Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIX (2015)

 | 
Claude Briand-Ponsart
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Stéphanie Guédon
, 
et al.

IV – L’Afrique du Haut-Empire

Texte intégral

1Si ce chapitre est toujours plus riche que les précédents, il se signale cette année par une assez forte restriction des travaux littéraires, en particulier les éditions de texte, qui avaient été, il est vrai, très abondantes les années précédentes. Voir cependant le cas de Strabon dans la section liminaire consacrée à la géographie historique.

A. Sources

2Les travaux sur les sources littéraires ne délaissent jamais Virgile qui fut le principal vecteur de la légende de fondation de Carthage ; les intertextualités se sont imposées cette année. (324) Coppola A., Aeneas’ landing in Libya, Jupiter’s prophecy and Scipio’s tears at Carthage, dans Mnemosyne, sér. 4, LXVIII, 2, 2015, p. 285-289. La prophétie de Jupiter (Aen. 1, 283-285), répétée par Anchise (Aen. 6, 836-840), fait écho à celle d’Homère qui annonçait la chute de Troie. Le lien est souligné par Scipion Émilien, qui aurait cité les vers homériques après avoir détruit Carthage selon Polybe, 38, 22. (325) Shi V.S.-R. et Morgan L., A tale of two Carthages: history and allusive topography in Virgil’s Libyan harbor (Aen. 1.159-69), dans Transactions of the American Philological Association, 145, 1, 2015, p. 107-133, revient sur la nature réaliste ou fictive du port libyque dans l’Énéide. D’après le commentaire du passage qu’en fait Servius, la description du port s’inspirait de celui de Carthago Noua en Hispanie : cette lecture montre les différents niveaux de mémoires historiques que les livres 1 et 4 de l’Énéide pouvaient activer. (326) Bednarowski K.P., Dido and the motif of deception in Aeneid 2 and 3, ibidem, p. 135-172. Les tromperies s’enchaînent dans l’épopée virgilienne, depuis la chute de Troie, et servent de trame à toute l’histoire. Sur Fronton, on lira (327) Budaragina O.V., On the literary judgment of Fronto (Eloq. 1, 2), dans Philologia Classica. Studies in Classical Philology and History of Antiquity, X, 2015, p. 214-234 (en russe, rés. angl.), étudie les adjectifs que Fronton préconise d’employer dans différents contextes. Les études apuléennes l’emportent haut la main, comme à l’habitude, mais cette année elles ne sont riches que d’une seule édition. (328Apuleyo de Madauros, Apologia o Discurso sobre la magia en defensa propia; Floridas; prologo de El dios de Socrates, introd., trad. et notes Martos J., Madrid (Alma mater, colección de autores griegos y latinos), 2015, CVI-257 p. en partie doubles, index, avec le texte latin. (329) Bianco M.M., Le prove testimoniali nell’Apologia di Apuleio: tradizione retorica ed effetti di scena, dans Maia, LXVII, 2, 2015, p.  384-414, rés. angl. Apulée manifeste une maîtrise exceptionnelle de l’ars rhetorica en associant narration, production des preuves, arguments philosophiques et scientifiques. (330) Kehoe T.J. et Vervaet F.J., Honor and humiliation in Apuleius’ Apologia, dans Mnemosyne, LXVIII, 4, 2015, p. 605-640. La notion d’honneur est toujours efficiente à l’époque d’Apulée dans la société provinciale, et les insultes, l’humiliation jouent un rôle important dans les procès. Le roman d’Apulée a suscité des travaux sur le platonisme, et d’autres sur Isis et le contexte religieux. (331) Moreschini C., Apuleius and the metamorphoses of Platonism, Nutrix X, Turnhout, 2015, 420 p., ill., index. Cette excellente monographie, composée de neuf chapitres, est centrée sur l’interaction entre la pensée d’Apulée et son contexte philosophique et littéraire, ainsi que sur ses sources. Ce n’est donc pas simplement une étude sur Apulée, mais aussi sur la philosophie de l’époque impériale. Elle met en lumière deux faits : la pensée d’Apulée est faite d’un mélange de littérature et de philosophie ; Apulée s’est constamment revendiqué comme étant un philosophe platonicien. (332) Englert W., Only halfway to happiness: a Platonic reading of Apuleius’Golden ass, dans Philosophy and the ancient novel, édit. Pulquerio Futre Pinheiro M. et Montiglio S., Eelde, 2015, p. 81-92, compare certains passages de l’Âne d’or avec Plutarque, Isis et Osiris : il observe qu’Apulée cherche à inciter ses lecteurs à dépasser la compréhension trop littérale que donne Lucius d’Isis et d’Osiris, afin d’atteindre un degré d’interprétation platonicien des vérités que les divinités représentent. (333) Winkle J.T., Epona Salvatrix? Isis and the horse goddess in Apuleius’ Metamorphoses, dans Ancient Narrative, XII, 2015, p. 71-90. La rencontre de Lucius et de la statue de la déesse Epona (Met. 3, 27) fonctionne comme une prolepse de l’apparition d’Isis (11, 24). Les deux déesses relèvent du domaine de la fortune, de l’abondance et de la maternité au point d’avoir fait l’objet parfois d’un syncrétisme dans l’empire romain comme le montrent l’iconographie de la déesse celtique (fresques de Pompéi 9, 2, 24 et 9, 3, 10-12) et la comparaison avec Met. 11, 2, 2 et 11, 5, 1. Les déesses sont également mises en relation par Minucius Felix, 28, 7. (334) Paul B.S., « … of cloth-habits and of soul-habits »: la démonologie et les cinaedi dans les Métamorphoses d’Apulée, dans Vita latina, 191-192, 2015, p. 96-116, rés. angl. Les cinaedi sont assimilés à des esprits ou à des sortes d’âmes. La bigarrure de leur costume (8, 27) devient ainsi la manifestation extérieure de leur nature désordonnée, de la luxure et de l’hédonisme, que révèle l’emploi de l’adjectif uarius, qui s’oppose au multicolor de la tunique rituelle d’Isis (9, 5). Pas d’autres titres qui nous intéressent cette année en matière de littérature classique, si ce n’est la réédition d’un article à portée générale, (335Méthy N., Le patriotisme des auteurs africains de langue latine au IIe siècle p.C., dans Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy, édit. Devillers O., Bordeaux (Scripta Antiqua, 74), 2015, p. 75-88, paru en 1982 (B.A.A.A., XVIII [1983], 1988, n° 7).

3Les sources chrétiennes ont davantage mobilisé les chercheurs, surtout Tertullien, ce qui est usuel. (336Tertullian, Apologeticum. Verteidigung des christlichen Glaubens, introd. et trad. par Georges T., Friburg-en-Brisgau/Bâle (Fontes Christiani, 62), 2015, 335 p., 4 index, propose le texte latin et sa traduction en allemand, reprenant celle de 2011 ; l’ouvrage est bien plus maniable et synthétique que le précédent (B.A.A.A., XLV [2011], 2018, n° 541). (337Tertulliano, La carne di Cristo, De carne Christi, texte critique de Kroymann A., introd., trad., notes et appendice de Carpin A., Bologne, 2015, 295 p., 2 index. Texte latin avec traduction italienne en regard et commentaires dans les notes. (338) Adversus Marcionem, Gegen Markion. 1. Tertullian, introd. et trad. Lukas V., Friburg-en-Brisgau/Bâle (Fontes Christiani, 63), 2015, 196 p. Un ouvrage est consacré à Tertullien et à sa réception, dans une perspective plus théologique qu’historique ou littéraire. (339) Tertullianus Afer. Tertullien et la littérature chrétienne d’Afrique, édit. Lagouanère J. et Fialon  S., Turnhout, 2015, 380 p., 2 index, rés. fr. et angl. Issu d’une journée d’études du Groupe de recherches sur l’Afrique antique (Université Paul-Valéry Montpellier 3), cet ouvrage composé de onze contributions développe plusieurs aspects de la pensée de Tertullien dans la tradition latine en général, jusqu’au Moyen-Âge, et plus particulièrement dans la littérature chrétienne d’Afrique du Nord : sont abordées son influence sur le donatisme, sur les écrits hagiographiques de cette région, ainsi que la relation établie avec lui par Cyprien de Carthage, Lactance et Augustin. Le volume est complété par une bibliographie fournie sur l’œuvre de Tertullien et par une Clauis Tertulliani Operum qui offre une bibliographie détaillée pour chacun de ses écrits. Après un article introductif plus général, les premières contributions sont théologiques, puis sont présentées les études sur la réception de Tertullien, (340Lagouanère J., Présentation. Tertullien et la littérature chrétienne d’Afrique : problématiques et enjeux, ibidem, p. 9-17, interroge la notion d’africanitas et conclut qu’il n’est guère pertinent de l’appliquer à Tertullien. (341) Mattei P., Aspects de l’influence de Tertullien sur le développement des doctrines trinitaire et christologique dans la patristique latine, ibidem, p. 21-41, décrit l’héritage du Carthaginois en matière de triadologie et de christologie. (342Kitzler P., Tertullian’s Concept of the Soul and His Corporealistic Ontology, ibidem, p. 43-62, explore la singularité de la conception corporelle de l’âme en la situant dans l’héritage antérieur et sa réception ultérieure. (343Zocca E., Tertullien et le donatisme : quelques remarques, ibidem, p. 63-104, remet en question la vision de Tertullien comme « père du donatisme », en mettant en lumière de nombreux éléments de distinction doctrinaux. (344Ciccolini L., Tertullianus magister : Tertullien lu par Cyprien de Carthage, ibidem, p. 141-166, analyse l’importance du rhéteur africain sur la formation de l’évêque. Elle montre ce que le terme magister révèle de la place de ces deux auteurs dans la construction de la mémoire des débuts de la littérature chrétienne de langue latine : Tertullien apparaît comme le premier auteur ecclésiastique, mais, ayant adhéré à la fin de sa vie au montanisme, il cède le pas à Cyprien sur le plan doctrinal. Deux contributions se penchent sur les liens entre Tertullien et Lactance, à un siècle de distance. (345Colot B., Africain, romain et chrétien : l’engagement religieux de Tertullien et de Lactance, chacun en son époque, ibidem, p. 167-184, compare ces deux hommes dans leur apologétique : malgré l’évolution du contexte et leurs différences de parcours, de style et d’usage des autorités, leur origine africaine expliquerait, selon l’a., leur idéal commun d’un christianisme universel. (346Freund S., Tertullian bei Laktanz, ibidem, p. 185-204, aborde l’influence de Tertullien sur les Institutions divines. Deux autres contributions sont consacrées à la réception de Tertullien par Augustin. (347Mellerin L., De Tertullien à Augustin, vers une définition de l’irrémissible, ibidem, p. 205-230, compare les exégèses des deux auteurs sur le péché qualifié d’irremissibilis qui est un adjectif forgé par Tertullien. (348Lagouanère J., Augustin, lecteur critique du De anima de Tertullien, ibidem, p. 231-258, développe l’opposition doctrinale entre les deux théologiens sur la question de la nature de l’âme. (349) Meyers J., Tertullien, un auteur oublié au Moyen Âge ?, ibidem, p. 259-265, revalorise la réception médiévale et humaniste de Tertullien à travers la tradition manuscrite et les citations du Carthaginois. Une dernière étude fera le lien avec les Passions africaines, surtout celle de Perpétue. (350Fialon S., Semen est sanguis christianorum (Apol. 50, 13). Tertullien et l’hagiographie africaine (IIe‐VIe siècles), ibidem, p. 105-138. Le martyre tient une place importante dans la pensée du rhéteur africain. L’a. retrace à travers des correspondances thématiques et lexicales son influence sur les récits de martyres donatistes et la production hagiographique de Maurétanie césarienne dans l’Antiquité tardive. (351) Bremmer J.N., Perpetua und Felicitas, dans Reallexikon für Antike und Christentum, 211, Stuttgart, 2015, col. 178-190. Cette notice très riche aborde tous les aspects du dossier. (352Clackson J., Originality and Pastiche in the Passion of Perpetua – Rationes rerum, dans Rivista di filologia e storia, V, 2015, p. 79-98, s’intéresse à la langue de Perpétue (PPerp. 3, 10) en se demandant si c’était la langue parlée en Afrique à cette époque. L’auteur doute que la Passion soit écrite par elle parce que cette langue n’est pas du latin parlé, mais une nouvelle langue littéraire, dépendant des textes bibliques. (353) Sowers B., Pudor et dedecus: rhetoric of honor and shame in Perpetua’s “Passion”, dans Journal of Early Christian Studies, XXIII, 3, 2015, p. 363-388. Trois tropes littéraires (des figures de style) dans ce récit se comprennent dans un contexte de compétition propre à la rhétorique romaine : en arrière-plan, le dialogue entre les martyrs et leurs opposants, entre les martyrs chrétiens et les héros de l’histoire romaine. La communauté chrétienne a construit ses récits à l’aide de caractères forts semblables à ceux qui concouraient dans une compétition. (354Perkins J., Perpetua’s vas: Asserting Christian Identity, dans Group Identity, p. 129-164, considère que l’identité sociale chrétienne s’est construite en opposition à celle des élites de l’Empire : elle a rivalisé avec le modèle de la paideia et a proposé des modèles d’imitation accessibles à tous, quelles que fussent la richesse et l’éducation. L’œuvre de Cyprien a donné lieu à un bilan général. (355) Greschat K., Christianus sum et episcopus: der Bischof Cyprian von Karthago und sein Werk im Licht neuerer Forschungen, dans Theologische Rundschau, LXXX, 1, 2015, p. 1-13, dresse le bilan de douze publications parues entre 1971 et 2010. Pour sa correspondance, il faudra désormais se référer à (356Cyprien de Carthage. Correspondance. Introduction, traduction et notes, édit. Poirier M., Paris, 2015, 475 p. Cet ouvrage imposant permet de disposer en un seul volume de toute la correspondance de l’évêque de Carthage, et en outre des lettres dont il n’est pas l’auteur, mais dont il est question dans les siennes, des actes de son martyre et d’un index biblique. Au total, une publication très utile. Deux études portent sur des aspects biographiques, le dernier sur un choix appelé à faire école. (357) Mihai C.-I., Retorica e conversione: il potere persuasivo dell’exemplum personale nell’Ad Donatum, 3-4 di Cipriano di Cartagine, dans Classica et Christiana, 2015, p. 239-250, rés. angl. et roum. L’analyse de ce passage autobiographique et la mise en évidence de procédés rhétoriques révèlent les intentions de l’auteur : convaincre son ami Donatus, mais aussi la communauté païenne, de se convertir au christianisme. L’auteur suit les caractéristiques du genre protreptique en racontant sa propre expérience à la première personne du singulier, en tant que païen puis en tant que converti. (358) Romanacce F.-X., Gouverner caché pendant la persécution : résistance, justification et lutte pour l’autorité chez Cyprien de Carthage, dans Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Actes du colloque de Metz, 10-12 octobre 2013, édit. Bérenger A. et Dard O., Metz, 2015, p. 251-269. Au cours de son exil, Cyprien a su contrôler sa communauté au moyen de ses lettres en appliquant le principe de la primauté de l’évêque. (359) Penniman J.D., “The health-giving cup”: Cyprian’s Ep. 3 and the medicinal power of eucharistic wine, dans Journal of Early Christian Studies, XXIII, 2, 2015, p. 189-211. L’Ep. 3 est le texte le plus précoce à donner son sens à la coupe eucharistique. Contrairement à certains chrétiens qui prônaient l’usage de l’eau, Cyprien a argumenté en faveur du vin. Ses arguments sont similaires aux descriptions médicales sur le pouvoir du vin. (360) Mattei P., Pardonner aux renégats. Cyprien et les lapsi. Retour sur une question historique et sa portée doctrinale, dans Connaissance des Pères de l’Église, 139, 2015, p. 6-18, s’étend sur les conséquences historiques de la persécution, notamment sur l’Église d’Afrique, en s’intéressant surtout à l’aspect doctrinal. Le dernier titre est en faveur d’Arnobe de Sicca, de peu postérieur à Cyprien. (361) Kaabia R., Arnobe de Sicca, du paganisme au christianisme : l’évolution cultuelle d’un lettré romano-africain, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1217-1228. La conversion – ici celle d’Arnobe – est l’un des parcours religieux possibles qui s’offraient aux lettrés des villes pour rejoindre le christianisme.

4Les sources épigraphiques n’ont pas manqué cette année encore, et nous commençons la recension par une inscription grecque (voir aussi le n° 384). (362) Rodrigo E., Carreras C. et Porcheddu V., Marques africanes i ròdies de Can Tacó, Barcelona (Catalunya), dans Pyrenae, XLVI, 2, 2015, p. 31-47, publient un sceau d’origine africaine, avec inscription grecque, ΜΑΓΩΝ (certainement sur une amphore Tripolitaine I, milieu du IIe s. apr. J.-C.). Nous abordons la moisson épigraphique par les études qui portent sur l’armée : d’abord une de portée générale, sur le recrutement des Dalmates, puis une série qui concerne la Numidie, surtout Lambèse. (363Demicheli D., Epigraphic Evidence of Dalmatians in the Roman Provinces of Africa, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1681-1688, rés. angl., montre que les Dalmates dont la présence en Afrique est attestée par l’épigraphie étaient pour la plupart des soldats, enrôlés dans les troupes auxiliaires ou dans la legio III Augusta. Ceux qui servaient dans la légion occupaient des rangs parfois très élevés dans la hiérarchie militaire. (364Bertolazzi R., A New Military Inscription from Numidia, Moesiaci Milites at Lambaesis, and Some Observations on the Phrase Desideratus in Acie, dans The Many Faces of War in the Ancient World, édit. Heckel W., Müller S. et Wrightson G., Cambridge, 2015, p. 302-314. L’auteur commente brièvement l’expression hoc usque, qui indiquerait une délimitation de l’aire funéraire, et l’onomastique des personnages, qui imposerait une datation postérieure à 212 [mais le gentilice Aurelius avait été porté aussi par Marc Aurèle et Commode]. D’autres soldats de Mésie sont attestés à Lambèse et ils auraient tous servi au temps de M. Cornelius Octavianus. Enfin, l’expression desideratus in acie signifie « mort au combat » et non pas « disparu ». (365Le Bohec Y., Conueteranus, -i, et les solidarités militaires, dans Espacio, Tiempo y Forma, s. II, Historia Antigua, XXVIII, 2015, p. 65-74, commente notamment CIL, VIII, 3228, de Lambèse, où il ne voit pas trace d’un collège. Le mot conueteranus, -i, exprime une solidarité entre anciens soldats. (366Id., Le testament militaire, les héritiers et l’armée romaine d’Afrique, dans Latomus, LXXIV, 2015, p. 407-416, revient sur une inscription ancienne de Lambèse et non datée, qui a fait récemment l’objet d’une nouvelle étude, par M. Christol (B.A.A.A., XLVI [2012], 2018, n° 609), ici critiquée : elle pose le problème du testamentum militis, une pratique apparue entre César et Trajan, mais ici on ignore s’il s’agit de ce testament ou d’un testament civil. Les parallèles connus pour le testament militaire sont d’ailleurs très rares. L’a. se livre à une étude approfondie des textes mentionnant des héritiers et/ou des testaments dans le milieu des soldats de la légion africaine. (367Id., Raid sur Agueneb, dans Epigraphica, LXXVII, 2015, p. 207-220, revient sur une inscription du début du IIIe s., déjà étudiée par P. Morizot (B.A.A.A., XLV [2011], 2017, n° 575), par C. Hamdoune (B.A.A.A., XLVI [2012], 2018, n° 610) et par P. Morizot et F. Ploton-Nicollet (B.A.A.A., XLVIII [2014], 2020, n° 420). L’a. évoque l’histoire de la publication et les incertitudes de lecture. Placée sous le commandement d’un centurion de la IIIe légion Auguste, la troupe comptait au plus 120 hommes et sa mission consistait probablement à faire du renseignement plutôt que d’être une véritable expédition militaire. Etant située au sud de la province de Maurétanie césarienne, la région dépendait donc militairement du légat de la légion. (368Wypustek A., Nvdas videre nymphas in an inscription of Aquae Flavianae: Abduction of Hylas ?, dans Elites in the Ancient World, II, édit. Okon D. et Briks P., Szczecin, 2015, p. 167-172, s’intéresse à cette épigramme du début du IIe s., souvent étudiée, mais de nature imprécise, peut-être funéraire ; le dédicant était primipile. L’a. pense que l’expression citée dans son titre est une allusion au rapt d’Hylas par les Nymphes, et que l’inscription comportait un fort contenu érotique. On rapprochera cet article de celui de Y. Le Bohec, Un centurion tueur et voyeur, 2014 (B.A.A.A., XLVIII [2014], 2020, n° 421). (369Hadji Y.-R., L’épitaphe d’un soldat de la cohors II Flavia Afrorum in Badias (limes de Numidie), dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 194, 2015, p. 294-296, ill. En 2013, des précipitations exceptionnelles ont dégagé l’épitaphe d’un soldat de rang inconnu qui a servi dans la IIe cohorte d’Afri et qui a été enterré à Badias, au sud-est de l’Aurès, alors qu’il avait cinquante ans. C’était sans doute un vétéran. La stèle montre l’importance de Badès sur tous les plans, militaire, économique et social. L’auteur a reproduit cette même courte étude dans une autre revue, (370Id., Stèle funéraire d’un soldat de la IIe cohorte flavienne d’Afri à Badès [en arabe, résumé en français], dans Ikosim, IV, 2015, p. 125-128, ill. (371Faure P. et Leveau P., Les marges de la Numidie romaine à la lumière d’une nouvelle inscription des Monts des Ouled Naïl, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 119-142, fig. Une nouvelle inscription a été trouvée dans la partie orientale des monts des Ouled Naïls ; il s’agit d’une dédicace pro salute en l’honneur d’un empereur au nom martelé, très probablement Élagabal. Elle montre que l’armée romaine de Numidie a été présente dans cette région ; il faut aussi en déduire l’existence de semi-nomades transhumant depuis le massif vers les plaines. Les soldats africains étaient également cantonnés hors d’Afrique, comme en témoignent ces deux études. (372) Sommer C.S., Out of Africa ?- A New Line of the Eastern Raetian Limes in the Middle of the 3rd Century and Legio III Augusta (...e Raetia ...regressi...), dans Limes XXII, p. 53-64. Le burgus de Burgsalach situé au milieu du limes de Rhétie est depuis longtemps attribué à des soldats de la IIIe légion Auguste, installés là après la dissolution de leur unité en 238. Il faisait partie d’un système de surveillance allant du fort de Theilenhofen à Pfünz. Les tours, toutefois, sont tardives. (373Juntunen K., The Origin of cohors IX Maurorum and the Severan Frontier of Mesopotamia, ibidem, p. 419-423, s’appuie sur les travaux de Kennedy, 1983, relatifs à la numérotation des unités militaires provinciales, pour comprendre la formation de la cohors IX Maurorum, basée en Mésopotamie à l’époque sévérienne : son numéro élevé et sa dénomination ethnique peuvent être rapprochés du cas de la cohors XX Palmyrenorum. Les deux cohortes ont sans doute été constituées à l’époque sévérienne à partir d’unités irrégulières qui étaient déjà cantonnées en Mésopotamie, dans des postes avancés, à la fin de l’époque antonine. Les gouverneurs de provinces à présent, dans leurs relations avec les populations civiles. (374Marmouri K., Une nouveauté pour la carrière de P. Alfius Maximus Numerius Auitus, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 111-117, 4 fig, s’est intéressé à l’hommage que la ville de Sabratha a rendu à ce haut personnage, lorsqu’il était légat propréteur de la province d’Afrique (IRT, 113). Le vocabulaire institutionnel employé et l’adjectif rarissimus, qui ferait allusion aux services rendus à la cité, ne permettent pas de dater le texte avant la fin du IIe siècle. L’auteur rapproche ce document de deux autres inscriptions, l’une de Rome, l’autre de Tarragone, pour proposer le règne de Sévère Alexandre. (375Drici S., Inscription inédite des Bavares d’El-Bayadh et les troubles au Maghreb ancien, dans Ikosim, IV, 2015, p. 51-65, ill. Une nouvelle inscription mentionne le procurateur C. Octauius Pudens et une défaite des Bavares : iovi optim max / et dis favtorib / votvm / c octavivs pvdens / proc severi / avg / bavarib caesis captis/qve/ […]. Elle permet à l’auteur de reprendre le dossier du territoire des Bavares ; il pense qu’ils ont commencé à se révolter non pas au milieu du IIIe siècle, mais dès la fin du IIe siècle [Nous signalons au lecteur que l’inscription a été étudiée plus en détails par N. Benseddik et J.-P. Laporte, « Les Bavares transtagnenses, peuple de Maurétanie césarienne », dans Les auxiliaires de l’armée romaine. Des alliés aux fédérés, Lyon, édit. Wolff C. et Faure P., Lyon, 2016, p. 409-419, qui proposent d’autres commentaires]. Les relations des gouverneurs de Tingitane avec les tribus ont mobilisé trois études, pas toujours originales, sur des dossiers très connus. (376Brami N., Les colloquia romano-baquates : patronage divin et intégration ?, dans Étrangers dans la cité romaine, édit. Compatangelo-Soussignan R. et Schwentzel C.-G., Rennes, 2015, p. 155-170, revient sur ce dossier qu’elle a déjà souvent abordé. (377Gozalbes Cravioto E., Procurator conlocutus cum principe gentis: sobre las relaciones del gobernador provincial con poblaciones de la Mauretania Tingitana, dans Poder central y poder local. Dos realidades paralelas en la órbita política romana, édit. Bravo G. et González Salinero R., Madrid-Salamanque, 2015, p. 169-185, réalise une synthèse intéressante. (378Sansone di Campobianco L., Fissandro lo sguardo sul bronco: la Tabula Banasitana come esempio di codice metaforico?, dans Rivista Storica dell’Antichità, XLV, 2015, p. 81-99. L’a. propose un point de vue original sur ce document bien connu en le considérant du point de vue du support et du sens qu’il pouvait avoir pour les Maures de la tribu des Zegrenses. Le même document est vu sous l’angle du personnel romain avec (379Christol M., Un demi-siècle après sa présentation, la Tabula Banasitana : les données prosopographiques, dans Africa romana (L’- ), XX, 2, p. 1035-1061. C’est la carrière du haut personnel équestre mentionné, à la fin du règne de Marc Aurèle, qui intéresse l’auteur. L’organisation territoriale a concerné la Proconsulaire et la Sitifienne. (380Grira M., Canopis et l’indulgentia d’Hadrien : éclairage nouveau sur la borne de Crétéville (AE, 1979, 658), dans Géographie historique du Maghreb, p. 101-113, 4 fig. Cette inscription ne concerne pas la création de la colonie par déduction (colonia Canopitana, aujourd’hui Errissala, dans les environs du Mornag), comme on l’a cru. Elle montre en réalité un trait de la politique d’Hadrien, qui a sacrifié une partie d’un domaine impérial au profit de particuliers pour développer la prospérité de la cité. Cette interprétation se fonde sur des parallèles, attestés à Uthina et en Maurétanie césarienne. (381Mrabet A., Note sur une nouvelle borne de la grande centuriation sud, ibidem, p. 75-82, 4 fig. Cette nouvelle borne gromatique appartient à la grande centuriation méridionale, effectuée sous Tibère après la révolte de Tacfarinas, depuis Haïdra au nord-ouest jusqu’à la région de la Petite Syrte au sud-est. La borne est la 34e se rattachant à cette entreprise et de type quintarius, ses coordonnées étant des multiples de 5. Cette découverte permet de relancer le débat sur l’extension de la centuriation. L’auteur suggère que celle-ci atteignait l’oued Ezzès au sud-est, à la frontière entre Tacapes et Gigthis. Il émet également l’hypothèse d’un décalage dans le temps entre la cadastration et l’opération de bornage menée par C. Vibius Marsus en 29/30 apr. J.-C. (382Naddari L., Une opération de défrichement de terres dans les environs d’Ammaedara (Haïdra, en Tunisie centrale), ibidem, p. 147-158, 11 fig., Une épitaphe découverte près de la colonie d’Ammaedara, publiée dans le volume Mourir à Ammaedara en 2013 (B.A.A.A., XLVII [2013], 2018, n° 71 ; AE, 2013, 2029) mentionne l’effort fourni par un uerna maior pour mettre en valeur des terres aux dépens d’une forêt. Elle donne l’occasion d’étudier les débuts de l’implantation romaine et L.N. tente de reconstituer le paysage rural autour de la colonie, surtout les opérations de défrichement menées au Ier siècle dans le secteur méridional du Haut Tell tunisien. (383Cortés Bárcena C., Confines controvertidos: la delimitación de los grandes dominios en Mauretania, dans Africa Romana (L’-), XX, 2, p. 1467-1474, étudie la délimitation des domaines impériaux en Sitifienne à travers les inscriptions AE, 1951, 49 ; CIL, VIII, 8810, 8811, 8812 ; AE, 1907, 5 et AE, 1908, 154. La vie des cités a donné quelques titres, de la Proconsulaire à la Tingitane. (384Adams J.N., The Latin of the Magerius (Smirat) mosaic, dans Harvard Studies in Classical Philology, 108, 2015, p. 509-544, ill. La mosaïque de Smirat, près de Thysdrus, qui date de la moitié du IIIe s., représente une chasse aux léopards. Y figurent aussi deux acclamations en latin outre les noms des chasseurs et des léopards. Les acclamations appartiennent à une série d’expressions populaires bien connues en grec et en latin dans les contextes du cirque, de l’amphithéâtre, du sénat et de réunions de toutes sortes, y compris religieuses. Mais les expressions de la mosaïque sont d’interprétation difficile. (385Abid M., Deux nouvelles épitaphes latines païennes de la région de Kairouan, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 285-286, 1 fig. Le premier document est une dalle rectangulaire retrouvée près de Oueslatia, dans la région de Kairouan, et remis à l’a. Il s’agit de l’épitaphe d’un pérégrin nommé Félix, qui mentionne une double filiation [ou plutôt filiation africaine], comme c’est fréquemment le cas. La seconde épitaphe rappelle le souvenir d’un citoyen romain. Elles datent toutes deux de la fin du IIe s. ou du début du IIIe s. d’après le formulaire et la forme des lettres. (386Marmouri K., Ob liberalitatem annuam perpetuam epulativam. Une nouvelle souscription publique d’Afrique proconsulaire, dans Epigraphica, LXXVII, 2015, p. 173-192, 2 fig., 2 tabl. L’article étudie une inscription d’Ammaedara, nouvellement publiée (AE, 2010, 1796 ; B.A.A.A., XLVI [2012], 2018, n° 598) qui fait état d’un hommage du populus rendu à l’un des citoyens (érection d’une statue sur un bige, remplacée ensuite par deux statues équestres pour ses fils). Il propose une nouvelle lecture d’un passage altéré : ex ea pe[cu]n(ia) [qu]am in bigam à la place de ex p(ecunia) pu[bl(ica)] statuam. (387Mayer i Olivé M., ¿Propiedades de los Minicii Natales de Barcino en África?, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1511-1521. Ce travail érudit étudie la tegula CIL, VIII, 10962 (= CIL, X, 8045, 12) mentionnant cette famille sénatoriale de Barcino ; l’a. est en désaccord avec l’idée qu’elle serait la preuve de la possession de terres par cette famille à Ad Maiores (Numidie). (388Rhorfi A., La genèse de l’élite de Volubilis, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 773-799. La communication a pour objectif de départager l’origine autochtone ou allogène des élites volubilitaines en ayant recours à l’onomastique et en reconstituant des liens familiaux. Des mariages entre les familles et des remariages, avérés ou supposés, rendent parfois l’identification complexe. Des listes de notables complètent l’article. La religion pour finir cette rubrique épigraphique. (389Naddari L., Decennalia et Vicennalia d’Antonin le Pieux dans les provinces romaines d’Afrique ?, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 91-110, 7 fig., 5 tab. Sur les 221 dédicaces adressées à Antonin le Pieux et ses proches, répertoriées dans les provinces d’Afrique, l’auteur en a recensé 31, dont 29 déjà publiées et 2 inédites, datables des années 146-148 et 156-158, soit les années jubilaires d’Antonin le Pieux. Malgré l’absence de la mention des decennalia ou des uicennalia, il paraît envisageable de faire le lien entre ces dédicaces et la célébration des jubilés impériaux, en raison de facteurs multiples : le formulaire employé, l’identité des dédicants, la présence des gouverneurs, de leurs adjoints et/ou des légats de la IIIe légion Auguste, comme la monumentalité des édifices concernés (temples, thermes, portes monumentales) qui suggère des fêtes solennelles lors de l’inauguration. Les groupes dynastiques sont également importants. Parmi eux, sur le forum de Thysdrus, a été trouvée une dédicace à Domitia Aurelia Faustina, l’une des filles de Marc Aurèle César et de Faustine la Jeune, née en 156 ou 157 ; c’est la seconde mention de cette enfant morte prématurément le 7 mars 161. En annexe, catalogue des inscriptions citées. (390Marmouri K., Un couple consulaire à Gigthis : à propos de CIL VIII, 22716, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 195, 2015, p. 301-303, 4 fig., propose une nouvelle lecture d’une inscription conservée au musée du Bardo à Tunis (Z. Benzina Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du Bardo, Rome, 1986, n° 12) : la datation mentionnée par cette dédicace correspond, selon cette nouvelle interprétation, au 3 janvier 223, jour où sont formulés à Rome et dans les provinces les vœux publics à l’empereur, en l’occurrence Sévère Alexandre. Il pourrait s’agir d’une dédicace religieuse, également datée de l’année consulaire. (391Ben Romdhane H. et Sebaï M., Une dédicace d’un temple à Jupiter Auguste à Draâ el Ghomra. Chefs-lieux, territoire et lieux de culte de la Civitas Goritana sous le Haut-Empire, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 99-110, 5 fig. Un linteau, retrouvé en 2007, mentionne une dédicace à Jupiter Auguste pendant le règne de Commode, dont le nom a été martelé puis regravé. Le texte rappelle les évergésies d’un flamine local, dont le cognomen restitué, Gaetulicus, reflèterait l’origine africaine. Il a offert des colonnes en marbre et une ornementation d’un édifice non identifié. Les a. s’intéressent ensuite à l’histoire du site, au dieu Saturne et aux épiclèses portées par Jupiter et Saturne. Trois corniches ont aussi été retrouvées : l’une d’elle porte le nom de Deuterius, sans doute un autre notable de la cité. (392Mabrouk J., Le statut des terrains des temples construits par les Thuggenses, dans Africa romana (L’- ), XX, 1, p. 467-482, 2 fig. En mettant en évidence l’importance des terrains privés et le statut des donateurs dans la construction des temples, l’auteur conclut au rôle primordial dans l’urbanisme de Thugga des habitants originaires de la cité. Malgré quelques interprétations qui restent discutées, il n’en reste pas moins vrai que la ville leur doit une grande partie de ses constructions. (393Selmi S., La prêtrise provinciale de P. Memmius Saturninus, dans Revue Tunisienne d’archéologie, II, 2015, p. 95-105. L’étude tend à préciser la relation entre la prêtrise provinciale, le culte impérial et la promotion des cités. Cela peut fournir une base de départ pour dater le texte (CIL, VIII, 12039), entre 183 et 185, et constitue une étape décisive dans l’histoire de Limisa. L’a. établit un parallèle avec A. Luccius Felix Blaesianus mentionné dans une inscription trouvée à Utique. (394Chaouali M., Cornelia Fortunata, flaminique du culte impérial à Mustis (Tunisie), dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 213-218, photo. La découverte et l’analyse d’une épitaphe de Mustis ont permis de mettre en évidence l’existence d’un culte rendu à une impératrice de la dynastie julio-claudienne, assuré par une flaminique. Les Mustitains semblent avoir eu le sentiment d’un lien privilégié avec les Julio-Claudiens, qui se manifestait par le maintien de l’épithète Iulium pour le municipe pendant toute la période romaine, et par un culte assuré depuis le début du Ier siècle par des flaminiques du culte impérial. (395Kaabia R., La grotte du Taya, un lieu de culte extra-urbain marqueur du territoire des Thibilitains (Numidie), au IIIe siècle, dans Géographie historique du Maghreb, p. 187-202, 12 fig., examine le dossier épigraphique de la grotte du Taya, située au nord-est de Thibilis, à l’est de la province de Numidie, qui abritait un culte public au dieu local Bacax. Ces inscriptions, datées du IIIe s. apr. J.-C., ont été réalisées par les magistrats de Thibilis et des Dothenses, inconnus par ailleurs. Elles attestent que cette grotte était un sanctuaire de confins du territoire de la cité. (396Mehantel Megrous D., À propos de quelques découvertes fortuites à Aïn-Kebira (Satafis), dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 603-611, 8 fig, fait état de la découverte, voici quelques années, d’une pierre d’ancrage, disparue aujourd’hui, et d’une autre pierre portant une inscription dédiée à Jupiter pour la sauvegarde de Gordien III et de Sabinia Tranquillina. Cette inscription enrichit le petit nombre de dédicaces conservées dans la région de Sétif, mais elle ne mentionne ni l’identité des dédicants ni le motif de l’hommage. (397Campedelli C., Due Bauinschriften inedite da Thamugadi, dans Epigraphica, LXXVII, 1-2, 2015, p. 501-505, ill., présente deux inscriptions inédites de la ville, qui avaient été prises en photographie par H.-G. Kolbe et sont conservées à Berlin. La première consiste en un fragment qui permet de compléter trois autres textes déjà connus. Ils rappellent la décision prise par les décurions, pendant le règne de Caracalla, d’effectuer des aménagements pour le sanctuaire qui a été recouvert par la forteresse byzantine. La seconde, très fragmentaire, évoquait un donateur.

5La numismatique se signale par quelques titres, surtout relatifs à l’époque d’Hadrien. (398Amela Valverde L., Interesante denario de Clodio Macer (RIC I, 37), dans Varia nummorum, IV, 2015, p. 103-108, ill. Ce denier est intéressant pour comprendre le programme politique de Clodius Macer, car il est inspiré d’une émission de Marc Antoine, datée de 44 av. J.-C. : il affirmait une filiation avec le césarien. On y voit à l’avers un buste à droite, et au revers une galère également à droite. L’auteur en profite pour présenter quelques rappels sur les émissions monétaires de ce légat de la IIIe légion Auguste. (399Gozalbes García H. et Gozalbes Cravioto E., La imagen de Mauretania en las acuñaciones con motivos provinciales en la época de Adriano, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 811-820, ill. Les auteurs étudient l’iconographie accompagnant la mention Mavritania sur les monnaies d’Hadrien, émises en lien avec le voyage de l’empereur en Afrique. Ils distinguent alors trois types d’images : une première catégorie de monnaies à caractère culturel sur lesquelles la Mauretania est simplement figurée sous les traits d’un homme, une deuxième à figuration allégorique, une troisième à figuration militaire. (400Kasdi Z., Quand l’Amazone fait le Maure : la représentation de la Maurétanie dans le monnayage d’Hadrien, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 65-90, 12 fig. Le monnayage d’Hadrien est le premier monnayage impérial à faire figurer la Maurétanie personnifiée sur ses revers. Cette région, qui réunit les deux provinces de Césarienne et de Tingitane, y est représentée sous les traits d’une Amazone accompagnée du cheval. 53 monnaies ont fait l’objet d’une analyse iconographique : la réputation des cavaliers maures a inspiré cette image qui est leur double féminin. (401Deloum S. et Ben hadj Naceur-Loum Z., Monnaies et collections monétaires à Guelma : cinquante ans après l’étude de Turcan, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 629-654, 4 planches. Un trésor monétaire trouvé en 2011 est entré au musée de Guelma. La collection est composée de 68 sesterces datant d’Hadrien à Septime Sévère et d’un dupondius d’Hadrien. L’aspect est celui de pièces qui ont circulé et c’est le seul lot datant du Haut-Empire provenant de Guelma après celui qui a été étudié par R. Turcan en 1963.

6L’archéologie demeure l’un des principaux vecteurs du renouvellement de nos connaissances en de nombreux domaines. Le réseau viaire a fait l’objet d’une contribution, suivie de plusieurs titres relatifs à l’architecture, qui présentent notamment de très beaux travaux de l’école italienne en Libye. (402Mosca A., Problemi di viabilità antica e di organizzazione territoriale nell’Africa Proconsolare. Alcuni casi di studio, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 513-527, 2 fig. Le réseau viaire de la province est étroitement lié aux rapports que les Romains ont instaurés avec les populations locales. Des voies préexistaient le long des côtes ou dans l’arrière-pays. Dès l’époque augustéenne un plan cohérent s’est mis en place, et les cités ont acquis, perdu ou maintenu leur importance en fonction des objectifs militaires ou de l’évolution économique. Trois villes sont prises en exemple : Bararus, Hippo Diarrhytus et Sufetula. Une même équipe présente plusieurs résultats de ses études sur les matériaux lithiques lepcitains. (403Bruno M. et Bianchi F., The limestone quarries of Wadi Gadatza in the territory of Leptis Magna, dans ASMOSIA X, p. 35-42, 18 fig. Entre 2005 et 2010, une équipe de l’Université de Rome 3 a conduit des prospections systématiques dans l’arrière-pays de Lepcis Magna qui ont permis d’identifier de nouvelles carrières de calcaire, en particulier dans le secteur de Wadi Gadatza, à 7 km au sud-ouest de la ville. Cette vaste carrière a livré la plupart des matériaux calcaires pour la construction du complexe sévérien. Sept zones ont été inventoriées et deux sortes de pierre identifiées : un calcaire coquillé et une sorte de travertin. L’absence de ces matériaux dans des édifices plus anciens fait dater l’ouverture de ces carrières de l’époque sévérienne. (404) Bianchi F., Bruno M. et Pike S., L’apparato architettonico in marmo pentelico del Complesso Severiano a Lepcis Magna alla luce di recenti indagini archeologiche, epigrafiche e archeometriche, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 215-234, 21 fig. À l’époque sévérienne étaient utilisés à Lepcis Magna du granite d’Assouan, du cipolin pour les fûts des colonnes, du marbre de Proconnèse et du Pentélique pour les chapiteaux et les bases. Plus de 150 noms abrégés de tailleurs de pierre, et des analyses épigraphiques et archéométriques ont permis d’établir une relation entre les ouvriers attiques, l’organisation des carrières du Pentélique et la production des éléments architectoniques pour la réalisation du projet impérial. (405Id., Pentelic marble in the Severan Complex in Leptis Magna (Tripolitania, Libya), dans ASMOSIA X, p. 23-34, 21 fig., ont analysé 58 échantillons de marbre du Pentélique prélevés sur 42 chapiteaux à lotus et acanthes et 16 bases de colonnes attiques, issus des portiques du forum sévérien. L’analyse archéométrique est combinée à l’épigraphie car tous ces éléments architecturaux sont signés par des marques de tailleurs de pierre ou de chefs d’ateliers. Les résultats montrent notamment qu’un même sculpteur ou atelier peut avoir fabriqué des chapiteaux comme des bases de colonnes et que ces marbres sont extraits de quatre zones de carrières du Pentélique, utilisées ensuite de façon hétérogène par les ateliers. (406Bianchi F., Il Complesso Severiano a Lepcis Magna: maestranze e modelli decorativi degli apparati architettonici in pietra locale, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 235-255, 16 fig., étudie la décoration architectonique en calcaire de Gadatza du forum sévérien. Celle-ci permet de mettre en évidence les caractéristiques formelles et décoratives de la production des artisans locaux qui opéraient sur le chantier sévérien. Ils travaillaient selon une tradition ornementale partiellement modifiée par une mode décorative issue d’Asie Mineure. (407) Ricciardi M. et Pellegrino A., L’anfiteatro di Leptis Magna: dal rilievo all’anastilosi, ibidem, p. 258-268, 8 fig. L’amphithéâtre de la ville fut fouillé et restauré dans les années 1960-1970, et une nouvelle étude fut entamée en 2007 en vue de la publication. Il ressort qu’il fut construit en trois phases. La première date de 56 ; elle fut suivie d’un remaniement important, et la troisième eut lieu à la fin du IIe s., avec, toutefois, quelques modifications à l’époque sévérienne. La présente étude, préliminaire, tente de restituer la forme complète, avec la colonnade et le sacellum de la summa cauea. (408Montali G., L’anfiteatro di Sabratha e gli anfiteatri dell’Africa Proconsolare (Monografie di Archeologia libica, XLI), Rome, 2015, 568 p., ill., 3 appendices, index, résumé et index en arabe. Cet ouvrage, remarquable par sa qualité, est l’un des fruits de la coopération entre le Département des Antiquités de Libye et l’Université de Macerata, par le biais d’une mission fondée par A. Di Vita. Après le Mausolée B de Sabratha et l’arc sévérien de Leptis Magna, ce volume s’intéresse à l’un des monuments les plus importants de Sabratha (IIe s.). La Partie I L’Anfiteatro di Sabratha, fait l’historique des fouilles puis la description des différentes structures de l’édifice, dresse le catalogue des éléments architecturaux et des sculptures, ainsi que le corpus épigraphique avant de proposer les analyses et les hypothèses de restitution. La Partie II comporte le catalogue des 58 amphithéâtres d’Afrique proconsulaire, par ordre alphabétique des sites, puis une analyse de ce catalogue. L’appendice 2, p. 551-553, est consacré aux différents spectacles mentionnés par les textes, qu’avec raison l’auteurs pense ne pas avoir eu lieu nécessairement dans un amphithéâtre ; l’appendice 3 dresse un bilan des recherches consacrées aux uenationes et aux sodalités. Cet édifice a fait l’objet d’une présentation plus brève, (409Id., La persistenza della tradizione: considerazioni sulla tecnica costruttiva, sul dimensionamento e sul disegno progettuale dell’anfiteatro di Sabratha, dans Africa romana (L’), XX, 1, p. 269-281, 8 fig. L’amphithéâtre de la ville, qui fut fouillé en 1924-1926, est resté peu étudié. Sa capacité (ca 16.000 spectateurs) le place au troisième rang de la Proconsulaire. Il est réalisé en opus quadratum et, semble-t-il, en utilisant la coudée punique. Il fut probablement érigé à l’époque flavienne dans le cadre d’un vaste projet de restructuration urbaine. Les derniers titres concernent Sbeïtla en Tunisie, puis Lixus et Tamuda au Maroc. (410Ben Akacha W., Statut juridique, urbanisation et urbanisme à Sufetula sous le Haut-Empire, dans Dialogues d'histoire ancienne, XLI, 2, 2015, p. 117-150, 3 fig., analyse comment l’évolution du statut juridique de la ville a influencé son espace urbain. L’agglomération originelle aurait obtenu le statut de ciuitas sous les Flaviens et aurait été transformée en municipe probablement par Marc Aurèle. Après la monumentalisation du centre, autour du forum, commencée sous Antonin, les espaces collectifs se déplacent vers les périphéries urbaines. La construction de thermes et de bâtiments de spectacles dans les quartiers sud-est et nord-ouest s’accentue encore sous les Sévères, quand Sufetula devient colonie. (411Aranegui Gascó C., Response by C. Aranegui Gascó to E. Papi’s review to Lixus 3, dans Journal of Roman Archaeology, XXVIII, 2015, p. 962-965, répond en détail aux critiques que le savant italien avait portées (Journal of Roman Archaeology, XXVI, 2013, p. 800-807) contre son interprétation du « quartier des temples » à Lixus, interprété par elle comme une résidence du roi Juba II (voir B.A.A.A., XLIV [2010], 2018, n° 157). (412Bermejo Meléndez J., Los Britones y el castellum de Tamuda en el contexto de las provincias Mauritanas, dans Revue Internationale d’Histoire Militaire Ancienne, II, 2015, p. 55-76, ill., carte, plans, rés. angl. Les recherches archéologiques menées sur le camp militaire de Tamuda permettent de suivre son évolution. Des transformations majeures sont visibles dans l’architecture défensive et urbanistique du camp au IIe s. apr. J.-C. : elles sont mises en relation avec la présence d’une ala Brittona déplacée depuis la Maurétanie césarienne, qui comptait un groupe de metatores ayant importé de nouvelles techniques de construction issues d’autres provinces de l’Empire (IAM, 56 ; CIL VIII, 9764, etc.). Suit le domaine de l’iconographie, à travers les mosaïques, puis les peintures – ce qui est plus rare – et la sculpture. (413Golvin J.-Cl. et Fauquet F., La mosaïque de Silin représente-t-elle le cirque de Leptis Magna ?, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2008 [2015], p. 31-47, ill. Non, avait répondu J.H. Humphrey. Les auteurs ont repris le dossier en faisant des comparaisons avec d’autres cirques et en donnant une nouvelle interprétation des images anciennes. Ils analysent la mosaïque de Silin puis le cirque de Leptis Magna en le comparant à la mosaïque. Un lien unit nécessairement les deux monuments. (414Parodo C., I Mamuralia del calendario figurato di Thysdrus: un caso di « invented tradition » ?, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 383-397, 6 fig. L’existence des Mamuralia célébrés en mars est assez peu documentée alors qu’ils évoquent l’expulsion rituelle de Mamurius Veturus, l’ouvrier mythique qui aurait réalisé, sur l’ordre de Numa, les onze copies du bouclier de Jupiter. L’enquête sur la nature de ces Mamuralia à partir de la mosaïque de Thysdrus permet à l’auteur d’en préciser le contexte dans le panorama idéologique augustéen. Le mythe aurait été élaboré par l’empereur dans un but dynastique pour instaurer des références non seulement à Romulus mais aussi à Numa, l’organisateur de la religion romaine. (415Mandruzzato A., Edilizia privata a Sabratha. Per una riedizione delle pitture parietali di età romana, dans Libya Antiqua, n. s., VIII, 2015, p. 161-168, ill., propose un tour d’horizon de peintures découvertes dans des maisons romaines de Sabratha, qui seraient datées des IIe-IIIe siècles. (416Barbet A. et Parzysz B., Peintures d’Hadrumetum. Néréides sur monstres marins : essai de restitution, dans Revue Tunisienne d’archéologie, II, 2015, p. 77-93, 20 fig., ont étudié les plaques de peintures conservées au musée. Il s’agit d’une composition en éventail ; les a. procèdent à une analyse géométrique et trigonométrique rigoureuse pour valider l’hypothèse de sa localisation dans un cul-de-four, c’est-à-dire une coquille fictive. La datation retenue n'est pas antérieure au début du IIIe s. apr. J.-C. (417Distefano G., Cartagine: continuità o ostentazione. Gli altari augustei e giulio-claudii, ibidem, p. 327-339, 6 fig. La relecture des contextes urbanistiques dans lesquels furent découverts ces autels permet de mieux comprendre la signification des scènes figurées. Sur l’autel de la gens Augusta trouvé à Byrsa et sur les panneaux de La Malga, elles s’inscrivent dans une continuité entre le modèle urbain et politique de Rome et la cité de Carthage. Les élites romaines et locales recherchaient ostentation et identité. (418Von Prittwitz und Gaffron H.H., Iuvenis from Chimtou, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 363-372, 6 fig. La statue d’un jeune homme, trouvée à Chemtou, dans les environs du temple de Saturne ou dans le sanctuaire des Dii Mauri, est une réplique du Dresdner Knabe, dont l’original est attribué à Polyclète. Il a gardé son bras droit et sa main dont l’extrémité porte un trou indique qu’il tenait un strigile. C’est donc une représentation d’athlète et elle fournit un élément de réponse pour la statue de Dresde, dont le bras n’a pas été retrouvé. (419Herrmann Jr.J.J. et alii, Isotopic testing of marble for figural sculpture at Guelma, Algeria, dans ASMOSIA X, p. 739-749, 14 fig., livre les résultats d’analyses archéométriques effectuées sur 20 statues datées du IIe-IIIe s. et provenant du théâtre et du Jardin archéologique de Guelma, afin de déterminer l’origine des marbres. Les résultats montrent l’utilisation de marbres locaux pour huit statues, surtout des carrières du Mont Filfila, et de façon moindre de celles du Mont Mahouna, et de marbres égéens pour les douze autres (Pentélique, Thasos, Paros, Afyon).

7La céramique apporte son lot annuel de publications, dont un dossier très important sur les plus anciennes amphores africaines, largement commercialisées en Occident. (420Bonifay M. et alii, Nouvelles hypothèses sur l’origine et le contenu des amphores africaines Ostia LIX et XXIII, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 189-210, ill. Les études montrent désormais que les plus anciennes amphores africaines de type romain (avec les anses sur le col et non plus sur l’épaulement) sont originaires de la zone nord-ouest de la Tunisie. Après le type Africaine Ancienne dont la production a été récemment localisée dans le Nord de l’Afrique romaine et non plus en Tripolitaine comme par le passé, ce sont les types Ostia LIX et XXIII qui sont attribués à une partie encore plus occidentale de la Zeugitane, sans doute l’une des premières régions à se développer en Afrique romaine. Les auteurs proposent une nouvelle lecture d’inscriptions peintes. Les lettres VIR, STR et MOL, qui figurent sur le type Ostia LIX à Pompéi, semblent indiquer des conserves d’olives à divers degrés de maturité. L’origine sicilienne d’un quatrième groupe, les lettres TAVR, traditionnellement attribué à Tauromenium doit être abandonnée. Il pourrait s’agir d’une origine africaine, peut-être le tell tunisien septentrional et les lettres TAVR signifieraient peut-être Tauraca, altération de T(h)abraca/Tabarka. Les auteurs concluent que, à la fin du Ier s., les amphores Ostia LIX étaient destinées au transport des olives ou de l’huile d’olive d’Afrique, principalement du Nord-Ouest de la Proconsulaire, l’huile devenant à partir de la première moitié du IIe s. le contenu habituel du type Ostia XXIII. (421Excoffon P. et Pellegrino E., Amphores africaines du type Ostia XXIII à Fréjus, avec une annexe de Capelli C., Analyse pétrographique d’amphores de type Ostia XXIII, ibidem, p. 155-165, fig. Cette étude porte sur un lot d’amphores africaines assimilables au type Ostia XXIII découvertes dans la ville antique de Forum Iulii (Fréjus). Leur présence, ajoutée à d’autres données archéologiques, constitue l’indice d’une importation significative à Fréjus, dès le IIe siècle, d’huile d’olive produite en Tunisie. (422Duperron G. et Capelli C., Observations archéologiques et archéométriques sur quelques types d’amphores africaines en circulation à Arles aux IIe et IIIe s. apr. J.-C., ibidem, p. 167-177, fig. Ce travail s’appuie sur l’étude du matériel livré par plusieurs dépotoirs urbains à Arles, qui renseigne sur le commerce africain dans ce port au cours du IIe et du IIIe siècles. Il présente des données relatives à différents types amphoriques diffusés au cours de cette période, et jusque-là peu attestés en dehors de l’Afrique. Les auteurs soulignent l’activité de deux principales zones de production en Afrique, d’une part la Tunisie méridionale et la Tripolitaine pour le commerce du vin, d’autre part une région encore mal localisée mais qui pourrait se situer dans le Nord-Ouest de la Tunisie, exportant de l’huile et peut-être du garum. (423Djaoui D., Garnier N. et Dodinet E., L’huile de ben identifiée dans quatre amphores africaines de type Ostia LIX provenant d’Arles : difficultés d’interprétation, ibidem, p. 179-187, 3 fig., 2 tab. Les analyses pratiquées sur quatre amphores africaines de type Ostia LIX (fin Ier siècle) trouvées dans le Rhône ont révélé la présence contrastée d’huile de ben (ou huile de Moringa), de vin et de lait. La présence, sur les quatre échantillons, d’une série de biomarqueurs dominants de cette huile suggèrent un contenu primaire. Néanmoins, la répartition du Moringa sp. (néverdier en français), arbre à l’origine de cette huile, ne couvre pas le territoire où l’on situe actuellement la production de ces amphores (voir Bonifay M. et alii supra, nos  323, 420), ce qui incite à la considérer comme un contenu secondaire. Le Moringa sp. est présent en Égypte, ainsi que des amphores de type Ostia LIX. On a envisagé qu’en partance de Thabraca, ces amphores, vraisemblablement redistribuées à partir de Rome, pouvaient être recyclées en Égypte. Seules de nouvelles analyses chimiques permettront de conforter ces hypothèses. (424Nacef J., Un atelier de potier à la périphérie de la ville de Thapsus aux premiers siècles de l’Empire, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p.  7-43, 19 fig., 1 tab., avec une annexe de (425Capelli C. et Baklouti S., Caractérisation pétrographique de céramiques provenant d’un possible dépotoir de potier à Thapsus, ibidem, p. 40-42. L’étude porte sur du matériel récolté dans deux chambres souterraines mises au jour à la périphérie de Thapsus, et surtout constitué de tessons de céramique : amphores, vaisselle culinaire et vaisselle commune, poterie modelée. Plusieurs indices archéométriques et archéologiques suggèrent que la majeure partie a été produite localement, mais on note aussi la présence d’amphores italiques. La découverte de pains d’argile et de tessons non cuits plaide en faveur d’une aire de préparation dans un atelier de potier souterrain. L’ensemble du matériel semble dater du Ier s. apr. J.-C. Le matériel local relève de la tradition punique et complète le schéma de production du Byzacium à une période de transition entre les périodes punique et romaine.

B. Bibliographie

8Cette section est très peu fournie cette année, la plupart des contributions ayant été indiquées dans la section des sources ou bien dans les Généralités.

9L’histoire événementielle est bien distibuée entre les différentes régions africaines, sur des points particuliers. (426Hurlet F., Le gouverneur et les clientèles provinciales : la province romaine d’Afrique de sa création à Auguste (146 avant J.-C.-14 après J.-C.), dans Foreign Clientelae in the Roman Empire, édit. Jehne M. et Pina Polo F., Stuttgart, 2015, p. 165-183. Sous la République, le patronat en Afrique a suivi le modèle propre à l’Italie. Auguste n’étendit pas son patronat à l’ensemble des cités de la province, mais ce sont ces dernières qui ont défini leur position dans ce cadre, comme si l’empereur était bien un patron universel. (427Vanacker W., Adhuc Tacfarinas. Causes of the Tiberian war in North Africa (AD ca. 15-24) and the impact of the conflict on Roman imperial policy, dans Historia, LXIV, 3, 2015, p. 336-356. L’a. procède à un nouvel examen de cette révolte, de ses causes, de ses conséquences. Il propose de la considérer à la lumière d’un échange de nature « dynamique » au sein des relations entre les tribus et l’administration romaine, et comme une forme de négociation. Juba II serait intervenu dès le début du conflit, peut-être même avant, et non, comme l’écrit Tacite, à la fin. (428Le Bohec Y., La stratégie de Rome en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, dans Ikosim, IV, 2015, p. 39-50. Un nouvel examen des unités et des sites aboutit à une conclusion inédite. La stratégie de Rome en Césarienne reposait sur une grande concentration de forces à Césarée-Cherchell et sur des éléments dispersés le long des deux axes de Trajan-Hadrien et de Septime Sévère ; plusieurs postes établis sur la route de Trajan-Hadrien ont fonctionné après l’aménagement du système défensif de Septime Sévère. (429Bernard G., L’espace politique du Détroit de Gibraltar sous le Haut-Empire romain. La désagrégation du Cercle du Détroit ou l’appartenance à un horizon stratégique commun ?, dans Le Cercle du Détroit, p. 121-133, rés. fr. et angl. p. 171-172, souligne le maintien des liens administratifs et militaires entre les deux rives du détroit de Gibraltar, d’Auguste à Dioclétien ; ainsi s’explique l’insertion de la Maurétanie tingitane dans le diocèse des Espagnes sous la Tétrarchie. Pour autant, le paradigme de Cercle du Détroit n’est pas approprié pour définir ces relations entre les deux rives : en proposant la figure du cercle et du circuit harmonieux il ne permet pas de saisir la hiérarchie entre les acteurs ; d’autre part il isole la zone du détroit du reste du monde méditerranéen, avec lequel les relations étaient pourtant nombreuses. Et la rubrique s’achève par une étude transversale, (430Bianchi E.A., Briganti e ribelli nelle campagne africane del III secolo d.C., dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1069-1080. Cette courte synthèse reprend l’idée, qui n’est pas neuve, d’une instabilité des provinces africaines au IIIe siècle, due aux difficultés économiques du temps (elles nourrissaient le rang des latrones) et aux tribus opprimées par Rome.

10La rubrique thématique ne comporte que trois titres cette année. (431Galvano E., Atene, Cartagine, Roma e la retorica di Elio Aristide, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 307-315. La thèse de l’affrontement entre Athènes et Carthage, que Thucydide met en relation avec les projets d’Alcibiade, est accentuée par Aelius Aristide (Panathénaïque) et Plutarque (Alcibiade). Elle devient un exemple du « fil rouge » tissé par les Grecs en vue de construire une unité gréco-romaine considérée comme un élément constitutif de l’Empire. (432Rebillard É., Popular hatred against Christians: the case of North Africa in the second and third centuries, dans Archiv für Religionsgeschichte, XVI, 2014 (2015), p. 283-309. Les émeutes populaires contre les chrétiens semblent avoir été rares contrairement à ce qui est généralement admis : il s’agit en grande partie d’une construction des autorités ecclésiastiques pour renforcer la cohésion des communautés chrétiennes. (433Grzywaczewski J., The validity of the baptism of heretics according to Cyprian of Carthage, Pope Stephen and Firmilian of Caesarea, dans Vox Patrum, XXXV, n° 63, 2015, p. 95-112, rés. pol. Les débats théologiques entourant le baptême débutent au milieu du IIIe siècle à Carthage avant de se propager à Rome et en Asie Mineure. Pour le pape Étienne Ier et l’Église de Rome, le baptême accompli dans les sectes est efficace, car le rite est réalisé aux noms du Père, du Fils et de l’Esprit. Au contraire, Cyprien et Firmilien considèrent que, le baptême étant une introduction à l’Église, un hérétique ne peut y accéder.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search