prince et à son fils Philippe, mais également aux descendants à venir et aux autres membres de la Maison d’Achaïe, le livre propose des régimes adaptés à toutes les complexions possibles. Ouvrage d’édification, le De sanitatis custodia l’est aussi par l’ordonnancement qui le rend indispensable à tout âge et en fait une sorte de vade-mecum à usage princier ou plus largement aristocratique149. Il participe à l’enseignement de règles rudimentaires d’hygiène, qui vont du régime alimentaire de la nourrice à celui du vieillard. De fait, et malgré son caractère érudit – puisque Giacomo Albini ne manque pas de citer ses nombreuses sources –, le De sanitatis custodia adopte un ton volontiers vulgarisateur et montre son souci de rassembler, sous la forme d’une écriture accessible, une pluralité d’informations, non seulement extraites des ouvrages médicaux, mais également des traités de philosophie naturelle. Cependant, lorsqu’il s’éloigne de son sujet, l’auteur sait se donner un certain nombre de limites et renvoyer son public à des lectures complémentaires150. Autant que faire se peut, les enseignements théoriques sont accompagnés de remarques personnelles ou d’observations qui viennent interrompre le cours du propos savant, afin sans doute de le rendre moins fastidieux à lire.

CONCLUSION

  • 151 Il est difficile de déterminer l’origine du copiste, qui est peut-être italien ou provençal.
  • 152 Sur la croisade, voir N. Iorga, Philippe de Mezières (1327-1405). La croisade au xivesiècle, Paris (...)

69À l’inverse du régime de Giacomo Albini dont le propos est uniquement centré sur l’hygiène, les traités respectifs de Bernard de Gordon et de Guy de Vigevano se caractérisent par des discours pluriels, où le parti pris préventif peut être renforcé par d’autres composantes médicales ou au contraire diversifié par l’apport de considérations a priori étrangères aux préoccupations diététiques. Cependant, il n’est pas certain que l’association peu traditionnelle d’un régime avec des opuscules sur l’urine et le pouls ou encore avec un ouvrage de poliorcétique ait été toujours comprise des lecteurs contemporains ou postérieurs. Comme le Tractatus conservationis et curacionis de Guillaume de Salicet, les œuvres de Bernard de Gordon et de Guy de Vigevano ont en effet été démembrées, le régime étant parfois copié indépendamment du reste. Cette tradition textuelle commence très tôt dans le cas du Tractatus de conservatione vitae humanae à l’image du manuscrit londonien (B. L., Sloane 3097). Si l’individualisation des parties diététiques peut se comprendre par une association peut-être peu évidente dans le cas du traité de Guy de Vigevano, entre des discours de natures différentes, elle semble surtout révéler chez le public un besoin, une attente de conseils auxquels répond la littérature diététique et préventive. En revanche, le manuscrit de la B.n.F. (lat. 11015), où apparaissent successivement le Liber conservacionis sanitatis senis et le Modus acquisitionis Terre sancte, s’inscrit plus spécifiquement dans l’atmosphère d’une préparation de croisade. Ce codex, sans doute copié dans la région d’Avignon151 vers le milieu du xive siècle, est contemporain de l’annonce faite en 1343 par le pape Clément VI de la constitution d’une ligue pour libérer la Terre sainte152. La double perspective du livre est donc particulièrement légimitée dans ce contexte.

  • 153 « Further evidence of specializing trends may be discerned in the narrowing focus of regimens of h (...)

70Si le Tractatus de conservatione vitae humanae de Bernard de Gordon paraît le fruit d’une réflexion théorique sur le rôle de la diététique et sur sa définition, le Texaurus et le De conservatione sanitatis de Guy de Vigevano et Giacomo Albini s’expliquent peut-être plus par les circonstances de leur composition et par leur destination. Cette remarque remet quelque peu en cause la typologie proposée par Luke Demaitre au sujet des regimina sanitatis153. L’historien américain remarquait en effet que l’âge aurait été le principal critère de composition des traités diététiques jusqu’aux premières années du xive siècle, avant que le régime de l’adulte n’occupe la première place. Ce n’est que plus tard dans le siècle que les régimes seraient devenus des textes « faits sur mesure ». Cette vision schématique ne me paraît entièrement correspondre au panorama de la littérature des régimes qui vient d’être dressé. Loin d’avoir été le seul modèle imposé, l’âge a certes été évoqué comme facteur déterminant de la santé par des auteurs comme Guillaume de Salicet ou Aldebrandin de Sienne au xiiie siècle, mais ces derniers n’y ont pas réduit leur appréhension de la diététique. Des ouvrages comme le Tractatus de conservatione vitae humanae, le Texaurus et le De sanitatis custodia illustrent en revanche l’intérêt porté à ce facteur et montrent que le régime pour l’adulte est loin d’être le seul schéma de composition des régimes de la première moitié du xive siècle. Quant à dire que les régimes « faits sur mesure » ne sont apparus que plus tard, l’examen de ces mêmes textes, auxquels pourraient bien sûr s’ajouter les œuvres d’Arnaud de Villeneuve ou d’Arnold de Bamberg, rend compte, dans le cadre d’ouvrages de vulgarisation, d’une adaptation très fine du discours scientifique à la complexion, à l’âge, ou à la pathologie du destinataire principal et ce, dès le début du xive siècle.

71Avec les ouvrages montpelliérains d’Arnaud de Villeneuve et de Bernard de Gordon, la littérature diététique est entrée dans une deuxième phase, marquée par une accélération de la production, par une diversification géographique, mais également par la fixation de procédés d’écriture qui laissent cependant une certaine liberté d’entreprendre aux auteurs ultérieurs. Mais, par son contenu, le Regimen sanitatis du praticien catalan a souligné divers points dont on retrouve les échos dans la littérature ultérieure : l’entreprise de vulgarisation d’un savoir universitaire, l’accent mis sur l’alimentation ainsi que la dimension essentiellement préventive de l’ouvrage. De son côté, le Tractatus de conservatione vitae humanae de Bernard de Gordon complète le dispositif ; s’il eut peu d’influence directe sur le contenu des régimes ultérieurs, c’est par la réflexion qu’il a menée sur le statut de la diététique dans l’enseignement et la pratique médicale que cet ouvrage paraît novateur.

Notes

1 ... si in temperamenti qualitate sanitas constituitur, qualitas autem ipsa non permanet eadem, nec ipsam sanitatem eandem servari est possibile (Galien, « De sanitate tuenda », dans « Claudi Galeni Opera Omnia », éd. C. G. Kühn, vol. 6, Leipzig, 1823, p. 14).

2 Et ex se quidem duplici primo modo consumi corpus indicavimus ; uno, quod vel aetatis cursu, vel assiduo substantiae fluore ad interitum tendat... (Galien, ibid., p. 10).

3 Sur le milieu médical montpelliérain, voir le travail ancien et parfois erroné de P. Pansier, « Les maîtres de la faculté de médecine de Montpellier au Moyen Âge », Janus, 9 (1904), p. 443-451, 499-511, 537-545, 593-602. Plus récemment, sur la faculté languedocienne, L’université de médecine de Montpellier et son rayonnement (xiiie-xve siècles). Actes du colloque international de Montpellier (Université Paul-Valéry-Montpellier III), 17-19 mai 2001, sous la dir. de D. Le Blévec, Turnhout, 2004 (De diversis artibus, 71).

4 Pour une étude sur l’ensemble de la production scientifique de Bernard de Gordon, voir L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon, Professor and Practitioner, Toronto, 1980 (Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 51). Voir sa notice, annexe 1, p. 703.

5 Ces informations proviennent des colophons de divers manuscrits du Tractatus de conservatione vitae humanae parmi lesquels celui de la Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1174, f. 10rb-va : incohatus est enim iste liber in preclaro studio Montis Pessulani. Anno incarnacionis domini millesimo ccc. vij. xxij. die februarii luna celebrante synodum cum sole versus vij. gradum piscium. Pour la recension de ces manuscrits, voir K. Sudhoff, « Zur Schriftstellerei Bernhards von Gordon und deren zeitlicher Folge : eine Handschriftenstudie », A.G.M., 10 (1917), p. 162-188. Pour la discussion des propositions de l’historien allemand et la suggestion d’une nouvelle datation, voir Y. V. Neill, « The History of Publication of Bernard of Gordon’s Liber de Conservatione vitae humanae », Sudhoffs Archiv, 49 (1965), p. 269-279.

6 Cf. Y. V. O’Neill, ibid.

7 L. Demaitre propose une liste des manuscrits du Tractatus de conservatione vitae humanae. Neuf témoins ne comportent que le régime, parmi lesquels Londres, B. L., Sloane 3097 daté du 28 décembre 1311. 19 manuscrits regroupent la phlébotomie, le traité sur l’urine et le régime, alors qu’un seul témoin assemble les seules trois premières parties. Le De pulsibus a donc souvent été omis par les copistes, peut-être en raison de sa brièveté.

8 K. Sudhoff, « Zur Schriftstellerei... », art. cit. et H. I. Bell, « The Bibliography of Bernard de Gordon’s De conservatione vitae humanae », dans Seventeenth International Congress of Medicine, London, 1913, Section 23, History of Medicine, Londres, 1914, p. 325-337.

9 Primus erit de flebotomia et quia inter omnia instrumenta cum quibus medicus operatur non videtur ita miraculose operari sicut cum flebotomia, quando fit sicut oportet et ubi oportet, et hoc sciri non possit, nisi cognitio habeatur per signa et signa non habentur ita bene nisi per urinam ideo de urinis in secundo libro aliquid aggregabo. Et quia quantitas sanguinis in flebotomia metiri non poterit, nisi virtus cognoscatur, et virtus cognosci non poterit sine sensu pulsuali, ideo in tercio libro aliquid de pulsibus compilabo. Et quia flebotomia valet universaliter in regimine corporis humani et regimen non potest sciri sine regimine sanitatis, ideo in quarto libro regimen sanitatis ordinabo (Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae », partie II, Leipzig, apud J. Rhambam, 1570, p. 668).

10 Une bulle émise par le premier pape résidant à Avignon, Clément V, rend compte de l’entrée officielle des traductions arabes dans l’enseignement montpelliérain. Le texte est édité dans le Cartulaire de l’Université de Montpellier, 1181-1400, éd. A. Germain, t. I, Montpellier, 1890, p. 219-221 et dans l’ouvrage de M. Fournier, Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, t. I, Paris, 1890, p. 20-21. Pour une étude de cette réforme, voir L. García Ballester, « Arnau de Vilanova (c. 1240-1311) y la reforma de los estudios médicos en Montpellier (1309) : El Hipòcrates latino y la introducciòn del nuevo Galeno », Dynamis, 2 (1982), p. 97-158.

11 Pour une étude comparée de trois traités consacrés au diagnostic effectué grâce à l’examen des urines, voir O. Riha et W. Fischer, « Harndiagnostik bei Isaak Judaeus, Gilles de Corbeil und Ortolf von Baierland », Sudhoffs Archiv, 72 (1988), p. 212-224.

12 Pour une étude de la phlébotomie dans l’œuvre de Bernard de Gordon, mais aussi dans d’autres traités spécifiques, voir P. Gil Sotres, « Derivation and Revulsion : the Theory and Practice of Medieval Phlebotomy », dans Practical Medicine from Salerno to the Black Death, éd. L. García Ballester, R. French, J. Arrizabalaga et A. Cunningham, Cambridge, 1994, p. 110-155.

13 Bernard de Gordon débute en effet son chapitre sur l’urine par cette définition : phlebotomia est evacuatio universalis multitudinem humorum evacuans (« Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 729). Il reprend ici presque mot pour mot la définition d’Avicenne : phebotomia est evacuatio universalis que multitudinem evacuat (Canon, livre I, fen IV, doc. 4, cap. 20, Venise, apud Vincentium Valgrisium, 1564, p. 209). Sur ces rapprochements, voir P. Gil Sotres, « Derivation and Revulsion... », art. cit., p. 122.

14 L’ouvrage date de juillet 1303. Voir K. Sudhoff, « Zur Schriftstellerei... », art. cit.

15 Patet igitur quod prudens medicus ex concursu particularium elicit formam regiminis in omni morbo (Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1083, f. 279v). Cité par L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 38.

16 Regimen acutarum egritudinum consistit in tribus : in dieta, in pocionibus et potibus alterativis (B.A.V., Pal. lat. 1083, f. 278r).

17 Hunc librum intitulo Lilium medicinae ; in lilio enim sunt multi flores & in quolibet flore sunt septem folia candida & septem grana quasi aurea. Similiter liber iste continet septem partes, quarum prima erit aurea, rutilans & clara. Tractabit enim de morbis plurimis universalibus, incipiens a febribus. Aliae autem sex partes erunt candidae & transparentes propter earum grandem manifestationem (Bernard de Gordon, « Opus lilium medicinae », Lyon, apud G. Rouillium, 1574, p. 6).

18 D’après L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 67 : sicut melius dicemus in libro de regimine sanitatis, cum regimen principaliter pertractabimus (Liber pronosticorum, cité d’après le manuscrit Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1144, f. 83r) ; licet per dei graciam de regimine sanitatis longiorem intendamus edere tractatum (Lilium medicinae, 5.8, cité d’après le manuscrit de Londres, B. L., Harley 3698, f. 66r).

19 Toutes ces œuvres ont été rédigées dans le studium montpelliérain. Le Compendium est adressé à un nommé Jean de Confluentia, qui demeure un personnage non identifié. K. Sudhoff suggère qu’il pourrait s’agir d’un Piémontais. Cf. K. Sudhoff, « Mitteilungen zur Geschichte der Medizin », A.G.M., 14 (1915), p. 93. Notons en effet qu’au xve siècle, dans cette région, est attestée une famille de médecins portant ce nom, dont deux au moins furent célèbres : Pantaleone, auteur d’un traité diététique consacré aux fromages, et Giacomo, auteur d’un consilium préventif (voir infra, p. 378-395). Le De decem ingeniis curandorum morborum, nous dit l’auteur, a été composé à la demande de ses collègues (cf. L. Demaitre, Doctor Ber-nard de Gordon... cit., p. 47). Quant au Lilium, Bernard de Gordon répète à l’envie qu’il le destine aux médecins inexpérimentés et qu’il s’agit, selon le précepte socratique, de faire de la répétition un outil de savoir (ibid., p. 52-53).

20 Cf. L. Demaitre (ibid., chap. 2) et M. R. McVaugh (« The humidum radicale in Thirteenth-Century Medicine », Traditio, 30 [1974], p. 259-283) qui penche pour la paternité de Bernard de Gordon.

21 Res vero naturales sunt VII : elementa, commixtiones, compositiones, membra, virtutes, operationes, spiritus. Et alii addiderunt his alias IV : scil[icet] aetates, colores, figuras, distantiam inter masculum et feminam (« Johannicius. Isagoge ad Techne Galieni », éd. G. Maurach, Sudhoffs Archiv, 62 [1978], p. 148-174). Voir D. Jacquart et N. Palmieri, « La tradition des Masā’il fīṭ-ṭibb de Ḥunain ibn Isḥāq », art. cit.

22 Galien, De temperamentis, II.2 : intelligamus igitur recens formatum animal in utero matris, quo sciamus, qua ratione humidissimum calidissimumque sit. Prima enim ejus constitutio ex sanguine et semine est, quae humidae et calidae res sunt (éd. C. G. Kühn, vol. 1, Leipzig, 1821, p. 577-578).

23 Galien affirme : senium enim, ut de hoc primum agam, frigidum siccumque est, veluti in libro de Temperamentis est ostensum. Corrigitur id per ea, quae calefaciunt et humectant (Galien, « De sanitate tuenda », ibid., V. 3., vol. 6, Leipzig, 1823, p. 319).

24 Sur le concept de « chaleur naturelle » dans le Canon d’Avicenne, voir l’étude de M. Stolberg, « Die Lehre vom calor innatus im lateinischen Canon medicinae des Avicenna », Sudhoffs Archiv, 77 (1993), p. 33-53.

25 La métaphore de la lampe qui s’éteint pour symboliser la fin de la vie apparaît notamment chez Cicéron (De senectute), mais elle n’est pas seulement utilisée dans un champ littéraire. Aristote, mais également Hippocrate, Galien et d’autres médecins à leur suite pensent la vie en terme de combustion de la chaleur naturelle. À plusieurs reprises, Bernard de Gordon utilise également cette métaphore, comparant la vieillesse à une lanterne prête à s’éteindre : senes a senio sunt sicut lucerna parata extinctioni (« Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 913). Pour une étude de cette métaphore dans la littérature médicale, depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, voir P. H. Niebyl, « Old Age, Fever, and the Lamp Metaphor », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 26 (1971), p. 351-368.

26 Quarta est humor qui est intus in membris simplicibus a principio nativitatis per quem partium eorum continuitas existit, cuius principium est ex spermate. Spermatis vero principium est ex humoribus (Avicenne, Canon, livre I, fen I, doc. 4, cap. 1, cité par M. R. McVaugh, (« The humidum radicale... », art. cit., p. 266, n. 18). Cf. aussi T. S. Hall, « Life, Death and the Radical Moisture », Clio Medica, 6 (1971), p. 3-23. Il existe au total trois humidités dans le corps, l’une dite continuans, propre au corps en tant que composé, la deuxième nutrimentale et la troisième radicale.

27 Calor igitur innatus est causa extinguendi seipsum accidentaliter propterea quod fit causa sui ipsius materiam consumendi, sicut lampadis flamma que extinguitur propterea quod suam consumit materiam ; et quanto plus siccitas secundum augmentum procedit, calor innatus secundum diminutionem incedit, ergo accidit defectus nunquam cessans usque ad ultimum qui est defectus restaurandi humiditatem loco eius quod resolutum fuit ; defectus igitur semper augetur (Avicenne, Canon, livre IV, fen I, doc. 3, cap. 1 ; M. R. McVaugh, « The humidum radicale... », art. cit., p. 267, n. 21).

28 Voici la définition des complexions selon les quatre âges de la vie, proposée par Ḥunain ibn Isḥāq dans son Isagoge ad Techne Galieni : quattuor sunt aetates, i. e. adolescentia, iuventus, senectus et senium. Adolescentia complexionis videlicet calidae et humidae est, in qua crescit et augetur corpus usque ad vicesimum quintum vel tricesimum annum. Hanc iuventus insequitur, quae calida est et sicca, perfectum sine diminutione virium corpus conservans, quae vel tricesimo quinto vel quadragesimo anno finitur. Huic succedit senectus frigida et sicca, in qua quidem minuit et decrescere corpus incipit, tamen virtus non deficit quinquagesimo quinto vel sexagesimo persistens anno. Huic succedit senium collectione flegmatici humoris frigidum et humidum, in quo virtutis apparet defectus, quod suos annos vitae termino metitur (éd. G. Maurach, « Johannicius. Isagoge... », art. cit., p. 155).

29 Cur igitur aliqui celebrium medicorum humidum esse senium prodiderunt ? An videlicet quod excrementorum abundantia sunt decepti ? Quippe tum oculi his lacrymis suffunduntur : tum nares gravedine replentur [...]. Verum tantum abest, ut ejusmodi signa universa senilem aetatem humidam confirment, ut etiam siccam esse prope testentur [...]. Est ergo humidus senex, non propriis suis particulis, sed excrementis : rursum siccus, non excrementis, sed particulis ipsis (Galien, De temperamentis... cit., II. 2, p. 580-581).

30 C’est ce que déclare l’auteur du De retardatione accidentium senectutis (éd. A. G. Little et E. Withington, dans les « Opera hactenus inedita Rogerii Baconi », fasc. 9, Oxford, 1928, p. 83) lorsqu’il résume les positions de certains auteurs arabes : Sed sapientes qui de regimine senum tractaverunt, quidam fecerunt differentiam inter regimen senum et seniorum, et quidam non : sed Rasy fecit, sed Haly regalis et Avicenna non fecerunt, et dixerunt quod natura senum est frigida et sicca naturaliter, frigida et humida accidentaliter, quia sanguis eorum est diminutus et calor naturalis iam debilitatur [...] ; et cum calor naturalis debilitatur, digestio debilitatur, propter quam causam coadunantur in corporibus eorum humiditates multe et humores crudi, quare debilitantur spiritus, et sic dominatur super eos debilitas nature. M. R. McVaugh évoque les différentes positions soutenues au xiiie siècle par deux auteurs montpelliérains qu’une génération sépare, Henri de Winchester et Cardinalis (cf. M. R. McVaugh, « The humidum radicale... », art. cit.).

31 Cf. L. Demaitre, « The Care and Extension of Old Age in Medieval Medicine », dans Aging and the Ages in Medieval Europe, éd. M.M. Sheehan, Toronto, 1990, p. 3-22 ; J. A. Burrow, The Ages of Man : A Study in Medieval Writings and Thought, Oxford, 1986 ; compte rendu de L. Demaitre, B.H.M., 62 (1988), p. 298-299.

32 Pour un examen approfondi de l’apport de ce concept d’ « humide radical » à un ensemble de disciplines (théologie, alchimie, philosophie), voir C. Crisciani, « Aspetti del dibattito sull’umido radicale nella cultura del tardo medioevo (secoli xiii-xv) », dans Actes de la II trobada internacional d’estudis sobre Arnau de Vilanova, éd. J. Perarnau, Barcelone, 2005, p. 333-380.

33 Voir aussi L. Demaitre, « The Idea of Childhood and Child Care in Medical Writings of the Middle Ages », Journal of Psychohistory, 4 (1977), p. 461-490.

34 Voir notamment Les Aphorismes d’Hippocrate (1. 13-14 ; 2. 39-40 ; 44, 54 ; 3. 18, 31 ; 6. 6, 57 ; 7. 41), mais aussi le De morbo sacro (I. 22) et le De Septimanis. De Galien : De causis pulsuum, III. 5, De marcore, 2 et 5 ; De sanitate tuenda, 5 et De temperamentis, II. 2. Ainsi dans ce dernier ouvrage (p. 582), Galien explique que la mors naturalis caloris est extinctio.

35 Avicenne décrit en effet l’ « humide radical » du corps comme un combustible de la lampe, en reprenant la métaphore déjà utilisée. Selon le médecin arabe, il existe une quantité définie d’humide radical dans le corps de tout homme et ce taux détermine la durée de vie. L’humidité externe (qui peut être due à l’effet de l’alimentation) peut accroître la quantité d’humidité interne, mais le processus est imparfait en raison de la dégénérescence de la chaleur naturelle nécessaire à la digestion. Le rôle du médecin est limité aux conseils d’une bonne diète (Avicenne, Canon... cit., livre I, fen III, doc. 3, cap. 1, p. 153 et livre I, fen I, doc. 3, cap. 3, p. 19). Consulter également Haly Abbas, « Liber totius medicine necessaria », Lyon, 1523, plus spéc. Theorica, livre I, chap. 21 (De signorum etatum notitia et mutatione complexionum propter eas), ff. 15vb-16va et Practica, livre I, chap. 21, ff. 153vb-154rb (De regimine senum).

36 Rappelons que la digestion constitue l’un des phénomènes les plus importants de combustion. Donc une diète allégée, synonyme de digestion rapide, ne pouvait qu’être encouragée afin de réduire la déperdition de chaleur naturelle.

37 « Et en tel aage [.vij. ans], qui veut, le fait boin envoier à l’escole et douner à maistre qui ordeneement le sa<che> aprendre sans batre, et qu’il ne le [f]orce mie trop demourer outre sen gré en l’escole, et l’aprenge, et le castiche » (Aldebrandin de Sienne, Le Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, Paris, 1911, p. 80).

38 Ibid., p. 81.

39 En effet, il ne les mentionne qu’épisodiquement, notamment à propos de la boisson.

40 In eorum vero sanitate non tardentur pueri ab eorum comestione postquam apetitus fuerit nisi mendosus reperitur, quod sciet medicus per horam in qua ante comederat et per quantitatem assumptam de cibario in preterito et per anhelitum provenientem ex eructatione cibi preteriti qui significat super illud quod in stomacho continetur et per gravedinem ventris. Nam omnia ista possunt significare super appetitum mendosum vel non mendosum (Guillaume de Salicet, Summa conservationis et curacionis, Venetiis, 1490, f. 6ra).

41 Le médecin de Plaisance est directement influencé par Avicenne (Canon... cit., livre I, fen III, doc. 1, cap. 4, p. 160).

42 Sicut mali mores malitiam complexionis sunt sequentes, ita cum ex consuetudine acciderint mali mores seu ex conversatione cum malis hominibus et habentibus pravos mores, sequitur eos complexionis malitia (Guillaume de Salicet, Summa conservationis et curacionis... cit., f. 5rb).

43 Ergo cum venerit ad etatem electionis magistro litterato et bene morigenato erit tradendus, qui eum informet et doceat, cum quo etiam gradatim est ordinandus ne ex subita mutatione ad id quo non consuevit lederetur ; de qua subita mutatione superius fecimus mentionem nec etiam cogendus est continue cum magistro in scolis morari nec imponendus est ei timor malus vel terribilis ne ex nimia sollicitudine et timore converteretur in imaginationis corruptionem seu pusillanimitatem (ibid.).

44 Cf. Bernard de Gordon, Liber prognosticorum (Cité du Vatican, B.A.V., Pal. lat. 1174, f. 83r). Ces remarques sont extraites de l’article de L. Demaitre, « The Idea of Childhood... », art. cit., p. 466.

45 Les manuscrits conservés divergent sur la dédicace de l’œuvre. Tous s’adressent à un Domine mundi. Certains évoquent Innocent IV (Paris, B.n.F., lat. 6978), d’autres Frédéric II, comme dans l’inventaire des manuscrits qu’Yves, abbé de Cluny (1256/1257-1275), a légués à son abbaye. Cf. L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, vol. 2, Paris, 1874, p. 484-485.

46 S’il n’est pas l’auteur du De retardatione accidentium senectutis, Roger Bacon a cependant consacré de nombreux passages de ses œuvres à la prolongatio vitae, dans lesquels il propose une sorte de « théologie du corps ». À l’immortalité de l’âme, correspond celle du corps qui est naturelle et la prolongation de la vie peut s’obtenir grâce à l’astronomie, à l’alchimie ou encore à l’optique. Elle participe également du salut de l’homme. Roger Bacon, The « Opus Maius », éd. J. H. Bridges, vol. 2, Londres, 1900, p. 204-213 ; id., « Opus Minus », dans « Opus Tertium, Opus Minus, Compendium philosophiae », éd. J. S. Brewer, Londres, 1859, p. 373-374. Voir les pages qu’A. Paravicini Bagliani consacre à Roger Bacon dans Le corps du pape, trad. fr., Paris, 1997, p. 254-256. Mais aussi G. J. Grubmann, « A History of Ideas about the Prolongation of Life. The Evolution of Prolongevity Hypotheses to 1800 », Transactions of the American Philosophical Society, 56 (1966), p. 62-67.

47 Après les doutes émis par T. Crowley (Roger Bacon. The Problem of the Soul in his Philosophical Commentaries, Louvain-Dublin, 1950, p. 23-25) sur cette paternité, A. Paravicini-Bagliani a clairement montré que l’attribution de l’ouvrage à Roger Bacon remontait à la fin du xive siècle. Se fondant sur la tradition manuscrite qu’il enrichit de nouveaux témoins, il met en évidence le colophon de l’un des plus anciens manuscrits, celui de Paris (B.n.F., lat. 6978), pour faire d’un certain dominus Gastri Goet ou G(r)et l’auteur du De retardatione accidentium senectutis et pour proposer une datation autour des années 1230 (cf. A. Paravicini Bagliani, « Il mito della Prolongatio vitae e la corte pontificale del Duecento. Il De Retardatione accidentium senectutis », dans Medicina e scienze della natura alla corte dei Papi del Duecento, Spolète, 1991, p. 281-326). L. Demaitre, qui ne fait aucune référence à cet article, considère toujours Roger Bacon comme l’auteur du De retardatione accidentium senectutis. Sur le contexte intellectuel et culturel dans lequel cette œuvre s’inscrit, voir A. Paravicini Bagliani, Le corps..., ibid.

48 Sur ces questions, id., « Ruggero Bacone, Bonifacio VIII e la teoria della prolongatio vitae », dans Medicina e scienze della natura... cit., p. 329-361.

49 Galien ne dit-il pas que l’ars medica ne peut complètement repousser la mort ?

50 Éd. A. G. Little et E. Withington, « Opera hactenus »... cit., p. 2.

51 Quarum una est scientia regiminis, altera est scientia proprietatum quarumdam rerum [...]. Altera est doctrina que defendit corpus alterari cum usu quarumdam medicinarum quas antiqui occultaverunt. Sed hee doctrine in obviando causis senectutis adinvicem non concordant : sed una est principium, alia est finis ; et una incipit, alia complet alterius defectum. Quelibet vero per se magnum confert iuvamentum, sed per unam solam non completur intentio antiquorum, sed per cognitionem utriusque, et illorum et nostra complebitur intentio. [...] Nam doctrina regiminis precipit obviare causis senectutis cum mensuratione sex generum causarum necessariarum que conservant corpus et mutant, et sic iste cause sunt completive sanitatis et infirmitatis. [...] Sed mensuratio harum causarum complete fieri non potest [...]. Sed medicine occultate ab antiquis, de quibus Diascorides loquitur, supplent defectum et mensurationes illorum sex generum causarum. [...] Necesse ergo fuit ut antiqui uterentur medicinis que defendant corpus alterari ab hiis causis male administratis (ibid., p. 12-14).

52 L’auteur déclare en effet composer un ouvrage qui n’a pour fin que de repousser les accidents de la vieillesse (il faut entendre par accidentes les causes de la vieillesse) sans pour autant empêcher l’inéluctable : et de hac intentione intendo componere vestre altitudini sermonem minime consuetum, ut altissimus Deus conservet in vobis corporis vires et thesaurum sapientie usque ad terminum naturalem quem ipse posuit in sua potestate. Et in eo sermone investigabo doctrinam que docet hominem in tempore consistendi defendere ab accidentibus senectutis (ibid., p. 2).

53 E. Förster, Roger Bacons « De retardandis senectutis accidentibus et de sensibus conservandis » und Arnald von Villanovas « De conservanda iuventute et retardanda senectute », Leipzig, 1924.

54 Voir l’introduction de E. Withington à l’édition du De retardandis accidentibus senectutis... cit., p. xlii-xliii, attribué à Roger Bacon.

55 L. Demaitre, « The Care... », art. cit., p. 5. Pour une analyse de cet ouvrage et une confrontation des positions d’Arnaud de Villeneuve avec ses devanciers et ses contemporains, voir la belle étude de G. Ferrari, « Il trattato De humido radicali di Arnaldo da Villanova », dans Actes de la II trobada internacional... cit., p. 280-331.

56 Voir ibid. les pages où sont confrontées les positions respectives d’Arnaud de Villeneuve et de Bernard de Gordon dans son Tractatus de marasmode secundum intentionem Galieni où il expose clairement sa conception de l’humidité radicale. Sur ce traité, voir L. Demaitre, « The Medical Notion of Withering from Galen to the fourteenth century : the treatise On Marasmus by Bernard of Gordon », Traditio, 47 (1992), p. 257-307.

57 D. Lett, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (xiie-xiiie siècle), Paris, 1997.

58 Hanc triplicem etatem notat optime Augustinus cum dicit in hoc presenti tempore non sunt nisi tria, scilicet nasci, laborare et mori. Per nascentiam intelligit pueritia. Per laborem intellexit etatem iuventutis et per mori intellexit etatem senectutis (« De conservatione sanitatis »... cit., p. 832). Le sermon 130 fait mention de cette structure ternaire, mais dans un sens bien différent que celui que lui donne Bernard de Gordon. Saint Augustin déplore une vie terrestre, royaume du Mal : in terris istis, in isto saeculo maligno quid abundat, nisi nasci, laborare et mori ? (P.L. 38, col. 726). Dans une œuvre de jeunesse, le De vera religione, Augustin se montrait toutefois plus explicite sur ces catégories d’âges et sur les activités qui leur sont attachées : primo unius cujuslibet hominis nascentis natura, et eruditio cogitatur. Prima hujus aetas infantia in nutrimentis corporibus agitur, penitus obliviscenda crescenti. [...] Porro adolescentiam juventus excipit, jam exercenda muneribus publicis, et domanda sub legibus [...]. Post labores autem juventutis, seniori pax nonnulla conceditur. Inde usque ad mortem deterior aetas ac decolor, et morbis subjectior debilisque perducit (De vera religione, XXVI. 48, dans Œuvres de saint Augustin, vol. 8 : La foi chrétienne, introduction, traduction et notes de J. Pegon, Paris, 1992, p. 90).

59 De regimine puerorum cum incipiunt loqui articulata voce, ambulare et currere et est etas ab annos 4 usque ad 12 vel 14 (Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 847).

60 Creati sumus in ultimo humiditatis et limositatis et non cessat calor corporis nostri consumere humidum radicale donec mors adveniat et ita nunquam in eodem statu permanet (ibid., p. 833).

61 L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 69.

62 « Since the paradigm of the « non-naturals » was apparently well established at the time, it seems unlikely that Bernard’s inconsistency was due to the fact that he had only recently become familiar with the doctrine » (ibid.).

63 Il déclare péremptoirement que le regimen sanitatis consistit in debita applicatione sex rerum non naturalium... Plus loin, il précise que les corpora temperata aut temperamento vicini, a solis temperatis regi debent, et ideo indigent aere temperato, cibo et potu, somno, vigilia, inanitione et repletione, balneo, coitu et accidentibus anime (Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 899).

64 Ymmo quod est magis abhominabile medici nostri temporis non curant scire regimen sanitatis quod videtur eis quod non sit ibi lucrum, sed in curatione morborum et potissime febris sunt bene solliciti et attenti (ibid.).

65 L’ouvrage galénique était au programme de la licence à la faculté de Montpellier.

66 Id quod ipsi hactenus fecimus, qui de ea hujusque per singulas aetates praeter inclinantem egimus, cujus extrema pars senium proprie dicitur, ipsum quoque in suas partes diductum, ut post dicemus, ubi ea pars artis tradetur, quae de senibus curandis agit (Galien, De sanitate tuenda... cit., p. 312).

67 Cf. L. Demaitre qui examine les autorités utilisées par Bernard de Gordon dans son œuvre (L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 105). Il comptabilise 218 citations dans le régime de Bernard de Gordon, dont 110 du seul Galien.

68 Gal[ienus]. in 2 particula de reg[imine] san[itatis] versus finem : difficile est praesse custodiae sanitatis senum, sicut et illorum qui aegritudine reducuntur, nam ex parvis causis in egritudinem transeunt, ideoque utrique sunt similiter dietandi (Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 913).

69 Prima condicio que requiritur ab hoc est quod magister sit aptus ad docendum, quod sit subtilis et ingeniosus, ut sciat interpretari scripturas, et, ubi viderit contrarietates doctorum, quod sciat ad concordiam reducere et ex scripturis sciat eligere meliora (ibid., p. 850).

70 Ibi enim dicitur, quod senes non sunt sani absolute non enim habent sanitatem actuatam, id est perfectam, quoniam semper sunt cum querela, et ideo absolute sani non sunt iudicandi, nec etiam infirmi, quoniam postquam vident et audiunt alia faciunt iuxta conditionem etatis ; infirmi non sunt, sed habent sanitatem quam senes habere possunt. Hec autem dispositio vocatur neutralitas (ibid., p. 919).

71 Cum chilus factus est chymus in secunda digestione, tunc preservat, quia nondum est frigidum et siccum, sed accedit propter debililitatem digestive, tamen preservat, inquantum aliquo modo contrariatur ; et ita defendit radicalem, ut non cito ruat (ibid., p. 921).

72 Pour une discussion des positions respectives des deux auteurs, voir M. R. McVaugh, « The humidum radicale... », art. cit., notamment p. 268-283 et G. Ferrari, « Il trattato De humido radicali... », art. cit., p. 302-306.

73 Le Montpelliérain souligne en effet l’impossibilité de l’aliment à restaurer l’humidité perdue, ne serait-ce que par l’incapacité du corps à l’assimiler entièrement. En outre, il fait notamment de l’altération de l’humide radical, devenu une substance acqueuse, l’un des principaux responsables de la mort naturelle. Cf. L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., chap. III et id., « The Medical Notion of Withering... », art. cit.

74 Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 921.

75 Cf. L. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon... cit., p. 6 et suiv.

76 Cette dernière diverge des conceptions galéniques qui, comme le rappelle Bernard de Gordon, énoncent que : qui vult esse longevus oportet ipsum esse liberum ab omni occupacione (Bernard de Gordon, « Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 898).

77 Qui ergo vult esse piscator assuescat aquam frigidam in estate. Et qui vult esse faber assuescat fabricam suam in hieme. Et qui vult esse mercator assuescat paulative ambulare et ita de aliis (ibid.).

78 Intelligimus autem hoc corpus temperatum esse liberum, et non occupatus vite necessariis (ibid., p. 899).

79 Le bon médecin est celui qui videat omnia signa bona, non ex hoc iudicat ipsum moriturum, sed potius evasurum et econverso ; si videat omnia signa mala, nunquam iudicabit ipsum evasurum, immo potius moriturum. Simile facit agricola nunquam ex frumento mundo separabit zizaniam, nec ex zizania frumentum (ibid., p. 848).

80 Non erat possibile regere sine errore et ideo subiungit statim regimen rectificativum illius erroris (ibid., p. 898).

81 Dico quod duplex est error, scilicet modicus et sine tali non est possibile, quia quantitas auferendorum certis literis denotari non potest, et cum hoc supervenit aliqua qualitas aeris subito, cui obviare non possumus, vel aliquod accidens anime, et multa simili a innumerabilia (ibid., p. 898).

82 Aliqui [stant] in montibus et assuescunt res salsas, et aliqui in vallibus, et utuntur fructibus. Et aliqui in mari et utuntur leguminibus cum aceto et carnibus salsis et aqua mala. Et aliqui in paludibus, et utuntur anguillis (ibid., p. 874).

83 Ibid., p. 868.

84 ... panis sit bene coctus, et bene fermentatus, et cum temperata quantitate salis [...]. Carnes sint hœdine, aut agni unius anni, aut vituli lactantis [...] vel sint pulli aut pulle galline, perdices, sturni, phasiani et omnes aves campestres usuales [...]. Utatur etiam piscibus squamosis de aquis mundis. [...]. Vitet autem omnes fructus, et omnia holera et omnia legumina, et omnem caseum, illis vellet uti secundum medicinam (ibid., p. 867-868).

85 Experimentum in hoc vincit rationem : quoniam malus cibus usitatus melior est bono non usitato (ibid., p. 874).

86 Et aliqui sunt fabri, et aliqui piscatores, aliqui milites, aliqui scriptores, aliqui studiosi et aliqui vigilativi, et aliqui sompniculosi. Et ita quilibet accipit aliquam consuetudinem in cibis et potibus iuxta naturam sue etatis et regionis et temporis et ita de aliis particularibus... Et est hic intelligendum quod multi sunt qui utuntur malo regimine non solum in cibis et potibus et in aliis, sed etiam in pessimo, et tamen bene est eis et bene digerunt aut ratione etatis, aut ratione consuetudinis aut regionis. Et gaudent multum in tali regimine et derident medicos et alios, qui tali regimine utuntur (ibid, p. 874-875).

87 Et tamen sententiam data est contra eos ; non gaudeant malo cibo utentes quoniam si in presenti non leduntur in posterum percussionem non evadent (ibid., p. 875).

88 Aliqui autem sunt qui utuntur pullis in parva quantitate et non cœnant et accipiunt pharmaca et credunt optime preservari. Et isti inter omnes pessime faciunt quoniam virtus est que curat morbos secundum Galienum in De crisi, et ta-men ipsi abiciunt virtutem (ibid.).

89 Ad primum dico, quod aliqui sunt ita bene dotati in naturalibus, quod melius vivunt sine arte, quam alii cum arte ; et hi rari sunt (ibid., p. 899).

90 Quantum est de natura artis, bene potest fieri regimen sine errore, sed pleraque qua non subiucuntur arti (ibid.).

91 Le texte d’Averroès, d’après M. Steinschneider (Die hebraïschen Uebersetzungen des Mittelalters und die Juden als Dolmetscher, Graz, 1956, p. 672) aurait été traduit en 1254. M. R. McVaugh a remis en cause cette date et propose une version latine plus tardive, effectuée à Padoue par le juif Bonacosa, en 1285. Cf. « Aphorismi de gradibus », éd. M. R. McVaugh, Grenade-Barcelone, 1975 (Arnaldi de Villanova Opera medica omnia II), p. 61-62.

92 Et dabo causam, quare invenitur, quod in faciendo conveniens non eveniet quesitum, scilicet quod nos aliquando regemus uno et eodem regimine, in eodem tempore, et in una etate, et in eodem climate duo corpora que erunt ambo communia in predictis rebus in eorum preparatione materiali super eandem preparationem temperantie, et erit istud regimen proportionatum et conveniens preparationi que invenitur in ambobus eorum, et cum hoc toto non eveniet quesitum equaliter, sed in uno complebitur et in alio deficiet. Et similiter inveniemus corpora que reguntur contrario regimine convenientie preparationis eorum et sanitas est completa in eis et diu vivunt (Averroès, Colliget, Venetiis, per Joannem de Forlivio et Gregorium fratres, 1490, livre I, capitulum de distinctione librorum, f. 2va).

93 E. Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 216-217. Voir notice dans l’annexe 1, p. 707-708.

94 Cf. D.B.I., vol. 2, p. 6-7 et annexe 1, p. 706.

95 Pour une étude de ce texte, B. S. Hall, « Guido da Vigevano’s Texaurus Re-gis Francie, 1335 », dans Studies on medieval Fachliteratur, Bruxelles, 1982, p. 3738, article que je n’ai pu consulter. Voir également Prima di Leonardo. Cultura delle macchine a Siena nel Rinascimento, sous la dir. de P. Galluzzi, Milan, 1991, notamment p. 181.

96 Sur les structures sanitaires et le corps médical dans cette région, voir I. Naso, « I medici del comune di Moncalieri nel xiv e nel xv secolo », Minerva medica, 66 (1975) ; ead., « La pubblica assistenza medica del basso medioevo. I medici dei comuni di Torino e Pinerolo nel xiv e xv secolo », Minerva medica, 68 (1977) ; ead., « Il collegio dei medici di Novara negli ultimi anni del Quattrocento. Contributo allo studio dei gruppi professionali al termine del Medioevo », dans Studi di storia medioevale e diplomatica, Milan, 1979, p. 265-361 ; ead., Medici e strutture sanitarie nella società tardo-medievale. Il Piemonte nei secoli xiv e xv, Milan, 1982, notamment p. 205 et suiv. Voir également, V. Malacarne, Delle opere dei medici e dei cerusici, che nacquero, o fiorisrono prima del secolo xvi negli stati della Real Casa di Savoja, Turin, 1786 ; B. Trompeo, Dei Medici e degli Archiatri..., Turin, 1858 ; G. G. Bonino, Biografia medica piemontese, Turin, 1825.

97 Ainsi, il conclut le chapitre consacré aux légumes par multe alie differentie reperiuntur in nutrientibus, que longum esset pertractare sed omitto eas causa brevitatis : « De sanitatis custodia » di Maestro Giacomo Albini di Moncalieri, éd. G. Carbonelli, Pignerol, 1906, p. 89 (Biblioteca della Società Storica Subalpina, 35). Le régime a été édité à partir d’un unique manuscrit conservé à Turin (Biblioteca nazionale, ms. D V 13), mais abîmé dans l’incendie de la bibliothèque survenu en 1904. Cf. inventaire 1 no 383.

98 Conservatur autem sanitas principaliter per debitam et ordinatam administracionem rerum que a medico non naturales appellantur que sunt aer sanum pertinens motus et quies sompnus et vigilia cibi et potus inanitio et repletio et animi passiones de quibus in sequentibus fiet sermo sed quia adesse pervenimus per generationem sicut et alia animata et per augumentum (sic) aquiritur quantitas unicuique individuo assignata per naturam. Idcirco primo determinabitur de regimine pregnantis et conservatione embrionis et nutricione infantis tempore lactationis et ultra usque ad annos xiiij vel circa, et in hoc erit prima particula huius operis ; in secunda particula tractabitur de regimine iuvenum sive consistencium descendendo particulariter ad vj res non naturales. In tercia particula dicentur aliqua de regimine senum (ibid.), p. 50.

99 Igitur primo sibi componam auctoritates et flores antiquorum philosophorum doctrine artis medicine conservationis sanitatis et specialiter senis cum iam declinet per senectutem (Paris, B.n.F., lat. 11015, f. 32ra).

100 Et ideo dicemus quod a bene <illu>m arte custodiendi sanitatem semper magis habendo respectum ad naturam etatis <illi> scilicet senectutis, consistit in equalitate science rerum non naturalium debito modo sibi convenienti scilicet cibi et potus, sompnium et vigilie, motus et quietis, repletionis et innanitionis et accidentibus anime (ibid.).

101 G. Romano a montré que Guy de Vigevano était originaire de Pavie et non de Vigevano, comme on le pensait jusqu’alors ; il est issu d’une ancienne famille noble sise sur les terres de Vigevano, située en Piémont et affiliée au parti gibelin. Au xiie siècle, la suprématie anti-impériale à Vigevano a poussé de nombreuses familles gibelines, parmi lesquelles sans doute les Vigevano, à s’installer à Pavie. Cf. G. Romano, « Guido da Vigevano », Bollettino della Società pavese di storia patria, 14 (1914), p. 353-357. Id., « Ancora di Guido da Vigevano », ibid., 15 (1915), p. 291-292. Id., « Una traccia della vita di Guido da Vigevano », ibid., 28 (1928), p. 137 ; voir aussi A. Colombo, « Il medico aulico Guido da Vigevano e la sua famiglia », Rivista di storia delle scienze mediche e naturali, 9 (1928), p. 255-275 ; Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 216-217 et Jacquart, Supplément, p. 96-97. Voir également G. Ostuni, Le macchine del re. Il « Texaurus Regis Francie » di Guido da Vigevano. Trascrizione, traduzione e commento del codice lat. 11015 della Bibliothèque Nationale di Parigi, Vigevano, 1993, p. 22-28.

102 Ad conservationem autem sanitatis due sunt intentiones : una est repletio evacuatorum, altera est evacuatio superfluitatum [...]. Ex hiis duobus de necessitate, tertia insequitur intentio ut non cito homo senescat (B.n.F., lat. 11015, f. 32rb).

103 Debitam a[d]ministracionem cibi et potus et aliorum de quibus dictum est. Alia est per quedam medicinalia prohibentia citra consuptionem humidi naturalis et augumentum humiditatis extranee et confortantia membra principalia (« De sanitatis custodia »... cit., éd. G. Carbonelli, p. 125-126).

104 Composita vero sunt sicut electuaria preciosa ex istis et aliis confecta [...] et multa alia que longum esset scribere (ibid., p. 126).

105 Restauratur autem humiditas naturalis et conservatur eo modo quo est possibile licet non in tanta puritate, déclare Giacomo Albini (ibid., p. 125). Pour Ber-nard de Gordon, sufficit enim eos [senes] aliqualiter salvare, quia reducere eos ad melius non possumus, inquantum huiusmodi (« Tractatus de conservatione vitae humanae »... cit., p. 914).

106 S. Nagel, « Puer e pueritia nella letteratura medica del xiii secolo », dans Annali Fondazione G. G. Feltrinelli, 23 (1983), p. 87-107.

107 Ne conseille-t-il pas aux jeunes gens la lecture des ouvrages politiques d’Aristote ? Quod autem erudiri debeant iuvenes et quales artes primo adiscere cui fuerit cura cognoscere addiscat ex viij libro poli[ti]ce artis nam quas debitum est esse disciplinarum in civitatibus et quales undeque addiscere et usque quo hec philosophus ordinat ut dicit primo ethicorum (« De sanitatis custodia »... cit., éd. G. Carbonelli, p. 65-66).

108 Le studium de Turin fut en effet créé par Amédée VIII de Savoie (1383-1451). Cf. A. Caffaratto, « Storia della legislazione sanitaria ed igienica in Piemonte da Amedeo VIII all’Unità d’Italia », Minerva medica, 68 (1977) et les pages qu’I. Naso consacre à l’université dans Storia di Torino, vol. 2 : Il basso Medioevo e la prima età moderna (1280-1536), dir. R. Comba, Turin, 1997, p. 597-609.

109 Le praticien de Pavie apparaît dans les « Journaux du Trésor » de Philippe VI, entre 1346 et 1349, sous le titre de médecin de la reine Jeanne de Bourgogne (1293-1348). Cf. J. Viard, Les Journaux du Trésor de Philippe VI de Valois, Paris, 1899, pièces no 284, 1455, 2139. Il a adressé dix ans plus tard son Liber notabilium a libris Galieni extractus au roi de France. Il est enfin l’auteur d’une anatomie. Ces textes sont conservés dans le manuscrit 569 de la Bibliothèque du Château de Chantilly. L’anatomie a été éditée par E. Wickersheimer, « L’anatomie de Guido de Vigevano, médecin de la reine Jeanne de Bourgogne (1345) », A.G.M., 7 (1913), p. 1-25. Pour une liste des physiciens au service de Philippe VI et de ses prédécesseurs, voir D. Jacquart, « Medical Practice in Paris », dans Practical Medecine from Salerno... cit., p. 209-210.

110 C’est ce qu’il affirme dans le prologue du Texaurus.

111 En 1318, Guy de Vigevano participe à Pavie aux luttes entre Guelfes et Gibelins et le 9 mai 1323, dans un acte de citation affiché à la porte de l’église Majeure de Plaisance, il est convoqué avec d’autres laïcs et ecclésiastiques à se présenter devant les inquisiteurs de la cité. Le 24 mai, il est condamné avec quatrevingt-sept autres personnes par contumace (cf. G. Romano, « Guido da Vigevano », art. cit., p. 356-357). Peut-être s’est-il introduit à la cour de France à la faveur du mariage de Marie de Luxembourg, fille de l’empereur Henri VII, et de Charles IV en 1322, mais cela semble peu problable car Guy de Vigevano est resté en Italie jusqu’en mai 1323 et la reine meurt dès février 1324. À moins qu’il ne soit arrivé à la cour sur l’entremise de Jean de Luxembourg, frère de Marie et roi de Bohême, qui fut un familier de Philippe VI, et plus particulièrement lorsque, les Visconti réconciliés avec l’Église, il sembla pendant un moment que le roi de France devait se substituer à l’empereur comme seigneur de la cité lombarde.

112 Seul l’incipit du Liber notabilium, une autre des compositions de Guy de Vigevano datée de 1345, indique qu’il fut aussi le praticien personnel du roi de France : liber notabilium illustrissimi principis Philippi septimi, Francorum regis, a libris galieni per me guidonem de papia, medicum suprascripti regis atque consortis ejus inclite johanne regine, extractus, anno Domini millesimo CCCo XLV, papa vivente Sexto clemente (Bibliothèque de Chantilly, ms 569, f. 1). Cité par E. Wickersheimer, « L’anatomie de Guido de Vigevano... », art. cit., p. 1. Mais les registres du Trésor de Philippe VI ne lui accordent jamais ce titre.

113 Voir l’édition du traité de poliorcétique proposée par G. Ostuni, Le macchine del re... cit., p. 20.

114 Cette décision fait suite au projet avorté de reconquête de Grenade, lancé conjointement par Philippe VI et Alphonse III d’Aragon, dans les années 1328-1333. Sur les exhortations de Jean XXII et du dominicain allemand Bourcard, auteur d’un Directorium ad faciendum passagium transmarinum adressé au roi de France, Philippe VI a pris la croix lors d’une réunion de nobles et de prélats au Pré-aux-Clercs, le 30 septembre 1333. Cf. É. Berger, « Guy de Vigevano et Philippe de Valois », Journal des savants, janvier 1914, p. 5-14. Voir également C. Samaran, « Projets français de croisades de Philippe le Bel à Philippe de Valois », dans Histoire Littéraire de la France, vol. 46, Paris, 1981, p. 72-74. Sur les projets avortés, voir J. Delaville le Roulx, La France en Orient au xive siècle, Paris, 1886, p. 86-89 et p. 99-102.

115 G. Ostuni, qui fournit la description des manuscrits du Texaurus, propose une datation qui repose non seulement sur l’écriture mais aussi sur les dessins. L’écriture, bâtarde et non calligraphiée, suggère une origine méridionale et une datation vers le milieu du xive siècle. Les représentations de personnages, figurés avec des vêtements plutôt près du corps, témoignent d’un changement dans les costumes caractéristiques des années 1340-1360. Le dessin reflèterait plutôt les débuts de cette mutation de la mode, G. Ostuni proposant une datation vers 1340-1345. Enfin, pour rester dans le milieu de la France méridionale, elle rapproche la technique du dessinateur de celle d’un Matteo Giovannetti, peintre de la cour pontificale d’Avignon, sans pour autant conclure à son intervention. Sur ce peintre, voir le travail de E. Castelnuovo, Un pittore italiano alla corte di Avignone. Matteo Giovannetti e la pittura in Provenza del secolo xiv, Turin, 1991. Pour la datation, G. Ostuni, Le macchine del re... cit., p. 80-85. Mais l’éditrice du Texaurus ne fait aucunement mention des autres traités qui composent le codex. Le manuscrit lat. 11015 contient en effet des textes de diverses mains des xiie, xiiie et xive siècles, dont certains sont relatifs à l’histoire du diocèse de Narbonne : un fragment du cartulaire de l’église de Narbonne daté du xiie siècle (ff. 13v-14r) y est en effet suivi d’un passage des registres du même diocèse (ff. 14v-20v), ainsi que d’un acte de Clément V (ff. 20v-29v). Cf. inventaire 1 no 324.

116 Le Texaurus acquisitionis Terre Sancte est également conservé dans deux autres manuscrits : le ms G. V. 9 de la Biblioteca Universitaria de Turin, copié au xviiie siècle (qui ne comporte que le Modus acquisitionis), et le manuscrit Mil. mss. (4o ) du Yale Center for British Art de l’Université de Yale, daté de 1375 et qui, en revanche, donne le texte dans son ensemble. Comme l’a montré G. Ostuni (Le macchine del re... cit., p. 82-83), ce dernier manuscrit, qui omet le préambule général, n’a pas eu pour modèle le manuscrit de la B.n.F., mais renvoie en revanche à un même modèle iconographique. Il fut copié par Martino di Aquisgrana à Chypre.

117 [C]um anno currente millesimo trecentesimo trigesimoquinto passagium ultra mare fuerit ordinatum occasione Terre sancte conquirende, quapropter quia intelligere et scire contingit circa omnes scientias ut habetur primo physicorum, ego Guido de Vigenano (sic) de Papia, olim medicus Imperatoris Henrici et qui nunc per dei gratiam medicus reverende ac sanctissime domine Iohanne de Burgondia, per dei gratiam Regine Francie, cogitans die noctuque qualiter et quomodo terra sancta levius et citius haberi possit eo quod saraceni muniti sunt multis aquis tam dulcibus quam salsis et infinitis villis et castris, munitis muris et fossatis. Et cum omne bonum est et pulcrum sit desursum ut habetur de celo et mundo, capitulo de eternitate mundi, igitur a Deo datus est michi modus leviter conquirendi terram sanctam de ultra mare, quem rescribo serenissimo principi domino Philippo per dei gratiam Francorum Regi [...]. Sed quia nullum opus huius mundi perfici potest nisi mediante corporis sanitate, nec sanitas libere conservari potest nisi mediante operatione artis medicine, et ad hoc ut possit suum iter sanum perficere et vitam ipsius prolongare, et a veneno specialiter sibi cavere, igitur primo sibi componam auctoritates et flores antiquorum philosophorum doctrine artis medicine conservationis sanitatis et specialiter senis cum iam declinet per senectutem. Et hoc faciam sub compendio brevitatis. Et post hec revertar ad scientiam predictam acquisitionis terre sancte quam hinc retro nullum habuisse fuit repertum (B.n.F., lat. 11015, f. 32ra).

118 Le régime est également copié seul (sans la partie poliorcétique) dans le manuscrit 334 (ff. 255r-269v) conservé à la bibliothèque du château de Chantilly.

119 D’après R. Cazelles, c’est la reine Jeanne de Bourgogne qui aurait encouragé son médecin à rédiger ce traité (R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, p. 159 n. 8). Rien dans le Texaurus ne permet d’étayer cette hypothèse.

120 Il s’agit plus précisément d’ouvrages qui ont pour but d’exalter chez les souverains l’idée de croisade. Dans cette catégorie de traités se rencontrent les ouvrages du franciscain Fidenzio de Padoue (qui présente à Nicolas IV en 1291 son Liber recuperationis Terre sancte, peu de temps après la perte de Saint-Jean d’Âcre), de Raymond Lull (le De fine composé en 1306, devenu en 1309 Liber de acquisitione Terre Sancte), ou encore de Pierre du Bois, auteur en 1306 d’un De recuperatione Terre Sancte. Plus proches dans le temps de l’entreprise de Guy de Vigevano, le Liber secretorum fidelium Crucis que Marin Sanudo adresse en 1321 à Jean XXII, ou encore le Directorium ad passagium du dominicain Boucard pour Philippe VI, daté de 1332. Sur ce panorama littéraire, voir l’introduction à l’édition du Texaurus proposée par G. Ostuni, Le macchine del re... cit., et plus particulièrement p. 20-21.

121 Le pape Jean XXII, qui a accordé l’indulgence à tous les croisés, fait du roi de France en novembre 1333 le capitaine des troupes chrétiennes. Benoît XII (1334-1342), qui succède à Jean XXII, confirme en décembre 1335 ce commandement.

122 C’est en effet en partie sur la base de sa propre expérience qu’il compose son traité ; ne dit-il pas lui-même Nam nunc ego sum senex et confert michi humiditas quam sompnus michi facit ? (B.n.F., lat. 11015, f. 35va).

123 Et sic habemus scienciam veneni completam ab auctoribus medicine secundum quod nobis dare potuerit. Sed salva reverencia medicorum ipsis ignoraverunt et ignorant scientiam veneni completa eo quod experientia non feceret cum ars medicine in aliquo compleri non potuit nisi per experienciam (ibid., f. 40ra).

124 Le rôle de Guy de Vigevano dans la prise de sa cité d’origine par les troupes impériales est évoqué par l’évêque de Butrinto, Nicolas, dans sa Relatio de itinere italico Henrici VII imperatoris ad Clementem V Papam (éd. L. A. Muratori, dans R.I.S., t. IX, Città del Castello, 1905-1908, p. 891). G. Ostuni et, avant elle, A. Colombo, ont remis en cause le titre même de médecin d’Henri VII que se donne Guy de Vigevano dans le Texaurus (G. Ostuni, Le macchine del re... cit., p. 24). Il aurait plutôt favorisé le passage de la cité de Vigevano, alors sous domination milanaise, sous l’obédience impériale, en 1310. C’est à cette occasion que le médecin, favorable à l’Empire, aurait pu rencontrer Henri VII, qui séjourna à Pavie d’avril à octobre 1311. Sur la domination milanaise, voir E. Occhipinti, « Le relazioni tra Vigevano e Milano nel corso del Trecento », dans Metamorfosi di un borgo. Vigevano in età visconteo-sforzesca, sous la dir. de G. Chittolini, Milan, 1992, p. 31-42.

125 Quapropter ego Guido volens de veneno certitudinem habere et specialiter de veneno napeli cum de illo veneno utuntur mali homines, quia est omnium deterius cui teriaca non resistit, in hanc modum experientiam feci certa... (B.n.F., lat. 11015, f. 40ra). Voir le passage consacré à cet extrait dans l’article de L. White Jr., « Medical Astrologers and Late Medieval Technology », Viator, 76 (1975), p. 296-308 et plus particulièrement les pages 300-302.

126 Et hoc apparuit per soldanum Babilonie, qui per axassinum voluit sanctum Ludovicum regem Francie perimi (sic) facere veneno, cum per gladium venenatum fecerit ipsum vulnerari presente domino meo Octone de grandisono qui hoc michi narravit (B.n.F., lat. 11015, f. 39va). L’épisode est cité par A. Colombo, « Il medico aulico... », art. cit., p. 273, mais critiqué par É. Berger (« Guy de Vigevano... », art. cit.) qui montre que l’affaire ne met pas en cause le roi de France mais son neveu, Édouard Ier d’Angleterre (1272-1307). Il appuie sa démonstration sur deux chroniques, celles de Barthélemy de Lucques et celle de Jean d’Ypres. Ce dernier accentue le rôle joué au cours de cette affaire par Othon de Grandson, qui assista à l’épisode et dont Guy de Vigevano fut effectivement le médecin. Othon de Grandson suivit en 1272 le prince Édouard en Terre Sainte. Il fut également au service d’Henri VII (dont il reçoit une importante somme en récompense de sa fidélité en 1310), ce qui pourrait aussi éclairer les relations entre le praticien de Pavie et le seigneur de Grandson, qui meurt en 1328 (cf. G. Ostuni, Le macchine del re... cit., p. 25). Sur Othon de Grandson, voir H. Carrard, « À propos du tombeau du chevalier de Grandson », Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande, 2e série, 2 (1890), p. 151-223.

127 « Flavi Vegeti Renati epitoma rei militaris », éd. C. Lang, Stuttgart, 1967.

128 Pour une étude sur le personnel médical dans les armées de la couronne d’Aragon, voir la thèse de L. Cifuentes i Comamala, Medicina i guerra a l’Europa baix-medieval : la sanitat i la participació dels seus professionals en les expedicions militars de la Corona d’Aragó (1309-1355), Tesi doctoral de la Universitat Autònoma de Barcelona, Bellaterra, 1993 (ed. microfotogràfica : Bellaterra, Publicacions de la Universitat Autònoma de Barcelona, 1995, 3 mf.).

129 La bibliographie sur le sujet est pour le moins abondante. Je me contenterai de renvoyer au dernier ouvrage de J. Flori sur le sujet, Pierre l’Ermite et la première croisade, Paris, 1999, p. 109-128.

130 Sed quia contigit multociens homines non morari in propriis domibus seu civitatibus, sicut contigit illis qui habitant in castris seu in exercitibus, ideo de regimine talium aliquid est dicendum (Padoue, Biblioteca del Seminario vescovile, ms 173, f. 51va).

131 Ideo de regimine talium aliquid est dicendum propter quod est sciendum quod regimen illorum sunt ex parte loci, temporis, aeris, arborum vel erbarum ibi existencium et etiam ratione reptilium (ibid.).

132 E. Wickersheimer n’apporte aucune précision supplémentaire dans son dictionnaire, puisqu’il renvoie seulement au manuscrit de la British Library, Add. 15834. Cf. Wickersheimer, Dictionnaire, vol. 1, p. 367.

133 Le manuscrit de la British Library est lacunaire au début. Le texte commence en effet in medias res, un premier folio étant manifestement manquant (le premier feuillet conservé porte toutefois la foliotation 1). Le nom d’un dédicataire apparaît fréquemment dans le texte mais il a généralement été gratté. Cependant, en certains endroits, il est possible de lire sa titulature. Ainsi, f. 5vb : [...] qui gubernas totum mundum perpetua racione tuorum excellentissimum preservatorem tocius regni Ungarie formaliter ut suus preservator specialis dictus bononiensis presentis edicionis actor eundem preservatorem possit. Cf. aussi B.A.V., Pal. lat. 1213, f. 99ra. Comme je le proposais dans le premier chapitre consacré aux faux régimes, il est possible de voir dans ce dédicataire le roi de Hongrie, Charles-Robert (1309-1342), neveu de Robert et petit-fils de Charles II, tous deux rois de Naples. Le fondateur de la dynastie angevine en Hongrie a connu un règne difficile ponctué par de nombreuses luttes intestines contre les oligarchies locales, et par des conflits contre les voisins autrichiens et bohémiens. Voir sur le sujet, B. Hóman, Gli Angioini di Napoli in Ungheria : 1290-1403, trad. it., Rome, 1938.

134 B. L., Add. 15834, f. 15vb.

135 Arnaud de Villeneuve a en effet rédigé son ouvrage lors d’un voyage qui le conduisait de Sicile à Almería. Cf. M. McVaugh, « Arnald of Villanova’s Regimen Almarie (Regimen castra sequentium) and Medieval Military Medicine », Viator, 23 (1992), p. 201-213. Cf. aussi la nouvelle édition de ce texte, « Regimen Almarie », éd. M. R. McVaugh et L. Cifuentes, Barcelone, 1998 (Arnaldi de Villanova Opera medica omnia, X.2).

136 M. R. McVaugh, dans son édition, propose de restituer : regimen quod fecit Arnoldus de Ville Nova ad Regem Aragonie in transitu Almarie (M. R. McVaugh, ibid., p. 210). Dans le manuscrit de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich (Clm 456), on peut lire : regimen ab arnoldo de villa nova pro rege arogonie (sic) editum in transitu ad alemaniam (cette destination étant manifestement le résultat d’une erreur de lecture). Dans celui de la bibliothèque universitaire de Cracovie (cod. 566), le texte donne incipit regimen quod fecit arnoldus de villa nova ad regem arrogonie (sic) in transitu samarie, alors que le Pal. lat. 1180 de la Biblioteca Apostolica Vaticana propose : epistola magistri arnoldi de villa no. ad dominum regem aragon. de preservatione ab epidemia (cité d’après l’article de M. R. McVaugh, ibid.).

137 E. Olivier, Médecine et santé dans le pays de Vaud des origines au xviie siècle, Lausanne, 1962, p. 211, pour les premiers chirurgiens engagés dans les troupes du comte Amédée V de Savoie. Voir aussi D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Paris-Genève, 1981, p. 118-119.

138 Comme un certain nombre d’autres vallées et villes du Piémont (dont Turin), Moncalieri est passée sous le contrôle de la Maison de Savoie depuis le xiiie siècle. Amédée V a confié cette région à une branche cadette. Philippe de Savoie, son cousin, en épousant Isabelle Villehardouin, princesse d’Achaïe et unique descendante de Geoffroi, maréchal de Champagne et de Morée, prend le contrôle de Moncalieri et de nombreuses autres cités. Il prend le titre de Philippe Ier de Savoie-Achaïe (1294-1334). Voir A. M. Nada Patrone et G. Airaldi, Comuni e signorie nell’Italia settentrionale : il Piemonte e la Liguria, Turin, 1986.

139 Il ne faudrait pas oublier ses qualités de médecin au service de sa cité d’origine, Moncalieri. On trouve aussi parmi les descendants de sa famille des médecins ainsi que des responsables municipaux, notamment un certain Ugo qui fut membre du conseil local de Moncalieri et dirigea de nombreuses ambassades entre 1361 et 1419. Peu de villes du Piémont disposaient d’un collège médical ; Asti fait figure d’exception puisque dès le xiiie siècle, on y trouve des attestations de l’existence d’un tel collège. Pour d’autres cités, il faut attendre le xve siècle, comme à Turin, où le collège suit l’institution universitaire (1440), à Novare (où il est antérieur à 1481), à Verceil au début du xvie siècle (cf. I. Naso, Medici e strutture sanitarie... cit. et ead., Il medioevo in Piemonte, Turin, 1986).

140 Voir sur le sujet B. Trompeo, Dei Medici e degli Archiatri... cit. Sur les praticiens de la Maison de Savoie, voir E. Olivier, Médecine et santé... cit. ; M. Castorina Battaglia, « Medici e chirurgi alla corte di Savoia (1300-1400) », Minerva medica, 170 (1979), p. 1305-1333 et 1369-1395.

141 G. Carbonelli cite quelques extraits d’archives concernant des paiements à Giacomo Albini (G. Carbonelli, Come vissero i Primi conti di Savoia... cit., Milan, 1931, p. 4). Son nom apparaît régulièrement dans les comptes de 1328 à 1348, date probable de sa mort.

142 La tutelle de Catherine de Vienne, veuve de Philippe et mère de Jacques alors mineur, ne dura que deux ans. Elle mourut en effet en 1336.

143 Les archives des services financiers de la cour ont gardé la trace de paiements versés à Giacomo Albini pour les soins délivrés à Philippe d’Achaïe mourant, et notamment le salaire de 25 florins donnés le 13 juin 1335 pro curis et medicamentis factis ad personam domini Principi bone memorie (cité dans « De sanitatis custodia »... cit., éd. G. Carbonelli, p. 14 n. 2). C’est le 28 septembre 1334 que le comte Aimon de Savoie investit Jacques dans ses terres du Piémont, selon la volonté exprimée par son père. Sur la principauté d’Achaïe, voir l’ouvrage de P. L. Datta, Storia dei principi di Savoia del ramo d’Acaia, signori del Piemonte, dal MCCXCIV al MCCCCXVIII, 2 vol., Turin, 1832.

144 Preclara utriusque parentis stirpe progenito domino Jacobo de Sabaudia illustri principi Acaye Suus Jacobus subditus fidelis seipsum ad obsequia preparatum affectans sanitatis vestre necnon consortis et prolis conservacionem longevam libellum quemdam de sanitatis custodia secundum philosophorum et medicorum sententias (« De sanitatis custodia »... cit., éd. G. Carbonelli, p. 49).

145 Jacques d’Achaïe avait d’abord épousé Béatrice d’Este en janvier 1339 mais celle-ci mourut brutalement le 13 février de la même année. Dans l’été 1340, il se remariait avec Isabelle, princesse de Baux, qui lui donna le 10 mai 1341 un fils, le futur Philippe II († 1369).

146 Et est sciendum quod fructus sive semina col[l]ecta tempore sicco vel tempore humiditatis generata (tempore) sunt utiliora quod si annus fuerit pluviosus. [...]. Et hoc apparuit parisius meo tempore. Fuit enim annus pluviosus. Unde terre nascentia receperunt malam qualitatem et inde sequta fuit epidemia (« De sanitatis custodia »... cit., éd. G. Carbonelli, p. 86).

147 Ibid., p.16 et n.2.

148 Vestre Magnificentie compilavi [libellum] in quo regulas regiminis sanitatis secundum diversitatem statuum complesionum (sic) et temporum brevi sermone comprehendo (ibid., p. 49).

149 Je n’en voudrais pour preuve que les conseils ou remarques qui s’adressent plus particulièrement à la noblesse piémontaise. Ainsi, à propos de l’exercice de l’enfant,... quem motum specialiter apud filios nobilium oportet ordinare per ludos honestos et solatia et alias leves actiones (ibid., p. 62-63), ou encore au sujet du choix de la nourrice : Sed quia multocies hoc impeditur tum propter egritudinem tum propter alias causas specialiter aput nobiles delicatas eligenda est nutris secundum conditiones inferius nominatas... (p. 57-58). Parfois, l’auteur élargit le spectre social. Ainsi, lorsqu’il évoque les bonnes mœurs des adolescents : summo opere conandum est et precavendum ne filii liberorum et nobilium cum servis natura et viris viciosis in moribus conservationem habeant nam de facili in hac etate ad ea que audiunt et vident alliciuntur, sive bona fuerint sive honesta, sive turpia et viciosa (p. 64). Ou encore lorsqu’il s’agit de distinguer les types de régimes en fonction de critères sociaux :... nam propter humiditatem superfluam male digerentur carnes ipsorum [porcis et eorum similibus] et multas superfluitates in corpore generant nisi in hiis qui habent stomacum robustum, et mag[n]is et fortibus exerciciis utuntur, quales sunt artes mecanicas extentes (p. 79).

150 Ainsi, à propos des complexions des animaux et des végétaux : Tractare autem particulariter de natura et complesione animalium et terre nascentium longum sermonem exquireret et cui placuerit hoc scire legat libros philosophorum. Quia tamen multe differentie sunt nutrientium de quibus sit sermo in regimine sanitatis (ibid., p. 87). Ou bien encore : cui autem scire placuerit naturam animalium legat libros philosophorum ubi diffuse tractabitur (p. 76).

151 Il est difficile de déterminer l’origine du copiste, qui est peut-être italien ou provençal.

152 Sur la croisade, voir N. Iorga, Philippe de Mezières (1327-1405). La croisade au xive siècle, Paris, 1896.

153 « Further evidence of specializing trends may be discerned in the narrowing focus of regimens of health : until shortly after 1300 they usually covered the seven ages of man, during the next half century they became almost exclusively concerned with adult health, and later in the fourteenth century they were primarily custom-made regimens or consilia for individuals ; at the same time, the number of treatises on particular diseases and therapeutic methods increased steadily » (L. Demaitre, « The Idea of Childhood... », art. cit., p. 484, n. 9).

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter