Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Deuxième partie. Les Maures de l’extérieur et le problème des néoberbères

Chapitre 5. Le mythe du « mystérieux appel de l’Ouest »

Texte intégral

  • 1 M. Euzennat, « Les troubles de Maurétanie », CRAI, 1984, p. 372-391. La théorie des migrations appl (...)
  • 2 Pline l’Ancien, VI, 194. Cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 239-240.
  • 3 Ptolémée, IV, 5, 12. Cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 161-162.
  • 4 Pline ne cite que cinq peuples berbères pour la Tingitane, en opérant une sélection dont les critèr (...)

1Nous avons constaté dans le chapitre précédent que seuls quelques noms de peuples berbères, attestés d’ailleurs à des époques très différentes, étaient cités pour illustrer la théorie des migrations. Parmi ceux-ci, les Baquates et les Bavares, extérieurs à l’espace et à l’époque que nous étudions ici, peuvent sans longue démonstration être d’emblée éliminés. Les arguments présentés récemment1pour ressusciter la thèse de leur origine libyenne et de leur migration sont en effet, en eux-mêmes, une fois isolés de la référence aux autres migrations supposées à tort démontrées, fort peu probants. Le principal, l’emploi du mot inruptio à leur propos sur des inscriptions latines émanant des cités ou des responsables militaires, est difficilement admissible : car inruptio peut seulement évoquer, à l’intérieur des Maurétanies, un mouvement d’une tribu sortant de son territoire habituel pour pénétrer dans un but agressif sur les terres romaines voisines. Rien n’autorise à en faire le témoignage d’une migration de plusieurs milliers de kilomètres. Quant au rapprochement proposé entre les Baquates marocains, connus à partir de Ptolémée, et les Vacathi, placés par Pline2(d’après des sources du début du iie siècle avant J.-C.) en Cyrénaïque méridionale, nous ne voyons ce qu’il peut apporter, puisque, comme M. Euzennat le reconnaît lui-même, Ptolémée les mentionne toujours au même endroit sous le nom de Bakataï3. Certes, il reste que Pline ne cite, dans sa description des Maurétanies, ni les Baquates, ni les Bavares. Mais, faute de toute véritable preuve, ou même d’indices, l’hypothèse migratoire ne s’impose nullement pour expliquer cette anomalie. On peut tout autant, et dans le premier cas avec de bonnes chances d’avoir raison, mettre en avant le caractère très incomplet4de la description plinienne des Maurétanies, et les insuffisances de son information, ou encore la possibilité de déplacements limités depuis le sud, ou simplement des changements de noms. De manière générale, surtout, rien dans l’histoire des Baquates et des Bavares ne fait songer, à partir de leur première mention dans les sources, à des peuples orientaux ou à de grands migrateurs. Comme E. Frezouls, que nous avions interrogé sur ce sujet en 1988, ou comme G. Camps ou J. Desanges, qui n’ont jamais adopté ou même envisagé une telle hypothèse, nous pensons donc qu’il vaut mieux, en l’absence pour l’instant de tout indice contraire, considérer les Baquates et les Bavares comme des tribus purement maurétaniennes, dès les débuts de leur histoire. Tout raisonnement concernant les autres tribus supposées migratrices qui se fonderait sur une analogie avec leur exemple est, dans tous les cas, sans aucune valeur probatoire.

2Le cas des Austuriani et des Laguatan est très différent : ces deux tribus ont toujours été au centre de tous les essais de démonstration de la théorie des migrations appliquée à l’Antiquité tardive, et elles n’ont bien souvent même fourni que le seul exemple cité comme preuve. L’examen détaillé de leur histoire occupera donc l’essentiel des chapitres à venir. Cependant, en se fondant sur les sources arabes, on les a depuis longtemps intégrées aussi à un ensemble « migrateur » beaucoup plus vaste, les Zénètes, en les associant en particulier à une autre tribu de ce groupe, les Djarâwa de la célèbre Kâhina. Si particuliers que soient les textes invoqués, nous ne pouvions laisser de côté ces Zénètes ; mais comme les savants qui ont affirmé leur migration avant la conquête arabe l’ont toujours fait très sommairement, à la lumière de ce qu’ils croyaient savoir de leurs « frères » Laguatan/Lawâta, c’est bien évidemment par ces derniers que nous commencerons.

1– LE MYTHE DE L’ORIGINE ORIENTALE DES LAGUATAN

  • 5 Seul à notre connaissance D. Roques a fait clairement cette remarque, pourtant la première qui aura (...)

3Une constatation simple et brutale doit ouvrir ce chapitre : l’idée d’une grande migration de tribus berbères à l’époque romaine était totalement étrangère aux auteurs anciens. Aucun texte grec ou latin, qu’il soit spécifiquement consacré aux Austuriani ou aux Laguatan, ou plus vaguement aux Maures, Gétules, ou autres Mazices, ne fait allusion à un mouvement migratoire d’est en ouest de grande ampleur et à long terme entre le premier et le septième siècle5.

  • 6 Cf. supra p. 126.
  • 7 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 1-29, éd. M.-A. Marié, t. 5, Paris, 1984.
  • 8 Ammien, XXVIII, 6, 1-2 : ad Tripoleos Africanae provinciae veniamus aerumnas... Austoriani his cont (...)

4Cette carence est d’abord manifeste pour ce qui concerne l’origine, unanimement considérée jusqu’ici comme mystérieuse, et donc orientale, des Austuriani et des Laguatan. Si l’on en croit Corippe, les Laguatan auraient été connus des Romains pour la première fois au temps où Maximien était en Afrique, c’est-à-dire vers 297-2986. Chronologiquement, le premier auteur à citer des Austuriani reste cependant Ammien Marcellin, dans son récit des difficultés de la Tripolitaine vers 363-3677. Le grand historien les présente alors simplement comme des voisins (contermini) de la Tripolitaine, apparemment bien connus puisque leurs exactions sont présentées comme habituelles8. Par la suite, Synesios, Procope (qui parle seulement de Levathai), et Corippe les évoqueront toujours, eux aussi, comme des habitants des déserts libyens, sans leur attribuer une origine extérieure. Aucun de ces auteurs ne s’étonne de leur présence et ne songe à signaler un quelconque mystère quant à leurs origines. Cette question a toujours été, dès le début, une préoccupation des seuls historiens modernes, qui ont toujours aussi voulu lui apporter une réponse mettant en valeur une origine orientale et une migration d’est en ouest.

  • 9 H. Tauxier, « La religion des taureaux divins en Afrique », RAf, t. 21, 1877, p. 185-197.
  • 10 Ptolémée, IV, 5, 12, cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 173.
  • 11 J. Mesnage, Le christianisme en Afrique. Déclin et extinction, Alger-Paris, 1915, p. 29.
  • 12 Cdt G. Cauvet, « Que sont devenus les Libyens des Anciens ? », RAf, t. 79, 1936, p. 387-400.
  • 13 D. J. Mattingly, « The Laguatan... », Libyan Studies, 1983, p. 101.
  • 14 SEG, IX, 9. Inscription trouvée à Cyrène, qui célèbre la victoire du général Tenagino Probus, envoy (...)
  • 15 Pline l’Ancien, V, 33 : Accolunt Marmaridae, a Paraetioni ferme regione ad Syrtim Maiorem usque por (...)
  • 16 La première inscription est une épigramme de Cyrène datée de 2 après J.-C., publiée et commentée pa (...)
  • 17 Johannide, V, 398-399 : Une peur glacée trouble ainsi les armées marmarides, le cœur ébranlé à la v (...)

5Pour établir celle-ci, à défaut d’une mention explicite, ces historiens ont d’abord cherché des indices dans les textes. Tauxier9avait cru, ainsi, pouvoir retrouver au début du second siècle la trace des Laguatan non loin de la vallée du Nil, en les assimilant à la tribu des Rouaditai mentionnée par Ptolémée10parmi les peuplades de Libye, à proximité des Iobakkoi, eux-mêmes probables riverains du lac Moeris (lac Karoun). Ce rapprochement, admis par Mesnage11, est extrêmement fragile sur le plan linguistique (Laguatan/Lawata/ Rouaditai), et, sans valeur à lui tout seul, il n’a, à juste titre, plus jamais été repris. Le même jugement peut s’appliquer à un article du commandant Cauvet qui, dans les années trente, sans autre argument que des similitudes ethnonymiques, voulut faire des Lawata (Laguatan) les héritiers directs des Lebou qui avaient jadis menacé l’Egypte pharaonique12. Plus récemment, D. Mattingly s’est montré encore plus audacieux13. Il relève en effet une inscription de Cyrénaïque de 269-270 qui mentionne une victoire du préfet d’Egypte Tenagino Probus sur le peuple des Marmaritai14. Or, en se fondant uniquement sur la proximité chronologique de ce document avec l’époque où, selon Corippe, se serait produite la première apparition des Laguatan, soit en 298 en Tripolitaine, il relie les deux événements, et avance que les Marmaritai ont pu être une branche des Laguatan. Cela lui permet, dès lors, de déduire l’origine des Laguatan. Puisque les Marmaritai viennent nécessairement, selon lui, de Marmarique, aux confins de l’Egypte, il conclut que les Laguatan, dont ils représentent la première fraction en marche vers l’ouest, étaient à cette époque encore installés dans les oasis du désert égyptien. Cette hypothèse a, semble-t-il, séduit plusieurs savants. Elle nous paraît pourtant encore plus fragile que celle de Tauxier. Des Marmarides sont en effet déjà signalés au premier siècle en Cyrénaïque par Pline l’Ancien15. Bien plus, deux inscriptions16les montrent en lutte contre les Cyrénéens vers 2 après J.-C. La guerre de 269-270 ne correspond donc nullement à l’inruptio d’un peuple inconnu, mais semble plutôt s’inscrire dans une série de conflits locaux traditionnels. D. Mattingly croit, certes, trouver une confirmation de son hypothèse dans la Johannide de Corippe qui, au vie siècle, qualifierait parfois les Laguatan de Marmarides, faisant ainsi allusion à leur origine géographique ancienne. Mais il est difficile ici aussi de le suivre car, en réalité, Corippe utilise le terme Marmarides dans un sens très large, pour évoquer tous les Berbères de l’actuelle Libye en général, et même parfois toute l’armée berbère de la coalition de 544-546 lorsque les tribus libyennes la dominent : ainsi dans ce passage où il les montre terrorisés par la voix de Jean Troglita, le général byzantin17 :

Marmarides acies sic magni voce Johannis
Conturbat gelidus quassato pectore terror

  • 18 La bataille du chant V, à dater de 546, fait en effet suite à l’avancée de la coalition décrite au (...)
  • 19 Cf. « The Laguatan... », Libyan Studies, 1983, p. 100 particulièrement.

6En fait, cette acies Marmarides était toujours à ce moment la grande armée qui avait été présentée au début du chant II, et qui comprenait à la fois les tribus de l’Aurès, celles de Byzacène, et celles de Tripolitaine18. Sans relever de telles anomalies, D. Mattingly paraît à l’avance les juger négligeables parce qu’il estime que les Laguatan constituaient une immense confédération, réunissant presque toutes les tribus citées par Corippe19. Nous verrons plus loin les difficultés de cette interprétation qui ignore les particularités du point de vue et du langage de Corippe. En réalité, celui-ci emploie Marmarides à peu près comme un synonyme de « Maures de l’extérieur », « indigènes des déserts syrtiques », sans autre volonté de précision ethnographique. Il serait donc très imprudent, faute d’autres indices en ce sens, d’établir une parenté entre le peuple des Marmarides et les Laguatan.

  • 20 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 103 note 9.
  • 21 D. J. Mattingly, « The Laguatan »..., Libyan Studies, 1983, p. 101 : the tribe eventually reached K (...)
  • 22 Courtois indique en fait (Les Vandales... p. 103, n. 9) : « Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, éd (...)

7C. Courtois était mieux conscient de la carence totale des sources antiques sur l’origine des Laguatan. Mais il défendait pourtant la thèse de leur localisation primitive très à l’est en prenant appui sur un passage d’Ibn Khaldûn20, qui est aussi un autre argument, peut-être le principal, de D. J. Mattingly. Sans guère se préoccuper des douze siècles qui sépare l’historien musulman des faits envisagés, l’archéologue britannique affirme en effet : « Il (le passage en question) établit que les Louata (Laguatan) sont originaires d’Egypte et se déplacèrent à travers le désert derrière Barka (la Cyrénaïque). Une branche s’installa en Tripolitaine, une autre, les Nefza, sur d’autres territoires (probablement le moderne Nefzaoua en Tunisie). La tribu par la suite gagna Kairouan et au-delà21 ». Selon D. J. Mattingly, on trouverait donc chez Ibn Khaldûn une attestation claire d’une migration des Laguatan antérieure à l’islam. Sa référence est identique à celle de Courtois22, et paraît significative. Malheureusement, une lecture attentive d’Ibn Khaldûn révèle vite ses limites. La citation est en effet tronquée. Voici exactement le texte de l’historien arabe dans la version De Slane, utilisée par Mattingly :

  • 23 Ibn Khaldûn, Histoire des Berbères, traduction De Slane revue par P. Casanova, tome 1, Paris, 1925, (...)

Abou Omer Ibn ‘Abd el-Berr dit dans son ouvrage intitulé Kitâb et Temhid (Classification des généalogies) : « une grande diversité d’opinions existe au sujet des origines berbères ; mais la plus probable est celle qui représente ce peuple comme les enfants de Cobt, fils de Ham (Cham). Quand Cobt se fut établi en Egypte, ses fils en sortirent pour aller vers l’occident (le Maghreb) et ils prirent pour habitation le désert qui s’étend depuis la frontière de l’Egypte jusqu’à l’Océan vert (Atlantique) et la mer de l’Andalousie, en passant derrière Barka et en se prolongeant jusqu’à la limite du grand désert. De ce côté, ils se trouvèrent dans le voisinage immédiat des peuples noirs. Une de leurs familles, les Louata, occupa le territoire de Tripoli ; et une autre peuplade, les Nefza, s’établit auprès de cette ville.
De là, ils s’avancèrent jusqu’à Kairouan et passèrent en avant jusqu’à ce qu’ils parvinssent à Tahert, à Tanger, à Sidjilmassa et au Sous el Acsa. Ces populations étaient des Sanhâdja, des Ketama, des Dokkala, branche des Ouerglaoua, des Fetouaka, branche des Heskoura, et des Meztaoua23.

  • 24 Nous revenons sur ce texte et ses problèmes de traduction, avec la même conclusion, dans notre étud (...)

8Le sens général du paragraphe ne pose guère de problème, sauf à la fin : on doit se demander en effet à quel antécédent se rapporte le pronom personnel sujet de la phrase qui évoque un déplacement vers Kairouan, Tahert et Sidjilmassa. La traduction De Slane est conforme au texte sur ce point, et en reflète l’ambiguïté. Trop fidèle à la version française, et respectueux de la logique de notre langue, D. Mattingly a compris que ce « ils » renvoyait obligatoirement aux noms qui le précèdent, soit les Louata et les Nefzaoua. Mais les choses ne sont pas si simples en arabe, où le pronom peut se rattacher à un antécédent plus éloigné mais à valeur plus large24. Or, il suffit de se placer ici dans la logique du raisonnement d’Ibn Khaldûn pour comprendre qu’une telle interprétation est la seule possible. Le texte présente en effet d’abord l’ensemble des Berbères (« les fils de Cobt »), en leur prêtant un mouvement général d’Egypte vers l’Atlantique, en passant par Barka (la Cyrénaïque). A ce propos, il précise que deux peuples se sont établis, c’est-à-dire se sont arrêtés pour se fixer, à proximité de cette région, les Louata et les Nefza. Puis il ferme sa parenthèse et revient au reste des Berbères, la presque totalité, qui, comme annoncé au début, ont continué leur route pour atteindre Tanger ou le « Sous el Acsa », soit le Maroc actuel. Les principales composantes de ce reste sont alors citées : les Sanhâdja, les Kutâma etc...

  • 25 Cf. supra note 21.
  • 26 Traduction et commentaire de A. Mahdjoub, RAf, t. 99, 1955, p. 71-112 et t. 101, 1957, p. 45-84. Le (...)
  • 27 Ibn Khaldûn a pu se tromper dans ses références, mais il se peut aussi simplement que l’auteur ait (...)
  • 28 « L’emploi réitéré de pronoms personnels dans ce passage rend le texte assez obscur » (RAf, t. 101, (...)

9Seule une telle interprétation permet de comprendre cette mention finale des Sanhâdja, Kutâma et autres Meztaoua, que D. Mattingly oublie de citer, tout comme Sidjilmassa ou le Sous el Acsa (pourquoi écrire « to Kairouan and beyond25 »... ?). Sa lecture rend totalement incohérente cette liste commençant par l’expression « ces populations ». La diversité des tribus citées, qui incluent des groupes bien attestés en Algérie orientale (Ketama ou Kutâma), mais aussi en Algérie occidentale ou au Maroc (Sanhâdja) confirme au contraire qu’il s’agit bien là de celles à qui on prêtait une pérégrination, et une installation au fur et à mesure, dans un espace allant de Kairouan à l’Océan. Par chance, nous possédons un texte de l’auteur utilisé par Ibn Khaldûn, Ibn ‘Abd al-Barr : il porte sur son manuscrit le titre Al Qaçd wal-amam fît-târif bi-uçul ansab al –Arab wàl-Ajam (Le dessein et le projet de faire connaître les origines des races arabes et étrangères26), et a été rédigé au xie siècle. Le titre n’est pas celui donné par Ibn Khaldûn27, mais on y trouve pourtant un passage presque identique à celui cité par le grand historien, avec exactement la même ambiguïté apparente dans l’utilisation des pronoms personnels, comme l’a remarqué son traducteur A. Mahjoub28. Son étude conduit exactement à la même conclusion : les deux auteurs distinguent clairement le cas des Lawâta et des Nefza (ou Nafûsa, ce qui est peut-être plus juste, dans le Qaçd), et on ne peut donc absolument pas suivre D. J. Mattingly.

Carte 3 – La migration des Berbères selon le mythe d’origine rapporté par Ibn Khaldûn et Ibn ‘Abd al-Barr.

  • 29 Chez Ibn Khaldûn, le récit figure au milieu d’un long développement où quasiment toutes les version (...)
  • 30 Cf. supra chap. 4 note 56.
  • 31 Sur l’intérêt de ces localisations, cf. infra p. 186.
  • 32 Liber Generationis I, éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, 1, §145 : Syrtes habens gentes : Nasamonas, Ma (...)

10On ne peut non plus le suivre sur le reste de son interprétation. Car, et ceci s’applique aussi à Courtois, le texte invoqué n’est en aucune façon un récit de l’histoire des Lawâta ou d’un groupe de tribus particulier à une époque précise, qui serait l’Antiquité romaine, mais seulement une des nombreuses versions du mythe d’origine des Berbères. Il s’inscrit, tant chez Ibn Khaldûn que chez Ibn ‘Abd al-Barr, dans une évocation et une comparaison des variantes de ce mythe29. Ce qui est discuté ici, c’est l’origine, au sens strict, de la totalité du monde berbère, avec une légende résolument placée dans des temps bibliques. On y retrouve le thème d’une racine orientale de toutes les ethnies : les Berbères descendent de Noé par Cham, comme les Arabes par Sem. Rien d’original dans tout cela : nous avons déjà signalé que ces généalogies rattachant les Berbères à Cham avaient cours chez les Juifs et dans le monde romain bien avant l’islam. Le Liber Generationis fait ainsi de divers peuples africains « de l’Egypte à Gadira (Ga-dès) » les héritiers du fils de Noé, en citant par exemple les Marmarides, les Maurousii, les Nasamons etc.30... Ibn Khaldûn et Ibn {Abd al-Barr procèdent de même, en utilisant des exemples choisis parmi les plus grands peuples de leur époque, qu’ils soient d’ailleurs classés Botr (les Lawâta) ou Branès (les Sanhâdja). Leur originalité est de vouloir préciser géographiquement le mythe : Cham vivait en Orient ; ses fils, pour atteindre le Maghreb, ont dû forcément suivre une route est-ouest. Ils sont donc obligatoirement passés par l’Egypte, d’où la mention de ce territoire. Il est totalement arbitraire de voir dans ces textes une allusion à une migration des Laguatan, qui plus est à une époque précise. La seule donnée objective les concernant est la localisation qui leur est prêtée : le territoire de la Libye actuelle. C’était toujours, nous le verrons plus loin, leur position à la fin du viie siècle, au moment où ces légendes ont connu un nouvel essor avec la conquête arabe. Il serait vain de chercher ailleurs l’origine des précisions géographiques contenues dans nos textes : les auteurs musulmans ont hérité d’un mythe biblique et ils l’ont illustré par l’exemple des grandes tribus berbères de leur temps, évoquées en leur localisation d’alors31. Sur ce point aussi, le procédé n’était d’ailleurs pas neuf : le Liber Generationis, qui fait des Nasamons les descendants de Cham, donne également leur position classique dans l’Antiquité, la Syrte32.

  • 33 Traduction De Slane, t. 1, p. 231-236.
  • 34 La démonstration qui précède ne cherche cependant nullement à nier qu’il y eut des Lawâta en Egypte (...)

11Au total, rien ne permet donc d’affirmer que Ibn ‘Abd al-Barr et Ibn Khaldûn ont intégré dans leurs ouvrages le témoignage d’une migration des Laguatan à une époque historiquement déterminable. Aucune allusion à cette migration ne se trouve, d’ailleurs, dans le chapitre de l’Histoire des Berbères consacré particulièrement aux Lawâta33. Les tentatives de C. Courtois et de D. Mattingly pour affirmer un tel phénomène nous paraissent ainsi sans fondement34.

12Mais le débat n’est pas pour autant clos. Car, au-delà de la question des origines, C. Courtois et les historiens qui lui ont succédé se sont consacrés aussi, et de façon plus précise souvent, à prouver l’existence d’une migration des Austuriani et des Laguatan après leur apparition dans les sources, à partir du ive siècle, de Cyrénaïque jusqu’au Maghreb central. C’est donc un second dossier qu’il nous faut maintenant aborder, beaucoup plus riche que le premier.

2 – LE MYTHE DE LA GRANDE MIGRATION AU COURS DE L’ANTIQUITÉ TARDIVE

  • 35 G. Camps, Berbères. Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 125.

13Dans sa synthèse de 1980 sur l’histoire et la civilisation berbères, G. Camps a clairement exposé les principaux arguments que nous allons discuter. Il évoque d’abord les raids des Austuriani des années 363-423 en Tripolitaine et en Cyrénaïque, précisant : « ce sont de grands nomades chameliers, capables de se déplacer sur de très grandes distances en bordure du Sahara ». Les rapprochant des Laguatan, il note alors que « Procope et Corippus les montrent pénétrant en Byzacène en 544 et assiégeant quatre ans plus tard l’importante cité de Larès (Lorbeus), à mi-chemin sur la route de Carthage à Théveste (Tébessa). El Bekri et Ibn Khaldoun retrouvent ces mêmes Lawata dans le sud de l’Aurès et jusqu’au voisinage de Tiaret. Tout se passe comme si, au cours des siècles, ces grandes tribus nomades avaient lentement progressé de la Cyrénaïque vers le Maghreb central35 ». De ce mouvement qu’il détecte, G. Camps ne tire cependant aucune conclusion sur la position des Laguatan avant le ive siècle. Mais D. Mattingly, associant ces remarques à ses propres déductions analysées précédemment, construit à partir de tout cela une carte (Carte 4) qui constitue assurément la plus belle illustration de la théorie des migrations. Celle-ci confirme un schéma général de déplacement qui serait donc le suivant :

  • ive siècle : Cyrénaïque et Tripolitaine (sources : Ammien Marcellin et Synésios)

  • vie siècle : Byzacène et Proconsulaire (sources : Procope et Corippe)

  • xie siècle : Aurès (source : Al-Bakrî)

  • xive siècle : de l’Aurès à Tiaret (source : Ibn Khaldûn).

14La thèse est séduisante, mais elle se fonde sur une documentation beaucoup trop partielle. Les textes de Procope et de Corippe n’ont pas été analysés dans leur totalité. Quant aux sources arabes, seule une infime portion en a été examinée. Nous rencontrons ici la principale lacune de la théorie, souvent formulée, mais jamais soumise à une étude spécifique fondée sur un véritable effort de collation et de critique des documents. Or ces documents sont nombreux, et assez variés pour qu’on puisse les regrouper en quatre catégories complémentaires, dont l’étude va désormais structurer notre enquête :

  • Les textes grecs et latins, dont les informations portent essentiellement sur la période des ive, ve et vie siècles.

  • Les récits mythiques des auteurs arabes sur l’origine des Berbères, qui apportent de nombreuses indications d’ordre ethnogéographique sur le viie siècle.

  • Les récits de la conquête arabe proprement dite, qui décrivent la situation des peuples berbères dans la deuxième moitié du viie siècle.

  • Les descriptions des géographes arabes et d’Ibn Khaldûn enfin, qui présentent la situation des Berbères à une époque plus tardive, à partir du ixe siècle.

Carte 4 – La migration des Laguatan/Lawâta dans l’Antiquité tardive selon D. J. Mattingly (reproduction simplifiéede la carte donnée dans Libyan Studies, 14, 1983, p. 102).

a) Les sources classiques et la grande migration

LOCALISATION DES AUSTURIANI ET DES LAGUATAN SELON LES SOURCES CLASSIQUES

LOCALISATION DES AUSTURIANI ET DES LAGUATAN SELON LES SOURCES CLASSIQUES
  • 36 L’inscription IRT 480 qui signale un conflit avec les Austuriani dans cette période a été mal compr (...)
  • 37 Les Ausourianoi ne sont explicitement mentionnés que dans trois textes de Synésios, les lettres 41 (...)
  • 38 L’épisode n’apparaît que de manière fortuite dans le récit de Priscos, lors de la « 42e année du rè (...)

15Il apparaît immédiatement sur ce tableau, qui curieusement n’avait été jamais réalisé jusqu’ici, qu’aucune tendance à un glissement régulier des Laguatan vers l’ouest ne se manifeste entre le iiie et le vie siècle. Le fait le plus notable qui s’y révèle est un phénomène d’alternance dans des attaques, toujours brèves, entre la Tripolitaine (297-98 ; 363-367 ; 408-42336 ; 527-533) et la Cyrénaïque (405-41237 ; 44938). Hors celles-ci, deux épisodes seulement peuvent traduire des débordements au-delà du territoire libyen moderne.

  • 39 D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 276.
  • 40 Orose, Histoires contre les païens, VII, 36, 10 (éd./trad. M.-P. Arnaud-Lindet, t. 3, Paris, 1991, (...)
  • 41 Comme le montre la citation exacte donnée ensuite par D. Roques lui-même, Philostorge ne parle en f (...)
  • 42 D. Roques, ibid., p. 224.

16Le premier est signalé par Philostorge, qui parle d’attaques sur l’Afrique, la Libye et l’Egypte. Dans sa thèse, D. Roques a tenté une interprétation de ce passage, mais dans une perspective extrêmement audacieuse. Pour lui, le texte établirait que les Austuriani (Auxourianoi) étaient implantés de tout temps dans le sud de la Byzacène et en Tripolitaine39. A ce titre, ils auraient participé à la révolte de Gildon en 397-398, ce que confirmerait une constitution du Code Théodosien (VII, 19, 1) de 399, qui veut réprimer « les Saturiani, les Subafrenses et ceux qui les cachent ». Pour D. Roques, les Saturiani sont les Austuriani, et la date oblige à voir dans la loi un aspect de la répression ayant suivi la défaite de Gildon. Vaincus avec le comes Africae en 398 entre Ammaedara et Théveste, les Austuriani auraient été refoulés, et c’est aux conséquences de ce refoulement que ferait allusion Philostorge en parlant d’attaques sur l’Afrique et la Libye, puis l’Egypte. En cela il compléterait Orose qui, évoquant sans les nommer les alliés de Gildon, indique qu’après la bataille de l’Ardalio in diversa fugerunt40. Tout le raisonnement de D. Roques, arrivé à ce point, doit être cité : « Orose dit clairement que les troupes berbères s’enfuirent dans des directions opposées, c’est-à-dire vers l’ouest et l’intérieur de l’Afrique romaine, mais aussi vers l’est, c’est-à-dire la Tripolitaine et au-delà, la Syrtique et la Cyrénaïque. Cette rapide indication d’Orose est confirmée explicitement par un propos essentiel de Philostorge (H.E., XI, 7-8). L’historien arien, cataloguant dans une perspective apologétique anticatholique toutes les catastrophes qui s’abattirent sur l’Empire durant le règne d’Arcadius, énumère plusieurs événements particulièrement marquants à ses yeux : d’abord une attaque de Huns contre la Pars Orientis, ensuite des migrations41de populations de Maziques et d’Auxourianoi d’Africa en Egypte, enfin la révolte de Tribigild suivie de celle de Gainas. Les agitations de Maziques et d’Auxourianoi présentées entre l’invasion et la révolte, eurent lieu entre 395 et 399. Elles ne peuvent correspondre qu’aux seuls événements qui ont bouleversé l’Africa à cette époque : la révolte de Gildon en automne 397-avril 398. Selon Philostorge, les Maziques et les Auxourianoi, qui vivent entre la Libye et l’Afrique, désolèrent à l’est la Libye et ne détruisirent pas une partie peu importante de l’Egypte ; lançant des attaques à l’ouest, ils y commirent des actes à peu près analogues. Ces mouvements inverses correspondent très exactement aux termes employés par Orose pour évoquer la fuite des troupes berbères alliées à Gildon (in diversa fugerunt)42 ».

Carte 5 – « La migration vers l’Orient des Maziques et des Ausuriens entre 398 et 412-413 » selon D. Roques (Synésios de Cyrèneet la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 223).

  • 43 En fait, Philostorge ne parle d’ailleurs jamais de l’Africa mais seulement des Africains (cf. éd. J (...)
  • 44 On ne voit pas comment pourrait se fonder autrement cette affirmation de D. Roques, puisque les Aus (...)
  • 45 Gildon est en effet vaincu entre Haïdra et Théveste, au sud-ouest de la Proconsulaire. Si Philostor (...)

17Toute la savante construction ainsi échafaudée par D. Roques repose, en fait, sur une série de déductions rapidement enchaînées, qui seules aboutissent à la curieuse carte reproduite ici (Carte 5), et qui est intitulée « Migration vers l’Orient des Maziques et des Ausuriens entre 398 et 412-413 ». Or, tout cela ne tient que sur le sens que D. Roques donne au mot Africa chez Philostorge43. Le raisonnement qu’il développe ne peut fonctionner que s’il entend par ce mot l’ensemble des régions situées à l’ouest de la Tripolitaine, en excluant celle-ci. Dans ce cas, lorsque Philostorge place l’habitat des Auxourianoi « entre la Libye et l’Afrique », on pourrait effectivement admettre qu’ils vivaient « dans le sud de la Byzacène et en Tripolitaine44 ». Et lorsque l’écrivain arien parle d’attaques vers l’Afrique à l’ouest, ce serait la Numidie qui serait visée, tandis que les assauts sur la Libye à l’est correspondraient bien à la Tripolitaine et à la Pentapole45. A cette condition seulement, il serait éventuellement possible de faire un rapprochement avec le récit d’Orose.

  • 46 D. Roques, op. cit. p. 56.

18Malheureusement, D. Roques ne justifie jamais dans son chapitre la traduction qu’il semble avoir choisie pour les mots Afrique et Libye chez Philostorge. Cette lacune est regrettable, car nous ne connaissons pas de textes qui confirmeraient une telle interprétation. Il n’est nulle part attesté, en effet, que Libye signifierait au Bas-Empire Tripolitaine et Cyrénaïque réunies, et Afrique le seul groupe Byzacène-Proconsulaire-Numidie. D. Roques le démontre involontairement d’ailleurs, pour un autre problème rencontré au début de son livre, lorsqu’il recense les différentes significations du terme Libye à l’époque de Synésios : tout le continent africain, la région autour de Carthage, ou la Cyrénaïque et ses marges orientales46. Mais il ne signale jamais un sens recouvrant le groupe Tripolitaine-Cyrénaïque, qui n’est désigné spécifiquement par le nom de Libye qu’à l’époque moderne.

  • 47 Il faut noter ici que le texte de Philostorge dit exactement qu’il y eut des attaques « contre les (...)
  • 48 Ce qu’impliquerait effet la première partie de la remarque de Philostorge : « ils vivent entre les (...)

19D’autre part, le nom Afrique pouvait s’appliquer à la province de Proconsulaire, dans le sens administratif postérieur à la réforme de Dioclétien, ou à l’ensemble Proconsulaire-Byzacène-Tripolitaine antérieur à cette réforme, ou encore à l’ensemble du diocèse d’Afrique, de la Tripolitaine à la Maurétanie Césarienne. La première traduction contredirait la thèse de D. Roques, dans la mesure où, chassés de Proconsulaire à la suite de la défaite de Gildon, les Austuriani ne pourraient évidemment s’y enfuir47. La seconde et la troisième la contrediraient également, car alors l’habitat normal des Austuriani, tel qu’il est défini par Philostorge se situerait logiquement entre Tripolitaine et Cyrénaïque, loin de Théveste et de Gildon48.

  • 49 Saint Augustin, sermo 46, § 41 (éd. C. Lambot, CCL, t. 41, Turnhout, 1961) : Ubi sit Cyrene, forte (...)
  • 50 Expositio totius mundi et gentium, LXII (éd./trad. J. Rougé, Paris, 1966) : Deinde post Africae omn (...)
  • 51 On sait en effet que le mot a un sens très large, désignant les Berbères en général, et qu’il a sur (...)
  • 52 Le dossier des attaques des Mazices sur l’Egypte a été réuni et analysé par H. G. Evelyn-White, The (...)

20En dernière analyse, le seul moyen de comprendre le texte de l’historien arien est de recourir justement à cette deuxième solution, contre D. Roques, mais en accord avec l’usage le plus répandu au ive siècle. Saint Augustin, contemporain de Philostorge, en témoigne : « L’endroit où est Cyrène est la Libye, c’est-à-dire la Pentapole : elle est contiguë à l’Afrique49 ». De même, l’Expositio totius mundi, en 359, décrit la Pentapole aussitôt après l’Africa, sans transition50. Dans les deux cas, il est bien clair que la Tripolitaine fait déjà partie de l’Afrique. Si on accepte cette lecture, la plus évidente, le passage de Philostorge retrouve toute sa clarté : les Maziques et les Auxourianoi vivent entre la Libye et l’Afrique, c’est-à-dire entre la Cyrénaïque et la Tripolitaine. Ce sont donc des gens dont l’habitat normal est le fond de la Grande Syrte, ce que confirment précisément tous les autres textes à leur propos, comme nous le verrons. Ils attaquent la Libye et l’Egypte à l’est, soit la Pentapole et l’Egypte, et l’Afrique à l’ouest, soit la Tripolitaine. Dès lors, ces événements n’ont plus rien de surprenant ni de mystérieux : les Austuriani ont déjà attaqué la Tripolitaine dans les années 360, et ils s’y manifesteront de nouveau vers 408-423. Quant aux Mazices, s’il s’agit bien ici d’un groupe défini51, l’Expositio totius mundi les place en 359 dans « un grand pays désert » au sud de l’Africa et avant la Pentapole, c’est-à-dire exactement là où les connaîtra Philostorge. Par ailleurs, d’autres sources signalent qu’ils ont mené régulièrement des raids dans le désert égyptien au ve siècle et en Libye (Cyrénaïque) au début du vie siècle, tout comme celui mentionné par le même historien52.

  • 53 Nous avons montré les spécificités de la révolte de Gildon dans notre article « Gildon, les Maures (...)
  • 54 Code Théodosien (éd. Mommsen, Berlin, 1905), VII, 19, 1 : Impp Arcadius et Honorius AA Messalae P(r (...)
  • 55 T. Kotula, « Der Aufstand des Afrikaners Gildo und seine Nachwirkungen », dans Das Altertum, Tome 1 (...)
  • 56 Le titre de la loi VII, 19, 1 est : De Saturianis et Subafrensibus et occultatoribus eorum.
  • 57 Code Théodosien, VII, 19, 1 :...Sed aliquot ex eis inminentis poenae evitatione ad di(ver)sa semet (...)

21Au total, loin d’établir une présence des Austuriani en Byzacène ou en Proconsulaire en 398, le texte de Philostorge invite selon nous à ajouter à leur crédit une attaque de plus en Tripolitaine, leur domaine de prédilection. Et il n’est pas possible d’arguer comme D. Roques de la constitution VII, 19, 1 du Code Théodosien pour démentir cette interprétation. Même si, en effet, on admet sa correction, en supposant une métathèse, du mot Saturiani en Austuriani, rien ne prouve cependant un rapport avec la révolte de Gildon53. Car l’ancien comes Africae, pourtant souvent nommé dans le Code, n’est jamais évoqué dans cette loi. Et surtout, celle-ci est adressée à Messala, préfet du prétoire d’Italie et d’Afrique54, dont la circonscription incluait la Tripolitaine. Le texte peut donc fort bien se rapporter aux Austuriani, mais dans leur domaine habituel de rapines, et nullement en Byzacène. Cependant, nous ne croyons pas à la métathèse. Comme T. Kotula l’a souligné55, la constitution dénonce les Saturiani, mais aussi « ceux qui les cachent56 ». et il est précisé ensuite que ceux-là sont des propriétaires dont on menace les possessiones de confiscation57. On imagine mal des propriétaires africains cacher chez eux, au risque de la loi, des nomades Austuriani arrivés du désert tripolitain. Il vaut donc mieux renoncer, à la suite de T. Kotula, à identifier Austuriani et Saturiani. Ces derniers étaient peut-être plutôt des travailleurs agricoles, probablement engagés dans une jacquerie à la faveur des troubles provoqués par la guerre entre Gildon et Honorius. Ils formèrent une masse de main-d’œuvre attirante pour certains propriétaires lorsque l’ordre fut rétabli. Tout ceci expliquerait à la fois la date de la loi et les particularités de ses stipulations.

  • 58 D. Roques utilise d’ailleurs cette confusion pour refuser une chronologie trop stricte. Il estime e (...)

22Si une présence des Austuriani en Byzacène ou en Proconsulaire nous semble donc exclue en 395-399, est-il possible qu’ils aient envahi l’Egypte comme le suggère Philostorge ? L’historien arien confond Austuriani et Maziques dans la même phrase. D. Roques dans le paragraphe précédemment cité, a justement fait remarquer que le passage en question de l’Histoire Ecclésiastique est marqué avant tout par des préoccupations apologétiques : Philostorge livre pêle-mêle une liste de catastrophes de son temps qui n’ont guère de liens entre elles58. On peut donc se demander s’il n’a pas, plus ou moins volontairement, associé deux séries de troubles en Afrique qui ne l’étaient pas en réalité. Cela ne serait pas vraiment surprenant chez un auteur oriental, pour qui les différences tribales chez les Berbères n’étaient peut-être pas très nettes. On pourrait donc avancer qu’il y a eu, à la fin du ive siècle, d’une part des raids des Austuriani sur la Tripolitaine (où ils sont signalés entre 408 et 423), et peut-être sur la Cyrénaïque (où Synésios déplore leur présence entre 405 et 412), et d’autre part des attaques des Maziques sur la Cyrénaïque et surtout sur les oasis du désert égyptien (où de nombreux textes les évoquent au cours du ve siècle). Cette interprétation reste hypothétique et on ne peut exclure que les Austuriani aient à ce moment effectué une expédition vers l’est. Dans tous les cas, leur présence ne peut en aucune façon être démontrée vers l’ouest, au delà de la Tripolitaine. Ceci constitue l’essentiel par rapport à la théorie des migrations que nous discutons ici.

  • 59 L’avancée jusqu’à Carthage est signalée par Procope comme une conséquence de la défaite de Jean Tro (...)
  • 60 Cf. notre article « Les premiers raids des tribus sahariennes en Afrique et la Johannide de Corippu (...)
  • 61 Corippe, dans le récit des événements antérieurs à l’arrivée de Jean Troglita (Johannide III, 52-46 (...)

23En 543-548, le problème se présente de manière très différente. Grâce à Procope et Corippe, il est possible de suivre exactement quatre pénétrations successives des Austuriani et des Laguatan en Byzacène et même jusqu’aux abords de Carthage59. Mais celles-ci sont les premières du genre. Comme nous avons eu déjà l’occasion de le démontrer60, les trois incursions antérieures qu’avait cru pouvoir établir C. Courtois n’ont en réalité jamais eu lieu. L’aventure du chef Cabaon peu avant 523 s’est située en Tripolitaine. Les troubles évoqués de manière très confuse par Jean Malalas en 529-530 ont concerné deux groupes berbères nettement distincts à l’époque, comme les témoignages de Procope et Corippe l’établissent de manière sûre : les Laguatan dans le pays de Sabratha et de Lepcis Magna, les guerriers d’Antalas en Byzacène. Enfin, mais nous reviendrons longuement sur ce personnage dans la troisième partie de ce livre, les tribus qui, derrière le chef Cusina, combattirent les Byzantins en 534-535 en Byzacène, étaient installées dans cette province, ne venaient pas de Tripolitaine, et n’avaient aucun rapport avec les Laguatan. Avant 544, ceux-ci sont toujours demeurés à l’écart des révoltes qui agitèrent les provinces occidentales, alors même qu’ils avaient probablement toute facilité pour tenter d’y intervenir61.

  • 62 Johannide, III, 393-396 :
    [Antalas] misit ad extremas Libyae sitientis harenas,
    ...populosque maligno
    (...)
  • 63 Procope, Guerre vandale, II, 22, 18-20. Cf. infra p. 617-620.
  • 64 Cette constatation, essentielle, dément totalement les affirmations de T. Lewicki (« Lawâta », dans (...)
  • 65 Procope, Guerre vandale, II, 28, 51 : Les Romains, en les poursuivant alors qu’ils fuyaient dans un (...)
  • 66 Cf. infra p. 633.
  • 67 Cf. infra p. 338-342 et p. 664-668.
  • 68 Cf. infra p. 668-676.

24Leur première incursion eut lieu en 544, après le massacre des notables de leur peuple à Lepcis, et elle ne se fit, alors, qu’avec l’aide, et selon Corippe à l’appel des tribus de Byzacène insurgées62, et non dans le cadre d’une soudaine migration. Leur comportement pendant les quatre années de guerre qui suivirent fut également remarquable : à plusieurs reprises, ils abandonnèrent leurs alliés, une fois leur butin fait, pour rentrer en Tripolitaine. Ce fut en particulier le cas lors du siège de Laribus en 544, alors pourtant que le généralissime Solomon était mort et que l’Afrique semblait à leur merci63. Cette attitude donne l’impression que les Romains étaient en fait, avec ces Laguatan, simplement confrontés à une armée de pillards ravis de l’aubaine extraordinaire qui leur était offerte, mais bien conscients qu’ils étaient par trop hors de leur pays. Il est difficile de déceler dans ces événements la preuve d’un grand mouvement migratoire... Enfin, et c’est à nos yeux l’essentiel, aucun texte ne signale un début d’établissement de ces tribus en Byzacène à l’occasion de ces événements64. Au contraire, leurs incursions s’achevèrent par une terrible défaite dans le sud tunisien en 548, suivie d’un refoulement énergique « jusqu’aux extrémités de la Libye65 ». Cette politique résolue des Byzantins, attestée par d’autres indices66, semble avoir été efficace. Aucun texte ne mentionne ensuite d’invasion en Byzacène de tribus venues de Tripolitaine. La guerre de 563 fut due, nous le verrons, à la révolte des fils de Cusina, originaire des confins de la Byzacène et de la Numidie, et installé non loin de l’Aurès depuis 53567. Les conflits des années 570, animés par Garmul, sont très mal connus, mais paraissent concerner la Numidie68. Peut-être, cependant, y eut-il dans cette période obscure que représentent les années 550-640 quelques raids isolés venus de Tripolitaine. Ils furent en tout cas sans lendemain. Car les sources arabes, qu’il nous faut maintenant examiner, confirment qu’au viie siècle les Laguatan n’avaient toujours pas quitté leur domaine traditionnel, sur le territoire de la Libye actuelle.

b) Le mythe d’origine des Berbères et la grande migration

  • 69 Ibn ‘Abd al-Hakam, Kitâb Futûh Misr wa-l-Maghrib, éd. C. C. Torrey sous le titre The History of the (...)
  • 70 Ibn ‘Abd al-Hakam est né en 798 ou 799 et mort en 871, cf. EI2, t. III p. 696.

25Parmi les sources arabes, les récits mythiques sur les origines des Berbères, qui prennent souvent en exemple les Lawâta, sont certainement à la fois les documents les plus délicats et les plus précieux. Nous avons eu l’occasion, déjà, d’en examiner une première série, représentée notamment par Ibn Khaldûn et Ibn ‘Abd al-Barr, qui reliait les Berbères à Cham, et qui évoquait au passage l’établissement des Lawâta dans l’actuelle Libye. Une autre version, peut-être la plus populaire, faisait venir les Berbères de Palestine à la suite du meurtre de Djâlût (Goliath) par Dawûd (David) et s’ornait aussi de précisions ethnogéographiques. Parmi les nombreux auteurs qui la présentent, seul Ibn ‘Abd al-Hakam, probablement parce qu’il était aisément accessible par une traduction très répandue, a été lu et utilisé par les historiens partisans de la théorie des migrations69. Ce savant égyptien, qui vivait dans la deuxième moitié du ixe siècle70, entendait surtout raconter la conquête du Maghreb et de l’Espagne par les Arabes. Mais il fit précéder son récit d’une courte présentation des Berbères :

  • 71 Cette traduction a été élaborée en commun avec Ah. Siraj à Rome en 1989. Nous lui avions à l’époque (...)

Il a dit : les Berbères étaient en Palestine. Leur roi Goliath ayant été mis à mort par David, Dieu le sauve, les Berbères sortirent en direction du Maghreb jusqu’à ce qu’ils parvinssent en Lûbiya [Libye] et en Marâqiya [Marmarique], deux provinces de l’Egypte occidentale qui ne sont point arrosées par le Nil et se contentent de l’eau du ciel. Là, ils se séparèrent. Les Zanâta et les Maghîla poursuivirent leur route vers le Maghreb et s’établirent dans les montagnes. Les Luwâta poursuivirent leur route et ils habitèrent le pays d’Antâbulus [Pentapolis], c’est-à-dire Barka.
Ils se séparèrent et se dispersèrent dans ce Maghreb jusqu’à ce qu’ils atteignissent le Sous. Les Hawwâra s’établirent dans la ville de Lebda [Lepcis Magna], et les Nafûsa s’établirent dans la ville de Sabratha. Les Rûm qui s’y trouvaient l’évacuèrent pour cette raison. Les Afârik, qui étaient les serviteurs des Rûm, demeurèrent à conditionde payer une contribution, qu’ils versaient à ceux qui dominaient leur pays71.

  • 72 D. Oates, « The Tripolitan Gebel : Settlement of the Roman period around Gasr ed Dauun », dans Pape (...)
  • 73 Cf. notre article « Mythe et histoire aux derniers temps de l’Afrique antique : à propos d’un texte (...)
  • 74 La faute est d’autant plus grande que dans le cas de Ibn ‘Abd al-Hakam les avertissements des spéci (...)

26Ce texte a été surtout exploité par un des prédécesseurs de D. Mattingly, un autre archéologue britannique, également convaincu de la justesse de la théorie des migrations, D. Oates, qui cherchait à comprendre le destin des établissements romains de la Tripolitaine intérieure après le ive siècle. Comme Mattingly devant Ibn Khaldûn, D. Oates est persuadé que le récit d’Ibn ‘Abd al Hakam rapporte « ce qui était probablement la tradition berbère des événements de cette époque » (l’Antiquité tardive). Et avant lui aussi, il affirme péremptoirement qu’il faut distinguer deux parties dans ces textes arabes : le début, récit mythique de l’origine des Berbères, et, à partir de la mention des Lawâta, un rapport précis des événements survenus en Afrique orientale entre le ve et le viie siècle72. Ce procédé qui consiste à découper un texte en morceaux jugés « historiques » et « non historiques » selon la convenance du lecteur et sans étude critique préalable, relève véritablement, comme nous l’avons montré ailleurs73, d’un positivisme à l’état brut. Il est malheureusement tout à fait caractéristique de la manière dont les historiens de l’Antiquité, et peut-être plus encore les archéologues, ont eu l’habitude de traiter les sources arabes. Après une longue et sérieuse analyse des textes grecs et latins et des documents archéologiques, ils recourent brusquement à deux ou trois auteurs, toujours les mêmes (Ibn ‘Abd al-Hakam, Al-Bakrî, Ibn Khaldûn), dont sont extraits ici et là, sans le moindre scrupule, les phrases ou les bouts de phrases qui conviennent à la démonstration entreprise. Tout se passe comme si les règles méthodologiques élémentaires appliquées aux sources classiques n’avaient plus de raison d’être : il n’est plus question de collation préalable de l’ensemble des textes, plus question de vérification ou de reprise des traductions, plus question d’étude critique74ni, ce dont la recherche moderne a pourtant montré la nécessité dans le cas des mythes, d’analyse de la structure du récit et de sa fonction. Or, bien évidemment, les exigences restent les mêmes et, lorsqu’on les respecte, il n’est guère difficile, sinon de faire des découvertes, en tout cas de mettre en valeur l’incroyable fragilité de ce qui a pu être écrit. L’étude du mythe de Goliath et des Berbères chez Ibn ‘Abd al-Hakam le prouve aisément.

  • 75 A. Gateau, R T, 1931, p. 234
  • 76 D. Oates (op. cit. supra note 72), manifestement gêné, a voulu comprendre qu’il s’agissait de la vi (...)

27Cet auteur était avant tout un compilateur de traditions orales ou écrites sur les débuts de l’Islam. Or, A. Gateau remarque que dans son œuvre « les rawi, rapporteurs des traditions utilisées, sont de valeur inégale », et que surtout, « il lui arrive rarement de contester une tradition de caractère invraisemblable75 ». Cette dernière remarque peut s’appliquer à l’extrait qui nous intéresse. Si on suit en effet la traduction à la lettre, les Lawâta, arrivés avec les autres Berbères de Palestine, s’arrêtèrent en Cyrénaïque, pour repartir aussitôt après jusqu’au Sous marocain76. Mais après eux le texte revient en arrière, pour évoquer l’installation de deux tribus en Tripolitaine, avant de conclure sur le destin des Rûm et des Afârik de cette région. Tout cela est manifestement incohérent, et il faut beaucoup d’audace pour en retenir la seule mention d’une migration des Lawâta au-delà de la Libye actuelle, qui serait datée de l’Antiquité tardive.

28Reprenons le texte à son début. Ibn ‘Abd al-Hakam fait arriver de Palestine tous les Berbères, habitants de l’Afrique du Nord, et il reconstitue pour cela une migration qui passe d’abord par la Marmarique. Les Berbères étant, à l’arrivée des Arabes, répandus de cette région jusqu’au Maroc, il faut nécessairement, selon la logique du mythe, que certains se soient arrêtés définitivement là, et que le processus de séparation et de dispersion tribales ait commencé aussi à cet endroit pour se poursuivre, par étapes, jusqu’à l’Océan. L’historien égyptien l’affirme clairement, en choisissant divers exemples pris parmi les groupes les plus connus de son temps, et s’appliquant à la Cyrénaïque, à la Tripolitaine, et au Maghreb proprement dit. Rien dans tout cela ne justifie la coupure introduite par D. Oates : le récit demeure dans une perspective chronologique très floue, mais toujours biblique, ou biblico-coranique si l’on préfère. La seule étrangeté, qui nous rappelle une anomalie déjà constatée chez Ibn Khaldûn, est le curieux pronom personnel qui vient après la mention de l’établissement des Lawâta en Cyrénaïque pour évoquer une marche vers le Maroc : D. Oates l’a rapporté automatiquement aux Lawâta, en négligeant la contradiction interne que cette interprétation introduit dans le récit. Très gêné d’ailleurs par l’idée d’une avancée de Lawâta jusqu’au sud marocain, il voulait comprendre par Sous une mention de la ville de Sousse en Tunisie. Malheureusement pour lui, comme Ah. Siraj nous l’a confirmé en reprenant à notre demande le texte arabe en 1989, il s’agit bien ici du Sous marocain... Suivie à la lettre, la traduction conduit donc à une absurdité, sur laquelle nous allons bientôt revenir.

  • 77 Cf. surtout l’article très clair de G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubi », d (...)
  • 78 Dans sa thèse Tripolitania, Londres, 1995, p. 29, l’auteur écrit : « The Rum were not Romans, but t (...)
  • 79 Le Synekdemos d’Hiéroklès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. E. Honingman, dans C (...)
  • 80 Concilium Lateranense a. 649 celebratum, éd. R. Riedinger, Berlin, 1984 : ces actes reprennent les (...)

29Continuons cependant l’examen du texte. Deux peuples s’établissent, dans le courant de cette migration, à Lepcis Magna et à Sabratha, et cela provoque la fuite des Rûm qui s’y trouvaient, tandis que les Afârik qui étaient leurs « serviteurs » deviennent désormais les tributaires de ces Berbères. Dans tous les textes arabes, et cette traduction a toujours été admise par tous les savants modernes77à l’exception du seul D. Mattingly78, Rûm évoque les fonctionnaires et soldats byzantins, les Grecs venus d’Orient, et Afârik les Africains romanisés, habitants des villes romaines d’Afrique du Nord, encore nombreuses au viie siècle comme en témoignent aussi bien la liste de Georges de Chypre79vers 600 que les listes épiscopales des conciles de 646 en Proconsulaire et Byzacène80. Si on demeure dans la perspective chronologique jusqu’ici suivie, il faut comprendre donc que les Byzantins et les Romains habitaient la Tripolitaine avant les premiers Berbères. Thèse évidemment absurde à nos yeux, mais qui ne l’était en fait peut-être pas pour un auteur égyptien de la fin du ixe siècle, pour lequel l’histoire romaine se situait dans un passé assez nébuleux.

  • 81 D. Mattingly, Tripolitania, Londres, 1995, p. 175.
  • 82 Le synekdemos d’Hiéroclès et l’opuscule de Georges de Chypre, éd. E. Honingman, Corpus Bruxellense (...)
  • 83 Ibn al-Athîr, Kitâb al-Kâmil fî al-târîkh, trad. partielle de E. Fagnan, RAf, 1896, t. 40, p. 355.
  • 84 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. A. Gateau, RT, 1931, p. 241 : [L’Ifrîkiyya] était gouvernée par un roi con (...)

30Supposons cependant, en lui prêtant une incohérence narrative encore plus déconcertante, qu’il soit soudain à partir d’ici sorti de son récit mythique pour faire état de traditions sur des faits historiquement datables et relativement proches, soit la fuite des Byzantins sous les assauts de Néoberbères, dans l’Antiquité tardive, entre le vie et le viie siècle. C’est ce que croit D. Oates, et dont D. Mattingly semble convaincu puisqu’il en tire même un étrange tableau de la Tripolitaine à l’arrivée des Arabes : assimilant les Rûm aux propriétaires africains romanisés (« the Romanized Libyphoenices ») du terroir de Lepcis et Sabratha, il conclut que les Afârik devaient être des Gétules et des Maces du Gebel, tombés désormais dans la dépendance des Lawâta, puisque pour lui Hawwâra et Nafûsa sont aussi des subdivisions de l’immense « confédération » Laguatan/Lawâta81. Il apparaît vite qu’une tel échafaudage d’hypothèses se heurte inévitablement à d’insurmontables obstacles chronologiques. La fuite des Rûm, Grecs ou Romains, n’aurait pu avoir lieu, en effet, que très peu de temps avant l’arrivée des Arabes : la liste de Georges de Chypre nomme encore vers 600 les cités de Tripolitaine dans son tableau de l’Empire82. Mais elle n’a en fait jamais eu lieu, car plusieurs textes évoquent la défense des Romains de cette région lors de la conquête arabe. Ibn al-Athîr nomme ainsi « la garnison du fort de Sebra » (Sabratha) qui « avait résisté lorsque Amr était venu assiéger Tripoli83 ». Surtout, un grand nombre d’historiens arabes de la conquête, dont les plus anciens, Ibn ‘Abd al-Hakam lui-même et Al-Balâdhûrî, affirent formellement qu’en 647, à la veille de la première invasion de la Byzacène, l’exarque Grégoire (Djurdjîr) détenait un pouvoir « qui s’étendait de Tripoli jusqu’à Tanger84 »...

31En fait, le seul moyen de suivre la thèse des archéologues britanniques serait de supposer qu’Ibn ‘Abd al-Hakam, en parlant de Lebda et Sabratha, évoquait non les villes mais l’arrière-pays de celles-ci seulement. On peut en effet admettre que ce secteur était au viie siècle entièrement aux mains des Berbères, Laguatan ou autres, et que de nouveaux rapports de domination s’y étaient établis. Mais c’est une supposition de plus dans un enchevêtrement d’hypothèses qui sont, en réalité, pour la plupart inutiles.

  • 85 Cf. en général F. Rosenthal, A History of Muslim historiography, 2e éd., Leiden, 1968. Et pour Ibn (...)
  • 86 M. Talbi, « Un nouveau fragment de l’histoire de l’occident musulman. L’épopée d’Al-Kâhina », dans (...)
  • 87 Cette enquête ne prétendait pas à l’exhaustivité, mais elle s’est efforcée de réunir beaucoup plus (...)
  • 88 Sur cet auteur, cf. EI2, tome 3, p. 863 et A. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, t. 1, P (...)

32Il faut en effet, avant d’interpréter Ibn ‘Abd al-Hakam, se souvenir des moyens par lesquels sa compilation, comme beaucoup d’autres, a été réalisée. Les historiens de ce temps assemblaient les unes à côté des autres des traditions très diverses, parfois en les raccourcissant ou en les fondant sans véritable logique85. C’est ce qu’un spécialiste de ces auteurs, M. Talbi, a appelé « la méthode des ciseaux et du pot de colle86 ». Or, on peut avec de bons arguments soupçonner ici un mauvais usage de cette méthode, et se demander si le savant égyptien n’a pas résumé maladroitement une tradition plus complexe, en la déformant involontairement. Pour vérifier l’hypothèse, il faudrait avoir en main les sources d’Ibn ‘Abd al-Hakam. Ce n’est évidemment pas le cas. Mais en tentant la collation systématique de tous les textes arabes sur les origines berbères, nous avons découvert une version du mythe beaucoup plus complète que celle d’Ibn ‘Abd al-Hakam, tout en étant visiblement issue de la mêmesource87. Il s’agit d’un passage du Livre des routes et des provinces (Kitâb al-Masâlik wa-l-mamâlik) d’Ibn Khurdâdhbah, un géographe persan qui vécut dans les années 820-90088. C’était donc un contemporain d’Ibn ‘Abd al-Hakam, et il a même probablement écrit son livre avant l’historien égyptien : on estime en effet que son ouvrage fut, pour l’essentiel, rédigé vers 846. Cette datation est un premier atout en faveur de son texte, que confirment largement sa richesse et sa cohérence :

Les Berbères, domiciliés d’abord en Palestine, obéissaient au roi Djâlût. Lorsque ce roi fut tué par David, ils émigrèrent vers l’occident, et, arrivés dans le pays de Lûbia et de Marâkia, ils se disséminèrent. Les tribus Zanâta, Maghîla, Dharisa et Farsana ( ?) établirent leur résidence dans les montagnes. Les Lowâta s’arrêtèrent au pays de Barka, nommé par les Rûm Antâbolos, ce qui signifie « les cinq villes ». Les Hawwara vinrent habiter Ayâs ou Tarâbolos, c’est-à-dire « les trois villes », pays qui appartenait alors aux Rûm. A la suite de cette invasion, les Rûm se réfugièrent en Sicile, qui est une île de la Méditerranée. Les Berbères se répandirent ensuite jusqu’au Sous el-Adna, derrière Tanger, à 250 milles de la ville de Kamounia, située sur l’emplacement actuel de Kairouan. Plus tard, les Afâriket les Rûm revinrent dans leurs anciennes possessions après avoir conclu la paix avec les Berbères. Ceux-ci, dédaignant le séjour des villes, se fixèrent dans les montagnes et au milieu des plaines sablonneuses. Les villes furent de nouveau occupées par les Rûm, qui continuèrent à y vivre jusqu’à l’époque de la conquête musulmane.

  • 89 Cf. également Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, t. 12, 1858, p. 429-430 : Atrâbolos... : on dit que le (...)
  • 90 A. Mcharek, « De Zama à Kairuan : la Thusca et la Gamonia », dans C. Lepelley et X. Dupuis éd, Fron (...)

33La parenté de ce texte avec le récit d’Ibn ‘Abd al-Hakam apparaît évidente : même plan, même progression, mêmes exemples. Mais la version d’Ibn Khurdâdhbah se révèle immédiatement supérieure sur au moins trois points. Elle contient d’abord des détails très précis, vérifiables et datables. Ainsi la signification originelle des noms Antâbolos et Tarâbolos, ou le nom ancien de Tripoli, Ayâs, forme évidemment dérivée du toponyme antique Oea89, ou encore la mention de Kamounia à l’emplacement de Kairouan, affirmée par d’autres auteurs arabes, et dont A. Mcharek vient de lever le mystère90. De tels détails, chez un géographe sans rapport avec le Maghreb, supposent chez celui-ci une grande fidélité vis-à-vis de ses sources. La version qu’il donne ensuite de l’histoire des Rûm est aussi bien plus cohérente que celle d’Ibn ‘Abd al-Hakam. Certes, le géographe persan écrit lui aussi que ces Rûm occupaient déjà l’Afrique à l’arrivée des Berbères, et qu’ils se sont enfuis devant eux. Mais, ajoute-t-il aussitôt, ils sont vite revenus, pour habiter les villes, en laissant montagnes et déserts aux Berbères. Cela donne une répartition qui était celle que découvrirent les Arabes à leur arrivée, et qui rend du coup le myhe parfaitement logique et fonctionnel. Enfin, et c’est pour nous l’essentiel, le récit d’Ibn Khurdâdhbah évoque les Lawâta d’une manière très différente, et elle aussi parfaitement cohérente. Son texte établit clairement que la migration vers l’ouest, jusqu’au Sous marocain pour certains, ne les concernait pas, mais qu’elle était évidemment le fait des Berbères au sens large, la masse de ceux qui ne s’étaient pas arrêtés sur les premières terres rencontrées, celles de la Libye actuelle. Cela correspond bien mieux à la fonction d’un récit inscrit, du début à la fin, dans des temps bibliques, et qui a pour but d’expliquer le peuplement de l’ensemble du Maghreb. L’anomalie du texte d’Ibn ‘Abd al-Hakam, indiquant que les Lawâta s’étaient installés en Cyrénaïque, pour aussitôt leur attribuer un grand mouvement vers l’Océan, s’évanouit ainsi du même coup.

  • 91 Conclusion identique chez A. Siraj, L’image de la Tingitane, Rome, 1995, p. 212.

34Nous pouvons maintenant donc avancer de manière plus sûre qu’il y a vraisemblablement eu là ce que l’on pourrait appeler, en empruntant une expression cinématographique, « un « raccord malheureux » : résumant trop vite sa source, ou héritant d’une tradition incomplète, Ibn ‘Abd al-Hakam a négligé un passage essentiel et modifié entièrement le sens du mythe à propos des Lawâta. Légèrement antérieur, plus long, mieux construit, le texte d’Ibn Khurdâdhbah nous paraît ainsi devoir constituer la version de référence sur ce sujet91.

  • 92 La seule véritable exception est Ibn al-Athîr (trad. Fagnan, RAf, t. 40, 1896, p. 355-356), mais l’ (...)

35L’affirmation de cette supériorité n’est d’ailleurs pas une véritable découverte : elle a été reconnue en effet par presque tous les auteurs arabes qui ont voulu évoquer le mythe d’origine des Berbères92. En respectant l’ordre chronologique, on peut citer d’abord le géographe Ibn al-Fakîh al-Hamadhânî, dont le Kitâb al-Buldân fut rédigé vers 902-903 :

  • 93 Ibn al-Faqih al-Hammadani (sic), Kitâb al-Buldân, édition et traduction des passages sur l’Afrique (...)

Les Berbères sont originaires de Palestine. Ils émigrèrent au Maghreb lorsque leur roi Jalût fut tué par David, et ils se répandirent dans le Sous el-Adna, derrière Tanger, et dans le Sous el-Acsa, à 2500 milles de Kamounia, qui se trouvait sur l’emplacement actuel de Kairouan. Les Berbères ont dédaigné de s’établir dans les villes et leur ont préféré les montagnes et les déserts de sable93.

  • 94 M. Hadj-Sadok, ibid., introduction p. x-xii.
  • 95 Al-Muqaddasî (sic), édition et traduction partielle sous le titre Description de l’Occident musulma (...)

36Comme M. Hadj-Sadok l’a souligné, plutôt que de résumer simplement Ibn Khurdâdhbah, Ibn al-Fakîh a vraisemblablement travaillé à partir d’une source commune avec le géographe persan94. C’est d’ailleurs ce que suggère une remarque d’Al-Mukaddasî, qui à la fin du xe siècle, pour justifier son propre livre, dénonce ainsi ses collègues : en lisant l’ouvrage d’Al-Jayhani, vous retrouverez toute la documentation d’Ibn Khurdâdhbah et c’est sur ce fond qu’il a bâti son travail ; lire le travail d’Ibn Al-Fakîh équivaut à regarder celui d’Al-Ja’hidh95. On connaît Al-Jah’idh, qui mourut en 868, avant Ibn Khurdâdhbah, et qui ne l’a donc pas recopié. Si, comme le dit Al-Mukaddasî, Ibn al-Fakîh s’est bien inspiré d’Al-Jah’idh, il est possible d’avancer que ce dernier disposait d’une tradition identique ou très proche de celle rapportée par Ibn Khurdâdhbah. Car la conclusion de l’extrait cité ci-dessus (« les Berbères se répandirent dans le Sous et ont dédaigné de s’établir dans les villes ») s’apparente clairement à celle du géographe persan, et confirme aussi les maladresses d’Ibn ‘Abd al-Hakam.

  • 96 Citation extraite de l’étude de A. Miquel sur Al-Ma’sûdî, dans Géographie humaine du monde musulman(...)

37La version la plus riche du mythe figure dans l’œuvre de celui qu’A. Miquel appelle « l’imam de l’encyclopédisme96 », Al-Mas’ûdî, qui rédigea ses Prairies d’or dans la première moitié du xe siècle. Intégrant le récit des origines berbères dans un exposé au propos beaucoup plus large, cet auteur ne peut être soupçonné de copier servilement Ibn Khurdâdhbah. Son texte aboutit pourtant aux mêmes conclusions :

  • 97 Al-Mas’ûdî, Murûdj al-dhahab (Les prairies d’or), texte et traduction G. Barbier de Meynard et J. P (...)

Djalût... jaloux de l’obéissance des Israélites envers Saul, sortit de la Palestine et marcha contre lui à la tête de différentes races de Berbères... Lorsqu’il eut envahi les plaines des Israélites, Saul, d’après l’ordre de Samuel, sortit avec son armée pour combattre Djalût... [Après l’évocation de la mort de Djalût/Goliath, Al-Mas{ûdî interrompt son récit, pour le reprendre beaucoup plus loin dans un autre chapitre. Donc, après la mort de Djalût...] les Berbères ne furent plus gouvernés par un roi indigène. Ils se dirigèrent alors vers le Maghreb, du côté de Lûbya et de Merâkyah, et s’y disséminèrent... Les Afârik et les Grecs (Rûm), qui en étaient possesseurs, s’éloignèrent devant l’immigration berbère et cherchèrent un refuge dans les îles de la Méditerranée. Le plus grand nombre d’entre eux s’établit en Sicile. Les Berbères se répandirent sur toute l’Afrique du Nord et jusqu’aux extrémités du Dar el-Maghreb [le Maroc]... Les Grecs et les Afârikrevinrent alors dans leurs anciennes possessions en vertu des immunités et des trêves que les Berbères leur accordèrent. Ceux-ci adoptèrent pour résidence les montagnes, les vallées, les plaines sablonneuses, la limite des solitudes et des vastes déserts97.

38Le mouvement vers l’ouest qui est ici évoqué est à nouveau clairement placé en des temps bibliques, et il est attribué à l’ensemble des Berbères, dont il s’agit d’expliquer la présence dans toute l’Afrique du Nord. Il n’est nullement question d’une migration particulière des Lawâta, et encore moins d’une migration qui se situerait dans l’Antiquité tardive. D’autres textes, plus tardifs, confirment cette interprétation. Ainsi au xiie siècle ce passage du plus célèbre des géographes arabes, Al-Idrîsî :

  • 98 Al-Idrîsî, Le Magrib au xiie siècle de l’Hégire (vie siècle après J.-C.), texte établi et traduit e (...)

Quand Dawûd, la paix soit sur lui, eut tué Djalût, les Berbères émigrèrent au Maghreb et arrivèrent à son point extrême. Là ils se séparèrent. Muzâta, Maghîla et Darîsa s’établirent sur les montagnes ; Lawâta sur le territoire de Barka ; un groupe des Hawwâra sur les montagnes de Nafûsa ; les autres, y compris les groupes de Masmûda, au Maroc98.

  • 99 Al-Bakrî, dans un passage cité par Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 177.
  • 100 Al-Watwât, traduction partielle par E. Fagnan, dans Extraits inédits relatifs au Maghreb : géograph (...)
  • 101 Al-Tidjanî, Rihla, traduction partielle par A. Rousseau, dans JA, 1852, p. 201. Le texte date du xi (...)

39L’intérêt pour nous de cet extrait du Livre de Roger est qu’il situe formellement les Lawâta en Cyrénaïque, en les excluant de tout autre mouvement vers l’ouest. Sa source semble provenir d’une tradition originale, dont nous n’avons l’écho chez aucun autre auteur. Le plus souvent en effet, c’est le texte d’Ibn Khurdâdhbah qui inspire la plupart des récits tardifs du mythe d’origine des Berbères : ainsi chez Al-Bakrî99, dans le Manâhidj al-Fikar de Al-Watwât100, ou encore dans la Rihla d’Al-Tidjânî101.

40Au total, notre inventaire des textes arabes consacrés à l’origine des Berbères et à leur migration, beaucoup plus étendu que tous ceux qui avaient été esquissés jusqu’ici, conduit à deux conclusions. Il révèle d’abord très clairement que la version d’Ibn ‘Abd al-Hakam, déjà en elle-même confuse et incohérente, a été très tôt négligée par les savants musulmans au profit d’une autre version, contemporaine sinon antérieure, et beaucoup plus complète, présentée par Ibn Khurdâdhbah. Nous y voyons une justification solide aux réserves que nous avions d’emblée émises sur le texte de l’historien égyptien, qu’il faut considérer définitivement comme un résumé maladroit d’une tradition alors très répandue en Orient. Mais l’étude de ce dossier confirme aussi que la légende d’une migration berbère est toujours rapportée à l’ensemble de ce peuple, et qu’elle est toujours située dans une époque lointaine, très nettement antérieure à l’Antiquité tardive.

  • 102 Cf. sur ces problèmes notre étude, « Mythe et histoire aux derniers temps de l’Afrique antique. A p (...)
  • 103 Cet aspect a été totalement négligé dans l’étude, par ailleurs pionnière et très riche, de M. Shatz (...)

41Est-ce à dire cependant que ces textes sont sans intérêt pour l’historien de cette période ? Ce serait passer trop vite sur les seuls détails précis qu’elles exposent réellement : les noms de tribus associés à des noms de lieux. Ces données géo-ethnographiques remontent en effet très probablement à l’époque où les Arabes commencèrent à enregistrer ces légendes, soit peut-être dès la deuxième moitié du viie siècle, ou en tout cas dans la première moitié du viiie siècle. C’est par elles en effet que le mythe trouvait son intérêt, qu’il remplissait sa fonction pédagogique, celle d’expliquer au public musulman l’origine des Berbères en tant que peuple, mais aussi l’origine de leur division tribale et des différentes localisations qui en résultaient102. Or, pour cela, il fallait évidemment que soient citées seulement des tribus existant réellement à l’époque de réception du mythe, et qu’on se réfère à leur localisation à ce moment. S’il évoquait des tribus qui n’existaient plus, ou des tribus en des lieux qui n’étaient pas les leurs au moment de la conquête, le mythe n’aurait rien apporté à ses auditeurs ou lecteurs, il ne leur aurait rien expliqué103. Comme toutes les tribus qu’il prend en exemple, Lawâta, Hawwâra, Nafûsa et autres Zenâta ou Masmûda sont effectivement les tribus berbères les plus souvent citées dans les chroniques à partir du début du viiie siècle, il est logique de conclure que les localisations qu’il leur attribue sont aussi celles de ce temps, ou en tout cas les plus proches de ce temps. Sur une trame légendaire placée à l’époque de Cham ou de David, se sont ainsi greffées des données ethnographiques enregistrées au moment de la conquête, et qui constituent les seules nouveautés de ces récits. Le mythe d’une origine orientale des Berbères est en effet, nous l’avons vu, très ancien et remonte probablement à l’époque hellénistique. Actualisé une première fois aux iiie-ive siècles chez des auteurs chrétiens, il a de toute évidence été réactualisé au moment de la conquête arabe, et c’est sous cette forme, de la fin du viie ou du début du viiie siècle qu’il nous est parvenu. On perçoit dès lors l’intérêt, jusqu’ici méconnu, de ces textes : ils permettent de construire une véritable carte des groupements tribaux à l’extrême fin de l’Antiquité, à partir de laquelle toutes les discussions sur les prétendues migrations des ive-viie siècles doivent s’ordonner.

  • 104 Références : Ibn Khurdâdhbah : cf. supra note 88 ; Ibn ‘Abd al-Hakam : cf. supra note 71 ; Ibn Abd (...)

42Or, dans le cas des Lawâta/Laguatan, le résultat est éclairant, comme le prouve le tableau suivant, qui réunit l’ensemble des localisations attribuées à ce peuple par les différentes versions du mythe d’origine des Berbères104 :

LOCALISATION DES LAWÂTA DANS LES RÉCITS DU MYTHE D’ORIGINE DES BERBÈRES

LOCALISATION DES LAWÂTA DANS LES RÉCITS DU MYTHE D’ORIGINE DES BERBÈRES

43Ce tableau établit de manière évidente que les Lawâta se trouvaient à la fin du VIIe siècle encore avant tout en Cyrénaïque ou en Tripolitaine, soit exactement là où Synésios de Cyrène connaissait ses Ausourianoi et Corippus ses Laguatan. De signes, même infimes, d’une grande migration vers l’ouest, point. La conclusion est sans appel, elle l’est d’autant plus qu’une étude d’une autre famille de textes, les récits de la conquête, la confirme entièrement.

c) Les Lawâta dans les histoires de la conquête arabe

  • 105 Nous ne prenons pas en compte ici le texte d’Al-Kindî (éd. Guest, p. 32) qui signale vers 660-661 u (...)

44A une exception près, dont nous verrons plus loin qu’elle est sans valeur, toutes les chroniques de la conquête arabe du Maghreb dans les années 642-705 n’évoquent les Lawâta que dans la seule « province de Barka », c’est-à-dire la Cyrénaïque105. Ce peuple semble, en fait, avoir été le premier groupe berbère rencontré par les musulmans, ce qui attira l’attention des chroniqueurs, mais aussi des juristes, car c’est à son propos que furent discutés pour la première fois les problèmes relatifs au tribut des Berbères, et plus généralement à leur statut dans l’empire arabe et musulman. Il résulta de cette curiosité un assez grand nombre de textes, qui cependant se recopient fréquemment les uns les autres. Voici les deux plus anciens, qui ont été à la source de tous les autres :

  • 106 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. A. Gateau, RT, 1931, p. 236.

45Ibn ‘Abd al-Hakam106 :

‘Amr conclut un traité de paix avec les habitants de ce pays (Barka)... {Abd al-Malik ben Maslama nous a raconté ce qui suit, d’après Al-Lait ben Sad : « {Amr prescrivit aux Berbères Lawâta, dans les clauses de son traité de paix : vous devriez vendre vos fils et vos filles...

  • 107 Al-Balâdhûrî, Futûh al-Buldân, extrait cité par M. Talbi, L’Emirat Aghlabide, Paris, 1966, p. 26-27 (...)

46Al-Balâdhûrî107 :

Selon Abû Ubayd al-Qasim ben Sallam, d’après ‘Abd Allâh ben Salih, d’après Al-Lait ben Sad, d’après Yazid ben Abi Habib : « ’Amr ben al-‘Âs stipula dans ses conditions aux Luwâta, Berbères constituant la population de Barka : vous êtes astreints à vendre vos enfants et vos femmes pour vous acquitter de la Gizya (l’impôt).

  • 108 Ibn al-Athîr, trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 355.

47Nous y ajouterons un texte plus tardif, mais d’un auteur dont le sérieux et l’originalité des sources sur les événements de la conquête ont été récemment mis en valeur, le Syrien Ibn al-Athîr108 :

Ce général (‘Amr) marcha ensuite (après la conquête de l’Egypte) sur Barka, occupée par la peuplade berbère des Lowâta, lesquels se rendirent à composition moyennant un tribut.

  • 109 A l’exception des néo-convertis issus de cette tribu et qui ont rejoint l’armée arabe : cf. infra 5(...)

48Tous ces textes sont sans équivoque : ils présentent les Lawâta comme les Berbères de Cyrénaïque par excellence, et tous n’en parlent plus jamais ensuite, lorsque la conquête musulmane se déplace vers l’ouest, vers le Maghreb proprement dit109. Aucune source ne les mentionne, par exemple, dans les événements de 647, ceux de la première expédition arabe en Byzacène, pourtant célèbres et très souvent évoqués parce qu’ils virent la défaite et la mort de l’exarque Grégoire à Sbeitla. Plus remarquable peut-être encore, ils n’apparaissent jamais dans la geste des deux héros de la résistance berbère en Afrique byzantine, Kusayla et la Kâhina, alors même que ceux-ci combattirent en Byzacène et près de l’Aurès, au cœur du pays que les adeptes de la théorie des migrations assignent aux Laguatan à cette époque. Par la suite encore, on ne les voit jamais parmi les autochtones plus occidentaux qui furent confrontés à l’avancée foudroyante des guerriers de l’islam. Seul un auteur très tardif, mais que, par souci d’exhaustivité, nous ne négligerons pas, ‘Ubayd Allâh ibn Sâlih (Ibn ‘Abd al-Halîm), introduit une fois leur nom lors du récit de la grande et quelque peu mythique expédition du fameux ‘Ukba ibn Nâfi’ jusqu’à l’Océan Atlantique, vers 681-682 :

  • 110 ‘Ubayd Allâh ibn Sâlih, fath al-Arab li-l Magrib, trad. E. Lévi-Provençal dans Arabica, tome 1, 195 (...)

Il pénétra ensuite dans le Zab, en direction de Tahart (Tiaret), où il trouva des rassemblements de Berbères et de chrétiens. Les Berbères réunis à Tahart étaient des Lawâta, des Hawwâra, des Zuwâga, des Matmâta, des Zanâta, et des Miknâsa, ainsi que des membres d’autres tribus110.

  • 111 E. Lévi-Provençal, ibid., introduction, p. 24-25.
  • 112 Chronologie établie par E. Lévi-Provençal, ibid., p. 43. Critique de H. R. Idris dans Revue des Etu (...)

49E. Lévi-Provençal, qui le premier publia le récit de ‘Ubayd Allâh, en défendait la valeur pour des raisons surtout de forme plus que de fond. Il trouvait remarquable sa « narration sèche, dépouillée, sans atours111 », mais n’apportait aucun argument réellement historique, et négligeait en particulier sa singularité par rapport à toutes les autres chroniques de la conquête. Ce texte est en effet insolite à plus d’un égard. Sa chronologie est contestable, comme l’avait noté aussitôt H. R. Idris112. Il contient surtout un luxe de détails sur les prétendus itinéraires de ‘Ukba dans le Haut-Atlas et le sud marocain qui ne peuvent qu’inciter à la prudence. L’attention prêtée à ces régions est évidemment due au fait que ‘Ubayd Allâh en était originaire. Nul doute qu’il n’ait recueilli diverses traditions locales sur la venue du conquérant dans son pays, mais il serait bien imprudent de se contenter d’enregistrer celles-ci comme autant de faits historiques plus ou moins déformés. Sept siècles s’étaient écoulés entre le temps de ‘Ukba et celui du chroniqueur, autant que ce qui nous sépare de saint Louis, ou que ce qui séparait Tite-Live de la fondation de Rome... Or, au Maroc comme ailleurs, les tribus berbères, dans leur rivalité avec les groupes arabes comme dans celle les opposant les unes aux autres, ont été très tôt en quête de sources d’ennoblissement de leur histoire. Dans cette perspective, l’affirmation d’un rapport le plus ancien possible avec l’islam, qui plus est avec un héros de la conquête, était particulièrement recherchée, tellement recherchée qu’elle pouvait conduire à toutes les falsifications légendaires. La plus grande prudence s’impose donc à l’historien du viie siècle face à de telles sources.

50Mais dans le cas précis qui nous intéresse ici, il est possible même d’aller au-delà du simple doute. En dehors de tous les textes déjà cités sur les Lawâta, qui excluent en 682 une localisation aussi occidentale pour ce groupe, la mention des Hawwâra à Tiaret est en effet elle-aussi contredite par tous les documents relatifs au début de l’islam au Maghreb. Ibn Khaldûn, qui compile et cite souvent de nombreux historiens antérieurs, est sur ce point catégorique :

  • 113 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 275.

Lors de la conquête musulmane, toutes les tribus portant le nom générique de Hawwâra, tant celles qui remontent leur origine à El-Abter que celles qui ont Bernès pour ancêtre, habitaient la province de Tripoli et la partie de territoire de Barka qui en est voisine113.

51Citant un grand auteur du xe siècle que nous avons déjà rencontré, il ajoute, à propos des Lawâta, au début de la longue notice qui leur est consacrée, et en évoquant leur passé pré-islamique :

  • 114 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 232.

Les Lawâta, comme Al-Mas’udî en a fait la remarque, s’adonnaient à la vie nomade dans les territoires qu’ils occupaient aux environs de Barka114...

  • 115 Ibn Khaldûn trad. De Slane, t. 1, p. 233-234.
  • 116 Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1859, p. 115.

52Mieux, ailleurs, arrivant à l’évocation d’un groupe de Lawâta établi à son époque près de Tahert, il ajoute : on dit qu’un gouverneur de Kairouan leur assigna cette région pour demeure115, faisant ainsi formellement allusion à une installation postérieure à la conquête arabe. Tout cela prive évidemment de valeur toute tentative d’exploiter le témoignage de ‘Ubayd Allâh au profit de la théorie des migrations. En réalité, le développement de ce chroniqueur à propos de Tiaret peut probablement être expliqué par l’une des deux hypothèses suivantes : soit, se fondant sur une tradition unique, il traduit la présence à Tiaret d’une coalition réunissant des Berbères du Maroc (Miknâsa) et des Berbères libyens mis en fuite par l’avancée arabe depuis 642 dans leur pays ; soit, plus vraisemblablement, il résulte d’un enrichissement tardif, à l’aide de données anachroniques, de l’épisode en lui-même bien attesté d’une bataille entre Berbères et Arabes dans cette région lors de la conquête. Il est curieux en effet de constater que les tribus citées par ‘Ubayd Allâh à Tahert en 682 sont exactement les mêmes que celles décrites en cet endroit quatre siècles après, dans une perspective géographique, par Al-Bakrî : arrivant à la description de la région, le savant espagnol notait : au sud de cette ville, on rencontre des villages habités par des Luwâta et des Hawwâra ; à l’ouest, on trouve des Zouâgha, et au nord des Matmâta, des Zenâta et des Miknâsa116. Une telle similitude laisse deviner le processus d’enrichissement de la tradition transmise par ‘Ubayd Allâh : lorsqu’elle celle-ci a pris sa forme définitive, et tardive, elle a illustré un récit de bataille très ancien et très obscur à l’aide des réalités ethnographiques de son temps.

53Ni les texte arabes relatifs à la conquête de l’Afrique du Nord, ni les textes rapportant le mythe d’origine des Berbères, ne permettent ainsi de découvrir des Laguatan/Lawâta en dehors de l’actuel territoire libyen, c’est-à-dire exactement là où les situaient les auteurs grecs et latins entre le ive et le vie siècle. Une unanimité réellement extraordinaire caractérise ainsi les sources sur la localisation de cette tribu, que l’on peut résumer par le schéma suivant, le pointillé large des années 544-548 symbolisant les raids isolés menés vers l’ouest à cette époque :

54Ce schéma suffit à ruiner, de manière définitive à nos yeux, tout essai d’affirmation d’un grand courant migratoire ou d’un « mystérieux appel de l’ouest » qui aurait entraîné les Austuriani et les Laguatan dans l’Antiquité tardive. Du temps de Maximien à celui d’Héraclius, ces Berbères sont toujours situés par les sources sur le territoire de l’actuelle Libye, avec, selon les époques, une présence plus marquée dans la partie orientale ou la partie occidentale de cet espace, sans véritable glissement dans un sens ou dans l’autre. Les incursions en Byzacène dans les années 544-548, précédées de peu, nous le verrons, par une expédition lointaine du même type vers Béréniké de Cyrénaïque, sont des raids isolés, qui n’eurent aucune suite.

d) Les Lawâta après le viie siècle : le témoignage des géographes

  • 117 Al-Ya’kûbî, Kitâb al-Buldân, trad. G. Wiet sous le titre Les pays, Le Caire, 1937, p. 203. Le même (...)
  • 118 Un exemple pour le Maroc, à propos de la ville d’Asila, au sud de Tanger : Au sud de cette ville, o (...)
  • 119 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 232-236.

55Après la conquête arabe, dans ce qu’il est convenu d’appeler le Moyen Âge, des textes commencent à signaler des Lawâta en dehors du sol libyen moderne : évoquant des groupes d’abord peu nombreux jusqu’à la fin du ixe siècle, ils décrivent ensuite un véritable éparpillement qui finit même par dépasser les limites du Maghreb. Ainsi, alors qu’Al-Ya’kûbî en 889 affirme encore qu’Ajdabiya, au sud-ouest de la Cyrénaïque est « le point extrême (vers l’ouest !) de leur résidence »117, Al-Bakrî, au xie siècle, décrit des fractions Lawâta dispersées de l’Egypte au Maroc118. Et plus tard, au xive siècle, Ibn Khaldûn identifie neuf principales branches de la tribu : en Haute Egypte, près d’Alexandrie, en Cyrénaïque, au sud de Gabès, dans l’Aurès, près de Ngaous, à proximité de Béjaïa, aux environs de Tiaret, et dans le pays de Marrakech119. Ce sont ces textes, et le dernier en particulier, qui ont conduit des historiens à formuler la théorie des migrations, alors qu’ils ne décrivent, en réalité, qu’une situation très postérieure à la conquête arabe.

  • 120 Dans le cas de l’extension vers l’Egypte, le mouvement a pu commencer dès le vie siècle, à la suite (...)
  • 121 Selon Ibn al-Athîr, après leur ralliement du début des années 640, les Lawâta se seraient révoltés, (...)
  • 122 Al-Nuwayrî, trad. De Slane, JA, 1841, p. 116.

56Cette situation est caractérisée par une dispersion géographique du nom des Lawâta qui n’est pas unilatérale – elle se fait aussi vers l’est, jusqu’aux rives du Nil – et qui, dans tous les cas, résulte probablement d’événements propres à l’histoire du Maghreb médiéval120, sans qu’il soit possible de reconstituer, même à cette époque, un réel « appel de l’ouest ». Au départ, les circonstances de la conquête arabe ont certainement apporté une première source de dispersion. Premiers des Berbères rencontrés par les conquérants, les Lawâta furent en effet aussi les premiers Berbères convertis à l’Islam121et les premiers incorporés à l’armée musulmane. Comme la plupart de ceux que les textes arabes appelèrent alors les Botr (un terme qui, comme nous le montrerons plus loin, désignait au début avant tout les tribus libyennes ralliées aux Arabes), ils semblent avoir joué un rôle essentiel dans la conquête du Maghreb proprement dit. Si l’on suit Al-Nuwayrî, dès 670, ils se trouvaient vraisemblablement ainsi dans l’armée de ‘Ukba ibn Nâfi’, lorsque ce général entreprit l’occupation permanente de l’actuelle Tunisie, marquée par la fondation de Kairouan122 :

Mu’âwiyya ibn Abi Sofyan (le calife) envoya en Afrique ‘Ukba ibn Nâfi’, de la tribu de Fihr, lequel était resté à Barka et Zawila pendant que ‘Amr ibn al-‘Âsi était gouverneur (de l’Egypte). ‘Ukba rassembla alors les Berbères prosélytes et les incorpora dans l’armée que Mu{âwiyya venait de lui envoyer.

  • 123 Ibn al-Athîr, trad. Fagnan, RAf, t. 40, 1896, p. 365-366 : [Le calife nomme au gouvernement de l’If (...)
  • 124 Al-Mâlikî indique ainsi que vers 684-685, lorsque Zuhayr ibn Kays, arrivé de Libye, envahit l’Ifrîk (...)
  • 125 Abû Zakariyyâ, trad. R. Le Tourneau, RAf, 1960, p. 107-108.

57Les Berbères « prosélytes » évoqués ici ne peuvent être que les gens de Barka, c’est-à-dire logiquement les Lawâta. Ibn al-Athîr, à partir d’une tradition différente, confirme cet engagement des Berbères de Cyrénaïque auprès de ‘Ukba123, qui se reproduisit dans les expéditions suivantes, notamment celles de Zuhayr et de Hassân dans les années 680-690124. S’il en faut en croire l’ibadite Abû Zakariyyâ, qui écrivait au xie siècle, le ralliement des Lawâta aurait même été très précoce, et remonterait aux derniers temps du califat de {Umar, immédiatement après la conquête arabe du « pays de Bar-ka » : ayant reçu des délégués de la tribu, le calife les renvoya au gouverneur de l’Egypte, {Amr, en lui donnant l’ordre de les placer en tête de son armée, après les avoir bien traités et leur avoir fait honneur125.

  • 126 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 233-234. On peut cependant se demander, dans le cas de ces La (...)

58Il faut certes rester prudent devant ce texte d’origine ibadite, qui peut avoir tendance à accentuer le caractère authentiquement musulman d’un groupe dont des éléments suivirent les schismatiques. Mais il est très significatif cependant que, parmi d’autres peuples pourtant plus spécialement et mieux liés à l’ibadisme en Afrique orientale, les Lawâta aient été ici pris en exemple. Leur réputation de convertis précoces devait être établie depuis longtemps pour que le fait cité par Abû Zakariyyâ ne surprenne pas. Ce groupe fut donc très tôt associé aux expéditions et aux combats de plus en plus lointains des Arabes. Grâce à cette association, des contingents Lawâta ont eu la possibilité de sillonner tout le Maghreb. Dès lors, le passage d’Ibn Khaldûn à propos de Tahert prend pour nous toute sa signification : les Lawâta auraient été établis dans cette région par un gouverneur de Kairouan qui la leur assigna pour demeure126. L’épisode ne dut pas être exceptionnel et le procédé qu’il illustrait constitue certainement un premier facteur de dissémination des peuples berbères après la conquête. Les éléments ainsi détachés pour surveiller un territoire, auréolés du prestige d’une conversion précoce et d’un rôle officiel de représentants du pouvoir, ont pu localement s’implanter solidement et attirer à eux ensuite diverses populations, organisées en unités tribales ou pas. Celles-ci, selon un processus bien connu par ailleurs, se sont peu à peu attribuées le nom générique du groupe dominant. On sait en effet, et les auteurs médiévaux en donnent de nombreux exemples, que la vie d’une tribu n’est pas figée, mais qu’elle évolue, en se désagrégeant parfois, mais en agglomérant aussi des éléments à l’origine extérieurs. Ibn Khaldûn en cite un cas extrême à propos des Zénara, une branche des Lawâta :

  • 127 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 236.

Une forte population zénarienne occupe les environs de Tedla, ville située dans le Maghreb al-Acsa auprès de Marrakech ; et bien des personnes assurent que les Béni-Djaler, fraction des Arabes Djochem, se sont mêlés et confondus avec eux127.

  • 128 Cf. sur cette question infra chap. 18.

59Même si ce détail n’est pas vérifiable, l’anecdote montre au moins que le phénomène de fusion de groupes très différents sous un même nom était considéré comme possible128. Tout ceci confirme le rôle décisif des conséquences politiques de la conquête arabe dans la dispersion des tribus berbères.

60Un autre facteur fut probablement la multiplication des schismes qui, très tôt, divisèrent l’Islam maghrébin. Le Kharidjisme et une de ses variantes l’ibadisme ont été à l’origine de nombreux bouleversements : des peuples se sont divisés, des révoltes ont éclaté, et leur répression a déclenché des fuites dans diverses directions.

61G. Marçais attachait beaucoup d’importance à ces phénomènes, écrivant à propos des causes de la fragmentation des groupes berbères :

  • 129 G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubî », RAf, 1941, p. 43.

Nous sommes tenté d’y voir une conséquence du brassage qu’avaient dû provoquer la conquête musulmane, ou mieux encore les guerres que le triomphe du kharidjisme entraîna129.

  • 130 Cf. T. Lewicki, article « Lawâta » dans EI2, t. 5, 1986, p. 699-702. Cet article est très riche sur (...)

62Et il citait les Lawâta en exemple, que plusieurs textes associent effectivement à ces conflits d’origine religieuse130.

  • 131 Cf. T. Lewicki, ibid., p. 701.
  • 132 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 197 : [L’Ifrîkiyya, autrefois habitée] par une quantité innom (...)

63D’autres explications inhérentes à l’évolution du Maghreb au Moyen Age peuvent encore être évoquées pour comprendre la dispersion des Lawâta. Ils participèrent au xe siècle à la révolte d’Abû Yazîd, dont l’écrasement final provoqua de nombreux exils131. L’invasion hilalienne au xie siècle les affecta probablement aussi : Ibn Khaldûn affirme que des régions entières du Maghreb virent leur population prendre la fuite pour être remplacée par des Arabes132. La fragmentation du groupe peut donc facilement s’expliquer à partir de phénomènes propres à l’histoire du Maghreb médiéval, sans qu’aucune tendance migratoire ne puisse être mise en valeur.

  • 133 A. Bernard, Les confins algéro-marocains, Paris, 1911, p. 81-82.
  • 134 J. Berque, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », dans Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, (...)
  • 135 J. Berque, L’intérieur du Maghreb, xve-xixe siècle, Paris, 1978, chapitre X, « Logiques d’assemblag (...)

64Il ne faudrait cependant peut-être pas exagérer l’importance des témoignages d’Al-Bakrî et de Ibn Khaldûn. Lorsque ces auteurs composèrent leurs œuvres, il est manifeste, en effet, que tout le système des généalogies tribales et des réseaux de filiation entre les tribus berbères s’était définitivement constitué, alors qu’il n’était encore qu’assez confus au ixe siècle. Or, nous avons signalé précédemment que ce système ne recouvre pas toujours, derrière une identité onomastique, de réels liens historiques. Des groupes sont rattachés à un ensemble tribal sans qu’ils aient eu à l’origine le moindre rapport avec lui. A. Bernard l’avait bien noté chez les Berbères des confins algéro-marocains au début de ce siècle : « c’est bien à tort que l’on considère l’assemblage des familles qui constituent la tribu comme ayant une origine commune et étant unies par les liens du sang. La tribu est en général composée d’éléments de provenances diverses. Elle ne se développe pas seulement par intussusception, mais aussi par juxtaposition. La tribu s’est formée à la fois par le développement de l’élément familial et par l’agrégation d’éléments étrangers. Qu’on prenne les tribus les unes après les autres, on y retrouvera cette même complexité d’origine »133. Il faut donc rester prudent devant les longues énumérations de fractions Lawâta données par Ibn Khaldûn. Rien ne prouve qu’il s’agisse toujours de rameaux disséminés issus véritablement des anciens Laguatan. Poussant plus loin cette remarque, J. Berque a mis en doute les tentatives d’explication par l’histoire de la dispersion apparente de certains peuples berbères : « Prenons garde, écrit-il, qu’en l’espèce Ibn Khaldoun était à l’événement comme nous par rapport à lui. Des siècles l’en séparent... »134Reprenant la question plus récemment, il a mis en cause une thèse « qui discernerait dans les groupements locaux l’alluvion émiettée d’une chronique de randonnées guerrières et de déplacements ethniques »135. Son hypothèse serait plutôt celle des « emblèmes onomastiques » : c’est la substance onomastique elle-même qui devrait d’abord être étudiée, affirme-t-il, et la signification que les groupes maghrébins lui ont donnée. En d’autres termes, en cherchant cas par cas pourquoi, et pour quelle fonction, un groupe invoque une appartenance à un ensemble plus vaste, on aurait plus de chances de comprendre le phénomène de l’émiettement des ethniques en Afrique du Nord. Les historiens de l’Afrique ancienne et médiévale n’ont jusqu’ici guère pris en considération cette hypothèse. Les remarques qui précèdent, à propos des Lawâta, montrent, certes, que l’explication purement historique peut permettre de comprendre un certain nombre de localisations, curieuses au premier abord. Mais nous avons également noté que le phénomène agrégatif avec des conséquences onomastiques est une réalité du monde berbère. On peut donc se demander, étant donné le prestige particulier des Lawâta, un des premiers peuples convertis, associé ensuite à la conquête du Maghreb et de l’Espagne, si certains rattachements de groupes isolés à leur « famille » ne sont pas en réalité uniquement onomastiques. Lorsqu’Al-Bakrî dit d’un lieu « il est peuplé de Lawâta », on aimerait savoir s’il ne pense pas : « il est peuplé de gens affirmant avoir pour ancêtre Loua le jeune », cette filiation dissimulant un ethnique et une origine sans rapport avec les Lawâta qui habitaient la Cyrénaïque au viie siècle. Tout cela doit nous inciter à la prudence et vient encore, s’il le fallait, vérifier combien la thèse du « mystérieux appel de l’ouest » chère à C. Courtois est décidément fragile.

3–CONCLUSION : LE MYTHE DES NÉOBERBÈRES

  • 136 Le nom Zenâta est inconnu des sources grecques et romaines. L’inscription de « Titus Claudius le Zé (...)

65L’étude critique de l’histoire des Austuriani et des Laguatan conduit ainsi à une remise en cause complète de la théorie des migrations. Rien ne permet d’attribuer à ces tribus une origine orientale avant 298. Après cette date, aucun mouvement à long terme d’est en ouest ne peut leur être prêté, dans tous les cas pas avant le viiie siècle. Cependant, pour certains historiens, la grande marche des « Néoberbères » vers l’Occident affectait un groupe plus large que les seuls Laguatan : c’est toute une famille de peuples libyens, les Zénètes, qui les aurait accompagnés. Malheureusement, aucune des tribus ainsi dénommées, qui ne sont d’ailleurs considérées comme sœurs que fort tardivement, n’est attestée avant la conquête arabe136, et aucun texte ne leur prête de migration spécifique dans l’Antiquité. Surtout, leur histoire est liée à celle des peuples qualifiés de Botr, une qualification dont nous montrerons plus loin qu’elle résulte d’un processus de classification des tribus vraisemblablement élaboré par les Arabes eux-mêmes. Entreprendre ici une histoire des Zénètes paraît donc réellement hors de propos. Pour ne laisser aucun doute, peut-être n’est-il cependant pas inutile d’analyser l’exemple du plus célèbre de ces groupes zénètes qui auraient suivi les Lawâta dans leur prétendu mouvement vers l’ouest avant la conquête arabe, celui des Djarâwa, le peuple de la célèbre Kâhina.

  • 137 Nous n’avons, de manière générale, pas trouvé d’indication du nom de la tribu de la Kâhina chez les (...)
  • 138 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 191.
  • 139 ‘Ubayd Allâh, trad. E. Lévi-Provençal, Arabica, 1, 1954, p. 35-42, § 16.
  • 140 Al-Mâlikî, trad. Idris, Revue des Etudes Islamiques, 1969, p. 145. Al-Nuwayrî, trad. De Slane, JA, (...)
  • 141 N. Slouschz, Judéo-Hellènes et Judéo-Berbères, Paris, 1909, p. 163-166.
  • 142 E.-F. Gautier, Les siècles obscurs du Maghreb, p. 226-227. M. Simon, « Le judaïsme berbère dans l’A (...)
  • 143 Cf. sur cette hypothèse P. Monceaux, « Les colonies juives dans l’Afrique romaine », Revue des Etud (...)
  • 144 M. Simon, ibid., p. 52.

66Cette tribu, que seul à notre connaissance Ibn Khaldûn associe à la Kâhina137, devait, comme sa reine, occuper tout ou partie de l’Aurès dans les années 680. Comme elle était inconnue avant cette date, et parce que Ibn Khaldûn la range parmi les Botr/Zénètes138, certains historiens ont estimé, presque comme une nécessité, qu’elle devait être constituée de nomades chameliers, et qu’elle n’avait atteint le massif aurasien qu’au vie ou au viie siècle. Or les textes ne confirment nullement cette interprétation. Rien, en premier lieu, ne permet d’affirmer que les Djarâwa étaient de grands nomades chameliers. On fait parfois référence à ces paroles prêtées à la Kâhina : Les Arabes recherchent des villes, de l’or et de l’argent ; mais nous, nous ne recherchons que des pâturages139. En réalité la citation exacte semble bien être : nous voulons des pâturages et des champs pour la culture, comme l’écrivent Al-Mâlikî et Al-Nuwayrî140. Il n’y a là rien qui caractérise de grands nomades récemment arrivés. Les hommes de Cusina auraient pu dire la même chose au début du vie siècle : depuis longtemps établis sur les marges de la Byzacène et de la Numidie, tout en élevant un cheptel camelin et en conservant leurs structures sociopolitiques traditionnelles, ils figurent d’ailleurs vraisemblablement parmi les ancêtres des Djarâwa. Certains historiens, pour appuyer leur interprétation, ont invoqué le judaïsme, qui aurait été d’après un passage d’Ibn Khaldûn la religion de quelques tribus berbères au moment de la conquête arabe, parmi lesquelles les Djarâwa. A la suite de N. Slouschz141, E.-F. Gautier et M. Simon142ont trouvé cette particularité religieuse singulière dans le contexte aurasien. Se référant à la fameuse révolte juive de 115-117 en Cyrénaïque, ils ont donc supposé que la conversion des Djarâwa s’était produite dans cette dernière région à la suite de l’exil et de la dispersion des insurgés. Par la suite, les Djarâwa auraient émigré avec les autres nomades libyens vers l’Occident et se seraient arrêtés dans l’Aurès. Ce raisonnement est évidemment fondé sur la théorie des migrations, que ces auteurs considéraient déjà établie à partir de l’exemple des Laguatan. Si l’on fait abstraction de celle-ci, la démonstration perd toute sa signification. Rien ne permet en effet d’exclure une conversion de tribus berbères à partir des nombreuses colonies juives de l’Afrique romaine, en particulier à l’époque byzantine, où les Juifs subirent diverses mesures discriminatoires143. M. Simon se fondait sur une conception discutable de l’Aurès, décrit comme une région très fermée, difficilement perméable aux influences extérieures144. Cette vision est aujourd’hui très contestée : le massif fut pénétré par la romanisation sous l’Empire et il n’était nullement un isolat inaccessible. Le prosélytisme juif a donc pu l’atteindre.

67Mais le judaïsme des Djarâwa est-il si sûr ? Le texte d’Ibn Khaldûn, l’unique référence sur ce sujet, recèle de nombreuses singularités. Cet auteur ne fait allusion qu’une seule fois, et dans un paragraphe assez confus, à l’originalité religieuse de la tribu commandée par la Kâhina. Tous les historiens qui ont spéculé sur ce texte se sont fondés sur la traduction De Slane :

  • 145 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 208-209.

Une partie des Berbères professait le judaïsme, religion qu’ils avaient reçue de leurs puissants voisins, les Israélites de la Syrie. Parmi les Berbères juifs on distinguait les Djeraoua, tribu qui habitait l’Auras et à laquelle appartenait la Kahena, femme qui fut tuée par les Arabes à l’époque des premières invasions. Les autres tribus juives étaient les Nefouça, Berbères de l’Ifrîkia, les Fendelaoua, les Mediouana, les Behloula, les Ghîatha et les Fazaz, Berbères du Maghrebel-Acsa. Idrîs Premier, descendant d’El Hacen, fils d’El-Hacen (petitfils de Mahomet), étant arrivé en Maghreb, fit disparaître de ce pays jusqu’aux dernières traces des religions [chrétienne, juive et païenne] et mit un terme à l’indépendance de ces tribus. Aussi nous disons qu’avant l’introduction de l’islamisme, les Berbères de l’Ifrîkia et du Maghreb vivaient sous la domination des Francs et professaient le christianisme, religion suivie également par les Francs et les Grecs ; mais, en l’an 27 (647-8), sous le Kalifat d’Othman...145.

  • 146 M. Talbi, « Un nouveau fragment de l’histoire de l’Occident musulman (62-196/682-812). L’épopée d’A (...)

68Habituellement exempte d’erreurs trop grossières tout en étant loin de satisfaire aux exigences de la critique et de la traduction modernes, cette version se révèle cette fois très défectueuse, comme l’a montré M. Talbi. Voici la traduction proposée par ce spécialiste du Maghreb médiéval146 :

De même, peut-être certains groupements berbères avaient-ils même professé le judaïsme, empruntant cette religion aux Fils d’Israël au moment de l’apogée de l’extension de leur royaume, en raison de la proximité de la Syrie, alors toute puissante, de leur pays. Tel fut en particulier le cas des Djarâwa, qui habitaient les montagnes de l’Aurès, et qui formaient la tribu d’al-Kâhina tuée par les Arabes lors des premières invasions. Tel fut également le cas des Nafûsa, parmi les Berbères d’Ifrîqiya, et celui des Gandalâwa, des Madyûna, des Bahlûla, des Djiyâta et des Banû Fâzâz, parmi les tribus du Maghreb extrême. C’est Idris le Grand, descendant de Hasan b. al-Hasan, qui, se proclamant souverain au Maghreb, vint y effacer les dernières traces des différentes religions et confessions qui avaient subsisté [après l’islamisation]. En effet, comme nous l’avons déjà mentionné, les Berbères d’Ifrîqiya et du Maghreb étaient, avant l’Islam, sous la domination des Latins (Firandj), et professaient le christianisme, religion qu’ils partageaient avec Byzance (Rûm). Telle était la situation lorsque commencèrent les invasions musulmanes. Les Musulmans envahirent l’Ifrîqiya sous le règne d’Omar (sic)-Puisse Dieu l’agréer !...

  • 147 M. Talbi, ibid. p. 43.
  • 148 M. Talbi, ibid. p. 43.
  • 149 Cf. les textes cités supra p. 174-186. Cette interprétation, que nous avions présentée dans notre t (...)

69Ainsi que le note M. Talbi, « ce texte nous dit seulement que la tribu d’Al-Kâhina fut jadis, du temps de la toute puissance des fils d’Israël, judaïsée ; mais depuis, la situation ayant changé, tous les Berbères en contact avec les Rûm avaient adopté le christianisme, religion qui prévalait lorsque les Arabes, messagers d’une nouvelle foi, apparurent sur la scène du Maghreb »147. On remarque d’autre part la prudence d’Ibn Khaldûn qui suppose simplement une éventuelle conversion au judaïsme à une mystérieuse époque, où les Juifs étaient à leur apogée, et les Berbères leurs voisins. M. Talbi a bien souligné que ce paragraphe s’insère dans un développement sur la versatilité des Berbère, où Ibn Khaldûn veut montrer qu’ils se sont toujours empressés de se soumettre à leurs vainqueurs et d’adopter leur religion. Mais l’historien tunisien admet que des tribus aient pu être judaïsées à une époque éloignée, avant d’être christianisées dans l’Antiquité tardive148. Il nous semble plutôt qu’il n’y a dans ce récit qu’une allusion au mythe de l’origine palestinienne des Berbères, déjà longuement analysé : l’époque où « les Juifs étaient à leur apogée » et les Berbères « leurs voisins » est celle de David et de Goliath149, c’est-à-dire une époque qu’Ibn Khaldûn lui-même considérait comme trop lointaine pour être sûr de ce qui s’y passa... Ce texte unique sur le judaïsme des Djarâwa ne peut donc constituer un argument sérieux, et on ne peut que s’étonner des flots d’encre qu’il a fait couler.

70Mis à part d’ailleurs le problème de traduction, plusieurs détails contradictoires auraient dû éveiller l’attention. C’est d’abord une notation du même Ibn Khaldûn dans le chapitre qu’il consacre spécifiquement aux Djarâwa :

  • 150 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 191.

Les Zenata habitent le pays qui s’étend depuis Tripoli jusqu’au Molouia et renferme le mont Auras, le Zab, et les régions au sud de Tlemcen. Immédiatement avant la promulgation de la loi islamique, leur tribu la plus nombreuse et la plus puissante était celle des Djeraoua. Les Maghraoua venaient en seconde ligne et les Beni Ifren en troisième. Les Francs (sic), lors de leur domination dans le pays des Berbères, avaient imposé à ces peuples la religion chrétienne et se tenaient dans les villes du littoral150.

71La dernière remarque paraît provenir de la conclusion habituelle du récit du mythe d’origine palestinienne, mais elle est associée par Ibn Khaldûn à une claire affirmation du christianisme des Djarâwa.

  • 151 Al-Bakrî, trad. De Slane dans JA, 1858, p. 437. Même remarque dans le Kitâb al-istibsâr : ‘Amr ibn (...)
  • 152 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 214-215.
  • 153 Al-Mâlikî, trad. Idris, Revue des Etudes Islamiques, 1969, p. 146.
  • 154 M. Fantar, « La Kahina, reine des Berbères », dans Reppal, 3, 1987, p. 169-184.
  • 155 M. Talbi, op. cit. (Cahiers de Tunisie, 1971) p. 42, et article « Al-Kâhina », dans EI2, t. 5, 1982 (...)

72Un autre détail était encore plus troublant. Parmi les tribus peut-être judaïsées figuraient les Nafûsa. Or, nous possédons sur ces derniers une remarque sans équivoque d’Al-Bakrî151 : [Lors de la conquête], ‘Amr soumit les Nafûsa qui étaient alors chrétiens... Enfin, le comportement religieux prêté à la Kâhina aurait dû étonner. Selon Ibn Khaldûn, elle bénéficiait des conseils dictés par les connaissances surnaturelles que ses démons familiers lui avaient enseignés152. Al-Mâlikî précise qu’elle avait avec elle une énorme idole de bois qu’elle adorait ; on la portait devant elle sur un chameau153. Qu’on interprète ce détail comme un signe de paganisme (c’est la thèse de M. Fantar154), ou comme une allusion à une idole chrétienne (selon M. Talbi155), il confirme dans tous les cas l’improbabilité extrême d’un judaïsme des Djarâwa au viie siècle, et par conséquent aussi la faiblesse de toutes les spéculations auxquelles cette interprétation a donné lieu. Les arguments invoqués pour faire de la tribu de la Kâhina un exemple significatif des Néoberbères migrateurs se révèlent, ainsi, absolument sans valeur.

  • 156 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 179.
  • 157 Cette théorie, évidemment intimement liée à la théorie des migrations, est aujourd’hui exposée avec (...)

73Privée de ses deux seuls exemples précis, celui des Laguatan et celui des Djarâwa, la théorie des migrations néoberbères dans l’Antiquité tardive ne peut, dès lors, plus guère s’appuyer que sur des arguments très généraux, formant ce que nous appellerons la question Zénète. A partir de la fin du ixe siècle, divers auteurs arabes, notamment Ibn Hawkal, Al-Bakrî, et Ibn Khaldûn mettent en valeur la dispersion, et l’omniprésence dans tout le Maghreb, de multiples tribus affirmant une commune parenté issue d’un unique rameau « zénète ». Ibn Khaldûn finit par décrire une « race zénatienne » en précisant : on remarque chez ce peuple beaucoup d’usages propres aux Arabes : il vit sous la tente, il élève des chameaux, il monte à cheval, il transporte sa demeure d’une localité à l’autre, il passe l’été dans le Tell, et l’hiver dans le désert156. A la suite d’E.-F. Gautier, plusieurs savants veulent voir dans ces Zénètes l’ensemble des Néoberbères, caractérisés par un genre de vie, une civilisation et une langue originale tardivement importés au Maghreb central, à la suite de migrations commencées dès l’Antiquité157. Trois arguments sont précisément mis en valeur pour cela : le nom de Zénètes, inconnu en Numidie ou Maurétanie romaines, mais qui serait présent dans ces régions avant la conquête arabe ; le grand nomadisme pratiqué par ces gens, inconnu à l’époque romaine, et qui se serait répandu là dès le ve siècle parce que les Zénètes l’y auraient amené ; enfin, la diffusion constatée à l’époque moderne d’une famille de dialectes berbères spécifique, le zénète, intercalée au Maghreb central au milieu de dialectes très différents, et qui ne pourrait s’expliquer que par une migration très ancienne, avant même la conquête arabe.

  • 158 Cf. sur ces questions l’intéressante réflexion de A. Sadki : « L’interprétation généalogique de l’h (...)

74Dans cette énumération assez hétérogène, l’argument onomastique est assurément celui qui a le moins de valeur. Des Zénètes ne sont attestés au Maghreb que dans les sources arabes, et leur présence peut donc toujours résulter de déplacements postérieurs à la conquête. Mais surtout, comme pour les Lawâta, il paraît extrêmement aventureux de fonder des raisonnements sur la mention au milieu du Moyen Âge de telle ou telle « fraction » zénète, en ignorant tout du passé des groupes ainsi sélectionnés, et en négligeant la possibilité d’une affiliation onomastique purement fictive. Comme nous le verrons dans la dernière partie de ce livre, les premiers Zénètes formaient une tribu ou une confédération seulement implantée en Tripolitaine à la fin du viie siècle, mais qui, en s’intégrant tôt à l’armée arabe, a joui ensuite d’un prestige et d’une puissance qui ont suscité bien des ralliements onomastiques158. Le succès ultérieur de leur nom, et la définition d’une « race » zénatienne » sont donc de toute évidence des phénomènes propres à l’histoire du Maghreb arabe, qui n’ont aucune racine dans l’Antiquité, même très tardive, et ne peuvent fonder une théorie des migrations appliquée à cette époque.

  • 159 Cf. G. Camps, Berbères. Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 125-128, avec la photo d’un ta (...)
  • 160 Salluste, Guerre de Jugurtha, XIX, 5 : Super Numidiam Gaetulos accepimus partim in tuguriis alios i (...)
  • 161 Strabon, Géographie, XVII, 3, 19. Ce texte a été traduit et commenté par R. Rebuffat dans son artic (...)
  • 162 Orose, Histoires contre les païens, I, 2, 90 (exposé géographique valable pour le début du ve siècl (...)
  • 163 On peut noter d’ailleurs sur ce sujet que Ibn Khaldûn lui-même, après avoir affirmé le nombre, la d (...)

75La question du grand nomadisme, particulièrement du nomadisme chamelier, est plus complexe. Pour G. Camps, il n’existait dans l’Algérie romaine qu’un « petit nomadisme », incarné par les Gétules, essentiellement des pasteurs transhumants bien contrôlés habituellement par les Romains. L’Antiquité tardive aurait introduit le grand nomade zénète, chamelier et incontrôlable, que ce savant rapproche du targui moderne159. La thèse comporte plusieurs éléments, tous également discutables. D’une part, en effet, tous les Zénètes ne peuvent être assimilés à de grands nomades chameliers : les plus célèbres, les Djarâwa, étaient, nous l’avons vu, des agriculteurs autant que des pasteurs. Et Ibn Khaldûn, dans le texte cité, souligne que les « Zénètes » élèvent des chevaux et alternent séjours dans le Tell et dans le désert. En cela, tous ces gens ne différaient guère des Gétules des auteurs anciens, comme ceux de Salluste160 : Au-dessus de la Numidie se trouvent les Gétules, dont les uns s’abritent dans des huttes tandis que les autres, plus barbares, mènent une vie errante. Ils se rapprochent même très clairement de certains peuples, voisins des Gétules, cités par Strabon161dans l’intérieur du Maghreb, et que le géographe jugeait, exactement comme Ibn Khaldûn pour les « Zénètes », comparables aux Arabes nomades. Or, ces Gétules étaient toujours, au ve siècle, connus d’Orose et de saint Augustin162, et rien n’indique qu’ils aient été anéantis par les « Zénètes » migrateurs. Il est donc beaucoup plus simple d’avancer que les peuples gétules du Maghreb central et occidental, déjà plus ou moins marqués par une économie pastorale, ont vu progressivement leur genre de vie évoluer vers un nomadisme peut-être plus accentué entre le ve et le ixe siècle, et que leur organisation tribale a suivi cette évolution, avec des recompositions et, dans le contexte politique nouveau introduit par les Arabes, des regroupements et des affiliations onomastiques autour de noms fédérateurs et prestigieux comme celui des « Zénètes »163.

  • 164 Cf. l’étude qui fait toujours référence de E. Demougeot, « Le chameau et l’Afrique du Nord romaine  (...)
  • 165 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 5. Cf. pour ce passage un commentaire infra p. 211-212.
  • 166 Synésios, Catastase II, éd. N. Terzaghi (Synesii Cyrenensis Opuscula, Rome, 1944), p. 290, l. 17. C (...)
  • 167 Corippe, Johannide, VII, 236-239 : (Le préfet Athanase envoie des secours à Jean Troglita qui a éta (...)
  • 168 Cf. J.-P. Darmon, « Note sur le tarif de Zarai », dans Cahiers de Tunisie, 1964, p. 7-23.

76On nous objectera cependant un ultime élément, donné souvent comme décisif, le problème du dromadaire. Si son existence est en effet certaine au Maghreb central avant le Bas-Empire164, les preuves manquent pour affirmer qu’il ait été alors très répandu : son élevage et son utilisation sont donc probablement des phénomènes tardifs, cette fois commencés dès avant la conquête arabe. Mais en quoi cela peut-il prouver une migration ? Nous touchons ici au présupposé peut-être le plus étrange des partisans de la théorie des migrations, l’idée que le « chameau » n’a pu être diffusé au Maghreb central que par le grand nomade chamelier, l’un n’allant pas sans l’autre. Mais cet argument n’est qu’une pure pétition de principe. D’une part, en effet, les indices sont nombreux qui montrent que dans l’Antiquité tardive le succès du dromadaire a touché toutes les catégories de la population africaine, et pas seulement les rustres du désert. C’est aux habitants de Lepcis Magna que dans les années 360 le comte Romanus demande de lui fournir quatre mille chameaux, non aux Austuriani qu’il doit combattre165 ! Comme l’a montré D. Roques, c’est aussi aux Grecs de Cyrénaïque que ces mêmes Ausourianoi ont volé en 411 les cinq mille chameaux sur lesquels ils chargent leur butin166. Et c’est encore à dos de chameaux, des chameaux romains, que des secours sont acheminés à Jean Troglita entre Carthage et Laribus, au cœur de la Proconsulaire, dans l’hiver 547-548167... Produit d’élevage courant dans le pays romain, le chameau a donc fort bien pu, à partir du ive siècle, se diffuser vers l’ouest comme n’importe quelle marchandise, sans que de mystérieux grands nomades migrateurs attirés par un tout aussi mystérieux « appel de l’ouest » n’interviennent. En Amérique, une fois introduit au Mexique par les Espagnols, le cheval s’est répandu ensuite dans les grandes plaines des futurs Etats-Unis sans que les Espagnols ne migrent vers ces régions ! De la même manière, il est plus simple et logique d’avancer que dans l’Afrique de l’Antiquité tardive, l’élevage du dromadaire s’est répandu de proche en proche, sans que les groupes qui l’avaient maîtrisé les premiers accompagnent nécessairement sa progression. Le tarif de Zaraï montre l’existence de relations commerciales, sous les Sévères, entre la Tripolitaine et les Maurétanies, empruntant apparemment une route nord-saharienne168. Les dromadaires l’ont certainement suivie dans les siècles postérieurs, mais en étant eux-mêmes des objets du trafic, non les instruments de domination de tribus dont aucun document, encore une fois, n’atteste le déplacement vers l’ouest, en tout cas avant la fin du viie siècle.

  • 169 Rappelons ici que R. Rebuffat a bien mis en évidence l’existence, au sein même de la langue libyque (...)
  • 170 J. Berque, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », dans Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, (...)
  • 171 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3 p. 179.
  • 172 Ibn Sa’îd, historien et géographe est né à Grenade vers 1214 et mort à Tunis vers 1286-87. Le passa (...)
  • 173 Léon l’Africain, trad. A. Epaulard, t. 1 p. 15.

77Reste alors, pour finir, l’ultime argument en faveur de la théorie des migrations, l’existence des dialectes « zénètes », enfoncés « comme un coin » dans le bloc des dialectes « paléoberbères ». Mais il n’est guère difficile, pour commencer, de souligner que cette situation est totalement irréductible à toute schématisation chronologique. On ignore quand la partition se serait mise en place, et, dans tous les cas, elle pourrait parfaitement recouvrir des oppositions au sein du libyque qui auraient existé dès l’époque préromaine, un parler gétule s’opposant alors à un parler « maure » et/ou numide169. Elle pourrait tout aussi bien, en admettant son caractère plus tardif, résulter de déplacements de population nettement postérieurs à la conquête arabe... Cependant, comme pour beaucoup des autres arguments déjà examinés, nous avons le sentiment d’être à nouveau ici devant une de ces fausses évidences forgées par un siècle d’historiographie orientée à sens unique. Comme le notait J. Berque il y a déjà plus de quarante ans, « la philologie achève de jeter le doute sur les divisions [des Berbères] par grandes masses ; elle ne voit pas de dialectes berbères proprement dits, mais des parlers et mieux encore des faits linguistiques anarchisants, qui interfèrent parfois selon les lignes géographiques les plus paradoxales »170. Les linguistes actuels ont, de fait, abandonné la thèse d’une bipartition du berbère, souvent avancée au xixe siècle sous l’influence plus ou moins consciente d’un passage d’Ibn Khaldûn171plus qu’à partir d’enquêtes sérieuses : Parmi les Berbères, les Zenata se distinguent par leur langage, qui diffère en espèce de tous les autres dialectes employés par les peuples de cette grande famille... Or, ce texte ne peut, en réalité, être compris, comme nous le verrons dans la dernière partie du livre, qu’à la lumière du système général qui fonde l’entreprise d’Ibn Khaldûn, et qui repose sur une la mise en valeur d’une dichotomie exclusivement médiévale, celle des Zenâta et des Sanhâdja. Fonder des analyses linguistiques sur un tel témoignage serait d’autant plus aventureux que d’autres auteurs, en abordant la même question, ne signalent nullement une division aussi simple. Au xiiie siècle, Ibn Saïd, qui connaissait bien le Maghreb, écrivait au contraire : Les dialectes qu’ils [les Berbères] parlent peuvent être ramenés à une même origine, mais ils diffèrent entre eux au point que les tribus ne peuvent s’entendre entre elles qu’à l’aide d’un interprète172. Et au xvie siècle, Léon l’Africain, après avoir reconnu finalement cinq grandes familles de peuples berbères (Sanhâdja ; Zenâta ; Masmûda ; Hawwâra ; Ghumâra) concluait de même : ces cinq peuples, qui sont divisés en centaines de lignées et en milliers de demeures, utilisent une seule langue, qu’ils appellent communément « aquel amazigh », ce qui veut dire « langage noble173 ». On mesure ainsi, faute de preuves aussi bien anciennes que modernes, combien cet argument linguistique est fragile, pour ne pas dire inexistant.

78Que peut-il rester dès lors pour justifier la théorie des migrations néoberbères dans l’Antiquité tardive, sinon une simple pétition de principe, fondée sur la seule constatation que l’Afrique a changé à cette époque ? Car, pour prendre l’exemple essentiel, il y a bien eu, comme le rappelle G. Camps, recul après le ve siècle de l’agriculture et de l’habitat sédentaire dans les parties méridionales du Maghreb. Mais, cette réalité admise, pourquoi ne pas chercher d’abord à l’expliquer en fonction d’évolutions locales, résultant de facteurs purement internes, plutôt qu’en recourant à une théorie dont le lien avec une certaine vision de l’Afrique romaine n’est que trop évident ? En attribuant à des étrangers migrateurs et fauteurs de troubles la responsabilité des transformations économiques du Maghreb, la théorie des migrations aboutit inévitablement, en effet, à minimiser ou même nier toute tension interne. Elle suppose toujours plus ou moins une situation paisible et harmonieuse dans un monde berbère progressivement romanisé, brusquement bouleversée par l’irruption des grands nomades. Certes, rien, en principe, n’interdit d’envisager comme hypothèse de départ un tel schéma. Mais vouloir à tout prix le maintenir, alors que les preuves font défaut et que de nombreuses sources s’y opposent, est réellement difficilement compréhensible. L’explication des transformations de l’Afrique romaine à l’époque vandale et byzantine, en dehors de l’actuel territoire libyen, est à chercher d’abord à l’intérieur de ces provinces, et c’est cette piste que nous suivrons désormais.

79Cette nouvelle hypothèse de travail ne pourra cependant en rien être assimilé à un postulat de stabilité absolu du monde berbère, qui serait aussi discutable que le postulat migratoire. L’étude des tribus de Tripolitaine et de Cyrénaïque entre le ive et le viie siècle va nous montrer maintenant le développement et la progression dans ces deux provinces de populations qui en étaient à l’origine assez éloignées. De la même manière, rien n’interdit de supposer au Maghreb central, à la même époque, un élargissement progressif des aires des parcours des tribus gétules, jusque là canalisées et filtrées par les Romains. Au Maroc, comme on l’a vu plus tard, des tribus très méridionales ont pu simultanément remonter fortement vers le nord. Mais tout cela reste sans commune mesure avec ce qu’impliquait la théorie des migrations, son mystérieux appel de l’Occident, et son flux continu, de la préhistoire à l’Islam, de tribus du Sahara libyen et préégyptien vers l’océan Atlantique.

  • 174 J. Huguet, « Latins et Berbères », dans Archives berbères, t. 1, 1915-16, p. 252.
  • 175 On nous permettra ici de plagier la conclusion polie mais cinglante de J. Berque à propos de la por (...)

80Comment d’ailleurs, et ce sera sur ce sujet notre dernier mot, ne pas s’étonner des extraordinaires vertus prolifiques prêtées au Sahara par cette théorie ? Quelle étrange et miraculeuse richesse aurait permis aux déserts de Cyrénaïque et de la Syrte d’enfanter sans cesse, des Baquates aux Laguatan, de nouvelles tribus immédiatement pressées de partir vers l’ouest, alors que les richesses du Nil, ou simplement du littoral libyen étaient à leur portée ? Qui croira aujourd’hui, comme jadis J. Huguet, que « les nomades pullulent » dans un Sahara « inépuisable »174 ? Sans aucune volonté d’irrévérence vis-à-vis des savants qui ont voulu en faire le fondement de leurs travaux, nous ne pouvons donc conclure cette étude que de manière brutale : la théorie des migrations néoberbères dans l’Antiquité tardive a toutes les chances d’être un des plus beaux mythes historiographiques forgés par l’érudition française en Afrique du Nord175.

Notes

1 M. Euzennat, « Les troubles de Maurétanie », CRAI, 1984, p. 372-391. La théorie des migrations appliquée aux Baquates dans cet article a, semble-t-il, beaucoup séduit plusieurs éminents spécialistes du Haut-Empire, non africanistes : J.-M. Carrié la présente de manière favorable dans la Storia di Roma (tome III, 1, Turin, 1993, p. 97), et P. Le Roux l’adopte quasiment dans sa récente et brillante synthèse Le Haut-Empire en Occident, Paris, 1998, p. 82-83 : « Les Baquates de la Tingitane y sont, semble-t-il, arrivés après une longue migration d’est en ouest ». Nous nous proposons de revenir, dans un article critique détaillé, sur cette thèse qui nous paraît extrêmement fragile.

2 Pline l’Ancien, VI, 194. Cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 239-240.

3 Ptolémée, IV, 5, 12. Cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 161-162.

4 Pline ne cite que cinq peuples berbères pour la Tingitane, en opérant une sélection dont les critères nous échappent largement.

5 Seul à notre connaissance D. Roques a fait clairement cette remarque, pourtant la première qui aurait dû s’imposer aux historiens (Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 274).

6 Cf. supra p. 126.

7 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 1-29, éd. M.-A. Marié, t. 5, Paris, 1984.

8 Ammien, XXVIII, 6, 1-2 : ad Tripoleos Africanae provinciae veniamus aerumnas... Austoriani his contermini partibus barbari, in discursus semper expediti veloces, vivereque adsueti rapinis et caedibus... Et plus loin, Ammien est encore plus explicite : paulisper pacati, in genuinos turbines revoluti sunt... (cf. aussi supra p. 126).

9 H. Tauxier, « La religion des taureaux divins en Afrique », RAf, t. 21, 1877, p. 185-197.

10 Ptolémée, IV, 5, 12, cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 173.

11 J. Mesnage, Le christianisme en Afrique. Déclin et extinction, Alger-Paris, 1915, p. 29.

12 Cdt G. Cauvet, « Que sont devenus les Libyens des Anciens ? », RAf, t. 79, 1936, p. 387-400.

13 D. J. Mattingly, « The Laguatan... », Libyan Studies, 1983, p. 101.

14 SEG, IX, 9. Inscription trouvée à Cyrène, qui célèbre la victoire du général Tenagino Probus, envoyé d’Egypte par Claude II pour châtier la hardiesse incessante des Marmaritai.

15 Pline l’Ancien, V, 33 : Accolunt Marmaridae, a Paraetioni ferme regione ad Syrtim Maiorem usque porrecti (cf. le commentaire de J. Desanges dans son édition de ce livre, p. 367-369).

16 La première inscription est une épigramme de Cyrène datée de 2 après J.-C., publiée et commentée par L. Robert dans Hellenica, tome 1, Limoges, 1940, p. 7-17. Cf. notamment ligne 4 : Ήνίκα Μαρμαρικοϋλήξεν πολεμοιο κυδοιμος...La seconde inscription (OGI 767) n’est pas aussi bien datée, mais elle cite explicitement les mêmes groupes : εμ τφι Μαρμαρικίδι πολέμφ.

17 Johannide, V, 398-399 : Une peur glacée trouble ainsi les armées marmarides, le cœur ébranlé à la voix du grand Jean.

18 La bataille du chant V, à dater de 546, fait en effet suite à l’avancée de la coalition décrite au chant II, les chants III et IV (en partie) étant occupés par un long retour en arrière sur les malheurs passés de l’Afrique.

19 Cf. « The Laguatan... », Libyan Studies, 1983, p. 100 particulièrement.

20 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 103 note 9.

21 D. J. Mattingly, « The Laguatan »..., Libyan Studies, 1983, p. 101 : the tribe eventually reached Kairouan and beyond.

22 Courtois indique en fait (Les Vandales... p. 103, n. 9) : « Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, éd. P. Casanova (De Slane) tome 1, p. 151 et 231 ss ». Les pages « 231 et ss » correspondent à une notice de cinq pages sur les Lawâta où Ibn Khaldûn localise toutes les fractions de ce peuple connues à son époque. Deux sont en Egypte, et c’est peut-être ce qui a influencé Courtois. Mais il n’est jamais question de migration est-ouest dans ce passage, qui selon nous impliquerait même plutôt le contraire. L’autre référence (« p. 151 ») ne correspond à rien. Il faut supposer ici une coquille de l’éditeur et rectifier 181, ce qui nous renvoie au texte utilisé par Mattingly.

23 Ibn Khaldûn, Histoire des Berbères, traduction De Slane revue par P. Casanova, tome 1, Paris, 1925, p. 181-182. La disposition en paragraphes ici adoptée est justifiée infra par l’explication de ce texte.

24 Nous revenons sur ce texte et ses problèmes de traduction, avec la même conclusion, dans notre étude « Mythe et histoire aux derniers temps de l’Afrique antique : à propos d’un texte d’Ibn Khaldoun », dans Revue historique, t. CCCIII/2, 2001, p. 315-341.

25 Cf. supra note 21.

26 Traduction et commentaire de A. Mahdjoub, RAf, t. 99, 1955, p. 71-112 et t. 101, 1957, p. 45-84. Le passage cité ici est t. 101 p. 47.

27 Ibn Khaldûn a pu se tromper dans ses références, mais il se peut aussi simplement que l’auteur ait écrit deux ouvrages à partir des mêmes matériaux.

28 « L’emploi réitéré de pronoms personnels dans ce passage rend le texte assez obscur » (RAf, t. 101, 1957, p. 68 note 185).

29 Chez Ibn Khaldûn, le récit figure au milieu d’un long développement où quasiment toutes les versions connues du mythe sont exposées (Histoire des Berbères, t. 1, p. 173-185). Dans le Qaçd, la perspective est identique, avec moins de variantes (RAf, t. 101, 1957, p. 46-49).

30 Cf. supra chap. 4 note 56.

31 Sur l’intérêt de ces localisations, cf. infra p. 186.

32 Liber Generationis I, éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, 1, §145 : Syrtes habens gentes : Nasamonas, Macas, Tautameos...

33 Traduction De Slane, t. 1, p. 231-236.

34 La démonstration qui précède ne cherche cependant nullement à nier qu’il y eut des Lawâta en Egypte occidentale. Courtois et Mattingly citaient Al-Bakrî et Ibn Khaldûn, mais un texte d’Al-Kindî (éd. Guest, p. 32) signale dès 660-661 une attaque de Lawâta contre l’Egypte, alors repoussée par ‘Amr. Les partisans de la théorie des migrations vers l’ouest voudront voir dans ces populations des survivantes des Lawâta primitifs. La difficulté, qu’ils ignorent manifestement, est que les textes sont nombreux du ive au vie siècle sur les habitants des oasis et des déserts occidentaux de l’Egypte, et que jamais ils ne parlent d’Austuriani ou de Laguatan, mais seulement de Mazikes (cf. infra note 52). Il est donc plus logique de supposer qu’à la suite des offensives byzantines du vie siècle (cf. infra p. 647-653), les Laguatan, refoulés vers la Cyrénaïque, ont pu aussi prendre le contrôle d’anciens groupes de Mazikes, phénomène qui se poursuivit à l’époque arabe. Cela n’implique pas pour autant une théorie des migrations inversée (d’ouest en est) comme celle que défend U. Monneret de Villard (Storia della Nubia cristiana, Rome, 1938, p. 87-93).

35 G. Camps, Berbères. Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 125.

36 L’inscription IRT 480 qui signale un conflit avec les Austuriani dans cette période a été mal comprise par P.-A. Février (Approches du Maghreb romain, t. 2, Aix, 1990, p. 150). Le texte est le suivant : Ortygii/ Florentissimis saeculis/ d(ominorum) n(ostrorum) Honori et Theodosi/ p(atrum) p(atriae) semper Augustorum,/ Fl(avio) Ortygio v(iro) c(larissimo) SPPO com(iti) et duci p(rovinciae) T(ripolitanae),/ ob insignia meritorum et labore(m)/ fidemque exhibitam,/ Austurianorum furore repraessa/ ordo splendidissimus et populus/ Lepcimag(nensis) civita(tis), publice. P.-A. Février, sans donner la référence, évoque cette « base qui rend hommage aux efforts du comte et duc de Tripolitaine et à la fides des Austuriani », concluant : « il semble donc qu’il y a eu avec eux un traité... Rien ne prouve que ce traité a suivi une expédition punitive. Et si les brigands de 363 ne sont pas devenus gendarmes, ils ne sont pas obligatoirement le danger des années 400 ». Emporté par son désir de démystifier à tout prix le problème maure, l’auteur commet ici un étonnant contresens, en attribuant aux barbares les louanges adressées en réalité à celui qui les avait vaincus. Mais l’erreur s’explique peut-être par le fait que P.-A. Février n’a dû consulter que les IRT, où après Austurianorum les deux mots furore repraessa étaient donnés comme illisibles. La lecture corrigée du texte fut procurée par J. Reynolds, « The Austuriani and Tripolitania in the early fifth century », dans Libyan Studies, 8, 1977, p. 13.

37 Les Ausourianoi ne sont explicitement mentionnés que dans trois textes de Synésios, les lettres 41 (éd. Garzya p. 55) et 78 (éd. Garzya, p. 138), et la Catastase II (éd. Terzaghi p. 289), mais il est probable qu’ils sont aussi les barbares évoqués par d’autres textes comme la lettre 130 (éd. Garzya p. 222). Nous reprenons ici pour ces textes la chronologie de D. Roques (présentée dans Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, et Etudes de chronologie sur la correspondance de Synésios de Cyrène, Bruxelles, 1989), non sans quelque hésitation en raison des liens qui l’unissent souvent chez ce savant à la thèse d’une migration berbère consécutive à la révolte de Gildon.

38 L’épisode n’apparaît que de manière fortuite dans le récit de Priscos, lors de la « 42e année du règne de Théodose » (Müller, FHG, t. IV, p. 98) : à propos de la libération contre rançon de Constantius, jusque là prisonnier d’Attila, l’historien indique que ce personnage, rentré à Byzance, reçut en mariage la femme d’Amantius : celui-ci avait été général des Romains et avait commencé un consulat. Envoyé en Libye avec son armée, il avait livré bataille aux Ausorianoi et l’avait emporté, mais il mourut bientôt de maladie...

39 D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 276.

40 Orose, Histoires contre les païens, VII, 36, 10 (éd./trad. M.-P. Arnaud-Lindet, t. 3, Paris, 1991, p. 105).

41 Comme le montre la citation exacte donnée ensuite par D. Roques lui-même, Philostorge ne parle en fait jamais de « migrations ». D. Roques se laisse ici emporter par la thèse qu’il veut démontrer.

42 D. Roques, ibid., p. 224.

43 En fait, Philostorge ne parle d’ailleurs jamais de l’Africa mais seulement des Africains (cf. éd. J. Bidez p. 138 : l. 10 : Άφρων et l.12 : Άφροις). Ce mot Αφρος est assez rare. Philostorge, en l’opposant à Λιβύη semble réserver à ce dernier un sens précis, très probablement en songeant aux deux provinces de l’empire oriental, la Libye supérieure (Pentapole) et la Libye inférieure (Cyrénaïque orientale).

44 On ne voit pas comment pourrait se fonder autrement cette affirmation de D. Roques, puisque les Austuriani sont situés par les autres auteurs près de Lepcis (Ammien) ou près de la Cyrénaïque (Synésios), mais jamais en Byzacène.

45 Gildon est en effet vaincu entre Haïdra et Théveste, au sud-ouest de la Proconsulaire. Si Philostorge faisait allusion à la dispersion de ses troupes après cette défaite, le mouvement vers l’ouest ne pourait concerner que la Numidie.

46 D. Roques, op. cit. p. 56.

47 Il faut noter ici que le texte de Philostorge dit exactement qu’il y eut des attaques « contre les Africains en direction du soleil couchant » (Aφροις τε έμβα-λόντες κατ δυόμενον ήλιον...). D. Roques a traduit correctement ce passage (avec Afrique à la place d’Africains) au début de son livre (p. 33). Mais quand il développe sa théorie des migrations et veut rapprocher le texte de Philostorge du récit d’Orose sur Gildon, sa traduction ne comporte plus le mot Afrique (p. 224 ligne 18). Cette distraction peut expliquer que l’auteur n’ait pas perçu ensuite toutes les difficultés de son raisonnement, en particulier le simple fait que l’Afrique Proconsulaire est au nord et non à l’ouest de Théveste.

48 Ce qu’impliquerait effet la première partie de la remarque de Philostorge : « ils vivent entre les Africains et la Libye ».

49 Saint Augustin, sermo 46, § 41 (éd. C. Lambot, CCL, t. 41, Turnhout, 1961) : Ubi sit Cyrene, forte nescis : Libya est, Pentapolis est, contigua est Africa.

50 Expositio totius mundi et gentium, LXII (éd./trad. J. Rougé, Paris, 1966) : Deinde post Africae omnem regionem adjacet et deserta maxima in austri partibus, ubi aiunt in minima parte ipsius deserti habitare barbarorum pravam gentem quae sic vocatur Mazicum et Aethiopum. Post hos invenitur regio Pentapolitana... Comme le note J. Rougé, « l’expression post Africae omnem regionem laisse supposer que notre auteur comprend dans l’Africa la Tripolitaine ».

51 On sait en effet que le mot a un sens très large, désignant les Berbères en général, et qu’il a survécu dans le nom berbère moderne Imazighen avec la même signification (cf. S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, tome V, p. 115120 ; J. Desanges, Catalogue..., p. 63 et p. 112-113 ; G. Camps, « Massinissa », dans Libyca, VIII, 1960, p. 26-29).

52 Le dossier des attaques des Mazices sur l’Egypte a été réuni et analysé par H. G. Evelyn-White, The Monasteries of Wadi’n Natrun, tome 2, The History of the Monasteries, New York, 1932, p. 150-167. Pour l’attaque sur la Libye, cf. Jean d’Antioche, fragment 216, dans Müller, FHG, t. IV, p. 621. Sur la date, cf. Stein, Histoire du Bas-Empire, t. 2, p. 105.

53 Nous avons montré les spécificités de la révolte de Gildon dans notre article « Gildon, les Maures et l’Afrique », MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 821-872, et les difficultés de tout rapprochement entre cette révolte et la loi VII, 19, 1 du Code Théodosien dans notre compte-rendu de la thèse de D. Roques paru dans la Revue des études augustiniennes, tome XXXV, 1, 1989, p. 191-194.

54 Code Théodosien (éd. Mommsen, Berlin, 1905), VII, 19, 1 : Impp Arcadius et Honorius AA Messalae P(raefecto) P(raetorio)... L’Italie et l’Afrique étaient réunies en une seule préfecture depuis le règne des fils de Constantin.

55 T. Kotula, « Der Aufstand des Afrikaners Gildo und seine Nachwirkungen », dans Das Altertum, Tome 18, 1972, p. 167-176.

56 Le titre de la loi VII, 19, 1 est : De Saturianis et Subafrensibus et occultatoribus eorum.

57 Code Théodosien, VII, 19, 1 :...Sed aliquot ex eis inminentis poenae evitatione ad di(ver)sa semet latibula contulerunt, quorum occultatores huic severitati sciant se esse subdendos, ut hae possessiones, in quibus latebram conlocaverint, fisci nostri corporibus adgregentur...

58 D. Roques utilise d’ailleurs cette confusion pour refuser une chronologie trop stricte. Il estime en effet que les événements rapportés par Philostorge s’étalent en réalité sur plus de dix ans. Mais sa démonstration n’est guère convaincante, comme nous le montrerons infra à propos de la définition des mixobarbares.

59 L’avancée jusqu’à Carthage est signalée par Procope comme une conséquence de la défaite de Jean Troglita en 547 : Et alors l’ennemi, parcourant tout ce pays jusqu’à Carthage (Kχηó), traita de terrible manière les Africains qui se trouvaient sur sa route (Guerre vandale, II, 28, 49).

60 Cf. notre article « Les premiers raids des tribus sahariennes en Afrique et la Johannide de Corippus », dans Actes du IVe colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 5-9 avril 1988, tome 2, L’armée et les affaires militaires, Paris, 1991, p. 479-490.

61 Corippe, dans le récit des événements antérieurs à l’arrivée de Jean Troglita (Johannide III, 52-460 et IV, 1-242), ne mentionne pas les Laguatan avant la prise d’Hadrumète en 545 (il ne faut en effet pas considérer le mot Leucada de III, 294 comme un synonyme de Laguatan mais plutôt comme un toponyme, ainsi que le montrera V. Zarini dans son édition à paraître de la Johannide). Procope, de son côté, n’évoque pas les Laguatan dans la Guerre vandale avant 543. Dans le De Aedificiis, il signale seulement leur attaque sur Lepcis entre 527 et 533 : or, à cette époque, Antalas s’insurgeait en Byzacène et battait les Vandales, mais ils n’intervinrent pas.

62 Johannide, III, 393-396 :
[Antalas] misit ad extremas Libyae sitientis harenas,
...populosque malignos/edocuit nostrisque implevit cladibus aures
...

63 Procope, Guerre vandale, II, 22, 18-20. Cf. infra p. 617-620.

64 Cette constatation, essentielle, dément totalement les affirmations de T. Lewicki (« Lawâta », dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd. (EI2), t. 5, 1986, p. 699702) et les conclusions implicites de nombre de partisans modernes de la théorie, qui semblent considérer, sans pouvoir citer un seul texte, et en négligeant l’histoire de la politique berbère des Byzantins après 548, que les incursions racontées par Corippe ne cessèrent de se répéter ensuite, dans un mouvement de glissement continu durant les vie et viie siècles pour la conquête de nouveaux terrains de parcours en Byzacène.

65 Procope, Guerre vandale, II, 28, 51 : Les Romains, en les poursuivant alors qu’ils fuyaient dans un désordre total, en tuèrent un grand nombre, tandis que le reste s’enfuit vers les extrémités de la Libye (oi δε λοιποιές Λιβύης τάς εσχατιάς διε-φυγον).

66 Cf. infra p. 633.

67 Cf. infra p. 338-342 et p. 664-668.

68 Cf. infra p. 668-676.

69 Ibn ‘Abd al-Hakam, Kitâb Futûh Misr wa-l-Maghrib, éd. C. C. Torrey sous le titre The History of the conquest of Egypt, North Africa and Spain, known as Futuh Misr, New Haven, 1922. Traduction partielle du livre V par A. Gateau, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, Alger, 1947, et dans Revue Tunisienne, 1931, p. 233-260, 1932, p. 71-78, et 1935, p. 247-270.

70 Ibn ‘Abd al-Hakam est né en 798 ou 799 et mort en 871, cf. EI2, t. III p. 696.

71 Cette traduction a été élaborée en commun avec Ah. Siraj à Rome en 1989. Nous lui avions à l’époque fait part de nos doutes sur la traduction Gateau de ce passage, et il avait accepté pour nous de la reprendre. Par la suite, après notre soutenance de thèse fin 1990, il fut amené pour sa propre enquête à la revoir encore et à en donner une version un peu différente dans son livre L’image de la Tingitane, Rome, 1995, p. 65-66.

72 D. Oates, « The Tripolitan Gebel : Settlement of the Roman period around Gasr ed Dauun », dans Papers of the British School at Rome, vol. 21, 1953, p. 113.

73 Cf. notre article « Mythe et histoire aux derniers temps de l’Afrique antique : à propos d’un texte d’Ibn Khaldoun », dans Revue historique, t. CCCIII/2, 2001, p. 315-341.

74 La faute est d’autant plus grande que dans le cas de Ibn ‘Abd al-Hakam les avertissements des spécialistes n’ont pas manqué : cf. ainsi les remarques de A. Gateau, RT, 1931, p. 234, et surtout l’article fondamental de R. Brunschwig, « Ibn Abdalh’akam et la conquête de l’Afrique du Nord », dans Annales de l’Institut d’études orientales de l’université d’Alger, t. 6, 1942-47, p. 108-155.

75 A. Gateau, R T, 1931, p. 234

76 D. Oates (op. cit. supra note 72), manifestement gêné, a voulu comprendre qu’il s’agissait de la ville tunisienne de Sousse, suivi en cela plus tard par O. Brogan (« Some ancient sites in Eastern Tripolitania », dans Libya Antiqua, t. XIIIXIV, 1976-77, p. 128). Mais le texte évoque sans ambiguïté le Sous marocain, ce que confirment toutes les autres versions du mythe.

77 Cf. surtout l’article très clair de G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubi », dans RAf, t. 85, 1941, p. 45-48.

78 Dans sa thèse Tripolitania, Londres, 1995, p. 29, l’auteur écrit : « The Rum were not Romans, but the Romanized Libyphoenices. One may guess that the Afariq were some of the original Gaetulian and Macae population of the Gebel... » (sic).

79 Le Synekdemos d’Hiéroklès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. E. Honingman, dans Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae I, Bruxelles, 1939, p. 54-57 et p. 61 : une cité en Proconsulaire, Carthage (mais plus loin Laribus, Théveste et peut-être Ammaedara sont nommées en Numidie), quatorze en Byzacène, treize en Numidie, trois en Maurétanies, trois en Tripolitaine, soit un total de 34 cités.

80 Concilium Lateranense a. 649 celebratum, éd. R. Riedinger, Berlin, 1984 : ces actes reprennent les textes, avec les souscriptions des évêques présents, des conciles tenus en 646 en Proconsulaire (p. 91-95 : 68 évêchés cités) et en Byzacène (p. 77-79 : 42 évêchés cités).

81 D. Mattingly, Tripolitania, Londres, 1995, p. 175.

82 Le synekdemos d’Hiéroclès et l’opuscule de Georges de Chypre, éd. E. Honingman, Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae, I, Bruxelles, 1939, p. 61 : TRI-ΠOΛΙΣ. Τόσιβα, Λπτις, Oἵα. Le nom Τόσιβα, inconnu jusqu’à présent, apparaît sur un texte arménien qui semble se rapporter à la Tripolitaine des années 650 (document présenté par C. Zuckerman en octobre 2000 au colloque de Tunis sur l’Afrique vandale et byzantine, à paraître dans la revue Antiquité tardive).

83 Ibn al-Athîr, Kitâb al-Kâmil fî al-târîkh, trad. partielle de E. Fagnan, RAf, 1896, t. 40, p. 355.

84 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. A. Gateau, RT, 1931, p. 241 : [L’Ifrîkiyya] était gouvernée par un roi connu sous le nom de Djurdjîr. C’est Hirakl (Héraclius) qui l’avait investi du pouvoir, mais Djurdjîr se déclara indépendant et fit frapper des dînârs à sa propre effigie. Il régnait sur les territoires de Tripoli à Tanger. Ailleurs, le même auteur signale que face à ‘Amr, les habitants de Sabratha s’étaient retranchés (ibid p. 238). Al-Balâdhûrî, Futûh al-buldân, trad. P. K. Hitti et F. C. Murgotten, t. 1, New-York, 1916, p. 356-357 : Uthmân nous envoya dans une expédition contre l’Ifrîkiyya, dont le patrice exerçait un pouvoir qui s’étendait de Tripoli jusqu’à Tanger. Sur le maintien de la présence byzantine dans les cités littorales jusque dans les années 650 au moins, cf. supra note 82.

85 Cf. en général F. Rosenthal, A History of Muslim historiography, 2e éd., Leiden, 1968. Et pour Ibn ‘Abd al-Hakam en particulier, cf. les remarques de A. Gateau et l’article de R. Brunschwig cités supra note 74.

86 M. Talbi, « Un nouveau fragment de l’histoire de l’occident musulman. L’épopée d’Al-Kâhina », dans Cahiers de Tunisie, tome 19, 1971, p. 20 (repris dans M. Talbi, Etudes d’histoire ifriqiyenne, Tunis, 1982, p. 126).

87 Cette enquête ne prétendait pas à l’exhaustivité, mais elle s’est efforcée de réunir beaucoup plus de textes que ceux habituellement utilisés par nos prédécesseurs. Nous regrettons de ne pas avoir eu les moyens d’exploiter deux ouvrages manuscrits conservés à la Bibliothèque générale de Rabat, Mafâkhir al-Barbar (D. 1020) et Kitâb al-Ansab (K. 1275). Signalés par E. Lévi-Provençal et M. Shatzmiller, ces livres semblent cependant être des compilations tardives (xive siècle probablement) de traditions surtout généalogiques sur les origines des Berbères (cf. l’article « Mafâkhir al-Barbar » dans EI2, t. 6, 1986, p. 1146-1147).

88 Sur cet auteur, cf. EI2, tome 3, p. 863 et A. Miquel, Géographie humaine du monde musulman, t. 1, Paris, 1967, p. xxi et p. 87. Il existe pour la partie de son œuvre consacrée au Maghreb trois traductions françaises : par Barbier de Meynard, dans JA, 1865, p. 227-295 et p. 446-532 (texte arabe p. 5-127) ; par M. T. de Goeje, dans Bibliotheca Geographicorum Arabicorum, tome 6, Leyde, 1887, p. 65-66 pour notre passage ; et par M. Hadj-Sadok, dans Bibliothèque arabe-française, tome 6, Alger-Paris, 1949. Nous avons repris ici la version de Goeje, identique à la version Hadj-Sadok (le manuscrit de Barbier de Meynard était incomplet).

89 Cf. également Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, t. 12, 1858, p. 429-430 : Atrâbolos... : on dit que le nom de cette ville signifie en grec « trois villes... Elle se nomme aussi Medina-t-Ayas.

90 A. Mcharek, « De Zama à Kairuan : la Thusca et la Gamonia », dans C. Lepelley et X. Dupuis éd, Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique, Hommage à Pierre Salama, Paris, 1999, p. 139-182.

91 Conclusion identique chez A. Siraj, L’image de la Tingitane, Rome, 1995, p. 212.

92 La seule véritable exception est Ibn al-Athîr (trad. Fagnan, RAf, t. 40, 1896, p. 355-356), mais l’historien syrien recopie textuellement sur ce sujet Ibn ‘Abd al-Hakam, et son texte ne représente donc pas, dans ce cas précis, une source originale.

93 Ibn al-Faqih al-Hammadani (sic), Kitâb al-Buldân, édition et traduction des passages sur l’Afrique du Nord par M. Hadj-Sadok, Bibliothèque arabe-française, t. 6, Alger, 1949, p. 39.

94 M. Hadj-Sadok, ibid., introduction p. x-xii.

95 Al-Muqaddasî (sic), édition et traduction partielle sous le titre Description de l’Occident musulman au 4e siècle de l’Hégire, par C. Pellat, Bibliothèque arabe-française, t. 9, Alger, 1950, p. 55.

96 Citation extraite de l’étude de A. Miquel sur Al-Ma’sûdî, dans Géographie humaine du monde musulman, tome 1, Paris, 1967, p. 202-212.

97 Al-Mas’ûdî, Murûdj al-dhahab (Les prairies d’or), texte et traduction G. Barbier de Meynard et J. Pavet de Courteille, 9 volumes, Paris, 1861-1877. M. Gaudefroy-Demombynes disait de cette traduction qu’elle « est à la fois exacte et agréable à lire » (Les institutions musulmanes, Paris, 1921, p. 13). Les extraits cités ici se trouvent dans le t. 1 p. 195-107, et dans le t. 3 p. 241-243.

98 Al-Idrîsî, Le Magrib au xiie siècle de l’Hégire (vie siècle après J.-C.), texte établi et traduit en Français d’après Nuzhat al-Mustaq, par M. Hadj-Sadok, Paris, 1983, p. 63. Une version corrigée de la vieille traduction de Jaubert pour les chapitres sur l’Occident vient d’être publiée avec présentation, carte, et notes par H. Bresc et A. Nief sous le titre Idrîsî, La première géographie de l’Occident, Paris, 1999. Notre passage figure à la p. 130 (les auteurs préfèrent l’expression Maghreb occidental à point extrême du Maghreb choisi par M. Hadj-Sadok).

99 Al-Bakrî, dans un passage cité par Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 177.

100 Al-Watwât, traduction partielle par E. Fagnan, dans Extraits inédits relatifs au Maghreb : géographie et histoire, Alger, 1924, p. 41-42. Ce texte date de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle.

101 Al-Tidjanî, Rihla, traduction partielle par A. Rousseau, dans JA, 1852, p. 201. Le texte date du xive siècle.

102 Cf. sur ces problèmes notre étude, « Mythe et histoire aux derniers temps de l’Afrique antique. A propos d’un texte d’Ibn Khaldoun », dans Revue historique, t. CCCIII/2, 2001, p. 315-341.

103 Cet aspect a été totalement négligé dans l’étude, par ailleurs pionnière et très riche, de M. Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère. Aspects historiographiques et sociaux », dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 35, 1983, p. 145-156.

104 Références : Ibn Khurdâdhbah : cf. supra note 88 ; Ibn ‘Abd al-Hakam : cf. supra note 71 ; Ibn Abd al-Barr : cf. supra note 26 ; Al-Idrîsî : cf. supra note 98 ; AlWatwât : cf. supra note 100 ; Ibn Khaldûn : cf. supra note 23 ; Mohammed ben Ahmed ben Ayas : « L’odeur des fleurs dans les merveilles de l’univers », trad. partielle de L. Langlès, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 8, Paris, 1810, p. 7.

105 Nous ne prenons pas en compte ici le texte d’Al-Kindî (éd. Guest, p. 32) qui signale vers 660-661 une attaque de Lawâta sur l’Egypte, que {Amr eut à repousser. D’abord parce que cet assaut n’apporte évidemment rien à la théorie des migrations vers l’ouest ; et ensuite parce que, comme nous l’avons signalé supra note 34, ces Lawâta sont probablement un groupe issu des Mazikes du désert égyptien occidental, récemment passé sous le contrôle des Lawâta. Cf. également infra 5e partie chap. 18 note 80.

106 Ibn ‘Abd al-Hakam, trad. A. Gateau, RT, 1931, p. 236.

107 Al-Balâdhûrî, Futûh al-Buldân, extrait cité par M. Talbi, L’Emirat Aghlabide, Paris, 1966, p. 26-27. Dans son article « Ibn {Abdalh’akam et la conquête de l’Afrique du Nord » (Annales de l’Institut d’Etudes Orientales (Alger), tome 6, 194247, p. 108-155), R. Brunschwig cite d’autres passages de Abû ‘Ubayd ibn Sallâm, qui était la source de Al-Balâdhûrî. Tous les textes de cet auteur, mort en 839, évoquent les Lawâta comme « les habitants de Barka ».

108 Ibn al-Athîr, trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 355.

109 A l’exception des néo-convertis issus de cette tribu et qui ont rejoint l’armée arabe : cf. infra 5e partie p. 787-788.

110 ‘Ubayd Allâh ibn Sâlih, fath al-Arab li-l Magrib, trad. E. Lévi-Provençal dans Arabica, tome 1, 1954, p. 35-42. Cet auteur vivait dans le sud marocain au xive siècle.

111 E. Lévi-Provençal, ibid., introduction, p. 24-25.

112 Chronologie établie par E. Lévi-Provençal, ibid., p. 43. Critique de H. R. Idris dans Revue des Etudes Islamiques, 1969, p. 148-149, citant aussi H. Monès qui dénonce « l’inexactitude des dates de ‘Ubayd Allâh ».

113 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 275.

114 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 232.

115 Ibn Khaldûn trad. De Slane, t. 1, p. 233-234.

116 Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1859, p. 115.

117 Al-Ya’kûbî, Kitâb al-Buldân, trad. G. Wiet sous le titre Les pays, Le Caire, 1937, p. 203. Le même auteur nuance cependant cette affirmation plus loin (ibid. p. 208) en écrivant : Cinq étapes séparent Tripoli de Gabès, dans une région prospère peuplée de Berbères, Zanâta, Luwâta...

118 Un exemple pour le Maroc, à propos de la ville d’Asila, au sud de Tanger : Au sud de cette ville, on trouve plusieurs tribus louatiennes... (trad. De Slane, JA, 1859, p. 328).

119 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 232-236.

120 Dans le cas de l’extension vers l’Egypte, le mouvement a pu commencer dès le vie siècle, à la suite de la répression byzantine. Les Lawâta qui attaquent le pays en 660-661 sont en efffet probablement d’anciens Mazikes absorbés par les Lawâta (cf. supra note 34).

121 Selon Ibn al-Athîr, après leur ralliement du début des années 640, les Lawâta se seraient révoltés, ce qui aurait nécessité une expédition punitive, prélude à leur soumission définitive : [vers 661-662] {Ukba poussa jusque chez les Lawâta et les Mazâta, qui d’abord lui prêtèrent obéissance pour ensuite retourner à leurs erreurs ; de sorte que cette année même il dirigea contre eux une expédition où il leur tua du monde et leur fit des prisonniers (trad. Fagnan, RAf, 1896, p. 365). La même tradition se retrouve chez ‘Ubayd Allâh : {Ukba fit une expédition contre les Lawâta en 41 de l’Hégire (trad. Lévi Provençal, Arabica, 1, 1954, p. 38). L’association avec les Mazâta, donnés habituellement comme des habitants de l’oasis de Waddan, laisse supposer que ces événements concernaient en fait une autre fraction des Lawâta (cf. infra 5e partie p. 784-785).

122 Al-Nuwayrî, trad. De Slane, JA, 1841, p. 116.

123 Ibn al-Athîr, trad. Fagnan, RAf, t. 40, 1896, p. 365-366 : [Le calife nomme au gouvernement de l’Ifrîkiyya] « ’Ukba ibn Nâfi’ Fihri qui était resté à Barka et à Zawîla depuis qu’il les avait conquises du temps de ‘Amr ibn al-‘Asi et d’où il avait pratiqué la guerre sainte et fait des conquêtes. Avec les dix mille cavaliers que Mu’âwiyya lui envoya en même temps que sa nomination, ce chef pénétra en Ifrîkiyya et le concours que lui prêtèrent les Berbères convertis lui procura une nombreuse armée ».

124 Al-Mâlikî indique ainsi que vers 684-685, lorsque Zuhayr ibn Kays, arrivé de Libye, envahit l’Ifrîkiyya, il avait avec lui 6 000 hommes, 2 000 Berbères et 4 000 Arabes (trad. H.R. Idris, dans Revue des Etudes Islamiques, 1969, p. 141). Ces Berbères étaient nécessairement des Libyens, et très probablement des Lawâta. De même, un peu plus tard, Ibn ‘Abd al-Hakam signale que lors de la première expédition de Hassân, vers 692-693, celui-ci avait un lieutenant nommé Hilal ibn Tarwan al-Luwâti, de toute évidence un Lawâta (trad. A. Gateau, RT, 1932, p. 71). Cf. sur tout ceci infra p. 787-788.

125 Abû Zakariyyâ, trad. R. Le Tourneau, RAf, 1960, p. 107-108.

126 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 233-234. On peut cependant se demander, dans le cas de ces Lawâta de Tahert, s’il ne s’agit pas en réalité de descendants des partisans de Ibn Rostem, qui auraient suivi ce chef après son expulsion de Kairouan en 761-762. Les kharidjites qui le soutenaient venaient en effet de Libye (cf. T. Lewicki, article Al-Ibadiyya, EI2, t. III, p. 675-676).

127 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 236.

128 Cf. sur cette question infra chap. 18.

129 G. Marçais, « La Berbérie au ixe siècle d’après El Yacoubî », RAf, 1941, p. 43.

130 Cf. T. Lewicki, article « Lawâta » dans EI2, t. 5, 1986, p. 699-702. Cet article est très riche sur les problèmes de l’ibadisme, dont T. Lewicki était le grand spécialiste. En revanche, on y rencontre aussi des affirmations très contestables sur l’époque byzantine, fondées sur une lecture inexacte de Procope et de Corippe.

131 Cf. T. Lewicki, ibid., p. 701.

132 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 197 : [L’Ifrîkiyya, autrefois habitée] par une quantité innombrable de tribus berbères, est devenue un lieu de parcours pour les Arabes de la tribu de Soleim.

133 A. Bernard, Les confins algéro-marocains, Paris, 1911, p. 81-82.

134 J. Berque, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », dans Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, p. 267.

135 J. Berque, L’intérieur du Maghreb, xve-xixe siècle, Paris, 1978, chapitre X, « Logiques d’assemblage au Maghreb », p. 327.

136 Le nom Zenâta est inconnu des sources grecques et romaines. L’inscription de « Titus Claudius le Zénatien » citée par De Slane (appendice du tome IV de la traduction d’Ibn Khaldûn, Paris, 1856, p. 575), à la suite d’une première publication de Berbrugger (RAf, t. 1, 1856, p. 441-446 : Ti Claudius Zena ti/ Claudii Chresimi/ Frater HSE), évoque en fait Ti(berius) Claudius Zena, frère de Ti(berius) Claudius Chresimus... D’autre part, la notion de « race zénatienne », chère à Ibn Khaldûn, n’apparaît qu’avec les grands systèmes généalogiques des xe et xie siècles. Dans les premiers siècles de l’islam, les Zenâta ne formaient qu’une grande confédération tribale parmi d’autres, comme les Lawâta, les Hawwâra, les Nafûsa etc... (sur tout ceci, cf. infra, 5e partie).

137 Nous n’avons, de manière générale, pas trouvé d’indication du nom de la tribu de la Kâhina chez les historiens de la conquête avant Ibn Khaldûn.

138 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 191.

139 ‘Ubayd Allâh, trad. E. Lévi-Provençal, Arabica, 1, 1954, p. 35-42, § 16.

140 Al-Mâlikî, trad. Idris, Revue des Etudes Islamiques, 1969, p. 145. Al-Nuwayrî, trad. De Slane, JA, 1841, p. 559 : Les Arabes veulent s’emparer des villes, de l’or et de l’argent, et nous ne désirons posséder que des champs pour la culture et le pâturage.

141 N. Slouschz, Judéo-Hellènes et Judéo-Berbères, Paris, 1909, p. 163-166.

142 E.-F. Gautier, Les siècles obscurs du Maghreb, p. 226-227. M. Simon, « Le judaïsme berbère dans l’Afrique ancienne », dans Recherches d’histoire judéochrétienne, Paris, 1962, p. 74-75.

143 Cf. sur cette hypothèse P. Monceaux, « Les colonies juives dans l’Afrique romaine », Revue des Etudes Juives, 1902, p. 27.

144 M. Simon, ibid., p. 52.

145 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 208-209.

146 M. Talbi, « Un nouveau fragment de l’histoire de l’Occident musulman (62-196/682-812). L’épopée d’Al-Kâhina », dans Cahiers de Tunisie, 73, 1971, p. 42-43.

147 M. Talbi, ibid. p. 43.

148 M. Talbi, ibid. p. 43.

149 Cf. les textes cités supra p. 174-186. Cette interprétation, que nous avions présentée dans notre thèse de 1990 et qui complète l’article de M. Talbi, a été reprise par G. Camps dans L’Afrique du Nord au féminin, Paris, 1992, p. 136-137.

150 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 191.

151 Al-Bakrî, trad. De Slane dans JA, 1858, p. 437. Même remarque dans le Kitâb al-istibsâr : ‘Amr ibn al-Âs arriva jusqu’au Djebel Nefousa, dont les habitants étaient chrétiens, et il le conquit (trad. Fagnan, dans RSAC, 1898, p. 58).

152 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 1, p. 214-215.

153 Al-Mâlikî, trad. Idris, Revue des Etudes Islamiques, 1969, p. 146.

154 M. Fantar, « La Kahina, reine des Berbères », dans Reppal, 3, 1987, p. 169-184.

155 M. Talbi, op. cit. (Cahiers de Tunisie, 1971) p. 42, et article « Al-Kâhina », dans EI2, t. 5, 1982, p. 440-442.

156 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3, p. 179.

157 Cette théorie, évidemment intimement liée à la théorie des migrations, est aujourd’hui exposée avec le plus de clarté et les arguments les plus complets par G. Camps, notamment dans Berbères. Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, en particulier p. 49-50 et p. 125-128. Mais on en retrouve des échos plus ou moins fidèles dans nombre de synthèses consacrées à l’histoire du Maghreb.

158 Cf. sur ces questions l’intéressante réflexion de A. Sadki : « L’interprétation généalogique de l’histoire nord-africaine pourrait-elle être dépassée ? », dans Hesperis-Tamuda, XXV, 1987, p. 127-146. L’auteur conclut que la division des Berbères en trois grandes familles, à la suite de l’islamisation, constitue « le plus profond acte assimilateur que l’histoire des Imazighn ait jamais subi » (p. 130) : pour lui, ce classement, loin de correspondre à une réalité ethnique, serait d’abord le fruit du transfert au Maghreb du « modèle généalogique sémitique ». A. Sadki accepte par ailleurs, en citant G. Camps, l’idée « d’un mouvement permanent de tribus vers l’ouest », mais il la nuance en faisant commencer le mouvement en question avec la conquête arabe (p. 134).

159 Cf. G. Camps, Berbères. Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 125-128, avec la photo d’un targui et sa légende p. 125 : « armé de sa lance en métal (eller) et de son épée (takouba) à garde cruciforme, le targui ne diffère que fort peu des nomades chameliers qui à partir du Ve siècle pénétrèrent au Maghreb ».

160 Salluste, Guerre de Jugurtha, XIX, 5 : Super Numidiam Gaetulos accepimus partim in tuguriis alios incultius vagos agitare. Cf. également Pomponius Me-la, III, 104 : Nigritarum Gaetulorumque passim vagantium ne litora quidem infecunda sunt... La Table de Peutinger (segment VII, 2) signale en Tripolitaine des Bagigetuli qui sont probablement en fait des vagi Getuli, des nomades semblables à ceux évoqués par Salluste.

161 Strabon, Géographie, XVII, 3, 19. Ce texte a été traduit et commenté par R. Rebuffat dans son article « Les fermiers du désert », dans L’Africa romana 5. Atti del V convegno di studi, Sassari, 1987, Sassari, 1988, p. 37-38.

162 Orose, Histoires contre les païens, I, 2, 90 (exposé géographique valable pour le début du ve siècle). Pour saint Augustin, cf. infra p. 460-463.

163 On peut noter d’ailleurs sur ce sujet que Ibn Khaldûn lui-même, après avoir affirmé le nombre, la diversité, et le nomadisme des Zénètes, ajoute cette remarque : L’histoire des Zenâta en Ifrîkiyya et au Maghreb commença immédiatement après l’apparition de la race berbère en ce pays, c’est-à-dire dans un siècle tellement reculé que Dieu seul peut en savoir l’époque (trad. De Slane, t. 3 p. 190). De toute évidence, pour lui, il y avait toujours eu sur l’ensemble du territoire nord-africain, oriental et occidental, des groupes « zénètes », c’est-à-dire des tribus qui pratiquaient le grand nomadisme. Il ignorait visiblement tout d’une grande migration d’est en ouest dans l’Antiquité tardive.

164 Cf. l’étude qui fait toujours référence de E. Demougeot, « Le chameau et l’Afrique du Nord romaine », dans Annales E.S.C., 1960,2, p. 209-247. Des preuves écrites de la présence banale du chameau dans le désert libyen au milieu du iiie siècle ont, depuis cet article, été apportées par les ostraka de Bu Njem : cf. R. Marichal, Les ostraka de Bu Njem, Tripoli, 1993, notamment p. 101-114, avec par exemple le no 5 qui mentionne la statio camellariorum.

165 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 5. Cf. pour ce passage un commentaire infra p. 211-212.

166 Synésios, Catastase II, éd. N. Terzaghi (Synesii Cyrenensis Opuscula, Rome, 1944), p. 290, l. 17. Commentaire de D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 290-291.

167 Corippe, Johannide, VII, 236-239 : (Le préfet Athanase envoie des secours à Jean Troglita qui a établi ses quartiers d’hiver à Laribus)
Plaustra gemunt onerata viis altisque camelis
fervet iter...
omnia per latos convectant horrea campos
armaque multa viris more expedenda Latinis.
(Sur les chemins, les chariots chargés gémissent et les hauts chameaux mettent la route en effervescence... On transporte à travers les vastes plaines tout le blé des greniers et de nombreuses armes destinés à être distribués selon l’usage aux soldats latins)
.

168 Cf. J.-P. Darmon, « Note sur le tarif de Zarai », dans Cahiers de Tunisie, 1964, p. 7-23.

169 Rappelons ici que R. Rebuffat a bien mis en évidence l’existence, au sein même de la langue libyque, de plusieurs alphabets (« Graffiti en libyque de Bu Njem », dans Libya Antiqua, XI-XII, 1974-75, p. 165-181). Cf. sur cette question une synthèse récente de L. Galand, « L’écriture libyco-berbère », dans CRAI, 1998, p. 593-601. Les dialectes aussi devaient être nombreux, et on ne peut exclure l’existence d’une famille de parlers « gétules » à l’origine du « zénète ».

170 J. Berque, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », dans Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, p. 267.

171 Ibn Khaldûn, trad. De Slane, t. 3 p. 179.

172 Ibn Sa’îd, historien et géographe est né à Grenade vers 1214 et mort à Tunis vers 1286-87. Le passage cité est un extrait de sa Chronique traduit par Reinaud et Guyard en appendice de leur traduction de la Géographie d’Aboulféda, t. II, 1, p. 170, note 1.

173 Léon l’Africain, trad. A. Epaulard, t. 1 p. 15.

174 J. Huguet, « Latins et Berbères », dans Archives berbères, t. 1, 1915-16, p. 252.

175 On nous permettra ici de plagier la conclusion polie mais cinglante de J. Berque à propos de la portée plus générale du livre de E.-F. Gautier : il dota « autour des années 1930 la science nord-africaine d’une superbe mythologie » (« Cent vingt-cinq ans de sociologie maghrébine », dans Annales E.S.C., 1956, 3, p. 308).

Table des illustrations

Légende Carte 3 – La migration des Berbères selon le mythe d’origine rapporté par Ibn Khaldûn et Ibn ‘Abd al-Barr.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1416/img-1.jpg
Fichier image/, 2,4M
Légende Carte 4 – La migration des Laguatan/Lawâta dans l’Antiquité tardive selon D. J. Mattingly (reproduction simplifiéede la carte donnée dans Libyan Studies, 14, 1983, p. 102).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1416/img-2.jpg
Fichier image/, 2,6M
Titre LOCALISATION DES AUSTURIANI ET DES LAGUATAN SELON LES SOURCES CLASSIQUES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1416/img-3.jpg
Fichier image/, 408k
Légende Carte 5 – « La migration vers l’Orient des Maziques et des Ausuriens entre 398 et 412-413 » selon D. Roques (Synésios de Cyrèneet la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 223).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1416/img-4.jpg
Fichier image/, 3,5M
Titre LOCALISATION DES LAWÂTA DANS LES RÉCITS DU MYTHE D’ORIGINE DES BERBÈRES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1416/img-5.jpg
Fichier image/, 144k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1416/img-6.jpg
Fichier image/, 159k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540