Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Première partie. Les Maures au début du VIe siècle : identité et histoire

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Vers la fin du mois d’août 533, une flotte militaire de l’empire romain d’Orient, commandée par le prestigieux Bélisaire, abordait à l’extrémité orientale des côtes de Byzacène, au lieu-dit Caput Vada. Sa mission était, avec la petite armée qu’elle portait, de reconquérir les provinces d’Afrique passées progressivement entre 429 et 439 sous la domination des Vandales. Les chefs de cette expédition, comme l’empereur Justinien qui les avait nommés, pensaient s’engager dans une guerre difficile, contre une armée et une marine germaniques qui, par deux fois dans le passé, avaient déjà repoussé de semblables tentatives. Contre toute attente, la victoire s’offrit cependant à eux en moins de quatre mois, et avant même la fin de l’année, le royaume vandale avait disparu. Mais, et ils semblaient loin de l’avoir prévu, leur guerre d’Afrique ne faisait alors que commencer. Dès le printemps suivant naissait en effet la première des grandes insurrections maures, qui allaient désormais, et pour de longues années, immobiliser des troupes de plus en plus nombreuses et accaparer toute l’attention du gouvernement de Byzance.

  • 1 Sur le mot « Maures », cf. supra intr. note 36.
  • 2 Il nous faut aussi d’emblée nous expliquer sur l’emploi de ces deux termes français. Nous n’ignoron (...)
  • 3 Guerre vandale, II, 10, 29.

2Comme on l’a déjà remarqué, le texte qui constitue pour nous la source la plus complète sur ces événements, la Guerre vandale de Procope, aurait dû, en réalité, s’appeler la Guerre des Maures, tant ce peuple1 tient une place majeure dans le récit de l’historien byzantin. Témoin direct, celui-ci semble avoir d’abord été frappé par l’omniprésence des tribus berbères2, qu’il aperçoit un peu partout : en Maurétanie, en Numidie, en Byzacène, et en Tripolitaine. Evoquant, dans un récit à forte tonalité légendaire, leur origine et leur histoire, il n’hésite pas même à conclure qu’ils occupaient à l’arrivée des Byzantins la Maurétanie et la majorité du reste de la Libye3.

  • 4 Johannide, I, 27-31 et 47 : L’Afrique vacillait, épuisée sous le poids d’un grand péril. Une fureur (...)

3Or, telle est aussi, au même moment, l’image que le poète africain Corippe donne de son pays. L’Afrique, gémit-il, est en 533 une terre moribonde, dévastée de toutes parts par les assauts incessants des Maures4 :

Africa sub magno nutabat fessa periclo.
Nam fera barbaricis rabies exarserat armis,
insidiis ferro flammis populisque superba,
omnia succendens direptae moenia terrae
captivosque trahens cunctis e partibus Afros...
Tertia pars mundi fumans perit Africa flammis.

  • 5 Ainsi l’allié des Byzantins Ifisdaias en 548, dont l’armée latos implevit... campos... (Johannide, (...)
  • 6 Cf., parmi un grand nombre d’exemples, Johannide II, 144 : innumerae gentes... ; ou VII, 264-265 : (...)

4Et ces Maures, comme ceux de Procope, semblent omniprésents. Ils sillonnent les régions les plus prospères de la Proconsulaire et de la Byzacène, et forment des multitudes. Ils submergent les plaines5, et constituent des armées innombrables6 : l’adjectif innumerus est d’ailleurs un des termes les plus fréquemment employés par le poète pour les qualifier.

  • 7 On ne peut ainsi que rester sceptique devant les cent mille hommes que Corippe attribue à Ifisdaias (...)

5Certes, il faut faire la part de l’exagération poétique ou rhétorique chez l’un et l’autre auteur, et ne pas accorder trop d’importance aux chiffres précis qu’ils donnent parfois7. Il reste que l’image qui s’impose d’abord à la lecture de ces témoins directs, et que confirment toutes les sources sur l’histoire politique de la fin de l’époque vandale ou du début de l’époque byzantine, est celle d’une Afrique romaine orientale dans laquelle le phénomène « maure » accaparait tous les esprits et suscitait toutes les inquiétudes. Or, cette situation ne constituait certainement pas une réalité banale ou traditionnelle dans l’histoire de la région. Elle représentait même une anomalie considérable par rapport au portrait que donnaient de l’Afrique du Nord-Est les sources du Bas-Empire.

  • 8 Cf. Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire 2 vol., Paris, 1979 et 1981.
  • 9 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle V, 29-30 (éd. J. Desanges, Paris, 1980, p. 58-59).
  • 10 Sur les problèmes de la terminologie, quelque peu déconcertante, employée par Pline dans ce passage (...)

6Un des grands acquis de la recherche des trente dernières années a été en effet de mettre en valeur la prospérité et la vitalité de la civilisation romaine au ive siècle, particulièrement en Numidie, Proconsulaire et Byzacène8, et en retour de souligner aussi les modifications et les transformations du peuplement et des structures indigènes de ces provinces durant les quatre siècles qui avaient précédé. Certes, l’Afrique, en dehors des zones punicisées, était bien berbère à l’arrivée des Romains. Encore au premier siècle de notre ère, dans un passage célèbre9 de son Histoire Naturelle, Pline l’Ancien affirmait ainsi que, « du fleuve Ampsaga jusqu’à Boreion », elle contenait « cinq cent seize communautés (populi) obéissant au pouvoir de Rome ». Parmi celles-ci, figuraient évidemment un certain nombre de villes, coloniae ou oppida. Mais la grande majorité, laissait entendre le Naturaliste, pouvaient « à juste titre être mentionnées comme des peuples (nationes) », tels les Nattabutes, les Musulames ou les Massyles10. Pline confirmait alors, pour la première fois de manière précise, par une véritable statistique, une réalité que Polybe, Salluste et Tite Live avaient déjà perçue depuis longtemps : l’Afrique que conquéraient les Romains était d’abord un pays de tribus, reconnaissables à leur mode d’organisation sociale et politique, et au port d’un ethnique particulier.

  • 11 Le chiffre avancé s’entend pour la région entre l’Ampsaga et Boreion, en éliminant les groupes expl (...)
  • 12 Cf. sur cette tribu J. Desanges, Catalogue... p. 123-124, et le commentaire du même savant dans son (...)
  • 13 On sait désormais, grâce en particulier aux travaux des archéologues et à la thèse de C. Lepelley, (...)

7Mais, dans les siècles qui suivirent, et en particulier sous les Antonins et les Sévères, le territoire évoqué par Pline, sauf dans sa partie la plus orientale, devint le domaine privilégié d’un grand mouvement de peuplement, d’urbanisation et de mise en valeur. Les terres qui s’étendaient de l’Ampsaga à la Tripolis constituèrent bientôt, en effet, l’Afrique romaine par excellence, où les cités nouvelles se multipliaient, parfois par des créations artificielles, parfois aussi par transformation des anciennes nationes indigènes en communautés civiques. Cette région devint le foyer principal du phénomène de romanisation, dont la manifestation la plus spectaculaire était la métamorphose progressive de la gens en civitas, puis, éventuellement en municipium. Déjà, au milieu du iie siècle, en se fondant sur des sources remontant à l’époque de Trajan, Ptolémée ne connaissait plus ici qu’une quarantaine de tribus (ethnê), dont beaucoup, placées en « Libye intérieure », pouvaient même, en fait, se trouver dans le Sahara11. Certes, le géographe grec ne s’appuyait pas sur un inventaire officiel aussi précis que celui de Pline. Cependant, sa description, même incomplète, reflétait probablement déjà les premiers effets du phénomène de romanisation. Celui-ci s’intensifia considérablement au cours du second siècle et se poursuivit au iiie et même au ive siècle. On connaît ainsi par l’épigraphie plusieurs beaux exemples de l’évolution séculaire de certaines tribus, dont le plus remarquable est peut-être celui des Nattabutes : natio mentionnée par Pline puis par Ptolémée sur le flanc sud de la confédération cirtéenne, ce groupe finit par former une cité, connue en 209 sous le nom de civitas Nattabutum, puis sous celui de municipium Nattabutum au temps de Valens12. Lentement mais sûrement, cette tribu berbère était devenue une cité romaine classique, avec au ive siècle un ordre de décurions proclamant fièrement sa fidélité à l’empereur. Certes, toutes les tribus entraînées dans le mouvement de romanisation ne donnaient pas nécessairement naissance à des cités : certaines furent divisées et leurs membres dispersés entre de grands domaines privés ou impériaux. D’autres ne connurent qu’une urbanisation incomplète et, simples civitates, n’eurent pas droit aux titres honorifiques des véritables communes romaines. Néanmoins, globalement, de nombreux documents indiquent que les transformations juridiques, politiques et sociales subies par les peuples berbères du ier au ive siècle au Maghreb oriental furent considérables, et que beaucoup d’entre eux, à la veille de l’invasion vandale de 429, avaient perdu dans le mouvement tout ce qui faisait leur identité13.

  • 14 Sur le dossier « berbère » de cette révolte, cf. notre article « Gildon, les Maures et l’Afrique », (...)
  • 15 L’édition de référence du texte de Julius Honorius est celle de A. Riese, Geographi Latini Minores, (...)

8Le silence des sources littéraires en témoigne d’ailleurs. En dehors de la fameuse révolte du comte Gildon14 en 397-98, les historiens anciens ne mentionnent en effet, en Numidie, en Proconsulaire ou en Byzacène, aucune agitation qui implique clairement des tribus indigènes. L’œuvre de saint Augustin, malgré son extraordinaire abondance, et sa richesse en realia de toutes sortes, est d’une extrême discrétion sur ses éventuels compatriotes maures. A l’exception de quelques passages célèbres se rapportant aux Maurétanies ou aux régions sahariennes, sur lesquels nous aurons à revenir plus tard, il n’évoque guère de gentes barbarae dans son pays. A la même époque, dans un tableau qui recense pourtant plus d’une vingtaine de tribus en Maurétanie ou en Tripolitaine, le géographe Julius Honorius paraît tout autant ignorer ou considérer comme négligeables les éventuels Mauri de Numidie, de Proconsulaire ou de Byzacène15, comme si toutes les grandes nationes de Pline s’étaient éteintes ou avaient été absorbées dans des communes romaines. A tous égards, dans ces trois provinces, les Berbères semblent donc, indiscutablement, avoir subi de profondes transformations, qui ont, au moins pour les peuples les plus importants, altéré fortement leur identité.

  • 16 W. H. C. Frend, « A Note on the Berber Background in the Life of Augustine », dans Journal of Theol (...)
  • 17 Thèse résumée par Courtois lui-même en une formule devenue célèbre : « La civilisation romaine s’ét (...)
  • 18 Cl. Lepelley, Les cités..., t.1, p.42 et 44.

9Cette évolution alla-t-elle jusqu’à son terme, jusqu’à la disparition de la totalité des tribus maures au Maghreb oriental ? Bien qu’aucun des documents cités ne permette de le dire, et bien qu’aucune étude ne l’ait jamais démontré, cette idée s’est peu à peu insinuée dans l’historiographie des vingt dernières années, essentiellement sous l’effet d’un double phénomène, scientifique et idéologique. Après les interprétations abusives de W.H.C. Frend sur le donatisme, qui le conduisaient à décrire une Numidie encore profondément « berbère » au ive siècle16, et après les extrapolations hâtives de C. Courtois, qui assimilait toute montagne à une réserve maure17, le mouvement est d’abord venu des archéologues : désormais plus attentifs aux sites ruraux et aux niveaux tardifs, ils ont montré, même dans l’Aurès, une ouverture jusque là insoupçonnée des massifs aux influences romaines. Parallèlement, un effort de retour aux textes, en particulier épigraphiques, mené par une nouvelle génération d’historiens a modifié complètement tant l’interprétation du donatisme que celle de la situation économique ou sociale des provinces de l’Afrique romaine orientale au Bas-Empire. Dans ces conditions, et sans, encore une fois, qu’ils fassent réellement l’objet d’une étude spécifique, les Maures du ive siècle, omniprésents dans la vision de Courtois et de Frend, sont assez vite rentrés dans l’ombre, au point même de disparaître complètement dans les travaux de certains auteurs. Sous l’effet d’un courant aussi fort de découvertes ou de redécouvertes, l’intérêt pour la survivance éventuelle de groupes non romanisés dans ces provinces avant l’époque byzantine a même eu tendance, en effet, à apparaître à certains comme une vision passéiste et démodée de l’histoire. Alors que C. Lepelley18 notait encore prudemment en 1979 que des groupes indigènes originaux, mais pacifiques, avaient pu survivre dans « l’Atlas tellien du nord (Mogods, Khroumirie, Edough, Kabylie de Collo), l’Aurès, les Némencha, ou les steppes de Byzacène », certains archéologues, amplifiant ses conclusions sur la densité et la vitalité des cités d’Afrique au Bas-Empire, ont semblé raisonner comme si ces réserves n’avaient plus lieu d’être.

  • 19 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976. On cite souvent pour illustrer (...)
  • 20 Les révoltes et les problèmes militaires en général n’occupent qu’un peu plus d’un tiers du livre d (...)
  • 21 La dernière révolte berbère due à des tribus du Maghreb oriental fut celle des Musulames, écrasée p (...)

10Ils ont été appuyés en cela par le mouvement de réaction suscité très tôt par le livre de M. Bénabou19. Hostiles au concept même de résistance, pourtant très nuancé par l’auteur, de nombreux historiens ont fini, en effet, par repousser implicitement dans l’ombre toute prise en compte d’une originalité culturelle ou politique berbère. Alors que M. Bénabou n’avait accordé qu’une partie limitée de son étude à la « résistance militaire », beaucoup n’ont retenu, pour la condamner, que cette notion, enfermant ainsi de manière paradoxale l’étude des réalités berbères dans une dialectique révolte/ romanisation bien plus réductrice que celle du livre qu’ils combattaient20. Parler de phénomène tribal en Numidie ou en Byzacène a paru désormais équivaloir à une adhésion à la thèse de l’éternel Jugurtha. Dès lors, comme il est bien établi que les régions du Maghreb oriental, en dehors de la Tripolitaine, n’ont pas connu de véritable insurrection indigène entre le milieu du premier siècle et la fin du quatrième siècle, on en est venu, presque naturellement, à déduire de l’absence de troubles21 l’absence de Berbères. D’où l’idée, jamais formellement exprimée mais plusieurs fois sous-entendue, en particulier par P.-A. Février, et aujourd’hui souvent admise, que les tribus maures avaient quasiment disparu des provinces orientales de l’Afrique romaine à la veille de l’invasion vandale.

11Le contraste entre cette image du phénomène maure au ive siècle et celle que nous donnent pour les mêmes régions, à peine un siècle après, les témoignages de Procope et de Corippe est donc total, et se trouve logiquement à l’origine de la double orientation que nous avons dû donner à cette première partie de nos recherches. Il nous fallait d’abord, évidemment, vérifier, par une étude critique minutieuse des sources, la présence au vie siècle de ces groupes berbères en Numidie, Byzacène ou Tripolitaine, puis analyser de manière approfondie les caractères spécifiques (organisation politique, structures sociales, mode de vie, religion, culture), qui les différenciaient des autres Africains. Mais cela ne pouvait suffire : il fallait aussi, nécessairement, pour chaque cas, s’interroger sur le passé de ces gens, et en particulier déterminer la situation de leurs ancêtres au Bas-Empire : étaient-ils déjà sur place, où vivaient-ils en d’autres régions ? Question essentielle qui posait, et pouvait expliquer en même temps, tout le problème du nombre, de l’identité, et du rapport à la romanité de ces groupes maures, et qui est à l’origine de la lourdeur des trois premières parties de ce livre : celles-ci s’efforceront en effet d’éclairer l’histoire des Maures du Maghreb oriental non seulement au début du vie siècle, mais aussi dans les deux siècles qui ont précédé.

Notes

1 Sur le mot « Maures », cf. supra intr. note 36.

2 Il nous faut aussi d’emblée nous expliquer sur l’emploi de ces deux termes français. Nous n’ignorons évidemment pas le débat qui existe autour du mot « tribu ». Mais notre langue n’offre guère d’autre solution pour traduire ce que les Romains entendaient par gens ou natio, lorsqu’ils parlaient de communautés indigènes africaines non organisées en cités. Le sociologue P. Rondot, confronté au même problème, a écrit sur ce sujet une mise au point à laquelle nous nous tiendrons pour l’ensemble de cet ouvrage : Si nous employons ici les termes de tribu, tribal, etc..., c’est avant tout pour faciliter, par cet usage du vocabulaire habituel, la lecture de ce texte et pour alléger les phrases qu’eût encombrées la répétition de l’expression « groupements humains traditionnels », d’ailleurs imparfaite elle aussi. L’emploi de ces termes commodes n’implique nullement, cela va sans dire, l’idée que ces populations de tribus seraient dans un état social primitif ; il n’implique pas non plus dans notre esprit l’attribution a priori au groupe tribal de quelque caractère spécifique irréductible. (« Groupements humains traditionnels et recherches sociologiques en Tunisie », dans Cahiers de Tunisie, t. 1, 1953, p. 179). On verra plus loin comment nous essayons de préciser les réalités diverses que pouvaient recouvrir la « tribu » dans l’Afrique de l’Antiquité tardive. Quant au terme « Berbère », il est inutile de rappeler toutes les passions qu’il peut déchaîner. Nous avons dit plus haut que son emploi n’apparaîtra ici (en dehors de la 5e partie consacrée à la conquête arabe) que pour les mêmes raisons de clarté et de simplicité de la phrase, avec un sens en faisant la traduction moderne du latin Maurus. Une grande partie de ce livre sera, par ailleurs, consacrée à élucider toute la complexité des réalités ethniques, sociales ou culturelles que ce vocabulaire pouvait dissimuler.

3 Guerre vandale, II, 10, 29.

4 Johannide, I, 27-31 et 47 : L’Afrique vacillait, épuisée sous le poids d’un grand péril. Une fureur sauvage brûlait les armées barbares, terrible par ses crimes, ses combats, ses incendies et ses peuples, embrasant tous les édifices du pays saccagé et traînant de toutes parts des Africains réduits à la captivité... L’Afrique, la troisième partie du monde, meurt, incendiée...

5 Ainsi l’allié des Byzantins Ifisdaias en 548, dont l’armée latos implevit... campos... (Johannide, VII, 273).

6 Cf., parmi un grand nombre d’exemples, Johannide II, 144 : innumerae gentes... ; ou VII, 264-265 : innumerasque acies Maurorum in proelia ductor Cusina fidus agit.

7 On ne peut ainsi que rester sceptique devant les cent mille hommes que Corippe attribue à Ifisdaias (VII, 272), un chef dont Procope ne dit pas un mot, et qui n’a, en fait, qu’un rôle très modeste dans la Johannide elle-même.

8 Cf. Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire 2 vol., Paris, 1979 et 1981.

9 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle V, 29-30 (éd. J. Desanges, Paris, 1980, p. 58-59).

10 Sur les problèmes de la terminologie, quelque peu déconcertante, employée par Pline dans ce passage, cf. le commentaire de J. Desanges dans l’édition citée supra, p. 279-281 et p. 326-328.

11 Le chiffre avancé s’entend pour la région entre l’Ampsaga et Boreion, en éliminant les groupes explicitement situés au Sahara.

12 Cf. sur cette tribu J. Desanges, Catalogue... p. 123-124, et le commentaire du même savant dans son édition de Pline V, 1 (citée supra note 9) p. 328-329. Nous avons adopté la lecture C(ivitas) Nattabutum pour l’inscription d’Oum Krekeche de 209, à la suite de H. G. Pflaum (Inscriptions latines de l’Algérie, II, 2, no 6097). Sur l’inscription du municipium, cf. ibid. no 6098, et C. Lepelley, Les cités... tome 2, p. 439-440).

13 On sait désormais, grâce en particulier aux travaux des archéologues et à la thèse de C. Lepelley, que le ive siècle, au moins au Maghreb oriental, marqua probablement l’apogée de la civilisation romaine d’Afrique. Dans ces régions, le processus de romanisation ne dut donc connaître aucun véritable déclin avant le début du ve siècle.

14 Sur le dossier « berbère » de cette révolte, cf. notre article « Gildon, les Maures et l’Afrique », MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 821-872, et infra p. 477-478.

15 L’édition de référence du texte de Julius Honorius est celle de A. Riese, Geographi Latini Minores, Heilbronn, 1878, p. 21-55. Commentaire de ce texte infra p. 83-104.

16 W. H. C. Frend, « A Note on the Berber Background in the Life of Augustine », dans Journal of Theological Studies, 18, 1942, p. 188-191 ; et The Donatist Church. A Movement of Protest in Roman North Africa, Oxford, 1952, notamment p. 56-57.

17 Thèse résumée par Courtois lui-même en une formule devenue célèbre : « La civilisation romaine s’était répandue à la manière des eaux. Elle avait envahi les plaines sans recouvrir les montagnes » (Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 113).

18 Cl. Lepelley, Les cités..., t.1, p.42 et 44.

19 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976. On cite souvent pour illustrer la polémique suscitée par ce livre le débat publié par les Annales ESC en 1978, qui réunissait M. Bénabou, Y. Thébert et Ph. Leveau. Mais on ne trouve dans ces textes qu’une face, la moins négative, de la polémique. Celle-ci a pris des formes beaucoup plus radicales, notamment chez P.-A. Février, lors d’un autre débat publié dans les Cahiers de Tunisie en 1981.

20 Les révoltes et les problèmes militaires en général n’occupent qu’un peu plus d’un tiers du livre de M. Bénabou, qui est pour le reste consacré à l’étude, fort précise et toujours très précieuse, de phénomènes culturels ou religieux pour lesquels il use souvent avec beaucoup de nuances du concept de « résistance »...

21 La dernière révolte berbère due à des tribus du Maghreb oriental fut celle des Musulames, écrasée par le proconsul Galba en 45. La Numidie fut affectée par de graves troubles entre 253 et 262, mais, comme l’a montré G. Camps (« Les Bavares, peuple de Maurétanie Césarienne », dans RAf, t. CXIX, 1955, p. 241-288), les assaillants étaient à cette époque originaires de Maurétanie, en particulier les Bavares orientaux venus des Babors. Il ne s’agissait donc pas d’un soulèvement des tribus normalement établies dans les régions que nous étudions ici. Pour la révolte de Gildon, à laquelle participèrent probablement des groupes de Byzacène et de Numidie, mais qui n’est pas une insurrection berbère au sens strict, cf. notre article cité supra note 14.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540