Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Deuxième partie. Floraison de la littérature diététique (1300-1348)

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Parmi les auteurs mentionnés ci-dessous, il semblerait que Guy de Vigevano, dont le nom disparaît d (...)

1La deuxième phase de construction d’un genre diététique s’étend sur un arc de temps d’un demi-siècle, entre l’affirmation et le succès des facultés et l’épidémie pesteuse de 1348. Cette césure chronologique qui met sur un même plan, d’un côté l’émergence d’un milieu intellectuel et, de l’autre, un événement majeur de l’histoire médiévale, véritable cataclysme aux multiples conséquences, marque une évolution notable dans l’histoire des conceptions diététiques : alors que le milieu universitaire s’était fait porteur d’un nouveau discours médical, diffusé non seulement en dehors de son aire d’origine mais également en son sein, au moment où l’ars diaetae tendait à disposer de ses propres formes littéraires et où les notions de preservatio et de conservatio bénéficiaient de véritables outils de promotion, la Peste Noire remet en cause tout l’édifice ; l’incapacité du milieu médical à endiguer l’épidémie, dont il est parfois lui-même victime1, révèle ses propres insuffisances et le souci de conservation de la santé passe un temps au second plan, derrière les indispensables soins thérapeutiques.

  • 2 Au domaine italien s’ajoutent les nouveaux lieux d’écriture que sont Montpellier, Paris ou encore l (...)
  • 3 V. L. Bullough, The Development of Medicine as a Profession, Bâle-New York, 1966.
  • 4 A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi del Duecento, Spolète, (...)
  • 5 Sur la base des répertoires de noms du Dictionnaire d’E. Wickersheimer et du Supplément, D. Jacquar (...)
  • 6 M. R. Mc Vaugh, Medecine before the Plague. Practitioners and their Patients in the Crown of Aragon (...)

2Ce demi-siècle est marqué, du point de vue diététique, par une diversification, autant géographique que sociale, de la production sur le sujet2. Cet élargissement des horizons se dessine au moment où les cursus de l’enseignement favorisent en Italie comme en France la création d’un corps social et professionnel de médecins3. Il n’est donc pas étonnant que les auteurs de textes diététiques se recrutent essentiellement dans ce milieu en formation ; ils sont conduits par leurs activités professorales ou par leur pratique quotidienne à réfléchir sur les enjeux de leur discipline, sur les moyens de l’enseigner ou de l’exercer. Pour ceux qui entrent au service de puissants personnages (comme médecins des souverains pontifes, de rois ou, plus « modestement », comme praticiens de prélats), les enjeux d’une écriture sont autres. À une époque de « médicalisation » des cours européennes, la présence du médecin dans l’entourage du prince devient quasi permanente, comme l’ont montré les travaux d’Agostino Paravicini Bagliani4pour la cour pontificale du xiiie siècle, ceux de Danielle Jacquart en France, sur une période plus longue5, ou encore ceux de Michael McVaugh pour la Couronne d’Aragon6. Dans ce contexte qui témoigne d’une attention plus vive des patients à leur santé et à leur hygiène et reflète de nouvelles sensibilités vis-à-vis du corps, la composition de textes diététiques vient suppléer l’absence du médecin, ou simplement rassurer le patient par une présence médiatisée par le livre.

3La production de traités sur l’hygiène bénéficie donc en cette période de l’aura de praticiens de renom, qui consacrent à ce sujet quelques-unes de leurs productions. Plus encore, elle semble être parvenue à se démarquer, non seulement de certains modèles anciens, mais surtout des autres traités médicaux. Ce demi-siècle paraît en effet se caractériser par la fixation d’un certain nombre de règles d’écriture et par la naissance véritable d’un discours diététique autonome et entièrement consacré à la conservatio et à la preservatio sanitatis. Seul le médecin bolonais Zambonino da Gazzo s’y était jusqu’alors aventuré, mais il semblerait que son Tractatus de conservatione sanitatis n’ait eu qu’un faible écho.

4Parler de règles d’écriture ne signifie pas pour autant que les choix de composition aient été rigides et définis une fois pour toutes. Il n’existe donc pas un mais plusieurs livres diététiques, qui ne renvoient pas à un modèle unique mais s’inspirent de différents traités antérieurs. Cette multiplicité rend difficile une typologie cohérente (car certains ouvrages peuvent manifestement appartenir à deux groupes divers) même si une distinction classique s’impose : aux ouvrages ad personam, c’est-à-dire rédigés pour une personne spécifique, en réponse à une demande formulée de la part du destinataire (ou plus généralement adaptés à la complexion ou à l’âge d’un individu), s’opposent des traités plus amples, dont le caractère se voulait général, sans référence précise à une personne particulière. À cette distinction « imposée » de l’extérieur (par les circonstances de composition), j’ai préféré des critères d’origine interne qui révèlent des conceptions théoriques différentes et des évolutions dans l’appréhension de l’ars diaetae, et qui paraissaient plus propres à cerner les étapes de la construction d’un genre d’écriture propre.

5Aussi distinguerai-je dans les pages suivantes quatre groupes de textes caractérisés par leur structure interne. Le premier fait du concept de « choses non naturelles » l’épine dorsale de sa construction et place donc les divers facteurs externes au corps humain au centre de sa discussion. Le discours du deuxième, placé sous l’angle du caractère fluctuant de la santé, met l’accent sur l’âge, principal facteur des mutations de la complexion humaine. Les troisième et quatrième groupes sont des sortes d’émanations des précédents ; l’un parce qu’il se focalise sur un seul constituant des « choses non naturelles », l’alimentation (et suggère une évolution du statut et du rôle de l’aliment dans la santé), l’autre parce qu’au contraire, il élargit la conception de la conservatio en ne la limitant pas à l’examen des res non naturales mais en prenant aussi en compte les composantes naturelles de la santé, afin de proposer à son public une sorte de somme préventive.

Notes

1 Parmi les auteurs mentionnés ci-dessous, il semblerait que Guy de Vigevano, dont le nom disparaît des registres du Trésor de Philippe VI de Valois après 1347, et Giacomo Albini, soient morts de l’épidémie. La reine Jeanne de Bourgogne, au service de laquelle se trouvait Guy de Vigevano, périt du même mal le 12 décembre 1349. Sur la peste en France, voir R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste à la mort de Charles V. 1223-1380, Paris, 1972, p. 149 et suiv. Sur la mort de la reine, id., La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, p. 162.

2 Au domaine italien s’ajoutent les nouveaux lieux d’écriture que sont Montpellier, Paris ou encore la Savoie.

3 V. L. Bullough, The Development of Medicine as a Profession, Bâle-New York, 1966.

4 A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi del Duecento, Spolète, 1991.

5 Sur la base des répertoires de noms du Dictionnaire d’E. Wickersheimer et du Supplément, D. Jacquart souligne l’important saut quantitatif qui apparaît entre la fin xiiie et le début xive siècle dans le nombre de médecins au service du roi de France, du pape, des prélats et des grands seigneurs. Ainsi, il n’y avait que neuf médecins à la cour du roi de France dans la première moitié du xiiie siècle et vingt-quatre dans la seconde moitié ; le chiffre passe à quarante-huit pour le premier xive siècle. Le mouvement est encore plus net à la cour pontificale : trois praticiens dans la première moitié du xiiie siècle, douze pour la seconde et soixante-dix-sept pour le premier xive siècle (cf. D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, p. 98-120 et annexes A et C).

6 M. R. Mc Vaugh, Medecine before the Plague. Practitioners and their Patients in the Crown of Aragon. 1295-1345, Cambridge, 1993.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter