Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Première partie. Les Maures au début du VIe siècle : identité et histoire

Chapitre 1. Procope, Corippe et les Maures

Texte intégral

1Une enquête préliminaire sur les sources elles-mêmes, la valeur de leur documentation et les objectifs avoués ou cachés de leurs auteurs était indispensable. Comme dans chaque période de l’Antiquité, le regard porté au vie siècle par un Grec ou un Romain sur des gens qui sont toujours, d’emblée, définis comme des « barbares » ne peut en effet être neutre, et c’est à un patient travail de décodage que doit se livrer l’historien face à leurs textes, avant tout essai d’exploitation et d’interprétation.

1– PROCOPE

  • 1 Av. Cameron, Procopius and the sixth Century, Londres, 1985, particulièrement le chapitre X, « Proc (...)
  • 2 Ce fait apparaît dans le passage de la Guerre vandale où sont évoqués les ennemis du chef aurasien (...)
  • 3 Il s’agit de la révolte de Stotzas. Procope réussit à s’enfuir avec Solomon. Tous deux gagnèrent la (...)

2Dans le cas de Procope, les choses sont aujourd’hui facilitées par l’étude d’Averil Cameron, qui a consacré un chapitre particulier aux pages africaines de l’historien grec1. Un fait essentiel souligne dès le départ l’intérêt de son témoignage : Procope de Césarée eut une connaissance directe de l’Afrique, puisqu’il appartint au premier corps expéditionnaire byzantin, débarqué à Caput Vada vers la fin du mois d’août 533. Notre auteur était alors l’assesseur (le secrétaire) de Bélisaire, le général en chef, à qui il vouait une immense admiration. Bélisaire partit pour Constantinople après la reddition du roi vandale Gélimer, au printemps 534, mais Procope demeura en Afrique auprès du nouveau commandant en chef, Solomon. Il assista donc aux premières négociations entre Byzantins et Maures, puis aux deux premières révoltes contre l’Empire, en 534 et 535, et nous savons de son propre aveu qu’il eut des conversations avec certains chefs maures2. Il ne quitta l’Afrique qu’en 536, lors d’une mutinerie de l’armée d’occupation3, mais continua à suivre d’assez près les événements de la province, sur laquelle il demeura bien informé au moins jusqu’en 546.

  • 4 Sur la chronologie des œuvres de Procope, cf. Av. Cameron, Procopius..., p. 8-18. L’auteur propose (...)
  • 5 L’authenticité de ce livre n’est aujourd’hui plus contestée. Il sera cité ici dans l’édition J. Hau (...)
  • 6 Procope va jusqu’à affirmer que le règne de Justinien se solda finalement pour l’Afrique par un chi (...)
  • 7 L’édition ici utilisée sera celle de J. Haury, reprise par H. B. Dewing (collection Loeb, Londres, (...)
  • 8 Cet aspect particulier du livre VI du De Aedificiis a fait l’objet d’une note de G. Traina, « L’Afr (...)
  • 9 Pour une liste des échecs, cf. notre étude « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique », dans (...)
  • 10 Av. Cameron, Procopius..., p. 171.

3L’essentiel de son œuvre fut cependant rédigé plusieurs années après4, et ne peut être assimilé à une simple chronique. Chacun de ses livres est marqué par un ton particulier et reflète l’évolution de ses positions politiques. La Guerre Vandale, qui couvre en réalité l’histoire africaine de 429 à 546, se situe à cet égard à mi-chemin entre les deux tendances extrêmes qui le caractérisèrent. Les Anekdota ou Histoire secrète5 présentent une critique violente et sans nuance de Justinien et surtout de Théodora, concluant au bilan catastrophique de l’épopée justinienne pour l’Empire et en particulier l’Afrique6. A l’inverse, le De Aedificiis7 est un panégyrique insistant de l’action du même empereur, et une exaltation, en ce qui concerne les provinces africaines, de son œuvre religieuse8. Entre les deux, les livres de la Guerre Vandale, tout en évitant une critique ouverte de Justinien et de Bélisaire, n’omettent pas les divers échecs du nouveau régime installé à Carthage à partir de 5339. Comme le note Av. Cameron, « In fact, they record Byzantine incapacity as well as Byzantine triumph, and the difficulties as well as the successes of reconquest »10. Cette attitude mesurée ne peut, cependant, inspirer une confiance excessive, pas plus que le fait que Procope ait eu une connaissance directe de l’Afrique. L’ancien assesseur de Bélisaire était en effet un homme qui fut longtemps proche du pouvoir, et qui était en même temps profondément imprégné de culture grecque, avec tout ce que cela impliquait pour l’approche d’une société dite barbare. Son regard sur l’Afrique est marqué par la double influence de cette position sociopolitique et de cet héritage culturel. Le phénomène est particulièrement net pour ce qui concerne sa vision des Maures.

  • 11 Pour cette définition, cf. par exemple le passage de l’Histoire secrète (XVIII, 7-8) où Procope évo (...)
  • 12 Guerre vandale, I, 16, 3.

4Notre historien distingue très clairement trois communautés dans la population de l’Afrique de son temps, ne semblant connaître aucune situation intermédiaire. Au sommet sont les Ῥωµαῖoι, les Romains au sens le plus politique du terme, c’est-à-dire les hommes de l’empereur, soldats et administrateurs débarqués en 533, qui ont rétabli l’autorité impériale en Afrique11. Sous leurs ordres se trouvent les Λίβυες, les habitants de la Libye, c’est-à-dire dans le langage des Grecs l’Afrique. Ces Africains forment la population autochtone romanisée, que la reconquête est venue libérer. Leur définition est donnée de manière très claire au tout début du récit, lorsque Bélisaire, peu après le débarquement, punit des soldats qui ont volé des fruits : il leur rappelle que son espoir était que « les Libyens, qui depuis tout temps sont des Romains, seraient infidèles aux Vandales et leur seraient hostiles »12.

  • 13 De Aedificiis, VI, 4, 6 : Mαυρoὐσιoι βάρβαρoι, Λευάθαι καλoὐµενoι...
  • 14 Cf. sur cet épisode, infra p. 329-330.
  • 15 Cf. infra p. 329 et p. 615.

5La différence entre ces Λίβυες et la troisième communauté régionale, les Mαυρoὐσιoι, est beaucoup moins nettement expliquée. Ceux-ci sont en effet simplement définis comme barbares, sans que Procope estime nécessaires d’autres précisions. Il ne livre à leur propos qu’un seul ethnique particulier, celui des Levathai, introduit d’ailleurs d’une manière significative : « Les Maures barbares, ceux que l’on appelle Levathai... »13. Le plus souvent, seuls les mots Mαυρoὐσιoι ou βάρβαρoι lui servent à les désigner. Un seul ethnique, six noms de chefs, aucun nom de divinité, le contenu ethnographique de la Guerre Vandale pourrait même paraître sommaire, et le témoignage de Procope être ramené ainsi à très peu de choses. Ce n’est pourtant pas le cas. Assimilant en effet les Maures aux barbares les plus classiques, notre auteur est, à leur égard, exempt de toute réaction passionnelle. Il n’éprouve donc aucune gêne, dans son histoire des guerres byzantines, à rapporter précisément leurs différentes actions, même lorsqu’elles révèlent à nos yeux une complexité culturelle et politique inattendue. Le barbare étant par définition un non-civilisé, il n’y a aucune logique de comportement à chercher chez lui. Procope peut donc sans scrupules citer tel acte de clémence d’Antalas à Hadrumète14, ou telle lettre du même chef défendant sa bonne foi devant l’empereur15. Ayant une fois pour toutes énoncé la barbarie des Maures, il peut suivre fidèlement les péripéties de leurs rapports avec les Byzantins, son opinion étant connue de tous. On comprend ainsi comment notre connaissance des Maures peut tirer parti de la Guerre Vandale. L’intérêt prioritaire de Procope pour les Byzantins nous prive de descriptions ethnographiques, mais il nous vaut un récit relativement fidèle de l’évolution du comportement des Berbères face aux hommes de Justinien.

2 – CORIPPE

  • 16 Une bonne mise au point sur les sources nous ayant transmis ce nom a été donnée par S. Antès dans l (...)
  • 17 La date de la composition de la Johannide a fait l’objet d’une étude de V. Zarini, « La préface de (...)
  • 18 Il est ainsi désigné par le manuscrit Matritensis 10029 (ix-xie s.) où figure l’Eloge de Justin II. (...)
  • 19 Johannide, préface, vers 25. Sur la valeur de cette expression, cf. V. Zarini, p. 79-80 de l’articl (...)
  • 20 L’identité de ces Proceres fait l’objet d’un paragraphe spécifique de l’introduction que V. Zarini (...)

6Par une chance exceptionnelle, notre seconde source majeure, la Johannide de Corippe, se révèle parfaitement complémentaire de la Guerre Vandale. Cette complémentarité apparaît d’abord dans la personnalité de l’auteur du poème. Flavius Cresconius Corippus16 a rédigé son œuvre presque en même temps que Procope, au début des années 55017, et il s’est consacré aux mêmes événements. La Guerre Vandale relate la période 533-546 principalement, la Johannide la période 529-548. Mais Corippe était un Africain. Grammaticus Afer18, il se définit lui-même comme un poète ayant parcouru autrefois les campagnes (quondam per rura locutus19), et il lit sa Johannide devant les proceres de Carthage20. Il appartient donc à une autre société que celle de Procope : l’un se rattachait aux « Romains », conquérants de l’Afrique, l’autre aux Africains officiellement « libérés » par ces conquérants. Sur le plan culturel, des différences sont aussi sensibles : poète, lecteur de Virgile, de Lucain et de Claudien, ses trois principaux modèles, et rédigeant une épopée en hexamètres dactyliques, Corippe ne conçoit évidemment pas son œuvre de la même manière que l’historien grec. Cette originalité sociale et culturelle transparaît largement dans la Johannide, en particulier dans sa présentation des Maures.

  • 21 La distinction des trois communautés apparaît par exemple dans cette invocation à Dieu prononcée pa (...)
  • 22 Nous résumons brièvement ici les conclusions d’une étude détaillée de ce problème que nous avons do (...)
  • 23 Cf. supra note 6.
  • 24 Sur ce conflit religieux provoqué par une décision de Justinien en 544, qui revenait sur des décisi (...)
  • 25 Nous ne citerons que par souci d’exhaustivité l’analyse quelque peu déconcertante donnée récemment (...)
  • 26 Ces épithètes sont le plus souvent associées au terme gens, synonyme de Maurus comme nous le verron (...)

7Comme Procope, le poète reconnaît aussi trois communautés distinctes en Afrique : Romani, Afri, et Mauri21. Si les deux premières sont souvent confondues, la troisième est toujours nettement séparée, comme chez l’historien grec. Mais cette opposition se construit de manière bien différente. Corippe connaît bien les Maures, et il le montre abondamment. Il ne s’agit pas pour lui d’une réalité étrangère et abstraite, mais de voisins qu’il a fréquemment côtoyés. Une comparaison de son témoignage sur les révoltes maures de 529 à 546 avec celui de Procope, et en particulier un relevé systématique des divergences entre les deux auteurs, permettent de faire aisément apparaître l’orientation originale de la Johannide en ce domaine22. Corippe écrit au début des années 550, à un moment qui fut doublement difficile pour le pouvoir byzantin en Afrique. D’une part, les longues guerres des années précédentes avaient fortement appauvri la Byzacène et la Proconsulaire, alors que la pression fiscale ne s’était apparemment pas relâchée. A en croire le témoignage de l’Histoire secrète23, l’Afrique avait connu une chute dramatique de sa population, et le pays était épuisé. Or 550 marque aussi l’apogée de la querelle des Trois Chapitres24. Les évêques africains défiaient alors l’autorité de Justinien, dont ils refusaient les interventions sur le dogme catholique. Une répression très dure les frappait, qui ne laissait certainement pas insensibles leurs ouailles. Dans ce contexte agité, nombre d’Africains pouvaient être tentés de remettre en cause la présence des forces impériales. Corippe s’emploie à justifier celle-ci, en utilisant l’histoire des révoltes récentes des Maures. Ceux-ci apparaissent dans son œuvre sous un aspect encore plus négatif que chez Procope25. Distingués radicalement des autres Africains, ils accumulent les épithètes les plus péjoratives. Le Maure est ainsi successivement ferus, acerbus, horridus, nefandus, amarus, saevus, impius, malignus26... Un homme, Antalas, résume à lui seul tous ces défauts : prédisposé dès sa naissance au mal, il a causé selon le poète tous les malheurs de l’Afrique. Mais face à cette rabies maurusia dont il est l’incarnation, les Byzantins ont été le rempart de la civilisation. Protégés constamment par Dieu, qui ménage parfois à leurs généraux de réconfortantes apparitions, ils ont réussi, par leur pietas, à vaincre une menace dont ils n’étaient pas responsables. Leurs échecs et leurs erreurs, narrés avec précision par Procope, sont ici systématiquement dissimulés ou attribués à des traîtres isolés. Au contraire, le poète exalte leurs succès et, en particulier, le ralliement de certains Maures comme Cusina, opposé en permanence à Antalas.

8Accentuant ainsi le danger des révoltes et l’action salvatrice des hommes de l’empereur, Corippe signifiait clairement à ses compatriotes la nécessité de suivre le gouvernement établi à Carthage depuis 533. Mais en poursuivant ce but, bien différent de celui de Procope, le poète est aussi nécessairement amené à nous livrer des informations négligées par l’historien grec. Au delà des insultes et des déformations assez aisément perceptibles, l’insistance sur la menace maure le conduit ainsi à décrire les tribus avec précision, et à mettre en valeur tout ce qui, dans leur originalité, pourrait servir son propos. La volonté d’exalter les succès des Byzantins le mène à exposer de manière détaillée ce que fut leur politique berbère, et à souligner les différences internes aux groupes maures qui facilitèrent cette politique. L’engagement polémique est donc, dans son cas, favorable à l’indication de nombreux détails sur le monde maure, mais uniquement dans la mesure où ils renforcent l’orientation de son discours.

  • 27 Dans un mémoire d’habilitation présenté en Sorbonne en décembre 1999 et qui donnera lieu bientôt à (...)

9Cependant la Johannide pastiche l’Enéide, et l’on pourrait craindre alors d’inévitables amplifications poétiques. Celles-ci existent, mais dans une certaine mesure seulement27. Il ne faut jamais perdre de vue, en effet, que Corippe s’adressait à un public africain et aux autorités byzantines, en évoquant un sujet extrêmement sensible aux uns et aux autres. Il ne pouvait par conséquent aller trop loin en ce domaine, et toutes nos analyses montreront, de fait, que s’il déforme souvent, il invente rarement.

10Tous deux par principe hostiles aux Maures, Procope et Corippe ne nous disent donc pas les mêmes choses. Le premier, dénué de toute implication personnelle dans les affaires intérieures de l’Afrique et intéressé avant tout par le comportement des soldats de l’Empire dans une province nouvelle, ne décrit guère les Maures mais rapporte fidèlement toutes leurs actions, parce qu’il les a une fois pour toutes définis comme barbares et qu’ils peuvent servir ainsi, dans son récit, de révélateur des qualités et des défauts des Grecs dans leur première aventure de reconquête de l’Occident. Le second, passionnellement opposé aux Maures et rédigeant un panégyrique du représentant de l’empereur en Afrique, livre un récit événementiel évidemment tendancieux, mais n’hésite pas aussi à l’orner de descriptions très précises des caractéristiques sociopolitiques et géographiques des tribus, parce que celles-ci pouvaient le mieux contribuer à souligner la gravité du problème rencontré par les Byzantins, et ainsi mieux mettre en valeur l’action de ces derniers. Les deux sources sont donc remarquablement complémentaires, tout en étant d’une inégale richesse.

  • 28 Cf. les dernières lignes du chapitre intitulé « Différences et conflits : Maures et barbares », dan (...)

11La Johannide, par ses informations exceptionnelles, uniques dans la littérature antique, est en effet nécessairement le premier fondement de toute étude du monde maure au vie siècle. Elle constitue bien, contrairement au jugement sommaire de P.-A. Février28 qui voulait la ramener au niveau d’une chanson de geste, un véritable document historique et ethnographique, qu’il faut seulement soumettre à une étude critique plus sévère que certains autres textes. Mais la possibilité de la confronter à la Guerre Vandale, et la connaissance des objectifs particuliers de Procope et de Corippe, permettent justement de mener cette étude critique, et d’établir ainsi une grille de lecture du poème autorisant et facilitant son exploitation.

12C’est en nous fondant sur ces principes de méthode que nous allons désormais tenter un premier examen général des peuples maures du Maghreb oriental dans la première moitié du vie siècle, tels qu’ils se révèlent dans nos sources, c’est-à-dire sous la forme de masses innombrables et extrêmement diversifiées : plus précisément, notre objectif sera, dans cette première phase, de classer les différents groupes cités dans les sources, et en particulier de les localiser, un préalable indispensable à toute discussion plus approfondie de leur identité et de leur rapport à la romanité.

Notes

1 Av. Cameron, Procopius and the sixth Century, Londres, 1985, particulièrement le chapitre X, « Procopius and Africa » (p. 171-187).

2 Ce fait apparaît dans le passage de la Guerre vandale où sont évoqués les ennemis du chef aurasien Iaudas. Parmi ces derniers figurait Ortaïas, dont Procope dit : Et j’ai entendu cet homme dire qu’au delà du pays qu’il gouverne, il n’y avait aucune habitation... (II, 13, 29).

3 Il s’agit de la révolte de Stotzas. Procope réussit à s’enfuir avec Solomon. Tous deux gagnèrent la Sicile, où ils pressèrent Bélisaire d’intervenir en Afrique. Le général entreprit alors une expédition contre les mutins, mais Procope ne l’accompagna pas : il choisit de rester en Italie, qu’il ne quitta qu’en 540 (cf. Av. Cameron, Procopius..., p. 14).

4 Sur la chronologie des œuvres de Procope, cf. Av. Cameron, Procopius..., p. 8-18. L’auteur propose une datation à la fin des années 540 pour la Guerre vandale (avec publication en 550), en 550 pour l’Histoire secrète, et vers 554-555 ou 559-560 pour le Traité des édifices.

5 L’authenticité de ce livre n’est aujourd’hui plus contestée. Il sera cité ici dans l’édition J. Haury, reprise par H. B. Dewing (collection Loeb, Londres, 1960). Une nouvelle traduction française a été réalisée par P. Maraval : Procope, Histoire secrète, Paris, 1990.

6 Procope va jusqu’à affirmer que le règne de Justinien se solda finalement pour l’Afrique par un chiffre de cinq millions de morts, tant Africains que Maures (Histoire secrète, XVIII, 8). Rappelons pour mémoire que C. Courtois, avec une sous-estimation manifeste il est vrai, chiffrait la population totale de l’Afrique romaine au Bas-Empire à 3 millions. (Les Vandales et l’Afrique, p. 106).

7 L’édition ici utilisée sera celle de J. Haury, reprise par H. B. Dewing (collection Loeb, Londres, 1954). Aucune traduction française de cet ouvrage n’a été publiée depuis trois siècles (L. Cousin, Histoire de Constantinople..., tome 2, Paris, 1671, p. 307-473).

8 Cet aspect particulier du livre VI du De Aedificiis a fait l’objet d’une note de G. Traina, « L’Africa secondo Costantinopoli : il VI libro del De Aedificiis di Procopio de Cesarea », dans L’Africa romana VII, Sassari, 1989, Sassari, 1990, tome 2, p. 341-346.

9 Pour une liste des échecs, cf. notre étude « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique », dans AA, t. 22, 1986, p. 205-208 surtout.

10 Av. Cameron, Procopius..., p. 171.

11 Pour cette définition, cf. par exemple le passage de l’Histoire secrète (XVIII, 7-8) où Procope évoque les effets funestes du règne de Justinien en Afrique en distinguant parmi les victimes les Libyens (ceux qui vivaient autrefois dans les cités, ceux qui cultivaient la terre, et ceux qui exerçaient leur activité sur mer), les Maures, et les soldats romains et ceux qui les avaient suivis depuis Byzance.

12 Guerre vandale, I, 16, 3.

13 De Aedificiis, VI, 4, 6 : Mαυρoὐσιoι βάρβαρoι, Λευάθαι καλoὐµενoι...

14 Cf. sur cet épisode, infra p. 329-330.

15 Cf. infra p. 329 et p. 615.

16 Une bonne mise au point sur les sources nous ayant transmis ce nom a été donnée par S. Antès dans la préface de son édition de Corippe, Eloge de l’Empereur Justin II, Paris, 1981, p. xi-xii.

17 La date de la composition de la Johannide a fait l’objet d’une étude de V. Zarini, « La préface de la Johannide de Corippe : certitudes et hypothèses », dans Revue des Etudes Augustiniennes, t. XXXII, 1986, p. 82-84 particulièrement, où ce savant conclut à une publication en deux temps, vers 551 pour les livres I-V, et 553 pour les livres VI-VIII.

18 Il est ainsi désigné par le manuscrit Matritensis 10029 (ix-xie s.) où figure l’Eloge de Justin II. Cf. sur la question Av. Cameron, « The career of Corippus again », dans Classical Quaterly, 30, 1980, p. 534-535.

19 Johannide, préface, vers 25. Sur la valeur de cette expression, cf. V. Zarini, p. 79-80 de l’article cité supra note 17.

20 L’identité de ces Proceres fait l’objet d’un paragraphe spécifique de l’introduction que V. Zarini a rédigée pour son édition de la Johannide dans la CUF, à paraître. Il avance que le mot devait désigner à la fois les membres de l’aristocratie de Carthage et quelques hauts fonctionnaires byzantins représentant l’empereur, comme Jean Troglita et le préfet du prétoire Athanase.

21 La distinction des trois communautés apparaît par exemple dans cette invocation à Dieu prononcée par Jean Troglita au chant IV du poème (vers 280284) :
Aspice, sancte pater, nec iam tua fulmina cessent.
Sub nostris pedibus Maurorum sterne catervas,
Eripe captivos saevis a gentibus Afros
Romanosque tuos solite miseratus alumnos
Cerne pius, nostrosque favens fac gaudia luctus
« Regarde, Père saint, et que tes foudres ne cessent plus. Renverse à nos pieds les bandes des Maures. Arrache les Africains captifs à ces tribus cruelles. Toi qui es habitué à prendre en pitié les Romains tes enfants, regarde-les, dans ta bonté, et en nous soutenant, fais de nos deuils des joies ».

22 Nous résumons brièvement ici les conclusions d’une étude détaillée de ce problème que nous avons donnée dans Antiquités africaines, t. 22, 1986, p. 195-212. Voir aussi pour le contexte du début des années 550 Av. Cameron, « Byzantine Africa. The Literary Evidence », dans Excavations at Carthage 1978 conducted by the University of Michigan, VII (ed. J. H. Humphrey), Ann Harbor, 1982, p. 23-62.

23 Cf. supra note 6.

24 Sur ce conflit religieux provoqué par une décision de Justinien en 544, qui revenait sur des décisions du concile de Chalcédoine, cf. le chapitre rédigé par C. Sotinel dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez, M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, tome 3, Les Églises d’Orient et d’Occident (432-610), Paris, 1998, p. 427-455, et notre chapitre « L’Afrique et la reconquista byzantine » dans le même ouvrage, p. 705-709 particulièrement.

25 Nous ne citerons que par souci d’exhaustivité l’analyse quelque peu déconcertante donnée récemment par P. Castronuovo, qui, à partir de quelques passages isolés, s’efforce de montrer un Corippe respectueux des Maures sous l’effet du sentiment d’une commune origine africaine, en renvoyant nos travaux à une brève note, avec ce jugement lapidaire : Credo que debba essere respinta l’ipotesi di un Corippo poco bendispoto, al pari di Procopio, verso i Mauri... (« La visione dei Mauri nella Iohannis di Corippo », dans M. L. Silvestre et M. Squillante éd., Mutatio rerum. Letterature, Filosofia, Scienza tra tardo antico e altomedioevo, Naples, 1997, p. 401-419, citation p. 418 note 42).

26 Ces épithètes sont le plus souvent associées au terme gens, synonyme de Maurus comme nous le verrons plus loin. Cf. ainsi gentes ferae (VII, 181), gens acerba (I, 467), horrida gens (II, 102), gentes nefandae (II, 192), gentes amarae (III, 388), gentes saevae (IV, 636), gens impia (VIII, 25), gentes malignae (VIII, 217), gens dura (V, 171) etc...

27 Dans un mémoire d’habilitation présenté en Sorbonne en décembre 1999 et qui donnera lieu bientôt à un livre, V. Zarini vient d’étudier La technique épique de Corippe dans la Johannide, en consacrant de nombreuses pages au problème de l’utilisation des faits historiques par le poète. Sa recherche, conduite dans une perspective et selon une méthode évidemment différentes, aboutit cependant aux mêmes conclusions, pour l’essentiel, que la nôtre.

28 Cf. les dernières lignes du chapitre intitulé « Différences et conflits : Maures et barbares », dans son livre Approches du Maghreb romain, tome 2, Aix, 1990, p. 156 : (à propos de la Johannide) « De cette vision manichéenne..., il n’y a peut-être à retenir qu’un témoignage sur le genre épique dans la littérature latine tardive, un souvenir de combats transfigurés, mais en tout cas presque jamais une description utile à l’historien. La « Johannide » de Corippe est pour le Maghreb ce que la Chanson de Roland a pu être pour l’Occident chrétien ».

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540