Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Première partie. Prolégomènes à une littérature diététique. Les textes du XIIIe siècle

Introduction à la première partie

Les textes du xiiie siècle

Texte intégral

  • 1 On doit d’ailleurs préciser que le terme même de regimen sanitatis n’est employé par aucun des aute (...)

1Le terme de « régime de santé » est utilisé de façon générique par les historiens pour désigner la littérature diététique occidentale. Néanmoins, employer un tel vocable pour le xiiie siècle ne va pas de soi et soulève d’emblée un certain nombre de difficultés. À l’examen des traités de cette époque consacrés à l’hygiène, il paraît difficile d’en proposer une définition simple et générale, qui serait la même pour tous. Si des caractères communs à l’ensemble de ces textes se dégagent (une vocation prophylactique et vulgarisatrice surtout), il n’en est pas moins vrai que leurs différences paraissent majeures. La définition du terme diaeta et les composantes qu’il recouvre n’y sont pas toujours semblables, et les objectifs de cette partie de la médecine ne sont pas univoques. La diététique concerne certes la conservation de la santé, mais souvent aussi la thérapie, son champ d’application variant d’un texte à l’autre. De cette première distinction découlent d’autres différences tels les procédés de composition, le style, la structure générale, par exemple, qui rendent impossible le regroupement des ouvrages du xiiie siècle sous le nom de regimina sanitatis, pour autant qu’on désigne ainsi un genre d’écriture dont le sujet, les règles de composition et le contenu seraient fermement définis, connus et adoptés par tous les auteurs1. Il n’en est rien à cette date, et mieux vaut parler encore de prolégomènes ou de prémices à une littérature diététique pour évoquer le corpus de textes que je me propose d’examiner. C’est l’ensemble du xiiie siècle qui se caractérise par l’extrême flexibilité du discours consacré à l’hygiène, par comparaison avec les règles précises de composition qui s’affirment à partir du siècle suivant, pour connaître une longue postérité.

  • 2 Dans son article consacré aux connaissances médicales de la première moitié du xiiie siècle à la co (...)
  • 3 En faisant exception ici d’un Regimentum sanitatis qu’aurait composé Raoul de Lonchamp (né vers 115 (...)

2L’étude portera ici sur l’ensemble d’une production latine qui est constituée au xiiie siècle de cinq ouvrages auxquels s’ajouteront, outre le premier livre diététique composé en langue vernaculaire, deux traités dont l’authenticité peut à mon sens être sérieusement mise en doute2, mais dont je parlerai d’abord, car la tradition les reconnaît comme les premiers ouvrages diététiques occidentaux3. À l’exception de ces deux textes examinés séparément, l’écriture diététique suit deux directions divergentes : d’un côté, des ouvrages caractérisés par une composition brève, de type épistolaire, qui n’est pas sans rappeler le Secret des secrets ; de l’autre, au contraire, des traités plus amples, non seulement dans la structure adoptée, mais aussi dans le contenu.

Notes

1 On doit d’ailleurs préciser que le terme même de regimen sanitatis n’est employé par aucun des auteurs de cette période.

2 Dans son article consacré aux connaissances médicales de la première moitié du xiiie siècle à la cour de Frédéric II, M. R. McVaugh rappelle que peu nombreux sont les auteurs identifiés avec certitude (cf. M. R. McVaugh, « Conoscenze mediche », dans Federico II e le Scienze, sous la dir. de P. Toubert et A. Paravicini Bagliani, Palerme, 1994, p. 109-121).

3 En faisant exception ici d’un Regimentum sanitatis qu’aurait composé Raoul de Lonchamp (né vers 1155), aujourd’hui perdu. Cf. A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins et par les naturalistes dans la réception d’Aristote au xiie et xiiie siècle », dans Id., Études d’histoire des sciences et de la philosophie du Moyen Âge, Varsovie, 1970, p. 73-87, plus spéc. p. 81 (Studia Copernicana, 1).

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540