Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Cinquième partie. Le monde berbère au temps de la conquête arabe

Chapitre 16. Botr et branès dans les sources arabes avant Ibn Khaldûn

Texte intégral

1– UNE DICHOTOMIE D’ABORD VITE OUBLIÉE AU MAGHREB (viie-ixe SIÈCLE)

a) Ibn ‘Abd al-Hakam

  • 1 Sur ces auteurs, cf. supra introduction de cette 5e partie, p. 691-692.
  • 2 Cet auteur, encore jamais traduit, ne nous a été accessible qu’à travers l’étude consacrée à son té (...)

1Les plus anciens ouvrages arabes conservés sur le Maghreb ont été rédigés vers le milieu du ixe siècle, soit deux siècles après les premiers raids qui permirent aux musulmans de découvrir le monde berbère. Ce sont les chroniques de Khalîfa ibn Khayyât (mort en 855) et de l’Egyptien Ibn ‘Abd al-Hakam (803-871), et la description géographique de Ibn Khurdâdhbah, dont la première version date de 8461. Ibn Khurdâdhbah n’indique aucune de ses sources, et son témoignage ne peut donc être pris que pour son temps. En revanche, Khalîfa ibn Khayyât2et Ibn ‘Abd al-Hakam se fondent souvent sur des traditions orales et des chroniques nettement antérieures, qu’ils citent et dont les auteurs sont parfois attestés par d’autres sources. Le témoignage d’Ibn ‘Abd al-Hakam est surtout particulièrement précieux, parce qu’il semble avoir recueilli la tradition la plus ancienne sur une division des Berbères en Botr et Branès, qu’il évoque à quatre reprises dans son Histoire de la conquête de l’Egypte et du Maghreb. Depuis que W. Marçais les signala (avant la parution de la traduction de A. Gateau dans les années 30), ces passages ont toujours paru aux historiens la preuve de la véracité et de la valeur historique de la dichotomie chère plus tard à Ibn Khaldûn.

  • 3 Cf. supra 2e partie, p. 175.

2Mais curieusement, personne ne semble jusqu’ici avoir remarqué leur singularité dans l’œuvre de l’historien égyptien. Trois images différentes de la société berbère se succèdent en effet dans son livre. Dans un premier temps, alors qu’il commence le récit de l’invasion du Maghreb, Ibn ‘Abd al-Hakam ouvre une parenthèse pour raconter le mythe d’origine des Berbères. C’est le fameux texte que nous avons commenté déjà3, où ne sont cités que les « Berbères » en général, et quelques grandes tribus censées s’être disséminées dans le Maghreb après la mort de Goliath : Lawâta, Zenâta, Hawwâra, Nafûsa, Maghîla. Ce sont plusieurs des grands groupements tribaux qui animèrent la vie politique du Maghreb dès le viiie siècle. Les Botr et les Branès, dans cette mythologie des premiers temps, sont totalement absents.

  • 4 Après la mention de la soumission des Lawâta en 642, n’apparaissent plus que les Muzâta (Mazâta) à (...)
  • 5 Sur la chronologie, cf. supra p. 688. M. Talbi, en accord avec la plupart des historiens modernes, (...)
  • 6 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1932, p. 73.

3Ensuite, la parenthèse (aux sources non citées) refermée, vient le récit de la conquête elle-même. Etrangement, presque tous les ethnonymes tribaux disparaissent alors4. Par contre, comme s’il s’agissait d’une chose évidente, surgissent dans quatre épisodes différents situés entre 697-700 et 720 les Botr et les Branès. La première occurrence ne concerne que les Botr : au début de sa deuxième campagne contre la Kâhina (vers 697-698)5, qui devait sceller définitivement la conquête de l’Ifrîkiyya, Hassân ibn al-Nu’mân arriva de Cyrénaïque avec des troupes qui comprenaient un groupe de Berbères Botr6. Un peu plus tard, victorieux, ce général

  • 7 Ibid. p. 74. Il semble que le texte arabe soit ici un peu plus complexe que ne le laisse penser la (...)

partit et se retira à l’emplacement actuel de Kairouan d’Ifrîkiyya. Il bâtit la grande mosquée, organisa l’administration, et imposa le Kharadj aux Berbères qui professaient le christianisme, des Barânis pour la plupart et un petit nombre de Botr7.

  • 8 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1935, p. 247.

4Plus tard, la conquête reprit vers l’ouest mais, peu avant l’invasion de l’Espagne (711), se singularisait encore la région de Tanger, ville peuplée de tribus berbères de Botr et de Barânis encore insoumis8. La ville fut soumise, et les musulmans passèrent en Espagne. Mais sur leurs arrières débutèrent bientôt les premières révoltes contre les Arabes, comme l’assassinat à Kairouan en 720 du nouveau gouverneur omeyyade par des hommes de sa garde ; or celle-ci était

  • 9 Ibid. p. 258.

composée de Berbères, parmi lesquels on ne comptait que des Botr. C’est cette tribu qui, avant lui, fournissait seule la garde des gouverneurs, et on ne trouvait pas un seul homme des Barânis9.

  • 10 Pour mesurer cette différence, il suffit de lire le long récit des révoltes kharidjites en Tripolit (...)

5Après le récit de cet événement, Ibn ‘Abd al-Hakam reprend l’histoire des guerres en Espagne et des troubles au Maghreb jus-qu’au ixe siècle. Il y évoque à de très nombreuses occasions des tribus ou de grands groupements berbères. Or, à nouveau les Botr et les Branès disparaissent complètement de son vocabulaire : le savant ne connaît plus que les Berbères, ou des Hawwâra, Lawâta, Nafûsa etc..., comme dans son récit du mythe d’origine10.

  • 11 Avec cependant une différence essentielle par rapport à Ibn Khaldûn, sur laquelle nous reviendrons (...)
  • 12 H. Monès, op. cit. supra intr. 5e partie note 76, p. 253.

6L’évocation de la dichotomie chère plus tard à Ibn Khaldûn chez l’auteur égyptien est donc tout à fait exceptionnelle, et limitée en fait à un contexte historique précis, celui des rapports arabo-berbères dans la troisième phase, décisive, de la conquête du Maghreb11. Cette situation particulière n’a jamais réellement été notée. Elle suscite cependant une question évidente : comment expliquer que l’opposition Botr/Branès, si elle reflétait une réalité sociologique fondamentale du monde berbère des viie-ixe siècles, n’apparaisse ni dans le récit du mythe d’origine, a priori le lieu par excellence pour une évocation de ce type, ni non plus dans le récit des luttes intertribales du viiie siècle ? L’isolement de ses quatre occurrences constitue une véritable incohérence, mais qui ne semble pas avoir beaucoup gêné Ibn ‘Abd al-Hakam. Est-ce parce que, comme le suggère H. Monès, l’emploi des termes Botr et Branès était pour lui « la chose la plus naturelle du monde »12 ? Cette interprétation est peu convaincante, car elle n’explique pas la concentration et le très petit nombre de mentions des deux mots.

  • 13 Cette brusque rupture de style dans l’œuvre d’Ibn ‘Abd al-Hakam, liée à un changement de sources, a (...)
  • 14 Cf. supra 2e partie p. 179.
  • 15 Infra p. 758-759.

7Une autre hypothèse est plutôt à envisager : ne serions-nous pas là simplement à nouveau devant un des effets imprévus de la méthode de travail d’Ibn ‘Abd al-Hakam, fondée sur la compilation des traditions les plus diverses ? Tout s’expliquerait alors aisément : derrière ses changements de terminologie, il faudrait seulement retrouver une juxtaposition de sources différentes. Seule probablement une tradition (ou un groupe de traditions) entre ses mains employait les termes Botr et Branès, dans un contexte précis, la période de la fin de la conquête, tandis que les autres, utilisées pour l’exposé du mythe d’origine et la chronique guerrière du viiie siècle, l’ignoraient complètement. Passant d’une source à l’autre, Ibn ‘Abd al-Hakam aurait repris mécaniquement le vocabulaire de chacune, sans toujours le comprendre13. S’il ne donne aucune définition des Botr et des Branès, et s’il ne les nomme ni avant ni après, il est probable en effet que c’est simplement parce que leur identité, loin de lui paraître évidente, lui était devenue au contraire inintelligible. Une telle situation n’aurait rien d’extraordinaire. Ce ne serait là qu’un de ces accidents de compilation fréquents chez des auteurs adeptes de la « méthode des ciseaux et du pot de colle »14, et qu’on retrouve même chez les plus grands. Nous verrons plus loin que Ibn Khaldûn ignorait probablement de la même manière le sens du mot Afârik qu’il rencontrait dans ses sources les plus anciennes, et que c’est pour cela qu’il les confondit avec ces mystérieux « Francs » (Ifrandj) qui encombrent son récit dès l’évocation de l’expédition de 64715. De telles anomalies, dont certains cherchent parfois désespérément une explication rationnelle, tiennent souvent à la nature des œuvres qui nous servent de sources, et que nous prenons trop vite comme des documents « historiques » au sens le plus positiviste de l’expression.

  • 16 Trad. Gateau, RT 1932, p. 74 (deuxième mention des Botr et première des Branès, lorsque Hassân orga (...)
  • 17 Cf. A. Gateau, « Ibn {Abd al-Hakam et les sources arabes relatives à la conquête de l’Afrique du No (...)
  • 18 Cette remarque a, à notre connaissance, pour la première fois été formulée de manière claire par M. (...)

8Cette relecture critique du témoignage d’Ibn ‘Abd al-Hakam conduit à plusieurs conclusions. La première concerne la valeur de la source de l’historien égyptien sur la dichotomie berbère. Elle semble isolée, mais n’en est pas pour autant sans intérêt. Par chance en effet, pour une des quatre occurrences qui nous intéressent, l’auteur indique précisément sa provenance : ‘Uthman, ditil16, c’est-à-dire ‘Uthman ibn Salih (761-62/834-35), un Egyptien lui aussi. Or, A. Gateau a montré que ce traditionniste était lui-même dépendant de deux autres savants, Al-Laît ibn Sâd (713-791) et Ibn Lahîa (715-790)17. Ces deux personnages avaient recueilli leurs informations vers le milieu du viiie siècle, donc à une époque encore très proche du dernier épisode où apparaissent les Botr et les Branès dans le récit d’Ibn ‘Abd al-Hakam (720). L’historicité de l’opposition entre les deux groupes attestée dans l’œuvre de cet auteur paraît donc indiscutable, mais dans les limites toutefois que celle-ci indique. Ces limites sont d’abord chronologiques : Botr et Branès sont mentionnés alors que la conquête arabe était déjà très avancée, et à un moment où les Berbères s’étaient divisés face à elle : il n’est pas sans intérêt de noter à ce propos, et nous y reviendrons dans la synthèse qui conclura cette étude, que les Botr apparaissent surtout comme des alliés privilégiés des Arabes dans ces textes. Les limites portent ensuite justement sur le sens des mots : aucun des quatre passages cités ne prétend en effet décrire la société indigène dans son ensemble, dans une perspective ethnographique : le contexte est toujours celui des rapports avec les Arabes, pour ou contre eux. Enfin, et c’est l’essentiel pour nous à ce stade de l’enquête, l’oubli rapide par Ibn ‘Abd al-Hakam des Botr et des Branès, leur disparition dans les sources qu’il utilisait, et sa probable incompréhension des termes, suggèrent qu’à l’époque où il écrivait l’opposition entre les deux groupes n’avait plus une importance fondamentale au Maghreb18. Cette dernière conclusion est évidemment hypothétique, mais elle prend toute sa valeur au regard du silence des historiens et géographes contemporains ou immédiatement postérieurs, dont nous allons maintenant analyser les témoignages.

b) Le silence des autres sources des viiie-ixe siècles

  • 19 Al-Tabarî, Histoire des Prophètes et des rois, trad. Zotenberg sous le titre Chronique, Paris, 1867 (...)
  • 20 Al-Ya{kûbî, Historiae, éd. M. Th. Houtsma, Leyde, 1883 (2 vol.). Nous nous appuyons, pour cet ouvra (...)
  • 21 Al-Balâdhûrî, trad. P. K. Hitti et F. C. Murgotten, The Origins of the Islamic State, t. 1, Londres (...)
  • 22 Sur Al-Wâkidî, cf. EI, Ière éd., t. IV, 1934, p. 1163-1164. Un texte attribué à l’auteur et relatan (...)
  • 23 Trad. Hitti et Murgotten, t. 1, p. 359-362.

9Si la pauvreté d’ensemble de leurs passages sur la conquête du Maghreb ne rend guère significatif le témoignage négatif des ouvrages historiques d’Al-Tabarî19et Al-Ya’kubî20, il n’en est pas de même en revanche du livre d’Al-Balâdhûrî. Mort une vingtaine d’années après Ibn ‘Abd al-Hakam, ce savant nous a laissé en effet un chapitre relativement bref mais très précieux sur les événements de la deuxième moitié du viie siècle21. Il a notamment beaucoup utilisé l’œuvre d’Al-Wâkidî (747-48/822-23), qui avait semble-t-il consacré un ouvrage spécifique, le premier probablement, à la soumission de l’Ifrîkiyya22. Or, cet auteur nomme des groupes berbères précis, comme les Lawâta, et il raconte les expéditions de Hassân ou la prise de Tanger évoquées par Ibn ‘Abd al-Hakam23. Mais dans son récit, à la différence de l’historien égyptien, Botr et Branès sont totalement absents. Soit parce qu’ils ne figuraient pas dans ses sources, soit parce qu’il ne comprenait pas le sens des deux termes ou parce qu’il ne les jugeait pas essentiels, dans tous les cas son silence n’est que le premier d’une longue série.

  • 24 Sur l’auteur et l’ouvrage publié sous son nom, cf. supra intr. 5e partie note 31.
  • 25 Al-Rakîk, Târîkh Ifrîkiyya wa-l-Maghrib, éd. A. A. al-Zaidan et I. U. Musa, Beyrouth, 1990, p. 102. (...)

10L’œuvre d’Ibn ‘Abd al-Hakam, associée à d’autres sources, a servi de fondement à la première histoire d’origine maghrébine, le Târîkh Ifrîkiyya wa-l-Maghrib du Tunisien Ibn al-Rakîk (mort avant 1024)24. Dans la version publiée de cette œuvre, qui n’en donne peut-être pas le texte authentique, figure une seule allusion à la dichotomie Botr/Branès, pour un épisode déjà postérieur à la conquête, l’arrivée du gouverneur arabe Yazid en 720 : Il y arriva (en Ifrîkiyya) en l’an 102 et y resta quelques mois. Ses gardes étaient uniquement des Berbères25. On ne trouvait parmi eux aucun homme des Branès. Curieusement, le passage est totalement démuni d’explications, et ne trouve aucun écho dans le reste du livre, ni avant ni après. Mais l’explication de cette anomalie est simple : il s’agit d’une reprise intégrale, selon une pure logique de compilateur, du quatrième extrait d’Ibn ‘Abd al-Hakam cité précédemment. Ibn al-Rakîk l’a manifestement copié sans s’y attarder, soit parce qu’il n’avait pas les moyens documentaires pour le faire, soit parce que l’opposition qu’il suggérait lui apparaissait tout à fait secondaire. Dans les deux cas, on mesure l’abîme séparant cette attitude de celle d’Ibn Khaldûn.

  • 26 H. R. Idris, « Le récit d’Al-Mâlikî sur la conquête de l’Ifriqiya », dans Revue des Etudes Islamiqu (...)
  • 27 Trad. H.R. Idris dans l’article cité note précédente, p. 145.
  • 28 Cf. les remarques de H.R. Idris, ibid. p. 146 note 1.

11L’œuvre d’Ibn al-Rakîk, associée à celles d’Al-Wâkidî et d’Ibn ‘Abd al Hakam, a servi un peu plus tard, au xie siècle, de support au compilateur Al-Mâlikî (mort vers 1067), dont l’ouvrage, comme l’a justement noté H. R. Idris, est ainsi le recueil le plus complet que nous possédions des traditions anciennes sur la conquête26. Or, dans ce texte où se succèdent les récits les plus contradictoires, on ne rencontre pareillement qu’une seule fois une mention des Botr, à propos des expéditions de Hassân : Il y avait avec Hassân des Berbères appelés Butr...27Mais à nouveau, le contexte de la phrase est exactement identique à celui d’un des quatre passages que nous avions relevés chez Ibn ‘Abd al-Hakam, sans qu’intervienne aucune forme de hasard : tout le paragraphe dans lequel s’insère la citation est en effet repris de l’historien égyptien28. Cela suffit à enlever toute originalité à cette réapparition des Botr, surtout quand on remarque l’absence d’explication chez Al-Mâlikî, le silence de toutes les autres traditions qu’il rapporte sur les mêmes événements, et la formule qu’il emploie pour introduire ces gens que visiblement il ne connaît pas : des Berbère appelés Butr... De toute évidence, comme Ibn al-Rakîk à propos de Yazid, le compilateur n’avait vraisemblablement trouvé ces Botr que dans l’œuvre du seul Ibn ‘Abd al-Hakam, et il ne savait trop qu’en faire. Nous y voyons, après le silence d’Al-Balâdhûrî, la preuve que Botr et Branès étaient décidément des noms dont les historiens de la conquête ne comprenaient plus l’importance éventuelle.

  • 29 H. Slim, op. cit. supra note 2, p. 85.
  • 30 Ibn Al-Athîr, « Annales du Maghreb et de l’Espagne », trad. et réunion des passages du Kitâb al-Kâm (...)
  • 31 Trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 375-379. Citation d’Al-Wâkidî p. 379.

12De fait, cette impression est encore confirmée par l’œuvre d’un autre auteur, tardif certes mais compilateur lui aussi de traditions fort anciennes, le Syrien Ibn al-Athîr (1160-1233). Les passages de son Histoire consacrés au Maghreb reflètent une utilisation d’Ibn {Abd al-Hakam, d’Al-Wâkidî, et aussi d’autres sources dont H. Slim a montré, à partir de l’exemple de l’expédition de 647, la qualité réelle29. Or, dans l’ensemble des textes qu’il a consacrés aux événements du Maghreb du viie au ixe siècle, jadis commodément rassemblés et traduits par Fagnan30, il n’est apparemment jamais question des Botr et des Branès. Ibn al-Athîr évoque pourtant à de nombreuses occasions de grands groupements berbères comme les Zenâta, les Hawwâra ou les Nafûsa ; il raconte aussi avec précision la carrière de Hassân dans les années 690, en citant explicitement à ce propos Al-Wâkidî31 : mais tous les détails sur les alliés Botr de ce général sont absents de son texte. Tout ceci vérifie à nouveau que très tôt les historiens et traditionnistes arabes, s’ils l’ont rencontrée, n’ont pas considéré la distinction Botr/Branès comme un fait essentiel, et qu’en tout cas ils ne l’ont pas comprise ou l’ont jugée dépourvue d’intérêt pour leur lecteurs.

  • 32 Sur l’auteur, son œuvre et ses traductions, cf. supra 2e partie p. 180.
  • 33 Ainsi pour les Warfajûma, branche des Nafza (trad. M. Hadj-Sadok, Alger, 1949, p. 13).

13Cette impression que nous laissent les plus anciennes sources historiques d’une dichotomie vite incomprise et tombée en désuétude est confirmée par le témoignage des premiers géographes, et d’abord par le Kitâb al-Masâlik wa-l-mamâlik d’Ibn Khurdâdhbah, dont la première version daterait de 84632. Ce traité des routes ne contient guère de notules historiques, mais il rapporte une précieuse version du mythe d’origine des Berbères, et donne une liste de villes et de peuples du Maghreb. Il évoque ainsi les Zenâta, les Maghîla et les Hawwâra dans le mythe, et livre surtout ensuite une liste de vingt-huit grandes tribus ou confédérations, entre lesquelles il n’hésite pas, déjà, à mentionner quelques apparentements33. Mais quel que soit son propos, le géographe persan ne connaît comme mode d’organisation et de classification des Berbères que le groupement tribal. On cherche vainement dans cet incunable de l’ethnographie berbère médiévale la moindre trace de la division entre les Botr et les Branès...

  • 34 Ibn al-Fakîh al-Hamadhânî, Abrégé du livre des pays, trad. M. Hadj-Sadok jointe à celle d’Ibn Khurd (...)
  • 35 Al-Ya’kûbî, Le livre des pays, trad. G. Wiet, Le Caire, 1937.
  • 36 G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubi, dans RAf, t. 85, 1941, p. 40-61.
  • 37 Ainsi dans la région de Ngaous pour les Miknana, une fraction des Zanâta (trad. G. Wiet, p. 214).

14Que la même constatation s’applique au grand traité de son contemporain, Ibn al-Fakîh al-Hamadhânî (mort en 903)34, aux informations souvent très proches, ne surprend pas. Le fait est plus remarquable quand on le découvre chez Al Ya’kûbî, dont le Kitâb alBuldân fut écrit en 889 à partir de sources originales et d’un voyage personnel au Maghreb35. G. Marçais, qui lui consacra un long commentaire, a souligné à juste titre la valeur réellement fondamentale de ce livre, le premier à décrire avec précision les territoires nordafricains36. Al Ya’kûbî, au long des divers itinéraires qui structurent son tableau, cite ainsi en tout cinquante et une tribus berbères, en distinguant souvent soigneusement grandes « tribus-mères » (comme les Zenâta) et « fractions » dispersées37. Mais à aucun moment, malgré son attention pour les apparentements intertribaux, il ne fait allusion à une dichotomie raciale, sociologique ou généalogique entre des Botr et des Branès. Une seule fois, en évoquant les terres à l’ouest du Zab, il emploie un des deux termes :

  • 38 Trad. G. Wiet, p. 215. Le ton du passage implique clairement que seules une ou des fractions de San (...)

On arrive alors au domaine de Hassân b. Sulaiman... La première ville en sa possession, Haz, est habitée par des descendants d’anciens Berbères, les Banû Yarniyân, autre fraction des Zenâta. Les localités suivantes sont peuplées de Sanhâdja et de Zawâwa qui portent le nom de Barânis : ce sont des gens riches, cultivateurs et éleveurs de bétail38.

15La description continue ensuite, sans que le mot réapparaisse, et sans qu’il soit jamais question de Botr.

  • 39 Cf. le passage d’Ibn Hawkal cité infra p. 723, et les remarques de W. Marçais, Articles et conféren (...)

16Cette singulière occurrence du terme Barânis/Branès a en général été interprétée comme une allusion à un simple surnom local d’origine vestimentaire, Barânis pouvant signifier, comme nous le verrons, « les porteurs de burnous »39. Le mot peut cependant aussi traduire un souvenir, propre à certaines tribus, d’une appellation plus ancienne et plus large, exceptionnellement conservée dans la région décrite par le géographe. Dans tous les cas, il semble évident qu’Al Ya’kûbî ne l’a rencontré que dans ce secteur, et qu’il l’a enregistré comme une particularité des deux groupes en question. Indirectement, son témoignage laisse ainsi supposer qu’à l’époque où il fit son voyage, la plupart des tribus berbères ne se désignaient plus de la sorte, si jamais elles avaient eu l’occasion de le faire.

17Le bilan des références à la dichotomie chère à E.-F. Gautier dans les sources les plus anciennes sur les Berbères des viie-ixe siècles s’avère ainsi extraordinairement pauvre. Botr et Branès, après leur apparition dans le contexte des années 697-720 chez le seul Ibn ‘Abd al-Hakam, semblent s’effacer complètement, comme si les raisons qui fondaient leur distinction s’étaient rapidement estompées.

2 – UN CAS DE SURVIVANCE ISOLÉE : L’ESPAGNE

  • 40 Sur l’origine des Berbères d’Espagne, cf. P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occi (...)

18a) Mais cette conclusion ne s’applique qu’au Maghreb, et non à son prolongement nord-occidental, la péninsule ibérique. Dès la première expédition de conquête en 711, l’armée musulmane était en effet déjà pour une part essentielle une armée berbère, aux composantes tribales très diverses. Certains de ses éléments venaient du Maroc, mais selon les chroniqueurs arabes figuraient à leurs côtés aussi des représentants des grandes tribus attestées plus à l’est, Zenâta, Hawwâra, Maghîla40etc... Or, l’époque où ces tribus passèrent le détroit de Gibraltar est celle où Ibn ‘Abd al-Hakam évoquait la distinction Botr/Branès, en nommant notamment Tanger. Rien d’étonnant dès lors à ce que ces termes, avec l’opposition qu’ils recouvraient, ne se retrouvassent aussi en Espagne.

  • 41 Etude détaillée des événements des premiers siècles de l’Espagne musulmane et de ces troubles, touj (...)
  • 42 Ibn al-Kutîyya, trad. espagnole de J. Ribera, Historia de la conquista de Espana de Abenelcotia el (...)
  • 43 Trad. partielle du Muktabis de cet auteur par J. Guraieb, dans Cuadernos de Historia de Espana, t. (...)
  • 44 Cf. E. Lévi-Provençal, op. cit. supra note 41, t. 1, p. 198.
  • 45 E. Lévi-Provençal, ibid. p. 200.
  • 46 E. Lévi-Provençal, ibid. p. 360-364. Cf. également sur ces événements le récit de R. Dozy, Histoire (...)

19Là, le royaume wisigoth renversé, les Berbères s’établirent surtout, en s’y disséminant, dans les montagnes de la partie sud du pays. Ils y constituèrent bientôt un grand nombre de véritables petites principautés, rivales entre elles et s’opposant, selon les circonstances, aussi bien aux Espagnols convertis (les Muwallad) qu’aux Arabes41. Ces désordres prirent de l’ampleur à la fin du viiie siècle, et devinrent une des caractéristiques de l’Espagne musulmane au ixe siècle. Or, c’est à propos de cette époque, et dans ce contexte, que deux chroniqueurs locaux, Ibn al-Kûtiyya (mort en 977)42et Ibn Hayyân (mort en 1076)43signalent à plusieurs reprises que les protagonistes des guerres berbères étaient des Berbères Botr ou des Berbères Barânis. Selon E. Lévi-Provençal, ces noms apparaissaient ainsi en 822, lorsque dans la région de Morón s’opposèrent les Arabes et leurs clients d’un côté, « les Berbères Butr et Bâranis de l’autre »44. En 850, dans la région d’Algésiras, les chroniqueurs évoquent une autre révolte, animée par un Berbère nommé Habib al-Burnusî, dont le surnom n’était alors probablement pas anodin45. Surtout, à partir de 889, dans la grande guerre civile qui ravagea la région de Séville, s’affrontèrent, toujours selon les mêmes sources, les Arabes Yéménites et leurs alliés « les Berbères Barânis » d’un côté, les Arabes Mudarites et leurs amis « les Berbères Butr du district de Morón »46.

  • 47 Le géographe persan semble mettre sur un pied d’égalité presque tous les noms de la liste des 28 tr (...)

20La leçon de ces textes paraît claire : en Espagne, encore à la fin du ixe siècle, et probablement sans interruption depuis 711, la distinction Botr/Branès décrite par Ibn ‘Abd al-Hakam avait conservé, en certains secteurs au moins, une réelle actualité. Nos sources ne nous donnent alors aucun éclaircissement sur le sens de cette division. Mais sa fonction paraît avoir été avant tout politique : Botr et Branès étaient les noms de deux ligues tribales de Berbères qui s’affrontaient pour le contrôle d’une partie du pays. Cette survivance les singularisait par rapport à leurs compatriotes restés au Maghreb, qui à la même époque se regroupaient également en vastes ensembles intertribaux, mais selon des modalités différentes. Ici se développait en effet, dans le contexte de multiples rivalités de pouvoir, le phénomène des apparentements derrière quelques grands ethnonymes célèbres, comme les Lawâta, les Hawwâra, les Zenâta, ou les Sanhâdja. En Espagne, au contraire, on privilégiait une autre terminologie, mais qui était le reflet de regroupements attestés, nous l’avons vu, antérieurement à l’opposition Zenata/Sanhâdja. Celle-ci était inconnue en effet à l’époque de Hassân et du passage du détroit de Gibraltar : aucun des chroniqueurs n’y fait allusion, et Ibn Khurdâdhbah, vers le milieu du ixe siècle, ne semble la connaître que sous une forme embryonnaire47. Dès lors, comme le contexte dans lequel évoluèrent les tribus berbères de la péninsule fut dès le début très différent de celui du Maghreb, et comme ces tribus furent de fait peu à peu coupées politiquement de leurs cousines africaines, on peut se demander si la survivance de leurs apparentements Botr et Branès ne fut pas due simplement à un banal phénomène d’isolement et de repli culturel. Elles conservèrent un vocabulaire ethnographique et des apparentements tombés vite en désuétude plus au sud parce qu’elles étaient séparées des autres Berbères : confrontées à un environnement espagnol et arabe doublement hostile, elles furent conduites à se replier sur des traditions remontant à l’époque de leur départ de la mère-patrie.

  • 48 Al-Istakhrî, Kitâb al-masâlik wa-l-mamâlik, trad. des chapitres consacrés au Maghreb et à l’Espagne (...)

21b) Un écho confus de ce maintien de l’opposition Botr et Branès en Espagne figure dans un passage de l’ouvrage géographique d’Al-Istakhrî (mort en 951)48 :

  • 49 Trad. A. Miquel, citée note précédente, p. 236.

Les Berbères qui habitent l’Andalus et le reste du Maghreb constituent deux groupes appelés respectivement Butr et Barânis. Les Nafza, les Miknâsa, les Hawwâra, et les Madyûna appartiennent aux Butr et résident en Andalus. Les Kutâmâ, les Zanâta, les Masmûda, les Malîla et les Sanhâdja appartiennent aux Barânis. Les Zanâta sont installés dans la région de Tahart, les Kutâmâ dans celle de Sétif ; les autres Berbères relevant des Barânis sont répandus dans le reste du Maghreb, du côté oriental de la mer de Rûm. Les Nafza et les Miknâsa sont eux en Andalus, entre les Galiciens et la ville de Cordoue ; les Hawwâra habitent Santa Maria49.

  • 50 Ibid. p. 237-238.

22Ce texte paraît briser, au premier abord, le silence des savants arabes sur la dichotomie berbère au Maghreb, puisqu’il étend aussi sa description à ce pays. Mais le contenu de celle-ci est tellement déconcertant que jamais personne n’a songé à l’utiliser dans une étude du problème qui nous intéresse. Al-Istakhrî multiplie en effet les erreurs les plus grossières. A l’en croire, la distinction Botr/Branès est essentiellement géographique, les premiers étant les Berbères d’Espagne, les seconds ceux du Maghreb. Et parmi ces derniers, un groupe éminent serait les Zenâta, en réalité la plus célèbre de toutes les tribus Butr selon Ibn Khaldûn et tous les généalogistes... De toute évidence, notre auteur ne connaissait que de très loin la situation de l’Occident musulman, et utilisait ici probablement sans discernement une source espagnole. Le passage s’insère en effet dans un développement avant tout consacré à Al-Andalus : juste avant, étaient évoqués les Galiciens, les Basques et les gens de Jaca, et juste après débute une présentation de la circonscription d’Elvira et des mines d’or de la province50. Le géographe a dû trouver dans sa source une description des tribus berbères d’Espagne classées en Botr et Branès (ce qui ne nous surprend pas dans ce territoire), et il l’a combinée maladroitement avec le peu d’informations qu’il possédait sur les tribus du Maghreb : le recours à une source spécifique sur ce pays est en effet extrêmement peu vraisemblable étant donné l’énormité des erreurs commises. En revanche, son témoignage vérifie qu’en Espagne, la dichotomie conservait encore au xe siècle une réelle signification.

  • 51 Ibn Hawkal, Configuration de la terre, trad. J.H. Kramers et G. Wiet, t. 1, Paris, 1964, p. 57-105 (...)

23Il existe d’ailleurs une contre-épreuve facile pour confirmer cette conclusion. Al-Istakhrî eut en effet un disciple, dont l’œuvre nous est par chance conservée. Il s’agit d’Ibn Hawkal, auteur vers 988 d’une Configuration de la terre, très précise sur le Maghreb51. L’auteur a raconté lui-même ses liens avec Al-Istakhrî :

  • 52 Cité par G. Wiet dans l’introduction de la traduction publiée avec J. H. Kramers, t. 1, p. x.

J’ai rencontré Abû Ishâk Fârisî (Al Istakhrî)... Il me dit alors : j’ai fait un examen approfondi de ta naissance et de ton influence. Je te demande d’effectuer des corrections dans mon travail partout où tu trouveras des fautes...52

  • 53 R. Blachère, cité par G. Wiet, ibid. t.1 p. xi.
  • 54 Cf. par exemple ses remarques sur la qualité des poissons pêchés à La Calle, trad. Kramers-Wiet, t. (...)

24Ibn Hawkal n’hésita pas à mettre ce conseil en pratique, et ce qui n’était chez Al-Istakhrî qu’un commentaire de cartes devint chez lui un long traité, considérablement enrichi et amélioré notamment dans sa partie sur le Maghreb, l’Espagne et la Sicile, où, comme l’a noté R. Blachère, il peut indiscutablement « être considéré comme original »53. Pour cela, notre auteur fit en particulier un long voyage en Afrique du Nord, dont il évoque des souvenirs personnels très précis à plusieurs reprises dans son œuvre54. Or, à aucun moment dans les très riches matériaux qu’il nous livre sur les tribus berbères de ce pays, il ne mentionne une dichotomie Botr/Branès. Une seule fois, comme AlYa’kûbî, il désigne un groupe spécifique et limité du nom de Barânis :

  • 55 Trad. Kramers-Wiet, t. 1 p. 101. De Slane (JA, 1842, p. 257) traduisait : A côté d’eux sont les por (...)

Ceux-ci résident entre le Sûs, Aghmat, et Fès, et prélèvent des droits sur ceux qui transitent de Fès à Sidjilmâssa, sur les marchandises transportées, et perçoivent en outre un droit de protection. Une grande partie d’entre eux professent des croyances hérétiques55.

  • 56 W. Marçais, Articles et conférences, Paris, 1961, p. 74 (ici, 1929 : à propos du livre de E.-F. Gau (...)

25Dans ce passage aussi, les orientalistes n’ont vu souvent qu’une allusion à une particularité vestimentaire, le port du burnous, propre cette fois à un groupe marocain. Il est cependant possible, comme le suggérait W. Marçais56, qu’on ait ici trace d’un ancien surnom à la signification plus large, rappelant les Branès d’Ibn ‘Abd al-Hakam. Il s’agirait, comme pour le groupe évoqué plus à l’est par AlYa’kûbî, d’une survivance isolée : Ibn Hawkal met en effet ces « gens à burnous » sur le même plan que les autres tribus citées avant ou après, et qu’il désigne chacune par un ethnonyme particulier. Loin de le démentir, cette survivance confirme ainsi le caractère manifestement périmé dans le Maghreb du xe siècle de l’ancienne opposition attestée dans les années 697-720. La conclusion du chapitre « maghrébin » du géographe arabe est d’ailleurs décisive en ce sens :

  • 57 Ibn Hawkal, trad. Kramers-Wiet, t. 1, p. 102-105.

J’ai insisté à plusieurs reprises sur le grand nombre des tribus et familles berbères... Je crains que ceux qui feuillèteront mon livre n’éprouvent des difficultés et n’y trouvent pas la précision voulue. J’ai donc préparé dans cette page et celle qui suit la nomenclature qui m’est connue des tribus57.

  • 58 Sur cette liste, jusqu’ici peu étudiée, cf. T. Lewicki, « A propos d’une liste de tribus berbères d (...)
  • 59 La liste des Sanhâdja est amputée d’un nombre incertain de noms en raison d’une lacune sur le manus (...)
  • 60 On peut remarquer aussi que Ibn Hawkal livre dans ses listes un état original des deux groupements (...)

26Suit alors une extraordinaire liste de quelques 200 ethnonymes58, rigoureusement classés en deux ensembles, mais sans que le géographe songe à aucun moment dans ce classement aux Botr et aux Branès. Ses ensembles portent les noms de Sanhâdja (environ 60 noms59) et de Zenâta (environ 140 noms), c’est-à-dire les deux grandes coalitions tribales dont l’extension était continue depuis le ixe siècle. En produisant ce document, Ibn Hawkal contredisait totalement son maître, et révélait bien qu’au Maghreb le type de dichotomie dont celui-ci avait trouvé trace en Espagne n’avait plus cours60.

  • 61 Al-Mukaddasî, Ahsan at Taqâsim fî marifat at Aqalim, trad. des chapitres sur le Maghreb par C. Pell (...)
  • 62 Al-Mas’ûdî, Les prairies d’or, texte et traduction par C. Barbier de Meynard et J. Pavet de Courtei (...)
  • 63 Trad. citée note précédente, t. 3, p. 240.

27Deux de ses contemporains, qui comptent également parmi les plus éminents auteurs du Moyen Âge arabe, confirment encore, s’il le fallait, cet oubli de la vieille distinction. Le premier est un autre géographe, Al-Mukaddasî (946-988), dont le grand traité contient une description fort précise du Maghreb, mais sans jamais la moindre mention des Botr et des Branès61. Le second est probablement le plus grand de tous les savants musulmans, AlMas’ûdî, mort en 956-5762. Dans ses Prairies d’or, cet « imâm de l’encyclopédisme » consacre à plusieurs reprises au Maghreb des développements importants, bien qu’assez courts. Il cite notamment, à propos du mythe d’origine, une liste de vingt-sept tribus63où figurent tous les grands ethnonymes berbères médiévaux (Hawwâra, Lawâta, Nafûsa etc..). Mais l’idée d’une division de ces tribus en deux familles appelées Botr et Branès semble lui être totalement inconnue. Il ne songe même pas d’ailleurs à évoquer de confédérations Zenâta et Sanhâdja, probablement parce que sa source ici était Ibn Khurdâdhbah, qui l’ignorait largement encore au milieu du ixe siècle.

28Le témoignage sans équivoque de ces grands auteurs confirme ainsi la singularité de la situation des Berbères d’Espagne vers le milieu du xe siècle : ils restaient alors partiellement attachés à un mode de classification et de désignation de leurs tribus hérité du temps de la conquête, mais qui semblait en voie d’oubli presque complet au Maghreb.

3 – RETOUR ET RENOUVELLEMENT DE LA DICHOTOMIE AU MAGHREB

29Paradoxalement, c’est pourtant à l’époque où vécurent AlMa’sûdî, Al-Mukaddasî et Ibn Hawkal, dans la deuxième moitié du xe siècle, que se cristallisèrent les conditions qui allaient permettre la résurrection, sous une forme nouvelle, de l’opposition jadis signalée par Ibn ‘Abd al-Hakam. A l’origine de ce processus dont Ibn Khaldûn devait être, à terme, le témoin le plus éloquent, se cumulèrent deux phénomènes : l’éclosion spectaculaire de la littérature généalogique en Espagne, et le développement au Maghreb de la rivalité Sanhâdja/Zenâta, déjà clairement enregistrée par Ibn Hawkal.

a) Les généalogistes

  • 64 M. Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère. Aspects historiographiques et sociaux », dans Revue d (...)
  • 65 M. Shatzmiller, ibid., p. 148.

30L’engouement extraordinaire pour les reconstitutions généalogiques et le succès parallèle du mythe d’origine des Berbères ont fait l’objet d’une étude importante de M. Shatzmiller64, dont nous reprendrons ici le schéma chronologique. M. Shatzmiller distingue deux grandes phases dans l’histoire des modèles généalogiques et mythiques nord-africains : un premier mouvement, né au ixe siècle et se développant jusqu’au xiie siècle ; et un second, très largement fondé sur les productions du premier, et qui s’étendit du xiie au xvie siècle, avec comme principal représentant Ibn Khaldûn. Dans la première phase, deux écoles successives se distinguèrent. La construction littéraire du mythe d’origine, sur lequel se greffèrent progressivement des généalogies, fut d’abord, selon M. Shatzmiller, l’œuvre d’orientaux, à partir de matériaux d’origines et d’époques très diverses, progressivement réunis et ordonnés. L’élaboration des premiers modèles se produisit lorsque les savants qui écrivaient au centre de l’empire musulman eurent acquis « un certain degré de connaissances pratiques des Berbères », et lorsque des événements historiques majeurs attirèrent l’attention sur ces gens, c’est-à-dire lorsque le Maghreb commença en fait à échapper durablement au contrôle des califes65. C’est en effet alors, au début du ixe siècle, que surgirent les premières généalogies des Berbères, d’abord pour affirmer ou contester leur parenté avec les Arabes, avec au cœur des débats deux personnages opportunément sortis du néant pour l’occasion : Ifrîkush et Berr. Le premier, dont le nom dérive évidemment du nom de la province d’Ifrîkiyya, apparut dans l’œuvre d’Ibn al-Kalbî (mort vers 819-821) et servit à fonder les prétentions ennoblissantes des Kutâmâ et des Sanhâdja :

  • 66 Ibn al-Kalbî, cité par Ibn Khaldûn, Histoire des Berbères, trad. De Slane, t. 1, p. 170.

Ces tribus n’appartiennent pas à la race berbère mais sont des branches de la population yéménite qu’Ifrîkos ibn Sayfi établit en Ifrikîyya avec les troupes qu’il laissa pour garder le pays66.

  • 67 Al-Balâdhûrî, trad. Hitti et Murgotten, t. 1, p. 353.
  • 68 Berr a été forgé à partir de l’arabe Berber, et Ifrîkos (Ifrîkush) à partir d’Ifrîkiyya. Certes, Be (...)

31Le second, à vocation plus large encore puisque qu’éponyme de l’ensemble des Berbères, était selon Al-Balâdhûrî (mort en 892) connu déjà de ‘Abd Allâh b. Sâlih (début ixe siècle) : les Berbères prétendent être les descendants de Berr, fils de Kays67[lui-même petit-fils de Moder, ancêtre d’une partie des Arabes]. Les deux personnages, qui auront une très riche postérité historiographique, ont l’un et l’autre un nom dérivé d’un mot arabe68, ce qui suffit à confirmer leur naissance tardive. Ils ont surtout pour caractère dans ces premiers récits d’éclairer une conception soit globale, soit régionale du peuple berbère, sans la moindre référence encore à une bipartition.

  • 69 Il n’y a en fait aucune différence réelle en arabe entre Bernès et burnous. Ce n’est qu’affaire de (...)
  • 70 Abtar ou abter est un adjectif arabe qui signifie « coupé, écourté » (cf. infra p. 762), et qui n’a (...)
  • 71 Cf. Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1 p. 175 : Goliath (Djalût) descend de Madghis al-Abtar ; et id(...)
  • 72 Cf. Ibn Khaldûn, ibid., t. 1, p. 183-184.
  • 73 Ibn Kutayba a passé l’essentiel de sa vie à Bagdad, sans jamais visiter l’Occident musulman (cf. EI(...)
  • 74 Sur ces savants, cf. R. Basset, « Les généalogistes berbères », dans Les archives berbères, t. 1, 1 (...)

32Celle-ci n’apparut que dans les œuvres de la seconde école distinguée par M Shatzmiller, celle qui se constitua à partir de la fin du ixe ou du début du xe siècle dans la péninsule ibérique. On vit en effet se développer alors dans ce pays de manière spectaculaire, et pendant près de deux siècles, une abondante littérature généalogique, qui donna à ce genre une complexité et une richesse inconnues jusque-là. M. Shatzmiller s’est surtout intéressée à cette école pour sa contribution au mythe d’origine. Mais sa mise en évidence est pour nous fort précieuse car c’est elle qui introduisit, de manière peu surprenante étant donné ce que nous avons dit des rivalités tribales et raciales exacerbées en Espagne, les Botr et les Branès dans les généalogies. Dès le début en effet, la littérature généalogique fut conçue ici en fonction d’un principe dichotomique Botr/Branès, qui revint sans cesse ensuite malgré les contradictions et les polémiques innombrables qui opposèrent les auteurs entre eux. Deux nouveaux personnages, qu’on tenta tant bien que mal de relier à Cham ou Goliath, les deux ancêtres imposés par le mythe d’origine, servirent de fondement à cette dichotomie qui structura tous les schémas : Bernès69, père des tribus données comme Branès, et Madghis al-Abtar70, père des tribus classées comme Botr. Selon Ibn Khaldûn, la première mention de ces personnages figurait dans l’œuvre d’Ibn Kutayba (mort en 889). Mais cet oriental confondait encore plus ou moins les deux familles, faisant tantôt de Madghis al-Abtar, tantôt de Bernès, l’ancêtre de Goliath, lui-même père de tous les Berbères71. Ce genre de confusion lui fut sévèrement reproché plus tard par Ibn Hazm72, qui comme tous les généalogistes arabes d’Espagne ne plaisantait guère avec ces questions. Il est probable que Ibn Kutayba avait simplement recueilli ou essayé de mettre en forme des traditions encore peu élaborées qui lui étaient parvenues d’Espagne73. C’est en effet surtout au cours du xe siècle que se forgèrent les grandes constructions généalogiques autour de Madghis et de Bernès, issues souvent de Berbères installés dans ce pays : Hâni ibn Bakur al-Dârisî, Sâbek ibn Sulaymân al-Matmâtî, Hâni ibn Mesdur al-Kûmî, Ayûb, fils du célèbre Abû Yazîd (« l’homme à l’âne »), qui passa de nombreuses années à Cordoue au milieu du xe siècle, et Kehlân ibn Abî Luwâ, hôte du souverain hammoudite de Malaga au début du xie siècle74.

  • 75 Pour le premier, nous avons surtout utilisé les généalogistes berbères cités par Ibn Khaldûn, trad. (...)

33Malgré de nombreuses variantes, leurs récits et leurs listes aboutissent presque toujours aux deux schémas suivants75 :

  • 76 Telle est, en dernier lieu, la source évidente de l’article « Branès » paru dans l’Encyclopédie ber (...)
  • 77 Cf. supra p. 266.
  • 78 Cf. supra p. 170.
  • 79 Al-Bakrî, cité par Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 180-181. On lit, dans le même extrait, que (...)
  • 80 Cf. Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 180-181, et infra p. 732 (Mazigh arrière-arrière grand-pè (...)

34Voulant à tout prix retrouver dans ces généalogies les traces d’un clivage très ancien (préarabe) de la société berbère, certains historiens ont cru déceler dans le schéma Branès la preuve que ces gens correspondaient à des « Paléoberbères »76. Dans leur ascendance seule apparaît en effet le nom Mazigh, dans lequel on identifie sans peine un éponyme des Mazices, ces Berbères connus en plusieurs points du Maghreb à l’époque romaine, et qui sont à l’origine du nom revendiqué aujourd’hui par la communauté berbère, Imazighen77. Malheureusement, cette interprétation est contredite par de multiples éléments. On connaît d’abord des Mazices entre Tripolitaine et Cyrénaïque au ive siècle et dans le désert libyo-égyptien au ve siècle, qui furent définis comme de terribles barbares, et qui devraient logiquement être classés comme Néoberbères et Botr78. D’autre part, on remarque dans les deux schémas que Bernès et Madghis al-Abtar ont en fait le même père, Berr, éponyme d’un peuple berbère ici défini unitairement. Enfin, le schéma pris en référence n’est qu’un résumé de stemmas souvent bien plus riches, dans lesquels apparaissent des deux côtés des noms qui ruinent l’hypothèse avancée : selon Al-Bakrî, la grand-mère de Madghis al-Abtar s’appelait ainsi Tamzîgh, un nom qui n’est autre que le féminin de Mazigh/Amazigh79 ; et Ibn Hazm lui-même proposera une reconstruction dans laquelle Mazigh sera à la fois l’ancêtre de Bernès et de Madghis al-Abtar80...

  • 81 Cf. E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 1, Paris, 1950, p. 360-364.

35En réalité, ces détails sont secondaires par rapport aux enjeux réels des disputes généalogiques, qui étaient avant tout de donner un fondement historique à l’opposition entre les deux factions berbères en Espagne, et surtout d’établir ou de refuser une parenté entre ces Berbères et les Arabes. Or, l’objectif principal du schéma construit par les « généalogistes berbères » que nous avons reproduit était bien clair : il devait prouver que seules les tribus Botr pouvaient revendiquer une origine arabe, par une descendance de Moder (ancêtre proclamé des Arabes Mudarites). Cet objectif s’explique d’abord par le contexte politique de la fin du ixe et du début du xe siècle en Espagne, où lors des fitna (révoltes) s’opposaient de plus en plus Berbères Branès alliés aux tribus yéménites et Berbères Botr alliés aux Arabes Mudarites81. Les Botr s’efforçaient de consolider leur position par les armes, mais aussi par la propagande, dont la généalogie était devenue un instrument essentiel : elle devait garantir leur différence par rapport aux Branès, et établir leur parenté avec les Mudarites, qui justifiait l’alliance établie et donnait un fondement racial à leur prétention au pouvoir.

  • 82 Pour l’appartenance de ces tribus aux Botr dans les schémas généalogiques, cf. les tableaux commode (...)
  • 83 M. Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère », cité supra note 64, p. 148.

36On pourrait s’étonner cependant de voir ainsi « privilégiés » dans nos sources les seuls Botr : mais c’est que presque tous les auteurs dont les œuvres ont laissé un souvenir étaient eux-mêmes issus de tribus se disant Botr : les Darîsa (Hâni al-Dârisî), les Mat mâta (Sâbek al-Matmâtî), les Kûmiya (Hâni al-Kûmî), les Lawâta (Kehlân ibn Abî Luwâ), et les Zenâta (Ayûb, fils d’Abû Yazid)82. Cette coïncidence, comme le notait M Shatzmiller83, n’est évidemment pas fortuite : des généalogistes Botr ne construisaient en Espagne que des généalogies valorisant les Botr, c’est-à-dire affirmant leur parenté avec les Arabes.

37Sans doute cependant serait-il erroné de conclure que tout n’était qu’affabulations de circonstance dans les laborieux schémas de ces savants berbères appelés par les souverains et les chefs de factions qui se disputaient la péninsule ibérique : leurs stemmas, toujours orientés dans le même but, devaient combiner de vieux souvenirs d’alliances ou de voisinage pouvant remonter à plusieurs siècles, désormais réélaborés en termes généalogiques, et d’opportunes inventions indispensables à la mise en valeur des objectifs recherchés par leurs commanditaires.

  • 84 Sur cet auteur qui passa toute sa vie en Espagne, cf. supra 5e partie, intr. note 40, et l’article (...)
  • 85 Autre savant qui est né et a passé toute sa vie en Espagne. Cf. l’introduction de Ah. Mahjoub à sa (...)

38Ces objectifs étaient tellement voyants qu’ils ne tardèrent d’ailleurs pas à susciter une réaction de certains érudits arabes. Après le xe siècle des généalogistes berbères, l’Espagne connut ainsi un xie siècle des généalogistes arabes. Peu soucieux de cautionner des rapprochements politiques instables, et désireux au contraire de réaffirmer le prestige supérieur du peuple conquérant, plusieurs savants de la péninsule se penchèrent en effet, à leur tour, sur les origines et les parentés tribales berbères. De ce second volet de « l’école espagnole » se détachèrent surtout Ibn Hazm (994-1063)84et Ibn ‘Abd al-Barr al Kurtubi (978-1071)85. Le premier ne cesse de polémiquer avec les généalogistes berbères et leur prétention à revendiquer une origine arabe :

  • 86 Cité par Ibn Khaldûn, trad. De Slane t. 1, p. 183.

Quelques peuplades veulent faire croire qu’elles viennent du Yemen et qu’elles descendent de Himyar [allusion aux Kutâmâ et aux Sanhâdja], d’autres se disent des descendants de Berr fils de Kays ; mais la fausseté de ces prétentions est hors de doute86.

  • 87 Le stemma 1 a été établi d’après les citations d’Ibn Hazm données par Ibn Khaldûn (trad. De Slane t (...)

39Contre tous ces « faussaires », Ibn Hazm proposait donc une autre généalogie, avec plusieurs variantes, dont voici les deux principales87 :

  • 88 Ibn Khaldûn, trad. Cheddadi t. 2 p. 465 (= De Slane t. 1, p. 169).
  • 89 Sur ces rapports entre Arabes et Berbères en Espagne, cf. P. Guichard, Structures sociales « orient (...)

40Pour Ibn Khaldûn, dont ces généalogistes d’Espagne constitueront les sources essentielles, seuls les schémas proposés par Ibn Hazm étaient justes : C’est la tradition rapportée par Ibn Hazm qui doit être considérée comme véridique car cet auteur est plus digne de confiance88. En fait, la pensée d’Ibn Hazm reflétait tout autant le contexte idéologique et politique espagnol que celle des savants berbères qu’il prétendait dénoncer. Partant du matériel réuni par ceux-ci, son but, quelles qu’aient été les variantes admises dans ses schémas, était en effet toujours de supprimer tout lien de parenté entre Berbères et Arabes, afin de ramener ainsi les premier au rang inférieur que les seconds entendaient leur assigner dans la péninsule89 : Bernès et Madghis al-Abtar sont donc toujours chez lui des descendants de Mazigh et plus lointainement de Cham...

  • 90 Ibn ‘Abd al-Barr, trad. Mahjoub, RAf, t. 101, 1957, p. 47. Citation fidèle de ce passage par Ibn Kh(...)

41Les mêmes intentions se retrouvent dans l’œuvre de Ibn ‘Abd al-Barr, dont il suffit de citer cette conclusion : « Une grande diversité d’opinion existe au sujet des origines berbères ; mais la plus vraisemblable est celle qui représente ce peuple comme les enfants de Kobt, fils de Cham »90. Cette dernière affirmation n’avait pas d’autre but que de rejeter toute possibilité de liaison avec Moder ou Himyar, donc toute parenté entre Berbères et Arabes.

b) Le contexte politique au Maghreb et l’introduction du débat généalogique

42La polémique s’est longtemps prolongée en Espagne entre généalogistes berbères et généalogistes arabes, et elle a donné naissance à un grand nombre d’ouvrages. Peu à peu, l’importance prise par ce type de littérature et de débat, et, à travers eux, par le développement de l’opposition Botr/Branès, ne pouvait pas ne pas déborder du cadre péninsulaire. Tôt ou tard, tout cela devait susciter l’intérêt de la principale région de peuplement berbère, le Maghreb. Si le phénomène eut effectivement lieu, ce fut pourtant de manière originale, et en fonction d’un contexte politique différent.

  • 91 M. Shatzmiller, op. cit. p. 150-151. Le problème des généalogies dans l’histoire idéologique de l’E (...)
  • 92 Cf. supra 2e partie p. 195.

43La généalogie berbère est véritablement devenue un enjeu idéologique et politique au Maghreb avec l’avènement des Zirides en Tunisie, à la fin du xe siècle91. Or, le succès de cette dynastie marqua aussi le premier paroxysme d’une rivalité entre deux associations tribales sans cesse accentuée depuis le début du siècle, celle des Sanhâdja et des Zenâta. Ces noms avaient désigné à l’origine deux grandes tribus, mais ils avaient pris depuis la conquête arabe, et surtout au cours du ixe siècle, une extension considérable, nombre de tribus dispersées sur tout le Maghreb ayant peu à peu affirmé leur identité Sanhâdja ou Zenâta. Ce phénomène des apparentements onomastiques, jadis mis en lumière par J. Berque92, était, nous l’avons vu, encore peu perceptible dans les livres d’Ibn Khurdâdhbah et d’Al-Ya’kûbî, dans les années 850-880 ; en revanche, il constituait en 988, lorsque Ibn Hawkal acheva son ouvrage, une clef que le géographe jugeait essentielle à la compréhension du monde berbère, puisqu’il pouvait citer près de 200 tribus affiliées à l’une ou l’autre « race ». De fait, c’est à la même époque que les Zirides, issus d’un groupe Sanhâdja, fondaient en Tunisie un Etat conquis de haute lutte aux dépens notamment de Zenâta (Zirî, l’éponyme de la dynastie, avait déjà été un des principaux généraux des Fatimides contre le Zénète Abû-Yazîd), sans pouvoir cependant l’étendre à tout le Maghreb à cause de la résistance, à l’ouest, d’autres groupes de Zenâta.

44En quête de légitimité et soucieux de donner à leur Etat une assise idéologique face à ces adversaires, les héritiers de Zirî entreprirent très tôt de mobiliser au service de leur cause tout un groupe de savants, qui donnèrent naissance à ce que certains ont appelé « l’historiographie dynastique ziride ». Ces savants, au premier rang desquels figure le célèbre Al-Rakîk (mort avant 1024), furent en effet avant tout des historiens, mais des historiens qui comprirent immédiatement l’intérêt des généalogies pour leur entreprise. La rivalité des Sanhâdja avec les Zenâta préparait en effet un terrain très favorable à une telle lecture de l’histoire, puisqu’elle fondait les alliances intertribales sur des notions de parenté. Or, s’était accumulée depuis un siècle de l’autre côté de la mer, en Espagne, une masse considérable de sources et de références qui pouvaient immédiatement être réutilisées. Les historiens zirides, et bientôt leurs adversaires au service des Zenâta, puisèrent donc dans les traités des généalogistes ibériques, et comme ceux-ci étaient bâtis, nous l’avons vu, sur une distinction fondamentale entre Botr et Branès, ils durent tenir compte de cette opposition. Mais le peu que nous connaissons de leurs œuvres montre qu’ils le firent de manière très sélective.

  • 93 Sur cet auteur, cf. R. Basset, « Ibn ‘Idhârî »., dans EI2, t. III, p. 828. La seule traduction de s (...)
  • 94 Ibn ‘Idhârî, trad. Fagnan, t. 1 p. 71. Ce passage appelle deux remarques complémentaires. Il nous d (...)
  • 95 Nous reprenons ici la traduction donnée par M. Talbi, dans L’Emirat Aghlabide, Paris, 1966, p. 17, (...)
  • 96 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT, 1932, p. 74 : Hassân organisa ses administrations et imposa le (...)
  • 97 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1935, p. 258 : La garde était composée de Berbères, parmi lesqu (...)
  • 98 Ibn ‘Idhârî, trad. Fagnan, t. 1, p. 45.
  • 99 La seule occurrence, indirecte, que nous ayons pu découvrir est le surnom donné une fois à Kusayla  (...)

45Si le modèle dichotomique convenait effectivement à la situation politique du Maghreb, sa définition hispanique s’avérait en effet peu adaptée aux réalités vécues ici. Les historiens zirides et zénètes introduisirent donc Bernès et Madghis al-Abtar dans leurs œuvres, mais sans donner à leurs noms la place prééminente qui était la leur en Espagne : l’essentiel était pour eux d’expliquer la différence Sanhâdja/ Zenâta, et non une différence Botr/Branès peu significative pour les populations. Même si la plupart des ouvrages de ces historiens sont aujourd’hui perdus, le peu que nous en connaissons par les auteurs qui les ont utilisés confirme l’originalité de leur attitude. Ibn {Idhârî, qui écrivait au tout début du xive siècle et est en général considéré comme le compilateur le plus complet sur l’histoire de la conquête, en est un bon témoin93. Ce savant andalou installé au Maroc connaissait très bien les travaux des généalogistes espagnols, comme le prouve un passage de son histoire du Maghreb, à propos de la guerre entre le premier gouverneur abbasside d’Ifrîkiya et les Zenâta de Tlemcen, au milieu du viiie siècle : ouvrant soudain une parenthèse, il indique en effet alors la généalogie des Zenâta, en nommant Madghis al-Abtar et Bernès, d’après Abûl Madjd Meghilî, Ali ibn Hazm et d’autres encore94... Mais s’il connaît ainsi les éponymes de la dichotomie chère aux Espagnols, ils n’apparaissent pourtant dans son livre que sous cette forme de brèves notes ou de parenthèses, sans que jamais il ne passe de l’évocation des personnages à celle des « races » Botr ou Branès. Toute son histoire, elle, est en effet conçue en fonction de l’opposition entre Zenâta et Sanhâdja. Et il n’est pas de meilleure preuve de sa réticence à suivre la pensée des savants espagnols que son récit de la victoire de Hassân sur la Kâhina. S’inspirant alors visiblement du fameux passage d’Ibn ‘Abd al-Hakam déjà cité, il écrit que le chef arabe « organisa l’administration et conclut des traités sur la base de l’acquittement du kharadj imposé aux étrangers d’Ifrîkiya et à ceux qui avec eux avaient conservé leurs croyances chrétiennes »95. Là où Ibn ‘Abd al-Hakam mentionnait explicitement les Branès96, Ibn ‘Idhârî emploie seulement une périphrase générale. Son attitude est d’ailleurs identique lorsque plus loin il raconte les circonstances de l’assassinat du gouverneur omeyyade en 720 : nous avons vu qu’Ibn ‘Abd al-Hakam parlait de la garde Botr de ce gouverneur97 ; Ibn ‘Idhârî, lui, écrit : il avait une garde formée de Berbères98... Comment croire, si l’opposition Botr/Branès avait eu une quelconque importance en son temps, qu’il ait pu ainsi édulcorer ses sources ? De toute évidence, pour cet historien, comme très probablement pour tous ceux qui l’avaient précédé depuis le début du xie siècle, les subtiles reconstitutions généalogiques élaborées par les savants espagnols n’avaient d’intérêt que par l’éclairage qu’elles pouvaient apporter sur l’antagonisme Zenâta/Sanhâdja. Les Botr et les Branès sont inexistants dans son histoire99parce que leurs noms ne signifiaient plus rien depuis longtemps.

  • 100 Ce savant berbère vivait au xive siècle au Maroc, comme Ibn ‘Idhârî. Il a vraiment été redécouvert (...)
  • 101 Sur cet auteur, cf. supra note 30.
  • 102 Sur Al-Nuwayrî, cf. supra 5e partie, intr. note 44. Nous n’avons trouvé strictement aucune allusion (...)

46La même constatation s’applique à toutes les œuvres historiques composées entre le xie et le xive siècle : nous n’avons trouvé ainsi aucune trace de cette dichotomie dans les textes de ‘Ubayd Allâh (Ibn ‘Abd al-Halîm)100, d’Ibn al-Athîr101, ni surtout d’Al-Nuwayrî102(le Nihâyat al-arab de ce dernier est pourtant un des sommets de la littérature historique consacrée au Maghreb, fruit d’une compilation de sources extrêmement variées).

  • 103 Nous écrivons « probablement » parce que des sources ont évidemment pu nous échapper. Encore une fo (...)
  • 104 Cf. sur l’œuvre d’Al-Bakrî supra 5e partie, intr. note 36. Rappelons ici que l’auteur a beaucoup ut (...)
  • 105 Cf. par exemple la description de Tidjis (trad. De Slane, Alger, 1913, p. 131) : On y trouve plusie (...)
  • 106 Pour la première occurrence, trad. De Slane p. 185 : Les Berbères Béranès s’étant insurgés contre S (...)
  • 107 Ibn Khaldûn, Trad. De Slane, t. 1, p. 180-181 : Voici le récit provenant des généalogistes berbères (...)

47Malgré la pénétration certaine depuis au moins la fin du xe siècle des modèles généalogiques espagnols, il s’avère ainsi que probablement103aucun historien du Maghreb jusqu’à Ibn Khaldûn ne semble avoir songé à fonder une œuvre sur la base du dualisme Botr/ Branès. Or, la constatation est identique si l’on considère les travaux des géographes et voyageurs de la même période, et d’abord le célèbre livre d’Al-Bakrî104(mort en 1094). Pourtant lui-même d’origine espagnole, ce savant, qui nous a laissé des centaines de pages sur les diverses régions du Maghreb et leur peuplement tribal, ne semble avoir connu que des regroupements ordonnés en fonction des systèmes d’apparentements développés à partir du viiie siècle, principalement Zenâta, Lawâta, Hawwâra et Sanhâdja105. A aucun moment, il ne fait état de Botr, et s’il emploie à deux reprises le terme Branès, c’est pour désigner, comme son prédécesseur Ibn Hawkal, des groupes marocains : ici les Ghumâra du Rif au viiie siècle, et une tribu qui suivit au xe siècle l’hérésie des Barghwâta, à côté des Zouagha, des Beni Ali Naser, des Merdjesa...106. Voir alors des Branès mis sur le même plan que les obscurs Beni Ali Naser suffit à révéler leur peu d’importance. Leur nom, comme dans les deux exemples apparus chez Al Ya’kûbî et Ibn Hawkal, peut résulter d’une survivance d’une appellation plus large, mais qui était manifestement oubliée depuis longtemps. Pourtant, comme les historiens zirides ses contemporains, Al-Bakrî avait certainement entre les mains des ouvrages espagnols mentionnant les Botr et les Branès : Ibn Khaldûn cite de lui une généalogie des Zenâta qui nommait Madghis al-Abtar et les Botr107. Mais ce n’était pour Al-Bakrî que matière à une parenthèse savante : pour le reste, géographe avant tout, ne trouvant dans le Maghreb qu’il décrivait aucune trace de la dichotomie Botr/Branès, il n’a jamais songé à l’utiliser comme clef d’explication de la société berbère.

  • 108 Le titre exact est en fait Le livre de la récréation de l’homme désireux de connaître les pays, mai (...)
  • 109 Le Kitâb al-Istibsâr, ouvrage anonyme, est une compilation suivant souvent de très près le texte d’ (...)
  • 110 Al-Zuhrî vivait dans le premier tiers du xiie siècle. Son Kitâb al-Dja’rafiyya est le commentaire d (...)
  • 111 Les textes de ces deux auteurs concernant le Maghreb ont été traduits par E. Fagnan dans son livre (...)
  • 112 Traduction M. Reinaud et S. Guyard, Géographie d’Aboulféda, 3 volumes, Paris, 1848 et 1883, avec un (...)
  • 113 Ibn Fadl al-Umari, Masâlik al-Absar fi mamâlik al-Ansar, traduction M. Gaudefroy-Demombynes, Paris, (...)
  • 114 Traduction des pages consacrées au Maghreb par cet auteur dans le livre de Fagnan cité supra note 1 (...)
  • 115 Le livre de cet auteur (Rihla) est théoriquement le récit d’un voyage qu’il fit de Tunis à Tripoli (...)

48Et la même attitude se retrouve chez tous les géographes qui le suivront, eux aussi cependant tous certainement au courant des modèles espagnols. Ainsi le grand Al-Idrîsî (mort en 1166), dont le Livre de Roger108donne des descriptions très précises du peuplement berbère, n’omettant pas de signaler les apparentements entre tribus. Dans ces parties de son œuvre, le géographe se montre à de nombreuses reprises très influencé par les préoccupations généalogiques : mais jamais il ne fait état d’une dichotomie Botr/Branès, ni même de personnages nommés Bernès et Madghis al-Abtar. Après lui, le Kitâb al-istibsâr109 (1191), le traité d’Al-Zuhrî110(début du xiie siècle) et les compilations qui en dépendent, celles d’Ibn Sa’îd al-Gharnâtî (xiiie siècle) et d’Ibn Zunbul111(xvie siècle) sont tout aussi silencieux. Même au siècle d’Ibn Khaldûn, les géographes Abû-l-Fidâ112(1273-1331) et Ibn Fadl al-Umari113(1301-1349), l’encyclopédiste Al-Watwât114(mort en 1318), et le voyageur Al-Tidjânî115(récit de 1307-1309), malgré une connaissance parfois fort précise des tribus berbères, ne font référence à une opposition entre Botr et Branès, deux noms qu’ils semblent complètement ignorer.

  • 116 L’étude comparée des nomenclatures tribales berbères du ixe au xive siècle serait un beau sujet de (...)

49L’inventaire qui vient d’être ici résumé peut paraître évidemment fastidieux. Nous sommes conscient aussi qu’il n’est pas totalement complet, faute d’accès à certaines œuvres. Néanmoins, sa leçon nous semble extrêmement éloquente. A l’exception d’événements espagnols rapportés dans des chroniques locales, et de traités généalogiques élaborés dans le même pays et parfois repris en Afrique, les termes Botr et Branès, et la dichotomie qu’ils semblent établir dans les années 697-720 selon quatre passages de l’histoire d’Ibn ‘Abd al-Hakam, sont totalement absents de la littérature historique et géographique consacrée au Maghreb entre le viiie et la fin du xive siècle. Non seulement les auteurs des textes les plus riches et les plus précis les ignorent, mais ils les éliminent même de certains épisodes où, en utilisant Ibn ‘Abd al-Hakam, ils les rencontraient nécessairement. Seule était significative pour tous ces savants la partition du Maghreb en plusieurs grandes familles tribales, d’abord au viiie et au ixe siècle en un nombre assez élevé, puis progressivement à partir du xe siècle en deux vastes systèmes d’apparentements, Zenâta et Sanhâdja, qui n’engloberont cependant jamais la totalité des tribus116.

  • 117 B. Roy et P. Poinssot, Inscriptions arabes de Kairouan, 2 vol., Paris, 1950. Une enquête effectuée (...)
  • 118 Cf. R. Dagorn, « Quelques réflexions sur les inscriptions arabes des nécropoles kairouanaises », da (...)
  • 119 B. Roy et P. Poinssot, t. 1, no 195 : Umm al-Qasim, fille de Hassan al-Barânasî (1015). Les éditeur (...)
  • 120 B. Roy et P. Poinssot, t. 1 no 144 : Musa, fils de Daûd al-Hawwârî ; no 148 : Abd al-Malik, fils de (...)
  • 121 Cf. R. Dagorn, op. cit. p. 243.
  • 122 B. Roy et P. Poinssot, t. 1, no 100, 107, 152, 177 pour Sirte, no 189 et 265 pour Tripoli ; t. 2 no (...)
  • 123 Cf. supra notes 99 et 100.
  • 124 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1932 p. 71, et RT 1935 p. 269.

50Que ce mode d’analyse ait été le reflet de la réalité sociale effectivement vécue par les populations du Maghreb à cette époque, un dossier documentaire non littéraire peut au moins le confirmer. Le Corpus des inscriptions arabes de Kairouan117réunit en effet une masse fort importante d’épitaphes de Berbères arabisés antérieures à l’invasion hillalienne, de 850 à 1049. Or, beaucoup de ces personnages possèdent un surnom, qui peut être géographique, professionnel, ou ethnique118. Mais l’onomastique de Kairouan n’a laissé trace d’aucun al-Botr, et si elle a conservé le souvenir d’un al-Barânasî, c’était semble-t-il celui d’un fabricant de burnous119... En revanche, les inscriptions témoignent d’appellations tribales comme al-Hawwârî (en 962), al-Lawâtî (en 972), al-Jarawî (en 1023)120etc... De manière générale, prédominent chez ces Berbères les individus originaires de Tripolitaine : outre le nombre important d’ethniques qui en sont manifestement originaires, comme les al-Lawâtî (dix individus) et les al-Hawwârî (trois individus)121, de nombreux surnoms géographiques l’attestent, comme al-Surtî (de Sirte), al-Atrabulusî (de Tarabulus = Tripoli), al-Misratî (de Misurata), al-Adjdabî (d’Adjdabiya) etc122... Or, comme nous le verrons plus loin, les Botr évoqués par Ibn ‘Abd al-Hakam étaient très probablement à l’origine des tribus de Cyrénaïque et de Tripolitaine. Malgré cela, aucun des individus enterrés à Kairouan n’a conservé leur souvenir, à peine deux siècles après les épisodes rapportés par l’historien égyptien. Cette carence se retrouve d’ailleurs lorsqu’on relève les informations onomastiques livrées par les sources littéraires : à l’exception de Kusayla, tardivement surnommé al-Barânasî dans des textes du xive siècle123, les personnages berbères évoqués ont toujours des surnoms renvoyant à des groupements tribaux classiques : dans les chapitres d’Ibn ‘Abd al-Hakam on rencontre ainsi successivement Hilâl ibn Tarwan alLawâtî, Muzâlid ibn Muslim al-Hawwârî, ou Ismail ibn Ziyâd anNafûsî124, etc...

  • 125 M. Shatzmiller, au terme de son enquête sur un sujet assez proche, le mythe d’origine berbère, étai (...)

51Tout ceci ne conduit donc qu’à une conclusion : entre au moins le milieu du viiie et la fin du xive siècle, en dehors de l’Espagne et de quelques cercles érudits au Maghreb, le peuple berbère n’a jamais vécu son identité en termes d’appartenance aux Botr ou aux Branès. Seuls comptaient les apparentements tribaux autour de quelques grands noms, Lawâta, Hawwâra, Zenâta, Kutâma, Sanhâdja, dont on peut suivre l’extension tentaculaire entre ces deux dates125. Mais le développement de ces regroupements, et surtout leur simplification sous une forme dualiste, sont des phénomènes nettement postérieurs à la conquête arabe. Aucun document ne permet de les transférer sur le monde berbère de l’époque byzantine, et aucun ne permet non plus, surtout avant le xe siècle, de les mettre en relation avec l’opposition Botr/Branès.

52Comment comprendre alors l’œuvre d’Ibn Khaldûn ? Non seulement, comme nous allons le voir, celui-ci fit de cette opposition, dans la partie sociologique de son travail, un principe de classement des Berbères à son époque, mais il affirma même, dans ses chapitres historiques, qu’elle éclairait tous les épisodes de la conquête elle-même : seul de tous les auteurs arabes, il écrit ainsi que la résistance dirigée par Kusayla dans les années 670 fut un phénomène Branès, tandis que la lutte de la Kâhina qui lui succéda s’organisa sous l’égide des Botr. Une singularité aussi affirmée ne peut être ignorée, et elle nous a paru pour cela justifier une analyse indépendante du témoignage du Kitâb al-Ibar.

Notes

1 Sur ces auteurs, cf. supra introduction de cette 5e partie, p. 691-692.

2 Cet auteur, encore jamais traduit, ne nous a été accessible qu’à travers l’étude consacrée à son témoignage sur la conquête par H. Slim (dans R. Guéry, C. Morrisson et H. Slim, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Rougga, III, Le trésor de monnaies d’or byzantines, Rome, 1980, p. 77 et p. 81). Mais M. Benabbes, qui prépare sous la direction de Cl. Lepelley une thèse sur l’Afrique byzantine face à la conquête arabe et a repris l’étude de Khalîfa ibn Khayyât, a bien voulu, à notre demande, tenter de trouver trace des Botr et des Branès dans les événements du viie siècle chez cet auteur. Cette recherche scrupuleuse n’a pas permis de découvrir de nouvelles occurrences des deux noms.

3 Cf. supra 2e partie, p. 175.

4 Après la mention de la soumission des Lawâta en 642, n’apparaissent plus que les Muzâta (Mazâta) à propos des raids de {Ukba dans le Sahara libyen (trad. A. Gateau dans RT 1931 p. 252) et une mystérieuse tribu Anbia ( ?) dans le Sous (ibid. p. 256).

5 Sur la chronologie, cf. supra p. 688. M. Talbi, en accord avec la plupart des historiens modernes, place la mort de la Kâhina en 697 ou 698 (« Al-Kâhina », dans EI2, t. 5, 1982, p. 440-442) alors que D. Pringle la recule jusqu’en 703. L’essai de reconstitution proposé par ce savant dans sa thèse est original, mais ne repose en fait que sur des sources très tardives (principalement Ibn ‘Idhârî), et semble très contestable (The Defence of Byzantine Africa..., t. 1, Oxford, 1981, p. 46-50).

6 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1932, p. 73.

7 Ibid. p. 74. Il semble que le texte arabe soit ici un peu plus complexe que ne le laisse penser la traduction Gateau. F. Bahri traduit en effet ainsi ce passage : Hassân organisa l’administration, imposa le kharadj aux Adjam d’Ifrîqiyya et à tous ceux qui, parmi les Berbères, continuèrent à professer avec eux le christianisme... (« Des conversions, des hommes et des biens en Ifrîqiyya musulmane : le cas des ‘Adjam », dans Africa, XVI, 1998, p. 152). Les Adjam sont les étrangers non arabophones, notamment les Afârik (les Africains romanisés). Nous ne suivons cependant pas F. Bahri quand il semble, ensuite, sous-entendre que les Berbères chrétiens comptaient pour quantité négligeable.

8 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1935, p. 247.

9 Ibid. p. 258.

10 Pour mesurer cette différence, il suffit de lire le long récit des révoltes kharidjites en Tripolitaine dans les années 740 (trad. Gateau, RT 1935 p. 261-270), dans lequel toutes ces tribus sont citées, mais sans plus aucune allusion aux Botr ou aux Branès.

11 Avec cependant une différence essentielle par rapport à Ibn Khaldûn, sur laquelle nous reviendrons infra p. 804 : dans le récit donné par Ibn ‘Abd al-Hakam de la seconde expédition de Hassân, ce sont les Berbères de Libye, qui aident le général arabe contre la Kâhina, qui sont appelés Botr (et c’est la première occurrence historique du mot), alors que pour Ibn Khaldûn les Botr forment la confédération dirigée par la Kâhina contre les Arabes...

12 H. Monès, op. cit. supra intr. 5e partie note 76, p. 253.

13 Cette brusque rupture de style dans l’œuvre d’Ibn ‘Abd al-Hakam, liée à un changement de sources, avait déjà été notée, dans une perspective plus générale, par R. Brunschwig : « la période de la conquête achevée, le récit change de caractère. Il perd beaucoup de sa forme de hadith ; et les faits, plus récents, plus précis, paraissent aussi bien plus sûrs. Les éléments de fiqh y deviennent très rares ; ils ne sont plus l’une des sources principales d’inspiration ». (« Ibn ‘Abdalh’akam et la conquête de l’Afrique du Nord par les Arabes », dans Annales de l’Institut d’Etudes Orientales d’Alger, VI, 1942-47, p. 135).

14 Cf. supra 2e partie p. 179.

15 Infra p. 758-759.

16 Trad. Gateau, RT 1932, p. 74 (deuxième mention des Botr et première des Branès, lorsque Hassân organise l’impôt après la mort de la Kâhina).

17 Cf. A. Gateau, « Ibn {Abd al-Hakam et les sources arabes relatives à la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne », RT, 1936, p. 57-83.

18 Cette remarque a, à notre connaissance, pour la première fois été formulée de manière claire par M. Brett dans son chapitre de synthèse « The Arab conquest and the rise of Islam in North Africa », dans Cambridge History of Africa, t. 2, Cambridge, 1978, p. 510.

19 Al-Tabarî, Histoire des Prophètes et des rois, trad. Zotenberg sous le titre Chronique, Paris, 1867-1874 ; nouvelle traduction anglaise en cours par E. Yar-Shater et alii, The History of al-Tabari : An annotated Translation, Albany, depuis 1985. Son contemporain Ibn A’tham semble un peu plus riche mais ne dit rien du sujet qui nous intéresse : cf. Mélanges Gaudefroy-Demombynes, Le Caire, 1945, p. 85-90.

20 Al-Ya{kûbî, Historiae, éd. M. Th. Houtsma, Leyde, 1883 (2 vol.). Nous nous appuyons, pour cet ouvrage pour nous difficilement accessible, sur l’analyse de Ah. Siraj (op. cit. p. 42).

21 Al-Balâdhûrî, trad. P. K. Hitti et F. C. Murgotten, The Origins of the Islamic State, t. 1, Londres-New-York, 1916, p. 352-361. Sur l’auteur, cf. l’article de F. Rosenthal dans EI2, t. 1, p. 1001-1003.

22 Sur Al-Wâkidî, cf. EI, Ière éd., t. IV, 1934, p. 1163-1164. Un texte attribué à l’auteur et relatant la conquête a été publié, mais son authenticité est douteuse et son contenu surtout légendaire (cf. Ah. Siraj, L’image de la Tingitane, p. 37).

23 Trad. Hitti et Murgotten, t. 1, p. 359-362.

24 Sur l’auteur et l’ouvrage publié sous son nom, cf. supra intr. 5e partie note 31.

25 Al-Rakîk, Târîkh Ifrîkiyya wa-l-Maghrib, éd. A. A. al-Zaidan et I. U. Musa, Beyrouth, 1990, p. 102. Je dois cette référence et la traduction à M. Benabbes, qui accepté de relire pour moi le texte d’al-Rakîk et celui de Khalîfa ibn Khayyât.

26 H. R. Idris, « Le récit d’Al-Mâlikî sur la conquête de l’Ifriqiya », dans Revue des Etudes Islamiques, t. 37, 1, 1969, p. 117-149.

27 Trad. H.R. Idris dans l’article cité note précédente, p. 145.

28 Cf. les remarques de H.R. Idris, ibid. p. 146 note 1.

29 H. Slim, op. cit. supra note 2, p. 85.

30 Ibn Al-Athîr, « Annales du Maghreb et de l’Espagne », trad. et réunion des passages du Kitâb al-Kâmil fîl Târîkh sous ce titre par E. Fagnan, dans Revue africaine, t. 40 à 45, 1896-1901. Cf. surtout t. 40, 1896, p. 352-382.

31 Trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 375-379. Citation d’Al-Wâkidî p. 379.

32 Sur l’auteur, son œuvre et ses traductions, cf. supra 2e partie p. 180.

33 Ainsi pour les Warfajûma, branche des Nafza (trad. M. Hadj-Sadok, Alger, 1949, p. 13).

34 Ibn al-Fakîh al-Hamadhânî, Abrégé du livre des pays, trad. M. Hadj-Sadok jointe à celle d’Ibn Khurdâdhbah sous le titre Description du Maghreb et de l’Espagne au iiie-ixe siècle, Alger, 1949, p. 30-61. Autre traduction par H. Massé, Damas, 1973, p. 97-112 pour le Maghreb.

35 Al-Ya’kûbî, Le livre des pays, trad. G. Wiet, Le Caire, 1937.

36 G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubi, dans RAf, t. 85, 1941, p. 40-61.

37 Ainsi dans la région de Ngaous pour les Miknana, une fraction des Zanâta (trad. G. Wiet, p. 214).

38 Trad. G. Wiet, p. 215. Le ton du passage implique clairement que seules une ou des fractions de Sanhâdja sont ainsi désignées, et non l’ensemble de ce « peuple ».

39 Cf. le passage d’Ibn Hawkal cité infra p. 723, et les remarques de W. Marçais, Articles et conférences, Paris, 1961, p. 74.

40 Sur l’origine des Berbères d’Espagne, cf. P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris, 1977, p. 248-281.

41 Etude détaillée des événements des premiers siècles de l’Espagne musulmane et de ces troubles, toujours très solide de l’avis des médiévistes, par E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, 3 vol., Paris, 1950-53, et particulièrement t. 1, p. 73-89. Sur Botr et Branès, cf. surtout t. 1, p. 86, n. 2.

42 Ibn al-Kutîyya, trad. espagnole de J. Ribera, Historia de la conquista de Espana de Abenelcotia el Cordobes, Madrid, 1926 (cf. EI2, t. 3, p. 871-872).

43 Trad. partielle du Muktabis de cet auteur par J. Guraieb, dans Cuadernos de Historia de Espana, t. XIII à XXX, 1950 à 1959.

44 Cf. E. Lévi-Provençal, op. cit. supra note 41, t. 1, p. 198.

45 E. Lévi-Provençal, ibid. p. 200.

46 E. Lévi-Provençal, ibid. p. 360-364. Cf. également sur ces événements le récit de R. Dozy, Histoire des musulmans d’Espagne, nouvelle édition par E. Lévi-Provençal, tome 2, Paris-Leiden, 1932, p. 39-60.

47 Le géographe persan semble mettre sur un pied d’égalité presque tous les noms de la liste des 28 tribus qui ouvre sa partie « africaine », parmi lesquelles on retrouve nombre de groupes qui seront plus tard donnés comme Zenâta ou Sanhâdja. De manière générale, les affiliations comme celle signalée supra note 33 sont extrêmement rares dans son texte.

48 Al-Istakhrî, Kitâb al-masâlik wa-l-mamâlik, trad. des chapitres consacrés au Maghreb et à l’Espagne avec introduction par A. Miquel, dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, t. 15-16, 1973, p. 231-239. Cf. également l’article Al-Istakhrî par A. Miquel, dans EI2, t. IV, Paris, 1978, p. 232-233.

49 Trad. A. Miquel, citée note précédente, p. 236.

50 Ibid. p. 237-238.

51 Ibn Hawkal, Configuration de la terre, trad. J.H. Kramers et G. Wiet, t. 1, Paris, 1964, p. 57-105 (pour le Maghreb). Une traduction plus ancienne, fondée sur un manuscrit où manque la liste finale des tribus, avait été donnée par De Slane dans le Journal asiatique, 3e série, 1842, t. 13, p. 160-196 et p. 209-258.

52 Cité par G. Wiet dans l’introduction de la traduction publiée avec J. H. Kramers, t. 1, p. x.

53 R. Blachère, cité par G. Wiet, ibid. t.1 p. xi.

54 Cf. par exemple ses remarques sur la qualité des poissons pêchés à La Calle, trad. Kramers-Wiet, t. 1, p. 71.

55 Trad. Kramers-Wiet, t. 1 p. 101. De Slane (JA, 1842, p. 257) traduisait : A côté d’eux sont les porteurs de burnous qui se tiennent entre Sous, Aghmat et Fez, et escortent, moyennant un droit, toutes les marchandises qui passent de Fez à Sedjelmassa. Ils professent des doctrines hérétiques...

56 W. Marçais, Articles et conférences, Paris, 1961, p. 74 (ici, 1929 : à propos du livre de E.-F. Gautier).

57 Ibn Hawkal, trad. Kramers-Wiet, t. 1, p. 102-105.

58 Sur cette liste, jusqu’ici peu étudiée, cf. T. Lewicki, « A propos d’une liste de tribus berbères d’Ibn Hawkal », dans Folia Orientalia, I, 1959, p. 128-135, et id., « Du nouveau sur la liste des tribus d’Ibn Hawkal », Folia Orientalia, 13, 1971, p. 171-200. Il faut remarquer que la majorité des noms donnés ici ne figurent pas dans les descriptions géographiques qui précèdent, fondées sur les notes de voyage d’Ibn Hawkal. De toute évidence, la liste vient d’un document d’origine extérieure, inséré artificiellement par le géographe à la fin de son ouvrage.

59 La liste des Sanhâdja est amputée d’un nombre incertain de noms en raison d’une lacune sur le manuscrit (cf. trad. Kramers-Wiet, t. 1, p. 103, note 529).

60 On peut remarquer aussi que Ibn Hawkal livre dans ses listes un état original des deux groupements Sanhâdja et Zenâta, différent de celui que présentera Ibn Khaldûn quatre siècles après. Cette différence est rassurante pour nous, dans la mesure où elle prouve à la fois la singularité des sources de chaque auteur et la réalité des évolutions dans les apparentements et alliances entre xe et xive siècle : la comparaison détaillée des nomenclatures, qui reste à faire, suffirait à prouver que les informations de Ibn Khaldûn en ce domaine valent d’abord pour son époque, et n’ont nullement le caractère quasi intemporel que leur prêtait E. F. Gautier lorsqu’il construisait ses cartes et prétendait les appliquer au viie siècle...

61 Al-Mukaddasî, Ahsan at Taqâsim fî marifat at Aqalim, trad. des chapitres sur le Maghreb par C. Pellat sous le titre Description de l’Occident musulman au 4e siècle de l’Hégire, Alger, 1950.

62 Al-Mas’ûdî, Les prairies d’or, texte et traduction par C. Barbier de Meynard et J. Pavet de Courteille, 9 volumes, Paris, 1861-1877. Sur l’auteur, cf. A. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, t. 1, Paris, 1967, p. 202-212.

63 Trad. citée note précédente, t. 3, p. 240.

64 M. Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère. Aspects historiographiques et sociaux », dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, t. 35, 1983, p. 145-156.

65 M. Shatzmiller, ibid., p. 148.

66 Ibn al-Kalbî, cité par Ibn Khaldûn, Histoire des Berbères, trad. De Slane, t. 1, p. 170.

67 Al-Balâdhûrî, trad. Hitti et Murgotten, t. 1, p. 353.

68 Berr a été forgé à partir de l’arabe Berber, et Ifrîkos (Ifrîkush) à partir d’Ifrîkiyya. Certes, Berber et Ifrîkiyya sont deux noms qui dérivent eux-mêmes de mots latins, barbarus et Africa : mais les deux personnages éponymes sont inconnus dans l’Antiquité. Les Romains avait fait d’Africa une déesse, qui n’a évidemment aucun rapport avec Ifrîkush. Et il ne leur serait jamais venu à l’esprit d’inventer un ancêtre éponyme à partir du mot « barbare » : lorsqu’ils se livraient à cet exercice, ils se fondaient sur de véritables ethnonymes (cf. supra 3e partie p. 423-424 sur les textes grecs relatifs aux peuples libyens).

69 Il n’y a en fait aucune différence réelle en arabe entre Bernès et burnous. Ce n’est qu’affaire de transcription. La forme Bernès a été adoptée par les traducteurs par commodité. Mais G. S. Colin n’hésite pas à écrire, à propos des Baranis (Branès) : « le nom du groupe représente le pluriel du nom de leur ancêtre éponyme commun, burnus... (EI2, t. 1, p. 1069).

70 Abtar ou abter est un adjectif arabe qui signifie « coupé, écourté » (cf. infra p. 762), et qui n’apparaît dans ce nom que parce qu’il est le singulier de botr, adjectif pluriel transformé en substantif dès le viie siècle au témoignage d’Ibn 4Abd al-Hakam. Mais on peut s’interroger sur les raisons de l’invention de Madghis. Pour les Branès, on s’est contenté en effet de la forme au singulier du nom, devenue un anthroponyme individuel. Peut-être une opération identique apparut-elle mal commode pour le deuxième groupe parce que botr était à l’origine un adjectif et non un nom. On le réduisit donc, remis au singulier, au rang de surnom en recourant au mystérieux Madghis. L’étymologie et l’origine de cet anthroponyme restent néanmoins obscures. Certes, au xie siècle, Al-Bakrî (trad. De Slane, Alger, 1913, p. 107) appelle le fameux Medracen, gigantesque mausolée royal de Numidie antérieur à la conquête romaine, le « tombeau de Madghous » (= Madghis), et le nom Medracen n’est en fait que le pluriel, berbère cette fois, de Madghis selon De Slane (ibid. p. 107 note 2). Mais il faudrait savoir quelle forme a été employée la première. Si le tombeau était appelé Médracen avant l’arrivée des Arabes, ce qui est possible puisque le mot est berbère, on peut supposer que les Botr, au cours de leur avancée avec les Arabes lors de la conquête et parallèlement à l’occupation de terres en Numidie (cf. infra p. 804), ont revendiqué comme leurs le mausolée et son occupant : ils auraient fait ensuite de ce dernier leur ancêtre, dont ils auraient forgé le nom en mettant Medracen au singulier, et en lui accolant le surnom al-abtar. Mais ce n’est évidemment qu’une hypothèse. On peut admettre aussi que le Medracen était le « tombeau de Madghis » dès l’Antiquité, et que les Botr, selon le même processus et dans le même contexte, ont simplement annexé le personnage en lui associant leur nom.

71 Cf. Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1 p. 175 : Goliath (Djalût) descend de Madghis al-Abtar ; et id., trad. De Slane, t. 3, p. 181-182 (= trad. Cheddadi, t. 2, p. 547) : Goliath (Djalût) descend de Bernès.

72 Cf. Ibn Khaldûn, ibid., t. 1, p. 183-184.

73 Ibn Kutayba a passé l’essentiel de sa vie à Bagdad, sans jamais visiter l’Occident musulman (cf. EI2, t. 3, 1971, p. 868-871).

74 Sur ces savants, cf. R. Basset, « Les généalogistes berbères », dans Les archives berbères, t. 1, 1915, fasc. 2, p. 3-11 ; Sur leurs liens avec l’Espagne, M. Shatzmiller, cit. supra n. 64, p. 148-49.

75 Pour le premier, nous avons surtout utilisé les généalogistes berbères cités par Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 178. Pour le second, la même source est complétée d’indications d’Al-Bakrî reprises de ces généalogistes et citées par Ibn Khaldûn, ibid., p. 180-181.

76 Telle est, en dernier lieu, la source évidente de l’article « Branès » paru dans l’Encyclopédie berbère, t. XI, 1992, p. 1609-1610, qui défend cette thèse.

77 Cf. supra p. 266.

78 Cf. supra p. 170.

79 Al-Bakrî, cité par Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 180-181. On lit, dans le même extrait, que des ancêtres de cette grand-mère des Botr s’appelaient Ghomar et Masmoud, soit les éponymes de deux des plus célèbres tribus Branès, les Ghumâra du Rif et les Masmûda de l’Atlas ! Exemple éloquent de la confusion et de la diversité de ces généalogies, dans lesquelles il n’est pas raisonnable de puiser ici et là un détail au service d’une thèse.

80 Cf. Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 180-181, et infra p. 732 (Mazigh arrière-arrière grand-père de Madghis...).

81 Cf. E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 1, Paris, 1950, p. 360-364.

82 Pour l’appartenance de ces tribus aux Botr dans les schémas généalogiques, cf. les tableaux commodes établis par De Slane, trad. d’Ibn Khaldûn, t. 1, p. xiv. Cf. aussi G. Chiauzzi et al., Maghreb médiéval, Aix-en-Provence, 1991, p. 35.

83 M. Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère », cité supra note 64, p. 148.

84 Sur cet auteur qui passa toute sa vie en Espagne, cf. supra 5e partie, intr. note 40, et l’article « Ibn Hazm » de R. Arnaldez, EI2, t. 3, 1971, p. 814-822.

85 Autre savant qui est né et a passé toute sa vie en Espagne. Cf. l’introduction de Ah. Mahjoub à sa traduction du Qaçd, dans RAf, t. 99, 1955, p. 71-112, et t. 101, 1957, p. 45-84.

86 Cité par Ibn Khaldûn, trad. De Slane t. 1, p. 183.

87 Le stemma 1 a été établi d’après les citations d’Ibn Hazm données par Ibn Khaldûn (trad. De Slane t. 1 p. 168-169 = trad. Cheddadi t. 2 p. 465) sur la descendance de Berr, complétées pour les ascendants par la conclusion d’Ibn Khaldûn sur le sujet, visiblement inspirée de la même source (ibid. De Slane t. 1 p. 184). Le stemma 2 est fondé sur d’autres citations d’Ibn Hazm données par Ibn Khaldûn dans son chapitre sur les Zenâta (trad. De Slane, t. 3 p. 180-181). Sur les utilisations abusives du stemma 2 par les historiens et les contradictions entre les deux généalogies, cf. commentaire infra p. 745-746.

88 Ibn Khaldûn, trad. Cheddadi t. 2 p. 465 (= De Slane t. 1, p. 169).

89 Sur ces rapports entre Arabes et Berbères en Espagne, cf. P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris, 1977, p. 282-328, qui cite cette phrase de H. Pérès : « Les événements du xie siècle (en Espagne) peuvent être considérés comme un duel entre Espagnols musulmans et Africains berbères » (p. 314). Cf. également M. Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère » cité supra note 64, p. 150.

90 Ibn ‘Abd al-Barr, trad. Mahjoub, RAf, t. 101, 1957, p. 47. Citation fidèle de ce passage par Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 181.

91 M. Shatzmiller, op. cit. p. 150-151. Le problème des généalogies dans l’histoire idéologique de l’Etat ziride a été étudié par H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, t. 1, Paris, 1962.

92 Cf. supra 2e partie p. 195.

93 Sur cet auteur, cf. R. Basset, « Ibn ‘Idhârî »., dans EI2, t. III, p. 828. La seule traduction de son œuvre est celle de Fagnan, publiée en 2 tomes à Alger en 1901 et 1904, mais qui est fondée malheureusement sur un manuscrit lacunaire, surtout au début. Un texte arabe plus complet a été publié par E. Lévi-Provençal et G. S. Colin, 2 vol., Leiden, 1948 et 1951.

94 Ibn ‘Idhârî, trad. Fagnan, t. 1 p. 71. Ce passage appelle deux remarques complémentaires. Il nous donne d’abord un nouveau nom de généalogiste berbère, Abûl Madjd Meghilî, apparemment un Maghîla, donc comme toujours un personnage issu d’une tribu se disant Botr ; et il nous livre surtout une nouvelle variante sur les liens entre les deux prétendues « races » berbères, puisque dans son schéma Madghis al-Abtar est le petit-fils de Bernès...

95 Nous reprenons ici la traduction donnée par M. Talbi, dans L’Emirat Aghlabide, Paris, 1966, p. 17, qui permet de vérifier celle de Fagnan, t. 1, Alger, 1901, p. 30. L’une et l’autre se rejoignent parfaitement sur l’absence des Botr et des Branès.

96 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT, 1932, p. 74 : Hassân organisa ses administrations et imposa le kharadj aux Berbères qui professaient le christianisme, des Barânis pour la plupart et un petit nombre de Botr.

97 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1935, p. 258 : La garde était composée de Berbères, parmi lesquels on ne comptait que des Botr. C’est cette tribu qui, avant lui, fournissait seule la garde des gouverneurs, et on ne trouvait pas un seul homme des Barânis.

98 Ibn ‘Idhârî, trad. Fagnan, t. 1, p. 45.

99 La seule occurrence, indirecte, que nous ayons pu découvrir est le surnom donné une fois à Kusayla : En moharrem 64 (683-684), Koceila le Bernesi pénétra à Kairouan et l’enleva aux musulmans (trad. Fagnan, t. 1, p. 18). Mais Ibn ‘Idhârî n’évoque jamais les unions Branès et Botr contre les Arabes que rapporte Ibn Khaldûn, et cette mention isolée prouve seulement que le savant espagnol connaissait, comme nous nous venons de le signaler, les généalogies tribales : sans doute dans ce cas l’appartenance des Awraba aux Branès. D’autres auteurs, comme Al-Mâlikî, préféraient la forme Kusayla l’Aurabi... (trad. Idris, Revue des Etudes Islamiques, 37, 1, 1969, p. 136).

100 Ce savant berbère vivait au xive siècle au Maroc, comme Ibn ‘Idhârî. Il a vraiment été redécouvert par E. Lévi-Provençal, qui traduisit une partie seulement de son œuvre, une chronique de la conquête, sous le titre « Un nouveau récit de la conquête de l’Afrique du Nord par les Arabes », dans Arabica, t. 1, 1954, p. 35-43. Dans ce texte, on ne trouve qu’une allusion indirecte à la dichotomie, comme chez Ibn ‘Idhârî, dans le surnom de Kusayla : Arrivé proximité de Tahuda, Uqba trouva Kasila al-Barânasî qui avait rassemblé plus de 50 000 combattants berbères (p. 39). Mais l’essentiel du livre de ‘Ubayd Allâh était consacré à la généalogie berbère. E. Lévi-Provençal n’a ni publié ni traduit cette partie, écrivant seulement qu’elle était fortement inspirée d’Ibn Hazm (ibid., p. 23). Cela n’a rien d’étonnant étant donné l’importance du débat généalogique dans le royaume mérinide du Maroc à cette époque (cf. M. Shatzmiller, L’historiographie mérinide. Ibn Khaldoun et ses contemporains, Leiden, 1982). L’auteur devait donc connaître parfaitement les Botr et les Branès, et il est très remarquable alors qu’il n’en fasse pas état dans sa chronique, à la différence de son presque contemporain Ibn Khaldûn (cf. infra p. 750-751).

101 Sur cet auteur, cf. supra note 30.

102 Sur Al-Nuwayrî, cf. supra 5e partie, intr. note 44. Nous n’avons trouvé strictement aucune allusion aux Botr et aux Branès dans cette œuvre, où même Kusayla est seulement surnommé l’Aorbi (trad. De Slane, JA, 3e série, t. 11, 1841, p. 127).

103 Nous écrivons « probablement » parce que des sources ont évidemment pu nous échapper. Encore une fois, cette partie ne veut être qu’un essai, destiné à susciter enfin un regain d’intérêt pour l’étude des Berbères du Moyen Age.

104 Cf. sur l’œuvre d’Al-Bakrî supra 5e partie, intr. note 36. Rappelons ici que l’auteur a beaucoup utilisé le livre de Mohammed Youçof al-Warraq, mort en 973-974, et que nombre de ses descriptions valent donc surtout pour la fin du xe siècle (cf. H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, t. 1, Paris, 1962, p. xxiv et note 60).

105 Cf. par exemple la description de Tidjis (trad. De Slane, Alger, 1913, p. 131) : On y trouve plusieurs familles berbères appartenant aux tribus de Nefza, d’Oureghrouça, de Guezennaïa et de Hanya. Celle-ci est une tribu zénatienne... ; ou encore la région au sud d’Asila : On trouve plusieurs tribus louatiennes (Lawâta) et une peuplade appelée les Beni Zîad, qui forme une branche de la tribu hoouarite (Hawwâra) établie à Zeloul....

106 Pour la première occurrence, trad. De Slane p. 185 : Les Berbères Béranès s’étant insurgés contre Saïd, fils d’Idriss, élurent pour chef un nommé Segguen. Il s’agit d’un épisode de l’histoire du royaume rifain de Nokour, dans le Maroc des années 760-770. Ibn Khaldûn raconte les mêmes événements (trad. De Slane, t. 2 p. 139), mais en parlant des Ghumâra, qui devaient donc être les Branès en question. On peut penser que cette tribu avait conservé encore à ce moment, un peu plus d’un demi-siècle après la conquête arabe du Maroc, le surnom Branès. La deuxième occurrence du nom (trad. De Slane, p. 270) se trouve dans la liste des tribus qui suivirent les Barghwâta, et est donnée au moment de l’ambassade à Cordoue de Zemmour, en 963 (ibid. p. 259). Cette tribu dont le nom était simplement Branès devait être un petit groupe, sans rapport avec les Ghumâra cités avant.

107 Ibn Khaldûn, Trad. De Slane, t. 1, p. 180-181 : Voici le récit provenant des généalogistes berbères et reproduit par Al-Bakrî et d’autres auteurs... Madghis portait le surnom el-Abter et était père des Berbères Botr. Toutes les tribus zénatiennes descendent de lui. Ce passage n’apparaît pas dans la traduction donnée par De Slane d’Al-Bakrî (Alger, 1913) : il doit faire partie des chapitres inédits signalés par E. Lévi-Provençal (« Abu ‘Ubayd al-Bakrî », EI2, t. 1, 1960, p. 160).

108 Le titre exact est en fait Le livre de la récréation de l’homme désireux de connaître les pays, mais il est surnommé Livre de Roger parce que le géographe de Cordoue le composa en 1154 pour Roger II de Sicile. Sur les traductions de ce texte, cf. supra chap. 5 note 98.

109 Le Kitâb al-Istibsâr, ouvrage anonyme, est une compilation suivant souvent de très près le texte d’Al-Bakrî. Il n’en existe qu’une traduction fondée sur un manuscrit incomplet par E. Fagnan, « L’Afrique septentrionale au xiie siècle de notre ère », dans RSAC, t. 33, 1899, p. 1-229.

110 Al-Zuhrî vivait dans le premier tiers du xiie siècle. Son Kitâb al-Dja’rafiyya est le commentaire d’une mappemonde du ixe siècle. Edition sans traduction mais avec de riches commentaires par M. Hadj-Sadok dans Bulletin d’Etudes Orientales, t. 21, 1968.

111 Les textes de ces deux auteurs concernant le Maghreb ont été traduits par E. Fagnan dans son livre Extraits inédits relatifs au Maghreb : géographie et histoire, Alger, 1924, p. 6-26 et p. 121-193.

112 Traduction M. Reinaud et S. Guyard, Géographie d’Aboulféda, 3 volumes, Paris, 1848 et 1883, avec un extrait de la Chronique du même auteur, t. II, 1, p. 176, fort significatif : Les tribus berbères sont extrêmement nombreuses. Parmi elles sont les Ketâma, les Sanhâdja, les Zenâta... Suit une longue nomenclature, qui n’est plus celle d’Ibn Hawkal, mais qui comme chez ce dernier ignore tout de la dichotomie Botr/Branès.

113 Ibn Fadl al-Umari, Masâlik al-Absar fi mamâlik al-Ansar, traduction M. Gaudefroy-Demombynes, Paris, 1927 (p. 94-136 sur le Maghreb).

114 Traduction des pages consacrées au Maghreb par cet auteur dans le livre de Fagnan cité supra note 111, p. 41-68.

115 Le livre de cet auteur (Rihla) est théoriquement le récit d’un voyage qu’il fit de Tunis à Tripoli entre 1307 et 1309. Mais Al-Tidjânî y multiplie les digressions historiques, en s’appuyant sur des sources parfois très anciennes. La traduction donnée par A. Rousseau (JA, 1852, 4e série, t. 20, p. 57-208, et 1853, 5e série, t. 1, p. 101-168 et p. 354-425) est malheureusement excessivement lacunaire, ce savant ayant supprimé nombre de pages avec cette seule justification, trop souvent répétée : « suppression de × pages, dénuées de tout intérêt »...

116 L’étude comparée des nomenclatures tribales berbères du ixe au xive siècle serait un beau sujet de recherche, qui réserverait certainement quelques surprises. Les sondages que nous avons faits illustrent en tout cas le phénomène d’extension tentaculaire de certains ethnonymes. Ainsi pour les Sanhâdja. En dehors d’Ibn Khaldûn, le seul texte qui les cite au moment de la conquête est l’histoire du pseudo Ibn Kutayba, qui daterait du début du ixe siècle selon P. de Gayangos, mais est probablement plus tardive (cf. supra 5e partie intr. note 66) : l’auteur, qui les mentionne lors des conquêtes de Mûsâ Ibn Nusayr au Maroc, au début des années 700, les décrit à ce moment comme une tribu parmi d’autres, qui avait pour caractéristique d’être chamelière (trad. d’Al-Makkarî, t. 1, Londres, 1840, p. lxi). On les retrouve ensuite dans la liste des 28 tribus donnée par Ibn Khurdâdhbah (846 ?) en annexe du récit du mythe d’origine (trad. M. Hadj-Sadok, Alger, 1949, p. 13), mais à nouveau à égalité avec les autres, sans même une fraction signalée comme c’est le cas pour les Zenâta. En revanche, dans la géographie de Yakûbî (889), ils apparaissent en cinq endroits différents, du centre de l’Algérie au sud marocain (trad. G. Wiet, p. 215, 222, 225, 226) avec déjà une « fraction » signalée, les Anbiya (ibid. p. 226). Mais tout ceci reste très éloigné du tableau donné un siècle après par Ibn Hawkal (988), où l’on découvre une soixantaine de fractions Sanhâdja (trad. Wiet et Kramers, t. 1, p. 102-103), phénomène que Ibn Khaldûn ne dément pas ensuite, en consacrant à la « race sanhadjienne » une partie entière de son livre, avec d’innombrables ramifications généalogiques. L’extension du nom des Zenâta est parallèle mais plus rapide. Encore une tribu libyenne dans le mythe d’origine et les chroniques des révoltes kharidjites en Tripolitaine au viiie siècle (cf. infra p. 775), ils sont déjà accompagnés dans la liste d’Ibn Khurdâdhbah d’une fraction, les Abkata ou plutôt Arkinah comme le pensait Barbier de Meynard (JA, 1865, p. 462) car c’est ce nom qu’AlMas{ûdî, dans une nomenclature visiblement inspirée d’Ibn Khurdâdhbah, donne (trad. Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, t. 3, p. 240). Moins d’un demi-siècle après, Al-Ya’kûbî, après avoir situé les Zenâta eux-mêmes « entre Tripoli et Gabès » (trad. G. Wiet, p. 208), mentionne en quatre points différents du Maghreb, de Ngaous à Tahert, cinq tribus qu’il présente comme des fractions, ou dans un cas « sous-fraction », des Zenâta (trad. G. Wiet, p. 208, 214, 215, 216). Les Zenâta paraissent à ce moment moins répandus que les Lawâta qui comptent dans cette œuvre douze subdivisions. Mais un grand bond est effectué ensuite avec la liste d’Ibn Hawkal, qui enregistre environ cent quarante tribus berbères descendant de Zanâta (trad. Kramers-Wiet, t. 1, p. 103-104), parmi lesquelles, désormais ramenés à un rang plus modeste, les Lawâta eux-mêmes (p. 104). Vient alors le temps des généalogistes, qui réorganisent ces classifications comme on le voit chez Ibn Khaldûn : désormais sont remis en valeur les Botr, dont les Zenâta sont un des quatre grands rameaux, avec environ une cinquantaine de tribus, sœurs nous dit-on des Darîsa et proches parentes des Nafûsa, des Lawâta et des Hawwâra. L’addition des tribus nommées alors sous ces quatre noms dépasse le chiffre des Zenâta d’Ibn Hawkal...

117 B. Roy et P. Poinssot, Inscriptions arabes de Kairouan, 2 vol., Paris, 1950. Une enquête effectuée parallèlement dans le Répertoire chronologique d’épigraphie arabe de F. Combe, J. Sauvaget et G. Wiet (Le Caire, 1931-) n’a pas donné de résultat intéressant.

118 Cf. R. Dagorn, « Quelques réflexions sur les inscriptions arabes des nécropoles kairouanaises », dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, t. 13-14, 1973, sutrout p. 243-251.

119 B. Roy et P. Poinssot, t. 1, no 195 : Umm al-Qasim, fille de Hassan al-Barânasî (1015). Les éditeurs, comme R. Dagorn (op. cit. p. 248), estiment, au regard des nombreux surnoms évoquant un nom de métier, que Hassan était fabricant ou marchand de burnous.

120 B. Roy et P. Poinssot, t. 1 no 144 : Musa, fils de Daûd al-Hawwârî ; no 148 : Abd al-Malik, fils de Abbas al-Lawâtî al-Hassab ; no 222 : Abd al Majid, fils de Ali al-Jarawî. Ce dernier surnom est évidemment très intéressant car il constituerait, à notre connaissance, la première et la seule mention des Djarâwa avant Ibn Khaldûn. Malheureusement les éditeurs signalent que sa lecture est très incertaine sur l’épitaphe.

121 Cf. R. Dagorn, op. cit. p. 243.

122 B. Roy et P. Poinssot, t. 1, no 100, 107, 152, 177 pour Sirte, no 189 et 265 pour Tripoli ; t. 2 no 321 pour Misurata, et no 359 pour Adjdabiya. Notons que, d’une manière générale, ces inscriptions kairouanaises des ixe-xie siècles démontrent qu’alors effectivement une progression des Berbères de Tripolitaine était réelle dans l’ancienne Byzacène. Le phénomène migratoire, peut-être pas avec l’ampleur qu’on lui a prêtée, est ainsi attesté, mais longtemps après l’époque byzantine...

123 Cf. supra notes 99 et 100.

124 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1932 p. 71, et RT 1935 p. 269.

125 M. Shatzmiller, au terme de son enquête sur un sujet assez proche, le mythe d’origine berbère, était arrivée à une conclusion que nous pourrions reprendre : « On rencontre ici le problème du décalage qui existait en Afrique du Nord médiévale entre l’histoire telle qu’elle fut interprétée par les éléments d’élite islamisés et arabisés, et les faits réels tels qu’ils ont été vécus par la plus grande partie de la population berbérisante (« Le mythe d’origine berbère », ROMM, t. 35, 1983, p. 153).

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540