Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Quatrième partie. Maures et Romains à l’époque byzantine (VIe-VIIe s.)

Chapitre 14. La grande guerre libyque (544-548)

Texte intégral

1– LA FORMATION DE LA COALITION MAURE

  • 1 Pour Courtois, l’invasion de 544 était la quatrième d’une série commencée vers 520 : cf. Les Vandal (...)

1Convaincus comme C. Courtois que l’invasion des Laguatan en Byzacène en 544 n’était pas un phénomène réellement nouveau1, les historiens ont en général peu examiné la chronologie et les modalités de cette invasion et de la coalition avec les Maures de l’intérieur qui l’accompagna. Ces événements nécessitent pourtant plusieurs commentaires.

  • 2 Johannide, III, 388-390 :
    gentes non laesit amaras
    Martis amica lues, metuens tamen ille (Antalas) ca
    (...)
  • 3 Johannide, III, 393 et 395-396 :
    Misit ad extremas Libyae sitientis harenas...
    ...populosque malignos
    (...)

2Selon Corippe, Antalas, véritable génie du mal, prédisposé au crime dès sa naissance, aurait en réalité seulement saisi le prétexte de l’exécution de son frère pour se révolter. Il aurait habilement attendu la fin de l’épidémie de peste qui frappa l’Afrique en 543, guettant l’épuisement des Romains qui seuls, affirme le poète, étaient touchés par le mal2. Puis, sûr de sa victoire, il aurait lancé un appel aux tribus syrtiques, les invitant au pillage de la Byzacène et de la Proconsulaire3.

  • 4 Cf. supra p. 328.
  • 5 Sur cette épidémie, cf. J. Durliat, « La peste du vie siècle. Pour un nouvel examen des sources byz (...)
  • 6 Cf. en particulier le beau passage (Johannide, III, 362-377) où le poète décrit les conséquences so (...)
  • 7 Cf. sur ce sujet J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et médi (...)
  • 8 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 2, note 30, p. 362-363.
  • 9 Cf. notre article « Corippe et la reconquête byzantine de l’Afrique », dans AA, t. 22, 1986, p. 209 (...)

3La haine du poète contre cet ancien allié4 qui trahit l’Empire pour s’unir aux Laguatan fait de ce passage l’un des plus suspects de la Johannide. La réalité d’une épidémie de peste en 543 semble peu douteuse, même si elle est surtout attestée en Egypte et dans les parties orientales de l’Empire byzantin5 : les descriptions de Corippe sur les effets du fléau dans la société romaine d’Afrique sont trop réalistes pour ne pas être, au moins partiellement, le fruit d’une expérience personnelle6. Mais bien que l’exemple de la France en 1348 montre que des communautés montagnardes à l’écart des grandes routes pouvaient échapper à une épidémie7, il est peu vraisemblable que les Maures n’aient pas subi les effets de la peste de 543, et surtout qu’ils aient fondé une stratégie de révolte sur un phénomène aussi imprévisible. D. Pringle signale justement à ce sujet que les Ecossais, massés en 1349 à leur frontière méridionale pour attaquer les Anglais décimés par la peste, furent finalement aussi touchés qu’eux avant même d’avoir engagé le combat8. L’esprit polémique du poète paraît bien ici le conduire à déformer la réalité d’un événement à la genèse beaucoup plus complexe. Le témoignage de Procope, plus digne de crédit sur ce sujet comme nous l’avons déjà montré9, doit donc guider en priorité nos analyses.

  • 10 Procope, Guerre vandale, II, 21, 18 : τότε όύν τούτους Άνταλας τους βάρβαρους ασμενός τε είδε και ό (...)

4Or, pour l’historien grec, l’initiative n’appartint pas à Antalas dans la formation de la coalition ; celle-ci fut plus le résultat des circonstances que l’effet d’une stratégie antiromaine préétablie. Ce furent les Laguatan qui pénétrèrent d’eux-mêmes en Byzacène, en prolongeant leur expédition vengeresse contre les Romains de Tripolitaine, assassins de leurs notables : Et à ce moment Antalas fut heureux de voir ces barbares, et il fit une alliance ( όμαιχμία) avec eux, et il les conduisit contre Solomon et Carthage10. Paraissant la plus vraisemblable parce qu’exempte de toute connotation polémique (en dehors de l’emploi du terme barbares), cette interprétation est cependant d’une brièveté qui laisse subsister quelques obscurités non dénuées d’importance historique. Le caractère inédit de l’invasion des tribus syrtiques en Byzacène oblige en particulier à s’interroger sur les motivations de ces tribus à ce moment. Or un texte très peu connu (et qui, fait rarissime, a échappé à Diehl) éclaire les énigmes laissées par le récit de Procope.

  • 11 Guerre vandale, II, 21, 1.
  • 12 E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 548 note 1.
  • 13 Guerre vandale, II, 19, 1.
  • 14 Cf. supra chap. 13 note 65. Sur l’impossibilité d’une campagne d’hiver dans l’Aurès, cf. Guerre van (...)
  • 15 Guerre vandale, II, 21, 16.

5Selon l’auteur de la Guerre vandale, l’arrivée du dux Sergius à Lepcis eut lieu durant la dix-septième année de Justinien et la quatrième année après la victoire sur les Aurasiens11. Le règne de l’empereur étant compté à partir d’avril 52712, c’est vers une date située entre avril 543 et mars 544 que nous entraîne la première indication. La seconde permet de resserrer cette chronologie : Solomon revint en Afrique lors de la treizième année de Justinien13, soit à partir d’avril 539 ; il dut mener sa campagne contre l’Aurès très vite puisque la dédicace de la forteresse de Timgad, posée de toute évidence lorsque la victoire était acquise, est datée également de la treizième année de Justinien14. Une campagne d’hiver dans le massif étant exclue, la victoire contre les Aurasiens doit se placer entre mai et novembre 539. Dès lors, en recoupant les deux indications de Procope, il est possible de dater l’arrivée de Sergius entre avril et novembre 543. Les Laguatan, victimes du pillage de leurs moissons, et par conséquent en difficulté, cherchèrent certainement à le rencontrer très vite : l’entrevue funeste de Lepcis eut donc lieu dans l’été ou au début de l’automne 543. Après avoir longuement raconté les circonstances du massacre des 79 délégués Laguatan, Procope résume très rapidement les six ou neuf mois qui suivirent, ne redevenant précis que pour évoquer la défaite et la mort de Solomon, à situer, comme nous le verrons, à la fin du printemps 544. Son récit ne retient pour cette période que seulement trois événements : les Laguatan cherchèrent aussitôt à venger leurs morts mais furent défaits devant Lepcis, dans une bataille où mourut cependant Pudentius ; plus tard, les barbares entrèrent en campagne contre les Romains avec de plus grands moyens ; et plus tard encore, Sergius vint rejoindre son oncle Solomon pour lui permettre d’affronter l’ennemi avec une plus grande armée, et il trouva là aussi son frère Cyrus15.

  • 16 Procope indique qu’il fut envoyé dans la Pentapolis en même temps que Sergius était affecté en Trip (...)
  • 17 Notice toujours utile de K. Krumbacher sur cet auteur, dans Geschichte der Byzantinischen Litteratu (...)
  • 18 Cf. par exemple le récit de la guerre contre Gélimer : Théophane, Chronographia, éd. De Boor, p. 19 (...)

6Outre sa brièveté, ce récit comporte un détail peu remarqué mais très étrange : à Carthage, Sergius, en fuite ou à la poursuite des Laguatan, retrouva son frère Cyrus, qui fut associé lui aussi à la campagne contre les révoltés. Or Cyrus était alors gouverneur de Cyrénaïque16, une province très éloignée de Carthage et où le problème maure existait aussi. Sa participation à une guerre en Afrique Proconsulaire constituait un fait totalement inédit, et réellement très surprenant. Ce détail irritant nous a longtemps préoccupé, jusqu’à ce qu’un essai de relecture exhaustif des sources nous conduise en 1983 à une découverte dans les chroniques byzantines tardives. On admet traditionnellement, et avec de bonnes raisons, que la plupart des chroniqueurs grecs postérieurs à Procope, lorsqu’ils évoquent le temps de Justinien, se contentent de reprendre, en le résumant plus ou moins bien, son Histoire des guerres. Théophane17, le plus précis de ces chroniqueurs, n’agit pas autrement, et la lecture des pages de sa Chronographia consacrées à l’Afrique des années 530-540 s’avère souvent très ennuyeuse, tant Procope se révèle son unique source18. Mais cette conclusion n’est plus absolument vraie. En effet, après un long plagiat de la Guerre vandale, cet auteur du ixe siècle nous livre brusquement des événements africains de 543-544 une version entièrement originale :

  • 19 Théophane, éd. De Boor, t. 1, p. 208 :

[Après la mort de Pudentius, Sergius, effrayé, rejoint Solomon à Carthage...] Toute la Tripolitaine fut saccagée par les Maures. Les barbares pillèrent là-bas toutes les campagnes. Après avoir réduit en esclavage une multitude de Romains, ils marchèrent vers la Pentapole. Cyrus, ayant appris cette nouvelle, prit la fuite et s’embarqua pour Carthage. Personne ne s’opposant à eux, les barbares prirent la cité de Béréniké. Puis ils marchèrent en armes vers Carthage et, arrivés en Byzacène, ils ravagèrent brutalement toutes les terres des habitants de cette région19.

  • 20 L’originalité de ce passage a été récemment relevée aussi par C. Mango dans ses notes à la traducti (...)

7Ce texte suscite au moins trois remarques. Il pose d’abord le problème des sources de Théophane : soit celui-ci a disposé d’un manuscrit de Procope plus complet que toutes les versions que nous possédons, soit il possédait une autre source, ignorée de tous les commentateurs modernes20. Dans tous les cas, ce passage incite à relire l’intégralité de son récit des guerres africaines avec une nouvelle hypothèse de travail : les légères divergences constatées ici et là entre son texte et celui de Procope, toujours jugées négligeables parce qu’interprétées comme des déformations inhérentes à la méthode du résumé, peuvent en réalité révéler des faits méconnus. Nous verrons plus loin comment cette conclusion nous a permis une autre découverte.

  • 21 Procope, Histoire secrète (Anekdota), V, 28-33.
  • 22 Cf. Procope, ibid., V, 33.

8Le deuxième intérêt de cet extrait est évidemment de donner une explication rationnelle et précise de la présence du dux de Cyrénaïque Cyrus à Carthage au printemps 544 : sa propre province avait été attaquée par les Laguatan et, aussi peu courageux que son frère, il avait aussitôt pris la fuite pour trouver refuge auprès de son oncle et protecteur à Carthage. Cette attitude des neveux de Solo-mon correspond parfaitement à l’image qu’esquisse d’eux, et surtout de Sergius, l’Histoire secrète de Procope21 ; elle permet aussi de comprendre le laconisme du récit de la Guerre vandale sur ces événements : dans cette œuvre destinée à être publiée, Procope ne pouvait tout dire sur deux jeunes gens qui avaient été les protégés personnels de l’impératrice Théodora22.

  • 23 Ainsi au temps de Synésios, vers 405-412, ou lors de la guerre contre Armatios en 449 (supra p. 165 (...)
  • 24 Sur Béréniké au Bas-Empire, cf. D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris (...)
  • 25 Cf. supra p. 302.

9Cependant l’apport essentiel du texte de Théophane pour notre recherche est d’éclairer les mouvements des Laguatan dans les premiers mois de leur révolte. Il montre qu’ils ne songèrent pas à l’origine à envahir la Byzacène : comme ils l’avaient fait souvent dans le passé23, ayant pris les armes, c’est vers la Cyrénaïque qu’ils se tournèrent. La prise de Béréniké, vieille cité hellénistique encore relativement importante24, fut certainement pour eux un grand succès, mais qui rend assez étrange leur demi-tour vers l’ouest (cf. carte 22), d’autant que la fuite de Cyrus leur livrait la province. Ce changement de direction peut s’expliquer de deux manières : pour ces tribus dont nous savons par les événements ultérieurs qu’elles se déplaçaient avec leurs troupeaux25, les pluies d’hiver et les pâturages espérés en Byzacène passèrent peut-être avant les profits du pillage en Cyrénaïque. Mais on ne peut exclure non plus la version de Corippe : Antalas, sachant leur révolte et leurs succès, a pu les contacter et leur faire miroiter l’espoir de richesses bien plus grandes qu’en Cyrénaïque. Sur ce point, le doute subsiste : l’expédition de Béréniké prouve dans tous les cas que l’invasion de la Byzacène et l’union avec Antalas ne furent pas un choix immédiat et évident pour les Laguatan.

Carte 22 – L’expédition des Laguatan en 543-544.
Présence attestée des Laguatan.
1-2-3-4 Sens du mouvement des Laguatan.

2 – LES SIGNIFICATIONS DE LA GUERRE POUR LES MAURES

10Si les modalités exactes de formation de la coalition berbère conservent ainsi pour nous certains aspects obscurs, le comportement des forces réunies des Maures de l’intérieur et des Maures de l’extérieur à partir du printemps 544 permet en revanche d’interpréter avec plus de précision les objectifs politiques des insurgés.

  • 26 Cf. supra p. 589-592.

11En 535, face à l’arrivée des Byzantins, la stratégie politique des tribus d’Antalas, de Cusina, et de Iaudas avait été surtout défensive. L’entrevue de l’automne 533 avait été une tentative de faire accepter par le nouveau pouvoir les conquêtes territoriales réalisées à l’époque vandale, contre une reconnaissance de souveraineté. La révolte de 534-535, contre la volonté d’expulsion affichée par les Byzantins, avait visé de même à sauvegarder ces conquêtes, que seul Antalas avait pu, provisoirement, conserver26.

12Le contexte de l’insurrection de 544-548 est nettement différent. Dès le début en effet, le rapport de forces fut modifié par l’arrivée des Laguatan. Antalas le dit bien à Jean Troglita en 546 : tout est changé,

  • 27 Johannide, IV, 374-375.

sorte nova fortis pariter cum noster Ilaguas
castra regit gentesque ferae de finibus Austri27

  • 28 Procope, Guerre vandale, II, 21, 23-28. La mention de Cillium figure dans la chronique de Victor de (...)
  • 29 Sur cette date, cf. infra note 65.
  • 30 Procope, Guerre vandale, II, 23, 1-17. Cf. infra note 65 p. 624.
  • 31 Guerre vandale, II, 24, 6-15. La localisation de la bataille à Thacia est donnée par Victor de Tunn (...)
  • 32 Guerre vandale, II, 25, 12 : les Maures atteignirent exactement Ad Decimum, lieu de la victoire de (...)

13De fait, une fois formée, la coalition maure accumula les succès. Solomon, marchant vers Théveste contre les insurgés, fut battu et tué à Cillium (Kasserine)28, probablement en juin 54429. Hadrumète, la plus grande ville de Byzacène, tomba aux mains des Maures quelques mois après30. En 545, les Byzantins furent de nouveau défaits à Thacia31, et leur déroute déclencha une crise à Carthage. Le dux de Numidie Guntarith organisa un coup d’Etat contre le successeur de Solomon, Areobindus, et il s’entendit pour cela avec les Maures insurgés : à la fin de 545, Antalas campait non loin des murs de Carthage32.

  • 33 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 64.
  • 34 S. Gsell, dans MEFR, 1904, p. 343 ; E.-F. Gautier, Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscu (...)

14Au cours de ces deux années 544 et 545, la situation ne cessa donc d’évoluer favorablement pour les tribus révoltées, leur donnant les moyens d’élaborer un véritable projet politique. Rien ne sortit pourtant de ces événements, et moins d’un an après, à l’automne 546, Jean Troglita écrasait la coalition maure. Pour la majorité des historiens, l’échec des Maures était normal, et s’expliquait par leur nature particulière. Ch. Diehl écrit ainsi : « Fort heureusement, l’éternel manque d’union qui a, en tout temps, fait avorter les soulèvements berbères, devait, comme il avait jadis servi les affaires de Rome, profiter aussi aux Byzantins »33. Sans s’interroger sur les facteurs historiques et socio-économiques qui auraient pu expliquer les divisions berbères, indiscutables nous le verrons, Diehl préférait recourir à une de ces vérités éternelles que l’historiographie française avait forgées à propos des Berbères : en l’occurrence ici ce que Gsell appelait « l’esprit de çoff », E.-F. Gautier « l’étage du clan », et C. Courtois « le génie naturel de désagrégation qui anime toutes les époques de l’histoire maghrébine »34.

15En réalité, une étude précise des événements de 544-548, à la lumière de ce que nous savons des deux grands groupes maures coalisés, permet d’expliquer de manière beaucoup moins arbitraire un échec trop hâtivement assimilé à une fatalité éternelle.

a) Les deux stratégies d’Antalas

16Le problème essentiel pendant toute cette période fut la divergence fondamentale d’objectifs entre les deux éléments de la coalition. Cette divergence ne résultait pas d’une faiblesse inhérente à une psychologie berbère commune, mais provenait d’abord des différences d’origine et de culture des deux groupes coalisés.

17Antalas, établi depuis longtemps en Byzacène, familier du monde romain, se trouvait en 543 menacé d’être progressivement éliminé par les Byzantins. Pour lui, la révolte pouvait avoir alors deux objectifs. Soit, satisfait jusque-là de son sort, il attribuait à l’action personnelle de certains généraux la stratégie byzantine à son égard : dans ce cas, son action était limitée et visait à imposer le remplacement de ses ennemis personnels pour aboutir à un nouvel accord. A l’appui de cette interprétation vient la lettre adressée par le chef des Frexes à Justinien vers la fin de 544, que Procope a reproduite :

  • 35 Procope, Guerre vandale, II, 22, 7 et 9.

Que je sois un esclave (doy˜lov) de votre Empire, je ne le nierai jamais ; mais les Maures, ayant subi en temps de paix un traitement impie des mains de Solomon, ont pris les armes sous la plus forte contrainte, non contre vous, mais contre notre ennemi personnel. Et ceci est particulièrement vrai de moi... Et si vous voulez que les Maures soient sujets de votre Empire et vous servent en toutes choses comme ils étaient accoutumés à le faire, ordonnez à Sergius, le neveu de Solomon, de partir d’ici, rappelez-le à vous, et envoyez un autre général en Libye35...

  • 36 Procope, Guerre vandale, II, 25, 10 : (L’envoyé de Guntarith/Gontharis) Oulitheos conclut donc, en (...)
  • 37 Guerre vandale, II, 23, 26 : cf. supra p. 329-330.

18Cette attitude extrêmement conciliante ne fut pourtant pas continuelle. D’autres textes et d’autres épisodes révèlent en effet chez Antalas une vision différente des perspectives d’avenir ouvertes par une révolte, avec des projets beaucoup plus ambitieux : reprendre le mouvement d’expansion interrompu en 533 et tenter éventuellement de construire en Afrique romaine orientale ce qui s’était fait avec Masuna en Maurétanie Césarienne. Cette seconde branche de l’alternative politique offerte par le soulèvement a été rarement prise en compte par les historiens. Elle est pourtant attestée au moment de l’usurpation de Guntarith. Antalas soutint alors le dux usurpateur, mais au prix d’un accord : Guntarith serait roi de la Proconsulaire et de la Numidie, tandis qu’Antalas dirigerait la Byzacène et recevrait une garde de 1500 soldats romains, ainsi que la moitié des biens du général Aréobindus36. Le chef des Frexes négocia donc un véritable partage de l’Afrique, instituant en sa faveur un Etat. Celui-ci était apparemment conçu comme berbéro-romain : la clémence d’Antalas à Hadrumète37 peu auparavant, comme son désir d’être entouré d’une garde romaine, suggèrent en effet que le chef maure entendait conserver sous son autorité les sources de richesses de la province et les centres urbains, avec leur population.

19Les textes montrent ainsi que deux stratégies ont coexisté dans l’esprit d’Antalas. Or, s’il fut amené à privilégier tantôt l’une, tantôt l’autre, ce ne fut pas par indécision ou incapacité personnelle, mais avant tout à cause du comportement de ses alliés. Les Laguatan et les tribus syrtiques, Antalas le reconnaissait lui-même devant Jean Troglita, étaient en effet indispensables à un projet d’envergure du fait de leur puissance militaire. Mais les événements allaient montrer que leurs objectifs ne concordaient pas nécessairement avec ceux du chef des Frexes.

b) La guerre maure selon les Laguatan

  • 38 Guerre vandale, II, 21, 18 : cf. supra note 10.
  • 39 Sur cette date, cf. infra note 53.

20Au printemps 544, Antalas, selon Procope, conclut une alliance avec eux et il les conduisit contre Solomon et Carthage38. S’il faut suivre cette expression à la lettre, il semble que le fils de Guenfan était alors déterminé à mettre en application la seconde et ambitieuse option définie plus haut. De fait, nous savons par plusieurs sources que la coalition, ainsi constituée et regroupée près de Théveste, vainquit et tua Solomon à Cillium vers le mois de juin 54439. La suite de l’expédition est malheureusement plus confuse. Procope est notre principal informateur, mais son récit présente à partir de la mort de Solomon plusieurs étrangetés. Voici en effet l’ordre des événements dans le chapitre XXII du livre 2 de la Guerre vandale, consacré à cette période :

  • 40 L’épisode est aussi rapporté par Procope dans l’Histoire secrète, V, 34, mais sans indication chron (...)

21Le principal problème posé par ce récit est le contexte dans lequel il place l’affaire de Laribus. Si on lui prête une progression chronologique, c’est de nombreuses semaines après la victoire de Cillium que Solomon le Jeune, capturé pourtant dans cette bataille, aurait fait sa proposition40 et que les Maures auraient mis le siège devant Laribus. Il fallait en effet un certain temps pour que Justinien reçoive à Constantinople la nouvelle de la mort de Solomon, puis que sa décision de nommer Sergius parvienne à Carthage. Il en va de même pour le message d’Antalas et son échec.

  • 41 Totalement négligé par Partsch, Diehl, et Stein, ce calcul résulte de la comparaison de plusieurs d (...)
  • 42 Soit 3 semaines pour porter à l’empereur la nouvelle de la défaite et de la mort de Solomon, 3 sema (...)
  • 43 Cf. supra note 38.

22Ce problème de la durée de transmission des nouvelles et des ordres entre Carthage et Constantinople a été totalement négligé par les historiens jusqu’ici. Mais divers calculs permettent d’estimer à environ trois semaines la durée d’un voyage rapide par mer de Carthage à Constantinople41 : la chronologie habituellement déduite de Procope obligerait donc à supposer un délai d’au moins douze semaines entre la mort de Solomon et l’affaire de Laribus42. Il est très peu vraisemblable que Solomon le Jeune ait attendu ce délai pour tenter d’obtenir sa libération, et il serait surtout étonnant que les Maures aient mis douze semaines pour aller de Cillium à Laribus, ville située sur la grande route de Carthage, objectif principal des coalisés selon Procope lui-même43. Tout nous conduit donc à modifier sur ce point l’ordre du récit de la Guerre vandale, et à supposer que l’historien grec a regroupé dans son chapitre XXII plusieurs événements approximativement contemporains, sans se soucier d’une rigoureuse exactitude chronologique. Cette hypothèse, esquissée par des arguments de vraisemblance, peut cependant s’appuyer aussi sur plusieurs indices textuels.

  • 44 Guerre vandale, II, 23, 1. L’expression « Antalas réunissait l’armée des Maures » peut être une all (...)

23Les mentions du retour de Stotzas et de la lettre d’Antalas viennent en effet immédiatement à la suite du portrait de Sergius. Or ce portrait, très négatif et surtout très général, se conclut par la mise en valeur de l’inactivité de Sergius face aux Maures. En fait, Procope a probablement alors voulu poursuivre sur le ton général adopté jusque-là en montrant, hors de toute perspective strictement chronologique, qu’il fallait pourtant agir au temps de Sergius, et que cela était possible. Cette hypothèse nous paraît confirmée par le fait qu’après le récit de l’affaire de Laribus, Procope répète le retour de Stotzas : Cependant Antalas et l’armée des Maures se réunissaient de nouveau en Byzacène, et Stotzas était avec eux, amenant avec lui quelques soldats et des Vandales44. De toute évidence, cet enchaînement correspond à un retour à la rigueur chronologique de la part de notre auteur, mais il implique aussi que le mouvement de Stotzas se plaça après le départ des Laguatan.

  • 45 Théophane, Chronographia, éd. De Boor, p. 209.

24La Chronographie de Théophane, dont nous avons montré précédemment la valeur méconnue, confirme notre hypothèse en se différenciant de Procope sur un détail significatif à propos de cette période : elle néglige l’épisode de Laribus, mais ne signale le retour de Stotzas qu’après l’échec de la lettre d’Antalas, et non avant45. Or ce détail n’est pas fortuit mais corrige une seconde invraisemblance du texte de Procope : celui-ci affirme que le chef des Frexes adressa sa proposition de soumission à Justinien avant l’affaire de Laribus, à un moment où il venait d’abattre Solomon, où les Laguatan étaient à ses côtés, et où Stotzas était venu renforcer ses troupes. A suivre ce récit, il faudrait croire qu’Antalas, bien qu’ayant toutes les cartes en main, avait soudainement décidé de rentrer dans le rang au moment pour lui le plus favorable. Peu vraisemblable, cette anomalie s’ajoute à la précédente et nous invite à une reconstruction du chapitre XXII de la Guerre vandale, facilitée et justifiée par les indications de Théophane.

  • 46 Johannide, VII, 143-144 et 147-148 :
    Urbs Laribus mediis surgit tutissima silvis
    et muris munita novi
    (...)
  • 47 Ce départ des Laguatan, qui signifiait la dislocation de la coalition maure, a été très peu remarqu (...)
  • 48 Stotzas était un des gardes du corps de Martinus, chef d’une unité de fédérés dans l’expédition de (...)

25En réalité, tout suggère qu’Antalas et les Laguatan, victorieux à Cillium, reprirent leur route vers Carthage, qui pouvait désormais leur paraître très accessible. Ils parvinrent devant Laribus et se heurtèrent alors aux murailles de la ville : celles-ci devaient être particulièrement puissantes, puisque Jean Troglita choisit Laribus comme place de repli après sa défaite dans le sud tunisien en 54746. L’indication de Procope selon laquelle les Laguatan se découragèrent après un siège infructueux se comprend donc aisément47. Les tribus syrtiques rentrèrent chez elles, c’est-à-dire en Tripolitaine. Antalas se trouva ainsi seul, et surtout privé de sa principale force d’attaque. Il chercha alors à négocier avec l’Empire et adressa à Justinien la lettre reproduite par Procope. Cette tentative ayant échoué, il s’adjoignit l’aide de Stotzas, bon connaisseur de l’armée byzantine48, et se remit en campagne.

26Cette interprétation, qui ne modifie le sens d’aucun des épisodes rapportés par Procope mais les replace seulement dans l’ordre le plus logique, permet désormais de mieux comprendre la signification de la lettre d’Antalas à Justinien. Cette offre de soumission conditionnelle n’illustre pas l’incapacité d’un Maure à concevoir un projet politique d’envergure, mais reflète simplement la nécessaire adaptation du chef des Frexes à un changement brutal du rapport des forces. Abandonnés par leurs alliés syrtiques, les Maures de Byzacène croyaient alors n’avoir d’autre solution que de négocier avec l’Empire.

  • 49 Cf. supra p. 289-292.
  • 50 Chiffres extraits de J. Despois, Le Djebel Nefusa, Paris, 1935, p. 56-57. Sur la côte, les précipit (...)

27Si le comportement des hommes d’Antalas se comprend ainsi aisément, celui des Laguatan reste en revanche à expliquer. Ces nomades ou semi-nomades de Tripolitaine étaient depuis toujours habitués à sillonner le prédésert libyen, où ils avaient fini par établir leurs bases permanentes49. Lorsqu’ils pénétrèrent en Byzacène en 544, il est probable que l’appât du pillage dans des régions riches, et où ils trouvaient des alliés bon connaisseurs du terrain, les motiva fortement. Mais ils avaient l’habitude de se déplacer avec un nombreux troupeau : l’espoir de bons pâturages les influença donc également, comme le confirme la chronologie de leurs mouvements. Nous avons en effet montré précédemment que l’invasion de la Byzacène ne se produisit pas immédiatement après le massacre de Lepcis, daté de l’été ou du début de l’automne 543. Les Laguatan attaquèrent d’abord les cités de Tripolitaine, provoquant la fuite de Sergius, puis ils se portèrent vers la Cyrénaïque, prirent Béréniké, et repartirent alors vers la Tripolitaine et la Byzacène (cf. la carte 21). Etant donné l’importance des distances, ces opérations occupèrent certainement une partie de l’automne et l’hiver 543-544 : l’invasion de la Byzacène n’eut donc lieu qu’au printemps 544 (vers avril-mai). Or, ce mouvement correspond exactement aux données climatologiques et aux nécessités du nomadisme. En Tripolitaine intérieure, l’hiver est la seule saison réellement pluvieuse, comme le montre le tableau pluviométrique ci-dessous, relevé à Yefren, un site placé sur l’escarpement du Djebel Nefusa, à 100 km au sud-ouest d’Oea50 :

  • 51 Sur ces questions, cf. A. Martel, Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Paris, (...)
  • 52 Chiffres extraits de A. Kassab et H. Sethom, Géographie de la Tunisie, Tunis, 1980, p. 42.

28De décembre à mars, tombent ici 80 % des précipitations annuelles, permettant à un tapis végétal de se former. En revanche, les pluies cessent presque complètement à partir de la fin mars, et les pâturages se dessèchent alors rapidement51. Plus favorisée, la Tunisie centrale subit la saison sèche plus tardivement, et normalement avec moins de rigueur : à Thala, ville située à égale distance de Cillium et de Laribus (50 km environ au nord de la première, et 50 km au sud de la seconde), les précipitations demeurent à un niveau mensuel de 40 à 50 mm d’octobre à mai inclus, prolongeant ainsi nettement la durée de la végétation naturelle52.

  • 53 Cette date se déduit de la chronologie des mouvements des Laguatan exposée dans les pages précédent (...)

29Ces données climatiques démontrent clairement que la pénétration des Laguatan en Byzacène se fit au moment le plus favorable pour leurs troupeaux. Ceux-ci tenaient donc une grande place dans leur stratégie, et la suite des événements le confirma. Victorieux en effet à Cillium vers le mois de juin 54453, les peuples syrtiques continuèrent leur marche avec Antalas et mirent le siège devant Laribus. L’opération se révéla infructueuse, et c’est alors qu’ils décidèrent, aux dires de Procope, de rentrer chez eux. Ces événements se déroulèrent durant l’été 544. Pour ces gens éloignés de leur pays depuis plusieurs mois, chargés de butin et voyant approcher l’automne, la décision du retour était logique : la résistance de Laribus annonçait une guerre longue contre des Byzantins abrités derrière un réseau de forteresses efficaces, alors que l’automne allait ramener les pluies dans leur patrie. Ils repartirent donc vers le sud en août ou septembre 544, certainement à petite vitesse et non sans de nouveaux pillages. Agissant ainsi en fonction d’une logique propre à une société pastorale, ils laissèrent Antalas seul en Byzacène, et celui-ci tenta alors de négocier avec l’Empire.

30La division de la coalition maure à la fin de l’été 544 ne prouve donc pas « l’éternel manque d’union des Berbères ». Elle illustre seulement la profonde différence d’origine et de genre de vie des deux groupes de l’armée insurgée. L’horizon politique et économique des Laguatan était fondamentalement « libyen », alors que celui d’Antalas était avant tout « africain ».

  • 54 Rappelons que le récit de Procope, jusque-là très détaillé, se transforme soudainement en un très b (...)

31Cette différence d’objectifs et de stratégie se répéta plusieurs fois dans les années ultérieures. Le récit de Procope est plus délicat d’utilisation pour cette période, car il se transforme en un très bref résumé des événements à partir de 546 ; d’autre part, après l’épisode de Laribus, il ne distingue plus, sauf en une occasion, les Laguatan des autres Maures54. Or, si la Johannide de Corippe supplée partiellement à cette lacune, c’est avec une chronologie souvent imprécise, ce qui nécessite pour nous une première mise au point.

  • 55 Johannide, IV, 47-48 :
    Irruerant gemini turba cœunte tyranni
    Laguatanque cohors et densis Naffur in a
    (...)

32Selon le poète africain, la prise d’Hadrumète, survenue après la mort de Solomon, fut l’œuvre à la fois d’Antalas et de Stotzas, qualifiés de gemini tyranni, et des Laguatan et des Naffur55. La ville fut occupée grâce à un stratagème ; peu de temps après, les Romains en reprirent le contrôle, mais les Maures continuèrent à piller, avec plus de violence, la Byzacène. L’Empereur envoya alors un nouveau général, Areobindus, dont l’arrivée fit aussitôt fuir les Laguatan de la province :

  • 56 Johannide, IV, 84-85. Comme le retrait des Laguatan après Laribus, ce mouvement a été négligé des h (...)

Gens territa cessit Laguatan terris56.

  • 57 Guerre vandale, II, 24, 6-15, et sur la bataille de Thacia, Victor de Tunnuna, Chronique, éd. Momms (...)
  • 58 Guerre vandale, II, 24, 16.
  • 59 Guerre vandale, II, 25, 1.
  • 60 Guerre vandale, II, 28, 41 :
    γεγονε δεο τοϋ τυράννου φόνος εκτη καί τριακοστή άπότής τυραννίδος ήμέρ
    (...)

33Procope, sans citer ce dernier épisode, signale que Justinien avait donné mission à Areobindus de passer à l’offensive en s’entendant avec Sergius, désormais seulement responsable des troupes en Numidie. Aussitôt arrivé, apprenant qu’Antalas et Stotzas se trouvaient près de Sicca Veneria, Areobindus donna effectivement l’ordre d’attaque à son général Jean, et il fit appel à Sergius. Mais ce-lui-ci refusa de bouger et Jean, affrontant seul les Maures, fut vaincu et tué à Thacia, dans une bataille où périt aussi Stotzas57. L’empereur se décida alors à rappeler enfin Sergius, envoyé en Italie58. Deux mois après, à la faveur du désordre, le dux de Numidie Guntarith réalisait son coup d’Etat, en faisant assassiner Areobindus59. Succès éphémère, car au bout de 36 jours, dans la dix-neuvième année de règne de l’empereur Justinien, l’usurpateur était lui-même abattu par Artabane, chef d’une unité arménienne de l’armée byzantine resté loyaliste60.

  • 61 Victor de Tunnuna, dans MGH, a.a., t. XI, 1, p. 201. Le continuateur du comte Marcellinus (MGH, a.a (...)
  • 62 Un détail du texte de Procope pourrait inciter à privilégier la fin de décembre 545 : selon l’histo (...)
  • 63 Procope, Guerre vandale, II, 24, 6.
  • 64 Guerre vandale, II, 24, 1-3.

34Cette suite d’événements est évidemment assez confuse, mais elle permet d’établir finalement une chronologie qui éclaire les mouvements des Laguatan. Tout doit partir de l’ultime indication de Procope, la seule qui comporte une date. La dix-neuvième année de règne de l’empereur Justinien s’écoule en effet d’avril 545 à mars 546. Victor de Tunnuna situant la mort de Guntarith en 54661, c’est donc au premier trimestre de cette année qu’eut lieu l’exécution de l’usurpateur. Celui-ci ayant régné 36 jours, son coup d’Etat survint entre décembre 545 et février 54662. Comme Procope écrit que Sergius fut rappelé deux mois avant ce coup d’Etat, nous pouvons affirmer que le départ du neveu de Solomon se produisit entre octobre et décembre 545. Ce départ, nous l’avons vu, fut le résultat d’une décision de Justinien consécutive à la défaite de Thacia : pour transmettre la nouvelle de cette défaite à Constantinople et pour que la décision de l’empereur parvienne à Carthage, il fallut au minimum six semaines, compte tenu de la durée d’un voyage aller-retour par mer entre les deux villes. La bataille de Thacia doit donc être datée entre la première quinzaine de septembre et le début de novembre 545. Mais cette bataille eut lieu très peu de temps après le débarquement d’Areobindus en Afrique puisque celui-ci, au témoignage de Procope, envoya son général Jean contre Antalas dès son arrivée63. Areobindus avait voyagé avec une unité d’Arméniens et un nouveau préfet du prétoire, Athanasius ; il était accompagné de sa propre sœur et de son épouse, Préjecta, elle-même nièce de Justinien64. Tout ceci empêche de croire qu’il ait navigué à la mauvaise saison. Son arrivée doit donc se situer plutôt vers les mois d’août ou de septembre 545.

  • 65 Guerre vandale, II, 23, 1. Stein (Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 549-550 note 2) donne la date de (...)

35Or, et nous arrivons ici au terme de notre raisonnement, c’est la nouvelle du débarquement d’Areobindus avec des forces neuves qui, selon Corippe, décida les Laguatan à abandonner la Byzacène, c’està-dire à rentrer chez eux : le retour de ces Maures vers la Tripolitaine commença donc en août ou septembre 545. Le parallélisme avec les événements de l’année précédente apparaît alors immédiatement. Arrivés probablement au printemps 545 avec leurs troupeaux, unis à nouveau à Antalas avec qui ils prirent Hadrumète65, ils pillèrent la Byzacène jusqu’à la fin de l’été ; puis, chargés de butin et voyant se profiler, comme en 544, une résistance prolongée des Byzantins, cette fois à cause du débarquement de troupes nouvelles, ils décidèrent de rentrer chez eux, où, à partir de novembre, les pluies allaient revenir. Comme en 544, cette stratégie totalement indépendante des Laguatan laissa donc Antalas seul face aux Byzantins.

36Malgré cette défection, le chef des Frexes put cependant espérer atteindre à cette époque ses objectifs les plus ambitieux, grâce au coup d’Etat de Guntarith. Invité par le dux de Numidie à se rendre à Carthage avec ses hommes, puis concluant un accord de partage de l’Afrique, Antalas semble avoir rêvé alors à un royaume berbéroromain, auquel il songeait peut-être depuis longtemps.

  • 66 Procope, Guerre vandale, II, 27, 1.
  • 67 Cf. supra note 56 : ils étaient repartis à l’arrivée d’Areobindus.

37Mais ces espoirs furent déçus avant même la chute de Guntarith. L’usurpateur ne tint pas ses promesses et, une fois au pouvoir, rompit les accords négociés secrètement66. Très significative fut alors la réaction d’Antalas. Privé depuis l’automne de l’aide des Laguatan67, il ne pouvait songer à mener seul la guerre contre les Romains. En revanche, la division de ceux-ci lui permettait d’espérer un compromis, comme il l’avait déjà tenté l’année précédente ; il prit donc contact avec les forces restées loyales à Justinien. Selon Procope,

  • 68 Procope, Guerre vandale, II, 27, 4-6.

après avoir longuement réfléchi, il voulut se soumettre à l’empereur Justinien ; pour cela, il fit demi-tour. Et apprenant que Marcentius, qui commandait les troupes de Byzacène, s’était enfui dans une des îles qui se trouvent au large, il s’adressa à lui et lui raconta toute l’histoire[de ses démêlés avec Guntarith] et, lui donnant des assurances, le persuada de le rejoindre. Et Marcentius resta avec Antalas dans le camp, tandis que les soldats en charge de la Byzacène, bien disposés envers l’Empereur, gardaient la cité d’Hadrumète68.

  • 69 Cf. supra p. 594 et p. 614.

38Cet épisode, très peu commenté et pourtant un des plus extraordinaires des guerres byzantino-berbères, révèle la profonde originalité d’Antalas. Comme il l’avait fait en 533, et comme il l’avait essayé en 54469, le chef des Maures de Byzacène recherchait alors un accord avec l’Empire. Certes, Procope ne parle encore une fois que de soumission, mais la position forte d’Antalas, et la situation au contraire très précaire des forces byzantines loyalistes, laissent deviner une négociation beaucoup plus favorable aux Maures.

  • 70 Johannide, IV, 358-361, 364-365, 367-369, 373-375 :
    ista mihi satis est Romani cognita regni
    nuper ru
    (...)

39Cette hypothèse est confirmée par le témoignage de Corippe. Le poète africain est peu explicite sur une affaire qui contrariait évidemment l’image exclusivement négative qu’il voulait donner d’Antalas. Il nous livre cependant des indices précieux au travers d’un discours du chef des Frexes. Ayant reçu en effet, quelques mois après, une demande de soumission du nouveau général en chef de l’armée byzantine, Jean Troglita, Antalas s’exclame70 :

Elle m’est assez connue cette fameuse loyauté de l’Empire romain, qui récemment a été brisée ; et que personne ne pense plus pouvoir tromper Antalas ! Il est déjà suffisant qu’un Arménien ait, une fois et une seule, eu cette possibilité... Votre Etat, certes, est assez loyal... ; le salaire dont m’a gratifié ton ami l’Arménien me l’a enseigné : car c’est avec l’appui de notre valeur qu’il a pu briser l’usurpateur Guntarith... Si seulement, Fortune, dans un geste de reconnaissance, tu m’avais livré Artabane, maintenant que par un retournement du sort, à nos côtés mènent campagne nos valeureux amis les Ilagues [les Laguatan] ainsi que les tribus venues des sauvages territoires du sud !

  • 71 Sur la nomination d’Artabane, cf. Guerre vandale, II, 28, 43.

40En faisant allusion à la fides rupta des Romains après la chute de Guntarith, Antalas sous-entend clairement que ceux-ci lui avaient promis quelque chose contre son alliance : très probablement, comme il l’avait déjà demandé plusieurs fois, une reconnaissance de son contrôle d’une partie de la Byzacène, sous la suzeraineté théorique de l’Empereur. Mais l’usurpateur Guntarith éliminé, l’Arménien Artabane, désigné par Justinien pour commander les provinces africaines, se garda aussitôt d’appliquer les promesses du dux de Byzacène Marcentius71. Antalas continua donc la guerre.

  • 72 Guerre vandale, II, 28, 44. Sur les motivations d’Artabane, qui demanda lui-même son rappel, cf. Pr (...)
  • 73 Cf. supra 1ère partie, commentaire du catalogue des tribus du chant II de la Johannide.
  • 74 Antalas, dans le texte cité précédemment (note 70), témoigne bien par ses expressions de la réalité (...)
  • 75 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 370 ; E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 555 note 2 ; D. (...)

41Il ne resta pas longtemps seul, puisque lorsque Jean Troglita arriva pour succéder à Artabane, rappelé rapidement à Constantinople72, il découvrit auprès du chef des Frexes l’immense coalition dont nous avons décrit la composition au début de ce livre73. Au sein de cette coalition se trouvaient les Laguatan, à nouveau revenus en Byzacène74, pour la troisième année consécutive, et de toute évidence depuis le printemps, en accord avec les besoins de leurs troupeaux. Leur stratégie ne se modifiait guère, si ce n’est que la masse des tribus syrtiques qu’ils entraînaient était maintenant très considérable. La chronologie habituellement admise pour la première campagne de Jean Troglita pourrait cependant laisser croire qu’ils prolongèrent cette fois leur séjour en Byzacène. En effet, depuis Partsch, tous les historiens datent la victoire du général byzantin sur la coalition d’Antalas et de Ierna dans l’hiver 546-54775. Cette date impliquerait que les Laguatan se trouvaient encore en Byzacène à cette époque, et qu’ils n’auraient donc pas regagné la Tripolitaine à la fin de l’été comme les années précédentes. Mais la chronologie établie par Partsch ne semble pas avoir été vérifiée par ses successeurs : elle se révèle en effet d’une extraordinaire fragilité.

42Le savant allemand établit son argumentation sur seulement cinq vers de Corippe, inclus dans un discours de Jean Troglita où le général évoque sa participation, sous les ordres de Bélisaire, à la campagne de 533 contre les Vandales :

  • 76 Johannide, III, 23-27.

Ibat in adductas densis exercitus umbras
arboribus, rapidi nec solis torridus ardor
militiae nocuit, fervens aestate perusta,
quamquam autumnus erat, Phoebi candantis et axe
tristia bella magis calida inferrentur harena76.

  • 77 J. Partsch, proemium de son édition de la Johannide, MGH, a.a., t. III, 1, p. XXVI, note 132.

43Partsch fonde sur ce passage le raisonnement suivant : « Temporis quo Iohannes in Africam venit, indicium invenisse mihi videor in versibus III, 23-27, quibus Iohannes magister anno 533 minore cum sudore et periculo in Africa bellatum esse affirmat, quamquam tunc anni tempore calidiore autumnali cum hostibus confligendum fuerit. Inde elucere mihi videtur primam Iohannis pugnam cuius tempore magistrum haec verba loquentem poeta facit anni tempore frigidiore, hieme 546-547 commissam esse »77. Tout ce subtil raisonnement ne repose donc en fait que sur le dernier vers du passage cité : Partsch rapporte l’adverbe magis à l’expression harena calida, comprenant ainsi l’extrait :

Alors l’armée se dirigeait vers l’ombre offerte par les arbres, et la chaleur torride d’un soleil dévorant ne fit point tort aux soldats ; elle était en effervescence comme durant l’été brûlant, bien que ce fût l’automne, et de sinistres guerres étaient portées sur un sable plus chaud [sous-entendu : qu’aujourd’hui, en 546...].

  • 78 J. Diggle et F. R. D. Goodyear, éd. de la Johannide, Cambridge, 1970, p. 48 note sur les vers 25-27 (...)

44Mais, même en admettant cette interprétation grammaticale du dernier vers, on peut remarquer que rien ne prouve que Jean ne compare pas ici en réalité la chaleur de l’automne 533 à celle de l’automne 546 ! Et surtout, comme F.R.D. Goodyear et J. Diggle l’ont déjà remarqué, il est tout aussi vraisemblable de rapporter dans le vers 27 magis à tristia bella78, et de traduire : de plus sinistres guerres étaient portées sur le sable chaud... Cette phrase se comprendrait alors par rapport à la précédente, où Jean disait qu’il faisait à l’automne 533 aussi chaud que durant un été, l’idée étant que cette année là, la guerre, menée en automne, fut plus difficile que si elle avait eu lieu en été.

  • 79 Procope, Guerre vandale, II, 28, 46 : Dès que Jean parvint en Libye, il engagea le combat avec Anta (...)
  • 80 Cf. supra note 41. Un autre exemple est significatif : vainqueur de Gélimer à Tricamarum en décembr (...)

45L’argument de Partsch est donc trop fragile pour être retenu. En revanche, deux indices, négligés par le savant allemand et ses successeurs, suggèrent que la campagne de Jean Troglita se plaça à la fin de l’été ou au début de l’automne. Nous savons en effet que Jean se mit en marche vers le sud aussitôt débarqué à Carthage79. La date de son arrivée en Afrique détermine ainsi celle de sa campagne. Or, les règles de la navigation méditerranéenne s’opposaient au voyage d’une flotte militaire après le mois de septembre, en raison des risques climatiques80, et Justinien avait eu le temps, depuis la mort de Guntarith, au premier trimestre 546, de préparer une armée de secours avant que ne survienne l’automne. La logique conduit donc à conclure que Jean et ses troupes débarquèrent certainement avant le début de l’automne 546. Par chance, cette hypothèse est confirmée par un détail fourni par la Johannide et oublié de Partsch. En décrivant l’état de l’Afrique à l’arrivée du général, le poète indique en effet :

  • 81 Johannide, I, 331.

Uritur alma seges cultos matura per agros81.

  • 82 Cette date est aussi celle que retenait Gsell pour l’Antiquité, en citant un poème de l’Anthologie (...)

46Cette allusion à la moisson nourricière parvenue à maturité dont le général découvre l’incendie sur les champs cultivés nous renvoie à la première partie de l’été, puisque la moisson en Tunisie du Nord se fait traditionnellement vers le mois de juillet82. La date s’accorde bien avec les exigences de la navigation et nous permet ainsi de situer la marche de Jean Troglita contre les Maures vers le mois d’août 546. La présence des Laguatan en Byzacène à ce moment n’a dès lors plus rien de surprenant : elle correspond à leurs mouvements des années précédentes. Ils se préparaient sans doute à commencer leur retour vers la Tripolitaine lorsque Jean Troglita arriva à Carthage, et c’est pour les vaincre avant qu’ils ne soient hors de portée que le général agit avec la précipitation notée par Corippe et Procope.

  • 83 On peut comparer sur ce sujet la guerre menée par Iaudas en Numidie en 535 (capture de nombreux Afr (...)

47Ainsi, pendant trois années consécutives, se forma en Afrique une coalition de Maures de l’intérieur (Antalas, suivi en 546 de Iaudas), et de Maures des Syrtes, qui n’avaient jusque-là jamais franchi en masse les Chotts du sud de la Tunisie. Cette coalition remporta de grands succès mais resta toujours fondamentalement hétérogène. Si les méthodes de guerre des deux groupes se ressemblaient (pillage, capture de prisonniers83), leurs stratégies politiques différèrent complètement. Les Laguatan et ceux qui les suivaient, en majorité nomades ou semi-nomades, ne semblent avoir jamais cru possible une occupation à long terme de l’Afrique romaine. Arrivant au printemps et repartant à la fin de l’été, ils adaptèrent la guerre aux besoins de leurs troupeaux, et cherchèrent avant tout à assurer leur subsistance, sans songer réellement à quitter les terres de Tripolitaine. Ils n’apportèrent donc qu’un soutien intermittent à Antalas, qui avait d’autres projets.

48Le chef des Frexes s’insurgea certainement au départ pour défendre son territoire et son statut dans l’Empire, menacés par la politique de Solomon. Mais l’évolution du rapport des forces, marquée par une série imprévisible de défaites byzantines, lui permit progressivement d’élargir ses ambitions et de songer à la constitution d’un royaume de Byzacène. Ce projet, esquissé lors des accords avec l’usurpateur Guntarith, n’impliquait pas une destruction des villes romaines et de leur population, comme le prouve le traitement réservé à Hadrumète : peut-être, s’il avait abouti, aurait-il conduit plutôt à un Etat berbéro-romain du type de celui de Masuna en Maurétanie. Dans tous les cas, le comportement des Laguatan le rendit irréalisable et obligea Antalas à rechercher vainement un compromis avec l’Empire, jusqu’à ce que l’arrivée de Jean Troglita vienne modifier complètement le rapport des forces.

c) Les singularités de la guerre de 547-548

  • 84 Dans le court résumé des années 546-548 qu’il donne à la fin de la Guerre vandale, Procope associe (...)
  • 85 Ce lieu est inconnu. Il se situait au sud ou à l’ouest de Junci, qui est le dernier site clairement (...)

49La défaite subie à l’automne 546 devant le nouveau général byzantin fut en effet catastrophique, tant pour le chef des Frexes que pour ses alliés libyens. On ne sait alors où Antalas se réfugia. Nos sources ne le font réapparaître qu’en 54884 : il ne joue plus alors qu’un rôle secondaire dans la coalition animée par Carcasan, puis disparaît totalement de l’histoire après la défaite de Latara85.

  • 86 Johannide, VI, 109-111.

50La situation des Laguatan fut également difficile. Corippe fait ainsi dire à Carcasan, réfugié dans les Syrtes après la victoire de Jean86 :

(...) Matresque nurusque perdidimus natosque simul. Quid denique restat ni mors sola viris ?

  • 87 Johannide, VI, 119-120.

avec, un peu plus loin, cette doléance complémentaire tellement significative pour ces peuples pasteurs87 :

(...) Pecuaria tantum perdidimus...

  • 88 Johannide, VI, 82-98.

51Parallèlement, le poète décrit longuement le défilé triomphal dans Carthage de Jean Troglita, traînant derrière lui un grand nombre de femmes et d’enfants maures capturés88. L’ampleur du désastre subi est donc indéniable, et permet seule de comprendre le sens de la nouvelle guerre qui se déclencha en 547.

  • 89 Cf. supra 2e partie p. 232.
  • 90 Johannide VI, 242-246 et 250-252 :
    Signa movere paro, tot gentibus obvius ire
    externis cupiens commit
    (...)
  • 91 Johannide, VI, 246.

52Peu de mois après la victoire de Jean, une coalition se reforma en effet contre les Byzantins. Mais elle fut cette fois exclusivement syrtique, et dirigée par un chef unique, l’Ifurac Carcasan89. Regroupée d’abord en Tripolitaine, elle marcha ensuite vers la Byzacène. Jean, soucieux de préserver les terres de la province mises à mal par les guerres des années précédentes, décida de devancer les insurgés et de livrer bataille au sud de la ligne des Chotts90. Il se mit en marche probablement au printemps 547, puisque Corippe lui fait dire, dans un discours avant son départ, que l’année « s’annonce » stérile91 :

sterilis nam cernitur annus

  • 92 Johannide, VI, 753-757.
  • 93 Johannide, VII, 136-149.

53Cette indication laisse entendre que les moissons n’étaient pas encore faites, confirmant qu’à nouveau l’invasion des tribus syrtiques se produisait au printemps. La bataille contre elles eut lieu près de Marta (Mareth), au bord d’un cours d’eau encore alimenté, et près d’une dépression marécageuse du littoral92. La description du site convient aux oueds de cette région, notamment à la vallée de l’Oued Ez Zeuss, pérenne dans son cours inférieur, et qui se termine par une dépression commune avec l’Oued Es Zessar, lui aussi alimenté toute l’année aux dires d’Al-Tidjânî. Difficile, le terrain fut fatal aux Byzantins : Jean Troglita, pour la première fois vaincu, dut ramener ses troupes sur Junci, avant de gagner Laribus pour l’hiver93.

  • 94 Guerre vandale, II, 28, 49 : Alors les ennemis firent des incursions dans toutes ces régions et jus (...)
  • 95 Johannide, VII, 283-287 :
    Campis Mammensibus Austur
    rustica funereis sternebat corpora telis,
    Byzacii
    (...)

54Corippe ne nous dit rien sur le comportement des Maures à ce moment, mais Procope, très brièvement, signale qu’ils ravagèrent le pays jusque sous les murs de Carthage94. Le poète ne reprend son récit à leur propos qu’au printemps 548 : les Laguatan étaient alors près de Mammès, au sud de la Dorsale, et Antalas venait de les rejoindre95. Aucun texte ne nous permet cette fois de savoir si les tribus syrtiques étaient rentrées en Tripolitaine durant l’automne 547, ou si elles avaient, pour la première fois, passé l’hiver en Byzacène.

  • 96 Cf. la liste des alliés de Jean Troglita pour la campagne de 548 dans Johannide, VII, 262-280 : Cus (...)
  • 97 Cf. supra p. 232.

55Cette dernière hypothèse ne peut être exclue, car tout indique que le contexte de cette guerre de 547-548 différait nettement des précédentes. Le rôle secondaire d’Antalas correspondait d’abord à une abstention presque générale des Maures de l’intérieur dans la révolte : Cusina et Iaudas s’étaient en effet ralliés aux Byzantins96. Nous avons d’autre part signalé déjà que Corippe insistait sur le caractère très syrtique des armées de Carcasan, en redonnant notamment vigueur au vieux nom des Nasamons pour les évoquer97.

  • 98 Johannide, VI, 167-168.

56Mais l’originalité de cette guerre provient surtout des ambitions nouvelles de Carcasan et des Laguatan. Celles-ci apparaissent d’abord dans la prophétie de l’oracle d’Ammon, qui annonce au chef maure98 :

Aeterno tempore Mazax Byzacii campos
magna virtute tenebit...

  • 99 Johannide, VII, 515-517 : Ainsi Ammon a-t-il par son oracle parlé à nos tribus : il offre aux Maure (...)

57Une ambition territoriale sur la Byzacène est ici prêtée pour la première fois par le poète aux tribus des Syrtes, qui est répétée plus loin dans la confession du prisonnier nasamon Varinnus à Jean Troglita99 :

Cecinit sic gentibus Ammon
fatidicus nostris, donans per proelia Mauris
Byzacii campos, Carcasan ire superbum
per Libycos populos et pacem reddere mundo.

  • 100 Johannide, VI, 192 : Invitantque feras regni sub imagine gentes.
  • 101 Johannide, VI, 221-22 et 225-227 : Voici qu’arrive, fendant l’air, un messager rapide, sur l’ordre (...)

58L’objectif se confirme dans le mot d’ordre de Carcasan, qui rallie de nouvelles tribus sub imagine regni100. Cette allusion à un royaume projeté figure aussi dans le message du dux de Tripolitaine Rufin, lorsqu’il fait parvenir à Jean Troglita la nouvelle de l’insurrection101 :

Pervolat ecce levis, magno mandante Rufino,
nuntius et fama Libycas conterritat urbes...
(...) Carthaginis altae
Carcasan ductore feras ad moenia gentes
ire docens, nomenque sibi promittere regni.

59Tout ceci est très différent de ce que l’étude des événements de 544-546 nous avait révélé des Maures de Tripolitaine. On peut, certes, soupçonner ici Corippe d’avoir exagéré les menaces pour mieux exalter ensuite l’importance des victoires de Jean Troglita : ce serait de bonne méthode dans une œuvre qui, pour être écrite comme une épopée, n’en est pas moins aussi et en même temps un panégyrique. Mais il est étrange, dans cette perspective, que le poète n’ait alors jamais prêté auparavant de semblables projets aux insurgés syrtiques. Une autre interprétation paraît donc préférable, qui tienne compte du contexte particulier de la révolte de Carcasan. Or la principale caractéristique de ce contexte était probablement l’état voisin de l’épuisement et du désespoir qui affectait les Maures après un conflit qui se prolongeait depuis trop d’années. Pour les tribus libyennes, très durement touchées en 546, ayant perdu femmes, enfants et troupeaux, l’invasion de 547-548 représentait un effort suprême, autorisant toutes les audaces face à une situation de toute façon sans issue. Dans un tel processus d’escalade, un changement de nature de la guerre n’est pas impossible : les peuples libyens ont pu vraiment chercher à s’établir en Byzacène, dont les richesses leur étaient désormais bien connues et étaient en fait seules à même d’assurer leur survie.

  • 102 Jordanès (Histoire romaine, dans MGH, a.a., t. V, p. 51) affirme que dix-sept chefs maures furent t (...)
  • 103 Sur ces opérations, cf. infra chapitre suivant.

60La grande victoire de Jean à Latara anéantit ces espoirs et brisa pour longtemps les ambitions maures. Ecrasés dans la bataille, les Laguatan et leurs alliés venus de l’actuel territoire libyen furent poursuivis jusqu’en Tripolitaine par les Byzantins102 : c’est alors, nous l’avons vu, que Ghirza dut être brûlé. C’est probablement à la même époque aussi que les forces impériales occupèrent Augila, où le sanctuaire d’Ammon fut remplacé par une église103. L’époque des guerres libyques était, pour un temps au moins, terminée.

3 – LA POLITIQUE DE L’EMPIRE FACE AUX MAURES DE 544 À 548

61Après avoir mis en valeur le comportement des Maures et la signification de leurs soulèvements entre 544 et 548, il nous reste désormais à analyser, en retour, la manière dont le pouvoir byzantin adapta sa politique berbère aux événements de cette époque.

a) Avant Jean Troglita

  • 104 Cf. D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1 p. 65-71. Cet auteur estime l’armée romaine d (...)
  • 105 Cf. supra 3e partie p. 335-337
  • 106 Johannide, III, 410-415.
  • 107 Procope, Guerre vandale, II, 28, 50.

62Nous avons montré que même s’ils avaient finalement admis entre 539 et 544 la présence de groupes maures à l’intérieur des provinces, en investissant leurs chefs et en leur versant des pensions, les Byzantins n’avaient en fait pas renoncé à les affaiblir progressivement, voire à les disloquer ou à les expulser. L’ampleur du soulèvement de 544, et la formation de la grande coalition d’Antalas et des Laguatan les surprirent totalement. L’armée byzantine ne fut jamais très nombreuse en Afrique104 : face à une coalition, elle avait donc nécessairement besoin d’alliés maures. Or, Solomon en eut trop peu en 544 : Cusina ne lui amena pas tous les Maures de Numidie, puisque Procope ne le mentionne même pas à ce moment, tandis que Corippe le montre suivi seulement de ses Mastraciani105 ( ?) ; quant aux Ifuraces et aux Mecales, ils trahirent en pleine bataille et n’étaient venus selon le poète que dans cette intention106. Ces unités alliées étaient donc bien moins nombreuses que celles dont disposa Jean Troglita deux ans après : Procope, en n’en mentionnant aucune aux côtés de Solomon alors qu’il soulignera plus tard au contraire que Jean remporta ses victoires avec l’aide de nombreux Maures107, montre bien que la guerre de 544 n’avait pas été préparée par une réelle politique de ralliement des tribus de l’intérieur.

  • 108 Cf. supra p. 615.
  • 109 Cf. le jugement de Procope dans l’Histoire secrète, V, 32.
  • 110 Cf. Procope, Guerre vandale, II, 24, 4, et Corippe, Johannide, IV, 100-102 :
    (...) dumque ille super
    (...)

63Les mois qui suivirent la mort de Solomon ne modifièrent pas cette carence de la diplomatie byzantine. La politique des représentants de l’Empire devint au contraire de plus en plus incohérente. Sergius, investi de la succession de son oncle, était haï de tous les Maures, comme le montre la lettre d’Antalas à Justinien déjà citée108. Il ne chercha de toute manière aucunement à définir une stratégie personnelle109. Areobindus, nommé en 545 par l’Empereur, fut paralysé dans un premier temps par le partage de son pouvoir avec Sergius110, puis fut victime de l’usurpation du dux de Numidie, Guntarith. Cette usurpation aggrava évidemment les difficultés des Byzantins, plus préoccupés par leurs rivalités de pouvoir que par les Berbères révoltés. C’est alors qu’on vit même Cusina se détacher un temps de l’alliance avec l’Empire. La mort de Guntarith ne changea guère les choses, puisque Artabane, loin de tenter un redressement, séduisit la veuve de son ancien chef, Prejecta, et chercha vite à se faire rappeler à Constantinople pour la rejoindre. Il fallut donc attendre l’arrivée de Jean Troglita à l’été 546 pour voir l’Etat byzantin se doter de nouveau d’une véritable politique berbère.

b) L’œuvre de Jean Troglita

  • 111 Sur la carrière de Jean Troglita, cf. D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 34-35, (...)
  • 112 Johannide, I, 471-472.

64Si les circonstances exigeaient ce changement, celui-ci fut aussi largement facilité par l’expérience qu’avait de l’Afrique le nouveau général en chef. Déjà présent dans l’expédition de Bélisaire en 53334111, Jean Troglita avait été ensuite dux d’une province, probablement la Tripolitaine s’il faut en croire un passage de la Johannide où les Maures s’adressent ainsi à lui112 :

Dux nostris fueras qui proximus oris
vicinaeque maris quondam servator harenae.

65Il avait donc été amené, par ses fonctions, à négocier avec les Maures, et il connaissait certainement très bien tous les protagonistes de l’insurrection, et tous les éléments qui les différenciaient les uns des autres. L’habileté et l’efficacité de sa politique se comprennent mieux à la lumière de cette expérience.

  • 113 Johannide, VI, 595-597 :
    Certior ecce volans magno tunc fama magistro
    pacificos retulit iam linquere
    (...)

66Aisément reconstituable grâce à la Johannide, cette politique se fonda sur trois principes. Le premier, apparemment négligé depuis la mort de Solomon, fut la négociation d’accords avec certaines tribus, pour les détacher ou les éloigner de la coalition, et en faire des alliées. Dès l’été 546, Jean réussit ainsi à ramener Cusina dans son camp, alors même que Iaudas, le voisin de ce dernier en Numidie méridionale, rejoignait la rébellion. En 547, Cusina fut aussitôt aux côtés de Jean dans la grande expédition vers la Tripolitaine, pour briser le soulèvement dirigé par Carcasan. Il ne paraît pas exempt de responsabilité dans la déroute de l’armée romaine qui suivit, puisque ses troupes furent les premières à lâcher prise sous les coups des nomades113, mais il ne semble pas avoir réellement trahi. En tout cas, peu après, il répondit à la convocation du général romain à Laribus, dans l’hiver 547-548, pour jouer finalement un rôle décisif dans la victoire de 548.

  • 114 Johannide, VII, 272.
  • 115 Johannide, VII, 242-261.
  • 116 Johannide, VII, 279-280.
  • 117 Guerre vandale, II, 28, 50.
  • 118 Cf. supra note 102.

67Un autre exemple de l’action diplomatique de Jean Troglita dès son arrivée est le ralliement du mystérieux Ifisdaias. Ce chef, inconnu auparavant, mais qui pouvait mobiliser, dit Corippe114, 100 000 guerriers (chiffre probablement exagéré), participa dans le camp byzantin à la campagne de 546, alors même qu’en face la coalition maure atteignait son extension maximale. Il n’est pas mentionné dans l’armée de 547, probablement en raison de son opposition à Cusina, dont nous ignorons les raisons. Peut-être faut-il soupçonner une rivalité territoriale, qui conduirait alors à le localiser lui aussi à proximité de l’Aurès. L’effort de la diplomatie byzantine dans sa direction fut dans tous les cas manifeste ensuite : Jean Troglita dépêcha un négociateur, nommé également Jean, en Numidie, qui après de longues et dangereuses tractations réussit à réconcilier Cusina et Ifisdaias, et à convaincre ce dernier de rejoindre l’armée romaine115. Mais ce ne fut pas le seul succès du général : dans l’armée qu’il lança contre Carcasan en 548 figuraient aussi Iaudas, pour la première fois détaché d’une insurrection berbère, et un certain Bezina, venu, dit Corippe, avec tout son camp et tous ses troupeaux116. L’ampleur de ces ralliements et leur rôle décisif dans le succès final de Jean Troglita en 548 sont indiscutables : ils ont été bien notés par Procope, qui écrit fort significativement que Jean à ce moment s’allia à toutes sortes de Maures117, et par Jordanès qui déclare encore plus nettement que la paix fut ramenée en Afrique par Jean, parce que les Maures ennemis furent vaincus par les Maures pacifiés (Mauris partis adversae per pacificos Mauros superatis118). Ces succès diplomatiques sont d’autant plus spectaculaires qu’à la veille de la campagne de 548, les Romains restaient sur une défaite humiliante, et que tout aurait pu, donc, inciter de nouvelles tribus à rejoindre la révolte.

68Sauf à reprendre les clichés traditionnels sur la perfidie, « l’esprit de çoff », ou la cupidité du Berbère éternel (...) pour les expliquer, il faut supposer qu’ils ne furent obtenus qu’au prix de concessions politiques sérieuses. De fait, l’exemple de Cusina, dont la fidélité constante à partir de l’été 546 fut la plus belle réussite de Jean, prouve que l’Empire dut effectivement revenir sur ses prétentions antérieures. Cusina avait tenté en 533 de faire reconnaître son autorité sur une partie de la Byzacène en participant aux cérémonies d’investiture organisées par Bélisaire. Comme Antalas et d’autres chefs des Maures de l’intérieur, il était donc prêt à accepter la suzeraineté impériale à cette condition. Jean Troglita le savait certainement, et il n’hésita pas en 546 à accepter une solution refusée douze ans plus tôt. Nous avons vu que Corippe montre Cusina dans l’hiver 547-548 aux côtés des Byzantins à la tête de trente chefs de Numidie qu’il considérait comme ses hommes :

  • 119 Johannide, VII, 266.

Ille duces proprios triginta fortior armat119.

  • 120 Cf. supra p. 348.
  • 121 Johannide, VII, 277 et VIII, 126. Cf. supra p. 351.
  • 122 Cf. supra 3e partie p. 435-437.

69Apparemment, son autorité dans ou autour de l’Aurès, où il avait fui en 535, était désormais plus importante encore qu’en 539-544. Avec l’accord du pouvoir byzantin, il avait pris la tête de la majorité des tribus de la partie méridionale de la province120. Il est probable que le ralliement tardif de Iaudas en 548 se fit à des conditions semblables, mais probablement moins favorables : ce chef était encore dans le camp de la révolte en 546, et il avait été vaincu. Cusina avait pris sa place en Numidie et il ne devait plus être toléré qu’en tant que chef très docile d’une partie seulement de l’Aurès : il n’était désormais, dit significativement Corippe, que le famulatus Iaudas121. On ignore tout du statut d’Ifisdaias et de Bezina, mais leur contrôle de territoires en Numidie dut aussi être reconnu. Peut-être même ces chefs avaient-ils un statut privilégié, puisque Corippe ne les désigne que par le terme praefectus122.

  • 123 Cf. en dernier lieu sur ces accords un essai de synthèse très large de R. Rebuffat, « L’investiture (...)
  • 124 Ainsi les Laguatan auprès de Sergius en 543, ou les Astrices auprès de Jean en 547.
  • 125 Les chefs maures avaient prêté en 533 des serments par écrit, ce que Solo-mon rappelle dans une let (...)
  • 126 Cf. l’accord passé avec les Astrices (Johannide, VI, 428-431). Jean leur déclare à la fin des discu (...)
  • 127 La tribu n’accompagna pas Jean Troglita dans la suite de son expédition puisque, quelques jours apr (...)
  • 128 Ainsi les chefs maures en 533 devant Bélisaire (Procope, Guerre vandale, I, 25, 3), ou Antalas en 5 (...)
  • 129 Guerre vandale, I, 25, 7. Cf. supra p. 487-496.
  • 130 Ainsi pour Antalas entre 533 et 543 (Guerre vandale, II, 22, 8) ou pour Cusina avant 563 (Jean Mala (...)
  • 131 Protocole bien décrit dans la lettre d’Antalas à Justinien en 544 (Guerre vandale, II, 22, 8) : En (...)
  • 132 Cf. Guerre vandale, II, 21, 21-22 : les Laguatan se moquent des offres de paix de Solomon, rappelan (...)
  • 133 Guerre vandale, I, 25, 4, et Johannide, VI, 429 : tradite vestra meis natorum pignora castris...
  • 134 Cusina était alors l’allié, de manière très provisoire, de Guntarith (Guerre vandale, II, 27, 24). (...)

70Les détails relevés dans les différents extraits déjà cités permettent de reconstituer les étapes principales de l’établissement des traités qui scellaient ces ralliements123. Les chefs ou les notables de la tribu (les patres) se rendaient auprès du général en chef ou du dux provincial124. Un foedus écrit était signé125. Il comportait un engagement mutuel de paix126 et, éventuellement, une alliance (le cas des Astrices en 547 montre cependant que celle-ci n’était pas automatique127). Les Maures reconnaissaient le pouvoir de Justinien et se déclaraient « esclaves de l’Empereur »128. Le général en chef ou le dux conférait en échange des insignes de fonction aux dirigeants maures129, ce qui exprimait pour chacun une reconnaissance de sa gens, avec son territoire et son droit coutumier. Devenus les représentants de Justinien, les chefs se voyaient en même temps attribuer une pension, officiellement conférée par l’empereur130 sur proposition du général en chef en Afrique131. Des serments étaient échangés, sur l’Evangile de la part des Romains132. Souvent, en gage de la fides engagée, les chefs maures laissaient des otages, leurs enfants comme les interlocuteurs de Bélisaire en 533 et les Astrices en 547133, ou leur propre mère, comme Cusina en 546134.

  • 135 Cf. la synthèse sur ces accords avec les Arabes donnée par Ph. Mayerson (« The Use of the Term Phyl (...)
  • 136 Cf. supra chap. 8 et note 152.
  • 137 Supra p. 349.
  • 138 Supra p. 348-349.
  • 139 Johannide, VIII, 269-270.
  • 140 Jean Malalas, éd. Dindorf, p. 495. Cf. supra p. 348. Sur le titre d’exarque, cf. infra p. 664-666.

71Ces règles étaient traditionnelles et sont identiques, à l’exception peut-être de la remise des insignes, à celles qui présidaient aux accords passés avec les chefs arabes le long du limes oriental135. Mais la gravité de la situation en 546 et surtout dans l’hiver 547, après la défaite de Marta, obligea Jean Troglita à offrir plus aux Maures, et en particulier à Cusina. Celui-ci se vit en effet conférer le titre officiel de magister136 (magister militum probablement) dans l’armée romaine, et il commanda des soldats romains à côté des nombreuses tribus berbères qui lui avaient été confiées137. Reconnu officiellement citoyen romain138, inflatus honorum titulis139, ce personnage pourrait être perçu comme une exception. Mais, comme nous l’avons vu, sa situation en 563 d’exarque de son peuple recevant une certaine quantité d’or du chef des Romains montre bien qu’il était resté un chef maure et qu’à ce titre il avait finalement obtenu en 546-48 ce qu’il avait recherché dès 533140 : une reconnaissance officielle par l’Empire de son pouvoir de chef coutumier sur un territoire déterminé à l’intérieur d’une province romaine, la Numidie. En ce sens donc, le succès de la politique de Jean Troglita illustrait aussi un recul net par rapport aux prétentions impériales affichées au début de la reconquête.

  • 141 Johannide, IV, 447-451 : Ceux qui se sont joints à nous et que nous croyons être des amis paisibles (...)

72Ce premier aspect de la politique berbère de Jean ne fut cependant pas le seul. La signature de véritables traités d’alliance ne pouvait être faite qu’avec des tribus qui le souhaitaient et en qui on pouvait placer une certaine confiance. Encore fallait-il, même avec celles-là, rester prudent, car en cas de difficultés avérées, des défections restaient à craindre, comme Corippe le fait dire à Jean dans un discours désabusé à ses soldats au début de la campagne de 546141 :

Coniunctos lateri nostro quos credis amicos
pacatosque putas, casu speculantur in isto.
si victor Romanus erit, famulantur, adorant,
et sola hos faciet victrix fortuna fideles
conceptusque timor.

73La politique d’alliances ne pouvait donc avoir qu’une extension limitée. Mais ceux qui en étaient exclus ne devaient pas nécessairement pour Jean Troglita être considérés comme des ennemis irréductibles.

74Le général byzantin s’employa en effet à distinguer deux catégories parmi les tribus qu’il découvrit en armes en 546 : celles dont il croyait encore possible la soumission, et celles pour lesquelles il n’envisageait que la destruction ou l’expulsion lointaine. Cette distinction, que nous avons seulement examinée dans les chapitres précédents pour ce qu’elle nous apprenait des Maures eux-mêmes et non pour ce qu’elle révélait de la politique byzantine, est à plusieurs reprises évoquée dans la Johannide par des variations sur le célèbre thème virgilien

  • 142 Enéide, VI, 853 ; cf. M. Lausberg, « Parcere subiectis. Zur Vergilnachfolge in der Iohannis des Cor (...)

parcere subjectis et debellare superbos142.

  • 143 Johannide, I, 148-149.

75Ainsi au début du poème, lorsque Justinien donne ses instructions à Jean avant son départ de Constantinople143 :

Hic pietatis amor subjectis parcere nostrae est,
hic virtutis honos gentes domitare superbas

  • 144 Johannide, VI, 425-427.

76Ou encore au chant VI, lorsque Jean résume sa politique devant les Patres des Astrices venus négocier un accord144 :

Sed nostra potestas
parcere subjectis semper studet. Arma tenentes
conterrimus populos, humiles ascimus amicos.

  • 145 Johannide, VI, 45-48 : Ou bien il se soumettra aussitôt à nos armes et demandera la paix (...), ou (...)

77Mais il ne s’agit pas ici que de réminiscences littéraires. Confirmant Procope, le poète fait préciser par ses héros romains les spécificités de cette politique dans le contexte africain des années 546-548. On trouve formulés ainsi de manière très explicite ses aspects géographiques lorsque Jean tire les conclusions de sa première victoire, et dit du peuple maure145 :

Aut nostris se protinus armis
subiciet pacemque petet...
(...) aut ultima mundi
appetet arva fugax et nostras deseret oras.

  • 146 Johannide, II, 337-348 :
    Omnia dispensans justo moderamine virtus
    haec summa est, haec sola placet, h
    (...)

78Mais elle est surtout très clairement expliquée dans le discours de Récinaire, principal lieutenant de Jean, lorsque le général se prépare à envoyer une ambassade à Antalas, au début de sa campagne de 546146 :

La vaillance (virtus) qui règle toute chose en s’unissant à la modération, telle est la valeur suprême ; elle seule plaît, elle (seule) peut vaincre les tribus et les pacifier. Il faut, chef suprême, que tu enchaînes ta vaillance (virtus) indomptable à la piété (pietas) sacrée. Quoi que tu fasses ensuite, la victoire sera de notre côté. Ainsi est l’ordre des choses, ainsi l’enseignent toutes les choses. Il faut à l’instant envoyer au cruel tyran des ambassadeurs avec une promesse de paix. Qu’ils ramènent les prisonniers. Que cet Austur déchaîné et l’Ilaguas, cruelle tribu, s’éloignent de nos frontières. Que lui-même (Antalas), d’ordinaire contraint de souffrir le joug du Prince, le porte, la nuque soumise. Si celui-là s’incline, tout sera sauvé.

  • 147 En particulier leur prétendue victoire sur Maximien (cf. supra p. 126).

79Adressée à Antalas, comme toujours qualifié de « tyran », cette lettre explique le fondement des distinctions établies. Les Frexes et les autres tribus maures de l’intérieur ont été autrefois intégrées à l’Empire, et on croit possible de les y réintégrer. En revanche, les peuples venus de Tripolitaine, dont le passé tumultueux est souvent rappelé147, doivent être refoulés hors de ce que Corippe appelle « nos frontières » (ou « nos contrées »). Un clivage net est donc établi et placé sous les auspices de la virtus et de la pietas, deux vieilles notions de l’idéologie impériale romaine déterminant ici les deux volets de la politique byzantine vis-à-vis des insurgés.

  • 148 Johannide, II, 363-365, 371-372, et 361 :
    Perdere non properat quamcumque in proelia gentem,
    paenitan
    (...)

80Le premier de ces volets est explicité ensuite par des propositions précises de Jean à Antalas148 :

La piété romaine... ne se presse pas d’anéantir au combat une tribu, quelle qu’elle soit, si ceux qui constituent celle-ci regrettent les guerres et si, soumis, ils demandent des traités, le pardon, et la paix... Si tu reviens (à nous), nous te donnons volontiers le pardon et la paix en plus... (En effet), tandis que les tribus commettent des péchés, la piété romaine fait remise de ces péchés.

  • 149 Johannide, II, 374-375.

81Sans aller jusqu’à proposer un renversement des alliances, Jean Troglita paraît offrir ici à Antalas un statut assez proche de celui obtenu par Cusina : contre une reconnaissance de l’autorité impériale, le traité suggéré pouvait ratifier la présence du chef des Frexes en Byzacène. En fait, c’était simplement un retour à la situation dont il bénéficiait de 534 à 544 qui était donc proposé à Antalas, et il est significatif que dans le même discours, Jean rappelle149 :

Nosterne fidelis
semper eras, nostris solitus gaudere triumphis... ?

  • 150 Cf. supra p. 638.
  • 151 Cf. Johannide, VI, 40-52 :
    Ocius in proprias numerosque reducite sedes
    et munite locos. Celsos indagi
    (...)
  • 152 Procope, Guerre gothique, IV, 17, 21 :

82En agissant ainsi, le général romain montrait tout son réalisme. Certes, il cherchait avant tout alors à diviser une coalition puissante. Mais les exemples des Astrices, insurgés en 546 et pourtant reconnus sur leurs terres par un traité l’année suivante150, et de Iaudas, également membre de la coalition en 546 et néanmoins considéré comme un allié en 548, laissent penser que Jean Troglita était décidé à appliquer résolument les offres faites à Antalas. Le refus de ce dernier, et la victoire de 546, conduisirent un moment le général à changer d’attitude : il semble que dans les instructions données aux officiers romains pour réorganiser le dispositif militaire après la victoire, plus aucune place n’ait été faite à Antalas151, voué à l’expulsion comme ses alliés libyens (cf. infra). Mais cette attitude brutale fut probablement modifiée après le succès définitif de 548, puisque Procope évoque alors le chef des Frexes en même temps que Iaudas parmi ceux qui furent contraints de suivre Jean Troglita dans la condition d’esclaves152, terme qui ne doit probablement pas être pris à la lettre mais plutôt être rapporté à ce statut d’ » esclaves de l’empereur » qui, nous l’avons vu, accompagnait la conclusion des accords entre Maures et Romains. En fait, Jean Troglita avait compris qu’il fallait nécessairement prendre en compte l’originalité des Maures de l’intérieur pour assurer la stabilité à la domination byzantine en Afrique : ce que Corippe présente comme un effet de l’antique pietas romaine rénovée par le christianisme traduisait seulement le choix d’un gouverneur responsable d’adapter enfin la politique impériale aux réalités du pays conquis.

  • 153 Johannide, VI, 49 et 52 : cf. supra note 151.

83L’attitude de l’ancien dux de Tripolitaine fut en revanche toujours intransigeante vis-à-vis des Laguatan et de leurs alliés venus des Syrtes ou du prédésert : tout établissement de leur part en Byzacène était exclu, comme toute nouvelle incursion dans cette province. Ces tribus devaient avant tout regagner la Tripolitaine, où leur situation serait définie ensuite. Le réalisme de Jean dans les discours cités précédemment est cependant ici encore remarquable. Ces textes se situent en effet en 546 et correspondent à la première étape du redressement entrepris : Jean n’y envisage pas une intervention en Tripolitaine même. Il ne parle que de refoulement des envahisseurs vers cette province. Vainqueur peu après pour la première fois de la coalition, il s’en tint sagement à cette ligne : dans le discours que Corippe lui prête alors, il ne s’adresse qu’aux deux duces de Byzacène, en leur recommandant de renforcer les défenses de la frontière et de veiller à ce que soient expulsés de leur province tous les restes de l’armée d’invasion153 :

Byzacii geminis ducibus sit maxima cura...
procul a nostris expellere finibus hostes.

84Ce n’est qu’après la victoire décisive de Latara en 548 que les forces impériales purent intervenir réellement en Tripolitaine.

85Malheureusement, la Johhannide s’interrompt dans le récit de la bataille elle-même, et la Guerre vandale s’arrête aussitôt après. Les sources pour reconstituer cette nouvelle étape de la politique berbère de Jean Troglita (qui demeura à la tête de l’Afrique jusqu’en 552 au moins) et de ses successeurs sont donc beaucoup plus pauvres. C’est une seconde raison pour nous, à côté du contexte militaire nouveau, de faire débuter après 548 une nouvelle ère des relations entre Byzantins et Maures. Mais il en est surtout une troisième, essentielle on va le voir, qui est le rôle désormais manifeste que jouera le souci d’associer « pacification » et évangélisation dans la politique berbère de l’Empire.

Notes

1 Pour Courtois, l’invasion de 544 était la quatrième d’une série commencée vers 520 : cf. Les Vandales et l’Afrique, p. 349-351. Réfutation dans l’article cité supra chapitre 12 note 10.

2 Johannide, III, 388-390 :
gentes non laesit amaras
Martis amica lues, metuens tamen ille (Antalas) cavebat
ne mala praedatae caperet contagia terrae.

3 Johannide, III, 393 et 395-396 :
Misit ad extremas Libyae sitientis harenas...
...populosque malignos
edocuit nostrisque implevit cladibus aures
.

4 Cf. supra p. 328.

5 Sur cette épidémie, cf. J. Durliat, « La peste du vie siècle. Pour un nouvel examen des sources byzantines », dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin 1, iv-viie siècle, Paris, 1989, p. 107-119, avec les remarques de J.-N. Biraben à la suite, p. 121-125.

6 Cf. en particulier le beau passage (Johannide, III, 362-377) où le poète décrit les conséquences sociales de l’épidémie dans les cités africaines : captation des patrimoines par les survivants, mariages d’intérêt, procès. Des réminiscences littéraires apparaissent certes (Thucydide évidemment en premier lieu), mais l’ensemble paraît témoigner d’une expérience vécue.

7 Cf. sur ce sujet J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, t. 1, Paris, 1975, p. 104.

8 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 2, note 30, p. 362-363.

9 Cf. notre article « Corippe et la reconquête byzantine de l’Afrique », dans AA, t. 22, 1986, p. 209-212.

10 Procope, Guerre vandale, II, 21, 18 : τότε όύν τούτους Άνταλας τους βάρβαρους ασμενός τε είδε και όμαιχμίαν πόίησιχμενος επί Σόλόμωνα τε και Καρχηδόνα σφίσιν ήγήσατό.

11 Guerre vandale, II, 21, 1.

12 E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 548 note 1.

13 Guerre vandale, II, 19, 1.

14 Cf. supra chap. 13 note 65. Sur l’impossibilité d’une campagne d’hiver dans l’Aurès, cf. Guerre vandale, II, 13, 40 : ayant échoué en 535, Solomon voulait reprendre l’offensive contre Iaudas « au début du printemps » suivant...

15 Guerre vandale, II, 21, 16.

16 Procope indique qu’il fut envoyé dans la Pentapolis en même temps que Sergius était affecté en Tripolitaine, soit en 543 (Guerre vandale, II, 21, 1).

17 Notice toujours utile de K. Krumbacher sur cet auteur, dans Geschichte der Byzantinischen Litteratur, Munich, 1891, p. 120-124. Cf. désormais la traduction avec commentaires de C. Mango et R. Scott, The Chronicle of Theophanes Confessor, Oxford, 1997.

18 Cf. par exemple le récit de la guerre contre Gélimer : Théophane, Chronographia, éd. De Boor, p. 190-192.

19 Théophane, éd. De Boor, t. 1, p. 208 :

πάσαν δετήν Τρίπολιν Μαυρουσιοι απελιτον. Οίδεβαρβαροι απαντα ληϊ-σαμενοι tixékeî χωρία έξανδραποδίσαντες τε πλήθος 'Ρωμαϊων επί Πενταπο-λιν ηεσαν. Ο δ Κυρος γνους φυγας εϊς Καρχηδονα kατέπλέι. Οί δε βαρβαροι, μηδενος αντισταντος αυτοϊς, Βερονίκήν τήν πολιν ελοντες επί Καρχηδονα εστρατευσαν, kaϊ εις το Βυζα » ον αφκόμενοι πλείστα ξ επιδρομής των έkέ λήίσαντο χωρία.

20 L’originalité de ce passage a été récemment relevée aussi par C. Mango dans ses notes à la traduction anglaise qu’il a publiée avec R. Scott (Oxford, 1997). Il conclut à l’existence d’une autre source de Théophane, de qualité, mais inconnue (p. 312).

21 Procope, Histoire secrète (Anekdota), V, 28-33.

22 Cf. Procope, ibid., V, 33.

23 Ainsi au temps de Synésios, vers 405-412, ou lors de la guerre contre Armatios en 449 (supra p. 165-166).

24 Sur Béréniké au Bas-Empire, cf. D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 95-96, avec la bibliographie sur l’histoire de la ville jusqu’au viie siècle.

25 Cf. supra p. 302.

26 Cf. supra p. 589-592.

27 Johannide, IV, 374-375.

28 Procope, Guerre vandale, II, 21, 23-28. La mention de Cillium figure dans la chronique de Victor de Tunnuna (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. XI, 1, p. 201).

29 Sur cette date, cf. infra note 65.

30 Procope, Guerre vandale, II, 23, 1-17. Cf. infra note 65 p. 624.

31 Guerre vandale, II, 24, 6-15. La localisation de la bataille à Thacia est donnée par Victor de Tunnuna (MGH, a.a., t. XI, 1, p. 201).

32 Guerre vandale, II, 25, 12 : les Maures atteignirent exactement Ad Decimum, lieu de la victoire de Bélisaire sur Gélimer en 533.

33 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 64.

34 S. Gsell, dans MEFR, 1904, p. 343 ; E.-F. Gautier, Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, p. 279 ; C. Courtois, « De Rome à l’Islam », RAf, 1942 p. 37.

35 Procope, Guerre vandale, II, 22, 7 et 9.

36 Procope, Guerre vandale, II, 25, 10 : (L’envoyé de Guntarith/Gontharis) Oulitheos conclut donc, en cachette des autres barbares, un accord avec Antalas, aux termes duquel ce dernier gouvernerait la Byzacène, recevrait la moitié des richesses d’Areobindos, et emmènerait avec lui 1500 soldats romains, tandis que Gontharis deviendrait roi et exercerait le pouvoir sur Carthage et le reste de la Libye.
ό μν ον Ολίθεος κρφα των άλλων βαρβάρων Άντάλα ξυμβαίνει, εφ Βυζακίου μεν 'Ανταλας ιάρχοι, τó τε ημισυ των Αρεοβίνδου χρηματων εχων καί πεντακόσιους τε καί χίλιους στρατιωτας 'Ρωμαίους σύν αι3τφ επαγομενος, Γονθαρις δτò βασιλεως αξίωμα λαβοι, Καρχηδονος τε τò κρατος και Λιβιίης τς ăλλης χων.

37 Guerre vandale, II, 23, 26 : cf. supra p. 329-330.

38 Guerre vandale, II, 21, 18 : cf. supra note 10.

39 Sur cette date, cf. infra note 53.

40 L’épisode est aussi rapporté par Procope dans l’Histoire secrète, V, 34, mais sans indication chronologique.

41 Totalement négligé par Partsch, Diehl, et Stein, ce calcul résulte de la comparaison de plusieurs données. Il faut constater d’abord qu’entre 544 et 548 les courriers entre l’Afrique et la capitale de l’Empire ne purent, même s’ils l’avaient voulu, circuler par une voie terrestre, la Tripolitaine et la Syrte étant aux mains des insurgés. Tous les mouvements se firent par mer, et c’est le temps moyen d’un voyage maritime Carthage-Constantinople qu’il faut donc établir. On ne peut malheureusement pour cela se fonder sur la durée du trajet de Bélisaire en 533 : retardé par de nombreux incidents, le général mit près de trois mois pour aller de Constantinople à Caput Vada. En revanche, son itinéraire, bien établi (cf. L. Casson, « Belisarius’expedition against Carthage », dans Excavations at Carthage, VII, 1982, p. 27), peut servir de référence : en effet, la comparaison avec le voyage de Jean Troglita en 546, longuement décrit au début de la Johannide, révèle beaucoup de similitudes, avec en particulier une escale en Sicile. En supprimant le détour par Caput Vada, commun aux deux expéditions, on peut supposer ainsi un itinéraire rapide Constantinople-Cap Malée-Sicile-Carthage, représentant une distance d’environ 2000 km. D’autre part, au regard des données réunies et étudiées par E. de Saint-Denis, (« La vitesse des navires anciens », dans Revue archéologique, t. 48, 1941, p. 135), une progression de 7 km/h paraît constituer une vitesse moyenne pour la fin de l’Antiquité. Rapportée à la distance de 2000 km, cette vitesse conduit à chiffrer la durée théorique de la navigation entre Carthage et Constantinople à 280/300 heures, soit une douzaine de jours. Mais il faut tenir compte des divers ralentissements provoqués par les situations météorologiques. Les conditions de navigation en Méditerranée sont en effet fort complexes. L’hiver, où la circulation des courriers impériaux et des militaires restait possible malgré le mare clausum, les voyages étaient plus lents (cf. J. Rougé, « La navigation hivernale sous l’Empire romain », dans REA, t. 54, 1952, p. 316325). D’autre part, durant l’été, si les voyages Carthage-Constantinople étaient facilités par les étésiens, en revanche les retours étaient ralentis par ces vents soufflant du 10 juillet au 15 août environ (cf. J. Rougé, « La marine dans l’Antiquité », Paris, 1975, p. 22-24). Une durée de 20 jours nous paraît ainsi représenter une moyenne relativement optimiste. A titre de comparaison, rappelons ici que Postumius, selon Sulpice Sévère, alla, au début du Ve siècle, d’Egypte à Marseille en 30 jours (Dialogues, I, 1, 3) : pour cette distance de 3000 km, il effectua donc une moyenne de 100 km par jour. Rapporté au voyage Carthage-Constantinople, ce chiffre donnerait une durée de 20 jours, soit exactement la durée à laquelle nous parvenons par un calcul théorique.

42 Soit 3 semaines pour porter à l’empereur la nouvelle de la défaite et de la mort de Solomon, 3 semaines pour que Sergius reçoive sa nomination (en admettant une décision instantanée de Justinien...), 3 semaines pour que la lettre d’Antalas parvienne à la Cour, et au moins encore trois semaines pour que le chef maure, lassé d’attendre une réponse, décide la reprise de la guerre.

43 Cf. supra note 38.

44 Guerre vandale, II, 23, 1. L’expression « Antalas réunissait l’armée des Maures » peut être une allusion à la nouvelle coalition qui se noua au printemps 545 avec les Laguatan : la prise d’Hadrumète suit en effet ce passage, et nous savons que les Laguatan participèrent à ce succès (cf. infra p. 622-624).

45 Théophane, Chronographia, éd. De Boor, p. 209.

46 Johannide, VII, 143-144 et 147-148 :
Urbs Laribus mediis surgit tutissima silvis
et muris munita novis...
Huc socios ductor celeres occurrere jussit
atque duces gentesque sibi...

47 Ce départ des Laguatan, qui signifiait la dislocation de la coalition maure, a été très peu remarqué par les historiens, de même que le retour de la tribu vers la Tripolitaine en 545 après l’arrivée d’Areobindus (cf. infra). Diehl et Pringle signalent ces mouvements, mais sans en apercevoir l’importance (L’Afrique byzantine, p. 344 et 349 ; The Defence of Byzantine Africa, p. 31).

48 Stotzas était un des gardes du corps de Martinus, chef d’une unité de fédérés dans l’expédition de Bélisaire en 533.

49 Cf. supra p. 289-292.

50 Chiffres extraits de J. Despois, Le Djebel Nefusa, Paris, 1935, p. 56-57. Sur la côte, les précipitations sont un peu plus fortes, mais avec le même rythme. Ainsi à Oea-Tripoli (source : Instructions nautiques, série D, vol. VI : Mer Méditerranée : Afrique et Levant, Paris, 1968, p. 26) :
Image 3.jpg

51 Sur ces questions, cf. A. Martel, Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Paris, 1965, chapitre 1. Et F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949, p. 171.

52 Chiffres extraits de A. Kassab et H. Sethom, Géographie de la Tunisie, Tunis, 1980, p. 42.

53 Cette date se déduit de la chronologie des mouvements des Laguatan exposée dans les pages précédentes. Elle rejoint celle proposée par E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 548, note 1.

54 Rappelons que le récit de Procope, jusque-là très détaillé, se transforme soudainement en un très bref résumé pour les événements situés entre la mort de Guntarith (546) et la victoire finale de Jean Troglita (548) : une seule page de la Guerre vandale (II, 28, 4, à II, 28, 52) pour deux années ! L’absence de mention des Laguatan s’explique donc d’abord par la nature nouvelle du récit de l’historien grec, tout comme sa confusion sur le rôle d’Antalas en 547 (infra note 84).

55 Johannide, IV, 47-48 :
Irruerant gemini turba cœunte tyranni
Laguatanque cohors et densis Naffur in armis
(Deux tyrans, dont les bandes se réunissaient, s’étaient précipités, ainsi que la cohorte des Laguatan et le Naffur en troupes serrées
). Les gemini tyranni ne peuvent être qu’Antalas et Stotzas (Stutias pour Corippe), très souvent désignés l’un et l’autre par le terme tyrannus, et cités peu avant dans les mêmes opérations : cf. IV, 29-30
sequitur pavidas per prata catervas
Antalas Stutiasque furens...

56 Johannide, IV, 84-85. Comme le retrait des Laguatan après Laribus, ce mouvement a été négligé des historiens. D. Pringle (op. cit. p. 32) ne le cite même pas.

57 Guerre vandale, II, 24, 6-15, et sur la bataille de Thacia, Victor de Tunnuna, Chronique, éd. Mommsen, MGH, a.a., t. XI, 1, p. 201.

58 Guerre vandale, II, 24, 16.

59 Guerre vandale, II, 25, 1.

60 Guerre vandale, II, 28, 41 :
γεγονε δεο τοϋ τυράννου φόνος εκτη καί τριακοστή άπότής τυραννίδος ήμέρᾳ, ενατον καΐδεκατον ετος Ίουστινιανοιϋ βασιλέως τν αυτοκράτορα άρχήν έχοντος.

61 Victor de Tunnuna, dans MGH, a.a., t. XI, 1, p. 201. Le continuateur du comte Marcellinus (MGH, a.a., t. XI, 1, p. 104) donne 547 mais sa chronologie est en avance d’une année (cf. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 553, note 1).

62 Un détail du texte de Procope pourrait inciter à privilégier la fin de décembre 545 : selon l’historien grec, en effet, Guntarith espérait au début faire fuir seulement Areobindus, en l’effrayant. Mais « l’arrivée de l’hiver » à ce moment contraria son plan, en empêchant le départ. Cf. Guerre vandale II, 26, 5 :
Κατυχε γε τής αλήθους εννοίας, εί μή χειμων μεταξυεπιγενομενος διεκώλυσε.
Le mot χειμων pose cependant problème, puisqu’il peut signifier à la fois une intempérie précise (tempête ou orage), ou « la saison des intempéries », c’est-à-dire l’hiver.

63 Procope, Guerre vandale, II, 24, 6.

64 Guerre vandale, II, 24, 1-3.

65 Guerre vandale, II, 23, 1. Stein (Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 549-550 note 2) donne la date de 544 pour la chute d’Hadrumète, mais il le la justifie pas. Cet historien n’a en fait jamais pris en considération les mouvements particuliers des Laguatan : il ne mentionne ni leur départ après Laribus, ni leur présence à Hadrumète, et il ne peut ainsi prendre conscience du resserrement excessif de la chronologie qu’il propose.

66 Procope, Guerre vandale, II, 27, 1.

67 Cf. supra note 56 : ils étaient repartis à l’arrivée d’Areobindus.

68 Procope, Guerre vandale, II, 27, 4-6.

69 Cf. supra p. 594 et p. 614.

70 Johannide, IV, 358-361, 364-365, 367-369, 373-375 :
ista mihi satis est Romani cognita regni
nuper rupta fides. Ultra nec fallere quisquam
Antalan se posse putet. Jam sufficit istud
Armenio licuisse semel. (...)
... res publica certe
fida satis (...)
Armeniique tui docuit mihi reddita merces,
frangere quod, nisus nostra virtute, tyrannum
Guntarith hic potuit. (...)
Artabanum modo grata mihi, fortuna, dedisses
sorte nova fortis pariter cum noster Ilaguas
castra regit gentesque ferae de finibus Austri !

71 Sur la nomination d’Artabane, cf. Guerre vandale, II, 28, 43.

72 Guerre vandale, II, 28, 44. Sur les motivations d’Artabane, qui demanda lui-même son rappel, cf. Procope, Guerre gothique, III, 31, 2-7.

73 Cf. supra 1ère partie, commentaire du catalogue des tribus du chant II de la Johannide.

74 Antalas, dans le texte cité précédemment (note 70), témoigne bien par ses expressions de la réalité d’un départ après les événements de 545, et d’un retour à l’occasion de cette guerre de 546 : il souligne qu’il est de nouveau en position de force « maintenant que nos valeureux amis les Ilagues mènent campagne à nos côtés »... (sorte nova fortis pariter cum noster Ilaguas...)

75 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 370 ; E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 555 note 2 ; D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t.1, p.33 et t.2, p. 365 note 1.

76 Johannide, III, 23-27.

77 J. Partsch, proemium de son édition de la Johannide, MGH, a.a., t. III, 1, p. XXVI, note 132.

78 J. Diggle et F. R. D. Goodyear, éd. de la Johannide, Cambridge, 1970, p. 48 note sur les vers 25-27. V. Zarini nous a signalé qu’il comprenait également ainsi ce vers.

79 Procope, Guerre vandale, II, 28, 46 : Dès que Jean parvint en Libye, il engagea le combat avec Antalas et les Maures de Byzacène...
Johannide
, I, 417-420 :
Litora vix primis figens vestigia plantis
contingerat : campis acies exire jubebat
praecipit atque duces densas componere turmas
signaque ferre jubet.

80 Cf. supra note 41. Un autre exemple est significatif : vainqueur de Gélimer à Tricamarum en décembre 533, Bélisaire fit réunir les prisonniers vandales pour qu’au début du printemps il puisse les envoyer à Constantinople (Guerre vandale, II, 5, 1). Le général respectait donc les règles du mare clausum, telles que Végèce (IV, 32) les énonçait : du 11 novembre au 10 mars, les mers étaient fermées (cf. J. Rougé, « La navigation hivernale dans l’Empire romain », REA, t. 54, 1952, p. 318).

81 Johannide, I, 331.

82 Cette date est aussi celle que retenait Gsell pour l’Antiquité, en citant un poème de l’Anthologie latine, évoquant les moissons en juillet (éd. Riese, p. 133 vers 13).

83 On peut comparer sur ce sujet la guerre menée par Iaudas en Numidie en 535 (capture de nombreux Africains) et le comportement des Laguatan en 544 (capture de Solomon le jeune, libéré contre rançon). En 546, la coalition maure entraînait avec elle de nombreux prisonniers, puisque Jean Troglita craignait de compromettre leur sort en donnant l’assaut : cf. Johannide, II, 331-332 :

captivi pereunt misti cum gentibus afri si pugnare placet.

84 Dans le court résumé des années 546-548 qu’il donne à la fin de la Guerre vandale, Procope associe Antalas aux Laguatan dans la victoire remportée sur Jean Troglita en 547 (II, 28, 47). Il s’agit manifestement d’une erreur : Corippe, dont l’acharnement contre Antalas a été souvent souligné, n’aurait pas omis de citer le chef des Frexes s’il avait ainsi contribué aux malheurs de l’Empire en 547.

85 Ce lieu est inconnu. Il se situait au sud ou à l’ouest de Junci, qui est le dernier site clairement identifiable dans le récit de Corippe. D. Pringle propose de rapprocher le nom Latara de Lacene, toponyme antique attesté à une vingtaine de km au nord de Gabès, mais cette hypothèse paraît très fragile (The Defence of Byzantine Africa, t. 2, p. 370, note 64).

86 Johannide, VI, 109-111.

87 Johannide, VI, 119-120.

88 Johannide, VI, 82-98.

89 Cf. supra 2e partie p. 232.

90 Johannide VI, 242-246 et 250-252 :
Signa movere paro, tot gentibus obvius ire
externis cupiens committere proelia terries
et procul a nostris prosternere ruribus hostes
Africa ne saevis iterum concussa ruinis
plus pereat (...)
Si admittimus hostes
Byzacii extremos tantum contingere fines
jam properare volent.
= « Je me prépare à mettre en branle les enseignes et à aller au devant de toutes ces tribus, car je veux livrer bataille sur des terres étrangères et terrasser l’ennemi loin de nos campagnes, afin d’empêcher que l’Afrique, de nouveau ébranlée par de cruelles destructions, ne succombe. (...) Si nous laissons les ennemis atteindre ne fût-ce que les frontières de la Byzacène, ils voudront dès lors aller plus loin... ».

91 Johannide, VI, 246.

92 Johannide, VI, 753-757.

93 Johannide, VII, 136-149.

94 Guerre vandale, II, 28, 49 : Alors les ennemis firent des incursions dans toutes ces régions et jusqu’à Carthage...

95 Johannide, VII, 283-287 :
Campis Mammensibus Austur
rustica funereis sternebat corpora telis,
Byzacii partem rapiens praedamque secundam.
Antalas rursus proprium tunc junxerat agmen
partibus adversis seseque in bella ferebat
.

96 Cf. la liste des alliés de Jean Troglita pour la campagne de 548 dans Johannide, VII, 262-280 : Cusina, avec trente chefs sous ses ordres ; Ifisdaias ; Iaudas et son fils ; Bezina.

97 Cf. supra p. 232.

98 Johannide, VI, 167-168.

99 Johannide, VII, 515-517 : Ainsi Ammon a-t-il par son oracle parlé à nos tribus : il offre aux Maures, au moyen d’une guerre, les plaines de Byzacène, et annonce que Carcasan s’avancera fièrement au milieu des peuples de la Libye et rendra la paix au monde.

100 Johannide, VI, 192 : Invitantque feras regni sub imagine gentes.

Cf. également VII, 513-515 (aveux du prisonnier maure Varinnus) :
Carcasan nostris dux est fortissimus armis.
Hujus in auspicio nostri spes maxima regni est
et manifesta manet.

101 Johannide, VI, 221-22 et 225-227 : Voici qu’arrive, fendant l’air, un messager rapide, sur l’ordre du grand Rufin, et il terrifie les villes de Libye par la nouvelle... que des tribus sauvages dévastent les habitations de Tripolitaine et se dirigent, sous la conduite de Carcasan, vers les murs de la haute Carthage et annoncent son empire.

102 Jordanès (Histoire romaine, dans MGH, a.a., t. V, p. 51) affirme que dix-sept chefs maures furent tués dans la bataille de Latara : Johannes vero in Africana provincia feliciter degens, Mauris partis adversae per pacificos Mauros superatis, una die decem et septem praefectos extinxit. Corippe, dont le poème ne raconte pas les conséquences de la défaite maure (tout au moins dans la version écourtée de la Johannide que nous donne l’unique manuscrit disponible), signale cependant que Carcasan eut la tête tranchée, et que celle-ci fut promenée au bout d’une pique dans une sorte de cérémonie triomphale à Carthage (Johannide, VI, 184187). Procope est donc le seul à mentionner la poursuite des vaincus après Latara (Guerre vandale, II, 28, 51). Dans la Guerre gothique (IV, 17, 21), il laisse même entendre que Antalas survécut à la défaite (cf. infra p. 643).

103 Sur ces opérations, cf. infra chapitre suivant.

104 Cf. D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1 p. 65-71. Cet auteur estime l’armée romaine de Jean Troglita en 546 à environ 8000-16000 cavaliers et 1000-2000 fantassins (ibid., p. 68).

105 Cf. supra 3e partie p. 335-337

106 Johannide, III, 410-415.

107 Procope, Guerre vandale, II, 28, 50.

108 Cf. supra p. 615.

109 Cf. le jugement de Procope dans l’Histoire secrète, V, 32.

110 Cf. Procope, Guerre vandale, II, 24, 4, et Corippe, Johannide, IV, 100-102 :
(...) dumque ille superbus
se primum esse putat, non se tamen ille secundum,
Africa barbaricis planxit nudata rapinis
.

111 Sur la carrière de Jean Troglita, cf. D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 34-35, et E. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 554.

112 Johannide, I, 471-472.

113 Johannide, VI, 595-597 :
Certior ecce volans magno tunc fama magistro
pacificos retulit iam linquere proelia Mauros
compulsos terrore gravi
.
Ces Mauri pacifici, formant des turmae sociae (VI, 619) qui s’enfuient, sont certainement ceux de Cusina.

114 Johannide, VII, 272.

115 Johannide, VII, 242-261.

116 Johannide, VII, 279-280.

117 Guerre vandale, II, 28, 50.

118 Cf. supra note 102.

119 Johannide, VII, 266.

120 Cf. supra p. 348.

121 Johannide, VII, 277 et VIII, 126. Cf. supra p. 351.

122 Cf. supra 3e partie p. 435-437.

123 Cf. en dernier lieu sur ces accords un essai de synthèse très large de R. Rebuffat, « L’investiture des chefs de tribus africaines », dans F. Vallet et M. Kazanski (éd.), La noblesse romaine et les chefs barbares du iiie au viie siècle, Paris, 1993, p. 23-33.

124 Ainsi les Laguatan auprès de Sergius en 543, ou les Astrices auprès de Jean en 547.

125 Les chefs maures avaient prêté en 533 des serments par écrit, ce que Solo-mon rappelle dans une lettre aux insurgés de Byzacène en 534 (Guerre vandale, II, 11, 4) :

και ταϋτα (όρκους τε τούς δεινότατους έν γριχμμασι δόντες...

126 Cf. l’accord passé avec les Astrices (Johannide, VI, 428-431). Jean leur déclare à la fin des discussions :
Ite viri. Si certa fides mea foedera poscit
tradite vestra meis natorum pignora castris
et pacem retinete meam. Genus omne manebit
securum Astricum nostro sub principe pollens.

127 La tribu n’accompagna pas Jean Troglita dans la suite de son expédition puisque, quelques jours après la rencontre évoquée ci-dessus, les éclaireurs byzantins, apercevant des feux, se demandèrent s’il s’agissait du camp des Astrices (Johannide, VI, 452-454).

128 Ainsi les chefs maures en 533 devant Bélisaire (Procope, Guerre vandale, I, 25, 3), ou Antalas en 544 (ibid., II, 22, 7). Cf. supra p. 586 et p. 615.

129 Guerre vandale, I, 25, 7. Cf. supra p. 487-496.

130 Ainsi pour Antalas entre 533 et 543 (Guerre vandale, II, 22, 8) ou pour Cusina avant 563 (Jean Malalas, éd. Dindorf, p. 495).

131 Protocole bien décrit dans la lettre d’Antalas à Justinien en 544 (Guerre vandale, II, 22, 8) : En effet Solomon ne m’a pas seulement privé de la pension qu’il y a fort longtemps Bélisaire avait prescrit de m’accorder et que tu m’as toi-même octroyée...

132 Cf. Guerre vandale, II, 21, 21-22 : les Laguatan se moquent des offres de paix de Solomon, rappelant que Sergius, avant le meurtre de leurs délégués, avait juré sur l’Evangile (allusion au même serment dans l’Histoire secrète, V, 28).

133 Guerre vandale, I, 25, 4, et Johannide, VI, 429 : tradite vestra meis natorum pignora castris...

134 Cusina était alors l’allié, de manière très provisoire, de Guntarith (Guerre vandale, II, 27, 24). Procope ne précise pas l’origine romaine de cette femme : liée à un Maure, elle devenait probablement maure elle-même aux yeux de l’historien grec.

135 Cf. la synthèse sur ces accords avec les Arabes donnée par Ph. Mayerson (« The Use of the Term Phylarchos in the Roman-Byzantine East », ZPE, 8, 1991, p. 293). Les textes ne parlent pas d’insignes, sauf lors de la rupture de 581-82 avec les Ghassanides. Après l’arrestation de Mundhir, ses fils s’insurgèrent : Finalement, ils se portèrent contre la cité de Bostra et l’assiégèrent en disant : « Rendeznous les insignes de notre père et tous les autres biens royaux qui sont chez vous... (Jean d’Ephèse, Histoire Ecclésiastique, III, 42). Mais Mundhir avait un statut particulier : il était l’héritier de Harith b. Djabala, « phylarque général des tribus Ghassanides » investi par Justinien et revêtu de la dignité de patrice. Ses « insignes » n’étaient donc peut-être pas ceux de tous les chefs arabes alliés. Curieusement, le passage de Jean d’Ephèse sur cette question n’a cependant, à notre connaissance, jamais été commenté.

136 Cf. supra chap. 8 et note 152.

137 Supra p. 349.

138 Supra p. 348-349.

139 Johannide, VIII, 269-270.

140 Jean Malalas, éd. Dindorf, p. 495. Cf. supra p. 348. Sur le titre d’exarque, cf. infra p. 664-666.

141 Johannide, IV, 447-451 : Ceux qui se sont joints à nous et que nous croyons être des amis paisibles sont aux aguets dans ces malheurs. Si les Romains sont vainqueurs, ils se font leurs serviteurs, leurs adorateurs ; et seule la fortune du vainqueur les rendra fidèles, ainsi que la crainte qu’ils auront conçue...

142 Enéide, VI, 853 ; cf. M. Lausberg, « Parcere subiectis. Zur Vergilnachfolge in der Iohannis des Corippus », dans Jahrbuch für Antike und Christentum, 32, 1989, p. 105-126.

143 Johannide, I, 148-149.

144 Johannide, VI, 425-427.

145 Johannide, VI, 45-48 : Ou bien il se soumettra aussitôt à nos armes et demandera la paix (...), ou bien il cherchera dans la fuite à atteindre les terres les plus reculées du monde et désertera nos frontières.

146 Johannide, II, 337-348 :
Omnia dispensans justo moderamine virtus
haec summa est, haec sola placet, haec vincere gentes
ac pacare potest. Praestat quod, maxime ductor,
virtutem indomitam sancta pietate revincis.
Quidquid deinde geras, nostrae est victoria partis :
sic ordo, sic cuncta docent. Modo mittere duro
legatos opus est promissa pace tyranno.
Captivos revocent. Nostris discedat ab oris
ille furens Austur saevae seu gentis Ilaguas.
Principis ipse jugum solite sufferre coactus
subjecta cervice vehat. Si cesserit ille,
omnia salva fient.

147 En particulier leur prétendue victoire sur Maximien (cf. supra p. 126).

148 Johannide, II, 363-365, 371-372, et 361 :
Perdere non properat quamcumque in proelia gentem,
paenitant si bella tamen, si foedera rerum
subjecti veniamque sibi pacemque requirant (...)
Si redeas, veniamque tibi pacemque volentes ultro damus. (...)
Dum gentes peccant, pietas Romana remittit.

149 Johannide, II, 374-375.

150 Cf. supra p. 638.

151 Cf. Johannide, VI, 40-52 :
Ocius in proprias numerosque reducite sedes
et munite locos. Celsos indagine montes,
antra, nemus, fluvios, silvarum saxa, latebras
cingite et obsessas cauti concludite fauces.
Tempore sub modico periet gens impia Mazax
deficietque fame : aut nostris se protinus armis
subiciet pacemque petet, si milite pulso
non valeat populare casas, aut ultima mundi
appetet arva fugax et nostras deseret oras.
Byzacii geminis ducibus sit maxima cura
Massylas acies acie turbare sequaci
sollicitas, tristes gladiis urgere phalanges,
et procul a nostris expellere finibus hostes
.
= « Faites vite revenir les numeri dans leurs lieux de garnison et fortifiez les sites. Encerclez les hautes montagnes, les grottes, les bois, les rivières, les rochers des forêts, les cachettes, et fermez avec soin les défilés gardés. Sous peu, la race Mazace impie périra et mourra de faim : ou bien elle se soumettra aussitôt à nos armes et demandera la paix, si, à cause de la défaite de son armée, elle n’est plus capable de mettre à sac les maisons ; ou bien elle cherchera dans la fuite à atteindre les terres les plus reculées du monde et désertera nos frontières. Que le plus grand souci des deux ducs de Byzacène soit avec leurs troupes mobiles de jeter la confusion parmi les armées massyles, de presser de leurs glaives les bataillons funestes, et de chasser les ennemis loin de nos frontières ».

152 Procope, Guerre gothique, IV, 17, 21 :

(...) εποντό τε αύτφ έν ανδραπόδων λόγιρ.

153 Johannide, VI, 49 et 52 : cf. supra note 151.

Table des illustrations

Légende Carte 22 – L’expédition des Laguatan en 543-544.Présence attestée des Laguatan.1-2-3-4 Sens du mouvement des Laguatan.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540