Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Conclusion générale

Texte intégral

1En commençant ce livre, désormais presque parvenu à son terme, nous formulions une constatation qui établissait en elle-même un projet» : l’historiographie moderne, unanime, jugeait décisif le rôle des populations appelées Maures puis Berbères dans l’évolution de l’Afrique romaine des trois siècles qui précédèrent la conquête arabe ; mais elle n’avait curieusement jamais tenté d’expliquer exactement ce qu’avait pu être ce rôle, dont l’importance et les aspects n’étaient qu’esquissés, souvent de manière fort sombre, au hasard d’essais ou de vastes synthèses plus riches en idées générales qu’en analyses scientifiques. L’histoire des Maures, de leur place dans la société africaine, de leurs rapports avec les pouvoirs qui s’étaient succédé entre les premières signes de crise de l’Empire romain d’Occident et l’arrivée des Arabes, et de leur éventuelle responsabilité dans le succès de ces derniers, restait donc à écrire. Mais nous rappelions aussitôt aussi la gageure fondamentale que pouvait représenter un tel projet de recherche. Outre les problèmes habituels propres à toute histoire de l’Antiquité, ce sujet se heurtait à deux obstacles spécifiques qui risquaient d’en limiter fortement la portée. Le premier résidait dans la rareté et la nature particulière des sources textuelles» : grecs, latins, syriaques ou arabes, les documents écrits disponibles étaient quasiment tous d’origine extérieure au monde berbère, et issus de milieux le plus souvent hostiles ou méprisants vis-à-vis de gens considérés d’abord comme des barbares. Cette première difficulté était aggravée par l’héritage scientifique qui nous était transmis. Un siècle et demi de recherches érudites sur l’Antiquité tardive nord-africaine constituait un legs très riche, dont l’apport considérable ne pouvait être négligé. Mais en même temps l’analyse historiographique révélait immédiatement comment ce que nous avons appelé le prisme des cinq évidences avait faussé ou rendu délicats d’utilisation ces travaux dès lors qu’ils évoquaient les Berbères.

2Conjuguant leur influence, ces deux phénomènes avaient exercé un effet particulièrement réducteur sur les études consacrées aux Maures de l’époque byzantine, la période que cette enquête devait assurément privilégier puisque la dernière avant l’effondrement de la romanité en Afrique, et en même temps de loin celle qui, dans sa phase initiale, nous avait laissé le plus de sources. Les rapports entre Byzantins et Berbères avaient ainsi presque toujours été envisagés comme un aspect seulement d’une histoire qui était d’abord celle de l’Empire. Et les difficultés de la documentation pour certains, un partipris idéologique pour beaucoup, avaient en fait ramené ce sujet à une étude des moyens militaires mis en œuvre par les Grecs pour soumettre des barbares jugés naturellement hostiles.

3Or nous avons voulu ici, et ce fut l’élément essentiel de notre problématique, considérer au contraire toutes les formes de relations des Byzantins, mais aussi des Romains et des Vandales, avec les Berbères dans une perspective d’abord africaine, et non romaine, vandale ou byzantine. Sans chercher systématiquement à « inverser » l’histoire, et en ne délaissant jamais les autres groupes sociaux présents alors en Afrique, cette enquête a d’abord été tout entière axée sur les Maures eux-mêmes, dont l’identité constituait en fait le grand mystère de ce temps. Eternels Jugurtha ou Africains déguisés selon les savants, ils avaient en effet toujours été soumis à la recherche d’une définition unique, qui par principe effaçait ainsi à l’avance leur complexité. Radicalement opposé à C. Courtois, P.-A. Février ne devait sa thèse du Maure ambigu qu’à ce présupposé partagé avec lui. En axant le questionnaire des sources avant tout sur l’identité maure, notre démarche tentait de reprendre le problème à la base, avec d’autant plus d’espoir qu’elle s’accompagnait d’une hypothèse de travail» : l’instabilité et l’incohérence apparentes de l’histoire des Berbères entre le ve et le viie siècle pouvaient peut-être d’abord être expliquées en fonction de leurs propres structures, et surtout de leur degré d’insertion dans la romanité africaine. Pour reprendre l’exemple choisi, la compréhension des événements apparemment très confus des guerres libyques des années 530-550 pouvait reposer plus, selon ce schéma, sur une mise en valeur de la complexité du monde maure auquel l’Empire allait être confronté, et sur la perception que ce dernier en eut, que sur une étude des problèmes de l’armée ou de l’administration byzantine.

4Cette hypothèse fut-elle fructueuse ? Le résumé des résultats enregistrés nous semble en tout cas démontrer qu’elle méritait d’être suivie. Après une analyse critique préliminaire des documents exceptionnels que constituent la Guerre vandale de Procope et surtout la Johannide de Corippe, et l’élaboration d’une méthode d’utilisation de ces textes, s’est imposée en effet immédiatement une première image du monde maure, caractérisé à la fois par l’importance de sa présence dans la nouvelle Afrique byzantine, mais aussi par sa division fondamentale en deux catégories. Fondée sur deux des critères d’analyse envisagés précédemment et qui avaient heureusement inspiré la réflexion de Corippe, le degré d’insertion dans l’Empire et l’attitude face à ce dernier, cette division opposait des groupes considérés comme intérieurs aux provinces et familiers de la romanité, et des groupes définis comme « syrtiques », jugés étrangers au monde romain et à sa civilisation. Perçu et énoncé par un témoin direct, un Romain d’Afrique des années 550, ce clivage brisait d’emblée tous les clichés sur le Maure unique et intemporel. La suite de l’enquête devait en démontrer la pertinence, en approfondissant les caractères originaux de chacun des deux groupes.

5Entreprise d’abord à propos des peuples « syrtiques », localisés sur l’actuel territoire libyen, cette recherche se heurta cependant aussitôt au principal des obstacles historiographiques signalés précédemment. Autour de deux groupes, les Austuriani et les Laguatan, s’était élaborée une théorie grandiose assimilant nombre de tribus « syrtiques » à une « race » nouvelle, les Néoberbères» : définies comme des hordes de chameliers ressemblant aux Touaregs modernes, ces tribus auraient été engagées depuis le iiie siècle dans une grande migration d’est en ouest les ayant conduites à envahir les provinces les mieux romanisées d’Afrique, et d’abord la Byzacène, dès la fin du ve ou le début du vie siècle, avant de submerger le Maghreb dans les siècles suivants. Très largement admise depuis un demi-siècle, cette théorie impliquait à la fois une définition socioculturelle d’un ensemble de peuples maures, et une interprétation des conflits berbéro-byzantins, soit les deux objectifs essentiels de ce livre. Sans l’accepter ni la rejeter a priori, nous l’avons prise au départ comme base de travail de notre enquête sur les « Maures de l’extérieur », en nous réservant la possibilité de l’abandonner si elle s’avérait à un moment ou l’autre inopérante.

6Or c’est ce qui se produisit effectivement. L’analyse critique et la collation d’un grand nombre de sources souvent négligées ont conduit à proposer une image nouvelle des Laguatan et de leurs voisins du prédésert libyen. Issus probablement des anciens Nasamons, les Laguatan et les Austuriani, indiscutablement païens et qui pratiquaient un genre de vie nomade ou semi-nomade, n’ont jamais entrepris dans l’Antiquité de grandes migrations vers l’ouest. A part des raids exceptionnels en 544-548, ils ont au contraire continûment cherché, et finalement réussi, à prendre le contrôle du prédésert tripolitain puis cyrénéen, où les Arabes les découvrirent au viie siècle.

7Cette conclusion, en confirmant, tout en les limitant, les particularités de l’ensemble « syrtique », renforçait aussi la distinction des « Maures de l’intérieur » par rapport à ce groupe. Faute de migrations précoces des grands nomades en Byzacène ou en Numidie, il fallait supposer que les populations maures de ces régions avaient déterminé seules leur destin, en fonction d’une évolution socioéconomique et culturelle originale, qu’il restait à examiner.

8Cette phase de l’enquête fut la plus longue et en même temps la plus décisive, parce qu’elle abordait les groupes assurément les plus mal connus de la société africaine, établis dans des provinces anciennement romanisées, rapidement christianisées aux iiie et ive siècles, et épargnées de tout soulèvement « indigène » entre le Ier et le Ve siècle. La présence, le nombre, le passé et surtout l’identité de ces populations au temps de Corippe et Procope suscitaient une multitude d’interrogations. Il fallut donc dans un premier temps, par l’étude précise de leurs trois principaux représentants au milieu du vie siècle, Antalas, Cusina, et Iaudas, s’assurer de leur localisation, puis tenter de comprendre, en s’interrogeant sur leur passé, ce qui justifiait à la fois leur classification parmi les Maures et leur statut particulier. La lourdeur des chapitres qui ont développé ce questionnaire ne fait que refléter la complexité des réponses. Toute vue trop globale s’est avérée ici erronée. Sur le plan chronologique d’abord, puisqu’il est apparu qu’une partie des Maures du vie siècle étaient issus de populations qui au début du ve siècle n’étaient probablement pas considérées officiellement comme telles ; sur le plan social et culturel ensuite, parce qu’une cascade de situations intermédiaires se devinait en pays « maure » entre Afri et Mauri ; sur le plan religieux enfin, parce que la christianisation des « tribus » fut extrêmement inégale. Le passé des Maures de l’intérieur juxtapose en fait à la même époque l’image de chefs latinisés et christianisés comme l’Imperator Masties dans l’Aurès, et celle de montagnards aussi obscurs que les Frexes de Guenfan dans le sud-ouest de la Byzacène ; il unit des tribus qui au IVe siècle disposaient d’une autonomie reconnue sous la direction de chefs coutumiers ou de préfets, et des communautés rurales dispersées en villages sur des domaines romains. Clef de toutes les ambiguïtés du comportement de personnages comme Antalas ou Cusina face au pouvoir byzantin, ce passé n’oblitérait cependant pas une réalité essentielle, qui était clairement perçue par leurs voisins les « Romains » d’Afrique et fondait malgré tout leur unité» : ces populations étaient toutes devenues au milieu du vie siècle « maures », parce qu’elles étaient intégrées à une structure tribale. Ni strictement politique, religieux ou culturel, le fondement de leur identité collective, bien mis en valeur par Corippe, était avant tout la gens.

9Structure bien plus souple que l’historiographie moderne ne le laisse souvent entendre, parfaitement compatible avec la citoyenneté romaine, la tribu avait en effet survécu en Byzacène et en Numidie méridionales même au ive siècle, mais selon les cas à deux niveaux différents» : soit elle était restée une entité autonome officiellement dotée d’un statut ; soit elle n’était plus qu’un mode d’organisation des relations sociales villageoises, capable de demeurer une réalité vécue y compris pour des groupes au service de grands propriétaires. Son existence à l’intérieur des provinces ne posait cependant alors aucun problème à l’Empire» : avec leurs chefs investis par les gouverneurs ou leurs préfets, même les tribus « officielles », pourvues de la citoyenneté romaine, christianisées ou sur le point de l’être, étaient en effet paisibles et probablement plus ou moins intégrées aux structures économiques romaines. On ne peut s’étonner dès lors du silence fréquent des sources du temps à leur propos, et de leur absence des mouvements d’agitation « indigènes ». Ceux-ci de manière générale étaient en ce temps rares dans les provinces centrales, parce que la politique berbère de l’Empire conjuguait heureusement force, souplesse et pragmatisme. Rome ne distinguait en effet vraisemblablement pas alors deux, mais trois catégories de Maures. Face aux Maures de l’intérieur, elle connaissait et s’efforçait certes d’isoler un certain nombre de groupes sahariens instables, par exemple au sud de Tobna ou en Tripolitaine. Contre ces gens, le limes était entretenu, mais surtout conforté souvent par des accords avec un troisième type de tribus, installées aux marges des provinces. Certaines de celles-ci servaient officiellement l’Empire en temps qu’unités de gentiles, d’autres se contentaient de tirer profit du voisinage romain, obtenant le droit de mener estiver leurs troupeaux dans la province ou y vendant leurs marchandises ou leur force de travail.

10Ce système équilibré ne fut que progressivement remis en question au cours du ve siècle. Probablement ébranlé par l’invasion vandale, il ne s’effondra vraiment qu’à partir des années 480, pour des raisons encore assez obscures, sans doute autant politiques qu’économiques» : les difficultés intérieures du régime Hasding, causées notamment par sa politique religieuse, se conjuguèrent à une phase d’apauvrissement des campagnes des régions méridionales de Byzacène et de Numidie, peut-être provoquée par une légère oscillation climatique. La progression des Sahariens en Tripolitaine commença alors, entraînant peu à peu derrière eux les tribus riveraines du limes dont l’originalité s’estompa. En même temps, plus au nord, les premiers soulèvements éclataient à l’intérieur, parfois à l’initiative de tribus du deuxième cercle, avec ici aussi rapidement un gonflement des effectifs des gentes, qui surent absorber par la souplesse de leurs structures un prolétariat rural déstabilisé. Accentué continûment durant le demi-siècle qui suivit, ce mouvement avait produit des effets irrémédiables à l’arrivée des Byzantins» : la bipartition du monde « berbère » était désormais nettement dessinée, alors même que la complexité interne de chacun des deux grands groupes, Maures de l’intérieur et Maures de l’extérieur, s’était accrue.

11Les hommes de Justinien savaient-ils et comprirent-ils cette extrême complexité ? Notre travail montre qu’ils débarquèrent en 533 en la méconnaissant largement. Sous-estimant les difficultés, et ignorant surtout l’originalité du groupe des « Maures de l’intérieur », les Byzantins précipitèrent un processus d’affrontement peut-être souhaité par les Romains d’Afrique. Ils parurent d’abord entériner la présence des gentes à l’intérieur des provinces, en profitant de la volonté affichée par celles-ci de trouver un modus vivendi avec l’Empire. En réalité, se référant à un modèle largement artificiel et irréaliste, les hommes de Justinien s’employèrent, aussitôt les Vandales vaincus, à éliminer ces communautés jugées toutes également étrangères et barbares. Une première série de conflits en naquit, dont l’Empire ne sortit vainqueur qu’en révisant sa stratégie initiale et en s’entendant avec certains chefs. La paix établie et le pouvoir romain consolidé, le préfet Solomon ne renonça cependant pas au schéma défini par Justinien en 533, et il semble bien que ce sont des initiatives prises en ce sens qui déclenchèrent les grandes guerres de 544-548. Succession de défaites pendant trois ans, celles-ci ne furent cependant pas catastrophiques pour Constantinople» : l’hétérogénéité de la coalition unissant Maures de l’intérieur et tribus syrtiques se traduisit en effet par des stratégies divergentes, empêchant toute victoire décisive. L’arrivée de Jean Troglita en 546 et le retour au réalisme pratiqué un temps par Solomon sauvèrent la position de l’Empire en Afrique» : le général byzantin choisit de revenir finalement à la situation de l’automne 533, reconnaissant à l’intérieur des provinces des communautés maures qui, avec des chefs et des coutumes particuliers, conservaient une relative autonomie.

12Que cet équilibre, s’il avait été choisi dès 533, eût été de toute façon instable, le peu que nous savons de l’après 548 et les brèves mentions de guerres maures dans les chroniques semblent en témoigner. Il reste que la méconnaissance des réalités africaines par le pouvoir byzantin a certainement aggravé une crise politique développée depuis la fin du ve siècle, qui aurait pu, à terme, conduire à un type de société berbéro-romaine semblable au modèle dont nous entrevoyons alors l’existence en Maurétanie. La tentative de l’imperator Masties dans l’Aurès laissait deviner les possibilités d’une tel processus. La reconquête byzantine a brisé cette évolution, peu souhaitée, il est vrai, par les Romains d’Afrique à en croire le témoignage de Corippe. Ainsi a été recréé un îlot de romanité traditionnelle dans un Occident où partout s’esquissaient des fusions sociales et culturelles entre Latins et Barbares. L’histoire de cet îlot, entre 548 et les premières attaques musulmanes au milieu du siècle suivant, ne s’est pas réduite à une succession de guerres» : il eut ses temps de prospérité, comme les archéologues le découvrent de plus en plus. Mais l’insistance de tous les textes arabes, distinguant même en Ifrîkiyya Berbères, Afârik et Rûm, montre bien que l’ère byzantine entretint toujours les cloisonnements communautaires que les lois de Justinien et les forteresses de Solomon avaient dès le début proclamés.

13Et pourtant, les potentialités offertes par les nuances multiples des sociétés africaines et en particulier maures n’avaient pas disparu au viie siècle, comme le prouvent l’histoire de la conquête arabe et l’apparition de la dichotomie Botr/Branès par laquelle s’est achevé ce livre. La soumission des Maures de l’extérieur, devenus les Botr, se fit en Cyrénaïque et en Tripolitaine en quelques années, et dès les années 670 des Lawâta ou des Zenâta étaient associés aux expéditions des soldats de l’islam. En revanche, en Byzacène et en Numidie, dans le pays des Maures de l’intérieur, renommés Branès peut-être par référence à leur christianisation, les conquérants se heurtèrent à des alliances répétées des « Berbères » et des Romains, animées tour à tour par le Grec Grégoire, le Berbère Kusayla et enfin, au moins au début de son aventure, par la célèbre et énigmatique Kâhina. Ces unions spontanées révèlent bien toutes les possibilités de synthèse qui auraient pu s’esquisser un siècle plus tôt entre les uns et les autres.

14Elles nous conduisent à achever ce livre sur ce qui voudrait être plus qu’un paradoxe. C. Courtois, en concluant sa thèse, estimait que le vrai drame de l’Afrique romaine n’avait pas été l’invasion vandale, mais la renaissance d’un monde berbère éternellement resté lui-même, c’est-à-dire condamnant nécessairement la romanité. Au terme de cette longue recherche, nous nous demandons si la véritable rupture dans cette histoire ne fut pas plutôt la reconquête byzantine. Sans elle, dans un Maghreb oriental où l’empreinte romaine était très forte, l’expansion maure aurait peut-être abouti, non sans violence, à une civilisation berbéro-romaine originale et durable, comme le fut la civilisation mérovingienne en Gaule. La « divine surprise » que fut l’expédition réussie de Bélisaire, approuvée par une société romaine clamant sa peur du Maure, a brisé cette possibilité. Peut-être a-t-elle aussi en même temps condamné l’avenir de cette romanité qu’elle prétendait sauver.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540