Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Troisième partie. Les Maures de l’intérieur

Chapitre 10. Les Maures de l'intérieur au ive siècle

Texte intégral

1Avant même de rechercher des traces de la présence en Numidie et Byzacène méridionales avant le ve siècle des trois grands groupes maures que commandèrent au temps de Corippe Antalas, Cusina et Iaudas, la question même de l'existence de tribus dans les provinces centrales de l'Afrique romaine au ive siècle doit être posée. A défaut de retrouver en effet les ancêtres précis de ces groupes, pouvoir établir que de telles communautés existaient constituerait un argument important pour confirmer le caractère autochtone des Maures de l'intérieur attestés au vie siècle. Curieusement, une enquête de ce type, qui commencerait par un simple inventaire, n'a en fait jamais été entreprise. Pourtant, contrairement à l'impression de vide laissée par un examen trop lointain des sources et qui a, ces dernières années, été érigée presque en dogme, cette démarche s'avère vite fructueuse, pourvu que soient bien fixés au départ les critères d'identification des groupes recherchés.

A - INVENTAIRE

2Comment reconnaître en effet des Maures ? Nous venons de conclure que l'appartenance à une structure tribale était, en dernière analyse, le critère essentiel qui définissait ce qu'on pourrait appeler la « berbérité antique ». Mais les sources anciennes sont, en ce domaine, loin de limiter leur lexique au seul nom de Maures ou au mot gens, et inversement elles peuvent aussi, dans le cas du premier terme, désigner des populations d'une tout autre nature que celles que nous recherchons. Un problème de vocabulaire ethnographique doit donc d'abord au préalable être élucidé.

1) Sources d'identification

a) Le vocabulaire de la berbérité

  • 1 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 6, 2 : Austoriani his contermini parti-bus barbari... ; ibid. X (...)
  • 2 Synésios, Catastase II (éd. N. Terzaghi, Rome, 1944), passim ; cf. également par exemple la lettre (...)
  • 3 Notitia de concilio Carthaginensi (28 août 397), 72, dans Concilia Africae (345-525), éd. C. Munier (...)

3Au ive siècle comme dans la période précédente, trois principaux modes de désignation étaient utilisés pour distinguer l'indigène africain qu'on ne considérait pas comme « Romain ». La différence la plus forte était exprimée simplement par le mot « barbare », qui traditionnellement, depuis les Grecs, traduisait à la fois l'altérité de naissance, de culture et d'organisation politique. Le terme apparaît ainsi chez Ammien Marcellin lorsqu'il évoque les Austuriani, sortis du désert vers 363 pour attaquer Lepcis Magna, ou quand il raconte la révolte de Firmus en Maurétanie au début des années 3701. On le retrouve dans les lettres et Catastases de Synésios de Cyrène2, et dans de nombreux textes ecclésiastiques : par exemple dans les Actes du concile de Cartilage en 397, au moment où fut discuté le problème du baptême des enfants rachetés aux « barbares » qui les avaient enlevés3.

  • 4 Saint Augustin, Lettre 220, 7 (CSEL t. 57, p. 436) : Quid autem dicam de vastatione Africae, quem f (...)
  • 5 La règle n'est pas absolue, mais il semble que les auteurs africains du IVe siècle, notamment les é (...)
  • 6 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL, t. 57, p. 284) : sunt enim apud nos, hoc est in Africa, (...)
  • 7 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL, t. 149, p. 45 : in Tripoli forte et in Ar-zuge interiacere vi (...)
  • 8 Code Théodosien, XI, 30, 62 (constitution du 22 juillet 405 adressée à Dioti-mus, proconsul d'Afriq (...)
  • 9 Orose, Historiae adversus paganos, I, 2, 90 : a meridie (Tripolitanae), barba-ros Gaetulos, Nathabr (...)

4Un peu plus précis, saint Augustin s'efforce de distinguer ces indigènes de son pays des autres barbares connus du monde romain. L'évêque d'Hippone préfère donc parler d'Afri barbari, comme dans sa lettre au comte Boniface en 427, lorsqu'il reproche à ce soldat de négliger sa mission de défense de la province4. De manière générale, le point commun de toutes ces occurrences du mot « barbare » est souvent un contexte de violence et d'affrontements5. Quand les sources du Bas-Empire doivent évoquer les indigènes africains dans des circonstances moins graves, les formulations se font un peu plus complexes, et le mot gens (ou ses dérivés), pour nous directement évocateur d'une structure tribale, devient fréquent. Parfois, certes, la nuance est peu perceptible. Saint Augustin, dans une lettre à son collègue Hésychius de Salone, nomme ainsi les barbarae innumera-biles gentes en songeant de manière assez imprécise à des peuples vivant au-delà du limes méridional6. Un texte du concile de 397 cite de même les barbarae gentes voisines de la Tripolitaine7. Mais en général gens, gentes ou gentiles sont employés dans des textes n'impliquant pas des relations conflictuelles. Parfois même, comme dans deux constitutions du Code Théodosien de 405 et 4098, le mot gentiles désigne des groupes franchement intégrés à l'Empire, voire au service de celui-ci. Cependant, à la différence de ce qui caractérisera la Johannide de Corippus, on ne constate pas encore au ive siècle d'usage systématique du mot gens, employé seul, pour exprimer toute l'originalité, par rapport aux Romains, des communautés berbères. La terminologie la plus fréquente restait alors en effet la plus traditionnelle et la plus significative, qui consistait à nommer les non-Romains par des appellations ethniques plus ou moins précises. Les ethnonymes tribaux restent donc nombreux dans les textes du temps, avec une valeur identitaire évidemment beaucoup plus nette que tous les termes cités précédemment. Lorsque Paul Orose signale ainsi des Nathabres ou des Garamantes au sud de la Tripolitaine, nul doute ne peut exister sur la nature de ces groupes9.

  • 10 Outre les pages toujours justes et précises de Gsell dans le tome 5 de son Histoire ancienne de l'A (...)
  • 11 Claudien, De bello Gildonico, 284 (éd. E.M. Olechowska, Leyde, 1978) : tol-lite massylas fraudes (...)

5Plus difficiles à interpréter, malgré les apparences, sont en revanche les ethniques à valeur large, très communs à toutes les époques. Au temps de la conquête romaine, cinq noms, Masaesyli, Massyli, Numidae, Mauri et Gaetuli servaient à désigner de vastes groupements berbères10. Sauf le premier, ces noms étaient toujours utilisés au ive siècle, mais avec des sens qui avaient évolué. Les Mas-syles, qui étaient probablement à l'origine une simple tribu de Numi-die, avaient donné naissance à un royaume brillant sous Massinissa, mais qui sombra face à la conquête romaine. Au Bas-Empire, leur nom ne semble survivre que chez les poètes, pour désigner les Berbères de manière très imprécise : Claudien l'emploie ainsi à propos de Gildon, pour mieux faire de ce comte d'Afrique un héritier de Ju-gurtha, dans un portrait totalement caricatural11.

  • 12 Claudien, ibid. 93 : Et Numidae Gildonis erunt ?
  • 13 J. Desanges, « Permanence d'une structure indigène en marge de l'administration romaine : la Numidi (...)
  • 14 Limites définitivement fixées après la réunification de la province en 314 : cf. sur cette date A. (...)
  • 15 Saint Augustin, Contra Cresconium, IV, 58, 69 (éd. et traduction, ici citée, G. Finaert, dans Bibli (...)

6Le nom des Numides fut un peu plus souvent cité mais, à l'exception du même poète12, sans plus aucune signification ethnique. Le Numide du ive siècle est simplement l'habitant de la Numidie, entendue soit dans des limites traditionnelles dont J. Desanges a montré la longue durée13, soit dans les limites administratives offi-cielles14. Saint Augustin est un bon témoin de cette évolution, par exemple dans le Contra Cresconium, lorsqu'il raconte le conflit opposant les donatistes à leurs propres schismatiques, les maximia-nistes. Réunis à Baghaï, dans la province de Numidie, les premiers avaient prononcé une condamnation sur laquelle l'évêque d'Hippone ironise15 :

Si peuples et clergé des lieux ou résidaient les trois cent dix évêques qui ont formé le concile de Baghaï contre les maximianistes vont avoir tout droit de parler ainsi, si des Africains vont avoir raison, dis-je, de le déclarer aux Africains, les Numides et les Maures en grande majorité de le déclarer à une minorité de la Byzacène et de la Province, combien plus l'univers a-t-il le droit de tenir ce langage aux Africains !

7Les Numidae, associés ici aux Afri et opposés aux Byzacenae ne peuvent évidemment être que les habitants, au sens large, de la province de Numidie.

  • 16 Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 6, 14 : Eupraxius, Caesariensis Maurus, magister ea tempestate m (...)
  • 17 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL t. 149, p. 202 : Hinc etiam legati Mau-rorum, fratres nostri, (...)
  • 18 CIL VIII, 9286 (inscription du 10 mai 495 trouvée à Mouzaïaville en Maurétanie Césarienne) : {mu}lt (...)
  • 19 CIL VIII, 9835. Cf. supra p. 375 note 244.
  • 20 Phénomène d'abord mis en valeur par G. Camps : « L'inscription de Béja et le problème des Dii Mauri (...)
  • 21 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI, 4, 5 : Austoriani Mauricaeque aliae gentes Africam solito acrius (...)
  • 22 Servius, commentaire sur l'Enéide, VI, 60 (éd. Thilo et Hagen, Leipzig, 1881-1884).

8Tel est aussi le sens à donner au mot Maures dans ce passage, dont on retrouve des usages équivalents dans bien d'autres textes. Ainsi Ammien Marcellin n'hésite-t-il pas à présenter un des plus hauts fonctionnaires de l'Empire dans les années 360, Eupraxius, comme un Maurus Caesariensis, un « Maure » de la province de Césa-rienne16. Dans un passage déjà cité des Actes du concile de Carthage en 39717, c'est pareillement à la demande des « envoyés des Maures, nos frères » (legati Maurorum fratres nostri) qu'est discuté le problème des enfants rachetés « aux barbares » (a barbaris). L'opposition des termes exprime ici parfaitement le sens original pris alors par le mot Maurus. Mais au siècle de saint Augustin, ce sens n'était pas exclusif. Maurus servait en effet toujours aussi pour qualifier les autochtones non romanisés de Maurétanie. On connaît ainsi par une inscription du ve siècle, découverte entre Blida et Tipasa, un évêque « tué dans la guerre des Maures » (occisus in bello Maurorum)18, et surtout, un peu plus tard, à Altava, dans un épigraphe sans équivoque, un personnage nommé Masuna se disant « roi des peuples maures et des Romains (rex gentium Maurorum et Romanorum)19. Cependant ces deux sens du mot « Maure », pour être fréquemment utilisés, n'en commençaient pas moins au cours du ive siècle à être supplantés par un troisième, de bien plus grande portée. Parce que les indigènes de Maurétanie représentaient depuis toujours le modèle par excellence des Africains rétifs à la romanisation, le nom des Maures eut tendance, dès le Haut-Empire, à caractériser tous ceux qui, à l'échelle de l'Afrique entière, ne paraissaient pas réellement intégrés à la civilisation romaine20. Au ive siècle, sans encore être quasiment exclusif comme nous avons vu qu'il le devint au temps de Co-rippe, cet usage élargi du nom est déjà très fréquent. Ammien Mar-cellin n'hésite pas, ainsi, à appeler les tribus de Tripolitaine qui menaçaient Lepcis Magna sous Jovien et Valentinien des Mauricae gentes21. Mais le meilleur témoignage est, à la fin du siècle, celui de Servius Honoratus : commentant une occurrence du mot Massylus dans l'Enéide, cet érudit écrit clairement : Massyli sunt Mauri ; [Ver-gilius] speciem pro genere posuit...22 Le Maure était donc devenu l'Africain autochtone au sens le plus large. Sans que cela devienne systématique, le mot pris de la sorte devint cependant aussi de plus en plus péjoratif : le Maurus fut vite le barbare africain par excellence. Un témoignage précoce et sans ambiguïté de cette interprétation se rencontre dès la fin du IIe siècle, sous la forme d'un exemple grammatical, dans le traité De orthographia à propos du mot vae :

Vae, dativus et accusativus aequi debent, non alius, ut « vae populo

  • 23 Grammatici Latini, éd. Keil, tome VII, p. 101 : extrait du De Orthographia de Caper. Sur la date de (...)

Maurorum » et « vae populum Maurorum »23.

  • 24 Claudien, De bello Gildonico, vers 332 ; Panégyrique pour le quatrième consulat d'Honorius, vers 39 (...)

9Pour servir ainsi d'illustration à la formule exprimant la malédiction, il fallait que les Maures eussent acquis dans l'Empire une image déjà singulièrement négative. Mais c'est à la fin du ive siècle, avec les invectives furieuses de Claudien contre le comte Gildon, depuis longtemps intégré à la haute noblesse d'empire mais d'origine maure, que ce caractère péjoratif du terme Maurus devint véritablement commun. Qualifier Gildon de « Maure » paraît alors représenter la plus grande injure dont on puisse user, et le poète d'évoquer derrière ce mot « la race insensée de Tuba » (progenies vaesana Ju-bae), ou de fustiger tour à tour la « rage maure » (rabies maurusia) et le « nom lamentable des Maures » (Maurorum lacrimabile nomen)24... Trois voire quatre sens du mot coexistèrent donc en Afrique au temps de saint Augustin, laissant augurer pour l'historien de nombreux risques de confusion et la nécessité de précautions minutieuses avant toute interprétation.

  • 25 J. Desanges, dans les notes de son édition de Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, V, 1, p. 342.
  • 26 G. Camps, « Massinissa », dans Libyca, t. VIII, 1960, p. 156.
  • 27 En incluant vraisemblablement l'Aurès, avant qu'on ne distingue l'Avaritana.
  • 28 J. Desanges, « Les territoires gétules de Juba II », dans REA, 1964, p. 45 ; id., « Un témoignage p (...)
  • 29 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, I, 13 : (Geiseri-cus) disponens quoque (...)
  • 30 Saint Augustin, Cité de Dieu, III, 15 : Rome sous les rois n'étendit son territoire qu'à peine à vi (...)
  • 31 Arnobe, Adversus nationes, I, 16, 3 (éd. H. Le Bonniec, Paris, 1982, p. 145146) : Si apud Gaetulos, (...)
  • 32 J. Desanges, « Une mention des Abaritani dans Arnobe ? », dans Mélanges Marcel Le Glay, Bruxelles, (...)

10Malgré les apparences, le dernier terme de notre liste, Gaetulus, au pouvoir d'évocation pourtant si affirmé, nécessite les mêmes remarques de prudence. A la fin de la République et au début du Haut-Empire, des groupes « gétules » étaient signalés à peu près dans toute l'Afrique, de l'Atlantique à la Grande Syrte25. Selon G. Camps, les Gétules étaient alors, de manière générale, « les Berbères des steppes et des régions désertiques »26. Leur nom connut ensuite une double évolution, comparable à celle du nom des Maures. Il donna d'abord naissance à une région, la Getulia, qui correspondait approximativement à la Numidie méridionale27. J. Desanges en a établi les limites de façon assez précise, au sud et à l'ouest d'un axe Gadiaufala-Madaure-Théveste-Capsa28. Cette Gétulie, région non administrative mais qui formait une division couramment évoquée par les Africains, se maintint dans l'Antiquité tardive. Victor de Vita la cite à côté de véritables provinces comme la Byzacène, parmi les territoires placés sous l'autorité de Genséric en 44229. Elle était alors, depuis un certain temps, touchée par les effets de la romanisation puisque, dans le De civitate Dei, saint Augustin évoquait ses cités30. De ce fait, selon un processus identique à celui constaté en Maurétanie et en Numidie, le nom de ses habitants finit par englober des populations romanisées, et on se mit bientôt à appeler « Gétules » tous ceux qui occupaient son territoire, quelle que fût leur origine. Arnobe illustre probablement ce glissement sémantique vers 300 lorsqu'il évoque, dans une énumération très générale des terres africaines, les « Gétules » à côté des « Maures » et des « Numides »31. Puisque, comme l'a montré très récemment J. Desanges, le rhéteur de Sicca songe simplement aux provinciaux de Maurétanie et Numidie quand il emploie ces deux derniers noms32, on peut logiquement avancer qu'il pense aussi aux habitants de la Gétulie au sens large en parlant de « Gétules ». Un texte peu connu de saint Augustin illustre la même interprétation. Dans son commentaire sur le psaume 95, l'évêque d'Hippone s'arrête sur cette formule : Annoncez Sa gloire parmi les peuples. Et il s'interroge :

  • 33 Saint Augustin, Ennarationes in Psalmos, XCV, 3 (CCL, t. 39, p. 1345) : Quid est « in gentibus » ? (...)

Que signifie « parmi les peuples » ? Cela pourrait évoquer un petit nombre de peuples, et alors la secte qui a érigé une paroi blanche [les donatistes] pourrait dire : « pourquoi ces peuples ne sont-ils pas la Gétulie, la Numidie, la Maurétanie, la Byzacène ? Les provinces sont des peuples ». A cette secte hypocrite de la paroi blanche, la Parole de Dieu qui construit la maison du Seigneur pour toute la terre enlèvera la parole...33

  • 34 Cf. par exemple cet autre passage, extrait du Contra Cresconium (IV, LVIII, 70) : Quel air prends-t (...)
  • 35 L'ordre de la liste des « provinces » donatistes dans le texte d'Augustin n'est probablement pas an (...)

11Le passage s'inscrit dans l'interminable débat entre Augustin et les donatistes : limité à l'Afrique, et surtout aux régions ici citées, le schisme cherchait sans cesse à se justifier face à Augustin qui, au contraire, insistait constamment sur cette faiblesse opposée à l'universalité de l'Église catholique34. Pour notre perspective, le raisonnement prêté aux donatistes apparaît doublement significatif. Il montre d'abord qu'il semblait possible, au ive siècle, de considérer les habitants d'une province de manière unitaire, de les assimiler donc à un « peuple » : provinciae gentes sunt disaient les schisma-tiques à l'appui de leur idéologie sectaire. Mais l'extrait prouve aussi et surtout, par la liste des peuples-provinces à qui les donatistes réservaient le monopole de la vérité35 (leurs fiefs), que la Gétulie était bien mise sur un pied d'égalité avec la Maurétanie ou la Byzacène. Tout conduit, dès lors, à penser qu'à l'époque de saint Augustin on appelait couramment « Gétules » tous les habitants de la Gétulie au sens large, y compris les plus romanisés d'entre eux.

  • 36 Orose, Historiae adversus paganos, I, 2, 90 ; cf. supra note 9.

12Malheureusement, comme dans le cas des Maures, il est sûr aussi que ce sens global n'était pas exclusif. On continuait à user du mot « Gétules » pour désigner de véritables tribus berbères, ainsi que le fait Orose, par exemple, lorsqu'il évoque au sud de la Tripolitaine les barbares Gétules, Natabres et Garamantes36... En fait, plus encore que tous les autres termes déjà cités, ce nom apparaît souvent d'une extrême ambiguïté, ne serait-ce que parce que la Gétulie, région méridionale de l'Afrique, voyait probablement coexister sur son sol aussi bien des groupes tribaux que des populations romanisées et plus ou moins urbanisées. Dans bien des cas, comme nous le verrons, il est dans ces conditions pratiquement impossible de choisir un sens et de décider si un texte, en parlant de « Gétules », se réfère à une population régionale indifférenciée ou à une tribu berbère originale.

  • 37 Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984, p. 473-500 part (...)
  • 38 Cf. supra p. 251-278. Cf. aussi pour la Tunisie infra p. 556.

13On mesure ainsi toutes les incertitudes que peut susciter la terminologie laissée par les Anciens. Mais comment établir un inventaire sans y recourir ? Que pourrait ici l'archéologie seule ? Certes, avec une attention particulière à des ruines avant lui négligées et une analyse fine de la céramique, Ph. Leveau a réussi à distinguer dans l'arrière-pays de Caesarea de Maurétanie des zones d'habitat et de culture maures de secteurs romanisés37. Mais il disposait aussi, pour la région considérée, d'inscriptions nommant des tribus, et du riche dossier de la révolte de Firmus. Ces documents ne se retrouvent pas partout. Il est surtout évident que l'effort de prospection systématique de restes d'habitat indigène dans un vaste territoire rural mené par Ph. Leveau est demeuré à ce jour assez exceptionnel. En général, les prospections conduites dans des zones rurales ou montagneuses ont toujours jusqu'ici recherché les restes « romains », les signes de romanisation. Parfois, tout au plus, signalait-on des installations funéraires indigènes : tous les lecteurs des notices des atlas archéologiques, ou des rapports des officiers des brigades topographiques, connaissent la formule « nombreuses bazinas... », sans autre précision, si particulièrement frustrante ! En fait, sauf récemment dans le prédésert libyen comme nous l'avons vu38, analyser les traces de la présence longtemps jugée évidente des Berbères n'a que rarement paru utile. Peut-on d'ailleurs, sans textes, déduire réellement une présence tribale d'un examen archéologique ? Des traces de constructions grossières, un émiettement de petits sites et de fonds de cabanes, la rareté des épigraphes latines suffisent-ils à identifier un groupe berbère ? Même les conclusions de Ph. Leveau ont été contestées. Jusqu'où alors interpréter les vides, c'est-à-dire en réalité l'absence de « ruines romaines », des cartes archéologiques ? Le danger est finalement grand pour l'archéologue et l'historien de transposer sur l'époque des sites analysés des critères anachroniques de différenciation des populations. Or, l'essentiel dans une recherche comme la nôtre est d'abord de découvrir la manière dont les Anciens eux-mêmes concevaient les clivages ethniques et sociaux. Peu importe finalement, dans notre perspective, la classifi-cation que l'archéologue de terrain établira entre divers « faciès » d'un secteur, si rien ne prouve que ces derniers n'étaient pas consciemment perçus dans l'Antiquité comme des signes de différenciation ethnoculturelle. Des indices comme l'absence d'inscriptions latines ou de cités dans une région ne doivent évidemment jamais être ignorés, mais ils ne peuvent suffire à une identification. Notre inventaire, sans négliger les données archéologiques, ne peut donc être d'abord que celui des mentions de barbari, gentes et autres Mauri dans les documents écrits se rapportant à des populations de l'intérieur des trois provinces de Numidie, Proconsulaire et Byzacène.

b) Les sources géographiques et ethnographiques

  • 39 J. Desanges, Catalogue..., p. 9.
  • 40 Rufus Festus Avienus, Orbis Terrae, éd. P. Van de Woestijne, Bruges, 1961.
  • 41 Denys le Périégète, Description de la terre, dans Muller, Geographi Graeci Minores, t. 2, Paris, 18 (...)
  • 42 Expositio totius mundi et gentium, LXII, (éd. J. Rougé, Paris, 1966) : texte cité supra chap. 7 not (...)
  • 43 Cf. supra p. 447, et l'article de Y. Janvier cité note 9.
  • 44 Table de Peutinger, éd. K. Miller, Stuttgart, 1962. Cf. supra p. 117. Sur la date, cf. A. et M. Lev (...)
  • 45 Sur tous ces textes, cf. supra 2e partie, p. 226-228.
  • 46 Texte dans Riese, Geographi Latini Minores, Heilbronn, 1878, p. 21-55.

14Les traités des géographes anciens constituent certainement les sources les plus commodes pour un inventaire ethnographique. Dans l'introduction de son catalogue des tribus africaines, J. Desanges soulignait ainsi que l'essentiel des informations qu'il avait recueillies provenait des livres d'Hérodote, de Strabon, de Pline l'Ancien et surtout de Ptolémée39. Malheureusement, ce type de littérature, si riche jusqu'au iie siècle, n'a plus laissé ensuite d'œuvres majeures avant l'époque byzantine. Au ive siècle, l'Orbis terrae de Rufus Festus Avienus40 n'est presque toujours que la traduction de la Periegesis, nettement antérieure, de Denys41. L'Expositio totius mun-di et gentium de 359 trahit totalement, au moins pour l'Afrique, le second élément de son programme, en ne citant qu'un seul peuple berbère au fond de la grande Syrte, les Mazices42. Un demi-siècle après, l'introduction géographique des Historiae d'Orose est aussi extrêmement succincte sur les tribus maures, n'en citant quelques unes que comme repères dans la délimitation des provinces43. En fait, entre la Géographie de Ptolémée au milieu du second siècle, et la Johannide de Corippe au milieu du vie siècle, il n'existe finalement que trois documents qui proposent, avec une précision plus ou moins relative, un tableau d'ensemble des tribus africaines. Le plus célèbre est la Table de Peutinger, la célèbre carte des routes impériales, qui comporte quinze noms de peuplades, de la Maurétanie à la Marma-rique44. Sa documentation africaine paraît cependant remonter au mieux à l'époque sévérienne, ce qui nous empêche de l'utiliser directement pour un inventaire consacré à la situation du ive siècle. De la même manière, malgré leur apparente richesse, nous ne pouvons nous fonder sur les énumérations d'une vingtaine d'ethnonymes africains qui figurent dans plusieurs chroniques généalogiques chrétiennes45 : le Liber Generationis I et II, la Chronique Pascale, le Liber Genealogus, et un passage de l'Ancoratus d'Epiphane de Salamine (374). Comme nous l'avons vu, les listes qui figurent dans ces textes, entre lesquels les seules différences ne semblent dues qu'à des omissions ou des erreurs de copie, sont toutes reprises de la Chronique de saint Hippolyte du début du iiie siècle (vers 235), ou tout au moins de la version qui en a été conservée dans le codex Matritensis graecus 121. Il s'agit donc d'un inventaire du Haut-Empire, au demeurant le plus souvent dénué de localisations, qui ne peut ici être pris en considération. Ne reste donc finalement pour fonder, au moins au départ, notre inventaire des tribus au siècle de saint Augustin qu'un seul tableau d'ensemble, un seul texte géographique comparable par sa forme, sinon par sa qualité, aux grandes œuvres des époques précédentes : la Cosmographie de Julius Honorius46.

  • 47 Cf. l'étude détaillée de ce texte donnée supra Ière partie p. 83-104.
  • 48 Respectivement quatorze tribus citées pour la Maurétanie Césarienne et la Maurétanie Tingitane, et (...)
  • 49 Cf. supra p. 117-119 particulièrement.

15Or, nous avons montré que son apport est apparemment nul pour les régions qui nous intéressent47. Elle nous enseigne surtout, en effet, que le particularisme maure caractérisait au ive siècle essentiellement deux secteurs géographiques, connus par ailleurs comme les moins densément urbanisés : l'actuel territoire libyen, et les deux provinces occidentales de Maurétanie Césarienne et Mauré-tanie Tingitane48. Mais son silence total sur la partie centrale de l'Afrique romaine, la plus romanisée, entre l'Ampsaga et le Chott el Djérid, ne doit pas être pour autant surinterprété. Car la Cosmo-graphia est le résultat d'une sélection, effectuée selon des critères de taille ou de notoriété des tribus : elle ne prétend pas à l'exhaustivi-té49. Cette méthode empêche donc toute conclusion trop générale : elle n'exclut nullement la possibilité du maintien, en Byzacène, en Numidie, voire en Proconsulaire, de tribus de modeste importance, pacifiques et plus ou moins familières de la romanité. Certes, il ne pourrait s'agir là que d'une pétition de principes, mais d'autres sources prouvent heureusement que de telles tribus existaient efffec-tivement.

2) Inventaire des Maures de l'intérieur au ive siècle

  • 50 Cf. supra p. 265-278.

16Dans la description du peuplement de la Tripolitaine, une typologie qui distinguait trois catégories de Maures en fonction de leur rapport à la romanité50 avait été esquissée. De ces catégories, la première, celle des Maures du premier cercle, non romanisés, païens et extérieurs à l'Empire, ne nous retiendra évidemment pas. En revanche, nous devrons tenir compte autant des Maures du deuxième cercle, riverains du limes et en contact périodique avec les provinces, que de ceux du troisième cercle, familiers de la romanité et établis au sein du territoire romain. Les premiers ont pu, en effet, sans véritable bouleversement, et sans qu'on puisse parler de migration, pénétrer plus avant dans la province à la faveur du siècle vandale, et se mêler aux seconds. Nous distinguerons donc dans cet inventaire pour le ive siècle les Maures des marges de la Byzacène et de la Nu-midie, et les Maures de l'intérieur proprement dits.

a) Les Maures des marges de la Byzacène et de la Numidie

  • 51 S. Lancel, « Augustin (saint) », dans EB, t. 7, Aix, 1989, p. 1064-1065.
  • 52 Supra p. 392-395.

17Toute enquête sur ces Africains du Bas-Empire doit débuter par l'examen du témoignage de saint Augustin. Certes, on l'a souvent remarqué, l'évêque d'Hippone évoque très peu les Maures51. Leur nom n'est d'ailleurs utilisé par lui que pour désigner les habitants de la Maurétanie en général, non des Berbères. Il préfère à propos de ces derniers parler de « barbares », ou d'Afri barbari, mais en de rares occasions, et de manière précise pour deux groupes seulement. Dans ces deux cas cependant, son témoignage est extrêmement important. Le premier nous est déjà connu, et n'intéresse que peu notre propos ici : il se rapporte en effet aux tribus qui menacèrent la région de Tobna dans les années 420, et nous avons vu qu'il s'agissait de Berbères jusque là extérieurs à l'Empire, peut-être les ancêtres des hommes que commanda Ortaïas dans les années 53052. Le second, déjà abordé lui-aussi, mérite en revanche un nouvel approfondissement.

α) Les barbares du pays des Chotts

  • 53 Saint Augustin, Lettre 46, 1 et 5 (CSEL t. 34, 2, p. 123 et p. 125-126) : Chez lesArzuges, à ce que (...)
  • 54 Comme nous l'avons expliqué supra p. 364-373, il semble qu'au ive siècle le nom d''Arzuges désignai (...)
  • 55 Supra p. 368-370.
  • 56 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL, t. 149, p. 45.

18En faisant part à saint Augustin des tourments endurés par sa conscience de chrétien lorsqu'il s'est rendu compte que chez les Ar-zuges étaient employés des barbares encore païens, Publicola révèle en effet l'existence de deux populations berbères dans le pays des Chotts de Byzacène53. Certains des premiers, qui ne possédaient probablement plus l'usage exclusif de leur nom, étaient de vrais Arzuges, des Berbères depuis longtemps intégrés à la province, en partie ou totalement christianisés, et certainement pacifiques54. Mais ces Arzuges n'étaient pas les seuls Maures dans les territoires du sud tunisien actuel : ils côtoyaient des barbares païens, dont la présence nous est révélée par une autre source. En admettant, comme nous l'avons montré plus haut55, que l'Arzugis évoquée par les textes ecclésiastiques est toujours la même région, il est logique en effet d'avancer que ces barbares étaient identiques aux barbarae gentes mentionnées in Tripoli forte et in Arzuge par Aurelius de Cartilage au concile de 397. A une question sur le nombre d'évêques nécessaire pour une ordination, celui-ci avait répondu56 :

Forma antiqua servabitur, ut non minus quam tres sufficiant, qui fuerint destinati ad episcopum ordinandum. Propterea quia et in Tripoli forte et in Arzuge interjacere videntur barbarae gentes - nam in Tripoli, ut asseritur, episcopi sunt quinque tantummodo, et possunt forte de ip-sorum numero vel duo necessitate aliqua occupari ; difficile est enim ut de quolibet numero omnes possint occurrere - numquid debet hoc ipsum impedimentum esse ecclesiasticae utilitati ?

  • 57 Le verbe interjacere peut faire problème. Pour R. G. Goodchild (JRS 1950 p. 30-38), il impliquerait (...)
  • 58 Supra p. 108-109.

19Les barbarae gentes évoquées ici n'étaient évidemment pas christianisées puisqu'elles pouvaient gêner les réunions d'évêques57. Certaines se trouvaient en Tripolitaine : ce devait être plusieurs des tribus que nous avons situées dans la partie occidentale de la province, comme les Astrices ou les Ursiliani58. Quant à celles qui sont associées à l'Arzugis, la similitude des localisations et de la situation religieuse (le paganisme) conduit logiquement à les identifier aux « barbares » qui préoccupaient tant Publicola dans sa lettre à saint Augustin.

  • 59 P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus du Chott el Djérid à la frontière tuniso-libyenne (...)
  • 60 Il faut noter cependant que Publicola n'évoque jamais de travaux réellement agricoles pour ces barb (...)
  • 61 Interjacere est un verbe au sens neutre, qui n'implique pas l'agressivité des tribus évoquées. Mais (...)
  • 62 Cf. en particulier l'action du gouverneur de Tripolitaine Flavius Archontus Nilus à Ras el Aïn (Tal (...)

20Il s'agissait donc de groupes bien connus. Publicola précise qu'ils pouvaient, apparemment par petites unités, franchir le limes après remise de lettres par les décurions ou les tribuns. Cette remarque suffit à définir leur statut : c'étaient des populations extérieures à l'Empire, mais voisines de la frontière. Or celle-ci est assez bien repérée dans cette région du sud tunisien, depuis les recherches de M. Euzennat et P. Trousset59. Elle passait au nord du Chott el Rharsa, s'avançait au nord du Chott el Djérid, lançant seulement une pointe isolée vers Tozeur et Nefta, puis franchissait le lac pour rejoindre Turris Tamalleni et de là Bezereos. C'est le long de cet axe, de la bordure orientale du Chott el Rharsa à Nefta puis Tur-ris Tamalleni, que devaient se trouver les barbarae gentes. Comme les tribus de la région de Tobna, elles se situaient ainsi au bord d'une des grandes portes sahariennes de l'Afrique romaine. Païennes et qualifiées de « barbares », elles n'en étaient peut-être pas très différentes. Certes, Publicola évoque des gens apparemment paisibles, pénétrant dans la province romaine pour louer leurs services60, et non des guerriers comme ceux qu'affronta Boniface. Néanmoins, la manière dont Aurelius de Carthage parle de ces « barbares » suggère clairement que la méfiance régnait à leur égard61. L'entretien régulier des constructions du limes dans cette région62, même si la tendance est aujourd'hui à insister sur leur fonction non exclusivement militaire, témoigne certainement dans le même sens. Rome ne les contrôlait donc pas totalement : elles étaient surveillées et canalisées dans leurs mouvements, mais pas réellement intégrées.

β) Les Nunti(i)

  • 63 Cf. Y. Modéran, « La chronologie de la vie de saint Fulgence de Ruspe et ses incidences sur l'histo (...)
  • 64 Vita Fulgentii, XIII (éd. G. Lapeyre, Vie de saint Fulgence de Ruspe, Paris, 1929, p. 67) : les man (...)
  • 65 J. Desanges, Catalogue..., p. 127-129 (un rapprochement avec les Nuptii de Pline l'Ancien (V, 37) e (...)
  • 66 Les événements rapportés par la Vita Fulgentii se situent à une époque où les ordinations épiscopal (...)

21Un peu après l'époque de saint Augustin, un passage de la Vita Fulgentii permet d'identifier, à côté des vrais Arzuges et des barbares leurs voisins, un troisième peuple berbère de la zone du limes de Byza-cène. Selon ce texte écrit vers 534-535 mais qui relate des événements des années 468-53363, le jeune et déjà célèbre ascète Fulgence, après avoir séjourné dans un ilôt voisin de Junci, revint peu avant 508 dans son monastère d'origine, probablement situé dans l'arrière-pays de Ruspe, sur la côte de la Byzacène centrale. Malgré la persécution vandale, beaucoup de communautés auraient, alors, manifesté leur souhait de l'avoir pour évêque. Tel aurait été, en particulier, le cas des gens qui vivaient, selon les termes de la Vita, in Nuntorum [ou Nuntio-rum] territorio64. La formule utilisée pour désigner cette communauté, avec le mot territorium accompagné d'un nom propre au génitif pluriel, a conduit depuis longtemps les historiens à la considérer comme une tribu berbère. J. Desanges a donc proposé de rapprocher le nom des Nunti(i), interprété comme un ethnique, de celui des Nuk-pii ou Nuktii mentionnés par Ptolémée à côté des Nugbeni (ou Nub-geni)65. Ces derniers, on le sait par des bornes de délimitation de l'époque de Trajan, étaient installés au sud du Chott el Fedjedj : leur cité, la civitas Nybgeniorum devint Turris Tamalleni (Telmine). Si l'identité Nunti(i)-Nuktii est juste, il faudrait, dès lors, localiser ce groupe dans la région des Chotts orientaux, non loin des Arzuges. Et si son existence en tant que tribu est attestée à la fois au IIe siècle et début du vie siècle, on pourrait aussi admettre, en vertu du principe énoncé à propos de la Tripolitaine, qu'il formait un des peuples berbères des marges de la province de Byzacène au ive siècle, pacifique et christianisé [l'appel à Fulgence ne laisse aucun doute sur ce point, même si nous ignorons la date de la conversion des Nunti(i)66].

γ) Les Gétules

  • 67 Cf. Table de Peutinger : Gaetuli(a) sur le bord inférieur des segments III, IV, V ; remarques de J. (...)
  • 68 Cf. supra p. 450-453.
  • 69 Ainsi dans le Liber Generationis I (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. 9, Berlin, 1892, p. 107) : Getuli, e (...)

22Rencontrait-on entre Tobna et les Chotts tunisiens d'autres tribus du même genre, par exemple aux abords du limes qui longeait le rebord méridional de l'Aurès et des Némencha ? On songe ici évidemment aussitôt aux Gétules, dont la Numidie méridionale avait été un des grands territoires avant la conquête romaine67. Dans la zone aride située au sud des massifs, rien n'interdit de penser que des fractions gétules auraient pu conserver jusqu'au ive siècle une réelle originalité et une organisation tribale. Malheureusement les sources explicites manquent, en partie à cause de l'ambiguïté qui entoure le mot « Gé-tule » au ive siècle68. En fait, en dehors d'une mention très vague dans la Chronique de saint Hippolyte et les textes qui en dérivent69, qui ne nous apprennent rien sur le Bas-Empire, le seul auteur qui pourrait faire référence à des Gétules berbères dans ces régions est saint Augustin. Dans son enarratio sur le psaume 148, l'évêque d'Hippone entreprend en effet de montrer que Dieu a assigné à chaque région des biens particuliers, et il prend alors l'exemple de la Gétulia :

  • 70 Saint Augustin, Enarrationes in Psalmos, CXLVIII, 10 (CCL t. 40, p. 2173) : Et puisque nous avons p (...)

Ecce, quia de Getulia locuti sumus, pluit hic prope omni anno, et omni anno dat frumentum ; servari hic frumentum non potest, cito cor-rumpitur, quia omni anno datur ; ibi, quia raro, et multum datur, et diu servatur. Sed forte putas quia ibi deserit Deus homines, aut non ibi se-cundum jucunditatem suam et laudant et glorificant Deum ? Adpre-hende inde Getulum, pone inter istas arbores amoenas : fugere hic vult, et redire ad nudam Getuliam. Omnibus ergo Deus locis, regionibus, temporibus, sua quaeque distribuit et ordinavit70.

  • 71 Cl. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, Paris, 1979, p. 46 note 76.
  • 72 Saint Augustin, op. cit., CCL t. 40 p. 2172 l. 12 et l. 14 ; p. 2173 l. 47-48.
  • 73 Cf. supra p. 451-452.

23Selon C. Lepelley, qui a brièvement commenté ce texte71, saint Augustin pourrait évoquer ici « le Gétule, c'est-à-dire le Saharien. S'il est capturé et installé au milieu des arbres dans une campagne fertile, il veut fuir et retourner dans sa Gétulie désolée ». Le Gétule susceptible d'être « capturé » serait donc ici un Berbère du désert, indépendant, peut-être un habitant des régions placées au sud du limes de Numidie. Cette interprétation est séduisante, surtout dans notre perspective, mais elle ne nous semble pas la seule envisageable. Dans le paragraphe cité, le « Gétule » ne peut en effet être que l'habitant de la Getulia plusieurs fois nommée juste avant (Ecce, quia de Getulia locuti sumus...)72. Or aucune des autres occurrences de Getulia dans l'œuvre d'Augustin ne paraît faire référence au Sahara berbère. Soit de manière explicite, soit de manière plus obscure, l'évêque d'Hippone n'emploie le mot que dans le second sens signalé dès l'introduction de cette enquête : la Getulia est pour lui une région géographique correspondant à la moitié sud de la province romaine de Numidie. Nous avons vu comment, dans son commentaire du psaume 95, il citait la Getulia à côté de la Byzacène parmi les « provinces » donatistes73. Le même sens réapparaît clairement dans un passage méconnu de la Cité de Dieu où, en conclusion d'un survol de l'histoire de la Rome royale, il remarque :

  • 74 Saint Augustin, La cité de Dieu, III, 15 (éd. G. Combès, Bibliothèque Augus-tinienne, 5e série, t. (...)

Telle fut la vie des Romains sous les rois... pendant la durée d'environ deux cent quarante-trois ans, durant laquelle toutes ces victoires achetées au prix de tant de sang et de calamités étendirent à peine l'Empire à vingt milles de Rome, un espace qui n'est même pas comparable au territoire d'une quelconque cité actuelle de Gétulie74.

  • 75 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », dans Byzan (...)
  • 76 Saint Augustin, De ordine (éd. et trad. R. Jolivet, Bibliothèque Augusti-nienne, 1ère série, t. IV, (...)
  • 77 Saint Augustin, Enarrationes in Psalmos, CXLIX, 3 (CCL t. 40, p. 2180 l. 43-47) : Ager Domini mundu (...)

24Si le passage, en laissant supposer une surface relativement im-portante pour la chôra des cités gétules, confirme leur faible densité, il n'en atteste pas moins aussi l'existence de ces cités, ce qui exclut que la Gétulie qui les abrite puisse se situer au Sahara. Cette région ne peut être que celle déjà identifiée par J. Desanges, qui correspond aux plaines de Numidie situées au nord de l'Aurès et des Némen-cha75. Certes, en d'autres passages Augustin insiste sur la sécheresse de cette Gétulie. Ainsi dans le De ordine : « Ces hommes, s'ils demandaient seulement pourquoi les Italiens réclament toujours des hivers secs pendant que notre pauvre Gétulie (Getulia nostra misera) souffre constamment de la sécheresse, qui pourrait leur répondre fa-cilement ? »76. Mais l'évêque d'Hippone précise aussi ailleurs que cette Gétulie sèche était quand même une Gétulie cultivée et productive. Ainsi dans cet extrait du commentaire sur le psaume 14977 :

Le champ du Seigneur, c'est le monde, et non l'Afrique seulement [allusion au discours des donatistes]. Il n'en est point de ce champ du Seigneur comme de ces terres dont les unes comme la Gé-tulie rapporte soixante et cent pour un, les autres comme la Numidie seulement dix pour un. Partout Dieu récolte cent pour un, ou soixante ou trente.

  • 78 J. Desanges, article cité supra note 75, p. 50-51.

25L'opposition ici énoncée entre la Numidie et la Gétulie pourrait, en fait, être seulement celle des deux parties, nord et sud, de la province officiellement appelée Numidie, comme l'a déjà pensé avant nous J. Desanges, qui écrit à propos d'un autre texte où Augustin affirme que la Numidie n'est pas riche en oliviers : « La Numidie, au sens où l'entend saint Augustin dans cette phrase, exclut le Sud constantinois »78. Dans ces conditions, on peut se demander si dans l'enarratio sur le psaume 148 l'évêque d'Hippone n'évoque pas simplement deux types de paysans de sa province : celui du Nord, qui craint un climat trop humide, et celui du Sud (la Gétulie, au nord de l'Aurès et des Némencha), qui s'adapte à la pluviométrie particulière de sa région. L'expression adprehende inde Getulum ; pone inter istas arbores... ; fugere hic vult se comprendrait alors non comme une allu-sion à une capture d'esclaves, désireux ensuite de s'évader, mais comme une image banale. Augustin dirait ici : « Prends un Gétule ; amène-le dans ces vergers ; il voudra fuir », comme il aurait pu dire en d'autres circonstances : « Prends un Romain ; mets-le en pleine campagne ; il voudra regagner les plaisirs de l'Urbs ». Les verbes ad-prehendere et fugere, au sens indiscutablement fort, auraient été choisis sans référence à leur signification militaire et politique, mais seulement par recours à un langage parlé accessible à tous. On ne peut oublier, en effet, que notre texte est un sermon, dont probablement une partie au moins est improvisée. Il ne faut donc pas accorder trop d'importance à ces verbes. L'essentiel pour saint Augustin était de faire comprendre son message ; le style ne pouvait être toujours parfait.

  • 79 Procope, Guerre vandale, II, 19, 19 ; Corippe, Johannide, II, 144-161 ; cf. supra p. 361-363 et 373
  • 80 Notitia Dignitatum, Occ XXV, Comes Africae (éd. Seeck, Berlin, 1876, p. 175) : sub dispositione vir (...)

26Ce témoignage reste ainsi très douteux. On ne peut exclure que l'évêque d'Hippone ait réellement songé à un Berbère d'une tribu du sud du limes, mais il peut tout aussi bien avoir eu en vue un simple paysan d'une des civitates des plaines du nord de l'Aurès. Or aucun autre texte du ive ou du ve siècle ne permet d'affirmer l'existence de tribus gétules ou maures indépendantes au sud des massifs de Nu-midie méridionale. Faut-il cependant en rester à ce constat négatif ? En fait, si la prudence s'impose pour tout ce qui concerne cette région, on ne peut toutefois ignorer certains indices indirects qui suggèrent une présence berbère. Comme nous l'avons vu en effet, au vie siècle, Iaudas, maître de l'Aurès, recrutait aussi au sud du massif une partie des « barbares » qui le suivaient. Procope l'atteste formellement, et Corippe le laisse entendre79. Sauf à supposer une migration que rien ne permet d'attester, l'ancienneté de la présence de ces groupes dans la région est l'hypothèse la plus vraisemblable. D'autre part, le maintien tout au long de la bordure méridionale de la Numi-die d'un limes bien entretenu encore au début du Ve siècle, avec quatre secteurs mentionnés par la Notitia dignitatum autour de Nep-ta, Badès, Gemellae et Tobna, se justifiait peut-être d'abord par la prise en compte de réalités militaires locales80. On ne peut donc éliminer la possibilité d'une présence tribale « gétule » ( ?) tout le long de cet axe, comparable par ses caractères à celle des barbarae gentes voisines de l'Arzugis.

δ) Conclusion

  • 81 Le cas des barbares qu'eut à combattre Boniface dans le secteur de Tobna est plus délicat : s'agiss (...)
  • 82 Cf. ainsi P. Trousset, « Signification d'une frontière : nomades et sédentaires dans la zone du lim (...)
  • 83 Expression empruntée à G. Dagron, « Ceux d'en face. Les peuples étrangers dans les traités militair (...)

27Ces tribus du sud de la Numidie et de la Byzacène, définies comme des tribus du « second cercle » parce que proches de la frontière romaine et la franchissant parfois (d'après la lettre de Publico-la), s'apparentaient aux peuples des vallées orientales de la Tripoli-taine orientale ou aux Maces de Cyrénaïque81, avec les mêmes incertitudes quant à leur situation administrative officielle. Certaines devaient être considérées comme intégrées à la province, d'autres jugées étrangères. Tout dépend ici de la conception qu'avaient les Romains du ive siècle de la notion de frontière. Celle-ci n'était pas linéaire, le fait paraît aujourd'hui établi, mais elle existait dans les esprits. Certes, la tendance à considérer le limes comme une zone de contact ou de surveillance des passages des pasteurs transhumants tend aujourd'hui à faire oublier parfois sa fonction militaire et poli-tique82. L'exemple des « barbares » de Tobna prouve cependant que les « gens d'en face »83 n'étaient pas toujours de braves bergers ou de paisibles conducteurs d'ânes, et que les soldats du limes, en certaines circonstances, devaient être autre chose que de simples douaniers. Très explicite surtout, la célèbre lettre de saint Augustin à Hésychius de Salone suffit à démontrer que les Africains de ce temps distinguaient bien l'existence de deux mondes. A cet évêque qui croyait relever des signes de la proximité de la fin des temps, dont le fait, disait-il, que « l'Evangile a pénétré partout », Augustin répondit en effet :

  • 84 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL t. 57, p. 284-285) : Quod enim putat venerabilitas tua ja (...)

Ta Vénérabilité croit que l'Evangile a déjà été prêché [dans le monde entier] par les apôtres eux-mêmes. J'ai des preuves certaines qu'il n'en est pas ainsi. Nous avons chez nous en Afrique d'innombrables tribus barbares auxquelles l'Evangile n'a point encore été annoncé. Nous l'apprenons tous les jours par les prisonniers qui nous en arrivent et dont les Romains font des esclaves. Cependant, depuis peu d'années, certains d'entre eux, pacifiés, très rares et très peu nombreux, sont reçus dans les frontières romaines, de sorte qu'ils n'ont plus leurs rois mais sont soumis à des préfets nommés par les Romains. Et ces peuples et leurs préfets ont commencé à se faire chrétiens. Mais ceux qui sont plus à l'intérieur [du continent] et qui n'obéissent en rien à la puissance romaine demeurent tout à fait étrangers à la religion chrétienne84.

  • 85 Sur lesquels nous revenons infra p. 484.

28Souvent cité pour son allusion aux préfets de tribus85, ce texte a été, en revanche, peu commenté sur sa vision générale du monde berbère. Il révèle pourtant une conception fort intéressante de sa situation par rapport à l'Empire. Saint Augustin, en opposant les fines romanae, dans lesquelles des tribus « pacifiées » peuvent entrer (adhaerere), aux terres de « l'intérieur » du continent, songe en effet à une véritable frontière géopolitique. Celle-ci se définit en fonction d'un principe, le respect ou non de la potestas romaine, auquel l'évêque d'Hippone ajoute une dimension religieuse, « pacification » et christianisation semblant pour lui aller de pair. Par rapport à la typologie des tribus esquissée précédemment, on pourrait avoir l'impression qu'il n'existait pour Augustin que deux catégories de Berbères, ceux de l'extérieur et ceux qui ont été intégrés aux provinces. Il ne distingue pas peuples des frontières et peuples éloignés, et paraît ignorer toute l'action diplomatique, politique et militaire des Romains sur les premiers. Les tribus du « deuxième cercle » étaient donc pour lui soit romaines, soit étrangères, en fonction de leur attitude politique et religieuse. Le second critère était probablement propre à l'Église, mais on peut penser que le premier, le respect de la potestas romana, matérialisé par la conclusion d'un traité ou l'attribution de titres officiels à des chefs, devait déterminer aux yeux de l'administration l'appartenance à l'Empire de tel ou tel groupe frontalier.

  • 86 Victor de Vita, III, 42-46.
  • 87 Victor de Vita, I, 35-38. Ce texte est étudié infra p. 545-546.

29Dans tous les cas, ces tribus voisines du limes étaient surveillées, et leur territoire ou leurs terrains de parcours devaient faire l'objet d'accords précis, dont le respect était vérifié par les officiers romains de la frontière. Mais qu'advint-il de ce contrôle à l'époque vandale ? On ignore à peu près tout de la vie du limes du sud tunisien sous Genséric et ses successeurs. Cependant, il semble que des garnisons vandales aient maintenu le dispositif jusqu'aux années 490, probablement en s'appuyant sur des tribus jugées sûres. Deux épisodes de la persécution arienne contre les catholiques africains le suggèrent. Nous savons ainsi que l'évêque de Cartilage, Eugène, fut déporté de 484 à 487 à Turris Tamalleni (Telmine), au sud du grand Chott, dans l'Arzugis ecclésiastique. Or, il y fut harcelé, ainsi que son collègue Habetdeum, par un évêque arien, Antonius, à la tête d'une communauté arienne qui étaient très probablement composée pour l'essentiel de soldats vandales86. D'autre part, une trentaine d'années auparavant, Genséric avait déporté chez un roi maure d'une région très méridionale, probablement dans le sud ou le sud-est tunisien, un groupe de catholiques qui persistèrent dans leur foi. Selon Victor de Vita, le roi maure, nommé Capsur ou Capsus, rendit compte de leur attitude à Genséric, et reçut de lui l'ordre de les mettre au supplice87. Il agissait donc complètement sous contrôle vandale, et on peut dès lors penser, étant donné sa situation géographique, qu'il tenait en temps normal le rôle d'un chef de gentiles chargé d'entretenir l'ancien dispositif défensif.

  • 88 Cf. infra p. 550-554.

30Mais ces témoignages ne dépassent pas les années 480, et c'est ensuite, comme nous le verrons, une série continue de troubles dans le sud/sud-est de la Byzacène que les sources suggèrent88. De toute évidence, le pouvoir germanique avait perdu dès la fin du Ve siècle le contrôle du limes méridional, au profit de tribus maures qui n'allaient cesser ensuite d'affirmer leur autonomie. Rien dès lors ne permet d'exclure, dans ces années 490-530 un phénomène de soulèvement des barbares du pays des Arzuges évoqués par Publicola, et de Gétules du sud des Némencha, et même, à la faveur de l'affaiblissement vandale, une remontée de ces groupes vers l'intérieur, jusqu'à la latitude de Capsa voire un peu plus au nord. Il faudrait alors, pour comprendre le passage du modèle des « trois cercles » à la bipartition affirmée par Corippe, envisager leur fusion avec les groupes berbères depuis longtemps établis dans la région, et donc admettre pour les « Maures de l'intérieur » du vie siècle une double origine : certains auraient été originaires de la zone du limes (en particulier probablement une bonne part des hommes de Cusina), les autres seraient de véritables autochtones de la province.

31Ce sont ces derniers, assurément les ancêtres principaux des hommes emmenés au vie siècle par Antalas et Iaudas, qui restent les plus mal connus au ive siècle. Mais malgré les tendances récentes de la recherche à nier leur existence, quelques indices permettent de retrouver des traces convaincantes de leur présence à cette époque.

b) Les Maures des provinces centrales de l'Afrique romaine

  • 89 La situation originale de la Maurétanie Césarienne au Bas-Empire, province où existaient officielle (...)

32La lettre 199 de l'évêque d'Hippone qui vient d'être citée en est un premier témoignage, puisqu'elle évoque des tribus reçues dans les frontières romaines. Certes, saint Augustin ne donne, à propos de ces dernières, aucune indication géographique. On peut toutefois exclure la Maurétanie Césarienne, où le phénomène des Maures de l'intérieur était très ancien et n'aurait pas justifié son intérêt89. Il est plus logique de songer ici à un établissement en Mau-rétanie Sitifienne ou en Numidie, régions bien mieux connues de l'évêque d'Hippone et où l'événement pouvait sembler plus original. C'est un premier indice, mais il en est beaucoup d'autres, qui permettent soit d'identifier clairement, soit au moins d'entrevoir de telles tribus.

α) Les tribus identifiées

Les Mazaci
  • 90 Saint Augustin, Lettre 22*, 1, éd. J. Divjak, dans CSEL, t. 88, p. 113.
  • 91 J. Desanges et S. Lancel, « L'apport des nouvelles lettres à la géographie historique de l'Afrique (...)
  • 92 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, tome IV, Paris, 1991, p. 1419.
  • 93 Pour le dossier des Mazices, cf. supra p. 266-267.
  • 94 Ce troisième groupe a été particulièrement étudié par H. G. Evelyn-White, The monasteries of Wadi'n (...)
  • 95 Cf. supra p. 418 et J. Desanges, Catalogue..., p. 112.
  • 96 Sur ces limites, cf. la carte de S. Lancel, dans l'ouvrage cité supra note 92.

33Un premier exemple, soupçonné depuis longtemps, a vu sa réalité récemment confirmée par une des nouvelles lettres de saint Augustin. L'évêque d'Hippone commence en effet cette épître par l'évocation d'un concile numide ainsi localisé90 : Pridie nonas Martias in Numidia apud Mazacos concilium Numidiarum episcoporum fuit. La tournure employée pour désigner ce lieu de réunion, apud Mazacos, fait clairement référence à une communauté berbère, qui devait être siège d'évêché sans posséder de véritable cité91. De fait, on connaît dans les listes épiscopales de 411 et de 484 un évêché appelé Ma-zacensis, de toute évidence identique92. Il s'agissait vraisemblablement, comme l'ont déjà noté J. Desanges et S. Lancel, d'une « tribu christianisée, encore peu urbanisée au ve siècle de notre ère ». Son nom est en tout cas fort banal. L'ethnique Mazaci est en effet étroitement apparenté au nom de Mazices qui servait à désigner, nous l'avons vu, plusieurs groupes maures du ive siècle93. Ammien Marcel-lin et Julius Honorius en évoquent un premier, en Maurétanie Césarienne. Un second, également déjà présenté supra, est signalé entre Tripolitaine et Cyrénaïque, au fond du golfe de la Grande Syrie, par l'Expositio totius mundi et gentium et par Philostorge. Un troisième enfin est attesté au ve siècle immédiatement à la frontière occidentale de l'Egypte, dans le désert libyen, d'où il s'élançait pour attaquer le monastère de Scété94. Cette diversité des Mazices ne peut réellement surprendre dans la mesure où leur nom semble bien avoir possédé, dès l'Antiquité, le sens générique que lui reconnaissent, sous la forme Imazighen, les Berbères modernes. Au vie siècle, Corippus fera d'ailleurs du mot Mazax un synonyme de Maurus95. Dans l'exemple cité par saint Augustin, l'élément le plus intéressant est la situation de ce quatrième groupe en Numidie. Certes, il s'agit ici de la Numidie ecclésiastique, puisqu'il est question d'un concile, ce qui élargit beaucoup les possibilités de localisation, du méridien de Tuc-ca à celui de Thabraca96. Mais même sans précision, l'évidence demeure : les Mazaci formaient un groupe berbère établi à l'intérieur d'une des provinces les plus romanisées, chistianisé et assez intégré aux structures romaines pour accueillir une réunion d'évêques, tout en conservant une organisation apparemment non civique, de type tribal.

Les Ucutamani
  • 97 CIL VIII, 8379 et 20216. Lecture améliorée et essai d'interprétation (avec l'aide de J. Gascou) par (...)
  • 98 Cf. S. Lancel, ouvrage cité supra note 92, p. 1360-1361.
  • 99 G. Camps, « Les Bavares, peuple de Maurétanie Césarienne », dans RAf, 1955, p. 275-276.
  • 100 Ptolémée, IV, 2, 5. Sur le problème de localisation, cf. J. Desanges, Catalogue... p. 57, et S. Lan (...)

34Aux confins de la Numidie et de la Maurétanie Sitifienne, à une trentaine de kilomètres seulement de Milev, existait une communauté aux traits assez semblables. Une inscription découverte au col de Fdoulès, récemment republiée par G. Camps, mentionne en effet, vraisemblablement au vie siècle, un roi d'une gens des Ucutamani, qui se disait Dei servus et était certainement chrétien97. Or on connaît depuis longtemps, grâce aux listes épiscopales africaines, un évêque nommé Montanus Cedamusensis, attesté vers 484, qui eut pour prédécesseur probable Severianus Ceramusensis, mentionné en 411 et 41898. Le rapprochement entre cet évêché et la gens des Ucutamani a été proposé dès 1955 par G. Camps99, qui leur associait aussi la gens des Koidamousioi, mentionnée par Ptolémée dans la même région, mais sur la rive gauche de l'Ampsaga100. Si les Koida-mousioi, malgré un léger écart, sont effectivement identiques aux Ucutamani, il semble légitime de conclure que la tribu existait aussi au ive siècle, et donc d'admettre que l'évêque Cedamusensis était le prélat d'une tribu berbère. Celle-ci, pour G. Camps ne serait en fait que l'élément central du grand peuple des Kutâma, souvent mentionné au Moyen Age, toujours dans le même secteur : la démonstration est convaincante car on sait que le « U » initial du mot Ucutamani n'est en fait qu'un préfixe indiquant le filiation en berbère ; quant au flottement d/t, il est extrêmement banal. Comme pour les Mazaci, et peut-être non loin de ces derniers, nous rencontrons donc ici un nouvel exemple de communauté maure de l'intérieur, christianisée dès avant 411 et certainement paisible tout en conservant son organisation traditionnelle.

Les Salassii
  • 101 CIL VIII, 19923 = ILAlg t. II, 1, n° 3411 : (X...) IIpr(a)ef(ectus)/gentis Salas (sum)/ v(ixit) a(n (...)
  • 102 Ph. Leveau, « L'aile II des Thraces, la tribu des Mazices, et les Praefecti gentis en Afrique du No (...)
  • 103 Ptolémée, IV, 2, 5 ; cf. J. Desanges Catalogue..., p. 68.

35Dans la même région mais nettement en Numidie, ce groupe berbère devait posséder des caractéristiques similaires. On le connaît par une inscription découverte à El Ma el Abiod, près de Celtianis, à une trentaine de kilomètres au nord de Cirta101. Le texte est l'épitaphe d'un préfet de la gens Salas(sum), que Ph. Leveau date d'une époque assez tardive, du iiie ou du ive siècle102. La tribu était connue de Ptolémée, qui la situait plutôt sur la rive gauche de l'Ampsaga, en Maurétanie103. En fait, comme les Koisamousioi/Ucutamani, elle occupait probablement les deux rives du fleuve, ou avait au moins l'autorisation de circuler de l'une à l'autre. Sa situation religieuse est inconnue, mais la mention du préfet suffit à démontrer qu'elle était intégrée aux structures provinciales tout en conservant son originalité.

β) Les tribus d'identification possible ou incertaine

Tribus des montagnes septentrionales
  • 104 Procope, Guerre vandale, II, 6, 10-14 ; J. Desanges, « La dernière retraite de Gélimer », dans Cahi (...)

36A considérer ces deux derniers exemples, tous deux localisés dans la partie nord des provinces centrales, il est tentant de supposer l'existence de cas identiques dans des parties plus montagneuses encore et plus marginales des mêmes provinces. On songe ici en particulier aux montagnes de Khroumirie et des Mogods, au nord de la Proconsulaire, où les traces archéologiques de romanisation sont vraiment peu fréquentes. Certes, aucun texte ne signale au Bas-Empire de tribus dans ce secteur, mais il faut rappeler que J. Desanges a naguère proposé d'y situer les fameux Maures du mont Pappua évoqués par Pro-cope en 533104. La description de ces montagnards repliés sur eux-mêmes dans un milieu difficile, si elle n'est pas uniquement une collection de clichés, laisse supposer une implantation très ancienne et une structure tribale ayant peu évolué depuis le Haut-Empire.

Des tribus au centre de la Byzacène ?
  • 105 ILT n° 894-897, et nouveaux fragments publiés par Ch. Saumagne, « Un tarif fiscal au ive siècle de (...)

37Est-il possible d'enrichir aussi le tableau en identifiant des tribus situées dans des régions plus favorisées ? Ch. Saumagne avait cru pouvoir le déduire de la célèbre « inscription des ethniques » trouvée à Car-thage105. Ce document très fragmentaire, et fort incomplet, est la copie d'un rescrit concernant les fournitures de céréales adressé par les empereurs Valentinien, Valens et Gratien, entre 367 et 375, à Isidorus, préfet de l'annone d'Afrique. Il comporte, à la fin, une sorte d'annexe toponymique donnant une liste des communautés et des domaines soumis à l'impôt, mais qui est malheureusement la partie la plus lacunaire, connue seulement par une vingtaine de petits fragments. Ch. Saumagne, dont l'étude n'a pas encore été remplacée, a cru pourtant pouvoir distinguer trois catégories de terres dans cette annexe : les fundi, domaines impériaux ou privés, comme le \fun\dus Arad[ita-nus], facilement identifiable ; les cités, désignées par « une qualification ethnique », seul le nom de la communauté des contribuables apparaissant, comme les Simittense[s], de Simitthu (Chemtou) ou les [Thu]burnic[enses] de Thuburnica ; enfin, une troisième catégorie de terres imposables, présentée ainsi :

Pars territorii Th
Pars territorii Cap
Pars
[te]rritorii Titi
[P]ars [ter]ritorii Uff
Pa[rs terri]torii Mu

  • 106 Cf. le fragment 63 reproduit par Saumagne, où, en plus des cinq noms abrégés cités, on lit sur troi (...)
  • 107 Ch. Saumagne, op. cit. p. 131-132.
  • 108 Cf. S. Lancel, op. cit. supra note 92, p. 1432-1433.
  • 109 Le cas rencontré ici peut être en effet différent de celui du territorium Nuntiorum de la Vita Fulg (...)
  • 110 P. Salama, Bornes milliaires d'Afrique Proconsulaire. Un panomara historique du Bas-Empire romain, (...)

38Quatre autres noms, de la même catégorie, s'ajoutaient au moins à cette série106. Pour Ch. Saumagne, l'emploi du mot territo-rium, absent des deux autres listes, obligerait à identifier ici une nomenclature de territoires de tribus, soumises elles aussi à l'impôt foncier. Il propose donc de développer le dernier nom, abrégé comme les autres, semble-t-il, de manière volontaire par l'auteur du document, en Mu(sulamiorum). Et il suppose ensuite, pareillement, l'existence de territoria Cynithiorum, Nybgeniorum ou Muthuniorum ( ? ? ?), « vers Cillium, Thélepte et Capsa »107. Cette reconstruction nous semble extrêmement fragile. Comme Saumagne commençait lui-même par le signaler, mais sans l'admettre, des références à des cités connues conviendraient aussi bien, et même mieux, aux abréviations de l'inscription. Th. et Cap., placées l'une après l'autre, se développeraient aisément, et logiquement, en Theleptensis et Cap-sensis, et derrière Mu. pourrait être restitué, par exemple, Muzucen-sis, nom d'un évêché de la même province de Byzacène attesté en 411 et 484108. Titi. et Uff. sont des débuts de toponymes plus mystérieux, mais aucun nom de tribu ne commence, à notre connaissance, par ces lettres. Tout le problème réside, en fait, dans le sens à donner au mot territorium. Or, comme Saumagne lui-même le reconnaissait, rien n'oblige, surtout au Bas-Empire, à en faire un mot réservé par l'administration aux questions indigènes109. On peut donc supposer que l'expression pars territorii était seulement attribuée à une catégorie particulière de cités, bénéficiant d'un statut fiscal spécial. Dans cette perspective, P. Salama, à partir des passages connus, pense que seules des cités de Byzacène étaient concernées, parce qu'elles étaient soumises à des prestations limitis nomine, c'est-à-dire des prélèvements directement affectés au ravitaillement de la frontière méridionale110. Même si tout est encore loin d'être clair, cette hypothèse nous semble convaincante et bien plus solide que le raisonnement aventureux de Saumagne.

La question des Musulames
  • 111 Ch. Saumagne, op. cit. p. 131 note 22.
  • 112 Table de Peutinger, segment III, 1, au sud d'Igilgili ; CIL VIII, 9288 et 20863 ; Liber Generationi (...)

39L'historien français a cependant le mérite, dans l'article cité, de poser la question si souvent occultée du destin des Musulames au Bas-Empire111. Ce peuple était divisé en deux grands groupes. Le groupe occidental, établi au sud-ouest de la confédération cirtéenne, est encore mentionné par la Table de Peutinger au début du iiie siècle, au nord de la route Sitifis-Tadutti. Une inscription de Tipasa évoque, également au iiie siècle, la guerre menée par un procurateur de Maurétanie Césarienne contre des Musulamii qui devaient appartenir au même ensemble. Les Musulani, cités aux côtés des Tingi-tani et des Caesarienses par le Liber Generationis, dont l'information est antérieure à 235, étaient aussi probablement les mêmes112. En fait, cette fraction, souvent oubliée des historiens, occupait peut-être des terres qui se trouvaient des deux côtés de la limite administrative entre la Numidie et le future Maurétanie Sitifienne. Mais on ignore ce qu'elle devint au Bas-Empire.

  • 113 Cf. les remarques et la carte de P.-A. Février dans Approches du Maghreb romain, t. 2, Aix, 1990, p (...)
  • 114 CIL VIII, 270 = 11451 = 23246 : cf. supra p. 97.
  • 115 Une inscription fragmentaire d'Ammaedara mentionne peut-être, cependant, leur administration par un (...)
  • 116 Cf. la carte récente de P. Salama, Bornes milliaires d'Afrique Proconsulaire, Rome, 1987, et pour l (...)

40Le groupe oriental, le plus important et le plus célèbre, vit son territoire délimité sous Trajan, des environs de Madaure, au nord, jusqu'à la région de Théveste, au sud113. Après l'inscription datée de 138 du saltus Beguensis, localisé [in] territorio Musu(la)miorum114, aucun document sûr n'atteste son existence, et on a souvent implicitement admis, de ce fait, sa disparition115. Pourtant son territoire apparaît, jusqu'à la fin de l'Antiquité, très peu urbanisé. Les cartes archéologiques révèlent une singulière absence de cités et même une relative pauvreté des ruines chrétiennes tout le long de l'axe Ma-daure-Ammaedara116. Certes, il est légitime de supposer que la confédération musulame a connu, à partir de l'époque de Trajan, un important phénomène de sédentarisation, à la faveur duquel beaucoup de ses membres ont peu à peu constitué des communautés villageoises. Mais peut-on en déduire la disparition pure et simple de toutes les tribus musulames ?

  • 117 P. Monceaux, « Deux victimes des Maures à Madauros », dans CRAI, 1920, p. 329-333. Texte repris dan (...)

41Les sources manquent pour oser affirmer quoi que ce soit sur ce sujet. Nous voudrions, cependant, rappeler ici le contenu fort troublant d'une inscription de Madaure, jadis publiée par P. Monceaux117, et qui a été depuis souvent oubliée :

[In h]uc tumu<mu>lu [duo f]ratres posit(i)
[Theod]orus diaconus [vix]it annis XXXVII
et F(austi)nus vixit annis...
a Mauris occ(isi) (e)t d<i>epositi Kale(n)das juli[as]

  • 118 P. Monceaux, ibid., p. 331.
  • 119 Ibid. p. 333.
  • 120 La dernière incursion vers l'est connue de tribus maurétaniennes qui ait atteint les provinces cent (...)
  • 121 Cf. l'inscription d'Ammaedara (BAC, 1907, p. CCLVI-CCLVII) commentée par P. Salama, « La via Hadrum (...)

42D'époque évidemment chrétienne puisque Theodorus était diacre, cette inscription a été datée par P. Monceaux « de la seconde moitié du ive ou des premières années du ve siècle »118. Ce savant, à qui l'intérêt de la formule a Mauris occisi n'avait pas échappé, a voulu y voir un témoignage d'« une incursion [à Madaure] des barbares de Maurétanie, une de ces razzias qui ramenaient périodiquement vers le riche pays numide les incorrigibles pillards des tribus maures »119. Cette interprétation se fonde sur le sens traditionnel du nom Mauri, compris ici comme celui des Berbères de Maurétanie. Mais, comme nous l'avons vu, le terme désignait aussi, au Bas-Empire, tous les indigènes africains non romanisés, qu'ils soient originaires de Maurétanie ou de Tripolitaine : le raisonnement de P. Monceaux s'avère donc très fragile. Il l'est d'autant plus qu'on imagine fort mal, au temps de saint Augustin, des tribus mauréta-niennes capables de pénétrer en Proconsulaire120. Dès lors, si l'on admet la datation proposée, que Gsell n'avait pas contredite et que l'autorité de l'éditeur en matière d'inscriptions chrétiennes ne permet guère, faute d'un nouvel examen de la pierre, de contester, deux interprétations restent possibles. Le décès des deux frères a d'abord pu se produire lors d'un voyage dans une région éloignée de Maurétanie ou du limes méridional, et les corps ont été ensuite rapatriés dans ce qui aurait été leur cité d'origine, Madaure. Cependant, si de tels transferts sont attestés dans l'Afrique romaine, on remarque que les épitaphes mentionnent alors, le plus souvent, l'éloignement du lieu du décès121. Ici, la formule funéraire est courte et brutale, presque banale. On peut donc se demander si les Maures assassins des deux frères n'étaient pas plutôt des gens bien connus des habitants de Madaure, et plus précisément des montagnards de l'ancien pays musulame. Il n'est évidemment nul besoin de reconstituer derrière ce crime une insurrection locale ou une descente brutale de hordes tribales sur Madaure. Les deux frères ont pu simplement être assassinés sur une route de campagne de la région par de simples brigands. Le fait intéressant pour nous est qu'on ait appelé ceux-ci des Maures. L'emploi de ce mot suppose en effet de la part des citadins de Madaure une réelle conscience de l'existence d'une différence de nature et de civilisation entre eux-mêmes et certains de leurs voisins des campagnes ou des montagnes.

43Si l'inscription se rapporte à une affaire locale, nous aurions donc ici un témoignage capital en faveur du maintien de communautés de tradition berbère au cœur de l'Afrique romaine, et probablement en pays musulame. Les sources du vie siècle ne permettent cependant pas de reconstituer le destin de ces groupes, probablement parce qu'ils ne participèrent pas aux grandes insurrections des années 530-540.

γ) Les Maures de l'Aurès et du sud-ouest de la Byzacène

44Tous les groupes maures qui viennent d'être identifiés ont pu se maintenir jusqu'au vie siècle, mais l'examen des textes de Corippe et de Procope n'a pas permis d'en retrouver avec certitude un seul qui soit explicitement mêlé aux événements de la fin du royaume vandale et de la reconquête byzantine. Les trois grands chefs de l'intérieur à cette époque, Antalas, Cusina et Iaudas commandaient des populations établies dans le sud-ouest de la Byzacène et dans l'Aurès. Or, par un paradoxe qu'il faudra nécessairement expliquer, les sources des iiie et ive siècles ne livrent que peu d'indices sur l'existence de communautés maures dans ces régions. Trois témoignages peuvent cependant être cités, qui suffisent à démontrer qu'ici aussi la romanisation fut loin d'être absolue.

L'Aurès
  • 122 RAf, t. 92, 1948, p. 137.

45Le premier se situe dans l'Aurès, et reste mal daté. Il s'agit d'une stèle trouvée à Sfaia Chak el Doud, au cœur du massif, sur le méridien de Timgad. Elle porte, à côté de la représentation d'un personnage dont la tête est entourée des lettres D.M.S.A., le texte suivant122 :

Gerrasusu/ <be>vet(e)ranus/ ex pr(a)efec/to g(entis)/

Vixit an(n)is/ LXXX merit/a fili redi/derunt

  • 123 Ph. Leveau, « L'aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nor (...)
  • 124 Cf. infra p. 480.
  • 125 Cf. infra p. 497.

46Les éditeurs, hésitant sur la lettre qui figure après le titre d'ex praefectus, avaient cru possible une référence à un préfet de cohorte. Ainsi que l'a remarqué Ph. Leveau, cette hypothèse est très fragile : « on aurait [dans ce cas] selon toute vraisemblance le nom de l'unité, et le mort porterait les tria nomina », comme dans d'autres exemples bien connus123. Il faut donc comprendre qu'il s'agit ici d'un préfet de tribu, certainement d'origine berbère d'après son nom, ce qui date l'inscription du iiie ou du ive siècle : les préfets indigènes paraissent en effet inconnus au Haut-Empire124, et l'époque de Gerrasusu ne peut non plus être très tardive, en raison du formulaire et de l'absence de tout signe de christianisation. Or, la présence et le titre de ce personnage constituent un indice du maintien du phénomène tribal dans l'Aurès après le Haut-Empire et avant l'invasion vandale, car on imagine mal qu'il ait été préfet d'un peuple qui lui était étranger : tous les exemples de préfets indigènes que nous connaissons avec quelques détails étaient issus de la tribu qu'ils étaient chargés de commander125. L'épitaphe de Gerrasusu jette ainsi une lueur sur les ancêtres des Maures que commanda plus tard l'imperator Masties.

Les Musuni

47Plus à l'est, en Byzacène, une série de trois inscriptions établit aussi le maintien d'une présence tribale encore au milieu du iiie siècle entre Cillium et Thélepte. Deux de ces documents sont des dédicaces d'époque sévérienne. La première est adressée à Septime Sévère et Caracalla :

Impp Augg/ L(ucio) Septimio/ Severo Per/tinaci Aug(usto)/ et M(arco)

Aurel/io Antoni/no Aug(usto), aram gens/ Musunior(um)/ Regianorum/

curante/ Thululem/ Fu(a)e, flami/nem Augg/, d(edit) d(edicavit) [ou

  • 126 CRAI 1909 p. 94 = ILAf 102 : inscription trouvée à 2 km à l'Est d'Henchir Chéraga. A. Merlin a prop (...)

d(ecreto) d(ecurionum)] p(ecunia) p(ublica)126.

  • 127 CRAI 1909 p. 94 = ILAf 103, trouvée au même endroit que la précédente.

48La seconde s'adressait à Géta, mais a été évidemment martelée127 :

Numini/ [P. Septimi/ Getae, nobil(issimi)/ Caes(aris), principis/ iuven-tutis, fili/] Imp(eratoris) Caes(aris) L(ucii) Sep/timi Severi pii/ Pertina-cis/ Aug(usti) Arabici/ Adiabeni(ci) Par(thici)/ max(imi), fratr(is)/ Imp (eratoris) Caes(aris) M(arci) Au/relli Anto/nini Aug(usti) pii/ felicis princi/pis iuventutis/, Gen(s) Regiano/(rum) (f)ecerunt/.

  • 128 Pline l'Ancien, V, 1, 30.
  • 129 Ptolémée, IV, 3, 6. Cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 121. Une autre tribu portant le nom de Musoni (...)
  • 130 Cf. supra p. 426 et note 43.
  • 131 Cf. Z. Benzina ben Abdallah, « Du côté d'Ammaedara (Haïdra) : Musula-mii et Musunii Regiani », dans (...)
  • 132 CIL VIII, 23195 : inscription découverte à 3 km au sud des deux précédentes.

49Ces deux textes, à dater entre 200 et 209, émanent indiscutablement d'une tribu berbère. Le mot gens ne laisse aucun doute à ce sujet, surtout quand il est, comme ici, accolé à un ethnique déjà connu. Pline l'Ancien cite en effet parmi les nationes d'Afrique, après les Vamacures proches de Timgad et les Cinithi voisins de Gightis, des Musuni probablement identiques128. Plus tard, et avec plus de précision, Ptolémée place des Mousounoi au sud des Mididioi129, nécessairement en Byzacène puisque ce nom renvoie soit à la ville de Mididi au sud-ouest de Mactar, soit plus vraisemblablement à la fa-milia Medid, connue par une inscription elle aussi découverte entre Cillium et Thélepte130. Enfin, en même temps que les Musulames, les Musuni ont probablement été placés à un moment du IIe siècle, selon une hypothèse de restitution épigraphique récente, sous l'autorité d'un préfet de tribu131. Or ce vieux peuple berbère, toujours conscient de sa spécificité, existait encore, et apparemment avec plus d'autonomie qu'autrefois, au milieu du iiie siècle, comme le prouve la troisième inscription, à dater entre 238 et 244132 :

Imp(eratori) Cais(ari)/ M(arco) Anto/nio Gordi/ano pio feli/ci Aug(us-to) et/ Tranquil/linae Aug(ustae) ux/ori (e)ius/, Gens Mus(uniorum)/ Reg(ianorum) fec(erunt) et/ dedicaver(unt)/.

  • 133 C'est ce que constatait précisément H. G. Pflaum en commentant la première dédicace des Musuni Regi (...)

50A cette époque, la romanisation de la Byzacène était pourtant à son apogée, et la production d'huile connaissait une expansion sans précédent, en particulier dans cette région du sud-ouest de la province. Le maintien des Musuni prouve que ces phénomènes n'entraînaient pas automatiquement la détribalisation des indigènes133. Dès lors, si ici vers 240 une gens continuait à vivre, tout autorise à penser qu'encore plus au sud la même réalité devait se rencontrer, et que dans les deux cas le ive siècle ne dut peut-être pas changer grand-chose.

Les alliés de Gildon
  • 134 Orose, Historiae adversus paganos, VII, 36, 2.
  • 135 « Gildon, les Maures et l'Afrique », dans MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 821-872.
  • 136 Zosime, Histoire nouvelle, V, 2, 4 : άπαρασκεύφ.
  • 137 Orose parle d'une armée de 70 000 hommes pour Gildon. Même en faisant la part d'une exagération pro (...)

51C'est ce que suggère précisément notre dernier indice, lié à un événement célèbre de la fin du ive siècle. Lorsque Gildon, comte d'Afrique, rompit avec le gouvernement d'Honorius et eut à affronter, pour cette raison, un corps expéditionnaire impérial commandé par son propre frère, Mascezel, il réunit au printemps 398 une grande armée pour défendre sa cause. Or, à côté des troupes romaines régulières de l'armée d'Afrique, celle-ci comprit selon Orose une barbarorum magna multitudo134. On a souvent voulu voir dans cette masse barbare des tribus de Maurétanie attachées par un lien clientélaire à la personne de Gildon et engagées, à sa suite, dans un grand soulèvement indigène. Le comte d'Afrique était en effet issu d'une famille princière de Césarienne, et son autre frère Firmus s'était rendu célèbre, au début des années 370, par sa révolte contre Rome. Mais, comme nous avons essayé de le montrer dans une autre étude135, Gildon n'apparaît l'héritier de Firmus, et plus loin-tainement encore de Juba et de Jugurtha, que dans l'œuvre très partiale du poète Claudien. En réalité, dès les années 370, il s'était résolument engagé dans une carrière romaine, et il n'avait eu de cesse, ensuite, de chercher à s'intégrer à la haute aristocratie impériale, en mariant par exemple sa fille au neveu de l'impératrice Flacilla, femme de Théodose. Sa révolte, qui ne fut d'ailleurs selon Zosime qu'une négation de l'autorité d'Honorius au profit d'une reconnaissance de celle d'Arcadius, n'a donc absolument rien d'une insurrection berbère, et ne peut surtout pas être assimilée à une révolte mau-rétanienne qui continuerait celle de Firmus. Pour ces raisons, il paraît plus logique d'identifier la « multitude barbare » qui l'accompagnait au printemps 398 à un ensemble de troupes auxiliaires et fédérées, composé de tribus liées à Rome par un traité et mobilisées par le personnage chargé normalement de cette tâche, le comte d'Afrique. Or les mouvements de Gildon dans cette campagne de 398 permettent de localiser approximativement les tribus en question. Gildon fut en effet vaincu au bord de l'Ardalio, une rivière dont la vallée se situait entre Théveste et Ammaedara. Selon Zosime, Mascezel, qui avait dès son débarquement foncé vers lui, le surprit ici « à l'improviste »136. Gildon, tout puissant à Cartilage et qui ne pouvait ignorer la menace d'une invasion, n'avait de toute évidence quitté cette ville que pour des raisons stratégiques. Il s'était vraisemblablement rendu dans la région de Théveste, ville-carrefour où convergeaient toutes les voies romaines de Numidie méridionale et du sud-ouest de la Byzacène, et d'où partait la plus grande route vers Carthage, pour y réunir les troupes qu'il avait mobilisées. Les unités romaines, outre celles qui suivaient le comte en permanence, durent arriver de Numidie. Si le camp de Lambèse n'avait plus alors l'importance qu'il détenait encore au iiie siècle, il est probable en effet qu'il abritait encore, avec d'autres camps voisins, des unités du comitatus. Théveste était un point de convergence nécessaire pour ces soldats, mais Gildon aurait pu aussi bien les attendre à Carthage, d'où il aurait aussi mieux fait face à un débarquement. Sa présence dans la région devait donc être due surtout à la nécessité de présider en personne à la concentration des tribus alliées. Si cette hypothèse est juste, il devient dès lors logique de situer ces Maures dans un rayon plus ou moins large autour de la ville et à proximité des routes qui y menaient : le long du limes méridional de Numidie et de Byza-cène, de Tobna au Djérid, mais aussi dans l'Aurès, les Némencha, et le sud-ouest de la Byzacène, c'est-à-dire exactement là où Iaudas, Antalas et Cusina, un peu plus d'un siècle après seulement, firent parler d'eux137.

Carte 15 - Les Maures de l'intérieur et des marges des provinces centrales de l'Afrique romaine au Bas-Empire (iiie-ve siècle).

  • 138 Cf. infra p. 505-510.

52Certes, ces régions n'ont jamais été abandonnées de Rome au Bas-Empire, et les traces de christianisation y sont même parfois très nombreuses. Mais, comme nous le montrerons plus loin en analysant les fondements de l'identité maure dans l'Antiquité tardive138, ces phénomènes n'impliquent pas nécessairement la disparition des structures tribales, pas plus que l'absence totale de révoltes qui semble les avoir accompagnés du iie au ve siècle. Il faut se souvenir ici de la leçon tirée de l'étude de l'œuvre de Julius Honorius : les tribus qui subsistaient dans les provinces centrales de l'Afrique romaine étaient de petites communautés, et des communautés obligatoirement paisibles, en tout cas bien contrôlées. Il n'y a, de ce fait, guère lieu de s'étonner du silence presque total des sources à leur égard.

  • 139 S. Lancel, « Augustin (saint) », dans EB, t. VII, 1989, p. 1065.
  • 140 Nous avons exclu de cet inventaire les Saturiani et les Subafrenses mentionnés dans une loi du Code (...)

53Cette première exploration de ce que S. Lancel a appelé « la face d'ombre »139 de l'Afrique de saint Augustin se révèle ainsi d'une richesse insoupçonnée, puisque à proximité des frontières méridionales de Byzacène et de Numidie, et surtout nettement à l'intérieur de ces deux provinces, c'est en tout plus d'une dizaine de communautés tribales maures dont les sources écrites attestent de la présence sûre ou probable au ive siècle140. Même si peu d'entre elles ont pu jusqu'à présent être mises en relation avec les grands groupements dirigés au vie siècle par Antalas, Cusina et Iaudas, un simple inventaire fondé sur les seules sources écrites permet déjà ainsi de démontrer la réalité d'un phénomène que la recherche récente avait tendance à occulter. Un tel dénombrement ne peut cependant suffire à la compréhension de ce phénomène, ni même à en mesurer toute l'importance : il reste, et c'est l'essentiel, à définir la place que tenaient les tribus dans le système provincial et la société de l'Afrique romaine du Bas-Empire.

B) - LE STATUT DES MAURES DE L'INTERIEUR AU ive SIECLE

54L'empire romain s'est toujours voulu universel, et avec la conversion de Constantin et la mission nouvelle dont se sentirent investis les empereurs, cette prétention à l'universalité ne fit que s'amplifier. Théoriquement, toutes les tribus maures avec lesquelles Rome était en contact officiellement devaient donc être considérées comme soumises et posséder un statut, qu'elles aient occupé un territoire interne aux provinces ou qu'elles aient été voisines du limes : d'un point de vue juridique et politique, celles qui résistaient et échappaient au contrôle étaient simplement ignorées. Nous verrons toutefois que dans le cas de certains groupes de l'intérieur des provinces, des communautés pouvaient avoir conservé une organisation tribale sans que celle-ci soit juridiquement prise en compte, ce qui justifiera une division de cette section en deux parties.

1) Les tribus « officielles »

a) Princes et préfets : l'évolution des distinctions du Haut-Empire

  • 141 Cf. pour cette distinction M. Bénabou, La résistance africaine à la romani-sation, Paris, 1976, p. (...)
  • 142 Dossier très complet sur ces préfets dans l'article de Ph. Leveau cité supra note 123.
  • 143 Outre M. Bénabou, op. cit., cf. pour ces « princes de tribu » T. Kotula, « Les principes gentis et (...)
  • 144 ILAlg t. II, 1, 626.
  • 145 Inscriptions Antiques du Maroc, II, Inscriptions latines, n° 349.
  • 146 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, p. 447.
  • 147 M. Euzennat, « Les Zegrenses », dans Mélanges William Seston, Paris, 1974, p. 175-186.

55La documentation du Haut-Empire permet de distinguer deux principaux types de statut concédés aux communautés maures reconnues officiellement141. D'une part, celui des tribus pourvues d'un praefectus nommé par l'empereur, le plus souvent un officier romain de rang équestre, qui exerçait un contrôle direct sur les Maures à la tête desquels il était placé : c'étaient toujours des tribus de l'intérieur, du moins à en croire les exemples connus142. D'autre part, le statut des tribus qui conservaient un chef coutumier, investi ou tout au moins reconnu par Rome, le princeps gentis143 : il s'agissait alors aussi bien de dirigeants de groupes de l'intérieur des provinces, comme Florus, fils de Labaeonis, prince de la tribu des Saboides attesté en 195 près de Cirta144, que de chefs de groupes frontaliers comme Aurelius Canartha, princeps constitutus des Baquates en 180145. Dans tous les cas, comme l'a montré M. Bénabou146, avec un préfet ou un princeps, les tribus concernées formaient des organismes reconnus, dotés de la personnalité juridique, d'une autonomie religieuse, et d'un droit propre, un jus gentis protégé par les Romains : attitude prévisible pour ce qui concernait les tribus des frontières, officiellement vassales mais pratiquement autonomes, mais qui s'appliquait aussi aux tribus de l'intérieur comme l'a bien montré, en Maurétanie Tingitane, l'exemple des Zegrenses connu par la Table de Banasa147.

  • 148 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL t. 57, p. 284-285) : rarissimi at-que paucissimi, qui pac (...)
  • 149 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 2 (Nubel) et XXIX, 5, 21 (Belles). Cf. sur cette situation D. Lengrand, (...)
  • 150 Code Théodosien, XI, 30, 62 : Idem A(ugusti) (Arcadius et Honorius) et Theod(osius) ad Diotimum pro (...)

56Que devint ce système au Bas-Empire ? Nous pouvons, pour esquisser une réponse à cette question, repartir de la lettre adressée en 420 par saint Augustin à Hésychius de Salone. Dans ce texte, l'évêque d'Hippone affirme que des groupes à l'origine extérieurs à l'Empire et qui avaient leurs propres rois (reges suos) étaient reçus, une fois « pacifiés », in finibus romanis et placés alors sous l'autorité de préfets nommés par les Romains148. La phrase pourrait laisser croire qu'il n'existait plus, à l'intérieur des provinces, que des tribus pourvues de préfets. Mais Augustin ne cherche nullement ici à énoncer un principe général de droit public : il n'évoque qu'un exemple précis, qui concernait des tribus apparemment jusque-là belliqueuses et que l'on ne pensait pouvoir contrôler efficacement qu'en les déportant et en les plaçant sous administration directe. Au contraire, le dossier de la révolte de Firmus en Maurétanie Césarienne prouve qu'à la même époque des tribus de l'intérieur avaient conservé sans difficulté leurs chefs propres : Nubel, « sorte de regu-lus » chez les Maures, ou Belles, défini par Ammien Marcellin comme princeps Mazicum, en fournissent deux bons exemples149. Dans les provinces centrales, nous manquons d'informations précises, mais une constitution impériale d'Arcadius et Honorius, datée du 22 juillet 405 et adressée au proconsul d'Afrique Diotimus, laisse deviner la même permanence150 :

Les deux Augustes à Diotimus, proconsul d'Afrique : c'est notre volonté que l'ancienne coutume soit observée dans les affaires qui viennent en appel, en ajoutant ceci : si, à un moment, un appel est in-terjecté par les « gentiles » ou par leurs préfets, il faudra selon la coutume attendre l'examen sacré, c'est-à-dire que le proconsul en connaîtra.

  • 151 Cl. Lepelley, « La préfecture de tribu dans l'Afrique du Bas-Empire », dans Mélanges William Seston (...)
  • 152 Cl. Lepelley, ibid., p. 291-292. On pourrait, certes, comprendre aussi que le texte oppose des appe (...)
  • 153 D. Lengrand, op. cit. supra note 149, p. 159.
  • 154 Ph. Leveau, « L'aile II des Thraces, la tribu des Mazices, et les praefecti gentis en Afrique du No (...)

57Comme l'a remarqué C. Lepelley151, cette loi, en distinguant les appels portés par les gentiles eux-mêmes de ceux portés par des préfets, laisse deviner l'existence de deux catégories de tribus : celles qui avaient un préfet, et celles qui étaient régies par « leur roitelet, leur chef coutumier, selon leurs institutions et leur droit traditionnel »152. Cet historien estime même qu'en réalité les tribus pourvues d'un préfet devaient être les moins nombreuses, tout au moins dans la partie orientale de l'Afrique. Comme la lettre à Hésychius de Sa-lone le montrerait clairement, le régime de la préfecture ne s'appliquerait en effet qu'aux tribus rebelles et récemment pacifiées, évidemment rares dans ces provinces, les plus romanisées. Cette interprétation se fonde sur une définition très stricte de la notion de préfecture de tribu, qui n'aurait pas changé depuis le Haut-Empire. Pour C. Lepelley, le préfet restait au Bas-Empire un agent de tutelle instituant une administration directe par Rome, et supprimant la faculté pour une communauté de se régir elle-même. Sa nomination, « en contradiction avec le principe habituel de l'administration romaine consistant à laisser aux collectivités locales le soin de leurs affaires propres », aurait été donc exceptionnelle. Le préfet, normalement un officier romain, pouvait éventuellement être un Maure possédant la confiance des autorités, concède C. Lepelley, mais cela ne changeait rien à la nature de la préfecture. En arguant de cette démonstration et d'une manière plus catégorique, D. Lengrand n'a pas hésité récemment à affirmer qu'en fait, jusqu'à l'époque byzantine, une profonde différence, lourde de conséquences pour les communautés concernées, s'était maintenue entre les préfets de tribus, agents d'une tutelle romaine, et les chefs investis ou reconnus par l'Empire, beaucoup plus autonomes153. Or, comme Ph. Leveau l'avait déjà nettement suggéré il y a plus de vingt ans154, nous pensons au contraire que les deux statuts ne cessèrent à partir du ive siècle de se rapprocher, pour finir par quasiment se confondre.

b) Le témoignage de saint Augustin

  • 155 Saint Augustin, Lettre 199, XII (CSEL t. 57, p. 285, lignes 1-2).
  • 156 Après la célèbre loi générale de 392 de Théodose, le tournant en ce domaine fut en Afrique la missi (...)

58Le premier indice en faveur de cette interprétation se trouve dans le texte même de la lettre de saint Augustin déjà citée. Un détail en a été, en effet, le plus souvent oublié. Après avoir expliqué comment un petit nombre de tribus, « qui étaient païennes », ont été récemment pacifiées, admises dans l'Empire et placées sous l'autorité de préfets, Augustin ajoute : et illi ipsi eorum praefecti christiani coe-perunt155. Cette phrase est sans équivoque : « leurs préfets eux-mêmes devinrent chrétiens », ce qui implique qu'ils ne l'étaient pas jusque-là. Or, depuis 399, le paganisme était totalement interdit en Afrique romaine156 : on imagine mal, dans ces conditions, que les autorités impériales aient pu, vers 420, nommer systématiquement des officiers romains païens à la tête de tribus pour les contraindre ensuite à se convertir ! De toute évidence, les préfets évoqués par l'évêque d'Hippone étaient eux-mêmes des Maures, probablement issus de ces tribus et choisis en fonction à la fois de leur prestige dans celles-ci et de la sincérité de leur soumission à Rome.

  • 157 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 35 : l'action de Théodose se situe après la fuite de Firmus vers les mon (...)
  • 158 Pour l'inscription, cf. supra p. 469. « Bloc massif surmonté d'une pyramide. Il s'agit d'après le l (...)
  • 159 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, p. 456.
  • 160 Ph. Leveau, op. cit. supra note 154, p. 186.

59Ce n'était certainement pas une attitude nouvelle de l'administration romaine. Malgré ce qui en est souvent dit, un épisode de la guerre de Firmus en Maurétanie Césarienne dans les années 370 permet en effet un rapprochement. Selon Ammien Marcellin, le général Théodose, après avoir obtenu leur soumission, « mit avec la plus grande sagesse à la tête des tribus dont il traversait les terres des préfets à la fidélité éprouvée (apposuit fidei compertae praefec-tos) »157. Cette précision sur la fidélité des préfets serait très étrange si Ammien songeait à des officiers romains. Il y eut certes quelques défections dans le camp impérial, mais l'expression, avec l'allusion à la fides, se comprend bien mieux si on la rapporte à des notables indigènes originaires des tribus rencontrées et qui étaient connus pour leur loyalisme. Un autre exemple de tels personnages nous est vraisemblablement fourni par l'épitaphe du préfet des Salassii de Numi-die : on ignore son nom, mais le lieu et l'aspect de la sépulture sont clairement, selon H. G. Pflaum, ceux d'un chef de tribu qui portait le titre de praefectus158. Dans ce cas comme dans celui évoqué par saint Augustin, la nomination d'un préfet s'assimilait donc plutôt à l'investiture, à la tête d'une tribu, d'un chef d'un genre original : frère de race de ses administrés et placé à leur tête non par hérédité ou désignation populaire, mais par la volonté de Rome dont il devenait l'agent et le représentant. L'institution, à un moment que nous ne pouvons préciser mais qui doit se situer au iiie siècle comme l'a pressenti M. Bénabou159, dut ainsi évoluer dans un sens dont on perçoit aisément le double avantage. Aux yeux des Romains, pour qui la nature juridique de la fonction ne changeait probablement pas, le préfet était nommé pour représenter le pouvoir impérial et administrer en son nom la tribu ; en revanche, aux yeux des Maures, la même fonction n'était plus nécessairement interprétée comme une atteinte à l'autonomie tribale, le préfet issu de la gens et certainement un de ses notables traditionnels pouvant passer pour un chef coutumier. Par cette adaptation d'une très ancienne institution, l'Empire prouvait simplement son réalisme et son pragmatisme dans le traitement des « affaires indigènes ». Cette hypothèse, nous l'avons signalé, était déjà celle de Ph. Leveau, qui avançait que le titre de préfet de tribu au Bas-Empire pouvait finalement être « à peu près synonyme de princeps gentis au Haut-Empire »160. Il suggérait, pour le vérifier, une enquête sur les insignes remis par Rome aux chefs de tribus et aux préfets. L'intuition s'avère, nous allons essayer de le montrer maintenant, parfaitement judicieuse.

c) Les insignes des préfets et des chefs de tribus au Bas-Empire

  • 161 Une première présentation de ce dossier a fait l'objet d'une conférence à l'Institut de Droit Romai (...)
  • 162 Virgile, Enéide, IV, 242.
  • 163 Servius, In Vergilii Aeneidos commentarius, éd. G. Thilo et H. Hagen, t. 1, Leipzig, 1881, p. 507-5 (...)
  • 164 R. Holtz, Donat et la tradition de l'enseignement grammatical, Paris, 1981, p. 224-225.

60La première pièce de ce dossier, qui n'a jamais fait l'objet d'une étude systématique161, est un bref passage du commentaire de Ser-vius Honoratus sur l'Enéide. Au milieu du livre IV du poème, apprenant qu'Enée s'attarde auprès de Didon, Jupiter envoie Mercure ordonner au héros de reprendre la mer. Virgile, à cette occasion, décrit les préparatifs du messager des dieux, et il précise : tum virgam capit162. Ce mot virga, qui désigne une baguette plutôt qu'un bâton, retient longuement Servius. L'érudit évoque d'abord toutes les fonctions de la virga de Mercure, qu'il définit comme un caducée. Puis il élargit son propos à tous les types de baguettes officielles : le caducée était porté par les legati pacis à l'époque républicaine selon Tite-Live ; la virga était aussi un insigne de pouvoir (insigne potestatis) pour les magistrats et les devins ; enfin, « aujourd'hui » les concours d'athlètes et les combats de gladiateurs sont interrompus par la virga et, ajoute-t-il, « les préfets des tribus maures (praefecti gentium Maurorum), à leur nomination, reçoivent la virga et la portent »163. Cette dernière remarque, unique dans les sources antiques, est d'autant plus précieuse qu'elle provient d'un contemporain de saint Augustin. La chronologie de Servius a été, en effet, précisée récemment par L. Holtz, qui situe « le début de son enseignement un peu après les années 400 », soit à peu près au moment où saint Augustin écrivait sa lettre à Hésychius de Salone164. Certes, on sait que Servius a mis à profit une bibliothèque immense, et qu'il a donné des informations extraites d'ouvrages parfois très anciens. Mais son allusion aux préfets est exceptionnellement dépourvue des références littéraires qui accompagnent habituellement ses commentaires, et elle figure à la suite d'une phrase commençant par hodie, qu'elle semble prolonger. Le détail pourrait donc ici être emprunté aux réalités de l'époque de Servius. Comme le mot Maurus avait acquis alors un sens très large, on peut admettre aussi que la cérémonie de remise de la virga était à cette époque un usage normal dans la totalité de l'Afrique romaine.

  • 165 Cf. Cicéron, Verrines, V, 161. Pour les poètes, cf. par exemple Ovide, Tristes, V, 6, 32 : ceditur (...)
  • 166 Cl. Lepelley, article cité supra note 151, p. 293.

61Quel était exactement cet insigne ? Le texte précise qu'il était remis au moment de la nomination des préfets, et que ceux-ci le portaient : c'était donc évidemment un symbole de leur pouvoir. On serait de ce fait tenté de l'assimiler à une sorte de sceptre, mais qui était allongé et effilé. Tous les exemples donnés par Servius montrent en effet qu'il emploie à dessein le mot virga pour son sens exact : une baguette, comme celle de Mercure, ou comme l'insigne potestatis des magistrats. Cette dernière expression est intéressante parce qu'elle renvoie probablement à un symbole romain classique : on appelait aussi virgae les faiceaux des licteurs qui précédaient les magistrats, si souvent que le terme devint chez les poètes un synonyme de fasces165. Tout ceci définit donc clairement un objet banal pour les Romains, et qui était apparemment aussi d'origine romaine, ce qui ne peut surprendre puisque le préfet était un agent de l'empereur, chargé de le représenter à la tête de la tribu. Une étran-geté demeure cependant. Comme l'écrit C. Lepelley, le préfet, en droit public romain, n'était qu'un « fonctionnaire délégué, dépourvu du caractère de magistrat »166. Il n'avait donc, théoriquement, pas droit aux insignes de fonction habituellement associés aux magistratures. Aucun texte concernant la préfecture de cité sous la République ou surtout la préfecture de tribu au Haut-Empire ne signale ainsi de symboles de cette charge. La remise de la virga aux préfets de tribus semble, dans cette perspective, constituer une réelle anomalie du Bas-Empire.

  • 167 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3-8 :
    οσοι γαρ εν τε Μαυριτανία και Νουμιδία και βυζακίφ Μαυρουσίων (...)

62Pour comprendre l'origine de cette anomalie, il nous faut examiner ce qu'était à la même époque la situation des chefs de tribus investis par Rome. Un célèbre texte de Procope, déjà plusieurs fois évoqué, constitue ici le document essentiel. C'est un extrait de la Guerre vandale qui raconte le premier contact entre des chefs berbères et Bélisaire, général en chef de l'armée de reconquête envoyée par Justinien en Afrique en 533167 :

Tous ceux qui commandaient à des Maures en Maurétanie, en Numidie et en Byzacène envoyèrent des ambassadeurs à Bélisaire, disant qu'ils étaient les esclaves de l'empereur, et ils promirent d'être ses alliés. Il y en eut aussi qui donnèrent même leurs enfants comme gages de leur promesse et qui demandèrent que Bélisaire leur fasse parvenir les insignes de leur pouvoir, selon l'ancienne coutume. Car c'était la coutume que personne ne commandât à des Maures, fût-ce un ennemi des Romains, avant que l'empereur des Romains ne lui eût remis les insignes de commandement. Or ils avaient reçu ces insignes des Vandales, mais ils n'estimaient pas que leur pouvoir était solide. Ces insignes sont une baguette (rabdos) d'argent dorée, une coiffure (pilos) en argent qui ne couvre pas toute la tête mais est comme une couronne (stephanos) soutenue de tous côtés par des bandes d'argent, un petit manteau (tribônion) blanc qui s'attache sur l'épaule droite avec une agrafe en or, de même forme qu'une chlamyde thessalienne, une tunique (chitôn) blanche avec des broderies [ou des peintures], une chaussure dorée. Et Bélisaire leur envoya ces choses et fit présent à chacun d'entre eux de beaucoup d'argent.

  • 168 Cf. sur ce contexte, infra 4e partie, p. 585-592.
  • 169 Cf. sur ces continuités C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, p. 253 et 25758, dont les remarques (...)
  • 170 Guerre vandale, I, 25, 5.
  • 171 Cf. infra 4e partie p. 587.

63Cette cérémonie se déroula vers le mois de novembre 533, avant la défaite définitive du roi vandale Gélimer, mais après une première grande victoire des Grecs et la reprise de Carthage. La démarche des chefs maures s'expliquait donc aisément. Bélisaire se posait en restaurateur de l'Empire, et il fallait trouver un accord avec lui, ce qui fut facilement réalisé car, de son côté, le général romain craignait une contre-attaque de Gélimer qui s'appuyerait sur une alliance maure168. Selon Procope, il y eut, en fait, deux types d'accords : tous les chefs présents reconnurent l'autorité romaine et promirent leur alliance, mais certains, en plus, participèrent à une remise d'insignes demandés expressément au général. Or, ce type de cérémonie avait déjà été pratiqué, apparemment avec les chefs des mêmes tribus, au temps des Vandales. Mais l'origine du rite était encore plus ancienne. Procope parle en effet d'une coutume qui liait les Maures à l'empereur des Romains : cela ne peut que renvoyer au Bas-Empire, à une époque antérieure à l'invasion vandale de 429. Le texte conduit donc à admettre un phénomène de continuité institutionnelle du ive au vie siècle, en lui-même peu surprenant : l'organisation administrative des provinces romaines et les institutions des cités n'avaient, pareillement, pas disparu sous Genséric et ses succes-seurs169. Le témoignage de l'historien grec, qui est un témoin direct des faits qu'il rapporte puisqu'il était l'assesseur de Bélisaire dans l'expédition africaine, établit donc formellement qu'à l'époque de saint Augustin des chefs de Maurétanie, de Numidie et de Byzacène recevaient des autorités romaines une panoplie d'insignes. Aux yeux des Maures, la réception de ces insignes constituait une coutume, ou même une loi selon le sens donné au mot nomos170, qui habilitait véritablement un chef à exercer son pouvoir sur sa tribu : c'était donc un acte fondateur de légitimité. Cependant, Procope ne dit rien sur l'intérêt des Romains dans l'affaire, et il semble suggérer que Béli-saire ne fit, au fond, que satisfaire un caprice de barbares en envoyant les insignes demandés. Cette présentation peut se comprendre, nous le verrons, par sa volonté de nier tout engagement formel des Byzantins auprès des Maures qui aurait pu ensuite justifier la révolte de ces derniers171. Mais elle a pour effet de laisser subsister un doute sur le sens et l'origine de la cérémonie avant la conquête vandale : l'Empire choisissait-il les chefs investis et en faisait-il ainsi ses délégués, ou se contentait-il de reconnaître un état de fait en affirmant une suzeraineté de principe ? L'analyse des insignes eux-mêmes peut seule ici apporter une réponse : s'ils sont d'origine romaine, c'est la première hypothèse qui devrait s'imposer. S'ils sont au contraire d'origine berbère, il faudrait privilégier la seconde.

  • 172 Cf. ainsi Hérodote, III, 12, à propos des Perses.

64Le texte de Procope s'avère, sur ce point, d'abord déconcertant par son vocabulaire : plusieurs des objets décrits semblent en effet prestigieux par leurs matériaux, mais sont désignés en même temps par des mots qui les déqualifient. Ainsi le second : une coiffe d'argent, d'abord assimilée à un diadème d'un type particulier, mais qui est appelée pilos, un terme normalement employé pour le bonnet des barbares172. Ainsi également le troisième : un petit manteau « ressemblant à une chlamyde », mais qui est appelé tribônion, mot d'habitude utilisé pour parler d'un manteau très grossier, celui de certains philosophes ou des Spartiates de l'époque classique. Le texte lui-même paraît donc vouloir délibérément brouiller les analyses, et il ne peut être éclairci que par comparaison avec d'autres documents sur les costumes et les insignes de pouvoir dans l'Antiquité.

  • 173 Corippe, Johannide, V, 264 et 328 ; VII, 419 et 510. Cf. supra p. 233-235.
  • 174 Johannide, VIII, 188-192 : opposition entre le soldats romains et leurs alliés (tribus de Cusina et (...)
  • 175 Pomponius Mela, Chorographia, I, 41 : primores sagis velantur, vulgus bes-tiarum pecudumque pellibu (...)
  • 176 Cf. J.-P. Laporte, « Datation des stèles libyques figurées de Grande Kabylie », dans L'Africa roman (...)
  • 177 G. Camps, « Abizar », dans EB, t. 1, Aix, 1984, p. 84-86, dont la datation a été bien confirmée dés (...)

65Or, dans cette perspective, le dossier spécifiquement berbère se révèle vite décevant. Au vie siècle, selon Corippe, certains chefs des Maures, des Nasamons, se reconnaissaient au port de plumes sur la tête173. D'autres, évoqués au chant VIII de la Johannide, arboraient des vêtements de pourpre, mêlés de diverses teintes, et avaient la tête enveloppée d'une étoffe174. Tout ceci est très différent des ornements remis par Bélisaire. A une époque beaucoup plus ancienne, Pomponius Mela signale que les primores des Maures de l'intérieur de l'Afrique se distinguaient du vulgus par le port d'un sagum, un manteau qu'il ne décrit malheureusement pas175. Plus anciennes encore, des stèles figurées à inscriptions libyques de Grande Kabylie ne permettent guère plus de rapprochements176. Les personnages représentés, probablement des chefs de l'époque immédiatement antérieure à la conquête romaine selon G. Camps177 et J.-P. Laporte, portent un bouclier rond et plusieurs javelots et sont souvent accompagnés d'un mystérieux petit personnage tenant une sorte de bâton ou de flambeau. Certains brandissent un anneau, tenu entre le pouce et l'index, qui paraît être un symbole de leur pouvoir ou de leur rang. Aucun ne semble posséder de couvre-chef. L'ensemble constitue une panoplie originale, probablement d'origine berbère ou berbéro-punique, mais qui n'a, sauf peut-être le bâton, aucun rapport avec les objets décrits par Procope.

  • 178 Tite-Live, XXX, 15, 11-12 (événements de 203 av. J.-C.) : Ibi Massinissam primum regem appellatum e (...)
  • 179 Sur le triomphe et ses ornements, cf. encore l'excellent article de R. Ca-gnat, « Triumphus », dans (...)
  • 180 D. Braund, Rome and the friendly King. The Character of client Kingship, Londres-New York, 1984, p. (...)
  • 181 Tite-Live, XXX, 17 (en 203 av. J.-C., le sénat répond aux ambassadeurs envoyés par Massinissa pour (...)
  • 182 Tacite, Annales, IV, 26 : Cognitis dehinc Ptolemaei per id bellum studiis, re-petitus ex vetusto mo (...)
  • 183 Références dans J. Mazard, Corpus nummorum Numidiae Maureta-niaeque, Paris, 1955.
  • 184 D. Braund, op. cit. supra note 180, p. 28-29, auquel M. Coltelloni-Trannoy semble se rallier (« Les (...)
  • 185 Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 8, 2-3.
  • 186 Dessau, ILS, 8958.
  • 187 Cf. M. Coltelloni-Trannoy, Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée, Paris, 1997, p. 29-45
  • 188 On peut cependant se demander si le disque des monnaies Mazard 442 et 443 n'est pas une couronne de (...)

66Plus significative peut s'avérer, en revanche, une comparaison entre les insignes remis par Bélisaire et les cadeaux qu'offrait la République romaine à ses amis les rois africains. Dès Massinissa en effet, les rois de Numidie reçurent certains insignes de commandement, en vertu d'accords les liant à Rome. Selon Tite-Live, Scipion remit en 203 avant Jésus-Christ à Massinissa, qu'il venait de reconnaître roi, une couronne d'or, une chaise curule, un sceptre d'ivoire (scipio eburneus), une toge brodée ou colorée (toga picta), et une tunique brodée (tunica palmata). Concluant sa description, Tite-Live estimait que le roi numide était ainsi implicitement élevé au rang d'un triomphateur romain178. Cette liste rappellerait en effet les ornamenta triumphalia, s'il n'y avait la chaise curule179. En soulignant l'étrangeté de sa présence dans les cadeaux de Scipion, D. Braund180 a rappelé que le sénat remit aussi à Massinissa, quelque temps après, de nouveaux insignes qui accompagnaient cette fois un senatus-consulte officiel reconnaissant le roi numide : deux manteaux de pourpre (sagula purpurea) avec des fibules d'or, une tunique laticlave, deux chevaux décorés de phalères, deux armures de cavalier avec des cuirasses, et deux tentes avec leur mobilier de campagne, « telles qu'on a coutume d'en fournir à un consul »181. De toute évidence, note D. Braund, les Romains ne cherchaient pas, par de tels cadeaux, à symboliser seulement leur alliance militaire avec Massinissa. Et l'historien britannique de rappeler alors les honneurs accordés deux siècles après à d'autres rois africains, Juba II et Ptolémée de Maurétanie. Selon Tacite, Tibère envoya en 24 à Ptolémée un sceptre d'ivoire et une toge brodée182. Les monnaies de ce souverain et de son père (fig. 5) montrent une gamme d'insignes plus variée183 : une chaise curule (Mazard n° 440, 442, 443), un manteau plié sur celle-ci (n° 440), un bâton orné qui pourrait être le sceptre mais paraît très long (sur toutes les pièces reproduites), et différentes couronne : un diadème (n° 193), une sorte de couronnes de lauriers (n° 440), une étrange couronne à festons (n° 442 et 443). Comme la chaise curule et le bâton de commandement sont les objets les plus fréquemment représentés, D. Braund avance finalement que les honneurs accordés par Rome à ces rois amis et clients devaient s'assimiler, plus qu'à des ornamenta triumphalia, à des orna-menta consularia184. On sait, de fait, qu'à l'époque impériale plusieurs princes-clients se virent conférer explicitement les honneurs des magistrats : sous Claude, Agrippa Ier bénéficia, selon Dion Cas-sius, des « ornements consulaires »185. Un peu plus tard, Sohaemus d'Emèse fut aussi, d'après une inscription, honaratus ornamentis consularibus186. Si on accepte ces rapprochements, il faudrait donc admettre que les cadeaux faits aux rois de Numidie et de Maurétanie ne récompensaient pas seulement une alliance militaire, mais étaient de véritables insignes de fonction qui faisaient d'eux les représentants de Rome, comparables à des magistrats délégués. Dès lors, sachant ce qu'était par exemple la situation de Juba II, roi par la seule volonté d'Auguste187, il est permis de se demander si les autres symboles du pouvoir de ces personnages, ceux qui exprimaient leur caractère royal et manifestaient leur apparente autonomie, n'étaient pas en fait aussi choisis et transmis par Rome. Si l'hypothèse est juste, elle nous apporterait enfin les éclaircissements attendus. Il existe en effet d'évidentes analogies entre les éléments les plus originaux de la panoplie du pouvoir des rois africains sous la République ou au début de l'Empire, et les insignes décrits par Procope. Le long sceptre des monnaies de Juba II et Ptolémée pourrait être qualifié de rabdos. La tunica palmata reçue par Massinissa serait aisément identifiable à la tunique blanche ornée de broderies ou de peintures. Mais surtout, l'étrange couronne festonnée des monnaies de Ptolémée (Mazard n° 442 et 443) correspondrait parfaitement à la non moins insolite coiffe décrite par Procope : « une coiffe en argent qui ne couvre pas toute la tête mais est comme un diadème soutenu de tous côtés par des bandes d'argent »188.

Fig. 5 - Insignes du pouvoir dans les tribus et les royaumes.

  • 189 Chronique Pascale,éd. Niebuhr, t. 1, Bonn, 1832, p. 613-614 (= Chronicon Paschale a. 522, trad. M. (...)

67On pourrait, certes, opposer à ces rapprochements la longue distance chronologique qui sépare l'époque de Juba et celle de Procope. Mais plusieurs textes attestent que l'usage de remettre des insignes de fonction aux princes et rois clients s'était maintenu à la fin de l'Antiquité. Dans un récit à peu près identique, Jean Malalas et la Chronique Pascale rapportent ainsi qu'en 520 un chef des Lazes du Caucase, Tzathès 1er, s'était rendu à Constantinople pour demander à l'empereur Justin son investiture comme roi de son peuple189 :

Il avait été nommé et couronné roi des Lazes par l'empereur Justin et portait la couronne (stephanos) des Romains et la chlamyde de soie blanche, ayant au lieu du [tablion] pourpre un tablion impérial d'or, au milieu duquel se trouvait un véritable petit buste à l'effigie de l'empereur Justin, ainsi qu'une tunique paragaude blanche. Et celle-ci comporte des broderies d'or impériales, ayant de même l'effigie de l'empereur Justin. Les chaussures, rouges, étaient de type perse avec des perles. De même, sa ceinture était aussi formée de perles.

  • 190 Agathias, Histoires, III, 15, 2,(éd. Keydell, CFHB 2, Berlin, 1967, p. 103 = trad. J. D. Frendo, Be (...)

68Aux dires d'Agathias, la même scène se répéta un peu plus de trente ans après, en 555, en faveur d'un autre roi des Lazes, Tzathès II, accueilli cette fois par Justinien190 :

Tzathès reçut de l'empereur les insignes du pouvoir hérité de son père, comme la tradition le prescrivait. Ils consistent en une couronne d'or (stephanos) ornée de pierres précieuses, un manteau brodé d'or descendant jusqu'aux pieds, des chaussures écarlates, une coiffure (mitra) ornée de même d'or et de pierres précieuses. Il n'est pas permis aux rois des Lazes de porter une chlamyde pourpre mais seulement une chlamyde blanche. Toutefois celle-ci n'est pas commune ni habituelle car elle resplendit de part et d'autre du milieu de [bandes de ] tissu d'or. Elle se distingue aussi par l'agrafe impériale avec des pendants de pierres [précieuses] et d'autres ornements.

  • 191 Cette nuance importante sur la matière et la couleur des insignes fut particulièrement mise en vale (...)
  • 192 Nous nous séparons donc un peu ici de l'interprétation de C. Morrisson, qui a conclu récemment que (...)
  • 193 M. Christol et J. Gascou « Volubilis, cité fédérée ? », dans MEFRA, t. 92, 1980, p. 342.

69En prenant la peine de souligner le caractère perse des chaussures rouges de Tzathès I, la Chronique pascale laisse implicitement entendre que tous les autres insignes étaient d'origine romaine : ils faisaient donc partie d'une panoplie dont l'Empire faisait usage quand il voulait investir solennellement un roi-client. Or on retrouve dans cette panoplie les éléments essentiels, à l'exception de la baguette, qui étaient évoqués dans le texte de Procope, avec cependant, comme pour les insignes des rois numides et maurétaniens, des différences dans les matériaux et les couleurs. Ceux-ci étaient en effet soigneusement choisis, selon des critères protocolaires très précis, comme l'atteste la remarque d'Agathias sur les chlamydes : l'empereur, supérieur aux rois vassaux, avait seul droit à la pourpre. De la même manière, ces rois, supérieurs en dignité aux divers chefs des tribus maures, étaient revêtus d'insignes où l'or et les matières les plus précieuses prédominaient : les sceptres remis à Massinissa et à Ptolémée étaient en ivoire ; les couronnes de Massinissa et de Tzathès II en or. Au contraire, la « baguette » et l'étrange couronne remises par Bélisaire n'étaient qu'en argent191. Il existait donc une différence de degré volontairement marquée par l'administration romaine entre les uns et les autres, mais les cérémonies et les objets étaient du même type, et cette analogie frappante nous permet de fixer le statut des chefs maures évoqués par Procope. Pour les Romains, la remise des insignes à Ptolémée de Maurétanie ou à Tzathès II avait en effet une double signification : elle impliquait une reconnaissance par l'Empire d'un statut spécial, théoriquement d'autonomie, pour le territoire et le peuple qu'ils dirigeaient ; mais elle était aussi, et sans que cela apparaisse contradictoire pour un Etat qui se voulait universel, une affirmation de la suprématie ro-maine192. Le roi investi, en recevant des insignes qui, au moins à l'origine, étaient en partie des ornamenta consularia, devenait le représentant de Rome sur son territoire et devant son peuple : il s'assimilait à un délégué de la souveraineté impériale, ou mieux, pour reprendre la formule de M. Christol et J. Gascou à propos de Juba II, à un « fondé de pouvoir » de Rome193. Tout indique que les cérémonies d'investiture des chefs maures avaient le même sens, avec simplement une différence de degré : l'Empire reconnaissait par la remise des insignes le droit au chef et à sa tribu d'occuper un territoire précis dans la province ; en retour, ce chef, en recevant ces insignes, devenait virtuellement l'agent de l'autorité romaine qui, formellement, l'avait choisi et lui avait donné son pouvoir. Il n'est pas impossible qu'en Afrique cette pratique se soit mise en place dès la période située entre la dictature de César et le règne de Caligula, lorsque disparurent le royaume numide puis le royaume mauréta-nien. Rome dut alors intégrer des tribus encore très autonomes, et elle a pu s'inspirer, pour organiser ses rapports avec elles, du système qui était utilisé auparavant avec les rois vassaux, en en reprenant la symbolique. Les textes étant très rares et leur silence peu significatif, rien n'interdit de supposer que la panoplie décrite par Procope était ainsi déjà remise au Haut-Empire aux principes des gentes établies dans les provinces, chefs coutumiers qui ne pouvaient assurer leur pouvoir et garantir à leurs tribus la stabilité dans un environnement romain que par une reconnaissance de l'autorité impériale, matérialisée par une investiture officielle. Comme Juba II ou Ptolémée, mais sans leur prestige, chaque chef maure revêtu de la coiffe d'argent, du manteau blanc et de la baguette de commandement portait peut-être alors sur lui l'image de la puissance dominante à laquelle il devait théoriquement son pouvoir.

d) Confusion progressive des préfets de tribus et des chefs investis par Rome

70Telle était, en tout cas, la situation au Bas-Empire, et il n'est que trop évident qu'à ce moment la différence entre ces chefs et les préfets de tribus s'était considérablement réduite. Il faut, en effet, revenir maintenant au texte de Servius par lequel avait commencé ce chapitre. Nous avons vu que, comme les chefs investis, les préfets étaient au temps de saint Augustin des Maures. Nous savons aussi que, comme ces chefs, ils étaient les représentants de l'autorité romaine. Mais surtout, nous avons constaté qu'ils recevaient, contre l'usage, au moins un insigne de fonction, la virga. Or ce mot est l'exact équivalent latin du mot rabdos employé par Procope. Certes, Servius n'évoque que ce seul insigne. Mais il ne dit nullement qu'il n'en existait pas d'autres. Sa remarque fait en effet partie d'un commentaire sur un mot de l'Enéide, elle n'est pas un article d'un exposé sur les institutions romaines. De même qu'en citant la virga de Mercure il n'entreprend pas une description systématique des autres attributs du dieu, de même aussi qu'en évoquant la virga des devins il ne songe à donner la liste de tous leurs instruments, il ne faut pas s'attendre ici à le voir détailler un catalogue complet des symboles de l'autorité des préfets de tribus. L'existence d'une panoplie liée à cette fonction est donc une hypothèse envisageable, qui vient s'ajouter à une longue série de constatations objectives sur les similitudes entre préfets de tribus et chefs investis par Rome.

  • 194 Ph. Leveau, article cité supra note 154, p. 186.
  • 195 Un doute peut cependant subsister sur les pratiques de l'Empire d'Orient dans sa province de Cyréna (...)

71Comment ne pas tirer de conclusion de celles-ci ? D'origine romaine mais issue d'un ancien cérémonial unissant l'Empire et les chefs indigènes, la virga nous paraît être, en fait, le symbole d'un phénomène que Ph. Leveau avait déjà pressenti, le rapprochement très étroit qui s'institua au Bas-Empire entre chefferie coutumière et préfecture de tribu194 : l'usage s'était établi alors de remettre aux préfets les mêmes insignes qu'aux principes, parce que les uns et les autres étaient des Maures placés à la tête de leurs tribus par l'administration romaine195. Certes, une différence subsistait : les préfets étaient choisis par les Romains, tandis que les principes étaient vraisemblablement d'abord portés au pouvoir selon des règles traditionnelles par leurs tribus, et seulement ensuite reconnus et investis par l'Empire. Mais tous étaient définis officiellement comme des délégués de l'Etat romain, et la confusion apparente de leurs charges leur était également profitable. Pour les principes, au moins ceux des tribus de l'intérieur, paisibles et qui avaient reçu de facto la citoyenneté romaine en 212 et ne pouvaient donc être gênées par le principe, c'était un peu de l'honneur supérieur attaché au vieux titre romain de praefectus qui augmentait leur prestige. Inversement, pour les tribus à préfets, la remise d'insignes qui avaient été ceux des rois et chefs du passé officiellement indépendants était une marque de faveur : elle prouvait que l'administration romaine, en leur imposant son autorité, s'efforçait néanmoins de leur laisser l'apparence d'un gouvernement autonome.

  • 196 Cf. supra p. 475.
  • 197 Supra p. 469.
  • 198 L'expression bis praefectus pour le préfet indigène des Salassii suggère néanmoins que des renouvel (...)

72Quel était le cas le plus répandu ? On pourrait, à la suite de C. Lepelley, supposer que les préfets étaient relativement rares, parce qu'ils étaient nommés seulement à la tête de tribus agitées, ou impliquées dans des troubles récents. Les textes littéraires, tant la lettre de saint Augustin à Hésychius de Salone que le récit d'Ammien Marcellin sur la révolte de Firmus, semblent témoigner en ce sens. Mais aucun de ces auteurs ne prétend énoncer un principe général en liant obligatoirement l'institution de la préfecture à un contexte de guerre. D'autre part, plusieurs inscriptions laissent deviner une autre réalité. Une inscription de l'Aurès, déjà citée196, célèbre ainsi un Maure, Gerrasusu, vet(e)ranus, ex pr(a)efecto g(entis), qui devait vivre au iiie ou au ive siècle et avait dirigé une tribu dans ce massif où on ne connaît pas de révolte après le iie siècle. Nous avons, de même, déjà signalé en Numidie, au nord de Cirta, l'épitaphe assez tardive du préfet des Salassii, une tribu qui n'est mêlée à aucune guerre connue197. Sans nier que la création d'un préfet ait toujours répondu au départ à une situation troublée dans un groupe maure, on peut donc se demander, à considérer ces exemples, si dans un certain nombre de cas anciens le régime de la préfecture, une fois établi, n'avait pas pu se maintenir ensuite en dehors de toute agitation, au profit en particulier des notables de la tribu. Progressivement, l'administration impériale aurait remplacé le préfet romain par un personnage éminent et sûr de la communauté, de plus en plus choisi en accord avec celle-ci, qui aurait accepté le maintien du titre à cause de son prestige « romain ». La nomination d'un préfet se serait alors renouvelée de génération en génération, par accord tacite, probablement selon une procédure simple : les notables proposaient un chef ; celui-ci se présentait aux autorités romaines, qui s'assuraient de sa loyauté, puis le nommaient officiellement préfet au cours d'une cérémonie accompagnée de remise d'insignes198. Ainsi s'expliquerait encore mieux, parce que l'administration romaine se montrait souple, et parce que l'autonomie des tribus concernées n'était pas remise en question, le rapprochement entre la situation des préfets et celle des chefs investis.

  • 199 Code Théodosien, XI, 30, 62 : cf. supra p. 482-483.
  • 200 Code Théodosien, VII, 15, 1 : cf. supra note 8.
  • 201 Cf. supra p. 262.
  • 202 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza. A Libyan Settlement in the Roman Peri-od, Tripoli, 1985, t. 2, pl (...)

73Existait-il cependant une répartition géographique particulière à chaque catégorie ? On pourrait apparemment le penser, puisqu'au Bas-Empire comme à l'époque précédente les exemples précis de tribus pourvues d'un préfet qui nous sont connus concernent des groupes nettement établis à l'intérieur des frontières romaines. Mais il est possible, en fait, que des communautés maures installées sur le limes aient eu le même statut. La constitution d'Arcadius et Hono-rius adressée au proconsul d'Afrique Diotimus en 405 évoque en effet les gentiles « ou leurs préfets »199. Or le terme gentiles réapparaît dans une autre constitution, de quatre ans postérieure, envoyée au vicaire d'Afrique200 : les empereurs Honorius et Théodose II rappellent à ce dernier l'existence des « superficies de terres qui avaient été concédées aux gentiles par la prévoyance humaine des anciens en vue de l'entretien et de la consolidation du limes et du fossatum ». Ces groupes berbères au service de l'Empire, et chargés de défendre ses provinces, devaient probablement être dirigés par des compatriotes ayant le titre de préfet. Les documents provenant de Tripoli-taine orientale, malgré l'incertitude sur le statut de cette région au ive siècle, confirment cette intégration des tribus du « deuxième cercle » au modèle élaboré pour les tribus de l'intérieur. Sans revenir sur le cas singulier des chefs enterrés à Bir ed Dreder, apparemment des Maures placés à la tête de gentiles, mais qui portaient le titre de « tribun »201, on évoquera ici un des bas-reliefs les plus remarquables de Ghirza (fig. 4), daté du ive siècle par O. Brogan202. Au centre de l'image, assis sur un siège qui a toutes les apparences d'une chaise curule et face à un serviteur qui lui présente une amphore ou un vase, un personnage plus grand que les autres, vêtu d'un manteau ou d'une tunique au dessin compliqué (brodée ?) et porteur d'une coiffe à rosaces, tient une coupe dans sa main droite et un objet qui ressemble à un volumen dans sa main gauche. Derrière lui, volontairement représenté avec une taille inférieure et précédant un serviteur portant une large coupe, un assistant brandit des deux mains un long bâton. La scène représente de toute évidence un chef dans l'exercice solennel de son pouvoir. Or celui-ci se manifeste par la possession d'un certain nombre d'insignes. Certains restent mystérieux, mais le bâton de commandement rappelle la virga de Servius ou le rabdos de Procope, et la chaise curule évoque les ornamenta consularia remis jadis à Massinissa et à d'autres rois vassaux. Vraisemblablement, ce chef maure installé dans le prédésert tripolitain se considérait donc, à la manière des tribuni de Bir ed Dreder, comme un délégué de l'autorité romaine : était-ce seulement un dux ou un princeps investi par le gouverneur lors d'une cérémonie à Lep-cis Magna, ou un véritable praefectus ? Rien ne permet de le dire, mais la différence importait finalement assez peu.

  • 203 Cf. Cl. Lepelley, article cité supra note 151, p. 294.
  • 204 Johannide, VIII, 461-462 : cf. supra p. 349.
  • 205 Cf. W. Seston et M. Euzennat, « La citoyenneté romaine au temps de Marc Aurèle et de Commode d'aprè (...)

74Toutes les tribus que nous venons d'évoquer, à l'intérieur des provinces comme sur leurs marges, avec ou sans préfets, possédaient en effet, au total, des caractéristiques fondamentales identiques. Elles étaient reconnues officiellement comme des communautés dotées d'une personnalité juridique, établies sur un territoire délimité, et pourvues d'un droit propre. Sauf les tribus extérieures récemment pacifiées et déplacées dans les provinces qu'évoque saint Augustin, elles étaient aussi relativement autonomes et réglaient elles-mêmes leurs affaires internes. Les tribus de l'intérieur jouissaient en même temps de la citoyenneté romaine depuis l'édit de Ca-racalla : la possibilité de faire appel devant le tribunal du proconsul d'Afrique, attestée en 405, en est la meilleure preuve203. Le fait pourrait paraître moins sûr pour les tribus du limes, surtout quand elles se trouvaient, comme en Tripolitaine orientale, assez loin des zones effectivement romanisées. Mais l'édit du fils de Septime Sévère transformait le statut de tous les hommes libres de l'oikoumène, et officiellement les limites de l'Empire recouvraient celles de l'oikou-mène. D'autre part, nous l'avons vu à propos de Cusina, un passage de la Johannide de Corippe affirme qu'au vie siècle l'Empire considère comme dotées de la citoyenneté romaine « toutes les gentes qu'il voit soumises et fidèles »204. Toute tribu pourvue d'un chef investi officiellement remplissait ces critères, où qu'elle soit établie. Et en vertu du principe salvo jure gentis énoncé sur la Table de Banasa205, cette citoyenneté n'était, dans tous les cas, nullement incompatible avec le particularisme tribal.

75Mais tous les Maures de l'intérieur de la Numidie et de la Byza-cène au Bas-Empire vivaient-ils dans des tribus officiellement reconnues et dirigées par un chef investi ou un préfet ? Divers indices en font douter et conduisent à reconnaître deux autres catégories de tribus moins traditionnelles, car touchées cette fois dans leurs structures par le processus de romanisation.

2) Les tribus partiellement romanisées

a) tribus attestées

  • 206 Cf. supra p. 476.
  • 207 ILAf 102 et CIL VIII, 23195 (datée des années 241-244).
  • 208 ILAf 103.
  • 209 Z. Benzina ben Abdallah, « Du côté d'Ammaedara (Haïdra) : Musulamii et Musunii Regiani », dans AA, (...)
  • 210 CIL VIII, 23195.

76Il faut revenir d'abord sur le cas remarquable, et peu commenté jusqu'ici, des Musunii Regiani attestés entre Cillium et Thélepte au milieu du iiie siècle, non loin du futur territoire d'Antalas206. Cette tribu formait une gens officiellement reconnue, et c'est ce terme gens qu'elle employait pour se désigner (gens Musuniorum Regianorum207 ou Gens Regianorum208). Mais les inscriptions montrent qu'elle possédait en même temps une organisation originale, qui la différenciait des tribus jusqu'ici rencontrées. Encore au IIe siècle, peut-être jusqu'à Marc Aurèle, elle devait disposer d'un statut classique, puisqu'une inscription d'Haïdra209 semble mentionner un praefectus gen-tis Musuniorum, probablement un notable de la cité choisi pour sa connaissance des hommes et du pays. En revanche, au temps des Sévères ou de Gordien III, nous la voyons ériger d'elle-même des dédicaces aux empereurs, sans plus aucune mention d'un préfet, ni même d'un chef au sens traditionnel, princeps gentis ou dux. Dans deux cas, c'est la gens elle-même, exactement comme une collectivité publique romaine, respublica, civitas, municipium ou colonia, qui manifeste sa loyauté politique aux chefs de l'Etat impérial. Ainsi dans cette dédicace à Gordien III210 :

Imp(eratori) Cais(ari) [sic]/ M(arco) Anto/nio Gordi/ano Pio Feli/ci Aug (usto), et/ Tranquil/linae Aug(ustae), ux/ori eius/, gens Mus(usunio-rum)/ Reg(ianorum) fec(erunt) et/ dedicaver(unt)/.

77Dans le troisième, la formule est la même, et pousse l'assimilation avec une cité encore plus loin : elle s'accompagne en effet de manière très classique de l'indication de la source de financement (la caisse de la collectivité), et de la mention d'un agent délégué qui a tous les traits d'un indigène par son nom, Thulul, et la manière dont il se désigne, Fue, c'est-à-dire fils de Fua, selon les usages de l'état civil berbère, à cette nuance essentielle près qu'il porte le titre de fla-mine des Augustes :

  • 211 ILAf 102.

Imp(eratoribus) Aug(ustis)/ L(ucio) Septimio/ Severo Per/tinaci Aug(usto)/ et M(arco) Aurel/lio Antoni/no Aug(usto), aram gens/ Musu-niorum/ curante/ Thululem/ Fue flami/nem Aug(ustorum)/ d(edit) d(edicavit) p(ecunia) p(ublica)211.

  • 212 Cf. supra p. 305.

78Peut-être même conduit-elle le mimétisme à l'extrême, jusqu'à faire référence à un conseil municipal, puisque les lettres DD peuvent aussi se développer en d(ecreto) d(ecurionum). De toute évidence, cette tribu appartenait désormais à une catégorie particulière, et singulièrement complexe. Tout en restant une gens, elle avait fait évoluer ses institutions internes pour mieux s'insérer dans la province, mais de manière incomplète, sans renoncer à son identité. Comme les flamines étaient souvent les plus hauts personnages d'une cité, on peut penser ainsi que Thullul était le chef de la tribu, qui avait complété ses fonctions de la prêtrise du culte impérial. De même, le « conseil des décurions », s'il existe, était probablement le conseil des patres de la tribu, décrit au vie siècle par Corippe à propos des Astrices212. Tout cela, comme la mention de la caisse publique, faisait de la tribu une collectivité para-municipale, mais ne remettait pas en cause l'essentiel, la structure tribale.

  • 213 Deux dédicaces de 198-199 trouvées à Aziz ben Tellis (une publiée par Gsell, dans BAC, 1917, p. 342 (...)
  • 214 CIL VIII, 10335, milliaire de Bordj Mamra.
  • 215 CIL VIII, 8270 : M. Aure(lio) Honoratiano Concessi f(ilio), Suburburi col (ono), dec(urioni) col(on (...)

79On peut rapprocher de cette situation, avec certaines nuances, celle des Suburbures de Numidie. Quatre inscriptions découvertes sur l'axe Constantine-Sétif, datées elles-aussi de l'époque sévérienne, désignent en effet cette tribu par la formule étrange de respublica gentis213. La dernière de 216 indique que Respub(lica) gent(is) Subur-bur(um) vias exaustas restituit214. Une autre inscription, trouvée à une dizaine de kilomètres plus au nord de la précédente, à Aziz ben Tellis, est une dédicace à Marcus Aurelius Honoratianus, fils de Concessus, un Suburbure, décurion de la cité de Tutca (Tucca ?) voisine, mais aussi defensor gentis215. Le texte n'est pas daté, mais le nom du personnage et le titre de defensor suggèrent la première moitié du iiie siècle. A une époque comparable donc, dans une région également bien romanisée, cette tribu, comme les Musunii, avait modifié, ou renommé, certaines de ses institutions. Elle se présentait désormais comme une collectivité para-municipale, agissant comme une respublica pour effectuer des travaux publics, possédant un defensor citoyen romain, tout en restant officiellement une gens.

  • 216 Inscription de la Mechta Zebabcha, au nord du Chott el Beïda, publiée par R. Cagnat, « Sabinius non (...)
  • 217 Inscription d'Azziz ben-Tellis (AAA feuille 17 n° 214) publiée par Gsell, BAC, 1917 p. 342-343, à l (...)
  • 218 L'association du village (vicus) et de la tribu est peut-être attestée dans le cas des Suburbures. (...)
  • 219 On pourrait être tenté d'ajouter à ces exemples certaines des mentions de gentes figurant sur des t (...)

80La force, et la signification du mot pour les autorités romaines ne peuvent en effet être sous-estimées. Comme nous l'avons vu au vie siècle, gens s'oppose dans le vocabulaire du droit public à civitas, et afficher ce nom revenait explicitement à se définir comme Maure. Le statut de ces Suburbures, encore mentionnés par une inscription dans la même région sous Sévère Alexandre216, ne laisse ainsi aucun doute. Un dernier texte lève d'ailleurs toute ambiguïté. Une dédicace de 199 faite par la tribu porte la signature respubl(ica) gent(is) Su-bu(rburum) col(onorum)217, une expression qui se retrouve dans la dédicace à Marcus Aurelius Honoratianus citée plus haut, puisqu'elle désigne ce personnage par la formule Concessi f(ilio) Subur-buri col(ono). Ces gens étaient donc des paysans, probablement établis sur des domaines impériaux, et qui vivaient en villages218. L'intérêt de ces textes est de nous montrer la souplesse de la structure tribale, et sa capacité de persistance alors même que la romanisa-tion atteignait son apogée219.

  • 220 X. Dupuis, « Cuicul, la confédération cirtéenne et les Suburbures : des limites ambiguës », dans Cl (...)
  • 221 B Hitchner, « The Kasserine Archaelogical Survey, 1987 » dans AA, t. 26, 1990, p. 246.

81Le territoire des Suburbures n'était, en effet, peut-être même plus à l'époque un territoire tribal au plein sens du terme. En relevant à la fois d'étonnantes analogies entre les inscriptions « suburbures » et celles de Cuicul, et l'existence d'interventions contemporaines de cette cité et aussi de Cirta dans la même région, X. Dupuis n'a pu, récemment, que souligner la confusion extrême qui entoure la question des limites de la gens220. Nous nous demandons si, en fait, il ne faudrait pas aborder ce problème autrement, en dissociant tout simplement à partir du iiie siècle, pour des tribus de ce type, les notions de territoire attribué et de structure tribale. Une tribu pouvait très bien, selon nous, subsister sans territoire propre, avec tous ses membres répartis sur des domaines impériaux ou privés, appartenant dans ce cas à des « Romains » ou à des notables romanisés de la tribu elle-même. C'est en effet, à notre sens, à la fois appauvrir et sous-estimer le phénomène tribal en Afrique que de le rendre indissociable d'une assise territoriale. La tribu est d'abord une collectivité humaine, fondée, nous l'avons vu, sur des liens de parenté plus ou moins fictifs et sur des coutumes, qui peuvent subsister tant que la communauté n'est pas disloquée, même si les terres qu'elle habite ne lui appartiennent pas. Dans les cas que nous venons d'examiner, l'essentiel dans la structure tribale n'aurait donc plus été alors que la réalité sociale et culturelle vécue par les gentiles : bien que sédentarisés et établis dans des villages, à l'intérieur d'un cadre romain, les membres de la communauté auraient conservé dans leurs relations sociales l'organisation traditionnelle, gardant et arborant le nom de gens lorsqu'ils étaient amenés à agir collectivement. C'est plus ou moins cette solution, de manière non explicite, que semble avoir choisie l'archéologue américain B. Hitchner pour expliquer la situation qu'il a rencontrée dans le pays des Musunii Regiani, entre Cil-lium et Thélepte. Ses prospections rurales ont révélé une structure d'exploitation originale, avec un grand nombre de petites fermes insérées dans un grand domaine. Sans admettre clairement la contem-poranéité de cette structure avec l'existence de la gens, encore attestée pourtant au milieu du iiie siècle, Hitchner conclut : on peut suggérer que les plus petits sites étaient occupés par des familles ou de petits clans alliés les uns aux autres et sous l'autorité et le patronage d'un chef de tribu romanisé et de ses descendants...221. Une telle organisation, définie dans une perspective non plus économique mais socioculturelle, ne serait rien d'autre que cette structure tribale dont nous affirmons le maintien.

b) Tribus cachées

  • 222 F. Jacques, « Propriétés impériales et cités en Numidie méridionale », dans Cahiers du centre G. Gl (...)
  • 223 Cité de Dieu, III, 15 : cf. supra note 74.

82Cette hypothèse s'appuie sur des exemples de groupes qui se font encore connaître en tant que gentes par des témoignages épi-graphiques, et que l'administration romaine devait encore reconnaître comme tels. Mais, une fois formulée, elle ouvre aussi des horizons insoupçonnés pour l'analyse à une échelle plus large du phénomène maure dans l'Antiquité tardive. Elle oblige en effet à reconsidérer avec attention le cas de toutes les régions de faible urbanisation, où ne sont connus que de grands domaines et des communautés villageoises qui n'ont souvent laissé que très peu de documents : celles-ci ne conservaient-elles pas une structure tribale, peu voyante certes, mais toujours ressentie comme une réalité vécue, définissant les rapports entre les individus ? Nous songeons ici surtout à la Numidie méridionale, où les « Maures » seront si nombreux au vie siècle. En tentant dans un de ses derniers articles un bilan de la romanisation de cette région, « entre Timgad et Tébessa », F. Jacques avait noté ses anomalies : « Il semble bien [ici] que le domaine impérial ait été la forme institutionnelle dominante, à tout le moins dans de vastes zones, et que les promotions municipales aient été rares et tardives. La brillante réussite de Timgad ne doit pas égarer. Dans la mesure où la civilisation, et en particulier la romanité, impliquent des structures urbaines et l'autonomie locale, on admettra, dans ces régions du Sud-Est de la Numidie, de nettes limites à la romanisation et l'absence de véritable intégration à l'Empire civilisé »222. A l'appui du dossier constitué par F. Jacques, plusieurs indices confirment l'existence d'un peuplement essentiellement rural dans cette région que saint Augustin appelle, nous l'avons vu, la Gétulie : à commencer par la remarque de La cité de Dieu sur l'étendue du territoire des cités gétules, qui traduit manifestement un phénomène de sous-urba-nisation223. Ici, les gens vivaient d'abord en villages, castella ou vici, et F. Jacques estimait que « le poids de la structure villageoise » suffisait à expliquer la lenteur sinon l'échec de la romanisation. Mais il ne précisait pas le sens de cette notion. Or, rien n'autorise à penser, nous venons de le voir, que l'habitat en village et le fonctionnement d'une structure tribale aient été incompatibles. Le maintien à l'état latent de celle-ci, comme clef de voûte des relations sociales dans le village, expliquerait bien des retards dans la voie jugée trop souvent inévitable de la municipalisation.

83La difficulté pour identifier de telles communautés est que l'administration romaine, à partir du moment où le phénomène se déroulait sur un domaine impérial et que la sédentarisation était acquise, ne parlait plus forcément de gens. Seuls les intéressés pouvaient proclamer leur attachement à ce nom, mais dans la mesure où celui-ci ne correspondait plus à un statut officiel, ils n'avaient guère d'occasion de le faire. Cette catégorie, dont nous postulons seulement l'existence, était donc à un niveau inférieur encore à celle représentée par les Musunii et les Suburbures, et seuls des indices indirects, et l'évolution politique future, aux ve et vie siècles, nous fournissent des moyens de l'apercevoir.

  • 224 AE, 1894, n° 138 : (...) Venusianenses/ initiaverunt. / {M}ucrionenses / co-lumnas V de/derunt ; Cu (...)
  • 225 On pourrait rapprocher de l'exemple cité ici diverses autres communautés désignées par un nom berbè (...)

84Une inscription tardive mentionne ainsi à Aïn Bida, à une vingtaine de kilomètres au nord de Timgad, la construction d'une église par trois communautés qui s'étaient réunies pour cela, les Venu-sianenses, les Mucrionenses et les Cuzabetenses224. Ces gens, qui vivaient dans un secteur probablement inclus dans un domaine impérial, ne disposaient manifestement pas d'un véritable centre civique, et n'étaient rattachés à aucune cité. Lorsqu'ils devaient le faire, ils ne savaient se définir collectivement que par une sorte d'ethnique, qui était peut-être autant tribal que villageois. Souvent en effet, si la réalité « villageoise » prévaut seule, un terme comme castellani ou vicani figure dans les dédicaces à côté du toponyme, ou bien une formule comme respublica castelli. Mais nous n'avons ici qu'un nom collectif, à consonance berbère certaine dans au moins deux cas sur trois : dans une situation de ce genre, avec des groupes aussi obscurs, supposer une organisation tribale ne semble pas infondé225.

  • 226 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, (coll. « Sources chrétiennes), t. 1, p. 1 (...)
  • 227 S. Lancel (éd.), Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 2, Gesta, I, 5, lignes 36-37.
  • 228 Reg. Eccl. Carthag. Excerpta, canon 91, dans C. Munier (éd.), Concilia Afri-cae, CCL, t. 149, p. 21 (...)
  • 229 Cl. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, Paris, 1979, p. 132-136. Cf. auss (...)
  • 230 Saint Augustin, De consensu evangelistarum, III, 25, 71.
  • 231 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, Gesta, I, 187, p. 832 et p. 828, avec le (...)

85L'institution des seniores locorum nous suggère une hypothèse identique. Ces personnages étaient, au moins au Bas-Empire, les dirigeants officiels de communautés apparemment considérées comme du plus bas niveau administratif possible226. Dans son souci de n'oublier personne pour la conférence de 411, le commissaire impérial Marcellinus convoqua ainsi curatores, magistratus et ordinis viros, necnon et actores, procuratores vel seniores singulorum loco-rum227. De la même manière, le concile de Carthage du 25 août 403 avait voulu appeler tous les évêques donatistes, ut pariter eos in sin-gulius quibusque civitatibus vel locis per magistratus vel seniores lo-corum conveniant228. La première énumération surtout est intéressante, car elle permet d'établir par élimination le statut d'un locus : il s'agit d'une communauté qui n'est pas une cité (définie par un curateur, des magistrats, un ordo), et qui possède une autonomie par rapport aux responsables des domaines impériaux ou privés (actores ou procuratores). C. Lepelley estime que le terme recouvrait surtout les castella, des bourgades placés sur le territoire d'une cité et jouissant d'une relative autonomie tout en dépendant pour les questions importantes des magistrats de la cité229. Mais certains cas-tella étaient en réalité fort peu évolués, comme l'atteste saint Augustin lorsqu'il note : castellam quippe illud non absurde accipimus etiam villam potuisse appellari230. Il est étrange d'autre part que les seniores aient été nommés même après les intendants des domaines. A notre sens, Marcellinus songeait aussi en 411 à des villages encore plus modestes, auxquels convenait le terme très simple de locus. Nous en voyons, de fait, apparaître quelques uns dans la liste des évêques présents à la conférence, comme le locus Tibuzabetensis ou le locus Nasaitensis, des noms qui suggèrent une romanisation plutôt médiocre231. Dans de tels villages, à quelle réalité politique pouvaient correspondre les seniores loci ? On imagine mal ici une assemblée électorale ou un album censitaire. L'expression latine, seniores, se traduit simplement : ce sont les « anciens du lieu ». Sans doute, conclut-on alors habituellement, la coutume et le prestige devaient servir de mode et de critère de désignation de ces anciens. Mais pourquoi dans ces conditions ne pas admettre, derrière ces notions de coutume et de prestige, l'existence dans de telles communautés d'une structure tribale ? Les historiens de l'Afrique romaine semblent toujours ressentir une gêne, arrivés à ce point, comme si implicitement la tribu était pour eux incompatible avec la sédentari-té. Mais ce postulat est faux. Toute l'histoire du Magnreb médiéval et moderne montre que dans le monde berbère la structure tribale n'est pas l'apanage exclusif des nomades. Elle pouvait se maintenir également dans des communautés sédentaires et peu romanisées comme une réalité vécue, caractérisée par exemple par une division du village en unités familiales élargies et hiérarchisées (familiae, do-mus), unies par une parenté commune plus ou moins fictive et régies dans leurs rapports quotidiens par la coutume.

  • 232 Ce « conseil des onze », connu par une dizaine d'inscriptions toutes provenant d'Afrique Proconsula (...)
  • 233 ILAlg I, 561, inscription trouvée à Guelaa Bou Aftane : Flaminalis, Saturi (filius) qui fl/amonium (...)
  • 234 On remarquera à cette égard que Flaminalis était à la fois princeps civita-tis et flamine, ce qui r (...)
  • 235 Corippe, Johannide, VI, 404-405 : cf. supra p. 305.

86Nous en découvrons d'ailleurs des traces même dans des cités. Sans revenir sur le cas controversé des undecemprimi232, l'institution du princeps civitatis dans la civitas Nattabutum233 après la municipa-lisation de la tribu du même nom paraît bien en effet en avoir été un témoignage234. Assurément, à terme, dans de telles cités, le phénomène était voué à disparaître. Mais qui penserait la même chose dans le cas de bourgades aussi obscures que celle des Cuzabetenses au Bas-Empire ? Pour peu que l'on admette le maintien d'une structure tribale chez ces gens, l'institution des seniores s'expliquerait en tout cas aisément ensuite : ce seraient seulement ces patres gentis dont Corippe au vie siècle décrit le rôle directeur chez les Astrices, le conseil des anciens de la tribu235.

  • 236 Cf. infra p. 515.
  • 237 Saint Augustin, Lettre 22*, dans CSEL, t. 88, p. 113. Cf. supra p. 467 et J. Desanges et S. Lancel, (...)
  • 238 S. Lancel (éd.), Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 2, Gesta, I, 215, p. 902.

87Un autre indice nous conduit à nous interroger sur les sens variés du terme locus dans le vocabulaire administratif. Nous savons en effet que l'évangélisation des Maures était bien entamée au début du ve siècle, et qu'il existait des tribus chrétiennes qui possédaient même leurs propres évêques236. Or, le mot gens est absent des ordres de convocation aux conciles et conférences. Pourtant, nous savons aussi, par un exemple sûr, qu'un évêque de tribu vint effectivement à la conférence de 411. Dans les nouvelles lettres de saint Augustin est mentionnée en effet une communauté des Mazaci237, chez qui se tint un concile régional de Numidie (apud Mazacos), et qui délégua en 411 le catholique Apronianus à Carthage. Sur les listes de présence, celui-ci est désigné par la formule neutre d'episcopus plebis Ma-zacensis238. Mais qui lui a transmis l'ordre de convocation ? Quelle entité administrative recouvrait la plebs Mazacensis, et qui la dirigeait ? La réponse la plus simple est de supposer que lorsque Marcel-linus évoquait dans sa convocation les seniores loci, il songeait aussi à de telles communautés. Les Mazaci ne durent pas être les seuls de leur genre à Carthage en 411, et nous soupçonnons fort que quelques uns des évêques de campagne venus de Numidie ont pu être les pasteurs de communautés du même type.

88Certes, tout ceci repose en grande partie sur des hypothèses, et ne doit, en aucun cas, donner matière à des généralisations. Il ne fait pas de doute que dans la plupart des campagnes des provinces orientales de l'Afrique romaine l'organisation tribale avait progressivement dépéri pendant la longue période qui va du début du iie au début du ve siècle. Notre enquête ne révèle ou ne suggère qu'un phénomène assurément minoritaire dans ces régions, mais qui est essentiel pour qui s'efforce de comprendre l'évolution de la société rurale de la Numidie méridionale et du sud-ouest de la Byzacène dans l'Antiquité tardive. Comme nous le verrons bientôt, le maintien au iiie et au ive siècle de la structure tribale sous des formes variées (de la gens officielle et pourvue d'un préfet ou d'un prince au village de colons impériaux régi encore par les liens claniques) fournit en effet une clef décisive pour comprendre la stupéfiante multiplication du nombre des gentes maurae à la fin du ve et aux vie et viie siècles. Avant d'esquisser une synthèse sur l'évolution du phénomène maure entre ces deux époques, il nous reste cependant à apporter une ultime touche au portrait des tribus oubliées du Bas-Empire, en analysant, par delà la question des statuts, les formes concrètes de leur insertion dans la société provinciale.

C - MAURES ET ROMAINS AU ive SIECLE

89Aux yeux de l'administration, les hommes des tribus de l'intérieur, dirigés par des délégués de l'Empire ou insérés dans des communautés villageoises, étaient tous formellement pourvus de la citoyenneté et considérés comme Romains. Ce statut était-il pour autant un gage de leur réelle intégration dans le monde romain ? Cette question, au cœur de notre problématique, demeure entière. La notion d'intégration ne peut s'apprécier, en effet, qu'à l'aune de critères beaucoup plus complexes qu'une simple situation juridique.

90En bonne logique, son étude supposerait d'abord une mesure de l'insertion des groupes étudiés dans les structures socio-économiques, mais celle-ci, malheureusement, ne peut guère être même esquissée. En laissant de côté les échanges qui, depuis l'époque carthaginoise ou la fondation de Cyrène, ont toujours existé avec les tribus du désert, pour lesquelles la question ne se pose pas, le problème se présente sous deux faces différentes, selon que l'on envisage le cas des groupes frontaliers ou celui des groupes de l'intérieur. Avec les premiers, les quelques indices recueillis précédemment, comme les migrations de travail évoquées par Publico-la, les accords militaires pour la fourniture de gentiles, ou les mouvements saisonniers de troupeaux vers des pâturages autorisés, témoignent de relations fréquentes, mais dont on ignore tant le volume que l'impact réel sur la vie des communautés concernées. Au-delà de quelques idées générales et nécessairement banales, toute analyse précise pour le ive siècle est impossible en l'état actuel de la documentation.

  • 239 Outre les travaux cités dans les notes suivantes, cf. en premier lieu la synthèse de G. Camps, « Re (...)
  • 240 Cf. D. Lengrand, « Le limes intérieur de Maurétanie Césarienne et la famille de Nubel », dans A. Ro (...)
  • 241 Inscription publiée par Gsell dans CRAI, 1901, p. 176, et reprise dans Des-sau, ILS, 9351. Cf. l. 5 (...)
  • 242 Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984, p. 473-500.

91Avec les tribus de l'intérieur, l'obscurité est encore plus grande. Dans leur cas, pendant longtemps, les historiens semblent avoir eu surtout présent à l'esprit le modèle des réserves indiennes, en adoptant l'image d'un monde fermé, replié sur lui-même, à l'écart des circuits d'échanges romains. Les travaux récents menés sur la Maurétanie Césarienne ont ébranlé ce schéma trop simple239. L'exemple de la famille de Firmus montre que des chefs de tribus, comme Sammac, fils de Nubel, regulus maure, pouvaient être en même temps maîtres de grands domaines (praedia) et habiter des villas de type romain240. Les hommes des gentes évoquées sur la célèbre inscription glorifiant ce personnage241 pouvaient donc être en même temps des colons ou des ouvriers agricoles. Si celui-ci mettait sur les marchés ses récoltes, c'est toute la tribu qui, directement ou indirectement, était alors impliquée dans les circuits d'échanges « romains ». Les prospections de Ph. Leveau dans l'arrière-pays de Caesarea montrent, de fait, que même dans les secteurs laissés à la petite exploitation indigène, et probablement tribale, des produits des villes (de la céramique en particulier) parvenaient, ce qui suppose des échanges242. Rien n'empêche d'admettre que des situations identiques, mais à une échelle moindre, se retrouvaient dans les régions orientales, pour les tribus plus modestes établies en Numidie, dans l'Aurès, ou en Byzacène.

  • 243 Cf. supra p. 470-471.
  • 244 Inscriptions antiques du Maroc. II, Inscriptions latines, n° 94 : tributa et vectigalia populi et f (...)
  • 245 Saint Augustin, Lettre 220, 7 (CSEL, t. 57 p. 436) : Qui non dicebant quan-documque tu comitivam su (...)
  • 246 Cf. supra p. 464.

92Le problème serait assurément beaucoup plus clair si le statut fiscal de ces tribus était connu : si les tribus maures étaient soumises à la fiscalité commune des populations rurales des provinces, leur intégration économique serait en effet démontrée. Certes, les divers impôts créés ou réformés par Dioclétien qui les auraient concernées, notamment l'impôt foncier des propriétaires et la capi-tation pesant sur tout habitant des campagnes, étaient souvent prélevés en nature. Ils impliquaient cependant des disponibilités, des livraisons et des déplacements qui entraînaient certainement aussi ensuite des échanges marchands. Malheureusement, nous avons vu que, malgré les hypothèses de Ch. Saumagne, la fameuse « inscription des ethniques », avec son tarif fiscal, n'apporte aucune lueur sur ces questions243. Il est certain que les tribus de l'intérieur payaient des impôts puisque, déjà à la fin du iie siècle, la Table de Banasa rappelait aux notables Zegrenses honorés de la citoyenneté romaine que celle-ci était accordée sans remise en question de l'obligation de paiement du tribut244. De même, saint Augustin, dans sa lettre de 427 à Boniface, rappelle qu'on disait autrefois, avant sa nomination, qu'avec lui les barbares d'Afrique ne seraient pas seulement « subjugués » mais qu'ils deviendraient tributaires de l'Etat romain245. Cette expression caractérise dans la pensée de l'évêque d'Hippone le sort des tribus les mieux contrôlées, de toute évidence celles de l'intérieur, ou celles qu'on installait à l'intérieur comme il l'avait expliqué quelques années avant à Hésychius de Salone246. Mais à quoi correspondait exactement ce « tribut » ? Le mot sert-il ici à désigner un alignement pur et simple des gentes sur le régime fiscal des autres communautés rurales ? Ou bien s'agit-il, comme c'est peut-être aussi le sens du mot tributum à cette époque, d'un versement périodique effectué par le groupe barbare à partir de ses propres ressources, levé et livré par ses seuls soins ? Le degré d'intégration impliqué par l'un et l'autre statut est évidemment très différent, mais nous manquons de documents, et d'études spécifiques, pour risquer aujourd'hui une hypothèse.

93Notre enquête tentera donc surtout de mesurer l' intégration des Maures sur le plan religieux et culturel, pour lequel cette fois les sources ne font pas défaut. Quels furent les rapports des tribus berbères avec l'Église ? Comment étaient-elles perçues par les autres populations environnantes ? Telles sont les deux questions, étroitement complémentaires mais extrêmement délicates à éclaicir, qui constitueront l'objet essentiel de ce développement.

1) L'Église et les Maures au temps de saint Augustin

a) La religion des Maures

  • 247 M. Le Glay, Saturne africain. Histoire, Paris, 1966.
  • 248 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, p. 370-375.
  • 249 Les deux dédicaces provenant de la gens Galliana (Cahiers de Tunisie, XXVI, 1978 p. 17) et de la ge (...)

94Le paganisme berbère traditionnel avait été, au cours des siècles, progressivement enrichi par des cultes et des croyances venus de la Cartilage punique, puis de Grèce et de Rome. Une religion originale s'était peu à peu constituée à partir de ces divers apports, qui avait trouvé son dieu suprême dans un Saturne « africain » particulièrement honoré dans les campagnes romaines. En analysant la typologie et le contexte des nombreuses stèles offertes au dieu, M. Le Glay a montré naguère combien son culte, avant d'être, après le milieu du iie siècle, en vogue auprès des bourgeoisies urbaines, avait été aussi celui des petites gens, souvent superficiellement ro-manisées247, ce qui a conduit ensuite M. Bénabou à en faire une des expressions de la « résistance » africaine à la romanisation248. Cependant, si le succès de Saturne dans les provinces africaines, hors la Tripolitaine, est un fait aujourd'hui bien établi, il paraît bien difficile de le mettre en relation avec la persistance du phénomène tribal à l'intérieur de ces provinces ou sur leurs marges. Le corpus constitué par M. Le Glay comme ses cartes de répartition ne permettent pas, en effet, d'affirmer que les populations tribales succombèrent elles-aussi à la tentation syncrétique : très rares sont les documents du culte de Saturne ou de Caelestis qui pourraient être attribués avec certitude à une tribu berbère249. Une pénétration des religions africo-romaines dans ces communautés est évidemment possible, mais elle reste actuellement indémontrable.

  • 250 Synésios de Cyrène, Catastase II, éd. N. Terzaghi, Rome, 1944, p. 290.
  • 251 Cf. supra p. 235-236.
  • 252 Johannide, VIII, 307-309 :
    Mastiman alii. Maurorum hoc nomine gentes
    Taenarium dixere Iovem, cui sang
    (...)

95La documentation du ive siècle ne dément pas cette impression, malgré sa relative richesse. Le paganisme des tribus est alors souvent affirmé, en particulier en Tripolitaine et en Cyrénaïque comme nous l'avons vu. Si Ammien Marcellin reste silencieux sur la religion des Austuriani, Synésios de Cyrène, qui les combattit personnellement, est catégorique : « Dans la plaine de Barké et l'Ampéli-tide », écrit-il ainsi vers 411, « les barbares ont brûlé des églises et elles sont en ruine » ; « ils ont profané une table d'autel en en faisant un étal de boucherie et en y découpant des viandes » ; « ils emportent des églises les objets mystiques utilisés pour la liturgie et le service du Seigneur afin de les offrir à leurs divinités ». Bref, conclut-il, « ces barbares sont hostiles à Dieu »250. Et un peu plus d'un siècle après, Corippe constatera la même réalité251. Austur et Laguatan adorent un dieu barbare, Gurzil, fils d'Ammon Corniger d'après leur mythologie. Les Laguatan célèbrent également d'autres cultes païens dans des temples, en particulier à Augila, où Procope décrit à la même époque un sanctuaire d'Ammon. Ce dieu paraît, de manière générale, avoir été durant tout le Bas-Empire la grande divinité des populations maures de l'actuelle Libye, dans le Sahara mais aussi dans le prédésert oriental. Ainsi à Bu Njem, poste abandonné par la légion après le milieu du iiie siècle, mais dont le temple d'Ammon fut encore fréquenté par les indigènes au ive et probablement au ve siècle. Ainsi également à Ghirza, site riche en monuments païens du ive siècle. A partir du ve siècle, tout ce pays du prédésert oriental passa sous le contrôle des Laguatan, ce qui renforça encore son paganisme : à en croire Corippe, le culte des numina, d'Ammon, de Gurzil, mais aussi de Sinifere, déjà connu au iiie siècle sous le nom de Canaphar, triomphait au vie siècle parmi ces populations associées aux Laguatan. Un de leurs dieux, Mastiman, divinité des enfers, aurait même exigé des sacrifices humains252. Certes, le poète tente de trouver dans le panthéon gréco-latin des équivalents à ces dieux aux noms étranges, mais il ne laisse deviner nulle trace de syncrétisme : le paganisme maure de la Tripolitaine du Bas-Empire paraît purement berbère et toujours très vivant.

  • 253 Cf. supra p. 457.
  • 254 Supra p. 457.
  • 255 Saint Augustin, Lettre 46, 1 (CSEL, t. 34, 2, p. 123) : (de Publicola à Augustin) In Arzugibus, ut (...)

96Plus à l'ouest, dans les provinces centrales et sur leurs marges, la situation religieuse des Maures se révèle plus complexe et aussi plus obscure. Près des Chotts du sud tunisien vivaient les barbarae gentes mentionnées au concile de Cartilage en 397, qui étaient encore certainement païennes à cette époque : on ne comprendrait pas autrement pourquoi Aurelius déclare qu'elles « s'interposent » entre les évêchés d'Arzugis et de Tripolitaine et gênent les déplacements des évêques253. D'autre part, si, comme nous le pensons, ce sont des éléments de ces tribus qui sont évoqués par Publicola dans sa lettre à saint Augustin254, le paganisme du groupe est évident puisque les « barbares » prêtaient serment « sur leurs dieux » devant les décurions responsables des postes frontaliers255.

  • 256 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanaeprovinciae, I, 35-37 : cf. supra p. 466.
  • 257 Victor de Vita, ibid. I, 36 : Videntes igitur Christi discipuli multa apud gentiles et inlicita sac (...)
  • 258 Victor de Vita, ibid., II, 33 : A Mauris tamen crudeliter minabantur, hym-num cum exaltatione domin (...)

97Non loin de là, un texte d'époque vandale apporte un autre exemple de groupe berbère païen256. Dans les années 455-460, le roi Genséric fit en effet exiler dans une région désolée appelée Caprapic-ti, que C. Courtois a proposé avec vraisemblance de situer entre Capsa et Négrine, quatre catholiques particulièrement rebelles à ses mesures de persécution. Or ce pays était contrôlé par un roi maure vassal de Genséric, Capsur ou Capsus, dont les sujets étaient, aux dires de Victor de Vita, d'enragés païens, s'adonnant « aux nombreux et illicites sacrilèges des sacrifices »257. Plus à l'ouest, les tribus qui menaçaient la région de Tobna au début du ve siècle étaient également étrangères au christianisme si, comme cela paraît vraisemblable, les groupes maures cités dans la même région un demi-siècle après sont leurs héritiers. A ce moment en effet, ces Maures servaient d'auxiliaires aux Vandales dans l'application des lois de persécution, avec un acharnement dont Victor de Vita a souligné la férocité258.

  • 259 Cf. supra p. 467.
  • 260 Quodvultdeus, Liber promissionum, III, 45 (éd. R. Braun, CCL, t. 60, Turnhout, 1959, p. 186) : Novi (...)
  • 261 Cf. supra p. 355.
  • 262 J. Desanges, « Abaritana ou Avaritana provincia », dans EB, t. 1, Aix, 1984, p. 57. En fait, cette (...)
  • 263 Cf. déjà sur ce sujet supra p. 332-333.

98Certaines tribus étaient cependant gagnées au christianisme, peut-être depuis longtemps. Tel était le cas des Mazaci de Numidie, jugés sûrs, puisqu'un concile régional des évêques catholiques de la province se tint chez eux au temps de saint Augustin259. Tel devait être aussi le cas de nombre de groupes berbères de l'Aurès, mais de manière plus superficielle. Dans un passage du Liber Promissionum en rapport avec des événements antérieurs à la conquête vandale, Quodvuldeus de Carthage écrit en effet : « J'ai moi-même vu aussi dans un coin de la province avaritaine (in quondam parte Avaritanae provinciae) tirer de grottes et de cavernes d'antiques idoles (simula-cra) qui y avaient été cachées de sorte que toute cette civitas ( ?) avec son clergé (cum clericis) était sous le coup d'un parjure sacrilège »260. L'Avaritana provincia, comme l'a plusieurs fois montré J. Desanges, et malgré les doutes de F. Vattioni, est très probablement l'Aurès261. Or, contrairement à ce qui est souvent écrit, ce passage ne prouve pas simplement que « le paganisme était encore dominant au début du ve siècle « dans ce massif262. Certes, la remarque la plus notable en est la mention des idoles. Mais ce que l'évêque de Carthage entend dénoncer avant tout ici, ce sont les « clercs parjures ». Le mot ne comporte aucune ambiguïté : il fait référence à des membres de l'Église, dont la présence suppose une christianisation au moins officielle du pays. Celle-ci, de toute évidence, n'était pas parfaite, et une résistance païenne s'était organisée : aucune divinité n'est mentionnée, mais le lieu choisi pour cacher les « idoles » peut révéler le maintien d'un culte berbère traditionnel des génies des grottes. L'indignation de Quodvultdeus a surtout pour intérêt de nous faire percevoir la grande ambiguïté qui, dans les zones berbères comme dans certaines campagnes plus ou moins romanisées, devait subsister derrière une christianisation officiellement proclamée et symbolisée par la présence d'un clergé et d'un évêque263 : en Afrique comme en Sardaigne ou en Gaule, et évidemment surtout parmi les populations qui avaient le mieux conservé leurs structures sociales traditionnelles, la conversion des esprits à la religion du Christ pouvait être, en réalité, fort lente. Si l'on ajoute cette constatation à la liste déjà longue des tribus maures qui étaient encore manifestement païennes au début du Ve siècle, il ne fait, dès lors, nul doute que la mission d'évangélisation qui s'imposait à l'Église face à ces populations restait considérable, non seulement au delà du limes, mais aussi à l'intérieur des provinces. Le clergé catholique africain ne pouvait ignorer cette situation. Mais s'y intéressa-t-il vraiment ?

b) L'Église d'Afrique et les missions

  • 264 L. Godard, « Noms africains renfermés dans le Iohannidos de Corippus », dans RAf, t. 12, 1868, p. 2 (...)
  • 265 H. I. Marrou, dans Histoire universelle des missions catholiques, t. 1, Paris, 1956, p. 58.
  • 266 A. Mandouze, « L'Église devant l'effondrement de la civilisation romaine », dans Revue d'histoire e (...)
  • 267 P. Brown, La vie de saint Augustin, Paris, 1971, p. 479 et p. 477.

99Traditionnellement, et de manière un peu paradoxale, l'historiographie moderne a répondu négativement à cette question. Dès 1858, nous l'avons vu, l'abbé Godard, constatant la rareté des noms berbères dans les listes épiscopales africaines établies par Morcelli, s'interrogeait sur « l'absence d'un clergé indigène au sein de l'Église d'Afrique » et concluait : « Dans ce cas le clergé romain ne se serait-il pas rendu coupable d'une grande faute, d'une grave négligence ? »264 Le savant curé, en écrivant cela, songeait surtout aux Maures de l'intérieur, dont avant beaucoup d'autres il avait perçu l'importance. C'est en revanche le sort des Maures du Sahara qui a surtout attiré l'attention des historiens récents. Ainsi H. I. Marrou, qui dans un ouvrage de 1956, faisait cette constatation un peu désabusée à propos de saint Augustin : « on ne voit pas que le grand évêque ait jamais songé à organiser des missions : c'est qu'il est entièrement absorbé par les problèmes que pose l'Église de l'intérieur, à commencer par celui de la conversion de la minorité païenne résiduelle. On a l'impression que l'esprit de chrétienté a entraîné un certain déclin des préoccupations et de l'esprit missionnaires »265. De la même manière, une dizaine d'années après, A. Mandouze prenait acte, à son tour, d'un « certain manque d'intérêt marqué par Augustin à l'égard des peuples indigènes qui étaient ses voisins »266. Et P. Brown, peu après, relevait encore qu'« en Afrique, la foi d'Augustin n'était pas soutenue par d'exaltantes activités missionnaires ». L'historien irlandais prolongeait même cette constatation en reliant, au moins pour la fin de sa vie, le désintérêt de l'évêque d'Hippone envers les Maures à la doctrine de la prédestination : « si Dieu avait décidé d'avance de ne s'occuper que d'un petit nombre d'hommes », l'absence de préoccupations missionnaires pour les barbares ne pouvait en effet sur-prendre267.

  • 268 H. I. Marrou, op. cit. supra note 265, p. 54 : nous parlons évidemment de « missions » vers les bar (...)
  • 269 Cf. les textes cités supra chap. 10 note 3 et note 56.

100Ces interprétations, souvent reprises depuis plus d'un siècle, ne sont évidemment pas sans fondement. Au Bas-Empire, en Afrique pas plus qu'ailleurs en Occident, on ne rencontre de véritable projet missionnaire au sens moderne268. Les Actes des conciles africains, pourtant nombreux et fort riches, ne comportent ainsi aucune véritable règle en ce domaine, et ils ne mentionnent aucun débat qui se serait rapporté à l'évangélisation des Afri barbari. Ceux-ci sont simplement évoqués de manière neutre, lorsqu'il s'agit de leur racheter des captifs, ou quand ils gênent les déplacements des évêques269. Mais on ne parle pas de la nécessité de les convertir.

  • 270 E. Molland, « L'Antiquité chrétienne a-t-elle eu un programme et des méthodes missionnaires ? », da (...)
  • 271 E. Molland, ibid., p. 61.
  • 272 H. I. Marrou, op. cit. supra note 265, p. 54. Cette pensée s'incarnait en particulier chez saint Am (...)

101Cette attitude apparemment passive s'expliquait par deux convictions profondément inscrites dans les esprits des chrétiens du Bas-Empire. La première avait pour effet d'éliminer les problèmes soulevés par l'obligation théorique pour l'Église d'enseigner l'Evangile partout où il était ignoré. Prédominait en effet à cette époque l'opinion selon laquelle « le message chrétien avait été porté depuis longtemps jusqu'aux extrémités de la terre par les apôtres eux-mêmes »270. Comme le note E. Molland, « pour les Pères grecs et latins, il n'était pas naturel de lire Matthieu 28, 19-20 comme un commandement missionnaire adressé à leur époque à eux... L'ordre était adressé aux Apôtres, non à la postérité »271. On pouvait donc, en théorie, laisser sans remords les barbares à leur paganisme, probablement conservé, pensait-on, par suite d'un rejet obstiné de leur part du message qui leur avait été dispensé. On le pouvait d'autant plus qu'intervenait aussitôt la seconde conviction commune aux évêques occidentaux de ce temps, qui associait étroitement la roma-nité et la chrétienté. « Dans la mesure où l'Empire devient un empire chrétien, une certaine confusion paraît s'établir entre le peuple romain et le peuple de Dieu », et dès lors, note H. I. Marrou, « le nom romain est comme un préalable au nom chrétien »272. Dans cette logique, il fallait donc laisser l'Empire intégrer les barbares avant d'espérer les convertir, ce qui rendait inutile tout projet missionnaire indépendant.

  • 273 Cité de Dieu, XX, 5.
  • 274 Lettre d'Hésychius, dans s. Augustin, Lettres, 198, 6 (CSEL t. 57, p. 240241).

102Assurément très répandues, ces idées n'étaient cependant pas entièrement partagées par le plus grand docteur de l'Afrique chrétienne. La pensée de saint Augustin apparaît, en effet, beaucoup plus complexe, comme le révèle son texte fondamental sur la question, la lettre à son collègue Hésychius de Salone, si longue qu'il y fait référence dans la Cité de Dieu comme à un véritable traité sous le titre De fine saeculi273. Hésychius, alarmé par les invasions barbares, pensait proche la fin du monde, et il avait donc soumis à Augustin toute une argumentation en ce sens. Il concédait que l'Ecriture empêchait, certes, de situer la fin des temps avant que l'Evangile ait été prêché sur toute la terre. Mais, ajoutait-il aussitôt en reprenant une idée admise de tous à l'époque, cela avait déjà été fait par les apôtres eux-mêmes274. Or, dans sa réponse, saint Augustin commence par réfuter cet argument :

  • 275 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL t. 57 p. 284, l. 13-14) : Quod enim putat venerabilitas t (...)

Ta vénérabilité pense que cela a déjà été fait par les apôtres eux-mêmes : j'ai pu vérifier par des preuves certaines qu'il n'en est pas ainsi. Il y a en effet chez nous d'innombrables peuples barbares parmi lesquels l'Evangile n'a pas encore été prêché275.

103Augustin cite alors les exemples, peu nombreux, de tribus intégrées aux provinces, pourvues de préfets, et en voie de conversion. Mais il précise immédiatement après que ces groupes ne sont pas les seuls appelés :

  • 276 Saint Augustin, ibid., XII, 47 (CSEL t. 57 p. 285) : Non enim Romanos sed omnes gentes dominus semi (...)
  • 277 Saint Augustin, ibid., XII, 48 (CSEL t. 57 p. 286) : (Necesse est ut omnes gentes, quotquot fecit D (...)

En effet, ce ne sont pas seulement les Romains, mais toutes les nations que le Seigneur a promises par serment à la race d'Abraham... Il faut donc que l'Église s'établisse parmi les nations où elle n'est pas encore... Car comment s'accomplirait autrement cette prophétie : « toutes les nations que vous avez faites, Seigneur, viendront et vous adoreront. Ces nations ne viendront pas en quittant les lieux qu'elles habitent, mais en croyant là où elles se trouvent276. [Et Augustin conclut, ne laissant aucun doute sur sa pensée] : Comment les nations croiront-elles en Dieu si elles n'en ont pas entendu parler ? Comment entendront-elles parler de Lui si on ne le leur prêche ? Et comment prêcher si on n'est pas envoyé ?277.

  • 278 Cf. sur ce sujet les remarques de A. Chauvot, op. cit. supra note 272, p. 874-875, et A. Mandouze, (...)

104On ne peut trouver plus claire expression d'une perspective missionnaire tournée vers les peuples barbares d'au-delà du limes. Certes, la pensée de saint Augustin dépassait souvent de beaucoup celle de ses contemporains. Mais on sait combien aussi il se montrait ardent, quand il le voulait, pour la communiquer et la faire adopter. Il aurait donc pu conduire l'Église d'Afrique à élaborer un véritable projet d'évangélisation des Afri barbari. On ne voit pas, pourtant, qu'un tel projet ait jamais été discuté dans les conciles. Bien plus, il n'en est même jamais question dans le reste de l'énorme œuvre augustinienne. Faut-il conclure alors à une simple contradiction entre la pensée et l'action chez l'évêque d'Hippone ? On pourrait le croire, en songeant à ses propos particulièrement défiants au sujet des barbares, à ses distances par rapport aux idées d'Orose sur la christianisation de ces derniers, et en général au lien qu'il a souvent établi entre romanité et christianisme278. Mais peut-être, cependant, ne faut-il pas considérer la lettre à Hésychius et ces autres prises de position sur le même plan. Saint Augustin donne en effet souvent l'impression d'avoir établi une sorte de hiérarchie dans les tâches d'évangélisation, en se fondant sur une analyse réaliste du monde de son temps.

  • 279 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 41 (CSEL t. 51 p. 285) : ex quo promissione jam factum est ut nonn (...)

105Il savait, en premier lieu, qu'un christianisme indépendant de Rome était effectivement possible. Dans la lettre à Hésychius, l'affirmation selon laquelle ce ne sont pas seulement les Romains mais toutes les nations que le Seigneur a promises par serment à la race d'Abraham est en effet suivie de cette remarque : Et de cette promesse, il est d'ores et déjà résulté que certaines nations qui ne sont pas soumises à la puissance romaine reçoivent l'Evangile et s'agrègent à l'Église279.

  • 280 Cf. F. Thélamon, Païens et chrétiens au ive siècle. L'apport de l'« Histoire ecclésiastique » de Ru (...)
  • 281 Quodvultdeus, Dimidium temporis, 22.
  • 282 Saint Augustin, Cité de Dieu, XIX, 1 : hostes exterae nationes, contra quas semper bella gesta sunt (...)
  • 283 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, III, 18, 62 (à propos des Vandales)

106Augustin pouvait, de fait, connaître l'exemple des Ibères du Caucase ou celui des Ethiopiens d'Axoum, dont Rufin d'Aquilée venait de raconter la conversion dans son Histoire ecclésiastique280. Mais, en même temps, tout indique aussi qu'il ne considérait pas que tous les peuples extérieurs aux frontières romaines étaient capables de recevoir immédiatement l'Evangile : il constatait, ou supposait, de nettes différences au sein du monde barbare. Or, pour lui comme probablement pour beaucoup de Romains d'Afrique, les Afri barbari du Sahara formaient en majorité une catégorie étrangère à toute civilisation, et donc difficilement susceptible d'être convertie sans une soumission préalable à Rome. Quelques années après, Quodvult-deus n'hésitera pas à écrire que Gog et Magog seraient, selon certains, les Goths et les Maures..., car dès maintenant le diable se sert de la cruauté de ces peuples pour ravager l'Église281. Augustin lui-même évite les clichés simplistes de ce genre, mais son pessimisme vis-à-vis des Maures de l'extérieur n'en est pas moins net. Il les incluait probablement dans ces peuples étrangers toujours combattus et toujours à combattre qu'il évoquait dans la Cité de Dieu282. Peut-être même aurait-il admis à leur propos la définition de la barbarie donnée plus tard par Victor de Vita, qui exécrait autant les Maures que les Vandales : « ce mot évoque l'idée de férocité, de cruauté, de terreur »283.

  • 284 Cf. supra note 148 et note 155.
  • 285 Lettre 199, 51 : Si ergo latet quando Ecclesia fructificante atque crescente universus omnino a mar (...)

107Rien ne paraissait possible en matière religieuse sans l'abandon de cette barbarie. Or seul l'Empire pouvait, par la force militaire, préparer une telle transformation, par ce que tout le monde appelait alors une « pacification ». Il est, à cet égard, très significatif que dans la lettre à Hésychius, aussitôt après avoir évoqué des peuples ignorant l'Evangile, Augustin signale que certains, après avoir été pacifiés par l'armée romaine, ont été reçus dans les frontières impériales et commencent à devenir chrétiens284. Il ne s'agit pas d'une parenthèse anecdotique, mais d'un exemple essentiel pour l'explication de son raisonnement. En fait, pour Augustin, il existait simplement au-delà du limes des peuples assurément appelés un jour à connaître le Christ, mais qui pour l'instant étaient beaucoup trop sauvages pour qu'on leur envoie des prêtres. L'idée de la mission chrétienne, au sens qu'illustrera par exemple saint François Xavier en Asie à l'époque moderne, aurait probablement paru absurde à l'évêque d'Hippone dans les conditions qui prévalaient en son temps en Afrique : à quoi bon diriger vers le sud des missionnaires désarmés pour qu'ils se fassent aussitôt tuer ? Face à de vrais barbares, mieux valait attendre. C'est d'ailleurs cette conviction finale qui explique toute la structure de la lettre à Hésychius, car elle prouvait que la fin du monde ne pouvait, décidément, être proche285.

  • 286 Au moins 600 évêchés, « situation sans analogue à cette époque dans les chrétientés occidentales » (...)
  • 287 Cf. supra p. 370.
  • 288 C'est à un de ces évêques ou à un de leurs collègues du sud de la Numidie que durent s'adresser, po (...)
  • 289 Cf. la carte de S. Lancel, dans Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 4, Paris, 1991.

108En revanche, l'intégration des tribus barbares à l'Empire, quand elle pouvait encore être effectuée, impliquait automatiquement pour Augustin leur capacité à recevoir l'Evangile. La « pacification » créait les conditions indispensables à l'abandon de la sauvagerie qui aveuglait, et elle permettait la christianisation. Qu'importait, dès lors, le maintien de la structure tribale ? L'évêque d'Hippone n'ignorait pas que les gentes officiellement établies dans les provinces gardaient une forte originalité et bénéficiaient d'un statut particulier. Mais, dans la perspective de l'évangélisation, cette originalité devenait secondaire. Pacifié et inséré dans un espace romain, le Maure païen ne se différenciait plus, à ses yeux, du vieux provincial encore attaché lui aussi aux cultes traditionnels. Le problème était désormais le même. Il n'y avait donc aucune action particulière à imaginer pour ces Maures de l'intérieur. Il n'est jamais question de « missions » à leur propos simplement parce qu'on ne les concevait pas comme des sujets de « mission ». Leur évangélisation devait être accomplie par les évêques les plus proches, comme celle des autres provinciaux encore païens. Cette position semblait d'autant plus aisée à concevoir que le nombre d'évêques était considérable en Afrique, comme le prouva la conférence de Carthage en 411286. Sur ce point, le cas de l'Arzugis était exemplaire, puisqu'on connaît au moins quatre sièges épiscopaux, Nepta, Tusuros, Aquae et Turris Tamalleni, dans cette région pourtant très aride287. Il incombait aux titulaires de ces sièges d'enseigner aussi le message chrétien aux tribus qui étaient leurs voisines, Arzuges, Nuntii ou autres. De la même manière, un peu plus au nord, les évêques de Capsa, Thiges, Ad Turres et peut-être d'autres dont nous connaissons les noms sans pouvoir les situer, devaient également s'intéresser aux Maures que commandèrent au Ve siècle Capsur288 puis Cusina. Plus généralement, c'était aux évêques installés dans les cités et bourgs du limes d'évangéliser les gentiles chargés de participer à la défense de la frontière, ou se contentant de circuler paisiblement de part et d'autre de celle-ci. Et cette tâche particulière explique probablement, plus que l'importance des bourgades frontalières, qu'il y ait eu tant d'évêchés sur le limes du sud de la Byzacène et de la Numidie, par exemple au sud-ouest de cette province, à Thabudeos, Vescera, Mesarfelta, Tubunae et peut-être Ge-mellae289.

  • 290 A. Audollent, « La diffusion du christianisme en Afrique au sud des territoires soumis à Rome, aprè (...)
  • 291 Cf. N. Duval, « Une nouvelle édition des listes épiscopales africaines », dans Revue des études aug (...)

109Ainsi c'est avant tout sur ce qu'Audollent appelait « une évangéli-sation spontanée »290 que comptait l'Église pour convertir les tribus maures établies près de la frontière ou à l'intérieur des provinces. Nous ignorons le plus souvent les limites des diocèses de ce temps, parce qu'elles étaient certainement assez floues pour les contemporains eux-mêmes291. Mais il paraît fort probable que toutes les tribus « pacifiées » y étaient théoriquement intégrées. Dans les provinces, la carte des évêchés devait former un maillage continu, à la différence de la carte administrative qui reconnaissait l'originalité des gentes. En période de paix, le rayonnement d'un évêque devait s'étendre jusque-là où commençait celui d'un autre évêque, sans solution de continuité. On ne peut donc conclure du silence de saint Augustin et de l'épiscopat africain sur la notion de mission chez les Maures de l'intérieur une négligence de leur part vis-à-vis de ces populations. Ils n'en parlaient pas parce qu'ils ne les différenciaient pas du reste des Numides ou des Byzacéniens.

2) Christianisation et intégration

  • 292 A. Berthier, Les vestiges du christianisme antique dans la Numidie centrale, Alger, 1943 ; W. H. C. (...)
  • 293 Cf. supra p. 333.

110Il reste évidemment impossible, compte tenu de la discrétion des sources sur les gentes de l'intérieur, de faire un bilan exact de leur christianisation à la veille de l'invasion vandale. Mais tous les exemples que nous avons recueillis témoignent de son avancement réel. L'adhésion est certaine pour les petites communautés villageoises et non officiellement tribales de Numidie méridionale, cette Getulia où les restes archéologiques chrétiens, qui ont jadis retenu A. Berthier et W. H. C. Frend, pullulent292. Elle est très probable pour les communautés de l'Aurès, l'Avaritana provincia, pourvue d'un clergé avant 439, et qui suivra un imperator chrétien après 484 : l'archéologie a vérifié depuis trois décennies qu'aucune partie du massif n'y échappait, comme le montre la carte récemment dessinée par P. Morizot et que nous reproduisons ici (carte 16). Traces archéologiques et textes ne coïncident pas si bien, en revanche, pour les régions des Némencha et du sud-ouest de la Byzacène. D'un côté, nous retrouvons en effet le problème de l'attitude ambiguë de Co-rippe et de Procope sur la religion d'Antalas et de Cusina. Si pour le second une christianisation paraît envisageable, les indices textuels qui se rapportent au premier sont réellement trop contradictoires pour se risquer à une interprétation293. Mais en face de cette incertitude laissée par les sources écrites, les évidences archéologiques paraissent aveuglantes. La carte 17 et l'inventaire placés à la fin de ce chapitre (p. 534), probablement encore incomplets, illustrent l'extraordinaire densité des restes chrétiens à l'intérieur ou à proximité immédiate des régions qu'habitaient Antalas et Cusina dans les années 530 (même si le territoire plus méridional du second apparaît nettement moins touché). Une fois admis le caractère autochtone des chefs et de leurs tribus, on ne peut que conclure, au minimum, que leur pays était tellement pénétré par le christianisme qu'ils en étaient nécessairement très familiers.

Carte 16 - Les évêchés périphériques et les traces de christianisation dans l'Aurès.

  • 294 Cf. supra p. 448 et note 15.
  • 295 S. Lancel (éd.), Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 2, Gesta, I, 135 (p. 780-781) : Et r (...)
  • 296 S. Lancel, ibid., p. 780-781, note 2.
  • 297 A. Bauer, Die Chronik des Hippolytos im Matritensis 121, Leipzig, 1905, p. 112. On retrouve la séqu (...)
  • 298 S. Lancel, op. cit., p. 781, note 2.
  • 299 Cf. supra p. 542.
  • 300 Soulignons, pour être clair, que loin de supposer comme Frend l'existence d'un « donatisme berbère  (...)

111Il n'est pas impossible, d'ailleurs, que l'Église les ait considérés comme déjà acquis à sa cause au temps d'Augustin. Telle pourrait être, en effet, l'explication de l'étonnant succès des « ethnonymes provinciaux » dans le vocabulaire ecclésiastique africain de la fin du ive et du début du ve siècle. On assiste alors à un emploi de plus en plus fréquent d'expressions forgées à partir de la terminologie administrative, mais qui prétendent désigner des communautés implicitement données comme cohérentes. Saint Augustin, nous l'avons vu, évoque ainsi souvent comme de véritables entités les Byzaceni ou les Numidii294. Lors de la conférence de Carthage en 411, un évêque nommera pareillement « tous les Caesarienses »295. S. Lancel reconnaissait derrière ce nom les habitants de la Maurétanie Césarienne « proches de la capitale »296. L'analogie avec les exemples précédents nous conduit à penser que c'étaient en fait tous les citoyens de la province qui étaient qualifiés de la sorte. De fait, S. Lancel l'envisageait implicitement, lorsqu'il concluait, en songeant à la Chronique d'Hippolyte qui cite côte à côte les Musulami, les Tingitani et les Caesarienses297 : « il semble qu'à basse époque on ait parfois désigné [les habitants de la province] par un ethnique mis sur le même plan que ceux des tribus »298. D'autres exemples pourraient être cités, mais nous rappellerons surtout ici la phrase des donatistes : provin-ciae gentes sunt299. Même si le principe ainsi posé servait la cause des schismatiques, il n'était probablement pas leur invention. Or, on peut se demander si ce principe ne traduisait pas dans les milieux ecclésiastiques une attitude volontariste d'intégration de toutes les populations provinciales, même les plus mal romanisées, dans des communautés d'un nouveau type, d'abord définies par la foi. Parler ainsi des Byzaceni comme d'un seul ensemble de fidèles permettait d'effacer toutes les inégalités existant à l'intérieur de la province. Le problème se posait tout particulièrement pour les donatistes, qui, dans leur fief de Numidie méridionale, comptaient certainement dans leurs rangs des gens mal romanisés. En promouvant ces eth-nonymes provinciaux, ne cherchaient-ils pas à affirmer l'unité de groupes en réalité très divers ?300 Derrière l'affirmation de l'existence d'un seul populus provincial se devine donc peut-être une prise de conscience par l'Église de la diversité culturelle des « Romains » d'Afrique, et la volonté de surmonter ces différences par la diffusion d'un modèle d'identité unique. La même logique pourrait expliquer l'apparition et le succès à la même époque des termes Getulia, Abaritana et Arzugitana. Dans chacun de ces sous-ensembles provinciaux, nous avons vu que coexistaient des communautés maures, officielles ou non, et des cités romaines (ainsi les civitates de Gétulie évoquées dans la Cité de Dieu). Au regard d'une telle diversité, l'usage privilégié fait par l'Église de ces noms n'était probablement pas anodin : il démontrait que la christianisation, achevée ou en cours, surmontait les différences évidentes des habitants de ces trois zones et en faisait à chaque fois un seul peuple, « gétule », « arzugitain » ou « abaritain ».

112Si L'Église privilégiait ainsi l'intégration des Maures de l'intérieur, si l'Etat, par la diffusion de la citoyenneté romaine salvo jure gentis y contribuait, il reste à se demander en retour comment les intéressés se définissaient eux-mêmes. La distinction que nous avons établie entre les gentes officielles, administrées par un préfet ou un chef investi, et les communautés rurales où la structure tribale n'existait plus qu'à l'état de réalité vécue, déterminait-elle deux types d'identité ? Des gens comme les Musunii Regiani devaient se reconnaître comme « Maures », au même titre que les Astuces, mais qu'en était-il des villageois de l'Aurès ou des Mazaci de Numidie qui accueillirent un concile ? Au vie siècle, nous voyons bien à travers Procope, Corippe et les inscriptions que les insurgés de l'Aurès et de Byzacène percevaient clairement et revendiquaient leur identité maure. Leurs ancêtres avaient-ils la même idée d'eux-mêmes ? Pour les tenants d'une romanisation profonde et réussie, dans une Afrique du Nord-Est où aucune région n'aurait été marginale, la question n'a évidemment aucun sens. Au terme de ce long chapitre où nous avons tenté de démontrer la complexité culturelle et sociale de certaines régions de cette Afrique, elle mérite pourtant d'être posée. Certes, nous nous heurtons aussitôt au silence des sources, qui proviennent toujours des milieux qui se disaient « romains ». Deux séries d'indices laissent cependant deviner une réalité lourde de signification.

  • 301 Cf. sur ce dossier très célèbre l'inventaire donné par W. M. Green, « Au-gustine's use of Punic », (...)

113On admet en principe que la conscience d'une communauté de posséder une identité spécifique et différente des groupes qui l'entourent se fonde essentiellement sur la vitalité de sa culture. Celle-ci peut reposer sur un type d'organisation et de vie sociale, sur des traditions et des coutumes, sur une religion, et surtout sur la pratique d'une langue. Nos sources, nous l'avons vu, mettent en valeur pour les trois premiers éléments des signes d'acculturation marquée qui pouvaient fortement perturber la définition d'une conscience « maure ». Elles laissent supposer aussi une diffusion générale du latin, bien illustrée par les modestes épitaphes retrouvées dans les vallées de l'Aurès et des Némencha. Mais cette acculturation linguistique n'était pas totale, et des langues indigènes continuaient à être parlées dans les provinces les mieux romanisées. Le fait est avéré, et désormais admis de tous, dans les campagnes d'Hippone et du nord de la Numidie, où de nombreux textes de saint Augustin attestent de la permanence du punique301. Cette question a souvent été discutée au cours des dernières années, mais dans une perspective purement linguistique. Or un texte suggère que l'usage du punique s'accompagnait aussi d'une perception identitaire originale chez les rustici qui pratiquaient cette langue.

  • 302 Saint Augustin, Epistulae ad Romanos inchoata expositio, (PL, t. XXXV, col. 2096) : Unde interrogat (...)
  • 303 Hypothèse envisagée par J.-M. Lassère, Ubique populus, Paris, 1977, p. 426 note 84.
  • 304 Ch. Saumagne, « La survivance du punique en Afrique aux ve et vie siècles après J.-C. », dans Karth (...)

114Commentant l'Epître aux Romains, l'évêque d'Hippone s'efforce d'illustrer l'idée selon laquelle on trouve dans la Bible quelques préfigurations de la doctrine de la Trinité. Il rappelle alors une anecdote survenue jadis à son prédécesseur Valerius dans la campagne d'Hippone. Celui-ci, interrogeant des paysans punicophones sur le mot salus qu'ils employaient, apprit que dans leur langue ce mot signifiait « trois ». Et Augustin souligne alors la correspondance entre la valeur de ce terme punique et le sens latin et chrétien de salus, d'autant plus remarquable que les paysans puniques pouvaient être rattachés à une population nommée dans l'Ancien Testament. En effet, ajoute-t-il, nos paysans, lorsqu'on leur demande ce qu'ils sont et lorsqu'ils répondent en punique qu'ils sont Chanani, que répondent-ils d'autre si ce n'est qu'ils sont Chananei, par corruption d'une lettre comme il est d'ordinaire dans ces cas ?302 Si l'interprétation d'Augustin est réellement fondée et ne résulte pas d'un calembour303, ce texte offre un exemple unique de déclaration par des paysans peu romani-sés de la manière originale dont ils percevaient leur identité. De même qu'après cinq siècles de domination romaine ils parlaient encore la langue de Carthage, ces gens étaient aussi encore capables de revendiquer une origine préromaine, donc de se penser de manière consciente autrement que comme des « Romains ». Certes, on nous objectera à la suite de Ch. Saumagne que l'idée de cette origine cananéenne leur avait été enseignée par des clercs soucieux d'expliquer historiquement leur usage du punique304. Mais qu'importe ? L'essentiel n'était-il pas qu'ils aient suffisamment assimilé cette thèse pour la faire leur ? Ce seul fait, qui n'implique évidemment pas un rejet volontaire de la romanité par les intéressés, prouve l'impact considérable des particularités linguistiques dans la définition des identités vécues.

  • 305 Cf. G. Camps, « Recherches sur les plus anciennes inscriptions libyques de l'Afrique du Nord et du (...)
  • 306 Johannide, I, 466.
  • 307 S. Gsell, Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, tome VI, p. 94 ; G. Camps, article cité supra not (...)
  • 308 Fabius Plancides Fulgentius, De aetatibus mundi, éd. P. Helm, Leipzig, 1898, p. 131 : Viginti et du (...)

115La conclusion mérite d'être soulignée car le punique n'était pas la seule langue indigène parlée dans l'Afrique du Bas-Empire : le li-byque aussi avait survécu. Certes, nos informations ici aussi sont indirectes. Il est difficile d'attribuer une inscription libyque avec certitude à l'époque de saint Augustin305. Mais nous avons vu que les Maures qui suivaient Antalas parlaient en majorité une autre langue que le latin, puisque Corippe prend la peine de souligner que Mac-cus fut l'envoyé du chef maure à Jean Troglita parce que, pour lui, romanae fuerat facundia linguae306. Un texte plusieurs fois cité par S. Gsell et par G. Camps307, mais curieusement très peu commenté, prouve que ce libyque n'était pas parlé seulement, mais également encore écrit au ve siècle. Dans la préface de son De aetatibus mundi, Fulgence le mythographe, un contemporain de Gunthamund ou de Thrasamund, évoque en effet, à côté des alphabet hébreu, grec et « romain », les libycae litterae, en précisant qu'elles étaient au nombre de vingt-trois308. Or, comme Gsell l'a bien vu, « libyque » n'est pas ici synonyme de punique, puisque l'alphabet punique avait vingt-deux lettres. L'information est tellement originale qu'elle ne paraît pas sortir de quelque encyclopédie compilée par le mythographe. Il s'appuyait vraisemblablement sur son expérience personnelle de l'Afrique. Le libyque y restait donc peut-être employé, probablement dans les campagnes où subsistaient les communautés qui conservaient une structure tribale. L'analogie avec le comportement des paysans punicophones de la région d'Hippone autorise dès lors toutes les hypothèses sur la manière dont ces communautés percevaient leur identité. Elles étaient à coup sûr officiellement romaines, et possédaient la citoyenneté qui justifiait ce titre. Mais rien ne les empêchait en même temps de continuer aussi à se sentir « maures ».

  • 309 S. Lancel, intervention après une communication de P.-A. Février lors du colloque d'archéologie et (...)
  • 310 Appendix des œuvres d'Optat de Milev, éd. C. Ziwsa, CSEL t. 26, 1, Vienne, 1893, p. 185, lignes 11- (...)
  • 311 Ibid., lignes 9-10 : Zenophilus vir clarissimus consularis dixit : cujus condi-cionis es ? Victor d (...)
  • 312 Cf. M. Speidel, « The rise of ethnics units in the Roman imperial army », dans ANRW, Principat, t. (...)
  • 313 L'emploi du terme comitatus à cette date est intéressant, mais sans doute, Victor transpose-t-il le (...)
  • 314 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976, p. 500.

116Un passage étonnant des Gesta apud Zenophilum, sorti de l'ombre par S. Lancel309, offre un exemple presque extrême de ce sentiment de double identité. Lors des interrogatoires menés à Cirta en 320 par le gouverneur Zenophilus pour éclaircir le cas de l'évêque donatiste Silvanus, désormais accusé par les siens d'avoir été lui-même un traditor, un des témoins, Victor, se présenta ainsi : patre decurione Constantinensum, avo milite ; in comitatu militaverat : nam origo nostra de sanguine mauro descendit310. Professeur de lettres latines, fils de décurion de la capitale provinciale, on pourrait a priori difficilement trouver meilleur exemple d'Africain romanisé que ce Victor311. Pourtant, en évoquant son grand-père, il n'hésite pas à rappeler son ascendance maure. Certes, le mot Maurus, comme toujours, peut poser problème. On pourrait songer de la part de Victor à une simple référence géographique à la province de Maurétanie. Mais il évoque son sanguis maurus, ce qui laisse, pour une fois, réellement peu de doute : Maurus a forcément ici un sens ethnique. L'expression est, d'autre part, introduite par la conjonction nam, ce qui la relie à l'évocation immédiatement antérieure de la carrière du grand-père, soldat dans le comitatus. Or, on sait que les unités indigènes recrutées en Maurétanie et portant le surnom de « Maures » étaient nombreuses au Bas-Empire312. L'aïeul de Victor avait donc toutes les chances d'être un Berbère de Maurétanie. Sa carrière militaire en elle-même, à situer vers les années 260-280313, confirme les possibilités de promotion sociale qu'offrait l'armée, surtout dans la période agitée de la crise du iiie siècle et des guerres de la Tétrarchie. Probablement établi au moment de sa retraite à Cirta après avoir atteint un certain grade, il avait donné naissance à une famille de notables provinciaux apparemment parfaitement intégrée. A la troisième génération pourtant, le souvenir des origines de cette famille n'était pas effacé, et s'imposait naturellement lors d'une déclaration d'état-civil. Certes, rien ne dit que les enfants de Victor, s'il en eut, continuèrent à affirmer ensuite leur sanguis mau-rus. On peut se demander aussi si tous ses contemporains de situation similaire auraient fait la même déclaration. Reste cependant ici chez un citadin un témoignage de conscience d'une identité indigène qui donne à réfléchir lorsqu'on s'interroge sur les populations rurales des régions plus méridionales de l'Afrique. Comment exclure que parmi elles certains éléments ne se soient pas sentis eux aussi porteurs d'une identité originale ? Poser cette question ne suppose évidemment nullement que l'on prête à ces gens une quelconque volonté au ive siècle de renier leur insertion dans le monde romain. Mais nous ne voyons pas pourquoi il faudrait, en fonction de leur attitude paisible, refuser absolument à certains paysans de Numidie méridionale et du sud-ouest de la Byzacène ce que M. Béna-bou a appelé « le sentiment de double appartenance »314, dont les rus-tici de la région d'Hippone et un grammaticus de Cirta étaient capables de faire preuve. Nombre des futurs sujets de Masties dans l'Aurès se sentaient probablement déjà alors à la fois « Maure » et « Romain ». Et il n'est que trop aisé de souligner combien ce sentiment de double appartenance chez ses grands-parents pourrait expliquer l'attitude ambiguë d'Antalas en 545-546, lorsque ce chef cherchait à s'attacher la fidélité des citoyens d'Hadrumète et qu'il réclamait, comme noyau de l'armée de son futur royaume, une garde de 1500 soldats romains...

CONCLUSION

117La distinction établie à plusieurs reprises par Corippe dans la Johannide entre les Maures de l'intérieur, installés in finibus nostris, et les externae gentes paraît ainsi refléter une opposition ancienne entre des groupes depuis longtemps intégrés au monde romain, et des peuples peu ou pas du tout atteints par le processus de romani-sation. Les Maures de l'intérieur, issus de tribus officiellement reconnues ou de communautés villageoises qui avaient conservé une structure tribale, étaient à des degrés divers réellement intégrés aux provinces, tout en conservant plus ou moins consciemment leur identité berbère. Mais si leur présence au ive siècle, au terme de cette longue enquête, nous semble bien établie, il reste que des différences importantes les distinguaient encore des populations décrites par Procope et Corippe au vie siècle. Ils ne formaient en effet certainement pas des masses humaines innombrables (gentes innumerae) puisque Julius Honorius les ignore ; et ils n'exprimaient guère de revendications politiques spécifiques, puisque, en dehors de la révolte de Gildon, ils ne sont jamais en armes. Entre le temps de saint Augustin et l'arrivée des Byzantins, les tribus de Byzacène et de Numidie ont donc connu une mutation démographique et politique importante, qui s'est effectuée nécessairement au moment de la domination vandale. Il nous reste, pour disposer vraiment de tous les éléments de compréhension du problème berbère aux vie et viie siècles, à tenter de reconstituer cette évolution.

Carte 17 – La christianisation du sud-ouest de la Byzacène et de la Numidie méridionale.

Annexes

RÉPERTOIRE DES SITES NUMÉROTÉS

NB : Ce répertoire reprend la terminologie des enquêtes archéologiques utilisées, souvent anciennes et imprécises. L'identification de certaines basiliques pourrait probablement être remise en question par de véritables fouilles, tout comme celle des « chapelles » souvent décrites sommairement par Guénin. Les différences entre chrisme constantinien et croix monogramma-tique sont parfois aussi très floues dans ces publications. Notre inventaire, qui mêle donc, faute de mieux, des réalités chronologiquement étalées dans le temps, du ive au viie siècle, ne prétend de toute façon pas à l'exhaustivité. Il permet seulement de mettre en valeur la christianisation du pays occupé ou côtoyé au vie siècle par Antalas et Cusina, en même temps que la beaucoup plus faible densité des traces de cette christianisation dans la partie méridionale de la région considérée. Certes, celle-ci peut être pour partie due à l'insuffisance des prospections. Mais le commandant Guénin, à qui on doit l'essentiel des découvertes, semble avoir parcouru le sud de son « cercle » avec autant d'attention que le nord, et manifestement sans les mêmes résultats. Le phénomène paraît ainsi refléter, de manière plus générale, une mise en valeur romaine nettement plus faible, qui pourrait correspondre au maintien de quelques petites tribus jusqu'au ve siècle, avant l'expansion de la fin de l'époque vandale.

1 Thélepte : au moins 7 églises (Gsell, RT, 1932, p. 5-56) ; inscriptions et décor chrétiens (cf. notamment Y. Duval, Loca sanctorum Africae, I, p. 85-89).

2 Henchir Gabel Zaaba (AAA f. 40, no 70) : deux linteaux avec chrisme et croix (ILAlg I, 3830 et 3831) ; plusieurs basiliques selon Guénin, Nouvelles archives des Missions, 1908, p. 86-87.

3 Henchir Soltane (AAA f. 40 no 65) : linteau de porte avec croix et lettres apocalyptiques (ILAlg I, 3828).

4 Henchir Bou Sboa (AAA f. 40 no 77) : inscription chrétienne de Mastica-na, ILAlg, I, 3764, et signes chrétiens sur chapiteaux (Guénin, op. cit., p. 188).

5 Bir Oum Ali (AAA f. 40 no 106) : basilique vue par Saladin (Nouvelles archives des missions, 1887, p. 148) et évoquée par Gsell (2e congrès d'Archéologie chrétienne, 1900, p. 213) ; inscription avec chrisme et lettres apocalyptiques (ILAlg, I, 3867).

6 Henchir el Ma el Abiod (AAA f. 40 no 72) : peut-être une basilique (Guénin p. 128).

7 Henchir el Gamra (AAA f. 40 no 84 = Henchir Feid et Louer sur la carte de Tunisie au 1/100000) : ruines d'une église ; linteau avec chrisme et le mot ecclesia (ILAlg, I, 3761).

8 Henchir Draa Zenad (AAA f. 40 no 39) : linteau avec chrisme (ILAlg, I, 3725).

9 Henchir el Guiz (AAA f. 40 no 85) : deux inscriptions chrétiennes avec chrisme constantinien (ILAlg, I, 3780-3781) ; petite « chapelle » de 11m de côté (Guénin, p. 88).

10 Henchir Brisgane (AAA f. 40 no 78) : deux piliers avec chrisme (ILAlg I, 3792-3793).

11 Henchir Bou Dries (AAA f. 40 no 62) : inscription chrétienne (ILAlg I, 3809) et basilique (Gauckler, Basiliques chrétiennes de Tunisie, pl. XXVI).

12 Henchir Mrigueb (AAA f. 40 no 79) : petite « basilique » (Guénin, p. 191).

13 Henchir Youdia (AAA f. 40 no 159) : basilique à chapiteaux « byzantins » (Guénin p. 191).

14 Khanguet Safsaf (AAA f. 40 no 154) : chambre creusée dans la roche, à flanc de vallée : à l'intérieur, nombreuses lampes avec chrismes (Guénin, p. 96).

15 Henchir el Khenigue (AAA f. 40 no 94) : vestiges d'une « petite chapelle » (Guénin, p. 91).

16 Henchir Karabed (AAA f. 40 no 93) : petite « chapelle », et linteaux avec chrisme (Guénin, p. 91).

17 Aïn Chettabia (AAA f. 40 no 68) : basilique importante (Guénin, p. 86).

18 Henchir Goulla (AAA f. 40 no 87) : petite « chapelle » dans une enceinte (Gué-nin, p. 85).

19 Henchir Bir Selem (AAA f. 40 no 51) : vestiges d'une « chapelle » avec décor chrétien (Guénin p. 83).

20 Henchir Goussa ou El Gousset : inscription chrétienne et chrisme (ILT 323). Travaux dans l'église en 521 (Béjaoui, Bulletin de l'INAA, 1, 1988, p. 17-18).

21 Fériana : inscription avec chrisme (ILT 306).

22 Henchir el Begueur ou Henchir Faraoun (AAA f. 40 no 123) : trois « chapelles » et inscriptions chrétiennes (ILAlg I, 3700-3704).

23 Henchir Dehiret Foa (AAA f. 40 no 124) : petite « chapelle » (Guénin, p. 186).

24 Henchir el Ateuch (AAA f. 40 no 108) : petite basilique à trois nefs (Guénin, p. 182).

25 Henchir el Louz (AAA f. 40 no 108) : basilique et plusieurs « croix byzantines » sculptées (Guénin, p. 181).

26 Henchir Redir el Fras (près du précédent) : inscription chrétienne (Guénin, p. 181).

27 Henchir Retem (AAA f. 39 no 24) : inscription avec chrisme (Guénin, p. 131).

28 Henchir Rouni (AAA f. 40 no 32) : petite « chapelle » chrétienne (Guénin, p. 125).

29 Henchir Bir el Ateuch (AAA f. 39 no 252) : petite « basilique » (Guénin, p. 176).

30 Bir Reguiba (Henchir Khebit Hallûf du CIL), AAA f. 39 no 221 : inscription et linteau avec croix (ILAlg I, 3679-3679 bis).

31 Henchir Foum Metleg Guebli (AAA f. 39 no 243) : église avec inscription funéraire chrétienne (ILAlg, I, 3688).

32 Aïn Ghorab (AAA f. 39 no 112) : basiliques (trois selon Birebent, Aquae roma-nae, p. 32) et inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 2220 ; Y. Duval, Loca sancto-rum, I, p. 149-150 ; Raf, 1936, p. 30-32.

33 Aïn Segueur (AAA f. 39 no 118) : inscription chrétienne (CIL, VIII, 10701 = 17617 ; Y. Duval, Loca sanctorum, I, p. 154-155).

34 Henchir el Adjedje (AAA f. 39 no 101) : inscriptions et décor chrétiens (CIL VIII, 10698 et Guénin, p. 161-163).

35 Henchir Djebria ou Aïoun Djebria (AAA f. 39 no 88) : basilique (Guénin, p. 160).

36 Henchir el Abiod : inscription chrétienne et basilique (Guénin, p. 146).

37 Ksar Ouled Zid ou Ksar Amar (AAA f. 39 no 90) : plusieurs basiliques et « chapelles », chrismes, inscriptions chrétiennes (Guénin, p. 157-159).

38 Henchir Belfrouts (AAA f. 39 no 248) : pierres à sculptures chrétiennes et basilique (Guénin, p. 175).

39 Henchir Ronadji (AAA f. 39 no 247) : une « chapelle » et une basilique (Gué-nin, p. 175).

40 Henchir Retba (AAA f. 39 no 255-256) : deux basiliques, chapiteaux avec croix (Guénin, p. 178-179).

41 Chéria (AAA f. 39 no 164) : inscription chrétienne et chrisme (Guénin, 1908, p. 109).

42 Mascula (Khenchela) : pilier avec chrisme (Dupuis, inédit Marcillet-Jaubert, cl. 38) ; inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 2245, 2272 ; Y. Duval, Loca sancto-rum, I, p. 165-171).

43 Henchir Kamellel (AAA f. 28 no 163) : église et inscriptions chrétiennes (Gué-nin, p. 166, et CIL VIII, 10713-10714).

44 Henchir Metkides (AAA f. 28 no 280) : inscription chrétienne avec chrisme (Guénin, p. 116 et CIL VIII, 16755-16758).

45 Tébessa : évêché et multiples restes chrétiens.

46 Tébessa Khalia : pierre avec chrisme (ILAlg, I, 3560 bis).

47 Henchir Touta (AAA f. 39 no 227) : « petit oratoire », basilique à 1 km au nord, inscriptions chrétiennes (Guénin, p. 131-132 ; cf. P.-A. Février, dans RAC, 42, 1966, p. 184-187.

48 Henchir Mertoum (AAA f. 39, no 107) : inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 10706, complétée par Leschi, Recueil... de Tébessa, p. 126-129 ; autre, ibid. p. 29-130 ; inédit Marcillet-Jaubert/Dupuis, no 171).

49 Henchir Guellil (AAA f. 39 no 151) : deux « chapelles » (Guénin, p. 108).

50 Gafsa : évêché en 484 ; inscription chrétienne (CIL VIII, 150).

51 Henchir Oued Hadouane (AAA f. 51 no 35) : basilique (Guénin, p. 99).

52 Maajen : tombe chrétienne (ILT, 303 et BAC, 1910, p. CLXXXIV).

53 Henchir Seïd (AAA f. 39 no 177) : basilique (Guénin, p. 112) et inscription chrétienne (Monceaux, RSAC, 42, 1908, p. 221-222).

54 Henchir Hammam (AAA f. 28 no 59) : inscription avec chrisme (CIL, VIII, 17729).

55 Henchir Oum Rihane (AAA f. 39 no 122) : trois basiliques chrétiennes (Guénin, p. 191).

56 Henchir Mrata (AAA f. 51 no 55-58) : inscription chrétienne (ILAlg I, 3874).

57 Henchir Bouraoui (AAA f. 40 no 11) : basilique (Guénin, p. 123).

58 Henchir Rouis (AAA f. 40 no 10) : basilique (Guénin, BAC, 1907, p. 153-158) ; inscriptions chrétiennes (ILAlg I, 3669-3670).

59 Henchir Gourt er Raïane (AAA f. 40 no 15) : chrisme sur une base de colonne (ILAlg I, 3635).

60 Bir Berdadi (AAA f, 40 no 17) : inscription chrétienne (ILAlg, I, 3644).

61 Henchir Bir el Ahzem (AAA f. 39 no 95) : basilique et chrismes sculptés (Gué-nin, p. 137).

62 Fouris (AAA f. 39 no 105) : basilique avec inscriptions chrétiennes (Raf, 1892 p. 331 et 1948, p. 227 ; Birebent, Aquae romanae, p. 19-20).

63 Henchir Zora (AAA f. 39 no 129-131) : basilique et monogramme chrétien (Guénin, p. 195-197).

64 Henchir Meksen ou Henchir Erraïet (AAA f. 39 no 254 ou 255) : linteau avec croix et symboles chrétiens (ILAlg, I, 3708).

65 Ksar el Boum (AAA f. 28 no 269) : « petit temple plus tard transformé en chapelle chrétienne » (Guénin, p. 117) et inscription chrétienne (ILAlg, I, 2980 et AE 1974, no 720).

66 Ksar Tebinet (AAA f. 29 no 147) : plusieurs pierres avec inscriptions chrétiennes (dont une grecque), monogrammes et chrismes (Guénin p. 119 et ILAlg, I, 3588-3590).

67 Zoui (AAA f. 39 no 49) : piliers avec chrismes (inédits Marcillet-Jaubert) ; deux inscriptions chrétiennes (ibid. et Y. Duval, Loca sanctorum, I, p. 157158) ; une église (cf. Farges dans Bulletin de l'Académie d'Hippone, 1885, p. 133-156).

68 Henchir Magroun (AAA f. 39 no 96) : « chapelle » ; « vestiges d'une memoria à s. Pierre et s. Paul » (CIL VIII, 10693 et Guénin p. 156).

69 Tinzarafounes : une ou plusieurs basiliques selon Birebent, Aquae romanae, p. 85.

70 Aïn Gueber (AAA f. 39 no 132) : trois inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 2218, 2219, 10711).

71 Henchir el Ksour (AAA f. 29 no 100) : basilique et inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 16738 et ILAlg 3597, 3619, 3621-3623).

72 Henchir Abtine (AAA f. 39 no 120) : deux basiliques (Guénin p. 155) ; un pilier à chrisme (inédit Marcillet-Jaubert).

73 Henchir Telamcine (AAA f. 39 no 265-266) : église selon Guénin (p. 202).

74 Henchir Kerkoum (AAA f. 39 no 257) : « traces de deux petites chapelles » (Guénin p. 201).

75 Youks (AAA f. 28 no 253) : inscription chrétienne (CIL VIII, 16743) et monogrammes.

76 Col d'Aïn el Lamba (à l'ouest de AAA f. 29 no 141) : fragment de sculpture chrétienne » (ILAlg I, 3595).

77 Bir es Sed ou Bir bou Açed (AAA f. 39 no 240) : inscription chrétienne (CIL VIII, 10694) et « oratoire » (Guénin p. 200).

78 Fouanis-Cherguia : inscription chrétienne (CIL VIII, 10757) et linteau de porte avec chrisme (Birebent, Aquae romanae, p. 78).

79 Henchir Hamimat (AAA f. 39 no 232) : inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 2215 et Guénin p. 135).

80 Henchir Meglaff (AAA f. 28 no 264) : basilique ; linteaux avec chrismes (Gué-nin p. 105).

81 Henchir Bou Chekifa (AAA f. 28 no 266) : basilique ; chapiteau avec chrisme (Guénin p. 103).

82 Cedias (AAA f. 39 no 43) : évêché en 256 ; église (Gsell, notice AAA) ; chrisme sur pilier (inédit Marcillet-Jaubert cliché 9752).

83 Henchir Gaga (AAA f. 28 no 257) : inscription funéraire chrétienne avec lettres apocalyptiques (Guénin p. 113).

84 Henchir Ogla Djedida (AAA f. 40 no 191) : basilique et éléments de décor chrétien (Guénin p. 97).

85 Henchir Zoura (AAA f. 39 no 238) : une basilique, deux « chapelles », linteau avec inscription chrétienne (Guénin p. 135-136).

86 Aioun Bedjen ou Oued Bedjen (AAA f. 28 no 161) : inscription chrétienne (Guénin p. 167-168).

87 Henchir Bou Saïd (AAA f. 28 no 162) : plusieurs basiliques ; inscriptions chrétiennes (Guénin p. 168).

88 Henchir Khanguet Reguiba (AAA f. 39 no 222) : inscription chrétienne (Monceaux, BSNAF, 1909 p. 353).

89 Refana, ou Henchir Gosset (AAA f. 29 no 145) : pierre avec inscription chrétienne (ILAlg I, 3580).

90 Henchir Mohammed el Bordji (AAA f. 40 no 54) : linteau avec croix et inscription chrétienne (ILAlg, I, 3808).

91 Ksar Sarraguia : linteau avec chrisme (T. Ghalia, dans Actes du Ve colloque international d'histoire et archéologie de l'Afrique du Nord, Avignon, 1990, Paris, 1992 p. 419-438).

92 Sidi Aïch : dépôt de céramique, dont plat avec croix chrétienne (BAC, 1888, p. 473-474).

93 Henchir Sidi bou Ghânem el Djedid : croix gravée (CIL VIII, 11482).

94 Cillium (Kasserine) : basilique (Gauckler, Basiliques pl. XXVII) ; inscription chrétienne avec chrisme, à proximité (BSNAF, 1910, p. 199).

95 Henchir Djenane Krouf ou Henchir Sidi Naceur (AAA f. 51 no 44) : petite chapelle et inscription chrétienne (Monceaux, RSAC, 1908, p. 233 no 48 et ILAlg I, 3872).

96 Henchir Oued el Firane (AAA f. 51 no 50) : linteau avec chrisme (Roux, RT, 1910, p. 200-203 = ILAlg I, 3873 bis).

97 Djenndel (AAA f. 50 no18) : église probable (Guéneau dans BAC, 1907, p. 314-337).

98 Ksar Sidi Mohammed, et Henchir Bou Skikine (AAA f. 40 no 2) : basilique et décor chrétien (Guénin p. 119).

99 Henchir Sidi Ahmar (AAA f. 40 no 16) : inscription chrétienne (BAC, 1901, p. 188 no 13).

100 Henchir Seïfia (AAA f. 40 no 69) : basilique (Guénin p. 86).

101 Henchir Foum Metleg Daharaoui (AAA f. 40 no 33) : monogramme chrétien (Guénin p. 126).

102 Henchir Feïd Ameur : « chapelle » (AAA f. 40, no 57, notice complémentaire).

103 Henchir Behir (AAA f. 40 no 67) : basilique (Guénin p. 85).

104 Henchir Feid el Louere ou Henchir Gamra (AAA f. 40 no 84) : inscription chrétienne (Monceaux, RSAC, 1908, p. 228).

105 Henchir Derirat, ou Henchir Goussa (AAA f. 40 no 105, sup.) : basilique (Guénin p. 93 et Truillot dans BAC, 1932-33 p. 276-277).

106 Henchir Tounis (AAA f. 40 no 177) : petite église (Guénin p. 180).

107 Mzara (AAA f. 40 no 201) : basilique (Guénin p. 99).

108 Djebel Djahfa (AAA f. 39 no 1-2) : catacombe chrétienne (Gsell, notice de AAA) ; inscription chrétienne (CIL VIII, 17715).

109 Tamagra : église (Gsell, AAA f. 39 no 11, notice).

110 Henchir Mansour : décor chrétien sur architecture (Gsell, AAA f. 39 no 25, notice).

111 Henchir Rogga (AAA f. 39 no 47) : inscription chrétienne (BAC 1894, p. 87, no 12).

112 Henchir Fouanis (AAA f. 39 no 63-65) : inscription chrétienne (CIL VIII, 10757).

113 Henchir el Ahzem : débris de sculptures chrétiennes (Gsell, AAA f. 39, no 95, notice).

114 Aïn Roumi(a) ou Henchir Melloul ou Djellenda (AAA f. 39, no 106) : une église (Birebent, Aquae romanae, p. 26) ; inscription chrétienne inédite (Mar-cillet-Jaubert/Dupuis no 169) ; coffret en bois décoré d'une croix monogram-matique (Bulletin d'archéologie algérienne, 4, 1970, p. 27).

115 Henchir Goussat : église (Gsell, AAA f. 39 no 114, notice).

116 Henchir Araoua (AAA f. 39 no 152) : « chapelle » (Guénin, p. 108).

117 Henchir el Outed (AAA f. 39 no 242) : basilique (Guénin p. 72).

118 Henchir el Ogla (AAA f. 39 no 108) : basilique et inscription chrétienne (Guénin p. 164 et Y. Duval, Loca sanctorum, I, p. 433).

119 Henchir Aouinet et Raïane (AAA f. 39 no 110) : inscription avec chrisme (Monceaux, RSAC, 42, 1908, p. 196-197 et Guénin p. 192).

120 Henchir Metkides Mta Guibeur (AAA f. 39 no 132) : basilique possible (Gué-nin p. 195).

121 Henchir Stah (AAA f. 39 no 145) : basilique (Guénin p. 204).

122 Henchir Bir el Klab (AAA f. 39 no 146) : basilique avec décor et monogramme chrétiens (Guénin p. 204).

123 Henchir Ras Feidh el Mehari (AAA f. 39 no 175-176) : deux basiliques et trois « chapelles » selon Guénin (p. 110).

124 Henchir Oum Khaled (AAA f. 39 no 189) : pierre à monogramme chrétien (Guénin p. 197).

125 Henchir Deheb (AAA f. 39 no 228) : basilique, inscription chrétienne et décor chrétien (Guénin p. 134 et Y. Duval, I, p. 142-143).

126 Henchir Dehiret el Atrous (AAA F. 39 no 235) : deux basiliques (Guénin p. 134).

127 Henchir el Atrous (AAA f. 39 no 244) : basilique et inscription chrétienne (Guénin p. 177).

128 Henchir Rachi ou Henchir Aouedj (AAA f. 39 no 250) : plusieurs portes avec monogrammes chrétiens (Guénin p. 177).

129 Henchir Cherchera (AAA f. 39 no 267-269) : petite basilique et « chapelle » (Guénin, p. 203).

130 Henchir Reteur (AAA f. 39 no 272) : linteau avec chrisme (Guénin p. 180).

131 Aïn el Hammam (AAA f. 39 au sud du no 274) : basilique possible selon Guénin, p. 203-204.

132 Henchir Dibba (AAA f. 29, près du no 122) : dalle avec un monogramme chrétien : Gsell, Musée de Tébessa, p. 63).

133 Henchir Halloufa (AAA f. 28 no 60-62) : fragments architecturaux chrétiens (Gsell, notice).

134 Henchir el Hammam (AAA f. 28 no 137) : inscription chrétienne et chrisme (Gsell, notice et inédit Marcillet-Jaubert/Dupuis cl. 9869).

135 Henchir Belkitane : église (Gsell, AAA f. 28 no 148, notice) ; pilier avec chrisme ; arc avec inscription et chrisme (inédit Marcillet-Jaubert/Dupuis, ph. 22499, 22500, 22483 ; cl. 33).

136 Dar Ali el Hochani : inscription chrétienne (Y. Duval, I, p. 104-105).

137 Henchir Bou Saïd (AAA f. 28 no 162) : deux églises et inscription chrétienne (Guénin p. 168-172).

138 Henchir Tebaguet el Haddad ou Henchir Touta (AAA f. 28 no 164) : une « chapelle » (Guénin p. 167).

139 Henchir Naga (AAA f. 28 près du no 164) : une « chapelle » (Guénin p. 102).

140 Ksar el Kelb : inscription chrétienne (CIL VIII, 2311) ; église (Gsell, AAA, f. 28 no 165, notice, et MEFR, 1934 p. 114-142 et 1936 p. 166-197).

141 Henchir Azen : monogramme chrétien (Gsell, AAA f. 28 no 166-170, notice).

142 Aïn Dala (AAA f. 28 no 171) : reliquaire avec inscription chrétienne (BAC 1895 p. 76-77 et Y. Duval, I, p. 160-163).

143 Henchir Mahfadia (AAA f. 28 no 173) : inscription chrétienne (CIL VIII, 2309 = 17759).

144 Henchir el Hamascha (AAA f. 28 no 255) : inscriptions chrétiennes (CIL VIII, 2189, 10686, 10688, 10689 et Y. Duval I, p. 135-138).

145 Henchir Sahi (AAA f. 28 no 266) : basilique à trois nefs (Guénin p. 104).

146 Dehiret Tasbent (AAA f. 28 no 269) : inscription sur un linteau avec chrisme (Guénin p. 116).

147 Djemaa Titaya (AAA f. 28 no 279) : inscription chrétienne (BAC, 1894, p. 85).

148 « Ferme Durili » : église, inscription chrétienne, linteau avec chrisme (Gsell, AAA, f. 28, no 153, notice supp, et RSAC, 1909 p. 294-297).

149 Henchir Stiah (AAA f. 28 no 191-194) : basilique (Guénin p. 102).

150 Henchir Gaba (AAA f. 28 no 262) : basilique (Guénin p. 103).

151 Henchir Bekkouche (AAA f. 39, au nord du no 152) : petite basilique (Guénin p. 109).

152 Henchir Gabel Haminat Beïda (AAA f. 39, près du no 234) : linteau avec inscription chrétienne (Guénin p. 135).

153 Henchir Si Taïeb ou Si Ahmar (AAA f. 40 no 16) : inscription Christus regnat sur un linteau (Guénin p. 121 et ILAlg, I, 3633).

154 Henchir Ouled Saad (AAA f. 40, près du no 5) : inscription avec croix chrétienne (Guénin p. 121 et ILAlg, I, 3632).

155 Henchir Dachdudai (Tunisie) : deux monogrammes chrétiens (CIL VIII, 286).

156 Aïn Tazougar (AAA f. 39, entre no 39 et no 40) : inscription chrétienne (CIL VIII, 2223).

157 Henchir Ngoussa ou Fedjet et Goussa (AAA f. 40, 2 km au sud du no 123) : chrisme avec lettres apocalyptiques (CIL, VIII, 17609).

158 Mdila (AAA f. 50 no 23) : évêché en 256 et 484, basilique possible (Guéneau, BAC, 1907, p. 331) et reliquaire (N. Duval et V. Saxer, Syria, 1998, p. 245262).

159 Redeyef : linteau avec chrisme (Roux, RT, 1910, p. 198).

160 Negrine-Besseriani : pierres avec chrismes (Jaubert, RSAC, 1912, p. 26).

161 Henchir Hammad (AAA f. 39 no 241) : linteau avec une croix en relief (H. I. Marrou, dans Bulletin d'archéologie algérienne, 3, 1968, p. 349 note 1).

162 Babar (AAA f. 39, près du no 35) : candélabre de bronze avec monogramme chrétien (Morizot, dans BAC, 18 B, 1982, p. 55-56).

163 Bou Mansour (AAA f. 39 no 70) : petite église (Morizot, ibid. p. 58).

164 Zaouia (AAA f. 39, no 71) : chapiteau avec chrisme (Morizot, ibid. p. 61-62).

165 El Amra (AAA f. 39 no 72) : pilastre avec croix monogrammatique (Morizot, ibid. p. 62-63).

166 Djebel Mrata (AAA f. 51, secteur des no 55-60 ?) : mention sur les Tablettes Al-bertini d'un presbyter (tablettes no 14, 20, 28).

167 Henchir Somâ : croix gravée (Saladin, Nouvelles archives des missions, 1887, p. 103).

168 Henchir Choud el Battal : église (Saladin, ibid., p. 125).

169 Henchir es Zaatli : linteau avec chrisme (Saladin, ibid., p. 130).

170 Henchir Goubeul « édifice chrétien » (Saladin, ibid., p. 146).

171 Henchir el Ktib : chrisme sur porte de fort (Saladin, ibid., p. 150).

172 Henchir el Khima : deux églises ; croix monogrammatiques (Béjaoui, Bulletin de l'INAA, 1, 1988, p. 19).

173 Henchir el Khmira : linteau avec croix (Béjaoui, ibid., p. 31 fig. 12).

174 Henchir Tamtilia (AAA f. 39 no 49) : inscription chrétienne (AE, 1974 no 719).

175 Bekkaria (AAA f. 29 no 159) : inscription chrétienne (AE 1974 no 713).

176 Henchir Chichoub Djebel Sif : poids en cuivre avec croix (Recueil de Tébessa, 1936-1937, p. 302).

177 Henchir Rechig : inscription chrétienne (ILT, 318).

178 Bir Djefya (AAA f. 39, près du no 49) : inscription chrétienne avec chrisme (inédit Marcillet-Jaubert/Dupuis).

179 Henchir Bakkouche (AAA f. 28 no 196) : « chapelle » et inscription chrétienne (Guénin p. 101).

180 Henchir Oum el Aouath : deux églises (Cagnat, Archives des Missions, 3e s., 12, 1885, p. 149).

181 Au nord de Thélepte : mosaïque avec chrisme (Gauckler, Nouvelles Archives des Missions, 1907, p. 361-362).

182 Henchir el Kiss : croix grecque sur un fût de colonne (V. Guérin, Voyage..., t. 1, p. 302).

183 Henchir el Brika : petite basilique ; croix ansée dans un cercle (BAC, 1894, p. 264 no 71).

Notes

1 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 6, 2 : Austoriani his contermini parti-bus barbari... ; ibid. XXIX, 5. Cf. également, à propos de Firmus, saint Augustin, Contra epistulam Parmeniani, I, 2, 16 : per regem barbarum Firmum...

2 Synésios, Catastase II (éd. N. Terzaghi, Rome, 1944), passim ; cf. également par exemple la lettre 130 où sont évoqués « barbares » et « mixobarbares » (éd. A. Garzya, Rome, 1979, p. 222).

3 Notitia de concilio Carthaginensi (28 août 397), 72, dans Concilia Africae (345-525), éd. C. Munier, CCL t. 149, p. 201-202 : quia multos tales a barbaris redi-munt...

4 Saint Augustin, Lettre 220, 7 (CSEL t. 57, p. 436) : Quid autem dicam de vastatione Africae, quem faciunt Afri barbari resistente nullo... ?

5 La règle n'est pas absolue, mais il semble que les auteurs africains du IVe siècle, notamment les évêques, préféraient parler de barbari quand ils devaient évoquer des tribus extérieures avec lesquelles les rapports étaient conflictuels. Ils évitent Mauri, probablement parce que le mot désignait aussi les habitants de la Maurétanie en général (cf. infra). En revanche, les auteurs non africains comme Ammien Marcellin utilisent indiféremment l'un et l'autre terme (ainsi à propos des Austoriani ou de Firmus).

6 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL, t. 57, p. 284) : sunt enim apud nos, hoc est in Africa, barbarae innumerabiles gentes...

7 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL, t. 149, p. 45 : in Tripoli forte et in Ar-zuge interiacere videntur barbarae gentes...

8 Code Théodosien, XI, 30, 62 (constitution du 22 juillet 405 adressée à Dioti-mus, proconsul d'Afrique : si quando a gentilibus vel a praefectis eorum fuisset in-terpositaprovocatio... ; ibid., VII, 15, 1 (constitution du 29 avril 409 à Gaudentius, vicaire d'Afrique) : Terrarum spatia, quae gentilibus propter curam munitionem-que limitis atque fossati antiquorum humana fuerantprovisione concessa... Cf. infra p. 482-483 pour le commentaire du premier de ces textes. Le second, parce qu'il pose le problème de l'organisation du limes au début du Ve siècle, a fait l'objet de nombreux travaux : cf. par exemple J. Baradez, Fossatum Africae, Paris, 1949, p. 30.

9 Orose, Historiae adversus paganos, I, 2, 90 : a meridie (Tripolitanae), barba-ros Gaetulos, Nathabres et Garamantas usque ad Oceanum Aethiopicum pertin-gentes... Cf. sur ce texte, Y. Janvier, « La géographie de l'Afrique du Nord chez Orose », BAC, ns, 18 B, 1982, p. 135-151.

10 Outre les pages toujours justes et précises de Gsell dans le tome 5 de son Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, cf. sur les quatre premiers de ces noms les articles de J. Desanges dans son Catalogue des tribus africaines..., Dakar, 1962, p. 62, 109-110, 128, 35-36, et pour les Gétules l'édition de Pline l'Ancien, V, 1-46, p. 342-346, et l'article « Gétules » de l'Encyclopédie berbère, t. 20, Aix, 1998, p. 3063-3065. On trouve également une étude de chacun des noms cités dans l'ouvrage de G. Camps, « Massinissa », dans Libyca, t. VIII, 1960.

11 Claudien, De bello Gildonico, 284 (éd. E.M. Olechowska, Leyde, 1978) : tol-lite massylas fraudes (à propos de Gildon) ; cf. notre article cité supra p. 439 note 103, p. 827. Nous laissons de côté la mention de Massyli par Julius Hono-rius, qui relève probablement d'une confusion (cf. supra Ière partie, p. 91).

12 Claudien, ibid. 93 : Et Numidae Gildonis erunt ?

13 J. Desanges, « Permanence d'une structure indigène en marge de l'administration romaine : la Numidie traditionnelle », dans AA, t. 15, 1980, p. 77-89.

14 Limites définitivement fixées après la réunification de la province en 314 : cf. sur cette date A. Chastagnol, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripoli-taine », dans AA, t. 1, 1967, p. 119-134.

15 Saint Augustin, Contra Cresconium, IV, 58, 69 (éd. et traduction, ici citée, G. Finaert, dans Bibliothèque Augustinienne, œuvres de saint Augustin, t. 31, Paris, 1968, p. 610-611) : Si hoc justissime dicturae sunt plebes et clerici eorum loco-rum, ex quibus erant trecenti et decem, qui contra Maximianenses Bagaiense conci-lium condiderunt, si hoc, inquam, recte dicturi sunt Afri Afris, Numidae et Mauri quam plurimi paucis Byzacenis et provincialibus, quanto justius... haec dicit Afris orbis terrarum !

16 Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 6, 14 : Eupraxius, Caesariensis Maurus, magister ea tempestate memoriae constans semper legumque similis in suscep-ta parte justitiae permanebat.

17 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL t. 149, p. 202 : Hinc etiam legati Mau-rorum, fratres nostri, consuluerunt, quia multos tales a barbaris redimunt.

18 CIL VIII, 9286 (inscription du 10 mai 495 trouvée à Mouzaïaville en Maurétanie Césarienne) : {mu}ltis exiliis {saepe}/ probatus et fidei/ catholicae adser/tor dignus inventus/ inplevit in episcopatu/ an (nos) XVIII m(enses) II, d(ies) XII, et occi/sus est in bello Mauro/rum et sepultus est die/ VI id(us) maias, (anno) p(rovin-ciae) CCCCLXVIIII.

19 CIL VIII, 9835. Cf. supra p. 375 note 244.

20 Phénomène d'abord mis en valeur par G. Camps : « L'inscription de Béja et le problème des Dii Mauri, dans RAf, 1954, p. 253-254.

21 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI, 4, 5 : Austoriani Mauricaeque aliae gentes Africam solito acrius incursabant. L'expression semble manifestement inclure les Austoriani parmi les Mauricae gentes.

22 Servius, commentaire sur l'Enéide, VI, 60 (éd. Thilo et Hagen, Leipzig, 1881-1884).

23 Grammatici Latini, éd. Keil, tome VII, p. 101 : extrait du De Orthographia de Caper. Sur la date de ce traité, cf. R. Holtz, Donat et la tradition de l'enseignement grammatical, Paris, 1981, p. 151 note 98.

24 Claudien, De bello Gildonico, vers 332 ; Panégyrique pour le quatrième consulat d'Honorius, vers 39 ; Sur le second consulat de Stilicon, vers 261. Sur tous ces textes, cf. notre article cité supra p. 439 note 103.

25 J. Desanges, dans les notes de son édition de Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, V, 1, p. 342.

26 G. Camps, « Massinissa », dans Libyca, t. VIII, 1960, p. 156.

27 En incluant vraisemblablement l'Aurès, avant qu'on ne distingue l'Avaritana.

28 J. Desanges, « Les territoires gétules de Juba II », dans REA, 1964, p. 45 ; id., « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », Byzantion, 1963, p. 50.

29 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, I, 13 : (Geiseri-cus) disponens quoque singulas quasque provincias, sibi Byzacenam, Abaritanam atque Getuliam et partem Numidiae reservavit...

30 Saint Augustin, Cité de Dieu, III, 15 : Rome sous les rois n'étendit son territoire qu'à peine à vingt milles de son centre, un espace qui n'est même pas comparable au territoire d'une quelconque cité actuelle de la Gétulie (quantum spatium absit ut saltem alicujus Getulae civitatis nunc territorio comparetur !) ; cf. sur ce texte infra p. 461.

31 Arnobe, Adversus nationes, I, 16, 3 (éd. H. Le Bonniec, Paris, 1982, p. 145146) : Si apud Gaetulos, (Tinguitanos), huius rei causa siccitatem satis ariditatem-que miserunt, eo anno cur messes amplissimas Mauris Nomadibusque tribuerunt, cum religio similis his quoque in regionibus verteretur ? Les Nomades doivent être compris comme des « Numides ». Quant aux Tinguitanos fruit d'une conjecture de l'éditeur face à un cum Aquitanos incompréhensible sur les manuscrits, une correction Avaritanos suggérée par J. Desanges (article cité note suivante) devrait permettre d'éliminer leur association étrange avec des Gétules.

32 J. Desanges, « Une mention des Abaritani dans Arnobe ? », dans Mélanges Marcel Le Glay, Bruxelles, 1994, p. 95-99.

33 Saint Augustin, Ennarationes in Psalmos, XCV, 3 (CCL, t. 39, p. 1345) : Quid est « in gentibus » ? Forte gentes nominantur, et paucae ; et adhuc habet quod dicat illa pars quae erexit parietem debealtum (il s'agit des donatistes) : quare non gentes sunt Getulia, Numidia, Mauritania, Byzacium ? Provinciae gentes sunt. Au-ferat sermonem hypocrisi parieti debealto, sermo Dei, aedificans domum toto orbe terrarum.

34 Cf. par exemple cet autre passage, extrait du Contra Cresconium (IV, LVIII, 70) : Quel air prends-tu donc en face de l'Eglise que la voix de la Vérité étend du lever du soleil à son couchant dans une promesse réalisée, pour oser dire que l'Eglise pleinière c'est le parti de Donat, alors qu'il n'appartient qu'à l'Afrique, et qu'Elle appartient, Elle, à tant de nations et à l'Afrique ?

35 L'ordre de la liste des « provinces » donatistes dans le texte d'Augustin n'est probablement pas anodin : il cite en tête la Gétulie, c'est-à-dire la Numidie méridionale, le principal bastion de la secte.

36 Orose, Historiae adversus paganos, I, 2, 90 ; cf. supra note 9.

37 Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984, p. 473-500 particulièrement.

38 Cf. supra p. 251-278. Cf. aussi pour la Tunisie infra p. 556.

39 J. Desanges, Catalogue..., p. 9.

40 Rufus Festus Avienus, Orbis Terrae, éd. P. Van de Woestijne, Bruges, 1961.

41 Denys le Périégète, Description de la terre, dans Muller, Geographi Graeci Minores, t. 2, Paris, 1861.

42 Expositio totius mundi et gentium, LXII, (éd. J. Rougé, Paris, 1966) : texte cité supra chap. 7 note 53.

43 Cf. supra p. 447, et l'article de Y. Janvier cité note 9.

44 Table de Peutinger, éd. K. Miller, Stuttgart, 1962. Cf. supra p. 117. Sur la date, cf. A. et M. Levi, Itineraria picta. Contributo allo studio della Tabula Peu-tingeriana, Rome, 1967, p. 172.

45 Sur tous ces textes, cf. supra 2e partie, p. 226-228.

46 Texte dans Riese, Geographi Latini Minores, Heilbronn, 1878, p. 21-55.

47 Cf. l'étude détaillée de ce texte donnée supra Ière partie p. 83-104.

48 Respectivement quatorze tribus citées pour la Maurétanie Césarienne et la Maurétanie Tingitane, et six pour la Cyrénaïque et la Tripolitaine, seule la localisation des Beguenses/Bacuenses restant incertaine. Rappelons que la Table de Peutinger présente la même caractéristique : sept noms de tribus citées en Cyré-naïque et Tripolitaine, huit en Maurétanie Sitifienne et Maurétanie Césarienne, aucun au centre.

49 Cf. supra p. 117-119 particulièrement.

50 Cf. supra p. 265-278.

51 S. Lancel, « Augustin (saint) », dans EB, t. 7, Aix, 1989, p. 1064-1065.

52 Supra p. 392-395.

53 Saint Augustin, Lettre 46, 1 et 5 (CSEL t. 34, 2, p. 123 et p. 125-126) : Chez lesArzuges, à ce que j'ai entendu dire, les barbares ont la coutume de prêter serment au décurion qui commande le limes, ou au tribun, et ils jurent par leurs démons quand ils concluent des engagements pour accomplir des transports ou pour garder les récoltes. Des propriétaires fonciers ou des fermiers ont l'habitude de les accueillir comme des gens dignes de confiance pour assurer la garde des récoltes, quand le dé-curion leur a envoyé une lettre ; les voyageurs qui doivent traverser le pays en les prenant comme guides font de même... Si j'envoyais quelqu'un chez les Arzuges, lui serait-il permis de recevoir des barbares ce serment mortel ? cf. texte et commentaire supra p. 364-365.

54 Comme nous l'avons expliqué supra p. 364-373, il semble qu'au ive siècle le nom d''Arzuges désignait parfois tous les habitants de la subdivision ecclésiastique nommée Arzugis ou Arzugitana, et donc aussi les Romains des cités comme Tozeur ou Telmine.

55 Supra p. 368-370.

56 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL, t. 149, p. 45.

57 Le verbe interjacere peut faire problème. Pour R. G. Goodchild (JRS 1950 p. 30-38), il impliquerait la présence de tribus barbares entre les évêchés de la côte tripolitaine et l'Arzugis intérieure, que le savant britannique étendait loin vers l'est : les tribus s'interposeraient entre les deux régions citées. Mais le limes protégeait encore à cette époque la zone séparant le Djérid des cités côtières de Tripolitaine. Il faut donc plutôt comprendre que des tribus s'interposaient entre les évêchés, à l'intérieur de chacune des deux subdivisions ecclésiastiques citées (le texte porte et in Tripoli et in Arzuge...). En Arzugis, il pouvait y avoir par exemple des groupes « barbares » entree Nefta et Telmine.

58 Supra p. 108-109.

59 P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus du Chott el Djérid à la frontière tuniso-libyenne, Paris, 1974 ; M. Euzennat, « Quatre années de recherches sur la frontière romaine en Tunisie méridionale », dans CRAI, 1972, p. 7-27 (cf. la fig. 14).

60 Il faut noter cependant que Publicola n'évoque jamais de travaux réellement agricoles pour ces barbares après leur entrée dans la province : on leur confie des charrois ou la garde des récoltes, des tâches qui suggèrent assez bien leur origine nomade ou semi-nomade.

61 Interjacere est un verbe au sens neutre, qui n'implique pas l'agressivité des tribus évoquées. Mais pour que les évêques n'osent entreprendre un voyage à cause de celles-ci, il faut néanmoins qu'elles aient paru réellement inquiétantes.

62 Cf. en particulier l'action du gouverneur de Tripolitaine Flavius Archontus Nilus à Ras el Aïn (Talalati) vers 355-360 (P. Trousset, op. cit. p. 101-102 et p. 151) et la mention par la Notitia Dignitatum des limites Tamallensis, Bizerentanus, Ta-lalatensis et Tillibarensis.

63 Cf. Y. Modéran, « La chronologie de la vie de saint Fulgence de Ruspe et ses incidences sur l'histoire de l'Afrique vandale », dans MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 135-188.

64 Vita Fulgentii, XIII (éd. G. Lapeyre, Vie de saint Fulgence de Ruspe, Paris, 1929, p. 67) : les manuscrits donnent à peu près en nombre égal les formes Nun-tiorum et Nuntorum, un seul portant la leçon Nunciorum.

65 J. Desanges, Catalogue..., p. 127-129 (un rapprochement avec les Nuptii de Pline l'Ancien (V, 37) est plus délicat car ce nom n'apparaît que sur certains manuscrits de l'Histoire Naturelle). Certes, les Nuktii se trouvaient assez loin de Ruspe, mais le texte de la Vita Fulgentii signale juste avant la démarche des Nun-tii que la réputation de Fulgence gagnait « toutes les provinces de l'Afrique » à cette époque, ce qui autorise largement l'hypothèse de J. Desanges.

66 Les événements rapportés par la Vita Fulgentii se situent à une époque où les ordinations épiscopales étaient interdites par la loi : en théorie, les Nuntii pouvaient donc être christianisés depuis longtemps et ils cherchaient peut-être simplement, comme d'autres communautés de Byzacène au même moment, à retrouver un prélat. Mais leur nom est absent des listes épiscopales de 411 et surtout de 484, et cela nous conduit plutôt à privilégier l'hypothèse d'une conversion récente.

67 Cf. Table de Peutinger : Gaetuli(a) sur le bord inférieur des segments III, IV, V ; remarques de J. Desanges dans son édition de Pline l'Ancien, Histoire Naturelle V, 1, p. 342-346.

68 Cf. supra p. 450-453.

69 Ainsi dans le Liber Generationis I (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. 9, Berlin, 1892, p. 107) : Getuli, entre Bacuates et Afri qui et Barbares. G. Camps pense cependant que la liste suit un ordre géographique (« Les Bavares, peuple de Maurétanie Césarienne », dans RAf, 1955, carte p. 248).

70 Saint Augustin, Enarrationes in Psalmos, CXLVIII, 10 (CCL t. 40, p. 2173) : Et puisque nous avons parlé de la Gétulie, eh bien, il pleut ici à peu près chaque année, et il y aussi chaque année du blé ; ce blé ne peut être conservé ici et est vite pourri, parce qu'il revient chaque année ; là-bas, parce qu'il est rare, il vient en abondance et il se conserve longtemps. Mais penses-tu que parce que Dieu aurait abandonné les hommes de là-bas, ceux-ci ne louent pas et ne glorifient pas Dieu selon son plaisir ? Prend donc un Gétule, amène-le dans nos riants bosquets : il veut fuir et retourner dans sa Gétulie aride. Ainsi Dieu a distribué et disposé dans chaque lieu, dans chaque région et dans chaque moment ses dons.

71 Cl. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, Paris, 1979, p. 46 note 76.

72 Saint Augustin, op. cit., CCL t. 40 p. 2172 l. 12 et l. 14 ; p. 2173 l. 47-48.

73 Cf. supra p. 451-452.

74 Saint Augustin, La cité de Dieu, III, 15 (éd. G. Combès, Bibliothèque Augus-tinienne, 5e série, t. 1, p. 465) : Haec fuit Romanorum vita sub regibus... per du-centos ferme et quadraginta tres annos, cum illae omnes victoriae tam multo sanguine et tantis emptae calamitatibus vix illud imperium intra viginti ab Urbe milia dilataverint ; quantum spatium absit ut saltem alicuius Getulae civitatis nunc terri-torio comparetur. (NB : la traduction donnée par G. Combès pour ce passage ignore complètement la référence à la Gétulie).

75 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », dans Byzantion, 1963, p. 50-51.

76 Saint Augustin, De ordine (éd. et trad. R. Jolivet, Bibliothèque Augusti-nienne, 1ère série, t. IV, Paris, 1939, p. 388-389) : Qui si hoc solum interrogent, cur Itali semper serenas hiemes orent et item semper Getulia nostra misera sitiat, quis eis facile respondebit ?

77 Saint Augustin, Enarrationes in Psalmos, CXLIX, 3 (CCL t. 40, p. 2180 l. 43-47) : Ager Domini mundus est, non Africa. Non quomodo terrae istae : Getulia fert sexagenum aut centenum, et Numidia fert denum : non sic est Deo ager suus. Ubique illi fertur fructus, et centenus, et sexagenus, et tricenus. Faut-il voir dans ces chiffres des rendements réels ? Le texte semble en tout cas avoir échappé aux historiens de l'agriculture antique.

78 J. Desanges, article cité supra note 75, p. 50-51.

79 Procope, Guerre vandale, II, 19, 19 ; Corippe, Johannide, II, 144-161 ; cf. supra p. 361-363 et 373.

80 Notitia Dignitatum, Occ XXV, Comes Africae (éd. Seeck, Berlin, 1876, p. 175) : sub dispositione viri spectabilis comitis Africae : limitanei : praepositus li-mitis Thamallensis (= Turris Tamalleni), praepositus limitis Montensis in castris Leptitanis (correction Neptitanis), praepositus limitis Bazensis (= Badiensis), prae-positus limitis Gemellensis, praepositus limitis Tubuniensis, praepositus limitis Za-bensis... La progression géographique d'est en ouest, du Djérid au Hodna, est claire dans cette partie de la nomenclature.

81 Le cas des barbares qu'eut à combattre Boniface dans le secteur de Tobna est plus délicat : s'agissait-il de voisins soudainement insurgés, ou de groupes plus lointains engagés dans une série continue d'attaques, comme les Austuriani en Tripolitaine ? Rien ne permet d'en décider.

82 Cf. ainsi P. Trousset, « Signification d'une frontière : nomades et sédentaires dans la zone du limes d'Afrique », dans W. S. Hanson et L. Keppie (éd.), Roman frontier Studies (12th International Congress of Roman Frontier Studies), BAR, Int. Ser., t. 71, 3, p. 931-942, qui nous semble parfois très optimiste.

83 Expression empruntée à G. Dagron, « Ceux d'en face. Les peuples étrangers dans les traités militaires byzantins », dans Travaux et Mémoires du centre de recherches d'histoire et de civilisation de Byzance, t. 10, 1987, p. 207-232.

84 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL t. 57, p. 284-285) : Quod enim putat venerabilitas tua jam hoc per ipsos apostolos factum, non ita esse certis docu-mentis probavi. Sunt enim apud nos, hoc est in Africa, barbarae innumerabiles gentes, in quibus nondum esse praedicatum Evangelium ex his, qui ducuntur inde captivi et Romanorum servitiis jam miscentur, cotidie nobis addiscere in promptu est. Pauci tamen anni sunt, ex quo quidam eorum rarissimi atque paucissimi, qui pacati Romanis finibus adhaerent, ita ut non habeant reges suos, sed super eos praefecti a Romano constituantur imperio, et illi ipsi eorum praefecti Christiani esse coeperunt. Interiores autem, qui sub nulla sunt potestate Romana, prorsus nec religione Christiana in suorum aliquibus detinentur.

85 Sur lesquels nous revenons infra p. 484.

86 Victor de Vita, III, 42-46.

87 Victor de Vita, I, 35-38. Ce texte est étudié infra p. 545-546.

88 Cf. infra p. 550-554.

89 La situation originale de la Maurétanie Césarienne au Bas-Empire, province où existaient officiellement des « barbares de l'intérieur », est attestée dès le début du IVe siècle par la Liste de Vérone qui, après sa liste des gentes barbarae quae pullulaverunt sub imperatoribus, place dans une rubrique complètement à part item gentes quae in Mauretania sunt, en nommant alors Quinquegentiani, Mazices, Bavares et Bacuates (éd. O. Seeck, Notitia Dignitatum, Berlin, 1876, p. 252). Elle est encore plus clairement établie au début du siècle suivant par la Notitia Dignitatum qui cite plusieurs exemples incontestables de « limes intérieurs » dans la province [ainsi le limes Vidensis (Bida) et le limes Tubusub-ditanus], en complément du limes des frontières méridionales (ainsi le limes Au-diensis (Auzia) et le limes Columnatensis) : cf, malgré ses critiques excessives sur la date de la Notitia, C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, p. 84-86 et la carte p. 81 ; et, plus récemment, J. Matthews, « Mauretania, Ammianus and the Notitia », dans Aspects of the Notitia Dignitatum, BAR, Supplementary series, 15, 1976, p. 157-186, et D. Lengrand, « Le limes interne de Maurétanie Césarienne au ive siècle et la famille de Nubel », dans A. Rousselle (éd.), Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité, Perpignan, 1995, p. 143-161.

90 Saint Augustin, Lettre 22*, 1, éd. J. Divjak, dans CSEL, t. 88, p. 113.

91 J. Desanges et S. Lancel, « L'apport des nouvelles lettres à la géographie historique de l'Afrique antique et de l'Église d'Afrique », dans Les lettres de saint Augustin découvertes par J. Divjak, Paris, 1982, p. 90-91.

92 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, tome IV, Paris, 1991, p. 1419.

93 Pour le dossier des Mazices, cf. supra p. 266-267.

94 Ce troisième groupe a été particulièrement étudié par H. G. Evelyn-White, The monasteries of Wadi'n Natrun, t. 2, New York, 1932, p. 150-167.

95 Cf. supra p. 418 et J. Desanges, Catalogue..., p. 112.

96 Sur ces limites, cf. la carte de S. Lancel, dans l'ouvrage cité supra note 92.

97 CIL VIII, 8379 et 20216. Lecture améliorée et essai d'interprétation (avec l'aide de J. Gascou) par G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA t. 20, 1984, p. 199-200. L'inscription est très lacunaire, mais le début semble ne laisser aucun doute : (in pa)ce + (Christi) in monti Mux (ou in mont(e) Imux)/ (Dei s)erbus et rex gentis Ucutaman(orum)...

98 Cf. S. Lancel, ouvrage cité supra note 92, p. 1360-1361.

99 G. Camps, « Les Bavares, peuple de Maurétanie Césarienne », dans RAf, 1955, p. 275-276.

100 Ptolémée, IV, 2, 5. Sur le problème de localisation, cf. J. Desanges, Catalogue... p. 57, et S. Lancel, op. cit., p. 1360-1361. Cette tribu se trouvait certes en dehors de la Numidie, dont la limite occidentale est aussi théoriquement la frontière de notre champ de recherche, mais elle était si proche de Milev qu'il a semblé nécessaire de signaler son existence.

101 CIL VIII, 19923 = ILAlg t. II, 1, n° 3411 : (X...) IIpr(a)ef(ectus)/gentis Salas (sum)/ v(ixit) a(nnis) LXX / S(. ?) o(ssa) t(ibi) b(ene) q(uiescant).

102 Ph. Leveau, « L'aile II des Thraces, la tribu des Mazices, et les Praefecti gentis en Afrique du Nord », dans AA, t. 7, 1973, p. 184.

103 Ptolémée, IV, 2, 5 ; cf. J. Desanges Catalogue..., p. 68.

104 Procope, Guerre vandale, II, 6, 10-14 ; J. Desanges, « La dernière retraite de Gélimer », dans Cahiers de Tunisie, 7, 1959, p. 434-435 particulièrement. Sur les doutes qui continuent à entourer cette localisation, cf. supra chap. 9 note 73. Le texte de Procope est très ambigu (II, 4, 27 : Cette montagne qui s'élève aux frontières de la Numidie...), et on ne peut exclure une localisation à la frontière numi-do-maurétanienne.

105 ILT n° 894-897, et nouveaux fragments publiés par Ch. Saumagne, « Un tarif fiscal au ive siècle de notre ère », dans Karthago, 1, 1950, p. 109-200.

106 Cf. le fragment 63 reproduit par Saumagne, où, en plus des cinq noms abrégés cités, on lit sur trois autres lignes Territo(rio) et sur une quatrième pars (ter)ritorii.

107 Ch. Saumagne, op. cit. p. 131-132.

108 Cf. S. Lancel, op. cit. supra note 92, p. 1432-1433.

109 Le cas rencontré ici peut être en effet différent de celui du territorium Nuntiorum de la Vita Fulgentii, dans la mesure où on peut restituer un adjectif à valeur toponymique et non un ethnique à la suite du mot territorium.

110 P. Salama, Bornes milliaires d'Afrique Proconsulaire. Un panomara historique du Bas-Empire romain, Rome, 1987, p. 155-156 (note 296).

111 Ch. Saumagne, op. cit. p. 131 note 22.

112 Table de Peutinger, segment III, 1, au sud d'Igilgili ; CIL VIII, 9288 et 20863 ; Liber Generationis, éd. Mommsen, MGH, a.a., t. 9, p. 109. cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 117-121.

113 Cf. les remarques et la carte de P.-A. Février dans Approches du Maghreb romain, t. 2, Aix, 1990, p. 125-127. Une étude encore inédite de X. Dupuis, Provin-cia Splendidissima Numidia. Les étapes de l'organisation d'une province, de Caligu-la à Constantin (mémoire de l'EFR, Rome, 1993) apporte un éclairage neuf sur ce dossier ».

114 CIL VIII, 270 = 11451 = 23246 : cf. supra p. 97.

115 Une inscription fragmentaire d'Ammaedara mentionne peut-être, cependant, leur administration par un préfet « dans le dernier quart du IIe siècle », selon Z. Benzina ben Abdallah [« Du côté d'Ammaedara (Haïdra) : Musulamii et Musu-nii Regiani », dans AA, 28, 1992, p. 139-145].

116 Cf. la carte récente de P. Salama, Bornes milliaires d'Afrique Proconsulaire, Rome, 1987, et pour les traces de christianisation la vieille carte de J. Mesnage, L'Afrique chrétienne, Paris, 1912. S. Lancel (op. cit. supra note 92) n'identifie aucun évêché dans ce secteur. Certes, on peut penser qu'une prospection attentive à la céramique et aux constructions rurales montrerait la réalité d'une occupation significative de la région à l'époque tardive, mais l'absence de cités reste difficilement contestable.

117 P. Monceaux, « Deux victimes des Maures à Madauros », dans CRAI, 1920, p. 329-333. Texte repris dans Gsell, ILAlg, t. 1, n° 2764.

118 P. Monceaux, ibid., p. 331.

119 Ibid. p. 333.

120 La dernière incursion vers l'est connue de tribus maurétaniennes qui ait atteint les provinces centrales est celle des Bavares orientaux dans les années 253-260, mais elle se limita à la Numidie (cf. M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976, p. 217-228).

121 Cf. l'inscription d'Ammaedara (BAC, 1907, p. CCLVI-CCLVII) commentée par P. Salama, « La via Hadrumetina en Byzacène », dans Cahiers de Tunisie, XII, 1964, p. 73-85. Autre exemple de translation de corps donné par le même savant dans Bornes milliaires d'Afrique Proconsulaire, Rome, 1987, p. 175-176 (note 324).

122 RAf, t. 92, 1948, p. 137.

123 Ph. Leveau, « L'aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », dans AA, t. 7, 1973, p. 185.

124 Cf. infra p. 480.

125 Cf. infra p. 497.

126 CRAI 1909 p. 94 = ILAf 102 : inscription trouvée à 2 km à l'Est d'Henchir Chéraga. A. Merlin a proposé de comprendre le groupe Thululem Fue comme le nom du dédicant, Thulul, accompagné du nom de son père, Fua, au génitif selon le mode indigène d'indication de la filiation (CRAI 1909 p. 94 note 1). Pour le sens de la formule finale DDPP, cf. infra p. 502 où nous revenons sur cette inscription.

127 CRAI 1909 p. 94 = ILAf 103, trouvée au même endroit que la précédente.

128 Pline l'Ancien, V, 1, 30.

129 Ptolémée, IV, 3, 6. Cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 121. Une autre tribu portant le nom de Musonii est attestée plus à l'ouest (cf. J. Desanges, « Un Prin-ceps gentis à Sétif », dans BAC, ns, 12-14 B, 1976-78, p. 123-129).

130 Cf. supra p. 426 et note 43.

131 Cf. Z. Benzina ben Abdallah, « Du côté d'Ammaedara (Haïdra) : Musula-mii et Musunii Regiani », dans AA, 28, 1992, p. 139-145. L'auteur propose de dater l'inscription évoquant ce préfet du dernier quart du iie siècle.

132 CIL VIII, 23195 : inscription découverte à 3 km au sud des deux précédentes.

133 C'est ce que constatait précisément H. G. Pflaum en commentant la première dédicace des Musuni Regiani à Septime Sévère et Caracalla : « on se rend compte une fois de plus que même à l'époque des Sévères une partie des territoires du sud de la Proconsulaire n'était pas romanisée ». Cf. le compte rendu du livre de M.S. Bassignano (Il flaminato nelleprovince romane dell'Africa, Rome, 1974) intitulé « Les flamines de l'Afrique romaine », Athenaeum, ns, LIV, 1976, p. 157.

134 Orose, Historiae adversus paganos, VII, 36, 2.

135 « Gildon, les Maures et l'Afrique », dans MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 821-872.

136 Zosime, Histoire nouvelle, V, 2, 4 : άπαρασκεύφ.

137 Orose parle d'une armée de 70 000 hommes pour Gildon. Même en faisant la part d'une exagération probable pour mieux souligner le caractère miraculeux de la victoire de Mascezel (caractère mis en valeur plus loin par Orose lui-même et par d'autres sources, qui évoquent une aide divine), et en décomptant les effectifs de l'armée d'Afrique fidèle au comte, le chiffre suppose des troupes trop nombreuses pour avoir été fournies par les seules tribus de l'intérieur. Il faut donc supposer que les plus gros contingents furent apportés par des tribus ri-vaines du limes méridional, issues de ce que nous avons proposé d'appeler le « deuxième cercle » maure.

138 Cf. infra p. 505-510.

139 S. Lancel, « Augustin (saint) », dans EB, t. VII, 1989, p. 1065.

140 Nous avons exclu de cet inventaire les Saturiani et les Subafrenses mentionnés dans une loi du Code Théodosien en 399 faute d'une réelle certitude sur la nature de ces deux groupes : cf. supra p. 171 et nos remarques dans Revue des études augustiniennes, t. XXXV, 1, 1989, p. 192-194.

141 Cf. pour cette distinction M. Bénabou, La résistance africaine à la romani-sation, Paris, 1976, p. 446-469.

142 Dossier très complet sur ces préfets dans l'article de Ph. Leveau cité supra note 123.

143 Outre M. Bénabou, op. cit., cf. pour ces « princes de tribu » T. Kotula, « Les principes gentis et les principes civitatis en Afrique romaine », dans Eos, t. 55, 1965, p. 347-365, et J. Desanges, « Unprinceps gentis à Sétif », dans BAC, ns, 12-14 B, 1976-1978, p. 121-129.

144 ILAlg t. II, 1, 626.

145 Inscriptions Antiques du Maroc, II, Inscriptions latines, n° 349.

146 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, p. 447.

147 M. Euzennat, « Les Zegrenses », dans Mélanges William Seston, Paris, 1974, p. 175-186.

148 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL t. 57, p. 284-285) : rarissimi at-que paucissimi, qui pacati Romanis finibus adhaerent, ita ut non habeant reges suos, sed super eos praefecti a Romano constituantur imperio...

149 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 2 (Nubel) et XXIX, 5, 21 (Belles). Cf. sur cette situation D. Lengrand, « Le limes intérieur de Maurétanie Césarienne au ive siècle et la famille de Nubel », dans A. Rousselle (éd.), Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité, Perpignan, 1995, p. 143-161 (NB : Nous ne suivons pas D. Lengrand sur son interprétation de la position des préfets de tribu au Bas-Empire : cf. infra p. 483-484).

150 Code Théodosien, XI, 30, 62 : Idem A(ugusti) (Arcadius et Honorius) et Theod(osius) ad Diotimum pro(consulem) Afric(ae) : in negotiis, quae ex appella-tione discendunt, veterem consuetudinem volumus custodiri, illud addentes ut si quando a gentilibus vel a praefectis eorum fuisset interposita provocatio, sacrum sollemniter, hoc est proconsularis cognitionis praestoletur examen (dat. XI Kal. Aug. Ravennae Stilichone II et Anthemio Cons(ulibus).

151 Cl. Lepelley, « La préfecture de tribu dans l'Afrique du Bas-Empire », dans Mélanges William Seston, Paris, 1974, p. 285-295 (la traduction donnée ici est reprise de cet article).

152 Cl. Lepelley, ibid., p. 291-292. On pourrait, certes, comprendre aussi que le texte oppose des appels portés directement par des Maures et des appels transmis par leurs préfets, ce qui nous ramènerait à une seule catégorie de tribus. Mais il est peu probable que des Maures aient pu agir en matière judiciaire directement et à titre individuel devant le proconsul.

153 D. Lengrand, op. cit. supra note 149, p. 159.

154 Ph. Leveau, « L'aile II des Thraces, la tribu des Mazices, et les praefecti gentis en Afrique du Nord », dans AA, t. 7, 1973, p. 186.

155 Saint Augustin, Lettre 199, XII (CSEL t. 57, p. 285, lignes 1-2).

156 Après la célèbre loi générale de 392 de Théodose, le tournant en ce domaine fut en Afrique la mission des comtes Gaudentius et Jovius en 399, évoquée par saint Augustin dans La cité de Dieu (XVIII, 54) : cf. Cl. Lepelley, « Le musée des statues divines », dans Cahiers archéologiques, t. 42, 1994, p. 5-6 surtout.

157 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 35 : l'action de Théodose se situe après la fuite de Firmus vers les montes Caprarienses.

158 Pour l'inscription, cf. supra p. 469. « Bloc massif surmonté d'une pyramide. Il s'agit d'après le lieu et l'aspect de la sépulture d'un chef de tribu indigène portant le titre de praefectus et non celui de princeps » (H. G. Pflaum, notice de ILAlg II, 1, 3411).

159 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, p. 456.

160 Ph. Leveau, op. cit. supra note 154, p. 186.

161 Une première présentation de ce dossier a fait l'objet d'une conférence à l'Institut de Droit Romain de l'Université de Paris, en décembre 1992. Celle-ci fut suivie d'un riche débat animé notamment par M. Humbert, Cl. Lepelley, A. Chas-tagnol, N. Duval, J. Desanges, R. Szramkiewicz et J. Modrzejewski. Le texte donné ici, corrigé et complété, s'est efforcé d'intégrer les remarques de ces savants.

162 Virgile, Enéide, IV, 242.

163 Servius, In Vergilii Aeneidos commentarius, éd. G. Thilo et H. Hagen, t. 1, Leipzig, 1881, p. 507-508 : « Tum virgam capit », id est caduceum, quod primo Apollo habuit et donavit Mercurio... ; unde secundum Livium, legati pacis caducea-tores dicuntur... ; virga vero insigne potestatis est, nam ideo ea et magistratus utun-tur, dicta, quod vi regat... et hodieque tam athletarum quamgladiatorum certamina virga dirimuntur. Et praefecti gentium Maurorum cum fiunt, virgam accipiunt et gestant.

164 R. Holtz, Donat et la tradition de l'enseignement grammatical, Paris, 1981, p. 224-225.

165 Cf. Cicéron, Verrines, V, 161. Pour les poètes, cf. par exemple Ovide, Tristes, V, 6, 32 : ceditur et caecis, et quos praetexta verendos virgaque cum verbis imperiosa facit.

166 Cl. Lepelley, article cité supra note 151, p. 293.

167 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3-8 :
οσοι γαρ εν τε Μαυριτανία και Νουμιδία και βυζακίφ Μαυρουσίων ήρχον, πρέσβεις ώς Βελισάριον πεμψαντες, δουλοί τε βασιλέως εφασκον είναι και ξυμ-μαχήσειν υπεσχοντο. εισι δεοι και τους παιδας εν ομήρων παρείχοντο λογω, τατε ξυμβολα σφισι παρ'αυτου στελλεσται τής αρχής καταδήτον παλαιον νομον εδεον-το. νομος γαρ ήν Μαυρουσιων αρχειν μήδενα, καν 'Ρωμαίοις πολεμιος ή, πριν αν αι3τφ τα γνωρίσματα τής αρχής ó 'Ρωμαίων βασιλευς δοίή. απερ ήδή προς Βανδίλων λαβοντες ούκ ωοντο εν βεβαίωτήν αρχήν εχειν. εστι δεταξυμβολα ταυτα ραβδος τε αργυρα κατακεχρυσωμενή και πιλος αργυρους ούκ ολήν τήν κεφαλήν σκεπων, αλλ'ωσπερ στεφανή τελαμωσιν αργυροΐς πανταχοθεν ανεχομενος, και τριβωνιον τι λευκον ες χρυστήν περοονήν κατατον δεξιον ιωμον εν χλαμιΰδος σχή ματι θετταλτής ξυ-νιοον, χιτων τε λευκιος ποικίλματα εχων, και αρβυλή επίχρυσος. Βελισιχριος δε ταυτα τε αυτοις επεμψε και χρήμασι πολλοίς αύιτιων καστον δωριήσατο.

168 Cf. sur ce contexte, infra 4e partie, p. 585-592.

169 Cf. sur ces continuités C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, p. 253 et 25758, dont les remarques trop prudentes ont été corrigées dans un article de A. Chastagnol (« Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », dans AA, t. 1, 1967, p. 131-132), et dans une publication du même savant avec N. Duval (« Les survivances du culte impérial en Afrique du Nord à l'époque vandale », dans Mélanges William Seston, Paris, 1974, p. 87-118). Nous avons encore ajouté quelques éléments à la thèse dans « La chronologie de la vie de saint Fulgence de Ruspe et ses incidences sur l'histoire de l'Afrique vandale », MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 174-181.

170 Guerre vandale, I, 25, 5.

171 Cf. infra 4e partie p. 587.

172 Cf. ainsi Hérodote, III, 12, à propos des Perses.

173 Corippe, Johannide, V, 264 et 328 ; VII, 419 et 510. Cf. supra p. 233-235.

174 Johannide, VIII, 188-192 : opposition entre le soldats romains et leurs alliés (tribus de Cusina et de Iaudas vraisemblablement, soit des Maures de Byza-cène et de l'Aurès) :
(...) habitus gentes discernit utrasque.
His tunicas ferrum, his nudis, de more lacertis
purpura picta dabat vario permisto colore.
Hos clipeus, hos caetra tegit. Stat casside celsus
miles et implicitae Maurus velamine pallae.

175 Pomponius Mela, Chorographia, I, 41 : primores sagis velantur, vulgus bes-tiarum pecudumque pellibus. Faudrait-il rapprocher de ce manteau le sagus puni-ceus dont fut revêtu beaucoup plus tard Firmus (Ammien Marcellin, XXIX, 5, 48) lorsqu'il se révolta ?

176 Cf. J.-P. Laporte, « Datation des stèles libyques figurées de Grande Kabylie », dans L'Africa romana IX. Atti del IX convegno di studio, Nuoro 1991, Sassari, 1992, p. 389-423, avec de nombreuses reproductions. Le dossier a été récemment enrichi par deux nouvelles stèles, dont une où les insignes, notamment l'anneau, apparaissent très nettement : cf. G. Camps, J.-P. Laporte, S. Chaker, « Deux nouvelles stèles kabyles au cavalier », dans BAC, n.s., Afrique du Nord, 25, 1996-98, p. 19-32.

177 G. Camps, « Abizar », dans EB, t. 1, Aix, 1984, p. 84-86, dont la datation a été bien confirmée désormais par J.-P. Laporte, contre P.-A. Février qui rattachait les stèles à l'Antiquité tardive (cf. EB, t. 1, p. 79-84).

178 Tite-Live, XXX, 15, 11-12 (événements de 203 av. J.-C.) : Ibi Massinissam primum regem appellatum eximiisque ornatum laudibus, aurea corona, aurea pa-terna, sella curuli et scipione eburneo, toga picta et palmata tunica donat ; addit ver-bis honorem : neque magnificentius triumphantibus quicquam triumpho apud Ro-manos, neque triumphantibus ampliorem eo ornatum esse, quo unum omnium ex-ternorum dignum Massinissam populus Romanus ducat.

179 Sur le triomphe et ses ornements, cf. encore l'excellent article de R. Ca-gnat, « Triumphus », dans Daremberg et Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, t. 9, Paris, 1919, p. 488-491 ; et plus récent, E. Kunzl, Der Ro-mischen Triumph. Siegesfeiern im Antiken Rom, p. 85-87.

180 D. Braund, Rome and the friendly King. The Character of client Kingship, Londres-New York, 1984, p. 28-29 et notes 35-37.

181 Tite-Live, XXX, 17 (en 203 av. J.-C., le sénat répond aux ambassadeurs envoyés par Massinissa pour obtenir confirmation des décisions de Scipion) : Mu-nera quae legati ferrent regi decreverunt sagula purpurea duo, cum fibulis aureis singulis et lato clavo tunicis, equos duo phaletaros, bina equestria arma cum lori-cis, et tabernacula militaremque supellectilem, qualem praeberi consuli mos esset.

182 Tacite, Annales, IV, 26 : Cognitis dehinc Ptolemaei per id bellum studiis, re-petitus ex vetusto more honos, missusque e senatoribus, qui scipionem eburnum, togam pictam, antiqua patrum munera, daret, regemque et socium atque amicum appellaret.

183 Références dans J. Mazard, Corpus nummorum Numidiae Maureta-niaeque, Paris, 1955.

184 D. Braund, op. cit. supra note 180, p. 28-29, auquel M. Coltelloni-Trannoy semble se rallier (« Les liens de clientèle en Afrique du Nord du iie s. av. J.-C. jusqu'au début du principat », dans BAC, n.s., Afrique du Nord, 24, 1993-95, p. 59-82). Sur les ornamenta consularia, cf. encore Mommsen, Le droit public romain, t. 2, Paris, 1892, p. 50-78 (l'article de B. Rémy, « Ornati et ornamenta ques-toria, praetoria et consularia sous le Haut-Empire romain », dans REA, t. 78-79, 1976-1977, p. 160-198 ne décrit pas les insignes).

185 Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 8, 2-3.

186 Dessau, ILS, 8958.

187 Cf. M. Coltelloni-Trannoy, Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée, Paris, 1997, p. 29-45.

188 On peut cependant se demander si le disque des monnaies Mazard 442 et 443 n'est pas une couronne de lauriers représentée sous un angle inhabituel et de manière maladroite. Mais même en admettant cette interprétation, le problème des autres insignes demeurerait.

189 Chronique Pascale,éd. Niebuhr, t. 1, Bonn, 1832, p. 613-614 (= Chronicon Paschale a. 522, trad. M. et M. Whitby, Liverpool, 1989, p. 105). La traduction reprise ici est celle de C. Morrisson, « Les insignes du pouvoir impérial au ve et au vie siècle », dans Clovis, Histoire et Mémoire, tome I, Clovis et son temps, Paris, 1997, p. 765. Le texte est quasiment identique dans la Chronographia de Jean Ma-lalas (éd. Dindorf, Bonn, 1831, p. 413 = The Chronicle of John Malalas, trad. E. Jeffreys, M. Jeffreys, R. Scott, Melbourne, 1986, p. 233-234).

190 Agathias, Histoires, III, 15, 2,(éd. Keydell, CFHB 2, Berlin, 1967, p. 103 = trad. J. D. Frendo, Berlin/ New York, 1975, p. 84-85).

191 Cette nuance importante sur la matière et la couleur des insignes fut particulièrement mise en valeur par N. Duval lors de la longue et riche discussion qui suivit la première présentation de ce dossier à l'Institut de droit romain en 1992.

192 Nous nous séparons donc un peu ici de l'interprétation de C. Morrisson, qui a conclu récemment que ces insignes « sont ceux que l'empereur accordait aux rois dont il voulait se ménager l'appui » (op. cit. supra note 189). L'idée est évidemment juste d'un point de vue pratique, mais il nous semble que sur le plan idéologique, ces remises d'insignes exprimaient toujours aussi la prétention de l'Empire à dominer le monde. C. Morrisson fait précéder sa conclusion de cette formule : « Pour le byzantiniste, il apparaît donc clair que... » : sa perspective est celle d'une médiéviste, qui sait ce qu'il adviendra des prétentions des empereurs du vie siècle face aux rois « barbares ». L'antiquisant qui analyse ce dossier a tendance au contraire à rechercher, et à découvrir, les signes d'une continuité idéologique et politique avec l'Empire romain des premiers siècles de notre ère. Les deux visions sont en fait ici, comme souvent, complémentaires et, du moins nous l'espérons, également justes.

193 M. Christol et J. Gascou « Volubilis, cité fédérée ? », dans MEFRA, t. 92, 1980, p. 342.

194 Ph. Leveau, article cité supra note 154, p. 186.

195 Un doute peut cependant subsister sur les pratiques de l'Empire d'Orient dans sa province de Cyrénaïque. L'Edit d'Anastase sur la Libye mentionne en effet un préfet clarissime auprès duquel les gens de la tribu des Makai devaient retirer une lettre s'il voulaient pénétrer dans la province (dernier état de ce texte dans SEG 27, 1139). S'il s'agit d'un préfet de tribu, le titre de clarissime rend peu vraisemblable son appartenance à un groupe berbère. Mais la fonction de ce personnage, contrairement à un avis récemment exprimé, n'est pas vraiment claire (cf. chap. 6 note 25). Un autre cas laisse un doute dans la même province : une inscription grecque découverte dans une chambre souterraine près d'Aïn Mara (Hy-drax), qui doit dater du vie siècle, mentionne un certain Samphoudion, qui tandis qu'il exerçait la fonction de « préposé » (preposidiês) parmi les Maures [Μάρυσ(οις)] creusa ce monument, puis fut plus tard élu par une cité (au nom mutilé) strate-gos. Après l'avoir avec R. G. Goodchild défini comme un chef indigène défenseur de la province contre les nomades (« Some military inscriptions from Cyrenaica », dans Papers of the British School at Rome, vol. xxx, 1962, p. 41-46), J. Reynolds est revenue récemment sur cette interprétation et, après une nouvelle lecture du texte, a conclu que Samphoudion devait plutôt être un officier en poste sur le limes (« Inscriptions from the Cyrenaican limes », dans LAfrica romana 5. Atti del V convegno di studio, Sassari, 1987, Sassari, 1988, p. 171-172). Comme J. Reynolds, il nous semble que ce personnage, élu stratège d'une cité et qui compose son texte à la manière d'un poème avec des références homériques, n'était pas un Maure au sens classique. Mais le mot preposidiês, désormais lu par J. Reynolds, et son complément « parmi les Maures » sont étranges pour un officier du limes : on peut donc se demander si l'expression ne désignerait pas plutôt un préfet de tribu.

196 Cf. supra p. 475.

197 Supra p. 469.

198 L'expression bis praefectus pour le préfet indigène des Salassii suggère néanmoins que des renouvellements périodiques d'investiture d'un même personnage pouvaient se produire dans les tribus pourvues de préfet : l'Empire tenait encore à marquer symboliquement leur dépendance plus grande.

199 Code Théodosien, XI, 30, 62 : cf. supra p. 482-483.

200 Code Théodosien, VII, 15, 1 : cf. supra note 8.

201 Cf. supra p. 262.

202 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza. A Libyan Settlement in the Roman Peri-od, Tripoli, 1985, t. 2, planche 78 et p. 231, avec note 61 p. 233 ; cf. supra p. 272.

203 Cf. Cl. Lepelley, article cité supra note 151, p. 294.

204 Johannide, VIII, 461-462 : cf. supra p. 349.

205 Cf. W. Seston et M. Euzennat, « La citoyenneté romaine au temps de Marc Aurèle et de Commode d'après la tabula Banasitana », dans CRAI 1961 p. 317-324.

206 Cf. supra p. 476.

207 ILAf 102 et CIL VIII, 23195 (datée des années 241-244).

208 ILAf 103.

209 Z. Benzina ben Abdallah, « Du côté d'Ammaedara (Haïdra) : Musulamii et Musunii Regiani », dans AA, t. 28, 1992, p. 139-145.

210 CIL VIII, 23195.

211 ILAf 102.

212 Cf. supra p. 305.

213 Deux dédicaces de 198-199 trouvées à Aziz ben Tellis (une publiée par Gsell, dans BAC, 1917, p. 342-343 ; l'autre inédite signalée par X. Dupuis dans Cl. Lepelley et X. Dupuis, Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique. Hommage à Pierre Salama, Paris, 1999, p. 131 note 8) ; milliaire de Caracalla en 214-215, trouvé près de l'Oued Djermane, non loin de El Eulma, l'ancien Saint-Arnaud, publié par P. Massiéra dans Bulletin de la société historique et géographique de Sétif, 1941, p. 110-112 (= AE 1942-43, n° 68) ; autre milliaire de 215-216, à Bordj Mamra près de Tadjenanet, l'ancien Saint-Donat, CIL VIII 10335.

214 CIL VIII, 10335, milliaire de Bordj Mamra.

215 CIL VIII, 8270 : M. Aure(lio) Honoratiano Concessi f(ilio), Suburburi col (ono), dec(urioni) col(oniae) Tutcensium, defensori gentis.

216 Inscription de la Mechta Zebabcha, au nord du Chott el Beïda, publiée par R. Cagnat, « Sabinius non Licinius Barbarus », dans Mélanges Boissier, Paris, 1903, p. 101.

217 Inscription d'Azziz ben-Tellis (AAA feuille 17 n° 214) publiée par Gsell, BAC, 1917 p. 342-343, à laquelle il faut ajouter l'inscription semblable et inédite signalée par X. Dupuis (supra note 213).

218 L'association du village (vicus) et de la tribu est peut-être attestée dans le cas des Suburbures. Une inscription trouvée à Azziz ben Tellis, lieu où les coloni de la respublica gentis suburburum firent une dédicace en 199 (supra note 213), mentionne en effet un vicus Baniolu (BAC, 1917 p. 344) : Martini(a)nus vixit a/ (nn)os XXXIII, militavit an/(nos)... eques, mortuus (ad H)ercu(lem)/. Dicra natus region(e)/(...)issessa, vicu Baniolu/... (Mem)oriae pater istra/ fec(it). Gsell, qui publia l'inscription, voulait restituer (I)dicra à la ligne 4, et retrouver là la mention d'un site connu par l'Itinéraire d'Antonin, qui eut des évêques en 411 et 484 (S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 4, p. 1397), et qui correspondrait à Azziz ben Tellis. En suivant cette lecture, on peut penser que Marti-nianus, tué ailleurs, était venu se faire enterrer dans son pays natal, où résidait son père mentionné à la fin du texte, et donc rapprocher le vicus Baniolu des Su-burbures. Mais ce n'est qu'une hypothèse.

219 On pourrait être tenté d'ajouter à ces exemples certaines des mentions de gentes figurant sur des textes découverts à relative proximité de Carthage (cf. J. Desanges, « Une notion ambiguë : la gens africaine. Réflexions et doutes », dans BAC, ns, Afrique du Nord, 22, 1992, p. 169-175), en particulier l'inscription de Sidi Ali es Sedfini (30 km au sud-ouest de Carthage), dédicace de Caius Julius Regi-nus, signo Hymethius, édile et duumvir quinquennal de la gens Severi(ana ?) pour laquelle une explication religieuse ne peut s'appliquer. Mais la mention de l'édili-té et du duumvirat quinquennal, et surtout le nom même, Severiana, qui n'a rien de berbère, ne paraissent guère plaider en faveur d'une réalité tribale.

220 X. Dupuis, « Cuicul, la confédération cirtéenne et les Suburbures : des limites ambiguës », dans Cl. Lepelley et X. Dupuis, Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique, Paris, 1999, p. 129-137.

221 B Hitchner, « The Kasserine Archaelogical Survey, 1987 » dans AA, t. 26, 1990, p. 246.

222 F. Jacques, « Propriétés impériales et cités en Numidie méridionale », dans Cahiers du centre G. Glotz, III, 1992, p. 132.

223 Cité de Dieu, III, 15 : cf. supra note 74.

224 AE, 1894, n° 138 : (...) Venusianenses/ initiaverunt. / {M}ucrionenses / co-lumnas V de/derunt ; Cuzab/etenses dede/runt colum/nas VI, omnes / apsida(m) stra/verunt, plus/ Cuzabete(n)ses/ ornaverunt, Ro/gatus presbiter/ et Emilius Zacon (= diaconius ?)/ edificaverunt. Cf. sur ce texte F. Jacques, op. cit. supra note 222, p. 128.

225 On pourrait rapprocher de l'exemple cité ici diverses autres communautés désignées par un nom berbère dans la région, sans autre précision. Ainsi les Tha-vagel... et les Bassens... évoqués sur un texte au nord de Timgad (AE 1894, p. 4243), et les Juliani Bit[h]ienses qui firent graver sur le site d'Henchir Brisgane, sur l'axe Théveste-Thélepte, une dédicace en l'honneur de Marc-Aurèle (Gsell, ILAlg, t. I, n° 3787) : les membres de ce dernier groupe formaient peut-être une petite communauté tribale intégrée à un grand domaine. Ils vivaient en village, travaillaient pour un grand propriétaire, mais conservaient leur identité et peut-être leur structure tribale.

226 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, (coll. « Sources chrétiennes), t. 1, p. 138-142, et surtout note 1 p. 141.

227 S. Lancel (éd.), Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 2, Gesta, I, 5, lignes 36-37.

228 Reg. Eccl. Carthag. Excerpta, canon 91, dans C. Munier (éd.), Concilia Afri-cae, CCL, t. 149, p. 210.

229 Cl. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, Paris, 1979, p. 132-136. Cf. aussi sur les castella du Bas-Empire, S. Lancel, « Etudes sur la Numidie d'Hippone au temps de saint Augustin », dans MEFRA, t. 96, 1984, 2, p. 1085-1113.

230 Saint Augustin, De consensu evangelistarum, III, 25, 71.

231 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, Gesta, I, 187, p. 832 et p. 828, avec le commentaire dans id., t. IV, Paris, 1991, p. 1494 et p. 1434.

232 Ce « conseil des onze », connu par une dizaine d'inscriptions toutes provenant d'Afrique Proconsulaire sauf une, a été tantôt interprété comme un ordo réduit traduisant une survivance du conseil des anciens des tribus berbères (T. Ko-tula, « Les principes gentis et les principes civitatis en Afrique romaine », dans Eos, t. 55, 1965, p. 351), ou comme la survivance d'une institution municipale punique (B. Shaw, « The undecimprimi in Roman Africa », dans Museum Africum, t. 2, 1973, p. 3-10), ou encore enfin, récemment, comme un groupe de dignitaires religieux en relation étroite avec le flaminat et le culte impérial (J. Peyras, « Recherches nouvelles sur les undecimprimi », dans P. Trousset (éd.), Monuments funéraires. Institutions autochtones, Actes du VIe colloque international sur l'histoire et l'archéologie de l'Afrique du Nord, Pau, 1993, Paris, 1995, p. 275-292, et, avec de nouvelles remarques, J. Gascou, « Inscriptions relatives aux undecimprimi, résumé de communication, dans BAC, n.s., Afrique du Nord, 25, 1996-98, p. 123-124).

233 ILAlg I, 561, inscription trouvée à Guelaa Bou Aftane : Flaminalis, Saturi (filius) qui fl/amonium c. n. g(essit)/item principatu(m) civitatis suae, do/num merentibus/ civibus Fortunae/ signum marmor(eum) dedit, s(ua) p(ecunia) f(ecit), item/ dedicavit. La restitution c(ivitas) N(attabutum) est acceptée par T. Kotula (op. cit. supra note 232, p. 355), M. Bénabou, (La résistance africaine à la romani-sation, p. 463-464) et Cl. Lepelley (Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. 2, p. 440). La même lecture c(ivitas) N(attabutum) (et non gens Nattabutum) est très probable pour une inscription trouvée à Oum Krekeche, à 13 km plus à l'ouest (cf. H.G. Pflaum, ILAlg II, 2, n° 6097). Sur l'interprétation de l'institution du princeps civitatis comme une forme de transition lorsque qu'une tribu devient une cité, cf. T. Kotula, op. cit. supra note 232, p. 354-355.

234 On remarquera à cette égard que Flaminalis était à la fois princeps civita-tis et flamine, ce qui rappelle le cas de Thulul, flamine des Augustes, et chef probable de la tribu des Musuni Regiani (supra p. 501). La prêtrise du culte impérial était manifestement un des moyens pour certains notables de la tribu de conserver leur pouvoir traditionnel lorsque celle-ci se romanisait et évoluait vers une municipalisation.

235 Corippe, Johannide, VI, 404-405 : cf. supra p. 305.

236 Cf. infra p. 515.

237 Saint Augustin, Lettre 22*, dans CSEL, t. 88, p. 113. Cf. supra p. 467 et J. Desanges et S. Lancel, « L'apport des nouvelles lettres à la géographie historique de l'Afrique antique et de l'Église d'Afrique », dans Les lettres de saint Augustin découvertes par J. Divjak, Paris, 1983, p. 90-91.

238 S. Lancel (éd.), Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 2, Gesta, I, 215, p. 902.

239 Outre les travaux cités dans les notes suivantes, cf. en premier lieu la synthèse de G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA, t. 20, 1984, p. 183-218.

240 Cf. D. Lengrand, « Le limes intérieur de Maurétanie Césarienne et la famille de Nubel », dans A. Rousselle (éd.), frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité, Perpignan, 1995, p. 143-161, et id., « L'inscription de Petra et la révolte de Firmus », dans BAC, ns, Afrique du Nord, t. 23, 1994, p. 159-170.

241 Inscription publiée par Gsell dans CRAI, 1901, p. 176, et reprise dans Des-sau, ILS, 9351. Cf. l. 5-6 :
Denique finitimae gentes deponere bella
In tua concurrunt cupientes foedera, Sammac
...

242 Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984, p. 473-500.

243 Cf. supra p. 470-471.

244 Inscriptions antiques du Maroc. II, Inscriptions latines, n° 94 : tributa et vectigalia populi et fisci. Cf. W. Seston et M. Euzennat, « La citoyenneté romaine au temps de Marc-Aurèle et Commode d'après la tabula Banasitana », dans CRAI, 1961, p. 319-320, et M. Christol, « Rome et les tribus indigènes en Maurétanie Tin-gitane », dans LAfrica romana 5. Atti del V convegno di studio, Sassari, 1986, Sas-sari, 1987, p. 312-313.

245 Saint Augustin, Lettre 220, 7 (CSEL, t. 57 p. 436) : Qui non dicebant quan-documque tu comitivam sumeres potestatem, Afros barbaros non solum domitos sed etiam tributarios futuros Romanae rei publicae ?

246 Cf. supra p. 464.

247 M. Le Glay, Saturne africain. Histoire, Paris, 1966.

248 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, p. 370-375.

249 Les deux dédicaces provenant de la gens Galliana (Cahiers de Tunisie, XXVI, 1978 p. 17) et de la gens Bacchuiana (CIL VIII, 12331) n'ont en particulier guère de valeur puisque dans les deux cas, pour ces communautés proches de Carthage, la signification ethnologique du terme gens est loin d'être assurée (cf. J. Desanges, « Une notion ambiguë : la gens africaine », dans BAC, ns, 22, années 1987-1989, Paris, 1992, p. 169-176).

250 Synésios de Cyrène, Catastase II, éd. N. Terzaghi, Rome, 1944, p. 290.

251 Cf. supra p. 235-236.

252 Johannide, VIII, 307-309 :
Mastiman alii. Maurorum hoc nomine gentes
Taenarium dixere Iovem, cui sanguine multo
humani generis mactatur victima pesti.

253 Cf. supra p. 457.

254 Supra p. 457.

255 Saint Augustin, Lettre 46, 1 (CSEL, t. 34, 2, p. 123) : (de Publicola à Augustin) In Arzugibus, ut audivi, decurioni, qui limiti praeest, vel tribuno solent jurare barbari jurantes per daemones suos.

256 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanaeprovinciae, I, 35-37 : cf. supra p. 466.

257 Victor de Vita, ibid. I, 36 : Videntes igitur Christi discipuli multa apud gentiles et inlicita sacrificiorum sacrilegia...

258 Victor de Vita, ibid., II, 33 : A Mauris tamen crudeliter minabantur, hym-num cum exaltatione domino decantantes : « haec est gloria omnibus sanctie ejus ».

259 Cf. supra p. 467.

260 Quodvultdeus, Liber promissionum, III, 45 (éd. R. Braun, CCL, t. 60, Turnhout, 1959, p. 186) : Novi quoque ipse in quadam parte Avaritanae provinciae de spelaeis et cavernis ita antiqua producta simulacra quae fuerant absconsa, ut omnis illa cum clericis in sacrilegio perjurii civitas teneretur.

261 Cf. supra p. 355.

262 J. Desanges, « Abaritana ou Avaritana provincia », dans EB, t. 1, Aix, 1984, p. 57. En fait, cette interprétation, qui était déjà celle de l'éditeur R. Braun, vient du contexte dans lequel apparaît le passage, au milieu d'un développement sur la destruction des temples. R. Braun, emporté par sa logique, proposait même de le dater vers 399, lors de la mission des comtes Gaudentius et Jovius (cf. « Un témoignage littéraire méconnu sur l'Abaritana provincia », dans RAf, t. 103, 1959, p. 115).

263 Cf. déjà sur ce sujet supra p. 332-333.

264 L. Godard, « Noms africains renfermés dans le Iohannidos de Corippus », dans RAf, t. 12, 1868, p. 208 (l'article date de 1858).

265 H. I. Marrou, dans Histoire universelle des missions catholiques, t. 1, Paris, 1956, p. 58.

266 A. Mandouze, « L'Église devant l'effondrement de la civilisation romaine », dans Revue d'histoire et de philosophie religieuse, t. XLI, 1961, p. 10 (même idée dans Saint Augustin. L'aventure de la raison et de la Grâce, Paris, 1968, p. 328 note 1).

267 P. Brown, La vie de saint Augustin, Paris, 1971, p. 479 et p. 477.

268 H. I. Marrou, op. cit. supra note 265, p. 54 : nous parlons évidemment de « missions » vers les barbares.

269 Cf. les textes cités supra chap. 10 note 3 et note 56.

270 E. Molland, « L'Antiquité chrétienne a-t-elle eu un programme et des méthodes missionnaires ? », dans Miscellanea Historiae Ecclesiasticae, III, 1961, p. 51.

271 E. Molland, ibid., p. 61.

272 H. I. Marrou, op. cit. supra note 265, p. 54. Cette pensée s'incarnait en particulier chez saint Ambroise : cf. sur ce point les exemples donnés par A. Chauvot dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez et M. Venard, Histoire du christianisme, t. II, Paris, 1995, p. 872-873.

273 Cité de Dieu, XX, 5.

274 Lettre d'Hésychius, dans s. Augustin, Lettres, 198, 6 (CSEL t. 57, p. 240241).

275 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46 (CSEL t. 57 p. 284, l. 13-14) : Quod enim putat venerabilitas tua jam hoc per ipsos apostolos factum, non ita esse certis documentis probavi. Sunt enim apus nos, hoc est in Africa, barbarae innumerabiles gentes in quibus nondum esse praedicatum evangelium...

276 Saint Augustin, ibid., XII, 47 (CSEL t. 57 p. 285) : Non enim Romanos sed omnes gentes dominus semini Abrahae media media quoque jurationepromisit... : XII, 48 (p. 286) : In quibus ergo gentibus nondum est ecclesia opportet ut sit... ; XII, 47 (p. 285) : Quo modo autem implebitur aliter illa prophetia : « omnes gentes, quotquot fecisti, venient et adorabunt coram te, domine » ? Non enim de locis suis migrando venient, sed in locis suis credendo.

277 Saint Augustin, ibid., XII, 48 (CSEL t. 57 p. 286) : (Necesse est ut omnes gentes, quotquot fecit Deus, adorent eum) ; quomodo credent quem non audierunt ? Quomodo autem audient sine praedicante ? aut quomodo praedicabunt nisi mittan-tur ?

278 Cf. sur ce sujet les remarques de A. Chauvot, op. cit. supra note 272, p. 874-875, et A. Mandouze, Saint Augustin. L'aventure de la raison et de la Grâce, p. 326.

279 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 41 (CSEL t. 51 p. 285) : ex quo promissione jam factum est ut nonnullae gentes quae non tenentur dicione Romana, reciperent evangelium et adjungerentur ecclesiae.

280 Cf. F. Thélamon, Païens et chrétiens au ive siècle. L'apport de l'« Histoire ecclésiastique » de Rufin d'Aquilée, Paris, 1981, p. 31-122.

281 Quodvultdeus, Dimidium temporis, 22.

282 Saint Augustin, Cité de Dieu, XIX, 1 : hostes exterae nationes, contra quas semper bella gesta sunt, et geruntur...

283 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, III, 18, 62 (à propos des Vandales)

284 Cf. supra note 148 et note 155.

285 Lettre 199, 51 : Si ergo latet quando Ecclesia fructificante atque crescente universus omnino a mari usque ad mare orbis implebitur, procul dubio latet quan-do finis erit ; ante quippe non erit.

286 Au moins 600 évêchés, « situation sans analogue à cette époque dans les chrétientés occidentales » (S. Lancel, « Africa, B, Organisation ecclésiastique », dans Augustinus Lexicon, 1, Stuttgart, 1986, col. 211-212).

287 Cf. supra p. 370.

288 C'est à un de ces évêques ou à un de leurs collègues du sud de la Numidie que durent s'adresser, pour obtenir un prêtre, les Maures convertis par les catholiques déportés chez Capsur : cf. infra p. 545-546.

289 Cf. la carte de S. Lancel, dans Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 4, Paris, 1991.

290 A. Audollent, « La diffusion du christianisme en Afrique au sud des territoires soumis à Rome, après le ve siècle », CRAI, 1942, p. 210.

291 Cf. N. Duval, « Une nouvelle édition des listes épiscopales africaines », dans Revue des études augustiniennes, t. 20, 1974, p. 319. Un bon exemple des incertitudes des limites « diocésaines », mais aussi de leur extension dans un pays où pouvaient se trouver des Berbères païens, apparaît dans les Actes du concile de Carthage en 525. Au milieu d'un résumé d'une série de questions débattues, on lit en effet : Et ut Vincentius episcopus Girvitanus provinciae Tripolitanae plebes quas Tamallumensibus invasisse videtur, admoneatur ut restituat (dans C. Munier éd., Concilia Africae, CCL, t. 149, p. 277 lignes 193-195). Ainsi les évêques de Girba (Djerba) et Turris Tamalleni (Telmine) se disputaient des communautés (plebes), alors que plus de 200 km séparent ces deux centres. Sur ces 200 km, pouvaient se trouver des fractions Arzuges ou d'autres tribus, apparemment visitées parfois par ces évêques.

292 A. Berthier, Les vestiges du christianisme antique dans la Numidie centrale, Alger, 1943 ; W. H. C. Frend, The Donatist Church. A Movement of Protest in Roman Africa, Oxford, 1952.

293 Cf. supra p. 333.

294 Cf. supra p. 448 et note 15.

295 S. Lancel (éd.), Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 2, Gesta, I, 135 (p. 780-781) : Et recitavit : Auxilius episcopus Nurconensis... item dixit : Unitatem possidemus, quos omnes sciunt Caesarienses.

296 S. Lancel, ibid., p. 780-781, note 2.

297 A. Bauer, Die Chronik des Hippolytos im Matritensis 121, Leipzig, 1905, p. 112. On retrouve la séquence dans le Liber Generationis I : Maurorum autem gentes et inhabitores hae sunt : Musulani, Tingitani, Caesarienses (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, p. 109).

298 S. Lancel, op. cit., p. 781, note 2.

299 Cf. supra p. 542.

300 Soulignons, pour être clair, que loin de supposer comme Frend l'existence d'un « donatisme berbère », cette hypothèse avance donc que le donatisme, au contraire, cherchait à effacer les différences culturelles qui caractérisaient ses fidèles en Numidie méridionale.

301 Cf. sur ce dossier très célèbre l'inventaire donné par W. M. Green, « Au-gustine's use of Punic », dans Semitic and oriental studies presented to W. Popper. University of California Publications in Semitic philology, vol. XI, 1951, p. 179-190, avec les mises au point récentes de G. Camps, « Punica lingua et épigraphie li-byque dans la Numidie d'Hippone », dans BAC, n.s., Afrique du Nord, 23, 1994, p. 33-49, et de Cl. Lepelley, « Quelques témoignages sur l'histoire de l'Afrique romaine épars dans les sermons de saint Augustin découverts par François Dol-beau », dans BAC, n.s., Afrique du Nord, 24, 1993-1995, p. 203-206.

302 Saint Augustin, Epistulae ad Romanos inchoata expositio, (PL, t. XXXV, col. 2096) : Unde interrogati rustici nostri quid sint, punice respondentes Chanani, corrupta, sicut in talibus solet, una littera, quid aliud quam Chananei ?

303 Hypothèse envisagée par J.-M. Lassère, Ubique populus, Paris, 1977, p. 426 note 84.

304 Ch. Saumagne, « La survivance du punique en Afrique aux ve et vie siècles après J.-C. », dans Karthago, t. 4, 1953, p. 176. L'idée vient de Gsell, Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, t. 1, Paris, 1913, p. 341, note 3.

305 Cf. G. Camps, « Recherches sur les plus anciennes inscriptions libyques de l'Afrique du Nord et du Sahara », dans BAC, n.s., 10-11 B, 1977, p. 143-166.

306 Johannide, I, 466.

307 S. Gsell, Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, tome VI, p. 94 ; G. Camps, article cité supra note 301, p. 44.

308 Fabius Plancides Fulgentius, De aetatibus mundi, éd. P. Helm, Leipzig, 1898, p. 131 : Viginti et duobus elementis penes Hebreos ordo loquendi disponitur, uno itidem superjecto nostrae linguae profusio, sed et Romanae colligitur... ; nos-trae linguae... ordinem, quo non bis duedeno vel bis undeno, sed Grecis uno ele-mento subducto et Hebreis uno superinposito unicus ordo Libico monstretur in numero.... Cf. également p. 132 où il est fait allusion à Romuleis Libicisque litteris. Sur l'auteur, cf. infra chap. 11, note 47.

309 S. Lancel, intervention après une communication de P.-A. Février lors du colloque d'archéologie et d'histoire de l'Afrique du Nord de Grenoble en 1983 (cf. BAC, ns, 19 B, 1985, p. 306 : intégré ultérieurement dans son article par P.-A. Février, ibid. p. 302).

310 Appendix des œuvres d'Optat de Milev, éd. C. Ziwsa, CSEL t. 26, 1, Vienne, 1893, p. 185, lignes 11-13.

311 Ibid., lignes 9-10 : Zenophilus vir clarissimus consularis dixit : cujus condi-cionis es ? Victor dixit : professor sum Romanarum litterarum, grammaticus lati-nus.

312 Cf. M. Speidel, « The rise of ethnics units in the Roman imperial army », dans ANRW, Principat, t. III, 1975, p. 208-221.

313 L'emploi du terme comitatus à cette date est intéressant, mais sans doute, Victor transpose-t-il le vocabulaire de son temps sur l'époque de son grand-père, qui dut servir dans les armées qui accompagnaient l'empereur durant les épisodes de la crise du iiie siècle.

314 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976, p. 500.

Table des illustrations

Légende Carte 15 - Les Maures de l'intérieur et des marges des provinces centrales de l'Afrique romaine au Bas-Empire (iiie-ve siècle).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Fig. 5 - Insignes du pouvoir dans les tribus et les royaumes.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Légende Carte 16 - Les évêchés périphériques et les traces de christianisation dans l'Aurès.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540