Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Première partie. Prolégomènes à une littérature diététique. Les textes du XIIIe siècle

Chapitre II. Les genres brefs ou épistolaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le premier groupe de textes remontant indubitablement au xiiie siècle rassemble trois « lettres ». Le vocable, choisi à dessein, désigne des ouvrages qui, tantôt s’intitulent eux-mêmes epistolae, tantôt ressemblent par leur structure et leur ton à une lettre. L’Epistola Theodori, le Libello per chonservare la sanità del chorpo1 de Taddeo Alderotti et la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus2 apparaissent de prime abord comme des textes courts et vulgarisateurs dans leur propos. Composés par des médecins de renom, professeurs d’université comme Taddeo Alderotti3 ou au service d’un empereur comme Théodore, ces ouvrages se rattachent de par leur composition et leur contenu à un modèle commun : le Secret des secrets pseudo-aristotélicien4. Comme la célèbre lettre que le philosophe était supposé avoir écrite pour l’empereur Alexandre le Grand (et à sa demande), deux de ces textes s’adressent à un destinataire nommément désigné : Théodore écrit pour l’empereur Frédéric II dont ...

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540