Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Cinquième partie. Le monde berbère au temps de la conquête arabe

Introduction. La conquête arabe

Texte intégral

  • 1 Sur ces premières attaques de 642-643, cf. R. G. Goodchild, « Byzantine, Berbers and Arabs in 7th c (...)
  • 2 Cf. sur la soumission du massif à cette date d’après certaines sources, infra p. 768.
  • 3 Ces raids vers les oasis ont souvent un caractère légendaire très accentué dans les sources arabes (...)
  • 4 Ces raids préparatoires, peu souvent pris en compte par les auteurs modernes, sont pourtant signalé (...)
  • 5 Sauf Ibn al-Athîr, qui emploie d’ailleurs une formule ambiguë (ibid, trad. Fagnan, p. 357), les aut (...)
  • 6 Sur la source ici, cf. infra note 26.
  • 7 La plupart des textes arabes signalent la mort de Grégoire dans la bataille, mais en l’insérant dan (...)
  • 8 Sur toutes ces opérations, cf. l’étude très complète de H. Slim, dans R. Guéry, C. Morrisson, H. Sl (...)
  • 9 Certains auteurs comme al-Mâlikî (trad. Idris, p. 133-134, en suivant apparemment al-Rakîk) parlent (...)
  • 10 Cet épisode de la prise de Cululis est rapporté par presque tous les auteurs arabes. Ibn ‘Abd al-Ha (...)
  • 11 Cf. infra p. 784-786.

1Le premier contact entre le monde maure et les conquérants musulmans survint vraisemblablement en 642, lorsque le vainqueur de l’Egypte, ‘Amr b. al-‘Âs pénétra dans l’intérieur de la Cyrénaïque et y soumit les Lawâta, les premiers Berbères rencontrés par les Arabes. L’année d’après, le même général se risquait à un second raid vers l’ouest, encore plus audacieux puisqu’il le conduisit jusqu’en Tripolitaine1 : il prit et mit à sac Oea et Sabratha, puis obligea à traiter les Berbères du Djebel Nafusa2, tandis que des détachements à ses ordres s’avançaient dans les oasis du sud3. Ces premiers succès, et certainement la réputation de richesse des provinces occidentales, déterminèrent dans les années suivantes le départ d’une ou plusieurs opérations de pillage sur les marges de la Byzacène4, avant que ne soit lancée en 647 une grande expédition vers cette région sous la conduite de ‘Abd Allâh ibn Sarh. Celui-ci contourna plusieurs villes côtières de Tripolitaine, dont Oea repassée sous autorité byzantine5, et s’avança à travers la steppe vers la Dorsale des cités. L’armée byzantine de l’exarque Grégoire, depuis peu engagé dans une usurpation, et une acies Maurorum alliée6 tentèrent d’arrêter cette invasion, mais ils furent écrasés à Sufetula (Sbeitla) ou à proximité de cette ville. Même si Grégoire ne fut peut-être pas tué dans la bataille7, la Byzacène resta désormais sans défense face à la convoitise des Arabes. Ceux-ci passèrent alors plusieurs mois à piller la province, en menant des opérations notamment dans la région de Capsa et dans celle de Thysdrus8, et ils n’évacuèrent le pays qu’au terme de quatorze ou quinze mois, en 648, après versement d’une gigantesque « indemnité » par les Romains. Les vingt années qui suivirent furent encore animées, à l’initiative de Mu’âwiyya ibn Hudaydj, par un ou plusieurs raids en Byzacène, dont la chronologie est cependant très incertaine9 et dans lesquels ne sont pas mentionnés les Maures. Le plus grave et le mieux attesté se produisit entre 665 et 670 : il fut marqué par une défaite byzantine devant Hadrumète, la mise à sac de Cululis, et peut-être la capture de quatre-vingt mille prisonniers10. Mais parallèlement à ces expéditions de pillage menées sans volonté réelle d’établissement, cette période 648-670 fut surtout pour les musulmans celle où ils établirent définitivement, et apparemment sans grande opposition, leur pouvoir en Cyrénaïque et en Tripolitaine : ils s’emparèrent des dernières cités de Tripolitaine, et prirent progressivement possession des oasis berbères du désert libyen, y compris du Fezzan11.

  • 12 Même si elle est très souvent reprise, la date de 670 pour l’arrivée de ‘Ukba et la fondation de Ka (...)
  • 13 Cf. notamment al-Mâlikî, trad. Idris, p. 136 : Par la suite, Abû-l-Muhâdjir fit la paix avec les Be (...)
  • 14 Ce passage par le Djérid et par Gafsa est attesté surtout pour la première expédition de ‘Ukba (cf. (...)
  • 15 La forme Kasîla devrait être préféré à Koceila ou Kusayla, qui résultent d’ajouts hypothétiques à u (...)
  • 16 Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. 1, Paris, 1955, p. 366 : sous le pontificat de Jean V (685-686 (...)
  • 17 Al-Nuwayrî (trad. De Slane, JA, 1841, p. 134) a très bien résumé ces incertitudes : Ibn al-Athîr di (...)
  • 18 Théophane, Chronographia, éd. De Boor, t. 1, p. 370 (trad. Mango p. 516). L’interprétation proposée (...)
  • 19 Cette date est donnée par Théophane (éd. De Boor, t. 1, p. 370) et Nicéphore (éd. De Boor, p. 39), (...)
  • 20 Il n’est pas sûr que toutes les tribus établies sur le territoire byzantin étaient soumises au mome (...)

2La deuxième phase de la conquête, tournée vers une véritable soumission de la Byzacène et des deux provinces voisines, appelées désormais Ifrîkiyya, débuta à une date imprécise dans les années 670, sous la conduite du fameux ‘Ukba ibn Nâfi’. Sa chronologie et ses péripéties sont encore plus confuses que celles des opérations précédentes, mais elle n’eut dans tous les cas que peu de points communs avec l’occupation de la Libye : pendant près de trente ans, une coalition byzantino-berbère, dans laquelle les tribus eurent rapidement le rôle principal, suscita en effet les pires difficultés aux généraux musulmans. La fondation de Kairouan (peut-être en 67012) marqua dès le début la volonté des Arabes de s’établir dans le pays. A en croire certaines sources, elle fut suivie au temps d’Abû-l-Muhâdjir, qui remplaça quelques années ‘Ukba (vers 675-681 ?), de la conclusion d’accords avec des tribus maures13, peut-être celles du sud-ouest de Byzacène, région que Mu’âwiyya puis ‘Ukba avaient choisi délibérément de traverser à leur arrivée14. Mais ces accords et les conversions qui les accompagnèrent furent fragiles. Au retour d’une première exploration des territoires occidentaux, à Tahûdâ (Thabudeos), ‘Ukba ibn Nâfi’ fut vaincu et tué par Kasila (ou Kusayla)15, chef d’une coalition berbéro-byzantine qui s’empara ensuite de Kairouan (vers 682-684). Cette victoire fut suivie d’un refoulement des Arabes mené au moins jusqu’au-delà de Gabès, et elle se fit, selon les sources romaines, au nom de l’Empire16. Succès éphémère cependant, puisque plusieurs années après, une armée arabe conduite par Zuhayr ibn Kays écrasa à Mammès l’armée mixte de Kusayla et reprit Kairouan (vers 687-689 ?). L’achèvement de la conquête de l’Afrique byzantine fut ensuite l’œuvre du successeur de Zuhayr, Hassân ibn al-Nu’mân, non à nouveau sans de multiples difficultés et une grande confusion, puisque cette période est probablement la plus obscure, tant par la nature de ses événements que par sa chronologie17. Même si sont encore occasionnellement signalées des alliances byzantino-maures, le fait essentiel qui la caractérise est en tout cas la nette distinction établie dans la plupart des sources entre les opérations menées contre les Byzantins et celles visant les Berbères. Hassân semble avoir d’abord voulu s’emparer de la Proconsulaire byzantine, et il réussit, à une date très difficile à situer dans les années 690, à prendre Carthage (693-695 ?). Selon la majorité des sources arabes, il se tourna ensuite contre les Berbères, désormais unis derrière une reine de l’Aurès surnommée la Kâhina, et subit alors une écrasante défaite qui l’obligea à une retraite vers la Libye (vers 695 ?). C’est sans doute cette défaite qui décida l’empereur Léontios (au pouvoir entre 695 et 698) à envoyer une expédition navale qui parvint, selon les seules sources grecques18, à libérer pour quelques mois la capitale et d’autres villes d’Afrique (697) : ce ne fut qu’un bref arrêt dans la conquête, puisque l’année suivante, en 698, Hassân reprit Carthage19. Le silence des auteurs arabes sur ces péripéties ne permet pas de savoir si l’offensive contre les Berbères de la Kâhina précéda ou suivit cette victoire. Elle s’avéra dans tous les cas décisive, puisque Hassân vainquit la reine de l’Aurès et obtint la soumission des Maures du sud de l’Ifrîkiyya (698-700 ?)20.

3Une troisième et dernière phase de la conquête débuta alors, tournée vers ce que les Arabes appelèrent le Maghreb, « l’Occident » : peut-être explorés dès les années 680 par ‘Ukba lors d’un raid à forte tonalité légendaire, les Maurétanies et leurs royaumes maures succombèrent en une dizaine d’années, sous les assauts d’un autre grand général, Mûsâ ibn Nusayr. En 711, au moment où l’invasion de l’Espagne commença, l’ancienne Afrique romaine était ainsi entièrement devenue arabe.

4L’histoire de cette conquête du Maghreb par les Arabes constitue en elle-même un immense sujet de recherches qui n’est pas sans analogies, par sa situation historiographique, avec notre propre entreprise. Phénomène de tout temps considéré comme décisif, elle a, en effet, été rarement étudiée pour elle-même : elle a surtout jusqu’à une époque récente intéressé des arabisants spécialistes du monde musulman, notamment égyptiens, en général peu au courant de la situation de l’Afrique romaine et byzantine, et qui ont eu tendance à puiser, sans toujours suffisamment d’esprit critique, leurs informations dans les textes arabes les plus divers. Il y aurait certainement beaucoup à reprendre à partir de ces textes, mais tenter une véritable synthèse sur le sujet serait évidemment dépasser les limites de notre enquête. Notre but, à la lumière des conclusions acquises sur la période précédente, sera plus simplement de découvrir ce que les différents épisodes de cette lente conquête révèlent de la situation géopolitique des groupements maures, appelés désormais berbères par les sources arabes, et surtout de leurs rapports avec l’Empire et les Romains d’Afrique.

1– LE PROBLÈME DES SOURCES

  • 21 Liber Pontificalis, cité supra note 16.
  • 22 Pour la première appelée aussi Chronique de l’an 741 ou encore Continuatio Byzantino-Arabica (éd. M (...)
  • 23 Frédégaire, Chronique, éd. Krusch, MGH, Scriptorum rerum Merovingiarum, t. 2, Berlin, 1889 p. 162, (...)
  • 24 Théophane, Chronographia, éd. De Boor, t. 1, Leipzig, 1883, A.M. 6138 (événements de 647), p. 343 ; (...)
  • 25 Nicéphore le Patriarche, Breviarum, éd. de Boor, Leipzig, 1880, p. 39 (éd. et trad. C. Mango, Washi (...)
  • 26 Réf. Supra note 22 : in fugam Maurorum acies versa est (bataille de Sbeitla en 647). Cf. infra p. 6 (...)
  • 27 Il s’agit de Jean de Nikiou, dont les informations se limitent malheureusement à l’expédition de ‘A (...)
  • 28 Quatre textes au moins, syriaques ou arabes chrétiens, mentionnent, tous très brièvement, des épiso (...)

5Cependant, comme l’indique déjà ce changement de terminologie, malgré la modestie de son objectif, une telle enquête se heurte immédiatement à un grand nombre de difficultés suscitées par la documentation à laquelle elle oblige de recourir. Curieusement en effet, mais ce phénomène ne fait que vérifier une tendance manifeste depuis près d’un siècle, les sources latines et grecques sont presque totalement silencieuses sur ces événements aux immenses conséquences. Parmi les premières, seuls le Liber Pontificalis21, les deux chroniques espagnoles dites du « continuateur de Jean de Biclar » et d’Isidore Pacensis, datées du viiie siècle22, et la Chronique gauloise de Frédégaire23 font brièvement mention de quelques épisodes de la conquête (uniquement en fait l’expédition de 647 sur la Byzacène, sauf pour le Liber Pontificalis). Or les sources grecques se limitent aussi à quelques lignes des chroniques de Théophane24 (sur 647, 669 ?, 697-698) et de Nicéphore25 (697-700). Dans les deux cas, à l’exception d’une mention dans les chroniques espagnoles en 64726, les Maures n’apparaissent jamais dans ces textes dont l’addition remplirait moins d’une page d’une édition moderne... Quant aux œuvres des auteurs coptes27 et syriaques28, qui offrent parfois de bonnes surprises aux chercheurs, si elles apportent sur quelques détails de la conquête des informations originales, elles sont aussi discrètes sur les Berbères. L’historien de l’Antiquité tardive doit donc recourir absolument aux sources arabes, qui seules peuvent compléter et éclairer les quelques informations livrées par l’archéologie. Mais il s’aventure alors sur un territoire où il perd vite tous ses repères.

  • 29 Sur les différents genres historiques, cf. F. Rosenthal, A History of Muslim Historiography, 2e éd. (...)
  • 30 Trad. anglaise par P. K. Hitti et F. C. Murgotten, 2 vol., New York 1916 et 1924.
  • 31 Ibn al-Rakîk, mort après 1027-1028, est le premier grand historien du Maghreb originaire de cette r (...)
  • 32 L’ouvrage de cet auteur, qui est un recueil assez hétérogène de traditions de toutes sortes, a été (...)
  • 33 Trad. française des passages de cet auteur relatifs au Maghreb par A. Gateau, dans RT, 1931, p. 233 (...)
  • 34 Cf. supra note 30.
  • 35 Cf. notamment deux articles essentiels sur le plus important de ces trois auteurs : A. Gateau, « Ib (...)

6Les sources arabes se répartissent essentiellement en trois catégories29. En premier lieu viennent les ouvrages historiques, chroniques de la conquête (Futûh) comme le Futûh al Buldan d’Al-Balâdhûrî30, ou histoire proprement dite (Târîkh) comme le Târîkh Ifrîkîyya wa-l-Maghrib de Ibn al-Rakîk31. Ces ouvrages sont presque toujours bâtis sur le même plan : ce sont des assemblages de fragments de souvenirs prêtés à des érudits anciens, et transmis jusqu’à l’auteur par toute une chaîne (isnâd) de « traditionnistes » dont les noms sont scrupuleusement indiqués. Les plus anciens sont ceux de Khalîfa ibn Khayyât(mort en 855)32, de Ibn ‘Abd al-Hakam (mort en 871)33 et de Al-Balâdhûrî (mort vers 892)34 : trois textes de la deuxième moitié du ixe siècle donc, mais dont les sources, pour certains épisodes, remonteraient à des traditionnistes de la première moitié du viiie siècle35.

  • 36 Sur ce genre littéraire, cf. A. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, t. 1, Paris, 1967. L’ (...)
  • 37 Traduction partielle et vieillie par A. Rousseau, dans Journal asiatique, 4e série, t. 20, 1852, et (...)
  • 38 Sur cet auteur et les trois traductions françaises de son livre, cf. supra, 2e partie, p. 180.
  • 39 Traduction française par G. Wiet sous le titre Le livre des pays, Le Caire, 1937.

7Nombre de détails ethnographiques mais aussi historiques figurent d’autre part dans des ouvrages à caractère géographique : descriptions d’ensemble (souvent appelées « livres des routes et des provinces » : Kitâb al-masâlik wa-l-mamâlik) comme l’œuvre d’AlBakrî36, ou récits de voyage (Rihla) comme l’ouvrage d’Al-Tidjânî37. Les plus anciens de ces textes appartiennent à la même époque que ceux des historiens, c’est-à-dire la deuxième moitié du ixe siècle, soit à nouveau au minimum un siècle et demi après la conquête du Maghreb : ce sont le Kitâb al-masâlik wa-l-mamâlik d’Ibn Khurdâdhbah38 (dont la première version date de 846) et le Kitâb al-Buldân de Al-Ya’kûbî39 (composé en 889). Leurs informations peuvent cependant remonter à des époques antérieures.

  • 40 Ed. Lévi Provençal, Le Caire, 1948. L’ouvrage n’a pas encore, à notre connaissance, été traduit en (...)
  • 41 Cf. infra p. 728-731.

8Enfin, d’importantes informations historiques mais surtout ethnographiques se trouvent souvent dans une troisième catégorie d’œuvres, les traités de généalogie tribale (Kitâb al-ansâb), très prisés des Arabes et des Berbères surtout à partir du xie siècle : le chef-d’œuvre est ici le Kitâb djamharat ansâb al-Arab d’Ibn Hazm40 (mort en 1063), qui servit beaucoup à Ibn Khaldûn (mort en 1406). Quand ils indiquent leurs sources, ces savants généalogistes remontent au mieux à des érudits du début du xe siècle, beaucoup plus récents donc que les traditionnistes utilisés par les historiens41. Mais les matériaux qu’ils brassent, extrêmement hétérogènes par leurs origines, renferment parfois aussi des traditions orales berbères plus anciennes.

  • 42 Il ne faut pas excepter de ce jugement le texte du pseudo-Ibn Kutayba traduit jadis par P. de Gayan (...)
  • 43 Traduction française des passages relatifs au Maghreb par E. Fagnan, dans RAf, t. 40-45, 1896-1901. (...)
  • 44 Les chapitres d’histoire du Maghreb de cet auteur (dont le nom était transcrit autrefois sous la fo (...)
  • 45 Traduction française à partir d’un manuscrit lacunaire (au début surtout) par E. Fagnan, 2 vol., Al (...)
  • 46 Trad. De Slane, incomplète, sous le titre Histoires des Berbères, 4 vol., Paris, 1852-1856, rééd. p (...)

9Ces premières remarques soulignent d’emblée la principale difficulté, souvent mise en évidence, présentée par ces sources arabes. Elles sont, pour la plupart, très postérieures aux événements du viie siècle : aucun texte conservé n’est antérieur au milieu du ixe siècle42, et les textes les plus précis appartiennent presque tous au xiiie (Ibn -Athîr43) et au xive siècle (Al-Nuwayrî44, Ibn ‘Idhârî45 et Ibn Khaldûn46). Or, s’il est évidemment grave, ce problème chronologique n’est pourtant que mineur par rapport aux difficultés innombrables que présentent le style, les sources, et la méthode de composition des ouvrages arabes du Moyen Age.

  • 47 Cf. par exemple p. 32-35 de la trad. De Slane (Alger, 1913) : après la description de l’oasis de Wa (...)

10Si le classement des textes en trois grands types est commode et classique, il s’avère souvent en effet très artificiel. Il est rare qu’un ouvrage n’associe pas, selon ses chapitres, deux voire trois des genres ainsi distingués. Ainsi trouve-t-on, en particulier dans les descriptions géographiques comme celles d’Al-Bakrî, à côté des itinéraires, de longues digressions historiques empruntées à un chroniqueur, ou des récits d’un mythe repris d’un généalogiste47. De manière générale, les savants arabes médiévaux avaient toujours du mal à restreindre leur curiosité au seul genre littéraire qu’ils prétendaient illustrer au départ, et ils n’avaient aucun scrupule à mêler les sujets les plus divers, au risque de rendre parfois fort confus leurs propres livres. D’autre part, comme pour nombre d’auteurs grecs ou latins, il leur arrivait fréquemment d’utiliser ou de résumer le travail d’un ou de plusieurs savants antérieurs, même si leurs textes étaient contradictoires. D’où parfois des successions de récits sur un même événement, avec des incohérences factuelles ou chronologiques graves, ou même des répétitions pures et simples à quelques pages d’écart, avec ici et là des variantes incompréhensibles.

11Dès lors, si l’on joint à ces deux traits l’habitude fréquente, surtout chez les historiens, de recourir aux traditions orales, même là aussi quand elles sont contradictoires, on mesure toute l’originalité mais surtout toute la complexité de cette littérature. Les sources arabes sont avant tout des compilations, souvent extrêmement hétérogènes, à la fois fort riches et fort confuses, assurément passionnantes pour un historien de la culture ou des mentalités des ixe-xive siècles, mais dans lesquelles un chercheur qui s’intéresse au viie siècle se sent presque toujours perdu, avec la conviction d’un tri considérable à effectuer sans savoir par où et par quoi commencer.

12Là est, avec l’écart chronologique important qui sépare ces sources de la période considérée, l’origine de la place singulière tenue dans l’historiographie occidentale moderne par la conquête des années 642-711 : un moment dont tout le monde s’accorde à dire qu’il marqua un tournant décisif, sans pourtant qu’on ose se risquer à en faire un réel sujet d’étude, tant la documentation paraît confuse et douteuse.

13Avons-nous les moyens d’aller plus loin que ce constat désabusé ? Nous avons dit, dès l’introduction de ce livre, les limites considérables qui pèsent dès le départ sur toute entreprise de relecture de ce dossier : l’inachèvement de l’inventaire des sources, l’absence, pour beaucoup d’entre elles, d’éditions critiques d’une qualité comparable à celles qui existent pour les textes grecs et latins, et l’hétérogénéité et l’insuffisance des traductions existantes. L’essai qui va suivre ne peut avoir qu’une valeur exploratoire, justifiée seulement par l’effort d’utilisation d’une méthode critique assurément banale, mais qui paradoxalement ne semble pas avoir toujours été employée. Cette méthode se fondera, dans chaque cas, sur un examen de la perspective de l’auteur, de la valeur de ses sources, et surtout des liens qui unissent ces sources entre elles. Il est très frappant en effet de constater comment souvent les historiens modernes, à l’appui d’une thèse ou d’une idée formulée à propos de la conquête, ont cru probant de citer ce qu’ils prenaient pour une série de témoignages, alors que leur dossier se résumait en fait à un témoignage unique, simplement mal recopié ou déformé par plusieurs autres sources arabes postérieures... Ne serait-ce que pour dissiper quelques légendes tenaces nées de cette illusion, notre essai trouverait sa raison d’être.

2 – UN AUTRE MONDE ?

  • 48 Phénomène dont De Slane déjà s’étonnait : cf. l’appendice au tome IV de la traduction d’Ibn Khaldou (...)
  • 49 La transcription de ces deux noms arabes varie selon les auteurs, parfois à l’intérieur d’un même o (...)

14La singularité formelle des sources arabes n’est pas leur seule originalité. Pour qui s’est longuement penché sur l’Antiquité tardive africaine, le premier contact avec ces textes représente en effet un choc brutal surtout à cause de l’image qu’ils présentent de la société maure à l’arrivée des musulmans : on a immédiatement l’impression de pénétrer dans un autre monde, dont rien ne semble établir la continuité avec ce qui précédait. Trois signes de rupture semblent en particulier manifestes. Le vocabulaire ethnographique change d’abord brutalement, avec un nom générique (Berbères) nouveau, et nombre d’ethnonymes inconnus auparavant et pourtant attestés, pour certains, dès le début de l’époque arabe. Le passé numide ou romain des Berbères semble également effacé : il n’est plus question, à peine un siècle après leurs exploits, d’Antalas, de Ierna ou de Carcasan, ni même de Jugurtha ou de Massinissa, mais de héros légendaires dont aucun texte n’avait fait état auparavant : Goliath, Ifrikos (Ifrîkush), Mazigh et autre Berr48. Enfin, et c’est certainement le point le plus obscur et le plus délicat, il est désormais question dans certains textes, pour la première fois, nous le verrons, à propos d’un événement daté de 697, d’une division des Berbères en deux grands groupes, que Ibn Khaldûn définira ensuite comme deux races, les Botr et les Branès49 : les deux termes sont totalement absents des sources préarabes, et la division qu’ils expriment tout autant.

15On perçoit ainsi d’emblée le paradoxe immense auquel le recours aux sources arabes conduit inévitablement. Ces nouveautés semblent refléter bien plus qu’un simple problème de traduction, de passage d’une langue à une autre : ou bien elles supposent un bouleversement profond du monde maure entre le temps de Corippe et Procope, le dernier moment où nous avons pu le décrire de manière détaillée, et l’arrivée des Arabes, soit en à peine un peu plus d’un siècle ; ou bien elles répondent à une interprétation nouvelle par les Arabes d’une réalité déjà connue, avec des distinctions et un vocabulaire correspondant peut-être parfois à une réelle recomposition de la société berbère provoquée par la conquête elle-même.

16Telle est la problématique que la nature des sources impose à tout essai de tableau du monde berbère dans la deuxième moitié du viie siècle. L’esquiver en achevant notre étude à la veille des premières expéditions arabes eût été possible, et certainement fort commode. Nous avons préféré, dans ce qui ne veut, encore une fois, être qu’une étude préparatoire, prendre le risque de l’affronter, avant tout parce que le silence sur l’hypothèse d’un bouleversement général du monde maure entre 550 et 650 aurait pu susciter finalement le doute sur l’ensemble de nos conclusions relatives à la période précédente.

17a) Des trois singularités essentielles que présentent les sources arabes quand elles décrivent les Berbères anciens, deux s’avèrent en fait assez aisément explicables, et ne constituent pas de véritables énigmes.

  • 50 Cf. sur ces équivalences G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubi », dans RAf, t. (...)
  • 51 H. Schirmer, De nomine et genere populorum qui Berberi vulgo dicuntur, Paris, 1892. Il semble que l (...)
  • 52 Ainsi encore Théophylacte Simocatta, à propos des guerres de la fin du vie siècle (supra p. 677) : (...)
  • 53 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, no 15 (Cululis) : mention (...)
  • 54 Chronique du continuateur de Jean de Biclar, 24, et même texte dans Chronique d’Isidore Pacensis, 3 (...)
  • 55 Chronique d’Isidore Pacensis, 110. cf. également 68, à propos de l’invasion de l’Espagne : Arabos c (...)
  • 56 Johannide, I, 503 : barbara corda ; II, 263 : barbara signa ; VI, 193 : barbara turba ; VI, 567 : b (...)

18Ainsi d’abord le changement de nom générique. Alors que les Afri deviennent logiquement des Afârik et les Romani des Rûm50, pourquoi les Mauri sont-ils subitement remplacés par des Berbères ? On connaît la réponse, depuis longtemps devinée, et que Schirmer développa de manière scientifique pour la première fois en 189251 : Berbères serait simplement la version arabe de Barbari, nom par lequel les Romains et les Grecs (sous la forme barbaroi) auraient habituellement désigné les autochtones africains non romanisés. Malgré son caractère apparemment évident, cette explication se heurte cependant à quelques difficultés. Les textes des ive, ve et vie siècles, que nous avons longuement cités auparavant, privilégiaient nettement les formes Mauri ou Maurousioi52, qui apparaissent aussi seules sur les inscriptions à Cululis ou à Théveste53. Encore au viiie siècle, les chroniques espagnoles les emploient, pour désigner aussi bien les alliés de Grégoire en 647 à Sbeïtla (acies Maurorum)54 que les révoltés kharidjites de 740 (rebellio Maurorum in Africa...)55. Sur les inscriptions et dans les livres des poètes, historiens ou chroniqueurs, barbarus est relativement rare : dans la Johannide, Corippe l’emploie seulement neuf fois, dont quatre sous la forme barbaricus56, alors que le mot gens/gentes seul revient cent trente fois, et que Maurus possède soixante-sept occurrences.

  • 57 G. Camps, Berbères..., Toulouse, 1980, p. 86-87.
  • 58 Sur les doutes entourant cette expédition, cf. infra p. 790.
  • 59 Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, trad. De Slane, t. 1, p. 170. Ibn al-Kalbî est mort en 819 ou (...)
  • 60 Abû-l-‘Arab, (mort en 945), Classe des savants de l’Ifrîkiya, éd. et trad. M. Ben Cheneb, Alger, 19 (...)
  • 61 Cf. S. Lancel, « La fin et la survie de la latinité en Afrique du Nord. Etat des questions », dans (...)
  • 62 Cité par Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 112-115.

19Cette anomalie est probablement une des raisons qui ont conduit naguère G. Camps à proposer une autre explication étymologique de Berbères : le mot viendrait du nom de la très vaste et double confédération des Bavares ou Babares, établie à la fois en Maurétanie Sitifienne et dans l’ouest de la Maurétanie Césarienne57. La difficulté insurmontable présentée par cette hypothèse ingénieuse tient à la localisation de ces peuples : les Arabes n’ont pu les rencontrer en effet qu’assez tard, au mieux lors de l’expédition de ‘Ukba b. Nâfi’ au début des années 68058. Or, à cette date, ils étaient en contact direct avec le monde berbère depuis près de quarante ans, et ils avaient eu tout le temps de se forger une terminologie pour désigner ces nouveaux sujets et bientôt corréligionnaires. Certes, la première occurrence sûre du mot Berbères devait se trouver dans l’œuvre d’Ibn al-Kalbî, un auteur de la deuxième moitié du viiie siècle qui, selon Ibn Khaldûn, distinguait les Kutâmâ et les Sanhâdja des « tribus berbères »59. Mais parIbn ‘Abd al-Hakam et Abû-l-‘Arab nous possédons des traditions orales qui remonteraient à la fin du viie siècle dans lesquelles on parlait déjà, semble-t-il, de Berbères. Abû-l-‘Arab cite ainsi à travers cinq transmetteurs successifs un certain Sahr b. Hawsab, mort en 730, qui évoquait la mort de ‘Ukba b. Nâfi’ à Tehuda (Thouda, l’Antique Thabudeos) sous les coups « des Berbères et des chrétiens »60. Le mot a dû exister sinon dès la conquête de la Cyrénaïque, en tout cas dès la fondation de Kairouan, lorsque les Arabes ont pris conscience de l’importance et de la diversité des populations autochtones non intégrées aux cités. Le plus sage reste donc d’admettre que Berbère dérive de barbarus, en introduisant seulement une dimension sociale trop souvent oubliée dans l’explication linguistique. Les textes qui parlent de Mauri ou de Maurousioi à l’époque tardive sont en effet des œuvres d’érudits ou des inscriptions officielles qui ne reflètent peut-être pas le vocabulaire courant de la majorité des Africains romanisés des villes et des campagnes. On sait que le latin restait la langue dominante de ces populations, mais un latin populaire, qui évoluait vers une forme « romane »61. Or, un manuel de grammaire tardif, l’appendix Probi, d’origine vraisemblablement africaine, signale comme une faute courante (comprenons : dans la langue populaire), la prononciation barbar au lieu de barbari62. Barbar est très exactement la transcription du nom arabe que nous écrivons Berbères : on peut penser donc que c’est en entendant, dès leur arrivée en Ifrîkiyya, ce mot prononcé par le peuple des villes et des campagnes romanisées que les Arabes ont adopté le nom « Berbères ».

  • 63 Cf. infra p. 783-784.
  • 64 Ibn ‘Abd al-Hakam et Al-Balâdhûrî ne citent aucun etnonyme tribal dans ces événements.
  • 65 Sur l’absence de mention des Djarâwa avant Ibn Khaldûn, cf. infra p. 753. Le cas des Awraba est plu (...)
  • 66 Maghrâwa, cf. Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 227-228, et infra p. 749 ; Sanhâdj: ibid., t. (...)
  • 67 Trad. Gateau, RT, 1931, p. 256. Cette tribu était connue déjà de Ya{kûbî, qui la situe aussi au « S (...)
  • 68 Cf. supra 2e partie p. 193-195 et infra p. 803-808.

20b) Le problème posé par le renouvellement des ethnonymes tribaux est plus complexe, mais ne constitue pas l’obstacle insurmontable que certains ont parfois voulu découvrir. Certes, ici aussi au départ le phénomène est déconcertant. Pourquoi Corippe ne nous a-t-il rien dit des Hawwâra, Darîsa et Zenata de Tripolitaine ? Pourquoi n’avons-nous jamais entendu parler des Sanhâdja, des Masmûda, des Ghumâra, ou des Awraba ? La question a été fréquemment posée, mais de manière un peu trop rapide et sommaire. Les historiens ont eu en effet trop souvent tendance à mêler indistinctement des sources de toutes époques, sans isoler le matériel ethnonymique qui pourrait spécifiquement se rapporter au temps de la conquête. Or, le nombre de tribus qui sont mentionnées avec précision dans les plus anciens récits relatifs aux années 647-711 est extrêmement limité. Après les Lawâta, seuls cités lors de l’occupation de la Cyrénaïque, viennent les Mazâta et les Nafûsa en Tripolitaine63. En Ifrîkiyya proprement dite (soit essentiellement au départ le groupe Proconsulaire/Byzacène/Numidie), les textes antérieurs au xive siècle parlent seulement de « Berbères »64. Il faut attendre Ibn Khaldûn pour voir mentionnés les Djarâwa au temps de Grégoire, tandis que la localisation des Awraba au temps de la résistance animée par Kusayla reste confuse65. Et plus loin, en Maurétanie, c’est aussi seulement chez Ibn Khaldûn ou d’autres auteurs du xive siècle qu’on trouve explicitement associés à des épisodes de la conquête les Sanhâdja, Ghomâra, Maghrâwa, Miknâsa, et Masmûda66, tandis que Ibn ‘Abd al-Hakam ne mentionne pour ces régions, à propos de la fameuse expédition de {Ukba, que les seuls Anbia67. Tout cela fournit une liste fort réduite. On peut la compléter en ajoutant les noms qui figurent dès le ixe siècle dans les différentes versions du mythe d’origine des Berbères. Mais l’ensemble reste sans commune mesure avec les très longues nomenclatures fournies par les géographes et les généalogistes. Cette constatation conduit à une remarque : nombre d’ethnonymes qui figurent dans ces nomenclatures à partir du ixe siècle peuvent simplement refléter une recomposition de la société berbère dans les deux siècles qui ont suivi la conquête. Celle-ci a bouleversé en effet la situation géographique, politique et sociale d’un grand nombre de tribus, tout comme ensuite les guerres provoquées par les schismes religieux et les conflits de pouvoir au sein du Maghreb musulman. D’importantes confédérations se sont formées durant cette période troublée, et une onomastique nouvelle a accompagné ce phénomène68.

  • 69 Le seul auteur antérieur au xive siècle à mentionner une tribu Djarâwa est Al-Bakrî (trad. De Slane (...)
  • 70 Infra p. 756-759 et supra p. 188-189.

21L’apparition dans l’histoire de la conquête, chez les auteurs du xive siècle, de noms aussi célèbres que ceux des Awraba, des Djarâwa et des Maghrâwa doit d’autre part être accueillie avec précaution. Pour ne prendre qu’un exemple, il est très étrange qu’il faille attendre Ibn Khaldûn pour apprendre que les Djarâwa étaient la tribu de la Kâhina, alors que l’aventure de la reine légendaire était connue et rapportée depuis longtemps69. Or, sans être sûr que le processus joua pour cette tribu, nous montrerons plus loin que les écrivains tardifs n’ont pas hésité à transférer sur le temps héroïque de la conquête des réalités ethniques et sociales qui étaient celles de leur propre époque70. Et l’on verra qu’ils ne faisaient parfois, en cela, que suivre des traditions depuis longtemps affirmées par certains groupes berbères, qui voyaient l’association de leur nom à des personnages aussi glorieux que la Kâhina ou Kusayla comme un moyen sûr d’ennoblissement. Dans ces conditions, la prudence s’impose donc : quand l’écart chronologique est aussi considérable entre les événements et la source qui les rapporte (sept siècles, soit plus que ce qui nous sépare, nous, d’Ibn Khaldûn), elle n’est plus même une vertu pour l’historien, mais une nécessité...

  • 71 Lawâta : supra p. 123 ; Nafûsa : supra p. 104 ; Kutâma : supra p. 469 ; Maghrawa, infra p. 749 ; Ma(...)

22Enfin, trois autres phénomènes doivent être pris en compte. Il faut d’abord remarquer que le tableau des équivalences entre ethnonymes des textes gréco-latins et ethnonymes des sources arabes n’est pas si désespéré qu’on l’a dit. Nous donnons ci-dessous quelques exemples de ces équivalences pour de très grandes tribus/ confédérations (d’est en ouest), dont le détail sera justifié plus loin71 (sauf la première, aucune n’est cependant certaine) :

  • 72 Johannide II, 26-27 : temperet insuetis nutant quae carmina verbis/tam fera barbaricae latrantia no (...)
  • 73 cf. supra 2e partie p. 123 et note 2.

23D’autres rapprochements pourraient certainement ête proposés. Dans la quasi-totalité des cas, nos connaissances sur l’ethnonymie berbère avant le viie siècle proviennent en effet de textes d’auteurs grecs et latins. Or, ces derniers avaient parfois beaucoup de difficultés à transcrire dans leur langue les noms berbères, qui leur apparaissaient absolument barbares. Corippe, au début de sa liste des tribus, le reconnaît à sa manière. Souhaitant une Muse compatissante, il lui adresse cette prière : qu’elle harmonise des vers que des mots inhabituels font chanceler ; car, par ses noms sauvages, la langue barbare ressemble à des aboiements72. Son inspiratrice ne paraît pas toujours l’avoir aidé suffisamment, à lire ses multiples variations sur le nom de la plus grande des tribus libyennes : Ilasguas, Ilaguantan, Laguatan, un nom que le Grec Procope notait lui, au même moment, Levathai73. Or, dans ce cas précis, nous avons la chance de posséder deux textes contemporains qui offrent de nombreuses occurrences du nom de cette tribu. Mais, le plus souvent, nous ne connaissons un peuple que par une ou deux mentions seulement, en particulier par Pline et Ptolémée. Quand on considère les hésitations de Corippe et de Procope sur un mot que les Arabes noteront eux aussi diversement, Lawâta, Luwâta ou Lowâta, on mesure la faiblesse des possibilités de rapprochement qui nous sont laissées par ces formes uniques. Si pour chacun des noms relevés dans le catalogue de J. Desanges nous possédions une gamme aussi large de leçons que celle que nous laissent les textes de Corippe et Procope pour les futurs Lawâta, sans doute la liste des équivalences ethnonymiques berbères entre Antiquité et Moyen Âge serait-elle bien plus longue.

  • 74 Supra p. 246-248.
  • 75 Infra p. 777.

24On ne peut cependant exclure évidemment la réalité de l’apparition dans la deuxième moitié du viie siècle d’ethnonymes inconnus auparavant, mais qui pourraient alors résulter simplement de deux phénomènes banals. D’une part, une existence paisible, modeste, ou très retirée des groupes cités, qui fait que jamais les sources grecques et latines n’aient eu de raison de s’intéresser à eux. D’autre part, en vertu de la souplesse de l’onomastique tribale déjà longuement analysée dans notre seconde partie74, l’émergence, au sein de confédérations, de tribus ou sous-tribus jusque-là inconnues, et qui ont imposé leur nom en même temps qu’elles prenaient la tête de leur confédération. Nous verrons plus loin que ce phénomène peut expliquer par exemple l’apparition du nom des Hawwâra en Tripolitaine75.

25En dépit des apparences, cette question de la différence entre les nomenclatures tribales « antiques » et « médiévales » ne nous paraît donc pas pouvoir réellement servir d’argument à une théorie du bouleversement des structures sociales et politiques des populations maures entre le vie et le viie siècle.

3 – BOTR ET BRANÈS : NATURE DU PROBLÈME

  • 76 H. Monès, dans M. El Fasi et I. Hrbek (dir.), Histoire générale de l’Afrique (UNESCO), t. 3, Paris, (...)

26a) Le problème de la dichotomie Botr/Branès est beaucoup plus grave et plus complexe, et ce n’est évidemment pas sans raison qu’il s’est imposé en fait comme le principal, sinon l’unique atout, des défenseurs de cette théorie. L’historien égyptien Hussein Monès, dont l’ouvrage (en arabe) sur la conquête du Maghreb fit longtemps autorité, en a clairement résumé au début des années 80 les principaux éléments76 :

Au début de leur conquête de l’Afrique du Nord, les Arabes ont découvert que les Berbères étaient, tout comme eux, organisés en kabîla [tribus]. Ces kabîla étaient scindées en deux catégories, les Butr [transcrits aussi Botr] et les Barâni [ou Barânis, Béranès, Branès]. Curieusement, ces deux noms de groupes ne font leur apparition qu’au moment de la conquête arabe, jamais auparavant. Ibn ‘Abd al-Hakam, le plus ancien chroniqueur de la conquête, parle le plus naturellement du monde des Barâni et des Butr..., [et surtout] Ibn Khaldûn, l’historien des Berbères, écrit, sur le témoignage des généalogistes berbères et arabes, que depuis des temps immémoriaux les Berbères étaient divisés en deux blocs... [fait] que nous devons nous contenter d’admettre...

  • 77 Kitâb al-Ibar soit « Le livre des exemples » est en effet le véritable titre du grand ouvrage d’Ib (...)
  • 78 La traduction reprise ici est celle d’A. Cheddadi, Peuples et nations du monde, citée supra note 46 (...)

27La référence à Ibn ‘Abd al-Hakam est ici présentée de manière un peu trompeuse, dans la mesure où, nous le verrons, cet auteur n’emploie les termes en question qu’à quatre reprises. La dichotomie Botr/Branès se fonde d’abord, comme le reconnaît ensuite H. Monès, sur une opposition généalogique, attestée avant tout par le Kitâb alIbar77 d’Ibn Khaldûn, écrit à la fin du xive siècle. C’est en effet après avoir évoqué les diverses tribus arabes qui successivement jouèrent un rôle dans l’histoire du Maghreb qu’Ibn Khaldûn, abordant l’histoire des Berbères, note d’emblée78 :

Quant aux peuples et aux tribus de cette race, ils se rattachent, d’après l’opinion unanime des généalogistes, à deux grandes souches : celle de Bernès et celle de Madghis. Comme ce dernier était surnommé al-Abtar, les peuples issus de lui sont appelés al-Butr ; de même, les peuples qui descendent de Bernès sont appelés al-Barânis.

  • 79 Cf. sur ces deux exemples, De Slane t. 1 p. 211-215, et infra p. 750-756.

28Tout le livre, extrêmement riche, d’Ibn Khaldûn s’inspire ensuite de cette classification. Il compare les diverses thèses des généalogistes, qui sont sa source de référence, en les citant et en les critiquant au besoin. Puis il entame une longue série de monographies sur les tribus de l’une et l’autre famille, évoquant leurs ancêtres éponymes, et résumant leur histoire. Cela le conduit souvent à remonter jusqu’au temps de la conquête, dont il raconte à plusieurs reprises des épisodes dans lesquels sont insérées des références à la dichotomie Botr/Branès : la résistance de Kusayla dans les année 670-680 est ainsi présentée comme un mouvement Branès, tandis que la lutte de la Kâhina, une dizaine d’années après, devient une insurrection Botr79.

  • 80 Sur cet ouvrage devenu quasiment introuvable, cf. supra 2e partie, p. 146. Nous le citons ici d’apr (...)
  • 81 Cf. en particulier la note 3 p. 168 du tome 1 de sa traduction.
  • 82 L. Vivien de Saint-Martin, Le Nord de l’Afrique dans l’Antiquité grecque et romaine, Paris, 1863, p (...)
  • 83 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 535-592.
  • 84 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. 5, Paris, 1927, p. 79. Même attitude dans l’ou (...)
  • 85 G. Marçais, Les Arabes en Berbérie, Constantine-Paris, 1913, p. 18-19.
  • 86 G. Marçais, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Age, Paris, 1946, p. 19-53 particulièrement.

29b) L’historiographie contemporaine attache une grande importance à cette dichotomie, sans laquelle il lui semble difficile de présenter le monde berbère du viie siècle, au moment de l’arrivée des musulmans. Cette attitude est pourtant relativement récente. Jusqu’à la traduction partielle d’Ibn Khaldûn donnée entre 1852 et 1856 par le baron De Slane sous le titre Histoire des Berbères, à peu près personne n’avait réellement prêté attention aux occurrences des noms Botr et Branès dans les sources arabes. La seule exception était un contemporain de De Slane, qui profita peut-être en partie de son travail, le capitaine Carette. Membre de la « Commission d’exploration scientifique de l’Algérie », et déjà auteur de plusieurs ouvrages, ce militaire érudit publia en 1853 des Recherches sur l’origine des principales tribus de l’Afrique septentrionale, dans lesquelles il s’interrogea sur le sens de l’opposition attestée par Ibn Khaldûn80. Trop rationaliste pour admettre une bipartition généalogique, Carette voulut y voir l’effet d’une réinterprétation d’une réalité politique, la division des Berbères au temps de la conquête arabe en deux grands royaumes, ceux de la Kâhina et de Kusayla. Cette thèse, qui reposait en fait elle aussi sur d’autres passages du Kitâb al-Ibar, ne convainquit personne, et notamment pas De Slane. Celui-ci fut évidemment frappé par l’importance que semblait accorder Ibn Khaldûn à la dichotomie généalogique que les termes Botr/Branès exprimaient, mais il se montra très prudent, dans ses notes, sur l’intérêt de celle-ci pour les premiers siècles de l’islam maghrébin, et a fortiori pour l’époque précédente81. Cette prudence fut encore partagée par la plu-part de ses contemporains, à l’exception de Vivien de Saint-Martin. Ce savant, dans un ouvrage de 1863, Le Nord de l’Afrique dans l’Antiquité, tenta en effet de relier le schéma construit par les généalogistes arabes à la fameuse digression de Salluste sur l’origine des Africains : les Botr auraient été selon lui les descendants des Libyens, et les Branès ceux des Gétules82. Son argumentation ne reposait cependant que sur quelques rapprochements d’ethnonymes (Libyes = Lawâta = Botr ; Gaetuli = Guezoula = Branès), et a très vite sombré dans l’oubli, comme la dichotomie qu’elle prétendait expliquer. Les deux générations de savants qui suivirent la traduction De Slane ne semblent en effet plus du tout s’être préoccupées d’une question qu’elles jugeaient intéressante pour les seuls spécialistes du Maghreb médiéval. Dans son Afrique byzantine, dont toute la dernière partie est pourtant consacrée à la conquête arabe83, Diehl n’évoque ainsi jamais les Botr et les Branès. Gsell, dans le fameux livre V de son Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, véritable manuel d’ethnohistoire berbère, exprime en une page tout son scepticisme, en concluant que l’opposition Botr/Branès ne devait refléter que « des alliances et des groupements contemporains » de l’époque des généalogistes qui l’énoncèrent, c’est-à-dire au mieux des xe-xie siècles84. Plus réservée encore fut enfin l’attitude du plus grand spécialiste français du Maghreb médiéval, G. Marçais. Dans l’introduction de sa thèse Les Arabes en Berbérie, il signale en quelques lignes l’opposition chère à Ibn Khaldûn, pour aussitôt l’abandonner et privilégier un classement des Berbères en grandes confédérations tribales85. Et dans son ultime synthèse de 1946, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Âge86, il n’y fait même plus allusion.

  • 87 E.-F. Gautier, Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927, rééd. sous le titre Le Passé de l’Afriq (...)
  • 88 E.-F. Gautier, ibid., p. 63-79 : Cf. en particulier le traitement infligé au Roudh al-Qirtas.

30D’une manière bien plus accentuée encore que pour la théorie des migrations, c’est en fait l’œuvre de E.-F. Gautier87 qui est à l’origine de l’importance accordée aujourd’hui à la question Botr/Branès, et ce avant tout en raison de la méthode suivie par cet auteur. Gautier procéda en effet à un tri radical parmi les sources sur les siècles obscurs du Maghreb. Face à la quasi-totalité des savants arabes, jugés peu sérieux et trop enclins aux invraisemblances et au goût du merveilleux88, il isola Ibn Khaldûn :

  • 89 E.-F. Gautier, ibid., p. 80, p. 103 et p. 217.

Parmi les historiens arabes, à tout le moins ceux du Maghreb, il est unique, il écrase tout, il est génial... Dans le lot médiocre des historiens musulmans, il est un homme tout à fait à part, avec une intelligence claire et constructive, une tournure d’esprit presque occidentale... Les vues générales, l’effort pour grouper ne se trouvent que chez Ibn Khaldoun ; il est tout à fait inutile de chercher ailleurs...89

  • 90 E.-F. Gautier, ibid., p. 229-239 et p. 226.

31Toute la thèse de Gautier s’est construite à partir de ce postulat indéfendable scientifiquement, mais dont ses innombrables émules depuis 1927 ne semblent pas avoir toujours mesuré la portée. Fondé sur sa foi en Ibn Khaldûn, son livre n’a été en effet, en grande partie, qu’une tentative d’explication du schéma proposé par l’auteur d’alIbar, présenté d’emblée comme le reflet, travesti derrière des oripeaux généalogiques, d’une dichotomie sociale et économique fondamentale, qu’il appartenait à la science moderne de dévoiler. Pour cela, fidèle à ce qui était sa spécialité, Gautier recourut avant tout à la géographie. Il eut l’idée de localiser sur une carte, à partir des indications de Ibn Khaldûn, les tribus données par leur généalogie comme Botr et Branès, et il découvrit ainsi sa thèse la plus célèbre : les Botr seraient les Berbères nomades en général, et les Branès les sédentaires, l’imbrication des uns et des autres sur la carte résultant de la grande migration entreprise par les premiers dans l’Antiquité tardive grâce au chameau90.

  • 91 W. Marçais, dans Revue critique d’Histoire et de Littérature, t. 96, 1929, p. 255-270, repris dans (...)
  • 92 Curieusement, ce sont les exemples de Botr sédentaires ou de Branès nomades qui ont troublé la plup (...)

32Comme cette théorie des migrations dont nous avons déjà beaucoup parlé, la définition simple, et indiscutablement séduisante, des Botr et des Branès ainsi présentée provoqua immédiatement la réaction d’un orientaliste scrupuleux, W. Marçais. En un minutieux compte rendu, il en révéla toutes les faiblesses91 : la liste et les localisations des tribus utilisées correspondaient à la situation du xive siècle, non à celle du viie siècle ; les contre-exemples de Botr sédentaires et de Branès nomades étaient très nombreux, à commencer pour ces derniers par le groupement le plus célèbre, dont le nom se confondait avec les Branès, les fameux Sanhâdja ; enfin, les sources employées par Ibn Khaldûn étaient tardives, et les termes Botr/ Branès avaient certainement dû changer de sens depuis le viie siècle. Cette critique précise, formulée par un vrai spécialiste, et solidement argumentée, aurait pu pour longtemps renvoyer dans l’ombre la question soulevée par Gautier. Mais W. Marçais ne voulut pas se montrer exclusivement négatif face à un savant dont le prestige en Algérie était alors considérable, et dans le même article il tint donc à esquisser, sans visiblement y accorder trop d’importance, sa propre explication des termes Botr et Branès. Or, ce faisant, et malgré toutes les précautions oratoires qu’il prit, et sur lesquelles nous reviendrons souvent, W. Marçais semble involontairement avoir donné l’impression de cautionner la place nouvelle que Gautier avait voulu accorder à la prétendue opposition des deux races berbères. Dès lors en effet, la bibliographie africaniste révèle chez les historiens un intérêt constant pour la dichotomie Botr/Branès, perçue désormais comme une réalité fondamentale du monde berbère à la veille de la conquête arabe, qu’il fallait absolument expliquer. A partir des années 30, pourrait-on dire, rares sont ceux qui suivirent exactement Gautier92, mais innombrables ceux qui se sentirent obligés de citer Ibn Khaldûn. Tout s’est donc passé en fait comme si Gautier, sur ce sujet, plus que par sa propre pensée, avait fait école en révélant celle d’Ibn Khaldûn à des historiens qui jusque-là ne lui accordaient qu’une importance limitée.

  • 93 Cf. ainsi l’article de R. W. Bulliet, « Botr et Beranès : hypothèses sur l’histoire des Berbères », (...)
  • 94 Cf. supra 2e partie p. 140-141.
  • 95 Cf. notamment le résumé de cette thèse présenté en un lieu emblématique, l’introduction générale de (...)

33Les hypothèses les plus diverses ont donc fleuri autour de ce postulat d’un dualisme berbère effectif au moins dès l’Antiquité tardive, souvent malheureusement sous la forme de tentatives de compromis peu convaincantes entre Marçais et Gautier93. La plus séduisante, et la seule qui propose un système d’explication cohérent, a été la théorie des migrations progressivement réélaborée par G. Camps depuis le début des années 6094. Délaissant l’opposition sommaire et erronée des nomades et des sédentaires, G. Camps identifie les Branès aux « Paléoberbères », anciennement établis de la Tunisie au Maroc, « petits nomades » ou sédentaires, et les Botr aux « Néoberbères », grands nomades chameliers venus de Libye et qui se seraient « enfoncés comme un coin » dans la masse des Branès à partir de l’Antiquité tardive95.

  • 96 Cf. supra p. 190-191.

34Nous avons longuement essayé de démontrer, dans la deuxième partie de ce livre, l’extrême fragilité de ces migrations supposées antérieures à la conquête arabe. Au viie siècle, notre enquête a révélé en particulier que les Lawâta, toujours cités en exemple, n’avaient en réalité pas encore quitté la Libye96. Cette première conclusion prive selon nous le schéma proposé par G. Camps de ses fondements essentiels, du moins lorsqu’ils sont appliqués à l’Antiquité. Mais elle ne règle pas pour autant le problème de la signification de la dichotomie Botr/Branès : si celle-ci ne recouvre ni une opposition nomades/ sédentaires, ni une opposition Paléoberbères/Néoberbères, quelle est donc sa signification ? Le problème ne peut être éludé, dans la mesure où un auteur important, le plus ancien historien arabe de la conquête, Ibn ‘Abd al-Hakam, la mentionne à propos d’événements situés au viie siècle. En examiner les sources et les principaux aspects, et tenter ensuite de l’expliquer nous sont donc apparus comme une nécessité.

35Cette ultime enquête aurait pu néanmoins n’être qu’un prélude au tableau final envisagé du monde berbère au temps de la conquête arabe. Mais la diversité des sources qu’il fallait prendre en considération, et l’ampleur des questions soulevées, ont fait finalement que c’est l’ensemble de cette dernière partie de notre travail qui s’est organisé autour du problème Botr/Branès. Le plan qui y est adopté pourra cependant surprendre, et il mérite encore quelques ultimes explications préliminaires.

  • 97 Inventaire qui à notre connaissance n’a jamais été effectué.

36Depuis Gautier, nous venons de le voir, l’habitude s’est imposée d’aborder la question à partir de l’œuvre d’Ibn Khaldûn, parce qu’elle est, dit-on, la plus précise sur ce sujet, et parce que son auteur serait un des plus sûrs des historiens arabes. Or, aucun de ces deux postulats ne peut réellement fonder une démarche scientifique. L’examen d’un problème aussi grave qu’une bipartition du monde berbère ne peut en effet reposer sur une source unique définie a priori comme suffisante, surtout quand celle-ci est datée du xive siècle. Tous les textes médiévaux évoquant les Botr et les Branès doivent être pris en considération, dans un inventaire le plus complet possible97, et en commençant comme il est logique par les plus anciens, ou en tout cas par ceux qui citent les sources les plus anciennes. Et cet inventaire ne peut être seulement positif : il faut aussi relever, parmi les œuvres consacrées à l’histoire et à la géographie du Maghreb, celles qui ne disent rien de la dichotomie en question, s’interroger sur leur silence, et comparer les deux séries de textes ainsi constituées.

  • 98 R. Letourneau, dans Ch. A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, nouvelle édition en un volume des (...)
  • 99 H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides. xe-xiie siècles, t. 1, Paris, 1962, p. xx.
  • 100 A. Cheddadi, introduction à sa traduction partielle d’Ibn Khaldûn (Peuples et nations du monde, t. (...)

37D’autre part, en vertu des mêmes principes de rigueur, qui en d’autres domaines ne devraient même pas faire l’objet d’un tel rappel, force est aussi de considérer au départ Ibn Khaldûn comme un auteur comme un autre, dont la méthode et les sources doivent être examinées de près. Le temps où, comme Gautier, on privilégiait ce savant à cause de sa « tournure d’esprit presque occidentale » est passé. Au vrai, un simple survol historiographique révèle d’ailleurs qu’en la matière l’enthousiasme est souvent venu des non-spécialistes. Car les orientalistes ont fréquemment lancé des mises en garde, curieusement passées inaperçues. Ainsi W. Marçais, cité et approuvé plus tard par R. Letourneau, qui écrivait que derrière l’abondance de détails sur la conquête dans le Kitâb al-Ibar, il fallait soupçonner « un progrès de l’habileté littéraire plutôt que la mise en œuvre d’une documentation de qualité récente »98... Plus tard, H. R. Idris notait à son tour la nécessité de « se garder de suivre aveuglément une œuvre bien différente des chroniques habituelles mais non moins sujette à caution »99... Et plus près de nous, dans une vaste étude de l’œuvre du grand savant, A. Cheddadi, au-delà des inexactitudes de détails, a montré que le Kitâb al-Ibar ne devait en aucun cas être isolé de la tradition historiographique arabe médiévale : « loin d’être l’expression d’une pensée à l’antipode de l’Islam, il en est au contraire un des aboutissements logiques »100, conclut-il, avec une méthode et des préoccupations beaucoup plus proches de ses prédécesseurs qu’on ne le pensait. A la lumière de tels avertissements, un inventaire précis des sources avouées et des silences d’Ibn Khaldûn sur la question Botr/Branès s’imposait, ainsi qu’une réflexion sur les raisons spécifiques de son intérêt pour ce sujet.

38Ces remarques méthodologiques expliquent donc le plan adopté ici, qui commencera par un inventaire systématique des mentions des Botr et des Branès avant Ibn Khaldûn, sera suivi de l’étude de la dichotomie dans le Kitâb al-Ibar, et n’offrira qu’à la fin un essai d’interprétation historique de l’ensemble du problème.

Notes

1 Sur ces premières attaques de 642-643, cf. R. G. Goodchild, « Byzantine, Berbers and Arabs in 7th century Libya » dans Antiquity, t. XLI, 1967, p. 115-124.

2 Cf. sur la soumission du massif à cette date d’après certaines sources, infra p. 768.

3 Ces raids vers les oasis ont souvent un caractère légendaire très accentué dans les sources arabes (cf. infra chap. 18 note 94), mais leur existence et leur succès sont attestés par les chroniques latines espagnoles (infra note 22).

4 Ces raids préparatoires, peu souvent pris en compte par les auteurs modernes, sont pourtant signalés par un grand nombre de sources : cf. ainsi, pour ne citer que les textes les plus anciens : Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT, 1931, p. 241 ; Al-Balâdhûrî, trad. Hitti et Murgotten, t. 1, p. 356 ; Abû-l-‘Arab, trad. Ben Cheneb, p. 35 ; Al-Mâlikî, trad. Idris, p. 123 ; Ibn al-Athîr, trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 357.

5 Sauf Ibn al-Athîr, qui emploie d’ailleurs une formule ambiguë (ibid, trad. Fagnan, p. 357), les auteurs arabes n’indiquent pas la chute de la ville, mais seulement la saisie de navires marchands. D’autre part, une source arménienne atteste du maintien de l’autorité byzantine sur Oea et plusieurs autres cités dans les années 650 (cf. infra chap. 18 note 100).

6 Sur la source ici, cf. infra note 26.

7 La plupart des textes arabes signalent la mort de Grégoire dans la bataille, mais en l’insérant dans un récit manifestement légendaire sur le destin de sa fille. Au contraire, dans sa Chronique (éd./trad Chabot, t. II, Paris, 1904, p. 440-441) Michel le Syrien signale que l’exarque survécut et fit après la défaite sa soumission à l’empereur Constant II (cf. notre article « Grégoire », dans EB, t. XXI, Aix, 1999, p. 3211-3213). Cette version n’est pas à dédaigner car une des traditions rapportées par Al-Balâdhûrî indique aussi que ce fut le patrice ( ?), après la défaite de Sbeïtla, qui négocia la paix et l’indemnitée versée aux Arabes (trad. Hitti et Murgotten, t. 1, p. 357).

8 Sur toutes ces opérations, cf. l’étude très complète de H. Slim, dans R. Guéry, C. Morrisson, H. Slim, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Rougga. III. Le trésor de monnaies d’or byzantines, Rome, 1982, p. 76-94.

9 Certains auteurs comme al-Mâlikî (trad. Idris, p. 133-134, en suivant apparemment al-Rakîk) parlent d’une seule expédition en 665-666, d’autres en mentionnent trois, en 654-655, 660-661, 670-671 (ainsi Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1931, p. 250 et Abû-l-‘Arab, trad. Ben Cheneb, p. 50).

10 Cet épisode de la prise de Cululis est rapporté par presque tous les auteurs arabes. Ibn ‘Abd al-Hakam le place en 654-655 (trad. Gateau, RT, 1931, p. 249), mais al-Mâlikî (trad. Idris, p. 133-134), al-Nuwayrî (trad. De Slane, JA, 1841, p. 111-116), et Ibn ‘Idhârî (trad. Fagnan, t. 1, p. 10 et 12) donnent la date de 665-666, qui malheureusement ne correspond à aucune des trois dates fournies par Ibn ‘Abd al-Hakam et Abû-l-‘Arab. A titre d’hypothèse, nous proposons de retenir la fourchette 665-670, qui nous conduit à mettre en rapport ce raid avec l’expédition au cours de laquelle furent pris 80 000 captifs et qui est signalée par Théophane (éd. De Boor, p. 352 = trad. Mango p. 491) et par Michel le Syrien (trad. Chabot, t. 2, p. 454) « pendant l’année où Constantin IV devint empereur », soit théoriquement en 668-669. Mais cet épisode tragique peut aussi avoir été un des exploits de ‘Ukba lors de son premier commandement en Ifrîkiyya, que certaines sources arabes placent en 670.

11 Cf. infra p. 784-786.

12 Même si elle est très souvent reprise, la date de 670 pour l’arrivée de ‘Ukba et la fondation de Kairouan n’apparaît en fait que dans une minorité de sources, qui sont en outre tardives (Ibn al-Athîr, trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 365 ; al-Nuwayrî, trad. De Slane, JA, 1841, p. 116 ; Ibn ‘Idhârî, trad. Fagnan, t. 1, p. 15). Contre cette tradition, Ibn Khaldûn (trad. De Slane, t. III, p. 192) et ‘Ubayd Allâh (trad. Lévi Provençal, p. 38) le font arriver en 662-663, Ibn ‘Abd al-Hakam en 666-667 (trad. Gateau, RT, 931, p. 250), Abû-l-‘Arab en 675-676 (trad. Ben Cheneb, p. 50-51) et al-Mâlikî en 676-677 (trad. Idris, p. 135).

13 Cf. notamment al-Mâlikî, trad. Idris, p. 136 : Par la suite, Abû-l-Muhâdjir fit la paix avec les Berbères d’Ifrîkiyya, notamment avec Kasîla al-Awrabî qu’il traita bien.

14 Ce passage par le Djérid et par Gafsa est attesté surtout pour la première expédition de ‘Ukba (cf. Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT 1931, p. 253 ; alMâlikî, trad. Idris, p. 135 ; al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1858, p. 448). Selon A. M’Charek, il serait aussi mentionné pour le raid de Mu{âwiyya (« De Zama à Kairouan : la Thusca et la Gamonia », dans C. Lepelley et X. Dupuis éd., Frontières et limites géographiques en Afrique du Nord, Paris, 1999, p. 162, note 106).

15 La forme Kasîla devrait être préféré à Koceila ou Kusayla, qui résultent d’ajouts hypothétiques à un nom berbère qui a été plus ou moins bien transcrit en arabe. Toutefois, pour respecter un usage admis par l’Encyclopédie de l’Islam, nous conserverons ici la forme Kusayla. Sur la chronologie très confuse des aventures de ce personnage, cf. infra p. 751 et 790.

16 Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. 1, Paris, 1955, p. 366 : sous le pontificat de Jean V (685-686), sed et provincia Africa subjugata est Romano imperio atque restaurata. La concordance chronologique avec la période attribuée par les sources arabes au gouvernement de Kusayla (entre 683 et 688) conduit logiquement à identifier les deux événements. Sur cette conclusion, curieusement rarement énoncée, cf. infra p. 793-794.

17 Al-Nuwayrî (trad. De Slane, JA, 1841, p. 134) a très bien résumé ces incertitudes : Ibn al-Athîr dit dans son ouvrage historique...que {Abd al-Malik nomma Hassân gouverneur en l’an 74 (693-694)... ; mais selon Ibn al-Rakîk, le khalife envoya Hassân avec des troupes en Afrique l’an 69 (688-689). Ces deux dates, qui déterminent deux chronologies pour la série des guerres menées par Hassân, sont en effet les plus souvent citées, avec un choix variable d’un auteur à l’autre. Seul Ibn ‘Idhârî avance une date encore plus tardive pour la première expédition du général, en 697-698 (trad. Fagnan, t. 1, p. 23), mais avec cet aveu en fin de récit : L’ordre chronologique des campagnes de Hassân n’est pas bien déterminé, non plus que sa conquête des villes de Carthage et de Tunis, et la mort de la Kâhina...

18 Théophane, Chronographia, éd. De Boor, t. 1, p. 370 (trad. Mango p. 516). L’interprétation proposée ici a déjà été avancée par M. Talbi (« Hassân ibn alNu’mân », dans EI2, t. 3, 1971, p. 279). C. Mango (note à la traduction de Théophane, p. 517) lui a apporté, avec une légère correction, un argument supplémentaire en signalant un texte méconnu d’Elias de Nisibis (éd./trad. E. W. Brooks, dans le Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Syri, 3e série, t. 7, Rome-Paris-Leipzig, 1910, p. 74) qui place la défaite de Hassân contre « la reine des Berbères » à l’époque de la réoccupation byzantine de Carthage : ce succès serait dû logiquement, selon C. Mango, à la retraite du général arabe après sa déroute. Le texte d’Elias de Nisibis est aussi le seul document non arabe qui mentionne, sans la nommer, la Kâhina. Certes, sa source est probablement arabe, mais elle est, selon l’éditeur, très ancienne et constitue donc un indice important en faveur de l’historicité de la Kâhina, parfois mise en doute.

19 Cette date est donnée par Théophane (éd. De Boor, t. 1, p. 370) et Nicéphore (éd. De Boor, p. 39), et comme le disait Diehl, elle est probablement la seule date « certaine » de toute cette histoire.

20 Il n’est pas sûr que toutes les tribus établies sur le territoire byzantin étaient soumises au moment du départ de Hassân. Selon le pseudo Ibn Kutayba, Mûsâ eut en effet à affronter dès son arrivée divers groupes en Ifrîkiyya même, notamment près du Zaghouan ( ?) (cf. infra note 66).

21 Liber Pontificalis, cité supra note 16.

22 Pour la première appelée aussi Chronique de l’an 741 ou encore Continuatio Byzantino-Arabica (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. 11, Berlin, 1894), cf. § 23-24, p. 341 et 344 ; pour le seconde, dite aussi Continuatio Hispana (même édition), cf. § 25 et 38, p. 341 et 344.

23 Frédégaire, Chronique, éd. Krusch, MGH, Scriptorum rerum Merovingiarum, t. 2, Berlin, 1889 p. 162, (§ 81).

24 Théophane, Chronographia, éd. De Boor, t. 1, Leipzig, 1883, A.M. 6138 (événements de 647), p. 343 ; A. M. 6161 (670 ?) p. 352 ; et A. M. 6190 (697-698) p. 370 = trad. C. Mango et R. Scott, Oxford, 1997, p. 477-78, p. 491, p. 516.

25 Nicéphore le Patriarche, Breviarum, éd. de Boor, Leipzig, 1880, p. 39 (éd. et trad. C. Mango, Washington, 1990).

26 Réf. Supra note 22 : in fugam Maurorum acies versa est (bataille de Sbeitla en 647). Cf. infra p. 696.

27 Il s’agit de Jean de Nikiou, dont les informations se limitent malheureusement à l’expédition de ‘Amr en 642-643 contre la Cyrénaïque et la Tripolitaine (cf. sur cet auteur supra p. 649).

28 Quatre textes au moins, syriaques ou arabes chrétiens, mentionnent, tous très brièvement, des épisodes de la conquête : la Chronique de Michel le Syrien (éd./trad. Chabot, t. 2, Paris, 1910, p. 440-441 et p. 454, à propos de l’expédition de 647 et de celle de 668) ; la Chronique anonyme de l’an 1234 (éd./trad. Chabot, CSCO, scrip. Syr., 3e série, t. 14, vol. 1, Louvain, 1937, p. 203-204 pour Grégoire et le raid de 647 ; p. 224 pour l’expédition de 668) ; le Kitâb al-{Unvan d’Agapios (éd./ trad. Vasiliev, Patrologia Orientalis, t. 8, 1912, p. 219-220 pour Grégoire et 647 ; p. 231 pour l’attaque de 668) ; et l’Opus Chronologicum d’Elias de Nisibis (éd./ trad. Brooks, CSCO, script. syr., 3e série, t. 7, Rome-Paris-Leipzig, 1910, p. 74, pour la chute de Carthage).

29 Sur les différents genres historiques, cf. F. Rosenthal, A History of Muslim Historiography, 2e éd., Leiden, 1968, et l’introduction de A. Cheddadi à sa traduction partielle d’Ibn Khaldûn, Peuples et nations du monde, Paris, 1986, tome 1, p. 15-56.

30 Trad. anglaise par P. K. Hitti et F. C. Murgotten, 2 vol., New York 1916 et 1924.

31 Ibn al-Rakîk, mort après 1027-1028, est le premier grand historien du Maghreb originaire de cette région. Un ouvrage historique qui semble le sien a été publié à Tunis en 1968 et réédité depuis. Mais M. Talbi avait, à l’époque, exprimé de sérieux doutes sur l’origine de ce texte (cf. « Un nouveau fragment de l’histoire de l’Occident musulman. L’épopée d’Al-Kâhina », dans Cahiers de Tunisie, XX, 1971, p. 19-52). Sur al-Rakîk, cf. H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, t. 1, Paris, 1962, p. xiv, et id., « L’Occident musulman à l’avènement des Abbassides d’après le chroniqueur ziride Al-Raqiq », dans Revue des Etudes Islamiques, 1971, p. 210.

32 L’ouvrage de cet auteur, qui est un recueil assez hétérogène de traditions de toutes sortes, a été publié pour la première en 1967 à Bagdad, et n’a, à notre connaissance, pas encore été traduit intégralement.

33 Trad. française des passages de cet auteur relatifs au Maghreb par A. Gateau, dans RT, 1931, p. 233-260 ; 1932, p. 71-78 ; 1935, p. 247-270. L’ensemble a été repris en un volume indépendant paru en 1947.

34 Cf. supra note 30.

35 Cf. notamment deux articles essentiels sur le plus important de ces trois auteurs : A. Gateau, « Ibn Abd al-Hakam et les sources relatives à la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne », dans RT, 1936, p. 57-83 ; et R. Brunschwig, « Ibn {AbdalH’akam et la conquête de l’Afrique du Nord par les Arabes », dans Annales de l’Institut d’Etudes Orientales (Alger), vol. vi, 1942-47, p. 108-155.

36 Sur ce genre littéraire, cf. A. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, t. 1, Paris, 1967. L’ouvrage d’Al-Bakrî a été traduit par De Slane en 18581859 dans le Journal asiatique, texte repris ensuite sous le titre Description de l’Afrique septentrionale, Alger, 1913.

37 Traduction partielle et vieillie par A. Rousseau, dans Journal asiatique, 4e série, t. 20, 1852, et 5e série, t. 1, 1853.

38 Sur cet auteur et les trois traductions françaises de son livre, cf. supra, 2e partie, p. 180.

39 Traduction française par G. Wiet sous le titre Le livre des pays, Le Caire, 1937.

40 Ed. Lévi Provençal, Le Caire, 1948. L’ouvrage n’a pas encore, à notre connaissance, été traduit en français. Sur l’auteur, cf. l’article de R. Arnaldez, dans EI2, t. 3, 1971, p. 814-822.

41 Cf. infra p. 728-731.

42 Il ne faut pas excepter de ce jugement le texte du pseudo-Ibn Kutayba traduit jadis par P. de Gayangos en annexe de sa traduction d’Al Makkarî (t. 1, Londres, 1840) : cf. infra note 66.

43 Traduction française des passages relatifs au Maghreb par E. Fagnan, dans RAf, t. 40-45, 1896-1901. La partie essentielle sur la conquête se trouve dans le t. 40, 1896, p. 352-382.

44 Les chapitres d’histoire du Maghreb de cet auteur (dont le nom était transcrit autrefois sous la forme « En Noweiri ») ont été traduits par De Slane dans le Journal asiatique, t. 11 et 12, 1841, et t. 13, 1842, texte repris ensuite en appendice de la traduction De Slane d’Ibn Khaldûn, Histoire des Berbères, t. 1, Paris, 1852, rééd. 1925, p. 313-447. Il existe également une traduction espagnole plus complète sur l’Occident musulman due à M. Gaspar y Remiro, sous le titre Historia de los Musulmanos de Espana y Africa, dans la Revista del Centro de Estudios Historicos de Granada y su reino, 2 vol., Grenade, 1917-1919.

45 Traduction française à partir d’un manuscrit lacunaire (au début surtout) par E. Fagnan, 2 vol., Alger, 1901 et 1904.

46 Trad. De Slane, incomplète, sous le titre Histoires des Berbères, 4 vol., Paris, 1852-1856, rééd. par P. Casanova, Paris, 1925-1969 (les tomes 1-2-3 seront cités dans cette réédition, le tome 4 dans l’édition de 1852). Une nouvelle traduction, très partielle, a été publiée par A. Cheddadi sous le titre Ibn Khaldoun. Peuples et nations du monde, 2 vol., Paris, 1986.

47 Cf. par exemple p. 32-35 de la trad. De Slane (Alger, 1913) : après la description de l’oasis de Waddan, Al-Bakrî insère l’histoire des raids de ‘Ukba ibn Nâfi’ en Tripolitaine, recopiée sur Ibn ‘Abd al-Hakam.

48 Phénomène dont De Slane déjà s’étonnait : cf. l’appendice au tome IV de la traduction d’Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, Paris, 1856, p. 569.

49 La transcription de ces deux noms arabes varie selon les auteurs, parfois à l’intérieur d’un même ouvrage. L’Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1, Paris, 1960, retient les leçons Butr et Barânis (articles, par ailleurs décevants, de G. S. Colin). Nous avons choisi les formes données par l’Encyclopédie berbère, t. X, Aix, 1991, p. 1564 et t. XI, Aix, 1992, p. 1609 (malgré un article Baranis dans un tome antérieur).

50 Cf. sur ces équivalences G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubi », dans RAf, t. 85, 1941, p. 40-61. Sur l’intervention des « Francs » (Ifrandj) dans ce contexte chez Ibn Khaldûn, cf. infra p. 758-759.

51 H. Schirmer, De nomine et genere populorum qui Berberi vulgo dicuntur, Paris, 1892. Il semble que la première idée de cette étymologie remonte à un auteur du xvie siècle, Marmol, longtemps captif en Tunisie, qui publia après sa libération une Description générale de l’Afrique traduite en français par Perrot d’Ablancourt en 1667.

52 Ainsi encore Théophylacte Simocatta, à propos des guerres de la fin du vie siècle (supra p. 677) : cf. éd. De Boor p. 117 et 255.

53 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, no 15 (Cululis) : mention de la timor Maurorum et de la gens Maurorum ; no8 (Théveste) : mention de l’universa gens Maurorum.

54 Chronique du continuateur de Jean de Biclar, 24, et même texte dans Chronique d’Isidore Pacensis, 37 (les deux dans MGH, a.a., t. XI) : in fugam Maurorum acies versa est (en 647).

55 Chronique d’Isidore Pacensis, 110. cf. également 68, à propos de l’invasion de l’Espagne : Arabos cum Mauros missos a Muze ; 81 (vers 720 en Espagne), 92 et 112.

56 Johannide, I, 503 : barbara corda ; II, 263 : barbara signa ; VI, 193 : barbara turba ; VI, 567 : barbara terga ; VII, 247 : barbara corda. Pour barbaricus, cf. I, 28 ; II, 27 ; III, 182 ; IV, 102.

57 G. Camps, Berbères..., Toulouse, 1980, p. 86-87.

58 Sur les doutes entourant cette expédition, cf. infra p. 790.

59 Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, trad. De Slane, t. 1, p. 170. Ibn al-Kalbî est mort en 819 ou en 821. L’affirmation de Schirmer selon laquelle le premier auteur à employer le mot « Berbères » est Al-Ya’kûbî est fausse dans tous les cas, puisque le mot figure déjà dans l’œuvre d’Ibn ‘Abd al-Hakam.

60 Abû-l-‘Arab, (mort en 945), Classe des savants de l’Ifrîkiya, éd. et trad. M. Ben Cheneb, Alger, 1920, p. 27 et note 1.

61 Cf. S. Lancel, « La fin et la survie de la latinité en Afrique du Nord. Etat des questions », dans REL, 1982, p. 269-297.

62 Cité par Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 112-115.

63 Cf. infra p. 783-784.

64 Ibn ‘Abd al-Hakam et Al-Balâdhûrî ne citent aucun etnonyme tribal dans ces événements.

65 Sur l’absence de mention des Djarâwa avant Ibn Khaldûn, cf. infra p. 753. Le cas des Awraba est plus complexe. Al-Mâlikî, peut-être en suivant Al-Rakîk, donne au xie siècle à Kusayla le surnom al-Aurabi (trad. H. R. Idris, p. 136). Mais la plupart des historiens avant Ibn Khaldûn ne nomment pas explicitement la tribu dans les événements du Maghreb oriental. De son côté, Ibn Khaldûn la mentionne lui-même d’abord près de Tlemcen (trad. De Slane, t. 1, p. 211 et p. 286). En se fondant surtout sur ce seul témoignage, Ah. Siraj veut faire des Awraba une tribu d’origine marocaine identique aux obscurs Ouerbicai de Ptolémée (L’image de la Tingitane, Rome, 1995, p. 510-528). Nous émettons de sérieux doutes sur cette hypothèse par ailleurs séduisante, tant le personnage de Kusayla paraît familier des provinces byzantines de l’Afrique orientale. Sur ce dossier, cf. infra p. 790.

66 Maghrâwa, cf. Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 227-228, et infra p. 749 ; Sanhâdj: ibid., t. 1, p. 212 ; Ghomâra : ibid. t. 1 p. 212 ; Miknâsa : ibid. t. 1, p. 198. Les Masmûda sont cités par le même auteur (ibid. t. 1 p. 212) et par Ibn ‘Idhârî (trad. Fagnan, t. 1, p. 36). Une tradition tardive, représentée surtout par Ibn ‘Idhârî et ‘Ubayd Allâh, mentionne des combats de Mûsâ ibn Nusayr, au début des années 700, près de Zaghouan, puis en un lieu indéterminé, ou à Sidjilmassa ( !), contre des Hawwâra, des Zenâta et des Kutâmâ, ceux-ci commandés par un chef nommé Kâmoun ou Kamamûn (Ibn ‘Idhârî, trad. Fagnan, t. 1, p. 33 ; ‘Ubayd Allâh, trad. Lévi-Provençal, p. 42). Ces récits sont manifestement inspirés par la geste de Mûsâ connue par le Kitâb al-Imâma wa’s-Siyâsa du pseudo Ibn Kutayba (trad. P. de Gayangos en annexe de la traduction d’Al-Makkarî, t. 1, Londres, 1840, p. lvii-lxi), qui mentionne aussi des Awraba et des Sanhâdja. Mais ce texte qui paraît avoir été ignoré de la plupart des historiens modernes de la conquête arabe (cf. toutefois M. Talbi, « Hassân ibn al-Nu’mân », dans EI2, t. 3, 1971, p. 279), est très mystérieux. P. de Gayangos croyait pouvoir le dater du viiie siècle, ce qui en ferait le plus ancien récit connu de la conquête. Certains détails de sa traduction, comme un message de Mûsâ annonçant au calife la conquête du Morrékosh (p. lxiv) font penser plutôt qu’il s’agit d’un texte très tardif d’origine marocaine, ce qui expliquerait ses analogies avec les Marocains ‘Ubayd Allâh et Ibn {Idhârî. Mais H. Pérès (dans RT, 1934, p. 317-335) a noté, à la suite de J. de Goeje (dans Rivista degli Studi Orientali, vol. 1, fasc. 3, 1908, p. 415-421) que dans deux autres manuscrits du Kitâb al-Imâma wa’s-Siyâsa inconnus de P. De Gayangos, le mot était absent, ce qui l’amène à suspecter l’intervention d’un scribe ignorant. Au terme d’une étude très fine d’un autre thème de l’ouvrage, la réception des poètes par le calife {Umar, il en propose une datation vers la fin du ixe ou le début du xe siècle. Plus récemment, G. Lecomte a suggéré d’identifier l’auteur à l’Espagnol Ibn al-Kûtiyya (EI2, t. 3 p. 869). Le doute reste nécessaire sur ce document qu’il serait urgent de retraduire et de commenter (éditions arabes au Caire en 1904, 1909 et 1913, éd. et trad. espagnole J. Ribera, dans Colección de cronicas arabigas, t. 2, Madrid, 1926).

67 Trad. Gateau, RT, 1931, p. 256. Cette tribu était connue déjà de Ya{kûbî, qui la situe aussi au « Sous extrême », mais la donne comme une fraction des Sanhâdja (trad. G. Wiet, p. 226).

68 Cf. supra 2e partie p. 193-195 et infra p. 803-808.

69 Le seul auteur antérieur au xive siècle à mentionner une tribu Djarâwa est Al-Bakrî (trad. De Slane, JA, 1859, p. 386), mais dans une liste de tribus marocaines qui suivirent l’hérésie des Barghwâta, et sans aucune référence à la Kâhina. Le mot apparaît aussi à plusieurs reprises chez le même auteur comme toponyme, pour désigner un site proche de la mer, à l’est de Melila (ibid., 1859, p. 160, 163, 184, 388-90). Par ailleurs, une inscription funéraire de Kairouan évoque peut-être un personnage surnommé al-Jarawî, mort en 1023 (Roy et Poinssot, Corpus des inscriptions arabes de Kairouan, t. 1, no 222).

70 Infra p. 756-759 et supra p. 188-189.

71 Lawâta : supra p. 123 ; Nafûsa : supra p. 104 ; Kutâma : supra p. 469 ; Maghrawa, infra p. 749 ; Maghîla : infra p. 776 ; Miknâsa : infra p. 805.

72 Johannide II, 26-27 : temperet insuetis nutant quae carmina verbis/tam fera barbaricae latrantia nomina linguae.

73 cf. supra 2e partie p. 123 et note 2.

74 Supra p. 246-248.

75 Infra p. 777.

76 H. Monès, dans M. El Fasi et I. Hrbek (dir.), Histoire générale de l’Afrique (UNESCO), t. 3, Paris, 1990, p. 252-253.

77 Kitâb al-Ibar soit « Le livre des exemples » est en effet le véritable titre du grand ouvrage d’Ibn Khaldûn. Les Prolégomènes et l’Histoire des Berbères publiés et traduits par De Slane ne sont que des chapitres arbitrairement séparés et renommés par ce savant du milieu du xixe siècle.

78 La traduction reprise ici est celle d’A. Cheddadi, Peuples et nations du monde, citée supra note 46, t. 2, p. 464 (= De Slane, t. 1, p. 168).

79 Cf. sur ces deux exemples, De Slane t. 1 p. 211-215, et infra p. 750-756.

80 Sur cet ouvrage devenu quasiment introuvable, cf. supra 2e partie, p. 146. Nous le citons ici d’après le résumé de Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. 5, Paris, 1927, p. 79, note 3.

81 Cf. en particulier la note 3 p. 168 du tome 1 de sa traduction.

82 L. Vivien de Saint-Martin, Le Nord de l’Afrique dans l’Antiquité grecque et romaine, Paris, 1863, p. 130-131.

83 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 535-592.

84 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. 5, Paris, 1927, p. 79. Même attitude dans l’ouvrage publié avec G. Marçais et G. Yver, Histoire de l’Algérie, 8e éd., Alger, 1929, où Gsell mène pourtant explicitement son étude jusqu’au VIIe siècle.

85 G. Marçais, Les Arabes en Berbérie, Constantine-Paris, 1913, p. 18-19.

86 G. Marçais, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Age, Paris, 1946, p. 19-53 particulièrement.

87 E.-F. Gautier, Les siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927, rééd. sous le titre Le Passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, 1937 et réimp. 1942, citée ici.

88 E.-F. Gautier, ibid., p. 63-79 : Cf. en particulier le traitement infligé au Roudh al-Qirtas.

89 E.-F. Gautier, ibid., p. 80, p. 103 et p. 217.

90 E.-F. Gautier, ibid., p. 229-239 et p. 226.

91 W. Marçais, dans Revue critique d’Histoire et de Littérature, t. 96, 1929, p. 255-270, repris dans W. Marçais, Articles et conférences, Paris, 1961.

92 Curieusement, ce sont les exemples de Botr sédentaires ou de Branès nomades qui ont troublé la plupart des historiens, et non la méthode même de Gautier pour établir ses équivalences Botr = Nomades et Branès = Sédentaires. Celle-ci est pourtant de loin la principale faiblesse de son livre : la carte des tribus Botr et Branès est donnée à partir des localisations fournies essentiellement par Ibn Khaldûn, c’est-à-dire celles du xive siècle. Or Gautier la reprend intégralement pour expliquer la situation du viie siècle, jugeant a priori négligeables les déplacements qui ont pu se produire entre ces deux moments... !

93 Cf. ainsi l’article de R. W. Bulliet, « Botr et Beranès : hypothèses sur l’histoire des Berbères », dans Annales ESC, t. 36, 1981, p. 104-116. La dépendance de cet auteur par rapport aux thèses de Gautier apparaît très nettement p. 104-105.

94 Cf. supra 2e partie p. 140-141.

95 Cf. notamment le résumé de cette thèse présenté en un lieu emblématique, l’introduction générale de l’Encyclopédie berbère, t. 1, Aix, 1984, p. 22, 28, 30, et l’article Branès dans le même ouvrage, t. XI, 1992, p. 1609-1610.

96 Cf. supra p. 190-191.

97 Inventaire qui à notre connaissance n’a jamais été effectué.

98 R. Letourneau, dans Ch. A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, nouvelle édition en un volume des tomes 1 et 2 (« Des origines à 1830 »), Paris, 1994, p. 343.

99 H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides. xe-xiie siècles, t. 1, Paris, 1962, p. xx.

100 A. Cheddadi, introduction à sa traduction partielle d’Ibn Khaldûn (Peuples et nations du monde, t. 1, Paris, 1986, p. 18.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540