Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Troisième partie. Les Maures de l’intérieur

Chapitre 9. Les Maures de l’intérieur et le monde berbère du vie siècle

Texte intégral

1Au terme de ces trois portraits de « Maures de l’intérieur », on perçoit mieux ce qui distinguait ce groupe des peuples plus orientaux. Une partie des tribus de Tripolitaine avaient, certes, eu un passé original. Ce sont celles que nous avons situées dans le deuxième cercle de la « barbarie », à proximité du limes Tripolitanus, qui, par l’effet d’un contact prolongé avec la romanité, avaient jadis été partiellement intégrées à l’Empire. Mais les Laguatan et d’autres tribus de la Syrte, avec qui elles avaient eu dans le passé des contacts intermittents, les avaient submergées au cours du ve siècle et les avaient entraînées dans une civilisation et un mode de vie de plus en plus opposés à ceux des provinces romaines. Au contraire, les Maures représentés par les trois chefs dont nous avons ici pris l’exemple étaient depuis longtemps des habitants des régions s’étendant de l’Aurès au sud-ouest de la Byzacène. Beaucoup d’entre eux avaient, à des degrés divers, subi les effets de la romanisation et de la christianisation, tout en conservant des structures sociales traditionnelles. Leur culture originale s’était progressivement éloignée de celle des habitants des cités de Proconsulaire, mais pas assez pour que les Africains comme Corippe ne perçoivent pas les différences importantes qui les distinguaient des populations de la Tripolitaine intérieure.

2Cependant, malgré ces nuances, Corippe, comme Procope, considérait que tous devaient être désignés par le nom de Maures. D’où pour nous désormais une interrogation inévitable : quel était en définitive le point commun qui unissait le prêtre de Gurzil Ierna, venu du fond des Syrtes, le fidus Cusina, fils d’une mère latine établi en Byzacène, et le chef aurasien Iaudas, successeur de l’imperator chrétien Masties ? Quelle caractéristique fondamentale recouvrait donc le terme Maurus pour qu’il puisse réunir des individus aussi différents ?

  • 1 CIL VIII, 2494 : inscription datée de l’époque byzantine ( ?) par Wilmans, trouvée dans les ruines (...)
  • 2 P. A. Février, « Le Maure ambigu ou les pièges du discours », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 301.

3Les chapitres qui précèdent permettent d’énoncer un certain nombre d’éléments négatifs pour répondre à cette question. La langue, même si elle jouait certainement un rôle discriminant important, n’était pas le point commun des Maures, puisque Corippe évoque des Maures latinophones comme Maccus ou Cusina. La religion ne jouait pas non plus le rôle de critère distinctif majeur, puis-qu’il existait des Maures païens, comme Ierna, et des Maures chrétiens comme les Gadabitani de Tripolitaine, comme Masties, ou comme le mystérieux Caletamera qui reconstruisit le fort de Burgus Speculatorius1. P.-A. Février supposait que l’hostilité à l’Empire devait être le trait principal du Maurus pour nos auteurs2 : mais l’exemple de Cusina, paré de titres romains, donné comme l’allié toujours fidèle, et néanmoins défini comme Maurus par Corippe, ruine son schéma.

4L’explication se situe donc à un autre niveau, et elle est probablement, comme le suggèrent Procope et Corippe, d’ordre politique, mais au sens le plus classique de ce mot, dans sa référence à la polis.

1– LE MAURUS, LA GENS ET LA POLIS

  • 3 Ce décompte approximatif a été effectué avant la parution de la concordance de J. Andres. Environ u (...)
  • 4 Maurus apparaît 48 fois dans la Johannide, Maurusius 18, Massylus 20 et Mazax 7.
  • 5 Johannide, V, 97.
  • 6 Johannide, V, 405 : et gentes gladiis truncate cruentis...
  • 7 Johannide, V, 499.
  • 8 Johannide, V, 522.

5Une des caractéristiques essentielles de la Johannide est en effet la fréquence exceptionnelle des emplois du terme gens. Ce mot apparaît plus de 160 fois dans le poème. Or, dans au moins 130 occurrences, il sert seul, ou avec un qualificatif, à désigner les Maures de manière générale, avec une valeur ainsi exactement équivalente au mot Maurus3. Bien avant ce nom ou ses synonymes Massylus ou Mazax, gens ou gentes sont les expressions à valeur générique les plus répandues dans la Johannide pour évoquer les Maures4. Quelques exemples choisis dans le chant V du poème permettent d’illustrer ce phénomène : au début du chant, Jean Troglita exhorte ainsi ses soldats à vaincre les gentes superbae5 ; puis, dans la bataille, il leur crie : gentes truncate !6 La victoire acquise, il raille le dieu Gurzil, qui n’a servi à rien aux gentes7, et le poète conclut que ce jour aurait pu être le dernier pour toutes les gentes si la nuit n’avait pas mis fin aux combats8. Dans ces exemples comme dans beaucoup d’autres, Corippe remplace le mot Mauri par gentes, parce que de toute évidence il juge les deux termes absolument synonymes.

  • 9 Dans le De bello Gildonico de Claudien (527 vers), le mot apparaît sept fois, et une seule de ces o (...)

6Certes, le mot gens, employé surtout au pluriel, avait une valeur poétique non négligeable, puisqu’il soulignait le grand nombre des adversaires de l’Empire vaincus par Jean Troglita. Gens appartenait aussi au vocabulaire classique pour une évocation de barbares. Mais on ne trouve pas chez Virgile, Lucain, ou Claudien, qui furent les principaux modèles du poète, un usage aussi systématique de ce terme9. Manifestement, Corippe le privilégiait parce qu’il le considérait comme le plus significatif de la réalité du monde maure, dans sa diversité propre et dans sa différence avec la romanité.

  • 10 Johannide, IV, 123-125.

7Cette hypothèse est confirmée par un certain nombre de passages où le poète oppose délibérément gens à civis, pour exprimer l’affrontement entre Maures et Romains. Au chant IV, il fait dire ainsi à Jean Troglita, qui exhorte ses troupes avant d’affronter Antalas10 :

Consurgite cives
Romani, pro laude pii, gentesque superbas
frangite.

  • 11 Johannide, IV, 439-442.

8Plus loin, dans un contexte identique, Jean harangue à nouveau ses soldats et leur déclare11 :

Ergo agite, et belli socii civesque fideles...
Romano de more pii, gentesque malignas
rumpite.

  • 12 Johannide, VI, 624-625.

9Au chant VI, le même général, cette fois en difficulté pendant la bataille de Marta (Mareth), tente de sauver la situation en hurlant à ses hommes12 :

Frenos jam flectite, cives...
Furias contemnite gentis

  • 13 Johannide, VIII, 497-499.

10Au chant VIII enfin, dans l’ultime combat qui oppose Byzantins et Maures, Putzintulus, un officier byzantin, mourant et s’apprêtant à gagner les enfers, s’exclame à l’adresse de ses compagnons13 :

Victoria, cives,
vestra manet. Pugnate, viri, gentesque nefandas
inferiis mactate meis.

11Dans tous ces exemples, l’assimilation du Romain au civis et du Maure à la gens est trop marquée pour ne pas être significative : elle exprime véritablement la vision corippéenne des rapports byzantinoberbères au vie siècle, qui a toutes les chances, étant donné la nature et le public du poème, d’être aussi la vision officielle de l’Empire.

  • 14 Procope, De Aedificiis, VI, 6, 13-16. Cf. supra p. 386 et note 297.
  • 15 Procope, De Aedificiis, VI, 5, 12-13 : cf. supra p. 386 et note 298.

12De fait, de nombreux textes renouvellent et exaltent avec vigueur à cette époque les liens les plus classiques entre cité et romanité. Procope, en évoquant la transformation de Caput Vada de place rurale en polis, souligne ainsi que cette décision répondait à la volonté personnelle de Justinien14 : la réintégration de l’Afrique à l’Empire impliquait obligatoirement la renaissance ou la création de cités. De la même manière, l’historien grec, lorsqu’il raconte la construction des murs de Vaga, souligne que cette fortification avait surtout pour effet de donner à la ville la dignité d’une polis véritable15. Mais le texte le plus explicite, qui exprime le mieux cet aspect essentiel de l’idéologie justinienne de la reconquête, est sans conteste la dédicace de l’enceinte de Cululis. Rédigé vers 539, ce poème tout à la gloire de l’empereur et de son général Solomon, complète parfaitement le discours de la Johannide, en particulier dans ces vers :

  • 16 Découvert par D. Pringle en 1975, et inséré hâtivement dans sa thèse, ce texte très important a ens (...)

Urbs, domino laetare pio iamque aspice quantis
es subducta malis quantoque or(n)ata decore !
Maurorum tandem recipis subducta timore
Censuram, statum, cives, ius, moenia, fastus
16.

  • 17 Cf. notre commentaire cité supra note précédente, surtout p. 95-101.
  • 18 Sur la rédaction de ce type de texte, cf. J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense..., p. 10 (...)

13La liste finale est une énumération extrêmement classique, presque archaïsante, des traits caractéristiques de la cité romaine17. Or, elle est mise en opposition avec le timor suscité par les Maures, dont le monde est donc implicitement défini comme l’inverse de la civitas. Ce contraste, dans un texte rédigé par l’administration byzantine ou élaboré en tout cas avec son accord18, prouve bien que l’opposition entre le Maure et la cité n’est pas chez Corippe l’effet d’un choix personnel, ou le fruit d’une fidélité aveugle à un vocabulaire virgilien : il correspond réellement à une logique politique adoptée en Afrique par le pouvoir byzantin.

14La définition du Maurus au vie siècle se fondait d’abord ainsi sur sa non-appartenance à une cité, ce qui impliquait presque automatiquement en retour son rattachement à une gens. Plus que le mot Maurus, c’est donc finalement le terme gens qui doit être explicité pour découvrir ce qui faisait la spécificité du monde maure aux yeux des Romains.

2 – LA GENS MAURE : ESSAI DE CARACTÉRISATION

  • 19 Cf. son article « Observations sur la tribu dans le Maghreb antique » (Congrès d’Oran, 1983), réédi (...)
  • 20 M. Euzennat, « Les structures tribales pré-islamiques : un état de la question », dans Actes du VIe(...)

15Tenter de décrire la tribu berbère au vie siècle impose inévitablement une mise au point préalable sur le vieux problème épistémologique des moyens et de la validité d’une ethnographie rétrospective. Tout ici peut être contesté, à commencer par le mot tribu employé pour traduire gens. Le danger, et la tentation, sont d’abord ceux du postulat des analogies trop faciles et trop séduisantes entre les situations constatées au xixe siècle et celles de l’Antiquité. P.-A. Février s’était fait une spécialité de l’hypercritique en ce domaine19, et il ne serait que trop aisé de relever des exemples historiographiques anciens ou modernes pour lui donner raison. La comparaison pourrait sembler mieux fondée lorsqu’on dispose de sources médiévales arabes, mais le risque est aussi grand, tant on aurait tort de sous-estimer les effets déstructurants ou restructurateurs de la conquête arabe et de l’islamisation sur la société berbère. La séduction exercée par Ibn Khaldûn est à cet égard redoutable, comme nous l’avons vu à propos des tribus de Tripolitaine. Même si l’on s’efforce d’éviter les rapprochements abusifs, il reste enfin, après cela, à surmonter les difficultés suscitées par les particularités très spécifiques du genre littéraire qu’est la description des peuples barbares chez les écrivains grecs et latins. Ceux-ci sélectionnent leurs informations, et ils en orientent toujours la présentation selon des règles presque canoniques : il faut donc ne rien extrapoler de ce qu’ils ne disent pas, tout en essayant de décoder ce qu’ils disent... Pénétrer sur un tel terrain revient ainsi à s’engager sur un champ de mines, et on s’explique dès lors la prudence de M. Euzennat qui, récemment, en donnant un état de la question sur « les structures tribales préislamiques », s’en est tenu aux seules données des inscriptions20. Nous essayerons pourtant ici d’aller plus loin, parce que les longues analyses du monde maure qui ont précédé, fondées à la fois sur une lecture critique des sources écrites et sur leur confrontation avec les réalités archéologiques, nous donnent l’espoir sinon d’éviter tous les pièges, du moins de ne pas tomber dans les plus grossiers.

a) Les liens du sang

  • 21 Ibn Khaldûn, Prolégomènes, trad. De Slane, Paris, 1863, p. 275.
  • 22 Isidore de Séville, Etymologiae, livre IX, éd./trad. M. Reydellet, Paris, 1984 : IX, 2, 1 (p. 40-41 (...)
  • 23 Festus, De verborum significatu, VII (éd. W. R. Lindsay, Paris, 1930, p. 214) : gentilis dicitur et (...)

16On sait qu’au Moyen Age les auteurs musulmans se référaient à une définition biologique de la tribu, perçue par eux comme un organisme regroupant des individus issus tous d’un aïeul commun, souvent éponyme. Telle est en particulier la vision d’Ibn Khaldûn21 : Chaque tribu, chaque branche de tribu, ne forme qu’un seul corps, parce que les membres dont elle se compose descendent d’un même ancêtre. Sept siècles avant, cette définition était aussi celle du dernier des grands érudits latins22 : « Une gens est une multitude issue d’une même origine... Les nations (nationes) qui sont délimitées par des parentés (cognationes) assurées prennent aussi le nom de gentes ». Ce passage des Etymologies d’Isidore de Séville, qui ne songeait pas particulièrement ici aux Maures, n’était évidemment qu’un développement logique à partir de l’origine du mot, qui désignait jadis une grande famille dans la cité romaine, et dont nul n’avait oublié le sens : comme le rappelait encore au iie ou au iiie siècle le grammairien Festus, « gentilis désigne ceux qui sont nés de la même race et ceux qui portent le même nom... Sont gentiles à mon égard ceux qui portent mon nom »23. L’intérêt de ces textes est cependant de prouver que l’idée d’une parenté commune était restée toujours sous-jacente à l’emploi du terme que nous traduisons par « tribu », du début à la fin de l’Antiquité.

  • 24 Guerre de Jugurtha, 18.
  • 25 Cf. supra p. 143-144.
  • 26 Liber Generationis, éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, 1, p. 99-107.
  • 27 Flavius Josèphe, Antiquités juives, I, 6, 2.
  • 28 Jérôme, Quaestiones Hebraicae in Genesim, X, 7, dans CCL, t. LXXII, p. 12.
  • 29 Isidore de Séville, Etymologiae, IX, 2, 15 (éd. M. Reydellet, Paris, 1984, p. 48).
  • 30 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, IV, 1488-1496 (éd. F. Vian, Paris, 1981).

17Pourtant, en Afrique, lorsqu’on veut passer de la définition théorique aux exemples concrets, plus rien de tel n’apparaît. Les sources grecques et latines tardives, à commencer par Procope et Corippe, ne font jamais allusion à la parenté commune comme facteur unitaire dans une gens, ou même comme élément de définition de celle-ci. Aucun exemple de généalogie tribale n’y figure, pas plus que la mention d’un ancêtre éponyme. Le silence est identique chez les grands auteurs plus anciens, habituellement cités pour toute ethnographie de l’Afrique berbère, Pline, Strabon ou Salluste. Ce dernier se penche bien sur la question des origines, mais seulement d’une manière très générale, en évoquant la légende d’Hercule, dont les débris de l’armée auraient donné naissance aux différents peuples africains24. C’est aussi, nous l’avons vu, la perspective de Procope, lorsqu’il rapporte le mythe de l’origine palestinienne des Berbères25. De la même manière, les textes chrétiens, le plus souvent, ne sortent pas des généralités lorsque, comme le Liber Generationis et ses dérivés, ils font simplement descendre les différents peuples africains de Cham, sans autre précision26. Une exception figure cependant dans les traditions rapportées au Ier siècle par Flavius Josèphe : l’historien juif nomme en effet parmi les petits-fils de Cham Evila, de qui sont nés les Gétules, et Afer, fils d’Abraham, d’où les Afri27. L’affirmation est reprise par saint Jérôme28 et figure encore dans l’œuvre d’Isidore de Séville29. Mais les véritables exceptions se trouvent surtout dans des textes beaucoup plus anciens, appartenant à l’époque hellénistique. Dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, à l’occasion du récit de la mort d’un des Argonautes en Libye, Canthos, le poète ouvre en effet une digression pour présenter l’assassin libyen de ce héros30 :

Car il n’était pas un piètre adversaire ce Caphauros, petit-fils de Phoibos Lycoréen et d’Acacallis, la vierge pudique que jadis Minos avait exilée en Libye, bien qu’elle fut sa fille, parce qu’elle portait le lourd fruit d’un dieu. Elle donna à Phoibos un fils illustre qu’on nomma Amphitemis ou Garamas. Puis Amphitemis s’unit à une nymphe Tritonide et celle-ci lui enfanta Nasamon, et ce robuste Caphauros.

  • 31 Herodiani Technici reliquiae, éd. A. Lenz, Leipzig, 1870, t. II, 2, p. 918 (= Müller, FHG t. IV p. (...)
  • 32 Servius, Commentaire sur l’Enéide, IV, 198 : nam Garamantes sunt iuxta Libyam, a Garamante, filio A (...)
  • 33 Cf. le commentaire de F. Vian dans son édition d’Apollonios citée supra note 30, p. 198-199.
  • 34 Cf. F. Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, 1952, p. 99-102.
  • 35 E. Livrea, « L’episodio libyco nel quarto libro delle Argonautiche di Apollonio Rodio », dans Quade (...)

18On trouve un complément à ce récit chez un autre érudit hellénistique, Agroitas, qui donne, dans un fragment malheureusement corrompu et incomplet conservé par le grammairien Hérodien, une liste des enfants d’Amphitemis-Garamas, dont Psyllos et Bakal31. Sont énoncés là quatre ancêtres éponymes de tribus libyennes célèbres : les Garamantes, les Nasamons, les Psylles et les Bakales. La question est de savoir si ces généalogies, dont certaines étaient encore connues de Servius et d’Isidore de Séville32, étaient admises et revendiquées par les intéressés. Rien ne semble, à première vue, l’indiquer. Leur origine était manifestement grecque, et même crétoise, et liée à la fondation de Cyrène33. Parmi les premiers colons grecs, on sait en effet que figuraient des Crétois, qui sont certainement responsables du rattachement à Minos de tous ces peuples, bien connus des Cyrénéens aux dires d’Hérodote34. Beaucoup de cités de Crète prétendaient aussi avoir été fondées par des héros éponymes nés d’Apollon et d’Acacallis. On peut même se demander, comme E. Livrea, si ces récits ne visaient pas à accréditer des légendes de pré-colonisation minoenne en Libye35.

  • 36 E. Livrea, ibid., p. 187-188.

19Ce savant suggère cependant que tout n’était peut-être pas ici d’origine grecque. Il s’interroge en effet sur le mystérieux Caphauros, point de départ de la digression d’Apollonios, en proposant d’y voir une déformation du nom de Kaper, un célèbre chef libyen qui participa à la grande attaque contre l’Egypte de Ramsès III en 1188 avant J.-C. et qui est plusieurs fois cité dans des documents égyptiens. Sa gloire n’aurait jamais été oubliée des Berbères et sa « saga » aurait été recueillie par les Grecs de Libye36. L’hypothèse est audacieuse. Si ses fondements étaient établis, elle pourrait laisser supposer que les légendes rapportées par Apollonios ou Agroitas reposaient peut-être parfois sur des traditions locales. Non pas, certes, dans leur évocation de liens avec la Crète, mais dans leur mention d’ancêtres éponymes, et dans l’affirmation de liens précis de parenté entre les tribus.

  • 37 Sur ces généalogies, cf. infra p. 726-736 et 745.
  • 38 Sur cette explication, cf. G. Camps, Berbères, Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 120-122 (...)

20On ne saurait cependant s’engager très loin dans cette direction. L’idée que les Nasamons descendaient d’un ancêtre nommé Nasamon rappelle exactement les développements d’Ibn Khaldûn lorsqu’il fait descendre les Lawâta d’un Lawa, ou les Zenâta de Zana37. Mais dans les deux cas, le schéma correspond aussi tellement bien au mode de pensée du peuple extérieur d’où provient notre source, grec ou arabe, que nous ne pouvons être affirmatif sur son existence au sein du monde berbère antique. Le silence des auteurs latins, inversement, est aussi extrêmement troublant : ne disent-ils rien des généalogies tribales parce qu’elles n’existaient pas, ou parce qu’elles ne correspondaient simplement pas à leur conception plus territoriale de la définition d’une communauté humaine ?38 Nous nous heurtons ici à un problème insoluble. Rien en définitive ne prouve que les Nasamons se disaient issus de Nasamon et frères des Gara-mantes. Et rien, avant l’arrivée de l’islam, ne prouve non plus que les tribus libyennes aient cru à l’existence des ancêtres éponymes cités par les sources arabes. C’est très vraisemblable, mais indémontrable.

  • 39 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 53-58 ; W. Seston et M. Euzennat, « Un d (...)
  • 40 Ce sont les notables honorés par la Tabula Banasitana.
  • 41 Outre la Tabula Banasitana et les textes cités ci-dessous, le terme apparaît aussi dans une inscrip (...)
  • 42 ILAf 102 et 103, et CIL VIII, 23195 : inscriptions commentées infra p. 475.
  • 43 ILAf 107.
  • 44 Ptolémée cite immédiatement au nord des Musuni, attestés par des inscriptions entre Cillium et Thél (...)
  • 45 Gsell, ILAlg, I, 3869 (inscription gravée sur un rocher à 14 km au sud-ouest de Bir Oum Ali) : FAMI (...)
  • 46 Gsell, ibid., no 3870, tout près de l’inscription précédente.

21Que la tribu maure ait été, en revanche, une réunion de clans familiaux paraît indiscutable. Traditionnellement en effet, depuis les analyses de Gsell, et surtout la publication de la Table de Banasa qui décrit avec précision la situation des Zegrenses de Maurétanie Tingitane à la fin du iie siècle, on caractérise les groupements berbères anciens par un modèle de structure ternaire39. Au niveau le plus simple, les hommes vivaient dans une domus, un noyau familial élémentaire, comme la domus des Iuliani qui reçut la citoyenneté de Marc Aurèle et Commode40. A l’échelon supérieur, se trouvait la familia, réunion de plusieurs domus41. Deux exemples de ces groupements qu’on peut identifier à des « clans » se rencontrent dans le sud-ouest de la Byzacène. Non loin d’une série d’inscriptions du IIIe siècle mentionnant la gens des Musunii Regiani, près de Thélepte42, apparaît ainsi la familia Medid, connue par l’épitaphe d’un de ses chefs43 : Mathun Massiranis filius/, Princeps familiae Medid/, pius vixit annis LXX./ H(ic) S(epultus) E(st)./ Cura egerunt fili eius. Ce personnage, au nom et à la filiation typiquement berbères, portait un titre de princeps habituellement réservé à un chef de gens, ce qui laisse deviner l’importance de son clan44. Un autre exemple, plus intéressant pour nous puisqu’il se situe encore plus près (sinon déjà au cœur) du pays d’Antalas, est celui de l’inscription rupestre de Khan-guet Safsaf, sur laquelle une famil(i)a Cob a laissé son souvenir45. A proximité, d’autres inscriptions rupestres pourraient aussi rappeler des noms de clans, tel celui des Aulialicii46.

  • 47 Al-Qâdî al-Nu’mân, Iftitâh, ms. p. 44 et p. 43. Texte cité et traduit par M. Talbi, L’Emirat Aghlab (...)
  • 48 Cf. la manière dont Corippe présente les Frexes dans le catalogue du chant II : consanguineis... tu (...)
  • 49 Procope, Guerre vandale, II, 11, 13 ; autres allusions à la polygamie chez les Maures en II, 10, 11 (...)
  • 50 J. Partsch, « Die Berbern bei Iohannis des Corippus », dans Satura Viadrina, Breslau, 1896, p. 30-3 (...)
  • 51 Johannide, II, 482.
  • 52 Johannide, VI, 82.
  • 53 Johannide, VI, 109-110 et 129-130.
  • 54 Le poète insiste particulièrement sur leur rôle dans la tribu : la femme maure dans la Johannide es (...)
  • 55 On se souviendra cependant à nouveau de la définition des Frexes dans le catalogue du chant II : co (...)

22Au dessus des clans enfin, existait normalement la gens, qui associait plusieurs familiae. Ce schéma, bien attesté à l’époque romaine classique, est décrit de manière exactement identique, plus de sept siècles après les lettres de Marc Aurèle aux Zegrenses, par un auteur arabe, Al-Qâdî al-Nu’mân, à propos du grand peuple des Kutâma : Le nom de Kutâma s’applique à nous tous, mais nous nous ramifions en diverses tribus (qabâil), clans (afhâd), et familles (buyûtât)... Chacun d’entre nous est son propre maître. Il y a aussi parmi nous, dans chaque tribu, des notables (akâbir)47... L’identité de la structure entre le iie et le xe siècle incite à croire qu’elle existait aussi au vie siècle. Nos sources, certes, n’évoquent pas directement domus et familiae, mais elles révèlent la force des liens de parenté dans les tribus48, et donc l’importance des familles. L’idée pourrait surprendre, certes, pour qui se remémore le passage de Procope où des chefs de Byzacène prétendent pouvoir avoir cinquante épouses et manifestent une sorte d’indifférence pour le destin de leurs fils prisonniers des Romains49. Mais, comme Partsch l’avait bien vu, il ne s’agit vraisemblablement là que de vieux clichés sur la barbarie réutilisés par l’historien grec50. A l’inverse, Corippe, pourtant peu amène vis-àvis des Maures mais qui les connaît bien, met souvent en valeur chez eux les sentiments familiaux. Il montre ainsi, à la veille de la bataille, le Maure inquiet qui fait un mauvais rêve et réveille malencontreusement sa conjux51. Il décrit après la défaite le cortège pitoyable des mères et de leurs enfants ramenés captifs sur des chameaux à Carthage52. Il rapporte la tristesse de Carcasan, qui déplore la perte de matresque nuvusque/ natosque simul, et la colère de Bruten, qui appelle à venger uxores natosque53. Femmes, mères54, enfants accompagnent toujours les guerriers et symbolisent l’unité et la cohésion des tribus. On ne doutera donc pas que celles-ci sont avant tout des réunions de familles et de clans, mais sans pouvoir rien affirmer sur une éventuelle croyance en une parenté commune de tous les clans et de toutes les familles55.

  • 56 Johannide, III, 153 : humilis gens illa fuit.
  • 57 Cf. catalogue du chant II, vers 43-44 : Frexes..., fortis gens...

23L’incertitude pourra paraître évidemment encore bien plus grande pour les tribus de l’intérieur de la Byzacène et de la Numidie, dont l’expansion récente s’était faite par l’assimilation d’éléments d’origine très diverse. Mais le sens de l’unité dans une tribu était alors probablement plus fort qu’on ne pourrait le penser. Le cas des Frexes est à cet égard significatif : c’était, nous l’avons vu, une petite tribu au départ (humilis gens56), qui avait rallié progressivement à elle des groupes et des bandes de toute la région du sud-ouest de la Byzacène, pour former finalement un ensemble puissant commandé par Antalas. Or, Corippe considère que tous formaient néanmoins une gens lorsqu’il les évoque au moment de la révolte de 54657. Et cela s’accorde bien, en fait, avec un principe de la vie communautaire berbère décrit plus tard par Ibn Khaldûn :

  • 58 Ibn Khaldûn, Prolégomènes, éd/trad. De Slane, t. 1, Paris, 1863, p. 273-274 (p. 238 de l’édition du (...)

Un homme appartenant à une tribu a pu entrer dans une autre parce qu’il a une inclination pour elle, ou qu’il s’y attache en qualité d’affidé ou de client... Ayant alors adopté le patronymique commun de ses nouveaux hôtes, il compte comme un membre de la tribu... Jouissant des avantages que procure la parenté, il est, pour ainsi dire, le parent de ses protecteurs. Peu importe dans quelle tribu un homme est né, il n’appartient en réalité qu’à celle dont il partage le sort et dont il consent à observer les réglements58.

24Dans ces conditions, si une fiction généalogique servait aussi de liant à la communauté, il est probable que les nouveaux venus devaient aussi l’adopter sans complexe. Mais, encore une fois, aucun document sûr ne nous permet d’en affirmer l’existence.

b) Tribus ou confédérations ?

α) Incertitudes du vocabulaire

  • 59 La bibliographie sur ce sujet est considérable depuis les premiers travaux d’ethnographie nord-afri (...)
  • 60 M. Euzennat, « Les Zegrenses », dans Mélanges William Seston, Paris, 1973, p. 184.
  • 61 Sur ce terme, cf. S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, tome V, p. 54-55, qui le tradui (...)
  • 62 Inscriptions antiques du Maroc. II. Inscriptions latines, no 402 (Volubilis). Le singulier gentis l (...)

25L’évolution rapide des Frexes illustre aussi une seconde grande difficulté de la définition de la gens, le problème de ses dimensions. Nos sources, en parlant de gens, ne précisent presque jamais le degré de concentration que ce terme recouvrait. Or, il pouvait être très variable. L’ethnographie moderne a mis en valeur en effet au moins trois degrés supérieurs d’organisation au-dessus des clans, terme par lequel on pourrait traduire familiae, le mot désignant les unités constitutives de la gens : la « fraction » (taqbilt), la « tribu », et la « confédération » de tribus59. Pour M. Euzennat, qui raisonne surtout à partir de l’exemple des Zegrenses, la gens serait une « fraction » plus qu’une « tribu », ce mot étant à réserver pour un ensemble plus vaste et plus fragile parce qu’à fondement politique et militaire, et non ethnique60. Justifié dans le cas des Zegrenses, ce jugement ne s’accorde cependant pas forcément avec d’autres exemples. Certains textes évoquent ainsi l’existence de la tribus, un terme qui pourrait être le véritable équivalent de la « fraction »61. La gens elle-même, d’autre part, est manifestement plus qu’une fraction lorsque, sous Sévère Alexandre, on nomme un princeps gentis Bavarum et Baquatium62 : plus qu’une « tribu », ce serait même alors une « confédération ».

  • 63 Le mot n’apparaît quasiment jamais seul sous la forme ethnos ou ethnê pour désigner les Maures en g (...)
  • 64 Johannide, VI, 404.

26Le vocabulaire est donc incertain à l’époque classique, et il ne faut pas s’étonner, dans ces conditions, de le voir aussi incertain au vie siècle. Procope se contente le plus souvent de parler des Maurousioi barbaroi, et il n’emploie qu’assez rarement un terme, ethnos, dont la valeur reste imprécise63. Corippe use énormément du mot gens, mais en alternant de manière incompréhensible le singulier et le pluriel, en n’étant apparemment préoccupé que par les nécessités de la versification. Que penser, ainsi, de ses hésitations sur les Astrices ? Lors de leur négociation avec Jean Troglita, les envoyés de la tribu lui déclarent64 :

Tuis jussis subicit gens Astricum

  • 65 Johannide, VI, 416.

27Mais lorsque le général expose peu après la situation à ses soldats, il affirme65 :

Poscunt mea foedera gentes

  • 66 Sur 55 occurrences de populus dans la Johannide, 9 ont une valeur très générale, 32 se rapportent a (...)
  • 67 Deux occurrences seulement pour plebs (dont VIII, 530 : plebes Marmaridae) ; 18 pour genus, dont 3 (...)

28« Fraction », « tribu » ou « confédération » ? L’imprécision de nos sources ne permet pas de choisir. Corippe n’est d’ailleurs guère plus clair quand il recourt à d’autres mots comme populus, souvent employé pour qualifier l’armée romaine, et qui apparaît parfois à propos des Maures, mais sans valeur supérieure à gens66. De même, genus et plebs, ou encore turma, turba, agmina, acies, manus peuvent servir de synonymes à gens, sans véritable signification dimensionnelle67.

β) Organisation du pouvoir et dimensions des tribus

29A défaut de nous éclairer par une terminologie spécifique, les textes pourraient nous fournir cependant quelques lueurs sur l’organisation intérieure et les dimensions des groupements maures, au travers d’indications relatives à la hiérarchie des pouvoirs.

  • 68 Cf. supra p. 304-305.
  • 69 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3 :
  • 70 Procope, Guerre vandale, II, 21, 3.

30Celle-ci apparaît en effet d’une extrême complexité : si les exemples de tribus dirigées par un « chef » sont nombreux dans la Johannide et la Guerre vandale, nous avons aussi déjà relevé que dans deux cas importants, les Laguatan en 543, et les Astrices en 547, aucune autorité de ce type n’était mentionnée68. Peut-on tirer de ces différences des indices sur la structure tribale ? Force est de constater au départ que vouloir les expliquer par le jeu des circonstances serait en tout cas erroné. Le contexte justifiait en effet en 543 et en 547 pour les Laguatan et les Astrices la présence de chefs, puisqu’il s’agissait de la négociation d’accords de paix avec les Byzantins : à l’automne 533, dans de semblables circonstances, c’étaient les chefs des Maures de Maurétanie, Numidie et Byzacène qui avaient promis leur alliance à Bélisaire69. Mais à Lepcis, le gouverneur Sergius reçut quatre-vingt notables (μάλιστα δοκίμοι)70 des Laguatan ; et sur le territoire des Astrices, Jean apprit que

  • 71 Johannide, VI, 404-405.

Tua foedera patres gentis amant optantque simul71

  • 72 Procope, Guerre vandale, I, 25, 2-3 : ολίγοι μεντοι Μαυρούσιοι αύτφ αφίκοντο ές ξυμμαχίαν, καί ουτο (...)
  • 73 Procope ne nomme pas ces Maures, mais il est possible qu’il s’agisse de ceux du Mont Pappua, sur le (...)

31Ce gouvernement des notables ou des patres chez ces deux peuples pouvait aussi être celui des Maurousioi anarchoi dont parle Procope à l’automne 533, en les opposant à ceux qui avaient des chefs. Réfugié près de Bulla à cette époque, après la défaite d’Ad Decimum, le roi vandale chercha en effet, selon l’historien grec, à obtenir l’alliance des Berbères. Or, il ne fut entendu que d’un tout petit nombre, et ceux là étaient totalement anarchoi. Car tous ceux qui commandaient (êrchon) les Maures en Maurétanie, Numidie et Byzacène se rendirent auprès de Bélisaire...72 Le terme anarchoi peut avoir plusieurs sens, mais il semble ici opposé au verbe commander de la phrase suivante, et paraît donc vouloir insister sur l’absence de chef chez ces fidèles de Gélimer73. Sans doute s’agissait-il d’un ou de plusieurs groupes dirigés par un conseil d’anciens ou de notables, à moins que Procope ne veuille simplement suggérer qu’ils étaient trop peu nombreux pour avoir même un chef...

  • 74 Johannide, II, 58. Si Autiliten était le fils de Sidifan comme nous l’avons envisagé, il faudrait c (...)
  • 75 Johannide, IV, 545-546 :
    ibat Ifisdaias, gentis praefectus et auctor
    quem fera gens sequitur, nato co
    (...)
  • 76 Johannide, VII, 277-278 :
    auxiliumque dedit rebus famulatus Iaudas
    cum nato comites bis senis milibus
    (...)
  • 77 Jean Malalas, Chronographia, éd. Dindorf, p. 495 ; Théophane, Chronographia, éd. De Boor, p. 239.
  • 78 Procope (Guerre vandale, II, 21, 17) évoque l’accusation de Solomon, mais sans donner le nom du frè (...)

32Ces exemples prouvent au minimum que l’institution d’un commandement unique pouvait n’être pas permanente dans les tribus même lorsqu’elles engageaient leur avenir. Cependant, dans les trois cas envisagés, les Maures étaient en situation de paix avec les Vandales ou les Byzantins au moment des circonstances évoquées : les Laguatan venaient signer en 543 des accords de paix à Lepcis, et les Astrices, restés à l’écart de la coalition de Carcasan en 547, effectuaient une démarche identique auprès de Jean Troglita. Ces similitudes, qui rappellent des situations constatées à l’époque moderne, conduisent à une seconde hypothèse : dans certains groupes la désignation d’un chef ne se faisait-elle qu’en cas de conflit ? L’exemple des Laguatan le confirmerait cette fois, puisque ce n’est qu’à partir de leur révolte qu’ils furent commandés par le seul Ierna. Malheureusement, ce principe n’était pas non plus général. Les Frexes, définis comme une humilis gens vers 500, avaient en effet déjà à cette époque un chef en la personne de Guenfan, père d’Antalas. De même, en disant d’Autiliten en 546 qu’il « n’était pas plus tendre que son père » dans ses actions, Corippe laisse clairement entendre que ce dernier avait précédé son fils dans ses fonctions74, sans que sa participation à des guerres dans le passé soit affirmée. Dans ces deux exemples, un principe héréditaire semble ainsi avoir fonctionné en permanence, qui nous est attesté encore dans d’autres cas. Corippe signale qu’en rejoignant Jean Troglita en 546, Ifisdaias était accompagné de son fils Bitipten75. Tel était aussi le cas de Iaudas en 54876. Plus tard, en 563, après la mise à mort de Cusina, ce sont aussi les fils de ce chef qui dirigèrent la révolte pour venger leur père77. La révolte d’Antalas en 544 débuta également pour des raisons familiales : c’est parce que Solomon avait fait exécuter son frère Guarizila, accusé de fomenter des troubles, que le chef des Frexes prit les armes. La personnalité de Guarizila ne nous est pas autrement connue, mais l’accusation de Solomon prouve que ce frère d’Antalas exerçait des responsabilités dans sa tribu78.

33Tous ces exemples démontrent donc finalement que, quel que soit le contexte, l’organisation du pouvoir différait sensiblement d’un groupe maure à l’autre. Dans certains cas, une famille concentrait de manière héréditaire une autorité prééminente ; dans d’autres cas, c’est un ensemble de familles qui disposait de ce privilège.

  • 79 Sur la thèse de cet auteur, pour qui la quasi-totalité des tribus citées par Corippe appartenaient (...)

34Pourrait-on alors mettre ces différences en corrélation avec la structure interne des groupes concernés ? En d’autres termes, y au-rait-il un lien entre type de commandement et dimensions de la tribu ? La réponse des textes est malheureusement encore une fois tout aussi confuse que pour les questions précédentes. Certes, Antalas, chef héréditaire qui dirigeait une gens à l’origine modeste, s’était vite retrouvé à la tête d’un ensemble très vaste dans lequel avaient été peu à peu assimilés derrière le nom de Frexes les éléments les plus divers. Iaudas, autre chef unique et permanent, était de même, dans l’Aurès, à la tête d’un véritable royaume, unissant sous son autorité des gentes et des communautés villageoises autrefois romanisées. L’absence de tout ethnique précis à son propos dans la Johannide et la Guerre vandale laisse même entendre qu’il n’était plus perçu comme le chef d’une seule gens. Mais les Laguatan, qui se situaient probablement, par leur importance numérique, sur le même plan que ces deux modèles, n’avaient pas de chef permanent, lacune d’autant plus remarquable qu’une structure confédérale semblait les caractériser. Sans suivre ici l’hypothèse de D. J. Mattingly discutée dans un chapitre précédent79, nous pouvons en effet définir leur groupement comme une « super-tribu », unifiant sous un ethnique commun des fractions nombreuses et puissantes. Malgré cela, et contre toute attente, une assemblée large les gouvernait en temps normal.

35Peut-être même le phénomène tenait-il chez eux à la prééminence des assemblées au sein des sous-ensembles de leur super-tribu. On songe en effet à la situation que découvrit le Dâ’i Abu ‘Abd Allah chez les Kutâma, autre très vaste groupement berbère, avant que la révolte ne les unisse :

  • 80 Al Qâdî al-Nu’mân, Iftitâh, ms p. 43, dans M. Talbi, L’Emirat Aghlabide, p. 597.

Chacun d’entre nous est son propre maître. Il y a aussi parmi nous, dans chaque tribu, des notables (akâbir). Nous comptons également des personnes qui ont acquis quelque science, ainsi que des maîtres d’école que nous consultons en matière de religion, et dont nous sollicitons l’arbitrage chaque fois que des litiges surgissent entre nous. Quiconque est condamné se soumet de lui-même ; s’il fait preuve de mauvaise volonté, il voit l’assemblée des notables se dresser contre lui (qâmat al-djamâ’a ‘alayh)80.

36Si ce modèle n’est pas spécifique aux populations sédentaires montagnardes, il serait tentant de l’appliquer aux Laguatan, en avançant alors que les quatre-vingt malista dokimoi que reçut Sergius en 543 n’étaient eux-mêmes que les délégués des différents conseils des tribus qui formaient le groupe des Laguatan.

37Dans tous les cas, l’hypothèse d’une corrélation entre type de pouvoir et taille de la tribu ne semble ainsi guère pouvoir être vérifiée. Cette enquête n’aboutit qu’à souligner la diversité des groupements maures, et peut-être surtout la pauvreté de nos sources.

γ) Titulature des chefs et organisation des tribus

  • 81 Cf. Guerre vandale, II, 10, 6 : Koutzinas (Cusina), Esdilasas, Iourphouthès et Medesinissas, les ch (...)
  • 82 Guerre perse I, 20, 10 et I, 17, 46. Sur les sens de phylarque, cf. le débat opposant Ph. Mayerson (...)

38La difficulté de mesurer l’importance des groupes maures est également très perceptible lorsqu’on analyse la titulature des chefs eux-mêmes, lorsqu’ils existent. Il y a d’abord, ici aussi, peu à retenir de Procope. L’historien grec emploie seulement le mot archôn, sans autre précision, aussi bien à propos de Iaudas que de Cusina et Antalas81. Il connaissait pourtant, comme le montrent plusieurs passages de la Guerre perse, le terme beaucoup plus précis de phylarque (phularchos), qu’il emploie pour les Arabes avec le sens de « chef de tribu » ou de « chef allié » de l’Empire82.

39La Johannide, au contraire, est beaucoup plus riche, mais non sans une certaine confusion. Le tableau qui suit réunit l’ensemble des termes employés à propos des principaux chefs maures cités dans le poème :

  • 83 Cusina n’est ainsi désigné que dans les trois derniers chants de la Johannide, pour les événements (...)
  • 84 Cf. infra p. 480-500.
  • 85 Johannide, V, 545 : ibat Ifisdaias, gentis praefectus et auctor... La juxtaposition des expressions (...)
  • 86 On ne peut localiser avec précision ce personnage. Sa rivalité avec Cusina dans l’hiver 547-548 (cf (...)
  • 87 Johannide, II, 59, à propos d’Autiliten : praefectus bellique comes nullique fidelis ; IV, 331, à p (...)
  • 88 Johannide, II, 29 : Maurorum princeps... Antalas ; I, 468 : ductor magnanimus... Antalas ; IV, 329 (...)
  • 89 Ce sens très large et imprécis est probablement celui qu’il faut donner aussi aux dix-sept praefect (...)

40Il faut extraire d’emblée de ce tableau le titre de magister, seulement attribué à Cusina83, et qui correspond à une fonction officielle dans l’armée byzantine confiée à cet allié privilégié. On serait tenté d’en rapprocher le terme praefectus, si certains de ses titulaires n’étaient pas aussi singuliers. Le mot fait songer en effet à l’institution des « préfets de tribus », sur laquelle nous allons revenir au chapitre suivant, et qui est bien attestée, au profit de chefs berbères, au Bas-Empire et probablement jusqu’au vie siècle84. Mais, sauf pour Ifisdaias85, que nous connaissons par ailleurs très mal86, Corippe n’associe pas les termes de praefectus et de gens87. Il n’emploie pas non plus le mot à propos de Cusina, qui de tous les Maures est probablement celui qui pouvait le mieux correspondre à un préfet de tribu. En revanche, Autiliten et Bruten, qui sont des chefs de Tripolitaine donnés comme des ennemis farouches de l’Empire, sont appelés praefectus. On voit mal, dans le contexte de leur apparition dans le poème, pourquoi Corippe aurait pris la peine de rappeler à leur propos un titre romain, alors qu’il s’efforce en même temps de donner d’eux l’image la plus sombre possible. Son traitement du personnage d’Antalas est tout aussi déconcertant : celui-ci est appelé une fois praefectus, et il a pu effectivement avant 544 recevoir ce titre de l’Empire. Mais il est également et tour à tour ductor, dux, tyrannus, princeps ou regens88. Devant une telle confusion, on ne sait que conclure. A l’exception d’Ifisdaias, la prudence oblige à se demander si Corippe n’emploie pas, en fait, le mot avec le sens vague de « chef », probablement pour des raisons purement poétiques89.

  • 90 Cf. sur Aguellid/GLD, S. Chaker et G. Camps, « Agellid, roi », dans EB, t. II, 1985, p. 248-249.
  • 91 Cf. S. Chaker, « A propos de la terminologie libyque des titres et fonctions », dans Annali dell’Is (...)
  • 92 Le dernier connu est Sextius Victor, princeps gentis Numidarum en 247 d’après une inscription trouv (...)

41De manière générale, il est manifeste que, malgré sa diversité, le lexique du pouvoir tribal dressé par l’auteur de la Johannide reste extrêmement imprécis. Nous savons que les Maures eux-mêmes devaient employer des termes proches des deux mots berbères modernes aguellid et amenûkal. Le premier transparaît dans le nom de Gildon, et correspond à la suite GLD de certaines inscriptions libyques90. Le second figure peut-être sous la forme MNKD dans des inscriptions de même origine91. Curieusement, le poète, pourtant très friand d’ethnonymes d’allure barbare, évite absolument de nous donner des formes latines pour ces noms. Sans doute son attitude s’explique-t-elle par l’existence de synonymes latins depuis longtemps admis par les intéressés, comme dux, qui figure sur l’inscription de Masties, ou princeps, connu par des textes du Haut-Empire92. Mais, selon les cas, les nécessités de la versification ou la passion polémique l’ont conduit à privilégier un vocabulaire plus imprécis, dont l’emploi répété de ductor est la meilleure illustration.

  • 93 Cf. par exemple les quatre reges des Bavares qui envahirent la Numidie sous Valérien (CIL VIII, 261 (...)
  • 94 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46,(CSEL, t. 57, p. 284-285) : rarissimi atque paucissimi, qui pac (...)
  • 95 CIL VIII, 9835. Cf. supra p. 375 et note 244.
  • 96 Nouvelle édition et commentaire de ce texte par G. Camps et J. Gascou dans G. Camps, « Rex gentium (...)
  • 97 Johannide, V, 519-520 : Ierna. / Marmaridum rex ille ferus...
  • 98 Cf. supra p. 75-76.
  • 99 Johannide, VI, 143-144 :
    (...) Carcasan omnibus unum
    gentibus esse ducem linguis animisque fatentur
    .
  • 100 Johannide, V, 24. Ce titre, plutôt que de faire référence à un système confédéral évolué dans leque (...)

42Reste le cas du terme rex, qui est attesté au Haut-Empire pour des chefs berbères93, et qui réapparaît plusieurs fois au Bas-Empire. Saint Augustin l’emploie à propos des tribus qui ont reçu des préfets et ne sont plus gouvernées « par des rois »94 ; Masuna portait en Maurétanie Césarienne en 508 le titre de rex gent(ium) Maurorum et Romanorum95 ; et on connaît également en Petite Kabylie, probablement au vie siècle, un rex gentis Ucutaman(orum)96. Dans la Johannide, c’est Ierna, chef des Laguatan en 546, qui est désigné par l’expression rex Marmaridum97. Mais d’emblée, le deuxième terme de cette expression ne nous incite guère à lui attribuer une valeur très précise, puisque nous savons que Corippe utilisait le nom des Marmarides dans un sens très vague, équivalent de « Maures des Syrtes »98. Certes, Ierna exerçait un commandement très large en 546, partageant avec Antalas la direction de la grande coalition qu’ils avaient formée ensemble. Son pouvoir était cependant très récent : la coalition datait de 544 ; auparavant, chaque tribu était autonome, et nous savons que dans celle de Ierna, les Laguatan, il n’y avait pas alors de chef unique. Ierna n’aurait donc pu porter le titre de rex que dans le contexte de l’insurrection générale. Mais l’exemple de la seconde coalition consécutive à la mort de ce personnage montre que cette hypothèse est peu plausible : en 547, si Carcasan devint lui aussi le chef de toutes les tribus des Syrtes, ce fut à la suite des acclamations des guerriers, sans qu’il soit à ce moment question d’une investiture royale. Corippe signale simplement que tous les Maures considérèrent Carcasan comme unus dux99. Dans ces conditions, l’expression rex Marmaridum doit être considérée avant tout pour sa valeur poétique. Le chef d’un grand rassemblement guerrier ne devenait pas roi mais exerçait seulement un commandement militaire exceptionnel pour la durée de la guerre : Corippe, en désignant en un autre passage Ierna comme le maximus auctor rectorum gentis, illustre donc plus justement cette réalité100. Parmi les notables des Laguatan, il devait être le plus prestigieux, parce que prêtre de Gurzil, et il fut placé à la tête de la « supertribu » puis de la coalition libyenne pour cette raison et pour la durée de la guerre.

c) Une définition négative de la gens

  • 101 Johannide, I, 463, 465, 497 ; II, 343, 358, 416 ; IV, 25 ( ?, peut-être pour Stotzas), 63, 77, 313, (...)
  • 102 Le terme désigne aussi évidemment en premier lieu au Bas-Empire l’usurpateur (cf. l’article classiq (...)
  • 103 Cf. notre article « Gildon, les Maures et l’Empire », dans MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 824-826 surto (...)
  • 104 Synésios, Lettre 108 (éd. A. Garzya, p. 193) :
    και ταείς πολιτείαν ούτο καταστησαμενοις ώσπερ ήμεις (...)
  • 105 Adessée au frère de Synésios, elle lui annonce pour le lendemain une bataille imminente entre la tr (...)

43Si le vocabulaire désignant le pouvoir dans les tribus maures ne permet ainsi guère de préciser leur structure, il révèle quand même une originalité qui devait probablement pour les Romains constituer le vrai caractère distinctif de la gens. Le terme tyrannus systématiquement employé à propos d’Antalas101, l’incarnation principale du Maurus dans le poème, mérite en effet un examen plus approfondi, car il n’est pas, à la différence de tous les autres mots recensés dans notre tableau, un simple synonyme de chef. Il évoque aussi un type de pouvoir et un rapport particulier entre le chef et sa communauté, dans laquelle toutes les institutions délibératives sont étouffées102. Certes, le mot fait partie du répertoire habituel des poètes lorsqu’ils se lancent dans l’invective contre un adversaire de l’Empire, et Claudien, un des modèles de Corippe, en use souvent à propos de Gildon103. Mais il n’est pas impossible que l’auteur de la Johannide l’ait choisi aussi parce qu’il traduisait bien le mode de fonctionnement politique interne de la gens maure tel qu’il le voyait, surtout si on rapproche son texte d’un passage méconnu de Synésios de Cyrène. Evoquant les Ausurianoi, l’évêque les définit en effet comme des gens qui dans leur politeia sont organisés comme nous dans l’armée104. En parlant de politeia, Synésios veut de toute évidence ici, et c’est exceptionnel dans la littérature antique, caractériser sur le plan institutionnel la tribu berbère. Or, il la compare à l’armée romaine. Il n’a certainement pas par là l’intention d’établir une analogie entre la discipline des légions et l’organisation au combat des tribus (le ton de cette lettre 108 est très vindicatif105). La comparaison n’a de sens que politique. Dans cette perspective, c’est le statut particulier du citoyen à l’armée qui l’intéresse : l’armée est le lieu où disparaissent provisoirement les habitudes de la vie civique et en particulier les pratiques délibératives. Telle lui apparaît la tribu : une réunion informe d’individus dont les rapports ne sont pas régis par le droit et chez qui le pouvoir ne se définit que par la force ; un lieu où les hommes ne discutent pas mais obéissent, une structure où les hommes ne sont pas des citoyens qui pensent et agissent, mais des êtres anonymes fondus dans leur collectivité. L’image est évidemment caricaturale pour l’observateur moderne, mais elle traduit probablement exactement la vision de Grecs ou de Romains pour qui, même aux ve et vie siècles, il n’est de politeia que celle qui se pratique dans la cité.

  • 106 Johannide, IV, 350-355 :
    illi inter sese fracto sermones furentes
    latratus varios, stridentibus horri
    (...)

44On sait pourtant que la tribu possède des organes où les décisions sont débattues, et Corippe lui-même le reconnaît lorsqu’il décrit une discussion entre chefs ou notables au chant IV de la Johannide, au moment où les Maures reçoivent les propositions de Jean Troglita. Mais son ton est alors très significatif106 :

Quant à eux, dans leur folie furieuse, ils échangent en une conversation hâchée des aboiements divers, des mots épouvantables prononcés par leurs langues aux sifflements stridents, et ils succombent à cette terreur d’un genre nouveau ; de même, les loups au milieu des montagnes, lorsque les nuages s’étendent sur les vastes terres, frappent l’air de hurlements répétés et font retentir leurs aboiements à travers les ombres creuses.

  • 107 Cf. E. Masqueray, La formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie (Kabyles du (...)
  • 108 Procope, De Aedificiis, VI, 6, 8-16 : cf. supra p. 386 et note 297.
  • 109 Cf. supra p. 420 et note 16.
  • 110 Sur ce phénomène, cf. infra p. 508.

45Ce passage résume bien tout le mépris du Romain pour la vie tribale. L’ethnologue ou l’historien moderne y verra la trace d’une forme archaïque de la djemaa des villages berbères du xixe siècle, admirée de savants comme Masqueray ou Renan, qui croyaient y retrouver un authentique organe de démocratie primitive non sans analogie avec la cité antique107. Thèse incompréhensible assurément pour Corippe et ses contemporains. Si le poète reprend en effet ici des clichés littéraires traditionnels sur la barbarie, comme la comparaison avec le monde animal, il construit surtout un portrait en négatif de la politeia, son seul critère de référence. Il faut, en le lisant, se souvenir de ce que Procope dit au même moment de la nouvelle cité de Caput Vada, où les anciens paysans désormais mènent la vie d’une communauté civique..., passent leurs journées sur l’agora et se réunissent en une ecclesia où ils débattent de leurs affaires108 ; il faut aussi se souvenir de la dédicace de Cululis, cité restaurée qui retrouve status, cives, jus, et fastus109. C’est tout cela qui manque à la gens. Pour un Romain du vie siècle, l’existence d’un conseil de chefs de tribus n’a aucun rapport avec une ecclesia, parce que toutes les structures qui entourent l’ecclesia dans la cité sont absentes. On pourra juger, certes, cette position outrancière, puisqu’après tout, au Haut-Empire, nous savons que la municipalisation de certaines gentes se fit progressivement, en conservant parfois dans la cité des institutions de la tribu110. Mais le contexte idéologique de la reconquête byzantine ne favorisait plus la prise en compte de ce type de nuances : la tribu était définie dans sa globalité comme un organisme foncièrement opposé à la cité.

  • 111 Johannide, V, 492.

46Cette définition ne s’appuyait d’ailleurs pas seulement sur des éléments politiques. C’était plus généralement le genre de vie communautaire que suscitait la gens qui était en cause, comme semble le suggérer l’emploi du terme tarua par Corippe. Au chant V, après avoir raconté la prise du camp de Ierna, le poète l’utilise une première fois dans sa conclusion111 :

Omnia iam pereunt : Maurorum tarua nusquam

  • 112 Johannide, VII, 272-273. On ignore où se situaient ces « vastes plaines de l’Arsuris ».

47Le mot réapparaît au chant VII, lorsqu’est décrite l’arrivée dans le camp byzantin du chef allié Ifisdaias112 :

Venit Ifisdaias centum cum milibus ardens
Arsuris et latos implevit tarua campos.

  • 113 I. Cazzaniga, « Animadversiones criticae in Cresconii Corippi Iohannida », dans Rivista di Filologi (...)
  • 114 J. Partsch, éd. MGH de la Johannide, index, p. 193 ; scholie marginale au Trivultianus pour le vers (...)

48Tarua est un terme complètement inconnu des autres écrivains latins, et il a d’ailleurs été oublié de la plupart des dictionnaires. Pour le philologue italien I. Cazzaniga, ce serait un synonyme du terme arabe kabila, c’est-à-dire en fait un synonyme de gens113. A la suite d’une scholie du manuscrit unique de la Johannide, le Trivultianus, qui porte en face de tarua le mot cornua, J. Partsch, suivi par J. Alix, l’interprétait plutôt comme un équivalent de turma114. Tout cela reste imprécis et mérite un essai d’approfondissement.

  • 115 Ptolémée, IV, 6, 6.
  • 116 J. Desanges, Catalogue..., p. 238.
  • 117 Le mot a cependant peut-être servi aussi dans l’onomastique berbère. A la fin du viie siècle, vers (...)
  • 118 Johannide, V, 480-482 et 489-491 :
    ...mistique ruunt per prata cadentes
    nunc senibus iuvenes, nunc pr
    (...)
  • 119 Johannide, VII, 280 (à propos de Bezina, un des compagnons d’Ifisdaias) : agrosque suis pecuaribus (...)
  • 120 Procope, De Aedificiis, VI, 5, 12-13 : La ville devint « digne d’être appelée une cité » (óις) qu (...)
  • 121 Johannide, II, 62-64 (à propos des Silvaizan et des Macares),
    qui montibus altis
    horrida prearuptis d
    (...)
  • 122 Cf. supra note 118.

49Comme l’ont vu tous ces savants, le mot semble berbère. Corippe l’utilise certainement pour accentuer l’exotisme de son poème, comme Virgile l’avait fait dans l’Enéide en évoquant les mapalia numides. Mais comment élucider son sens ? On serait tenté d’en rapprocher un ethnonyme maure, celui des Taroualtai cités par Ptolémée en Libye intérieure115, mais le nom, comme le suggère J. Desanges, paraît plutôt lié à un oronyme, celui du mont Aroualtês évoqué peu avant par le géographe116. A défaut d’explication linguistique, ne reste en fait que le texte de la Johannide lui-même pour risquer quelques hypothèses117. Une chose paraît sûre d’emblée : si Corippe a choisi d’utiliser ce mot étrange, c’est parce que, plus que gens ou turma, il possédait à ses yeux une connotation particulière caractérisant un rassemblement maure. La défaite des Berbères en 546 est en effet illustrée par la disparition de la (ou des) tarua maure(s) ; et l’arrivée d’Ifisdaias en 548 coïncide avec l’occupation des plaines par sa tarua. Mais le contexte des deux passages permet d’être plus précis. Dans le premier cas, l’évocation de la (des ?) tarua conclut un récit de la prise du camp de Ierna, avec la capture du bétail, des femmes et des enfants des Maures118. Dans le second cas, tarua surgit au milieu d’une description plus générale du rassemblement des chefs alliés avec leurs nombreux troupeaux119. Le point commun des deux citations est manifeste : pour Corippe, ce que commande un chef berbère, et que nous appelons « tribu », n’est pas simplement une armée (terme que traduit bien turma ou cornu), mais un ensemble plus vaste et plus hétérogène, avec une multitude de femmes, d’enfants, et tout ce qu’ils possèdent, à commencer par leur bétail. D’où une hypothèse : tarua pourrait être un mot berbère équivalent du terme arabe smalah, qui évoque exactement les tentes, les familles, les troupeaux qui suivent un chef. Le mot désignerait donc la tribu berbère dans sa réalité concrète et sa diversité pittoresque, et il nous aiderait à comprendre son originalité fondamentale aux yeux de Corippe. Pour lui, la gens était reconnaissable à son aspect informe, confus et instable, à l’opposé de la cité. Alors que celle-ci est inconcevable sans une forme d’urbanisme, avec des bâtiments publics (les moenia de Cululis) et des murs qui sont un critère de sa dignité de polis (ce que dit Procope à propos de Vaga120), la gens s’identifie à une forme de vie rurale ou sauvage. Le Maure qui en dépend est donc par excellence l’homme de la nature, un thème que le poète développe à de multiples reprises dans la Johannide : ses héros habitent des mapalia accrochés aux arbres et aux rochers121, et passent leur temps au milieu des forêts, près des fleuves, sur les montagnes ou dans les déserts, et toujours à proximité des animaux122. Certes, on retrouve là, comme P.-A. Février s’était empressé de le noter, toute une série de clichés classiques sur la barbarie, mais qui ne sont pas utilisés gratuitement au service d’une fantaisie poétique qui se situerait hors du temps. Derrière les topoi se dessine une vision du Maure qui n’était pas anachronique, mais qui était celle des Romains du vie siècle, et qui nous permet de saisir ce qui pour eux fondait les différences entre les communautés.

50Tout pouvait finalement être résumé en une formule : pour un Romain du vie siècle, le Maurus était un homme de la campagne qui appartenait à une gens, c’est-à-dire une communauté sans institutions politiques dignes de ce nom. A la lumière d’une telle définition, plus aucune des anomalies relevées chez les Maures de l’intérieur ne pourra surprendre : la connaissance du latin, le christianisme, l’entretien de relations régulières et pacifiques avec les autorités romaines n’introduisaient pas d’incompatibilités. Cusina ou Iaudas, selon cette norme, étaient donc bien des Maures au même titre que les Laguatan.

3 – NÉCESSITÉ D’UNE ENQUÊTE SUR LE PASSÉ DES MAURES DE L’INTÉRIEUR

  • 123 Cf. supra p. 32-33.

51Cette conclusion résoud une des deux énigmes majeures qui entourent l’existence des Maures de l’intérieur. Elle explique, par-delà les singularités qui les caractérisent, leur insertion au sein du monde maure. Reste désormais pour nous à comprendre l’origine de ces singularités elles-mêmes. Antalas, Cusina et Iaudas étaient au début du vie siècle les chefs de communautés tribales berbères, établies de longue date dans les provinces de Byzacène et de Numidie et qui avaient été partiellement romanisées. Mais comment ces communautés avaient-elles pu échapper au grand mouvement de municipalisation qui avait caractérisé du Ier au ive siècle les provinces qu’elles habitaient ? Et comment sont-elles devenues si puissantes à la fin de l’Antiquité ? Répondre à ces deux questions est une condition nécessaire de la réussite de notre projet, dont l’interrogation initiale demeure latente. Notre perspective n’a en effet pas changé depuis le début de cette enquête : nous avons commencé par constater l’importance du phénomène maure au début du vie siècle. Nous l’avons ensuite longuement décrit. Reste à l’expliquer véritablement, et d’abord à reconstituer le passé des gentes. Car le tableau qui vient d’être proposé des Maures de l’intérieur entre toujours en contradiction avec une thèse aujourd’hui bien établie, et dont nous avions dès le début de ce livre souligné l’importance123 : celle de la disparition ou quasi-disparition, après quatre siècles de romanisation, des tribus berbères dans les provinces centrales de l’Afrique romaine au temps de saint Augustin. Or, nous venons de le voir, tout conduit à identifier, comme noyau constitutif des gentes de l’intérieur au vie siècle, de telles tribus. De celles-ci, nous n’avons fait jusqu’à présent qu’entrevoir l’existence, en remontant à peine au début du ve siècle. On pourra juger que cela ne suffit pas à lever les doutes et à résoudre la contradiction signalée. Pour affermir notre démonstration, il est donc nécessaire de préciser, même au prix d’une plongée profonde dans le passé, la présence de ces tribus en Byzacène et en Numidie aux iiie et ive siècles, en éclaircissant aussi tous les problèmes annexes que celle-ci induira, comme ceux de leur statut ou de leur identité dans les provinces. Après seulement, il sera enfin possible de revenir dans une ultime synthèse sur les modalités et les causes de l’évolution qui, dans certaines régions, fit de l’Afrique romaine du ive siècle une Afrique « maure » au début du vie siècle.

Notes

1 CIL VIII, 2494 : inscription datée de l’époque byzantine ( ?) par Wilmans, trouvée dans les ruines du Burgus Speculatorius (kherbet el Bordj, au sud-ouest de l’Aurès) : + bis posuit Caletamera in te(m)pore suo. Ce texte est gravé à la suite d’une dédicace de l’époque de Caracalla évoquant la construction du burgus. Pour D. Pringle (The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 280), Caletamera était probablement un chef de limitanei ou de gentiles au service des Romains sur le limes. Dans tous les cas, son nom paraît maure, et la croix suggère son appartenance au christianisme.

2 P. A. Février, « Le Maure ambigu ou les pièges du discours », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 301.

3 Ce décompte approximatif a été effectué avant la parution de la concordance de J. Andres. Environ un quart des occurrences se situent dans un contexte très général, ou se rapportent aux Vandales ou même aux Romains (ainsi VII, 504 : gentes Latinae ; VI, 311 : gens Romana ; VII, 385 : gens Vandalica). Tous les autres emplois du terme (plus de cent trente) se rapportent aux Maures.

4 Maurus apparaît 48 fois dans la Johannide, Maurusius 18, Massylus 20 et Mazax 7.

5 Johannide, V, 97.

6 Johannide, V, 405 : et gentes gladiis truncate cruentis...

7 Johannide, V, 499.

8 Johannide, V, 522.

9 Dans le De bello Gildonico de Claudien (527 vers), le mot apparaît sept fois, et une seule de ces occurrences se rapporte aux Maures (v. 345).

10 Johannide, IV, 123-125.

11 Johannide, IV, 439-442.

12 Johannide, VI, 624-625.

13 Johannide, VIII, 497-499.

14 Procope, De Aedificiis, VI, 6, 13-16. Cf. supra p. 386 et note 297.

15 Procope, De Aedificiis, VI, 5, 12-13 : cf. supra p. 386 et note 298.

16 Découvert par D. Pringle en 1975, et inséré hâtivement dans sa thèse, ce texte très important a ensuite été publié avec une bonne photographie par J. Durliat (Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, Rome, 1981, p. 37-38. Nous en avons donné un commentaire détaillé dans « La renaissance des cités dans l’Afrique du vie siècle d’après une inscription récemment publiée », dans Cl. Lepelley (éd.), La fin de la cité antique et les débuts de la cité médiévale, Bari, 1996, p. 85-114. Traduction des lignes 4-7 reproduites : « Cité, réjouis-toi d’avoir ce maître pieux et regarde maintenant à combien de maux tu as été soustraite et de quels ornements tu as été parée : enfin délivrée de la crainte des Maures, tu retrouves la capacité d’organiser le cens, un statut, des citoyens, le droit, des bâtiments publics et des fastes... ».

17 Cf. notre commentaire cité supra note précédente, surtout p. 95-101.

18 Sur la rédaction de ce type de texte, cf. J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense..., p. 105-108.

19 Cf. son article « Observations sur la tribu dans le Maghreb antique » (Congrès d’Oran, 1983), réédité dans La Méditerranée de Paul-Albert Février, t. 2, Rome, 1996, p. 841-845.

20 M. Euzennat, « Les structures tribales pré-islamiques : un état de la question », dans Actes du VIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, Pau, 1993, Paris, 1995, p. 247-253.

21 Ibn Khaldûn, Prolégomènes, trad. De Slane, Paris, 1863, p. 275.

22 Isidore de Séville, Etymologiae, livre IX, éd./trad. M. Reydellet, Paris, 1984 : IX, 2, 1 (p. 40-41) et IX, 4, 4 (p. 156-157) : gens est multitudo ab uno principio orta. Nationes quae propriis cognationibus terminatae (sunt) gentes appellantur.

23 Festus, De verborum significatu, VII (éd. W. R. Lindsay, Paris, 1930, p. 214) : gentilis dicitur et ex eodem genere ortus et is qui simili nomine appellatur, ut ait Cincius : « gentiles mihi sunt qui meo nomine appellantur ».

24 Guerre de Jugurtha, 18.

25 Cf. supra p. 143-144.

26 Liber Generationis, éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, 1, p. 99-107.

27 Flavius Josèphe, Antiquités juives, I, 6, 2.

28 Jérôme, Quaestiones Hebraicae in Genesim, X, 7, dans CCL, t. LXXII, p. 12.

29 Isidore de Séville, Etymologiae, IX, 2, 15 (éd. M. Reydellet, Paris, 1984, p. 48).

30 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, IV, 1488-1496 (éd. F. Vian, Paris, 1981).

31 Herodiani Technici reliquiae, éd. A. Lenz, Leipzig, 1870, t. II, 2, p. 918 (= Müller, FHG t. IV p. 294 = Jacoby, t. III c, 762, f. 2).

32 Servius, Commentaire sur l’Enéide, IV, 198 : nam Garamantes sunt iuxta Libyam, a Garamante, filio Apollinis ; Isidore, Etymologies, IX, 2, 125.

33 Cf. le commentaire de F. Vian dans son édition d’Apollonios citée supra note 30, p. 198-199.

34 Cf. F. Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, 1952, p. 99-102.

35 E. Livrea, « L’episodio libyco nel quarto libro delle Argonautiche di Apollonio Rodio », dans Quaderni di archeologia della Libia, 12, 1987, p. 187-188 surtout.

36 E. Livrea, ibid., p. 187-188.

37 Sur ces généalogies, cf. infra p. 726-736 et 745.

38 Sur cette explication, cf. G. Camps, Berbères, Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 120-122 ; et J. Desanges, Catalogue..., p. 10.

39 S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 53-58 ; W. Seston et M. Euzennat, « Un dossier de la chancellerie romaine : la Tabula Banasitana », CRAI, 1971, p. 468-490 ; synthèses récentes de M. Euzennat, « Les structures tribales »..., (supra note 20) et C. Hamdoune, E.B., t. XX, p. 3045-3052.

40 Ce sont les notables honorés par la Tabula Banasitana.

41 Outre la Tabula Banasitana et les textes cités ci-dessous, le terme apparaît aussi dans une inscription de la fin du iiie siècle trouvée à Zuccabar, en Maurétanie Césarienne, dans laquelle est célébré le gouverneur Aelius Aelianus, ob prostratam gentem Bavarum Mesegneitsium praedasque omnes ac familias eorum abductas (CIL VIII, 21486). Il figure également dans un passage de Pomponius Mela auquel cependant on a, selon nous, trop voulu faire dire. Evoquant de manière assez vague les Maures nomades de l’intérieur de l’Afrique, le géographe ajoute : Quamquam in familias passim et sine lege dispersi, nihil in commune consultant ; tamen, quia singulis aliquot simul conjuges, et plures ob id liberi agnatique sunt, nusquam pauci (I, 42). Gsell (Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 54) relève l’association des termes familiae et agnati, et conclut : « Pomponius Mela dit qu’ils vivent en familiae composées d’agnati ». Or, le géographe associe liberi et agnati, et il les mentionne après l’indication de la pluralité des femmes pour chaque homme. Dans ces conditions, il nous semble qu’il faut retenir ici le deuxième sens d’agnati : ce sont les « enfants en surnombre, venus au monde quand il y avait déjà des héritiers » selon la définition de Gaffiot, et non les parents du côté paternel, les « agnats » chers aux anthropologues.

42 ILAf 102 et 103, et CIL VIII, 23195 : inscriptions commentées infra p. 475.

43 ILAf 107.

44 Ptolémée cite immédiatement au nord des Musuni, attestés par des inscriptions entre Cillium et Thélepte tout près de la familia Medid, des Miaidii qui peuvent être, par confusion du D avec un A des Mididii (cf. J. Desanges, Catalogue... p. 114) : s’il s’agit du même groupe, ce qui paraît très probable, on aurait là un exemple fort significatif de l’imprécision des critères de sélection du géographe dans sa présentation des tribus : il lui arrivait vraisemblablement de citer côte à côte des ensembles de dimension et de structure différentes, grandes gentes ou simples familiae.

45 Gsell, ILAlg, I, 3869 (inscription gravée sur un rocher à 14 km au sud-ouest de Bir Oum Ali) : FAMILA / COB. La lecture famil(i)a est de Gsell.

46 Gsell, ibid., no 3870, tout près de l’inscription précédente.

47 Al-Qâdî al-Nu’mân, Iftitâh, ms. p. 44 et p. 43. Texte cité et traduit par M. Talbi, L’Emirat Aghlabide, Paris, 1966, p. 595 note 2 et p. 597. Al-Qâdî alNu’mân vivait au xe siècle : l’extrait cité s’insère dans un dialogue entre le « prophète » Abu ‘Abd Allâh al-Da’i et des pélerins Kutâma, avant le départ du premier vers l’Afrique.

48 Cf. la manière dont Corippe présente les Frexes dans le catalogue du chant II : consanguineis... turmis/ Frexes... (II, 42-43).

49 Procope, Guerre vandale, II, 11, 13 ; autres allusions à la polygamie chez les Maures en II, 10, 11 (le chef Medesinissas se propose de ramener à « ses femmes » la tête d’un officier byzantin), et II, 10, 24 (Iaudas avait enfermé « ses femmes » dans la forteresse de la Petra Geminianou). Dans ce dernier cas, il faut cependant noter que le même Procope laisse entendre que Iaudas avait aussi une épouse « officielle », puisqu’il signale qu’il était le gendre de Méphanias (II, 13, 19).

50 J. Partsch, « Die Berbern bei Iohannis des Corippus », dans Satura Viadrina, Breslau, 1896, p. 30-31. Partsch fondait son opinion sur les détails fournis par Corippe (cités ci-dessous).

51 Johannide, II, 482.

52 Johannide, VI, 82.

53 Johannide, VI, 109-110 et 129-130.

54 Le poète insiste particulièrement sur leur rôle dans la tribu : la femme maure dans la Johannide est d’abord une mère. Outre les exemples cités, cf. aussi II, 171-172 : tandis que l’armée maure avance, « les mères frappent l’éther de hurlements modulés » (tremulis ululatibus aethera matres / concutiunt) ; V, 431 : lors de l’assaut du camp maure par les Byzantins en 546, une mère gétule est tuée avec ses deux enfants par la chute d’une meule à grain (cecidit resupina duobus/ cum genitis Gaetula iacens, supraque cadentes / sarcina lapsa ruit) ; V, 481-482 : dans la même bataille, les mères périssent avec leurs petits enfants, écrasés par le poids des animaux tués (nunc pressae pondere matres / ardua cum natis inter pecuaria parvis) ; V, 268-269 : peu avant cette déroute, Zudius un tribun romain tue Garafin et Tilifan, deux frères dont la mère pleurera longtemps la mort (doluerunt pectora matris / tempore tam longo tristes passura dolores). On rapprochera ces vers d’un passage de Synésios de Cyrène racontant l’attaque des Ausourianoi (Austuriani) sur sa province en 411 : J’ai vu une femme (barbare) tenir le poignard en allaitant ses enfants (Catastase II, éd. N. Terzaghi, p. 288).

55 On se souviendra cependant à nouveau de la définition des Frexes dans le catalogue du chant II : consanguineis... turmis / Frexes (II, 42-43). Corippe peut faire allusion ici à leur commune appartenance à la nation maure, mais il peut aussi traduire une idée de parenté commune entre les membres de la tribu.

56 Johannide, III, 153 : humilis gens illa fuit.

57 Cf. catalogue du chant II, vers 43-44 : Frexes..., fortis gens...

58 Ibn Khaldûn, Prolégomènes, éd/trad. De Slane, t. 1, Paris, 1863, p. 273-274 (p. 238 de l’édition du texte arabe).

59 La bibliographie sur ce sujet est considérable depuis les premiers travaux d’ethnographie nord-africaine qui suivirent la conquête française. L’étude de cas la plus claire reste celle de R. Montagne, Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc, Paris, 1930.

60 M. Euzennat, « Les Zegrenses », dans Mélanges William Seston, Paris, 1973, p. 184.

61 Sur ce terme, cf. S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, tome V, p. 54-55, qui le traduisait par « clan » sans véritable justification. En réalité, le dossier épigraphique des attestations de tribus autoriserait plutôt à une traduction par « fraction », comme Gsell l’avait d’ailleurs envisagé lui-même une première fois (cf. BAC, 1917, p. 330), parce que les groupes désignés ainsi semblent soit s’insérer dans un ensemble très vaste, soit occuper eux-mêmes un espace important. Ce sont d’abord trois inscriptions funéraires découvertes entre Madaure et Théveste, qui paraissent désigner par tribus des fractions de la très grande tribu/confédération des Musulames : ILAlg I, 3144 (Théveste) : (X...) filia Musulami, / tribu Gubul, / Daris uxor, / de suo / monumentum fecit / viro suo ; ILALg I, 2853 (au sud de Madaure, en pays musulame) : DMS / Zab (... ?)e/dre (...)s,/ tribu Mui (... ?),/ vi(xit) (a)n(nis) CXV ; ILALg I, 2836 (au sud de Madaure, en pays musulame) : DMS/ Festus Natalis, Dubb(i ?)/ f(ilius ?), trib(u)/ T(...),/ v(ixit).... A cette première série s’ajoute ensuite le dossier des Misiciri. Une inscription trouvée à 20 km d’Hippone mentionne en effet une tribus de ce nom (ILAlg I, 138) : Naddhsen Cotuzanis f(ilius)/ trib(u) Misictri / vix(it) annis XX/ HSE. Gsell reconnaissait ici, dans ce nom inconnu des sources littéraires, un « clan » d’une tribu anonyme. Mais G. Camps a avancé avec de bons arguments qu’il fallait lire Misiciri et il a rapproché alors ce texte de deux autres inscriptions latines trouvées dans la même région montagneuse du sud-est d’Hippone, l’une (ILAlg I, 156) mentionnant un Chinidial/ Misicir f(ilius), tribu Misiciri, et l’autre (ILAlg I, 174) un Auc (... ?), Sadavis f(ilius), Numida Misic(iri ?), et il l’a associé surtout à un groupe de 62 inscriptions libyques du même secteur comportant la suite MSKRH, qu’il lit Misiciri comme G. Chabot. Il conclut : « le territoire occupé par les Misiciri est si vaste qu’on est en droit de penser que ce nom servait à désigner une confédération plutôt qu’une tribu (« Massinissa », dans Libyca, t. VIII, 1960, p. 248-250). Si cette hypothèse est juste, il faudrait admettre l’extrême souplesse, et l’imprécision du mot tribus. Mais comme nous connaissons très mal l’organisation tribale de ce pays dans l’Antiquité et que nous ignorons surtout la date de ces inscriptions, apparemment fort anciennes, il n’est pas exclu que les Misiciri ait pu être simplement la fraction dominante d’une grande tribu encore anonyme (à moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’une fraction du peuple « Numide » cité sur l’inscription ILAlg, I, 174).

62 Inscriptions antiques du Maroc. II. Inscriptions latines, no 402 (Volubilis). Le singulier gentis laisse supposer que les deux peuples étaient alors unifiés : ils avaient un seul chef et constituaient une seule gens aux yeux des Romains. Le mot exprimait donc une réalité confédérale (cf. G. Camps, « les Bavares, peuple de Maurétanie Césarienne », dans RAf, t. 99, 1955, p. 251).

63 Le mot n’apparaît quasiment jamais seul sous la forme ethnos ou ethnê pour désigner les Maures en général, comme le fait Corippe avec gens ou gentes. Procope préfère dire « les Maurousioi » ou « les barbaroi ». Une des rares exceptions figure dans le résumé légendaire des origines du peuplement de l’Afrique (Guerre vandale II, 10, 23) où l’historien signale qu’avant l’arrivée des Maures, il existait déjà en Li-bye des ethnê. La seule tribu nommément citée dans la Guerre vandale, les Levathai, est simplement définie par la formule Maurousioi barbaroi. Nous n’avons repéré qu’une seule fois l’expression Maurousiôn ethnê, à propos des peuples que commandait Ortaïas (II, 13, 28). Le terme φλον est encore plus rare : il n’apparaît à notre connaissance à propos des Maures, et sous une forme indirecte, que lors du récit du massacre des chefs Levathai à Lepcis Magna en 543 : le seul survivant alla rejoindre ses όμοφύλοι écrit Procope (Guerre vandale, II, 21, 11).

64 Johannide, VI, 404.

65 Johannide, VI, 416.

66 Sur 55 occurrences de populus dans la Johannide, 9 ont une valeur très générale, 32 se rapportent aux Africains romanisés ou à l’armée romaine, et 14 seulement aux Maures. Dans ce dernier cas, le mot n’est jamais accompagné d’un qualificatif ethnique ou territorial.

67 Deux occurrences seulement pour plebs (dont VIII, 530 : plebes Marmaridae) ; 18 pour genus, dont 3 seulement se rapportant aux Maures : genus Astricum (VI, 430-431) ; genus Marmaridum (VIII, 169) ; genus Nasamone (VIII, 248). Il est impossible d’attribuer une signification précise à ces expressions : les Astrices, nous l’avons vu, sont aussi pour le poète une gens ou des gentes. Quant aux termes Marmarides et Nasamon, ils ont une valeur trop large pour désigner ici un groupe précis.

68 Cf. supra p. 304-305.

69 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3 :

Οσοι γάρ εν τε Μαυριτανία και Νουμιδία και Βυζακίω Μαυρουσίων ᾖρχον.

70 Procope, Guerre vandale, II, 21, 3.

71 Johannide, VI, 404-405.

72 Procope, Guerre vandale, I, 25, 2-3 : ολίγοι μεντοι Μαυρούσιοι αύτφ αφίκοντο ές ξυμμαχίαν, καί ουτοι παντιχπασιν αναρχοι. οσοι γαχρ έν τε Μαυριτανία καί Νουμιδια και Βυζακίω Μαυρουσίων ήρχον, πρέσβεις ως Βελισααριον πέμψαντες...

73 Procope ne nomme pas ces Maures, mais il est possible qu’il s’agisse de ceux du Mont Pappua, sur lequel se réfugia Gélimer (Procope, Guerre vandale, II, 4, 6). J. Desanges a en effet jadis proposé de situer cette montagne en Khroumirie, dans l’arrière-pays de Thabraca et donc à proximité de Bulla Regia, apparemment citée ici (« La dernière retraite de Gélimer », dans Cahiers de Tunisie, 7, 1959, p. 429-435). Cette hypothèse correspondrait au contexte : Procope ayant indiqué que les Maures fidèles à Gelimer étaient peu nombreux, il serait logique de supposer que ceux qui l’accueillirent après sa défaite étaient déjà ceux qui l’avaient soutenu quelques semaines auparavant. On imagine mal un groupe resté neutre jusque là se compromettant avec le roi vandale alors que le triomphe byzantin était assuré ; et le rapprochement est d’autant plus tentant que Procope, dans sa longue description du Pappua, ne mentionne aucun chef chez les Maures qui l’habitent. Mais il n’est pas sûr que Procope évoque Bulla Regia : des recherches récentes menées par A. M’Charek ont mis en effet en valeur l’existence d’une autre « plaine de Bulla » en Proconsulaire, plus au sud, à Bulla Mensa, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest d’Althiburos (« De saint Augustin à Al-Bakrî : sur la localisation de l’Ager Bullensis », dans CRAI, 1999, p. 115-142). Dans cette seconde hypothèse, qui rendrait mieux compte de l’itinéraire suivi à l’automne 533 par Tzazon, le frère de Gélimer revenu de Sardaigne après un étrange débarquement « à la frontière de la Numidie et de la Maurétanie », il faudrait dissocier les Maures du Pappua des quelques Maures anarchoi qui restèrent fidèles aux Vandales après leur première défaite d’Ad Decimum.

74 Johannide, II, 58. Si Autiliten était le fils de Sidifan comme nous l’avons envisagé, il faudrait comprendre que le père, tout en continuant à exercer ses fonctions, en avait délégué une partie, par exemple le commandement de certaines fractions, à son fils.

75 Johannide, IV, 545-546 :
ibat Ifisdaias, gentis praefectus et auctor
quem fera gens sequitur, nato comitante Bitipten
.

76 Johannide, VII, 277-278 :
auxiliumque dedit rebus famulatus Iaudas
cum nato comites bis senis milibus armans
.

77 Jean Malalas, Chronographia, éd. Dindorf, p. 495 ; Théophane, Chronographia, éd. De Boor, p. 239.

78 Procope (Guerre vandale, II, 21, 17) évoque l’accusation de Solomon, mais sans donner le nom du frère d’Antalas. Corippe le cite une fois (IV, 365-366 : germane... Guarizila) et fait deux allusions à son exécution (II, 28 : fraterna morte coactus... ; III, 384 : Hic fratris mortem concussa mente dolebat). Sur ces textes, cf. infra p. 604-606.

79 Sur la thèse de cet auteur, pour qui la quasi-totalité des tribus citées par Corippe appartenaient à une seule confédération « Laguatan », cf. supra p. 303.

80 Al Qâdî al-Nu’mân, Iftitâh, ms p. 43, dans M. Talbi, L’Emirat Aghlabide, p. 597.

81 Cf. Guerre vandale, II, 10, 6 : Koutzinas (Cusina), Esdilasas, Iourphouthès et Medesinissas, les chefs de Byzacène insurgés en 534, sont désignés par ce mot ; même emploi en II, 11, 1 et II, 11, 15 pour les mêmes personnages.

82 Guerre perse I, 20, 10 et I, 17, 46. Sur les sens de phylarque, cf. le débat opposant Ph. Mayerson (« The Use of the Term Phylarchos in the Roman-Byzantine East », ZPE, 88, 1991, p. 291-295) et A. G. Grouchevoy (« Trois niveaux de phylarques », Syria, LXXII, 1995, p. 105-131).

83 Cusina n’est ainsi désigné que dans les trois derniers chants de la Johannide, pour les événements des années 547-548, durant lesquels il fut vraiment le meilleur allié des Byzantins (Johannide, VI, 267 ; VII, 268-269 ; VIII, 270). Sur le sens de magister, cf. supra p. 349.

84 Cf. infra p. 480-500.

85 Johannide, V, 545 : ibat Ifisdaias, gentis praefectus et auctor... La juxtaposition des expressions gentis praefectus et auctor paraît bien ici traduire la double nature des fonctions d’Ifisdaias : à la fois chef coutumier, désigné par un terme imprécis comme tous ceux que Corippe emploie pour ce type de commandement (cf. tableau), et représentant du pouvoir romain sur ses hommes, investi d’un titre officiel dont on trouve ici la seule formulation complète. Corippe traduit de la même manière l’ambivalence de Cusina, en le qualifiant dans un même passage du chant VII à la fois de ductor Maurorum et de magister, militibus medium... (cf. Johannide VII, 263 et 268-269).

86 On ne peut localiser avec précision ce personnage. Sa rivalité avec Cusina dans l’hiver 547-548 (cf. Johannide, VII, 244-246) pourrait suggérer que les deux chefs étaient voisins : comme Cusina était alors en Numidie, et vraisemblablement dans ou à proximité de l’Aurès, il serait tentant de placer Ifisdaias dans les Némencha. Mais cet allié constant des Byzantins, désigné comme tel à la fois en 546 et en 548 (cf. Johannide, V, 245 et VII, 272-274), pourrait aussi être un de ces chefs du Nord de la Numidie, dont nous pressentons l’existence, sans jamais pouvoir les identifier dans les textes.

87 Johannide, II, 59, à propos d’Autiliten : praefectus bellique comes nullique fidelis ; IV, 331, à propos d’Antalas siégeant au milieu d’autres chefs pour écouter les propositions de Jean Troglita : ille tamen medius sedit praefectus ; V, 193, à propos de Bruten, un des lieutenants de Ierna, chef des Laguatan : sic victos populos praefectus voce refecit ; VII, 279, à propos de Bezina, un allié de Jean Troglita en 548 : omnia castra simul praefectus Bezina ducit. Dans les cinq cas, le mot, employé seul, peut être synonyme de dux.

88 Johannide, II, 29 : Maurorum princeps... Antalas ; I, 468 : ductor magnanimus... Antalas ; IV, 329 (Antalas réunit ses troupes) : ducem circumstetit agmen... ; II, 43-44 (les Frexes exaltent leur chef) : tumida laudat cervice regentem... ; I, 463 : les envoyés d’Antalas sont définis comme legati tyranni...

89 Ce sens très large et imprécis est probablement celui qu’il faut donner aussi aux dix-sept praefecti maures vaincus, selon Jordanès, par Jean Troglita en 548 (Histoire romaine, MGH, a.a., t. V, p. 51). Cf. infra 4e partie p. 633.

90 Cf. sur Aguellid/GLD, S. Chaker et G. Camps, « Agellid, roi », dans EB, t. II, 1985, p. 248-249.

91 Cf. S. Chaker, « A propos de la terminologie libyque des titres et fonctions », dans Annali dell’Istituto orientale di Napoli, 46, 1986, p. 541-562 ; id., « Amenukal/MNKD », dans EB, t. IV, Aix, 1987, p. 585-586.

92 Le dernier connu est Sextius Victor, princeps gentis Numidarum en 247 d’après une inscription trouvée à Sertei (CIL VIII, 8826) ; cf. T. Kotula, « Les principes gentis et les principes civitatis en Afrique romaine », dans Eos t. 55, 1965, p. 347-365, et J. Desanges, « Un princeps gentis à Sétif », dans BAC, ns, t. 12-14 B, 1976-1978, p. 121-129.

93 Cf. par exemple les quatre reges des Bavares qui envahirent la Numidie sous Valérien (CIL VIII, 2615).

94 Saint Augustin, Lettre 199, XII, 46,(CSEL, t. 57, p. 284-285) : rarissimi atque paucissimi, qui pacati Romanis finibus adhaerent, ita ut non habeant reges suos, sed super eos praefecti a Romano constituantur imperio... ; cf. sur ce texte infra p. 484.

95 CIL VIII, 9835. Cf. supra p. 375 et note 244.

96 Nouvelle édition et commentaire de ce texte par G. Camps et J. Gascou dans G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, t. 20, 1984, p. 199-200 (avec une étude générale du titre de rex dans l’Antiquité en Afrique du Nord, p. 192-197).

97 Johannide, V, 519-520 : Ierna. / Marmaridum rex ille ferus...

98 Cf. supra p. 75-76.

99 Johannide, VI, 143-144 :
(...) Carcasan omnibus unum
gentibus esse ducem linguis animisque fatentur
.

100 Johannide, V, 24. Ce titre, plutôt que de faire référence à un système confédéral évolué dans lequel les diverses tribus se seraient fondues (thèse de Mattingly), confirme au contraire notre interprétation des structures tribales en Tripolitaine(cf. supra p. 303-309) : Ierna est le chef suprême (maximus auctor) d’une coalition militaire libyenne très hétérogène, dans laquelle chaque groupe reste autonome et conserve son chef particulier (rector gentis).

101 Johannide, I, 463, 465, 497 ; II, 343, 358, 416 ; IV, 25 ( ?, peut-être pour Stotzas), 63, 77, 313, 318.

102 Le terme désigne aussi évidemment en premier lieu au Bas-Empire l’usurpateur (cf. l’article classique de J. Béranger, « Tyrannus », dans REL, 1935, p. 8594), mais nous pensons que Corippe a pu, en même temps, l’employer ici pour évoquer une forme d’organisation politique qu’il comparait à la tyrannie.

103 Cf. notre article « Gildon, les Maures et l’Empire », dans MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 824-826 surtout.

104 Synésios, Lettre 108 (éd. A. Garzya, p. 193) :
και ταείς πολιτείαν ούτο καταστησαμενοις ώσπερ ήμεις ταεπι στρατις.

105 Adessée au frère de Synésios, elle lui annonce pour le lendemain une bataille imminente entre la troupe conduite par l’auteur et une bande de barbares, « belliqueux et nomades ». Synésios termine en recommandant ses enfants à leur oncle...

106 Johannide, IV, 350-355 :
illi inter sese fracto sermones furentes
latratus varios, stridentibus horrida linguis
verba ferunt seseque novo terrore revincunt :
monte lupi medio veluti, cum nubila latis
incumbunt terris, ululatibus aera crebris
pulsant perque cavas resonant latratibus umbras
.

107 Cf. E. Masqueray, La formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie (Kabyles du Djurdjura. Chaouïa de l’Aourâs. Beni Mezâb), Paris, 1886, rééd. Aix, 1983 ; et le compte rendu du livre de Hanoteau et Letourneux (La Kabylie et les coutumes kabyles, Paris, 1873) par Ernest Renan sous le titre « La société berbère », repris dans Mélanges d’histoire et de voyages, Paris, 1876, p. 319-352, avec notamment cette phrase : « Le monde berbère, c’est l’idéal de la démocratie » (p. 328).

108 Procope, De Aedificiis, VI, 6, 8-16 : cf. supra p. 386 et note 297.

109 Cf. supra p. 420 et note 16.

110 Sur ce phénomène, cf. infra p. 508.

111 Johannide, V, 492.

112 Johannide, VII, 272-273. On ignore où se situaient ces « vastes plaines de l’Arsuris ».

113 I. Cazzaniga, « Animadversiones criticae in Cresconii Corippi Iohannida », dans Rivista di Filologia e di Istruzione Classica, t. 100, 1972, p. 46-67.

114 J. Partsch, éd. MGH de la Johannide, index, p. 193 ; scholie marginale au Trivultianus pour le vers 273 : cornua. J. Alix, (trad. française de la Johannide, dans RT, 1900, p. 194 et 1901, p. 329) traduit une première fois tarua par « les escadrons des Maures » et plus loin, à propos des tarua d’Ifisdaias, par « son armée ».

115 Ptolémée, IV, 6, 6.

116 J. Desanges, Catalogue..., p. 238.

117 Le mot a cependant peut-être servi aussi dans l’onomastique berbère. A la fin du viie siècle, vers 693-695, un des premiers chefs berbères ralliés aux Arabes s’appelait en effet Hilâl ibn Tarwân al-Luwâti (Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. Gateau, RT, 1932, p. 71). Ce Lawâta avait un nom arabe, mais son père, né assurément avant 650, était berbère, et son nom l’était certainement aussi : on peut donc se demander si Tarwân ne dériverait pas de tarua.

118 Johannide, V, 480-482 et 489-491 :
...mistique ruunt per prata cadentes
nunc senibus iuvenes, nunc pressae pondere matres
ardua cum natis inter pecuaria parvis.
(...) ille camelorum gaudet dirumpere vincla,
diripit ille boves, ovibus redit ille reductis,
hic pulsat tardos conversa cuspide asellos.

119 Johannide, VII, 280 (à propos de Bezina, un des compagnons d’Ifisdaias) : agrosque suis pecuaribus implet...

120 Procope, De Aedificiis, VI, 5, 12-13 : La ville devint « digne d’être appelée une cité » (óις) quand Justinien la munit de murs.

121 Johannide, II, 62-64 (à propos des Silvaizan et des Macares),
qui montibus altis
horrida prearuptis densisque mapalia silvis
objectae condunt securi rupis ad umbram.
Ibid
., II, 9-10 :
(...) et celsis frondea silvis
tecta latent pendente casa
ou encore II, 16-17 :
arboribus religant congesto culmine cannas omnibus...

122 Cf. supra note 118.

123 Cf. supra p. 32-33.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540